TRam «Gestion de la Toxicité en zone Ramsar» Toxicity management in Ramsar area

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TRam «Gestion de la Toxicité en zone Ramsar» Toxicity management in Ramsar area"

Transcription

1 TRm «Gestion de l Toxicité en zone Rmsr» Toxicity mngement in Rmsr re Progrmme Evlution et réduction des risques liés à l utilistion des Pesticides Rpport finl- Juillet_2014 CIHEAM-IAMM 3191 Route de Mende Montpellier Cedex 5 Le Grusse Philippe Dte : 25/07/2014 N de contrt : 1591/2010 Dte du contrt :22/11 / / 37

2 Synthèse TRm Gestion de l Toxicité en zone Rmsr APR Pesticide 2009 Responsble scientifique du projet Le Grusse Philippe CIHEAM-IAMM Responsbles des équipes impliquées : Mndrt Elisbeth Pr Bouziz Ahmed Le Brs Mrjorie Pr Bord Jen Pul Fbre Jcques CIHEAM-IAM Montpellier IAV Hssn II Rbt Mroc IRD UMR GRED Université Montpellier III UMR GRED Dité SAS Montpellier Prtenires de terrin : Frnce Chmbre d griculture de l Hérult Syndict Mixte du Bssin de l Etng de l Or Prtenires de terrin : Mroc Offices de Mise en vleur Agricole (Ghrb, Loukkos) Mroc. Direction Régionle des Eux et Forêts et de l lutte contre l désertifiction du Nord Ouest- Kénitr, Mroc. 3 / 37

3 En frnçis CONTEXTE GENERAL L impct des produits phytosnitires sur l environnement et sur l snté humine est ujourd hui u cœur des préoccuptions sociles. Fisnt suite ux conclusions du Grenelle de l environnement, un pln «Ecophyto 2018» de réduction de 50% de l usge des pesticides dns un déli de dix ns été élboré en se fixnt comme objectif de mintenir églement l production gricole. Anlyser l impct d une telle décision sur l environnement insi que sur l vibilité de l ctivité gricole, dns un contexte socio-économique et climtique chngent et incertin, requière des outils d nlyse complexes, interdisciplinires et intégrnt tous les composnts du système. Cependnt, l pluprt des études, qui visent à étblir l toxicité de ces produits sur l snté humine et sur l biodiversité, ont été menées en conditions contrôlées (lbortoire, prcelle). Pr illeurs, l pression phytosnitire (ex. indicteur IFT) est estimée directement à prtir de l quntité de produits utilisés sns tenir compte de l spect diffus de ce type de pollution et sns tenir compte de l vribilité des niveux de toxicité des produits. Le pssge à des échelles plus lrge pour un effet grégé de ces produits est du fit très difficile à mettre en œuvre à cuse de l complexité des systèmes gricoles. Cependnt, les principles décisions en termes de choix de système de production (niveu d intensifiction) ou d orienttion technico-économique sont prises à l échelle de l exploittion ou celle de l région. Le crctère intrinsèque du terme de pollution diffuse renvoie ux notions d cteurs et d écosystèmes dns un territoire. Le terme pollution, définit pr une directive Européenne, désigne : «l introduction directe ou indirecte, pr suite de l ctivité humine, de substnces ou de chleur dns l ir, l eu ou le sol, susceptibles de porter tteinte à l snté humine ou à l qulité des écosystèmes qutiques ou des écosystèmes terrestres. Cette tteinte porte sur l détériortion des biens mtériels, de l grément de l environnement ou des utres utilistions légitimes de ce dernier. L contmintion pr des pollunts tteint un niveu seuil induisnt insi des dommges, des déséquilibres, des effets nocifs et interfère vec le bien-être des orgnismes vivnts». (Directive Européenne 2000/60/CE du 23 octobre 2000). On trouve insi différents types d impcts possibles sur différents niveux de l écosystème, impctnt donc différemment différents types d cteurs. Nous sommes donc confrontés à l nécessité de gérer une diversité d impcts, inéglement réprtis dns l espce, vec une diversité d cteurs de types «Pollueurs diffus» et d cteurs impctés, uquel s joute une vribilité temporelle des effets. Nous sommes insi, dns l objectif de gestion d une pollution diffuse fce à l nécessité de gérer un système comportnt u minimum cinq dimensions. (Ecosystèmes, Acteurs, Espce, Impcts, Temps). Pour le «gestionnire», l objectif serit de concevoir un système d informtion sur ces cinq dimensions et de crctériser des reltions quntifibles entre ces dimensions pour pouvoir évluer l efficcité et l efficience de mesures correctives, tout ceci de mnière dynmique. Le gestionnire est confronté églement u crctère pluridisciplinire dns son pproche scientifique en devnt croiser les logiques gronomiques, économiques géogrphiques et les sciences et techniques de l informtion. Les politiques ctuelles bordent ces problèmes de mnière segmentée sur différentes dimensions. Au niveu des «Pollueurs diffus» pr des incittions à l réduction de l utilistion de l quntité de pesticides. Ces ctions de type préventives sont prfois pondérées pr 4 / 37

4 l dimension sptile crctérisée pr l vulnérbilité intrinsèque du milieu.l dimension sptile commence à être bordée églement pr des ctions «curtives» pr l instlltion de zones tmpons visnt une épurtion u niveu d exutoires. Les dimensions de diversités d impcts, de temporlité, et de diversités d cteurs impctés ne sont jmis utilisées dns ces démrches. De plus l diversité des impcts produits pr les «Pollueurs diffus» n est ps prise en compte. A prtir de ce constt, nous vons essyé de concevoir une méthode de gestion intégrée des pesticides sur un territoire (un bssin versnt) prennt en compte les cinq dimensions et de formliser des reltions entre ces dernières. Pour mener une politique de prévention des risques dus à l emploi de produits phytosnitires, il est églement nécessire de disposer de critères d évlution de ces risques. Les politiques ctuelles de réduction des produits phytosnitires utilisent essentiellement des indicteurs «de pression», dont l Indicteur de Fréquence de Tritement (IFT) qui ne reflète ps les risques liés à l toxicité des produits sur l snté humine et l environnement. En complément ux indicteurs de pression, il existe des indicteurs dits d impcts qui ont été développés pour permettre d évluer les risques des pesticides sur l environnement et l snté. Sur les territoires, les différents cteurs de terrin (griculteurs, gestionnires, techniciens de chmbres d griculture et de coopértives, etc.) expriment le besoin d indicteurs de gestion des risques des prtiques phytosnitires, qui doivent être synthétiques et dptbles ux circonstnces de l environnement récepteur et de l prcelle cultivée en permettnt une utilistion à différentes échelles sptiles (prcelle culturle, exploittion jusqu u territoire). OBJECTIFS GENERAUX DU PROJET Dns le cdre d une démrche prticiptive, le projet Trm pour objectif d élborer une méthodologie et des instruments permettnt d estimer les impcts sur l snté, l environnement et l économie des exploittions d une réduction risonnée de l utilistion des pesticides ; et de simuler différents scénrios de prtiques gricoles en tennt compte de l vibilité économique des exploittions, de l durbilité écologique et de l équité socile u niveu de deux territoires clssés zone Rmsr : le bssin de l Etng de l Or (petite Cmrgue) et l Merj Zerg u Mroc. Ces scénrios sont élborés vec les cteurs locux. Ces objectifs nécessitnt des indicteurs opértionnels de terrin complémentires à l IFT pour l ide à l réflexion sur l gestion des risques phytosnitires à l fois sur l snté humine et sur les différents comprtiments de l environnement nous ont conduit à développer des indicteurs permettnt d évluer les risques phytosnitires u niveu de l snté humine principlement de l pplicteur (IRSA) et de l environnement (IRTE). 5 / 37

5 QUELQUES ELEMENTS DE METHODOLOGIE (ET EVENTUELLES DIFFICULTES RENCONTREES) Une première phse méthodologique est de construire une représenttion du fonctionnement du territoire gricole. L gestion de l pollution phytosnitire d origine gricole u niveu d un territoire nécessite l intégrtion d unités sptiles emboitées mettnt en exergue l reltion entre l pression exercée et l impct sur «l environnement». L unité sptile choisie doit être celle où interfèrent les prtiques gricoles et les risques de pollution des ressources nturelles dont l ressource en eu. Dns les pproches géogronomiques, trois types d unités sptiles permettent de prendre en compte ce qui est gérble entre les hommes et ce qui est pertinent pour cerner les problèmes de l pollution phytosnitires gricole diffuse ; il s git des prcelles culturles, des exploittions gricoles et du bssin versnt hydrologique. Les deux premières unités sptiles sont des unités représenttives des ctivités gricoles et territoire de décision de l griculteur. Elles sont intégrées dns une unité sptile plus globle le bssin versnt, territoire d méngement et de gestion de l ressource en eu. L nlyse de ces unités sptiles permet de rendre compte des prtiques gricoles sptilisées, des modes d inscriptions territoriles des ctivités gricoles et du mode d intégrtion du niveu locl dns le niveu globl. Mis cel permet ussi de rendre compte du niveu d inéglités sptiles et sociles en termes de propension à polluer. Prcelle culturle : unité sptile de décision technique de l griculteur L notion de prcelle est considérée comme une notion gronomique et non ps cdstrle. Elle est définie pr (Houdrt 2005) «comme une portion de terrin portnt une même culture soumise à une même conduite». Elle constitue l unité de gestion gronomique où se succèdent les opértions culturles ou l itinérire technique (Sebillotte1974; Grs et l. 1989). Cette unité sptile constitue le premier niveu d enregistrement des prtiques gricoles. Elle correspond à l échelle sur lquelle les griculteurs mettent en prtique leurs décisions techniques à chque sison. À cette unité sptile peuvent se déterminer les prtiques culturles réduisnt l exporttion dns le milieu des produits phytosnitires. L itinérire technique d une prcelle culturle pour ps de temps le cycle culturl de l plnte. Le risonnement de l itinérire technique se fit à un niveu plus globl qu est l exploittion gricole u début de l cmpgne gricole. Exploittion gricole : unité de décision strtégique de l griculteur L exploittion gricole est l unité de décision des systèmes de cultures définit comme «une portion de territoire tritée de mnière identique, pr une succession coordonnée de cultures et, pour chcune d elles, d opértions culturles» (Ppy 2001). Elle constitue un niveu plus globl pour l synthèse des informtions, l pprécition des risques liés ux prtiques gricoles, les choix strtégiques et les détermintions des modlités techniques. Cette unité sptile et socio-économique fit l objet de nombreuses typologies pr les géogrphes et gronomes pour rendre compte de l diversité des systèmes de cultures, des systèmes de productions et des espces rurux (Cpillon 1993). L clssifiction des exploittions dns des types permet d expliquer les prtiques gricoles. De nombreux trvux de recherche ont été rélisés dns le but d exminer les liens entre les typologies d exploittion et le 6 / 37

6 territoire (Mignolet et Guiot 1995). L pluprt de ces études ont montré qu il ne s git ps de l orgnistion sptile des territoires d exploittion mis de l réprtition des types d exploittion dns un espce donné (Cpillon 1993; Perrot et Lndis 1993). Cet espce géogrphique peut être continu ou discontinu. En revnche l pollution phytosnitire diffuse est un phénomène physicochimique à forte composnte sptile (Tortrt 2005 ). L mise en plce de plns d méngement nécessite une unité sptile continue et plus globle intégrnt les décisions socio-économiques de l griculteur et les phénomènes physico-chimiques et toxicologiques de l pollution phytosnitire. Ce niveu globl est le bssin versnt. L conception du bssin versnt dépend de l discipline qui utilise cette unité sptile. Au début des nnées 60, les hydrologues ont conçu le bssin versnt comme étnt l unité sptile de bse du cycle de l eu «un bssin versnt, en un point d une rivière, l ire limitée pr le contour à l intérieur duquel l eu précipitée se dirige vers ce point» ou ussi Bssin versnt hydrogrphique: «une entité topogrphique et hydrogrphique dns lquelle se produisent des entrées d eu sous forme de précipittions ccommodées pr un système de pentes et de drins nturels en direction d un exutoire unique» (Brvrd et Petit 2000). D près cette conception le bssin versnt est un territoire métrique topogrphique (Levy et Lussult 2003) crctérisé pr un complexe physique, de pente, de sols et de roches et qui orgnise les écoulements et le trnsfert pr ruissellements et infiltrtions. Avec l évolution du progrès technique et informtique dont l modélistion hydrologique (Villeneuve et l., 1996) le bssin versnt est devenu «un système ouvert, non linéire, non sttionnire, qui opère une trnsformtion de l pluie (signl d entrée) en un débit (signl de sortie) et dont les composnts sont orgnisés en cscde» (De Mrsily 1986). Dns cette conception le bssin versnt est devenu un ensemble d unités interconnectées entre elles dont les unités élémentires ou sous-bssins (Leile 1986) présentent des crctéristiques météorologiques identiques et hydruliques uniformes. L pprition des problèmes de pollutions diffuses d origine gricole des eux dns les nnées Soixnte-dix poussé les gronomes à sortir du territoire de l prcelle vers les bssins versnts gricoles, territoire plus globl où se mnifeste l ntgonisme entre les prtiques gricoles et l qulité de l ressource en eu dns l espce et dns le temps. D où s conception comme le territoire support des écosystèmes et d ctivités humines utilisé pr différents cteurs comme unité de bse pour l connissnce et l compréhension du milieu, l description des systèmes d exploittion fin de mettre en plce des plns d méngement collectifs. En géogrphie, on prle de bssin hydrogrphique : «L idée de bssin versnt n rien de neuf : cel fit plusieurs siècles que les géogrphes connissent le concept de cette unité sptile. Il s est complexifié vec le temps, cr une meilleure connissnce de l hydrologie,en prticulier de l circultion des eux souterrines, mis en évidence le fit que celles-ci,non seulement s écoulent, mis encore ne s écoulent ps nécessirement dns un espce identique u bssin versnt de surfce : il n y ps nécessirement coïncidence entre les quifères et les bssins versnts de surfce. Il est dès lors possible d optimiser ou de contrôler ces ctions pour préserver l ressource» (Lsserre et Brun 2007).Sur le pln scientifique, de nombreuses recherches ont été menées u niveu du bssin versnt pour l évlution de l pollution phytosnitire diffuse dns l espce et dns le temps (Meybeck 1995; Benoît 1997; Heydel 1998; Turpin et l. 1999; Christin Kersebum 2000; Colin 2000; Ll 2000; Brreteu et l. 2001; Becu 2001; Houdrt et l. 2002; Houdrt 2005; Tortrt 2005; etc).au niveu politique, le bssin versnt, ou le bssin 7 / 37

7 hydrogrphique, est le territoire de gestion collective et de mise en plce de plns d méngement. Les réflexions à mener sur les territoires posent des problèmes méthodologiques et d'instruments dptés pour l ide à l construction de strtégies concertées. L démrche de construction de différentes pproches de modélistion du territoire nous permis de formuler un premier niveu d nlyse méthodologique et d envisger des formes d instrumenttion ppropriées à l mise en œuvre d'ctions concertées entre les cteurs (Le Grusse, 2001,Le Grusse et l, 2007) Modèle régionl de fonctionnement de bssins versnts L élbortion d un outil de gestion intégré des pesticides sur un bssin versnt s ppuie u déprt sur un modèle régionl de fonctionnement du bssin vec une plteforme de modélistion 1. Fig 1 : L plteforme de modélistion Olympe Ce modèle été construit à prtir de l réprtition sptile des cultures, une typologie de producteurs et une typologie des prtiques phytosnitires ssociée à un clendrier de ces prtiques. Ces prtiques ont été crctérisées pr des indicteurs de pression et des indicteurs d impct sur l environnement et sur l snté de l pplicteur 2 (igue et chronique) (Aydi et l, 2012,2013). Cet outil nous permet d évluer l impct de l utilistion des pesticides ux différentes échelles (prcelle, Exploittions gricoles, communes, sous bssin et bssin) et de déterminer l contribution des différents types de systèmes de production dns l pollution totle. A prtir de ce dignostic, nous vons simulé, en prennt en considértion les différents leviers d ction de l prcelle u territoire, des modifictions possibles de prtiques phytosnitires fin d évluer les conséquences des différentes situtions sur l ensemble du bssin. L objectif de ce trvil est d évluer l impct des nouvelles prtiques phytosnitires respectueuses de l environnement pour certins systèmes de cultures et de disposer d éléments de réflexion pour l élbortion des strtégies collectives de gestion, comme l lternnce de l utilistion des certins produits, l possibilité de proposer des chngements dns l réprtition sptile des cultures, l implnttion de zones tmpons... 1 Olympe : Plteforme de modélistion gricole : 2 IRSA : Indice de risque sur l snte de l pplicteur ; IRTE : Indice de risque sur l environnement 8 / 37

8 Fig 2 : Démrche méthodologique Développement du logiciel EToPhy RESULTATS OBTENUS Un des objectifs prioritire étnt d évluer les «impcts» des prtiques Phytosnitires» et en l bsence d indicteurs synthétiques incorporbles dns nos modèles de territoire, nous vons développé un logiciel de clcul de deux indicteurs de risque ; un sur l snté humine et un sur l environement. Le logiciel EToPhy est le moteur de clcul des indicteurs de risque (IRSA et IRTE). Les données d entrée sur les produits phytosnitires sont issues de l jointure entre l bse de données des propriétés physico-chimiques des molécules chimiques (Footprint) et l bse de données des produits phytosnitires (Agricommnd). Ce logiciel permet de déterminer les indicteurs de risque de toxicité en fonction du type de produit (cible, formultion), des cultures et de l exposition (dose homologuée ou ppliquée). Ces indicteurs sont utilisbles à différentes échelles (prcelles, exploittions gricoles, territoire). L méthodologie de clcul des indicteurs été développé en se bsnt sur des trvux Norvégiens (6), Québécois 3, et du groupe de trvil européen FOCUS (7, 8, 9). L IRSA représente un indicteur à nottion, générique et modulble suivnt le cs d ppliction. Il évlue les toxicités igue et chronique des produits phytosnitires 3 9 / 37

9 en considérnt les propriétés physico-chimiques et toxicologiques des mtières ctives. Il exprime ussi le risque ssocié à l utilistion du produit en considérnt l exposition liée u type de formultion, u milieu et à l technique d ppliction. L IRTE est l somme de six vribles évlunt les impcts éco toxicologiques sur les orgnismes vivnts non-cibles (des invertébrés terrestres, les oiseux, les orgnismes qutiques) et les comportements physicochimiques dns le milieu récepteur (Mobilité, Persistnce dns le sol et Bioccumultion). Il ttribue à ces vribles un poids vnt de les intégrer u clcul. Ces indicteurs à nottion sont génériques et modulbles suivnt les prtiques phytosnitires, l échelle sptile et les conditions du milieu physique. Dignostic des prtiques phytosnitires L démrche de dignostic menée vec les exploitnts gricoles sur plusieurs nnées permis d évluer l vribilité internnuelle, l vribilité entre griculteurs et entre les différentes cultures. Les nlyses menées montrent qu à l échelle des exploittions l plus grnde vribilité entre les indicteurs reflète les strtégies individuelles de choix des produits et des prtiques phytosnitires entre les griculteurs. Des nlyses des prtiques phytosnitires u niveu des prcelles ont permis d évluer l impct des produits utilisés sur l snté de l pplicteur et l environnement. Les résultts obtenus indiquent qu il existe, pour certins produits, une corréltion entre l IFT, l IRSA et l IRTE. Cependnt, dns l grnde mjorité des cs, il n y ps, à ce niveu d nlyse, de corréltion entre l IFT et les indicteurs de risque de toxicité ; il y églement quelques cs d opposition entre risque snté et risque environnementl. Pr illeurs, l possibilité d nlyser les itinérires techniques vec des sousindicteurs (pour l IRSA, toxicité iguë et toxicité chronique ; pour l IRTE, u niveu de différents comprtiments ir, eu et sol) permet d ffiner les strtégies en termes de choix de produits ceci en fonction de l loclistion des cultures (proche d un cours d eu, terrin en pente vec ruissellement ) et de l fune et le flore environnnte (réserve d oiseux, hbittions proches ). 10 / 37

10 Modèles sptilisés de gestion plurinnuelle et de gestion intr-nnuelle Dns le cdre du projet de recherche (TRm Apr Pesticides 2009), nous vons construit deux modèles de bssin pr grégtion d unité sptiles emboitées. Les terrins d ppliction seront 2 zones clssées «zone Rmsr» : l étng de l Or en Frnce et l Merj Zerg u Mroc. Pour ces 2 sites jumelés, des collbortions et trvux ont déjà étés rélisés pr pproche prticiptive vec des prtenires locux. Dns les deux cs on trouve une zone gricole en mont de l lgune qui entrine une pollution ccrue des eux. L Etng de l Or 4 situé sur l côte du Lnguedoc-Roussillon en Petite Cmrgue, occupe le 4 ème rng des étngs littorux frnçis. Ses intérêts esthétiques et biologiques ont conduit à son clssement en 1996 comme zone humide d importnce interntionle Rmsr pour son rôle mjeur dns l ccueil des oiseux d eu. Il recèle 300 espèces d oiseux sur les 360 présentes en Frnce. Ce site exceptionnel procure ux oiseux d eu une nourriture bondnte, un refuge durnt les migrtions ou en hiver, et des zones propices à l nidifiction. Ainsi, ses berges sont l unique lieu de reproduction pour certins oiseux très rres pprtennt à l fmille des lro-limicoles. Vste étendue d eu sumâtre de 3000 h, il est réputé pour s production d nguilles. Il constitue un refuge et une véritble réserve nourricière pour les poissons mrins (à forte vleur économique) qui entrés dns l étng à l étt juvénile, reprtent en mer une fois dultes. L étng est constitué d une multitude d espèces végétles crctéristiques des milieux lgunires méditerrnéens. Mis mlgré les nombreuses fonctions (biologiques, hydrologiques, socio-économiques et économiques) que remplit cette zone humide, elle subit les effets dus ux chngements d lloction de l eu, de chrges de nutriments, d utilistion des terres et des ctivités de développement économique à l intérieur du bssin (nitrtes, pesticides,...). Ces effets néfstes ont des conséquences très grves sur les écosystèmes terrestres et qutiques. Des épndges, plus ou moins simultnées, d'insecticides en zone de grndes cultures font disprître brutlement, les insectes rvgeurs insi que nombre d'insectes prédteurs comme l' montré une étude en Cmrgue (Meslérd et l. 2005).L griculture, susceptible d être à l origine de certins pollunts mplifint l eutrophistion est très présente sur les berges de l étng et u sein même du bssin versnt. Les eux de dringe gricole de l Assocition Syndicle Autorisée (ASA) de Mrsillrgues sont rejetées vi deux sttions de pompge dns le cnl de Lunel pour finir dns l étng. Cependnt, l griculture contribue églement à l entretien des espces nturels et u mintien d une ctivité économique et écologique dns les endroits les plus reculés. Fce à cette contrdiction, il prît indispensble de mintenir à l fois une griculture trditionnelle mis compétitive et de préserver l qulité des eux en incitnt à des prtiques «risonnées», respectueuses des milieux qutiques et terrestres. L Merj Zerg 5 est une zone lgunire du Mroc qui communique vec l'océn Atlntique pr l'intermédiire d'une psse étroite et sinueuse, permnente depuis 1953 bien qu'elle it été obstruée quelques temps à l suite de tempêtes. Son régime hydrologique est soumis u blncement des mrées. L eu douce provient de deux rrivées permnentes (ujourd'hui de très fibles débits) qui se jettent dns l lgune : l'oued Drder u NE et le cnl du Ndor u sud (qui drine les Merjs côtières 11 / 37

