Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE SYNTHESE. Le stockage de la chaleur sur réseau urbain

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE SYNTHESE. Le stockage de la chaleur sur réseau urbain"

Transcription

1 Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE SYNTHESE Le stockage de la chaleur sur réseau urbain Projet de Fin d Etudes réalisé au sein de l entreprise COFELY Par Juliette MONCHAUX Tuteur institutionnel : Armand Erb Tuteur en entreprise : Marc Grosshaeny Septembre 2012

2 Fiche d objectifs Le stockage de la chaleur sur réseau urbain Le sujet s articule autour de deux thématiques précises : Le stockage de type journalier applicable à des chaufferies biomasse (ou des PAC) afin d en optimiser le fonctionnement en évitant les cycles trop courts. Nous serons sur du stockage et déstockage dans la journée, voire sur quelques heures. L objectif est de permettre un fonctionnement continu des chaudières, l accumulation de chaleur lissant la charge. Cette logique sera étendue à toutes technologies de production de chaleur à partir d ENR qui peuvent être en fonctionnement intermittent comme le solaire afin de permettre de coupler des sources de production d énergie. De même, pour permettre de couvrir au mieux la consommation qui n est pas constante. L objectif est de déterminer les technologies disponibles, les outils de calcul, de dimensionnement et de faire une recherche sur toutes les installations existantes. Le stockage de type saisonnier. Cette thématique complète le stockage de type journalier précédent. Nous avons besoin dans ce cas de stocker pendant les saisons creuses (exemple en été) et de restituer la chaleur en hiver. Le stockage sera réalisé soit dans des réservoirs naturels en grande profondeur au moyen de PAC soit directement soit dans des réservoirs crées dont il faudra déterminer la taille et le mode de fonctionnement. Mon PFE s est déroulé en deux temps. Dans un premier temps, l objectif était de consigner les différents types d installations existantes et de comprendre leur fonctionnement. Puis, j ai mis en pratique mes recherches afin de répondre à une problématique concrète : le dimensionnement du stockage pour Center Parcs. Remerciements : Je remercie M. Patrick Laugier directeur commercial de la région Nord-est, pour m avoir permis d intégrer son équipe et de découvrir le travail de Cofely. Je remercie également mon tuteur de stage, M. Grosshaeny, pour ses conseils et le suivi de mon projet. Je remercie aussi l ensemble de l équipe pour m avoir fait partager leurs expériences. Je remercie M. Erb, mon tuteur au sein de l INSA, pour le suivi de mon PFE ainsi que M. Triboix pour tous ses conseils.

3 Résumé : Le stockage de chaleur sur réseau urbain Dans la société actuelle, le recours aux énergies renouvelable devient un enjeu majeur. Cependant, ces énergies sont parfois intermittentes, comme le solaire, ou à forte inertie, comme les chaudières biomasse. Elles ne sont pas toujours en adéquation avec les variations de consommations des utilisateurs. Ainsi, le stockage de chaleur permettrait d apporter une réponse à ces problématiques. Les stockages journaliers principalement utilisés sont les cuves à eau chaude qui se rechargent pendant la baisse des besoins et sont utilisées le jour lors des pics de consommations. Pour le stockage saisonnier, c est la géothermie qui est la plus utilisée en raison de sa capacité d accumulation élevée. Le stockage appliqué aux réseaux de chaleur permet d optimiser le fonctionnement des chaudières biomasse ou encore de développer des réseaux quasi exclusivement solaires. Summary : The heat storage on urban network In current society, the use of renewable energy is becoming a major issue. However, these energies are sometimes intermittent, such as solar or with high inertia, such as wood boiler. They are not always match with the variations of consumption. Thus, the heat storage would provide a response to these problems. The daily storage mainly used is hot water tank that recharges during the reduced requirement and is used during peak of consumption. For seasonal storage, geothermal energy is the most used because of its high storage capacity. This technology applied to heat network optimizes the operation of wood boilers or develop almost exclusively solar networks. Mots clés/ Key words Energy storage Heat network Coverage rate Boiler Water tank Geothermal energy Stockage d énergie Réseau de chaleur Taux de couverture Chaudière Cuve à eau Géothermie Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 1

4 Table des matières : RESUME : LE STOCKAGE DE CHALEUR SUR RESEAU URBAIN... 1 TABLE DES MATIERES :... 2 TABLE DES FIGURES ET TABLEAUX:... 3 INTRODUCTION ET CONTEXTE : LES DIFFERENTS STOCKAGES : STOCKAGE DE LA CHALEUR SENSIBLE : Stockage en cuve : Stockage en puits géothermiques : Coûts : STOCKAGE DE LA CHALEUR LATENTE DE FUSION: Fonctionnement : Etat de la recherche : STOCKAGE DE LA CHALEUR LATENTE DE VAPORISATION: Avantages : Inconvénients : Etat de la recherche IEA: STOCKAGE DE LA CHALEUR THERMOCHIMIQUE Avantages : Inconvénients : Etat de la recherche IEA : CONCLUSIONS : LA STRATIFICATION STOCKAGE EN CUVE : Le ratio hauteur/diamètre La vitesse du jet STOCKAGE GEOTHERMIQUE : ETUDE DE CAS : CENTER PARCS OBJECTIFS : Situation Intérêts du stockage DIMENSIONNEMENT : Type de stockage Dimensionnement Consultation des entreprises : RACCORDEMENT ET COMPOSITION DU BALLON Revêtement Raccordement Régulation COUTS CONCLUSION : BIBLIOGRAPHIE : SOMMAIRE DES ANNEXES: PRESENTATION DE L ENTREPRISE D ACCUEIL : COFELY SERVICES Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 2

5 Table des figures et tableaux: Figure 01: Comparaison stockage enterré à eau et au gravier [1] [2]... 6 Figure 02: Exemple d une isolation intérieure [2]... 7 Figure 03: Exemple d une isolation extérieure [2]... 8 Figure 04: Composition des fosses [4]... 8 Figure 05: Composition du stockage gravier et sable Figure 06: Composition des sondes géothermiques Figure 07: Exemple de positionnement des sondes au Canada (DLSC) Figure 08: Schéma de principe d'un réseau de chaleur solaire avec stockage Figure 09: Système de charge et de décharge Figure 10: Schéma d'une installation avec aquifère [2] Figure 11: Exemple des coûts totaux pour différents types de projets sans TVA et coût Figure 12: Variation du coût en fonction de la taille du stockage [2] Figure 13: Capsule E-stocker Figure 14: Evolution du rendement de charge/décharge avec le rapport H/D Figure 15: Vue en coupe de la charge et décharge dans la canne de stratification Figure 16: Charge et décharge du ballon avec canne de stratification Figure 17: Système de stratification Solarbayer Figure 18: Brise-jet développé par M. Triboix Figure 19: Expérience réalisée par Ratiotherm sur la stratification Figure 20: Cas idéal sans turbulence Figure 21: Cas réel avec brise jet Figure 22: Cas réel sans brise jet Figure 23: Déflecteur horizontal utilisé au Canada [10] Figure 24: Ballons horizontaux HORCONEX Figure 25: Profil des consommations en hiver: Energie nécessaire>energie stockable Figure 26: Profil des consommations en été Figure 27: Profil des consommations tel que Energie stockée = Energie récupérable Figure 28: Méthodologie du dimensionnement du volume Figure 29: Profil des consommations réelles de la chaudière biomasse augmentées de 25%. 33 Figure 30: Résultat de la simulation Excel sur l'hydro-accumulation Figure 31: Logiciel de dimensionnement des chaufferies biomasse avec ajout de l'hydroaccumulation Figure 32: Ballon vertical avec expansion azote HORCONEX Figure 33: Schéma de raccordement en série avec la technologie Ratiotherm Figure 34: Schéma de raccordement en parallèle Figure 35: Schéma de logique de régulation Figure 36: Comparaison des solutions pour Center Parcs Figure 37: Coût annuel des différentes solutions Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 3

6 Tableau 1: Différents types de couverture... 9 Tableau 2: Comparaison de l'eau et du gravier... 9 Tableau 3: Comparaison stockage à eau, stockage au gravier Tableau 4: Dimensions du forage géothermique Tableau 5: Exemples de projets avec forage géothermique Tableau 6: Comparaison des capacités de stockages Tableau 7: Avantages et inconvénients du stockage par chaleur latente Tableau 8: Comparaison des différentes technologies de stockage Tableau 9: Analyse économique des différentes solutions Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 4

