RESUME NON TECHNIQUE DE L ENSEMBLE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER D UNE LA COURNEUVE (93)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RESUME NON TECHNIQUE DE L ENSEMBLE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER D UNE LA COURNEUVE (93) 93-002"

Transcription

1 décembre 2014 RESUME NON TECHNIQUE DE L ENSEMBLE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER D UNE PLATE-FORME DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE TERRES POLLUEES ET DE TRANSIT DE DECHETS VERTS ET DE COMPOST LA COURNEUVE (93) V ECT RD 401 Route du Mesnil-Amelot Villeneuve sous Dammartin

2 SOMMAIRE I. Présentation... 3 a. Présentation du projet et d ECT... 3 b. Localisation du projet... 4 II. Description des procédures mises en œuvre sur le site... 6 III. Impact du site... 9 a. Impacts du site... 9 b. Mesures compensatoires mises en place c. Conclusion de l étude d impact IV. Dangers identifiés sur le site a. Risques identifiés sur le site b. Evaluation des risques c. Moyens de prévention/protection sur site d. Conclusion de l étude de danger V. Conclusion FIGURES Figure 1 : Localisation du projet... 4 Figure 2 : Photo aérienne du site... 4 Figure 3 : Plan de localisation au 1/ Figure 4 : Plan masse de l installation... 7 Figure 5 : Photomontages du futur bâtiment de bioremédiation... 8 Figure 6 : Carte des enjeux Figure 7 : Zones à risque du site TABLEAUX Tableau 1 : Synthèse des impacts du site... 9 Tableau 2 : Synthèses des mesures qui seront déployées sur le site Résumé Non Technique Décembre 2014 Page 2

3 I. PRESENTATION a. Présentation du projet et d ECT Le projet a pour objectif de créer une solution permettant de recycler les terres polluées et les déchets verts à l aide des activités suivantes : Broyage de déchets verts ; Transit et regroupement de déchets verts et de compost ; Dépollution des terres ou biorémédiation. La demande d autorisation est portée par la société ECT, société certifiée ISO ECT est le premier groupe français de gestion de remblais de matériaux inertes et a su entretenir pendant près de 20 ans un savoir-faire unique sur la qualité de ses réaménagements pour les collectivités. Le groupe dispose ainsi d une vaste palette de compétences pour valoriser son territoire dont notamment : Le stockage : les matériaux inertes sont stockés sous forme de remblais pouvant prendre des formes et remplir des fonctions très variées. Ces matériaux sont 100 % non polluants et se composent principalement de terres, limons et gravats triés ; Le recyclage : ECT recycle à l aide d unités mobiles de concassage/criblage les gravats de démolition en granulats réutilisables et contribue à la réalisation des objectifs nationaux de valorisation ; La dépollution : ECT détient un savoir-faire et une expertise importante dans le domaine de la dépollution des sites et assure un service complet de diagnostic et d évacuation des terres polluées vers des centres de traitement appropriés ; Les espaces verts : ECT crée, plante et entretient de nombreux espaces verts et participe ainsi à la conservation des espèces faunistiques et floristiques ; La mise en sécurité des carrières : ECT a mis au point des procédés novateurs de réhabilitation de carrières souterraines qui permettent de répondre aux impératifs de sécurité publique liés aux risques d effondrement des cavités instables. ECT est responsable de la mise en sécurité et de la requalification paysagère de plusieurs carrières à ciel ouvert sur lesquelles une démarche de valorisation innovante est engagée ; Le transport : ECT dispose des capacités nécessaires pour le service complet d évacuation, de traitement et de stockage de matériaux. La plate-forme permettra de recevoir des déchets verts, du compost 1 ainsi que des terres faiblement polluées aux hydrocarbures 2 à hauteur de tonnes à l année (réparties de la manière suivante : tonnes de terres polluées et tonnes de déchets verts et de compost). Après traitement les produits sortant du site seront du compost, des déchets verts broyés et des terres non polluées. Compost Déchets verts Les déchets réceptionnés sur le site auront pour origine géographique l ensemble du département de Seine-Saint-Denis mais également la région francilienne. En cas de besoin, les déchets pourront provenir des départements limitrophes. Terre polluée 1 Le compost sera uniquement en transit sur le site avant sa revente et ne subira aucune modification. 2 Les terres réceptionnées seront sélectionnées en amont afin de présenter des qualités physico-chimiques permettant leur traitement par bioremédiation. Résumé Non Technique Décembre 2014 Page 3

4 b. Localisation du projet Le projet est implanté sur la commune de La Courneuve en Seine-Saint-Denis (93) entre l autoroute A1 qui le borde au nord et une voie ferrée qui marque la limite sud au sein d un lotissement industriel. L accès au site se fera via l avenue Hélène Boucher en traversant une voie ferrée gérée par la RFF. L ancien passage à niveau sera réhabilité afin de permettre l accès au site en toute sécurité. La voie sera également réhabilitée afin de permettre le passage de transports exceptionnels quelques fois par an. ECT Figure 1 : Localisation du projet Figure 2 : Photo aérienne du site Résumé Non Technique Décembre 2014 Page 4

5 ± Plan de localisation du projet 1: Légende Limites du projet Limites communales Société ECT Plateforme de traitement biologique de terres polluées et de transit de déchets verts et de Résumé Non Technique Décembre 2014 Page 5

6 II. DESCRIPTION DES PROCEDURES MISES EN ŒUVRE SUR LE SITE La carte page suivante montre les zones d activité qui seront présentes sur le site : 1. La zone d accueil et de contrôle La zone d accueil, située à l entrée du site, permettra la réception et le contrôle systématique de l ensemble des véhicules entrants et sortants sur l installation. Un portique permettant de détecter la radioactivité sera également installé. 2. Zone destinée à la bioremédiation La bioremédiation consiste en la décontamination de sols pollués à l aide de micro-organismes présents naturellement dans le sol. En cas de besoin des micro-organismes similaires pourront être ajoutés afin d optimiser la bioremédiation. Les terres polluées seront disposées en biotertre (ce qui signifie qu elles seront mises en tas), arrosées et retournées périodiquement à l aide d engin de manutention afin de favoriser le processus de dégradation biologique. La zone destinée au traitement des terres polluées, ou bioremédiation, sera intégralement réalisée sous un bâtiment de m² (comportant une aire de stockage des terres polluées, une aire de criblage et une aire destinées à la disposition des biotertres). Le bâtiment disposera d un système spécifique de rétention étanche permettant de recueillir les éventuels effluents issus du procédé biologique de dépollution. De plus, le bâtiment sera mis en dépression et disposera d un système de biofiltration afin de traiter l air avant rejet vers l extérieur. Le système de filtre sera adapté à la pollution présente au niveau de la zone de traitement interne. Les terres ainsi dépolluées seront stockées sur une zone imperméabilisée de 980 m² à l extérieur du bâtiment, au nord de la plate-forme. Elles seront ensuite évacuées pour une valorisation ou un traitement externe. 3. Zone de traitement des déchets verts Les déchets verts transitant et traités sur le site seront localisés sur une zone dédiée de la plate-forme en partie nord du bâtiment décrit ci-dessus. Cette zone sera divisée en 3 parties : La zone de stockage des déchets verts bruts arrivant sur le site (980 m²) ; La zone de broyage des déchets verts à l aide d un broyeur mobile ; La zone de stockage des déchets verts broyés (850 m²). Les déchets verts ne feront que transiter au niveau de la plate-forme, et aucun autre traitement, hormis le broyage, ne sera réalisé sur le site. Ces matériaux valorisables seront ensuite rechargés pour valorisation externe. 4. Zone de stockage du compost Le compost transitant sur le site sera stocké sur 900 m² à l ouest de la plate-forme et de la zone dédiée au stockage de déchets verts broyés. Le compost sera stocké en attendant sa revente en fonction du marché. 5. Zone périphérique La zone périphérique comprend : Le portail et la clôture ; Les espaces verts ; Les bassins de gestion des eaux pluviales et des eaux de process. Résumé Non Technique Décembre 2014 Page 6

