4.03 ERP REVÊTEMENTS. Principe général. Revêtements muraux des locaux et dégagements. Plafonds et plafonds suspendus des locaux et dégagements

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "4.03 ERP REVÊTEMENTS. Principe général. Revêtements muraux des locaux et dégagements. Plafonds et plafonds suspendus des locaux et dégagements"

Transcription

1 Arrêté du 25 juin 1980 modifié A R T I C L E S AM 2 À AM 8 AMÉNAGEMENTS INTÉRIEURS DÉCORATION ET MOBILIER F I C H E 4.03 ERP LIVRE II TITRE I CHAPITRE III SECTION I ART. AM2 Principe général D une façon générale, dans la suite de la présente section, l exigence imposée pour un revêtement concerne le revêtement dans ses conditions d emploi, c est-à-dire, s il y a lieu, l ensemble revêtement, adhésif et support. D une façon générale dans la suite du présent chapitre, lorsqu une exigence est imposée pour un matériau de revêtement, cette exigence concerne en réalité l ensemble de la surface finie du revêtement sur son support, vertical ou horizontal, combustible ou non, que le revêtement soit collé ou tendu sur le support ; l essai en réaction au feu correspondant est effectué sur cet ensemble tel que mis en œuvre. Au moment de sa mise en œuvre, un matériau doit avoir fait l objet d un procès-verbal de classement en cours de validité délivré par un laboratoire agréé, ou du marquage «NF Réaction au feu» attribué par l Afnor. Au contraire d un matériau faisant l objet d un simple procès-verbal, un matériau marqué «NF Réaction au feu» est soumis en usine à un contrôle rigoureux et présente de ce fait toutes garanties quant à son classement en réaction au feu, ce qui facilite les contrôles sur chantiers par les commissions de sécurité et dispense le fabricant de ce matériau marqué de toute production de procès-verbal de classement. ART. AM3 Revêtements muraux des locaux et dégagements de traverses en matériaux de catégorie M3 formant cellules closes dont la plus grande dimension n excède pas 3 m. Ce recoupement n est pas obligatoire lorsqu il est fait usage de revêtements en matériaux de catégorie M1. 3. Par dérogation aux dispositions du 1 ci-dessus, les lambris, s ils sont en matériaux de catégorie M3, peuvent être posés sur tasseaux ; le vide créé entre ces lambris et les parois doit être bourré par un matériau de catégorie M0. L exigence de classement M3 concerne l ensemble lambris et vernis. 4. Les papiers collés et peintures appliquées sur les parois verticales incombustibles peuvent être mis en œuvre sans justification du classement en réaction au feu. Les papiers gaufrés, les papiers en relief collés, répondent aux présentes dispositions. Par contre, les tissus tendus et collés mis en œuvre n entrent pas dans cette catégorie de revêtements et font l objet des dispositions du 1. La paroi verticale incombustible peut être constituée de béton, brique, plâtre, métal, alliages métalliques, etc. Par contre, sur support combustible, les peintures et papiers devront être pris en compte dans l essai de réaction au feu, sauf si le potentiel calorifique de ces peintures et papiers est inférieur à 2,1 MJ/m2. 1. Dans les locaux et les dégagements, les revêtements muraux doivent être de catégorie M2. Ce paragraphe ne vise pas les matériaux d isolation protégés ou non protégés, qui sont traités à l article AM 8 (voir ci-après). 2. S ils sont éloignés des parois, les revêtements doivent être fixés de manière à éviter la formation de cheminées d appel en cas de feu. L intervalle entre ces matériaux et les parois ne doit pas excéder 0,05 m et ne peut contenir que des matériaux de catégorie M3 ; il doit être recoupé ART. AM4 Plafonds et plafonds suspendus des locaux et dégagements 1. Les revêtements de plafond et les éléments constitutifs des plafonds suspendus dans les dégagements et les locaux doivent être en matériaux de catégorie M1. (Arrêté du 19 novembre 2001) Toutefois, il est admis pour ces éléments et ces revêtements une tolérance de 25 % de Page 1

2 FICHE N o 4.03 Arrêté du 25 juin 1980 modifié (AM 2 à AM 8) ERP la superficie totale de ces plafonds en matériaux de catégorie M2 dans les dégagements et M3 dans les locaux. Utilisation de plaques de plâtre cartonnées revêtues d un système de peinture : sur proposition du CECMI, la Commission centrale de sécurité a admis l utilisation en plafond de plaques de plâtre cartonnées, conformes aux spécifications de la norme NF P et revêtues de systèmes de peintures dont le pouvoir calorifique surfacique reste inférieur à 600 kcal/m 2 (par exemple : peintures vinyliques ou glycérophtaliques, mates...). 2. (Arrêté du 6 octobre 2004) Lorsque des produits d isolation sont placés en plénum ils doivent satisfaire les dispositions de l article AM 8 ci-après. 3. Les éléments constitutifs et les revêtements des plafonds ajourés ou à résilles peuvent être en matériaux de catégorie M2 lorsque la surface des pleins est inférieure à 50 % de la surface totale de ces plafonds. 4. (Arrêté du 23 décembre 1996) La suspente et la fixation des plafonds suspendus doivent être en matériaux de catégorie M0 et réalisées selon les dispositions de la norme NF P Ce paragraphe vise les suspentes métalliques. L exigence requise a pour but d éviter les risques de chute de tout ou partie de ces plafonds suspendus pendant l évacuation du public. 5. (Arrêté du 11 septembre 1989) Les plafonds suspendus installés dans les dégagements doivent rester en place sous l effet des variations de pression dues au fonctionnement du désenfumage mécanique. Ces dispositions visent à empêcher toute chute d éléments du plafond suspendu durant la phase «évacuation du public». L exigence de maintien en place est réputée satisfaite dans les conditions suivantes : a) si les bouches d extraction sont situées sous le plafond suspendu, les dispositifs de suspension et les éléments constitutifs du plafond suspendu doivent être aptes à résister à une dépression de 80 Pa appliquée au niveau de la sous-face du plafond suspendu ; b) si les bouches d extraction sont situées dans le plénum, les éléments constitutifs et leur mise en œuvre doivent être tels que le plafond résiste sans soulèvement à une surpression de 80 Pa appliquée au niveau de la sous-face du plafond suspendu. La justification de ces prescriptions est à fournir dans le cadre du DTU 58.1, Cahier des clauses spéciales 2.1. CP 89 Les plafonds tendus sont-ils des vélums ou des plafonds suspendus? Les plafonds tendus ne font pas l objet d agrément par le ministère de l Intérieur. L examen, par la DSC, de leur notice de pose a pour objet de vérifier que ces plafonds présentent des garanties de sécurité suffisantes au regard de la réglementation (réaction au feu de la toile, conditions de montage). Lorsque cet examen fait apparaître des garanties satisfaisantes de sécurité, le plafond tendu n entre pas, compte tenu des conditions de pose, dans la catégorie des vélums et peut être utilisé comme un plafond suspendu au sens de l article AM 4 du règlement de sécurité contre l incendie dans les établissements recevant du public, sous réserve que l installation soit réalisée conformément aux conditions prévues dans la notice, notamment en ce qui concerne les systèmes de fixation et d accrochage. CP 90 Quelles sont les dispositions imposables à un plafond suspendu délimitant un comble dans un bâtiment dont les structures de toiture respectent les dispositions de l article CO 13? Lorsque les structures de toiture d un bâtiment respectent les exigences réglementaires définies à l article CO 13 (voir fiche 3.04), les seules dispositions à imposer à un plafond suspendu délimitant un comble sont celles définies aux articles AM 4 et CO 26 (voir fiches 4.03 et 3.07). En l état actuel de la réglementation, ces exigences sont valables pour tous les ERP y compris pour ceux du type O, à l exception des établissements de soins (nouveau règlement) où les exigences en matière de résistance au feu ont été aggravées (CF de degré 1/2 heure en cas de non-prolongement des cloisons résistantes au feu jusqu à la toiture). CLOPSI (CCS du 6 avril 1995) Dans le cas de plafonds et/ou de plafonds suspendus constitués d éléments verriers, doit-on appliquer les prescriptions de l article CO 18, 2 (voir fiche 3.05) concernant les éléments vitrés en couverture? Dans un plafond ou plafond suspendu situé sous toiture, dans lequel on souhaite intégrer à la fois des luminaires tels que visés à l article AM 4, 1etdesparties translucides ou transparentes telles que visées à l article AM 5, peut-on cumuler les tolérances (25 %) prévues à chacun de ces articles? CCS du 6 mai 1999 La preuve de la réaction au feu des plafonds tendus dont le fabricant est adhérent à la charte nationale du plafond tendu (CNPT) doit-elle être apportée sous la forme d un procès-verbal de classement? 1. Exigence réglementaire : En application de l article AM 4, les plafonds doivent être de réaction au feu M1. La preuve de la réaction au feu M1 est apportée (article 90 de l arrêté du 30 juin 1983 modifié) : soit par un certificat de qualification reconnu par le ministre de l Industrie (ex : marque NF Réaction au feu M1) ; soit par un procès-verbal de classement datant de moins de cinq ans émis par un laboratoire agréé par le ministère de l Intérieur. Page 2 MISE À JOUR No 41 GROUPE MONITEUR SEPTEMBRE 2007

