La maturité énergétique de l industrie agro alimentaire en France. Enquête 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La maturité énergétique de l industrie agro alimentaire en France. Enquête 2012"

Transcription

1 La maturité énergétique de l industrie agro alimentaire en France Enquête 2012

2 1 L enjeu énergétique de l industrie agroalimentaire

3 Une enquête réalisée sur 53% de la consommation d énergie du secteur 2 L étude présentée a pour objectif d évaluer la maturité énergétique de l industrie agroalimentaire en France. Ainsi une comparaison a été effectuée, couvrant plus de 1263 millions d euros de consommation d énergie en 2011, soit environ 53 % du secteur. L enquête a été réalisée sur un échantillon représentatif de 629 usines, dont 34% ont été visitées par les consultants d Okavango, le restant sous forme d entretiens téléphoniques. Illustration

4 Un contexte incertain, marqué par une hausse du coût énergétique 3 Les sources d énergies conventionnelles se raréfient et sont sensibles aux événements économiques, politiques, catastrophes naturels, etc. Ainsi, leur prix évolue avec une tendance à la hausse et une volatilité perturbante. Par ailleurs la libéralisation progressive des marchés demande de nouvelles compétences. Certains industriels parlent d efficacité énergétique depuis le 1 er choc pétrolier. Mais pour beaucoup, cela ne fait que commencer. Au regard de ces enjeux, comment le secteur de l agro alimentaire s organise t il? Electricité EPEX Spot ( /MWh) Gaz Zeebruge Spot ( /MWh pcs) Brent ( /bl) 0

5 4 Un enjeu de rentabilité et de compétitivité L industrie agro alimentaire a été découpée en 6 classes, en fonction de l enjeu économique de l énergie par rapport à leur activité. En effet, l énergie est un enjeu de rentabilité car elle représente en moyenne plus de 30% de l excédant brut d exploitation du secteur. «Viandes & Poissons» Abattoirs Charcutiers Poissonniers «Produits élaborés» Plats cuisinés Conserves Pâtisseries «Laitiers» Lait Beurre Fromage «Sucriers» Producteurs de sucre «Produits amylacés» Travail des grains Malteries Amidonniers L enjeu de compétitivité estd autantplusvrai aujourd hui : avec le marché libre de l énergie, les entreprises n achètent plus au même prix. avec l efficacité énergétique, lesindustrielsne vont pas à la même vitesse. «Boissons» Embouteilleurs Spiritueux Maisons de champagne La maitrise du coût énergétique est la 1 ère motivation pour la mise en place d un programme d efficacité énergétique. L enjeu environnemental devenant largement secondaire.

6 Le paradoxe de l énergie: Un sujet important mais des initiatives désordonnées 5 La maturité énergétique de l industrie agroalimentaire progresse mais les industriels ont du mal à mettre en place une démarche structurée et ordonnée 28% des industriels ont investit dans de la mesure ces 3 dernières années, avec une optique d économie d énergie. Seulement 6% des industriels ont des indicateurs de performance pertinents pour suivre leurs consommations sans l influence de facteurs externes tels que la température et le mix produit. 72% des industriels ont compris que l énergie ne se résume pas à optimiser de la technique mais aussi à challenger le besoin et la conduite d installation. Seulement 18% des industriels ont un plan d action pour trouver des leviers dans leur process. 84% des industriels veulent maitriser ce coût parce qu ils perçoivent l énergie comme un enjeu de rentabilité et de compétitivité. Seulement 11% des industriels ont une démarche structurée pour diminuer le coût énergétique de façon conséquente.

7 6 Le Leanergy Index TM pour mesurer la maturité énergétique

8 7 Les 8 enjeux analysés Le Leanergy Index TM est un outil développé par Okavango pour mesurer la maturité énergétique des industriels. Ainsi en prenant une photo à date, cela permet de se positionner par rapport à ses concurrents et au best performer, de manière à définir des axes de progrès. A partir de ces objectifs, il est possible de construire une politique énergétique, visant à obtenir des résultats concrets rapidement. LesleviersévaluésparleLeanergyIndex TM intègrent les trois niveaux qui impactent la facture énergétique: La technologie L organisation La finance

9 8 Les 5 niveaux de maturité Pour maximiser les résultats et les pérenniser, il est fondamental d inscrire chaque initiative dans le cadre d une démarche qui soit: globale (pouragirsurl ensembledes enjeux), systémique (car dépendance des flux énergétiques entre eux), structurée (pour prioriser les actions et les concrétiser).

10 9 Le Leanergy Index TM 2012 de l industrie agro alimentaire Leviers L optimisation technique L intégration thermique Le re design des besoins La conception alternative Les comportements L éco conduite des installations Les investissements durables Les achats d énergie Rien Prise de conscience Actions ponctuelles Plan d actions Amélioration continue Stratégie Maturité

11 10 L IAA a progressé entre 2010 et 2012 Leanergy Index TM Les progrès réalisés Nous constatons une progression de 6,5 en 2010 à 7,5/20 en Cette progression est notamment due à : L investissement dans la mesure. L opportunité de mise en place de mesures liées aux mises en conformité des fluides frigorigènes (R22). Une prise de conscience de l intérêt de partir du produit et de son process avant d attaquer l optimisation des utilités.

12 11 Une répartition inégale de la maturité énergétique Répartition de la maturité énergétique de l IAA en 2012 Malgré la progression de 1 point entre 2010 et 2012, nous identifions encore une barrière à 12/20. Cette barrière est la limite entre des actions désordonnées et une démarche structurée d amélioration continue. Seul 11% dépassent la barrière de 12/20 Maturité énergétique quantifiée selon le Leanergy Index TM par une note sur 20.

13 12 Des progrès possibles même pour les meilleurs Leanergy Index TM Best performer Les Best Performers mènent la performance énergétique de manière transverse. Ils visent des objectifs chiffrés. Et agissent aussi bien sur des optimisations techniques que sur l organisation. Le re design des besoins et la conception alternative se mettent en place de manière ponctuelle et commencent à se généraliser. Les points d amélioration portent principalement sur le management de l énergie. En effet, l équipe énergie est souvent centralisée mais n a pas le leadership suffisant pour pérenniser les actions dans les différentes filiales.

14 Un niveau de maturité différent selon l enjeu énergétique 13 L énergie est un poste que l on peut maitriser voir réduire à iso activité industrielle. Donc, il est pertinent de le comparer à l excédant brut d exploitation pour déterminer l enjeu énergétique. Ainsi en confrontant la maturité énergétique d un industriel donné par rapport à son enjeu énergétique, on peut le positionner sur la matrice ci dessous. 140% Produits amylacés 120% 100% Maturité énergétique = Leanergy Index TM 80% Sucriers Produits élaborés 60% 40% Laitiers Viandes 20% Boissons % Enjeu énergétique = Conso. d énergie / Excédant brut d exploitation Sur la matrice ci contre, nous identifions d un côté des industriels qui abordent l énergie de façon proactive avec différentes stratégies: Les «Sucriers» avec la diversification de leur business model en produisant du bio éthanol et compensant ainsi le risque énergétique. Les «Laitiers» avec de véritables progrès en efficacité énergétique ces 15 dernières années. Les «Boissons» avec une motivation écologique et marketing qui vient renforcer l enjeu de la maitrise des coûts. On remarque aussi: Les «Produits amylacés» avec une maturité énergétique élevée mais encore améliorable au vu de l enjeu économique de l énergie. Dans la zone à risque, on retrouve des secteurs qui subissent, bien que les origines soient différentes: Les «Produits élaborés» qui ont négligés l énergie au profit de la croissance des plats cuisinés pour répondre à la demande des clients finaux. Les «Viandes» qui se caractérisent par des consommations d énergie diffuses (hormis le besoin de froid) donc plus difficiles à challenger.

15 14 Les composantes de la maturité énergétique

16 Les comportements Chiffres clés Les industriels savent que l on peut réaliser des économies d énergie, ainsi 97% ont réalisé au moins une action en ce sens. Pourtant il sera difficile de progresser pour les 47% qui n ont pas d objectifs chiffrés. 20% sensibilisent afin de récupérer les bonnes idées du terrain et avoir leur adhésion. Mais seulement 6% agissent de manière structurée sur les comportements. Enjeux Dans une usine, la manière dont les hommes vont appréhender l énergie a un impact sur les consommations d énergies. En effet, les gaspillages, les mauvaises habitudes, le manque d information, l absence d objectifs et d indicateurs, etc. sont à l origine de surconsommations ,7 1,2 15 Leanergy Index TM 1,6 2,0 2,5 2,8 Boissons Viandes Conserves Laitiers Sucriers Amylacés Best practices Les best performers impliquent les équipes opérationnelles car elles sont une mine d information, de bonnes idées et de progrès: Nous menons des ateliers sur le terrain avec les opérateurs pour confronterlesdifférentesvisionset sensibiliser. Nous formons les responsables et opérateurs afin qu ils apprennent à interpréter le suivi des consommations. Nos objectifs d économie d énergie ont été fixés sur la base d un diagnostic global du site, partagé avec tous. Nous suivons des indicateurs pertinents qui suppriment l impact du mix produit et de la température.

17 16 L intégration thermique Chiffres clés Réaliser de l intégration thermique demande une vision globale de l usine souvent difficile à cause des fonctions cloisonnées dans l industrie. Ainsi 27% n ont rien fait et 39% se sont cantonnés à des actions ponctuelles. Pour autant 34% ont un plan d action pour prioriser l intégration thermique avant d aborder l optimisation de la production des utilités. Mais seulement 16% ont fait de l intégration thermique de manière systémique pour maximiser les gains. Enjeux L intégration thermique consiste a valoriser les flux thermiques existant dans l usine. Cette analyse systémique doit s effectuer en amont. Il est inutile en effet d investir dans de nouveaux équipements de production d utilités, si finalement ils se retrouvent surdimensionnés, voire inutiles ,5 2,0 Leanergy Index TM 1,8 2,7 4,5 3,2 Boissons Viandes Conserves Laitiers Sucriers Amylacés Best practices Les best performers ont une vue globale de toutes les utilités présentes sur le site. Ainsi ils analysent le besoin réel de chacun des utilisateurs, et modélisent les flux thermiques présents sur l usine: Nous récupérons les calories sur le circuit HP de nos centrales biétagées à l ammoniac. Plutôt que d investir dans une nouvelle chaudière, nous avons revalorisé la chaleur des fours pour l eau chaude sanitaire. Nous avons réalisé une étude de type PINCH pour identifier la meilleure stratégie technicoéconomique de récupération de calories à mettre en œuvre.»

18 17 La re design des besoins Chiffres clés Alors que selon notre expérience les actions ne requérant pas d investissement peuvent apporter plus de la moitié des gains: 57% des industriels ne se sont jamais demandés pourquoi ils avaient besoin d énergie, en telle quantité et à tel moment du process. 23% se cantonnent à des actions ponctuelles. 15% suivent un plan d action pour la 1 ère fois. Et seulement 5% ont une démarche systématique. Enjeux Toute approche énergétique devrait commencer par une remise en cause des besoins en énergie nécessaires à la fabrication du produit. En effet, le besoin en énergie évolue au gré des changements de produits, des modifications des installations techniques, des progrès du savoir fairedes opérateurs ,7 1,0 Leanergy Index TM 1,4 1,4 2,0 1,6 Boissons Viandes Conserves Laitiers Sucriers Amylacés Best practices Les best performer ont identifié les leviers organisationnels en se posant les questions que personne n osait poser par habitude: J ai questionné la production et la qualité. Ils m ont donné des raisons contradictoires pour découvrir que nous refroidissions inutilement notre produit à 8 C. Nous avons analysé la charge de nos groupes froid. Grâce à des règles simples nous avons limité les pointes et ainsi évité d investir pour augmenter la capacité. Nous avons réalisé des économies d énergie, en réduisant de moitié le temps de stockage en température contrôlé grâce à une analyse fine desloisdemiseenproduction.

19 18 Le conception alternative Chiffres clés Sur certaines fonctions du process, il est possible de diminuer les consommations, en changeant de technologie ou concevant différemment. Pour autant cela nécessite la mise en place d un projet transverse appuyé par la direction générale. Ainsi seul 2% ont réalisé une véritable transformation. Et 8% sont en cours d action. 26% sont en phase d expérimentation. Mais au final 61% n ont rien fait. Enjeux Nous vivons dans un monde en constante évolution technologique. Ainsi certaines techniques inenvisageables autrefois dans un contexte industriel, le sont aujourd hui. Mais par habitude il est assez difficile de remettre en question la conception des produits et process ,3 0,8 Leanergy Index TM 1,0 1,9 1,5 1,2 Boissons Viandes Conserves Laitiers Sucriers Amylacés Best practices Les best performer remettent en cause certaines parties de leur process soit pour le concevoir différemment, soit en changeant les étapes de manière à réduire l apport d énergie: Nous avons mis en place un traitement chimique plutôt que thermique. Nous stérilisons par haute pression alors que l on avait l habitude d utiliser de la vapeur. Nous avons déplacé l étape de pasteurisation de nos produits pour profiter de la température après cuisson. Nous avons revu notre process de manière à transférer la chaleur des produits sortants à ceux entrants.

20 19 L optimisation technique Chiffres clés L optimisation technique fait partie des réalisations les plus appliquées. Ainsi seulement 15% n ont encore rien fait. 41% ont mené des actions ponctuelles et 27% dans le cadre d un plan d action. Pourtant pour ne pas investir inutilement, il convient de ne pas optimiser 2 systèmes contradictoires, d où la nécessité d une vision globale. C est le cas de 18% qui ont mis en place une démarche structurée. Enjeux L optimisation technique peut consister à mettre au point les équipements en fonction de l utilisation qui en est faite. Voire remplacer un appareil par un autre plus performant. Il est important de vérifier ce point au risque de sur investir alors qu il suffirait de mieux réguler les équipements existants ,7 2,0 Leanergy Index TM 2,3 2,6 2,5 2,8 Boissons Viandes Conserves Laitiers Sucriers Amylacés Best practices Les best performer ont réalisé une analyse complète de l utilisation de tous leurs équipements énergivores: Nous avons passé en revue nos moteurs afin de vérifier leurs dimensionnements. Ainsi nous avons changé les moteurs surdimensionnés etmisdelarégulationpourceuxqui faisaient face à de nombreuses variations de charge. Nous avons optimisé la régulation des pasteurisateurs en fonction des caractéristiques des différents produits. Nous avons modifié la régulation des groupes froid de manière à surproduire du froid la nuit où l électricité est 3 fois moins chère, pour utiliser ce surplus le jour grâce à l inertie du système.

21 20 L éco conduite des installations Chiffres clés L éco conduite des installations fait partie des leviers organisationnels qui nécessitent peu d investissement. Pourtant 38% n ont rien réalisé alors que 87% sont convaincus qu il y a des gains à y trouver. 39% ont mis en place quelques actions ponctuelles. 23% seulement ont passé en revu tout leur process pour vérifier s il y avait des gains à prendre sur la manière de conduire l installation. Enjeux Au delà des comportements individuels, la consommation énergétique est influencée par l organisation, les procédures, l ordonnancement, etc. L éco conduite des installations nécessite de prendre en compte de nouveaux paramètres, de fixer de nouvelles règles, d automatiser le pilotage de certaines installations ,0 1,3 Leanergy Index TM 1,9 2,2 2,0 2,7 Boissons Viandes Conserves Laitiers Sucriers Amylacés Best practices Les best performer ont remis en cause la conduite de leurs installation en intégrant la dimension énergie: Nous avons mis des capteurs pour automatiser l arrêt des convoyeurs lorsqu aucun produit ne passe ou que le débit est faible. Nous avons changé certaines vannes pour pouvoir arrêter notre centrales d air comprimé le week end. Nous saturons automatiquement et en priorité nos équipements les plus performants. Nous avons mis en place un système de simulation dynamique pour piloter notre étape de process la plus énergivore.

22 21 Les investissements durables Chiffres clés La performance énergétique des équipements achetés aujourd hui est la base des consommations énergétiques de demain. Les nouveaux produits des fabricants de matériel intègrent systématiquement des options optimisées énergétiquement. Cependant, seulement 27% des industriels prennent en compte l énergie dans leur processus d investissement Et uniquement 13% évaluent les investissements en coût complet, énergie incluse. Enjeux La prise en compte de la dimension énergie dans les investissements est importante car il n est pas rare que l énergie représente plus de 75% du coût complet. Pour ce faire il faut analyser, simuler et comparer différentes options d investissement. Et ne pas hésitez à évaluer des ruptures technologiques ,9 1,5 Leanergy Index TM 1,9 3,0 2,0 2,6 Boissons Viandes Conserves Laitiers Sucriers Amylacés Best practices Les best performer raisonnent en terme de coût complet énergie incluse: Les investissements sont évalués en coût complet sur la durée de vie de l outil, en intégrant l énergie. Le calcul de rentabilité se fait avec des hypothèses sur la hausse du coût énergétique. Depuis que nous savons que l énergie représente 95% du coût total d un moteur électrique, notre direction a décidé de ne plus que acheter des moteurs à haute efficacité énergétique. Nos derniers investissements ont été réalisé avec engagement de performance énergétique de la part de nos fournisseurs.

23 22 Les achats d énergie Chiffres clés 24% subissent les achats d énergies. 35% essaient ponctuellement de challenger les achats à l échéance des contrats. 42% maitrise le timing des achats. 21% ont compris comment arbitrer avec les différentes formules offertes par le marché libre. Mais seulement 5% ont des règles budgétaires qui leur permettent des stratégies d achats qui ne font pas forcément appel à des prix fixes. Enjeux Le marché libre, offre une opportunité de compétitivité, à condition de bien définir sa propre stratégie pour gérer le risque économique. Cette gestion des achats passe par un process achat afin de faire progresser l offre des fournisseurs tout en maitrisant la diversification du panier et du timing ,2 2,1 Leanergy Index TM 2,3 3,0 3,5 3,2 Boissons Viandes Conserves Laitiers Sucriers Amylacés Best practices Les best performer réalisent des achats structurés en faisant varier le mix tarifaire (prix fixe vs variable) avec un calendrier répartit sur toute l année pour moyenniser les risques. Nous réalisons nos achats en binôme. Un acheteur dont c est le métier et une personne de la production qui connait le besoin énergétique fonction du planning de production et de la météo. Nous anticipons nos appels d offre de manière à identifier la meilleure stratégie et définir le timing de prise de décisions. Sur une partie, nous contractualisons un prix indexé pour saisir de nouvelles opportunités tout en nous fixant des seuils pour limiter les risques.

24 Qui est Okavango? 23 Okavango theenergyefficiencycompany est le cabinet de conseil opérationnel en efficacité énergétique spécialisé dans l industrie. Outrenossavoirfairedanslesachatsd énergieetl utilisation d outils innovants tel que la modélisation statistique multivariable ou le pinch, nos clients nous reconnaissent 2 différences majeures: La méthode Leanergy TM inventée par Okavango permet de transformer la totalité du potentiel d optimisation des coûts énergétiques en une réalité mesurable. L application du Lean Manufacturing à l énergie pour agir sur les process et les comportements. L accompagnement sur le terrain du diagnostic jusqu au système de management. Fondé en 2009 le cabinet compte déjà une équipe d une quinzaine d experts multidisciplinaires et des références majeures parmi les multinationales. Ainsi, lorsque le cercle vertueux des premiers résultats est initié, nous aidons nos clients à mettre en place un système de management et de progrès continu pour transformer durablement la gestion de l énergie dans l entreprise.

25 Nous contacter 24 Okavango the energy efficiency company Siege Social: Bureau Belgique: 18, Rue Gounod Saint Cloud (France) Vijfhoekstraat 40 B 1800 Vilvoorde (Belgium) Téléphone: E mail: energy.com Okavango est membre des commissions de normalisation européenne et internationale sur l énergie (en charge, par exemple, des travaux sur les normes d audit énergétique, de benchmarking ou de management de l énergie).

Présentation Clean Tuesday - Octobre 2013. Le cabinet de conseil en compétitivité énergétique pour l industrie

Présentation Clean Tuesday - Octobre 2013. Le cabinet de conseil en compétitivité énergétique pour l industrie Présentation Clean Tuesday - Octobre 2013 Le cabinet de conseil en compétitivité énergétique pour l industrie Okavango en bref Qui sommes nous? Okavango est un cabinet de conseil innovant (statut JEI)

Plus en détail

COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants

COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants Okavango energy 18 rue Gounod 92210 Saint-Cloud contact@okavango-energy.com tel : 09 81 02 95

Plus en détail

Présentation du 04 décembre 2014 CONFERENCE POLLUTEC

Présentation du 04 décembre 2014 CONFERENCE POLLUTEC Présentation du 04 décembre 2014 CONFERENCE POLLUTEC Retour d expérience : Exemples concrets de mises en oeuvre de solutions suite à des audits énergétiques dont celui d une Pompe A Chaleur Haute Température

Plus en détail

Réduire sa consommation d énergie dans les entreprises industrielles

Réduire sa consommation d énergie dans les entreprises industrielles Martina Kost Réduire sa consommation d énergie dans les entreprises industrielles B4E 80 rue Voltaire BP 17 93121 La Courneuve cedex Joseph Irani www.b4e.fr Tél: 01.48.36.04.10 Fax: 01.48.36.08.65 Réduire

Plus en détail

Camfil Saint-Martin-Longueau, une démarche d efficacité énergétique pour la certification ISO 50 001

Camfil Saint-Martin-Longueau, une démarche d efficacité énergétique pour la certification ISO 50 001 FICHE OPÉRATION INDUSTRIE Camfil Saint-Martin-Longueau, une démarche d efficacité énergétique pour la certification ISO 50 001 CAS PRATIQUE Activité : produits et service dans le domaine de la filtration

Plus en détail

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE RESEAU DE CHALEUR DE L ECO- QUARTIER «CAP AZUR» A ROQUEBRUNE-CAP-MARTIN : Un réseau de chaleur innovant,

Plus en détail

Fiches Techniques Bâtiment

Fiches Techniques Bâtiment Fiches Techniques Bâtiment Bâti Comment faire des économies? Aide Les déperditions par le bâti comptent jusqu à 50% de la consommation énergétique des bâtiments. La performance énergétique est donc une

Plus en détail

Comment aborder l Optimisation énergétique de salles anciennes et hétérogènes?

Comment aborder l Optimisation énergétique de salles anciennes et hétérogènes? Comment aborder l Optimisation énergétique de salles anciennes et hétérogènes? Témoignage de Hervé MAGNIER Aéroports de Paris Membre du CRIP Groupe de travail Data center Un environnement technique peu

Plus en détail

Efficacité Energétique Diminuez vos coûts de production. Programme Energy Action pour l industrie

Efficacité Energétique Diminuez vos coûts de production. Programme Energy Action pour l industrie Efficacité Energétique Diminuez vos coûts de production Programme Energy Action pour l industrie Un programme d économies d énergie. Les solutions Energy Action de Schneider Electric. Des économies d énergie

Plus en détail

Experts efficience informatique

Experts efficience informatique Experts efficience informatique Date 3 février 2014 Martin Dargent Dirigeant EasyVirt Martin.dargent@easyvirt.com 06 69 55 75 18 Présentation d EasyVirt EasyVirt Jeune Entreprise Innovante issue de 7 ans

Plus en détail

Thibaut VITTE Docteur Ingénieur Cellule Innovation H3C

Thibaut VITTE Docteur Ingénieur Cellule Innovation H3C «Smart Grid et Compteurs communicants : Quelles conséquences sur la gestion de la consommation et de la production d énergie pour les bâtiments du 21 ème siècle?» Thibaut VITTE Docteur Ingénieur Cellule

Plus en détail

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante

Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante Juillet 2011/White paper par Christophe Borlein membre de l AFF et de l IIF-IIR Make the most of your energy Sommaire Avant-propos

Plus en détail

Enjeux énergétiques et maîtrise de la demande dans le bâtiment résidentiel. Mai 2012

Enjeux énergétiques et maîtrise de la demande dans le bâtiment résidentiel. Mai 2012 Enjeux énergétiques et maîtrise de la demande dans le bâtiment résidentiel. Mai 212 Sommaire Maîtrise de la demande dans le bâtiment résidentiel. La rénovation du parc existant, élément clé des enjeux

Plus en détail

GREEN IT, une responsabilité collective

GREEN IT, une responsabilité collective GREEN IT, une responsabilité collective Transformer les enjeux écologiques en avantage concurrentiel La prise de conscience mondiale des enjeux environnementaux met les entreprises au cœur du débat écologique.

Plus en détail

AFIET LES DATA CENTERS. LES DATA CENTERS Copyright CRITICAL BUILDING Slide 1

AFIET LES DATA CENTERS. LES DATA CENTERS Copyright CRITICAL BUILDING Slide 1 AFIET LES DATA CENTERS LES DATA CENTERS Copyright CRITICAL BUILDING Slide 1 Pourquoi un data center? 68 % des français se connectent à des réseaux sociaux 2020 : 44 Trillions de Gbs data avec quelle énergie?

Plus en détail

«Mieux Produire» «Mieux Consommer»

«Mieux Produire» «Mieux Consommer» Dossier de Presse «Mieux Produire» «Mieux Consommer» Salon CFIA Stand A24 / B21 - Hall 7 Contact presse Profile PR - Muriel Droin Tél : 01 56 26 72 00 mdroin@profilepr.fr Sommaire > CFIA : le Carrefour

Plus en détail

Qualité. Sécurité Alimentaire

Qualité. Sécurité Alimentaire Le service Qualité Présentation du Service Démarche Qualité Qualité Réalisation des dossiers d agrément sanitaire pour les cuisines centrales >60 affermés API Réalisation des dossiers d accréditation en

Plus en détail

Énergies renouvelables. 10 employés. Boucher/ Charcutier

Énergies renouvelables. 10 employés. Boucher/ Charcutier Page1 REBUFFE SARL Contact : 21 rue Bouchevreau 53300 Ambrières les M. Gilles REBUFFE Vallées Dirigeant : 02 43 04 92 44 02 43 04 92 44 : 06 03 98 04 17 : 10 employés Boucher/ Charcutier Date de création

Plus en détail

Auditer son environnement Telecom Un des fondements du projet TEM

Auditer son environnement Telecom Un des fondements du projet TEM Auditer son environnement Telecom Un des fondements du projet TEM Sommaire Introduction... 3 Les éléments internes essentiels à auditer... 4 Le dimensionnement de l infrastructure... 4 Les factures...

Plus en détail

Publication du Bilan d Emissions de Gaz à Effet de Serre Réglementaire (BEGES-r)

Publication du Bilan d Emissions de Gaz à Effet de Serre Réglementaire (BEGES-r) Publication du Bilan d Emissions de Gaz à Effet de Serre Réglementaire (BEGES-r) 1. Description de la personne morale (PM) concernée Raison sociale : ZF Systèmes de directions Nacam SAS Code NAF : 2932Z

Plus en détail

Quand solaire thermique et photovoltaïque s'unissent... le PV-T. Grand Prix de l Innovation

Quand solaire thermique et photovoltaïque s'unissent... le PV-T. Grand Prix de l Innovation Quand solaire thermique et photovoltaïque s'unissent... le PV-T. Grand Prix de l Innovation Solaire 2G S.A.S. - 28 mai 2013 - Présentation CleanTuesday Paris «Energie Solaire» Vision Technologie Applications

Plus en détail

industrie agroalimentaire

industrie agroalimentaire industrie agroalimentaire agro L élaboration des produits agroalimentaires nécessite la mise en place et le contrôle de nombreux procédés et technologies avancées. De la réception des matières premières

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

Etude de faisabilité

Etude de faisabilité Etude de faisabilité Modèle de cahier des charges pour chaufferie dédiée Ce modèle de cahier des charges d étude de faisabilité a été réalisé dans le cadre de la Mission Régionale Bois-Energie Il est un

Plus en détail

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 43% de la consommation d énergie

Plus en détail

Les outils de la transition énergétique ISO 50001

Les outils de la transition énergétique ISO 50001 Les outils de la transition énergétique ISO 50001 26 mars 2013 Michel HIRAUX +32 496 58 12 04 Le Management énergétique dans son contexte Management et Système de Management Objectif d un EnMS Facteurs

Plus en détail

Etude de marché de la gazéification en Languedoc Roussillon Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013

Etude de marché de la gazéification en Languedoc Roussillon Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013 Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013 Document produit par ENEA Consulting I 89 rue Réaumur, 75002 Paris I +33 (0) 1 82 83 83 83 I www.enea-consulting.com Sommaire ENEA : qui sommes-nous?

Plus en détail

Restauration collective

Restauration collective Dossier de presse Février 2014 Restauration collective La portion de fromage emballée individuellement un atout dans la lutte contre le gaspillage alimentaire Contacts presse : agence becom! T. 01 42 09

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

Enquête industrie Agroalimentaire

Enquête industrie Agroalimentaire [Texte] Enquête industrie Agroalimentaire La CCI de la Vendée a mené, courant 2013, une enquête auprès des entreprises industrielles vendéennes afin d analyser la structuration et l organisation de ces

Plus en détail

Novembre 2013. Regard sur service desk

Novembre 2013. Regard sur service desk Novembre 2013 Regard sur service desk édito «reprenez le contrôle grâce à votre service desk!» Les attentes autour du service desk ont bien évolué. Fort de la riche expérience acquise dans l accompagnement

Plus en détail

Démonstrateur HOMES à la Préfecture de l Isère

Démonstrateur HOMES à la Préfecture de l Isère Démonstrateur HOMES à la Préfecture de l Isère 1 Un partenariat de 3 ans entre la Préfecture de l Isère et Schneider-Electric Instrumenter le site Innovation Créer une situation de référence Business Partenaires

Plus en détail

Quelles sont les chances des petits producteurs de se

Quelles sont les chances des petits producteurs de se Quelles sont les chances des petits producteurs de se maintenir sur le marché? Quelles sont les solutions en France pour la réorientation des activités des petits producteurs? La Roumanie vient d entrer

Plus en détail

La démarche environnementale de Dalkia Centre Méditerranée

La démarche environnementale de Dalkia Centre Méditerranée La démarche environnementale de Dalkia Centre Méditerranée Dalkia, le leader européen des services énergétiques Dalkia filiale de EDF et de Veolia Environnement, place les enjeux environnementaux au cœur

Plus en détail

PILOTER LA FORMALISATION DE SON PLAN DE MAITRISE SANITAIRE

PILOTER LA FORMALISATION DE SON PLAN DE MAITRISE SANITAIRE PILOTER LA FORMALISATION DE SON PLAN DE MAITRISE SANITAIRE Pascal PEYRONNET, Technicien Supérieur de Restauration, Cuisine CH Chastaingt, Limoges Bernard CELERIER, Inspecteur Vétérinaire, Direction Départementale

Plus en détail

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles Fiche conseil Édition février 2012 Source Weishaupt SOMMAIRE P 2 : Contexte, enjeux et objectifs P 3 : Le parc des maisons chauffées au

Plus en détail

Audits énergétiques. L efficacité énergétique dans l industrie

Audits énergétiques. L efficacité énergétique dans l industrie Audits énergétiques L efficacité énergétique dans l industrie Préambule Vos consommations énergétiques vous semblent trop élevées et vous souhaitez améliorer l efficacité énergétique de vos installations

Plus en détail

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 4% de la consommation d énergie

Plus en détail

La contribution des «Big Data» dans les démarches d efficience énergétique

La contribution des «Big Data» dans les démarches d efficience énergétique La contribution des «Big Data» dans les démarches d efficience énergétique Table ronde Usine+ EY, Actility, Energiency & GreenYellow Vendredi 14 Novembre 2014 Maîtrisez votre stratégie énergétique Les

Plus en détail

Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique

Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique Economies d'énergies dans les procédés agro-alimentaires : l'optimisation coût/qualité, un équilibre pas si facile à maîtriser Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique

Plus en détail

Énergie décentralisée : La micro-cogénération

Énergie décentralisée : La micro-cogénération Énergie décentralisée : La micro-cogénération Solution énergétique pour le résidentiel et le tertiaire Jean-Paul ONANA, Chargé d activités projet PRODÉLEC PRODuction et gestion de la production d ÉLECtricité

Plus en détail

Développer une culture d efficience

Développer une culture d efficience point de vue services financiers Développer une culture d efficience dans les Back Offices Hughes ROY Partner au sein de l'équipe Services Financiers de Sopra Consulting, Hughes Roy est porteur de l offre

Plus en détail

NOTRE OFFRE DE SERVICES ÉNERGÉTIQUES

NOTRE OFFRE DE SERVICES ÉNERGÉTIQUES NOTRE OFFRE DE SERVICES ÉNERGÉTIQUES SOMMAIRE BHC ENERGY, c est... Présentation de la société Des solutions adaptées à vos besoins Pourquoi structurer sa démarche d efficacité énergétique? Nos prestations

Plus en détail

Gamme Porc. Ne perdez pas de temps, choisissez le spécialiste. www.tuffigorapidex.com. Ventilation Alimentation

Gamme Porc. Ne perdez pas de temps, choisissez le spécialiste. www.tuffigorapidex.com. Ventilation Alimentation Ventilation Alimentation Gamme Porc Ne perdez pas de temps, choisissez le spécialiste. Le porc est la viande la plus produite et la plus consommée au monde. Les projets qui se développent tendent vers

Plus en détail

Le partenaire des directions financières

Le partenaire des directions financières Le partenaire des directions financières IFRS due diligences transaction services direction financière fast close reporting controlling évaluation externalisation CSP business plan consolidation Notre

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE DÉCO Ambiance automnale pour décor original Rangements, mobilier, cloisons, peinture AMÉNAGER LES PETITS ESPACES Incendie, cambriolage ON S'ALARME! BÉTON, CUIVRE, ZINC, ALU, BOIS Rénovation durable du

Plus en détail

Audits énergétiques. L efficacité énergétique dans les bâtiments

Audits énergétiques. L efficacité énergétique dans les bâtiments Audits énergétiques L efficacité énergétique dans les bâtiments Préambule Vos consommations énergétiques vous semblent trop élevées et vous souhaitez améliorer les performances énergétiques de votre bâtiment.

Plus en détail

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Accordons nos projets Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Les équipes de GrDF au service des bailleurs sociaux pour une rénovation durable de leur patrimoine

Plus en détail

Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité

Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité Préambule Venir chez SE2M, c est vous faire profiter de notre expertise de plus de 10 ans d expérience dans l exercice de notre

Plus en détail

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz Office fédéral de l énergie Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz 1 1 Introduction Correctement dimensionnée et dotée d une puissan-ce calorifique adaptée, l installation de chauffage fonctionne

Plus en détail

www.opex-management.com

www.opex-management.com Paris Luxembourg Bruxelles Casablanca PROGRAMME des formations certifiantes Lean Management et Lean Six Sigma De nouvelles compétences pour les collaborateurs De nouveaux leviers de compétitivité pour

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION 2 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE ET ÉMISSION DE GAZ À EFFET DE SERRE 4 LA CONSOMMATION D ÉNERGIE

Plus en détail

Yutampo La solution 100 % énergie renouvelable

Yutampo La solution 100 % énergie renouvelable Chauffe-eau thermodynamique pour le résidentiel Yutampo La solution 100 % énergie renouvelable MAISONS INDIVIDUELLES NEUVES OU À RÉNOVER YUTAMPO u Idéal pour l eau chaude sanitaire Meilleur chauffe-eau

Plus en détail

ANALYSE D UN SYSTEME D INFORMATION MES

ANALYSE D UN SYSTEME D INFORMATION MES FC M1 Management 2012/2013 Projet individuel ANALYSE D UN SYSTEME D INFORMATION MES (Manufacturing Execution System) FC M1 Management 2012_2013 / SYSTEMES D INFORMATION / ANALYSE D UN SYSTEME D INFORMATION

Plus en détail

Au cours des trois dernières décennies, dans un environnement hyper- concurrentiel, les entreprises ont

Au cours des trois dernières décennies, dans un environnement hyper- concurrentiel, les entreprises ont DOSSIER : Gestion d entreprise La gestion des partenariats : les bons principes pour améliorer la gestion d un réseau de distributeurs Dans un grand nombre de secteurs, la distribution indirecte a pris

Plus en détail

Etude «Pilotage de la performance dans l Assurance» Panorama des pratiques de pilotage. Claude Chassain Norbert le Boennec Mars 2015

Etude «Pilotage de la performance dans l Assurance» Panorama des pratiques de pilotage. Claude Chassain Norbert le Boennec Mars 2015 Etude «Pilotage de la performance dans l Assurance» Panorama des pratiques de pilotage Claude Chassain Norbert le Boennec Mars 2015 Executive summary Dans un contexte concurrentiel croissant, une situation

Plus en détail

FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE

FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE REGLEMENT D APPEL A PROJETS - 1 ère EDITION 2013 - «AMELIORATION DE LA PERFORMANCE ENERGETIQUE DU PATRIMOINE BATI» OUVERTURE DE L APPEL A PROJETS : 1 er juillet 2013

Plus en détail

MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS

MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS Une enquête auprès des DAF et dirigeants de l industrie en France Paris, le 20 octobre 2010 Olaf de Hemmer International Business Manager Purchasing Department 16,

Plus en détail

2011 2012 Animateur de la démarche Lean Contrat de professionnalisation

2011 2012 Animateur de la démarche Lean Contrat de professionnalisation 2011 2012 Animateur de la démarche Lean Contrat de professionnalisation "Confrontés chaque jour à une compétition plus vive et qui se livre désormais à l'échelle de la planète, les industriels doivent

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Du 2 au 4 juin 2015 OUEST INDUSTRIES (Salon interrégional de l Industrie) Rennes (Parc des Expo) - Hall 4 - Stand H10

DOSSIER DE PRESSE. Du 2 au 4 juin 2015 OUEST INDUSTRIES (Salon interrégional de l Industrie) Rennes (Parc des Expo) - Hall 4 - Stand H10 DOSSIER DE PRESSE Du 2 au 4 juin 2015 OUEST INDUSTRIES (Salon interrégional de l Industrie) Rennes (Parc des Expo) - Hall 4 - Stand H10 www.meito.com Stand Acteurs du Numérique Hall 4 Stand H10 Organisé

Plus en détail

La maison gaz naturel basse consommation

La maison gaz naturel basse consommation La maison gaz naturel basse consommation Construction individuelle neuve Pourquoi opter pour une maison basse consommation au gaz naturel? Vous êtes au cœur d un projet important : la construction d une

Plus en détail

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Résumé L intérêt et la motivation à tous les niveaux politiques en faveur du développement durable,

Plus en détail

Monitoring THPE. Soutien au projet. Présentation du projet

Monitoring THPE. Soutien au projet. Présentation du projet Monitoring THPE Le projet Monitoring THPE a donné lieu à l un des premiers systèmes innovants de suivi des performances énergétiques et de confort des bâtiments. Informations générales Localisation : Région

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE POUR MES TRAVAUX D ÉCONOMIE D ÉNERGIE

GUIDE PRATIQUE POUR MES TRAVAUX D ÉCONOMIE D ÉNERGIE GUIDE PRATIQUE POUR MES TRAVAUX D ÉCONOMIE D ÉNERGIE POUR MON BUDGET, MON CONFORT ET MA PLANÈTE : JE ME LANCE, AVEC LE CRÉDIT AGRICOLE. Les travaux d éco-rénovation sont-ils vraiment rentables? À quelles

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE POUR MES TRAVAUX D ÉCONOMIE D ÉNERGIE POUR MON BUDGET, MON CONFORT ET MA PLANÈTE : JE ME LANCE, AVEC LE CRÉDIT AGRICOLE.

GUIDE PRATIQUE POUR MES TRAVAUX D ÉCONOMIE D ÉNERGIE POUR MON BUDGET, MON CONFORT ET MA PLANÈTE : JE ME LANCE, AVEC LE CRÉDIT AGRICOLE. GUIDE PRATIQUE POUR MES TRAVAUX D ÉCONOMIE D ÉNERGIE POUR MON BUDGET, MON CONFORT ET MA PLANÈTE : JE ME LANCE, AVEC LE CRÉDIT AGRICOLE. Les travaux d éco-rénovation sont-ils vraiment rentables? À quelles

Plus en détail

GLEIZE ENERGIE SERVICE

GLEIZE ENERGIE SERVICE GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 1 sur 17 #/ -#0/.1# 2 1# 11 - " 1 GLEIZE ENERGIE SERVICE -1 " " #/ / &3 %$". 1! "#$$ %" & "# '%# () *+, -". GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 2 sur 17 SOMMAIRE 1. Introduction - Rappel...

Plus en détail

RÉDUISEZ VOS CONSOMMATIONS ALLÉGEZ VOS FACTURES ÉNERGÉTIQUES

RÉDUISEZ VOS CONSOMMATIONS ALLÉGEZ VOS FACTURES ÉNERGÉTIQUES RÉDUISEZ VOS CONSOMMATIONS ALLÉGEZ VOS FACTURES ÉNERGÉTIQUES «Lean Energy Analysis» : une étude de 3e-performance pour traquer vos gaspillages et bâtir une stratégie d action 1 LEAN ENERGY ANALYSIS: DISTINGUER

Plus en détail

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires.

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 13 juin 2013 portant proposition d approbation du lancement du déploiement généralisé du système de comptage évolué de GrDF Participaient

Plus en détail

Les PME parlent aux PME

Les PME parlent aux PME Les PME parlent aux PME Retour d expériences de 10 PME ayant mis en place la méthode ULYSSE Préambule Réalisation d une étude exploratoire auprès de 10 PME ayant utilisées au cours des derniers mois la

Plus en détail

Eau chaude sanitaire

Eau chaude sanitaire 4 rue du maréchal FOCH, 68 460 LUTTERBACH 03 89 50 06 20 ou eie68@alteralsace.org La lettre d information d Alter Alsace Energies dans le cadre du défi des familles éco-engagées : N 8 Janvier 2013 Eau

Plus en détail

RENCONTRE REFERENTS ENERGIE

RENCONTRE REFERENTS ENERGIE Exploitation et maîtrise de l énergie sur les systèmes d air comprimé Jeudi 07 mars 2013 Margarine Industrie Limited - Trianon Présentation Stratégie Energie Présentation étude menée à La Réunion par ADIR

Plus en détail

PARTENAIRE VERS UNE GESTION DURABLE ET PERFORMANTE DE VOTRE ÉNERGIE EQUIPEMENT DE MONITORING

PARTENAIRE VERS UNE GESTION DURABLE ET PERFORMANTE DE VOTRE ÉNERGIE EQUIPEMENT DE MONITORING PARTENAIRE VERS UNE GESTION DURABLE ET PERFORMANTE DE VOTRE ÉNERGIE EQUIPEMENT DE MONITORING Formation Réseau De Chaleur - ACTIVITE DE CORETEC Notre principal objectif est de réduire la facture énergétique

Plus en détail

L efficacité énergétique dans les bâtiments

L efficacité énergétique dans les bâtiments https://intranet.swe.siemens.com/fr/intra/infrastructure-cities/bt/offre/ssp/buildingautomation/energie/pages/notre-offre.aspx L efficacité énergétique dans les bâtiments siemens.com/answers Kurt Detavernier

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

) ) ) ) Structure et optimisation des coûts de la conformité Analyse comparée de PCI DSS et ISO 27001 CNIS EVENT. 27 avril 2011.

) ) ) ) Structure et optimisation des coûts de la conformité Analyse comparée de PCI DSS et ISO 27001 CNIS EVENT. 27 avril 2011. Structure et optimisation des coûts de la conformité Analyse comparée de PCI DSS et ISO 27001 CNIS EVENT 27 avril 2011 Paris ) ) ) ) Ce document est la propriété de Provadys SAS et ne peut être reproduit

Plus en détail

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind made in Belgium With the future in mind HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC Chaudière au gaz à condensation, à fonction double HeatMaster TC à condensation pour le chauffage central HeatMaster

Plus en détail

DOSSIER D INVITATION

DOSSIER D INVITATION 11 ème Convention d Affaires Sécurité des Aliments Hygiène & Traçabilité www.securfood.com 13 & 14 Octobre 2015 à Avignon DOSSIER D INVITATION Remplissez ce dossier soigneusement. Ces données serviront

Plus en détail

Table des matières. Partie I Les enjeux 1. Avant-propos Préface Introduction. Chapitre 1 Les enjeux de l expérience client 3

Table des matières. Partie I Les enjeux 1. Avant-propos Préface Introduction. Chapitre 1 Les enjeux de l expérience client 3 Avant-propos Préface Introduction XV XVII XXI Partie I Les enjeux 1 Chapitre 1 Les enjeux de l expérience client 3 1. Une nouvelle ère du développement économique 3 1.1. La digitalisation de l économie

Plus en détail

Efficacité énergétique de la part des pros

Efficacité énergétique de la part des pros Efficacité énergétique de la part des pros Calcul systématique du potentiel d économies Conventions d objectifs avec la Confédération et les cantons Exemption des taxes sur l énergie et sur le CO 2 Avec

Plus en détail

Gestion de l énergie: surveillance, visualisation, évaluation et optimisation de la consommation de l énergie 2012-2.

Gestion de l énergie: surveillance, visualisation, évaluation et optimisation de la consommation de l énergie 2012-2. 2012-2 Michael Rader Marketing Manager CentraLine c/o Honeywell GmbH Gestion de : surveillance, visualisation, Partie 2: visualisation et évaluation des données de consommation Le premier volet du présent

Plus en détail

Catalogue de formations Coaching énergie

Catalogue de formations Coaching énergie Catalogue de formations Coaching énergie SOMMAIRE Journée de mise en place des indicateurs de suivi...2/7 Formation coaching énergie Type court...3/7 Programme de formation...4/7 Formation coaching énergie

Plus en détail

Association locale Que Choisir de RENNES 8 place du Colombier 35000 RENNES 18 mai 2010

Association locale Que Choisir de RENNES 8 place du Colombier 35000 RENNES 18 mai 2010 Electrisons le Bonus-malus Conférence de presse Association locale Que Choisir de RENNES 8 place du Colombier 35000 RENNES 18 mai 2010 1 La consommation des équipements électriques explose Budget annuel

Plus en détail

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES?

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DOSSIER N 5 MARS 2013 DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFERENCES? POURQUOI RÉALISER UN DPE? Qui réalise un DPE? Le Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

Thème Techniques : 9. Mécanique et maintenance industrielle. 10. Electricité, électronique, électrotechnique et automatisme

Thème Techniques : 9. Mécanique et maintenance industrielle. 10. Electricité, électronique, électrotechnique et automatisme Thème Techniques : 9. Mécanique et maintenance industrielle 10. Electricité, électronique, électrotechnique et automatisme 11. Qualité et gestion de la production 12. Hydraulique 13. Organisation industrielle

Plus en détail

emoveo pour le programme «Usine du Futur» en Midi-Pyrénées novembre 2014

emoveo pour le programme «Usine du Futur» en Midi-Pyrénées novembre 2014 emoveo pour le programme «Usine du Futur» en Midi-Pyrénées novembre 2014 Notre positionnement Aider les dirigeants à construire leur vision stratégique, à mener leurs projets de transformation, à améliorer

Plus en détail

Apporter de la valeur ajoutée aux démarches d efficacité énergétique et environnementale

Apporter de la valeur ajoutée aux démarches d efficacité énergétique et environnementale 2014 Apporter de la valeur ajoutée aux démarches d efficacité énergétique et environnementale Donner du sens AD FINE, en latin : «afin de, dans le sens de» 2 Domaines d intervention Accompagnement Conseil

Plus en détail

Réduire les consommations d énergie dans le bloc traite

Réduire les consommations d énergie dans le bloc traite Réduire les consommations d énergie dans le bloc traite Olivier Palardy - Chambre d Agriculture de Vendée Sources: Ferme Expérimentale de Derval Institut de l élevage Deux gros consommateurs!!! Répartition

Plus en détail

ECONOMIE D ENERGIE DES APPAREILS ELECTROMENAGERS : POURQUOI PAYER PLUS POUR CONSOMMER MOINS? ENQUETE ET PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR

ECONOMIE D ENERGIE DES APPAREILS ELECTROMENAGERS : POURQUOI PAYER PLUS POUR CONSOMMER MOINS? ENQUETE ET PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR ECONOMIE D ENERGIE DES APPAREILS ELECTROMENAGERS : POURQUOI PAYER PLUS POUR CONSOMMER MOINS? ENQUETE ET PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR L enquête L UFC-Que Choisir vient de réaliser une enquête sur les

Plus en détail

Babcock Wanson. Bienvenue. L expertise thermique au service de l environnement dans l industrie

Babcock Wanson. Bienvenue. L expertise thermique au service de l environnement dans l industrie Babcock Wanson Bienvenue L expertise thermique au service de l environnement dans l industrie BABCOCK WANSON INTERNATIONAL L expertise thermique au service de l environnement dans l industrie Le Groupe

Plus en détail

FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS DE VENTE D ÉLECTRICITÉ SANS VOULOIR VOUS FROISSER

FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS DE VENTE D ÉLECTRICITÉ SANS VOULOIR VOUS FROISSER FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS DE VENTE D ÉLECTRICITÉ SANS VOULOIR VOUS FROISSER ÉLECTRICITÉ, J ACHÈTE! L ÉLECTRICITÉ, nécessaire à tous, est présente partout avec ses usages éclairage (dont éclairage public),

Plus en détail

Chaleur et confort sans gaspillage

Chaleur et confort sans gaspillage Chaleur et confort sans gaspillage ++ Régulation et programmation pilotent le chauffage. Sous leur contrôle, celui-ci fournit la bonne température quand il faut et où il faut, de façon constante et sans

Plus en détail

Super chauffage. MFZ-KJ / MUFZ-KJ L énergie est notre avenir, économisons-la!

Super chauffage. MFZ-KJ / MUFZ-KJ L énergie est notre avenir, économisons-la! Console Hyper Heating Super chauffage 1 MFZ-KJ / MUFZ-KJ L énergie est notre avenir, économisons-la! 1 Performance énergétique La pompe à chaleur Air/Air MFZ-KJ est constituée d un groupe extérieur et

Plus en détail

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas :

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : Introduction Le CRM se porte-t-il si mal? Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : «75 % de projets non aboutis» «La déception du CRM» «Le CRM : des

Plus en détail

Surabondance d information

Surabondance d information Surabondance d information Comment le manager d'entreprise d'assurance peut-il en tirer profit pour définir les stratégies gagnantes de demain dans un marché toujours plus exigeant Petit-déjeuner du 25/09/2013

Plus en détail

L Indice Environnemental

L Indice Environnemental L Indice Environnemental Historique et position face à l hypothèse de Porter Corinne MERCADIE Responsable Environnement & Emballages 1ere expérience de collecte et de mesure environnementale 2008 à 2010

Plus en détail

AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre?

AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre? Réunion CCI Franche-Comté - Besançon 13 mai 2014 AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre? Paule.nusa @afnor.org Nour.diab@afnor.org

Plus en détail

Comportement de LA MAISON PASSIVE. Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues

Comportement de LA MAISON PASSIVE. Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues Comportement de LA MAISON PASSIVE Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues Sommaire Le contexte..... p.2 Consommations d énergies au cours d une année... p.3

Plus en détail

Comment économiser de l électricité dans le bloc traite?

Comment économiser de l électricité dans le bloc traite? Comment économiser de l électricité dans le bloc traite? La consommation électrique du bloc traite représente 20 % en moyenne de la consommation énergétique totale d une exploitation laitière. Le tank

Plus en détail