Réunion du 4 septembre Salle M2 232 CNAMTS. Procès-verbal

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réunion du 4 septembre 2013. Salle M2 232 CNAMTS. Procès-verbal"

Transcription

1 Comité National de Concertation du Service National du Contrôle Médical Réunion du 4 septembre 2013 Salle M2 232 CNAMTS Procès-verbal Participants Représentants de la direction de la CNAMTS Mr Olivier De Cadeville, Directeur Délégué aux opérations Mme Laurence Gautier Pascaud, Directrice des ressources humaines des réseaux Mr le Docteur Jean Paul Prieur, Directeur du réseau médical Représentants des Praticiens conseils Mme le Docteur Dominique Augier-Litzelmann, SGPC-CFE-CGC Mme le docteur Hélène Azoury, SNFOCOS Mr le Docteur Pierre Chrétien, SNFOCOS Mr le docteur Guilhem Delas, SGPC-CFE-CGC Mr le Docteur Jean-Paul Frammery, SAPC Mr le Docteur Jean-François Givert, SAPC Mr le Docteur Jean-François Gomez, SGPC-CFE-CGC Mr le Docteur Yannick Lapasse, SAPC Mr le Docteur Michel Marchand, SGPC-CFE-CGC Mr le Docteur Yvan Martigny, SGPC-CFE-CGC Mme le Docteur Valérie Longuépée, SGPC-CFE-CGC Ouverture de la réunion par Mr De Cadeville à 15 :00 CNC 4 septembre PV 1/10

2 1. Approbation du PV du 21 juin 2013 Aucune observation n étant faite, le PV est approuvé à l'unanimité. 2. Point sur les IRP Mr le docteur Marchand demande si sur le dossier des instances représentatives des praticiens conseils il y a du nouveau. Mr De Cadeville indique ne pas avoir de réponse de la Direccte. Il va rappeler Mr Royer pour faire le point et pour essayer de débloquer cette situation, la décision de saisir le directeur général du travail a été prise par le Directeur Général. Mr le docteur Givert informe que son organisation syndicale a déposé une plainte le 7 août en correctionnel auprès du procureur de la république, dans le même but. Mr le docteur Chrétien informe que sa confédération va interpeller la direction du travail. Mr le docteur Gomez indique avoir pris contact avec la direction générale du travail (DGT) car pour l instant le numéro de la convention collective des praticiens conseils n apparaît pas dans les arrêtés de représentativité. La DGT a précisé officieusement qu en l absence d arrêté pour les praticiens conseils c est le droit antérieur à la Loi de 2010 de modernisation du dialogue social qui s applique. Il attend la confirmation officielle de la DGT sur ce sujet. Mr De Cadeville indique que la direction estime que cette situation de blocage a assez duré. Aucun projet d envergure et notamment la réorganisation du service médical ne peut voir le jour faute de pouvoir le soumettre à une IRP de droit commun comme il s y était engagé. Une demande doit être entreprise auprès du Directeur Général du travail. 3. Présentation du système de management intégré Mr De Cadeville indique que ce système vient d'une réflexion lors de la préparation de la COG Il existe beaucoup de dispositifs pour garantir la qualité : le dispositif de gestion de la qualité (certification ISO, les plans de maîtrise socle pour la gestion des processus, le dispositif de certification des comptes. Tous ces dispositifs participent à la gestion de la qualité, cependant, un dispositif ne remplace pas l'autre et on aboutit à un millefeuille qui peut être très consommateur de temps. Une réflexion a donc été menée sur la période de la COG pour concevoir un système propre à l Assurance Maladie qui intégrerait les exigences de qualité et de certification des comptes. Le travail a été confié à une mission déléguée du CNG sous la direction de Mme Lafoux, directrice de la CPAM de Moselle, pour pouvoir aboutir en fin de COG à un dispositif qui puisse être déployé sur la COG suivante. Nous disposerons d un système unique qui intégrera les objectifs de la norme ISO, de la certification des comptes, de l accréditation qualité et du contrôle interne. CNC 4 septembre PV 2/10

3 Aujourd'hui le système n'est pas encore abouti ni validé par le directeur général, une information a été diffusée aux directeurs et agents comptables fin juillet et en novembre, lors du prochain séminaire réseau, seront abordées les étapes et moyens de la mise en oeuvre opérationnelle. Le système passe par la création d une cartographie des processus, la prise en compte des PMS, la modélisation des référentiels de processus, la formation d auditeurs pour vérifier que le SMI est mis en œuvre dans l ensemble des entités du réseau. L idée est de pouvoir commencer en Mr le docteur Marchand demande quelle est la place du service médical et du système qualité au sein du service médical par rapport à ce système intégré, les procédures seront-elles conservées ou doit-on s'attendre à une refonte complète et à d importants bouleversements dans les façons de travailler. Mr De Cadeville précise que l'idée est d'aller vers plus de simplicité, donc ce qui peut être réutilisé doit l'être. Il sait que chacun est attaché à ses dispositifs et c est pourquoi le réseau est associé à la réflexion. Cela a été une bonne chose de mieux formaliser nos processus mais il ne faut pas tomber dans l'excès. Mr le docteur Marchand demande si le service médical pourra être pilote de certains processus et si certaines activités seront transférées entre CPAM et ELSM. Mr De Cadeville précise que la question est indépendante des organisations. Quelle que soient les systèmes de maîtrise de la qualité, les organisations sont fondées à bouger en fonction des objectifs du service public et on ira vraisemblablement de plus en plus vers des processus intégrés service médical-caisses. Pour répondre mieux aux objectifs, une évolution des organisations sera nécessaire et d ailleurs ces perspectives et les raisons des différents choix seront présentées devant les instances représentatives du personnel de droit commun quand elles existeront. Par le fait, il y a de plus en plus de processus qui mêlent à la fois des compétences médicales et administratives. Nous voulons passer de plusieurs dispositifs à un seul en essayant au passage d enlever tout ce qui peut faire doublon. Mr le docteur Marchand demande si le pilotage des processus ne pourrait pas être une nouvelle mission des responsables de pôle. Mr De Cadeville indique que l'idée dans la réorganisation c est de ne mettre personne en difficulté, lors de la mise en oeuvre toutes les solutions seront étudiées. Mr le docteur Frammery indique que selon son point de vue le millefeuille au service médical est une réalité, la nécessité de simplifier toute la machinerie est indiscutable, que beaucoup est fait pour la façade, pour les chiffres en perdant de vue la qualité. Ainsi par exemple dans le domaine RPS, lorsque l on multiplie les échanges quitte à les confier aux DAM y compris sur des thèmes médicaux difficiles comme les nouveaux anticoagulants (Naco), il n est pas certain que l impact auprès des professionnels de santé soit vraiment celui attendu. On pourrait multiplier les exemples, on a déjà parlé ici des PSE et des flux de demandes sans aucune qualité. Mr De Cadeville ne partage pas ces jugements de valeur et ne doute pas de l'utilité du service médical. Ainsi, entre 2000 et 2004, quand le nombre de contrôles d arrêts de travail a diminué on a vu augmenter les dépenses du poste dans des proportions importantes et quand à partir de 2004 on a remis les contrôles en place on a vu se réguler complètement les dépenses des Ij. Cela montre l intérêt et l efficacité du SM du point de vue contrôle et accompagnement. Tout compris, visites DAM et EC, nous en sommes à plus de entretiens par an avec les professions de santé, on ne peut pas penser que c est sans effet sur les prescriptions, tant en efficience qu en CNC 4 septembre PV 3/10

4 qualité. Il suffit de regarder les résultats du ROSP. Bien sûr, toute organisation est perfectible, mais il faut voir globalement si les activités sont sous contrôle et si l on a une assurance raisonnable de l'efficacité de ce que l on fait. S il faut rester modeste, il ne faut pas tomber dans l'auto flagellation. Le service médical n'a pas à rougir de ce qu il fait par rapport à ce qui est fait ailleurs. Mme le docteur Azoury tient à revenir sur les Naco : quand on voit la force de frappe colossale que déploient les laboratoires, il est normal que l Assurance Maladie mobilise l'ensemble de ses acteurs afin de faire passer un message qui précise mieux la place de ces nouvelles molécules dans l'arsenal thérapeutique. Mr De Cadeville précise qu'il s'agit d'une évidence, le nombre des médecinsconseils n'est pas extensible, le recrutement actuel ne compense pas les départs, il est donc nécessaire de démultiplier les messages délivrés en faisant intervenir les Dam. Mr le docteur Frammery rappelle que son intention n'était pas de critiquer le service médical qui a besoin de plus de temps et de souplesse pour atteindre les objectifs qui lui sont fixés. Mr De Cadeville fait remarquer que le temps est compté d'autant plus que le système de l'assurance-maladie reste fragile tant qu il n est pas à l équilibre. 4. Modalités d évaluation des résultats des objectifs part variable Mr De Cadeville indique ne pas avoir d'élément nouveau depuis la dernière réunion. La phase active va démarrer, l'objectif est de boucler les évaluations très prochainement pour pouvoir distribuer la part variable avant la fin de l année. Mme le docteur Azoury demande quand et comment les DRSM devront faire leurs remontées à la CNAMTS et quelles seront les voies de recours en cas de désaccord. Mme Gautier Pascaud rappelle qu'une réunion avec les directeurs régionaux des services médicaux a eu lieu le 9 juillet avec un échange sur ces questions dans le but d obtenir une vision commune pour le réseau. Une lettre réseau fin juillet a fixé les dispositions communes et le calendrier. Une nouvelle réunion avec l'ensemble des DRSM est prévue le 12 septembre, date à laquelle pourront débuter les entretiens d'évaluation. La CNAMTS suit donc ce qui se passe en région et il a été demandé aux directeurs de faire remonter leurs questions afin de les partager et les traiter de la même façon pour l ensemble du réseau. Les régions doivent remonter à la CNAMTS pour le 15 novembre les taux d atteinte des objectifs part variable des PC, une analyse nationale et des échanges avec les régions permettront des ajustements éventuels entre le 15 novembre et le 15 décembre et la notification interviendra sur la paie du mois de décembre. Il y a donc une collaboration étroite entre la CNAMTS et le réseau dans ce domaine. Mr le docteur Marchand demande s'il est possible pour les activités qui ont démarré tardivement d'extrapoler les résultats sur l'année entière. Mme Gautier Pascaud précise que les résultats sont évalués cette année fin août, en 2014 l'évaluation se fera sur une année complète. Mr le docteur Marchand demande si l'évaluation annuelle se fera toujours en septembre octobre. Mme Gautier Pascaud indique qu'il s'agit d'une obligation pour 2013 si on veut une part variable payée en décembre; par la suite la périodicité pourra être revue. Mr le docteur Chrétien s'interroge sur les voies de recours. Mme Gautier Pascaud répond qu'il n'y a pas de voies de recours à l'exception du recours judiciaire. CNC 4 septembre PV 4/10

5 Mr le docteur Givert se demande pourquoi les CESI qui existent toujours ne pourraient pas être utilisées comme recours. Mr De Cadeville indique avoir une certaine habitude de l'attribution des parts variables notamment pour l'ensemble des directeurs et que s il existe des demandes d'explications, les litiges à proprement parler sont rares. Il fait le pari que cela va bien se passer en sachant qu il faut bien comprendre que l objectif n est pas d avoir 100% d atteinte des objectifs car tout n est pas forcément du fait du praticien. Pour les directeurs les résultats d'atteinte des objectifs sont compris dans une fourchette qui va de 30 à 90 %. Mme le docteur Azoury indique que certains objectifs collectifs ont un caractère subjectif et que les résultats peuvent dépendre de l'analyse de l'évaluateur. Mme Gautier Pascaud précise qu'avant de parler de recours la première démarche est de revenir vers son évaluateur pour obtenir des explications, si besoin est, le niveau régional peut avoir un rôle d'arbitre. Mr le docteur Marchand demande quelles sont les préconisations lorsqu'un objectif n'est pas évaluable du fait du report d'activité, et si la neutralisation d'un indicateur est possible. Mme Gautier Pascaud répond qu'il faut voir pour quelles raisons l'activité n'a pas été faite et que la neutralisation d'un indicateur reste possible. 5. Application de l article de la CCNT, point sur les demandes déposées auprès des DRSM et réponse que la direction entend y apporter Mme Gautier Pascaud rappelle que la position de la CNAMTS n'a pas changé, 57 demandes de praticiens conseils sont parvenues via les DRSM à la CNAMTS. Par un courrier du 21 juillet 2013 adressé au directeur de l UCANSS, la CNAMTS a fait part de son désaccord sur l'interprétation donnée et à ce jour elle n a pas reçu de réponse écrite mais la position de l UCANSS serait de revenir sur l'interprétation initialement donnée et de partager l'avis de la CNAMTS. Mme le docteur Azoury indique ne pas partager forcément la position de la CNAMTS, et que ce dossier fait l'objet d'une étude par un juriste. Mr le Docteur Marchand demande si les réponses ont été identiques pour tous les PC. Mme Gautier Pascaud répond par l affirmative et précise que cela intéresse uniquement les praticiens conseils rentrés dans l'institution avant Précisions sur les jours de congé Mme Gautier Pascaud précise que la période normale de prise de congés s'étend selon le droit du travail du 01/05 au 31/10 et dans l'institution (convention collective) du 01/05 au 30/09. Durant cette période, le salarié qui le souhaite peut prendre au moins 12 jours de congés et l'employeur ne peut pas l obliger à prendre plus de 24 jours. Il s agit de jours ouvrés (24 jours = 4 semaines et 4 jours). C'est un système assez souple. CNC 4 septembre PV 5/10