3 ERP Arrêté du 25 juin 1980 modifié (AM2àAM8) FICHE N o Adhérents à la charte nationale du plafond tendu : Des fabricants de plafonds tendus en PVC de catégorie M1 qui s engagent à respecter la charte nationale du plafond tendu bénéficient du mode de preuve prévu au 1 er tiret de l article 90 de l arrêté du 30 juin 1983 précité : certificat de qualification reconnu par le ministre de l Industrie. Ils n ont donc pas à présenter un procès-verbal d un laboratoire agréé. 3. Étiquetage du plafond tendu : Le plafond tendu dont le fabricant est adhérent à la charte nationale comporte un étiquetage harmonisé dont l emplacement est situé côté plénum dans le coin à droite de la fenêtre face à l entrée principale ou sur la première soudure à droite ou collée sur le profilé de fixation du plafond. Cette étiquette comporte des lettres dont la signification est la suivante : A : fabricants de feuillets et complexes souples, B : négociants, C : fabricants de plafonds tendus, P : poseurs. Elle comporte également des chiffres correspondant à : partie 1 : identification du plafond ou de la bobine avec le numéro, partie 2 : identification du fabricant de plafond tendu, partie 3 : identification du négociant, partie 4 : identification du lot, partie 5 : classement M1, partie supplémentaire : marquage CE (éventuellement). N o Bobine + N o Plafond 89 C B 94 Lot M1 CE Afin d éviter des manipulations inutiles, le comité de gestion de la charte a demandé, le 15 juin 1999, à ses poseurs/installateurs adhérents de s engager auprès de l exploitant, par écrit, à attester que le plafond tendu a été posé conformément à la charte et que cet étiquetage soit effectivement en place dans la zone indiquée ci-dessus. Cette attestation fera apparaître les différents renseignements figurant au modèle d étiquetage ci-dessus. Celle-ci devra être annexée au registre de sécurité de l établissement. POINT DE VUE SOCOTEC Trois modes de preuve permettent à ce jour de satisfaire à l obligation de réaction au feu M1 d un plafond tendu : soit la marque NF Réaction au feu M1 ; soit un procès-verbal d un laboratoire agréé valable cinq ans ; soit le logo «charte nationale du plafond tendu» (CNPT). En ce qui concerne les plafonds tendus posés par les adhérents à la charte nationale, le logo, pour des simples raisons d esthétique, n est plus visible (bien qu existant) en fin de pose. Le contrôleur technique demandera donc à l installateur de lui fournir la preuve définie au dernier alinéa du 3 ci-avant «Étiquetage du plafond tendu». ART. AM5 Parties translucides et transparentes incorporées dans les plafonds Les matériaux constituant les parties translucides ou transparentes incorporées dans les plafonds et plafonds suspendus et permettant l éclairage naturel des locaux et dégagements doivent être de catégorie M3 ou M4 s ils ne produisent pas de gouttes enflammées. Leur surface doit être inférieure à 25 % de la superficie au sol totale du local ou du dégagement. CLOPSI (CCS du 6 avril 1995) Dans un plafond ou un plafond suspendu situé sous toiture, dans lequel on souhaite intégrer à la fois des luminaires tels que visés à l article AM 4, 1etdesparties translucides ou transparentes telles que visées à l article AM 5, peut-on cumuler les tolérances (25 %) prévues à chacun de ces articles? ART. AM6 Revêtements de sols Les revêtements de sols doivent être en matériaux de catégorie M4 et solidement fixés. L exigence de classement M4 concerne l ensemble revêtements de sol + support. ART. AM7 Revêtements des escaliers encloisonnés Les revêtements des escaliers encloisonnés doivent être en matériaux de catégorie : M1 pour les parois verticales, les plafonds et rampants ; M3 pour les marches et les paliers de repos. Afin de protéger le public pendant l évacuation, les exigences dans ces escaliers sont aggravées par rapport aux articles AM 3, AM4etAM6. ART. AM8 Produits d isolation (1) (Arrêté du 6 octobre 2004) 1. Les produits d isolation acoustique, thermique ou autre, simples ou composites, dont l épaisseur d isolant est supérieure à 5 mm(10 mm ensol), doivent respecter l une des dispositions suivantes : (1) L application de l article AM 8 aux revêtements d isolation acoustique est suspendue pour une durée d un an par l arrêté du 4 juillet 2007 (J.O. du 28 juillet 2007). Page 3

