La démarche «naturalité» dans l industrie agroalimentaire. Quelles pratiques et règles du jeu pour réussir sur ce créneau à fort potentiel?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La démarche «naturalité» dans l industrie agroalimentaire. Quelles pratiques et règles du jeu pour réussir sur ce créneau à fort potentiel?"

Transcription

1 Communiqué de presse le 23 novembre 2012 La démarche «naturalité» dans l industrie agroalimentaire Quelles pratiques et règles du jeu pour réussir sur ce créneau à fort potentiel? Le colloque Natur IAA, organisé par le CEEI Alimentec de Bourg-en-Bresse le 6 novembre dernier, invitait industriels de l agroalimentaire, chercheurs, juristes, spécialistes en marketing, sémiologues à faire le point sur les différentes questions qui se posent face à l engouement croissant pour la notion de naturalité dans les produits agroalimentaires. Cette rencontre au contenu particulièrement riche a permis notamment de mieux connaître la perception que les consommateurs ont de la naturalité, d observer comment les industriels appréhendent ces attentes, de dresser un état des lieux précis des réglementations sur les additifs et les arômes, et de disposer d un panorama, tant dans la filière bio que dans les industries conventionnelles, des approches et pratiques visant à éviter de recourir aux additifs dans la formulation des aliments. Au regard des interventions et des témoignages des différents intervenants et participants, le concept de «naturalité» reste malgré tout encore en quête d une définition précise. Si la démarche naturalité offre un réel potentiel de développement, cet engagement représente pour les entreprises un véritable défi à relever : cela suppose notamment de repenser en profondeur leurs approches dans la formulation et la fabrication de leurs produits avec les répercussions économiques que cela représente. Il apparaît également que les consommateurs doivent prendre conscience que leurs exigences ont un prix. Une forte quête de naturalité, mais une difficulté à l évaluer pour les consommateurs Pour Pierrick Gomez, professeur de marketing à Reims Management School, la naturalité a le vent en poupe, comme en témoigne notamment une étude (TNS, 2012) révélant que 80 % des consommateurs sont intéressés par les produits naturels. Le développement de la filière «bio» vient également attester de cet engouement. Une tendance que l industrie agroalimentaire a bien saisie, puisque actuellement 1/3 des lancements de produits portent sur une innovation naturalité (Mintel, 2009). Mais faute de définition, comment cette notion de naturalité est-elle perçue? Si celle-ci est synonyme d authenticité, de santé, pour autant, la naturalité est difficile à évaluer pour le consommateur. Dans les enquêtes de perception qui ont pu être réalisées sur le sujet, il apparaît que le processus de fabrication importe plus que la recette : plus la transformation du produit est complexe, moins celuici est perçu comme naturel. De même, pour les consommateurs, les modifications physiques (ex : congélation) altèrent moins un produit que les transformations chimiques. Le circuit de distribution est également une composante importante : plus celui-ci est court, plus le produit est considéré comme naturel. De même, retirer les substances artificielles dans la formulation d un produit est perçu plus positivement que l ajout d ingrédients naturels.

2 Comment les industriels appréhendent la naturalité Pour certaines entreprises, telles que Frutarom (Dijon) et Spadel (Spa Belgique) qui sont venues témoigner, c est principalement la liste des ingrédients qui fait la naturalité d un produit. L enjeu est alors de supprimer les additifs et les arômes traditionnellement utilisés pour colorer, texturer et renforcer le goût des produits. La solution est alors de compenser par l introduction d une plus grande quantité de matière première, ou de remplacer les additifs par un produit naturel (exemple, remplacer l acide citrique par du jus de citron et le fructose par du sucre de canne dans la limonade). Mais ces modifications dans la recette engendrent un coût «matière» supplémentaire, donc un prix final nécessairement plus élevé et des produits dont la texture et la couleur ne sont pas toujours aussi attrayantes. D autres, comme Imonic, expérimentent des procédés industriels inspirés des mécanismes se produisant dans la nature, notamment par réactions enzymatiques se produisant naturellement au niveau du miel. Ces industriels font néanmoins face à une situation paradoxale : si les consommateurs expriment des attentes très fortes sur la naturalité des produits, ils ne sont pas encore prêts à en payer le prix. Il y a un enjeu à mieux communiquer auprès d eux pour les aider à prendre conscience que la création d un produit à la fois beau, savoureux, naturel et peu cher reste une équation difficile à résoudre. Additifs, Produits naturels, Produits bio qu en pensent les consommateurs? Le CEEI-Alimentec a mené l enquête* : Avant d acheter un produit : 75 % des personnes interrogées regardent la liste des ingrédients et 65 % sont attentives aux labels. 63 % du panel pense que les additifs sont dangereux pour la santé tandis que 83 % pense que les produits bio sont plus sains. Entre un produit bio et un produit «naturel», 60 % ont confiance dans le bio et 33 % dans le naturel, la principale raison étant que la filière bio fait l objet de contrôles et de certifications. 60 % des personnes interrogées indiquent acheter des produits «naturels». *enquête réalisée auprès d un échantillon de 60 personnes en octobre 2012 dans le cadre de la Fête de la Science Comment les marques communiquent sur la naturalité : panorama des principales allégations naturalité Un tour d horizon réalisé par le CEEI-Alimentec a permis d identifier et de classer en grandes catégories quelquesunes des très nombreuses allégations naturalité apparaissant sur les produits. Celles-ci peuvent se répartir globalement comme suit : «100 % naturel» Simplicité et lisibilité de la liste d ingrédients : «5 ingrédients» Référence au fait maison «Ingrédients comme à la maison», «à préparer à la maison», Tradition : «recette traditionnelle», «saveurs d autrefois», «à l ancienne» Allégation négative : «Sans additif», «sans colorant», «sans conservateur», parfois accompagné de la mention «conformément à la réglementation» Mise en avant de la notion de nature : «un goût naturellement bon», «le goût c est notre nature» Par ailleurs, on observe que les produits bio mettent peu en avant les allégations naturalité.

3 Evaluation santé des produits «naturels» : comment bien s y préparer. En s appuyant sur l exemple de l évaluation de la stevia, Jean-Michel Maixent expert à l ANSES et professeur à l Université de Poitiers, a présenté aux industriels les différentes étapes de l évaluation santé d un produit ou d un additif alimentaire. Il a ainsi formulé un certain nombre de recommandations auprès des industriels pour que ceux-ci préparent leurs dossiers d évaluation de façon optimale. Jean-Michel Maixent a également fortement encouragé les industriels français à plus s impliquer dans ces processus d autorisation, notamment au travers de la démarche Novel Food. Effectivement, dans le cas de la stevia, malgré un 1 er refus, il y aurait du potentiel pour déposer un dossier de demande d autorisation d utilisation de la plante entière. Etat des lieux de la réglementation particulièrement complexe sur les additifs et les arômes Qu est-ce-qu un additif alimentaire? Dans quelles catégories de denrées alimentaires les additifs sont-ils interdits? Quels sont les additifs autorisés et pour quels types de denrées peuvent-ils être utilisés? Qu est-cequ un arôme naturel? Doit-on l afficher différemment s il entre dans la composition d un produit B to B et dans un produit destiné au grand public? Quelles sont les contraintes imposées plus spécifiquement dans la filière bio? Ce sont autant de définitions, de subtilités et de conditions d utilisation inscrites dans les réglementations européennes portant sur les additifs et les arômes qui ont été décryptées par Nadine Babarit de chez Robertet et Florence Hébert de chez Euroconsultants, spécialistes des affaires réglementaires. Ceux-ci ont interpellé les entreprises sur le caractère très évolutif de ces réglementations et la nécessité pour elles de se tenir informées très régulièrement. Concevoir des produits «naturels» : focus sur quelques nouvelles approches et technologies innovantes Colorer, texturer, conserver les aliments sans recourir aux additifs impose aux industriels de développer des méthodes alternatives. Les acteurs de la filière bio, soumis à ces contraintes depuis plusieurs années, ont été les premiers à exploiter les propriétés d ingrédients entièrement naturels en ce sens. Dans l industrie conventionnelle, comme en témoignent les quelques-unes des approches présentées au cours du colloque Natur IAA, de nombreuses solutions performantes existent d ores et déjà. Le comparatif établi par le CEEI Alimentec et Ingrebio entre les ingrédients utilisés respectivement dans la filière bio et dans les produits «clean label» a permis d avoir un panorama de ce qui est disponible sur ces marchés. Entre les différentes sessions du colloque, les participants ont pu découvrir les solutions proposées par différents prestataires techniques et fournisseurs : Le Centre d Essais du Technopole Alimentec (CETA) qui offre de nombreuses possibilités aux industriels de l alimentaire pour tester leurs formulations et process de fabrication. David Michael Europe S.A.S, fournisseur d arômes et de colorants naturels Ingredion,fournisseur de solutions d ingrédients, notamment en amidons clean label. Voici quelques exemples de pratiques qui ont été présentées lors du colloque : Ainsi, actuellement, les industriels utilisent couramment de l amidon modifié pour texturer leurs produits, l amidon natif ne présentant pas des propriétés suffisamment intéressantes. Mais l amidon modifié entre dans la catégorie des additifs alimentaires. Pour pallier à ce problème, la société Ingredion a conçu un amidon natif fonctionnel qui reste intact à l issue du process de fabrication du produit, tout en étant considéré comme un ingrédient. Nigay, fournisseur de caramels aromatiques, colorants, spécialités et Burnt Sugars dédiés aux industriels. Tipiak Epicerie, spécialiste du Tapioca qui propose une gamme de texturants à base de manioc.

4 Parallèlement, une intervention de Nathalie Pauleau Larrey de David Michael Europe a permis de mettre en lumière les ingrédients colorants naturels constitués à partir de jus et poudres concentrés de fruits et légumes, de sucres caramélisés, d herbes et d épices, qui entrent dans les listes d ingrédients. Pascal Degraeve chercheur au laboratoire Biodyma de Bourg en Bresse à Alimentec, a présenté les pistes intéressantes de conservation des aliments par l utilisation de biomolécules d origine végétale, animale, voire microbienne ou directement par des microorganismes bioprotecteurs. Quelques exemples d approche de la conservation des produits de charcuterie et de boulangerie pâtisserie ont été proposés par Jean-Christophe Chevalier, de Diana Food Division. Des résultats concluants sur du jambon cuit ont été obtenus par substitution des sels nitrités par une combinaison de jus de légumes concentrés (riches en nitrate) avec des ferments, et une substitution de l érythorbate par de la poudre d acérola (riche en vitamine C). Dans le cas des produits de boulangerie, Jean-Christophe Chevalier a rappelé l intérêt du retour aux basiques (jus de citron, vinaigre, alcool..). Des améliorations de la durée de vie ont été obtenues sur des brioches contenant du jus de pruneau ou d acérola. La société Welience a présenté quelques techniques innovantes pour la transformation des aliments permettant de limiter l utilisation d additifs, à travers des procédés de texturation (microémulsions 2700 bars, jet continu 4000 bars) et de décontamination des poudres (fluidisation haute température ) Le centre technique italien SSICA, implantée à Parme, a présenté une application de la technologie de traitement à haute pression pour la conservation des poissons et des fruits de mer. Quels messages privilégier pour communiquer sur la naturalité? Le sémiologue Jean-Jacques Boutaud a livré son analyse et ses préconisations pour aider les entreprises à ancrer et à affiner le positionnement «naturalité» de leurs marques. Il a ainsi rappelé la nécessité, pour sensibiliser les consommateurs, de dépasser le discours portant exclusivement sur le produit et de les interpeller aussi à travers des messages plus symboliques jouant sur des registres sensuels (mettre des mots sur les goûts), rituels (la dégustation), émotionnels (la vitalité, la détente,..). Il a également signalé un certain nombre d erreurs à éviter, telles que la formulation d allégations négatives sur le produit ou les risques de ringardisation d un produit lié à un discours trop passéiste. La naturalité : un défi qui reste à relever La naturalité s inscrit-elle comme une tendance de fond ou est-ce un simple effet de mode? Telle était la question à laquelle un panel d intervenants était invité à réagir en clôture du colloque Natur IAA. Ainsi, chacun s est accordé à observer un vrai retour aux fondamentaux chez les consommateurs, un désir d authenticité et de simplicité, sans pour autant renoncer à l exigence de plaisir, qui reste la priorité. Pour Christine Ball, directrice marketing de Marie, la quête de naturalité va de pair avec la recherche d une alimentation plus équilibrée et saine, le référent étant le «fait maison». Cette attente de naturalité est très marquée pour les plats cuisinés où le consommateur peut facilement comparer la liste des ingrédients du produit avec la recette qu il réalise dans sa cuisine. C est pour répondre à cette attente que la marque a mis en place sa gamme «fait comme à la maison» qui fort de son succès, constitue aujourd hui 85% de ses produits : celle-ci traduit l engagement de Marie à proposer des produits moins salés, moins gras et conçus avec une liste d ingrédients simplifiée. L industriel développe parallèlement une démarche d amélioration continue visant à faire évoluer ses processus de fabrication vers encore plus de naturalité. Pour Xavier Rousselle, dirigeant des glaces Terre Adelice, la priorité est de proposer des produits «goûteux» et de recourir à des matières premières locales et de bonne qualité. Cette entreprise continue à utiliser des process artisanaux tout en étant en fort développement. Ici, point de stratégie marketing pour valoriser la naturalité des produits, mais une volonté de satisfaire le goût des consommateurs. La tendance naturalité a toutefois trouvé sa place chez Terre Adélice par le biais d une gamme bio en plein essor depuis auprès de la clientèle de restaurateurs, alors qu en , au 1 er lancement de cette gamme bio, les produits ne répondaient pas aux attentes de ce marché. En revanche, comme l observent, Patrice Dole, directeur et chercheur au CTCPA du Technopole Alimentec et Christophe Tranchard, directeur de Virgin Bio Pack, les très nombreuses allégations concernant la recycabilité et la biodégradabilité des emballages risquent d égarer les consommateurs dans leur choix et l usage du plastique

5 continue d augmenter. C est l une des raisons qui ont conduit le CTCPA à mener des recherches sur des emballages à partir de substances végétales, susceptibles d offrir par ailleurs des propriétés intéressantes pour la conservation des aliments. Enfin, pour Nadine Babarit, responsable des affaires réglementaires chez Robertet, la question est de savoir à quel moment un industriel prend un risque en allégant sur la naturalité de ses produits. L ensemble des interventions et échanges de cette journée rappellent la nécessité d apporter une véritable définition au concept de naturalité, à en définir le périmètre, en mettant en place une réglementation claire et en communiquant simplement et en toute transparence auprès des consommateurs. Natur IAA a été organisé par le CEEI Alimentec et le Syndicat Mixte du Technopole Alimentec de Bourg-en-Bresse, en partenariat avec le Bureau Economique de la Province de Namur, Bioconvergence, la Ville de Bourg-en-Bresse, le cluster régional ALLIRA, le réseau Enterprise Europe Network (EEN) à travers la Chambre de commerce de région Rhône-Alpes, Entreprise Rhône-Alpes International (ERAI), Organics Cluster, le pôle de compétitivité Parfums- Arômes- Senteurs- Saveurs, Vitagora (pôle de compétitivité goût, nutrition, santé), WagrALIM (pôle de compétitivité agroalimentaire de la région Wallone en Belgique). A propos du CEEI Alimentec de Bourg-en-Bresse Service du Syndicat Mixte du Technopole Alimentec, le CEEI de Bourg-en-Bresse a été créé en Labellisé par l Union Européenne via le réseau EBN European Business Innovation Center Network-, il intervient auprès des industries agroalimentaires, des équipementiers et des fabricants d emballages. Il accompagne les entreprises dans leurs projets innovants : diagnostics techniques, mise au point de nouveaux produits et de nouveaux process, organisation de formations, animation de la filière et actions collectives. Il intervient notamment sur : - la formulation de nouveaux produits ou reformulation de recettes pour une amélioration fonctionnelle ou organoleptique, en accord avec les tendances actuelles (naturalité, nutrition, praticité ) ; la recherche d une formulation adaptée à un produit «Bio» ; le sourcing de matières premières et d emballages, - la nutrition : réalisation de diagnostics nutritionnels, conseils sur l étiquetage nutritionnel et les allégations nutritionnelles et de santé ; rédaction de dossier de justification pour l alimentation particulière (sportif, régime hypocalorique ). Le CEEI s appuie sur le Centre d Essais du Technopole Alimentec dans la mise au point des recettes et des process et pour tester de nouveaux équipements et emballages. Rue Henri de Boissieu Bourg en Bresse Tel Contact presse Agence Géraldine Musnier Géraldine Musnier : Isabelle Larçon :

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 PRATIQUES OENOLOGIQUES SPECIFIQUES AUX VINS AROMATISES, AUX BOISSONS A BASE DE PRODUIT VITIVINICOLE ET AUX BOISSONS A BASE DE VIN L Assemblée Générale CONSIDERANT la résolution

Plus en détail

Cintech 360. Présenté par Guillaume Boisvert Dans le cadre de la Semaine horticole 2015

Cintech 360. Présenté par Guillaume Boisvert Dans le cadre de la Semaine horticole 2015 Cintech 360 Présenté par Guillaume Boisvert Dans le cadre de la Semaine horticole 2015 Centre collégial de transfert technologique Cégep de Saint-Hyacinthe Mission: Accroître l innovation et à la compétitivité

Plus en détail

Qui sont-ils? D où viennent-ils? Où sont-ils?

Qui sont-ils? D où viennent-ils? Où sont-ils? Qui sont-ils? D où viennent-ils? Où sont-ils? Les glucides sont des éléments nutritifs indispensables au bon fonctionnement de l organisme. Ils sont présents dans les aliments aux côtés des protéines (viande,

Plus en détail

Charte PNNS Groupe CASINO Résultats

Charte PNNS Groupe CASINO Résultats Charte PNNS Groupe CASINO Résultats Calendrier En 2008, Casino a signé Les une engagements charte d engagements de la charte de progrès PNNS ont nutritionnel été appréhendés du PNNS. Elle comprenait 10

Plus en détail

COMITE SCIENTIFIQUE DE L AGENCE FEDERALE POUR LA SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE

COMITE SCIENTIFIQUE DE L AGENCE FEDERALE POUR LA SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE 1/8 COMITE SCIENTIFIQUE DE L AGENCE FEDERALE POUR LA SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE AVIS 36-2006 Concerne : Contrôle de la composition des denrées alimentaires (dossier Sci Com 2005/25) Le Comité scientifique

Plus en détail

LISTE V AU PROTOCOLE A MAROC. Description des produits

LISTE V AU PROTOCOLE A MAROC. Description des produits LISTE V AU PROTOCOLE A MAROC 04.03 Babeurre, lait et crème caillés, yoghourt, képhir et autres laits et crèmes fermentés ou acidifiés, même concentrés ou additionnés de sucre ou d'autres édulcorants ou

Plus en détail

JUIN 2012 DÉCEMBRE 2008. L étiquetage des denrées alimentaires. L information des consommateurs,

JUIN 2012 DÉCEMBRE 2008. L étiquetage des denrées alimentaires. L information des consommateurs, JUIN 2012 DÉCEMBRE 2008 INFO RÉGLEMENTATION info L étiquetage des denrées alimentaires L information des consommateurs, focus sur le règlement européen INCO L e règlement européen n 1169/2011 (ci-après

Plus en détail

POLES DE COMPETITIVITE. et CENTRES D INNOVATION TECHNOLOGIQUES : OBJECTIF INNOVATION

POLES DE COMPETITIVITE. et CENTRES D INNOVATION TECHNOLOGIQUES : OBJECTIF INNOVATION POLES DE COMPETITIVITE et CENTRES D INNOVATION TECHNOLOGIQUES : OBJECTIF INNOVATION Plan - Qu est-ce qu un pôle de compétitivité? - Qu est-ce qu un centre d innovation technologique? - Zoom sur Valorial

Plus en détail

Aspartame ou stévia: le duel

Aspartame ou stévia: le duel Nutri sciences Aspartame ou stévia: le duel L aspartame fait peur, le stévia rassure. L un sort des laboratoires et a une connotation artificielle, l autre est issu des champs de Stevia et cultive une

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques

GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques ID-SC-172 GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE 12.12.12 GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques REFERENCES REGLEMENTAIRES : Règlement Européen N 834/2007

Plus en détail

Charte nutritionnelle

Charte nutritionnelle Charte nutritionnelle NOTRE MISSION : CONSTRUIRE ET PRESERVER LE CAPITAL SANTE L équilibre alimentaire est un enjeu majeur de santé publique. De ce contexte, Nutrisens s engage à maintenir et à renforcer

Plus en détail

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER ÉDUCATION Côtes d Armor Collèges publics DIRECTION ÉDUCATION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER Charte de la restauration collective Préambule Dans le cadre de l article 82 de la loi du 13 août 2004, le Département

Plus en détail

Stratégies d innovation en nutrition santé : Règlementation, Marché et Consommateurs

Stratégies d innovation en nutrition santé : Règlementation, Marché et Consommateurs Stratégies d innovation en nutrition santé : Règlementation, Marché et Consommateurs Jeudi 16 février 2012 Muséum des Sciences Naturelles d Orléans DPMS Bio - Développement, Production, Management et Stratégies

Plus en détail

A G R I C U L T U R E A L I M E N T A T I O N E N V I R O N N E M E N T

A G R I C U L T U R E A L I M E N T A T I O N E N V I R O N N E M E N T Comment concilier goût et nutrition? Bilan des travaux des groupes de travail PNNS sur les lipides et sur le goût Sébastien REMY DGAL/SA/SDQA/BNVQA Éléments de contexte : Le PNNS prévoit la signature de

Plus en détail

Chamtor. La gamme CHAMTOR

Chamtor. La gamme CHAMTOR Chamtor La gamme CHAMTOR GLUCOR, H-MALTOR et FRUCTOR Les sirops de glucose sont obtenus par hydrolyse de l'amidon, polymère de D-glucose (ou dextrose) qui constitue la molécule de réserve des végétaux

Plus en détail

«Boire est un besoin, mais c est aussi un plaisir, un acte social lors d évènements ou de bons moments»

«Boire est un besoin, mais c est aussi un plaisir, un acte social lors d évènements ou de bons moments» 1 «Boire est un besoin, mais c est aussi un plaisir, un acte social lors d évènements ou de bons moments» Magali Marchand, Chef de service Diététique RHMS Diététicienne agréée ABD 12.01.2012 - Maison du

Plus en détail

Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011

Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011 Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011 Bureau 4A : Nutrition & Information sur les denrées alimentaires Novel Food, Adjonction V&M, SBNP Compléments

Plus en détail

Factsheet Qu est-ce que le yogourt?

Factsheet Qu est-ce que le yogourt? Factsheet Qu est-ce que le yogourt? Description du produit: Le yogourt est un produit laitier acidulé de consistance plus ou moins épaisse. Le yogourt est fabriqué grâce à la fermentation du lait par les

Plus en détail

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY «Cette action contribue au PNNS». «IL FAIT BIO À CHÂTEAU THIERRY A Chateau Thierry, la Municipalité souhaite développer les produits BIO et issus de filières de proximité dans les menus de la restauration

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

Conférence technique internationale de la FAO

Conférence technique internationale de la FAO Décembre 2009 ABDC-10/7.2 F Conférence technique internationale de la FAO Biotechnologies agricoles dans les pays en développement: choix et perspectives pour les cultures, les forêts, l élevage, les pêches

Plus en détail

AQ053 b. Formation continue

AQ053 b. Formation continue Formation continue La formation continue au CTCPA Au CTCPA, la formation continue se présente sous deux formes : la formation inter entreprises : formation «catalogue» avec 100 stages programmées sur l

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES DEPARTEMENT DE LA SAVOIE ----- Arrondissement de Chambéry ----- Commune de SAINT-ALBAN-LEYSSE MAIRIE DE SAINT-ALBAN-LEYSSE 120, avenue de la Mairie 73230 SAINT-ALBAN-LEYSSE Téléphone : 04 79 33 13 57 Télécopie

Plus en détail

Les Petites Toques PLAT CHAUD. STEAK HACHE PETIT MODELE Poids net pour une part : 80 g Ingrédients : Steak haché (origine Union Européenne).

Les Petites Toques PLAT CHAUD. STEAK HACHE PETIT MODELE Poids net pour une part : 80 g Ingrédients : Steak haché (origine Union Européenne). Les Petites Toques PLAT CHAUD STEAK HACHE PETIT MODELE Poids net pour une part : 80 g Ingrédients : Steak haché (origine Union Européenne). PEPITES DE PLET PANE Poids net pour une part : 115 g Ingrédients

Plus en détail

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Objectifs : Citer les traitements thermiques et de conservation, leurs caractéristiques et leurs effets sur la flore microbienne Justifier les modes de

Plus en détail

L Étiquetage nutritionnel interactif : faites le point

L Étiquetage nutritionnel interactif : faites le point Santé Canada Health Canada L Étiquetage nutritionnel interactif : faites le point Vous avez peut-être remarqué l information nutritionnelle affichée sur de nombreux produits alimentaires que vous achetez

Plus en détail

appliquée aux emballages alimentaires

appliquée aux emballages alimentaires La méthode HACCP La méthode HACCP appliquée aux emballages alimentaires 1- La réglementation des matériaux au contact des aliments Quels contaminants issus des emballages dans les aliments? Des contaminants

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES FOURNITURE ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE DESTINES AU SERVICE DE LA RESTAURATION SCOLAIRE DE LA COMMUNE DE SEMBLANÇAY N MARCHE : CANT.2009 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Personne

Plus en détail

bio dej BEFORE Pot de 540 g Müesli-pomme Fruits rouges 23/09/10 Apport en glucides complexes Dernier repas 2 à 3 h avant le début de l effort

bio dej BEFORE Pot de 540 g Müesli-pomme Fruits rouges 23/09/10 Apport en glucides complexes Dernier repas 2 à 3 h avant le début de l effort BEFORE bio dej Apport en glucides complexes Dernier repas 2 à 3 h avant le début de l effort Texture crémeuse, très digeste Ingrédients (arôme müesli-pomme) : Maltodextrine*, dextrose*, poudre de lait*,

Plus en détail

Nouveau. nouveaux produits 100 % constants. pour des desserts 100 % réussis. zéro compromis, 100 % goût

Nouveau. nouveaux produits 100 % constants. pour des desserts 100 % réussis. zéro compromis, 100 % goût Nouveau 3 nouveaux produits 100 % constants pour des desserts 100 % réussis zéro compromis, 100 % goût Vos pâtisseries suscitent la gourmandise Des couleurs gourmandes, des textures onctueuses et des saveurs

Plus en détail

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Réf. : 13CSFL35 CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Mis à jour en Décembre 2012 Préambule Ce document a pour objet de fournir les caractéristiques générales des levures fraîches de

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D'INTERET (AMI) INNOVEZ EN AGROALIMENTAIRE! 4 e édition - 2015

APPEL A MANIFESTATION D'INTERET (AMI) INNOVEZ EN AGROALIMENTAIRE! 4 e édition - 2015 APPEL A MANIFESTATION D'INTERET (AMI) INNOVEZ EN AGROALIMENTAIRE! 4 e édition - 2015 L agroalimentaire est un secteur stratégique de l économie régionale. Les industries agroalimentaires (IAA) constituent

Plus en détail

Assemblée Générale ASSOCIATION DES MAIRES RURAUX DU PUY-de-DÔME. La nouvelle règlementation Nutrition pour les cantines scolaires

Assemblée Générale ASSOCIATION DES MAIRES RURAUX DU PUY-de-DÔME. La nouvelle règlementation Nutrition pour les cantines scolaires Assemblée Générale ASSOCIATION DES MAIRES RURAUX DU PUY-de-DÔME Vendredi 9 Décembre 2011 Pontaumur La nouvelle règlementation Nutrition pour les cantines scolaires Emilie CHANSEAUME Lucile AUMOINE Céline

Plus en détail

PATE A TARTINER. Chocolat - noisette

PATE A TARTINER. Chocolat - noisette PATE A TARTINER Chocolat noisette FONDS EUROPEEN AGRICOLE POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE Les recettes bio norman PATE A TARTINER Chocolat noisette A servir sur du pain de campagne au levain, du pain brioché

Plus en détail

LA PLACE ET LE RÔLE DE L AGRICULTURE A LA PERIPHERIE DES VILLES MOYENNES Le cas des villes d Annecy, Bourg-en-Bresse, Montbrison et Romans-sur-Isère

LA PLACE ET LE RÔLE DE L AGRICULTURE A LA PERIPHERIE DES VILLES MOYENNES Le cas des villes d Annecy, Bourg-en-Bresse, Montbrison et Romans-sur-Isère LA PLACE ET LE RÔLE DE L AGRICULTURE A LA PERIPHERIE DES VILLES MOYENNES Le cas des villes d Annecy, Bourg-en-Bresse, Montbrison et Romans-sur-Isère CLÉMENT ARNAL Cette thèse s inscrit dans un contexte

Plus en détail

PROTECTION DE PRODUITS EN IG

PROTECTION DE PRODUITS EN IG PROTECTION DE PRODUITS EN IG Ousman ABDOU Ingénieur Agrométéorologue Expert de l Agriculture en IG Point focal IG/OAPI Direction Générale de l Agriculture Tel: (00227) 90 34 09 28 Email: ous_ab@yahoo.fr

Plus en détail

Indications pédagogiques B2 / 32

Indications pédagogiques B2 / 32 à la Communication Objectif général Indications pédagogiques B2 / 32 B : S INFORMER / SE DOCUMENTER Degré de difficulté 2 Objectif intermédiaire Objectif opérationnel Pré-requis Nombre d exercices proposés

Plus en détail

M. Fosse Responsable. M. Dauzou Adjoint. M. FOSSE et son équipe vous préparent de bons petits plats...

M. Fosse Responsable. M. Dauzou Adjoint. M. FOSSE et son équipe vous préparent de bons petits plats... M. Fosse Responsable M. Dauzou Adjoint M. FOSSE et son équipe vous préparent de bons petits plats... Objectifs pédagogiques Assister à la réception et la vérification d une livraison Étudier les documents

Plus en détail

ÉTUDE DES RELATIONS ENTRE COMPOSITION NUTRITIONNELLE, ÉTIQUETAGE ET PRIX

ÉTUDE DES RELATIONS ENTRE COMPOSITION NUTRITIONNELLE, ÉTIQUETAGE ET PRIX ÉTUDE DES RELATIONS ENTRE COMPOSITION NUTRITIONNELLE, ÉTIQUETAGE ET PRIX ÉDITION 213 Etude de l impact de l étiquetage sur l offre alimentaire Oqali Edition 213 2 ÉTUDE DES RELATIONS ENTRE COMPOSITION

Plus en détail

COLLECTION 2013/2014 DOSSIER DE PRESSE

COLLECTION 2013/2014 DOSSIER DE PRESSE COLLECTION 2013/2014 DOSSIER DE PRESSE DU FOIE GRAS TRADITIONNEL AU RAFFINEMENT ULTIME Afin de varier les plaisirs et sublimer toutes les entrées, Labeyrie confirme son savoir-faire en présentant une sélection

Plus en détail

Conférence. Le règlement (CE) n 1924/2006. Communication Nutrition Santé. Ellie DAGUET (DGCCRF - Paris) Obligations et opportunités 16/03/2012

Conférence. Le règlement (CE) n 1924/2006. Communication Nutrition Santé. Ellie DAGUET (DGCCRF - Paris) Obligations et opportunités 16/03/2012 Conférence Communication Nutrition Santé Obligations et opportunités 12 mars 2012 Le règlement (CE) n 1924/2006 Ellie DAGUET (DGCCRF - Paris) 1 Abréviations CA : compléments alimentaires DDAP : denrées

Plus en détail

Respect des règles d hygiène

Respect des règles d hygiène Respect des règles d hygiène Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité des aliments. Vérifier les

Plus en détail

Livre blanc des. tendances culinaires

Livre blanc des. tendances culinaires Livre blanc des tendances culinaires La communion de ce soir est l expression, à notre manière, et selon les approvisionnements de ces tendances. Mais la nature est abondante. Il faut développer la connaissance

Plus en détail

Circulaire relative aux dispositions applicables aux banques alimentaires et associations caritatives

Circulaire relative aux dispositions applicables aux banques alimentaires et associations caritatives Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Circulaire relative aux dispositions applicables aux banques alimentaires et associations caritatives Référence PCCB/S3/1092228 Date 02/08/2013

Plus en détail

Food Safety System Certification 22000. fssc 22000

Food Safety System Certification 22000. fssc 22000 Food Safety System Certification 22000 fssc 22000 CERTIFICATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 22000 Le protocole de certification des systèmes de sécurité alimentaire 22000 (FSSC 22000) est un protocole

Plus en détail

www.programmeaccord.org

www.programmeaccord.org LA DOULEUR, JE M EN OCCUPE! NUTRITION ET DOULEUR CHRONIQUE CHRONIQUE De nos jours, l importance d adopter de saines habitudes alimentaires ne fait plus aucun doute. De plus, il est très facile d obtenir

Plus en détail

Ordonnance du DFI sur les sucres, les denrées alimentaires sucrées et les produits à base de cacao

Ordonnance du DFI sur les sucres, les denrées alimentaires sucrées et les produits à base de cacao Ordonnance du DFI sur les sucres, les denrées alimentaires sucrées et les produits à base de cacao du 23 novembre 2005 Le Département fédéral de l intérieur (DFI), vu les art. 4, al. 2, 26, al. 2 et 5,

Plus en détail

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso)

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) PLAN 1) Le point sur la réglementation en matière de prélèvements et d analyses alimentaires 2) Comment déterminer la durée

Plus en détail

LE PORTAGE A DOMICILE

LE PORTAGE A DOMICILE Pour plus de renseignements, veuillez contacter LIVRET D ACCUEIL Le service portage des repas aux coordonnées ci-dessous Centre Communal d Action Sociale Place François Mitterrand 37300 JOUE LES TOURS

Plus en détail

Une gamme variée pour les lieux de santé NUTRITION & PLAISIR DÉNUTRITION & DÉSHYDRATATION GAMMES LIEUX DE SANTÉ GAMMES

Une gamme variée pour les lieux de santé NUTRITION & PLAISIR DÉNUTRITION & DÉSHYDRATATION GAMMES LIEUX DE SANTÉ GAMMES Une gamme variée pour les lieux de santé DÉNUTRITION & DÉSHYDRATATION ZOOM SUR NUTRITION & PLAISIR Tableau des GAMMES GAMMES LIEUX DE SANTÉ LA DÉNUTRITION, PARLONS-EN! Les personnes âgées ont besoin de

Plus en détail

Mise en place d un affichage environnemental sur les produits alimentaires

Mise en place d un affichage environnemental sur les produits alimentaires Mise en place d un affichage environnemental sur les produits alimentaires Corinne MERCADIE Direction Qualité Responsable Environnement Emballages cmercadie@groupe-casino.fr Gabrielle ADAM Direction Qualité

Plus en détail

L AGROALIMENTAIRE DANS BROME-MISSISQUOI C EST: 124 ENTREPRISES PLUS DE 1000 EMPLOIS

L AGROALIMENTAIRE DANS BROME-MISSISQUOI C EST: 124 ENTREPRISES PLUS DE 1000 EMPLOIS FOCUS AGROALIMENTAIRE BROME-MISSISQUOI 2011 L AGROALIMENTAIRE DANS BROME-MISSISQUOI C EST: 124 ENTREPRISES UN CHIFFRE D AFFAIRE ANNUEL DE PRÈS DE 67MILLIONS PLUS DE 1000 EMPLOIS La transformation agroalimentaire

Plus en détail

Les Confitures. Photo : M.Seelow / Cedus. Dossier CEDUS Avec la collaboration de l Université de Reims : Prof Mathlouthi, MC Barbara Rogè.

Les Confitures. Photo : M.Seelow / Cedus. Dossier CEDUS Avec la collaboration de l Université de Reims : Prof Mathlouthi, MC Barbara Rogè. Photo : M.Seelow / Cedus Dossier CEDUS Avec la collaboration de l Université de Reims : Prof Mathlouthi, MC Barbara Rogè. LES CONFITURES TABLE DES MATIERES DYNAMIQUE INTRODUCTION I. DEFINITION DES CONFITURES

Plus en détail

Les caramels mous, les pâtes de fruits, la guimauve, les bonbons de chocolat LES CARAMELS MOUS

Les caramels mous, les pâtes de fruits, la guimauve, les bonbons de chocolat LES CARAMELS MOUS LA CONFISERIE Les caramels mous, les pâtes de fruits, la guimauve, les bonbons de chocolat Préambule LES CARAMELS MOUS Du latin «cannamella» qui signifie «canne à sucre» Proprement dit, le caramel est

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS PROFESSIONNELLES

CATALOGUE DE FORMATIONS PROFESSIONNELLES CATALOGUE DE FORMATIONS PROFESSIONNELLES Etablissement Public Local d Enseignement et de Formation Professionnelle Agricole de Lyon Saint-Genis Laval 4, chemin des Grabelières 69230 Saint-Genis Laval 04.78.56.75.75

Plus en détail

Document de réflexion : Précisions et orientations sur les formes inappropriées de promotion des aliments pour nourrissons et jeunes enfants

Document de réflexion : Précisions et orientations sur les formes inappropriées de promotion des aliments pour nourrissons et jeunes enfants Document de réflexion : Précisions et orientations sur les formes inappropriées de promotion des aliments pour nourrissons et jeunes enfants CONTEXTE 1. La bonne alimentation des nourrissons et des jeunes

Plus en détail

GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014. Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne

GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014. Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne LA RESTAURATION SCOLAIRE GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014 Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne LES OBJECTIFS Apporter aux enfants une alimentation de Qualité pour répondre à leurs

Plus en détail

Teneur en glucides des produits de la Réunion. 15 décembre 2011

Teneur en glucides des produits de la Réunion. 15 décembre 2011 Teneur en glucides 15 décembre 2011 Objectif Avoir des éléments de comparaison de l offre sur : - les produits laitiers frais (PLF) - les boissons rafraichissantes sans alcool (BRSA) entre la Réunion et

Plus en détail

Information destinée aux patients et aux proches. Comment s alimenter après une diverticulite? Conseils nutritionnels pour le retour à domicile

Information destinée aux patients et aux proches. Comment s alimenter après une diverticulite? Conseils nutritionnels pour le retour à domicile Information destinée aux patients et aux proches Comment s alimenter après une diverticulite? Conseils nutritionnels pour le retour à domicile Qu est-ce que la diverticulite? Cette brochure vous informe

Plus en détail

4 Objectifs généraux, objectifs particuliers, objectifs évaluateurs pour les trois lieux de formation

4 Objectifs généraux, objectifs particuliers, objectifs évaluateurs pour les trois lieux de formation Plan de formation pour la profession No. 79022 Employée en cuisine / Employé en cuisine Addetta di cucina / Addetto di cucina Küchenangestellte / Küchenangestellter Parts: A 1 Compétence professionnelle

Plus en détail

CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT SUR LA CHAINE ALIMENTAIRE ET LA SANTÉ ANIMALE

CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT SUR LA CHAINE ALIMENTAIRE ET LA SANTÉ ANIMALE 14 décembre 2007 ORIENTATIONS RELATIVES À LA MISE EN ŒUVRE DU RÈGLEMENT N 1924/2006 CONCERNANT LES ALLÉGATIONS NUTRITIONNELLES ET DE SANTÉ PORTANT SUR LES DENRÉES ALIMENTAIRES CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT

Plus en détail

NORME GÉNÉRALE POUR L ÉTIQUETAGE DES DENRÉES ALIMENTAIRES PRÉEMBALLÉES

NORME GÉNÉRALE POUR L ÉTIQUETAGE DES DENRÉES ALIMENTAIRES PRÉEMBALLÉES 1 L Étiquetage des Denrées Alimentaires Préemballées (CODEX STAN 1-1985) NORME GÉNÉRALE POUR L ÉTIQUETAGE DES DENRÉES ALIMENTAIRES PRÉEMBALLÉES CODEX STAN 1-1985 1. CHAMP D APPLICATION La présente norme

Plus en détail

RECUEIL DES REFERENCES DES TEXTES REGLEMENTAIRES LIES A L ACTIVITE DU CONTROLE

RECUEIL DES REFERENCES DES TEXTES REGLEMENTAIRES LIES A L ACTIVITE DU CONTROLE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DU COMMERCE DIRECTION GENERALE DU CONTROLE ECONOMIQUE ET DE LA REPRESSION DES FRAUDES DIRECTION DU CONTROLE DE LA QUALITE ET DE LA REPRESSION

Plus en détail

M - Restauration. M1 - Organisation et production M2 - Hygiène et sécurité alimentaire M3 - Distribution et service M4 - Équilibre nutritionnel

M - Restauration. M1 - Organisation et production M2 - Hygiène et sécurité alimentaire M3 - Distribution et service M4 - Équilibre nutritionnel M - M1 - Organisation et production M2 - Hygiène et sécurité alimentaire M3 - Distribution et service M4 - Équilibre nutritionnel Sous-domaine : M1 - Organisation et production R - 002 : du 28/04/ au 30/04/

Plus en détail

MAÎTRISER LA LECTURE DES ÉTIQUETTES NUTRITIONNELLES

MAÎTRISER LA LECTURE DES ÉTIQUETTES NUTRITIONNELLES MAÎTRISER LA LECTURE DES ÉTIQUETTES NUTRITIONNELLES Par Marie-Christine Parent, stagiaire en diététique AU MENU Retour sur le sondage Vision de la saine alimentation Qu est-ce que l étiquetage nutritionnel?

Plus en détail

ANNEXE I À L AVENANT N 21 SUR LES CLASSIFICATIONS : PLAN DE FORMATION

ANNEXE I À L AVENANT N 21 SUR LES CLASSIFICATIONS : PLAN DE FORMATION ANNEXE I À L AVENANT N 21 SUR LES CLASSIFICATIONS : PLAN DE FORMATION Modifiée par l avenant n 47 du 9 novembre 2011 L accès au niveau III* est lié à une exigence de qualification. * Niveau tenant compte

Plus en détail

RENONCEZ AUX ADDITIFS E MAIS SURTOUT PAS AU PLAISIR:

RENONCEZ AUX ADDITIFS E MAIS SURTOUT PAS AU PLAISIR: RENONCEZ AUX ADDITIFS E MAIS SURTOUT PAS AU PLAISIR: NATURELLEMENT SANS E: CHEZ TRAITAFINA BIEN SÛR. Une première suisse qui sort de l ordinaire. Traitafina est depuis toujours à la recherche de procédés

Plus en détail

Mairie de SAINT DIDIER SOUS RIVERIE 69440. Téléphone : 04 78 81 84 26 Télécopie : 04 78 81 87 57 MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES

Mairie de SAINT DIDIER SOUS RIVERIE 69440. Téléphone : 04 78 81 84 26 Télécopie : 04 78 81 87 57 MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Mairie de SAINT DIDIER SOUS RIVERIE 69440 Téléphone : 04 78 81 84 26 Télécopie : 04 78 81 87 57 MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Maître d ouvrage

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 Professionnels de l alimentation 06.47.75.88.57 HQSA Consulting contact@hqsafrance.fr Numéro de déclaration de prestataire de formation : SIRET SIRET : 804 : 284 284 420

Plus en détail

Emballages Alimentaires

Emballages Alimentaires Emballages Alimentaires FORMATIONS 2010 INTER-ENTREPRISES Eco-conception des emballages alimentaires 24 & 25 mars 2010 - PARIS Gestion des fournisseurs d emballages et matériaux au contact en IAA 20 mai

Plus en détail

L information nutritionnelle sur les étiquettes des aliments

L information nutritionnelle sur les étiquettes des aliments L information nutritionnelle sur les étiquettes des aliments Présenté par Micheline Séguin Bernier Le 19 mars 2007 Tiré et adapté du document de Santé Canada Le tableau de la valeur nutritive : plus facile

Plus en détail

«So Fair, So good!» *

«So Fair, So good!» * Vitry-sur-Seine avril 2012 Artisans du Monde lance 3 nouvelles boissons rafraîchissantes Bios et Equitables! «So Fair, So good!» * *Si juste, si bon! PRESENTATION DES PRODUITS Nouvelle gamme de boissons

Plus en détail

FORMATIONS INTER-ENTREPRISES PROGRAMME 2015

FORMATIONS INTER-ENTREPRISES PROGRAMME 2015 S INTER-ENTREPRISES 2015 Contribuer à faire évoluer les compétences et les systèmes de management Management de la qualité et de la sécurité des aliments Nutrition, réglementation alimentaire Sensoriel

Plus en détail

Ergoconception et conception hygiénique

Ergoconception et conception hygiénique Les rencontres thématiques Cap Aliment 2014 Réunion 1 Ergoconception et conception hygiénique Jeudi 24 avril 2014 9h30 à 12h00 / Société Famille Mary, Saint-André-de-la-Marche La maîtrise des risques sanitaires

Plus en détail

3 nouvelles collations diététiques pour aborder les beaux jours en toute liberté! Dossier de Presse

3 nouvelles collations diététiques pour aborder les beaux jours en toute liberté! Dossier de Presse 3 nouvelles collations diététiques pour aborder les beaux jours en toute liberté! Dossier de Presse 3 nouvelles collations diététiques pour aborder les beaux jours en toute liberté! Beaux jours riment

Plus en détail

La cuisine "fait maison" et sa relation avec le PEM

La cuisine fait maison et sa relation avec le PEM La cuisine "fait maison" et sa relation avec le PEM Sommaire 1. Le «fait maison» un phénomène de masse La cuisine "fait maison" - 2. Les motivations du «fait maison» 10 juin 3. Le plaisir de la cuisine

Plus en détail

FERRANDI Paris - Formation continue 2015. Une pédagogie active : faire pour savoir faire. Une école réputée pour son excellence

FERRANDI Paris - Formation continue 2015. Une pédagogie active : faire pour savoir faire. Une école réputée pour son excellence F O R M A T I O N C o n t i n u e 2 0 1 5 Restau r ation arts de l a ta ble / Boul a n gerie Pâtisserie / M A N AGEMENT Une pédagogie active : faire pour savoir faire Le geste, les astuces et tours de

Plus en détail

Perceptions et préférences des consommateurs pour les fromages d alpage

Perceptions et préférences des consommateurs pour les fromages d alpage Perceptions et préférences des consommateurs pour les fromages d alpage Table des matières 1. La méthode des focus groupes 2 2. Connaissance des produits d alpage 3. Les consommateurs perçoivent les fromages

Plus en détail

l arrêté du 29 septembre 1997

l arrêté du 29 septembre 1997 FRANCAISE Texte de base : l arrêté du 29 septembre 1997 fixant les conditions d hygiène applicables dans les établissements de restauration collective à caractère social. Son contenu s articule autour

Plus en détail

La qualité totale CONTENU DU MODULE

La qualité totale CONTENU DU MODULE La qualité totale CONTENU DU MODULE 1. Introduction 2. Les différentes notions et composantes de la qualité 2.1. La qualité peut avoir plusieurs sens 2.2. Les constituants de la qualité totale 3. Les intérêts

Plus en détail

Compléments alimentaires et cosmétiques Aspects légaux de l étiquetage

Compléments alimentaires et cosmétiques Aspects légaux de l étiquetage Compléments alimentaires et cosmétiques Aspects légaux de l étiquetage Roos De Brabandere VITASANA 2009 Contenu Compléments alimentaires - quelle législation est-elle d application? - exigences légales

Plus en détail

Le rôle sociétal du café en entreprise

Le rôle sociétal du café en entreprise Le rôle sociétal du café en entreprise Fort de son expertise café, Nespresso Business Solutions a conduit avec l organisme IFOP une étude sur la place et le rôle du café en entreprise, et en dévoile les

Plus en détail

Campagne d été Sud de France dans la grande distribution

Campagne d été Sud de France dans la grande distribution Campagne d été Sud de France dans la grande distribution S o m m a i r e - Campagne d été Sud de France : En cette période estivale, la grande distribution fait la part belle aux produits Sud de France

Plus en détail

Formations courtes de perfectionnement 2014

Formations courtes de perfectionnement 2014 FORMATION Continue 2014 Restauration arts de la table / Boulangerie Pâtisserie traiteur Formations courtes de perfectionnement 2014 Public Professionnel Tout public Heures Jours Tarif Janv - Mars Avril

Plus en détail

Sud Expert Plantes Développement Durable. Thème COSMETOPEE ---------- 12 participants 8 pays. SEP 2D -Cosmétopée -Restitution session du 11 juin 2012

Sud Expert Plantes Développement Durable. Thème COSMETOPEE ---------- 12 participants 8 pays. SEP 2D -Cosmétopée -Restitution session du 11 juin 2012 Sud Expert Plantes Développement Durable ---------- 12 participants 8 pays PREMIERE REFLEXION: Colloque Cosmétopée Février 2012 à Chartres OBJECTIFS DU COLLOQUE PermettreauxacteursdelaCosmeticValleyetduprogrammeSudExpertPlantes(SEP)de

Plus en détail

Informations produit

Informations produit Informations produit Ce document légal doit être conservé en magasin et mis à la disposition des clients ou représentants chargés de faire respecter la loi sur demande. Version 8 mars 2015 60616 Gâteau

Plus en détail

Domaine : Sciences, Technologies et Santé Mention : Nutrition, Sciences des aliments, Agroalimentaire

Domaine : Sciences, Technologies et Santé Mention : Nutrition, Sciences des aliments, Agroalimentaire Contexte Domaine : Sciences, Technologies et Santé Mention : Nutrition, Sciences des aliments, Agroalimentaire Fédération des spécialités de Master des 5 pôles universitaires partenaires de la région Nord-Pas-de-Calais

Plus en détail

Plats préparés. Plats préparés

Plats préparés. Plats préparés Plats préparés Plats préparés Les plats préparés ou prêts à consommer trouvent de plus en plus leur place dans notre alimentation quotidienne. Nous n avons pas toujours la possibilité de préparer chaque

Plus en détail

Comment utiliser les graines de soja à la cuisine

Comment utiliser les graines de soja à la cuisine Comment utiliser les graines de soja à la cuisine Auteur : Renate Schemp Box 90612 Luanshya Zambie Traduction : SECAAR Service Chrétien d Appui à l Animation Rurale 06 BP 2037 Abidjan 06 Côte d Ivoire

Plus en détail

Compte rendu de la réunion du 13 novembre 2014 Restauration scolaire et hygiène buccodentaire.

Compte rendu de la réunion du 13 novembre 2014 Restauration scolaire et hygiène buccodentaire. Compte rendu de la réunion du 13 novembre 2014 Restauration scolaire et hygiène buccodentaire. Personnes présentes : M. le Maire, Guillaume MATHELIER, M. Quentin MAYERAT, Adjoint à l'éducation et à la

Plus en détail

Fourniture de repas cuisinés en liaison froide pour le service de portage de repas à domicile

Fourniture de repas cuisinés en liaison froide pour le service de portage de repas à domicile Fourniture de repas cuisinés en liaison froide pour le service de portage de repas à domicile CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Maître d'ouvrage / Pouvoir Adjudicateur : Communauté de Communes

Plus en détail

Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle. Information sur le sodium alimentaire. www.reductionsodium.ca

Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle. Information sur le sodium alimentaire. www.reductionsodium.ca Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle Information sur le sodium alimentaire www.reductionsodium.ca Contact Jocelyne Bellerive, MA Coordonnatrice/Éducatrice Programme réduction

Plus en détail

Rubrique Alimentation

Rubrique Alimentation La BIO Focus produits allégés Janvier 2010 Nouvelle année = Nouvelle rubrique : Nouveau produit! Manger RUsé a testé pour vous : Qu est-ce que c est? [N.A!] c est le nouveau produit que vous trouvez à

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale www.inspection.gc.ca/alimentssalubres Balayer le code de réponse

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

NORME CODEX POUR LES CHAMPIGNONS EN COUCHE EN CONSERVE CODEX STAN 55-1981. La dénomination "champignons de couche en conserve" désigne le produit:

NORME CODEX POUR LES CHAMPIGNONS EN COUCHE EN CONSERVE CODEX STAN 55-1981. La dénomination champignons de couche en conserve désigne le produit: CODEX STAN 55-1981 Page 1 de 7 NORME CODEX POUR LES CHAMPIGNONS EN COUCHE EN CONSERVE 1. DESCRIPTION 1.1 Définition du produit CODEX STAN 55-1981 La dénomination "champignons de couche en conserve" désigne

Plus en détail

Les formations agroalimentaires dans la Loire

Les formations agroalimentaires dans la Loire Les formations agroalimentaires dans la Loire INFOS PRATIQUES FORMATIONS CENTRES DE FORMATION petit mémorendum des métiers d avenir édition 2010 production, fabrication, conditionnement, maintenance, vente,

Plus en détail

Ce document constitue un outil de documentation et n engage pas la responsabilité des institutions

Ce document constitue un outil de documentation et n engage pas la responsabilité des institutions Ce document constitue un outil de documentation et n engage pas la responsabilité des institutions DIRECTIVE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 30 juin 1994 concernant les édulcorants destinés à être

Plus en détail

DIRECTIVES POUR L EMPLOI DES ALLÉGATIONS RELATIVES À LA NUTRITION ET À LA SANTÉ

DIRECTIVES POUR L EMPLOI DES ALLÉGATIONS RELATIVES À LA NUTRITION ET À LA SANTÉ 1 CAC/GL 23-1997 DIRECTIVES POUR L EMPLOI DES ALLÉGATIONS RELATIVES À LA NUTRITION ET À LA SANTÉ CAC/GL 23-1997 Les allégations relatives à la nutrition devraient être compatibles avec la politique nationale

Plus en détail