L authenticité notariale électronique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L authenticité notariale électronique"

Transcription

1 Université de Montpellier 1 Faculté de Droit L authenticité notariale électronique Mémoire présenté par Laurent Granier En vue de l obtention du Diplôme Supérieur du Notariat Sous la direction de Monsieur Rémy Cabrillac, Professeur à l Université de Montpellier I Membres du Jury : Monsieur Arnaud Raynouard : Professeur à l Université des Sciences Sociales de Toulouse 1 Maître Année universitaire

2 Résumé : A l heure du développement croissant du commerce électronique et des contrats à distance, la confrontation inéluctable de l instrument probatoire traditionnel et exorbitant de droit commun que constitue l acte authentique, aux enjeux et incertitudes des nouvelles technologies de l information, participe d une réflexion plus vaste sur la valeur et l avenir de l authenticité. A cet égard, la profession notariale ne peut faire l économie d une analyse globale sur les assurances techniques et juridiques susceptibles de concilier la sécurité des parties, le respect des prescriptions légales et la nécessaire adaptation de la profession aux impératifs de la modernité. Mots-clefs : contrats - preuve - acte authentique - signature électronique notaire contracts proof authenticity electronic signature public notary

3 Présentation générale Introduction Première partie : Evolution et perspectives de l acte authentique dans le milieu notarial A. L acte authentique à travers son évolution dans le milieu notarial 1. Approche historique notariale: du Tabellion au cyber-notaire 2. Notion d acte authentique notarié B. L acte authentique à l épreuve du formalisme électronique 1. Le formalisme électronique: l adaptation du droit de la preuve aux nouvelles technologies 2. L acte authentique dématérialisé Deuxième Partie : La mise en œuvre pratique de la forme électronique pour les actes notariés A. Le notaire, tiers de confiance des échanges électroniques 1 Introduction à la cryptologie asymétrique 2 Tiers de confiance et «notarisation» des échanges B. La pratique notariale face aux nouveaux outils informatiques 1. Les conséquences pratiques de l adoption du support électronique pour les actes authentiques 2. Une évolution inscrite dans un processus global d informatisation

4

5 Université de Montpellier 1 Faculté de Droit L authenticité notariale électronique Mémoire présenté par Laurent Granier En vue de l obtention du Diplôme Supérieur du Notariat Sous la direction de Monsieur Rémy Cabrillac, Professeur à l Université de Montpellier I Membres du Jury : Monsieur Arnaud Raynouard : Professeur à l Université des Sciences Sociales de Toulouse 1 Maître Année universitaire

6 A mes parents,

7 Plan détaillé Introduction Première partie : Evolution et perspectives de l acte authentique dans le milieu notarial A. L acte authentique à travers son évolution dans le milieu notarial 1. Approche historique notariale: du Tabellion au cybernotaire 1.2 Le scribe antique, témoin privilégié de l accord des volontés 1.3 Du notaire féodal à la loi de Ventôse 1.4 L authenticité notariale moderne 2. Notion d acte authentique notarié 2.1 Fondements de l authenticité 2.2 Définition de l authenticité Conditions de l authenticité Titre établi par un officier public Présence d un titre Diversité des officiers publics Délégation de pouvoirs Compétence de l officier public Compétence ratione materiae Compétence ratione loci Solennités requises Formalités de rédaction Formalités de réception Point de vue critique sur le formalisme Effets de l authenticité

8 2.3 Critère de l authenticité Justifications de la forme authentique Force probante Force exécutoire B. L acte authentique à l épreuve du formalisme électronique 1. Le formalisme électronique: l adaptation du droit de la preuve aux nouvelles technologies 1.1 Le contexte international : la réglementation du commerce électronique L impulsion supranationale : le projet CNUDCI L harmonisation communautaire: la Directive du 13 Décembre Le formalisme et l authenticité mis à l index de la Directive La reconnaissance de la valeur légale des signatures électroniques Les attributions légales concernant les Prestataires de Service de Certification 1.2 Le contexte français : la loi sur la signature électronique du 13 mars L inadaptation du droit français de la preuve L apport de la réforme législative française La loi du 13 mars Le Décret d application du 30 mars Le projet de Loi sur la Société de l Information (LSI) et la question des écrits ad validitatem 2. L acte authentique dématérialisé 2.1 L art 1317 civ. et le décret sur l acte authentique 2.2 La limite des actes authentiques solennels 2.3 Le débat doctrinal sur le critère de l authenticité relancé 2.4 Une proposition : la réception intellectuelle de l acte Intérêt de la réflexion

9 2.4.2 La réception intellectuelle : une réception imparfaite? De la signature à la marque du conseil responsable Deuxième Partie : La mise en œuvre pratique de la forme électronique pour les actes notariés A. Le notaire, tiers de confiance des échanges électroniques 1 Introduction à la cryptologie asymétrique 1.1 Notion de cryptologie 1.2 Cryptologies symétrique et asymétrique Cryptologie symétrique (ou à clef unique) Cryptologie asymétrique (ou à clef publique) 1.3 Principes de fonctionnement de la cryptologie asymétrique Le cryptage du message électronique par la bi-clef Le cryptage de la signature électronique par la bi-clef 1.4 Réglementation de la cryptologie Les initiatives internationales La réglementation française 2 Tiers de confiance et «notarisation» des échanges 2.1 Notion de tiers de confiance 2.2 Conditions de la certification Les conditions de la certification au regard de la signature électronique Les conditions de la certification au regard de la réglementation de la cryptologie 2.3 Fonctionnement de la certification Création du certificat électronique Signature et transmission du message

10 2.3.3 Déchiffrement du message à partir du certificat 2.4 Responsabilité liée à la certification 2.5 Certification et «notarisation» L horodatage La resignature L exemple québécois : le notaire agent-certificateur des signatures électroniques Un cadre législatif précurseur La mise en œuvre de l Inforoute notariale québécoise 2.6 Les réseaux notariaux français, supports de la communication électronique Le réseau national mis en place par le Conseil Supérieur du Notariat : l Intranet REAL Le réseau de la Chambre des Notaires de Paris : De l Intranot à l Extranot 2.7 L authentification numérique des actes Le certificat authentique : une garantie accrue pour les actes sous-seings privés L authentification numérique des actes : La garantie de l application du devoir de conseil B. La pratique notariale face aux nouveaux outils informatiques 1 Les conséquences pratiques de l adoption du support électronique pour les actes authentiques 1.1 En présence de toutes les parties 1.2 En l absence d une ou plusieurs parties La procuration annexée à l acte La technique de l offre-acceptation ou

11 pollicitation électroniq ue Exemple d un acte à distance 2 Une évolution inscrite dans un processus global d informatisation 2.1 La normalisation de l activité notariale La normalisation de l acte notarié par l électronique La normalisation du service notarial 2.2 L informatisation des services administratifs L informatisation des Conservations des Hypothèques L informatisation des services du cadastre L informatisation des greffes des Tribunaux de commerce 2.3 L archivage numérique des actes Annexes : Directive 1999/93/CE du Parlement européen et du Conseil, du 13 décembre 1999, sur un cadre communautaire pour les signatures électroniques Loi n du 13 mars 2000 portant adaptation du droit de la preuve aux technologies de l'information et relative à la signature électronique Décret n du 30 mars 2001 pris pour l'application de l'article du code civil et relatif à la signature électronique Décret n du 18 avril 2002 relatif à l'évaluation et à la certification de la sécurité offerte par les produits et les systèmes des technologies de l'information Projet de Loi pour la Confiance dans l Economie Numérique (extrait), déposé à l Assemblée Nationale le 15 janvier 2003, Formulaire type - Chambre des notaires du Québec : Demande d émission de la signature numérique d un membre de l Ordre

12 BIBLIOGRAPHIE Références générales : Congrès des Notaires de Lyon, Liberté contractuelle et sécurité juridique, mai Congrès du Mouvement du Jeune Notariat, Cancun 2003, L acte authentique, une minute dans l air du temps, 3-11 octobre Juris-Classeur Notarial, Formulaire, Edition CD-Rom La Semaine Juridique, édition Notariale et Immobilière, recueil CD-Rom Recueil Dalloz, 2000, édition CD-Rom. Répertoire du Notariat Defrénois, recueil CD-Rom, Revue Communication-Commerce Electronique. Revue Droit et Patrimoine. Travaux réalisés dans le cadre de l association Rencontres Notariat- Université (ARNU): Modernité de l authenticité, 2èmes rencontres Notariat-Université, Universités Panthéon-Sorbonne (Paris I) et Panthéon-Assas (Paris II), 26 octobre 1992, compte-rendu publié aux Petites Affiches n 77 du 28 juin 1993 Vers l authenticité électronique, 10èmes rencontres Notariat- Université, Chambre interdépartementale des notaires de Paris, 11 décembre 2000, compte-rendu publié aux Petites Affiches n 65 du 2 avril Ouvrages généraux : AUBRY, RAU, Cours de droit civil français, Litec, t. XII, 6e éd. par P. ESMEIN, t. VI, 7e éd. par A. PONSARD et N. DEJEAN DE LA BATIE BEUDANT, LEREBOURS-PIGEONNIÈRE, Cours de droit civil français, t. IX, 2e éd. par LAGARDE et PERROT

13 J. CARBONNIER, Droit civil : Thémis, t. 4, Les obligations, 12e éd COLIN, CAPITANT, Cours élémentaire de droit civil français, t. 2, 11e éd. par M. JULLIOT DE LA MORANDIÈRE 1986 J. FLOUR, J.L. AUBERT, Droit civil, Les obligations : vol. 1, L'acte juridique, GENY, Sciences et techniques en droit privé positif français, t. 3 GHESTIN, GOUBEAUX, Traité de droit civil : Introduction générale, 2e éd., L.G.D.J D.GRILLET-PONTON, L acte notarié : un nouveau souffle consumériste et technologique, JCPN 2001, n M. MARTY, P. RAYNAUD, Droit civil : t. 1, 2e éd H., L. et J. MAZEAUD, Leçons de droit civil, éd. Montchrestien, t. 1, vol. 1, 6e éd. par CHABAS, t. 2, vol. 1, 7e éd. par CHABAS, t. III, vol. 2, 5e éd. par DE JUGLART PLANIOL, RIPERT, Traité pratique de droit civil français, t. VII, 2e éd. par G. GABOLDE RIPERT, BOULANGER, Traité de droit civil : t. II, Les obligations, 1957 RIPERT, ROBLOT, Traité de droit commercial : t. 1, 11e éd., L.G.D.J B. STARCK, Droit civil, Introduction : Litec WEILL, TERRÉ, Droit civil : Les obligations, 4e éd., 1986 Etudes particulières et articles de doctrine réalisés autour de l authenticité notariale et de son adaptation aux nouvelles technologies de l information : A. ABOUKORIN, L'obligation de renseignement et le conseil dans l'exécution des contrats : thèse Dijon, 1989 J. ALISSE, L'obligation de renseignement dans les contrats : thèse Paris, 1975 N. ARAUD, Le rescision pour lésion et le contrat aléatoire : thèse Toulouse, 1941 J.-L. AUBERT, Le droit pour le créancier d'agir en nullité des actes passés par son débiteur : RTD civ. 1969, p. 692 s ; le formalisme, Defrénois 2000, art

14 BONJEAN, Le droit à l'information du consommateur in L'information en droit privé: LGDJ 1978, p. 347 H. BOSVIEUX, Plaidoyer pour la rénovation de l acte authentique, JCP N 1981, Doctrine, I, p 391. E. CAPRIOLI, La loi française sur la preuve et la signature électroniques dans la perspective européenne, JCP G 2000, n 18, p 787. P. CATALA, Le formalisme et les nouvelles technologies, Defrénois 2000, art L. CHAINE, L'authenticité et le notariat : J.C.P. 85NI, 125 s F. CHAMOUX, La loi du 12 juillet 1980 : une ouverture vers de nouveaux moyens de preuve : J.C.P. 81NI, 266 s C.CHARBONNEAU et F-J PANSIER, Commentaire du décret du 31 mars 2001 sur la signature électronique, Petites affiches, 6 avril 2001, n 69 COUTURIER, La confirmation des actes nuls, thèse Paris, 1969; DECOTTIGNIES, L'erreur de droit : RTD civ. 1951, p. 309 s. DE JUGLART, L'obligation de renseignement dans les contrats : RTD civ. 1945, p. 60 s. DEMENTHON, Des contrats en la forme administrative : D. 1946, chr. 18 M. FABRE-MAGNA, De l'obligation d'information dans les contrats, Essai d'une théorie : LGDJ 1992 J. FLOUR, Sur une notion nouvelle de l'authenticité (commentaires de la loi du 26 novembre 1971) : Defrénois 1972, art , p. 977 s. P.Y GAUTIER et X. LINANT DE BELLEFONDS, De l écrit électronique et des signatures qui s y attachent, JCP G, 14 juin 2000, p J. GHESTIN, La réticence, le dol et l'erreur sur les qualités substantielles : D. 1971, chron. p. 247 M. GRIMALDI et B. REYNIS, L acte authentique électronique, Defrénois 2003, n 17, art L. GRYNBAUM, La consécration de l écrit et de la preuve électronique au prix de la chute de l acte authentique, revue Communication Commerce Electronique, avril 2000, p 14 ; La preuve littérale et la signature à l heure de la communication électronique, Revue Communication-Commerce Electronique, Nov. 1999, p 10

15 HAUSER, Objectivisme et subjectivisme dans l'acte juridique : LGDJ 1971 J. HUET, Vers une consécration de la preuve et de la signature électroniques, Recueil Dalloz 2000, Chron.p95 Th. IVAINER, La lettre et l'esprit de la loi des parties : J.C.P. 81, éd. G, I, 3023; Le magnétophone, source ou preuve de rapports juridiques en droit privé : Gaz. Pal. 1966, 2, doctr. 91 JOURDAIN, Le devoir de se renseigner, contribution à l'obligation de renseignement : D. 1983, chron. p. 139 KLEIN, Aléa et équilibre contractuel dans la formation du contrat de vente : RTD civ. 1979, p. 13 s. I. De LAMBERTERIE, Les actes authentiques électroniques, Réflexion juridique prospective, Mission de recherche «Droit et Justice», La Documentation française, LAPEYRE, L'authenticité : J.C.P. 70GI, 2365 R. LEGEAIS, Les règles de preuve en droit civil : thèse Poitiers 1955 Ph. LE TOURNEAU, De l'allègement de l'obligation de renseignement ou de conseil : D. 1987, chron. p. 101 X. LINANT de BELLEFONDS, L acte authentique électronique, entre exégèse des textes et expérimentation, Communication - Commerce Electronique, Octobre 2002, p 9. LOHEAC, La reconstitution des registres de l'état civil par le procédé photographique : J.C.P. 53, I, 1071 Ph. MALINVAUD, L'impossibilité de la preuve écrite : J.C.P. 73NI, 2463, De l'erreur sur la substance : D. 1981, chron. p. 49; La protection des consommateurs : D. 1981, chron. p. 49 D. MATHY, rapport «Technologies émergentes, notariat et mondialisation», in La sécurité juridique à l épreuve de la mondialisation, Mouvement du Jeune Notariat, 31 ème Congrès, Pompadour 2000, 3 ème partie ; S. MERCOLI, Incertitude sur la date des actes sous seing privé, JCP N 12 janvier 2001, n 2, p 44. G. MORIN, Les nouvelles règles de forme des actes notariés : Defrénois 1972, art , p. 65 s. P.E NORMAND, «la loi, le contrat et l acte authentique», JCPN 1990, p 359.

16 Th. PAGNON, Les missions du notaire et l informatique, mémoire DEA Informatique et Droit, Montpellier, Y. PICOD, L'obligation de coopération dans l'exécution du contrat : JCP 1988GI, 3318 Th. PIETTE-COUDOL, Echanges électroniques certification et sécurité, Editions Litec, collection Maîtriser. J-F PILLEBOUT et J. YAIGRE, Droit professionnel notarial, collection pratique notariale, cinquième édition, 2000, Litec. PIZZIO, L'introduction à la notion de consommateur en droit français : D. 1982, chron. p. 91 J-P POISSON, Notaires et société, Travaux d Histoire et de sociologie notariales, 1985, ed. Economica ; Etudes Notariales, 1996, ed. Economica. A. RAYNOUARD, Adaptation du Droit de la preuve aux technologies de l information et à la signature électronique, Defrénois, 30 mai 2000, art A. RAYNOUARD, Sur une notion ancienne de l authenticité : l apport de l électronique, Défrénois 2003, n 18, p 1117, art B.REYNIS, Signature électronique et acte authentique : le devoir d inventer, JCPN 2001, n 41, p G. ROUZET, Précis de déontologie notariale, Collection Pratique notariale, éd J. SAVATIER, note sous Cass. civ. I, 20 juill : J.C.P. 53, II, 7813 R. SAVATIER, Les métamorphoses économiques et sociales du droit civil d'aujourd'hui : 3e éd. tome I, Dalloz TOURNAFOND, Les prétendus concours d'actions et le contrat de vente (erreur sur la substance, défaut de conformité, vice caché) : D. 1989, chron. p. 217 J. B. VEAUX, Sélection des actions de l'acheteur : Contrats, conc., consom. 1993, chron. p. 91 VIATTE, La preuve des actes juridiques : Gaz. Pal. 1980, 2, doctr. 581 M. VION, Les modifications apportées au droit de la preuve par la loi du 12 juillet 1980 : Defrénois 1980, art , p s. G. VIVIEN, De l'erreur déterminante et substantielle : RTD civ. 1992, p. 305 s.

17 Liens Internet: Sites juridiques généralistes : L essentiel de la législation française et et Sites relatifs au Notariat et aux nouvelles technologies : Le site officiel du Conseil Supérieur du Notariat Le site des Congrès des Notaires Portail des notaires de France Mouvement du Jeune Notariat Dossier technique et juridique concernant les dispositifs de signatures électroniques Services du Premier Ministre rattachés à la gestion des procédés de signature électronique Le site d information notariale développé par le CRIDON de Lyon site de la SCP Grasset-De Benoist de la Prunarède, Baillargues (Hérault), 1 ère étude notariale certifiée à la norme ISO 9002, dont le site Internet est très fourni.

18 Intervention de Me Reynis, Président de la Chambre des Notaires de Paris dans le cadre du colloque «LE CONTRAT ELECTRONIQUE» organisée le vendredi 26 mai 2000 par la faculté des Sciences sociales de Toulouse 1 Rapport du groupe de travail GIP sur la signature électronique Site de Sofian Azzabi consacré à la signature électronique Dossier sommaire expliquant les procédés de cryptographie et leurs réglementations spécifiques. Rapport du Ministère des Finances sur le commerce électronique et la certification des échanges. Belgique Le site de la fédération royale des notaires de et Sites de la Chambre des notaires du Québec et de l Inforoute notariale québécoise. notariat autrichien. Le site du minutier central mis en œuvre par le

19 Introduction Lex est quod notamus 1 La pertinence contemporaine de cette maxime multiséculaire semble aujourd hui cristalliser toute l effectivité sociale et juridique de l institution notariale, telle que développée dans les pays de tradition juridique romano-germanique : En effet, à l heure où les échanges économiques mondiaux sont profondément bouleversés par l utilisation des réseaux de télécommunication (Internet, Intranets, contrats à distance ) et où la fiabilité technologique et organisationnelle 2 vise à remplacer peu à peu l assistance éclairée du professionnelspécialiste, il apparaît que l authenticité notariale originelle voie de fait une partie de ses prérogatives traditionnelles remises en cause. Ce rôle de témoin privilégié des parties, d éclaireur avisé et responsable de leurs engagements, en un mot de juge de la conciliation et d authentificateur du contrat accordé à l officier public notarial, semble ainsi devoir recevoir une nouvelle concurrence face à l émergence récente des nouveaux modes de contractualisation dématérialisés. Ces derniers, le plus souvent d inspiration anglo-saxonne, reposent essentiellement sur une intégrité et une fiabilité formelles (garanties par les procédés techniques les plus divers : cryptologie, signatures électroniques, usage de réseaux fermés ), ou sur le recours à de nouveaux intermédiaires, «agents de confiance» du contrat à distance plus que véritables arbitres, les tiers-certificateurs, improprement qualifiés de «notaires électroniques». Faut-il pour autant «sacrifier l'authenticité à l'électronique» comme le redoutait le Professeur P.Catala 3? La question ne nous paraît pas absolument d actualité aujourd hui tant les garanties de l authenticité, que nous analyserons plus avant dans cette étude, sont essentielles à plus d un titre : D abord, au point de vue de la stabilité juridique et sociologique apportée, l acte authentique notarié se révèle comme un formidable vecteur de sécurité, puisque moins d un acte sur 2000 (soit 0,05 %) donne naissance à un contentieux. La présence physique du notaire, manifestation de l application de son devoir de conseil, demeure donc toujours à l heure actuelle un facteur essentiel de stabilité juridique et de garantie du processus contractuel. Ce résultat tout à fait exceptionnel 1 «Ce que nous écrivons a force de loi» Devise du Notariat Latin. 2 On pensera aux procédures de normalisation, de certification. 3 P.Catala, Le formalisme et les nouvelles technologies, Defrénois 2000, art , n 18.

20 se justifie à nos yeux tout autant par la force probante et la force exécutoire attachée au titre authentique par la loi, que par les qualités intrinsèques du service notarial. Me Jean-Marc Poisson 4 a ainsi précisé les composantes d un tel «label de qualité», qui résident essentiellement en «une écoute attentive des intentions de parties, un conseil éclairé veillant à l équilibre et à la légalité de la convention, une rédaction précise et rigoureuse alliant les clauses spécialement adaptées et les formules éprouvées, et enfin la signature par le notaire qui donne au contrat son caractère définitif et lui confère l authenticité immédiate». Ensuite, il apparaît que l authenticité diffuse ses effets tant au plan de la paix sociale (le notaire, officier public, veille à la légalité des actes qu il identifie, en garantit la légalité en engageant sa responsabilité et constitue un collecteur d impôt dont le rôle n est pas négligeable), que sur les plans économiques, sociologiques voire psychologiques (le rôle de médiation au sein de la structure familiale lors des successions ou des partages n est pas mesurable, mais il constitue souvent un facteur d apaisement déterminant dans la résolution des conflits). Néanmoins, il nous semble indispensable de préciser que le Notariat latin dans son ensemble ne peut dès à présent faire l économie d une réflexion approfondie sur l avenir de cette prérogative dont il est l un des dépositaires au même titre que les autres officiers publics (huissiers de justice, commissaires priseurs, etc..), de ses modalités et de son efficacité à l échelon international, et qu il se doit sans doute d adapter aux exigences de la modernité. C est dans cette perspective que nous proposerons modestement une contribution à la réflexion sur l authenticité du XXIème siècle, déjà évoquée par d éminents auteurs, en s interrogeant sur la pertinence d une réception plus intellectuelle de l acte authentique, préfigurant sa dématérialisation. Car si ces questions peuvent apparaître encore abstraites au praticien, ne doutons pas de leur importance cruciale dans le futur, tant il paraîtra très certainement difficile d imaginer signer et conserver une minute sur papier d ici quelques dizaines d années, lorsque l écrit électronique sera totalement assimilé au papier, ou mieux au seul écrit en tant que tel. A cet égard, il conviendra de conserver à l esprit tout au long de notre exposé ces quatre questions formulées par le Professeur Catala dans sa perception de l authenticité notariale électronique : «Qu est ce qui est indispensable à l authenticité? Qu est-ce qui est incompatible avec le traitement électronique? Peut-on admettre des équivalents fonctionnels aux manuscrits? 4 Me J-M Poisson, Modernité de l authenticité : prospective, in ARNU 1992, préc., p 24.

21 Peut-on renoncer à certaines solennités ou les transformer sans altérer l authenticité et amoindrir la foi de l acte authentique?» C est autour de ces enjeux majeurs pour la profession notariale, et plus généralement, pour l équilibre hiérarchique probatoire mis en œuvre par le Code civil (au sommet duquel trône l acte authentique), qu il conviendra de s interroger successivement sur l évolution et les perspectives de l acte authentique dans le milieu notarial (1 ère partie), avant d envisager ensuite la mise en œuvre pratique de la forme électronique pour les actes notariés au sein de l informatisation de la profession (2 ème partie) :

22 Première partie : Evolution et perspectives de l acte authentique dans le milieu notarial «A côté des fonctionnaires qui concilient et qui jugent les différends, la tranquillité appelle d autres fonctionnaires, qui, conseils désintéressés des parties, aussi bien que rédacteurs impartiaux de leurs volontés, leur faisant connaître toute l étendue des obligations qu elles contractent, rédigeant ces engagements avec clarté, leur donnant le caractère d un acte authentique et la force d un jugement en dernier ressort, perpétuant leur souvenir et conservant leur dépôt avec fidélité, empêchent les différends de naître entre les hommes de bonne foi, et enlèvent aux hommes cupides, avec l espoir du succès, l envie d élever une injuste contestation. Ces conseils désintéressés, ces rédacteurs impartiaux, cette espèce de juges volontaires qui obligent irrévocablement les parties contractantes, sont les notaires: cette institution est le notariat.» Conseiller d Etat Réal, prélude à l exposé des motifs de la loi de Ventôse 5 5 Sirey, Lois annotées, Vol , p.623, note 2.

23 Instrument juridique indissociable de l officier ministériel, l acte authentique s est révélé au fil des siècles comme un élément majeur de sécurité juridique sous l effet conjugué des solennités qui le caractérisent et de la qualité de son auteur (A). En ce sens, la récente réforme du droit de la preuve visant à adapter les différents modes probatoires à l émergence des nouvelles technologies de l information s attache à préserver pour l essentiel les dispositions civiles jusqu alors en vigueur dans le droit positif, non sans laisser entrevoir de nombreuses incertitudes sur l authenticité du nouveau millénaire (B) : A. L acte authentique à travers son évolution dans le milieu notarial : 1. Approche historique notariale : du Tabellion au cybernotaire L Histoire est, comme pour la plupart des sciences humaines, une source intarissable d éclaircissements sur la nature propre, mais aussi sur l évolution des phénomènes et structures juridiques. C est à cet égard à l ombre de son déroulement qu il conviendra d appréhender la naissance et l essor de l authenticité notariale. Dans cette perspective, il s agira de relever, au fil des siècles, l émergence des différents critères constitutifs de l acte authentique, en tant que dispositif de preuve préconstituée, pérenne, irréfragable et exécutoire selon l analyse judicieuse d un auteur Le scribe antique, témoin privilégié de l accord des volontés : Il faut rechercher l origine de l authenticité notariale au plus profond de l Histoire humaine, dans la mesure où, très tôt, les peuples antiques se sont efforcés de recourir à un arbitrage solennel, incarné par un témoin prenant un caractère plus ou moins officiel, au mieux une qualité d arbitre. Pour autant, les premiers récits bibliques ne témoignent que timidement du souci d un recours efficace à un juge de la conciliation : seules demeurent en place, tout au long de ces périodes, des coutumes précaires, éparses et hétéroclites telles 6 Alain Moreau, L histoire de l authenticité, Deuxièmes rencontres Notariat-Université, Petites Affiches du 28 juin 1993, n 77.

24 que l échange de vêtements opéré en public 7 ou la conservation des documents par la mise en jarre. Au delà de cette diversité, le développement des civilisations s accompagne toutefois de nouvelles exigences : ainsi, l apparition des premiers systèmes d écritures cunéiformes, symbolisée par le code d Hammourabi en Mésopotamie (dont on situe l origine à environ 1730 avant J-C.) aura t-elle largement contribué dans le bassin Méditerranéen à l émergence sociale des scribes, témoins privilégiés officiant dans les temples. Ces lointains ancêtres des notaires sont nécessairement des érudits car ils doivent choisir et trier parmi les milliers de possibilités de sens offertes par les quelques 500 signes à valeurs pluri-syllabiques de l écriture babylonienne ou assyrienne. Par ailleurs, ils disposent déjà de prérogatives nettement développées pour l époque telles que l apposition d un cachet sur leurs actes, qui seront gravés dans l argile de leurs tablettes encore humides. Ces dernières seront ensuite séchées au soleil et cuites au four avec, dès cette époque et selon les lieux, la possibilité d un affichage public pour en informer les tiers. La brillante civilisation égyptienne devait poursuivre ce cheminement en faisant profiter les scribes en place des évolutions techniques parmi lesquelles l apparition du papyrus et du calame marquent un tournant majeur. La qualité de témoin privilégié reconnue au scribe demeure pourtant aux vues des actes de droit privé de l époque, de valeurs et de contenus assez inégaux 8. La nécessité de conférer un nouveau rôle de «juge du contrat» au scribe ne se manifestera donc qu à travers la pérennité de la civilisation grecque antique, au sein de laquelle les philosophes bâtirent les premières fondations de l Etat de droit démocratique et moderne, dans un contexte juridique profondément bouleversé par l apparition de l alphabet (dès le 11 ème siècle avant J-C.): C est en effet au cours de cette période que la véritable préoccupation de sécurité juridique des transactions privées s est matérialisée, sous la plume notamment d Aristote : «Une autre magistrature procède obligatoirement à l enregistrement des contrats privés.» 9 De plus, c est dans la force donnée aux actes dressés par ce nouveau juge du contrat qu il faut rechercher l évolution capitale : en effet, il est alors préconisé que l acte fasse foi par lui-même à l égard des parties comme des tiers, et nonobstant tout témoignage contraire de nature à en contester la véracité. Il s agit là, à nos yeux, d un pas décisif dans la reconnaissance de l authenticité véritable puisque les notions de force probante et de force exécutoire y sont nécessairement contenues en germes : c est le document en tant que tel, c està-dire, fiable par nature et par la qualité de son rédacteur qui se voit conférer une 7 Genèse, Ruth, Jérémie. 8 Voir en ce sens la Galerie du Musée du Caire ainsi que la collection égyptienne du Louvre. 9 Politique, livre VI, Chapitre 7.

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS»

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» Composition sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 16/20 «LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» A la suite de l Avant Projet de réforme du droit des obligations

Plus en détail

SECTION 1. Statut juridique du syndic 5 1. Organe ou mandataire 5 2. Statut professionnel du syndic 7

SECTION 1. Statut juridique du syndic 5 1. Organe ou mandataire 5 2. Statut professionnel du syndic 7 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1. STATUT JURIDIQUE ET RESPONSABILITÉ DU SYNDIC 3 SECTION 1. Statut juridique du syndic 5 1. Organe ou mandataire 5 2. Statut professionnel du syndic 7 SECTION 2. Responsabilité

Plus en détail

Pourvoi n W1215063 Chambre mixte lundi 10 décembre 2012. Décision attaquée : 09/12/2011 de la cour d'appel d'aix-en-provence

Pourvoi n W1215063 Chambre mixte lundi 10 décembre 2012. Décision attaquée : 09/12/2011 de la cour d'appel d'aix-en-provence 1 Pourvoi n W1215063 Chambre mixte lundi 10 décembre 2012 Décision attaquée : 09/12/2011 de la cour d'appel d'aix-en-provence Caisse de Crédit mutuel de l'etang de Berre est C/ Monsieur Serge X... RAPPORT

Plus en détail

Historiquement, la loi n 65-557 du

Historiquement, la loi n 65-557 du 04RL861-p472 25/06/08 10:03 Page 472 La dispense d ouverture d un compte bancaire séparé : tribulations RL>215 POUR POUVOIR APPRÉCIER LA PORTÉE DES OBLIGATIONS QUI PÈSENT AUJOURD HUI SUR LE SYNDIC, CONCERNANT

Plus en détail

Première partie IMMUNITÉ ET JUSTICE : LES CONTRADICTIONS... 31. Titre 1 Contradiction des fondements et divergence des sources...

Première partie IMMUNITÉ ET JUSTICE : LES CONTRADICTIONS... 31. Titre 1 Contradiction des fondements et divergence des sources... TABLE DES MATIÈRES Remerciements......................................................................... 7 Préface.................................................................................... 9

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

FORUM FRANCO ALLEMAND du 10 décembre 2008. Participation de Me Jean TARRADE, notaire à PARIS à la 3 ème table ronde

FORUM FRANCO ALLEMAND du 10 décembre 2008. Participation de Me Jean TARRADE, notaire à PARIS à la 3 ème table ronde FORUM FRANCO ALLEMAND du 10 décembre 2008 Participation de Me Jean TARRADE, notaire à PARIS à la 3 ème table ronde QUESTION : Commentaires sur la pratique notariale en France On présente souvent le notaire

Plus en détail

Les outils «cloud» dédiés aux juristes d entreprises. Cadre juridique

Les outils «cloud» dédiés aux juristes d entreprises. Cadre juridique Les outils «cloud» dédiés aux juristes d entreprises Cadre juridique Présenté par Béatrice Delmas-Linel et Céline Mutz Cabinet De Gaulle Fleurance & Associés 29 juin 2012 1 Introduction La dématérialisation

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE DES PROCÉDURES COLLECTIVES OUVERTES DANS LES ÉTATS MEMBRES DANS LE RÈGLEMENT 1346/2000

LA RECONNAISSANCE DES PROCÉDURES COLLECTIVES OUVERTES DANS LES ÉTATS MEMBRES DANS LE RÈGLEMENT 1346/2000 1 LA RECONNAISSANCE DES PROCÉDURES COLLECTIVES OUVERTES DANS LES ÉTATS MEMBRES DANS LE RÈGLEMENT 1346/2000 Michel Menjucq Professeur à l Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne Grâce à la communautarisation

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ

LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ IMMOBILIER LOCATION LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ www.notaires.paris-idf.fr Location LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ Lorsqu un propriétaire souhaite louer son bien immobilier, une des premières démarches à

Plus en détail

Marseille 12 13 Octobre 2006. Table ronde n 6 : La famille

Marseille 12 13 Octobre 2006. Table ronde n 6 : La famille 1 er COLLOQUE DES NOTARIATS EUROMEDITERRANEENS Marseille 12 13 Octobre 2006 Table ronde n 6 : La famille Rapporteur Général : Monsieur Umberto Morello, Professeur de droit à l Université de Gênes (Italie).

Plus en détail

Marseille 12-13 octobre 2006. Table ronde nº 1: le statut du notaire

Marseille 12-13 octobre 2006. Table ronde nº 1: le statut du notaire 1 er COLLOQUE DES NOTARIATS EUROMÉDITERRANÉENS Marseille 12-13 octobre 2006 Table ronde nº 1: le statut du notaire Rapporteur Général :Maître Manuel GARCIA COLLIANTES Rapporteur national : Maître Mariagrazia

Plus en détail

70992 BELGISCH STAATSBLAD 11.10.2004 MONITEUR BELGE

70992 BELGISCH STAATSBLAD 11.10.2004 MONITEUR BELGE 70992 BELGISCH STAATSBLAD 11.10.2004 MONITEUR BELGE TRADUCTION SERVICE PUBLIC FEDERAL JUSTICE [C 2004/09637] 4 OCTOBRE 2004. Publicité des actes et documents des associations sans but lucratif et des fondations

Plus en détail

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants En France, l Administration emploie plus de cinq millions de personnes, réparties dans les trois grandes fonctions publiques : la fonction publique

Plus en détail

COLLOQUE PASEMD A EREVAN (ARMENIE) 2 au 4 OCTOBRE 2008 SUR LE THEME «LA SECURITE AU SERVICE DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE»

COLLOQUE PASEMD A EREVAN (ARMENIE) 2 au 4 OCTOBRE 2008 SUR LE THEME «LA SECURITE AU SERVICE DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE» - Page N 1 COLLOQUE PASEMD A EREVAN (ARMENIE) 2 au 4 OCTOBRE 2008 SUR LE THEME «LA SECURITE AU SERVICE DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE» Intervention de Me Didier NOURISSAT, Membre de la Mission de l International

Plus en détail

L authenticité est notre raison d être à tous

L authenticité est notre raison d être à tous L authenticité est notre raison d être à tous 2 L authenticité et nous sommaire > Le notariat et l authenticité dans le monde p. 5 Le notariat et l authenticité en France p. 6 L authenticité est l affaire

Plus en détail

Nicolas FERRIER Agrégé des facultés Professeur à l Université Montpellier I

Nicolas FERRIER Agrégé des facultés Professeur à l Université Montpellier I Nicolas FERRIER Agrégé des facultés Professeur à l Université Montpellier I Adresse professionnelle : Centre du droit de l entreprise 39 rue de l Université 34000 Montpellier email : nicolas.ferrier2@neuf.fr

Plus en détail

FICHE 13 : Le contrat

FICHE 13 : Le contrat FICHE 13 : Le contrat Le contrat, ou convention, est l accord de volonté intervenu entre deux ou plusieurs personnes en vue de créer, modifier, transmettre ou éteindre un droit subjectif. En pratique,

Plus en détail

Archivage électronique et valeur probatoire

Archivage électronique et valeur probatoire Archivage électronique et valeur probatoire Livre blanc Archivage électronique et valeur probatoire Livre blanc 2 Sommaire 1 Introduction 3 2 Archive et archivage 5 2.1 Qu est-ce qu une archive? 5 2.2

Plus en détail

LOI N PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION DE COMMISSAIRE-PRISEUR AU TOGO - DISPOSITIONS GENERALES

LOI N PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION DE COMMISSAIRE-PRISEUR AU TOGO - DISPOSITIONS GENERALES LOI N PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION DE COMMISSAIRE-PRISEUR AU TOGO TITRE I er - DISPOSITIONS GENERALES Article premier : La présente loi est applicable aux commissaires-priseurs, aux clercs de

Plus en détail

Les Tiers de Confiance

Les Tiers de Confiance ANR LISE - ADIJ Preuve informatique : quelles nouveautés techniques pour quelles évolutions juridiques? Bibliothèque de l Ordre, Paris, 8 décembre 2011 Les Tiers de Confiance Eric A. CAPRIOLI Avocat à

Plus en détail

Huissiers de Justice La saisie-contrefaçon

Huissiers de Justice La saisie-contrefaçon Huissiers de Justice La saisie-contrefaçon La contrefaçon est un mal endémique qui touche aujourd hui tous les secteurs d activité, qu il s agisse des médicaments, des pièces détachées d avion ou d automobile,

Plus en détail

Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française. Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec

Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française. Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec Etienne Vergès Professeur à l'université de Grenoble

Plus en détail

L huissier de justice

L huissier de justice L huissier de justice Introduction Si vous devez faire appel à un huissier de justice ou si vous êtes confronté à son intervention, vous vous posez peut-être quelques questions sur ce qui vous attend.

Plus en détail

Activités d enseignement

Activités d enseignement Activités d enseignement Depuis septembre 2007 : Maître de conférences à l Université de Nice Sophia-Antipolis Directeur du M2 Juriste du sport o Année universitaire 2014-2015 : - Police administrative

Plus en détail

LA VIOLATION DU SECRET : LE RÔLE DU BÂTONNIER

LA VIOLATION DU SECRET : LE RÔLE DU BÂTONNIER LA VIOLATION DU SECRET : LE RÔLE DU BÂTONNIER La violation du secret par l avocat : faute déontologique, faute pénale :. le conflit d intérêts. la levée du secret professionnel par le client. le secret

Plus en détail

LA PROTECTION DU CREANCIER DANS LA PROCEDURE SIMPLIFIEE DE RECOUVREMENT DES CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES. Droit de l OHADA & Pratiques européennes

LA PROTECTION DU CREANCIER DANS LA PROCEDURE SIMPLIFIEE DE RECOUVREMENT DES CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES. Droit de l OHADA & Pratiques européennes LA PROTECTION DU CREANCIER DANS LA PROCEDURE SIMPLIFIEE DE RECOUVREMENT DES CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES Droit de l OHADA & Pratiques européennes Résume de l ouvrage Apollinaire A. de SABA 2 ème EDITION

Plus en détail

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Les notaires d Europe réunis au sein du CNUE suivent avec grand intérêt les travaux des

Plus en détail

Code civil local art. 21 à 79

Code civil local art. 21 à 79 Code civil local art. 21 à 79 Toute association qui fixe son siège, ou qui transfère son siège en Alsace-Moselle doit rédiger des statuts conformes aux présents articles du Code civil local. 1. Dispositions

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE Métiers du Notariat ----- LIVRET DE L ETUDIANT

LICENCE PROFESSIONNELLE Métiers du Notariat ----- LIVRET DE L ETUDIANT Faculté de droit, d'économie, de gestion et d'aes LICENCE PROFESSIONNELLE Métiers du Notariat ----- LIVRET DE L ETUDIANT Année Universitaire 2014-2015 UFR DROIT ET SCIENCES ECONOMIQUES 12 Rue de Kergoat

Plus en détail

ordre 1 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE PREMIER CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES ET PRINCIPES Section I Définition et législation Rôle du notaire

ordre 1 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE PREMIER CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES ET PRINCIPES Section I Définition et législation Rôle du notaire ordre 1 TABLE DES MATIÈRES Inhoud.............................................................. 9 Table alphabétique.................................................... 17 Zaakregister..........................................................

Plus en détail

PIGNARRE Louis-Frédéric

PIGNARRE Louis-Frédéric PIGNARRE Louis-Frédéric Laboratoire de droit privé 14, rue Cardinal de Cabrières 34 060 Montpellier Louis-frederic.pignarre@univ-montp1.fr Fonctions et responsabilités universitaires - Professeur de droit

Plus en détail

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU Préambule Le sport de haut niveau joue un rôle social et culturel de première importance. Conformément aux valeurs de l Olympisme énoncées dans la Charte olympique et aux

Plus en détail

PROTOCOLE DE LA COUR DE JUSTICE DE L UNION AFRICAINE

PROTOCOLE DE LA COUR DE JUSTICE DE L UNION AFRICAINE PROTOCOLE DE LA COUR DE JUSTICE DE L UNION AFRICAINE 1 PROTOCOLE DE LA COUR DE JUSTICE DE L UNION AFRICAINE Les Etats membres de l Union africaine : Considérant que l Acte constitutif a créé la Cour de

Plus en détail

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF»

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF» Compétence juridictionnelle à l égard des contrats d assurance souscrits par les personnes publiques : retour vers une interprétation raisonnable de la loi «MURCEF» Par Florence Caille La première chambre

Plus en détail

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr ) Découvrez les métiers de la Justice Informez-vous sur www.justice.gouv.fr PENITENTIAIRE Sommaire SOMMAIRE Magistrat............................................................. p. 4, 5 Greffier en chef......................................................

Plus en détail

GESTION DES ARCHIVES

GESTION DES ARCHIVES GESTION DES ARCHIVES Principes et législation NOTIONS FONDAMENTALES D ARCHIVISTIQUE Définition de l archive Définition du producteur d archives Les outils de gestion des archives Principes Outils fondés

Plus en détail

NOTE SUR LES SUBVENTIONS. - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées

NOTE SUR LES SUBVENTIONS. - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées NOTE SUR LES SUBVENTIONS - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées - Les produits de la tarification ne sont pas des subventions A. Récapitulatif des obligations des associations

Plus en détail

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 39616/98 présentée par J. F. contre

Plus en détail

PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE

PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE Le traducteur ou l interprète non salarié doit en permanence veiller à la préservation de ses droits tant dans l établissement de sa relation avec

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Mlle C c/ Polynésie française Séance du 30 janvier 2012 Rapporteur : M. Christian Vigouroux Commissaire

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE Métiers du Notariat ----- LIVRET DE L ETUDIANT

LICENCE PROFESSIONNELLE Métiers du Notariat ----- LIVRET DE L ETUDIANT Faculté de Droit Economie Gestion et AES LICENCE PROFESSIONNELLE Métiers du Notariat ----- LIVRET DE L ETUDIANT Année Universitaire 2015-2016 Faculté de Droit Economie Gestion et AES 12 Rue de Kergoat

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée (JO n 4984 p. 13) L assemblée nationale à délibéré et adopté, Le président de la république promulgue la loi dont la teneur suit

Plus en détail

ACCES A LA PROFESSION D AVOCAT

ACCES A LA PROFESSION D AVOCAT ACCES A LA PROFESSION D AVOCAT Chargé de cours 1 ère chambre AS, 8 avril 2015 RG 14/07853 L article 98 2 du décret du 27 novembre 1991 dispense de la formation théorique et pratique et du certificat d

Plus en détail

Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure

Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Ce projet est cofinancé par l Union européenne 2 Europe Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Prise de position

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION

PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION Fiche 1 La notion de consommateur Les objectifs de la fiche : Identifier le consommateur afin de délimiter le champ d application du droit de

Plus en détail

LA SIGNATURE ELECTRONIQUE

LA SIGNATURE ELECTRONIQUE LA SIGNATURE ELECTRONIQUE Date de publication : 14/11/2008 Les échanges par voie électronique ne cessent de croître. Or, leur caractère entièrement dématérialisé fait naître de nouveaux enjeux juridiques.

Plus en détail

FAILLITES TRANSFRONTALIERES

FAILLITES TRANSFRONTALIERES FAILLITES TRANSFRONTALIERES : Règlement communautaire no 1346/2000 du 29/5/2000 relatif aux procédures d insolvabilité, par Me Serge WORTHALTER, Avocat au Barreau de PARIS Membre de la section internationale

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs, est un acte juridique par lequel une personne/autorité (le délégant) se dessaisit d'une fraction des pouvoirs qui lui sont conférés et les transfère à une personne/autorité subordonnée

Plus en détail

Président du conseil d administration et dirigeant responsable

Président du conseil d administration et dirigeant responsable Président du conseil d administration et dirigeant responsable La loi du 15 mai 2001 relative aux nouvelles régulations économiques (NRE) a modifié le fonctionnement des organes dirigeants des sociétés

Plus en détail

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES 2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES La loi du 26 juillet 2005 pour la confiance et la modernisation de l économie a habilité le gouvernement à réformer le régime des sûretés et les procédures d exécution

Plus en détail

DECRET N 13/032 DU 25 JUIN 2013 PORTANT REGLEMENTATION DE L EXERCICE DE LA PROFESSION D EXPERT IMMOBILIER.

DECRET N 13/032 DU 25 JUIN 2013 PORTANT REGLEMENTATION DE L EXERCICE DE LA PROFESSION D EXPERT IMMOBILIER. DECRET N 13/032 DU 25 JUIN 2013 PORTANT REGLEMENTATION DE L EXERCICE DE LA PROFESSION D EXPERT IMMOBILIER. Le Premier Ministre, Vu la Constitution, telle que modifiée et complétée par la Loi n 11/002 du

Plus en détail

Premier arrêt de la Cour de Cassation sur la preuve électronique Cour de Cassation, Civ. 2, 4 décembre 2008 (pourvoi n 07-17622)

Premier arrêt de la Cour de Cassation sur la preuve électronique Cour de Cassation, Civ. 2, 4 décembre 2008 (pourvoi n 07-17622) Page 1 Premier arrêt de la Cour de Cassation sur la preuve électronique Cour de Cassation, Civ. 2, 4 décembre 2008 (pourvoi n 07-17622) Le 15 février 2009 - Résumé - L arrêt rendu par la deuxième chambre

Plus en détail

GMS-Santé 2008 La Responsabilité du médecin du travail

GMS-Santé 2008 La Responsabilité du médecin du travail 1 La responsabilité du médecin du travail Les conséquences juridiques d un statut particulier 2 Intervenante Jocelyne CAYRON Docteur en Droit Maitre de Conférence en Droit Privé Responsable de Master Professionnel

Plus en détail

Le recours à ce progiciel est destiné aux syndics de copropriété et aux syndicats de copropriété.

Le recours à ce progiciel est destiné aux syndics de copropriété et aux syndicats de copropriété. CONVENTION D ASSISTANCE ADMINISTRATIVE, INFORMATIQUE, TECHNIQUE ET FINANCIERE SOUMISE A L ASSEMBLEE GENERALE DES COPROPRIETAIRES, EN CAS DE CHARGES IMPAYEES, APRES MISE EN DEMEURE PAR LE SYNDIC ARTICLE

Plus en détail

d information N 776 Diffusion de jurisprudence, doctrine et communications Les éditions des JOURNAUX OFFICIELS

d information N 776 Diffusion de jurisprudence, doctrine et communications Les éditions des JOURNAUX OFFICIELS d information Diffusion de jurisprudence, doctrine et communications N 776 Publication bimensuelle 15 février 2013 Les éditions des JOURNAUX OFFICIELS internet Consultez sur www.courdecassation.fr le site

Plus en détail

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux PRINCIPAUTÉ DE MONACO Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux RAINIER III PAR LA GRACE DE DIEU PRINCE SOUVERAIN

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

Introduction : 2) s il y a cessation des paiements. I) Tant qu il n y a pas de cessation de paiement :

Introduction : 2) s il y a cessation des paiements. I) Tant qu il n y a pas de cessation de paiement : LE DIRIGEANT DE SOCIETE FACE AUX DIFFICULTES FINANCIERES DE L ENTREPRISE REUNION CFACI DU 12/10/2007 INSTITUT GOETHE PAR SERGE WORTHALTER, MEMBRE DE LA CFACI, AVOCAT AU BARREAU DE PARIS TEL 01 43 41 22

Plus en détail

Georgette Josserand, lassée du comportement de son mari, qui refuse désormais de lui adresser la parole, décide de demander le divorce.

Georgette Josserand, lassée du comportement de son mari, qui refuse désormais de lui adresser la parole, décide de demander le divorce. Cas pratique sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 17/20 Enoncé du cas pratique : Lors d une passionnante conférence sur L influence de la pensée pré-socratique sur

Plus en détail

Introduction 5. larcier 347

Introduction 5. larcier 347 TABLE DES MATIÈRES Introduction 5 Chapitre I L accès à la profession : l autorisation d établissement 7 Section 1. Le champ d application de la loi d établissement 8 A. Les personnes nécessitant une autorisation

Plus en détail

0.975.254.9 Accord entre la Confédération suisse et le Royaume du Maroc concernant la promotion et la protection réciproques des investissements

0.975.254.9 Accord entre la Confédération suisse et le Royaume du Maroc concernant la promotion et la protection réciproques des investissements Texte original 0.975.254.9 Accord entre la Confédération suisse et le Royaume du Maroc concernant la promotion et la protection réciproques des investissements Conclu le 17 décembre 1985 Entré en vigueur

Plus en détail

COMMERCE ELECTRONIQUE - Signature électronique et cryptographie 71. Sommaire

COMMERCE ELECTRONIQUE - Signature électronique et cryptographie 71. Sommaire COMMERCE ELECTRONIQUE - Signature électronique et cryptographie 71 SIGNATURE ELECTRONIQUE ET CRYPTOGRAPHIE Sommaire A- Signature électronique I - Textes luxembourgeois 1. Code civil (Extrait: Articles

Plus en détail

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Les notaires d Europe réunis au sein du CNUE suivent avec grand intérêt les travaux des

Plus en détail

Maître de conférences HDR A l Université de Franche-Comté

Maître de conférences HDR A l Université de Franche-Comté Jean-Philippe TRICOIRE 8 rue de la Mouillère 25000 Besançon Né le 26 février 1979 Marié, 1 enfant Nationalité Française Maître de conférences HDR A l Université de Franche-Comté PARCOURS UNIVERSITAIRE

Plus en détail

ACCORD ENTRE LA RÉPUBLIQUE PORTUGAISE ET LE ROYAUME DU MAROC CONCERNANT LA PROMOTION ET LA PROTECTION RÉCIPROQUES DES INVESTISSEMENTS

ACCORD ENTRE LA RÉPUBLIQUE PORTUGAISE ET LE ROYAUME DU MAROC CONCERNANT LA PROMOTION ET LA PROTECTION RÉCIPROQUES DES INVESTISSEMENTS ACCORD ENTRE LA RÉPUBLIQUE PORTUGAISE ET LE ROYAUME DU MAROC CONCERNANT LA PROMOTION ET LA PROTECTION RÉCIPROQUES DES INVESTISSEMENTS La République Portugaise et le Royaume du Maroc, désignés ci-après:

Plus en détail

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Secret de la défense nationale Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Textes source : Articles 413-5, 413-7, 413-9 à 413-12,

Plus en détail

FAUX dans les TITRES: art. 251-257 + 317-318 CPS

FAUX dans les TITRES: art. 251-257 + 317-318 CPS FAUX dans les TITRES: art. 251-257 + 317-318 CPS Notes de cours du Prof. Nicolas QUELOZ 1. Bien juridique en jeu = bien juridique collectif = intérêt public ou général (Mars 2006) = fiabilité des titres

Plus en détail

ARRETE n 333 CM du 10 avril 2006 portant fixation du tarif des huissiers en matière civile et commerciale. (JOPF du 20 avril 2006, n 16, p.

ARRETE n 333 CM du 10 avril 2006 portant fixation du tarif des huissiers en matière civile et commerciale. (JOPF du 20 avril 2006, n 16, p. 1 ARRETE n 333 CM du 10 avril 2006 portant fixation du tarif des huissiers en matière civile et commerciale. (JOPF du 20 avril 2006, n 16, p. 1324) Le Président de la Polynésie française, Sur le rapport

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

LES CONDITIONS REQUISES POUR CREER UNE SARL

LES CONDITIONS REQUISES POUR CREER UNE SARL LES CONDITIONS REQUISES POUR CREER UNE SARL Hôtel Consulaire Nouveau-Port 20293 BASTIA Tél : 04.95.54.44.44 Fax : 04.95.54.44.47 DIRECTION DES SERVICES AUX ENTREPRISES CCI Bastia Haute Corse DSE Sous réserve

Plus en détail

La notion et la fonction de skipper ou de chef de bord

La notion et la fonction de skipper ou de chef de bord La notion et la fonction de skipper ou de chef de bord AFDM 6 décembre 2012 Le terme de «skipper» est depuis longtemps admis dans le langage courant, pour désigner le chef de bord. Pour les plus sportifs

Plus en détail

Chroniques notariales vol. 56. Table des matières

Chroniques notariales vol. 56. Table des matières Chroniques notariales vol. 56 Table des matières Chapitre I. Généralités..................................... 222 Section 1. Formalité de l enregistrement........................ 222 1. Obligation d enregistrement

Plus en détail

Le rôle de conseil du comptable public et le devoir d alerte

Le rôle de conseil du comptable public et le devoir d alerte Le rôle de conseil du comptable public et le devoir d alerte Rappel : Le devoir d'alerte concerne tous les fonctionnaires et pas expressément les comptables. En aucun cas, sous couvert de ce principe,

Plus en détail

LOI ORGANIQUE N 98-014 DU 10 JUILLET 1998 PORTANT ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE LA COUR DES COMPTES.

LOI ORGANIQUE N 98-014 DU 10 JUILLET 1998 PORTANT ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE LA COUR DES COMPTES. LOI ORGANIQUE N 98-014 DU 10 JUILLET 1998 PORTANT ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE LA COUR DES COMPTES. Loi organique n 98-014 du 10 juillet 1998 portant o rganisation et fonctionnement de la Cour des

Plus en détail

LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME?

LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME? Conférence APECA : La dématérialisation, réelle opportunité pour les PME? LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME? 7 avril 2009 Denise Lebeau-Marianna Avocat, Baker & McKenzie SCP denise.lebeau_marianna@bakernet.com

Plus en détail

INFOGREFFE.FR LE PORTAIL DE L INFORMATION LÉGALE DES ENTREPRISES ET DE TOUTES VOS FORMALITÉS

INFOGREFFE.FR LE PORTAIL DE L INFORMATION LÉGALE DES ENTREPRISES ET DE TOUTES VOS FORMALITÉS INFOGREFFE.FR LE PORTAIL DE L INFORMATION LÉGALE DES ENTREPRISES ET DE TOUTES VOS FORMALITÉS Extrait Kbis L extrait Kbis : la «carte d identité» de l entreprise L obtenir et disposer en permanence d un

Plus en détail

Comores. Décret sur les dessins et modèles. Titre 1 - Formalités du dépôt

Comores. Décret sur les dessins et modèles. Titre 1 - Formalités du dépôt Comores Décret sur les dessins et modèles Décret du 26 juin 1911 [NB - Décret du 26 juin 1911 portant règlement d administration publique pour l exécution de la loi du 14 juillet 1909 sur les dessins et

Plus en détail

PARTIE 1. Principes généraux

PARTIE 1. Principes généraux PARTIE 1 Principes généraux CHAPITRE 1 Introduction générale 1 LA NOTION DE SUCCESSION A - Définition de la succession La succession désigne plusieurs choses : il s agit d abord d un procédé de transmission

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ; DELIBERATION N 2015-04 DU 28 JANVIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

0.232.112.21. Liste des règles 1. Texte original. (Etat le 1 er septembre 2008)

0.232.112.21. Liste des règles 1. Texte original. (Etat le 1 er septembre 2008) Texte original 0.232.112.21 Règlement d exécution commun à l arrangement de Madrid concernant l enregistrement international des marques et au protocole relatif à cet arrangement Adopté par l Assemblée

Plus en détail

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA PRINCIPAUTE DU LIECHTENSTEIN ET LE MATIERE FISCALE

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA PRINCIPAUTE DU LIECHTENSTEIN ET LE MATIERE FISCALE ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA PRINCIPAUTE DU LIECHTENSTEIN ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE RELATIF A L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIERE FISCALE Considérant que le Gouvernement de

Plus en détail

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité Marie Pierre ROUSSEAU Avec l existence du seul contrôle a priori des lois l ordre juridique français n a jusqu à présent

Plus en détail

Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo

Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo I. OBJECTIFS POURSUIVIS DANS LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES HUMAINES. Dans la réalisation de leur noble

Plus en détail

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6 C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE Assurances vie et non vie. La Directive 92/49/CEE du Conseil du 18 juin 1992 porte coordination des dispositions législatives,

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-444 QPC du 29 janvier 2015. Association pour la recherche sur le diabète

Commentaire. Décision n 2014-444 QPC du 29 janvier 2015. Association pour la recherche sur le diabète Commentaire Décision n 2014-444 QPC du 29 janvier 2015 Association pour la recherche sur le diabète (Acceptation des libéralités par les associations déclarées) Le Conseil constitutionnel a été saisi le

Plus en détail

PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES

PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES adopté à Madrid le 27 juin 1989, modifié le 3 octobre 2006 et le 12 novembre 2007 Liste des articles du

Plus en détail

Convention de Vienne sur la succession d Etats en matière de biens, archives et dettes d Etat

Convention de Vienne sur la succession d Etats en matière de biens, archives et dettes d Etat Convention de Vienne sur la succession d Etats en matière de biens, archives et dettes d Etat 1983 Faite à Vienne le 8 avril 1983. Non encore en vigueur. Voir Documents officiels de la Conférence des Nations

Plus en détail

Droit judiciaire notarial Procédures particulières

Droit judiciaire notarial Procédures particulières Table des matières Droit judiciaire notarial Procédures particulières Chapitre I. Les scellés...................................... 244 Section 1. L apposition des scellés. L intérêt sérieux...............

Plus en détail

L acte de naissance permet au greffier de vérifier si les futurs partenaires sont majeurs ou non.

L acte de naissance permet au greffier de vérifier si les futurs partenaires sont majeurs ou non. 04/2012 Note d'information des missions diplomatiques et consulaires allemandes en France concernant la conclusion d un PACS (Pacte civil de solidarité) - note d information rédigée en concertation avec

Plus en détail

Créer une ASBL : Comment s y prendre?

Créer une ASBL : Comment s y prendre? Créer une ASBL : Comment s y prendre? Bruxelles, 11 décembre 2013 Programme du jour: 1) Introduction 2) La personnalité juridique, différences société-asbl 2) Constitution d une ASBL 3) Mesures de publicité

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Le pôle Assurances du cabinet Lefèvre Pelletier & associés vous souhaite une très bonne année 2009 ainsi qu une agréable lecture de cette troisième Newsletter. Assurances Assurance en général Assurance

Plus en détail

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux Personnes et familles Vie familiale / vie à deux les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux www.notaires.paris-idf.fr Vie familiale, vie à deux LES CONTRATS DE MARIAGE ET LES RÉGIMES MATRIMONIAUX

Plus en détail

Article 6 Article 7 Article 8

Article 6 Article 7 Article 8 Loi n 98-4 du 2 février 1998, relative aux sociétés de recouvrement des créances telle que modifiée par les textes subséquents et notamment la loi n 2003-42 du 9 juin 2003. Article premier- La présente

Plus en détail

C U R R I C U L U M V I T A E

C U R R I C U L U M V I T A E Mme Anne Pélissier Faculté de Droit Centre du Droit de l Entreprise 39, rue de l Université 34060 MONTPELLIER cedex 2 e-mail : anne.pelissier@univ-montp1.fr C U R R I C U L U M V I T A E FONCTIONS Professeur

Plus en détail

MEMENTO Version 0.94 25.08.04

MEMENTO Version 0.94 25.08.04 PREMIER MINISTRE Secrétariat général de la défense nationale Direction centrale de la sécurité des systèmes d information Sous-direction des opérations Bureau conseil Signature électronique Point de situation

Plus en détail