RESUME NON TECHNIQUE DE L ENSEMBLE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER D UNE LA COURNEUVE (93)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RESUME NON TECHNIQUE DE L ENSEMBLE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER D UNE LA COURNEUVE (93) 93-002"

Transcription

1 décembre 2014 RESUME NON TECHNIQUE DE L ENSEMBLE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER D UNE PLATE-FORME DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE TERRES POLLUEES ET DE TRANSIT DE DECHETS VERTS ET DE COMPOST LA COURNEUVE (93) V ECT RD 401 Route du Mesnil-Amelot Villeneuve sous Dammartin

2 SOMMAIRE I. Présentation... 3 a. Présentation du projet et d ECT... 3 b. Localisation du projet... 4 II. Description des procédures mises en œuvre sur le site... 6 III. Impact du site... 9 a. Impacts du site... 9 b. Mesures compensatoires mises en place c. Conclusion de l étude d impact IV. Dangers identifiés sur le site a. Risques identifiés sur le site b. Evaluation des risques c. Moyens de prévention/protection sur site d. Conclusion de l étude de danger V. Conclusion FIGURES Figure 1 : Localisation du projet... 4 Figure 2 : Photo aérienne du site... 4 Figure 3 : Plan de localisation au 1/ Figure 4 : Plan masse de l installation... 7 Figure 5 : Photomontages du futur bâtiment de bioremédiation... 8 Figure 6 : Carte des enjeux Figure 7 : Zones à risque du site TABLEAUX Tableau 1 : Synthèse des impacts du site... 9 Tableau 2 : Synthèses des mesures qui seront déployées sur le site Résumé Non Technique Décembre 2014 Page 2

3 I. PRESENTATION a. Présentation du projet et d ECT Le projet a pour objectif de créer une solution permettant de recycler les terres polluées et les déchets verts à l aide des activités suivantes : Broyage de déchets verts ; Transit et regroupement de déchets verts et de compost ; Dépollution des terres ou biorémédiation. La demande d autorisation est portée par la société ECT, société certifiée ISO ECT est le premier groupe français de gestion de remblais de matériaux inertes et a su entretenir pendant près de 20 ans un savoir-faire unique sur la qualité de ses réaménagements pour les collectivités. Le groupe dispose ainsi d une vaste palette de compétences pour valoriser son territoire dont notamment : Le stockage : les matériaux inertes sont stockés sous forme de remblais pouvant prendre des formes et remplir des fonctions très variées. Ces matériaux sont 100 % non polluants et se composent principalement de terres, limons et gravats triés ; Le recyclage : ECT recycle à l aide d unités mobiles de concassage/criblage les gravats de démolition en granulats réutilisables et contribue à la réalisation des objectifs nationaux de valorisation ; La dépollution : ECT détient un savoir-faire et une expertise importante dans le domaine de la dépollution des sites et assure un service complet de diagnostic et d évacuation des terres polluées vers des centres de traitement appropriés ; Les espaces verts : ECT crée, plante et entretient de nombreux espaces verts et participe ainsi à la conservation des espèces faunistiques et floristiques ; La mise en sécurité des carrières : ECT a mis au point des procédés novateurs de réhabilitation de carrières souterraines qui permettent de répondre aux impératifs de sécurité publique liés aux risques d effondrement des cavités instables. ECT est responsable de la mise en sécurité et de la requalification paysagère de plusieurs carrières à ciel ouvert sur lesquelles une démarche de valorisation innovante est engagée ; Le transport : ECT dispose des capacités nécessaires pour le service complet d évacuation, de traitement et de stockage de matériaux. La plate-forme permettra de recevoir des déchets verts, du compost 1 ainsi que des terres faiblement polluées aux hydrocarbures 2 à hauteur de tonnes à l année (réparties de la manière suivante : tonnes de terres polluées et tonnes de déchets verts et de compost). Après traitement les produits sortant du site seront du compost, des déchets verts broyés et des terres non polluées. Compost Déchets verts Les déchets réceptionnés sur le site auront pour origine géographique l ensemble du département de Seine-Saint-Denis mais également la région francilienne. En cas de besoin, les déchets pourront provenir des départements limitrophes. Terre polluée 1 Le compost sera uniquement en transit sur le site avant sa revente et ne subira aucune modification. 2 Les terres réceptionnées seront sélectionnées en amont afin de présenter des qualités physico-chimiques permettant leur traitement par bioremédiation. Résumé Non Technique Décembre 2014 Page 3

4 b. Localisation du projet Le projet est implanté sur la commune de La Courneuve en Seine-Saint-Denis (93) entre l autoroute A1 qui le borde au nord et une voie ferrée qui marque la limite sud au sein d un lotissement industriel. L accès au site se fera via l avenue Hélène Boucher en traversant une voie ferrée gérée par la RFF. L ancien passage à niveau sera réhabilité afin de permettre l accès au site en toute sécurité. La voie sera également réhabilitée afin de permettre le passage de transports exceptionnels quelques fois par an. ECT Figure 1 : Localisation du projet Figure 2 : Photo aérienne du site Résumé Non Technique Décembre 2014 Page 4

5 ± Plan de localisation du projet 1: Légende Limites du projet Limites communales Société ECT Plateforme de traitement biologique de terres polluées et de transit de déchets verts et de Résumé Non Technique Décembre 2014 Page 5

6 II. DESCRIPTION DES PROCEDURES MISES EN ŒUVRE SUR LE SITE La carte page suivante montre les zones d activité qui seront présentes sur le site : 1. La zone d accueil et de contrôle La zone d accueil, située à l entrée du site, permettra la réception et le contrôle systématique de l ensemble des véhicules entrants et sortants sur l installation. Un portique permettant de détecter la radioactivité sera également installé. 2. Zone destinée à la bioremédiation La bioremédiation consiste en la décontamination de sols pollués à l aide de micro-organismes présents naturellement dans le sol. En cas de besoin des micro-organismes similaires pourront être ajoutés afin d optimiser la bioremédiation. Les terres polluées seront disposées en biotertre (ce qui signifie qu elles seront mises en tas), arrosées et retournées périodiquement à l aide d engin de manutention afin de favoriser le processus de dégradation biologique. La zone destinée au traitement des terres polluées, ou bioremédiation, sera intégralement réalisée sous un bâtiment de m² (comportant une aire de stockage des terres polluées, une aire de criblage et une aire destinées à la disposition des biotertres). Le bâtiment disposera d un système spécifique de rétention étanche permettant de recueillir les éventuels effluents issus du procédé biologique de dépollution. De plus, le bâtiment sera mis en dépression et disposera d un système de biofiltration afin de traiter l air avant rejet vers l extérieur. Le système de filtre sera adapté à la pollution présente au niveau de la zone de traitement interne. Les terres ainsi dépolluées seront stockées sur une zone imperméabilisée de 980 m² à l extérieur du bâtiment, au nord de la plate-forme. Elles seront ensuite évacuées pour une valorisation ou un traitement externe. 3. Zone de traitement des déchets verts Les déchets verts transitant et traités sur le site seront localisés sur une zone dédiée de la plate-forme en partie nord du bâtiment décrit ci-dessus. Cette zone sera divisée en 3 parties : La zone de stockage des déchets verts bruts arrivant sur le site (980 m²) ; La zone de broyage des déchets verts à l aide d un broyeur mobile ; La zone de stockage des déchets verts broyés (850 m²). Les déchets verts ne feront que transiter au niveau de la plate-forme, et aucun autre traitement, hormis le broyage, ne sera réalisé sur le site. Ces matériaux valorisables seront ensuite rechargés pour valorisation externe. 4. Zone de stockage du compost Le compost transitant sur le site sera stocké sur 900 m² à l ouest de la plate-forme et de la zone dédiée au stockage de déchets verts broyés. Le compost sera stocké en attendant sa revente en fonction du marché. 5. Zone périphérique La zone périphérique comprend : Le portail et la clôture ; Les espaces verts ; Les bassins de gestion des eaux pluviales et des eaux de process. Résumé Non Technique Décembre 2014 Page 6

7 Plan masse de l installation Zone de broyage et de stockage et des déchets verts broyés Zone de stockage des terres dépolluées Zone de stockage des déchets verts bruts Zone d accueil et de contrôle Zone destinée à la bioremédiation Zone de stockage du compost Zones périphériques Société ECT Plateforme de traitement biologique de terres polluées et de transit de déchets verts et de Résumé Non Technique Décembre 2014 Page 7

8 Le bâtiment sera équipé d un bardage paysagé favorisant son insertion dans l environnement : Figure 5 : Photomontages du futur bâtiment de bioremédiation Résumé Non Technique Décembre 2014 Page 8

9 III. IMPACT DU SITE Une étude d impact a été réalisée permettant d appréhender la globalité des impacts potentiels de l installation. La carte page 12 montre que le site n intersecte pas de zone protégée hormis une zone humide potentielle (classe 3). Etant donné le contexte d occupation des sols du terrain (occupation illégale des terrains ayant entraîné une dégradation des lieux), le caractère humide de la zone ne semble pas avéré. Le projet n impactera donc pas de zone humide. a. Impacts du site Le tableau suivant permet de synthétiser, par item, l ensemble de ces impacts : Tableau 1 : Synthèse des impacts du site Thème Item Description Impact Activité économique Création de six emplois Impact positif permanent Agriculture Le projet n impacte pas de terrains agricoles Aucun impact Trafic Tourisme et loisirs Patrimoine culturel et architectural Vibrations Energie Le trafic induit par la plate-forme représente : 0,11 % des véhicules circulant sur la route D30 ; 0,63 % des poids-lourds circulant sur la route D30. Les voiries assurant la desserte du site sont en bon état et permettent la circulation des poids lourds Le site est séparé du parc départemental Georges- Valbon par l autoroute A1 Aucun impact visuel sur les monuments historiques les plus proches En application des articles L à L du code du Patrimoine relatif à l archéologie préventive, le préfet de région sera susceptible de prescrire la réalisation d un diagnostic archéologique préalable aux travaux envisagés Les travaux d aménagement seront réalisés dans le respect des règles d hygiène et de sécurité propres aux chantiers de travaux publics Les aménagements du site sont conçus pour limiter les phénomènes de vibrations. L activité n est pas à l origine de vibrations pouvant perturber l environnement Consommation d énergie liée à l exploitation de la plate-forme Impact limité Aucun impact Aucun impact Impact potentiel Aucun impact Impact limité Eclairage Eclairage naturel privilégié au maximum Impact négligeable Réseaux et équipements Aucun impact sur les réseaux existants publiques Les calculs des niveaux sonores pouvant être engendrés par le projet montrent que l'émergence, au niveau des habitations les plus proches, ne Bruit dépassera pas les valeurs réglementaires, conformément à l'article 3 de l'arrêté du 23 janvier 1997 Production de déchets L installation produira des déchets du fait de son fonctionnement Aucun impact Impact négligeable Impact potentiel Résumé Non Technique Décembre 2014 Page 9

10 Thème Item Description Impact naturel naturel naturel Paysage Faune-flore Patrimoine naturel Eaux superficielles Eaux souterraines Sol Topographie Qualité de l ait et climat Seule deux covisibilités proches ont été identifiées sur le site du projet Le site ne présente pas de potentiel faunistique ou floristique Site en dehors de toute zone protégée Un réseau de gestion et de maîtrise des eaux pluviales et des eaux de process sera mis en place Surfaces accueillant les activités de la plate-forme en revêtement durable étanche, et zone de rétention pour cuve de carburant Surfaces accueillant les activités de la plate-forme en revêtement durable étanche, et zone de rétention pour cuve de carburant La pente actuelle du terrain sera modifiée afin de permettre un bon écoulement des eaux de ruissellement et des eaux de process vers les réseaux et bassins de collecte du site (environ 2%). Emissions de poussières lors du fonctionnement de l installation Impact négligeable Aucun impact Aucun impact Impact négligeable Impact limité Impact limité Aucun impact Impact potentiel sur la qualité de l air Résumé Non Technique Décembre 2014 Page 10

11 b. Mesures compensatoires mises en place Le tableau suivant présente les mesures afin de réduire les impacts du site. Tableau 2 : Synthèses des mesures qui seront déployées sur le site Thème Item Mesure Impact résiduel Trafic Aire d attente à l intérieur du site Plan de circulation Impact nul Patrimoine culturel et architectural En cas de découverte de vestiges lors des travaux, des mesures spécifiques seront prises en collaboration avec le Service Régional de l Archéologie Impact potentiel Energie Utilisation des énergies limitée au strict nécessaire Entretien régulier des engins à moteur Impact limité Bruit Equipements conformes aux réglementations en vigueur concernant les émissions sonores Réalisation de mesures de bruit lors du fonctionnement futur de l installation Impact négligeable Production de déchets Les déchets générés sur le site seront gérés et traités par les filières adéquates Impact nul naturel Paysage Plantation d espèces végétales indigènes permettant de dissimuler les installations et favorisant ainsi l insertion paysagère du projet Bâtiment comportant un bardage paysager Impact nul naturel Faune-flore Installation de barrière anti-retour durant la phase de travaux de la plate-forme Aucun impact Eaux superficielles Mise en place d un bassin de rétention correctement dimensionné Entretien des réseaux Impact quasi-nul Eaux souterraines Installations en rétention (zones de stockage et de manipulation ainsi que la cuve de carburant) Impact nul Sol Installations en rétention (zones de stockage et de manipulation ainsi que la cuve de carburant) Impact nul Bâchage des bennes Qualité de l ait et climat Contrôle des engins utilisés Process de bioremédiation en bâtiment fermé, mise en dépression avec biofiltres Impact nul c. Conclusion de l étude d impact Les impacts identifiés sur l installation peuvent être qualifiés de nuls à limités après mise en place des mesures compensatoires décrites ci-dessus. Ce projet permet donc de valoriser des déchets verts et des terres polluées sans entraîner de dommages sur son environnement. Résumé Non Technique Décembre 2014 Page 11

12 ± Carte des enjeux 1: Légende Limites du projet Limites communales Patrimoine naturel et culturel ^_ ^_ Monument historique classé Monument historique inscrit Périmètre de protection MH classé Périmètre de protection MH inscrit Site inscrit naturel ##### NATURA 2000 ZPS ##### ##### ZNIEFF Type I Zones humides ZNIEFF Type II Classe 1 Classe 2 Classe 3 Classe 5 Société ECT Plateforme de traitement biologique de terres polluées et de transit de déchets verts et de Résumé Non Technique Décembre 2014 Page 12

13 IV. DANGERS IDENTIFIES SUR LE SITE Une étude de danger exhaustive a été réalisée listant l ensemble des phénomènes dangereux potentiels sur le site. a. Risques identifiés sur le site Deux types de risques existent sur les installations industrielles : les risques externes (incidents dont l origine est extérieure au site comme les catastrophes naturelles ou les actes de malveillance) et les risques internes (liés aux produits et équipements existants sur le site ou aux erreurs de manipulation). L identification des risques de la plate-forme a été réalisée à l aide du retour d expérience d ECT et des synthèses d accidents formalisées par le Bureau d Analyse des Risques et Pollutions Industriels. Les risques identifiés sont les suivants : Risques externes Risques internes Intervenants extérieurs Incendie Pollution des eaux de surface et/ou Intrusions de personnes souterraine Intrusions d animaux indésirables Réception de déchets non autorisés Circulation extérieure au site Process et manipulation des déchets Présence d autres activités industrielles Explosion Transport de matières radioactives Pollution de l atmosphère Transport de marchandises dangereuses Présence d installations électriques Chute d aéronefs Défaillance du matériel Inondation Chargement et déchargement de déchets Séismes Circulation interne au site Mouvements de terrain Feux de forêt Vents forts Foudre Chutes de grêles b. Evaluation des risques Une analyse des risques a été réalisée (dont la méthodologie est expliquée en détail dans l étude de danger) et a permis de retenir plusieurs scénarii pouvant présenter des dommages importants. Ces scénarii sont les suivants : Incendie des stockages de déchets verts ; Explosion du stockage de carburant ; Accident de circulation ; Réception de déchets dangereux, explosifs ou interdits sur le site ; Fuite et épandage de carburant au niveau de l installation de distribution de carburant ; Accident, envol de poussière ou d éléments légers lors du chargement/déchargement des déchets ; Envol de poussière au niveau du stockage des terres dépolluées ; Envol de déchets au niveau du stockage des déchets légers ; Pollution empruntant le réseau de collecte des eaux pluviales ; Incendie dans les locaux sociaux et d accueil ; Noyade ou chute dans le bassin de rétention des eaux pluviales ; Propagation d un incendie ayant une origine extérieure. L ensemble des scénarii a fait l objet d une hiérarchisation en fonction de la fréquence potentielle de la survenue de l accident ainsi que de sa gravité. Cette analyse a permis de montrer qu il n y avait pas de risque «inacceptable» ou «majeur» sur le site. Seul le scénario de l incendie des stockages de déchets verts présente une criticité suffisamment importante pour être modélisé. Les résultats de ce scénario sont présentés dans la cartographie page suivante synthétisant l ensemble des zones à risque du site. Résumé Non Technique Décembre 2014 Page 13

14 Zones à risques du site Société ECT Plateforme de traitement biologique de terres polluées et de transit de déchets verts et de Résumé Non Technique Décembre 2014 Page 14

15 c. Moyens de prévention/protection sur site L analyse des risques de l étude de danger a permis de montrer que tous les évènements étudiés étaient maîtrisés à l aide de mesures de protection et de prévention. Ces mesures sont les suivantes : Site entièrement clôturé avec un seul portail d accès ; Surveillance par un agent d astreinte en dehors des heures d ouverture ; Mise en place d un bassin de rétention des eaux pluviales équipé d un débourbeur/déshuileur et d une vanne d obturation ; 2 engins de chantier permettant de manipuler rapidement les stockages en cas de besoin ; 3 trousses de secours sur le site ; 16 extincteurs répartis sur le site ; 2 poteaux incendie à l intérieur du site ; Portique de radioactivité ; Un système de désenfumage dans le bâtiment de traitement ; Plusieurs systèmes d arrêt «coup de poing» pour les installations électriques ; Un bassin de rétention des eaux incendie. d. Conclusion de l étude de danger Les risques les plus fréquents sur une plate-forme de traitement biologique de terres polluées et de transit de déchets verts et de compost sont les suivants : Risque d incendie ; Risque de pollution du sol, du sous-sol ou de l atmosphère suite principalement à une fuite ou une mauvaise manipulation d hydrocarbures ; Détection de déchets ou de matériaux radioactifs. L essentiel des mesures seront prises avant et dès le début de l exploitation de la plate-forme pour limiter les risques sur le site et son environnement. Les moyens de prévention et de protection (extincteurs, poteaux incendie, engins d exploitation, ) seront suffisants pour diminuer le risque d un départ d incendie sur la plate-forme ; Les moyens de surveillance mis en place (système de vidéosurveillance 24h/24, clôtures, portails, responsable d exploitation, agent d astreinte, ) permettront également de limiter la probabilité d un départ d incendie sur une des activités du site ou d en limiter les conséquences. Concernant le risque de pollution du sol, sous-sol ou de l atmosphère suite à une fuite ou un déversement d hydrocarbures, les moyens de prévention et de protection (trousses de secours, procédures, formations du personnel, plan de circulation, surface de rétention spécifique, équipements de protection individuelle, gestion des eaux pluviales ) seront suffisants pour diminuer le risque d incendie et de pollution du sol ou du sous-sol ou de l atmosphère sur le site de la plate-forme. La plate-forme ne présente pas de potentiels de dangers importants, de par sa conception même d abord, et les techniques retenues, mais aussi en raison des mesures de protection mises en place, qui seront nombreuses et redondantes. Celles-ci concerneront à la fois les produits, les équipements, l organisation, la formation, Tout sera ainsi mis en place pour limiter, à la source, le risque d occurrence et la gravité d un accident. En cas d éventuel accident sur le site, l intervention serait réalisée efficacement. Le personnel possèdera les moyens et les formations pour intervenir rapidement et efficacement et pour prévenir les secours extérieurs si besoin. Les mesures de détection et la rapidité de la chaîne d alerte associée permettront une détection des éventuels sinistres suivie d une intervention des secours. Les méthodes et moyens d intervention en cas d accident limiteront ainsi fortement les risques de sur-accident et les effets néfastes de ces accidents. Résumé Non Technique Décembre 2014 Page 15

16 V. CONCLUSION L étude des impacts et des dangers de l installation a permis de démontrer que celle-ci ne présentera que des impacts nuls à négligeables et des dangers entièrement maitrisés. Ce projet s inscrit dans une démarche d amélioration du traitement des déchets verts et des sols pollués générés par l activité e en présentant les intérêts suivants : Intérêt environnemental : Dépollution à l aide de procédés non polluants (accélération de processus naturels : la bioremédiation et le compostage) ; Réduction du bilan carbone (filières locales, moins de transports ) : Dans le cadre d une valorisation en circuit court fermé, il est possible de réinjecter le nouveau produit obtenu (compost ou terre inerte) sur son site d origine (ancienne friche polluée, espace vert ) ; Revalorisation locale de déchets qui sont pour la plupart éliminés (enfouissement) ou traités hors de la région ; Pas d introduction de produits toxiques. Intérêt socio-économique : Valorisation locale des déchets verts et du BTP sancto-dionysiens et nord-parisiens ; Valorisation d un terrain pollué et source actuelle d importantes nuisances pour les riverains ; Création d emplois locaux (6 emplois directs dans un premier temps) ; Possibilité de faire de La Courneuve une vitrine écologique (visites pédagogiques, communication autour de la dépollution et du compostage ). Intérêt agronomique du compost : Apport au sol d'un amendement organique stable, homogène et structurant ; Libération progressive de l'azote, moins de perte de lessivage ; Réduction de 40 à 50% des volumes d'effluents (action de biodégradation des microorganismes) ; Amélioration de la qualité d'épandage ; Epandage sur prairies (pas de perte d'appétence) et sur cultures ; Diminution du salissement des parcelles et des services sanitaires ; Bonne concentration en phosphore et potassium : économie sur la fumure de fond. Un tel projet présente l avantage d apporter une solution durable à la problématique de gestion des déchets verts et des terres polluées franciliens. Résumé Non Technique Décembre 2014 Page 16

Détermination de l acceptabilité des risques...10. Grille de criticité des scénarii avec mesures de prévention et de protection...