6 Mr le docteur Marchand indique que certains directeurs régionaux obligent les salariés à prendre au moins 12 jours pendant une période d'été. Il demande s'il s'agit d'une politique nationale. Mme Gautier Pascaud répond qu'il ne s agit pas d une politique nationale mais qu il peut s'agir de nécessités de service. Par ailleurs, entre les PC au forfait et les PC intégrés, il n y a pas de différence dans les jours de congés. Concernant les personnes travaillant à temps partiel, le congé principal de 27 jours est proratisé en fonction du temps de travail, alors que les congés supplémentaires ne sont pas proratisés. La même règle s applique pour les PC en forfait «jour réduit». Mme le docteur Azoury constate qu'il existe des disparités entre les régions pour les jours de RTT vis-à-vis de la proratisation ou non. Mme Gautier Pascaud explique qu'il peut s'agir de modifications liées au changement de logiciel de gestion et de la perte de certains usages, la gestion par le logiciel GRH étant plus rigoureuse que la gestion faite avec GDP. Mme le docteur Azoury insiste sur les disparités existantes pour la proratisation des RTT entre temps partiels intégrés et forfaits réduits. Mme Gautier Pascaud précise qu il n y a pas de RTT pour les temps partiels. Mme le Docteur Augier Litzelmann rappelle qu un accord avait donné la possibilité pour les PC temps partiels d avoir des jours RTT. Mme Gautier Pascaud va regarder tous ces points pour rappeler les règles. 7. Bilan formation Présentation d un diaporama (voir en annexe) Mme Gautier Pascaud rappelle que la formation pour les praticiens conseils représente 6,11 % de la masse salariale alors que l'obligation légale est de consacrer 1,6 % de la masse salariale à la formation. Tous les PC ont bénéficié d au moins une formation dans l année. L accès est excellent pour les PC même au-delà de 55 ans. Mr le docteur Marchand demande s il y a de la VAE pour les MC Mme Gautier Pascaud va vérifier ce point. Mr le docteur Lapasse demande où en est le dossier de validation de la CNAMTS comme organisme de DPC. Mme Gautier Pascaud indique qu'un avis favorable est attendu d'ici fin octobre. 8. Bilan Social Mme Gautier Pascaud explique que le diaporama fournis à l'instance nationale de suivi de la convention collective nationale de travail sera mis en annexe du PV. Elle en décrit succinctement les têtes de chapitres. 9. Liste d aptitude, bilan des mutations promotions CNC 4 septembre PV 6/10

7 Mme Gautier Pascaud indique qu'il y a eu trois listes de postes vacants pour les niveaux B en 2013, en février, avril et juillet. Peut-être y en aura-t-il une supplémentaire d ici la fin de l année. Concernant le bilan des mutations, en 2012 il y a eu 47 mutations de niveau A, 21 mutations de niveau B et 2 mutations de niveau D et lors du premier semestre 2013, 29 mutations de niveau A, 10 de niveau B et 2 de niveau D. Pour les promotions, en 2012 il y a eu 19 passages du niveau A au niveau B, trois du niveau B au niveau C et 4 du niveau C au niveau D. Lors du premier semestre 2013, il y a eu 12 passages de A vers B, 4 de B vers C, 4 de C vers D. Mme le docteur Augier-Litzelmann interroge la direction sur la liste de postes proposées par lettre réseau sur médiam le 3 septembre et sur une éventuelle liste complémentaire d'ici à la fin de l'année. Mr le docteur Marchand demande que sont devenus les postes vacants de niveau B proposées sur la dernière liste. Mme Gautier Pascaud indique que 20 de ces postes sont pourvus et que pour 5 d'entre eux aucun candidat ne s'est fait connaître. Mr le docteur Marchand demande si dans le bilan social se trouve la liste des échelons déficitaires. Mme Gautier Pascaud répond qu elle va s en assurer et fournir si besoin cette information avec un point fin 2011 et fin 2012 sachant que ces éléments varient en permanence. Mme le docteur Augier-Litzelmann souhaite connaître le nombre de postes supprimés par région. Mme Gautier Pascaud répond qu actuellement aucun poste n'est supprimé, les suppressions précédentes correspondaient à ce que la COG prévoyait. Il y a eu une cartographie des niveaux B en début de COG pour harmoniser les effectifs entre régions mais il n y a pas eu de suppression, il y a eu des niveaux B transformés en A éventuellement. Mr le docteur Chrétien indique que lors des fusions d ELSM il y a bien eu des suppressions de postes de niveau B. Mme Gautier Pascaud répond qu'il n'y a pas eu de suppression mais des redéploiements ailleurs. Mme le docteur Longuepée confirme qu il y a bien eu des postes d adjoint dans le Nord qui n existent plus. Dans les ELSM fusionnés, quand les adjoints s en vont, il n y a pas de vacance de poste qui parait. Mme Gautier Pascaud répond que cela entre dans le rééquilibrage entre région en fonction de la cartographie des niveaux B. Mr le docteur Frammery demande quel est le nombre de poste ouverts au concours cette année. Mr de Cadeville répond que 135 postes ont été proposés au concours pour 86 candidats et 58 praticiens recrutés. Mr le docteur Givert précise qu'il ne s'agit pas d'une fatalité, qu'il faut s'interroger sur l'intérêt du travail et le niveau de rémunération proposée. Mr de Cadeville répond que le niveau de rémunération a été revu à chaque négociation, il est très correct comparé aux autres médecins salariés. 10. Points d expérience et de contribution CNC 4 septembre PV 7/10

8 Mr de Cadeville rappelle que les dotations régionales ne sont pas encore arrêtées, que cela se fera fin septembre lors du séminaire, dans le cadre d'une double limitation, budgétaire et RMPP. Nous serons probablement à 2,4 au lieu de 2,25. Des simulations restent à faire. Mr le docteur Marchand demande si cette année beaucoup de points d'expérience doivent être distribués. Mr de Cadeville répond que cette année beaucoup de points d'expérience sont effectivement à attribuer. Mr le docteur Gomez demande si l on pourra aller au-delà des 30% de PC prévus à la convention Mr de Cadeville répond qu on sera de toute façon au-delà avec la part variable. Il pourra préciser davantage au prochain CNC. 11. Numérisation des protocoles de soins avec Diadème Présentation faite par le docteur Prieur L objectif est de mettre à disposition des professionnels de santé une image informatique du PDS dans «Espace Pro». Les autorisations CNIL couvrent cette numérisation. Les PDS avec AF sont scannés dans Diadème par les agents du Service Médical, après traitement du dossier par le médecin conseil. Seul le RG est impliqué, pas les mutuelles. Bien entendu, seuls les agents du SM pourront consulter le PDS dans Diadème. Une contrainte : les protocoles illisibles doivent être ressaisis. Cependant, en moyenne, la scannérisation demande une minute par protocole. En contre partie, un gain de temps est réalisé pour l'archivage papier qui se fait très rapidement par journées. Au total, l'opération est neutre sur le plan temps de travail. Les préconisations actuelles sont de réaliser la scannérisation dans les 72h maximum après l avis. Ce délai sera réexaminé après quelques temps de mise en place dans les échelons. Les PDS papiers seront conservés pendant 8 ans classés par date de numérisation. La purge dans la GED se situe à 36 mois après la fin de validité du PDS. La LR de diffusion va paraître, un document d accompagnement sera mis à disposition. Il y aura une présentation dans les IRP régionales et le dispositif sera opérationnel fin décembre dans tous les ELSM. Mr de Cadeville précise qu'il s'agit d'une solution intermédiaire qui devrait être remplacée progressivement par la montée en charge des protocoles de soins électroniques qui représentent actuellement 15 % des protocoles. Mr le docteur Lapasse demande s'il existe une procédure particulière pour assurer la confidentialité des données du personnel du Service Médical et précise que les IRP régionales ont déjà été saisies de ce problème dans l'attente d'une solution nationale. Mr de Cadeville indique que ce point est à étudier et à aborder lors d'un prochain CNC. Mr le docteur Lapasse demande si par mesure de précaution il ne faudrait pas en attendant retarder la scannérisation des documents intéressant le personnel. Mr de Cadeville pense que c est difficile de faire une discrimination entre assurés Mr le docteur Lapasse précise qu il ne s agit pas de demander aux professionnels de santé d agir différemment pour le personnel du service médical mais de ne pas scanner en interne aux ELSM les PDS du personnel puisqu il y a déjà des CNC 4 septembre PV 8/10