7 Introduction et contexte : L augmentation de la consommation mondiale en énergie alliée à des problèmes de disponibilité des ressources fossiles et les émissions de gaz à effet de serre dégagées par ces dernières font que le recours aux énergies renouvelables devient une priorité. Néanmoins, ces énergies sont parfois saisonnières, comme le solaire, ou à forte inertie, comme les chaudières biomasse dont le rendement est dégradé par des mises en marche et arrêt trop fréquentes. En effet, la dynamique des chaudières n est pas suffisante en pratique pour répondre à des variations importantes de charge. De ce fait, la chaudière d appoint à énergie non renouvelable s enclenche, et le taux de couverture renouvelable se retrouve dégradé. Le stockage de la chaleur pendant les heures creuses et la réutilisation de cette chaleur sur d autres périodes permettrait d améliorer le fonctionnement des chaufferies biomasse, d augmenter le taux de couverture et par là d améliorer l économie de ce type de technologie. De ce fait, les principales motivations qui mènent au stockage de la chaleur sont : Utiliser de façon optimale les énergies renouvelables et intermittentes Récupérer la chaleur ou le froid Bénéficier d un tarif avantageux Ecrêter les pics de puissance Réduire le nombre d enclenchements/déclenchements En plus de la question d une meilleure utilisation des énergies renouvelables ainsi que la durée de stockage (utilisation journalière et/ou saisonnière), l accumulation de chaleur pose aussi la question du choix du type de stockage. En effet, d autres moyens existent que le traditionnel stockage dans une cuve à eau. Pour ce faire il faut distinguer : La chaleur sensible La chaleur latente de fusion La chaleur latente de vaporisation La chaleur de réaction chimique La première partie de mon PFE a donc consisté en une phase de recherches concernant ces différents moyens de stocker la chaleur. Le but est également de trouver des exemples d installations dans le monde et d obtenir des retours d expériences. Dans une seconde partie, j ai mis en pratique mes recherches pour des cas concrets notamment le parc de loisirs Center Parcs en Moselle. En effet, un agrandissement du parc est prévu ce qui engendrera des augmentations de consommations d environ 25%. L objectif est de parvenir à conserver les installations existantes à savoir une chaudière biomasse et deux chaudières gaz, tout en optimisant leur fonctionnement grâce au stockage de la chaleur. L enjeu est à la fois économique, ne pas construire de chaufferie supplémentaire, et écologique, optimiser la chaudière biomasse pour conserver un taux de couverture bois de 90% malgré l augmentation des consommations. Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 5

8 1. Les différents stockages : 1.1 Stockage de la chaleur sensible : Dans le cas du stockage sous chaleur sensible, l énergie thermique est récupérée par augmentation d enthalpie du matériau de stockage sans que celui-ci ne change d état. Cette énergie peut être stockée dans des matériaux liquides ou solides comme la terre, la roche ou le sable. La chaleur sensible peut être stockée en cuve extérieure ou enterrée, dans des sondes géothermiques ou encore dans des aquifères Stockage en cuve : Ce type de stockage est utilisé pour le stockage saisonnier ou journalier : Le stockage peut se faire dans de l eau, du gravier, du sable, de la roche. Dans les différentes réalisations deux principaux types sont relevés : Le stockage en cuve à eau enterré ou non Le stockage en fosse eau et gravier (fosse remplie de gravier, à chargement indirect le plus souvent : au fond et au dessus circule de l eau dans des tubes PVC qui transmet sa chaleur aux graviers). Exemple : Figure 1: Comparaison stockage enterré à eau et au gravier [1] [2] Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 6

9 Forme : La forme idéale d un point de vue thermique est la sphère mais ce n est pas réalisable en pratique. Les stockages enterrés peuvent être cubique, cylindrique, en pyramide ou cône inversé(e) ou encore une combinaison de ces différentes géométries. Cependant, pour éviter les effets de bords qui créent des zones froides, les angles droits sont à éviter. Les stockages extérieurs sont généralement cylindriques Enveloppe : L enveloppe peut être en béton (préfabriqué ou coulé sur place), en acier ou, pour le stockage du gravier, uniquement une membrane constituée d une étanchéité, d une isolation et d une protection. Pour le stockage en béton, le revêtement intérieur utilisé est l acier inoxydable, ou certains polymères comme les polyoléfines (PP, HDPE, LDPE) ou les élastomères (EPDM IIR). Le bitume, l argile, les résines, le béton haute étanchéité et l asphalte sont également testés dans des projets pilotes. Les fuites sont un réel problème pour le stockage en gravier, sable ou roche. En effet, elles ne peuvent pas être réparées contrairement à une cuve à eau qui peut facilement être vidée. Isolant : Les projets plus anciens sont isolés avec de la laine de roche, de la laine minérale, du polyuréthane expansé ou extrudé, ou encore du polystyrène. Néanmoins, les projets plus récents de cuves verticales utilisent des matériaux isolants en vrac comme le verre expansé ou «gravier de mousse de verre» (GLAPOR). Ce matériau est particulièrement adapté aux grands volumes (supérieurs à 2000 m 3 ) car le coût et le temps de montage est inférieur aux isolants à poser. De plus, il résiste bien à la pression et aux températures élevées. Il n y a pas de consensus quant aux zones de la cuve à isoler ou non. Certains isolent toute la cuve, d autres uniquement les parois latérales etc. Cf. Annexe 1 : Tableau des isolations utilisées dans les différents projets. Composition des cuves en béton : Figure 2: Exemple d une isolation intérieure [2] Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 7

10 Figure 3: Exemple d une isolation extérieure [2] Figure 4:Composition des fosses [4] Couverture des stockages enterrés: Le stockage à eau enterré présente un inconvénient de taille face au stockage au gravier : la construction de la couverture du stockage bien plus complexe et plus coûteuse (50% du coût total de la construction). Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 8

11 Tableau 1: Différents types de couverture Les systèmes autoportant et flottant se valent. En effet, bien que l économie d un système flottant par rapport à un système autoportant soit évidente, s il faut déplacer la couverture en cas de dommages, le système autoportant est plus avantageux. De plus, il est plus rigide grâce à sa forme incurvée. Les systèmes flottants ne sont pas recouverts de terre. Par conséquent, ils doivent être recouverts par une couverture anti UV et pluie. Un angle de 2 à 3 est préconisé pour permettre à l eau de pluie d être drainée. Comparatif [2]: En comparant les capacités thermiques de l eau et du gravier, il apparait clairement que l eau permet un volume de stockage nettement plus faible que le gravier. Malgré tout, la conductivité thermique du gravier est plus élevée que l eau, il permet donc une meilleure stratification. Chaleur massique en J.kg -1.K -1 Chaleur volumique en J.m -3.K -1 Conductivité thermique en W.m -1.K -1 Eau Gravier 2000 à à à 2.5 Tableau 2: Comparaison de l'eau et du gravier Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 9

12 De plus le stockage en eau chaude est plus dynamique et réactif et ne nécessite pas de cuve de stockage complémentaire. Le temps de charge et de décharge dans le sol ou dans le gravier est quant à lui très long. Les stockages enterrés doivent être équipés d une ou plusieurs cuves de stockage indirect. En effet, comme le temps de décharge est long, la cuve à eau extérieure permet de gagner en rapidité. Avantages Stockage eau chaude ++ Réparations et maintenance ++ Réactivité + Capacité thermique + Stratification thermique Stockage gravier, sol, sable et eau ++ Couverture simple + Faible exigence statique + Conductivité plus élevée que l eau Inconvénients cuves enterrés Inconvénients Cuves extérieures --Couverture sophistiquée et chère -Exigence statique élevée pour couvrir la charge -Coût de l enfouissement ou de l excavation du sol -Soudage et jointement complexe --Encombrement - Pertes -- Capacité thermique -- Nécessité d une cuve de stockage complémentaire -- Maintenance et réparations impossibles - Temps de charge - Coût du gravier Tableau 3: Comparaison stockage à eau, stockage au gravier Pour alléger le coût du gravier (dont la pureté et la qualité est contrôlée), certaines installations intercalent entre deux couches de graviers une couche de sable [1] : Figure 5: Composition du stockage gravier et sable Stockage en puits géothermiques : La chaleur est chargée et déchargée à travers des sondes verticales d une profondeur de 30 à 100 mètres. Les sondes peuvent être simples, en double U ou encore Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 10

13 concentriques. L espace entre les sondes varie de 1,5 à 3 m selon la taille et la profondeur du stockage [4] [5]. Tableau 4: Dimensions du forage géothermique Figure 6: Composition des sondes géothermiques Un certain nombre de sondes sont reliées en série puis elles sont reliées entre elles en parallèle. Ainsi, l avantage majeur de ce système est sa modularité. En effet, d autres sondes peuvent être ajoutées en cas d extension. Le stockage est alimenté en chaleur au centre puis le flux progresse vers la périphérie à travers les différents réseaux de sondes en séries. Pour la décharge du stockage, le flux suit le chemin inverse. Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 11

14 Figure 7: Exemple de positionnement des sondes au Canada (DLSC) A la surface, une isolation permet de réduire les pertes thermiques à l ambiance. Le reste du système n est pas isolé car il n est pas accessible. Pour le dimensionnement des sondes, la conductivité et la capacité thermique du sol sont des paramètres importants à considérer avec le rendement. La conductivité est relative à la composition minérale et à la porosité du sol. Normalement, cette conductivité est de l ordre de 2 à 5 W/ (m.k). La capacité thermique est relative à la teneur en eau de la strate qui dépend du niveau de la nappe phréatique et de la porosité du sol. Une porosité élevée au niveau de la nappe phréatique constitue une faible capacité thermique. Ainsi l efficacité de ce système de stockage est directement influencée par la nature du sol et la présence d une nappe phréatique. Plus d informations concernant le dimensionnement sont données en annexe 2. Différents projets ont vu le jour dans le but par exemple de dégivrer un pont avec l énergie solaire (projet Serso) ou encore des projets de réseaux de chaleur solaires. Différents exemples de ces réseaux solaires sont détaillés ci-dessous. Tableau 5: Exemples de projets avec forage géothermique Les stockages par forages géothermiques sont relativement lents donc l ajout de réservoir tampons est nécessaire pour fonctionner en réseau de chaleur solaire. Pour la Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 12

