640 IlEMO\TRANCES DU PARLEMENT DE PAIlIS.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "640 IlEMO\TRANCES DU PARLEMENT DE PAIlIS."

Transcription

1 640 IlEMO\TRANCES DU PARLEMENT DE PAIlIS. dame aujourd'hui avec une confiance personnelle dans les sentimenls que nos pères se sont voués depuis si longtemps. " Le 30 décembre, le Parlement homologua tes deux ordonnances de police rendues, le t" de cc mois, par les Prévbt des marchands ct Éc1Jc"ins de Paris. (Archivea naliollllles. X 8983.) CXLIX 18 dérembre!j85. REPRÉSENTATIONS sun UN NOUVEL ÊDIT D'EMPRUNT. Le 13 Ilécembrc, les gens du Roi apportèrent au Parlement un édit porlômt création de b millions de rentes bérédilaircs remboursables CD dix ans. La Cour, chambres assemblées, décida de faire des représenlations, et des commissaires furent chargé!i- d'cn préparer le5 articles, qui furent nrr~tés pat' le llarlement, le 16 décembre. Le t8 décembre, le Premier Président, accompagné de deux présidents. se rendit à Vers.,illcs ct adressa au Roi les represcnlations suivantes: Suu:, VoLl'e parlement, pendant tout le cours de la dernièrc gucrre, par.un dévouement ~ans hornes à vos volontés, a enregistré Lous les emprunts qui sc sont succédés avec rapidité 1 quelque efi'l'll)'ante qu'cn fût la masse. Ala suite de ces emprunts, il s'est porté, quoique avec rcfjl'et, à enregistrel' des impositions qu'il annonça dès lors être par leul' poids ct leul' multiplicité all-de~sus des forces des contribuables, annonce qui a été vérifiée deijuis, dans quelques provinces, par l'impossibilité des rccou vrements. An moment même de la paix, les deltes al'l'iérécs du département de la Marine ont servi de motifs à deux emprunl'i, l'un de 100, l'autre de 19.5 millions. Votre parlement a enregistré ces deux nouveaux emprunts, d'après les assurances que' V. M, a hien voulu lui donner du l'établissement de J'ordre dans toutes Ics parties de l'..dmillisll'ation el de J'économie la plus exacle dans les finances.

2 18 DÉCE~lUnE ô/li Cependant avant qu'on se soit OCCUIJé de réaliser les espérances que les réponses de V. M. avaient fait concevoir à son parlement, à la suite de plusieurs dépenses dont la profusion et l'inutilité formaient le contl'aste le pl.us frappant avec celte économie solennellement promise, V. M. adresse à son pal'leinent lin emprunt de 80 millions, sur le motif, tant de l'ois répété, des deues arriérées, et ajoute, dans le cours de deux allnées, à la masse déjà excessive des deues de l'état, un accroissement de 305 millions, sans y comprendre les sommes considérables qui ont été versées IlU Trésor l'o)'al par des emprunts particuliers, des cl'éations d'offices et d'autres ressources extraordinaires. Il est du devoir de votre ljarlement de représenter à V. M.le danger ct les conséquences de ces emprunts ffiultiljliés, et combien il importe à la gloire de V. :M. et au bonbeur de ses peuples de l'établir un ordre constant et invadahle dans les finances. Toutes les fois flue V, Ai. ouvre un emprunt, en augmentant les charges de l'état, il affaiblit les moyens de les supporter. et en préparant un nouvel impôt, il ôte le moyen de le payer. Tel est Je résultat nécessaire de tous les emprunts : Que lorsqu'ils se remplissent, ils ruinent le peuple; que lorsqu'ils ne se l'emplissent pas, ils ruinent le crédit du Souverain, jettent l'alarme parmi les sujets et leur font entrevoit' comme prochains, et peut-être inévitables, les événements les plus tristes et }lour les finances de l'état et poul' les f?rtunes particulières. Indépendamment de ccs motifs géné,'aux qui, en temps dc paix, IlC doivcnt fail'c admeltre qu'avec la plus g,'ande réserve Ics cmpnlllts, de quelque genre qu'ils soient, l'emprunt adressé il votrc parlement a des dangers et des inconvénients qui lui sont pl'oprcs. Si on le considère comme un emprunt en rentes héréditaires, et dont le capital doit étre remboursé en dix ans, à des époques déterminées, l'intérêt en est ù 6 1/2 p. 0/0, conséquemment exorbitant ct propre à fixel' l'argent au taux déjà trop fort où il est malheureusement en France. Si J'~n considère cet emprunt sous son véritable point de vue, ce Ill. 81, L

3 662 REMONTRANCES DU PARLE~IENT DE PARIS. n'est point un emprunt en' rentes héréditaires, ce n'est point un emprunt dont l'état sera libéré au bout de dix ans, c'est UII emprunt viager, dont la charge subsistera tant que les rentes viagères auront cours. En effet, l'édit accorde aux prêteurs la fl.lculté de prend,'e, au lieu du remboursement de Ip.ur capital, des bol'dereaux de rentes viagères. Il est évident <lue cet emprunt, dont la forme "PIlal'ente annonce unempl'unten rentes héréditaires, est yéritablement un emprunt viager. Cet emprunt n'a été ainsi déguisé que pour sauver, s'il était possible, la contradiction qu'il présente avec le préambule de l'édit de décembre dans lequel V. M. ne s'est pas dissimulé qu'une répétition trop fréqueute d'emprunts viagers serait susceplible de grands inconvénients, ct a annoncé la détermination la plus formelle de ne plus user, de longtemps, d'une ressource qui semble réservée pour les besoins urgents de la guerre, et qui ne doit être employée qu'avec des intervalles suffisants pour faciliter la libération de l'état pal' l'eitet des extillctions successives. Il est de la sagesse et de la justice de V. M. de réserver les emprunts poul' les circonstances urgentes qui en justifient la nécessité. Il est un moyen plus sûr de suffire li toutes les chal'ges; cc mo)'ell, dicté pal' la sagessc à tous les bons rois, est l'économie. Il est temps enfin que V..M. daigne fairc observer cette économie dont son amour pour ses peuples donne tous les jours l'exemple, ct dont V. 1\'1. a bien voulu donner à son parlemcnt des assurances l'éitél'6cs. Il est temps de régler les dépcnses nécessaires, sllpih'imer celles qui sont inutiles, l'etl'anchel'les dons immodérés, n'accorder de grâces que celles qui sont ducs il des services importanls et ]'ejetcl' toutes ces prétentions que l'importunité, il la faveur d'unc oriljine ancienne, présente comme des droits et que le cl'édit fail admettre, sans que l'on s'occupe d'en l'echerchcr les vices. 11 est temps enfin de l'établir dans la distl'ibution des finances un ordre ccl,tain et invariable.

4 18 DÉCE~IBI\E L'élJO([UC de la confusion et du dél'angcmcnt qui règnent dans les Gnanccs n'cst pas ancienne; ce dérancement n'existe que depuis que chaque ordonnateur, après avoir fait arr~ter pal' V. M. l'état des dépenses de son département, en rcçoit le montant, suns Cil justifier l'emploi. Dans un temps qui n'est pas reculé, chaque ordonnateur était obligé de donnel' au commencement de chaque anuée l'étal des besoins de son dép,u'tement.. Ces besoins étaient discutés et fixés sous les yeux de V. M. Quelque réels que fussent ces besoins, ils étaient toujours suhordonnés à l'acquittement des charges annuelles de l'état. Il Ile l'estait à distribuer enh'c les ol'donoatcurs que ce qui restait sur la masse des revenus ordinaires, loutes chal'ges annuelles dl.- duites. La <1istl'ibution de ce l'estant étnit faite non au gré des ol'donnateul's, mais seulement en proporlion de la nécessiléou de la plus gl';).nde utilité des dépenses qu'ils PI'oposaient.. A la fin de l'nllnée, chaque ordonnateur était obligé de justifier de l'emploi de toutes les sommes qu'il avait reçues ct de leul' application aux objets auxquels elles avaient élé destinées, Le reloul' à cet usage ancien rétablira bientôt l'équilibre C1ltl'e les dépenses ct les revenus annuels.. V, M. ne se trouvel'a pas toujours obligée d'avoir recours à de nouveaux empl'll11ts et Elle pouna bientôt. en suivant les mouvements de son cœur, procurer à ses sujels des soulagements dus à leul' fidélité et à leul' zèle pour le bien du service de leur Hai, Le Roi répondit: de sais {p'é <1 mon parlement de S<l sollicitude poul' le bonheur de mes peuples; j'en suis occupé encore plus que lui, ainsi que du soin d'établir 1'0l'dl'e et l'économie dans mes fin<lilces; l'acquiuemen~ des deltes <ll'l'iél'ées en est la pt'ernière base el la consel'vution du crédit le principal moyen, Mon padement doit sentir que le témoignage d'une ".,

5 GlI4 REMONTRANCES DU PARLEMENT DE PARIS. inquiétude déplacée)' serait nuisilie. Je fe,'ai pal' rapport aux dépenses dcs dijtérents départements ce que le bon ordre 1)eut demander et mon parlement ne peul, sur cehl, que s'en l'appol'tcr à la sagesse de mes vues; il doit être assuré que sî la suite des cil'constances qui ne lui sont pas inconnues exige encore un nouvel emprunt, je ne m'y suis déterminé qu'à regret el après m'm,'e convaincu qu'il est inévitable. Les emprunts excessifs sont ruineux, mais les emprunts nécessai~es ct dont le bon emploi tend li la libération de rétat sont utiles et même économiques; les éclaircissements de détail que j'ai permis de communiquer à mon parlement ne doivent lui laisser aucun doute à l'égard de celui-ci; il n'a donc plus rien à mc représenter à ce sujet et j'auends de son zèle, en même temps que j'exige de son obéissance, qu'il cnregistre mon édit sans aucun nouveau délai. «Vous reviendrez m'en rendre compte demain au soil'.1"1 Le 19 déccmbre, le Parlcmcnt, après avoir enlendu lecture de celle réponse du "Roi, an-èla de faire d'ilératil"cs représentations donl les commissaires fixeraienlles objets. Le Premicr Président fut en outre chargé de sc rendre prl.'5 du noi le môme jour ct de Luj préscntel'ics supplications de la COUI' a'"cc l'exposé des motifs de sa conduite. Le PremiCI' Président s'acquitla de celte mission cn ces termes: SlIIE, Votre }Jal'lement, uniquement guidé pal' la pureté de ses intentions et p'li: son zèle pour le bien public, a Cl'U qu'il étnit de son devoir et de la fidélité qui ne cessentjamais de l'animer, d'al'l'étel' de très humbles etll'ès rcspectucuses itératives l'eljl'ésontatîons à l'efiet de vous supplic,' de peser de nouvenu, dans vol.l'e sllgcsse, les difi'é,'ents mo)'ens qui pounaiellt dispenscr V. M. d'ouvrîl' un nouvcl ellll)l'unt. Voli'e justice et voll'e bonté lui font espércl' que vous voudrez bien écouter favorablement ce que rintél'~t public, votl'o gloire et le bonllcur de vos IJCuples dictcnt à votre pui'lement. Le Hoi lui l'épondit : If Après ce que j'avais dit à vous, Monsicul'le PI'enliel' Président, il y a

6 18 plcembre GlaS huit jours, après la réponse que j'ai faite hier à mon parlement. ct les éclaircissements que j'avais bien voulu qu'on lui communiquât, je suis ll'ès étonné de ce nouveau délai et j'en suis très mécontent; cependnnt je veux bien encore écouter vos représentations; appol tez-ies-moi dc Ill;)În à 5 heures du soir. 'Il Le Ptlrlcrncnt, après nvoir reçu communication des ordres du Roi dans la première séance du!lo décembre, arrêta que, pour y obtempérer, les conmlis!'liires s'assembleraient ~ur-ic chmnp da us la chambre Saint-Louis, afin de tcl'mincl' IcUl' tramil, qu'il Cil serail rendu compte dans les chllmbrcs poul' le porlel' ensuite à l'assemblée qui sei'ail LCUlle à la levée de la seconde audience de la Grand' Chambre. Ainsi fui fuit Le projel des itcl'alil'es préparé pal' les commissaires fut lu et discuté et le lexte en fut arrêté. Le SOil' même, le Pl'emiel' P"ésidcnl Blin les présenter au noi à Versailles; elles étaient conçues en ces tcrmes: SillE, Votre parfementse trouve continuellement placé entre deux écueils. Obligé IJar étal de défendre les intérêts de vos peuples essentiellement liés à ceux de V. M., combattu par le désir de déférel' aux vololltés d'un souverain auquel il consacre ses veilles et ses tranux, votre parlement devait obéir au devoir rigoureux de faire à V. M. des représentations dont les motifs soient détaillés et qui exposent des \'érités importantes que votre parlement seul peut faire connaître. Votre pui'lemcnt, Sil'e, devait espérer que V. :M. lui laisserait le temps nécessaire à la discussion des motifs que l'on a présentés à V. M. pour lui faire adopter l'édit et des faits 'dont la plupart sont SQSCCPtibles de contradiction. Votre pal-jement n'a pu voir qu'avec la plus vive douleur qu'il ait el! le malheul' de mécontenter V. M., lorsque, plein de confiance dans votre sagesse, sans autre' motif que celni du bien public, sans autre dessein que celui de concourir aux vues hienfaisantes de V. M., il a Cl'U qu'il était de son de\'oil' de.recourir encore à V. M. et de La supplier de cousidél'cr qu'il ne faut pas toujours juger de la nécessité d'ud emprunt par la nécessité d'acquitter des delles. Lorsque des dettes, même,légitimes. emportent intérêt, l'empl'unt

7 6a6 REMONTRANCES DU PARLEMENT DE PARiS. destiné à les éteindre n'est nécessaire ct économique que lorsque l'intérêt de l'emprunt est au-dessous de celui des dettes. Lorsque l'intérêt de l'emprunt excède celui des dettes, l'emprunt devient nécessairement ruineux. A l'égard des dettes exigibles qu'il est de la justice de V. M. d'acquitter après qu'elles ont été liquidées, leur extinction peut s'opérer successivement sur le produit des revenus ordinaires par les ressources d'une sage économie. De la multiplicité des emprunts naît, entre autres inconvénients, celui d'être obligé de prendre des formes extraordinaires pour en ouvrir et en accréditer de nouveaux. On verrait encore aujourd'hui le public 11I'iller, comme pal'ie passé, à 5 p. t 00 en l'entes perpétuelles ou en rentes dont les remboursements sont détel'minés à des époqur.s fixes, si le cl'édit ne souo'rait pas de la rapidité avec laquelle les emprunts se sont succédé. Tout emprunt, sous quelque forme qu'il soit présenté, nuil'a toujours au désir dont est animée V..M. de procurer à ses peuples les soulagements dus à leufs eflorls pendant la guerl'e. Il est d'une politique sabe et prévo)'unte d'employel' le temps de la paix à l'éparer les maux que la guel'l'e doit entraîner et de se ménager' des l'essources qui rendent un grand royaume florissant au dedans ct redoutable au dehors. Cc ne sera jamais par des emprunts trop répétés, mais pal' une économie constamment suivie, et une administl'ation sage, que 1'011 maintiendra ou qu'on relèvel'<t le cl'édit. Le cl'édit ne se soutient que par la confiancc., POUl' que cette confiance ait lieu, il faut que le pr~teul' ne \'Ole jamais diminuer le gage de sa créance, soit pal' de nouvelles dettes qu'il a peinc à cl'oil'e nécessail'es, soit pal' des dépenses dont il ne peut se dissimuler l'inutilité.. Le Boi leur répondit : li" Vos nouvelles représentations ne me fonl pas changer de volonté;

8 18 DÉCEMBRE &7 il n'y a personne (lui s'occupe plus que moi de cc qui tend au bonheur de mes peuilles; moil pai'lement sc rcndl'ail responsable du tort qui poul'i'ail cn résulter pour mes affaires, s'il portail un plus long délai à l'enregistrement de mon édit; ainsi je compte que demain il scl'a enregisli'é. 11 Le ~ 1 décembre, le Parlement rendit un arrèt ainsi conçu: If La Cour ordollne que ledit édit. ensemble l'étal y.mnexé, seronl enrcrristrios nu rrreitc de la Cour du (l'ès exprès commandement du Roi. porlé par 5.1 réponse du 18 du présent mois, aux très humbles et très respectueuses l'cpréscnlations du 1fi du même mois cl réiléré pnr sn réponl'c du jour d'hier aui IN..'S humbles ct très respectueuses iléralives représentntions de son padement, pour être exécuté scion sa fol1l1c cl ICllcUI'; dans la confiancc que ledit Seigneur Hoi rendra justice aux sentiments dont SOli parlement n'a cessé d'être animé dans Ioules ses délibératioit~ sur le présent édit clà la légitimité des motifs qui ont déterminé ses tn.\s humbles et tres respectueuses itérati,'cs représentations; (lue SOli parlemenl espère qui'! ledit Seigneur Roi, suivanl les mouvemenls de son cœur el de son amour pnternel pour ses sujets, reconnallrn le danger et les conséquences des emprunts trop multipliés cl se persuadera que le seul crédit véritablcment désirable pour la prospérité: de ses financcs tient nécessairement à l'économie la plus e.'mcte dans les dépenses néccssnil'(~s, au retranchement de celles qui n'onl pas pour objet le bien du service tludit Seigneu,' Roi ou j'ulilité publique, et enfin à l'ordl"c constant et immuable (lu'll daignern régler cl faire observer dans toutes les parties de l'administration.ll Le PariemenL arrela en oulre que le PI"Cmier Président.. serait chargé de se retirer, en toul temps ct en toutes occasions, par de\'ers ledil Seigneur Roi à l'effet dc rappelel' audil Seigncur Roi les vérités contenues au précédent anèlé cl l'importance dont il est qu'ii "cuille bien réalisel' par unc économie publiquc cl soutcilue les assurances qu'li a bien voulu donnel' plusieurs fois Il son parlement de sa volonté à cet égard n. Le!aS décembl"c, Jes gens du Roi appol,tèrent au Padement une lettre de e<lchel ordolltlnnlll la Compagnie de se rendre tout. enlière, en COl'pS de cour, à Versailles, le JOIlI' m~me à six heures du soir, ilvcc les minutes de J'arrêt d'enregistrement de l'édil d'emprunt ct de l'arrêté de la mission donnée au Premie!' Président Le Hui OUl'l'it cette audience solennelle en ["isnntlil'e ces minules; ensuite il prononça les paroles suivantes: fi' Mon pal'iement qui connaît les règles et qui doit donner l'exemple poul' les faire ohsel'\'er, n'am'ait pas dû insérel' dans un aj'rêt d'enregis-

9 GA8 nemontrances DU PARLEMENT DE PARIS. trement destiné à être puhlié et affiché, des choses. qui doivent rester dans le secret des relations intimes que je lui permets d'avoir avec moi; je vais retrancher de cet arrêt ce qui est étranger à son objet. cr Je trouve bon que mon parlement, par de respectueuses représentations, m'avertisse de ce qui intéresse le bien de mon service et le bonheur de mes sujets, mais je ne prétends pas souffrir qu'il abuse de ma bonté ct de ma confiance jusqu'à se rendre en tout temps et en tout lieu le censeur de mon 3dministl atioll; je vais anéantir UII al'l'êt~ peu rélléchi et indécemment rédigé. 'II Emmilc le Uoi demanda au greffier en chef les minutes de cel ol'rôt et de ccl arrêté; ct de 50 propre main il l'ara toulle passage de l'arrêt commençant aux mols: llpollr être exécutén, elc., ct s'étendant jusqu'à la fin de noire cit.1iion; l'arrèlé fut biœ~ tout enuer. Quand ces radiations curent été faites, le Roi dit: l'c C'est ainsi que l'arrêt doit subsister et \'oilà comme je veux qu'il soit imprimé ct affiché. n Il ajouta: crje comple qu'à l'avenir, mon parlement aura soin de régler les effets de son zèle d'après les principes de sagesse, de respect et de soumission qui sont dans le cœur de ses membres et dont rien Ile peut l'excuser de s'écarter; au surplus, je veux qu'on sache que je suis con lent de moil conll'ôlelll' génél'3.1, que je ne soulfl'il'ai pas qu'on trouble pal' des inquiétudes mal fondées l'exécution des plans qui ten dent au bien de mon état et au soulagement de mes peuples, 11 Enrin, il ùit: r: Je "cux qu'il soit fait registre de ma réponse. 'II Alors le m'iron de Breteuil s'approcha du rrreffier en chef et lui fil écrire, sous sa diclée, la l'éponse llu Roi au bas de la minul.c du procès-,"crhal dc l'nsscmblée des Chambres du!l: 1 décembre. Cela fail, le Hoi ùonna l'ordre au (l"''cfficr de lirc cc llu'it \'enait d'écrire et au Premier l)résideul d'apposer sa signnlur'c à la suite dc cetle dictée. }:nsuite Louis XVI dil à l'avoeat général: Il M. Seguicr, vous avez

10 19 MAilS Lien entendu fille l'al"l'èl doit èlrc imprimé lei qu'il est ta préscn!." Cclui~ci répliqua : ~ NOLIs nous conformerolls aui ordres dc V. M.1I (,., besogne ainsi aellc\'éc cl tcl'minée, la com p.1(l'nic sc rclîl1l l:en rc[l'nrdanl toujours la personne du HoÎ D. (,\rcllhcs nalionale.~. X I 8983.). CL ne)io~tn.\~ces sun LA IIEFONTE iles MONNAIES D on. Le 3 fénin' un de MessieUl'S appela "aucntioll du Parlcmcnt sur la refonte dcs monnaies d'or par le discours sllimnl : Ir Mosslr.un. l: Le public t'st al:mué dcs suites d'une opération de finances (lui parait,n'oir lfll~ clh'cgisld c Cil la Chambre des lllonu;'\ics. le 'J7 du mois dc jaryicl' dcrnicl'; les expressions dc SOli enregistrement nolis annoncent jusqu'à quel point clic s'y est locfllséc cl 1I0US dcrons,n'oir assez de confi;locc dans le...èlc cl Je.'t lumières des Jllal:istrats (lui la composcnt, pour croirc Cille ICIII' l'ésistallcc n été principalemcnt fondée SUI' l'opinion délllolllt~~c de Icur incompétencc doits lino matièrc d'ii oc all~si wande importance,.. III'ésultc, en r.itet, des lelll'cs Il'1tentes donl est tlucslion Illl,-(jt'itahle emprunt, cjlloiquc déguisé, dont l'cxécution pcut allél'cl' le crédit puhlic, Cil diminuant la forlulle des pill'iicnliel's, r:l'ohlil~liliol1 de rccc\'oil' ilux hôtels des monnaies des rcconnuissanccs parnbles il un mois tir. dnle, cn échilnffc des nnciclhlcs espèces, l'oblirration d'appol'lel' les allcienlles reconnaissances délivl'écs pal' les direcleurs des mollllaies, 1'0111' l'ccc,'oir, ail lieu c1'espèces nouvellcs, des l'cconn:lissanccs nomelles, dont le P:lYcment eh l'etat'dt; d'un mois, les formalités qui, seules, pouvent, aux termes des lettres plltcntcs, IISSUI'CI' leur aulhenlicitl;. :'Iinsi que celtes du ùépôt fail aux hôtels des mollnaies, étôlient failes POIU' justifier les i'hjuiétndes du public. r: Les enrrahemellls qui l'ésullent poul' les finances du Hoi de l'illlél'èl d'un tiers polir cent p;!!' mois, llccol'{1é il ces reconnaissances, suffiscnl aujoul'd'hui poul' Ji:(cr ('atlclllion tlu Parlement et prou\ cnt Cil mèllle lemjls 'lue crs lcllres patellics ne pouvaient devcnir loi de l'élal sans y èlrc tll' libél'écs,.. La ~tllc:llat.ion des aociennes espèces (lui l'ésllite de la précipitalion avec laquelle... "".""", Ill. ~:1

CODE CIVIL FRANÇAIS (ANTERIEUR A 1960)

CODE CIVIL FRANÇAIS (ANTERIEUR A 1960) CODE CIVIL FRANÇAIS (ANTERIEUR A 1960) ARTICLES 1874 À 1914 DU PRÊT Téléchargé sur Le premier portail consacré au droit des affaires à Madagascar TITRE DIXIEME Du prêt Art. 1874 - Il y a deux sortes de

Plus en détail

L'INTÉRÊT COMPOSÉ. 2.1 Généralités. 2.2 Taux

L'INTÉRÊT COMPOSÉ. 2.1 Généralités. 2.2 Taux L'INTÉRÊT COMPOSÉ 2.1 Généralités Un capital est placé à intérêts composés lorsque les produits pendant la période sont ajoutés au capital pour constituer un nouveau capital qui, à son tour, portera intérêt.

Plus en détail

Numéro du rôle : 286. Arrêt n 41/91. du 19 décembre 1991 A R R E T

Numéro du rôle : 286. Arrêt n 41/91. du 19 décembre 1991 A R R E T Numéro du rôle : 286 Arrêt n 41/91 du 19 décembre 1991 A R R E T En cause : la question préjudicielle posée par le bureau d'assistance judiciaire du tribunal de première instance de Mons par décision du

Plus en détail

Avons ordonné et ordonnons:

Avons ordonné et ordonnons: Recouvrement CE créances,cotisations,taxes et autres mesures Loi du 20 décembre 2002 concernant l'assistance mutuelle en matière de recouvrement dans la Communauté européenne des créances relatives à certains

Plus en détail

625, rue St-Amable Québec (Québec) G1R 2G5. AVENANT - COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ DU MANITOBA (CRI-Manitoba)

625, rue St-Amable Québec (Québec) G1R 2G5. AVENANT - COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ DU MANITOBA (CRI-Manitoba) 625, rue St-Amable Québec (Québec) G1R 2G5 AVENANT - COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ DU MANITOBA (CRI-Manitoba) Nature de l avenant Le présent avenant ne s applique qu au preneur pour lequel des prestations

Plus en détail

ASSOCIATION LOI DU 1er JUILLET 1901 COMITE DE COOPERATION AVEC LE LAOS ( C.C.L. )

ASSOCIATION LOI DU 1er JUILLET 1901 COMITE DE COOPERATION AVEC LE LAOS ( C.C.L. ) ASSOCIATION LOI DU 1er JUILLET 1901 COMITE DE COOPERATION AVEC LE LAOS ( C.C.L. ) ARTICLE 1 : FORMATION Il est créé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er Juillet

Plus en détail

La dissolution et la liquidation en un seul acte

La dissolution et la liquidation en un seul acte La dissolution et la liquidation en un seul acte La loi du 25 avril 2014 portant des dispositions diverses en matière de Justice a apporté de nouvelles modifications à l'article 184, 5 du Code des sociétés

Plus en détail

MANIOC. org. Bibliothèque Schoelcher Conseil général de la Martinique

MANIOC. org. Bibliothèque Schoelcher Conseil général de la Martinique MANIOC. org Bibliothèque Schoelcher Conseil général de la Martinique MANIOC. org Bibliothèque Schoelcher Conseil général de la Martinique MАNIOС. org Bibliothèque Schoelcher Conseil général de la Martinique

Plus en détail

VALEURS MOBILIÈRES DESJARDINS INC. CRI MANITOBA

VALEURS MOBILIÈRES DESJARDINS INC. CRI MANITOBA Avenant de compte de retraite immobilisé (CRI) annexé au contrat de REER autogéré Valeurs mobilières Desjardins inc. (RER 168-066) LE PRÉSENT DOCUMENT EST UN AVENANT AU CONTRAT DE REER CONCLU ENTRE : ET

Plus en détail

PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle des établissements de crédit.

PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle des établissements de crédit. PROJET DE LOI adopté le 2 juillet 1993 N 113 SENAT DEUXIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1992-1993 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle

Plus en détail

Partage prix solde vente maison indivision

Partage prix solde vente maison indivision Partage prix solde vente maison indivision Question sur partage vente d'une maison acquise en indivision avec mon ex. Début PACS en 2003, fin en août 2008. Nous avons acheté une maison en 2006 à 137000?

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0904782-0904783. Mme Dejana R M. Dzibrail R RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0904782-0904783. Mme Dejana R M. Dzibrail R RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0904782-0904783 Mme Dejana R M. Dzibrail R Mme Frackowiak Rapporteur public M. Lavail Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Audience du 8 mars

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Honorables invités, Mesdames et Messieurs,

Honorables invités, Mesdames et Messieurs, Discours du Gouverneur de la Banque Centrale des Comores à l occasion de la cérémonie officielle de lancement de la nouvelle pièce de 250 FC Palais du Peuple, le 02 janvier 2014 - Excellence Monsieur le

Plus en détail

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I.

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. 16 novembre 1962 CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. Introduction 1. Le groupe spécial a examiné, conformément aux

Plus en détail

RÈGLES DE PRATIQUE RELATIVES AUX AFFAIRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET AUX ASSEMBLÉES GÉNÉRALES

RÈGLES DE PRATIQUE RELATIVES AUX AFFAIRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET AUX ASSEMBLÉES GÉNÉRALES RÈGLES DE PRATIQUE RELATIVES AUX AFFAIRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET AUX ASSEMBLÉES GÉNÉRALES (Adoptées le 7 février 2013, par la résolution no B-13-11453) SECTION I LE CONSEIL D'ADMINISTRATION 1.

Plus en détail

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital.

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital. 27 juin 2015 Le partage est un élément vital. Notre démarche Notre chemin Dans un premier temps, nous sommes partis de mots qui expriment ce qui est essentiel pour nous, indispensable pour bien vivre.

Plus en détail

S T A T U T S (Association loi 1901)

S T A T U T S (Association loi 1901) CERCLE DAMIEN KONDOLO (La Fraternelle de la République Démocratique du Congo en Europe) S T A T U T S (Association loi 1901) Nous, membres de diverses institutions philanthropiques, réunis en Assemblée

Plus en détail

Reprendre une activité commerciale après une faillite

Reprendre une activité commerciale après une faillite Reprendre une activité commerciale après une faillite Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été

Plus en détail

La fiscalité des revenus de l épargne

La fiscalité des revenus de l épargne CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 12 septembre 2002 «Retraite par répartition et compléments de retraite» Document n 9 La fiscalité des revenus de l épargne Conclusion du rapport

Plus en détail

STATUTS VERSION 2014. Elle est constituée en date du 29 septembre 2009. La liste des membres fondateurs est annexée aux présents statuts.

STATUTS VERSION 2014. Elle est constituée en date du 29 septembre 2009. La liste des membres fondateurs est annexée aux présents statuts. STATUTS VERSION 2014 I. DISPOSITIONS GENERALES Article 1 L Association des Commerçants de Collonge-Bellerive et Vésenaz (ci-après l'association) est une association de droit suisse au sens des articles

Plus en détail

CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE ROYAUME DU MAROC RELATIVE AU STATUT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE ET A LA COOPERATION JUDICIAIRE

CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE ROYAUME DU MAROC RELATIVE AU STATUT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE ET A LA COOPERATION JUDICIAIRE CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE ROYAUME DU MAROC RELATIVE AU STATUT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE ET A LA COOPERATION JUDICIAIRE Décret n 83-435 DU 27 mai 1983 (publié au J.O du1er juin

Plus en détail

Le maintien du niveau de vie après le divorce : la prestation compensatoire. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le maintien du niveau de vie après le divorce : la prestation compensatoire. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 27 juin 2007 à 9 h 30 «Niveau de vie, veuvage et divorce» Document N 02 Document de travail, n engage pas le Conseil Le maintien du niveau de vie

Plus en détail

REVENDICATIONS PARTICULIÈRES : NÉGOCIER L ACQUITTEMENT DE LA DETTE NATIONALE DU CANADA

REVENDICATIONS PARTICULIÈRES : NÉGOCIER L ACQUITTEMENT DE LA DETTE NATIONALE DU CANADA REVENDICATIONS PARTICULIÈRES : NÉGOCIER L ACQUITTEMENT DE LA DETTE NATIONALE DU CANADA Chef Maureen Chapman Comité des Chefs sur les revendications Mémoire prébudgétaire au Comité permanent des finances

Plus en détail

http://www.legifrance.gouv.fr/affichjurijudi.do?idtexte=juritext000023803694...

http://www.legifrance.gouv.fr/affichjurijudi.do?idtexte=juritext000023803694... Page 1 sur 5 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du jeudi 31 mars 2011 N de pourvoi: 09-69963 Publié au bulletin M. Charruault, président Mme Richard, conseiller rapporteur Mme Falletti,

Plus en détail

3/28/2015 Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 4 mars 2015, 13 28.141 13 28.142 13 28.143 13 28.144, Inédit Legifrance

3/28/2015 Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 4 mars 2015, 13 28.141 13 28.142 13 28.143 13 28.144, Inédit Legifrance Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 4 mars 2015 N de pourvoi: 13 28141 13 28142 13 28143 13 28144 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Vallée (conseiller

Plus en détail

Code de conduite pour les responsables de l'application des lois

Code de conduite pour les responsables de l'application des lois Code de conduite pour les responsables de l'application des lois Adopté par l'assemblée générale des Nations Unies le 17 décembre 1979 (résolution 34/169) Article premier Article 2 Les responsables de

Plus en détail

Instruction générale canadienne c-29 Organismes de placement collectif en créances hypothécaires CHAMP D APPLICATION

Instruction générale canadienne c-29 Organismes de placement collectif en créances hypothécaires CHAMP D APPLICATION Instruction générale canadienne c-29 Organismes de placement collectif en créances hypothécaires PARTIE I PARTIE II PARTIE III PARTIE IV CHAMP D APPLICATION DÉFINITIONS POLITIQUE DE PLACEMENT INFORMATION

Plus en détail

LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE

LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE 1 LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE Feuille officielle numéro 47, du 29 juin 2001 Délai référendaire: 20 août 2001 Loi promulguée par le Conseil d'etat le 22 août 2001 Entrée en vigueur

Plus en détail

Art. 4. La requête sera remise au greffe et inscrite dans un registre spécial; Je greffier en donnera récépissé sans frais et sans autre formalité.

Art. 4. La requête sera remise au greffe et inscrite dans un registre spécial; Je greffier en donnera récépissé sans frais et sans autre formalité. Loi du 14 avril 1886 concernant le concordat préventif de la faillite. - base juridique de: RGD du 18 juillet 2003 (Mém. A - 122 du 29 août 2003, p. 2572) RGD du 22 octobre 1979 (Mém. A - 82 du 31 octobre

Plus en détail

Ordonnance du Tribunal fédéral 281.41 concernant la saisie et la réalisation de parts de communautés

Ordonnance du Tribunal fédéral 281.41 concernant la saisie et la réalisation de parts de communautés Ordonnance du Tribunal fédéral 281.41 concernant la saisie et la réalisation de parts de communautés (OPC 1) ) du 17 janvier 1923 (Etat le 1 er janvier 1997) Le Tribunal fédéral suisse, en application

Plus en détail

STATUTS. DE L UNION SUISSE DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER (USPI Suisse)

STATUTS. DE L UNION SUISSE DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER (USPI Suisse) STATUTS DE L UNION SUISSE DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER (USPI Suisse) Chapitre premier: Nature et buts Article 1: Dénomination et siège Les associations cantonales de gérants, courtiers et experts

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES POUR L'ÉTABLISSEMENT D'UNE ENTENTE SUR LA COPROPRIÉTÉ D'UNE ASSURANCE-VIE

LIGNES DIRECTRICES POUR L'ÉTABLISSEMENT D'UNE ENTENTE SUR LA COPROPRIÉTÉ D'UNE ASSURANCE-VIE LIGNES DIRECTRICES POUR L'ÉTABLISSEMENT D'UNE ENTENTE SUR LA COPROPRIÉTÉ D'UNE ASSURANCE-VIE Les présentes lignes directrices sont fournies par la SUN LIFE DU CANADA, COMPAGNIE D'ASSURANCE-VIE, pour les

Plus en détail

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES C.E.P.R.E.M.A.P. Décembre 2004 CENTRE POUR LA RECHERCHE ECONOMIQUE ET SES APPLICATIONS C.E.P.R.E.M.A.P. Association déclarée régie par la Loi de 1901 Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S

Plus en détail

LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE

LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE 1 ER MAI 1802 (FLOREAL AN X) TITRE I DIVISION DE L'INSTRUCTION Art.1. L'instruction sera donnée : 1 Dans les Écoles primaires établies par les commu nes ; 2 Dans

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TEXAS POKER 91 V5

REGLEMENT INTERIEUR TEXAS POKER 91 V5 1 REGLEMENT INTERIEUR TEXAS POKER 91 V5 1. FONCTIONNEMENT DE L ASSOCIATION Le présent Règlement Intérieur complète et précise les statuts de l association Texas Poker 91. Les jours de jeu pour la saison

Plus en détail

Chante le matin. Chansonnier p. 33

Chante le matin. Chansonnier p. 33 de Yves Duteil Chante le matin Chante le matin qui vient te réveiller, Chante le soleil qui vient te réchauffer, Chante le ruisseau dans le creux du rocher, Le cri de l oiseau dans le ciel l été. La, la,

Plus en détail

L'argent-dette de Paul Grignon

L'argent-dette de Paul Grignon Formation des 1 et 3 avril 2014 au LAG Préalable : 3 fonctions de la monnaie une unité d'échange [ équivalence ] une unité de mesure un moyen de réserve [valeur qu'on peut stocker] introduction L'argent-dette

Plus en détail

I ) ENTRE : appelant aux termes d'un exploit de l'huissier de justice Georges NICKTS de Luxembourg en date du 30 octobre 2000,

I ) ENTRE : appelant aux termes d'un exploit de l'huissier de justice Georges NICKTS de Luxembourg en date du 30 octobre 2000, Exempt - appel en matière de travail Audience publique du jeudi seize mai deux mille deux. Numéros 25136 + 25142 du rôle. Composition: Marie-Jeanne HAVE, président de chambre ; Romain LUDOVICY, premier

Plus en détail

(Enregistré sous le n 20960 à la préfecture de Paris en date du 3 juillet 2012)

(Enregistré sous le n 20960 à la préfecture de Paris en date du 3 juillet 2012) Union Nationale pour l Avenir de la podologie Syndicat National des Pédicures-podologues (Enregistré sous le n 20960 à la préfecture de Paris en date du 3 juillet 2012) REGLEMENT INTERIEUR Le Conseil d'administration

Plus en détail

En avril 2006, un citoyen produit sa déclaration de revenus 2005. En septembre de la même année, il constate une erreur dans sa déclaration initiale et produit une déclaration amendée à laquelle il joint

Plus en détail

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG Q1 - Quelle est la différence entre une banque de détail et une banque de gros ou universelle? Une banque de détail reçoit des dépôts de ses clients et leur accorde des crédits. Elle se limite aux métiers

Plus en détail

Article 1. a) fausse monnaie;

Article 1. a) fausse monnaie; Arrêté royal n 22 du 24 OCTOBRE 1934 relatif à l'i nterdiction judiciaire faite à certains condamnés et aux faillis d'exercer certaines fonctions, professions ou activités Article 1. Sans préjudice des

Plus en détail

ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q., CHAPITRE R-10) JEAN-PAUL BÉRUBÉ

ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q., CHAPITRE R-10) JEAN-PAUL BÉRUBÉ ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q., CHAPITRE R-10) ENTRE : ET : JEAN-PAUL BÉRUBÉ COMMISSION ADMINISTRATIVE DES RÉGIMES

Plus en détail

LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE. Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09

LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE. Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09 LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09 Avec la participation de Maître Mary-Line LEGRAND-MAMPEY, Notaire Maître Thierry BESSON, Avocat Sommaire INTRODUCTION

Plus en détail

Les traitements de texte : open office writer

Les traitements de texte : open office writer Les traitements de texte : open office writer Qu'est ce qu'un traitement de texte? Peut être le paragraphe qui passionnera le moins, il apparaît néanmoins nécessaire de savoir ce qu'est (de manière grossière)

Plus en détail

ASSOCIATION "AERONAUTIQUE EN MILIEU SCOLAIRE EN AQUITAINE" STATUTS. Article 1 : FORME ET DENOMINATION.

ASSOCIATION AERONAUTIQUE EN MILIEU SCOLAIRE EN AQUITAINE STATUTS. Article 1 : FORME ET DENOMINATION. ASSOCIATION "AERONAUTIQUE EN MILIEU SCOLAIRE EN AQUITAINE" Titre I Formation et objet de l'association : STATUTS Article 1 : FORME ET DENOMINATION. 1.1 - Il est créé une association dénommée "Aéronautique

Plus en détail

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu les autres pièces du dossier ; CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux FM N 366290 ASSOCIATION NATIONALE DES CONSEILS FINANCIERS (ANACOFI) et autres M. Olivier Japiot Rapporteur Mme Marie-Astrid Nicolazo de Barmon Rapporteur public REPUBLIQUE

Plus en détail

Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part...

Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part... Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part... - Collection Littérature humoristique - Retrouvez cette oeuvre et beaucoup d'autres sur http://www.atramenta.net 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE SECOURS MUTUEL LES STATUTS ET LES RÈGLEMENTS ADMINISTRATIFS

SOCIÉTÉ DE SECOURS MUTUEL LES STATUTS ET LES RÈGLEMENTS ADMINISTRATIFS SOCIÉTÉ DE SECOURS MUTUEL LES STATUTS ET LES RÈGLEMENTS ADMINISTRATIFS Dépôt et enregistrement : 14 janvier 1982 LES STATUTS DE LA SOCIÉTÉ DE SECOURS MUTUEL ET LES RÈGLEMENTS ADMINISTRATIFS TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

ASSOCIATION GENEVOISE DES PROPRIETAIRES D'AUTOCARS

ASSOCIATION GENEVOISE DES PROPRIETAIRES D'AUTOCARS ASSOCIATION GENEVOISE DES PROPRIETAIRES D'AUTOCARS NOM ET SIEGE DE L ASSOCIATION Article 1 Sous la dénomination «Association Genevoise des Propriétaires d'autocars», il est formé entre les adhérents aux

Plus en détail

ACCORD DE PRÊT. Membre ou Conseil de (ci-après appelé «l'emprunteur»)

ACCORD DE PRÊT. Membre ou Conseil de (ci-après appelé «l'emprunteur») ACCORD DE PRÊT INTERVENU CE jour du mois de 20. N o de prêt du Prêteur : ENTRE : La Société canadienne d'hypothèques et de logement ou Un prêteur approuvé par la Société canadienne d'hypothèques et de

Plus en détail

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION Audience publique du 6 octobre 2010 MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président Pourvoi n V 09-68.962 Rejet Arrêt n 1881 F-D LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG N 1302997 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG N 1302997 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG ct N 1302997 Union Nationale des Etudiants de France Assemblée Générale des Etudiants de Strasbourg - UNEF M. Gros Rapporteur M. Rees Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

Plus en détail

6.12. Intérêts entre un dirigeant d entreprise et sa société

6.12. Intérêts entre un dirigeant d entreprise et sa société 6.12. Intérêts entre un dirigeant d entreprise et sa société Aspects fiscaux et de droit des sociétés Un dirigeant d'entreprise peut devoir des intérêts il, sa société en raison d'une dette encourue, ou

Plus en détail

AUDIT ET ANALYSE 23 Rue Delpont 31700 BLAGNAC PARFUMS DU SUD 115 rue Pasteur 31000 TOULOUSE

AUDIT ET ANALYSE 23 Rue Delpont 31700 BLAGNAC PARFUMS DU SUD 115 rue Pasteur 31000 TOULOUSE Blagnac le 5 juin 2014 AUDIT ET ANALYSE 23 Rue Delpont 31700 BLAGNAC PARFUMS DU SUD 115 rue Pasteur 31000 TOULOUSE Madame, Monsieur, Afin de préparer votre assemblée générale ordinaire prévue le 27 juin

Plus en détail

S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R

S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R ARTICLE PREMIER CONSTITUTION Conformément au chapitre premier du titre premier du Livre

Plus en détail

Justice, quels métiers?

Justice, quels métiers? Justice, quels métiers? Justice, quels métiers? Guide pratique genevois Les métiers du Palais de justice 2 Edition et réalisation Groupe Communication-information du Palais de justice Collaboration Office

Plus en détail

ISBN 979-10-91524-03-2

ISBN 979-10-91524-03-2 ISBN 979-10-91524-03-2 Quelques mots de l'auteur Gourmand le petit ours est une petite pièce de théâtre pour enfants. *** Gourmand le petit ours ne veut pas aller à l'école. Mais lorsque Poilmou veut le

Plus en détail

LE TRIBUNAL DE COMMERCE SEANT A NIVELLES A RENDU LE JUGEMENT SUIVANT :

LE TRIBUNAL DE COMMERCE SEANT A NIVELLES A RENDU LE JUGEMENT SUIVANT : A.10/00346 Rép. :1255 Date: 14.03.2011 œpie NON Sk3NEE ast 79'.2 C, Exemption citi droit d'ex An. 2$0 2 du. cc* déle droite crenspyorreern 1 LE TRIBUNAL DE COMMERCE SEANT A NIVELLES A RENDU LE JUGEMENT

Plus en détail

Art. I. Les articles 275 à 294 du code civil sont abrogés et remplacés par les dispositions suivantes: -

Art. I. Les articles 275 à 294 du code civil sont abrogés et remplacés par les dispositions suivantes: - Loi du 6 février 1975 relative au divorce par consentement mutuel et aux seconds mariages et portant modification de certaines dispositions en matière de divorce pour cause déterminée et de séparation

Plus en détail

Garanties diverses fournies par le crédit- preneur

Garanties diverses fournies par le crédit- preneur Garanties diverses fournies par le crédit- preneur 1.- Cautionnement solidaire par la société Est à l'instant intervenu aux présentes :, agissant ici au nom et en sa qualité de président de la société

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail

Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802)

Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802) Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802) La loi du 11 floréal an X spécifie que l'enseignement comporte trois degrés : primaire, secondaire, spécial et qu'il est dispensé dans quatre catégories d'établissements

Plus en détail

Loi organique relative à la Haute Cour

Loi organique relative à la Haute Cour Loi organique relative à la Haute Cour Dahir portant loi organique n 1-77-278 du 24 chaoual 1397 (8 octobre 1977) relative à la Haute Cour (1) Louange à Dieu Seul! (Grand Sceau de Sa Majesté Hassan II)

Plus en détail

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 Rattache pour ordre au procès-verbal de la séance du 8 juillet 1992. Enregistre a la Présidence du Senat le 28 septembre 1992. PROPOSITION DE LOI

Plus en détail

STATUTS. Statuts de l'asit Association suisse d'inspection technique. I. Nom, but, siège et durée de l'association.

STATUTS. Statuts de l'asit Association suisse d'inspection technique. I. Nom, but, siège et durée de l'association. STATUTS du 25 juin 2003 Fondée le 9 juillet 1869 Siège social: Wallisellen Statuts de l'asit Association suisse d'inspection technique I. Nom, but, siège et durée de l'association Art. 1 Siège social,

Plus en détail

ARTICLE 5 : SIEGE SOCIAL Le siège social est à Nantes. Il peut être transféré sur simple décision du conseil d administration.

ARTICLE 5 : SIEGE SOCIAL Le siège social est à Nantes. Il peut être transféré sur simple décision du conseil d administration. Association loi 1901 ARTICLE 1 : CONSTITUTION Création Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, et le décret du 16 août 1901 ayant pour

Plus en détail

ENFANCE ET FAMILLES D'ADOPTION DE L'HERAULT Association de foyers adoptifs STATUTS

ENFANCE ET FAMILLES D'ADOPTION DE L'HERAULT Association de foyers adoptifs STATUTS ENFANCE ET FAMILLES D'ADOPTION DE L'HERAULT Association de foyers adoptifs STATUTS ARTICLE 1 Il est formé entre ceux qui adhérent aux présents statuts, une association déclarée conformément à la loi du

Plus en détail

DÉCISION LA DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D'ACCÈS

DÉCISION LA DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D'ACCÈS Commission d accès à l information du Québec Dossier : 03 21 99 Date : 3 février 2005 Commissaire : M e Christiane Constant X Demandeur c. Croix Bleue, Assurance collective Entreprise DÉCISION L OBJET

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

Conseil supérieur du logement

Conseil supérieur du logement Conseil supérieur du logement Avis n 010 du 16 janvier 2008 du Conseil supérieur du logement sur le concept du crédit logement inversé. Préambule Le crédit logement inversé («reverse mortgage») est une

Plus en détail

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie I. Le financement de l'économie Financement = fait d'apporter des fonds à un individu, une entreprise, ou à soi-même. A) Les différents types de financement

Plus en détail

C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux!

C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux! Christian Husson: Salut Matthieu. Matthieu Tenenbaum: Comment vas-tu? C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux! M. T.: Mes meilleurs vœux! C. H.: Alors, moi, je vais te

Plus en détail

3. Paroles de député Ce troisième extrait revient sur la création de Finance Watch.

3. Paroles de député Ce troisième extrait revient sur la création de Finance Watch. Exercice d écoute : Finance watch Finance Watch, une association qui milite pour une finance au service de la société. Qu'est-ce que cela signifie dans un contexte de crise économique et financière? Exercices

Plus en détail

Votre guide des des polices d assurance-vie avec participation. de la Great-West

Votre guide des des polices d assurance-vie avec participation. de la Great-West Votre guide des des polices d assurance-vie avec participation de la Great-West Ce guide vous donne un aperçu de haut niveau des principales caractéristiques de l assurance-vie avec participation de la

Plus en détail

STATUT DU TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER. Article premier Dispositions générales SECTION 1. ORGANISATION DU TRIBUNAL. Article 2 Composition

STATUT DU TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER. Article premier Dispositions générales SECTION 1. ORGANISATION DU TRIBUNAL. Article 2 Composition STATUT DU TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER Article premier Dispositions générales 1. Le Tribunal international du droit de la mer est créé et fonctionne conformément aux dispositions de la Convention

Plus en détail

STATUTS DE L'AGENCE DEPARTEMENTALE DE L ORNE

STATUTS DE L'AGENCE DEPARTEMENTALE DE L ORNE STATUTS DE L'AGENCE DEPARTEMENTALE DE L ORNE CHAPITRE I - CREATION ET DISSOLUTION DE L'AGENCE - DISPOSITIONS GENERALES Article 1 : CREATION DE L AGENCE En application de l'article 32 de la loi n 82-213

Plus en détail

Les Guides des Avocats de France LA TRANSMISSION UNIVERSELLE DE PATRIMOINE : UN OUTIL DE TRANSMISSION DES ENTREPRISES

Les Guides des Avocats de France LA TRANSMISSION UNIVERSELLE DE PATRIMOINE : UN OUTIL DE TRANSMISSION DES ENTREPRISES Les Guides des Avocats de France LA TRANSMISSION UNIVERSELLE DE PATRIMOINE : UN OUTIL DE TRANSMISSION DES ENTREPRISES 2 Janvier 2006 Les Guides des Avocats de France Page 4 INTRODUCTION Page 6 DÉFINITIONS

Plus en détail

c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet

c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet Mon nom est Valérie Gueudet, je suis formatrice indépendante dans de grandes entreprises. Je suis spécialisée dans l'accueil verbal et dans l'accueil

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

TRANSPORT EN COMMUN - SERVICE DE DESCENTE ENTRE DEUX ARRÊTS VISANT EN EXCLUSIVITÉ LES FEMMES : DISCRIMINATION FONDÉE SUR LE SEXE?

TRANSPORT EN COMMUN - SERVICE DE DESCENTE ENTRE DEUX ARRÊTS VISANT EN EXCLUSIVITÉ LES FEMMES : DISCRIMINATION FONDÉE SUR LE SEXE? Cat. 2.120-2.8 TRANSPORT EN COMMUN - SERVICE DE DESCENTE ENTRE DEUX ARRÊTS VISANT EN EXCLUSIVITÉ LES FEMMES : DISCRIMINATION FONDÉE SUR LE SEXE? M e Michel Coutu, conseiller juridique Direction de la recherche

Plus en détail

A1 Parler avec quelqu un Je peux dire qui je suis, où je suis né(e), où j habite et demander le même type d informations à quelqu un. Je peux dire ce que je fais, comment je vais et demander à quelqu un

Plus en détail

Amis du Chant Lyrique Associés en Europe. Association loi 1901

Amis du Chant Lyrique Associés en Europe. Association loi 1901 Amis du Chant Lyrique Associés en Europe. Association loi 1901 Statuts TITRE PREMIER ARTICLE 1 : CONSTITUTION ET DENOMINATION Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie

Plus en détail

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s)

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 9 juillet 2014 N de pourvoi: 13-17470 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen

Plus en détail

DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE II (CONJOINT)

DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE II (CONJOINT) DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE II (CONJOINT) CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE (chapitre C-23.1, articles 51, 52 et 53)

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 7 DECEMBRE 2006 C.04.0501.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.04.0501.F D. E., mandataire de : a. D. C., b. D. C., c. D. E., demandeur en cassation, représenté par Maître Huguette Geinger, avocat

Plus en détail

COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES

COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES N : 2013-06-01(C) DATE : 14 janvier 2014 LE COMITÉ : M e Daniel M. Fabien, avocat M. Luc Bellefeuille, C.d A.A., courtier

Plus en détail

Votre santé nous tient à cœur!

Votre santé nous tient à cœur! Votre santé nous tient à cœur! Grâce aux progrès de la médecine, nous vivons plus longtemps et en meilleure santé qu auparavant. La probabilité que nous survivions à une maladie grave est également plus

Plus en détail

AVIS. COMMUNE DE SAUMUR (Maine-et-Loire) Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales. Détermination d une dépense obligatoire

AVIS. COMMUNE DE SAUMUR (Maine-et-Loire) Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales. Détermination d une dépense obligatoire COMMUNE DE SAUMUR (Maine-et-Loire) Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales Détermination d une dépense obligatoire Rapport n : 2012-0127 Séance du : 13 septembre 2012 Avis n

Plus en détail

La responsabilité civile et l'entreprise

La responsabilité civile et l'entreprise La responsabilité civile et l'entreprise Dans la présente rubrique, nous poursuivons notre étude de la responsabilité civile, cette fois-ci du point de vue d'un commerce ou d'une entreprise. Les questions

Plus en détail

Mylène a besoin d aide!

Mylène a besoin d aide! ER ER Cahier de l élève Mylène a besoin d aide! Enseignement religieux 5 e année Nom de l élève 5 e année 1 Mylène a besoin d aide Description de tâche Dans cette tâche, tu examineras la situation de Mylène

Plus en détail

09.4089 e Mo. Fetz. Limitation du montant déductible des bonus versés par millions 10.3351 e Mo. CER CE. Traitement fiscal des boni

09.4089 e Mo. Fetz. Limitation du montant déductible des bonus versés par millions 10.3351 e Mo. CER CE. Traitement fiscal des boni Ständerat Conseil des Etats Consiglio degli Stati Cussegl dals stadis 09.4089 e Mo. Fetz. Limitation du montant déductible des bonus versés par millions 10.3351 e Mo. CER CE. Traitement fiscal des boni

Plus en détail

Série TD 3. Exercice 4.1. Exercice 4.2 Cet algorithme est destiné à prédire l'avenir, et il doit être infaillible! Exercice 4.3. Exercice 4.

Série TD 3. Exercice 4.1. Exercice 4.2 Cet algorithme est destiné à prédire l'avenir, et il doit être infaillible! Exercice 4.3. Exercice 4. Série TD 3 Exercice 4.1 Formulez un algorithme équivalent à l algorithme suivant : Si Tutu > Toto + 4 OU Tata = OK Alors Tutu Tutu + 1 Tutu Tutu 1 ; Exercice 4.2 Cet algorithme est destiné à prédire l'avenir,

Plus en détail