Douze hommes en colère De l intertextualité à l interculturalité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Douze hommes en colère De l intertextualité à l interculturalité"

Transcription

1 2 hommes & migrations I Douze hommes en colère De l intertextualité à l interculturalité Par Marie-Christine Michaud, HCTI-Université de Bretagne-Sud, Lorient Douze Hommes en colère, Collection AlloCiné/www.collectionchristophel.fr Dans les années cinquante, le scénariste Reginald Rose écrit Twelve Angry Men pour la télévision américaine : douze hommes, qui composent le jury dans le procès d un jeune homme de seize ans accusé du meurtre de son père, sont réunis à huis clos. En 1957, Sidney Lumet décide d en faire un film. En 1997, William Friedkin réalise une nouvelle adaptation du script (1). Dans les deux versions, l interrogation sur le système judiciaire aux États-Unis se double d une représentation sociale et ethnique, voire raciale, de la société américaine.

2 I hommes & migrations 3 La préoccupation principale de Reginald Rose a été de s interroger sur le bon fonctionnement de la justice américaine. Notons que les jurés sont désignés par des numéros.le caractère anonyme des personnages renforce la portée universelle de leurs rôles puisqu ils deviennent les symboles des groupes sociaux,ethniques,raciaux qu ils représentent. Les hommes sont égaux devant la loi et les jurés doivent respecter ce principe fondateur de la nation américaine, comme le rappelle le juré n 3 : Tout le monde a droit à un procès équitable. C est la loi (2). Or tous les jurés semblent convaincus de la culpabilité de l accusé et le jury semble avoir pris sa décision avant même d entrer dans la salle de délibération. Mais le juré n 8 constate que les jurés, comme les témoins, sont des hommes et que les hommes peuvent faire des erreurs, et ce notamment à cause de leurs préjugés : Ce sont des êtres humains comme les autres. L erreur est humaine(3), ce qui met tout de suite le jury en porte-à-faux. Il va donc falloir prendre le temps d évaluer la situation et de remettre en cause les idées préconçues.or, parce qu il est jeune, l accusé, que les jurés désignent comme le gosse (the boy), peut paraître irréfléchi et impulsif, alors que les jurés sont des adultes, donc des êtres responsables. Ils semblent détenir la vérité, celle-là même dont doute le juré n 8. Cette présentation de la situation, dès le début du film, dévoile une critique du système : le juré n 8, qui se présente comme la conscience du jury, ne vote pas en faveur de la culpabilité de l accusé lors du premier tour de table.son vote est motivé non pas parce qu il croit l accusé innocent mais parce qu il considère qu il peut y avoir un doute raisonnable concernant sa culpabilité : Peut-être que nous nous trompons, peut-être que nous allons rendre la liberté à un criminel. Qui peut vraiment savoir? Mais il se trouve qu en notre âme et conscience, nous gardons un doute sur sa culpabilité. Et un jury qui ne parvient pas à l unanimité sur la culpabilité d un accusé ne peut pas le condamner. C est un point capital de notre système judiciaire. Il s agit de rendre une justice impartiale et équitable telle que la Constitution américaine la définit. Or, comme le regrette le juré n 8, les opinions des hommes, et des jurés donc, sont souvent conduites par les préjugés religieux, sociaux et raciaux. Ainsi, il est du devoir des jurés de les dépasser pour pouvoir rendre la justice : C est dur de faire abstraction des préjugés personnels. Ils ont des causes diverses et secrètes. D où qu ils viennent, les préjugés masquent la vérité (4). D ailleurs, dans l adaptation de 1957 (5),le juré n 8 ajoute même un adverbe : les préjugés masquent toujours la vérité, qui renforce la valeur universelle de sa déclaration. L œuvre de Reginald Rose est donc bien un plaidoyer en faveur de l égalité devant la justice et une étude de l attitude des citoyens face à cette justice. Cependant, comme les deux adaptations filmiques sont plus ou moins fidèles au texte original, l intérêt de les comparer porte plutôt sur la façon dont la société américaine est représentée par les personnages membres du jury.celui-ci,enfermé à clef pendant tout le débat,n estil pas censé représenter un microcosme de la société américaine?

3 4 hommes & migrations I Distribution des rôles En 1957 En 1997 Juré n 1 Martin Balsam Courtney Vance Juré n 2 John Fielder Ossie Davis Juré n 3 Lee Cobb George Scott Juré n 4 E. G. Marshall Armin Mueller-Stahl Juré n 5 Jack Klugman Dorian Harewood Juré n 6 Edward Binns James Gandolfini Juré n 7 Jack Warden Tony Danza Juré n 8 Henry Fonda Jack Lemon Juré n 9 Joseph Sweeney Hume Cronyn Juré n 10 Ed Begley Mykelti Williamson Juré n 11 George Voskovec Edward John Olmos Juré n 12 Robert Webber William Petersen La mise en scène des positions sociales des jurés Dans le film de Sidney Lumet, le jury est un groupe d hommes uniformisés. La plupart sont en costume.tous portent une cravate et une chemise blanche,sauf le juré n 1, entraîneur de football, qui porte une chemisette, ce qui reflète son intérêt pour le sport, et le juré n 7, qui a une chemise de couleur foncée. Dans le script, aucune indication vestimentaire précise n est donnée par l auteur. Dans le film de Friedkin, le choix des vêtements des personnages est toujours aussi révélateur de l identité sociopolitique des hommes. Certains ont des costumes, par exemple le juré n 4, qui est courtier en Bourse et le juré n 8, un architecte, ce qui tendrait à refléter leur position sociale. D autres, qui appartiennent à la classe moyenne, sont en chemise ou chemisette. Le juré n 2, qui semble venir d un milieu rural, est en chemise et porte un bob ; le juré n 5,qui vient des bas-quartiers,est en tee-shirt ; le juré n 7 a un pullover.de façon très intéressante,le juré n 10,sectaire et méprisant,a un nœud papillon, porte une veste et une calotte,à la mode des Black Muslims,tandis que dans la version de 1957, le juré est un homme d une soixantaine d années, en cravate, a priori de la classe moyenne. On peut d ailleurs se demander s il n est pas un tant soit peu provocateur d afficher une telle affiliation politique dans le contexte des années quatre-vingt-dix. Ne s agirait-il pas pour le metteur en scène d afficher à travers l apparence physique l uniformisation de la population et, dans une certaine mesure, le conformisme de la pensée? En fait, il s agit de refléter les caractéristiques sociales

4 I hommes & migrations 5 de la classe blanche dominante. Cette interprétation de l intertextualité est un signe de la dimension politique et sociale que peut revendiquer le texte. C est dans ce sens qu il faut apprécier Twelve Angry Men. En plus d être une fiction, il est un portrait social, politique et ethnique de la société américaine et, suivant les interprétations de Lumet ou de Friedkin, sa critique est plus ou moins virulente. Le personnage du juré n 3 est significatif de l impact des préjugés et de la déformation de la réalité. Dans les deux films, il s agit d un homme blanc d une cinquantaine d années qui se caractérise par ses préjugés raciaux et sociaux,d où son hostilité envers le juré n 5, qui dit avoir passé toute sa vie dans les bas-quartiers de la ville et qui se trouve être un Noir dans l adaptation de Le juré n 3 a réussi économiquement bien qu il ne soit parti de rien. Il possède une petite entreprise. Il est très pragmatique et a voulu devenir un modèle pour son fils qui, par réaction contre son autorité,ne l a pas vu depuis plusieurs années.la condition sociale de l accusé lui rappelle son propre passé et l âge de celui-ci, son fils. En conséquence, son jugement de la situation est déformé par sa propre expérience. Sa culpabilité d être un mauvais père pourrait le conduire à devenir un mauvais citoyen et un mauvais juré. En fait, lorsque les autres jurés votent non coupable, il se sent trahi. Parvenu seul à s élever socialement, il ne conçoit pas que l on puisse venir en aide à l accusé qui fait partie d une catégorie de la population déshéritée, voire d assistés, de frères défavorisés, the underprivileged brothers (6), ces citoyens aidés par le gouvernement depuis les mesures du New Deal et qui devraient chercher à s en sortir seuls. Il y a comme une rancœur et une jalousie sous-jacentes. On se souvient par ailleurs que c est en cette période de prospérité dans les années cinquante que les Américains ont réalisé que la pauvreté était un fléau endémique au sein de leur société (7). Cette prise de conscience révèle une crise sociale et identitaire. Or le jury représente ce système institutionnel, et la mise en cause de sa décision est une remise en question des valeurs de la société tout entière. Le reflet de l histoire de l immigration américaine De façon très révélatrice, le juré n 4, courtier en Bourse, rappelons-le, est le représentant d une classe sociale supérieure. Il tente de s en tenir aux faits et il est sûrement le juré le plus rationnel du groupe. Pourtant, il a des préjugés envers les classes les plus défavorisées, et donc envers l accusé, préjugés largement répandus à cette époque parmi les clases moyennes et privilégiées : Ce garçon vient d une famille éclatée, d un quartier sordide. Il a passé sa vie dans la zone. On sait bien que c est un bouillon

5 6 hommes & migrations I de culture pour les criminels. Tout le monde sait ça. Ce n est pas un secret. Tous ces gosses de la zone sont des criminels en puissance, une menace pour la société (8). Dans la deuxième adaptation, ce juré est un Allemand qui a réussi à s intégrer socialement. Il a un fort accent teuton. Lorsqu il hésite sur le mot qui convient pour désigner l arme du crime, à savoir un cran d arrêt, dans la première adaptation, on peut croire que c est parce qu il n est pas habitué à ces accessoires.le critère est d ordre social. Dans celle de 1997, ce serait parce qu il ne connaît pas le mot en anglais. Dans la bouche du juré d origine allemande, les préjugés ne sont plus seulement sociaux mais ethniques puisque l accusé de type hispanique incarne la nouvelle vague migratoire et que lui symbolise l ancienne. C est comme si les films tenaient à rendre compte de l histoire de l immigration en Amérique, en distinguant les différentes vagues migratoires qui se sont succédé et en reprenant les stéréotypes socioéconomiques attachés à chaque groupe de migrants. Les distinctions ethniques sont à peine perceptibles dans le film de Sidney Lumet où ce sont plutôt les différences sociales qui dominent ; dans l adaptation de Friedkin, en revanche, la diversité ethnique de la société de la fin de XX e siècle ressort davantage. Le fait d avoir introduit des personnages de couleur renforce la dimension politique de l œuvre car les préjugés raciaux y sont dénoncés. Rappelons que l accusé, présenté rapidement au début des deux adaptations alors qu il est encore dans le tribunal,est un jeune homme de type hispanique, même si aucune indication ethnique n est donnée dans le script, ce qui fait écho à la récente vague migratoire des Hispaniques. En effet, en 1990, ils sont quelque vingt-deux millions aux États-Unis et 26 % des familles de cette communauté vivent sous le seuil de pauvreté (9), chiffres déterminants dans la poussée des sentiments discriminatoires envers ces migrants aux caractéristiques ethniques et sociales mêlées. Le jeu des représentations raciales Globalement, les préjugés sociaux mis en avant dans le script de Twelve Angry Men et repris dans l adaptation de 1957 sont transcendés par les préjugés raciaux dans la version de Ils vont de pair, mais comme ils sont mis en exergue dans la seconde version, on est amené à penser que, selon Friedkin, ce sont eux qui sont considérés comme les sources principales des inégalités judiciaires qui marquent la société américaine de la fin du XX e siècle. La différence la plus évidente entre la version de 1957 et celle de 1997 est que les appartenances raciales des jurés ont changé. Dans le film de Sidney Lumet, tous les jurés sont blancs ; dans celle de William Friedkin, quatre sont noirs. Même si,

6 I hommes & migrations 7 légalement, dans les années cinquante,les Noirs et les femmes avaient le droit de siéger dans les jurys, les juges et les procureurs faisaient en sorte de les évincer, prétextant leur manque d aptitude à comprendre la complexité des affaires en assises et leur a priori en faveur des plus faibles, des minorités, et donc leur manque d impartialité. L usage était que seuls des Blancs siègent dans les jurys. Cependant, Friedkin a introduit des hommes de couleur dans son œuvre, comme si son but était de replacer cette situation des années cinquante dans les années quatre-vingtdix, et de montrer l évolution des mentalités et les progrès des droits des minorités entre Douze hommes en colère de Sidney Lumet, 1957 Collection AlloCiné/www.collectionchristophel.fr les années cinquante et les années quatre-vingt-dix. Ainsi, il confirme que les Noirs ont leur place dans la société américaine. Toutefois, aucune femme n est présente dans ce jury. Serait-ce à cause du script? Si Friedkin a voulu dresser un portrait de la composition de la population américaine dans les années quatre-vingt-dix, il a omis d inclure les femmes. Pour pallier ce problème, le rôle du juge est joué par une femme. Il y a donc un effort pour refléter la réalité de la population de l Amérique. Une société multiculturelle en question Il semble que William Friedkin ait voulu faire correspondre la composition du jury à l idée que les États-Unis sont une société multiculturelle. Or, nous partirons du postulat qu il ne s agit pas juste d être politiquement correct pour Friedkin mais de dévoiler une véritable prise de position politique.au moment où Reginald Rose écrit Twelve Angry Men, en 1955, l Amérique commence à être bouleversée par le

7 8 hommes & migrations I mouvement des droits civiques et on assiste à un réveil des consciences communautaires des minorités, des Noirs et aussi de ceux que les historiens et sociologues vont appeler les white ethnics (10), c est-à-dire les Américains blancs d origine européenne, les descendants des immigrants irlandais, allemands, italiens, slaves Ceux-ci revendiquent leur appartenance au groupe des Américains blancs et veulent se démarquer des autres minorités, noires et hispaniques entre autres, en ré-affirmant leur statut au sein du groupe blanc dominant et, pour ce faire, ils soutiennent les institutions américaines : dans la version de 1957, les jurés appartiennent à ce groupe. Par contre, le jury de la version de 1997 est multiculturel et multiracial. L évolution dans la représentation des personnages est le signe que la seconde adaptation du script de Reginald Rose a pris une dimension ethnique, raciale même, qui tente de refléter le caractère multiculturel de la population américaine. Le juré n 1, président du jury et arbitre des délibérations, est un Noir dans la version de La place de la communauté qu il représente à l intérieur de la société américaine est par conséquent reconnue puisque c est lui qui va 12 Angry Men de William Friedkin, 1997 D.R. mener la discussion. Le personnage du juré n 9 révèle le souci du metteur en scène de représenter les diverses catégories de la population américaine.dans le film de Sidney Lumet, c est un vieil homme, affaibli physiquement, qui inspire le respect comme si son expérience l avait doté d une certaine sagesse. Il s en tient aux faits mais, parce qu il connaît le prix de la vie d un homme, il est le premier à changer son vote sur la culpabilité de l accusé. À la fin du film, on apprend qu il s appelle McCardle, ce qui peut nous amener à supposer qu il a des origines irlando-écossaises.dans l adaptation de 1997, on peut se demander s il n aurait pas des origines juives, à cause de sa connaissance de la souffrance qui laisse penser qu il a appartenu à une minorité

8 I hommes & migrations 9 brimée,voire que c est un réfugié.dans les deux cas, leur famille a connu l expérience de la discrimination sociale et religieuse,d où l intérêt et la mise en avant d éventuelles circonstances atténuantes en faveur du jeune accusé. Le poids des marqueurs identitaires La distance qui s est créée entre les différentes vagues migratoires apparaît également dans la présence d acteurs tels que James Gandolfini et Tony Danza, respectivement les jurés 6 et 7. Il n est pas fait allusion aux origines de ces acteurs, mais tous deux parlent avec un fort accent de Brooklyn typique de la communauté italo-américaine du quartier, ce qui les distingue socialement et ethniquement des autres hommes appartenant au groupe anglo-américain (les jurés 3, 8 ou 12, entre autres). De plus, ces deux acteurs, très populaires aux États-Unis, sont associés à la communauté italoaméricaine à cause des divers rôles qu ils ont interprétés à la télévision et au cinéma. Dans la version de 1957, le juré n 6 est un homme d une quarantaine d années, appartenant à la classe ouvrière. Il est calme et le ton qu il emploie est ferme sans être agressif. Dans la version de 1997, le personnage est beaucoup plus virulent et son attitude ferait même penser à celle des mafieux, image typique de l Italien aux États- Unis, qui tentent de corrompre ceux qui les gênent. Dans la version de 1957, le juré n 7 paraît très décontracté et s intéresse plus au manque de confort de la salle, à la panne du ventilateur, qu à l enjeu de la discussion. Il est incarné par un homme d une cinquantaine d années, avec un chapeau révélant un statut social moyen, et il a l accent de Brooklyn. Il aime tellement le jeu, c est sa caractéristique principale,qu il fait des cocottes en papier et prend le ventilateur pour un panier de basket. Alors qu il lance une boulette en papier, celle-ci rebondit sur le visage du juré n 9,un vieil homme qui le traite d imbécile.cette situation le rabaisse encore socialement. Cette scène n existe pas dans l adaptation de 1997 mais, comme le personnage est alors ethniquement marqué, l effet est pratiquement le même. Au contraire, les jurés 8 et 12 ne connaissent guère de différences sociales entre la version de 1957 et celle de Le juré n 12 appartient à la classe supérieure. Son monde est tellement éloigné de celui de l accusé, que tant que les autres jurés ne le contraignent pas à participer au débat, il reste à l écart, comme indifférent au sort du jeune homme. Il hésite longuement quant à sa culpabilité et change son vote à plusieurs reprises. Le juré n 8, le meneur des débats, semble représenter un garde-fou contre les dysfonctionnements du système judiciaire américain. Aussi ne pouvait-il être incarné que par un personnage blanc (Henry Fonda en 1957 et Jack Lemon en 1997) d une classe sociale respectable.

9 10 hommes & migrations I En revanche, les changements apportés dans le personnage du juré n 5 sont très révélateurs. Dans la première version, c est un homme presque apeuré. Quand le président lui donne la parole pour argumenter son vote, il préfère passer son tour. Dans l adaptation de 1997, il demande s il peut le faire. Le fait de poser une question le met dans une position subalterne par rapport aux autres. En outre, le personnage est joué par un acteur noir, ce qui accentue l image d une position sociale inférieure. Par contre, lorsque son expérience dans les quartiers mal famés peut servir à élucider l affaire (il montre comment se servir d un cran d arrêt), il retrouve une certaine estime de lui-même recouvrant la place qu il doit occuper en tant que citoyen à part entière de la société américaine. Dans tous les cas, les modifications dans la représentation des personnages certifient que finalement l Amérique n est pas une société sans classe ou aveugle face aux différences raciales comme elle le prétend (11). Rappelons que la décision de la Cour suprême dans l affaire Brown contre Topeka adoptée en 1954, c est-à-dire juste avant que le script de Reginald Rose ne soit écrit (en 1955), met fin à la ségrégation raciale aux Etats-Unis : la discrimination entre les hommes, quelle que soit leur couleur, devient donc illégale. Construire la figure de l autre Tout au long des débats, les jurés font une distinction entre eux et nous, they et we. Aujourd hui, on ne saurait comprendre la situation sans se référer aux écrits de Andrew Greeley. Dans Why Can t They Be Like Us? (12), Greeley soutient que les traits culturels, politiques, sociaux, en un mot, ethniques, du groupe des they devraient se transformer pour ressembler à ceux des we, modèle anglo-américain pour les minorités. De plus, c est en opposant le eux au nous, c est-à-dire en insistant sur leurs divergences, que chacun des groupes peut mieux se définir. C est la raison pour laquelle le juré n 3 veut se démarquer du jeune accusé qui appartient à une classe sociale défavorisée. Il s efforce de montrer que lui appartient à la société blanche et a réussi socialement.les différences sociales comme les différences ethniques et raciales sont, en fait, au cœur des délibérations du jury. Elles témoignent du maintien des préjugés au sein des débats comme au sein de la société américaine. De façon comparable, le juré n 10 insiste sur les caractéristiques sociales et, implicitement, sur les origines étrangères de l accusé qui représentent un danger pour la nation américaine.dans la version de 1957,il s agit d un homme d une soixantaine d années, qui se mouche constamment, peut-être pour montrer un certain malaise à faire partie de ce jury. Il dévoile progressivement ses opinions intransigeantes, dont le point d orgue est un monologue au cours duquel il tente de convaincre les autres

10 I hommes & migrations Angry Men de William Friedkin, 1997 D.R. jurés de leur erreur de penser que l accusé est innocent, et ses propos, fondés sur des préjugés, sont tout à fait racistes. Dans l adaptation de 1997, l effet dramatique est renforcé par le fait que le juré est un Noir. Comme il divise la population en deux catégories de personnes, we contre they, ce dernier groupe comprenant ceux qu il nomme les ignorants qui représentent une menace et qu il faut soumettre, son argumentation paraît complètement déplacée, même si cette fois c est de la part d un membre d une minorité, ce qui fait penser aux positions extrémistes des militants des Black Muslims. D ailleurs, il se veut impitoyable et son jeu est plus agressif que dans la version précédente. Ce type de changements confirme que, d une adaptation plutôt psychologique en 1957, on est passé à une adaptation politique du script de Reginald Rose : Ces gens-là, ce sont des menteurs-nés. Enfin, y a qu à les regarder. Ils sont pas comme nous. Ils pensent pas comme nous. Ils agissent pas comme nous. Par exemple, il leur en faut pas beaucoup pour zigouiller quelqu un. C est vrai, bon Dieu, tout le monde sait ça [ ]. Ils sont violents! La vie humaine, ça veut pas dire la même chose pour eux que pour nous [ ]. La famille? Ils en ont rien à foutre! ils se reproduisent comme des bestioles [ ]. Ces gens-là nous envahissent! Ce gosse, là, sa race, elle est en train de se multiplier cinq fois plus vite que nous [ ]. Ils sont contre nous, ils nous détestent, ils veulent nous éliminer [ ]. Ils vont nous bouffer (13).

11 12 hommes & migrations I Une vision critique de la société américaine Ces arguments résonnent comme ceux des nativistes qui se sont propagés à la fin du XIX e siècle et qui s élevaient contre la présence des nouveaux immigrants originaires des pays d Europe du Sud et de l Est et contre l immigration asiatique et mexicaine, arguments qui soulignaient les différences génétiques entre les groupes, entre les Anglo-Américains, nous et les groupes dits inférieurs, eux, pour réclamer l arrêt de l immigration aux Etats-Unis (14). En fait, Twelve Angry Men reprend ces préjugés, qu ils soient raciaux ou sociaux, pour dénoncer les inégalités pourtant condamnées dans la société américaine depuis l adoption de la Déclaration d indépendance. Ironiquement,le juré n 11,qui est le plus représentatif de la présence des immigrants aux États-Unis, est sûrement le juré qui défend avec le plus de ferveur le système judiciaire américain bien qu il ne soit pas né américain, comme si le eux était passé du côté du nous : J ai toujours cru que dans ce pays, on avait le droit d avoir ses opinions. [...] Nous avons une responsabilité. Ce qui m a toujours paru formidable, en démocratie. [ ] Nous avons été appelés à décider si un homme est coupable ou innocent. Un homme dont nous n avions jamais entendu parler. Nous n avons rien à gagner, ni à perdre avec ce verdict. C est notre force. C est pour cela que nous ne devons pas en faire une affaire personnelle (15). C est un étranger mais il est fier d être aux États-Unis. Il a assimilé les valeurs de l Amérique, il s est fait naturaliser et il est prêt à défendre le système américain. On peut d ailleurs interpréter son exaltation par le fait qu en tant qu immigré d Europe centrale, il a peut-être fui son pays pour des raisons politiques. On peut cependant s étonner que ce juré soit joué par un acteur d origine hispanique très connu, Edward James Olmos.Le fait d être hispanique ou d Europe centrale serait-il symboliquement identique si l on considère que les hommes appartenant à ces groupes font partie d une vague migratoire minorée, que ce soit dans l Amérique du début du siècle ou dans les années quatre-vingt-dix? Les origines de l acteur ne contredisent pas l intention du metteur en scène de dénoncer les préjugés ethniques, mais le changement d origine de l acteur actualise la situation. Pour souligner cette mise à jour, Friedkin a modifié certains détails de la vie quotidienne et du décor par rapport au script : lorsqu il est fait mention de sommes d argent,c est comme si le metteur en scène avait pris en compte les effets de l inflation entre les années cinquante et quatre-vingt-dix. Le couteau que l accusé est censé avoir utilisé coûte six dollars dans le texte de Reginald Rose comme dans la version de Lumet. Dans celle de 1997, son prix est fixé à vingt-cinq dollars. Certains aspects du décor de la salle dans laquelle le jury délibère (mobilier,toilettes) ont été modernisés. C est sûrement dans un souci de rendre la situation plus crédible pour son public que Friedkin a transposé certains éléments dans le contexte des années quatre-vingt-

12 I hommes & migrations 13 dix, tandis que certains autres rappellent que l action se passe dans les années cinquante.la vétusté de la décoration et de certains détails (le ventilateur notamment) ou l attitude du juré n 10, clin d œil au mouvement des droits civiques, contrastent avec l intention de représenter le jury comme un microcosme de la société de la fin du XX e siècle. Faille ou intention de brouiller les pistes pour rendre son propos plus universel, il y a un flottement entre les deux époques ; dans les deux cas, la dénonciation reste acerbe : le jury n est-il pas en colère? En somme, le script de Twelve Angry Men est suffisamment flexible pour permettre plusieurs interprétations et le recours à des acteurs aux caractéristiques aussi divergentes. Ces variantes sont possibles car les indications intertextuelles sont finalement nombreuses.les sous-entendus prolifèrent et le texte a une valeur presque universelle pour défendre l égalité devant la justice par-delà les préjugés sociaux et ethniques. Et force est de constater que pour Lumet comme pour Friedkin, il s agit de montrer que la société américaine doit respecter ses promesses et rester une société démocratique, libre et multiculturelle. Notes 1. Twelve Angry Men de Sidney Lumet, Orion-Nova, 1957; Twelve Angry Men de William Friedkin, MGM Worldwide Television, Toutes les citations sont issues de Reginald Rose, Twelve Angry Men, London, Methuen Drama, Cette édition nous sert de référence car c est cette version qui se rapproche le plus des textes reproduits dans les deux adaptations filmiques. Traductions en français issues de L Avant-scène, adaptation de Guedj Attica et Stephan Meldegg, 1 er octobre 1997, n 1015, p Guedj Attica et Stephan Meldegg, idem, p Guedj Attica et Stephan Meldegg, idem, p Twelve Angry Men de Sidney Lumet, Orion-Nova, 1957; Twelve Angry Men de William Friedkin, MGM Worldwide Television, Guedj Attica et Stephan Meldegg, idem, p John Kenneth Galbraith, The Affluent Society, New York, Houghton Mifflin Company, Guedj Attica et Stephan Meldegg, op. cit., p Bureau du recensement, Washington D. C., Voir par exemple Rudolph Vecoli, European Americans From Immigrants to Ethnics, in International Migration Review, winter 1972, vol. 6, n 20, pp , et Humbert Nelli, From Immigrants to Ethnics : The Italian American,. New York, Oxford University Press, Voir la Constitution américaine et l opinion dissidente du juge Harlan lors de l affaire Plessy contre Ferguson en Andrew Greeley, Why Can t They Be Like Us?, New York, Institute of Human Relations Press, Guedj Attica et Stephan Meldegg, op. cit., p Voir Madison Grant, The Passing of the Great Race or the Racial Basis of European History, New York, Charles Scribner s Sons, 1916 ; Lothrop Stoddard, Racial Realities in Europe, New York, Charles Scribner s Sons, Guedj Attica et Stephan Meldegg, op. cit., pp. 14 et 24.

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

Cour suprême. simulation d un procès. Canada. Introduction génér ale. Comment réaliser une simulation de procès?

Cour suprême. simulation d un procès. Canada. Introduction génér ale. Comment réaliser une simulation de procès? simulation d un procès Introction génér ale Un procès criminel se déroule devant un juge seul, parfois assisté d un jury composé de jurés. L avocat de la défense représente l accusé, qui est présumé innocent,

Plus en détail

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme,

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme, Documents de synthèse DS 2 20.12.09 IIEDH Observatoire de la diversité et des droits culturels Situation des droits culturels Argumentaire politique www.droitsculturels.org 1. Définition des droits culturels

Plus en détail

Conseil canadien de la magistrature Directives de mi-procès

Conseil canadien de la magistrature Directives de mi-procès Conseil canadien de la magistrature Directives de mi-procès 1 Glossaire NDA = nom de l accusé NDD = nom du déclarant NDP = nom du plaignant NDT = nom du témoin ND1/3 = nom du tiers NDAT = nom de l accusé

Plus en détail

Conseil de l Europe. Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015

Conseil de l Europe. Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015 Conseil de l Europe Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015 Un plan sur la façon d améliorer les choses pour les personnes handicapées en Europe Version facile à lire Information et Participation

Plus en détail

Service de presse 15 20 novembre 2014

Service de presse 15 20 novembre 2014 Service de presse 15 20 novembre 2014 40 ans après la ratification de la Convention européenne des droits de l homme (CEDH) Les droits fondamentaux remis en question Isabelle Bindschedler Un soutien pour

Plus en détail

Les 7 Principes fondamentaux

Les 7 Principes fondamentaux Les 7 Principes fondamentaux Les 7 Principes fondamentaux de la Croix-Rouge Humanité Impartialité Neutralité Indépendance Volontariat Unité Universalité La Croix-Rouge trouve son origine dans la solidarité

Plus en détail

25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE

25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE 25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE Fidèle aux exigences de Liberté, d Égalité et de Fraternité qui le fondent, le Grand Orient de France a pour principe essentiel la liberté absolue

Plus en détail

Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes

Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes Avner Levin * * Professeur agrégé et directeur, Privacy and Cyber

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

Collection Au Quotidien LES ROMS, LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE LES ROMS LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE

Collection Au Quotidien LES ROMS, LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE LES ROMS LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE Collection Au Quotidien LES ROMS, LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE LES ROMS LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE 1 2 LES ROMS, LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE L Europe est, particulièrement

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Paris, le 12 janvier 2012 Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des

Plus en détail

Rapports sur de récentes réunions spécialisées de l'uip

Rapports sur de récentes réunions spécialisées de l'uip 133 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 17-21.10.2015 Conseil directeur CL/197/10c)-R.1 Point 10 6 octobre 2015 Rapports sur de récentes réunions spécialisées de l'uip c) 10 ème Réunion

Plus en détail

Arrêts faisant autorité

Arrêts faisant autorité Peine Obligatoire Minimale Pour Meurtre: R. c. Latimer 1 Arrêts faisant autorité PEINE OBLIGATOIRE MINIMALE POUR MEURTRE R. c. LATIMER Préparé pour le Réseau ontarien d'éducation juridique par une étudiante

Plus en détail

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans)

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) Leçon introductive au droit pénal des mineurs - définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) - textes régissant

Plus en détail

Convention sur la réduction des cas d apatridie

Convention sur la réduction des cas d apatridie Convention sur la réduction des cas d apatridie 1961 Faite à New York le 30 août 1961. Entrée en vigueur le 13 décembre 1975. Nations Unies, Recueil des Traités, vol. 989, p. 175. Copyright Nations Unies

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LES RÈGLES DÉONTOLOGIQUES... 17 TITRE II - LA PROCÉDURE DISCIPLINAIRE DU BARREAU DU QUÉBEC... 201

TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LES RÈGLES DÉONTOLOGIQUES... 17 TITRE II - LA PROCÉDURE DISCIPLINAIRE DU BARREAU DU QUÉBEC... 201 TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LES RÈGLES DÉONTOLOGIQUES................................. 17 TITRE II - LA PROCÉDURE DISCIPLINAIRE DU BARREAU DU QUÉBEC............... 201 TITRE III - LA PRATIQUE PROFESSIONNELLE...............................

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

NATIONS UNIES. Déclaration des droits des personnes appartenant à des minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques

NATIONS UNIES. Déclaration des droits des personnes appartenant à des minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques NATIONS UNIES Déclaration des droits des personnes appartenant à des minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques www2.ohchr.org/english/issues/minorities Droits des minorités Introduction

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD

COMMENTAIRE. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD 16 juillet 213 LES MÉNAGES CANADIENS SONT PLUS ENDETTÉS QUE LES MÉNAGES AMÉRICAINS, MAIS UNIQUEMENT PAR SUITE DU RÉCENT DÉSENDETTEMENT AUX ÉTATS-UNIS Faits saillants

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

Au Niger, le soutien est fort mais pas unanime pour l adoption de la sharia dans la Constitution

Au Niger, le soutien est fort mais pas unanime pour l adoption de la sharia dans la Constitution Introduction Les questions religieuses connaissent un regain d intérêt dans les espaces publics de nos pays. Au Niger, elles sont devenues préoccupantes en raison des évènements récents qui ont marqué

Plus en détail

Les défauts et «fautes impardonnables» des candidats à l élection présidentielle

Les défauts et «fautes impardonnables» des candidats à l élection présidentielle COMMUNIQUE DE PRESSE Les défauts et «fautes impardonnables» des candidats à l élection présidentielle Sondage Harris Interactive pour M6-MSN-RTL Enquête réalisée en ligne par l'institut Harris Interactive

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Règlement intérieur de l association

Règlement intérieur de l association Règlement intérieur de l association Naissance et fonctionnement de l association, informations diverses. Reims Parkour School est une association ayant vu le jour le 4 novembre 2011, sous l impulsion

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

Profils du consommateur américain

Profils du consommateur américain Profils du consommateur américain Septembre 2007 MINEFE DGTPE Prestation réalisée sous système de management de la qualité certifié AFAQ ISO 9001 Il n existe pas un consommateur américain Les Etats-Unis

Plus en détail

Jaurès. et la réforme fiscale. Benoît Kermoal* UN LONG DÉBAT : L IMPÔT SUR LE REVENU

Jaurès. et la réforme fiscale. Benoît Kermoal* UN LONG DÉBAT : L IMPÔT SUR LE REVENU NOTE n 7 - Fondation Jean- / 2014 année - 28 février 2014 - page 1 Benoît Kermoal* * Doctorant à l EHESS, enseignant en histoire au lycée Saint-Exupéry, Mantes-la-Jolie Dans l Humanité du 7 mars 1914,

Plus en détail

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit?

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? Retour au sommaire Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? BIM n 32-01 octobre 2002 Frédéric DE SOUSA-SANTOS Le BIM de cette semaine se propose de vous présenter un ouvrage de Mark Schreiner

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité?

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? Automne 2011 QU EST-CE QU UN CERTIFICAT DE SÉCURITÉ? Créée en 1978, la procédure actuelle trouve son fondement dans la loi sur l immigration

Plus en détail

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté.

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté. Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales Nos valeurs. Notre fierté. 2 Table des matières Pages 1. But du code 4 2. Champ d application 4 3. Durée d application du code 4 4. Interprétation

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action Orientations gouvernementales en matière d agression sexuelle Plan d action Édition produite par : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux Pour obtenir d autres

Plus en détail

A/RES/55/25 II. Protection des victimes de la traite des personnes

A/RES/55/25 II. Protection des victimes de la traite des personnes 2. L original de la présente Convention, dont les textes anglais, arabe, chinois, espagnol, français et russe font également foi, sera déposé auprès du Secrétaire général de l Organisation des Nations

Plus en détail

Questionnaire du projet Innocence

Questionnaire du projet Innocence 1 Questionnaire du projet Innocence Directives : Répondez de façon aussi détaillée que possible à chacune des questions suivantes ayant trait à votre dossier. Des réponses complètes et précises nous permettront

Plus en détail

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Stephen Wang COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Mariage, sacerdoce, vie consacrée, diaconat permanent, célibat «Petits Traités Spirituels» Série III «Bonheur chrétien» éditions des Béatitudes Ava n t-p r o

Plus en détail

Le Livret du Citoyen

Le Livret du Citoyen Le Livret du Citoyen Bienvenue à l âge de la majorité! Vous venez d avoir 18 ans et à l occasion de la remise de votre carte d électeur, l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

LBE Ordinateurs et Internet Programme 8. Auteur: Richard Lough Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand

LBE Ordinateurs et Internet Programme 8. Auteur: Richard Lough Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand LBE Ordinateurs et Internet Programme 8 Auteur: Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand Personnages: Beatrice (fille adolescente), John (garçon adolescent), Ordinateur (voix électronique off) Clips

Plus en détail

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 Léa Morabito, Centre d Etudes Européennes, Sciences Po Paris. Manon Réguer-Petit,

Plus en détail

SÉMIOLOGIE DE L IMAGE FONCTIONNELLE DES 2001- D TRAVAIL 2 - LE TRAVAIL D ANALYSE. Présenté à M. Luc Saint- Hilaire

SÉMIOLOGIE DE L IMAGE FONCTIONNELLE DES 2001- D TRAVAIL 2 - LE TRAVAIL D ANALYSE. Présenté à M. Luc Saint- Hilaire SÉMIOLOGIE DE L IMAGE FONCTIONNELLE DES 2001- D TRAVAIL 2 - LE TRAVAIL D ANALYSE Présenté à M. Luc Saint- Hilaire Fait par Mélanie Hanley-Boutin 95 114 726 3 octobre 2011 École des arts visuels de l Université

Plus en détail

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES Les juridictions pénales jugent les infractions à la loi pénale. Ces infractions sont définies dans le code pénal. Il existe en France, trois types d'infractions, définies

Plus en détail

LES DROITS CULTURELS. Déclaration de Fribourg

LES DROITS CULTURELS. Déclaration de Fribourg LES DROITS CULTURELS Déclaration de Fribourg Les droits culturels, Déclaration de Fribourg, page 2 considérants 1 principes fondamentaux 2 définitions justifications principes et définitions 3 identité

Plus en détail

Bonsoir, Mesdames et Messieurs,

Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Tout d abord je souhaiterais remercier les organisateurs de ce symposium, la Division de la Population des Nations Unies et la Fondation Roselli, pour leur invitation de

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici».

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». 1. Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». Près d un enfant sur cinq est victime de violence sexuelle, y compris d abus sexuels. Vous pouvez empêcher que cela arrive à votre enfant. Apprenez

Plus en détail

Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012

Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012 Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012 Introduction Le Groupe Co-operators limitée est détenu et dirigé par 45 membres-propriétaires de tout le Canada, issus

Plus en détail

Qu est-ce que je dois faire lorsque je reçois une assignation à comparaître?

Qu est-ce que je dois faire lorsque je reçois une assignation à comparaître? Être un témoin Qu est-ce qu un témoin? Le témoin est celui à qui il est demandé de se présenter devant le tribunal pour répondre à des questions sur une affaire. Les réponses données par un témoin devant

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

LA DEFENSE DEVANT LES JURIDICTIONS PENALES INTERNATIONALES

LA DEFENSE DEVANT LES JURIDICTIONS PENALES INTERNATIONALES LA DEFENSE DEVANT LES JURIDICTIONS PENALES INTERNATIONALES PAR François ROUX Depuis Nuremberg jusqu au Tribunal spécial pour le Liban, la défense devant les tribunaux pénaux internationaux a subi une évolution

Plus en détail

Le concept de leadership

Le concept de leadership Le concept de leadership Qu est ce qu un leadership? Le leadership d'un individu est, au sein d'un groupe ou d'une collectivité, la relation de confiance qui s'établit entre lui et la majorité des membres

Plus en détail

MÉMOIRE SUR LE PROJET DE LOI 71

MÉMOIRE SUR LE PROJET DE LOI 71 MÉMOIRE SUR LE PROJET DE LOI 71 Réaction de la FECQ aux modifications proposées au Code de la sécurité routière 53 e Congrès ordinaire 22, 23 et 24 janvier 2010 Collège d Alma Fédération étudiante collégiale

Plus en détail

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP»

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP» «LEADERSHIP» Est-il possible de DÉVELOPPER LES COMPÉTENCES DE LEADERSHIP? PROGRAMME DU COURS 1. Introduction 2. Les fondamentaux du Leadership 3. Valeurs, attitudes et comportements 4. Les 10 devoirs du

Plus en détail

! DOMAINE DE COMPETENCE: ARTS DU VISUEL THEMATIQUE : ART/ETAT/POUVOIR Dans le cadre de la SEQUENCE IV : «La Poésie engagée»

! DOMAINE DE COMPETENCE: ARTS DU VISUEL THEMATIQUE : ART/ETAT/POUVOIR Dans le cadre de la SEQUENCE IV : «La Poésie engagée» DOMAINE DE COMPETENCE: ARTS DU VISUEL THEMATIQUE : ART/ETAT/POUVOIR Dans le cadre de la SEQUENCE IV : «La Poésie engagée» HISTOIRE DES ARTS : Norman ROCKWELL, The Problem we all live with 3ème L OEUVRE

Plus en détail

GUIDE À L INTENTION DES PARENTS DONT L ENFANT A ÉTÉ VICTIME D UN ACTE CRIMINEL

GUIDE À L INTENTION DES PARENTS DONT L ENFANT A ÉTÉ VICTIME D UN ACTE CRIMINEL GUIDE À L INTENTION DES PARENTS DONT L ENFANT A ÉTÉ VICTIME D UN ACTE CRIMINEL TABLE DES MATIÈRES 1. Votre enfant a été victime d un acte criminel?... 3 2. Qu est-ce qu un acte criminel?... 4 A - Les crimes

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Réponse de la Plate-forme des ONG européennes du secteur social au livre blanc sur une politique de communication européenne

Réponse de la Plate-forme des ONG européennes du secteur social au livre blanc sur une politique de communication européenne Réponse de la Plate-forme des ONG européennes du secteur social au livre blanc sur une politique de communication européenne «Communication : vendre ou ouvrir l Europe?» Les ONG européennes du secteur

Plus en détail

«Les Arabes sont musulmans, les musulmans sont arabes.»

«Les Arabes sont musulmans, les musulmans sont arabes.» «Les Arabes sont musulmans, les musulmans sont arabes.» Les Turcs, les Persans et autres Arabes musulmans (...) Extrait de lettre de lecteur au journal Le Monde À cette idée reçue, il faut opposer d emblée

Plus en détail

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE)

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) Article 2 L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'état de droit, ainsi que de

Plus en détail

Yves Rocher mécène des artistes femmes

Yves Rocher mécène des artistes femmes C55/M30/J100 Ton en quadrichromie Créateur de la Cosmétique Végétale C75/M80/J95 Yves Rocher mécène des artistes femmes Depuis toujours très engagée auprès des femmes, la Marque Yves Rocher a décidé d

Plus en détail

SURVEILLANCE ÉLECTRONIQUE

SURVEILLANCE ÉLECTRONIQUE Strasbourg, 21 juin 2012 pc-cp\docs 2012\pc-cp (2012) 7 f rév PC-CP (2012) 7 rév COMITÉ EUROPÉEN POUR LES PROBLÈMES CRIMINELS (CDPC) Conseil de coopération pénologique (PC-CP) CHAMP D APPLICATION ET DÉFINITIONS

Plus en détail

Guide d intervention sur. l intimidation. destiné aux intervenants - 1 -

Guide d intervention sur. l intimidation. destiné aux intervenants - 1 - Guide d intervention sur l intimidation destiné aux intervenants - 1 - Rédaction Linda Laliberté : Mélanie Blais : Michèle Gariépy : Joanie Charrette : Espace Bois-Francs InterVal Pacte Bois-Francs organisme

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014

votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014 votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014 Introduction Afin de traiter les notions d Espace privé-

Plus en détail

CC, Décision n 2012-284 QPC du 23 novembre 2012

CC, Décision n 2012-284 QPC du 23 novembre 2012 Version pré-print pour citer cet article : «Les droits de celui qui décide de se défendre seul et le principe d égalité» (Cons. Const. 23 nov. 2012), Rev. Pén. Dr. Pén. 2012, p. 917, Les droits de celui

Plus en détail

Le Pacte international relative aux droits économiques, sociaux et culturels, 1966

Le Pacte international relative aux droits économiques, sociaux et culturels, 1966 Janvier 2014 INSTRUMENTS INTERNATIONAUX La liberté académique Le Pacte International relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, 1966 (Article 13; Observation générale No.13 paras 38-40) Le Pacte

Plus en détail

Problèmes d accès aux soins?

Problèmes d accès aux soins? Problèmes d accès aux soins? Une étude exploratoire par entretiens avec des professionnels (Synthèse) Beat Sottas, Adrienne Jaquier, Sarah Brügger 1. Contexte : qui est «socialement défavorisé»?... 2 2.

Plus en détail

Une stratégie d enseignement de la pensée critique

Une stratégie d enseignement de la pensée critique Une stratégie d enseignement de la pensée critique Jacques Boisvert Professeur de psychologie Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu La pensée critique fait partie des capacités à développer dans la formation

Plus en détail

Canada. Bulletin d information. Réfugiés pris en charge par le gouvernement. Réinstallation des réfugiés au

Canada. Bulletin d information. Réfugiés pris en charge par le gouvernement. Réinstallation des réfugiés au Réfugiés pris en charge par le gouvernement Canada Réinstallation des réfugiés au Bulletin d information Vous souhaitez vous réinstaller au Canada et votre demande a fait l objet d un examen initial par

Plus en détail

Traduire dans l aide sociale

Traduire dans l aide sociale Traduire dans l aide sociale Droits des personnes de langue étrangère et obligations de l état Résumé Jörg Künzli, docteur en droit et professeur, LL.M., avocat, Berne Alberto Achermann, docteur en droit,

Plus en détail

3 ) de mettre à la charge de la ville de Paris la somme de 1 000 euros au titre de l article L. 761-1 du code de justice administrative ;

3 ) de mettre à la charge de la ville de Paris la somme de 1 000 euros au titre de l article L. 761-1 du code de justice administrative ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N 1430123/9 Centre Dumas-Pouchkine des diasporas et cultures africaines et autres M. Heu Juge des référés Ordonnance du 9 décembre 2014 54-035-03-03 26-03-06 26-03-11 49-04

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 2 La personne Me Micheline Montreuil 1 Contenu La personne physique La personne morale 2 Objectifs Après la lecture du chapitre, l étudiant doit pouvoir : Différencier

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p.

MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p. 315 MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p. Sophie Chevalier Université de Franche-Comté France Voici un ouvrage qui débute par ses conclusions!

Plus en détail

mission Le conflit des «gars de Lapalme»,

mission Le conflit des «gars de Lapalme», composition Le conflit des «gars de Lapalme», à l origine du CIMM Le 1 er mai 1970, la CSN, la CEQ et la FTQ organisaient, à Montréal, une manifestation en appui aux travailleurs et à la travailleuse de

Plus en détail

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 39616/98 présentée par J. F. contre

Plus en détail

Code éthique LIFRAS. Pour l'environnement, lisez à l'écran! Politique générale

Code éthique LIFRAS. Pour l'environnement, lisez à l'écran! Politique générale Code éthique LIFRAS Pour l'environnement, lisez à l'écran! 2011 Politique générale La L.I.F.R.A.S. s engage à conduire la réalisation de son objectif social conformément aux normes les plus élevées en

Plus en détail

Conseil canadien de la magistrature Voies de fait et autres infractions contre la personne n entraînant pas la mort

Conseil canadien de la magistrature Voies de fait et autres infractions contre la personne n entraînant pas la mort Conseil canadien de la magistrature Voies de fait et autres infractions contre la personne n entraînant pas la mort Table des matières Infraction 244...3 Décharge d une arme à feu avec intention (Art.

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (36)/15.12 Date de publication : 24 juin 2015 TRENTE-SIXIÈME RÉUNION Date : 30 juin - 2 juillet 2015 Lieu : Salle du conseil exécutif,

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS. L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage?

BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS. L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage? BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage? Car c est une impression d orage à venir que laisse la première

Plus en détail

XXVI E ASSISES DE LA TRADUCTION LITTÉRAIRE

XXVI E ASSISES DE LA TRADUCTION LITTÉRAIRE XXVI E ASSISES DE LA TRADUCTION LITTÉRAIRE COLLOQUES TRADUIRE ÉROS 73 TRADUCTION / ÉDITION : ÉTAT DES LIEUX DELPHINE RIVET 86 COLLOQUES QUI sont les traducteurs aujourd hui? Comment leur rémunération a-t-elle

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e 1O e 2O e 3O e La fleur du soleil : 4O e 5O e 6O e Originaire du Pérou et introduite en Europe à la fin du 17e siècle, le tournesol est une plante qui porte merveilleusement son nom puisqu elle se tourne

Plus en détail

«Le trading des tendances de court terme reste très difficile»

«Le trading des tendances de court terme reste très difficile» Les Echos NESSIM AIT-KACIMI / JOURNALISTE LE 22/10 À 15:59, MIS À JOUR À 16:24 «Le trading des tendances de court terme reste très difficile» Après avoir co-fondé AHL en 1987, David Harding créé son propre

Plus en détail

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude concernant l assurance-litige en matière de brevets, par CJA Consultants Ltd Janvier 2003 V4a.fin ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude réalisée pour la Commission européenne concernant la

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013 CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE Commission Services Publics 26 novembre 2013 Intervention de Christophe SOULLEZ, chef du département ONDRP Depuis notre dernière encontre nous avons poursuivi

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE ÉCOLE DOCTORALE 2 HISTOIRE MODERNE ET CONTEMPORAINE UMR 8138 Identités, Relations internationales et civilisation de l Europe T H È S E pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ

Plus en détail