LES COMPTES CONSOLIDÉS DU GROUPE MAIF

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES COMPTES CONSOLIDÉS DU GROUPE MAIF"

Transcription

1 RAPPORT ANNUEL 2009 MAIF LES DIRIGEANTS LE RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION LE RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES LES COMPTES DE L EXERCICE LES COMPTES CONSOLIDÉS DU GROUPE MAIF

2

3 SOMMAIRE MAIF pages 1. Les membres du conseil d administration et de la direction au 31/12/ Le conseil d administration 6 La direction 7 2. Le rapport du conseil d administration à l assemblée générale ordinaire annuelle Le rapport des commissaires aux comptes - extrait Les résolutions adoptées par l assemblée générale MAIF des 14 et 15 mai Les comptes de l exercice 38 Le compte de résultat au 31/12/ Le bilan au 31/12/ La liste des branches pratiquées en France 42 Les comptes consolidés du groupe MAIF 1. Le rapport de gestion du groupe MAIF L organigramme du groupe MAIF Les comptes consolidés Le rapport des commissaires aux comptes - extrait 52 3

4 RAPPORT ANNUEL MAIF

5 MAIF pages 1. Les membres du conseil d administration et de la direction au 31/12/ Le conseil d administration 6 La direction 7 2. Le rapport du conseil d administration à l assemblée générale ordinaire annuelle Le rapport des commissaires aux comptes - extrait Les résolutions adoptées Les comptes de l exercice 38 Le compte de résultat au 31/12/ Le bilan au 31/12/ La liste des branches pratiquées en France 42 5

6 RAPPORT ANNUEL 2009 MAIF 1 - LES MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET DE LA DIRECTION AU 31/12/2009 /// Le conseil d administration > Président-directeur général Roger Belot > Vice-présidents Louis Avinens James Meunier > Administrateurs délégués à la direction générale Pierre Guillot Dominique Mahé Dominique Thys > Administrateurs César Albertini Alain Borjon-Guillerminet Anne-Marie Bourjot-Henrard Angèle Cantié Christian Cortes Annick Couaillier Arnaud Courdesses Bertrand Gaget Dominique Jeuffrault Ali Kasmi Jean-Philippe Mariette Thierry Monminoux Yves Pellicier Alain Pennel Madelaine Person Christian Ponsolle Martine Roux 6

7 /// La direction DIRECTION GÉNÉRALE DE LA MAIF Pierre Guillot administrateur délégué Roger Belot président-directeur général Dominique Mahé administrateur délégué Pascal Demurger directeur Dominique Thys administrateur délégué Éric Berthoux directeur délégué Administratif et financier Christian Chaboud directeur délégué Système d information Thierry Couret directeur délégué Développement Jean-Pierre Mallet directeur délégué Assurance 7

8 RAPPORT ANNUEL 2009 MAIF 2 - RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE 2010 Faillite pour les uns, pertes colossales pour les autres, risque de grande dépression Fin 2008, la planète Finance menace de sombrer et le monde avec elle. Parnasse-MAIF, notre filiale d assurance vie, enregistre alors une hausse de 33 % du nombre d appels de sociétaires inquiets pour leur épargne. Comment allait être l année 2009? Dès janvier, la MAIF se montre rassurante. L essentiel de ses placements est constitué en parts d emprunts émis ou garantis par des États. Après examen approfondi de sa situation, et nonobstant quelques pertes et moins-values latentes, la mutuelle reste solide. Fin 2009, la crise est toujours là. Mais l année s achève de façon satisfaisante sur le plan financier, dans un environnement perturbé par les aléas climatiques et en dépit d une concurrence toujours aussi vive. Comment expliquer cette situation? Tout d abord, la MAIF n est pas cotée en bourse, elle ne rémunère pas d actionnaires. À aucun moment n a pesé la menace d une dépréciation de la valeur de l entreprise. Son modèle d entreprise de l économie sociale en est sorti conforté. Il est au service d une collectivité : il protège de la tentation du profit à court terme au bénéfice de quelques-uns. En 2009, la MAIF a réussi à maintenir ses parts de marché en assurance de biens et a réalisé une croissance significative en assurance de personnes. Ce fut aussi une bonne année pour le développement du sociétariat. Mais le millésime restera surtout dans les mémoires pour le nombre d événements marquants qui l ont jalonné. La création de Sferen, Société de groupe d assurance mutuelle, a été un événement majeur, qui officialise l alliance solidaire entre la MAIF, la MACIF et la MATMUT. Un champ de nouvelles coopérations et de synergies multiples a été créé, qui ne remet pas en cause les partenariats antérieurs, notamment celui avec la MGEN. Notre président, Roger Belot, souligne qu il s agit avant tout «d un projet politique, destiné à toujours mieux satisfaire les sociétaires et à promouvoir le modèle mutualiste que nous portons». Le conseil d administration salue la naissance d un «grand pôle», à la fois politique, économique et identitaire est aussi l année de lancement de produits financiers et bancaires originaux, dont pédagogie et solidarité sont les maîtres mots. Leur commercialisation a commencé sur une zone laboratoire, avec des premiers résultats très encourageants. La MAIF a poursuivi son ouverture, via la modification de l article 6 de ses statuts. Les collectivités territoriales, coopératives et mutuelles peuvent désormais choisir la MAIF comme mutuelle d assurance. Leurs salariés représentent deux millions de sociétaires potentiels. La MAIF traverse la crise avec la confiance renouvelée de ses sociétaires. Elle a obtenu en 2009, et pour la sixième année consécutive, la première place du podium TNS Sofres-BearingPoint de la relation-client. La mise en service d un nouvel outil de gestion de la relation améliorera encore notre qualité. Rendez-vous l année prochaine Enfin, 2009 restera aussi pour la MAIF l année d un dialogue interne approfondi. En effet, qu ils soient salariés ou mandataires du conseil d administration, les acteurs de la mutuelle ont eu l occasion, dans le cadre d une démarche de partage et d enrichissement mutuel, d échanger sur la stratégie du groupe MAIF. 8

9 Un engagement mutualiste riche Un sociétariat engagé La MAIF et ses sociétaires, qu ils soient adhérents, élus ou mandataires du conseil d administration, avancent du même pas. Une dynamique porteuse pour le conseil d administration, soutenu dans chacune de ses initiatives. /// Vie démocratique avec les élus des sociétaires Le dialogue entre le conseil d administration de la MAIF et les représentants élus des sociétaires a été particulièrement dense en En plus de leur participation à l assemblée générale ordinaire, les délégués ont été invités à réfléchir et à se prononcer sur deux sujets majeurs qu une assemblée générale extraordinaire, convoquée le 21 novembre à Paris a approuvés : l ouverture de la MAIF à de nouveaux publics (modification de l article 6 des statuts) ; la constitution d une Société de groupe d assurance mutuelle (Sgam) entre les trois mutuelles MAIF, MACIF et MATMUT. > Modification de l article 6 des statuts L article 6 des statuts définit les conditions d adhésion à la MAIF pour les personnes physiques et, depuis 1954, pour les personnes morales. Le champ du sociétariat s est progressivement élargi depuis l origine de la mutuelle, mais il a toujours été défini de façon corporatiste, en référence à la profession exercée par les personnes. Depuis plusieurs années, le conseil d administration a observé que le partage de valeurs communes, davantage que l activité professionnelle, forge la mutualité. Des salariés du secteur social et humanitaire peuvent ainsi, depuis l assemblée générale extraordinaire de 2003, rejoindre la mutuelle. Trois principes ont guidé le conseil d administration dans sa réflexion sur la poursuite de la politique d ouverture de la MAIF : ouvrir des champs de recrutement supplémentaires, fidéliser les sociétaires, assurer la cohérence de développement du groupe. Une première proposition du conseil d administration a permis de lancer le débat avec les élus des sociétaires. Un cycle de réunions, au printemps et à l automne, a permis de discuter et amender ce projet, jusqu à aboutir à la version finale, proposée au vote de l assemblée générale extraordinaire. Cette dernière a adopté l ensemble des modifications statutaires, avec une majorité allant de 91,8 % à 98 %. À compter du 1 er janvier 2010, la MAIF s est donc ouverte : aux collectivités territoriales : cette résolution importante a été suggérée par les lois de décentralisation et leurs conséquences réglementaires. La MAIF est le premier assureur d établissements d enseignement en France. Demain, il est probable que l assurance de ces établissements soit noyée dans des appels englobant des risques beaucoup plus larges. L ouverture aux collectivités territoriales (communes, départements et régions) permettra à la MAIF de répondre à ces appels d offres ; aux mutuelles et coopératives, au secteur social : les statuts de la MAIF ne lui permettaient d assurer, dans la famille de l économie sociale, que les associations et fondations. Pour devenir l assureur clé des entreprises de l économie sociale, la MAIF devait s ouvrir aux coopératives et aux mutuelles sans caractère confessionnel : c est fait. Parallèlement, le conseil d administration souhaitait poursuivre l ouverture au secteur social, amorcée en Cette ouverture est désormais totale. Elle ouvre aux personnes morales un champ de recrutement supplémentaire via les entreprises et organismes du logement social (Offices publics de l habitat ) ou de la protection sociale (Caisses d assurance-maladie ) ; «Sociétaire un jour, sociétaire toujours» : l alinéa «e» de l article 6 a été abrogé. Si l exercice d une profession statutaire est toujours requis pour devenir sociétaire, la perte de cette profession 9

10 RAPPORT ANNUEL 2009 MAIF 2- Rapport du conseil d administration à l assemblée générale ordinaire 2010 (par démission ou licenciement) n entraînera plus la radiation de la mutuelle. > MAIF-MACIF-MATMUT : naissance de Sferen, pôle 100 % mutualiste Révélé le 19 mars au matin, le projet de création d une société de groupe d assurance mutuelle (Sgam) entre la MAIF, la MACIF et la MATMUT a été l un des événements marquants du paysage de l assurance française en Naissance d un «géant», d un «mastodonte», du «n 1 de l assurance auto», «fusion de trois mutuelles» la présentation du projet dans les médias a révélé un certain nombre de malentendus et d erreurs, corrigés par une conférence de presse donnée par les présidents des trois mutuelles dès le 24 mars. Né en 2001 sur demande du Gema (Groupement des entreprises mutuelles d assurance), le statut de Sgam a été créé pour permettre le rapprochement des entreprises de personnes, dont il respecte le fonctionnement. Les trois mutuelles conservent donc notamment leur identité, leur gouvernance et leur réseau de distribution : il ne s agit pas d une fusion. L ambition commune est politique et économique entre partenaires historiques ayant déjà collaboré dans de nombreux domaines (assistance, crédit ) et partageant des valeurs communes. Objectifs politiques À travers la Sgam, MAIF, MACIF et MATMUT souhaitent construire un pôle mutualiste puissant, pour accroître le rayonnement et la visibilité de l économie sociale, la rendre incontournable aux yeux des pouvoirs publics. La Sgam reste ouverte : d autres mutuelles d assurance ou de santé et des institutions de prévoyance pourront la rejoindre. Au service des sociétaires : ce grand projet a été conçu dans l intérêt des sociétaires des trois mutuelles. Eux-mêmes sont confrontés à la crise et traversent des temps difficiles. Ils attendent une qualité d offre et de services encore renforcée, capable de développer leur confiance dans le présent et dans l avenir. La MAIF et ses partenaires entendent jouer pleinement ce rôle, pour les accompagner, sécuriser leurs projets et être à la hauteur de leurs attentes. L objectif, plus que jamais, est de renforcer la solidité et la compétitivité. Objectifs économiques et opérationnels La constitution d un groupe de dimension européenne ouvre une série de possibilités économiques et opérationnelles pour les affiliées : Les trois mutuelles instaurent entre elles des liens de solidarité financière durables. Si l une est en difficulté, les deux autres se porteront à son secours. C est un gage de pérennité supplémentaire pour chacune des affiliées. Réaliser des économies d échelle (achats en commun), augmenter le volume d affaires pour favoriser les négociations avec les fournisseurs et prestataires (réparateurs partenaires, réassurance ). Coopérer, construire ensemble, plus vite et à moindre coût, des offres d assurance, de réassurance et de prévoyance. Partager les meilleures pratiques, échanger les expériences. Les réunions préparatoires à l assemblée générale PERSPECTIVES Les statuts de la MAIF prévoient que si une personne morale peut adhérer, alors ses salariés peuvent devenir sociétaires. Le scénario d ouverture adopté en 2009, riche de perspectives pour le secteur des personnes morales, ouvre également un large champ potentiel de sociétaires personnes physiques. 10

11 extraordinaire avec les élus des sociétaires ont été riches d échanges, chacun voulant s assurer que cette décision de la MAIF d adhérer à la Sgam n entraînerait ni perte de souveraineté, ni risque financier majeur. Au final, le projet a été approuvé par 90,7 % des élus lors de l assemblée générale extraordinaire. Les élus de la MACIF et de la MATMUT ont également apporté leur pierre à l édifice, en approuvant eux aussi la création de la Sgam et l adhésion de leur mutuelle. C est ainsi qu est née la Sgam Sferen, le 8 décembre 2009, jour de son assemblée générale constitutive. Son premier président est Roger Belot, élu pour deux ans. > Évolution de la vie démocratique Depuis la réforme de l an 2000 instaurant une démocratie représentative, le conseil d administration de la MAIF a développé une politique volontariste de renforcement du lien entre la MAIF et les élus des sociétaires. Notamment, 17 mesures avaient été décidées en décembre Une commission Vie démocratique, créée en mars 2008 au sein du conseil d administration, est chargée du suivi de ces mesures. Les avancées réalisées : chaque élu des sociétaires est doté d une adresse électronique en maif.fr, permettant le dialogue avec les sociétaires ; les sociétaires peuvent obtenir très rapidement les coordonnées de leurs élus, en se connectant sur le site MAIF ou en contactant leur délégation départementale ; une plate-forme d échanges virtuels a été testée avec succès auprès de 50 délégués. D où l idée de lancer, en 2010, un blog accessible à tous les sociétaires, sur le thème «Comment voyez-vous la MAIF en 2020?» ; la base Écoute des sociétaires, qui permet de faire remonter les échos du terrain jusqu au conseil d administration, est de plus en plus réactive, les délais de réponse s amenuisent ; les pages Adhésion en ligne du site internet de la MAIF ont été enrichies par des vidéos mettant en scène des mandataires du conseil d administration expliquant les raisons de leur engagement et le fonctionnement de la mutuelle ; une page Vie démocratique a été créée dans MAIF magazine ; le format des réunions des élus a été remodelé de façon à accroître les échanges et à les rendre encore plus constructifs. Enfin, des élus ont été, et continueront d être, associés aux projets liés à l offre et impulsés par la direction du Marketing. COOPÉRATIONS MAIF, MACIF et MATMUT s engagent prioritairement à étudier des coopérations dans les domaines suivants : services à la personne, réassurance, achats hors assurance, achats assurance, assurance emprunteur, assurance vie, gestion d actifs. 11

12 RAPPORT ANNUEL 2009 MAIF 2- Rapport du conseil d administration à l assemblée générale ordinaire 2010 /// Mandataires du conseil d administration : nouvelles perspectives dans l entreprise multicanal Les mandataires du conseil d administration de la MAIF (correspondants et délégués départementaux) sont les maillons indispensables de la relation avec les sociétaires à l échelon local. Une vaste réflexion est conduite pour adapter leurs missions aux évolutions des attentes des sociétaires, pour qui le téléphone et l internet sont devenus des instruments banals de relation. > Le suivi de l université d été des mandataires du conseil d administration À la suite de l université d été 2008, sept propositions/suggestions traduisant le point de vue militant ont été présentées au conseil d administration puis aux directions métiers. Ces propositions ont été ensuite confrontées aux orientations et/ou réflexions en cours. Les propositions : accroître la connaissance chez les mandataires des attentes sociétaires ; valoriser la différenciation MAIF dans la politique d offre ; valoriser la différenciation MAIF au cours de la relation sociétaire ; faire évoluer la composition du groupe social des militants ; affirmer les rôles des militants au sein de la MAIF ; affirmer la MAIF comme «institution militante» ; étendre l influence de la MAIF. À la suite de ces propositions, des engagements ont été pris et des travaux d approfondissement sont menés, tant par les directions métiers que par le conseil d administration. > Un cas pratique : la médiation de proximité Dans la démarche d amélioration de la qualité des prestations offertes au sociétaire, il a été décidé de renforcer l intervention des mandataires du conseil d administration en les intégrant dans un processus défini de médiation de proximité visant, notamment, à prévenir l insatisfaction du sociétaire. Le processus doit permettre d optimiser les relations entre toutes les entités, d harmoniser les actions et d améliorer la remontée d information. Les nouvelles modalités ont été présentées aux réunions régionales des correspondants et délégués départementaux et ont été accueillies favorablement. Elles vont être testées en 2010 auprès de délégations, centres de gestion et groupes Personnes morales, afin d être déployées avant la fin de l année. Les objectifs principaux : prévenir l insatisfaction du sociétaire, notamment en alertant l équipe militante en amont de crises pressenties et lorsque l argument technique ne suffit plus ; partager plus efficacement l information en cas de détresse d un sociétaire (perte accidentelle d un proche, difficultés financières, incendie nécessitant relogement ). Cette attention permanente à la satisfaction du sociétaire est source de progrès. À noter que le sociétaire sera toujours en mesure d adresser une réclamation au président ou au médiateur. > Dispositif des relations institutionnelles Dans un contexte concurrentiel de plus en plus difficile, la MAIF est confrontée à de multiples défis. Elle entend, notamment, rester l assureur de référence du monde éducatif et conforter son leadership en assurance des associations. Elle doit aussi attirer les prospects personnes physiques en valorisant la marque «assureur militant». Fin 2008, le conseil d administration a défini un dispositif dit d influence, de nature à favoriser l atteinte de ses objectifs. Il confère aux mandataires du conseil d administration de nouvelles missions qui les définissent, plus que jamais, comme «militants» de la MAIF et de l économie sociale. Il leur revient d aller audevant des acteurs locaux du monde de l éducation, de la vie politique et de la vie associative, pour accroître la notoriété et la visibilité de la MAIF 12