7 Plan masse de l installation Zone de broyage et de stockage et des déchets verts broyés Zone de stockage des terres dépolluées Zone de stockage des déchets verts bruts Zone d accueil et de contrôle Zone destinée à la bioremédiation Zone de stockage du compost Zones périphériques Société ECT Plateforme de traitement biologique de terres polluées et de transit de déchets verts et de Résumé Non Technique Décembre 2014 Page 7

8 Le bâtiment sera équipé d un bardage paysagé favorisant son insertion dans l environnement : Figure 5 : Photomontages du futur bâtiment de bioremédiation Résumé Non Technique Décembre 2014 Page 8

9 III. IMPACT DU SITE Une étude d impact a été réalisée permettant d appréhender la globalité des impacts potentiels de l installation. La carte page 12 montre que le site n intersecte pas de zone protégée hormis une zone humide potentielle (classe 3). Etant donné le contexte d occupation des sols du terrain (occupation illégale des terrains ayant entraîné une dégradation des lieux), le caractère humide de la zone ne semble pas avéré. Le projet n impactera donc pas de zone humide. a. Impacts du site Le tableau suivant permet de synthétiser, par item, l ensemble de ces impacts : Tableau 1 : Synthèse des impacts du site Thème Item Description Impact Activité économique Création de six emplois Impact positif permanent Agriculture Le projet n impacte pas de terrains agricoles Aucun impact Trafic Tourisme et loisirs Patrimoine culturel et architectural Vibrations Energie Le trafic induit par la plate-forme représente : 0,11 % des véhicules circulant sur la route D30 ; 0,63 % des poids-lourds circulant sur la route D30. Les voiries assurant la desserte du site sont en bon état et permettent la circulation des poids lourds Le site est séparé du parc départemental Georges- Valbon par l autoroute A1 Aucun impact visuel sur les monuments historiques les plus proches En application des articles L à L du code du Patrimoine relatif à l archéologie préventive, le préfet de région sera susceptible de prescrire la réalisation d un diagnostic archéologique préalable aux travaux envisagés Les travaux d aménagement seront réalisés dans le respect des règles d hygiène et de sécurité propres aux chantiers de travaux publics Les aménagements du site sont conçus pour limiter les phénomènes de vibrations. L activité n est pas à l origine de vibrations pouvant perturber l environnement Consommation d énergie liée à l exploitation de la plate-forme Impact limité Aucun impact Aucun impact Impact potentiel Aucun impact Impact limité Eclairage Eclairage naturel privilégié au maximum Impact négligeable Réseaux et équipements Aucun impact sur les réseaux existants publiques Les calculs des niveaux sonores pouvant être engendrés par le projet montrent que l'émergence, au niveau des habitations les plus proches, ne Bruit dépassera pas les valeurs réglementaires, conformément à l'article 3 de l'arrêté du 23 janvier 1997 Production de déchets L installation produira des déchets du fait de son fonctionnement Aucun impact Impact négligeable Impact potentiel Résumé Non Technique Décembre 2014 Page 9

10 Thème Item Description Impact naturel naturel naturel Paysage Faune-flore Patrimoine naturel Eaux superficielles Eaux souterraines Sol Topographie Qualité de l ait et climat Seule deux covisibilités proches ont été identifiées sur le site du projet Le site ne présente pas de potentiel faunistique ou floristique Site en dehors de toute zone protégée Un réseau de gestion et de maîtrise des eaux pluviales et des eaux de process sera mis en place Surfaces accueillant les activités de la plate-forme en revêtement durable étanche, et zone de rétention pour cuve de carburant Surfaces accueillant les activités de la plate-forme en revêtement durable étanche, et zone de rétention pour cuve de carburant La pente actuelle du terrain sera modifiée afin de permettre un bon écoulement des eaux de ruissellement et des eaux de process vers les réseaux et bassins de collecte du site (environ 2%). Emissions de poussières lors du fonctionnement de l installation Impact négligeable Aucun impact Aucun impact Impact négligeable Impact limité Impact limité Aucun impact Impact potentiel sur la qualité de l air Résumé Non Technique Décembre 2014 Page 10

11 b. Mesures compensatoires mises en place Le tableau suivant présente les mesures afin de réduire les impacts du site. Tableau 2 : Synthèses des mesures qui seront déployées sur le site Thème Item Mesure Impact résiduel Trafic Aire d attente à l intérieur du site Plan de circulation Impact nul Patrimoine culturel et architectural En cas de découverte de vestiges lors des travaux, des mesures spécifiques seront prises en collaboration avec le Service Régional de l Archéologie Impact potentiel Energie Utilisation des énergies limitée au strict nécessaire Entretien régulier des engins à moteur Impact limité Bruit Equipements conformes aux réglementations en vigueur concernant les émissions sonores Réalisation de mesures de bruit lors du fonctionnement futur de l installation Impact négligeable Production de déchets Les déchets générés sur le site seront gérés et traités par les filières adéquates Impact nul naturel Paysage Plantation d espèces végétales indigènes permettant de dissimuler les installations et favorisant ainsi l insertion paysagère du projet Bâtiment comportant un bardage paysager Impact nul naturel Faune-flore Installation de barrière anti-retour durant la phase de travaux de la plate-forme Aucun impact Eaux superficielles Mise en place d un bassin de rétention correctement dimensionné Entretien des réseaux Impact quasi-nul Eaux souterraines Installations en rétention (zones de stockage et de manipulation ainsi que la cuve de carburant) Impact nul Sol Installations en rétention (zones de stockage et de manipulation ainsi que la cuve de carburant) Impact nul Bâchage des bennes Qualité de l ait et climat Contrôle des engins utilisés Process de bioremédiation en bâtiment fermé, mise en dépression avec biofiltres Impact nul c. Conclusion de l étude d impact Les impacts identifiés sur l installation peuvent être qualifiés de nuls à limités après mise en place des mesures compensatoires décrites ci-dessus. Ce projet permet donc de valoriser des déchets verts et des terres polluées sans entraîner de dommages sur son environnement. Résumé Non Technique Décembre 2014 Page 11

12 ± Carte des enjeux 1: Légende Limites du projet Limites communales Patrimoine naturel et culturel ^_ ^_ Monument historique classé Monument historique inscrit Périmètre de protection MH classé Périmètre de protection MH inscrit Site inscrit naturel ##### NATURA 2000 ZPS ##### ##### ZNIEFF Type I Zones humides ZNIEFF Type II Classe 1 Classe 2 Classe 3 Classe 5 Société ECT Plateforme de traitement biologique de terres polluées et de transit de déchets verts et de Résumé Non Technique Décembre 2014 Page 12

13 IV. DANGERS IDENTIFIES SUR LE SITE Une étude de danger exhaustive a été réalisée listant l ensemble des phénomènes dangereux potentiels sur le site. a. Risques identifiés sur le site Deux types de risques existent sur les installations industrielles : les risques externes (incidents dont l origine est extérieure au site comme les catastrophes naturelles ou les actes de malveillance) et les risques internes (liés aux produits et équipements existants sur le site ou aux erreurs de manipulation). L identification des risques de la plate-forme a été réalisée à l aide du retour d expérience d ECT et des synthèses d accidents formalisées par le Bureau d Analyse des Risques et Pollutions Industriels. Les risques identifiés sont les suivants : Risques externes Risques internes Intervenants extérieurs Incendie Pollution des eaux de surface et/ou Intrusions de personnes souterraine Intrusions d animaux indésirables Réception de déchets non autorisés Circulation extérieure au site Process et manipulation des déchets Présence d autres activités industrielles Explosion Transport de matières radioactives Pollution de l atmosphère Transport de marchandises dangereuses Présence d installations électriques Chute d aéronefs Défaillance du matériel Inondation Chargement et déchargement de déchets Séismes Circulation interne au site Mouvements de terrain Feux de forêt Vents forts Foudre Chutes de grêles b. Evaluation des risques Une analyse des risques a été réalisée (dont la méthodologie est expliquée en détail dans l étude de danger) et a permis de retenir plusieurs scénarii pouvant présenter des dommages importants. Ces scénarii sont les suivants : Incendie des stockages de déchets verts ; Explosion du stockage de carburant ; Accident de circulation ; Réception de déchets dangereux, explosifs ou interdits sur le site ; Fuite et épandage de carburant au niveau de l installation de distribution de carburant ; Accident, envol de poussière ou d éléments légers lors du chargement/déchargement des déchets ; Envol de poussière au niveau du stockage des terres dépolluées ; Envol de déchets au niveau du stockage des déchets légers ; Pollution empruntant le réseau de collecte des eaux pluviales ; Incendie dans les locaux sociaux et d accueil ; Noyade ou chute dans le bassin de rétention des eaux pluviales ; Propagation d un incendie ayant une origine extérieure. L ensemble des scénarii a fait l objet d une hiérarchisation en fonction de la fréquence potentielle de la survenue de l accident ainsi que de sa gravité. Cette analyse a permis de montrer qu il n y avait pas de risque «inacceptable» ou «majeur» sur le site. Seul le scénario de l incendie des stockages de déchets verts présente une criticité suffisamment importante pour être modélisé. Les résultats de ce scénario sont présentés dans la cartographie page suivante synthétisant l ensemble des zones à risque du site. Résumé Non Technique Décembre 2014 Page 13

14 Zones à risques du site Société ECT Plateforme de traitement biologique de terres polluées et de transit de déchets verts et de Résumé Non Technique Décembre 2014 Page 14

15 c. Moyens de prévention/protection sur site L analyse des risques de l étude de danger a permis de montrer que tous les évènements étudiés étaient maîtrisés à l aide de mesures de protection et de prévention. Ces mesures sont les suivantes : Site entièrement clôturé avec un seul portail d accès ; Surveillance par un agent d astreinte en dehors des heures d ouverture ; Mise en place d un bassin de rétention des eaux pluviales équipé d un débourbeur/déshuileur et d une vanne d obturation ; 2 engins de chantier permettant de manipuler rapidement les stockages en cas de besoin ; 3 trousses de secours sur le site ; 16 extincteurs répartis sur le site ; 2 poteaux incendie à l intérieur du site ; Portique de radioactivité ; Un système de désenfumage dans le bâtiment de traitement ; Plusieurs systèmes d arrêt «coup de poing» pour les installations électriques ; Un bassin de rétention des eaux incendie. d. Conclusion de l étude de danger Les risques les plus fréquents sur une plate-forme de traitement biologique de terres polluées et de transit de déchets verts et de compost sont les suivants : Risque d incendie ; Risque de pollution du sol, du sous-sol ou de l atmosphère suite principalement à une fuite ou une mauvaise manipulation d hydrocarbures ; Détection de déchets ou de matériaux radioactifs. L essentiel des mesures seront prises avant et dès le début de l exploitation de la plate-forme pour limiter les risques sur le site et son environnement. Les moyens de prévention et de protection (extincteurs, poteaux incendie, engins d exploitation, ) seront suffisants pour diminuer le risque d un départ d incendie sur la plate-forme ; Les moyens de surveillance mis en place (système de vidéosurveillance 24h/24, clôtures, portails, responsable d exploitation, agent d astreinte, ) permettront également de limiter la probabilité d un départ d incendie sur une des activités du site ou d en limiter les conséquences. Concernant le risque de pollution du sol, sous-sol ou de l atmosphère suite à une fuite ou un déversement d hydrocarbures, les moyens de prévention et de protection (trousses de secours, procédures, formations du personnel, plan de circulation, surface de rétention spécifique, équipements de protection individuelle, gestion des eaux pluviales ) seront suffisants pour diminuer le risque d incendie et de pollution du sol ou du sous-sol ou de l atmosphère sur le site de la plate-forme. La plate-forme ne présente pas de potentiels de dangers importants, de par sa conception même d abord, et les techniques retenues, mais aussi en raison des mesures de protection mises en place, qui seront nombreuses et redondantes. Celles-ci concerneront à la fois les produits, les équipements, l organisation, la formation, Tout sera ainsi mis en place pour limiter, à la source, le risque d occurrence et la gravité d un accident. En cas d éventuel accident sur le site, l intervention serait réalisée efficacement. Le personnel possèdera les moyens et les formations pour intervenir rapidement et efficacement et pour prévenir les secours extérieurs si besoin. Les mesures de détection et la rapidité de la chaîne d alerte associée permettront une détection des éventuels sinistres suivie d une intervention des secours. Les méthodes et moyens d intervention en cas d accident limiteront ainsi fortement les risques de sur-accident et les effets néfastes de ces accidents. Résumé Non Technique Décembre 2014 Page 15

16 V. CONCLUSION L étude des impacts et des dangers de l installation a permis de démontrer que celle-ci ne présentera que des impacts nuls à négligeables et des dangers entièrement maitrisés. Ce projet s inscrit dans une démarche d amélioration du traitement des déchets verts et des sols pollués générés par l activité e en présentant les intérêts suivants : Intérêt environnemental : Dépollution à l aide de procédés non polluants (accélération de processus naturels : la bioremédiation et le compostage) ; Réduction du bilan carbone (filières locales, moins de transports ) : Dans le cadre d une valorisation en circuit court fermé, il est possible de réinjecter le nouveau produit obtenu (compost ou terre inerte) sur son site d origine (ancienne friche polluée, espace vert ) ; Revalorisation locale de déchets qui sont pour la plupart éliminés (enfouissement) ou traités hors de la région ; Pas d introduction de produits toxiques. Intérêt socio-économique : Valorisation locale des déchets verts et du BTP sancto-dionysiens et nord-parisiens ; Valorisation d un terrain pollué et source actuelle d importantes nuisances pour les riverains ; Création d emplois locaux (6 emplois directs dans un premier temps) ; Possibilité de faire de La Courneuve une vitrine écologique (visites pédagogiques, communication autour de la dépollution et du compostage ). Intérêt agronomique du compost : Apport au sol d'un amendement organique stable, homogène et structurant ; Libération progressive de l'azote, moins de perte de lessivage ; Réduction de 40 à 50% des volumes d'effluents (action de biodégradation des microorganismes) ; Amélioration de la qualité d'épandage ; Epandage sur prairies (pas de perte d'appétence) et sur cultures ; Diminution du salissement des parcelles et des services sanitaires ; Bonne concentration en phosphore et potassium : économie sur la fumure de fond. Un tel projet présente l avantage d apporter une solution durable à la problématique de gestion des déchets verts et des terres polluées franciliens. Résumé Non Technique Décembre 2014 Page 16

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER NEGOMETAL ROMANS-SUR-ISÈRE (26) Fait à Aix-en-Provence, Le 10 Août 2012 et modifié le 30 Septembre 2013 KALIÈS KASE 11.031- V3 PRÉSENTATION

Plus en détail

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Article R. 122-3 du code de l environnement N 14734*02 Ministère chargé de l'environnement Ce formulaire n est pas applicable

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS a RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS Synthèse de l'inventaire des accidents pour le secteur d'activité de la société MARIE DIDIER AUTOMOBILES Il ressort de l inventaire des accidents technologiques

Plus en détail

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Article R. 122-3 du code de l environnement N 14734*02 Ministère chargé de l'environnement Ce formulaire n est pas applicable

Plus en détail

Table des matières... i. Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert.

Table des matières... i. Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert. Table des matières Table des matières... i Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des annexes... iv Liste des abréviations

Plus en détail

Système Management Environnemental

Système Management Environnemental Système Management Environnemental Laboratoire de Touraine Laboratoire de Touraine Laboratoire de Touraine - Bassin Eaux Pluviales Environnemental Politique Qualité Sécurité Environnement Sommaire Norme

Plus en détail

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Zones d étude et problématiques Quartiers concernés par l étude 1. Centre ville 2. Schneider Quartier

Plus en détail

1. BESOINS DE LA SOCIETE SO.BA.MA.T

1. BESOINS DE LA SOCIETE SO.BA.MA.T 1. BESOINS DE LA SOCIETE SO.BA.MA.T 2. RECHERCHE DE SITES 2.1 Les objectifs 2.2 Les contraintes environnementales liés à l aménagement du territoire liées au transport liés aux documents d urbanisme 3.

Plus en détail

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N CARACTERE DE LA ZONE Zone faisant l objet d une protection en raison soit de la qualité des sites, des milieux naturels, des paysages et de leur intérêt notamment du

Plus en détail

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE Politique Environnementale du Groupe UNILOGI 70.000 personnes logées au sein de notre patrimoine dans 210 communes sur 7 départements et 3 régions, xxx entreprises fournisseurs

Plus en détail

excellence environnementale fiche - action Utilisation d un broyeur de branches sur les chantiers espaces verts

excellence environnementale fiche - action Utilisation d un broyeur de branches sur les chantiers espaces verts excellence environnementale Des pratiques pour l'excellence environnementale en région Poitou-Charentes fiche - action Utilisation d un broyeur de branches sur les chantiers espaces verts A partir de l

Plus en détail

Systèmes de stockage simples à installer et économiques

Systèmes de stockage simples à installer et économiques Systèmes de stockage simples à installer et économiques Parallèlement à l accroissement et à l ampleur des événements pluviométriques, l accélération et l augmentation des débits de pointe accentuent de

Plus en détail

Comment concevoir son lit biologique

Comment concevoir son lit biologique santé - sécurité au travail > RISQUE PHYTOSANITAIRE Gestion des effluents phytosanitaires Comment concevoir son lit biologique > Choix du procédé > Méthode de conception > Construction du lit biologique

Plus en détail

Notice explicative du formulaire CERFA n 12571*01 relatif au bordereau de suivi des déchets dangereux

Notice explicative du formulaire CERFA n 12571*01 relatif au bordereau de suivi des déchets dangereux Notice explicative du formulaire CERFA n 12571*01 Décret n 2005-635 du 30 mai 2005 Arrêté du 29 juillet 2005 Notice explicative du formulaire CERFA n 12571*01 relatif au bordereau de suivi des déchets

Plus en détail

Métallerie / Serrurerie

Métallerie / Serrurerie Votre activité peut être liée à celles de traitement de surface/polissage et de décapage. Si vous êtes dans ce cas, reportezvous aux fiches correspondantes. 1 Les déchets Les déchets issus de votre activité

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE D IMPACT ET DE L ETUDE DE DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE D IMPACT ET DE L ETUDE DE DANGERS RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE D IMPACT ET DE L ETUDE DE DANGERS AXE/AB/INVIVO NSA/DDAE/361/2007 Société EVIALIS FRANCE Commune de Sillé le Guillaume 1 I. PRESENTATION DE LA SOCIETE ET CHOIX DU SITE Le

Plus en détail

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN REPUBLIQUE FRANCAISE - PREFECTURE DE LA DROME A retourner à : DDT/Service Eau Forêt Espaces Naturels 4 place Laënnec BP 1013 26015 VALENCE CEDEX 04.81.66.81.90 CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE

Plus en détail

AVIS. Objet : Demande de permis de lotir à Franc- Waret (FERNELMONT) Réf. : CWEDD/05/AV.276. Liège, le 14 mars 2005

AVIS. Objet : Demande de permis de lotir à Franc- Waret (FERNELMONT) Réf. : CWEDD/05/AV.276. Liège, le 14 mars 2005 AVIS Réf. : CWEDD/05/AV.276 Liège, le 14 mars 2005 Objet : Demande de permis de lotir à Franc- Waret (FERNELMONT) Avis du CWEDD portant sur une demande de permis de lotir à Franc-Waret (FERNELMONT) L avis

Plus en détail

LOCAUX COMMUNS CREATION D'UNE PEPINIERE D'ENTREPRISES ESQUISSE N 2 RDC R+1 R+2 R+3 TOTAL Accueil 47 473 m2 Bureau administration 15 Local repro/archives 12 Petite salle de réunion 35 Salle de conférence

Plus en détail

LIDO DU PETIT ET DU GRAND TRAVERS A MAUGUIO-CARNON

LIDO DU PETIT ET DU GRAND TRAVERS A MAUGUIO-CARNON Prix 2013 «Infrastructures pour la Mobilité et Biodiversité» LIDO DU PETIT ET DU GRAND TRAVERS A MAUGUIO-CARNON Aménagement et renaturation d un site naturel remarquable Psammodrome d Edwards Une dégradation

Plus en détail

EPLEFPA "LES SARDIERES" 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80

EPLEFPA LES SARDIERES 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80 Maître d'ouvrage : EPLEFPA "LES SARDIERES" 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80 Objet : Récupération des eaux pluviales pour le jardin partagé des Sardières CAHIER DES CHARGES

Plus en détail

ENGAGEMENTS ISO 14001 ET GESTION DES DECHETS. L exemple de l agence 13/84. Service Hygiène et Sécurité Agence 13/84

ENGAGEMENTS ISO 14001 ET GESTION DES DECHETS. L exemple de l agence 13/84. Service Hygiène et Sécurité Agence 13/84 ENGAGEMENTS ISO 14001 ET GESTION DES DECHETS L exemple de l agence 13/84 Service Hygiène et Sécurité Agence 13/84 Présentation Rappel de l engagement ISO 14001 de l ONF Quelques généralités sur la gestion

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

DES I NSTALLATIONS C LASSÉES POUR LA P R O TECTION DE

DES I NSTALLATIONS C LASSÉES POUR LA P R O TECTION DE 12 13 I NSTALLATIONS C LASSÉES POUR LA P ROTECTION DE L ENVIRONNEMENT (ICPE) 1.RÉGLEMENTATION 2.OBJECTIFS 3.LES PRINCIPES 3.1. LES ACTEURS 3.2. DÉCLARATION 3.2.1.PROCÉDURE 3.2.2.CONTENU DU DOSSIER 3.3.

Plus en détail

Mémoire technique Aide à la rédaction

Mémoire technique Aide à la rédaction Mémoire technique Aide à la rédaction Pour apprécier la valeur technique de l offre, le maître d ouvrage peut exiger des candidats la fourniture d un mémoire technique. Deux cas de figure s offrent alors

Plus en détail

Gestion écoresponsable des déchets

Gestion écoresponsable des déchets Gestion écoresponsable des déchets R E C Y C L E R, V A L O R I S E R E T E L I M I N E R P O U R P R E S E R V E R L E N V I R O N N E M E N T E T C O N T R I B U E R A U D E V E L O P P E M E N T D U

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST)

POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST) POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST) Etapes Actions Pilote de l action Description et type de documents 1 Définition d une politique Santé Sécurité au Travail Top Management + externe

Plus en détail

La sécurité physique et environnementale

La sécurité physique et environnementale I. Qu est ce que la sécurité physique? "Il ne sert à rien de dresser une ligne Maginot logique si n'importe qui peut entrer dans la salle serveurs par la fenêtre " (Christian Pollefoort, consultant en

Plus en détail

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Annexe 3 Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Cette annexe présente les enjeux environnementaux ayant été définis comme prioritaires en Poitou-Charentes. Une série de cartes

Plus en détail

La valorisation des terres excavées

La valorisation des terres excavées La valorisation des terres excavées Matinée "Matières premières et matériaux du BTP " Céline Blanc c.blanc@brgm.fr BRGM / Direction Eau, Environnement et Ecotechnologies Lundi 2 décembre, 2013 Contexte

Plus en détail

La technologie écologique rend la vie plus harmonieuse

La technologie écologique rend la vie plus harmonieuse La technologie écologique rend la vie plus harmonieuse SAS RECYCL EAU au capital de 30 294,88 contact@recycleau.fr 150 avenue des Ferrailles N SIRET : 515 330 009 00017 www.recycleau.fr 84800 Isle sur

Plus en détail

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014 Emetteur : CRMA Limousin Page 1 sur 6 1. Quelle réglementation s applique à mon entreprise? Emis le : 5/08/2011 Toute entreprise artisanale ou industrielle est soumise au règlement sanitaire départemental.

Plus en détail

HISTORIQUE et EXPLOITATION DETRIVAL I. ISDI et déchets d amiante lié à des matériaux inertes (amiante ciment) Commune de VIGNOC 35

HISTORIQUE et EXPLOITATION DETRIVAL I. ISDI et déchets d amiante lié à des matériaux inertes (amiante ciment) Commune de VIGNOC 35 HISTORIQUE et EXPLOITATION DETRIVAL I ISDI et déchets d amiante lié à des matériaux inertes (amiante ciment) Commune de VIGNOC 35 Vue aérienne du site de stockage amiante ciment Page 1-6 DETRIVAL I : ISDI

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE D IMPACT

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE D IMPACT E1 RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE D IMPACT 28 E1 RESUME NON TECHNIQUE DE L ÉTUDE D IMPACT 28 1. - PRESENTATION DE L OPERATION 2. - APPRECIATION DES IMPACTS DU PROGRAMME 3. - AUTEURS DES ETUDES 4. - ETAT

Plus en détail

CONCLUSIONS ET AVIS MOTIVE DU COMMISSAIRE ENQUETEUR

CONCLUSIONS ET AVIS MOTIVE DU COMMISSAIRE ENQUETEUR DEPARTEMENT DE LA GIRONDE COMMUNE DE BORDEAUX Enquête publique du 1 er juillet 2013 au 31 juillet 2013 inclus : Demande de permis de construire déposée à la mairie de Bordeaux et concernant le projet d

Plus en détail

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014»

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Projet d ensemble commercial Ametzondo Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Remarques : Aucune émission ne sera prise en compte sur le parking pour un fonctionnement dominical.

Plus en détail

Le développement durable clé en main

Le développement durable clé en main Le développement durable clé en main Le développement durable au cœur de la stratégie d Assa Abloy 2 de la sécurité est un marché dynamique, tiré par les évolutions sociétales (besoins de sécurité grandissants,

Plus en détail

LGV SEA : Un projet pas comme les autres. Par Aurélien NEAU LE MAGAZINE D INFORMATION NUMERO 1 / MAI 2013. Environnement Page 8.

LGV SEA : Un projet pas comme les autres. Par Aurélien NEAU LE MAGAZINE D INFORMATION NUMERO 1 / MAI 2013. Environnement Page 8. LE MAGAZINE D INFORMATION NUMERO 1 / MAI 2013 LGV SEA : Un projet pas comme les autres Par Aurélien NEAU Environnement Page 8 Emploi Page 5 Travaux Page 10 SOMMAIRE Le magazine d information de la LGV

Plus en détail

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Bases juridiques et dernières évolutions règlementaires Séminaire des animateurs territoriaux, le 26 juin 2012 Ludiana KORTH, chargée d étude juridique

Plus en détail

la climatisation automobile

la climatisation automobile Un équipement en question : la climatisation automobile LES TRANSPORTS la climatisation en question La climatisation automobile, grand luxe il y a encore peu de temps, devient presque banale pour tous

Plus en détail

Grilles de lecture données environnement 2013 Tableau de bord de suivi des opérations de démantèlement

Grilles de lecture données environnement 2013 Tableau de bord de suivi des opérations de démantèlement Grilles de lecture données environnement 2013 Tableau de bord de suivi des opérations de démantèlement Travaux réalisés dans le cadre de la mission d accompagnement de la CLI CLI des Monts d Arrée, réunion

Plus en détail

Document unique d évaluation des risques professionnels

Document unique d évaluation des risques professionnels Document unique d évaluation des risques professionnels La loi n 91-1414 du 31 décembre 1991 (article L.230-2 du Code du travail), demande au chef d établissement de prendre toutes les mesures nécessaires

Plus en détail

D.I.C.R.I.M. DOCUMENT D INFORMATIONS COMMUNAL SUR LES RISQUES MAJEURS LES BONS REFLEXES EN CAS DE RISQUES MAJEURS

D.I.C.R.I.M. DOCUMENT D INFORMATIONS COMMUNAL SUR LES RISQUES MAJEURS LES BONS REFLEXES EN CAS DE RISQUES MAJEURS D.I.C.R.I.M. DOCUMENT D INFORMATIONS COMMUNAL SUR LES RISQUES MAJEURS LES BONS REFLEXES EN CAS DE RISQUES MAJEURS Les incendies de forêts ou les inondations sont les principaux risques majeurs qui peuvent

Plus en détail

Avis bureau Création d une zone commerciale Sainte Anne sur Brivet

Avis bureau Création d une zone commerciale Sainte Anne sur Brivet Déplacement et agrandissement de la zone commerciale de Pont Château. 30ha Le projet et le SAGE Qualité des milieux Article 1 protection des zones humides Article 2 niveau de compensation Article 5 création

Plus en détail

Enjeux de la sécurisation durable d anciennes décharges en Alsace par la chimie bâloise

Enjeux de la sécurisation durable d anciennes décharges en Alsace par la chimie bâloise Enjeux de la sécurisation durable d anciennes décharges en Alsace par la chimie bâloise Journées d échanges franco-suisses sur la gestion des sites et sols pollués 14 15 juin 2012 Hans-Jürg Reinhart Carine

Plus en détail

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif juillet 2009 Guide d entretien de votre assainissement non collectif Votre système d assainissement n est pas raccordé au «tout à l égout». Il est dit «non-collectif», «autonome» ou encore «individuel».

Plus en détail

SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER. d AURILLAC. 1er congrès de l AFGRIS

SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER. d AURILLAC. 1er congrès de l AFGRIS SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER henri MONDOR d AURILLAC 1er congrès de l AFGRIS METHODE D ANALYSE ET DE PREVENTION DES RISQUES ET CERTIFICATION ISO 9002 Un couple pertinent pour les services techniques

Plus en détail

COLLECTE DES DECHETS MENAGERS : Recommandations techniques applicables lors de la conception de voiries, lotissements et immeubles

COLLECTE DES DECHETS MENAGERS : Recommandations techniques applicables lors de la conception de voiries, lotissements et immeubles COLLECTE DES DECHETS MENAGERS : Recommandations techniques applicables lors de la conception de voiries, lotissements et immeubles Rappel : Organisation de la collecte des déchets sur le secteur de SAINT-BRIEUC

Plus en détail

Permis unique pour un data center à VAUX-SUR-SÛRE. - Construction d un centre de données informatiques

Permis unique pour un data center à VAUX-SUR-SÛRE. - Construction d un centre de données informatiques AVIS Réf. : CWEDD/13/AV.343 Date : Permis unique pour un data center à VAUX-SUR-SÛRE 1. DONNEES DE BASE Demande : - Permis unique - Rubrique : 63.12.09.03.03 Projet : - Construction d un centre de données

Plus en détail

Le développement durable clé en main

Le développement durable clé en main Le développement durable clé en main 2 Le développement durable au cœur de la stratégie d ASSA ABLOY de la sécurité est un marché dynamique, tiré par les évolutions sociétales (besoins de sécurité grandissants,

Plus en détail

P R É F E C T U R E D E L A S E I N E - M A R I T I M E DIRECTION DE L'ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE

P R É F E C T U R E D E L A S E I N E - M A R I T I M E DIRECTION DE L'ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE P R É F E C T U R E D E L A S E I N E - M A R I T I M E DIRECTION DE L'ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE Affaire suivie par : Mme Gisèle ATOUBA 02 32 76 53 91 mél : 02 32 76 54 60 gisele.atouba@seine-maritime.pref.gouv.fr

Plus en détail

RESUMÉ NON TECHNIQUE ELABORATION DES CARTES DE BRUIT COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU HAUT VAL DE MARNE

RESUMÉ NON TECHNIQUE ELABORATION DES CARTES DE BRUIT COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU HAUT VAL DE MARNE DIRECTION GENERALE ADJOINTE CHARGEE DE L AMENAGEMENT ET DU DEVELOPPEMENT Service études et prospective RESUMÉ NON TECHNIQUE ELABORATION DES CARTES DE BRUIT COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU HAUT VAL DE MARNE

Plus en détail

Société française du pipeline du Jura

Société française du pipeline du Jura GENNES Société française du pipeline du Jura C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 1 L environnement immédiat du dépôt de Gennes C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 2 L environnement du dépôt Pipeline SPSE Fos-Strasbourg

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

CHARTE DE CHANTIER A FAIBLE IMPACT ENVIRONNEMENTAL

CHARTE DE CHANTIER A FAIBLE IMPACT ENVIRONNEMENTAL GUIDE METHODOLOGIQUE POUR UNE CONSTRUCTION DURABLE CHARTE DE CHANTIER A FAIBLE IMPACT ENVIRONNEMENTAL Guide méthodologique pour une construction durable février 2011 - DBL 1 SOMMAIRE PREAMBULE ARTICLE

Plus en détail

Le traitement mécano-biologique des déchets Important pour le Maroc? Casablanca, 23 Mars 2011

Le traitement mécano-biologique des déchets Important pour le Maroc? Casablanca, 23 Mars 2011 Le traitement mécano-biologique des déchets Important pour le Maroc? Casablanca, 23 Mars 2011 Plan de la présentation Partie I Pourquoi le TMB? Partie II Variantes techniques Partie III Conclusions pour

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 1 er juin 2011 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 8 sur 152 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT

Plus en détail

RETOUR D EXPERIENCE. Exercice Départemental DAREGAL 2012 Milly la forêt DESCRIPTION DE L EXERCICE

RETOUR D EXPERIENCE. Exercice Départemental DAREGAL 2012 Milly la forêt DESCRIPTION DE L EXERCICE Exercice Départemental DAREGAL 22 - SAP - RETEX EXER DESCRIPTION DE L EXERCICE HISTORIQUE Date : 20 janvier 22 Heure de début: 14h00 Heure de fin : 16h30 LIEU Adresse : D 948, OBJECTIFS DE L EXERCICE Pour

Plus en détail

Protection de la ressource et Métiers de l Automobile. Intervention du 12 octobre 2009

Protection de la ressource et Métiers de l Automobile. Intervention du 12 octobre 2009 Protection de la ressource et Métiers de l Automobile Intervention du 12 octobre 2009 Intervention 1. Le CNPA et le Défi de l Environnement 2. Environnement et Métiers de l Automobile 3. Le parcours du

Plus en détail

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation G1 Recrutements des assistants de recherche et de formation...2 G1.1 Assistant gestion de données patrimoniales...2 G1.2 Assistant technique en génie climatique...2 G1.3 Assistant technique en électricité...2

Plus en détail

Programme de Surveillance et de Suivi Environnemental et Social. Projet d aménagement de la ville nouvelle de ZENATA. Avril 2014

Programme de Surveillance et de Suivi Environnemental et Social. Projet d aménagement de la ville nouvelle de ZENATA. Avril 2014 Programme de Surveillance et de Suivi Environnemental et Social Projet d aménagement de la ville nouvelle de ZENATA Avril 2014-1 - SOMMAIRE 1 ZENATA : VILLE DURABLE... 3 2 LES OBJECTIFS DE LA MISSION...

Plus en détail

Le 10 ème programme (2013-2018) de l Agence de l eau Seine-Normandie

Le 10 ème programme (2013-2018) de l Agence de l eau Seine-Normandie Le 10 ème programme (2013-2018) de l Agence de l eau Seine-Normandie Les aides aux activités économiques Franck LEROY Responsable du Service Investissements Collectivités et Industrie Direction Seine Aval

Plus en détail

Pour mieux protéger votre métier nous avons décidé de réinventer le nôtre.

Pour mieux protéger votre métier nous avons décidé de réinventer le nôtre. Transports Terrestres Pour mieux protéger votre métier nous avons décidé de réinventer le nôtre. Pack Transport Métiers du Transport Routier de Marchandises les solutions Entreprises Faits réels Mars 2008

Plus en détail

Déchèteries du SYELOM. Mode d emploi pour les professionnels

Déchèteries du SYELOM. Mode d emploi pour les professionnels Déchèteries du SYELOM Mode d emploi pour les professionnels Sommaire Page Edito du Président 3 Qu est ce que le SYELOM? 4 Quels sont les professionnels 6 acceptés? Vous êtes professionnels? 7 Vous devez

Plus en détail

Annexe III du Protocole au Traité sur l'antarctique, relatif à la protection de l'environnement Elimination et gestion des déchets

Annexe III du Protocole au Traité sur l'antarctique, relatif à la protection de l'environnement Elimination et gestion des déchets Annexe III du Protocole au Traité sur l'antarctique, relatif à la protection de l'environnement Elimination et gestion des déchets ARTICLE 1 OBLIGATIONS GENERALES 1. La présente Annexe s'applique aux activités

Plus en détail

Quels sont les leviers efficaces pour réduire le risque d incendie, limiter ses conséquences et optimiser la tarification assurance?

Quels sont les leviers efficaces pour réduire le risque d incendie, limiter ses conséquences et optimiser la tarification assurance? Quels sont les leviers efficaces pour réduire le risque d incendie, limiter ses conséquences et optimiser la tarification assurance? En matière d'incendie, les moyens de prévention réelle et de protection

Plus en détail

MEMOIRE TECHNIQUE & METHODOLOGIQUE

MEMOIRE TECHNIQUE & METHODOLOGIQUE République Française Institut National de la Recherche Agronomique Centre de Recherche de Clermont-Ferrand Theix Lyon MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX MEMOIRE TECHNIQUE & METHODOLOGIQUE Document à remplir et

Plus en détail

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 CAISSE RÉGIONALE D ASSURANCE MALADIE RHÔNE -ALPES Service Prévention des Risques Professionnels 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 FT 1022 OCTOBRE

Plus en détail

Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE

Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE Le mot des Présidents Le décret du 5 novembre 2001 impose une nouvelle obligation aux entreprises : formaliser les risques de l entreprise sur un document unique.

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF

N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF Paris, le 06 juillet 2010 Objet : Inspection

Plus en détail

INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES RÉDUIRE ET VALORISER LES DÉCHETS,

INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES RÉDUIRE ET VALORISER LES DÉCHETS, INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES RÉDUIRE ET VALORISER LES DÉCHETS, les choix gagnants INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES PRÉVENIR ET VALORISER LES DÉCHETS UNE STRATÉGIE TRIPLEMENT RENTABLE

Plus en détail

EXEMPLES D AMENAGEMENTS PAYSAGERS REALISES PAR ECT

EXEMPLES D AMENAGEMENTS PAYSAGERS REALISES PAR ECT EXEMPLES D AMENAGEMENTS PAYSAGERS REALISES PAR ECT Ligne de chemin de fer Merlon paysager Merlon antibruit paysager le long du TGV (1/2) Moussy-Le-Neuf (77230) Ligne de chemin de fer Merlon paysager intégré

Plus en détail

ESII. Une entreprise éco-citoyenne

ESII. Une entreprise éco-citoyenne ESII Une entreprise éco-citoyenne ESII s inscrit dans une politique de développement durable garantissant la mise en œuvre de pratiques sans danger pour l environnement ainsi que le respect des normes

Plus en détail

RESTRUCTURATION DE LA BIBLIOTHEQUE DE TOURS

RESTRUCTURATION DE LA BIBLIOTHEQUE DE TOURS RESTRUCTURATION DE LA BIBLIOTHEQUE DE TOURS LIEU : SURFACE D INTERVENTION: COÛT : LIVRAISON : ARCHITECTES : ARCHITECTES ASSOCIES : B.E.T. : MAÎTRE DE L OUVRAGE : MISSION : TOURS 3 000 m² (SHON) 3 845 000

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Cette étude a été réalisée auprès de six entreprises de transport urbain de voyageurs, sur le territoire de la CINOR, sur la base des déclarations des

Plus en détail

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 L eau dans les documents d urbanisme L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 Pourquoi ce guide? Participer à «décloisonner» les services «Environnement Eau» et «Urbanisme»

Plus en détail

25/11/2010. La nouvelle réglementation des distributeurs de carburants. Réunion d information. Sommaire. 1 Nouvelle rubrique ICPE

25/11/2010. La nouvelle réglementation des distributeurs de carburants. Réunion d information. Sommaire. 1 Nouvelle rubrique ICPE La nouvelle réglementation des installations de distribution de carburants & les aides financières du CPDC Véronique Poutas Responsable Environnement pour les 2 CCI de l Aude Pierre Vicart Secrétaire Général

Plus en détail

BENOIST BUSSON Cabinet d Avocats 250 bis, boulevard Saint-Germain 75007 PARIS

BENOIST BUSSON Cabinet d Avocats 250 bis, boulevard Saint-Germain 75007 PARIS BENOIST BUSSON Cabinet d Avocats 250 bis, boulevard Saint-Germain 75007 PARIS MonsieurleProcureurdelaRépublique TribunaldeGrandeInstancedeMontauban Placeducoq 82000MONTAUBAN Paris,le20octobre2010 LR+AR

Plus en détail

RÈGLEM ENT DU S.P.A.N.C. SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEM ENT NON COLLECTIF COMMUNAUTÉ DE COMMUNES JURA SUD

RÈGLEM ENT DU S.P.A.N.C. SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEM ENT NON COLLECTIF COMMUNAUTÉ DE COMMUNES JURA SUD RÈGLEM ENT DU S.P.A.N.C. SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEM ENT NON COLLECTIF COMMUNAUTÉ DE COMMUNES JURA SUD 87 Avenue de Saint Claude - 39260 Moirans-en-Montagne - Tél. : 03.84.42.61.20 Fax : 03.84.42.38.03

Plus en détail

levenok.com Identification du lot sur le document four ni par le demandeur

levenok.com Identification du lot sur le document four ni par le demandeur levenok.com Architectes D.P.L.G. RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE des matériaux et produits contenant de l'amiante pour l'établissement du constat établi à l'occasion de la vente d'un immeuble bâti REFERENCES

Plus en détail

«Actualités réglementaires en radioprotection»

«Actualités réglementaires en radioprotection» Contenu des informations à joindre aux D. ou demande d Autorisation Cyril THIEFFRY Sûreté Nucléaire et Radioprotection Arrêté du 29 janvier 2010 portant homologation de la décision n 2009-DC-0148 de l

Plus en détail

APPEL à MANIFESTATIONS D INTERET (AMI) INVESTISSEMENTS D AVENIR EDITION 2010

APPEL à MANIFESTATIONS D INTERET (AMI) INVESTISSEMENTS D AVENIR EDITION 2010 Direction des Investissements d Avenir Direction Villes et Territoires Durables Service Bâtiment Direction Recherche et Prospective Service Recherche et Technologies avancées APPEL à MANIFESTATIONS D INTERET

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

Ken Bell s Sommaire des Abréviations

Ken Bell s Sommaire des Abréviations Ken Bell s Sommaire des Abréviations AUG: CSAM: DSA: PUI: RCP: RIA: SCR: Arrêt Urgence Général CERN Safety Alarm Monitoring Défibrillateur Semi-Automatique Plan Urgence D Intervention Réanimation Cardio-Pulmonaire

Plus en détail

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1 Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 2 6/4/08 11:53 AM Page 2 LOG 8869 Residential

Plus en détail

Règlement du service public d assainissement collectif des communes de l ÉTOILE

Règlement du service public d assainissement collectif des communes de l ÉTOILE Novembre 2014 Règlement du service public d assainissement collectif des communes de l ÉTOILE Service Assainissement Partie 1 : Règlement commun aux eaux usées domestiques, assimilées domestiques et autres

Plus en détail

TITRE 3 - DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE A URBANISER (zone AU )

TITRE 3 - DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE A URBANISER (zone AU ) TITRE 3 - DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE A URBANISER (zone AU ) La zone AU couvre les espaces non équipés par les réseaux de viabilisation, que la commune souhaite réserver au développement de l urbanisation

Plus en détail

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I.

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I. Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés Le Code du Travail R 232-1-13: La signalisation relative à la sécurité et à la santé au travail doit être conforme à des modalités déterminés par

Plus en détail

Effondrements et affaissements du sol, la Wallonie vous accompagne

Effondrements et affaissements du sol, la Wallonie vous accompagne Un colloque inédit sur les techniques de prévention et la gestion de crise 3 avril 2014 - centre culturel «La Marlagne» - Wépion Effondrements & affaissements du sol et assurance Bernard Desmet Assuralia

Plus en détail

Toitures et charpentes

Toitures et charpentes Toitures et charpentes 1/7 Toiture-terrasse Domaine d application Cette fiche vise à établir les principales interfaces au niveau des toitures-terrasses, accessibles ou non. Les ouvrages considérés sont

Plus en détail

Document n 5 : Résumés Non Techniques DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION BORDERES-SUR-L ECHEZ (65)

Document n 5 : Résumés Non Techniques DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION BORDERES-SUR-L ECHEZ (65) DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER POUR LA CREATION D UNE UNITE DE VALORISATION DE DECHETS NON DANGEREUX BORDERES-SUR-L ECHEZ (65) Document n 5 : Résumés Non Techniques A2/C/VBBO Mars 2014 Syndicat

Plus en détail

MANUEL Q S E. Mise à jour : Mai 2014. Qualité - Sécurité - Environnement

MANUEL Q S E. Mise à jour : Mai 2014. Qualité - Sécurité - Environnement MANUEL Q S E Mise à jour : Mai 2014 Qualité - Sécurité - Environnement Editorial BÂTIMENTS - Privé - Public - Industriel La société RIVASI BTP est implantée dans la Drôme et les Bouches-du-Rhône. Elle

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD PRÉSENTATION POWER POINT Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD Cheikh FOFANA, Assistant au Secrétaire Exécutif, Secrétariat

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Julien St-Laurent, M.Sc.Env. Spécialiste environnement Direction de l Aménagement, gestion et développement durable

Plus en détail

Direction de la Communication - Hôtel de Ville de Cholet - Photos : Shutterstock - Phovoir- janvier 2010. C est quoi la HQE et le BBC?

Direction de la Communication - Hôtel de Ville de Cholet - Photos : Shutterstock - Phovoir- janvier 2010. C est quoi la HQE et le BBC? Direction de la Communication - Hôtel de Ville de Cholet - Photos : Shutterstock - Phovoir- janvier 2010 C est quoi la HQE et le BBC? VILLE DE CHOLET Eco construction 1- Relation du bâtiment avec son environnement

Plus en détail