Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE SYNTHESE. Le stockage de la chaleur sur réseau urbain

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE SYNTHESE. Le stockage de la chaleur sur réseau urbain"

Transcription

1 Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE SYNTHESE Le stockage de la chaleur sur réseau urbain Projet de Fin d Etudes réalisé au sein de l entreprise COFELY Par Juliette MONCHAUX Tuteur institutionnel : Armand Erb Tuteur en entreprise : Marc Grosshaeny Septembre 2012

2 Fiche d objectifs Le stockage de la chaleur sur réseau urbain Le sujet s articule autour de deux thématiques précises : Le stockage de type journalier applicable à des chaufferies biomasse (ou des PAC) afin d en optimiser le fonctionnement en évitant les cycles trop courts. Nous serons sur du stockage et déstockage dans la journée, voire sur quelques heures. L objectif est de permettre un fonctionnement continu des chaudières, l accumulation de chaleur lissant la charge. Cette logique sera étendue à toutes technologies de production de chaleur à partir d ENR qui peuvent être en fonctionnement intermittent comme le solaire afin de permettre de coupler des sources de production d énergie. De même, pour permettre de couvrir au mieux la consommation qui n est pas constante. L objectif est de déterminer les technologies disponibles, les outils de calcul, de dimensionnement et de faire une recherche sur toutes les installations existantes. Le stockage de type saisonnier. Cette thématique complète le stockage de type journalier précédent. Nous avons besoin dans ce cas de stocker pendant les saisons creuses (exemple en été) et de restituer la chaleur en hiver. Le stockage sera réalisé soit dans des réservoirs naturels en grande profondeur au moyen de PAC soit directement soit dans des réservoirs crées dont il faudra déterminer la taille et le mode de fonctionnement. Mon PFE s est déroulé en deux temps. Dans un premier temps, l objectif était de consigner les différents types d installations existantes et de comprendre leur fonctionnement. Puis, j ai mis en pratique mes recherches afin de répondre à une problématique concrète : le dimensionnement du stockage pour Center Parcs. Remerciements : Je remercie M. Patrick Laugier directeur commercial de la région Nord-est, pour m avoir permis d intégrer son équipe et de découvrir le travail de Cofely. Je remercie également mon tuteur de stage, M. Grosshaeny, pour ses conseils et le suivi de mon projet. Je remercie aussi l ensemble de l équipe pour m avoir fait partager leurs expériences. Je remercie M. Erb, mon tuteur au sein de l INSA, pour le suivi de mon PFE ainsi que M. Triboix pour tous ses conseils.

3 Résumé : Le stockage de chaleur sur réseau urbain Dans la société actuelle, le recours aux énergies renouvelable devient un enjeu majeur. Cependant, ces énergies sont parfois intermittentes, comme le solaire, ou à forte inertie, comme les chaudières biomasse. Elles ne sont pas toujours en adéquation avec les variations de consommations des utilisateurs. Ainsi, le stockage de chaleur permettrait d apporter une réponse à ces problématiques. Les stockages journaliers principalement utilisés sont les cuves à eau chaude qui se rechargent pendant la baisse des besoins et sont utilisées le jour lors des pics de consommations. Pour le stockage saisonnier, c est la géothermie qui est la plus utilisée en raison de sa capacité d accumulation élevée. Le stockage appliqué aux réseaux de chaleur permet d optimiser le fonctionnement des chaudières biomasse ou encore de développer des réseaux quasi exclusivement solaires. Summary : The heat storage on urban network In current society, the use of renewable energy is becoming a major issue. However, these energies are sometimes intermittent, such as solar or with high inertia, such as wood boiler. They are not always match with the variations of consumption. Thus, the heat storage would provide a response to these problems. The daily storage mainly used is hot water tank that recharges during the reduced requirement and is used during peak of consumption. For seasonal storage, geothermal energy is the most used because of its high storage capacity. This technology applied to heat network optimizes the operation of wood boilers or develop almost exclusively solar networks. Mots clés/ Key words Energy storage Heat network Coverage rate Boiler Water tank Geothermal energy Stockage d énergie Réseau de chaleur Taux de couverture Chaudière Cuve à eau Géothermie Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 1

4 Table des matières : RESUME : LE STOCKAGE DE CHALEUR SUR RESEAU URBAIN... 1 TABLE DES MATIERES :... 2 TABLE DES FIGURES ET TABLEAUX:... 3 INTRODUCTION ET CONTEXTE : LES DIFFERENTS STOCKAGES : STOCKAGE DE LA CHALEUR SENSIBLE : Stockage en cuve : Stockage en puits géothermiques : Coûts : STOCKAGE DE LA CHALEUR LATENTE DE FUSION: Fonctionnement : Etat de la recherche : STOCKAGE DE LA CHALEUR LATENTE DE VAPORISATION: Avantages : Inconvénients : Etat de la recherche IEA: STOCKAGE DE LA CHALEUR THERMOCHIMIQUE Avantages : Inconvénients : Etat de la recherche IEA : CONCLUSIONS : LA STRATIFICATION STOCKAGE EN CUVE : Le ratio hauteur/diamètre La vitesse du jet STOCKAGE GEOTHERMIQUE : ETUDE DE CAS : CENTER PARCS OBJECTIFS : Situation Intérêts du stockage DIMENSIONNEMENT : Type de stockage Dimensionnement Consultation des entreprises : RACCORDEMENT ET COMPOSITION DU BALLON Revêtement Raccordement Régulation COUTS CONCLUSION : BIBLIOGRAPHIE : SOMMAIRE DES ANNEXES: PRESENTATION DE L ENTREPRISE D ACCUEIL : COFELY SERVICES Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 2

5 Table des figures et tableaux: Figure 01: Comparaison stockage enterré à eau et au gravier [1] [2]... 6 Figure 02: Exemple d une isolation intérieure [2]... 7 Figure 03: Exemple d une isolation extérieure [2]... 8 Figure 04: Composition des fosses [4]... 8 Figure 05: Composition du stockage gravier et sable Figure 06: Composition des sondes géothermiques Figure 07: Exemple de positionnement des sondes au Canada (DLSC) Figure 08: Schéma de principe d'un réseau de chaleur solaire avec stockage Figure 09: Système de charge et de décharge Figure 10: Schéma d'une installation avec aquifère [2] Figure 11: Exemple des coûts totaux pour différents types de projets sans TVA et coût Figure 12: Variation du coût en fonction de la taille du stockage [2] Figure 13: Capsule E-stocker Figure 14: Evolution du rendement de charge/décharge avec le rapport H/D Figure 15: Vue en coupe de la charge et décharge dans la canne de stratification Figure 16: Charge et décharge du ballon avec canne de stratification Figure 17: Système de stratification Solarbayer Figure 18: Brise-jet développé par M. Triboix Figure 19: Expérience réalisée par Ratiotherm sur la stratification Figure 20: Cas idéal sans turbulence Figure 21: Cas réel avec brise jet Figure 22: Cas réel sans brise jet Figure 23: Déflecteur horizontal utilisé au Canada [10] Figure 24: Ballons horizontaux HORCONEX Figure 25: Profil des consommations en hiver: Energie nécessaire>energie stockable Figure 26: Profil des consommations en été Figure 27: Profil des consommations tel que Energie stockée = Energie récupérable Figure 28: Méthodologie du dimensionnement du volume Figure 29: Profil des consommations réelles de la chaudière biomasse augmentées de 25%. 33 Figure 30: Résultat de la simulation Excel sur l'hydro-accumulation Figure 31: Logiciel de dimensionnement des chaufferies biomasse avec ajout de l'hydroaccumulation Figure 32: Ballon vertical avec expansion azote HORCONEX Figure 33: Schéma de raccordement en série avec la technologie Ratiotherm Figure 34: Schéma de raccordement en parallèle Figure 35: Schéma de logique de régulation Figure 36: Comparaison des solutions pour Center Parcs Figure 37: Coût annuel des différentes solutions Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 3

6 Tableau 1: Différents types de couverture... 9 Tableau 2: Comparaison de l'eau et du gravier... 9 Tableau 3: Comparaison stockage à eau, stockage au gravier Tableau 4: Dimensions du forage géothermique Tableau 5: Exemples de projets avec forage géothermique Tableau 6: Comparaison des capacités de stockages Tableau 7: Avantages et inconvénients du stockage par chaleur latente Tableau 8: Comparaison des différentes technologies de stockage Tableau 9: Analyse économique des différentes solutions Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 4

7 Introduction et contexte : L augmentation de la consommation mondiale en énergie alliée à des problèmes de disponibilité des ressources fossiles et les émissions de gaz à effet de serre dégagées par ces dernières font que le recours aux énergies renouvelables devient une priorité. Néanmoins, ces énergies sont parfois saisonnières, comme le solaire, ou à forte inertie, comme les chaudières biomasse dont le rendement est dégradé par des mises en marche et arrêt trop fréquentes. En effet, la dynamique des chaudières n est pas suffisante en pratique pour répondre à des variations importantes de charge. De ce fait, la chaudière d appoint à énergie non renouvelable s enclenche, et le taux de couverture renouvelable se retrouve dégradé. Le stockage de la chaleur pendant les heures creuses et la réutilisation de cette chaleur sur d autres périodes permettrait d améliorer le fonctionnement des chaufferies biomasse, d augmenter le taux de couverture et par là d améliorer l économie de ce type de technologie. De ce fait, les principales motivations qui mènent au stockage de la chaleur sont : Utiliser de façon optimale les énergies renouvelables et intermittentes Récupérer la chaleur ou le froid Bénéficier d un tarif avantageux Ecrêter les pics de puissance Réduire le nombre d enclenchements/déclenchements En plus de la question d une meilleure utilisation des énergies renouvelables ainsi que la durée de stockage (utilisation journalière et/ou saisonnière), l accumulation de chaleur pose aussi la question du choix du type de stockage. En effet, d autres moyens existent que le traditionnel stockage dans une cuve à eau. Pour ce faire il faut distinguer : La chaleur sensible La chaleur latente de fusion La chaleur latente de vaporisation La chaleur de réaction chimique La première partie de mon PFE a donc consisté en une phase de recherches concernant ces différents moyens de stocker la chaleur. Le but est également de trouver des exemples d installations dans le monde et d obtenir des retours d expériences. Dans une seconde partie, j ai mis en pratique mes recherches pour des cas concrets notamment le parc de loisirs Center Parcs en Moselle. En effet, un agrandissement du parc est prévu ce qui engendrera des augmentations de consommations d environ 25%. L objectif est de parvenir à conserver les installations existantes à savoir une chaudière biomasse et deux chaudières gaz, tout en optimisant leur fonctionnement grâce au stockage de la chaleur. L enjeu est à la fois économique, ne pas construire de chaufferie supplémentaire, et écologique, optimiser la chaudière biomasse pour conserver un taux de couverture bois de 90% malgré l augmentation des consommations. Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 5

8 1. Les différents stockages : 1.1 Stockage de la chaleur sensible : Dans le cas du stockage sous chaleur sensible, l énergie thermique est récupérée par augmentation d enthalpie du matériau de stockage sans que celui-ci ne change d état. Cette énergie peut être stockée dans des matériaux liquides ou solides comme la terre, la roche ou le sable. La chaleur sensible peut être stockée en cuve extérieure ou enterrée, dans des sondes géothermiques ou encore dans des aquifères Stockage en cuve : Ce type de stockage est utilisé pour le stockage saisonnier ou journalier : Le stockage peut se faire dans de l eau, du gravier, du sable, de la roche. Dans les différentes réalisations deux principaux types sont relevés : Le stockage en cuve à eau enterré ou non Le stockage en fosse eau et gravier (fosse remplie de gravier, à chargement indirect le plus souvent : au fond et au dessus circule de l eau dans des tubes PVC qui transmet sa chaleur aux graviers). Exemple : Figure 1: Comparaison stockage enterré à eau et au gravier [1] [2] Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 6

9 Forme : La forme idéale d un point de vue thermique est la sphère mais ce n est pas réalisable en pratique. Les stockages enterrés peuvent être cubique, cylindrique, en pyramide ou cône inversé(e) ou encore une combinaison de ces différentes géométries. Cependant, pour éviter les effets de bords qui créent des zones froides, les angles droits sont à éviter. Les stockages extérieurs sont généralement cylindriques Enveloppe : L enveloppe peut être en béton (préfabriqué ou coulé sur place), en acier ou, pour le stockage du gravier, uniquement une membrane constituée d une étanchéité, d une isolation et d une protection. Pour le stockage en béton, le revêtement intérieur utilisé est l acier inoxydable, ou certains polymères comme les polyoléfines (PP, HDPE, LDPE) ou les élastomères (EPDM IIR). Le bitume, l argile, les résines, le béton haute étanchéité et l asphalte sont également testés dans des projets pilotes. Les fuites sont un réel problème pour le stockage en gravier, sable ou roche. En effet, elles ne peuvent pas être réparées contrairement à une cuve à eau qui peut facilement être vidée. Isolant : Les projets plus anciens sont isolés avec de la laine de roche, de la laine minérale, du polyuréthane expansé ou extrudé, ou encore du polystyrène. Néanmoins, les projets plus récents de cuves verticales utilisent des matériaux isolants en vrac comme le verre expansé ou «gravier de mousse de verre» (GLAPOR). Ce matériau est particulièrement adapté aux grands volumes (supérieurs à 2000 m 3 ) car le coût et le temps de montage est inférieur aux isolants à poser. De plus, il résiste bien à la pression et aux températures élevées. Il n y a pas de consensus quant aux zones de la cuve à isoler ou non. Certains isolent toute la cuve, d autres uniquement les parois latérales etc. Cf. Annexe 1 : Tableau des isolations utilisées dans les différents projets. Composition des cuves en béton : Figure 2: Exemple d une isolation intérieure [2] Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 7

10 Figure 3: Exemple d une isolation extérieure [2] Figure 4:Composition des fosses [4] Couverture des stockages enterrés: Le stockage à eau enterré présente un inconvénient de taille face au stockage au gravier : la construction de la couverture du stockage bien plus complexe et plus coûteuse (50% du coût total de la construction). Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 8

11 Tableau 1: Différents types de couverture Les systèmes autoportant et flottant se valent. En effet, bien que l économie d un système flottant par rapport à un système autoportant soit évidente, s il faut déplacer la couverture en cas de dommages, le système autoportant est plus avantageux. De plus, il est plus rigide grâce à sa forme incurvée. Les systèmes flottants ne sont pas recouverts de terre. Par conséquent, ils doivent être recouverts par une couverture anti UV et pluie. Un angle de 2 à 3 est préconisé pour permettre à l eau de pluie d être drainée. Comparatif [2]: En comparant les capacités thermiques de l eau et du gravier, il apparait clairement que l eau permet un volume de stockage nettement plus faible que le gravier. Malgré tout, la conductivité thermique du gravier est plus élevée que l eau, il permet donc une meilleure stratification. Chaleur massique en J.kg -1.K -1 Chaleur volumique en J.m -3.K -1 Conductivité thermique en W.m -1.K -1 Eau Gravier 2000 à à à 2.5 Tableau 2: Comparaison de l'eau et du gravier Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 9

12 De plus le stockage en eau chaude est plus dynamique et réactif et ne nécessite pas de cuve de stockage complémentaire. Le temps de charge et de décharge dans le sol ou dans le gravier est quant à lui très long. Les stockages enterrés doivent être équipés d une ou plusieurs cuves de stockage indirect. En effet, comme le temps de décharge est long, la cuve à eau extérieure permet de gagner en rapidité. Avantages Stockage eau chaude ++ Réparations et maintenance ++ Réactivité + Capacité thermique + Stratification thermique Stockage gravier, sol, sable et eau ++ Couverture simple + Faible exigence statique + Conductivité plus élevée que l eau Inconvénients cuves enterrés Inconvénients Cuves extérieures --Couverture sophistiquée et chère -Exigence statique élevée pour couvrir la charge -Coût de l enfouissement ou de l excavation du sol -Soudage et jointement complexe --Encombrement - Pertes -- Capacité thermique -- Nécessité d une cuve de stockage complémentaire -- Maintenance et réparations impossibles - Temps de charge - Coût du gravier Tableau 3: Comparaison stockage à eau, stockage au gravier Pour alléger le coût du gravier (dont la pureté et la qualité est contrôlée), certaines installations intercalent entre deux couches de graviers une couche de sable [1] : Figure 5: Composition du stockage gravier et sable Stockage en puits géothermiques : La chaleur est chargée et déchargée à travers des sondes verticales d une profondeur de 30 à 100 mètres. Les sondes peuvent être simples, en double U ou encore Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 10

13 concentriques. L espace entre les sondes varie de 1,5 à 3 m selon la taille et la profondeur du stockage [4] [5]. Tableau 4: Dimensions du forage géothermique Figure 6: Composition des sondes géothermiques Un certain nombre de sondes sont reliées en série puis elles sont reliées entre elles en parallèle. Ainsi, l avantage majeur de ce système est sa modularité. En effet, d autres sondes peuvent être ajoutées en cas d extension. Le stockage est alimenté en chaleur au centre puis le flux progresse vers la périphérie à travers les différents réseaux de sondes en séries. Pour la décharge du stockage, le flux suit le chemin inverse. Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 11

14 Figure 7: Exemple de positionnement des sondes au Canada (DLSC) A la surface, une isolation permet de réduire les pertes thermiques à l ambiance. Le reste du système n est pas isolé car il n est pas accessible. Pour le dimensionnement des sondes, la conductivité et la capacité thermique du sol sont des paramètres importants à considérer avec le rendement. La conductivité est relative à la composition minérale et à la porosité du sol. Normalement, cette conductivité est de l ordre de 2 à 5 W/ (m.k). La capacité thermique est relative à la teneur en eau de la strate qui dépend du niveau de la nappe phréatique et de la porosité du sol. Une porosité élevée au niveau de la nappe phréatique constitue une faible capacité thermique. Ainsi l efficacité de ce système de stockage est directement influencée par la nature du sol et la présence d une nappe phréatique. Plus d informations concernant le dimensionnement sont données en annexe 2. Différents projets ont vu le jour dans le but par exemple de dégivrer un pont avec l énergie solaire (projet Serso) ou encore des projets de réseaux de chaleur solaires. Différents exemples de ces réseaux solaires sont détaillés ci-dessous. Tableau 5: Exemples de projets avec forage géothermique Les stockages par forages géothermiques sont relativement lents donc l ajout de réservoir tampons est nécessaire pour fonctionner en réseau de chaleur solaire. Pour la Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 12

15 charge, l eau chaude y est d abord stockée avant d être transférée au stockage géothermique. Pour la décharge, le cheminement est inversé. Le schéma de principe est le suivant : Figure 8: Schéma de principe d'un réseau de chaleur solaire avec stockage Par ailleurs, un réseau de tubes parallèles en double U permet la recharge solaire dans un sens et la décharge vers les bâtiments. Figure 9: Système de charge et de décharge Différents choix sont possibles : avec d importantes surfaces de capteurs, le taux de couverture solaire peut atteindre 100%. Dans ce cas, les pertes thermiques représentent un tiers de l énergie collectée. Par contre en utilisant un cinquième de la surface de capteurs, il est possible de maintenir le stockage géothermique à une température suffisante pour obtenir un COP de 4 en utilisant une pompe à chaleur. La fraction solaire est alors de 75% [5]. Par exemple, au Canada, le réseau solaire DLSC a atteint pendant sa cinquième année de fonctionnement un taux de couverture solaire de 90% sans utiliser de pompe à chaleur. Cf. en annexe 3 : détails du réseau DLSC au Canada et source [10]. Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 13

16 Le forage géothermique est donc particulièrement adapté pour le stockage saisonnier en raison de sa capacité de stockage importante et de part sa forte inertie Stockage en aquifère: L aquifère utilise en effet une nappe phréatique pour stocker la chaleur. Le schéma cidessous décrit les flux au moment de la charge et de la décharge. Figure 10: Schéma d'une installation avec aquifère [2] Comme les aquifères ne peuvent être isolés, le stockage pour des températures élevées (supérieures à 50 C) n est efficace que pour des volumes supérieurs à m 3. Ce système nécessite un terrain favorable et des études préalables poussées avant d exploiter la nappe. Si tous les critères sont réunis, le temps de retour sur investissement sera relativement court par rapport au forage géothermique Coûts : Différents exemples permettent d approcher les coûts engendrés pour chaque type de construction: Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 14

17 Figure 11: Exemple des coûts totaux pour différents types de projets sans TVA et coût d étude [2] Au premier abord, les forages et les aquifères semblent être les solutions les plus économiques. Cependant, ce sont les deux technologies où l étude est la plus longue et la plus complexe. Le graphe suivant montre que le coût diminue avec l augmentation du volume de stockage : Figure 12: Variation du coût en fonction de la taille du stockage [2] Généralement, le stockage en cuve à eau chaude est le plus cher mais il concerne principalement des stockages journaliers de petites tailles. Or nous avons vu que le coût diminue avec l augmentation du volume. Malgré cela, la cuve à eau présente des avantages thermiques et thermodynamiques et peut être construite n importe où. Type de stockage Capacité de stockage Volume de stockage en eau équivalent Cuve à eau Cuve gravier/eau Sondes géothermiques Aquifère 60 à 80 kwh/m 3 35 à 50 kwh/m 3 15 à 30 kwh/m 3 30 à 40 kwh/m 3 1 m à 2 m 3 3 à 5m 3 2 à 3 m 3 Tableau 6: Comparaison des capacités de stockages En prenant en compte la capacité de stockage, l eau reste la meilleure solution mais présente d autres contraintes techniques pour des grandes installations. Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 15

18 Les systèmes les moins coûteux sont les aquifères et les forages géothermiques. Mais, ils sont adaptés au stockage saisonnier et nécessitent des équipements supplémentaires pour être utilisés en stockage journalier et saisonnier, comme une cuve extérieure ou un traitement de l eau. De plus, ils ont les exigences les plus élevées au niveau de la qualité du sol et une étude préalable du sol est nécessaire. La cuve à eau reste particulièrement bien adaptée au stockage journalier. Ainsi, il n y a pas que le coût du système de stockage à prendre en compte mais également la performance thermique, le système de connexion et la fréquence de stockage visée : journalier ou saisonnier. Pour chaque projet, tous les systèmes doivent être étudiés séparément. 1.2 Stockage de la chaleur latente de fusion: Fonctionnement : Dans le cas du stockage sous chaleur latente, l énergie thermique est récupérée par augmentation d enthalpie du matériau de stockage avec changement d état. Il existe différents types de matériaux à changement de phase [7]. Les solutions aqueuses de sels et d eau sont utilisées à basses températures et sont relativement bon marché. Cependant, les phénomènes de surfusion et de corrosion posent problèmes. Les matériaux issus du carbone (alcanes, paraffines, polyols, polymères). Ces matériaux sont les plus chers et les plus dangereux à cause de leur inflammabilité. Il y a également des problèmes de surfusion pour certains d entre eux. La température de fusion se situe entre 60 C et 80 C. Les matériaux inorganiques (sans carbone) tels que les sels (chlorures, sulfates, nitrates ) et les mélanges binaires ou ternaires. Ils ont de fortes capacités de stockages pour des prix peu élevés. Néanmoins, ils ont tendance à corroder leurs cuves de rétention ce qui peut être un problème lorsqu ils sont intégrés à des réseaux d ECS. La température de fusion se situe à environ 115 C. Les métaux. Ils peuvent être utilisés à hautes températures, ils sont lourds, chers et présentent une faible capacité thermique. Leurs fortes conductivités thermiques leur permettent de bonnes performances lorsque les puissances échangées sont importantes. Avantages Capacité de stockage importante donc réduction du volume des ballons de stockage Température «autorégulée» Température stabilisée à la température de fusion quand cohabitent phase liquide et phase solide Modulable : On peut facilement ajouter ou enlever des éléments Inconvénients Phénomène de surfusion et de corrosion Faible conductivité thermique Stabilité thermique et chimique Toxicité et inflammabilité Grande variété de MCP donc large choix de température de fusion Disponibilité Prix Tableau 7: Avantages et inconvénients du stockage par chaleur latente Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 16

19 La société Kaplan Energy [8] commercialise l E-Stocker. Cette société a effectué des recherches avec la collaboration de l INSA Lyon, du COSTIC, le Centre de Thermique de Lyon et le CNRS. Sa caractéristique technique principale est de pouvoir stocker treize fois plus d énergie que l eau. Figure 13: Capsule E-stocker L accumulateur E-Stocker est composé de nombreux matériaux à changement de phase qui emmagasinent la chaleur et la restituent quand les systèmes de chauffage ne produisent pas d énergie. L avantage de combiner différents matériaux est de palier à leurs inconvénients individuels. Ces capsules présentent une phase liquide et une phase solide qui cohabitent. Or, leurs résistances thermiques sont différentes ainsi la variation du rapport volumique entre ces deux phases modifie la conductivité thermique de l ensemble de la capsule et donc la puissance potentiellement absorbée. Ce système est adapté aux installations solaires, aux chaudières biomasse, aux PAC et aux installations fonctionnant à haute température. Au-delà de 200 C, l E-Stocker n est pas conseillé car les nodules utilisés ne supportent pas une telle température. Les nodules sont 100% biodégradables Etat de la recherche : La société Kaplan réalise actuellement des tests concernant différentes solutions de stockage d'énergie thermique E-Stocker pour différentes températures et différents marchés et applications : Solaire thermique, Pompe à Chaleur, Pile à combustible,... Recherche IEA, tâche 32 [7] : L IEA (International Energy Agency) propose un programme de recherche SHC (Solar Heating and Cooling) regroupant 18 pays. Le but de la tâche 32 est de rechercher des solutions nouvelles pour le stockage de l énergie thermique dans les systèmes de chauffage ou de refroidissement des bâtiments. Six projets sont en cours d'élaboration dans la sous-tâche C. La plupart d'entre eux utilisent l'acétate de sodium en tant que matériau à changement de phase. Le principal travail de l'année 2005 a été la caractérisation de la matière dans différentes combinaisons d exhausteurs de transfert de chaleur. Le coefficient de transfert de chaleur est en effet le facteur limitant pour un stockage utile des matériaux à changement de phase, et il a été Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 17

20 montré que la préparation des échantillons peut induire des résultats très différents pour les propriétés du matériau. Il est prévu que cette recherche soit aussi un travail préliminaire pour une norme internationale sur ces matériaux pour le stockage de la chaleur. La conclusion est la suivante : L introduction de tels matériaux ne permet pas un gain significatif sur la fraction annuelle solaire dans la configuration étudiée. Une des raisons est la lenteur de la diffusion dans le matériau qui limite les puissances absorbées et soutirables. Une puissance trop grande ne permet pas aux matériaux à changement de phase d emmagasiner/restituer la chaleur étant donné le mauvais transfert de chaleur dans ce type de matériau, même dans le cas d un mélange de sodium acétate avec du graphite. 1.3 Stockage de la chaleur latente de vaporisation: Quand un liquide passe à l état vapeur, il absorbe une grande quantité d énergie correspondant à sa chaleur latente de vaporisation. Certains composés permettent d absorber une grande quantité de vapeur à température ambiante et de la restituer à une température plus élevée. Ce phénomène qualifié de sorption se traduit par l absorption et l adsorption. On parle d absorbant pour un sorbant liquide et d adsorbant pour un sorbant solide poreux. Il "boit" la vapeur d'eau contenue dans l'ambiance, et la retient. Au fur et à mesure qu'il ab/adsorbe de la vapeur, sa capacité d'ab/adsorption diminue jusqu'à être nulle, à saturation. Le sorbant est alors chauffé à une certaine température et "rend" la vapeur d'eau. Il récupère alors toutes ses propriétés d'ab/adsorption. La machine frigorifique à absorption se divise en quatre composants principaux : l'évaporateur, l'absorbeur, le concentrateur, le condenseur Avantages : Un premier avantage réside dans l'absence de compresseur mécanique, donc de vibrations et de bruits. D'où le fait que ces machines demandent un entretien limité et présentent une grande longévité. Le second avantage vient de la possibilité de valoriser une énergie calorifique disponible et d'éviter ainsi la consommation électrique d'un compresseur Pour l adsorption, les matériaux privilégiés sont la zéolithe et le silicagel. Les niveaux de températures sont de 30 à 60 C en système fermé et de 20 à 60 C en système ouvert. Pour l absorption, les matériaux privilégiés sont LiCl et LiBr. Les niveaux de températures sont de 40 à 120 C en système fermé et de 20 à 40 C en système ouvert Inconvénients : L inconvénient majeur de cette technologie est qu elle est toujours à l état de recherche fondamentale. La sorption des solutions de stockage semble être complexe et plus adaptée à des systèmes de pompes à chaleur, où le chauffage et le refroidissement peuvent être atteints, que de purs systèmes solaires Etat de la recherche IEA: Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 18

21 En Suède, l accumulateur Thermochimique (ATC) [7] repose sur un principe de sorption avec une solution concentrée. L'appareil peut produire de la chaleur et du froid et est mieux adapté pour le climat du sud de l Europe. Plusieurs prototypes ont été testés par différents centres de recherche pour atteindre une fiabilité du produit. La zéolite est toujours une option, mais la force motrice nécessaire pour la décharge est toujours un facteur limitant. Une idée née en Allemagne pour un stockage saisonnier à base de zéolithe (8m 3 pour une maison unifamiliale) a été proposée mais cette recherche fondamentale ne débouchera pas sur des applications industrielles avant plusieurs années En Autriche, un réservoir de stockage rempli de 1000 kg de gel de silice a été installé en 2005 dans un système combiné d'une maison solaire. L équipe autrichienne a montré que le silicagel ne permet pas de réaliser un stockage efficace, la charge s effecte correctement en été mais la décharge ne procure pas des augmentations de température suffisantes pour être utilisable. Le matériau ne convient pas. 1.4 Stockage de la chaleur thermochimique En été, deux composés chimiques sont séparés grâce à un apport de chaleur : c est le phénomène de désorption. Un des composés est transformé en vapeur, il est condensé par un échangeur puis stocké, l autre est transformé en liquide, il est stocké séparément du premier. En hiver, l évaporation est réalisée à faible température le liquide stocké. Le mélange des deux produits provoque une réaction exothermique dont on utilise la chaleur créée. Puis le mélange est réintroduit dans le désorbeur pour une prochaine réutilisation Avantages : Le volume de stockage est 30% inférieur à celui de l eau [9]. L énergie stockée n est pas influencée par le changement de température donc il n y a pas besoin d isolation thermique sans pour autant avoir de pertes durant le changement de saison Inconvénients : Les produits utilisés sont toxiques et la réversibilité de la réaction pose toujours problème. Ce procédé est toujours au stade de recherche Etat de la recherche IEA : Un projet de recherche en laboratoire en Suisse a débuté en 2005 [7]: utilisation de NaOH pour la gamme C. Le matériau possède les caractéristiques essentielles d un stock chimique pour l habitat. Pour un usage de 70 C à 20 C la densité de stockage est le triple de celle de l eau, ce qui permet un espoir de stock saisonnier de taille raisonnable (8 à 10 m 3 ) pour une villa à basse consommation pour autant qu une source de chaleur à basse température telle des sondes puisse être disponible en hiver. Les premières performances thermiques sur le prototype de 200 litres et 1 kw d échangeur réalisé en laboratoire sont meilleures qu attendues, avec une température de charge de 120 C au lieu de 150 C! Par contre, les effets corrosifs du produit sur l élastomère de tuyaux immergés se montrent plus rapides que prévus. Un démontage pour une reconstruction avec une isolation encore plus importante est prévu. Les objectifs du premier prototype ont été atteints. Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 19

22 1.5 Conclusions : Chaleur sensible Chaleur latente de fusion Chaleur latente de vaporisation Chaleur de réaction chimique Technique maîtrisée Coût Construction+étude Facilité de mise en œuvre Type de stockage Cuve ou Journalier fosse Géothermie Saisonnier Aquifère Saisonnier Matériaux à Journalier changement de phase Ab ou Adsorption Etat de recherche Désorption Etat de recherche Saisonnier Saisonnier Tableau 8: Comparaison des différentes technologies de stockage Le tableau ci-dessus présente un comparatif des différentes technologies de stockage. La graduation «++/ +/ - /--» est basée sur le taux de réalisation des projets pour la maîtrise de la technique, des coûts de ces projets, et des matériaux utilisés pour la facilité de mise en œuvre. Le stockage par chaleur sensible est le type de stockage le plus aboutit à l heure actuelle. Pour des stockages de type saisonnier, la géothermie et l aquifère sont à privilégier en fonction du terrain. Pour des stockages de type journalier, la cuve à eau reste la meilleure solution. On parle alors d hydro-accumulation ou d hydro-stockage. Néanmoins, les stockages sous forme de chaleur sensible sont encombrants d où le développement d autres types de stockages accès sur la réduction du volume de stockage. Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 20

23 2. La stratification La stratification est un enjeu majeur du stockage de la chaleur. En effet, un ballon non stratifié signifie un mélange et donc un temps beaucoup plus important pour atteindre la température voulue. La stratification permet d obtenir rapidement une couche du ballon à la température maximale puis, peu à peu, la couche s étend et finit par atteindre toute la hauteur du ballon. 2.1 Stockage en cuve : Différents paramètres améliorent la stratification: Le ratio hauteur/diamètre D un point de vue thermique, le ballon doit se rapprocher de la forme d une sphère donc un rapport H/D égal à 1. Mais pour une bonne stratification le rapport H/D doit être beaucoup plus élevé. Les différentes études menées concluent qu un haut degré de stratification sans pertes thermiques excessives est atteint pour un rapport H/D de 3 à 4 [3]. Pour un stockage saisonnier le nombre de charge est moins fréquent que pour un stockage journalier. Ainsi, différentes expérimentations sur TRNSYS menées par Highcombi [2] ont conclues que pour un stockage saisonnier un rapport h/d de 1 est conseillé. Le graphe ci-dessous montre l augmentation du rendement de charge/décharge avec l augmentation du rapport H/D [4]. Ce résultat est basé sur une étude de l université de Stuttgart basée sur la méthode CFD. Figure 14: Evolution du rendement de charge/décharge avec le rapport H/D La vitesse du jet Ballon vertical : Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 21

24 La vitesse du jet peut également être réduite de façon significative en cassant son énergie cinétique. Pour cela, le fluide passe par des chicanes avant d atteindre réellement le ballon, la vitesse est ainsi très fortement réduite et le chaud montera naturellement dans le ballon grâce à la différence de densité. L écoulement passe de turbulent à laminaire. Ce principe de «casser» l énergie cinétique a fait l objet d un brevet par l entreprise allemande Ratiotherm [12] dont voici son principe : Figure 15: Vue en coupe de la charge et décharge dans la canne de stratification Pour la charge du ballon, l eau est amenée dans la canne de stratification à la hauteur du ballon correspondant à la température fournie. Par exemple, une chaudière gaz fournira de l eau à 90 C et sera donc amenée directement en haut du ballon, tandis qu une pompe à chaleur fournira une température inférieure et sera reliée plutôt au milieu du ballon. En même temps que l eau chaude est injectée, l eau froide est évacuée en bas du ballon. Pour la décharge, l eau chaude est puisée au point le plus haut du ballon. Dans un même temps l eau froide est injectée dans le bas du ballon. Sondes de température placées à différentes hauteurs dans le ballon et centralisées dans une canne non solidaire pour une mesure exacte Canne de stratification avec chicanes pour casser l énergie cinétique Figure 16: Charge et décharge du ballon avec canne de stratification Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 22

25 Avec cette méthode, un ratio h/d de 1 peut être conservé tout en ayant une stratification parfaitement contrôlée. Ce système s adapte bien aux contraintes de dimensions qui peuvent être liées au site. La société Solarbayer propose également un système de stratification qui casse l énergie cinétique à l aide du «Schichtleitsystem» : système de contrôle de la stratification [13]. Le flux est freiné dans le cylindre en acier et le fluide est ensuite envoyé vers le réseau ou stocké dans le ballon via les petits orifices. Figure 17: Système de stratification Solarbayer M. Triboix, professeur à l INSA, a également déposé un brevet qui consiste à faire passer le fluide dans un enroulement créant ainsi un vortex. La sortie de l eau se fait au centre de ce tourbillon qui est une zone calme. L écoulement reste turbulent mais a beaucoup perdu en intensité. Le but de ce système est de réduire à la fois la vitesse, la pression et l intensité de la turbulence. Ce dispositif peut être intégré au ballon de la façon suivante. Départ chaudière Départ réseau Le fluide passe dans le vortex Retour chaudière Retour réseau Figure 18: Brise-jet développé par M. Triboix Ce système doit maintenant être réalisé et testé en laboratoire avant d être installé sur un site pour pouvoir évaluer ses performances. Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 23

26 Voici une expérience réalisée par Ratiotherm qui présente un ballon classique et un ballon utilisant leur système de stratification. L animation montre clairement le mélange dans le ballon quand celui-ci n est pas stratifié. Au bout de deux heures il n a toujours pas atteint la température voulue. Le ballon stratifié permet au bout de 23 minutes seulement d obtenir une couche du ballon à la température voulue. Ballon classique Ballon stratifié Figure 19: Expérience réalisée par Ratiotherm sur la stratification Simulation : A l aide d Excel, j ai voulu modéliser la répartition des températures dans le ballon. Je divise un ballon cylindrique en couches de températures uniformes avec un pas p uniforme. L eau chaude est injectée par le haut du ballon avec une vitesse v. Accumulation Transport Pertes Diffusion T ρ C A t T = ρ C A V z dz + US lat ( T amb 2 T T ) dz + λ A dz 2 z ρ : masse volumique de l eau C : Capacité thermique de l eau V : Volume d une couche v : vitesse du fluide en entrée A : Surface horizontale de la couche Slat : Surface latérale de la couche λ= conductivité thermique On pose a λ = = a la aire aturbulent c + min ρ On obtient ainsi la température de chaque couche à chaque pas de temps au fur et à mesure que la chaleur est injectée par le haut du ballon. La résolution de cette équation est détaillée en annexe 4. La valeur du coefficient de diffusion «a» permet de mettre en avant l importance de la turbulence dans le stockage, pour cela un cas idéal avec un écoulement purement laminaire a été comparé à un Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 24

27 Temps écoulement turbulent. Puis, l impact du brise jet a été étudié. Les résultats sont les suivants : Profondeur dans le ballon Figure 20: Cas idéal sans turbulence Figure 21: Cas réel avec brise jet Figure 22: Cas réel sans brise jet Etudiant : Monchaux Juliette Tuteur : Grosshaeny Marc Le stockage de la chaleur Juin

28 La couche séparant le fluide chaud injecté et le fluide froid est plus faible grâce au brise jet. Cette simulation montre l impact de la turbulence dans le stockage de la chaleur en cuve. Il est donc important d obtenir un ballon bien stratifié pour éviter les phénomènes de mélanges. Ballon horizontal : Au Canada, le DLSC est composé d un stockage géothermique et de deux cuves horizontales. Chaque cuve est composée d un déflecteur horizontal qui permet d empêcher le mélange entre le haut et le bas du ballon. Comme le bas de la première cuve est relié au haut du ballon suivant, ce qui permet d obtenir 4 niveaux de températures avec un encombrement restreint. Chaque cuve mesure 3.7 mètres de diamètre et 11 mètres de long soit un volume de 120 m 3. Figure 23: Déflecteur horizontal utilisé au Canada [10] Les ballons horizontaux présentent des inconvénients. Par exemple, la strate d échange entre les niveaux de températures, la thermocline, comprendra plus de fluide et une surface d échange plus importante que pour un ballon vertical. Cependant, ce type de ballon permet de faciliter l intégration architecturale d un ballon de plusieurs mètres de haut. Ci-dessous un autre exemple de ballon horizontal proposé par l entreprise néerlandaise HORCONEX [14]. Des tubes perforés sont utilisés sur toute la longueur du ballon pour tendre vers un flux laminaire. Figure 24: Ballons horizontaux HORCONEX Etudiant : Monchaux Juliette Le stockage de la chaleur 26

Système d énergie solaire et de gain énergétique

Système d énergie solaire et de gain énergétique Système d énergie solaire et de gain énergétique Pour satisfaire vos besoins en eau chaude sanitaire, chauffage et chauffage de piscine, Enerfrance vous présente Néo[E]nergy : un système utilisant une

Plus en détail

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Kokouvi Edem N TSOUKPOE 1, Nolwenn LE PIERRÈS 1*, Lingai LUO 1 1 LOCIE, CNRS FRE3220-Université

Plus en détail

Les rencontres du PREBAT 20-22 mars 2007, Aix-les-Bains. Valentin TRILLAT-BERDAL, Bernard SOUYRI, Gilbert ACHARD

Les rencontres du PREBAT 20-22 mars 2007, Aix-les-Bains. Valentin TRILLAT-BERDAL, Bernard SOUYRI, Gilbert ACHARD Les rencontres du PREBAT 20-22 mars 2007, Aix-les-Bains Synthèse du projet GEOSOL: Intégration énergétique dans les bâtiments par l utilisation combinée de l énergie solaire et de la géothermie basse température

Plus en détail

Les différents éléments d un CESI

Les différents éléments d un CESI Les différents éléments d un CESI 1. Capteur Solaires 1.1. Introduction Un capteur solaire thermique est un dispositif qui transforme le rayonnement solaire en énergie thermique. Les caractéristiques générales

Plus en détail

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant.

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant. PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Les panneaux photovoltaïques. Plancher, plafond, et mur chauffant. Les puits canadiens: sert à la fois de chauffage

Plus en détail

Pré-dimensionnement par simulations dynamiques d un réacteur de stockage thermochimique assurant l autonomie d un système solaire combiné.

Pré-dimensionnement par simulations dynamiques d un réacteur de stockage thermochimique assurant l autonomie d un système solaire combiné. Pré-dimensionnement par simulations dynamiques d un réacteur de stockage thermochimique assurant l autonomie d un système solaire combiné. Samuel HENNAUT 1*, Sébastien THOMAS 1, Philippe ANDRE 1, Emilie

Plus en détail

Energie solaire www.euroclima.fr

Energie solaire www.euroclima.fr Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973 Energie solaire www.euroclima.fr E U R O C L i M A Un système complet La clé de l efficience solaire réside dans l association et l optimisation des

Plus en détail

2195257 ballons ECS vendus en France, en 2010

2195257 ballons ECS vendus en France, en 2010 SOLUTIONS D EAU CHAUDE SANITAIRE En 2010, le marché de l ECS en France représente 2 195 257 ballons ECS de différentes technologies. Dans ce marché global qui était en baisse de 1,8 %, les solutions ENR

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http://

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http:// 2.0. Ballon de stockage : Capacité : L Lien vers la documentation technique : http:// Retrouver les caractéristiques techniques complètes (performances énergétiques et niveau d isolation, recommandation

Plus en détail

Géothermie assistée à l énergie solaire : Principe de base et applications. par. Professeur École Polytechnique de Montréal PLAN

Géothermie assistée à l énergie solaire : Principe de base et applications. par. Professeur École Polytechnique de Montréal PLAN Géothermie assistée à l énergie solaire : Principe de base et applications par Michel Bernier, ing., Ph.D. Professeur École Polytechnique de Montréal 1 Solaire Rayonnement Capteursp Géothermie Puits/champs

Plus en détail

Géothermie. 1. La ressource

Géothermie. 1. La ressource Géothermie Le but est de prélever ou d extraire l énergie accumulée dans la terre, qu elle soit stockée dans l eau des aquifères ou directement dans les terrains pour l amener à la surface pour l'utiliser

Plus en détail

Annexe 3 Captation d énergie

Annexe 3 Captation d énergie 1. DISPOSITIONS GENERALES 1.a. Captation d'énergie. Annexe 3 Captation Dans tous les cas, si l exploitation de la ressource naturelle est soumise à l octroi d un permis d urbanisme et/ou d environnement,

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique: détails techniques Bruxelles Environnement LE SYSTÈME DE CHAUFFAGE ET LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE François LECLERCQ et

Plus en détail

ROTEX E-SolarUnit - Chaleur du soleil et courant électrique.

ROTEX E-SolarUnit - Chaleur du soleil et courant électrique. ROTEX E-SolarUnit : Accumulateur d eau chaude sanitaire avec option solaire et générateur de chaleur électrique. ROTEX E-SolarUnit - Chaleur du soleil et courant électrique. E-SolarUnit - Chaleur du soleil

Plus en détail

UTILISATION DES RÉSERVOIRS D'HYDRO-ACCUMULATION POUR LE CHAUFFAGE DE SERRE RÈGLES ET FONCTIONNEMENT DE BASE

UTILISATION DES RÉSERVOIRS D'HYDRO-ACCUMULATION POUR LE CHAUFFAGE DE SERRE RÈGLES ET FONCTIONNEMENT DE BASE UTILISATION DES RÉSERVOIRS D'HYDRO-ACCUMULATION POUR LE CHAUFFAGE DE SERRE RÈGLES ET FONCTIONNEMENT DE BASE Présenté par: Marco Girouard, ing. CIDES 1 AVIS Les informations contenues dans ce document Les

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

LA GEOTHERMIE. Eric SCHANG David LEWANDOWSKI

LA GEOTHERMIE. Eric SCHANG David LEWANDOWSKI LA GEOTHERMIE Eric SCHANG David LEWANDOWSKI LA GEOTHERMIE Introduction Introduction Sources d EnR Issues du soleil : biomasse solaire thermique et photovoltaïque éolien hydraulique Issues de la chaleur

Plus en détail

ICESOL: CONCEPT POUR UN CHAUFFAGE SOLAIRE INNOVANT. Orateurs : Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA

ICESOL: CONCEPT POUR UN CHAUFFAGE SOLAIRE INNOVANT. Orateurs : Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA Orateurs : ICESOL: CONCEPT 1. POUR UN INNOVANT Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA Le projet «La Cigale», terminé en mars 2014 est la rénovation Minergie la plus

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Bruxelles Environnement Fabrice DERNY La géothermie MATRIciel SA Objectif(s) de la présentation Cerner les objectifs et les domaines d application de la géothermie

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE DÉCO Ambiance automnale pour décor original Rangements, mobilier, cloisons, peinture AMÉNAGER LES PETITS ESPACES Incendie, cambriolage ON S'ALARME! BÉTON, CUIVRE, ZINC, ALU, BOIS Rénovation durable du

Plus en détail

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé Manuel d installation et d utilisation Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé 600/150-750/200-1000/220-1500/300 V 1.3 SOMMAIRE 1 Description du dispositif... 3 1.1 Série type... 3 1.2 Protection du

Plus en détail

Besoin en puissance d une chaufferie

Besoin en puissance d une chaufferie Besoin en puissance d une chaufferie Le surdimensionnement fréquent des anciennes chaufferies trouve son origine dans le fait que les chauffagistes ou les bureaux d'étude avaient pour habitude de prendre

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE?

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une pompe à chaleur et d une cuve disposant d une isolation

Plus en détail

La chaleur qui vient du froid LE SYSTEME INTEGRAL DE CHAUFFAGE

La chaleur qui vient du froid LE SYSTEME INTEGRAL DE CHAUFFAGE La chaleur qui vient du froid LE SYSTEME INTEGRAL DE CHAUFFAGE L ORIGINE C est dans les pays où il fait froid que l on sait mieux qu ailleurs produire et conserver la chaleur. Depuis plus de vingt ans

Plus en détail

Chaudières et chaufferies fioul basse température. Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000

Chaudières et chaufferies fioul basse température. Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000 Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000 Chaudières et chaufferies fioul basse température 2 Chaudières et chaufferies fioul basse température Olio 1500 F. La qualité et la robustesse au meilleur prix. Les chaudières

Plus en détail

Couplage de pompes à chaleur géothermales avec des capteurs solaires thermiques

Couplage de pompes à chaleur géothermales avec des capteurs solaires thermiques Projet GEOSOL Couplage de pompes à chaleur géothermales avec des capteurs solaires thermiques date de notification : juin 2003 Qualité énergétique, environnementale et sanitaire Préparer le bâtiment à

Plus en détail

Infos pratiques. Choisir sa solution de production d eau chaude sanitaire (ECS) Solution économique. Solution confort. Les chauffe-eau solaires

Infos pratiques. Choisir sa solution de production d eau chaude sanitaire (ECS) Solution économique. Solution confort. Les chauffe-eau solaires Infos pratiques Choisir sa solution de production d eau chaude sanitaire (ECS) Solution économique La production d eau chaude instantanée concerne principalement les chaudières murales à gaz. Lors d un

Plus en détail

ALFÉA HYBRID DUO FIOUL BAS NOX

ALFÉA HYBRID DUO FIOUL BAS NOX ALFÉA HYBRID BAS NOX POMPE À CHALEUR HYBRIDE AVEC APPOINT FIOUL INTÉGRÉ HAUTE TEMPÉRATURE 80 C DÉPART D EAU JUSQU À 60 C EN THERMODYNAMIQUE SOLUTION RÉNOVATION EN REMPLACEMENT DE CHAUDIÈRE FAITES CONNAISSANCE

Plus en détail

Pompe à chaleur Air-Eau. Confort et économies

Pompe à chaleur Air-Eau. Confort et économies Pompe à chaleur Air-Eau Confort et économies Le système de chauffage réversible de l avenir! Un pas en avant pour réduire les émissions de CO₂. L augmentation des émissions de CO₂ et autres gaz à effet

Plus en détail

ROTEX Sanicube - L accumulateur d eau chaude sanitaire hygiénique.

ROTEX Sanicube - L accumulateur d eau chaude sanitaire hygiénique. ROTEX Sanicube : combinaison de l accumulateur et du chauffe-eau instantané. ROTEX Sanicube - L accumulateur d eau chaude sanitaire hygiénique. Le Chauffage! Autant d eau chaude sanitaire que vous voulez.

Plus en détail

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009 Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Contenu et but Cette aide à l application traite des exigences à respecter concernant la part maximale

Plus en détail

Chaudière à gaz à condensation UltraGas

Chaudière à gaz à condensation UltraGas Chaudière à gaz à condensation UltraGas Une technique de condensation au gaz avec l alufer breveté D une grande efficacité, combustion propre et facile à entretenir. 1 UltraGas (15-2000D) Vos avantages

Plus en détail

LE CHAUFFAGE CENTRAL AU BOIS AVEC HYDROACCUMULATION

LE CHAUFFAGE CENTRAL AU BOIS AVEC HYDROACCUMULATION LE CHAUFFAGE CENRAL AU BOIS AVEC HYDROACCUMULAION Descriptif de la technologie L association d une chaudière turbo bois et d un ballon d hydroaccumulation est aujourd hui le meilleur système de chauffage

Plus en détail

Les pompes à chaleur

Les pompes à chaleur Les pompes à chaleur 1 Qu est-ce qu une pompe à chaleur? Æ Une pompe à chaleur (PAC) est une machine destinée à assurer le chauffage d un espace ou d eau chaude sanitaire à partir d une source de chaleur

Plus en détail

La terre comme source de chaleur: des solutions fiables.

La terre comme source de chaleur: des solutions fiables. ÉNERGIES RENOUVELABLES La terre comme source de chaleur: des solutions fiables. Pompes À chaleur SAUMURE eau pompes à chaleur eau eau Source d énergie inépuisable et efficace Rendement élevé et constant

Plus en détail

VOTRE PARTENAIRE POUR L EQUIPEMENT DES CHAUFFERIES ET DES SOUS STATIONS

VOTRE PARTENAIRE POUR L EQUIPEMENT DES CHAUFFERIES ET DES SOUS STATIONS VOTRE PARTENAIRE POUR L EQUIPEMENT DES CHAUFFERIES ET DES SOUS STATIONS Réchauffage de l eau d un circuit de chauffage Chaudières gaz à condensation PRESTIGAZ Chaudières gaz basse température EFFIGAZ Echangeurs

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine «Capteur autonome eau chaude» Choix de la gamme ECOAUTONOME a retenu un capteur solaire

Plus en détail

CHAUFFERIE COMPACTE RÉGULÉE

CHAUFFERIE COMPACTE RÉGULÉE Condensol Chaudière sol gaz à condensation CHAUFFERIE COMPACTE RÉGULÉE 3 MODÈLES DE 24, 28 ET 34 KW CHAUFFAGE AVEC EAU CHAUDE SANITAIRE INTÉGRÉE VERSION VENTOUSE/CHEMINÉE* CONDENSATION GARANTIE 3 ANS *

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs 1. Bases 1.1. Fonctionnement du chauffe-eau à pompe à chaleur (CEPAC) Comme son nom l indique, un chauffe-eau pompe à chaleur

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

Dimensionnement de champs de sondes géothermiques

Dimensionnement de champs de sondes géothermiques Dimensionnement de champs de sondes géothermiques Sommaire 1: géothermie et ENR 2: la sonde géothermique 3: dimensionnement d une sonde simple 4: dimensionnement d un champ de sondes 5: TRT Source: EED

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

MUNICIPALITE DE GLAND

MUNICIPALITE DE GLAND MUNICIPALITE DE GLAND Préavis municipal n 56 relatif à l octroi d un crédit pour financer la rénovation des installations de chauffage des vestiaires sis au centre sportif "En Bord". Madame la présidente,

Plus en détail

Enveloppe performante

Enveloppe performante Enveloppe performante Quelle approche pour le chauffagiste? Quel type de producteur de chaleur choisir? SANYDRO MAINTENANCE Enveloppe performante - quelle attitude 1 Structure exposé : 1/ Rappel : le surdimensionnement

Plus en détail

Une efficacité garantie grâce aux combustibles solides.

Une efficacité garantie grâce aux combustibles solides. Une efficacité garantie grâce aux combustibles solides. HMX la reine du chauffage au bois. HMX la technique de chauffage optimale pour un chauffage écologique. Chaudière modulante à bûches de bois. Puissance

Plus en détail

Projet SETHER Appel à projets 2008. Adrien Patenôtre, POWEO Adrien.patenotre@poweo.com

Projet SETHER Appel à projets 2008. Adrien Patenôtre, POWEO Adrien.patenotre@poweo.com Projet SETHER Appel à projets 2008 Adrien Patenôtre, POWEO Adrien.patenotre@poweo.com SETHER STOCKAGE D ELECTRICITÉ SOUS FORME THERMIQUE À HAUTE TEMPÉRATURE Partenaires : POWEO, SAIPEM, CEA, CNAM, GEMH,

Plus en détail

VOTRE EAU CHAUDE ELECTRIQUE

VOTRE EAU CHAUDE ELECTRIQUE G U I D E VOTRE EAU CHAUDE ELECTRIQUE SICAE Une réduction d'impôts peut être obtenue (sous certaines conditions) lors du remplacement de votre chauffe-eau électrique. Renseignez-vous auprès du Centre des

Plus en détail

La relève de chaudière, une solution intermédiaire économique et fiable.

La relève de chaudière, une solution intermédiaire économique et fiable. 111 39 240 1812 906 La relève de chaudière, une solution intermédiaire économique et fiable. La relève de chaudière, qu est ce que c est? On parle de relève de chaudière lorsqu on installe une pompe à

Plus en détail

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien.

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. LE CHAUFFAGE 1. LE CHAUFFAGE ELECTRIQUE Le chauffage électrique direct ne devrait être utilisé que dans les locaux dont l isolation thermique est particulièrement efficace. En effet il faut savoir que

Plus en détail

Installation solaire

Installation solaire Installation solaire Dossier technique de présentation Steve Tanner Rue du Village 6 1435 Essert-Pittet steve.tanner@bluewin.ch Contenu 1 Description générale... 2 2 Partie solaire... 3 3 Partie accumulation...

Plus en détail

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube Pré-étude d un Réseau de Chaleur bois sur la commune de Luc-la-Primaube Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6 avenue de l Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 Page 1 sur 12 Table

Plus en détail

ROTEX Solaris - Utiliser l énergie solaire gratuite. Nouveau : Chauffe-eau électro-solaire ROTEX HybridCube 343/0/0

ROTEX Solaris - Utiliser l énergie solaire gratuite. Nouveau : Chauffe-eau électro-solaire ROTEX HybridCube 343/0/0 ROTEX Solaris - Utiliser l énergie solaire gratuite Nouveau : Chauffe-eau électro-solaire ROTEX HybridCube 343/0/0 Nouvelle solution eau chaude solaire auto-vidangeable estampillée NF CESI et Bleu Ciel

Plus en détail

GEOTHERMIE - SYSTEMES RAUGEO LA TERRE, SOURCE ÉCOLOGIQUE D ÉNERGIE. * Des solutions polymères à l infini www.rehau.fr. Bâtiment Automobile Industrie

GEOTHERMIE - SYSTEMES RAUGEO LA TERRE, SOURCE ÉCOLOGIQUE D ÉNERGIE. * Des solutions polymères à l infini www.rehau.fr. Bâtiment Automobile Industrie GEOTHERMIE - SYSTEMES RAUGEO LA TERRE, SOURCE ÉCOLOGIQUE D ÉNERGIE LE CHOIX DU BON SYSTÈME LA GEOTHERMIE SUR BOUCLE FERMEE est à ce jour le système utilisant les Énergies renouvelables pour le chauffage

Plus en détail

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 10 mars 2008 1 Préambule : Cette fiche d application présente les différents

Plus en détail

2.1 Détermination de la puissance du générateur de chaleur

2.1 Détermination de la puissance du générateur de chaleur Détermination de la puissance du générateur de chaleur 1 Marche à suivre Un dimensionnement correct des installations de chauffage est essentiel pour l utilisation rationnelle de l énergie dans les bâtiments.

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz Office fédéral de l énergie Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz 1 1 Introduction Correctement dimensionnée et dotée d une puissan-ce calorifique adaptée, l installation de chauffage fonctionne

Plus en détail

Soltherm 2014. Valable pour les travaux faisant l objet d une facture finale datée au plus tôt le 1 er juin 2014.

Soltherm 2014. Valable pour les travaux faisant l objet d une facture finale datée au plus tôt le 1 er juin 2014. Soltherm 2014 Annexe technique à partir du 1 er juin 2014 Valable pour les travaux faisant l objet d une facture finale datée au plus tôt le 1 er juin 2014. Ce document doit être complété et signé par

Plus en détail

Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud

Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud SOMMAIRE I. GENERALITES... 2 1. Le système Héliopac... 2 2. Définition... 2 3. Méthodologie... 3 II. SAISIE DANS U22WIN D UN

Plus en détail

HRC 15% 23% haute température 70 C AUER 1892-2012. - 120 ans d innovations. Le chauffage garanti même par grands froids! www.auer.fr.

HRC 15% 23% haute température 70 C AUER 1892-2012. - 120 ans d innovations. Le chauffage garanti même par grands froids! www.auer.fr. AUER 1892-2012 1892-2012 - 120 ans d innovations www.auer.fr 70 HRC modulante haute température 70 C é néficiez 15% de Le chauffage garanti même par grands froids! ou que t d e tr a énéficiez va u x 23%

Plus en détail

Le confort de l eau chaude sanitaire. Gamme complète certifiée ACS pour le traitement de l eau chaude sanitaire

Le confort de l eau chaude sanitaire. Gamme complète certifiée ACS pour le traitement de l eau chaude sanitaire Le confort de l eau chaude sanitaire Gamme complète certifiée ACS pour le traitement de l eau chaude sanitaire Attestation de Conformité Sanitaire Afi n de réduire les quantités de matières toxiques pouvant

Plus en détail

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles Fiche conseil Édition février 2012 Source Weishaupt SOMMAIRE P 2 : Contexte, enjeux et objectifs P 3 : Le parc des maisons chauffées au

Plus en détail

Comment optimiser la performance énergétique de son logement?

Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Janvier 2014 AHF / J.M. VOGEL Plan de la présentation Contexte Objectifs Faire un premier bilan énergétique Les différents travaux d économies

Plus en détail

Pompes à chaleur pour la préparation d eau chaude sanitaire EUROPA

Pompes à chaleur pour la préparation d eau chaude sanitaire EUROPA HEAT PUMP Systems Pompes à chaleur pour la préparation d eau chaude sanitaire EUROPA Le champion du monde De l eau chaude à moindre coût à tout moment? C est désormais possible grâce aux solutions techniques

Plus en détail

ÉJECTEURS. CanmetÉNERGIE Juillet 2009

ÉJECTEURS. CanmetÉNERGIE Juillet 2009 ÉJECTEURS CanmetÉNERGIE Juillet 2009 ÉJECTEURS 1 ÉJECTEURS INTRODUCTION Les éjecteurs sont activés par la chaleur perdue ou la chaleur provenant de sources renouvelables. Ils sont actionnés directement

Plus en détail

Géothermie CIAT : Ageo et Ageo caleo. Nouvelles performances nouveau nom Aurea devient Ageo. une gamme complète pour ceux qui veulent le meilleur

Géothermie CIAT : Ageo et Ageo caleo. Nouvelles performances nouveau nom Aurea devient Ageo. une gamme complète pour ceux qui veulent le meilleur 16 pompes à chaleur de 7 à 36 Géothermie CIAT : Nouvelles performances nouveau nom Aurea devient et caleo une gamme complète pour ceux qui veulent le meilleur Nouveau design Haute température pour la rénovation

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Accumuler la chaleur avec des ballons système individuels.

Accumuler la chaleur avec des ballons système individuels. ÉNERGIES RENOUVELABLES Ballons système Accumuler la chaleur avec des ballons système individuels. BALLON TAMPON BALLON D EAU CHAUDE / CHAUFFE-EAU BALLON COMBINÉ / À PRÉPARATION D EAU CHAUDE INSTANTANÉE

Plus en détail

Calcul de la puissance de chauffe Informations générales

Calcul de la puissance de chauffe Informations générales Informations générales 1 Marche à suivre Un dimensionnement correct des installations de chauffage central est essentiel pour l utilisation rationnelle de l énergie dans les bâtiments. Le schéma montre

Plus en détail

nouveau Chaudière gaz à condensation et pompe à chaleur Talia Green Hybrid 3-30 FF

nouveau Chaudière gaz à condensation et pompe à chaleur Talia Green Hybrid 3-30 FF nouveau Chaudière gaz à condensation et pompe à chaleur Talia Green Hybrid 3-30 FF information produit édition 04/2011 Une source de chaleur nouvelle Les nouvelles normes énergétiques BBC (Bâtiment Basse

Plus en détail

DuPont Energain, panneaux à inertie thermique: Ils réduisent les pics de température et donc de surchauffe dans les bâtiments de faible inertie

DuPont Energain, panneaux à inertie thermique: Ils réduisent les pics de température et donc de surchauffe dans les bâtiments de faible inertie DuPont Energain, panneaux à inertie thermique: Ils réduisent les pics de température et donc de surchauffe dans les bâtiments de faible inertie Basés sur le changement de phase d un matériau à base de

Plus en détail

Diagnostic thermique sur une amiénoise

Diagnostic thermique sur une amiénoise Diagnostic thermique sur une amiénoise Par Jordi Hubert Ingénieur thermicien Bureau d études Pic Energie SCOP Ekidina Note synthétique Isolation des murs : Laine de bois à privilégier Il s avère que lors

Plus en détail

GLEIZE ENERGIE SERVICE

GLEIZE ENERGIE SERVICE GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 1 sur 17 #/ -#0/.1# 2 1# 11 - " 1 GLEIZE ENERGIE SERVICE -1 " " #/ / &3 %$". 1! "#$$ %" & "# '%# () *+, -". GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 2 sur 17 SOMMAIRE 1. Introduction - Rappel...

Plus en détail

Eau chaude sanitaire

Eau chaude sanitaire 4 rue du maréchal FOCH, 68 460 LUTTERBACH 03 89 50 06 20 ou eie68@alteralsace.org La lettre d information d Alter Alsace Energies dans le cadre du défi des familles éco-engagées : N 8 Janvier 2013 Eau

Plus en détail

Séminaire Rénovation des toitures plate

Séminaire Rénovation des toitures plate Séminaire Rénovation des toitures plate CCBC 5 décembre 2013 Rénovation et isolation des toitures plates en béton Stéphanie DEMEULEMEESTER FACILITATEUR BATIMENT DURABLE Spécialiste ENVIRONNEMENT 1. Introduction

Plus en détail

Chauffage par pompe à chaleur. Construction neuve. Guide. des solutions durables CIAT N 08.54 B

Chauffage par pompe à chaleur. Construction neuve. Guide. des solutions durables CIAT N 08.54 B Chauffage par pompe à chaleur Construction neuve u n i v e r s a l c o m f o r t 0 810 810 142 Guide des solutions durables CIAT N 08.54 B Pompes à chaleur : faites le plein d avantages! Pompe à chaleur

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Stockage inter saisonnier de l'énergie solaire par procédé thermochimique

Stockage inter saisonnier de l'énergie solaire par procédé thermochimique Stockage inter saisonnier de l'énergie solaire par procédé thermochimique Lingai LUO Directeur de recherche CNRS LTN-UMR CNRS 6607, Nantes Nolwenn Le Pierres LOCIE-Université de Savoie Stockage de l'énergie

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

Rehabilitation de la Maison de Radio France Création d une nouvelle géothermie. Alexandre Teixera Maison de Radio France Olivier Grière G2HConseils

Rehabilitation de la Maison de Radio France Création d une nouvelle géothermie. Alexandre Teixera Maison de Radio France Olivier Grière G2HConseils Rehabilitation de la Maison de Radio France Création d une nouvelle géothermie Alexandre Teixera Maison de Radio France Olivier Grière G2HConseils Un pari architectural et une rénovation HQE - La mise

Plus en détail

COLLECTEURS SOLAIRES POUR INSTALLATIONS VERTICALES

COLLECTEURS SOLAIRES POUR INSTALLATIONS VERTICALES collecteurs solaires 9.1 11.2008 F I C H E T E C H N I Q U E plus de produit AVANTAGES POUR L INSTALLATION ET L'ENTRETIEN COLLECTEURS SOLAIRES POUR INSTALLATIONS VERTICALES Le collecteur solaire CS 25

Plus en détail

Un système de CAD est composé de trois éléments :

Un système de CAD est composé de trois éléments : Chauffage à distance Un système de CAD est composé de trois éléments : une (ou plusieurs) centrale de production de chaleur ; un réseau de distribution ; des consommateurs L avantage est de permettre la

Plus en détail

AQUACIAT2 HYBRID LA SOLUTION BI-ÉNERGIES COMPACTE PAC & CHAUDIÈRE GAZ. Puissances frigorifiques et calorifiques de 45 à 80 kw

AQUACIAT2 HYBRID LA SOLUTION BI-ÉNERGIES COMPACTE PAC & CHAUDIÈRE GAZ. Puissances frigorifiques et calorifiques de 45 à 80 kw COMMERCIALISATION 2 ÈME TRIMESTRE 2014 C O N F O R T Q U A L I T É D A I R O P T I M I S A T I O N É N E R G É T I Q U E PAC & CHAUDIÈRE GAZ AQUACIAT2 HYBRID Puissances frigorifiques et calorifiques de

Plus en détail

À DRAINAGE GRAVITAIRE

À DRAINAGE GRAVITAIRE LE CHAUFFE-EAU SOLAIRE INDIVIDUEL À DRAINAGE GRAVITAIRE ET CIRCUIT HERMÉTIQUE LE DOMOSOL : AIDE AU CHAUFFAGE SE SOLAR HEAT Naturelle, renouvelable, inépuisable ~ L'énergie solaire n'est pas sujette aux

Plus en détail

Baccalauréat STI2D et STL SPCL Epreuve de sciences physiques Corrigé Session septembre 2014 Métropole. 01/10/2014 www.udppc.asso.fr.

Baccalauréat STI2D et STL SPCL Epreuve de sciences physiques Corrigé Session septembre 2014 Métropole. 01/10/2014 www.udppc.asso.fr. Baccalauréat STI2D et STL SPCL Epreuve de sciences physiques Corrigé Session septembre 2014 Métropole 01/10/2014 www.udppc.asso.fr Page 1 sur 11 ÉTUDE DE L EMPREINTE ENVIRONNEMENTALE DE QUELQUES DISPOSITIFS

Plus en détail

Auré. AuréaSystème. Les solutions solaires. Chauffe-Eau Solaire. Combiné Solaire Pulsatoire 90% Système solaire AUTO-VIDANGEABLE et ANTI-SURCHAUFFE

Auré. AuréaSystème. Les solutions solaires. Chauffe-Eau Solaire. Combiné Solaire Pulsatoire 90% Système solaire AUTO-VIDANGEABLE et ANTI-SURCHAUFFE Les solutions solaires pour l Eau Chaude Sanitaire ou le Chauffage ficie z d'u Auréa n it Crédpôt d'imn la loi deueur Béné Solar Keymark N 011-7S841 F Chauffe-Eau Solaire selo s en vig ce finan Système

Plus en détail

Isolation Thermique par l Extérieur

Isolation Thermique par l Extérieur Isolation Thermique par l Extérieur Protéger le présent, préserver l avenir Pourquoi isoler? Les origines des fuites s d un immeuble ou d une maison sont connues. Provenant d une isolation absente ou faible,

Plus en détail

1,2,3 SOLEIL EN AVANT PREMIERE

1,2,3 SOLEIL EN AVANT PREMIERE CONFERENCE DERBI 1,2,3 SOLEIL EN AVANT PREMIERE 1er SYSTEME SOLAIRE COMBINE La climatisation Le chauffage L eau chaude sanitaire HISTORIQUE Fin 2003 : Lancement du projet Début 2005 : 1er prototype opérationnel

Plus en détail

Soltherm Personnes morales

Soltherm Personnes morales Soltherm Personnes morales Annexe technique Valable pour les travaux faisant l objet d une facture finale datée au plus tôt le 1 er janvier 2015 ou dans des maisons unifamiliales/appartements dont la déclaration

Plus en détail

http://energie.wallonie.be

http://energie.wallonie.be KOSTPRIJS UITGESPAARDE BRANDSTOF 8 7 kostprijs uitgespaarde brandstof (c /kwh) 6 5 4 3 2 kost uitgespaarde brandstof kost kwh electricity kost kwh gas kost kwh mazout 1 0 0 5000 10000 15000 20000 25000

Plus en détail

SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE?

SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE? Fiches ressources Dossier n 2 Activités 1 à 4 SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE? 4. DES ATOUTS POUR L'ENVIRONNEMENT APPLICATIONS

Plus en détail

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir?

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir? COURS-RESSOURCES Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que Objectifs : / 1 A. Les besoins en eau chaude sanitaire La production d'eau chaude est consommatrice en énergie. Dans les pays occidentaux,

Plus en détail

Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique

Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique Christian Ngo Résumé Stocker de l'énergie (électricité ou chaleur) pour l'utiliser quand on en a besoin est une nécessité. Le stockage

Plus en détail

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind made in Belgium With the future in mind HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC Chaudière au gaz à condensation, à fonction double HeatMaster TC à condensation pour le chauffage central HeatMaster

Plus en détail