La maturité énergétique de l industrie agro alimentaire en France. Enquête 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La maturité énergétique de l industrie agro alimentaire en France. Enquête 2012"

Transcription

1 La maturité énergétique de l industrie agro alimentaire en France Enquête 2012

2 1 L enjeu énergétique de l industrie agroalimentaire

3 Une enquête réalisée sur 53% de la consommation d énergie du secteur 2 L étude présentée a pour objectif d évaluer la maturité énergétique de l industrie agroalimentaire en France. Ainsi une comparaison a été effectuée, couvrant plus de 1263 millions d euros de consommation d énergie en 2011, soit environ 53 % du secteur. L enquête a été réalisée sur un échantillon représentatif de 629 usines, dont 34% ont été visitées par les consultants d Okavango, le restant sous forme d entretiens téléphoniques. Illustration

4 Un contexte incertain, marqué par une hausse du coût énergétique 3 Les sources d énergies conventionnelles se raréfient et sont sensibles aux événements économiques, politiques, catastrophes naturels, etc. Ainsi, leur prix évolue avec une tendance à la hausse et une volatilité perturbante. Par ailleurs la libéralisation progressive des marchés demande de nouvelles compétences. Certains industriels parlent d efficacité énergétique depuis le 1 er choc pétrolier. Mais pour beaucoup, cela ne fait que commencer. Au regard de ces enjeux, comment le secteur de l agro alimentaire s organise t il? Electricité EPEX Spot ( /MWh) Gaz Zeebruge Spot ( /MWh pcs) Brent ( /bl) 0

5 4 Un enjeu de rentabilité et de compétitivité L industrie agro alimentaire a été découpée en 6 classes, en fonction de l enjeu économique de l énergie par rapport à leur activité. En effet, l énergie est un enjeu de rentabilité car elle représente en moyenne plus de 30% de l excédant brut d exploitation du secteur. «Viandes & Poissons» Abattoirs Charcutiers Poissonniers «Produits élaborés» Plats cuisinés Conserves Pâtisseries «Laitiers» Lait Beurre Fromage «Sucriers» Producteurs de sucre «Produits amylacés» Travail des grains Malteries Amidonniers L enjeu de compétitivité estd autantplusvrai aujourd hui : avec le marché libre de l énergie, les entreprises n achètent plus au même prix. avec l efficacité énergétique, lesindustrielsne vont pas à la même vitesse. «Boissons» Embouteilleurs Spiritueux Maisons de champagne La maitrise du coût énergétique est la 1 ère motivation pour la mise en place d un programme d efficacité énergétique. L enjeu environnemental devenant largement secondaire.

6 Le paradoxe de l énergie: Un sujet important mais des initiatives désordonnées 5 La maturité énergétique de l industrie agroalimentaire progresse mais les industriels ont du mal à mettre en place une démarche structurée et ordonnée 28% des industriels ont investit dans de la mesure ces 3 dernières années, avec une optique d économie d énergie. Seulement 6% des industriels ont des indicateurs de performance pertinents pour suivre leurs consommations sans l influence de facteurs externes tels que la température et le mix produit. 72% des industriels ont compris que l énergie ne se résume pas à optimiser de la technique mais aussi à challenger le besoin et la conduite d installation. Seulement 18% des industriels ont un plan d action pour trouver des leviers dans leur process. 84% des industriels veulent maitriser ce coût parce qu ils perçoivent l énergie comme un enjeu de rentabilité et de compétitivité. Seulement 11% des industriels ont une démarche structurée pour diminuer le coût énergétique de façon conséquente.

7 6 Le Leanergy Index TM pour mesurer la maturité énergétique

8 7 Les 8 enjeux analysés Le Leanergy Index TM est un outil développé par Okavango pour mesurer la maturité énergétique des industriels. Ainsi en prenant une photo à date, cela permet de se positionner par rapport à ses concurrents et au best performer, de manière à définir des axes de progrès. A partir de ces objectifs, il est possible de construire une politique énergétique, visant à obtenir des résultats concrets rapidement. LesleviersévaluésparleLeanergyIndex TM intègrent les trois niveaux qui impactent la facture énergétique: La technologie L organisation La finance

9 8 Les 5 niveaux de maturité Pour maximiser les résultats et les pérenniser, il est fondamental d inscrire chaque initiative dans le cadre d une démarche qui soit: globale (pouragirsurl ensembledes enjeux), systémique (car dépendance des flux énergétiques entre eux), structurée (pour prioriser les actions et les concrétiser).

10 9 Le Leanergy Index TM 2012 de l industrie agro alimentaire Leviers L optimisation technique L intégration thermique Le re design des besoins La conception alternative Les comportements L éco conduite des installations Les investissements durables Les achats d énergie Rien Prise de conscience Actions ponctuelles Plan d actions Amélioration continue Stratégie Maturité

11 10 L IAA a progressé entre 2010 et 2012 Leanergy Index TM Les progrès réalisés Nous constatons une progression de 6,5 en 2010 à 7,5/20 en Cette progression est notamment due à : L investissement dans la mesure. L opportunité de mise en place de mesures liées aux mises en conformité des fluides frigorigènes (R22). Une prise de conscience de l intérêt de partir du produit et de son process avant d attaquer l optimisation des utilités.

12 11 Une répartition inégale de la maturité énergétique Répartition de la maturité énergétique de l IAA en 2012 Malgré la progression de 1 point entre 2010 et 2012, nous identifions encore une barrière à 12/20. Cette barrière est la limite entre des actions désordonnées et une démarche structurée d amélioration continue. Seul 11% dépassent la barrière de 12/20 Maturité énergétique quantifiée selon le Leanergy Index TM par une note sur 20.

13 12 Des progrès possibles même pour les meilleurs Leanergy Index TM Best performer Les Best Performers mènent la performance énergétique de manière transverse. Ils visent des objectifs chiffrés. Et agissent aussi bien sur des optimisations techniques que sur l organisation. Le re design des besoins et la conception alternative se mettent en place de manière ponctuelle et commencent à se généraliser. Les points d amélioration portent principalement sur le management de l énergie. En effet, l équipe énergie est souvent centralisée mais n a pas le leadership suffisant pour pérenniser les actions dans les différentes filiales.

14 Un niveau de maturité différent selon l enjeu énergétique 13 L énergie est un poste que l on peut maitriser voir réduire à iso activité industrielle. Donc, il est pertinent de le comparer à l excédant brut d exploitation pour déterminer l enjeu énergétique. Ainsi en confrontant la maturité énergétique d un industriel donné par rapport à son enjeu énergétique, on peut le positionner sur la matrice ci dessous. 140% Produits amylacés 120% 100% Maturité énergétique = Leanergy Index TM 80% Sucriers Produits élaborés 60% 40% Laitiers Viandes 20% Boissons % Enjeu énergétique = Conso. d énergie / Excédant brut d exploitation Sur la matrice ci contre, nous identifions d un côté des industriels qui abordent l énergie de façon proactive avec différentes stratégies: Les «Sucriers» avec la diversification de leur business model en produisant du bio éthanol et compensant ainsi le risque énergétique. Les «Laitiers» avec de véritables progrès en efficacité énergétique ces 15 dernières années. Les «Boissons» avec une motivation écologique et marketing qui vient renforcer l enjeu de la maitrise des coûts. On remarque aussi: Les «Produits amylacés» avec une maturité énergétique élevée mais encore améliorable au vu de l enjeu économique de l énergie. Dans la zone à risque, on retrouve des secteurs qui subissent, bien que les origines soient différentes: Les «Produits élaborés» qui ont négligés l énergie au profit de la croissance des plats cuisinés pour répondre à la demande des clients finaux. Les «Viandes» qui se caractérisent par des consommations d énergie diffuses (hormis le besoin de froid) donc plus difficiles à challenger.

15 14 Les composantes de la maturité énergétique

16 Les comportements Chiffres clés Les industriels savent que l on peut réaliser des économies d énergie, ainsi 97% ont réalisé au moins une action en ce sens. Pourtant il sera difficile de progresser pour les 47% qui n ont pas d objectifs chiffrés. 20% sensibilisent afin de récupérer les bonnes idées du terrain et avoir leur adhésion. Mais seulement 6% agissent de manière structurée sur les comportements. Enjeux Dans une usine, la manière dont les hommes vont appréhender l énergie a un impact sur les consommations d énergies. En effet, les gaspillages, les mauvaises habitudes, le manque d information, l absence d objectifs et d indicateurs, etc. sont à l origine de surconsommations ,7 1,2 15 Leanergy Index TM 1,6 2,0 2,5 2,8 Boissons Viandes Conserves Laitiers Sucriers Amylacés Best practices Les best performers impliquent les équipes opérationnelles car elles sont une mine d information, de bonnes idées et de progrès: Nous menons des ateliers sur le terrain avec les opérateurs pour confronterlesdifférentesvisionset sensibiliser. Nous formons les responsables et opérateurs afin qu ils apprennent à interpréter le suivi des consommations. Nos objectifs d économie d énergie ont été fixés sur la base d un diagnostic global du site, partagé avec tous. Nous suivons des indicateurs pertinents qui suppriment l impact du mix produit et de la température.

17 16 L intégration thermique Chiffres clés Réaliser de l intégration thermique demande une vision globale de l usine souvent difficile à cause des fonctions cloisonnées dans l industrie. Ainsi 27% n ont rien fait et 39% se sont cantonnés à des actions ponctuelles. Pour autant 34% ont un plan d action pour prioriser l intégration thermique avant d aborder l optimisation de la production des utilités. Mais seulement 16% ont fait de l intégration thermique de manière systémique pour maximiser les gains. Enjeux L intégration thermique consiste a valoriser les flux thermiques existant dans l usine. Cette analyse systémique doit s effectuer en amont. Il est inutile en effet d investir dans de nouveaux équipements de production d utilités, si finalement ils se retrouvent surdimensionnés, voire inutiles ,5 2,0 Leanergy Index TM 1,8 2,7 4,5 3,2 Boissons Viandes Conserves Laitiers Sucriers Amylacés Best practices Les best performers ont une vue globale de toutes les utilités présentes sur le site. Ainsi ils analysent le besoin réel de chacun des utilisateurs, et modélisent les flux thermiques présents sur l usine: Nous récupérons les calories sur le circuit HP de nos centrales biétagées à l ammoniac. Plutôt que d investir dans une nouvelle chaudière, nous avons revalorisé la chaleur des fours pour l eau chaude sanitaire. Nous avons réalisé une étude de type PINCH pour identifier la meilleure stratégie technicoéconomique de récupération de calories à mettre en œuvre.»

18 17 La re design des besoins Chiffres clés Alors que selon notre expérience les actions ne requérant pas d investissement peuvent apporter plus de la moitié des gains: 57% des industriels ne se sont jamais demandés pourquoi ils avaient besoin d énergie, en telle quantité et à tel moment du process. 23% se cantonnent à des actions ponctuelles. 15% suivent un plan d action pour la 1 ère fois. Et seulement 5% ont une démarche systématique. Enjeux Toute approche énergétique devrait commencer par une remise en cause des besoins en énergie nécessaires à la fabrication du produit. En effet, le besoin en énergie évolue au gré des changements de produits, des modifications des installations techniques, des progrès du savoir fairedes opérateurs ,7 1,0 Leanergy Index TM 1,4 1,4 2,0 1,6 Boissons Viandes Conserves Laitiers Sucriers Amylacés Best practices Les best performer ont identifié les leviers organisationnels en se posant les questions que personne n osait poser par habitude: J ai questionné la production et la qualité. Ils m ont donné des raisons contradictoires pour découvrir que nous refroidissions inutilement notre produit à 8 C. Nous avons analysé la charge de nos groupes froid. Grâce à des règles simples nous avons limité les pointes et ainsi évité d investir pour augmenter la capacité. Nous avons réalisé des économies d énergie, en réduisant de moitié le temps de stockage en température contrôlé grâce à une analyse fine desloisdemiseenproduction.

19 18 Le conception alternative Chiffres clés Sur certaines fonctions du process, il est possible de diminuer les consommations, en changeant de technologie ou concevant différemment. Pour autant cela nécessite la mise en place d un projet transverse appuyé par la direction générale. Ainsi seul 2% ont réalisé une véritable transformation. Et 8% sont en cours d action. 26% sont en phase d expérimentation. Mais au final 61% n ont rien fait. Enjeux Nous vivons dans un monde en constante évolution technologique. Ainsi certaines techniques inenvisageables autrefois dans un contexte industriel, le sont aujourd hui. Mais par habitude il est assez difficile de remettre en question la conception des produits et process ,3 0,8 Leanergy Index TM 1,0 1,9 1,5 1,2 Boissons Viandes Conserves Laitiers Sucriers Amylacés Best practices Les best performer remettent en cause certaines parties de leur process soit pour le concevoir différemment, soit en changeant les étapes de manière à réduire l apport d énergie: Nous avons mis en place un traitement chimique plutôt que thermique. Nous stérilisons par haute pression alors que l on avait l habitude d utiliser de la vapeur. Nous avons déplacé l étape de pasteurisation de nos produits pour profiter de la température après cuisson. Nous avons revu notre process de manière à transférer la chaleur des produits sortants à ceux entrants.

20 19 L optimisation technique Chiffres clés L optimisation technique fait partie des réalisations les plus appliquées. Ainsi seulement 15% n ont encore rien fait. 41% ont mené des actions ponctuelles et 27% dans le cadre d un plan d action. Pourtant pour ne pas investir inutilement, il convient de ne pas optimiser 2 systèmes contradictoires, d où la nécessité d une vision globale. C est le cas de 18% qui ont mis en place une démarche structurée. Enjeux L optimisation technique peut consister à mettre au point les équipements en fonction de l utilisation qui en est faite. Voire remplacer un appareil par un autre plus performant. Il est important de vérifier ce point au risque de sur investir alors qu il suffirait de mieux réguler les équipements existants ,7 2,0 Leanergy Index TM 2,3 2,6 2,5 2,8 Boissons Viandes Conserves Laitiers Sucriers Amylacés Best practices Les best performer ont réalisé une analyse complète de l utilisation de tous leurs équipements énergivores: Nous avons passé en revue nos moteurs afin de vérifier leurs dimensionnements. Ainsi nous avons changé les moteurs surdimensionnés etmisdelarégulationpourceuxqui faisaient face à de nombreuses variations de charge. Nous avons optimisé la régulation des pasteurisateurs en fonction des caractéristiques des différents produits. Nous avons modifié la régulation des groupes froid de manière à surproduire du froid la nuit où l électricité est 3 fois moins chère, pour utiliser ce surplus le jour grâce à l inertie du système.

