Loi n du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales Art 82

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Loi n 2004-809 du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales Art 82"

Transcription

1 LES ACTES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX D ENSEIGNEMENT Simplification du régime d entrée en vigueur, de transmission et de des actes des EPLE Division de l Organisation Scolaire et Scolarité DOSS 2 Conseil x EPLE Dossier suivi par Nicole CANU Téléphone Textes de référence Ordonnance du 1 er juillet 2004 relative à la simplification du régime d entrée en vigueur de transmission et de des actes des torités des établissements publics locx d enseignement Décret n du 27 août 2004 modifiant le décret N du 30 août 1985 rela tif x établissements publics locx d enseignement et le code des juridictions financières Circulaire interministérielle du 30 août 2004 relative à la mise en œuvre de l article L du code de l éducation relatif des actes des EPLE Circulaire n du 5 octobre 2004 relative à la simplification du régime d entrée en vigueur, de transmission et de des actes des EPLE. Mél Alençon cedex Loi n du 13 août 2004 relative x libertés et responsabilités locales Art 82 Décret n du 9 septembre 2005 relatif à la mise en œuvre loi d orientation et de programme pour l avenir de l école Décret n du 13 septembre 2005 relatif à la mise en œuvre des dispositifs de réussite éducative Circulaire n du 30 septembre 2005 relatif à la mise en œuvre des dispositions du décret n du 30 août 1985 modifié relatif x EPLE Application loi n du 23 avril 2005 d orientation et de programme pour l avenir de l école et loi n du 18 janvier 2005 de programmation pour la cohésion sociale Décret n du 29 juin 2006 relatif x prix restration scolaire pour les élèves de l enseignement public Document MAJ SEPTEMBRE 2007

2 L ordonnance du 1 er juillet 2004 et ses textes d application cités en référence visent à simplifier et alléger le régime d entrée en vigueur, de transmission et de des actes des torités des EPLE. Ils ont pour effet D ACCROITRE L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILITE DES ETABLISSEMENTS. La SIMPLIFICATION se traduit par : une suppression du régime de triple transmission pour les actes n ayant pas trait à l action éducatrice. Désormais, une seule torité est destinataire des actes (le préfet ou par délégation de ce dernier, l torité académique). Pour les actes budgétaires, le régime de triple transmission est maintenu. l établissement d une liste limitative fixée par le décret n du 30 août 1985 des actes soumis à transmission. Parmi ces actes, une distinction s opère en fonction de leur teur : Les délibérations du conseil d administration qui ne deviennent exécutoires que dans un délai de 15 jours après leur transmission Les décisions du chef d établissement prises en règle générale pour la mise en œuvre d une délibération préalable du conseil qui sont exécutoires ssitôt après leur transmission. l exécution de plein droit des actes non soumis à l obligation de transmission sous réserve d avoir été, en fonction de leur nature, dûment publiés, affichés ou notifiés x intéressés. En l absence de publicité, l acte n a pas d existence juridique. le maintien triple transmission pour les actes budgétaires mais réduction de 30 à 15 jours du délai à l issue duquel les décisions modificatives votées par le conseil d administration deviennent exécutoires. Le délai pour le budget demeure à 30 jours. la réduction de deux mois du délai de présentation du compte financier conseil d administration (30 avril lieu du 30 juin). L élargissement du contenu du rapport annuel du conseil d administration sur la mise en œuvre du projet d établissement, portant sur le fonctionnement pédagogique de l établissement et dorénavant sur ses conditions matérielles de fonctionnement. Par ailleurs, il convient de souligner que le pouvoir d annulation de l torité académique sur les actes relevant de l action éducatrice, soumis à l obligation de transmission, est maintenu. Enfin, l article 33-3 du décret du 30 août 1985 dispose que le représentant de l Etat, l torité académique et la collectivité de rattachement ont accès, sur leur demande, à l ensemble des actes et documents relatifs fonctionnement de l établissement. Page 2/20

3 I - COMPETENCES DECISIONNELLES DU CONSEIL D ADMINISTRATION donnant lieu obligatoirement à la production d un acte Actes relatifs domaine de L ACTION EDUCATRICE Page 4 Actes relatifs AU FONCTIONNEMENT (qui n ont pas trait à l action éducatrice) Page 7 Autres actes relatifs AU FONCTIONNEMENT : CONTRATS CONVENTIONS MARCHES PUBLICS Page 12 Actes relatifs domaine BUDGETAIRE ET FINANCIER Page 18 Les actes qui sont soumis à l obligation de transmission sont exécutoires à l issue d un certain délai et en l absence de réaction de l torité de et sous réserve d avoir été, en fonction de leur nature, dûment publiés, affichés ou notifiés x intéressés. Les actes qui ne sont pas soumis à l obligation de transmission sont exécutoires sous réserve d avoir été, en fonction de leur nature, dûment publiés, affichés ou notifiés x intéressés. II - COMPETENCES CONSULTATIVES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ne donnant pas lieu à la production d un acte Page 20 Insusceptibles de recours. Page 3/20

4 à transmission ACTES RELATIFS AU DOMAINE DE L ACTION EDUCATRICE LISTE LIMITATIVE DES ACTES TRANSMISSIBLES ART DU DECRET DU 30 AOUT 1985 Règlement intérieur ou contrat de vie scolaire Organisation Structure pédagogique - Principes Dotation horaire globalisée Principes d utilisation Organisation du temps scolaire Mesures permanentes Projet d établissement intégrant le projet d expérimentations pédagogiques 1 Autorité Académique 15 jours après l accusé de l torité académique et après publicité Autorité Académique dans le délai des 15 jours suivant la l acte Dans les 2 mois suivant la publication de l acte par toute personne physique ou morale ayant intérêt à agir La décision d annulation, motivée, est communiquée sans délai conseil d administration. Rapport annuel sur le fonctionnement 2 Définition des actions de Formation complémentaire 1 Le projet d expérimentation doit être soumis à l torité académique pour approbation préalable avant intégration projet d établissement et vote du conseil d administration cf circulaire n du 30 septembre Le rapport annuel porte dorénavant sur le fonctionnement pédagogique et ses conditions matérielles de fonctionnement. Il rend compte mise en œuvre du projet d établissement, des expérimentations menées par l établissement et du contrat d objectifs. Page 4/20

5 à transmission ACTES RELATIFS AU DOMAINE DE L ACTION EDUCATRICE Contrat d objectifs Approbation 3 Programme annuel d Information et d Orientation Voyages scolaires Programmation 4 Association sportive Programme 5 Choix de sujets d études spécifiques Orientations relatives à la conduite de dialogue avec les parents d élèves Actions facultatives concourant à l action éducative, notamment Dispositifs de réussite éducative Ouverture de l établissement sur son environnement social, culturel et économique exécutoire après publicité Décisions relatives à l hygiène, à la santé et à la sécurité des élèves dont le Plan de prévention violence 3 Le contrat d objectifs doit avoir été communiqué à la collectivité de rattachement moins un mois avant la date du conseil d administration 4 La programmation des voyages n est pas suffisante pour les organiser. Une délibération sur le financement de chaque voyage doit être présentée en CA (budget du voyage) qui se matérialise par un acte transmissible relatif x fonctionnement Se reporter à la page 7 ainsi qu à la fiche pratique «Les voyages et Sorties scolaires - La programmation et les modalités de financement des voyages scolaires» 5 La circulaire n du 25 octobre 1996 précise : «Aux termes de l article 16-6b du décret du 30 août 1985 modifié, le conseil d administration a compétence : Approuver le programme de l association sportive (c est la seule association soumise à cette exigence) ; ; attribuer une subvention ou renouveler cette attribution après examen de l utilisation subvention précédente» Page 5/20

6 à transmission ACTES RELATIFS AU DOMAINE DE L ACTION EDUCATRICE Dotation Horaire Globalisée Application Répartition des SERVICES Emploi tu temps des professeurs Décisions d orientation et d affectation des élèves dans les classes Mesures disciplinaires à l encontre des élèves hors exclusion temporaire supérieure à 8 jours et exclusion définitive exécutoire après publicité Note de vie scolaire Protocole de remplacement des enseignants 6 6 Ces deux points entrent dans la compétence du chef d établissement «Veille bon déroulement des enseignements ainsi que du continu des aptitudes et des connaissances» Page 6/20

7 à transmission ACTES RELATIFS AU FONCTIONNEMENT (QUI N ONT PAS TRAIT A L ACTION EDUCATRICE) LISTE LIMITATIVE DES ACTES TRANSMISSIBLES ART DU DECRET DU 30 AOUT 1985 Déféré Administratif par le représentant de l Etat ou par délégation : le recteur d académie Financement des voyages scolaires 7 Lycées EREA : Préfecture de région Recteur de l académie Collèges : Préfecture de département Inspecteur d Académie 15 jours après l accusé de l torité de et après publicité Non, mais l torité de, dans le cadre d une procédure amiable préalable déféré, peut solliciter le retrait d un acte entaché d illégalité près de son teur 2 ème délibération demandée Toute personne physique ou morale qui s estime lésée par un acte peut, dans le délai de 2 mois à compter date à laquelle l acte est devenu exécutoire, demander à l torité de de déférer l acte T.A. direct de la personne lésée près du administratif Ces recours peuvent être assortis d une demande de suspension. Tarifs du service annexe d hébergement Conformément décret n du 29 juin 2006, les prix restration scolaire fournie x élèves des écoles maternelles, des écoles élémentaires, des collèges et des lycées de l enseignement public sont fixés par la collectivité territoriale qui en a la charge conformément x articles L , L , L , L et L du code de l éducation. Se reporter x dispositions prises par les collectivités territoriales. Se reporter x instructions de chaque collectivité territoriale 7 L acte administratif transmissible doit être accompagné des modalités de financement - budget prévisionnel du voyage se reporter à la fiche pratique «La programmation et les modalités de financement des voyages scolaires» Page 7/20

8 à transmission ACTES RELATIFS AU FONCTIONNEMENT (QUI N ONT PAS TRAIT A L ACTION EDUCATRICE) ACTES TRANSMISSIBLES EN VERTU L ARTICLE 33-3 DU DECRET 30 AOUT 1985 MODIFIE Sorties d inventaires Désaffectation 8 suivie d une Mise rebut 9 Biens dépourvus de valeur marchande Désaffectation suivie d une Cession gratuite ou onéreuse Aliénation de biens immobilisés ou non 10 Biens avec valeur marchande Autorité Académique La transmission est requise pour l examen des DBM de sorties d inventaire exécutoire après publicité (affichage notification) Non, mais l torité de, dans le cadre d une procédure amiable préalable déféré, peut solliciter le retrait d un acte entaché d illégalité près de son teur 2 ème délibération demandée Déféré Administratif par le représentant de l Etat ou par délégation : le recteur d académie Toute personne physique ou morale qui s estime lésée par un acte peut, dans le délai de 2 mois à compter date à laquelle l acte est devenu exécutoire, demander à l torité de de déférer l acte T.A. direct de la personne lésée près du administratif Ces recours peuvent être assortis d une demande de suspension. 8 Désaffectation : Elle a pour effet de rendre le libre usage et la libre disposition du bien à son propriétaire qui peut alors aliéner le bien à titre gratuit ou onéreux. Elle doit être formalisée par un document comportant le numéro d inscription à l inventaire, la désignation du matériel, l année et la valeur d acquisition, l origine de financement, etc. et signé du chef d établissement, du gestionnaire et de l agent comptable (responsable comptabilité matières en application de l article 11 du décret n du 29 déc embre 1962 et de l article 60 loi du 23 février 1963). Elle est suivie d une mise à jour de l inventaire ou du répertoire de l EPLE. La sortie d inventaire se traduit par une DBM de nive 3 type 39 soumise vote du CA. 9 Mise rebut : Le bien doit obligatoirement être dépourvu de valeur marchande. Cependant, lorsque sa mise rebut entraîne des frais, il est admis de le céder gratuitement contre un enlèvement à la charge du bénéficiaire. 10 Aliénation : Cession gratuite ou onéreuse (vente) d un bien obligatoirement désaffecté. Le prix vente ressource propre de l EPLE- et l utilisation recette sont adoptés par le conseil d administration (ces décisions font l objet d un acte administratif non transmissible). Page 8/20

9 à transmission ACTES RELATIFS AU FONCTIONNEMENT (QUI N ONT PAS TRAIT A L ACTION EDUCATRICE) ACTES TRANSMISSIBLES EN VERTU L ARTICLE 33-3 DU DECRET 30 AOUT 1985 MODIFIE Expérimentation PRESIDENCE du CA par une personnalité extérieure 11 Autorité Académique Délégation du C.A. à la Commission Permanente Expérimentation présidence du CA. L article 16 )13 du décret précise que conf ormément à l article 39 loi n du 23 avril 2005, dans les lycées technologique ou professionnel, il peut, sur proposition du chef d établissement, à titre expérimental et pour une durée maximale de cinq ans, décider que son président peut être désigné parmi les personnalités extérieures à l établissement siégeant en son sein. Dans ce cas, le conseil d administration procède à l élection de son président, pour une durée d un an, par une délibération distincte. La circulaire n du 30 septembre 2005 préc ise que le chef d établissement soumet sa proposition d expérimentation présidence du C.A lors d une première délibération du C.A. Si le C.A. torise l expérimentation, l élection du président du C.A. fait l objet d une seconde délibération. Cette décision est prise pour la durée d un an. Le président exerce les compétences dévolues président du C.A. L exercice de ces compétences imposera en tout état de cse une étroite collaboration entre le président élu et le chef d établissement. Le chef d établissement reste membre de droit du C.A. avec voix délibérative ainsi que de toutes les tres instances de l établissement ; il conserve la présidence de ces dernières. 12 Conditions délégation du C.A. à la C.P. - Se reporter à la fiche pratique «Les délégations à la Commission Permanente» C est un acte du CA qui fixe les attributions déléguées La délégation consentie ne peut avoir une durée supérieure à celle du CA Le Conseil d Administration ne peut plus délibérer dans les domaines délégués à la Commission permanente tant que dure cette délégation. Les actes adoptés par la entrent en vigueur dans les conditions prévues par l article L du Code de l éducation et sont soumis x mêmes obligations de transmission que les délibérations du CA. Les décisions prises sur délégation sont communiquées à chaque membre du CA dans un délai de 15 jours Page 9/20

10 à transmission ACTES RELATIFS AU FONCTIONNEMENT (QUI N ONT PAS TRAIT A L ACTION EDUCATRICE) ACTES TRANSMISSIBLES Dons et legs Acceptation - Utilisation 13 Tarifs de vente et prestations de service objets confectionnés, dégradations, locations, etc. Admission en nonvaleur d une créance irrécouvrable 14 Remise gracieuse 15 Fixation du seuil et remise dépassant ce seuil Constitution sein de l établissement de GROUPES DE TRAVAIL Action à intenter ou à défendre en justice - Autorisation exécutoire après publicité (affichage notification) Non, mais l torité de, dans le cadre d une procédure amiable préalable déféré, peut solliciter le retrait d un acte entaché d illégalité près de son teur 2 ème délibération demandée Déféré Administratif par le représentant de l Etat ou par délégation : le recteur d académie Toute personne physique ou morale qui s estime lésée par un acte peut, dans le délai de 2 mois à compter date à laquelle l acte est devenu exécutoire, demander à l torité de de déférer l acte T.A. Caisse de Solidarité Utilisation des contributions Modalités de remboursement des frais des élèves en stage Attribution des Fonds Socix - Détermination des critères d attribution direct de la personne lésée près du administratif Ces recours peuvent être assortis d une demande de suspension. 13 Si l art 16 du décret de 85 dispose que le CA torise l acceptation de dons, cette décision ne srait avoir un caractère général, il est indispensable d indiquer l identité du donateur, le montant du don et son utilisation 14 Admission en non-valeur : la décision est prise après avis conforme de l agent comptable, en cas d insolvabilité des débiteurs ou d absence, sf décision contraire du juge des comptes. Elle décharge l agent comptable de sa responsabilité pécuniaire. 15 Remise gracieuse : mesure de bienveillance devant la situation difficile du débiteur mettant ce dernier dans l impossibilité de se libérer de tout ou partie de sa dette. Page 10/20

11 à transmission ACTES RELATIFS AU FONCTIONNEMENT (QUI N ONT PAS TRAIT A L ACTION EDUCATRICE) Services de vacances 16 Délégation de signature du chef d établissement 17 Représentation de l établissement en justice et dans tous les actes vie civile exécutoire après publicité Ordre de réquisition du comptable Autorité Académique Collectivité de rattachement exécutoire après transmission et notification à l agent comptable 16 Services de vacances : transmission du table x torités académiques et à la collectivité de rattachement circulaire du 29 avril Délégation de signature du chef d établissement La circulaire n du 30 septembre 2005 préc ise : «le chef d établissement peut déléguer sa signature, y compris pour l exercice des fonctions d ordonnateur, à son ou à ses adjoints, ainsi qu gestionnaire dans son domaine de compétences. Cependant, un gestionnaire qui est également agent comptable de l établissement ne peut recevoir de délégation de signature pour les actes relevant de l ordonnateur.» Conditions d une délégation de signature : Un texte réglementaire doit l toriser C est un acte du chef d établissement désignant une torité nominativement définissant précisément l étendue des compétences déléguées ne faisant pas perdre à son teur l exercice de sa compétence prenant fin lorsque le délégant ou le délégataire quitte ses fonctions L acte portant délégation doit être publié pour être exécutoire. Page 11/20

12 sur torisation du C.A. à transmission AUTRES ACTES RELATIFS AU FONCTIONNEMENT : CONTRATS CONVENTIONS - MARCHES Contrats Autorisation de recrutement des personnels dont cune tre torité n a reçu de pouvoir de nomination de travail à durée déterminée : CAE, CAV, CES, CEC, vacataires, médecins de l internat, assistants d éducation 18 Contrats individuels de recrutement des personnels Signature du Contrat des personnels dont cune tre torité n a reçu de pouvoir de nomination Licenciement des personnels liés par contrat à l'eple Mesures disciplinaires à l encontre des personnels liés par contrat à l'eple Lycées EREA : Préfecture de région Recteur de l académie Collèges : Préfecture de département Inspecteur d Académie 15 jours après l accusé de l torité de et après publicité exécutoire après réception de l accusé de l torité de et après publicité (notification) Non, mais l torité de, dans le cadre d une procédure amiable préalable déféré, peut solliciter le retrait d un acte entaché d illégalité près de son teur 2 ème délibération demandée L torité de, dans le cadre d une procédure amiable préalable déféré, peut solliciter le retrait d un acte entaché d illégalité près de son teur 2 ème délibération demandée Déféré Administratif par le représentant de l Etat ou par délégation : le recteur d académie Toute personne physique ou morale qui s estime lésée par un acte peut, dans le délai de 2 mois à compter date à laquelle l acte est devenu exécutoire, demander à l torité de de déférer l acte T.A. direct de la personne lésée près du administratif Ces recours peuvent être assortis d une demande de suspension. La délibération doit définir, vu des besoins, qu il s agit de satisfaire, le nombre et la nature des postes à pourvoir, la quotité de temps de travail pour chacun d eux (emplois à temps complet ou à temps incomplet), les rémunérations y afférentes l origine des financements, ainsi que les missions confiées 18 Pour les contrats aidés pris en charge par les collectivités territoriales se reporter à leurs directives. Page 12/20

13 à transmission AUTRES ACTES RELATIFS AU FONCTIONNEMENT : CONTRATS CONVENTIONS - MARCHES PASSATIONS de CONVENTIONS 19 d utilisation de locx ou d installations de mutualisation des moyens : groupement comptable adhésion à un groupement de commandes, à un GRETA, à une EMOP, à un GIP, à un établissement mutualisateur de rémunérations : assistants d éducation, de recours à des intervenants extérieurs d hébergement avec des associations pour la réalisation d une prestations (FSE UNSS Maison des lycéens.) d occupation précaire de mandat : de maîtrise d ouvrage, d action d aide x élèves, passée avec une collectivité de stages en entreprises de partenariat EPLE/Entreprise de mise en œuvre de dispositifs de réussite éducative Joindre le projet de convention à l acte SANS SIGNATURE du Chef d Etablissement Lycées EREA : Préfecture de région Recteur de l académie Collèges : Préfecture de département Inspecteur d Académie 15 jours après l accusé de l torité de et après publicité Non, mais l torité de, dans le cadre d une procédure amiable préalable déféré, peut solliciter le retrait d un acte entaché d illégalité près de son teur 2 ème délibération demandée Déféré Administratif par le représentant de l Etat ou par délégation : le recteur d académie Toute personne physique ou morale qui s estime lésée par un acte peut, dans le délai de 2 mois à compter date à laquelle l acte est devenu exécutoire, demander à l torité de de déférer l acte T.A. direct de la personne lésée près du administratif Ces recours peuvent être assortis d une demande de suspension. 19 De nombreux contrats et certaines conventions sont également des marchés, cf article 1 du code des marchés publics : «Les marchés publics sont des contrats conclus à titre onéreux avec des personnes publiques ou privées par les personnes morales de droit public mentionnées à l article 2, pour répondre en matière de travx, de fournitures ou de services» Se reporter à la page 16 Exemple : une convention passée avec une association pour la réalisation d une prestation définie et payée par l établissement. Page 13/20

14 à transmission AUTRES ACTES RELATIFS AU FONCTIONNEMENT : CONTRATS CONVENTIONS - MARCHES PASSATION de CONTRATS 20 de prestations de service d entretien, de maintenance d assurance de location, de créditbail, d enlèvement des déchets d torisation de reproduction (CFC) de voyagistes Joindre le projet de convention à l acte SANS SIGNATURE du Chef d Etablissement Lycées EREA : Préfecture de région Recteur de l académie Collèges : Préfecture de département Inspecteur d Académie 15 jours après l accusé de l torité de et après publicité Non, mais l torité de, dans le cadre d une procédure amiable préalable déféré, peut solliciter le retrait d un acte entaché d illégalité près de son teur 2 ème délibération demandée Déféré Administratif par le représentant de l Etat ou par délégation : le recteur d académie Toute personne physique ou morale qui s estime lésée par un acte peut, dans le délai de 2 mois à compter date à laquelle l acte est devenu exécutoire, demander à l torité de de déférer l acte T.A. direct de la personne lésée près du administratif Ces recours peuvent être assortis d une demande de suspension. Concernant les contrats pluri-annuels, l EP ne prenant en compte que les coûts annuels de ces contrats, leur conclusion par l ordonnateur doit faire l objet d une délibération du conseil d administration 20 De nombreux contrats et certaines conventions sont également des marchés, cf article 1 du code des marchés publics : «Les marchés publics sont des contrats conclus à titre onéreux avec des personnes publiques ou privées par les personnes morales de droit public mentionnées à l article 2, pour répondre en matière de travx, de fournitures ou de services» Se reporter à la page 16 Exemple : une convention passée avec une association pour la réalisation d une prestation définie et payée par l établissement. Page 14/20

15 à transmission AUTRES ACTES RELATIFS AU FONCTIONNEMENT : CONTRATS CONVENTIONS - MARCHES Contrats - Conventions avec des incidences financières Signature du chef d établissement, lorsque la délibération du CA est exécutoire Contrats - Conventions sans incidence financière Signature du chef d établissement, lorsque la délibération du CA est exécutoire Lycées EREA : Préfecture de région Recteur de l académie Collèges : Préfecture de département Inspecteur d Académie exécutoire après l accusé de l torité de et après publicité (notification) exécutoire Déféré Administratif par le représentant de l Etat ou par délégation : le recteur d académie Toute personne physique ou morale qui s estime lésée par un acte peut, dans le délai de 2 mois à compter date à laquelle l acte est devenu exécutoire, demander à l torité de de déférer l acte T.A. Ces recours peuvent être assortis d une demande de suspension. Page 15/20

16 à transmission AUTRES ACTES RELATIFS AU FONCTIONNEMENT : CONTRATS CONVENTIONS - MARCHES PASSATION DE MARCHES «Procédure adaptée» jusqu à HT «Procédure formalisée» > HT Entrent dans les marchés publics : EP Règlement relatif x modalités commande publique CAO Mise en place Marchés «Procédure adaptée» jusqu à HT Signature du chef d établissement, lorsque la délibération du CA est exécutoire Marchés «Procédure formalisée» > HT Signature du chef d établissement, lorsque la délibération du CA est exécutoire Lycées EREA : Préfecture de région Recteur de l académie Collèges : Préfecture de département Inspecteur d Académie Joindre le projet de contrat ou convention à l acte Lycées EREA : Préfecture de région Recteur de l académie Collèges : Préfecture de département Inspecteur d Académie 15 jours après l accusé de l torité de et après publicité exécutoire exécutoire après réception de l accusé de l torité de et après publicité (notification) Non, mais l torité de, dans le cadre d une procédure amiable préalable déféré, peut solliciter le retrait d un acte entaché d illégalité près de son teur 2 ème délibération demandée Déféré Administratif par le représentant de l Etat ou par délégation : le recteur d académie Toute personne physique ou morale qui s estime lésée par un acte peut, dans le délai de 2 mois à compter date à laquelle l acte est devenu exécutoire, demander à l torité de de déférer l acte T.A. direct de la personne lésée près du administratif Ces recours peuvent être assortis d une demande de suspension. Page 16/20

17 Sans torisation du C.A. à transmission AUTRES ACTES RELATIFS AU FONCTIONNEMENT : CONTRATS CONVENTIONS - MARCHES Marchés Signature du chef d établissement sans torisation du C.A. Si le marché respecte l une des 3 conditions : Figure sur un EP annexé budget ou à une DBM pour vote Financé par des ressources affectées non inscrites budget initial 21 En cas d urgence 22 Pour opérations courantes < à HT Travx et équipements jusqu à HT exécutoire Déféré Administratif par le représentant de l Etat ou par délégation : le recteur d académie Toute personne physique ou morale qui s estime lésée par un acte peut, dans le délai de 2 mois à compter date à laquelle l acte est devenu exécutoire, demander à l torité de de déférer l acte T.A. direct de la personne lésée près du administratif Ces recours peuvent être assortis d une demande de suspension. Le chef d établissement informe le conseil d administration dès la réunion la plus proche des marchés conclus sans torisation préalable 23 tient à disposition des membres du conseil d administration les documents afférents Il revient à l ordonnateur de certifier le caractère d urgence justifiant la passation d un marché 21 Il s agit de crédits dont l EPLE doit faire un usage spécifique défini par le bailleur de fonds et dont la recette n est définitivement acquise à l établissement que lorsque celui-ci a effectué la dépense correspondante. 22 Il s agit de permettre à l ordonnateur d engager une dépense qui n a pu être prévue dans l EP et qui est financée sur des ressources non affectées, lorsqu elle est indispensable bon fonctionnement de l établissement ou d un service annexe. La gestion courante recouvre les fournitures non immobilisées ainsi que les prestations de services telles que par exemple, la réparation inopinée d équipements de sécurité ou de matériels informatiques. 23 L information peut porter sur le nombre et le montant des marchés passés pendant la période ainsi que leur objet Page 17/20

18 à transmission ACTES RELATIFS AU DOMAINE BUDGETAIRE ET FINANCIER doit être transmis dans les 5 jours suivant le vote Budget DBM de nive 3 Type 31 - Virement entre chapitres S.G. ZD Type 32 - Prélèvement sur fonds de roulement Type 38 - Ressources nouvelles non affectées non spécifiques Type 39 Sorties inventaires Autorité Académique Collectivité de rattachement Préfet doit être transmise dans les 5 jours suivant le vote Autorité Académique Collectivité de rattachement Préfet 30 jours après transmission 15 jours après transmission L acte est exécutoire sf si l une des torités a fait connaître son désaccord motivé, à compter date de réception du dernier accusé de réception des trois torités A présenter C.A. plus tard le 30 avril suivant la clôture de l exercice. COMPTE FINANCIER 24 Adoption du compte financier avec ou sans réserve Affectation - Ventilation des résultats doit être transmis dans les 30 jours suivant le vote du C.A Autorité Académique Collectivité de rattachement Doit être transmis x torités de dans les 30 jours suivant le vote du C.A. 25 Doit être transmis Comptable supérieur du Trésor par l agent comptable avant le 30 juin suivant la clôture de l exercice. 26 Sera transmis à la Chambre Régionale des Comptes par le comptable supérieur avant le 30 octobre suivant la clôture de l exercice 24 Le C.A. approuve le compte financier qui lui est présenté ou émet des réserves. Ensuite, il se prononce sur l affectation ou la ventilation des résultats. Le compte financier doit donc faire l objet de 2 actes distincts du C.A. 25 Le compte financier doit être transmis x torités de plus tard le 30 mai suivant la clôture de l exercice 26 Il est recommandé par les CRC de transmettre tous les comptes financiers du groupement comptable en même temps Comptable supérieur du Trésor. Page 18/20

19 II - COMPETENCES CONSULTATIVES du Conseil d Administration ne donnant pas lieu à la production d un acte Délibérations du C.A. à transmission DOMAINE BUDGETAIRE ET FINANCIER ART R DU CODE DES JURIDICTIONS FINANCIERES PARTIE REGLEMENTAIRE ANNEXE AU DECRET DU 14 AVRIL 2000 DBM de nive 1 Type 11 - Virement dans le chapitre doivent être transmises à l issue de chaque réunion DBM de nive 2 (pièces B12.1 à B12.5 et B13) Type 23 Ressources sur contrats et conventions (Formation Continue, ONILAIT, CNASEA) Type 24 Recettes spécifiques (bourses nationales, subventions affectées des collectivités) Type 25 Utilisation de la taxe d apprentissage 27 Autorité Académique Collectivité de rattachement après présentation C.A. des modifications apportées budget Exécutoire de plein droit Publicité par voie d affichage Type 26 Recettes pour rétablissement de crédits (remboursements de téléphone, dégradations, ) Type 29 Mouvement de stocks 27 L article R du Code des Juridictions Financières Partie Réglementaire Annexe décret du 14 avril 2000 prévoit que «Le Chef d établissement informe la Commission Permanente de ces modifications et en rend compte prochain conseil d administration». Page 19/20

20 II - COMPETENCES CONSULTATIVES du Conseil d Administration ne donnant pas lieu à la production d un acte AVIS Organisation du temps scolaire mesures particulières et ponctuelles Portes ouvertes Suppression des cours pour examen Rentrée décalée Report de cours Journée banalisée Structures pédagog. ouvertures et fermetures de sections DGH - création ou suppression de postes définitifs d enseignants Taxe d apprentissage Choix d utilisation 28 Manuels scolaires Principes de choix Associations Programme 29 Modifications des heures d entrées et de sorties de l établissement Logements de fonction Proposition d attribution Dénomination de l établissement ne donnant pas lieu à la production d un acte La décision est du ressort de l torité académique. La décision est du ressort de l torité académique Se reporter à la fiche pratique n 02. La décision est du ressort de l torité communale Se reporter à la fiche pratique n 04. La décision est du ressort des collectivités de rattachement Se reporter à la fiche pratique n 03. La décision est du ressort des collectivités de rattachement 28 Le compte rendu d utilisation taxe d apprentissage fera l objet d une information Conseil d Administration plus tard lors présentation du Compte Financier 29 Le conseil d administration est informé du programme des associations à l exception du programme de l Association sportive où le CA a compétence pour approuver le programme (acte non transmissible de l Action Educatrice) -Se reporter page 5 Toute association subventionnée doit produire chef d établissement la copie du rapport moral et financier à la fin de chaque exercice et toute justification relative à l utilisation de subventions accordées par l EPLE. Le renouvellement des subventions est conditionnée par la production effective de ces documents. Est subventionnée toute association qui bénéficie part de l EPLE de dotations financières mais ssi toute association qui utilise à titre gratuit les locx, les équipements, les services ou les personnels de l établissement public. Page 20/20

LA COMPTABILITE MATIERE

LA COMPTABILITE MATIERE INFORMATIONS CONSEIL ET ASSISTANCE AUX E.P.L.E. DE LA GUADELOUPE LA COMPTABILITE MATIERE S O M M A I R E 1 - Rappel des dispositions réglementaires page 2 2 - Modalités de mise en œuvre de la comptabilité

Plus en détail

Le guide des bonnes pratiques de l ordonnateur

Le guide des bonnes pratiques de l ordonnateur Le guide des bonnes pratiques de l ordonnateur Un autre point important relevé dans les observations des inspecteurs vérificateurs du Trésor Public est relatif à l existence de bonnes pratiques de gestion.

Plus en détail

Fiche 8. Références : articles L.2121-29, L. 2121-30, L. 2121-31, L. 2121-33, L. 2241-1 et L. 2312-1 du code général des collectivités territoriales

Fiche 8. Références : articles L.2121-29, L. 2121-30, L. 2121-31, L. 2121-33, L. 2241-1 et L. 2312-1 du code général des collectivités territoriales Fiche 8 Notions clés sur l exécution des décisions du conseil municipal Le conseil municipal est amené à prendre différents types de décisions (1) qui obéissent à des règles précises pour rentrer en vigueur

Plus en détail

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF INTRODUCTION Un Etablissent Public Administratif est une personne morale de Droit Public, dotée de l autonomie

Plus en détail

Nouvel agent comptable les indispensables à la prise de poste

Nouvel agent comptable les indispensables à la prise de poste Nouvel agent comptable les indispensables à la prise de poste Cette fiche ne se prétend pas exhaustive, elle permettra toutefois à un nouvel agent comptable de prendre un poste dans les meilleures conditions

Plus en détail

1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012. I - But de la fondation

1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012. I - But de la fondation 1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012 I - But de la fondation Article 1 er L établissement dit fondé en a pour but de..

Plus en détail

2014 - AT4- RESTAURATION ET HEBERGEMENT

2014 - AT4- RESTAURATION ET HEBERGEMENT 2014 - AT4- RESTAURATION ET HEBERGEMENT L article L4424-2 du code général des collectivités territoriales stipule que la collectivité territoriale de Corse assure l'accueil, la restauration, l'hébergement

Plus en détail

LE RECOUVREMENT CONTENTIEUX DES CREANCES EN EPLE

LE RECOUVREMENT CONTENTIEUX DES CREANCES EN EPLE LE RECOUVREMENT CONTENTIEUX DES CREANCES EN EPLE Réalisé par la Division des Etablissements Bureau DE 1 Séminaire Agents Comptables et Gestionnaires Matériels 14 et 15 juin 2010 ACADEMIE DE REIMS Division

Plus en détail

STATUTS DE L AROEVEN DE PARIS TITRE I BUT ET COMPOSITION

STATUTS DE L AROEVEN DE PARIS TITRE I BUT ET COMPOSITION STATUTS DE L AROEVEN DE PARIS TITRE I BUT ET COMPOSITION ARTICLE 1 : Création et dénomination L Association laïque dite «Association Régionale des Œuvres Educatives et de Vacances de l Education Nationale

Plus en détail

NOTE SUR LES SUBVENTIONS. - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées

NOTE SUR LES SUBVENTIONS. - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées NOTE SUR LES SUBVENTIONS - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées - Les produits de la tarification ne sont pas des subventions A. Récapitulatif des obligations des associations

Plus en détail

MEN DAF A3 L EXTOURNE Mode opératoire GFC- 2014/2015

MEN DAF A3 L EXTOURNE Mode opératoire GFC- 2014/2015 L extourne est une méthode de traitement des charges à payer et des produits à recevoir qui donne la compétence à l ordonnateur pour solder les opérations de l année N-1 exercice antérieur- en année N

Plus en détail

Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14

Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14 Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14 L instruction budgétaire et comptable M14 est appliquée aux collectivités locales depuis 1997 soit bientôt près de dix ans. Elle

Plus en détail

2013-29-02 Modification de la représentation des communes au sein du conseil de communauté du Sicoval Le Conseil,

2013-29-02 Modification de la représentation des communes au sein du conseil de communauté du Sicoval Le Conseil, H a u t e - G a r o n n e République Française Liberté - Égalité - Fraternité EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL N 2013-29 du Jeudi 27 juin 2013 à 20h30 2013-29-01a Correction des

Plus en détail

Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 STATUTS RÈGLEMENTS. M E RMutuelle Retraite Européenne

Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 STATUTS RÈGLEMENTS. M E RMutuelle Retraite Européenne Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 2015 STATUTS RÈGLEMENTS M E RMutuelle Retraite Européenne Statuts MRE applicables à compter du 01/01/2015 Titre I ER - Formation, Objet et composition

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE)

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) Point réglementation N 1 Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) (anciennement TOS, exerçant dans les lycées et collèges) Mis à jour en septembre

Plus en détail

REGLEMENT REGIONAL DU SERVICE D HEBERGEMENT ET DE RESTAURATION

REGLEMENT REGIONAL DU SERVICE D HEBERGEMENT ET DE RESTAURATION REGLEMENT REGIONAL DU SERVICE D HEBERGEMENT ET DE RESTAURATION Vu le code de l Education, Vu le code général des collectivités territoriales, Vu la loi n 809 du 13 Août 2004 et notamment l article 82,

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional

Rapport pour la commission permanente du conseil régional Rapport pour la commission permanente du conseil régional NOVEMBRE 2012 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france CONVENTION QUADRIPARTITE RELATIVE A LA MUTUALISATION

Plus en détail

Octobre 2012. Guide du traitement budgétaire et comptable des créances irrécouvrables et des indus

Octobre 2012. Guide du traitement budgétaire et comptable des créances irrécouvrables et des indus Guide du traitement budgétaire et comptable des créances irrécouvrables et des indus 1 Sommaire Octobre 2012 Partie I Les créances irrécouvrables. I-Définition II-Plan des comptes. III-Obligations de provisionner

Plus en détail

Le groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS)

Le groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS) Mois AAAA Mois AAAA mai 2009 mise à jour décembre 2010 Le groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS) En bref Le secteur social et médico-social est actuellement en proie à de profondes

Plus en détail

Le groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS)

Le groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS) Mois AAAA Mois mai AAAA 2009 Le groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS) En bref A l heure actuelle, le secteur social et médico-social fait face à de profondes mutations et à la naissance

Plus en détail

RÈGLEMENT BUDGÉTAIRE ET FINANCIER DE LA RÉGION POITOU-CHARENTES

RÈGLEMENT BUDGÉTAIRE ET FINANCIER DE LA RÉGION POITOU-CHARENTES RÈGLEMENT BUDGÉTAIRE ET FINANCIER DE LA RÉGION POITOU-CHARENTES Ce règlement vient préciser le règlement intérieur adopté le 2 avril 2004 et notamment les dispositions du Titre I - chapitre IV «Du vote

Plus en détail

OPERATIONS NON BUDGETAIRES

OPERATIONS NON BUDGETAIRES OPERATIONS NON BUDGETAIRES 1 Dotation ou apport 2 Affectation services non dotés de la personnalité morale 3 Affectation services dotés de la personnalité morale 4 Désaffectation ou retour d un bien affecté

Plus en détail

Les marchés publics à procédure. adaptée

Les marchés publics à procédure. adaptée Les marchés publics à procédure adaptée 1 I. Introduction 2 Les MAPA Définition d un marché public : article 1er du code des marchés publics (CMP) Identification des pouvoirs adjudicateurs, dont «les collectivités

Plus en détail

Tableau d archivage des EPLE

Tableau d archivage des EPLE Tableau d archivage des EPLE Délais de conservation et traitement des archives produites par les collèges et lycées Réalisé par les archives départementales de la Vienne en collaboration avec la cellule

Plus en détail

GESTION FINANCIERE ET COMPTABLE DES OFFICES DE TOURISME EN EPIC 4 ET 5 FEVRIER 2010 1 . LE FONCTIONNEMENT D UN ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL 2 DEUX MODES DE GESTION COMPTABLE

Plus en détail

LA RÉFORME DU CADRE BUDGÉTAIRE ET COMPTABLE

LA RÉFORME DU CADRE BUDGÉTAIRE ET COMPTABLE LA RÉFORME DU CADRE BUDGÉTAIRE ET COMPTABLE CB1.2-1 les principales innovations budgétaires.ppt 1/33 LA RCBC : sommaire Enjeux et contexte La construction budgétaire : - Les sections - Les services généraux

Plus en détail

OBJET : Attribution des crédits de fonctionnement des lycées et orientations pour la gestion 2015

OBJET : Attribution des crédits de fonctionnement des lycées et orientations pour la gestion 2015 ASSEMBLEE PLENIERE DU CONSEIL REGIONAL DE FRANCHE-COMTE Politique : Formation tout au long de la vie Composante : N du rapport : 3-1 Date : vendredi 17 octobre 2014 Sous-Politique : Fonctionnement OBJET

Plus en détail

Procès verbal de la séance du conseil d administration. Date : Mardi 27 mars 2012 heure de début : 18 h heure de fin : 19 h 30

Procès verbal de la séance du conseil d administration. Date : Mardi 27 mars 2012 heure de début : 18 h heure de fin : 19 h 30 Établissement : 0352760K Collège de La Mézière Biardel N de séance : 4 35520 LA MEZIERE Procès verbal de la séance du conseil d administration Date : Mardi 27 mars 2012 heure de début : 18 h heure de fin

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décret n o 2014-736 du 30 juin 2014 pris pour l application de l ordonnance n o 2014-326 du 12 mars 2014 portant réforme de la prévention

Plus en détail

FEDERATION FORET-BOIS RHÔNE-ALPES FIBRA. Statuts

FEDERATION FORET-BOIS RHÔNE-ALPES FIBRA. Statuts AGE du 23 janvier 2014 FEDERATION FORET-BOIS RHÔNE-ALPES FIBRA Statuts Titre 1 : dénomination, objet, siège social, durée Article 1 : Constitution Il est fondé entre les organisations professionnelles

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Décret n o 2007-1303 du 3 septembre 2007 fixant les règles nationales d éligibilité

Plus en détail

Lycéens... page 2 Devoirs des lycéens... page 2 Droit des lycéens... page 7

Lycéens... page 2 Devoirs des lycéens... page 2 Droit des lycéens... page 7 RÈGLEMENT INTÉRIEUR Lycéens... page 2 Devoirs des lycéens... page 2 Droit des lycéens... page 7 Étudiants... page 9 Devoirs des étudiants... page 9 Droit des étudiants... page 13 5 rue de la Motte Brûlon

Plus en détail

REGLEMENT DEPARTEMENTAL DES SERVICES DE RESTAURATION ET D HEBERGEMENT Collège Joseph PEYRE à Garlin

REGLEMENT DEPARTEMENTAL DES SERVICES DE RESTAURATION ET D HEBERGEMENT Collège Joseph PEYRE à Garlin REGLEMENT DEPARTEMENTAL DES SERVICES DE RESTAURATION ET D HEBERGEMENT Collège Joseph PEYRE à Garlin Vu les articles L.213-2 et L.421-23 II du code de l Education qui confient aux départements la compétence

Plus en détail

LA MISE A DISPOSITION DES FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX

LA MISE A DISPOSITION DES FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX Réf. : CDG-INFO2008-18/CDE Personnes à contacter : Christine DEUDON - Sylvie TURPAIN PLAN DE CLASSEMENT : 1-25-20 : 03.59.56.88.48/58 Date : le 17 juillet 2008 MISE A JOUR DU 27 MARS 2012 Suite à la parution

Plus en détail

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE Article 1 - Constitution La présente association est une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901.

Plus en détail

LES REGIES D AVANCES ET DE RECETTES

LES REGIES D AVANCES ET DE RECETTES LES REGIES D AVANCES ET DE RECETTES 1 LES AVANCES POUR MENUES DEPENSES 2 COMPTE 548 : AVANCES POUR MENUES DEPENSES fonctionne comme un compte de régie avances qui ne peuvent excéder 300 Euro fixées par

Plus en détail

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service»

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» DANS LE RESPECT DU PROJET ET DU FONCTIONNEMENT DE LA PERSONNE MORALE, EN CONFORMITE AVEC LA LEGISLATION

Plus en détail

ARTICLE 5 : SIEGE SOCIAL Le siège social est à Nantes. Il peut être transféré sur simple décision du conseil d administration.

ARTICLE 5 : SIEGE SOCIAL Le siège social est à Nantes. Il peut être transféré sur simple décision du conseil d administration. Association loi 1901 ARTICLE 1 : CONSTITUTION Création Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, et le décret du 16 août 1901 ayant pour

Plus en détail

ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS. Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE

ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS. Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS Les soussignés Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE Membres ayant adhéré aux présents statuts de l association

Plus en détail

DÉLÉGATION DE SERVICE PUBLIC

DÉLÉGATION DE SERVICE PUBLIC DÉLÉGATION DE SERVICE PUBLIC Convention d exploitation d une fourrière de véhicules à moteur pour la commune de Baziège LES INTERVENANTS Convention conclue entre les soussignés: D une part, la commune

Plus en détail

Du budget à la comptabilité

Du budget à la comptabilité Du budget à la comptabilité 1 Plan de la présentation I-L élaboration du budget II-L exécution du budget III-La reddition des comptes 2 LE BUDGET -I- L ELABORATION DU BUDGET 3 QU EST-CE QUE LE BUDGET?

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Les modalités de fonctionnement du Conseil d Administration du Centre Communal d Action Sociale sont fixées par :

REGLEMENT INTERIEUR. Les modalités de fonctionnement du Conseil d Administration du Centre Communal d Action Sociale sont fixées par : REGLEMENT INTERIEUR Les modalités de fonctionnement du Conseil d Administration du Centre Communal d Action Sociale sont fixées par : - le Code Général des Collectivités Territoriales La plupart des règles

Plus en détail

Fiche n 1. Le traitement comptable du risque de non recouvrabilité, la comptabilisation des dépréciations des créances et des admissions en non valeur

Fiche n 1. Le traitement comptable du risque de non recouvrabilité, la comptabilisation des dépréciations des créances et des admissions en non valeur Fiche n 1 Le traitement comptable du risque de non recouvrabilité, la comptabilisation des dépréciations des créances et des admissions en non valeur Direction générale des fi nances publiques 1 I. OBJET

Plus en détail

Comment remplir le dossier de demande subvention?

Comment remplir le dossier de demande subvention? Comment remplir le dossier de demande subvention? Ville de Suresnes année 2015 Le dossier de demande de subvention est à déposer en 3 exemplaires avant le 5 décembre 2014 Au service Vie Associative 6 rue

Plus en détail

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010 Référentiel métier de Directeur(trice) des soins Ce référentiel intègre à la fois le métier Directeur(trice) des soins en établissement et celui de Directeur(trice) des soins en institut de formation paramédicale.

Plus en détail

s o r t i e s e t v o y a g e s s c o l a i r e s d a n s l e 2n d d e g r é n 177 5 f é v r i e r 2 0 0 7

s o r t i e s e t v o y a g e s s c o l a i r e s d a n s l e 2n d d e g r é n 177 5 f é v r i e r 2 0 0 7 s orties et voyages scolaires dans le 2n d degré n 177 5 février 2007 PREAMBULE Ce bulletin académique spécial a pour objet les sorties et voyages scolaires organisés par les établissements scolaires du

Plus en détail

Statuts. Les soussignés :

Statuts. Les soussignés : Statuts Les soussignés : APICIL PRÉVOYANCE, institution de prévoyance régie par le titre III du livre IX du Code de la Sécurité sociale, dont le siège social est situé 38 rue François Peissel 69300 Caluire

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION ASSOCIATIONS CULTURELLES ET SPORTIVES

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION ASSOCIATIONS CULTURELLES ET SPORTIVES DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION ASSOCIATIONS CULTURELLES ET SPORTIVES L association : Sollicite une subvention de Au titre : (cocher la case correspondant à votre situation) de l aide aux déplacements

Plus en détail

Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV)

Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV) Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV) I. But et composition de l Association Article 1 : Nom Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

Fonction Publique Territoriale

Fonction Publique Territoriale Fonction Publique Territoriale Filière Catégorie Administrative B Concours Rédacteur Principal 2 ème classe Mise à jour : juillet 2014 SOMMAIRE L'EMPLOI La fonction... 2 La rémunération... 2 LES CONDITIONS

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère des affaires sociales, du travail et de la solidarité

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère des affaires sociales, du travail et de la solidarité J.O n 247 du 24 octobre 2003 page 18112 texte n 5 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère des affaires sociales, du travail et de la solidarité Décret n 2003-1010 du 22 octobre 2003 relatif

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 20 novembre 2012

COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 20 novembre 2012 COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 20 novembre 2012 Le présent Conseil Municipal approuve à l unanimité et en tous ses points le compterendu de la précédente séance du 12 septembre 2012. Le Conseil Municipal,

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : «L ANALYSE FINANCIERE» I LES DEFINITIONS :... 2. A/ Le fonds de roulement... 2. 1- Définition du fonds de roulement (FdR) :...

FICHE TECHNIQUE : «L ANALYSE FINANCIERE» I LES DEFINITIONS :... 2. A/ Le fonds de roulement... 2. 1- Définition du fonds de roulement (FdR) :... FICHE TECHNIQUE : «L ANALYSE FINANCIERE» Sommaire I LES DEFINITIONS :... 2 A/ Le fonds de roulement... 2 1- Définition du fonds de roulement (FdR) :... 2 2 - La composition du fonds de roulement... 3 B/

Plus en détail

Status de la banque des états de l Afrique Centrale

Status de la banque des états de l Afrique Centrale Status de la banque des états de l Afrique Centrale T I T R E I CONSTITUTION - STATUT JURIDIQUE Article premier La Banque des Etats de l Afrique Centrale (ci-après désignée la Banque) est un établissement

Plus en détail

Décret n 2008-517 du 20 mai 2008

Décret n 2008-517 du 20 mai 2008 Décret n 2008-517 du 20 mai 2008 Décret n 2008-517 du 20 mai 2008 fixant les modalités d organisation et de fonctionnement des Agences régionales de Développement. RAPPORT DE PRESENTATION En application

Plus en détail

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature.

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature. REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un but - Une Foi ----------------- DECRET N 83-423 du 21 AVRIL 1983 RELATIF AUX ACTIVITES DE TRANSACTION ET DE GESTION IMMOBILIERES RAPPORT DE PRESENTATION La loi n 82-07

Plus en détail

ANNEXE AU REGLEMENT INTERIEUR DE LA FFGOLF STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES DEPARTEMENTAUX. ARTICLE 1 er DEFINITION

ANNEXE AU REGLEMENT INTERIEUR DE LA FFGOLF STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES DEPARTEMENTAUX. ARTICLE 1 er DEFINITION ANNEXE AU REGLEMENT INTERIEUR DE LA FFGOLF STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES DEPARTEMENTAUX ARTICLE 1 er DEFINITION L'association dite Comité Départemental de Golf de est une association Loi 1901

Plus en détail

c) Tous les cadres d emplois sauf certains relevant de la catégorie A+ sont concernés par ces dispositions. !!!

c) Tous les cadres d emplois sauf certains relevant de la catégorie A+ sont concernés par ces dispositions. !!! CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA VENDEE Maison des Communes 45, Boulevard des Etats-Unis B.P.239 85006 LA ROCHE-SUR-YON - CEDEX -! : 02.51.44.50.60 : 02.51.37.00.66 " : 3614

Plus en détail

REGLEMENT FINANCIER FFCV- Règlement Financier validé à l assemblée générale du 12/12/04 page 1 sur 14

REGLEMENT FINANCIER FFCV- Règlement Financier validé à l assemblée générale du 12/12/04 page 1 sur 14 REGLEMENT FINANCIER page 1 sur 14 Article 1 - Objet Le Règlement Financier est établit conformément aux directives du Ministère chargé des Sports et à l article 107 du Règlement Intérieur de la FFCV En

Plus en détail

LES GARANTIES D EMPRUNT

LES GARANTIES D EMPRUNT LES GARANTIES D EMPRUNT (Compte 801.5) Fiche n 1 Définition Les garanties d emprunt entrent dans la catégorie des engagements hors bilan parce qu une collectivité peut accorder sa caution à une personne

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE ------------------- DEPARTEMENT DU BAS-RHIN

REPUBLIQUE FRANCAISE ------------------- DEPARTEMENT DU BAS-RHIN REPUBLIQUE FRANCAISE ------------------- DEPARTEMENT DU BAS-RHIN STATUTS DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA REGION DE MOLSHEIM-MUTZIG - 11 ème édition - Délibération N 11-87 du 21 Décembre 2011 SOMMAIRE

Plus en détail

Statuts de Paris Region Entreprises

Statuts de Paris Region Entreprises Statuts de Paris Region Entreprises Article 1. Forme et dénomination TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Il est institué entre les adhérents aux présents statuts et ceux qui y adhéreront, une Association

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

Le recouvrement des produits locaux UN PARTENARIAT ORDONNATEUR / COMPTABLE PUBLIC POUR L ORGANISATION OPTIMALE DE LA GESTION DES PRODUITS LOCAUX

Le recouvrement des produits locaux UN PARTENARIAT ORDONNATEUR / COMPTABLE PUBLIC POUR L ORGANISATION OPTIMALE DE LA GESTION DES PRODUITS LOCAUX Le recouvrement des produits locaux UN PARTENARIAT ORDONNATEUR / COMPTABLE PUBLIC POUR L ORGANISATION OPTIMALE DE LA GESTION DES PRODUITS LOCAUX L ARTICULATION DES DECISIONS DE L ORDONNATEUR ET DU COMPTABLE

Plus en détail

INGENIEURS SANS FRONTIERES (ISF)

INGENIEURS SANS FRONTIERES (ISF) INGENIEURS SANS FRONTIERES (ISF) STATUTS I - BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 L'association de solidarité internationale, INGENIEURS SANS FRONTIERES ("ISF" en sigle), fondée en janvier 1982,

Plus en détail

OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET STATUTAIRES DES ASSOCIATIONS ET FONDATIONS RECONNUES D UTILITE PUBLIQUE

OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET STATUTAIRES DES ASSOCIATIONS ET FONDATIONS RECONNUES D UTILITE PUBLIQUE OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET STATUTAIRES DES ASSOCIATIONS ET FONDATIONS RECONNUES D UTILITE PUBLIQUE Les associations et fondations reconnues d utilité publique sont soumises à plusieurs obligations de

Plus en détail

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES C.E.P.R.E.M.A.P. Décembre 2004 CENTRE POUR LA RECHERCHE ECONOMIQUE ET SES APPLICATIONS C.E.P.R.E.M.A.P. Association déclarée régie par la Loi de 1901 Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S

Plus en détail

STATUTS DE L'AGENCE DEPARTEMENTALE DE L ORNE

STATUTS DE L'AGENCE DEPARTEMENTALE DE L ORNE STATUTS DE L'AGENCE DEPARTEMENTALE DE L ORNE CHAPITRE I - CREATION ET DISSOLUTION DE L'AGENCE - DISPOSITIONS GENERALES Article 1 : CREATION DE L AGENCE En application de l'article 32 de la loi n 82-213

Plus en détail

MUTUELLE DENTAIRE RENAULT

MUTUELLE DENTAIRE RENAULT MUTUELLE DENTAIRE RENAULT 9, rue de Clamart 92772 Boulogne Billancourt Cedex Tél. : 01.46.94.29.50 CHAPITRE 1 FORMATION, OBJET ET COMPOSITION DE LA MUTUELLE DENTAIRE RENAULT Article 1 Dénomination... 3

Plus en détail

CHARTE D HEBERGEMENT DES SITES INTERNET SUR LA PLATE-FORME DE L ACADEMIE DE STRASBOURG

CHARTE D HEBERGEMENT DES SITES INTERNET SUR LA PLATE-FORME DE L ACADEMIE DE STRASBOURG CHARTE D HEBERGEMENT DES SITES INTERNET SUR LA PLATE-FORME DE L ACADEMIE DE STRASBOURG Version Octobre 2014 Rectorat de l académie de Strasbourg 6 Rue de la Toussaint 67975 Strasbourg cedex 9 1 Page 1/14

Plus en détail

ACADEMIE DE PARIS UNIVERSITE PARIS DESCARTES 12, rue de l école de Médecine 75006 PARIS

ACADEMIE DE PARIS UNIVERSITE PARIS DESCARTES 12, rue de l école de Médecine 75006 PARIS ACADEMIE DE PARIS UNIVERSITE PARIS DESCARTES 12, rue de l école de Médecine 75006 PARIS STATUTS DU CENTRE DE GESTION DU CENTRE UNIVERSITAIRE DES SAINTS PERES (CG-CUSP) VU le Code de l éducation VU le décret

Plus en détail

REGLEMENT PARTICULIER DE LA CAISSE MUTUELLE COMPLEMENTAIRE ET D ACTION SOCIALE MARSEILLE

REGLEMENT PARTICULIER DE LA CAISSE MUTUELLE COMPLEMENTAIRE ET D ACTION SOCIALE MARSEILLE REGLEMENT PARTICULIER DE LA CAISSE MUTUELLE COMPLEMENTAIRE ET D ACTION SOCIALE MARSEILLE Article 1....3 Dispositions générales...3 Titre I : Organisation de la C.M.C.A.S...3 Article 2....3 Composition

Plus en détail

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

DIRECTION GENERALE - SIEGE SOCIAL DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

DIRECTION GENERALE - SIEGE SOCIAL DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION DIRECTION GENERALE - SIEGE SOCIAL DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION DOCUMENT UNIQUE PRECISANT LES DEFINITIONS DE FONCTION ET LA DELEGATION DE POUVOIRS DU DIRECTEUR GENERAL DE L'association. NOM : Prénom :

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION Année 2016 Associations culturelles. Mairie de Saint-Julien-en-Genevois. Fiche d identité de l association

DEMANDE DE SUBVENTION Année 2016 Associations culturelles. Mairie de Saint-Julien-en-Genevois. Fiche d identité de l association DEMANDE DE SUBVENTION Année 2016 Associations culturelles Mairie de Saint-Julien-en-Genevois Nom et coordonnées de l association Fiche d identité de l association Nom de l'association Objet Adresse de

Plus en détail

FONDS D AIDE FINANCIERE INDIVIDUELLE

FONDS D AIDE FINANCIERE INDIVIDUELLE Date de la demande :. PROCEDURE D URGENCE : Oui Non Date du dépôt de la demande : (à compléter par le service) FONDS D AIDE FINANCIERE INDIVIDUELLE Fonds de Solidarité pour le Logement (FSL) Accès Maintien

Plus en détail

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT 5 CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS Les comptes financiers enregistrent les mouvements de valeurs en espèces, chèques, ainsi que les opérations faites avec le Trésor, les banques et les établissements financiers.

Plus en détail

S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R

S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R ARTICLE PREMIER CONSTITUTION Conformément au chapitre premier du titre premier du Livre

Plus en détail

Décret n 313 2005-05-30 PR/MCJS/05 du 30 mai 2005, portant organisation et fonctionnement du Bureau Tchadien du Droit d Auteur

Décret n 313 2005-05-30 PR/MCJS/05 du 30 mai 2005, portant organisation et fonctionnement du Bureau Tchadien du Droit d Auteur Décret n 313 2005-05-30 PR/MCJS/05 du 30 mai 2005, portant organisation et fonctionnement du Bureau Tchadien du Droit d Auteur Vu la Loi N 005/PR/2003 du 02 mai 2003, portant protection du Droit d Auteur,

Plus en détail

Annexe 2 à la délibération n 5/07 Année Scolaire.

Annexe 2 à la délibération n 5/07 Année Scolaire. Annexe 2 à la délibération n 5/07 Année Scolaire. CONVENTION D OCCUPATION PRECAIRE D UN LOGEMENT DE FONCTION Aux termes de l article R. 216-15 du Code de l Education, relatif aux concessions de logements

Plus en détail

FICHE PRATIQUE MAISON DES LYCEENS

FICHE PRATIQUE MAISON DES LYCEENS FICHE PRATIQUE MAISON DES LYCEENS La Maison des lycéens (MDL) est une association qui rassemble les élèves qui souhaitent s engager dans des actions citoyennes et prendre des responsabilités au sein de

Plus en détail

COMPTE RENDU DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU 28 NOVEMBRE 2013 ANNEXES RETRACANT LES ECHANGES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU 28 NOVEMBRE 2013

COMPTE RENDU DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU 28 NOVEMBRE 2013 ANNEXES RETRACANT LES ECHANGES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU 28 NOVEMBRE 2013 COMPTE RENDU DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU 28 NOVEMBRE 2013 ANNEXES RETRACANT LES ECHANGES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU 28 NOVEMBRE 2013 Monsieur le Principal désigne Madame DESVAUX Marie-Madeleine

Plus en détail

INSTRUCTION. N 10-003-M9 du 29 janvier 2010 NOR : BCF Z 10 00013 J MODERNISATION DES PROCÉDURES DE DÉPENSES ANALYSE

INSTRUCTION. N 10-003-M9 du 29 janvier 2010 NOR : BCF Z 10 00013 J MODERNISATION DES PROCÉDURES DE DÉPENSES ANALYSE INSTRUCTION N 10-003-M9 du 29 janvier 2010 NOR : BCF Z 10 00013 J MODERNISATION DES PROCÉDURES DE DÉPENSES ANALYSE Paiement avant service fait et/ou sans ordonnancement préalable Date d application : 29/01/2010

Plus en détail

CHAMBRE PROFESSIONNELLE DU CONSEIL DE LA RÉGION CENTRE

CHAMBRE PROFESSIONNELLE DU CONSEIL DE LA RÉGION CENTRE CHAMBRE PROFESSIONNELLE DU CONSEIL DE LA RÉGION CENTRE ARTICLE 1 : CONSTITUTION ET DÉSIGNATION L Association «Chambre Professionnelle du Conseil de la région centre» (C.P.C Région Centre.) a décidé en

Plus en détail

APPEL À PROJETS FDVA NATIONAL

APPEL À PROJETS FDVA NATIONAL Ministère des sports, de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Fonds pour le développement de la vie

Plus en détail

CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES

CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES Entre les soussignés : - La commune de CLERMONT, Oise représentée par son Maire, Monsieur Lionel OLLIVIER, autorisé par délibération du conseil municipal

Plus en détail

Le rôle de conseil du comptable public et le devoir d alerte

Le rôle de conseil du comptable public et le devoir d alerte Le rôle de conseil du comptable public et le devoir d alerte Rappel : Le devoir d'alerte concerne tous les fonctionnaires et pas expressément les comptables. En aucun cas, sous couvert de ce principe,

Plus en détail

APRE Aide Personnalisée de Retour à l Emploi

APRE Aide Personnalisée de Retour à l Emploi . APRE Aide Personnalisée de Retour à l Emploi Règlement d attribution & Mode d emploi Seine-Maritime page 1 Préambule Considérant que les bénéficiaires du RMI avaient parfois besoin d être soutenus financièrement

Plus en détail

Règlement financier et de Gestion de la F.F.S.B.

Règlement financier et de Gestion de la F.F.S.B. Règlement financier et de Gestion de la F.F.S.B. du 26/02/2005 modifié les 15/03/2008, 21/04/2012 et 22/02/2014 I.REGLEMENT FINANCIER PREAMBULE La Fédération Française du Sport Boules, bénéficiant d une

Plus en détail

Titre I Des fautes de Gestion

Titre I Des fautes de Gestion Base de données Loi n 85-74 du 20 Juillet 1985 relative à la définition et à la sanction des fautes de gestion commises à l égard de l Etat, des établissements publics administratifs, des collectivités

Plus en détail

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF Chapitre I : Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières Section I : Dispositions générales Article 264 : Les dispositions du présent chapitre

Plus en détail

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux»

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» Nantes, 19 juin 2014 1 Elaborer le budget de sa commune : Les fondamentaux

Plus en détail

Action spécifique de fonctionnement

Action spécifique de fonctionnement Associations loi du 1 er juillet 1901 relative au contrat d association 1 regionpaca.fr Dossier de demande de subvention Action spécifique de fonctionnement Vous trouverez dans ce document toutes les informations

Plus en détail

STATUTS Approuvés en Assemblée Générale Extraordinaire du 18 décembre 2013

STATUTS Approuvés en Assemblée Générale Extraordinaire du 18 décembre 2013 STATUTS Approuvés en Assemblée Générale Extraordinaire du 18 décembre 2013 Art. 1 : Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts, une Association d Éducation Populaire dénommée :

Plus en détail

L audit des établissements publics locaux d enseignement

L audit des établissements publics locaux d enseignement L audit des établissements publics locaux d enseignement L audit des EPLE 1 ère partie : le déroulement d une mission d audit 2 ème partie : les principaux constats MNA - 06/03/2015 2 L audit des EPLE

Plus en détail

COMMISSION LOCALE DE L EAU (CLE)

COMMISSION LOCALE DE L EAU (CLE) COMMISSION LOCALE DE L EAU (CLE) DU SAGE DE LA DOLLER - * REGLES DE FONCTIONNEMENT * - ADOPTE PAR LA CLE LE JOUR MOIS ANNEE MODIFIEE LE Remarque préliminaire : le décret d application de la Loi sur l Eau

Plus en détail

v Les ressources affectées :

v Les ressources affectées : v Les ressources affectées : Parmi les principes fondamentaux du droit budgétaire figure le principe d universalité du budget qui comporte comme importante conséquence l interdiction d affecter certaines

Plus en détail

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ;

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ; Loi n 96-022/ Régissant la mutualité en République du Mali. L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ; Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur

Plus en détail