Détermination de l acceptabilité des risques...10. Grille de criticité des scénarii avec mesures de prévention et de protection... SOMMAIRE DU RESUME NON TECHNIQUE DE LL ETUDE DE DANGERS 1 INTRODUCTION...2 2 ENVIRONNEMENT ET VOISINAGE...3 3 POTENTIELS DE DANGERS...4 4 IDENTIFICATION DES RISQUES...5 5 EVALUATION DES RISQUES...6 6 EVALUATION

Plus en détail

Centre Régional Loire Auvergne PLATE-FORME DE COMPOSTAGE TERRES D ALLAGNON CHAMBEZON (43) Dossier de Présentation

Centre Régional Loire Auvergne PLATE-FORME DE COMPOSTAGE TERRES D ALLAGNON CHAMBEZON (43) Dossier de Présentation Centre Régional Loire Auvergne PLATE-FORME DE COMPOSTAGE TERRES D ALLAGNON CHAMBEZON (43) Dossier de Présentation SOMMAIRE 1 Introduction et présentation generale... 3 2 Presentation technique... 4 2.1

Plus en détail

CHAPITRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N

CHAPITRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N CHAPITRE II : APPLICABLES A LA ZONE N Caractère de la zone : Il s agit d une zone naturelle et forestière protégée en raison soit de la qualité des sites, des milieux naturels, des paysages et de leur

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS ASA/LF/BOURGOIS/GUILLAC/EDD/2013.372 Déchetterie de GUILLAC (56) Résumé page 1 PRESENTATION DU SITE La déchetterie de Guillac est localisée sur le territoire

Plus en détail

D I C R I M. Les principales conséquences d un accident lors du transport de matières dangereuses peuvent être :

D I C R I M. Les principales conséquences d un accident lors du transport de matières dangereuses peuvent être : LE RISQUE TMD (Transport de matières dangereuses) Une marchandise dangereuse est une matière ou un objet qui, par ses caractéristiques physicochimiques (toxicité, réactivité ) peut présenter des risques

Plus en détail

Les travaux. Comment vont se dérouler les travaux du prolongement du Métro ligne 1?

Les travaux. Comment vont se dérouler les travaux du prolongement du Métro ligne 1? Les travaux Il est important de rappeler que la nature des nuisances liées aux travaux du projet sera précisée dans l étude d impact produite en vue de l enquête publique, dans une phase d études ultérieures

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS. Russy-Bémont (60)

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS. Russy-Bémont (60) DE L'ETUDE DES DANGERS BONDUELLE CONSERVE Russy-Bémont (60) 1 Environnement et voisinage... 2 2 Potentiels de dangers... 3 3 Evaluation des risques... 4 4 Evaluation des effets des scénarios retenus...

Plus en détail

SCDC- Bissy. Résumé non technique de l étude de dangers

SCDC- Bissy. Résumé non technique de l étude de dangers Eras Metal Calais / Note d information du Préfet / Présentation des modifications SCDC- Bissy Résumé non technique de l étude de dangers Réf. Entime 3302-006-007 / Rév. A /16.07.2013 DOC. ICPE / 2211-006-008

Plus en détail

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30)

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30) Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Partie II RESUME NON TECHNIQUE ETUDE D IMPACT FEVRIER 2014 RAPPORT CON/13/084/CD/V2 SOMMAIRE I PRESENTATION DU PROJET ET DE SON ENVIRONNEMENT...

Plus en détail

SA COLOR CANTELEU (76) RESUME NON TECHNIQUE

SA COLOR CANTELEU (76) RESUME NON TECHNIQUE SA COLOR CANTELEU (76) RESUME NON TECHNIQUE SOMMAIRE 1 EXPLOITANT ET ACTIVITES... 3 1.1 IDENTITE DU DEMANDEUR... 3 1.2 ORGANISATION DU SITE... 4 2 RESUME DE L ETUDE D IMPACTS... 5 2.1 IMPACTS SUR LE PAYSAGE...

Plus en détail

Seul l arrêté fait foi pour fixer le contenu des prescriptions à justifier. Justifications à apporter dans le dossier de demande d enregistrement.

Seul l arrêté fait foi pour fixer le contenu des prescriptions à justifier. Justifications à apporter dans le dossier de demande d enregistrement. Guide de justification rubrique 2515 (broyage, concassage, criblage ) Arrêté ministériel de prescriptions générales pour les installations soumises à enregistrement Comme indiqué à l article 3 de l arrêté

Plus en détail

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE. Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25.

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE. Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25. RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25. V2 La société VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE (VPNN) est autorisée

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

Commission de Suivi de Site 21 novembre 2013 POINT SUR L INCENDIE DU 2 NOVEMBRE 2013

Commission de Suivi de Site 21 novembre 2013 POINT SUR L INCENDIE DU 2 NOVEMBRE 2013 Commission de Suivi de Site 21 novembre 2013 POINT SUR L INCENDIE DU 2 NOVEMBRE 2013 Déroulé de l incendie du 2 novembre Entre 2H et 2H30 : départ de feu dans le bâtiment de tri secondaire 2H38 : déclenchement

Plus en détail

DISPOSITIONS APPLICABLES À LA ZONE ND

DISPOSITIONS APPLICABLES À LA ZONE ND DISPOSITIONS APPLICABLES À LA ZONE ND CARACTÈRE ET VOCATION DE LA ZONE La zone ND : Il s agit d une zone équipée, constituant un espace naturel qu il convient de protéger en raison du caractère des éléments

Plus en détail

Plan départemental de gestion des déchets du BTP

Plan départemental de gestion des déchets du BTP Direction régionale et départementale de l Équipement Bourgogne/Côte d'or Plan départemental de gestion des déchets du BTP Version synthétique Novembre 2002 Sommaire 1. OBJECTIF DE LA DEMARCHE... 2 2.

Plus en détail

Vue aérienne de l environnement du dépôt

Vue aérienne de l environnement du dépôt Risques liés au voisinage Les ERP suivants se trouvent dans un rayon de 500m principalement à l Ouest : - le cinéma en plein air, ouvert en période estivale à 320m (environ 100 personnes) ; - l hôtel des

Plus en détail

Organisation des travaux. LE DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE /// Enjeux et objectifs du projet

Organisation des travaux. LE DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE /// Enjeux et objectifs du projet Organisation des travaux 4 170 LE DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE /// Enjeux et objectifs du projet Quelles seront les différentes étapes du chantier du réseau du Grand Paris? Plusieurs méthodes pourront être

Plus en détail

Extrait du dossier de demande d autorisation de ONDULYS RESUME NON TECHNIQUE

Extrait du dossier de demande d autorisation de ONDULYS RESUME NON TECHNIQUE Extrait du dossier de demande d autorisation de ONDULYS RESUME NON TECHNIQUE Ce résumé non technique a pour objet de faciliter la prise de connaissance des informations contenues dans le dossier. Conformément

Plus en détail

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires Stockage et épandage du digestat Evolutions réglementaires Sommaire Introduction Rappels des différents régimes des installations classées de méthanisation Les règles autour du stockage Du plan d épandage

Plus en détail

Fiche outils n 9 Management environnemental

Fiche outils n 9 Management environnemental Fiche outils n 9 Management environnemental Organisation du tableau de bord Évaluation Tableau de bord Le Tableau de Bord comporte : l Un volet relatif à la zone industrielle, l Un volet relatif aux entreprises

Plus en détail

CHAPITRE 3 REGLEMENT APPLICABLE A LA ZONE N

CHAPITRE 3 REGLEMENT APPLICABLE A LA ZONE N CHAPITRE 3 REGLEMENT APPLICABLE A LA ZONE N CARACTERISTIQUES GENERALES La zone N est une zone de protection stricte, motivée par la qualité des sites, espaces ou milieux naturels et les paysages. Toute

Plus en détail

1. BESOINS DE LA SOCIETE SO.BA.MA.T

1. BESOINS DE LA SOCIETE SO.BA.MA.T 1. BESOINS DE LA SOCIETE SO.BA.MA.T 2. RECHERCHE DE SITES 2.1 Les objectifs 2.2 Les contraintes environnementales liés à l aménagement du territoire liées au transport liés aux documents d urbanisme 3.

Plus en détail

Dossier de Demande d Autorisation Préfectorale Au titre des Installations Classées CANCON (47)

Dossier de Demande d Autorisation Préfectorale Au titre des Installations Classées CANCON (47) Dossier de Demande d Autorisation Préfectorale Au titre des Installations Classées CANCON (47) VI. RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS Novembre 2009 Mise à jour juillet 2011 Réf. : RP/ER/MM/2009/092

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation d exploiter une installation classée pour la protection de l environnement

Dossier de demande d autorisation d exploiter une installation classée pour la protection de l environnement Lannion Trégor Communauté Dossier de demande d autorisation d exploiter une installation classée pour la protection de l environnement Construction d une Objèterie et d une plateforme de stockage de boisénergie

Plus en détail

Performances environnementales et économiques économiques. Description

Performances environnementales et économiques économiques. Description BREF Industries de traitement des déchets - Doc. de synthèse V 1.0-01/12/08 MTD pour des types spécifiques de traitements de déchets TRAITEMENTS BIOLOGIQUES DES DECHETS - METHANISATION Description 65 -

Plus en détail

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Article R. 122-3 du code de l environnement N 14734*02 Ministère chargé de l'environnement Ce formulaire n est pas applicable

Plus en détail

Etat initial de l environnement zoom sur la carrière de Guerville

Etat initial de l environnement zoom sur la carrière de Guerville Les sociétés Lafarge et SITA FD souhaitent réaliser une plateforme de tri, transit, traitement et valorisation de matériaux dont des terres polluées sur la carrière de Guerville. Pour se faire, le projet

Plus en détail

1/ Traitement des terres et bétons pollués par HCT, HAP :

1/ Traitement des terres et bétons pollués par HCT, HAP : Réhabilitation du Site Grande Paroisse Toulouse Traitements mis en œuvre par Lot 1/ Traitement des terres et bétons pollués par HCT, HAP : Par désorption thermique : 50 000 tonnes environ Par traitement

Plus en détail

Ancien centre de stockage de déchets non dangereux de Triel-sur-Seine

Ancien centre de stockage de déchets non dangereux de Triel-sur-Seine Ancien centre de stockage de déchets non dangereux de Triel-sur-Seine Présentation 26 Juin 2012 Sommaire Prescriptions de l Arrêté Préfectoral du 16/11/11 Dispositions constructives prises par Projection

Plus en détail

Les déchets inertes. Les installations de stockage de déchets inertes ISDI. 1 er et 2 décembre 2014. DDTM 64 SDREM 1 er et 2 décembre 2014 1 / 17

Les déchets inertes. Les installations de stockage de déchets inertes ISDI. 1 er et 2 décembre 2014. DDTM 64 SDREM 1 er et 2 décembre 2014 1 / 17 Les déchets inertes Les installations de stockage de déchets inertes ISDI 1 er et 2 décembre 2014 DDTM 64 SDREM 1 er et 2 décembre 2014 1 / 17 Les déchets inertes Références règlementaires : Directive

Plus en détail

RESEAU DECHETS AQUITAIN

RESEAU DECHETS AQUITAIN Colloque Prévention des Risques Amiante La question des déchets amiantés en déchèterie Mars 2015 Le réseau déchets aquitain : présentation Mars 2015 RESEAU DECHETS AQUITAIN Réseau mis en place par le CDG

Plus en détail

Diagnostic des conditions d accessibilité des personnes handicapées dans les établissements recevant du public de 5 ème catégorie : commerces

Diagnostic des conditions d accessibilité des personnes handicapées dans les établissements recevant du public de 5 ème catégorie : commerces Cahier des charges Diagnostic des conditions d accessibilité des personnes handicapées dans les établissements recevant du public de 5 ème catégorie : commerces Maître d Ourvage : xxxx Consultation pour

Plus en détail

La gestion des risques au Maroc

La gestion des risques au Maroc La gestion des risques au Maroc Laila EL FOUNTI, Maroc Key words: RÉSUMÉ La croissance des risques naturels et technologiques est un phénomène mondial préoccupant qui résulte notamment de l industrialisation

Plus en détail

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Bilan annuel 2011 Etienne Lacroix Tous Artifices S.A. Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Page 1 SOMMAIRE Actions réalisées pour la prévention des risques Compte-rendu des

Plus en détail

La zone UJ est destinée aux activités de toutes natures, notamment industrielles.

La zone UJ est destinée aux activités de toutes natures, notamment industrielles. DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UJ CARACTERE DE LA ZONE. La zone UJ est destinée aux activités de toutes natures, notamment industrielles. Les constructions à usage d habitation ne sont autorisées que

Plus en détail

TITRE II CHAPITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UX

TITRE II CHAPITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UX TITRE II CHAPITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UX CARACTERE ET VOCATION DE LA ZONE UX Il s agit d une zone d activité créée à l Est de l agglomération, sous la forme d un lotissement dont les règles

Plus en détail

Enquête publique du 18 octobre au 18 novembre 2011en mairie de TERGNIER (Aisne) ENQUETE PUBLIQUE. présentée par la société NRJT Logistic services

Enquête publique du 18 octobre au 18 novembre 2011en mairie de TERGNIER (Aisne) ENQUETE PUBLIQUE. présentée par la société NRJT Logistic services ENQUETE PUBLIQUE Demande d autorisation d exploiter des entrepôts de stockage de matière combustibles Sur le territoire de la commune de TERGNIER (Aisne) présentée par la société NRJT Logistic services

Plus en détail

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Article R. 122-3 du code de l environnement N 14734*02 Ministère chargé de l'environnement Ce formulaire n est pas applicable

Plus en détail

VILLE DE ROUEN - CONSEIL MUNICIPAL - SEANCE DU 26 SEPTEMBRE 2008 RAPPORT AU CONSEIL MUNICIPAL

VILLE DE ROUEN - CONSEIL MUNICIPAL - SEANCE DU 26 SEPTEMBRE 2008 RAPPORT AU CONSEIL MUNICIPAL VILLE DE ROUEN - CONSEIL MUNICIPAL - SEANCE DU 26 SEPTEMBRE 2008 RAPPORT AU CONSEIL MUNICIPAL ------------------------------------------------------------------ INSTALLATIONS CLASSEES POUR LA PROTECTION

Plus en détail

-INSPECTEUR HSE 1- OBJECTIFS 2- PERSONNES CONCERNEES-NIVEAUX REQUIS

-INSPECTEUR HSE 1- OBJECTIFS 2- PERSONNES CONCERNEES-NIVEAUX REQUIS FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 2 1- OBJECTIFS -INSPECTEUR HSE L inspecteur HSE est avant tout un technicien HSE mais il est formé aux multiples tâches d inspections : Vérifier la conformité dans l exécution

Plus en détail

CRITERES D ADMISSION, ORGANES DE CONTRÔLE DE LA QUALITE DES MATERIAUX ET TRACABILITE DES DECHETS INERTES ADMIS SUR LES INSTALLATIONS DU GROUPE ECT

CRITERES D ADMISSION, ORGANES DE CONTRÔLE DE LA QUALITE DES MATERIAUX ET TRACABILITE DES DECHETS INERTES ADMIS SUR LES INSTALLATIONS DU GROUPE ECT CRITERES D ADMISSION, ORGANES DE CONTRÔLE DE LA QUALITE DES MATERIAUX ET TRACABILITE DES DECHETS INERTES ADMIS SUR LES INSTALLATIONS DU GROUPE ECT I- MESURES PREALABLES A L ACCEPTATION SUR SITE Au préalable

Plus en détail

Bilan annuel sécurité environnement 2014

Bilan annuel sécurité environnement 2014 27 octobre 2015 1 2 Bilan annuel sécurité environnement 2014 L activité du site en quelques chiffres Bilan environnemental 2014 Bilan des incidents / accidents en 2014 Formations Exercices et contrôles

Plus en détail

D I C R I M LE RISQUE INDUSTRIEL. Les établissements à risque industriel à Vitry-sur-Seine. Les établissements SEVESO II à Vitry-sur-Seine

D I C R I M LE RISQUE INDUSTRIEL. Les établissements à risque industriel à Vitry-sur-Seine. Les établissements SEVESO II à Vitry-sur-Seine LE RISQUE INDUSTRIEL Le risque industriel se caractérise par un accident se produisant sur un site industriel et pouvant entraîner des conséquences graves pour le personnel, la population, les biens ou

Plus en détail

Il devra adapter son discours et ses exemples au niveau et à l activité prépondérante des stagiaires de son groupe.

Il devra adapter son discours et ses exemples au niveau et à l activité prépondérante des stagiaires de son groupe. Face à face pédagogique en français et en langue étrangère : 7 heures 1. Tour de table Introduction 2. Contexte et enjeux de la sécurité 3. Les risques et moyens de prévention/protection 4. Organisation

Plus en détail

RETOURS D EXPÉRIENCES ET RENCONTRÉS EN MATIÈRE DE GESTION DES EAUX PLUVIALES. Ir. Anne CLERIN -AIVE - Chef de Projets

RETOURS D EXPÉRIENCES ET RENCONTRÉS EN MATIÈRE DE GESTION DES EAUX PLUVIALES. Ir. Anne CLERIN -AIVE - Chef de Projets RETOURS D EXPÉRIENCES ET PROBLÈMES RENCONTRÉS EN MATIÈRE DE GESTION DES EAUX PLUVIALES Ir. Anne CLERIN Chef de Projets -AIVE - LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LE CONTEXTE DE L ASSAINISSEMENT DES EAUX

Plus en détail

CRITERES DE CHOIX DE LA TECHNIQUE N 1

CRITERES DE CHOIX DE LA TECHNIQUE N 1 CHANTIER DE REFERENCE Traitement des sols par bioventing associé à une biostimulation et traitement des eaux de la nappe après pompage et écrémage avec réinjection sur site Site de : Balaruc-les-Bains

Plus en détail

Cette plate-forme est aménagée en deux zones distinctes, une zone conteneurs et une zone de vrac, elle-même divisée en trois : Vrac n 1, n 2 et n 3.

Cette plate-forme est aménagée en deux zones distinctes, une zone conteneurs et une zone de vrac, elle-même divisée en trois : Vrac n 1, n 2 et n 3. A B INTRODUCTION La société Carrières et Ballastières de Picardie (société en nom collectif dont les associés sont les sociétés CEMEX Granulats et HOLCIM France) souhaite exploiter par campagne une installation

Plus en détail

Catalogue formations : INCENDIE / EVACUATION PERMIS FEU

Catalogue formations : INCENDIE / EVACUATION PERMIS FEU 1 Catalogue formations : INCENDIE / EVACUATION PERMIS FEU SOMMAIRE 2 Manipulation extincteur page 3 Equipier de première intervention / évacuation page 4 Equipier d intervention technique page 5 Equipier

Plus en détail

STB MATERIAUX Crèvecoeur-sur-l Escaut Dossier de Demande d Autorisation d extension de la carrière de Malincourt

STB MATERIAUX Crèvecoeur-sur-l Escaut Dossier de Demande d Autorisation d extension de la carrière de Malincourt STB MATERIAUX Crèvecoeur-sur-l Escaut Dossier de Demande d Autorisation d extension de la carrière de Malincourt Résumé non technique de l étude de dangers R/ 6044231-V03 Installations Classées pour la

Plus en détail

Ingénieur en prévention des risques

Ingénieur en prévention des risques Ingénieur en prévention des risques G1X22 Prévention hygiène et sécurité / Restauration - IR L ingénieur de recherche en prévention des risques assiste et conseille la direction de l établissement pour

Plus en détail

2. Conclusions des investigations complémentaires.

2. Conclusions des investigations complémentaires. - cas n 3, la protection des personnes peut être obtenue par la réalisation de travaux nécessitant au préalable un diagnostic «sommaire» par un bureau d études «structures» généralistes ; - cas n 4, la

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES Définition de l emploi Le titulaire de la spécialité gestion des pollutions et protection de l environnement de baccalauréat professionnel est un professionnel

Plus en détail

L accueil d une entreprise extérieure au sein d une entreprise utilisatrice

L accueil d une entreprise extérieure au sein d une entreprise utilisatrice D - De la signature du contrat à l intervention Extrait n 3 Référence Internet ST.82.D Saisissez la «Référence Internet» ST.82.D dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder

Plus en détail

Des exemples d insertion environnementale d une Ligne Nouvelle, retour d expériences. Présentation au groupe géographique «Est Var» - 7 octobre 2011

Des exemples d insertion environnementale d une Ligne Nouvelle, retour d expériences. Présentation au groupe géographique «Est Var» - 7 octobre 2011 Des exemples d insertion environnementale d une Ligne Nouvelle, retour d expériences Présentation au groupe géographique «Est Var» - 7 octobre 2011 PAYSAGE BRUIT EAU 2 / MILIEUX NATURELS 3 / L insertion

Plus en détail

Étude de dangers et Maîtrise de l urbanisation autour des entrepôts 1510-A

Étude de dangers et Maîtrise de l urbanisation autour des entrepôts 1510-A 1 Étude de dangers et Maîtrise de l urbanisation autour entrepôts 1510-A P. CASTEL Service Prévention Risques Risques Industriels Accidentels 2 Programme Généralités réglementaires sur la maîtrise de l

Plus en détail

Permis unique pour un centre logistique à Vaulx (TOURNAI) - Construction et exploitation d un centre logistique bimodal

Permis unique pour un centre logistique à Vaulx (TOURNAI) - Construction et exploitation d un centre logistique bimodal AVIS Réf. : CWEDD/11/AV.1127 Date : Permis unique pour un centre logistique à Vaulx (TOURNAI) 1. DONNEES DE BASE Demande : - Permis unique - Rubrique : 61.20.03 Projet : - Construction et exploitation

Plus en détail

Notice de Présentation. Zonage d assainissement Eaux Usées. Commune de LORIENT

Notice de Présentation. Zonage d assainissement Eaux Usées. Commune de LORIENT Notice de Zonage d assainissement Eaux Usées Commune de LORIENT SOMMAIRE Contexte... 3 Définitions... 3 Rappels réglementaires... 4 Description du plan de zonage d assainissement d eaux usées... 5 Annexe

Plus en détail

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES Le Schéma Régional de Développement Economique prévoit dans son orientation intitulée Promouvoir une attractivité économique durable, axe 5 une stratégie foncière pour

Plus en détail

- SUPERVISEUR HSE - FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3

- SUPERVISEUR HSE - FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3 FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3 - SUPERVISEUR HSE - 1- OBJECTIFS Donner une formation HSE d un niveau de supervision et notamment : Aider à la définition de la politique et des objectifs HSE. Comprendre

Plus en détail

L assistance sur mesure aux Installations Classées pour la Protection de l Environnement. Bureau d etudes - Ingenieurs Conseils

L assistance sur mesure aux Installations Classées pour la Protection de l Environnement. Bureau d etudes - Ingenieurs Conseils ,,, Bureau d etudes - Ingenieurs Conseils L assistance sur mesure aux Installations Classées pour la Protection de l Environnement Bureau d études certifié : N 2011082763 Savoir-faire : Réalisation de

Plus en détail

CHARTE CHANTIER PROPRE

CHARTE CHANTIER PROPRE CHARTE CHANTIER PROPRE Annexe 1 du CCAP CONSTRUCTION D'UN IMMEUBLE DE 25 LOGEMENTS Rue Sylvain Girerd 42160 BONSON N 2016*0107*01 Avril 2016 1 Sommaire Article 1 : DEFINITION DES OBJECTIFS... 3 Article

Plus en détail

Gestion des déchets de chantier, Les bonnes pratiques

Gestion des déchets de chantier, Les bonnes pratiques Gestion des déchets de chantier, Les bonnes pratiques Conférences thématiques 17 et 18 novembre 2014 1 Mot d introduction 2 Cadrage général de la gestion des déchets de chantiers, responsabilités des différents

Plus en détail

Résumé non technique de l étude d impact

Résumé non technique de l étude d impact de l étude d impact 2 2.1 Contexte environnant 2.1.1 Faune et flore La proximité de zones artificialisées, d infrastructures routières majeures et l exploitation antérieures des terres agricoles qui constituent

Plus en détail

Santé au Travail en Pays de Fougères PLAN DE PREVENTION. Art R.4511-1 à R.4514-10 du code du travail. Localisation de l intervention :

Santé au Travail en Pays de Fougères PLAN DE PREVENTION. Art R.4511-1 à R.4514-10 du code du travail. Localisation de l intervention : Santé au Travail en Pays de Fougères PLAN DE PREVENTION Art R.4511-1 à R.4514-10 du code du travail Entreprise utilisatrice (client) Raison sociale : Représentée par : Coordonnées : Téléphone : Entreprise

Plus en détail

Résumé non technique de l étude de. GINGER Environnement & Infrastructures Page 5

Résumé non technique de l étude de. GINGER Environnement & Infrastructures Page 5 Résumé non technique de l étude de GINGER Environnement & Infrastructures Page 5 A. Principes généraux de réduction des risques 1. Rôle central de l étude de L étude de : expose les que peuvent présenter

Plus en détail

NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE

NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE COMPLEXE CINEMATOGRAPHIQUE DU PLATEAU DE LA BRIE PROJET DE CINEMA SUR LE TERRITOIRE DE COULOMMIERS NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE MAITRE D OUVRAGE: COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA BRIE DES

Plus en détail

Parc d Activités Industrielles Avenue de l Europe 60530 NEUILLY EN THELLE

Parc d Activités Industrielles Avenue de l Europe 60530 NEUILLY EN THELLE Parc d Activités Industrielles Avenue de l Europe 60530 NEUILLY EN THELLE DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER Regranuleuse et sources scellées RESUMES NON TECHNIQUES Date : février 2011 CETE

Plus en détail

IDE / EnviroC LG2E Mayrac (46) 2 RESUME DU DOSSIER

IDE / EnviroC LG2E Mayrac (46) 2 RESUME DU DOSSIER 2 RESUME DU DOSSIER 1 INTRODUCTION Le développement des énergies renouvelables, la réduction des émissions de gaz à effet de serre et la valorisation des biodéchets font partie des objectifs prioritaires

Plus en détail

TABLE DES MATIERES 2. EXIGENCES TECHNIQUES...4 3. PRINCIPAUX CONSTRUCTEURS...5 4. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES...6. Page 1 sur 6

TABLE DES MATIERES 2. EXIGENCES TECHNIQUES...4 3. PRINCIPAUX CONSTRUCTEURS...5 4. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES...6. Page 1 sur 6 TABLE DES MATIERES 1. PRESENTATION TECHNIQUE DU DISPOSITIF...2 1.1 Cuvettes de rétention - Principe de fonctionnement...2 1.2 Confinement des eaux d incendie - Principe de fonctionnement...2 2. EXIGENCES

Plus en détail

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE Politique Environnementale du Groupe UNILOGI 70.000 personnes logées au sein de notre patrimoine dans 210 communes sur 7 départements et 3 régions, xxx entreprises fournisseurs

Plus en détail

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ 16 A GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ Plan de prévention - Protocole de sécurité pour le chargement ou le déchargement de véhicule Permis de feu - Dossier des plans de prévention, protocoles de sécurité pour

Plus en détail

Les Hommes de proximité

Les Hommes de proximité Les Hommes de proximité 1 SOMMAIRE 1) Présentation du SM-HSE de St Gilles 2) Impact sur l environnement en 2006 3) Suivi des indicateurs HSE : - Suivi des objectifs - Planning de suivi des EIPS - Suivi

Plus en détail

GRETZ-ARMAINVILLIERS. Commune du Département de Seine et Marne P.L.U. Plan Local d'urbanisme RÈGLEMENT

GRETZ-ARMAINVILLIERS. Commune du Département de Seine et Marne P.L.U. Plan Local d'urbanisme RÈGLEMENT GRETZ-ARMAINVILLIERS Commune du Département de Seine et Marne P.L.U Plan Local d'urbanisme RÈGLEMENT 23 novembre 2015 ZONE UE En application de l article R.123-10-1 du code de l urbanisme, il est précisé

Plus en détail

Comité de Pilotage n 2

Comité de Pilotage n 2 Comité de Pilotage n 2 (Charte de Qualité Environnementale) Centre de valorisation de Beauregard Baret 13 juin 2008 Zone Industrielle La Motte - 7, rue Louis Armand 26800 Portes-lès-Valence - E-mail :

Plus en détail

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Article R. 122-3 du code de l environnement N 14734*02 Ministère chargé de l'environnement Ce formulaire n est pas applicable

Plus en détail

CENTRE NATIONAL DES TECHNOLOGIES DE PRODUCTION PLUS PROPRE

CENTRE NATIONAL DES TECHNOLOGIES DE PRODUCTION PLUS PROPRE République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l Aménagement du Territoire de l Environnement et du Tourisme CENTRE NATIONAL DES TECHNOLOGIES DE PRODUCTION PLUS PROPRE (C.N.T.P.P) Présentée

Plus en détail

EXCAVATION PUIS TRAITEMENT PAR VENTING ET OXYDATION CHIMIQUE IN-SITU

EXCAVATION PUIS TRAITEMENT PAR VENTING ET OXYDATION CHIMIQUE IN-SITU USINE DE FABRICATION D EMULSION A SAULGE (86) CONTEXTE Origine des travaux : Enjeux Le site a accueilli une société de fabrication d émulsion bitume. Une pollution des sols et des eaux souterraines au

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS a RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS Synthèse de l'inventaire des accidents pour le secteur d'activité de la société MARIE DIDIER AUTOMOBILES Il ressort de l inventaire des accidents technologiques

Plus en détail

LE LAVAGE DES SOLS ET SEDIMENTS POLLUES

LE LAVAGE DES SOLS ET SEDIMENTS POLLUES LE LAVAGE DES SOLS ET SEDIMENTS POLLUES Une alternative de gestion pour optimiser les chantiers Solutions environnementales clé en main pour une valorisation active de sites VALGO - Copyright 2009 SOMMAIRE

Plus en détail

CENTRE DE FORMATION SPÉCIALISÉ DANS LE RECYCLAGE AUTOMOBILE LE GUIDE FORMATION DÉPOLLUTION, DÉMONTAGE ET RECYCLAGE AUTOMOBILE

CENTRE DE FORMATION SPÉCIALISÉ DANS LE RECYCLAGE AUTOMOBILE LE GUIDE FORMATION DÉPOLLUTION, DÉMONTAGE ET RECYCLAGE AUTOMOBILE CENTRE DE FORMATION SPÉCIALISÉ DANS LE RECYCLAGE AUTOMOBILE LE GUIDE FORMATION DÉPOLLUTION, DÉMONTAGE ET RECYCLAGE AUTOMOBILE UN ATOUT POUR VOTRE PERFORMANCE ÉDITION 2014 Re-source Engineering Solutions

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE

RESUME NON TECHNIQUE SANINORD Assainissement Etablissement TOURLAVILLE (50) RESUME NON TECHNIQUE SOMMAIRE 1 EXPLOITANT ET ACTIVITES... 3 1.1 IDENTITE DU DEMANDEUR... 3 1.2 ORGANISATION DU SITE... 3 2 RESUME DE L ETUDE D IMPACTS...

Plus en détail

Activités essentielles :

Activités essentielles : Localisation du poste : Université du Littoral Côte d Opale L opérateur logistique exécute un ensemble de tâches qui concourent au bon fonctionnement d un site dans les domaines suivants : entretien, prévention,

Plus en détail

Devoirs et obligations des exploitants d ouvrages d assainissement

Devoirs et obligations des exploitants d ouvrages d assainissement Devoirs et obligations des exploitants d ouvrages d assainissement Charles BALTZER Conseil Général du Bas-Rhin Jean-Sébastien CHLOSTA Communauté de Communes de Cattenom et Environs La finalité de l assainissement

Plus en détail

Conclusions concernant la Demande d institution de servitudes d utilité publique

Conclusions concernant la Demande d institution de servitudes d utilité publique Document 3 Conclusions concernant la Demande d institution de servitudes d utilité publique ENQUÊTE PUBLIQUE RELATIVE à : - la demande d autorisation d exploiter l installation de stockage de déchets non

Plus en détail

Le Plan de Gestion des Risques d Inondation 2016-2021. Projet en consultation. www.developpement-durable.gouv.fr

Le Plan de Gestion des Risques d Inondation 2016-2021. Projet en consultation. www.developpement-durable.gouv.fr Le Plan de Gestion des Risques d Inondation 2016-2021 Projet en consultation www.developpement-durable.gouv.fr Cadre européen La directive Inondation Directive européenne du 23/10/07 Réduire les conséquences

Plus en détail

Le développement durable clé en main

Le développement durable clé en main Le développement durable clé en main Le développement durable au cœur de la stratégie d Assa Abloy 2 de la sécurité est un marché dynamique, tiré par les évolutions sociétales (besoins de sécurité grandissants,

Plus en détail

RENCONTRES PROFESSIONNELLES RITTMO 22 avril 2010. Sous-titre - date

RENCONTRES PROFESSIONNELLES RITTMO 22 avril 2010. Sous-titre - date RENCONTRES PROFESSIONNELLES RITTMO 22 avril 2010 Sous-titre - date De la reconstitution des sols à la re-végétalisation Rencontres professionnelles de RITTMO - 22 avril 2010 Etat des besoins des collectivités

Plus en détail

Sa vocation est d accueillir l implantation d activités économiques prioritairement dans le domaine des éco activités et des éco filières.

Sa vocation est d accueillir l implantation d activités économiques prioritairement dans le domaine des éco activités et des éco filières. La zone correspond à une zone d urbanisation future, non équipée, située au nord-est de la commune entre les voies ferrées et les territoires des communes limitrophes de Combs-la-Ville et Moissy- Cramayel.

Plus en détail

Champis. Éco lotissement. Garnier. présentation. Alja Darribère Conception éco-lieux

Champis. Éco lotissement. Garnier. présentation. Alja Darribère Conception éco-lieux Champis Éco lotissement Garnier Alja Darribère Conception éco-lieux présentation Présentation Principes L'écolotissement Garnier, lotissement durable Le lotissement écologique repose sur des principes

Plus en détail

CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A

CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A 105 CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A SECTION I - NATURE DE L OCCUPATION ET DE L UTILISATION DU SOL Article 1 A - Occupations et utilisations du sol interdites 1. Les bâtiments à usage d habitation,

Plus en détail

5. INSPECTION COMMUNE PREALABLE ET PLAN DE PREVENTION

5. INSPECTION COMMUNE PREALABLE ET PLAN DE PREVENTION 1. OBJET Le décret n 92-158 du 20 février 1992 s'applique dès lors qu'une entreprise extérieure intervient dans un établissement d'une collectivité ou dans ses dépendances ou chantiers. 2. REGLEMENTATION

Plus en détail

TRAITEMENT DES DÉCHETS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS

TRAITEMENT DES DÉCHETS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS TRAITEMENT DES DÉCHETS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS UN CHANTIER D AVENIR Direction Départementale de l Equipement de la Sarthe Décembre 2002 DÉCHETS DU BTP : DE NOUVEAUX COMPORTEMENTS A ADOPTER Le

Plus en détail

Guide de bonne pratique sous section 4 amiante

Guide de bonne pratique sous section 4 amiante Guide de bonne pratique sous section 4 amiante Orienter, organiser, construire sa démarche de prévention dans le cadre d interventions susceptibles de provoquer l émissions de fibres d amiante ACERFS Formation

Plus en détail

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses Fiche méthodologique pour l étude des PLU Dans le cadre de l évolution de l action de l État en Isère, une démarche a été entreprise en vue d élaborer des positions partagées en matière d urbanisme. Elle

Plus en détail

1. Contexte d étude. Thème : PDMI «protection de la ressource en eau» Localisation : Sillon Lorrain Objectifs du projet assainissement

1. Contexte d étude. Thème : PDMI «protection de la ressource en eau» Localisation : Sillon Lorrain Objectifs du projet assainissement 1. Contexte d étude Thème : PDMI «protection de la ressource en eau» Localisation : Sillon Lorrain Objectifs du projet assainissement définir et réaliser des travaux de mise à niveau de l assainissement

Plus en détail

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Technicien d intervention ouvrages gaz Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des fonctions en lien avec la qualification Le CQP est en lien

Plus en détail

SOSED Bâtiment. Schéma. d Organisation. et de Suivi de. l Évacuation des. Déchets. Raison sociale ) Adresse ) de l entreprise Tel/Fax ) Chantier :...

SOSED Bâtiment. Schéma. d Organisation. et de Suivi de. l Évacuation des. Déchets. Raison sociale ) Adresse ) de l entreprise Tel/Fax ) Chantier :... Raison sociale ) Adresse ) de l entreprise Tel/Fax ) Chantier :......... Trame du SOSED Bâtiment Schéma d Organisation et de Suivi de l Évacuation des Déchets 1) Objet du SOSED Le SOSED (Schéma d Organisation

Plus en détail

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Tout coordonnateur SPS titulaire d une attestation de formation initiale. La réglementation : - les nouveaux

Plus en détail