L ensemble des nombres réels

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ensemble des nombres réels"

Transcription

1 Université Pierre et Marie Curie 1M001 L ensemble des nombres réels 1 Entiers, rationnels et réels N = {0, 1,...} est l ensemble des entiers naturels. Z = {...,, 1, 0, 1,,...} est l ensemble des entiers relatifs. Q = { p q, p Z, q N } est l ensemble des nombres rationnels. R est l ensemble des nombres réels. Exemple: 1 4 = 0, 5, 3 = 0, , 5 6 = 0, , 3 = 0, sont des nombres rationnels. On remarque que leur développement décimal devient périodique à partir d un certain rang. En fait, cette propriété les caractérise. Proposition. Un nombre est rationnel si et seulement si son développement décimal est périodique à partir d un certain rang. On comprend bien pourquoi sur un exemple: prenons la fraction 3. Pour trouver son développement décimal, on fait la division euclidienne de 3 par. On trouve 3 = Le nombre avant la virgule est donc 0. Pour trouver le chiffre suivant, on multiplie le reste par 10 et on répète la division. On trouve 30 = Le chiffre suivant est donc 1 et le reste est 8. On recommence: 80 = , le chiffre suivant est donc 3 et le reste 14. Ensuite 140 = 6 + 8, le chiffre suivant est donc 6 et le reste 8. A partir de là, la procédure fait une boucle, on retombe toujours sur les mêmes divisions 80 = puis 140 = On aura donc 3 = 0, On voit que la procédure fait une boucle dès que l on retombe sur un reste que l on a déjà obtenu, ici le reste 8. Dans le cas général d un nombre rationnel p q, on a q valeurs possibles pour le reste, à savoir 0,..., q 1. On est donc sûr qu après au plus q + 1 étapes, un même reste aura été obtenu fois. Par conséquent, le développement décimal deviendra périodique à partir du rang au plus q + 1. Remarque 1. Il existe des nombres réels qui ne sont pas rationnels, on les appelle les irrationnels. Il suffit de prendre un nombre dont le développement décimal n est pas périodique pour obtenir un nombre irrationnel. En résumé, N Z Q R, les inclusions étant strictes. Remarque. Par contre, tout nombre réel x peut être approché par des nombres rationnels. Il suffit de tronquer le développement décimal de x à un rang arbitrairement grand (plus le rang sera grand, meilleure sera la précision). On dit que Q est dense dans R. En particulier, tout intervalle [x, y] avec x < y contient une infinité de nombres rationnels. 1

2 Exemple. Le nombre est irrationnel. En effet, raisonnons par l absurde et supposons que = p/q avec p et q entiers tels que la fraction p/q est irréductible. Alors p = q. Donc p est pair, donc p est pair (cf cours 0). On peut donc écrire p = k avec k entier. D où p = 4k puis q = k. Ainsi q est pair, donc q l est aussi. La fraction p/q n est donc pas irréductible ce qui est une contradiction. L ordre sur R R est muni d une relation d ordre qui est l inégalité. Elle permet de comparer nombres réels. Si x, y R, on a soit x y soit y x: nombres réels sont donc toujours comparables. On dit que R est totalement ordonné. Remarque. Pour montrer que x = y, on a juste à montrer que x y puis que y x. On le fera souvent en pratique. Définition. (Majorant/minorant) Soit A une partie de R. (i) On dit que A est majorée s il existe un nombre M tel que x M pour tout x A. M est appelé un majorant de A. (ii) On dit que A est minorée s il existe un nombre m tel que x m pour tout x A. m est appelé un minorant de A. (iii) On dit que A est bornée si elle est majorée et minorée. Exemple: ] ; 10] est majorée mais pas minorée. De même pour ] ; 10[. Pour ces parties, l ensemble des majorants est [10; + [. La partie ] 4; 3] ] ; 5[ est bornée. L ensemble de ses majorants est [5; + [ et l ensemble de ses minorants est ] ; 4]. Définition. (Maximum/minimum). Soit A une partie de R. (i) On dit que A admet un plus grand élément s il existe a A tel que x a pour tout x A. On dit que a est le maximum de A. (ii) On dit que A admet un plus petit élément s il existe a A tel que x a pour tout x A. On dit que a est le minimum de A. Remarque 1. Si une partie A admet un maximum (resp. un minimum), il est unique. Preuve. Supposons que a et b soient des maxima de A. En particulier a A. Comme b est plus grand que n importe quel élément de A, on a b a. Par symétrie, a b. Donc a = b. On raisonne de même pour le minimum. Exemple: ] ; 10] admet 10 comme maximum. Par contre, ] ; 10[ n admet pas de maximum. On voit donc que toute partie de R n admet pas forcément un maximum ou un minimum. Dans la partie ] ; 10[, on pourra toujours trouver des nombres arbitrairement proches de 10, mais on ne peut pas dire que 10 est un maximum car il n appartient pas à la partie. On introduira alors le concept de borne supérieure (cf ci-dessous). Exemple. La partie Q [0, 1[ n admet pas de maximum.

3 Remarque. Toute partie non vide et majorée de N admet un maximum. Toute partie non vide de N admet un minimum. Application. On redémontre l irrationnalité de. Soit S := {n N : n est entier }. On veut montrer que S est l ensemble vide. Supposons par l absurde que ce n est pas le cas. (a) Justifier le fait que l on peut trouver un plus petit entier k 1 tel que k est entier. (b) Montrer que dans ce cas, k( 1) est aussi un élément de S. (c) En déduire une contradiction, puis que S est l ensemble vide. (d) En déduire l irrationnalité de. Définition. (i) Soit A une partie non-vide et majorée de R. On appelle borne supérieure de A le plus petit majorant de A. On le note sup(a). (ii) Soit A une partie non-vide et minorée de R. On appelle borne inférieure de A le plus grand minorant de A. On le note inf(a). Remarque 1. Cette définition est en fait aussi un théorème: il nous dit que l ensemble des majorants (resp. des minorants) admet un minimum (resp. un maximum), ce qui n est pas trivial.. Remarque. L ensemble des majorants d une partie majorée A peut donc s écrire [sup(a), + [. Remarque 3. Pour montrer que a = sup(a), il suffit donc de montrer que a est un majorant de A et que tout majorant de A est plus grand que a. De même, pour montrer que a = inf(a), on montre que a est un minorant de A et que tout minorant de A est plus petit que a. Remarque 4. Pour montrer que a = sup(a), on peut aussi montrer que a est un majorant de A et que pour tout réel x < a, il existe un élément y A tel que y > x (Exercice: le montrer). Exemple 1: Soit A une partie de R qui admet un maximum. Alors sup(a) = max(a). Preuve. D abord max(a) est un majorant de A car max(a) x pour tout x A par définition du maximum. Soit maintenant un majorant M de A. Comme max(a) A, on a en particulier M max(a). On a donc bien montré que max(a) est un majorant et qu il est le plus petit. Exemple : Soit A une partie majorée et b R. Notons A + b = {x + b : x A}. Alors sup(a + b) = sup(a) + b. Preuve. Soit x A. On a sup(a) x car sup(a) est un majorant. Donc sup(a) + b x + b pour tout x A. Ainsi sup(a) + b est un majorant. Montrons que c est le plus petit majorant. Soit M un majorant de A + b. Alors M x + b pour tout x A. Donc M b x pour tout x A. Ainsi M b est un majorant de A, donc M b sup(a). On a donc bien M sup(a) + b. Exemple 3: Soient A et B parties majorées. Notons A + B = {a + b : a A, b B}. Montrer que sup(a + B) = sup(a) + sup(b). 3

4 Exemple 4: Soit A une partie minorée. Notons A = { x : x A}. Alors sup( A) = inf(a). Preuve. On montre d abord que inf(a) est un majorant de A. Soit x A. On a inf(a) x, donc inf(a) x pour tout x A. Ainsi inf(a) est un majorant de A. Soit maintenant M un majorant de A. On a M x pour tout x A. Donc M x pour tout x A. Ainsi, M est un minorant de A, d où M inf(a), ce qui équivaut à M inf(a). On a bien montré que inf(a) est le plus petit majorant de A. 3 Valeur absolue Définition. Pour tout x R, la valeur absolue de x est définie par x := max( x, x). Proposition. (i) x 0 (ii) x = 0 x = 0 (iii) xy = x y (iv) x + y x + y (inégalité triangulaire) Preuve. (i) Si x 0, on a x = x 0. Si x 0, on a x = x 0. Dans tous les cas, x 0. (ii) Si x = 0, on a x = 0. Réciproquement, supposons que x = 0. Comme x a pour valeur x ou x, on doit avoir x = 0 ou x = 0. Dans tous les cas, x = 0. (iii) Si x 0 et y 0, on a xy = xy, x = x et y = y, donc on a bien l égalité. On raisonne de la même façon pour les autres cas. (iv) On a x + y = (x + y) = x + y + xy x + y + x y = ( x + y ). Remarque 1. x M M x M. Remarque. x = x (mais x x). Corollaire. Pour tous x, y R, x y x y. Preuve. On utilise l inégalité triangulaire: x = (x y)+y x y + y donc x y x y. En inversant les rôles de x et y, on obtient y x y x = x y. D où x y x y. Remarque. Le nombre x y peut être vu comme la distance séparant les réels x et y. 4 Partie entière Définition. On appelle partie entière de x l unique entier relatif n Z tel que n x < n + 1. On le notera E(x). 5 Intervalles Définition. Un intervalle I est une partie de R telle que si x et y appartiennent à I, alors [x, y] I. Proposition. Tout intervalle a l une des écritures suivantes: 4

5 [a; b]: intervalle fermé, ]a; b[: intervalle ouvert ]a; b] ou [a; b[: intervalles semi-ouverts ] ; a], ] ; a[,[a; [,]a; [, R : intervalles non bornés Remarque. Une réunion d intervalles n est pas nécessairement un intervalle. Par exemple [ ; 5] [7; 15] n est pas un intervalle. 6 Exercices 1. Montrer que le nombre ln(3) ln(). Montrer que est irrationnel. max(x, y) = x + y + x y 3. Résoudre x 7 < 5. Résoudre x > 10. et min(x, y) = x + y x y. 4. Résoudre x + x 3 = Soit A := {xy, x +y }. Montrer que A possède une borne inférieure et une borne supérieure. Les déterminer. 6. Calculer E(x) E(x). (Séparer deux cas). 7. Soit x < y deux réels. a) Montrer qu on peut trouver un rationnel p n tel que x < p n < y. (On pourra prendre n tel que 1 n < x y ). En déduire que tout intervalle non vide de R contient une infinité de rationnels. b) Montrer de même que tout intervalle non vide de R contient une infinité d irrationnels. (On pourra trouver p n tel que x < p n < y et vérifier que p n n est pas rationnel). 8. Montrer que toute application croissante de [0; 1] dans [0; 1] admet un point fixe. 7 Questions de cours Développement décimal d un rationnel; Q est dense dans R; majoration/minoration; maximum/minimum; borne supérieure/inférieure; inégalité triangulaire; partie entière; définition d un intervalle; 5

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot NOMBRES RÉELS 1 Approximations d un réel 1.1 Ensembles de nombres Notation 1.1 On note R l ensemble des nombres réels. On note Q l ensemble des nombres rationnels i.e. l ensemble des nombres de la forme

Plus en détail

Chapitre premier R, ordre, intervalles

Chapitre premier R, ordre, intervalles Chapitre premier R, ordre, intervalles 1.1 Définitions et rappels Définition 1.1.1. Un entier naturel est un nombre positif ou nul permettant de dénombrer des objets comptant chacun pour un. Un nombre

Plus en détail

Les nombres réels. 1 L ensemble des nombres rationnels Q Écriture décimale n est pas un nombre rationnel Mini-exercices...

Les nombres réels. 1 L ensemble des nombres rationnels Q Écriture décimale n est pas un nombre rationnel Mini-exercices... Exo7 Les nombres réels L ensemble des nombres rationnels Q. Écriture décimale.......................................................... n est pas un nombre rationnel................................................

Plus en détail

Chapitre II : L ensemble des nombres réels

Chapitre II : L ensemble des nombres réels 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2013-2014 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques Chapitre II : L ensemble des nombres réels 1 Quelques notions générales sur R

Plus en détail

4.1 L ensemble des réels est un corps ordonné

4.1 L ensemble des réels est un corps ordonné Table des matières 4 Propriétés de R 4. L ensemble des réels est un corps ordonné....................... 4.. Propriétés d ordre de R............................. 4..2 Valeur absolue..................................

Plus en détail

(1 + x) n 1 + nx. π x sin x x. n 2. La majorer et la minorer à partir d un certain rang + 1 par des suites de la forme cn.

(1 + x) n 1 + nx. π x sin x x. n 2. La majorer et la minorer à partir d un certain rang + 1 par des suites de la forme cn. Chapitre 8 Les nombres réels 8.1 Valeur absolue, majorer, minorer. On considère l ensemble des nombres réels noté R, muni de l ordre usuel et des opérations +,. On verra plus tard que (R, +, ) est un corps.

Plus en détail

L ensemble R des nombres réels

L ensemble R des nombres réels L ensemble R des nombres réels Plan du chapitre 1 L ensemble des nombres réels page 11 Description géométrique des réels page 1 Inégalités dans R page 1 Distance entre deux réels Intervalles de R page

Plus en détail

Pour remettre un peu d ordre dans R

Pour remettre un peu d ordre dans R Arnaud de Saint Julien - MPSI Lycée La Merci 016-017 1 1 Relation d ordre sur R 1.1 Vocabulaire Pour remettre un peu d ordre dans R Sur R, on dispose de la relation de comparaison. On dit que c est une

Plus en détail

Cours d Analyse I : les réels et les fonctions

Cours d Analyse I : les réels et les fonctions Introduction à R Suites numériques Cours d Analyse I : les réels et les fonctions Université Lyon 1 Institut Camille Jordan CNRS UMR 5208 FRANCE Automne 2014 - Licence L1 Introduction à R Suites numériques

Plus en détail

L ensemble des nombres réels est muni de 2 opérations : l addition et la multiplication.

L ensemble des nombres réels est muni de 2 opérations : l addition et la multiplication. Chapitre 2 : Les nombres réels-résumé de cours 1. Opérations dans L ensemble des nombres réels est muni de 2 opérations : l addition et la multiplication. L addition dans vérifie : Elle est interne dans

Plus en détail

Douala Mathematical Society : : Workbook-2c 2015 NOMBRES REELS 1) 1 1 4) )

Douala Mathematical Society :  : Workbook-2c 2015 NOMBRES REELS 1) 1 1 4) ) Douala Mathematical Society : www.doualamaths.net : Workbook-c 0 NOMBRES REELS EXERCICE 0 Calculer ) 7 8 ) 8 8 9 6 ) ) 8 8 6 ) 6 6) 7) 0 7 7 0 6 7 80 8) 6 0 6 0 7 9) 8 6 0 0) 7 9 ) 7 ) ) 7 7 ) ) 7 9 EXERCICE

Plus en détail

(Q) non vide et majorée, alors il existe dans R un plus petit majorant de A, appelé la borne CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES

(Q) non vide et majorée, alors il existe dans R un plus petit majorant de A, appelé la borne CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES 1.1. Propriétés de R On suppose connus N = {0, 1, 2, 3,...}, l anneau des entiers Z = {..., 2, 1, 0, 1, 2,...} et le corps des rationnels Q = { a a, b Z,

Plus en détail

Nombres réels, bornes supérieures et inférieures

Nombres réels, bornes supérieures et inférieures Nombres réels, bornes supérieures et inférieures Exercice 1 : Si et sont des réels positifs ou nuls, montrer que Allez à : Correction exercice 1 : Exercice 2 : Déterminer les ensembles suivants, mettre

Plus en détail

2 Maximum, minimum, borne supérieure...

2 Maximum, minimum, borne supérieure... Bibliothèue d exercices Énoncés L Feuille n 9 Propriétés de R Les rationnels Q Exercice. Démontrer ue si r Q et x Q alors r + x Q et si r 0 r.x Q.. Montrer ue Q, 3. En déduire : entre nombres rationnels

Plus en détail

Ensembles ordonnés, propriétés de R

Ensembles ordonnés, propriétés de R MPSI Lycée Rabelais Semaine du 4 janvier 008 Ensembles ordonnés, propriétés de R Ensembles ordonnés Exercice 1 : Soient (E, ), (F, ) deux ensembles ordonnés. Soit la relation binaire définie dans E F par

Plus en détail

CHAPITRE 2 SUITES NUMÉRIQUES

CHAPITRE 2 SUITES NUMÉRIQUES CHAPITRE 2 SUITES NUMÉRIQUES Définition 2.0. Une suite réelle est une application u : N R qui à tout n de N associe un élément u n de R, appelé terme général de la suite. On notera donc la suite (u n ),

Plus en détail

Chapitre 5. Lois de composition internes - Relations

Chapitre 5. Lois de composition internes - Relations Chapitre 5 Lois de composition internes - Relations 1. Lois de composition internes 1.1. Définition et exemples Définition 5.1 Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application

Plus en détail

COMPLÉMENTS SUR LES RÉELS

COMPLÉMENTS SUR LES RÉELS COMPLÉMENTS SUR LES RÉELS De fait, vous savez presque tout sur les réels mais pas tout. Alors que vous manipulez des inégalités depuis assez longtemps, il y a tout de même une propriété de la relationsurque

Plus en détail

Première partie. Le corps des nombres réels

Première partie. Le corps des nombres réels Première partie Le corps des nombres réels 1 2 Pour mesurer des longueurs, il y a tout d abord les nombres entiers, puis pour plus de précisions on s autorise àprendredesportionsdecesnombresentiers,c estcequel

Plus en détail

Bornes supérieures et inférieures

Bornes supérieures et inférieures Bornes supérieures et inférieures Exercice :. Montrer que pour tout n N, m N 0 < (m + n) 2 4 2. En déduire que A = { (m + n) 2, n N, m N } Admet une borne inférieure et une borne supérieure que l on déterminera.

Plus en détail

Nombres réels et inégalités

Nombres réels et inégalités Nombres réels et inégalités Lycée Berthollet, PCSI2 2016-17 I Nombres réels Il est demandé à la classe de définir les nombres réels. En général, il se dégage deux courants : Un réel positif peut être pensé

Plus en détail

Cours d arithmétique. Khaoula Ben Abdeljelil

Cours d arithmétique. Khaoula Ben Abdeljelil Cours d arithmétique Khaoula Ben Abdeljelil 2 Table des matières Table des matières............................... i 1 LES ENTIERS NATURELS 1 1.1 Les opérations élémentaires sur N.................... 1

Plus en détail

2 TABLE DES MATIÈRES. Lycée J-B. Say - Martin Del Hierro

2 TABLE DES MATIÈRES. Lycée J-B. Say - Martin Del Hierro Table des matières 9 Corps R des nombres réels 3 9.1 Propriété de la borne supérieure................................ 3 9.2 Droite numériue achevé..................................... 4 9.3 Relation d

Plus en détail

COURS 6 : La droite réelle (suite)

COURS 6 : La droite réelle (suite) COURS 6 : La droite réelle (suite) Définition 0.1. Soit X une partie de R. On dit que X est dense dans R si tout intervalle ouvert non vide I de R rencontre X (c est-à-dire contient au moins un élément

Plus en détail

Nombres réels et propriétés de R

Nombres réels et propriétés de R CHAPITRE 3 Nombres réels et propriétés de R Fractions : développements décimaux le point de vue «concret» (hérité de l enseignement primaire) Rationalité développement décimal périodique 23456 0 33567

Plus en détail

Chapitre 1 MAJORER, MINORER

Chapitre 1 MAJORER, MINORER Chapitre 1 MAJORER, MINORER 1. Les règles de base des inégalités 1.1. Axiomes de construction L ensemble des réels est muni d une relation notée qui vérifie les axiomes suivants : i) pour tout x R, x x

Plus en détail

Chap. E1 : fondement de l analyse : R et les suites réelles

Chap. E1 : fondement de l analyse : R et les suites réelles Chap. E1 : fondement de l analyse : R et les suites réelles Si les points d une droite sont répartis en deux classes, de telle manière que tous les points de la première classe soient placés à gauche de

Plus en détail

Limites à l infini d une fonction

Limites à l infini d une fonction 9 Limites à l infini d une fonction On garde les notations du chapitre précédent en supposant ici que a = ou a = + est adhérent à l ensemble I, ce qui signifie que : ou : m R, ], m[ I M R, ]M, + [ I ce

Plus en détail

Math 104 ANALYSE (première partie) Université Paris Sud Orsay

Math 104 ANALYSE (première partie) Université Paris Sud Orsay Math 104 ANALYSE (première partie) Université Paris Sud Orsay 2015 2016 Notes de cours de José Montesinos préparées à partir du précédent Polycopié de Math 104 de Thierry Ramond Table des matières 1 La

Plus en détail

2 Borne inférieure, borne supérieure. L ensemble R. Arthur LANNUZEL. http ://mathutbmal.free.fr

2 Borne inférieure, borne supérieure. L ensemble R. Arthur LANNUZEL. http ://mathutbmal.free.fr L ensemble R 1 Arthur LANNUZEL le 29 Novembre 2008 http ://mathutbmal.free.fr L ensemble R 1 Définition de R. R est l unique ensemble, à notation près (à isomorphisme de corps ordonné près), vérifiant

Plus en détail

1 Notions de logique mathématique.

1 Notions de logique mathématique. Université de Provence 2012 2013 Introduction à l Analyse Chapitre 3 - Logique et Suites. 1 Notions de logique mathématique. 1.1 Assertions, propositions logiques, tables de vérité. On rappelle la notion

Plus en détail

Mise en route. 1 Logique, ensembles. Bibliothèque d exercices Topologie Feuille n 0

Mise en route. 1 Logique, ensembles. Bibliothèque d exercices Topologie Feuille n 0 Bibliothèue d exercices Énoncés Topologie Feuille n 0 Mise en route 1 Logiue, ensembles Exercice 1 Soit f, g deux fonctions de R dans R. Traduire en termes de uantificateurs les expressions suivantes :

Plus en détail

CLASSE DE SECONDE ACTIVITES NUMERIQUES.

CLASSE DE SECONDE ACTIVITES NUMERIQUES. LES NOMBRES 1. Les entiers naturels. 1.1 Nature. Un entier naturel dénombre une collection d objets. Ainsi : 0 signifie aucun objet ; signifie objets 0 ; 1 ; ; constituent l ensemble des entiers naturels.

Plus en détail

EXERCICES. 1 - Montrer que A et B sont non vide, que A est majoré par tout élément de B et que B

EXERCICES. 1 - Montrer que A et B sont non vide, que A est majoré par tout élément de B et que B EXERCICES 1 Soit E l ensemble des rationnels inférieurs à 2. 1 - Montrer que E admet une borne supérieure M dans R. 2 - Montrer que M = 2 (on pourra raisonner par l absurde). 3 - E est-il une partie fermée

Plus en détail

N K, n 0 < n 1 < n 2 <

N K, n 0 < n 1 < n 2 < Chapitre 1 Suites réelles et complexes Dans ce chapitre, K désigne le corps R des nombres réels, ou le corps C des nombres complexes. Pour x K, nous noterons x le module de x (égal à la valeur absolue

Plus en détail

Chapitre 1 : Correction des Travaux dirigés

Chapitre 1 : Correction des Travaux dirigés U.P.S. I.U.T. A, Département d Informatique Année 009-00 Chapitre : Correction des Travaux dirigés. Soit v n n i0 qi la somme des n premiers termes d une suite géométrique de raison q, et de premier terme.

Plus en détail

LEÇON N 15 : Construction du corps Q des rationnels. Nombres décimaux, développement décimal d un nombre rationnel.

LEÇON N 15 : Construction du corps Q des rationnels. Nombres décimaux, développement décimal d un nombre rationnel. LEÇON N 15 : Construction du corps Q des rationnels. Nombres décimaux, développement décimal d un nombre rationnel. Pré-requis : Relations d équivalence, ensembles quotient, PGCD, théorème de Gauss ; Un

Plus en détail

Axiome du choix et conséquences. Tout espace vectoriel admet une base.

Axiome du choix et conséquences. Tout espace vectoriel admet une base. Axiome du choix et conséquences. Tout espace vectoriel admet une base. 1 Axiome du choix Definition 1.1. Etant donnée une famille (A i ) i I de parties d un ensemble E (c est à dire une application de

Plus en détail

3.1. Le corps des nombres réels Borne supérieure, borne inférieure Généralités sur les suites

3.1. Le corps des nombres réels Borne supérieure, borne inférieure Généralités sur les suites 3. Nombres réels, suites numériques 3.1. Le corps des nombres réels 3.1.1. Le groupe (IR, +) 3.1.2. L anneau (IR, +, ) 3.1.3. Le corps (IR, +, ) 3.1.4. Nombres rationnels ou irrationnels 3.1.5. Relation

Plus en détail

(exercice : calculer u 2 puis u 5 )

(exercice : calculer u 2 puis u 5 ) Suites Prérequis : Division euclidienne Soient a et b deux entiers avec b 0. Il existe un unique couple (q, r) Z N tel que a = q b + r et 0 r < b. q s appelle le quotient de la division enclidienne de

Plus en détail

les racines carrées :

les racines carrées : les racines carrées : 1) Introduction : il existe un et un seul nombre positif dont le carré est 4 c est 2. il existe un et un seul nombre positif dont le carré est 9, c est 3. Existe il un nombre positif

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LES ENSEMBLES ET LES RELATIONS. On appelle ensemble tout rassemblement d objets appelés les éléments de l ensemble.

CHAPITRE 1 : LES ENSEMBLES ET LES RELATIONS. On appelle ensemble tout rassemblement d objets appelés les éléments de l ensemble. 1 CHAPITRE 1 : LES ENSEMBLES ET LES RELATIONS 1. Les ensembles : 1.1. Généralités : 1.1.1. Ensembles : On appelle ensemble tout rassemblement d objets appelés les éléments de l ensemble. Notations : Si

Plus en détail

Nombres réels. Chapitre 4

Nombres réels. Chapitre 4 Chapitre 4 Nombres réels Pour les mathématiciens grecs de l école de Pythagore (VI e siècle av. J.C.), les seuls nombres étaient les nombres rationnels. Bien qu ils aient su que 2 n était pas rationnel,

Plus en détail

MPSI 2 DS 01. le 5 octobre 2002

MPSI 2 DS 01. le 5 octobre 2002 MPSI 2 DS 01 le 5 octobre 2002 Présentation des copies : Utiliser des copies doubles uniquement ; Laisser une marge à gauche de chaque feuille et une demi-page sur la première feuille pour les remarques

Plus en détail

Continuité, dérivabilité des fonctions d une variable réelle

Continuité, dérivabilité des fonctions d une variable réelle 7 Continuité, dérivabilité des fonctions d une variable réelle Pour ce chapitre I désigne un intervalle réel et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. 7. Continuité en un point,

Plus en détail

LEÇON N 53 : Suites convergentes. Opérations algébriques, composition par une application continue. Limites et relation d ordre.

LEÇON N 53 : Suites convergentes. Opérations algébriques, composition par une application continue. Limites et relation d ordre. LEÇON N 53 : Suites convergentes. Opérations algébriques, composition par une application continue. Limites et relation d ordre. Pré-requis : Corps R construit : opérations, ordre total, axiome de la borne

Plus en détail

Mathématiques. Un ensemble est une collection d objets nommés éléments ou membres de l ensemble.

Mathématiques. Un ensemble est une collection d objets nommés éléments ou membres de l ensemble. ENSEMBLE DE NOMBRES I. Rappels sur les ensembles 1. Définitions Un ensemble est une collection d objets nommés éléments ou membres de l ensemble. Il est décrit : - par la liste de ces éléments (il est

Plus en détail

DENOMBRABILITE. P. Pansu 14 mai 2005

DENOMBRABILITE. P. Pansu 14 mai 2005 DENOMBRABILITE P. Pansu 14 mai 2005 1 Motivation Il y a t il plus de réels dans ]1, + [ ou dans l intervalle ]0, 1[? Oui, bien sûr. Des droites passant par l origine dans le plan, il y en a-t-il autant

Plus en détail

1 q. = 1 q n. (un + v n ) (l + l ) = (un l) + (v n l ) n n 0, u n + v n A.

1 q. = 1 q n. (un + v n ) (l + l ) = (un l) + (v n l ) n n 0, u n + v n A. 16 Proposition : La somme des n premiers termes d une suite géométrique de raison q 1 est : n 1 u 0 q k 1 q n = u 0 1 q k=0 Il suffit de calculer (1 q) n 1 k=0 qk = n 1 k=0 qk n 1 k=0 qk+1 = n 1 k=0 qk

Plus en détail

ENSEMBLES DE NOMBRES. I - Les entiers naturels. L'ensemble des entiers naturels non nuls est noté N *

ENSEMBLES DE NOMBRES. I - Les entiers naturels. L'ensemble des entiers naturels non nuls est noté N * ENSEMBLES DE NOMBRES Ne pas confondre «nombre» et «chiffre» Les nombres servent à dénombrer, calculer.les chiffres servent à écrire les nombres. Numération de position : Principe selon lequel la signification

Plus en détail

CH V : Généralités sur les suites réelles

CH V : Généralités sur les suites réelles CH V : Généralités sur les suites réelles I. Notion de suite I.1. Définition générale Définition Une suite de nombre réels u est une application de N dans R i.e. une fonction de N dans R telle que tout

Plus en détail

CHAPITRE III : ÉQUATIONS, INÉQUATIONS ET PROBLÈMES

CHAPITRE III : ÉQUATIONS, INÉQUATIONS ET PROBLÈMES CHAPITRE III : ÉQUATIONS, INÉQUATIONS ET PROBLÈMES R et ses sous-ensembles, intervalles sur R «Le nombre entier vient de Dieu Tout le reste est l œuvre de l Homme» Kronecker (1823-1891) Les entiers naturels

Plus en détail

Énoncés des exercices

Énoncés des exercices Énoncés Énoncés des exercices Exercice 1 [ Indication ] [ Correction ] Soient E et F deux ensembles ordonnés et A une partie non vide de E Soit f une application croissante de E dans F Montrer que si max

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DES ENSEMBLES. 1 Les ensembles. 1.1 Définition d un ensemble

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DES ENSEMBLES. 1 Les ensembles. 1.1 Définition d un ensemble 2015-2016 MPSI2 du lycée Condorcet 1/22 ÉLÉMENTS DE THÉORIE DES ENSEMBLES 1 Les ensembles 1.1 Définition d un ensemble Définition 1. Un ensemble est une collection d objets mathématiques. Les objets qui

Plus en détail

Corrigés d exercices pour les TD 1 et 2

Corrigés d exercices pour les TD 1 et 2 Corrigés d exercices pour les TD et 2 Soit E = C 0 ([0, ]; R) et A = {f E; f(x) 0 pour tout x [0, ]}.. Montrer que les applications qui à tout élément (f, g) E 2 associent respectivement d (f, g) = définissent

Plus en détail

u n = u n 1 + u n 2, (1)

u n = u n 1 + u n 2, (1) Chapitre II Suites II.a. Introduction Définition 21 (suite) Une suite est une fonction (cf. déf. 35) u de N dans un ensemble E. Notation Pour mettre en évidence le fait que l ensemble de départ est N,

Plus en détail

Etude de limites de suites monotones

Etude de limites de suites monotones Etude de ites de suites monotones I) Définition On dit que la suite ( ) est majorée lorsqu il existe un nombre réel M tel que, pour tout entier naturel n, M. On dit que M est un majorant de la suite (

Plus en détail

Convergence des suites monotones et applications.

Convergence des suites monotones et applications. Université Paris Est Marne-la-Vallée L Sciences Physiques 20-202 Compléments en Analyse Convergence des suites monotones et applications.. Quelques définitions Ce chapitre est consacré à la convergence

Plus en détail

I ESPACES METRIQUES. d : E E R +

I ESPACES METRIQUES. d : E E R + I ESPACES METRIQUES 1. Espaces métriques 1.1 Définitions Soit E un ensemble non vide. On appelle distance sur E toute application vérifiant les propriétés suivantes : d : E E R + a) x, y E, d(x, y) = 0

Plus en détail

QUELQUES RAPPELS ET COMPLÉMENTS. 1. Relation d équivalence, relation d ordre

QUELQUES RAPPELS ET COMPLÉMENTS. 1. Relation d équivalence, relation d ordre QUELQUES RAPPELS ET COMPLÉMENTS 1.1. Définitions. 1. Relation d équivalence, relation d ordre Définition 1.1. Soit E un ensemble et E E le produit cartésien. Une relation binaire (ou correspondance binaire)

Plus en détail

Cours 4. La connexité

Cours 4. La connexité Université de Provence Topologie 2 1 Espaces connexes Cours 4. La connexité Définition. Un espace topologique non vide X sera dit connexe si les seules parties de X à la fois ouvertes et fermées sont la

Plus en détail

Parties majorées, minorées - borne supérieure, borne inférieure

Parties majorées, minorées - borne supérieure, borne inférieure Aix-Marseille Université 2012-2013 Analyse I PLANCHE 1 : LIMITES, CONTINUITÉ Parties majorées, minorées - borne supérieure, borne inférieure Exercice 1 Soit a, b R. Montrer les implications suivantes :

Plus en détail

Chapitre 2 : Suites numériques

Chapitre 2 : Suites numériques Universités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Analyse (UE 3) 013-014 Chapitre : Suites numériques Dans tout ce qui suit on considère des suites (u n ) n N à valeurs réelles, c est à dire des applications de N

Plus en détail

Département de mathématiques et informatique L1S1, module A ou B Maths. Chapitre 3. Suites numériques

Département de mathématiques et informatique L1S1, module A ou B Maths. Chapitre 3. Suites numériques Département de mathématiques et informatique L1S1, module A ou B Maths Chapitre 3 Suites numériques p. 2 Remarque importante. Ce cours n est pas indépendant du cours de Mathématiques pour tous. Ce document

Plus en détail

Chapitre 4. Applications

Chapitre 4. Applications Chapitre 4 Applications 1. Définitions et exemples Définition 4.1 Soient E et F deux ensembles. Une application f de E dans F est un procédé qui permet d associer à chaque élément x de E un unique élément

Plus en détail

1 ère S. ch1. Introduction à la logique. J. TAUZIEDE. INTRODUCTION AU VOCABULAIRE DE LA LOGIQUE.

1 ère S. ch1. Introduction à la logique. J. TAUZIEDE. INTRODUCTION AU VOCABULAIRE DE LA LOGIQUE. 1 ère S. ch1. Introduction à la logique. J. TAUZIEDE. INTRODUCTION AU VOCABULAIRE DE LA LOGIQUE. I- IMPLICATION- EQUIVALENCE. 1 ) Proposition. Définition 1. On appelle proposition mathématique, une phrase

Plus en détail

1 ère S Valeur absolue (2)

1 ère S Valeur absolue (2) 1 ère S Valeur absolue () Objectif : reprendre la notion de valeur absolue mais sous un aspect algébrique. I. Epression de la valeur absolue d un réel suivant son signe 1 ) Démonstration est un réel quelconque.

Plus en détail

Nombres réels. Définition On définit également le produit de deux suites u et v de S comme le produit terme à terme : u v = (u n v n ) n N

Nombres réels. Définition On définit également le produit de deux suites u et v de S comme le produit terme à terme : u v = (u n v n ) n N Nombres réels 1 Suites de rationnels Définition Une suite de rationnels (ou suite rationnelle) est une application u : N Q. Notation : Pour tout entier n, on note u n l image u(n) de l entier n par l application

Plus en détail

Espaces Métriques. par Alain Prouté Université Denis Diderot Paris 7. Exercices... 2

Espaces Métriques. par Alain Prouté Université Denis Diderot Paris 7. Exercices... 2 Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

Chapitre 3: Espaces topologiques

Chapitre 3: Espaces topologiques Chapitre 3: Espaces topologiques I. Définition et exemples. Dans le chapitre précédent, nous avons défini les ouverts puis nous avons également caractérisé les points adhérents, les points intérieurs,

Plus en détail

pgcd, ppcm dans Z, théorème de Bézout. Applications

pgcd, ppcm dans Z, théorème de Bézout. Applications 7 pgcd, ppcm dans Z, théorème de Bézout. Applications Le théorème de division euclidienne et les sous-groupes de (Z, +) sont supposés connus. Pour tout entier relatif n, on note : nz = {n q q Z} l ensemble

Plus en détail

Deux éléments quelconques de Z sont comparables (l ordre est total). C est-à-dire que pour n, m dans Z on a soit n m soit m n.

Deux éléments quelconques de Z sont comparables (l ordre est total). C est-à-dire que pour n, m dans Z on a soit n m soit m n. 6 Arithmétique dans Z 6.1 L anneau Z des entiers relatifs On désigne par Z l ensemble des entiers relatifs, soit : Z = {, n,, 2, 1, 0, 1, 2,, n, }. On note Z l ensemble Z privé de 0. On rappelle que l

Plus en détail

Un complément à la leçon sur l équation fonctionnelle de la fonction exponentielle

Un complément à la leçon sur l équation fonctionnelle de la fonction exponentielle Préparation au CAPES Strasbourg, octobre 2008 Un complément à la leçon sur l équation fonctionnelle de la fonction eponentielle Il est naturel de construire la leçon Caractérisation des fonctions eponentielles

Plus en détail

Exercices : Nombres entiers et Nombres réels

Exercices : Nombres entiers et Nombres réels Exercices : Nombres entiers et Nombres réels 1 Nombres entiers Exercice 1 1. Soient (a, b) R, soit n N. Montrer que n Cna k k b n k = (a + b) n (binôme de Newton). Montrer que: ( n + 1 n N, n! ) n Exercice

Plus en détail

Chapitre 1 : Calcul dans R

Chapitre 1 : Calcul dans R Chapitre 1 : Calcul dans R PTSI B Lycée Eiffel 6 septembre 13 Le calcul que vous trouvez si mauvais est pourtant celui de toutes les passions. Des années entières de poursuite, pour la jouissance d un

Plus en détail

REVISIONS POUR LES VACANCES. Généralités sur les fonctions

REVISIONS POUR LES VACANCES. Généralités sur les fonctions Année 2016-2017 PCSI ( Baggio ) REVISIONS POUR LES VACANCES Vous devez connaître parfaitement tous les résultats donnés ici sur les généralités de fonctions, sur les fonctions exponentielles et logarithmes

Plus en détail

AS - DECOMPOSITION D UN NOMBRE REEL EN BASE a COURBE DE PEANO

AS - DECOMPOSITION D UN NOMBRE REEL EN BASE a COURBE DE PEANO AS - DECOMPOSITION D UN NOMBRE REEL EN BASE a COURBE DE PEANO Soit a un entier strictement plus grand que 1. Notons N a = {0,1,...,a 1}. Définition On dira qu un nombre réel positif x est de classe a,

Plus en détail

Les séries numériques

Les séries numériques Les séries numériques Généralités. Séries à termes réels ou complexes.. Notion de série numérique Étant donnée une suite (u n ) n n0 de nombres réels ou complexes, on appelle série des u n et on note u

Plus en détail

Problème. A 1. a) On effectue la division euclidienne de 41 par tous ,1 ; donc le plus grand premier à utiliser est 19.

Problème. A 1. a) On effectue la division euclidienne de 41 par tous ,1 ; donc le plus grand premier à utiliser est 19. CHAPITRE 3 Les nombres premiers SÉQUENCE 1 Les nombres premiers (page 76) RÉSOLUTION DE PROBLÈMES Problème 1 A 1. Conjecture possible : le produit des nombres associés aux extrémités est égal à l ordonnée

Plus en détail

Olympiades Françaises de Mathématiques Envoi Numéro 3 Corrigé

Olympiades Françaises de Mathématiques Envoi Numéro 3 Corrigé Olympiades Françaises de Mathématiques 2012-2013 Envoi Numéro 3 Corrigé 1 Exercices Juniors Exercice 1. On appelle diviseur propre d un entier n un diviseur positif de n qui est différent de 1 et de n.

Plus en détail

LEÇON N 46 : Suites de nombres réels définies par une relation de récurrence.

LEÇON N 46 : Suites de nombres réels définies par une relation de récurrence. LEÇON N 46 : Suites de nombres réels définies par une relation de récurrence. Pré-requis : Suites numériques : monotonie, convergence, divergence ; Théorème des valeurs intermédiaires ; R est complet :

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE CERGY Année U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques

UNIVERSITÉ DE CERGY Année U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques Chapitre V : Suites numériques 1 Un peu de topologie de R On a vu dans le chapitre

Plus en détail

Université Mohammed V - Agdal Faculté des Sciences. Département de Mathématiques. Avenue Ibn Batouta, B.P Rabat, Maroc.

Université Mohammed V - Agdal Faculté des Sciences. Département de Mathématiques. Avenue Ibn Batouta, B.P Rabat, Maroc. 1 Université Mohammed V - Agdal Faculté des Sciences Département de Mathématiques Avenue Ibn Batouta, B.P. 1014 Rabat, Maroc Filière SMIA : Exercices avec Corrigés Analyse 1 : Par BENAZZOUZ HANA Série1

Plus en détail

RELATION BINAIRE [ [ ( ) Est bien définie et que c est une bijection. Allez à : Correction exercice 3 :

RELATION BINAIRE [ [ ( ) Est bien définie et que c est une bijection. Allez à : Correction exercice 3 : RELATION BINAIRE Exercice 1 : Soit { } et la relation binaire sur dont le graphe est { } 1. Vérifier que la relation est une relation d équivalence. 2. Faire la liste des classes d équivalences distinctes

Plus en détail

TD 3: Suites réelles

TD 3: Suites réelles Université Pierre et Marie Curie Année 2011/2012 LM115 TD 3: Suites réelles MIME Convergence des suites : Par définition, une suite (u n ) converge vers un réel l si : Pour tout ɛ réel strictement positif,

Plus en détail

SUITES RÉELLES CHAPITRE 3. 1 Compléments sur les réels. 1.1 Rappels. Définition 3.1. Soient x et y deux réels. On note. x si x 0. x sinon.

SUITES RÉELLES CHAPITRE 3. 1 Compléments sur les réels. 1.1 Rappels. Définition 3.1. Soient x et y deux réels. On note. x si x 0. x sinon. CHAPITRE 3 SUITES RÉELLES 1 Compléments sur les réels 1.1 Rappels 1.1.a Définition 3.1 Valeur absolue Soient x et y deux réels. On note x max(x, y) = y si x y sinon x et min(x, y) = y si x y sinon On étend

Plus en détail

Corrigés d exercices pour le TD 5

Corrigés d exercices pour le TD 5 Corrigés d exercices pour le TD 5 Compacts? Les ensembles suivants sont-ils compacts? Justifier la réponse. 1. Z, dans l espace métrique R muni de la distance discrète. 2. {0, 1}, dans l espace métrique

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Les fractions continues

Les fractions continues Niveau : 2 Orange Les fractions continues Remarques préliminaires Le développement en fraction continue d un nombre réel x fournit une suite de fractions (donc de nombres rationnels) qui converge vers

Plus en détail

Racines carrées. Si a 0 alors ( a ) 2 =

Racines carrées. Si a 0 alors ( a ) 2 = Collège Elie COUTAREL Année 009-010. G.MANDALLAZ. Ecrit avec L A TEX Racines carrées 1 Définition Définition 1 On appelle racine carrée du nombre a supérieur ou égal à 0, noté a, le nombre positif dont

Plus en détail

Développements décimaux des nombres réels

Développements décimaux des nombres réels 1 Développements décimaux des nombres réels 1. Rappels sur les nombres décimaux. Rappelons qu un nombre décimal est un rationnel qui admet une écriture fractionnaire de la forme avec a Z et n N. Le lecteur

Plus en détail

Limite, continuité, théorème des valeurs intermédiaires, dérivabilité, théorèmes de Rolle et des accroissements finis

Limite, continuité, théorème des valeurs intermédiaires, dérivabilité, théorèmes de Rolle et des accroissements finis Limite, continuité, théorème des valeurs intermédiaires, dérivabilité, théorèmes de Rolle et des accroissements finis I Limites Continuités Exercice 1 : Soit ] [ la fonction définie par : Déterminer les

Plus en détail

Polynômes de Legendre sur [0,1], quadratures de Gauss

Polynômes de Legendre sur [0,1], quadratures de Gauss Polynômes de Legendre sur [,1], quadratures de Gauss Énoncé Polynômes de Legendre sur [,1], quadratures de Gauss On définit les suites de polynômes (U n ) et (P n ) de la manière suivante : U = 1 n 1,

Plus en détail

Les fonctions réciproques

Les fonctions réciproques DOCUMENT 28 Les fonctions réciproques 1. Introduction et définition Pour tout ensemble E, il existe une loi de composition naturelle sur l ensemble des applications de E dans E qui est la composition des

Plus en détail

CQ - CORPS COMMUTATIF TOTALEMENT ORDONNE AXIOMES DE DEFINITION DE R

CQ - CORPS COMMUTATIF TOTALEMENT ORDONNE AXIOMES DE DEFINITION DE R CQ - CORPS COMMUTATIF TOTALEMENT ORDONNE AXIOMES DE DEFINITION DE R I. Anneaux ordonnés Soit A un anneau, et A + un sous-ensemble non vide de cet anneau. On note A l ensemble des opposés des éléments de

Plus en détail

Formule de Taylor-Lagrange

Formule de Taylor-Lagrange Formule de Taylor-Lagrange Exercice. Soit x un réel strictement positif et f une fonction sur [0, x].. Quelles sont les hypothèses qui permettent d écrire la formule de Taylor-Lagrange pour f sur [0, x]

Plus en détail

LEÇON N 12 : Multiples, diviseurs, division euclidienne.

LEÇON N 12 : Multiples, diviseurs, division euclidienne. LEÇON N 12 :. Pré-requis : Z est bien ordonné et archimédien ; Toute partie non vide et minorée (respectivement majorée) de Z possède un plus petit (repectivement grand) élément ; Notions de groupes, sous-groupes

Plus en détail

Propriétés fondamentales de R et suites numériques réelles

Propriétés fondamentales de R et suites numériques réelles Propriétés fondamentales de R et suites numériques réelles Denis Vekemans Ordre total compatible En algèbre générale, un groupe ordonné est la donnée d une ensemble G, muni d une loi de composition interne

Plus en détail

Bibliothèque d exercices L1 Feuille n 6. Arithmétique dans Z

Bibliothèque d exercices L1 Feuille n 6. Arithmétique dans Z Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n 6 Arithmétique dans Z 1 Divisibilité, division euclidienne Exercice 1 Combien 15! admet-il de diviseurs? Exercice 2 Trouver le reste de la division par 13

Plus en détail

I. Nature des nombres

I. Nature des nombres Seconde Lycée Desfontaines Melle Cours 01 - Les nombres I. Nature des nombres Définitions : L ensemble des entiers naturels est l ensemble des entiers positifs. Il se note IN. On écrit alors IN={0;1;2;

Plus en détail