15 charge, l eau chaude y est d abord stockée avant d être transférée au stockage géothermique. Pour la décharge, le cheminement est inversé. Le schéma de principe est le suivant : Figure 8: Schéma de principe d'un réseau de chaleur solaire avec stockage Par ailleurs, un réseau de tubes parallèles en double U permet la recharge solaire dans un sens et la décharge vers les bâtiments. Figure 9: Système de charge et de décharge Différents choix sont possibles : avec d importantes surfaces de capteurs, le taux de couverture solaire peut atteindre 100%. Dans ce cas, les pertes thermiques représentent un tiers de l énergie collectée. Par contre en utilisant un cinquième de la surface de capteurs, il est possible de maintenir le stockage géothermique à une température suffisante pour obtenir un COP de 4 en utilisant une pompe à chaleur. La fraction solaire est alors de 75% [5]. Par exemple, au Canada, le réseau solaire DLSC a atteint pendant sa cinquième année de fonctionnement un taux de couverture solaire de 90% sans utiliser de pompe à chaleur. Cf. en annexe 3 : détails du réseau DLSC au Canada et source [10]. Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 13

16 Le forage géothermique est donc particulièrement adapté pour le stockage saisonnier en raison de sa capacité de stockage importante et de part sa forte inertie Stockage en aquifère: L aquifère utilise en effet une nappe phréatique pour stocker la chaleur. Le schéma cidessous décrit les flux au moment de la charge et de la décharge. Figure 10: Schéma d'une installation avec aquifère [2] Comme les aquifères ne peuvent être isolés, le stockage pour des températures élevées (supérieures à 50 C) n est efficace que pour des volumes supérieurs à m 3. Ce système nécessite un terrain favorable et des études préalables poussées avant d exploiter la nappe. Si tous les critères sont réunis, le temps de retour sur investissement sera relativement court par rapport au forage géothermique Coûts : Différents exemples permettent d approcher les coûts engendrés pour chaque type de construction: Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 14

17 Figure 11: Exemple des coûts totaux pour différents types de projets sans TVA et coût d étude [2] Au premier abord, les forages et les aquifères semblent être les solutions les plus économiques. Cependant, ce sont les deux technologies où l étude est la plus longue et la plus complexe. Le graphe suivant montre que le coût diminue avec l augmentation du volume de stockage : Figure 12: Variation du coût en fonction de la taille du stockage [2] Généralement, le stockage en cuve à eau chaude est le plus cher mais il concerne principalement des stockages journaliers de petites tailles. Or nous avons vu que le coût diminue avec l augmentation du volume. Malgré cela, la cuve à eau présente des avantages thermiques et thermodynamiques et peut être construite n importe où. Type de stockage Capacité de stockage Volume de stockage en eau équivalent Cuve à eau Cuve gravier/eau Sondes géothermiques Aquifère 60 à 80 kwh/m 3 35 à 50 kwh/m 3 15 à 30 kwh/m 3 30 à 40 kwh/m 3 1 m à 2 m 3 3 à 5m 3 2 à 3 m 3 Tableau 6: Comparaison des capacités de stockages En prenant en compte la capacité de stockage, l eau reste la meilleure solution mais présente d autres contraintes techniques pour des grandes installations. Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 15

18 Les systèmes les moins coûteux sont les aquifères et les forages géothermiques. Mais, ils sont adaptés au stockage saisonnier et nécessitent des équipements supplémentaires pour être utilisés en stockage journalier et saisonnier, comme une cuve extérieure ou un traitement de l eau. De plus, ils ont les exigences les plus élevées au niveau de la qualité du sol et une étude préalable du sol est nécessaire. La cuve à eau reste particulièrement bien adaptée au stockage journalier. Ainsi, il n y a pas que le coût du système de stockage à prendre en compte mais également la performance thermique, le système de connexion et la fréquence de stockage visée : journalier ou saisonnier. Pour chaque projet, tous les systèmes doivent être étudiés séparément. 1.2 Stockage de la chaleur latente de fusion: Fonctionnement : Dans le cas du stockage sous chaleur latente, l énergie thermique est récupérée par augmentation d enthalpie du matériau de stockage avec changement d état. Il existe différents types de matériaux à changement de phase [7]. Les solutions aqueuses de sels et d eau sont utilisées à basses températures et sont relativement bon marché. Cependant, les phénomènes de surfusion et de corrosion posent problèmes. Les matériaux issus du carbone (alcanes, paraffines, polyols, polymères). Ces matériaux sont les plus chers et les plus dangereux à cause de leur inflammabilité. Il y a également des problèmes de surfusion pour certains d entre eux. La température de fusion se situe entre 60 C et 80 C. Les matériaux inorganiques (sans carbone) tels que les sels (chlorures, sulfates, nitrates ) et les mélanges binaires ou ternaires. Ils ont de fortes capacités de stockages pour des prix peu élevés. Néanmoins, ils ont tendance à corroder leurs cuves de rétention ce qui peut être un problème lorsqu ils sont intégrés à des réseaux d ECS. La température de fusion se situe à environ 115 C. Les métaux. Ils peuvent être utilisés à hautes températures, ils sont lourds, chers et présentent une faible capacité thermique. Leurs fortes conductivités thermiques leur permettent de bonnes performances lorsque les puissances échangées sont importantes. Avantages Capacité de stockage importante donc réduction du volume des ballons de stockage Température «autorégulée» Température stabilisée à la température de fusion quand cohabitent phase liquide et phase solide Modulable : On peut facilement ajouter ou enlever des éléments Inconvénients Phénomène de surfusion et de corrosion Faible conductivité thermique Stabilité thermique et chimique Toxicité et inflammabilité Grande variété de MCP donc large choix de température de fusion Disponibilité Prix Tableau 7: Avantages et inconvénients du stockage par chaleur latente Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 16

19 La société Kaplan Energy [8] commercialise l E-Stocker. Cette société a effectué des recherches avec la collaboration de l INSA Lyon, du COSTIC, le Centre de Thermique de Lyon et le CNRS. Sa caractéristique technique principale est de pouvoir stocker treize fois plus d énergie que l eau. Figure 13: Capsule E-stocker L accumulateur E-Stocker est composé de nombreux matériaux à changement de phase qui emmagasinent la chaleur et la restituent quand les systèmes de chauffage ne produisent pas d énergie. L avantage de combiner différents matériaux est de palier à leurs inconvénients individuels. Ces capsules présentent une phase liquide et une phase solide qui cohabitent. Or, leurs résistances thermiques sont différentes ainsi la variation du rapport volumique entre ces deux phases modifie la conductivité thermique de l ensemble de la capsule et donc la puissance potentiellement absorbée. Ce système est adapté aux installations solaires, aux chaudières biomasse, aux PAC et aux installations fonctionnant à haute température. Au-delà de 200 C, l E-Stocker n est pas conseillé car les nodules utilisés ne supportent pas une telle température. Les nodules sont 100% biodégradables Etat de la recherche : La société Kaplan réalise actuellement des tests concernant différentes solutions de stockage d'énergie thermique E-Stocker pour différentes températures et différents marchés et applications : Solaire thermique, Pompe à Chaleur, Pile à combustible,... Recherche IEA, tâche 32 [7] : L IEA (International Energy Agency) propose un programme de recherche SHC (Solar Heating and Cooling) regroupant 18 pays. Le but de la tâche 32 est de rechercher des solutions nouvelles pour le stockage de l énergie thermique dans les systèmes de chauffage ou de refroidissement des bâtiments. Six projets sont en cours d'élaboration dans la sous-tâche C. La plupart d'entre eux utilisent l'acétate de sodium en tant que matériau à changement de phase. Le principal travail de l'année 2005 a été la caractérisation de la matière dans différentes combinaisons d exhausteurs de transfert de chaleur. Le coefficient de transfert de chaleur est en effet le facteur limitant pour un stockage utile des matériaux à changement de phase, et il a été Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 17

20 montré que la préparation des échantillons peut induire des résultats très différents pour les propriétés du matériau. Il est prévu que cette recherche soit aussi un travail préliminaire pour une norme internationale sur ces matériaux pour le stockage de la chaleur. La conclusion est la suivante : L introduction de tels matériaux ne permet pas un gain significatif sur la fraction annuelle solaire dans la configuration étudiée. Une des raisons est la lenteur de la diffusion dans le matériau qui limite les puissances absorbées et soutirables. Une puissance trop grande ne permet pas aux matériaux à changement de phase d emmagasiner/restituer la chaleur étant donné le mauvais transfert de chaleur dans ce type de matériau, même dans le cas d un mélange de sodium acétate avec du graphite. 1.3 Stockage de la chaleur latente de vaporisation: Quand un liquide passe à l état vapeur, il absorbe une grande quantité d énergie correspondant à sa chaleur latente de vaporisation. Certains composés permettent d absorber une grande quantité de vapeur à température ambiante et de la restituer à une température plus élevée. Ce phénomène qualifié de sorption se traduit par l absorption et l adsorption. On parle d absorbant pour un sorbant liquide et d adsorbant pour un sorbant solide poreux. Il "boit" la vapeur d'eau contenue dans l'ambiance, et la retient. Au fur et à mesure qu'il ab/adsorbe de la vapeur, sa capacité d'ab/adsorption diminue jusqu'à être nulle, à saturation. Le sorbant est alors chauffé à une certaine température et "rend" la vapeur d'eau. Il récupère alors toutes ses propriétés d'ab/adsorption. La machine frigorifique à absorption se divise en quatre composants principaux : l'évaporateur, l'absorbeur, le concentrateur, le condenseur Avantages : Un premier avantage réside dans l'absence de compresseur mécanique, donc de vibrations et de bruits. D'où le fait que ces machines demandent un entretien limité et présentent une grande longévité. Le second avantage vient de la possibilité de valoriser une énergie calorifique disponible et d'éviter ainsi la consommation électrique d'un compresseur Pour l adsorption, les matériaux privilégiés sont la zéolithe et le silicagel. Les niveaux de températures sont de 30 à 60 C en système fermé et de 20 à 60 C en système ouvert. Pour l absorption, les matériaux privilégiés sont LiCl et LiBr. Les niveaux de températures sont de 40 à 120 C en système fermé et de 20 à 40 C en système ouvert Inconvénients : L inconvénient majeur de cette technologie est qu elle est toujours à l état de recherche fondamentale. La sorption des solutions de stockage semble être complexe et plus adaptée à des systèmes de pompes à chaleur, où le chauffage et le refroidissement peuvent être atteints, que de purs systèmes solaires Etat de la recherche IEA: Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 18

21 En Suède, l accumulateur Thermochimique (ATC) [7] repose sur un principe de sorption avec une solution concentrée. L'appareil peut produire de la chaleur et du froid et est mieux adapté pour le climat du sud de l Europe. Plusieurs prototypes ont été testés par différents centres de recherche pour atteindre une fiabilité du produit. La zéolite est toujours une option, mais la force motrice nécessaire pour la décharge est toujours un facteur limitant. Une idée née en Allemagne pour un stockage saisonnier à base de zéolithe (8m 3 pour une maison unifamiliale) a été proposée mais cette recherche fondamentale ne débouchera pas sur des applications industrielles avant plusieurs années En Autriche, un réservoir de stockage rempli de 1000 kg de gel de silice a été installé en 2005 dans un système combiné d'une maison solaire. L équipe autrichienne a montré que le silicagel ne permet pas de réaliser un stockage efficace, la charge s effecte correctement en été mais la décharge ne procure pas des augmentations de température suffisantes pour être utilisable. Le matériau ne convient pas. 1.4 Stockage de la chaleur thermochimique En été, deux composés chimiques sont séparés grâce à un apport de chaleur : c est le phénomène de désorption. Un des composés est transformé en vapeur, il est condensé par un échangeur puis stocké, l autre est transformé en liquide, il est stocké séparément du premier. En hiver, l évaporation est réalisée à faible température le liquide stocké. Le mélange des deux produits provoque une réaction exothermique dont on utilise la chaleur créée. Puis le mélange est réintroduit dans le désorbeur pour une prochaine réutilisation Avantages : Le volume de stockage est 30% inférieur à celui de l eau [9]. L énergie stockée n est pas influencée par le changement de température donc il n y a pas besoin d isolation thermique sans pour autant avoir de pertes durant le changement de saison Inconvénients : Les produits utilisés sont toxiques et la réversibilité de la réaction pose toujours problème. Ce procédé est toujours au stade de recherche Etat de la recherche IEA : Un projet de recherche en laboratoire en Suisse a débuté en 2005 [7]: utilisation de NaOH pour la gamme C. Le matériau possède les caractéristiques essentielles d un stock chimique pour l habitat. Pour un usage de 70 C à 20 C la densité de stockage est le triple de celle de l eau, ce qui permet un espoir de stock saisonnier de taille raisonnable (8 à 10 m 3 ) pour une villa à basse consommation pour autant qu une source de chaleur à basse température telle des sondes puisse être disponible en hiver. Les premières performances thermiques sur le prototype de 200 litres et 1 kw d échangeur réalisé en laboratoire sont meilleures qu attendues, avec une température de charge de 120 C au lieu de 150 C! Par contre, les effets corrosifs du produit sur l élastomère de tuyaux immergés se montrent plus rapides que prévus. Un démontage pour une reconstruction avec une isolation encore plus importante est prévu. Les objectifs du premier prototype ont été atteints. Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 19

22 1.5 Conclusions : Chaleur sensible Chaleur latente de fusion Chaleur latente de vaporisation Chaleur de réaction chimique Technique maîtrisée Coût Construction+étude Facilité de mise en œuvre Type de stockage Cuve ou Journalier fosse Géothermie Saisonnier Aquifère Saisonnier Matériaux à Journalier changement de phase Ab ou Adsorption Etat de recherche Désorption Etat de recherche Saisonnier Saisonnier Tableau 8: Comparaison des différentes technologies de stockage Le tableau ci-dessus présente un comparatif des différentes technologies de stockage. La graduation «++/ +/ - /--» est basée sur le taux de réalisation des projets pour la maîtrise de la technique, des coûts de ces projets, et des matériaux utilisés pour la facilité de mise en œuvre. Le stockage par chaleur sensible est le type de stockage le plus aboutit à l heure actuelle. Pour des stockages de type saisonnier, la géothermie et l aquifère sont à privilégier en fonction du terrain. Pour des stockages de type journalier, la cuve à eau reste la meilleure solution. On parle alors d hydro-accumulation ou d hydro-stockage. Néanmoins, les stockages sous forme de chaleur sensible sont encombrants d où le développement d autres types de stockages accès sur la réduction du volume de stockage. Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 20

23 2. La stratification La stratification est un enjeu majeur du stockage de la chaleur. En effet, un ballon non stratifié signifie un mélange et donc un temps beaucoup plus important pour atteindre la température voulue. La stratification permet d obtenir rapidement une couche du ballon à la température maximale puis, peu à peu, la couche s étend et finit par atteindre toute la hauteur du ballon. 2.1 Stockage en cuve : Différents paramètres améliorent la stratification: Le ratio hauteur/diamètre D un point de vue thermique, le ballon doit se rapprocher de la forme d une sphère donc un rapport H/D égal à 1. Mais pour une bonne stratification le rapport H/D doit être beaucoup plus élevé. Les différentes études menées concluent qu un haut degré de stratification sans pertes thermiques excessives est atteint pour un rapport H/D de 3 à 4 [3]. Pour un stockage saisonnier le nombre de charge est moins fréquent que pour un stockage journalier. Ainsi, différentes expérimentations sur TRNSYS menées par Highcombi [2] ont conclues que pour un stockage saisonnier un rapport h/d de 1 est conseillé. Le graphe ci-dessous montre l augmentation du rendement de charge/décharge avec l augmentation du rapport H/D [4]. Ce résultat est basé sur une étude de l université de Stuttgart basée sur la méthode CFD. Figure 14: Evolution du rendement de charge/décharge avec le rapport H/D La vitesse du jet Ballon vertical : Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 21

24 La vitesse du jet peut également être réduite de façon significative en cassant son énergie cinétique. Pour cela, le fluide passe par des chicanes avant d atteindre réellement le ballon, la vitesse est ainsi très fortement réduite et le chaud montera naturellement dans le ballon grâce à la différence de densité. L écoulement passe de turbulent à laminaire. Ce principe de «casser» l énergie cinétique a fait l objet d un brevet par l entreprise allemande Ratiotherm [12] dont voici son principe : Figure 15: Vue en coupe de la charge et décharge dans la canne de stratification Pour la charge du ballon, l eau est amenée dans la canne de stratification à la hauteur du ballon correspondant à la température fournie. Par exemple, une chaudière gaz fournira de l eau à 90 C et sera donc amenée directement en haut du ballon, tandis qu une pompe à chaleur fournira une température inférieure et sera reliée plutôt au milieu du ballon. En même temps que l eau chaude est injectée, l eau froide est évacuée en bas du ballon. Pour la décharge, l eau chaude est puisée au point le plus haut du ballon. Dans un même temps l eau froide est injectée dans le bas du ballon. Sondes de température placées à différentes hauteurs dans le ballon et centralisées dans une canne non solidaire pour une mesure exacte Canne de stratification avec chicanes pour casser l énergie cinétique Figure 16: Charge et décharge du ballon avec canne de stratification Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 22

25 Avec cette méthode, un ratio h/d de 1 peut être conservé tout en ayant une stratification parfaitement contrôlée. Ce système s adapte bien aux contraintes de dimensions qui peuvent être liées au site. La société Solarbayer propose également un système de stratification qui casse l énergie cinétique à l aide du «Schichtleitsystem» : système de contrôle de la stratification [13]. Le flux est freiné dans le cylindre en acier et le fluide est ensuite envoyé vers le réseau ou stocké dans le ballon via les petits orifices. Figure 17: Système de stratification Solarbayer M. Triboix, professeur à l INSA, a également déposé un brevet qui consiste à faire passer le fluide dans un enroulement créant ainsi un vortex. La sortie de l eau se fait au centre de ce tourbillon qui est une zone calme. L écoulement reste turbulent mais a beaucoup perdu en intensité. Le but de ce système est de réduire à la fois la vitesse, la pression et l intensité de la turbulence. Ce dispositif peut être intégré au ballon de la façon suivante. Départ chaudière Départ réseau Le fluide passe dans le vortex Retour chaudière Retour réseau Figure 18: Brise-jet développé par M. Triboix Ce système doit maintenant être réalisé et testé en laboratoire avant d être installé sur un site pour pouvoir évaluer ses performances. Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 23

26 Voici une expérience réalisée par Ratiotherm qui présente un ballon classique et un ballon utilisant leur système de stratification. L animation montre clairement le mélange dans le ballon quand celui-ci n est pas stratifié. Au bout de deux heures il n a toujours pas atteint la température voulue. Le ballon stratifié permet au bout de 23 minutes seulement d obtenir une couche du ballon à la température voulue. Ballon classique Ballon stratifié Figure 19: Expérience réalisée par Ratiotherm sur la stratification Simulation : A l aide d Excel, j ai voulu modéliser la répartition des températures dans le ballon. Je divise un ballon cylindrique en couches de températures uniformes avec un pas p uniforme. L eau chaude est injectée par le haut du ballon avec une vitesse v. Accumulation Transport Pertes Diffusion T ρ C A t T = ρ C A V z dz + US lat ( T amb 2 T T ) dz + λ A dz 2 z ρ : masse volumique de l eau C : Capacité thermique de l eau V : Volume d une couche v : vitesse du fluide en entrée A : Surface horizontale de la couche Slat : Surface latérale de la couche λ= conductivité thermique On pose a λ = = a la aire aturbulent c + min ρ On obtient ainsi la température de chaque couche à chaque pas de temps au fur et à mesure que la chaleur est injectée par le haut du ballon. La résolution de cette équation est détaillée en annexe 4. La valeur du coefficient de diffusion «a» permet de mettre en avant l importance de la turbulence dans le stockage, pour cela un cas idéal avec un écoulement purement laminaire a été comparé à un Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 24

27 Temps écoulement turbulent. Puis, l impact du brise jet a été étudié. Les résultats sont les suivants : Profondeur dans le ballon Figure 20: Cas idéal sans turbulence Figure 21: Cas réel avec brise jet Figure 22: Cas réel sans brise jet Etudiant : Monchaux Juliette Tuteur : Grosshaeny Marc Le stockage de la chaleur Juin

28 La couche séparant le fluide chaud injecté et le fluide froid est plus faible grâce au brise jet. Cette simulation montre l impact de la turbulence dans le stockage de la chaleur en cuve. Il est donc important d obtenir un ballon bien stratifié pour éviter les phénomènes de mélanges. Ballon horizontal : Au Canada, le DLSC est composé d un stockage géothermique et de deux cuves horizontales. Chaque cuve est composée d un déflecteur horizontal qui permet d empêcher le mélange entre le haut et le bas du ballon. Comme le bas de la première cuve est relié au haut du ballon suivant, ce qui permet d obtenir 4 niveaux de températures avec un encombrement restreint. Chaque cuve mesure 3.7 mètres de diamètre et 11 mètres de long soit un volume de 120 m 3. Figure 23: Déflecteur horizontal utilisé au Canada [10] Les ballons horizontaux présentent des inconvénients. Par exemple, la strate d échange entre les niveaux de températures, la thermocline, comprendra plus de fluide et une surface d échange plus importante que pour un ballon vertical. Cependant, ce type de ballon permet de faciliter l intégration architecturale d un ballon de plusieurs mètres de haut. Ci-dessous un autre exemple de ballon horizontal proposé par l entreprise néerlandaise HORCONEX [14]. Des tubes perforés sont utilisés sur toute la longueur du ballon pour tendre vers un flux laminaire. Figure 24: Ballons horizontaux HORCONEX Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 26

PROSSIS. PROcédé de Stockage Solaire Inter-Saisonnier. Lingai LUO. LOCIE-CNRS-Université de Savoie. ANR-07-Stock-E-08

PROSSIS. PROcédé de Stockage Solaire Inter-Saisonnier. Lingai LUO. LOCIE-CNRS-Université de Savoie. ANR-07-Stock-E-08 PROSSIS PROcédé de Stockage Solaire Inter-Saisonnier ANR-07-Stock-E-08 Lingai LUO LOCIE-CNRS-Université de Savoie Le projet PROSSIS Titre : PROcédé pour le Stockage Solaire Inter Saison Partenaires : -

Plus en détail

2195257 ballons ECS vendus en France, en 2010

2195257 ballons ECS vendus en France, en 2010 SOLUTIONS D EAU CHAUDE SANITAIRE En 2010, le marché de l ECS en France représente 2 195 257 ballons ECS de différentes technologies. Dans ce marché global qui était en baisse de 1,8 %, les solutions ENR

Plus en détail

07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1

07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1 07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1 ENERGY BREAKFAST Le chauffage de votre entreprise 2 TABLE DES MATIERES Le chauffage : C EST IMPORTANT! Diverses techniques de chauffage Nouvelles techniques de chauffe La

Plus en détail

F i c h e c o m m e r c i a l e. Chauffage / ECS. système de production ecs avec capteur solaire et pompe à chaleur électrique haute température

F i c h e c o m m e r c i a l e. Chauffage / ECS. système de production ecs avec capteur solaire et pompe à chaleur électrique haute température F i c h e c o m m e r c i a l e Chauffage / ECS système de production ecs avec capteur solaire et pompe à chaleur électrique haute température 2 chauffage / ECS > logements collectifs > production d ECS

Plus en détail

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 10 mars 2008 1 Préambule : Cette fiche d application présente les différents

Plus en détail

ICESOL: CONCEPT POUR UN CHAUFFAGE SOLAIRE INNOVANT. Orateurs : Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA

ICESOL: CONCEPT POUR UN CHAUFFAGE SOLAIRE INNOVANT. Orateurs : Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA Orateurs : ICESOL: CONCEPT 1. POUR UN INNOVANT Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA Le projet «La Cigale», terminé en mars 2014 est la rénovation Minergie la plus

Plus en détail

IceSol -Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase

IceSol -Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase IceSol -Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase Energie Solaire SA Version 16.03.2015 ENERGIE SOLAIRE SA www.energie-solaire.com 1/29 Energie Solaire SA: Fondée

Plus en détail

LA TECHNOLOGIE CONDENSATION AU SERVICE DU FIOUL

LA TECHNOLOGIE CONDENSATION AU SERVICE DU FIOUL C h a u d i è r e s F i o u l à C o n d e n s a t i o n n La Maîtrise de l Énergie pour plus d Économie n L Innovation pour Votre Confort et pour la planète n La Solution Idéale pour la Rénovation LA TECHNOLOGIE

Plus en détail

Système d énergie solaire et de gain énergétique

Système d énergie solaire et de gain énergétique Système d énergie solaire et de gain énergétique Pour satisfaire vos besoins en eau chaude sanitaire, chauffage et chauffage de piscine, Enerfrance vous présente Néo[E]nergy : un système utilisant une

Plus en détail

FICHE DE LECTURE. Réduire les consommations énergétiques, tester une énergie alternative Agriculture durable

FICHE DE LECTURE. Réduire les consommations énergétiques, tester une énergie alternative Agriculture durable GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE Réduire les consommations énergétiques, tester une énergie alternative Agriculture durable Projet de Fin d Etudes réalisé au Ctifl Par Emilie AUGER Tuteur

Plus en détail

Journée Infra 7 février 2012 JOURNEE INFRA 2012 ENERGIE: PRODUCTION ET TRANSPORT. SITUATION EN MATIERE D ENERGIE SOLAIRE Bernard Thissen

Journée Infra 7 février 2012 JOURNEE INFRA 2012 ENERGIE: PRODUCTION ET TRANSPORT. SITUATION EN MATIERE D ENERGIE SOLAIRE Bernard Thissen JOURNEE INFRA 2012 ENERGIE: PRODUCTION ET TRANSPORT SITUATION EN MATIERE D ENERGIE SOLAIRE Bernard Thissen Index 1) Technologies solaires 2) Les avantages de l énergie solaire thermique 3) La production

Plus en détail

La chaleur qui vient du froid LE SYSTEME INTEGRAL DE CHAUFFAGE

La chaleur qui vient du froid LE SYSTEME INTEGRAL DE CHAUFFAGE La chaleur qui vient du froid LE SYSTEME INTEGRAL DE CHAUFFAGE L ORIGINE C est dans les pays où il fait froid que l on sait mieux qu ailleurs produire et conserver la chaleur. Depuis plus de vingt ans

Plus en détail

P o m p e à c h a l e u r à a b s o r p t i o n g a z n a t u r e l. Système de Chauffage à 160 % de rendement l EnR n est plus en option!

P o m p e à c h a l e u r à a b s o r p t i o n g a z n a t u r e l. Système de Chauffage à 160 % de rendement l EnR n est plus en option! P o m p e à c h a l e u r à a b s o r p t i o n g a z n a t u r e l Système de Chauffage à 160 % de rendement l EnR n est plus en option! France Air & Robur Technology France Air, en partenariat avec Robur

Plus en détail

UTILISATION DES RÉSERVOIRS D'HYDRO-ACCUMULATION POUR LE CHAUFFAGE DE SERRE RÈGLES ET FONCTIONNEMENT DE BASE

UTILISATION DES RÉSERVOIRS D'HYDRO-ACCUMULATION POUR LE CHAUFFAGE DE SERRE RÈGLES ET FONCTIONNEMENT DE BASE UTILISATION DES RÉSERVOIRS D'HYDRO-ACCUMULATION POUR LE CHAUFFAGE DE SERRE RÈGLES ET FONCTIONNEMENT DE BASE Présenté par: Marco Girouard, ing. CIDES 1 AVIS Les informations contenues dans ce document Les

Plus en détail

GAMME SOLAIRE SOLUTIONS POUR EAU CHAUDE SOLAIRE SOLERIO OPTIMUM

GAMME SOLAIRE SOLUTIONS POUR EAU CHAUDE SOLAIRE SOLERIO OPTIMUM GAMME SOLAIRE SOLUTIONS POUR EAU CHAUDE SOLAIRE SOLERIO OPTIMUM POURQUOI CHOISIR L ÉNERGIE SOLAIRE? Le solaire, un choix gagnant! pour ses qualités environnementales Écologique sanitaire. Le recours aux

Plus en détail

Pompe à chaleur à absorption gaz naturel chauffage et ECS

Pompe à chaleur à absorption gaz naturel chauffage et ECS Pompe à chaleur à absorption gaz naturel chauffage et ECS Fiche d intégration dans le logiciel RT 2012 : U22win de PERRENOUD 26/08/2013 Version 5.0.26 du 30/07/2013 La procédure suivante décrit la saisie

Plus en détail

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique :

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Maison BBC : Bâtiment Basse Consommation Lors de la vente ou

Plus en détail

PAC GALICE LA SOLUTION

PAC GALICE LA SOLUTION PAC GALICE LA SOLUTION LA PLUS ÉCONOMIQUE POUR LA RT 2012 ÉCONOMIES D ÉNERGIE CRÉDIT D IMPÔT DÉVELOPPEMENT DURABLE NOUVELLE GÉNÉRATION de pompes à chaleur AIR/EAU DOUBLE SERVICE S : Chauffage seul SR :

Plus en détail

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS.

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Problème : (Thème : Primitives, équations différentielles linéaires du 1 er ordre à coefficients

Plus en détail

GESTION DE L ÉNERGIE DANS L HABITAT : LES ÉNERGIES RENOUVELABLES

GESTION DE L ÉNERGIE DANS L HABITAT : LES ÉNERGIES RENOUVELABLES Séminaire organisé par les étudiants du master Expertise et Traitement en Environnement GESTION DE L ÉNERGIE DANS L HABITAT : LES ÉNERGIES RENOUVELABLES SYLVAIN DELENCLOS 29 JANVIER 2015 Présentation téléchargeable

Plus en détail

LA POMPE A CHALEUR (ER 10)

LA POMPE A CHALEUR (ER 10) LA POMPE A CHALEUR (ER 10) Réchauffer l intérieur d une pièce en captant la chaleur naturelle de l extérieur. 1 INTRODUCTION Depuis quelques années dans notre pays, la pompe à chaleur bénéficie d un regain

Plus en détail

RÉSIDENTIEL COLLECTIF ET TERTIAIRE

RÉSIDENTIEL COLLECTIF ET TERTIAIRE RÉSIDENTIEL COLLECTIF ET TERTIAIRE Production combinée de chaleur et d électricité SOLUTION POUR L INDUSTRIE Récupération de chaleur-rejets thermiques La ligne de produits ENEFCOGEN GREEN est conçue pour

Plus en détail

La pompe à chaleur : comment ça marche?

La pompe à chaleur : comment ça marche? La pompe à chaleur : comment ça marche? Le principe d une pompe à chaleur est relativement simple : une pompe à chaleur, composée d un évaporateur, d un générateur à compresseur et d un condensateur, remplace

Plus en détail

> Conseils - Etudes Thermiques - Coordination et suivi de chantier

> Conseils - Etudes Thermiques - Coordination et suivi de chantier > Conseils - Etudes Thermiques - Coordination et suivi de chantier Conseil Le conseil auprès : - Des investisseurs - Des installateurs - Des architectes et bâtisseurs Etude Une étude personnalisée pour

Plus en détail

GEOTWIN 2 LE BIEN-ÊTRE D UNE CHALEUR NATURELLE GEOTHERMIE. Fabricant français

GEOTWIN 2 LE BIEN-ÊTRE D UNE CHALEUR NATURELLE GEOTHERMIE. Fabricant français Fabricant français GEOTWIN 2 GEOTHERMIE Accessoires hydrauliques intégrés Une gamme complète de 45 à 65 C Mono et Bi-compresseurs LE BIEN-ÊTRE D UNE CHALEUR NATURELLE 30/35 C 40/45 C 47/55 C 55/65 C Mono-compresseur

Plus en détail

Annexe 3 Captation d énergie

Annexe 3 Captation d énergie 1. DISPOSITIONS GENERALES 1.a. Captation d'énergie. Annexe 3 Captation Dans tous les cas, si l exploitation de la ressource naturelle est soumise à l octroi d un permis d urbanisme et/ou d environnement,

Plus en détail

Fiche explicative détaillée #6 Appoints

Fiche explicative détaillée #6 Appoints Fiche explicative détaillée #6 Appoints 1 Objet et limites du document Ce document est intimement lié au CCTP type (cahier des clauses techniques particulières), spécifique aux systèmes de climatisation

Plus en détail

Pompe à Chaleur Air / Eau Haute Température

Pompe à Chaleur Air / Eau Haute Température Pompe à Chaleur Air / Eau Haute Température Gamme L É N E R G I E E S T N O T R E A V E N I R, É C O N O M I S O N S - L A. * La culture du Meilleur Pour le chauffage et l eau chaude sanitaire des maisons

Plus en détail

Isolation thermique des toitures plates existantes

Isolation thermique des toitures plates existantes Isolation thermique des toitures plates existantes Notre société se préoccupe de plus en plus des économies d énergie, de la protection de l environnement et du confort, ce qui requiert une isolation thermique

Plus en détail

www.hdgdev.com 1 2 1

www.hdgdev.com 1 2 1 www.hdgdev.com 1 2 1 Puits canadien - provençal Une solution géothermique naturelle 3 Principe de fonctionnement : Le puit canadien appelé aussi puit provençal est un système de ventilation conçu pour

Plus en détail

Accumuler la chaleur avec des ballons système individuels.

Accumuler la chaleur avec des ballons système individuels. ÉNERGIES RENOUVELABLES Ballons système Accumuler la chaleur avec des ballons système individuels. BALLON TAMPON BALLON D EAU CHAUDE / CHAUFFE-EAU BALLON COMBINÉ / À PRÉPARATION D EAU CHAUDE INSTANTANÉE

Plus en détail

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind made in Belgium With the future in mind HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC Chaudière au gaz à condensation, à fonction double HeatMaster TC à condensation pour le chauffage central HeatMaster

Plus en détail

ALFéA HYBRID DUO GAZ. HAUTE TEMPéRATURE 80 c

ALFéA HYBRID DUO GAZ. HAUTE TEMPéRATURE 80 c ALFéA HYBRID DUO GAZ Pompe à chaleur Hybride Avec appoint gaz condensation intégré HAUTE TEMPéRATURE 80 c Solution rénovation en remplacement de chaudière Faites connaissance avec... Alféa Hybrid Duo Gaz

Plus en détail

Projet SETHER Appel à projets 2008. Adrien Patenôtre, POWEO Adrien.patenotre@poweo.com

Projet SETHER Appel à projets 2008. Adrien Patenôtre, POWEO Adrien.patenotre@poweo.com Projet SETHER Appel à projets 2008 Adrien Patenôtre, POWEO Adrien.patenotre@poweo.com SETHER STOCKAGE D ELECTRICITÉ SOUS FORME THERMIQUE À HAUTE TEMPÉRATURE Partenaires : POWEO, SAIPEM, CEA, CNAM, GEMH,

Plus en détail

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant.

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant. PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Les panneaux photovoltaïques. Plancher, plafond, et mur chauffant. Les puits canadiens: sert à la fois de chauffage

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Bruxelles Environnement Fabrice DERNY La géothermie MATRIciel SA Objectif(s) de la présentation Cerner les objectifs et les domaines d application de la géothermie

Plus en détail

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube Pré-étude d un Réseau de Chaleur bois sur la commune de Luc-la-Primaube Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6 avenue de l Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 Page 1 sur 12 Table

Plus en détail

>> 70% d eau chaude gratuite >> Couvre les besoins d une famille >> Trouve sa place partout

>> 70% d eau chaude gratuite >> Couvre les besoins d une famille >> Trouve sa place partout solaire bois pompes à chaleur Condensation fioul/gaz Kaliko CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE EASYLIFE L air, source d eau chaude >> 70% d eau chaude gratuite >> Couvre les besoins d une famille >> Trouve sa

Plus en détail

Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g»

Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g» Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g» Lucien BLANC 1 1 Institut Universitaire des Systèmes Thermiques Industriels, CNRS/université de Provence Technopôle de Château-Gombert, Marseille Résumé

Plus en détail

>> 70% d eau chaude gratuite >> Couvre les besoins d une famille >> Idéal en neuf comme en rénovation

>> 70% d eau chaude gratuite >> Couvre les besoins d une famille >> Idéal en neuf comme en rénovation Eco-conception by CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE EASYLIFE L air, source d eau chaude >> 70% d eau chaude gratuite >> Couvre les besoins d une famille >> Idéal en neuf comme en rénovation SOLAIRE BOIS POMPES

Plus en détail

>> 65% d eau chaude gratuite >> Couvre les besoins d une famille >> Trouve sa place partout

>> 65% d eau chaude gratuite >> Couvre les besoins d une famille >> Trouve sa place partout SOLAIRE BOIS POMPES À CHALEUR CONDENSATION FIOUL/GAZ Kaliko CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE EASYLIFE L air, source d eau chaude >> 65% d eau chaude gratuite >> Couvre les besoins d une famille >> Trouve sa

Plus en détail

Fiche d application du Titre V RT2012 Module Thermique avec ECS accumulée Logix

Fiche d application du Titre V RT2012 Module Thermique avec ECS accumulée Logix Module Thermique avec ECS accumulée Logix Arrêté ministériel du 27 janvier 2015 Module Thermique d Appartement Logix avec affichage des consommations de chauffage et d eau chaude sanitaire Module de distribution

Plus en détail

Dimensionnement de champs de sondes géothermiques

Dimensionnement de champs de sondes géothermiques Dimensionnement de champs de sondes géothermiques Sommaire 1: géothermie et ENR 2: la sonde géothermique 3: dimensionnement d une sonde simple 4: dimensionnement d un champ de sondes 5: TRT Source: EED

Plus en détail

Ballons d eau chaude électriques à circuit fermé Z.., AQ.., IND/IDE.., ID.., HR-N/HR-T.., STA.., HB..

Ballons d eau chaude électriques à circuit fermé Z.., AQ.., IND/IDE.., ID.., HR-N/HR-T.., STA.., HB.. Ballons d eau chaude électriques à circuit fermé Z.., AQ.., IND/IDE.., ID.., HR-N/HR-T.., STA.., HB.. Les ballons d eau chaude électriques à circuit fermé HAJDU sont créés pour fournir de l eau chaude

Plus en détail

Energies renouvelables Eau chaude sanitaire collective Chauffage de bassins

Energies renouvelables Eau chaude sanitaire collective Chauffage de bassins Energies renouvelables Eau chaude sanitaire collective Chauffage de bassins Le système Genèse du système Etablissements de santé, logements collectifs, hôtellerie, cuisines collectives, centres aquatiques

Plus en détail

Récupération et valorisation des calories des réseaux d assainissement 05/11/2010

Récupération et valorisation des calories des réseaux d assainissement 05/11/2010 Récupération et valorisation des calories des réseaux d assainissement 05/11/2010 Philosophie Constat : Les eaux usées recèlent de grandes quantités d'énergie. La source de chaleur se trouve à proximité

Plus en détail

CALIANE, TECHNOLOGIE SOL/EAU TERMEO, TECHNOLOGIE EAU/EAU 2 Nouvelles PAC géothermie : un concept modulable aux performances renforcées

CALIANE, TECHNOLOGIE SOL/EAU TERMEO, TECHNOLOGIE EAU/EAU 2 Nouvelles PAC géothermie : un concept modulable aux performances renforcées Communiqué de presse - JUIN 201 CALIANE, TECHNOLOGIE SOL/EAU TERMEO, TECHNOLOGIE EAU/EAU 2 Nouvelles PAC géothermie : un concept modulable aux performances renforcées S appuyant sur plus de 30 ans de savoir-faire

Plus en détail

Chauffe-eau solaire collectif-cesc

Chauffe-eau solaire collectif-cesc Chauffe-eau solaire collectif-cesc Fiche d intégration dans le logiciel RT2012 : U22win de PERRENOUD Version du 06/02/2015 Présentation La présente fiche décrit le principe et la saisie d un chauffe-eau

Plus en détail

>> 65% d eau chaude gratuite >> Couvre les besoins d une famille >> Trouve sa place partout

>> 65% d eau chaude gratuite >> Couvre les besoins d une famille >> Trouve sa place partout SOLAIRE BOIS POMPES À CHALEUR CONDENSATION FIOUL/GAZ Kaliko CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE EASYLIFE L air, source d eau chaude >> 65% d eau chaude gratuite >> Couvre les besoins d une famille >> Trouve sa

Plus en détail

Les énergies renouvelables. Mardi 27 septembre 2011

Les énergies renouvelables. Mardi 27 septembre 2011 Les énergies renouvelables Mardi 27 septembre 2011 Introduction La climatisation aujourd hui implique : une surconsommation énergétique des problèmes de production et d acheminement de l énergie électrique

Plus en détail

IceSol - Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase

IceSol - Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase IceSol - Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase ENERGIE SOLAIRE SA, Bernard Thissen www.energie- solaire.com JPPAC 15, Lausanne 10.03.2015 ENERGIE SOLAIRE SA www.energie-

Plus en détail

Aide au dimensionnement Pompes de circulation

Aide au dimensionnement Pompes de circulation Aide au dimensionnement Pompes de circulation 1 Généralités Les pompes de circulation des sociétés membres d Europump portent le label volontaire «Energy», qui utilise le classement de A à G déjà bien

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

Situation énergétique des élevages de veaux. Situation énergétique des élevages de veaux. Situation énergétique des élevages de veaux.

Situation énergétique des élevages de veaux. Situation énergétique des élevages de veaux. Situation énergétique des élevages de veaux. veau de boucherie 2008-200200 Consommations d énergie en bâtiment veaux de boucherie Comité veau de boucherie FranceAgriMer Montreuil sous Bois Mardi 5 avril 20 Christophe Martineau Institut de l Elevage

Plus en détail

Séminaire mi parcours Stock-e 2010 STAID Stockage Inter Saisonnier de l Énergie Thermique dans les Bâtiments

Séminaire mi parcours Stock-e 2010 STAID Stockage Inter Saisonnier de l Énergie Thermique dans les Bâtiments Séminaire mi parcours Stock-e 2010 Stockage Inter Saisonnier de l Énergie Thermique dans les Bâtiments Kévyn JOHANNES, Laboratoire CETHIL, Kevyn.johannes@insa-lyon.fr Coordinateur : CETHIL Organismes de

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine «Capteur autonome eau chaude» Choix de la gamme ECOAUTONOME a retenu un capteur solaire

Plus en détail

à l horizon 2010» micro-pompe à chaleur à absorption-diffusion avec capteur géothermique vertical

à l horizon 2010» micro-pompe à chaleur à absorption-diffusion avec capteur géothermique vertical Journées Thématiques ADEME - PUCA «Pr b Equipements Energétiques du BâtimentB Optimisation d une d micro-pompe à chaleur à absorption-diffusion avec capteur géothermique vertical CSTB BUDERUS Objectifs

Plus en détail

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE ETUDE DE SOLUTIONS DE RENOVATION DE BATIMENTS TRADITIONNELS EN ECOSSE Par MARIE JONNARD Tutrice

Plus en détail

Climatisation Chauffage Eau chaude sanitaire. Illustration non contractuelle

Climatisation Chauffage Eau chaude sanitaire. Illustration non contractuelle Climatisation Chauffage Eau chaude sanitaire LA CLIMATISATION SOLAIRE PAR La climatisation solaire : Qu est-ce que c est? Après l apparition des systèmes solaires combinés produisant l eau chaude sanitaire

Plus en détail

Stockage solaire et efficacité énergétique

Stockage solaire et efficacité énergétique Stockage solaire et efficacité énergétique Gilles Fraisse Laboratoire Optimisation de la Conception et Ingénierie de l Environnement CNRS-FRE 3220 Paris, le 21 octobre 2009 Journée : «Stockage de l énergie

Plus en détail

MUNICIPALITE DE GLAND

MUNICIPALITE DE GLAND MUNICIPALITE DE GLAND Préavis municipal n 56 relatif à l octroi d un crédit pour financer la rénovation des installations de chauffage des vestiaires sis au centre sportif "En Bord". Madame la présidente,

Plus en détail

ODYSSÉE 2 CRÉDIT D IMPÔT * 26%

ODYSSÉE 2 CRÉDIT D IMPÔT * 26% ODYSSÉE 2 Chauffe-eau thermodynamique sur air non chauffé Naturellement plus performant Grand confort eau chaude Haut rendement Économies d énergie et respect de l environnement Souplesse d installation

Plus en détail

Thermique des bâtiments Généralités

Thermique des bâtiments Généralités Thermique des bâtiments Généralités Si initialement, l étude du bilan thermique des bâtiments est effectuée afin d économiser les combustibles de chauffage (fuel, gaz, charbon ou électricité), elle est

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

Le Solaire Thermique à son Optimum. Le Chauffe-eau solaire individuel à drainage gravitaire et circuit hermétique

Le Solaire Thermique à son Optimum. Le Chauffe-eau solaire individuel à drainage gravitaire et circuit hermétique Le Solaire Thermique à son Optimum Le Chauffe-eau solaire individuel à drainage gravitaire et circuit hermétique Le Solaire Thermique à son Optimum Réaliser une économie de 60 à 90% sur votre facture d

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année 2012 266 lycées 236 sites 193 000 élèves 4,3 millions

Plus en détail

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http://

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http:// 2.0. Ballon de stockage : Capacité : L Lien vers la documentation technique : http:// Retrouver les caractéristiques techniques complètes (performances énergétiques et niveau d isolation, recommandation

Plus en détail

Le chauffe-eau solaire

Le chauffe-eau solaire Avril 2007 (mise à jour 2010) Chambre d Agriculture du Cantal Le chauffe-eau solaire En réponse à la demande d eau chaude nécessaire, le chauffe-eau solaire peut être une solution pertinente puisqu en

Plus en détail

Laddomat 21-60 Kit de chargement

Laddomat 21-60 Kit de chargement Laddomat 21-60 Kit de chargement Laddomat 21 a pour fonction de... Guide d utilisation et d installation... lors du chauffage, permettre à la chaudière de rapidement atteindre la température de service....

Plus en détail

Séance technique du CFGI

Séance technique du CFGI Séance technique du CFGI La géothermie de minime importance du 21 mai 2015 Xavier du CHAYLA Directeur de GEOTHER 2/20 rue Salvador Allende 92 000 Nanterre Tel : 01 55 17 16 10 Document protégés par Copyright.

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

La relève de chaudière, une solution intermédiaire économique et fiable.

La relève de chaudière, une solution intermédiaire économique et fiable. 111 39 240 1812 906 La relève de chaudière, une solution intermédiaire économique et fiable. La relève de chaudière, qu est ce que c est? On parle de relève de chaudière lorsqu on installe une pompe à

Plus en détail

Intérêt énergétique de l utilisation de matériaux à changement de phase (MCP) dans un chauffe-eau utilisant une source d énergie électrique

Intérêt énergétique de l utilisation de matériaux à changement de phase (MCP) dans un chauffe-eau utilisant une source d énergie électrique Intérêt énergétique de l utilisation de matériaux à changement de phase (MCP) dans un chauffe-eau utilisant une source d énergie électrique Stéphane GIBOUT*, Erwin FRANQUET, Jean CASTAING-LASVIGNOTTES,

Plus en détail

ATLAS D Condens Unit Chaudière fioul à condensation 32 kw

ATLAS D Condens Unit Chaudière fioul à condensation 32 kw ATLAS D Condens Unit Chaudière fioul à condensation 32 kw Chauffage seul ou ECS accumulée Ne choisissez plus entre confort et économies d énergie > Les meilleures performances pour plus d économies > Le

Plus en détail

Aide au dimensionnement Pompes de circulation

Aide au dimensionnement Pompes de circulation Aide au dimensionnement Pompes de circulation 1 Généralités Les pompes à haut rendement équipées de moteurs à aimant permanent ou de «moteurs EC» (Electronic Commutation) sont jusqu à 3x plus efficientes

Plus en détail

Une forme durable de chauffage domestique

Une forme durable de chauffage domestique Une forme durable de chauffage domestique Ingénieur Geert Matthys VCB (Confédération flamande de la Construction) 1. Réduire la demande (économie d énergie) 2. Utiliser des sources d énergie durables 3.

Plus en détail

TD de thermique de l habitat 1

TD de thermique de l habitat 1 TD de thermique de l habitat 1 - Td 3-1 Etude des déperditions d un pavillon F3 On étudie le pavillon F3, situé à Blois (41) dont le plan de masse est donné ci-dessous. La ventilation de ce pavillon est

Plus en détail

Pompes à chaleur géothermiques TELLUS

Pompes à chaleur géothermiques TELLUS Pompes à chaleur s Pompes à chaleur eau/eau Le meilleur de la Géothermie : - maîtrise d œuvre unique (pompe à chaleur - forage) - captage adapté aux terrains paysagés, même de petite taille - installation

Plus en détail

La stratification de l eau dans un ballon d eau chaude

La stratification de l eau dans un ballon d eau chaude Principe La stratification de l eau dans un ballon d eau La densité de l eau varie avec sa température. De manière simplifiée, plus l eau est froide, plus elle est dense. «Un litre d eau froide, c est

Plus en détail

Manuel d installation et d utilisation. Ballon tampon PS V 1.0

Manuel d installation et d utilisation. Ballon tampon PS V 1.0 Manuel d installation et d utilisation Ballon tampon PS V 1.0 TABLE DES MATIERES 1. Description du produit... 2 1.1 Type... 2 1.2 Isolation thermique... 2 1.3 Spécifications... 2 2. Généralités... 2 3.

Plus en détail

TRAITEMENT DES SURFACES INTERIEURES D UNE CUVE DE STOCKAGE D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE ALGERIEN

TRAITEMENT DES SURFACES INTERIEURES D UNE CUVE DE STOCKAGE D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE ALGERIEN TRAITEMENT DES SURFACES INTERIEURES D UNE CUVE DE STOCKAGE D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE ALGERIEN CHIKHI Mourad 1, SELLAMI Rabah 1 et Merzouk Kasbadji Nachida 1 1: Unité de Développement des Equipements Solaires

Plus en détail

matériaux, innovation, éco-conception et bâtiment

matériaux, innovation, éco-conception et bâtiment matériaux, innovation, éco-conception et bâtiment Renaud Caplain Maître de conférences CNAM Paris vendredi 30 janvier 2009 1 Les matériaux dans le bâtiment Trois grandes catégories et, très vite, une quatrième.

Plus en détail

A savoir - Modification des exigences concernant les nouvelles constructions

A savoir - Modification des exigences concernant les nouvelles constructions ULC Artikel März 2015 A savoir - Modification des exigences concernant les nouvelles constructions 1. Modification règlementaires À partir du 1 janvier 2015 les nouvelles constructions se rapprocheront

Plus en détail

Ballon tampon. Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973

Ballon tampon. Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973 Ballon tampon Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973 Ballon Tampon BT Ballon tampon avec isolation, pour couplage avec chaudière bois, 4 départs, 4 retours, 4 raccordement sonde/thermomètre,

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

Les offres irrésistibles de ROTEX

Les offres irrésistibles de ROTEX Les offres irrésistibles de ROTEX Du 1 er octobre au 13 décembre 2011 Jusqu à 1.000 HT de remise immédiate! Multipliez confort et économies avec les solutions de chauffage multiénergies ROTEX Solution

Plus en détail

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE Source du Par (82 c) : la source la plus chaude d Europe continentale Premier plan : corps cellulaire d un neurone. 1,5 semaine Cours Approche

Plus en détail

1/19 Chauffage à la biomasse ------- Bonnes pratiques Yann ROGAUME Mise en Place d une Chaufferie Plaquettes 2/19 Etapes importantes : - Maîtriser les dépenses énergétiques ; - Déterminer précisément les

Plus en détail

ALFÉA HYBRID DUO FIOUL BAS NOX

ALFÉA HYBRID DUO FIOUL BAS NOX ALFÉA HYBRID BAS NOX POMPE À CHALEUR HYBRIDE AVEC APPOINT FIOUL INTÉGRÉ HAUTE TEMPÉRATURE 80 C DÉPART D EAU JUSQU À 60 C EN THERMODYNAMIQUE SOLUTION RÉNOVATION EN REMPLACEMENT DE CHAUDIÈRE FAITES CONNAISSANCE

Plus en détail

FICHE OX «CLIMATISATION A ABSORPTION»

FICHE OX «CLIMATISATION A ABSORPTION» 1 FICHE OX «CLIMATISATION A ABSORPTION» 1. Contexte Enjeux La climatisation (on pense avant tout «froid»), principalement dans le tertiaire mais aussi de plus en plus dans le résidentiel, apporte plus

Plus en détail

Exercice 1 : Chaudière

Exercice 1 : Chaudière Exercice 1 : Chaudière Les grandeurs suivantes ont été relevées sur une chaudière (située à Lausanne), d une puissance de 13kW : Nombre d heures de fonctionnement : 820 [h/an] Puissance de maintien de

Plus en détail

Etude des possibilités de remplacement de la source centralisée d énergie du campus Valrose

Etude des possibilités de remplacement de la source centralisée d énergie du campus Valrose Etude des possibilités de remplacement de la source centralisée d énergie du campus Valrose 1.Présentation du sujet 2.Etat des lieux 3.Les solutions de remplacement retenues I Présenta9on du sujet d étude

Plus en détail

Les chaudières à condensation

Les chaudières à condensation Les chaudières à condensation Combustion du gaz naturel : CH 4 + 2 O 2 CO 2 + 2 H 2 O + chaleur CH4 : Le méthane qui est le combustible O2 : L oxygènede l air qui est le comburant comburant CO2 : Le dioxyde

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

Schéma de principe hydraulique

Schéma de principe hydraulique 1. Schéma de fonctionnement Ces s de fonctionnement sont des solutions préférentielles et éprouvées fonctionnant sans problèmes et permettant une plus haute efficacité de l'installation de pompe à chaleur.

Plus en détail

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Kokouvi Edem N TSOUKPOE 1, Nolwenn LE PIERRÈS 1*, Lingai LUO 1 1 LOCIE, CNRS FRE3220-Université

Plus en détail

Le nec plus ultra en termes de centrales de traitement d air : combustion directe et combustion indirecte

Le nec plus ultra en termes de centrales de traitement d air : combustion directe et combustion indirecte KLIMAT Le nec plus ultra en termes de centrales de traitement d air : combustion directe et combustion indirecte Mark possède une série de centrales de traitement d air qui peuvent être utilisées dans

Plus en détail

Forane 427A : reconversion d un dépôt frigorifique basse température chez MODENA TERMINAL à Modène, Italie

Forane 427A : reconversion d un dépôt frigorifique basse température chez MODENA TERMINAL à Modène, Italie Forane 427A : reconversion d un dépôt frigorifique basse température chez MODENA TERMINAL à Modène, Italie 1/10 Le R22 a été interdit d utilisation pour la maintenance des installations de froid depuis

Plus en détail

Eddy Cloutier ing. PA LEED, PCMV

Eddy Cloutier ing. PA LEED, PCMV Récupération de chaleur Les technologies et leurs applications CONGRÈS DE L AGPI 2009 Eddy Cloutier ing. PA LEED, PCMV Plan de match! Introduction Les 3R de l énergie d un bâtiment Où l énergie s enfuit-elle?

Plus en détail

L énergie naturelle de la géothermie.

L énergie naturelle de la géothermie. Pompe à chaleur géothermique ROTEX L énergie naturelle de la géothermie. Le système HPU ground ROTEX la pompe à chaleur géothermique qui fournit le chauffage avec une énergie naturelle gratuite. Un système

Plus en détail