Le secteur agroalimentaire et des emballages à la province de Syracuse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le secteur agroalimentaire et des emballages à la province de Syracuse"

Transcription

1 Programme de Coopération transfrontalière Italie-Tunisie PROJET POLYMEDA 075 MATERIAUX POLYMERES INNOVANTS ET CONTROLE QUALITE POUR L AMELIORATION DES STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT TRANSFRONTALIER Le secteur agroalimentaire et des emballages à la province de Syracuse 1

2 INTRODUCTION pag La Province de Syracuse en chiffres pag Le Secteur Agroalimentaire pag Superposition avec d autres secteurs pag Le secteur des TIC pag Le Packaging pag. 9 pag. 3. L industrie des emballages en Italie pag Emballages en plastique pag Bioplastiques pag Plastiques provenant du recyclage pag Emballages souples transformés pag Le packaging alimentaire pag Analyse SWOT pag Le Questionnaire : analyse et résultats pag. 15 2

3 INTRODUCTION L innovation et le développement technologique sont des facteurs d une grande importance dans le scénario actuel de globalisation et d une urgence extrême pour le développement des territoires dans le cadre des flux transnationaux. La prise en compte des ces flux sera donc déterminante pour l évolution des territoires et des systèmes économiques locaux dans de nouvelles configurations économiques et sociales. L intégration régionale représente une grande opportunité pour les deux territoires transfrontaliers, qui risqueraient sinon de rester périphériques par rapport aux axes traditionnels d industrialisation des pays respectifs et par rapport à l intégration transnationale. Ils agit d un risque réel, déjà largement expérimenté dans plusieurs zones du monde, où la mondialisation a provoqué la marginalisation de grandes zones géographiques et des populations qui y habitent. Avec la coopération transfrontalière, une toute nouvelle dimension du développement local s ouvre, qui reprend d un côté le même discour du développement territorial mais qui, d un autre côté, rompt avec les schémas traditionnels rigides des divisions nationales en créant de nouvelles zones qui ne répondent plus à la logique des Etats. Le Programme Italie-Tunisie, inséré dans le cadre de la politique européenne de voisinage pour la coopération transfrontalière, vise à promouvoir le développement durable des Pays limitrophes à l UE, à réduire les écarts des niveaux de vie de ces derniers, en plus de relever les défis communs et explorer les possibilités offertes par la proximité des régions intéressées. Dans ce cadre, le projet POLYMEDA, - Matériaux polymères innovants et contrôle qualité pour l amélioration des stratégies de développement transfrontalier est destiné à promouvoir l intégration économique, sociale et institutionnelle entre la province de Syracuse et le Gouvernorat de l Ariana. Pays Territoire Population Km² ITALIE Province de Syracuse TUNISIE Gouvernorat de l Ariana Total Région transfrontalière L analyse effectuée par Confindustria Siracusa confirme l importance de l opportunité offerte aux deux territoires, tunisien et italien, et plus généralement entre les gouvernements intermédiaires des deux rives de la méditerranée. Le document s articule en trois parties : Dans la première partie, on a effectué une analyse du territoire de la province de Syracuse, avec une attention particulière au secteur agroalimentaire et aux secteurs innovants auxquels il est relié ; Dans la seconde partie, on a effectué une analyse de l industrie italienne des emballages et en particulier l industrie du packaging alimentaire ; Enfin, la dernière partie contient les résultats de l enquête effectuée auprès des entreprises de la province de Syracuse. 3

4 1. LA PROVINCE DE SYRACUSE EN CHIFFRES PROVINCE DE SYRACUSE REGION: SICILE SUPERFICIE: KM² HABITANTS: CHEF-LIEU: SYRACUSE DENSITE: 191,69 HAB./KM² Dans un cadre national où l économie a enregistré en 2012 une variation négative du PIB de -2,4% et une tendance prévisionnelle pour l année 2013 de -0,7%, l économie sicilienne montre des signaux de détérioration-stagnation par rapport à l année 2011 (de +0,6% à 0,0%). Des signaux de détérioration sont également enregistrés dans l emploi. En Italie, le taux de chômage a atteint 12,5% en 2011, et le taux de chômage des jeunes est de 35% En Sicile Ie taux de chômage a atteint 14,4% en 2011, et le taux de chômage des jeunes (15-24 ans) dépasse les 42%. En 2011, dans la province de Syracuse, le taux de chômage était de 15,5% (+5% par rapport à 2010). Le taux de chômage des jeunes (15-24 ans) a dépassé les 39%. Le nombre de personnes à la recherche d un emploi dépasse les Le PIB par habitant de la province de Syracuse, le plus élevé de la région, est d un peu moins de La principale raison de la stabilité du PIB de la province est due aux exportations de produits pétrolifères ; en effet, celles-ci ont augmenté dans la province de Syracuse plus intensément par rapport au reste du pays, avec une variation positive de 23,7%. Le total d entreprises enregistrées à la CCIAA est passé de unités à , dont sont actives. Le secteur agricole emploie près de 6% de la force de travail et contribue pour près de 6,5 % au PIB de la province. Pendant les dernières années, une crise persistante du secteur a engendré une diminution dans la production qui n a toutefois pas eu de conséquence sur la qualité des produits, lesquels, comme on peut le déduire à partir des certifications et attestations de qualité obtenues aussi bien au niveau national qu européen, représentent la fierté de l'économie de la province de Syracuse. 4

5 Le secteur industriel Le secteur industriel a contribué pour environ 55% de la valeur ajoutée de la province de Syracuse. Actuellement, les emplois directs dans la zone industrielle s élèvent à 3.900, alors que le nombre d emplois indirects dans le secteur industriel oscille entre et salariés, pour un total d environ travailleurs. Le secteur tertiaire (Commerce, Services) Le secteur tertiaire comprend le secteur des transports, télécommunications, services financiers, d assurance et de santé) Le secteur emploie près de 38% de la force d emploi et contribue pour près de 32,8% à la formation du PIB de la province. Le secteur touristique emploie environ 5% de la force d emploi et contribue pour environ 5,5% à la formation du PIB de la province. Syracuse Employés par branche d activité économique (2011) Services 71,1% Industrie 22,6% Agriculture 6,3% S yracuse Valeur ajoutée par branche d activité économique (2011) Services 75,0% Industrie 19,1% Agriculture 5,8% Source : Données Istat

