FORCES STRENGTHS OPPORTUNITES OPPORTUNITIES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FORCES STRENGTHS OPPORTUNITES OPPORTUNITIES"

Transcription

1 1 ANALYSE SWOT

2 1.1 DESCRIPTION DE LA MÉTHODE L analyse SWOT (Strengths, Weaknesses, Opportunities, Threats) ou FFOM (Forces, Faiblesses, Opportunités, Menaces) est un outil de diagnostic et d'analyse stratégique. L objectif est d identifier les points d action potentiels à inclure dans la stratégie de développement de l élément à laquelle elle sera appliquée. L analyse SWOT identifie les forces et les faiblesses internes d un secteur, d une entité économique, d un projet et les opportunités et les menaces externes dues à son environnement. Une matrice à 2x2 champs de perception illustre habituellement l analyse SWOT. Eléments positifs Eléments négatifs Eléments internes (organisationnels) Eléments externes (environnementaux) FORCES STRENGTHS (facteurs positifs et d'origine interne) OPPORTUNITES OPPORTUNITIES (facteurs positifs et d'origine externe) FAIBLESSES WEAKNESSES (facteurs négatifs et d'origine interne) MENACES THREATS (facteurs négatifs et d'origine externe)

3 1.2 APPLICATION DE LA MÉTHODOLOGIE À L ÉTUDE Dans le cadre de la présente étude, il a été nécessaire de prendre en considération les spécificités des différents maillons de la filière «travaillant» et valorisant le lait. Il a également été choisi de ne pas envisager l analyse du maillon de la production (agriculteurs laitiers) qui n affiche pas une uniformité de production (type et volume du cheptel détenu), d orientation (monospéculation ou polyspéculation variable), de force et de technologie de travail utilisée. Les maillons envisagés sont : - Laiteries/récolteurs - Transformateurs exclusifs (PME) : beurreries, crèmes, laits, poudres, extracteurs/ingrédients - Industries agroalimentaires de valorisation en seconde transformation - Agriculteurs-artisans organisés en circuits courts de valorisation/vente - Fromageries - Sociétés de commercialisation/trading Les éléments repris dans les tableaux de synthèse sont issus des entrevues obtenues auprès des opérateurs du secteur entre août 2011 et février 2012, complétés d éléments d analyse issus de la bibliographie consultée et d une analyse personnelle basée sur l expérience du rédacteur en matière de réalisation d étude SWOT au sein de la Filière Porcine Wallonne. En plus de cette approche maillon par maillon, une analyse de la marque «La Bande des Félait» d un point de vue de sa production, de sa communication et de son potentiel de développement complète l approche du secteur laitier présent en Wallonie. De sorte à les préciser, les éléments identifiés dans chaque matrice SWOT individuelle font l objet d une courte description de leur approche ou de la voie d influence qu ils représentent.

4 1.2.1 LAITERIES/RÉCOLTEURS Interne Positif FORCES Coopératives Stabilité d actionnariat (capitaux) Confiance/Implication des producteurs Marques en propriété Négatif FAIBLESSES Traditionnalisme des produits Inertie dans la gestion (Conseil d administration) Produits de masse Produits à faible valeur ajoutée Externe OPPORTUNITES Diversification produits Travail à façon vers la GMD Adossement à un groupe laitier ou agroalimentaire ( ) Partenariats entre opérateurs Marchés diversifiés : IAA, PME, GMD, grossistes, trading à l export MENACES Politique Agricole Commune (PAC) : quotas Adossement à un groupe laitier ou agroalimentaire (limite du pouvoir décisionnel) Lien à la zone géographique de production laitière Délocalisation/restructuration des élevages laitiers Règlementations environnementales Marchés mondiaux Influence économique des opérateurs laitiers majeurs FORCES Coopératives La coopérative constitue une force au sens ou la décision est du chef des coopérateurs et est supposée répondre aux demandes de valorisation économique des producteurs de lait. La coopérative doit par ailleurs développer des produits sortant de l unité de production qui tiennent compte de la réalité du maillon primaire. Stabilité d actionnariat (capitaux) Les coopérateurs étant des intervenants financiers dans la constitution du capital de l unité de production, ils représentent un actionnariat relativement stable dans le temps. Confiance/Implication des producteurs Les producteurs sont impliqués via un Conseil d Administration ou l Assemblée générale dans les décisions concernant la gestion et le travail de l outil de récolte/première transformation et par la livraison de lait. Ceci cultive la confiance des producteurs dans la stratégie développée par la coopérative. Marques en propriété Les coopératives peuvent posséder des marques de commercialisation propres qui attachent le produit fini directement au maillon de la production (image positive).

5 FAIBLESSES Traditionalisme des produits Les produits sortant des laiteries (lait, crème, beurre) font partie de la consommation alimentaire traditionnelle et ne sont que faiblement innovateurs (allégés, sans lactose ou enrichi en vitamines). Inertie dans la gestion (Conseil d administration) Le fait d être une coopérative incite à une démocratie dans la prise de décision dans le respect maximum des avis des membres qui peut amener à des lenteurs ou à des prises de «non-décision» face à des choix ou orientations perçues comme trop radicales par les administrateurs. Produits de masse Le domaine de travail d une laiterie est constitué de produits de consommation de masse (essentiellement lait, crème, beurre) qui ne se différencient pas notablement des mêmes produits issus d une autre laiterie concurrente. Produits à faible valeur ajoutée Lait, crème et beurre sont des produits de masse (voir ci-avant) dont les prix de vente aux consommateurs/clients professionnels sont particulièrement accessibles et dont le fort chiffre d affaire tient plus du volume commercialisé que de la valeur ajoutée relative des produits OPPORTUNITES Diversification produits Fournissant des produits traditionnels, la diversification produit peut se faire par l élargissement de la gamme des produits (laits aromatisés) mais également par une adaptation du packaging aux modes de consommation (nomadisme) actuel. Travail à façon vers la GMD La GMD cherche régulièrement à mettre en avant son image d enseigne et/ou à développer une gamme de produits à logotypage propre style «premiers prix» ou «produits XYZ». Ceci représente une opportunité de diversification et d accès à de nouveaux linéaires. Sauf si ces produits «blancs» concurrencent les produits marqués de la coopérative laitière. Adossement à un groupe laitier ou agroalimentaire Certaines coopératives son adossées ou intégrées dans un groupe laitier ou agroalimentaire à volume de production, poids économique significatifs sur les marchés internationaux. Cette situation est gage d une crédibilité sur les marchés, d une certaine stabilité d existence face à un rachat de l unité de production individuelle et d un certain poids face à la concurrence. Partenariats entre opérateurs Les coopératives sont traditionnelles dans le relationnel qu elles développent et sont globalement fidèles dans le temps. La relation économique est plus perçue comme un partenariat que comme une banale relation commerciale de fourniture/achat de produits.

6 Marchés diversifiés : IAA, PME, GMD, grossistes, trading à l export Les volumes produits impliquent que les débouchés soient nombreux et variés, de sorte à assurer un flux important et de minimiser le risque potentiel de perte de débouché (volume) au cas où de perte de clientèle MENACES Politique Agricole Commune (PAC) : quotas La PAC a permis de maintenir/développer un secteur laitier européen assez préservé des impacts de cours mondiaux. Et ce même si d aucuns considèrent qu elle a été un frein à l esprit d entreprise des agriculteurs. La fin de la PAC pourrait avoir un impact important sur la situation économique des agriculteurs laitiers (fluctuation du prix du lait). Adossement à un groupe laitier ou agroalimentaire (limite du pouvoir décisionnel) Les décisions stratégiques relatives à la gestion, à la production d une coopérative adossée à un groupe peuvent faire l objet d une analyse et d une validation par le groupe en question. De ce fait, le pouvoir décisionnel et la marge de manœuvre de l entité «laiterie» peuvent se voir bridés afin que la stratégie de cette dernière s accorde au mieux avec celle du groupe. Lien à la zone géographique de production laitière Une laiterie n est économiquement rentable que si elle se fournit dans un rayon relativement faible (maximum km) autour de son site de production. La production qu elle travaille doit donc être à la fois relativement proche et de quantité. Délocalisation/restructuration des élevages laitiers La fin programmée de la PAC et la vente du lait au seul prix mondial pourrait inciter de nombreux agriculteurs à arrêter la production laitière en Belgique au bénéfice d autres contrées européennes où les coûts de production sont moindres. Si une délocalisation de la production laitière est possible, la délocalisation physique de la coopérative laitière ne l est pas. Règlementations environnementales Les règles environnementales européennes ou régionales impliquent des surcoûts dans le fonctionnement des laiteries qui répercutés sur le prix de leurs productions peuvent leur faire perdre de leur concurrentialité. Marchés mondiaux Les produits laitiers sont valorisés sur un marché mondial fluctuant au gré de l offre et de la demande et objet d un jeu d ouverture/fermeture de marchés sur lequel les opérateurs laitiers (voir exception ciaprès) n ont pas de prise. Influence économique des opérateurs laitiers majeurs Certains opérateurs laitiers considérés comme majeur (Fonterra-Nouvelle Zélande) représentent un énorme volume valorisé sur les marchés d exportation. Ils disposent de la sorte d une influence sur les prix et les flux de produits de base d origine laitière.

7 1.2.2 TRANSFORMATEURS PME (EXCLUSIFS) : BEURRES, CRÈMES, LAITS, POUDRES, EXTRAITS ET INGRÉDIENTS TECHNIQUES Interne Positif FORCES Flexibilité/Adaptabilité de l outil et de la production (capacité) Investisseurs/capitaux stables : familles Approvisionnement direct chez les éleveurs (récolte sous traitée) Négatif FAIBLESSES Produits peu typés Qualification/Fiabilité de la main d œuvre Innovation produit faible Faibles ressources financières Externe OPPORTUNITES Marge de progrès : marchés Commerces de proximité Travail à façon (sous-traitance) Marchés GMD et grossistes AOP & zone géographique Ardenne Aides à la promotion/développement de marchés disponibles (APAQ-W & AWEX) MENACES Marchés saturés/peu dynamiques Concurrence : nationale et internationale Dépendance coût des matières premières : approvisionnement extérieur Produits à faible valeur ajoutée (hors fromages) Allégations et campagnes «santé» : non au gras Impact environnemental des productions animales FORCES Flexibilité/Adaptabilité de l outil et de la production Les capacités de travail des outils de production de ce maillon ne sont à l heure actuelle pas totalement utilisées ce qui leur laisse une marge de progression et une possibilité d adaptation de leurs productions à la demande de leur clientèle. Investisseurs/capitaux stables : familles Les capitaux sont relativement stabilisés car appartenant en général à un actionnariat réduit mais stable (familles) qui fait peser un risque moindre qu un capital à actionnariat plus morcelé et «déconnecté» du terrain. Approvisionnement direct chez les éleveurs (récolte sous traitée) L approvisionnement est réalisé de manière directe auprès des producteurs laitiers mais via une soustraitance de la récolte physique et du transport du lait vers l unité de transformation, ce qui diminue l investissement en matériel (camions) FAIBLESSES Produits peu typés A l exception de produits destinés à l industrie agroalimentaire disposant de spécificités techniques particulières, la majorité des produits issus des opérateurs de transformation sont standardisés et se différencient peu des substituables proposés par la concurrence.

8 Qualification/Fiabilité de la main d œuvre Les ouvriers et employés disposant dès la prise de fonction des qualifications techniques adaptées aux postes à pourvoir sont rares. La fiabilité de la main d œuvre (absentéisme, démission) pose également des problèmes dans la gestion quotidienne du travail. Innovation produit faible Les coûts en recherche et développement (R & D) pour diversifier la production peuvent être relativement élevés et prendre du temps. Ceci limite l innovation exploratrice en produits que peuvent se permettre de réaliser ces PME à capitaux disponibles limités. Faibles ressources financières La faiblesse en ressources financières (capitaux immobilisés et/ou fonds de roulement) ne permet pas d investir massivement soit dans la modernisation ou dans l augmentation de capacité de l outil de production ou dans de la R & D orientée vers une diversification de la production OPPORTUNITES Marge de progrès : marchés Les marchés des PME sont diversifiés et peuvent parfois se montrer très réactifs lorsqu un produit trouve son public ou le perd. Il en va de même pour un client professionnel qui trouverait dans la production d une PME un intrant de sa propre production qui répondrait particulièrement à ses attentes et lui permettrait de développer massivement ses marchés. Commerces de proximité La tendance au retour à une consommation de produits locaux ou issus d opérateurs de transformation locaux et distribués dans des commerces de proximité constitue une opportunité de développement d une clientèle considérée comme «plus fidèle» qui peut se révéler porteuse pour les PME actives au niveau local et proposant des produits destinés au consommateur final. Travail à façon (sous-traitance) Déjà constatée auprès des opérateurs interrogés, la sous-traitance par des opérateurs plus importants d une fraction fluctuante de la transformation auprès de PME représente une possibilité de développement de débouchés et d utilisation de l outil de production. Ce travail à façon peut également être commandité par la GMD pour la production de denrées laitières étiquetées «enseigne». Marchés GMD et grossistes Bien que relativement standardisée, la production des PME de transformation parvient occasionnellement à se démarquer sur des créneaux de niche et à pénétrer la GMD et/ou les grossistes GMD et/ou Horeca pour des produits spécifiques. AOP & zone géographique Ardenne Certains opérateurs sont situés dans une zone géographique disposant d une image positive (tourisme, paysage, naturel, patrimoine gastronomique) qui constitue un atout pour les productions que les PME pourraient développer et référencer comme produit en Ardenne. La réalisation par les PME d un produit certifié comme Indication Géographique Protégée (AOP) tel le beurre d Ardenne constitue une voie de développement des PME de transformation.

9 Aides à la promotion/développement de marchés disponibles (APAQ-W & AWEX) Selon les marchés (professionnels ou consommateurs) visés, les PME de transformation peuvent avoir recours au soutien financier ou à un accompagnement à la mise en relation issu de l APAQ-W et l AWEX que ce soit sur le territoire national ou à l exportation MENACES Marchés saturés/peu dynamiques Si les produits sont peu innovants (beurres, crèmes, lait), ils rentrent dans la catégorie de produits de grande consommation (consommation latente) et sont peu réactifs à augmenter en volume d achat (consommateur final) lorsqu une nouveauté apparaît. Concurrence : nationale et internationale Les PME de transformation sont en nombre suffisant sur un marché aussi réduit que la Wallonie et doivent faire face à une concurrence nationale d opérateurs PME voire partie de groupes agroalimentaires sur un marché où la tendance à l uniformisation du goût des produits est bien marquée. Dépendance coût des matières premières : approvisionnement extérieur Les produits commercialisés par les PME concernées sont souvent considérés comme des premiers prix ou denrées de base pour lesquels les fluctuations de prix sont très mal perçues et sur lesquels la GMD exerce une forte pression. Face à des fluctuations de prix qui peuvent être très importantes les PME peuvent se trouver «étranglées». Produits à faible valeur ajoutée (hors fromages) Lait, crème et beurre sont des produits de masse (voir ci-avant) dont les prix de vente aux consommateurs sont particulièrement accessibles et dont le fort chiffre d affaires tient plus du volume commercialisé que de la valeur ajoutée relative des produits. Allégations et campagnes «santé» : non au gras Les produits laitiers comme le beurre ou la crème sont des produits gras dont la surconsommation peut avoir des effets néfastes sur la santé. Les organisations de consommateurs et lobbies de santé mènent régulièrement des campagnes de communication contre les graisses d origine animale et leur remplacement dans l alimentation par des substituts végétaux. Impact environnemental des productions animales Les productions animales (dont les produits laitiers) sont régulièrement dénigrées par les groupes de pression environnementaux pour l utilisation d eau qu elles impliquent, le «détournement» de l utilisation de céréales et de protéines végétales consommables par l homme ou le dégagement de gaz à effet de serre (méthane) dû à la digestion bovine.

10 1.2.3 INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE (IAA) DE VALORISATION Interne Positif FORCES Capitaux disponibles importants Logique de groupe Capacité en R & D Capacité de production (outil et main d œuvre) Maîtrise technologique Confiance du consommateur (firme & brand) Economies d échelles Force de marketing /vente Négatif FAIBLESSES Autonomie de site (filiale) Lenteur de décision (groupe) Manque de typicité Externe OPPORTUNITES Marchés à volumes importants Production standardisée/de masse Confiance de la clientèle : retail/iaa MENACES Coûts des matières premières Dépendance de marchés peu nombreux Certifications multiples : coûts Déficit d image : Mass production Pas de maîtrise de l approvisionnement en matière première FORCES Capitaux disponibles importants Régulièrement partie intégrante d un groupe agroalimentaire international, les unités de transformation agroalimentaire disposent de capitaux disponibles importants qui rendent plus facile les investissements immobiliers ou la conviction (garanties sur l outil global) des banques pour la levée de fonds destinés à des investissements majeurs. Logique de groupe La stratégie développée vise à ce que les unités du groupe soient économiquement viables prises individuellement mais également à valoriser au sein du groupe les productions de certaines d entre elles, de sorte à maîtriser au maximum l approvisionnement et la qualité des matières premières et de réaliser des économies (suppression d intermédiaires ou de fournisseurs). Capacité en R & D Capitaux disponibles, compétences internes et R & D exploratrices ou orientées demandes clientèles sont présentes dans l industrie agroalimentaire et constituent un prérequis au développement de nouveaux marchés ou à la mise en adéquation des produits fournis aux désidératas de la clientèle existante. Capacité de production (outil et main d œuvre) Les unités de production de l IAA sortent du cadre d une PME et disposent d outil de taille conséquente et d une main d œuvre interne aux compétences multiples.

11 Maîtrise technologique De par leur historique, les sociétés agroindustrielles ont développé compétences et maîtrise technologique leur assurant réputation et accès privilégié aux marchés des productions de masses dans la totalité des enseignes de la GMD. Confiance du consommateur (firme & brand) Les sociétés de l agroalimentaire ont développé leur image de société et travaillé le marketing de leurs produits (brand) auprès des acheteurs des groupes de GMD et des consommateurs. Economies d échelles La taille des unités de production, les volumes de production, les capacités de production et la gestion du travail (en 2 ou 3 pauses) permettent aux sociétés de l IAA de rentabiliser l outil de production au maximum et de réaliser des économies d échelle lorsqu une nouvelle technologie est intégrée au site. Force de marketing /vente Fonction directe de la capacité de production, de l image «firme» et «produits» ainsi que des fonds de roulement disponibles, l IAA investit des moyens financiers et humains considérables dans le marketing clientèle (GMD) et consommateurs. Il dispose par ailleurs d une marge de négociation sur les prix plus importante du fait des économies d échelle réalisées dans la phase de production, comparé aux opérateurs plus artisanaux présents dans le même segment FAIBLESSES Autonomie de site (filiale) Si le site constitue une filiale d approvisionnement d autres unités du groupe, celui-ci ne dispose pas d autonomie décisionnelle quant à l orientation de la production ou aux circuits de valorisation. Lenteur de décision (groupe) Fonction de la forme légale de la société, les décisions peuvent être soit déléguées à un gérant sur site, soit faire l objet de prise de décision au niveau des instances supérieures du groupe ce qui en ralentit la mise en œuvre. Manque de typicité «produits» (produits standards) Que ce soit pour une finalité interne (production intermédiaire destinée à être transformée en interne ou vendue à une clientèle extérieure) ou pour une valorisation consommateur final (produit élaboré destiné à la consommation humaine en l état), les produits issus de l IAA sont «normés». Ils répondent à des standards de qualité satisfaisants le plus grand nombre d applications déclinées par la clientèle ou qui permettent de satisfaire un nombre de consommateurs le plus élevé possible. Les produits sont donc relativement «neutres» et ne sont pas très «typés».

12 OPPORTUNITES Marchés à volumes importants De par la variété d incorporations dans des produits alimentaires dont ils sont l objet ou de par les marchés de commercialisation importants qu ils représentent dans la GMD, les produits issus de l IAA possèdent un potentiel de valorisation «volume» important. La R & D et la formulation de nouveaux produits permettent par ailleurs de développer de nouvelles voies. Production standardisée/de masse La production d ingrédients standardisés et déclinables par l IAA aval ou de produits de grande consommation permet d asseoir le chiffre d affaires de l entreprise et de dégager des moyens destinés à l identification de nouveaux marchés et à la R & D de nouveaux produits. Confiance de la clientèle : retail/iaa La clientèle professionnelle (entreprises de l IAA) et les consommateurs montrent une grande confiance envers les sociétés reconnues et les marques ou produits passés dans les habitudes de consommation. Une innovation/nouveauté venant d un opérateur à notoriété positive bénéficie de ce fait d un terrain plus favorable lors de sa mise sur le marché MENACES Coûts des matières premières Le coût variable des matières premières issues du lait est non contrôlé par les opérateurs de l IAA ; cependant il dispose d un argument «volume d achat» qui leur permet d exercer plus de pression sur leurs fournisseurs. Le marché mondial du lait peut se révéler tantôt favorable (bas prix), tantôt défavorable (flambée des prix) aux acquisitions. La répercussion des fluctuations des matières premières n étant par ailleurs pas toujours possible. Dépendance de marchés peu nombreux Dans la situation où l IAA fournit d autres opérateurs de l IAA «extérieurs au groupe», le nombre de clients à fort volume d achat est parfois très réduit et peut mener en cas de sortie de la clientèle à des volumes temporairement invendus particulièrement importants dans l attente de retour du client ou de conviction d un nouveau. Certifications multiples : coûts De sorte à répondre aux standards de qualité requis par leur clientèle professionnelle ou de pouvoir être incorporés dans un maximum de préparations destinées à des clients particuliers (confessions musulmane ou judaïque, philosophie alimentaire végétarienne), les opérateurs sont tenus de faire certifier leurs installations et leur différentes productions pour de nombreux «standards». L ensemble des étapes (constitution de dossier, échanges administratifs, audit du site, visite, ) de ces certifications et des éventuelles adaptations des lignes de production représentent des coûts (personnel dédié et matériel) pouvant être conséquents.

13 Déficit d image : Mass production Si chez le consommateur, le nom du fournisseur (IAA) ou le nom du produit est perçu comme un gage de qualité ou de sécurité, le fait que le produit soit un produit de consommation de masse très standardisé rend possible les attaques par des groupes de pression «anti-mondialistes», ou le ternissement de l image pendant les périodes de crises de l agroalimentaire. Pas de maîtrise de l approvisionnement en matière première L IAA ne dispose d aucune maîtrise sur les volumes de matières premières disponibles nécessaires à sa production. Dans le cadre de fluctuation des volumes mondiaux de production de lait ou d une inertie relative de celle-ci face à une augmentation de la demande de la part d opérateurs ou de consommateurs issus de zones à fort développement économique, la demande de l IAA peut se trouver en concurrence directe avec celles-ci et mener à des problèmes d approvisionnement.

14 1.2.4 ARTISANS : CIRCUITS COURTS FERME-VALORISATION-VENTE Interne Positif FORCES Typicité des produits Dynamisme Flexibilité quantité (relative) Indépendance du coût des matières premières (lié à l élevage) Mélange Innovation & tradition Négatif FAIBLESSES Circuits de vente réduits (volumes et clientèle) Capitaux limités Capacité de production limitée Main d œuvre disponible Maîtrise des process technologiques Stratégie produit/commerciale peu élaborée/développée Prix de production élevé Pas d économie d échelle Externe OPPORTUNITES Marchés de niches Produits à hautes valeurs ajoutées Production orientée clients (packaging et produits) Voie de diversification agricole Image positive de la production de terroir Aides aux investissements disponibles (EU & RW) Aides à la promotion/développement de marchés disponibles (APAQ-W & AWEX) IGP, AOP, STG (selon possibilités) MENACES Concurrence avec les opérateurs industriels Peu compétitifs Marchés de niches Pas/peu de structures de vente externes Taxes Règlementations et contrôles sanitaires Certifications coûteuses FORCES Typicité des produits Les éléments mis en avant sont régulièrement des recettes particulières de fabrication, une entreprise/production familiale, une filière courte valorisant les liens directs à l agriculture et vers les consommateurs. La typicité peut également résider dans le nom/renom de la localité, du lieu de production ou de la ferme. Dynamisme Hormis pour la partie des produits proposés qui restent traditionnels (lait, crème, beurre), les productions «à caractère» comme les fromages et yoghourts impliquent que les producteurs fassent connaître leurs productions pour créer leurs débouchés. Le dynamisme est motivé d une part par la volonté personnelle de réussir le projet de diversification et d autre part par la nécessité de rentabiliser les investissements engagés. Flexibilité quantité (relative) Les unités artisanales démarrent petit et n utilisent pas au maximum la capacité de l outil de transformation. En fonction du développement de leurs marchés, elles peuvent augmenter l utilisation de la structure de production disponible (bâtiment, matériel), valoriser plus de lait issu de l exploitation agricole, exploiter au mieux la main d œuvre disponible, voire créer de l emploi.

15 Indépendance (relative) du coût des matières premières (lié à l élevage) Etant donné que le lait commercialisé ou transformé dans l unité artisanale est directement issu de l exploitation, aucun intermédiaire externe ne réalise de prise de marge sur l approvisionnement en matière première. La prise de marge est réalisée de manière plus réduite par la vente du lait de l exploitation à l unité de transformation ce qui génère une plus-value «lait» de l exploitation. Cette «marge interne» peut fluctuer à la hausse ou à la baisse fonction des coûts de production «lait» et de sorte à maintenir le prix du produit commercialisé ou transformé au même niveau. Mélange Innovation & tradition Les produits proposés tendent de manière générale à se démarquer des productions standardisées présentées dans la GMD sur des aspects «traditionnels», «à l ancienne», voire avec quelques innovations selon les tendances de consommation constatées (goûts, portions) ou inédites (aromatisation de beurre ou fromages avec des épices particulières) FAIBLESSES Circuits de vente réduits (volumes et clientèle) La petite échelle de la production implique que les voies de commercialisation soient en accord avec la capacité de production de l unité artisanale (volumes commercialisés, nombre de clients professionnels), mais également de la distance à laquelle la production est distribuée dans des commerces (hors comptoir de vente à la ferme). Capitaux limités Les capitaux sont totalement ou majoritairement apportés par des sources familiales (personnes physiques) ou par une entité économique déjà propriété de la famille (exploitation laitière de la famille). De ce fait, l argent disponible (hors intervention bancaire) est limité et ne laisse que peu de ressources pour du travail «à perte» ou à retour économique à moyen/long terme telles la R & D ou la prospection de marchés «à l aveugle». Capacité de production limitée Avantage en cas d échec de l entreprise (moyens financiers engagés dans le matériel), une faible capacité de production se transforme en inconvénient si les marchés répondent vite et bien aux produits qui leur sont présentés. La limite de la capacité de production une fois atteinte impliquera de faire le choix soit de tiédir une partie de la clientèle soit de réaliser de nouveaux investissements. Main d œuvre disponible Faute de pouvoir consacrer la totalité de son temps de travail à la transformation et à la commercialisation des produits issus de l unité artisanale, la main d œuvre disponible est un «résiduel» du travail dans l exploitation. Les limites physiques du temps de travail une fois atteinte, il sera nécessaire d envisager soit une réorganisation plus profonde du travail ferme-atelier de diversification ou de procéder à l engagement de main d œuvre (à temps partiel dans une première étape). Maîtrise des process technologiques Si la méthode de fabrication artisanale est maîtrisée par le producteur, la qualité produit issu du process peut être variable en termes de régularité d aspect, voire de goût. Ceci peut se révéler néfaste à la création d une bonne image du produit ou à la perception d une image de compétence auprès des acheteurs /consommateurs.

16 Stratégie produit/commerciale peu élaborée/développée Disposant de peu de moyens financiers, la quasi intégralité est investie dans l outil de production, le conditionnement et le stockage des matières premières et produits finis. Le faible solde restant ne permet d assurer qu un marketing stratégique (étude du packaging, du nom du produit, ) ou opérationnel (mise en œuvre de campagne et actions de promotion, démarchage clientèle) relativement réduit. Les agriculteurs n étant pas des professionnels de la communication, les éléments d image sont souvent élaborés/gérés de manière très traditionnelle, voire vieillotte. Prix de production élevé Le prix à la production est comparativement plus élevé que pour des produits standards. Ceci est dû à une attention moindre au coût des matières premières, mais également à une manipulation des produits lors des différentes étapes de la fabrication qui prend plus de temps qui diminue les rendements. Pas d économie d échelle La faible capacité de production de l unité, la non automatisation de la fabrication, le coût énergétique (production et transport à la clientèle professionnelle), les coûts des certifications, empêchent la réalisation d économies d échelle sur ces frais incompressibles. Celles-ci ne pourront être faisables que si les marchés de valorisation se développent et permettent la répercussion de ces coûts sur un volume de production plus important. Ceci fait abstraction des économies réalisées sur les achats de matière première (lait) OPPORTUNITES Marchés de niches Du fait de la petitesse des marchés concernés, les opérateurs de l IAA sont généralement peu enclins à développer des productions «haut de gamme» ou «terroir» dans leurs stratégies. Le territoire est par conséquent plus propice à l installation de produits «plus typés» et dont la rareté crée la valeur et l attrait pour le consommateur. La tendance exprimée par les consommateurs d une volonté de retrouver des produits «vrais», «traditionnels» incite également à croire dans le développement de ces niches. Produits à haute valeur ajoutée Si des économies d échelle ne sont pas possibles, la valeur ajoutée relative par produit est plus élevée pour un produit artisanal que pour un produit issu de l IAA. La rentabilité peut donc être atteinte plus rapidement au cours du développement des marchés et de l augmentation de la production. D autre part, les produits à haute valeur ajoutée ou à qualité perçue comme supérieure attirent des consommateurs à pouvoir d achat stabilisé ou plus élevé ; plus enclins à «se faire plaisir» et moins regardant au coût d acquisition. Production orientée clients (packaging et produits) Une petite unité de production peut plus rapidement s adapter à une demande particulière pour peu que celle-ci ne remette pas fondamentalement en question la méthode routinière de production ou que les volumes à fournir n explosent.

17 Voie de diversification agricole Les denrées agricoles tendent de plus en plus à ne plus être soutenues par les organisations communes de marchés européens (OCM). De ce fait, les agriculteurs cherchent des voies de diversification hors cadre de la production agricole traditionnelle de denrées «brutes». La diversification par la création d un atelier de beurrerie ou de fromagerie représente une voie de diversification et de génération d un revenu annexe aux cultures ou à l élevage. Image positive de la production de terroir La qualité perçue des produits et/ou l image traditionnelle de la production «à la ferme» bénéficient de bonnes images auprès des consommateurs qui revendiquent par ailleurs à accéder à ce type de productions. Ceci constitue une opportunité dans le cadre où l implantation de la ferme (proximité, accessibilité, ) permet d attirer la clientèle (manifestée). Aides aux investissements disponibles (EU & RW) Que ce soit dans le cadre d une diversification agricole ou dans un cadre non agricole, la création d une unité de transformation de produits laitiers peut bénéficier d aides financières. Les aides européennes transitent par le système d aide aux investissements dans le secteur agricole (ISA) et sont destinées aux agriculteurs, tandis que les aides destinées aux indépendants non-agriculteurs sont dispensées par l administration régionale. Des couveuses d entreprises apportent également un accompagnement au montage et au lancement des ateliers. Aides à la promotion/développement de marchés disponibles (APAQ-W & AWEX) L APAQ-W et l AWEX peuvent épauler financièrement mais aussi par un accompagnement ou des actions de mise en relation des petits producteurs qui tentent de développer leurs marchés respectivement sur le territoire national ou à l exportation. IGP, AOP, STG (selon possibilités) Selon la localisation géographique des artisans, des possibilités de mise en production de denrées certifiées par une reconnaissance européenne telles les Indications Géographiques Protégées (IGP), les Appellations d Origine Protégées (AOP) ou les Spécialités Traditionnelles Garanties (STG) peuvent se révéler intéressantes.

18 MENACES Concurrence avec les produits industriels Bien qu une partie des produits fournis par les artisans bénéficient d une meilleure image ou d une qualité perçue plus importante, il n en reste pas moins que les produits artisanaux et industriels sont substituables chez le consommateur. Tenter le consommateur et le faire essayer le produit lors d un premier acte d achat est une chose, mais l empêcher de retourner vers les produits proposés par l IAA en est une autre. Ces derniers pouvant justifier d une plus grande disponibilité dans la distribution, d une invariabilité de qualité et d un prix de vente moins élevé. Ceci en plus de campagnes de marketing et d actions de promotions (rabais) fréquentes auprès des consommateurs. Peu compétitifs Les caractéristiques économiques globales des productions artisanales et leurs faibles volumes de production font qu ils sont peu compétitifs sur un marché de substituables bien pénétré par les IAA. Marchés de niches Les produits artisanaux possèdent une plus haute valeur ajoutée et sont proportionnellement plus chers à l acquisition. Ils attirent des consommateurs convaincus de la qualité qui leur est fournie. Cette gamme de consommateurs dispose en général d un pouvoir d achat stabilisé ou plus élevé mais ne constitue pas la majorité des consommateurs. Pas/peu de structures de vente externes Le faible volume de production ne permet pas d assurer une large présence des produits dans les linéaires. La notoriété des produits peut dès lors mettre beaucoup de temps à se créer. Taxes La taxation du travail du personnel dans les structures de transformation artisanale pose problème car elle engendre des coûts qui doivent être couverts par le chiffre d affaires généré par l outil. La phase de lancement de l unité ne permet souvent que difficilement et lentement de générer un premier revenu, ce qui ne permet pas d engagement direct de personnel et peut ralentir, par-là, le développement de la production et/ou la prospection des marchés. Règlementations et contrôles sanitaires Les législations en vigueur en matière de sécurité alimentaire et de conditions sanitaires de la production de denrées alimentaires impliquent des investissements, un entretien régulier des matériels et locaux, voire des adaptations de ceux-ci ou de la manière de produire en vue de s aligner sur les modifications légales. Certifications coûteuses Les certifications nécessaires à la reprise par la GMD d un producteur artisanal en tant que fournisseur sont coûteuses et doivent être répercutées sur le prix de vente des produits, ce qui en augmente le coût et en rend d autant l accès financier restreint.

19 1.2.5 FROMAGERIES (PME) Interne Positif FORCES Produits à haute valeur ajoutée Typicité des produits Négatif FAIBLESSES Volumes/capacité de production Produits traditionnels/peu innovants Actifs immobilisés et fonds de roulement importants Localisme de l image société/produits Externe OPPORTUNITES Target : classes moyennes et consommateurs à haut pouvoir d achat Marchés : standards et niches Aides aux investissements disponibles (EU & RW) Aides à la promotion/développement de marchés disponibles (APAQ-W & AWEX) MENACES Pouvoir d achat des classes moyennes (crise, ) Allégations et campagnes «santé» : non au gras Comportement des consommateurs FORCES Produits à haute valeur ajoutée Les fromages sont considérés comme des produits à haute valeur ajoutée sur lesquels la prise de marge du producteur est élevée (lorsque la distribution est réalisée avec le moins d intermédiaires possible). Typicité des produits La typicité des produits fromagers «de terroir» ou associés à un label de qualité officiel (AOP, trappiste) est bien assise sur les paramètres de goût, de mode de production, d origine et de qualité perçue auprès des consommateurs. Les productions plus conventionnelles mettent par ailleurs en avant soit le côté «à l ancienne», Bio ou encore issu d une tradition de production importée (fromages italiens et saumurés à la grecque) FAIBLESSES Volumes et capacité de production Les volumes de production parviennent à satisfaire les marchés visés (généralement locaux, nationaux) mais ne permettent pas d envisager une extension massive des marchés à l international. L utilisation de l outil est souvent proche de son maximum de capacité (sur une pause ou plusieurs). Par ailleurs, une augmentation du nombre de pauses entrainera un doublement de la capacité globale de l outil de production et des stockages matières premières et produits finis. Produits traditionnels/peu innovants Les fromages représentés sont des fromages de pâte molle à mi-dure, y compris des fromages à pâte filée et fromages frais de présentation traditionnelle. Les productions sont occasionnellement diversifiées vers du fromage fondu à tartiner ou par le lancement de nouveaux produits à noms/goûts particuliers.

20 Actifs immobilisés et fonds de roulement importants La production fromagère nécessite des intrants volumineux (lait) et un process en plusieurs étapes qui prend du temps et de l espace. Les produits finis mais également le coproduit (lactosérum) doivent être stockés avant leur valorisation sur le marché. Les installations de production/stockage (actifs immobilisés) et les matières premières et produits finis doivent être préfinancés (fonds de roulement) ce qui implique que la PME doit posséder une certaine capacité financière. Localisme de notoriété société/produits Tout comme les marchés développés, la notoriété des produits et éventuellement de la société qui les réalise est présente quasi exclusivement au niveau local, régional voire national. Cette dimension réduite de notoriété ne permet que rarement de valoriser les produits hors frontière et si tant est le cas, au mieux dans la proche périphérie française, luxembourgeoise, allemande et hollandaise. Une seule société rencontrée vise majoritairement l exportation hors UE OPPORTUNITES Target : classes moyennes et consommateurs à haut pouvoir d achat Les classes moyennes sont la frange de population la plus importante en Belgique ; elles constituent le marché cible des PME fromagères, complétées par la partie de la population à haut pouvoir d achat. Marchés : standards et niches Le panel de produits proposés par les PME fromagères court du produit standardisé «tout public», normé au niveau du goût (pâte mi dure basique, fromages italiens, ) à des fromages très typés au niveau du goût (Herve, trappistes). Ces fromages s adressent à des clientèles distinctes dans leurs attentes et constituent des marchés pouvant être développés de manière exclusive ou en parallèle. L attaque des 2 marchés en parallèle constitue une manière de diversifier la source de chiffre d affaires de la PME. Aides aux investissements disponibles (EU & RW) Que ce soit dans le cadre d une diversification agricole ou dans un cadre non agricole, la création d une unité de transformation de produits laitiers peut bénéficier d aides financières. Les aides européennes transitent par le système d aides aux investissements dans le secteur agricole (ISA) et sont destinées aux agriculteurs, tandis que les aides destinées aux indépendants non-agriculteurs sont dispensées par l administration régionale. Des couveuses d entreprises apportent également un accompagnement au montage et au lancement des ateliers. Aides à la promotion/développement de marchés disponibles (APAQ-W & AWEX) L APAQ-W et l AWEX peuvent épauler financièrement mais aussi par un accompagnement ou des actions de mise en relation, les PME qui tentent de développer leurs marchés respectivement sur le territoire national ou à l exportation.

ANALYSE DE LA FILIERE LAITIERE ACTIVE EN WALLONIE

ANALYSE DE LA FILIERE LAITIERE ACTIVE EN WALLONIE Filière Lait et Produits Laitiers Wallonne (FLPLW) asbl Siège social : Centre wallon de Recherches agronomiques Département Productions et Nutrition animales Rue de Liroux, 8 5030 GEMBLOUX ANALYSE DE LA

Plus en détail

Plan de développement de la filière caprine et ovin-lait wallonne (2004) Résumé

Plan de développement de la filière caprine et ovin-lait wallonne (2004) Résumé FEDERATION INTERPROFESSIONNELLE CAPRINE ET OVINE WALLONNE. chaussée de Namur, 47 5030 Gembloux Tél. : 081/627 447 Fax :081/60 04 46 E-mail : fiow@swing.be TABLE DES MATIERES 1. Contexte général... 2 2.

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA CONSOMMATION... 5 1.1 L EVOLUTION DE LA CONSOMMATION... 5 1.2 LES TENDANCES DE CONSOMMATION... 8 2 LA PRODUCTION...

SOMMAIRE 1 LA CONSOMMATION... 5 1.1 L EVOLUTION DE LA CONSOMMATION... 5 1.2 LES TENDANCES DE CONSOMMATION... 8 2 LA PRODUCTION... SOMMAIRE 1 LA CONSOMMATION... 5 1.1 L EVOLUTION DE LA CONSOMMATION... 5 1.2 LES TENDANCES DE CONSOMMATION... 8 2 LA PRODUCTION... 13 2.1 L EVOLUTION DE LA PRODUCTION... 13 2.2 LES PRODUCTEURS BIOLOGIQUES...

Plus en détail

Le Diagnostic de l Entreprise: Comprendre son Potentiel

Le Diagnostic de l Entreprise: Comprendre son Potentiel Diplôme Spécial en Management International Le Diagnostic de l Entreprise: Comprendre son Potentiel Michel Philippart Tunis, Juin 2007 Michel Philippart 2007 0 Objectifs Parcourir le processus de planification

Plus en détail

La confiance des agriculteurs diminue, mais l avenir offre des opportunités

La confiance des agriculteurs diminue, mais l avenir offre des opportunités B R U X E L L E S, l e 14 j u i l l e t 2 0 1 5 La confiance des agriculteurs diminue, mais l avenir offre des opportunités Crelan présente l Indice de Confiance agricole 2015 À l approche de Libramont

Plus en détail

Une brève histoire du lait et de ses quotas

Une brève histoire du lait et de ses quotas Note du service d études d ECOLO 03/2015 Une brève histoire du lait et de ses quotas Le 31 mars 2015 marquera la fin de 31 années de quotas laitiers. Une véritable révolution dans le monde agricole européen,

Plus en détail

Atelier 3. Filières industrielles alimentaires et enjeux de durabilité

Atelier 3. Filières industrielles alimentaires et enjeux de durabilité Atelier 3 Filières industrielles alimentaires et enjeux de durabilité Quelques traits importants de l évolution du système industriel alimentaire Objectif premier : conserver et préserver les nutriments

Plus en détail

ANALYSE SWOT ET PISTES DE REFLEXIONS

ANALYSE SWOT ET PISTES DE REFLEXIONS Filière Avicole et Cunicole Wallonne (FACW) asbl Siège social : Chaussée de Namur, 47 5030 GEMBLOUX ANALYSE DE LA FILIERE AVICOLE ACTIVE EN WALLONIE Etude menée à la demande de la Filière Avicole et Cunicole

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

Cahier de charges Biodia

Cahier de charges Biodia Cahier de charges Biodia Produits biologiques locaux et équitables Auteur : Lieve Vercauteren - VREDESEILANDEN Adaptations version 2 : Gert Engelen - Vredeseilanden Cahier de charges Biodia version 2 novembre

Plus en détail

Les circuits de proximité pour l approvisionnement de la restauration scolaire en Vendômois. PNA Vendômois SOMMAIRE

Les circuits de proximité pour l approvisionnement de la restauration scolaire en Vendômois. PNA Vendômois SOMMAIRE Les circuits de proximité pour l approvisionnement de la restauration scolaire en Vendômois Mai 2013 PNA Vendômois PNA VENDOMOIS Travail réalisé dans le cadre du projet PNA «Pour une restauration SAINE

Plus en détail

Sommaire. Carte de visite. Evolution de l activité. Les clés du succès. Les principales contraintes. Axes stratégiques: Horizon 2020.

Sommaire. Carte de visite. Evolution de l activité. Les clés du succès. Les principales contraintes. Axes stratégiques: Horizon 2020. FEVRIER 2014 Sommaire Carte de visite Evolution de l activité Les clés du succès Les principales contraintes Axes stratégiques: Horizon 2020. Carte de visite: chiffres clés Nombre d adhérents : 13 500

Plus en détail

Ecotaxe poids lourds

Ecotaxe poids lourds Ecotaxe poids lourds Une exonération indispensable pour les filières bétail et viandes ARGUMENTAIRE CHIFFRE Mission d information sur l écotaxe poids lourds Audition du 16/01/14 L écotaxe poids lourds,

Plus en détail

Utiliser les circuits courts en restauration collective 20 Juin 2013 CNFPT Rhône-Alpes Grenoble

Utiliser les circuits courts en restauration collective 20 Juin 2013 CNFPT Rhône-Alpes Grenoble Utiliser les circuits courts en restauration collective 20 Juin 2013 CNFPT Rhône-Alpes Grenoble Acheter local & rédiger un cahier des charges techniques dans le respect de la réglementation des marchés

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

AD printemps 2014. Assemblée des délégués FROMARTE jeudi 10 avril 2014 3001 Berne

AD printemps 2014. Assemblée des délégués FROMARTE jeudi 10 avril 2014 3001 Berne AD printemps 2014 Assemblée des délégués FROMARTE jeudi 10 avril 2014 3001 Berne AD printemps 2014 3. Évolution des conditions cadres du marché du lait / Présentation des Priorités 2014 2017 de FROMARTE

Plus en détail

Fiche descriptive d activités

Fiche descriptive d activités Fiche descriptive d activités Fiche descriptive d activités (FDA) La fiche descriptive d activités (FDA) dresse la liste de l ensemble des activités, recensées lors d enquêtes, exercées par des titulaires

Plus en détail

Quelle attractivité auprès des jeunes?

Quelle attractivité auprès des jeunes? 05 scope SYNTHÈSE D ÉTUDE SEPTEMBRE 2009 Métiers des Industries Alimentaires Quelle attractivité auprès des jeunes? www.observia-metiers.fr Les Industries Alimentaires, en tant que second employeur industriel

Plus en détail

GROUPE BEL PERFORMANCES ET PERSPECTIVES 2015. Sablé-sur-Sarthe 24 juin 2015

GROUPE BEL PERFORMANCES ET PERSPECTIVES 2015. Sablé-sur-Sarthe 24 juin 2015 GROUPE BEL PERFORMANCES ET PERSPECTIVES 2015 Sablé-sur-Sarthe 24 juin 2015 LE GROUPE BEL 150 ANS DE SUCCESS STORY Antoine Fiévet, Président-Directeur Général 150 ANS D AUDACE FAMILIALE ET D EXPERTISE 1865

Plus en détail

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Soutenir l émergence de stratégies collectives nationales et internationales de filières, et de projets collaboratifs, notamment par le dialogue

Plus en détail

BILANS DES LAITS ET PRODUITS LAITIERS

BILANS DES LAITS ET PRODUITS LAITIERS MÉTHODOLOGIE BILANS DES LAITS ET PRODUITS LAITIERS BILAN LAIT Le lait fait l objet de trois bilans : lait entier, matières grasses du lait et lait écrémé. L intérêt principal du bilan annuel du lait entier

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Compte-rendu de l'atelier du 13 février 2013 sur L innovation et la R & D dans les industries agroalimentaires

Compte-rendu de l'atelier du 13 février 2013 sur L innovation et la R & D dans les industries agroalimentaires Compte-rendu de l'atelier du 13 février 2013 sur L innovation et la R & D dans les industries agroalimentaires Pilotes : M. Pascal FLEUREAU EURIAL, M. Jean-François CRETET - LES RUCHERS DU GUE Copilote

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE LE PARTENARIAT STRATEGIQUE ENTRE LE MAROC ET LA FEDERATION DE RUSSIE

CONFERENCE INTERNATIONALE LE PARTENARIAT STRATEGIQUE ENTRE LE MAROC ET LA FEDERATION DE RUSSIE CONFERENCE INTERNATIONALE LE PARTENARIAT STRATEGIQUE ENTRE LE MAROC ET LA FEDERATION DE RUSSIE RABAT, 18 OCTOBRE 2012 Les relations entre le Maroc et la Russie sont anciennes. Toutefois, elles n ont connu

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009 Une bonne stratégie à l export ne s improvise pas CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009

Plus en détail

MARKETING MIX. Politique Produit. Les composantes d un produit POLITIQUE PRODUIT

MARKETING MIX. Politique Produit. Les composantes d un produit POLITIQUE PRODUIT MARKETING MIX POLITIQUE PRODUIT Sandrine Monfort Politique Produit! Les composantes d un produit! Les classifications produit! Lancement produit! Politique de gamme! Politique de marque Les composantes

Plus en détail

THEME 2 LA STRATEGIE DE DISTRIBUTION * * * * * Chapitre 1. Etudes et critères de choix pour la mise en place d un réseau

THEME 2 LA STRATEGIE DE DISTRIBUTION * * * * * Chapitre 1. Etudes et critères de choix pour la mise en place d un réseau THEME 2 LA STRATEGIE DE DISTRIBUTION * * * * * Chapitre 1 Etudes et critères de choix pour la mise en place d un réseau La mise en place d un réseau de distribution est une opération complexe. Le fabricant

Plus en détail

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail

Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt

Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt La hausse des prix des céréales et des oléagineux constatée sur les marchés mondiaux ces derniers

Plus en détail

LA REGLEMENTATION EUROPEENNE

LA REGLEMENTATION EUROPEENNE LA REGLEMENTATION EUROPEENNE 1 Un nouveau contexte européen Réglementation Protection et information consommateur Loyauté des transactions Protection de l environnement Applications Analyse de risques

Plus en détail

Indice de Confiance agricole Crelan 2015

Indice de Confiance agricole Crelan 2015 Indice de Confiance agricole Crelan 2015 Résultats marquants La confiance des agriculteurs est à la baisse en Belgique et surtout dans le secteur laitier L appréciation du résultat financier recule en

Plus en détail

Questions abordées : L offre en produits régionaux et ses caractéristiques

Questions abordées : L offre en produits régionaux et ses caractéristiques Compte-rendu de l atelier du 24 janvier 2013 sur les attentes des consommateurs, les marchés, les relations avec la grande distribution, les signes de qualité et de marque et la restauration hors domicile

Plus en détail

Fiche descriptive d activités

Fiche descriptive d activités Fiche descriptive d activités Fiche descriptive d activités (FDA) La fiche descriptive d activités (FDA) dresse la liste de l ensemble des activités, recensées lors d enquêtes, exercées par des titulaires

Plus en détail

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Novembre 2007 1 Introduction Depuis la libéralisation du marché céréalier

Plus en détail

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise Etude de marché Selon l Agence Pour la Création d Entreprise (APCE), 70% des cas de défaillance ont pour origine la mauvaise qualité des études de marché, que celles-ci soient mal réalisées ou de manière

Plus en détail

«LA CHAINE DU FROID EN TUNISIE»

«LA CHAINE DU FROID EN TUNISIE» Yaoundé, CAMEROUN le 04 juin 2012 «LA CHAINE DU FROID EN TUNISIE» Présenté par : Mme Halima THRAYA Ingénieur en Chef Sous-directeur du Froid Industriel au ministère de l Industrie -Tunisie- Déléguée de

Plus en détail

Exigences et mécanismes de gestion en matière de sécurité. alimentaire à l importation en Chine

Exigences et mécanismes de gestion en matière de sécurité. alimentaire à l importation en Chine Exigences et mécanismes de gestion en matière de sécurité alimentaire à l importation en Chine Bureau de l inspection et de la quarantaine de Shandong, Service de la supervision et de la gestion de la

Plus en détail

Poids des rayons les uns par rapport aux autres. Numéro 1 / 14 novembre 2012

Poids des rayons les uns par rapport aux autres. Numéro 1 / 14 novembre 2012 Numéro 1 / 14 novembre 2012 Rayons alimentaires de la grande distribution : première approche des coûts et des marges Contributeurs : Julie Blanchot, Philippe Boyer Les travaux de l observatoire de la

Plus en détail

SECURIX. Simulation de gestion d entreprise. Univers A Entreprise 4. SIJOBERT Benoît (TIS) GUILLOT Jordan (3I) GUILLOT Clothilde

SECURIX. Simulation de gestion d entreprise. Univers A Entreprise 4. SIJOBERT Benoît (TIS) GUILLOT Jordan (3I) GUILLOT Clothilde SIJOBERT Benoît (TIS) GUILLOT Jordan (3I) GUILLOT Clothilde (GEO) LEVEQUE Florian (RICM) SECURIX Simulation de gestion d entreprise Univers A Entreprise 4 Année 2010-2011 Sommaire Introduction - Stratégie

Plus en détail

COMMENT LA POLITIQUE DE CONCURRENCE DE L UE AIDE LES PRODUCTEURS DE LAIT EN EUROPE *

COMMENT LA POLITIQUE DE CONCURRENCE DE L UE AIDE LES PRODUCTEURS DE LAIT EN EUROPE * COMMENT LA POLITIQUE DE CONCURRENCE DE L UE AIDE LES PRODUCTEURS DE LAIT EN EUROPE * La Politique Agricole Commune (PAC) a adopté une approche axée sur les besoins du marché afin d aider les producteurs

Plus en détail

«Contribution des agricultrices au développement rural et à une agriculture durable»

«Contribution des agricultrices au développement rural et à une agriculture durable» «Contribution des agricultrices au développement rural et à une agriculture durable» Workshop Luxembourg, le 01 décembre 2006 A. TURLOT et B. DUQUESNE FAO Introduction Selon la FAO, les femmes rurales

Plus en détail

La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global

La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global Historique Les marques existent depuis les premiers échanges commerciaux et servaient essentiellement à authentifier l origine

Plus en détail

Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation

Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation Les stratégies sont globales ou de domaine. Les stratégies globales

Plus en détail

Dossier de presse. www.ille-et-vilaine.fr. Collèges : favoriser l approvisionnement local des services de restauration. Département d Ille-et-Vilaine

Dossier de presse. www.ille-et-vilaine.fr. Collèges : favoriser l approvisionnement local des services de restauration. Département d Ille-et-Vilaine Département d Ille-et-Vilaine Lucas Auffret Tél. : 02 99 02 35 95 lucas.auffret@cg35.fr Anne-Laure Hamonou Tél. : 02 99 02 34 73 anne-laure.hamonou@cg35.fr www.ille-et-vilaine.fr 1, avenue de la Préfecture

Plus en détail

BILAN DU PLAN AGRICULTURE BIOLOGIQUE HORIZON 2012 EN REGION ALSACE

BILAN DU PLAN AGRICULTURE BIOLOGIQUE HORIZON 2012 EN REGION ALSACE Points forts en Alsace BILAN DU PLAN AGRICULTURE BIOLOGIQUE HORIZON 2012 EN REGION ALSACE Une collaboration des acteurs de la bio au sein d un pôle de conversion Un engagement des opérateurs d aval sur

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise On ne peut concevoir l entreprise comme une entité isolée du milieu dans lequel elle agit. L entreprise

Plus en détail

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse Agreste Synthèses Moyens de production Mars 215 n 215/261 Mars 215 Moyens de production Synthèses n 215/261 En 214, la baisse des prix à la production des produits animaux n est que partiellement compensée

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE Préambule Le Business Plan (ou plan d affaire) est un document qui décrit le projet d activité, fixe des objectifs, définit les besoins en équipements,

Plus en détail

Qualité, innovation et développement durable au service de l agroalimentaire wallon!

Qualité, innovation et développement durable au service de l agroalimentaire wallon! Qualité, innovation et développement durable au service de l agroalimentaire wallon! Wal.Agri, un leader agroalimentaire proche de chez vous Bienvenue dans le troisième millénaire avec Wal.Agri Ces trente

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET CONSOMMATION Décret n o 2013-1010 du 12 novembre 2013 modifiant le décret n o 2007-628

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente Chapitre 3 Lancement et développement de la jeune entreprise Une fois, l étude de marché réalisée, le créateur doit maintenant l explorer, c'est-à-dire en tirer les éléments qui serviront à la rédaction

Plus en détail

Troisième édition du Global Private Equity Report de Grant Thornton : le Private Equity s adapte aux nouvelles pratiques de la levée de fonds.

Troisième édition du Global Private Equity Report de Grant Thornton : le Private Equity s adapte aux nouvelles pratiques de la levée de fonds. Troisième édition du Global Private Equity Report de Grant Thornton : le Private Equity s adapte aux nouvelles pratiques de la levée de fonds. Paris, le 4 novembre 2013 Un regain d optimisme à l échelle

Plus en détail

Guide Tuteur Commerce et Distribution

Guide Tuteur Commerce et Distribution Guide Tuteur Commerce et Distribution QU EST-CE QUE LE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES? Il s agit d une formation en 2 ans proposée aux titulaires d un baccalauréat technologique ou général. Elle

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Economie et organisation d entreprises

Economie et organisation d entreprises Economie et organisation d entreprises 0. Introduction générale 1. Définition et diversité d entreprises 2. L environnement des entreprises 3. Les fonctions de l entreprise 4. L organisation des entreprises

Plus en détail

Végétal Animal : gérer la volatilité par une combinaison d outils d amont en aval

Végétal Animal : gérer la volatilité par une combinaison d outils d amont en aval Végétal Animal : gérer la volatilité par une combinaison d outils d amont en aval L envolée brutale des cours des céréales à l été 2010 a mis en exergue l insuffisante prise en compte des coûts de revient

Plus en détail

PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS

PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS Présenté par Dr Alpha AYANDE Tél. +41 79 358 26 12 Email: syfodip@gmail.com

Plus en détail

MARQUE PARC NATUREL REGIONAL

MARQUE PARC NATUREL REGIONAL MARQUE PARC NATUREL REGIONAL La présente fiche traite du cas concret du PNR du Morvan. C est un exemple méthodologique transférable à d autres territoires pour l éligibilité du processus de marquage «Parc

Plus en détail

Charte d Engagement Ethique et de Sélection de Projets d ELTYS scrl

Charte d Engagement Ethique et de Sélection de Projets d ELTYS scrl Charte d Engagement Ethique et de Sélection de Projets d ELTYS scrl LES OBJECTIFS D ELTYS La dimension d éthique sociétale, économique et écologique est intégrée dans la coopérative d investissement ELTYS.

Plus en détail

Produits laitiers de ferme

Produits laitiers de ferme Produits laitiers de ferme Produits laitiers de ferme CRIOC, novembre 2008 Agenda 1. Objectifs 2. Méthodologie 3. Consommation de produits laitiers de ferme 4. Perception des produits laitiers de ferme

Plus en détail

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1) 0rientations générales L enseignement de «management et sciences de gestion» intègre des approches

Plus en détail

Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal

Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal Forum des investisseurs privés Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal Groupe Consultatif 25 février 2014 Chambre de Commerce et d'industrie de région Paris Ile-de-France 27, avenue

Plus en détail

Le PARI de l International Du projet à la mise en place d une démarche optimisée

Le PARI de l International Du projet à la mise en place d une démarche optimisée Le PARI de l International Du projet à la mise en place d une démarche optimisée Atelier ATLANPOLE 9 avril 2013 Florence CROSSAY Conseiller International - Responsable de Pôle Conseil CCI International

Plus en détail

916.010 Ordonnance sur l aide à la promotion des ventes de produits agricoles

916.010 Ordonnance sur l aide à la promotion des ventes de produits agricoles Ordonnance sur l aide à la promotion des ventes de produits agricoles (Ordonnance sur la promotion des ventes de produits agricoles, OPVA) du 9 juin 2006 (Etat le 1 er janvier 2014) Le Conseil fédéral

Plus en détail

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services 1 Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services Pays Cœur de Flandre I Phase II La formulation de la stratégie Région Nord Pas de Calais Avril 2013 Région Communauté Nord Pas de

Plus en détail

MARKETING INTERNATIONALES DES PRODUITS AGRICOLES

MARKETING INTERNATIONALES DES PRODUITS AGRICOLES MARKETING INTERNATIONALES DES PRODUITS AGRICOLES Sommaire Introduction au marketing international Types de marketing international La stratégie d internationalisation La politique internationale du produit

Plus en détail

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER ÉDUCATION Côtes d Armor Collèges publics DIRECTION ÉDUCATION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER Charte de la restauration collective Préambule Dans le cadre de l article 82 de la loi du 13 août 2004, le Département

Plus en détail

1. LES OBJECTIFS PRIORITAIRES DE L EPRT

1. LES OBJECTIFS PRIORITAIRES DE L EPRT Dernière mise à jour : 12 novembre 2013 ENTENTE DE PARTENARIAT RÉGIONAL EN TOURISME DE CHARLEVOIX 2013-2015 Catégorie FESTIVALS ET ÉVÉNEMENTS L EPRT de Charlevoix partenaire du développement touristique

Plus en détail

Groupe Crédit Agricole du Maroc ACCOMPAGNEMENT DE L AGRICULTURE ET DU MONDE RURAL

Groupe Crédit Agricole du Maroc ACCOMPAGNEMENT DE L AGRICULTURE ET DU MONDE RURAL Groupe Crédit Agricole du Maroc ACCOMPAGNEMENT DE L AGRICULTURE ET DU MONDE RURAL Le groupe Crédit Agricole du Maroc en chiffres indicateurs Unités Données au 31 12 2013 Total Bilan Milliards DH 78,2 (10

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE L ENVIRONNEMENT... 11 M. JANSSENS-UMFLAT

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE L ENVIRONNEMENT... 11 M. JANSSENS-UMFLAT TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS................................................................... 7 PRÉFACE............................................................................ 9 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

Fiche action : Unité de méthanisation Métha Bel Air

Fiche action : Unité de méthanisation Métha Bel Air Débat national sur la transition énergétique Cahier de participation Fiche action : Unité de méthanisation Métha Bel Air Objectifs Produire de l énergie verte à partir de sous-produits agricoles pour une

Plus en détail

Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine

Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine (Article paru dans L égide n 23, juin 2001) L exploitation caprine est un tout. Sa réussite dépend essentiellement de la cohérence

Plus en détail

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques 1. Contexte et enjeux de l enquête L état des lieux des collectifs d agriculteurs en PACA (Trame / FRGEDA PACA - 2010) Intérêt grandissant

Plus en détail

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES»

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» S appuyant sur le Brevet de Technicien Supérieur Agricole : Analyse et conduite des systèmes d exploitation Arrêté du 27

Plus en détail

Ø Dans un plan marketing deux types d objectifs doivent être fixés :

Ø Dans un plan marketing deux types d objectifs doivent être fixés : 2- La démarche du plan marketing Le plan marketing traduit la stratégie marketing choisie par la firme pour atteindre les objectifs fixés pour un couple produit-marché (ou pour un DAS). Il doit être en

Plus en détail

ANALYSE COMMERCIALE STRUCTUREE ET ACTUELLE DE L ENTREPRISE

ANALYSE COMMERCIALE STRUCTUREE ET ACTUELLE DE L ENTREPRISE ANALYSE COMMERCIALE STRUCTUREE ET ACTUELLE DE L ENTREPRISE CAMIF : Coopérative des Adhérents de la Mutualité des Instituteurs de France 1.1-Présentation de CAMIF Habitat La CAMIF Habitat a été créée en

Plus en détail

Plateforme Régionale d Innovation alimentaire «Nov alim» à Laval

Plateforme Régionale d Innovation alimentaire «Nov alim» à Laval Plateforme Régionale d Innovation alimentaire «Nov alim» à Laval Le 9 décembre 2010 P.R.I. «Nov alim» Lycée agricole Laval (53) Visite en présence de Jacques Auxiette, Président du Conseil régional des

Plus en détail

ATELIER DE RESTITUTION DU 27 NOVEMBRE 2014 ETUDE SECTEUR AGROALIMENTAIRE PROGRAMME EDEC

ATELIER DE RESTITUTION DU 27 NOVEMBRE 2014 ETUDE SECTEUR AGROALIMENTAIRE PROGRAMME EDEC Ministère Chargé du Commerce Extérieur ATELIER DE RESTITUTION DU 27 NOVEMBRE 2014 ETUDE SECTEUR AGROALIMENTAIRE PROGRAMME EDEC Présentation du secteur agroalimentaire (IAA) Le secteur des industries agroalimentaires

Plus en détail

Agreste Données Midi-Pyrénées

Agreste Données Midi-Pyrénées Numéro 46 - avril 2008 L état des lieux de la filière lait de vache dans des régions de faible densité de production laitière comme celles du Sud-Ouest est d autant plus nécessaire que des propositions

Plus en détail

Cartographie et grands enjeux du monde coopératif agricole à l échelle mondiale Synthèse de l étude

Cartographie et grands enjeux du monde coopératif agricole à l échelle mondiale Synthèse de l étude www.pwc.fr Cartographie et grands enjeux du monde coopératif agricole à l échelle mondiale Synthèse de l étude 3 e journée européenne des coopératives agricoles Septembre 01 édito PwC publie le premier

Plus en détail

L Indice Environnemental

L Indice Environnemental L Indice Environnemental Historique et position face à l hypothèse de Porter Corinne MERCADIE Responsable Environnement & Emballages 1ere expérience de collecte et de mesure environnementale 2008 à 2010

Plus en détail

La politique de développement rural 2015-2020 en Rhône-Alpes

La politique de développement rural 2015-2020 en Rhône-Alpes La politique de développement rural 2015-2020 en Rhône-Alpes Quels enjeux pour l agriculture du Sud Isère? Assemblée générale de SITADEL 14 avril 2015 Saint-Jean d Hérans JM Noury, Suaci Montagn Alpes

Plus en détail

lait a son prix! Allemagne 0,50 euros

lait a son prix! Allemagne 0,50 euros La production de lait a son prix! Des prix du lait équitables sur base des coûts de production dans les exploitations laitières Allemagne 0,50 euros 2013 Tous les droits de reproduction, même partielle,

Plus en détail

C O N S E I L S P E C I A L I S E P P A M ----------------------------

C O N S E I L S P E C I A L I S E P P A M ---------------------------- C O N S E I L S P E C I A L I S E P P A M ---------------------------- Séance du 1 er février 2011 --------------------------- PROMOTION-COMMUNICATION : PRESENTATION DU PROJET SALON BIOFACH PRESENTATION

Plus en détail

Financière agricole du Québec Développement international

Financière agricole du Québec Développement international Financière agricole du Québec U n s av o i r - fa i r e à pa r tag e r financière agricole du Québec (fadqdi) Un savoir-faire à Partager notre entreprise, à but non lucratif, est liée à La financière agricole

Plus en détail

Le plan financier est un carnet de bord qui permet d analyser la faisabilité et la rentabilité du projet.

Le plan financier est un carnet de bord qui permet d analyser la faisabilité et la rentabilité du projet. 1 LE PLAN FINANCIER Le plan financier est un carnet de bord qui permet d analyser la faisabilité et la rentabilité du projet. Son élaboration est un exercice de prospection accompagné d une série d autres

Plus en détail

Transition énergétique : l expérience de l Allemagne

Transition énergétique : l expérience de l Allemagne Transition énergétique : l expérience de l Allemagne Une analyse de l APERe, rédigée par Jean Cech et Christophe Haveaux Version du 07/03/2013 1. L expérience de l Allemagne 1.1. Quelles leçons tirer de

Plus en détail

I) Le diagnostic externe

I) Le diagnostic externe Le diagnostic stratégique est la première étape de la démarche stratégique et consiste à analyser le diagnostic externe et interne de l entreprise. L analyse FFOM (SWOT) résume les conclusions de ces deux

Plus en détail

UNIVERSITE ABDELMALEK ESSAADI FACULTE DES SCIENCES JURIDIQUES ECONOMIQUES ET SOCIALES- TANGER. L Audit marketing

UNIVERSITE ABDELMALEK ESSAADI FACULTE DES SCIENCES JURIDIQUES ECONOMIQUES ET SOCIALES- TANGER. L Audit marketing UNIVERSITE ABDELMALEK ESSAADI FACULTE DES SCIENCES JURIDIQUES ECONOMIQUES ET SOCIALES- TANGER L Audit marketing ANNEE UNIVERSITAIRE : 2009 / 2010 plan Introduction I : L audit marketing. II : Méthodologie

Plus en détail

Réforme de la Politique agricole commune. www.verts-ale.eu J A M A I S

Réforme de la Politique agricole commune. www.verts-ale.eu J A M A I S Réforme de la Politique agricole commune M A I N T E N A N T www.verts-ale.eu ou J A M A I S LES VERTS au Parlement européen appellent à: UNE PAC PLUS JUSTE 20% des exploitations agricoles accaparent 80%

Plus en détail

Création du modèle Tanga en 1979, 9 collections par an. - Cahque produit Aubade est crée, recherché et fabriqué sur le sol francais

Création du modèle Tanga en 1979, 9 collections par an. - Cahque produit Aubade est crée, recherché et fabriqué sur le sol francais I) Diagnostic Stratégique a) Diagnostic Interne Diagnostique interne : Les Points forts : Politique innovatrice : 1 er a osé les couleurs, le concept des parrures coordonées, Création du modèle Tanga en

Plus en détail

Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+

Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+ Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+ A chaque campagne agricole dans les zones rurales Camerounaises en particulier et Africaines en générale,

Plus en détail

Organisme Certificateur Associatif. la qualité a une origine

Organisme Certificateur Associatif. la qualité a une origine Organisme Certificateur Associatif la qualité a une origine Présentation de CERTIPAQ - Association Loi 1901, à but non lucratif, créée en 1997 - Spécialisée dans les filières agricoles et agroalimentaires

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail