Une soif de croissance

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Une soif de croissance"

Transcription

1 ÉTUDE SUR L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE 2013 Une soif de croissance Regard sur l avenir de l industrie agroalimentaire

2 Comment les organisations saisissent les occasions de croissance? Soif de croissance met en lumière les tendances émergentes et leurs répercussions sur l industrie agroalimentaire dans le monde. Comment votre entreprise profitera-t-elle des occasions tout en minimisant les risques liés à la croissance? Stratégies de croissance La plupart des industries agroalimentaires espèrent croître au moyen d agrandissements et d acquisitions. Est-ce que votre entreprise peut déterminer correctement où investir en infrastructures les bonnes usines, les bonnes machines, les bonnes technologies de l information offrant le meilleur retour sur investissement? Est-ce que votre entreprise dispose d une expertise interne pour établir les occasions de fusions et d acquisitions et, ensuite, mener une diligence raisonnable efficace? Êtes-vous capables d obtenir du financement pour soutenir les investissements, les agrandissements ou les acquisitions? Innovation Les consommateurs veulent de nouveaux produits, une qualité améliorée et des prix plus bas et les détaillants veulent des produits qui attirent les consommateurs et des produits qui ne restent pas sur leurs tablettes. Est-ce que votre entreprise investit suffisamment dans la recherche et le développement? Est-ce que vous profitez de vos relations avec les fournisseurs pour améliorer votre expertise en développement de produits de même que votre rendement technologique et opérationnel? Est-ce que vous utilisez les technologies de l information actuelles et les médias sociaux pour effectuer du marketing individuel auprès des clients? Améliorations des procédés et réductions des coûts Les augmentations de coût des produits de base ne peuvent pas toujours être compensées par des augmentations de prix pour les consommateurs; des améliorations constantes des procédés et des contrôles des coûts seront cruciales pour maintenir les marges de profit. Est-ce que votre entreprise possède les ressources et l expertise nécessaires pour évaluer les procédés et effectuer des améliorations efficaces? Avez-vous révisé à fond les structures de coûts dans l ensemble de votre chaîne d approvisionnement? Connaissez-vous les coûts réels de production des différentes gammes de produits? Relations avec la clientèle Le pouvoir chez les grands détaillants est là pour rester. Cependant, les dirigeants avisés élaboreront des plans, par exemple, en diversifiant leurs bases de clients ou en renforçant leur offre principale avec des acquisitions stratégiques, ce qui leur donnera des choix quand les détaillants deviendront intransigeants. Êtes-vous certains que votre entreprise obtient les meilleures marges de profit possibles avec ses produits et sa base de clients actuelle? Réglementations et programmes gouvernementaux Les entreprises d agroalimentaire font face à des réglementations de plus en plus complexes dans le monde. Est-ce que votre entreprise possède la capacité de surveiller, de mesurer et de documenter la conformité, tant au pays qu à l étranger? Êtes-vous au courant des programmes gouvernementaux de subventions et d incitatifs auxquels vous pourriez avoir accès pour soutenir votre croissance? Changements propres aux pays Les tendances mondiales présentées dans ce rapport toucheront les entreprises individuelles de façon unique, ce qui représente un enjeu pour les dirigeants qui veulent se tenir au courant des changements qui affecteront leurs résultats financiers. Comment votre entreprise suit-elle et évalue-t-elle les tendances au pays et dans le monde, et comment met-elle en place de meilleures pratiques et des stratégies fructueuses? Toutes les entreprises peuvent bénéficier d un nouveau regard qui les aidera à découvrir les occasions, à répondre aux enjeux et à minimiser les risques. En tant que l une des chefs de file mondiaux parmi les entreprises indépendantes de certification, de fiscalité et de services-conseils avec plus de personnes dans plus de 100 pays Raymond Chabot Grant Thornton est prête à aider.

3 Regard sur l avenir de l industrie agroalimentaire Sommaire Partout dans le monde, l industrie agroalimentaire est prête à la croissance. Après des années d incertitude, de retraits et de reports d investissements, les dirigeants du secteur sont de nouveau prêts à investir dans de nouveaux produits, de nouvelles capacités, de nouveaux canaux de distribution et de nouveaux marchés. Même dans les pays qui se relèvent à peine de la récession, les dirigeants s attendent à la croissance et prévoient capter des parts de marché à domicile et à l étranger. Cependant, malgré ces perspectives plus positives, les dirigeants de l industrie agroalimentaire doivent choisir les bonnes occasions de croissance tout en minimisant les risques et en maximisant les retours sur leurs nouveaux investissements, en particulier lorsqu ils cherchent à : Tirer profit des tendances en émergence et en croissance telles que les produits de santé ainsi que les produits haut de gamme Les dirigeants de sociétés de toutes tailles doivent se tenir au courant des changements dans les goûts des consommateurs, car ces changements peuvent devenir les tendances de demain dans l industrie agroalimentaire. Souvent, les entrepreneurs dynamiques profitent de l «avantage du précurseur» avec de nouveaux produits innovateurs, alors que les plus grands joueurs peuvent profiter des économies d échelle pour développer des produits supplémentaires, consolider les canaux de distribution établis et faire l acquisition d importants concurrents dans leur marché de niche. Beaucoup d entreprises s appuient aussi sur des données complexes et volumineuses afin de mieux comprendre les consommateurs et de découvrir les nouvelles tendances avant leurs concurrents. Nouveaux produits et pratiques Les nouveaux produits sont le moteur de la croissance, alors que de meilleures pratiques d affaires génèrent des marges de profit par la rationalisation des opérations, par l investissement dans l automatisation et les nouvelles technologies de l information ainsi que par le marketing au moyen de nouveaux outils électroniques. Les médias sociaux, en particulier, amènent un changement majeur dans la stratégie de l industrie, alors que les entreprises consacrent autant d efforts à la «chaîne de la demande» qu elles consacraient auparavant à la chaîne d approvisionnement. Se conformer aux réglementations émergentes L ensemble de l industrie agroalimentaire doit se conformer à des réglementations strictes en matière de sécurité des aliments, de traçabilité dans la chaîne d approvisionnement et d intégrité des produits. Les entreprises doivent désormais suivre les ingrédients de la ferme à la table en collaborant avec des partenaires de l ensemble de la chaîne d approvisionnement afin de minimiser les risques financiers, opérationnels, juridiques et liés à la réputation qui pourraient nuire à leurs marques. Les dirigeants proactifs reconnaissent aussi que bon nombre de changements dans les règlements sont bénéfiques pour leur entreprise, car ils leur permettent de promouvoir leur conformité aux nouvelles normes comme un atout concurrentiel distinctif. Une soif de croissance étudie ces tendances et davantage. Plus important encore, ce rapport présente des perspectives sur la manière dont les dirigeants peuvent gérer le changement et soutenir une croissance rentable, grâce à la compréhension du nouveau paysage de l industrie, à l élaboration de stratégies qui consolident les nouvelles tendances et à l exécution efficace de leurs plans. Jim Menzies Responsable national, Agroalimentaire À propos de l étude Qui 248 cadres supérieurs de l industrie agroalimentaire Quand de mai à juillet 2013 Où Australie, Canada, France, Irlande, Nouvelle-Zélande, Royaume-Uni et États-Unis 3

4 Prête pour une croissance rentable L industrie agroalimentaire prend une nouvelle direction. Après avoir survécu à une récession mondiale, les dirigeants du secteur sont de nouveau optimistes à propos de la croissance en matière de revenus, de profits et, dans une moindre mesure, d embauche. Pourtant, des pressions externes augmentations des prix des ingrédients, plus grand nombre de règlements continuent de comprimer les marges de profit. Les entreprises d avant-garde chercheront à équilibrer l investissement dans la croissance avec des stratégies qui améliorent l efficacité et diminuent les risques, principalement en recourant à l automatisation et aux technologies de l information. Ces investissements leur permettront non seulement de contrôler les coûts, mais aussi d améliorer les résultats au moyen des prix de détail et de l analyse des marges. 4

5 Prête pour une croissance rentable L industrie agroalimentaire mondiale est optimiste. La grande majorité de ses dirigeants prévoit que les revenus et les profits augmenteront dans les douze prochains mois, le tiers des dirigeants s attendant à une augmentation des ventes de plus de 10 % (Figure 1). Tant les grandes que les petites entreprises s attendent à des augmentations de revenus et de profits et ce, peu importe le secteur de l industrie (Figure 2). De la même manière, les entreprises de grandes marques ou de marques privées sont optimistes au sujet de l avenir (voir Marque privée). «De 2008 jusqu à environ 2011, dans la plupart des pays du monde, les choses étaient difficiles pour tous les fabricants et non pas seulement pour les entreprises en agroalimentaire,» affirme M. Jim Menzies, responsable national du domaine agroalimentaire chez Grant Thornton Canada. «Il y a eu récemment des indicateurs économiques positifs, comme la reprise de la construction résidentielle aux États-Unis (É.-U.), l amélioration de l activité économique dans la zone euro et le retour à la normale des taux de crédit à la consommation. Ces indicateurs suscitent un optimisme général et, en particulier, dans l industrie agroalimentaire.» Fig 1. La croissance des revenus et des profits dépassera les gains en emplois Dirigeants qui s attendent à des changements dans les 12 prochains mois Revenus Rentabilité (avant les intérêts et les taxes) Emplois à temps plein 5% 4% 9% 11% 11% 30% 33% 9% 30% 26% 32% 15% Augmentation >10 % Augmentation 6-10 % Augmentation 1-5 % 0 % Diminution 27% 26% 30% Fig 2. L ensemble du secteur agroalimentaire s attend à une forte croissance des revenus et des profits % des répondants qui s attendent à des augmentations au cours des 12 prochains mois, par secteur Secteur Céréales/produits de farine Sucre et confiserie Produits laitiers Fruits et légumes Produits de la mer Boulangerie, y compris les pâtes alimentaires Viandes et produits à base de viande Boissons non alcoolisées Boissons alcoolisées Revenus 97 % 94 % 93 % 92 % 92 % 85 % 85 % 80 % 79 % Rentabilité Emplois à temps plein (avant les intérêts et les taxes) 91 % 80 % 88 % 81 % 81 % 80 % 75 % 68 % 76 % 66 % 60 % 73 % 65 % 64 % 56 % 56 % 56 % 42 % Revenus 50 M$ US ou moins 92 % 84 % 61 % 50 M$ US à 250 M$ US 86 % 80 % 55 % Plus de 250 M$ US 93 % 82 % 48 % 5

6 Soif de croissance «Les signaux que nous recevons sont mixtes,» affirme M. Tony Pititto, responsable national du domaine agroalimentaire chez Grant Thornton Australie. «D un côté, la croissance prévue des revenus constitue une tendance à l échelle mondiale pour les entreprises du secteur agroalimentaire. D un autre côté, pour empêcher les marges de profit de s éroder, les dirigeants ne s attendent pas à augmenter au même rythme les emplois à temps plein.» Il ajoute qu alors que 90 % des dirigeants s attendent à ce que les revenus augmentent au cours des douze prochains mois, environ la moitié seulement s attend à ce que le taux d emploi augmente. «Pour s assurer que la rentabilité augmente aussi, les dirigeants continuent de mettre l accent sur les gains en efficacité, sur le contrôle des coûts et, parfois, lorsque c est possible, sur l augmentation des prix.» M me Ciara Jackson, responsable nationale du domaine agroalimentaire chez Grant Thornton Irlande, affirme que l optimisme est plus modéré en Europe, où les liquidités plus grandes seront probablement réinvesties dans l industrie afin de réaménager les procédés en place et de faire que les opérations soient plus rationalisées et plus souples. Elle prévient les entreprises en agroalimentaire que même si elles continuent de faire plus avec moins, ce qui amène des augmentations de la rentabilité à court terme, au fur et à mesure qu elles atteignent les limites de leur capacité, leurs stratégies de sensibilisation aux coûts leur causeront souvent des maux de tête. «Les dirigeants doivent concentrer leurs efforts sur les investissements dans les technologies de l information et dans l automatisation afin de devoir moins recourir à une main-d œuvre supplémentaire.» Dans beaucoup de secteurs de l industrie agroalimentaire, il est essentiel de repenser la façon dont la croissance est gérée, parce que l inflation est un moteur premier de l augmentation des revenus. Dans ces secteurs, l industrie de la transformation aura bientôt de la difficulté à transférer au consommateur les augmentations de prix à la ferme et dans la chaîne d approvisionnement mettant ainsi les marges de profit à risque. M. Trefor Griffith, responsable national du domaine agroalimentaire chez Grant Thornton Royaume-Uni (R.-U.), incite les entreprises à répondre aux pressions liées aux marges par des innovations dans les processus. «Elles doivent être plus efficaces et réduire le nombre de mains qui touchent à leurs produits. L automatisation est une solution, mais les entreprises d avantgarde du domaine ont également constaté d importants gains dans l efficacité de la main-d œuvre grâce à des programmes d amélioration du rendement, tels que la fabrication sans gaspillage.» Comme les coûts directs de main-d œuvre comptent pour une moyenne de 11 % des ventes, la rapidité avec laquelle l entreprise peut croître dépend de sa capacité à limiter les coûts de main-d œuvre. «Pour s assurer que la rentabilité augmente aussi, les dirigeants continuent de mettre l accent sur les gains en efficacité, sur le contrôle des coûts et, parfois, lorsque c est possible, sur l augmentation des prix.» Tony Pititto Responsable national, Agroalimentaire Grant Thornton Australie 6

7 Prête pour une croissance rentable En bref Marques privées : Répondre à la demande par la bonne stratégie d établissement des prix Les marques privées (ou marques maison) sont plus importantes que jamais, car plus de la moitié des entreprises en agroalimentaire (56 %) génèrent des ventes provenant de produits de marques privées. Quelque 14 % effectuent la majorité de leurs ventes avec des marques privées. Les dirigeants des entreprises en agroalimentaire offrant ou non des marques privées sont optimistes par rapport aux revenus et aux profits. Cependant, ces deux types de produits sont souvent gérés de façon différente pour obtenir ces résultats, affirme M. Guy Barthell, responsable du domaine agroalimentaire chez Raymond Chabot Grant Thornton. «Souvent, les entreprises qui offrent exclusivement des marques privées adaptent leur structure organisationnelle et leur chaîne d approvisionnement à des volumes élevés à cause des marges plus faibles, c est pourquoi de nombreuses entreprises choisissent d avoir à la fois des produits de marques privées et de grandes marques.» Une stratégie hybride peut mener à la croissance des produits de grandes marques. «Les entreprises offrant des produits de marques privées et de grandes marques utilisent souvent les marques privées, qui génère de plus faibles marges, comme un moyen d obtenir des liquidités constantes qu elles peuvent investir dans la création d une grande marque, ce qui exige un énorme investissement de temps et d argent,» ajoute M me Ciara Jackson, responsable nationale du domaine agroalimentaire chez Grant Thornton Irlande. «En Irlande, le climat économique difficile et la récession ont amené les consommateurs à acheter des marques privées. Mais nous assistons aussi à l apparition de nouveaux types de produits de marques privées : des biens de consommation de luxe, de milieu de gamme et de bas de gamme.» Les détaillants souhaitent ardemment offrir des gammes de produits de marques privées dont les prix sont répartis sur une grande échelle. Tesco, par exemple, vend des milliers de biens de marques privées, qui vont des produits alimentaires italiens Parioli, dans les produits de luxe, aux marques Value, dans les produits de bas de gamme. Même les détaillants européens haut de gamme Waitrose et Marks & Spencer génèrent des ventes importantes grâce à des marques privées, telles que Essentials et Private Brand, respectivement. Des stratégies d établissement des prix efficaces sont essentielles au succès des marques privées, en particulier avec les produits de bas de gamme pour lesquels des erreurs peuvent éliminer les marges de profit. L analyse des prix devrait toujours être menée dans le contexte des liquidités et de la capacité, puisque même les produits de marques privées offrant de modestes marges en valent la peine, s ils fonctionnent avec de l équipement qui serait autrement inutilisé et s ils génèrent des liquidités suffisantes. 56 % des organisations génèrent des ventes de marques privées 7

8 L expansion des exportations amène des occasions de croissance L industrie agroalimentaire est de plus en plus mondiale. Des progrès rapides dans la gestion, la logistique et les technologies de l information permettent aux entreprises de répondre à la demande des clients de presque partout si elles peuvent se conformer à des réglementations complexes et faire face à des concurrents déjà établis dans le pays. Avant d entrer dans de nouveaux marchés, les entreprises d avant-garde prennent des mesures complètes de la diligence raisonnable, qui incluent non seulement des modèles financiers, mais des efforts intensifs sur le terrain afin de rencontrer et de comprendre les nouveaux clients et les canaux de distribution. 8

9 L expansion des exportations amène des occasions de croissance De nombreuses entreprises en agroalimentaire prévoient une croissance importante des exportations au cours des deux prochaines années. Cette augmentation d envergure exigera une augmentation équivalente de leur capacité de gérer les risques associés à la croissance de l exportation, y compris : des réglementations sur les produits dans les pays d exportation des relations ou une infrastructure pour que les biens se rendent sur les tablettes, dans les magasins et dans les restaurants des frais logistiques et de transport des coûts de stockage des risques liés à la qualité et à la sécurité des produits, spécialement pour la nourriture périssable et les boissons. Actuellement, quatre répondants sur cinq font de l exportation et 18 % exportent la majorité de leurs ventes. Les dirigeants ayant répondu à l étude exportent actuellement une moyenne de 5 % de leurs ventes et ils s attendent à atteindre 10 % d ici deux ans. Chez certains répondants, des moyennes d exportation plus élevées 23 % actuellement et 27 % dans deux ans illustrent leur volume élevé d exportations. Les exportations varient considérablement selon les régions et les revenus des entreprises (Figure 3). Le grand nombre d exportations de l Australasie reflète la demande accrue de la Chine, de l Inde et des autres pays de la région Asie-Pacifique, et c est la Nouvelle-Zélande qui a le plus haut taux d exportations. Les faibles exportations de l Amérique du Nord reflètent en partie une concentration sur les énormes marchés intérieurs. Ce sont les grandes sociétés qui sont les plus susceptibles d avoir établi des relations, une structure de gestion et des moyens logistiques suffisants pour soutenir une clientèle de base internationale et, ainsi, de plus grands volumes d exportations. «L augmentation du marché de l exportation est une conséquence inévitable des déséquilibres dans l offre et la demande mondiales, particulièrement en Chine et en Asie.» Simon Hunter Responsable national, Agroalimentaire Grant Thornton Nouvelle-Zélande Fig 3. Les exportations en agroalimentaire augmenteront dans le monde Exportations moyennes en pourcentage des ventes totales Région Région 15 % 25 % 7 % 10 % 4 % 8 % 5 % 10 % 5 % 9 % 15 % 15 % Australasia Europe Amérique du Nord 50 M$ US ou moins 51 M$ US à 250 M$ US Plus de 250 M$ US Actuellement D ici deux ans 9

10 Soif de croissance La course aux nouveaux marchés est engendrée par le besoin de diversifier les revenus au-delà des frontières économiques de même que par la nécessité d accroître les bénéfices. Les répondants à l étude agroalimentaire qui font de l exportation sont les plus susceptibles de prévoir une augmentation des profits (84 % comparativement à 76 % des entreprises qui n exportent pas) et de l emploi (62 % par rapport à 40 %). M. Simon Hunter, responsable national du domaine agroalimentaire chez Grant Thornton Nouvelle-Zélande, affirme que «l augmentation du marché de l exportation est une conséquence inévitable des déséquilibres dans l offre et la demande mondiales, particulièrement en Chine et en Asie. Cela amène des possibilités, mais pose également des enjeux, car de nombreux joueurs poursuivent les mêmes occasions d affaires, en concurrence avec les fournisseurs locaux.» Les principaux nouveaux marchés que les répondants de l industrie agroalimentaire ont l intention de pénétrer au cours des deux prochaines années incluent : Asie du Sud-Est (excluant la Chine) : 43 % des répondants (63 % des répondants australasiens) Chine : 38 % des répondants (57 % des répondants australasiens) Amérique du Nord : 32 % des répondants Europe de l Ouest : 30 % des répondants Moyen-Orient : 26 % des répondants Les exportations offrent des possibilités attirantes, mais seulement pour les dirigeants prêts à faire leurs devoirs étudier les réglementations locales, rencontrer les détaillants et les grossistes du pays, effectuer des études de marché sur les seuils de prix et les concurrents, questionner les consommateurs. Les dirigeants doivent aussi réfléchir à la façon dont ils vont approvisionner le marché, pas seulement au plan logistique, mais aussi en tenant compte des taxes et de la conformité réglementaire. Les stratégies de prix de transfert, par exemple, peuvent souvent déterminer si un produit donné est rentable ou non. Dans certains pays, les entreprises en agroalimentaire font équipe pour promouvoir leurs produits internationalement. Par exemple, en Irlande, un certain nombre d entreprises de fruits de mer ont joint leurs ressources dans un nouveau modèle d affaires appelé «coopétition» afin d exporter vers de nouveaux marchés. «L augmentation du marché amène des possibilités mais pose également des enjeux, car de nombreux joueurs poursuivent les mêmes occasions d affaires, en concurrence avec les fournisseurs locaux.» Simon Hunter Responsable national, Agroalimentaire Grant Thornton Nouvelle-Zélande 10

11 Investir pour la croissance et la productivité De nombreuses entreprises en agroalimentaire s attendent à construire ou agrandir des usines et à améliorer la recherche et le développement (R&D) et les nouveaux produits. Plusieurs planifient également de mettre en place de nouvelles technologies de l information (TI) et de continuer les fusions et acquisitions. Cependant, peu d entreprises peuvent financer ces efforts à partir de leurs liquidités. Les entreprises d avant-garde élaboreront des plans de croissance détaillés qui priorisent les investissements à partir des retours sur l investissement et elles utiliseront ensuite cette analyse pour s assurer d un financement efficace et rentable que ce soit au moyen de relations bancaires classiques, de financement alternatif ou de partenariat avec les fournisseurs et les clients. 11

12 Soif de croissance Plus des trois quarts des dirigeants indiquent qu au cours des douze prochains mois, leurs entreprises augmenteront les dépenses consacrées à l équipement, au développement de nouveaux produits et aux TI (Figure 4). Certaines entreprises se rattrapent avec les investissements reportés au cours de la récession, tandis que d autres se concentrent sur la croissance au moyen de l innovation et des acquisitions. Les raisons d investir varient considérablement selon les régions. Par exemple, M. Barthell du Canada affirme que l industrie agroalimentaire est demeurée dynamique tout au long de la récession, en continuant les investissements dans l équipement et les TI. Toutefois, dans les pays où l économie est ralentie, les dirigeants demeurent prudents. «En Europe, les investissements seront concentrés sur l équipement et le développement de nouveaux produits,» affirme M. Vincent Frambourt, responsable national du domaine agroalimentaire chez Grant Thornton France, «mais cela se fera de façon prudente, car les consommateurs continuent d agir en fonction des prix. Les entreprises sont vraiment prêtes à investir dans l utilisation d équipement Changements dans les investissements au cours des 12 prochains mois pour soutenir de nouveaux produits de même que dans les TI, afin de mettre en place, dans l ensemble de l entreprise, de meilleurs systèmes pour la planification, la préparation des horaires, la gestion de la demande et le partage de l information relative aux consommateurs et aux marchés.» Au R.-U., M. Griffith voit l investissement de l industrie comme un moyen de défense, dans un effort pour contrer les pressions liées à la marge de profit. «Les dirigeants de l industrie agroalimentaire investissent dans l équipement avant tout pour être plus efficaces. Pour ce qui est du développement de nouveaux produits, c est difficile parce que l industrie, particulièrement les entreprises en agroalimentaire, doit innover. C est la clé de la croissance future. Les supermarchés cesseront éventuellement d offrir vos produits si vous n êtes pas innovateurs et ne leur offrez pas quelque chose de nouveau à mettre sur leurs tablettes. Ils rechercheront d autres fournisseurs offrant de nouveaux produits.» M. Griffith dit que, malgré les conditions difficiles du marché en Europe, certaines entreprises ont connu une forte croissance grâce à de nouvelles marques grand public. «En se Fig 4. La majorité des entreprises augmenteront les investissements concentrant sur certains créneaux comportant des produits et des propositions de qualité, elles ont été capables d ébranler les catégories, en remplaçant des produits de leurs propres marques ou de marques plus vieilles dans lesquelles on n avait pas assez investi. Parmi ces marques montantes, le meilleur profil est probablement Innocent, mais il existe de nombreux autres exemples, tels que Dorset Cereals, Tyrells et Ella s Kitchen, qui ont toutes créé des marques fortes au R.-U. et qui croissent avec succès outremer.» «En Europe, les entreprises sont vraiment prêtes à investir dans l utilisation d équipement pour soutenir de nouveaux produits particuliers de même que dans les TI, afin de mettre en place, dans l ensemble de l entreprise, de meilleurs systèmes.» Vincent Frambourt Reponsable national, Agroalimentaire Grant Thornton France Équipement Développement de nouveaux produits Technologies de l information Usines/installations Formules/propriété intellectuelle 12 % 14 % 27 % 31 % 14 % 5 % 15 % 27 % 35 % 17 % 5 % 11 % 25% 37 % 20 % 13 % 8 % 13 % 29 % 34 % 6 % 16 % 26 % 51 % 3 % 3 % Véhicules/flottes 3 % 5 % 27 % 60 % 3 % Augmentation >20 % Augmentation % Augmentation 6-10 % Augmentation 1-5 % 0 % Diminution 1-10 % Les pourcentages ayant été arrondis, la somme peut ne pas égaler 100 %. 12

13 Investir pour la croissance et la productivité Malheureusement, l innovation n est pas bon marché. Parmi les répondants à l étude, quatre sur cinq s attendent à ce que les coûts liés au développement de nouveaux produits augmentent au cours des douze prochains mois. Pour l ensemble des répondants du domaine, les dépenses actuelles en R&D représentent une moyenne de 2 % des ventes. La moyenne des dépenses en R&D, bien qu elle représente un petit pourcentage des ventes, varie de façon importante selon le secteur de l industrie agroalimentaire (Figure 5). Par exemple, certains secteurs dépensent quatre fois plus que d autres. Même avec des économies stagnantes, certains secteurs particuliers devraient dépasser le reste de l industrie en stimulant l innovation et l investissement. En Irlande, par exemple, le secteur des produits laitiers connaîtra une expansion après l abolition du système de quotas de l Union européenne en «Il est probable que le volume de lait en Irlande augmentera de 50 %, ce qui est énorme,» affirme M me Jackson d Irlande. «Nous constatons déjà que les grandes entreprises laitières investissent fortement afin de disposer de la capacité pour traiter ce volume accru lorsqu il arrivera dans les prochaines années. En Irlande, certaines entreprises sont toujours confrontées à un système bancaire difficile, surtout les petites et moyennes entreprises, mais les grandes entreprises n ont aucune difficulté à obtenir du financement. En fait, nous avons aidé un bon nombre de clients à restructurer leur dette et à obtenir plus facilement des fonds.» Fig 5. Investir dans de nouveaux produits Moyenne des dépenses en R&D selon le pourcentage des ventes 2 % 2 % 2 % 2 % 1,5 % Boulangerie, y compris les pâtes alimentaires Produits laitiers Céréales/produits de farine Sucre et confiserie Produits de la mer 1 % 1 % 1 % 0,5 % 2 % Fruits et légumes Viandes et produits à base de viande Boissons non alcoolisées Boissons alcoolisées Autres produits alimentaires Les participants à l étude pouvaient indiquer plus d un secteur 13

14 Soif de croissance En bref Qui investit dans quoi La probabilité d augmentation des investissements varie selon le secteur de l industrie agroalimentaire ainsi que selon la région. Les secteurs ayant les pourcentages les plus élevés de répondants qui s attendent à une augmentation des investissements sont, par catégorie : développement de nouveaux produits : sucre et confiserie (90 % augmenteront les investissements au cours des douze prochains mois) et céréales/produits de farine (88 %); équipement : viande et produits à base de viande (88 %), fruits et légumes (85 %) et produits laitiers (85 %); technologies de l information : fruits et légumes (82 %) et produits de la mer (81 %); usines/installations : viande et produits à base de viande (64 %) et produits de la mer (64 %); formules/propriété intellectuelle : céréales/ produits de farine (53 %) et boulangerie y compris les pâtes alimentaires (53 %); véhicules et flottes : produits laitiers (51 %) et boissons non alcoolisées (44 %). Fig 6. Un plus petit nombre d entreprises européennes augmenteront leurs investissements Augmentations des investissements selon les régions 85 % 77 % 86 % 79 % 81 % 84% 76 % 75 % 80 % 60 % 64 % 64 % 57 % 38 % 51 % 44 % 33 % 36 % Équipement Développement de nouveaux produits Technologie de l Information Usines/ installations Formules/ propriété intellectuelle Véhicules et flottes Australasie Europe Amérique du Nord 90 % du secteur sucre et confiserie augmente les investissements dans le développement de nouveaux produits 14

L industrie minière en 2013 : transformer un risque élevé en un très grand potentiel pour le Québec

L industrie minière en 2013 : transformer un risque élevé en un très grand potentiel pour le Québec L industrie minière en 2013 : transformer un risque élevé en un très grand potentiel pour le Québec Emilio B. Imbriglio Associé, président et chef de la direction de Raymond Chabot Grant Thornton Emilio

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

RÉSUMÉ ÉTAPES DE LA VIE FINANCIÈRE DES CANADIENS ÂGÉS COMMISSION DES VALEURS MOBILIÈRES DE L ONTARIO

RÉSUMÉ ÉTAPES DE LA VIE FINANCIÈRE DES CANADIENS ÂGÉS COMMISSION DES VALEURS MOBILIÈRES DE L ONTARIO RÉSUMÉ ÉTAPES DE LA VIE FINANCIÈRE DES CANADIENS ÂGÉS COMMISSION DES VALEURS MOBILIÈRES DE L ONTARIO RÉSUMÉ La présente recherche décrit les principales préoccupations financières des Canadiens âgés, dans

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête du printemps 2015 Vol. 12.1 6 avril 2015 L enquête menée ce printemps fait ressortir que la baisse des prix du pétrole continue d assombrir

Plus en détail

2014 Sondage d AGF sur les perspectives des investisseurs. Revoir la notion des placements

2014 Sondage d AGF sur les perspectives des investisseurs. Revoir la notion des placements 2014 Sondage d AGF sur les perspectives des investisseurs Revoir la notion des placements Un message de Blake C. Goldring, m.s.m., ll.d., cfa PRÉSIDENT DU CONSEIL ET CHEF DE LA DIRECTION, LA SOCIÉTÉ DE

Plus en détail

Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012

Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012 COMMUNIQUÉ N o : 2 Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012 31 janvier 2013 (Genève) L Association du transport aérien international (IATA) a publié ses statistiques de trafic

Plus en détail

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada EN COLLABORATION AVEC : Sondage 2013 des canaux de revente de Direction

Plus en détail

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Santé

Plus en détail

S associer à un fournisseur de services pour la gestion de la rémunération globale Terry Lister Services-conseils en affaires, IBM

S associer à un fournisseur de services pour la gestion de la rémunération globale Terry Lister Services-conseils en affaires, IBM CHAPITRE 8 l S associer à un fournisseur de services pour la gestion de la rémunération globale Terry Lister Services-conseils en affaires, IBM évolution des attentes ne cesse de pousser les entreprises

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

Financer la croissance des PME

Financer la croissance des PME Financer la croissance des PME Allocution de Marion G. Wrobel Vice-président, Politiques et opérations Association des banquiers canadiens (ABC) Prononcée devant le Comité sénatorial permanent des banques

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l hiver 213-214 Vol. 1.4 13 janvier 214 Des signaux positifs ressortent de l enquête menée cet hiver, notamment en ce qui concerne

Plus en détail

L esprit d initiative : Un outil important

L esprit d initiative : Un outil important !!""####$ www.ingredientslaitiers.ca L esprit d initiative : Un outil important Innover, investir, moderniser Voilà comment les transformateurs laitiers et les fabricants d aliments finis peuvent conserver

Plus en détail

La Chine reste attractive

La Chine reste attractive É t u d e La Chine reste attractive En dépit des difficultés économiques, les multinationales maintiennent et renforcent leur présence en Chine. C est ce qui résulte de la seconde enquête «China Manufacturing

Plus en détail

Les PME font preuve d un optimisme prudent, mais les gouvernements doivent demeurer vigilants, affirment des organismes comptables

Les PME font preuve d un optimisme prudent, mais les gouvernements doivent demeurer vigilants, affirment des organismes comptables Communiqué Les PME font preuve d un optimisme prudent, mais les gouvernements doivent demeurer vigilants, affirment des organismes comptables Vancouver, Londres et Canberra, le 20 octobre 2009. Les gouvernements

Plus en détail

Centrale des caisses de crédit du Canada

Centrale des caisses de crédit du Canada Centrale des caisses de crédit du Canada Mémoire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Martha Durdin, présidente et chef de la direction Le mercredi 6 août 2014 Tout le contenu du

Plus en détail

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE Une présentation au Comité permanent des finances de Recherches en sciences et en génie Canada (CRSNG) Octobre

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

Déterminer quelle somme dépenser en matière de sécurité des TI

Déterminer quelle somme dépenser en matière de sécurité des TI Déterminer quelle somme dépenser en matière de sécurité des TI Un InfoDossier d IDC 2015 Introduction Les organisations peinent à déterminer quelle somme dépenser en matière de sécurité des TI, un investissement

Plus en détail

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Investissements

Plus en détail

Soutenir sa croissance en misant sur ses compétences clés

Soutenir sa croissance en misant sur ses compétences clés C E R C L E C A N A D I E N D E M O N T R É A L - 27 avril 2015 François Olivier Président et chef de la direction TC Transcontinental Soutenir sa croissance en misant sur ses compétences clés Information

Plus en détail

Présentation 2012 au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances. 1. Reprise économique et croissance

Présentation 2012 au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances. 1. Reprise économique et croissance Présentation 2012 au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 1. Reprise économique et croissance Compte tenu du climat d austérité budgétaire actuel au sein du gouvernement fédéral

Plus en détail

Le point en recherche

Le point en recherche Le point en recherche Avril 2003 Série socio-économique 03-002 Évaluation des investissements de fonds éthiques et socialement responsables dans des projet de logements locatifs abordables pour personnes

Plus en détail

Comprendre le financement des placements par emprunt PRÊTS PLACEMENT

Comprendre le financement des placements par emprunt PRÊTS PLACEMENT Comprendre le financement des placements par emprunt PRÊTS PLACEMENT 1 Comprendre le financement des placements par emprunt Le financement des placements par emprunt consiste simplement à emprunter pour

Plus en détail

LE COMMERCE MONDIAL SERA T-IL VOTRE PROCHAINE PLATEFORME DE CROISSANCE?

LE COMMERCE MONDIAL SERA T-IL VOTRE PROCHAINE PLATEFORME DE CROISSANCE? SERVICES DE FINANCEMENT DU COMMERCE INTERNATIONAL LE COMMERCE MONDIAL SERA T-IL VOTRE PROCHAINE PLATEFORME DE CROISSANCE? PRENDRE AVANTAGE DE L INFORMATION DISPONIBLE Un accès sécuritaire à de l information

Plus en détail

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada MARS 2014 ÉCHEC ET MAT! LES RÉGIMES D ÉPARGNE EN MILIEU DE TRAVAIL : UNE SOLUTION GAGNANTE POUR LES CANADIENS EN VUE DE LA RETRAITE Notre 6 e sondage annuel Indice canadien de report de la retraite montre

Plus en détail

Présentation au Comité permanent des finances de la Chambre des communes

Présentation au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Centrale des caisses de crédit du Canada Présentation au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires Le 12 août 2011 Ottawa, Ontario TABLE DES MATIÈRES Résumé

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

Voici le résumé des mesures favorisant les entreprises manufacturières. Le détail suivra à la page suivante.

Voici le résumé des mesures favorisant les entreprises manufacturières. Le détail suivra à la page suivante. Budget fédéral 2015 Le 21 avril 2015, le gouvernement du Canada a déposé son budget 2015-2016. Parmi les nouvelles mesures annoncées, certaines sont favorables aux entreprises manufacturières, donc aux

Plus en détail

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Résumé L industrie des produits alimentaires et des produits de consommation est le principal

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 214 Vol. 11.2 7 juillet 214 L enquête menée cet été fait encore ressortir des signes encourageants en ce qui concerne les perspectives

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC

MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC Mise à jour de novembre 2015 LE plan économique du québec NOTE Le masculin générique

Plus en détail

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR Taille et structure de l industrie Livraisons et commerce international Production Ressources humaines Recherche et développement Développement durable PRINCIPALES

Plus en détail

Réduction des droits de douane

Réduction des droits de douane Nos enjeux clés Les pages qui suivent fournissent des renseignements précis sur des enjeux importants que le CCCD mettra de l avant pendant les élections Réduction des droits de douane Réduction des frais

Plus en détail

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Priorités de l ACIC pour le budget fédéral de 2015 La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Mémoire présenté au Comité permanent des finances Association

Plus en détail

Réponse de l Association des banquiers canadiens à l examen 2008 d Exportation et développement Canada

Réponse de l Association des banquiers canadiens à l examen 2008 d Exportation et développement Canada Réponse de l Association des banquiers canadiens à l examen 2008 d Exportation et développement Canada Juin 2008 L Association des banquiers canadiens (ABC) apprécie d avoir l occasion de participer à

Plus en détail

Évoluer ou ne rien changer? De l opportunité de conquérir de nouveaux clients

Évoluer ou ne rien changer? De l opportunité de conquérir de nouveaux clients Évoluer ou ne rien changer? De l opportunité de conquérir de nouveaux clients Évoluer ou ne rien changer? De l opportunité de conquérir de nouveaux clients Dans chaque secteur, la course à la différenciation

Plus en détail

stratégie énergétique pour le Canada

stratégie énergétique pour le Canada L électricité : au cœur d une stratégie énergétique pour le Canada VERSION 2.0 www.electricite.ca Publié en juillet 2012. Association canadienne de l électricité, 2012. Tous droits réservés. Also available

Plus en détail

Conférence téléphonique

Conférence téléphonique Conférence téléphonique T2-2015 Énoncés prospectifs et mesure non établie selon les IFRS Mise en garde concernant les déclarations prospectives Cette présentation peut contenir des énoncés prospectifs

Plus en détail

Augmenter son fonds de roulement grâce aux garanties d exportations d EDC

Augmenter son fonds de roulement grâce aux garanties d exportations d EDC Livre blanc Augmenter son fonds de roulement grâce aux garanties d exportations d EDC Les exportateurs savent bien qu un fonds de roulement insuffisant peut compromettre leur réussite sur les marchés internationaux.

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale www.inspection.gc.ca/alimentssalubres Balayer le code de réponse

Plus en détail

Gestion des risques liés aux régimes de retraite : la croisée des chemins

Gestion des risques liés aux régimes de retraite : la croisée des chemins Gestion des risques liés aux régimes de retraite : la croisée des chemins La gestion des risques liés aux régimes de retraite est à l ordre du jour de plusieurs entreprises. Pour la plupart d entre elles,

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

TDDC a contribué à refondre le secteur des technologies propres au Canada

TDDC a contribué à refondre le secteur des technologies propres au Canada Améliorer l avantage concurrentiel du Canada dans les secteurs des énergies propres et des ressources naturelles Résumé Le Canada a le privilège de posséder des ressources naturelles en abondance. La demande

Plus en détail

Démarquez-vous! Dossier. Profil. Cahier spécial ÉNERGIE. EN AlImENtAtIoN du QuÉbEc ONZIÈME ANNÉE V11N5

Démarquez-vous! Dossier. Profil. Cahier spécial ÉNERGIE. EN AlImENtAtIoN du QuÉbEc ONZIÈME ANNÉE V11N5 V11N5 ONZIÈME ANNÉE V11N5 Dossier Accès Aux tablettes Démarquez-vous! ACTUALiTeALiMeNTAire.CoM POSTE-PUBLICATIONS #41610548 ADRESSE DE RETOUR : 615, AV. NOTRE-DAME, SAINT-LAMBERT (QC) J4P 2K8 dossier :

Plus en détail

Étude sur les jeunes agriculteurs et l avenir de l agriculture

Étude sur les jeunes agriculteurs et l avenir de l agriculture Étude sur les jeunes agriculteurs et l avenir de l agriculture Allocution de Marion G. Wrobel Directeur, Évolution des marchés et de la réglementation Association des banquiers canadiens (ABC) Prononcée

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

La business intelligence pour une meilleure visibilité sur l activité et des décisions plus avisées

La business intelligence pour une meilleure visibilité sur l activité et des décisions plus avisées La business intelligence pour une meilleure visibilité sur l activité et des décisions plus avisées 3 Sommaire Introduction 3 Introduction 5 Défi à relever : le surplus de données 6 Quatre aspects essentiels

Plus en détail

Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario

Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario L Association canadienne du propane Février 2013 Association canadienne du propane Mémoire pour le

Plus en détail

Mémoire. Reconnaissance du budget 2014. Regards vers le budget de 2015

Mémoire. Reconnaissance du budget 2014. Regards vers le budget de 2015 Mémoire de l Association canadienne pour les études supérieures au Comité permanent des finances de la Chambre des communes, au sujet du budget fédéral de 2015 Résumé L Association canadienne pour les

Plus en détail

La vie est bien plus belle à Beaumont

La vie est bien plus belle à Beaumont La Ville de Beaumont La vie est bien plus belle à Beaumont Plan stratégique 2012-2017 24 juillet 2012 La vie est bien plus belle à Beaumont Un message à la communauté de Beaumont Au nom des membres du

Plus en détail

La campagne Generation Squeeze

La campagne Generation Squeeze La campagne La campagne est menée par un vaste réseau de partenaires déterminés à faire en sorte que les jeunes générations aient la possibilité de faire face à divers enjeux, comme les salaires plus bas,

Plus en détail

Info-commerce : Incertitude économique mondiale

Info-commerce : Incertitude économique mondiale Info-commerce : Incertitude économique mondiale avril 2012 Panel de recherche d EDC Résultats du sondage de février 2012 Faits saillants Même si les É.-U. restent une importante destination commerciale,

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

imaginez mieux 02/11

imaginez mieux 02/11 mieux la force La force d une structure Depuis 1981, Force financière Excel a forgé les outils de son développement. Imaginez un cabinet de services financiers qui vous appuie avec toute la force de sa

Plus en détail

Enjeux régionaux et recommandations prébudgétaires 2010 Gouvernement du Canada

Enjeux régionaux et recommandations prébudgétaires 2010 Gouvernement du Canada Enjeux régionaux et recommandations prébudgétaires 2010 Gouvernement du Canada Recommandations de la Chambre de commerce de la MRC de Rivière-du-Loup 298, boulevard Armand-Thériault Rivière-du-Loup (Québec)

Plus en détail

Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité

Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité Ministère des Finances Communiqué Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité Le Plan d action économique de 2015

Plus en détail

1. Observations: Comment peut- on améliorer la compétitivité?

1. Observations: Comment peut- on améliorer la compétitivité? «Aperçu de la transformation alimentaire» Pour mieux comprendre la compétitivité au sein de diverses industries 1. Observations: Comment peut- on améliorer la compétitivité? Le présent rapport fait appel

Plus en détail

Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement

Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement POUR PUBLICATION IMMÉDIATE Le 6 décembre 2011 #dettes #hypothèque Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement Waterloo Les résultats du plus

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

BUDGET du QUÉBEC 2015

BUDGET du QUÉBEC 2015 BUDGET du QUÉBEC 2015 Services économiques TD BUDGET 2015 DU QUÉBEC : LE GOUVERNEMENT MAINTIENT LE CAP FISCAL Faits saillants Le gouvernement du Québec a déposé son deuxième budget depuis son arrivée au

Plus en détail

L internationalisation de sa PME : certainement possible!

L internationalisation de sa PME : certainement possible! L internationalisation de sa PME : certainement possible! 1 L internationalisation de sa PME : certainement possible! Depuis la fin des années 1980, l accélération du rythme des changements dans l économie

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

EFFETS DE LA BAISSE DU HUARD SUR LES PRIX À LA CONSOMMATION AU CANADA

EFFETS DE LA BAISSE DU HUARD SUR LES PRIX À LA CONSOMMATION AU CANADA COMMENTAIRE Services économiques TD 17 mars 215 EFFETS DE LA BAISSE DU HUARD SUR LES PRIX À LA CONSOMMATION AU CANADA Faits saillants Parmi les nombreux facteurs pris en compte dans les perspectives d

Plus en détail

Régimes collectifs de retraite et d épargne

Régimes collectifs de retraite et d épargne CHAPITRE 5 Régimes collectifs de retraite et d épargne nous avons vu que l évolution démographique incite les employeurs à se faire concurrence pour attirer les ressources compétentes. En matière de régimes

Plus en détail

Plain talk sur le fonctionnement des FNB. Formation de la clientèle

Plain talk sur le fonctionnement des FNB. Formation de la clientèle Plain talk sur le fonctionnement des FNB Formation de la clientèle Table des matières 2 Qu est-ce qu un FNB? 4 Comment fonctionnent les FNB 8 Quels FNB vous conviennent le mieux? Les fonds négociés en

Plus en détail

Sondage réalisé par American Express MD auprès des entreprises de taille moyenne

Sondage réalisé par American Express MD auprès des entreprises de taille moyenne Sondage réalisé par American Express MD auprès des entreprises de taille moyenne Les décideurs financiers des entreprises de taille moyenne du Canada ont un point de vue éclairé quant à la conjoncture

Plus en détail

Partenaires dans la croissance

Partenaires dans la croissance ents à valeur ajoutée Technologie de l information et des communications Bioscienc osciences Aérospatiale et défense Fabrication industrielle Bois à valeur ajoutée ents à valeur ajoutée Technologie de

Plus en détail

cgi.com/commerce-detail 1 Le commerce omnicanal : essentiel à la réussite du commerce de détail

cgi.com/commerce-detail 1 Le commerce omnicanal : essentiel à la réussite du commerce de détail cgi.com/commerce-detail 1 Le commerce omnicanal : essentiel à la réussite du commerce de détail 2 cgi.com/commerce-detail Au cours des dix prochaines années, les experts s attendent à ce que le secteur

Plus en détail

CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015)

CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015) CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015) Préparée pour les Comptables professionnels agréés du Canada Le 1 er mai 2015 Renseignements sur le sondage Le rapport trimestriel CPA Canada Tendances conjoncturelles

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Novembre 2010. Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie

Livre Blanc Oracle Novembre 2010. Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie Livre Blanc Oracle Novembre 2010 Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie Présentation générale Les entreprises industrielles sont confrontées à un environnement

Plus en détail

Les transports en commun, moteur de la croissance économique Mémoire prébudgétaire 2011

Les transports en commun, moteur de la croissance économique Mémoire prébudgétaire 2011 Les transports en commun, moteur de la croissance économique Mémoire prébudgétaire 2011 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes par l Association canadienne du transport urbain

Plus en détail

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Préparé pour : Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Par : Will Dunning économiste en chef de

Plus en détail

Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015

Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015 Des milieux de travail équitables, sécuritaires et productifs Travail Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015 Division de l information et de la recherche sur les milieux de travail

Plus en détail

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances Consultation pré-budgétaire Préparé à l attention du ministre des Finances Saint-Antoine, Nouveau-Brunswick Octobre 2009 Les priorités du CÉNB : - le Plan d action pour l autosuffisance du nord du Nouveau-Brunswick;

Plus en détail

Sécuritaire Fiable Sans gluten Programme de certification sans gluten

Sécuritaire Fiable Sans gluten Programme de certification sans gluten Sécuritaire Fiable Sans gluten Programme de certification sans gluten www.glutenfreecert.com ALLERGEN CONTROL GROUP INC. L Allergen Control Group Inc. (ACG) est représenté par une équipe d experts de l

Plus en détail

Livre vert pour une politique bioalimentaire Commentaires et observations de la Quebec Farmers s Association (QFA)

Livre vert pour une politique bioalimentaire Commentaires et observations de la Quebec Farmers s Association (QFA) Livre vert pour une politique bioalimentaire Commentaires et observations de la Quebec Farmers s Association (QFA) Introduction Les producteurs agricoles anglophones travaillent au Québec depuis leur établissement

Plus en détail

Voyages en provenance des États-Unis et d outre-mer à destination du Canada

Voyages en provenance des États-Unis et d outre-mer à destination du Canada Voyages en provenance des États-Unis et d outre-mer à destination du Canada Perspectives sur la concurrence à court terme Troisième trimestre de 2011 À l intention de la Commission canadienne du tourisme

Plus en détail

Transcription médicale: comment faire le bon choix

Transcription médicale: comment faire le bon choix Transcription médicale: comment faire le bon choix La réduction des coûts et l optimisation des investissements sont des préoccupations majeures pour tout entrepreneur qui se respecte. À travers ce document,

Plus en détail

Stratégie visant des écoles saines

Stratégie visant des écoles saines Chapitre 4 Section 4.03 Ministère de l Éducation Stratégie visant des écoles saines Suivi des audits de l optimisation des ressources, section 3.03, Rapport annuel 2013 APERÇU DE L ÉTAT DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Code des pratiques de marketing

Code des pratiques de marketing Information sur les produits Code des pratiques de marketing Produits de santé consommateurs du Canada est consciente de sa situation privilégiée comme partenaire dans l offre de produits de santé consommateurs

Plus en détail

Commission d examen de la fiscalité québécoise

Commission d examen de la fiscalité québécoise Commission d examen de la fiscalité québécoise Mémoire déposé dans le cadre de l'étude du programme de crédits d impôt pour le développement des affaires électroniques (CDAE) Présenté par le Regroupement

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

Protéger l expérience client contre les attaques par déni de service distribué (attaques par DDOS)

Protéger l expérience client contre les attaques par déni de service distribué (attaques par DDOS) Une étude personnalisée de la série Technology Adoption Profile commandée par Bell Canada Juin 2014 Protéger l expérience client contre les attaques par déni de service distribué (attaques par DDOS) Introduction

Plus en détail

MODULE 1 LE MARKETING UNITÉ 1 UNITÉ 2

MODULE 1 LE MARKETING UNITÉ 1 UNITÉ 2 MODULE 1 LE MARKETING UNITÉ 1 LA VÉRITÉ SUR LE MARKETING: QU EST-CE QUE LE MARKETING? QU EST-CE QUE N EST PAS LE MARKETING? DIX CONSEILS POUR UNE GESTION DE MARQUE EFFICACE UNITÉ 2 LA PLANIFICATION STRATÉGIQUE

Plus en détail

La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : quatre moyens d accroître le retour sur investissement dans les industries gérant de multiples

La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : quatre moyens d accroître le retour sur investissement dans les industries gérant de multiples La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : quatre moyens d accroître le retour sur investissement dans les industries gérant de multiples actifs Livre Blanc Oracle Octobre 2009 Livre Blanc Oracle

Plus en détail

ÉTUDE TECHNIQUE Pourquoi la gestion déléguée et non la dotation en personnel d appoint? cgi.com

ÉTUDE TECHNIQUE Pourquoi la gestion déléguée et non la dotation en personnel d appoint? cgi.com ÉTUDE TECHNIQUE Pourquoi la gestion déléguée et non la dotation en personnel d appoint? S assurer que les entreprises tirent un maximum de valeur de leurs fournisseurs de services en TI, y compris flexibilité

Plus en détail

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Page1 Volume 4, numéro 3 Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Mario Tremblay, Vice-président aux affaires publiques et corporatives, et secrétaire

Plus en détail

Solutions axées sur le revenu créées sur mesure pour les participants FINANCIÈRE SUN LIFE PORTEFEUILLES GÉRÉS REVENU GRANITE

Solutions axées sur le revenu créées sur mesure pour les participants FINANCIÈRE SUN LIFE PORTEFEUILLES GÉRÉS REVENU GRANITE PORTEFEUILLES GÉRÉS REVENU GRANITE MD FINANCIÈRE SUN LIFE Solutions axées sur le revenu créées sur mesure pour les participants RÉSERVÉ AUX PLACEMENTS INSTITUTIONNELS PORTEFEUILLES GÉRÉS REVENU GRANITE

Plus en détail

À la hauteur de vos projets

À la hauteur de vos projets INVESTIR Banque Nationale À la hauteur de vos projets INVESTIR Banque Nationale 01 Que sont les Portefeuilles de revenu mensuel? Une façon simple de percevoir une distribution régulière. Six portefeuilles

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

Fonds Granite. Créés sur mesure pour les participants. Financière Sun Life axés sur une date d échéance. Réservé aux placements institutionnels

Fonds Granite. Créés sur mesure pour les participants. Financière Sun Life axés sur une date d échéance. Réservé aux placements institutionnels Fonds Granite Financière Sun Life axés sur une date d échéance MD Créés sur mesure pour les participants Réservé aux placements institutionnels Fonds Granite Financière Sun Life axés sur une date d échéance

Plus en détail