LA FAILLITE DE LA PAIX- LECON 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA FAILLITE DE LA PAIX- LECON 1"

Transcription

1 LA CRISE ECONOMIQUE DE 1929 ET SES CONSEQUENCES Objectifs : - Définir la crise économique de 1929 et la situer dans son contexte historique. - En analyser les causes et les conséquences. CLARIFICATIONS CONCEPTUELLES Une crise est un événement social ou personnel qui se caractérise par un paroxysme des souffrances, des contradictions ou des incertitudes, pouvant produire des explosions de violence ou de révolte. La crise est une rupture d'équilibre. Une crise économique est une dégradation brutale de la situation économique d'un pays ou d'une zone économique, conséquence d'un décalage entre la production et la consommation. Elle se traduit par une forte augmentation du chômage, par une baisse du PIB (Produit Intérieur Brut), un accroissement du nombre de faillites, une baisse du pouvoir d'achat Une récession est une forme légère de crise économique, tandis que la dépression en est une forme plus profonde. En économie, on appelle dépression une forme grave de crise qui se caractérise par un ralentissement important et durable de l'activité économique : production, investissement, consommation. La dépression est associée à une baisse des prix et à une forte augmentation du chômage. La sortie de la dépression économique nécessite une intervention importante des Etats. La dépression se distingue ainsi de la récession qui est une crise passagère. En économie, une récession est une période de diminution passagère de l'activité économique. La définition est variable d'un pays à l'autre. Pour certains, comme aux Etats-Unis, elle est définie comme une période d'au moins deux trimestres consécutifs avec une baisse du PIB (Produit intérieur brut). Dans d'autres pays, on parle de récession dès qu'il y a un ralentissement de la croissance c'est-à-dire une baisse des taux de croissance, même s'ils restent positifs. Une récession est globale lorsqu'elle touche à la fois la production industrielle, le commerce à travers les échanges internationaux, l'emploi, le niveau des revenus ainsi que la consommation des ménages. La récession est l'une des phases du cycle économique dans le système capitaliste : expansion, crise, récession, reprise. La récession se distingue de la dépression où la diminution du PIB est durable et où l'activité économique ne se redresse pas naturellement. L'expression "krach boursier" désigne un effondrement brutal et spectaculaire des cours des actions cotées en bourse et plus généralement des valeurs mobilières sur un marché financier. On parle aussi de krach dans l'immobilier. Il est dû à un afflux massif d'ordres émanant d'investisseurs prêts à vendre leurs actions à n'importe quel prix. La chute peut se dérouler sur une ou plusieurs séances de cotation. En général, le terme krach est utilisé lorsque les cours baissent de plus de 20% en quelques jours. SANGO MATHIAS AMOS, 1

2 Synonymes : effondrement, écroulement, chute, débâcle, dégringolade. En général, un krach boursier est la conséquence d'un enchaînement de phénomènes conduisant à l'éclatement d'une bulle spéculative : croissance réelle de l'économie, hausse généralisée des cours des actions, afflux d'investisseurs sur les marchés en hausse (instinct grégaire), surévaluation du marché boursier et décalage entre le cours des actions et l'économie réelle (euphorie), prise de conscience de cette surévaluation par une majorité des investisseurs (méfiance), vente massive de la part des investisseurs (panique) chute des cours qui alimente une spirale infernale à la baisse. Dans le domaine économique, la spéculation est le fait de prendre aujourd'hui des décisions sur la base d'un état économique futur et hypothétique afin d'en retirer un avantage. Dans le domaine de la finance, la spéculation est une opération financière qui consiste à tirer profit des fluctuations naturelles des prix du marché afin de réaliser des plus-values plutôt que de satisfaire aux besoins d'une activité réelle. Le spéculateur réalise des opérations d'achat ou de vente qui anticipent les variations de prix en essayant de se mettre à la place des autres acteurs du marché. Il fait un pari sur une évolution future des prix et accepte de prendre le risque de perdre de l'argent si l'évolution est contraire à celle qu'il prévoyait. Si l'acteur financier dispose d'informations privilégiées, il ne s'agit plus de spéculation mais d'un délit d'initié. Les deux principales techniques de spéculation : spéculation à la hausse : acheter au cours du moment et revendre plus tard si une hausse des cours est anticipée, spéculation à la baisse : s'engager à vendre à terme des biens ou des titres qu'on ne possède pas encore mais que l'on espère pouvoir acheter avant le terme du contrat à moindre prix, si une baisse des cours est anticipée. Dans le sens premier, le marché désigne le lieu où des producteurs (commerçants, artisans, paysans) se rassemblent pour proposer directement leurs produits aux consommateurs. En économie, par extension, le marché est un système d'échanges où se rencontrent l'offre (les vendeurs) et la demande (les acheteurs). C'est aussi l'ensemble des règles, juridiques ou SANGO MATHIAS AMOS, 2

3 informelles, par lesquelles ce type d'opérations économiques peut se réaliser. Le marché, qui concerne aussi bien les échanges de biens, de services que les échanges actifs financiers et immobiliers, est l'un des concepts fondamentaux de l'économie. INTRODUCTION La crise de 1929 est l évènement majeur de la première moitié du XXe siècle. Elle est exceptionnelle par son ampleur, sa durée, ses effets : elle ruine de milliers d hommes, favorise l accession d Hitler au pouvoir, exaspère les rivalités monétaires et commerciales entre les Etats. Elle apparaît comme une des causes profondes de la Seconde Guerre Mondiale. Contre ce cataclysme sans précédent, la politique de déflation 1, inspirée par la doctrine libérale, s est révélée inefficace et même nocive. Peu à peu, deux politiques de relance se dégagent : l une tentée dans certaines démocraties, s inspire de Keynes et vise à «réamorcer» la consommation ; l autre, adoptée par les dictatures, est fondée sur l autarcie et le réarmement. I- LE CONTEXTE HISTORISUE DE LA CRISE DE 1929 La crise DE 1929 survient dix ans après la fin de la première guerre mondiale. Cette période transitoire est marquée par une succession d évènements pouvant plus ou moins avoir un impact sur la survenance de celle-ci. Ainsi en est-il de la brève crise de qu on peut qualifier d alerte ; une très forte croissance caractérise plutôt la période dans les pays industrialisés qui cache mal un déséquilibre de l économie, même si la hausse générale des prix durant cette période ne rend pas très perceptible ce déséquilibre. Telle est donc l environnement qui prévaut au moment de la survenue de la crise. A- L alerte : brève et violente crise en Aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et au Japon, on assiste au milieu de 1920 à une baisse des prix qui révèle un déséquilibre entre la production et la consommation. En fin de la même année, on assiste plutôt à la chute brutale des exportations et à une baisse de moitié de la production dans certaines branches industrielles (cinq millions d ouvriers au chômage aux Etats-Unis). Cette première alerte traduit en réalité une crise de reconversion après la guerre. En effet, la guerre a poussé chaque pays à développer sa propre production industrielle et agricole et à se passer du marché international. Quand elle finit, il y a saturation. Il faut donc supprimer les productions rendues inutiles par le retour à la paix. 1 Diminution continue et forte du niveau des prix généralement associée à une contraction de l activité économique (baisse de la demande, de l emploi), qui résulte soit d un mouvement spontané de l économie, soit d une politique économique (réduction de la masse monétaire, encadrement du crédit) recherchant une baisse des coûts) SANGO MATHIAS AMOS, 3

4 Cette situation se vérifie notamment dans l industrie cotonnière où on a assisté à l arrivée sur le marché de nouveaux producteurs de coton pendant la guerre (Japon, Inde, Chine). Le Royaume-Uni, première puissance cotonnière avant la guerre, voit ainsi se fermer certains de ses débouchés. Cette multiplication des producteurs, doublée de la croissance très rapide de la production et le tassement de la demande mondiale, perturbent cette industrie. Il en est de même de l industrie sidérurgique. B- 1921à 1929 : très forte croissance industrielle dans les pays industrialisés Aux Etats-Unis, la production industrielle double et représente en % de la production mondiale. C est la croissance de l industrie automobile qui est la plus spectaculaire. La production passe de 4000 véhicules en 1900 à près de 5 millions en Les causes de cette croissance sont entre autres : a) Les découvertes scientifiques dont l exploitation commerciale est immédiate (exemple de la radio électricité. La production d énergie électrique dans le monde passe progresse en moyenne de 8% par an ; la vente d appareils de radio passe aux Etats-Unis de en 1922 à 2 millions en 1925 ) b) Cette croissance s appuie aussi sur de nouveaux modes de consommation : publicité (on incite à acheter montres, voitures ) ; le crédit (l automobile développe le crédit à la consommation). c) Cette forte croissance s appuie encore sur le mouvement de concentration (regroupement des entreprises). La concentration est d abord horizontale 2, ce qui permet de contrôler le marché par une réduction des concurrents. La concentration est ensuite verticale 3 et donne lieu à des trusts. Elle évite d avoir à dépendre du marché. Au Japon, cette concentration a débouché sur les «Zaibatsu» les entreprises de différents secteurs (banques et industries). Cette concentration est enfin renforcée par la cartellisation 4 à partir de 1925 qui a pour objectif de faire cesser les concurrences ruineuses et de maintenir ainsi les prix élevés et rémunérateurs. En assurant la domination des grandes firmes, les cartels tendent à faire disparaître les principes sur lesquels s était développé le capitalisme, à savoir la concurrence et le marché libre. C- Le contexte de déséquilibre économique entre production et demande Ce déséquilibre est d abord celui de l agriculture où il persiste. Pendant la guerre et profitant de la hausse des prix, certains paysans ont choisi de «s industrialiser» et moderniser leurs exploitations machines remplaçant la main-d œuvre, accroissement de la consommation 2 Absorption des entreprises qui fabriquent les mêmes produits. 3 Absorption des firmes qui assurent l approvisionnement et qui sont acheteuses. 4 Les cartels sont des ententes temporaires, mais renouvelables entre firmes qui gardent leur indépendance juridique et acceptent de se partager les marchés. SANGO MATHIAS AMOS, 4