21 20 L éco conduite des installations Chiffres clés L éco conduite des installations fait partie des leviers organisationnels qui nécessitent peu d investissement. Pourtant 38% n ont rien réalisé alors que 87% sont convaincus qu il y a des gains à y trouver. 39% ont mis en place quelques actions ponctuelles. 23% seulement ont passé en revu tout leur process pour vérifier s il y avait des gains à prendre sur la manière de conduire l installation. Enjeux Au delà des comportements individuels, la consommation énergétique est influencée par l organisation, les procédures, l ordonnancement, etc. L éco conduite des installations nécessite de prendre en compte de nouveaux paramètres, de fixer de nouvelles règles, d automatiser le pilotage de certaines installations ,0 1,3 Leanergy Index TM 1,9 2,2 2,0 2,7 Boissons Viandes Conserves Laitiers Sucriers Amylacés Best practices Les best performer ont remis en cause la conduite de leurs installation en intégrant la dimension énergie: Nous avons mis des capteurs pour automatiser l arrêt des convoyeurs lorsqu aucun produit ne passe ou que le débit est faible. Nous avons changé certaines vannes pour pouvoir arrêter notre centrales d air comprimé le week end. Nous saturons automatiquement et en priorité nos équipements les plus performants. Nous avons mis en place un système de simulation dynamique pour piloter notre étape de process la plus énergivore.

22 21 Les investissements durables Chiffres clés La performance énergétique des équipements achetés aujourd hui est la base des consommations énergétiques de demain. Les nouveaux produits des fabricants de matériel intègrent systématiquement des options optimisées énergétiquement. Cependant, seulement 27% des industriels prennent en compte l énergie dans leur processus d investissement Et uniquement 13% évaluent les investissements en coût complet, énergie incluse. Enjeux La prise en compte de la dimension énergie dans les investissements est importante car il n est pas rare que l énergie représente plus de 75% du coût complet. Pour ce faire il faut analyser, simuler et comparer différentes options d investissement. Et ne pas hésitez à évaluer des ruptures technologiques ,9 1,5 Leanergy Index TM 1,9 3,0 2,0 2,6 Boissons Viandes Conserves Laitiers Sucriers Amylacés Best practices Les best performer raisonnent en terme de coût complet énergie incluse: Les investissements sont évalués en coût complet sur la durée de vie de l outil, en intégrant l énergie. Le calcul de rentabilité se fait avec des hypothèses sur la hausse du coût énergétique. Depuis que nous savons que l énergie représente 95% du coût total d un moteur électrique, notre direction a décidé de ne plus que acheter des moteurs à haute efficacité énergétique. Nos derniers investissements ont été réalisé avec engagement de performance énergétique de la part de nos fournisseurs.

23 22 Les achats d énergie Chiffres clés 24% subissent les achats d énergies. 35% essaient ponctuellement de challenger les achats à l échéance des contrats. 42% maitrise le timing des achats. 21% ont compris comment arbitrer avec les différentes formules offertes par le marché libre. Mais seulement 5% ont des règles budgétaires qui leur permettent des stratégies d achats qui ne font pas forcément appel à des prix fixes. Enjeux Le marché libre, offre une opportunité de compétitivité, à condition de bien définir sa propre stratégie pour gérer le risque économique. Cette gestion des achats passe par un process achat afin de faire progresser l offre des fournisseurs tout en maitrisant la diversification du panier et du timing ,2 2,1 Leanergy Index TM 2,3 3,0 3,5 3,2 Boissons Viandes Conserves Laitiers Sucriers Amylacés Best practices Les best performer réalisent des achats structurés en faisant varier le mix tarifaire (prix fixe vs variable) avec un calendrier répartit sur toute l année pour moyenniser les risques. Nous réalisons nos achats en binôme. Un acheteur dont c est le métier et une personne de la production qui connait le besoin énergétique fonction du planning de production et de la météo. Nous anticipons nos appels d offre de manière à identifier la meilleure stratégie et définir le timing de prise de décisions. Sur une partie, nous contractualisons un prix indexé pour saisir de nouvelles opportunités tout en nous fixant des seuils pour limiter les risques.

24 Qui est Okavango? 23 Okavango theenergyefficiencycompany est le cabinet de conseil opérationnel en efficacité énergétique spécialisé dans l industrie. Outrenossavoirfairedanslesachatsd énergieetl utilisation d outils innovants tel que la modélisation statistique multivariable ou le pinch, nos clients nous reconnaissent 2 différences majeures: La méthode Leanergy TM inventée par Okavango permet de transformer la totalité du potentiel d optimisation des coûts énergétiques en une réalité mesurable. L application du Lean Manufacturing à l énergie pour agir sur les process et les comportements. L accompagnement sur le terrain du diagnostic jusqu au système de management. Fondé en 2009 le cabinet compte déjà une équipe d une quinzaine d experts multidisciplinaires et des références majeures parmi les multinationales. Ainsi, lorsque le cercle vertueux des premiers résultats est initié, nous aidons nos clients à mettre en place un système de management et de progrès continu pour transformer durablement la gestion de l énergie dans l entreprise.

25 Nous contacter 24 Okavango the energy efficiency company Siege Social: Bureau Belgique: 18, Rue Gounod Saint Cloud (France) Vijfhoekstraat 40 B 1800 Vilvoorde (Belgium) Téléphone: E mail: energy.com Okavango est membre des commissions de normalisation européenne et internationale sur l énergie (en charge, par exemple, des travaux sur les normes d audit énergétique, de benchmarking ou de management de l énergie).

Okavango, cabinet de conseil en efficacité énergétique pour l industrie

Okavango, cabinet de conseil en efficacité énergétique pour l industrie Okavango a développer les méthodes Leanergy TM et Kaizen Leanergy TM pour assister les industriels dans l optimisation de leurs coûts énergétiques et de leur émissions de CO 2. Où trouver les plus grands

Plus en détail

Présentation Clean Tuesday - Octobre 2013. Le cabinet de conseil en compétitivité énergétique pour l industrie

Présentation Clean Tuesday - Octobre 2013. Le cabinet de conseil en compétitivité énergétique pour l industrie Présentation Clean Tuesday - Octobre 2013 Le cabinet de conseil en compétitivité énergétique pour l industrie Okavango en bref Qui sommes nous? Okavango est un cabinet de conseil innovant (statut JEI)

Plus en détail

COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants

COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants Okavango energy 18 rue Gounod 92210 Saint-Cloud contact@okavango-energy.com tel : 09 81 02 95

Plus en détail

Observatoire de la Maturité Energétique des Industriels de l Agro-Alimentaire en France Enquête 2014

Observatoire de la Maturité Energétique des Industriels de l Agro-Alimentaire en France Enquête 2014 Observatoire de la Maturité Energétique des Industriels de l Agro-Alimentaire Okavango Energy SAS au capital de 456 714,92 RCS de Nanterre Siret : 518 303 904 00024 Adresse : 18 rue Gounod 92210 Saint-Cloud

Plus en détail

Réduisez les couts énergétiques de vos usines sans investir. (CFIA Lyon 17/11/2015)

Réduisez les couts énergétiques de vos usines sans investir. (CFIA Lyon 17/11/2015) Réduisez les couts énergétiques de vos usines sans investir (CFIA Lyon 17/11/2015) Selon vous, Quelle est la proportion des entreprises ayant commencé à agir? 30% Subissent leur consommations énergétiques

Plus en détail

Déploiement d un Programme Opérationnel d Efficacité Energétique 16 Novembre 2010

Déploiement d un Programme Opérationnel d Efficacité Energétique 16 Novembre 2010 Déploiement d un Programme Opérationnel d Efficacité Energétique 16 Novembre 2010 Un objectif consensuel Baisser significativement et durablement la consommation énergétique Manufacturing industry can

Plus en détail

Observatoire 2014 MATURITÉ ÉNERGÉTIQUE DES INDUSTRIELS DE L AGROALIMENTAIRE DU NORD-PAS DE CALAIS

Observatoire 2014 MATURITÉ ÉNERGÉTIQUE DES INDUSTRIELS DE L AGROALIMENTAIRE DU NORD-PAS DE CALAIS Observatoire 2014 MATURITÉ ÉNERGÉTIQUE DES INDUSTRIELS DE L AGROALIMENTAIRE DU NORD-PAS DE CALAIS SOMMAIRE SYNTHÈSE DE L ENQUÊTE RÉALISÉE EN 2014 4 01 L EFFICACITE ÉNERGÉTIQUE : UN VÉRITABLE LEVIER DE

Plus en détail

Audit énergétique des Installations Thermiques Industrielles Pour Ingénieur Exploitant

Audit énergétique des Installations Thermiques Industrielles Pour Ingénieur Exploitant Durée : 5 jours Audit énergétique des Installations Thermiques Industrielles Pour Ingénieur Exploitant Réf : (Energ.01) Montrer aux participants comment procéder à un audit énergétique et le rôle d un

Plus en détail

Efficacité énergétique dans l industrie Contexte Solutions Energy Class Factory 31 Mars 2015 - Paris

Efficacité énergétique dans l industrie Contexte Solutions Energy Class Factory 31 Mars 2015 - Paris Efficacité énergétique dans l industrie Contexte Solutions Energy Class Factory 31 Mars 2015 - Paris Julien ADAM, Chargé de Mission Maitrise de l énergie - j.adam@atee.fr 1 Maitrise de l énergie dans l

Plus en détail

Présentation du 04 décembre 2014 CONFERENCE POLLUTEC

Présentation du 04 décembre 2014 CONFERENCE POLLUTEC Présentation du 04 décembre 2014 CONFERENCE POLLUTEC Retour d expérience : Exemples concrets de mises en oeuvre de solutions suite à des audits énergétiques dont celui d une Pompe A Chaleur Haute Température

Plus en détail

AUDIT D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE : VALIDEZ VOS POTENTIELS D ÉCONOMIE. Des outils performants pour qualifier vos priorités d actions

AUDIT D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE : VALIDEZ VOS POTENTIELS D ÉCONOMIE. Des outils performants pour qualifier vos priorités d actions AUDIT D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE : VALIDEZ VOS POTENTIELS D ÉCONOMIE Des outils performants pour qualifier vos priorités d actions 1 L AUDIT ÉNERGÉTIQUE: UNE ÉTAPE PRÉALABLE À LA MISE EN ŒUVRE DE TOUTE DÉMARCHE

Plus en détail

Rencontres d affaires FEDER Les économies d énergies dans les entreprises Méthode Exemples - Aides. 11/03/2013 Isabelle Soulat

Rencontres d affaires FEDER Les économies d énergies dans les entreprises Méthode Exemples - Aides. 11/03/2013 Isabelle Soulat Rencontres d affaires FEDER Les économies d énergies dans les entreprises Méthode Exemples - Aides Les enjeux énergétique de l industrie du Limousin L industrie : 21 % des consommations régionales Baisse

Plus en détail

Réduire sa consommation d énergie dans les entreprises industrielles

Réduire sa consommation d énergie dans les entreprises industrielles Martina Kost Réduire sa consommation d énergie dans les entreprises industrielles B4E 80 rue Voltaire BP 17 93121 La Courneuve cedex Joseph Irani www.b4e.fr Tél: 01.48.36.04.10 Fax: 01.48.36.08.65 Réduire

Plus en détail

Présentation réalisée par ACT Energy. Séminaire organisé par

Présentation réalisée par ACT Energy. Séminaire organisé par Présentation réalisée par ACT Energy F. ZOTTO Ir. électromécanique-énergétique Audits, Consultance, Formation Techniques Spéciales et Energie Séminaire organisé par Copyright ACT Energy 1 /30 Domaine d

Plus en détail

Aménagement responsable et performance énergétique : la distribution, un acteur engagé.

Aménagement responsable et performance énergétique : la distribution, un acteur engagé. Aménagement responsable et performance énergétique : la distribution, un acteur engagé. Mercredi 14 octobre 2015, 13 h 35 14 h 20 Espace Congrès: Rio de Janeiro 3 +11 TWh cumac générés depuis 2013 +100

Plus en détail

Performance énergétique en agro-industrie

Performance énergétique en agro-industrie FICHE EXEMPLE ACCOMPAGNEMENT Performance énergétique en agro-industrie 5 entreprises représentant 9 sites de production ont participé en 2013 à l accompagnement proposé par Alsace Qualité et soutenu par

Plus en détail

Atelier CCI Midi Pyrénées LA GESTION DE L ENERGIE EN ENTREPRISE. 15 Janvier 2016 Guillaume CALMETTES Chef de projet

Atelier CCI Midi Pyrénées LA GESTION DE L ENERGIE EN ENTREPRISE. 15 Janvier 2016 Guillaume CALMETTES Chef de projet Atelier CCI Midi Pyrénées LA GESTION DE L ENERGIE EN ENTREPRISE 15 Janvier 2016 Guillaume CALMETTES Chef de projet 1 Ordre du jour La comptabilité énergétique en entreprise - Définition - Objectif / Enjeux

Plus en détail

Bases du dépannage et maintenance des chaudières et centrales thermiques

Bases du dépannage et maintenance des chaudières et centrales thermiques Durée : 5 jours Bases du dépannage et maintenance des chaudières et centrales thermiques Réf : (Therm.01) - Permettre au personnel ayant la pratique, d'exploiter une installation comportant des générateurs

Plus en détail

Les meilleures pratiques en efficacité énergétique dans le secteur alimentaire et agroalimentaire

Les meilleures pratiques en efficacité énergétique dans le secteur alimentaire et agroalimentaire Les meilleures pratiques en efficacité énergétique dans le secteur alimentaire et agroalimentaire Marzouk Benali marzouk.benali@nrcan.gc.ca (450) 652-5533 Le retour du gros bon sen$ en agroalimentaire

Plus en détail

CATALOGUE DES FORMATIONS

CATALOGUE DES FORMATIONS CATALOGUE DES FORMATIONS Sollis organise des sessions de formations en INTER et INTRA entreprise sur les métiers de l énergie. Elles contribuent à développer de nouvelles compétences, acquérir en peu de

Plus en détail

EFFICACITE ENERGETIQUE DES IAA 3 actions pour accélérer la compétitivité énergétique de la filière régionale

EFFICACITE ENERGETIQUE DES IAA 3 actions pour accélérer la compétitivité énergétique de la filière régionale EFFICACITE ENERGETIQUE DES IAA 3 actions pour accélérer la compétitivité énergétique de la filière régionale L ENERGIE : UN FACTEUR DE COMPETITIVITE MAJEUR POUR LES IAA L agroalimentaire représente 15%

Plus en détail

Une étude économique a démontré que l éco conception était économique rentable pour les PME

Une étude économique a démontré que l éco conception était économique rentable pour les PME Développer des éco-produits Page 1 La réussite r par l innovation l à la portée e des PME-PMI PMI Une étude économique a démontré que l éco conception était économique rentable pour les PME «si elles adoptent

Plus en détail

L énergie dans les industries agro-alimentaires. Recensement des bonnes pratiques et pistes d actions pour maîtriser vos consommations

L énergie dans les industries agro-alimentaires. Recensement des bonnes pratiques et pistes d actions pour maîtriser vos consommations L énergie dans les industries agro-alimentaires Recensement des bonnes pratiques et pistes d actions pour maîtriser vos consommations Tableau de bord énergétique - Systèmes de comptage La mise en place

Plus en détail

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

Chambres d agriculture du Centre PRDAR 2014-2020

Chambres d agriculture du Centre PRDAR 2014-2020 N de l opération 213 Développement de l accompagnement en matière de stratégie d entreprise et de l approche globale des systèmes d exploitations au service de la multiperformance Chef de projet Joel LORILLOU

Plus en détail

INDUSTRIELS, DES ÉTUDES AUX INVESTISSEMENTS L ADEME FINANCE VOS PROJETS DE MAÎTRISE DE L ÉNERGIE

INDUSTRIELS, DES ÉTUDES AUX INVESTISSEMENTS L ADEME FINANCE VOS PROJETS DE MAÎTRISE DE L ÉNERGIE INDUSTRIELS, DES ÉTUDES AUX INVESTISSEMENTS L ADEME FINANCE VOS PROJETS DE MAÎTRISE DE L ÉNERGIE principales modalités l ademe finance vos projets de maîtrise de l énergie PASSEZ À L ACTION : MANAGEZ L

Plus en détail

En 2008, les industries agroalimentaires ont été confrontées à la flambée des

En 2008, les industries agroalimentaires ont été confrontées à la flambée des Agreste Synthèses IAA : une année 2008 marquée par la flambée des prix de l énergie Novembre 2009 n 2009/87 Novembre 2009 Synthèses n 2009/87 Industries agroalimentaires : une année 2008 marquée par la

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURE DIAGNOSTIC ENERGETIQUE AFIN DE MODERNISER LES SYSTEMES FROID DANS LES INDUSTRIELS EN BRETAGNE ANNEE 2015

APPEL A CANDIDATURE DIAGNOSTIC ENERGETIQUE AFIN DE MODERNISER LES SYSTEMES FROID DANS LES INDUSTRIELS EN BRETAGNE ANNEE 2015 APPEL A CANDIDATURE DIAGNOSTIC ENERGETIQUE AFIN DE MODERNISER LES SYSTEMES FROID DANS LES INDUSTRIELS EN BRETAGNE ANNEE 2015 FORMULAIRE DE CANDIDATURE 1 CONTEXTE ACTUEL : Le froid représente une part importante

Plus en détail

Camfil Saint-Martin-Longueau, une démarche d efficacité énergétique pour la certification ISO 50 001

Camfil Saint-Martin-Longueau, une démarche d efficacité énergétique pour la certification ISO 50 001 FICHE OPÉRATION INDUSTRIE Camfil Saint-Martin-Longueau, une démarche d efficacité énergétique pour la certification ISO 50 001 CAS PRATIQUE Activité : produits et service dans le domaine de la filtration

Plus en détail

La norme environnementale ISO 14001

La norme environnementale ISO 14001 La norme environnementale ISO 14001 La norme environnementale ISO 14001 Application à une usine de plats cuisinés : Présentation de l activité : Les produits élaborés crus et surgelés : les viandes farcies,

Plus en détail

L efficacite e nerge tique

L efficacite e nerge tique L efficacite e nerge tique 1. Principes généraux Une mesure «d efficacité énergétique» désigne toute action mise en œuvre par un agent économique afin de limiter la consommation d énergie liée à un usage

Plus en détail

Canada. Agroalimentaire - Particularités de l intégration des procédés (IP) Ressources naturelles Canada. Natural Resources Canada

Canada. Agroalimentaire - Particularités de l intégration des procédés (IP) Ressources naturelles Canada. Natural Resources Canada Comment l intégration des procédés peut-elle aider votre entreprise? L intégration des procédés (IP) est une approche efficace qui permet de réduire la consommation d énergie d installations industrielles

Plus en détail

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE LES FONDAMENTAUX. Alain GANNE, Délégué ATEE Midi-Pyrénées

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE LES FONDAMENTAUX. Alain GANNE, Délégué ATEE Midi-Pyrénées LA PERFORMANCE ENERGETIQUE LES FONDAMENTAUX Alain GANNE, Délégué ATEE Midi-Pyrénées 1 Groupe de travail ENERGIE ET ENVIRONNEMENT Rassemble, Informe et Propose des mesures et techniques pour faire progresser

Plus en détail

Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante

Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante Octobre 2010/White paper par Christophe Borlein membre de l AFF et de l IIF-IIR Make the most of your energy Sommaire Avant-propos

Plus en détail

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE RESEAU DE CHALEUR DE L ECO- QUARTIER «CAP AZUR» A ROQUEBRUNE-CAP-MARTIN : Un réseau de chaleur innovant,

Plus en détail

à l horizon 2010» micro-pompe à chaleur à absorption-diffusion avec capteur géothermique vertical

à l horizon 2010» micro-pompe à chaleur à absorption-diffusion avec capteur géothermique vertical Journées Thématiques ADEME - PUCA «Pr b Equipements Energétiques du BâtimentB Optimisation d une d micro-pompe à chaleur à absorption-diffusion avec capteur géothermique vertical CSTB BUDERUS Objectifs

Plus en détail

Comment aborder l Optimisation énergétique de salles anciennes et hétérogènes?

Comment aborder l Optimisation énergétique de salles anciennes et hétérogènes? Comment aborder l Optimisation énergétique de salles anciennes et hétérogènes? Témoignage de Hervé MAGNIER Aéroports de Paris Membre du CRIP Groupe de travail Data center Un environnement technique peu

Plus en détail

«Efficacité Energétique» Agir maintenant, pourquoi!

«Efficacité Energétique» Agir maintenant, pourquoi! «Efficacité Energétique» Agir maintenant, pourquoi! Vos enjeux Valoriser le patrimoine Rechercher un équilibre budgétaire Respecter le Grenelle Les obligations des copropriétés dans le cadre du Grenelle

Plus en détail

PMAX SA, Rue Ancienne Pointe 24, CH-1920 Martigny 1/17

PMAX SA, Rue Ancienne Pointe 24, CH-1920 Martigny 1/17 PMAX SA, Rue Ancienne Pointe 24, CH-1920 Martigny 1/17 PMAX SA, Rue Ancienne Pointe 24, CH-1920 Martigny Tél : +41 (0)27 723 12 92, Fax : +41 (0)27 723 12 94 Domaines d activités : CHIMIE PHARMACIE - ALIMENTAIRE

Plus en détail

Efficacité Energétique Diminuez vos coûts de production. Programme Energy Action pour l industrie

Efficacité Energétique Diminuez vos coûts de production. Programme Energy Action pour l industrie Efficacité Energétique Diminuez vos coûts de production Programme Energy Action pour l industrie Un programme d économies d énergie. Les solutions Energy Action de Schneider Electric. Des économies d énergie

Plus en détail

Fiches Techniques Bâtiment

Fiches Techniques Bâtiment Fiches Techniques Bâtiment Bâti Comment faire des économies? Aide Les déperditions par le bâti comptent jusqu à 50% de la consommation énergétique des bâtiments. La performance énergétique est donc une

Plus en détail

Lundi 9 septembre 2013

Lundi 9 septembre 2013 1 ère Université d Eté Internationale sur les Energies Renouvelables et l Efficacité Energétique (UEI-EnR-Settat) pour Etudiants et Jeunes Chercheurs 09 13 septembre 2013, Université Hassan Premier -Settat

Plus en détail

La gestion intelligente des bâtiments

La gestion intelligente des bâtiments La gestion intelligente des bâtiments Les différentes possibilités pour rendre les bâtiments plus efficaces énergétiquement Mardi 1 avril 2014 Sommaire 0/ Le contexte général 1/ Le jeu de rôle de la construction

Plus en détail

Workshop Energie (13 mai 2009)

Workshop Energie (13 mai 2009) Workshop Energie (13 mai 2009) Atelier B Réduire ses consommations, quelques actions concrètes Olivier CAPPELLIN & David LE FORT Conseillers en énergie Chemin du Stockoy 3 B-1300 WAVRE Tél: 010/47.19.43

Plus en détail

Thibaut VITTE Docteur Ingénieur Cellule Innovation H3C

Thibaut VITTE Docteur Ingénieur Cellule Innovation H3C «Smart Grid et Compteurs communicants : Quelles conséquences sur la gestion de la consommation et de la production d énergie pour les bâtiments du 21 ème siècle?» Thibaut VITTE Docteur Ingénieur Cellule

Plus en détail

De nouvelles chaudières sur la plateforme de Balan : conjuguer environnement et performance industrielle

De nouvelles chaudières sur la plateforme de Balan : conjuguer environnement et performance industrielle Le 29 octobre 2015 De nouvelles chaudières sur la plateforme de Balan : conjuguer environnement et performance industrielle Le site KEM ONE de Balan a installé deux nouvelles chaudières de production de

Plus en détail

Les outils de la transition énergétique ISO 50001

Les outils de la transition énergétique ISO 50001 Les outils de la transition énergétique ISO 50001 26 mars 2013 Michel HIRAUX +32 496 58 12 04 Le Management énergétique dans son contexte Management et Système de Management Objectif d un EnMS Facteurs

Plus en détail

RÉDUISEZ VOS CONSOMMATIONS ALLÉGEZ VOS FACTURES ÉNERGÉTIQUES

RÉDUISEZ VOS CONSOMMATIONS ALLÉGEZ VOS FACTURES ÉNERGÉTIQUES RÉDUISEZ VOS CONSOMMATIONS ALLÉGEZ VOS FACTURES ÉNERGÉTIQUES «Lean Energy Analysis» : une étude de 3e-performance pour traquer vos gaspillages et bâtir une stratégie d action 1 LEAN ENERGY ANALYSIS: DISTINGUER

Plus en détail

VOUS INVESTISSEZ DANS DES PROJETS,

VOUS INVESTISSEZ DANS DES PROJETS, «VOUS INVESTISSEZ DANS DES PROJETS, NOUS VOUS ACCOMPAGNONS DANS L ÉVALUATION ET LE PILOTAGE DE LA CROISSANCE DE VOS CIBLES ET PARTICIPATIONS» 16 bis rue Jouffroy d Abbans 75017 Paris +33 (0) 147 661 461

Plus en détail

Opportunité de mutualisation : enjeux énergétiques

Opportunité de mutualisation : enjeux énergétiques Opportunité de mutualisation : enjeux énergétiques Patricia Arlabosse Centre RAPSODEE UMR CNRS 5302 (PatriciaArlabosse@mines-albifr) Castres, Journée Thématique 24 Novembre 2015 1 Agenda Paramètres «procédés»

Plus en détail

Page 1 Innover en mécanique niq

Page 1 Innover en mécanique niq Page 1 Innover en mécanique Page 2 L efficacité énergétique des produits et procédés de l industrie mécanique Présentation de la vision et des projets suivis par le Cetim Thierry Ameye Contenu de la présentation

Plus en détail

JOURNEE ATEE LILLE DU 25 JUIN 2015 AUDITS ENERGETIQUES

JOURNEE ATEE LILLE DU 25 JUIN 2015 AUDITS ENERGETIQUES JOURNEE ATEE LILLE DU 25 JUIN 2015 AUDITS ENERGETIQUES Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque MANAGEMENT DE L ENERGIE A LA PAPETERIE STORAENSO CORBEHEM Stora Enso Printing and Stora Reading,

Plus en détail

Clean Tuesday 2014. Les solutions économiques et écologiques du gaz naturel

Clean Tuesday 2014. Les solutions économiques et écologiques du gaz naturel Clean Tuesday 2014 Les solutions économiques et écologiques du gaz naturel 16 Av. des Châteaupieds 92500 Rueil-Malmaison - France www.arionic.com - Tel: +33(0)1 41 42 36 81 Notre société Une société novatrice

Plus en détail

COP 21 : La Betterave, une production et des débouchés durables Paris, Palais des Congrès 8 décembre 2015

COP 21 : La Betterave, une production et des débouchés durables Paris, Palais des Congrès 8 décembre 2015 COP 21 : La Betterave, une production et des débouchés durables Paris, Palais des Congrès 8 décembre 2015 Myriam Maestroni CEO Economie d Energie, SAS Présidente FONDATION E5T Auteur de l ouvrage: Comprendre

Plus en détail

Auditer son environnement Telecom Un des fondements du projet TEM

Auditer son environnement Telecom Un des fondements du projet TEM Auditer son environnement Telecom Un des fondements du projet TEM Sommaire Introduction... 3 Les éléments internes essentiels à auditer... 4 Le dimensionnement de l infrastructure... 4 Les factures...

Plus en détail

Qualité. Sécurité Alimentaire

Qualité. Sécurité Alimentaire Le service Qualité Présentation du Service Démarche Qualité Qualité Réalisation des dossiers d agrément sanitaire pour les cuisines centrales >60 affermés API Réalisation des dossiers d accréditation en

Plus en détail

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 4% de la consommation d énergie

Plus en détail

Le management de l énergie au service de la performance énergétique

Le management de l énergie au service de la performance énergétique Le management de l énergie au service de la performance énergétique Hubert F ORTIN Responsable maintenance et travaux neufs Responsable SMé H ubert.fortin@fr.lnpf.com Lactalis Nestlé Ultra F rais L AVA

Plus en détail

L impact sur la performance énergétique de la régulation et de la GTB à travers les normes et réglementations

L impact sur la performance énergétique de la régulation et de la GTB à travers les normes et réglementations L impact sur la performance énergétique de la régulation et de la GTB à travers les normes et réglementations Pierre BOISSON Pôle Automatisme et Gestion de l Energie CSTB Marne la vallée pierre.boisson@cstb.fr

Plus en détail

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 43% de la consommation d énergie

Plus en détail

Énergies renouvelables. 10 employés. Boucher/ Charcutier

Énergies renouvelables. 10 employés. Boucher/ Charcutier Page1 REBUFFE SARL Contact : 21 rue Bouchevreau 53300 Ambrières les M. Gilles REBUFFE Vallées Dirigeant : 02 43 04 92 44 02 43 04 92 44 : 06 03 98 04 17 : 10 employés Boucher/ Charcutier Date de création

Plus en détail

Perdez vos kw superflus

Perdez vos kw superflus Perdez vos kw superflus Newsletter Energie Depuis 2010 Réunions > 250 participants Energies renouvelables Visites Energie > 60 visites ISO 50001 Programme Perdez vos kw superflus Accompagnement Actions

Plus en détail

RAPPORT 2011-2012 Bilan des Emissions de GES

RAPPORT 2011-2012 Bilan des Emissions de GES RAPPORT 2011-2012 Bilan des Emissions de GES Elior Restauration Entreprises Responsable du suivi : Vincent Cossac Fonction : Responsable Développement Durable Adresse : 46/52 rue Albert 75013 Paris : 01

Plus en détail

LE DIAGNOSTIC ENERGETIQUE EN INDUSTRIE: le bon moyen pour arriver à ses fins, dès lors que l on ne confond pas la fin et les moyens.

LE DIAGNOSTIC ENERGETIQUE EN INDUSTRIE: le bon moyen pour arriver à ses fins, dès lors que l on ne confond pas la fin et les moyens. LE DIAGNOSTIC ENERGETIQUE EN INDUSTRIE: le bon moyen pour arriver à ses fins, dès lors que l on ne confond pas la fin et les moyens. LE DIAGNOSTIC D HIER ET D AUJOURD HUI: Le diagnostic énergétique est

Plus en détail

L audit énergétique dans l entreprise

L audit énergétique dans l entreprise L audit énergétique dans l entreprise ASSOCIATION TECHNIQUE ENERGIE ENVIRONNEMENT Entreprises petites ou moyennes, la question de la maîtrise de l énergie revêt pour vous une importance décisive. Le groupe

Plus en détail

VISUEL. Comment acquérir et conserver une longueur d avance? Osez l innovation responsable!

VISUEL. Comment acquérir et conserver une longueur d avance? Osez l innovation responsable! VISUEL Comment acquérir et conserver une longueur d avance? Osez l innovation responsable! InnovatIon et Supply ChaIn Votre contact Une équipe dédiée pour vous accompagner et répondre à vos questions!

Plus en détail

Adapter le contrôle de gestion à l évolution des entreprises. Comment les entreprises peuvent mettre en place et faire évoluer le contrôle de gestion?

Adapter le contrôle de gestion à l évolution des entreprises. Comment les entreprises peuvent mettre en place et faire évoluer le contrôle de gestion? Adapter le contrôle de gestion à l évolution des entreprises Comment les entreprises peuvent mettre en place et faire évoluer le contrôle de gestion? Novembre 2011 Préface Depuis de nombreuses années,

Plus en détail

LA REHABILITATION ENERGETIQUE EN COPROPRIETE Par J. MICHET ENERA Conseil

LA REHABILITATION ENERGETIQUE EN COPROPRIETE Par J. MICHET ENERA Conseil LA REHABILITATION ENERGETIQUE EN COPROPRIETE Par J. MICHET ENERA Conseil Aspects réglementaires : RT Eléments par éléments, RT Existant, Décret 2012-111 : Réalisation audit énergétique pour les grandes

Plus en détail

Audit énergétique du Complexe Sportif du Blocry

Audit énergétique du Complexe Sportif du Blocry Audit énergétique du Complexe Sportif du Blocry Fabrice DERNY ICEDD Le Complexe Sportif du Blocry 3 ans 18 5 m² et 19 salles de sports (occupées de 9 à 23h 36 j/an) 9 terrains de tennis couverts (bulles)

Plus en détail

INDICATIONS DE CORRECTION

INDICATIONS DE CORRECTION SUJET NATIONAL POUR L ENSEMBLE DES CENTRES DE GESTION ORGANISATEURS Technicien principal territorial de 2 ème classe Examen professionnel de promotion interne Examen professionnel d avancement de grade

Plus en détail

Système de management de l énergie selon la norme ISO 50001

Système de management de l énergie selon la norme ISO 50001 Système de management de l énergie selon la norme ISO 50001 «Efficience Energétique et Management de l Energie» 18 Octobre 2012 CCI de l Aveyron -RODEZ Denis DAVID Complémentarité dans les métiers du marketing

Plus en détail

Plan PME - ENVIRONNEMENT ACCES Rhône-Alpes- CAP ENERGIE. CONSULTATION EXPERTS en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés

Plan PME - ENVIRONNEMENT ACCES Rhône-Alpes- CAP ENERGIE. CONSULTATION EXPERTS en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés Consultation de sociétés d Expert en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés, pour la réalisation d interventions auprès des PME/PMI dans le cadre du programme CAP ENERGIE Contexte

Plus en détail

AFIET LES DATA CENTERS. LES DATA CENTERS Copyright CRITICAL BUILDING Slide 1

AFIET LES DATA CENTERS. LES DATA CENTERS Copyright CRITICAL BUILDING Slide 1 AFIET LES DATA CENTERS LES DATA CENTERS Copyright CRITICAL BUILDING Slide 1 Pourquoi un data center? 68 % des français se connectent à des réseaux sociaux 2020 : 44 Trillions de Gbs data avec quelle énergie?

Plus en détail

Présentation de la société SCOOP Conseil. Supply Chain Orientation Optimisation & Performance

Présentation de la société SCOOP Conseil. Supply Chain Orientation Optimisation & Performance Présentation de la société SCOOP Conseil Supply Chain Orientation Optimisation & Performance Auteur: Armand BOUTET Scoop Conseil Juillet 2010 www.scoop-conseil.com Sommaire 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS 2.

Plus en détail

EFICAS. Energie Fluidique Industrielle, Cours d Audit Systèmes

EFICAS. Energie Fluidique Industrielle, Cours d Audit Systèmes EFICAS Energie Fluidique Industrielle, Cours d Audit Systèmes Résumé Ce programme s inscrit dans le cadre de l appel à projets «pour la mise en place de programmes d information, de formation et d innovation

Plus en détail

Récupérateurs de chaleur thermodynamiques. Chauffez gratuitement votre eau grâce à vos groupes frigorifiques

Récupérateurs de chaleur thermodynamiques. Chauffez gratuitement votre eau grâce à vos groupes frigorifiques Récupérateurs de chaleur thermodynamiques Chauffez gratuitement votre eau grâce à vos groupes frigorifiques Stop au gaspillage! La consommation d énergie des chauffe-eaux représente une part croissante

Plus en détail

Démonstrateur HOMES à la Préfecture de l Isère

Démonstrateur HOMES à la Préfecture de l Isère Démonstrateur HOMES à la Préfecture de l Isère 1 Un partenariat de 3 ans entre la Préfecture de l Isère et Schneider-Electric Instrumenter le site Innovation Créer une situation de référence Business Partenaires

Plus en détail

L EFFICACITÉ à cœur. Réunion «Transition énergétique» CCI Rennes 3 mars 2015 AUDIT ENERGETIQUE REGLEMENTAIRE

L EFFICACITÉ à cœur. Réunion «Transition énergétique» CCI Rennes 3 mars 2015 AUDIT ENERGETIQUE REGLEMENTAIRE L EFFICACITÉ à cœur WWW.UTILITIES-PERFORMANCE.COM -Propriété exclusive de UTILITIES PERFORMANCE. Reproduction interdite sans autorisation. Mars 2015 CCI Rennes 1 Réunion «Transition énergétique» CCI Rennes

Plus en détail

Objet : ADISSEO France SAS Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Objet : ADISSEO France SAS Bilan des émissions de gaz à effet de serre PREFECTURE DE REGION D ILE DE FRANCE Bureau environnement/énergie Immeuble Le Ponant 5 rue Leblanc 75015 PARIS ANTONY, le 21 décembre 2015 Objet : ADISSEO France SAS Bilan des émissions de gaz à effet

Plus en détail

Experts efficience informatique

Experts efficience informatique Experts efficience informatique Date 3 février 2014 Martin Dargent Dirigeant EasyVirt Martin.dargent@easyvirt.com 06 69 55 75 18 Présentation d EasyVirt EasyVirt Jeune Entreprise Innovante issue de 7 ans

Plus en détail

Cristo Control2. La régulation et le télé-suivi de vos installations thermiques avec stockage U N I V E R S A L C O M F O R T N 11.

Cristo Control2. La régulation et le télé-suivi de vos installations thermiques avec stockage U N I V E R S A L C O M F O R T N 11. U N I V E R S A L C O M F O R T Cristo Control2 La régulation et le télé-suivi de vos installations thermiques avec stockage N 11.95 A CRISTOPIA Energy Systems est une filiale du Groupe CIAT spécialisée

Plus en détail

Améliorer l efficacité énergétique des utilités industrielles et des procédés chez TERREAL

Améliorer l efficacité énergétique des utilités industrielles et des procédés chez TERREAL Améliorer l efficacité énergétique des utilités industrielles et des procédés chez TERREAL Thierry QUIQUANDON TERREAL 1 TERREAL : Présentation du groupe TERREAL: Fournit des solutions globales pour l enveloppe

Plus en détail

Le logement social. Colloque du CIBE le 9 octobre 2012 à Toulouse. Fabrice BOUZEREAU

Le logement social. Colloque du CIBE le 9 octobre 2012 à Toulouse. Fabrice BOUZEREAU Le logement social et le bois énergie Colloque du CIBE le 9 octobre 2012 à Toulouse Fabrice BOUZEREAU Sommaire 1. Le groupe SNI 2. Bases juridiques 3. Les montages juridiques envisageables 4. Les propositions

Plus en détail

Présentation ORSYP. L Innovation au service de la Performance. Alexandra Sommer. Directeur Marketing ORSYP Labs

Présentation ORSYP. L Innovation au service de la Performance. Alexandra Sommer. Directeur Marketing ORSYP Labs Présentation ORSYP L Innovation au service de la Performance Alexandra Sommer Directeur Marketing ORSYP Labs 1 Le groupe ORSYP Au service de la Performance & de la Productivité des Opérations IT +25 ans

Plus en détail

Adoptez les bons réflexes énergétiques. avec une vraie stratégie de management de l énergie

Adoptez les bons réflexes énergétiques. avec une vraie stratégie de management de l énergie Adoptez les bons réflexes énergétiques avec une vraie stratégie de management de l énergie La gestion de l énergie : un vrai levier de compétitivité Le contexte énergétique et environnemental actuel exerce

Plus en détail

Appareils de ventilation à récupération d énergie

Appareils de ventilation à récupération d énergie Énergies renouvelables VENTILATION Appareils de ventilation à récupération d énergie Ventilation double flux et systèmes multifonction qui assurent également le chauffage, la production d eau chaude sanitaire

Plus en détail

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES?

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DOSSIER N 5 MARS 2013 DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFERENCES? POURQUOI RÉALISER UN DPE? Qui réalise un DPE? Le Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

Les fondamentaux du Contrat de Performance Energétique (CPE)

Les fondamentaux du Contrat de Performance Energétique (CPE) LES OPERATEURS D EFFICACITE ENERGETIQUE 15 mars 2011 Les fondamentaux du Contrat de Performance Energétique (CPE) Le CPE est issu de la Directive 2006/32/CE, du 5 avril 2006, sur l'efficacité énergétique

Plus en détail

La dynamique d évolution des marchés

La dynamique d évolution des marchés R e n d e z - v o u s d E x p e r t PEA Consulting Aligner sa Supply Chain sur la stratégie de l entreprise Depuis plusieurs années, les entreprises ont consenti d importants efforts pour améliorer la

Plus en détail

marché local. La taille du Groupe, bien que croissante, ne lui permet pas d exister face à certains fournisseurs de matières premières.

marché local. La taille du Groupe, bien que croissante, ne lui permet pas d exister face à certains fournisseurs de matières premières. Chapitre 7 LA FONCTION ACHATS 7.1 Contexte et enjeux Les achats représentent un poste de dépense considérable pour le groupe Altrad. L addition de structures auparavant indépendantes, dotées de leurs propres

Plus en détail

Description de la préparation et de la mise en œuvre de l intervention

Description de la préparation et de la mise en œuvre de l intervention Fiche-intervention «prévention du gaspillage alimentaire» Accompagnement d un EHPAD dans son projet de réduction du gaspillage alimentaire Organismes rédacteur de la fiche intervention CREPAQ 3, rue TAUZIA,

Plus en détail

Comment aller vers la sobriété et l efficacité énergétique dans l industrie?

Comment aller vers la sobriété et l efficacité énergétique dans l industrie? Comment aller vers la sobriété et l efficacité énergétique dans l industrie? Sommaire 1. Etat des lieux 2. Leviers pour aller vers la sobriété et l efficacité énergétique 3. Zoom sur quelques propositions

Plus en détail

Steria reçoit GPSO - Grand Paris Seine Ouest

Steria reçoit GPSO - Grand Paris Seine Ouest Steria reçoit GPSO - Grand Paris Seine Ouest Visite GPSO de Green Office Meudon le 22 mars 2012 Copyright Ateliers 115 Architectes Steria GreenOffice Meudon Steria et le Système d Information qui gère

Plus en détail

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Résumé L intérêt et la motivation à tous les niveaux politiques en faveur du développement durable,

Plus en détail

Vision TMS. Cette solution a été pensée pour tous ceux qui achètent ou pilotent une activité transport, y compris en flotte dédiée.

Vision TMS. Cette solution a été pensée pour tous ceux qui achètent ou pilotent une activité transport, y compris en flotte dédiée. Vision TMS La performance de votre Supply Chain est déterminante dans la mise en place de votre stratégie de croissance et de prise de parts de marché. Le taux de satisfaction de vos clients et votre compétitivité

Plus en détail

Publication du Bilan d Emissions de Gaz à Effet de Serre Réglementaire (BEGES-r)

Publication du Bilan d Emissions de Gaz à Effet de Serre Réglementaire (BEGES-r) Publication du Bilan d Emissions de Gaz à Effet de Serre Réglementaire (BEGES-r) 1. Description de la personne morale (PM) concernée Raison sociale : ZF Systèmes de directions Nacam SAS Code NAF : 2932Z

Plus en détail

Etude de faisabilité

Etude de faisabilité Etude de faisabilité Modèle de cahier des charges pour réseaux de chaleur Ce modèle de cahier des charges d étude de faisabilité a été réalisé dans le cadre de la Mission Régionale Bois-Energie Il est

Plus en détail

Audit énergétique et ISO 50001 : Contexte réglementaire

Audit énergétique et ISO 50001 : Contexte réglementaire Audit énergétique et ISO 50001 : Contexte réglementaire Réduire le coût énergétique : outils et solutions pratiques AFQP 06 & CCI de Nice Côte d Azur le 13/01/2015 Théophile CARON - Chef de Projet Energie

Plus en détail