ETUDE SUR LES CONDITIONS D EMPLOI DE SERVICES A LA PERSONNE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ETUDE SUR LES CONDITIONS D EMPLOI DE SERVICES A LA PERSONNE"

Transcription

1 ETUDE SUR LES CONDITIONS D EMPLOI DE SERVICES A LA PERSONNE PARUTION : JANVIER 2008

2 Etude sur les conditions d emploi de services à la personne UN SECTEUR EN FORTE CROISSANCE Le secteur des services à la personne est aujourd hui en pleine évolution : augmentation de la consommation de services, renforcement de la demande en qualité de services, etc. Plusieurs facteurs expliquent cette évolution dont les changements démographiques (vieillissement de la population, reprise de la natalité) et de mode de vie (augmentation du taux d activité des femmes, culture du loisir, etc) Cette évolution du secteur est accompagnée d une volonté politique forte: la loi du 20 juillet 2001 relative à la prise en charge de la perte d autonomie des personnes âgées et de l allocation person nalisée d autonomie, la loi du 2 janvier 2002 rénovant l action sociale et médicosociale, la loi du 26 juillet 2005 relative au développement des services à la personne et, plus récemment, l extension du crédit d impôt (loi du 5 mars 2007) et l élargissement des activités du secteur (décret du 14 mai 2007). Le département de l Hérault s est déjà positionné sur ce secteur puisqu il s est doté, en 1999, du Pôle Emploi Services Hérault (PES 34). Cette association poursuit une double mission: améliorer les conditions de vie de la population héraultaise en répondant à ses besoins en services et favoriser et accompagner la création d emplois pérennes et de qualité dans les métiers de services et, notamment, de l aide à domicile. CONTEXTE D ÉMERGENCE ET OBJECTIF DE L ÉTUDE Dans le domaine de l aide à domicile, une impulsion politique a été donnée avec l accord de branche du 29 mars 2002 relatif aux emplois et aux rémunérations, texte qui a permis une reconnaissance des métiers par l ancienneté et la qualification. Pour autant, selon une étude régionale (1), le niveau de qualification des salariés dans le secteur reste faible puisque moins d un intervenant sur cinq possède un diplôme en Languedoc-Roussillon. De plus, le PES 34 a constaté que les Organismes Agréés de Services à la Personne (OASP) rencontraient des difficultés de recrutement et de pérennisation des emplois. Ce constat empirique de fort taux de turnover a été confirmé par cette même étude régionale, selon laquelle 16% de salariés ont quitté leur emploi définitivement en 2005 tandis que l on comptait 19% de nouveaux entrants. Face à ces constats, il est apparu intéressant d apporter un éclairage sur les conditions d emploi et de professionnalisation des intervenants à domicile dans l Hérault.. Méthodologie La méthode utilisée associe une enquête quantitative et une enquête qualitative pour affiner notre analyse. L analyse quantitative a été menée à partir d une enquête téléphonique (2 ème trimestre 2005) auprès de 100 personnes ayant trouvé un emploi dans un OASP par l intermédiaire du Pôle Emploi Services Hérault. Les personnes interrogées avaient toutes signé un CDI et plus de la moitié étaient en emploi depuis plus d un an. Sur 100 personnes interviewées, un tiers avaient démissionné à la date de l enquête. L analyse qualitative a été menée grâce à des entretiens approfondis auprès de 10 personnes salariées d OASP du département de l Hérault et à partir d un entretien collectif auprès de salariés en formation DEAVS. (1) «Les métiers de l aide à domicile en Languedoc-Roussillon: une professionnalisation nécessaire mais contrainte», Enjeux n 3, janvier ETUDE SUR LES CONDITIONS D EMPLOI DE SERVICES A LA PERSONNE I 1/6 I

3 Les thématiques abordées dans notre enquête étaient : la nature du contrat de travail, le temps de travail, la mise en œuvre des interventions, la structuration de l encadrement et l appui aux équipes, l organisation des plannings, la mobilité, la nature et la qualification des interventions, la formation (initiale et continue) des intervenants, les perspectives d évolution et les motivations professionnelles. A noter que la totalité des personnes interrogées étaient des femmes. Note de lecture : Les résultats obtenus suite à cette enquête sont à resituer dans leur contexte : Celui de la mise en place de l APA : l explosion des demandes a engendré une forte tension du secteur et la mise en place de prestation dans des conditions parfois inadaptées. Cette tension a eu des répercussions sur l embauche et l intégration des nouveaux salariés. Cet évènement permet de nuancer les déclarations faites par les personnes interviewées qui, pour la plupart, ont été embauchées en 2002/2003. Celui de l enquête téléphonique : Notre choix a été de prendre le point de vue des salariés, aussi les données recueillies portent sur du déclaratif. I Qualité de l emploi : organisation et conditions de travail Les causes du turnover sont multiples dans le secteur. Outre les difficultés inhérentes au métier (risques professionnels physiques et psychologiques), certaines difficultés rencontrées au sein même de l OASP peuvent être facteur de démission. Ainsi, parmi les personnes interviewées qui n étaient plus en emploi au moment de l enquête, on constate que la moitié des personnes ont démissionné à cause de problèmes de gestion au sein même de l OASP (volume horaire insuffisant, planning, déplacements, peu de soutien en interne, etc.) Notre analyse a donc porté sur l intégration des nouveaux salariés, le soutien apporté aux intervenants et sur la gestion interne en termes de mobilité et de déplacements. Les raisons de démissions et de fin de contrats : Sur les 35 personnes ayant démissionné : 1. Volume horaire insuffisant, instabilité horaire... 28,5% 2. Problèmes personnels (déménagement, santé)... 22,8 % 3. Manque de soutien des personnels... 20% 4. Fin de contrat... 17,4 % 5. Emploi dans un autre secteur d activité... 11,4% UNE TRANSMISSION IMPARFAITE DES INFORMATIONS Les résultats de l enquête font ressortir un manque de suivi et de soutien des intervenants. Ce manque se traduit lors de la mise en place d une prestation par des lacunes en termes de transmission de l information. En effet, parmi les personnes interrogées, à la question «êtes vous présenté systématiquement pour chaque nouveau client?», 58% des intervenantes ont répondu non. A noter que la norme qualité NF X (2) préconise d «annoncer ou présenter au client, l intervenant ou l équipe d intervenants». En outre, on constate que les missions à effectuer ne sont pas toujours expliquées aux intervenants puisque à la question «vous décrit-on de manière détaillée les tâches à effectuer?», 34% ont répondu négati - vement. De plus, lorsque les missions sont décrites de manière détaillée, cela se fait oralement pour 79% des personnes ayant répondu oui à la question précédente. Rappelons également que la norme qualité préconise là aussi que «L entité transmette avant la première séance à l intervenant retenu ( ), les informations humaines (permettant de personnaliser la prestation), logistiques (adresse, clés, codes) et techniques concernant la mission». «On m explique très peu ce qu a la personne ; quand on me voit, c est pour me donner l adresse ( ) une fois je suis arrivée, on ne m avait rien expliqué, j ai observé et j ai géré toute seule». «( ) c est embêtant parce qu il y a des choses à (ne) pas dire et puis il y a des attitudes à avoir ( )». (2) En septembre 2000, l AFNOR a crée la norme qualité «Services aux personnes à domicile» (NF X ). Le Syndicat des entreprises de Services à la personne (SESP) créait à cette époque la norme QUALICERT. Depuis, certaines fédérations comme l UNA se sont engagées dans la mise en œuvre d une démarche qualité. Dans le département de l Hérault, plusieurs OASP mettent progressivement en œuvre une démarche de certification à travers une procédure individuelle ou collective (via le dispositif Local d Accompagnement dans lequel six OASP se sont engagés). ETUDE SUR LES CONDITIONS D EMPLOI DE SERVICES A LA PERSONNE I 2/6 I

4 Ainsi, seulement 21% des personnes interrogées ont un document officiel (type fiche de mission) leur présentant exactement la mission à effectuer et ses caractéristiques particulières. Certains OASP dans l Hérault ont mis en place ce type de fiches de missions sur lesquelles sont détaillées toutes les informations préalables à la mise en place d une prestation. D autres structures ont également créé des fiches de remplacements. «Les fiches, ça fait quelques mois que c est mis en place ( ) la semaine prochaine je dois aller chez une personne pour un remplacement et je sais déjà ce que j ai à faire : au niveau du nettoyage, je vais savoir qu elle aime jouer aux dominos, au scrabble; au niveau de sa personnalité qu elle est timide, qu elle est angoissée ( ) pour moi ça paraît être un outil normal» DES TEMPS DE RENCONTRE INSUFFISANTS La construction d une identité professionnelle passe en partie par le sentiment d appartenance à une équipe, à une entité. On constate cependant que très peu de groupes de paroles sont mis en place. L ANSP, dans sa feuille de route du 13 décembre 2006 sur la professionnalisation, préconise la mise en place d actions comme «des groupes d analyse et d échange sur les pratiques professionnelles». Seulement 51% des personnes interrogées disent avoir des temps de rencontre avec les autres intervenants. Ces temps formels de rencontre sont essentiellement des réunions d informations (pour 93% des personnes interrogées) ou des modules courts de formation (sur une matinée par exemple sur un thème précis). Or, il s agit de temps de rencontre qui laissent peu de place à des échanges. «C est parfois difficile de venir en aide aux personnes en difficulté, de garder la distance et y a quelque chose que les associations ne font pas, c est le groupe de parole. C est dommage parce que les filles ne sont pas habituées à parler or parfois on se sent désarmés et ça libère, la parole libère» Toutefois, une initiative locale est à souligner car elle atteste de la démarche qualité engagée dans le secteur : dans l Hérault, le collectif d associations RSP34 a mis en place des groupes de parole avec l intervention d une psychologue. De la même manière, les rencontres avec les responsables de secteur se font encore trop souvent de manière informelle puisque 38% des personnes interrogées disent rencontrer leur responsable une fois par mois afin de «rendre les feuilles de présence». Ces dernières disent quand même pouvoir les solliciter en cas de problème. A noter également que 38% d entre elles disent ne jamais les rencontrer. Parmi les personnes ayant démissionné, 20% ont quitté leur structure car elles étaient peu soutenues par leur employeur. DES TEMPS DE TRAVAIL FAIBLES, DES DÉPLACEMENTS IMPORTANTS La question du temps de travail reste un des éléments clés de la structuration et de la professionnalisation du secteur. Rappelons que parmi les personnes enquêtées, près de 30% des personnes ayant démissionné ont invoqué un volume horaire insuffisant ou une trop grande instabilité horaire. Le temps de travail Il en ressort que le volume horaire mensuel moyen des personnes interrogées est de 94h. Ce chiffre étant basé sur les déclarations des personnes interrogées (3), il doit être pondéré par les estimations opérées via d autres sources. Volume horaire hebdomadaire moyen des personnels d intervention à domicile > Niveau national... 14,5 h (Commissariat Général au Plan 2005) > Niveau Régional... 13,2 h (AMEDIS / DRTEFP ) > Niveau départemental... 14,3 h (DDTEFP ) > Niveau de notre étude h (panel ) > Réactualisation h La convention collective des organismes d aide et de maintien à domicile de 1983 préconise la signature de contrats de travail d une durée minimum de 70h par mois (Titre VII, art. 7.4) et le complément des temps partiels existants avant de créer de nouveaux postes (Titre V, art. 5.3). Or, plus d un quart des salariés enquêtées ont un temps de travail inférieur à 70h/mois tandis que seulement 5% avaient une durée de travail à temps plein (4). (3) La question posée était «quel est le temps de travail inscrit dans votre contrat?». La majorité des personnes ont répondu sur la base de la durée de travail du mois précédent. (4) On retrouve le même pourcentage dans l étude de la DREES faite au niveau national : «les personnels de services d aide à domicile en 1999», Etudes et résultats, DREES, n 297, mars ETUDE SUR LES CONDITIONS D EMPLOI DE SERVICES A LA PERSONNE I 3/6 I

5 A noter que 76% des intervenantes ont vu une évolution positive de leur temps de travail puisque ces dernières ont répondu oui à la question «y a-t-il eu une évolution (significative) de votre temps de travail depuis que vous avez signé votre contrat?». Il leur était précisé à cette occasion qu une évolution était considérée positive si elle correspondait à leur choix; que ce soit une augmentation ou une diminution de leur temps de travail. Des horaires fragmentés La question des horaires insuffisants et éclatés ainsi que la constitution d emplois du temps attractifs reste encore un des enjeux du secteur. 41% des intervenantes se sont déjà déplacées une fois ou plus souvent pour des missions de moins de 2h. «On est obligé de se balader d un employeur à un employeur ( ) il faut passer deux heures par-ci le matin, aller deux heures par-là l après midi et tout ça c est fatiguant» La mobilité des personnels d intervention Plus d un tiers des intervenantes interrogées estiment que les missions effectuées sont éloignées de chez elles. Si le fait de posséder un véhicule n est pas indispensable mais fortement recommandé dans une majorité de cas, cela est d autant plus évident dans les communes rurales ou périurbaines. En effet, la possession d un véhicule personnel est demandé dans 64% des offres ANPE au niveau départemental mais ne l est que dans 53% des offres pour Montpellier-ville. Dans les zones urbaines, le recrutement laisse encore la place à des personnes sans véhicule (réseau des transports en commun plus développé). Cela pose question quant aux demandeurs d emploi se positionnant sur ce secteur d activité et n ayant pas le permis et / ou pas de véhicule. En effet, 49,3 % des candidats reçus par le PES 34 en 2005 n avaient pas de véhicule personnel. Pour cela, des dispositifs d aide à la mobilité pour les demandeurs d emploi ou les salariés existent. L association Passerelles à Montpellier prête des véhicules ou des mobylettes. Autre initiative, depuis début juin 2007, celle du PES 34, avec le soutien du Fonds de Cohésion Sociale et en partenariat avec la Caisse des Dépôts et la Caisse d Epargne, qui participe à un dispositif expérimental de micro-crédit social. L objectif visé est de favoriser l accès ou le maintien dans l emploi des personnes, non éligibles à un prêt traditionnel, par l obtention d un prêt leur permettant d acquérir un véhicule (financer le permis, assurance automobile). II Emplois de qualité : un secteur en quête de professionnalisation DES DIFFICULTES DE RECRUTEMENT Il est fréquent d entendre que le secteur de l aide à domicile est facile d accès, que compte tenu des tâches à effectuer (la vision étant essentiellement basée sur les tâches ménagères), il est possible de l intégrer sans expérience ni formation préalable. En effet, on constate que le secteur de l aide à domicile continue à recruter des personnes qui n ont ni expérience ni formation dans le secteur sanitaire et social. C est souvent le cas de reconversions professionnelles (anciennes secrétaires par exemple) ou d anciennes «mères au foyer». Parmi les personnes enquêtées: > 42% n avaient pas d expérience dans le secteur, > Seulement un tiers d entre elles avaient une formation, > 32% d entre elles n avaient ni expérience, ni formation. Pourtant, les employeurs du secteur de l aide à domicile soulignent l importance de l expérience dans le secteur sanitaire et social (maison de retraite, aide à domicile, etc.) Néanmoins, on constate que le diplôme et / ou l expérience sont des critères déterminants pour l embauche de personnel devant intervenir auprès de personnes dépendantes (cf. encadré des offres cidessous) puisque l expérience est demandée dans plus de 80% des offres (11 112) et une formation est exigée dans 40% des cas. En analysant les offres d emploi, on constate les éléments suivants: > Le diplôme n est pas demandé pour des interven - tions de premier niveau auprès de personnes non dépendantes : l accord de la branche «aide à domicile» précise d ailleurs qu aucun diplôme spécifique n est requis pour être «Agent à domicile». > Le diplôme et l expérience sont des critères déterminants dans le recrutement de professionnels intervenants auprès de personnes dépendantes. 1 er semestre 2006 / Offres d emploi «aide à domicile» / Département de l Hérault Offres ANPE «Employé(e) de ménage à domicile (code ) > Une expérience est demandée dans plus de 90% des cas > Aucune formation n a été demandée sur les offres du 1 er semestre 2006 Offres ANPE «Intervenant(e) à domicile» (code ) > Une expérience est demandée dans 82% des cas mais une formation est également exigée dans 40% des cas ETUDE SUR LES CONDITIONS D EMPLOI DE SERVICES A LA PERSONNE I 4/6 I

6 «Lorsqu il s agit d intervention auprès de personnes dépendantes, la recherche d un profil sans aucun diplôme concerne encore 44% des organismes» révèle l étude de l OREF LR. En effet, les OASP rencontrent de réelles difficultés pour trouver des intervenants ayant une qualification et une expérience suffisante au regard des compétences nécessaires pour intervenir auprès de publics fragiles. Or, le fait de recruter des personnes sans formation pour intervenir auprès de public peut parfois mettre les intervenants dans des situations délicates. En effet, parmi les personnes enquêtées, 18% d entre elles estiment qu elles n ont pas une expérience et/ou une formation suffisante pour intervenir. A noter également que très peu de personnes ont été formées en cours d emploi puisque 84% disent n avoir jamais suivi de formation dans leur emploi. Le DEAVS semble être la formation la plus connue des salariées. La plupart d entre elles connaissent la VAE mais très peu savent qu il leur est possible de faire valider des titres ou diplômes par la voie de la formation continue (sans VAE). «Ils se plaignent parce qu ils ont du mal à fidéliser le personnel mais comme ça on comprend quand ils nous mettent sur certaines missions, c est pas encourageant! Moi quand je suis arrivée, avoir une personne qui va mourir sans avoir d expérience, j ai trouvé ça très lourd donc il y a beaucoup de gens je crois qui partent très vite» UNE IDENTITÉ PROFESSIONNELLE EN CONSTRUCTION L aide a domicile : une vocation? Les raisons du choix du métier de l aide à domicile : 1. L utilité sociale du métier...47 % 2. Un choix par défaut...27 % 3. Une expérience personnelle...12 % 4. Suivi d un cursus...8 % 5. Des horaires flexibles...6 % Le côté relationnel et social reste très prégnant dans le choix des personnes s étant dirigées vers le secteur de l aide à domicile. Néanmoins, ce métier souffre encore d un manque de reconnaissance car 27 personnes ne l ont pas choisi par vocation. Les personnes restantes se sont tournées vers l aide à domicile suite à une expérience personnelle (se sont occupées de parents proches ou d amis), grâce aux horaires flexibles compatibles avec leur mode de vie... Quel avenir professionnel pour les intervenants? Parmi les personnes en emploi enquêtées, près de la moitié (46 %) disent souhaiter se former afin d évoluer dans leur métier, «d être reconnue» ou de «ne plus faire que du ménage». L aide à domicile porte encore l image d un métier sans réelles perspectives d avenir pour les inter - venantes : 37 % d entre elles disent ne pas vraiment voir de possibilités d évolution. Pour 8% seulement, l aide à domicile constitue un tremplin leur permettant d évoluer vers d autres métiers de la branche sanitaire et sociale (poste d encadrement, aide-soignante, infirmière, auxiliaire puéricultrice ). Enfin, 7% d entre elles envisagent cependant de s orienter vers une autre branche d activité par déception quant au métier d aide à domicile (vente, secrétariat ). Le tutorat Les personnes ne voyant pas de véritables possibilités d évolution sont, dans le cadre de notre enquête, celles qui sont les plus proches de la retraite. Au niveau européen, le constat a été fait que les évolutions démographiques devraient inciter les organismes à s interroger sur la question de l âge. En effet, un des phénomènes liés à cette évolution démographique est le vieillissement accéléré de la population active : l essentiel de la population salariée se déplace aujourd hui vers ce que l on appelle les «salariés âgés» alors que le nombre de jeunes stagne, voire diminue. Dans le secteur de l aide à domicile, les jeunes de moins de 25 ans constituent une catégorie sous-représentée des salariés alors que le personnel des OASP est «vieillissant». Age moyen des salariées de l aide à domicile Au niveau national (étude de l IGAS)...45 ans Au niveau régional (étude AMEDIS)...42 ans Au niveau départemental (panel étude)...43 ans Face à ce constat, il semble indispensable pour les OASP de s adapter en termes de conditions de travail et de formation afin de maintenir les salariés âgés dans de meilleures conditions et d anticiper le vieillissement des plus jeunes. Dans sa feuille de route du 13 décembre 2006 sur la professionnalisation, l ANSP propose d expérimenter et de développer les interventions en binôme. Dans l Hérault, dans le cadre du programme EQUAL Pyramide, en partenariat avec certains OASP, Uniformation et le Pôle Emploi Services Hérault, des formations pour tuteurs sont mises en place en Le système du tutorat doit permettre en effet d intégrer au mieux les nouveaux salariés, de valoriser le travail des tuteurs et de construire une véritable identité professionnelle par la transmission d un savoir-faire et d un savoir-être propres à l intervention à domicile une avancée considérable dans la quête de profession - nalisation de ce secteur. ETUDE SUR LES CONDITIONS D EMPLOI DE SERVICES A LA PERSONNE I 5/6 I

7 SIGLES ANSP : Agence nationale des services à la personne DEAVS : Diplôme d Etat d auxiliaire de vie sociale OASP : Organisme agréé de services à la personne OREF : Observatoire régional de l emploi et de la formation RSP 34 : Réseau des services à la personne de l Hérault VAE : Validation des acquis et de l expérience BIBLIOGRAPHIE Accord de branche de l aide à domicile relatif aux emplois et aux rémunérations, 29 mars 2002 La convention collective des organismes d aide et de maintien à domicile, 1983 Etude du Commissariat Général au plan Les métiers de l aide à domicile en Languedoc-Roussillon: une professionnalisation nécessaire mais contrainte, Enjeux n 3, janvier Structuration des activités de l aide à domicile en Languedoc Roussillon, OREF, novembre 2006 Démarche qualité et services à la personne à domicile, C. Pelletier, UNA, ed Dunod, octobre Norme AFNOR NF X Les personnels de services d aide à domicile en 1999, Etude et Résultats, DREES, n 297, mars L expérience est capital(e), Equal France: de la gestion des âges à la promotion de la diversité, Les cahiers, Ed. Racine, juin TOUS NOS REMERCIEMENTS à l ensemble des personnes interrogées dans le cadre de cette étude. RÉALISATION Pôle Emploi Services Hérault 3, avenue Saint Lazare Montpellier Tél. : Fax : Site internet : Courriel : FONDS SOCIAL EUROPÉEN ETUDE SUR LES CONDITIONS D EMPLOI DE SERVICES A LA PERSONNE I 6/6 I

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL LA SYNTHESE L Observatoire de la branche des acteurs du lien social et familial - centres

Plus en détail

RECRUTER. un collaborateur handicapé. Entreprises AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH JUIN 2015

RECRUTER. un collaborateur handicapé. Entreprises AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH JUIN 2015 Entreprises AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH JUIN 2015 RECRUTER un collaborateur handicapé Les bonnes questions à se poser Quelles démarches? Les aides de l Agefiph dont vous pouvez bénéficier Les clés pour

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3249 Convention collective nationale IDCC : 1516. ORGANISMES DE FORMATION ACCORD

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés

Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés 1 Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés La réforme de la formation professionnelle a été publiée au Journal officiel mars 2014. Nous vous proposons de découvrir

Plus en détail

de la Guadeloupe et des Iles du Nord

de la Guadeloupe et des Iles du Nord DISCOURS DE Monsieur Maurice DACCORD Secrétaire Général de l Agence Nationale des Services à la Personne EN CLOTURE DU 1 ER SALON DES SERVICES A LA PERSONNE DE LA GUADELOUPE ET DES ILES DU NORD JEUDI 1

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestionnaire en intervention sanitaire et sociale en gérontologie de l Université Paul-Valéry Montpellier 3 Vague

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3248 Convention collective nationale IDCC : 1512. PROMOTION IMMOBILIÈRE AVENANT

Plus en détail

Métiers et formations de l aide à domicile

Métiers et formations de l aide à domicile 1 Métiers et formations de l aide à domicile S informer pour devenir un professionnel de l aide à domicile CONFERENCE EMPLOI Mardi 27 Septembre 2011 Médiathèque André Malraux - BEZIERS 2 1 Services à la

Plus en détail

Accord de la branche des du 30/06/05

Accord de la branche des du 30/06/05 Accord de la branche des du 30/06/05 Date de l extension Codes naf : OPCA : HABITAT FORMATION Convention collective : Droit individuel à la formation Démarrage 07/05/05 Ancienneté Au 31 décembre de chaque

Plus en détail

Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain

Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain ORLY CHAMPIGNY-SUR-MARNE NOGENT-SUR-MARNE VILLECRESNES VILLEJUIF Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain Synthèse des résultats du questionnaire BONNEUIL-SUR-MARNE SUCY-EN-BRIE

Plus en détail

Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client

Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client Mission Nationale de la Relation Client / AGEFOS PME Avril 2011 Nobody s Unpredictable Fiche technique Etude et sondage effectués pour Observatoire

Plus en détail

3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur

3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur 3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur L employeur a l obligation d assurer l adaptation des salariés à leur poste de travail. Il doit veiller au maintien de leur capacité

Plus en détail

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi Chiffres Clés Juin 2015 Les personnes handicapées et l emploi L OBLIGATION D EMPLOI En 2012, 100 300 établissements employaient 361 700 travailleurs handicapés. La loi fixe à tout établissement privé ou

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines L assurance emploie environ 205 000 personnes en France. Fort recruteur depuis des années, elle offre des perspectives de mobilité et de carrière intéressantes, favorisées par la formation initiale et

Plus en détail

Les journées de rencontre CNPTP CCN 66. Paris, le 22 janvier 2015

Les journées de rencontre CNPTP CCN 66. Paris, le 22 janvier 2015 Les journées de rencontre CNPTP CCN 66 Paris, le 22 janvier 2015 La CNPTP en bref La Commission Nationale Paritaire Technique de Prévoyance (CNPTP) pilote le régime mutualisé de prévoyance des personnels

Plus en détail

L obligation d emploi

L obligation d emploi L obligation d emploi 1 2 La réponse à l obligation d emploi dans le secteur privé La réponse à l obligation d emploi dans le secteur public La loi fixe à tout établissement privé ou public d au moins

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Assistant de production et d'administration musiques actuelles de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne

Plus en détail

Validation des Acquis de l Expérience «Ingénieur diplômé de l Ecole des Métiers de l Environnement»

Validation des Acquis de l Expérience «Ingénieur diplômé de l Ecole des Métiers de l Environnement» Validation des Acquis de l Expérience «Ingénieur diplômé de l Ecole des Métiers de l Environnement» Génie Industriel de l Environnement LIVRET 2 Constitution et présentation du dossier VAE devant le jury

Plus en détail

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil Politique d emploi des personnes handicapées : le diagnosticconseil Ce document s adresse particulièrement aux établissements, entreprises et groupes de plus de 250 salariés qui souhaitent s engager dans

Plus en détail

Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF)

Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF) Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF) Réalisé par le Service Etudes et Diagnostics de Sodie

Plus en détail

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail

Communication. Emetteur : M. VAQUER / C.RICHTER. Commentaire ASF

Communication. Emetteur : M. VAQUER / C.RICHTER. Commentaire ASF Avec «Vigilance Circulaires», vous l auriez déjà! Pour un accès instantané aux circulaires ASF, abonnez-vous dès maintenant (gratuit) Info : circulaires@asf-france.com Communication Numéro : ASF 05.218

Plus en détail

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR Dossier de presse, jeudi 20 décembre 2012 Contact presse : Préfecture de région : 01 82 52 40 25 communication@paris-idf.gouv.fr AP-HP : 01 40 27 37 22 - service.presse@sap.aphp.fr

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion de travaux et encadrement de chantier de l Université de Perpignan Via Domitia - UPVD Vague E 2015-2019

Plus en détail

Enquête «emploi formation» auprès des structures agréées des services à la personne dans le Var

Enquête «emploi formation» auprès des structures agréées des services à la personne dans le Var Enquête «emploi formation» auprès des structures agréées des services à la personne dans le Var Août 2011 Enquête «emploi formation» Raison Sociale :... Enseigne :... (Si différente de la raison sociale)

Plus en détail

Sommaire. La VAE, mode d emploi... 3. Récapitulatif des emplois (ou activités bénévoles exercées)... 4. Votre parcours de formation...

Sommaire. La VAE, mode d emploi... 3. Récapitulatif des emplois (ou activités bénévoles exercées)... 4. Votre parcours de formation... COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE DE LA MUTUALITE Certificat de Qualification Professionnelle Chargé(e) d accueil et de relation client/adhérent Dossier VAE

Plus en détail

Fiche pratique. A qui s adresse les emplois d avenir? Quels employeurs?

Fiche pratique. A qui s adresse les emplois d avenir? Quels employeurs? Fiche pratique A qui s adresse l'emploi d'avenir? Quels employeurs? Quel type de contrat de travail? Quelle durée de contrat dans le cas du CDD? Quels engagements? Quel suivi? Quel financement du contrat?

Plus en détail

Baromètre emploi-formation régional 2015

Baromètre emploi-formation régional 2015 Observatoire régional des métiers du sanitaire et du social Baromètre emploi-formation régional 2015 Professionnels de l intervention éducative octobre 2015 Activité : quelles sont les perspectives d évolution

Plus en détail

Evaluation du dispositif «VAE PUISSANCE 2» Conduite par AGEFOS PME Rhône-Alpes. Avec le concours du FUP

Evaluation du dispositif «VAE PUISSANCE 2» Conduite par AGEFOS PME Rhône-Alpes. Avec le concours du FUP Evaluation du dispositif «VAE PUISSANCE 2» Conduite par AGEFOS PME Rhône-Alpes Avec le concours du FUP 1 Evaluation du dispositif «VAE PUISSANCE 2» Conduite par AGEFOS PME Rhône-Alpes Introduction : les

Plus en détail

Salon des services à la personne

Salon des services à la personne Salon des services à la personne Le Salon des services à la personne 3 ème édition Conférence La professionnalisation, un enjeu de taille dans le secteur des Services à la personne Organisée par MERCI+

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

SOUTIEN FINANCIER AUX PROJETS DES ORGANISMES INTERVENANT DANS LE CHAMP DE L AIDE A DOMICILE EN SEINE-SAINT-DENIS

SOUTIEN FINANCIER AUX PROJETS DES ORGANISMES INTERVENANT DANS LE CHAMP DE L AIDE A DOMICILE EN SEINE-SAINT-DENIS SOUTIEN FINANCIER AUX PROJETS DES ORGANISMES INTERVENANT DANS LE CHAMP DE L AIDE A DOMICILE EN SEINE-SAINT-DENIS Dans le cadre de la convention pour la modernisation et la professionnalisation des services

Plus en détail

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête 1. Les faits L enquête sous forme de questionnaire a été menée durant le mois d octobre 2011 auprès des assistants diplômés

Plus en détail

Observatoire social de l Entreprise Ipsos / Logica Business Consulting Pour le CESI et en partenariat avec Le Figaro et BFM

Observatoire social de l Entreprise Ipsos / Logica Business Consulting Pour le CESI et en partenariat avec Le Figaro et BFM Observatoire social de l Entreprise Ipsos / Logica Business Consulting Pour le CESI et en partenariat avec Le Figaro et BFM Regards croisés des dirigeants et des salariés Thème de la vague 4 : Les jeunes

Plus en détail

Les aides à l embauche des entreprises (avril 2014)

Les aides à l embauche des entreprises (avril 2014) Les aides à l embauche des entreprises (avril 2014) CATEGORIE AIDE CONDITIONS/MODALITES/FORMALITES EXONERATION/REDUCTION DE COTISATIONS SOCIALES Réduction générale de cotisations dite «FILLON» Réduction

Plus en détail

Service emploi & formation Catherine Le Goff E-mail : legoff@fin.fr Tél. : 05 46 50 60 51

Service emploi & formation Catherine Le Goff E-mail : legoff@fin.fr Tél. : 05 46 50 60 51 N 3 10 juin 2005 Formation REFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Service emploi & formation Catherine Le Goff E-mail : legoff@fin.fr Tél. : 05 46 50 60 51 Les Flash-infos sont disponibles sur le site

Plus en détail

Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007. OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537

Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007. OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537 LA PROFESSION D AMBULANCIER EN CHAMPAGNE-ARDENNE Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007 OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537 51011 Châlons en Champagne

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management de projets dans le domaine éducatif, social ou socioculturel de l Université de Haute-Alsace Vague C

Plus en détail

la taille des entreprises

la taille des entreprises 1 Contrat de génération : une mise en œuvre adaptée à la taille des entreprises Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n ont pas toutes les mêmes leviers en matière d emploi,

Plus en détail

SE FORMER. une passerelle vers l emploi. Personnes Handicapées AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH NOVEMBRE 2014. l Les bonnes questions à se poser

SE FORMER. une passerelle vers l emploi. Personnes Handicapées AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH NOVEMBRE 2014. l Les bonnes questions à se poser Personnes Handicapées AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH NOVEMBRE 2014 SE FORMER une passerelle vers l emploi l Les bonnes questions à se poser l Quelles démarches? l Les aides de l Agefiph dont vous pouvez

Plus en détail

ENTREPRISES DE L IMPORT- EXPORT

ENTREPRISES DE L IMPORT- EXPORT REPÈRES & TENDANCES DONNÉES 2012 ENTREPRISES DE L IMPORT- EXPORT SOMMAIRE Page 04 DONNÉES ÉCONOMIQUES Page 06 DONNÉES EMPLOI Page 09 DONNÉES FORMATION Page 11 ZOOM SUR LES PRINCIPAUX DISPOSITIFS EMPLOI

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

La communauté AGEFA. Troisième étude : les jeunes et leur vision du bonheur au travail. pour. OpinionWay. 15 place de la République 75003 Paris.

La communauté AGEFA. Troisième étude : les jeunes et leur vision du bonheur au travail. pour. OpinionWay. 15 place de la République 75003 Paris. La communauté AGEFA Troisième étude : les jeunes et leur vision du bonheur au travail OpinionWay 15 place de la République 75003 Paris. pour Laurent Bernelas Tel : 01 78 94 89 87 lbernelas@opinion-way.com

Plus en détail

Diplôme d État d éducateur de jeunes enfants

Diplôme d État d éducateur de jeunes enfants FICHE FORMATION SOCIALE Diplôme d État d éducateur de jeunes enfants A l occasion du renouvellement des agréments des formations initiales sociales dispensées en région (période 2014-2018), le Conseil

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3235 Convention collective nationale IDCC : 2101. ENSEIGNEMENT PRIVÉ À DISTANCE ACCORD DU 4 DÉCEMBRE 2006

Plus en détail

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM Etude basée sur l enquête «bilan social 2014 données 2013» M. Ejnès Rodolphe 113 rue Saint-Maur, 75011 Paris - Téléphone

Plus en détail

AIDE À DOMICILE. Le métier abordé dans ce film est celui d aide à domicile qui relève du secteur social.

AIDE À DOMICILE. Le métier abordé dans ce film est celui d aide à domicile qui relève du secteur social. JE SUIS... Santé - Social - Soins esthétiques AIDE À DOMICILE Réalisation : Luc Millet Production exécutive : CRIPT Sylvestre Audiovisuel Production : Educagri éditions, DRAF SRFD Pays de la Loire, ONISEP

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

Les salariés et la réforme de la formation professionnelle

Les salariés et la réforme de la formation professionnelle Les salariés et la réforme de la formation professionnelle Sondage Ifop pour Théâtre à la Carte Contacts Ifop : Anne-Sophie VAUTREY - Directrice d études Département Opinion et Stratégies d Entreprise

Plus en détail

Construisez votre parcours professionnel VAE / CQP

Construisez votre parcours professionnel VAE / CQP Construisez votre parcours professionnel dans l Hôtellerie et la Restauration VAE / CQP Validation des Acquis de l Expérience / Certificat de Qualification Professionnelle de l Industrie Hôtelière La VAE,

Plus en détail

P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP

P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES SEPTEMBRE 2015 N 17 SOMMAIRE P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP P.3 6 PERSONNES

Plus en détail

Contrat de génération: Comment l articuler avec les dispositifs emploi/formation

Contrat de génération: Comment l articuler avec les dispositifs emploi/formation Contrat de génération: Comment l articuler avec les dispositifs emploi/formation Valérie Blanchard Coordinatrice Régionale de la Formation Professionnelle 21/2013 1 Le contrat de génération Un engagement

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion et pilotage de projets de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

En croisant ces constats et ces enjeux, la région Centre a arrêté dans le cadre du schéma régional des formations 5 orientations:

En croisant ces constats et ces enjeux, la région Centre a arrêté dans le cadre du schéma régional des formations 5 orientations: PROTOCOLE D ACCORD ENTRE LE SECRETARIAT D ETAT A LA SOLIDARITE ET LA REGION CENTRE POUR LA MISE EN PLACE D UN PLAN DES METIERS DANS LE SECTEUR SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL I : Contexte: Le schéma régional des

Plus en détail

AVENANT N 20 DU 21 SEPTEMBRE 2010

AVENANT N 20 DU 21 SEPTEMBRE 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3159 Convention collective nationale IDCC : 2596. COIFFURE ET PROFESSIONS CONNEXES AVENANT N 20 DU 21 SEPTEMBRE 2010

Plus en détail

Guide d accompagnement à la mise en œuvre de la grille des classifications Convention Collective Nationale de la Coiffure et des professions connexes

Guide d accompagnement à la mise en œuvre de la grille des classifications Convention Collective Nationale de la Coiffure et des professions connexes Guide d accompagnement à la mise en œuvre de la grille des classifications Convention Collective Nationale de la Coiffure et des professions connexes Validé par les membres de la CMP, le 23 octobre 2012

Plus en détail

Résultats de l enquête OPALE Outil de Prévision de l Artisanat de Lorraine MOT DU PRÉSIDENT - L artisanat lorrain

Résultats de l enquête OPALE Outil de Prévision de l Artisanat de Lorraine MOT DU PRÉSIDENT - L artisanat lorrain Résultats de l enquête OPALE Outil de Prévision de l Artisanat de Lorraine MOT DU PRÉSIDENT - L artisanat lorrain La fin de l année est l occasion pour chacun de faire le point sur la situation économique

Plus en détail

IROISE INSERTION PROFESSIONNELLE CONTRAT UNIQUE D INSERTION - CONTRAT INITIATIVE EMPLOI (CUI-CIE) des bénéficiaires d un. Bretagne. Contrat de projets

IROISE INSERTION PROFESSIONNELLE CONTRAT UNIQUE D INSERTION - CONTRAT INITIATIVE EMPLOI (CUI-CIE) des bénéficiaires d un. Bretagne. Contrat de projets G R E F Bretagne INSERTION PROFESSIONNELLE des bénéficiaires d un CONTRAT UNIQUE D INSERTION - CONTRAT INITIATIVE EMPLOI (CUI-CIE) IROISE PRÉFET DE LA RÉGION BRETAGNE Contrat de projets Etat-Région 8 bénéficiaires

Plus en détail

La formation professionnelle des salariés : principes généraux

La formation professionnelle des salariés : principes généraux 2 nd forum des associations Juin 2013 - Goyave La formation professionnelle des salariés : principes généraux Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi

Plus en détail

ENQUETE SUR L EMPLOI DES TRAVAILLEURS HANDICAPES

ENQUETE SUR L EMPLOI DES TRAVAILLEURS HANDICAPES ENQUETE SUR L EMPLOI DES TRAVAILLEURS HANDICAPES 2009 Une étude sur l emploi des travailleurs handicapés au sein des établissements de la Branche de l hospitalisation privée sanitaire et médico-sociale

Plus en détail

CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES

CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES Point d étape à mi-parcours du PRDF Note spécifique CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES Institué par la loi du 23 juillet 1987, le Contrat d objectifs de branche professionnelle est

Plus en détail

Conférence de Presse 2014, année pivot pour l emploi à domicile? Les chiffres et les faits à retenir

Conférence de Presse 2014, année pivot pour l emploi à domicile? Les chiffres et les faits à retenir Conférence de Presse 2014, année pivot pour l emploi à domicile? Les chiffres et les faits à retenir 1. Introduction : - par Marie Béatrice Levaux, présidente de la FEPEM 2. Chiffres et données clés :

Plus en détail

Retour sur les formations menées dans le Bas-Rhin et dans le Haut-Rhin

Retour sur les formations menées dans le Bas-Rhin et dans le Haut-Rhin Retour sur les formations menées dans le Bas-Rhin et dans le Haut-Rhin Présentation des mesures existantes d accompagnement à la professionnalisation des adultes-relais CAROLINE L HOMME, CHARGÉE DE MISSION

Plus en détail

ANALYSE PROSPECTIVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS

ANALYSE PROSPECTIVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS ANALYSE PROSPECTIVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS cordiste.mov - MÉTIERS DE LA COUVERTURE - DECEMBRE 2012 1. L emploi 1 241 couvreurs en 2010 soit 5% des salariés de la production du BTP

Plus en détail

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES REUNION DU 20 DECEMBRE 2013 RAPPORT N CR-13/06.653 CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie régionale de formation des jeunes et

Plus en détail

Se présenter. Récit de vie Expériences

Se présenter. Récit de vie Expériences Se présenter Récit de vie Expériences Expériences & Compétences Etudes Formations Projet Volontariat Réseaux Contacts Outils de recherche Relations Unis-cité 2009 1/23 Introduction Définition générale

Plus en détail

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS becret OGER INTERNATIONAL [Sélectionnez la date] Service Ressources Humaines OGER INTERNATIONAL Avril 2012 PREAMBULE Constatant que le taux d emploi des 55-64

Plus en détail

L accès à l emploi et les seniors

L accès à l emploi et les seniors L accès à l emploi et les seniors Rapport d une étude menée entre octobre 2013 & mars 2014 Avec le soutien de Regionsjob, le Centre des Jeunes Dirigeants & le Medef Ile de France De L utilité de cette

Plus en détail

Licence professionnelle Commerce spécialité Acheteur

Licence professionnelle Commerce spécialité Acheteur Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Commerce spécialité Acheteur Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D ÉQUIVALENCE CONSEILLER SOCIO-ÉDUCATIF

DOSSIER DE DEMANDE D ÉQUIVALENCE CONSEILLER SOCIO-ÉDUCATIF COMMISSION D ÉQUIVALENCE POUR L ACCÈS AUX CONCOURS DES ADMINISTRATIONS PARISIENNES 2, rue de Lobau 75196 PARIS Cedex 04 www.paris.fr drh.ceacap@paris.fr Nom : Prénom : DOSSIER DE DEMANDE D ÉQUIVALENCE

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE & APPRENTISSAGE

FORMATION PROFESSIONNELLE & APPRENTISSAGE FORMATION PROFESSIONNELLE & APPRENTISSAGE ENQUÊTE DE SATISFACTION DES STAGIAIRES DU SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL SORTIS EN 2014 DANS L AUDE, LE GARD, L HÉRAULT, LA LOZÈRE ET LES PYRÉNÉES-ORIENTALES Selon

Plus en détail

LE DEVENIR PROFESSIONNEL DES SALARIÉS BÉNÉFICIAIRES

LE DEVENIR PROFESSIONNEL DES SALARIÉS BÉNÉFICIAIRES LE DEVENIR PROFESSIONNEL DES SALARIÉS BÉNÉFICIAIRES DE CONGÉS INDIVIDUELS DE FORMATION ÉTAT DES LIEUX DE LA SATISFACTION ET DES ATTENTES DES BÉNÉFICIAIRES DE CIF Une enquête du Fongecif Rhône-Alpes Pourquoi

Plus en détail

Le contrat de professionnalisation

Le contrat de professionnalisation Le contrat de professionnalisation Objectif Le contrat de professionnalisation est un contrat de travail conclu entre un employeur et un salarié. Son objectif est l insertion ou le retour à l emploi des

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

OBSERVATOIRE PERSPECTIVES D EMBAUCHES ET DIFFICULTES DE RECRUTEMENT DANS LES ENTREPRISES DU CRA

OBSERVATOIRE PERSPECTIVES D EMBAUCHES ET DIFFICULTES DE RECRUTEMENT DANS LES ENTREPRISES DU CRA OBSERVATOIRE Progression d activité PERSPECTIVES D EMBAUCHES ET DIFFICULTES DE RECRUTEMENT DANS LES ENTREPRISES DU CRA 1 Compte tenu de la forte croissance actuelle au niveau de l ensemble de l économie

Plus en détail

ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013

ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013 ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013 Enquête réalisée par mail sur la période du 6 au 13 juin 2013 Préambule : Depuis fin 2011, la Chambre de métiers et de l artisanat réalise une enquête de conjoncture

Plus en détail

L embauche et le maintien des ressources humaines en milieu rural : principales problématiques

L embauche et le maintien des ressources humaines en milieu rural : principales problématiques Emploi Québec Mauricie L embauche et le maintien des ressources humaines en milieu rural : principales problématiques Août 2003 Plan de la présentation Introduction : la toile de fond Le contexte économique

Plus en détail

Avenir des métiers Métiers d avenir

Avenir des métiers Métiers d avenir Résultats de l enquête croisée «Entreprises / Jeunes» de l Association Jeunesse et Entreprises Avenir des métiers Métiers d avenir Enquête réalisée avec OpinionWay, de juin à septembre 2014 auprès de 304

Plus en détail

EVOLUTION DE LA FORMATION A LA FEDERATION NATIONALE HANDI-CHEVAL. Jacques GARCIAZ (FRANCE)

EVOLUTION DE LA FORMATION A LA FEDERATION NATIONALE HANDI-CHEVAL. Jacques GARCIAZ (FRANCE) EVOLUTION DE LA FORMATION A LA FEDERATION NATIONALE HANDI-CHEVAL Jacques GARCIAZ (FRANCE) La formation continue en France Ces trente dernières années ont vu se multiplier, tant en France qu à l étranger

Plus en détail

ESSEC MS ASSURANCE - FINANCE. Etude sur la «Trajectoire» des diplômés des MASTÈRES SPÉCIALISÉS. Monographie. Mars 2006

ESSEC MS ASSURANCE - FINANCE. Etude sur la «Trajectoire» des diplômés des MASTÈRES SPÉCIALISÉS. Monographie. Mars 2006 ESSEC Etude sur la «Trajectoire» des diplômés des MASTÈRES SPÉCIALISÉS Monographie MS ASSURANCE - FINANCE Mars 2006 Sommaire I. Objectifs de l étude II. Résultats Détaillés 1) Motivations à faire le MS

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3031 Convention collective nationale IDCC : 897. SERVICES DE SANTÉ AU TRAVAIL

Plus en détail

L IFPA SS. vous accompagne. Pôle Orientation et Carrière. www.ifpass.fr www.formations-assurance.fr. www.formations-assurance.fr

L IFPA SS. vous accompagne. Pôle Orientation et Carrière. www.ifpass.fr www.formations-assurance.fr. www.formations-assurance.fr L IFPA SS vous accompagne Pôle Orientation et Carrière Validation des acquis de l expérience (VAE) Bilan de compétences Plateforme emploi Coaching www.enass.fr www.ifpass.fr www.formations-assurance.fr

Plus en détail

donateurs actualité et enquêtes de L engagement bénévole des seniors Innovation Bénévolat Engagement seniors Fundraising tendance Image société pour

donateurs actualité et enquêtes de L engagement bénévole des seniors Innovation Bénévolat Engagement seniors Fundraising tendance Image société pour donateurs enquêtes de société pour des expertises Innovation Bénévolat Engagement seniors études et opi Comportement associations Fundraising méthodologie L engagement bénévole des seniors -de 50 à 65

Plus en détail

Formation et temps de travail (Publicité) Public ciblé par l accord («jeunes») Contrat de

Formation et temps de travail (Publicité) Public ciblé par l accord («jeunes») Contrat de Professionnelle Continue Les modalités d accès à la formation «Accord de Branche Syntec et ité» Qualifications inadaptés Priorités de Droit Individuel à la Plan de de Entretien Annuel Hors Plan & Hors

Plus en détail

Le point sur Le travail dans le secteur de l aide à domicile

Le point sur Le travail dans le secteur de l aide à domicile Le point sur Le travail dans le secteur de l aide à domicile Les activités de service réalisées au domicile d un(e) bénéficiaire se développent. Elles visent à : - Favoriser le maintien à domicile des

Plus en détail

La question RH du mois «Le stage en entreprise»

La question RH du mois «Le stage en entreprise» La question RH du mois «Le stage en entreprise» Mai 2015 Toute publication totale ou partielle doit impérativement utiliser la mention complète suivante : «Sondage mediarh.com - OpinionWay» et aucune reprise

Plus en détail

l Essentiel du Contrat de Professionnalisation Guide Pratique

l Essentiel du Contrat de Professionnalisation Guide Pratique SOFIP - SERVICE OFFRE DE FORMATION ET INSERTION PROFESSIONNELLE Relations Université-Entreprises l Essentiel du Contrat de Professionnalisation Guide Pratique Ce guide est destiné à la communauté universitaire

Plus en détail

État des lieux des médecins coordonnateurs d EHPAD en zones fragiles dans la région des Pays de la Loire

État des lieux des médecins coordonnateurs d EHPAD en zones fragiles dans la région des Pays de la Loire 2014 État des lieux des médecins coordonnateurs d EHPAD en zones fragiles dans la région des Pays de la Loire Avec le soutien de l ARS Pays de la Loire et le financement du FIR REMERCIEMENTS L URPS Médecins

Plus en détail

Connaissance du CPF. Février 2015. Etude exclusive du FAFSEA confiée à OpinionWay. Sabine Defrémont, FAFSEA, 01 70 38 38 10

Connaissance du CPF. Février 2015. Etude exclusive du FAFSEA confiée à OpinionWay. Sabine Defrémont, FAFSEA, 01 70 38 38 10 Connaissance du CPF Février 2015 Etude exclusive du FAFSEA confiée à OpinionWay Sabine Defrémont, FAFSEA, 01 70 38 38 10 OpinionWay, 15 place OpinionWay de la République, pour le FAFSEA 75003 Paris. -

Plus en détail

Alors que les postes de contrôleurs. Carrières. de gestion : une rémunération à géométrie variable. ENQUÊTE - Contrôleurs

Alors que les postes de contrôleurs. Carrières. de gestion : une rémunération à géométrie variable. ENQUÊTE - Contrôleurs Carrières ENQUÊTE - Contrôleurs de gestion : une rémunération à géométrie variable Le baromètre des fonctions financières DFCG - Michael Page - Option Finance Combien d années d ancienneté avez-vous dans

Plus en détail

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC)

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC) La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC) Le contexte Dans le BTP, la valeur ajoutée est principalement générée par la main d œuvre. Dans le cadre d un projet de Gestion Prévisionnelle

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D ÉQUIVALENCE DIRECTEUR DES CONSERVATOIRES DE PARIS

DOSSIER DE DEMANDE D ÉQUIVALENCE DIRECTEUR DES CONSERVATOIRES DE PARIS COMMISSION D ÉQUIVALENCE POUR L ACCÈS AUX CONCOURS DES ADMINISTRATIONS PARISIENNES 2, rue de Lobau 75196 PARIS Cedex 04 www.paris.fr drh.ceacap@paris.fr Nom : Prénom : Catégorie envisagée (1 ère et/ou

Plus en détail

APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL

APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL ET PRATIQUES DE TUTORAT Démarche d accompagnement des entreprises 1 2 Un outil de diagnostic flash Un guide d accompagnement au montage de projet 1 Tutorat et apprentissage

Plus en détail

Aide à domicile pour personnes âgées

Aide à domicile pour personnes âgées à domicile pour personnes âgées Pour que rester chez soi... soit toujours un plaisir LES SERVICES VITALLIANCE «Un grand choix de services qui s adaptent à vos besoins et envies» Vitalliance propose une

Plus en détail