5 d engrais ). Or, à partir de la crise de , il y a dégradation des prix agricoles (plus graves aux Etats-Unis où les fermiers sont lourdement endettés). Ceux-ci restent faibles même après la crise alors qu augmentent les impôts fonciers, les salaires des ouvriers agricoles, le prix des machines et des engrais. Pour compenser la baisse de leurs revenus, les agriculteurs ont été tentés de produire davantage et d accroître leurs rendements, ce qui n a pu qu aggraver les difficultés. A partir de 1925, l offre mondiale de produits agricoles devient surabondante par rapport à la demande solvable. Les stocks se gonflent dangereusement et font ainsi peser la menace d un effondrement catastrophique des prix (même dans les pays producteurs de matières premières : Egypte avec le coton, Cuba avec le sucre, Brésil avec le café, Sud-est asiatique avec le caoutchouc. Ici, l offre dépasse les capacités d absorption des pays industrialisés). Ce déséquilibre se manifeste aussi également entre une production mondiale forte et des échanges internationaux freinés par des mesures protectionnistes. En effet, la multiplication des frontières créées par les traités de paix, le ralentissement de la croissance démographique, la baisse du prix des matières premières produites par les «pays neufs» poussent chaque pays à protéger son marché, à se fermer aux autres : 1921, 1922, hausse des droits de douane aux Etats-Unis, frein des migrations internationales vers les États-Unis notamment, ce qui contribue à ralentir la consommation intérieure des Etats-Unis au moment où l offre est en vive progression. Déséquilibre qui se manifeste aussi par la faiblesse du pouvoir d achat d ouvrier. En conséquence, la consommation stagne. D- Le contexte de la hausse générale des prix L inflation se justifie en partie par la multiplication des billets de banque pour financer la guerre de Cet accroissement de la masse monétaire entraîne donc la hausse générale des prix. Celle-ci est aussi due aux regroupements des entreprises dont l objectif n est rien d autre que le contrôle des marchés et des prix. E- Le contexte des désordres monétaires Dépréciation des monnaies 5, spéculation monétaire 6, foisonnement des opérations de change à chaque échange international 7. Au final, la surproduction, la persistance de la crise agricole, la spéculation, le développement anarchique du crédit, une confiance excessive dans le libéralisme, le décalage entre le boom 5 Qui sont détachées de l étalon-or et sont devenues inconvertibles. Exemple : le 15 novembre 1923, 1$ vaut 4200 milliards de marks 6 Opération qui consiste à parier sur l évolution du cours des monnaies pour tenter d en tirer profit. 7 Exemple : pour payer son fournisseur anglais, un industriel français devait se procurer des livres sterling SANGO MATHIAS AMOS, 5

6 boursier et l réalité économique 8 ont créé les conditions de la crise qui a débuté par le krach boursier de Wall Street en II- MECANISMES ET MANIFESTATIONS DE LA CRISE DE 1929 Les évènements suivants caractérisent la survenue et l évolution d une crise économique : effondrement des cours 9 des actions en bourse, baisse des prix, multiplication des faillites, ralentissement de la production, apparition du chômage. La crise de 1929 a suivi ce canevas 10. A- Le déclenchement de la crise : le «krach» boursier de Wall Street En 1929 «Wall Street», la Bourse 11 de New York, aspirait les capitaux du monde entier. Pour acheter les actions dont le cours montait sans cesse, les spéculateurs n hésitaient pas à avoir recours au crédit. Le grand «krach» déclencha comme un orage dans un ciel apparemment serein. S A l annonce de la baisse des prix et des bénéfices industriels, à la mioctobre 1929, certains spéculateurs décident de vendre leurs actions pour empocher une plusvalue au moment où les cotations boursières de Wall Street sont encore à un niveau élevé. Le cours des actions diminue rapidement, entraînant une panique qui culmine le 24 octobre, le «jeudi noir» où 13 millions de titres sont proposés à bas prix sur le marché sans trouver de preneurs. Après un temps d arrêt, l effondrement des cours s étend à toutes les valeurs et touche même les symboles de l industrie américaine. Des centaines de milliers de petits actionnaires se trouvent ruinés. Il semble bien avoir été provoqué par le remords tardif des autorités monétaires américaines qui se sont décidées, en août 1929, à renchérir un crédit jusque-là distribué très généreusement. Le décalage entre le «boom» boursier et la réalité économique rendait inévitable un tel retournement. B- Les répercussions économiques et sociales 1- La baisse des prix. Le krach bloque tout le système de crédit à la consommation mis en place dans les années 20. De plus, les Américains restreignent leurs achats par prudence. Il y a donc chute brutale de la demande intérieure et par conséquent effondrement des prix des biens. Cet effondrement des prix a jeté sur les routes des fermiers couverts de dettes et désormais incapables de rembourser les banques. Les pays pauvres exportateurs de matières premières sont touchés. 8 De 1927 ç 1929, le cours des valeurs boursières a augmenté de 89%, alors que la production industrielle ne progressait que de 15%. 9 Taux ou prix (auxquels peuvent s'acheter et se vendre titres ou marchandises) 10 Plan schématique ou esquisse à grands traits édifice public et institution chargée de la cotation des valeurs financières Exemple : être courtier en Bourse un opérateur de société de Bourse 2. marché des valeurs mobilières Exemple : jouer en Bourse SANGO MATHIAS AMOS, 6

7 2- Faillites bancaires Les banques qui ont multiplié les crédits depuis plusieurs années, ne peuvent récupérer leurs fonds auprès des personnes endettées, alors que, dans le même temps, ceux qui avaient l argent en dépôt se mettent à le retirer. Ne disposant pas de sommes nécessaires pour les rembourser, beaucoup de banques font faillite. En trois ans la plupart des banques américaines ferment leurs portes. 3- L effondrement de la production Ce manque de liquidité, consécutif à l arrêt de la consommation et à la paralysie du crédit, entraîne un arrêt brutal de l investissement aux Etats-Unis et dans le monde à l exception de l URSS. 4- L effrayante augmentation du chômage La chute de l activité industrielle provoque une désastreuse augmentation du chômage à laquelle peu de pays échappent. En 1932, on compte 3O millions de chômeurs dans le monde. C- L extension de la crise au reste du monde La crise s est étendue au monde à la suite de deux ensembles de mécanismes : a) n freinant leurs importations de matières premières, les Etats-Unis ont exporté la crise dans les pays du monde dominé. En ralentissant leurs importations, de produits manufacturés, ils ont accru les difficultés des puissances industrialisées : c est la contraction du commerce mondial. b) Les Etats-Unis, au cours des années 20, avaient placé d importants capitaux à l étranger, plus particulièrement en Autriche et en Allemagne. Le retrait de ces capitaux, amorcé dès 1928, puis accéléré à partir de 1930, entraîne des faillites bancaires en Europe dont la plus célèbre est celle du Kredit Anstalt, une banque viennoise. En Allemagne, la faillite de la Danat Bank, en 1931, provoque l effondrement du système bancaire. Au mois de juillet 1931, toutes les banques allemandes sont fermées pour trois jours. Chaque pays se met à rapatrier les fonds qu il avait prêtés aux autres. C est la paralysie des circuits financiers. Cette course au retrait des fonds finit de détériorer la situation britannique. En effet, le retrait des capitaux étrangers et l importance des sorties d or lui portent le coup de grâce. Le 21 septembre 19131, Londres se décide à suspendre la convertibilité de la livre sterling. Décrochée de l or, celle-ci perd 25% de sa valeur. Cette dévaluation est imitée dans la semaine par une quarantaine d états, fournisseurs du Royaume-Uni. III- LA LUTTE CONTRE LA CRISE SANGO MATHIAS AMOS, 7

8 A- D abord l autorégulation du marché A l annonce de la crise, tous les libéraux sont unanimes que c est l investissement qui provoque la reprise de l activité. a) Dans un premier temps, la doctrine libérale présente plutôt deux mécanismes qui entraîneraient automatiquement la relance de l activité : - la baisse des taux d intérêts. Pendant la crise, les banques et les épargnants ne trouvent personne à qui prêter. Ils succombent sous le poids de leur argent ; «ils ne savent qu n faire». Cela va entraîner la baisse des taux d intérêts. En 1932, ils tombent au-dessous de 2% aux Etats-Unis. - L accroissement du chômage. Il doit rendre les travailleurs moins difficiles et moins combatifs. Pour retrouver un emploi, il leur accepter une baisse notable des salaires. Ainsi, quand les industriels deviennent à même de se procurer des capitaux et des ouvriers à un prix très bas, ils relancent leurs investissements. Conclusion des libéraux : en cas de crise, la règle d or des dirigeants politiques doit être «il est urgent d attendre». Mais, ces mesures sont inefficaces. Malgré la baisse des prix des matières premières au début des années 1930, la baisse du prix des machines, des taux d intérêts, l augmentation du nombre des chômeurs, l économie refuse de quitter le creux de la vague. b) Face à l échec des mesures d inertie, on demande à l Etat de réduire les dépenses pour équilibrer le budget : laisser les entreprises en difficulté faire faillite pour permettre aux plus saines de se redresser, faire accepter une baisse des salaires pour favoriser la relance de l activité. C est ainsi qu en Allemagne, le chancelier Brüning décide en 1932 que les administrations ne procéderont à aucune construction nouvelle ; que les traitements des fonctionnaires seront réduits de 20%. Le nombre de chômeurs secourus tombe ainsi de 1,8 millions à En France, en 1935, le traitement des fonctionnaires est réduit. Au Royaume-Uni, le budget de l assurance-chômage est réduit et la solde des marins de la «home fleet» est réduite de plus de 10%. Mais, ces mesures restent infructueuses et mécontentent la population. c) On pense alors qu il faut détruire les marchandises qui ne peuvent être achetées et cesser de produire. Ainsi, réduit-on les surfaces plantées, prend-on des mesures pour empêcher l amélioration des rendements, pour détruire les produits alimentaires. Aux Etats-Unis par exemple, le gouvernement achète 5 millions de porcs pour les retirer de la vente. d) Enfin, chaque pays essaie de se protéger de la concurrence étrangère en élevant ses droits de douane, en restreignant ses importations, en contrôlant les mouvements de capitaux. Dès 1930, les Etats-Unis avaient montré l exemple. De novembre 1931 à mars 1932, le Royaume- Uni abandonne le libre-échange (par les accord d Ottawa d août 1932, il tente de se constituer SANGO MATHIAS AMOS, 8

9 un marché commun avec son empire colonial). Mais, en 1933, toutes ces politiques de déflation ont échoué. Ni la rigueur budgétaire, ni le contrôle du commerce extérieur, ni la baisse des salaires n ont réussi à relancer l activité économique. Il faut donc appliquer de nouvelles recettes. B- Les mesures interventionnistes des Etats A partir de 1933, de nouvelles mesures de relance sont prises et qualifiées à tort de «keynésiennes» : a) Grands travaux. Ainsi, le nouveau président américain, Roosevelt, créé la «Tennessee Valley Authority», un vaste programme de travaux publics pour apporter la richesse dans une région déshéritée des Appalaches : 21 barrages sont construits. En France, des plans de grands travaux sont esquissés de 1929 à En Italie, l Institut pour la Reconstruction Industrielle (IRI), organisme de crédit alimenté par les fonds publics, devient, à la veille de la seconde guerre mondiale, la plus grosse entreprise italienne. En Allemagne, les autoroutes, les chemins de fer sont construits ou alimentés. b) Relance de la demande par l augmentation du pouvoir d achat. En France, en 1936, le gouvernement de Léon Blum relève les salaires de 7 à 15%. Aux Etats-Unis, un salaire minimum est établi en c) On sacrifie la monnaie en la dévaluant et on instaure la coopération monétaire entre les Etats-Unis la France et le Royaume-Uni. CONCLUSION La crise de 1929 semble être une crise d abord américaine, qui a fini par s étendre au reste du monde. L autorégulation prônée aux premières heures de la crise ne l a pas éradiquée d où l adoption des mesures interventionnistes à partir de C est cet interventionniste qui, poussé à l extrême dans certains pays, va conduire le monde dans une seconde guerre. BIBLIOGRAPHIE - Armelle Bonin Kerdon et al. Histoire, d une guerre à une autre ( ), Hachette, Paris, Sylvie Borelly et al. Histoire, Géographie, Education civique. Formule brevet, Ed. Vuibert, Paris, Années 1930, - Crise de 1929 et montée des totalitarismes, SANGO MATHIAS AMOS, 9

10 - Crise économique de 1929, - La Crise de 1929 et Ses Causes. Un parallèle avec la crise de 2008, - La crise de 1929 et ses conséquences catastrophiques, - La Crise en Allemagne : la montée du fascisme, - georepere SANGO MATHIAS AMOS, 10

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

MODULE 6 LA MODERNISATION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE (1ÈRE PARTIE) DANS LES ANNÉES 1920 (ANNÉES FOLLES) > ÉCONOMIE CANADIENNE = PROSPÈRE :

MODULE 6 LA MODERNISATION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE (1ÈRE PARTIE) DANS LES ANNÉES 1920 (ANNÉES FOLLES) > ÉCONOMIE CANADIENNE = PROSPÈRE : MODULE 6 LA MODERNISATION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE (1ÈRE PARTIE) 1ER - DE LA CRISE À LA GUERRE DE LA CRISE À LA GUERRE (1929-1945) L ÉCONOMIE EN CRISE DANS LES ANNÉES 1920 (ANNÉES FOLLES) > ÉCONOMIE CANADIENNE

Plus en détail

Analyse de la carte :

Analyse de la carte : Amorcée au 18eme siècle en Angleterre la révolution industrielle s accélère dans les années 1870 1880 et se diffuse dans toute l Europe et aux USA. Stimulé par de nouvelles inventions comme l électricité,

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Bulle ou pas bulle? 1. Qu'est ce qu'une bulle immobilière? 2. Comment se forme une bulle? 3. Comment détermine t on si il y a une bulle?

Bulle ou pas bulle? 1. Qu'est ce qu'une bulle immobilière? 2. Comment se forme une bulle? 3. Comment détermine t on si il y a une bulle? Bulle ou pas bulle? 1. Qu'est ce qu'une bulle immobilière? Une bulle immobilière est caractérisée par une hausse rapide de la valeur des biens immobiliers. Elle caractérise un écart important et persistant

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Bulletin Economique LA CRISE GLOBALE (2007 -?) "Théorie & Analyse" -26 Avril 2013-

Bulletin Economique LA CRISE GLOBALE (2007 -?) Théorie & Analyse -26 Avril 2013- Bulletin Economique LA CRISE GLOBALE (2007 -?) "Théorie & Analyse" -26 Avril 2013- L'ECONOMISTE France Tel: +33.(6).98.70.49.15 - Fax: +33.(8).26.99.74.01 - Email: contact@leconomiste.eu www.leconomiste.eu

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

ATELIER : Comment expliquer l instabilité de la croissance économique?

ATELIER : Comment expliquer l instabilité de la croissance économique? ATELIER : Comment expliquer l instabilité de la croissance économique? A_Que nous-dis le programme? NOTIONS : Fluctuations économiques, crise économique, désinflation, croissance potentielle, dépression,

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

1 les mécanismes de la crise financière

1 les mécanismes de la crise financière De la crise financière à la crise économique Michel Husson, 2009 1. Les mécanismes de la crise financière 2. les canaux de transmission à l économie réelle 3. les deux racines de la crise 4. les perspectives

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie Forum de l investissement Ateliers d Experts 15 Octobre 2011 Les Dangers de l Assurance Vie L assurance vie c est quoi? Le placement préféré des français Environ 1 500 milliards d euros épargnés par les

Plus en détail

LES BANQUES. I. Les différents services proposés par les banques :

LES BANQUES. I. Les différents services proposés par les banques : LES BANQUES I. Les différents services proposés par les banques : Les services bancaires représentent l ensemble des produits proposés par une banque. Les services bancaires les plus connus sont : Epargne

Plus en détail

et Financier International

et Financier International MACROECONOMIE 2 Dynamiques Economiques Internationales PARTIE 2 : Le Système Monétaire et Financier International UCP LEI L2-S4: PARCOURS COMMERCE INTERNATIONAL PLAN DU COURS I - LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ Une appréciation/dépréciation du taux de

Plus en détail

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE LA MONNAIE 1 Fonctions de la monnaie Unité de mesure universelle de la valeur. Moyen intermédiaire universel d'échange. Réserve de valeurs intemporelle. 2 Formes de la monnaie Monnaie divisionnaire Valeur

Plus en détail

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO?

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? Tous les documents sont tirées de «La Grèce peut-elle se sauver en sortant de la zone euro?», Flash éco Natixis, 08 novembre

Plus en détail

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Préparé pour : Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Par : Will Dunning économiste en chef de

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

1. Les fluctuations économiques : une dynamique heurtée de développement économique

1. Les fluctuations économiques : une dynamique heurtée de développement économique COMMENT EXPLIQUER L INSTABILITE DE LA CROISSANCE? 1. LES FLUCTUATIONS ECONOMIQUES : UNE DYNAMIQUE HEURTEE DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE... 1 1.1 DES CHOCS ECONOMIQUES PERTURBENT REGULIEREMENT LA CROISSANCE...

Plus en détail

Valeur refuge ultime, l or physique devrait faire partie de la constitution de tout patrimoine.

Valeur refuge ultime, l or physique devrait faire partie de la constitution de tout patrimoine. Valeur refuge ultime, l or physique devrait faire partie de la constitution de tout patrimoine. Depuis des milliers d'années déjà, l'or est un moyen de paiement. Les médias en parlent de plus en plus fréquemment.

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Le troisième effondrement

Le troisième effondrement Le troisième effondrement Économie du Royaume-Uni à la fin du troisième trimestre 2009 Par Raphie de Santos* L e Royaume-Uni est en plein dans ce que les économistes les moins audacieux se résolvent à

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 2 E PARTIE Les banques et la crise financière

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 2 E PARTIE Les banques et la crise financière Les crises bancaires Les risques de l activité bancaire L activité principale des banques s accompagne inévitablement de risques: si un débiteur ne rembourse pas son crédit, la banque doit pouvoir absorber

Plus en détail

CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS

CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS Notions à connaître: Taux de rentabilité, taux d'intérêt, demande anticipée, investissement matériel, investissement immatériel, investissement public,

Plus en détail

Soirée d'information sur la crise financière

Soirée d'information sur la crise financière Soirée d'information sur la crise financière 6 ème Sciences Economiques 18 novembre 2008 Questions abordées I. Quelle est l'origine de la crise? II.Comment les subprimes se sont retrouvées dans nos banques

Plus en détail

METAL ARGENT (Millions onces)

METAL ARGENT (Millions onces) R2D2 - Concours d'analyse matières premières 30 Avril 2013 ANALYSE FONDAMENTALE LA PART DE L'ARGENT INDUSTRIEL L industrie absorbe une part substantielle de la production du métal argent; 1200 1000 800

Plus en détail

3e question : Qui crée la monnaie?

3e question : Qui crée la monnaie? 3e question : Qui crée la monnaie? INTRO : Sensibilisation Vidéo : Comprendre la dette publique en quelques minutes (1min à 2min 27) http://www.youtube.com/watch?v=jxhw_ru1ke0&feature=related Partons de

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs Ben S. C. Fung (+852) 2878 718 ben.fung@bis.org Robert N. McCauley (+852) 2878 71 robert.mccauley@bis.org Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs La demande de comptes bancaires

Plus en détail

4.1.1. Le régime de l étalon-or (1879-1933)

4.1.1. Le régime de l étalon-or (1879-1933) 4.1.1. Le régime de l étalon-or (1879-1933) «L âge d or» (1879-1914) Introduction Pendant des siècles, les échanges commerciaux intérieurs et internationaux se sont réglés en métaux précieux. Jusqu'à la

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale JOURNEES DE L ECONOMIE DE LYON UNE CRISE À FACETTES MULTIPLES Session Histoire des crises financières 21 novembre 28 Comment caractériser la crise financière internationale de 27-28?! Crise immobilière

Plus en détail

Mécanismes monétaires et financiers

Mécanismes monétaires et financiers Mécanismes monétaires et financiers Département IG, 1ère année (IG3) Polytech Montpellier Cours et TD : Marie MUSARD-GIES Introduction au cours (1/2) Marchés financiers (cf cours économie) Plus grande

Plus en détail

Epargne et investissement

Epargne et investissement Epargne et investissement Nature du sujet : Sujet de type «mise en relation». Mots-clés / Définitions : Tous! «Epargne» : Part du revenu qui n est pas consommée Epargne des ménages : - Concept le plus

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs?

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? En ces temps de crise économique et de crise des dettes souveraines (ou publiques), tous les hommes politiques de gauche comme de droite

Plus en détail

Université du Québec en Outaouais

Université du Québec en Outaouais Nom : Numéro d étudiant : Université du Québec en Outaouais Prénom ECN1473 : Analyse macroéconomique Examen intra Date : lundi 21 octobre 2002 Durée : 2h30 (9h00 11h30) Professeur : Dimitri Sanga DIRECTIVES

Plus en détail

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les 01 Intérieur LP 56 12/03/12 19:17 Page 129 Sortir de la crise de la dette en zone euro PIERRE DE LAUZUN* Points d attention 2012 * Économiste. Derniers ouvrages parus : L Économie et le Christianisme (F.-X.

Plus en détail

Le solde commercial de la France, qui était

Le solde commercial de la France, qui était 3.1 Échanges extérieurs Le solde commercial de la France, qui était positif au début des années 2, redevient négatif à partir de 25. Le solde des produits manufacturés devient alors déficitaire et va ensuite

Plus en détail

Quelles évolutions a connue la gouvernance mondiale depuis 1944?

Quelles évolutions a connue la gouvernance mondiale depuis 1944? Thème 4 Les échelles de gouvernement dans le monde Chapitre 3 : La gouvernance économique mondiale depuis 1944 L après Seconde Guerre mondiale marque une étape majeure dans la prise de conscience de la

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

ENSIIE. Macroéconomie - Chapitre I

ENSIIE. Macroéconomie - Chapitre I ENSIIE Macroéconomie - Chapitre I Le 13 avril 2013 Table des matières 1 Introduction 2 2 La théorie Keynésienne 3 2.1 Keynes......................................... 3 2.2 Quelques ordres de grandeur.............................

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

4.1.3. Le flottement généralisé des monnaies

4.1.3. Le flottement généralisé des monnaies 4.1.3. Le flottement généralisé des monnaies L effondrement du système de Bretton-Woods (1965-1971) Le problème de la convertibilité du dollar Le paradoxe de Triffin aurait pu être surmonté par une politique

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire ARTICLE & ETUDE Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud Ediab Ali Le concept de la politi- Économiste que monétaire La politique monétaire est une des plus importants piliers

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France?

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? (DGTrésor) 1. Indépendamment de facteurs d offre et de demande, qui jouent indéniablement sur les prix,

Plus en détail

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Chapitre 4 Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Introduction modèle keynésien : on suppose que les prix sont fixes quand la production augmente, tant que l on ne dépasse pas le revenu

Plus en détail

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie I. Le financement de l'économie Financement = fait d'apporter des fonds à un individu, une entreprise, ou à soi-même. A) Les différents types de financement

Plus en détail

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet 1 Jeudi 25 Octobre 2007 Crises financières et Risques Bancaires Réforme de Bâle II I. Définitions des risques

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

L or est-il réellement à un plus haut niveau depuis 25 ans?

L or est-il réellement à un plus haut niveau depuis 25 ans? Texte originel de Adam Hamilton (Zeal Intelligence) Publié le 13 janvier 2006 http://www.zealllc.com/essays.htm traduit et résumé par LS L or est-il réellement à un plus haut niveau depuis 25 ans? Les

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son

Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son patrimoine y investir? Choisir les types de support adaptés à

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

D après INSEE, http://www.insee.fr/fr/themes/comptes-nationaux/tableau.asp?sous_theme=1&xml=t_1102p.

D après INSEE, http://www.insee.fr/fr/themes/comptes-nationaux/tableau.asp?sous_theme=1&xml=t_1102p. Document 1 : évolution du PIB en volume en France (en %) 10,0 8,0 6,0 4,0 2,0 0,0-2,0 1950 1952 1954 1956 1958 1960 1962 1964 1966 1968 1970 1972 1974 1976 1978 1980 1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Perspective des marchés financiers en 2014

Perspective des marchés financiers en 2014 Perspective des marchés financiers en 2014 21/01/2014 13 ième édition 1 Outil d aide à la décision : The Screener OUTIL D AIDE À LA DÉCISION : THESCREENER Des analyses sur les valeurs boursières Disponible

Plus en détail

DE l ETALON-OR à l EURO

DE l ETALON-OR à l EURO DE l ETALON-OR à l EURO 1- Un peu d histoire Pendant des siècles, les métaux précieux (argent et or) ont servi au règlement des échanges commerciaux intérieurs et internationaux. Progressivement, les billets

Plus en détail

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché 2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché La loi de l'offre et de la demande Comme tout marché concurrentiel, le marché des changes est régi par la loi de l'offre et de la demande. Les offres

Plus en détail

4.1.2. Le système de Bretton-Woods (1945-1971)

4.1.2. Le système de Bretton-Woods (1945-1971) 4.1.2. Le système de Bretton-Woods (1945-1971) La genèse du nouveau système Les leçons de l entre-deux-guerres L effondrement du SMI au cours des années 1930 a marqué les responsables de la reconstruction

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Introduction Lors de la campagne sur le référendum du Traité constitutionnel européen en 2005, la figure du «plombier

Plus en détail

Nous sommes dans un monde dur, dans un monde de compétition où la. Le capitalisme ou l impératif de compétitivité

Nous sommes dans un monde dur, dans un monde de compétition où la. Le capitalisme ou l impératif de compétitivité Le capitalisme ou l impératif de compétitivité Jean Peyrelevade Économiste, auteur du Capitalisme total Parce qu il est illusoire de compter sur la capacité de la communauté des États à réguler le capitalisme,

Plus en détail

Le Krach de 1929. Généralités.

Le Krach de 1929. Généralités. Le Krach de 1929 Généralités. Le krach de 1929 est une crise économique «globale» (boursière, puis financière, enfin industrielle ) qui se déroula à la Bourse de New York entre le 24 octobre et le 29 octobre

Plus en détail

Trouver des alternatives crédibles au modèle excessivement financiarisé de normes comptables

Trouver des alternatives crédibles au modèle excessivement financiarisé de normes comptables Trouver des alternatives crédibles au modèle excessivement financiarisé de normes comptables Entretien publié in Confrontations Europe n 97, Janvier-Mars 2012 1 L Autorité des normes comptables (ANC),

Plus en détail

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire I. Objectifs et instruments de la politique monétaire A) Les objectifs des politiques économiques Une politique économique = toute

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ (1 $ = 0,8 ) Une appréciation du taux de

Plus en détail

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation?

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? Edouard VIDON Direction des Analyses macroéconomiques et de la Prévision Service des Études macroéconomiques et

Plus en détail

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière Les grandes étapes de la crise financière Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière (Banque de France, février 2009), qui a pour objet d expliquer le passage d une crise

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail