L intégration scolaire et professionnelle REVUE PROFESSIONNELLE DE L INSTITUT DE RÉADAPTATION EN DÉFICIENCE PHYSIQUE DE QUÉBEC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L intégration scolaire et professionnelle REVUE PROFESSIONNELLE DE L INSTITUT DE RÉADAPTATION EN DÉFICIENCE PHYSIQUE DE QUÉBEC"

Transcription

1 REVUE PROFESSIONNELLE DE L INSTITUT DE RÉADAPTATION EN DÉFICIENCE PHYSIQUE DE QUÉBEC VOLUME 14 NUMÉRO 1 MAI 2015 L intégration scolaire et professionnelle

2 Comité éditorial Anne Bourassa, Nancy Doyon, Caroline Dubois, Johanne Lambert, Danielle Lévesque, Annie Plamondon, Jessie St-Laurent, Johanne Trahan, Violette Verville, Véronique Vézina Coordination Anne Bourassa Révision linguistique et correction d épreuves Anne Bourassa et Anne Simard Photos Service de l audiovisuel Réalisation Service des communications et des relations publiques Institut de réadaptation en défi cience physique de Québec 525, boulevard Wilfrid-Hamel Québec (Québec) G1M 2S , poste 6271 Publication offi cielle de l Institut de réadaptation en défi cience physique de Québec, la revue Différences est publiée deux fois par année et distribuée gratuitement aux professionnels et aux gestionnaires des réseaux de la santé et de l enseignement, aux membres de la communauté scientifi que et aux organismes communautaires. Dépôt légal - Premier trimestre 2015 Bibliothèque nationale du Québec Bibliothèque nationale du Canada ISSN Note : Le générique masculin désigne aussi bien les femmes que les hommes. Il est utilisé dans le seul but d alléger le texte. Les articles de la revue Différences peuvent être reproduits sans autorisation à condition d en mentionner la source. Sur demande, des articles de Différences peuvent être produits en format adapté. La revue est diffusée sur le site Web de l IRDPQ.

3 REVUE PROFESSIONNELLE DE L INSTITUT DE RÉADAPTATION EN DÉFICIENCE PHYSIQUE DE QUÉBEC VOLUME 14 NUMÉRO 1 MAI Éditorial 6 L apprentissage de l autonomie chez les adolescents 8 La technologie au service de l intégration des personnes ayant une défi cience visuelle 11 Témoignage : Parcours d une résiliente 14 Réadaptation et milieu scolaire : un partenariat qui profi te aux jeunes affectés par le TAC 16 La maternelle à l École de L Escabelle 19 La surdité à l école : comprendre, s unir, accompagner! 23 L utilisation d une tablette tactile en ergothérapie 25 La réadaptation en milieu scolaire spécialisé à l École Madeleine-Bergeron 28 Témoignage : Quand la détermination fait la différence 31 Ensemble pour une meilleure transition vers la vie adulte pour la clientèle présentant un trouble primaire du langage 35 Le travail non compétitif 37 La prise de décision partagée 42 Le rôle du conseiller d orientation spécialisé en réadaptation 46 Publications récentes 47 Bibliographie en lien avec l intégration scolaire et professionnelle 50 Formations et évènements IRDPQ

4 Éditorial L année 2015 se démarque par une gigantesque restructuration du réseau de la santé et des services sociaux du Québec qui s appuie sur un objectif d optimisation de l accessibilité aux soins et aux services, et d efficience. L État révise son offre de service dans ce domaine et s emploie à revoir les pratiques de gestion en cours. Dans notre milieu, on observe déjà une profonde mutation alors que les travaux d ingénierie n en sont qu à leur tout début. Pour l Institut de réadaptation en déficience physique de Québec (IRDPQ), cela se traduit dans un premier temps par sa fusion au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale. L IRDPQ n est plus une institution à part entière. Il est devenu un programme en déficience physique relevant d une direction sous l autorité du président-directeur général adjoint en charge des programmes sociaux et de réadaptation. Au moment d écrire ces lignes, le chantier de la nouvelle organisation se poursuit et l organigramme demeure en mouvance. Les changements actuels suscitent des questions, des opportunités et aussi des craintes normales devant l inconnu. La table est mise pour réfléchir au legs de l IRDPQ et à l avenir de sa mission sociale dans le paysage que propose aujourd hui le CIUSSS. La finalité de notre mission est l intégration sociale de la personne ayant une déficience physique. Cette personne est notre raison d exister et son intégration, notre but à atteindre. Dans un passé pas si lointain, le handicap (et son effet d exclusion sociale) était considéré comme le résultat direct des déficiences organiques et des incapacités 4 VOLUME 14 I NUMÉRO 1 I MAI 2015

5 fonctionnelles d un individu. Au fil des recherches et de l évolution des pratiques d intervention, on a compris qu il fallait travailler sur l environnement et des facteurs personnels pour réduire les obstacles à l intégration d une personne et favoriser sa participation sociale. Après des décennies d exercice professionnel et de spécialisation, nous continuons à investir et à développer nos ressources et notre expertise, à intervenir sur le terrain en vue d agir positivement sur les éléments qui influencent la qualité d une intégration. Ainsi, nous ne ménageons aucun effort pour conserver l autonomie d une personne ou pour l amener à une autonomie optimale, pour la soutenir dans toutes les sphères de la vie humaine travail, loisir, famille, transport, habitation afin qu elle puisse vivre dans son milieu, interagir avec son entourage, participer aux activités de la communauté. Les moyens que nous utilisons (technologie, partenariat, action dans le milieu) visent ultimement à compenser ses incapacités et à limiter les situations de handicap pour lui permettre d être, de faire. Au terme de notre intervention globale (sur les plans physique et psychosocial) auprès d une personne ayant une déficience physique, nous avons le devoir de jauger la pertinence et le succès de notre engagement à la mesure des différents facteurs qui déterminent la qualité de vie d un être humain. Dans le passé, le ministère de la Santé et des Services sociaux s est commis dans une politique de santé et de bien-être visant à réduire les situations de handicap et les obstacles à l intégration sociale. Nous espérons que les efforts se poursuivront dans ce sens et que notre expertise et notre savoir-faire dans le champ de la réadaptation sociale trouveront au sein du CIUSSS un terrain propice pour s exercer, et ce, dans l intérêt des citoyens et de la société en général. Marc Prenevost Conseiller cadre à la direction générale VOLUME 14 I NUMÉRO 1 I MAI

6 L apprentissage de l autonomie chez les adolescents Hélène Gendreau Ergothérapeute Programme développement de l enfant L apprentissage de l autonomie est un enjeu majeur à l adolescence, particulièrement pour les enfants présentant une défi cience physique. Afin de soutenir cet apprentissage, le Programme de développement de l enfant offre chaque printemps une série de cinq ateliers aux jeunes de 5 e et 6 e année du primaire, 1 re et 2 e année du secondaire. Les parents peuvent inscrire leur enfant à tous les ateliers ou seulement à ceux de leur choix. Chaque atelier hebdomadaire, qui a lieu à l IRDPQ, dure 90 minutes. Le contenu de certains ateliers a été inspiré de ce qui s est fait au Centre de réadaptation de l Estrie. Selon le thème abordé, les ateliers sont animés par une neuropsychologue, une éducatrice spécialisée ou une ergothérapeute. L an dernier, de 3 à 5 jeunes se sont inscrits à chaque atelier. Les participants ont des profils variés tels que : trouble moteur, trouble d acquisition de la coordination, trouble d apprentissage. Les parents peuvent observer les ateliers derrière une vitre miroir ou en retransmission. À la fin des ateliers, des recommandations individuelles sont émises à chacun des participants. L expérience s est avérée positive; les jeunes prennent confiance en leurs moyens et développent des stratégies pour être plus efficaces dans leurs activités. Les recommandations sont expliquées aux parents et parfois directement à l école, avec l autorisation des parents. Des suggestions de matériel sont faites aux parents qui peuvent ensuite faire les achats en conséquence. 6 VOLUME 14 I NUMÉRO 1 I MAI 2015

7 Contenu des ateliers Atelier 1 : Cadenas : essai de cadenas standards avec chiffres et de cadenas plus simples Case : trucs pour garder sa case en ordre et s y retrouver plus facilement Matériel scolaire : essai de cartables, de pochettes protectrices, de pochettes multisections Gestion des feuilles libres Atelier 2 : Horaire : trucs pour se repérer rapidement avec un horaire Agenda : comment prendre en note les devoirs et les leçons dans l agenda Repérage des lieux : trucs pour la recherche d un local dans un endroit inconnu Atelier 3 : Outils scolaires : règle, compas, rapporteur d angles, efface Essai de différents types d outils et conseils pour bien les utiliser Atelier 4 : Comprendre les règles non écrites d une école secondaire Trucs pour éviter bien des moqueries à l aide de certaines règles non écrites : - À la cafétéria, il faut : faire la file, attendre son tour, ranger son plateau - Durant les pauses, il vaut mieux : ne pas trop flâner aux casiers, éviter certains endroits monopolisés par les plus âgés ou par des gangs spécifiques Atelier 5 : Autobus scolaire et transport en commun Se familiariser avec les règles de sécurité routière Compréhension des règles non écrites concernant les bons comportements à adopter lors d un déplacement en autobus (avant, pendant, après) et les façons de faire afin de se rendre à destination Apprentissage des attitudes à adopter en rapport avec différentes situations : devant des imprévus, lorsque je me fais aborder par des inconnus VOLUME 14 I NUMÉRO 1 I MAI

8 La technologie au service de l intégration des personnes ayant une défi cience visuelle Valérie Roy et Liane Belleau Spécialistes en réadaptation en défi cience visuelle La technologie évolue très rapidement et les personnes atteintes d une défi cience visuelle font certainement partie des gens qui peuvent en tirer un grand profi t. Pensons par exemple au GPS parlant qui facilite les déplacements, ou aux aides qui permettent d augmenter la taille de caractère d un document ou d en faire la lecture vocalement. Sur le plan des activités informatiques, la technologie contribue grandement au maintien aux études et en emploi des usagers ayant une défi cience visuelle. Le rôle du spécialiste en réadaptation en déficience visuelle (SRDV) Les SRDV sont les principaux intervenants interpelés lorsque les besoins de l usager concernent la communication informatique adaptée. Notre rôle principal consiste à soutenir les usagers dans leurs habitudes de vie qui comprennent l utilisation d outils informatiques. La majeure partie de notre clientèle a une vision fonctionnelle qui lui permet de travailler à l ordinateur en utilisant le grossissement de caractères. Toutefois, la vision résiduelle de certains usagers ne leur permet pas de fonctionner de cette façon, de sorte qu ils doivent se diriger vers d autres stratégies telles que le braille et la synthèse vocale. Finalement, de nombreux usagers combinent différents moyens comme augmenter la taille des caractères à l écran et faire lire le texte par une voix synthétique. L histoire de François Pour bien illustrer l apport des technologies pour nos usagers, suivons le cheminement de François, un étudiant atteint d une pathologie visuelle dégénérative qui subit une baisse de vision au cours de son programme scolaire. La situation initiale de François est la suivante : il poursuit des études collégiales et présente une basse vision. Il utilise un ordinateur portable pour la prise de notes en classe, la réalisation de ses travaux scolaires et de ses examens ainsi que pour l accès à des volumes scolaires en version 8 VOLUME 14 I NUMÉRO 1 I MAI 2015

9 Valérie Roy (à droite) en intervention avec une usagère électronique. Un logiciel de grossissement de caractères est installé sur son ordinateur, ce qui lui permet d agrandir au besoin le texte affiché à l écran. Avec ces outils combinés à diverses stratégies et aides visuelles complémentaires, François est fonctionnel pour poursuivre ses études. Une importante baisse de vision survient alors et entraine des difficultés importantes de lecture et d écriture. Le grossissement du texte n est plus suffisant pour permettre à François d accéder à l information affichée à l écran d ordinateur. Ces difficultés mettent en péril la réussite de son année scolaire. Il fait alors une demande de service au Programme en déficience visuelle. Parmi les intervenants interpelés, un SRDV en communication informatique adaptée le rencontre pour évaluer et analyser les problèmes auxquels il se heurte à la suite de sa perte de vision. Considérant les difficultés qu il rapporte et d autres facteurs tels que son profil visuel et ses capacités d apprentissage, le SRDV lui recommande le passage au braille et à la synthèse vocale. L apprentissage du braille l aidera notamment à être plus performant dans l utilisation de l informatique puisqu il fournit de l information complémentaire à celle fournie par la synthèse vocale. En ayant recours au Programme d aides visuelles de la Régie de l assurance maladie du Québec, nous fournissons à François les équipements nécessaires à ces changements. Il utilisera désormais un logiciel qui lit vocalement l information à l écran et qui l affiche en braille sur un appareil spécialisé nommé «afficheur braille». Les logiciels réguliers qu il utilise (Word, Outlook, Excel) sont configurés pour un fonctionnement optimal avec ses aides adaptées. VOLUME 14 I NUMÉRO 1 I MAI

10 Nous enseignons ensuite à François comment utiliser ses nouveaux équipements et l amenons à adopter de nouvelles stratégies de travail. Il doit, par exemple, apprendre à utiliser uniquement le clavier pour exécuter des commandes à l ordinateur puisqu il ne peut plus recourir à la souris. Il doit aussi apprendre à écouter ce que le logiciel de revue d écran lui donne comme information, à lire le texte en braille qui apparait sur son afficheur, etc. Ce processus de réadaptation peut s échelonner sur plusieurs mois. Durant cette période, nous nous assurons que François est en mesure de réaliser les tâches de base en informatique : consulter et rédiger des documents, gérer ses courriels et ses documents, naviguer sur Internet, etc. Afin que François puisse reprendre l ensemble des tâches nécessaires à la poursuite de ses études, d autres aides peuvent s ajouter en complément de celles déjà attribuées, entre autres pour numériser un document papier et le faire lire ensuite par une synthèse vocale ou pour imprimer des documents en braille. De plus, pour faciliter la gestion de son horaire, François pourra utiliser l agenda de son téléphone intelligent avec support vocal. Il existe de multiples applications disponibles dans les téléphones intelligents qui facilitent le quotidien des personnes atteintes d une déficience visuelle. Des avantages et des défis En tant que SRDV en communication informatique adaptée, nous sommes appelés à intervenir à diverses étapes de la vie des usagers, que ce soit à la suite d une perte visuelle, d un changement de tâches au travail ou de l adhésion à un nouveau programme d études. Comme vous avez pu le découvrir, il existe plusieurs outils technologiques pour répondre aux besoins des usagers. Ces outils représentent un atout majeur pour leur maintien aux études et au travail. Toutefois, les usagers et les SRDV en communication informatique adaptée font tous face à un défi de taille : celui de maintenir leurs connaissances à jour pour être en mesure de suivre l évolution très rapide de la technologie. Connaissez-vous les spécialistes en réadaptation en déficience visuelle? Ces professionnels travaillent dans un centre de réadaptation. Ils interviennent auprès d enfants et d adultes présentant une déficience visuelle. Ils évaluent et analysent les besoins et les capacités des usagers sur le plan de la lecture et de l écriture, des activités de la vie quotidienne et de l utilisation de l ordinateur. Selon les milieux de travail, certains de ces professionnels se spécialisent dans l un de ces champs d activité tandis que d autres effectuent l ensemble de ces tâches. Les possibilités s offrant aux SRDV sont multiples; elles vont des interventions en rapport avec l utilisation d aides optiques, à l enseignement du braille et autres. La formation pour obtenir ce titre d emploi consiste en un diplôme d études supérieures spécialisées (D.E.S.S.) en intervention en déficience visuelle. Au Québec, ce cours est offert uniquement à l Université de Montréal. 10 VOLUME 14 I NUMÉRO 1 I MAI 2015

11 Parcours d une résiliente Témoignage de Nancy Dubé, usagère au Programme en défi cience visuelle recueilli par Anne Bourassa, agente d information Jusqu à l âge de 14 ans, j étais parfaitement voyante. J ai vécu ma première perte de vision durant mon adolescence, à l âge où on veut à tout prix être semblable aux autres. Heureusement, à 18 ans, j étais déjà fonceuse. J avais en moi ce trait de caractère qui m a toujours beaucoup aidée. Je me suis battue pour obtenir mon diplôme d études professionnelles en assistance familiale et sociale à Rivièredu-Loup. Mon enseignante me disait : «Si tu ne veux pas abandonner, tu vas en faire plus que les autres.» À la fin de ce cours, au moment de l évaluation du dernier stage, elle m a prise dans ses bras et m a dit qu elle n aurait jamais cru que j obtiendrais mon diplôme. Encouragée par cette réussite, je me suis orientée en sciences humaines au cégep de Sainte-Foy. C est là qu en 2005, j ai subi du jour au lendemain une seconde baisse importante de vision. Une journée, je voyais les couleurs et les objets autour de moi; le lendemain, je ne voyais que du gris en me réveillant. Les nerfs optiques étaient atteints de manière irréversible. J étais devenue fonctionnellement aveugle! Les intervenants de l IRDPQ ont alors établi un plan d intervention d urgence et le cégep a tout mis en œuvre pour que je puisse finir ma session. J avais besoin de terminer cette étape. En mai 2005, l équipe interdisciplinaire de l IRDPQ me présentait un plan d intervention incluant l apprentissage des techniques d utilisation de la canne blanche, du braille, de l informatique, etc. Je n ai pas été capable ; je n acceptais pas ma nouvelle condition. J avais honte, j étais découragée, déçue. J avais tout un deuil à faire et bien des difficultés à surmonter! Je me sentais incapable d entreprendre le braille et j ai pris en aversion la canne blanche. Je me suis isolée. J avais l impression d être devenue une loque humaine : «Pas capable de lire, pas capable d écrire, tu ne peux pas retourner aux études, tu ne peux pas aller sur le marché du travail; qu est-ce qu il te reste?» Je demeurais à quelques pas du cégep; je voyais les étudiants tous les matins C est devenu trop difficile. J ai choisi, avec mon conjoint, de déménager près de l IRDPQ. L équipe en déficience visuelle m a alors offert des services de soutien psychosocial. Au début, j étais suivie deux fois par semaine. Je pouvais exprimer ma tristesse. Tranquillement, l intervenante m a aidée à sortir ma canne blanche de mon sac à main. Cette démarche d adaptation a duré près de trois ans. À l automne 2007, j ai repris mes démarches de réadaptation, motivée par le souhait d avoir un chien-guide. Comme il faut maitriser la canne blanche pour demander un VOLUME 14 I NUMÉRO 1 I MAI

12 chien-guide, je devais me remettre à l entrainement. En outre, j étais prête à entreprendre l apprentissage du braille et à parfaire ma capacité d orientation et de mobilité. J ai eu mon premier chien-guide en avril Malheureusement, Nelly a été si souvent malade qu elle a dû être déclassée comme chien-guide en janvier Cette épreuve a été presque aussi difficile que la perte de vision. J ai pu à nouveau recevoir du soutien psychologique de l IRDPQ. J ai ensuite eu la chance d avoir Nicky comme deuxième chien-guide en juin Elle est en santé et j ai une grande confiance en elle. Elle m apporte de la constance et de la sécurité. Je peux maintenant sortir le soir avec elle. Parallèlement à ces démarches, Emploi-Québec m a offert en 2008 de suivre une formation en massothérapie adaptée. En 2009, avec quatre autres massothérapeutes, j ai démarré la clinique Vision massage. Bien que cette entreprise ait fermé en septembre 2012, j ai continué à exercer ce métier à domicile. En 2013, j ai suivi une formation de réceptionniste en résidence pour personnes âgées proposée par Emploi-Québec. On a d abord refusé ma candidature. J ai dû me battre et démontrer ma grande motivation lors d une réunion avec la direction et les enseignants. J ai fait ensuite un stage que j ai beaucoup aimé au Centre d hébergement Hôpital général de Québec. J y ai même fait de la zoothérapie avec Nicky, ma chienne-guide. Après mon stage, je me suis inscrite à La Croisée et j ai fait des démarches de recherche d emploi. Je travaille maintenant comme serveuse au restaurant Le 6 e Sens. J en suis très fière. Je partage mon temps de travail entre la massothérapie et le travail de serveuse. Toutefois, ma situation demeure précaire financièrement. J apprécierais un travail plus stable. C est pourquoi je continue d espérer obtenir un emploi comme réceptionniste ou un poste au gouvernement. Quelles sont les interventions ou les attitudes des intervenants qui vous ont aidée à rebondir, à continuer et à ne pas lâcher? Le soutien psychologique est essentiel au début. On ne peut pas réussir à s investir pleinement dans la réadaptation si on n a pas d abord passé par un processus de deuil, d acceptation et d adaptation. C est en psychothérapie que j ai réussi à retrouver mes forces. Il est important de tenir compte de tout le facteur psychologique lié à la réadaptation. La pire chose à faire est de s isoler. La psychothérapie permet de lutter contre l isolement que l on se crée. Elle permet de nommer les émotions, de les vivre à fond, d être accueillie, de se sentir acceptée, de reprendre tranquillement des forces et le gout de vivre. Le bénévolat est une autre manière de sortir de l isolement. En 2007, j ai commencé à m investir auprès du Regroupement des personnes handicapées visuelles. Je travaillais à produire le journal Vision sur cassette. Ce bénévolat me permettait d accomplir les activités de base : me lever, me laver, m habiller. Cela me redonnait confiance. J ai 12 VOLUME 14 I NUMÉRO 1 I MAI 2015

13 ensuite commencé à faire du bénévolat pour les cafés-rencontres. J ai ainsi pu entrer en contact avec d autres personnes atteintes d une déficience visuelle, des gens actifs. Elles se déplaçaient avec une canne blanche ou un chien-guide. Pour elles, c était normal et naturel; pour moi, c était une bonne source de motivation. Si la personne s isole, elle ne peut pas aller à l école, elle ne peut pas se perfectionner, elle ne peut pas se trouver un travail. Sortir de l isolement permet de retrouver l espoir et l estime de soi. Avec le soutien psychologique et le bénévolat, c est l espoir que j ai retrouvé. Qu est-ce que vous avez découvert sur vous-même à travers ce cheminement? Les épreuves nous font grandir. Elles nous font découvrir les forces intérieures que l on ne soupçonnait pas. Quand j étais jeune, mon père me disait : «Il faut parfois manger son pain noir pour remonter et savoir qui on est vraiment.» Aujourd hui, je sais de quoi il parlait. J ai développé ma qualité d écoute. Quand on souffre, quand on apprend à remonter, l écoute de ce que les gens vivent et l empathie deviennent importantes. J ai aussi développé ma sensibilité. Je suis capable de détecter plus rapidement ce que vivent les gens, même si je ne les connais pas. Lorsque j ai perdu la vue, j ai eu besoin de beaucoup d écoute et non pas de conseils, seulement d espace pour dire tout ce qui m habitait. La thérapeute me proposait ensuite des stratégies et je développais les solutions qui me convenaient. Elle ne m imposait rien, elle respectait mon rythme. S il est important de rester fort, il faut aussi pouvoir accueillir sa vulnérabilité quand elle est là. J ai eu à trouver ma force en moi-même et à me réapproprier qui j étais. Aujourd hui, j ai développé de l estime et de la confiance en moi. Est-ce que vous aimeriez ajouter quelque chose en terminant? J aimerais exprimer ma profonde gratitude à tous les membres de l équipe en déficience visuelle qui m ont offert des services en Je suis convaincue que la patience dont ils ont fait preuve a fait toute la différence dans mon cheminent et m a permis de devenir la personne que je suis aujourd hui. Merci! VOLUME 14 I NUMÉRO 1 I MAI

14 Réadaptation et milieu scolaire : un partenariat qui profi te aux jeunes affectés par le TAC Hélène Gendreau et Marie-Eve Langevin, ergothérapeutes, Isabelle Demers, physiothérapeute, Programme de développement de l enfant Le trouble de l acquisition de la coordination (TAC) est un dysfonctionnement neurodéveloppemental. Il affecte la capacité de planifi er, d organiser et d automatiser les gestes moteurs pour réaliser une action ou une activité. Il touche environ 5 à 6 % des jeunes d âge scolaire, ce qui correspond à un élève par classe. Pour répondre aux besoins spécifiques de ces jeunes, le Programme de développement de l enfant de l IRDPQ a établi un partenariat avec le Service régional de soutien et d expertise en adaptation scolaire. Formation pour les enseignants des niveaux primaire et secondaire Les ergothérapeutes de l IRDPQ ont collaboré à une formation sur le TAC et les troubles praxiques offerte dans les commissions scolaires de la région. Ces professionnelles se sont inspirées de la formation intitulée «3, 2, 1, j apprends». Cette dernière est issue d une recherche-action menée à la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke, en collaboration avec le Centre de réadaptation Estrie et l Université Laval. La démarche de sensibilisation et les stratégies proposées aux enseignants leur ont permis de bonifier leur accompagnement des enfants au quotidien. En ayant une meilleure connaissance de la situation des enfants, ils interprètent plus adéquatement les comportements observés et cessent de les associer à la paresse. Ils adaptent certaines tâches et font appel aux services de l IRDPQ lorsque c est nécessaire. La collaboration de l IRDPQ a fait connaitre aux enseignants le rôle de l ergothérapie. Ils ont fait part de leurs besoins directement aux intervenants de la réadaptation, ce qui permet de mieux répondre aux besoins des enfants. 14 VOLUME 14 I NUMÉRO 1 I MAI 2015

15 Formation pour les éducateurs physiques Isabelle Demers, physiothérapeute, a développé une formation sur le TAC en collaboration avec un conseiller en éducation physique de la Commission scolaire de la Capitale. Cette formation a été suivie par tous les éducateurs physiques de cette commission scolaire au niveau primaire en janvier 2013, et par les éducateurs physiques des écoles spécialisées Joseph-Paquin et Envol en avril À la suite des commentaires des éducateurs physiques ayant participé aux premières formations, le contenu a été revu et augmenté avec le soutien du Service de la gestion des connaissances de l IRDPQ. Ce cours est maintenant donné une journée complète dans le cadre de l offre de formation de l IRDPQ, sous le titre «Activités sportives : aider les jeunes avec troubles d acquisition de la coordination (TAC)». Cette modalité permet de joindre les éducateurs physiques des autres régions du Québec où cette formation n est pas disponible. Trousse d information sur le TAC Les intervenants du Programme développement de l enfant de l IRDPQ et ceux du Programme dyspraxie du Centre de réadaptation de l Estrie travaillent en collaboration pour produire une trousse d information sur le TAC. Conçue pour les intervenants en réadaptation en déficience physique, cette trousse s intéresse aux besoins des familles d enfants âgés de 5 à 12 ans ayant un TAC. La trousse recense les outils existants sous diverses formes et qui visent le jeune ayant un TAC, ses parents, ses frères et sœurs. En améliorant l information aux enfants et aux parents, cet inventaire a pour but de favoriser le processus d adaptation du jeune et de son entourage, ainsi que l acquisition de comportements appropriés tout au long de la vie. La trousse s inscrit dans le cadre du développement d une pratique de pointe, c est-à-dire le développement d activités et de connaissances novatrices dans le domaine de la réadaptation spécialisée. VOLUME 14 I NUMÉRO 1 I MAI

16 La maternelle à l École de L Escabelle Isabelle Frève, orthophoniste Paola Albornoz, chef de programme Programme en défi cience auditive et implant cochléaire, volet scolaire La petite classe oraliste de l École de l Escabelle réunie autour d un livre L École de l Escabelle est un établissement d enseignement régulier de la Commission scolaire de la Capitale. On y retrouve une classe de maternelle bien spéciale. Elle accueille des enfants âgés de 4 et 5 ans qui ont une défi cience auditive et qui fonctionnent oralement. Plusieurs de ces enfants, domiciliés dans la région de la Capitale-Nationale ou de Chaudière-Appalaches, ont aussi un retard langagier. La classe fonctionne avec un ratio réduit de 4 à 8 enfants. Son objectif est de préparer les jeunes à intégrer le milieu scolaire régulier. L enseignante en adaptation scolaire relève de la commission scolaire. Elle a reçu une formation sur la surdité. Elle travaille en étroite collaboration avec les intervenants du Programme en déficience auditive et implant cochléaire de l IRDPQ. D ailleurs, une technicienne en éducation spécialisée de ce programme est présente dans la classe de façon régulière. 16 VOLUME 14 I NUMÉRO 1 I MAI 2015

17 La classe et l enseignement sont adaptés pour répondre aux besoins des enfants : L enseignante utilise des stratégies de communication adaptées (ex. : se rapprocher, éliminer les bruits ambiants, donner accès visuellement à sa bouche, placer les jeunes à des endroits stratégiques) ; Des adaptations sont présentes dans le local afin de réduire le niveau de bruit ambiant (ex. : feutres sous les chaises) ou d amplifier le volume de la voix de l enseignante (système MF en champ libre) ; Un local est réservé aux enfants de cette classe pour le diner. Le rythme et les capacités de chaque enfant sont pris en compte de telle sorte qu il peut fréquenter cette classe une ou deux années consécutives. Généralement, il est ensuite intégré dans une classe régulière, soit en maternelle, soit en première année. Dans une école régulière, les enfants qui présentent une déficience auditive ont à déployer beaucoup d énergie pour suivre la communication adressée à un grand groupe, pour composer avec un niveau de bruit plus élevé, pour identifier et manifester leur incompréhension. Afin que les petits de 4 ans puissent intégrer la maternelle régulière l année suivante, l enseignement offert dans la classe de L Escabelle vise les objectifs de la maternelle d enfants âgés de 5 ans et se donne dans un environnement optimal d écoute. Cela a pour but de permettre aux jeunes de prendre une certaine avance dans le développement de leur autonomie, nécessaire pour réaliser cette nouvelle habitude de vie, et dans les apprentissages en vue de faciliter l intégration scolaire. L équipe du Programme en déficience auditive et implant cochléaire de l IRDPQ L équipe de l IRDPQ qui intervient dans cette classe est composée d une orthophoniste, d une audiologiste, d une ergothérapeute, d une éducatrice spécialisée, d une psychologue et d une travailleuse sociale. Ces professionnelles se déplacent à l école pour la plupart des interventions individuelles ou de groupe. La participation des parents est essentielle; ils sont d ailleurs souvent présents lors des interventions. L évaluation et l intervention se font en étroite collaboration avec l équipe scolaire. Ce partenariat comprend notamment : Un plan d intervention réunissant l équipe scolaire, l équipe de réadaptation et les parents. Dans ce plan, on retrouve les objectifs fonctionnels qui seront poursuivis en classe, en thérapie et à la maison ; Plusieurs rencontres de discussion de cas avec l enseignante pour une meilleure connaissance de l enfant et des adaptations à réaliser à des moments clés de l année : en début d année scolaire, en préparation au plan d intervention, en prévision de l orientation scolaire ; Tout au long du suivi, des discussions régulières avec l enseignante afin de suivre l évolution de l enfant et d adapter les interventions à ses besoins, ce qui facilite l atteinte des objectifs du plan d intervention ; L animation d activités de groupe (développement de la communication et des habiletés psychomotrices), conjointement ou non avec l enseignante. VOLUME 14 I NUMÉRO 1 I MAI

18 Pour favoriser l intégration scolaire dans une école régulière Diverses stratégies sont utilisées pour préparer l intégration de ces enfants dans une classe régulière. Pour appuyer et soutenir l intervention de l équipe de réadaptation, l enseignante participe à la plupart de ces activités : La fréquentation des autres élèves de l école dans la cour, soutenue par l éducatrice spécialisée de l IRDPQ ; Des sorties éducatives et des activités spéciales avec les autres élèves de l École de L Escabelle, soutenues par l éducatrice spécialisée ; Participation occasionnelle dans des classes de maternelle régulière (tout le groupe, un sous-groupe, ou un élève à la fois) avec le soutien de l éducatrice spécialisée ; Sensibilisation à la surdité dans les classes régulières de maternelle d enfants de 5 ans, animée par l éducatrice spécialisée ; Groupe de communication avec l orthophoniste (et parfois l audiologiste), où les différentes stratégies de communication à adopter sont présentées aux jeunes. L objectif à plus long terme du groupe est de rendre le jeune autonome dans sa communication, surtout lorsqu il se retrouvera avec un locuteur peu adapté aux besoins relatifs à la surdité. Par exemple, l enfant est préparé à expliquer sommairement sa surdité, à manifester ses incompréhensions, à demander de faire cesser un bruit dérangeant ou qu on se rapproche de lui ou qu on lui montre sa bouche. Ces stratégies sont mises en pratique lors des groupes de communication, de petits exercices à la maison à faire avec les parents et des activités de généralisation dans la classe animées par l enseignante et l éducatrice spécialisée ; Groupe psychomoteur et thérapie individuelle par l ergothérapeute qui s assure que les préalables scolaires soient bien maitrisés ; Thérapie individuelle en audiologie pour s assurer que les jeunes développent au maximum leurs habiletés auditives dans des milieux silencieux ou bruyants, afin de les outiller à suivre le discours d un enseignant dans une classe régulière souvent bruyante ; Thérapie individuelle et groupe de communication par l orthophoniste visant à ce que le langage de chaque enfant se développe de façon optimale malgré la déficience auditive. Les objectifs généraux sont : diminuer le retard de langage, amener le jeune à comprendre le langage adressé à un groupe d enfants de son âge et à se faire comprendre par un enfant de son âge. Différents projets sont proposés aux enfants par l équipe multidisciplinaire, afin de travailler plusieurs sphères du développement. Ces projets visent à développer globalement l autonomie, l estime de soi, le travail d équipe, les habiletés sociales, le dépassement de ses limites et la confiance en ses capacités de communiquer dans des contextes moins facilitants. Les projets varient d une année à l autre, en fonction du profil des enfants de la classe et des intervenants en place. Voici des exemples de projets réalisés par les enfants : composition, fabrication des décors et présentation d une pièce de théâtre ; écriture et illustration d un livre d histoire ; spectacle de comptines, de chansons et de danse. Les parents, la famille élargie, les intervenants de la réadaptation et de l équipe-école sont invités à assister au travail réalisé par les enfants et ainsi apprécier l évolution globale faite au cours de l année. C est souvent un moment émouvant puisque tant la famille que les intervenants voient concrètement et avec fierté les résultats des efforts mis de part et d autre. 18 VOLUME 14 I NUMÉRO 1 I MAI 2015

19 La surdité à l école : comprendre, s unir, accompagner! Marie-Claude Bédard, audiologiste Paola Albornoz, chef de programme Programme en défi cience auditive et implant cochléaire, volet scolaire La déficience auditive, un handicap invisible de communication La déficience auditive se définit par une incapacité physique de l oreille, mais plus encore comme un handicap de la communication. La surdité interfère donc dans la réalisation de plusieurs habitudes de vie et rôles sociaux. Pour un enfant d âge scolaire, le problème d audition influence notamment : le développement du langage, les apprentissages scolaires, la réussite scolaire, la connaissance de soi, le développement de son plein potentiel et l interaction avec ses pairs. Les conséquences d un problème d audition varient beaucoup d une personne à l autre. Plusieurs facteurs doivent être considérés et influencent la capacité des jeunes à surmonter les difficultés rencontrées dans leur quotidien : Le degré, le type de surdité et l âge d apparition : Une surdité légère apparue après l âge de 5 ans aura des conséquences différentes de celles d une surdité profonde de naissance, notamment sur le développement de la parole et du langage. Contrairement à la croyance populaire, les appareils auditifs et l implant cochléaire ne corrigent pas parfaitement l audition. Les ressources de la personne, soit ses capacités cognitives (intellectuelles, langagières, attentionnelles, et autres) tout comme sa personnalité : Pour un même degré de surdité, l impact sera plus important chez un jeune présentant des problèmes associés (ex. : trouble de l attention, trouble de langage, déficience intellectuelle) ou encore un profil anxieux. La surdité et les autres incapacités interagissent les unes sur les autres, ce qui aggrave leur effet. VOLUME 14 I NUMÉRO 1 I MAI

20 Son environnement familial, scolaire, physique : Un milieu adapté aux besoins du jeune sera facilitant. À l inverse, la présence de bruits ambiants et un milieu réverbérant peuvent être un obstacle à la communication, même pour les enfants présentant une surdité légère. Dans ces conditions, le jeune qui présente une perte auditive doit déployer plus d énergie qu un autre élève pour suivre les explications de l enseignant. Le travail en équipe, les interactions lors de la récréation ou au service de garde deviennent aussi des défis au quotidien. De la même manière, les habiletés des personnes entourant le jeune (parenté, amis, enseignant, éducateurs, autres) à adapter leurs comportements et à utiliser les stratégies facilitant la communication peuvent avoir une influence sur la réalisation des habitudes de vie du jeune. Le volet scolaire du Programme en déficience auditive et implant cochléaire de l IRDPQ répond aux besoins de réadaptation et d adaptation de sa jeune clientèle. Les intervenants du programme (audiologistes, orthophonistes, éducatrice spécialisée, psychologue, travailleuse sociale, ergothérapeute) travaillent en étroite collaboration avec les familles et le milieu scolaire pour favoriser l intégration de l enfant dans tous ses milieux de vie, dont l école. La grande majorité de la clientèle scolaire fréquente des classes régulières. D autres fréquentent des classes spéciales dans une école régulière ou des écoles spécialisées (en surdité, en déficience motrice ou intellectuelle). La majorité communique oralement et porte des appareils auditifs ou des implants cochléaires. En 2008, 36 % de la clientèle avait un degré de surdité léger; 32 %, de modéré à modérément sévère; 10 %, sévère; et 22 %, profond (moyenne des sons purs à 4 fréquences). On désigne souvent la surdité comme un handicap invisible. En effet, la surdité peut passer inaperçue, surtout si l intelligibilité de la parole n est pas affectée. Par exemple, il n est pas rare que des professeurs du secondaire n aient pas remarqué qu un de leurs élèves porte des aides auditives. Il est facile de sous-estimer le défi engendré par la déficience auditive, et ce, pour différentes raisons : Les manifestations varient selon les situations ou les contextes. L enfant peut comprendre une histoire si le vocabulaire lui est déjà familier, car il pourra alors deviner. À l inverse, il aura de la difficulté si le récit utilise plusieurs nouveaux mots pour lui. Également, l enfant pourrait bien comprendre une conversation en face à face, mais ne pas réussir à comprendre le dialogue d un film ; Les effets de la surdité peuvent être confondus avec ceux d autres problématiques. On peut penser que le jeune est peu persévérant, qu il a un problème d attention ou des difficultés d apprentissage. Une vérification de l audition est d ailleurs fortement recommandée lors d une démarche d évaluation de l attention. En intervention auprès d une jeune de 15 ans, atteinte de surdité sévère, dotée d excellentes habiletés en lecture labiale et possédant des résultats dans la moyenne sans aucune mesure d appui, les intervenants scolaires mettaient en doute sa motivation ou ses habitudes de sommeil, car elle semblait souvent dans la lune et bâillait en fin d après-midi. Pourtant, la mère confirme que sa fille se couche épuisée à 21 h. Après avoir expliqué l ampleur des difficultés auditives, l école a aussitôt offert des adaptations, notamment pour la prise de notes ; 20 VOLUME 14 I NUMÉRO 1 I MAI 2015

La réadaptation après un implant cochléaire

La réadaptation après un implant cochléaire La réadaptation après un implant cochléaire Ginette Diamond, chef en réadaptation Sophie Roy, audiologiste Colloque CRDP InterVal 2009 But de la présentation Sensibiliser les participant(e)s à un outil

Plus en détail

Ensemble pour une meilleure transition vers la vie adulte pour la clientèle de 12 à 25 ans Présentant un trouble primaire du langage

Ensemble pour une meilleure transition vers la vie adulte pour la clientèle de 12 à 25 ans Présentant un trouble primaire du langage Pratique de pointe Ensemble pour une meilleure transition vers la vie adulte pour la clientèle de 12 à 25 ans Présentant un trouble primaire du langage Présenté par les Programmes de Soutien à l intégration

Plus en détail

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif?

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif? Le trouble de traitement auditif _TTA Entendre n est pas comprendre. Détecter les sons représente la première étape d une série de mécanismes auditifs qui sont essentiels pour la compréhension de la parole

Plus en détail

L organisation d une journée dans une classe de maternelle 4 ans à temps plein. Entrée en classe Accueil

L organisation d une journée dans une classe de maternelle 4 ans à temps plein. Entrée en classe Accueil L organisation d une journée dans une classe de maternelle 4 ans à temps plein Ouverture de l école Service de garde Entrée en classe Accueil Routine du matin Ateliers Dîner Récréation Histoire Jeux libres

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

Centre de réadaptation MAB Mackay Programmes et services pour la déficience motrice

Centre de réadaptation MAB Mackay Programmes et services pour la déficience motrice Langues desservies: français et anglais MISSION Le Centre de réadaptation MAB-Mackay (CRMM) contribue à maximiser l autonomie et la participation sociale de ses usagers, et ce, dans le but d améliorer

Plus en détail

Le diagnostic d'une déficience intellectuelle se base, d'une part, sur la présence d'un rendement intellectuel

Le diagnostic d'une déficience intellectuelle se base, d'une part, sur la présence d'un rendement intellectuel PROFIL DES BESOINS DE SOUTIEN DE L ÉLÈVE AYANT UNE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE Le diagnostic d'une déficience intellectuelle se base, d'une part, sur la présence d'un rendement intellectuel significativement

Plus en détail

Conseils. pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH

Conseils. pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH Conseils pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH Conseils pour aider votre enfant atteint de TDAH Même si le traitement par VYVANSE peut permettre de gérer les symptômes du TDAH,

Plus en détail

Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire. présentant une déficience langagière

Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire. présentant une déficience langagière Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire présentant une déficience langagière Document d information et critères d admissibilité du service Document révisé : Juin 2014 1. Présentation

Plus en détail

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Dans cet atelier, nous verrons plusieurs façons d intervenir en tant que pair aidant. Anne-Marie Benoit présentera son travail

Plus en détail

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec MON PORTRAIT Ce portrait, obtenu à partir du questionnaire en ligne, permet de structurer l échange avec le jeune en vue de planifier les actions à entreprendre. Il procure à celui-ci un bilan de ses réponses

Plus en détail

LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE

LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE A.Idrissi REGRAGUI TAZA Maroc PLAN : I. L INSERTION SOCIALE I.1. INSERTION PROFESSIONNELLE I.1.1. LE BRAILLE CLE DU SAVOIR I.1.2. LA COMPENSATION DU HANDICAP ET LA

Plus en détail

L intégration des étudiants en situation de handicap au Collégial

L intégration des étudiants en situation de handicap au Collégial L intégration des étudiants en situation de handicap au Collégial Carole Lavallée et Hélène Savard Directrices adjointes des études, Cégep du Vieux Montréal Cégep de Ste-Foy Qui sont-ils? Terminologie

Plus en détail

Pour une population plus active. L école, un milieu stimulant

Pour une population plus active. L école, un milieu stimulant Pour une population plus active L école, un milieu stimulant Quelle est la meilleure manière d amener les personnes sédentaires à faire régulièrement de l activité physique? Voilà la question sur laquelle

Plus en détail

HÔPITAL RIVIÈRE-DES-PRAIRIES

HÔPITAL RIVIÈRE-DES-PRAIRIES HÔPITAL RIVIÈRE-DES-PRAIRIES L Hôpital Rivière-des-Prairies (HRDP), situé dans le nord-est de l île de Montréal, est un centre hospitalier de soins psychiatriques, d'enseignement et de recherche, affilié

Plus en détail

POLITIQUE D INCLUSIO N DES

POLITIQUE D INCLUSIO N DES C E N T R E D E L A P E T I T E E N F A N C E L E S B O U R G E O N S - S O L E I L POLITIQUE D INCLUSIO N DES ENFANTS AYA NT DES BE SOINS PARTICULIERS É LA BORÉ PAR M ARIE JOSÉE LE LIÈVRE E T SOPHIE LE

Plus en détail

POUR LA CLIENTÈLE SLA UN DÉFI ET UNE RÉALITÉ

POUR LA CLIENTÈLE SLA UN DÉFI ET UNE RÉALITÉ LA PLEINE RÉALISATION DES HABITUDES DE VIE POUR LA CLIENTÈLE SLA UN DÉFI ET UNE RÉALITÉ POUR LES ÉQUIPES CLINIQUES EN RÉADAPTATION Gilles Trudel, coordonnateur clinique Denis Hallé, éducateur spécialisé

Plus en détail

Les parents, de grands observateurs

Les parents, de grands observateurs La dernière semaine du mois d août marque la rentrée des classes de près d un million d élèves du préscolaire, du primaire et du secondaire au Québec. De ce nombre, environ 160 000 enfants ont des besoins

Plus en détail

Contenu du Guide du parent

Contenu du Guide du parent Guide des parents Contenu du Guide du parent Introduction du Guide du parent... 3 Les activités avec les parents.... 4 Rencontres personnelles avec le coach... 4 Petites rencontres entre parents et coach....

Plus en détail

Créer un Profil de l apprenant

Créer un Profil de l apprenant Créer un Profil de l apprenant Notes à l enseignant... 5 Outil n o 1 : Profil de l apprenant... 7 Outil n o 2 : Exemple de table des matières du Profil de l apprenant... 8 Outil n o 3 : Cher enseignant

Plus en détail

Regards sur la réadaptation en déficience visuelle

Regards sur la réadaptation en déficience visuelle Regards sur la réadaptation en déficience visuelle Introduction : Nous sommes ici pour vous présenter «une vue d ensemble» du programme en déficience visuelle. Avant de commencer, avez-vous remarqué les

Plus en détail

2015, ET SURTOUT : BONNE RÉUSSITE!

2015, ET SURTOUT : BONNE RÉUSSITE! 0 0 1 NOTRE PROJET ÉDUCATIF Le projet éducatif du Cégep Gérald-Godin place l étudiant et sa réussite scolaire et personnelle au centre de ses activités de formation. Son axe principal vise à T AMENER À

Plus en détail

Centre de formation et de consultation pour enfants et adolescents déficients auditifs Ecoles publiques avec externat et internat.

Centre de formation et de consultation pour enfants et adolescents déficients auditifs Ecoles publiques avec externat et internat. Centre de formation et de consultation pour enfants et adolescents déficients auditifs Ecoles publiques avec externat et internat D 79252 Stegen Sa situation géographique et son histoire En 1970 l établissement

Plus en détail

Centre de réadaptation MAB Mackay Programmes et services pour la déficience auditive

Centre de réadaptation MAB Mackay Programmes et services pour la déficience auditive Âge : tous les âges MISSION Le Centre de réadaptation MAB-Mackay (CRMM) contribue à maximiser l autonomie et la participation sociale de ses usagers, et ce, dans le but d améliorer leur qualité de vie.

Plus en détail

Demande d allocation pour des besoins particuliers 2014-2015 Volet Jeunes. Renseignements généraux

Demande d allocation pour des besoins particuliers 2014-2015 Volet Jeunes. Renseignements généraux Demande d allocation pour des besoins particuliers Volet Jeunes Le Programme d allocation pour des besoins particuliers - Volet Jeunes s adresse aux élèves qui fréquentent un établissement d enseignement

Plus en détail

Cultiver le goût d entreprendre à l école

Cultiver le goût d entreprendre à l école DÉFI DE L ENTREPRENEURIAT JEUNESSE OFFRE DE SERVICE Cultiver le goût d entreprendre à l école Le Carrefour jeunesse-emploi de Shawinigan vous présente son Guide d ateliers pédagogiques pour les élèves

Plus en détail

Demande d allocation pour des besoins particuliers 2015-2016 Volet Jeunes. Renseignements généraux

Demande d allocation pour des besoins particuliers 2015-2016 Volet Jeunes. Renseignements généraux Demande d allocation pour des besoins particuliers Volet Jeunes 1117 Le Programme d allocation pour des besoins particuliers Volet Jeunes s adresse aux élèves du préscolaire, du primaire et du secondaire

Plus en détail

Guide d accompagnement à l intention des intervenants

Guide d accompagnement à l intention des intervenants TABLE RÉGIONALE DE L ÉDUCATION CENTRE-DU-QUÉBEC Campagne de promotion la de la lecture Promouvoir Guide d accompagnement à l intention des intervenants Présentation Le projet sur la réussite éducative

Plus en détail

Présentation du programme de danse Questions-réponses

Présentation du programme de danse Questions-réponses Présentation du programme de danse Questions-réponses Description du programme Le DEC préuniversitaire en Danse du Cégep de Rimouski offre une formation collégiale préparatoire à la poursuite d études

Plus en détail

Rapport annuel d activité 2014-2015. Objectifs 2015-2016

Rapport annuel d activité 2014-2015. Objectifs 2015-2016 Rapport annuel d activité 2014-2015 Objectifs 2015-2016 1 er juin 2015 Rapport annuel d activité 2014-2015 Le comité des usagers a le mandat de représenter les différentes clientèles de l Institut de réadaptation

Plus en détail

Appendice 2. Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles

Appendice 2. Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles Appendice 2 Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles Afin de déterminer les mesures d adaptation lors de l évaluation, il est essentiel d avoir une bonne compréhension

Plus en détail

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de Québec (CRDI de Québec) 7843, rue des Santolines Québec (Québec) G1G 0G3 Téléphone : 418 683-2511 Télécopieur : 418 683-9735 www.crdiq.qc.ca Fiche

Plus en détail

Bien vivre. son année scolaire. Guide pour les parents afin de favoriser le bien-être à l école

Bien vivre. son année scolaire. Guide pour les parents afin de favoriser le bien-être à l école Bien vivre son année scolaire Guide pour les parents afin de favoriser le bien-être à l école La rentrée scolaire peut être une source de stress pour bien des enfants, des adolescents et leurs parents.

Plus en détail

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif Isabelle Cyr, B.sc. Psychologie. B.sc. Service social. T.s. Thérapeute Josée Dostie, B.A. Psychologie. Thérapeute

Plus en détail

NOTRE PROJET ÉDUCATIF

NOTRE PROJET ÉDUCATIF NOTRE PROJET ÉDUCATIF HISTORIQUE Fondée en 1983 notre École entreprendra en septembre 2013 sa trentième (30 e ) année académique. Bien que nous ayons acquis beaucoup de connaissances et d expériences au

Plus en détail

Planification stratégique 2012-2015

Planification stratégique 2012-2015 DE CHAUDIÈRE-APPALACHES Planification stratégique 2012-2015 Reprendre du pouvoir sur sa vie. 23681_CRDCA_Planification 2012.indd 1 Description de la démarche La démarche de planification stratégique du

Plus en détail

Liens entre les programmes

Liens entre les programmes Liens entre les programmes Accueillir la petite enfance du ministère de la Famille et des Ainés Éducation préscolaire du ministère de l Éducation Jocelyne Grenier Conseillère pédagogique à la petite enfance

Plus en détail

VALLÉE JEUNESSE. Par Annie Castonguay et Mylène Courcelles, Intervenantes ressources

VALLÉE JEUNESSE. Par Annie Castonguay et Mylène Courcelles, Intervenantes ressources VALLÉE JEUNESSE Par Annie Castonguay et Mylène Courcelles, Intervenantes ressources Notre mission Vallée Jeunesse est un organisme communautaire à but non-lucratif dont la MISSION est de prévenir le décrochage

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Plan de re ussite de l e cole St-Euge ne

Plan de re ussite de l e cole St-Euge ne Plan de re ussite de l e cole St-Euge ne OBJECTIFS MOYENS PLAN DE FORMATION RÉSULTATS ATTENDUS SUIVI DU PLAN DE RÉUSSITE Objectif 1.1 Augmenter la maîtrise de la lecture chez nos élèves Voir la liste des

Plus en détail

Politique d inclusion des enfants ayant des besoins particuliers

Politique d inclusion des enfants ayant des besoins particuliers Politique d inclusion des enfants ayant des besoins particuliers Mars 2011 Table des matières Présentation du milieu 3 But de la politique d inclusion 3 Définition de la clientèle 3 Objectifs spécifiques

Plus en détail

Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments).

Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments). Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments). Bien que la seconde ait été chaotique, il est passé en première

Plus en détail

Le service de formation à distance pour adultes de l Ontario 2012-2013

Le service de formation à distance pour adultes de l Ontario 2012-2013 Le service de formation à distance pour adultes de l Ontario 2012-2013 Un programme de la Graphisme : Vincent Kember Impression : Merriam Print Tous droits réservés. COFA 2012 Table des matières Introduction

Plus en détail

Adaptations pédagogiques

Adaptations pédagogiques 1 enfants A B C Adaptations pédagogiques Mon enfant a besoin d être accueilli dans une classe pour apprendre à son rythme. Dispositif adapté en milieu ordinaire Classe d Inclusion Scolaire CLIS) : La Classe

Plus en détail

Politique de formation continue

Politique de formation continue Politique de formation continue Conseil de la culture des régions de Québec et de Chaudière-Appalaches Avec sa Politique de formation continue, le Conseil de la culture officialise et rend publiques les

Plus en détail

CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION POUR LES ORGANISMES ÉDUCATION POPULAIRE CREP

CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION POUR LES ORGANISMES ÉDUCATION POPULAIRE CREP CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION POUR LES ORGANISMES ÉDUCATION POPULAIRE CREP 1 CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION pour les organismes ÉDUCATION POPULAIRE Le catalogue des activités de formation

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

La candidature à l'implant cochléaire : critères de sélection 2010. Catherine Garneau, audiologiste Suzie Gobeil, orthophoniste

La candidature à l'implant cochléaire : critères de sélection 2010. Catherine Garneau, audiologiste Suzie Gobeil, orthophoniste La candidature à l'implant cochléaire : critères de sélection 2010 Catherine Garneau, audiologiste Suzie Gobeil, orthophoniste Aperçu de la présentation Critères actuels d acceptation de candidature à

Plus en détail

SOMMAIRES. PROGRAMME DE FORMATION CHARLIE Sommaires des modules. Programme d accueil et d intégration intervenant

SOMMAIRES. PROGRAMME DE FORMATION CHARLIE Sommaires des modules. Programme d accueil et d intégration intervenant SOMMAIRES PROGRAMME DE FORMATION CHARLIE Sommaires des modules Programme d accueil et d intégration intervenant NOTE AUX LECTEURS Le présent document constitue une version préliminaire et partielle des

Plus en détail

Séminaire d intégration

Séminaire d intégration Séminaire d intégration Le processus de transition, d un milieu de vie à un autre, chez la personne âgée. Présenté par : Joanie Dufour Marc-André Fleurent Audrey Hébert-Semco Audrey Lanoie Marie-Pier Martel

Plus en détail

PERSONNEL PROFESSIONNEL DES COMMISSIONS SCOLAIRES FRANCOPHONES. Comité patronal de négociation pour les commissions scolaires francophones

PERSONNEL PROFESSIONNEL DES COMMISSIONS SCOLAIRES FRANCOPHONES. Comité patronal de négociation pour les commissions scolaires francophones PERSONNEL PROFESSIONNEL DES COMMISSIONS SCOLAIRES FRANCOPHONES Comité patronal de négociation pour les commissions scolaires francophones Édition de février 2011 Réalisé par le Comité patronal de négociation

Plus en détail

Primaire - autres matières

Primaire - autres matières 1 Primaire - autres matières PRIMAIRE autres matières La mission de l école s articule autour de trois axes : instruire, socialiser et qualifier. Instruire L école joue un rôle primordial en ce qui a trait

Plus en détail

Banque des commentaires reliés aux compétences de l éducation préscolaire 1

Banque des commentaires reliés aux compétences de l éducation préscolaire 1 Banque des commentaires reliés aux compétences de l éducation préscolaire 1 Document conçu et réalisé par Danièle Beaudoin, Marina Drolet, Isabelle Gagné et Éloise Lavoie révisé par Liette Champagne Le

Plus en détail

Synthèse Mon projet d emploi

Synthèse Mon projet d emploi Synthèse Mon projet d emploi Nom : Date : Complété par : TÉVA Estrie 2012 La synthèse permet de recueillir les informations notées dans les questionnaires et de constater les ressemblances et les différences

Plus en détail

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire Guide du programme Juin 2008 Attributs du diplômé de la Colombie-Britannique Au cours de consultations qui se sont échelonnées sur toute une année dans l ensemble de la province, des milliers de citoyens

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF

PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF 00 Introduction Qu est-ce qu un profil de compétences? Les compétences sont des manifestations comportementales spécifiques des connaissances, des

Plus en détail

Transition du 1 er au 2 e cycle du secondaire : Une période de changement

Transition du 1 er au 2 e cycle du secondaire : Une période de changement Transition du 1 er au 2 e cycle du secondaire : Une période de changement Résultats d apprentissage du programme Santé et préparation pour la vie, Alberta Education Les élèves vont : B 9.11 V 9.1 V 9.6

Plus en détail

Plan. stratégique 2015-2020

Plan. stratégique 2015-2020 Plan stratégique 2015-2020 Table des matières 1 2 3 5 Mot du recteur par intérim Mission Vision Valeurs Enjeu 1 Leadership et positionnement Enjeu 2 Études et formations distinctives 7 9 11 13 Enjeu 3

Plus en détail

Nous remercions chacune des personnes suivantes pour leur précieuse contribution Hugues Boulanger, Régie de l assurance maladie du Québec Ginette

Nous remercions chacune des personnes suivantes pour leur précieuse contribution Hugues Boulanger, Régie de l assurance maladie du Québec Ginette Nous remercions chacune des personnes suivantes pour leur précieuse contribution Hugues Boulanger, Régie de l assurance maladie du Québec Ginette Diamond, Centre de réadaptation InterVal Lyne Dufresne,

Plus en détail

Prénom : J explore l orientation et l organisation spatiale. Date de retour :

Prénom : J explore l orientation et l organisation spatiale. Date de retour : Prénom : J explore l orientation et l organisation spatiale Date de retour : Message aux parents Les fascicules «Mes défis au préscolaire» suggèrent des activités à réaliser avec votre enfant. Le choix

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

UQAM Les stages du baccalauréat en communications / relations publiques (7031)

UQAM Les stages du baccalauréat en communications / relations publiques (7031) UQAM Les stages du baccalauréat en communications / relations publiques (7031) Stage1 : COM6050 Superviseure : (Préalable : 45 crédits complétés) Note : pour réaliser un plan de communication dans le cadre

Plus en détail

Philosophie de gestion des ressources humaines

Philosophie de gestion des ressources humaines Philosophie de gestion des ressources humaines En collaboration avec la Direction des services à la clientèle et la Direction des ressources humaines Consultation faite auprès du Comité PDRH et du Comité

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

Plateforme éducative Service de garde Sainte-Claire

Plateforme éducative Service de garde Sainte-Claire Plateforme éducative Service de garde Sainte-Claire Château d Émylie Introduction Le service de garde Sainte-Claire a ouvert ses portes au milieu des années 80, et à ses débuts, une trentaine d enfants

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec 1. PRÉSENTATION DE LA POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE En avril 2005, le Regroupement

Plus en détail

Conférence sur l employabilité 24 mars 2006

Conférence sur l employabilité 24 mars 2006 Projet INSPIRAtion Conférence sur l employabilité 24 mars 2006 L autisme est un trouble vastement incompris au Québec, entre autres à cause d un manque d expertise dans la province. Parallèlement, le nombre

Plus en détail

La dyspraxie Pour mieux comprendre ces enfants qui ne savent pas quoi faire du monde dans lequel ils vivent.

La dyspraxie Pour mieux comprendre ces enfants qui ne savent pas quoi faire du monde dans lequel ils vivent. Pour mieux comprendre ces enfants qui ne savent pas quoi faire du monde dans lequel ils vivent. livret informatif destiné aux familles du programme Enfants et adolescents Centre de réadaptation Estrie,

Plus en détail

Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative

Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative BULLETINS DU PIRAP Volume 1, numéro 11 : Février 2013 Programme d'aide et d'accompagnement social : Le PIRAP comme PAAS-

Plus en détail

SECTION 3 LE PROGRAMME D ACTIVITES PEDAGOGIQUES A L ORDINATEUR

SECTION 3 LE PROGRAMME D ACTIVITES PEDAGOGIQUES A L ORDINATEUR SECTION 3 LE PROGRAMME D ACTIVITES PEDAGOGIQUES A L ORDINATEUR Le programme ordinateur consiste à utiliser l ordinateur comme outil d apprentissage lors des interventions en soutien scolaire réalisées

Plus en détail

NOTES POUR LA PRÉSENTATION DE CARMEN LAMBERT COLLOQUE SANTÉ CANADA. OTTAWA 5 et 6 novembre 2009

NOTES POUR LA PRÉSENTATION DE CARMEN LAMBERT COLLOQUE SANTÉ CANADA. OTTAWA 5 et 6 novembre 2009 NOTES POUR LA PRÉSENTATION DE CARMEN LAMBERT COLLOQUE SANTÉ CANADA OTTAWA 5 et 6 novembre 2009 Le projet McGill bâtit l avenir sur de solides fondations McGill Project builds the future on solid foundations

Plus en détail

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 14

Plus en détail

FONCTIONNEMENT À L ÉCOLE

FONCTIONNEMENT À L ÉCOLE TROUBLES D APPRENTISSAGE Outil de planification du soutien pédagogique Nom de l élève : Année d études : École : Date de naissance : Date : DOMAINE FORCES BESOINS A B C Cocher une catégorie* FONCTIONNEMENT

Plus en détail

Temps Scolaire pour l'information et l'orientation

Temps Scolaire pour l'information et l'orientation Temps Scolaire pour l'information et l'orientation Code : Connaissance De Soi TITRE : STRATEGIES POUR ORGANISER SON TEMPS Niveau : 4ème Groupe : Matériel : ½ Classe questionnaire organiser son temps Durée

Plus en détail

La Fondation Élan en quelques questions

La Fondation Élan en quelques questions La Fondation Élan en quelques questions La Fondation Élan existe depuis quand? La Fondation Élan est née de la fusion de la Fondation Cardinal-Villeneuve et de la Fondation de l IRDPQ en septembre 2007.

Plus en détail

Illustration des termes utilisés dans les différents programmes ministériels. au regard du développement global de l enfant

Illustration des termes utilisés dans les différents programmes ministériels. au regard du développement global de l enfant Illustration des termes utilisés dans les différents programmes ministériels au regard du développement global de l enfant Illustration des termes utilisés dans les différents programmes ministériels au

Plus en détail

Politique. sur l accessibilité

Politique. sur l accessibilité Créée : 1. Engagement à créer et maintenir l accessibilité et un environnement accessible. Addenda Capital s engage à offrir un environnement accessible qui donne à tous un accès égal aux services et aux

Plus en détail

À l école pour développer des compétences

À l école pour développer des compétences _x áxüä vx wxá ÜxááÉâÜvxá wâvtà äxá tâå }xâçxá 2007-2008 2008 À l école pour développer des compétences -au préscolaire- - 1 - - 2 - Mot de présentation Votre enfant entre à la maternelle cette année.

Plus en détail

Actualisation linguistique en français

Actualisation linguistique en français Actualisation linguistique en français Mandat de l éducation en langue française Le ministère de l Éducation en Ontario a un double mandat par rapport à l enseignement et la transmission de la langue.

Plus en détail

Document de références ENTOURANT L ACCESSIBILITÉ UNIVERSELLE

Document de références ENTOURANT L ACCESSIBILITÉ UNIVERSELLE Document de références ENTOURANT L ACCESSIBILITÉ UNIVERSELLE PRODUIT PAR : Association des Personnes Handicapées de la Rive-Sud Ouest (APHRSO) 100 rue Ste-Marie La Prairie (Québec) J5R 1E8 Téléphone :

Plus en détail

POLITIQUE POUR UNE SAINE ALIMENTATION ET UN MODE DE VIE PHYSIQUEMENT ACTIF (Adoptée le 12 décembre, 2008)

POLITIQUE POUR UNE SAINE ALIMENTATION ET UN MODE DE VIE PHYSIQUEMENT ACTIF (Adoptée le 12 décembre, 2008) POLITIQUE POUR UNE SAINE ALIMENTATION ET UN MODE DE VIE PHYSIQUEMENT ACTIF (Adoptée le 12 décembre, 2008) 1. INTRODUCTION En octobre 2006, le gouvernement du Québec lançait son Plan d action gouvernemental

Plus en détail

Guide programme. Tremplin DEC 081.46 (Centre d études collégiales de Lac-Mégantic) Remplace Session d accueil et d intégration

Guide programme. Tremplin DEC 081.46 (Centre d études collégiales de Lac-Mégantic) Remplace Session d accueil et d intégration Guide programme Tremplin DEC 081.46 (Centre d études collégiales de Lac-Mégantic) Remplace Session d accueil et d intégration Table des matières LE CHEMINEMENT Présentation du cheminement... 3 Condition

Plus en détail

Attention et concentration

Attention et concentration Attention et concentration Service de soutien à l apprentissage Services-conseils Objectif de l atelier «Attention et concentration» : Connaître les conditions et les stratégies facilitant la mobilisation

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

PPE. Mon choix c'est l'école de langue fran aise

PPE. Mon choix c'est l'école de langue fran aise 7 choses qu un parent néo-canadien devrait savoir sur l éducation canadienne avant de choisir une école pour son enfant PPE Choisir l éducation de langue française car il s agit de l identité, de la vie

Plus en détail

Ce document a été reproduit et adapté* avec l accord du détenteur du droit d auteur pour ce même document.

Ce document a été reproduit et adapté* avec l accord du détenteur du droit d auteur pour ce même document. 1 Ce document a été reproduit et adapté* avec l accord du détenteur du droit d auteur pour ce même document. Cette autorisation nous a été accordée par Acfos représenté par Madame Coraline Coppin, coordonnatrice.

Plus en détail

NOM et Prénom du responsable 2 de l élève : Adresse :.. Téléphone : Mobile : Mail : @...

NOM et Prénom du responsable 2 de l élève : Adresse :.. Téléphone : Mobile : Mail : @... Sco Scolarisation Maison Départementale des Personnes Handicapées 16 Rue Albert Einstein BP 10635 53000 LAVAL Éléments relatifs à un parcours de scolarisation et/ou de formation : support de recueil d

Plus en détail

Évaluation du projet. Beaumier, Isabelle Simard, Marie-Claude Lépine, Rachel Labrecque, Lyne

Évaluation du projet. Beaumier, Isabelle Simard, Marie-Claude Lépine, Rachel Labrecque, Lyne Développement d un outil de sensibilisation destiné aux parents d accueil et aux intervenants ayant reçu la formation à l approche S occuper des enfants (SOCEN) : «Roulette SOCEN» Évaluation du projet

Plus en détail

INFIRMIÈRE / INFIRMIER

INFIRMIÈRE / INFIRMIER Direction des services d hébergement Description de fonction INFIRMIÈRE / INFIRMIER SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : CHEF D UNITÉ, CHEFS D ACTIVITÉS EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ QUART DE TRAVAIL : JOUR SOIR

Plus en détail

Je rentre en 6 ème. Conseil local FCPE du collège Victor Prouvé. Laxou. Mot du président Conseil local FCPE du collège Victor Prouvé de Laxou

Je rentre en 6 ème. Conseil local FCPE du collège Victor Prouvé. Laxou. Mot du président Conseil local FCPE du collège Victor Prouvé de Laxou Mot du président Conseil local FCPE du collège Victor Prouvé de Laxou Bientôt tu vas entrer en 6 ème, avec beaucoup de nouveautés, d abord de nouveaux camarades qui viennent des autres écoles, un nouvel

Plus en détail

PERSONNEL PROFESSIONNEL DES COMMISSIONS SCOLAIRES FRANCOPHONES. Comité patronal de négociation pour les commissions scolaires francophones

PERSONNEL PROFESSIONNEL DES COMMISSIONS SCOLAIRES FRANCOPHONES. Comité patronal de négociation pour les commissions scolaires francophones PERSONNEL PROFESSIONNEL DES COMMISSIONS SCOLAIRES FRANCOPHONES Comité patronal de négociation pour les commissions scolaires francophones Édition de février 2011 Réalisé par le Comité patronal de négociation

Plus en détail

CEVBGEQ-RÉADAPTATION SURSPÉCIALISÉE 22 septembre 2015

CEVBGEQ-RÉADAPTATION SURSPÉCIALISÉE 22 septembre 2015 CEVBGEQ-RÉADAPTATION SURSPÉCIALISÉE 22 septembre 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Présentation des formateurs Cheminement de l usager à l IRDPQ Équipe et rôles des intervenants Plans d intervention Ergothérapie

Plus en détail

EXEMPLES DE RÉALISATIONS DES COMMISSIONS SCOLAIRES

EXEMPLES DE RÉALISATIONS DES COMMISSIONS SCOLAIRES EXEMPLES DE RÉALISATIONS DES COMMISSIONS SCOLAIRES EN LIEN AVEC LA FRANCISATION DES PERSONNES IMMIGRANTES COMMISSION SCOLAIRE DE MONTRÉAL (CDSM) 1. Programme d études francisation-alpha : développé à la

Plus en détail

Envisager la vie en résidence: quand réflexions et émotions orientent notre choix

Envisager la vie en résidence: quand réflexions et émotions orientent notre choix Envisager la vie en résidence: quand réflexions et émotions orientent notre choix Contenu 03 04 06 08 13 Introduction: Est-ce le moment? Un contexte propice à la discussion Une amorce positive à la discussion

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS...9 PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 Comment accroître la motivation de mon enfant à l école?...15 Comment favoriser l autonomie et le sens des responsabilités chez mon enfant?...29

Plus en détail

TRANSITION PRIMAIRE SECONDAIRE COMMENT AIDER MON ENFANT À BIEN VIVRE SA TRANSITION?

TRANSITION PRIMAIRE SECONDAIRE COMMENT AIDER MON ENFANT À BIEN VIVRE SA TRANSITION? TRANSITION PRIMAIRE SECONDAIRE COMMENT AIDER MON ENFANT À BIEN VIVRE SA TRANSITION? Le mardi 3 juin 2014 CONTENU DE LA PRÉSENTATION L intégration au secondaire et l adolescence, un double défi. (présenté

Plus en détail

Colloque 2009 «Partager les compétences, c est aussi améliorer la qualité des services!» Regards

Colloque 2009 «Partager les compétences, c est aussi améliorer la qualité des services!» Regards Colloque 2009 «Partager les compétences, c est aussi améliorer la qualité des services!» Regards sur la réadaptation en déficience visuelle Historique 1993 à 2005 Point de service Labadie Trois-Rivières

Plus en détail