13 en tant qu assureur de qualité, porteur d une vraie différence : en expliquant son cœur de métier, ses valeurs, son identité ; en exposant sa vision de la mutualité, sa philosophie du risque, son empathie dans la relation avec nos sociétaires. La stratégie d influence s exerce dans les régions : ce découpage coïncide avec celui des académies et des Chambres régionales d économie sociale. Elle s exerce aussi au niveau national et européen. Les intérêts de la MAIF et des autres entreprises de l économie sociale seront défendus en permanence, dans les régions comme au sommet de l État. L alliance avec la MACIF et la MATMUT donnera encore plus de poids à ce discours. /// Des sociétaires plus engagés La MAIF existe par et pour le sociétaire. Au cœur des préoccupations de la mutuelle pour la conception et la mise en œuvre des produits et services, il est aussi à la base de l organisation démocratique de la MAIF. > Élection des délégués des sociétaires de la division B En 2009, ont été élus pour trois ans les 250 délégués des sociétaires de la division B (Grand Est) sociétaires ont voté sur les inscrits, soit un taux de participation de 35,77 % qui s avère important pour ce type d élection et qui manifeste l attachement des sociétaires au modèle MAIF. Ces élections ont été l occasion d introduire le vote «blanc» et de donner la possibilité de voter par internet. 6,6 % des sociétaires qui ont voté ont choisi ce canal qui, dans une logique d économie et de développement durable, sera développé au cours des prochains scrutins. Les 94,2 % de voix obtenues par les listes présentées par le conseil d administration (5,5 % de votes blancs et 0,3 % de votes nuls) témoignent de la force de l adhésion des sociétaires à la profession de foi des candidats et à la politique mise en œuvre par le conseil d administration. Même si elle reste encore trop éloignée de l objectif de parité du conseil d administration, il est à noter une meilleure représentation des femmes (22 % contre 19 % en 2006 pour cette même division). > Des sociétaires acteurs La MAIF a développé chez les sociétaires, selon l attachement qu ils manifestent à la mutuelle, la possibilité d orienter leurs proches vers le groupe MAIF : la mutuelle, Filia-MAIF ou Parnasse-MAIF. Par ailleurs, les sociétaires de sept délégations ont été invités à s associer à une expérience d un nouveau mode d exercice de la solidarité pour les aléas de la vie hors assurance. Le bilan de ces 2 initiatives sera réalisé en > Des actions mutualistes créatrices de lien 2009 a été une année riche de rencontres entre la MAIF et son public : plus de sociétaires et prospects se sont déplacés pour échanger avec des spécialistes sur des sujets de société. Deux thèmes ont été introduits cette année : «L école devient-elle un grand marché?» et «Notre relation à l argent : une affaire complexe». MAIF Solutions financières a décliné ce concept de réunions publiques avec ses conférences «Les clés du patrimoine», qui attirent également un large public. Ces rendez-vous rapprochent la MAIF de ses sociétaires : les équipes départementales, soutenues par le siège social, leur consacrent beaucoup d énergie pour que chacune soit une réussite. > Mutualité 2.0 Les réseaux sociaux du web 2.0 réinventent la coopération, l échange et le partage. C est une opportunité pour la MAIF : l internet ouvre une voie évidente pour poursuivre et vivifier l aventure mutualiste. Une plateforme d échanges entre les sociétaires, leurs élus et la MAIF a donc été mise en place en 2009, en guise de test. L idée était de recueillir l avis des sociétaires sur la mise en place d une plateforme de dialogue web 2.0. Les participants ont plébiscité le dispositif, qui ouvre une nouvelle perspective aux débats dans la MAIF de demain. 13

14 RAPPORT ANNUEL 2009 MAIF 2- Rapport du conseil d administration à l assemblée générale ordinaire 2010 Engagement sociétal et mutualiste L engagement sociétal de la MAIF a pris une nouvelle tournure en Déjà engagée sur tous les fronts du développement durable, la mutuelle s est appliquée à créer des solidarités nouvelles entre les sociétaires ou en faveur de causes d intérêt général. /// De nouvelles initiatives > De l éthique à l étiquette La MAIF est membre fondateur de l Association pour la transparence et l étiquetage des produits financiers et d assurance (Atepf), aux côtés de la MACIF, des Caisses d Epargne, de l Ademe, de WWF, Des Amis de la Terre et de Testé pour vous. Le but de cette structure est de sensibiliser les consommateurs, de les informer sur la réalité des contrats auxquels ils souscrivent. Il s agit d une démarche de transparence, susceptible de renforcer l image militante de la MAIF et d attirer les consomm acteurs vers les produits MAIF. Une des missions de l association a été de définir une méthodologie compréhensible pour le consommateur et reproductible par tous les banquiers et assureurs. Les premiers travaux de ce projet en cours de développement ont fourni quelques pistes. Un contrat d assurance pourrait, par exemple, être noté en fonction : du degré de protection apporté aux assurés (personnes et/ou biens) ; des engagements de l assureur (lisibilité du contrat, qualité des process, accessibilité tarifaire, solidarité ) ; de son impact environnemental (émissions de CO 2 liées aux placements financiers et aux processus de gestion du contrat, recyclage d épave en cas de sinistre ). > De la solidarité dans les produits En 2009, la MAIF a fait une entrée reconnue dans la famille des finances solidaires en obtenant le label Finansol pour son livret Épargne autrement et pour l un des fonds de son nouveau contrat multisupport Assurance vie Responsable et Solidaire. L idée de créer des produits d épargne qui serviraient les intérêts des sociétaires, tout en soutenant les engagements sociétaux de la mutuelle s est imposée en 2007, dans une logique de diversification des activités du groupe. La MAIF mène en effet depuis son origine une politique «produits» très rigoureuse en termes d éthique, de solidarité et d accessibilité. Pour réussir dans cette nouvelle activité, il fallait transposer ces valeurs dans l univers de la finance. Le livret Épargne autrement et le contrat Assurance vie responsable et solidaire sont donc construits de façon à produire un double rendement : rendement financier : le souscripteur perçoit les fruits de son épargne sous forme d intérêts ou de plus-values ; rendement sociétal : le produit souscrit engendre un impact sociétal quantifié. Pour le livret Épar- LABEL FINANSOL Créé en 1997, ce label repose sur des critères de transparence et de solidarité. Il garantit aux épargnants que les placements solidaires labellisés contribuent au financement d activités solidaires. De plus, il atteste de l engagement à offrir aux épargnants une information fiable, régulière et claire sur le placement solidaire labellisé. 14

15 gne autrement, ce rendement sociétal est mesuré par le nombre de livres fabriqués par l association Les Doigts Qui Rêvent. Pour Assurance vie Responsable et Solidaire, le rendement sociétal est mesuré par le nombre d emplois créés ou préservés dans des entreprises solidaires financées par France Active. > Une politique de placement sous le signe de l investissement responsable Le 17 avril, la MAIF a signé les Principes de l investissement responsable (PRI) rédigés par l Organisation des Nations Unies à l adresse des investisseurs institutionnels et des sociétés de gestion de portefeuilles. Par cette signature, la MAIF s engage à agir au mieux des intérêts à long terme de ses bénéficiaires. L investissement responsable peut être considéré comme le volet financier du développement durable, c est-à-dire prendre en compte dans les choix d investissement des considérations QUI EST FRANCE ACTIVE? France Active est une association dont le métier est la finance solidaire pour l emploi. Sa mission est de créer ou de consolider des emplois, en priorité pour les exclus du marché du travail (demandeurs d emploi, bénéficiaires des minimas sociaux, personnes handicapées, jeunes, femmes, seniors). France Active investit directement dans des entreprises solidaires (établissement et service d aide par le travail, entreprises d insertion ). Ses ressources proviennent notamment de fonds communs de placement solidaires, tels qu Insertion emploi dynamique, présent dans le contrat Assurance vie Responsable et Solidaire de la MAIF. environnementales, sociales et de gouvernance en complément des critères financiers classiques utilisés jusqu à présent. La MAIF s est dotée d une charte pour donner un cadre à sa démarche progressive en matière d investissements responsables. Les investissements réalisés en ce domaine, en 2009, représentent 21,1 % du portefeuille OPCVM Actions du groupe. Pour les investissements en obligations, la MAIF exclut les investissements liés au secteur de l armement et aux pays qui n ont pas adhéré aux principaux traités internationaux. > La poursuite des actions éducatives La MAIF souhaite être identifiée par le grand public comme l entreprise la plus investie en faveur de l éducation pour tous. De nombreuses créations participent à ce dessein, réalisées pour la plupart en partenariat avec rue des écoles. Un fonds MAIF pour l éducation, créé en fin d année 2009, fédérera l ensemble de ces actions éducatives. Depuis l annonce de la pandémie, la MAIF a, par ailleurs, ouvert à tous l accès à ses sites Assistance scolaire personnalisée et Cap concours. ACTIONS ÉDUCATIVES, NOUVEAUTÉS 2009 Parachèvement du continuum éducatif en éducation routière favorisant l accès aux diplômes de conduite (ASSR 1 et 2, BSR, permis de conduire). Création du site ilétaitunehistoire.com, destiné à développer le goût de la lecture chez les enfants de 3 à 10 ans. Création de Mon magazine de la maternelle. Ouverture du site Cap concours aux métiers du secteur social. Création du Bac Hebdo, service d entraînement pour la révision du baccalauréat. Dans le prolongement de la loi réformant l université, la MAIF a noué divers partenariats avec plusieurs universités. LES DOIGTS QUI RÊVENT Les Doigts Qui Rêvent sont une petite maison d édition associative avec une grande idée : créer des livres tactiles de très haute qualité pour les enfants déficients visuels. Objectif : leur donner le goût du livre malgré leur handicap, favoriser leur intégration sociale et culturelle. Les livres sont fabriqués par des ateliers aidés qui emploient d anciens exclus du monde du travail. 15

16 RAPPORT ANNUEL 2009 MAIF 2- Rapport du conseil d administration à l assemblée générale ordinaire 2010 /// Et toujours... La MAIF a poursuivi, tout au long de l année 2009, ses actions auprès de différents publics et dans différents secteurs, seule ou avec des partenaires : Les Rencontres extraordinaires entre valides et non-valides. La Cité des enfants 5/12 ans (à la Cité des sciences et de l industrie de la Villette). 4 e participation aux rencontres géographes/ assureurs face aux risques naturels. Opération «Un cahier, un crayon» pour le Burkina Faso (avec Solidarité Laïque et la MAE). Le Camion des mots. Le Festival de géographie de Saint-Dié. Les Rendez-vous de l histoire de Blois. Le 2 e prix MAIF pour la Sculpture. > Promouvoir l économie sociale La MAIF cherche à promouvoir ses points de vue et ses intérêts auprès de l ensemble des instances de décision locales, nationales et européennes. C est dans cet esprit qu elle poursuit son activité au sein des Chambres régionales d économie sociale et, plus largement, qu elle met en avant les atouts du modèle mutualiste, alternatif au modèle capitaliste. Par ailleurs, novembre est, depuis 2008, le mois de l économie sociale et solidaire. Des centaines de manifestations sont organisées en France. La MAIF est partenaire national de l opération, initiée par le Conseil national des chambres d économie sociale. Beaucoup de ses militants et salariés se sont investis au plan local, en mettant des locaux à disposition ou en participant à des conférences destinées au grand public. FONDATION MAIF : 20 ANS DE RECHERCHE En 1989, la MAIF a créé une fondation, dont l objet est de concourir à la connaissance des risques et de leurs mécanismes de survenance, de leurs conséquences sur les personnes et leur environnement. Fondation MAIF a été reconnue d utilité publique : c est un cas unique dans le monde de l assurance. En vingt ans, la fondation a participé à plus de cent travaux scientifiques, pour un engagement global de 7,2 millions d euros. Leurs descriptifs sont en accès libre sur le site de la fondation, qui vient d être complètement rénové. L anniversaire de la fondation a été célébré à Paris et à Bruxelles, par l organisation de deux colloques consacrés aux enjeux du changement climatique. > PRÉVENTION MAIF La MAIF maintient son soutien à l association Prévention MAIF, en lui versant chaque année une subvention d un euro par sociétaire. En 2009, elle a accordé une subvention exceptionnelle pour développer l opération Ensemble à vélo permis cycliste, à l attention des élèves de CM2. La MAIF a par ailleurs finalisé son dispositif d aide à la préparation aux Attestations scolaires de sécurité routière sur le site d assistance scolaire personnalisée, en partenariat avec rue des écoles. > 16

17 Une activité intense En dépit d une activité particulièrement forte en 2009, le choix a été fait de consacrer un temps plus important au dialogue avec les acteurs de l entreprise, afin de mieux partager le sens de notre action collective et nos orientations stratégiques, mais aussi pour mieux percevoir les attentes et les propositions du terrain. Des échanges nourris ont eu lieu entre les dirigeants de la mutuelle, d une part, et les militants et salariés, d autre part, au cours de réunions régionales rassemblant de très nombreux sociétaires. Ces travaux ont permis de recenser plus de propositions d amélioration de nos modes de fonctionnement. Par ailleurs, un programme de présentation interactive de la stratégie de la MAIF à 5 ans a été engagé afin de sensibiliser la totalité des acteurs de la mutuelle. Des métiers mobilisés au service des sociétaires /// Développement FOCUS ASSURANCES DE PERSONNES Bien que longtemps précurseur dans le domaine de la prévoyance grâce à ses deux innovations, Pacs et Praxis, et présent en assurance décès avec Rassurcap, le groupe MAIF devait étoffer son offre pour couvrir plus largement ce marché. C est désormais chose faite puisqu une gamme complète de solutions dans le domaine des assurances et des services à la personne est aujourd hui proposée aux sociétaires : santé, en partenariat avec la MGEN (Mgen Filia), épargne, assurance obsèques (Sollicitudes), assurance emprunteur (Assurance emprunteur MAIF), services à la personne (Organisation vie pratique) et même, renouant ainsi avec ses talents novateurs, un service dédié à la sécurité des personnes, la géosécurisation automobile (Virgile). Pour autant, pour occuper un marché, il ne suffit pas de disposer de nouvelles offres, encore faut-il acquérir suffisamment de notoriété dans ces domaines, les proposer à bon escient aux sociétaires, être légitimés sur la qualité des prestations Autant d objectifs qui s égrènent sur plusieurs années. Dans ce cadre, 2009 s inscrit comme celle de l intégration commerciale de cette gamme. Malgré le contexte économique difficile, les affaires nouvelles auront progressé de 13 % en moyenne. Mais c est dans le domaine de l épargne assurance vie que les progrès auront été les plus spectaculaires. Dans un marché dont la collecte s est accrue de 12 % en 2009, Parnasse-MAIF affiche une évolution de son encaissement épargne assurance vie de près de 30 %, et de ses adhésions de 46 %. En 2009, plus de 8 % des sociétaires confient à Parnasse-MAIF tout ou partie de leur épargne. Le lancement du nouveau contrat multisupport Assurance vie Responsable et Solidaire, intégrant un fonds responsable et solidaire labellisé Finansol*, s inscrit dans ce contexte favorable et les premiers résultats de sa commercialisation sont prometteurs. * Voir page 14. CHIFFRES 30 % de collecte supplémentaire et % de souscriptions de plus qu en 2008 en épargne assurance vie. 17

18 RAPPORT ANNUEL 2009 MAIF 2- Rapport du conseil d administration à l assemblée générale ordinaire 2010 PERSONNES PHYSIQUES > Les sociétaires En 2009, même si la MAIF a continué de bénéficier de la poursuite du développement d OME (Offre Métiers de l Éducation), le taux de pénétration IARD auprès des enseignants en activité est en repli de 0,8 point, à 79,3 %. Son taux de croissance 2009 ressort donc à 1,4 %, en deçà de celui de 2008, année exceptionnelle par le lancement d OME. Pour l ensemble MAIF et Filia-MAIF Véhicules assurés : (+ 0,9 %), dont quatre roues : (+ 0,7 %) ; deux-roues : (+ 5,3 %) ; autres véhicules : (+ 0,1 %). Le groupe est le 4 e assureur français en nombre de véhicules assurés. * Afin de mieux s adapter aux évolutions de marché, ce contrat est désormais classé en assurance de biens. > Les contrats Assurance de biens et de responsabilités Vam (assurance des véhicules à moteur) véhicules assurés, soit une progression du parc de 0,3 % (contre une baisse de 0,3 % fin 2008), dont véhicules quatre roues, en progression de 0,2 %, et véhi cules deuxroues, en progression de 3,4 %. En 2009, le marché automobile, après avoir continué à chuter au 1 er semestre, est reparti très vigoureusement au 2 nd semestre, sous l effet des annonces de fin du dispositif de prime à la casse. Dans ce contexte, l ouverture, fin mars, de la souscription depuis le site internet maif.fr, puis la mise en marché de contrats avec de nouvelles franchises Vam mi-mai sont arrivées juste à point pour saisir cette opportunité de reprise du marché, permettant ainsi à la MAIF de terminer l année sur un résultat nettement plus favorable que celui de l année précédente. De plus, le durcissement de notre procédure de résiliation de risques automobiles en dehors de l échéance, a permis de contenir significativement les départs de véhicules tout au long de l année. Comme les années précédentes, le parc deuxroues progresse beaucoup plus vite que celui des voitures, sous les effets combinés de plusieurs phénomènes : l engouement continu pour un mode de transport urbain plus rapide et moins polluant, la crise économique et le ralentissement du renouvellement du parc lié au déséquipement automobile d un sociétariat vieillissant. Les motos d une cylindrée comprise entre 81 et 125 cm 3 représentent plus de 34 % du parc de la catégorie des deuxroues. Pacs (assurance tous risques corporels du conducteur et des siens)* contrats Pacs, soit une progression stable du portefeuille de 2 %. En dépit du contexte défavorable du marché automobile tout au long du 1 er semestre 2009 et de Pour l ensemble MAIF et Filia-MAIF Contrats Pacs : (+ 2,8 %). CHIFFRES sociétaires MAIF personnes physiques, soit une progression du portefeuille de 1,4 % véhicules assurés, soit une progression du parc de 0,3 % (contre une baisse de 0,3 % fin 2008). 494 M de cotisations MAIF pour le contrat Vam (tous véhicules). M de cotisations MAIF pour le contrat Raqvam 18

19 l importance du niveau d équipement des sociétaires (71 % - cf. graphique p. 17), le rythme de développement du contrat Pacs a pu être préservé. Le léger repli des souscriptions, du fait d un pouvoir d achat conjoncturellement en baisse, a été compensé par une meilleure fidélisation des souscripteurs de ce contrat. Raqvam (assurance des risques autres que véhicules à moteur) contrats Raqvam, soit une progression du portefeuille de 0,7 % (contre + 0,5 % à fin 2008). Les résultats Raqvam sont meilleurs que ceux de l an dernier. Les lancements respectifs de nos nouvelles offres en partenariat, en matière de crédit immobilier au mois de septembre d une part, et d assurance emprunteur au mois de novembre d autre part, devraient contribuer à mieux lutter contre les bancassureurs sur le marché de l assurance habitation. Pour l ensemble MAIF et Filia-MAIF Contrats Raqvam : (+ 1,5 %). Le groupe est le 4 e assureur français en nombre de logements assurés. Offre Métiers de l Éducation personnes protégées par l OME, soit une progression du portefeuille de 12,4 % (lancement en 2008). Pour sa seconde année de commercialisation, OME a poursuivi sa progression à un rythme très soutenu, toujours plébiscité par les éducateurs en général et plus particulièrement par les enseignants. OME constitue une porte d entrée particulièrement intéressante dans le groupe MAIF et contribue ainsi largement à ancrer plus solidement la mutuelle sur son sociétariat historique. Désormais, il faudra compter avec de nouveaux compétiteurs, la MAIF ayant une fois de plus offert au marché de l assurance un nouveau champ de développement, particulièrement pertinent dans le contexte de violence et de judiciarisation des conflits qui se généralisent malheureusement en milieu scolaire et parascolaire. Assurances et services à la personne Assurances de personnes Praxis (assurance tous risques corporels de la vie quotidienne et des loisirs) contrats Praxis, soit une progression du portefeuille de 4,2 % (contre + 3,7 % en 2008). La progression 2009 est supérieure à celle de 2008 alors même que le contexte économique crée des contraintes budgétaires pour nombre de nos sociétaires. Cette progression est à mettre au crédit de la mise en avant systématique des bénéfices de Praxis. Ce contrat bénéficie toujours d un excellent rapport qualité/prix, en particulier en comparaison des offres des bancassureurs. Pour l ensemble MAIF et Filia-MAIF Contrats Praxis : (+ 5,2 %). Le groupe MAIF est numéro 2 sur le marché des Garanties des accidents de la vie. ÉVOLUTION DES TAUX DE DÉTENTION DE CONTRATS MAIF ( sur la base du nombre de sociétaires global, y compris les mono-détenteurs OME) 67,6 % 69,4 % 71,2 % 72,6 % 70,6 % 70,9 % Pacs 33,8 % 28,7 % 35,3 % 30,1 % 36,8 % 31,3 % 37,9 % 32,4 % 37,5 % 32 % 38,5 % 32,9 % Praxis Vam + Raqvam + Pacs + Praxis

20 RAPPORT ANNUEL 2009 MAIF 2- Rapport du conseil d administration à l assemblée générale ordinaire 2010 * 4 catégories : label d excellence, avis positif, avis réservé et avis négatif. Épargne assurance vie adhérents détenant au moins un contrat d épargne, soit une progression de 8,20 % (contre + 5 % en 2008). Parnasse-MAIF affiche une année meilleure qu en 2008 en collecte épargne assurance vie : + 29 %, soit 580 millions d euros, pour une collecte totale (épargne et prévoyance) de 612 millions d euros. Dans le même temps, le marché de l assurance vie, favorisé par la baisse du taux sur les livrets réglementaires, enregistre une progression de 12 %. La contribution apportée par les spécialistes financiers MAIF à cette collecte est de 30 %. Les efforts réalisés par le réseau MAIF ont également porté leurs fruits : le nombre d adhésions s est accru de 46 %. Rassurcap adhérents Rassurcap, soit une progression du portefeuille de 10,7 % (contre + 8,8 % en 2008). De même qu en assurance santé, l accroissement des souscriptions en 2009 a dépassé tous les niveaux antérieurs et le potentiel de développement est très important (environ 3 % de sociétaires équipés). Les atouts majeurs de Rassurcap sont sa simplicité et son très bon positionnement tarifaire dans un contexte concurrentiel encore peu actif. Le Label d Excellence lui a été décerné par Les Dossiers de l Épargne pour la 9 e année consécutive en décembre Sollicitudes adhérents Sollicitudes, soit une progression du portefeuille de 64 % (contre % en 2008, lancement national en 2007). Après deux ans et demi de mise en marché sur l ensemble du territoire, le contrat Sollicitudes est commercialisé par la MAIF et la MGEN. Les atouts majeurs de Sollicitudes sont liés aux prestations d assistance indispensables en prolongement du capital versé, sa simplicité et son accessibilité budgétaire. Un «avis positif»* lui a été décerné par Les Dossiers de l Épargne en décembre Mgen Filia (santé) contrats Mgen Filia, soit une progression du portefeuille de 9,3 %. Le développement du produit santé en 2009 se situe déjà à un niveau très correct. Le potentiel de croissance est encore important, même si l offre Mgen Filia ne s adresse qu aux personnes non éligibles à la MGEN. La couverture santé est essentielle et doit être un incontournable de la gamme de tout assureur de personnes. Le développement de l offre santé fait clairement partie de notre stratégie, nous devrons lui accorder des efforts conséquents dans un contexte concurrentiel qui se durcit avec la multiplication d accords au niveau des branches professionnelles. Services à la personne OVP (Organisation vie pratique) souscriptions cumulées, soit une progression d environ 60 % (lancement en 2007). OVP est toujours en phase de lancement. Si les souscriptions ont légèrement fléchi en 2009 sous l effet de la crise économique et sociale, le volume d heures réalisé est en hausse de 13 %. Une nouvelle prestation, le jardinage, s est ajoutée LABEL D EXCELLENCE 2009 Décerné pour la 9 e année consécutive par Les dossiers de l épargne à la MAIF pour le contrat Rassurcap. 20

PROGRESSION FORTE EN ASSURANCE VIE - MAINTIEN EN ASSURANCE DE BIENS

PROGRESSION FORTE EN ASSURANCE VIE - MAINTIEN EN ASSURANCE DE BIENS RÉSULTATS 2009 DU GROUPE MAIF 3 juin 2010 PROGRESSION FORTE EN ASSURANCE VIE - MAINTIEN EN ASSURANCE DE BIENS Chiffre d'affaires : 2,953 milliards d'euros (+6,8%) Somme des résultats sociaux : 51 millions

Plus en détail

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL Partageons plus que l assurance Partageons plus que l assurance Plus d accompagnement Les établissements de santé sont aujourd hui

Plus en détail

Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social.

Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social. Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social. Sham accompagne les acteurs de la santé, du social et du médico-social depuis plus de 85 ans. Par son

Plus en détail

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1)

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) 16 mars 2011 Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) Résultat net total 3 026 M (+61 %) Résultat

Plus en détail

GROUPE MAIF - RESULTATS 2006

GROUPE MAIF - RESULTATS 2006 Communiqué de presse 31 mai 2007 GROUPE MAIF - RESULTATS 2006 DES RÉSULTATS ÉCONOMIQUES POSITIFS POUR UNE ANNÉE DE TRANSITION Baisse des tarifs auto (4%), élaboration de l'offre de services à la personne

Plus en détail

rapport annuel maif 2010

rapport annuel maif 2010 rapport annuel maif 2010 «Être mutualiste, concrètement, c est quoi? C est d abord et toujours une alternative au tout financier. La MAIF appartient à ses sociétaires, elle ne profite qu à eux. Et puis

Plus en détail

rapport d activité et de développement durable 2010

rapport d activité et de développement durable 2010 rapport d activité et de développement durable 2010 Notre responsabilité sociétale d assureur mutualiste «Militer à la MAIF? c est traduire en actions nos valeurs de solidarité et de laïcité, être à l

Plus en détail

La stratégie du Groupe BPCE

La stratégie du Groupe BPCE La stratégie du Groupe BPCE 2 edito Groupe BPCE est né en juillet 2009 de la volonté des groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne de construire ensemble le deuxième groupe bancaire en France, un groupe

Plus en détail

I. Les entreprises concernées

I. Les entreprises concernées RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-12 du 1 er février 2011 relative à la création d une Union Mutualiste de Groupe par les groupes MGEN, MNH, la MNT, la MGET et la MAEE L Autorité de la concurrence,

Plus en détail

Grâce à son dynamisme et à sa solidité, La Banque Postale conforte son développement et sa profitabilité

Grâce à son dynamisme et à sa solidité, La Banque Postale conforte son développement et sa profitabilité COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 9 septembre 2010 Grâce à son dynamisme et à sa solidité, La Banque Postale conforte son développement et sa profitabilité Au 30 juin 2010 : PNB consolidé : 2 640 millions

Plus en détail

22 avril 2009. l investissement responsable de la maif

22 avril 2009. l investissement responsable de la maif Charte 22 avril 2009 l investissement responsable de la maif objectifs considération sur l investissement responsable les axes d engagement l investissement responsable de la maif /// Préambule La MAIF

Plus en détail

RAPPORT DÉVELOPPEMENT DURABLE ET MUTUALISTE

RAPPORT DÉVELOPPEMENT DURABLE ET MUTUALISTE RAPPORT DÉVELOPPEMENT DURABLE ET MUTUALISTE 2009 ENTREPRENDRE AUTREMENT AVEC NOS SOCIÉTAIRES POUR NOS SOCIÉTAIRES AVEC NOS SALARIÉS, NOS PARTENAIRES COMMERCIAUX ET INSTITUTIONNELS POUR LE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

Épargne solidaire. Les relations de la finance solidaire (En millions d euros au 31/12/2012) Épargne bancaire. Épargne salariale

Épargne solidaire. Les relations de la finance solidaire (En millions d euros au 31/12/2012) Épargne bancaire. Épargne salariale Les relations de la finance solidaire (En millions d euros au 31/12/2012) RESSOURCES Épargne bancaire 4 690 Épargne solidaire 1 718 675 1 042 Livrets, OPCVM, Contrats d assurance-vie, 2 577 Épargne salariale

Plus en détail

Directeur du Département des Ressources Humaines. - Profil de poste -

Directeur du Département des Ressources Humaines. - Profil de poste - Directeur du Département des Ressources Humaines - Profil de poste - Cotation du poste : 2,7 1. Informations institutionnelles relatives au CHRU de Lille Etablissement : CHRU de Lille 2 avenue Oscar Lambret

Plus en détail

SYNTHESE. Sécheresse de 2003 Un passé qui ne passe pas. A. La gestion des suites de la sécheresse de 2003

SYNTHESE. Sécheresse de 2003 Un passé qui ne passe pas. A. La gestion des suites de la sécheresse de 2003 SYNTHESE Sécheresse de 2003 Un passé qui ne passe pas A. La gestion des suites de la sécheresse de 2003 1. Entre 1989 et 2007, plus de 444.000 sinistres dus à la sécheresse ont été recensés, pour un coût

Plus en détail

Groupama Banque : qui, que, quoi?

Groupama Banque : qui, que, quoi? Groupama Banque : qui, que, quoi? - Une seule banque au service de tous les clients du Groupe - Un nouveau modèle bancaire, conçu dès sa création comme multicanal - L une des seules banques en France à

Plus en détail

Audit de la Responsabilité Sociale du Réseau des Caisses d Epargne

Audit de la Responsabilité Sociale du Réseau des Caisses d Epargne Audit de la Responsabilité Sociale du Réseau des Caisses d Epargne OBJECTIFS DE LA MISSION Le Groupe Caisse d Epargne a demandé à VIGEO d évaluer sa démarche de responsabilité sociale sur le périmètre

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

Charte des relations

Charte des relations Charte des relations entre Élus, membres des Conseils consultatifs de quartier et agents des services de la Ville de Brest et de Brest métropole océane Bellevue, Brest-Centre 1 Europe, Lambezellec Quatre

Plus en détail

«L ENSEIGNANT : L économie

«L ENSEIGNANT : L économie Peter Macs-fotolia.com L économie sociale et solidaire vient d être dotée d un ministère. Elle passe, certes, sur le devant de la scène mais reste pourtant bien mystérieuse. Que recouvre-t-elle réellement?

Plus en détail

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 24 mars 2008 RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE En 2008, La Banque Postale a confirmé sa place unique et singulière sur le marché de la banque de détail

Plus en détail

Statuts de l Union des Fédéralistes européens (UEF-France)

Statuts de l Union des Fédéralistes européens (UEF-France) Statuts de l Union des Fédéralistes européens (UEF-France) Article 1 : Dénomination : Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la Loi du 1 er juillet 1901. La dénomination

Plus en détail

être sociétaire c est être acteur d une banque différente

être sociétaire c est être acteur d une banque différente être sociétaire c est être acteur d une banque différente être sociétaire... C est être copropriétaire de sa banque. En souscrivant des Parts Sociales du Crédit Agricole de Normandie-Seine, vous détenez

Plus en détail

Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres. 18 septembre 2012

Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres. 18 septembre 2012 Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres 18 septembre 2012 Sommaire Communiqué de synthèse P. 1 Le projet de regroupement des fonctions support : un projet stratégique P.

Plus en détail

LE GROUPE MACIF ET LA RSE

LE GROUPE MACIF ET LA RSE LE GROUPE MACIF ET LA RSE SOMMAIRE Présentation du Groupe MACIF, ses engagements RSE Quelle organisation, quelle prise en compte dans les pratiques internes Quelles réponses aux enjeux RSE dans le cœur

Plus en détail

Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes

Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes Une approche volontariste et ambitieuse Favoriser l intégration des personnes handicapées demandeuses

Plus en détail

Carte d'identité Septembre 2011 BANQUE DE FINANCEMENT & D INVESTISSEMENT / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Carte d'identité Septembre 2011 BANQUE DE FINANCEMENT & D INVESTISSEMENT / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS Carte d'identité Septembre 2011 BANQUE DE FINANCEMENT & D INVESTISSEMENT / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS NATIXIS Rapport d'acivites 2010.indd 1 08/11/11 12:21 2 NATIXIS RAPPORT D ACTIVITÉ 2010

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL maif 2011

RAPPORT ANNUEL maif 2011 RAPPORT ANNUEL maif 2011 RAPPORT annuel 2011 maif sommaire 1. Les membres du conseil d administration et de la direction au 31/12/2011 4 2. Le rapport du conseil d administration à l assemblée générale

Plus en détail

en partenariat avec le ASSURER et PREVENIR

en partenariat avec le ASSURER et PREVENIR et en partenariat avec le ASSURER et PREVENIR Défi Sécurité Cyclomoteur Parents, êtes-vous convenablement informés? Le cyclomoteur Un produit sécurisé et fiable qui ne doit être - ni transformé - ni modifié

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE PREMIER SEMESTRE 2014 LA BANQUE POSTALE. La Banque Postale poursuit sa dynamique de développement au service de tous ses clients

RESULTATS ET ACTIVITE PREMIER SEMESTRE 2014 LA BANQUE POSTALE. La Banque Postale poursuit sa dynamique de développement au service de tous ses clients COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 31 Juillet 2014 RESULTATS ET ACTIVITE PREMIER SEMESTRE 2014 LA BANQUE POSTALE La Banque Postale poursuit sa dynamique de développement au service de tous ses clients Forte

Plus en détail

2008 : L'ANNÉE DU CHANGEMENT POUR L'ORGANISATION DU GROUPE MAIF

2008 : L'ANNÉE DU CHANGEMENT POUR L'ORGANISATION DU GROUPE MAIF 2008 : L'ANNÉE DU CHANGEMENT POUR L'ORGANISATION DU GROUPE MAIF 2008 est l'année du changement pour l'organisation du groupe MAIF. En effet, la volonté de réorganiser le groupe MAIF pour renforcer la place

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

Association Bou de nature Statuts association loi 1901

Association Bou de nature Statuts association loi 1901 Association Bou de nature Statuts association loi 1901 1. Constitution-objet-siège social-durée de l association Art 1 : Forme Il est créé sous la forme d une association, régie par les principes généraux

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 1 CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 2 Groupama Asset Management s engage par le biais de cette présente Charte à appliquer et promouvoir une politique de Responsabilité Sociale de

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 13 mars 2012 RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE Bonne résistance du PNB et du RBE en 2011, solidité financière confirmée, poursuite de la dynamique de développement

Plus en détail

Statuts de l École de la deuxième chance de l Estuaire de la Loire

Statuts de l École de la deuxième chance de l Estuaire de la Loire Statuts de l École de la deuxième chance de l Estuaire de la Loire Article 1 : Constitution Dénomination Entre : - l Etat, - le Conseil régional Pays de Loire - le Conseil général de Loire-atlantique -

Plus en détail

3. Rapport du Président du conseil d administration

3. Rapport du Président du conseil d administration 3. Rapport du Président du conseil d administration Conformément aux dispositions de l article L.225-37 du code de commerce, le président du conseil d administration rend compte, au terme de ce rapport,

Plus en détail

Schéma régional de développement du tourisme et des loisirs. [ pour un tourisme innovant et durable ]

Schéma régional de développement du tourisme et des loisirs. [ pour un tourisme innovant et durable ] Schéma régional de développement du tourisme et des loisirs [ pour un tourisme innovant et durable ] Sommaire Un véritable enjeu Construire un tourisme innovant et durable Engager une démarche participative

Plus en détail

Déclaration intermédiaire du conseil d administration 1 er trimestre 2010/2011

Déclaration intermédiaire du conseil d administration 1 er trimestre 2010/2011 Déclaration intermédiaire du conseil d administration er trimestre 200/20 - Augmentation de capital de 67 millions clôturée avec succès le 5 octobre 200, portant la capitalisation boursière à environ 270

Plus en détail

Encourager les systèmes de pensions complémentaires

Encourager les systèmes de pensions complémentaires Conférence de presse Luxembourg, le 25 septembre 2013 Le secteur financier constitue la pierre angulaire de l économie luxembourgeoise. Il doit cependant faire face à de nombreux défis. Par conséquent,

Plus en détail

Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013

Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013 Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013 Conférence de presse FFSA Retour sur 2012 et premières tendances pour 2013 : l assurance française remplit ses deux missions, protéger et financer Les chiffres

Plus en détail

En 2003, la Fédération française des sociétés d assurance et la

En 2003, la Fédération française des sociétés d assurance et la L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE : LE POINT DE VUE D UNE MUTUELLE SPÉCIALISTE EN ASSURANCE VIE L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE : LE POINT DE VUE D UNE MUTUELLE SPÉCIALISTE EN ASSURANCE

Plus en détail

3. Processus d Analyse Les signataires s engagent à fournir des informations claires quant au processus d analyse ESG de leurs investissements.

