Le secteur agroalimentaire et des emballages à la province de Syracuse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le secteur agroalimentaire et des emballages à la province de Syracuse"

Transcription

1 Programme de Coopération transfrontalière Italie-Tunisie PROJET POLYMEDA 075 MATERIAUX POLYMERES INNOVANTS ET CONTROLE QUALITE POUR L AMELIORATION DES STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT TRANSFRONTALIER Le secteur agroalimentaire et des emballages à la province de Syracuse 1

2 INTRODUCTION pag La Province de Syracuse en chiffres pag Le Secteur Agroalimentaire pag Superposition avec d autres secteurs pag Le secteur des TIC pag Le Packaging pag. 9 pag. 3. L industrie des emballages en Italie pag Emballages en plastique pag Bioplastiques pag Plastiques provenant du recyclage pag Emballages souples transformés pag Le packaging alimentaire pag Analyse SWOT pag Le Questionnaire : analyse et résultats pag. 15 2

3 INTRODUCTION L innovation et le développement technologique sont des facteurs d une grande importance dans le scénario actuel de globalisation et d une urgence extrême pour le développement des territoires dans le cadre des flux transnationaux. La prise en compte des ces flux sera donc déterminante pour l évolution des territoires et des systèmes économiques locaux dans de nouvelles configurations économiques et sociales. L intégration régionale représente une grande opportunité pour les deux territoires transfrontaliers, qui risqueraient sinon de rester périphériques par rapport aux axes traditionnels d industrialisation des pays respectifs et par rapport à l intégration transnationale. Ils agit d un risque réel, déjà largement expérimenté dans plusieurs zones du monde, où la mondialisation a provoqué la marginalisation de grandes zones géographiques et des populations qui y habitent. Avec la coopération transfrontalière, une toute nouvelle dimension du développement local s ouvre, qui reprend d un côté le même discour du développement territorial mais qui, d un autre côté, rompt avec les schémas traditionnels rigides des divisions nationales en créant de nouvelles zones qui ne répondent plus à la logique des Etats. Le Programme Italie-Tunisie, inséré dans le cadre de la politique européenne de voisinage pour la coopération transfrontalière, vise à promouvoir le développement durable des Pays limitrophes à l UE, à réduire les écarts des niveaux de vie de ces derniers, en plus de relever les défis communs et explorer les possibilités offertes par la proximité des régions intéressées. Dans ce cadre, le projet POLYMEDA, - Matériaux polymères innovants et contrôle qualité pour l amélioration des stratégies de développement transfrontalier est destiné à promouvoir l intégration économique, sociale et institutionnelle entre la province de Syracuse et le Gouvernorat de l Ariana. Pays Territoire Population Km² ITALIE Province de Syracuse TUNISIE Gouvernorat de l Ariana Total Région transfrontalière L analyse effectuée par Confindustria Siracusa confirme l importance de l opportunité offerte aux deux territoires, tunisien et italien, et plus généralement entre les gouvernements intermédiaires des deux rives de la méditerranée. Le document s articule en trois parties : Dans la première partie, on a effectué une analyse du territoire de la province de Syracuse, avec une attention particulière au secteur agroalimentaire et aux secteurs innovants auxquels il est relié ; Dans la seconde partie, on a effectué une analyse de l industrie italienne des emballages et en particulier l industrie du packaging alimentaire ; Enfin, la dernière partie contient les résultats de l enquête effectuée auprès des entreprises de la province de Syracuse. 3

4 1. LA PROVINCE DE SYRACUSE EN CHIFFRES PROVINCE DE SYRACUSE REGION: SICILE SUPERFICIE: KM² HABITANTS: CHEF-LIEU: SYRACUSE DENSITE: 191,69 HAB./KM² Dans un cadre national où l économie a enregistré en 2012 une variation négative du PIB de -2,4% et une tendance prévisionnelle pour l année 2013 de -0,7%, l économie sicilienne montre des signaux de détérioration-stagnation par rapport à l année 2011 (de +0,6% à 0,0%). Des signaux de détérioration sont également enregistrés dans l emploi. En Italie, le taux de chômage a atteint 12,5% en 2011, et le taux de chômage des jeunes est de 35% En Sicile Ie taux de chômage a atteint 14,4% en 2011, et le taux de chômage des jeunes (15-24 ans) dépasse les 42%. En 2011, dans la province de Syracuse, le taux de chômage était de 15,5% (+5% par rapport à 2010). Le taux de chômage des jeunes (15-24 ans) a dépassé les 39%. Le nombre de personnes à la recherche d un emploi dépasse les Le PIB par habitant de la province de Syracuse, le plus élevé de la région, est d un peu moins de La principale raison de la stabilité du PIB de la province est due aux exportations de produits pétrolifères ; en effet, celles-ci ont augmenté dans la province de Syracuse plus intensément par rapport au reste du pays, avec une variation positive de 23,7%. Le total d entreprises enregistrées à la CCIAA est passé de unités à , dont sont actives. Le secteur agricole emploie près de 6% de la force de travail et contribue pour près de 6,5 % au PIB de la province. Pendant les dernières années, une crise persistante du secteur a engendré une diminution dans la production qui n a toutefois pas eu de conséquence sur la qualité des produits, lesquels, comme on peut le déduire à partir des certifications et attestations de qualité obtenues aussi bien au niveau national qu européen, représentent la fierté de l'économie de la province de Syracuse. 4

5 Le secteur industriel Le secteur industriel a contribué pour environ 55% de la valeur ajoutée de la province de Syracuse. Actuellement, les emplois directs dans la zone industrielle s élèvent à 3.900, alors que le nombre d emplois indirects dans le secteur industriel oscille entre et salariés, pour un total d environ travailleurs. Le secteur tertiaire (Commerce, Services) Le secteur tertiaire comprend le secteur des transports, télécommunications, services financiers, d assurance et de santé) Le secteur emploie près de 38% de la force d emploi et contribue pour près de 32,8% à la formation du PIB de la province. Le secteur touristique emploie environ 5% de la force d emploi et contribue pour environ 5,5% à la formation du PIB de la province. Syracuse Employés par branche d activité économique (2011) Services 71,1% Industrie 22,6% Agriculture 6,3% S yracuse Valeur ajoutée par branche d activité économique (2011) Services 75,0% Industrie 19,1% Agriculture 5,8% Source : Données Istat

6 2. LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE Le secteur agroalimentaire a représenté historiquement et constitue jusqu à aujourd hui un secteur porteur de l économie sicilienne. Les activités qui peuvent être directement et indirectement incluses dans le système agroalimentaire sont nombreuses et vont de la pêche et l agriculture au sens strict jusqu à l industrie produisant des moyens techniques, de l industrie de la transformation alimentaire à la logistique et à la distribution. Dans la province de Syracuse, la production des principaux produits agricoles se concentre dans des zones bien spécifiques lesquelles, dans certains secteurs, ont une importance capitale au niveau régional. L importance économique du secteur en question est confirmée par les enquêtes de l ISTAT en 2010 qui font ressortir que la valeur du PIB généré par l agrégat Agriculture et Pêche auquel est ajoutée l industrie alimentaire, représente plus de 6,5% du PIB de la province. De nombreuses productions typiques sont marquées par les labels DOC, IGT, DOP et IGP. Les industries représentées caractérisées par une bon niveau de modernisation et qui contribuent au développement du système économique de la province sont peu nombreuses. La plus grande partie des opérateurs se caractérise par un fort retard industriel dû à : Une excessive fragmentation des entreprises qui engendre des difficultés d accès au crédit et à être compétitifs au niveau extrarégional et à l étranger ; L élévation progressive de l âge moyen de la population agricole accentuée par l exode vers les zones urbaines des tranches d âges plus jeunes ; La pénurie de main-d œuvre qualifiée ; Les coûts élevés de production et de transport ; La faible différenciation du produit fini ; La faible importance de l activité de transformation. Il faudrait donc que le secteur s oriente toujours plus vers de nouveaux investissements dans les domaines techniques et à haute valeur ajoutée : la valorisation des produits et la compétitivité du secteur est fortement liée aux aspects relatifs à la logistique et aux services qui lui sont liés, au monitoring de la qualité et de la traçabilité des produits et enfin à la diffusion des nouvelles technologies de l information et de la communication. La superposition avec d autres secteurs émergents et typiquement plus innovants, tel que le secteur des TIC et du packaging innovant, capables de générer concrètement des opportunités de développement pour tout le secteur, est donc évidente. Analyse SWOT Dans une optique d analyse économique du secteur agroalimentaire, il est possible d identifier à travers l analyse SWOT les forces, les faiblesses, les opportunités et les menaces inhérentes au système agroalimentaire. 6

7 Les principales forces sont les suivantes : Bons niveaux de standards de qualité avec une attention particulière aux productions biologiques et intégrées ; Présence de produits traditionnels de qualité élevée et de productions labellisées DOP, DOC, IGT ; Présences d espèces et de cultures autochtones pouvant faire l objet d un recyclage productif ; Orientation potentielle à l exportation de produits siciliens reconnus auprès des consommateurs mondiaux exprimant le made in Italy alimentaire ; Présence dans le territoire d entreprises dans le secteur des TIC et développement de nouvelles technologies ; Quant aux faiblesses on peut citer : Importante fragmentation des entreprises avec un poids élevé des petites entreprises ; Faible différenciation du produit fini ; Présence d équipements obsolètes ; Carence des systèmes de contrôle du processus et du produit à l aide des technologies informatiques ; Carence dans l organisation de l offre des produits ; Coûts de production élevés ; Coûts de transport élevés dus à la position géographique périphérique de l île et à la carence du réseau ferroviaire et routier régional ; Poids insuffisant de l activité de transformation ; Carence des systèmes d irrigation ; Faible ciblage du marché. A la lumière de ces éléments, les Opportunités suivantes émergent clairement : Une réglementation en vigueur aux niveaux communautaire et national des activités productives adaptée ; Disponibilité de ressources financières communautaires, nationales et régionales; Attention du consommateur à la qualité ; Augmentation de la demande dans les marchés émergents ; Utilisation des labels pour les produits frais et transformés ; Amélioration des procédures de contrôle de la qualité et des techniques agricoles; Toutefois, les Menaces qui émergent à partir de cette analyse sont les suivantes : Augmentation de la pression de la concurrence internationale ; Importations de produits non-conformes aux normes ; Accords multilatéraux facilitant l entrée de produits provenant de pays extracommunautaires et du bassin méditerranéen ; Perte de parts de marché suite à la non adaptation aux innovations technologiques et aux nouvelles logiques de marketing ; Forte présence, dans le marché de consommation, de produits de faible qualité et à bas prix ; Forte concurrence, également des pays émergents ; Faible contrôle sur les productions provenant des pays en voie de développement; Elévation du standard qualité des productions de certains pays en voie de développement. 7

8 2.1 SUPERPOSITION AVEC D AUTRES SECTEURS Le secteur des TIC (Technologies de l Information et de la Communication) Les TIC ont potentiellement la capacité de fournir un excellent support au secteur agricole, en soutenant leur évolution rapide et en agissant en même temps comme catalyseurs, afin de favoriser les changements. Face à une augmentation des flux d informations il faut procéder avec une intégration toujours plus importante de l agriculture dans le «réseau d informations». Mais l implantation des TIC et leur intégration dans la gestion de l entreprise a naturellement des coûts. Ceux-ci sont majoritairement dus à l adaptation des instruments techniques et culturels de l entreprise et parmi ces coûts, ceux-ci sont particulièrement importants : l acquisition et la mise à jour des technologies ; l incessante évolution des technologies causant une obsolescence rapide des investissements ; la formation des employés nécessaire pour permettre la meilleure exploitation possible des possibilités offertes par les TIC ; la nécessité de révision des anciens systèmes d information -s ils existent- dans l optique des nouvelles technologies. Les problèmes résident ainsi dans les difficultés d appliquer à l entreprise ces changements structurels et organisationnels qui rendent utile et donc logique l utilisation des technologies de l information et de la communication. Plus particulièrement en Italie, et encore plus en Sicile, les changements sont beaucoup moins rapides par rapport à d autres pays : ceci ne dépend pas uniquement- des innovations en tant que telles, mais aussi des retards législatifs, de la rigidité des entreprises face au changement, de l inadaptation des infrastructures, etc. Les données sur le nombre d utilisateurs d ordinateurs et d internet, qui peuvent fournir une bonne indication de la diffusion effective des Technologies de l Information et de la Communication, puisqu elles en sont la principale expression, sont malheureusement imprécis et peu fiables. Mais il semble crédible que le nombre de 8

9 personnes possédant un PC et un accès à Internet puisse se situer (selon les différents critères de fréquence d utilisation) entre 23 et 25 millions, avec une tendance allant vers la croissance continue dans le temps. Selon les données relevées par Gfk-Eurisko, en 2011, le nombre total de personnes ayant accès au réseau en Italie, même occasionnellement, aurait atteint plus de 26 millions. Toutefois, la seule source d informations systématiques et exhaustives est représentée par le 6 ème Recensement général de l agriculture de l année 2010 ; dont le questionnaire inclut une séries de demandes relatives aux équipements informatiques présents dans les entreprises agricoles et à leur utilisation ; en outre, certaines questions font référence à l utilisation d internet. La comparaison avec les autres secteurs de l économie démontre un grave sousdéveloppement du secteur agricole de la province. A partir des données dont nous disposons, les entreprises agricoles disposant d équipements informatiques représentent 1,10% du total ; celles qui utilisent quotidiennement internet représentent uniquement 0,31% du total. Il apparaît également que les entreprises agricoles disposant d un site internet ne représentent que 0,24% et celles exerçant des activités de commerce électronique, aussi bien pour la vente que pour l achat de biens, ne représentent que 0,15% Matériaux de packaging Le packaging représente une des variables stratégiques sur lesquelles le succès compétitif des entreprises agroalimentaires est fondé. L "emballage optimal" doit en effet garantir la préservation de la qualité tout en protégeant et conservant l aliment jusqu au moment de consommation et avec l amélioration de la date limite d utilisation optimale (DLUO), favoriser la commercialisation des les marchés les plus distants. L emballage est l instrument d information per excellence, il doit rendre le produit facilement identifiable, attirer l attention du client et s adapter aux mutations des exigences du marché. La durabilité et la réalisation d emballages éco-durables sera toujours plus décisive dans les choix des producteurs. La conscience pour l environnement en croissance, motivée par les sévères réglementations communautaires, poussera les entreprises à rationnaliser les emballages et à les rendre les confections plus éco-durables et recyclables. Si d un côté, l over-packaging ou suremballage (double ou triple confection) devra être réduit à l avenir, l emballage devra jouer un rôle décisif car il préservera l aliment en garantissant sa sécurité et son hygiène. Un autre aspect est l innovation du packaging vers la direction de la traçabilité et des systèmes d identification du produit (provenance caractéristiques du producteur, caractéristiques du produit, etc.) assimilables à une vraie carte d identité avec l introduction de dispositifs high-tech. La nouvelle frontière pour une meilleure compétitivité du secteur agroalimentaire est l adoption de systèmes modernes d emballage, avec pour conséquence l amélioration de la DLUO du produit et démarrer ainsi le processus d internationalisation des entreprises. Actuellement, ces innovations souffrent d une faible diffusion dans le secteur agroalimentaire local et le peu d entreprises agricoles de Syracuse qui utilisent ces technologies les «importent» exclusivement d entreprises opérant hors province. 9

10 3. L INDUSTRIE DES EMBALLAGES EN ITALIE L industrie des emballages est un secteur hétérogène rattaché à plusieurs secteurs. Dans toute l Europe, ce secteur est très développé et produit 1/3 des emballages utilisés dans le monde, pour une valeur équivalent environ à 130 milliards d Euros. L'Italie, avec un chiffre d affaires d environ 28,6 milliards d Euros, représente 6% de la production mondiale, se classant parmi les dix premiers pays producteurs de packaging. En 2011, le secteur national de l emballage a représenté 3,3% du chiffre d affaires de l industrie manufacturière et 1,8% du PIB (valeurs à prix courants). La production exprimée en poids a été de tonnes, enregistrant une diminution de 0,6% par rapport à Le chiffre d affaires s est élevé à millions d Euros et a connu une augmentation de 10,7% par rapport à La croissance du chiffre d affaires en 2011 a également dépendu le la hausse sensible du coût des matières premières. Même l année 2011 a connu une augmentation des coûts des matières premières destinées à la production d emballages. Le commerce extérieur a enregistré une augmentation de +2,2% des exportations et de +3,4% des importations. 3.1 EMBALLAGES EN PLASTIQUE Après deux années de récession causées par la crise économique provoquant une contraction globale de 15,3% de la production d emballages en plastique, l année 2011 a enregistré une légère reprise de la production exprimée en poids. Le chiffre d affaires a été de millions d Euros. Le commerce extérieur a enregistré lui aussi, après la crise de 2008/2009 une reprise : +6,7% pour les exportations et +2,8% pour les importations. La reprise a concerné tous les secteurs de production : - emballages flexibles +3% - accessoires +5,3% - emballages rigides +5,6% Marché italien des emballages en plastique Chiffre d affaires en millions d euros ,00 Salariés Entreprises exerçant en Italie Prod. en milliers de tonnes hors déchets Exportations en milliers de tonnes (t/000) Importations en milliers de tonnes (t/000) 370 Source : Istituto Italiano Imballaggi L année 2011 a connu une intensification de l emploi des plastiques provenant du recyclage et en particulier l utilisation de bioplastiques pour la production d emballages. Près de ¾ des emballages en plastique produits en Italie sont utilisés dans le secteur alimentaire. La répartition des taux d utilisation des emballages en plastique destinés aux secteurs finaux est la suivante : 10

11 14,30% Produits Alimentaires 7,50% Boissons 3,60% 19,10% 55,50% Cosmétiques et produits phamaceutiques Produits techniques divers Autres Source : Banque de données de l Istituto Italiano Imballaggio BIOPLASTIQUES L'Istituto Italiano Imballaggio a effectué une étude de marché destinée à quantifier l utilisation de bioplastiques en Italie en se focalisant sur leur utilisation dans le secteur de l emballage. A cet effet, un groupe qualifié de producteurs de bioplastiques a été inclus dans l enquête. En 2010, tonnes de bioplastiques ont été utilisés pour la production d emballages et qui se répartissent comme suit selon la typologie d emballage : tonnes pour les sacs et sachets divers pour les courses ; tonnes pour les films d emballage et conditionnement (flowpack etc.); 500 tonnes pour les bouteilles ; tonnes pour les alvéoles, bassines, etc PLASTIQUES PROVENANT DU RECYCLAGE Le taux de développement de l utilisation des bio-polymères pour la production d emballages est estimé à une moyenne annuelle d environ 25/30% pour les trois prochaines années. L'utilisation des plastiques provenant du recyclage pour produire des emballages est une pratique utilisée depuis des années. Leur utilisation a toutefois été limitée à la production d emballages non destinés à contenir des produits alimentaires et des boissons. Avec le dépassement de cette interdiction, leur utilisation est en train de croître progressivement. En 2010, l utilisation de plastiques provenant du recyclage destinées à la production d emballages est répartie comme suit : tonnes pour les sacs et sachets, tonnes pour les flacons, barils, bidons pour produits techniques, caisses, etc tonnes autres (alvéoles, tubes, plateaux, etc.). Globalement, leur utilisation est estimée à tonnes. 11

12 3.1.3 EMBALLAGES SOUPLES TRANSFORMES (CONVERTED FLEXIBLE PACKAGING) Ces emballages sont constitués des films plastiques transformés mono et multi strates ; ces derniers sont obtenus par appareillement, coextrusion ou laminage. Il s agit donc, dans la plupart des cas, de structures complexes où chaque composante possède un usage spécifique, caractéristique constituant la principale force de l emballage. En 2011 la demande interne a augmenté de 7,2% et les exportations ont enregistré une croissance de 5%. La production a enregistré une hausse de 6%. Le chiffre d affaires a augmenté de 8%. La production, les exportations et la demande interne ont augmenté par rapport à 2007, année qui a précédé la crise économique. Le potentiel de développement reste bon. 12

13 Le marché des emballages en Plastique (Valeur en milliers de tonnes) Source : Banque de données de l Istituto Italiano Imballaggio (Institut Italien de l Emballage) EMBALLAGES FLEXIBLES Production (1) Exportation (2) Importation (2) Sachets pour les courses et conditionnement, sacs , industriels , Sacs pour le ramassage RSU (déchets solides urbains) Film extensible pour emballages et conditionnement, pour coextrusion, appareillement et métallisation Film extensibles et thermorétractables pour le transport (1) 0 (1) (1) 0 (1) , , , , ACCESSOIRES POUR EMBALLAGE Bouchons, fermetures, capuchons de sprays Cordes, feuillards, rubans adhésifs, matériaux de rembourrage et protection : jetons en polystyrène, films à bulles, plaques, etc. Production (1) Exportation (2) Importation (2) EMBALLAGES RIGIDES Production (1) Exportation (2) Importation (2) Bouteilles pour eau minérale, boissons et liquides alimentaires Bouteilles et flacons pour produits techniques, récipients, bidons, poubelles, palettes et caisses diverses et sceaux Alvéoles, blisters pour médicaments, tubes souples, paniers, plateaux, conteneurs thermoformés et en polystyrène (y compris les boîtes de protection) (1) 0(1) (1) 0(1) 13

14 3.2 LE PACKAGING ALIMENTAIRE L opération complexe de mise d un aliment ou d une boisson dans un contenant adapté à sa conservation et distribution est central dans le cycle de préparation et commercialisation de tout produit alimentaire ; cette centralité est liée à l instant de son exécution mais également à l importance qu elle a pour les opérateurs de l industrie alimentaire, des entreprises de distribution et pour les consommateurs finaux du produit confectionné. La production est plus intéressée par la production d emballages adaptés et économiques et de systèmes de conditionnement contribuant à rationaliser le cycle de production ; La distribution exige au packaging de prolonger la durée de vie du produit, d en faciliter le transport et d en faciliter le succès commercial. Enfin, les consommateurs, veulent que la confection garantisse la qualité de l aliment, exigent la praticité et la convenance de l emballage pour la sauvegarde de l environnement. Dans le secteur du packaging alimentaire, il existe de nombreux inputs qui sont parfois contradictoires, qui proviennent des différentes activités concernées. Ce secteur est également caractérisé par un grand dynamisme et capacités d innovation. Grâce à ces caractéristiques, la traditionnelle habitude de protéger les aliments en les mettants dans des récipients adaptés a donné naissance à un secteur de production hétérongène et d une importance fondamentale pour toute l économie nationale et régionale. Les opérations de packaging alimetaire sont rendues possibles grâce à des machines et des systèmes automatiques très complexes et sophistiqués en termes d automatisation et de contrôles. L Italie est le second pays producteur d Europe et le premier en termes d exportations. Ces données témoignent de la haute valeur et de la fiabilité des technologies développées et réalisées par l industrie italienne dans le packaging alimentaire. 14

15 3.3 ANALYSE SWOT DU SECTEUR DU PACKAGING ALIMENTAIRE ITALIEN Forces - Tissu productif consolidé sur le territoire - Disponibilité du tissu entrepreneurial pour la collaboration avec des entreprises exerçant d autres activités industrielles - Volonté croissante d innovation dans les PME - Présence de certaines structures d excellence (Instituts universitaires de - - recherche, pôles de recherche CNR, etc.) - Présence d entreprises certifiées Faiblesses - Petite ou très petite taille du tissu entrepreneurial - Bureaucratie régionale - Augmentation des coûts des matières premières - Nombre limité des zones industrielles conformes aux normes et à l infrastructure adaptée - Faible intégration des filières - Faible taux d accumulation lié à la souscapitalisation structurelle des entreprises - Faible propension à la mise en place d innovations complexes - Faible taux de dépenses en R&D sur le total des coûts de l innovation - Faible propension à acquérir des brevets et des licences pour effectuer des accords de collaboration avec d autres entreprises - Faible coopération entre les structures de recherche en elles-mêmes et entre ces structures et le système local de production Opportunités - Position géographique stratégique - Augmentation des exigences des consommateurs - Positionnement dans des marchés de niche - Opportunités offertes par la télématique - Présence de grands investisseurs étrangers permettant la création de pôles technologiques Risques - Phénomènes de globalisation risquant de marginaliser certaines unités de production de la Région - Aggravement des processus de désindustrialisation - Réduction de l avantage compétitif des entreprises siciliennes par rapport au contexte international - Augmentation de la pression concurrentielle 15

16 4 ENQUETE STATISTIQUE : LE QUESTIONNAIRE Dans le cadre du projet, une enquête a été effectuée auprès des entreprises impliquées dans les secteurs agricole, piscicole, agroalimentaire et dans le secteur de l emballage. L enquête a pour objectif d explorer les opportunités de coopération transfrontalière à partir des exigences du système entrepreneurial dans une optique de développement de nouvelles alliances productives. Afin de collecter les informations, le choix s est porté sur un questionnaire spécialement préparé par Confindustria Siracusa. Ce dernier est similaire à celui qui a été préparé par l UTICA, simple et intuitif, avec un nombre limité de questions. Il a été administré via et fax à 361 entreprises appartenant aux secteurs agricole, piscicole, agroalimentaire et l emballage. Plus précisément, il a été soumis à : 347 entreprises des secteurs agricole, piscicole et agroalimentaire ; 14 entreprises du secteur des emballages. Malheureusement, un nombre limité et donc statistiquement peu représentatif d entreprises a répondu à l enquête : celles-ci sont principalement familiales, ayant moins de 10 salariés et ne consacrent pas de ressources importantes à la recherche et le développement du packaging et ne collaborent avec des Universités, centres de recherche ou laboratoires qu occasionnellement. A la lumière des données collectées, il semble clair que l entreprise agroalimentaire de Syracuse, étant données les caractéristiques structurelles, sociales et culturelles qu on leur connaît, se trouve dans une position désavantageuse par rapport aux capacités de mise en place des innovations technologiques. Les résultats de l enquête, achevée au mois d août, ont confirmé la rupture numérique entre le secteur agroalimentaire et les autres secteurs de production de la province. Des inégalités dans l accès et l utilisation des technologies de la «société de l information» se sont traduites par des difficultés d exploitation de technologies liées à l informatique : condition désormais indispensable afin de garantir que l entreprise soit normalement opérationnelle. En conclusion, la situation des équipements des entreprises agroalimentaires de Syracuse est très similaire à celle des entreprises tunisiennes. Notre province connaît elle aussi une forte carence en termes de nombre d entreprises actives dans les secteurs des plastiques innovants ou qui offrent des services TIC. Pour cette raison, le projet Polymeda se propose de faciliter l ouverture des deux territoires (province de Syracuse et gouvernorat de l Ariana) avec des stratégies orientées vers l amélioration de la compétitivité des deux secteurs alimentaire et piscicole à travers leur intégration avec les secteurs émergents, tels que les plastiques technologiques et les services à l industrie tels que les TIC. En bref, le Projet représente une opportunité, aussi bien pour la province de Syracuse que pour la gouvernorat de l Ariana, afin de renforcer l intégration économique, sociale et culturelle et produire une nette amélioration de la compétitivité du secteur agroalimentaire des deux territoires. 16

17 Questionnaire 1 Nous vous remercions à l avance pour le temps que vous voudrez consacrer à répondre à ce questionnaire. Vos réponses resteront personnelles et anonymes. Nous vous prions de remplir le questionnaire et de l envoyer avant le 31 juillet 2012 à l adresse suivante : ou au numéro de fax suivant : Dans quels secteurs votre entreprise opère-t-elle? Papier Plastique rigide Carton ondulé Emballages en carton compact Plastique souple Verre Métal Bois Etiquettes /Adhésifs Peinture Cretonne Autre Combien de personnes travaillent dans votre entreprise? 10 salariés ou moins Entre 11 et 99 salariés Entre 100 et 250 salariés Plus de 250 salariés 3- Votre entreprise produit-elle des emballages pour aliments? Absolument pas à une faible mesure à mesure moyenne à une large mesure à une très large mesure 4- Quel est le marché cible de votre entreprise : local / national international Les deux 5-Quels sont les facteurs clé de succès dans votre secteur : Qualité Respect de l environnement Respect des normes Prix Services Aspect graphique Innovation technologique Autre Quels types de polymères utilisez-vous dans la production d'emballages pour aliments? Polyéthylène polypropylène polystyrène PET PVC poly (vinyle acétate, acrylonitrile, EVOH polyacrylique) Aucun Autres Quelles sont vos principales applications des polymères dans la fabrication d'emballages 17

18 alimentaires? Pellicules alimentaires et diverses Produits pour l hygiène Sacs de fruits et légumes Plateaux et vases Plateaux de fruits et légumes Ustensiles et cuisine et tasses jetables Confections transparentes pour le pain Filets Bouteilles d eau et de lait Aucune Autre Avez-vous recours à des compétences internes en matière de Recherche et Développement? Absolument pas à une faible mesure à mesure moyenne à une large mesure à une très large mesure 9 - Avez-vous recours à des experts externes en matière de Recherche et Développement? Absolument pas à une faible mesure à mesure moyenne à une large mesure à une très large mesure 10 - Quelles sont les universités, les centres de recherche ou les laboratoires avec lesquels vous collaborez (ou avez collaboré)? Avec quelle fréquence effectuez-vous des Contrôles Qualité? (1- Jamais, 2-Très rarement, 3-Rarement, 4-Souvent, 5-Très souvent) Contrôle du produit Contrôle des processus ou procédures Contrôle des systèmes ou contrôle de l organisation Autre Quelles sont les certifications détenues par votre entreprise? Les données collectées seront utilisées par Confindustria Siracusa dans le strict respect statistique et de la réglementation en vigueur sur la protection des données personnelles (D.Lgs. 196/03), de manière à ce qu il ne soit pas possible de remonter aux sujets qui fournissent ces données et seront portées à la connaissance des partenaires du Projet Polymeda exclusivement sous forme agrégée et anonyme. 18

19 Questionnaire 2 Nous vous remercions à l avance pour le temps que vous voudrez consacrer à répondre à ce questionnaire. Vos réponses resteront personnelles et anonymes. Nous vous prions de remplir le questionnaire et de l envoyer avant le 31 juillet 2012 à l adresse suivante : 1-Dans quels secteurs votre entreprise opère-t-elle? Huiles et matières grasses Fruits et légumes congélation Poissons Céréales et dérivés Laits et dérivés Boissons sucres et dérivés Viandes autres industries alimentaires : Combien de personnes travaillent dans votre entreprise? 10 salariés ou moins Entre 11 et 99 salariés Entre 100 et 250 salariés Plus de 250 salariés 3- Quel est le marché cible de votre entreprise : local / national international Les deux 4- Marquer, sur une échelle de 1 à 5, le niveau d'importance des fonctions de l'emballage : (1 = Pas du tout important, 2 = Peu important, 3 = Moyennement important, 4 = Important, 5 = Très important) Hygiène et sécurité Protection du produit Facilitations dans l utilisation du produit Facilitations dans le transport du produit Développement du produit Informations Design Respect de l environnement Extention de la durée de vie du produit Maintien des coûts Autre

20 5 - Quel est le coût des emballages par rapport au coût total de votre produit? 10% ou moins Entre 10 et 30% Entre 31 et50% 50% ou plus 6- Quels sont les principaux problèmes que vous rencontrez au niveau de l'emballage? Quels types de polymères utilisez-vous dans les emballages alimentaires de vos produits? polyéthylène polypropylène polystyrène PET PVC poly (vinyl acétate, acrylonitrile, EVOH polyacrylique) Aucun Autres Consacrez-vous un budget spécifique à la Recherche et Développement en packaging? Absolument pas à une faible mesure à mesure moyenne à une large mesure à une très large mesure 9 - Avez-vous recours à des compétences internes en matière de Recherche et Développement en packaging? Absolument pas à une faible mesure à mesure moyenne à une large mesure à une très large mesure 10 - Avez-vous recours à des experts externes en matière de Recherche et Développement en packaging? Absolument pas à une faible mesure à mesure moyenne à une large mesure à une très large mesure 11 - Quelles sont les universités, les centres de recherche ou les laboratoires avec lesquels vous collaborez (ou avec collaboré) pour le packaging? Les données collectées seront utilisées par Confindustria Siracusa dans le strict respect statistique et de la réglementation en vigueur sur la protection des données personnelles (D.Lgs. 196/03), de manière à ce qu il ne soit pas possible de remonter aux sujets qui fournissent ces données et seront portées à la connaissance des partenaires du Projet Polymeda exclusivement sous forme agrégée et anonyme. 20

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES

VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES 1. L agriculture et la pêche sont des secteurs essentiels pour le développement social et économique

Plus en détail

La France I/PRINCIPAUX INDICATEURS : Pays : France. Capitale : Paris. Chef de l état : Nicolas Sarkozi. Premier ministre : François Fillon

La France I/PRINCIPAUX INDICATEURS : Pays : France. Capitale : Paris. Chef de l état : Nicolas Sarkozi. Premier ministre : François Fillon La France I/PRINCIPAUX INDICATEURS : Pays : France Capitale : Paris Chef de l état : Nicolas Sarkozi Premier ministre : François Fillon Superficie : 551 500 km² Population : 62 616 400 habitants Croissance

Plus en détail

CHIFFRES PHARMA 2014. L industrie du médicament en Belgique : un vecteur de croissance. Les chiffres-clés

CHIFFRES PHARMA 2014. L industrie du médicament en Belgique : un vecteur de croissance. Les chiffres-clés CHIFFRES PHARMA 214 L industrie du médicament en Belgique : un vecteur de croissance Les chiffres-clés Editeur responsable : Catherine Rutten, pharma.be, Association générale de l industrie pharmaceutique

Plus en détail

7.WASTE AUDIT TOOL : RÉDUIRE LES DÉCHETS À LA SOURCE POUR FAIRE DES ÉCONOMIES.

7.WASTE AUDIT TOOL : RÉDUIRE LES DÉCHETS À LA SOURCE POUR FAIRE DES ÉCONOMIES. ÉTUDE DE BENCHMARKING SUR LES DÉCHETS DANS LES MÉTHODOLOGIES D ACTION SUR LES COÛTS ET SUR LES COÛTS DANS LES MÉTHODOLOGIES D ACTION SUR LES DÉCHETS DES ENTREPRISES 7.WASTE AUDIT TOOL : RÉDUIRE LES DÉCHETS

Plus en détail

Effectif salarié moyen

Effectif salarié moyen Panorama des entreprises agroalimentaires - Région Nord Pas de Calais PREFET DE LA REGION NORD PAS DE CALAIS http://panorama-iaa.alimentation.gouv.fr/index.php3 TABLEAU I CHIFFRES CLES EAE 2007 Les données

Plus en détail

Projet AgroMed Quality. Partie 4. Études de cas des entreprises agroalimentaires

Projet AgroMed Quality. Partie 4. Études de cas des entreprises agroalimentaires Projet AgroMed Quality Partie Études de cas des entreprises agroalimentaires La présente section reprend la méthodologie et les résultats d une enquête effectuée auprès des entreprises agricoles et/ou

Plus en détail

Le recyclage des emballages au Luxembourg

Le recyclage des emballages au Luxembourg Le recyclage des emballages au Luxembourg Sommaire La responsabilité des producteurs page 4 VALORLUX, organisme agréé page 6 Le Point Vert page 9 La prévention des déchets d emballages page 10 La responsabilité

Plus en détail

CONTRAT D APPLICATION 2014-2020 POUR L AMÉLIORATION DE LA COMPÉTITIVITÉ LOGISTIQUE DISTRIBUTION INTERNE

CONTRAT D APPLICATION 2014-2020 POUR L AMÉLIORATION DE LA COMPÉTITIVITÉ LOGISTIQUE DISTRIBUTION INTERNE CONTRAT D APPLICATION 2014-2020 POUR L AMÉLIORATION DE LA COMPÉTITIVITÉ LOGISTIQUE DISTRIBUTION INTERNE CONTEXTE GÉNÉRAL Le commerce intérieur constitue une composante essentielle de l économie du Royaume.

Plus en détail

Opportunités pour les entreprises françaises

Opportunités pour les entreprises françaises Réalisé avec le soutien exceptionnel de StrateGEst Europe Consulting, Lyon, France www.strategest.fr / (+33) 04 78 08 97 06 La Roumanie Projets et financements dans l environnement Opportunités pour les

Plus en détail

MANIFESTE POUR UNE STRATÉGIE QUÉBÉCOISE DE L AGROALIMENTAIRE

MANIFESTE POUR UNE STRATÉGIE QUÉBÉCOISE DE L AGROALIMENTAIRE MANIFESTE POUR UNE STRATÉGIE QUÉBÉCOISE DE L AGROALIMENTAIRE Le 30 novembre 2015 Alors que la demande alimentaire est en forte croissance à l échelle de la planète, propulsée par le développement social

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

La métallurgie suisse et la fabrication de machines en pleine forme

La métallurgie suisse et la fabrication de machines en pleine forme La métallurgie suisse et la fabrication de machines en pleine forme Environ 5% de la population active vit de la métallurgie et de la fabrication de machines, ce qui classe ces branches parmi les principaux

Plus en détail

Gestion des clusters : guide pratique

Gestion des clusters : guide pratique Outils d action Gestion des clusters : guide pratique Cluster management? A practical guide, Part A: Overview, GTZ, décembre 2007. Même à l époque où les économies étaient encore largement centrées sur

Plus en détail

EMBALLAGES ET DEVELOPPEMENT DURABLE

EMBALLAGES ET DEVELOPPEMENT DURABLE EMBALLAGES ET DEVELOPPEMENT DURABLE Par Bernard Pinet, Consultant en marketing ASC séance publique du 7 avril 2005 Cette présentation est issue d un article paru dans la Revue française de marketing sous

Plus en détail

Commerce extérieur de l Auvergne : principales caractéristiques

Commerce extérieur de l Auvergne : principales caractéristiques PREFET DE LA REGION AUVERGNE DIRECTION REGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI Pôle Entreprises, Economie, Emploi Clermont-Ferrand, le 16 novembre 2015

Plus en détail

Quels emballages exactement?

Quels emballages exactement? Quels emballages exactement? Pour les bouteilles et les flacons en plastique Sont autorisés Les bouteilles de boissons transparentes ou opaques Les flacons de produits d entretien Les flacons de lessive

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Introduction Lors de la campagne sur le référendum du Traité constitutionnel européen en 2005, la figure du «plombier

Plus en détail

Compétences étendues. Solutions personnalisées.

Compétences étendues. Solutions personnalisées. Compétences étendues. Solutions personnalisées. Entreprise Leader du marché suisse des solutions d emballages sur mesure En tant que leader sur le marché suisse des solutions d emballage sur mesure produites

Plus en détail

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Résumé L intérêt et la motivation à tous les niveaux politiques en faveur du développement durable,

Plus en détail

Sommaire. Carte de visite. Evolution de l activité. Les clés du succès. Les principales contraintes. Axes stratégiques: Horizon 2020.

Sommaire. Carte de visite. Evolution de l activité. Les clés du succès. Les principales contraintes. Axes stratégiques: Horizon 2020. FEVRIER 2014 Sommaire Carte de visite Evolution de l activité Les clés du succès Les principales contraintes Axes stratégiques: Horizon 2020. Carte de visite: chiffres clés Nombre d adhérents : 13 500

Plus en détail

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France Communiqué de presse Paris, le 20 novembre 2012 CDC Entreprises, filiale de la Caisse des Dépôts, gère dans

Plus en détail

Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie

Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie Synthèse - Septembre 2012 Une étude pour anticiper les besoins en compétences à horizon 2015-2020 Contexte économique et opportunités

Plus en détail

La région Nord-Pas-de-Calais

La région Nord-Pas-de-Calais La région Nord-Pas-de-Calais A Quelle est l identité de ma région? Quelles sont ses activités? 1 La région Nord-Pas-de-Calais en France 1 2 Les chiffres-clés de la région Nord-Pas-de-Calais Nord-Pas-de-Calais

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

L'EMBALLAGE. 1/ L'emballage protège ce qu'il vend. 2/ L'emballage regroupe les produits

L'EMBALLAGE. 1/ L'emballage protège ce qu'il vend. 2/ L'emballage regroupe les produits L'EMBALLAGE Nous allons poursuivre l'étude du thermomètre électronique, en nous intéressant à son emballage. Dans un premier temps, nous allons nous intéresser aux emballages en général, pour pouvoir ensuite

Plus en détail

«Le contexte général du Projet d Union pour la Méditerranée»

«Le contexte général du Projet d Union pour la Méditerranée» CONVENTION INTERNATIONALE DES JURISTES DE L UNION POUR LA MEDITERRANEE NICE, LE 28 JUIN 2008 «Le contexte général du Projet d Union pour la Méditerranée» Henry Marty-Gauquié, Représentant du Groupe BEI

Plus en détail

BARÈME CONTRIBUTIF 2015 APPLICABLE POUR LA DÉCLARATION 2015

BARÈME CONTRIBUTIF 2015 APPLICABLE POUR LA DÉCLARATION 2015 BARÈME CONTRIBUTIF 2015 APPLICABLE POUR LA DÉCLARATION 2015 JUIN 2014 Barème contributif 2015 applicable pour la déclaration 2015 Le barème contributif est constitué d une contribution au poids par matériau

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

information Les chercheurs en entreprise

information Les chercheurs en entreprise note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.05 AVRIL En 2007, plus de 137 000 chercheurs (en personnes physiques) ont une activité de R&D en entreprise, ils étaient 81 000 en 1997, et deviennent

Plus en détail

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers U Etude réalisée sous la direction d IDEFIE par Charline Jacob-Nassimian Juillet 2010 UI. La situation économique

Plus en détail

Fost+ fait ses comptes, IEW aussi!

Fost+ fait ses comptes, IEW aussi! Fost+ fait ses comptes, IEW aussi! Juillet 2006 Avis d IEW quand aux déclarations de FOST+ (Rapport annuel 2005) Table des matières 0. Introduction... 1 1. Cadre légal... 2 2. Qui est FOST+?... 3 3. Objectifs

Plus en détail

PLACE FINANCIERE SUISSE

PLACE FINANCIERE SUISSE PLACE FINANCIERE SUISSE Importance économique et interactions avec la place industrielle Une étude réalisée sur mandat de l Association suisse des banquiers et d economiesuisse Mars 2011 Editeur BAK Basel

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Dépenses et personnel de recherche et développement des entreprises privées en Suisse 2012

Dépenses et personnel de recherche et développement des entreprises privées en Suisse 2012 Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Actualités OFS Embargo: 19.12.2013, 9:15 4 Economie nationale Neuchâtel, décembre 2013 Dépenses et personnel de recherche et

Plus en détail

Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 2011

Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 2011 Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 211 LES ÉTUDES DE > En 211, les produits agroalimentaires 1 ont apporté une contribution majeure aux exportations françaises, puisqu un quart

Plus en détail

AGENDA. JOUR 1 : le choix des produits L assortiment du point de vente. JOUR 2 : la présentation des produits. JOUR 3 : La prospection

AGENDA. JOUR 1 : le choix des produits L assortiment du point de vente. JOUR 2 : la présentation des produits. JOUR 3 : La prospection 1 MARKETING JOUR 2 AGENDA 2 JOUR 1 : le choix des produits L assortiment du point de vente JOUR 2 : la présentation des produits JOUR 3 : La prospection JOUR 4 : La fidélisation 3 MIX MARKETING Les bases

Plus en détail

Note de synthèse du Projet du Budget Citoyen de l année 2016

Note de synthèse du Projet du Budget Citoyen de l année 2016 Note de synthèse du Projet du Budget Citoyen de l année 2016 L élaboration du Projet de Budget Citoyen au titre de l année 2016 s inscrit dans le cadre de la consécration des droits garantis par la Constitution

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER 2013

RAPPORT FINANCIER 2013 RAPPORT FINANCIER 2013 RAPPORT FINANCIER 2013 UN CADRE MACRO- ECONOMIQUE PROPICE Au cours de l année 2013, l activité ferroviaire s est développée dans un environnement macroéconomique sous le signe d

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

(Mém. A - 94 du 9 novembre 1998, p. 2348; dir. 94/62) Texte coordonné au 4 novembre 2013 Version applicable à partir du 8 novembre 2013 ANNEXE I

(Mém. A - 94 du 9 novembre 1998, p. 2348; dir. 94/62) Texte coordonné au 4 novembre 2013 Version applicable à partir du 8 novembre 2013 ANNEXE I DÉCHETS 1. Dispositions générales 1 Règlement grand-ducal du 31 octobre 1998 portant application de la directive 94/62/CE du Parlement européen et du Conseil du 20 décembre 1994 relative aux emballages

Plus en détail

Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé

Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé D après les données du Contrat d étude prospective des Industries de Santé 2012 les chiffres clés u Près de 200 000 salariés,

Plus en détail

Définition: La politique de distribution consiste à choisir le réseau, les partenaires qui seront chargés de distribuer le produit sur le marché.

Définition: La politique de distribution consiste à choisir le réseau, les partenaires qui seront chargés de distribuer le produit sur le marché. Définition: La politique de distribution consiste à choisir le réseau, les partenaires qui seront chargés de distribuer le produit sur le marché. Les étapes de la commercialisation Les opérations d acheminement

Plus en détail

Appel à candidatures 2009-2010 N 2. Région BASSE-NORMANDIE. Date limite de réception des dossiers complets* en 3 exemplaires:

Appel à candidatures 2009-2010 N 2. Région BASSE-NORMANDIE. Date limite de réception des dossiers complets* en 3 exemplaires: Investissements dans les industries agro-alimentaires Appel à candidatures 2009-2010 N 2 Région BASSE-NORMANDIE Date limite de réception des dossiers complets* en 3 exemplaires: 30 avril 2010 (le cachet

Plus en détail

Pack Print Tunisia. Salon International de l Emballage et de l Imprimerie. du 24 au 27 Avril 2013

Pack Print Tunisia. Salon International de l Emballage et de l Imprimerie. du 24 au 27 Avril 2013 Pack Print Tunisia Salon International de l Emballage et de l Imprimerie du 24 au 27 Avril 2013 I/ L INDUSTRIE DE L EMBALLAGE ET DE L IMPRIMERIE EN TUNISIE Le Secteur de l Emballage et de l Imprimerie

Plus en détail

PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES

PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES Préambule Aujourd hui à travers l activité de «Recherche-Développement» l application technologique des acquis de la science est devenue non seulement l équivalent d une

Plus en détail

L INNOVATION DÉFINITIONS ET CONCEPTS

L INNOVATION DÉFINITIONS ET CONCEPTS L INNOVATION DÉFINITIONS ET CONCEPTS Sommaire Introduction 1 Chaîne d innovation 2 Innovation ouverte 5 Marketing 5 Types d innovation 5 Conditions d innovation 7 Bibliographie 8 Direction de l appui à

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 12 octobre 2015 Français Original: anglais Conférence générale Seizième session Vienne, 30 novembre-4 décembre 2015 Point

Plus en détail

«LA CHAINE DU FROID EN TUNISIE»

«LA CHAINE DU FROID EN TUNISIE» Yaoundé, CAMEROUN le 04 juin 2012 «LA CHAINE DU FROID EN TUNISIE» Présenté par : Mme Halima THRAYA Ingénieur en Chef Sous-directeur du Froid Industriel au ministère de l Industrie -Tunisie- Déléguée de

Plus en détail

Enquête industrie Agroalimentaire

Enquête industrie Agroalimentaire [Texte] Enquête industrie Agroalimentaire La CCI de la Vendée a mené, courant 2013, une enquête auprès des entreprises industrielles vendéennes afin d analyser la structuration et l organisation de ces

Plus en détail

PRESENTATION DU 08/03/07

PRESENTATION DU 08/03/07 PRESENTATION DU 08/03/07 1 RAPPEL DES 5 ENJEUX STRATEGIQUES IDENTIFIES A PARTIR DU DIAGNOSTIC PARTAGE 1 - UNE REGION SOLIDAIRE : Promouvoir un développement équilibré qui concilie efficacité économique,

Plus en détail

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Novembre 2007 1 Introduction Depuis la libéralisation du marché céréalier

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Une économie en convergence avec l Europe des 27... 18 L attrait du pays pour les investisseurs français... 18 Les réformes attendues...

Une économie en convergence avec l Europe des 27... 18 L attrait du pays pour les investisseurs français... 18 Les réformes attendues... Sommaire Le cadre du pays................................................................................... 15 Présentation du pays.................................................................................

Plus en détail

Création d une structure/chaîne/filière pour l approvisionnement alimentaire local/régional

Création d une structure/chaîne/filière pour l approvisionnement alimentaire local/régional Création d une structure/chaîne/filière pour l approvisionnement alimentaire local/régional et ainsi créer de l emploi Développer l agriculture à taille humaine et durable Développer la production alimentaire

Plus en détail

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil :

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : Journée de l Ingénieur Tunisien Tunis, 30 octobre 2010

Plus en détail

Le Canada rural, ça compte

Le Canada rural, ça compte Le Canada rural, ça compte 1 Le Canada rural, ça compte Le Canada rural, ça compte Les régions rurales du Canada sont importantes pour la santé et la prospérité du pays. Malheureusement, les habitants

Plus en détail

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Résumé L industrie des produits alimentaires et des produits de consommation est le principal

Plus en détail

RAWAJ Plan d Action 2008-2012

RAWAJ Plan d Action 2008-2012 Ministère de l Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies RAWAJ Plan d Action 2008-2012 Ahmed Réda Chami 28 avril 08 Faiblesses du secteur Absence d outils permettant une planification des activités

Plus en détail

La conjoncture immobilière peut être schématisée à

La conjoncture immobilière peut être schématisée à 56 6 LA CONJONCTURE IMMOBILIÈRE EN ITALIE Extrait de : Osservatorio sul Mercato Immobiliare n 2/2011, Nomisma, juillet 2011. 6.1 / Prix et volumes des transactions La conjoncture immobilière peut être

Plus en détail

GS1 Tunisia 07/05/2015. République Tunisienne. Ministère du Commerce DÉVELOPPER L E-COMMERCE EN TUNISIE CEPEX 07 MAI 2015 CONTENU

GS1 Tunisia 07/05/2015. République Tunisienne. Ministère du Commerce DÉVELOPPER L E-COMMERCE EN TUNISIE CEPEX 07 MAI 2015 CONTENU UNE NOUVELLE VISION POUR DÉVELOPPER L E-COMMERCE EN TUNISIE CEPEX 07 MAI 2015 CONTENU Tendances du e-commerce dans le Monde E-Commerce en Tunisie Nouvelle Stratégie de Développement du E- commerce en Tunisie

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU Freetown, juillet 2008 2 La situation économique

Plus en détail

Pourquoi et comment recycler, à quoi ça sert? Les gestes du tri malin en

Pourquoi et comment recycler, à quoi ça sert? Les gestes du tri malin en Réduisons la quantité de nos déchets! Pourquoi et comment recycler, à quoi ça sert? Les gestes du tri malin en COMMENT ET POURQUOI Pour recevoir votre équipement, téléphonez au TRIER SES DÉCHETS? LE TRI

Plus en détail

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Axe 1 Objectif Thématique 1 : Renforcer la recherche, le développement technologique et l innovation Investissement prioritaire B : Promotion

Plus en détail

Création d un Cluster Logistique en Région Provence Alpes Côte d Azur

Création d un Cluster Logistique en Région Provence Alpes Côte d Azur C l u s t e r P a c a L o g i s t i q u e Création d un Cluster Logistique en Région Provence Alpes Côte d Azur Le Cluster Paca Logistique, candidat aux labellisations Pôle de compétitivité et PRIDES,

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

Plateforme de compétitivité industrielle

Plateforme de compétitivité industrielle Plateforme de compétitivité industrielle SOMMAIRE MOT DU DIRECTEUR GÉNÉRAL CORPORATE GRANDE PLATEFORME INDUSTRIELLE ZONES D'ACTIVITES COMPLEXE PORTUAIRE TANGER MED MOT DU DIRECTEUR GÉNÉRAL Tanger Free

Plus en détail

Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1

Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1 Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1 Jean-François BASCHET, Ministère de l agriculture et de la pêche, Direction des affaires

Plus en détail

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS CONFÉRENCE À L'ASSOCIATION DES ÉCONOMISTES QUÉBÉCOIS COLLOQUE SUR LA CONJONCTURE ÉCONOMIQUE DE LA RÉGION DE QUÉBEC Pierre Fournier

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

UNE LIGNE DE TRI INNOVANTE À RÉGÈNE ATLANTIQUE POUR REDONNER VIE AUX PLASTIQUES

UNE LIGNE DE TRI INNOVANTE À RÉGÈNE ATLANTIQUE POUR REDONNER VIE AUX PLASTIQUES www.sita.fr UNE LIGNE DE TRI INNOVANTE À RÉGÈNE ATLANTIQUE POUR REDONNER VIE AUX PLASTIQUES SITA, LEADER DE LA VALORISATION DES DÉCHETS 17 JUIN 2014 DOSSIERDEPRESSE contact PRESSE SITA FRANCE Françoise

Plus en détail

PROTECTION DE PRODUITS EN IG

PROTECTION DE PRODUITS EN IG PROTECTION DE PRODUITS EN IG Ousman ABDOU Ingénieur Agrométéorologue Expert de l Agriculture en IG Point focal IG/OAPI Direction Générale de l Agriculture Tel: (00227) 90 34 09 28 Email: ous_ab@yahoo.fr

Plus en détail

RGE 2009. Recensement Général des entreprises en 2009. Principaux résultats - - - - - NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS - - - - -

RGE 2009. Recensement Général des entreprises en 2009. Principaux résultats - - - - - NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS - - - - - REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix Travail Patrie - - - - - REPUBLIC OF CAMEROON Peace Work Fatherland - - - - - INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE - - - - - NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS - - - - - RGE 2009

Plus en détail

Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France

Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France Cycle Innovation & Connaissance 54 petit déjeuner Pr. Jacques COLIN 22 janvier 8h30-10h Grasse Animatrice : Valérie

Plus en détail

Emballages Guide d'éco-conception

Emballages Guide d'éco-conception Nos objectifs sont simples et sincères Emballages Guide d'éco-conception BIC s'engage dans l'éco-conception des emballages. Légers et optimisés. Visant le juste nécessaire. Poursuivons nos actions I UN

Plus en détail

Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014.

Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014. Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014. -------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS 1 L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS xz Sabrina TONNERRE Juriste Master II Droit des activités économiques Option Droit de l agroalimentaire Sous la direction de Maître

Plus en détail

Les signes de qualité des produits alimentaires

Les signes de qualité des produits alimentaires Technologie Professionnelle Cuisine Les signes de qualité des produits alimentaires BAC PROFESSIONNEL Restauration 1BAC HO Présentation généraleg 1] Les aspects réglementaires 2] Qu est-ce que la qualité?

Plus en détail

MINISTERE DE L INDUSTRIE, DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT. Atelier n 1

MINISTERE DE L INDUSTRIE, DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT. Atelier n 1 MINISTERE DE L INDUSTRIE, DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT Atelier n 1 Les Petites et Moyennes Entreprises comme élément de développement de l économie locale et

Plus en détail

Financement des IAA et transmission des entreprises

Financement des IAA et transmission des entreprises Les industries agroalimentaires Financement des IAA et transmission des entreprises Quelques constats issus de la Mission conjointe CGAAER/IGF de mai 2012 Académie de l agriculture - 6 mai 2015 MINISTÈRE

Plus en détail

quels enjeux pour le secteur financier?

quels enjeux pour le secteur financier? Préambule 2 Auteurs de l enquête Cette étude a été conduite par le pôle développement durable d Equinox Consulting Sophie Madet, associée Blandine Sébileau, senior manager Sybille Brugues et Sophie Pornin,

Plus en détail

DÉCHETS MÉNAGERS. Mode d emploi. Point info 01 46 12 75 20. www.ville-montrouge.fr

DÉCHETS MÉNAGERS. Mode d emploi. Point info 01 46 12 75 20. www.ville-montrouge.fr DÉCHETS MÉNAGERS Mode d emploi Point info 01 46 12 75 20 www.ville-montrouge.fr C ollecte sélective en porte à porte, ramassage des encombrants, déchetterie, etc., la Ville de Montrouge propose une palette

Plus en détail

Les Comptes Nationaux 2008 et estimation 2009

Les Comptes Nationaux 2008 et estimation 2009 REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Fatherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

Activités de la Banque mondiale en Tunisie

Activités de la Banque mondiale en Tunisie Activités de la Banque mondiale en Tunisie Cadre de Partenariat Stratégique (CPS) Les principes essentiels pour la période allant de 2010 à 2013 sont alignés sur le XI Plan National de Développement avec

Plus en détail

Présentation des industries de la Métallurgie

Présentation des industries de la Métallurgie Présentation des industries de la Métallurgie - Sources U.I.M.M. Lorraine En France Les industries de la transformation des métaux recouvrent les activités suivantes : - Biens intermédiaires : production

Plus en détail

Faciliter l emploi des jeunes à travers la création d emplois et le développement de l entreprenariat en Tunisie. Automne 2015

Faciliter l emploi des jeunes à travers la création d emplois et le développement de l entreprenariat en Tunisie. Automne 2015 Faciliter l emploi des jeunes à travers la création d emplois et le développement de l entreprenariat en Tunisie Automne 2015 2 La nécessité de créer des emplois La révolution tunisienne a entre autres

Plus en détail

Jusqu à la fin des années 90, la majorité

Jusqu à la fin des années 90, la majorité ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE LA RECHERCHE ET DE LA TECHNOLOGIE 00.10 MARS En quinze ans, le nombre de chercheurs en entreprise (en personnes physiques) a fortement augmenté : 78

Plus en détail

GECA GLOBAL CONSULTING suarl 76, Avenue Habib Bourghiba App. A1-1 2080 Ariana - TUNISIA MF: 1260762R/A/M/000

GECA GLOBAL CONSULTING suarl 76, Avenue Habib Bourghiba App. A1-1 2080 Ariana - TUNISIA MF: 1260762R/A/M/000 GECA GLOBAL CONSULTING suarl 76, Avenue Habib Bourghiba App. A1-1 2080 Ariana - TUNISIA MF: 1260762R/A/M/000 GECA Global Consulting est une société de consultation internationale, constituée à Tunis. Cette

Plus en détail

CAS D EXPERIENCE POUR L AIDE AU COMMERCE

CAS D EXPERIENCE POUR L AIDE AU COMMERCE CAS D'EXPÉRIENCE UNION DES COMORES CAS D EXPERIENCE POUR L AIDE AU COMMERCE Date de la soumission: 30 janvier 2011 Région : AFRIQUE Pays : COMORES Type: «PROGRAMME DE RENFORCEMENT DES SERVICES DU COMMERCE

Plus en détail

SENSIBILISATION : UN BONUS POUR INCITER DES OUTILS POUR VOUS ACCOMPAGNER. 1 er février 2012 1

SENSIBILISATION : UN BONUS POUR INCITER DES OUTILS POUR VOUS ACCOMPAGNER. 1 er février 2012 1 SENSIBILISATION : UN BONUS POUR INCITER DES OUTILS POUR VOUS ACCOMPAGNER 1 er février 2012 1 Peut on recycler le pot de yaourt? Que faire de la boîte de camembert? Le bidon d eau de javel peut il aller

Plus en détail

Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves

Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves Juillet 2013 Commentaires de MEQ dans le cadre des consultations du Gouvernement du Canada sur les Sociétés à capital de risque de travailleurs Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves

Plus en détail

Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation

Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation Xavier Niel et Mustapha Okham* Alors qu en 1978, le quart de l emploi était industriel, seulement 14 % des emplois sont désormais

Plus en détail

Index d encadrés. Bilan : l année méditerranéenne. 453 Med.2010 Index d encadrés

Index d encadrés. Bilan : l année méditerranéenne. 453 Med.2010 Index d encadrés Index d encadrés Bilan : l année méditerranéenne Politiques méditerranéennes Moyen-Orient Vers une communauté de l eau et de l énergie au Moyen-Orient........................ 208 La Turquie-Les Balkans

Plus en détail

a conception logicielle et services associés : un sous-ensemble des TIC

a conception logicielle et services associés : un sous-ensemble des TIC L a conception logicielle et services associés : un sous-ensemble des TIC Selon l'ocde 1, le secteur des Technologies de l Information et de la Communication (TIC) désigne l ensemble des activités visant

Plus en détail

INFORMATION. L innovation technologique est traditionnellement NOTE D'

INFORMATION. L innovation technologique est traditionnellement NOTE D' NOTE D' INFORMATION ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE LA RECHERCHE ET DE LA TECHNOLOGIE 98.26 AOÛT Parmi les établissements de crédit et les sociétés d assurances de plus de vingt personnes,

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE EST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

Les activités d innovation des entreprises wallonnes

Les activités d innovation des entreprises wallonnes Les activités d innovation des entreprises wallonnes 1. Introduction L enquête «Community Innovation Survey» ( CIS ) a pour objectif de fournir des informations concernant les activités d innovation au

Plus en détail

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR Taille et structure de l industrie Livraisons et commerce international Production Ressources humaines Recherche et développement Développement durable PRINCIPALES

Plus en détail