ENQUETE SUR LA SITUATION DES GRANDES VILLES ET AGGLOMERATIONS EN MATIERE D ASSURANCES DOMMAGES

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ENQUETE SUR LA SITUATION DES GRANDES VILLES ET AGGLOMERATIONS EN MATIERE D ASSURANCES DOMMAGES"

Transcription

1 ENQUETE SUR LA SITUATION DES GRANDES VILLES ET AGGLOMERATIONS EN MATIERE D ASSURANCES DOMMAGES N 202 AOUT 2003

2 SOMMAIRE 1. PRESENTATION p.3 2. SYNTHESE DE L ENQUETE p.4 3. LES REPONSES DES VILLES ET AGGLOMERATIONS p.6 4. LISTE DES VILLES ET GROUPEMENTS AYANT REPONDU A L ENQUETE p QUESTIONNAIRE p.13 2

3 1. PRESENTATION La présente enquête a été engagée à la demande de membres de l Association des Maires de Grandes Villes de France. L année 2002 aura en effet été parfois marquée par de fortes hausses de tarifs pour les villes et les agglomérations en matière d assurance dommages au biens. Afin de recueillir des éléments d informations et de comparaisons sur les situations rencontrées par les membres de l Association, un questionnaire leur a été envoyé. Les réponses ont permis de mieu cerner la réalité de ces phénomènes. Quarante sept membres (47) de l Association ont répondu, sur un effectif de quatre vingt quatre villes et groupements intercommunau, ce qui représente un tau de réponse de 56%. Au delà des difficultés classiques et habituelles à voir leurs contrats d assurance dommages reconduits avec une augmentation raisonnable, les villes et agglomérations ont été touchées par des phénomènes nouveau : - Quand les contrats ont été reconduits, les augmentations de tarifs ont parfois été vertigineuses (jusqu à + 981%). - 25% des villes qui ont rencontré des problèmes, ont connu, en plus de la résiliation de leurs contrats, des procédures d appel d offres infructueuses, c est à dire sans réponses ou avec des offres jugées inacceptables. Ces difficultés rencontrées par les villes et les EPCI peuvent avoir plusieurs origines. Dans certains cas, l augmentation des tarifs a été la suite logique de la mise en place par les assureurs de la prime GAREAT 1 (garantie des attentats terroristes) : l attentat du 11 septembre 2001 à New York a eu des répercussions importantes et rapides sur les offres des compagnies d assurances. Les tempêtes de l hiver 1999, les inondations de l hiver 1999 ou de 2001 sont autant d évènements qui ont coûté très cher au assureurs et qui rendaient l augmentation des primes ou la baisse des garanties inéluctables. Cependant, si les collectivités ont été confrontées à des difficultés importantes, peu d entre elles semblent décidées à se passer des services des assureurs et seraient prêtes, pour ce qui concerne les dommages au biens, à s auto- assurer. 1 La loi du 9 septembre 1986 fait obligation au assureurs français d'associer la garantie attentat à la garantie incendie. Or depuis les évènements du 11 septembre 2001 les réassureurs internationau ne garantissent plus le risque attentat. Les compagnies d'assurances françaises se sont ainsi trouvées dans l'obligation fin 2001 de mettre en place en collaboration avec les pouvoirs publics un dispositif spécifique le GAREAT (Garantie des Attentats Terroristes). Le GAREAT a pour fonction de prendre en charge, avec la garantie de l'etat, le risque attentat au-delà de 1,5 milliard d'euros par an. 3

4 2. SYNTHESE DE L ENQUETE Quarante sept villes et agglomérations (47) sur les 84 membres de l Association ont répondu à l enquête, ce qui représente un tau de réponse de 56%. Vingt communes ou groupements de communes sont confrontées actuellement, ou l ont été récemment, à des problèmes relatifs à l assurance dommages de leurs biens, ce qui représente 42.5% des réponses. A quoi cette situation est-elle due? Quatre des collectivités qui ont ou ont eu des problèmes d assurance dommages ne répondent pas au questionnaire dans son ensemble, soit 20% des collectivités confrontés à un problème ou 8.5% de l ensemble des réponses. Le contrat a pu être résilié par l assureur dans deu situations différentes : - Au terme du contrat : cela concerne 30% des collectivités confrontées à des problèmes d assurance dommages (13% des villes et EPCI ayant répondu à l enquête) - A la suite d un sinistre, ce qui est le cas dans 15% des situations (6.5% sur l ensemble des réponses) Sept villes et agglomérations, soit 35% des collectivités qui y sont confrontées ne donnent pas l origine de leurs problèmes d assurance dommages, (et 15% du total des réponses à l enquête). A côté de cette résiliation de contrat par l assureur, un autre problème peut se poser : le fait que l appel d offre pour le marché se révèle infructueu : cela est le cas pour 25% des collectivités qui ont vu leur contrat résilié (soit 11% de l ensemble des réponses) Le point le plus préoccupant et le plus répandu concerne l eplosion des tarifs proposés par les compagnies d assurance au villes et groupement. Que ce soit en cas d échéance normale du contrat ou suite à la rupture du contrat par l assureur précédent. Quatorze villes et EPCI, soit 70% de l échantillon (30% du total des réponses à l enquête), considèrent que ce sont des propositions de tarifs à des niveau très élevés qui sont à l origine de leurs problèmes d assurance dommages. Si ce sont les propositions de nouveau tarifs jugées inacceptables qui ont entraîné cette situation de blocage, quelle était la différence entre anciens et nouveau tarifs? L évolution des tarifs sur les 16 réponses qui ont été faites à cette question est intéressante à observer : les hausses de tarifs oscillent entre +15% à Toulouse, 16.3% pour la CU de Dunkerque et +641% à Orléans et +981 % à Perpignan, ce qui représente une amplitude tout à fait considérable. Si des 16 hausses dénombrées sont inférieures ou égales à +21%, contre di hausses qui se situent entre +37.8% et +981% : de telles augmentation n ont pas de sens : les conditions et garanties des contrats ont changé (franchises, LCI,etc) 4

5 L évolution des tarifs d assurance dommages dans les propositions de souscription de nouveau contrats ou de renouvellement des contrats eistants Caen % San de Cergy % Clermont-Ferrand % pour 2002 (+26.9% pour 2003) CU de Dunkerque +16.3% Le Havre + 145% avant négociation % après négociation Lille % Nantes % CU de Nantes + 220% Orléans + 641% Pau - Perpignan + 981% Reims +20% Rennes + 21% Saint- Etienne % en cours de négociation Toulouse +15% Tourcoing - Les villes et agglomérations envisageraient-elles, face à des situations de blocage, de devenir leur propre assureur en assurances dommages? Sur 15 villes et agglomérations qui répondent à cette interrogation, les deu tiers des collectivités n envisagent pas de devenir leur propre assureur pour ce qui concerne l assurance dommages de leurs biens. Un tiers des villes se déclare par contre prêt à se diriger vers cette solution d assurer elles-mêmes leurs biens contre les dommages. Sur les villes et EPCI qui penchent en faveur de cette éventualité de «s auto- assurer», 80% le feraient en partie pour leur biens, contre 20% (une réponse) prête à assurer en totalité ses biens en matière d assurance dommages. 5

6 3. L ENQUETE 1. Les collectivités confrontées actuellement à des problèmes relatifs à l assurance dommages de ses biens Villes ou EPCI rencontrant (ou ayant rencontré récemment) des problèmes : vingt sur quarante sept, soit 42.5% des réponses Ville ou EPCI Ai-en-Provence (CA) Angers Angers (CA) Argenteuil Avignon Bordeau (CU) Brest Brest (CU) Caen Caen (CA) Cergy (SAN) Cherbourg (CU) Clermont- Ferrand Creusot (CU) Dijon (CA) Dunkerque Dunkerque (CU) Haut Val de Marne Le Havre Le Mans Lille Lille (CU) Limoges Lorient (CA) Lyon (CU) Montpellier Montpellier (CA) Montreuil Mulhouse Nancy Nancy (CU) Nantes Nantes (CU) Nîmes Orléans Pau Pau (CA) Perpignan Reims Rennes Saint- Etienne Sénart (SAN) Strasbourg (CU) Toulouse Tourcoing Tours Versailles Problèmes d assurance dommages non 6

7 1. Si votre collectivité est confrontée actuellement à des problèmes relatifs à l assurance dommage de ses biens, à quoi est due cette situation? Origine(s) des difficultés rencontrées Bordeau (CU) Résiliation du contrat par l assureur à l échéance du contrat à la suite d un sinistre Appels d offres infructueu pour le renouvellement de contrats Propositions de nouveau tarifs jugées inacceptables par votre collectivité Autres raisons Du fait d une LCI réduite par rapport à la valeur de certains immeubles communautaires Caen? Caen (CA)? Transferts d équipements de la ville à la Com. d agglomération Cergy (SAN) Clermont- Ferrand Dunkerque (CU) Ces tarifs on été acceptés à compter du 01/01/2003 pour éviter au SAN de retrouver sans assurance Augmentation de 12.8% de la prime avec un tau de sinistralité relativement bon «justifiés» notamment par la sinistralité importante (en 2001, 4 fois plus d indemnités versées par l assureur que de primes perçues tempête) Le Havre Lille A des difficultés de placement de la co-assurance compte tenu de la LCI fiée à Lyon (CU) Echéance du contrat en juillet 2002 : un marché négocié (urgence impérieuse) a permis de placer le risque à 100% auprès de 2 compagnies : l une pour les risques simples et l autre pour les risques industriels Nancy 1 seule réponse positive 2 co-assureurs (pour 10% et 20%) Nantes La ville a été confrontée à un problème : à l échéance annuelle sous réserve de l acceptation d une hausse tarifaire Nantes (CU)? Orléans 7

8 Origine(s) des difficultés rencontrées Résiliation du contrat par l assureur à l échéance du contrat à la suite d un sinistre Appels d offres infructueu pour le renouvellement de contrats Propositions de nouveau tarifs jugées inacceptables par votre collectivité Autres raisons Pau? Outre l augmentation des tarifs, la ville a déploré des difficultés pour le remboursement de certains sinistres Perpignan Reims? Rennes? Saint- Etienne? Les propositions de nouveau tarifs ayant été annoncées par téléphone par le courtier Toulouse?? (réponse illisible) Tourcoing à l échéance du contrat, à titre conservatoire Mais les négociations ont abouti à la signature d un avenant (augmentation de prime et franchises élargies) LCI : limitation contractuelle d indemnités : limitation contractuellement convenue entre l assureur et l assuré de l indemnité due par l assureur à l assuré en cas de survenance d un sinistre garanti. La LCI fonctionne sur le principe d une franchise, mais sur un schéma inversé : alors que la franchise constitue par le bas le montant à partir duquel joue la garantie, la LCI constitue par le haut le montant jusqu'auquel la garantie joue. 8

9 2. Si ce sont les propositions de nouveau tarifs jugées inacceptables qui vous ont entraîné cette situation de blocage, quelle était la différence entre anciens et nouveau tarifs? Montant en par m_ de biens couverts Montant en FF par m_ de biens couverts Ancien tarif Nouveau tarif Ancien tarif Nouveau tarif CU de Bordeau Le nouveau tarif ne peut être comparé avec l ancien compte tenu de la nouvelle LCI moins importante Caen 0,26 0,579 1,705 3,79 San de Cergy 0,308 0,369 2,02 2,42 Clermont-Ferrand 0,26 0,31 (0,33 pour 1,705 2,03 (2,16) 2003) CU de Dunkerque 0,86 1 5,64 6,56 Le Havre 0,51 1,25 avant négociations 3,34 8,20 4,60 0,702 après Lille * Nantes 0,1073 0,1389 0,70 0,91 CU de Nantes 0,15 0,48 0,98 3,15 Orléans 0,22 1,63 1,44 10,69 Pau 0,35632 en 2002 connu à ce 2,33 jour Perpignan 0,21 2,27 1,37 14,89 Reims Augmentation de 20% de la prime forfaitaire (contrat en capitau) Rennes 0,482 0,583 3,18 3,82 Saint- Etienne 0,842 1,16** 5,52 7,60 Toulouse 0,64 0,736 4,19 4,82 Tourcoing Caen : franchise : en , en ; - CU de Dunkerque : pour environ m_, contrat sans franchise + «valeur à neuf» + couverture en cas de défaut d assurance d un immeuble ; - * Lille, pour l ensemble des biens ; - Nantes : pour une franchise de et une LCI de CU de Nantes : 0,48 avec une franchise de ou 1,13 sans franchise (ancien tarif : 0,15 avec franchise de ou 0,34 sans franchise) -Perpignan : ancien tarif avec franchise de 763 (pour m_) ; nouveau tarif avec franchise de à (pour m_) - **Saint- Etienne : en cours de négociation - Toulouse : +15% = correspond à la majoration GAREAT 9

10 3. Envisagez vous, face à de telles situations, que votre collectivité soit son propre assureur en assurances dommages? si oui, pour la totalité de la couverture dommages à ses biens ou pour une partie seulement et dans ce cas selon quel dispositif? Envisagez vous que votre collectivité soit son propre assureur en assurances dommages? non oui En totalité Si oui, en totalité ou en partie, et selon quel dispositif? Quelle surface resterait confiée à un assureur? En partie Caen San de Cergy? Clermont-Ferrand CU de Dunkerque Contrat initial sans franchise : mise en place de ; pas d assurance pour certains immeubles (voués à démolition), en conséquence, maintien de l ancien tarif Le Havre Lille Partiellement : aujourd hui seuls 70% d assurés sur une LCI de 76 millions Nantes* CU de Nantes Orléans Pau Perpignan La ville entend assurer quelques gros bâtiments sur la base de contrats annuels et sous la barre de , un point sera fait courant 2003 pour voir l évolution de la conjoncture du marché Reims Mise en place de franchises importantes (à déterminer)** Rennes Saint- Etienne Toulouse Tourcoing Surface confiée à un assureur 90% 70% Calcul non encore effectué * Nantes : mais la ville est déjà son propre assureur pour les sinistres inférieurs au montant de la franchise ** Reims : le choi d assurer certains biens et d être son propre assureur sur d autres ne semble pas idéal sur un gros patrimoine (l aléa ne choisit pas les bâtiments à toucher). L application de fortes franchises permet par contre de réduire la sinistralité répétitive. 10

11 4. Observations complémentaires (etraits) Communauté urbaine de Bordeau «Le nouveau tarif ne peut être comparé avec l ancien compte tenu de la nouvelle LCI moins importante. Par ailleurs, la Communauté urbaine va lancer un 2 ème appel d offre pour contracter une 2 ème ligne de garantie.» Caen «Le contrat d assurances dommages de la ville a été résilié en 2001 par son ancien assureur qui avait décidé de se retirer du marché de l assurance des collectivités locales. La ville a par conséquent engagé une procédure de mise en concurrence durant le deuième semestre 2001 afin de trouver un nouvel assureur. Elle s est heurtée pour ce faire a de très grosses difficultés suite au attentats du 11 septembre Elle a du donc se résigner à subir un doublement du montant de la prime versée au titre de ce contrat et ce, assortie de garanties moindres : montant de la franchise passé de 457 à 1500, impossibilité d obtenir des montants de LCI à hauteur de ce qui avait été demandé dan le dossier de consultation. Il est à noter que la compagnie avait majoré de 5% le tau de prime applicable au contrat à compter du 1 er janvier La ville avait accepté cette majoration afin d éviter une remise en concurrence du contrat dans un contete défavorable (les tempêtes de fin 1999 avaient en effet été à l origine de hausses tarifaires dès l année 2000). La situation de l assurance dommage au biens de la ville est donc assez tendue et ce d autant plus que la ville a subi en 2002 un sinistre important pesant négativement sur sa sinistralité.» Communauté d agglomération du Grand Caen «Un certain nombre d équipements sportifs et culturels ont été transférés à l EPCI au 1 er janvier 2003 ; les contrats d assurance ont été transférés à ce titre. La communauté d agglomération va lancer un appel d offres en 2003 pour une prise d effet au 1 er janvier 2004 pour la totalité des contrats d assurance don l assurance dommage au biens.» SAN de Cergy «Les problèmes rencontrés sont cycliques. Le fait que nous soyons en bas d un cycle ne signifie pas qu il faille renoncer à l assurance. A cet égard, il ne semble pas que la couverture partielle soit la meilleure solution. Il paraît préférable d investir dans la prévention et d informer les assureurs des dispositions prises. L auto- assurance n est recommandée que si la collectivité adopte le même professionnalisme qu un assureur (chiffrage des réparations, désignation d un epert si nécessaire, rapport sur les dommages et les responsabilités, recherche des documents et renseignements nécessaires, eercice éventuel d un recours contre une société à l origine du sinistre, obligation de réparation avec gestion du budget correspondant) et que l auto- assurance s inscrit dans une culture de gestion de risques avec la tenue de statistiques fiables. Cela permettra, le cas échéant, de transférer à l avenir la totalité de la couverture dommage au biens à l assureur dans l hypothèse ou les tarifs proposés redeviendraient attractifs. L auto- assurance ne doit pas être une facilité pour se dispenser de respecter les obligations contractuelles des assurés envers les assureurs, ces obligations devant rester inchangées pour les services de la collectivité envers le service chargé de gérer l auto- assurance, a priori le service assurances.» 11

12 4. LISTE DES VILLES ET GROUPEMENTS AYANT REPONDU A L ENQUETE Communauté d Agglomération du Pays d Ai-en-Provence Angers Communauté d Agglomération d Angers Argenteuil Avignon Communauté Urbaine de Bordeau Brest Communauté Urbaine de Brest Caen Communauté d Agglomération du Grand Caen SAN de Cergy Communauté Urbaine de Cherbourg Clermont- Ferrand Communauté Urbaine du Creusot Communauté d Agglomération de Dijon Dunkerque Communauté Urbaine de Dunkerque Communauté d Agglomération du Haut Val de Marne Le Havre Le Mans Lille Communauté Urbaine de Lille Limoges Communauté d Agglomération de Lorient Communauté Urbaine de Lyon Montpellier Communauté d Agglomération de Montpellier Montreuil Mulhouse Nancy Communauté Urbaine de Nancy Nantes Communauté Urbaine de Nantes Nîmes Orléans Pau Communauté d Agglomération de Pau Perpignan Reims Rennes Saint- Etienne SAN de Sénart Communauté Urbaine de Strasbourg Toulouse Tourcoing Tours Versailles 12

13 5. QUESTIONNAIRE ENQUETE SUR LA SITUATION DES GRANDES VILLES ET AGGLOMERATIONS EN MATIERE D ASSURANCES DOMMAGES A la suite de la demande de plusieurs de ses membres, l Association a décidé d engager une enquête sur la situation actuelle des grandes villes et agglomérations en matière d assurances dommages couvrant leurs biens. Collectivité : Nom et coordonnées de la personne répondant à cette enquête : Votre collectivité est-elle confrontée actuellement à des problèmes relatifs à l assurance dommages de ses biens? 2. Si oui, cette situation est-elle due (plusieurs réponses simultanées sont possibles) : à la résiliation du contrat par l assureur : à l échéance du contrat? à la suite d un sinistre? à des appels d offres infructueu pour le renouvellement de contrats? à des propositions de nouveau tarifs jugées inacceptables par votre collectivité? 13

14 Si la réponse est oui à cette dernière question, pouvez-vous nous préciser le ratio suivant : montant (en euros) par m_ de biens couverts : - dans l ancien tarif :... - dans le nouveau tarif proposé : Envisagez-vous, face à de telles situations, que votre collectivité soit son propre assureur en assurances dommages? oui non Si oui, pour la totalité de la couverture dommages à ses biens? pour une partie seulement? dans ce dernier cas, merci de nous préciser selon quel dispositif : et selon quelle répartition de la surface totale des biens : - surface qui resterait confiée à un assureur :... - surface pour laquelle la collectivité serait son propre assureur : Observations particulières sur ces questions :

LA PRISE EN CHARGE DES FOURNITURES SCOLAIRES DANS LES GRANDES VILLES

LA PRISE EN CHARGE DES FOURNITURES SCOLAIRES DANS LES GRANDES VILLES LA PRISE EN CHARGE DES FOURNITURES SCOLAIRES DANS LES GRANDES VILLES Etude n 180 Octobre 2001 Table des Matières Avant-Propos p.3 1. L analyse des résultats p.4 2. Quelques exemples p.7 3. Liste des communes

Plus en détail

FD/AM N 1-18325 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Adeline Merceron Tél : 01 45 84 14 44 adeline.merceron@ifop.com. pour

FD/AM N 1-18325 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Adeline Merceron Tél : 01 45 84 14 44 adeline.merceron@ifop.com. pour FD/AM N 1-18325 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Adeline Merceron Tél : 01 45 84 14 44 adeline.merceron@ifop.com pour Les Français et leur de santé Résultats détaillés Février 2010 Sommaire - 1 - La méthodologie...

Plus en détail

Bilan de l enquête sur la téléphonie fixe Maires de Grandes Villes/Journal Le Monde ETUDE n 205 Septembre 2004

Bilan de l enquête sur la téléphonie fixe Maires de Grandes Villes/Journal Le Monde ETUDE n 205 Septembre 2004 Bilan de l enquête sur la téléphonie fixe Maires de Grandes Villes/Journal Le Monde ETUDE n 205 Septembre 2004 Association des Maires de Grandes Villes de France Tous droits réservés Septembre 2004 1 Au

Plus en détail

Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux

Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux L'analyse des Besoins Sociaux (ABS) sur le territoire de la commune de la Bordeaux est une procédure annuelle qui doit permettre une appréhension globale des

Plus en détail

N 7 : Service des assurances de l Etat Audit de gestion, relatif au portefeuille des assurances de l'etat

N 7 : Service des assurances de l Etat Audit de gestion, relatif au portefeuille des assurances de l'etat N 7 : Service des assurances de l Etat Audit de gestion, relatif au portefeuille des assurances de l'etat La mise en place des recommandations de la Cour, approuvées en février 2008 par le Département

Plus en détail

FICHE PRATIQUE La généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé

FICHE PRATIQUE La généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé FICHE PRATIQUE La généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé A partir du 1 er janvier 2016, toutes les entreprises seront dans l'obligation de proposer une couverture santé minimale

Plus en détail

1.1. QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE UNE ASSURANCE GROUPE ET UN EIP?

1.1. QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE UNE ASSURANCE GROUPE ET UN EIP? 1. Généralités 1.1. QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE UNE ASSURANCE GROUPE ET UN EIP? EIP. Un engagement individuel de pension est un contrat d assurance-vie souscrit par une société au profit d un dirigeant

Plus en détail

ASSURANCES RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE

ASSURANCES RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE ASSURANCES RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE Chaque Expert a eu à un moment ou à un à un autre une réflexion sur la nécessité de la souscription d un contrat garantissant sa responsabilité civile professionnelle.

Plus en détail

Synthèse Rapport de gestion 2014

Synthèse Rapport de gestion 2014 Synthèse Rapport de gestion 2014 Prévoyance professionnelle de la Fonda on collec ve Vita et de la Zurich Assurance Chiffres clés 2013 2014 Retraités Tous les retraités sont réassurés auprès de la Zurich

Plus en détail

Garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Département Évaluation des Politiques Sociales Garanties et services : les attentes des et des entreprises Mars 2014 Synthèse des résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour

Plus en détail

BONUS MALUS. Voici, la façon de calculer la prime : Le montant de la prime à acquitter est égale à : P = PB. C où : P

BONUS MALUS. Voici, la façon de calculer la prime : Le montant de la prime à acquitter est égale à : P = PB. C où : P BONUS MALUS Le propriétaire d un véhicule automobile est tenu d assurer sa voiture auprès d une compagnie d assurances. Pour un véhicule donné, le propriétaire versera annuellement une «prime» à sa compagnie.

Plus en détail

L assurance-emprunteur

L assurance-emprunteur 26 ème rapport annuel L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES L assurance-emprunteur présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Vendredi 24 janvier 214-1 L Observatoire

Plus en détail

Assurances placements

Assurances placements Fiche de connaissance Assurances placements Les assurances placement sont des contrats que vous souscrivez avec une compagnie d assurances, et non avec une banque. Elles sont toutefois commercialisées

Plus en détail

Avantages sociaux 2011 FAQ

Avantages sociaux 2011 FAQ Le présent document fait suite à certains commentaires d employés de MMC que nous avons reçus récemment au sujet des hausses de primes pour l année 2011. Assurance vie facultative et assurance vie facultative

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS. Que veut dire «étalement»? Que veut dire «valeur au rôle»? Que veut dire «valeur uniformisée»? Que veut dire «valeur ajustée»?

FOIRE AUX QUESTIONS. Que veut dire «étalement»? Que veut dire «valeur au rôle»? Que veut dire «valeur uniformisée»? Que veut dire «valeur ajustée»? Que veut dire «étalement»? FOIRE AUX QUESTIONS Lorsque l augmentation de la valeur foncière de la propriété depuis la dernière mise à jour du rôle peut être répartie sur plus d une année, on dit qu elle

Plus en détail

La motivation des copropriétaires pour la rénovation énergétique Source le Moniteur Isabelle Duffaure-Gallais 11/06/2013 17:58 Conjoncture

La motivation des copropriétaires pour la rénovation énergétique Source le Moniteur Isabelle Duffaure-Gallais 11/06/2013 17:58 Conjoncture La motivation des copropriétaires pour la rénovation énergétique Source le Moniteur Isabelle Duffaure-Gallais 11/06/2013 17:58 Conjoncture Une enquête Qualitel/Ifop auprès de copropriétaires français les

Plus en détail

MANUEL SINISTRES Octobre 2011

MANUEL SINISTRES Octobre 2011 MANUEL SINISTRES Octobre 2011 1. - Principes Les compagnies d assurance ont besoin de beaucoup d informations pour pouvoir régler les sinistres. En fournissant un maximum d informations, on facilite et

Plus en détail

Hypothèques Financement immobilier. Un seul partenaire pour votre hypothèque, votre prévoyance et votre assurance bâtiment

Hypothèques Financement immobilier. Un seul partenaire pour votre hypothèque, votre prévoyance et votre assurance bâtiment Hypothèques Financement immobilier Un seul partenaire pour votre hypothèque, votre prévoyance et votre assurance bâtiment Un soutien financier sur mesure et attrayant Êtes-Vous déjà propriétaire ou rêvez-vous

Plus en détail

Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain

Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain ORLY CHAMPIGNY-SUR-MARNE NOGENT-SUR-MARNE VILLECRESNES VILLEJUIF Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain Synthèse des résultats du questionnaire BONNEUIL-SUR-MARNE SUCY-EN-BRIE

Plus en détail

CONVENTIONS SPÉCIALES POUR L ASSURANCE DES PERTES FINANCIÈRES DU NAVIRE DE COMMERCE

CONVENTIONS SPÉCIALES POUR L ASSURANCE DES PERTES FINANCIÈRES DU NAVIRE DE COMMERCE Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

bonus.ch : dès 5% d'augmentation de primes maladie, les assurés envisagent de changer

bonus.ch : dès 5% d'augmentation de primes maladie, les assurés envisagent de changer bonus.ch : dès d'augmentation de primes maladie, les assurés envisagent de changer A partir de quel potentiel d économies les assurés se décident à faire la démarche de demander une offre dans le but de

Plus en détail

Automobile : si l on refuse de vous assurer. Fédération française des sociétés d assurances DEP 454 MAI 2005

Automobile : si l on refuse de vous assurer. Fédération française des sociétés d assurances DEP 454 MAI 2005 DEP 454 MAI 2005 Automobile : si l on refuse de vous assurer Fédération française des sociétés d assurances Centre de documentation et d information de l assurance 26, bd Haussmann 75311 Paris Cedex 09

Plus en détail

1. LES SALARIES UTILISANT LES TRANSPORTS EN COMMUN

1. LES SALARIES UTILISANT LES TRANSPORTS EN COMMUN ZOOM SUR L AIDE AU TRANSPORT DOMICILE - TRAVAIL Sources : - art. 20 de LFSS 2009 du 17 décembre 2008 ; - Décret n 2008-1501 du 30 décembre 2008 relatif au remboursement des frais de transport des salariés

Plus en détail

Réalisez votre audit interne et préparez-vous à l audit externe

Réalisez votre audit interne et préparez-vous à l audit externe ÉTAPE 14I Réalisez votre audit interne et préparez-vous à l audit externe Cette étape remplit une exigence de l article 4.2 de la norme. Exigences de la norme (article 4.2).1 Réalisez votre audit interne

Plus en détail

Questionnaire sur l assurance responsabilité professionnelle des avocats demandant leur inscription en vertu de la directive Etablissement (98/5/CE)

Questionnaire sur l assurance responsabilité professionnelle des avocats demandant leur inscription en vertu de la directive Etablissement (98/5/CE) Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Questionnaire sur l assurance responsabilité professionnelle des avocats demandant leur inscription en vertu de la directive Etablissement

Plus en détail

RENOUVELLEMENT PROGRAMME D ASSURANCE DE DOMMAGES SAR250-2012 ET CONTRAT D ASSURANCE-ACCIDENT POUR LES ÉTUDIANTS SAR240-2011

RENOUVELLEMENT PROGRAMME D ASSURANCE DE DOMMAGES SAR250-2012 ET CONTRAT D ASSURANCE-ACCIDENT POUR LES ÉTUDIANTS SAR240-2011 LE PROGRAMME D ASSURANCE DE DOMMAGES ET C21 (SAR250-2012) Le programme d assurance de dommages comprend huit (8) garanties, de base et complémentaires, couvrant les dommages faits aux biens ainsi que la

Plus en détail

La portabilité des couvertures prévoyance et santé en faveur des anciens salariés

La portabilité des couvertures prévoyance et santé en faveur des anciens salariés La portabilité des couvertures prévoyance et santé en faveur des anciens salariés Par l article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008, les partenaires sociaux ont mis en place

Plus en détail

Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG?

Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG? Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG? Dès le 1 er juin 2014, la législation française modifie les conditions d accès aux soins en Suisse L assurance maladie du frontalier Les Hôpitaux universitaires

Plus en détail

Santé des TPE face à la crise

Santé des TPE face à la crise Santé des TPE face à la crise Etude quantitative RAPPORT - Juin 2012 Version n 1 De: Nadia Auzanneau et Stéphanie Chardron A : Sylvie du Cray-Patouillet et Delphine Eriau OpinionWay, 15 place de la République,

Plus en détail

LES AVANTAGES EN NATURE

LES AVANTAGES EN NATURE LES AVANTAGES EN NATURE QU EST CE QUE L AVANTAGE EN NATURE? QUE SONT LES AVANTAGES EN NATURE? Lorsque les dirigeants ou les collaborateurs d une entreprise disposent d une «voiture de fonction» il est

Plus en détail

Fédération Nationale de l Habillement MAJ : juin 2015 Service social

Fédération Nationale de l Habillement MAJ : juin 2015 Service social La portabilité de la couverture prévoyance Evolution au 1 er juin 2015 1. Qui sont les bénéficiaires de la portabilité?... 3 2. Quelle est la durée du maintien des garanties?... 3 3. A quel moment cesse

Plus en détail

Questionnaire - Investisseurs en Capital

Questionnaire - Investisseurs en Capital Questionnaire - Investisseurs en Capital Ce questionnaire a pour objet de renseigner l Assureur sur le risque à garantir. Les réponses apportées aux questions posées ci-après ainsi que les documents à

Plus en détail

CHOISIR SON ASSURANCE AUTO

CHOISIR SON ASSURANCE AUTO CHOISIR SON ASSURANCE AUTO Le type d assurance dont vous avez besoin dépend de la voiture que vous avez et de l utilisation que vous en faites. COMMENT CHOISIR? Pour une voiture neuve, optez sans hésiter

Plus en détail

UNE SITUATION ECONOMIQUE TOUJOURS TRES TENDUE

UNE SITUATION ECONOMIQUE TOUJOURS TRES TENDUE Suivez l activité des entreprises de Haute-Savoie NOTE DE CONJONCTURE 1 er trimestre UNE SITUATION ECONOMIQUE TOUJOURS TRES TENDUE Comme au 1 er trimestre, les indicateurs d activité sont en recul en ce

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

DELIBERATIONS. (Délibérations du BUREAU) BUREAU du 18/10/2013

DELIBERATIONS. (Délibérations du BUREAU) BUREAU du 18/10/2013 DELIBERATIONS (Délibérations du BUREAU) BUREAU du 18/10/2013 Le présent document regroupe l'ensemble des délibérations accompagnées de leur(s) annexe(s), classés par élus rapporteur et par compétences.

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES 1 Place du 11 novembre 1918 31190 AUTERIVE Marché public de service Assurance statutaire et risques annexes CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A.P) APPEL D OFFRES OUVERT (Passé en application

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 24 - Sondage Ifop pour KPMG et CGPME Contact Ifop : Flore Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d Entreprise

Plus en détail

Viesperen http://www.musique.verspieren.com/notre-offre/

Viesperen http://www.musique.verspieren.com/notre-offre/ Viesperen http://www.musique.verspieren.com/notre-offre/ Les garanties Vous êtes un musicien amateur ou professionnel, un élève d une école de musique ou du conservatoire, ou un spécialiste de la musique?

Plus en détail

Indicateurs harmonisés

Indicateurs harmonisés Département présidentiel DGI - Service de surveillance des communes Secteur des finances communales Indicateurs harmonisés Finances communales genevoises en 2013 Présentation de la situation financière

Plus en détail

Guide pour la rédaction du compte-rendu des activités au titre du Service Civique

Guide pour la rédaction du compte-rendu des activités au titre du Service Civique Guide pour la rédaction du compte-rendu des activités au titre du Service Civique A l attention des organismes agréés au titre de l engagement de Service Civique ayant recruté des volontaires avant le

Plus en détail

Les Français et l assurance

Les Français et l assurance pour Les Français et l assurance résultats détaillés Contact : service presse de Carrefour 01 57 32 89 99 groupe@presse-carrefour.com Note Méthodologique Etude réalisée pour : Carrefour Assurances Echantillon

Plus en détail

«Pratique de la GPEC dans les entreprises»

«Pratique de la GPEC dans les entreprises» «Pratique de la GPEC dans les entreprises» Etat des lieux Etude réalisée par En partenariat avec Avril 2009 www.cerclerh.com Sommaire 1- Introduction 2- Méthodologie 3- Signalétique 4- Pratiques de la

Plus en détail

Les services publics locaux

Les services publics locaux Les services publics locaux mars 2004 AVANT-PROPOS Le présent fascicule est la synthèse de l enquête sur la gestion des services publics locaux lancée par l Association des Maires de Grandes Villes de

Plus en détail

QUESTIONS REPONSES MUTUELLE SANTE Branche HPA

QUESTIONS REPONSES MUTUELLE SANTE Branche HPA QUESTIONS REPONSES Obligation d adhérer à Humanis? Une adhérente souhaite conserver sa mutuelle. Sa mutuelle hésite car pour lui proposer les mêmes garanties précisées dans l'accord de branche, cela coûte

Plus en détail

PROTOCOLE D ETUDE ENQUETE TMS, APPROVISIONNEMENTS ET EVACUATION DES DECHETS DE CHANTIER DANS LE BATIMENT PROTOCOLE D ETUDE CONGRES BTP LIMOGES 2015 1

PROTOCOLE D ETUDE ENQUETE TMS, APPROVISIONNEMENTS ET EVACUATION DES DECHETS DE CHANTIER DANS LE BATIMENT PROTOCOLE D ETUDE CONGRES BTP LIMOGES 2015 1 ENQUETE TMS, APPROVISIONNEMENTS ET EVACUATION DES DECHETS DE CHANTIER DANS LE BATIMENT PROTOCOLE D ETUDE 1 Décembre 2014 www.limogesbtp2015.fr 1 Limoges, le 3 Juin 2014 Madame, Monsieur, Chère consœur,

Plus en détail

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1 RÉPONSE DE GAZ MÉTRO À UNE DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS Origine : Demande de renseignements n o 1 en date du 14 juin 2010 Demandeur : Fédération canadienne de l entreprise indépendante SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

PRESENTATION DU PASS PERMIS CITOYEN

PRESENTATION DU PASS PERMIS CITOYEN PRESENTATION DU PASS PERMIS CITOYEN Qu est-ce que le Pass permis citoyen? Une aide forfaitaire de 600 octroyée par le Département aux jeunes qui souhaitent obtenir leur permis B, en contrepartie d une

Plus en détail

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BUREAU CENTRAL FRANÇAIS (Mandataire ) -----------------------------------

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BUREAU CENTRAL FRANÇAIS (Mandataire ) ----------------------------------- 01/07/2006-mandataire MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BUREAU CENTRAL FRANÇAIS (Mandataire ) ----------------------------------- Entre le Bureau central français des sociétés d assurances

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 1er octobre 2015 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 1er octobre 2015 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 1er octobre 2015 Rejeté PLF POUR 2016 - (N 3096) AMENDEMENT présenté par M. Le Fur, M. Wauquiez et Mme Dalloz ---------- ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L'ARTICLE 2, insérer l'article suivant:

Plus en détail

Victime d un accident causé par une autre personne : il faut le déclarer à l Assurance Maladie

Victime d un accident causé par une autre personne : il faut le déclarer à l Assurance Maladie Victime d un accident causé par une autre personne : il faut le déclarer à l Assurance Maladie dossier de presse Contact presse CNAMTS : Sandra Garnier 01 72 60 15 91 sandra.garnier@cnamts.fr Paris, le

Plus en détail

Le palmarès des villes attractives

Le palmarès des villes attractives La situation politique à Villefranche sur Mer - Novembre 2013 1 Le palmarès des villes attractives Institut CSA pour Guy Hoquet l Immobilier Avril 2015 Fiche technique Sondage exclusif Institut CSA / Guy

Plus en détail

ETUDES DANS LES 50 PLUS GRANDES VILLES DE FRANCE

ETUDES DANS LES 50 PLUS GRANDES VILLES DE FRANCE FÉVRIER 2014 Parité Diversité & Maires & adjoint.e.s ETUDES DANS LES 50 PLUS GRANDES VILLES DE FRANCE AVANT PROPOS À l occasion des élections municipales de mars, République & Diversité et le CRAN ont

Plus en détail

Enquête de satisfaction 2015 réalisée du 8 au 26 juin 2015. À votre écoute pour progresser!

Enquête de satisfaction 2015 réalisée du 8 au 26 juin 2015. À votre écoute pour progresser! Enquête de satisfaction 2015 réalisée du 8 au 26 juin 2015 PREFECTURE DES DEUX-SEVRES 116 questionnaires collectés / 20 questions Résultats en % des exprimés 1. Le contexte de l étude À votre écoute pour

Plus en détail

FONDS DE ROULEMENT : NIVEAU ET ADMINISTRATION PRÉSENTATION. Source : Articles 5.1, 5.6, et 6.2 à 6.4 du Règlement financier.

FONDS DE ROULEMENT : NIVEAU ET ADMINISTRATION PRÉSENTATION. Source : Articles 5.1, 5.6, et 6.2 à 6.4 du Règlement financier. 38 e session, Paris 2015 38 C 38 C/39 11 août 2015 Original anglais Point 9.5 de l ordre du jour provisoire FONDS DE ROULEMENT : NIVEAU ET ADMINISTRATION PRÉSENTATION Source : Articles 5.1, 5.6, et 6.2

Plus en détail

Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse

Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse Département fédéral de l économie DFE Secrétariat d Etat à l économie SECO Communication Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse Date 20 novembre 2009 1. Introduction Dans

Plus en détail

Baromètre sur le financement et

Baromètre sur le financement et pour Baromètre sur le financement et - Vague 17 - Contacts : Flore- Aline Colmet Daâge / Guillaume Chevalier 2013 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME pour Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME -Vague 8 - Le 20 janvier 2011 0 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise,

Plus en détail

Solassur Auto du Pro est un contrat d assurance automobile modulable qui prend soin de vous et de votre véhicule en toutes circonstances.

Solassur Auto du Pro est un contrat d assurance automobile modulable qui prend soin de vous et de votre véhicule en toutes circonstances. Solassur Auto du Pro Assurez votre véhicule au plus près de vos besoins et de votre budget. EN BREF Solassur Auto du Pro est un contrat d assurance automobile modulable qui prend soin de vous et de votre

Plus en détail

Ville d Arnouville (95) Service des Marchés publics

Ville d Arnouville (95) Service des Marchés publics Ville d Arnouville (95) Service des Marchés publics AVIS D ANNONCE PUBLIC A LA CONCURRENCE MARCHE D APPEL D OFFRES OUVERT Marché de services - Seuil + 90 000 HT Nom et adresse de l organisme : COMMUNE

Plus en détail

VU Manuvie spécimen de contrat

VU Manuvie spécimen de contrat VU Manuvie spécimen de contrat Garantie assurance temporaire (GAT) Le présent spécimen de contrat vous est fourni à titre purement informatif. Il ne constitue pas un contrat valide ni une offre d assurance.

Plus en détail

Qu est-ce que l effet de levier?

Qu est-ce que l effet de levier? EMPRUNTER POUR INVESTIR : CE N EST PAS POUR TOUT LE MONDE Qu est-ce que l effet de levier? L effet de levier consiste à investir en empruntant une partie ou la totalité des sommes. De cette façon, vous

Plus en détail

Suivi par : Amandine Lenzeele, 29/08/2012 Stagiaire IRA, et Catherine Dhénin, Responsable qualité.

Suivi par : Amandine Lenzeele, 29/08/2012 Stagiaire IRA, et Catherine Dhénin, Responsable qualité. Suivi par : Amandine Lenzeele, 29/08/2012 Stagiaire IRA, et Catherine Dhénin, Responsable qualité. Résultat de l enquête de satisfaction «Relations avec les collectivités territoriales» du 15 au 29 novembre

Plus en détail

AVIS RELATIF À L INDICATION DE CLIENTS EN APPLICATION DE LA LOI SUR LA DISTRIBUTION DE PRODUITS ET SERVICES FINANCIERS

AVIS RELATIF À L INDICATION DE CLIENTS EN APPLICATION DE LA LOI SUR LA DISTRIBUTION DE PRODUITS ET SERVICES FINANCIERS AVIS RELATIF À L INDICATION DE CLIENTS EN APPLICATION DE LA LOI SUR LA DISTRIBUTION DE PRODUITS ET SERVICES FINANCIERS L Autorité des marchés financiers (l «Autorité») souhaite préciser le concept d indication

Plus en détail

Questionnaire d étude assurances RC Promoteur

Questionnaire d étude assurances RC Promoteur 2 Ce questionnaire a pour objet de renseigner l assureur sur le risque à garantir. Les réponses apportées aux questions posées ci-après ainsi que les documents à fournir serviront de base à l établissement

Plus en détail

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Etude sur les garanties et services : les attentes des et des entreprises Résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Méthodologie Deux enquêtes téléphoniques auprès

Plus en détail

Internet et l entretien automobile : Hier outil d information, Internet devient la plateforme incontournable d achat de services & de prestations

Internet et l entretien automobile : Hier outil d information, Internet devient la plateforme incontournable d achat de services & de prestations : Hier outil d information, Internet devient la plateforme incontournable d achat de services & de prestations Rapport de résultats 09 Juin 2015 Sommaire 1 Synthèse 3 2 Rappel Méthodologique 5 3 Internet

Plus en détail

Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Jeudi 6 juin 2013

Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Jeudi 6 juin 2013 1 Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires Jeudi 6 juin 2013 2 L assemblée nationale a voté dans la nuit du 5 au 6 juin 2013 en seconde lecture le projet de loi

Plus en détail

QUESTIONNAIRE RC PROFESSIONNELLE DES INTERMÉDIAIRES D ASSURANCE

QUESTIONNAIRE RC PROFESSIONNELLE DES INTERMÉDIAIRES D ASSURANCE Le proposant 1. Nom de l assuré : 2. Adresse : Code postal : Ville : 3. Date de création : 4. La société a-t-elle changé de nom ou de région au cours des 6 dernières années? Oui Non Si oui, merci de préciser

Plus en détail

Irez-vous manifester le 10 décembre à Paris?

Irez-vous manifester le 10 décembre à Paris? SONDAGE NATIONAL DES AVOCATS : JOURNEE DE MOBILISATION DU 10 DECEMBRE Administré aux 31 406 avocats membres du réseau Hub Avocat 10 203 répondants Irez-vous manifester le 10 décembre à Paris? FRANCE ENTIERE

Plus en détail

Enquête construction bois Basse Normandie 2009

Enquête construction bois Basse Normandie 2009 Enquête construction bois Basse Normandie 2009 Courant 2009, ProfessionsBois a réalisé une enquête auprès des constructeurs bois intervenant sur la Basse Normandie. 118 entreprises bas normandes ont été

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS Consultation publique : veuillez adresser vos réponses avant le 27 février 2013 à l adresse électronique hcp@dgtresor.gouv.fr.

Plus en détail

Fiche Pratique. Agents Distributeurs. Différences, avantages, et inconvénients. Dominique Tai, Browne Jacobson LLP

Fiche Pratique. Agents Distributeurs. Différences, avantages, et inconvénients. Dominique Tai, Browne Jacobson LLP Fiche Pratique Agents Distributeurs Différences, avantages, et inconvénients Dominique Tai, Dominique Tai est Chargée de Clientèle Française et dirige le groupe français du cabinet d avocats. Dominique

Plus en détail

Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG?

Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG? Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG? Dès le 1 er juin 2014, la législation française modifie les conditions d accès aux soins en Suisse L assurance maladie du frontalier Les Hôpitaux universitaires

Plus en détail

PARITAIRE MUTUELLE PREVOYANCE DEPENDANCE 2014

PARITAIRE MUTUELLE PREVOYANCE DEPENDANCE 2014 PARITAIRE MUTUELLE PREVOYANCE DEPENDANCE 2014 INTRODUCTION Nous tenons à saluer la qualité des échanges avant cette paritaire, ainsi que la qualité des documents qui nous ont été remis et qui ont abouti

Plus en détail

Crédit immobilier Bilan 2015 et perspectives 2016

Crédit immobilier Bilan 2015 et perspectives 2016 Étude annuelle Crédit immobilier Bilan 2015 et perspectives 2016 BILAN DE L ANNÉE 2015 : Évolution des taux en 2015 : les taux d intérêt pour un crédit sur 20 ans ont baissé de 0,15 % au cours des 12 derniers

Plus en détail

Responsable grands comptes / comptes clés

Responsable grands comptes / comptes clés Responsable grands comptes / comptes clés DEFINITION DE FONCTION ET ETUDE DE REMUNERATIONS Le responsable grands comptes assure le suivi commercial des comptes clients ayant une importance stratégique

Plus en détail

Stop-LossPlus Une solution d assurance innovante

Stop-LossPlus Une solution d assurance innovante Stop-LossPlus Une solution d assurance innovante Une assurance innovante, un suivi optimal Structure de risques classique d une institution de prévoyance 2 500 000 Sommes sous risque invalidité en CHF

Plus en détail

Les Français et la Loi Hamon

Les Français et la Loi Hamon Les Français et la Loi Hamon Etude réalisée par pour Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d un échan6llon de Français interrogés par Internet du 20 au 26 octobre 2015 Echan9llon Echan6llon de 1

Plus en détail

Chiffres clés de l assurance transport 2010 réalisés par l ABAM

Chiffres clés de l assurance transport 2010 réalisés par l ABAM Chiffres clés de l assurance transport 2010 réalisés par l ABAM Contenu Contenu... 1 1. Facultés... 2 2. CMR... 3 3. Corps fluviaux... 4 4. Corps maritimes... 5 5. Conclusion... 5 Le 8 juin 2011, l Association

Plus en détail

Questionnaire d étude assurances RC Promoteur

Questionnaire d étude assurances RC Promoteur 2 Ce questionnaire a pour objet de renseigner l assureur sur le risque à garantir. Les réponses apportées aux questions posées ci-après ainsi que les documents à fournir serviront de base à l établissement

Plus en détail

Marche à suivre Connaissances professionnelles

Marche à suivre Connaissances professionnelles Marche à suivre Connaissances professionnelles 1 Marche à suivre Connaissances professionnelles Pour savoir quelles personnes doivent répondre à telles ou telles conditions en matière de connaissances

Plus en détail

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES Introduction Qu est ce qu une Commission Interbancaire de Paiement (CIP)? Lorsqu une transaction est réglée par carte bancaire de paiement, la banque du consommateur

Plus en détail

Baromètre de l économie Juillet 2015

Baromètre de l économie Juillet 2015 Baromètre de l économie Juillet 2015 Sondage réalisé par pour, et Publié le 2 juillet 2015 Levée d embargo le 2 juillet 06H45 Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d un échantillon de Français interrogés

Plus en détail

Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011

Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011 Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011 Les bénéficiaires de la CMU-C doivent normalement accéder aux soins sans participation financière, sauf exigence particulière.

Plus en détail

Information à l intention du personnel. Les conditions de la retraite dès 2012. Le 19 juillet 2011. Direction des Finances DFIN Finanzdirektion FIND

Information à l intention du personnel. Les conditions de la retraite dès 2012. Le 19 juillet 2011. Direction des Finances DFIN Finanzdirektion FIND Information à l intention du personnel Les conditions de la retraite dès 2012 Le 19 juillet 2011 Direction des Finances DFIN Finanzdirektion FIND Page 2 de 10 Sommaire 1. En bref, les nouveautés concernant

Plus en détail

Les Français et l ouverture du marché de l énergie

Les Français et l ouverture du marché de l énergie Les Français et l ouverture du marché de l énergie Février 2008 Contact : Edouard LECERF DGA TNS Sofres 138 avenue Marx Dormoy 92129 Montrouge Cedex 01 40 92 45 06 1 Méthodologie Echantillon national représentatif

Plus en détail

VU Manuvie spécimen de contrat

VU Manuvie spécimen de contrat VU Manuvie spécimen de contrat Garantie protection des enfants (GPE) Le présent spécimen de contrat vous est fourni à titre purement informatif. Il ne constitue pas un contrat valide ni une offre d assurance.

Plus en détail

Personal Financial Services Fonds de placement

Personal Financial Services Fonds de placement Personal Financial Services Fonds de placement Un investissement dans des fonds de placement, c est la promesse de rendements attractifs pour un risque contrôlé. Informez-vous ici sur le fonctionnement

Plus en détail

Assurance de prêt immobilier

Assurance de prêt immobilier Assurance de prêt immobilier QU EST CE QUE L ASSURANCE DE PRÊT IMMOBILIER? L assurance de prêt immobilier est un type de contrat d assurance spécifique : il permet à l emprunteur de faire face aux échéances

Plus en détail

- France Télévisions Publicité Les nouveaux contrats d échange

- France Télévisions Publicité Les nouveaux contrats d échange - France Télévisions Publicité Les nouveaux contrats d échange Dans son rapport particulier de mars 2005 sur les comptes, l activité et la gestion de France Télévisions Publicité, pour les exercices 1996

Plus en détail

Général. C. La présente proposition doit être signée et datée par un responsable de votre entreprise, de même que chaque feuille annexe.

Général. C. La présente proposition doit être signée et datée par un responsable de votre entreprise, de même que chaque feuille annexe. Général Information importante: A. Veuillez répondre à toutes les questions. Ces informations sont nécessaires pour la souscription et l analyse de la prime. Vos réponses ci-après sont considérées dans

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 2 - Juin 2009 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

C.C.T.P. Règlement de la consultation

C.C.T.P. Règlement de la consultation MARCHE de PRESTATIONS de SERVICES ASSURANCE des RISQUES STATUTAIRESDU PERSONNEL MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE (ARTICLE 28 DU CODE DES MARCHES PUBLICS) 23 octobre 2014 C.C.T.P. Règlement de la consultation

Plus en détail

A la suite de ce sinistre, l activité n a pas été interrompue, la SAS ayant pu poursuivre son activité sur un autre site.

A la suite de ce sinistre, l activité n a pas été interrompue, la SAS ayant pu poursuivre son activité sur un autre site. COMPTES ANNUELS - Date de comptabilisation des indemnités d'assurance suite à un incendie - Provision pour charges liées à la reconstruction du bâtiment appartenant à une SCI - EC 2010-28 Mots clés Comptes

Plus en détail

Il arrive que des situations courantes L ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE. Pour favoriser l accès au droit et à la justice

Il arrive que des situations courantes L ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE. Pour favoriser l accès au droit et à la justice L ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE Pour favoriser l accès au droit et à la justice Pour favoriser l accès au droit et à la justice Il arrive que des situations courantes de votre vie quotidienne provoquent

Plus en détail

Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35

Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35 Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35 Méthodologie Ce Baromètre est mis en place par la Chambre Régionale de Commerce et d Industrie de Bourgogne,

Plus en détail

Questionnaire d étude assurances RC Promoteur

Questionnaire d étude assurances RC Promoteur 2 Ce questionnaire a pour objet de renseigner l assureur sur le risque à garantir. Les réponses apportées aux questions posées ci-après ainsi que les documents à fournir serviront de base à l établissement

Plus en détail