4 FICHE N o 4.03 Arrêté du 25 juin 1980 modifié (AM 2 à AM 8) ERP a) Être classés au moins : A2-s2, d0, en paroi verticale, en plafond ou en toiture ; A2 fl -s1, en plancher, au sol. Lorsque les produits concernés ne sont pas encore marqués CE, le classement M0 peut également attester de la performance requise. (Arrêté du 4 juillet 2007) Lorsque des produits combustibles, connexes aux isolants incorporés aux parois, sont associés en usine ou sur chantier aux isolants précités, l ensemble composite obtenu est réputé répondre aux objectifs de sécurité du présent article et du guide d emploi des isolants combustibles dans les établissements recevant du public à condition que les produits combustibles rapportés ne soient pas en contact avec l air ambiant. b) Être protégés par un écran thermique disposé sur la ou les faces susceptibles d être exposées à un feu intérieur au bâtiment. Cet écran doit jouer son rôle protecteur, vis-à-vis de l action du programme thermique normalisé, durant au moins : 1/4 d heure pour les parois verticales et les sols ; 1/2 heure pour les autres parois. Le «Guide d emploi des isolants combustibles dans les établissements recevant du public» (2) précise les conditions de mise en œuvre de tels écrans. 2. Les produits d isolation ne répondant pas aux dispositions du 1 ci-dessus ne peuvent être mis en œuvre qu après avis favorable de la Commission centrale de sécurité. Les modalités d application de la présente disposition sont fixées dans la troisième partie du guide précité. La modification de l article AM 8 par l arrêté du 4 juillet 2007 est applicable dès sa parution au JO du 28 juillet La version précédente de l article AM 8 (arrêté du 6 octobre 2004) ne permettait plus de considérer comme respectant le 1del article AM 8 les isolants, dont le composant essentiel est pourtant classé A2-s2, do, à partir du moment où un pare-vapeur incorporé au matériau classait celui-ci dans son ensemble au-delà de l exigence A2-s2, d0. Cette dernière modification de l article AM 8 permet effectivement d utiliser par exemple de la laine de roche A2-s2, d0, sur laquelle est collé un pare-vapeur ayant un classement F en plénum sur un faux plafond. Le pare-vapeur, qui représente alors «le produit connexe aux isolants» n est pas en contact avec l air ambiant. Sont notamment visés comme «produit connexe aux isolants» les éléments suivants : pare-vapeur : il s agit essentiellement de pare-vapeur en papier kraft, kraft alu, ou collé polyéthylène, ou bien encore de pare-vapeur réalisé par une très fine couche de bitume, entre 60 et 70 g/m 2 ; films chauffants : il s agit de systèmes de chauffage rayonnants intégrés à la paroi et qui peuvent éventuellement se substituer au pare-vapeur ; (2) Voir fiche surfaçage bitume sur laine de roche, ou autre isolant classé A2-s2, d0 : Ce procédé permet de «coller» l isolant sur le support acier. Le surfaçage bitume n est alors pas en contact avec l air ambiant. Cette modification pérennise les avis de la CCS en date du 3 novembre 2005 et du 7 septembre 2006 et les étend à l ensemble des fabricants de matériaux dont la mise en œuvre respecte l article AM 8 modifié. Ces avis, devenus caducs, sont cités pour mémoire à l issue du commentaire. La suspension pour 1 an de l application de l article AM 8«aux revêtements d isolation acoustique» est consécutive à la difficulté pour ces matériaux à faire la différence entre les exigences applicables aux revêtements (M2) et aux isolants (A2-s2, d0, plus sévère). En conséquence, en l attente de nouvelles directives de l administration sur ce point, il sera appliqué «aux revêtements d isolation acoustique» les exigences de l article AM 3 sur les revêtements muraux. Ces matériaux sont le plus souvent utilisés pour des problèmes de correction acoustique. CCS du 3 novembre 2005 (avis rendu caduc par l arrêté du 4 juillet 2007) Les produits classés au moins A2-s2, d0 mais surfacés bitume peuvent-ils être utilisés en toiture? La CCS a donné un avis favorable à l utilisation à l utilisation en toiture de produits classés au moins A2-s2, d0 mais surfacés bitume. Ces produits perdent leur classement (classé F), et ne respectent plus les termes de l article AM 8, bien que pouvant paradoxalement être utilisés comme écran thermique. Les produits suivants concernés par ce cas de figure sont cependant acceptés au titre du 2del article AM 8 en toiture : panneaux de perlite Sitek avec ou sans pare vapeur ; laines de roche du Filmm (1 mm de bitume coulé pour soudure des membranes) ; panneaux de verre cellulaire Pittsburgh Corning (surfacés bitume 300 g/m 2 ); laine de roche Rockwool. CCS du 7 septembre 2006 (avis rendu caduc par l arrêté du 4 juillet 2007) Les panneaux Foamglass Wall Board alu de la société Pittsburgh Corning peuvent-ils être utilisés en bardage, dans un système de bardage double peau? La CCS a donné un avis favorable à l utilisation en bardage des panneaux Foamglass Wall Board alu de la société Pittsburgh Corning dans un système de bardage double peau. Ces panneaux en verre cellulaire sont manufacturés avec un surfaçage bitume de 300 g/m 2. Ce produit avait par ailleurs déjà obtenu une autorisation d utilisation en toiture par la CCS du 3 novembre Le 2 de l article AM 8 autorise la mise en place d isolants ne respectant les dispositions du 1, après avis de la commission centrale. Les avis de CCS qui suivent correspondent à cette possibilité. Page 4 MISE À JOUR No 41 GROUPE MONITEUR SEPTEMBRE 2007

5 ERP Arrêté du 25 juin 1980 modifié (AM2àAM8) FICHE N o 4.03 CCS du 5 janvier 2006 Les panneaux sandwichs de bardage à deux parements acier et âme en polyuréthane «ignifugée» peuvent-ils être utilisés dans les ERP? La CCS a donné un avis favorable à l emploi en ERP de panneaux sandwichs de bardage à deux parements acier et âme en polyuréthane «ignifugée» présentés en CCS par le SNPPA (mousses classées C-S3, d0 ou B-s3, d0). Société et référence des panneaux autorisés par la CCS : Arcelor construction France : panneaux Promisol 1003B/HB, Promisol 2003Bi/Hbi, Promoline 2000B/HB, Hainaut Linea 2034B/ HB, Hainaut Liss 2010B/HB, Frequencisol 2025 B/HB ; Corus bâtiment système-monopanel : panneaux Frigowall 1225 l, Frigowall 1150 DE (PET), Monowall/Thermapur B, Frigowall 1150 SE (PE), Frigowall 1150 DE (PVDF), Frigowall 1150 DE (PE), Frigowall 1150 CI (PE) ; Panelco : panneau Panelco MF ; Isocab : panneaux Industrial W type R, Industrial W type I, Industrial W type I PET, Industrial W type M, Industrial C5 type U, Industrial W type U, Industrial C3 type U, Industrial FC type U ; Dagard : Panneau LA, Dagard LA/LG ; PFF : panneau P2E P2F. La CCS a admis l usage de ces panneaux uniquement dans les cas suivants : 3 e,4 e et 5 e catégorie ; hors établissement avec locaux à sommeil ; bardage uniquement ; simple RdC, avec une hauteur et une surface minimum (volume du local) ; faisant l objet d un avis technique. Ces panneaux doivent être accompagnés d une fiche du CTICM mentionnant le code de formulation de la mousse, l épaisseur de la tôle du parement intérieur, les hauteurs minimales (il s agit des hauteurs moyennes de l IT 246 (3) ) et la surface minimum du local. Le numéro de l avis technique concernant le panneau sera mentionné sur le panneau lui-même. CP 89 Quelles sont les exigences réglementaires applicables aux coffres des volets roulants disposés à l intérieur des établissements du type U et, d une façon générale, de tous les ERP? Aucun degré de réaction au feu n est exigé pour les matériaux constituant les coffres des volets roulants, y compris pour les isolants thermiques placés en revêtement intérieur des coffres, si leur épaisseur est limitée à1ou2cm. Par contre, ces matériaux doivent répondre aux exigences de l arrêté du 4 novembre 1975 sur la toxicité (modifié par l arrêté du 1 er décembre 1976). (3) Voir fiche Page 5

NOR: TEFT9205115A. Version consolidée au 9 novembre 2012

NOR: TEFT9205115A. Version consolidée au 9 novembre 2012 Le 9 novembre 2012 ARRETE Arrêté du 5 août 1992 pris pour l application des articles R. 235-4-8 et R. 235-4-15 du code du travail et fixant des dispositions pour la prévention des incendies et le désenfumage

Plus en détail

A3 Règlement Incendie

A3 Règlement Incendie A3 Règlement Incendie SECURITE INCENDIE DANS LES SALONS ET EXPOSITIONS 1- GENERALITES Les règles de sécurité contre les risques d incendie et de panique dans les établissements recevant du public sont

Plus en détail

relevé des avis rendus lors de la réunion du 1 er février 2007 de la sous-commission permanente de la Commission centrale de sécurité ***

relevé des avis rendus lors de la réunion du 1 er février 2007 de la sous-commission permanente de la Commission centrale de sécurité *** DIRECTION DE LA DEFENSE ET DE LA SECURITE CIVILES SOUS DIRECTION DE LA GESTION DES RISQUES Paris le Bureau de la Réglementation incendie Et des Risques de la Vie courante DDSC/SDGR/DDSC6/BN Affaire suivie

Plus en détail

Avis Technique non valide

Avis Technique non valide Document Technique d Application Référence Avis Technique 20/12-268 Procédé d isolation thermique pour comble perdu ou aménagé Thermal insulation products for roof. Produkt von Wärmeschutz Isolation des

Plus en détail

Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim. Dossier de demande de permis de construire. Notice de Sécurité (PC40)

Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim. Dossier de demande de permis de construire. Notice de Sécurité (PC40) Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim Dossier de demande de permis de construire Notice de Sécurité (PC40) NOTICE DE SECURITE E.R.P. Remarque : Cette notice de sécurité comprend

Plus en détail

A. PARTICULARITES D UN CHANTIER DE CONSTRUCTION A OSSATURE BOIS

A. PARTICULARITES D UN CHANTIER DE CONSTRUCTION A OSSATURE BOIS IDE A LA REDACTION DE CCTP : Prescriptions générales A. PARTICULARITES D UN CHANTIER DE CONSTRUCTION A OSSATURE BOIS B. INTERFACES ENTRE LES LOTS C. CADRE NORMATIF ET CERTIFICATIONS 1/10 C. CADRE NORMATIF

Plus en détail

Le pétitionnaire pourra remplir une notice par établissement isolé les uns des autres au sens de l article GN 3.

Le pétitionnaire pourra remplir une notice par établissement isolé les uns des autres au sens de l article GN 3. NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE Pour tous les ERP du 1er groupe et les ERP du 2ème groupe (5ème catégorie) Avec locaux à sommeil. (Arrêté du 25/06/1980 modifié Arrêté du 22/06/1990 modifié) La présente

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE LA SÉCURITÉ INTÉRIEURE ET DES LIBERTÉS LOCALES Arrêté du 6 octobre 2004 portant approbation de dispositions complétant et modifiant

Plus en détail

Nombre de colis / palette. Nombre de pièces/ palette

Nombre de colis / palette. Nombre de pièces/ palette mb rock Panneau rigide avec un bord flexible et disponible en 4 largeurs qui s adapte parfaitement aux espaces courants entre montants sans découpe Echelle de densité + le + produit : bord flexible, largeur

Plus en détail

A. PRINCIPES GENERAUX... 2 B. RESISTANCE AU FEU DES PAROIS PORTEUSES... 2 C. REACTION AU FEU... 5 D. PROPAGATION DU FEU EN FACADE : IT 249...

A. PRINCIPES GENERAUX... 2 B. RESISTANCE AU FEU DES PAROIS PORTEUSES... 2 C. REACTION AU FEU... 5 D. PROPAGATION DU FEU EN FACADE : IT 249... ROTECTION INCENDIE SOMMAIRE 1. OBLIGATION DE RESULTAT AUQUEL SONT SOUMIS LES CONSTRUCTEURS... 2 2. PRINCIPES GENERAUX DE LA SECURITE INCENDIE... 2 A. PRINCIPES GENERAUX... 2 B. RESISTANCE AU FEU DES PAROIS

Plus en détail

SOLUTIONS GAINES TECHNIQUES EN PLAQUES DE PLÂTRE

SOLUTIONS GAINES TECHNIQUES EN PLAQUES DE PLÂTRE FICHE CONSEIL N 11 SOLUTIONS GAINES TECHNIQUES EN PLAQUES DE PLÂTRE Cette fiche a pour objet d informer les intervenants concernés sur les nouveaux justificatifs des ouvrages de gaines techniques verticales

Plus en détail

Protection incendie. Principes réglementaires. 01 Réglementation R01 003. Réaction au feu. Classements francais et européen

Protection incendie. Principes réglementaires. 01 Réglementation R01 003. Réaction au feu. Classements francais et européen 01 Réglementation R01 003 Protection incendie Principes réglementaires Le comportement au feu en cas d incendie est apprécié d après deux critères : la réaction au feu et la résistance au feu. Réaction

Plus en détail

Matériaux d'isolation

Matériaux d'isolation Produits d'étanchéité et d'isolation Matériaux d'isolation Definition Caractéristiques Fabrication Références normatives Spécifications Marquage C.E Certifications Acquis environnementaux Définition :

Plus en détail

JCS DCE. Construction de 26 logements individuels & intermédiaires. JCS architectes

JCS DCE. Construction de 26 logements individuels & intermédiaires. JCS architectes JCS ARCHITECTES Commune de Jarville - Meurthe & Moselle Construction de 26 logements individuels & intermédiaires Rue Joseph Piroux date : 04/03/2011 format : éch : Lot 05 Plâtrerie - Isolation Maîtrise

Plus en détail

diversité des options, classées en plusieurs thématiques : toitures, revêtement de façades, volumétries

diversité des options, classées en plusieurs thématiques : toitures, revêtement de façades, volumétries L OUTIL Nous avons imaginé 8 modules fonctionnels qui peuvent être assemblés de plusieurs manières et composer d innombrables maisons. Il s agit d une architecture modulaire présentant les qualités de

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE ISOLANT BATICHANVRE

FICHE TECHNIQUE ISOLANT BATICHANVRE FICHE TECHNIQUE ISOLANT BATICHANVRE Description Produit d isolation thermique pour mur et toiture à base de chanvre à 43% en poids, de fibres de jute à 42% et de 15% de polyester thermofusible. Les fibres

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE CONCERNANT LES PETITS HOTELS ET LES TRES PETITS HOTELS

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE CONCERNANT LES PETITS HOTELS ET LES TRES PETITS HOTELS NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE CONCERNANT LES PETITS HOTELS ET LES TRES PETITS HOTELS TEXTES REGLEMENTAIRES APPLICABLES ERP DU 1 er GROUPE ET DE 5 ème CATEGORIE Code de la construction et de l habitation

Plus en détail

PRÉFECTURE DES YVELINES

PRÉFECTURE DES YVELINES PRÉFECTURE DES YVELINES COMMISSION CONSULTATIVE DÉPARTEMENTALE DE LA PROTECTION CIVILE DE LA SÉCURITÉ ET DE L ACCESSIBILITÉ NOTICES DEVANT ÊTRE TRANSMISES À L APPUI D UNE DEMANDE DE PERMIS DE CONSTRUIRE

Plus en détail

CONFORMITE DE L OPERATION AVEC LES REGLES DE SECURITE

CONFORMITE DE L OPERATION AVEC LES REGLES DE SECURITE CONFORMITE DE L OPERATION AVEC LES REGLES DE SECURITE Maître d ouvrage : SIVU DE LA CRECHE INTERCOMMUNALE THOIRY 3 place de la Fontaine 78 770 THOIRY Adresse des travaux : Rue de la Mare Agrad 78 770 THOIRY

Plus en détail

Libre-Service de l agence ISOPAR Ivry

Libre-Service de l agence ISOPAR Ivry Libre-Service de l agence ISOPAR Ivry 70 Tarif Public H.T. (réservé aux professionnels) Laine minérale et laine de verre FEUTRE BARDAGE 72 PANOLENE BARDAGE 72 SYSTEME CLADISOL 74 FEUTRAL 76 PARVACOUSTIC

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Notice de sécurité Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Cette notice a été établie à l'attention des exploitants d Etablissements Recevant du Public (ERP), afin

Plus en détail

Conduits-gaines horizontaux Stucal

Conduits-gaines horizontaux Stucal E01 Conduits-gaines de ventilation et de désenfumage Conduits-gaines horizontaux Stucal Généralités et principes de fonctionnement On appelle conduit un volume fermé servant au passage d un fluide déterminé

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC (Code de la construction et de l habitation Art. R123 à R123.55 arrêté du 22 juin 1990) S agissant d une opération en site existant, en application

Plus en détail

Les matériaux absorbants

Les matériaux absorbants L absorption acoustique est le pouvoir qu ont certains matériaux de laisser pénétrer une partie de l énergie sonore qui vient frapper leur surface. Un matériau absorbant posé sur une cloison va diminuer

Plus en détail

RT 2012 OBJECTIF : Evolution règlementaire pour le bâtiment : L impact du bâtiment en France

RT 2012 OBJECTIF : Evolution règlementaire pour le bâtiment : L impact du bâtiment en France RT 2012 OBJECTIF : La règlementation thermique RT 2012 a pour objectif de protéger l environnement en favorisant les économies d énergie. Inspirée du concept des bâtiments basse consommation (BBC), elle

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE Notice obligatoire en application de l Art. R 123-24 du Code de la Construction et de l Habitation pour les demandes de Permis de Construire dans les Etablissements Recevant

Plus en détail

Isolation thermique. est à 20 C, tandis qu à l extérieur

Isolation thermique. est à 20 C, tandis qu à l extérieur Isolation UN PEU DE THÉORIE L isolation de la maison a deux fonctions : réduire les dépenses de chauffage et accroître le confort de la maison. Pour savoir quoi et comment isoler, quelques notions théoriques

Plus en détail

! DTU 21 : exécution des travaux en bois. ! DTU 24-2 : cheminées. 3.1 Distribution. BATIPLUM TOITURE. Elle s appuie sur un réseau de distributeurs

! DTU 21 : exécution des travaux en bois. ! DTU 24-2 : cheminées. 3.1 Distribution. BATIPLUM TOITURE. Elle s appuie sur un réseau de distributeurs ! Sur chaîne de fabrication en continu : pourcentage des composants, aspect, épaisseur, poids par rouleau.! Un rouleau est prélevé pour contrôle épaisseur, largeur, longueur et masse volumique à chaque

Plus en détail

Le pétitionnaire veillera à remplir une notice par établissement utilisé et isolé l'un de l'autre.

Le pétitionnaire veillera à remplir une notice par établissement utilisé et isolé l'un de l'autre. NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE pour les ERP du 1er groupe ou établissement du 2ème groupe (5ème catégorie) avec locaux à sommeil. Arrêté du 25/06/1980 Rappel: art R123-2 du CCH: constituent des établissements

Plus en détail

NOTICE DE SÉCURITÉ. Document mis à jour le 10.05.2012

NOTICE DE SÉCURITÉ. Document mis à jour le 10.05.2012 NOTICE DE SÉCURITÉ concernant les ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC du 1 er groupe (1 ère à 4 ème catégorie) conformément au Code de l'aménagement de la Polynésie Française Document mis à jour le 10.05.2012

Plus en détail

DOSSIER DCE CCTP CLOISON AMMOVIBLE

DOSSIER DCE CCTP CLOISON AMMOVIBLE DOSSIER DCE CCTP CLOISON AMMOVIBLE LOT N 013 CLOISON AMMOVIBLE mardi 20 octobre 2009 1/6 1 GENERALITES 1 1 Prescriptions générales Les entreprises sont tenues de se reporter pour tout ce qui est liaisons

Plus en détail

L article R 123-2 du Code de

L article R 123-2 du Code de ÉTANCHÉITÉ.INFO #40 décembre 2013 TECHNIQUE 29 Réglementation ERP Désenfumage des ERP : des règles générales complétées par des spécificités liées au type d exploitation Selon la taille et la nature de

Plus en détail

PC40 - NOTICE DE SECURITÉ

PC40 - NOTICE DE SECURITÉ PC40 - NOTICE DE SECURITÉ Maître d Ouvrage : Architecte : Commune de Wormhout Mr Pierre Coppe Architecte desl Monsieur le Maire 47 place du Général de Gaulle BP 60 393 59 337 Tourcoing Cedex Tél : 03 28

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP A joindre à la demande de permis de construire, déclaration de travaux ou d aménagement Cette notice n est pas exhaustive ; tous renseignements complémentaires doivent

Plus en détail

SAUVEGARDE DES PERSONNES ET LUTTE CONTRE L INCENDIE DANS LES BATIMENTS D HABITATION DE LA 3ème FAMILLE INC/HAB COL 3/1986-2

SAUVEGARDE DES PERSONNES ET LUTTE CONTRE L INCENDIE DANS LES BATIMENTS D HABITATION DE LA 3ème FAMILLE INC/HAB COL 3/1986-2 1. CLASSEMENT ET GENERALITES : 1.1. Classement Sont classées dans la 3ème famille les habitations collectives dont le plancher bas du logement le plus haut est situé à 28 mètres au plus au-dessus du sol

Plus en détail

Nombre de m 2 / colis. Nombre de colis/ palette

Nombre de m 2 / colis. Nombre de colis/ palette easyrock Rouleau revêtu d un pare-vapeur kraft polyéthylène utilisé en rénovation. Echelle de densité + le + produit : la performance et la simplicité, avec un R = 5,10 m 2.K/W en 200 mm mono couche. le

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie. Règlement de Sécurité Incendie dans les Etablissements Recevant du Public LES PETITS HOTELS

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie. Règlement de Sécurité Incendie dans les Etablissements Recevant du Public LES PETITS HOTELS Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie JURIDIQUE Date : 29/10/11 N : 37.11 Règlement de Sécurité Incendie dans les Etablissements Recevant du Public LES PETITS HOTELS Un arrêté du 26 octobre

Plus en détail

Annexe vade-mecum Règles Pratiques en matière de sécurité incendie

Annexe vade-mecum Règles Pratiques en matière de sécurité incendie Annexe vade-mecum Règles Pratiques en matière de sécurité incendie La nouvelle réglementation concernant la réaction au feu (Annexe 5 AR 12/07/2012). Prescriptions concernant les traversées résistantes

Plus en détail

CALFEUTREMENT. 92038 PARIS LA DEFENSE CEDEX - Tél : 01 47 17 69 37 - Fax : 01 47 17 69 37 www.ufme.fr

CALFEUTREMENT. 92038 PARIS LA DEFENSE CEDEX - Tél : 01 47 17 69 37 - Fax : 01 47 17 69 37 www.ufme.fr CALFEUTREMENT DES MENUISERIES Document d information Déc. 2014 RECOMMANDATIONS G É N É R A L E S P O U R LA MISE EN ŒUVRE DES FENÊTRES ET PORT ES EXTÉRIEURES DANS LES CONSTRUCTIONS NEUVES OU EN RÉNOVATION

Plus en détail

NOTICE DE SÉCURITÉ. Document mis à jour le 10.05.2012

NOTICE DE SÉCURITÉ. Document mis à jour le 10.05.2012 NOTICE DE SÉCURITÉ concernant les ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC du (5 ème catégorie) conformément au Code de l'aménagement de la Polynésie Française Document mis à jour le 10.05.2012 01 - PRÉSENTATION

Plus en détail

Isoler les gaines techniques

Isoler les gaines techniques ROCKplak - rockcalm est un complexe isolé en laine de roche mono densité rigide collé à 2 parements en plaque de plâtre 12,5 mm hydrofugé à bords amincis. ROCKCALM est un panneau de laine de roche mono

Plus en détail

CATALOGUE MP ACOUSTIQUE CATALOGUE MP ACOUSTIQUE 2011/2012. Plafonds acoustiques. Traitement absorbant mural. Cloisons acoustiques

CATALOGUE MP ACOUSTIQUE CATALOGUE MP ACOUSTIQUE 2011/2012. Plafonds acoustiques. Traitement absorbant mural. Cloisons acoustiques CATALOGUE MP ACOUSTIQUE 2011/2012 Plafonds acoustiques Traitement absorbant mural Cloisons acoustiques 1 Table des matières Présentation de la société :... 3 Proposition de MP Acoustique :... 3 Qu est-ce

Plus en détail

Le dernier niveau est à moins de 8 m du sol

Le dernier niveau est à moins de 8 m du sol Page 1 Code du travail (articles R. 235-4) Les bâtiments doivent être conçus et réalisés de manière à permettre, en cas de sinistre : - l'évacuation rapide de la totalité des occupants dans des conditions

Plus en détail

Isolation des toitures terrasses en bois

Isolation des toitures terrasses en bois 4 ème Forum International Bois Construction 2014 Isolation des toitures terrasses en bois J. Lamoulie 1 Isolation des toitures terrasses en bois Julien Lamoulie Institut Technologique FCBA FR-Bordeaux

Plus en détail

Les marques de Qualité. La marque NF Bureau. La certification de Produit. La traçabilité. Le classement au feu. L environnement

Les marques de Qualité. La marque NF Bureau. La certification de Produit. La traçabilité. Le classement au feu. L environnement La démarche Qualité Les marques de Qualité La marque NF Bureau La certification de Produit La traçabilité Le classement au feu L environnement La démarche de certification Le système qualité mis en place

Plus en détail

DESCRIPTIF BUREAUX (BATIMENTS D ET E) NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE

DESCRIPTIF BUREAUX (BATIMENTS D ET E) NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE DESCRIPTIF BUREAUX (BATIMENTS D ET E) NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE Notice descriptive sommaire 1 1. CONCEPTION DU BATIMENT Locaux à usage de bureaux assujettis au code du Travail et ERP 5 ème catégorie

Plus en détail

Institut technologique FCBA : Forêt, Cellulose, Bois - construction, Ameublement

Institut technologique FCBA : Forêt, Cellulose, Bois - construction, Ameublement Renforcer la compétitivité des entreprises françaises des secteurs forêt, bois, pâte à papier, bois construction, ameublement face à la mondialisation et à la concurrence inter-matériaux Institut technologique

Plus en détail

Relevé des avis Rendus lors de la réunion du 2 avril 2009 de la sous-commission permanente de la Commission centrale de sécurité

Relevé des avis Rendus lors de la réunion du 2 avril 2009 de la sous-commission permanente de la Commission centrale de sécurité DIRECTION DE LA SECURITE CIVILE SOUS DIRECTION DE LA GESTION DES RISQUES Bureau de la Réglementation incendie Et des Risques de la Vie courante DSC/SDGR/BRIRVC/PA Affaire suivie par : Lieutenant-colonel

Plus en détail

Essais de résistance au feu

Essais de résistance au feu Essais de résistance au feu Cloisons 98-48 avec plaques de plâtre EI60 (coupe feu 1heure) DTU 25-41 Livret technique 4 - Octobre 2009 Le Service Recherche & Développement SOMMAIRE Préambule page 3 Construire

Plus en détail

ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE sans locaux à sommeil

ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE sans locaux à sommeil EXEMPLE DE NOTICE DE SECURITE INCENDIE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE sans locaux à sommeil NOTA : Cet exemple de notice est un document simplifié. Des renseignements complémentaires

Plus en détail

thermique (m².k/w) Nombre de panneaux / palette Nombre de Résistance m²/ palette Epaisseur totale (panneau + 2 parements) Plaque standard

thermique (m².k/w) Nombre de panneaux / palette Nombre de Résistance m²/ palette Epaisseur totale (panneau + 2 parements) Plaque standard Panneau sandwich en laine de roche mono densité et plaques de plâtre standard ou hydrofugé. le + produit : des performances acoustiques testées en laboratoire. CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES Performances

Plus en détail

>I Maçonnerie I ESCALIERS MAISON INDIVIDUELLE

>I Maçonnerie I ESCALIERS MAISON INDIVIDUELLE ESCALIERS >I Maçonnerie I Sommaire Terminologie Textes de référence Mise en œuvre Conception Finition Produits Cahier des Clauses Techniques Particulières Terminologie Ouvrage de circulation verticale

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Responsable: Dr. GHOMARI Fouad COMPORTEMENT AU FEU DU BETON. Le feu est

Plus en détail

Chauffage par «Plafond Rayonnant Modulaire» (PRM)

Chauffage par «Plafond Rayonnant Modulaire» (PRM) Commission chargée de formuler des Avis Techniques Groupe Spécialisé n 14 «Installations de Génie Climatique et Installations Sanitaires» Chauffage par «Plafond Rayonnant Modulaire» (PRM) Cahier des Prescriptions

Plus en détail

OU EST L AMIANTE? Service risques professionnels DIRECCTE RHONE ALPES avril 2011

OU EST L AMIANTE? Service risques professionnels DIRECCTE RHONE ALPES avril 2011 OU EST L AMIANTE? Service risques professionnels DIRECCTE RHONE ALPES avril 2011 Localisation des composants dans la construction 1. Toiture et étanchéité 2. Parois verticales extérieures 3. Parois verticales

Plus en détail

L amiante c est où? 2

L amiante c est où? 2 L amiante c est où? 2 1. Toiture et étanchéité L amiante c est où? 2. Parois verticales extérieures 3. Parois verticales intérieures 4. Plafonds et faux plafonds 5. Planchers et planchers techniques 6.

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE POUR LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE POUR LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE POUR LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC Préambule : Cette notice concerne les dispositions essentielles de sécurité à prévoir en fonction du classement de l'établissement

Plus en détail

Eurotoit, le panneau haute performance pour l isolation thermique des toitures par l extérieur

Eurotoit, le panneau haute performance pour l isolation thermique des toitures par l extérieur Eurotoit, le panneau haute performance pour l isolation thermique des toitures par l extérieur Adapté au marché du neuf et de la rénovation en climat de plaine et de montagne. isolation thermique par l

Plus en détail

TechnoWand Bien plus que des cloisons

TechnoWand Bien plus que des cloisons TechnoWand Bien plus que des cloisons TechnoWand : Bien plus que des cloisons La société TechnoWand, établie à Aalten aux Pays-Bas, produit depuis 1994 des cloisons amovibles, modulaires, destinées à l

Plus en détail

Réglementation. Protection incendie - désenfumage. 1 - Limiter la propagation du feu. 2 - Faciliter l évacuation des personnes

Réglementation. Protection incendie - désenfumage. 1 - Limiter la propagation du feu. 2 - Faciliter l évacuation des personnes principe Les objectifs des règlements contre les risques d incendie sont de préserver la sécurité des biens et des personnes : en limitant les risques de naissance et de propagation du feu, en facilitant

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) Réhabilitation Energétique de 89 logements ANCENIS Résidence «Les Capucines»

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) Réhabilitation Energétique de 89 logements ANCENIS Résidence «Les Capucines» Société Anonyme d HLM à Conseil d Administration 138Boulevard Des Deux Croix BP 83209 49 017 ANGERS Cedex 02 Téléphone 02 41 33 75 90 Télécopie 02 41 33 73 98 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

Plus en détail

ACOUSTIQUE DES CLOISONS

ACOUSTIQUE DES CLOISONS ISOLATION ACOUSTIQUE DES CLOISONS MOBILES, DÉMONTABLES ET AMOVIBLES Plafonds suspendus et barrières phoniques 1 ISOLATION ET ABSORPTION ACOUSTIQUE Ne pas confondre! Un matériau peut être caractérisé par

Plus en détail

>I Maçonnerie I Escaliers

>I Maçonnerie I Escaliers ESCALIERS >I Maçonnerie I Sommaire Terminologie Textes de référence Mise en œuvre Conception Finition Produits Cahier des Clauses Techniques Particulières g Terminologie n Ouvrage de circulation verticale

Plus en détail

Commission du règlement de construction (Article R. 111-16-1 du CCH)

Commission du règlement de construction (Article R. 111-16-1 du CCH) FICHES TECHNIQUES N QUESTION (1) DATE DE VALIDATION COMMISSION OBJET 07-03-001 23 novembre 2007 Classement des bâtiments d habitation Bâtiments d habitation de la 3e famille A 07-03-002 23 novembre 2007

Plus en détail

réaménagement des locaux de la maison de l'emploi Fred PETR architectes LOT CL - Page n 1 / 6

réaménagement des locaux de la maison de l'emploi Fred PETR architectes LOT CL - Page n 1 / 6 réaménagement des locaux de la maison de l'emploi Fred PETR architectes LOT CL - Page n 1 / 6 LOT N 4 CLOISONS - PLAFONDS Sommaire Chapitre I - PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES...2 Chapitre II -

Plus en détail

Sécurité incendie. Outils et guides à disposition des entreprises

Sécurité incendie. Outils et guides à disposition des entreprises Sécurité incendie Outils et guides à disposition des entreprises Union des Métiers du Bois UMB FFB Etats Généraux du bois Angers 2014 R. Maufront Guide de la sécurité incendie pour les menuisiers agenceurs

Plus en détail

CLOISONS ET CONTRE-CLOISONS EN PLAQUES DE PLÂTRE DANS LES CONSTRUCTIONS À OSSATURE BOIS.

CLOISONS ET CONTRE-CLOISONS EN PLAQUES DE PLÂTRE DANS LES CONSTRUCTIONS À OSSATURE BOIS. FICHE CONSEIL N 9 CLOISONS ET CONTRE-CLOISONS EN PLAQUES DE PLÂTRE DANS LES CONSTRUCTIONS À OSSATURE BOIS. Ce document précise les dispositions constructives des cloisons et contre-cloisons en plaques

Plus en détail

www.sih.fr Solutions pour toitures avec étanchéité EOLHIS pneumatique + accès toiture Également disponible en ISOLHIS U w = 2 W/m 2.

www.sih.fr Solutions pour toitures avec étanchéité EOLHIS pneumatique + accès toiture Également disponible en ISOLHIS U w = 2 W/m 2. Solutions pour toitures avec étanchéité EOLHIS pneumatique + accès toiture Dispositif d Évacuation Naturelle de Fumées et de Chaleur DENFC Également disponible en ISOLHIS U w = 2 W/m 2.K* FONCTIONS STANDARDS

Plus en détail

LES QUALITES DES ISOLANTS QU APPELLE -T- ON ISOLANT THERMIQUE? LES PRINCIPAUX ISOLANTS THERMIQUES

LES QUALITES DES ISOLANTS QU APPELLE -T- ON ISOLANT THERMIQUE? LES PRINCIPAUX ISOLANTS THERMIQUES LES QUALITES DES ISOLANTS QU APPELLE -T- ON ISOLANT THERMIQUE? LES PRINCIPAUX ISOLANTS THERMIQUES C.F-S.P page 1 Pourquoi l isolation thermique? En 1973 les pays européens subissent le premier choc pétrolier.

Plus en détail

Plan : Introduction : Quelques remarques préliminaires 1) Les dispositions applicables aux établissements à modifier

Plan : Introduction : Quelques remarques préliminaires 1) Les dispositions applicables aux établissements à modifier L arrêté du 24 juillet 2006 Plan : Introduction : Quelques remarques préliminaires 1) Les dispositions applicables aux établissements à modifier 1.1) La détection automatique incendie 1.2) La protection

Plus en détail

L isolation thermique et acoustique des planchers entre locaux chauffés et locaux non chauffés

L isolation thermique et acoustique des planchers entre locaux chauffés et locaux non chauffés L isolation thermique et acoustique des planchers entre locaux chauffés et locaux non chauffés Gérard SIMIAN - Jacques DALIPHARD - Pascal LOCOGE Colloque CIDB du 26 novembre 2008 Bâtiments existants Les

Plus en détail

Constructions à ossature bois et plaques Placo

Constructions à ossature bois et plaques Placo 0 Constructions à ossature H0 00 Constructions à ossature bois et plaques Placo Juin 0 Description Les plaques de plâtre Placo, standard ou techniques, sont un complément naturel aux constructions à ossature

Plus en détail

Les toitures inclinées

Les toitures inclinées Les toitures inclinées 1. Introduction Les toitures inclinées sont aussi appelées : toitures sèches : c'est à dire qu'elles comportent un espace de ventilation toitures froides : c'est à dire qu'elles

Plus en détail

ANNEXE 4-7 Les éléments non structuraux et leur dimensionnement Bâtiment à risque «normal»

ANNEXE 4-7 Les éléments non structuraux et leur dimensionnement Bâtiment à risque «normal» ANNEE 4-7 Les éléments non structuraux et leur dimensionnement Bâtiment à risque «normal» Définition des familles d éléments non structuraux du cadre bâti 1 Les éléments constitutifs du bâtiment sont

Plus en détail

>I En savoir plus I Le feu

>I En savoir plus I Le feu n L incendie d un bâtiment est la résultante de nombreux facteurs. Il entre dans son premier état, dit de démarrage, si trois conditions sont remplies : défaillance des installations d alarme, proximité

Plus en détail

Notice descriptive de sécurité pour les Établissements Recevant du Public

Notice descriptive de sécurité pour les Établissements Recevant du Public Notice descriptive de sécurité pour les Établissements Recevant du Public Version 2015-1 Sommaire Préambule Page 3 Renseignements principaux Page 4 Renseignements nécessaires à la bonne compréhension du

Plus en détail

Pour les cloisons et les doublages de murs non traditionnels, on se référera aux Avis Techniques formulés sur ces procédés.

Pour les cloisons et les doublages de murs non traditionnels, on se référera aux Avis Techniques formulés sur ces procédés. MISE EN ŒUVRE (ISONAT FACILE A POSER) ISOLATION DES MURS Le produit ISONAT se pose conformément aux règles de l art et aux DTU tels que : DTU 20-1 : Parois et murs en maçonnerie de petits éléments, DTU

Plus en détail

C.C.T.P. Construction d une crèche associative «Lei minòts» Lot n 4 Cloisons - Plâtrerie - Faux plafonds

C.C.T.P. Construction d une crèche associative «Lei minòts» Lot n 4 Cloisons - Plâtrerie - Faux plafonds Construction d une crèche associative «Lei minòts» M.I.N. d Avignon Maitre d ouvrage : association Les Maisons du Monde C.C.T.P. Lot n 4 Cloisons - Plâtrerie - Faux plafonds Décembre 2010 Lot n 4 Cloisons

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION sécurité incendie Réglementation et mise en sécurité incendie des bâtiments d habitation > Bâtiments d habitation > Parcs de stationnement > s - foyers Sécurité incendie dans

Plus en détail

Liste indicative des produits

Liste indicative des produits 07/06/2013 Liste indicative des s entrant dans le champ d application du décret n 2011 321 du 23 mars 2011 relatif à l étiquetage des s de construction ou de revêtement de mur ou de sol et des peintures

Plus en détail

2 RÉGLEMENTATION INCENDIE

2 RÉGLEMENTATION INCENDIE 2 ÉGLEMENTATION INCENDIE Il existe en France deux types de réglementations : concernant le comportement des éléments de construction : la résistance au feu ; concernant les matériaux : la réaction au feu.

Plus en détail

Solutions d isolation thermique. isolant thermique ITI. polyuréthane. mur. contre-cloison. efimur

Solutions d isolation thermique. isolant thermique ITI. polyuréthane. mur. contre-cloison. efimur Solutions d isolation thermique isolant thermique ITI polyuréthane mur contre-cloison efimur efimur Introduction, économie et performance confort économie performance D 0,022 W/(m.K) Efimur est un produit

Plus en détail

Les 2 Rencontres Nationales. 25 & 26 juin 2013

Les 2 Rencontres Nationales. 25 & 26 juin 2013 Les 2 Rencontres Nationales 25 & 26 juin 2013 Etanchéité à l air RT 2012 rappel Objectif de la RT 2012 Réduire les consommations d énergie et les émissions de gaz à effet de serre Cep < 50 kwh/m 2 /an

Plus en détail

UBAtc FEUILLET D'INFORMATION COMPORTEMENT AU FEU DES TOITURES PLATES L APPROCHE ATG. Union belge pour l Agrément technique dans la construction 98/1

UBAtc FEUILLET D'INFORMATION COMPORTEMENT AU FEU DES TOITURES PLATES L APPROCHE ATG. Union belge pour l Agrément technique dans la construction 98/1 FEUILLET D'INFORMATION Union belge pour l Agrément technique dans la construction 98/1 COMPORTEMENT AU FEU DES TOITURES PLATES L APPROCHE ATG Dans l AR du 19.12.1997 fixant les normes de base auxquelles

Plus en détail

Les registres coupe-feu

Les registres coupe-feu Les registres coupe-feu Installez avec soin Comment assurer une installation conforme Pour obtenir des exemplaires de cette publication, adressez-vous à la Direction des communications de la Régie du bâtiment

Plus en détail

Note d information n 15

Note d information n 15 Commission chargée de formuler des Avis Techniques Groupe Spécialisé n 2 Groupe Spécialisé n 7 Constructions, façades et cloisons légères Produits et systèmes d étanchéité et d isolation complémentaire

Plus en détail

A- CLASSEMENT DE L ETABLISSEMENT Il s agit d un établissement de Type U «Etablissement de soins sans hébergement»

A- CLASSEMENT DE L ETABLISSEMENT Il s agit d un établissement de Type U «Etablissement de soins sans hébergement» MAITRE D OUVRAGE COMMUNAUTE DE COMMUNES DES PLAINES ET VALLEES DUNOISES Mairie de Donnemain Saint Mamès 28200 Donnemain Saint Mamès Objet : Permis de construire «POLE SANTE D EQUILIBRE» Construction d

Plus en détail

Textes généraux. Ministère de l économie, des finances et de l industrie

Textes généraux. Ministère de l économie, des finances et de l industrie J.O n 12 du 15 janvier 1998 page 623 texte n Textes généraux Ministère de l économie, des finances et de l industrie Décret no 98-28 du 8 janvier 1998 relatif à la composition du cahier des clauses techniques

Plus en détail

1.21 SYNTHÈSE ERP. ÉTABLISSEMENTS DE 5e CATÉGORIE (PETITS ÉTABLISSEMENTS) Dispositions administratives

1.21 SYNTHÈSE ERP. ÉTABLISSEMENTS DE 5e CATÉGORIE (PETITS ÉTABLISSEMENTS) Dispositions administratives Arrêté du 22 juin 1990 modifié (articles PE) ÉTABLISSEMENTS DE 5e CATÉGORIE (PETITS ÉTABLISSEMENTS) SYNTHÈSE F I C H E 1.21 ERP Les établissements dits de 5e catégorie, c est-à-dire dont l effectif du

Plus en détail

LOT N 8 - PLATRERIE ISOLATION

LOT N 8 - PLATRERIE ISOLATION CCTP LOT N 8 PLATRERIE ISOLATION Page 1 / 1 LOT N 8 - PLATRERIE ISOLATION CCTP LOT N 8 PLATRERIE ISOLATION Page 2 / 2 SOMMAIRE LOT N 8 - PLATRERIE ISOLATION...1 8.1 - GENERALITES TCE...3 8.2 - DOCUMENTS

Plus en détail

PERFORMANCES ACOUSTIQUES :

PERFORMANCES ACOUSTIQUES : FICHE CONSEIL N 10 PERFORMANCES ACOUSTIQUES : LES BONNES PRATIQUES DE MISE EN ŒUVRE. La performance acoustique des ouvrages en plaques de plâtre (cloison, contre-cloison, plafond) dépend non seulement

Plus en détail

Incendie. Incendie. Environnement réglementaire. Vitrages de protection contre l incendie. Résistance au feu

Incendie. Incendie. Environnement réglementaire. Vitrages de protection contre l incendie. Résistance au feu Le règlement de sécurité contre l incendie et la panique se préoccupe essentiellement de la protection des personnes. Le risque vital impose son application très rigoureuse. Il considère la réaction au

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE Dénomination de l'établissement : Gymnase des Closeaux Adresse principale : Petite voie des Fontaines 94.150 RUNGIS Maîtrise d ouvrage (Nom ou raison sociale) : Ville de

Plus en détail

Le présent document comporte 9 pages indissociables et dont la présente page est la page 1. Seule sa reproduction intégrale est autorisée.

Le présent document comporte 9 pages indissociables et dont la présente page est la page 1. Seule sa reproduction intégrale est autorisée. Fiche de domaine d emploi selon le Guide d Emploi des Isolants Combustibles dans les Etablissements Recevant du Public (ERP) Solution Constructive [STAP ETANCHE] Le présent document comporte 9 pages indissociables

Plus en détail

FERMACELL Montage cloison 1 S 21

FERMACELL Montage cloison 1 S 21 Domaines d application La cloison simple peau FERMACELL est une cloison de type distributif, non portante. Elle trouve son domaine d'application privilégié dans les cloisonnements pour la plus grande part

Plus en détail

A apposer sur tout produit mis sur le marché européen. A la fois un symbole, une déclaration et une attestation de conformité à une Directive

A apposer sur tout produit mis sur le marché européen. A la fois un symbole, une déclaration et une attestation de conformité à une Directive Le marquage proprement dit A apposer sur tout produit mis sur le marché européen A la fois un symbole, une déclaration et une attestation de conformité à une Directive N est pas une marque de qualité Obligatoire!

Plus en détail

DOUBLAGES DE MURS EN PLAQUES SUR OSSATURE INDEPENDANTE...

DOUBLAGES DE MURS EN PLAQUES SUR OSSATURE INDEPENDANTE... Référence : 11-14-00 PLATRERIE Page 10-1 PLATRERIE PRESCRIPTIONS PARTICULIERES 2 PRESTATIONS GÉNÉRALES À LA CHARGE DE L'ENTREPRISE... 2 ISOLATION... 2 ISOLATION DE PLAFOND PAR LAINE DE VERRE EN ROULEAU...

Plus en détail