3. Processus d Analyse Les signataires s engagent à fournir des informations claires quant au processus d analyse ESG de leurs investissements. (Extrait du code de transparence) 3. Processus d Analyse Les signataires s engagent à fournir des informations claires quant au processus d analyse ESG de leurs investissements. a. Décrivez votre méthodologie

Plus en détail

AUGMENTATION DE CAPITAL NATIXIS

AUGMENTATION DE CAPITAL NATIXIS AUGMENTATION DE CAPITAL NATIXIS QUESTIONS / REPONSES 1. Pourquoi faire cette augmentation de capital maintenant alors que les marchés financiers sont en crise et le cours de Natixis au plus bas? A quoi

Plus en détail

STATUTS DE l ASSOCIATION DES ECOLES D ETUDES POLITIQUES DU CONSEIL DE L EUROPE

STATUTS DE l ASSOCIATION DES ECOLES D ETUDES POLITIQUES DU CONSEIL DE L EUROPE STATUTS DE l ASSOCIATION DES ECOLES D ETUDES POLITIQUES DU CONSEIL DE L EUROPE TITRE I : CONSTITUTION, OBJET, SIEGE ET DUREE DE L ASSOCIATION Article 1. Nom et siège - Il est créé une association dénommée

Plus en détail

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés»

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» Alerte «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» La loi du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps

Plus en détail

REPONSE DE LA MACIF A LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE RELATIVE A LA STRATEGIE EUROPE 2020

REPONSE DE LA MACIF A LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE RELATIVE A LA STRATEGIE EUROPE 2020 REPONSE DE LA MACIF A LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE RELATIVE A LA STRATEGIE EUROPE 2020 La MACIF est inscrite au Registre des Représentants d Intérêt de la Commission européenne sous le numéro

Plus en détail

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 :

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : BTS BANQUE L épargne solidaire 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : Fondée sur un principe de responsabilité et de fraternité, l épargne solidaire se caractérise par le choix de l épargnant

Plus en détail

Intervention colloque MFP 7 décembre 2011

Intervention colloque MFP 7 décembre 2011 Intervention colloque MFP 7 décembre 2011 Mesdames, Messieurs, chers amis, Je vous remercie au nom de la MFP de votre présence à ce colloque sur la protection sociale des fonctionnaires. Merci à la MGEN

Plus en détail

Association SYNADEC. Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC

Association SYNADEC. Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC Association SYNADEC Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, le décret du 16

Plus en détail

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Paris, le 31 juillet 2015 Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Un chiffre d affaires en hausse de +0,9% à 9,3 milliards d euros Développement ciblé en France Croissance à l international

Plus en détail

Association loi 1901 - BP 82056-25402 AUDINCOURT CEDEX // 06.13.81.96.71 - www.crmfc.fr

Association loi 1901 - BP 82056-25402 AUDINCOURT CEDEX // 06.13.81.96.71 - www.crmfc.fr 1 TITRE I CONSTITUTION, OBJET, SIEGE SOCIAL, DUREE Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les personnes physiques ou morales qui adhérent ou adhéreront aux présents statuts, une association

Plus en détail

MACIF. La Macif, histoire et valeurs. La Macif, en quelques chiffres BONNES PRATIQUES. 1- Eco-management MUTUELLE

MACIF. La Macif, histoire et valeurs. La Macif, en quelques chiffres BONNES PRATIQUES. 1- Eco-management MUTUELLE MUTUELLE MACIF Macif Nord-Pas de Calais B.P. 169 59029 Lille Cedex Site : www.macif.fr Directeur régional : Jean-Jacques Roy Contact : Jean Quéméré La Macif, histoire et valeurs Depuis 1960, la Macif est

Plus en détail

LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES

LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES CONFERENCE DE LA FONDATION D ATTIJARIWAFA BANK CASABLANCA, 23 OCTOBRE 2014 M. Mohammed Tawfik MOULINE Directeur Général, Institut

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011 Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement 1. La présente note d orientation a pour objet d exposer l approche plus vaste

Plus en détail

des essources umaines

des essources umaines chéma irecteur des essources umaines 2013-2014 www.cramif.fr Le mot du Directeur Général Huit mots-clés pour ouvrir les portes du nouveau SDRH 2013-2014 qui s inscrit dans la continuité du précédent,

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ ET DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

RAPPORT D ACTIVITÉ ET DE DÉVELOPPEMENT DURABLE RAPPORT D ACTIVITÉ ET DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2011 entretien avec roger belot, présidentet pascal demurger, directeur 2 Que dire de l année 2011 dans ce contexte de crise économique et financière qui

Plus en détail

Société Générale avec un Conseiller SG/BFM dans chaque agence

Société Générale avec un Conseiller SG/BFM dans chaque agence B a n q u e F r a n ç a i s e M u t u a l i s t e profil d une banque différente une banque unique par son origine mutualiste Créée par des mutuelles de la Fonction publique, la Banque Française Mutualiste

Plus en détail

«La brouette et le panier»

«La brouette et le panier» «La brouette et le panier» Association intercommunale pour la mise en place et le maintien de systèmes alimentaires locaux, autonomes et de qualité respectant l Environnement et les Hommes STATUTS I PRESENTATION

Plus en détail

Des résultats excellents au 1 er trimestre 2006

Des résultats excellents au 1 er trimestre 2006 Paris, le 17 mai 2006 Des résultats excellents au 1 er trimestre 2006 Résultat brut d exploitation : 1 502 millions d euros (+ 46,7 %) Résultat net part du groupe : 1 385 millions d euros (+ 53,0 %) Coefficient

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

Une performance solide, un bilan renforcé

Une performance solide, un bilan renforcé 5 mars 2014 Le groupe Crédit Mutuel en 2013 1 Une performance solide, un bilan renforcé Un résultat net (2 651 M, soit + 23,3 %), destiné principalement à être réinvesti dans le groupe, au service de ses

Plus en détail

Une réponse au défi Création de richesses collectives durables

Une réponse au défi Création de richesses collectives durables 29 Une réponse au défi Création de richesses collectives durables La question de la propriété est au centre des valeurs qui animent l économie sociale. L économie est devenue guerrière lorsqu elle a mis

Plus en détail

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Thierry WIEDEMANN-GOIRAN Frédéric PERIER François LÉPINEUX Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Préface de Frédéric Tiberghien Président de l ORSE (Observatoire sur

Plus en détail

Code de Transparence ISR ESG ISR ESG ISR ESG ESG ISR ISR ISR ESG ISR ESG ISR ESG ISR ESG ESG ESG ESG ESG. Investissement Socialement Responsable

Code de Transparence ISR ESG ISR ESG ISR ESG ESG ISR ISR ISR ESG ISR ESG ISR ESG ISR ESG ESG ESG ESG ESG. Investissement Socialement Responsable ISR ISR SG ISR ISR ISR ISR ISR ISR ISR ISR ISR SG ISR ISR Investissement Socialement Responsable Code de Transparence pour les fonds ISR ouverts au public ISR ISR Mise à jour février ISR 2013 Code de Transparence

Plus en détail

Périmètre et modalités d exercice des votes

Périmètre et modalités d exercice des votes POLITIQUE DE VOTE Périmètre et modalités d exercice des votes > PERIMETRE DE VOTE La politique de vote concerne les émetteurs présents dans les OPCVM et les mandats gérés par les différentes entités du

Plus en détail

Défendre et représenter les intérêts des entreprises de Services à la Personne

Défendre et représenter les intérêts des entreprises de Services à la Personne Défendre et représenter les intérêts des entreprises de Services à la Personne Rejoignez la 1 ère fédération de proximité d entreprises de Services à la Personne Dans les pas de Richard Binier qui a su

Plus en détail

Microfinance pour l agriculture : l expérience de la FONG au Sénégal

Microfinance pour l agriculture : l expérience de la FONG au Sénégal Microfinance pour l agriculture : l expérience de la FONG au Sénégal Nassirou Sall, FONGS, en partenariat avec SOS Faim Belgique BIM n - 22 avril 2008 Betty WAMPFLER Nous vous avons présenté dans le BIM

Plus en détail

Plan. stratégique 2015-2020

Plan. stratégique 2015-2020 Plan stratégique 2015-2020 Table des matières 1 2 3 5 Mot du recteur par intérim Mission Vision Valeurs Enjeu 1 Leadership et positionnement Enjeu 2 Études et formations distinctives 7 9 11 13 Enjeu 3

Plus en détail

La Fnac progresse en 2013 : Résultat opérationnel courant en progression de 13% Résultat net positif

La Fnac progresse en 2013 : Résultat opérationnel courant en progression de 13% Résultat net positif Ivry, le 27 février 2014 La Fnac progresse en 2013 : Résultat opérationnel courant en progression de 13% Résultat net positif Progression du résultat opérationnel courant à 72 m (+13,3%) Résultat net positif

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 20 février 2014

COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 20 février 2014 DIRECTION DE LA COMMUNICATION SERVICE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 20 février 2014 RESULTATS TS 2013 DU GROUPE LA POSTE Chiffre d affaires consolidé de 22 084 millions d euros, en progression

Plus en détail

La CFTC. 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services. Guide du militant. Document non contractuel

La CFTC. 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services. Guide du militant. Document non contractuel La CFTC vous soutient 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services Guide du militant Document non contractuel Militant CFTC, vous êtes amené à valoriser notre syndicat, à

Plus en détail

Pacte social pour les industries de la métallurgie

Pacte social pour les industries de la métallurgie Paris le, 22 mai 2014 Contact : Dominique Gillier, Secrétaire général FGMM-CFDT 01 56 41 50 70 Pacte social pour les industries de la métallurgie Dans le cadre des engagements des branches pour la mise

Plus en détail

Amis et Sympathisants d El Aioun Orientale. Parrainage Scolaire : Bilan de la saison 2014/2015. www.asso-aseo.fr

Amis et Sympathisants d El Aioun Orientale. Parrainage Scolaire : Bilan de la saison 2014/2015. www.asso-aseo.fr Amis et Sympathisants d El Aioun Orientale Parrainage Scolaire : Bilan de la saison 2014/2015 Sommaire? Parrainage scolaire : Pourquoi? Parrainage 2014/2015 : Aperçu du projet Parrainage 2014/2015 : Les

Plus en détail

L IFAC. Projet associatif. Le chant choral en partage, en dialogue et en action

L IFAC. Projet associatif. Le chant choral en partage, en dialogue et en action L IFAC Projet associatif Le chant choral en partage, en dialogue et en action Contexte La pratique du chant choral en France est caractérisée par une diversité remarquable héritée de sa trajectoire historique.

Plus en détail

CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 17 novembre 2011

CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 17 novembre 2011 CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 7 novembre 20 «L Association des Maisons de quartier de Reims a pour objet le développement, le

Plus en détail

Projet de statuts. Association de préfiguration du Centre des Congrès

Projet de statuts. Association de préfiguration du Centre des Congrès Projet de statuts Association de préfiguration du Centre des Congrès Préambule : La réalisation d un nouveau Centre des Congrès sur le territoire communautaire représente un enjeu majeur pour le développement

Plus en détail

Un football professionnel toujours bénéficiaire 5

Un football professionnel toujours bénéficiaire 5 76 I LFP Un football professionnel toujours bénéficiaire 5 5.1 LA TRANSPARENCE FINANCIÈRE DU FOOTBALL FRANÇAIS 5.2 UN FOOTBALL PROFESSIONNEL BÉNÉFICIAIRE QUI INVESTIT DES RÉSULTATS FINANCIERS TOUJOURS

Plus en détail

L ESS et moi. Réalisation graphique : Saint Gilles Imprimerie - Image : Freepik

L ESS et moi. Réalisation graphique : Saint Gilles Imprimerie - Image : Freepik L ESS et moi Une structure de l Économie Sociale est au service d un projet collectif et non d un projet conduit par une seule personne dans son intérêt propre. Sans le savoir, je vis avec les valeurs

Plus en détail

Recommandation du CTIP sur les critères d analyse relatifs à l évolution du champ d activité d une institution de prévoyance

Recommandation du CTIP sur les critères d analyse relatifs à l évolution du champ d activité d une institution de prévoyance CENTRE TECHNIQUE DES INSTITUTIONS DE PRÉVOYANCE Recommandation du CTIP sur les critères d analyse relatifs à l évolution du champ d activité d une institution de prévoyance OCTOBRE 2009 Recommandation

Plus en détail

Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017

Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017 Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017 Faciliter l accès et la compréhension du système de retraite aux assurés : il s agit d une exigence de service public. Depuis désormais

Plus en détail

TITRE II COMPOSITION

TITRE II COMPOSITION STATUTS DE L OBSERVATOIRE DE LA NATURE Article 1 er : Constitution et dénomination TITRE I CONSTITUTION ET OBJET DE L ASSOCIATION Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts, une association

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse de Mutuelle Bleue

DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse de Mutuelle Bleue Contact Presse de Mutuelle Bleue Stéphanie ARREGROS Responsable Communication Tél. : 01 64 71 39 74 Courriel : s.arregros@mutuellebleue.fr DOSSIER DE PRESSE Siège social : 68 rue du Rocher 75396 Paris

Plus en détail

Les produits «développement durable» du Groupe Caisse d Epargne

Les produits «développement durable» du Groupe Caisse d Epargne Les produits «développement durable» du Groupe Caisse d Epargne Pour les particuliers OPCVM d investissement socialement responsable (ISR) Ecureuil Bénéfices Responsable Ecureuil Bénéfices Responsable,

Plus en détail

le point sur l assurance française

le point sur l assurance française 2014 le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / mercredi 25 juin 2014 2014 le point sur l assurance française le bilan les perspectives 2 1/ La situation

Plus en détail

Mon véhicule. «En auto ou à moto, chaque jour, je veux pouvoir me déplacer facilement.»

Mon véhicule. «En auto ou à moto, chaque jour, je veux pouvoir me déplacer facilement.» Mon véhicule «En auto ou à moto, chaque jour, je veux pouvoir me déplacer facilement.» Pour la Macif, être à vos côtés au quotidien, dans chacun de vos déplacements, est essentiel. «POUR VOUS, LA MACIF

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION «NOUVEL HORIZON»

STATUTS DE L ASSOCIATION «NOUVEL HORIZON» STATUTS DE L ASSOCIATION «NOUVEL HORIZON» TITRE 1 : DEFINITION DE L ASSOCIATION Article 1 : Dénomination Il est fondé entre toutes les personnes morales ou physiques qui adhèrent aux présents statuts une

Plus en détail

L audit de performance à Gan Assurances Contexte et réalisations. André BRUN Directeur de l audit interne

L audit de performance à Gan Assurances Contexte et réalisations. André BRUN Directeur de l audit interne L audit de performance à Gan Assurances Contexte et réalisations André BRUN Directeur de l audit interne 1 Présentation du Groupe Groupama Un groupe d assurances et de banque Un acteur de dimension européenne

Plus en détail

1 mois de cotisation d assurance offert. pour toute nouvelle souscription d un contrat Auto*

1 mois de cotisation d assurance offert. pour toute nouvelle souscription d un contrat Auto* OFFRES DE BIENVENUE RÉSERVÉES AUX SALARIÉS GRÂCE À VOUS, LES SALARIÉS DE VOTRE ENTREPRISE PEUVENT BÉNÉFICIER D UN MOIS DE COTISATION D ASSURANCE OFFERT POUR TOUTE NOUVELLE SOUSCRIPTION À TITRE INDIVIDUEL

Plus en détail

L ENVIRONNEMENT JURIDIQUE ET FISCAL

L ENVIRONNEMENT JURIDIQUE ET FISCAL 3 L ENVIRONNEMENT JURIDIQUE ET FISCAL SUR LES GRANDS SUJETS AYANT CONCERNÉ L ASSURANCE ET LA FFSA EN 2010 ( LA FISCALITÉ DE L ASSURANCE VIE, SOLVABILITÉ II, LA MISE EN PLACE DE L ACP, LA CONVENTION AERAS

Plus en détail

Assurabilité et activités médicales: Le point de vue de l assureur Sham

Assurabilité et activités médicales: Le point de vue de l assureur Sham Assurabilité et activités médicales: Le point de vue de l assureur Sham 1 ères Universités d Eté Internationales Francophones pour la Qualité et la Sécurité des soins 11 et 12 Septembre 2015, Rabat - Maroc

Plus en détail

PROJET D ACTIVITÉ 2015

PROJET D ACTIVITÉ 2015 PROJET D ACTIVITÉ 2015 LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DU SECTEUR LES ENJEUX INSTITUTIONNELS 1. Les partenaires engagés 2. Les partenaires à consolider et développer 3. Les élections départementales et régionales

Plus en détail

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine. La durée de placement

Plus en détail

ADESS Cornouaille. Forum de l Economie Sociale et Solidaire jeudi 26 novembre 2015

ADESS Cornouaille. Forum de l Economie Sociale et Solidaire jeudi 26 novembre 2015 ADESS Cornouaille Forum de l Economie Sociale et Solidaire jeudi 26 novembre 2015 1 L ADESS Cornouaille est un des quinze pôles de développement de l Economie Sociale et Solidaire (ESS) en Bretagne. C

Plus en détail