9 procédures particulières pour traiter les documents papiers concernant les soins et pour les contrôles. Mme le docteur Azoury estime qu il y a effectivement deux choses : les PDS sur lesquelles on peut en interne prendre des mesures transitoires et les PSE pour lesquels il n y a pas de solution. C est une double problématique. Mr le docteur Givert pense qu il faudrait corréler cette réflexion avec celle plus large du traitement des dossiers médicaux du personnel. Mr le docteur Prieur indique que le traitement des dossiers médicaux du personnel est compliqué et qu'il faut faire attention avec les exceptions de droit. Mr de Cadeville précise que la solution pourrait être une liste de NIR interdits à la consultation ; il dit être en attente de réponse des techniciens qu'il espère avoir lors de la prochaine réunion. Mr le docteur Lapasse confirme qu en matière de NIR, d habilitation et de traçabilité il doit y avoir des possibilités de réponse. Mr le docteur Frammery demande comment l'espace Pro est accueilli par les professionnels de santé. Mr de Cadeville répond que l'adhésion des professionnels de santé dépend des produits : l'arrêt de travail passe bien, le PSE est plus difficile. Le temps de connexion - déconnexion dépend du débit Internet. La solution pour éviter cette déconnexion est d intégrer ces modules aux logiciels métiers des professionnels de santé, ce qui est en cours. Mr le docteur Prieur précise que la performance s'améliore tous les jours et que les jeunes médecins ne conçoivent plus de travailler avec le papier. Mr le docteur Martigny demande si la numérisation se fait dans les échelons locaux du Service Médical. Mr le docteur Prieur répond par l affirmative 12. Questions diverses Mme Gautier Pascaud rappelle qu elle s était engagée lors du précédent CNC à interroger la direction de la communication sur le libellé de la signature de certains courriers par «votre médecin-conseil de l'assurance-maladie». Mr le docteur Prieur précise que la politique de communication de l'assurance- Maladie veut que les courriers relatifs à des recommandations de prévention soient normalement signés par le médecin-conseil national lorsqu il s agit de messages adressés à l ensemble d une population. Pour le cas particulier qui a conduit à soulever la question devant cette instance, cela n a pu être possible, ce qui a nécessité une solution de «contournement» à savoir une formulation «votre médecin conseil de l Assurance-Maladie» comme signature générique. La charte graphique de communication des caisses propose une signature du même ordre («votre correspondant de l'assurance-maladie») pour les caisses afin de renforcer la proximité avec les assurés. On peut également envisager lorsqu il s agit de courriers relatifs à des messages de prévention envoyés localement à des populations ciblées de signer «le médecin conseil chargé de la prévention». Mr le docteur Givert répond que la proposition de changer le «votre» par «le» médecin conseil chargé de la prévention est tout à fait satisfaisante. Mme le docteur Azoury attire l'attention de la direction sur une directive Sophia tombée courant de l été demandant que les patients en écart de soins soient invités CNC 4 septembre PV 9/10

10 pour un entretien individuel avec un praticien conseil. Cette procédure actuellement laissée à la main des directions des ELSM mériterait d'être encadrée car tous les éligibles ne peuvent pas se déplacer, la directive parle de praticiens conseils alors que les chirurgiens dentistes et les pharmaciens conseils n ont pas forcément, en l absence de formation adaptée, la culture médicale pour recevoir des malades complexes. Mr le docteur Frammery mentionne que dans certaines régions il a été question de faire des entretiens téléphoniques par des agents niveau 4. Mr de Cadeville est très étonné. La direction va faire le point avec l équipe Sophia. Peut-être y a-t-il des méthodologies qui n ont pas été adressées. Mr le docteur Martigny demande si la fusion de la CPAM du Havre et de RED est prévue Mr de Cadeville indique qu'une réflexion est en cours et que rien n'est décidé Tous les points à l ordre du jour ayant été traités la réunion est close. Prochaine réunion le 2 octobre CNC 4 septembre PV 10/10

Réunion du 21 juin 2013. Salle G1 536 CNAMTS. Procès-verbal

Réunion du 21 juin 2013. Salle G1 536 CNAMTS. Procès-verbal Comité National de Concertation du Service National du Contrôle Médical Réunion du 21 juin 2013 Salle G1 536 CNAMTS Procès-verbal Participants Représentants de la direction de la CNAMTS Mr le Docteur Jean

Plus en détail

Comité National de Concertation du Service National du Contrôle Médical. Réunion du 5 mars 2013 Salle B2 016 CNAMTS. Procès-verbal

Comité National de Concertation du Service National du Contrôle Médical. Réunion du 5 mars 2013 Salle B2 016 CNAMTS. Procès-verbal Comité National de Concertation du Service National du Contrôle Médical Réunion du 5 mars 2013 Salle B2 016 CNAMTS Procès-verbal Participaient Représentants de la direction de la CNAMTS Mr Olivier De Cadeville,

Plus en détail

Mieux répondre aux objectifs de la loi du 13 août 2004 et de la convention d'objectifs et de gestion

Mieux répondre aux objectifs de la loi du 13 août 2004 et de la convention d'objectifs et de gestion 1/9 Mieux répondre aux objectifs de la loi du 13 août 2004 et de la convention d'objectifs et de gestion La loi du 13 août 2004 a confié à l'assurance Maladie de nouvelles responsabilités en matière de

Plus en détail

INC Assurance Maladie. 15 avril 2015 PRESENTATION DU SDRH 2015-2018

INC Assurance Maladie. 15 avril 2015 PRESENTATION DU SDRH 2015-2018 INC Assurance Maladie 15 avril 2015 PRESENTATION DU SDRH 2015-2018 INC Assurance Maladie Présentation du SDRH 2015-2018 1. Travaux préparatoires 2. Bilan du SDRH 2011-2014 3. Structuration du SDRH 2015-2018

Plus en détail

DDO/D2OM/DPMI Séminaire ACORS SMI Septembre 2014. Quitter sommaire préc. suiv.

DDO/D2OM/DPMI Séminaire ACORS SMI Septembre 2014. Quitter sommaire préc. suiv. 1 Séquence 1 : La continuité dans nos démarches centrées sur nos clients L engagement du directeur général Historique des démarches Présentation du référentiel SMI Séquence 2 : Les outils du SMI Le référentiel

Plus en détail

Les moteurs de progrès

Les moteurs de progrès MANAGEMENT PILOTAGE Les moteurs de progrès Si le management par les processus connaît une certaine réussite, le pilotage et les processus qui lui sont liés restent précaires. Pourtant là aussi, appliquer

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DES ACTIONS DE FORMATION NATIONALES

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DES ACTIONS DE FORMATION NATIONALES RÈGLEMENT GÉNÉRAL DES ACTIONS DE FORMATION NATIONALES Préambule Le présent règlement général des formations fixe les conditions générales et spécifiques notamment pour la mise en œuvre de procédures d

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie

Caisse Nationale de l'assurance Maladie Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Mesdames et Messieurs les Médecins Conseils Régionaux Date : Monsieur le Médecin Chef de La Réunion

Plus en détail

APPEL D'OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE LA SOCIETE

APPEL D'OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE LA SOCIETE APPEL D'OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE LA SOCIETE Les propositions de réponse à cet appel d'offres devront être adressées par voie postale ou électronique à l attention du chargé

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : 02/06/94 MMES et MM les Directeurs MMES et MM les Agents Comptables Origine : ACCG - des Caisses

Plus en détail

Baccalauréat technologique

Baccalauréat technologique Baccalauréat technologique Épreuve relative aux enseignements technologiques transversaux, épreuve de projet en enseignement spécifique à la spécialité et épreuve d'enseignement technologique en langue

Plus en détail

FORMATION. Connaître les exigences réglementaires appliquées aux Systèmes d Information. 1 JOUR soit 7 heures. Réf.AQ-Q1

FORMATION. Connaître les exigences réglementaires appliquées aux Systèmes d Information. 1 JOUR soit 7 heures. Réf.AQ-Q1 Réf.AQ-Q1 Les Systèmes d'information des entreprises réglementées font l'objet d'exigences spécifiques. Celles-ci sont souvent difficiles à appréhender pour les spécialistes métier de l'assurance Qualité,

Plus en détail

Commission Nationale de l Informatique et des Libertés Recommandation (97-008)

Commission Nationale de l Informatique et des Libertés Recommandation (97-008) RECOMMANDATION Délibération n 97-008 du 4 février 1997 portant adoption d'une recommandation sur le traitement des données de santé à caractère personnel (Journal officiel du 12 avril 1997) La Commission

Plus en détail

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 RESPONSABLE DE RESSOURCES HUMAINES Code : GRH01 Responsable de ressources humaines FPEGRH01 Il définit et met en œuvre la politique de ressources

Plus en détail

ACCORDS D'ENTREPRISE ACCORD RELATIF AUX HORAIRES INDIVIDUALISES SUR LES SITES DE NIORT ET SAINTES

ACCORDS D'ENTREPRISE ACCORD RELATIF AUX HORAIRES INDIVIDUALISES SUR LES SITES DE NIORT ET SAINTES ACCORD RELATIF AUX HORAIRES INDIVIDUALISES SUR LES SITES DE NIORT ET SAINTES Après négociation entre : La Caisse Régionale de Crédit Agricole Mutuel de Charente-Maritime Deux-Sèvres, dont le Siège est

Plus en détail

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * République Algérienne Démocratique et Populaire * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * Présidence de le république * * * * * * * * * * * * * Direction Générale de la Fonction Publique

Plus en détail

l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale

l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale &LUFXODLUH&1$076 Date : 18/07/2001 Origine : DRP AC Mme et MM. les Directeurs des Caisses Primaires d'assurance Maladie des Caisses Régionales

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : MMES et MM 14/09/95 Les Directeurs et Agents Comptables Origine : CABDIR - des CPAM - des CTI

Plus en détail

La modernisation de la gestion publique au sein des EPSCP. Colloque des Agents Comptables. 05 juin 2015

La modernisation de la gestion publique au sein des EPSCP. Colloque des Agents Comptables. 05 juin 2015 La modernisation de la gestion publique au sein des Colloque des Agents Comptables 05 juin 2015 EPSCP Frédéric Dehan Directeur Général des Services Université de Strasbourg 1) Des éléments de contexte

Plus en détail

AVENANT N 8 Médecins généralistes et spécialistes libéraux (secteurs 2 et 1 avec DP)

AVENANT N 8 Médecins généralistes et spécialistes libéraux (secteurs 2 et 1 avec DP) AVENANT N 8 Médecins généralistes et spécialistes libéraux (secteurs 2 et 1 avec DP) Docteur, Le nouvel avenant à la convention médicale vous propose de vous engager en faveur de l'amélioration de l'accès

Plus en détail

UNITE U 6.2 : PROJET TECHNIQUE OBJET DE L'EPREUVE.

UNITE U 6.2 : PROJET TECHNIQUE OBJET DE L'EPREUVE. UNITE U 6.2 : PROJET TECHNIQUE OBJET DE L'EPREUVE. Cette épreuve permet de valider les compétences C1, C2, C3 et T2 du référentiel au travers de la démarche de projet 15 que le candidat aura mis en œuvre.

Plus en détail

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation SEP 2B juin 20 12 Guide méthodologique de calcul du coût d une Sommaire Préambule 3 Objectif et démarche 3 1 Les objectifs de la connaissance des coûts 4 2 Définir et identifier une 5 Calculer le coût

Plus en détail

Avancement du projet de création de l institut national de formation. Instance Nationale de Concertation 16 avril 2015

Avancement du projet de création de l institut national de formation. Instance Nationale de Concertation 16 avril 2015 Avancement du projet de création de l institut national de formation Instance Nationale de Concertation 16 avril 2015 2013-2014 2015 1 er janv. 2016 Etat des lieux Création de l institut Définition organisation

Plus en détail

SALMON et Associés Avocats à la Cour

SALMON et Associés Avocats à la Cour SALMON et Associés Avocats à la Cour Philippe SALMON Avocat DESS Droit des Affaires DJCE Certificat de Spécialisation en droit du Travail Et droit de la distribution REUNION D INFORMATION CGPME 5 Juin

Plus en détail

De l HACCP à l ISO 22000

De l HACCP à l ISO 22000 Préface La vulgarisation scientifique est une tâche noble et difficile qui nécessite une parfaite connaissance du sujet et des qualités pédagogiques indéniables. Olivier Boutou possède les deux et l exercice

Plus en détail

SPECIFICATION "E" DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES

SPECIFICATION E DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES 92038 PARIS LA DEFENSE CEDEX Page 1 / 11 SPECIFICATION "E" DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES 29/11/00 13 Indice

Plus en détail

Principes de gestion et leadership. Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA

Principes de gestion et leadership. Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA Principes de gestion et leadership Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA Sommaire Expérience du MFPMA en matière d institutionnalisation de l égalité entre

Plus en détail

74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales

74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales 74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales Introduction Une politique des Ressources Humaines est au cœur de défis majeurs. Un réel levier de performance publique. L

Plus en détail

Le Workflow comme moteur des projets de conformité

Le Workflow comme moteur des projets de conformité White Paper Le Workflow comme moteur des projets de conformité Présentation Les entreprises sont aujourd'hui soumises aux nouvelles régulations, lois et standards de gouvernance les obligeant à mettre

Plus en détail

RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION. INC - 27 janvier 2014

RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION. INC - 27 janvier 2014 RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION INC - 27 janvier 2014 DIAGNOSTIC DU RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION SOMMAIRE La formation et le RIF : constats Les engagements de la COG Ucanss 2013-2016 La création

Plus en détail

REUNION DE CONCERTATION DES CHEFS D ETABLISSEMENTS ORGANISEE PAR LE RECTEUR (GROUPE DES 9) : le 10/01/13 à 15h

REUNION DE CONCERTATION DES CHEFS D ETABLISSEMENTS ORGANISEE PAR LE RECTEUR (GROUPE DES 9) : le 10/01/13 à 15h contact : versailles@sgen.cfdt.fr REUNION DE CONCERTATION DES CHEFS D ETABLISSEMENTS ORGANISEE PAR LE RECTEUR (GROUPE DES 9) : le 10/01/13 à 15h Ordre du jour : 1. Préparation de rentrée ; 2. Emplois d

Plus en détail

MAIRIE DE LA WANTZENAU MARCHE DE FOURNITURES PROCEDURE ADAPTEE CAHIER DES CHARGES

MAIRIE DE LA WANTZENAU MARCHE DE FOURNITURES PROCEDURE ADAPTEE CAHIER DES CHARGES MAIRIE DE LA WANTZENAU MARCHE DE FOURNITURES PROCEDURE ADAPTEE CAHIER DES CHARGES LOT 2 Fourniture et installation d un système de GED pour la Mairie de La Wantzenau. Fiche technique Cahier des Charges

Plus en détail

CENTRE DE PREVENTION ET D'EXAMENS DE SANTE DE CREIL référentiels : ISO9001 date de laudit : 17/12/10 référence organisme : 1091999 Votre chargé daffaires : Elodie CHRETIEN ligne directe : 01 41 62 87 33

Plus en détail

Modalités d application de l article L 4113-6 du CSP après la parution du décret 2007-454 du 25 mars 2007

Modalités d application de l article L 4113-6 du CSP après la parution du décret 2007-454 du 25 mars 2007 24 mai 2007 MAJ du 11 septembre 2007 Modalités d application de l article L 4113-6 du CSP après la parution du décret 2007-454 du 25 mars 2007 La loi du 4 mars 2002 avait prévu les dispositions suivantes,

Plus en détail

Deuxième partie : Objectifs résultats et moyens du dernier exercice clos

Deuxième partie : Objectifs résultats et moyens du dernier exercice clos Deuxième partie : résultats et moyens du dernier exercice clos La présentation des résultats du dernier exercice clos et des objectifs pour les années à venir est structurée autour de deux grands objectifs

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015 Groupement des Métiers de l Imprimerie -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- DÉCEMBRE 2014 NOTE N 24 LA

Plus en détail

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé Accord Cadre Du Relatif à L exercice médical à l hôpital Au cœur du système de santé, l hôpital en assure la continuité et la permanence. Avec son fonctionnement

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : 12/03/99 MMES et MM les Directeurs - des Caisses Primaires d Assurance Maladie Origine : DDRI

Plus en détail

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne Charte de l Audit interne Juin 2013 Juin 2013 page 1 / 6 Juin 2013 page 2 / 6 1. Politique L Audit interne est une fonction essentielle dans la gestion de la Banque. Il aide la Banque en produisant des

Plus en détail

QUESTIONS / REPONSES SUR L ACCORD SUR L EXERCICE DU DROIT SYNDICAL

QUESTIONS / REPONSES SUR L ACCORD SUR L EXERCICE DU DROIT SYNDICAL QUESTIONS / REPONSES SUR L ACCORD SUR L EXERCICE DU DROIT SYNDICAL SOMMAIRE I) - Les effets de l accord sur les dispositions conventionnelles actuelles :... 3 II) - L exercice d'une activité syndicale

Plus en détail

ToutelaQualite. FAQ Rechercher S enregistrer Profil Membres Groupes Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion

ToutelaQualite. FAQ Rechercher S enregistrer Profil Membres Groupes Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion creer un forum supprimer les publicites ToutelaQualite FAQ Rechercher S enregistrer Profil Membres Groupes Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion ISO 9001 V2008 ToutelaQualite Index du

Plus en détail

ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE DE BASE

ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE DE BASE ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE DE BASE Convention nationale Entre Les Organismes Gestionnaires Et Les Chirurgiens Dentistes CONVENTION NATIONALE Etablie sous l égide de l Agence Nationale de l Assurance

Plus en détail

Réussir la Démarche de Management

Réussir la Démarche de Management Formation à la norme ISO 9001, V 2008 Formateur Dr Mohammed Yousfi Formateur Auditeur Consultant QSE Réussir la Démarche de Management Réussir le Projet ISO 9001, Version 2008 1 Programme Introduction

Plus en détail

PARCOURS PROFESSIONALISANT RESSOURCES HUMAINES

PARCOURS PROFESSIONALISANT RESSOURCES HUMAINES PARCOURS PROFESSIONALISANT RESSOURCES HUMAINES Le parcours proposé se découpe en 8 journées de qui permettent d aborder l ensemble des missions couvertes par la fonction RH. L ensemble du parcours permet

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : MMES et MM les Directeurs 31/05/95 MMES et MM les Agents Comptables Origine : - des Caisses Primaires

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE

LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE CETTE RECHERCHE A ETE FINANCEE PAR Le Ministère des Affaires Sociales et de l'emploi, Direction Générale de la Santé,Sous- Direction

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Convention de partenariat pour le contrôle, à titre expérimental, des arrêts maladie des fonctionnaires par les caisses

Plus en détail

MANUEL QUALITE RESUME

MANUEL QUALITE RESUME CNDA Centre National de Dépôt et d'agrément MANUEL QUALITE RESUME 515, chemin du Mas de Rochet 34170 Castelnau le Lez France 04.67.02.30.00 www.cnda-vitale.fr Version 1 1 / 8 21 avril 2010 PRESENTATION

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES Direction Générale des Services Marie-Hélène RENSON- LENOBLE Directrice Générale des services Tel 01 49 45 28 11 Fax 01 49 45 29 91 Mail : marie-helene.renson-lenoble@supmeca.fr MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES

Plus en détail

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire 1 Intervention de Marisol TOURAINE Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Maison de Santé Pluridisciplinaire Magny-en-Vexin Vendredi 20 février 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des RH Page 1 Introduction

Plus en détail

Stratégie de rémunération

Stratégie de rémunération CONSULTING Offre Conseil RH Stratégie de rémunération La stratégie de rémunération est un facteur de stabilité et de performance de l'entreprise. GFI Consulting vous accompagne en mettant en cohérence

Plus en détail

PASS_Compagnia. Dommages et Vie LE CHOIX DE L INNOVATION. Étude de cas HDI Assicurazioni

PASS_Compagnia. Dommages et Vie LE CHOIX DE L INNOVATION. Étude de cas HDI Assicurazioni PASS_Compagnia Dommages et Vie LE CHOIX DE L INNOVATION Étude de cas HDI Assicurazioni Index 1. PASS_COMPAGNIA DOMMAGES ET VIE... 3 1.1 Sommaire... 3 1.2 Le scénario... 4 1.3 La solution de RGI... 5 1.3.1

Plus en détail

Texte conventionnel. La Commission paritaire nationale (CPN), créée et organisée par les articles 59 et 60 de la convention :

Texte conventionnel. La Commission paritaire nationale (CPN), créée et organisée par les articles 59 et 60 de la convention : Texte conventionnel ANNEXE II-3 de la convention nationale organisant les rapports entre les pharmaciens titulaires d officine et l assurance maladie : de la formation continue conventionnelle A N N E

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

CONTRAT DE BONNE PRATIQUE RELATIF A LA FONCTION DE COORDINATION ET DE SUIVI PERI ET POST OPERATOIRE EN AN ES THES IE REANIMATION 2005

CONTRAT DE BONNE PRATIQUE RELATIF A LA FONCTION DE COORDINATION ET DE SUIVI PERI ET POST OPERATOIRE EN AN ES THES IE REANIMATION 2005 Vu : CONTRAT DE BONNE PRATIQUE RELATIF A LA FONCTION DE COORDINATION ET DE SUIVI PERI ET POST OPERATOIRE EN AN ES THES IE REANIMATION 2005 - le code de la sécurité sociale et notamment l'article L 162-5,

Plus en détail

MANUEL DE PROCEDURES (EXTRAIT)

MANUEL DE PROCEDURES (EXTRAIT) OUTIL PRATIQUE/ FI3.O2 210 MANUEL DE PROCEDURES (EXTRAIT) de contrôle interne Les procédures de contrôle ont pour rôle d'indiquer la démarche à suivre et les programmes d'opérations à respecter. C'est

Plus en détail

Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.»

Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.» Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.» Projet de fin d études 2 Sommaire OBJET DU DOCUMENT... 3 LES ETAPES DU PROJET... 4 ETUDE PREALABLE...5 1 L étude d opportunité...

Plus en détail

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 A l initiative des professionnels de terrain, la FHF a constitué en janvier 2014 une commission imagerie. Composée de médecins et de

Plus en détail

N 100 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1996-1997. Annexe au procès-verbal de la séance du 22 novembre 1996. PROPOSITION DE LOI

N 100 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1996-1997. Annexe au procès-verbal de la séance du 22 novembre 1996. PROPOSITION DE LOI N 100 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1996-1997 Annexe au procès-verbal de la séance du 22 novembre 1996. PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, relative à l'épargne retraite, TRANSMISE PAR M.

Plus en détail

- ou la Mutuelle ayant son siège à, régie par le code de la mutualité, représentée par ;

- ou la Mutuelle ayant son siège à, régie par le code de la mutualité, représentée par ; Modèle de contrat de travail [à durée déterminée / indéterminée] de médecin coordonnateur en établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes Préambule La présence d un médecin coordonnateur

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques POLITIQUE SCIENTIFIQUE FEDERALE rue de la Science 8 B-1000 BRUXELLES Tél. 02 238 34 11 Fax 02 230 59 12 www.belspo.be Fiche de projet pour les institutions publiques Cette fiche est remplie par une institution

Plus en détail

1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh?

1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh? 1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh? «Le social et la RH, vont encore me compliquer la vie» «On ne sait jamais ce qui va nous tomber dessus, il y a toujours quelque chose que

Plus en détail

Cadre de coopération avec les associations de patients et d usagers

Cadre de coopération avec les associations de patients et d usagers Cadre de coopération avec les associations de patients et d usagers 1 Préambule La HAS est une autorité administrative indépendante. Dans le cadre de ses missions 1, elle est amenée à conduire des expertises

Plus en détail

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011 Cote du document: EB 2010/101/R.41 Point de l'ordre du jour: 17 b) Date: 9 novembre 2010 Distribution: Publique Original: Anglais F Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour

Plus en détail

LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement

LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement BOÎTE À OUTILS GRH EN PME DOSSIER N 2 LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement Financée par le Conseil

Plus en détail

LE PROTOCOLE D ACCORD PREELECTORAL (PAP)

LE PROTOCOLE D ACCORD PREELECTORAL (PAP) LE PROTOCOLE D ACCORD PREELECTORAL (PAP) Le protocole d accord se négocie entre le chef d entreprise ou son représentant (dument mandaté à cet effet) et les organisations syndicales (OS) représentatives.

Plus en détail

Les défibrillateurs cardiaques implantables

Les défibrillateurs cardiaques implantables Les défibrillateurs cardiaques implantables Etudes d'évaluation économique Etudes d'évaluation technologique Avant-propos Cette étude a été réalisée, à la demande de la Caisse Nationale de l'assurance

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE SOCIAL 2008 2009

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE SOCIAL 2008 2009 FIDUCIAL OFFICE SOLUTIONS SA au capital de 22 000 000 Siège social : 41, rue du Capitaine Guynemer 92400 COURBEVOIE RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE SOCIAL 2008 2009 Conformément

Plus en détail

1. Contexte de la consultation... 3 2. Présentation DE l INRA et de la DSI... 5

1. Contexte de la consultation... 3 2. Présentation DE l INRA et de la DSI... 5 ASSISTANCE AU DEPOUILLEMENT DES OFFRES POUR UNE OPERATION DE TIERCE MAINTENANCE APPLICATIVE, EVOLUTION ET PRESTATIONS ASSOCIEES DU SYSTEME D INFORMATION DE GESTION CAHIER DES CHARGES Version : 3.0 Date

Plus en détail

6 rue de la Fosse Chènevière. ZA Derrière Moutier. 51390 Gueux. Tél. 03 26 77 19 20 Fax. 03 26 77 19 29. Sage Paie & RH V18. Contact : Cédric CZERNICH

6 rue de la Fosse Chènevière. ZA Derrière Moutier. 51390 Gueux. Tél. 03 26 77 19 20 Fax. 03 26 77 19 29. Sage Paie & RH V18. Contact : Cédric CZERNICH 6 rue de la Fosse Chènevière ZA Derrière Moutier 51390 Gueux Tél. 03 26 77 19 20 Fax. 03 26 77 19 29 Sage Paie & RH V18 Contact : Cédric CZERNICH Sage présente aujourd hui ses nouvelles versions de Paie,

Plus en détail

N oubliez pas de sauvegarder après avoir intégré ce fichier dans votre espace extranet!

N oubliez pas de sauvegarder après avoir intégré ce fichier dans votre espace extranet! FORMULAIRE PDF REMPLISSABLE POUR REPONSE PEDAGOGIQUE AAP 2014 DU Page 1 sur 14 Avant toute chose, rappelez ici : 1 - Le titre principal (anciennement titre long) de votre projet [90 caractères] Messagerie

Plus en détail

I Des indicateurs figurant dans le rapport de situation comparée

I Des indicateurs figurant dans le rapport de situation comparée 1/13 Dans le cadre des dispositions issues du code du travail, il est établi une synthèse du plan d actions. I Des indicateurs figurant dans le rapport de situation comparée Salaires annuels moyens de

Plus en détail

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

Au regard de leur mission et des objectifs qui leurs sont confiés, les centres d examens de santé (CES) de

Au regard de leur mission et des objectifs qui leurs sont confiés, les centres d examens de santé (CES) de Les Centres d Examens de Santé et l accès aux soins des publics vulnérables Par Maud MOREIGNE, Laure VIVIES, Stéphane UGUEN et Frédéric FRÉNET, Anciens élèves de la 52 e promotion de l EN3S Et sous la

Plus en détail

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Iut de Tours Département Information-Communication Option Gestion de l Information et du Document dans les Organisations Page 1 sur

Plus en détail

Rencontre professionnelle école de la GRH Lyon 25 mars 2010

Rencontre professionnelle école de la GRH Lyon 25 mars 2010 Rencontre professionnelle école de la GRH Lyon 25 mars 2010 Intervention de Anne HARLE Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de la Mer en charge des Technologies vertes et

Plus en détail

Transparence des comptes du Comité D Entreprise

Transparence des comptes du Comité D Entreprise 77 Avenue Cyrille Besset 06800 Cagnes Sur Mer Tél : 04.92.13.33.00 Fax : 04.92.13.33.01 www.vision-expertises.fr contact@vision-expertises.fr Transparence des comptes du Comité D Entreprise Spécificités

Plus en détail

Les impacts sociaux des fusions

Les impacts sociaux des fusions Les impacts sociaux des fusions Le cadre juridique La négociation Les impacts sur le comité d entreprise Conférence - 2012 Le transfert d entreprise Article L1224-1 du code du travail «Lorsque survient

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RÈGLEMENT RELATIF À LA NOMINATION ET AU RENOUVELLEMENT DE MANDAT DU DIRECTEUR GÉNÉRAL ET DU DIRECTEUR DES ÉTUDES (R-02)

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RÈGLEMENT RELATIF À LA NOMINATION ET AU RENOUVELLEMENT DE MANDAT DU DIRECTEUR GÉNÉRAL ET DU DIRECTEUR DES ÉTUDES (R-02) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RÈGLEMENT RELATIF À LA NOMINATION ET AU RENOUVELLEMENT DE MANDAT DU DIRECTEUR GÉNÉRAL ET DU DIRECTEUR DES ÉTUDES (R-02) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RÈGLEMENT RELATIF À LA

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : 08/06/98 Origine : ACCG DISI MMES et MM les Directeurs et Agents Comptables - des Centres de

Plus en détail

DESCRIPTIF DU DOCUMENT. Déploiement Nouveau système de rémunération au 01.01.2009-13 ème salaire

DESCRIPTIF DU DOCUMENT. Déploiement Nouveau système de rémunération au 01.01.2009-13 ème salaire 13 EME SALAIRE 13 EME SALAIRE - ETAT DE GENEVE Confidentiel Etat de Genève 23/01/2009 DESCRIPTIF DU DOCUMENT Phase du projet Domaine État du document Version actuelle Déploiement Nouveau système de rémunération

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU COMPTE ÉPARGNE TEMPS A LA CDC

ACCORD RELATIF AU COMPTE ÉPARGNE TEMPS A LA CDC ACCORD RELATIF AU COMPTE ÉPARGNE TEMPS A LA CDC Entre : - La Caisse des dépôts et consignations (CDC), sise 56 rue de Lille 75007 PARIS représentée par Pierre DUCRET, agissant en qualité de secrétaire

Plus en détail

B u n d e s v e r w a l t u n g s g e r i c h t. T r i b u n a l a d m i n i s t r a t i v f e d e r a l

B u n d e s v e r w a l t u n g s g e r i c h t. T r i b u n a l a d m i n i s t r a t i v f e d e r a l B u n d e s g e r i c h t B u n d e s s t r a f g e r i c h t B u n d e s v e r w a l t u n g s g e r i c h t B u n d e s p a t e n t g e r i c h t T r i b u n a l f é d é r a l T r i b u n a l p é n a

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE 5 MSP UCH/15/5.MSP/INF4.3 REV 15 janvier 2015 Original : anglais Distribution limitée ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE

Plus en détail

COMPTE-RENDU REUNION DE SERVICE 19 septembre 2005

COMPTE-RENDU REUNION DE SERVICE 19 septembre 2005 Aujourd hui, les actions qui vont être abordées : Election des Délégués du Personnel ARTT Tour de table Divers COMPTE-RENDU REUNION DE SERVICE 19 septembre 2005 Monsieur REYTER Accueil pour cette première

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines 1/ Les constats les plus marquants sont : - l absentéisme de courte durée qui continue d évoluer fortement et qui met sous

Plus en détail

Association loi 1901 - BP 82056-25402 AUDINCOURT CEDEX // 06.13.81.96.71 - www.crmfc.fr

Association loi 1901 - BP 82056-25402 AUDINCOURT CEDEX // 06.13.81.96.71 - www.crmfc.fr 1 TITRE I CONSTITUTION, OBJET, SIEGE SOCIAL, DUREE Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les personnes physiques ou morales qui adhérent ou adhéreront aux présents statuts, une association

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Document adopté par le Conseil d administration le 29 avril 2012 Procédure administrative 17 Document préparé par le secrétariat général 1 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Exemples et tutoriels Version 7.5. Tutoriel de l'exemple Recrutement de personnel pour IBM Process Designer

Exemples et tutoriels Version 7.5. Tutoriel de l'exemple Recrutement de personnel pour IBM Process Designer Exemples et tutoriels Version 7.5 Tutoriel de l'exemple Recrutement de personnel pour IBM Process Designer ii Exemple Recrutement de personnel Les manuels PDF et le centre de documentation Les manuels

Plus en détail

INDICATIONS DE CORRECTION

INDICATIONS DE CORRECTION SUJET NATIONAL POUR L'ENSEMBLE DES CENTRES DE GESTION ORGANISATEURS CONCOURS INTERNE ET TROISIÈME VOIE DE TECHNICIEN TERRITORIAL PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE SESSION 2014 SPÉCIALITÉ : INGENIERIE, INFORMATIQUE

Plus en détail

Avis sur «Priorité jeunesse : évolution de la carte Région pour la rentrée 2014-2015 et mise en place du Pass Région Santé»

Avis sur «Priorité jeunesse : évolution de la carte Région pour la rentrée 2014-2015 et mise en place du Pass Région Santé» Juin 2014 Avis sur «Priorité jeunesse : évolution de la carte Région pour la rentrée 2014-2015 et mise en place du Pass Région Santé» Résultat du vote : 73 POUR 1 ABSTENTION Rapporteur : M. Gérard GRANIER

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

Annexe sur la maîtrise de la qualité

Annexe sur la maîtrise de la qualité Version du 09/07/08 Annexe sur la maîtrise de la qualité La présente annexe précise les modalités d'application, en matière de maîtrise de la qualité, de la circulaire du 7 janvier 2008 fixant les modalités

Plus en détail

Prestations d audit et de conseil 2015

Prestations d audit et de conseil 2015 M. Denis VIROLE Directeur des Services +33 (0) 6 11 37 47 56 denis.virole@ageris-group.com Mme Sandrine BEURTHE Responsable Administrative +33 (0) 3 87 62 06 00 sandrine.beurthe@ageris-group.com Prestations

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail