9e COLLOQUE ÉTUDIANT DU CENTRE D ANALYSE DES POLITIQUES PUBLIQUES DE L UNIVERSITÉ LAVAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "9e COLLOQUE ÉTUDIANT DU CENTRE D ANALYSE DES POLITIQUES PUBLIQUES DE L UNIVERSITÉ LAVAL"

Transcription

1 9e COLLOQUE ÉTUDIANT DU CENTRE D ANALYSE DES POLITIQUES PUBLIQUES DE L UNIVERSITÉ LAVAL Vendredi 27 février 2015, 9h45 à 17h00 Samedi 28 février 2015, 9h00 à 17h00 Pour les communications et conférences : Salle GHK , Pavillon Gene- H.- Kruger, Université Laval, Ville de Québec Pour les formations méthodologiques : Local informatique DKN- 5418, Pavillon Charles- De- Koninck, Université Laval, Ville de Québec Dès ses origines, l analyse des politiques publiques a mis l accent sur l étude du fonctionnement de l État à travers les interventions des ministères et organismes. Tandis que les recherches ont progressé, les domaines d analyse se sont multipliés et les acteurs, intervenant à une ou l autre des étapes du cycle des politiques, ont également gagné en nombre et en diversité. En raison d évolutions politiques, organisationnelles ou conceptuelles, de nouveaux modes de gestion publique ont émergé. Ce colloque se veut un forum de diffusion et de discussion des différentes formes d analyse de l État en action. Cette année, le Comité organisateur vous propose une table ronde de praticiens qui nous entretiendront sur le rôle de la recherche et de l analyse scientifique des politiques publiques dans la prise de décision quotidienne et sur le portrait idéal d un futur analyste ou décideur politique. Ils partageront leurs expériences et leurs réflexions sur les données utiles pour l élaboration, la mise en œuvre, le suivi et l évaluation des politiques publiques.

2 Remerciements à nos commanditaires Nous tenons à remercier chaleureusement tous nos commanditaires ainsi que les bénévoles qui s impliquent dans l organisation de cet évènement. Grâce à eux et à l excellente collaboration du Vice- rectorat à la recherche et à la création et de Science Po Bordeaux, nous sommes fiers d offrir des bourses aux étudiants français ayant les meilleures propositions de communication. Nous soulignons particulièrement la participation des professeurs et professeures du Département de science politique et de M. Yves Deloye qui ont accepté de présider une séance. Finalement, nous exprimons notre grande appréciation des praticiens qui partageront leur expérience professionnelle avec les jeunes chercheurs. Bureau de la Vie étudiante YVES BOLDUC Ministre de l Enseignement supérieur, de la Recherche et de la Science Député de Jean Talon

3 Programme Colloque étudiant du CAPP 2015 Première journée Le vendredi 27 février h45-10h00 Accueil des participants (Pavillon Charles- De Koninck, Hall de la Faculté des sciences sociales, 3 e étage) 10h00 Mot d ouverture M. François Pétry, Directeur du Département de Science politique (Université Laval) M. Yves Deloye, Professeur de science politique (SciencePo Bordeaux) 10h15 Activité de formation pratique NVivo (Pavillon Charles- De Koninck, local 5418) M. Pierre- Marc Daigneault, École nationale d'administration publique (ÉNAP) 12h00 Pause- santé et marche vers le Pavillon Gene- H.- Kruger 12h30 Dîner- conférence «Publish or perish? Les publications scientifiques en sciences sociales» (Pavillon Gene- H.- Kruger, local ) M. Francesco Cavatorta, Professeur agrégé du Département de science politique Thème 1 Président(e) de séance : M. Francesco Cavatorta, Université Laval 13h30 Lyne Nantel, doctorante en sociologie, Université Laval Vers une révision de l intervention publique dans le secteur agricole. Quels impacts pour l avenir sur le profil agricole et la ferme familiale indépendante au Québec? Commentateur: Dominic Duval, Université Laval 14h00 Zoé Tinturier, Master Politique et Développement en Afrique et dans les Pays du Sud, SciencePo Bordeaux La protection de l'environnement à Madagascar : un transfert de politique publique? Commentateur : Bastien Beauchesne, Université Laval 14h30 Lucie Revilla, Master Politique et Développement en Afrique et dans les Pays du Sud, SciencePo Bordeaux Une analyse des politiques urbaines au Caire post 2011

4 Commentateur: Olivier Jacques, Université de Montréal 14h50 Pause santé 15h00 Table- ronde des praticiens/universitaires Le risque dans l'élaboration des politiques publiques énergétiques et environnementales Participants à confirmer 17h00 Apéro amical (Café Fou ÆLIÉS Pavillon Alphonse- Desjardins) Deuxième journée Le samedi 28 février 2015 Café, thé, jus et croissants seront servis 9h00 Activité de formation pratique R (Pavillon Charles- De Koninck, local 5418) M. Dominic Duval, doctorant en science politique, Université Laval 10h45 Pause- santé et marche vers le Pavillon Gene- H.- Kruger 11H10 Thème 2 Président de séance : Pierre- Marc Daigneault, École nationale d'administration publique (ÉNAP) 11h15 Philippe Dumas, doctorant en administration publique, ENAP Analyse compréhensive du blâme : Le cas de la Commission Ménard Commentateur. : Jean- Nickolas Dumaine, Université Laval / Université de Bretagne occidentale 11h45 Camille Jay, Master 2 SPR - Recherche, Université Bordeaux 2 Intégrer le genre dans l'analyse des politiques publiques Commentatrice : Zoé Tinturier, SciencePo Bordeaux 12h15 Dîner 13h25 Thème 3 Président de séance : M. Yves Deloye, SciencePo Bordeaux

5 13h30 Jean- Nickolas Dumaine, Université Laval / Université de Bretagne occidentale La mise en œuvre du dispositif règlementaire encadrant la santé et la sécurité des travailleurs intérimaires : regards croisés sur la France et le Québec Commentatrice: Camille Jay, Université Bordeaux 2 14h00 Colin McCann, Maitrise en science économique, Université d Ottawa Points d admission des immigrants au Canada et coordination avec les marchés de travail local : les effets du programme PNP Commentateur : Seyive Wilfried Affodegon, Université Laval 14h30 Olivier Jacques, Maitrise en science politique, Université de Montréal Le compromis fiscal scandinave : La taxation néolibérale d un État- providence social- démocrate Commentatrice: Lucie Revilla, SciencePo Bordeaux 15h00 Pause santé 15H25 Thème 4 Président de séance : M. François Pétry, Université Laval 15h30 Bastien Beauchesne, Maitrise en affaires publiques, Université Laval Vérificateur Général du Canada : Saillance législative et évolution du vocabulaire Commentateur : Philippe Dumas, ENAP 16h00 Dominic Duval, doctorant en science politique, Université Laval La réalisation des promesses des partis au Québec Commentatrice : Lyne Nantel, Université Laval 16h30 Seyive Wilfried Affodegon, doctorant en science politique, Université Laval Evidence based- policy: Choice of alternatives, learning and legitimation in decision- making Commentateur: Colin McCann, Université d Ottawa 17h00 Clôture du Colloque étudiant

6 Résumés des communications Bastien Beauchesne, Maîtrise en affaires publiques, Université Laval Vérificateur Général du Canada : Saillance législative et évolution du vocabulaire. Il s'agit essentiellement de résultats préliminaires. Nous travaillons actuellement sur un projet d'analyse automatisée de contenu afin d'expliquer les schèmes lexicaux du Vérificateur Général du Canada. Comme source première, nous utilisons les rapports du Vérificateur Général de 1981 à L'idée est de déterminer si il existe des modes lexicales, ou des ''buzz- word'' qui apparaissent et disparaissent du discours, ou si le discours est essentiellement fonction des rapports précédents et de leurs formes. Dans un certaine mesure, nous ajouterons à ces résultats ceux menés dans un autre projet, qui s'interesse à l'évolution de l'attention accordée au Vérificateur Général par les parlementaires canadiens. En utilisant les procès- verbaux des périodes de questions, nous procédons à une analyse de contenue automatisée qui permet de capter les sujets d'interventions, puis de les trier par date et par parti. Cette méthode pourrait nous permetre de déterminer l'amplitude des références faites au Vérificateur Général ainsi que la variation de cette amplitude dans le temps, sans toutefois proposé de conclusions empiriques sur ce qui explique les variations. Camille Jay, Master 2 recherches sciences humaines et sociales, Bordeaux 2 Intégrer le genre dans l'analyse des politiques publiques Pour cette suggestion, nous vous proposons de construire une réflexion autour de l intérêt à intégrer les études du genre à celle des politiques publiques. L'attention portée à la question du genre à l'intérieur du domaine d'études des politiques publiques a permis de redéfinir les contours de ces études en particulier autour de la division «public et privé». L'intérêt de repenser les études menées en politiques publiques sous l'angle du genre pourrait également permettre de mieux appréhender certains phénomènes sociaux, afin d'établir une meilleure représentation de la situation actuelle par rapport à divers thèmes. Dans un premier temps, nous nous sommes intéressés aux moyens mis à disposition des mouvements sociaux en faveur de l'égalité délaissés par les médias pour parvenir à une reconnaissance de leurs revendications sur la scène publique. Nous nous sommes alors interrogés sur : qu'est- ce qui fait, à un moment donné qu'un mouvement social, ou une revendication arrive à interagir et/ou interférer sur les politiques publiques, alors que d'autres n'ont pas les moyens d'y parvenir? Pour cette proposition de communication, nous avons repris notre projet de recherche, l'étude des collectifs exclusivement féminins «antiféministes», en essayant de penser les enjeux et les avantages qu'il y aurait à repenser le projet de recherche sous l'angle des politiques publiques. Nous vous proposons pour cela d'aborder divers sous- thèmes qui nous paraissent importants: mise sur l'agenda et absence de remise en question des politiques publiques, les réseaux, la notion de changement. Colin McCann, Maîtrise en sciences économiques, Université d Ottawa Points d admission des immigrants au Canada et coordination avec les marchés de travail local : les effets du programme PNP Le Canada est un pays d immigration, mais il reçoit les immigrants dans les villes les plus grands (particulièrement Toronto, Montréal, et Vancouver) à un taux plus concentré que ceux qui sont nés en Canada. Il existe des peurs que l intégration devient plus difficile dans un milieu comme tel. Le programme des candidats des provinces (PNP, selon son nom Anglais) fut avancé à la fin des années 1990s et au commencement des années 2000s, inspiré par L Accord Canada- Québec qui a donné au

7 Québec plus des pouvoirs d immigration. Ce programme fut conçu pour encourager les immigrants au Canada d établir dans les Provinces et régions moins populeux. Sous le PNP, les provinces peuvent créer leurs propres exigences pour mieux correspondre avec leurs propres marchés de travail, s annoncer aux immigrants dans un façon indépendant, et admettre leurs immigrants préféré, et en théorie par conséquence peuvent attirer des immigrants qui sont capable de mieux établir. Cette recherche estime comment affectueux le PNP a été durant les années On mesure les effets du programme sur l immigration aux villes Canadiennes avec moins de personnes, moins diverse, et un taux de chômage plus bas (comme mesure de pénurie de main- d œuvre). On estime quelques régressions qui testent les effets temporal et géographiques. (traduit de l'anglais, sera présenté en Français) Dominic Duval, Doctorat en science politique, Université Laval La réalisation des promesses des partis au Québec Nous analysons les données de réalisation des promesses des partis au Québec entre 1994 à 2014, soit six législatures successives. Nous cherchons à expliquer la variation dans le degré de réalisation de chaque promesse (entièrement réalisée; partiellement réalisée; non réalisée) selon les caractéristiques institutionnelles (s agit- il d un gouvernement majoritaire ou minoritaire?) et les caractéristiques des promesses (s agit- il d une promesse du parti au gouvernement ou d un parti d opposition?). Nous utiliserons un devis chronologique avec une analyse logit multinomiale bayésienne. Les recherches antérieures sur la réalisation des promesses des partis souffrent de deux lacunes importantes. Premièrement, des méthodologies différentes sont utilisées d une recherche à l autre, de telle sorte que les résultats ne sont pas vraiment comparables. Deuxièmement, les chercheurs se contentent d étudier si les partis au pouvoir réalisent leurs promesses sans se soucier du sort des promesses des partis d opposition. Or les recherches existantes montent que les partis au pouvoir réalisent un nombre étonnant de promesses faites par les partis d opposition. La présentation proposée corrige la première lacune par l utilisation d une méthode de codage nouvellement développée par une équipe internationale de chercheurs de telle sorte que nos résultats seront directement comparables avec ceux des autres chercheurs qui emploient cette méthode. La deuxième lacune est corrigée par l analyse des promesses de tous les partis représentés à l assemblée nationale, pas seulement les promesses des partis qui forment le gouvernement. Jean- Nickolas Dumaine, Doctorat en relations industrielles et en sociologie, Université Laval / Université de Bretagne occidentale La mise en œuvre du dispositif règlementaire encadrant la santé et la sécurité des travailleurs intérimaires : regards croisés sur la France et le Québec L industrie de l intérim, mieux connue comme celle de la location de personnel au Québec, est en pleine croissance à l échelle internationale. Bien qu elles soient souvent critiquées par les associations de défense des travailleurs non syndiqués en raison des mauvaises conditions de travail attribuées au secteur et que celles- ci n aient généralement pas bonne presse auprès des syndicats, de même qu auprès des organismes chargés de faire appliquer les lois du travail, il demeure que les sociétés d intérim opèrent dans des environnements d affaires nationaux étant règlementés par des institutions publiques. Or, il se trouve que ces règlementations sont extrêmement diversifiées à travers le monde, d où l intérêt de l analyse des politiques publiques afin de mieux comprendre la mécanique associée à leur mise sur pied ainsi que les conséquences de celles- ci sur les principaux concernés, c est- à- dire les travailleurs intérimaires eux- mêmes. L objectif de la communication proposée sera d exposer les résultats préliminaires d une étude comparée du cadre institutionnel en France et au Québec. Plus précisément, nous examinerons l incidence du cadre règlementaire français en matière de santé et

8 sécurité du travail sur le bienêtre au travail des travailleurs intérimaires de l industrie la transformation agroalimentaire. Cet examen prendra appui sur les résultats d une enquête de terrain menée auprès de DRH d entreprises, de syndicalistes et de travailleurs intérimaires du secteur. Lucie Revilla, Master 2 Politique et développement en Afrique et dans les pays du sud, SciencePo Bordeaux Une analyse des politiques urbaines au Caire post 2011 L objet de la communication s inscrit dans le cadre d un mémoire de master 2, portant sur l évaluation des politiques urbaines au Caire. L objectif est d analyser le décalage entre les modèles projetés par les «fabricants» de politiques urbaines et les conditions d appropriation de l espace par les citadins. Dans le cas du Caire, l analyse des politiques urbaines est révélatrice des tensions sociales et des rapports de force politique qui ont nourri les soulèvements populaires de 2011 en Égypte. Cette communication portera sur l analyse des représentations dominantes des concepteurs de l urbanisme. Nous chercherons à comprendre le modèle utilisé et projeté dans la fabrication des politiques publiques en la matière et quelle conception des rapports sociaux traduit- il. L intérêt du Caire est de prendre en considération l émergence de nouveaux acteurs dans un contexte où les enjeux urbains ont connu une forte politisation. Il s agira d évaluer le poids et le positionnement de ces nouveaux acteurs dans la fabrique urbaine, urbanistes, architectes et acteurs issus de la «société civile». Nous assistons à l extension du champ d action des politiques urbaines, qui se voient attribuer de nouveaux enjeux, autrement dit à un déplacement de la «question sociale vers le question urbaine» (Manuel Castells, 1972). Identifier et interpréter ces représentations met en évidence les nouvelles figures de l urbanisme, c est- à- dire les modèles utilisés mais aussi les nouvelles cibles des politiques urbaines. Les discours sur la forme et la morphologie urbaines, loin d être neutres, font en réalité référence à de profondes transformations socio- économiques qu il convient d expliciter. Lyne Nantel, Doctorat en sociologie, Université Laval Vers une révision de l intervention publique dans le secteur agricole. Quels impacts pour l avenir sur le profil agricole et la ferme familiale indépendante au Québec? L agriculture au Québec se trouve à un carrefour important quant à son avenir. Les thèses dominantes en économie agricole témoignent d une tendance lourde à lire la situation agricole à partir du principe de libéralisation. Celle- ci s exprime par une nouvelle logique de «gestion des risques», où l exposition directe aux marchés serait garant d une «saine gestion». Cette orientation est sous- entendue dans les recommandations avancées du rapport St- Pierre. À l évidence des modifications modèle agricole s imposent. Toutefois, si l avenir de l agriculture appelle des changements, il apparaît pertinent de réfléchir à l orientation des solutions avancées en tenant compte du contexte dans lequel elle évolue. En quoi la libéralisation et la dérèglementation sont- elles les réponses aux enjeux actuels qui pèsent sur le monde agricole? Olivier Jacques, Maîtrise en science politique, Université de Montréal Le compromis fiscal scandinave : La taxation néolibérale d un État- providence social- démocrate. Cette communication explore le régime fiscal scandinave et tire des leçons sur l'effet de la progressivité de la taxation sur l inégalité. Le régime fiscal scandinave est peu progressif : les taxes et impôts danois et suédois ne diminuent pas d eux- mêmes le niveau d inégalité. Leur système fiscal accorde un traitement fiscal favorable au capital par rapport au travail, dans l optique de favoriser la croissance et de générer

9 de hauts revenus. En Suède et au Danemark, ce régime fiscal jumelé à un État- providence universaliste parvient à combiner efficacité et égalité. Je base mon argument sur le principe voulant que pour maintenir un faible niveau d inégalités, la progressivité du régime fiscal importe peu. En effet, des comparaisons internationales démontrent que c est la capacité du système fiscal à générer de hauts revenus pour l État- providence qui compte, puisqu une redistribution efficace se produit essentiellement par des transferts et services généreux. Si ceux- ci sont universels, ils favoriseront l acceptation sociale d une taxation plus élevée. L'argument repose sur le concept de «paradoxe de la redistribution» (Korpi et Palme, 1998) voulant que plus les programmes sont ciblés vers les pauvres, plus leur qualité et leur taille diminue, à cause d une logique politique qui leur est défavorable. Les égalitaristes devraient dès lors favoriser l universalisme. L article introduit une composante fiscale à ce paradoxe : les revenus étatiques risquent d être plus élevés si ceux- ci proviennent d une large assiette fiscale demandant une contribution presque proportionnelle de tous les citoyens que s ils reposent sur une logique progressive et les revenus d'un nombre restreint de contribuables aisés. Philippe Dumas, Doctorat en administration publique, ENAP Analyse compréhensive du blâme : Le cas de la Commission Ménard En réponse aux événements du printemps 2012, le gouvernement Marois a créé une Commission spéciale d examen, plus connue sous le nom de la Commission Ménard (CM). Celle- ci a été largement remise en question par les différentes parties prenantes, et ce, du débat parlementaire menant à sa création jusqu'au dépôt officiel de son rapport. Le constat d'échec de la CM est patent. Il nous apparait opportun de revenir sur cette commission et d'y documenter les facteurs qui ont mené à ce résultat. Nous suggérons que les parties prenantes de la crise étudiante ont entrepris différentes stratégies d'évitement du blâme, dans un contexte propice à ce comportement. La situation minoritaire du gouvernement Marois fait en sorte que la commission est l'objet d'une motion à l'assemblée nationale. Les pouvoirs dévolus à la CM ainsi que son fonctionnement forment également un environnement favorable à l'utilisation de stratégie d'évitement du blâme. Somme toute, la venue d'un gouvernement majoritaire n'appuyant pas l'initiative favorise la critique des conclusions de la commission. Ainsi, ces interactions de blâme ont contribué à politiser et à miner la crédibilité de la CM, menant à son échec public. Pour tester cette proposition, nous ferons dans un premier temps une revue de la littérature de la théorie de l'évitement du blâme pour exposer sur quoi reposent les balises de notre cadre d'analyse. Dans un deuxième temps, les données et la méthodologie seront discutées à partir de cette approche. Puis, nous mènerons une étude de cas sur les différentes périodes de mise en œuvre de la CM. Pour conclure, nous discuterons des implications de notre analyse tant sur le plan théorique que pratique. Seyive Wilfried affodegon, Doctorat en science politique, Université Laval Evidence based- policy: Choice of alternatives, learning and legitimation in decision- making Lors du 23ème colloque de la Société québécoise d évaluation de programme (SQEP), qui s est tenu du 6 au 7 novembre dernier ; dans une adresse aux professionnels de la fonction évaluative, la Professeure Astrid Brousselle de l Université de Sherbrook, a dressé un «réquisitoire» contre les décideurs publics, les accusant d utiliser de façon symbolique l évaluation dans la prise de décision. Se faisant, elle relance le débat sur la pertinence du mouvement décisionnel fondé sur les données probantes qui a caractérisé les réformes administratives depuis une trentaine d années. En effet, face à la pression du public, pour plus de transparence et de reddition de compte, les décideurs ont intégré l utilisation des données probantes (Evidence- based policy) afin de favoriser une meilleure prise de décision, pour minimiser les risques d échec des politiques publiques. Dans cette étude, nous cherchons d une part, à identifier le(s) rôle(s) que jouent les données probantes, au niveau de la prise de décision publique. D autre part, nous synthétisons les résultats de l application de l Evidence- based policy dans certaines administrations de

10 l OCDE. A travers, une revue de littérature, le cadre d analyse qu offre l Evidence- based policy, les théories évaluatives et les différents modèles de prise de décision publique, indique que les données probantes jouent un rôle de sélection des alternatives; elles favorisent l apprentissage (policy learning) et permettent de légitimer une décision. Zoé Tinturier, Master 2 Politique et développement en Afrique et dans les pays du sud, SciencePo Bordeaux La protection de l'environnement à Madagascar : un transfert de politique publique? Alors qu'elle est née dans un contexte particulier, la problématique liée à la protection de l'environnement s'est rapidement dotée d'une dimension internationale. Souvent cité parmi les pays caractérisés par une forte biodiversité, Madagascar est ainsi un des pays cibles des ONG environnementales internationales (WWF, SAGE...) dont l'intervention est permise par la mise en place de la décentralisation et en particulier de la Gestion contractualisée des forêts (1996). Ce travail s'inscrit dans un projet de mémoire de Master 2 et a pour but d interroger l efficacité et la pertinence de tels transferts de politiques dans des contextes différents, sur leurs conditions de réalisation et les enjeux politiques qui y sont liés. Une étude cognitive des représentations et des rationalités spécifiques à chaque acteur nous permettra d'aborder la question des processus de la transnationalisation des normes et le sens qu'elles peuvent prendre pour les acteurs locaux. L'objectif est ainsi d'analyser leur réception et ce que celle- ci donne à voir en terme de résistance, mais aussi de ré- interprétations, de réappropriation, de stratégies et d'alliances et d'observer finalement leur impact sur la hiérarchie sociale et politique. Ainsi, si l'on considère les politiques publiques comme une agrégation d'intérêts multiples, l'analyse de celles- ci est un point d'entrée pour l'observation de l'institutionnalisation du politique. L'identification des acteurs qui participent à la prise de décision permettra de comprendre la place qu'occupe l'etat dans cette configuration. L'analyse de cette politique publique permettra de comprendre son impact sur la construction étatique et d'observer ainsi l'etat en action. Plan du campus Google Map : ,13z/data=!4m2!3m1!1s0x0:0x15feb853bd2f8247 Plan du campus : du- campus/carte- interactive- du- campus.html Site internet de l Université Laval : Pavillon Gene- H.- Kruger : du- campus/pavillons.html?tx_tacticunitepavillon_pi1%5bmode%5d=pavillon&tx_tacticunitepavillo n_pi1%5buid%5d=40&chash=a5f0e456d72ec53ac3582d26d936c610 Pavillon Charles- De Koninck : du- campus/pavillons.html?tx_tacticunitepavillon_pi1%5bmode%5d=pavillon&tx_tacticunitepavillo n_pi1%5buid%5d=19&chash=b8b333f366a b756257b8

Programme de l atelier Cadre bâti sain

Programme de l atelier Cadre bâti sain Programme de l atelier Cadre bâti sain Ce document est destiné à servir de modèle pour un atelier s adressant aux professionnels de la santé environnementale. Cet atelier nécessite un animateur et un conférencier.

Plus en détail

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS concernant l application de l article 41 de la Loi sur les langues officielles 2009-2012 TABLE DES MATIÈRES Glossaire... 1 Renseignements généraux... 2 Résumé des résultats

Plus en détail

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Chantier d Emmaus International sur le DEVELOPPEMENT DURABLE Lisbonne du 10 au 18 octobre 2008 1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Le thème du développement durable a été choisi étant un vecteur

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

STRATEGIE ET INGENIERIE EN FORMATION D ADULTES (SIFA)

STRATEGIE ET INGENIERIE EN FORMATION D ADULTES (SIFA) Sciences humaines et sociales Master à finalité professionnelle MENTION : SCIENCES DE L EDUCATION SPÉCIALITÉ STRATEGIE ET INGENIERIE EN FORMATION D ADULTES (SIFA) Objectifs : Former des spécialistes en

Plus en détail

G R E C A U Rapport sur le mémoire de thèse de doctorat ENSA de Toulouse, INSA, école doctorale MEGeP, Spécialité Génie Civil, En co-tutelle avec l'université de Laval, Québec, Canada présenté par Catherine

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Cluj-Napoca / Transylvanie http://www.institutfrancais-roumanie.com Appel à contribution

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT DIAGNOSTIC DE L INNOVATION ET DE L ETAT DE LA VALORISATION DES RESULTAS DE LA RECHERCHE AU SENEGAL 1/8 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Levier essentiel

Plus en détail

Association des Secrétaires Généraux des Parlements Francophones CONTRIBUTION DE

Association des Secrétaires Généraux des Parlements Francophones CONTRIBUTION DE Association des Secrétaires Généraux des Parlements Francophones CONTRIBUTION DE Mr Abdeljalil ZERHOUNI SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE LA CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS DU MAROC SUR LA COMMUNICATION DES ASSEMBLÉES PARLEMENTAIRES

Plus en détail

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise CHRONIQUE ENTREVUE Stéphane Beaulieu L avenir de la formation universitaire en psychologie Marie Girard-Hurtubise À l instar d autres universités québécoises, le département de psychologie de l Université

Plus en détail

Table des matières. Formation à l ISPC

Table des matières. Formation à l ISPC Table des matières Ateliers... 2 Planification et prise de décisions axées sur la santé de la population... 2 Autoapprentissage à l ISPC... 3 Introduction à la santé de la population... 3 Explorer la santé

Plus en détail

Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques

Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques UNIVERSITE LIBRE DE BRUXELLES Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques Systémique Infanto-juvénile Psychanalytique Cognitivo-comportementale Université coordinatrice: Université partenaire:

Plus en détail

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Hôtel Teranga, Saly, Sénégal, du 18-19 Octobre 2011 Note de cadrage Contexte et justification L importance que revêt

Plus en détail

Atelier de formation en «Genre»

Atelier de formation en «Genre» RESEAU OUEST ET CENTRE AFRICAIN DE RECHERCHE EN EDUCATION (ROCARE), SECRETARIAT EXECUTIF Atelier de formation en «Genre» Termes de Référence Programme des subventions pour la recherche en éducation Octobre

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) SCIENCES HUMAINES

Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) SCIENCES HUMAINES SCIENCES HUMAINES Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) Objectifs former des spécialistes en ingénierie de formation dans les trois niveaux de cette ingénierie

Plus en détail

POSTE EN DROIT. Outre les publications avec comité de lecture, pourront être prises en compte :

POSTE EN DROIT. Outre les publications avec comité de lecture, pourront être prises en compte : POSTE EN DROIT La Faculté de droit de l Université Laval ouvre un poste de professeure ou professeur régulier en droit des ressources naturelles et de l énergie. La personne recrutée deviendra la ou le

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES COMMENTAIRES DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA

Plus en détail

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle De meilleures statistiques pour des vies meilleures PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle Présentation de PARIS21 PARIS21 est l acronyme de l anglais Partnership in

Plus en détail

L AECG et le juriste canadien et québécois

L AECG et le juriste canadien et québécois Colloque portant sur les négociations en vue de la conclusion d un Accord économique et commercial global entre le canada et l Union européenne. L AECG et le juriste canadien et québécois Organisé par

Plus en détail

Villes et énergie : quels enjeux communs?

Villes et énergie : quels enjeux communs? Conférence publique du Club Ville Villes et énergie : quels enjeux communs? Construire et organiser la ville pour la transition énergétique Mardi 24 juin 2014 de 9h00 à 16h45 À Sciences Po Amphithéâtre

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing Création d un programme de Préparé par Hana Cherif, professeure, Département de stratégie des affaires Danielle Maisonneuve, professeure, Département de communication sociale et publique Francine Charest,

Plus en détail

DOSSIER VEILLE. SOURCES - Bonne pratique en matière d intelligence économique. Lucie NAAOUTCHOUE Janvier 2015

DOSSIER VEILLE. SOURCES - Bonne pratique en matière d intelligence économique. Lucie NAAOUTCHOUE Janvier 2015 DOSSIER VEILLE SOURCES - Bonne pratique en matière d intelligence économique - Introduction à la veille - Guide du routard Lucie NAAOUTCHOUE Janvier 2015 SOMMAIRE I - Définition et objectifs de la «veille»

Plus en détail

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan?

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Thème : Vers un ouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Auteur : Mr Mhamed MOUAACHA, Chef de Division au Haut Commissariat au Plan (HCP)

Plus en détail

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Institut international de recherche sur les politiques alimentaires www.ifpri.org Actualisé le 27 octobre 2007 Préoccupé

Plus en détail

Commission canadienne de sûreté nucléaire : Leadership dans la réglementation aux fins de la sûreté

Commission canadienne de sûreté nucléaire : Leadership dans la réglementation aux fins de la sûreté Commission canadienne de sûreté nucléaire : Leadership dans la réglementation aux fins de la sûreté Présentation à l industrie nucléaire canadienne Programme de leadership (INC-PL) Le 23 octobre 2014 Haidy

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

l évaluation participative

l évaluation participative l évaluation participative Mardi du RIOCM par le Centre de formation populaire Décembre 2008 Pourquoi ce thème Maîtriser la notion d évaluation Démystifier ce qu est l évaluation participative Discuter

Plus en détail

1 Université d été à l Institut d études politiques de Bordeaux : La diplomatie québécoise en

1 Université d été à l Institut d études politiques de Bordeaux : La diplomatie québécoise en Rapport du CRECQSS - IEP de Bordeaux 2009-2010 1 Université d été à l Institut d études politiques de Bordeaux : La diplomatie québécoise en perspective comparée : France, Europe Présentation du projet

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

Évaluation des apprentissages en formation professionnelle

Évaluation des apprentissages en formation professionnelle Évaluation des apprentissages en formation professionnelle L évaluation des apprentissages fait partie intégrante de l enseignement. L APEQ vous propose ici un document qui devrait vous permettre de clarifier

Plus en détail

ENTREPRISES MULTINATIONALES MATIÈRE D EMPLOI

ENTREPRISES MULTINATIONALES MATIÈRE D EMPLOI LES PRATIQUES des ENTREPRISES MULTINATIONALES en MATIÈRE D EMPLOI au CANADA : développer les capacités organisationnelles et les institutions pour favoriser l innovation Jacques Bélanger, Pierre-Antoine

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

RÉSEAU FRANCOPHONE INTERNATIONAL EN PROMOTION DE LA

RÉSEAU FRANCOPHONE INTERNATIONAL EN PROMOTION DE LA 1 ère ANNONCE RÉSEAU FRANCOPHONE INTERNATIONAL EN PROMOTION DE LA SÉCURITÉ ET LA PRÉVENTION DES TRAUMATISMES 8 e SÉMINAIRE INTERNATIONAL EN PROMOTION DE LA SÉCURITÉ ET EN PRÉVENTION DES TRAUMATISMES 20,

Plus en détail

DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1

DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1 DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1 Au Québec, les programmes de formation des enseignants accordent une large place à la formation

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

Compte rendu: Forum régional sur le développement des communautés «Leadership, mobilisation et développement» 29 mai 2010 (Lac Flavrian, Évain)

Compte rendu: Forum régional sur le développement des communautés «Leadership, mobilisation et développement» 29 mai 2010 (Lac Flavrian, Évain) Compte rendu: Forum régional sur le développement des communautés «Leadership, mobilisation et développement» 29 mai 2010 (Lac Flavrian, Évain) PRÉSENTATION PROGRAMMATION DU FORUM Le leadership et la mobilisation

Plus en détail

S T E DELTA-C FORMATION UNIVERSITAIRE. Centre de Formation et d Appui Conseil pour le Développement Local

S T E DELTA-C FORMATION UNIVERSITAIRE. Centre de Formation et d Appui Conseil pour le Développement Local DELTA-C Centre de Formation et d Appui Conseil pour le Développement Local FORMATION UNIVERSITAIRE ETABLI EN 2009 PROGRAMMES DE LMD (LICENCES-MASTERS-DOCTORATS) Fiche Scientifique et Pédagogique DOMAINE

Plus en détail

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY par Andrew Acland Résumé version longue L auteur estime que les imperfections de la démocratie citées le plus fréquemment sont entre autres le faible taux de

Plus en détail

Renouvellement urbain de l Arlequin

Renouvellement urbain de l Arlequin Renouvellement urbain de l Arlequin Une stratégie d aménagement urbain associant expertise habitante et professionnelle La Villeneuve de Grenoble, Ateliers populaires d urbanisme Hélène Bourgeois PFE printemps

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Code de conduite en matière de jeu responsable

Code de conduite en matière de jeu responsable Code de conduite en matière de jeu responsable 1 Notre mission Loto-Québec a pour mission première d exploiter dans l ordre et la mesure les jeux de hasard et d argent au Québec. Créée en 1969 afin d implanter

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE

CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE La Conférence Internationale: L assurance agricole, un instrument pour la gestion des risques, qui a eu lieu à Madrid les 15, 16 et 17 Novembre 2006, a constitué un forum de

Plus en détail

Plan d action pour les services de santé non assurés

Plan d action pour les services de santé non assurés Plan d action pour les services de santé non assurés Plan d action national des Premières Nations pour les services de santé non assurés (SSNA) Avec la participation et l orientation du Comité des Chefs

Plus en détail

La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada

La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada IGF Québec : Journée thématique sur la gestion des risques Philippe Lajeunesse, Directeur principal Planification

Plus en détail

Budgétisation et gestion financière

Budgétisation et gestion financière Budgétisation et gestion financière PRATIQUE RECOMMANDÉE DE LA GFOA Planification financière à long terme (2009) (BUDGET) Contexte. La planification financière à long terme combine les prévisions financières

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION 1 CONTEXTE Liens avec d autres initiatives du FIDA: - Projet de développement agricole de Matam (PRODAM), Sénégal - Agrinovia,

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 (Modifie et abrège le profil en date

Plus en détail

8E COLLOQUE ÉTUDIANT DU CENTRE D ANALYSE DES POLITIQUES

8E COLLOQUE ÉTUDIANT DU CENTRE D ANALYSE DES POLITIQUES 8E COLLOQUE ÉTUDIANT DU CENTRE D ANALYSE DES POLITIQUES Description de l'activité PUBLIQUES (CAPP) Le Centre d'analyse des politiques publiques (CAPP) de la Faculté des sciences sociales de l Université

Plus en détail

المركز اإلفريقي للتدريب و البحث اإلداري لإلنماء

المركز اإلفريقي للتدريب و البحث اإلداري لإلنماء African Training and Research Centre in Administration for Development المركز اإلفريقي للتدريب و البحث اإلداري لإلنماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

HISTOIRE A SUCCES: LMD A L UCADL

HISTOIRE A SUCCES: LMD A L UCADL HISTOIRE A SUCCES: LMD A L UCADL PRESENTATION ET JUSTIFICATION DE LA REFORME LMD POURQUOI LE CHOIX DU LMD? Pour son exemplarité dans la manière de traduire une vision en actes concrets Pour la nouvelle

Plus en détail

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Master Management public Spécialité : MANAGEMENT EURO-MEDITERRANEEN : DEVELOPPEMENT DURABLE www.managementpublic.univ-cezanne.fr Marseille : 110,

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE ATTENDU : A. que le paragraphe 83(1) de la Loi sur les Indiens reconnaît le pouvoir des Premières nations de

Plus en détail

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude:

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude: RÉSUMÉ Contexte de l étude Le 4 septembre 2003, le Parlement européen a adopté une résolution contenant des recommandations à la Commission sur les langues européennes régionales et moins répandues les

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

Pour jouer ce rôle, le Conseil du patronat veut, par cette politique :

Pour jouer ce rôle, le Conseil du patronat veut, par cette politique : POLITIQUE DU CONSEIL DU PATRONAT DU QUÉBEC EN MATIÈRE DE NOMINATION, DE FORMATION ET DE RECONDUCTION DES MEMBRES ISSUS DES ASSOCIATIONS D EMPLOYEURS À LA COMMISSION DES LÉSIONS PROFESSIONNELLES (CLP) RÔLE

Plus en détail

Observatoire et Centre de Recherche en Entrepreneuriat (OCRE)

Observatoire et Centre de Recherche en Entrepreneuriat (OCRE) APPEL A COMMUNICATIONS IV ème COLLOQUE OCRE EDC PARIS Observatoire et Centre de Recherche en Entrepreneuriat (OCRE) IVème COLLOQUE OCRE EDC PARIS «L entrepreneuriat : une réponse efficace à la crise économique?»

Plus en détail

Les nouveaux enjeux économiques et sociaux des politiques de couverture santé 4È ME CYCLE INSTITUT DES HAUTES ÉTUDES DE PROTECTION SOCIALE

Les nouveaux enjeux économiques et sociaux des politiques de couverture santé 4È ME CYCLE INSTITUT DES HAUTES ÉTUDES DE PROTECTION SOCIALE Les nouveaux enjeux économiques et sociaux des politiques de couverture santé 4È ME CYCLE SEPTEMBRE 2012 - JUIN 2013 «Les nouveaux enjeux économiques et sociaux des politiques de couverture santé» SEPTEMBRE

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

Les études supérieures Se comparer aux meilleurs : le Québec face aux pays scandinaves. Jean-Patrick Brady Pier-Luc Lévesque

Les études supérieures Se comparer aux meilleurs : le Québec face aux pays scandinaves. Jean-Patrick Brady Pier-Luc Lévesque Les études supérieures Se comparer aux meilleurs : le Québec face aux pays scandinaves Jean-Patrick Brady Pier-Luc Lévesque Note de recherche novembre 2013 LA CHAIRE EN BREF La Chaire de recherche du Canada

Plus en détail

Termes de Référence (TDR)

Termes de Référence (TDR) 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 37 83 69; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavsmail@gmail.com http://www.iavs-bf.info Termes de Référence (TDR) Du Séminaire de formation à l intégration

Plus en détail

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE Dans ce document, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent les femmes et les hommes, et vice-versa, si le contexte s y prête. LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE POSITION DE L AIIC

Plus en détail

ANMO/EUROPE : FORMATION EN GESTION POUR LES SECTEURS CULTUREL ET CREATIF 2014/2015 Appel à candidatures

ANMO/EUROPE : FORMATION EN GESTION POUR LES SECTEURS CULTUREL ET CREATIF 2014/2015 Appel à candidatures ANMO/EUROPE : FORMATION EN GESTION POUR LES SECTEURS CULTUREL ET CREATIF 2014/2015 Appel à candidatures La formation ANMO/Europe en gestion pour le secteur culturel et créatif est une formation s appuyant

Plus en détail

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE MASTER 2 PROFESSIONNEL «ETUDES INTERNATIONALES», SPECIALITE : «ETUDES LATINO-AMERICAINES» Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE Le mémoire de Master 2 Professionnel n'est pas un

Plus en détail

Appui conseil pour les organisations sociales et solidaires

Appui conseil pour les organisations sociales et solidaires Appui conseil pour les organisations sociales et solidaires PRESENTATION DU PROJET Coup de Pousse est une agence de Conseil orientée vers les petites et moyennes organisations agissant dans le secteur

Plus en détail

RECHERCHE ET ANALYSE QUALITATIVE :

RECHERCHE ET ANALYSE QUALITATIVE : RECHERCHE ET ANALYSE QUALITATIVE : LE TRAIT D UNION ENTRE L ÉVALUATION DES TECHNOLOGIES EN SANTÉ ET L ÉVALUATION DE PROGRAMME DANS LA PRODUCTION D UNE REVUE DE LA LITTÉRATURE MIXTE 1 Débora Merveille NGO

Plus en détail

Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH. Résumé

Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH. Résumé Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH Résumé 18 avril 2012 PRÉFACE ET REMERCIEMENTS BOURSES SPÉCIALES ET PRIX DU CRSH Le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) est l organisme

Plus en détail

Mention Communication des organisations

Mention Communication des organisations MASTER Mention Communication des organisations Parcours «Communication et ressources humaines» en Formation continue Responsable : Isabelle AURIEL Secrétariat : Khedidja KHAMADJ tél : 01 49 40 32 72 mail

Plus en détail

2009 / 2011 MASTER 2 DROIT ANCIEN DIPLÔME D ETUDE APPROFONDIES (D.E.A) FACULTE DE DROIT

2009 / 2011 MASTER 2 DROIT ANCIEN DIPLÔME D ETUDE APPROFONDIES (D.E.A) FACULTE DE DROIT 2009 / 2011 MASTER 2 DROIT ANCIEN DIPLÔME D ETUDE APPROFONDIES (D.E.A) FACULTE DE DROIT MASTER 2 RECHERCHE OPTION DROIT PRIVE FONDAMENTAL ANCIEN DIPLÔME D ETUDES APPROFONDIES (D.E.A) Option DROIT PRIVE

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

COMPETENCES SOCIO-ECONOMIQUES DEVELOPPEMENT PERSONNEL ET CITOYEN

COMPETENCES SOCIO-ECONOMIQUES DEVELOPPEMENT PERSONNEL ET CITOYEN MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION COMPETENCES

Plus en détail

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD)

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Mémoire présenté à la Communauté métropolitaine de Montréal Septembre 2011 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE , chemin de la côte Saint-Antoine Westmount, Québec, HY H7 Téléphone () 96-70 RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE À TRANSMETTRE AU PARENTS Année scolaire 0-0 Document adapté par Tammy

Plus en détail

Artisanat et Création d Emploi, quel Avenir Économique pour les Jeunes?

Artisanat et Création d Emploi, quel Avenir Économique pour les Jeunes? BURKINA FASO Unité-Progrès-Justice SALON INTETERNATIONAL DE L ARTISANAT DEOUAGADOUGOU (SIAO) TERMES DE REFERENCE SEPTEMBRE Artisanat et Création d Emploi, quel Avenir Économique pour les Jeunes? Septembre

Plus en détail

environnementaux (SPRE)

environnementaux (SPRE) Spécificités du Mastère spécialisé (MS) «Santé environnement : enjeux pour le territoire et l entreprise», de la formation d Ingénieur de l EHESP spécialité génie sanitaire (IGS) et du Master 2 santé publique

Plus en détail

Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec

Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec Programme de bourses Fonds commémoratif Louise-Montpetit-Morisseau Développement et validation de l échelle de mesure

Plus en détail

Le plus grand rassemblement de manufacturiers au Canada en 2004. Prenez de l avance sur la concurrence!

Le plus grand rassemblement de manufacturiers au Canada en 2004. Prenez de l avance sur la concurrence! Le plus grand rassemblement de manufacturiers au Canada en 2004 L édition 2004 offrira aux 4 000 visiteurs attendus La 132 e Conférence annuelle des Manufacturiers et exportateurs du Canada (MEC) Plus

Plus en détail

Le Centre International de Hautes Etudes Agronomiques Méditerranéennes (CIHEAM) Organise. en partenariat avec

Le Centre International de Hautes Etudes Agronomiques Méditerranéennes (CIHEAM) Organise. en partenariat avec Sous le patronage de M. José Manuel BARROSO Président de la Commission Européenne Le Centre International de Hautes Etudes Agronomiques Méditerranéennes (CIHEAM) Organise en partenariat avec La Commission

Plus en détail

Les tests PISA : l éducation secondaire Se comparer aux meilleurs : le Québec face aux pays scandinaves. Jean-Patrick Brady Pier-Luc Lévesque

Les tests PISA : l éducation secondaire Se comparer aux meilleurs : le Québec face aux pays scandinaves. Jean-Patrick Brady Pier-Luc Lévesque Les tests PISA : l éducation secondaire Se comparer aux meilleurs : le Québec face aux pays scandinaves Jean-Patrick Brady Pier-Luc Lévesque Note de recherche novembre 2013 LA CHAIRE EN BREF La Chaire

Plus en détail

Charte béninoise des services essentiels

Charte béninoise des services essentiels Charte béninoise des services essentiels Projet 1. Préface par le Président de la République 2. Code de gestion durable des services essentiels 3. Résolution du Quadrilogue du 24 mai 2006 4. Programme

Plus en détail

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO Module 5 Examen critique par les pairs Aperçu Ce module souligne l importance de l examen critique par les pairs de l évaluation et du rapport environnemental intégrés, notamment pour en assurer la crédibilité

Plus en détail

L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir?

L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir? L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir? Prise de position CEPI, le Conseil Européen des Professions Immobilières Contact Référence Janet K. Griffiths - janet.griffiths@cepi.eu

Plus en détail

L équité environnementale : clef pour le développement durable

L équité environnementale : clef pour le développement durable L équité environnementale : clef pour le développement durable Séminaire 17 avril 2009 Pavillon Kruger TOPHAM PICTUREPOINT / PONOPRESS Information inscription : www.ihqeds.ulaval.ca www.fondationmf.ca

Plus en détail

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques 1. OBJECTIFS DE LA FORMATION La valeur ajoutée de cette formation de haut niveau réside dans son caractère

Plus en détail

PROCÉDURE INTERNE DE GESTION DES PLAINTES RELATIVES AUX SERVICES OFFERTS PAR L INSTITUT

PROCÉDURE INTERNE DE GESTION DES PLAINTES RELATIVES AUX SERVICES OFFERTS PAR L INSTITUT PROCÉDURE INTERNE DE GESTION DES PLAINTES RELATIVES AUX SERVICES OFFERTS PAR L INSTITUT INSTITUT DE TECHNOLOGIE AGROALIMENTAIRE Campus de La Pocatière Campus de Saint-Hyacinthe DIRECTION GÉNÉRALE 5 FÉVRIER

Plus en détail

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels»

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels» Fiche de presse Une force de proposition indépendante à l initiative de la Ville de Montpellier Direction de la Communication de la Ville de Montpellier - ANATOME - Novembre 2010 Signature d une convention

Plus en détail