Le stress professionnel, l implication organisationnelle et l auto-efficacité : cas d une restructuration les apports d une étude quantitative.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le stress professionnel, l implication organisationnelle et l auto-efficacité : cas d une restructuration les apports d une étude quantitative."

Transcription

1 Le stress professionnel, l implication organisationnelle et l auto-efficacité : cas d une restructuration les apports d une étude quantitative. Karima LAHMOUZ, ATER IAE de Poitiers 20, rue Guillaume VII Le troubadour BP Poitiers Cedex Jean-Yves DUYCK, Professeur de Sciences de Gestion Institut de Gestion 39 rue François de Vaux de Foletier La Rochelle Résumé : La présente communication a pour objet d étudier les liens existant entre l implication organisationnelle, le stress professionnel et l auto-efficacité dans un contexte de restructuration. Après avoir présenté les fondements théoriques de l implication organisationnelle, du stress professionnel et de l auto-efficacité ce travail propose les résultats d une étude quantitative menée auprès d une population constituée pour l essentiel de cadres ayant vécu une opération de restructuration dans une compagnie d assurance. Cette population de cadres est caractérisée par une diversité de statuts et de fonctions et, pour l ensemble, par une période d ancienneté minimale de 15 ans. Des liens apparaissent entre le stress professionnel, l implication organisationnelle et l autoefficacité. Il semble qu un fort sentiment d auto-efficacité permet de prévenir les effets néfastes du stress professionnel et de favoriser l implication organisationnelle dans un contexte d incertitude. Mots clés : restructuration ; implication ; auto-efficacité ; cadres ; compagnie d assurance. 1

2 Introduction Intérêt et objet de la recherche Les débats sur le stress professionnel et l'implication organisationnelle mobilisent des chercheurs venant d'horizons divers. Ils intéressent les biologistes, les médecins, les épidémiologues et les chercheurs en sciences sociales, en particulier les psychologues et psychosociologues. Les chercheurs en sciences de gestion ont aussi mené des investigations sur ces concepts, mais rarement dans un contexte de restructuration, alors que ces dernières sont devenues partie intégrante du paysage économique et des pratiques des firmes. De fait, ces stratégies de restructurations, quelles que soient leurs modalités (OPA, OPE, fusions, absorptions, etc.) ou leurs motivations (Warnotte et Rousseau, 1996) surprennent souvent par leur rapidité, et correspondent en général à de véritables bouleversements sur le plan humain, liées dans la plupart des cas à des réductions sensibles des effectifs. Leur annonce et/ou leur mise en œuvre accroissent ipso facto le stress au travail (Brockner, 1988 ; Fabre, 1997 ; Amiel, 1998 ; François-Philip B. de Saint Julien, 2005), avec souvent des effets «boomerang» en termes d'implication, qu'elle soit affective ou cognitive (Allen et Meyer, 1997). On ne peut qu'être surpris, face à la multiplication de ces opérations, de la faiblesse de la production académique sur cet aspect «implication» (Watson et Clark, 1984 ; Armstrong-Stassen, 1998). Dans la mesure où le succès de ces restructurations en dépend largement, et s'agissant d'un domaine particulièrement complexe, Bandura (2003) expose que cette dernière dépend aussi des caractéristiques individuelles telles que l'auto-efficacité. C'est précisément le créneau de cette recherche que de tenter de comprendre dans quelle mesure l'auto-efficacité à la fois personnelle et professionnelle, peut influencer le stress professionnel et l'implication organisationnelle lors d'une opération de restructuration. Principaux concepts utilisés Ces concepts étant centraux dans ce travail, il convient de les définir d'emblée. Les concepts du stress et d implication ayant été longuement explorés dans de multiples publications dont le lecteur pourra se faire une idée dans la bibliographie ci après 1 (Burke, 1989 ; Zajac, 1990 ; Allen et Meyer, 1997 ; Roques, 1999 ; Neveu, 2002 ; Edey Gamassou, 2006)). Ce paragraphe s attache à définir ceux retenus dans le cadre de ce papier dans la mesure où ils semblent faire l objet d un large consensus au sein de la communauté académique. Le concept de stress professionnel retenu est celui développé par Roques (1999) et qui résulte d'une situation de travail engendrant une tension difficilement supportable pour les salariés. L implication organisationnelle est définie, selon Allen et Meyer (1997), comme un construit à la fois affectif et cognitif. Le concept d auto-efficacité, moins connu, mérite un détour plus complet. L'auto-efficacité touche au champ des croyances des individus à propos de leurs capacités à mobiliser l'implication, les ressources cognitives et les comportements nécessaires pour exercer un contrôle sur les événements de la vie (Wood et Bandura, 1989). Pour éviter toute confusion, il est indispensable de bien différencier l'auto-efficacité et l'estime de soi qui ne relèvent pas des mêmes processus psychologiques. Pour faire simple, l'estime de soi renvoie au regard global d'un individu à son propre endroit, regard qui demeure relativement stable à travers le temps et en dépit de situations changeantes (Brown, Dutton et Cook, 2001). L'auto-efficacité concerne l'aptitude d'un individu à relever les défis. Bandura (1986) la définit comme «les jugements que les personnes font à propos de leur capacité à organiser et réaliser des ensembles d'actions requises pour atteindre des types de performances attendus». Cet auteur 1 Cette bibliographie non exhaustive suppose ipso facto une part d arbitraire dans les choix 2

3 précise (ibid., 2002) qu'il n'y a pas de lien systématique entre le sentiment d'auto-efficacité et l'estime de soi. Ce travail propose une étude quantitative portant sur des cadres pour tenter d'évaluer l'effet de ce sentiment d'auto-efficacité sur le stress professionnel et sur l'implication organisationnelle à partir d'une étude de cas effectuée au sein d'une compagnie d'assurance restructurée entre 2004 et L'intérêt particulier de ce terrain est présenté infra. Le plan Cet article se compose classiquement de deux parties. La première expose le débat sur les différents concepts utilisés, la deuxième est réservée à la validation empirique et à la discussion des résultats. 1. Cadre conceptuel et modèle de recherche Cette partie s attache à présenter trois types de relations à savoir : les liens possibles entre le stress professionnel et l implication organisationnelle, entre l auto-efficacité et le stress professionnel et entre l auto-efficacité et l implication organisationnelle Articulations entre stress professionnel et implication organisationnelle Intuitivement le stress professionnel doit être négativement lié à l attachement des employés (implication affective) pour une organisation et il est souvent considéré comme un antécédent de l implication et rarement comme une conséquence. La corrélation moyenne corrigée entre le stress et l implication organisationnelle trouvée dans la méta-analyse de Mathieu et Zajac (1990) est effectivement négative. En plus, quand l implication est forte, l individu investit plus de ressources, fait plus de sacrifices; s il n en reçoit pas les bénéfices attendus, il aura tendance à moins s impliquer, à développer un sentiment d exploitation et à être stressé. On considère par exemple que le conflit de rôle dû à des exigences incompatibles demandées par un supérieur à un subordonné est susceptible de diminuer l implication et susciter du stress. Baudelot et Gollac (2003, p.208) ont trouvé lors de leur enquête sur le travail et le bonheur des résultats en termes d investissement de soi et stress : la mobilisation qu exige le travail explique la tension nerveuse importante qu il suscite, et, peut-être, les relations parfois difficiles avec les collègues, les subordonnés, les chefs ou les clients. Des valeurs positives par rapport au travail traduisent un fort investissement dans le travail, mais lorsque les bénéfices ne sont pas à la hauteur des sacrifices consentis, ce fort investissement se traduit par «le sentiment d être exploité», d être «très mal payé compte tenu du travail fourni». Quand la place du travail dans la vie est grande, quand le travail est source d une forte tension nerveuse, il n y a pas loin du bonheur à la souffrance. «S impliquer juste ce qu il faut» est alors la formulation qui traduit la possibilité d une forme minimale d équité, d un équilibre entre la faiblesse des bénéfices et la modération des investissements, l existence de garanties contre une emprise excessive du travail Liens possibles entre auto-efficacité et stress professionnel L auto-efficacité affecte le niveau de stress et la santé physique des employés. Selon le modèle interactif de Bandura, les croyances d auto-efficacité affectent l évaluation et l impact des stresseurs organisationnels sur la santé physique et la vie émotionnelle des employés. Le stress humain a été considéré surtout en termes d exigences de tâche qui mettent à l épreuve ou qui excèdent la capacité perçue des individus à les gérer. Il s agit là, en effet, de la source la plus fréquente de tension émotionnelle. Cependant, le stress professionnel survient aussi 3

4 quand les individus ressentent un sentiment d insécurité par rapport à l emploi (Osipow et Davis, 1988). Dans ces circonstances, le stress est produit par l auto-dévalorisation consécutive à un usage insuffisant de ses talents et par exemple la stigmatisation sociale d être passé à côté d une promotion, plutôt que par les conséquences négatives anticipées de l échec à gérer de lourdes charges de travail. Ce qui est ressenti comme un stresseur professionnel dépend en partie du niveau d auto-efficacité (Matsui et Onglatcoch Suisse, 1992). Certains employés ont un faible sentiment d auto-efficacité sans stresser par les lourdes exigences de travail et responsabilités de rôle. D autres possèdent un sentiment élevé d autoefficacité sont frustrés et stressés par les occasions limitées d utiliser pleinement leurs talents. Ce processus agit de la même manière au niveau de l efficacité collective Lien entre auto-efficacité et implication organisationnelle Certains auteurs lient principalement l implication organisationnelle à l estime de soi. Ainsi, pour Neveu (1993) et Chernis (1983), l implication est le reflet d un jugement réflexif sur un niveau de compétence et de performance donné, en relation avec l estime de soi. La performance au travail serait un élément central de l estime de soi et l implication serait appréhendée comme le résultat de l évaluation personnelle de l adéquation entre sa performance individuelle et les capacités requises (Vroom, 1962 ; Aronson et Carlsmith, 1962). Pour Bandura, l implication est essentiellement régie par l auto-efficacité (Bandura & Schunk, 1981; Bandura & Cervone, 1983). La perte d auto-efficacité pourrait être simultanément un facteur déclencheur de stress et de désimplication, de faibles niveaux de perception de son efficacité par l individu devraient être associés à de hauts niveaux de stress perçu et de bas niveaux d implication. Bandura souligne que les mutations, les relocalisations géographiques, la restructuration peuvent progressivement réduire le sentiment d auto-efficacité, ce qui diminue le niveau d implication organisationnelle et conduit au vieillissement professionnel Modèle conceptuel et hypothèses de la recherche Le modèle de la recherche dégage des relations entre des variables dépendantes à expliquer (le stress professionnel et l implication organisationnelle) ; une variable indépendante explicative (le stress lié à la restructuration), et des variables médiatrices (l auto-efficacité personnelle et l auto-efficacité professionnelle). L auto-efficacité est au centre de ce modèle (cf. schéma n 1). Schéma 1: Le design de la recherche Auto-efficacité professionnelle H1 H21 H31 H41 Implication affective Stress issu de la restructuration Stress professionnel H32 H51 H42 H22 Implication cognitive Auto-efficacité personnelle H52 4

5 Les hypothèses peuvent s exprimer comme suit : H1 : Plus la restructuration est perçue comme stressante, plus le stress professionnel est élevé Les travaux de Cornolti (2006), François-Philip De Saint Julien (2002), Robert Demontrond, (2001) Meschi (1998), Amiel-Flechel (1998), Bonnet (1997), soulignent le caractère stressant d une opération de restructuration. Plusieurs recherches ont montré un lien négatif entre la restructuration perçue et le stress professionnel. Ce dernier est considéré comme un effet sanitaire négatif de la restructuration. H2 : L auto-efficacité est liée négativement au stress professionnel Elle se décline en deux sous hypothèses liées à la scission entre les dimensions personnelles et professionnelles : H21 : Plus le sentiment d auto-efficacité professionnelle est fort, moins le cadre est stressé H22 : Plus le sentiment d auto-efficacité personnelle est fort, moins le cadre est stressé Cette hypothèse s appuie sur les travaux de Bandura (2003) qui stipule que l auto-efficacité personnelle et professionnelle est corrélée négativement avec le stress. Bandura (1986) note qu une auto-efficacité forte pousse l individu à se fixer des objectifs plus ambitieux et à persister dans la poursuite de ses objectifs et à résister contre le stress professionnel. H3 : Le stress professionnel est lié négativement à l implication organisationnelle Le lien entre le stress professionnel et l implication organisationnelle est largement exploré dans la littérature. Toutefois les résultats sont contradictoires. Salancik (1977) estime que le stress n affecte l implication organisationnelle ni négativement, ni positivement. Mathieu et Zajac (1992) qui s intéressent à la relation entre ces deux variables mènent une méta-analyse. Celle-ci montre que l implication organisationnelle est corrélée négativement avec le stress professionnel. Conformément à cette méta-analyse, il est possible de proposer les deux sous hypothèses suivantes : H31 : le stress professionnel a un impact négatif sur l implication affective des cadres H32 : le stress professionnel a un impact négatif sur l implication cognitive des cadres H4 : Le sentiment d auto-efficacité professionnelle est positivement lié à l implication organisationnelle. Les hypothèses H4 et H5 s appuient sur les travaux de Bandura (2003) qui considère que l auto-efficacité favorise l implication organisationnelle et génère des attitudes positives ayant un impact sur la performance. Deux sous hypothèses se distinguent : H41 : Plus l auto-efficacité professionnelle est forte chez le cadre, plus il s implique d une manière affective dans l entreprise. H42 : Plus l auto-efficacité professionnelle est forte chez le cadre, plus il s implique d une manière cognitive dans l entreprise. H5 : Le sentiment d auto-efficacité personnelle est positivement lié à l implication organisationnelle des cadres. Deux sous hypothèses apparaissent : 5

6 H51 : Plus le sentiment d auto-efficacité personnelle est fort chez le cadre, plus il s implique d une manière affective dans l entreprise. H52 : Plus le sentiment d auto-efficacité personnelle est fort chez le cadre, plus il s implique d une manière cognitive. Autres variables exogènes D autres variables exogènes que la variable perception de la restructuration ont été utilisées. Les données signalétiques telles que l âge, l ancienneté, la catégorie socio-professionnelle, le niveau de formation du répondant peuvent être des variables discriminantes et jouer un rôle dans le développement des attitudes et des comportements, mais aussi sur les perceptions par les répondants de leur environnement de travail. 2. Validation empirique Cette recherche porte sur une étude de cas effectuée au sein d une compagnie d assurance, nommée ici Assuria FC 2 ayant vécu une opération lourde de restructuration entre septembre 2004 et Cette dernière concerne exclusivement la catégorie des cadres. Le choix de cette entreprise est fondé à la fois sur des considérations d ordre théorique et pratique. David (2004) définit le cas typique comme particulièrement représentatif du contexte de la recherche. Le chercheur, étudiant ainsi un cas typique comme terrain de recherche, analyse in fine une figure moyenne, centrale au sein de la population. Sous l angle du mouvement de concentration dans les sociétés d assurances en France, Assuria FC qui se situe au quatrième rang des sociétés d assurance représente un cas-type de restructuration et la restructuration de Septembre 2004 chez Assuria FC est similaire à celle vécue par les principaux concurrents. Le plan triennal de Groupama qui consiste à supprimer plusieurs sites ruraux en recentrant son énergie sur les sites les plus rentables ; le plan stratégique «ambition 2012» d Axa qui consiste à restructurer le groupe en délocalisant plus de 1500 postes au Maroc à partir de 2007 ; la Matmut qui a connu une réorganisation ayant pour objet de fonctionner avec des filiales par métier, de manière à rendre le groupe plus réactif et plus proche du client. Au total, la restructuration chez Assuria FC semble constituer un cas «moyen» reflétant l ensemble des transformations caractérisant le secteur des assurances L analyse quantitative des données L objectif de l analyse quantitative est double, il s agit d «opérationaliser» les différents construits du modèle et de valider la cohérence de l ensemble des échelles utilisées pérationalisation des concepts Les items utilisés pour chaque construit de premier ordre du modèle sont mesurés par une échelle de Likert en sept points. Plusieurs échelles de mesure déjà existantes sont utilisées (l échelle d Allen et Meyer pour l implication organisationnelle, l échelle de Cohen pour le stress lié à la restructuration, l échelle de Roques pour le stress professionnel, l échelle d Edey Gamassou pour l auto efficacité professionnelle et enfin l échelle de Jerusalem et Schwarzer pour l auto efficacité personnelle). Le questionnaire administré a été envoyé aux 64 responsables de délégation commerciale travaillant au sein d Assuria FC, ces responsables couvrent pratiquement l ensemble du territoire national (Assuria Sud, Assuria Est, Assuria Ouest et Assuria Nord). 34 questionnaires ont été ont été exploités. Le traitement des données a été effectué en utilisant le logiciel SPAD Pour respecter l impératif de confidentialité, les noms réels ont été transformés. 6

7 La validation du modèle conceptuel nécessite l utilisation d une méthode d équations structurelles avec variables latentes. Notre choix se porte sur l approche Partial Least Squares (PLS) car la présente recherche répond aux caractéristiques de cette méthode telles que recensées par Chin et Newsted (1999). La méthode PLS présente l avantage de ne faire aucune hypothèse sur la distribution des variables et d admettre avec beaucoup de facilité la coexistence des concepts formatifs et réflexifs. Quatre construit sont de nature formative (restructuration perçue, stress professionnel, implication affective et implication cognitive) ainsi que deux construits sont de nature réflexive (l auto-efficacité personnelle et l autoefficacité professionnelle). Un bloc de construit est dit réflexif, si l on considère que les variables manifestes reflètent la variable latente, qu elles en sont une conséquence. Un construit est dit formatif, si la variable latente est représentée par l ensemble des variables manifestes, qu elle en est une conséquence. Les construits formatifs du modèle de cette recherche répondent aux conditions répertoriées par Jarvis et al. (2004) et notamment aux suivantes : «les indicateurs sont vus comme des caractéristiques définissant le construit ; des changements dans les indicateurs sont supposés causer des changements dans le construit ; un changement dans la valeur d un des indicateurs n est pas nécessairement supposé être associé à un changement dans tous les autres indicateurs et les indicateurs ne sont pas supposés avoir les mêmes antécédents et conséquences». L inconvénient majeur de la méthode PLS réside dans l absence d hypothèses sur les distributions, ce qui rend impossible l inférence classique sur la significativité des relations. Toutefois, ce problème peut être résolu en utilisant un bootstrap 3 qui donne les t de Student pour chaque relation de causalité. En conclusion, toutes ces raisons amènent donc à privilégier cette méthode, particulièrement bien adaptée au caractère plus exploratoire que confirmatoire de la recherche (Fernandes, 2007). Il convient de présenter les construits formatifs et réflexifs du modèle (tableau n 1) 3 Le bootstrap est une technique statistique qui poursuit deux buts : améliorer la robustesse d'un modèle prédictif et renseigner sur la stabilité de ce modèle. La mise en œuvre du bootstrap repose sur : 1) La sélection d'une statistique appropriée Z(X 1, X 2,..., X n ) sur l'échantillon. Par exemple, si on veut estimer la médiane d'une distribution, la médiane de l'échantillon sera la statistique retenue. Plus généralement, on choisira pour Z un estimateur classique de la grandeur étudiée. 2) La notion d' "échantillon bootstrap". A partir de l'échantillon {X 1, X 2,..., X n }, on procède à n tirages avec remise de façon à constituer une collection {X 1, X 2,..., X n } dans laquelle chaque observation figure maintenant avec une multiplicité comprise entre 0 et n, la somme des multiplicités étant bien entendu égale à n. La collection obtenue est, par définition, un échantillon bootstrap. Le bootstrap procède alors de la façon suivante : 1) Un grand nombre d'échantillons bootstrap sont créés. 2) La statistique Z(X 1, X 2,..., X n ) est calculée pour chacun des échantillons bootstrap. 3) On extrait de l'histogramme des valeurs de Z deux informations : o o La moyenne de l'histogramme, qui est l' «estimation bootstrap» de la grandeur étudiée. L'écart-type de l'histogramme, que l'on considère comme une mesure de l'incertitude pesant sur cette estimation. 7

8 Tableau 1: Nature des construits Construits Nombre d items Nature Stress lié à la restructuration (échelle de Cohen, 1983) Auto-efficacité personnelle (échelle de Bandura, 2002) Auto-efficacité professionnelle (échelle de Bandura, 2002) Stress professionnel (échelle de Roques, 1999) Implication affective (échelle d Allen et Meyer, 1993) Implication cognitive (échelle d Allen et Meyer, 1993) 7 items Formative 6 items Réflexive 8 items Réflexive 11 items Formative 6 items Formative 4 items Formative La méthode PLS est utilisée pour tester d une part les échelles de mesure et d autre part l ensemble du modèle. Concernant les différents construits, ont été vérifiées, après épuration (paradigme de Churchill), les qualités psychométriques des échelles, à savoir leur fiabilité, leurs validités convergente et discriminante. Concernant le modèle de causalité, nous établirons si les relations postulées sont significatives et nous déterminons dans quelle mesure les concepts endogènes du modèle sont correctement expliqués Analyses psychométriques des échelles L évaluation des qualités psychométriques des instruments de mesure et plus particulièrement l analyse de la fiabilité de l échelle se fait à partir du tableau de résultats n 2, qui indique les valeurs de l alpha et du Rho de Diller-Goldstein (les deux coefficients testent la validité interne des construits). 8

9 Tableau 2 : la nature des construits Bloc Dimension Stress lié à la restructuration Autoefficacité personnelle Autoefficacité professionnelle stress professionnel Implication affective implication cognitive Alpha de Cronbach Rho de Dillon- Goldstein 7 0,70 0, ,76 0, ,75 0, ,74 0, ,74 0, ,75 0,8409 Afin d apprécier la fiabilité de l échelle mesurant le concept, l alpha de Cronbach est généralement retenu. Les différents coefficients de fiabilité calculés pour l ensemble des concepts sont largement supérieurs à 0.7, limite inférieure habituellement acceptable. Afin de s assurer de la validité convergente des construits réflexifs, il a été vérifié que le concept sous-jacent partage plus de la moitié de sa variance avec ses mesures. Une échelle a une bonne validité descriminante lorsqu elle fait bien la différence entre le construit mesuré et les autres construits. Les items de l échelle mesurant un construit sont plus fortement corrélés entre eux qu avec tout autre construit. La validité descriminante présentée pour le construit «implication affective» (cf, tableau n 3) est également, vérifiée pour les autres construits. 9

10 Tableau 3: validité descriminante Variable restructuration perçue Autoefficacité personnelle et professionnelle Autoefficacité professionnelle stress professionnel Implication affective implication cognitive Implication affective Je serais très heureux de finir ma carrière dans cette entre Je ressens les problèmes de cette entreprise comme les miens Je ne me sens pas attaché affectivement à cette entreprise Je me sens membre à part entière de cette entreprise Cette entreprise a une grande signification pour moi Ce serait très difficile pour moi de quitter l entreprise, m -0,1424-0,0932 0,2131-0,2648 0,8319 0,0830-0,1310-0,1669 0,3347-0,2464 0,7874 0,1826 0,3366-0,1149 0,2061-0,0997 0,6446 0,2358 0,1110-0,0990 0,1354-0,0925 0,7993-0,0511-0,0122-0,2295 0,2438-0,2798 0,8473 0,0952 0,0404-0,2646 0,1991-0,3048 0,4434 0, Résultats, discussions et apports de la recherche Sont examinées et discutées ci-dessous les présupposées relations de causalité et les principaux apports managériaux Résultats Pour chaque relation de causalité, l approche PLS donne la valeur du coefficient indiqué, sur la figure 31, la valeur du t de Student associé à cette même relation. Une relation entre construits sera dite significative lorsque la valeur de t de Student associée est significativement différentes de 0 (aussi fait-on figurer le niveau de signification du test d hypothèses). Le schéma n 2 fait figurer les résultats concernant l ensemble des relations de causalité. 10

11 Schéma 2 : Résultats de l approche PLS AEPR T=1,594 (p<12%) R²=0,121 T= -0,894 (p<30%) Impa T=1,773 (p<8%) R²=0,543 T=-0,414 (p<0,68) T=-0,411 (p<68%) Stress lié à la Restruct Stress T=0,487 (p<63%) T=1,538 (p<13%) T=0,261 (p<83%) T=-2,135 (p<4%) Impc AEPP R²=0,578 Le bloc stress professionnel Le stress professionnel est bien expliqué par les relations supposées ainsi qu en atteste le coefficient de détermination r² = 0,543. Il existe une relation positive et significative entre la restructuration perçue et le stress professionnel (le t de Student est de 1,773, il est significativement différent de 0 et ce avec un risque inférieur à 15%), ce résultat confirme l hypothèse H1. Le stress professionnel est lié négativement à l auto-efficacité professionnelle (t de Student = -0,894, mais le niveau de signification est trop élevé pour pouvoir dire que l hypothèse H21 est corroborée même si le signe du coefficient est celui attendu). Enfin le dernier résultat est assez étonnant, le stress professionnel est lié positivement à l autoefficacité personnelle, (t de Student = 0,261, p<83%), mais ce résultat n est pas significatif. Le bloc implication affective Le construit implication affective est moyennement expliquée par les variables du modèle (le coefficient de détermination r² est égal à 0,121). L implication est corrélée positivement avec l auto-efficacité professionnelle (le t de Student = 1,594, aussi est il significativement différent de 0 avec un risque inférieur à 12%). Ce lien est significatif, aussi peut-on considérer que l hypothèse H41 semble être confirmée. Les coefficients mesurent la relation négative entre l implication affective avec le stress professionnel et l auto-efficacité personnelle (les tests sont négatifs mais non significatifs. Les t de Student sont respectivement de -0,414, et -0,411 et les niveaux de signification sont de 63% et 68%). Les liens n étant pas assez significatifs, on ne peut pas conclure quant aux hypothèses H31 et H51 de la recherche. Le bloc implication cognitive L implication est bien expliquée par les autres variables du modèle, aussi qu en atteste le coefficient de détermination (r² = 0,578). L implication cognitive est liée «positivement» à 11

12 l auto-efficacité professionnelle, le lien est significatif (le t de Student = 1,538 ce qui correspond à un niveau de signification inférieur à 15%), l hypothèse H42 semble être confirmée. L implication cognitive n est pas liée au stress professionnel, le lien n est pas assez significatif (t de Student = 0,487 et le niveau de signification correspond à 68%). Elle est lié négativement à l auto-efficacité personnelle (le t de Student est égal à -2,135, ce qui correspond à un niveau de signification de 4%) Discussions des hypothèses Cette section expose les hypothèses à la fois confirmées et infirmées Les hypothèses confirmées Sur les neuf hypothèses proposées, quatre seulement semblent être validées. Un arrêt sur ces quatre hypothèses paraît pertinent. Le champ des relations causales entre l auto-efficacité personnelle et professionnelle, le stress professionnel et l implication organisationnelle étant assez fertile mais peu creusé en gestion des ressources humaines, il faut rester prudent par rapport à la confirmation des hypothèses émises. H1 : Plus la restructuration est perçue comme menaçante, plus le stress professionnel est élevé L hypothèse H1 qui stipule l existence «d un lien positif» entre le stress professionnel et la restructuration perçue est confirmée dans le cas d Assuria FC, le stress professionnel ressenti est expliqué par le caractère menaçant de la restructuration, ce résultat confirme les travaux cité précédemment (Cornolti (2006), François-Philip De Saint Julien (2002), Robert Demontrond, (2001) Meschi (1998), Amiel-Flechel (1998), Bonnet (1997). H41 : Plus le sentiment auto-efficacité professionnelle est fort chez le cadre, plus il s implique d une manière affective dans l entreprise. Cette hypothèse stipule l existence «d un lien positif» entre l auto-efficacité professionnelle et l implication affective, ce résultat est intéressant car il permet de mieux expliquer certains comportements et attitudes des cadres chez Assuria FC. En effet, un fort sentiment d autoefficacité professionnelle favorise le développement d un lien affectif entre le cadre et l entreprise. H42 : Plus le sentiment auto-efficacité professionnelle est fort chez le cadre, plus il s implique d une manière cognitive dans l entreprise. Il existe un lien significatif entre le sentiment d auto-efficacité professionnelle et l implication cognitive, c est-à-dire que les cadres ayant un fort sentiment d auto-efficacité professionnelle développent une relation calculée avec l entreprise ce qui paraît logique. Le concept d autoefficacité tire ses racines en grande partie de la théorie des attentes (Bandura, 2003). La rémunération ou la récompense financière peut constituer une finalité et donc un résultat Les hypothèses infirmées Les Hypothèses H21, H22 et H52 ne sont pas validées : H21 : Plus le sentiment d auto-efficacité professionnelle est fort, moins le cadre est stressé Le sentiment d auto-efficacité professionnelle aide à surmonter les effets néfastes du stress dans un contexte de restructuration, et confirme les apports de la théorie de Bandura sur la gestion du stress professionnel et l épanouissement professionnel. H22 : Plus le sentiment d auto-efficacité personnelle est fort, moins le cadre est stressé L étude a laissé en suspend les conclusions de Bandura quant à l idée que les croyances positives d auto-efficacité permettent de prévenir les effets néfastes du stress. 12

13 H52 : Plus le sentiment auto-efficacité personnelle est fort chez le cadre, plus il s implique d une manière cognitive L étude quantitative montre un lien négatif entre l auto-efficacité personnelle et l implication cognitive c est-à-dire, plus le cadre a un fort sentiment d auto-efficacité personnelle, moins il développe une relation calculée avec l entreprise. Enfin, la relation entre le stress professionnel et l implication affective et l implication cognitive, l auto-efficacité personnelle ne sont pas assez significatives, aussi émet-on une réserve pour l interprétation des hypothèses H31, H32 et H51. Concernant le stress et l implication, le cadre théorique semble suffisamment robuste pour pouvoir émettre des interprétations cohérentes à partir de l analyse des résultats. Le cas est moins vrai pour les relations causales avec le sentiment d auto-efficacité. L auto-efficacité est une ressource personnelle qui peut affecter selon, MaAteer-Early (1992), le stress professionnel et l implication organisationnelle des salariés. Son succès est lié à sa nature. Trois conséquences de l auto-efficacité sont abordées : 1. La dépense d efforts : l évaluation que fait le sujet de son auto-efficacité affecte son comportement à travers la mise enjeu de l effort, l initiation de comportements, et la persistance devant les difficultés. 2. L auto-efficacité influence également sur la performance perçue. Elle est un meilleur indicateur que les performances obtenues dans le passé (Bandura, 1982 ; Bandura et al., 1977), et compte pour une partie significative de la variance des performances même après le contrôle des aptitudes (Bandura, 1986; Locke et al., 1984). 3. Le sentiment d auto-efficacité est relié à la confiance en ses capacités à maîtriser les exigences de l environnement. Ce travail a bien souligné que les opérations de restructuration sont marquées par un caractère stressant, ce qui justifie l intérêt porté au concept d auto efficacité puisqu il permet aux salariés de maîtriser et de limiter les effets déstructurant du changement. Renforcer ce sentiment, c est leur permettre de prévenir leur stress et de protéger leur bien-être dans un contexte où il règne un risque et une incertitude Les apports managériaux L auto-efficacité constitue une véritable ouverture sur les pratiques managériales, c est un concept capable d aider le DRH à mieux cerner les compétences, de mieux gérer les carrières, de mieux former les équipes et enfin d anticiper par la suite l ensemble des changements futurs. Pour évaluer les compétences (bilan des compétences) : Les désirs de l individu sont à prendre en compte, en tant que moteur de son action à venir. Pour le DRH, disposer d une information suffisamment détaillée, objective et fiable sur les compétences (comportements potentiels évalués par des personnes connaissant bien le domaine professionnel concerné) et sur l environnement constitue un outil de gestion nécessaire. Pour gérer le stress professionnel : les gestionnaires savent que certaines tentatives de réduction de stress relèvent plus de la fuite devant les difficultés professionnelles, et réduisent l implication organisationnelle. Bandura (2003) préconise certaines stratégies qui reposent sur des réévaluations cognitives des situations afin de les rendre moins désagréables. Elles consistent à considérer les problèmes comme des défis et des incitations à améliorer les compétences des salariés, à se focaliser sur les aspects positifs des situations difficiles (restructuration, reclassement, suppression d emploi, etc), à replacer les problèmes insignifiants dans une perspective plus large, à réexaminer ses 13

14 priorités et à chercher du réconfort auprès des autres (le DRH peut favoriser le soutien organisationnel). Dans l ensemble, il s agit de proposer des solutions aux ajustements d évasion qui aggrave encore la vie professionnelle. Par contre, les stratégies d ajustement de résolution de problèmes aide les employés à gérer leur environnement professionnel et évite le burn-out (Leiter, 1991). Pour mieux gérer les carrières : L auto-efficacité affecte les objectifs et les choix que se fixent les salariés, l individu se dirige vers les activités qu il pense être capable de réussir (Bandura, 1989). Le DRH peut ainsi orienter les carrières en les adaptant aux profils adéquats. Le cas est encore vrai en cas de changement organisationnel. Pour mieux gérer les recrutements : Jones (1986) évalue la manière dont un individu est recruté (techniques de recrutement, informations données, tactiques institutionnelles) modifie son sentiment d auto-efficacité à s adapter à son nouvel emploi et par la suite ses attitudes (satisfaction, implication, intention de départ, etc.). Pond et Hay (1989) établissent quant à eux une relation avec les performances des nouvelles recrues au travail. 14

15 Conclusion La question de départ était de savoir dans quelle mesure les croyances des cadres en leurs capacités personnelles et professionnelles pouvaient expliquer leur réaction et attitude au travail dans un contexte de restructuration. Les hypothèses et le modèle de recherche ont été dans l ensemble validés. L analyse quantitative confirme qu il existe un lien entre le stress professionnel, l implication organisationnelle et le caractère menaçant des restructurations, ce qu avaient déjà repéré les travaux de Cornolti (2006), François-Philip De Saint Julien (2002), Robert Demontrond (2001), Meschi (1998), Amiel-Flechel (1998), Bonnet (1997). Aussi, le sentiment d autoefficacité aide à surmonter les effets néfastes du stress dans cette situation, et confirme aussi les apports de la théorie de Bandura sur la gestion du stress professionnel et l épanouissement professionnel. In fine, le DRH dispose de plusieurs arguments pour construire (ou reconstruire) les compétences que nécessitent l entreprise. Néanmoins, Bandura suivant la logique éthique de De Gaulejac (2005) préconise d utiliser le concept d auto-efficacité dans un objectif d épanouissement collectif et réalisation de soi et non pas comme outil de manipulation entre les mains des décideurs. Cet article invite aussi à ne pas considérer les salariés comme de simples variables d ajustement lors des restructurations, mais comme un facteur essentiel dans la réussite des changements. Cette recherche, fondée sur une étude de cas, pourrait déboucher sur les élargissements suivants : - le recours à une étude longitudinale : des études de longue durée permettraient de mieux tester les liens de causalités et de confirmer la stabilité des relations observées entre les variables. - les catégories concernées : les cadres ont été les seuls touchés par la restructuration chez Assuria FC; cette situation assez particulière mériterait des investigations supplémentaires dans d autres firmes du même secteur auprès des autres catégories socioprofessionnelles notamment les employés et les agents de maîtrise ; - les secteurs concernés : ce travail s est limité au secteur des assurances. Il conviendrait de s assurer que des processus identiques ou voisins sont repérables dans d autres secteurs de l économie en particulier le secteur bancaire qui présente a priori de nombreuses similitudes, mais aussi dans les établissements industriels, et à titre d exemple, l automobile et le bâtiment, qui font l objet de profondes restructurations. 15

16 Bibliographie Allen N.J., Meyer J.P., (1993), «Organizational Commitment: evidence of career stage effects», Journal of Business Research, vol 26, n 1, pp Amiel-Flechel M., (1998), «La perception de la justice organisationnelle du plan social et de ses effets sur les comportements et les attitudes du personnel restant dans l entreprise», Thèse de doctorat en Sciences de Gestion, Université d Aix-Marseille III. Armstrong-Stassen M., (1998), «Downzising the federal government: A longitudinal study of managers reactions», Canadian Journal of Administrative Sciences, n 15, p: Aronson E., Carlsmith J.M., (1962), «Performance expectancy as a determinant of actual performance», Journal of Abnormal and Social Psychology, n 65, p: Bandura A., (2003), «Auto-efficacité, le sentiment d efficacité personnelle», Paris, de boeck. Bandura A., Schunk D.H., (1981), «Cultivating competence, self-efficacy, and intrinsic interest through proximal self-motivation», Journal of Personality and Social Psychology, 41(3), p: Bonnet M., (1997), «Gestion des entreprises après un plan social de restructuration : implication des salariés qui restent dans cinq cas d intervention socio-économiques», in M. Tremblay et B. Sire (éd.), GRH face à la crise, GRH en crise? HEC Montréal. Brockner J., (1988), «The effects of work layoffs on survivors: research, theory and practice» in Staw B., Cumelings M., (Eds) «Research in organizational behaviour» Greenwich, JAI Press, vol. 10, p: Cherniss, C., (1993), «Role of professional self-efficacy in etiology and amelioration of burnout», in Schaufeli, Maslach, Marek (1993), «Professional Burnout, Recent developments in Theory and Research, Taylor & Franci Chin W.W., Newsted P.R., (1999), «Structural Equation Modeling Analysis with Small Samples using Partial Least Squares», in R. Hoyle (ed.) «Statistical Strategie for Small Sample Research», Sage Publication, Cornolti C., (2006), «Les effets des suppressions d emplois (plans sociaux) sur le comportement des salariés restants en France: résultats d une recherche exploratoire», Revue de Gestion des Ressources Humaines, n 59, janvier, février, mars. David A., 2004, «Etudes de cas et généralisation scientifique en sciences de gestion», Actes de la XIIIème Conférence de l Association Internationale de Management Stratégique, Le Havre. Dewhirst H.D., (1991), «Career oatterns: Mobility, specialization, and related career issues», In Morisson, Adams, «Contemporary career development issues», p: , Hillsdak, Erlbaum. Fabre C., (1997), «L implication des salariés restant après un plan social», Thèse de Doctorat en Sciences de Gestion, Université Montpellier II, Sciences et Techniques du Languedoc, 534p. Fernandes V., (2007), «Le rôle de la traçabilité dans la relation client - prestataire de services logistiques.», XVIème Conférence Internationale de Management Stratégique. François-Philip Boisserolles de St Julien D., (2005), «Les survivants : vers une gestion différenciée des ressources humaines», L'Harmattan, p

17 Jarvis C.B., Mackenzie S.B., Podsakoff P.M., (2004), «Un examen critique des indicateurs de contruit et des erreurs de spécification des modèles de mesure dans la recherche en marketing et en comportement du consommateur», Recherche et Applications en Marketing, 19 : 1, p : Jex, Steve M., Gudanowski D.M., (1992), «Efficacy beliefs and work stress : an exploratory study», Research Note, Journal Of Organizational Behavior, 13, p : Kivimâki, M., Vahtera, J., Pentti, J., & Ferrie, J.E. (2000), Factors underlying the effect of organizational downsizing on health of employees : Longitudinal cohort study, British Medical Journal, n 320, p Lee, S., Graham, A., Colditz, G.A., Berkman, L.F., & Kawachi, I. (2003), Prospective study of job insecurity and coronary heart disease in US women, Annals of Epidemiology, n 13, p.1-7. Mathieu J.E., Zajac D.M,. (1990), «A review and meta-analysis of the antecedents, correlates, and consequences of organizational commitment», Psychological Bulletin, vol.108, n 2, p Matsui, Onglatcoch Suisse, (1992), «Career self-efficacy as a moderator of the relation between occupational stress and strain», Journal Of Vocational Behavior, 41, p: Neveu J.P., (1993), «L intention de départ volontaire chez le cadre contribution à l étude du roulement du personnel», Thèse de Doctorat en Science de Gestion, Université de Toulouse I. Osipow S.H., et Davis A.S., (1988), «the relationship of coping resources to occupational stresses and strain», Journal Of Vocational Behavior, 32, p: Porter L., Steers R., Mowday R., (1994), "Organizational Commitment, job satisfaction and turn-over among psychiatric technicians", Journal of Applied Psychology, vol.59. Randall D.M., Cote J.A., (1991), «Interrelationships of Work Commitment constructs», Work and Occupations, vol.18, n 2, p : Thevenet M., (1992), «Impliquer les hommes dans les entreprises», Ed Liaisons Sociales, Paris. Vroom V., (1964), «Work and Motivation», New York: John Wiley & Sons. Warnotte G., (1996), «La gestion des ressources humaines face aux changements : des contradictions du discours aux urgences du réel», Gérer et Comprendre, n 44, p : Watson D., Clark L.A., (1998), «Negative affectivity: the disposition to experience aversive emotional states», Psychological bulletin, 96, p : Wiener Y., (1982), «Commitment in organizations: a normative view», Academy of Management Review, vol.7, n 3, p:

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

Le flexwork et ses effets sur le bien-être, la collaboration et la productivité au travail

Le flexwork et ses effets sur le bien-être, la collaboration et la productivité au travail Chaire laborh en Management Humain et Transformations du Travail Rapport de recherche, vol. 3 (1), 2014 Le flexwork et ses effets sur le bien-être, la collaboration et la productivité au travail Rapport

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

La Menace du Stéréotype

La Menace du Stéréotype La Menace du Stéréotype Fabrice GABARROT Bureau M6158 - Uni Mail Université de Genève 40, Bld du Pont d'arve CH-1205 Genève SUISSE Courriel : Fabrice.Gabarrot@pse.unige.ch Les stéréotypes sont, pour simplifier,

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec

Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec Programme de bourses Fonds commémoratif Louise-Montpetit-Morisseau Développement et validation de l échelle de mesure

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES Bertrand Quélin Professeur HEC François Duhamel Etudiant du Doctorat HEC Bertrand Quélin et François Duhamel du Groupe HEC ont mené,

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

Établir un diagnostic du climat social de l entreprise Questionnaire de Climat d entreprise

Établir un diagnostic du climat social de l entreprise Questionnaire de Climat d entreprise B I E N - Ê T R E S T R E S S R I S Q U E S P S Y C H O S O C I A U X Établir un diagnostic du climat social de l entreprise Questionnaire de Climat d entreprise 14 échelles fondamentales pour rendre compte

Plus en détail

Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences

Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences La GPEC est en lien avec les politiques de rémunération et de gestion des carrières. Stratégie entreprise Changements technologiques Inventaire effectifs

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe.

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe. Cours 12 Le pouvoir au sein d une organisation Les liens entre pouvoir, autorité et obéissance Le leadership et les traits personnels Les théories du leadership situationnel Pouvoir Capacité d un individu

Plus en détail

FACULTE DE DROIT DE TANGER. Support de Cours GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

FACULTE DE DROIT DE TANGER. Support de Cours GESTION DES RESSOURCES HUMAINES FACULTE DE DROIT DE TANGER Support de Cours GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Pr. Omar BELKHEIRI* * Professeur d économie et de gestion - Faculté de Droit de Tanger * Responsable de l équipe de Recherche

Plus en détail

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail

GESTION des RESSOURCES HUMAINES

GESTION des RESSOURCES HUMAINES FACULTE DE DROIT DE TANGER Grands axes du cours (Approche par les processus GRH) Support de Cours GESTION des RESSOURCES HUMAINES Pr. Omar BELKHEIRI* I - II - III - IV - V - VI - VII - Définitions - Système

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan?

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Thème : Vers un ouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Auteur : Mr Mhamed MOUAACHA, Chef de Division au Haut Commissariat au Plan (HCP)

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Les Entreprises Familiales

Les Entreprises Familiales Les Entreprises Familiales Paris, le 5 Fevrier 2008 Les Entreprises Familiales Centenaires sont en France 1400 (présentes dans presque tous les secteurs) dont 400 dans le secteur des Vins et Spiritueux.

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

LA DEMARCHE COMPETENCE

LA DEMARCHE COMPETENCE LA DEMARCHE COMPETENCE Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence... 1 6.1. Évaluation des compétences... 2 6.1.1 Mesure des écarts entre compétences

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Moyenne d efficacité du travail de l équipe de dispensateurs de SSP (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Cote moyenne

Moyenne d efficacité du travail de l équipe de dispensateurs de SSP (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Cote moyenne (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Cote moyenne de l efficacité du travail de l équipe fondée sur les facteurs suivants : vision; participation ouverte; orientation

Plus en détail

Transformer le travail : que prendre en compte pour que le travail garde son sens

Transformer le travail : que prendre en compte pour que le travail garde son sens Transformer le travail : que prendre en compte pour que le travail garde son sens Estelle M. Morin Psychologue et professeure titulaire HEC Montréal Professeure associée, Département de psychologie, U

Plus en détail

22 octobre 2009 Climat social dans les entreprises françaises en 2009. Résultats de l enquête de l Observatoire Cegos

22 octobre 2009 Climat social dans les entreprises françaises en 2009. Résultats de l enquête de l Observatoire Cegos 22 octobre 2009 Climat social dans les entreprises françaises en 2009 Résultats de l enquête de l Observatoire Cegos Méthodologie 2 Enquête menée entre le 7 et le 18 septembre 2009 auprès : D un échantillon

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs

Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs 1. Introduction 2. Concepts de la gestion

Plus en détail

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc.

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 1. Gestion opérationnelles des RH 2. Audits GHR 3. Recrutement et dotation 4. Évaluation psychométrique 5. Consolidation et coaching 6. Transition de carrière 1. COMMENT

Plus en détail

Engager une action de prévention des RPS

Engager une action de prévention des RPS Que sont les RPS (Risques Psycho Sociaux)? Les risques psycho sociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress», qui n est en fait qu une manifestation de ce risque en entreprise. Ils

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Le rôle d un tableau de bord

Le rôle d un tableau de bord CHAPITRE 1 Le rôle d un tableau de bord Introduction «Trop d informations tue l information.» Proverbe japonais Sur le plan théorique, un tableau de bord est un outil de reporting regroupant différents

Plus en détail

Dossier 6 : Manager la performance dans l organisation. Management des organisations et stratégies

Dossier 6 : Manager la performance dans l organisation. Management des organisations et stratégies Ce dossier pourrait se situer en conclusion des différents thèmes de ce cours. En effet, on peut considérer que la performance est le résultat d une bonne pratique du management sous toutes ses déclinaisons.

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

dans le présent contexte que l activité physique et la nutrition.

dans le présent contexte que l activité physique et la nutrition. Contrat de santé sous forme de calendrier : un outil pour les professionnels de la santé Fiche No 48 pour intervenir avec les personnes âgées Haber D., and Looney C. (2000) Health Contract Calendars: A

Plus en détail

Quelles pratiques managériales innovantes pour accroître l engagement des salariés et améliorer ainsi la performance de l entreprise?

Quelles pratiques managériales innovantes pour accroître l engagement des salariés et améliorer ainsi la performance de l entreprise? Quelles pratiques managériales innovantes pour accroître l engagement des salariés et améliorer ainsi la performance de l entreprise? Sous la direction de Jean-Marie Peretti Mars 2014 Un thème d actualité

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France Résultats Le jeu vidéo est, à travers le monde, la première industrie culturelle devant les secteurs du cinéma et de la musique.

Plus en détail

GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES

GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES Françoise KERLAN GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES Préface de Jean-Louis Muller Directeur à la CEGOS Ancien responsable de Formation à l Université Paris 9 Dauphine Deuxième

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

Nathalie COMMEIRAS Professeur des Universités en Sciences de Gestion, spécialisée en Gestion des Ressources Humaines

Nathalie COMMEIRAS Professeur des Universités en Sciences de Gestion, spécialisée en Gestion des Ressources Humaines Nathalie COMMEIRAS Professeur des Universités en Sciences de Gestion, spécialisée en Gestion des Ressources Humaines à l Université Pierre Mendès France/Université de Grenoble 2 Chercheur au CERAG-UMR

Plus en détail

PLAN DE COURS MBA-8418A-19. Gestion des ressources humaines

PLAN DE COURS MBA-8418A-19. Gestion des ressources humaines Département d organisation et ressources humaines École des sciences de la gestion Université du Québec à Montréal «Créer de la valeur exige audace et engagement» PLAN DE COURS MBA-8418A-19 Gestion des

Plus en détail

La confiance joue un rôle prépondérant en économie ; c est un fait avéré et il n est point nécessaire de produire un recensement exhaustif pour s en convaincre. Une seule référence peut suffire : celle

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Collecte de données. Laurent Dorey

Collecte de données. Laurent Dorey Laurent Dorey Mercredi 16 Décembre 2014 Programme : Recensement & Echantillonnage Étapes pour sélectionner un échantillon La population observée La base de sondage Les unités d enquête La taille de l échantillon

Plus en détail

OPÉRATEUR EN STRATÉGIE D ENTREPRISE

OPÉRATEUR EN STRATÉGIE D ENTREPRISE OPÉRATEUR EN STRATÉGIE D ENTREPRISE convictions et engagements GRADIAN A ÉTÉ CRÉÉE EN 1978, EN FRANCE ET EN SUISSE, PAR UNE ÉQUIPE D INGÉNIEURS AYANT ACQUIS UNE SOLIDE EXPÉRIENCE, PARTAGEANT UNE FORTE

Plus en détail

TECHNIQUES D ENQUETE

TECHNIQUES D ENQUETE TECHNIQUES D ENQUETE Le Système d Information Marketing L étude de marché Les différentes sources d informations Méthodologie d enquête BENSGHIR AFAF ESTO 1 Plan d'apprentissage du cours " Méthodologie

Plus en détail

RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions

RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions C. Benoist, Chef du personnel FAI D. Pouchard, Chargé de Mission Afpa Transitions Les étapes de la mise en œuvre de la

Plus en détail

GUIDE POUR L ENTRETIEN

GUIDE POUR L ENTRETIEN GUIDE POUR L ENTRETIEN PROFESSIONNEL 1 Ce guide s inscrit dans le cadre du décret du 17 septembre 2007 : il vise à faciliter la réalisation de l entretien professionnel, à la fois pour les agents et pour

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Enseignement de la langue des signes française en milieu scolaire de l Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis

Plus en détail

Apprendre à combattre un incendie coûte toujours très cher avant le sinistre..!

Apprendre à combattre un incendie coûte toujours très cher avant le sinistre..! 1 veille sociale. 1 jour Dir 1 2 gestion de la crise sociale 2 jours 3 négociation sociale 3 jours Pourquoi une telle offre? Quoi? «Il n y a de richesse que d homme» Apprendre à combattre un incendie coûte

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur?

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur? L 1. Qu est ce que l? Un est celui qui observe son environnement, identifie les opportunités qui se présentent eu plan économique ou social, réunit les moyens nécessaires, met en œuvre l activité et en

Plus en détail

L ORGANISATION COMMERCIALE

L ORGANISATION COMMERCIALE L ORGANISATION COMMERCIALE I. Les structures commerciales L équipe commerciale est définie, au sens large du terme, comme l ensemble des acteurs intervenant dans le processus de vente. Organiser l équipe

Plus en détail

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger!

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Programme de formation Méthode pédagogique Le parcours «Chef d entreprise, votre métier c est diriger!» se compose de 18 journées de formation collective

Plus en détail

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Consultant-Formateur Elu local Une question bien embarrassante! Parce qu elle renvoie à la capacité d une organisation

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion d'actifs financiers back et middle offices de l Université Paris Ouest Nanterre La Défense Vague D 2014-2018

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

C- Évaluation des performances RH I/ Raison d être et nature de l évaluation

C- Évaluation des performances RH I/ Raison d être et nature de l évaluation C- Évaluation des performances RH I/ Raison d être et nature de l évaluation A- Raison d être Connaître et préparer une relève adéquate ; Mesurer la contribution de chaque employé à l organisation Pouvoir

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

Mis à jour : Décembre 2007. Catherine VOYNNET FOURBOUL. La confiance

Mis à jour : Décembre 2007. Catherine VOYNNET FOURBOUL. La confiance Mis à jour : Catherine VOYNNET FOURBOUL Décembre 2007 La confiance Bibliographie Ouvrages : A. Duluc(2000),Leadership et confiance, édition DUNOD Revue : Lewicki R. J. et Bunker B. B. (1995), Trust in

Plus en détail

L emploi atypique n est pas forcément synonyme de mal-être accru au travail. L exemple du type de contrat de travail en France

L emploi atypique n est pas forcément synonyme de mal-être accru au travail. L exemple du type de contrat de travail en France L emploi atypique n est pas forcément synonyme de mal-être accru au travail. L exemple du type de contrat de travail en France Baggio, S. & Sutter, PE. Résumé de la communication orale présentée au colloque

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

Qu est-ce que le management de transition?

Qu est-ce que le management de transition? Qu est-ce que le management de transition? Selon : Grégoire Cabri-Wiltzer, Président de NIM Europe Président de la Fédération nationale du management de transition (FNMT) Pour faire simple : une entreprise

Plus en détail

Les carrières dans un contexte global- par Jean Luc Cerdin

Les carrières dans un contexte global- par Jean Luc Cerdin Master professionnelle Ressources Humaines et Communication Faculté des sciences économiques, des sciences de gestion et des sciences commerciales Les carrières dans un contexte global- par Jean Luc Cerdin

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

Stage RésoLP 2012. Isabelle LYONNET LP L.LABE -Lyon

Stage RésoLP 2012. Isabelle LYONNET LP L.LABE -Lyon Stage RésoLP 2012 Isabelle LYONNET LP L.LABE -Lyon Celui qui acquiert les compétences définies par le programme à chaque niveau du cursus et dans chaque APSA :la «C.A.» avec son versant «moteur» et son

Plus en détail

RELATIONS AGENTS-APPRENANTAPPRENANT. Processus: Modeling, renforcement, interaction sociale.. Agents: Parents, pairs, école, médias

RELATIONS AGENTS-APPRENANTAPPRENANT. Processus: Modeling, renforcement, interaction sociale.. Agents: Parents, pairs, école, médias Université de Lyon II Janvier 2014 Choix de la méthode de recherche: Aspects pratiques Marie J. Lachance Professeure titulaire Sciences de la consommation Université Laval, Québec Question et problématique

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie. - Bachelor -

Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie. - Bachelor - Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie - Bachelor - Lausanne, Février 2011 Au cours de l année 2010, l Institut de Psychologie de la Faculté des sciences sociales et politiques

Plus en détail

Préface. de Xavier QUÉRAT-HÉMENT

Préface. de Xavier QUÉRAT-HÉMENT Préface de Xavier QUÉRAT-HÉMENT La réussite de toute entreprise, comme le savent les opérationnels au contact de clients de plus en plus exigeants et soumis à une règlementation qui s étoffe régulièrement,

Plus en détail

SOLUTIONS RESSOURCES HUMAINES SUD

SOLUTIONS RESSOURCES HUMAINES SUD «Impacts de la pratique de la reconnaissance au travail sur la santé des salariés» Jean-Marie GOBBI La reconnaissance, une préoccupation actuelle Le contexte social Montée de l individualisme Effritement

Plus en détail

ASPECTS HUMAINS DE LA CREATION D ENTREPRISE. En quoi le capital humain est un facteur déterminant de la création et de la maturation des entreprises?

ASPECTS HUMAINS DE LA CREATION D ENTREPRISE. En quoi le capital humain est un facteur déterminant de la création et de la maturation des entreprises? ASPECTS HUMAINS DE LA CREATION D ENTREPRISE En quoi le capital humain est un facteur déterminant de la création et de la maturation des entreprises? INTRODUCTION Organisation et gestion du capital humain

Plus en détail

Introduction 1. Bibliographie 317 Remerciements 323 Index 325. 2011 Pearson Education France Investisseurs de légende Glen Arnold

Introduction 1. Bibliographie 317 Remerciements 323 Index 325. 2011 Pearson Education France Investisseurs de légende Glen Arnold S o m m a i r e Introduction 1 1. Benjamin Graham 7 2. Philip Fisher 53 3. Warren Buffett et Charles Munger 81 4. John Templeton 133 5. George Soros 169 6. Peter Lynch 221 7. John Neff 255 8. Anthony Bolton

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques

é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques Evaluation des des élèves en CM2 Constats et perspectives pédagogiques pour les écoles de l Hérault

Plus en détail

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS REGARDS CROISÉS DES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE Administrateurs Présidents de conseil d administration/surveillance

Plus en détail

Collection Manuels EO/FP dirigée par Armand Dayan. Ingénieur chimiste (ESCIL) FORCE DE VENTE DIRECTION ORGANISATION GESTION

Collection Manuels EO/FP dirigée par Armand Dayan. Ingénieur chimiste (ESCIL) FORCE DE VENTE DIRECTION ORGANISATION GESTION Collection Manuels EO/FP dirigée par Armand Dayan Alfred ZEYL Ingénieur chimiste (ESCIL) MBA Northwestern University Docteur en Gestion Professeur Émérite à l ESC Dijon-Bourgogne Consultant. Armand DAYAN

Plus en détail

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace!

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! 5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! Edition 2010 Des formations -s & -s Nouveauté rentrée 2010 : Réduction de l offre : Le socle + 4 déclinaisons spécifiques www.management-progression.fr

Plus en détail

1. Les augmentations du salaire de qualification

1. Les augmentations du salaire de qualification LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES Les augmentations du salairre de INTRODUCTION Les augmentations du salaire de base facilitent la maîtrise de la masse salariale et stimulent la motivation et la rétention

Plus en détail

La transformation du travail au quotidien suite à l implantation d un nouveau logiciel de gestion

La transformation du travail au quotidien suite à l implantation d un nouveau logiciel de gestion La transformation du travail au quotidien suite à l implantation d un nouveau logiciel de gestion Pierre-Sébastien Fournier Sylvie Montreuil Maude Villeneuve Jean-Pierre Brun Un facteur de risque Intensification

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

La gestion de la performance. au cœur de la réussite. Présentation générale

La gestion de la performance. au cœur de la réussite. Présentation générale La gestion de la performance au cœur de la réussite. Présentation générale La gestion de la performance au cœur de la réussite. Au sein de Watson, nous savons que la réussite mondiale de notre entreprise

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail