Etude de dangers Zone De stockage emballage carton

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude de dangers Zone De stockage emballage carton"

Transcription

1 O. Chaqchaq, S. Genouiz, A. Nakib, H. Ammar, H. Mbarek Etude de dangers Zone de stockage carton Etude de dangers Zone De stockage emballage carton Mission réalisée 8-9 /12/2010 8/12/2010 Décembre 2010 Formateur : Mr Gérard Laulagnet (INERIS)

2 O. Chaqchaq, S. Genouiz, A. Nakib, H. Ammar, H. Mbarek Etude de dangers Zone de stockage carton SOMMAIRE Contexte de l étude de dangers : I - Description de l entreprise et de son environnement I.1- Présentation Générale de l Entreprise I.2-Site de l entreprise I.3-Description de l environnement externe I.4-Dangers potentiels liés à l environnement externe II-Classification de l entreprise II.1-selon la règlementation tunisienne : II.2-selon la règlementation française : III-Potentiels de dangers du site IV-Recommandations : barrières existantes et à proposer V-Evaluation des effets VI-Conclusion Annexes : - Annexe 1 : Plan de masse du site - Annexe 2 : liste de moyens de lutte contre les incendies - Annexe 2 : Nœud de papillon (arbre de défaillances et arbre de conséquences)

3 O. Chaqchaq, S. Genouiz, A. Nakib, H. Ammar, H. Mbarek Etude de dangers Zone de stockage carton Contexte de l étude: L étude objet de notre visite au site de est devisée en deux grands axes : 1- Un classement de l entreprise selon son activité ainsi que substances utilisées en référence à la règlementation tunisienne fixant la nomenclature des établissements dangereux, insalubres ou incommodes et aussi bien selon la règlementation française en vigueur. 2- Une analyse des risques et des potentiels de dangers du site avec un cas pratique, le magasin de stockage des combustibles (cartons et étiquettes) et dont la capacité de stockage est estimée entre 55 et 60 T. I- Description de l entreprise et de son environnement La société plastique du cap bon, filiale du groupe Judy qui renferme quatre entreprises (ENNADAFA, JTS et Négoce&Distribution) est située sur la route de BENI KHIAR DAR CHAABANE -Gouvernorat de Nabeul. Spécialisée dans la transformation des matières plastique, avec la technique d injection et de l extrusion soufflage I.1- Présentation Générale de l Entreprise Dénomination Raison Sociale Responsable Driss Mehrez Activités Emballages en matières plastiques. Produits Bouteilles en matières plastiques - Articles de bouchage en matières plastiques. Adresse usine RTE DE BENI KHIAR Z.I DAR CHAABANE Gouvernorat Nabeul Téléphone siège/usine (216) Fax siège/usine (216) Régime Non totalement exportatrice Pays du Participant Etranger Entrée en production 01/03/1990 Capital en DT Emploi 90 L entreprise est crée en 1989 et le CA en 2010 a atteint 1.250Million de Dinars. La production annuelle est de 1200T/an dont 95% de la production est destinée au groupe et les 5% restantes sont réparties entre les industries agroalimentaires, de lubrifiants et de phytosanitaires. Les principaux matières premières sont le (PEHD, PEBD, et le PP) ainsi que des colorants et additifs. L usine fonctionne 7j/7 avec un cycle de 3*8H et ne s arrête que 6j/an.

4 O. Chaqchaq, S. Genouiz, A. Nakib, H. Ammar, H. Mbarek Etude de dangers Zone de stockage carton Le parc machine compte 10 machines Machines Nr Caractéristiques Extrudeuse soufflage machines (0-3L) 02 machines (0-20L) 01 machine (0-1L) Injection 03 50T 90T 150T I.2- Site de l entreprise L usine est située à environ 70 km de la ville de Tunis, dans la zone industrielle de la région DAR CHAABANE -Gouvernorat de Nabeul. L'accès au site se fait à partir de la route C27 en allant de Nabeul vers Beni Khiar, et en empruntant, à gauche, la rue IBN FARES (voir Plan de situation de l Usine annexe 1). Comme il a été mentionné, l usine est implantée au niveau de la zone industrielle de la région DAR CHAABANE. La superficie totale du groupe est de 1.5 Ha dont 2500m² sont dédiée à. L usine est répartie en 02 compartiments : 1 compartiment dédié à la production et 1 autre qui abrite l administration et les différents magasins de stockage. Le voisinage de l usine est décrit dans le tableau suivant et dans l annexe 1 Nord Est Ouest Sud Compartiment 01 Usine Ennadhafa Compartiment 2 l usine Plasticap Compartiment 02 Champ d olives Local Plasticap vide Local vide Unité de production article en cuir Usine négoce et Distribution : (spécialisée dans la distribution des produits d entretiens) Compartiment 01 et usine ennadhafa Rue IBN ASSEM et usine CHAPPEL INDUSTRIES spécialisée dans le bobinage électrique et électronique Rue IBN ASSEM et usine CHAPPEL INDUSTRIES

5 O. Chaqchaq, S. Genouiz, A. Nakib, H. Ammar, H. Mbarek Etude de dangers Zone de stockage carton La société dispose de 03 magasins de stockage de produits fini et 1 magasin d emballage de carton, dont les caractéristiques sont les suivants. Désignation Superficie (m²) Volume (m3) Mag Mag Mag Mag cartons Le magasin 04 comporte un stockage important de combustible (cartons et étiquettes) c est entre 55-60T L usine dispose d un transformateur de 1000KVA (60% de puissance utilisée) et de 02 groupes de froid et de 03 compresseurs situés dans 1 local isolé Pour le matériel roulant l usine dispose de 03 gerbeurs électriques et les chariots élévateurs sont en location La disposition des moyens de lutte contre les incendies sont représenté dans l annexe 2. I.3- Description de l environnement externe L environnement externe se caractérise par les éléments suivants : Climatologie Le climat de la région d étude est un climat continental caractérisé par une saison hivernale relativement tempérée est une saison estivale chaude. Le régime pluviométrique de la région est caractérisé des averses pendant des courtes périodes ce qui fait que les plaines se transforment partiellement en zones marécageuses. La région est assez bien arrosée, la pluviométrie est variable, les précipitations annuelles maximales peuvent atteindre 400 mm et les minimales 110 mm, la moyenne pluviométrique annuelle est de l ordre de 300 mm. Les vents dominants sont NNW 17. Le paysage L'emplacement de l usine Plasticap, s'inscrit dans un ensemble général formé en majorité d unités industrielles (usine Ennadhafa Judy, usine Chapel industrie, unité de production article en cuir, unité de production des carreaux en céramique Essid ), Environnement Humain - Habitations et populations La zone industrielle où est implantée l usine est située pas loin des habitations, à cause du développement de la zone communale.

6 O. Chaqchaq, S. Genouiz, A. Nakib, H. Ammar, H. Mbarek Etude de dangers Zone de stockage carton L agglomération la plus proche est située à environ 200m et correspond à l extension de la ville de Dar chaaban. - Activités et vocations économiques La région d étude a une triple vocation : - Une vocation agricole : (Culture saisonnière d oliviers et d agrumes) - Une vocation industrielle : (travail de pierres, de poterie, usines diverses, etc.) - Une vocation touristique : (la zone touristique de Nabeul et de Beni Khiar en pleine extension) I.4- Dangers potentiels liés à l environnement externe Les dangers potentiels identifiés et liés à l environnement externe sont liés aux aspects suivants : - Inondation : le départ de feu peut être causé par un disfonctionnement des installations électriques dus à une inondation - Voisins industriels : Trois industriels Ennadhafa, Chappel et l unité de production d article en cuir ; les risques et les barrières sont analysées dans la section suivante - Foudre : de probabilité faible, les risques liés à un incendie (d origine quelconque) sont analysées dans la section suivante - Séisme : de probabilité très faible, le site n étant pas situé dans une zone sismique II- Classification de l entreprise II.1- selon la règlementation tunisienne : En faisant référence : Au Code du travail promulgué par la loi n du 30 avril 1966, tel que modifié et complété par les textes subséquents et notamment par la loi n du 2 mai 2006 et notamment ses articles de 293 à 324, A L Arrêté du ministre de l industrie, de l énergie et des petites et moyennes entreprises du 15 novembre 2005, fixant la nomenclature des établissements dangereux, insalubres ou incommodes A L Arrêté du ministre de l'industrie et de la technologie du 23 février 2010, modifiant et complétant l'arrêté du ministre de l'industrie, de l'énergie et des petites et moyennes entreprises du 15 novembre 2005 fixant la nomenclature des établissements dangereux, insalubres ou incommodes. Les industries sont classées en 3 catégories selon le danger ou la gravité des inconvénients.

7 O. Chaqchaq, S. Genouiz, A. Nakib, H. Ammar, H. Mbarek Etude de dangers Zone de stockage carton Catégorie Nature I Ceux devant être éloignés des centres urbains et habitations particulières. II Eloignement n est pas rigoureusement nécessaire. Mais, autorisation après mesures prises pour prévenir dangers et incommodités III Ne présentent pas d inconvénients graves. Sont soumis à des prescriptions générales. Cette classification dépend de l activité de l entreprise ainsi que des substances utilisées L usine Plasticap est spécialisée dans la transformation des matières plastiques la classification du site selon la nomenclature tunisienne peut être : N DESIGNATION DES ACTIVITES ET SUBSTANCES CAT 1419 Plastiques, caoutchouc, élastomères, résines et adhésifs synthétiques (fabrication, régénération, emploi, réemploi, triage ou stockage des matières La capacité étant : 1) Sup ou égale à 1t/j 2) Sup ou égale à 100Kg /j mais inf. à 1t/j 1419Bis1 Plastiques, caoutchouc, élastomères, peinture, vernis, résines et adhésifs synthétiques (stockage des matières ) Le volume susceptible d être stocké étant : 1) Sup ou égale à 500m 3 2) Sup ou égale à 50m 3 mais inf. à 500m Chiffons usagés ou souillés (dépôts ou ateliers de triage de ) La quantité emmagasinée étant sup à 10t Réfrigération ou compression (établissement abritant des installations de.) fonctionnant à des pressions effectives sup à 10 5 Pa 1) Comprimentes ou utilisant des fluides inflammables ou toxiques La puissance absorbée étant : a) Sup à 300kw b) Sup à 20kw mais inf. ou égale à 300kw 2) Dans tous les autres cas : La puissance absorbée étant : a) Sup à 500kw b) Sup à 50kw mais inf. ou égale à 500kw Papier, carton ou matériaux combustibles analogues (dépôt de ) La quantité stockée étant : 1) Sup à 20000m 3 2 2) Sup à 1000m 3 mais inf. ou égale à m 3 3

8 O. Chaqchaq, S. Genouiz, A. Nakib, H. Ammar, H. Mbarek Etude de dangers Zone de stockage carton Il faut bien préciser que : le classement le plus fort détermine le classement du site. Le régime de classement d un établissement est déterminé en fonction de la capacité totale équivalente (C te ) exprimée en capacité équivalente à celle d un liquide inflammable de la première catégorie, selon la formule suivante C te = 10A+B+C/5+D/15 Selon ce classement provisoire de l activité de l entreprise nous pouvons déduire que Plasticap est classée catégorie 2. Le classement final de l entreprise ne peut être réalisé qu après avoir entamé l étude de dangers régie par le décret de loi n du 9 octobre 2006, relatif aux procédures d ouverture et d exploitation des établissements dangereux, insalubres ou incommodes. II.2-selon la règlementation française : La nomenclature tunisienne est principalement traduite de la nomenclature française avec quelques différences. Les installations sont soumises à : D : Déclaration, ou DC avec C : soumis au contrôle périodique prévu par l article L du code de l environnement E : Enregistrement, A : Autorisation, S : Servitude d'utilité publique, et le Rayon d'affichage exprimé en kilomètres. Dans le cas de l usine Plasticap nous allons faire le même travail que précédemment. Tous les textes de loi sur la nomenclature des installations sont sur le site web : site d information réglementaire relatif au droit de l environnement industriel développé à la demande du Ministère du développement durable. Le tableau ci-dessous rassemble les principales nomenclatures de l activité de l usine Plasticap selon la règlementation française. Cette nomenclature classe le site : à déclaration (dont voici le dossier à enregistrement (dont voici le détail

9 O. Chaqchaq, S. Genouiz, A. Nakib, H. Ammar, H. Mbarek Etude de dangers Zone de stockage carton N A - Nomenclature des installations classées Désignation de la rubrique A, D, E, S, C Rayon B - Taxe générale sur les activités polluantes Capacité de l activité Coef Entrepôts couverts (stockage de matières, produits ou substances combustibles en quantité supérieure à 500 t dans des) à l'exclusion des dépôts utilisés au stockage de catégories de matières, produits ou substances relevant par ailleurs de la présente nomenclature, des bâtiments destinés exclusivement au remisage de véhicules à moteur et de leur remorque et des établissements recevant du public. Le volume des entrepôts étant : 1. supérieur ou égal à m3. 2. supérieur ou égal à m3, mais inférieur à m3 3. supérieur ou égal à m3, mais inférieur à m3. A E DC 1530 Papier, carton ou matériaux combustibles analogues y compris les produits finis conditionnés (dépôt de) à l exception des établissements recevant du public Le volume susceptible d être stocké étant : 1. supérieure à m3 2. supérieure à m3 mais inférieure ou égale à m3 3. supérieure à m3 mais inférieure ou égale à m3 A E D Polymères (matières plastiques, caoutchoucs, élastomères, résines et adhésifs synthétiques) (transformation de) 1. Par des procédés exigeant des conditions particulières de température ou de pression (extrusion, injection, moulage, segmentation à chaud, densification, etc.), la quantité de matière susceptible d être traitée étant : a) Supérieure ou égale à 10 t/j.. b) Supérieure ou égale à 1 t/j, mais inférieure à 10 t/j 2. Par tout procédé exclusivement mécanique (sciage, découpage, meulage, broyage, etc.), la quantité de matière susceptible d être traitée étant : a) Supérieure ou égale à 20 t/j.. b) Supérieure ou égale à 2 t/j, mais inférieure à 20 t/j 2662 Polymères (matières plastiques, caoutchoucs, élastomères, résines et adhésifs synthétiques) (stockage de) Le volume susceptible d être stocké étant : 1. Supérieur ou égal à m Supérieure ou égal à m3, mais inférieur à m Supérieure ou égal à 100 m3, mais inférieur à m3 A D A D A E D La quantité de matière susceptible d'être traitée étant supérieure ou égale à 20 t/j 2. La quantité de matière susceptible d'être traitée étant supérieure ou égale à 20 t/j

10 III. Potentiels de dangers du site Le secteur étudié est le magasin 4 de stockage des emballages en carton et l étude de risque portera sur le phénomène dangereux l incendie. L identification des dangers à été faite selon la théorie des énergies. Le danger est la propriété ou capacité intrinsèque d une substance, d un équipement, d une activité, de causer un dommage pour la santé humaine, les biens et/ou l'environnement Un accident résulte du contact du corps avec une énergie au-delà de son seuil de résistance, ces énergies sont (l énergie électrique, chimique mécanique, hydraulique, rayonnante, thermique ou nucléaire) Les principales sources d inflammation sont regroupées dans le tableau n ci-dessus Ph Dangereux I / E/ D Ev. Redouté Central (ERC) = cause Evènements Initiateurs (EI) Incendie Défaillance électrique Court-circuit Agression externe (Foudre) sur le stock de carton Génération de point chaud Agression externe (rayonnement thermique) sur le stock de carton Feu de Cigarette Incendie provoquée par un chariot élévateur Travail par point chaud Incendie dans une entreprise voisine Incendie dans les ateliers Plasticap Acte de malveillance Explosion batterie Fuite d acide de batterie H.Ammar /A. Nakib / O. Chaqchaq / S. Genouiz / H. Mbarek Page 10 de 20

11 La méthodologie utilisée pour la représentation des analyses des risques est le «nœud papillon» qui permet d étudier dans le détail les conditions d occurrence et les effets possibles des phénomènes dangereux comme pour apporter une démonstration plus précise de la maîtrise des scénarios y conduisant. L utilisation d un tel outil reposant sur les méthodes arborescentes comme l arbre des défaillances et/ou l arbre des causes permet de visualiser les séquences accidentelles possibles mais permet aussi d apporter des éléments de démonstration précieux. Arbre de défaillances (ou arbre des causes) : Ph D -> ERC -> EI Arbre de risques : (Conséquences) EI ->ERC -> PhD -> Effet Légende des évènements figurant sur le modèle du nœud papillon H.Ammar /A. Nakib / O. Chaqchaq / S. Genouiz / H. Mbarek Page 11 de 20

12 légende des événements figurant sur le modèle du nœud de papillon H.Ammar /A. Nakib / O. Chaqchaq / S. Genouiz / H. Mbarek Page 12 de 20

13 IV-Recommandations : barrières existantes et à proposer Evènement initiateur (EI) Objectif Barrières existants Barrières à proposer Moyens Court-circuit Eviter les incendies dus à une défaillance des installations électriques Installation électrique refaite à neuf à 40% Détecteurs de fumée Câbles électriques bien dégagé Contrôle règlementaire des installations électriques Installation d extraction des fumées Feu de Cigarettes Eviter les incendies d origine feu de cigarettes Extincteurs 50 kg et 6 Kg en poudre Interdiction de fumer formelle dans le site de stockage Panneaux de signalisation Agression externe (Foudre) sur le stock de carton Eviter les incendies dus aux agressions externes Mettre en place des paratonnerres et une mise à terre Incendie provoquée par du matériel roulant non entretenu Eviter les incendies provoqués par les points chauds des moteurs et les fuites de gasoil des chariots élévateurs Neutraliser les fuites de gasoil Faire de la maintenance préventive Ne pas garder du matériel à l intérieur du magasin Bacs à sable Manuel Nettoyage du magasin Travail par point chaud Eviter les incendies dus aux agressions externes Extincteurs 50 kg Permis de feu Qualification des opérateurs Sélection des entreprises de H.Ammar /A. Nakib / O. Chaqchaq / S. Genouiz / H. Mbarek Page 13 de 20

14 soutraitence Agression externe (rayonnement thermique) sur le stock de carton Eviter les incendies dus aux agressions externes Faire un revêtement sur les vitres des fenêtres Acte de malveillance Eviter les incendies d origine criminelle Magasin fermé à clé la nuit Gardiennage amélioré Equiper les fenêtres de barre de fer Augmentation de la fréquence des rondes des gardiens + moyen de contrôle du gardien (pointage) Incendie dans une entreprise voisine Eviter la propagation d incendie d origine externe à l entreprise Réseau RIA fonctionnel Vérifier l existence d un POI Vérifier si Plasticap est concerné Contacter les autorités Incendie dans les ateliers Plasticap Eviter la propagation d incendie d origine interne Réseau RIA fonctionnel Déclencher le POI (lutte contre l incendie) Limiter les effets 01 porte de secours dans le magasin Equipe de première intervention Eloigner le stock PE et PVC et des produits inflammables du stock de carton Fuite d acide de batterie Eviter les incendies dus à l explosion des batteries Eviter de charger les batteries des gerbeurs dans le magasin H.Ammar /A. Nakib / O. Chaqchaq / S. Genouiz / H. Mbarek Page 14 de 20

15 V- Evaluation des effets Effets Objectif Conséquences Moyens à proposer Effets toxiques Limiter les effets Asphyxie population Prévenir les habitations, faire l évacuation Toxique pour l écosystème Effets thermiques Limiter les effets Brulures des individus Faire évacuer les gens Dégâts matériels Déplacer le matériel roulant Valeurs de référence relatives aux seuils des effets thermiques Selon l arrêté français du 29 septembre 2005, relatif à l évaluation et à la prise en compte de la probabilité d occurrence, de la cinétique, de l intensité des effets et de la gravité des conséquences des accidents potentiels dans les études de dangers des installations classées soumises à autorisation, nous vous présentons les valeurs de référence relatives aux seuils d effets thermiques sur les structures et sur l homme. Valeurs de référence relatives aux seuils d effets thermiques sur les structures : 5 kw/m², seuil des destructions de vitres significatives ; 8 kw/m², seuil des effets domino et correspondant au seuil de dégâts graves sur les structures ; 16 kw/m², seuil d'exposition prolongée des structures et correspondant au seuil des dégâts très graves sur les structures, hors structures béton ; 20 kw/m², seuil de tenue du béton pendant plusieurs heures et correspondant au seuil des dégâts très graves sur les structures béton ; 200 kw/m², seuil de ruine du béton en quelques dizaines de minutes. Valeurs de référence relatives aux seuils d effets thermiques sur l'homme : 3 kw/m2, seuil des effets irréversibles délimitant la «zone des dangers significatifs pour la vie humaine» ; 5 kw/m2, seuil des effets létaux délimitant la «zone des dangers graves pour la vie humain» ; 8 kw/m2, seuil des effets létaux significatifs délimitant la «zone des dangers très graves pour la vie humaine». Nous recommandons à Plasticap de réaliser l étude de dangers de son site et de faire l évaluation des effets thermiques sur les personnes et les structures ainsi que le calcul du flux thermique. H.Ammar /A. Nakib / O. Chaqchaq / S. Genouiz / H. Mbarek Page 15 de 20

16 VI- Conclusion Dans le cadre du cycle de formation régionale sur la gestion des risques organisé par la REME-GTZ en coopération avec l INERIS : l Institut National de l Environnement Industriel et de Risques Français, nous avons élaboré cette étude de dangers pour l entreprise Plasticap et pour le site de stockage des emballages en carton. Cette étude qui représente la formation pratique en entreprise servira comme cas pilote pour l application de la gestion des risques au Maghreb suite aux quatre modules théorique Nous espérons que cette initiative de gestion des risques portera des résultats pour l entreprise ainsi qu a l ensemble des participants (consultants, experts et bureaux d études tunisien) H.Ammar /A. Nakib / O. Chaqchaq / S. Genouiz / H. Mbarek Page 16 de 20

17 Annexe 1 : Plan de masse du site H.Ammar /A. Nakib / O. Chaqchaq / S. Genouiz / H. Mbarek Page 17 de 20

18 Annexe 2 : liste de moyens de lutte contre les incendies H.Ammar /A. Nakib / O. Chaqchaq / S. Genouiz / H. Mbarek Page 18 de 20

19 Annexe 3 : Représentation par nœud du papillon H.Ammar /A. Nakib / O. Chaqchaq / S. Genouiz / H. Mbarek Page 19 de 20

20 H.Ammar /A. Nakib / O. Chaqchaq / S. Genouiz / H. Mbarek Page 20 de 20

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS a RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS Synthèse de l'inventaire des accidents pour le secteur d'activité de la société MARIE DIDIER AUTOMOBILES Il ressort de l inventaire des accidents technologiques

Plus en détail

De l étude de dangers et d impact au management des risques. Séminaire projet 2010

De l étude de dangers et d impact au management des risques. Séminaire projet 2010 LES RISQUES INDUSTRIELS De l étude de dangers et d impact au management des risques Séminaire projet 2010 2 LES RISQUES EN EUROPE 3 Contexte, Enjeux et Terminologie 4 Introduction Évolution des accidents

Plus en détail

Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement

Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement QU EST CE QU UNE UNE INSTALLATION CLASSÉE? Les ateliers, usines, dépôts, chantiers qui peuvent être source de pollution ou de risque pour

Plus en détail

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE. Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25.

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE. Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25. RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25. V2 La société VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE (VPNN) est autorisée

Plus en détail

Communiqué de presse Non ruine en chaîne des éléments de structure des entrepôts couverts Philippe Gallois, Antoine Fillault & Thierry Murat - SAGL

Communiqué de presse Non ruine en chaîne des éléments de structure des entrepôts couverts Philippe Gallois, Antoine Fillault & Thierry Murat - SAGL Communiqué de presse Non ruine en chaîne des éléments de structure des entrepôts couverts Philippe Gallois, Antoine Fillault & Thierry Murat - SAGL Les entrepôts couverts relèvent actuellement de la nomenclature

Plus en détail

Classement de l'installation selon la nomenclature des ICPE (Code de l'environnement, article R 511-9) de l activité d affichage 2340

Classement de l'installation selon la nomenclature des ICPE (Code de l'environnement, article R 511-9) de l activité d affichage 2340 1. PRÉSENTATION DE LA SOCIÉTÉ ET DE SON PROJET 1.1. Activité de la société RLD est une société spécialisée dans la location et l entretien de linge de professionnels et de collectivités (hôtellerie, restauration,...).

Plus en détail

Quels sont les leviers efficaces pour réduire le risque d incendie, limiter ses conséquences et optimiser la tarification assurance?

Quels sont les leviers efficaces pour réduire le risque d incendie, limiter ses conséquences et optimiser la tarification assurance? Quels sont les leviers efficaces pour réduire le risque d incendie, limiter ses conséquences et optimiser la tarification assurance? En matière d'incendie, les moyens de prévention réelle et de protection

Plus en détail

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Carrefour ARRAS Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Page / 4 Site : Carrefour ARRAS Expertise Identité complète Responsable : M. Bidon Paul rue des Sachets 600 ARRAS Date d'audit : 06/05/00 Consultant

Plus en détail

REGLEMENTATION ENVIRONNEMENTALE APPLICABLE DANS LES GARAGES ET CARROSSERIES AUTOMOBILE

REGLEMENTATION ENVIRONNEMENTALE APPLICABLE DANS LES GARAGES ET CARROSSERIES AUTOMOBILE SERVICE ENVIRONNEMENT - NOTE DE VEILLE REGLEMENTAIRE N 1 2009 REGLEMENTATION ENVIRONNEMENTALE APPLICABLE DANS LES GARAGES ET CARROSSERIES AUTOMOBILE Rédacteur : A.CHEVILLARD Date : 22/04/09 1) Nomenclature

Plus en détail

ASSURANCES DE DOMMAGES INCENDIE DE L ANALYSE AU COÛT DU RISQUE

ASSURANCES DE DOMMAGES INCENDIE DE L ANALYSE AU COÛT DU RISQUE ASSURANCES DE DOMMAGES INCENDIE DE L ANALYSE AU COÛT DU RISQUE 25 septembre 2013 Patrick Biot - agréé CNPP 1 AGREPI? ASSOCIATION DES INGÉNIEURS & CADRES SPÉCIALISTES DE LA MAÎTRISE DES RISQUES INCENDIE

Plus en détail

PRÉFÈTE DU CHER. La Préfète du Cher, Chevalier de la Légion d Honneur,

PRÉFÈTE DU CHER. La Préfète du Cher, Chevalier de la Légion d Honneur, Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations Pôle de la Protection des Populations Service de la Protection de l Environnement Installation classée soumise à autorisation

Plus en détail

Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien

Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien Tous droits réservés Design Spirale Communication visuelle Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien > d un événement majeur Alerte à la bombe Violentes intempéries

Plus en détail

ARRETE PREFECTORAL. portant enregistrement de l'entrepôt de stockage de matériels électriques de la société GEMFI à Châteaubourg

ARRETE PREFECTORAL. portant enregistrement de l'entrepôt de stockage de matériels électriques de la société GEMFI à Châteaubourg PREFECTURE Direction de la Coordination Interministérielle et de l'action Départementale Bureau des installations classées ARRETE PREFECTORAL portant enregistrement de l'entrepôt de stockage de matériels

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

L ENVIRONNEMENT DANS L ARTISANAT

L ENVIRONNEMENT DANS L ARTISANAT L ENVIRONNEMENT DANS L ARTISANAT METALLERIE / SERRURERIE / CHAUDRONNERIE QUELLE DEMARCHES ADMINISTRATIVES EFFECTUER? Votre entreprise peut être soumise à des formalités particulières, notamment à la législation

Plus en détail

16 Transport, stockage et traçabilité

16 Transport, stockage et traçabilité F - Produits phytosanitaires : les bons réflexes! 16 Transport, stockage et traçabilité OBJECTIF Connaître les obligations à respecter dans le cadre du transport et du stockage de produits phytosanitaires,

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION sécurité incendie Réglementation et mise en sécurité incendie des bâtiments d habitation > Bâtiments d habitation > Parcs de stationnement > s - foyers Sécurité incendie dans

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Notice de sécurité Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Cette notice a été établie à l'attention des exploitants d Etablissements Recevant du Public (ERP), afin

Plus en détail

Art. 1er. - Objectif et champ d'application. 1.1. Généralités

Art. 1er. - Objectif et champ d'application. 1.1. Généralités GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, février 2009 Le présent texte a été établi par l Inspection du Travail et des Mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. Prescriptions de sécurité

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 9 du 19 février 2015. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 6

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 9 du 19 février 2015. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 6 BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES Édition Chronologique n 9 du 19 février 2015 PARTIE PERMANENTE Administration Centrale Texte 6 ARRÊTÉ N 1733/DEF/SGA/DMPA/SDIE/BENV portant approbation du plan de prévention

Plus en détail

Transport et stockage des produits classés dangereux et assimilés

Transport et stockage des produits classés dangereux et assimilés Transport et stockage des produits classés dangereux et assimilés Jacques JOUANNEAU Pierre-Jean CHAFOIX Les enjeux Comment mieux se repérer dans le foisonnement des textes réglementaires? Comment répondre

Plus en détail

COFFRETS EXTINCTEURS. Gamme tertiaire / esthétique. Coffret IRYS : le design au service de la sécurité. Caractéristiques :

COFFRETS EXTINCTEURS. Gamme tertiaire / esthétique. Coffret IRYS : le design au service de la sécurité. Caractéristiques : Extinction - Extincteurs COFFRETS EXTINCTEURS Dans tous les lieux où l extincteur peut être exposé à des intempéries, soumis à des milieux agressifs ou utilisation abusive, les coffrets et les housses

Plus en détail

Introduction 3. 1. Cadre réglementaire Installations Classées pour la Protection de l Environnement 4. 1.1. Généralités sur les ICPE 4

Introduction 3. 1. Cadre réglementaire Installations Classées pour la Protection de l Environnement 4. 1.1. Généralités sur les ICPE 4 Introduction 3 1. Cadre réglementaire Installations Classées pour la Protection de l Environnement 4 1.1. Généralités sur les ICPE 4 1.2. Le cas des entrepôts : exigences /textes décodés 10 2. L application

Plus en détail

QUESTIONNAIRE PARTICULIER POUR DEMANDE D'AUTORISATION. BATIMENT SIS : Commune : Localité : Article cadastral : Rue et n : Affectation de l'ouvrage :

QUESTIONNAIRE PARTICULIER POUR DEMANDE D'AUTORISATION. BATIMENT SIS : Commune : Localité : Article cadastral : Rue et n : Affectation de l'ouvrage : Secteur prévention Etablissement cantonal d'assurance et de prévention Place de la Gare 4, Case postale, 2002 Neuchâtel Tél. 032 889 62 22 www.ecap-ne.ch Fax 032 889 62 33 ecap.prevention@ne.ch QUESTIONNAIRE

Plus en détail

QUESTIONNAIRE/PROPOSITION *

QUESTIONNAIRE/PROPOSITION * Cabinet : Date : DOMMAGES DIRECTS + PE QUESTIONNAIRE/PROPOSITION * *(faisant partie intégrante du contrat) RENSEIGNEMENTS GENERAUX NOM DE L ENTREPRISE : SIEGE SOCIAL : SITUATION DU RISQUE : - Nombre de

Plus en détail

RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2

RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2 RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2 TRANSPORT: Classement du produit pour le transporteur Le classement du produit Chemtane 2 pour le transporteur est le suivant:

Plus en détail

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30 VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30 Incendie Code du Travail R4216-1 à R4216-7 ; R4216-11 à R4216-34 Code du Travail R4225-8 Code du Travail R4227-34 à R4227-36 Code du Travail R4227-1

Plus en détail

CONSIGNES DE COMPORTEMENT EN CAS D URGENCE : COMMUNES DU HAUT PLATEAU

CONSIGNES DE COMPORTEMENT EN CAS D URGENCE : COMMUNES DU HAUT PLATEAU CONSIGNES DE COMPORTEMENT EN CAS D URGENCE : COMMUNES DU HAUT PLATEAU V.2011 Incendie Classes de feu : CLASSE A CLASSE B CLASSE C CLASSE D CLASSE F Signalétique Dénomination Feux de matériaux solides Feux

Plus en détail

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants Date d impression : 23/08/02 Valable à partir du : 08.08.01 Page: 1/7 1. Identification de la substance ou préparation et de la Société Données relatives au produit : Nom commercial : KNAUF ZADUR Mortier

Plus en détail

F ORMULAIRE DE D EMANDE D'AUTORISATION F_33

F ORMULAIRE DE D EMANDE D'AUTORISATION F_33 PAE 1/15 Règlement grand-ducal du 16 juillet 1999 portant nomenclature et classification des établissements classés; Annexe Nomenclature des établissements classés : N 33 Ateliers et garages de réparation

Plus en détail

ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS OU ARTISANAUX

ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS OU ARTISANAUX prevolivier www.ssiap.com Notice descriptive de sécurité ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS OU ARTISANAUX Remarques Cette notice descriptive de sécurité, élaborée à l attention des maîtres d ouvrage et maîtres

Plus en détail

Les réglementations feu-fumées

Les réglementations feu-fumées Les réglementations feu-fumées Les réglementations feu-fumées sont nombreuses et dépendent de l environnement dans lequel sont utilisés les produits. Par exemple, plus il est difficile de sortir d un véhicule,

Plus en détail

Sécurité incendie dans les garages

Sécurité incendie dans les garages Sécurité incendie dans les garages Assuré et rassuré. Risques d incendie dans les garages Lorsque le feu prend dans des garages, il provoque souvent des dégâts importants, et dans les cas les plus graves,

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

Ordonnance relative à la prévention des accidents et des maladies professionnelles lors de travaux de peinture par pulvérisation au pistolet

Ordonnance relative à la prévention des accidents et des maladies professionnelles lors de travaux de peinture par pulvérisation au pistolet Ordonnance relative à la prévention des accidents et des maladies professionnelles lors de travaux de peinture par pulvérisation au pistolet 832.314.12 du 5 avril 1966 (Etat le 1 er mai 1966) Le Conseil

Plus en détail

Sécurité incendie dans les garages et parkings couverts. Prévention incendie

Sécurité incendie dans les garages et parkings couverts. Prévention incendie Sécurité incendie dans les garages et parkings couverts Prévention incendie Risques d incendie dans les garages et parkings couverts Lorsque le feu prend dans des garages, il provoque souvent des dégâts

Plus en détail

Mécanique automobile. Les déchets. Déchets banals (DIB) Déchets dangereux (DIS)

Mécanique automobile. Les déchets. Déchets banals (DIB) Déchets dangereux (DIS) Si vous réalisez également des activités de démontage des voitures ou des travaux sur la carrosserie, reportez-vous également aux fiches correspondantes. 1 Les déchets Les déchets issus de votre activité

Plus en détail

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I.

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I. Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés Le Code du Travail R 232-1-13: La signalisation relative à la sécurité et à la santé au travail doit être conforme à des modalités déterminés par

Plus en détail

Déchets dangereux dans l entreprise

Déchets dangereux dans l entreprise Déchets dangereux dans l entreprise Pe! é t i r u c é s z e s n Déchets dangereux Les déchets dangereux sont présents dans toutes les activités industrielles! Chaque année, les entreprises industrielles,

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

La sécurité physique et environnementale

La sécurité physique et environnementale I. Qu est ce que la sécurité physique? "Il ne sert à rien de dresser une ligne Maginot logique si n'importe qui peut entrer dans la salle serveurs par la fenêtre " (Christian Pollefoort, consultant en

Plus en détail

nouvelle réglementation 2013

nouvelle réglementation 2013 Pressing : nouvelle réglementation 2013 SOURCES D INFORMATION Nomenclature des installations classées pour la protection de l environnement Arrêté du 5 décembre 2012 modifiant l arrêté du 31 août 2009

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

QUESTIONNAIRE/PROPOSITION*

QUESTIONNAIRE/PROPOSITION* Code intermédiaire Intermédiaire Date QUESTIONNAIRE/PROPOSITION* MULTIRISQUE IMMEUBLE (PROPRIETAIRE NON OCCUPANT) BATIMENTS OCCUPES USAGE PROFESSIONNEL (COMMERCE, INDUSTRIEL) *(faisant partie intégrante

Plus en détail

POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES

POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES RESUME DES EXIGENCES EN MATIERE DE PREVENTION DES INCENDIES POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES 1. Base Les prescriptions de protection incendie AEAI sont

Plus en détail

Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim. Dossier de demande de permis de construire. Notice de Sécurité (PC40)

Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim. Dossier de demande de permis de construire. Notice de Sécurité (PC40) Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim Dossier de demande de permis de construire Notice de Sécurité (PC40) NOTICE DE SECURITE E.R.P. Remarque : Cette notice de sécurité comprend

Plus en détail

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30)

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30) Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Partie II RESUME NON TECHNIQUE ETUDE D IMPACT FEVRIER 2014 RAPPORT CON/13/084/CD/V2 SOMMAIRE I PRESENTATION DU PROJET ET DE SON ENVIRONNEMENT...

Plus en détail

sécuriser le stockage et la logistique des aérosols Guy REYNES Consultant

sécuriser le stockage et la logistique des aérosols Guy REYNES Consultant sécuriser le stockage et la logistique des aérosols Guy REYNES Consultant incendie d un entrepôt Dans un entrepôt contenant environ 600 000 générateurs aérosols de peinture et 50 000 de laque capillaire

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Responsable: Dr. GHOMARI Fouad COMPORTEMENT AU FEU DU BETON. Le feu est

Plus en détail

Le pétitionnaire veillera à remplir une notice par établissement utilisé et isolé l'un de l'autre.

Le pétitionnaire veillera à remplir une notice par établissement utilisé et isolé l'un de l'autre. NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE pour les ERP du 1er groupe ou établissement du 2ème groupe (5ème catégorie) avec locaux à sommeil. Arrêté du 25/06/1980 Rappel: art R123-2 du CCH: constituent des établissements

Plus en détail

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS L HUMIDITÉ DANS LE BÂTI B EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Pour comprendre comment agit l humiditl humidité,, il faut d abord d connaître Comment s effectuent la pénétration et la propagation

Plus en détail

4.12 Résistance au feu du béton cellulaire

4.12 Résistance au feu du béton cellulaire 74 4.12 Résistance au feu du béton cellulaire Le béton cellulaire offre une résistance au feu excellente. Il ne contribue pas à la propagation du feu et ne développe pas de fumées toxiques pendant l incendie.

Plus en détail

Voies d évacuation et de sauvetage

Voies d évacuation et de sauvetage Institut de Sécurité Voies d évacuation et de sauvetage Jean-Paul Bassin Institut de Sécurité Institut de Sécurité INSTITUT SUISSE DE PROMOTION DE LA SÉCURITÉ Evacuation_Lignum_2010 1 Histoire 1995 1945

Plus en détail

Produits dangereux. Définition

Produits dangereux. Définition Produits dangereux Définition Les produits dangereux sont capables de provoquer des effets indésirables en cas de contact ou d ingestion. Ces effets peuvent se manifester sous forme de : intoxication ;

Plus en détail

Le pétitionnaire pourra remplir une notice par établissement isolé les uns des autres au sens de l article GN 3.

Le pétitionnaire pourra remplir une notice par établissement isolé les uns des autres au sens de l article GN 3. NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE Pour tous les ERP du 1er groupe et les ERP du 2ème groupe (5ème catégorie) Avec locaux à sommeil. (Arrêté du 25/06/1980 modifié Arrêté du 22/06/1990 modifié) La présente

Plus en détail

Système d énergie solaire et de gain énergétique

Système d énergie solaire et de gain énergétique Système d énergie solaire et de gain énergétique Pour satisfaire vos besoins en eau chaude sanitaire, chauffage et chauffage de piscine, Enerfrance vous présente Néo[E]nergy : un système utilisant une

Plus en détail

Phénomènes dangereux et modélisation des effets

Phénomènes dangereux et modélisation des effets Phénomènes dangereux et modélisation des effets B. TRUCHOT Responsable de l unité Dispersion Incendie Expérimentations et Modélisations Phénomènes dangereux Description et modélisation des phénomènes BLEVE

Plus en détail

Il est nécessaire de mettre en place un système de sécurité incendie (SSI) permettant de détecter le plus rapidement possible un début de sinistre.

Il est nécessaire de mettre en place un système de sécurité incendie (SSI) permettant de détecter le plus rapidement possible un début de sinistre. PAGE : 1 Situation : Les établissements doivent être protégés contre les incendies. Suivant leur catégorie, les systèmes de sécurité incendie (SSI) à mettre en place sont plus ou moins complexes. A l issue

Plus en détail

Quelques dates clés s pour TYM TYM : entreprise familiale créé

Quelques dates clés s pour TYM TYM : entreprise familiale créé Quelques dates clés s pour TYM TYM : entreprise familiale créé éée e en 1963 1976 : achat de Transports Trainpo 1979 :Construction des premiers entrepôts 3000 m2 1979 à 1988 : Construction de 18000 m2

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ conformément au Règlement (CE) nº1907/2006 REACH Nom : KR-G KR-G

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ conformément au Règlement (CE) nº1907/2006 REACH Nom : KR-G KR-G KR-G Page 1 de 5 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE 1.1 Identificateur de produit : Nom du produit : KR-G 1.2 Utilisations identifiées pertinentes de la substance

Plus en détail

Fiche de données de sécurité Selon l Ochim (ordonn. produits chim.) du18.05.2005, paragr.3

Fiche de données de sécurité Selon l Ochim (ordonn. produits chim.) du18.05.2005, paragr.3 Nr. Article- Produit : 48785 Page: Page 1 En cas d urgence appeler le Centre Suisse d information toxicologique, Freiestr. 16, 8032 Zürich; Tél. des Urgences: ( jour et nuit) 145 ou +41 (0)44 251 51 51.

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

Stockage des Marchandises Dangereuses 1 Jour Transport Route 2 jours

Stockage des Marchandises Dangereuses 1 Jour Transport Route 2 jours Stockage des Marchandises Dangereuses 1 Jour Transport Route 2 jours Objectif Être capable : - d'appliquer la réglementation relative au transport des marchandises dangereuses et au stockage. - de rechercher

Plus en détail

A - OBJET DU DOCUMENT

A - OBJET DU DOCUMENT A OBJET DU DOSSIER Installations Classées pour la Protection de l Environnement DOSSIER D ENREGISTREMENT ET DE DECLARATION A - OBJET DU DOCUMENT Référence 065 06 13 00002 / SCI SAINT ROMAN MENTON Page

Plus en détail

F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France

F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France Logiciel d aide à l évaluation du risque chimique F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France Introduction

Plus en détail

Epreuve écrite d admissibilité du Mercredi 15 Janvier 2014 DOSSIER REPONSE

Epreuve écrite d admissibilité du Mercredi 15 Janvier 2014 DOSSIER REPONSE SUJET DE CONCOURS COMMUN AUX CENTRES DE GESTION : CONCOURS D ADJOINT TECHNIQUE DE 1ERE CLASSE SESSION 2014 SPECIALITE «ENVIRONNEMENT, HYGIENE» Epreuve écrite d admissibilité du Mercredi 15 Janvier 2014

Plus en détail

Décret n 2013- du relatif aux canalisations de transport de gaz, d hydrocarbures et de produits chimiques NOR : DEVP13XXXXXD

Décret n 2013- du relatif aux canalisations de transport de gaz, d hydrocarbures et de produits chimiques NOR : DEVP13XXXXXD RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable et de l énergie Décret n 2013- du relatif aux canalisations de transport de gaz, d hydrocarbures et de produits chimiques NOR : DEVP13XXXXXD

Plus en détail

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire Sommaire 1. Généralités 7 2. Réseaux d alimentation d eau dans les bâtiments 8 2.1 Généralités 8 2.2 Dimensionnement du réseau d alimentation - Méthode générale 8 2.2.1 Principes généraux 8 2.2.2 Données

Plus en détail

Assurances. Responsabilité civile, responsabilité du locataire. Prescriptions générales de sécurité

Assurances. Responsabilité civile, responsabilité du locataire. Prescriptions générales de sécurité MANUEL D EXPOSITION ET CONDITIONS GENERALES MONTREUX MUSIC & CONVENTION CENTRE (2m2c) Lieu de l exposition Cette exposition aura lieu de 24 du 25 septembre 2015 au Montreux Music & Convention Centre (2m2c),

Plus en détail

ETUDE DE SÉCURITÉ 1.RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX 2 2.CARACTÉRISTIQUES DES UTILISATEURS PRINCIPAUX 4 3.CARACTÉRISTIQUES EXTÉRIEURES 4

ETUDE DE SÉCURITÉ 1.RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX 2 2.CARACTÉRISTIQUES DES UTILISATEURS PRINCIPAUX 4 3.CARACTÉRISTIQUES EXTÉRIEURES 4 ETUDE RELATIVE À LA PRÉVENTION DES INCENDIES ET DES EXPLOSIONS À JOINDRE À TOUTE DEMANDE DE PERMIS D URBANISME OU UNIQUE RELATIVE AUX BÂTIMENTS VISÉS À L ARTICLE 1 DU RÈGLEMENT COMMUNAL DU 25/05/2010 ENTRÉ

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda. Service de la qualité

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda. Service de la qualité République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda Service de la qualité Produits Chimiques L'action entreprise par la Communauté européenne dans

Plus en détail

Risques spécifiques Création : 17/03/1994. ocif

Risques spécifiques Création : 17/03/1994. ocif COMPAGNIE GENERALE DES INSECTICIDES 9 rue Louis Armand ST OUEN L'AUMONE 95315 CERGY PONTOISE Cedex Tél: 01.34.64.11.73 Fax: 01.30.37.15.90. FICHE DE DO EES SECURITE Réf. : GUEP2 Risques spécifiques Création

Plus en détail

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014 Emetteur : CRMA Limousin Page 1 sur 6 1. Quelle réglementation s applique à mon entreprise? Emis le : 5/08/2011 Toute entreprise artisanale ou industrielle est soumise au règlement sanitaire départemental.

Plus en détail

Fiche de données de sécurité selon 91/155/CEE

Fiche de données de sécurité selon 91/155/CEE Page : 1/5 1 Identification de la substance/préparation et de la société/entreprise Identification de la substance ou de la préparation Code du produit: 8469 Emploi de la substance / de la préparation

Plus en détail

EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE

EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE Cette évaluation doit être systématique, quelle que soit l activité de l entreprise, même s il n y a pas d exposition a priori du fait des activités de travail. L'objectif

Plus en détail

Acides et bases. Acides et bases Page 1 sur 6

Acides et bases. Acides et bases Page 1 sur 6 Acides et bases Acides et bases Page 1 sur 6 Introduction Sont réputés acides et bases au sens des règles de sécurité en vigueur en Suisse, les solides ou liquides qui ont une réaction acide ou alcaline

Plus en détail

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes Les déchets actuellement considérés comme inertes en France et stockés comme tels sont des déchets suivants : (1) Stockage en classe III, recyclage, 17 01 01 Béton (armé ou non) 17 01 02 Briques (1) Stockage

Plus en détail

Le transport de matières dangereuses

Le transport de matières dangereuses 1/5 Définitions > Une matière dangereuse est une substance qui par ses caractéristiques physicochimiques, toxicologiques, ou bien par la nature des réactions qu elle est susceptible de produire, peut présenter

Plus en détail

Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION ... ... FICHES SIGNALÉTIQUES

Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION ... ... FICHES SIGNALÉTIQUES Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION Lieu de l intervention :... Service, local, secteur ou atelier :... Nature de l opération

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004 FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE / PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ / ENTREPRISE Nom commercial : Argon N FDS : G004 Formule chimique : Ar 2. COMPOSITION / INFORMATIONS

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. - Autorisation délivrée par le Wali ou le président de l APC pour l implantation des capacités de stockage GPL/C de la station.

FICHE TECHNIQUE. - Autorisation délivrée par le Wali ou le président de l APC pour l implantation des capacités de stockage GPL/C de la station. FICHE TECHNIQUE Intitulé du métier ou de l activité : Station de Service Codification NAA : GG 52 49 Codification ONS : 52 48 Codification CNRC : 604 611 Inscription de l activité : CNRC Type d autorisation

Plus en détail

Extinction. Choisissez votre système d extinction. Qu'est-ce qu'un système d extinction? Les principes du feu

Extinction. Choisissez votre système d extinction. Qu'est-ce qu'un système d extinction? Les principes du feu Extinction Choisissez votre système d extinction Qu'est-ce qu'un système d extinction? Dans un système de protection incendie, il ne suffit pas de détecter et de mettre en sécurité. Il est souvent nécessaire

Plus en détail

Avis Technique 14/13-1922*V1 DISTRITUB

Avis Technique 14/13-1922*V1 DISTRITUB Avis Technique 14/13-1922*V1 Annule et remplace l Avis Technique 14/13-1922 Tubes en PE-Xc Système de canalisations en PEX PEX piping system PEX Rohresystem Ne peuvent se prévaloir du présent Avis Technique

Plus en détail

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Bilan annuel 2011 Etienne Lacroix Tous Artifices S.A. Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Page 1 SOMMAIRE Actions réalisées pour la prévention des risques Compte-rendu des

Plus en détail

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes FACULTE DES SCIENCES DE BASE SERVICE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL EPFL SB-SST Bât CH Station nº 6 CH-1015 Lausanne Site web : http://sb-sst.epfl.ch/ Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des

Plus en détail

Essais de résistance au feu

Essais de résistance au feu Essais de résistance au feu Cloisons 98-48 avec plaques de plâtre EI60 (coupe feu 1heure) DTU 25-41 Livret technique 4 - Octobre 2009 Le Service Recherche & Développement SOMMAIRE Préambule page 3 Construire

Plus en détail

A.3 Les méthodes : L applicabilité

A.3 Les méthodes : L applicabilité SOMMAIRE A. Première partie A.1 Ingénierie système : du besoin au système (produit/service) A.2 SDF, Maintenance et concepts sous-jacents A.3 Les méthodes : L applicabilité A.4 GMAO = GM + AO B. Deuxième

Plus en détail

FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE

FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE Nom, Prénom Adresse du proposant : (sera le preneur d assurances si le contrat est souscrit)------------------------------- Affaire Nouvelle Avenant Remplacement No

Plus en détail

Gestion de la prévention Planifier les mesures d urgence. étapes

Gestion de la prévention Planifier les mesures d urgence. étapes Gestion de la prévention Planifier les mesures d urgence Des flammes s échappent du moteur d un camion. De l essence coule sous une automobile. La fourche d un chariot élévateur perce un contenant d électrolyte

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SECURITÉ Demand CS

FICHE DE DONNÉES DE SECURITÉ Demand CS 01. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIÉTÉ Nom commercial Code produit Usage envisagé LAMB97201 A UTILISER COMME INSECTICIDE UNIQUEMENT Le produit doit être utilisé conformément à l'étiquette Apparence

Plus en détail

Le Transport des Matières Dangereuses

Le Transport des Matières Dangereuses Section des produits chimiques Service du pharmacien cantonal 24, avenue de Beau-Séjour 1206 Genève Le Transport des Matières Dangereuses tél.: 022/546.51.90(88) fax.: 022/546.51.89 section.toxiques@etat.ge.ch

Plus en détail

FORMULAIRE DE DECLARATION DE RISQUE TOUS RISQUES CHANTIERS

FORMULAIRE DE DECLARATION DE RISQUE TOUS RISQUES CHANTIERS FORMULAIRE DE DECLARATION DE RISQUE TOUS RISQUES CHANTIERS I-INDICATIONS GENERALES 1) Nom du projet.. Situation géographique du chantier.. 2) Nom et adresse du Maître de l ouvrage :... 3) Nom et adresse

Plus en détail

FICHE DE SECURITE FUMESAAT 500 SC

FICHE DE SECURITE FUMESAAT 500 SC 1/5 FICHE DE SECURITE FUMESAAT 500 SC Identification de la préparation 1. Identification de la préparation de l entreprise Nom commercial: FUMESAAT 500 SC Identification Produit : éthofumésate 500 SC Substance

Plus en détail

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 CAISSE RÉGIONALE D ASSURANCE MALADIE RHÔNE -ALPES Service Prévention des Risques Professionnels 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 FT 1022 OCTOBRE

Plus en détail

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation G1 Recrutements des assistants de recherche et de formation...2 G1.1 Assistant gestion de données patrimoniales...2 G1.2 Assistant technique en génie climatique...2 G1.3 Assistant technique en électricité...2

Plus en détail

Document unique d évaluation des risques professionnels

Document unique d évaluation des risques professionnels Document unique d évaluation des risques professionnels La loi n 91-1414 du 31 décembre 1991 (article L.230-2 du Code du travail), demande au chef d établissement de prendre toutes les mesures nécessaires

Plus en détail

Bilan 2011 Lubrizol Usine de Rouen Actions 2011 réalisées pour la prévention des risques industriels majeurs Actions Impact Coût en Prévention sécurité (amont du nœud papillon) : - Mise en place d un automate

Plus en détail

GEC4 DEMANDE D ENREGISTREMENT D UN BÂTIMENT LOGISTIQUE. Bâtiment D ZA de la Barogne Moussy le Neuf (77) Décembre 2011 VERSION N 2

GEC4 DEMANDE D ENREGISTREMENT D UN BÂTIMENT LOGISTIQUE. Bâtiment D ZA de la Barogne Moussy le Neuf (77) Décembre 2011 VERSION N 2 VERSION N 2 Décembre 2011 DEMANDE D ENREGISTREMENT D UN BÂTIMENT LOGISTIQUE Bâtiment D ZA de la Barogne Moussy le Neuf (77) SIÈGE SOCIAL PARC DE L'ILE - 15/27 RUE DU PORT 92022 NANTERRE CEDEX Unité industrie

Plus en détail

Equipement d un forage d eau potable

Equipement d un forage d eau potable Equipement d un d eau potable Mise en situation La Société des Sources de Soultzmatt est une Société d Economie Mixte (SEM) dont l activité est l extraction et l embouteillage d eau de source en vue de

Plus en détail