ENQUETE SUR LA SITUATION DES GRANDES VILLES ET AGGLOMERATIONS EN MATIERE D ASSURANCES DOMMAGES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ENQUETE SUR LA SITUATION DES GRANDES VILLES ET AGGLOMERATIONS EN MATIERE D ASSURANCES DOMMAGES"

Transcription

1 ENQUETE SUR LA SITUATION DES GRANDES VILLES ET AGGLOMERATIONS EN MATIERE D ASSURANCES DOMMAGES N 202 AOUT 2003

2 SOMMAIRE 1. PRESENTATION p.3 2. SYNTHESE DE L ENQUETE p.4 3. LES REPONSES DES VILLES ET AGGLOMERATIONS p.6 4. LISTE DES VILLES ET GROUPEMENTS AYANT REPONDU A L ENQUETE p QUESTIONNAIRE p.13 2

3 1. PRESENTATION La présente enquête a été engagée à la demande de membres de l Association des Maires de Grandes Villes de France. L année 2002 aura en effet été parfois marquée par de fortes hausses de tarifs pour les villes et les agglomérations en matière d assurance dommages au biens. Afin de recueillir des éléments d informations et de comparaisons sur les situations rencontrées par les membres de l Association, un questionnaire leur a été envoyé. Les réponses ont permis de mieu cerner la réalité de ces phénomènes. Quarante sept membres (47) de l Association ont répondu, sur un effectif de quatre vingt quatre villes et groupements intercommunau, ce qui représente un tau de réponse de 56%. Au delà des difficultés classiques et habituelles à voir leurs contrats d assurance dommages reconduits avec une augmentation raisonnable, les villes et agglomérations ont été touchées par des phénomènes nouveau : - Quand les contrats ont été reconduits, les augmentations de tarifs ont parfois été vertigineuses (jusqu à + 981%). - 25% des villes qui ont rencontré des problèmes, ont connu, en plus de la résiliation de leurs contrats, des procédures d appel d offres infructueuses, c est à dire sans réponses ou avec des offres jugées inacceptables. Ces difficultés rencontrées par les villes et les EPCI peuvent avoir plusieurs origines. Dans certains cas, l augmentation des tarifs a été la suite logique de la mise en place par les assureurs de la prime GAREAT 1 (garantie des attentats terroristes) : l attentat du 11 septembre 2001 à New York a eu des répercussions importantes et rapides sur les offres des compagnies d assurances. Les tempêtes de l hiver 1999, les inondations de l hiver 1999 ou de 2001 sont autant d évènements qui ont coûté très cher au assureurs et qui rendaient l augmentation des primes ou la baisse des garanties inéluctables. Cependant, si les collectivités ont été confrontées à des difficultés importantes, peu d entre elles semblent décidées à se passer des services des assureurs et seraient prêtes, pour ce qui concerne les dommages au biens, à s auto- assurer. 1 La loi du 9 septembre 1986 fait obligation au assureurs français d'associer la garantie attentat à la garantie incendie. Or depuis les évènements du 11 septembre 2001 les réassureurs internationau ne garantissent plus le risque attentat. Les compagnies d'assurances françaises se sont ainsi trouvées dans l'obligation fin 2001 de mettre en place en collaboration avec les pouvoirs publics un dispositif spécifique le GAREAT (Garantie des Attentats Terroristes). Le GAREAT a pour fonction de prendre en charge, avec la garantie de l'etat, le risque attentat au-delà de 1,5 milliard d'euros par an. 3

4 2. SYNTHESE DE L ENQUETE Quarante sept villes et agglomérations (47) sur les 84 membres de l Association ont répondu à l enquête, ce qui représente un tau de réponse de 56%. Vingt communes ou groupements de communes sont confrontées actuellement, ou l ont été récemment, à des problèmes relatifs à l assurance dommages de leurs biens, ce qui représente 42.5% des réponses. A quoi cette situation est-elle due? Quatre des collectivités qui ont ou ont eu des problèmes d assurance dommages ne répondent pas au questionnaire dans son ensemble, soit 20% des collectivités confrontés à un problème ou 8.5% de l ensemble des réponses. Le contrat a pu être résilié par l assureur dans deu situations différentes : - Au terme du contrat : cela concerne 30% des collectivités confrontées à des problèmes d assurance dommages (13% des villes et EPCI ayant répondu à l enquête) - A la suite d un sinistre, ce qui est le cas dans 15% des situations (6.5% sur l ensemble des réponses) Sept villes et agglomérations, soit 35% des collectivités qui y sont confrontées ne donnent pas l origine de leurs problèmes d assurance dommages, (et 15% du total des réponses à l enquête). A côté de cette résiliation de contrat par l assureur, un autre problème peut se poser : le fait que l appel d offre pour le marché se révèle infructueu : cela est le cas pour 25% des collectivités qui ont vu leur contrat résilié (soit 11% de l ensemble des réponses) Le point le plus préoccupant et le plus répandu concerne l eplosion des tarifs proposés par les compagnies d assurance au villes et groupement. Que ce soit en cas d échéance normale du contrat ou suite à la rupture du contrat par l assureur précédent. Quatorze villes et EPCI, soit 70% de l échantillon (30% du total des réponses à l enquête), considèrent que ce sont des propositions de tarifs à des niveau très élevés qui sont à l origine de leurs problèmes d assurance dommages. Si ce sont les propositions de nouveau tarifs jugées inacceptables qui ont entraîné cette situation de blocage, quelle était la différence entre anciens et nouveau tarifs? L évolution des tarifs sur les 16 réponses qui ont été faites à cette question est intéressante à observer : les hausses de tarifs oscillent entre +15% à Toulouse, 16.3% pour la CU de Dunkerque et +641% à Orléans et +981 % à Perpignan, ce qui représente une amplitude tout à fait considérable. Si des 16 hausses dénombrées sont inférieures ou égales à +21%, contre di hausses qui se situent entre +37.8% et +981% : de telles augmentation n ont pas de sens : les conditions et garanties des contrats ont changé (franchises, LCI,etc) 4

5 L évolution des tarifs d assurance dommages dans les propositions de souscription de nouveau contrats ou de renouvellement des contrats eistants Caen % San de Cergy % Clermont-Ferrand % pour 2002 (+26.9% pour 2003) CU de Dunkerque +16.3% Le Havre + 145% avant négociation % après négociation Lille % Nantes % CU de Nantes + 220% Orléans + 641% Pau - Perpignan + 981% Reims +20% Rennes + 21% Saint- Etienne % en cours de négociation Toulouse +15% Tourcoing - Les villes et agglomérations envisageraient-elles, face à des situations de blocage, de devenir leur propre assureur en assurances dommages? Sur 15 villes et agglomérations qui répondent à cette interrogation, les deu tiers des collectivités n envisagent pas de devenir leur propre assureur pour ce qui concerne l assurance dommages de leurs biens. Un tiers des villes se déclare par contre prêt à se diriger vers cette solution d assurer elles-mêmes leurs biens contre les dommages. Sur les villes et EPCI qui penchent en faveur de cette éventualité de «s auto- assurer», 80% le feraient en partie pour leur biens, contre 20% (une réponse) prête à assurer en totalité ses biens en matière d assurance dommages. 5

6 3. L ENQUETE 1. Les collectivités confrontées actuellement à des problèmes relatifs à l assurance dommages de ses biens Villes ou EPCI rencontrant (ou ayant rencontré récemment) des problèmes : vingt sur quarante sept, soit 42.5% des réponses Ville ou EPCI Ai-en-Provence (CA) Angers Angers (CA) Argenteuil Avignon Bordeau (CU) Brest Brest (CU) Caen Caen (CA) Cergy (SAN) Cherbourg (CU) Clermont- Ferrand Creusot (CU) Dijon (CA) Dunkerque Dunkerque (CU) Haut Val de Marne Le Havre Le Mans Lille Lille (CU) Limoges Lorient (CA) Lyon (CU) Montpellier Montpellier (CA) Montreuil Mulhouse Nancy Nancy (CU) Nantes Nantes (CU) Nîmes Orléans Pau Pau (CA) Perpignan Reims Rennes Saint- Etienne Sénart (SAN) Strasbourg (CU) Toulouse Tourcoing Tours Versailles Problèmes d assurance dommages non 6

7 1. Si votre collectivité est confrontée actuellement à des problèmes relatifs à l assurance dommage de ses biens, à quoi est due cette situation? Origine(s) des difficultés rencontrées Bordeau (CU) Résiliation du contrat par l assureur à l échéance du contrat à la suite d un sinistre Appels d offres infructueu pour le renouvellement de contrats Propositions de nouveau tarifs jugées inacceptables par votre collectivité Autres raisons Du fait d une LCI réduite par rapport à la valeur de certains immeubles communautaires Caen? Caen (CA)? Transferts d équipements de la ville à la Com. d agglomération Cergy (SAN) Clermont- Ferrand Dunkerque (CU) Ces tarifs on été acceptés à compter du 01/01/2003 pour éviter au SAN de retrouver sans assurance Augmentation de 12.8% de la prime avec un tau de sinistralité relativement bon «justifiés» notamment par la sinistralité importante (en 2001, 4 fois plus d indemnités versées par l assureur que de primes perçues tempête) Le Havre Lille A des difficultés de placement de la co-assurance compte tenu de la LCI fiée à Lyon (CU) Echéance du contrat en juillet 2002 : un marché négocié (urgence impérieuse) a permis de placer le risque à 100% auprès de 2 compagnies : l une pour les risques simples et l autre pour les risques industriels Nancy 1 seule réponse positive 2 co-assureurs (pour 10% et 20%) Nantes La ville a été confrontée à un problème : à l échéance annuelle sous réserve de l acceptation d une hausse tarifaire Nantes (CU)? Orléans 7

8 Origine(s) des difficultés rencontrées Résiliation du contrat par l assureur à l échéance du contrat à la suite d un sinistre Appels d offres infructueu pour le renouvellement de contrats Propositions de nouveau tarifs jugées inacceptables par votre collectivité Autres raisons Pau? Outre l augmentation des tarifs, la ville a déploré des difficultés pour le remboursement de certains sinistres Perpignan Reims? Rennes? Saint- Etienne? Les propositions de nouveau tarifs ayant été annoncées par téléphone par le courtier Toulouse?? (réponse illisible) Tourcoing à l échéance du contrat, à titre conservatoire Mais les négociations ont abouti à la signature d un avenant (augmentation de prime et franchises élargies) LCI : limitation contractuelle d indemnités : limitation contractuellement convenue entre l assureur et l assuré de l indemnité due par l assureur à l assuré en cas de survenance d un sinistre garanti. La LCI fonctionne sur le principe d une franchise, mais sur un schéma inversé : alors que la franchise constitue par le bas le montant à partir duquel joue la garantie, la LCI constitue par le haut le montant jusqu'auquel la garantie joue. 8

9 2. Si ce sont les propositions de nouveau tarifs jugées inacceptables qui vous ont entraîné cette situation de blocage, quelle était la différence entre anciens et nouveau tarifs? Montant en par m_ de biens couverts Montant en FF par m_ de biens couverts Ancien tarif Nouveau tarif Ancien tarif Nouveau tarif CU de Bordeau Le nouveau tarif ne peut être comparé avec l ancien compte tenu de la nouvelle LCI moins importante Caen 0,26 0,579 1,705 3,79 San de Cergy 0,308 0,369 2,02 2,42 Clermont-Ferrand 0,26 0,31 (0,33 pour 1,705 2,03 (2,16) 2003) CU de Dunkerque 0,86 1 5,64 6,56 Le Havre 0,51 1,25 avant négociations 3,34 8,20 4,60 0,702 après Lille * Nantes 0,1073 0,1389 0,70 0,91 CU de Nantes 0,15 0,48 0,98 3,15 Orléans 0,22 1,63 1,44 10,69 Pau 0,35632 en 2002 connu à ce 2,33 jour Perpignan 0,21 2,27 1,37 14,89 Reims Augmentation de 20% de la prime forfaitaire (contrat en capitau) Rennes 0,482 0,583 3,18 3,82 Saint- Etienne 0,842 1,16** 5,52 7,60 Toulouse 0,64 0,736 4,19 4,82 Tourcoing Caen : franchise : en , en ; - CU de Dunkerque : pour environ m_, contrat sans franchise + «valeur à neuf» + couverture en cas de défaut d assurance d un immeuble ; - * Lille, pour l ensemble des biens ; - Nantes : pour une franchise de et une LCI de CU de Nantes : 0,48 avec une franchise de ou 1,13 sans franchise (ancien tarif : 0,15 avec franchise de ou 0,34 sans franchise) -Perpignan : ancien tarif avec franchise de 763 (pour m_) ; nouveau tarif avec franchise de à (pour m_) - **Saint- Etienne : en cours de négociation - Toulouse : +15% = correspond à la majoration GAREAT 9

10 3. Envisagez vous, face à de telles situations, que votre collectivité soit son propre assureur en assurances dommages? si oui, pour la totalité de la couverture dommages à ses biens ou pour une partie seulement et dans ce cas selon quel dispositif? Envisagez vous que votre collectivité soit son propre assureur en assurances dommages? non oui En totalité Si oui, en totalité ou en partie, et selon quel dispositif? Quelle surface resterait confiée à un assureur? En partie Caen San de Cergy? Clermont-Ferrand CU de Dunkerque Contrat initial sans franchise : mise en place de ; pas d assurance pour certains immeubles (voués à démolition), en conséquence, maintien de l ancien tarif Le Havre Lille Partiellement : aujourd hui seuls 70% d assurés sur une LCI de 76 millions Nantes* CU de Nantes Orléans Pau Perpignan La ville entend assurer quelques gros bâtiments sur la base de contrats annuels et sous la barre de , un point sera fait courant 2003 pour voir l évolution de la conjoncture du marché Reims Mise en place de franchises importantes (à déterminer)** Rennes Saint- Etienne Toulouse Tourcoing Surface confiée à un assureur 90% 70% Calcul non encore effectué * Nantes : mais la ville est déjà son propre assureur pour les sinistres inférieurs au montant de la franchise ** Reims : le choi d assurer certains biens et d être son propre assureur sur d autres ne semble pas idéal sur un gros patrimoine (l aléa ne choisit pas les bâtiments à toucher). L application de fortes franchises permet par contre de réduire la sinistralité répétitive. 10

11 4. Observations complémentaires (etraits) Communauté urbaine de Bordeau «Le nouveau tarif ne peut être comparé avec l ancien compte tenu de la nouvelle LCI moins importante. Par ailleurs, la Communauté urbaine va lancer un 2 ème appel d offre pour contracter une 2 ème ligne de garantie.» Caen «Le contrat d assurances dommages de la ville a été résilié en 2001 par son ancien assureur qui avait décidé de se retirer du marché de l assurance des collectivités locales. La ville a par conséquent engagé une procédure de mise en concurrence durant le deuième semestre 2001 afin de trouver un nouvel assureur. Elle s est heurtée pour ce faire a de très grosses difficultés suite au attentats du 11 septembre Elle a du donc se résigner à subir un doublement du montant de la prime versée au titre de ce contrat et ce, assortie de garanties moindres : montant de la franchise passé de 457 à 1500, impossibilité d obtenir des montants de LCI à hauteur de ce qui avait été demandé dan le dossier de consultation. Il est à noter que la compagnie avait majoré de 5% le tau de prime applicable au contrat à compter du 1 er janvier La ville avait accepté cette majoration afin d éviter une remise en concurrence du contrat dans un contete défavorable (les tempêtes de fin 1999 avaient en effet été à l origine de hausses tarifaires dès l année 2000). La situation de l assurance dommage au biens de la ville est donc assez tendue et ce d autant plus que la ville a subi en 2002 un sinistre important pesant négativement sur sa sinistralité.» Communauté d agglomération du Grand Caen «Un certain nombre d équipements sportifs et culturels ont été transférés à l EPCI au 1 er janvier 2003 ; les contrats d assurance ont été transférés à ce titre. La communauté d agglomération va lancer un appel d offres en 2003 pour une prise d effet au 1 er janvier 2004 pour la totalité des contrats d assurance don l assurance dommage au biens.» SAN de Cergy «Les problèmes rencontrés sont cycliques. Le fait que nous soyons en bas d un cycle ne signifie pas qu il faille renoncer à l assurance. A cet égard, il ne semble pas que la couverture partielle soit la meilleure solution. Il paraît préférable d investir dans la prévention et d informer les assureurs des dispositions prises. L auto- assurance n est recommandée que si la collectivité adopte le même professionnalisme qu un assureur (chiffrage des réparations, désignation d un epert si nécessaire, rapport sur les dommages et les responsabilités, recherche des documents et renseignements nécessaires, eercice éventuel d un recours contre une société à l origine du sinistre, obligation de réparation avec gestion du budget correspondant) et que l auto- assurance s inscrit dans une culture de gestion de risques avec la tenue de statistiques fiables. Cela permettra, le cas échéant, de transférer à l avenir la totalité de la couverture dommage au biens à l assureur dans l hypothèse ou les tarifs proposés redeviendraient attractifs. L auto- assurance ne doit pas être une facilité pour se dispenser de respecter les obligations contractuelles des assurés envers les assureurs, ces obligations devant rester inchangées pour les services de la collectivité envers le service chargé de gérer l auto- assurance, a priori le service assurances.» 11

12 4. LISTE DES VILLES ET GROUPEMENTS AYANT REPONDU A L ENQUETE Communauté d Agglomération du Pays d Ai-en-Provence Angers Communauté d Agglomération d Angers Argenteuil Avignon Communauté Urbaine de Bordeau Brest Communauté Urbaine de Brest Caen Communauté d Agglomération du Grand Caen SAN de Cergy Communauté Urbaine de Cherbourg Clermont- Ferrand Communauté Urbaine du Creusot Communauté d Agglomération de Dijon Dunkerque Communauté Urbaine de Dunkerque Communauté d Agglomération du Haut Val de Marne Le Havre Le Mans Lille Communauté Urbaine de Lille Limoges Communauté d Agglomération de Lorient Communauté Urbaine de Lyon Montpellier Communauté d Agglomération de Montpellier Montreuil Mulhouse Nancy Communauté Urbaine de Nancy Nantes Communauté Urbaine de Nantes Nîmes Orléans Pau Communauté d Agglomération de Pau Perpignan Reims Rennes Saint- Etienne SAN de Sénart Communauté Urbaine de Strasbourg Toulouse Tourcoing Tours Versailles 12

13 5. QUESTIONNAIRE ENQUETE SUR LA SITUATION DES GRANDES VILLES ET AGGLOMERATIONS EN MATIERE D ASSURANCES DOMMAGES A la suite de la demande de plusieurs de ses membres, l Association a décidé d engager une enquête sur la situation actuelle des grandes villes et agglomérations en matière d assurances dommages couvrant leurs biens. Collectivité : Nom et coordonnées de la personne répondant à cette enquête : Votre collectivité est-elle confrontée actuellement à des problèmes relatifs à l assurance dommages de ses biens? 2. Si oui, cette situation est-elle due (plusieurs réponses simultanées sont possibles) : à la résiliation du contrat par l assureur : à l échéance du contrat? à la suite d un sinistre? à des appels d offres infructueu pour le renouvellement de contrats? à des propositions de nouveau tarifs jugées inacceptables par votre collectivité? 13

14 Si la réponse est oui à cette dernière question, pouvez-vous nous préciser le ratio suivant : montant (en euros) par m_ de biens couverts : - dans l ancien tarif :... - dans le nouveau tarif proposé : Envisagez-vous, face à de telles situations, que votre collectivité soit son propre assureur en assurances dommages? oui non Si oui, pour la totalité de la couverture dommages à ses biens? pour une partie seulement? dans ce dernier cas, merci de nous préciser selon quel dispositif : et selon quelle répartition de la surface totale des biens : - surface qui resterait confiée à un assureur :... - surface pour laquelle la collectivité serait son propre assureur : Observations particulières sur ces questions :

Les services publics locaux

Les services publics locaux Les services publics locaux mars 2004 AVANT-PROPOS Le présent fascicule est la synthèse de l enquête sur la gestion des services publics locaux lancée par l Association des Maires de Grandes Villes de

Plus en détail

Bilan de l enquête sur la téléphonie fixe Maires de Grandes Villes/Journal Le Monde ETUDE n 205 Septembre 2004

Bilan de l enquête sur la téléphonie fixe Maires de Grandes Villes/Journal Le Monde ETUDE n 205 Septembre 2004 Bilan de l enquête sur la téléphonie fixe Maires de Grandes Villes/Journal Le Monde ETUDE n 205 Septembre 2004 Association des Maires de Grandes Villes de France Tous droits réservés Septembre 2004 1 Au

Plus en détail

S8 Enquestes de mobilitat com a eina per a l anàlisi i la planificació.

S8 Enquestes de mobilitat com a eina per a l anàlisi i la planificació. S8 Enquestes de mobilitat com a eina per a l anàlisi i la planificació. Sabadell, del 5 al 6 de juliol de 2007 Observatori de la mobilitat. El cas de França. Marie-Odile Gascon, Observation de la mobilité,

Plus en détail

ETUDES DANS LES 50 PLUS GRANDES VILLES DE FRANCE

ETUDES DANS LES 50 PLUS GRANDES VILLES DE FRANCE FÉVRIER 2014 Parité Diversité & Maires & adjoint.e.s ETUDES DANS LES 50 PLUS GRANDES VILLES DE FRANCE AVANT PROPOS À l occasion des élections municipales de mars, République & Diversité et le CRAN ont

Plus en détail

LE TOP 50 DES VILLES OÙ INVESTIR

LE TOP 50 DES VILLES OÙ INVESTIR LE TOP 50 DES VILLES OÙ INVESTIR 18 novembre 2015 Méthodologie Préambule L objectif de cette étude est d analyser les 50 premières communes les plus peuplées de France métropolitaine et de les classer

Plus en détail

observatoire des emplois d avenir

observatoire des emplois d avenir observatoire des emplois d avenir 4 ème vague Emplois d avenir et zones urbaines sensibles (ZUS) L Association des Maires de Grandes Villes de France a activement participé à la montée en puissance des

Plus en détail

Liste des organisations sportives universitaires

Liste des organisations sportives universitaires LISTE DES ORGANISATIONS SPORTIVES UNIVERSITAIRES SIUAPS, SUAPS, DAPSE Classement des universités par académie ACADEMIE D AIX-MARSEILLE - Avignon : http://www.univ-avignon.fr/fr/presentation/organisation/servicescommuns/strservcom/structure/suaps.html

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Arrêté du 23 décembre 2013 modifiant l arrêté du 18 avril 2011 portant liste et classification en deux catégories des emplois de greffier

Plus en détail

L enquête ménages déplacements, méthode standard CERTU

L enquête ménages déplacements, méthode standard CERTU L enquête ménages déplacements, méthode standard CERTU 1.Présentation générale L objet des enquêtes ménages déplacements (EMD) est de recueillir les pratiques de déplacements d une population urbaine.

Plus en détail

Migrations d étudiants, pôles d enseignement supérieur et bassins de recrutement

Migrations d étudiants, pôles d enseignement supérieur et bassins de recrutement Migrations d étudiants, pôles d enseignement supérieur et bassins de recrutement Un déficit important dû pour une large part aux migrations des familles Entre et, la Champagne-Ardenne a perdu beaucoup

Plus en détail

Les dispenses. Liste complète par diplôme obtenu après la réforme LMD

Les dispenses. Liste complète par diplôme obtenu après la réforme LMD Les dispenses d épreuves du DSCG Liste complète par diplôme obtenu après la réforme LMD Type Date limite d obtention CAPET D2 Techniques s CAPET Economie et gestion option A Economie et gestion administrative

Plus en détail

Cliquez pour modifier le style du titre du masque Une rupture dans l évolution de. Les enseignements des. dernières EMD

Cliquez pour modifier le style du titre du masque Une rupture dans l évolution de. Les enseignements des. dernières EMD Cliquez pour modifier le style du titre du masque Une rupture dans l évolution de Cliquez la pour mobilité modifier urbaine les styles du? texte du masque Les enseignements des Deuxième niveau dernières

Plus en détail

Les établissements d enseignement supérieur artistique et culturel

Les établissements d enseignement supérieur artistique et culturel STATISTIQUES Les Notes Les établissements d enseignement supérieur artistique et culturel dépendant du Ministère de la culture et de la communication Effectifs et diplômes Année scolaire 2002-2003 Ministère

Plus en détail

Détective privé. contentieux commercial, Pau risques industriels, droit pénal des affaires Rueil-Malmaison

Détective privé. contentieux commercial, Pau risques industriels, droit pénal des affaires Rueil-Malmaison Paris Comment trouver un détective privé? Nous vous mettrons en relations avec des professionnels et des agences de détectives privés. judicialis.com contact@alain-stevens.com - Tél +33(0)6 12 55 19 80

Plus en détail

lille 16/06 17/06 session 8 toulouse 11/06 12/06 session 63 pau 18/06 19/06 session 32

lille 16/06 17/06 session 8 toulouse 11/06 12/06 session 63 pau 18/06 19/06 session 32 Juin 2015 Atelier cas cliniques le patient diabétique, le patient sous anticoagulants ORLEANS 09/06 10/06 session 12 REIMS 09/06 10/06 session 13 PERPIGNAN 16/06 17/06 session 14 Soins infirmiers et différence

Plus en détail

Comment trouver un détective privé en Suisse, en France? Nous vous mettrons en relations avec des professionnels et des agences de détectives privés. judicialis.com contact@alain-stevens.com - Tél +33(0)6

Plus en détail

QUELQUES CONSTATS STATISTIQUES SUR NOTRE IMPLANTATION TERRITORIALE JEAN-MARC PETIT

QUELQUES CONSTATS STATISTIQUES SUR NOTRE IMPLANTATION TERRITORIALE JEAN-MARC PETIT QUELQUES CONSTATS STATISTIQUES SUR NOTRE IMPLANTATION TERRITORIALE JEAN-MARC PETIT Densité d implantation des divisions NBRE DE DIVISIONS Aca Paris Aca Lyon Aca Versailles Aca Nantes Aca Lille Aca Rennes

Plus en détail

SOMMAIRE 2 INTRODUCTION. Contexte & objectifs Méthodologie MODULE GÉOMARKETING. Géographie couverte Les thèmes abordés Analyse & restitution

SOMMAIRE 2 INTRODUCTION. Contexte & objectifs Méthodologie MODULE GÉOMARKETING. Géographie couverte Les thèmes abordés Analyse & restitution ÉTUDE PROXIMITÉ SOMMAIRE 2 INTRODUCTION 3 Contexte & objectifs Méthodologie MODULE GÉOMARKETING 6 Géographie couverte Les thèmes abordés Analyse & restitution MODULE SHOPPERS 10 Échantillon Les thèmes

Plus en détail

Statistiques DCG/DSCG Sessions 2014

Statistiques DCG/DSCG Sessions 2014 Sessions 2014 DCG 2014 s de 0 1 Contrôle de Anglais appliqué aux affaires 4 langue vivante Inscrits 5603 9956 9092 9913 5030 5565 8142 5085 8709 10613 9356 8480 2616 1350 Présents 4784 8484 7694 8405 4212

Plus en détail

Etat de la mobilisation dans les universités jeudi 15 novembre Point effectué par la FSE Paris

Etat de la mobilisation dans les universités jeudi 15 novembre Point effectué par la FSE Paris Etat de la mobilisation dans les universités jeudi 15 novembre Point effectué par la FSE Paris 37 universités totalement ou partiellement en grève avec piquets de grève bloquants : Paris I (site de Tolbiac),

Plus en détail

Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011

Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011 Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011 Les bénéficiaires de la CMU-C doivent normalement accéder aux soins sans participation financière, sauf exigence particulière.

Plus en détail

Gras Savoye / SFIG / SDS, une réunion de compétences au service des industries agroalimentaires

Gras Savoye / SFIG / SDS, une réunion de compétences au service des industries agroalimentaires GRAS SAVOYE COURTIER EN ASSURANCES Gras Savoye / SFIG / SDS, une réunion de compétences au service des industries agroalimentaires Partenariat SFIG / SDS Document confidentiel - ne pas diffuser sans autorisation

Plus en détail

LES ENQUETES MENAGES ET LA MOBILITE URBAINE

LES ENQUETES MENAGES ET LA MOBILITE URBAINE LES ENQUETES MENAGES ET LA MOBILITE URBAINE ORT PACA Françoise MERMOUD, CETE de LYON Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de la Mer en charge des Technologies vertes et des

Plus en détail

Etat de la mobilisation dans les universités mardi 13 novembre

Etat de la mobilisation dans les universités mardi 13 novembre Etat de la mobilisation dans les universités mardi 13 novembre 28 universités totalement ou partiellement en grève avec piquets de grève bloquants : Paris I (site de Tolbiac), La Sorbonne, Paris VIII Saint

Plus en détail

Les réseaux locaux PASSADE Service Commun Formation Continue Université Stendhal

Les réseaux locaux PASSADE Service Commun Formation Continue Université Stendhal Les réseaux locaux PASSADE Service Commun Formation Continue Université Stendhal Dunkerque Calais Boulogne Tourcoing Lille Roubaix Béthune Lens Douai Valenciennes Amiens St-Quentin Charleville- Cherbourg

Plus en détail

MMES et MM les Directeurs des Unions Régionales des Caisses d'assurance Maladie

MMES et MM les Directeurs des Unions Régionales des Caisses d'assurance Maladie l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale &LUFXODLUH&1$076 Date : 15/12/2000 Origine : DDRE Réf. : DAR n 14/2000 n / n / n / MMES et MM les Directeurs des Caisses Primaires d'assurance

Plus en détail

Irez-vous manifester le 10 décembre à Paris?

Irez-vous manifester le 10 décembre à Paris? SONDAGE NATIONAL DES AVOCATS : JOURNEE DE MOBILISATION DU 10 DECEMBRE Administré aux 31 406 avocats membres du réseau Hub Avocat 10 203 répondants Irez-vous manifester le 10 décembre à Paris? FRANCE ENTIERE

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF ECOLES NATIONALES/EPCC 1

TABLEAU RECAPITULATIF ECOLES NATIONALES/EPCC 1 TABLEAU REPITULATIF ECOLES NATIONALES/EPCC 1 Préconisation du Ministère (Guillaume BOUDY secrétaire général du MCC) dans ses modèles de statuts types : article 8.6 dans sa note aux préfets et aux DRAC

Plus en détail

Les charges de copropriété dans le parc privé

Les charges de copropriété dans le parc privé Les charges de copropriété dans le parc privé Les charges de l année 2009 L Observatoire, un échantillon d immeubles permettant de distinguer deux niveaux d analyse : L analyse du parc des immeubles en

Plus en détail

CONTACTS. fatene.benhabyles-foeth@diplomatie.gouv.fr. marianne.zalc-muller@diplomatie.gouv.fr. Fatène Benhabyles-Foeth. Marianne Zalc-Müller

CONTACTS. fatene.benhabyles-foeth@diplomatie.gouv.fr. marianne.zalc-muller@diplomatie.gouv.fr. Fatène Benhabyles-Foeth. Marianne Zalc-Müller CONTACTS _ Marianne Zalc-Müller marianne.zalc-muller@diplomatie.gouv.fr 06 11 69 43 00 Fatène Benhabyles-Foeth fatene.benhabyles-foeth@diplomatie.gouv.fr 06 46 82 16 66 / 01 43 17 52 61 Marie Jaudet presse@cop21.gouv.fr

Plus en détail

Quels indicateurs de suivi de l efficience des services de transports? (focus sur les agglomérations de plus de 100 000 habitants)

Quels indicateurs de suivi de l efficience des services de transports? (focus sur les agglomérations de plus de 100 000 habitants) Quels indicateurs de suivi de l efficience des services de transports? (focus sur les agglomérations de plus de 100 000 habitants) Florian Vanco - CERTU Situation 2011 «Au 1 er janvier 2014, les 8 Cete,

Plus en détail

Codes d'activation pour les établissements éligibles

Codes d'activation pour les établissements éligibles Codes d'activation pour les établissements éligibles Les étudiants des institutions suivantes peuvent s inscrire auprès de XXLPIX en utilisant le code d activation. L inscription gratuite est généralement

Plus en détail

94% 8/10 350 3 RAISONS. Votre partenaire manutention. Un groupe français centenaire

94% 8/10 350 3 RAISONS. Votre partenaire manutention. Un groupe français centenaire Votre partenaire manutention 4 000 entreprises ont choisi de louer leur flotte de matériels auprès d Aprolis pour principales 3 RAISONS 94% 8/10 350 de nos clients sont prêts à recommander Aprolis comme

Plus en détail

De l'usage de moyens de transport... À l'usage de services à la mobilité

De l'usage de moyens de transport... À l'usage de services à la mobilité De l'usage de moyens de transport... À l'usage de services à la mobilité Une importante évolution de la société autour de la mobilité et des déplacements? Mobilité : nombre moyen de déplacements par personne

Plus en détail

Facturation de la délivrance du Kit Anti-Grippe A (H1 N1)

Facturation de la délivrance du Kit Anti-Grippe A (H1 N1) Pharmaciens CDC 1.31 / 1.40 Fiche n 05_FR74 septembre 2009 Contexte Dans le cadre de la pandémie de la grippe A, les pharmaciens sont rémunérés spécifiquement pour effectuer la délivrance des kits gratuits

Plus en détail

atlas de la gestion des services publics locaux 2013 dans les grandes villes de France Première édition

atlas de la gestion des services publics locaux 2013 dans les grandes villes de France Première édition atlas de la gestion des services publics locaux 2013 dans les grandes villes Distribution de l eau Assainissement Collecte des déchets Valorisation des déchets Transports urbains Stationnement Réseaux

Plus en détail

La règlementation travaux à proximité. des réseaux gaz

La règlementation travaux à proximité. des réseaux gaz La règlementation travaux à proximité des réseaux gaz Le contexte à GrDF Evolution des dommages aux ouvrages 100 000 endommagements par an, tout réseau confondu dont 4% sur les réseaux de distribution

Plus en détail

Annexe A7 CHARGES DE LA PRESTATION DE BASE PAR SEGMENT TARIFAIRE. Gares ou Segments de Gares DRG 2016. Prestation de base (en k )

Annexe A7 CHARGES DE LA PRESTATION DE BASE PAR SEGMENT TARIFAIRE. Gares ou Segments de Gares DRG 2016. Prestation de base (en k ) DRG 2016 Annexe A7 CHARGES DE LA PRESTATION DE BASE PAR SEGMENT TARIFAIRE Prestation de base (en k ) Gares ou Segments de Gares montant total dont rémunération de l'actif (WACC) dont rétrocession du résultat

Plus en détail

Forfaits à déplorer (10) Résultats des matchs joués

Forfaits à déplorer (10) Résultats des matchs joués La gazette est enrichie au fil des renseignements donnés (résultats - sous réserve de la vérification de la feuille de match, dates prévues ). L historique demeure (en petits caractères noirs, les nouveautés

Plus en détail

Les établissements d enseignement supérieur artistique et culturel

Les établissements d enseignement supérieur artistique et culturel LES NOTES STATISTIQUES DU DEPS Les établissements d enseignement supérieur artistique et culturel dépendant du Ministère de la culture et de la communication Effectifs et diplômes Année scolaire 2005-2006

Plus en détail

solutions d assurances

solutions d assurances GENERALI GENERALI, solutions d assurances En Europe, 1 er assureur en assurance de personnes En France, 6 millions de clients particuliers et entreprises Un réseau de spécialistes Un réseau de spécialistes

Plus en détail

Enquête 2012 sur la mise en place du Supplément au Diplôme Europass en France

Enquête 2012 sur la mise en place du Supplément au Diplôme Europass en France 1 Enquête 2012 sur la mise en place du Supplément au Diplôme Europass en France Enquête réalisée en septembre 2012 Sommaire : I PRESENTATION DU SUPPLEMENT AU DIPLÔME EUROPASS p.2 II CONTEXTE ET OBJECTIF

Plus en détail

COMITÉS D ENTREPRISES & ASSOCIATIONS. Appart City / Park&Suites, Leader des Appart-Hôtels en France

COMITÉS D ENTREPRISES & ASSOCIATIONS. Appart City / Park&Suites, Leader des Appart-Hôtels en France 2016 COMITÉS D ENTREPRISES & ASSOCIATIONS Appart City / Park&Suites, Leader des Appart-Hôtels en France APPART CITY PARK&SUITES, UN SEUL GROUPE Pour votre City Break, nous vous proposons au coeur des principales

Plus en détail

Centre d'études et d'expertise pour les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement CODES MIN 2014

Centre d'études et d'expertise pour les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement CODES MIN 2014 CODES MIN 2014 Bulletins de paie éligibles sans code «MIN» : - Bulletins de paie des militaires, portant la mention «Bulletin de solde» ; - Bulletins de paie des agents de la DILA, portant la mention «Direction

Plus en détail

Objectifs. Sommaire. Bulletin de surveillance du réseau SOS Médecins / InVS 1

Objectifs. Sommaire. Bulletin de surveillance du réseau SOS Médecins / InVS 1 Surveillance syndromique SurSaUD Bulletin du réseau SOS Médecins / InVS Numéro 323, du 4 mars 2014 Evolution de l activité globale L activité SOS Médecins est stable tous âges confondus depuis 3 semaines,

Plus en détail

* Terrains destinés à supporter la construction de logements collectifs. Immogroup Consulting une marque d'eyquem VALUE

* Terrains destinés à supporter la construction de logements collectifs. Immogroup Consulting une marque d'eyquem VALUE LE PRIX DU FONCIER* EN ZONE URBAINE ~~~ UNE CRISE RENFORCEE PAR LES OBJECTIFS DE DEVELOPPEMENT DURABLE ou lorsque la logique économique s oppose à la logique écologique * Terrains destinés à supporter

Plus en détail

L esprit village! DOSSIER DE PRESSE

L esprit village! DOSSIER DE PRESSE L esprit village! DOSSIER DE PRESSE Les sites Internet vous tiennent au courant de ce qui se passe au bout du monde. Tous Voisins vous informe de ce qui se passe en bas de chez vous. Contact Clément Gayet

Plus en détail

Cofely Ineo, partenaire d une maintenance performante. cofelyineo-gdfsuez.com

Cofely Ineo, partenaire d une maintenance performante. cofelyineo-gdfsuez.com Cofely Ineo, partenaire d une maintenance performante cofelyineo-gdfsuez.com Maîtrise des coûts, continuité de service, performance énergétique, respect de l environnement, suivi des évolutions règlementaires

Plus en détail

DEVENIR PARTENAIRE. Courtage

DEVENIR PARTENAIRE. Courtage DEVENIR PARTENAIRE Courtage L EXPERTISE Depuis 2006, AG2R LA MONDIALE a signé la charte de déontologie du courtage avec la Chambre Syndicale des Courtiers d Assurances (C.S.C.A.) Selon l évolution de la

Plus en détail

D I P L O M E D E J U R I S T E C O N S E I L D E N T R E P R I S E

D I P L O M E D E J U R I S T E C O N S E I L D E N T R E P R I S E DOSSIER D INSCRIPTION ANNEE UNIVERSITAIRE 2013-2014 S E L E C T I O N N A T I O N A L E BORDEAUX CAEN CERGY LYON MONTPELLIER NANCY PARIS II POITIERS RENNES STRASBOURG - TOULOUSE F D N E Diplôme de Juriste

Plus en détail

BAROMÈTRE CONTRE LE RACISME,

BAROMÈTRE CONTRE LE RACISME, DOSSIER DE PRESSE BAROMÈTRE CONTRE LE RACISME, CLASSEMENT DES VILLES DE FRANCE EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LE RACISME Projet mené par République & Diversité et le CRAN RÉPUBLIQUE & DIVERSITÉ F%

Plus en détail

GAREAT. Documents annexes

GAREAT. Documents annexes GAREAT Documents annexes Qu est ce que le GAREAT? Le GAREAT est un Groupement d Intérêt Economique dont l objet est la mise en place d un programme de réassurance au nom et pour le compte de ses adhérents

Plus en détail

Cyril PARLANT Directeur Associé Avocat en Droit Social

Cyril PARLANT Directeur Associé Avocat en Droit Social Neuilly, le 2 février 2009 Objet : Aménagement régime Retraite - Prévoyance Madame, Monsieur, Votre entreprise va - si ce n'est pas déjà le cas - être confrontée à des aménagements de ses régimes de retraite

Plus en détail

Annexe 1 PROMOTIONS 2002-2015. 1 Bilan juin 2003 12 étudiants ( 76%)

Annexe 1 PROMOTIONS 2002-2015. 1 Bilan juin 2003 12 étudiants ( 76%) Annexe 1 PROMOTIONS 2002-2015 1 Bilan juin 2003 12 étudiants ( 76%) 1 Ecole Supérieure des Arts et de la Communication de Paris 1 Ecole Supérieure de Cambrai 1 Ecole Nationale Supérieure de Dijon 1 Ecole

Plus en détail

DEEE : une seconde vie. Stanley Security, PACA (France)

DEEE : une seconde vie. Stanley Security, PACA (France) DEEE : une seconde vie. Stanley Security, PACA (France) Congrès Développement Durable Arles 6 et 7 octobre 2014 Laurent Sommerard 1 Sommaire 1/ Le groupe Stanley Black & Decker 2/ Stanley Security en France

Plus en détail

Ci-après, la liste des masters proposés par les universités françaises pour se former, en 2 ans après la licence, à l un des métiers de la culture.

Ci-après, la liste des masters proposés par les universités françaises pour se former, en 2 ans après la licence, à l un des métiers de la culture. Masters culture Ci-après, la liste des masters proposés par les universités françaises pour se former, en 2 ans après la licence, à l un des métiers de la culture. activités culturelles anthropologie métiers

Plus en détail

Le classement des villes les plus gay-friendly de France

Le classement des villes les plus gay-friendly de France Le classement des villes les plus gay-friendly de France TÊTU publie le classement de 23 grandes agglomérations françaises, de la plus gay-friendly à la plus froide à l égard de ses habitants homos. 6.000

Plus en détail

Etat de la mobilisation dans les universités mardi 27 novembre Point effectué par la FSE Paris

Etat de la mobilisation dans les universités mardi 27 novembre Point effectué par la FSE Paris Etat de la mobilisation dans les universités mardi 27 novembre Point effectué par la FSE Paris 44 universités totalement ou partiellement en grève avec piquets de grève bloquants (ou fermés administrativement)

Plus en détail

LA CONJONCTURE DU MARCHÉ LOCATIF PRIVÉ Les loyers de marché à fin mai 2015

LA CONJONCTURE DU MARCHÉ LOCATIF PRIVÉ Les loyers de marché à fin mai 2015 LA CONJONCTURE DU MARCHÉ LOCATIF PRIVÉ Les loyers de marché à fin mai 2015 par Michel MOUILLART, Professeur d'economie à l'université Paris Ouest, FRICS Le marché locatif privé s est ressaisi durant l

Plus en détail

URL analysées. www.accor.com www.alliance-hospitality.com www.elior.fr www.hiexpress.com www.holidayinn.com www.hyatt.com

URL analysées. www.accor.com www.alliance-hospitality.com www.elior.fr www.hiexpress.com www.holidayinn.com www.hyatt.com 1 sur 5 VRDCI 10, rue Augereau 75007 Paris - FRANCE Tel : 01 45 35 00 80 Email : vrdci@vrdci.com - Référencement naturel avec paiement aux résultats - Ingénierie et design de sites web, intranet et applicatifs

Plus en détail

Ferrand www.admission-postbac.org

Ferrand www.admission-postbac.org Académie IUT Site Internet Dates inscription Modalités particilières Nantes Poitiers Lille Caen Rouen Strasbourg Clermont Ferrand www.admission-postbac.org Montpellier Du 20 janvier au 25 mars 2008 Corse

Plus en détail

L A P E R F O R M A N C E D U R A B L E

L A P E R F O R M A N C E D U R A B L E L A P E R F O R M A N C E D U R A B L E ÉDITO Accompagner durablement votre performance Samsic Facility regroupe l ensemble de nos métiers supports à l exploitation immobilière tels que la propreté, la

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE L RECHERCHE rrêté du 29 mars 2012 fixant au titre de l année 2012 le nombre de postes offerts aux recrutements sans

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES BUDGET Arrêté du 27 juillet 2012 relatif au classement de postes comptables et d emplois de chef de service comptable

Plus en détail

Annexe PERSONNELS. G aide logistique université de Picardie 3 G aide technique du bâtiment université de Picardie 2. Académie d Aix-Marseille

Annexe PERSONNELS. G aide logistique université de Picardie 3 G aide technique du bâtiment université de Picardie 2. Académie d Aix-Marseille 1801 RECRUTEMENT NOR : MENA0301785V RLR : 716-0 AVIS DU 20-8- MEN DPMA B7 Recrutements externes d agents des services techniques de recherche et de formation En application de l article 65-2 du décret

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 juillet 2015

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 juillet 2015 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 juillet 2015 LE MARCHÉ IMMOBILIER AU 1 er SEMESTRE 2015 @JFBuet @FNAIM fnaim.fr VOLUME DES VENTES DANS L EXISTANT 2 LÉGÈRE REPRISE DES VENTES DANS L EXISTANT Sources : CGEDD

Plus en détail

1 Une croissance plus solide de l'économie mondiale tirée par les USA

1 Une croissance plus solide de l'économie mondiale tirée par les USA 4 points à retenir 1 Une croissance plus solide de l'économie mondiale tirée par les USA 2 Réduction du risque de rupture systémique 3 La zone Euro sera en croissance lente, la France aussi. Peu de tensions

Plus en détail

Réunion du 28 mars 2015

Réunion du 28 mars 2015 Réunion du 8 mars 015 Situation initiale PARK AND SUITES 100% GROUPE MENGUY INVESTISSEMENT (GMI) 100% 100% 100% DOM VILLE SERVICES Enseigne APPART CITY GROUPE FRANCE EPARGNE (GFE) APPART SERVICE GESTION

Plus en détail

Après en avoir délibéré le 5 février 2013 ; 1. Analyse

Après en avoir délibéré le 5 février 2013 ; 1. Analyse Décision n 2013-0174 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 5 février 2013 modifiant l annexe 5 de la décision n 2012-1137 en date du 11 septembre 2012 portant

Plus en détail

Les dispenses. Liste complète par diplôme obtenu

Les dispenses. Liste complète par diplôme obtenu Les dispenses d épreuves du DSCG Liste complète par diplôme obtenu avant la réforme LMD CERTIFICATS D'EXPERTISE COMPTABLE (ancien régime) Bac +4 Type Maitrise MSG MST Certificat supérieur d organisation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Arrêté du 26 septembre 2014 relatif au comité technique ministériel de l

Plus en détail

Surveillance syndromique SurSaUD Bulletin du réseau SOS Médecins / InVS Numéro 399, du 18 août 2015 Synthèse : Objectifs Sommaire

Surveillance syndromique SurSaUD Bulletin du réseau SOS Médecins / InVS Numéro 399, du 18 août 2015 Synthèse : Objectifs Sommaire Surveillance syndromique SurSaUD Bulletin du réseau SOS Médecins / InVS Numéro 399, du 18 août 2015 Synthèse : L activité globale des associations est en hausse de 5% chez les adultes et stable chez les

Plus en détail

RENCONTRES DÉPARTEMENTALES

RENCONTRES DÉPARTEMENTALES RENCONTRES DÉPARTEMENTALES DÉPARTEMENT (en toutes lettres): MARTINIQUE (à écrire également en bas de cette page en double-cliquant sur le mot «département» puis cliquer sur «fermer» dans la barre d outils

Plus en détail

La règlementation travaux à proximité i des réseaux gaz. Visio- conférence AMF du 11 décembre 2012

La règlementation travaux à proximité i des réseaux gaz. Visio- conférence AMF du 11 décembre 2012 La règlementation travaux à proximité i des réseaux gaz Visio- conférence AMF du 11 décembre 2012 1- Constat général é 2 Evolution du nombre de dommages avec fuites de gaz 8000 7000 545 600 550 total de

Plus en détail

Votre quotidien à Blanche

Votre quotidien à Blanche Votre quotidien à Blanche Les locaux de la CPGE (Bat B et CDI) vous sont accessibles tous les soirs jusqu à 20h, et le vendredi jusqu à 18h Vincent Frotier est présent au CDI de 15h à 20h pour vous encadrer

Plus en détail

Diplômes d'université (LMD), diplômes universitaires (DU) et diplômes inter universitaires (DIU) examinés et reconnus par le conseil national.

Diplômes d'université (LMD), diplômes universitaires (DU) et diplômes inter universitaires (DIU) examinés et reconnus par le conseil national. Diplômes d'université (LMD), diplômes universitaires (DU) et diplômes inter universitaires (DIU) examinés et reconnus par le conseil national. Villes Intitulé du diplôme Université de Angers Université

Plus en détail

Le plus grand Poker Tour jamais organisé

Le plus grand Poker Tour jamais organisé Le plus grand Poker Tour jamais organisé QUALIFICATIONS ONLINE DÈS LE 15 SEPTEMBRE 2011 ETAPES LIVE DÈS LE 5 NOVEMBRE 2011 COMPÉTITION 100 % GRATUITE 69 ÉTAPES PARTOUT EN FRANCE 37 VILLES 10 000 JOUEURS

Plus en détail

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION Un niveau de fécondité élevé Le recul démographique du bassin havrais ne s explique pas par un manque de vitalité de sa démographie «naturelle». En effet,

Plus en détail

DFMS DFMSA P r C h C ri r st s ophe e C h C ag a nau a d

DFMS DFMSA P r C h C ri r st s ophe e C h C ag a nau a d DFMS DFMSA Pr Christophe Chagnaud Service de Radiologie et Imagerie Médicale Marseille Objectifs affichés DFMS DFMSA Améliorer la qualité de la formation en réservant un contingent national de postes de

Plus en détail

OBSERVATOIRE FPI DU LOGEMENT NEUF

OBSERVATOIRE FPI DU LOGEMENT NEUF OBSERVATOIRE FPI DU LOGEMENT NEUF 1 ER TRIMESTRE 2015 : EMBELLIE DES VENTES AU 1 ER TRIMESTRE 2015 PORTÉE PAR LES INVESTISSEURS PRIVÉS JEUDI 21 MAI 2015, 9 HEURES Palais Brongniart PARIS CONTACTS PRESSE

Plus en détail

L enquête ménages déplacements standard Certu

L enquête ménages déplacements standard Certu www.certu.fr L enquête ménages déplacements standard Certu Une norme qui évolue Régis de SOLERE Séminaire de l observation urbaine 3 novembre 2010 Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement

Plus en détail

Votre quotidien à Blanche

Votre quotidien à Blanche Votre quotidien à Blanche Les locaux de la CPGE (Bat B et CDI) vous sont accessibles tous les soirs jusqu à 20h, et le vendredi jusqu à 18h Ludivine Toussaint est présente au CDI de 15h à 20h pour vous

Plus en détail

CSF AGENCE D'ARRAS CSF - MAIRIE DE MONTREUIL SUR MER CSF - MAIRIE D'ARQUES CSF AGENCE DE BEAUVAIS CSF - MAIRIE DE COMPIEGNE CSF VERNEUIL EN HALATTE

CSF AGENCE D'ARRAS CSF - MAIRIE DE MONTREUIL SUR MER CSF - MAIRIE D'ARQUES CSF AGENCE DE BEAUVAIS CSF - MAIRIE DE COMPIEGNE CSF VERNEUIL EN HALATTE Agence de rattachement BOBIGNY BOBIGNY BOBIGNY CERGY CERGY CERGY CERGY CRETEIL CRETEIL CRETEIL EVRY EVRY EVRY EVRY Agence et point rencontre CSF AGENCE D' CSF LENS CSF CALAIS CSF - MAIRIE DE MONTREUIL

Plus en détail

Observatoire National des Charges de Copropriété UNIS /novembre 2011/ Les charges de copropriété dans le parc privé en 2010

Observatoire National des Charges de Copropriété UNIS /novembre 2011/ Les charges de copropriété dans le parc privé en 2010 Les charges de copropriété dans le parc privé en 2010 L Observatoire, un échantillon d immeubles permettant de distinguer deux niveaux d analyse : Le parc des immeubles en copropriété : un échantillon

Plus en détail

UE 13 Relations professionnelles. Les dispenses avant LMD

UE 13 Relations professionnelles. Les dispenses avant LMD UE 13 Relations professionnelles Les dispenses avant LMD CERTIFICATS D EXPERTISE COMPTABLE (ancien régime) Bac +2 BTS DUT Certificat supérieur d organisation et de gestion des entreprises Certificat supérieur

Plus en détail

LES CHIFFRES DE L IMMOBILIER EN FRANCE

LES CHIFFRES DE L IMMOBILIER EN FRANCE LES CHIFFRES DE L IMMOBILIER EN FRANCE 1 Ces analyses ont été réalisées sur la base des informations communiquées par les notaires de France. Tous les prix correspondent aux prix de vente hors droits,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 14 juin 2013 JOURNAL OICIEL DE LA RÉPUBLIQUE RANÇAISE Texte 27 sur 118 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Arrêté du 11 juin 2013 autorisant

Plus en détail

Le vélo urbain : un objet de loisir plus qu un moyen de déplacement quotidien. Les Pays-Bas et le Danemark, pays de référence pour la pratique du vélo

Le vélo urbain : un objet de loisir plus qu un moyen de déplacement quotidien. Les Pays-Bas et le Danemark, pays de référence pour la pratique du vélo 1 La place du vélo dans la ville : le vélo est très peu utilisé, mais pourrait concurrencer l automobile sur 5 km Le vélo urbain : un objet de loisir plus qu un moyen de déplacement quotidien Dans les

Plus en détail

LE CONTRAT D ASSURANCE Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire

LE CONTRAT D ASSURANCE Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire LE CONTRAT D ASSURANCE Dossier juridique de la Sommaire ANALYSE DE LA CNL / Page 2 La souscription du contrat d assurance / Page 2 L exécution du contrat d assurance / Page 3 La résiliation du contrat

Plus en détail

La validation des acquis de l expérience (VAE) dans les établissements d enseignement supérieur en 2010

La validation des acquis de l expérience (VAE) dans les établissements d enseignement supérieur en 2010 note d informationdécembre 11.30 En 2010, le nombre total de diplômes délivrés au titre de la validation des acquis de l expérience (VAE) par les universités et le CNAM change peu par rapport à l année

Plus en détail

L enquête sur les charges de copropriété en 2007

L enquête sur les charges de copropriété en 2007 L Observatoire National des Charges de Copropriété de la CNAB L enquête sur les charges de copropriété en 2007 par Michel Mouillart Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre Novembre 2008

Plus en détail

Que peut faire une personne désireuse

Que peut faire une personne désireuse ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE00.17 JUIN Le baccalauréat constitue la porte d entrée dans l enseignement supérieur mais, pour ceux qui n en sont pas titulaires, il y a la possibilité

Plus en détail

Les Ptits Géographes. Viens vite aider Philéas Fogg à découvrir le territoire français

Les Ptits Géographes. Viens vite aider Philéas Fogg à découvrir le territoire français Les Ptits Géographes Viens vite aider Philéas Fogg à découvrir le territoire français Géographie Tu es mon ptit géographe Tu vas découvrir le territoire français Objectif : Comprendre les notions de territoire

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE L RECHERCHE rrêté du 14 mars 2012 autorisant au titre de l année 2012 des recrutements sans concours d adjoints

Plus en détail

UE 6 Finance d entreprise. Les dispenses avant LMD

UE 6 Finance d entreprise. Les dispenses avant LMD UE 6 Finance d entreprise Les dispenses avant LMD CERTIFICATS D EXPERTISE COMPTABLE (ancien régime) Certificat supérieur d organisation et de gestion des entreprises Certificat supérieur de relations économiques

Plus en détail

Janvier 2015. Enquête CLCV Assurances et sinistres

Janvier 2015. Enquête CLCV Assurances et sinistres Janvier 2015 Enquête CLCV Assurances et sinistres 1 Synthèse Au cours du deuxième semestre 2014, nous avons réalisé une enquête auprès de 442 assurés ayant subi un sinistre automobile ou habitation aux

Plus en détail