11 situées u sud de l lgune) et d pports d'une nppe phrétique. L'ensemble de ces conditions induit de très grndes vritions physico-chimiques des eux et une forte productivité biologique. L Merj Zerg est l zone humide du littorle l plus importnte du Mroc à biodiversité élevée et remrquble, ce qui en fit une réserve biologique clssée. D une superficie de 7300 h et une sitution géogrphique strtégique, elle détient le premier rng mrocin pour le trnsit et l'hivernge pour de nombreuses espèces d'oiseux. Elle héberge en hiver, en moyenne 15 à Antidés (11 espèces, Cnrd siffleur mjoritire), utnt de Foulques, entre 50 et Limicoles (19 espèces régulières où dominent Bécsseu vrible et Brge à queue noire surtout, mis ussi Pluvier rgenté, Grnd grvelot, Avocette,... et le rrissime Courlis à bec grêle) et 1000 à 2000 Flmnts roses. S communiction, vec l'océn Atlntique, lui permet d cquérir une prtie des poissons d'origine mrine u niveu du goulet (Spridés, Soléidés, Mullus et Torpedo ocellt sont les plus communs) et des poissons mphihlins dns les chenux : Mugilidés, Dicentrrchus lbrx, D. punctt mis surtout Anguill nguill qui est exploitée. Du fit de s richesse funistique, floristique, géomorphologique et hydrogrphique, elle remplie plusieurs fonctions socioéconomiques (pêche, griculture, pâturge, chsse, tourisme blnéire et nturliste). Cependnt s sitution géogrphique à l vl de l région biogéogrphique du Ghrb, importnt bssin de production mrîchère et fortement consommteur de pesticides, l condmne à une forte pollution phytosnitire diffuse. Une étude rélisée dns le cdre du Projet de Protection de l Environnement du bssin Sebou (PPES 2000) montré une pollution qusi générlisée des eux souterrines pr les nitrtes et l présence de quelques puits contminés pr les pesticides, sitution d utnt plus préoccupnte que l nppe est utilisée pour l production d eu potble. Pr illeurs, une contmintion des eux superficielles pr des pesticides été églement mesurée dns le cnl du Ndor. Le premier modèle sur le bssin versnt de l Merj Zerg u Mroc, été orienté vers l nlyse de scénrios de choix d ssolements u niveu sptil et l gestion d itinérires techniques à prtir d une typologie d exploittions types. Nous nous sommes plcés dns une gestion nnuelle et plurinnuelle pour nlyser les impcts sur le milieu comme ci- dessous notmment en terme de pression phytosnitire (IFT), en terme de risque snté pour les pplicteurs (IRSA) et de risque environnementl (IRTE). Bssin versnt de l Merj Zerg Exploittions gricoles enquêtées Lgune de Mouly Boucelhem Nom Goulet (chenl) Merjt l Mellh Schorre (vegettion) Zone en eu toute l'nnée Zone en eu uniquement en hiver IFT du bssin versnt IFT_initi Bssin versnt de l Merj Zerg Exploittions gricoles enquêtées Lgune de Mouly Boucelhem Nom Goulet (chenl) Merjt l Mellh Schorre (vegettion) Zone en eu toute l'nnée Zone en eu uniquement en hiver IRSA du bssin versnt IRTH_ini_ Fig 3 : Réprtition sptile de l pression Phytosnitire (IFT) sur le bssin versnt de l Merj Zerg u Mroc (crte guche) et de l IRSA (crte droite).. 12 / 37

12 Le modèle permet d évluer l réprtition sptile et temporelle de l pression Phytosnitire, des risques snté humine et environnementux. (Fig 3 et fig 4). Le modèle couplé à un SIG permet églement de crctériser les exutoires des sous bssins et de quntifier les mtières ctives à triter dns des zones tmpons, et donc d ider à l élbortion et u dimensionnement de ces dernières.( Fig 5) Bssin versnt de l Merj Zerg Exploittions gricoles enquêtées Lgune de Mouly Boucelhem Nom Goulet (chenl) Merjt l Mellh Schorre (vegettion) Zone en eu toute l'nnée Zone en eu uniquement en hiver IRSA du bssin versnt IRTH_ini_ Fig 4 : Réprtition sptil du risque snté humine Fig5 : Crctéristion des sous bssins et des exutoires Le deuxième modèle sur le bssin versnt de l étng de l Or en Frnce, été orienté vers l nlyse de scénrios de gestion des itinérires techniques u niveu sptil et temporel en terme intr nnuel. Nous nous sommes plcés dns une gestion intr-nnuelle pour nlyser les impcts sur le milieu des clendriers de tritement pour repérer les pointes de tritement et évluer les risques u niveu temporel sur le bssin. A prtir d une crctéristion sptilisée de l pression nous vons pu insi évluer le clendrier des impcts en terme de risque snté (IRSA) et de risque environnementl (IRTE) en terme de clendrier. Fig 6 Bssin versnt de l Etng de l Or 13 / 37

13 Fig 7 Clendrier d utilistion du Mncozèbe sur le bssin versnt Fig 8 : Lieu d utilistion du Mncozèbe l première quinzine de juillet Fig 9 : Produits Phytosnitires à bse de Mncozèbe Le modèle permettnt de repérer les périodes de pointe et leur loclistion insi que les cultures responsbles, il est lors possible de réfléchir à des solutions en termes de conduite technique et de choix de produits pour éviter une pointe d émission durnt une période. Jeu de simultion pour l ide à l décision dns les prtiques phytosnitires u niveu d un territoire: SimPhy Dns le cdre de l gestion de l pollution diffuse et dns une démrche prticiptive, nous vons conçu un jeu, SimPhy (Simultion des Phytosnitires) mettnt les cteurs d un territoire en sitution de gestion des exploittions gricoles sous contrintes de réduction de phytosnitires (quntité et toxicité) et de mrché. Les cteurs sont représentés pr 3 types: (i) l'étt mettnt en ppliction les règlementtions (Réduction de l utilistion des pesticides) ; (ii) les griculteurs : gestion des entreprises gricoles et des gro-systèmes insi que des ressources nturelles communes et (iii) les professionnels de l distribution des produits gricoles (mrché locl ou interntionl). Chque joueur doit gérer une exploittion type. Deux joueurs peuvent voir une exploittion bsée sur un même système de culture, ce qui permet d nlyser les perceptions des cteurs. SimPhy est un jeu piloté (5). Les joueurs sont menés à décider des ssolements et des itinérires techniques en fonction du type d nnées de pression phytosnitire, des ctivités de production, et des prix du mrché à prtir des rendements et des impcts des phytosnitires sur l snté humine. Le support du jeu SimPhy est une plteforme de modélistion de type Decision Support System (DSS) «Olympe» (6) où les données technico-économiques et les indicteurs de pression (Indicteur de Fréquence de Tritement (IFT) (7) et de risque de toxicité des phytosnitires (Indicteur de Risque de Toxicité Humine : IRTH4) de ces exploittions sont des données d limenttion de l plteforme (voir figue 1). 4 Logiciel EToPhy dépôt APP n IDDN.FR D.C / 37

14 Figure 1: Modèle conceptuel du jeu de simultion dns l plte forme Olympe Pour le cdrge des données du jeu SimPhy nous vons utilisé un modèle d optimistion mximisnt l mrge brute u niveu du bssin versnt sous contrintes de pression et de toxicité phytosnitire. L objectif de l conception de ce modèle linéire n est ps de chercher une solution optimle mis de délimiter les prmètres de clge du jeu (construction d bques). 1. Territoire d ppliction du jeu SimPhy Le cs d ppliction est un territoire à griculture intensive et diversifiée en mont d une zone humide clssée Rmsr : le bssin versnt de l Merj Zerg situé u nord-est du Mroc sur l côte tlntique. Ce territoire correspond à une SAU (Surfce Agricole Utile) de l ordre de h représentée pr sept types de système de culture et dont l effectif représente le poids de chque système à l échelle du bssin versnt (voir tbleu X). Tbleu 1 : Principux systèmes de culture et leurs poids à l échelle du bssin versnt de l Merj Zerg Nom du système Bnnier_ Céréles_ Betterves_ Mrichge Olégineux_ Céréles Arboriculture_ Grndes_ Cultures Frise_ Mrichge Pomme de Terre_ Grndes Céréles_ Cnne_ Fourrge Fourrge Cultures Surfce de l exploittion en hectre (h) Effectif u niveu Bssin versnt SAU du système de culture Chque système de culture à s disposition certins ssolements possibles et pour chque ssolement trois types d itinérires techniques peuvent être ppliqués : itinérire technique à bs intrnts (IK 1), 15 / 37

15 itinérire technique à moyen intrnts (IK 2) et itinérire technique à fort intrnts (IK 3). Schnt qu à forte pression phytosnitire les rendements seront différents selon l ITK, insi que les prix de vente. SimPhy est composé de deux phses, u cours desquelles un certin nombre de scénrios sont testés, les joueurs étnt menés à décider des ssolements et des itinérires techniques sous contrintes. Dns l première phse, l gestion des exploittions est fite individuellement sns concerttion entre les joueurs et sous contrintes de type d nnées de pression phytosnitire, de mrché et de réglementtions. Dns l deuxième phse, l gestion des exploittions est fite collectivement en concerttion et vec négocition des règles et des strtégies entre les joueurs. Le jeu SimPhy permet un dilogue direct vec et entre les cteurs et fcilite l pprentissge de l concerttion. IMPLICATIONS PRATIQUES, RECOMMANDATIONS, REALISATIONS PRATIQUES, VALORISATION Implictions prtiques : Les méthodes et les indicteurs développés lors de ce projet ont montré que l on peut border ce problème complexe de l gestion de pollution diffuse de type Phytophrmceutique même si l tâche est rdue et les pproximtions encore importntes. Le principl problème prtique pour l pérennité d une telle pproche se trouve dns l constttion qu il fut un «régulteur» du système qui soit neutre et reconnu pr tous pour mener une telle démrche. Dns l rélité il n y ps de «régulteur» ce qui pose le problème de svoir qui peut gérer un modèle de territoire et proposer des modlités de gestion? L mise en plce d une certifiction territorile de type ISO sur un bssin versnt, conduite pr une collectivité locle s ppuynt sur ce type de modélistion pourrit être un premier ps vers une gestion globle. Recommndtions et limites éventuelles : L limite opértionnelle de ces démrches réside ujourd hui essentiellement dns l gestion de l informtion cr le principl problème réside dns le fit que l cteur devnt gérer le problème (le régulteur) n'observe ps prfitement les ctions entreprises pr les «Pollueur diffus», et les pollueurs possèdent une informtion privée à lquelle le régulteur n' ps ccès (Ali, 2008). Pour surmonter ce problème l démrche doit s inscrire dns un processus de construction d une Intelligence Territorile. «L'intelligence territorile est un moyen pour les chercheurs, pour les cteurs et pour l communuté territorile d cquérir une meilleure connissnce du territoire, mis églement de mieux mîtriser son développement. L pproprition des technologies de l'informtion et de l communiction, et de l informtion elle-même, est une étpe indispensble pour que les cteurs entrent dns un processus d pprentissge qui leur permettr d gir de fçon pertinente et efficiente. L'intelligence territorile est notmment utile pour ider les cteurs territoriux à projeter, définir, nimer et évluer les politiques et les ctions de développement territoril durble.» 5 (Girrdot,2000). L construction d un système 5 Jen-Jcques Girrdot est économiste et notmment coordinteur scientifique de l Enti ((Europeen Network for Territoril Intelligence) 16 / 37

16 d informtion collbortif bsé sur les principes de l Intelligence Territorile est donc un processus indispensble pour imginer implnter de mnière opértionnelle un système de «Gestion intégrée des pesticides» sur un territoire Rélistions prtiques et vloristion : - le Jeu SimPhy été mis en œuvre vec les cteurs de terrin sur l Merj Zerg. - Des réunions de présenttion des itinérires techniques nlysés en comprnt IFT, IRSA,IRTE ont eu lieu vec les griculteurs et techniciens gricoles du bssin versnt de l étng de l OR, vec trois groupes, Arboriculture, viticulture, et céréles Mrîchge. Ces sénces ont été très fructueuses et ont montré l intérêt des griculteurs surtout sur l indicteur snté qui les touche directement. Pr contre certins représentnts d orgnistions de producteurs ne souhitient ps que l on borde l spect snté mis souhite uniquement se limiter à l spect environnementl de peur d un risque de méditistion des résultts. Des divergences de vue sont donc pprues entre les cteurs du monde gricole sur l politique à suivre. Le modèle du bssin gricole intr nnuel permettnt de repérer des périodes produisnt des pics de certines mtières ctives, este à vlider vec les cteurs et serit à confronter vec le clendrier d observtion de l étng et les problèmes environnementux ponctuels observés pour voir si des corréltion usges impcts environnementux ponctuels pourrient être observées. Au Mroc des phénomènes de mortlités de poissons ont été observé quelques jours près les vidnges des csiers à riz de l zone, ce qui serit dues à l présence d herbicides utilisés dns l conduite de l culture. Les pplictions prtiques des modèles ont donc plusieurs niveux d ppliction, en terme de gestion strtégique vec l minimistion des risques sur le territoire dns une pproche nnuelle, plurinnuelle mis ussi intr nnuel dns l gestion des pics de pollution générés. Des utilistions des indicteurs (IRSA et IRTE clculés vec le Logiciel EtoPhy) ont été développés et sont en cours u niveu de l nlyse des prtiques phytosnitires et u niveu médicl dns l crctéristion d expositions brutes à certines mtière ctive d griculteurs ynt contrctés certines pthologie.(cf rubrique Expertise). PARTENARIATS MIS EN PLACE, PROJETES, ENVISAGES - Le Conseil Strtégique de Projet du pôle de compétitivité Quliméditerrnée du 2 septembre 2010 décidé d'ccorder une lbellistion u projet TRm. - Dns le cdre du projet TRm une convention de prtenrit été signée en 2011 vec le Syndict Mixte du Bssin de l Etng de l Or (SYMBO) regroupnt les 32 communes du bssin 17 / 37

17 -Dns le cdre du projet TRm une convention de prtenrit été signée en 2012 vec l Chmbre d Agriculture de l Hérult. -Des prtenrits ont été étblis dns le cdre du projet TRm entre l Institut Agronomique et Vétérinire hssn II de Rbt et l office de mise en vleur du Ghrb et l Direction régionle des eux et Forêts. L impliction officielle des cteurs dns une démrche de réflexion sur l gestion des produits Phytosnitires est un élément fondmentl pour l réussite d un tel projet. POUR EN SAVOIR PLUS (QUELQUES REFERENCES) Aydi H., Le Grusse Ph., Fbre J, Mndrt E., Bouziz A., Bord J-P, (2012). Indicteurs et dignostic de l pollution phytosnitire diffuse d origine gricoles: construction d un indicteur de risque de toxicité environnementle (IRTE). Congrès du Groupe Frnçis des Pesticides : Nouveux Enjeux et Strtégies Novtrices pour l Protection des Plntes Cultivées dns un Contexte de Développement Durble, 2012/05/ /06/01, Poitiers (Frnce). Benoît M. D. J.-P., Grs F., Bienimé E., Riel-Cossert R., (1997). "Agriculture et qulité de l'eu - Une pproche interdisciplinire de l pollution pr les nitrtes d'un bssin d'limenttion." Chiers Agriculture n 6: Brreteu O., Cernesson F. et Ferrnd N. (2001). " Plurlité des échelles de référence pour les cteurs d'un contrt de rivière." Colloque interntionl «Politique de l'eu et développement locl, de l réflexion à l'ction en milieu méditerrnéen», co-orgnisé pr l'université Grenoble 1 et l'université Montpellier 31er et 2 mrs 2001, Montpellier, REM: 24. Brvrd J.-P. et Petit F. ( 2000). "Les cours d eu : dynmique du système fluvil." Pris, A. Colin: 220 pges Cpillon A. (1993). "Typologie des exploittions gricoles. Contribution à l étude des problèmes techniques." Thèse de doctort en sciences gronomiques, INA-PG, Pris. Christin Kersebum K. (2000). "Model-bsed evlution of lnd use nd mngement strtegies in nitrte-polluted drinking wter ctchment in north Germny." In Integrted wtershed mngement in the globl ecosystem CRC Press: Colin F. (2000). "Approche sptile de l pollution chronique des eux de surfce pr les produits phytosnitires, cs de l'trzine dns le bssin-versnt de Sousson (Gers, Frnce)." Thèse "Sciences de l'eu". ENGREF, Montpellier: 223 pges. De Mrsily G. (1986). "Quntittive Hydrogeology - Groundwter Hydrology for Engineers." Acdemic Press: 440 p. Girrdot, J.-J., (2000). Principes, Méthodes et Outils d'intelligence Territorile. Évlution prticiptive et Observtion coopértive. In Conhecer melhor pr gir melhor, Actes du séminire européen de l Direction Générle de l'action Socile du Portugl, EVORA (Portugl), 3-5 mi 2000, DGAS, LISBONNE, décembre 2000, Grs R., Benoît M., Deffontines J.-P., Duru M., Lfrge M., Lnglet A. et Osty P.-L. (1989)." Le fit technique en gronomie ; Activités gricoles, concepts et méthodes d'étude."ed. L Hrmttn, Pris: 184 pges. Heydel L. (1998). "Dignostic et mîtrise des contmintions des eux souterrines pr les résidus d trzine." Thèse INPL, Vndoeuvre-Les-Nncy: 159 p. Houdrt M., Lssoudière A. et Sudubry F. (2002). "Proposition d'une méthode d'nlyse sptile des prtiques gricoles à l'échelle d'un bssin versnt dns un contexte de pollution des eux. 38e Annul Meeting Crriben Food Crops Scociety, «Quel devenir pour l'griculture cribéenne? Qulité, économie, progrès socil,environnement», Trois-Ilets, Mrtinique." AMADEPA pp: / 37

18 Houdrt M. (2005). "Orgnistion sptile des ctivités gricoles et pollution des eux pr les pesticides. Modélistion ppliquée u bssin-versnt de l Cpot, Mrtinique"." Thèsede géogrphie, Université des Antilles et de l Guyne: 318p + nnexes. Leile L. A. (1986). "Contribution à l modélistion des pollutions diffuses gricoles. Études comprtive des principux modèles évlunt l impct de ces pollutions sur les euxsuperficielles." uni. Pris Vl-de-Mrne ENPC: 51 p. + nnexes. Ll R. (2000). "Rtionle for wtershed s bsis for sustinble mngement of soil ndwter resources. In Integrted wtershed mngement in the globl ecosystem." CRCPress: p: Le Grusse P. (2001). Du "locl" u "globl": les dynmiques gro-limentires territoriles fce u mrché mondil. Quels instruments d'ide à l décision pour l'élbortion de strtégies territoriles. In : Pdill M. (ed.), Ben Sïd T. (ed.), Hssiny J. (ed.), Le Grusse P. (ed.). Les filières et mrchés du lit et dérivés en Méditerrnée : étt des lieux, problémtique et méthodologie pour l recherche. Montpellier : CIHEAM, p (Options Méditerrnéennes: Série B. Etudes et Recherches; n. 32). Le Grusse P., Belhouchette H., Le Brs M., Crmon G. et Attonty J.-M. (2007). "Prticiptive modelling to help collective decision-mking in wter lloction nd nitrogen pollution "Appliction to the cse of the Aveyron-Lère Bsin"." Interntionl Journl of Agriculturl Resources, Governnce nd Ecology 5 (2-3): Mignolet M. et Guiot S. (1995). "Politiques régionles et coût du cpitl : un outil d'évlution, Région et développement économique " n 1: p Levy J. et Lussult M. (2003). "Dictionnire de l géogrphie et de l espce des sociétés."pris, Ed. Bellin. Meybeck M. (1995). "Globl lke distribution." In : A. Lermn, D. Imboden, J. Gt (eds) Physics nd Chemistry of Lkes. Springer-Verlg: Ppy L. (2001). "Interdépendnce des systèmes de culture dns l exploittion gricole. In :Mlézieux E, Trébuil G, Jeger M, eds. Modélistion des gro-écosystèmes et ide à l décision." Collection Repères. Pris : Montpellier : Éditions Cird-Inr. Perrot C. et Lndis E. (1993). "Exploittions gricoles : pourquoi poursuivre sur l recherche sur les méthodes typologiques?." Les Chiers de l Recherche Développement 33: Sebillotte M. (1974). "Agronomie et griculture, nlyse des tâches de l gronomie." Chiers. ORSTOM, série biologie, 24: p: Tortrt F. (2005 ). "Modélistion orienté décision des processus de trnsfert pr ruissellement et subsurfce des herbicides dns les bssins versnts gricoles." Thèse de doctort Agrocmpus Rennes. Turpin N., Bouroui F. et Trnvoiz M. (1999). "Prtiques gricoles et qulité de l'eu dns un petit bssin d'élevge intensif -Une expérience pilote rélisée dns le cdre du contrt de bie " Rde de Brest "." Ingénieries EAT 19: p: Mots-clés : gestion intégrée, territoire, modélistion, intelligence territorile. 19 / 37

19 LISTE DES OPERATIONS DE VALORISATION ISSUES DU CONTRAT (ARTICLES DE VALORISATION, PARTICIPATIONS A DES COLLOQUES, ENSEIGNEMENT ET FORMATION, COMMUNICATION, EXPERTISES ) Publictions scientifiques prues Articles publiés PUBLICATIONS SCIENTIFIQUES Aydi H., Le Brs M., Le Grusse Ph., Mndrt E., Fbre J., Bouziz A, Bord J-P. (2013) SimPhy: simultion gme to lessen the impct of phytosnitries on helth nd the environment The cse of Merj Zerg in Morocco, Environmentl Science nd Pollution reserch, ISSN , Environ Sci Pollut Res DOI /s Actes Congrès Mghirbi O., Ellefi K, Le Grusse Ph., Fbre J., Mndrt E., Aydi H., Bord J-P.(2013). Corréltion et ntinomie entre risque environnementl et risque snté humine dns les prtiques phytosnitires : des indicteurs d évlution pour gérer les risques. Actes 43 e congrès du Groupe Frnçis des Pesticides, mi 2013, ALBI.(Soumis in Environmentl Science nd Pollution reserch) Aydi H., Le Grusse Ph., Mndrt E., Fbre J., Bouziz Ahmed (4), Bord Jen-Pul (2) (2013). Evlution de l iniquité sptile de l pollution phytosnitire diffuse sur l «snté environnementle des griculteurs»: couplge d indicteurs de pression et de toxicité vec un SIG : Une ppliction sur le bssin versnt de l Merj Zerg u Mroc. Actes 43 e congrès du Groupe Frnçis des Pesticides, mi 2013, ALBI. Le Grusse Ph.., Aydi H., Mouileh Z., Mndrt E., Le Brs M., Rio P., Bouziz A., Bord J.-P. (2012). Jeu de simultion pour une gestion concertée de l pollution phytosnitire u niveu d'un bssin versnt gricole : cs de l Merj Zerg u Mroc. 7 p. 42. Congrès du Groupe Frnçis des Pesticides : Nouveux Enjeux et Strtégies Novtrices pour l Protection des Plntes Cultivées dns un Contexte de Développement Durble, 2012/05/ /06/01, Poitiers (Frnce). Session 1 : Approches innovntes pour l réduction des doses ppliquées. Aydi H., Le Grusse Ph., Fbre J, Mndrt E., Bouziz A., Bord J-P, (2012). Indicteurs et dignostic de l pollution phytosnitire diffuse d origine gricoles: construction d un indicteur de risque de toxicité environnementle (IRTE). Congrès du Groupe Frnçis des Pesticides : Nouveux Enjeux et Strtégies Novtrices pour l Protection des Plntes Cultivées dns un Contexte de Développement Durble, 2012/05/ /06/01, Poitiers (Frnce). Aydi H, Le Grusse P, Mndrt E, Fbre J, Bouziz A, Bord J-P (2011). Indicteurs et démrche de gestion collective des risques phytosnitires u niveu d un bssin versnt gricole en mont d une zone humide Rmsr. Actes du 41è congrès scientifique du GFP. Mi 2011 Orléns. Mndrt E, Le Grusse Ph, Aydi H, Fbre J nd Attonty J-M (2010) - Un indicteur de risque de toxicité des pesticides en «snté humine» comme prmètre d un outil d ide à l décision en production gricole: ppliction à un territoire du sud-ouest de l Frnce. Actes du 40è congrès scientifique du GFP : Pesticides et environnements méditerrnéens mi 2010 Bnyuls sur Mer. 20 / 37

20 Publictions scientifiques à prître Articles in «review» Mghirbi O., Ellefi K., Le Grusse Ph, Mndrt E., Fbre J., Aydi H., Bord J.P, (2014). Assessing plnt protection prctices using pressure indictor nd toxicity risk indictors: Anlysis of the reltionship between these indictors for improved risk mngement, ppliction in viticulture. In Environmentl Science nd Pollution reserch. Actes Congrès à prître Le Grusse Ph., Mndrt E., Aydi H., Mghirbi O., Ellefi K.,Trbelsi M., Fbre J., Bord J.P, (2014). Gestion intégrée des pesticides et Intelligence Territorile, Actes du 44 ème Congrès du GFP Groupe Frnçis des Pesticides à Fort de Frnce Mrtinique Université Antilles Guyne Complexe de Schoelcher, 26-29Mi2014. Trbelsi M., Mndrt E., Le Grusse Ph, Bord J.P, (2014). Réduction des pesticides : Une réflexion sur l évlution de l efficcité des processus de trnsition «groécologique, Actes du 44 ème Congrès du GFP Groupe Frnçis des Pesticides à Fort de Frnce Mrtinique Université Antilles Guyne Complexe de Schoelcher, 26-29Mi2014. Publictions scientifiques prévues COLLOQUES Prticiptions pssées à des colloques / Congrès Mghirbi O, Le Grusse Ph., Bord J.P, (2014). Resilience nd risk mngement: ppliction to frms in the Etng de l'or ctchment re (Muguio, Hérult). Third Interntionl Science nd policy Conference on the resilience of socil & ecologicl systems, Montpellier, Frnce, 4-8 Mi Lecouteux-Glomot K., Chubilleu C;, Leonrd S., Le Grusse Ph, Mndrt E., Defossez G., Ingrnd P., Ben-Brik E., (2014). Mldie de Prkinson : pport de l consulttion de pthologies professionnelles et environnementles de Poitiers dns l crctéristion des mtières ctives d intérêt. Archives des mldies Pofessionnelles et de l Environnement, Volume 75, Issue 3, Supplement June 2014 Pges S25-S26, 33 eme Congrès Ntionl Snté Trvil Lille Le Grusse Ph., Mndrt E., Aydi H., Mghirbi O., Ellefi K.,Trbelsi M., Fbre J., Bord J.P, (2014). Gestion intégrée des pesticides et Intelligence Territorile, Actes du 44 ème Congrès du GFP Groupe Frnçis des Pesticides à Fort de Frnce Mrtinique Université Antilles Guyne Complexe de Schoelcher, 26-29Mi2014. Trbelsi M., Mndrt E., Le Grusse Ph, Bord J.P, (2014). Réduction des pesticides : Une réflexion sur l évlution de l efficcité des processus de trnsition «groécologique, Actes du 44 ème Congrès du GFP Groupe Frnçis des Pesticides à Fort de Frnce Mrtinique Université Antilles Guyne Complexe de Schoelcher, 26-29Mi2014. Mghirbi O, Ellefi K., Le Grusse Ph., Mndrt E., Fbre J., Bord J.P, (2014). Indicteurs pour l gestion des risques liés ux prtiques phytosnitires, 2ème colloque ntionl «Contminnts, Environnement et Snté» Thémtique Pesticides de l ANCSEP (l'agence Ntionle de Contrôle Snitire et Environnementl des Produits), 28 et 29 vril 2014 à Hmmmet Tunisie. 21 / 37

Mon. Coordinomètre. a Nom... a Régionale... ...

Mon. Coordinomètre. a Nom... a Régionale... ... Mon Coordinomètre Nom.................................................................................................................................................... Régionle..........................................................................

Plus en détail

NUMÉRO DU PROJET : 1518. Réalisé par : Hervé Van Der Heyden, B.Sc Luc Brodeur, agr. Compagnie de recherche Phytodata inc.

NUMÉRO DU PROJET : 1518. Réalisé par : Hervé Van Der Heyden, B.Sc Luc Brodeur, agr. Compagnie de recherche Phytodata inc. Rpport finl rélisé dns le cdre du progrmme Prime-Vert, sousvolet 11.1 Appui à l Strtégie phytosnitire québécoise en griculture TITRE : IMPLANTATION D UN RÉSEAU LOCAL DE DÉTECTION HÂTIVE DE PHYTOPHTHORA

Plus en détail

CYCLE DIPLOMANT DE COMPTABILITÉ BANCAIRE a

CYCLE DIPLOMANT DE COMPTABILITÉ BANCAIRE a CYCLE DIPLOMANT DE COMPTABILITÉ BANCAIRE Diplôme de comptbilité bncire CNAM-INTEC, ADICECEI, AFGES Le métier de comptble de bnque présente des spécificités mises en exergue pr des formtions et des ouvrges

Plus en détail

uanacia pour le trimestre terminé le 31 décembre 2013

uanacia pour le trimestre terminé le 31 décembre 2013 * I1 # Office ntionl Ntionl Energy Bord Rpport finncier trimestriel Compte rendu soulignnt les résultts, les risques et les chngements importnts qunt u fonctionnement, u personnel et ux progrmmes Introduction

Plus en détail

Avec la loi relative à la politique de santé publique d août 2004, la problématique de la santé au travail a été inscrite dans le

Avec la loi relative à la politique de santé publique d août 2004, la problématique de la santé au travail a été inscrite dans le Snté & trvil en GROUPEMENT REGIONAL DE SANTE PUBLIQUE DE PICARDIE Le constt -3 à trvers l enquête décennle snté Avec l loi reltive à l politique de snté publique d oût 4, l problémtique de l snté u trvil

Plus en détail

Dossier de demande de subvention

Dossier de demande de subvention Assocition Demnde de subvention n 12156*01 Loi du 1 er juillet 1901 reltive u contrt d ssocition Dossier de demnde de subvention Vous trouverez dns ce dossier tout ce dont vous vez besoin pour étblir votre

Plus en détail

Les troubles d apprentissage

Les troubles d apprentissage Histoire de Lynn Lynn est une enfnt de 10 ns qui ime fire du sport et psser du temps vec ses mies. C est une élève moyenne, qui obtient des B dns toutes les mtières, à prt les mthémtiques Les mthémtiques

Plus en détail

Strasbourg, 12 novembre 2013 (projet) T-CY (2013) 26. Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY)

Strasbourg, 12 novembre 2013 (projet) T-CY (2013) 26. Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY) www.coe.int/tcy Strsourg, 12 novemre 2013 (projet) T-CY (2013) 26 Comité de l Convention Cyercriminlité (T-CY) Note d orienttion n 8 du T-CY Otention, dns le cdre d une enquête pénle, de données reltives

Plus en détail

Lancement d u site Internet

Lancement d u site Internet Lncement d u site Internet d u S M E T O M - G E E O D E www.smetom-geeode.fr Votre contct presse Erwn GUILLERON, chrgé de communiction SMETOM-GEEODE - 14 rue l Mirie - 77160 Poigny Tél : 01.64.00.26.45

Plus en détail

S il ne peut être déterminé en raison d'excavations et de remblais antérieurs, la référence est le terrain naturel environnant.

S il ne peut être déterminé en raison d'excavations et de remblais antérieurs, la référence est le terrain naturel environnant. Annexe A MESSAGE TYPE 8. COMMENTAIRES DES DEFINITIONS DE L ANNEXE NOTIONS ET METHODES DE MESURE 1. TERRAIN DE RÉFÉRENCE 1.1 Terrin de référence Le terrin de référence équivut u terrin nturel. S il ne peut

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2016 / associations Loi du 1 er juillet 1901, relative au contrat d association

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2016 / associations Loi du 1 er juillet 1901, relative au contrat d association DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2016 / ssocitions Loi du 1 er juillet 1901, reltive u contrt d ssocition Nom de l ssocition : Dte limite de retour des dossiers / 31 jnvier 2016 Pr courrier : Mirie de

Plus en détail

OUVERTURE DU MARCHÉ DOMESTIQUE ESPAGNOL DANS LE CADRE DE LA LIBÉRALISATION. (Note présenté par l Espagne)

OUVERTURE DU MARCHÉ DOMESTIQUE ESPAGNOL DANS LE CADRE DE LA LIBÉRALISATION. (Note présenté par l Espagne) Février 2003 Anglis et frnçis seulement OUVERTURE DU MARCHÉ DOMESTIQUE ESPAGNOL DANS LE CADRE DE LA LIBÉRALISATION (Note présenté pr l Espgne) 1. INTRODUCTION 1.1 Les principles crctéristiques géogrphiques

Plus en détail

Guide des bonnes pratiques

Guide des bonnes pratiques Livret 3 MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 3 Guide des bonnes prtiques OUTILS DE LA GRH Guide des bonnes prtiques Tble des mtières 1. Introduction p.

Plus en détail

Rapport. sur la situation en matière de développement durable du Conseil général de l Isère

Rapport. sur la situation en matière de développement durable du Conseil général de l Isère Rpport sur l sitution en mtière de développement durble du Conseil générl de l Isère 2013 Sommire > Edito...3 > Les politiques développées pr le Conseil générl de l Isère... 4 > L gestion durble des finnces

Plus en détail

Les Dossiers Du Mois. 006 Janvier 2013

Les Dossiers Du Mois. 006 Janvier 2013 Les Dossiers Du Mois No. 006 Jnvier 2013 DÉVELOPPEMENT DE LA POLICE NATIONALE D'HAÏTI: cp sur 2016 Le Gouvernement hïtien doté s police ntionle d'un pln quinquennl de développement pour l période 2012-2016.

Plus en détail

Industrie, Agriculture, Habitat, Tertiaire

Industrie, Agriculture, Habitat, Tertiaire Méthodologie pour les projets réduisnt l consommtion de combustibles fossiles dns une instlltion préexistnte de production d énergie thermique pour chuffge, pr optimistion de l gestion de l production.

Plus en détail

IFT 615 : Devoir 4 Travail individuel

IFT 615 : Devoir 4 Travail individuel IFT 615 : Devoir 4 Trvil individuel Remise : 1 vril 01, 16h0 (u plus trd) 1. [ points] Dns le cours, nous vons vu différents types de problèmes d intelligence rtificielle insi que plusieurs solutions possibles

Plus en détail

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE L' Algère de BOOLE L'lgère de Boole est l prtie des mthémtiques, de l logique et de l'électronique qui s'intéresse ux opértions et ux fonctions sur les vriles logiques. Le nom provient de George Boole.

Plus en détail

Votre rapport décrypté. Comptage des fibres d amiante dans un prélèvement d air DÉCRETS ET ARRÊTÉS, UNE RENTRÉE 2013 CHARGÉE SUR LE FRONT DE L AMIANTE

Votre rapport décrypté. Comptage des fibres d amiante dans un prélèvement d air DÉCRETS ET ARRÊTÉS, UNE RENTRÉE 2013 CHARGÉE SUR LE FRONT DE L AMIANTE n 2 - octobre 2013 Comptge des fibres d minte dns un prélèvement d ir DÉCRETS ET ARRÊTÉS, UNE RENTRÉE 2013 CARGÉE SUR LE FRONT DE L AMIANTE Votre rpport décrypté ÉDITO Vous ccompgner Comment respecter une

Plus en détail

Opinions des médecins du travail sur la prévention des cancers professionnels

Opinions des médecins du travail sur la prévention des cancers professionnels C A N C E R L lettre de vloristion de l ORS PACA - SE4S (UMR 912 Inserm-IRD- Université Aix-Mrseille) N 2 3 2 0 1 0 R e g r d S n t é e s t l l e t t r e d e v l o r i s t i o n d e s t r v u x d e r e

Plus en détail

E N S G a L É C O L EDELAG É O M A T I Q U E. s adresser à : 6 et 8 avenue Blaise Pascal. Cité Descartes PAR LE RER

E N S G a L É C O L EDELAG É O M A T I Q U E. s adresser à : 6 et 8 avenue Blaise Pascal. Cité Descartes PAR LE RER MOYENS D ACCÈSPOUR TOUT RENSEIGNEMENT s dresser à : PAR LA ROUTE En vennt de Pris comme de province, utoroute A4 sortie Chmps. École Ntionle des Sciences Géogrphiques Une fois sorti de l utoroute, suivre

Plus en détail

Mesure de résistances

Mesure de résistances GEL 1002 Trvux prtiques Lortoire 2 1 Trvux prtiques Lortoire 2 (1 sénce) Mesure de résistnces Ojectifs Les ojectifs de cette phse des trvux prtiques sont : ) d utiliser déqutement l plquette de montge

Plus en détail

Cegid Group. Évaluation indépendante de la valeur des BAAR dans le cadre du projet de modification des caractéristiques des BAAR existants

Cegid Group. Évaluation indépendante de la valeur des BAAR dans le cadre du projet de modification des caractéristiques des BAAR existants y Accurcy Figures for decision Cegid Group Évlution indépendnte de l vleur des BAAR dns le cdre du projet de modifiction des crctéristiques des BAAR existnts Ce rpport d expertise ne constitue ps une «Attesttion

Plus en détail

Le Bureau de projet : un inventaire des cadres conceptuels d analyse de l efficience

Le Bureau de projet : un inventaire des cadres conceptuels d analyse de l efficience Le Bureu de projet : un inventire des cdres conceptuels d nlyse de l efficience Monique Aubry* et Denis Thuillier** * étudinte u progrmme de doctort conjoint en dministrtion, ESG-UQAM. ** professeur u

Plus en détail

Numara Asset Management Platform

Numara Asset Management Platform Numr Asset Mngement Pltform L Puissnce Tout-en-un L plteforme de gestion de prc informtique Numr Asset Mngement Pltform (NAMP) permet ux services informtiques d ccroître les niveux de service, d méliorer

Plus en détail

Stratégie en matière de politique de la vieillesse

Stratégie en matière de politique de la vieillesse Strtégie en mtière de politique de l vieillesse Rpport du Conseil fédérl donnnt suite u postult 03.3541 Leutenegger Oberholzer du 3 octobre 2003 29 oût 2007 Condensé En réponse à une intervention prlementire

Plus en détail

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique.

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique. C39211 Ecole Normle Supérieure de Cchn 61 venue du président Wilson 94230 CACHAN Concours d dmission en 3 ème nnée Informtique Session 2009 INFORMATIQUE 1 Durée : 5 heures «Aucun document n est utorisé»

Plus en détail

Rapport. sur la situation en matière de développement durable du Conseil général de l Isère

Rapport. sur la situation en matière de développement durable du Conseil général de l Isère Rpport sur l sitution en mtière de développement durble du Conseil générl de l Isère 2014 RppoRt développement durble 2014 2 Edito UNE VISION ÉCLAIRÉE DE NOTRE ACTION AU QUOTIDIEN le 21 novembre 2014,

Plus en détail

Logiciel Anti-Spyware Enterprise Module

Logiciel Anti-Spyware Enterprise Module Logiciel Anti-Spywre Enterprise Module version 8.0 Guide Qu est-ce qu Anti-Spywre Enterprise Module? McAfee Anti-Spywre Enterprise Module est un module d extension qui permet d étendre les cpcités de détection

Plus en détail

Pour développer votre entreprise LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI!

Pour développer votre entreprise LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI! Pour développer votre entreprise Gestion Commercile Gérez le cycle complet des chts (demnde de prix, fcture fournisseur), des stocks (entrée, sortie mouvement, suivi) et des ventes (devis, fcture, règlement,

Plus en détail

Transfert. Logistique. Stockage. Archivage

Transfert. Logistique. Stockage. Archivage Trnsfert Logistique Stockge Archivge Trnsfert, logistique, stockge Pour fire fce ux nouveux enjeux, il est importnt de pouvoir compter sur l'expertise d'un spéciliste impliqué à vos côtés, en toute confince.

Plus en détail

AMETRA TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION. Santé au travail. Guide destiné aux personnels exposés

AMETRA TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION. Santé au travail. Guide destiné aux personnels exposés AMETRA Snté u trvil TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION Guide destiné ux personnels exposés IMPLANTATION GÉNÉRALE Norme NF X 35-109 Les limites cceptbles du port mnuel de chrges pr une personne : Le slrié,

Plus en détail

6 apprentissages supplémentaires

6 apprentissages supplémentaires 6 pprentissges supplémentires pour être polybâtisseur étnchéité couverture construction de fçdes Construction d échfudges systèmes de protection solire Ferblntier T crrière! Polybâtisseur des métiers vec

Plus en détail

Pour développer votre entreprise. Compta LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI!

Pour développer votre entreprise. Compta LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI! Pour développer votre entreprise Compt Avec EBP Compt, vous ssurez le suivi de l ensemble de vos opértions et exploitez les données les plus complexes en toute sécurité. Toutes les fonctionnlités essentielles

Plus en détail

Meg Gawler Bréhima Béridogo. Mars 2002

Meg Gawler Bréhima Béridogo. Mars 2002 EVALUATION FINALE PROJET D APPUI A LA GESTION DES ZONES HUMIDES DANS LE DELTA INTERIEUR DU FLEUVE NIGER RAPPORT FINAL Meg Gwler Bréhim Béridogo ARTEMIS Services pour l conservtion de l nture et le développement

Plus en détail

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique LITE-FLOOR Dlles de sol et mrches d esclier Informtion technique Recommndtions pour le clcul et l pose de LITE-FLOOR Générlités Cette rochure reprend les règles de se à respecter pour grntir l rélistion

Plus en détail

révention CAISSE GÉNÉRALE DE SÉCURITÉ SOCIALE DE LA RÉUNION

révention CAISSE GÉNÉRALE DE SÉCURITÉ SOCIALE DE LA RÉUNION mission révention CAISSE GÉNÉRALE DE SÉCURITÉ SOCIALE DE LA RÉUNION PRÉ VENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Revue trimestrielle - Éditée pr l CGSS de L Réunion - septembre 2011 - Numéro 54 Avec l prévention,

Plus en détail

BILAN DE LA CONCERTATION PUBLIQUE

BILAN DE LA CONCERTATION PUBLIQUE AMÉNAGEMENT DE LA PORTE DE GESVRES AUTOROUTE A11 PÉRIPHÉRIQUE NANTAIS CONCERTATION PUBLIQUE VOTRE AVIS COMPTE! BILAN DE LA CONCERTATION PUBLIQUE SOMMAIRE 1 L objet de l concerttion publique 2 L nnonce

Plus en détail

PROCEDURE DE SOUSCRIPTION SPIRICA ALPHA SOLIS. Pour souscrire un contrat d assurance vie SPIRICA Alpha Solis, suivez le mode d'emploi ci dessous :

PROCEDURE DE SOUSCRIPTION SPIRICA ALPHA SOLIS. Pour souscrire un contrat d assurance vie SPIRICA Alpha Solis, suivez le mode d'emploi ci dessous : PROCEDURE DE SOUSCRIPTION SPIRICA ALPHA SOLIS Pour souscrire un contrt d ssurnce vie SPIRICA Alph Solis, suivez le mode d'emploi ci dessous : Le dossier de souscription Complétez et signez le bulletin

Plus en détail

Sociétés scientifiques de soins (AFG)

Sociétés scientifiques de soins (AFG) Schweizerischer Verein für Pflegewissenschft Assocition Suisse pour les sciences infirmières Swiss Assocition for Nursing Science Sociétés scientifiques de soins (AFG) REGLEMENT DES SOCIETES SCIENTIFIQUES

Plus en détail

PLAN LOCAL DE DÉPLACEMENTS PLAN MARCHE. L essentiel sur le. et le. de Plaine Commune AVEC PLAINE COMMUNE, LES DÉPLACEMENTS DE DEMAIN SONT EN MARCHE

PLAN LOCAL DE DÉPLACEMENTS PLAN MARCHE. L essentiel sur le. et le. de Plaine Commune AVEC PLAINE COMMUNE, LES DÉPLACEMENTS DE DEMAIN SONT EN MARCHE L essentiel sur le PLAN LOCAL DE DÉPLACEENTS et le PLAN ARCHE de Pline Commune AVEC PLAINE COUNE, LES DÉPLACEENTS DE DEAIN SONT EN ARCHE Se déplcer ujourd hui et demin sur le territoire de Pline Commune

Plus en détail

LE MARCHÉ DE LA RÉASSURANCE EN 2013

LE MARCHÉ DE LA RÉASSURANCE EN 2013 CONFÉRENCE DE PRESSE LE MRCHÉ DE L RÉSSURNCE EN 013 FRNCE - INTERNTIONL PREF François Vilnet Président FFS Bernard Spitz Président Jeudi 10 juillet 014 Paris CONFÉRENCE DE PRESSE 1 LE MRCHÉ FRNÇIS DE L

Plus en détail

Construire un avenir meilleur

Construire un avenir meilleur Dossier de presse Construire un venir meilleur CEMEX 2 rue du Verseu - Silic 423 94583 Rungis Cedex Tél. 01 49 79 44 44 Fx 01 49 79 86 07 www.cemex.fr Octobre 2015 Présenttion Michel André Président de

Plus en détail

Le Guide 2012. des logiciels et services EBP. Les 5 BONNES RAISONS DE VOUS ÉQUIPER

Le Guide 2012. des logiciels et services EBP. Les 5 BONNES RAISONS DE VOUS ÉQUIPER Les 5 BONNES RAISONS DE VOUS ÉQUIPER 1. Vous en êtes cpble. 2. C est efficce et vous llez ggner du temps chque jour. 3. Cel fit vendre : vlorisez votre entreprise pr vos documents. 4. C est profitble :

Plus en détail

L effet de la position du seuil d injection sur le refroidissement d un polymère dans un moule d injection

L effet de la position du seuil d injection sur le refroidissement d un polymère dans un moule d injection L effet de l position du seuil d injection sur le d un polymère dns un moule d injection Hmdy HASSAN, Nicols REGNIER, Cédric LEBOT, Guy DEFAYE Université Bordeux I ; CNRS ; UMR 8508, Lbortoire TREFLE,

Plus en détail

Examen professionnel. Prévention, gestion des risques. Déchets, assainissement

Examen professionnel. Prévention, gestion des risques. Déchets, assainissement CIG petite couronne Ingénieur territoril 2013 2015 Volume 2 Sujet de l épreuve Étblissement d'un projet ou étude Exmen professionnel Spécilité Prévention, gestion des risques Option Déchets, ssinissement

Plus en détail

Votre Image au travers de vos éditions Clients

Votre Image au travers de vos éditions Clients Votre Imge u trvers de vos éditions Clients Nos prtenires: LOGITAS SA est un tiers de confince, prtenire des éditeurs de logiciels et des utilisteurs pour l conception, le contrôle et l conservtion de

Plus en détail

L EUROPE ET L EAU. «Quelle idée d appeler cette planète Terre alors qu elle est clairement océan». Arthur C. Clarke.

L EUROPE ET L EAU. «Quelle idée d appeler cette planète Terre alors qu elle est clairement océan». Arthur C. Clarke. L EUROPE ET L EAU L eu est indispensble à l vie. Elle soutient nos écosystèmes et régule le climt. Agriculture, limenttion, énergie, trnsports : l eu est u cœur de notre existence. Cependnt, elle est inéglement

Plus en détail

Sommaire. 6. Tableau récapitulatif... 10. Sophos NAC intégré Vs. NAC Advanced - 17 Février 2009 2

Sommaire. 6. Tableau récapitulatif... 10. Sophos NAC intégré Vs. NAC Advanced - 17 Février 2009 2 Sommire 1. A propos de Sophos... 3 2. Comprtif des solutions Sophos NAC... 4 3. Sophos NAC pour Endpoint Security nd Control 8.0... 4 3.1. Administrtion et déploiement... 4 3.2. Gestion des politiques

Plus en détail

Explications relatives à l inventaire de points ISOS

Explications relatives à l inventaire de points ISOS Déprtement fédérl de l'intérieur DFI Office fédérl de l culture OFC Explictions reltives à l inventire de points ISOS L Inventire fédérl des sites construits d importnce ntionle à protéger en Suisse ISOS

Plus en détail

1. Contribution au raccordement

1. Contribution au raccordement TARIFS 215 CHAUFFAGE A DISTANCE CONTRIBUTIONS AU RACCORDEMENT 1. Contribution u rccordement 1.1 L contribution u rccordement est clculée en fonction des kw th souscrits dns le cdre des puissnces normlisées.

Plus en détail

LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX

LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX Améliortion des performnces des pplictions, protection des données critiques et réduction des coûts de stockge vec les logiciels complets d EMC POINTS FORTS VNX Softwre Essentils

Plus en détail

LES RÈGLES OFFICIELLES DE LA PRATIQUE MINIBASKET

LES RÈGLES OFFICIELLES DE LA PRATIQUE MINIBASKET LES RÈGLES OFFICIELLES DE LA PRATIQUE MINIBASKET Édition mrs 2014 Document rédigé pr les membres de l Délégtion Jeunesse Commission MiniBsket et Groupe de trvil 7/11 ns LES RÈGLES OFFICIELLES DE LA PRATIQUE

Plus en détail

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet.

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet. Sttistique mensuelle tourisme et hôtellerie Introduction edatenq est une ppliction qui permet ux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclrtions sttistiques pr internet. Il s'git d'une ppliction

Plus en détail

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV /HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV I. Définition On ppelle système combintoire tout système numérique dont les sorties sont exclusivement définies à prtir des vribles d entrée (Figure ). = f(x, x 2,,, x n ) x x

Plus en détail

Santé et sécurité psychologiques en milieu de travail

Santé et sécurité psychologiques en milieu de travail CAN/CSA-Z1003-13/BNQ 9700-803/2013 Norme ntionle du Cnd Snté et sécurité psychologiques en milieu de trvil Prévention, promotion et lignes directrices pour une mise en œuvre pr étpes Avilble in English

Plus en détail

Outils et méthodes de gestion des risques liés à l utilisation des pesticides sur un territoire : Les résultats du projet TRam.

Outils et méthodes de gestion des risques liés à l utilisation des pesticides sur un territoire : Les résultats du projet TRam. Outils et méthodes de gestion des risques liés à l utilisation des pesticides sur un territoire : Les résultats du projet TRam. Le Grusse Philippe, Mandart Elisabeth, Ayadi Habiba, Bouaziz Ahmed, Chtaina

Plus en détail

L insécurité alimentaire dans les ménages québécois : mise à jour et évolution de 2005 à 2012

L insécurité alimentaire dans les ménages québécois : mise à jour et évolution de 2005 à 2012 institut ntional de snté publique du québec SURVEILLANCE DES hbitudes de vie Numéro 4 L insécurité limentire dns les ménges québécois : mise à jour et évolution de 2005 à 2012 Fits sillnts Au Québec, en

Plus en détail

Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre

Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers l dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chpitre Chpitre 20 Intégrtion Sommire 20.1 Continuité uniforme.................................

Plus en détail

Inégalités socio-économiques et mortalité de l enfant : comparaison dans neuf pays en développement Adam Wagstaff 1

Inégalités socio-économiques et mortalité de l enfant : comparaison dans neuf pays en développement Adam Wagstaff 1 Thème spécil Inéglités de snté Dossiers thémtiques Inéglités socio-économiques et mortlité de l enfnt : comprison dns neuf pys en développement Adm Wgstff 1 Cet rticle est le résultt d une enquête et de

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

Des extraits de cette norme seront présentés pour la compréhension de la démarche.

Des extraits de cette norme seront présentés pour la compréhension de la démarche. Estimtion de l incertitude de l mesure : Appliction à l incertitude sur le clcul de l concentrtion d EDTA lors de l détermintion de l dureté d une eu nturelle Pour cette démrche, nous nous ppuierons sur

Plus en détail

CONTROLE DES STRUCTURES DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER

CONTROLE DES STRUCTURES DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER CERFA 11534*01 DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES du CHER 6 plce de l pyrotechnie - CS 20001 18019 BOURGES CEDEX Tél. 02 34 34 61 65 ou 61 66 Fx : 02 34 34 63 00 N de dossier : Déposé le : Complet

Plus en détail

Plan diversité 2012-2013

Plan diversité 2012-2013 Pln diversité 2012-2013 SPF MOBILITE & TRANSPORTS L diversité, gge de qulité! Service d encdrement Personnel & Orgnistion Personne contct diversité Sylvi Ardizzone sylvi.rdizzone@moilit.fgov.e 02/ 277

Plus en détail

Des solutions pour l eau potable. Solutions pour le traitement de l eau potable par Severn Trent Services

Des solutions pour l eau potable. Solutions pour le traitement de l eau potable par Severn Trent Services Des solutions pour l eu potble Solutions pour le tritement de l eu potble pr Severn Trent Services Des solutions complètes pour le tritement de l eu potble Severn Trent Services, principl fournisseur de

Plus en détail

CAP PRO E SCHEMA : LE MOTEUR

CAP PRO E SCHEMA : LE MOTEUR CAP PRO E SCHEMA : E MOTEUR folio folio folio folio folio folio folio 7 folio 8 folio 9 plque signlétique d un moteur puissnce sorée pr un moteur plque à ornes d un moteur triphsé e couplge étoile e couplge

Plus en détail

Les formations professionnelles Livret d information des services Application

Les formations professionnelles Livret d information des services Application ² Services "Utilisteur" Confince, Expertise, Performnce Les formtions professionnelles Livret d informtion des services Appliction Answers for Life (*) (*) Des réponses pour l vie Sommire 3 L formtion

Plus en détail

9 Annexe III : Analyse du risque foudre et étude technique

9 Annexe III : Analyse du risque foudre et étude technique MEDOC ENERGIES Réf : MET.ICPE.13.002 Dossier de demnde d Autoristion ICPE Dte : 30/12/2013 Issue : 2 9 Annexe III : Anlyse du risque foudre et étude technique 93 Document confidentiel propriété du MOA.

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE UFR DE GESTION

UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE UFR DE GESTION UNIVERSITE PRIS PNTHEON SORBONNE UFR DE GESTION MTHEMTIQUES PPLIQUEES L ECONOMIE ET L GESTION LICENCE nnée Cours de Thierry LFY TRVUX DIRIGES semestre 7-8 Thème n : Rppels Eercice Déterminez l ensemble

Plus en détail

ALLOCUTION DE MONSIEUR CLAUDE HAMEL, PRÉSIDENT DE L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC, À L'OCCASION D'UNE RENCONTRE AVEC LES DIRIGEANTS DU RÉSEAU DE L'UNIVERSITÉ

ALLOCUTION DE MONSIEUR CLAUDE HAMEL, PRÉSIDENT DE L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC, À L'OCCASION D'UNE RENCONTRE AVEC LES DIRIGEANTS DU RÉSEAU DE L'UNIVERSITÉ ALLOCUTION DE MONSIEUR CLAUDE HAMEL, PRÉSIDENT DE L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC, À L'OCCASION D'UNE RENCONTRE AVEC LES DIRIGEANTS DU RÉSEAU DE L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC, LE 24 AOûT 1994 Monsieur le Ministre, Mesdmes

Plus en détail

Réalisation de sites Internet PME & Grandes entreprises Offre Premium. Etude du projet. Webdesign. Intégration HTML. Développement.

Réalisation de sites Internet PME & Grandes entreprises Offre Premium. Etude du projet. Webdesign. Intégration HTML. Développement. Rélistion de sites Internet PME & Grndes entreprises Offre Premium Etude du projet Réunions de trvil et étude personnlisée de votre projet Définition d une strtégie de pré-référencement Webdesign Définition

Plus en détail

3 LES OUTILS DE DESCRIPTION D UNE FONCTION LOGIQUE

3 LES OUTILS DE DESCRIPTION D UNE FONCTION LOGIQUE 1GEN ciences et Techniques Industrielles Pge 1 sur 7 Automtique et Informtiques Appliquées Génie Énergétique Première 1 - LA VARIABLE BINAIRE L électrotechnique, l électronique et l mécnique étudient et

Plus en détail

.1.q,S ea', lêr}>- -.t? ô- to. Grride d'intégration des fernrnes en erratr)loi. rron traditionnel.

.1.q,S ea', lêr}>- -.t? ô- to. Grride d'intégration des fernrnes en erratr)loi. rron traditionnel. .1.q,S e', lêr}>- -.t? ô- to 1- Grride d'intégrtion des fernrnes en errtr)loi rron trditionnel. ÏABI.E DES MATTENES L corportion Accès-Trvil-Femmes du Sgueny Présenttion du guide Prêsenttion de l démrche

Plus en détail

Evaluation de la performance des barrages poids basée sur la formalisation et l agrégation des connaissances

Evaluation de la performance des barrages poids basée sur la formalisation et l agrégation des connaissances Evlution de l performnce des brrges poids bsée sur l formlistion et l grégtion des connissnces Curt Corinne 1, Perldi Audrey 1, Félix Huguette 1 1 Irste, UR OHAX Ouvrges Hydruliques et Hydrologie, 375

Plus en détail

REGLEMENT DU CLASSEMENT NATIONAL

REGLEMENT DU CLASSEMENT NATIONAL REGLEMET DU CLASSEMET ATIOAL / Les règles indiquées ici sont celles utilisées pour clculer les ttributions de points de l sison -. I. PRICIPES DE BASE Le clssement ntionl de l F.F.B. est le seul uquel

Plus en détail

EnsEignEmEnt supérieur PRÉPAS / BTS 2015

EnsEignEmEnt supérieur PRÉPAS / BTS 2015 Enseignement supérieur PRÉPAS / BTS 2015 Stnisls pour mbition de former les étudints à l réussite d exmens et de concours des grndes écoles de mngement ou d ingénieurs. Notre objectif est d ccompgner chque

Plus en détail

un territoire d exception

un territoire d exception Préservons un territoire d exception Une chrte de bonnes prtiques vec les cteurs du tourisme pour l préservtion des gorges de l Aveyron, des cusses proches et de l vllée de l Vère Réseu Ntur 2000, site

Plus en détail

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Juillet 2015] Ce mois-ci on vous parle de. L arrêté est applicable à compter du 1er Juillet 2015.

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Juillet 2015] Ce mois-ci on vous parle de. L arrêté est applicable à compter du 1er Juillet 2015. Ce mois-ci on vous prle de i Rpport de repérge minte : Trnsmission u Préfet obligtoire à compter du 1 er juillet 2015 Simplifiction des formlités : De bonnes nouvelles pour les entreprises de dignostic

Plus en détail

ÉDITORIAL. 2012 sera une année clé pour la formation dans le domaine des installations électriques:

ÉDITORIAL. 2012 sera une année clé pour la formation dans le domaine des installations électriques: 2012 FORMATIONS 2012 ser une nnée clé pour l formtion dns le domine des instlltions électriques: Le décret n 2010-1118, qui remplce le décret du 14 novembre 1988 est entré en vigueur le 1er juillet 2011,

Plus en détail

Essai de variétés de radis comme plante-trappe pour la mouche du chou

Essai de variétés de radis comme plante-trappe pour la mouche du chou Essi de vriétés de rdis comme plnte-trppe pour l mouche du chou Anne-Mrie Fortier, Phytodt Frnçois Fournier, Collège Montmorency Dns le cdre du progrmme Prime-Vert Volet 11 Appui à l strtégie phytosnitire

Plus en détail

STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS

STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS CHAPITRE 1 STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS Objectifs Comme les liquides et les gz, les solides jouent un rôle très importnt en chimie. Or l pluprt des solides sont des solides cristllins.

Plus en détail

Inventaire du Domaine Public Fluvial - Valorisation des Délaissés du Canal INTRODUCTION

Inventaire du Domaine Public Fluvial - Valorisation des Délaissés du Canal INTRODUCTION INTRODUCTION Etblissement public à crctère industriel et commercil créé en 1991, Voies Nvigbles de Frnce succédé à l Office Ntionl de l Nvigtion. Cette trnsformtion s est ccompgnée d un élrgissement des

Plus en détail

Maladies chroniques et traumatismes

Maladies chroniques et traumatismes Mldies chroniques et trumtismes Hospitlistions pour excerbtions de BPCO : comment les identifier à prtir des données du progrmme de médiclistion des systèmes d informtion (PMSI)? Sommire Abrévitions 2

Plus en détail

Document de référence 2006

Document de référence 2006 Document de référence 2006 Le présent document de référence été déposé uprès de l Autorité des Mrchés Finnciers le 7 juin 2007, conformément à l rticle 212-13 du règlement générl de l Autorité des Mrchés

Plus en détail

clés de Les l'apprentissage

clés de Les l'apprentissage Réseu des centres publics de formtion professionnelle et pr pprentissge du Ministère de l Agriculture en Midi-Pyrénées clés de l'apprentissge Les c+5 B u du CAP L'Employeur L pprentissge constitue un excellent

Plus en détail

abc ING Direct Stratégie Fonds Commun de Placement Prospectus complet

abc ING Direct Stratégie Fonds Commun de Placement Prospectus complet bc Fonds Commun de Plcement Prospectus complet Prospectus Simplifié OPCVM respectnt les règles d investissement et d informtion de l directive 85/611/CE ING DIRECT STRATEGIE PARTIE A STATUTAIRE Présenttion

Plus en détail

WEBDOC DEMANDE D ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE OU DE CESSATION FORCÉE

WEBDOC DEMANDE D ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE OU DE CESSATION FORCÉE WEBDOC DEMANDE D ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE OU DE CESSATION FORCÉE FORMULAIRE À RENVOYER PAR RECOMMANDÉ À : ACERTA CAS, BP 24000, 1000 Bruxelles (Centre de Monnie) Cse destinée à Acert Dte de

Plus en détail

Objectifs. Patrick Veneau. Chef de projets graphiques

Objectifs. Patrick Veneau. Chef de projets graphiques Ptrick Veneu Chef de projets grphiques Objectifs Etre ttentif à votre demnde, en fire l nlyse fin de mieux vous conseiller, Apporter des solutions réfléchies en termes de communiction, de déli et d investissement,

Plus en détail

Ludovic LOPES. Lycée Léonard de Vinci - 62228 Calais Cedex

Ludovic LOPES. Lycée Léonard de Vinci - 62228 Calais Cedex U N I O N D E S P R O F E S S E U R S D E P H Y S I Q U E E T D E C H I M I E 1 Méthode de l réction prépondérnte : proposition d une pproche quntittive systémtisée pr Lycée Léonrd de Vinci - 62228 Clis

Plus en détail

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états.

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états. ciences Industrielles ystèmes comintoires Ppnicol Roert Lycée Jcques Amyot I - YTEME COMBINATOIRE A. Algère de Boole. Vriles logiques: Un signl réel est une grndeur physique en générl continue, on ssocie

Plus en détail

Le plan de développement du volley ball breton

Le plan de développement du volley ball breton Le pln de développement du volley bll breton 2008-2012 crédit photo : Mrc Grgnon L dynmique du volley bll breton L Ligue de Bretgne de Volley Bll (LBVB), ssocition régie pr l loi du 1 er juillet 1901,

Plus en détail

ManSafe. pour les Utilitiés. La Protection antichute pour les Industries de l'energie. Français. TowerLatch LadderLatch

ManSafe. pour les Utilitiés. La Protection antichute pour les Industries de l'energie. Français. TowerLatch LadderLatch MnSfe pour les Utilitiés L Protection ntichute pour les Industries de l'energie Frnçis TowerLtch LdderLtch Les questions de protection nti-chute Les chutes de huteur sont l cuse de mortlité l plus importnte

Plus en détail

Livret de l étudiant 2015-2016

Livret de l étudiant 2015-2016 Livret de l étudint 2015-2016 Le mot du directeur Soyez les bienvenus à l IUT Pris Descrtes. L'IUT ccueille chque nnée 3000 étudints, sur le site de l'venue de Versilles et, depuis cette nnée, sur le site

Plus en détail

Menace sur les investissements?

Menace sur les investissements? MAI 2012 SUPPLÉMENT AU N 291 LA REVUE DE L ASSOCIATION DES MAIRES DE FRANCE l vie de l mf Mence sur les investissements? edito Rencontre Demin, le monde rurl Le 4 juillet prochin, l AMF orgnise, en prtenrit

Plus en détail

Menu outils de navigation mennavi.htm

Menu outils de navigation mennavi.htm Pge de lncement index.htm Voici l représenttion schémtique de l structure du site Wllonie, toutes les crtes en mins... Pge d ccueil win.htm nevs générl menwin.htm À propos de l structure des données :

Plus en détail

Santé mentale sur le lieu de travail

Santé mentale sur le lieu de travail Richter Friesenichler Vnis Snté mentle sur le lieu de trvil Contrintes mentles Listes de contrôle pour s initier InfoMediVerlg e.k. L collection «Snté mentle sur le lieu de trvil» comprend qutre prties

Plus en détail

ARRANGEMENT EUROPÉEN POUR LA PROTECTION DES ÉMISSIONS DE TÉLÉVISION

ARRANGEMENT EUROPÉEN POUR LA PROTECTION DES ÉMISSIONS DE TÉLÉVISION Série des Trités européens - n 34 ARRANGEMENT EUROPÉEN POUR LA PROTECTION DES ÉMISSIONS DE TÉLÉVISION Strsourg, 22.VI.1960 Texte révisé conformément ux dispositions du Protocole (STE n 54), entré en vigueur

Plus en détail

Chapitre 7. Primitives et Intégrales. 7.1 Primitive d une fonction. 7.2 Propriétés des primitives. 7.3 Intégrale définie ou Intégrale de Riemannn)

Chapitre 7. Primitives et Intégrales. 7.1 Primitive d une fonction. 7.2 Propriétés des primitives. 7.3 Intégrale définie ou Intégrale de Riemannn) Chpitre 7 Primitives et Intégrles 7. Primitive d une fonction Soit f une fonction définie sur un intervlle K de R. On ppelle primitive de f, une fonction F dont l dérivée est f : F (x) = f(x). On note

Plus en détail

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a Intégrtion Les fonctions considérées ci-dessous sont des fonctions définies sur un intervlle réel I, à vleurs réelles ou complees ou, plus générlement, à vleurs dns un espce vectoriel normé de dimension

Plus en détail