Rapport de suivi du système de télésurveillance de la carrière souterraine Nord Ouest de Saint- Sulpice-de-Cognac (I 6)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport de suivi du système de télésurveillance de la carrière souterraine Nord Ouest de Saint- Sulpice-de-Cognac (I 6)"

Transcription

1 Rapport de suivi du système de télésurveillance de la carrière souterraine Nord Ouest de Saint- Sulpice-de-Cognac (I 6) ler semestre 2002 Renault O. Juiilei ZOO2 Ri-51786

2 Rapport de suivi du système de téiésurvei//ance de la carrigre souterraine Nord Ouest de Saint Sulpice de Cognac (16)- ler semestre 2002 Mots clés : Charente, Saint-Sulpice-deCognac, carrière souterraine, risques naturels, télésurveillance. En bibliographie, ce rappori sera cité de la façon suivante : RENAULT O. (2002) - Rapport de suivi du système de télésurveillance de la carrière souterraine Nord Ouest de Saint Sulpice de Cognac (16)- 1" semestre Rapport BRGM RP O BRGM, 2002, ce document ne peut &tre reproduir en tolaiité ou en partie sans l'autorisation expresse du BRGM el du Conseil Général de la Charente. Rapport BRGM RP

3 Rapport de suivi du système de télésurveillance de la carrière souterraine Nord Ouest de Saint Sulpice de Cognac (16)- ler semestre 2002 SYNTHESE Au cours du premier semestre de l année 2002, le Conseil Général de la Charente a confié au Service Géologique Régional du BRGM Poitou-Charentes, une mission d assistance technique en vue de la télésurveillance des carrières souterraines abandonnées au lieu-dit (( Les Chaudrolles D, dans la commune de Saint-Sulpice-de-Cognac. Trois capteurs résistifs (Convergence sol/voûte, fissuromètre, référence) sont actuellement en place au droit d un pilier fissuré situé dans le secteur Nord Ouest de la carrière. Ces capteurs sont couplés à une centrale d acquisition en continu des paramètres, consultable à distance via un modem et une ligne téléphonique. Le premier capteur (fissuromètre) surveille l évolution de la fissure haute du pilier ; Le deuxième capteur placé en ciel de carrière surveille l évolution de la convergence sol/voûte ; Le troisième capteur, placé SUT la base du pilier qui supporte la centrale d acquisition de données, joue un rôle de référence. Un suivi journalier de ces 3 capteurs a été réalisé entre le le et le 30 juin 2002 ; il fait suite à un premier suivi de trois mois réalisé durant les mois de Septembre à Décembre 2001 (Rapport BRGM n 51538). L interprétation de ces données montre que la fissure haute du pilier s est ouverte presque linéairement de 2,7 mm de Septembre 2001 à juillet 2002 soit environ 0,3 mm par mois. Cette croissance augure de la ruine certaine du pilier dans un laps de temps assez court ; les mesures de convergence sol/voûte ne révèlent pas, dans la période considérée, de déplacements significatifs du toit de la carrière. La dégradation continue de l état de stabilité du pilier n est donc pas corrélée à un phénomène de flexion du toit de la carrière. Le pilier en question ne semblant jouer à terme aucun rôle porteur, il en résulte une portée entre appuis du toit excessive, pouvant conduire à sa rupture brutale. Dans ces conditions et compte tenu du risque de déstabilisation de la RD 73 1 potentiellement engendré par un phénomène brutal d affaissement du toit de la carrière, les travaux de confortement préconisés (rapport BRGM u R Sept 1998) devront intervenir dans les meilleurs délais. Dans l attente de ces travaux, le suivi par télésurveillance devra être maintenu moyennant une réduction du pas des mesures afin de détecter, au plus tôt, une accélération anormale des déplacements et ainsi prendre les mesures de sauvegarde qui s imposent. Rapporl BRGM RP

4 Rappod de suivi du système de télésurveillance de la carrière souterraine Nord Ouest de Saint Sulpice de Cognac (16)- le semestre 2002 Sommai re Synthèse... 3 Liste des figures... 5 Liste des ANNEXES Introduction... 6 Etat du matériel... 7 Rappel sur l installation 7 Visite du site Résultats des mesures... 9 Protocole d acquisition et d interrogation Fissuromètre... Convergence sol/voûte... Capteur de référenc conclusion Rappori BRGM RP

5 Rappori de suivi du système de lélésurveillance de la carrière soulerraine Nord Ouest de Saint Sulpice de Cognac (16)- ler semestre 2002 LISTE DES FIGURES Fig. 1 ~ Dessin de l installation Fig. 2 - Résultats des mesures de télésurveillance entre le 25/09/01 et le 22/07/02 LISTE DES ANNEXES Annexe 1 -Reportage photographique du site - état des lieux en juillet 2002 Annexe 2 - Fichiers Excel des données acquises Rapport BRGM RP

6 Rapport de suivi du système de télésurveillance de la carrière souterraine Nord Ouest de Saint Sulpice de Cognac (16)- ler semestre INTRODUCTION À la demande du Conseil Général de la Charente, le BRGM a procédé à une reconduction du suivi par télésurveillance de la carrière nord ouest de Saint Sulpice de Cognac au lieu Dit (( Les Chaudrolles N pendant le 1" semestre Ce système, mis en place en 2001 à la suite de deux rapports du BRGM sur l'état de stabilité de la carrière en 1998 et en 2000, est opérationnel depuis le 25 septembre Il répond aux objectifs suivants : évaluer quantitativement le processus de dégradation de la carrière en mesurant l'évolution de la fissuration d'un des piliers centraux ainsi que son influence éventuelle sur la convergence solhoûte ; permettre une meilleure programmation dans le temps du projet de confortement de la carrière ; permettre aux autorités compétentes d'améliorer la sécurité des populations et des infrastructures riveraines, et le cas échéant celle du futur chantier de confortement. Le suivi mis en place durant les mois de Septembre à Décembre 2001, avait révélé une évolution importante de l'état de dégradation de la carrière (Rapport BRGM n"51538). Cette évolution rapide de l'état de dégradation de la carrière fait encourir des risques potentiels importants à la RD 731 dont le trafic Poids Lourd a récemment augmenté suite à la rectification du virage des Chaudrolles. C'est pourquoi le suivi par télésurveillance a été reconduit durant le premier semestre Ce rapport contient les résultats et l'interprétation des mesures effectuées entre le 1"' Janvier 2002 et le 30 juin Rapport BRGM RP

7 Rapport de suivi du syslème de télésurveillance de la carrière souterraine Nord Ouest de Sainf Sulpice de Cognac (16)- le semestre ETAT DU MATERIEL 2.1 RAPPEL SUR L INSTALLATION Trois capteurs sont actuellement installés dans la carrière nord ouest de Saint Sulpice de Cognac ; ces capteurs sont connectés aux entrées d une centrale d acquisition dans l ordre suivant : Voie no 1 : capteur de référence bloqué environ à mi-course ; Voie no 2 : capteur fissuromètre légèrement étiré ; Voie no 3 : capteur de convergence allongé pratiquement en totalité ; Le montage du système peut se résumer au schéma suivant : Capteur de convergence Fissuromètre pilier Armoire Centrale d acquisition Capteur de référence Modem de type RTC -+ PC de Batterie 12 V DC Fig. 1 - Schéma de l installation Rapport ERGM RP

8 Rapport de suivi du système de télésurveillance de la carrière souterraine Nord Ouest de Saint Sulpice de Cognac (76)- le semestre VISITE DU SITE Une inspection du site a été réalisée le 3 juillet 2002 par M. RENAULT et M. LE GUET du BRGM. Le pilier instrumenté est apparu très dégradé dans sa partie basale avec d importants signes de déplacements dans l axe de la poussée du remblai mais également perpendiculairement à celui-ci. Le niveau de l eau est apparu très bas de sorte qu il était pratiquement possible de traverser toute la carrière NO à pied sec. Ces observations montrent que l état hydrique de la carrière conditionne apparemment assez peu la chute du pilier compte tenu des vitesses enregistrées à l heure actuelle. Aucune trace de fissuration de la voûte n a été observée au point de plus grande portée entre appuis. Une inspection du matériel s est déroulée le dimanche 07 juillet 2002 sur le site de la carrière de St Sulpice de Cognac. L intervenant était : M. D. MEILLIER de la société MINAUS S.A. L état des capteurs s est révélé excellent. II n y a aucune trace d oxydation des capteurs, ni aucune dégradation des câbles. Les ancrages tiennent fermement à la roche. L armoire présente un peu d humidité à l intérieur, ce qui est normal dans la mesure où le trou d aération est resté libre sur la droite et devra le rester à l avenir. Comme prévu, la batterie d alimentation a été remplacée par une nouvelle batterie de capacité légèrement supérieure à la précédente. Les pinces crocodiles pour la batterie sont en excellent état, le contact est donc bon. A l ouverture de la centrale d acquisition, nous avons constaté un début d oxydation sur l extérieur du connecteur RS 232 reliant la centrale au modem, cependant, il n y a rien d alarmant. Les contacts des branchements des capteurs (fils de cuivre étamés) sur la centrale ont été vérifiés. Là aussi l évolution est normale, les contacts restent très bons. Rappori BRGM RP a

9

10 Rapport de suivi du système de télésurveillance de la carrière souterraine Nord Ouest de Saint Sulpice de Cognac (16)- le sernestfe 2002 Fig. 2 - Résultats des mesures entre le 25/09/01 et le 22/07/02 Ces observations montrent que la ruine du pilier est pour le moment progressive et relativement linéaire. On ne constate pas jusqu ici de phase remarquable d accélération du mouvement qui pourrait être l indice d une rupture proche. II est intéressant de remarquer que les phases accélératoires de l ouverture de la fissure haute du pilier ne semblent apparemment pas corrélées avec la pluviométrie sur cette période (Peu de pluies en juillet et niveau de la nappe très bas) On remarque par contre, d après les photos en annexe 1 (photos 2 à 5) que le déplacement de la base du pilier s effectue selon deux axes : l un dans le sens de la pente du remblai déversé à l entrée de la carrière (axe NordiSud), l autre orthogonal à cette direction. Les phases d accélération de l ouverture de la fissure haute du pilier, pourraient être liées à un déplacement plus important sur l une ou l autre des deux composantes directionnelles de rupture. Ces observations montrent que la poussée du remblai n est peut être pas la seule composante à provoquer le fauchage du pilier. D autre paramètres interviennent probablement tels que le poids propre du pilier voire le poids de la voûte même si aucun déplacement mesurable à ce niveau ne plaide en faveur de cette hypothèse. Cette analyse peut faire redouter une rupture très rapide de la voûte en cas de rupture du pilier. 3.4 CONVERGENCE SOLNOUTE D après la figure 2, le capteur de convergence solivoûte semble indiquer qu il n y a pas actuellement de mouvement décelable au niveau de la voûte. Les déplacements enregistrés sont inférieurs à 15 microns entre le 30 novembre et le 22juillet Ces mouvements sont en dessous de la résolution du capteur qui est de 25 microns. Il convient cependant de souligner que l absence de mouvement décelable ne signifie pas absence de danger. 3.5 CAPTEUR DE REFERENCE D après la figure 2, le capteur de référence a été très perturbé pendant les mois d hiver ; un écart -maximum- non stabilisé de l ordre 0,l mm en 2,5 mois a été enregistré. Cependant, si on fait passer une droite de régression entre tous les points, on constate que la décroissance de la courbe est de 30 microns entre le 30/11/01 et le 22/07/02. Cette variation ne traduit pas de dérive significative du capteur sur le long terme. À ce stade de la surveillance, et compte tenu de la faible amplitude des variations de la référence, nous ne jugeons pas utile de corriger les valeurs brutes. Rappori BRGM RP

11 Rapport de suivi du système de télésurveillance de la carrière soulerraine Nord Ouest de Saint Sulpice de Cognac (16)- ler semestre INTERPRETATION D après les mesures effectuées entre le 25 Septembre 2001 et le 22 juillet 2002, il apparaît que la fissure du pilier instrumenté s est ouverte de près de 3 mm. Cette valeur importante confirme que la ruine du pilier est certaine à court terme (quelques mois). Il est donc nécessaire de prévenir toute accélération du phénomène car celui-ci pourrait être synonyme de rupture imminente. Les signes précurseurs de rupture peuvent être très brefs, il est donc important d augmenter le pas d acquisition de données. Après la rupture du pilier, le poids de la voûte sera donc reporté sur les appuis latéraux, distants à cet endroit de 14 à 16 m. Cette distance est excessive et une rupture du toit de la carrière par flexion ou effort tranchant est à craindre, même si aucun mouvement significatif n est décelable actuellement. Il est également probable que les précurseurs de la rupture se manifestent peu de temps avant la ruine ce qui réduit sensiblement le temps d alerte. 3.7 PRECONISATIONS Les travaux de confortement de la carrière de Saint Sulpice de Cognac devront commencer dans les délais les plus brefs, en raison du risque avéré que cette carrière représente pour la RD 731 et les riverains (Rapport BRGM n R Sept 1998). Dans l attente de ces travaux, il convient absolument de poursuivre la surveillance du pilier et de la voûte afin de prévenir tout accident. Nous préconisons à cet effet d augmenter la fréquence des mesures en réduisant leur intervalle à 4 heures dans la mesure du possible. Le contrôle des variations et la vidange de la centrale seraient effectuées tous les matins. La fréquence devra être augmentée en phase travaux et adaptée aux contraintes du chantier. A cet effet, il pourra être envisagé de poser des capteurs supplémentaires sur la voûte afin d améliorer le diagnostic. Dans l attente, l accès à cette partie de carrière et à son aplomb doit être strictement interdit. Rapport BRGM RP

12 ~ Sept Rapport de suivi du système de télésurveillance de la carrière souterraine Nord Ouest de Saint Sulpice de Cognac (16)- le semestre CONCLUSION Le système de télésurveillance mis en place à la demande du Conseil Général de la Charente dans la carrière NO de Saint-Sulpice-de-Cognac a permis de confirmer les éléments suivants, d après les mesures effectuées entre Septembre et Juillet 2002 : ouverture importante et constante de la fissure haute du pilier instrumenté à raison de 3 mm en l espace de 10 mois ; absence de signes significatifs de convergence solhoûte. Ces éléments ne font que confirmer les conclusions émises dans le rapport BRGM n 51538, qui rend compte des trois premiers mois de suivi de la carrière. Ces éléments confirment que la chute du pilier est certaine à court terme (quelques mois). Il ressort également, que la chute du pilier n est actuellement pas corrélée avec un phénomène d affaissement de la voûte. Cependant, on peut craindre une rupture brutale de la voûte, en cas de chute du pilier. En effet, ce type de rupture peut se manifester de manière soudaine, après une très courte période transitoire. En cas d effondrement de la voûte, une déstabilisation de la chaussée de la RD 731 est à redouter. C est pourquoi, les travaux de confortement tels que définis dans le rapport BRGM n R , devront à présent être engagés dans les meilleurs délais. Dans l attente, il est recommandé de poursuivre le suivi journalier avec une fréquence d acquisition des données accrue qui permettra de s affranchir des incertitudes de mesure el d améliorer le diagnostic. Dans la perspective du chantier de confortement, il pourra être envisagé de renforcer un tel dispositif, en augmentant encore la fréquence d acquisition des données mais également en installant des capteurs supplémentaires. Rappori BRGM RP

13

14

15 Rapport de suivi du système de télésurveillance de la carrière souterraine Nord Ouest de Saint Sulpice de Cognac (16)- le' semeslre 2002 ANNEXE 2 Fichiers Excel des données acquises Rappoii BRGM RP

16

17

18

19

20

21

22

23

Télésurveillance de la carrière souterraine Nord Ouest de Saint-Sulpice-de-Cognac (1 6)

Télésurveillance de la carrière souterraine Nord Ouest de Saint-Sulpice-de-Cognac (1 6) Télésurveillance de la carrière souterraine Nord Ouest de Saint-Sulpice-de-Cognac (1 6) Rapport de suivi Juillet 2003 -Juillet 2004 BRGMIRP-53257-FR Juillet 2004 Etude réalisée dans le cadre des opéralions

Plus en détail

Rapport d expertise :

Rapport d expertise : Rapport d expertise : Saint-Ferjeux (25) Découverte d une cavité karstique sur un site RTE BRGM/RP-61330-FR janvier 2011 Cadre de l expertise : Appuis aux administrations Appuis à la police de l eau Date

Plus en détail

La surveillance appliquée à la gestion des risques géotechniques miniers

La surveillance appliquée à la gestion des risques géotechniques miniers Symposium on Innovation and Technology in The Phosphate Industry - SYMPHOS May 6-10, 2013 Agadir, Marocco La surveillance appliquée à la gestion des risques géotechniques miniers Méthodes et Technologies

Plus en détail

Effondrements et affaissements du sol, la Wallonie vous accompagne

Effondrements et affaissements du sol, la Wallonie vous accompagne Un colloque inédit sur les techniques de prévention et la gestion de crise 3 avril 2014 - centre culturel «La Marlagne» - Wépion Effondrements & affaissements du sol et assurance Bernard Desmet Assuralia

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES

COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES SUR LES ENSEIGNEMENTS DES INONDATIONS DE 2010 SUR LE LITTORAL ATLANTIQUE (XYNTHIA) ET DANS LE VAR La Cour des comptes et les trois chambres régionales

Plus en détail

WWW.ELCON.SE Multichronomètre SA10 Présentation générale

WWW.ELCON.SE Multichronomètre SA10 Présentation générale WWW.ELCON.SE Multichronomètre SA10 Présentation générale Le SA10 est un appareil portable destiné au test des disjoncteurs moyenne tension et haute tension. Quoiqu il soit conçu pour fonctionner couplé

Plus en détail

1. Description. 1.1. Généralités

1. Description. 1.1. Généralités 1. Description 1.1. Généralités Une plateforme sur mât(s) avec entraînement à crémaillère est un équipement de travail permettant le déplacement vertical de personnes, matériaux et équipements, pouvant

Plus en détail

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES Bertrand GOTTIN Directeurs de thèse: Cornel IOANA et Jocelyn CHANUSSOT 03 Septembre 2010 Problématique liée aux Transitoires

Plus en détail

La sécurité physique et environnementale

La sécurité physique et environnementale I. Qu est ce que la sécurité physique? "Il ne sert à rien de dresser une ligne Maginot logique si n'importe qui peut entrer dans la salle serveurs par la fenêtre " (Christian Pollefoort, consultant en

Plus en détail

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Zones d étude et problématiques Quartiers concernés par l étude 1. Centre ville 2. Schneider Quartier

Plus en détail

LE BOIS, UN MATÉRIAU D UNE SOUPLESSE EXTRAORDINAIRE

LE BOIS, UN MATÉRIAU D UNE SOUPLESSE EXTRAORDINAIRE II Le toit / Leçon 4 : La charpente 19. Voir Leçon 5. 20. Pour les solins, voir p. 38. LE BOIS, UN MATÉRIAU D UNE SOUPLESSE EXTRAORDINAIRE On s alarme souvent de la courbe d un arbalétrier ou d un entrait

Plus en détail

TP 7 : oscillateur de torsion

TP 7 : oscillateur de torsion TP 7 : oscillateur de torsion Objectif : étude des oscillations libres et forcées d un pendule de torsion 1 Principe général 1.1 Définition Un pendule de torsion est constitué par un fil large (métallique)

Plus en détail

Plate-formes inclinées SUPRA & SUPRA LINEA

Plate-formes inclinées SUPRA & SUPRA LINEA Plate-formes inclinées SUPRA & SUPRA LINEA SUPRA LINEA - pour les escaliers droits Supra Linea économise l espace et est caractérisé par ses couleurs douces, ses bords arrondis et ses barrières pliables.

Plus en détail

JUMO dtrans T03 J, B, T Convertisseur de mesure analogique, 2 fils avec réglage numérique

JUMO dtrans T03 J, B, T Convertisseur de mesure analogique, 2 fils avec réglage numérique Fiche technique 9.30 Page 1/10 JUMO dtrans T03 J, B, T Convertisseur de mesure analogique, 2 fils avec réglage numérique JUMO dtrans T03 BU, TU Convertisseur de mesure analogique, 3 fils avec réglage numérique

Plus en détail

DETECTOR BICANAL FG2 1. DIMENSIONS ET CONNEXIONS ELECTRIQUES 2. GENERALITES. 24 VDC Alimentat. 24 Vcc. Contact Boucle 2 4 5. Contact Boucle 1 6 7

DETECTOR BICANAL FG2 1. DIMENSIONS ET CONNEXIONS ELECTRIQUES 2. GENERALITES. 24 VDC Alimentat. 24 Vcc. Contact Boucle 2 4 5. Contact Boucle 1 6 7 DETECTOR BICANAL FG. DIMENSIS ET CNEXIS ELECTRIQUES FRANÇAIS 4 VDC Alimentat. 4 Vcc 3 Contact Boucle 4 5 Contact Boucle 6 7 Boucle 8 9 0 Boucle Dimensions en mm. GENERALITES Applications: contrôle de barrières,

Plus en détail

Génie Industriel et Maintenance

Génie Industriel et Maintenance Visite du département Génie Industriel et Maintenance Pour qu aucun de ces systèmes ne tombe en panne. Plan de la visite 1 2 3 4 6 5 1 er Etage 7 8 Rez-de-chaussée 1 Laboratoire de recherche Rôles : L

Plus en détail

TT 956530/31 Convertisseur de mesure analogique, 2 fils avec réglage numérique

TT 956530/31 Convertisseur de mesure analogique, 2 fils avec réglage numérique TEMATEC Löbach GmbH Adresse postale: de livraison: Telefon (49) 0 22 4287030 BP 1261 Löhestr. 37 Telefax (49) 0 22 42870320 http: // www.tematec.de 53759 Hennef 53773 Hennef email: team@ tematec.de Fiche

Plus en détail

Mise en sécurité des ascenseurs. Guide d aide à la décision

Mise en sécurité des ascenseurs. Guide d aide à la décision Mise en sécurité des ascenseurs Solutions techniques pour répondre à l obligation réglementaire de précision d arrêt et maintien à niveau des ascenseurs Utilisation des variateurs électriques de vitesse

Plus en détail

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER Laure Delaporte ConstruirAcier Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc SCHAFFNER des Ateliers SCHAFFNER chef de file du GT4 Jérémy TROUART de l Union des Métalliers

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL 4.6.1 RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL concernant une demande de crédit de Fr. 700'000.- pour la réfection de la couverture du Bied sous la rue Georges-Favre, premier secteur carrefour Klaus

Plus en détail

MONTAGE BALLON SOLAR. manuel_cesi_zenit.doc. 1 de 9. capacité nominale. Gaz femelle

MONTAGE BALLON SOLAR. manuel_cesi_zenit.doc. 1 de 9. capacité nominale. Gaz femelle MONTAGE BALLON SOLAR Connexions 1 entrée eau sanitaire 2 sortie eau chaude 3 entrée échangeur solaire 4 sortie échangeur solaire 5 recyclage 6 instrumentation 7 instrumentation 13 instrumentation 14 instrumentation

Plus en détail

Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières. pour le département de

Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières. pour le département de Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières pour le département de entre L'État, représenté par M.., Préfet d., et La Direction

Plus en détail

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS En dehors du contexte des pathologies de la colonne vertébrale, nombre de personnes d âges variés souffrent du dos de façon régulière. Sans volonté d être

Plus en détail

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Problématique Le bras asservi Maxpid est issu d'un robot cueilleur de pommes. Il permet, après détection d'un fruit par un système optique,

Plus en détail

Instrumentation électronique

Instrumentation électronique Instrumentation électronique Le cours d électrocinétique donne lieu à de nombreuses études expérimentales : tracé de caractéristiques statique et dynamique de dipôles, étude des régimes transitoire et

Plus en détail

3.3. Seuils d alarme : 3.3.1 Eboulement de Meidji (commune de Saint-Nicolas, Valais) : surveillance géodesique et détermination des seuils d'alerte

3.3. Seuils d alarme : 3.3.1 Eboulement de Meidji (commune de Saint-Nicolas, Valais) : surveillance géodesique et détermination des seuils d'alerte 3.3. Seuils d alarme : 3.3.1 Eboulement de Meidji (commune de Saint-Nicolas, Valais) : surveillance géodesique et détermination des seuils d'alerte Eric POINTER (bureau géologique Rovina) La commune de

Plus en détail

MBR225. Le module a été conçu et réalisé conformément aux normes en vigueur portant sur la sûreté et la fiabilité des installations industrielles.

MBR225. Le module a été conçu et réalisé conformément aux normes en vigueur portant sur la sûreté et la fiabilité des installations industrielles. MBR225 Module de surveillance des chaînes cinématiques Le module est dédié à la surveillance du fonctionnement de machines dont la chaîne cinématique constitue un facteur important de sécurité : treuil,

Plus en détail

SOMMAIRE PLUSIEURS TYPES DE MODULES ET DE SYSTÈMES DE MONTAGE DES CHANTIERS DE TAILLES TRÈS DIFFÉRENTES

SOMMAIRE PLUSIEURS TYPES DE MODULES ET DE SYSTÈMES DE MONTAGE DES CHANTIERS DE TAILLES TRÈS DIFFÉRENTES Ce document s adresse à l exploitant ou futur exploitant d une installation de production d électricité photovoltaïque pour lui permettre de prendre en compte les risques inhérents à cette activité, notamment

Plus en détail

Le ski à l'école. Réalisé par les CPC E.P.S. de Moselle. Février 2008

Le ski à l'école. Réalisé par les CPC E.P.S. de Moselle. Février 2008 Le ski à l'école Réalisé par les CPC E.P.S. de Moselle 1 «Les Activités Physiques de Pleine Nature, par leur possibilité de réinvestissement, constituent un terrain privilégié pour la mise en œuvre de

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Document réalisé par :

Document réalisé par : Ce document permet de situer le niveau des élèves en fin de module d apprentissage. Il peut être aussi utilisé pendant les séances d apprentissage pour aider à mesurer les acquisitions. Il donne des indications

Plus en détail

Plate-formes inclinées SUPRA & SUPRA LINEA

Plate-formes inclinées SUPRA & SUPRA LINEA Plate-formes inclinées SUPRA & SUPRA LINEA SUPRA LINEA - pour les escaliers droits Supra Linea économise l espace et est caractérisé par ses couleurs douces, ses bords arrondis et ses barrières pliables.

Plus en détail

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs Département Energie Santé Environnement Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs DESE/Santé N 0-086R Mai 0 GUIDE D APPLICATION POUR LA SURVEILLANCE DU CONFINEMENT DE L AIR DANS LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Quelles pistes pour rendre vos réseaux plus intelligents?

Quelles pistes pour rendre vos réseaux plus intelligents? Quelles pistes pour rendre vos réseaux plus intelligents? Maeve de France (Direction Technique, chef de projet métier SIG) Simon Le Grand (Direction Technique régionale IDF, service SIG/gestion patrimoniale)

Plus en détail

en avant-première Une solution de sol intelligent et connecté au service de la santé et du bien-être *une expérience unique du revêtement de sol 1/6

en avant-première Une solution de sol intelligent et connecté au service de la santé et du bien-être *une expérience unique du revêtement de sol 1/6 en avant-première dossier de presse - mai 2014 Une solution de sol intelligent et connecté au service de la santé et du bien-être *une expérience unique du revêtement de sol 1/6 La «Silver Economy» (économie

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX Coefficient 8 Durée 4 heures Aucun document autorisé Calculatrice

Plus en détail

3.2 Aide à la décision : 3.2.1 Gestion de la Surveillance des sites Rocheux : logiciel Panorama. Application au site des Ruines de Séchilienne

3.2 Aide à la décision : 3.2.1 Gestion de la Surveillance des sites Rocheux : logiciel Panorama. Application au site des Ruines de Séchilienne 3.2 Aide à la décision : 3.2.1 Gestion de la Surveillance des sites Rocheux : logiciel Panorama. Application au site des Ruines de Séchilienne Jean-Paul DURANTHON (CETE Lyon) Avant-propos Cette présentation

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT PIERRE DE CHARTREUSE En Mairie 38 380 SAINT PIERRE DE CHARTREUSE. Tél. : 04.76.88.60.18 Fax : 04.76.88.75.10.

COMMUNE DE SAINT PIERRE DE CHARTREUSE En Mairie 38 380 SAINT PIERRE DE CHARTREUSE. Tél. : 04.76.88.60.18 Fax : 04.76.88.75.10. COMMUNE DE SAINT PIERRE DE CHARTREUSE En Mairie 38 380 SAINT PIERRE DE CHARTREUSE Tél. : 04.76.88.60.18 Fax : 04.76.88.75.10 Notice Technique Filière Fosse septique toutes eaux Epandage en pente: Cette

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

ANALYSE ET TRAITEMENT DES DONNÉES PROVENANT DU MONITORING DES PONTS PAR LA TECHNOLOGIE OSMOS

ANALYSE ET TRAITEMENT DES DONNÉES PROVENANT DU MONITORING DES PONTS PAR LA TECHNOLOGIE OSMOS ANALYSE ET TRAITEMENT DES DONNÉES PROVENANT DU MONITORING DES PONTS PAR LA TECHNOLOGIE OSMOS Chakib Kassem 1, Louis Crépeau 2 1 OSMOS Canada inc., Montréal, Québec 2 OSMOS Canada inc., Montréal, Québec

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007.

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. Pour mieux comprendre les résultats ici une petit plan où il y a signalées les différentes

Plus en détail

Dossier de presse. Création de l observatoire sanef 1 ère étude scientifique des comportements au volant sur autoroute JUILLET 2012

Dossier de presse. Création de l observatoire sanef 1 ère étude scientifique des comportements au volant sur autoroute JUILLET 2012 Dossier de presse SOMMAIRE Présentation...3 Une étude scientifique pour dresser un état des lieux des comportements sur autoroute...4 L occupation des voies : des résultats venant confirmer l importance

Plus en détail

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE - MANIP 2 - - COÏNCIDENCES ET MESURES DE TEMPS - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE L objectif de cette manipulation est d effectuer une mesure de la vitesse de la lumière sur une «base

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013 CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE Commission Services Publics 26 novembre 2013 Intervention de Christophe SOULLEZ, chef du département ONDRP Depuis notre dernière encontre nous avons poursuivi

Plus en détail

dépourvues d énergie EXTRÈMES CONDITIONS EXTRÈMES Caractéristiques techniques

dépourvues d énergie EXTRÈMES CONDITIONS EXTRÈMES Caractéristiques techniques COMMUNIQUEZ AVEC VOS INSTALLATIONS DANS DES CONDITIONS EXTRÈMES Caractéristiques techniques Unité centrale Circuit multicouche et CMS µprocesseur ATMEL Ultra faible consommation < 120µA Données sauvegardées

Plus en détail

ENREGISTREUR DE TEMPERATURE

ENREGISTREUR DE TEMPERATURE ENREGISTREUR DE TEMPERATURE Jean-Pierre MANDON 2005 www.pictec.org Cet enregistreur de température a été réalisé dans le cadre de la construction d'un chauffe eau solaire. Il me permet d'enregistrer les

Plus en détail

SIEGE D EVACUATION. Manuel d'utilisation

SIEGE D EVACUATION. Manuel d'utilisation SIEGE D EVACUATION Manuel d'utilisation REHA-TRANS Siège d évacuation Evacuation d'urgence Armoire de rangement Introduction Vous avez choisi d acheter un SIEGE D EVACUATION D'URGENCE. Veuillez lire attentivement

Plus en détail

Récapitulatif. Fiche technique 70.7030 (95.6530) Page 1/10. dtrans T03 J Type 707030/...

Récapitulatif. Fiche technique 70.7030 (95.6530) Page 1/10. dtrans T03 J Type 707030/... JUMO GmbH & Co. KG Adresse de livraison : Mackenrodtstraße 14, 3039 Fulda, Allemagne Adresse postale : 303 Fulda, Allemagne Téléphone : 49 1 0030 Télécopieur : 49 1 00307 EMail : mail@jumo.net Internet

Plus en détail

Génie Industriel et Maintenance

Génie Industriel et Maintenance Génie Industriel et Maintenance Pour qu aucun de ces systèmes ne tombe en panne. Plan de la visite 1 2 3 6 4 5 Guide visite du département Génie Industriel et Maintenance 1 Salles Informatiques Utilisation

Plus en détail

Physique. interaction pneu-chaussée facteurs liés à l adhérence calcul de la distance de freinage

Physique. interaction pneu-chaussée facteurs liés à l adhérence calcul de la distance de freinage Physique 45 L adhérence des pneus objectif disciplinaire : interaction pneu-chaussée facteurs liés à l adhérence calcul de la distance de freinage objectif sécurité routière : oinformer l élève sur l importance

Plus en détail

AERA MONITOR AMS8057 Enregistrement en continu et contrôle distant des mesures de champ électromagnétique

AERA MONITOR AMS8057 Enregistrement en continu et contrôle distant des mesures de champ électromagnétique AERA MONITOR AMS8057 Enregistrement en continu et contrôle distant des mesures de champ électromagnétique Différenciation de la contribution UMTS et GSM en valeur EMF totale Contrôle des champs électriques

Plus en détail

DÉCLARATIONS DU VENDEUR SUR L IMMEUBLE 1 INFORMATIONS GÉNÉRALES VENDEUR 2 / PAR VENDEUR 1 / PAR

DÉCLARATIONS DU VENDEUR SUR L IMMEUBLE 1 INFORMATIONS GÉNÉRALES VENDEUR 2 / PAR VENDEUR 1 / PAR DÉCLARATIONS DU SUR L IMMEUBLE 1 / PAR 2 / PAR nom, adresse, téléphone et courriel du vendeur 1 nom, adresse, téléphone et courriel du vendeur 2 ci-dessous collectivement nommés «vendeur» Ce formulaire

Plus en détail

RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 15/01/2015

RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 15/01/2015 RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 Sommaire Données générales et contraintes Caractéristiques de l'ouvrage Les études de projet Quelques photos du chantier 2 Données générales et contraintes

Plus en détail

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre :

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre : Terminale STSS 2 012 2 013 Pourcentages Synthèse 1) Définition : Calculer t % d'un nombre, c'est multiplier ce nombre par t 100. 2) Exemples de calcul : a) Calcul d un pourcentage : Un article coûtant

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

Amplificateur et commande

Amplificateur et commande CAPTEURS Bibliographie : [1]. G.Asch Les capteurs en instrumentation industrielle [2]. R Duffait, JP Lievre Expériences d électronique (chap ) [3]. Collection Durandeau 1èreS option Sciences expérimentales

Plus en détail

ANALYSE ET OBSERVATOIRE DES ACCIDENTS MORTELS SUR LES ROUTES DÉPARTEMENTALES EN SAVOIE

ANALYSE ET OBSERVATOIRE DES ACCIDENTS MORTELS SUR LES ROUTES DÉPARTEMENTALES EN SAVOIE ANALYSE ET OBSERVATOIRE DES ACCIDENTS MORTELS SUR LES ROUTES DÉPARTEMENTALES EN Une ambition : généraliser les procédures d analyse de tous les accidents corporels de la circulation. Une démarche effective

Plus en détail

4.2 Instruments. 4.3 Théorie du transistor. Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION

4.2 Instruments. 4.3 Théorie du transistor. Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION 4.1 But de l expérience 1. Tracer la courbe caractéristique d un transistor 2. Afficher la caractéristique à l écran d un oscilloscope 3. Utiliser le transistor

Plus en détail

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti .0 RISQUES GEOLOGIQUES DU SITE NOTES. LIQUÉFACTION : On ne doit pas trouver de sols granulaires liquéfiables, lâches, saturés, ou qui pourraient compromettre la performance sismique du bâtiment, dans des

Plus en détail

Surveillance acoustique des câbles de ponts

Surveillance acoustique des câbles de ponts Surveillance acoustique des câbles de ponts Application aux ponts en béton précontraint Pierre Brevet* Jean-Louis Robert* Christian Aubagnac** * Laboratoire Central des Ponts et Chaussées Centre de Nantes

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

Projet de synthèse de l'électronique analogique : réalisation d'une balance à jauges de contrainte

Projet de synthèse de l'électronique analogique : réalisation d'une balance à jauges de contrainte J3eA, Journal sur l enseignement des sciences et technologies de l information et des systèmes, Volume 4, HorsSérie 2, 20 (2005) DOI : http://dx.doi.org/10.1051/bibj3ea:2005720 EDP Sciences, 2005 Projet

Plus en détail

HA863RK CENTRALE ALARME 3 ZONES + INTERRUPTEUR À CLÉ

HA863RK CENTRALE ALARME 3 ZONES + INTERRUPTEUR À CLÉ HA863RK CENTRALE ALARME 3 ZONES + INTERRUPTEUR À CLÉ Merci d'avoir choisi ce produit EUROPSONIC. Avant toute utilisation, veuillez lire attentivement la notice. Ce produit a été testé et emballé correctement

Plus en détail

CID102L8. Polysomnographe Ambulatoire

CID102L8. Polysomnographe Ambulatoire CID102L8 Polysomnographe Ambulatoire CIDELEC - 20 rue des Métiers - 49130 SAINTE GEMMES SUR LOIRE - France Tel +33 (0) 2 41 66 20 88 - Fax +33 (0) 2 41 79 07 76 - Email : service.commercial@cidelec.net

Plus en détail

Exemple de rapport simplifié de Test de charge

Exemple de rapport simplifié de Test de charge syloe.fr http://www.syloe.fr/conseil/test de charge/exemple de rapport simplifie de test de charge/ Exemple de rapport simplifié de Test de charge Contexte du test de charge Un client nous soumet une problématique

Plus en détail

Installation de votre piscine hors-sol

Installation de votre piscine hors-sol Installation de votre piscine hors-sol 1 1. INSTALLATION DE VOTRE PISCINE HORS-SOL Ces piscines doivent être installées seulement hors-sol et sur un sol ferme (non-creusé, non-remblayé). Ne faites aucun

Plus en détail

Réforme de l assurance-crédit :

Réforme de l assurance-crédit : Réforme de l assurance-crédit : un enjeu pour la trésorerie des entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances J ai présenté en début d année un plan pour le renforcement de la trésorerie

Plus en détail

L OSCILLOSCOPE ET LES CONTRÔLES ÉLECTRIQUES

L OSCILLOSCOPE ET LES CONTRÔLES ÉLECTRIQUES Lycée professionnel Gaston Barré Baccalauréat professionnel MAINTENANCE des VEHICULES AUTOMOBILES SESSION 2012-2013 L OSCILLOSCOPE ET LES CONTRÔLES ÉLECTRIQUES Nom : Prénoms : LYCEE GASTON BARRÉ 1 L OSCILLOSCOPE

Plus en détail

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE Page 1 / 6 LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE 1) Qu est-ce qu un sensor de pression? Tout type de sensor est composé de 2 éléments distincts : Un corps d épreuve soumit au Paramètre Physique φ à mesurer

Plus en détail

Manuel - Campetto 4 distributeur électrique souterrain

Manuel - Campetto 4 distributeur électrique souterrain Manuel - Campetto 4 distributeur électrique souterrain Mentions légales: GIFAS-ELECTRIC GmbH CH-9424 Rheineck www.gifas.ch Sous réserve d'erreurs et de modifications techniques. Ce manuel est propriété

Plus en détail

Eîude réalisée dans le cadre des actions de Service Public du BRGM 02PIR115. E. Equilbey, J.F. Vernoux. mars 2002 BRCMIRPB 1576-FR

Eîude réalisée dans le cadre des actions de Service Public du BRGM 02PIR115. E. Equilbey, J.F. Vernoux. mars 2002 BRCMIRPB 1576-FR Avis hydrogéologique sur des dossiers de demande de reconnaissance de l état de catastrophe naturelle liée à une remontée de nappe phréatique - Communes de Marcoussis et du Val-Sain t-germain (Essonne)

Plus en détail

DP 500/ DP 510 Appareils de mesure du point de rosée mobiles avec enregistreur

DP 500/ DP 510 Appareils de mesure du point de rosée mobiles avec enregistreur DP 500/ DP 510 Appareils de mesure du point de rosée mobiles avec enregistreur de données Les nouveaux appareils DP 500/ DP 510 sont les appareils de service mobiles idéaux pour mesure le point de rosée

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

Observation des modalités et performances d'accès à Internet

Observation des modalités et performances d'accès à Internet Observation des modalités et performances d'accès à Internet Avant-propos La base de cette étude est constituée par les informations collectées par l'outil Cloud Observer d'iplabel (chargement des différents

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

L oscilloscope Cathodique

L oscilloscope Cathodique Modèle de compte-rendu de TP L oscilloscope Cathodique Ce document a été publié pour l unique but d aider les étudiants, il est donc strictement interdit de l utiliser intégralement en temps que compte-rendu

Plus en détail

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 562 ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 563 TABLE DES MATIÈRES ANNEXE J... 562 POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS

Plus en détail

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Généralités Le bac dégraisseur doit avoir un volume au moins égal à 200 litres, s il reçoit les eaux de cuisine seules et un volume au moins égal à 500

Plus en détail

Data loggers SOFREL LT/LT-US Solutions réseaux d eaux usées

Data loggers SOFREL LT/LT-US Solutions réseaux d eaux usées Data loggers SOFREL LT/LT-US Solutions réseaux d eaux usées Les data loggers SOFREL LT et LT-US ont été conçus pour la surveillance des réseaux d eaux usées et pluviales (collecteurs, déversoirs d orage,

Plus en détail

ETAT DES LIEUX RAPPEL DE L ETAT DES LIEUX EFFECTUE EN JANVIER 1993

ETAT DES LIEUX RAPPEL DE L ETAT DES LIEUX EFFECTUE EN JANVIER 1993 ETAT DES LIEUX RAPPEL DE L ETAT DES LIEUX EFFECTUE EN JANVIER 1993 1 ETAT DES LIEUX AU PRINTEMPS 2010 Végétation Souche effondrée Végétation Parties hautes des murs effondrées Cheminées effondrées Ouverture

Plus en détail

Les pratiques de simulation de crise: enquête auprès de quarante-trois grands établissements financiers

Les pratiques de simulation de crise: enquête auprès de quarante-trois grands établissements financiers Ingo Fender (+41 61) 280 9458 ingo.fender@bis.org Michael S. Gibson (+1 202) 452 2495 michael.s.gibson@frb.gov Les pratiques de simulation de crise: enquête auprès de quarante-trois grands établissements

Plus en détail

Yves Baret Traiter l humidité

Yves Baret Traiter l humidité Yves Baret Traiter l humidité 2 e édition, 2011 Groupe Eyrolles, 2007-2011 ISBN 13 : 978-2-212-13223-6 III Sources de l humidité / Sources externes constantes ou naturelles Sources externes constantes

Plus en détail

La Détection Géoréférencée des réseaux enterrés ou «Géodétection» Loriane ROUSSEL, Toposcan

La Détection Géoréférencée des réseaux enterrés ou «Géodétection» Loriane ROUSSEL, Toposcan La Détection Géoréférencée des réseaux enterrés ou «Géodétection» Loriane ROUSSEL, Toposcan - Généralités Deux spécialités se distinguent : - La détection pour les Investigations Complémentaires - La valorisation

Plus en détail

somfy.com Dexxo Pro io Manuel d utilisation 5048553E

somfy.com Dexxo Pro io Manuel d utilisation 5048553E somfy.com Dexxo Pro io Manuel d utilisation 5048553E " 1 SOMMAIRE GÉNÉRALITÉS 2 L univers Somfy? 2 Assistance 2 CONSIGNES DE SÉCURITÉ 3 Normes 3 Consignes de sécurité 3 PRÉSENTATION DU PRODUIT 3 Description

Plus en détail

guide de rapide démarrage INCLUS! découverte 24h

guide de rapide démarrage INCLUS! découverte 24h guide de démarrage rapide découverte 24h INCLUS! 1 Merci d avoir choisi Coyote à la carte! Coyote à la carte, l avertisseur Coyote sans engagement, est un Assistant d Aide à la Conduite qui vous aide à

Plus en détail

Domonial Notice utilisateur

Domonial Notice utilisateur Domonial Notice utilisateur EKZ 35 F Vous venez d acquérir le système de surveillance DOMONIAL et nous vous en remercions. Ce système est prévu pour fonctionner dans une bande de fréquence radio homologuée

Plus en détail

Auscultation, diagnostic et surveillance des sols, structures et réseaux

Auscultation, diagnostic et surveillance des sols, structures et réseaux Auscultation, diagnostic et surveillance des sols, structures et réseaux Des ingénieurs spécialisés enrichissant depuis plus de 15 ans une expérience unique du Géoradar et des techniques non destructives.

Plus en détail

Art. 36 Montage d éléments de toiture

Art. 36 Montage d éléments de toiture OTConst Protection contre les chutes à travers le toit 1 Art. 36 Montage d éléments de toiture 1 Il est permis, pour le montage d éléments de toiture, de s engager sur les toitures de résistance limitée

Plus en détail

D.I.C.R.I.M. DOCUMENT D INFORMATIONS COMMUNAL SUR LES RISQUES MAJEURS LES BONS REFLEXES EN CAS DE RISQUES MAJEURS

D.I.C.R.I.M. DOCUMENT D INFORMATIONS COMMUNAL SUR LES RISQUES MAJEURS LES BONS REFLEXES EN CAS DE RISQUES MAJEURS D.I.C.R.I.M. DOCUMENT D INFORMATIONS COMMUNAL SUR LES RISQUES MAJEURS LES BONS REFLEXES EN CAS DE RISQUES MAJEURS Les incendies de forêts ou les inondations sont les principaux risques majeurs qui peuvent

Plus en détail

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES CAPTEURS - CHAINES DE MESURES Pierre BONNET Pierre Bonnet Master GSI - Capteurs Chaînes de Mesures 1 Plan du Cours Propriétés générales des capteurs Notion de mesure Notion de capteur: principes, classes,

Plus en détail

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal DL Lyon : G. Bièvre DL Autun : A. Brach, D. Goutaland, M. Massardi, G. Monnot David GOUTALAND CETE de Lyon

Plus en détail

Mesures de l état du réseau Domaine Voie Tendances, perspectives et innovations

Mesures de l état du réseau Domaine Voie Tendances, perspectives et innovations Mesures de l état du réseau Domaine Voie Tendances, perspectives et innovations Symposium Infra - Direction de la maintenance du réseau : Régis Ambert, Division Ingénierie de la Maintenance de la Voie

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3078 Conventions collectives nationales CABINETS D AVOCATS IDCC : 1000. Personnel

Plus en détail

Méthode de monitoring de la corrosion localisée par la technique d émission acoustique : information, diagnostic et aide à la décision.

Méthode de monitoring de la corrosion localisée par la technique d émission acoustique : information, diagnostic et aide à la décision. Matériaux 2014 Méthode de monitoring de la corrosion localisée par la technique d émission acoustique : information, diagnostic et aide à la décision. Alain PROUST, Jean Claude LENAIN, Thierry FAURE -

Plus en détail

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS La gestion et la maîtrise des flux entrants et sortants du magasin nécessite la mise en œuvre d un dispositif à trois composantes : la classification

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

SCP d Architecture et d Aménagement du Territoire DESCOEUR F & C 49 rue des Salins, 63000 Clermont Fd. 7 juin 2010

SCP d Architecture et d Aménagement du Territoire DESCOEUR F & C 49 rue des Salins, 63000 Clermont Fd. 7 juin 2010 SCP d Architecture et d Aménagement du Territoire DESCOEUR F & C 49 rue des Salins, 63000 Clermont Fd Commune de Coulandon CONTRATT COMMUNAL D AMENAGEMENT DE BOURG FICHE ACTION 1 Aménagement de la route

Plus en détail

Calcul des charpentes d acier Tome I

Calcul des charpentes d acier Tome I Calcul des charpentes d acier Tome I 2 e édition, 2 e tirage revu, 2008 RÉVISIONS À l intention des lecteurs de la 2 e édition, 1 er tirage, 2005, les principales révisions apportées au 2 e tirage se trouvent

Plus en détail

Première analyse des résultats des détecteurs de faune

Première analyse des résultats des détecteurs de faune Première analyse des résultats des détecteurs de faune Juin 2014 Stage de Marie Lenglart Master 1 «Sciences du Territoire», Spécialité Systèmes territoriaux, Aide à la décision, Environnement (STADE) Sommaire

Plus en détail