UNIVERSITE DE PARIS I. LA VALEUR DE L INFORMATION Application au paramétrage des ERP

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNIVERSITE DE PARIS I. LA VALEUR DE L INFORMATION Application au paramétrage des ERP"

Transcription

1 UNIVERSITE DE PARIS I Panthéon - Sorbonne INSTITUT D'ADMINISTRATION DES ENTREPRISES de PARIS UFR 13 MEMOIRE DE DESS SYSTÈMES D'INFORMATION et de COMMUNICATION Promotion n 98 SOIR LA VALEUR DE L INFORMATION Application au paramétrage des ERP RÉDIGÉ ET SOUTENU PAR : Jean-Yves CREUSOT DIRECTEUR DE MÉMOIRE : Marc DESREUMAUX

2

3 L'Université n'entend donner aucune approbation ni improbation aux opinions émises dans ce mémoire : CES OPINIONS DOIVENT ÊTRE CONSIDÉRÉES COMME PROPRES À LEUR AUTEUR

4

5 Remerciements Je tiens tout d abord à remercier Géraldine, ma femme, qui m a permis de suivre ces deux années de formation et qui a, dans la même période, donné naissance à nos deux filles. Je remercie mes filles, Agathe et Joséphine, pour n avoir pas empêché de dormir leur papa, ainsi que mes parents qui m ont donné les moyens «humains» d obtenir ce que j ai et de devenir ce que je suis. Je remercie les intervenants de l IAE pour m avoir apporté une vision du monde différente de celle que j avais, pour m avoir confirmé que les questions que je me pose ne sont pas hors sujet. Je remercie tout particulièrement M. Desreumaux (et K.Gödel) pour avoir réussi à me faire faire une mise à jour de mon software, de mon paramétrage et de mes données de base! Je remercie MM. Walter, Baudinot, Frédoueil et Pfaadt, managers de ex- CEGELEC, qui ont cru en moi et qui m ont permis d évoluer intellectuellement et professionnellement. Je remercie Jef et Chantal Legrand pour m avoir donné leurs commentaires éclairés sur les premiers jets de mon mémoire.

6

7 Table des matières REMERCIEMENTS... 5 INTRODUCTION INFORMATION & COMMUNICATION RÉVOLUTION INFORMATIONNELLE THÉORIE(S) DE LA COMMUNICATION Théorie mathématique de la communication Autre théorie Communication machine machine BESOINS ET UTILISATION DE L INFORMATION Quelle information? Pour qui? CARACTÉRISTIQUES DE L'INFORMATION Rapport au Temps Temps ressource...22 Prévision du futur...22 Evénement et document Rapport à l Espace Média, support et mémoire Catégorisation MESURE & INFORMATION Quantification de l information Masse, énergie & entropie LA VALEUR VALEURS EN ENTREPRISE Valeur comptable, valeur boursière Valeur d usage et valeur d échange Valeur d un individu Valeur juridique MÉTHODES LIÉES À LA VALEUR Analyse de la valeur Chaîne de la valeur RAPPORT AU TEMPS Le temps Valeur du temps Rôle du temps dans la valeur LA VALEUR DE L'INFORMATION De quoi parle-t-on? La valeur économique de l information Pour la prise de décision...40 Temps gagné et travail effectué...40 Valeur intrinsèque...41 Intégration dans un processus...41 Limitations Le coût de l information Valeur nulle, valeur négative? Augmenter la valeur de l information Conséquences CONCLUSION SYSTÈME D INFORMATION ET ORGANISATION DÉFINITIONS Systèmes Système d information RÔLE ET UTILISATION DU SYSTÈME D INFORMATION VALEUR DU SYSTÈME D INFORMATION Coût du système d information... 57

8 3.3.2 Méthodes de calcul existantes L analyse de la valeur appliquée aux systèmes d informations Approche par le «balanced scorecard» de Kaplan et Norton Approche de la «mesure des actifs immatériels» de Sveiby Approche par le «capital immatériel» d Edvinnson et Malone Justification des gains APPLICATION À UN ERP DÉFINITION ATOUTS ET CONTRAINTES D UN ERP Intégration Concepteur unique Unicité des données Temps réel Uniformité de l interface homme-machine PARAMÉTRAGE APRÈS L ERP CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE INDEX... 89

9 La valeur de l information Introduction Nous pouvons être étonnés par le "pouvoir" des personnes qui détiennent "l'information" et en particulier par certains "informaticiens". Ces derniers ont, depuis l'essor de l'informatique, des places quasiment stratégiques dans les organisations. Aujourd'hui, nous ne parlons plus d'informatique, mais de "systèmes d'information" et les nouveaux «maîtres» sont les directeurs des systèmes d'information (DSI). Le système centralisé a été remplacé par des réseaux de machines, et le responsable informatique de l'époque, qui ne pouvait contrôler que les données dites d'exploitation, peut maintenant, grâce a son titre de DSI et à la technologie mise à sa disposition, avoir accès à toute l'information numérisée (données d'exploitation, documents, messagerie, ) de l'ensemble de l'organisation. Quels sont les arguments défendus par ces DSI qui leur permettent de faire débloquer des budgets de plusieurs millions d'euros afin d'installer des nouveaux systèmes technologiques renforçant encore leur pouvoir? Or, le paradoxe de la productivité de la technologie de l information, faisant remarquer que la productivité des entreprises n augmente pas malgré l accroissement des coûts des systèmes d information, devrait avoir pour conséquence de limiter ces investissements Or, les décideurs continuent de demander des justifications concernant les nouveaux investissements par des calculs de "retour sur investissements" (ROI 1 ). Ces calculs sont censés prendre en compte l ensemble des coûts de mise en place et de maintenance d'un tel système afin de les comparer aux bénéfices escomptés par l'utilisation dudit système. Comme le constate le Cigref 2, les Directions Informatiques sont aujourd hui très focalisées sur les coûts et beaucoup moins sur la valeur ajoutée des systèmes qu elles mettent en place. Qu en est-il donc de la validité de ces calculs? Les principes généraux de gestion d'entreprise nous laisse perplexe quant à ces dépenses considérables d'investissement qui ne sont prises en compte que pour le coût de mise en place. Les actifs comptables ne prendront en compte que le prix des machines, des logiciels, et tous ces coûts seront ensuite amortis. Résultat : cinq ans plus tard le système d'information n apparaîtra plus en tant qu actif de l entreprise mais en tant que charges. Que le système technique n'ait plus de valeur «comptable», nous pouvons le concevoir, mais qu'en est-il des données contenues dans ce système? Qu en est-il des connaissances du métier de l entreprise qui ont été transformées en paramétrage dans l ERP? Ces données n'auraient-elles aucune valeur pour l'entreprise? 1 Return Of Investment ; d autres critères sont aussi utilisés : VAN (Valeur Actualisée Nette) et TRI (Taux de Rentabilité Interne). 2 Club Informatique des GRandes Entreprise Françaises. La finalité du Cigref est la promotion de l usage des systèmes d information comme facteur de création de valeur pour l entreprise. Page 9

10 Les DSI sont conscients de la "valeur" de leur système, mais en est-il de même pour les décideurs? Et parle-t-on de la même valeur? Il est de plus en plus urgent de trouver les réponses à ces questions, compte tenu du paradoxe dont nous avons déjà parlé. * ** Le premier chapitre va permettre de définir les concepts et la terminologie, concernant l information et la communication, que nous utiliserons tout au long de cette étude. Nous verrons quelles sont les caractéristiques de l information, à quoi et à qui elle peut être utile et dans quelles conditions il est envisageable de la mesurer. Dans un second chapitre, nous essayerons de définir ce qu est la valeur pour une entreprise, ainsi que la notion de coûts qui lui est généralement associée. Nous verrons que ces éléments sont encore analysés avec une vision principalement comptable et que cette vision est extrêmement réductrice pour les entreprises actuelles. Après voir présenté quelques méthodes et outils concernant le calcul de la valeur, nous nous intéresserons à la valorisation de l information. Nous pourrons, dans le troisième chapitre, nous pencher sur l utilisation que l on peut faire de cette nouvelle valeur, sur les systèmes à mettre en place pour la gérer et nous pourrons ensuite nous intéresser à l influence de ces derniers sur l organisation, le pouvoir et la valeur de l entreprise. Le quatrième chapitre se recentrera sur les ERP, sous-systèmes du système d information, qui semblent être la solution miracle. Nous étudierons plus particulièrement le paramétrage de l ERP qui nous semble être le point sensible et important de ce sous-système. * ** Avertissement : les premiers chapitres sont destinés à mettre en place les idées que nous allons utiliser par la suite. Il n est pas question d ouvrir ici une discussion au sujet de l information, de la communication ou de la valeur bien que certaines questions soient posées dans ces chapitres. Page 10

11 La valeur de l information 1 Information & communication 1.1 Révolution informationnelle Société de l information, révolution informationnelle, réseaux de communication, gestion des connaissances et des compétences, banques et entrepôts de données, travailleurs du savoir, font partie des quelques termes à la mode que l on voit partout. Pourquoi? De quoi s agit-il? Pourquoi cela préoccupe-t-il tant les entreprises? Qu ont-elles à y gagner? Nous allons tout d abord essayer de remettre à sa place la révolution informationnelle actuelle, la quatrième du nom Dessins grottes de Lascaux Tablette d'uruk Hiéroghlyphes & numérotation écrite sumérienne Ecriture et papier chinois 2 révolution informationnelle Moïse - livre en Chine Alphabet Ancien testament révolution informationnelle Ecriture en Mésopotamie Tablette d'uruk Hiéroghlyphes & numérotation écrite sumérienne Ecriture et papier chinois Moïse Alphabet Ancien testament Alphabet grec Alphabet latin 2 révolution informationnelle Numérotation indienne avec zéro Nouveau testament Charlemagne & calligraphie Coran Scriptarium dans chaque abbaye Fabrique de papier en Europe Gutenberg - imprimerie Découverte de la pierre de Rosette Shannon / Wiener / Bardeen, Brattain, Shockley 3 révolution informationnelle 4 révolution informationnelle Alphabet grec - livre en Grèce Alphabet latin Numérotation indienne avec zéro - Nouveau testament Charlemagne & calligraphie - Coran Scriptarium dans chaque abbaye 3 révolution informationnelle Fabrique de papier en Europe Gutenberg - imprimerie Découverte de la pierre de Rosette 4 révolution informationnelle Shannon / Wiener / Bardeen, Brattain, Shockley t t Page 11

12 Comme le décrit le graphique précédent, la première révolution informationnelle concerne l invention de l écriture, la seconde l invention du livre, la troisième l invention de l imprimerie et la quatrième l invention de l utilisation de l électronique pour traiter des données numérisées. La première révolution concerne un changement total pour l homme, il montre qu il a un pouvoir d abstraction : il est capable de transformer des idées en signes et de retraduire ces signes en idées. Les révolutions suivantes n ont été que des révolutions «techniques» : le livre permettait de stocker et de transporter facilement de l information, l imprimerie a permis de produire une grande quantité de livres et l informatique permet de dématérialiser le support de l information donc de se défaire de certaines contraintes de temps et d espace. Ces révolutions n affectent l homme que dans sa façon d obtenir de l information et non dans sa façon de penser. Ces nouvelles techniques ne sont pas créatrices d informations, elles ne sont que des améliorations du support à l écriture. Ces améliorations n ont pas été effectuées sans coût, car on peut considérer que l information existante, avant une révolution informationnelle, a énormément perdu de sa valeur. En effet, cette information existante était devenue incommunicable à cause du changement de technologie, il faut à chaque fois recoder l information. Néanmoins, l informatique permet un codage universel qui ouvre des possibilités de traduction inattendues entre des champs sémantiques jusqu ici incompatibles. Il devient ainsi possible de manipuler en tous domaines, les signes au lieu des choses à l aide d un seul code. On peut remarquer que ces révolutions sont de plus en plus rapprochées et peutêtre aurons nous la chance de faire partie des acteurs de la cinquième révolution informationnelle. Page 12

13 La valeur de l information Quelques événements marquants de l invention de l imprimerie à nos jours 1450 Gutenberg - Imprimerie 1775 Régie des diligences 1777 Premier quotidien français 1789 Révolution française amendement de la constitution américaine 1800 Chappe - codage de l'information - Article sur la copie de l'image 1814 Imprimerie mécanique 1816 Niepce héliographie 1822 Champollion - déchiffrement pierre de Rosette / première photo 1824 Carnot - 2 principe de la thermodynamique 1827 Photographie 1835 Premières notions sur les réseaux 1837 Etude d'opportunité concernant le télégraphe électrique 1840 Daguerre - Daguéréotype 1844 Morse 1848 Interconnexion de lignes télégraphiques 1850 Câble transmanche / Boole / Clausius - "entropie" - Interconnexion des réseaux ferrés - Loi sur les communications privées 1855 Enregistrement graphique du son 1858 Câble transatlantique 1859 Darwin - "De l'origine des espèces..." 1860 Maxwell - théorie cinétique des gaz et de la thermodynamique 1865 Union Télégraphe Internationale / presse rotative 1875 Bell téléphone 1876 Boltzmann - entropie 1877 Edison - phonogramme 1881 Loi liberté de presse 1882 Enseignement primaire obligatoire 1884 Machine mécanographique 1885 Hollerit - IBM / Hertz 1886 Linotype 1887 Kodak 1894 Etude sur le téléphone sans fil 1895 Lumière - cinématographe 1897 Diffusion à distance 1904 Fleming - diode 1905 Einstein - relativité restreinte 1906 De Forrest - triode / Réalisation d'un émetteur pour la parole 1915 Ligne téléphonique Est-Ouest en Amérique 1920 Cinéma parlant 1921 Radiodiffusion de la tour Eiffel 1925 Télévision mécanique 1927 Télévision électronique / Hartley - première mesure de l'information 1931 Gödel - théorème d'incomplétude 1932 Von Neumann - traité 1934 BASF - premier support magnétique 1936 Turing - machine de Turing 1938 Keeves - codification d'une conversation 1942 Ecole de Palo Alto 1944 AFP / ADN - découverte du support de l'hérédité 1945 ENIAC 1947 Microsillon 33t 1948 Shannon - th. mathématique de la communication / Wiener - cybernétique / Bardeen, Brattain, Shockley - Transistor couplage écran/ordinateur / Turing - article "les machines peuvent-elles penser?" / Magnétoscope 1953 Structure en double hélice de l'adn 1954 Bertalanfy - Théorie générale des systèmes 1956 Mot "ordinateur" / Ligne téléphonique transatlantique / Fibre optique 1958 Fortran / Lisp 1959 Circuit intégré 1960 Laser 1962 COBOL / Mot "informatique" / Satellite Page 13

14 1964 Loi de Moore / Satellite géostationnaire / Zadeh - principes de la logique floue 1968 Film en images de synthèse 1970 UNIX / Commutateur électronique 1972 Microprocesseur / Smalltalk / langage C 1974 Ethernet / Moreno : carte à puce 1978 Numérisation d'images 1979 CD / baladeur 1980 ADA / SQL 1981 PC / radios libres 1982 Utilisation de fibres optiques pour télécommunications / Minitel / Démantèlement de ATT 1984 Macintosh / Internet / Projet génome humain 1990 www 1992 GSM 1997 Clonage d'une brebis adulte 2000 Décryptage du génome humain * ** Cette quatrième révolution informationnelle est, néanmoins, très importante pour les entreprises car celles-ci se sont aperçues que, non seulement elles possédaient un capital (informationnel, humain, ) non connu, ou reconnu, jusqu à ce jour, et qu en plus, les outils étaient désormais disponibles pour faire fructifier ce capital. H. Laroche appelle cela l «illusion informationnelle»[laroche]. Cela consiste à croire que tout est information et que toute information est décomposable, analysable, traitable, stockable et que la maîtrise de l information conduit à la maîtrise de l action. Il s agit d une illusion car une information n existe, ni en dehors de l intention qui la saisit, ni en dehors des autres informations qui forment le contexte et qui fait que chaque situation est spécifique. Il est temps de définir ce que c est que l information dans notre contexte. * ** Étymologiquement, l'informatio signifie le façonnage ou la mise en forme de quelque chose. Information est un nom d'action qui dénote ce processus de mise en forme. Informare prend ensuite le sens d'instruire (donner forme à l'esprit). Nous utiliserons la définition de l information donnée par le Cigref : L information est un ensemble de données non structurées et organisées pour donner forme à un message résultant d un contexte donné et donc parfaitement subjectif. [Cigref 2000] Cette définition fait appel à la notion de donnée qui est aussi un terme que nous utiliserons dans la suite de notre étude. La donnée est un élément fondamental et objectif, qualitatif ou quantitatif servant de base à un raisonnement ou à la réalisation des traitements. [Cigref 2000] Page 14

15 La valeur de l information D autres terminologies sont utilisées et chacune est plus ou moins bien adaptée à un domaine. Le terme général d «information», par exemple, se décline dans d autres termes en fonction du domaine où il est utilisé : dans le domaine du savoir, nous parlerons de «connaissance», dans le domaine de l informatique nous parlerons de «données» et dans le domaine informationnel nous parlerons de «nouvelle». D. Confland parle, lui, d «information brute» [Confland], qui est l information à l étape précédant un probable enrichissement ultérieur (domaine de l information scientifique et technique). Il n y a pas d information en soi, déclare D. Bougnoux, et il ajoute que cette notion est subjective et relative [Bougnoux]. L information c est ce qui fait qu un message circule, c est pourquoi elle est si proche de la communication et différente de la connaissance. Nous allons dès maintenant faire la distinction entre l information et la communication : la communication comporte deux aspects, l un relationnel, l autre qui a attrait au contenu, donc à l information. Il est d ailleurs tout à fait envisageable d imaginer une communication sans information. La communication n est pas une fin en soi 3, malgré le sentiment actuel de vouloir s intéresser plus aux phénomènes de circulation de l information qu aux personnes et aux processus créateur de cette information. 3 communiquer est de plus en plus utilisé comme verbe intransitif. Page 15

16 1.2 Théorie(s) de la communication Il n existe pas une théorie de la communication et de l information mais plusieurs, nous allons voir quelques unes de ces idées. Le problème de la communication peut être découpé en 3 niveaux : Problèmes techniques : avec quelle exactitude les symboles de la communication peuvent-ils être transmis? Problèmes sémantiques : avec quelle précision les symboles transmis véhiculent-ils la signification demandée? Problèmes d efficacités : avec quelle efficacité la signification reçue influence-t-elle la conduite dans le sens désiré? Théorie mathématique de la communication Il s agit de la théorie proposée en 1948 par W. Weaver 4 et C. Shannon [Weaver]. Le mot communication est utilisé dans un sens très large incluant tous les procédés par lesquels un esprit peut en influencer un autre. Weaver et Shannon ne se préoccupent que du premier niveau, c est à dire des problèmes techniques liés à la transmission de symboles. Déjà en 1928, Hartley 5 avait laissé de côté l aspect sémantique de l information, jugé trop subjectif pour être pris en compte dans une théorie scientifique. La théorie de l'information élaborée par Claude Shannon est une théorie du signal 6 au sens large. Sans tenir compte de la signification du message, elle se fonde sur le principe selon lequel l'information doit être transmise à l'aide d'un canal et préalablement codée. Et elle conclut qu'il est possible d'optimiser, en présence de bruit, l'occupation de la bande de fréquences, allouée grâce à des codes permettant de maximiser la vitesse de transmission, en s'approchant des limites supérieures de capacité du canal 7, tout en minimisant la probabilité d'erreur de transmission. 4 Warren Weaver était coordinateur de la recherche sur les grands calculateurs pendant la 2 guerre mondiale. 5 Ralph V.L. Hartley propose en 1927 la première mesure précise de l information associée à l émission de symboles, l ancêtre du bit. En 1936, Alan Turing conçoit le schéma d une machine capable de traiter cette information. 6 «Le signal n est rien d autre que le déplacement d impulsions électroniques auxquelles on a donné au préalable une signification.» Breton & Proulx 7 A. Moles explique, dans la préface de la théorie mathématique de la communication, que l on peut mesurer approximativement la capacité d un canal en effectuant le produit de la bande passante par la dynamique et que ce produit est lié au nombre maximum de messages que l on peut transmettre en une seconde. La capacité calculée correspond à une capacité maximale théorique sans tenir compte des phénomènes de bruit [Weaver]. Page 16

17 La valeur de l information La théorie de l'information fait appel au codage ainsi qu'à la statistique : une information désigne un ou plusieurs événements parmi un ensemble fini d'événements possibles. Il n est donc pas envisageable de laisser place au hasard concernant l information, ce qui permet de dire que le processus de communication n est pas créateur d information. Le seul phénomène non prévisible est l ordre d apparition des événements, on peut donc supposer que le processus de communication peut générer une méta-information sur l information transmise Autre théorie P. Watzlawick nous dit que nous ne pouvons pas ne pas communiquer et que tout a valeur de message [Watzlawick]. Il ajoute que l intentionnalité n est pas non plus un facteur déterminant pour définir une communication et que la question de savoir si le message reçu correspond au message envoyé appartient à un ordre d analyse différent. Page 17

18 1.2.3 Communication machine machine On peut se demander si il est raisonnable de parler de communication entre deux machines. Nous allons voir, au travers d un exemple, qu il n est pas si évident que cela de répondre à cette question. Qu en est-il de l information envoyée d un système A à un autre système de contrôle-commande 8 B, dans une centrale nucléaire par exemple, qui va agir, sans l intervention d un être humain, sur ce système A pour le maintenir dans un état stable? Nous pensons que cette information n est autre qu un signal, qui n a bien sûr aucun sens pour le système, et qui n est information que grâce à la connaissance programmée dans le système B de contrôle-commande. Nous pensons que l information, ou plutôt la connaissance, se trouve dans le programme et non pas dans le signal d un événement quelconque. Le système B de contrôle-commande est un automate. La connaissance humaine du système A surveillé est programmée dans l automate. Les signaux qu il reçoit ne sont pas n importe quels signaux mais des signaux prévus et normalement tous les cas sont paramétrés dans cet automate B. Le signal émis va générer une suite de réaction physique, sans aucune surprise 9 et, à notre avis, sans aucune information. Le hasard est au niveau de l ordre d apparition des événements et non pas de l événement lui-même 10. Cet ordre n a pas d importance dans notre cas, bien que des accidents, comme celui survenu à Tchernobyl, soient dus à une suite de petites événements, qui individuellement analysés, auraient été sans conséquence. C est le temps (moment de survenance de l événement) qui pourrait générer de l information, mais le temps n a pas de valeur pour les machines. Système A Signal (changement d'état) Feed-back Contrôlecommande B 8 Système de contrôle-commande : système qui va recevoir des signaux d un autre système qu il est censé surveiller. La réception de ces signaux doit déclencher le processus qui va mettre le système contrôlé dans l état suivant conformément aux règles de fonctionnement de ce système. L exemple le plus simple est celui du thermostat qui reçoit un signal de température et qui va agir sur le radiateur pour stabiliser cette température. 9 Nous espérons que dans ce type de système, tous les cas sont prévus. 10 Commentaire déjà fait au sujet de la théorie mathématique de la communication. Page 18

19 La valeur de l information 1.3 Besoins et utilisation de l information «Si une information approfondie et riche constitue le principe vital de l entreprise, les utilisateurs doivent en être assoiffés. Pour faire en sorte que les individus utilisent les sources d information, il faut faire entrer ce besoin dans le tissu même de leur vie professionnelle. C est ce que font les virus.» [Rayport] Quelle information? Le but de toute entreprise est de faire du profit et l information fait partie des ressources nécessaires à l entreprise pour atteindre ses objectifs. L augmentation du profit peut se faire suivant deux axes, l augmentation des gains ou la réduction des dépenses. Pour augmenter les gains, il va falloir vendre plus (!) et pour ce faire nous aurons sans doute besoin d avoir des informations sur les clients. En revanche pour réduire les coûts, nous aurons besoin de connaître le fonctionnement de l entreprise et nos fournisseurs. La collecte d information n étant pas une fin en soi, les informations concernant nos clients, notre fonctionnement interne et nos fournisseurs ne serviront à rien si aucune décision n est prise en tenant compte de ces informations. Les informations nécessaires sont donc celles qui vont nous permettre de prendre la meilleure décision, ou au moins une bonne décision. Néanmoins, il est difficile de savoir, même à posteriori, si la décision était bonne ou non. En revanche, il est facile de savoir si une décision est facile ou difficile à prendre. Les décisions difficiles sont celles pour lesquelles il n existe pas de critères de succès ou d échec clairement définis. Le résultat de ces choix se traduit par des risques et des coûts sans que les avantages soient nécessairement perceptibles. L information ayant de la valeur sera celle qui permettra au décideur de réduire son incertitude et du même coup les risques [Marchand]. Page 19

20 Une autre situation où l on a besoin d information est celle où l on est en phase de résolution de problèmes. S. Mac Mullin et R. Taylor ont étudié les besoins d'informations dans ce cas et ils proposent de découper ces besoins en 11 catégories ou facettes du problème [Choo] : Facettes du problème Les problèmes se situent entre : La conception La découverte Le bien structuré Le mal structuré Le simple Le complexe Des objectifs spécifiques Des objectifs amorphes Des situations initiales comprises Des situations initiales non comprises Des hypothèses acceptées Des hypothèses non acceptées Des hypothèses explicites Des hypothèses non explicites Des schémas connus Des schémas nouveaux Des risques de faible ampleur Des risques de grande ampleur Une analyse empirique possible Une analyse empirique impossible Une contrainte externe Une contrainte interne Besoin d'information (exemple) Options, alternatives, fourchettes Séries de données restreintes et détaillées Données quantitatives objectives Données probabilistes sur la marche à suivre Voie sur l'objectif Moyens de ramener le problème à des tâches plus simples Moyens d'atteindre et de mesurer l'objectif Préférences et orientations Clarification des points obscurs de la situation initiale Données informelles et qualitatives pour définir la situation initiale Information contribuant à cerner le problème Visions du monde, définition des termes Options, cadre d'analyse du problème Information explicitant les hypothèses Information sur les procédures et l'historique Information de fond, axées sur l'avenir Recherche rentable La meilleure information disponible : précise et complète Données objectives compilées Avis, prévisions, scénarios d'experts Clarification des objectifs internes Information sur l'environnement extérieur Page 20

21 La valeur de l information Pour qui? La question que l on peut se poser maintenant est de savoir qui a besoin de l information. Comme nous l avons vu précédemment, tous les décideurs ont besoins d information pour prendre de bonnes décisions. Il en existe deux types, les décisions opérationnelles et les décisions stratégiques. La décision opérationnelle va nécessiter de l information mono-dimensionnelle et comportera une possibilité forte de réversibilité. Il s agit des décisions programmées et de type rétrospective que tout manager est amené à prendre. La décision stratégique aura besoin d informations plus complètes, couvrant un domaine multi-dimensionnel avec un niveau d agrégation et une pertinence élevés. L obtention de ce type d information nécessite des traitements élaborés. Il s agit de décisions non programmées 11 et de type prospective que seuls les décideurs de l entreprise sont amenés à prendre. Celui qui veut avoir le pouvoir 12 va aussi chercher à avoir accès à l information et à ne pas la diffuser. Selon Alvin Toffler, les trois grandes sources de pouvoir sont la force, la richesse et le savoir. Mais aujourd'hui la force et la richesse son fonction du savoir. Effectivement, celui qui sait peut prévoir et celui qui prévoit peut exercer un pouvoir. Le savoir procure à ceux qui le maîtrise l équivalent d un puissant effet de levier. Il faut avant toute chose être en possession d un certain pouvoir pour y appliquer cet effet de levier. 11 Terme emprunté à H.A. Simon 12 Le pouvoir suppose la capacité d influence, de persuasion qui s appuie souvent sur l autorité et le prestige. On peut estimer qu un individu exerce un pouvoir sur d autres personnes, s il peut obtenir d elles des comportements ou des conceptions qu elles n auraient pas adoptés sans son intervention. Page 21

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

Système d'information Page 1 / 7

Système d'information Page 1 / 7 Système d'information Page 1 / 7 Sommaire 1 Définition... 1 2 Fonctions du système d information... 4 2.1 Recueil de l information... 4 2.2 Mémorisation de l information... 4 2.3 Traitement de l information...

Plus en détail

Guide de la formation à la gestion et la comptabilité IDECO

Guide de la formation à la gestion et la comptabilité IDECO La connaissance n est pas un objet comme les autres La connaissance est une information à laquelle vous donnez du sens. Ce processus de construction des connaissances est de ce fait très personnel, lié

Plus en détail

Comment l entreprise produit-elle?

Comment l entreprise produit-elle? Comment l entreprise produit-elle? Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

CRÉER UN COURS EN LIGNE

CRÉER UN COURS EN LIGNE Anne DELABY CRÉER UN COURS EN LIGNE Deuxième édition, 2006, 2008 ISBN : 978-2-212-54153-3 2 Que recouvre le concept d interactivité? Dans une perspective de cours en ligne, une activité interactive est

Plus en détail

Communication Concepts/ Méthodes/Outils

Communication Concepts/ Méthodes/Outils Mohammed DAOUDI Communication MASTER RESSOURCES HUMAINES ET COMMUNICATION Communication Concepts/ Méthodes/Outils Enseignant responsable de la matière Mohammed DAOUDI Maitre-assistant assistant «A» Année

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

Macroéconomie L1 TD5

Macroéconomie L1 TD5 Macroéconomie L1 TD5 Mickaël Clévenot 18 novembre 2013 Ce TD vise à vous familiariser avec les notions d investissement(multiplicateur), de rentabilité, de taux de profit, d efficacité marginale du capital,

Plus en détail

Guide méthodologique 4

Guide méthodologique 4 N/Réf : X2 217 012 Collection Guides méthodologiques Comment réaliser un travail de recherche Guide méthodologique 4 Louis Gaudreau Conseiller en documentation Centre des médias Septembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

Quel lien existe-t-il entre le besoin et le design des objets?

Quel lien existe-t-il entre le besoin et le design des objets? Séquences 1-2 Quel lien existe-t-il entre le besoin et le design des objets? Pourquoi trouve-t-on différents modèles pour ce produit de communication? Nous avons chez nous différents modèles de téléphones

Plus en détail

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés Les nouveaux enjeux et défis du marché immobilier : comment y contribuer? Chaire Ivanhoé Cambridge ESG UQÀM Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la

Plus en détail

Le système d information en classe de première STMG

Le système d information en classe de première STMG Le système d information en classe de première STMG Description du thème Propriétés Description Intitulé long Formation concernée Matière Thème Question de gestion Intitulé long Données, information et

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

Théorie de l information : historique

Théorie de l information : historique Théorie de l information : historique Développée dans les années quarante par Claude Shannon. Objectif : maximiser la quantité d information pouvant être transmise par un canal de communication imparfait.

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

L apport d une créance en présence d un passif net 1

L apport d une créance en présence d un passif net 1 L apport d une créance en présence d un passif net 1 Claude Janssens Expert-comptable, analyste financier et économiste d entreprises Comme dans le numéro 4/2007, nous allons vous présenter un exemple

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Page 1 2 La présente invention concerne le domaine des architectures informatiques, et en particulier un procédé pour le développement d applications destiné à un fonctionnement en réseau, par exemple

Plus en détail

FAYCAL AYECH GL2. INSAT 2010/2011 INTRODUCTION AUX SYSTÈMES D INFORMATIONS DÉFINITION ET ORGANISATION DE LA FONCTION SI

FAYCAL AYECH GL2. INSAT 2010/2011 INTRODUCTION AUX SYSTÈMES D INFORMATIONS DÉFINITION ET ORGANISATION DE LA FONCTION SI FAYCAL AYECH GL2. INSAT 2010/2011 1 INTRODUCTION AUX SYSTÈMES D INFORMATIONS DÉFINITION ET ORGANISATION DE LA FONCTION SI Chapitre 1 Trois questions se posent dès le départ : Qu'est-ce qu'un système? Qu'est-ce

Plus en détail

La pratique des décisions dans les affaires

La pratique des décisions dans les affaires Association Française Edwards Deming Une philosophie de l action pour le XXIème siècle Conférence annuelle, Paris, 8 juin 1999 Jean-Marie Gogue, Président de l AFED La pratique des décisions dans les affaires

Plus en détail

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE 1. DEFINITION La comptabilité peut être définie comme une technique normalisée d enregistrement des flux (achats

Plus en détail

Information sur notre société et notre gestion d atelier

Information sur notre société et notre gestion d atelier Information sur notre société et notre gestion d atelier Qui est ICN? Informatique et Conseils du Nord Créée en 1984, la société ICN s est spécialisée dans la réalisation de logiciels spécifiques, notamment

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Chapitre 1 : la comptabilité de caisse

Chapitre 1 : la comptabilité de caisse La comptabilité de caisse www.comptanat.fr Chapitre 1 : la comptabilité de caisse À l'origine de la comptabilité de caisse se trouve l'idée que, pour limiter les risques de détournement, seule une personne

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

Cours et applications

Cours et applications MANAGEMENT SUP Cours et applications 3 e édition Farouk Hémici Mira Bounab Dunod, Paris, 2012 ISBN 978-2-10-058279-2 Table des matières Introduction 1 1 Les techniques de prévision : ajustements linéaires

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi?

La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi? La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi? 1 Définition Selon le plan comptable général, la comptabilité de gestion fait apparaître deux aspects : Connaître les coûts et les résultats par produit. Agir

Plus en détail

Le rapport des ventes : un outil de gestion essentiel

Le rapport des ventes : un outil de gestion essentiel Le rapport des ventes : un outil de gestion essentiel Combien de cell-packs ai-je vendus au printemps dernier et quel a été mon prix moyen? À qui ai-je vendu des poinsettias roses et combien chacun de

Plus en détail

ELEMENTS DE CONTENU DETAILLE

ELEMENTS DE CONTENU DETAILLE ELEMENTS DE CONTENU DETAILLE VIDEOSURVEILLANCE Introduction 2.1 Vidéosurveillance : pourquoi? 2.2 Architecture d une installation de vidéosurveillance 2.2.1 Vidéosurveillance en circuit fermé et circuit

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE

CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION CONNAISSANCES

Plus en détail

ITIL V3. Stratégie des services - Processus

ITIL V3. Stratégie des services - Processus ITIL V3 Stratégie des services - Processus Création : juillet 2011 Mise à jour : Juillet 2011 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL V3 a été réalisé en se basant

Plus en détail

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin Les clés de l évaluation Hervé Bardin Evaluation d entreprise : principes généraux Evaluation d entreprise : principes généraux Que veut-on évaluer? Contexte de l évaluation Typologie des méthodes d évaluation

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

La gestion des flux d information : EDI

La gestion des flux d information : EDI La gestion des flux d information : EDI Introduction EDI (définition, composants, types et domaines d application) Les enjeux de l EDI La mise en œuvre de l EDI Conclusion Introduction Tâches Création

Plus en détail

LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION

LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION Page 1 sur 16 FICHE 1 LES TECHNIQUES D ANIMATION DE GROUPE FICHE 2 LES DIFFERENTES OPERATIONS MENTALES FICHE 3 LES VERBES D ACTION FICHE 4 LES METHODES DE RESOLUTIONS DE

Plus en détail

EVALUATION D ENTREPRISE COMMENT LE PRIX DE L ACHETEUR PEUT-IL REJOINDRE CELUI DU VENDEUR?

EVALUATION D ENTREPRISE COMMENT LE PRIX DE L ACHETEUR PEUT-IL REJOINDRE CELUI DU VENDEUR? EVALUATION D ENTREPRISE COMMENT LE PRIX DE L ACHETEUR PEUT-IL REJOINDRE CELUI DU VENDEUR? La valeur globale de l entreprise n est pas la somme algébrique des valeurs des éléments, pris individuellement,

Plus en détail

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance) partenaire de Créateurs d avenirs PREPAVOGT Yaoundé, le 28 mars 2015 B.P. : 765 Yaoundé Tél. : 22 01 63 72 / 96 16 46 86 E-mail. : prepavogt@yahoo.fr www.prepavogt.org PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats.

Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. DEMATERIALISATION DES FACTURES FOURNISSEURS : PROJET ACHATS OU PROJET D

Plus en détail

I. L intérêt d une comptabilité de gestion pour la PME. A. La comptabilité financière et la comptabilité de gestion

I. L intérêt d une comptabilité de gestion pour la PME. A. La comptabilité financière et la comptabilité de gestion Chap. 6 : Analyser les coûts des centres de responsabilité I. L intérêt d une comptabilité de gestion pour la PME A. La comptabilité financière et la comptabilité de gestion 1. La comptabilité financière

Plus en détail

Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif

Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif Tax accounting Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif Définition de la base fiscale des actifs et passifs Introduction L IASB a publié le 31 mars dernier

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION OMPI SCIT/5/6 ORIGINAL : anglais DATE : 18 mai 2000 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION COMITÉ PLÉNIER Cinquième session Genève,

Plus en détail

Leçon 11. les tâches de gestion du magasin

Leçon 11. les tâches de gestion du magasin CANEGE Leçon 11 les tâches de gestion du magasin Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable : d'appréhender la différence entre gestion dynamique des stocks et gestion des magasins d

Plus en détail

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE - 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE Objectif(s) : o Choix des investissements et rentabilité économique : Capacité d'autofinancement prévisionnelle ; Flux nets de trésorerie ; Evaluations.

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL?

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL? La plupart des entreprises disposent d une masse considérable d informations sur leurs clients, leurs produits, leurs ventes Toutefois ces données sont cloisonnées par les applications utilisées ou parce

Plus en détail

LES PRINCIPES COMPTABLES LE CONTROLE DE GESTION LA FINANCE LIRE ET COMPRENDRE UN BILAN

LES PRINCIPES COMPTABLES LE CONTROLE DE GESTION LA FINANCE LIRE ET COMPRENDRE UN BILAN LIRE ET COMPRENDRE UN BILAN L'objectif de ce module est de vous familiariser avec le vocabulaire comptable et de vous faire comprendre ce que décrit un bilan Une entreprise vit dans le monde économique

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Intervention en entreprise

Intervention en entreprise Intervention en entreprise ADM-170 Séance 6 - Informatique Semaine du 16 juin 2008 Ordre du jour Les données et l information Distinction entre données et information L évaluation de la valeur de l information

Plus en détail

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE Collection master BANQUE FINANCE ASSURANCE Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Table des matières Introduction... 9 Chapitre 1 L entreprise : l investissement

Plus en détail

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE Activités Compétences techniques Compétences en organisation Compétences en communication 4.1. Assurer la veille nécessaire au traitement

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable.

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable. Chapitre 1 La mise en œuvre du système d information comptable. L analyse des opérations économiques Missions et rôle de la comptabilité Le système comptable Droit et comptabilité Une entreprise est une

Plus en détail

Qu est ce qui vous a amené à vous intéresser à cette technique?

Qu est ce qui vous a amené à vous intéresser à cette technique? INTERVIEW DE THIERRY CLEMENT Thierry CLEMENT (82) est l auteur du «Guide complet de l analyse technique pour la gestion de vos portefeuilles boursiers», publié aux Editions MAXIMA et parrainé par la revue

Plus en détail

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010 Livre Blanc Optimiser la gestion et le pilotage des opérations Août 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com Web : http://www.nqicorp.com

Plus en détail

THEME 2 : LA TRADUCTION COMPTABLE DES FLUX

THEME 2 : LA TRADUCTION COMPTABLE DES FLUX UFR SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES COURS DE GESTION ANNEE SCOLAIRE 2013-2014 INTERVENANT : Isabelle Kei Boguinard THEME 2 : LA TRADUCTION COMPTABLE DES FLUX SENS ET PORTEE DE L ETUDE : Assimiler

Plus en détail

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE DAMIEN PÉAN ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE LES GUIDES PRATIQUES GESTION - COMPTABILITÉ - FINANCE Comprendre les comptes annuels et améliorer la situation financière de l entreprise

Plus en détail

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail

ANAIS LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE. Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél.

ANAIS LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE. Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél. LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél. 05 57 35 07 95 PHILOSOPHIE DU LOGICIEL - CONCEPTS DE BASE ET MECANISMES 1.

Plus en détail

TOP. année promet d être BIG (Business Intelligence Growth) PRINCIPALES TENDANCES EN MATIÈRE DE SOLUTIONS DÉCISIONNELLES POUR 2013

TOP. année promet d être BIG (Business Intelligence Growth) PRINCIPALES TENDANCES EN MATIÈRE DE SOLUTIONS DÉCISIONNELLES POUR 2013 0 Cette TOP 10 PRINCIPALES TENDANCES EN MATIÈRE DE SOLUTIONS DÉCISIONNELLES POUR 2013 année promet d être BIG (Business Intelligence Growth) Quel est le bilan de l année 2012 en matière de solutions décisionnelles?

Plus en détail

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement.

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. Centre - Pays de Loire CHRU Tours COMMUNICATION «Conflits internes et Cohérence personnelle» SOMMAIRE Introduction page 3 Communication Page 4 Les paramètres d

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

COMMENT GERER LES CANDIDATURES AVEC EFFICACITE? Contact : CANDIDATUS 12, Av. des Prés 78180 MONTIGNY-LE-BRETONNEUX

COMMENT GERER LES CANDIDATURES AVEC EFFICACITE? Contact : CANDIDATUS 12, Av. des Prés 78180 MONTIGNY-LE-BRETONNEUX COMMENT GERER LES CANDIDATURES AVEC EFFICACITE? Contact : CANDIDATUS 12, Av. des Prés 78180 MONTIGNY-LE-BRETONNEUX Tél. : +33 1 30 57 31 22 contact@candidatus.com L A G E S T I O N D E C A N D I D A T

Plus en détail

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province SGPNB au Nouveau-Brunswick Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province Mise à jour juillet 2013 1 Préambule L information suivante décrit les différents

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises

Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises Structure du cours Introduction à la comptabilité Comptabilité générale et comptabilité analytique: Objectifs, définition et champ d action Du patrimoine

Plus en détail

Le rôle d un tableau de bord

Le rôle d un tableau de bord CHAPITRE 1 Le rôle d un tableau de bord Introduction «Trop d informations tue l information.» Proverbe japonais Sur le plan théorique, un tableau de bord est un outil de reporting regroupant différents

Plus en détail

Conduite de projets informatiques. Rappel. Plan de la dernière partie. Principes généraux et techniques. Eric Bourreau

Conduite de projets informatiques. Rappel. Plan de la dernière partie. Principes généraux et techniques. Eric Bourreau Conduite de projets informatiques Principes généraux et techniques Eric Bourreau 1 Rappel Définition et terminologie Le découpage d un projet L estimation des charges Les techniques de planification L

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 www.varm.fr La gestion du risque s organise Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 Sommaire Introduction... 2 Risques individuels... 2 I.0 La gestion de risques individuels... 2 I.1 La responsabilité des

Plus en détail

pour réussir Conseils vos projets de de dématérialisation de documents et processus Démarrez

pour réussir Conseils vos projets de de dématérialisation de documents et processus Démarrez pour réussir vos projets de de dématérialisation de documents et processus Conseils Démarrez 10 conseils pour réussir son projet 2 1. Faire une étude d opportunité 2. Définir le cadre de son projet 3.

Plus en détail

Les outils du manager commercial

Les outils du manager commercial OBJECTIFS Améliorer sa force de conviction et asseoir son leadership sur son équipe de collaborateurs mais aussi dans sa relation-clientèle Saisir l importance de la dimension relationnelle comportementale

Plus en détail

UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme

UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur Indications

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

Exercice 3.1 - Chapitre 3 : Les principes comptables généralement reconnus

Exercice 3.1 - Chapitre 3 : Les principes comptables généralement reconnus Date : Octobre 2006 Exercice 3.1 - Chapitre 3 : Les principes comptables généralement reconnus Arc-en-ciel inc. 1 Vincent Pagé, président de l entreprise Arc-en-Ciel inc., qui se spécialise dans la fabrication

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

1.2. Les documents comptables usuels PARTIE 1. La tenue d une comptabilité régulière et sincère est une obligation légale.

1.2. Les documents comptables usuels PARTIE 1. La tenue d une comptabilité régulière et sincère est une obligation légale. 1.2 Les documents comptables usuels PARTIE 1 La tenue d une comptabilité régulière et sincère est une obligation légale. Une entreprise est une construction bâtie sur des piliers (fonctions) : commercial,

Plus en détail

Entreprises et ménages

Entreprises et ménages Entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition et de destruction

Plus en détail

Simulation Entreprise - Tecstrat

Simulation Entreprise - Tecstrat Simulation Entreprise - Tecstrat Compte-rendu Univers C Entreprise 4 Clémence AITELLI Benoît SIJOBERT Maxime ROBERT Ségolène PEIGNET Tuteur : malek.bouhaouala@ujf-grenoble.fr Introduction Durant deux jours,

Plus en détail

Collection Manuels EO/FP dirigée par Armand Dayan. Ingénieur chimiste (ESCIL) FORCE DE VENTE DIRECTION ORGANISATION GESTION

Collection Manuels EO/FP dirigée par Armand Dayan. Ingénieur chimiste (ESCIL) FORCE DE VENTE DIRECTION ORGANISATION GESTION Collection Manuels EO/FP dirigée par Armand Dayan Alfred ZEYL Ingénieur chimiste (ESCIL) MBA Northwestern University Docteur en Gestion Professeur Émérite à l ESC Dijon-Bourgogne Consultant. Armand DAYAN

Plus en détail

L allocation du prix d acquisition et la rationalisation du goodwill

L allocation du prix d acquisition et la rationalisation du goodwill Juin 2015 Offre de services H3P L allocation du prix et la rationalisation du goodwill Purchase Price Allocation / PPA H3P Audit & Conseil - 30 rue des mathurins 75008 Paris - contact@h3p.com - www.h3p.com

Plus en détail

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction par intérim Premier vice-président et chef de la direction

Plus en détail

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier 1. Rôle et place du Contrôle de Gestion dans l organisation Au début du XXème siècle, l émergence de la structure divisionnelle

Plus en détail

ELEMENTS FINANCIERS PREVISIONNELS. «En affaires, le dernier mot est toujours un chiffre...»

ELEMENTS FINANCIERS PREVISIONNELS. «En affaires, le dernier mot est toujours un chiffre...» ELEMENTS FINANCIERS PREVISIONNELS «En affaires, le dernier mot est toujours un chiffre...» DE QUOI S AGIT AGIT-IL IL? Prévoir les investissements et anticiper les mouvements d argent pour les premières

Plus en détail

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur?

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur? L 1. Qu est ce que l? Un est celui qui observe son environnement, identifie les opportunités qui se présentent eu plan économique ou social, réunit les moyens nécessaires, met en œuvre l activité et en

Plus en détail

Présentation. Logistique. Résumé de la 1e Partie. Mise en place du système

Présentation. Logistique. Résumé de la 1e Partie. Mise en place du système Présentation Diapo01 Je m appelle Michel Canneddu. Je développe avec 4D depuis 1987 et j exerce en tant qu indépendant depuis 1990. Avant de commencer, je tiens à remercier mes parrains Jean-Pierre MILLIET,

Plus en détail