6 2. LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE Le secteur agroalimentaire a représenté historiquement et constitue jusqu à aujourd hui un secteur porteur de l économie sicilienne. Les activités qui peuvent être directement et indirectement incluses dans le système agroalimentaire sont nombreuses et vont de la pêche et l agriculture au sens strict jusqu à l industrie produisant des moyens techniques, de l industrie de la transformation alimentaire à la logistique et à la distribution. Dans la province de Syracuse, la production des principaux produits agricoles se concentre dans des zones bien spécifiques lesquelles, dans certains secteurs, ont une importance capitale au niveau régional. L importance économique du secteur en question est confirmée par les enquêtes de l ISTAT en 2010 qui font ressortir que la valeur du PIB généré par l agrégat Agriculture et Pêche auquel est ajoutée l industrie alimentaire, représente plus de 6,5% du PIB de la province. De nombreuses productions typiques sont marquées par les labels DOC, IGT, DOP et IGP. Les industries représentées caractérisées par une bon niveau de modernisation et qui contribuent au développement du système économique de la province sont peu nombreuses. La plus grande partie des opérateurs se caractérise par un fort retard industriel dû à : Une excessive fragmentation des entreprises qui engendre des difficultés d accès au crédit et à être compétitifs au niveau extrarégional et à l étranger ; L élévation progressive de l âge moyen de la population agricole accentuée par l exode vers les zones urbaines des tranches d âges plus jeunes ; La pénurie de main-d œuvre qualifiée ; Les coûts élevés de production et de transport ; La faible différenciation du produit fini ; La faible importance de l activité de transformation. Il faudrait donc que le secteur s oriente toujours plus vers de nouveaux investissements dans les domaines techniques et à haute valeur ajoutée : la valorisation des produits et la compétitivité du secteur est fortement liée aux aspects relatifs à la logistique et aux services qui lui sont liés, au monitoring de la qualité et de la traçabilité des produits et enfin à la diffusion des nouvelles technologies de l information et de la communication. La superposition avec d autres secteurs émergents et typiquement plus innovants, tel que le secteur des TIC et du packaging innovant, capables de générer concrètement des opportunités de développement pour tout le secteur, est donc évidente. Analyse SWOT Dans une optique d analyse économique du secteur agroalimentaire, il est possible d identifier à travers l analyse SWOT les forces, les faiblesses, les opportunités et les menaces inhérentes au système agroalimentaire. 6

7 Les principales forces sont les suivantes : Bons niveaux de standards de qualité avec une attention particulière aux productions biologiques et intégrées ; Présence de produits traditionnels de qualité élevée et de productions labellisées DOP, DOC, IGT ; Présences d espèces et de cultures autochtones pouvant faire l objet d un recyclage productif ; Orientation potentielle à l exportation de produits siciliens reconnus auprès des consommateurs mondiaux exprimant le made in Italy alimentaire ; Présence dans le territoire d entreprises dans le secteur des TIC et développement de nouvelles technologies ; Quant aux faiblesses on peut citer : Importante fragmentation des entreprises avec un poids élevé des petites entreprises ; Faible différenciation du produit fini ; Présence d équipements obsolètes ; Carence des systèmes de contrôle du processus et du produit à l aide des technologies informatiques ; Carence dans l organisation de l offre des produits ; Coûts de production élevés ; Coûts de transport élevés dus à la position géographique périphérique de l île et à la carence du réseau ferroviaire et routier régional ; Poids insuffisant de l activité de transformation ; Carence des systèmes d irrigation ; Faible ciblage du marché. A la lumière de ces éléments, les Opportunités suivantes émergent clairement : Une réglementation en vigueur aux niveaux communautaire et national des activités productives adaptée ; Disponibilité de ressources financières communautaires, nationales et régionales; Attention du consommateur à la qualité ; Augmentation de la demande dans les marchés émergents ; Utilisation des labels pour les produits frais et transformés ; Amélioration des procédures de contrôle de la qualité et des techniques agricoles; Toutefois, les Menaces qui émergent à partir de cette analyse sont les suivantes : Augmentation de la pression de la concurrence internationale ; Importations de produits non-conformes aux normes ; Accords multilatéraux facilitant l entrée de produits provenant de pays extracommunautaires et du bassin méditerranéen ; Perte de parts de marché suite à la non adaptation aux innovations technologiques et aux nouvelles logiques de marketing ; Forte présence, dans le marché de consommation, de produits de faible qualité et à bas prix ; Forte concurrence, également des pays émergents ; Faible contrôle sur les productions provenant des pays en voie de développement; Elévation du standard qualité des productions de certains pays en voie de développement. 7

8 2.1 SUPERPOSITION AVEC D AUTRES SECTEURS Le secteur des TIC (Technologies de l Information et de la Communication) Les TIC ont potentiellement la capacité de fournir un excellent support au secteur agricole, en soutenant leur évolution rapide et en agissant en même temps comme catalyseurs, afin de favoriser les changements. Face à une augmentation des flux d informations il faut procéder avec une intégration toujours plus importante de l agriculture dans le «réseau d informations». Mais l implantation des TIC et leur intégration dans la gestion de l entreprise a naturellement des coûts. Ceux-ci sont majoritairement dus à l adaptation des instruments techniques et culturels de l entreprise et parmi ces coûts, ceux-ci sont particulièrement importants : l acquisition et la mise à jour des technologies ; l incessante évolution des technologies causant une obsolescence rapide des investissements ; la formation des employés nécessaire pour permettre la meilleure exploitation possible des possibilités offertes par les TIC ; la nécessité de révision des anciens systèmes d information -s ils existent- dans l optique des nouvelles technologies. Les problèmes résident ainsi dans les difficultés d appliquer à l entreprise ces changements structurels et organisationnels qui rendent utile et donc logique l utilisation des technologies de l information et de la communication. Plus particulièrement en Italie, et encore plus en Sicile, les changements sont beaucoup moins rapides par rapport à d autres pays : ceci ne dépend pas uniquement- des innovations en tant que telles, mais aussi des retards législatifs, de la rigidité des entreprises face au changement, de l inadaptation des infrastructures, etc. Les données sur le nombre d utilisateurs d ordinateurs et d internet, qui peuvent fournir une bonne indication de la diffusion effective des Technologies de l Information et de la Communication, puisqu elles en sont la principale expression, sont malheureusement imprécis et peu fiables. Mais il semble crédible que le nombre de 8

9 personnes possédant un PC et un accès à Internet puisse se situer (selon les différents critères de fréquence d utilisation) entre 23 et 25 millions, avec une tendance allant vers la croissance continue dans le temps. Selon les données relevées par Gfk-Eurisko, en 2011, le nombre total de personnes ayant accès au réseau en Italie, même occasionnellement, aurait atteint plus de 26 millions. Toutefois, la seule source d informations systématiques et exhaustives est représentée par le 6 ème Recensement général de l agriculture de l année 2010 ; dont le questionnaire inclut une séries de demandes relatives aux équipements informatiques présents dans les entreprises agricoles et à leur utilisation ; en outre, certaines questions font référence à l utilisation d internet. La comparaison avec les autres secteurs de l économie démontre un grave sousdéveloppement du secteur agricole de la province. A partir des données dont nous disposons, les entreprises agricoles disposant d équipements informatiques représentent 1,10% du total ; celles qui utilisent quotidiennement internet représentent uniquement 0,31% du total. Il apparaît également que les entreprises agricoles disposant d un site internet ne représentent que 0,24% et celles exerçant des activités de commerce électronique, aussi bien pour la vente que pour l achat de biens, ne représentent que 0,15% Matériaux de packaging Le packaging représente une des variables stratégiques sur lesquelles le succès compétitif des entreprises agroalimentaires est fondé. L "emballage optimal" doit en effet garantir la préservation de la qualité tout en protégeant et conservant l aliment jusqu au moment de consommation et avec l amélioration de la date limite d utilisation optimale (DLUO), favoriser la commercialisation des les marchés les plus distants. L emballage est l instrument d information per excellence, il doit rendre le produit facilement identifiable, attirer l attention du client et s adapter aux mutations des exigences du marché. La durabilité et la réalisation d emballages éco-durables sera toujours plus décisive dans les choix des producteurs. La conscience pour l environnement en croissance, motivée par les sévères réglementations communautaires, poussera les entreprises à rationnaliser les emballages et à les rendre les confections plus éco-durables et recyclables. Si d un côté, l over-packaging ou suremballage (double ou triple confection) devra être réduit à l avenir, l emballage devra jouer un rôle décisif car il préservera l aliment en garantissant sa sécurité et son hygiène. Un autre aspect est l innovation du packaging vers la direction de la traçabilité et des systèmes d identification du produit (provenance caractéristiques du producteur, caractéristiques du produit, etc.) assimilables à une vraie carte d identité avec l introduction de dispositifs high-tech. La nouvelle frontière pour une meilleure compétitivité du secteur agroalimentaire est l adoption de systèmes modernes d emballage, avec pour conséquence l amélioration de la DLUO du produit et démarrer ainsi le processus d internationalisation des entreprises. Actuellement, ces innovations souffrent d une faible diffusion dans le secteur agroalimentaire local et le peu d entreprises agricoles de Syracuse qui utilisent ces technologies les «importent» exclusivement d entreprises opérant hors province. 9

10 3. L INDUSTRIE DES EMBALLAGES EN ITALIE L industrie des emballages est un secteur hétérogène rattaché à plusieurs secteurs. Dans toute l Europe, ce secteur est très développé et produit 1/3 des emballages utilisés dans le monde, pour une valeur équivalent environ à 130 milliards d Euros. L'Italie, avec un chiffre d affaires d environ 28,6 milliards d Euros, représente 6% de la production mondiale, se classant parmi les dix premiers pays producteurs de packaging. En 2011, le secteur national de l emballage a représenté 3,3% du chiffre d affaires de l industrie manufacturière et 1,8% du PIB (valeurs à prix courants). La production exprimée en poids a été de tonnes, enregistrant une diminution de 0,6% par rapport à Le chiffre d affaires s est élevé à millions d Euros et a connu une augmentation de 10,7% par rapport à La croissance du chiffre d affaires en 2011 a également dépendu le la hausse sensible du coût des matières premières. Même l année 2011 a connu une augmentation des coûts des matières premières destinées à la production d emballages. Le commerce extérieur a enregistré une augmentation de +2,2% des exportations et de +3,4% des importations. 3.1 EMBALLAGES EN PLASTIQUE Après deux années de récession causées par la crise économique provoquant une contraction globale de 15,3% de la production d emballages en plastique, l année 2011 a enregistré une légère reprise de la production exprimée en poids. Le chiffre d affaires a été de millions d Euros. Le commerce extérieur a enregistré lui aussi, après la crise de 2008/2009 une reprise : +6,7% pour les exportations et +2,8% pour les importations. La reprise a concerné tous les secteurs de production : - emballages flexibles +3% - accessoires +5,3% - emballages rigides +5,6% Marché italien des emballages en plastique Chiffre d affaires en millions d euros ,00 Salariés Entreprises exerçant en Italie Prod. en milliers de tonnes hors déchets Exportations en milliers de tonnes (t/000) Importations en milliers de tonnes (t/000) 370 Source : Istituto Italiano Imballaggi L année 2011 a connu une intensification de l emploi des plastiques provenant du recyclage et en particulier l utilisation de bioplastiques pour la production d emballages. Près de ¾ des emballages en plastique produits en Italie sont utilisés dans le secteur alimentaire. La répartition des taux d utilisation des emballages en plastique destinés aux secteurs finaux est la suivante : 10

11 14,30% Produits Alimentaires 7,50% Boissons 3,60% 19,10% 55,50% Cosmétiques et produits phamaceutiques Produits techniques divers Autres Source : Banque de données de l Istituto Italiano Imballaggio BIOPLASTIQUES L'Istituto Italiano Imballaggio a effectué une étude de marché destinée à quantifier l utilisation de bioplastiques en Italie en se focalisant sur leur utilisation dans le secteur de l emballage. A cet effet, un groupe qualifié de producteurs de bioplastiques a été inclus dans l enquête. En 2010, tonnes de bioplastiques ont été utilisés pour la production d emballages et qui se répartissent comme suit selon la typologie d emballage : tonnes pour les sacs et sachets divers pour les courses ; tonnes pour les films d emballage et conditionnement (flowpack etc.); 500 tonnes pour les bouteilles ; tonnes pour les alvéoles, bassines, etc PLASTIQUES PROVENANT DU RECYCLAGE Le taux de développement de l utilisation des bio-polymères pour la production d emballages est estimé à une moyenne annuelle d environ 25/30% pour les trois prochaines années. L'utilisation des plastiques provenant du recyclage pour produire des emballages est une pratique utilisée depuis des années. Leur utilisation a toutefois été limitée à la production d emballages non destinés à contenir des produits alimentaires et des boissons. Avec le dépassement de cette interdiction, leur utilisation est en train de croître progressivement. En 2010, l utilisation de plastiques provenant du recyclage destinées à la production d emballages est répartie comme suit : tonnes pour les sacs et sachets, tonnes pour les flacons, barils, bidons pour produits techniques, caisses, etc tonnes autres (alvéoles, tubes, plateaux, etc.). Globalement, leur utilisation est estimée à tonnes. 11

12 3.1.3 EMBALLAGES SOUPLES TRANSFORMES (CONVERTED FLEXIBLE PACKAGING) Ces emballages sont constitués des films plastiques transformés mono et multi strates ; ces derniers sont obtenus par appareillement, coextrusion ou laminage. Il s agit donc, dans la plupart des cas, de structures complexes où chaque composante possède un usage spécifique, caractéristique constituant la principale force de l emballage. En 2011 la demande interne a augmenté de 7,2% et les exportations ont enregistré une croissance de 5%. La production a enregistré une hausse de 6%. Le chiffre d affaires a augmenté de 8%. La production, les exportations et la demande interne ont augmenté par rapport à 2007, année qui a précédé la crise économique. Le potentiel de développement reste bon. 12

13 Le marché des emballages en Plastique (Valeur en milliers de tonnes) Source : Banque de données de l Istituto Italiano Imballaggio (Institut Italien de l Emballage) EMBALLAGES FLEXIBLES Production (1) Exportation (2) Importation (2) Sachets pour les courses et conditionnement, sacs , industriels , Sacs pour le ramassage RSU (déchets solides urbains) Film extensible pour emballages et conditionnement, pour coextrusion, appareillement et métallisation Film extensibles et thermorétractables pour le transport (1) 0 (1) (1) 0 (1) , , , , ACCESSOIRES POUR EMBALLAGE Bouchons, fermetures, capuchons de sprays Cordes, feuillards, rubans adhésifs, matériaux de rembourrage et protection : jetons en polystyrène, films à bulles, plaques, etc. Production (1) Exportation (2) Importation (2) EMBALLAGES RIGIDES Production (1) Exportation (2) Importation (2) Bouteilles pour eau minérale, boissons et liquides alimentaires Bouteilles et flacons pour produits techniques, récipients, bidons, poubelles, palettes et caisses diverses et sceaux Alvéoles, blisters pour médicaments, tubes souples, paniers, plateaux, conteneurs thermoformés et en polystyrène (y compris les boîtes de protection) (1) 0(1) (1) 0(1) 13

14 3.2 LE PACKAGING ALIMENTAIRE L opération complexe de mise d un aliment ou d une boisson dans un contenant adapté à sa conservation et distribution est central dans le cycle de préparation et commercialisation de tout produit alimentaire ; cette centralité est liée à l instant de son exécution mais également à l importance qu elle a pour les opérateurs de l industrie alimentaire, des entreprises de distribution et pour les consommateurs finaux du produit confectionné. La production est plus intéressée par la production d emballages adaptés et économiques et de systèmes de conditionnement contribuant à rationaliser le cycle de production ; La distribution exige au packaging de prolonger la durée de vie du produit, d en faciliter le transport et d en faciliter le succès commercial. Enfin, les consommateurs, veulent que la confection garantisse la qualité de l aliment, exigent la praticité et la convenance de l emballage pour la sauvegarde de l environnement. Dans le secteur du packaging alimentaire, il existe de nombreux inputs qui sont parfois contradictoires, qui proviennent des différentes activités concernées. Ce secteur est également caractérisé par un grand dynamisme et capacités d innovation. Grâce à ces caractéristiques, la traditionnelle habitude de protéger les aliments en les mettants dans des récipients adaptés a donné naissance à un secteur de production hétérongène et d une importance fondamentale pour toute l économie nationale et régionale. Les opérations de packaging alimetaire sont rendues possibles grâce à des machines et des systèmes automatiques très complexes et sophistiqués en termes d automatisation et de contrôles. L Italie est le second pays producteur d Europe et le premier en termes d exportations. Ces données témoignent de la haute valeur et de la fiabilité des technologies développées et réalisées par l industrie italienne dans le packaging alimentaire. 14

15 3.3 ANALYSE SWOT DU SECTEUR DU PACKAGING ALIMENTAIRE ITALIEN Forces - Tissu productif consolidé sur le territoire - Disponibilité du tissu entrepreneurial pour la collaboration avec des entreprises exerçant d autres activités industrielles - Volonté croissante d innovation dans les PME - Présence de certaines structures d excellence (Instituts universitaires de - - recherche, pôles de recherche CNR, etc.) - Présence d entreprises certifiées Faiblesses - Petite ou très petite taille du tissu entrepreneurial - Bureaucratie régionale - Augmentation des coûts des matières premières - Nombre limité des zones industrielles conformes aux normes et à l infrastructure adaptée - Faible intégration des filières - Faible taux d accumulation lié à la souscapitalisation structurelle des entreprises - Faible propension à la mise en place d innovations complexes - Faible taux de dépenses en R&D sur le total des coûts de l innovation - Faible propension à acquérir des brevets et des licences pour effectuer des accords de collaboration avec d autres entreprises - Faible coopération entre les structures de recherche en elles-mêmes et entre ces structures et le système local de production Opportunités - Position géographique stratégique - Augmentation des exigences des consommateurs - Positionnement dans des marchés de niche - Opportunités offertes par la télématique - Présence de grands investisseurs étrangers permettant la création de pôles technologiques Risques - Phénomènes de globalisation risquant de marginaliser certaines unités de production de la Région - Aggravement des processus de désindustrialisation - Réduction de l avantage compétitif des entreprises siciliennes par rapport au contexte international - Augmentation de la pression concurrentielle 15

16 4 ENQUETE STATISTIQUE : LE QUESTIONNAIRE Dans le cadre du projet, une enquête a été effectuée auprès des entreprises impliquées dans les secteurs agricole, piscicole, agroalimentaire et dans le secteur de l emballage. L enquête a pour objectif d explorer les opportunités de coopération transfrontalière à partir des exigences du système entrepreneurial dans une optique de développement de nouvelles alliances productives. Afin de collecter les informations, le choix s est porté sur un questionnaire spécialement préparé par Confindustria Siracusa. Ce dernier est similaire à celui qui a été préparé par l UTICA, simple et intuitif, avec un nombre limité de questions. Il a été administré via et fax à 361 entreprises appartenant aux secteurs agricole, piscicole, agroalimentaire et l emballage. Plus précisément, il a été soumis à : 347 entreprises des secteurs agricole, piscicole et agroalimentaire ; 14 entreprises du secteur des emballages. Malheureusement, un nombre limité et donc statistiquement peu représentatif d entreprises a répondu à l enquête : celles-ci sont principalement familiales, ayant moins de 10 salariés et ne consacrent pas de ressources importantes à la recherche et le développement du packaging et ne collaborent avec des Universités, centres de recherche ou laboratoires qu occasionnellement. A la lumière des données collectées, il semble clair que l entreprise agroalimentaire de Syracuse, étant données les caractéristiques structurelles, sociales et culturelles qu on leur connaît, se trouve dans une position désavantageuse par rapport aux capacités de mise en place des innovations technologiques. Les résultats de l enquête, achevée au mois d août, ont confirmé la rupture numérique entre le secteur agroalimentaire et les autres secteurs de production de la province. Des inégalités dans l accès et l utilisation des technologies de la «société de l information» se sont traduites par des difficultés d exploitation de technologies liées à l informatique : condition désormais indispensable afin de garantir que l entreprise soit normalement opérationnelle. En conclusion, la situation des équipements des entreprises agroalimentaires de Syracuse est très similaire à celle des entreprises tunisiennes. Notre province connaît elle aussi une forte carence en termes de nombre d entreprises actives dans les secteurs des plastiques innovants ou qui offrent des services TIC. Pour cette raison, le projet Polymeda se propose de faciliter l ouverture des deux territoires (province de Syracuse et gouvernorat de l Ariana) avec des stratégies orientées vers l amélioration de la compétitivité des deux secteurs alimentaire et piscicole à travers leur intégration avec les secteurs émergents, tels que les plastiques technologiques et les services à l industrie tels que les TIC. En bref, le Projet représente une opportunité, aussi bien pour la province de Syracuse que pour la gouvernorat de l Ariana, afin de renforcer l intégration économique, sociale et culturelle et produire une nette amélioration de la compétitivité du secteur agroalimentaire des deux territoires. 16

17 Questionnaire 1 Nous vous remercions à l avance pour le temps que vous voudrez consacrer à répondre à ce questionnaire. Vos réponses resteront personnelles et anonymes. Nous vous prions de remplir le questionnaire et de l envoyer avant le 31 juillet 2012 à l adresse suivante : ou au numéro de fax suivant : Dans quels secteurs votre entreprise opère-t-elle? Papier Plastique rigide Carton ondulé Emballages en carton compact Plastique souple Verre Métal Bois Etiquettes /Adhésifs Peinture Cretonne Autre Combien de personnes travaillent dans votre entreprise? 10 salariés ou moins Entre 11 et 99 salariés Entre 100 et 250 salariés Plus de 250 salariés 3- Votre entreprise produit-elle des emballages pour aliments? Absolument pas à une faible mesure à mesure moyenne à une large mesure à une très large mesure 4- Quel est le marché cible de votre entreprise : local / national international Les deux 5-Quels sont les facteurs clé de succès dans votre secteur : Qualité Respect de l environnement Respect des normes Prix Services Aspect graphique Innovation technologique Autre Quels types de polymères utilisez-vous dans la production d'emballages pour aliments? Polyéthylène polypropylène polystyrène PET PVC poly (vinyle acétate, acrylonitrile, EVOH polyacrylique) Aucun Autres Quelles sont vos principales applications des polymères dans la fabrication d'emballages 17

18 alimentaires? Pellicules alimentaires et diverses Produits pour l hygiène Sacs de fruits et légumes Plateaux et vases Plateaux de fruits et légumes Ustensiles et cuisine et tasses jetables Confections transparentes pour le pain Filets Bouteilles d eau et de lait Aucune Autre Avez-vous recours à des compétences internes en matière de Recherche et Développement? Absolument pas à une faible mesure à mesure moyenne à une large mesure à une très large mesure 9 - Avez-vous recours à des experts externes en matière de Recherche et Développement? Absolument pas à une faible mesure à mesure moyenne à une large mesure à une très large mesure 10 - Quelles sont les universités, les centres de recherche ou les laboratoires avec lesquels vous collaborez (ou avez collaboré)? Avec quelle fréquence effectuez-vous des Contrôles Qualité? (1- Jamais, 2-Très rarement, 3-Rarement, 4-Souvent, 5-Très souvent) Contrôle du produit Contrôle des processus ou procédures Contrôle des systèmes ou contrôle de l organisation Autre Quelles sont les certifications détenues par votre entreprise? Les données collectées seront utilisées par Confindustria Siracusa dans le strict respect statistique et de la réglementation en vigueur sur la protection des données personnelles (D.Lgs. 196/03), de manière à ce qu il ne soit pas possible de remonter aux sujets qui fournissent ces données et seront portées à la connaissance des partenaires du Projet Polymeda exclusivement sous forme agrégée et anonyme. 18

19 Questionnaire 2 Nous vous remercions à l avance pour le temps que vous voudrez consacrer à répondre à ce questionnaire. Vos réponses resteront personnelles et anonymes. Nous vous prions de remplir le questionnaire et de l envoyer avant le 31 juillet 2012 à l adresse suivante : 1-Dans quels secteurs votre entreprise opère-t-elle? Huiles et matières grasses Fruits et légumes congélation Poissons Céréales et dérivés Laits et dérivés Boissons sucres et dérivés Viandes autres industries alimentaires : Combien de personnes travaillent dans votre entreprise? 10 salariés ou moins Entre 11 et 99 salariés Entre 100 et 250 salariés Plus de 250 salariés 3- Quel est le marché cible de votre entreprise : local / national international Les deux 4- Marquer, sur une échelle de 1 à 5, le niveau d'importance des fonctions de l'emballage : (1 = Pas du tout important, 2 = Peu important, 3 = Moyennement important, 4 = Important, 5 = Très important) Hygiène et sécurité Protection du produit Facilitations dans l utilisation du produit Facilitations dans le transport du produit Développement du produit Informations Design Respect de l environnement Extention de la durée de vie du produit Maintien des coûts Autre

20 5 - Quel est le coût des emballages par rapport au coût total de votre produit? 10% ou moins Entre 10 et 30% Entre 31 et50% 50% ou plus 6- Quels sont les principaux problèmes que vous rencontrez au niveau de l'emballage? Quels types de polymères utilisez-vous dans les emballages alimentaires de vos produits? polyéthylène polypropylène polystyrène PET PVC poly (vinyl acétate, acrylonitrile, EVOH polyacrylique) Aucun Autres Consacrez-vous un budget spécifique à la Recherche et Développement en packaging? Absolument pas à une faible mesure à mesure moyenne à une large mesure à une très large mesure 9 - Avez-vous recours à des compétences internes en matière de Recherche et Développement en packaging? Absolument pas à une faible mesure à mesure moyenne à une large mesure à une très large mesure 10 - Avez-vous recours à des experts externes en matière de Recherche et Développement en packaging? Absolument pas à une faible mesure à mesure moyenne à une large mesure à une très large mesure 11 - Quelles sont les universités, les centres de recherche ou les laboratoires avec lesquels vous collaborez (ou avec collaboré) pour le packaging? Les données collectées seront utilisées par Confindustria Siracusa dans le strict respect statistique et de la réglementation en vigueur sur la protection des données personnelles (D.Lgs. 196/03), de manière à ce qu il ne soit pas possible de remonter aux sujets qui fournissent ces données et seront portées à la connaissance des partenaires du Projet Polymeda exclusivement sous forme agrégée et anonyme. 20

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR Taille et structure de l industrie Livraisons et commerce international Production Ressources humaines Recherche et développement Développement durable PRINCIPALES

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE

Fiches de synthèse AGRICULTURE CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 1- Secteur agricole au Sénégal Foncier Le foncier sénégalais appartient à 95 % au domaine national

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

MINISTERE DE L INDUSTRIE, DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT. Atelier n 1

MINISTERE DE L INDUSTRIE, DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT. Atelier n 1 MINISTERE DE L INDUSTRIE, DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT Atelier n 1 Les Petites et Moyennes Entreprises comme élément de développement de l économie locale et

Plus en détail

Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise. Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance?

Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise. Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance? Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance? Jouy-le-Moutier, Campus de formation de Veolia Environnement,

Plus en détail

Enquête industrie Agroalimentaire

Enquête industrie Agroalimentaire [Texte] Enquête industrie Agroalimentaire La CCI de la Vendée a mené, courant 2013, une enquête auprès des entreprises industrielles vendéennes afin d analyser la structuration et l organisation de ces

Plus en détail

Projet AgroMed Quality. Partie 4. Études de cas des entreprises agroalimentaires

Projet AgroMed Quality. Partie 4. Études de cas des entreprises agroalimentaires Projet AgroMed Quality Partie Études de cas des entreprises agroalimentaires La présente section reprend la méthodologie et les résultats d une enquête effectuée auprès des entreprises agricoles et/ou

Plus en détail

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Priorités de l ACIC pour le budget fédéral de 2015 La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Mémoire présenté au Comité permanent des finances Association

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Financer et accompagner les entreprises

Financer et accompagner les entreprises Financer et accompagner les entreprises EN HAUTE-NORMANDIE Créer EN HAUTE-NORMANDIE Innover Fiches pratiques Développer Transmettre Outils communs Édito des Présidents La Région Haute-Normandie et OSEO,

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

Charte environnement. Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social

Charte environnement. Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social Charte environnement Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social Située à coté d un site naturel sensible, avec le recyclage au cœur de l histoire et de l activité

Plus en détail

La place de l Agroalimentaire dans le PPAMNQ. K E N Z A R I S g h a ï e r ( C T P C G P P A M N Q )

La place de l Agroalimentaire dans le PPAMNQ. K E N Z A R I S g h a ï e r ( C T P C G P P A M N Q ) La place de l Agroalimentaire dans le PPAMNQ K E N Z A R I S g h a ï e r ( C T P C G P P A M N Q ) Programme d Appui et de Soutien aux Accords de Partenariat Economique (PASAPE) 1- RAPPELS La suppression

Plus en détail

CHIFFRES PHARMA 2014. L industrie du médicament en Belgique : un vecteur de croissance. Les chiffres-clés

CHIFFRES PHARMA 2014. L industrie du médicament en Belgique : un vecteur de croissance. Les chiffres-clés CHIFFRES PHARMA 214 L industrie du médicament en Belgique : un vecteur de croissance Les chiffres-clés Editeur responsable : Catherine Rutten, pharma.be, Association générale de l industrie pharmaceutique

Plus en détail

La recherche au Maroc

La recherche au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières La recherche au Maroc Octobre 1997 Document de travail n 23 La recherche au Maroc Octobre 1997 2 1- Etat des lieux Les dépenses en matière

Plus en détail

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013 Rapport d études Etudes des spécificités du marché du SaaS en France Rapport de synthèse février 2013 Conception Caisse des Dépôts (Service communication DDTR) février 2013 Veille stratégique, conseil

Plus en détail

Le Marketing Territorial

Le Marketing Territorial Le Marketing Territorial Eléments de méthodologie pour construire une stratégie Laurent Sansoucy Formation ANIMA Rabat, 7-8-9 mai 2003 Plan Démarche générale Stratégies marketing Segmentation En guise

Plus en détail

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Plusieurs tentatives visant la mise à niveau et la refonte du secteur des assurances en Tunisie ont déjà

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Le secteur laitier en Irlande vers une expansion durable et profitable C. LASCURETTES. Executive Secretary National Dairy and Liquid Milk Committees

Le secteur laitier en Irlande vers une expansion durable et profitable C. LASCURETTES. Executive Secretary National Dairy and Liquid Milk Committees Le secteur laitier en Irlande vers une expansion durable et profitable C. LASCURETTES Executive Secretary National Dairy and Liquid Milk Committees Irish Farmers Association catherinelascurettes@ifa ifa.ieie

Plus en détail

GECA GLOBAL CONSULTING suarl 76, Avenue Habib Bourghiba App. A1-1 2080 Ariana - TUNISIA MF: 1260762R/A/M/000

GECA GLOBAL CONSULTING suarl 76, Avenue Habib Bourghiba App. A1-1 2080 Ariana - TUNISIA MF: 1260762R/A/M/000 GECA GLOBAL CONSULTING suarl 76, Avenue Habib Bourghiba App. A1-1 2080 Ariana - TUNISIA MF: 1260762R/A/M/000 GECA Global Consulting est une société de consultation internationale, constituée à Tunis. Cette

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

Contribution des industries créatives

Contribution des industries créatives RÉSUMÉ - Septembre 2014 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes de PIB et d emploi Évolution 2008-2011 2 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes

Plus en détail

Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1

Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1 Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1 Jean-François BASCHET, Ministère de l agriculture et de la pêche, Direction des affaires

Plus en détail

Présentation de l entreprise

Présentation de l entreprise 1- Historique La société ifri est située dans la commune d Ighzer- Amokrane- Daïra - Ifri Ouzellaguen. La superficie globale de l entreprise ifri est de 32.530 m². La superficie couverte est de 21.000

Plus en détail

La solution équitable et économique pour la récupération de vos emballages

La solution équitable et économique pour la récupération de vos emballages La solution équitable et économique pour la récupération de vos emballages Qu est ce qu INTERSEROH? INTERSEROH organise et garantit aux producteurs allemands et étrangers de différentes branches (bâtiment,

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Economie et organisation d entreprises

Economie et organisation d entreprises Economie et organisation d entreprises 0. Introduction générale 1. Définition et diversité d entreprises 2. L environnement des entreprises 3. Les fonctions de l entreprise 4. L organisation des entreprises

Plus en détail

PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES

PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES Préambule Aujourd hui à travers l activité de «Recherche-Développement» l application technologique des acquis de la science est devenue non seulement l équivalent d une

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

Le recyclage des emballages au Luxembourg

Le recyclage des emballages au Luxembourg Le recyclage des emballages au Luxembourg Sommaire La responsabilité des producteurs page 4 VALORLUX, organisme agréé page 6 Le Point Vert page 9 La prévention des déchets d emballages page 10 La responsabilité

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013

Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013 Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013 Bruxelles, le 25 juin 2013 Le SPF Economie publie annuellement un baromètre global de la société de l information. Les résultats

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

Le Canada rural, ça compte

Le Canada rural, ça compte Le Canada rural, ça compte 1 Le Canada rural, ça compte Le Canada rural, ça compte Les régions rurales du Canada sont importantes pour la santé et la prospérité du pays. Malheureusement, les habitants

Plus en détail

AVIS DU SECTEUR AGRICULTURE DE L EFFAT SUR LA REFORME DU SECTEUR VITIVINICOLE DANS L UNION EUROPEENNE 1

AVIS DU SECTEUR AGRICULTURE DE L EFFAT SUR LA REFORME DU SECTEUR VITIVINICOLE DANS L UNION EUROPEENNE 1 AVIS DU SECTEUR AGRICULTURE DE L EFFAT SUR LA REFORME DU SECTEUR VITIVINICOLE DANS L UNION EUROPEENNE 1 Les quelque 1,5 millions d exploitations viticoles et vinicoles de l Union européenne emploient plus

Plus en détail

L APPAREIL EXPORTATEUR AUVERGNAT

L APPAREIL EXPORTATEUR AUVERGNAT L APPAREIL EXPORTATEUR AUVERGNAT Des gisements de progrès Avril 2011 LES CONSTATS Les PME auvergnates n exportent pas assez : 2% des entreprises contre 3% au niveau national à l origine que d un tiers

Plus en détail

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 PRESENTATION Le groupe ALTIOS International Une société leader dans le conseil et le développement opérationnel

Plus en détail

Enquête sur les investissements dans l industrie

Enquête sur les investissements dans l industrie Note Méthodologique Dernière mise à jour : 30-08-2010 Enquête sur les investissements dans l industrie Avertissement : depuis mai 2010, les résultats de l enquête trimestrielle sur les investissements

Plus en détail

1- Depuis la reprise amorcée en 2010, le commerce bilatéral progresse à un rythme relativement soutenu

1- Depuis la reprise amorcée en 2010, le commerce bilatéral progresse à un rythme relativement soutenu Mexique : 2013, année record pour le commerce francomexicain DG Trésor Février 2014 En 2013, le montant des échanges commerciaux entre la France et le Mexique, bien qu encore relativement modeste, a atteint

Plus en détail

Le Réemploi du matériel informatique au service de l Insertion, de l Environnement et de la lutte contre la fracture numérique

Le Réemploi du matériel informatique au service de l Insertion, de l Environnement et de la lutte contre la fracture numérique Le Réemploi du matériel informatique au service de l Insertion, de l Environnement et de la lutte contre la fracture numérique AG2I / R2D2 : En Marin route de Pessan 32000 Auch (Gers en Gascogne) ZI du

Plus en détail

Création d une structure/chaîne/filière pour l approvisionnement alimentaire local/régional

Création d une structure/chaîne/filière pour l approvisionnement alimentaire local/régional Création d une structure/chaîne/filière pour l approvisionnement alimentaire local/régional et ainsi créer de l emploi Développer l agriculture à taille humaine et durable Développer la production alimentaire

Plus en détail

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Session plénière : Séance introductive De l'importance de l'investissement productif des migrants en milieu rural Stéphane Gallet (Ministère

Plus en détail

Comment l industrie du recyclage des papiers cartons participe-t-elle efficacement à l économie sociale de la France?

Comment l industrie du recyclage des papiers cartons participe-t-elle efficacement à l économie sociale de la France? Du mardi 27 novembre au vendredi 30 novembre 2012 Comment l industrie du recyclage des papiers cartons participe-t-elle efficacement à l économie sociale de la France? B E R N A R D R O T H É P R É S I

Plus en détail

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil :

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : Journée de l Ingénieur Tunisien Tunis, 30 octobre 2010

Plus en détail

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 Contexte et enjeux : Depuis plusieurs années la politique économique de la Région Centre - Val de Loire s est fixée comme objectif de soutenir la

Plus en détail

Croissance, emploi et protection sociale

Croissance, emploi et protection sociale Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Croissance, emploi et protection sociale Juillet 1998 Document de travail n 32 La problématique croissance, emploi et protection sociale

Plus en détail

quels enjeux pour le secteur financier?

quels enjeux pour le secteur financier? Préambule 2 Auteurs de l enquête Cette étude a été conduite par le pôle développement durable d Equinox Consulting Sophie Madet, associée Blandine Sébileau, senior manager Sybille Brugues et Sophie Pornin,

Plus en détail

Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation

Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation Xavier Niel et Mustapha Okham* Alors qu en 1978, le quart de l emploi était industriel, seulement 14 % des emplois sont désormais

Plus en détail

Comment mettre l innovation au cœur de votre entreprise?

Comment mettre l innovation au cœur de votre entreprise? 1 Comment mettre l innovation au cœur de votre entreprise? Réfaat Chaabouni Salon de la création d entreprises Tunis 17-18 Octobre 2008 2 L innovation est synonyme de changement C est au sens large du

Plus en détail

Faciliter l emploi des jeunes à travers la création d emplois et le développement de l entreprenariat en Tunisie. Automne 2015

Faciliter l emploi des jeunes à travers la création d emplois et le développement de l entreprenariat en Tunisie. Automne 2015 Faciliter l emploi des jeunes à travers la création d emplois et le développement de l entreprenariat en Tunisie Automne 2015 2 La nécessité de créer des emplois La révolution tunisienne a entre autres

Plus en détail

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies Chapitre V La mise en œuvre des stratégies 1 Les forces dynamiques dans l évolution de l entreprise Base Base de de l l avantage concurrentiel dans dans l industrie Action stratégique Environnement de

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

AGENDA. JOUR 1 : le choix des produits L assortiment du point de vente. JOUR 2 : la présentation des produits. JOUR 3 : La prospection

AGENDA. JOUR 1 : le choix des produits L assortiment du point de vente. JOUR 2 : la présentation des produits. JOUR 3 : La prospection 1 MARKETING JOUR 2 AGENDA 2 JOUR 1 : le choix des produits L assortiment du point de vente JOUR 2 : la présentation des produits JOUR 3 : La prospection JOUR 4 : La fidélisation 3 MIX MARKETING Les bases

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

Une région d outre-mer émergente, en croissance, avec des potentiels et confrontée à plusieurs défis

Une région d outre-mer émergente, en croissance, avec des potentiels et confrontée à plusieurs défis Mission DRI du 2 septembre 2013 Une région d outre-mer émergente, en croissance, avec des potentiels et confrontée à plusieurs défis L Institut d Emission des Départements d Outre-Mer Des missions de banque

Plus en détail

Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé

Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé D après les données du Contrat d étude prospective des Industries de Santé 2012 les chiffres clés u Près de 200 000 salariés,

Plus en détail

LES CONTENANTS DE BOISSONS

LES CONTENANTS DE BOISSONS LES CONTENANTS DE BOISSONS La vente de boissons Plus de 4,7 milliards de contenants de boissons ont été vendus au Québec en 2005 1. Les boissons mises en marché au Québec se présentent sous des formats

Plus en détail

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr OSEO et le soutien de l innovation Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr Notre mission Soutenir l innovation et la croissance des entreprises Par nos trois métiers

Plus en détail

440 hectares 2 milliards d euros

440 hectares 2 milliards d euros EUROSITY EUROSITY, UNE PLATEFORME SINO-EUROPéENNE UNIQUE EN EUROPE Une plateforme innovante de coopération industrielle, commerciale et académique, d une ampleur sans précédent, entre la France et la Chine,

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

,,ÉTUDES ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS LE MUNICIPE DE CONSTANŢA

,,ÉTUDES ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS LE MUNICIPE DE CONSTANŢA RESUMÉ Mots clés : marketing, produits alimentaires, stratégies La thèse de doctorat intitulée,,études ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS

Plus en détail

L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire

L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire Conseil National du Commerce Extérieur L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire Anticiper Partager Agir 2005 www.cnce.org.ma CHAPITRE I : Sommaire LES INDICATEURS DE

Plus en détail

Transport et Logistique face à la mondialisation

Transport et Logistique face à la mondialisation Commission Mobilité et Transport Transport et Logistique face à la mondialisation Cas des Produits Industrialisés CNISF le 13 janvier 2010 JC Raoul 1 Pourquoi les produits industrialisés? Une croissance

Plus en détail

L industrie suisse des biens de consommation à l heure de la mondialisation

L industrie suisse des biens de consommation à l heure de la mondialisation L industrie suisse des biens de consommation à l heure de la mondialisation L industrie suisse des biens de consommation subit, ces dernières années, une concurrence de plus en plus forte sur les marchés

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT Titre du projet «Appui à la mise en œuvre de la stratégie

Plus en détail

LES METAUX NON FERREUX FACE A LA CRISE INDUSTRIELLE ET FINANCIERE

LES METAUX NON FERREUX FACE A LA CRISE INDUSTRIELLE ET FINANCIERE LES METAUX NON FERREUX FACE A LA CRISE INDUSTRIELLE ET FINANCIERE Patrick KORNBERG Robert LIFCHITZ Jeudi 29 novembre 2012 PLAN DE L EXPOSE 1. Qu est ce qu une crise financière? Qu est ce qu une crise industrielle?

Plus en détail

POLITIQUE DE PROMOTION DE LA PME EN ALGERIE

POLITIQUE DE PROMOTION DE LA PME EN ALGERIE RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE Ministère de l Industrie, de la PME et de la Promotion de l Investissement POLITIQUE DE PROMOTION DE LA PME EN ALGERIE SAID BENDRIMIA DIRECTEUR D ETUDES/

Plus en détail

Les investissements en centres de distribution à l extérieur du Canada ne sont pas aussi courants que sur le territoire national

Les investissements en centres de distribution à l extérieur du Canada ne sont pas aussi courants que sur le territoire national Les investissements en centres de distribution à l extérieur du Canada ne sont pas aussi courants que sur le territoire national Le secteur de la fabrication de matériel ferroviaire roulant rationalise

Plus en détail

MARKETING INTERNATIONALES DES PRODUITS AGRICOLES

MARKETING INTERNATIONALES DES PRODUITS AGRICOLES MARKETING INTERNATIONALES DES PRODUITS AGRICOLES Sommaire Introduction au marketing international Types de marketing international La stratégie d internationalisation La politique internationale du produit

Plus en détail

DIFFUSION DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE DANS LES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES (PME): LE CAS DU VIETNAM

DIFFUSION DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE DANS LES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES (PME): LE CAS DU VIETNAM DIFFUSION DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE DANS LES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES (PME): LE CAS DU VIETNAM LE Van Huy Université des Sciences Économiques de Danang, Vietnam Paris, 14 Décembre 2008 P.2/20 Plan

Plus en détail

Réseau des Boutiques Paysannes Languedoc-Roussillon Mai 2008

Réseau des Boutiques Paysannes Languedoc-Roussillon Mai 2008 LA CHARTE DES BOUTIQUES PAYSANNES Ce document est un condensé de l expérience des producteurs et artisans des Boutiques Paysannes en Languedoc-Roussillon. Il est également inspiré de celle du Réseau AVEC-Rhône

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

ASSOCIATION BULGARE DE L INDUSTRIE METALLURGIQUE /АBIM/

ASSOCIATION BULGARE DE L INDUSTRIE METALLURGIQUE /АBIM/ ASSOCIATION BULGARE DE L INDUSTRIE METALLURGIQUE /АBIM/ Carte routière de restucturation dans le secteur métallurgique - gestion de la restructuration, inclusion active des partenaire sociaux, diffusion

Plus en détail

Comprendre le contenu recyclé (et pourquoi exiger des niveaux minimums n est pas la réponse pour les emballages en papier)

Comprendre le contenu recyclé (et pourquoi exiger des niveaux minimums n est pas la réponse pour les emballages en papier) Comprendre le contenu recyclé (et pourquoi exiger des niveaux minimums n est pas la réponse pour les emballages en papier) 1. En général, le contenu recyclé n est qu une moyenne. Il peut s agir de la moyenne

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail

entreprendre à la puissance cisco

entreprendre à la puissance cisco entreprendre à la puissance cisco À un moment donné, vous avez vu quelque chose que personne d autre n avait vu. Il s agissait peut-être d une idée ou d une opportunité. Ce «quelque chose» vous a fait

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Index d encadrés. Bilan : l année méditerranéenne. 453 Med.2010 Index d encadrés

Index d encadrés. Bilan : l année méditerranéenne. 453 Med.2010 Index d encadrés Index d encadrés Bilan : l année méditerranéenne Politiques méditerranéennes Moyen-Orient Vers une communauté de l eau et de l énergie au Moyen-Orient........................ 208 La Turquie-Les Balkans

Plus en détail

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP // Introduction Introduction

Plus en détail

Les aides étatiques pour PME. Les principaux instruments de cofinancement publics en faveur des PME luxembourgeoises

Les aides étatiques pour PME. Les principaux instruments de cofinancement publics en faveur des PME luxembourgeoises Les aides étatiques pour PME Les principaux instruments de cofinancement publics en faveur des PME luxembourgeoises Les aides directes du Ministère de l Économie en faveur des PME luxembourgeoises Chambre

Plus en détail

APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE»

APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE» APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE» INTRODUCTION Pourquoi un appel à projets «Technologies numériques pour les nouveaux usages

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

La démarche d intelligence économique

La démarche d intelligence économique PROGRAMME D APPUI AU COMMERCE ET À L INTÉGRATION RÉGIONALE Un programme financé par l Union européenne RENFORCEMENT DE LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES ET INTELLIGENCE ECONOMIQUE MARINA SAUZET CONSULTANTE

Plus en détail

PROTECTION DE PRODUITS EN IG

PROTECTION DE PRODUITS EN IG PROTECTION DE PRODUITS EN IG Ousman ABDOU Ingénieur Agrométéorologue Expert de l Agriculture en IG Point focal IG/OAPI Direction Générale de l Agriculture Tel: (00227) 90 34 09 28 Email: ous_ab@yahoo.fr

Plus en détail

Plate-forme RSE. Commissariat Général à la stratégie et la prospective

Plate-forme RSE. Commissariat Général à la stratégie et la prospective Plate-forme RSE Commissariat Général à la stratégie et la prospective «La Région Languedoc-Roussillon accélérateur de compétitivité et de responsabilité sociale pour les entreprises» Josick Paoli Directrice

Plus en détail

POUR UNE BANQUE MEDITERRANEENNE DE

POUR UNE BANQUE MEDITERRANEENNE DE POUR UNE BANQUE MEDITERRANEENNE DE DEVELOPPEMENT 11 mai 2011 - Paris Constats Les besoins en investissements des pays du bassin méditerranéen sont considérables tant en matière d infrastructures que de

Plus en détail

1. LES SOURCES. L enquête annuelle d entreprise (EAE)

1. LES SOURCES. L enquête annuelle d entreprise (EAE) 1. LES SOURCES L enquête annuelle d entreprise (EAE) L enquête annuelle d entreprise (EAE) est élaborée dans le cadre du règlement européen n 58 / 97 du Conseil du 20 décembre 1996 relatif aux statistiques

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Résumé L intérêt et la motivation à tous les niveaux politiques en faveur du développement durable,

Plus en détail

Salon de la création d entreprises

Salon de la création d entreprises Salon de la création d entreprises Tunis 17 octobre 2008 «Comment mettre l innovation au cœur de l entreprise» soutient l innovation et la croissance des PME oseo.fr 2 OSEO Soutient l innovation et la

Plus en détail

Décision n 10-DCC-68 du 9 juillet 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Cenpac par le groupe Raja

Décision n 10-DCC-68 du 9 juillet 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Cenpac par le groupe Raja RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-68 du 9 juillet 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Cenpac par le groupe Raja L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail