Equation générale de degré n

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Equation générale de degré n"

Transcription

1 I. El Hage 1 Equation générale de degré n 1 Equation de degrée n Tous les corps considérés dans ce chapitre seront de caractéristique nulle. Soit b 1 b s des éléments d une extension d un corps K. Définition On dira que les éléments b 1 b s sont algébriquement indépendants sur K si, et seulement si, ces éléments ne satisfont aucune relation de la forme à coefficients non nuls. α i1 i i s b i 1 1 b i s s 0 Autrement dit, b 1 b s sont algébriquement indépendants si, et seulement si, ils n annulent aucun polynôme non nul P X 1 X s K X 1 X s à n indéterminées. Exemple Si a est transcendant sur K et b est transcendant sur K a, alors a b sont algébriquement indépendants sur K, car si nous avons alors j Mais b est transcendant sur K a, d où α i j a i i α i ja i b j 0 i j α i j a i b j 0 i 0 pour tout j a est aussi transcendant sur K. Les relations précédentes impliquent α i j et tout j ce qui prouve l indépendance algébrique de a et b sur K. 0 pour tout i Définition L équation générale de degré n sur un corps K est une équation de la forme x n a n 1x n a 1 x a 0 0 où les coefficients a 0 a 1 a n 1 sont algébriquement indépendants sur K. Soit F K a 0 a 1 a n 1 et f X X n a n 1X n 1 a 1 X a 0. Nous avons f X F X et F K Y 1 Y n corps des fractions rationnelles en n idéterminées Y 1 Y n et à coefficients dans K. Soit u u n les racines de f dans un corps des racines F u 0 u n 1 pour f sur F. Théorème u u n sont algébriquement indépendants sur K.

2 I. El Hage Démonstration Sinon, soit α i1 i i n u i 1 1 u i n n 0 une relation de dépendance algébrique sur K. Posons P X 1 X n α i1 i i n X i 1 1 X i n n Ce polynôme non nul satisfait P u u n 0. Considérons le polynôme H X 1 X n σ S n P X σ 1 X σ n Le polynôme H est visiblement symétrique. La théorie des polynômes symétriques nous apprend qu il existe un polynôme unique Q X 1 X n dans K X 1 X n tel que H X 1 X n Q Σ 1 Σ n où Σ 1 Σ Σ n sont les polynômes symétriques élémentaires Σ 1 X 1 X X n Σ X 1 X X 1 X X n 1X n Σ X 1 X X X n X n 1X n Σ n X 1 X X n La relation P u u n 0 implique H u u n 0 et par suite Q Σ!1 Σ!n 0 où Σ!i Σ i u u n. Or Σ!i 1 i a n i. Il en résulte Q a n 1 a n a n 1 n a 0 0 Mais, les éléments a 0 a n 1 sont algébriquement indépendants sur K. Ceci implique Q 0 et par suite H 0 et P 0. Corollaire Les racines u u n sont distinctes. Démonstration Car si u i u j, alors u i u j 0 est une relation de dépendence algébrique sur K satisfaites par les éléments u u n. Théorème K u u n F u u n Démonstration Nous avons F u u n K a 0 a n 1 u u n K a 0 a n 1 u u n K u u n

3 I. El Hage car les coefficients a i peuvent s exprimer en fonction des racines u n par l intermédiaire des polynômes symétriques élémentaires. Théorème Le groupe de Galois G du polynôme f est isomorphe au groupe symétrique S n. Démonstration Il suffit de prouver que G est le groupe S A de toute les permutations de l ensemble A $# u u n% des racines de f car ce groupe de permutations est isomorphe au groupe S n. Soit σ G. σ S A car elle permute les racines u u n de f. Réciproquement, soit t une permutation de A &# u u n% et soit (' σ;k u u n K u u n l application définie par σ g u u n g t t u n σ est bien définie car tout élément de K u u n s écrit d une manière unique sous la forme g u u n. Il est aisé de prouver que σ est un K-automorphisme de l anneau K u u n. Il peut être prolongé en un K-automorphisme τ du corps K u u n, corps des fractions de l anneau K u u n. Il nous reste à prouver que τ est un F-automorphisme de K u u n. Mais τ laisse fixe tout élément a i car a i est une fonction symétrique des racines u u n. Ainsi, τ appartient au groupe de Galois G de f sur F. Corollaire pour n ) 5. L équation générale de degré n n est pas résoluble par des radicaux Démonstration Pour n ) 5, le groupe de Galois de l équation générale de degré n est isomorphie à S n qui est non résoluble. Discriminant Soit x n a n 1x n 1 a 1 x a 0 0 l équation générale de degré n sur un corps K. Définition Soit P K a 0 a 1 a n 1 et R un corps des racines sur P pour le polynôme f X X n a n 1X n 1 a 1 X a 0 Le groupe de Galois de f est isomorphe à S n. Soit u u n les racines de f dans R. On appelle discriminant de f l élément D où est l élément u i u j + R. i* j

4 / I. El Hage 4 Exemple Le discriminant de l équation générale de degré sur K est D u 0 a 1 4a 0 Théorème σ -, pour tout σ G R. P. Démonstration Nous avons σ σ u i i* j u j σ u i i* j σ u j ε σ -, où ε σ est la signature de la permutation σ. Corollaire P. Démonstration Car σ σ pour tout σ G R. P. Théorème Le corps des éléments laissés fixe par le groupe alterné A n est P. Démonstration Soit L le corps des éléments laissés fixes par A n. Nous avons A n G R. L. L extension L de P est normale, car A n G R. L est un sous-groupe distingué de S n G R. P. En plus, le groupe de Galois G L. P est isomorphe au groupe quotient S n. A n qui est un groupe d ordre. Ainsi L : P. L élément est invariant par chaque élément de A n car σ,. Il en résulte L et P : P. D où L P. Equation de degré Cette équation est de la forme Nous avons u 0 x bx c 0 et u 0 b. En résolvant le système linéaire u 0 u 0 b nous obtenons u 0 b et b

5 I. El Hage 5 4 Equation de degré Cette équation es de la forme En posant y x a, nous obtenons x a x a 1 x a 0 0 x px q 0 Le discriminant de cette équation est 4p 7q Son groupe de Galois, identifié à S, est résoluble et S 0 A 0 # e% est une chaîne normale à facteurs abéliens de S. Il correspond à cette chaîne par la correspondance de Galois, la chaîne suivante de corps intermédiaires P 1 P 1 R Le groupe de Galois de l extension R de P est A. Mais A est un groupe cyclique d ordre. Il est engendré par le cycle 1. Il en résulte que le groupe de Galois G R. P est engendré par le P -automorphisme σ de R qui vérifie σ u, σ u u et σ u Ainsi, P : P et R P P. On applique la méthode de la résolvante de Lagrange. Nous avons β 1 zσ z σ zu z u β z u zu β u u Un calcul assez complexe nous donne β 1 zu z u β 7 q β 1 β p 7 q Donc, u u forment une solution du système linéaire suivant 4 5 u u 0 zu z u β 1 z u zu β

6 I. El Hage 6 Pour résoudre ce système, nous devons calculer β 1 et β. Parmi les solutions possibles, on choisit celle qui vérifie β 1 β p. La résolution du système linéaire nous donne alors u 0 β 1 β, z β 1 zβ et u zβ 1 z β Exemple Pour résoudre l équation de degré suivante x 5x 19x 5 0 on pose y x 5. Nous obtenons l équation suivante Le discriminant de cette équation est x x p 7q D où et β 1 β p β :(: et β :(:. On en déduit β : et β 4 8 1: ce qui donne et u 0 β 1 β z β 1 zβ u zβ 1 z β 8 x 0 u 5 0 x 1 5 x u i 4i i i

7 / I. El Hage 7 5 Equation de degré 4 Cette équation est de la forme suivante En posant y x a, nous obtenons 4 Le discriminant de cette équation est x 4 a x a x a 1 x a 0 0 x 4 px qx r 0 16p 4 r 4p q 18p r 144pq r 7q 4 56r Le groupe de Galois de cette équation, identifié à S 4, est résoluble et S 4 0 A 4 0 V 0 W 0 # e% Où V ;# e u 1 4 v 1 4 t 14 % W &# e u% est une chaîne normale à facteurs abéliens de S 4. Il lui correspond, par la correspondance de Galois, la chaîne suivante de corps intermédiaires P 1 P 1 L 1 1 L 1 R Nous avons et G R. P < A 4, G R. L 1 V, G R. L W R : P L : L 1 4, R : P = 1, R : L 1 4, R : L L : P = 6 L 1 : P > et P : P L 1 est engendré sur P par un élément invariant par tous les σ V. Mais cet élément est modifié par au moins un élément de A 4. Considérons l élément θ u 0 u u. Cet élément vérifie u θ u 1 u 0 u u θ v θ u u u 0 θ t θ u u u 1 u 0 θ Donc θ L 1. d un autre côté, σ 1? A 4 et σ θ θ ce qui prouve θ. P. D où L 1 P θ P θ. Le polynôme minimal de θ sur P est le polynôme ayant comme racines les σ θ pour tout élément σ de A 4 G R. P. Mais A 4 e B

8 I. El Hage 8 Calculant ces image de θ, nous obtenons θ θ u 0 u θ u 0 u u u Or ces images sont les racines de l équation avec x x θ x θ b 1 θ θ p x b 1 x b x b 0 b θ θ θ θ p 4r b θ θ q Cette équation de degré est appelée la résolvante cubique de l équation de degré 4. Le polynôme minimal de θ sur P est donc le polynôme X b 1 X b X b. et θ appartiennent à L 1 car ils sont invariants par tous les éléments de V G R. L 1. L est engendré sur L 1 par un élément de degré. Si λ u 1 u, alors λ est invariant par tous les éléments de W mais transformé par l élément v de V car nous avons v λ u u λ u 1 u u u 4 0 Donc λ L 1 et λ. L. Il en résulte L L 1 λ et la chaîne des corps intermédiaires devient P 1 P 1 P θ 1 P θ λ 1 R Pour calculer les racines u u u 4 en fonction de θ θ, nous avons / u 1 u u u 4 u 1 u u u 4 0 Ces deux équations nous donnent / De même, nous avons / et / Le choix de 8DC : 8DC θ u 1 u u u 4 u 1 u u u 4 u 1 u 4 u u θ doit satisfaire θ : 8 C θ : u 1 u θ θ θ θ u u 4 q

9 I. El Hage 9 Nous obtenons 1 8 C u 1 8 C u 1 u C 8 C θ 1 C C θ 1 C C θ C θ C θ C θ C θ : θ : θ : θ : Exemple Soit à résoudre l équation de degré 4 suivante En posant y x 1, nous obtenons La résolvante cubique est x 4 x 4x x 5 0 y 4 5 y 5y x 5x 19x 5 0 Les racines de cette équation de degré sont 1 θ 4i et θ 4i Nous avons La condition 8EC : 8EC C C C θ : 8 C -, 1 θ 4i -, 1 i θ 4i -, 1 i θ : u 1 u u u 4 q nous donne 1 θ 1 i et θ i 1. Les racines de l équation en y sont y 0 1 i y 1 1 i y 1 et y On en déduit les racines de l équation initiale en x. Ces racines sont x 0 1 i x 1 1 i x 1 et x 1 5

I. El Hage 1. Tous les corps considérés dans ce cours seront des corps commutatifs. Soit K un tel corps.

I. El Hage  1. Tous les corps considérés dans ce cours seront des corps commutatifs. Soit K un tel corps. I. El Hage www.les-mathematiques.net 1 Corps des racines 1 Introduction Tous les corps considérés dans ce cours seront des corps commutatifs. Soit K un tel corps. Définition On dit qu un corps E est une

Plus en détail

Compléments sur les groupes

Compléments sur les groupes I. El age www.les-mathematiques.net Compléments sur les groupes Quelques théorèmes Soit f : G G un homomorphisme de groupes surjectif. Nous allons désigner par S G l ensemble des sous-groupes de G et par

Plus en détail

Polynômes et fractions rationnelles Trinômes du second degré

Polynômes et fractions rationnelles Trinômes du second degré Polynômes et fractions rationnelles Trinômes du second degré 1 Rappels 1. Carré d une somme : 2. Carré d une différence : 3. Différence de deux carrés : Pour tous réels a et b, a + b) 2 =........ Pour

Plus en détail

arxiv:alg-geom/ v1 16 Jun 1992

arxiv:alg-geom/ v1 16 Jun 1992 arxiv:alg-geom/9206007v1 16 Jun 1992 Géométrie algébrique/ Algebraic geometry. Rang de courbes elliptiques d invariant donné. Jean-François Mestre. Résumé.- Nous montrons qu il existe une infinité de courbes

Plus en détail

Algèbre M1 Cours 4. Extensions séparables. 5 octobre 2010

Algèbre M1 Cours 4. Extensions séparables. 5 octobre 2010 Algèbre M1 Cours 4 Extensions séparables 5 octobre 2010 La théorie de Galois Théorie de Galois = étude des «bonnes» extensions algébriques «bonnes» où sont les racines? combien ai-je de racines? polynômes

Plus en détail

Le théorème fondamental de la théorie de Galois

Le théorème fondamental de la théorie de Galois Le théorème fondamental de la théorie de Galois 1 Université de Rennes 1 Version du 27 février 2007 1 bernard.lestum@univ-rennes1.fr 1 Extensions algébriques 2 3 4 Définition Une extension de corps L/K

Plus en détail

Trace, formes quadratiques et extensions de corps Yves Coudene 16/10/03

Trace, formes quadratiques et extensions de corps Yves Coudene 16/10/03 Trace, formes quadratiques et extensions de corps Yves Coudene 16/10/03 Ce document porte sur les notions de dimension d espace vectoriel, extensions de corps, trace de matrices, polynôme minimal et caractéristique,

Plus en détail

Déterminants. Chapitre 23. Objectifs. Plan

Déterminants. Chapitre 23. Objectifs. Plan Chapitre 23 Déterminants Objectifs Étudier le groupe des permutations de [[1n]] Définir les notions : de cycles, de transpositions, de décomposition en produit de cylces, de signature Définir les notions

Plus en détail

Constructions de polynômes génériques à groupe de Galois résoluble

Constructions de polynômes génériques à groupe de Galois résoluble ACTA ARITHMETICA LXXXVI.3 (1998) Constructions de polynômes génériques à groupe de Galois résoluble par Odile Lecacheux (Paris) 1. Introduction. On sait que les seuls sous-groupes résolubles transitifs

Plus en détail

Espaces euclidiens, orthogonalité, longueur. Moindres carrés.

Espaces euclidiens, orthogonalité, longueur. Moindres carrés. Université de Nice SL2M 2009-10 Algèbre 2 Espaces euclidiens, orthogonalité, longueur. Moindres carrés. On travaille avec le corps des réels, noté R. Pour tout entier naturel n, on considère l ensemble

Plus en détail

LES PERMUTATIONS. Soit n 1.

LES PERMUTATIONS. Soit n 1. L2 Math/Info Algèbre Soit n 1. LES PERMUTATIONS Définition 1. L ensemble des permutations de {1,...,n} (les bijections de l ensemble {1,...,n} dans lui-même) muni de la composition des applications est

Plus en détail

LES POLYNÔMES SYMÉTRIQUES

LES POLYNÔMES SYMÉTRIQUES LES POLYNÔMES SYMÉTRIQUES 1. Les polynômes symétriques élémentaires Fixons quelques notations et terminologies pour les polynômes à plusieurs variables. On fixe un corps K. Un polynôme en X 1, X 2,...,

Plus en détail

La règle et le compas. 1 Motivation historique. 1.1 La trissection des angles. 1.2 La duplication du cube. Éléments de géométrie

La règle et le compas. 1 Motivation historique. 1.1 La trissection des angles. 1.2 La duplication du cube. Éléments de géométrie Éléments de géométrie rnaud odin, avril 2012 La règle et le compas 1 Motivation historique 1.1 La trissection des angles Considérons un angle α, c est-à-dire la donnée d un point et de deux demi-droite

Plus en détail

Exo7. Polynômes. 1 Opérations sur les polynômes. 2 Division, pgcd. Corrections de Léa Blanc-Centi.

Exo7. Polynômes. 1 Opérations sur les polynômes. 2 Division, pgcd. Corrections de Léa Blanc-Centi. Exo7 Polynômes Corrections de Léa Blanc-Centi. 1 Opérations sur les polynômes Exercice 1 Trouver le polynôme P de degré inférieur ou égal à 3 tel que : P(0) = 1 et P(1) = 0 et P( 1) = 2 et P(2) = 4. [000427]

Plus en détail

M = b d. a b ou M =. b a

M = b d. a b ou M =. b a Ce texte est extrait du cours optionnel de géométrie de l année universitaire 1999/2000. B.Ingrao Étude du groupe orthogonal dans le cas du plan. Dans ce qui suit, l espace est de dimension 2 ; en conséquence

Plus en détail

S - EQUATIONS DE DEGRE 3 ET 4 ; RACINES D UN POLYNOME MESURANT LES COTES D UN TRIANGLE

S - EQUATIONS DE DEGRE 3 ET 4 ; RACINES D UN POLYNOME MESURANT LES COTES D UN TRIANGLE S - EQUATIONS DE DEGRE 3 ET 4 ; RACINES D UN POLYNOME MESURANT LES COTES D UN TRIANGLE Equations de degré 3 Soit P X) = X 3 + bx 2 + cx + d un polynôme de degré 3 à coefficients réels. On peut écrire P

Plus en détail

FONCTIONS POLYNÔMES et SECOND DEGRE

FONCTIONS POLYNÔMES et SECOND DEGRE FONCTIONS POLYNÔMES et SECOND DEGRE I/ Fonctions polynômes et rationnelles a- Fonctions polynômes Une fonction polynôme (ou plus simplement un polynôme) est une fonction définie sur R par: f (x) = a n

Plus en détail

Anneaux principaux. Q : p q = 1 tel que a, b N, q = 2 a 5 b } K[[X]] (anneau séries de Laurent, de Roba...)

Anneaux principaux. Q : p q = 1 tel que a, b N, q = 2 a 5 b } K[[X]] (anneau séries de Laurent, de Roba...) Anneaux principaux 1. Un exemple de plan (version très préliminaire) Le titre est court : on pourrait légitimement s attendre à trouver les mots «exemples et applications», mais alors la leçon serait nécessairement

Plus en détail

103: Exemples et applications des notions de sous-groupes distingués et de groupes quotients.

103: Exemples et applications des notions de sous-groupes distingués et de groupes quotients. 103: Exemples et applications des notions de sous-groupes distingués et de groupes quotients. Pierre Lissy March 4, 2010 1 Dénitions et premières propriétés 1.1 Sous-groupe distingué Dénition 1. Un sous-groupe

Plus en détail

PRATIQUE DES FONCTIONS NUMÉRIQUES

PRATIQUE DES FONCTIONS NUMÉRIQUES UNIVERSITÉ DE CERGY U.F.R. Economie et Gestion Licence d Économie et Gestion L1 - S1 PRATIQUE DES FONCTIONS NUMÉRIQUES EXAMEN PREMIÈRE SESSION - Janvier 01 - heures Les exercices sont indépendants et peuvent

Plus en détail

Formes bilinéaires et quadratiques

Formes bilinéaires et quadratiques Formes bilinéaires et quadratiques 0 Prolégomènes Caractéristique d un corps Si K, +, est un corps commutatif, alors l application ϕ : n n K, où K est l élément neutre de K pour le produit, est un morphisme

Plus en détail

Interpolation. Chapitre Introduction

Interpolation. Chapitre Introduction Chapitre 4 Interpolation Dans ce chapitre, on s intéresse au problème suivant Étant donné une fonction continue, comment peut-on l approcher par un polynôme? Plus précisément, on se donne une fonction

Plus en détail

j=1 ( 1) 1+j a 1j deta j On dit qu on développe le déterminant ( ) suivant la première ligne de A. a11, a En particulier, si n = 2, dét 12

j=1 ( 1) 1+j a 1j deta j On dit qu on développe le déterminant ( ) suivant la première ligne de A. a11, a En particulier, si n = 2, dét 12 Déterminants 1 Définition Soit A = (a ij ) 1 i,j n une matrice carrée d ordre n Le déterminant est une application dét: Mat n (K) K défini par récurrence sur n de façon suivante: - Si n = 1, det(a 11 )

Plus en détail

1.1 Définition. 1.2 Déterminer la forme canonique. 1.3 Remarques importantes

1.1 Définition. 1.2 Déterminer la forme canonique. 1.3 Remarques importantes 1. Fonction du second degré 1.1 Définition Une fonction f définie sur R dont l expression peut se mettre sous la forme = ax 2 +bx +c (où a, b et c sont des réels avec a non nul) est une fonction du second

Plus en détail

( ) ( 1 2 ). 2 ) = 2 ( 1. EXERCICE 2 (CHAPITRE 7 I) Déterminer les valeurs propres et les vecteurs propres des matrices suivantes :

( ) ( 1 2 ). 2 ) = 2 ( 1. EXERCICE 2 (CHAPITRE 7 I) Déterminer les valeurs propres et les vecteurs propres des matrices suivantes : CHAPITRE DIAGONALISATION D UNE MATRICE CARREE EXERCICE CHAPITRE 7 I) Effectuez le produit : 0 ) ). Comparez le résultat au vecteur ). Qu en déduisez-vous? CORRECTION 0 ) ) = 0 + ) = 4 ) = ). 0 ) ) = ),

Plus en détail

1 Quelques rappels sur les polynômes.

1 Quelques rappels sur les polynômes. Polynômes et fractions rationelles Dans ce chapitre, on ne considère que des polynômes à coefficients réels ou complexes. On notera R[X] l ensemble des polynômes à coefficients réels et C[X] l ensemble

Plus en détail

Examen du 12/01/2016 : Correction

Examen du 12/01/2016 : Correction L3 Mathématiques Site Nancy, S5 2015/16 Algèbre 2 Examen du 12/01/2016 : Correction Calculatrices et documents non autorisés. Durée 3h Exercice 1. (a) Déterminer, à isomorphisme près, tous les groupes

Plus en détail

DENOMBRABILITE. P. Pansu 14 mai 2005

DENOMBRABILITE. P. Pansu 14 mai 2005 DENOMBRABILITE P. Pansu 14 mai 2005 1 Motivation Il y a t il plus de réels dans ]1, + [ ou dans l intervalle ]0, 1[? Oui, bien sûr. Des droites passant par l origine dans le plan, il y en a-t-il autant

Plus en détail

Qu est-ce qu un groupe? Corps finis. Une propriété des groupes finis. Exemples de groupes. Éric Wegrzynowski. 06 mars 2008

Qu est-ce qu un groupe? Corps finis. Une propriété des groupes finis. Exemples de groupes. Éric Wegrzynowski. 06 mars 2008 Corps Arithmétique dans les corps finis Corps Arithmétique dans les corps finis Rappels sur les groupes Éric Wegrzynowski 06 mars 2008 Qu est-ce qu un groupe? Définition Un groupe est la donnée d un ensemble

Plus en détail

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot DÉTERMINANTS Dans tout ce chapitre, n désigne un entier naturel non nul. 1 Groupe symétrique 1.1 Permutation Définition 1.1 Permutation, groupe symétrique On appelle permutation de 1, n toute bijection

Plus en détail

Fonction continue sur un intervalle Continuité Exercices corrigés

Fonction continue sur un intervalle Continuité Exercices corrigés Fonction continue sur un intervalle Continuité Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : (cliquez sur l exercice pour un accès direct) Exercice 1 : montrer qu une fonction est continue en un point

Plus en détail

CQ - CORPS COMMUTATIF TOTALEMENT ORDONNE AXIOMES DE DEFINITION DE R

CQ - CORPS COMMUTATIF TOTALEMENT ORDONNE AXIOMES DE DEFINITION DE R CQ - CORPS COMMUTATIF TOTALEMENT ORDONNE AXIOMES DE DEFINITION DE R I. Anneaux ordonnés Soit A un anneau, et A + un sous-ensemble non vide de cet anneau. On note A l ensemble des opposés des éléments de

Plus en détail

Interpolation polynomiale. 1. Interpolation de Lagrange

Interpolation polynomiale. 1. Interpolation de Lagrange Agrégation interne UFR MATHÉMATIQUES Interpolation polynomiale 1. Interpolation de Lagrange 1.1. Base de Lagrange Soit x 0, x 1,...,x n n + 1 réels donnés distincts. On définit n + 1 polynômes l i pour

Plus en détail

ARITHMÉTIQUE ET GROUPES Année TD1: Les nombres complexes. Exercice 1. Montrer que (1 + 2i)(2 3i)(2 + i)(3 2i) est un nombre réel.

ARITHMÉTIQUE ET GROUPES Année TD1: Les nombres complexes. Exercice 1. Montrer que (1 + 2i)(2 3i)(2 + i)(3 2i) est un nombre réel. TD1: Les nombres complexes Exercice 1. Montrer que (1 + 2i)(2 3i)(2 + i)(3 2i) est un nombre réel. Exercice 2. Soit j = 1 2 + i 3 2. a) Calculer j, j 2, j 3, j n, avec n N, 1 + j + j 2. b) Dans le plan

Plus en détail

Extensions de corps et théorie de Galois

Extensions de corps et théorie de Galois Chapitre 7 Extensions de corps et théorie de Galois Version corrigée du 30 novembre 2004 Dans les chapitres précédents, les corps sont apparus comme des anneaux très simples (pas d idéaux propres non nuls,

Plus en détail

Distributions. et applications. Belhassen Dehman. Attention!

Distributions. et applications. Belhassen Dehman. Attention! Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis Distributions Convolution des distributions et applications Attention! Ce produit

Plus en détail

CI 2 SLCI : ETUDE DU COMPORTEMENT DES SYSTÈMES LINÉAIRES CONTINUS INVARIANTS

CI 2 SLCI : ETUDE DU COMPORTEMENT DES SYSTÈMES LINÉAIRES CONTINUS INVARIANTS CI 2 SLCI : ETUDE DU COMPORTEMENT DES SYSTÈMES LINÉAIRES CONTINUS INVARIANTS CHAPITRE 2 MODÉLISATION DES SYSTÈMES LINÉAIRES CONTINUS INVARIANTS TRANSFORMÉE DE LAPLACE Asservissement du freinage Asservissement

Plus en détail

Nombres complexes. 1 Le corps commutatif (C, +, )

Nombres complexes. 1 Le corps commutatif (C, +, ) Nombres complexes La construction du corps des réels a permis de gagner, par rapport au corps des rationnels, des propriétés topologiques importantes : complétude, théorème de la borne supérieure... À

Plus en détail

Espaces vectoriels notes de cours Licence Sciences et Technologies, L1, M 2

Espaces vectoriels notes de cours Licence Sciences et Technologies, L1, M 2 Espaces vectoriels notes de cours Licence Sciences et Technologies, L1, M 2 H. Le Ferrand, leferran@u-bourgogne.fr February 26, 2007 Contents 1 Espaces vectoriels 2 1.1 Définition.................................................

Plus en détail

Chapitre 9. Les polynômes. Définitions et structures. I.1 Définitions. K sera le corps R ou C.

Chapitre 9. Les polynômes. Définitions et structures. I.1 Définitions. K sera le corps R ou C. Chapitre 9 Les polynômes Motivation : Les polynomes sont les seules fonctions dont on sache calculer les images des rationnels. K sera le corps R ou C. I Définitions et structures I.1 Définitions Définition

Plus en détail

Impossibilité de la duplication du cube, de la quadrature du disque et de la trisection de l angle.

Impossibilité de la duplication du cube, de la quadrature du disque et de la trisection de l angle. Impossibilité de la duplication du cube, de la quadrature du disque et de la trisection de l angle. L étude de ces trois célèbres problèmes de contructions géométriques à la règle et au compas nécessite

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE ÉQUATION?

QU EST-CE QU UNE ÉQUATION? QU EST-CE QU UNE ÉQUATION? GILLES LACHAUD paru dans Notions, Encyclopædia Universalis, 2004 Une équation est une égalité entre deux expressions mathématiques. C est donc une formule, une relation de la

Plus en détail

Sur le produit vectoriel

Sur le produit vectoriel Sur le produit vectoriel Daniel PERRIN Introduction On étudie les deux approches usuelles du produit vectoriel : la version élémentaire décrite en terme d orthogonalité et de sinus et celle qui prend comme

Plus en détail

Vincent Pilaud Kholles de mathématiques 8 novembre 2005 MP* - Lycée Charlemagne - Paris a 0 a 1...,a n V (a 0,...

Vincent Pilaud Kholles de mathématiques 8 novembre 2005 MP* - Lycée Charlemagne - Paris a 0 a 1...,a n V (a 0,... Vincent Pilaud Kholles de mathématiques 8 novembre 2005 MP* - Lycée Charlemagne - Paris Algèbre linéaire 1 Déterminants Exercice [Van Der Monde] 1 Soient a 0,,a n K Calculer 1 1 1 a 0 a 1,a n V (a 0,,a

Plus en détail

4 Base & dimension d un espace vectoriel

4 Base & dimension d un espace vectoriel 4 Base & dimension d un espace vectoriel Famille génératrice Une famille finie F = (e e... e n ) de vecteurs d un espace vectoriel E est dite génératrice si E = e e... e n, c est-à-dire si tout vecteur

Plus en détail

Espaces euclidiens, orthogonalité, longueur. Moindres carrés.

Espaces euclidiens, orthogonalité, longueur. Moindres carrés. Université Nice Sophia-Antipolis SL2SF 2012-13 Algèbre 2 Espaces euclidiens, orthogonalité, longueur. Moindres carrés. On travaille avec le corps des réels, noté R. Pour tout entier naturel n, on considère

Plus en détail

Chapitre 5. Lois de composition internes - Relations

Chapitre 5. Lois de composition internes - Relations Chapitre 5 Lois de composition internes - Relations 1. Lois de composition internes 1.1. Définition et exemples Définition 5.1 Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application

Plus en détail

Second degré et polynômes Résolution d équation, inéquations et problèmes du second

Second degré et polynômes Résolution d équation, inéquations et problèmes du second Second degré et polynômes Résolution d équation, inéquations et problèmes du second degré Y. Morel Table des matières 1 Trinôme du second degré 1 1.1 Equations du second degré...............................

Plus en détail

PARTIES GÉNÉRATRICES D'UN GROUPE. EXEMPLES

PARTIES GÉNÉRATRICES D'UN GROUPE. EXEMPLES PARTIES GÉNÉRATRICES D'UN GROUPE. EXEMPLES SOMMAIRE 1. Sous-groupe engendré par une partie non vide S 1 1.1. Définition : sous-groupe < S > engendré par une partie non vide S 2 1.2. Définition : partie

Plus en détail

Quelques résultats de trancendance

Quelques résultats de trancendance Quelues résultats de trancendance Dans ce texte, nous allons passer en revue uelues résultats et conjectures classiues de transcendance. Nous verrons au fur et à mesure un certain nombre d applications

Plus en détail

Université P. & M. Curie Année

Université P. & M. Curie Année Université P. & M. Curie Année 20006-07 Mathématiques Janvier 2007 L3-325 1. Texte et Corrigé de l examen du 9 Janvier 2007 Exercice 1.. 1/ Rappeler la définition et les propriétés du centre d un groupe,

Plus en détail

La méthode des éléments finis

La méthode des éléments finis Chapitre 6 La méthode des éléments finis 6.1 Introduction La méthode des éléments finis est actuellement la méthode la plus utilisée pour la résolution de problèmes aux limites. Elle découle directement

Plus en détail

Université Denis Diderot Paris 7, Semestre septembre 2015-janvier 2016 Master 1, cours d algèbre (M. Hindry, J-F. Mestre et R.

Université Denis Diderot Paris 7, Semestre septembre 2015-janvier 2016 Master 1, cours d algèbre (M. Hindry, J-F. Mestre et R. Université Denis Diderot Paris 7, Semestre septembre 015-janvier 016 Master 1, cours d algèbre (M. Hindry, J-F. Mestre et R. Mneimné) Un corrigé de l examen du 13 janvier 016. Exercice 1 (Groupes et théorèmes

Plus en détail

La division euclidienne

La division euclidienne DOCUMENT 2 La division euclidienne La division euclidienne joue un role central en arithmétique. Comme c est l un des tous premiers résultats que l on démontre, il est important de savoir exactement ce

Plus en détail

Montrer qu il s agit d un produit scalaire, et trouver une base orthogonale pour ce produit scalaire. (x e k ).e k

Montrer qu il s agit d un produit scalaire, et trouver une base orthogonale pour ce produit scalaire. (x e k ).e k Ex 1 Facile Soit un espace préhilbertien réel E et deux vecteurs x,y E. a) Développer l expression y 2.x (x y).y b) Retrouver l inégalité de Cauchy-Schwarz ainsi que le cas d égalité. Ex 2 Cours, à faire

Plus en détail

Devoir de Mathématiques numéro 4

Devoir de Mathématiques numéro 4 Lcée La Prat s Pour le jeudi 7 janvier 06 Classe de PT Devoir de Mathématiques numéro 4 Correction Eercice Le domaine de définition est R. Il n a pas de smétries. Donc Le domaine d étude est R Variations

Plus en détail

( ) ( ) Terminale S Chapitre 10 «Nombres complexes 2 ème partie» Page 1 sur 9. I) Forme exponentielle. 1) Argument du produit

( ) ( ) Terminale S Chapitre 10 «Nombres complexes 2 ème partie» Page 1 sur 9. I) Forme exponentielle. 1) Argument du produit Terminale S Chapitre 0 «Nombres complexes ème partie» Page sur 9 I) Forme exponentielle ) Argument du produit Propriété : Soient deux nombres complexes et d'arguments respectifs θ et θ. A B A B Alors un

Plus en détail

Déterminants. Théorème 3 On suppose que F est une somme directe de n sous-espaces vectoriels F i. Alors. i=1

Déterminants. Théorème 3 On suppose que F est une somme directe de n sous-espaces vectoriels F i. Alors. i=1 Déterminants Dans tout le chapitre, K représente un corps commutatif 1 Applications et formes multilinéaires Soient E 1,, E p et F des espaces vectoriels sur K et ϕ une application de E 1 E p dans F Définition

Plus en détail

Exo7. Espaces vectoriels. 1 Définition, sous-espaces. 2 Systèmes de vecteurs

Exo7. Espaces vectoriels. 1 Définition, sous-espaces. 2 Systèmes de vecteurs Exo7 Espaces vectoriels 1 Définition, sous-espaces Exercice 1 Déterminer lesquels des ensembles E 1, E 2, E 3 et E 4 sont des sous-espaces vectoriels de R 3. Calculer leurs dimensions. E 1 = {(x,y,z) R

Plus en détail

Variations autour du théorème de Wilson

Variations autour du théorème de Wilson Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck Variations autour du théorème de Wilson Le théorème de Wilson a été découvert à la fin du dixième siècle par le mathématicien arabe Ibn al-haytham qu on

Plus en détail

MHT201. Quelques indications de TD 12 (suite)

MHT201. Quelques indications de TD 12 (suite) MHT01 Quelques indications de TD 1 (suite) Exo 1 (1) Notons e 1 = (1, 0, 0), e = (0, 1, 0), et e 3 = (0, 0, 1) Alors {e 1, e, e 3 } est la base canonique de R 3 D après la définition de f, on a f(e 1 )

Plus en détail

Exo7. Equations différentielles

Exo7. Equations différentielles Exo7 Equations différentielles Exercice 1 On se propose d intégrer sur l intervalle le plus grand possible contenu dans ]0, [ l équation différentielle : (E) y (x) y(x) x y(x)2 = 9x 2. 1. Déterminer a

Plus en détail

Opérations sur les matrices, groupe symétrique et déterminants

Opérations sur les matrices, groupe symétrique et déterminants Opérations sur les matrices, groupe symétrique et déterminants (Taisez-vous! Le maître parle) 2008 1 Opérations élémentaires sur les matrices 1 Opérations élémentaires sur les matrices 1 Opérations élémentaires

Plus en détail

FRACTIONS RATIONNELLES

FRACTIONS RATIONNELLES FRACTIONS RATIONNELLES Dans tout ce chapitre, K désigne les corps R ou C. 1 Corps des fractions rationnelles Définition 1.1 Fraction rationnelle On appelle fraction rationnelle à coefficients dans K toute

Plus en détail

Espaces vectoriels de dimension finie

Espaces vectoriels de dimension finie Bibliothèque d exercices Énoncés L Feuille n 9 Espaces vectoriels de dimension finie Base Exercice Montrer que les vecteurs {,, 0 } forment une base de R. Calculer les coordonnées respectives des vecteurs

Plus en détail

LEÇON N 22 : Équation cartésienne d une droite du plan. Problèmes d intersection, parallélisme. Condition pour que trois droites soient concourantes.

LEÇON N 22 : Équation cartésienne d une droite du plan. Problèmes d intersection, parallélisme. Condition pour que trois droites soient concourantes. LEÇON N 22 : Équation cartésienne d une droite du plan. Problèmes d intersection, parallélisme. Condition pour que trois droites soient concourantes. Pré-requis : Déterminants ; Définition vectorielle

Plus en détail

Commutant d une matrice

Commutant d une matrice Énoncé On désigne par n un entier naturel supérieur ou égal à 2, et par M n (IK) l algèbre sur IK des matrices carrées d ordre n à coefficients dans IK, avec IK = IR ou lc. La matrice identité de M n (IK)

Plus en détail

Espaces de dimension finie

Espaces de dimension finie [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 28 décembre 2016 Enoncés 1 Espaces de dimension finie Bases en dimension finie Dimension d un espace Exercice 1 [ 01634 ] [Correction] Soit E l ensemble des fonctions

Plus en détail

Les nombres complexes

Les nombres complexes Les nombres complexes 8 novembre 009 Table des matières Définitions Forme algébrique Représentation graphique Opérations sur les nombres complexes Addition et multiplication Inverse d un nombre complexe

Plus en détail

( ) dx t dt. ( ) B( t) Le principe de la résolution se base sur la diagonalisation de la matrice A ou à défaut sa trigonalisation.

( ) dx t dt. ( ) B( t) Le principe de la résolution se base sur la diagonalisation de la matrice A ou à défaut sa trigonalisation. Equations différentielles linéaires du premier ordre à coefficients constants (ou système d équation différentielles linéaires scalaire à coefficients constants du premier ordre) dx t dt B( t) + AX t x

Plus en détail

ROGER GODEMENT PROFESSEUR A LA FACULTÉ DES SCIENCES DE PARIS. Cours d'algèbre DEUXIÈME ÉDITION, REVUE ET CORRIGEE

ROGER GODEMENT PROFESSEUR A LA FACULTÉ DES SCIENCES DE PARIS. Cours d'algèbre DEUXIÈME ÉDITION, REVUE ET CORRIGEE ROGER GODEMENT PROFESSEUR A LA FACULTÉ DES SCIENCES DE PARIS Cours d'algèbre DEUXIÈME ÉDITION, REVUE ET CORRIGEE JL HERMANN 115, Boulevard Saint-Germain, Paris 6 TABLE PRÉFACE 15 o. LE RAISONNEMENT LOGIQUE

Plus en détail

Chapitre 9. Polynômes. 1 Généralités. 1.1 Définitions

Chapitre 9. Polynômes. 1 Généralités. 1.1 Définitions Chapitre 9 Polynômes Dans tout le chapitre K désigne R ou C. 1 Généralités 1.1 Définitions Définition 1 Polynôme Une fonction P : K K est une fonction polynôme (ou plus simplement un polynôme) à coefficients

Plus en détail

TD1 : Interpolation et splines

TD1 : Interpolation et splines 2015-2016, Licence 3 ème année parcours Mathématiques M66, Modélisation et analyse numérique TD1 : Interpolation et splines Interpolation Exercice 1 (Différences divisées) Soient x 0, x 1,, x n des points

Plus en détail

2 Plus grand commun diviseur

2 Plus grand commun diviseur 2 Plus grand commun diviseur PGCD DE DEUX ENTIERS NATURELS Définition Soit deux nombres entiers naturels a et b non nuls. Un nombre entier naturel δ qui divise chacun de ces nombres est appelé diviseur

Plus en détail

La méthode de Cardan et les imaginaires

La méthode de Cardan et les imaginaires La méthode de Cardan et les imaginaires Daniel PERRIN 1 La méthode de Cardan Il s agit d une méthode de résolution exacte des équations du troisième degré par radicaux, analogue de la résolution de l équation

Plus en détail

CONCOURS D ADMISSION 2009 SECONDE ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES. Filière PSI

CONCOURS D ADMISSION 2009 SECONDE ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES. Filière PSI A 2009 MATH. II PSI ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L AÉRONAUTIQUE ET DE L ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES

Plus en détail

Exercices sur les groupes

Exercices sur les groupes Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F. Geoffriau 2006-2007 1. Un nouveau groupe R 2. Groupe diédral 3. Groupe cyclique d ordre 12 4. Générateurs et

Plus en détail

Opérations élémentaires et déterminants

Opérations élémentaires et déterminants 10 Opérations élémentaires et déterminants On note toujours K le corps de réels ou des complexes On se donne un entier n 1 et M n (K désigne l espace vectoriel des matrices carrées d ordre n à coefficients

Plus en détail

MATHÉMATIQUES I : Algèbre linéaire et calcul MAT102 VIRGINIE CHARETTE DÉPARTEMENT DE MATHÉMATIQUES UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE

MATHÉMATIQUES I : Algèbre linéaire et calcul MAT102 VIRGINIE CHARETTE DÉPARTEMENT DE MATHÉMATIQUES UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE ATHÉATIQUES I : Algèbre linéaire et calcul AT2 VIRGINIE CHARETTE DÉPARTEENT DE ATHÉATIQUES UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE Hiver 29 Remarques sur le texte. Voici un extrait des notes de cours utilisées en AT2

Plus en détail

( ) = 1, Im( z 1 ) = 2. ( ) = 0, Im( z 2 ) = 1. ( ) = 7, Im( z 3 ) = 0. = 1+ 2i. Re z 1 = i. Re z 2 z 3. z 1. = 7. Re z 3

( ) = 1, Im( z 1 ) = 2. ( ) = 0, Im( z 2 ) = 1. ( ) = 7, Im( z 3 ) = 0. = 1+ 2i. Re z 1 = i. Re z 2 z 3. z 1. = 7. Re z 3 I Forme algébrique d un nombre complexe 1 Il existe un ensemble noté et appelé ensemble des nombres complexes qui vérifie les propriétés suivantes : " ; L'ensemble est muni d'une addition et d'une multiplication

Plus en détail

Algèbre Cours 9. Anneaux. 27 novembre 2009

Algèbre Cours 9. Anneaux. 27 novembre 2009 Algèbre Cours 9 Anneaux 27 novembre 2009 Définition Définition Anneau. Un anneau unitaire est un triplet (A,+, ) où A est un ensemble, + : A A A et : A A A deux lois internes sur A vérifiant les axiomes

Plus en détail

Rang de courbes elliptiques liées à certaines extensions cycliques de degré 4 et 6

Rang de courbes elliptiques liées à certaines extensions cycliques de degré 4 et 6 ACTA ARITHMETICA 102.4 (2002) Rang de courbes elliptiques liées à certaines extensions cycliques de degré 4 et 6 par Odile Lecacheux (Paris) 1. Introduction. Dans un précédent article [4] nous avons considéré

Plus en détail

EQUATIONS ET INEQUATIONS : rappels

EQUATIONS ET INEQUATIONS : rappels Chapitre 3 EQUATIONS ET INEQUATIONS : rappels 3.1 EQUATIONS 3.1.1 Remarques importantes 1. Considérons l équation (x 2)x = 3(x 2) (3.1) (a) Si on divise les deux membres de l équation (3.1) par x 2, on

Plus en détail

LEÇON N 17 : Équations du second degré à coefficients réels ou complexes.

LEÇON N 17 : Équations du second degré à coefficients réels ou complexes. LEÇON N 17 : Équations du second degré à coefficients réels ou complexes Pré-requis : Nombres complexes : définition et propriétés ; Notions d anneaux, de corps ; Théorème de Liouville) 171 Équations du

Plus en détail

Fonctions polynômes du second degré Trinômes Résolutions d équations et d inéquations, factorisations et étude de trinômes

Fonctions polynômes du second degré Trinômes Résolutions d équations et d inéquations, factorisations et étude de trinômes Fonctions polynômes du second degré Trinômes Résolutions d équations et d inéquations, factorisations et étude de trinômes Exercice 1 (1 question) Niveau : facile Résoudre dans les équations suivantes

Plus en détail

EXERCICE I. Corrigé HEC maths III Eco 1998 par Pierre Veuillez

EXERCICE I. Corrigé HEC maths III Eco 1998 par Pierre Veuillez Corrigé HEC maths III Eco 998 par Pierre Veuillez EXERCICE I. a) Soit µ un paramètre réel. On observe les transformations souhaitées : µx + x 0 L L µx + x 0 3x i. () + µx + x 3 0 L µl L 3 x () 3 + µx 0

Plus en détail

H4. THÉORIE DES NOMBRES. Nombres premiers A. CHAMBERT-LOIR, F. IVORRA

H4. THÉORIE DES NOMBRES. Nombres premiers A. CHAMBERT-LOIR, F. IVORRA Master STS mention mathématiques Année 2007/2008 H4. THÉORIE DES NOMBRES. Nombres premiers A. CHAMBERT-LOIR, F. IVORRA A. RAPPELS : FACTORISATION, THÉORÈME D EUCLIDE EXERCICE 1 1 Démontrer qu il existe

Plus en détail

Dans tout ce qui suit, on se place dans un espace vectoriel euclidien E de dimension 2.

Dans tout ce qui suit, on se place dans un espace vectoriel euclidien E de dimension 2. Chapitre 3 Les angles 3.1 Angles orientés de vecteurs du plan 3.1.1 Groupe des rotations Dans tout ce qui suit, on se place dans un espace vectoriel euclidien E de dimension 2. Définition 3.1 On appelle

Plus en détail

Exercice I.1 Montrer que la somme de vecteurs et le produit d un vecteur par un nombre réel donnent à IR 3 une structure d espace vectoriel sur IR.

Exercice I.1 Montrer que la somme de vecteurs et le produit d un vecteur par un nombre réel donnent à IR 3 une structure d espace vectoriel sur IR. Exercices avec corrigé succinct du chapitre 1 (Remarque : les références ne sont pas gérées dans ce document, par contre les quelques?? qui apparaissent dans ce texte sont bien définis dans la version

Plus en détail

CHAPITRE 1 EQUATIONS ET INEQUATIONS

CHAPITRE 1 EQUATIONS ET INEQUATIONS CHAPITRE 1 EQUATIONS ET INEQUATIONS 1- EQUATIONS DU PREMIER DEGRE A UNE INCONNUE La forme générale d'une équation du premier degré à une inconnue est Ax = B où A et B sont des constantes et x l'inconnue.

Plus en détail

Géométrie dans les espaces préhilbertiens

Géométrie dans les espaces préhilbertiens 13 Géométrie dans les espaces préhilbertiens Pour ce chapitre (E, ) est un espace préhilbertien et est la norme associée. 13.1 Mesures de l angle non orienté de deux vecteurs non nuls L inégalité de Cauchy-Schwarz

Plus en détail

Isométries affines et vectorielles

Isométries affines et vectorielles Chapitre 3 Isométries affines et vectorielles Objectifs de ce chapitre 1. Rappels sur les isométries vectorielles.. Groupe orthogonal en dimension et 3. Détermination d une isométrie vectorielle en dimension

Plus en détail

Exercices du chapitre 4 avec corrigé succinct

Exercices du chapitre 4 avec corrigé succinct Exercices du chapitre 4 avec corrigé succinct Exercice IV.1 Ch4-Exercice1 Montrer que l intersection d un nombre fini de voisinages de a est un voisinage de a. Soient (V k=1,...,p ) p voisinages de a.

Plus en détail

V. Quelques équations diophantiennes

V. Quelques équations diophantiennes V. Quelques équations diophantiennes V. Quelques équations diophantiennes Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août 2014 1 / 37 V. Quelques équations diophantiennes L équation du premier degré

Plus en détail

Fractions rationnelles

Fractions rationnelles 8 Chapitre 4 Fractions rationnelles 4. Corps de fractions d un anneau intègre. Fractions rationnelles Soit A un anneau commutatif intègre (par exemple Z, ou l anneau K[X] des polynômes à coefficients dans

Plus en détail

Terminale S Chapitre 2 «Fonctions : limites, continuité et dérivabilité» Page 1. si pour tout M > 0, on a f x < M "pour x assez grand"

Terminale S Chapitre 2 «Fonctions : limites, continuité et dérivabilité» Page 1. si pour tout M > 0, on a f x < M pour x assez grand Terminale S Capitre «Fonctions : ites, continuité et dérivabilité» Page I) Limites ) Limites à l infini a) Limite finie Définition : Etant donnée une fonction f et un réel α, on dira quelle tend vers α

Plus en détail

Codes de Reed-Solomon

Codes de Reed-Solomon Index 1. Codes de Reed-Solomon.................... 2 1.1 Définition................................ 2 1.2 Information............................... 2 1.3 Exemple................................. 2 2.

Plus en détail

Représentation de Jordan

Représentation de Jordan Représentation de Jordan Soit M une matrice carrée réelle de dimension n. On suppose dans ce projet que le polynôme caractéristique de M a n racines réelles. Certaines racines sont multiples. 1 Nombre

Plus en détail

Fonction de Weierstrass et séries d Eisenstein

Fonction de Weierstrass et séries d Eisenstein Fonction de Weierstrass et séries d Eisenstein Benoît Pointet, benoit.pointet@unifr.ch October 4, 2007 0. Motivations Nous avons, dans l exposé précédent, découvert les fonctions (complexes) double-périodiques

Plus en détail

DX - FRACTIONS RATIONNELLES

DX - FRACTIONS RATIONNELLES DX - FRACTIONS RATIONNELLES On désigne une fraction rationnelle non nulle irréductible à coefficients réels par fx) = Px) Qx). où P et Q sont des polynômes de degrés respectifs p et q. On note deg f =

Plus en détail