INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE"

Transcription

1 INDUSTRIE AGRO SOMMAIRE p.3 Production agricole p.8 Technologie et procédés p.13 Produits / Marchés p.15 Qualité et Sécurité alimentaire p.17 Consommation et Nutrition p.21 Valorisation non alimentaire p.24 Programmes de recherche p.29 Sources utiles

2 Bulletin de l IMIST d Information Technologique - Industrie Agroalimentaire Bulletin édité par l Institut Marocain de l Information Scientifique et Technique CNRST- 52 avenue Omar Ibn El Khattab BP Agdal Rabat Tél. : Fax : / Directeur de la publication Mohammed Essadaoui Ont réalisé ce numéro Hanan Erhif Lamyae Belmekki Nassima Akariou Hicham Boutracheh Hicham sahraoui Mise en page Khadija Kebabra Contact N de dépôt légal : 2006/0040

3 Production agricole L olivier marocain : enjeux et perspectives! #! $ %! # $ % ' ( ( (! *+( ( + (, - (. ( * '! # /-(! (Picholine delanguedoc, Manzanille, Picual, Hojiblanca, Arbequine, Ascolana Dura, Frontoio, Gordal, ect. ($ ' ' Caractéristiques de la picholine marocaine : - poids moyen du fruit se situe entre 2,5 à 3,0 g. - poids moyen du noyau est compris entre 0,4 et 0,5 g. - rapport pulpe/noyau se situe entre 4,5 à 5,2 - teneur en huile varie entre18 et 20 %.! ' '.( ' ' 0(1 - #2 --. *! ' ' *! , 15 7 * ' * 7 % 8 * + ' *--- 9 # %,! * 8! 3 '' 4-4 * une partie des feuilles pour exposer les fruits à l'action solaire et favoriser leur maturation. - broyage mécanique : destiné à réduire les olives à des parties avec des dimensions fines. - malaxage de la pâte : destiné à rendre la substance plus molle et plus homogène. - : Institut marocain de l information scientifique et technique IMIST page 3

4 ! ;< = > * ' = ' * + ' # 6* 8 '? L oléiculture : des contraintes à surmonter! '!%! ' 8 % '. ( * A $ = 3! * * #!? ' * '? $ = ' B ' ' C 8? ' * 7% Projet réglementaire qualification D * % * 0 1 * 8 %* E F % = % * F ' E! 8 % G * = 8 ;' < * * $ ' 8 * Institut marocain de l information scientifique et technique IMIST page 4

5 ! * $ * H $ I, 0I 1 %!G * = ' % $ H G G% $ ' Recherche développement $* = : E? * * ' E F * % ; F < 8 % # J 8 * 8 ; < K F ' * $ 8 * % # J! 8* L! G* 0KM3M=1 8 * L + + EA 7 8 KM3M=III *D * G # E ' H* ' # J 8 * $ * 8 ' *! ' : Institut marocain de l information scientifique et technique IMIST page 5

6 Brèves Une nouvelle génération de déchaumeurs!, N *! * E' 2 * $ ' *! 2' + ' + 2 E * ! F Modélisation de dispersion des semences E '! K ' * : E 9? %%=E0% % 1 7% Pour plus d information Institut marocain de l information scientifique et technique IMIST page 6

7 La pourriture noire sous la loupe E I=K 0I 1 ' : I! ' L 5! 3 L $ E ' L '! ' * H ; <7% Contact SOLFRIZZO, Michele Tél. : Fax : ISARD : la nouvelle variété de pois E IHM 0I L D 1 I=ME% 6! L7 I=ME 0- * ' 1 *! I=ME8 0 / 1= '$! * L/% * 8 ; < Contact Gérard ETEVE Tél. : Fax : Institut marocain de l information scientifique et technique IMIST page 7

8 Technologie et procédés La fermentation au service de l alimentation humaine ' %$ ( # $$ $!!!! *+ ( # %!, $ '! %! - Le terme «fermentation» dérive du latin fervere qui signifie bouillir, c est un procédé biologique qui manipule des microorganismes présents dans les matières premières leur servant de substrat. En effet, la fermentation se base sur une réaction biochimique qui consiste à libérer de l énergie à partir d un substrat organique sous l action d enzymes microbiennes et à rejeter des produits ayant un intérêt pour l alimentation et l industrie de manière générale. Cette réaction ne fait pas intervenir d oxygène (O 2, elle se déroule ainsi en l absence d air (anaérobiose. Elle permet de conserver des produits alimentaires tout en améliorant leurs qualités nutritionnelles et en augmentant leurs qualités organoleptiques. La maîtrise du processus de fermentation consiste à favoriser une flore utile au dépend d une flore indésirable afin de prévenir les risques sanitaires pouvant survenir chez les consommateurs, puisque certaines fermentations, susceptibles de se produire dans des denrées alimentaires, sont dangereuses pour la santé de l hôte (homme ou animal et peuvent causer des pertes et des dégâts économiques graves. La fermentation ou l art de manipuler le monde des microorganismes Les fermentations se différencient en fonction du type de produits libérés à l extérieur par le microorganisme fermentaire. - La fermentation alcoolique par exemple, est une réaction chimique axée sur la transformation des sucres fermentescibles, par des levures du genre Saccharomyces, en alcool et gaz carbonique avec dégagement de chaleur. Elle est à la base de la production de la bière, du cidre, du pain et du vin ; - La fermentation lactique est réalisée par des bactéries dites lactiques et conduit à la production Institut marocain de l information scientifique et technique IMIST La fermentation : une histoire ancienne Dès lors que les denrées alimentaires «pourrissaient», la fermentation était bel et bien présente. L homme l a utilisée d une manière empirique depuis des millénaires pour préparer, conserver et stocker sa nourriture sans pour autant en maîtriser le processus. Les agents microbiens en cause de la fermentation n ont été découverts qu au XVIIe siècle et les applications industrielles se sont développées à partir du XXe siècle. L homme avait utilisé la fermentation depuis très longtemps pour la préparation du pain, des boissons alcoolisées (vins et bières et du vinaigre. Les Sumériens maîtrisaient déjà la fermentation du pain et de la bière ans avant J.C. ; la fabrication du vin remonte à plus de ans et on peut imaginer que celle du vinaigre est aussi ancienne puisqu il s agit d une «maladie» du vin. Les Babyloniens (5 000 ans avant J.C. le fabriquait à partir du vin de palme. Le chou fermenté dans le vin aurait servi plus récemment de nourriture de base aux bâtisseurs de la grande muraille de Chine (3 000 ans avant J.C.. Les premiers travaux scientifiques applicables aux levures bénéficient de l invention du microscope par le hollandais Antonie van Leeuwenhoek (1677. À partir de 1789, Lavoisier consacre une part importante de ses travaux à la nature des fermentations. En 1810, Gay-Lussac définit l équation chimique globale de la réaction. En 1836, Cagniard-La Tour, Schwann et Kützing publient séparément leurs observations microscopiques et concluent que la levure est un organisme vivant qui se reproduit par bourgeonnement. À partir de 1857, Pasteur étudie les fermentations acétique, alcoolique, butyrique et lactique. Il démontre qu il s agit d un processus non seulement chimique mais biologique en isolant et cultivant les bactéries ou les levures responsables de ces phénomènes. Lors de la Première Guerre mondiale, l'augmentation des besoins en acétone (fabrication de munitions est à l'origine d'un développement des industries de fermentation. Pendant l'entre-deux-guerres, l'acétone est utilisé pour la confection de la rayonne et le procédé de fermentation permet de nouvelles synthèses : vitamine B 2, glycérol, sorbose, acide citrique etc. Les recherches actuelles portent sur l'amélioration des techniques de fermentation, la sélection de souches microbiennes à fort potentiel industriel et la découverte et l'exploitation de nouvelles voies biochimiques. page 8

9 d acide lactique. Elle est dite homolactique quand elle est réalisée par des bactéries homofermentaires appartenant aux genres Lactococcus, certaines espèces Lactobacillus et Streptococcus. Elle donne majoritairement naissance à de l acide lactique. Cette fermentation est qualifiée d hétérolactique quand elle est assurée par des bactéries hétérofermentaires appartenant aux genres Leuconostoc et Lactobacillus et mène à la production d acide lactique et d autres produits, alcool, C0 2 et acide acétique. Elle intervient dans la production de yaourts, laits fermentés, fromages, saucissons et de nombreux autres produits alimentaires. Cette fermentation se produit également dans le levain ; - La fermentation malolactique représente la transformation de l acide malique en acide lactique et CO 2 sous l action de bactéries lactiques essentiellement du genre Oenococcus. Elle entraîne une désacidification du vin et permet d éliminer l acide malique qui donne au vin une verdeur indésirable dans les vins de qualité ; - La fermentation propionique est réalisée par des bactéries appartenant au genre Propionibacterium et conduit à la production d acide propionique ; elle intervient dans la fabrication des fromages à pâte cuite (Comté, Gruyère et Emmenthal auxquels elle donne un goût caractéristique. Des fermentations utiles et d autres indésirables Certaines fermentations susceptibles de se dérouler dans des denrées alimentaires sont indésirables, d autres sont exploitées industriellement pour le secteur de l alimentation ou d autres domaines. Parmi les réactions les plus redoutées on trouve : - La fermentation butyrique : elle est causée par des bactéries du genre Clostridium ; c est la fermentation type des boîtes de conserve avariées, des ensilages de mauvaise qualité, des choucroutes ratées. Elle conduit à la formation d acide butyrique et de CO 2 ; - La fermentation mannitique : elle est le fait de bactéries lactiques des genres Lactobacillus et Leuconostoc. Lorsque la température d une cuve en fermentation s élève au-dessus de 35 C, la fermentation alcoolique s arrête. Les sucres résiduels comme le fructose sont transformés en acide lactique, acide acétique et mannitol. D autres fermentations sont utilisées à des fins industrielles en agroalimentaire ou dans d autres domaines industriels : - La fermentation de mélasses, par exemple, est exploitée pour la production d acides organiques (acide citrique par Aspergillus niger, acide fumarique par Rhizopus sp. et Mucor sp. et autres employés dans l industrie alimentaire ; - La fermentation d acides gras permet d obtenir des huiles essentielles, des arômes et des parfums (terpènes par Penicillium sp.,?-lactones par Fusarium sp. et autres; L acide L-glutamique est un acide aminé produit en grande quantité (10 6 tonnes par an, essentiellement par des corynébactéries, telle Corynebacterium glutamicum ; - La fermentation acétonobutylique réalisée par Clostridium acetobutylicum donne naissance à l'acétone et au butanol. Elle peut servir à la valorisation de produits agricoles par la production de biocarburants; - La fermentation de glucides permet la production de matières plastiques biodégradables par des bactéries. Alcaligenes eutrophus génère des polyhydroxybutyrates à partir du glucose. D autres écoplastiques à base d'acide lactique sont obtenus à partir d'amidon de pomme de terre et de lactosérum. L une des implications les plus importantes du processus de fermentation est la conservation alimentaire. En effet, la fermentation permet de conserver des aliments grâce à l action des microorganismes mis en œuvre. Lors des différentes réactions de la fermentation, les bactéries assurent la production d acides et les Microorganismes : La fermentation est l une des techniques qui manipulent des miroorganismes pour favoriser leurs effets bénéfiques et inhiber leur action destructrice. Les microorganismes (du grec micro qui veut dire petit, appelés aussi microbes, sont des êtres vivants, unicellulaires ou pluricellulaires, qui ne peuvent être observés qu en utilisant un microscope. Ce terme regroupe les virus, les bactéries, les protozoaires, les algues et les champignons microscopiques. Les microorganismes peuvent se trouver dans tous les types d'environnements, y compris les plus hostiles, tels que les pôles nord et sud, les déserts et les geysers. Certains sont dotés de qualités surprenantes comme par exemple leur capacité à survivre dans le vide ou de résister aux radiations. Même s ils sont invisibles à l œil nu, les microorganismes représentent la biomasse la plus importante de la Terre. En effet, ils participent activement aux cycles élémentaires de la nature et leur action, tantôt bénéfique et utile tantôt néfaste et dévastatrice, leur procure ce statut de régulateur et de garant de l équilibre de la biosphère. Les chercheurs considèrent que les microorganismes sont apparus il y a environ 3,8 milliards d années et leur mise en évidence, qui a dépendu des progrès réalisés dans le domaine de l optique, remonte au XVII e siècle. Institut marocain de l information scientifique et technique IMIST page 9

10 levures celle d alcools. La fermentation permet ainsi l inhibition de la flore pathogène ou d altération. Cet effet inhibiteur repose sur le phénomène de la compétition nutritionnelle et/ou sur la production de métabolites comme les bactériocines (peptides de faible masse moléculaire et à forte activité antimicrobienne. En Afrique par exemple, la fermentation du manioc par rouissage permet d éliminer un composant hautement toxique, l acide cyanhydrique et en Asie, la fermentation de la graine de soja jaune permet de détruire des facteurs antinutritionnels toxiques (facteurs antitrypsiques et hémagglutinine. La fermentation pour conserver En plus de la conservation des aliments contre les organismes pathogènes et d altération, ce processus abouti, quelques fois, à des effets naturels très bénéfiques. Par exemple, il améliore les qualités nutritionnelles des produits laitiers en transformant le lactose du lait en acide lactique mieux toléré par l organisme. Les qualités organoleptiques des aliments sont également améliorées : le C0 2 produit par les levures rend la pâte à pain moelleuse ; le fructose ou sucre des fruits est transformé en alcool; la fermentation malolactique élimine l acide malique qui donne au vin une verdeur indésirable dans les vins de qualité. En outre, la fermentation est une technique de conservation des aliments peu coûteuse, pratique et convenant parfaitement là où d'autres méthodes de conservation (mise en conserve, congélation, etc sont inaccessibles ou inexistantes. Le procédé exige peu d'infrastructures et peu d'énergie, il est bien intégré dans la vie des villageois dans les zones rurales de nombreux pays en développement. Il convient de signaler que dans le contexte industriel où de grandes quantités sont mises en oeuvre et où il faut stocker, emballer, transporter des aliments, la fermentation est conjuguée à d autres techniques de préparation et de conservation assurant un degré de salubrité satisfaisant aux produits agroalimentaires, censés rester propres à la consommation jusqu aux mains du consommateur final. Par ailleurs, la fermentation a donné lieu à de nouveaux produits ouvrant de nouvelles perspectives de développement : Les aliments probiotiques : ce sont des suppléments alimentaires microbiens vivants qui ont des effets bénéfiques sur leur hôte, différemment des effets nutritionnels traditionnels. Les probiotiques sont principalement des levures (comme Saccharomyces boulardii et des bactéries appartenant aux genres Lactobacillus et Bifidobacterium qui sont ingérés sous forme de médicaments ou à partir de laits fermentés. Les effets cliniques préventifs des probiotiques ont été observés dans plusieurs domaines de la santé de l homme (diarrhées infectieuses, manifestations allergiques, maladies inflammatoires chroniques intestinales. D autres effets bénéfiques sur certaines fonctions physiologiques ont été mis en évidence (digestion, immunité, transit intestinal, etc.. Les aliments biopréservés : La biopréservation est une méthode biologique qui permet de réduire le risque microbiologique tout en préservant les qualités nutritionnelles et organoleptiques du produit. Elle repose sur la maîtrise de la croissance des microorganismes pathogènes et d altération en utilisant des souches bactériennes à action inhibitrice (compétition nutritionnelle et/ou production de métabolites. Elle concerne actuellement surtout les produits de la mer, les produits carnés et les produits laitiers. Des produits et des perspectives Au-delà de l alimentaire, les fermentations interviennent dans le développement durable et l amélioration de la valeur ajoutée de l agriculture : Les sous-produits des sucreries (betterave, canne à sucre peuvent être valorisés grâce aux réactions de la fermentation et constituer une source importante de biocarburants ; Les végétaux sont broyés pour séparer le jus fermentescible des restes destinés à l'alimentation du bétail. Dans les distilleries, la fermentation du jus est assurée par des levures du genre Saccharomyces. Cette opération permet de transformer les sucres en éthanol et en CO 2. Dans l'état actuel des technologies utilisées, la fabrication du bioéthanol comme biocarburant reste un procédé onéreux, mais avec la montée vertigineuse des cours du pétrole, les industriels et les chercheurs commencent à s intéresser davantage aux biocarburants pour accompagner l après pétrole. Le biogaz est du méthane produit par fermentation des résidus organiques humides végétaux ou animaux (fumiers, lisiers, boues d'épuration, déchets verts après compostage. La méthanisation ou fermentation méthanique est réalisée par des bactéries méthanogènes qui dégradent facilement les résidus riches en sucres (amidon, cellulose, avec plus de difficulté pour les résidus ligneux (riches en bois. Les gaz issus de la fermentation sont composés de 65 % de méthane, 34 % de CO 2 et 1 % d'autres gaz (dont le sulfure d'hydrogène et l'azote. La méthanisation est un phénomène naturel surtout développé dans les marécages, les cultures du riz, les élevages bovins, les décharges. A ce jour, l'utilisation du méthane comme biogaz reste rare. Le marché de la biomasse est donc susceptible de répondre aux préoccupations environnementales et agricoles du développement durable par l'utilisation du biogaz pour limiter la quantité de gaz à effet de serre Institut marocain de l information scientifique et technique IMIST page 10

11 et l exploitation des terres agricoles en jachère pour des cultures énergétiques nécessaires à la production des biocarburants. Finalement, avec le développement de la biotechnologie et des techniques de maîtrise du monde microbiologique, plusieurs domaines industriels découvrent les potentialités surprenantes des organismes microscopiques et reprennent Brèves confiance dans la bienveillance de notre mère nature pour guider le développement humain. Un lait sans couleur et sans goût! E=#* : C? ' 9 % : 8 ' 5 /( = 82 * 0 N1! J : * $!?! * I ' 8 8 % A OO : $3 Un nouveau plastic imperméable et transparent pour boissons gazeuses! 8 P $ I * : $ :? 6 = *' 0 Q1 *? ': ' G G G 0%B3A1 #RE K > S ' 0K%13 : * * 0* 1 * - 7? 8 5 C! * : Institut marocain de l information scientifique et technique IMIST page 11

12 De la lumière pour stériliser : une première innovante K 8 6 $ ' *! * I * 0 JS1 6 L 9! % 7B? *! $ % ' 8* $ 3 Contact Injection de vapeur pour laits ESL! H: 8 0%' =! %=!1 = G *L T$ L H: 0 1 T$O! C ( 07A1 O 0 1 ' LL :H:! %=! G * * 8! %=! C G *- 8 I 4 0A=1* G G Institut marocain de l information scientifique et technique IMIST page 12

13 Produits / Marchés Brèves Grinn s : Un nouvel aliment à base de blé vert % I 0IHML D 1 * I $,U $ 4? * :! ' 7 KQK = IHM 8!? I N I 5 ' Contact Joël ABECASSIS Tél.: Du pain enrichi à l huile d olive 7 ;K< ' L2 I ' A 8 8* 0 1!A' L' I ' * L $ L2 V. ( 2-8* I V! = ; >< Contact Institut marocain de l information scientifique et technique IMIST page 13

14 Un raisin sans pépin : des débouchés intéressants!i 0IHMLD 1 EH7$ ' 4 ;E N < ;= < EH7?! ' * * = :! ' 8 * *!? * I ' 2 $ E $ *B WL# 0A # 1 % *- Contact Cristophe CLIPET Tél. : Coca-Cola Blak : une nouvelle boisson au café 7? $L$ D 4 $L$ NJ $ * * $L$ ' $L$NJ 4 5 $ $L$ ' 8 F $ 8 $L$ D * % $L$ NJ ' = 8 %? = D 8 -? * '%L 7*? $L$NJ ; $L $$< Une tomate riche en nutriments «anti-âge» ;< ; L2 < I = +-( $ J * % * '. 0 + EA1 F = * M L7! ;L2 < 8 * ' ' % $ % E V? ' Institut marocain de l information scientifique et technique IMIST page 14

15 Qualité et sécurité alimentaire Brèves Des produits certifiés non allergènes Le 27 avril 2006 une nouvelle certification a été annoncée par l'association québécoise des allergies alimentaires (AQAA : il s agit du programme CAC (contrôle allergène certifié. Cette certification des produits alimentaires permettra aux Québécois souffrant d'allergies alimentaires de discerner les produits qu'ils peuvent consommer sans craindre des réactions indésirables. La marque de conformité CAC garantit qu un aliment a fait l objet du contrôle optimal d un ou de plusieurs des allergènes suivants : arachide, amande, lait ou œuf. Ce contrôle optimal s effectue selon les critères rigoureux du programme de certification élaboré par l Association québécoise des allergies alimentaires. Le Programme CAC est un programme évolutif. Ainsi, au fil des découvertes et de l amélioration des technologies, de nouveaux allergènes pourront s y greffer. Il repose sur une démarche volontaire des entreprises de transformation alimentaire. La certification est accordée exclusivement à des aliments qui répondent à des exigences rigoureuses en matière de contrôle et d analyse. Les entreprises qui adhèrent au programme CAC subissent un audit annuel effectué par un vérificateur professionnel, neutre et impartial. Les produits certifiés portent la marque de conformité seulement lorsque l entreprise a satisfait aux exigences du Programme CAC. À noter que le Programme certifie un produit et non une entreprise. Ainsi, dans une même entreprise, certains aliments peuvent être certifiés, tandis que d autres aliments ne le sont pas. Campagne de contrôle sur les teneurs en ITX dans les jus d'orange et les laits pour nourrissons L'ITX est une substance utilisée dans l'impression des emballages cartonnés. Bien que peu toxique, sa présence dans les boissons contenues dans ces emballages n'est pas souhaitable. Le laboratoire national de santé, division du contrôle des denrées alimentaires au Luxembourg a lancé une compagne de contrôle sur deux types de produits conditionnés dans des emballages cartonnés: le lait pour les nourrissons et enfants en bas âge et les jus de fruits (jus d orange. Le paramètre recherché est : ITX (2-Isopropylthioxanthone substance utilisée dans les encres appliquées sur les matériaux d emballage. C'est une substance légèrement toxique dont la présence est indésirable dans les denrées alimentaires. Les résultats de la campagne ont prouvé que les laits pour les nourrissons et enfants en bas âge présentent tous des teneurs inférieures à 10Ng/l. Par contre, 9 jus comportent des teneurs supérieures à 50Ng/l. Les actions prises seront de lancer une nouvelle campagne de contrôle des produits emballés dans des cartons imprimés qui sera effectuée au mois de septembre 2006 et que toutes les denrées alimentaires dépassant la limite de 50Ng/l seront retirées du marché. Institut marocain de l information scientifique et technique IMIST page 15

16 Nouveau vaccin pour prévenir la fièvre des transports chez les bovins Grâce à un projet de $ (environ dirhams financé par l'entremise du Programme pour l'avancement du secteur canadien de l'agriculture et de l'agroalimentaire (PASCAA lancé par Agriculture et Agroalimentaire Canada, les producteurs alimentaires canadiens bénéficieront d'un nouveau vaccin pour protéger leurs troupeaux contre la fièvre des transports. Ce projet novateur, mis de l'avant par la Vaccine and Infectious Disease Organization (VIDO de l'université de la Saskatchewan (Canada, permettra de vérifier dans quelle mesure un stimulant appelé CpG peut améliorer la réponse du système immunitaire des animaux aux vaccins. Le stimulant, qui est déjà à l'étape des essais cliniques pour le traitement de maladies chez les humains, est mis à l'essai comme supplément aux vaccins injectés aux bovins afin d'améliorer leur protection contre une maladie respiratoire communément appelée la fièvre des transports (appelée aussi grippe bovine. Cette maladie existe principalement chez les veaux rassemblés dans de grands parcs d'engraissement, et elle entraîne généralement un taux de morbidité de 35 % et un taux de mortalité de 5 à 10 %. Ce projet s inscrit aussi dans le cadre d innover des solutions à des problèmes répandus émanant de l'industrie des bovins. Un réseau Europe- Asie pour la sécurité alimentaire La Commission européenne va financer un projet s'étalant sur quatre ans et visant à aider l'asie ; l'un des plus importants partenaires commerciaux de l'europe, à se conformer aux normes communautaires de qualité alimentaire et à satisfaire les exigences du marché européen. Le projet SELAMAT, un mot qui signifie sécurité en malais, est financé en tant qu'action spécifique de soutien (SSA du Sixième programme-cadre (6e PC et a pour but de créer un réseau de coopération internationale Europe-Asie pour les questions de sécurité alimentaire. Le réseau a identifié trois sujets de recherche concernant les moyens d'assurer des échanges libéraux: l'impact de l'alimentation sur la santé, la traçabilité des aliments tout au long de la chaîne alimentaire et les méthodes de détection des agents contaminants. Les partenaires du projet estiment que, grâce à ce projet, les consommateurs et les organes de réglementation européens auront très peu de problèmes avec les produits alimentaires asiatiques. La sécurité alimentaire étant devenue une priorité majeure pour l'europe, certains pays tiers ont exprimé la crainte que cette question puisse devenir un nouvel obstacle au commerce et aux importations en provenance de pays qui ne sont pas en mesure d'offrir la garantie absolue que leurs produits proviennent d'une agriculture biologique et qu'ils ne contiennent pas de dioxine ou ne sont pas génétiquement modifiés. : Étiquetage nutritionnel : messieurs les Anglais, tirez les premiers! Des feux tricolores commencent à scintiller sur les emballages des produits alimentaires anglo-saxons. Leur objectif : informer les consommateurs de la composition des aliments notamment, en graisse, sucre et sel. Rouge pour teneur élevée, orange pour teneur moyenne et vert pour teneur faible. Ce système, d après les autorités sanitaires britanniques et la Food Standard Agency, devrait aider le consommateur à faire des choix nutritionnellement éclairés sans avoir à se plonger dans les tableaux de chiffres, souvent incompréhensibles, que propose l'étiquetage nutritionnel actuel. Par contre, pour certains industriels, ce système risque de «diaboliser» certains aliments, notamment les plus traditionnels, et peut potentiellement induire les consommateurs en erreur. Les Français sont pour cet avis, l AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments a engagé un groupe de travail afin de déterminer quel étiquetage leur conviendrait le mieux. La revue Agra- Alimentation 2006, N 1921 Revue de Nutrition pratique 2006, N 20 Institut marocain de l information scientifique et technique IMIST page 16

17 Consommation et nutrition Les phytostérols : le végétal contre le LDL ' %!# %$.!# / 0 % 1!2 %$ % % % 3% 4,!# Les phytostérols une histoire! * / $. ' E L * $ %DE 0DE1 ' %L7 8* ' * 0 ' 1!?! % $ H / 0ANK1 pour lutter contre le LDL E - F '!E!L 0 1 % * I *!E! 0 * (1 $ 4? 0 * 1 I ' 0N$, N$,1% ' * *$ *!E! E '!E!$ * #, 0$1 '* ' Composition en phytostérols de certains aliments (en g/kg pour p les huiles et les oléagineux; en mg/kg pour les autres végétaux Aliment Stérols totaux Huile de riz (non raffinée Huile de maïs (non raffinée Huile de colza (non raffinée Huile de tournesol (non raffinée Huile de soja (non raffinée Cacahuètes 2.20 Huile d olive vierge extra Amandes 1.43 Maïs 1780 Seigle Blé Avoine Choux de Bruxelles 430 Chou-fleur 400 Brocoli 390 Orange 240 Pomme 130 Pomme de terre 38 Institut marocain de l information scientifique et technique IMIST page 17

18 I * + 8!E! ( K 0 1 * 0 ' 1 Les phytostérols facteurs d impact E Q E 8 ' J 0 1! ' 8 : * +- (! 0 * 1 ' ; < K 8 ' H 0 1 * % J * 0 ' 1 % * ' * * Les phytostérols au service de l industrie agro-alimentaire % * L ' : E ' C *! * * + 8 % % 8 ' ; ' < ' 8 % * * ' 8 * 6*? +'8! 4 '? ; ' ' <; < ; ' ' <! 6 0D==1 ' ' Les phytostérols où les trouver?! ' 4 ' 0 1 '0 1! 0 :1 '!? 09 =L X 1! I 6 % : 8 Institut marocain de l information scientifique et technique IMIST page 18

19 Brèves Les protéines coupent la faim E ' I 0I 1 $ 0$HM=1 I 0IHM1 7 $ N W! D ' L %?! ; < * F E * 0 ' 48 C 1! 0 : * 1 * :?! ' L La cannelle : anti-inflammatoire, hypocholestérolémiant et anti-oxydant ' *=D - ' L '! EM $ *N 0%L71 * ' 8 * + ( L % * ' $ ' L '! ' *! ' Institut marocain de l information scientifique et technique IMIST page 19

20 Le biologique et l équitable conditionneraient les choix du consommateur 7 I 0IHM1 # 0D 1?* $? 0 1 ;'< * ; < '! * 0$K1 ; < ; < ;L < * $ '? 2 '! V! ;C< ' ; < ; < Contacts Didier TAGBATA Pour une meilleure modulation de la richesse en acide gras de la chair du poisson E I 0D 1 L+ ;+<I * ' 02 1!? * +$ $ D 3: 0D31 *! + * + $ + %K EA! * * + 8 Pour plus d information Contact François MEDALE Tél. : / 51 Institut marocain de l information scientifique et technique IMIST page 20

Spécialisation 3A AgroSup Dijon IAA Microbiologie Industrielle et Biotechnologie (MIB)

Spécialisation 3A AgroSup Dijon IAA Microbiologie Industrielle et Biotechnologie (MIB) Spécialisation 3A AgroSup Dijon IAA Microbiologie Industrielle et Biotechnologie (MIB) Responsable : Jean-François Cavin (Pr. Microbiologie Biotechnologie) Tel 03 80 77 40 72, Fax 03 80 77 23 84 jf.cavin@agrosupdijon.fr

Plus en détail

Conférence technique internationale de la FAO

Conférence technique internationale de la FAO Décembre 2009 ABDC-10/7.2 F Conférence technique internationale de la FAO Biotechnologies agricoles dans les pays en développement: choix et perspectives pour les cultures, les forêts, l élevage, les pêches

Plus en détail

LISTE V AU PROTOCOLE A MAROC. Description des produits

LISTE V AU PROTOCOLE A MAROC. Description des produits LISTE V AU PROTOCOLE A MAROC 04.03 Babeurre, lait et crème caillés, yoghourt, képhir et autres laits et crèmes fermentés ou acidifiés, même concentrés ou additionnés de sucre ou d'autres édulcorants ou

Plus en détail

Factsheet Qu est-ce que le yogourt?

Factsheet Qu est-ce que le yogourt? Factsheet Qu est-ce que le yogourt? Description du produit: Le yogourt est un produit laitier acidulé de consistance plus ou moins épaisse. Le yogourt est fabriqué grâce à la fermentation du lait par les

Plus en détail

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 PRATIQUES OENOLOGIQUES SPECIFIQUES AUX VINS AROMATISES, AUX BOISSONS A BASE DE PRODUIT VITIVINICOLE ET AUX BOISSONS A BASE DE VIN L Assemblée Générale CONSIDERANT la résolution

Plus en détail

Régime hypotoxique : aliments autorisé et/ou recommandés ainsi que ceux à éviter

Régime hypotoxique : aliments autorisé et/ou recommandés ainsi que ceux à éviter Régime hypotoxique : aliments autorisé et/ou recommandés ainsi que ceux à éviter N.B.: Ne pas tenir compte des avertissements concernant des traces de noix, etc, à moins d être allergique précisément à

Plus en détail

Comment utiliser les graines de soja à la cuisine

Comment utiliser les graines de soja à la cuisine Comment utiliser les graines de soja à la cuisine Auteur : Renate Schemp Box 90612 Luanshya Zambie Traduction : SECAAR Service Chrétien d Appui à l Animation Rurale 06 BP 2037 Abidjan 06 Côte d Ivoire

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques

GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques ID-SC-172 GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE 12.12.12 GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques REFERENCES REGLEMENTAIRES : Règlement Européen N 834/2007

Plus en détail

Les débouchés des diplômés de L LMD Sciences de la Nature et de la Vie

Les débouchés des diplômés de L LMD Sciences de la Nature et de la Vie Les débouchés des diplômés de L LMD Sciences de la Nature et de la Vie Pour quel métier vous êtes fait? Des doutes sur ta formation actuelle : faut-il poursuivre? Vous avez une idée de métier mais est-ce

Plus en détail

Domaine : Sciences, Technologies et Santé Mention : Nutrition, Sciences des aliments, Agroalimentaire

Domaine : Sciences, Technologies et Santé Mention : Nutrition, Sciences des aliments, Agroalimentaire Contexte Domaine : Sciences, Technologies et Santé Mention : Nutrition, Sciences des aliments, Agroalimentaire Fédération des spécialités de Master des 5 pôles universitaires partenaires de la région Nord-Pas-de-Calais

Plus en détail

aliste ingrédients ales informations nutritionnelles

aliste ingrédients ales informations nutritionnelles aliste ingrédients ales informations Ballotin 250g Pralines assorties en chocolat au lait, noir et blanc Ingrédients : sucre, pâte de cacao, lait entier en poudre, beurre de cacao, noisettes, matières

Plus en détail

RESOLUTION ECO 3/2004 NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES

RESOLUTION ECO 3/2004 NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES L ASSEMBLEE GENERALE, sur proposition de la Commission III «Economie», à partir des travaux

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

Liste des matières enseignées

Liste des matières enseignées Liste des matières enseignées Domaine : Sciences de la Nature et de la Vie Filière : Biologie Parcours : Tronc Commun Semestre1 VHG Coefficient Cours TD/TP Crédits/s. unité crédits U.E fondamental : 13

Plus en détail

Le secteur agroalimentaire en Provence-Alpes-Côte d Azur

Le secteur agroalimentaire en Provence-Alpes-Côte d Azur Le secteur agroalimentaire en Provence-Alpes-Côte d Azur Panorama élaboré à partir d une étude Ernst & Young pour la MDER mai 2004 Sommaire Organisation de la filière en PACA p. 3 Chiffres clés p. 4 Productions

Plus en détail

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Réf. : 13CSFL35 CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Mis à jour en Décembre 2012 Préambule Ce document a pour objet de fournir les caractéristiques générales des levures fraîches de

Plus en détail

ALIMENTATION ET DIABETE

ALIMENTATION ET DIABETE Mise à jour 11/2009 4A, rue du Bignon - 35000 RENNES ALIMENTATION ET DIABETE Avec l activité physique, l alimentation constitue l un des axes majeurs de votre traitement. Respecter un minimum de principes

Plus en détail

JUIN 2012 DÉCEMBRE 2008. L étiquetage des denrées alimentaires. L information des consommateurs,

JUIN 2012 DÉCEMBRE 2008. L étiquetage des denrées alimentaires. L information des consommateurs, JUIN 2012 DÉCEMBRE 2008 INFO RÉGLEMENTATION info L étiquetage des denrées alimentaires L information des consommateurs, focus sur le règlement européen INCO L e règlement européen n 1169/2011 (ci-après

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 3- Secteur agricole Présentation générale Le couvert forestier du Gabon couvre 22 millions de ha (FAO

Plus en détail

MASTER (LMD) PARCOURS MICROORGANISMES, HÔTES, ENVIRONNEMENTS (MHE)

MASTER (LMD) PARCOURS MICROORGANISMES, HÔTES, ENVIRONNEMENTS (MHE) MASTER (LMD) PARCOURS MICROORGANISMES, HÔTES, ENVIRONNEMENTS (MHE) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : BIOLOGIE DES PLANTES

Plus en détail

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER ÉDUCATION Côtes d Armor Collèges publics DIRECTION ÉDUCATION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER Charte de la restauration collective Préambule Dans le cadre de l article 82 de la loi du 13 août 2004, le Département

Plus en détail

Ecole Nationale Vétérinaire, Agroalimentaire et de l Alimentation Nantes- Atlantique Nantes- Atlantic National College of Veterinary Medicine, Food

Ecole Nationale Vétérinaire, Agroalimentaire et de l Alimentation Nantes- Atlantique Nantes- Atlantic National College of Veterinary Medicine, Food Masters Oniris Ecole Nationale Vétérinaire, Agroalimentaire et de l Alimentation Nantes-Atlantique Nantes Atlantic National College of Veterinary Medicine, Food Science and Engineering Secteur «Recherche»

Plus en détail

Les Petites Toques PLAT CHAUD. STEAK HACHE PETIT MODELE Poids net pour une part : 80 g Ingrédients : Steak haché (origine Union Européenne).

Les Petites Toques PLAT CHAUD. STEAK HACHE PETIT MODELE Poids net pour une part : 80 g Ingrédients : Steak haché (origine Union Européenne). Les Petites Toques PLAT CHAUD STEAK HACHE PETIT MODELE Poids net pour une part : 80 g Ingrédients : Steak haché (origine Union Européenne). PEPITES DE PLET PANE Poids net pour une part : 115 g Ingrédients

Plus en détail

Résumé d'avis. (Requête nº EFSA-Q-2003-016) (adopté le 19 février 2004)

Résumé d'avis. (Requête nº EFSA-Q-2003-016) (adopté le 19 février 2004) Résumé d'avis Avis du comité d experts «produits diététiques, nutrition et allergies» sur une saisine de la Commission relative à l évaluation des aliments allergéniques à des fins d étiquetage (Requête

Plus en détail

Maîtrise des phases critiques en élevage porcin : Comment améliorer la santé digestive du porcelet?

Maîtrise des phases critiques en élevage porcin : Comment améliorer la santé digestive du porcelet? 1. Introduction : Maîtrise des phases critiques en élevage porcin : Comment améliorer la santé digestive du porcelet? P. Rondia* et J. Wavreille** Centre wallon de recherches agronomiques *Unité Nutrition

Plus en détail

appliquée aux emballages alimentaires

appliquée aux emballages alimentaires La méthode HACCP La méthode HACCP appliquée aux emballages alimentaires 1- La réglementation des matériaux au contact des aliments Quels contaminants issus des emballages dans les aliments? Des contaminants

Plus en détail

Pour une meilleure santé

Pour une meilleure santé Pour une meilleure santé LA CONSOMMATION QUOTIDIENNE DE VIANDE APPORTE DES GRAISSES SATURÉES. => AUGMENTATION TAUX DE CHOLESTÉROL ET MALADIES CARDIO-VASCULAIRES. => RISQUE DE SURPOIDS ET D'OBÉSITÉ. LES

Plus en détail

Lait cru. à chauffer avant consommation! Brochure informative à l attention des consommateurs

Lait cru. à chauffer avant consommation! Brochure informative à l attention des consommateurs Brochure informative à l attention des consommateurs Une édition du Comité scientifique de l Agence alimentaire Lait cru à chauffer avant consommation! 1 Editeur responsable Prof. Em. dr. Pharm. C. Van

Plus en détail

Pourquoi il est possible de manger en toute sécurité en Suisse Gestion des facteurs de risque dans la filière viande

Pourquoi il est possible de manger en toute sécurité en Suisse Gestion des facteurs de risque dans la filière viande Pourquoi il est possible de manger en toute sécurité en Suisse Gestion des facteurs de risque dans la filière viande Manifestation médiatique Proviande: Posieux, 29 janvier 2014 Page 1 Aide-mémoire La

Plus en détail

LE TRAITEMENT DE SEMENCES. Un outil pour l agriculture durable

LE TRAITEMENT DE SEMENCES. Un outil pour l agriculture durable LE TRAITEMENT DE SEMENCES Un outil pour l agriculture durable Préparé par La Commission pour le traitement des semences et l environnement de la Fédération internationale du commerce des semences (FIS)

Plus en détail

NORME GÉNÉRALE POUR L ÉTIQUETAGE DES DENRÉES ALIMENTAIRES PRÉEMBALLÉES

NORME GÉNÉRALE POUR L ÉTIQUETAGE DES DENRÉES ALIMENTAIRES PRÉEMBALLÉES 1 L Étiquetage des Denrées Alimentaires Préemballées (CODEX STAN 1-1985) NORME GÉNÉRALE POUR L ÉTIQUETAGE DES DENRÉES ALIMENTAIRES PRÉEMBALLÉES CODEX STAN 1-1985 1. CHAMP D APPLICATION La présente norme

Plus en détail

Protéines. Pour des Canadiens actifs. De quelle quantité avez-vous besoin?

Protéines. Pour des Canadiens actifs. De quelle quantité avez-vous besoin? Protéines Pour des Canadiens actifs De quelle quantité avez-vous besoin? 1 Protéines 101 Les protéines sont les principaux éléments fonctionnels et structuraux de toutes les cellules du corps. Chaque protéine

Plus en détail

lire les Étiquettes et trouver les sucres cachés

lire les Étiquettes et trouver les sucres cachés lire les Étiquettes et trouver les sucres cachés Objectif : Sensibiliser les élèves à ce qui se trouve dans leur nourriture et les aider à se méfi er des sucres cachés. Matériel Feuille à imprimer : Chaîne

Plus en détail

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY «Cette action contribue au PNNS». «IL FAIT BIO À CHÂTEAU THIERRY A Chateau Thierry, la Municipalité souhaite développer les produits BIO et issus de filières de proximité dans les menus de la restauration

Plus en détail

Circulaire relative aux dispositions applicables aux banques alimentaires et associations caritatives

Circulaire relative aux dispositions applicables aux banques alimentaires et associations caritatives Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Circulaire relative aux dispositions applicables aux banques alimentaires et associations caritatives Référence PCCB/S3/1092228 Date 02/08/2013

Plus en détail

Informations produit

Informations produit Informations produit Ce document légal doit être conservé en magasin et mis à la disposition des clients ou représentants chargés de faire respecter la loi sur demande. Version 8 mars 2015 60616 Gâteau

Plus en détail

RECUEIL DES REFERENCES DES TEXTES REGLEMENTAIRES LIES A L ACTIVITE DU CONTROLE

RECUEIL DES REFERENCES DES TEXTES REGLEMENTAIRES LIES A L ACTIVITE DU CONTROLE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DU COMMERCE DIRECTION GENERALE DU CONTROLE ECONOMIQUE ET DE LA REPRESSION DES FRAUDES DIRECTION DU CONTROLE DE LA QUALITE ET DE LA REPRESSION

Plus en détail

Qu'est-ce que la biométhanisation?

Qu'est-ce que la biométhanisation? Qu'est-ce que la biométhanisation? La biométhanisation consiste en une série d'opérations de dégradations biologiques de matières organiques qui se produisent en l'absence d'oxygène. Les produits résultants

Plus en détail

La Sarl MODABEL Trading à le plaisir de mettre à votre disposition la nouvelle gamme des produits 2013

La Sarl MODABEL Trading à le plaisir de mettre à votre disposition la nouvelle gamme des produits 2013 PRODUITS 2013 Lotissement Mohamed Ben Mohamed N A04 -Doueira-Alger -Algérie FAX 021 3557 76 TEL MOBILE 0661 51 49 80 Tel 0666993616-0558 34 70 46 -51% de sucres par rapport à la moyenne des principaux

Plus en détail

Conférence régionale FAO/OMS sur la sécurité sanitaire des aliments pour l Afrique Harare, Zimbabwe, 3-6 octobre 2005

Conférence régionale FAO/OMS sur la sécurité sanitaire des aliments pour l Afrique Harare, Zimbabwe, 3-6 octobre 2005 F Point 5 de l ordre du jour Document de séance 13 Français seulement Conférence régionale FAO/OMS sur la sécurité sanitaire des aliments pour l Afrique Harare, Zimbabwe, 3-6 octobre 2005 Introduction

Plus en détail

ATELIER SANTE PREVENTION N 2 : L ALIMENTATION

ATELIER SANTE PREVENTION N 2 : L ALIMENTATION ATELIER SANTE PREVENTION N 2 : L ALIMENTATION Mardi 24 janvier 2012 au Centre de Formation Multimétiers de REIGNAC L objectif de cet atelier sur la santé est de guider chacun vers une alimentation plus

Plus en détail

Hygiène alimentaire en restauration collective

Hygiène alimentaire en restauration collective 1 2 3 4 5 6 7 Catalogue 2011 Audit, conseil et formation Hygiène alimentaire en restauration collective Laboratoire Départemental de la Côte-d'Or Sommaire 1 2 3 4 5 6 7 Sensibilisation à l hygiène alimentaire

Plus en détail

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Objectifs : Citer les traitements thermiques et de conservation, leurs caractéristiques et leurs effets sur la flore microbienne Justifier les modes de

Plus en détail

Qui sont-ils? Pedro. Tamacha. 9 En quantité, Tamacha mange suffisamment, mais son alimentation n est pas satisfaisante en qualité.

Qui sont-ils? Pedro. Tamacha. 9 En quantité, Tamacha mange suffisamment, mais son alimentation n est pas satisfaisante en qualité. Pedro Tamacha 9 Normalement, Pedro devrait consommer 3 100 kcal/jour pour être en bonne santé et avoir une activité normale, il lui manque 800 calories. 9 Son régime alimentaire est composé de riz, pommes

Plus en détail

Information destinée aux patients et aux proches. Comment s alimenter après une diverticulite? Conseils nutritionnels pour le retour à domicile

Information destinée aux patients et aux proches. Comment s alimenter après une diverticulite? Conseils nutritionnels pour le retour à domicile Information destinée aux patients et aux proches Comment s alimenter après une diverticulite? Conseils nutritionnels pour le retour à domicile Qu est-ce que la diverticulite? Cette brochure vous informe

Plus en détail

Allégations relatives à la teneur nutritive

Allégations relatives à la teneur nutritive Allégations relatives à la teneur nutritive Mots utilisés dans les allégations relatives à la teneur nutritive Ce que le mot signifie Exemples Sans Faible Réduit Source de Léger Une quantité insignifiante

Plus en détail

CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT SUR LA CHAINE ALIMENTAIRE ET LA SANTÉ ANIMALE

CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT SUR LA CHAINE ALIMENTAIRE ET LA SANTÉ ANIMALE 14 décembre 2007 ORIENTATIONS RELATIVES À LA MISE EN ŒUVRE DU RÈGLEMENT N 1924/2006 CONCERNANT LES ALLÉGATIONS NUTRITIONNELLES ET DE SANTÉ PORTANT SUR LES DENRÉES ALIMENTAIRES CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT

Plus en détail

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS Le compostage est un processus de dégradation biologique maîtrisé de matières organiques en présence d air. Il aboutit à la production d un produit stable : le compost, utilisable

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

CM2E 2014. Colloque Martinique Energie Environnement. Production d électricité renouvelable : La méthanisation comme agent de régulation

CM2E 2014. Colloque Martinique Energie Environnement. Production d électricité renouvelable : La méthanisation comme agent de régulation CM2E 2014 Colloque Martinique Energie Environnement Production d électricité renouvelable : La méthanisation comme agent de régulation M. Torrijos, Laboratoire de Biotechnologie de l Environnement, INRA-LBE,

Plus en détail

LES ENERGIES RENOUVELABLES. Dr Marwan JARKAS

LES ENERGIES RENOUVELABLES. Dr Marwan JARKAS LES ENERGIES RENOUVELABLES Dr Marwan JARKAS Plan de l exposée : I - Définition de l énergie renouvelable II - Différentes types de l énergie renouvelable 1. Energie éolienne 2. Energie solaire 3. Energie

Plus en détail

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les deuxièmes plus grands consommateurs d eau potable, juste

Plus en détail

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Votre correspondant : Romain CRESSON INRA Transfert Environnement Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Tel: +33 (0)4 68 46 64 32 Fax: +33 (0)4 68 42 51

Plus en détail

Dossier de presse. Deux nouveaux bâtiments pour la santé publique et la sécurité sanitaire. Inauguration 6 mars 2015.

Dossier de presse. Deux nouveaux bâtiments pour la santé publique et la sécurité sanitaire. Inauguration 6 mars 2015. LABO CE A Pl ouf r agan ( 22) Deux nouveaux bâtiments pour la santé publique et la sécurité sanitaire Dossier de presse Inauguration 6 mars 2015 Contacts presse Conseil général des Côtes d'armor Caroline

Plus en détail

COMITE SCIENTIFIQUE DE L AGENCE FEDERALE POUR LA SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE

COMITE SCIENTIFIQUE DE L AGENCE FEDERALE POUR LA SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE 1/8 COMITE SCIENTIFIQUE DE L AGENCE FEDERALE POUR LA SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE AVIS 36-2006 Concerne : Contrôle de la composition des denrées alimentaires (dossier Sci Com 2005/25) Le Comité scientifique

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE APICULTURE

GUIDE PRATIQUE APICULTURE ID-SC-195- GUIDE PRATIQUE APICULTURE 16.06.2011 GUIDE PRATIQUE APICULTURE RÉFÉRENCES RÈGLEMENTAIRES : Règles communes sur la production animale : Art.14 du RCE 834/2007 Conversion = art. 38 RCE 889/2008

Plus en détail

Master professionnel aliments, microbiologie, assurance qualité

Master professionnel aliments, microbiologie, assurance qualité Master professionnel aliments, microbiologie, assurance qualité OBJEIFS Parcours Microbiologie appliquée à l agro-alimentaire et l agro-environnement La spécialité a pour but de former des cadres de haut

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

Présentation des modalités d application de la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires -------- Rabat, le 17 juin 2010

Présentation des modalités d application de la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires -------- Rabat, le 17 juin 2010 Office National de Sécurité Sanitaire desproduitsalimentaires Présentation des modalités d application de la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires -------- Séminaire National

Plus en détail

Approvisionnement énergétique 2011

Approvisionnement énergétique 2011 Approvisionnement énergétique 211 approvisionnement énergétique 211 Combustibles solides Combustibles solides Gaz naturel (en PCS) Gaz naturel (en pcs) Énergie électrique Énergie électrique Produits pétroliers

Plus en détail

MYCOTOXINES : changements règlementaires et analytiques

MYCOTOXINES : changements règlementaires et analytiques MYCOTOXINES : changements règlementaires et analytiques E. MARENGUE ( LDA22 ) et S. HULOT ( IDAC ) PLAN 1) La problématique 2) Les évolutions règlementaires 3) L échantillonnage : étape clé 4) Les techniques

Plus en détail

MAÎTRISER LA LECTURE DES ÉTIQUETTES NUTRITIONNELLES

MAÎTRISER LA LECTURE DES ÉTIQUETTES NUTRITIONNELLES MAÎTRISER LA LECTURE DES ÉTIQUETTES NUTRITIONNELLES Par Marie-Christine Parent, stagiaire en diététique AU MENU Retour sur le sondage Vision de la saine alimentation Qu est-ce que l étiquetage nutritionnel?

Plus en détail

Schéma 2BSvs : foire aux questions Méthodologie 2BSvs de calcul des émissions de GES

Schéma 2BSvs : foire aux questions Méthodologie 2BSvs de calcul des émissions de GES Version 1 du 06 février 2014 version initiale Schéma 2BSvs : foire aux questions Méthodologie 2BSvs de calcul des émissions de GES Ce guide a été élaboré en réponse au supplément 2BSvs-PRO-03 approuvé

Plus en détail

H - DOMAINES SPECIFIQUES

H - DOMAINES SPECIFIQUES Sécurité sanitaire des aliments Contexte réglementaire des aliments santé 126 353 4 janvier-12 ENITA BORDEAUX Données actuelles en nutrition humaine 126 354 3 janvier-12 ENITA BORDEAUX Comportement alimentaire

Plus en détail

Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc

Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc «D une expérience locale de compostage prometteuse à la construction d une offre technique aux multiples avantages

Plus en détail

Hygiène alimentaire en restauration collective

Hygiène alimentaire en restauration collective Catalogue de formations 2012 Audit, conseil et formation Hygiène alimentaire en restauration collective Laboratoire Départemental de la Côte-d'Or 1 2 3 4 5 6 7 8 Sommaire Sensibilisation à l hygiène alimentaire

Plus en détail

EN VENTE SUR LA BOUTIQUE TCB «TENDANCE COSMETIQUE BIO» http://www.tendance-cosmetique-bio.fr

EN VENTE SUR LA BOUTIQUE TCB «TENDANCE COSMETIQUE BIO» http://www.tendance-cosmetique-bio.fr LA CURE VITALE EN VENTE SUR LA BOUTIQUE TCB «TENDANCE COSMETIQUE BIO» http://www.tendance-cosmetique-bio.fr Méthode de détoxination (détoxication) et d amincissement avec le SIROP VITAL MADAL BAL! La Cure

Plus en détail

Nutrition et santé : suivez le guide

Nutrition et santé : suivez le guide Prévention ALIMENTATION PLAISIR ET ÉQUILIBRE ALIMENTAIRE Nutrition et santé : suivez le guide Nous savons tous que l alimentation joue un rôle essentiel pour conserver une bonne santé. En voici quelques

Plus en détail

L Étiquetage nutritionnel interactif : faites le point

L Étiquetage nutritionnel interactif : faites le point Santé Canada Health Canada L Étiquetage nutritionnel interactif : faites le point Vous avez peut-être remarqué l information nutritionnelle affichée sur de nombreux produits alimentaires que vous achetez

Plus en détail

Formation agricole : production d effectifs et prise en charge des besoins réels

Formation agricole : production d effectifs et prise en charge des besoins réels 11 èmes Journées d études «Ingénierie des Dispositifs de Formation à l International» Communication présentée par : Monsieur Hassen BERRANEN Sous Directeur de la Formation MADR/DFRV, Algérie. Formation

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO AVANT-PROPOS L Annuaire statistique de la FAO fournit une sélection d indicateurs par pays sur l alimentation et l agriculture. Les données proviennent de FAOSTAT, la base de données statistique de l Organisation

Plus en détail

AGRICULTURE, ALIMENTATION, ANIMAUX, FORETS

AGRICULTURE, ALIMENTATION, ANIMAUX, FORETS AGRICULTURE, ALIMENTATION, ANIMAUX, FORETS 1.a. Alimentation...2 1.b. Exploitations agricoles...4 1.c. Filières agricoles, forestières et agroalimentaires...5 1.d. Forêt, bois, chasse, pêche... 6 1.e.

Plus en détail

RÉPERTOIRE RELÈVE SCIENTIFIQUE AU SERVICE DES ENTREPRISES AGROALIMENTAIRES. 2 e édition

RÉPERTOIRE RELÈVE SCIENTIFIQUE AU SERVICE DES ENTREPRISES AGROALIMENTAIRES. 2 e édition RELÈVE SCIENTIFIQUE AU SERVICE 2 e édition Juin 2011 Réalisé par : Partenaire financier du CQVB : Objectif : Ce répertoire vise à faciliter le maillage entre les étudiants-chercheurs universitaires et

Plus en détail

bio dej BEFORE Pot de 540 g Müesli-pomme Fruits rouges 23/09/10 Apport en glucides complexes Dernier repas 2 à 3 h avant le début de l effort

bio dej BEFORE Pot de 540 g Müesli-pomme Fruits rouges 23/09/10 Apport en glucides complexes Dernier repas 2 à 3 h avant le début de l effort BEFORE bio dej Apport en glucides complexes Dernier repas 2 à 3 h avant le début de l effort Texture crémeuse, très digeste Ingrédients (arôme müesli-pomme) : Maltodextrine*, dextrose*, poudre de lait*,

Plus en détail

Le compost. Un petit écosystème au jardin

Le compost. Un petit écosystème au jardin Le compost Un petit écosystème au jardin En utilisant du compost au jardin, nous rendons les matières organiques produites par le jardin ou par notre alimentation, à l écosystème naturel. Ainsi l écosystème

Plus en détail

EM Aktiv + Fourrage carboné. Extraits de plantes fermentées. Produit fermenté et biologiquement activé (ensilage) avec du charbon végétal.

EM Aktiv + Fourrage carboné. Extraits de plantes fermentées. Produit fermenté et biologiquement activé (ensilage) avec du charbon végétal. EM Aktiv + Extraits de plantes fermentées Fourrage carboné Produit fermenté et biologiquement activé (ensilage) avec du charbon végétal. EM Aktiv+ pour chevaux Application et dosage: Administrer chaque

Plus en détail

ANNEXE N 1 ADMINISTRATIONS ET SERVICES INTERVENANT DANS LE CONTROLE ALIMENTAIRE

ANNEXE N 1 ADMINISTRATIONS ET SERVICES INTERVENANT DANS LE CONTROLE ALIMENTAIRE ANNEXE N 1 ADMINISTRATIONS ET SERVICES INTERVENANT DANS LE CONTROLE ALIMENTAIRE Départements Ministère chargé de l'agriculture Ministère chargé du commerce et de l'industrie Ministère d'etat à l'intérieur

Plus en détail

OUTILS DE FINANCEMENT DE L INNOVATION TECHNOLOGIQUE ET DE LA VALORISATION DE LA RECHERCHE

OUTILS DE FINANCEMENT DE L INNOVATION TECHNOLOGIQUE ET DE LA VALORISATION DE LA RECHERCHE OUTILS DE FINANCEMENT DE L INNOVATION TECHNOLOGIQUE ET DE LA VALORISATION DE LA RECHERCHE Un exemple de Projet PNRI Pr. Ahmed Noureddine HELAL 11 Mars 2015, Hôtel Monastir Center, Monastir Notre Projet

Plus en détail

Assemblée Générale ASSOCIATION DES MAIRES RURAUX DU PUY-de-DÔME. La nouvelle règlementation Nutrition pour les cantines scolaires

Assemblée Générale ASSOCIATION DES MAIRES RURAUX DU PUY-de-DÔME. La nouvelle règlementation Nutrition pour les cantines scolaires Assemblée Générale ASSOCIATION DES MAIRES RURAUX DU PUY-de-DÔME Vendredi 9 Décembre 2011 Pontaumur La nouvelle règlementation Nutrition pour les cantines scolaires Emilie CHANSEAUME Lucile AUMOINE Céline

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

CINQUIEME ANNEE. SEMESTRE 9.

CINQUIEME ANNEE. SEMESTRE 9. CINQUIEME ANNEE. SEMESTRE 9. Dénomination du Module HIGIENE, TECHNOLOGIE ET SECURITE ALIMENTAIRE Unité temporelle SEMESTRE 9 Cr. ECTS 22 Caractère OBLIGATOIRE Matières M1 TECHNOLOGIE, HYGIENE ET CONTRÔLE

Plus en détail

Résumé. Déterminer la cause d un problème sur l IC Il y a un certain nombre de facteurs qui peuvent influencer négativement l IC d un troupeau :

Résumé. Déterminer la cause d un problème sur l IC Il y a un certain nombre de facteurs qui peuvent influencer négativement l IC d un troupeau : Optimisation de l indice de consommation du poulet de chair ROSS Cet article a été écrit spécifiquement pour les producteurs d Amérique Latine. Cependant, les recommandations données peuvent être utiles

Plus en détail

www.programmeaccord.org

www.programmeaccord.org LA DOULEUR, JE M EN OCCUPE! NUTRITION ET DOULEUR CHRONIQUE CHRONIQUE De nos jours, l importance d adopter de saines habitudes alimentaires ne fait plus aucun doute. De plus, il est très facile d obtenir

Plus en détail

industrie agroalimentaire

industrie agroalimentaire industrie agroalimentaire agro L élaboration des produits agroalimentaires nécessite la mise en place et le contrôle de nombreux procédés et technologies avancées. De la réception des matières premières

Plus en détail

Prévenir la colonisation par Campylobacter chez les poulets de chair. Dr. Wael Abdelrahman Consultant technique, Probiotiques volailles

Prévenir la colonisation par Campylobacter chez les poulets de chair. Dr. Wael Abdelrahman Consultant technique, Probiotiques volailles Prévenir la colonisation par Campylobacter chez les poulets de chair Dr. Wael Abdelrahman Consultant technique, Probiotiques volailles Prévenir la colonisation par Campylobacter chez les poulets de chair

Plus en détail

Analyse des coûts d investissement en méthanisation agricole. Comparaison France et Allemagne

Analyse des coûts d investissement en méthanisation agricole. Comparaison France et Allemagne Analyse des coûts d investissement en méthanisation agricole Comparaison France et Allemagne Février 2013 1 Le développement de la méthanisation en Bourgogne dans le Programme Energie Climat Bourgogne

Plus en détail

Détail des cultures de l'exploitation en 2007

Détail des cultures de l'exploitation en 2007 République et Canton de Genève Département des finances Administration fiscale cantonale Formulaire annexe à la déclaration 2007 servant à déterminer le revenu et la fortune professionnels de l'agriculture

Plus en détail

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière L'impact des biocarburants sur l'effet de serre Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière Auteur(s) : Etienne POITRAT, ADEME (Agence de l'environnement

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

1777473 - EnergyOatSnack barre Banana Bread

1777473 - EnergyOatSnack barre Banana Bread 777473 - EnergyOatSnack barre Banana Bread Une barre de flocons d avoine avec des bananes sèches. Flocons d avoine (38%), sucre inverti liquide, bananes sèches (8%), margarine (huile de palme, huile de

Plus en détail

Qui sont-ils? D où viennent-ils? Où sont-ils?

Qui sont-ils? D où viennent-ils? Où sont-ils? Qui sont-ils? D où viennent-ils? Où sont-ils? Les glucides sont des éléments nutritifs indispensables au bon fonctionnement de l organisme. Ils sont présents dans les aliments aux côtés des protéines (viande,

Plus en détail

RÉSUMÉ. Mots-clés: blé variété microflore des semences, combat

RÉSUMÉ. Mots-clés: blé variété microflore des semences, combat RÉSUMÉ Mots-clés: blé variété microflore des semences, combat Importance de la récolte de blé a entraîné attention sur la recherche sur la santé des plantes et, en particulier, mycose affectant la récolte

Plus en détail

Advancing food sciences, IMPROVING HEALTH

Advancing food sciences, IMPROVING HEALTH Advancing food sciences, IMPROVING HEALTH De la sécurité alimentaire à la nutrition et la santé La sécurité alimentaire et la nutrition présentent des enjeux majeurs de santé publique et font aujourd hui

Plus en détail

Biogaz et méthanisation

Biogaz et méthanisation Note pour les comités opérationnels 10 (Energies renouvelables) et 15 (agriculture) COMITE DE LIAISON ENERGIES RENOUVELABLES (CLER) Contact: Christian Couturier, christian.couturier@solagro.asso.fr 05

Plus en détail

Qualités nutritives des salades. DOSSIER SPéCIAL BIO F R C magazine FéVRIER 2010 N O 25. Quand la météo s en mêle

Qualités nutritives des salades. DOSSIER SPéCIAL BIO F R C magazine FéVRIER 2010 N O 25. Quand la météo s en mêle DOSSIER SPéCIAL BIO F R C magazine FéVRIER 2010 N O 25 Laitues d hiver Moins de pe Les laitues pommées bio se révèlent exemptes de pesticides. Plus «Bonne nouvelle: toutes les salades sont conformes et

Plus en détail

Bioénergie. L énergie au naturel

Bioénergie. L énergie au naturel Bioénergie L énergie au naturel Les références d AREVA en bioénergie Plus de 2,5 GW dans le monde : la plus grande base installée de centrales biomasse AREVA développe des solutions de production d électricité

Plus en détail

Aspartame ou stévia: le duel

Aspartame ou stévia: le duel Nutri sciences Aspartame ou stévia: le duel L aspartame fait peur, le stévia rassure. L un sort des laboratoires et a une connotation artificielle, l autre est issu des champs de Stevia et cultive une

Plus en détail

AVEZ-VOUS PENSÉ À L ALIMENTATION À LA DÉROBÉE?

AVEZ-VOUS PENSÉ À L ALIMENTATION À LA DÉROBÉE? AVEZ-VOUS PENSÉ À L ALIMENTATION À LA DÉROBÉE? Traduit de: PRODUCERS MIGHT WANT TO CONSIDER CREEP FEEDING Auteur: Stephen B. Blezinger, Ph.D., PAS (Copyright 2015 Dr. Stephen B. Blezinger) Adapté en français

Plus en détail

Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle. Information sur le sodium alimentaire. www.reductionsodium.ca

Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle. Information sur le sodium alimentaire. www.reductionsodium.ca Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle Information sur le sodium alimentaire www.reductionsodium.ca Contact Jocelyne Bellerive, MA Coordonnatrice/Éducatrice Programme réduction

Plus en détail