Une soif de croissance

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Une soif de croissance"

Transcription

1 ÉTUDE SUR L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE 2013 Une soif de croissance Regard sur l avenir de l industrie agroalimentaire

2 Comment les organisations saisissent les occasions de croissance? Soif de croissance met en lumière les tendances émergentes et leurs répercussions sur l industrie agroalimentaire dans le monde. Comment votre entreprise profitera-t-elle des occasions tout en minimisant les risques liés à la croissance? Stratégies de croissance La plupart des industries agroalimentaires espèrent croître au moyen d agrandissements et d acquisitions. Est-ce que votre entreprise peut déterminer correctement où investir en infrastructures les bonnes usines, les bonnes machines, les bonnes technologies de l information offrant le meilleur retour sur investissement? Est-ce que votre entreprise dispose d une expertise interne pour établir les occasions de fusions et d acquisitions et, ensuite, mener une diligence raisonnable efficace? Êtes-vous capables d obtenir du financement pour soutenir les investissements, les agrandissements ou les acquisitions? Innovation Les consommateurs veulent de nouveaux produits, une qualité améliorée et des prix plus bas et les détaillants veulent des produits qui attirent les consommateurs et des produits qui ne restent pas sur leurs tablettes. Est-ce que votre entreprise investit suffisamment dans la recherche et le développement? Est-ce que vous profitez de vos relations avec les fournisseurs pour améliorer votre expertise en développement de produits de même que votre rendement technologique et opérationnel? Est-ce que vous utilisez les technologies de l information actuelles et les médias sociaux pour effectuer du marketing individuel auprès des clients? Améliorations des procédés et réductions des coûts Les augmentations de coût des produits de base ne peuvent pas toujours être compensées par des augmentations de prix pour les consommateurs; des améliorations constantes des procédés et des contrôles des coûts seront cruciales pour maintenir les marges de profit. Est-ce que votre entreprise possède les ressources et l expertise nécessaires pour évaluer les procédés et effectuer des améliorations efficaces? Avez-vous révisé à fond les structures de coûts dans l ensemble de votre chaîne d approvisionnement? Connaissez-vous les coûts réels de production des différentes gammes de produits? Relations avec la clientèle Le pouvoir chez les grands détaillants est là pour rester. Cependant, les dirigeants avisés élaboreront des plans, par exemple, en diversifiant leurs bases de clients ou en renforçant leur offre principale avec des acquisitions stratégiques, ce qui leur donnera des choix quand les détaillants deviendront intransigeants. Êtes-vous certains que votre entreprise obtient les meilleures marges de profit possibles avec ses produits et sa base de clients actuelle? Réglementations et programmes gouvernementaux Les entreprises d agroalimentaire font face à des réglementations de plus en plus complexes dans le monde. Est-ce que votre entreprise possède la capacité de surveiller, de mesurer et de documenter la conformité, tant au pays qu à l étranger? Êtes-vous au courant des programmes gouvernementaux de subventions et d incitatifs auxquels vous pourriez avoir accès pour soutenir votre croissance? Changements propres aux pays Les tendances mondiales présentées dans ce rapport toucheront les entreprises individuelles de façon unique, ce qui représente un enjeu pour les dirigeants qui veulent se tenir au courant des changements qui affecteront leurs résultats financiers. Comment votre entreprise suit-elle et évalue-t-elle les tendances au pays et dans le monde, et comment met-elle en place de meilleures pratiques et des stratégies fructueuses? Toutes les entreprises peuvent bénéficier d un nouveau regard qui les aidera à découvrir les occasions, à répondre aux enjeux et à minimiser les risques. En tant que l une des chefs de file mondiaux parmi les entreprises indépendantes de certification, de fiscalité et de services-conseils avec plus de personnes dans plus de 100 pays Raymond Chabot Grant Thornton est prête à aider.

3 Regard sur l avenir de l industrie agroalimentaire Sommaire Partout dans le monde, l industrie agroalimentaire est prête à la croissance. Après des années d incertitude, de retraits et de reports d investissements, les dirigeants du secteur sont de nouveau prêts à investir dans de nouveaux produits, de nouvelles capacités, de nouveaux canaux de distribution et de nouveaux marchés. Même dans les pays qui se relèvent à peine de la récession, les dirigeants s attendent à la croissance et prévoient capter des parts de marché à domicile et à l étranger. Cependant, malgré ces perspectives plus positives, les dirigeants de l industrie agroalimentaire doivent choisir les bonnes occasions de croissance tout en minimisant les risques et en maximisant les retours sur leurs nouveaux investissements, en particulier lorsqu ils cherchent à : Tirer profit des tendances en émergence et en croissance telles que les produits de santé ainsi que les produits haut de gamme Les dirigeants de sociétés de toutes tailles doivent se tenir au courant des changements dans les goûts des consommateurs, car ces changements peuvent devenir les tendances de demain dans l industrie agroalimentaire. Souvent, les entrepreneurs dynamiques profitent de l «avantage du précurseur» avec de nouveaux produits innovateurs, alors que les plus grands joueurs peuvent profiter des économies d échelle pour développer des produits supplémentaires, consolider les canaux de distribution établis et faire l acquisition d importants concurrents dans leur marché de niche. Beaucoup d entreprises s appuient aussi sur des données complexes et volumineuses afin de mieux comprendre les consommateurs et de découvrir les nouvelles tendances avant leurs concurrents. Nouveaux produits et pratiques Les nouveaux produits sont le moteur de la croissance, alors que de meilleures pratiques d affaires génèrent des marges de profit par la rationalisation des opérations, par l investissement dans l automatisation et les nouvelles technologies de l information ainsi que par le marketing au moyen de nouveaux outils électroniques. Les médias sociaux, en particulier, amènent un changement majeur dans la stratégie de l industrie, alors que les entreprises consacrent autant d efforts à la «chaîne de la demande» qu elles consacraient auparavant à la chaîne d approvisionnement. Se conformer aux réglementations émergentes L ensemble de l industrie agroalimentaire doit se conformer à des réglementations strictes en matière de sécurité des aliments, de traçabilité dans la chaîne d approvisionnement et d intégrité des produits. Les entreprises doivent désormais suivre les ingrédients de la ferme à la table en collaborant avec des partenaires de l ensemble de la chaîne d approvisionnement afin de minimiser les risques financiers, opérationnels, juridiques et liés à la réputation qui pourraient nuire à leurs marques. Les dirigeants proactifs reconnaissent aussi que bon nombre de changements dans les règlements sont bénéfiques pour leur entreprise, car ils leur permettent de promouvoir leur conformité aux nouvelles normes comme un atout concurrentiel distinctif. Une soif de croissance étudie ces tendances et davantage. Plus important encore, ce rapport présente des perspectives sur la manière dont les dirigeants peuvent gérer le changement et soutenir une croissance rentable, grâce à la compréhension du nouveau paysage de l industrie, à l élaboration de stratégies qui consolident les nouvelles tendances et à l exécution efficace de leurs plans. Jim Menzies Responsable national, Agroalimentaire À propos de l étude Qui 248 cadres supérieurs de l industrie agroalimentaire Quand de mai à juillet 2013 Où Australie, Canada, France, Irlande, Nouvelle-Zélande, Royaume-Uni et États-Unis 3

4 Prête pour une croissance rentable L industrie agroalimentaire prend une nouvelle direction. Après avoir survécu à une récession mondiale, les dirigeants du secteur sont de nouveau optimistes à propos de la croissance en matière de revenus, de profits et, dans une moindre mesure, d embauche. Pourtant, des pressions externes augmentations des prix des ingrédients, plus grand nombre de règlements continuent de comprimer les marges de profit. Les entreprises d avant-garde chercheront à équilibrer l investissement dans la croissance avec des stratégies qui améliorent l efficacité et diminuent les risques, principalement en recourant à l automatisation et aux technologies de l information. Ces investissements leur permettront non seulement de contrôler les coûts, mais aussi d améliorer les résultats au moyen des prix de détail et de l analyse des marges. 4

5 Prête pour une croissance rentable L industrie agroalimentaire mondiale est optimiste. La grande majorité de ses dirigeants prévoit que les revenus et les profits augmenteront dans les douze prochains mois, le tiers des dirigeants s attendant à une augmentation des ventes de plus de 10 % (Figure 1). Tant les grandes que les petites entreprises s attendent à des augmentations de revenus et de profits et ce, peu importe le secteur de l industrie (Figure 2). De la même manière, les entreprises de grandes marques ou de marques privées sont optimistes au sujet de l avenir (voir Marque privée). «De 2008 jusqu à environ 2011, dans la plupart des pays du monde, les choses étaient difficiles pour tous les fabricants et non pas seulement pour les entreprises en agroalimentaire,» affirme M. Jim Menzies, responsable national du domaine agroalimentaire chez Grant Thornton Canada. «Il y a eu récemment des indicateurs économiques positifs, comme la reprise de la construction résidentielle aux États-Unis (É.-U.), l amélioration de l activité économique dans la zone euro et le retour à la normale des taux de crédit à la consommation. Ces indicateurs suscitent un optimisme général et, en particulier, dans l industrie agroalimentaire.» Fig 1. La croissance des revenus et des profits dépassera les gains en emplois Dirigeants qui s attendent à des changements dans les 12 prochains mois Revenus Rentabilité (avant les intérêts et les taxes) Emplois à temps plein 5% 4% 9% 11% 11% 30% 33% 9% 30% 26% 32% 15% Augmentation >10 % Augmentation 6-10 % Augmentation 1-5 % 0 % Diminution 27% 26% 30% Fig 2. L ensemble du secteur agroalimentaire s attend à une forte croissance des revenus et des profits % des répondants qui s attendent à des augmentations au cours des 12 prochains mois, par secteur Secteur Céréales/produits de farine Sucre et confiserie Produits laitiers Fruits et légumes Produits de la mer Boulangerie, y compris les pâtes alimentaires Viandes et produits à base de viande Boissons non alcoolisées Boissons alcoolisées Revenus 97 % 94 % 93 % 92 % 92 % 85 % 85 % 80 % 79 % Rentabilité Emplois à temps plein (avant les intérêts et les taxes) 91 % 80 % 88 % 81 % 81 % 80 % 75 % 68 % 76 % 66 % 60 % 73 % 65 % 64 % 56 % 56 % 56 % 42 % Revenus 50 M$ US ou moins 92 % 84 % 61 % 50 M$ US à 250 M$ US 86 % 80 % 55 % Plus de 250 M$ US 93 % 82 % 48 % 5

6 Soif de croissance «Les signaux que nous recevons sont mixtes,» affirme M. Tony Pititto, responsable national du domaine agroalimentaire chez Grant Thornton Australie. «D un côté, la croissance prévue des revenus constitue une tendance à l échelle mondiale pour les entreprises du secteur agroalimentaire. D un autre côté, pour empêcher les marges de profit de s éroder, les dirigeants ne s attendent pas à augmenter au même rythme les emplois à temps plein.» Il ajoute qu alors que 90 % des dirigeants s attendent à ce que les revenus augmentent au cours des douze prochains mois, environ la moitié seulement s attend à ce que le taux d emploi augmente. «Pour s assurer que la rentabilité augmente aussi, les dirigeants continuent de mettre l accent sur les gains en efficacité, sur le contrôle des coûts et, parfois, lorsque c est possible, sur l augmentation des prix.» M me Ciara Jackson, responsable nationale du domaine agroalimentaire chez Grant Thornton Irlande, affirme que l optimisme est plus modéré en Europe, où les liquidités plus grandes seront probablement réinvesties dans l industrie afin de réaménager les procédés en place et de faire que les opérations soient plus rationalisées et plus souples. Elle prévient les entreprises en agroalimentaire que même si elles continuent de faire plus avec moins, ce qui amène des augmentations de la rentabilité à court terme, au fur et à mesure qu elles atteignent les limites de leur capacité, leurs stratégies de sensibilisation aux coûts leur causeront souvent des maux de tête. «Les dirigeants doivent concentrer leurs efforts sur les investissements dans les technologies de l information et dans l automatisation afin de devoir moins recourir à une main-d œuvre supplémentaire.» Dans beaucoup de secteurs de l industrie agroalimentaire, il est essentiel de repenser la façon dont la croissance est gérée, parce que l inflation est un moteur premier de l augmentation des revenus. Dans ces secteurs, l industrie de la transformation aura bientôt de la difficulté à transférer au consommateur les augmentations de prix à la ferme et dans la chaîne d approvisionnement mettant ainsi les marges de profit à risque. M. Trefor Griffith, responsable national du domaine agroalimentaire chez Grant Thornton Royaume-Uni (R.-U.), incite les entreprises à répondre aux pressions liées aux marges par des innovations dans les processus. «Elles doivent être plus efficaces et réduire le nombre de mains qui touchent à leurs produits. L automatisation est une solution, mais les entreprises d avantgarde du domaine ont également constaté d importants gains dans l efficacité de la main-d œuvre grâce à des programmes d amélioration du rendement, tels que la fabrication sans gaspillage.» Comme les coûts directs de main-d œuvre comptent pour une moyenne de 11 % des ventes, la rapidité avec laquelle l entreprise peut croître dépend de sa capacité à limiter les coûts de main-d œuvre. «Pour s assurer que la rentabilité augmente aussi, les dirigeants continuent de mettre l accent sur les gains en efficacité, sur le contrôle des coûts et, parfois, lorsque c est possible, sur l augmentation des prix.» Tony Pititto Responsable national, Agroalimentaire Grant Thornton Australie 6

7 Prête pour une croissance rentable En bref Marques privées : Répondre à la demande par la bonne stratégie d établissement des prix Les marques privées (ou marques maison) sont plus importantes que jamais, car plus de la moitié des entreprises en agroalimentaire (56 %) génèrent des ventes provenant de produits de marques privées. Quelque 14 % effectuent la majorité de leurs ventes avec des marques privées. Les dirigeants des entreprises en agroalimentaire offrant ou non des marques privées sont optimistes par rapport aux revenus et aux profits. Cependant, ces deux types de produits sont souvent gérés de façon différente pour obtenir ces résultats, affirme M. Guy Barthell, responsable du domaine agroalimentaire chez Raymond Chabot Grant Thornton. «Souvent, les entreprises qui offrent exclusivement des marques privées adaptent leur structure organisationnelle et leur chaîne d approvisionnement à des volumes élevés à cause des marges plus faibles, c est pourquoi de nombreuses entreprises choisissent d avoir à la fois des produits de marques privées et de grandes marques.» Une stratégie hybride peut mener à la croissance des produits de grandes marques. «Les entreprises offrant des produits de marques privées et de grandes marques utilisent souvent les marques privées, qui génère de plus faibles marges, comme un moyen d obtenir des liquidités constantes qu elles peuvent investir dans la création d une grande marque, ce qui exige un énorme investissement de temps et d argent,» ajoute M me Ciara Jackson, responsable nationale du domaine agroalimentaire chez Grant Thornton Irlande. «En Irlande, le climat économique difficile et la récession ont amené les consommateurs à acheter des marques privées. Mais nous assistons aussi à l apparition de nouveaux types de produits de marques privées : des biens de consommation de luxe, de milieu de gamme et de bas de gamme.» Les détaillants souhaitent ardemment offrir des gammes de produits de marques privées dont les prix sont répartis sur une grande échelle. Tesco, par exemple, vend des milliers de biens de marques privées, qui vont des produits alimentaires italiens Parioli, dans les produits de luxe, aux marques Value, dans les produits de bas de gamme. Même les détaillants européens haut de gamme Waitrose et Marks & Spencer génèrent des ventes importantes grâce à des marques privées, telles que Essentials et Private Brand, respectivement. Des stratégies d établissement des prix efficaces sont essentielles au succès des marques privées, en particulier avec les produits de bas de gamme pour lesquels des erreurs peuvent éliminer les marges de profit. L analyse des prix devrait toujours être menée dans le contexte des liquidités et de la capacité, puisque même les produits de marques privées offrant de modestes marges en valent la peine, s ils fonctionnent avec de l équipement qui serait autrement inutilisé et s ils génèrent des liquidités suffisantes. 56 % des organisations génèrent des ventes de marques privées 7

8 L expansion des exportations amène des occasions de croissance L industrie agroalimentaire est de plus en plus mondiale. Des progrès rapides dans la gestion, la logistique et les technologies de l information permettent aux entreprises de répondre à la demande des clients de presque partout si elles peuvent se conformer à des réglementations complexes et faire face à des concurrents déjà établis dans le pays. Avant d entrer dans de nouveaux marchés, les entreprises d avant-garde prennent des mesures complètes de la diligence raisonnable, qui incluent non seulement des modèles financiers, mais des efforts intensifs sur le terrain afin de rencontrer et de comprendre les nouveaux clients et les canaux de distribution. 8

9 L expansion des exportations amène des occasions de croissance De nombreuses entreprises en agroalimentaire prévoient une croissance importante des exportations au cours des deux prochaines années. Cette augmentation d envergure exigera une augmentation équivalente de leur capacité de gérer les risques associés à la croissance de l exportation, y compris : des réglementations sur les produits dans les pays d exportation des relations ou une infrastructure pour que les biens se rendent sur les tablettes, dans les magasins et dans les restaurants des frais logistiques et de transport des coûts de stockage des risques liés à la qualité et à la sécurité des produits, spécialement pour la nourriture périssable et les boissons. Actuellement, quatre répondants sur cinq font de l exportation et 18 % exportent la majorité de leurs ventes. Les dirigeants ayant répondu à l étude exportent actuellement une moyenne de 5 % de leurs ventes et ils s attendent à atteindre 10 % d ici deux ans. Chez certains répondants, des moyennes d exportation plus élevées 23 % actuellement et 27 % dans deux ans illustrent leur volume élevé d exportations. Les exportations varient considérablement selon les régions et les revenus des entreprises (Figure 3). Le grand nombre d exportations de l Australasie reflète la demande accrue de la Chine, de l Inde et des autres pays de la région Asie-Pacifique, et c est la Nouvelle-Zélande qui a le plus haut taux d exportations. Les faibles exportations de l Amérique du Nord reflètent en partie une concentration sur les énormes marchés intérieurs. Ce sont les grandes sociétés qui sont les plus susceptibles d avoir établi des relations, une structure de gestion et des moyens logistiques suffisants pour soutenir une clientèle de base internationale et, ainsi, de plus grands volumes d exportations. «L augmentation du marché de l exportation est une conséquence inévitable des déséquilibres dans l offre et la demande mondiales, particulièrement en Chine et en Asie.» Simon Hunter Responsable national, Agroalimentaire Grant Thornton Nouvelle-Zélande Fig 3. Les exportations en agroalimentaire augmenteront dans le monde Exportations moyennes en pourcentage des ventes totales Région Région 15 % 25 % 7 % 10 % 4 % 8 % 5 % 10 % 5 % 9 % 15 % 15 % Australasia Europe Amérique du Nord 50 M$ US ou moins 51 M$ US à 250 M$ US Plus de 250 M$ US Actuellement D ici deux ans 9

10 Soif de croissance La course aux nouveaux marchés est engendrée par le besoin de diversifier les revenus au-delà des frontières économiques de même que par la nécessité d accroître les bénéfices. Les répondants à l étude agroalimentaire qui font de l exportation sont les plus susceptibles de prévoir une augmentation des profits (84 % comparativement à 76 % des entreprises qui n exportent pas) et de l emploi (62 % par rapport à 40 %). M. Simon Hunter, responsable national du domaine agroalimentaire chez Grant Thornton Nouvelle-Zélande, affirme que «l augmentation du marché de l exportation est une conséquence inévitable des déséquilibres dans l offre et la demande mondiales, particulièrement en Chine et en Asie. Cela amène des possibilités, mais pose également des enjeux, car de nombreux joueurs poursuivent les mêmes occasions d affaires, en concurrence avec les fournisseurs locaux.» Les principaux nouveaux marchés que les répondants de l industrie agroalimentaire ont l intention de pénétrer au cours des deux prochaines années incluent : Asie du Sud-Est (excluant la Chine) : 43 % des répondants (63 % des répondants australasiens) Chine : 38 % des répondants (57 % des répondants australasiens) Amérique du Nord : 32 % des répondants Europe de l Ouest : 30 % des répondants Moyen-Orient : 26 % des répondants Les exportations offrent des possibilités attirantes, mais seulement pour les dirigeants prêts à faire leurs devoirs étudier les réglementations locales, rencontrer les détaillants et les grossistes du pays, effectuer des études de marché sur les seuils de prix et les concurrents, questionner les consommateurs. Les dirigeants doivent aussi réfléchir à la façon dont ils vont approvisionner le marché, pas seulement au plan logistique, mais aussi en tenant compte des taxes et de la conformité réglementaire. Les stratégies de prix de transfert, par exemple, peuvent souvent déterminer si un produit donné est rentable ou non. Dans certains pays, les entreprises en agroalimentaire font équipe pour promouvoir leurs produits internationalement. Par exemple, en Irlande, un certain nombre d entreprises de fruits de mer ont joint leurs ressources dans un nouveau modèle d affaires appelé «coopétition» afin d exporter vers de nouveaux marchés. «L augmentation du marché amène des possibilités mais pose également des enjeux, car de nombreux joueurs poursuivent les mêmes occasions d affaires, en concurrence avec les fournisseurs locaux.» Simon Hunter Responsable national, Agroalimentaire Grant Thornton Nouvelle-Zélande 10

11 Investir pour la croissance et la productivité De nombreuses entreprises en agroalimentaire s attendent à construire ou agrandir des usines et à améliorer la recherche et le développement (R&D) et les nouveaux produits. Plusieurs planifient également de mettre en place de nouvelles technologies de l information (TI) et de continuer les fusions et acquisitions. Cependant, peu d entreprises peuvent financer ces efforts à partir de leurs liquidités. Les entreprises d avant-garde élaboreront des plans de croissance détaillés qui priorisent les investissements à partir des retours sur l investissement et elles utiliseront ensuite cette analyse pour s assurer d un financement efficace et rentable que ce soit au moyen de relations bancaires classiques, de financement alternatif ou de partenariat avec les fournisseurs et les clients. 11

12 Soif de croissance Plus des trois quarts des dirigeants indiquent qu au cours des douze prochains mois, leurs entreprises augmenteront les dépenses consacrées à l équipement, au développement de nouveaux produits et aux TI (Figure 4). Certaines entreprises se rattrapent avec les investissements reportés au cours de la récession, tandis que d autres se concentrent sur la croissance au moyen de l innovation et des acquisitions. Les raisons d investir varient considérablement selon les régions. Par exemple, M. Barthell du Canada affirme que l industrie agroalimentaire est demeurée dynamique tout au long de la récession, en continuant les investissements dans l équipement et les TI. Toutefois, dans les pays où l économie est ralentie, les dirigeants demeurent prudents. «En Europe, les investissements seront concentrés sur l équipement et le développement de nouveaux produits,» affirme M. Vincent Frambourt, responsable national du domaine agroalimentaire chez Grant Thornton France, «mais cela se fera de façon prudente, car les consommateurs continuent d agir en fonction des prix. Les entreprises sont vraiment prêtes à investir dans l utilisation d équipement Changements dans les investissements au cours des 12 prochains mois pour soutenir de nouveaux produits de même que dans les TI, afin de mettre en place, dans l ensemble de l entreprise, de meilleurs systèmes pour la planification, la préparation des horaires, la gestion de la demande et le partage de l information relative aux consommateurs et aux marchés.» Au R.-U., M. Griffith voit l investissement de l industrie comme un moyen de défense, dans un effort pour contrer les pressions liées à la marge de profit. «Les dirigeants de l industrie agroalimentaire investissent dans l équipement avant tout pour être plus efficaces. Pour ce qui est du développement de nouveaux produits, c est difficile parce que l industrie, particulièrement les entreprises en agroalimentaire, doit innover. C est la clé de la croissance future. Les supermarchés cesseront éventuellement d offrir vos produits si vous n êtes pas innovateurs et ne leur offrez pas quelque chose de nouveau à mettre sur leurs tablettes. Ils rechercheront d autres fournisseurs offrant de nouveaux produits.» M. Griffith dit que, malgré les conditions difficiles du marché en Europe, certaines entreprises ont connu une forte croissance grâce à de nouvelles marques grand public. «En se Fig 4. La majorité des entreprises augmenteront les investissements concentrant sur certains créneaux comportant des produits et des propositions de qualité, elles ont été capables d ébranler les catégories, en remplaçant des produits de leurs propres marques ou de marques plus vieilles dans lesquelles on n avait pas assez investi. Parmi ces marques montantes, le meilleur profil est probablement Innocent, mais il existe de nombreux autres exemples, tels que Dorset Cereals, Tyrells et Ella s Kitchen, qui ont toutes créé des marques fortes au R.-U. et qui croissent avec succès outremer.» «En Europe, les entreprises sont vraiment prêtes à investir dans l utilisation d équipement pour soutenir de nouveaux produits particuliers de même que dans les TI, afin de mettre en place, dans l ensemble de l entreprise, de meilleurs systèmes.» Vincent Frambourt Reponsable national, Agroalimentaire Grant Thornton France Équipement Développement de nouveaux produits Technologies de l information Usines/installations Formules/propriété intellectuelle 12 % 14 % 27 % 31 % 14 % 5 % 15 % 27 % 35 % 17 % 5 % 11 % 25% 37 % 20 % 13 % 8 % 13 % 29 % 34 % 6 % 16 % 26 % 51 % 3 % 3 % Véhicules/flottes 3 % 5 % 27 % 60 % 3 % Augmentation >20 % Augmentation % Augmentation 6-10 % Augmentation 1-5 % 0 % Diminution 1-10 % Les pourcentages ayant été arrondis, la somme peut ne pas égaler 100 %. 12

13 Investir pour la croissance et la productivité Malheureusement, l innovation n est pas bon marché. Parmi les répondants à l étude, quatre sur cinq s attendent à ce que les coûts liés au développement de nouveaux produits augmentent au cours des douze prochains mois. Pour l ensemble des répondants du domaine, les dépenses actuelles en R&D représentent une moyenne de 2 % des ventes. La moyenne des dépenses en R&D, bien qu elle représente un petit pourcentage des ventes, varie de façon importante selon le secteur de l industrie agroalimentaire (Figure 5). Par exemple, certains secteurs dépensent quatre fois plus que d autres. Même avec des économies stagnantes, certains secteurs particuliers devraient dépasser le reste de l industrie en stimulant l innovation et l investissement. En Irlande, par exemple, le secteur des produits laitiers connaîtra une expansion après l abolition du système de quotas de l Union européenne en «Il est probable que le volume de lait en Irlande augmentera de 50 %, ce qui est énorme,» affirme M me Jackson d Irlande. «Nous constatons déjà que les grandes entreprises laitières investissent fortement afin de disposer de la capacité pour traiter ce volume accru lorsqu il arrivera dans les prochaines années. En Irlande, certaines entreprises sont toujours confrontées à un système bancaire difficile, surtout les petites et moyennes entreprises, mais les grandes entreprises n ont aucune difficulté à obtenir du financement. En fait, nous avons aidé un bon nombre de clients à restructurer leur dette et à obtenir plus facilement des fonds.» Fig 5. Investir dans de nouveaux produits Moyenne des dépenses en R&D selon le pourcentage des ventes 2 % 2 % 2 % 2 % 1,5 % Boulangerie, y compris les pâtes alimentaires Produits laitiers Céréales/produits de farine Sucre et confiserie Produits de la mer 1 % 1 % 1 % 0,5 % 2 % Fruits et légumes Viandes et produits à base de viande Boissons non alcoolisées Boissons alcoolisées Autres produits alimentaires Les participants à l étude pouvaient indiquer plus d un secteur 13

14 Soif de croissance En bref Qui investit dans quoi La probabilité d augmentation des investissements varie selon le secteur de l industrie agroalimentaire ainsi que selon la région. Les secteurs ayant les pourcentages les plus élevés de répondants qui s attendent à une augmentation des investissements sont, par catégorie : développement de nouveaux produits : sucre et confiserie (90 % augmenteront les investissements au cours des douze prochains mois) et céréales/produits de farine (88 %); équipement : viande et produits à base de viande (88 %), fruits et légumes (85 %) et produits laitiers (85 %); technologies de l information : fruits et légumes (82 %) et produits de la mer (81 %); usines/installations : viande et produits à base de viande (64 %) et produits de la mer (64 %); formules/propriété intellectuelle : céréales/ produits de farine (53 %) et boulangerie y compris les pâtes alimentaires (53 %); véhicules et flottes : produits laitiers (51 %) et boissons non alcoolisées (44 %). Fig 6. Un plus petit nombre d entreprises européennes augmenteront leurs investissements Augmentations des investissements selon les régions 85 % 77 % 86 % 79 % 81 % 84% 76 % 75 % 80 % 60 % 64 % 64 % 57 % 38 % 51 % 44 % 33 % 36 % Équipement Développement de nouveaux produits Technologie de l Information Usines/ installations Formules/ propriété intellectuelle Véhicules et flottes Australasie Europe Amérique du Nord 90 % du secteur sucre et confiserie augmente les investissements dans le développement de nouveaux produits 14

L industrie minière en 2013 : transformer un risque élevé en un très grand potentiel pour le Québec

L industrie minière en 2013 : transformer un risque élevé en un très grand potentiel pour le Québec L industrie minière en 2013 : transformer un risque élevé en un très grand potentiel pour le Québec Emilio B. Imbriglio Associé, président et chef de la direction de Raymond Chabot Grant Thornton Emilio

Plus en détail

Secrets de la réussite des PME

Secrets de la réussite des PME Secrets de la réussite des PME Avril 2015 Si vous êtes l un des nombreux propriétaires de PME qui cherchent des façons d accroître leur profit, le moment est peut-être idéal pour croître. Un récent sondage

Plus en détail

Portrait de la rémunération globale

Portrait de la rémunération globale CHAPITRE 1 Portrait de la rémunération globale pendant longtemps, on a surtout considéré les programmes de rémunération comme un mal nécessaire pour attirer des employés compétents et les fidéliser. Pour

Plus en détail

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Santé

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale www.inspection.gc.ca/alimentssalubres Balayer le code de réponse

Plus en détail

L internationalisation de sa PME : certainement possible!

L internationalisation de sa PME : certainement possible! L internationalisation de sa PME : certainement possible! 1 L internationalisation de sa PME : certainement possible! Depuis la fin des années 1980, l accélération du rythme des changements dans l économie

Plus en détail

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Priorités de l ACIC pour le budget fédéral de 2015 La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Mémoire présenté au Comité permanent des finances Association

Plus en détail

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR Taille et structure de l industrie Livraisons et commerce international Production Ressources humaines Recherche et développement Développement durable PRINCIPALES

Plus en détail

Sondage réalisé par American Express MD auprès des entreprises de taille moyenne

Sondage réalisé par American Express MD auprès des entreprises de taille moyenne Sondage réalisé par American Express MD auprès des entreprises de taille moyenne Les décideurs financiers des entreprises de taille moyenne du Canada ont un point de vue éclairé quant à la conjoncture

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

Services mondiaux d infrastructure Notre meilleure offre sur votre table

Services mondiaux d infrastructure Notre meilleure offre sur votre table Services mondiaux d infrastructure Notre meilleure offre sur votre table cgi.com 2 Grâce à notre modèle Mondial de presentation des services, nos clients bénéficient d un accès immédiat aux ressources

Plus en détail

Les PME font preuve d un optimisme prudent, mais les gouvernements doivent demeurer vigilants, affirment des organismes comptables

Les PME font preuve d un optimisme prudent, mais les gouvernements doivent demeurer vigilants, affirment des organismes comptables Communiqué Les PME font preuve d un optimisme prudent, mais les gouvernements doivent demeurer vigilants, affirment des organismes comptables Vancouver, Londres et Canberra, le 20 octobre 2009. Les gouvernements

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

Solutions axées sur le revenu créées sur mesure pour les participants FINANCIÈRE SUN LIFE PORTEFEUILLES GÉRÉS REVENU GRANITE

Solutions axées sur le revenu créées sur mesure pour les participants FINANCIÈRE SUN LIFE PORTEFEUILLES GÉRÉS REVENU GRANITE PORTEFEUILLES GÉRÉS REVENU GRANITE MD FINANCIÈRE SUN LIFE Solutions axées sur le revenu créées sur mesure pour les participants RÉSERVÉ AUX PLACEMENTS INSTITUTIONNELS PORTEFEUILLES GÉRÉS REVENU GRANITE

Plus en détail

Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec

Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Préparé par Filière biologique du Québec Lévis (Québec) Juin 2011 1. Profil des répondants Un échantillon de 718 personnes

Plus en détail

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP // Introduction Introduction

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

LE COMMERCE MONDIAL SERA T-IL VOTRE PROCHAINE PLATEFORME DE CROISSANCE?

LE COMMERCE MONDIAL SERA T-IL VOTRE PROCHAINE PLATEFORME DE CROISSANCE? SERVICES DE FINANCEMENT DU COMMERCE INTERNATIONAL LE COMMERCE MONDIAL SERA T-IL VOTRE PROCHAINE PLATEFORME DE CROISSANCE? PRENDRE AVANTAGE DE L INFORMATION DISPONIBLE Un accès sécuritaire à de l information

Plus en détail

VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE

VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE Les occasions et les restrictions du Canada face au transport mondial des marchandises Rapport du Comité sénatorial permanent des transports et des communications Juin

Plus en détail

Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain.

Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain. Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain. Professeur Hugh Campbell Université d Otago, Nouvelle-Zélande La politique agricole avant la Deuxième guerre

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances Consultation pré-budgétaire Préparé à l attention du ministre des Finances Saint-Antoine, Nouveau-Brunswick Octobre 2009 Les priorités du CÉNB : - le Plan d action pour l autosuffisance du nord du Nouveau-Brunswick;

Plus en détail

L ART DE BIEN FAIRE LES CHOSES SOLUTIONS GÉRÉES GRANITE SUN LIFE GUIDE DE L ÉPARGNANT

L ART DE BIEN FAIRE LES CHOSES SOLUTIONS GÉRÉES GRANITE SUN LIFE GUIDE DE L ÉPARGNANT L ART DE BIEN FAIRE LES CHOSES SOLUTIONS GÉRÉES GRANITE SUN LIFE GUIDE DE L ÉPARGNANT L ART DE BIEN FAIRE LES CHOSES V O U S Ê T E S MAÎTRE D E VOTRE ART (et nous aussi) Chaque personne a au moins un talent

Plus en détail

Observations aux fins du budget fédéral 2015

Observations aux fins du budget fédéral 2015 Le 6 août 2014 Comité permanent des finances de la Chambre des communes finapbc-cpb@parl.gc.ca Observations aux fins du budget fédéral 2015 Résumé Nous vous remercions de nous permettre de vous faire connaître

Plus en détail

Les bénéfices de l investissement dans l infrastructure. Le 1 er novembre 2011. Un énoncé de position de l AFIC

Les bénéfices de l investissement dans l infrastructure. Le 1 er novembre 2011. Un énoncé de position de l AFIC Les bénéfices de l investissement dans l infrastructure Un énoncé de position de l AFIC Résumé L infrastructure est un investissement pas une dépense. C est un investissement dans la prospérité économique,

Plus en détail

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province SGPNB au Nouveau-Brunswick Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province Mise à jour juillet 2013 1 Préambule L information suivante décrit les différents

Plus en détail

1. Observations: Comment peut- on améliorer la compétitivité?

1. Observations: Comment peut- on améliorer la compétitivité? «Aperçu de la transformation alimentaire» Pour mieux comprendre la compétitivité au sein de diverses industries 1. Observations: Comment peut- on améliorer la compétitivité? Le présent rapport fait appel

Plus en détail

Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada

Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada Contexte À mesure que la concurrence devient plus mondiale, l innovation passe du niveau entreprise-à-entreprise

Plus en détail

Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques

Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques Préparé par Filière biologique du Québec Lévis (Québec) Mai 2013 1. Profil des répondants Un échantillon

Plus en détail

6 février 2009. Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information

6 février 2009. Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information 6 février 2009 Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information Facteurs déterminants du changement : Examens du GC Examens stratégiques, horizontaux et examens

Plus en détail

Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles

Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles J'ai le plaisir de vous faire parvenir votre énoncé de la politique de placement pour la Série Portefeuilles de revenu. Celui-ci vous servira

Plus en détail

Les agences de publicité et de communication leaders en Suisse font preuve d optimisme dans une perspective ambitieuse.

Les agences de publicité et de communication leaders en Suisse font preuve d optimisme dans une perspective ambitieuse. Communiqué aux médias bsw leading swiss agencies. Les agences de publicité et de communication leaders en Suisse font preuve d optimisme dans une perspective ambitieuse. Les agences membres de bsw leading

Plus en détail

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE Une présentation au Comité permanent des finances de Recherches en sciences et en génie Canada (CRSNG) Octobre

Plus en détail

ENTREPRISES EN EXPANSION ET FABRICANTS : OCCASIONS ET BESOINS Sondage Points de vue BDC. Recherche et intelligence de marché de BDC Juin 2013

ENTREPRISES EN EXPANSION ET FABRICANTS : OCCASIONS ET BESOINS Sondage Points de vue BDC. Recherche et intelligence de marché de BDC Juin 2013 ENTREPRISES EN EXPANSION ET FABRICANTS : OCCASIONS ET BESOINS Sondage Points de vue BDC Recherche et intelligence de marché de BDC Juin 2013 Faits saillants MÉTHODOLOGIE 140 professionnels provenant d

Plus en détail

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui Management de la chaîne logistique Professeur Mohamed Reghioui M.Reghioui - 2012 1 Informations générales sur le module Intervenants: Mohamed Reghioui(m.reghioui@gmail.com) Informations générales Répartition

Plus en détail

Canon Business Services. Gestion des impressions

Canon Business Services. Gestion des impressions Canon Business Services Gestion des impressions 2 Gestion des impressions Aperçu du marché Le saviez-vous? Selon une étude IDC réalisée en 2012, la dépense globale en marketing et communication ne progressera

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 Table des matières Grandes lignes... 1 Revue des activités... 2 Énergie... 4 Transport... 4 Mobilité de la main-d œuvre... 4 Collaboration intergouvernementale... 4 La voie à

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

Voici le résumé des mesures favorisant les entreprises manufacturières. Le détail suivra à la page suivante.

Voici le résumé des mesures favorisant les entreprises manufacturières. Le détail suivra à la page suivante. Budget fédéral 2015 Le 21 avril 2015, le gouvernement du Canada a déposé son budget 2015-2016. Parmi les nouvelles mesures annoncées, certaines sont favorables aux entreprises manufacturières, donc aux

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête du printemps 2015 Vol. 12.1 6 avril 2015 L enquête menée ce printemps fait ressortir que la baisse des prix du pétrole continue d assombrir

Plus en détail

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie Par Serge Lamarche, vice-président, Service à la clientèle, ADP Canada Dénicher des employés qualifiés dans le secteur du commerce de

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

UNE LOGISTIQUE PUISSANTE POUR L INDUSTRIE SOLAIRE. Lire la suite

UNE LOGISTIQUE PUISSANTE POUR L INDUSTRIE SOLAIRE. Lire la suite UNE LOGISTIQUE PUISSANTE POUR L INDUSTRIE SOLAIRE Lire la suite MATIÈRES Comprendre COMPRENDRE VOS BESOINS Comprendre Au cours de la dernière décennie, l industrie solaire a connu un développement sans

Plus en détail

Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario

Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario L Association canadienne du propane Février 2013 Association canadienne du propane Mémoire pour le

Plus en détail

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces résumé en 2014, nous avons mené une étude auprès de 0 investisseurs dans huit pays à travers le monde (australie, france, allemagne,

Plus en détail

Crédit Bureaux. des PME. Alger, le 12 mars 2009 Margherita GALLARELLO

Crédit Bureaux. des PME. Alger, le 12 mars 2009 Margherita GALLARELLO Le rôle des Crédit Bureaux pour l accès au crédit des PME 2009 Agenda L activité des Crédit Bureaux Sujets critiques pour les PME Crédit Bureaux: quels avantages pour les PME? Exemple d évaluation Conclusion

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l hiver 213-214 Vol. 1.4 13 janvier 214 Des signaux positifs ressortent de l enquête menée cet hiver, notamment en ce qui concerne

Plus en détail

Financer la croissance des PME

Financer la croissance des PME Financer la croissance des PME Allocution de Marion G. Wrobel Vice-président, Politiques et opérations Association des banquiers canadiens (ABC) Prononcée devant le Comité sénatorial permanent des banques

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Vue d ensemble du portefeuille d assurance-vie

Vue d ensemble du portefeuille d assurance-vie À l usage exclusif des conseillers Vue d ensemble du portefeuille d assurance-vie FINANCIÈRE SUN LIFE Temporaire Sun Life Vie primes limitées Sun Life Universelle Sun Life et Universelle Sun Life Max Vie

Plus en détail

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde?

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? SOMMAIRE Le Groupe de recherche sur les pratiques

Plus en détail

Découvrez l avantage Raymond James

Découvrez l avantage Raymond James Découvrez l avantage Raymond James En choisissant Raymond James, vous obtenez davantage que des services d un conseiller financier d expérience. Son but : répondre à vos besoins. Vous bénéficiez aussi

Plus en détail

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE Un seul investissement, tout le raffinement que vous recherchez Vous menez une vie active, riche de projets que vous souhaitez réaliser. Vous

Plus en détail

Informatique en nuage

Informatique en nuage Services d infrastructure, solutions et services-conseils Solutions Informatique en nuage Jusqu à maintenant, la gestion de l infrastructure des TI consistait à négocier les limites : puissance de traitement,

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

Conférence téléphonique

Conférence téléphonique Conférence téléphonique T2-2015 Énoncés prospectifs et mesure non établie selon les IFRS Mise en garde concernant les déclarations prospectives Cette présentation peut contenir des énoncés prospectifs

Plus en détail

RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ

RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ Rédigé par Edwin L. Weinstein, Ph.D., C.Psych. The Brondesbury Group Résumé Le présent sondage a pour objectif premier de cerner les facteurs

Plus en détail

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada 1 Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada «Il ne s agit pas seulement d une bonne politique pour le monde rural, il s agit d une bonne politique publique

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie. Assemblée annuelle Le 5 mai 2011. Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous.

Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie. Assemblée annuelle Le 5 mai 2011. Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous. Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie Assemblée annuelle Le 5 mai 2011 Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous. Je suis heureux de pouvoir m adresser à vous à l occasion de cette assemblée

Plus en détail

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015 INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Rapport descriptif : automne 2015 SONDAGE SUR L INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Automne 2015 : faits saillants L indice de confiance commerciale (ICC) a glissé

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

Le Plan libéral pour les soins familiaux

Le Plan libéral pour les soins familiaux Le Plan libéral pour les soins familiaux 1 Le Plan libéral pour les soins familiaux AUX CÔTÉS DES FAMILLES CANADIENNES Les membres d une famille s appuient entre eux. Les familles canadiennes veulent s

Plus en détail

Préparez la retraite que vous voulez

Préparez la retraite que vous voulez Préparez la retraite que vous voulez Vous méritez une retraite agréable La retraite est l un des événements les plus importants de votre vie. Elle marque le passage vers une nouvelle étape merveilleuse

Plus en détail

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES La région de la Chaudière-Appalaches est reconnue pour la multitude de PME qu on retrouve sur son territoire. Dans le sondage mené par la CRÉ auprès d acteurs du développement de la région en janvier dernier,

Plus en détail

ORDRE DE LA CHAMBRE RENVOYANT LE PREMIER RAPPORT DU COMITÉ : AECG ET SES EFFETS SUR LE SECTEUR AGRICOLE CANADIEN

ORDRE DE LA CHAMBRE RENVOYANT LE PREMIER RAPPORT DU COMITÉ : AECG ET SES EFFETS SUR LE SECTEUR AGRICOLE CANADIEN ORDRE DE LA CHAMBRE RENVOYANT LE PREMIER RAPPORT DU COMITÉ : AECG ET SES EFFETS SUR LE SECTEUR AGRICOLE CANADIEN PRÉSENTATION AU COMITÉ PERMANENT DE L AGRICULTURE ET DE L AGROALIMENTAIRE DE LA CHAMBRE

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique NOUS CONNAISSONS LA CULTURE LOCALE, LES GENS, LES ENTREPRISES UN MONDE D OCCASIONS VOUS ATTEND Pourquoi investir à l échelle mondiale? Plus

Plus en détail

Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux

Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Allocution de Darren Hannah Vice-président intérimaire, Politiques et opérations

Plus en détail

OBTENIR LE FONDS DE ROULEMENT DONT VOUS AVEZ BESOIN

OBTENIR LE FONDS DE ROULEMENT DONT VOUS AVEZ BESOIN OBTENIR LE FONDS DE ROULEMENT DONT VOUS AVEZ BESOIN Vous avez conclu la transaction, mais il vous faut maintenant des liquidités pour démarrer la production. C est alors que votre crédibilité est en jeu.

Plus en détail

Liberté LA VIE COMME VOUS LA VOULEZ

Liberté LA VIE COMME VOUS LA VOULEZ Liberté LA VIE COMME VOUS LA VOULEZ LA LIBERTÉ DE FAIRE CE QUE VOUS VOULEZ Quand on est maître de son temps, la vie est riche de possibilités et on peut mener sa vie comme on le veut en toute liberté Le

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF DE LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L ADMINISTRATION

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Section Revenu à la retraite et fiscalité Avril 2004 Note : Le présent document est tiré du Portrait de l établissement et du retrait

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2016 Le 19 février 2016

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2016 Le 19 février 2016 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2016 Le 19 février 2016 Sommaire L'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières (ACCVM) est reconnaissante

Plus en détail

Crelan sort renforcée de sa fusion: le bénéfice du Groupe augmente de 36%

Crelan sort renforcée de sa fusion: le bénéfice du Groupe augmente de 36% B r u x e l l e s, l e 2 6 f é v r i e r 2015 Crelan sort renforcée de sa fusion: le bénéfice du Groupe augmente de 36% Crelan récolte 200 millions EUR de capital coopératif et accueille plus de 25.000

Plus en détail

UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME

UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES DE PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME INTRODUCTION À l échelle du pays, les pipelines acheminent tous les jours, de façon sûre et fiable,

Plus en détail

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire Stratégie de prospection et de développement des marchés hors Québec 2009 sommaire 2013 1 Rédaction Direction du développement des marchés et de l exportation Transformation Alimentaire Québec Ministère

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Déclaration de politique générale

Déclaration de politique générale Chambre de commerce internationale L organisation mondiale des entreprises Déclaration de politique générale Recommandations de politique générale d ICC sur la délocalisation de l informatique Rédigées

Plus en détail

Sécuritaire Fiable Sans gluten Programme de certification sans gluten

Sécuritaire Fiable Sans gluten Programme de certification sans gluten Sécuritaire Fiable Sans gluten Programme de certification sans gluten www.glutenfreecert.com ALLERGEN CONTROL GROUP INC. L Allergen Control Group Inc. (ACG) est représenté par une équipe d experts de l

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002

Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002 1. Sommaire statistique Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002 1.1 Vue d ensemble Nombre de groupes Participants par catégorie 34 Producteurs 4 5 Transformateurs 1 Distributeur Nombre de participants

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité distributeur des solutions FICHE TECHNIQUE Module : Gestion des achats Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et

Plus en détail

Acquérir de nouveaux clients

Acquérir de nouveaux clients Acquérir de nouveaux clients Guide pratique sur l optimisation web Guide pratique sur l optimisation web... 01 Qu est-ce que l optimisation web?... 01 L importance des moteurs de recherche dans l optimisation

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES COMMENTAIRES DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 1. Quel est le rôle du conseil en matière de stratégie par rapport à celui

Plus en détail

Investir de manière équilibrée? Trouvez le bon équilibre entre rendement et risque, sans devoir vous en préoccuper.

Investir de manière équilibrée? Trouvez le bon équilibre entre rendement et risque, sans devoir vous en préoccuper. Investir de manière équilibrée? Trouvez le bon équilibre entre rendement et risque, sans devoir vous en préoccuper. Vous recherchez à la fois le rendement et la sécurité pour vos investissements, sans

Plus en détail

Les fonds de répartition de l actif

Les fonds de répartition de l actif Les fonds de répartition de l actif À la fois simples et élaborés La Great-West vous offre deux types de fonds de répartition de l actif : les fonds de répartition de l actif à risque cible et à date cible.

Plus en détail

Externalisation de la fonction finance et comptabilité

Externalisation de la fonction finance et comptabilité Externalisation de la fonction finance et comptabilité OUTIL DE GESTION Eric Krell Quel est l enjeu? L externalisation de la fonction finance et comptabilité a considérablement évolué ces dernières années,

Plus en détail

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis 1 Axes prioritaires d interventions économiques de la Chambre de commerce de Lévis Préambule Regroupant près de 140 000 habitants et plus de 65 000 travailleurs, le territoire de la Ville de Lévis profite

Plus en détail