Rapport de suivi du système de télésurveillance de la carrière souterraine Nord Ouest de Saint- Sulpice-de-Cognac (I 6)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport de suivi du système de télésurveillance de la carrière souterraine Nord Ouest de Saint- Sulpice-de-Cognac (I 6)"

Transcription

1 Rapport de suivi du système de télésurveillance de la carrière souterraine Nord Ouest de Saint- Sulpice-de-Cognac (I 6) ler semestre 2002 Renault O. Juiilei ZOO2 Ri-51786

2 Rapport de suivi du système de téiésurvei//ance de la carrigre souterraine Nord Ouest de Saint Sulpice de Cognac (16)- ler semestre 2002 Mots clés : Charente, Saint-Sulpice-deCognac, carrière souterraine, risques naturels, télésurveillance. En bibliographie, ce rappori sera cité de la façon suivante : RENAULT O. (2002) - Rapport de suivi du système de télésurveillance de la carrière souterraine Nord Ouest de Saint Sulpice de Cognac (16)- 1" semestre Rapport BRGM RP O BRGM, 2002, ce document ne peut &tre reproduir en tolaiité ou en partie sans l'autorisation expresse du BRGM el du Conseil Général de la Charente. Rapport BRGM RP

3 Rapport de suivi du système de télésurveillance de la carrière souterraine Nord Ouest de Saint Sulpice de Cognac (16)- ler semestre 2002 SYNTHESE Au cours du premier semestre de l année 2002, le Conseil Général de la Charente a confié au Service Géologique Régional du BRGM Poitou-Charentes, une mission d assistance technique en vue de la télésurveillance des carrières souterraines abandonnées au lieu-dit (( Les Chaudrolles D, dans la commune de Saint-Sulpice-de-Cognac. Trois capteurs résistifs (Convergence sol/voûte, fissuromètre, référence) sont actuellement en place au droit d un pilier fissuré situé dans le secteur Nord Ouest de la carrière. Ces capteurs sont couplés à une centrale d acquisition en continu des paramètres, consultable à distance via un modem et une ligne téléphonique. Le premier capteur (fissuromètre) surveille l évolution de la fissure haute du pilier ; Le deuxième capteur placé en ciel de carrière surveille l évolution de la convergence sol/voûte ; Le troisième capteur, placé SUT la base du pilier qui supporte la centrale d acquisition de données, joue un rôle de référence. Un suivi journalier de ces 3 capteurs a été réalisé entre le le et le 30 juin 2002 ; il fait suite à un premier suivi de trois mois réalisé durant les mois de Septembre à Décembre 2001 (Rapport BRGM n 51538). L interprétation de ces données montre que la fissure haute du pilier s est ouverte presque linéairement de 2,7 mm de Septembre 2001 à juillet 2002 soit environ 0,3 mm par mois. Cette croissance augure de la ruine certaine du pilier dans un laps de temps assez court ; les mesures de convergence sol/voûte ne révèlent pas, dans la période considérée, de déplacements significatifs du toit de la carrière. La dégradation continue de l état de stabilité du pilier n est donc pas corrélée à un phénomène de flexion du toit de la carrière. Le pilier en question ne semblant jouer à terme aucun rôle porteur, il en résulte une portée entre appuis du toit excessive, pouvant conduire à sa rupture brutale. Dans ces conditions et compte tenu du risque de déstabilisation de la RD 73 1 potentiellement engendré par un phénomène brutal d affaissement du toit de la carrière, les travaux de confortement préconisés (rapport BRGM u R Sept 1998) devront intervenir dans les meilleurs délais. Dans l attente de ces travaux, le suivi par télésurveillance devra être maintenu moyennant une réduction du pas des mesures afin de détecter, au plus tôt, une accélération anormale des déplacements et ainsi prendre les mesures de sauvegarde qui s imposent. Rapporl BRGM RP

4 Rappod de suivi du système de télésurveillance de la carrière souterraine Nord Ouest de Saint Sulpice de Cognac (16)- le semestre 2002 Sommai re Synthèse... 3 Liste des figures... 5 Liste des ANNEXES Introduction... 6 Etat du matériel... 7 Rappel sur l installation 7 Visite du site Résultats des mesures... 9 Protocole d acquisition et d interrogation Fissuromètre... Convergence sol/voûte... Capteur de référenc conclusion Rappori BRGM RP

5 Rappori de suivi du système de lélésurveillance de la carrière soulerraine Nord Ouest de Saint Sulpice de Cognac (16)- ler semestre 2002 LISTE DES FIGURES Fig. 1 ~ Dessin de l installation Fig. 2 - Résultats des mesures de télésurveillance entre le 25/09/01 et le 22/07/02 LISTE DES ANNEXES Annexe 1 -Reportage photographique du site - état des lieux en juillet 2002 Annexe 2 - Fichiers Excel des données acquises Rapport BRGM RP

6 Rapport de suivi du système de télésurveillance de la carrière souterraine Nord Ouest de Saint Sulpice de Cognac (16)- ler semestre INTRODUCTION À la demande du Conseil Général de la Charente, le BRGM a procédé à une reconduction du suivi par télésurveillance de la carrière nord ouest de Saint Sulpice de Cognac au lieu Dit (( Les Chaudrolles N pendant le 1" semestre Ce système, mis en place en 2001 à la suite de deux rapports du BRGM sur l'état de stabilité de la carrière en 1998 et en 2000, est opérationnel depuis le 25 septembre Il répond aux objectifs suivants : évaluer quantitativement le processus de dégradation de la carrière en mesurant l'évolution de la fissuration d'un des piliers centraux ainsi que son influence éventuelle sur la convergence solhoûte ; permettre une meilleure programmation dans le temps du projet de confortement de la carrière ; permettre aux autorités compétentes d'améliorer la sécurité des populations et des infrastructures riveraines, et le cas échéant celle du futur chantier de confortement. Le suivi mis en place durant les mois de Septembre à Décembre 2001, avait révélé une évolution importante de l'état de dégradation de la carrière (Rapport BRGM n"51538). Cette évolution rapide de l'état de dégradation de la carrière fait encourir des risques potentiels importants à la RD 731 dont le trafic Poids Lourd a récemment augmenté suite à la rectification du virage des Chaudrolles. C'est pourquoi le suivi par télésurveillance a été reconduit durant le premier semestre Ce rapport contient les résultats et l'interprétation des mesures effectuées entre le 1"' Janvier 2002 et le 30 juin Rapport BRGM RP

7 Rapport de suivi du syslème de télésurveillance de la carrière souterraine Nord Ouest de Sainf Sulpice de Cognac (16)- le semestre ETAT DU MATERIEL 2.1 RAPPEL SUR L INSTALLATION Trois capteurs sont actuellement installés dans la carrière nord ouest de Saint Sulpice de Cognac ; ces capteurs sont connectés aux entrées d une centrale d acquisition dans l ordre suivant : Voie no 1 : capteur de référence bloqué environ à mi-course ; Voie no 2 : capteur fissuromètre légèrement étiré ; Voie no 3 : capteur de convergence allongé pratiquement en totalité ; Le montage du système peut se résumer au schéma suivant : Capteur de convergence Fissuromètre pilier Armoire Centrale d acquisition Capteur de référence Modem de type RTC -+ PC de Batterie 12 V DC Fig. 1 - Schéma de l installation Rapport ERGM RP

8 Rapport de suivi du système de télésurveillance de la carrière souterraine Nord Ouest de Saint Sulpice de Cognac (76)- le semestre VISITE DU SITE Une inspection du site a été réalisée le 3 juillet 2002 par M. RENAULT et M. LE GUET du BRGM. Le pilier instrumenté est apparu très dégradé dans sa partie basale avec d importants signes de déplacements dans l axe de la poussée du remblai mais également perpendiculairement à celui-ci. Le niveau de l eau est apparu très bas de sorte qu il était pratiquement possible de traverser toute la carrière NO à pied sec. Ces observations montrent que l état hydrique de la carrière conditionne apparemment assez peu la chute du pilier compte tenu des vitesses enregistrées à l heure actuelle. Aucune trace de fissuration de la voûte n a été observée au point de plus grande portée entre appuis. Une inspection du matériel s est déroulée le dimanche 07 juillet 2002 sur le site de la carrière de St Sulpice de Cognac. L intervenant était : M. D. MEILLIER de la société MINAUS S.A. L état des capteurs s est révélé excellent. II n y a aucune trace d oxydation des capteurs, ni aucune dégradation des câbles. Les ancrages tiennent fermement à la roche. L armoire présente un peu d humidité à l intérieur, ce qui est normal dans la mesure où le trou d aération est resté libre sur la droite et devra le rester à l avenir. Comme prévu, la batterie d alimentation a été remplacée par une nouvelle batterie de capacité légèrement supérieure à la précédente. Les pinces crocodiles pour la batterie sont en excellent état, le contact est donc bon. A l ouverture de la centrale d acquisition, nous avons constaté un début d oxydation sur l extérieur du connecteur RS 232 reliant la centrale au modem, cependant, il n y a rien d alarmant. Les contacts des branchements des capteurs (fils de cuivre étamés) sur la centrale ont été vérifiés. Là aussi l évolution est normale, les contacts restent très bons. Rappori BRGM RP a

9

10 Rapport de suivi du système de télésurveillance de la carrière souterraine Nord Ouest de Saint Sulpice de Cognac (16)- le sernestfe 2002 Fig. 2 - Résultats des mesures entre le 25/09/01 et le 22/07/02 Ces observations montrent que la ruine du pilier est pour le moment progressive et relativement linéaire. On ne constate pas jusqu ici de phase remarquable d accélération du mouvement qui pourrait être l indice d une rupture proche. II est intéressant de remarquer que les phases accélératoires de l ouverture de la fissure haute du pilier ne semblent apparemment pas corrélées avec la pluviométrie sur cette période (Peu de pluies en juillet et niveau de la nappe très bas) On remarque par contre, d après les photos en annexe 1 (photos 2 à 5) que le déplacement de la base du pilier s effectue selon deux axes : l un dans le sens de la pente du remblai déversé à l entrée de la carrière (axe NordiSud), l autre orthogonal à cette direction. Les phases d accélération de l ouverture de la fissure haute du pilier, pourraient être liées à un déplacement plus important sur l une ou l autre des deux composantes directionnelles de rupture. Ces observations montrent que la poussée du remblai n est peut être pas la seule composante à provoquer le fauchage du pilier. D autre paramètres interviennent probablement tels que le poids propre du pilier voire le poids de la voûte même si aucun déplacement mesurable à ce niveau ne plaide en faveur de cette hypothèse. Cette analyse peut faire redouter une rupture très rapide de la voûte en cas de rupture du pilier. 3.4 CONVERGENCE SOLNOUTE D après la figure 2, le capteur de convergence solivoûte semble indiquer qu il n y a pas actuellement de mouvement décelable au niveau de la voûte. Les déplacements enregistrés sont inférieurs à 15 microns entre le 30 novembre et le 22juillet Ces mouvements sont en dessous de la résolution du capteur qui est de 25 microns. Il convient cependant de souligner que l absence de mouvement décelable ne signifie pas absence de danger. 3.5 CAPTEUR DE REFERENCE D après la figure 2, le capteur de référence a été très perturbé pendant les mois d hiver ; un écart -maximum- non stabilisé de l ordre 0,l mm en 2,5 mois a été enregistré. Cependant, si on fait passer une droite de régression entre tous les points, on constate que la décroissance de la courbe est de 30 microns entre le 30/11/01 et le 22/07/02. Cette variation ne traduit pas de dérive significative du capteur sur le long terme. À ce stade de la surveillance, et compte tenu de la faible amplitude des variations de la référence, nous ne jugeons pas utile de corriger les valeurs brutes. Rappori BRGM RP

11 Rapport de suivi du système de télésurveillance de la carrière soulerraine Nord Ouest de Saint Sulpice de Cognac (16)- ler semestre INTERPRETATION D après les mesures effectuées entre le 25 Septembre 2001 et le 22 juillet 2002, il apparaît que la fissure du pilier instrumenté s est ouverte de près de 3 mm. Cette valeur importante confirme que la ruine du pilier est certaine à court terme (quelques mois). Il est donc nécessaire de prévenir toute accélération du phénomène car celui-ci pourrait être synonyme de rupture imminente. Les signes précurseurs de rupture peuvent être très brefs, il est donc important d augmenter le pas d acquisition de données. Après la rupture du pilier, le poids de la voûte sera donc reporté sur les appuis latéraux, distants à cet endroit de 14 à 16 m. Cette distance est excessive et une rupture du toit de la carrière par flexion ou effort tranchant est à craindre, même si aucun mouvement significatif n est décelable actuellement. Il est également probable que les précurseurs de la rupture se manifestent peu de temps avant la ruine ce qui réduit sensiblement le temps d alerte. 3.7 PRECONISATIONS Les travaux de confortement de la carrière de Saint Sulpice de Cognac devront commencer dans les délais les plus brefs, en raison du risque avéré que cette carrière représente pour la RD 731 et les riverains (Rapport BRGM n R Sept 1998). Dans l attente de ces travaux, il convient absolument de poursuivre la surveillance du pilier et de la voûte afin de prévenir tout accident. Nous préconisons à cet effet d augmenter la fréquence des mesures en réduisant leur intervalle à 4 heures dans la mesure du possible. Le contrôle des variations et la vidange de la centrale seraient effectuées tous les matins. La fréquence devra être augmentée en phase travaux et adaptée aux contraintes du chantier. A cet effet, il pourra être envisagé de poser des capteurs supplémentaires sur la voûte afin d améliorer le diagnostic. Dans l attente, l accès à cette partie de carrière et à son aplomb doit être strictement interdit. Rapport BRGM RP

12 ~ Sept Rapport de suivi du système de télésurveillance de la carrière souterraine Nord Ouest de Saint Sulpice de Cognac (16)- le semestre CONCLUSION Le système de télésurveillance mis en place à la demande du Conseil Général de la Charente dans la carrière NO de Saint-Sulpice-de-Cognac a permis de confirmer les éléments suivants, d après les mesures effectuées entre Septembre et Juillet 2002 : ouverture importante et constante de la fissure haute du pilier instrumenté à raison de 3 mm en l espace de 10 mois ; absence de signes significatifs de convergence solhoûte. Ces éléments ne font que confirmer les conclusions émises dans le rapport BRGM n 51538, qui rend compte des trois premiers mois de suivi de la carrière. Ces éléments confirment que la chute du pilier est certaine à court terme (quelques mois). Il ressort également, que la chute du pilier n est actuellement pas corrélée avec un phénomène d affaissement de la voûte. Cependant, on peut craindre une rupture brutale de la voûte, en cas de chute du pilier. En effet, ce type de rupture peut se manifester de manière soudaine, après une très courte période transitoire. En cas d effondrement de la voûte, une déstabilisation de la chaussée de la RD 731 est à redouter. C est pourquoi, les travaux de confortement tels que définis dans le rapport BRGM n R , devront à présent être engagés dans les meilleurs délais. Dans l attente, il est recommandé de poursuivre le suivi journalier avec une fréquence d acquisition des données accrue qui permettra de s affranchir des incertitudes de mesure el d améliorer le diagnostic. Dans la perspective du chantier de confortement, il pourra être envisagé de renforcer un tel dispositif, en augmentant encore la fréquence d acquisition des données mais également en installant des capteurs supplémentaires. Rappori BRGM RP

13

14

15 Rapport de suivi du système de télésurveillance de la carrière souterraine Nord Ouest de Saint Sulpice de Cognac (16)- le' semeslre 2002 ANNEXE 2 Fichiers Excel des données acquises Rappoii BRGM RP

16

17

18

19

20

21

22

23

Télésurveillance de la carrière souterraine Nord Ouest de Saint-Sulpice-de-Cognac (1 6)

Télésurveillance de la carrière souterraine Nord Ouest de Saint-Sulpice-de-Cognac (1 6) Télésurveillance de la carrière souterraine Nord Ouest de Saint-Sulpice-de-Cognac (1 6) Rapport de suivi Juillet 2003 -Juillet 2004 BRGMIRP-53257-FR Juillet 2004 Etude réalisée dans le cadre des opéralions

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

Rapport d expertise :

Rapport d expertise : Rapport d expertise : Saint-Ferjeux (25) Découverte d une cavité karstique sur un site RTE BRGM/RP-61330-FR janvier 2011 Cadre de l expertise : Appuis aux administrations Appuis à la police de l eau Date

Plus en détail

Conférence Group S - 19/03/2014 Titel Subtitel + auteur L AUDIT SOCIAL, ou comment optimiser ses pratiques sociales 2 1 PROPOS INTRODUCTIFS DÉFINITIONS DE L AUDIT «Forme d observation qui tend à vérifier

Plus en détail

Espérance de vie à 60 ans et durée d assurance requise pour le taux plein. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Espérance de vie à 60 ans et durée d assurance requise pour le taux plein. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 24 mars 2010-9 h 30 «Espérance de vie, durée de cotisation et âges de départ à la retraite» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Il devra adapter son discours et ses exemples au niveau et à l activité prépondérante des stagiaires de son groupe.

Il devra adapter son discours et ses exemples au niveau et à l activité prépondérante des stagiaires de son groupe. Face à face pédagogique : 14 heures 1. Tour de table Introduction 2. Contexte et enjeux de la sécurité 3. Rôle et missions du titulaire d un certificat de Niveau 2 4. Evaluation des risques et définition

Plus en détail

RAPPORT. Passage piétons souterrain. Gare SNCF de Clamart SERVICE HYGIENE ARCHITECTE CONSEIL MAIRIE DE CLAMART. NSE architecture

RAPPORT. Passage piétons souterrain. Gare SNCF de Clamart SERVICE HYGIENE ARCHITECTE CONSEIL MAIRIE DE CLAMART. NSE architecture MAIRIE DE CLAMART SERVICE HYGIENE NSE architecture ARCHITECTE CONSEIL Place Maurice GUNSBOURG Tél : 01-46-62-35-35 Fax : 01-46-62-35-68 Tél : 01.46.62.36.47 34 rue de TURIN 75008 PARIS Tél : 09 54 79 33

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Isolation thermique des toitures plates existantes

Isolation thermique des toitures plates existantes Isolation thermique des toitures plates existantes Notre société se préoccupe de plus en plus des économies d énergie, de la protection de l environnement et du confort, ce qui requiert une isolation thermique

Plus en détail

ETUDE DE L ALEA D AFFAISSEMENT ET D EFFONDREMENT DU VIEUX VILLAGE DE BREIL SUR ROYA

ETUDE DE L ALEA D AFFAISSEMENT ET D EFFONDREMENT DU VIEUX VILLAGE DE BREIL SUR ROYA SOMMAIRE 1 Origine et définition de l étude 2 - Phénomènes naturels étudiés - Phénomène d affaissement - Phénomène d effondrement 3 Contexte géologique du village - Alluvions -Gypse 4 Eléments étudiés

Plus en détail

DETECTOR BICANAL FG2 1. DIMENSIONS ET CONNEXIONS ELECTRIQUES 2. GENERALITES. 24 VDC Alimentat. 24 Vcc. Contact Boucle 2 4 5. Contact Boucle 1 6 7

DETECTOR BICANAL FG2 1. DIMENSIONS ET CONNEXIONS ELECTRIQUES 2. GENERALITES. 24 VDC Alimentat. 24 Vcc. Contact Boucle 2 4 5. Contact Boucle 1 6 7 DETECTOR BICANAL FG. DIMENSIS ET CNEXIS ELECTRIQUES FRANÇAIS 4 VDC Alimentat. 4 Vcc 3 Contact Boucle 4 5 Contact Boucle 6 7 Boucle 8 9 0 Boucle Dimensions en mm. GENERALITES Applications: contrôle de barrières,

Plus en détail

Systèmes d étiquetage transversaux Idéal pour l étiquetage d emballages thermoformés MARKING & INSPECTION

Systèmes d étiquetage transversaux Idéal pour l étiquetage d emballages thermoformés MARKING & INSPECTION Systèmes d étiquetage transversaux Idéal pour l étiquetage d emballages thermoformés MARKING & INSPECTION Systèmes d étiquetage Les étiquettes sont distribuées sous un canal de dépose et perpendiculairement

Plus en détail

La gestion du risque de mouvements de terrain liés s aux cavités s souterraines en France

La gestion du risque de mouvements de terrain liés s aux cavités s souterraines en France La gestion du risque de mouvements de terrain liés s aux cavités s souterraines en France Québec, 8 mai 2013 Marie DEGAS Jean-Marc WATELET Direction des Risques du Sol et du sous-sol sol Plan de l exposl

Plus en détail

CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015

CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015 2 CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015 L étude de la gestion du risque clients par secteur d activité MÉTHODOLOGIE DE L ÉTUDE OBJECTIFS DE L ÉTUDE Bon nombre de professionnels de la relation financière clients

Plus en détail

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Problématique Le bras asservi Maxpid est issu d'un robot cueilleur de pommes. Il permet, après détection d'un fruit par un système optique,

Plus en détail

COMPTES INDIVIDUELS. Situation intermédiaire au 30 juin 2013 PAGE N 1/14

COMPTES INDIVIDUELS. Situation intermédiaire au 30 juin 2013 PAGE N 1/14 COMPTES INDIVIDUELS Situation intermédiaire au 30 juin 2013 PAGE N 1/14 SOMMAIRE Note 1 - Principes comptables... 6 a) Immobilisations corporelles... 6 b) Titres de participation... 6 c) Opérations en

Plus en détail

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007.

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. Pour mieux comprendre les résultats ici une petit plan où il y a signalées les différentes

Plus en détail

Exemple de rapport simplifié de Test de charge

Exemple de rapport simplifié de Test de charge syloe.fr http://www.syloe.fr/conseil/test de charge/exemple de rapport simplifie de test de charge/ Exemple de rapport simplifié de Test de charge Contexte du test de charge Un client nous soumet une problématique

Plus en détail

GENRE ET FECONDITE EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE

GENRE ET FECONDITE EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE GENRE ET FECONDITE EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE Roger Armand WAKA MODJO Institut d Etudes Démographiques de l Université de Bordeaux IV. Introduction L Afrique subsaharienne reste de nos jours la sous région

Plus en détail

OBLIGATION DE SECURITE DE RESULTAT RISQUES PROFESSIONNELS RISQUES PSYCHOSOCIAUX ASSISTANCE IPRP FORMATION

OBLIGATION DE SECURITE DE RESULTAT RISQUES PROFESSIONNELS RISQUES PSYCHOSOCIAUX ASSISTANCE IPRP FORMATION OBLIGATION DE SECURITE DE RESULTAT PSYCHOSOCIAUX PROFESSIONNELS ASSISTANCE IPRP FORMATION Contact : (33) 6.18.70.97.50 iprp@praxidos.com www.praxidos.com OBLIGATION DE SECURITE DE RESULTAT DE L EMPLOYEUR

Plus en détail

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts Assainissement de ponts rôle des inspections et des interventions dans la conservation des ponts Cet exposé a pour objectif de rappeler, dans un moment de débat accru sur la durabilité et la pérennité

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

ASSEMBLÉE 38 e SESSION

ASSEMBLÉE 38 e SESSION Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL A38-WP/69 TE/10 31/7/13 ASSEMBLÉE 38 e SESSION COMMISSION TECHNIQUE Point 31 : Sécurité de l aviation Problèmes émergents FAUSSE PROXIMITÉ

Plus en détail

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

Physique 11-12 Labo La vitesse d une voiture jouet. Contexte :

Physique 11-12 Labo La vitesse d une voiture jouet. Contexte : Physique 11-12 Labo La vitesse d une voiture jouet Contexte : Un graphique position-temps peut montrer la vitesse d un objet. Si on représente graphiquement la position d un objet enregistrée à des intervalles

Plus en détail

ESSAIS COMPARATIFS DE STABILITE DIMENSIONNELLE SUR PARQUET CHENE CONTRECOLLE MASSIF ET MASSIF 3 PLIS

ESSAIS COMPARATIFS DE STABILITE DIMENSIONNELLE SUR PARQUET CHENE CONTRECOLLE MASSIF ET MASSIF 3 PLIS ESSAIS COMPARATIFS DE STABILITE DIMENSIONNELLE SUR PARQUET CHENE CONTRECOLLE MASSIF ET MASSIF 3 PLIS 04/03/2014 Pour le compte de : Oakwood Import ZA La Croix Blanche 46200 Lachapelle-Auzac Contact : PFT

Plus en détail

Electricité. Vérification de la loi de Coulomb. LEYBOLD Fiches d expériences de physique P3.1.2.2. 0909-Wei. Electrostatique Loi de Coulomb

Electricité. Vérification de la loi de Coulomb. LEYBOLD Fiches d expériences de physique P3.1.2.2. 0909-Wei. Electrostatique Loi de Coulomb Electricité Electrostatique Loi de Coulomb LEYBOLD iches d expériences de physique Vérification de la loi de Coulomb P3... Mesure avec le capteur de force et le newtonmètre Objectifs expérimentaux Mesure

Plus en détail

SURVEILLANCE DES EAUX SOUTERRAINES : LES

SURVEILLANCE DES EAUX SOUTERRAINES : LES 17 octobre 2014 Gestion des sites et sols pollués Caractérisation et surveillance des milieux (eaux, sols, gaz du sol et air intérieur), exposition et évaluation des risques sanitaires (bioaccessibilité...)

Plus en détail

Cartographie des vitesses et niveau de service sur le réseau routier couvert par le système Allegro

Cartographie des vitesses et niveau de service sur le réseau routier couvert par le système Allegro Cartographie des vitesses et niveau de service sur le réseau routier couvert par le système Allegro période d'observation novembre 2006 avril 2007 Date: novembre 2007 1 Introduction Cette note a pour objectif

Plus en détail

QU'EST-CE QU'UN MOUVEMENT DE TERRAIN?

QU'EST-CE QU'UN MOUVEMENT DE TERRAIN? L E RISQUE MOUVEMENT DE TERRAIN QU'EST-CE QU'UN MOUVEMENT DE TERRAIN? Un mouvement de terrain est un déplacement plus ou moins brutal du sol ou du soussol. Il est fonction de la nature et de la disposition

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES. EXEMPLE DE SUJET n 1

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES. EXEMPLE DE SUJET n 1 Exemple de sujet n 1 Page 1/7 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES EXEMPLE DE SUJET n 1 Ce document comprend : Pour l examinateur : - une fiche descriptive du sujet page 2/7 - une fiche

Plus en détail

Projet Calcul Machine à café

Projet Calcul Machine à café Projet Calcul Machine à café Pierre-Yves Poinsot Khadija Salem Etude d une machine à café, plus particulièrement du porte filtre E N S I B S M é c a t r o 3 a Table des matières I Introduction... 2 Présentation

Plus en détail

Les risques liés aux cavités L exemple de la région parisienne

Les risques liés aux cavités L exemple de la région parisienne Les risques liés aux cavités L exemple de la région parisienne Anne-Marie Prunier Leparmentier Inspection générale des Carrières 4 avril 2013 CFGI SGF - CNAM 1/45 Sommaire I. Des incidents à la création

Plus en détail

Etats-Unis : vigilance oblige

Etats-Unis : vigilance oblige GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH 16 septembre 2013 IN CHARTS Etats-Unis : vigilance oblige Si la tendance à l optimisme quant à la situation américaine est coutumière, rares sont toutefois

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

L accidentalité routière en 2012 Bilan sommaire (en estimations provisoires)

L accidentalité routière en 2012 Bilan sommaire (en estimations provisoires) janvier 2013 L accidentalité routière en 2012 Bilan sommaire (en estimations provisoires) Sommaire 1. Les résultats provisoires de 2012 2. Perspectives longues 3. L image globale de l année 2012 4. L année

Plus en détail

Consommation et investissement : une étude économétrique

Consommation et investissement : une étude économétrique Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Consommation et investissement : une étude économétrique Décembre 1996 Document de travail n 14 Consommation et Investissement : Une

Plus en détail

Indicateurs d état visuels pour l évaluation des structures en béton armé

Indicateurs d état visuels pour l évaluation des structures en béton armé 1 opération de recherche 11R082 Indicateurs d état visuels pour l évaluation des structures en béton armé Benoit Thauvin CETE de l Ouest, Département Laboratoire de Saint-Brieuc ERA n 37 2 février 2012

Plus en détail

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014»

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Projet d ensemble commercial Ametzondo Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Remarques : Aucune émission ne sera prise en compte sur le parking pour un fonctionnement dominical.

Plus en détail

Méthode d élaboration de la carte de qualification de l aléa mouvement de terrain

Méthode d élaboration de la carte de qualification de l aléa mouvement de terrain CoTITA Méditerranée Journée du 17 novembre 2011 Conférences sur les risques Plan de Prévention des Risques Méthode d élaboration de la carte de qualification de l aléa mouvement de terrain Laboratoire

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

LE DOUBLEMENT DU TUNNEL CHATELET GARE DU NORD : UN PROJET A SAUVER

LE DOUBLEMENT DU TUNNEL CHATELET GARE DU NORD : UN PROJET A SAUVER LE DOUBLEMENT DU TUNNEL CHATELET GARE DU NORD : UN PROJET A SAUVER C est en 1995, avec le percement du tunnel du RER D entre Gare de Lyon et Châtelet Les Halles, que le tronçon Châtelet Les Halles - Gare

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

BARO HR 100. Référence produit : 90-60-358 NOTICE UTILISATEUR. Version 1.0. nke - Compétition voile

BARO HR 100. Référence produit : 90-60-358 NOTICE UTILISATEUR. Version 1.0. nke - Compétition voile BARO HR 100 Référence produit : 90-60-358 NOTICE UTILISATEUR Version 1.0 nke - Compétition voile Z.I. Kerandré Rue Gutenberg 56700 HENNEBONT- FRANCE http://www.nke.fr N indigo 0 892 680 656 : 0,34 /min.

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

Service HP de réparation du matériel sur site dans un délai de 6 heures Services contractuels d assistance clientèle HP

Service HP de réparation du matériel sur site dans un délai de 6 heures Services contractuels d assistance clientèle HP Service HP de réparation du matériel sur site dans un délai de 6 heures Services contractuels d assistance clientèle HP Notre équipe de spécialistes de l assistance commencera rapidement à dépanner votre

Plus en détail

SERVICE PUBLIC DE TRANSPORTS COLLECTIFS Synthèse du rapport annuel du Délégataire 2012

SERVICE PUBLIC DE TRANSPORTS COLLECTIFS Synthèse du rapport annuel du Délégataire 2012 SERVICE PUBLIC DE TRANSPORTS COLLECTIFS Synthèse du rapport annuel du Délégataire 2012 L EXERCICE 2012 EN QUELQUES POINTS CLEFS : - 2012 : troisième année d exploitation du contrat de DSP 2010-2016. Rappel

Plus en détail

Risques de Sécurité et Solutions pour les Systèmes PV

Risques de Sécurité et Solutions pour les Systèmes PV Risques de Sécurité et Solutions pour les Systèmes PV L objectif du présent document est de traiter les problèmes de sécurité des systèmes PV pour les pompiers. Il expose comment la solution SolarEdge

Plus en détail

La CFDT préconise de négocier dans ce cas précis, dans un premier temps, des accords dits «de méthode».

La CFDT préconise de négocier dans ce cas précis, dans un premier temps, des accords dits «de méthode». Fiche outil 6 CONTENU DE L ACCORD Introduction «Agir contre les troubles psychosociaux, c est agir pour un travail de qualité. Il s agit de regarder la situation de travail telle qu elle est pour les salariés

Plus en détail

Trousse technique 2015-2016 Patinage Plus. Révisée le 8 septembre 2015

Trousse technique 2015-2016 Patinage Plus. Révisée le 8 septembre 2015 Trousse technique 2015-2016 Patinage Plus Révisée le 8 septembre 2015 Table des matières VOLET PATINAGE PLUS 4 ÉTOILE 5 PATINAGE PLUS 6 PATINAGE PLUS (MES PREMIERS JEUX) 7 PRÉCISIONS POUR LES CIRCUITS

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES. EXEMPLE DE SUJET n 2

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES. EXEMPLE DE SUJET n 2 Exemple de sujet n 2 Page 1/7 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES EXEMPLE DE SUJET n 2 Ce document comprend : Pour l examinateur : - une fiche descriptive du sujet page 2/7 - une fiche

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS SANTE AU TRAVAIL ET MEDECINE DU TRAVAIL 41 Chemin de la Durance 13300 SALON DE PROVENCE 0 SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 I. GENERALITES... 3 A. Définitions...

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE

PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE CONSIDÉRANT QUE suite au regroupement des municipalités de Cacouna, il s avère

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ; DELIBERATION N 2015-76 DU 16 SEPTEMBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Renouvellement de vingt aiguillages et de voies en Gare de Strasbourg du 21 septembre au 2 novembre

DOSSIER DE PRESSE. Renouvellement de vingt aiguillages et de voies en Gare de Strasbourg du 21 septembre au 2 novembre DOSSIER DE PRESSE Renouvellement de vingt aiguillages et de voies en Gare de Strasbourg du 21 septembre au 2 novembre Vendredi 18 septembre 2015 Strasbourg SOMMAIRE Relever le défi de la modernisation

Plus en détail

Utilisation sécurisée des PEMPs Conseils Relatifs à l Évaluation de l état des Sols

Utilisation sécurisée des PEMPs Conseils Relatifs à l Évaluation de l état des Sols Introduction La stabilité de toutes les PEMPs dépend des conditions des sols sur lesquels elles sont placées. Ceci s applique tout autant à celles qui nécessitent l utilisation de stabilisateurs qu à celles

Plus en détail

LA STABILITE DES FLANCS DE CARRIERE ET DES TALUS

LA STABILITE DES FLANCS DE CARRIERE ET DES TALUS LA STABILITE DES FLANCS DE CARRIERE ET DES TALUS CIGO - 20 avril 2011 4 Surveillance active et passive Pourquoi CIGO 20 avril 2011 1 / 22 Surveiller!!! Pourquoi? Acquérir des informations qualitatives

Plus en détail

Gestion des temps de travail et de repos du personnel d exploitation des routes. Club COTITA Entretien, Exploitation et Sécurité du 10 octobre 2013

Gestion des temps de travail et de repos du personnel d exploitation des routes. Club COTITA Entretien, Exploitation et Sécurité du 10 octobre 2013 Gestion des temps de travail et de repos du personnel d exploitation des routes Club COTITA Entretien, Exploitation et Sécurité du 10 octobre 2013 Les textes réglementaires concernant les temps de travail

Plus en détail

Programme «financement» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 1 : Garantir la viabilité financière des régimes de base

Programme «financement» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 1 : Garantir la viabilité financière des régimes de base Programme «financement» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 1 : Garantir la viabilité financière des régimes de base Indicateur n 1-6 : Suivi de la dette sociale portée par la CADES La loi organique

Plus en détail

TITRE DE LA SEANCE : LE CHSCT SOMMAIRE

TITRE DE LA SEANCE : LE CHSCT SOMMAIRE 2.1 Droits et obligations au travail 2.1.5 Structures de défense, de protection et de contrôle - Prud hommes - Comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail - Inspection du travail, - Service

Plus en détail

Optimisez votre process de fabrication avec la mallette Cut Optimizer Premium

Optimisez votre process de fabrication avec la mallette Cut Optimizer Premium Optimisez votre process de fabrication avec la mallette Cut Optimizer Premium Par Roger Busi, Chef de projet Dans une opération d usinage, différents facteurs interviennent : La pièce avec sa matière et

Plus en détail

DES STRUCTURES SPÉCIALES. Le Restaurant "La Réserve" Le Bureau des Douanes

DES STRUCTURES SPÉCIALES. Le Restaurant La Réserve Le Bureau des Douanes DES STRUCTURES SPÉCIALES En plus des types de bâtiments standard tels que ceux dont il est débattu dans les sections précédentes de ce chapitre, il y avait un certain nombre de constructions spéciales

Plus en détail

SYNTHESE D INSPECTIONS

SYNTHESE D INSPECTIONS Direction de l Inspection et des Etablissements Département Inspection en Contrôle du Marché Unité Inspection des dispositifs médicaux SYNTHESE D INSPECTIONS THEME : Prothèses Dentaires Il importe de souligner

Plus en détail

Marseille, le 3/7/2015 CODEP-MRS-2015-025309. CHU Montpellier - Lapeyronie 371, avenue du Doyen Giraud 34295 MONTPELLIER Cedex

Marseille, le 3/7/2015 CODEP-MRS-2015-025309. CHU Montpellier - Lapeyronie 371, avenue du Doyen Giraud 34295 MONTPELLIER Cedex RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE MARSEILLE- Zone non imprimée - Place pour l'en-tête CODEP-MRS-2015-025309 Marseille, le 3/7/2015 CHU Montpellier - Lapeyronie 371, avenue du Doyen Giraud 34295 MONTPELLIER

Plus en détail

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1 Annexe 1 Résumé Gestion Capacity Planning Alternance réalisée du 08 Septembre 2014 au 19 juin 2015 aux MMA Résumé : Ma collaboration au sein de la production informatique MMA s est traduite par une intégration

Plus en détail

15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS. Étude WUFI Plancher des combles et toiture

15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS. Étude WUFI Plancher des combles et toiture 15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS Étude WUFI Plancher des combles et toiture Sommaire 1 HYPOTHÈSES...3 1.1 PAROI ÉTUDIÉE... 3 1.2 CONDITIONS INITIALES... 4 1.3 CLIMAT

Plus en détail

Mesure des efforts d un compacteur en vibration. Intervenant : Pierre-Olivier Vandanjon Date : 20 février 2005

Mesure des efforts d un compacteur en vibration. Intervenant : Pierre-Olivier Vandanjon Date : 20 février 2005 Mesure des efforts d un compacteur en vibration Intervenant : Pierre-Olivier Vandanjon Date : 20 février 2005 Mesure des efforts d un compacteur en vibration Intervenant : Pierre-Olivier Vandanjon Date

Plus en détail

Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015

Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015 INSTRUCTION n 2015-25 du 6 mars 2015 Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015 Emetteurs : Direction des Ressources humaines et des Relations sociales - Direction du Développement RH Correspondants

Plus en détail

Projet de synthèse de l'électronique analogique : réalisation d'une balance à jauges de contrainte

Projet de synthèse de l'électronique analogique : réalisation d'une balance à jauges de contrainte J3eA, Journal sur l enseignement des sciences et technologies de l information et des systèmes, Volume 4, HorsSérie 2, 20 (2005) DOI : http://dx.doi.org/10.1051/bibj3ea:2005720 EDP Sciences, 2005 Projet

Plus en détail

Activités essentielles :

Activités essentielles : Localisation du poste : Université du Littoral Côte d Opale L opérateur logistique exécute un ensemble de tâches qui concourent au bon fonctionnement d un site dans les domaines suivants : entretien, prévention,

Plus en détail

Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail ( CHSCT)

Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail ( CHSCT) Élections professionnelles 2014 Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail ( CHSCT) Rôle et missions 1 Le CHSCT Définition: Instance de représentation et de dialogue chargée de donner

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

Management qualité Réflexions et Prescriptions essentielles (Extraits VAE Alain THEBAULT 2013)

Management qualité Réflexions et Prescriptions essentielles (Extraits VAE Alain THEBAULT 2013) Management qualité Réflexions et Prescriptions essentielles (Extraits VAE Alain THEBAULT 2013) 1 Le Système qualité La cartographie des processus, qui se situe entre le manuel qualité et les procédures

Plus en détail

MBR225. Le module a été conçu et réalisé conformément aux normes en vigueur portant sur la sûreté et la fiabilité des installations industrielles.

MBR225. Le module a été conçu et réalisé conformément aux normes en vigueur portant sur la sûreté et la fiabilité des installations industrielles. MBR225 Module de surveillance des chaînes cinématiques Le module est dédié à la surveillance du fonctionnement de machines dont la chaîne cinématique constitue un facteur important de sécurité : treuil,

Plus en détail

Gestion des Incidents (Incident Management)

Gestion des Incidents (Incident Management) 31/07/2004 Les concepts ITIL-Incidents 1 «Be prepared to overcome : - no visible management ou staff commitment, resulting in non-availability of resources - [ ]» «Soyez prêts a surmonter : - l absence

Plus en détail

Installation de la centrale ANALYSE MATERIELLE DE L ALARME INTRUSION RADIO MULTISERVICE

Installation de la centrale ANALYSE MATERIELLE DE L ALARME INTRUSION RADIO MULTISERVICE , 0/10 Installation de la centrale Dévissez la vis cruciforme située à l avant. Insérez un tournevis plat dans la fente située à l arrière en partie basse du socle. Faites levier avec le tournevis pour

Plus en détail

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997 LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE Selon les données communiquées par les établissements participant à l enquête-titres de la Banque de France, l encours des capitaux placés

Plus en détail

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document n 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les évolutions de pouvoir d

Plus en détail

Groupe de travail AUTOSURVEILLANCE DES RESEAUX. Retour d expérience. Le Traitement des données, de l acquisition à leur traitement.

Groupe de travail AUTOSURVEILLANCE DES RESEAUX. Retour d expérience. Le Traitement des données, de l acquisition à leur traitement. Groupe de travail AUTOSURVEILLANCE DES RESEAUX Retour d expérience Le Traitement des données, de l acquisition à leur traitement. PLAN 1. Introduction. 2. Instrumentation d un point de mesure. 3. Conversion

Plus en détail

UE MEMS TP 2 Dimensionnement d un capteur d accéleration et de son circuit de mesure

UE MEMS TP 2 Dimensionnement d un capteur d accéleration et de son circuit de mesure UE MEMS TP 2 Dimensionnement d un capteur d accéleration et de son circuit de mesure Dimitri Galayko 1 Introduction Ce TP représente la première partie du travail de conception d un système complet permettant

Plus en détail

TPE : Amélioration de la précision des souris depuis leur création

TPE : Amélioration de la précision des souris depuis leur création ROCCHISANI Vincent MOULIN Raphaël Axe de Recherche : Réalisations techniques au cours des âges et leurs fondements Thème : La Souris Informatique Objet d'étude : La précision des différentes souris Problèmatique

Plus en détail

Monsieur le Directeur du CNPE de PENLY BP n 854 76450 NEUVILLE LES DIEPPE

Monsieur le Directeur du CNPE de PENLY BP n 854 76450 NEUVILLE LES DIEPPE DIRECTION REGIONALE DE L INDUSTRIE, DE LA RECHERCHE ET DE L ENVIRONNEMENT HAUTE-NORMANDIE Division de Caen Hérouville-Saint-Clair, le 23 décembre 2004 Monsieur le Directeur du CNPE de PENLY BP n 854 76450

Plus en détail

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES Bertrand GOTTIN Directeurs de thèse: Cornel IOANA et Jocelyn CHANUSSOT 03 Septembre 2010 Problématique liée aux Transitoires

Plus en détail

Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS

Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 7 février 2014 N/Réf. : CODEP-PRS-2014-004998 Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS Objet : Inspection sur le thème de la

Plus en détail

TP force centrifuge. Ce TP est évalué à l'aide d'un questionnaire moodle.

TP force centrifuge. Ce TP est évalué à l'aide d'un questionnaire moodle. TP force centrifuge Ce TP est évalué à l'aide d'un questionnaire moodle. Objectif : Étudier la force centrifuge dans le cas d un objet ponctuel en rotation uniforme autour d un axe fixe. 1 Présentation

Plus en détail

L assureur et l entreprise face à la prise de risques dans les grands projets. DIRECTION DES MARCHÉS ET RISQUES IARD 13 octobre 2010 1

L assureur et l entreprise face à la prise de risques dans les grands projets. DIRECTION DES MARCHÉS ET RISQUES IARD 13 octobre 2010 1 L assureur et l entreprise face à la prise de risques dans les grands projets DIRECTION DES MARCHÉS ET RISQUES IARD 13 octobre 2010 1 L assureur et l entreprise face à la prise de risques dans les grands

Plus en détail

Issue de Secours CATALOGUE CATALOGUE 2011

Issue de Secours CATALOGUE CATALOGUE 2011 CATALOGUE CATALOGUE 2011 1 SOMMAIRE Professionnelle de la prévention, de l éducation et de la sécurité incendie, toute demande de formation spécifique est envisageable dès lors qu elle entre dans le cadre

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Droit de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et

Plus en détail

Chantier restructurations

Chantier restructurations Chantier restructurations Le présent document réalisé par le groupe de travail en charge du chantier restructurations, se fixe pour objectif de décrire de manière synthétique les enjeux présents et à venir

Plus en détail

GÉOTECHNIQUE ET CATHÉDRALES

GÉOTECHNIQUE ET CATHÉDRALES Jean-Pierre MAGNAN - IFSTTAR Page 1 PRÉAMBULE La géotechnique a toujours été la partie cachée de la construction. Il n y a nulle trace des fondations dans les représentations de ponts, de maisons, de monuments

Plus en détail

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS**

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** PRESENTATION DE LA FORMATION DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** * CAFERUIS : Certificat d aptitude aux fonctions d encadrement et de responsable d unité d intervention sociale **

Plus en détail

Intergiciel sensible à l'énergie pour les réseaux mobiles ad hoc

Intergiciel sensible à l'énergie pour les réseaux mobiles ad hoc Intergiciel sensible à l'énergie pour les réseaux mobiles ad hoc Principes Moyens d'action Architecture Guilhem Paroux (France Télécom R&D / ENST) Isabelle Demeure (ENST) Plan de la présentation Les réseaux

Plus en détail

DESSINATEUR(TRICE) TECHNICIEN(NE) À 100 % au service des domaines et bâtiments, sport

DESSINATEUR(TRICE) TECHNICIEN(NE) À 100 % au service des domaines et bâtiments, sport La Municipalité de Montreux met au concours un poste de : DESSINATEUR(TRICE) TECHNICIEN(NE) À 100 % au service des domaines et bâtiments, sport Tâches principales : Veiller au bon état physique et technique

Plus en détail

Ordonnance sur la sécurité des ouvrages d accumulation

Ordonnance sur la sécurité des ouvrages d accumulation Ordonnance sur la sécurité des ouvrages d accumulation (Ordonnance sur les ouvrages d accumulation, OSOA) 721.102 du 7 décembre 1998 (Etat le 30 décembre 2003) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 3 bis

Plus en détail

Procédure en cas de vol ou de perte de matériel IT

Procédure en cas de vol ou de perte de matériel IT Procédure en cas de vol ou de perte de matériel IT Directive DIT-13 Champ d application : Université 1 Introduction Le développement constant d appareils informatiques mobiles et performants (ultrabooks,

Plus en détail