LE CONTRÔLE DE GESTION DANS UNE ENTREPRISE AGROALIMENTAIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE CONTRÔLE DE GESTION DANS UNE ENTREPRISE AGROALIMENTAIRE"

Transcription

1 BIHAN Céline Année universitaire 2002/2003 DESS Ingénierie Financière IAE de Bretagne Occidentale LE CONTRÔLE DE GESTION DANS UNE ENTREPRISE AGROALIMENTAIRE UNICOPA Département Produits Laitiers Guingamp Stage du 14 avril au 28 septembre 2003

2 2

3 Je tiens d abord à remercier Monsieur Grouhan, Directeur Général, de m avoir donné l opportunité d intégrer la branche lait du Groupe Unicopa. Ensuite, je remercie très sincèrement Monsieur Guy CORRE, responsable du service Contrôle de Gestion/Comptabilité Analytique, qui m a permis de réaliser ce stage au sein du Département Lait du Groupe Unicopa, l ensemble des employés du service Contrôle de Gestion qui ont pris le temps de m expliquer le fonctionnement de l entreprise, de répondre à mes sollicitations, ainsi que toutes les autres personnes que j ai côtoyées durant le stage. 3

4 SOMMAIRE Introduction...6 PARTIE I. PRESENTATION DU GROUPE I. LE GROUPE...7 II. LA BRANCHE LAIT...9 A. La composition juridique...9 B. La production d Unicopa par rapport à la concurrence...11 C. Les objectifs stratégiques du Département Lait...12 III. LE SERVICE DE CONTROLE DE GESTION...13 A. Les finalités du service...13 B. Le fonctionnement du service...13 C. Les outils du contrôleur de gestion...15 D. La structure analytique d'unicopa...17 PARTIE II. MES MISSIONS I. LA MISE A JOUR DES TABLEAUX DE BORD...19 A. Le logiciel Anael et les PTB...19 B. L automatisation des documents de synthèse...21 II. LE PROCESSUS BUDGETAIRE...23 III. LA DECOMPOSITION DES ECARTS

5 ANNEXES Annexe 1 : Les autres activités du Groupe...36 Annexe 2 : Evolution du chiffre d affaires...37 Annexe 3 : Organigramme Annexe 4 : Le PTB Annexe 5 : Etat récapitulatif Annexe 6 : Extraction Power Play Annexe 7 : Le Compte de Résultat Opérationnel

6 INTRODUCTION Pour clore mon cursus universitaire, j ai souhaité intégrer un service de contrôle de gestion. Désirant développer de nouvelles compétences et découvrir l impact que peut avoir cette activité sur l ensemble d une organisation, j ai émis le souhait de réaliser mon stage au sein du Groupe Unicopa. Ce Groupe aux activités diversifiées figure aujourd hui parmi les premiers groupes coopératifs agroalimentaires français en termes de chiffre d affaires et étend progressivement sa dimension internationale en réalisant 30% de ses ventes à l étranger. J ai alors été accueillie par le Département Lait du Groupe qui dispose d un système de contrôle de gestion performant. Ainsi, le service de contrôle de gestion est, en autre, responsable de la comptabilité analytique, du suivi budgétaire et du contrôle de gestion commercial. Ces fonctions sont directement liées aux objectifs d amélioration de la rentabilité et de maîtrise des coûts dans un contexte de plus en plus concurrentiel. Ce suivi permanent est nécessaire étant donné la nature des produits commercialisés qui dégagent généralement peu de valeur ajoutée. C est donc dans ce cadre que pendant cinq mois et demi, j ai évolué et acquis de nouvelles connaissances. J ai alors réellement découvert les particularités et la richesse de cette profession. En effet, l intérêt majeur de cette fonction réside dans la diversité des études réalisées, dans la place laissée à la réflexion personnelle. Finalement, le contrôle de gestion permet de conjuguer rigueur et, dans une certaine mesure créativité. Mais, au-delà de l aspect purement calculatoire, cette discipline présente un intérêt stratégique du fait de son positionnement au cœur de l entreprise. D ailleurs, certains termes relevés dans des ouvrages spécialisés 1 illustrent parfaitement la richesse de cette fonction : planification, pilotage à distance, mesure de la performance, relais de la stratégie Ce rapport qui se veut être une retranscription synthétique de mon stage de fin d études s organisera alors en deux parties. D une part, une présentation de l entreprise et de son contexte économique nous permettra de comprendre les objectifs du service de contrôle de gestion. D autre part, je décrirai la mission qui m a été confiée en faisant référence aux outils dont dispose le service. 1 Termes repris par Bouquin Henri (1997), Les Fondements du contrôle de Gestion, PUF. 6

7 PARTIE I. PRESENTATION DU GROUPE Afin de comprendre le contexte de mon stage, il me paraît intéressant de présenter le Groupe Unicopa en détaillant particulièrement l activité de la branche lait qui m a accueillie. De plus, il est nécessaire d analyser l environnement économique, les orientations stratégiques pour mieux cerner le rôle du service de contrôle de gestion. I. LE GROUPE Groupe comptant parmi les quinze premières entreprises agroalimentaires françaises, UNICOPA a connu une croissance et une diversification stratégique rapide. En effet, en 1960, année transitoire dans l évolution économique de la Bretagne, un groupe d agriculteurs décide de se réunir pour créer une coopérative : UNICOPA (UNion des COoPératives Agricoles). L objectif des éleveurs (et actionnaires) est de mettre en commun leurs ressources d approvisionnement. Ensuite, UNICOPA effectue la transformation de la matière première. A cette époque, le chiffre d affaires représentait euros, alors qu il atteint aujourd hui plus de un milliard d euros. Aussi, le Groupe a su faire face aux mutations de l environnement économique en répondant aux attentes du marché. Il a fallu faire preuve d une certaine capacité d adaptation pour passer d une production de masse à une offre plus personnalisée correspondant aux divers besoins des clients. Le Groupe possède également des atouts majeurs grâce à une maîtrise parfaite de l ensemble de la filière : de l amont (recherche, nutrition animale ) à l aval (transformation, commercialisation). De plus, au-delà de la problématique des débouchés, le groupe s est engagé dans une stratégie de valeur ajoutée par l élaboration de plus en plus poussée des produits, une politique d innovation active, le renforcement des investissements marketing et de communication sur les quatre grandes marques : Rippoz, Socavi, Brocéliande et Unicopa Nutrition Animale. En outre, les axes de stratégiques de développement se définissent à la fois par une croissance interne (investissements productifs) et externe (rachats, partenariat) afin de conforter sa position tout en veillant à développer la rentabilité de ses sites et de ses différentes activités. En 2003, principalement situé au cœur de l économie bretonne, le Groupe comprend environ producteurs et emploie personnes réparties sur les 24 sites industriels qui sont naturellement implantés dans les zones de production laitière. En outre, Unicopa a fait le choix de se recentrer sur les quatre activités principales tout en gardant une certaine cohérence avec les particularités économiques de la Région. 7

8 Ainsi, la structure intègre désormais les filières 2 suivantes: la nutrition animale la volaille la charcuterie salaison les produits laitiers Cette structure en filières indépendantes assure néanmoins une cohérence globale au sein du Groupe. En effet, l organisation permet d adapter les techniques de production, d élevage aux besoins des outils de transformation, et donc aux exigences du client final. Globalement, cette structure assure donc la traçabilité des produits de l exploitation agricole aux linéaires de la grande distribution. Ces quatre domaines d activité ont alors permis de réaliser un chiffre d affaires consolidé 3 d environ 1200 M qui se décompose de la façon suivante : Répartition par branche du chiffre d'affaires consolidé en 2001 Nutrition animale 23% Produits laitiers 37% Charcuteries Salaisons 14% Volaille 26% 2 Pour plus de détails sur ces filières, se référer à l annexe 1. 3 Se référer à l annexe 2 pour l évolution du chiffre d affaires 8

9 II. LA BRANCHE LAIT Principale division du groupe Unicopa employant 1070 personnes réparties entre les différents sites industriels, la Branche Lait représente environ 37 % du chiffre d affaires (soit 465 millions d euros dont 20% à l export). Les ventes se répartissent de la façon suivante : Répartition du chiffre par produits Fromages 64% Beurre 12% Poudres de lait 21% Lactoséru m 3% L entreprise est présente sur deux segments de marché distincts : _ Les Produits Industriels s adressant aux industries agro-alimentaires (IAA), à la restauration hors domicile, et aux grossistes. Parmi ce type de clients, nous pouvons par exemple citer Métro, Sodebo, Toques Angevine _ Les Produits de grande consommation destinés à la clientèle des Grandes et Moyennes Surfaces telles que Carrefour, Intermarché, Leclerc A. La composition juridique Juridiquement, les entités composant le groupe ont un statut différent. Il faut alors distinguer : - les Coopératives - les Sociétés Anonymes Les sites coopératif : Unicopa étant à l origine une union de coopératives agricoles, la collecte de lait est donc réalisée auprès des producteurs adhérents. Les sites industriels ont été crées en respectant les traditions des coopératives de base. Ainsi, les différentes usines sont implantées au cœur de la Bretagne, proches des coopératives morbihannaises, finistériennes et costarmoricaines fournissant le lait. Les sites de transformation sont les suivants : Guingamp (22) _ 238 salariés (62 salariés au siège et 176 à l usine) 9

10 _ fabrication de poudres de lait à consommation humaine, de fromages fondus à usage industriel, de matière grasse laitière et de lait pré-concentré. _ depuis fin 2002, une nouvelle fromagerie d emmental a été ouverte sur le site dans l objectif d atteindre 80% de la production totale de fromage. _siège administratif de la branche Produits Laitiers Carhaix (29) _282 salariés _fabrication de poudre de lait et de sérum (sous-produit du fromage), fabrication et conditionnement d emmental Loudéac (22) _147 salariés _fabrication de fromage à pâte pressée et de lait pré-concentré Les sociétés anonymes La filière lait suivant la politique de développement du groupe s est progressivement agrandie par des prises de participations dans différentes entreprises du secteur laitier. SFB Nouvelle dénomination de Rippoz SA, SFB (Société Fromagère de Bellevue) est l entité commerciale de l activité fromagère. Elle vend, sous la marque Rippoz, sur le marché des produits industriels et sur le marché des produits de grande consommation. La commercialisation se fait donc auprès des GMS (Grandes et Moyennes Surfaces), de la RHD (Restauration Hors Domicile), IAA (Industries agroalimentaires) en France et à l étranger. Son activité principale concerne l emmental, la raclette et le comté. La CICAB ( Compagnie Industrielle et Commerciale de Bretagne) Elle fabrique de la poudre pour l alimentation humaine et de la poudre grasse pour l alimentation animale. La société LFC (les Fromagerie du Colombier à Villars Les Dombes (01)) Acquise en 1992, elle affine, découpe et fait du négoce de pâtes pressées. La société Jura Courlaoux (39) Acquise en 1996, elle fabrique du comté. Par ailleurs, le siège administratif de la branche lait est situé à Guingamp et comprend la Direction générale, la Direction Administrative et des ressources humaines, la Direction de la Production Laitière, la Direction d Exploitation, le service Qualité, le service Recherche et Développement et le Contrôle de Gestion 4. De plus, au sein de la branche lait, deux fonctions s entrecroisent : la fonction hiérarchique et le fonctionnel. Ainsi, le responsable du service concerné peut intervenir en tant qu assistant ou conseiller auprès d un responsable hiérarchique. De même, chaque unité de production a sa propre organisation. Toutefois, la direction du site de production s assure du respect des engagements et des orientations pris par la 4 Se référer à l organigramme (annexe 3) 10

11 direction du Département Produits Laitiers, et se doit d informer les différents services administratifs compétents de l évolution. B. La production d Unicopa par rapport à la concurrence Unicopa transforme le lait en trois grands types de produits finis : le fromage, la poudre de lait et le beurre Les poudres de lait Une grande variété de poudre de lait existe sur le marché, répondant ainsi aux besoins des différents clients : les industriels agroalimentaires s en servent soit comme matière première, soit dans l alimentation du bétail ou la conditionne afin qu elle soit adaptée aux circuits habituels de grande consommation (poudre formulée ou poudre classique). Le marché français des poudres de lait est restreint et ne reste dynamique que dans les poudres formulées. Cependant, la France est le troisième exportateur mondial de poudres de lait entier avec 15% du marché, derrière la Nouvelle Zélande (26%) et les Pays Bas. Sur ce marché qui s analyse à un niveau international, il est donc difficile de situer la place d Unicopa, d autant que la majorité de la production est vendue à quelques sociétés de négoce qui se chargent ensuite d exporter les produits. Les fromages La France, pays de tradition fromagère, est le leader mondial par la variété des fromages et le second producteur mondial après des Pays-Bas. Unicopa produit deux principaux types de fromages : les pâtes pressées cuites telles que l emmental et les pâtes pressées non cuites (raclette notamment). Le marché des pâtes pressées cuites connaît trois principaux acteurs qui sont Besnier avec la marque Président, Entremont par les marques Entremont et Meule d Or, et enfin Unicopa avec sa marque Rippoz. Rippoz ne couvre qu une faible partie de ce marché que ce soit au rayon coupe ou au rayon des préemballés. L emmental produit par Unicopa est commercialisé pour 20% sous la marque Rippoz, 50% l est sous des marques de distributeurs et 30% en premiers prix. Au niveau des pâtes pressées non cuites, la gamme Unicopa est composée de deux produits leaders 5 et d une gamme complémentaire comportant la tomme, le morbier, le grana. Sur le marché de la raclette, Unicopa est confronté à une forte concurrence venant de l étranger venant de marques fortement marketées telles que Richemont ou Grosjean, mais reste l un des acteurs les plus importants de ce segment. Le beurre ménager et industriel Conditionné sous forme de plaquettes, le beurre commercialisé sous la marque Rippoz s est développé dans le domaine du libre service, mais le Groupe ne détient qu une faible part de celui-ci. L entreprise n oriente d ailleurs pas sa politique marketing vers ce produit, mais privilégie les fromages. La majorité des volumes est donc vendue sous marque distributeurs ou premiers prix. 5 Les deux produits leaders sont la raclette Label Rouge et le Tendre Rippoz qui représente 6 à 7 % du marché des pâtes pressées non cuites et qui est également exporté vers l Italie et l Allemagne. 11

12 Parallèlement, le beurre industriel est commercialisé par France Beurre sous différentes formes selon les besoins des clients (beurre traditionnel, beurre liquide ou poudre de beurre). C. Les objectifs stratégiques du Département Lait Produits basiques par définition, le beurre et la poudre de lait sont générateurs de peu de valeur ajoutée, d autant plus que la majeure partie des tonnages est destinée aux industries de transformation. Pour les valoriser au maximum, il faut alors diversifier l activité en proposant de nouveaux produits (Slim Fast, laits aromatisés...) et mener une gestion de production pertinente. Ainsi, Unicopa s efforce de réduire les coûts en menant une politique de partenariat avec Entremont et par une rationalisation de l outil de production. En revanche, le Groupe a concentré ses efforts sur le développement de la marque fromagère Rippoz. L emmental, premier fromage consommé en France, est naturellement devenu la priorité de la stratégie marketing. Aussi, la stratégie retenue est la suivante : _ Augmenter les capacités de production _ Améliorer constamment la productivité _ Etoffer le portefeuille produits par des acquisitions _ Développer une politique de volume tout en visant un excellent rapport qualité/ prix _ Obtenir la certification Label rouge Rippoz et les labels régionaux. 12

13 III. LE SERVICE DE CONTROLE DE GESTION Le service de contrôle de gestion est un service important au sein du Département Lait de par ses moyens humains, mais surtout de par les missions qui lui sont confiées. En effet, placé entre la Direction et les services productifs, le contrôleur de gestion joue un rôle important en recueillant, synthétisant des données de différentes natures, en les analysant et en proposant voies d amélioration. Dans le point suivant, je me propose donc de détailler plus précisément les finalités de cette fonction afin de comprendre l intérêt des missions qui m ont été confiées. A. Les finalités du service Existant au sein du Groupe depuis la fin des années 1970, le contrôle de gestion a seulement été décentralisé vers les différentes branches en Les modalités de cette décentralisation furent précisées lors du Comité de Direction de mars 1990 permettant de clarifier les principaux objectifs. Ainsi, en 1991, une réorganisation du Groupe est engagée et un plan d action portant sur les coûts de fonctionnement des outils industriels et commerciaux est mis en place. En effet, dans toute entreprise, la maîtrise des coûts est fondamentale pour garantir : _ Une meilleure rentabilité des capitaux et de ce fait une plus grande capacité d endettement _ Des réserves pour se protéger contre les aléas et investir _ Une meilleure capacité pour s adapter rapidement au marché. Le contrôle de gestion doit alors permettre à chaque activité d agir et de réagir rapidement. Il s agit de donner à tous les responsables les moyens de gérer dans l intérêt du Groupe en leur communiquant rapidement des données exactes sur leur situation. L objectif est de «savoir où l on est, pour pouvoir aller où l on veut». Aussi, la finalité de la fonction est d améliorer la position concurrentielle de l entreprise en permettant à ses responsables de : - savoir rapidement ce qui s est passé - analyser concrètement les causes et les conséquences des événements - étudier les possibilités d action pour atteindre les objectifs - situer les actions en terme d échéance (court ou moyen terme). Finalement, le système de contrôle de gestion repose sur trois notions fondamentales : - le processus de contrôle de gestion : définition des objectifs, plans d actions, suivi et mise en œuvre des actions correctives - le système de contrôle de gestion : élaboration des plans, budgets, procédures et tableaux de bord. - l organisation de l entreprise en centres de responsabilité. B. Le fonctionnement du service Entité à part entière 6 dirigée par Guy Corre, le service Contrôle de Gestion est aujourd hui composé de huit personnes qui s organisent de la façon suivante : 6 Les services de comptabilité générale et la comptabilité matière sont indépendants. 13

14 L organisation actuelle Responsable du Contrôle de gestion Contrôleur de gestion 1 Sites : Loudéac Stés : LFC Courlaoux LMT Approche «Matière» Compta analytique Contrôleur de gestion 2 Sites : Guingamp, Carhaix Stés : RIPPOZ DPL Reporting & Flash hebdo Optimisation info. Contrôleur de gestion 3 Stés : SFB Contrôle de gestion commercial 1 CDD GPAO Achats, stocks Suivi «prod» Groupe employées Contrôleur de gestion 3 pers. (dont 1 CDD) L organisation moyen terme Travail en binômes et gestion homogène de l information pour la décision Responsable du Contrôle de gestion Contrôleur de gestion industriel Approche «Matière» Compta analytique Contrôleur de gestion industriel Reporting & Flash hebdo Optimisation info. Contrôleur de gestion Stés : SFB Contrôle de gestion commercial ERP Gestion Bases de données Paramétrage Système de gestion 1 Employée 1 Employée 1 Employée Pour un meilleur service aux décideurs 14

15 Les principales missions du service sont : _ le contrôle et le suivi de la comptabilité analytique, _ le contrôle budgétaire, _ le reporting de la branche pour le Groupe, _ le suivi et l établissement des tableaux de bord, _ l établissement des coûts de revient, _ l analyse financière, _ le contrôle de gestion commerciale _ la participation à la mise en place de nouveaux systèmes d information. C. Les outils du contrôleur de gestion Pour assurer ces fonctions, le service dispose de différents logiciels informatiques. Ainsi, en plus des outils classiques (Excel, Access, ), l entreprise utilise des logiciels d extraction données tels que Business Object ou Power Play qui est un logiciel multidimensionnel permettant de croiser des données entre elles grâce à une alimentation quotidienne des différents logiciels). En outre, l ensemble de la comptabilité analytique et le suivi budgétaire sont réalisés sous Anael. Par ailleurs, le contrôle de gestion s appuie sur la comptabilité analytique et sur les données du service comptable qui est évidemment responsable de la comptabilité générale, mais aussi de la comptabilité matière La comptabilité générale : Le service comptable est scindé en deux entités : la comptabilité générale et la comptabilité matière. La comptabilité générale Son but est de suivre l évolution du patrimoine selon les règles du plan comptable générale. Elle est tournée vers le passé, elle donne une vision historique de l entreprise. Pour cela, le service comptable édite mensuellement des documents de synthèse à destination de la direction de la branche et de la direction du Groupe ( bilan, compte de résultat, BFR d exploitation et hors exploitation). La comptabilité matière Elle est liée au suivi de la paye de lait, matière première dont les variations de prix influent considérablement sur les résultats de la société. Ainsi, la gestion de la paye exige une gestion spécifique étant donné ses particularités. En effet, le prix payé diffère selon chaque producteur et chaque région. Un prix de référence est établi mensuellement par le CIL (Comité Interprofessionnel du Lait). Ensuite, les industriels sont libres d apporter des compléments de prix en fonction de leurs possibilités, et de la réglementation. Aussi, le prix de base connaît une certaine saisonnalité en fonction de la quantité de lait disponible sur le marché 7. Enfin, le prix payé au producteur dépend de la qualité bactériologique du lait livré afin de favoriser le suivi qualité au sein des élevages. 7 Il est alors intéressant pour l entreprise de fabriquer en grande quantité en été, c est-à-dire lorsque le prix du lait est à son plus bas niveau, puis de stocker sa production. 15

16 La comptabilité analytique : Mise en place dans la branche lait depuis les années 1970, la comptabilité analytique permet de calculer les coûts de revient des produits. Ces derniers comprennent les coûts directs tels que le lait et les coûts indirects répartis selon des clés de répartition plus ou moins objectives. Chez Unicopa, les charges directes représentent plus de 80% des charges totales, les coûts complets obtenus sont donc relativement fiables. L une des premières tâches de ce service a alors été d analyser le fonctionnement des entités composant la branche, puis de les diviser en sections analytiques. Ainsi, les sections principales permettent l affectation directe sur les ateliers ou sur les produits, tandis que les sections auxiliaires regroupent l ensemble des coûts à répartir sur des ateliers ou des produits (charges indirectes). A partir de là, le lien entre la comptabilité générale et la comptabilité analytique est évident. Les charges sont enregistrées selon les principes de comptabilité analytique, puis elles sont reventilées selon les principes industriels. D ailleurs, ce sont les comptables qui réalisent les enregistrements en même temps pour l analytique et la comptabilité sous Anaêl. Aussi, avant de développer le contenu des travaux confiés, il est nécessaire de présenter de façon simplifiée la façon dont s organise le contrôle de gestion chez Unicopa. 16

17 D. La structure analytique d Unicopa Le système de comptabilité analytique de la société repose sur des principes clairement définis : _ les différentes unités de l entreprise sont découpées en section. Cette répartition correspond au principe des centres de responsabilité dont les performances sont régulièrement évaluées. De plus, cette décomposition retrace parfaitement le processus industriel (collecte, réception, analyses, pasteurisation écrémage ). En regroupant les sections relatives à un même produit, il est lors possible d obtenir un tableau de suivi d activité de ce produit et de déterminer son coût de revient.. _ les charges et produits constatés en comptabilité générale sont ventilés dans des comptes analytiques appelés «nature». En outre, ces natures sont classées en chapitre (chiffre d affaires, frais de personnel, emballage, entretien ) _ les charges sont imputées aux sections selon des clés de répartition en fonction de la nature de la charge (directe ou indirecte). _ les unités d œuvre mesurent des grandeurs physiques telles que le nombre de litres collectés, le nombre de KG de poudre expédiée, les kwh consommés, les effectifs USINE Sections 1A100 : Froid 1B100 : 1K000 : à la ferme Ramassage Maintenance 1P399 : Condi.. Poudres Chapitre Assurance Frais de personnel Clé de répartition Nature : Ass incendie : MDO directe Ce mode de fonctionnement assure une bonne traçabilité des coûts et permet alors de définir correctement les prix de revient des produits. La comptabilité analytique réorganise donc les charges et les produits issus de la comptabilité générale. Cette réaffectation est nécessaire pour que soient cernées les responsabilités et les performances de chacun. 17

18 PARTIE II. MES MISSIONS Véritable lien entre la Direction Générale et les services productifs, les objectifs du contrôle du service de contrôle de gestion sont multiples : _ modéliser la complexité pour faire apparaître les situations d interdépendance (d où l importance du système d information). _rendre possible la gestion par le couple objectifs/ moyens étant donné que «le contrôle de gestion est le processus par lequel les managers influencent d autres membres de l organisation pour mettre en œuvre les stratégies de cette organisation» (Anthony.1958) En outre, rappelons que, selon Henri Bouquin, «la démarche consiste à identifier les facteurs clés dont dépend la réussite de la stratégie de l entreprise, à les décliner en actions concrètes et à rattacher ces actions aux centres de responsabilité, mais aussi aux centres d exécution». Pour remplir ces fonctions, le service de contrôle de gestion a alors pour objectif de collecter, de synthétiser des informations de différente nature et de veiller à la fiabilité de celle-ci. De plus il veille particulièrement à réduire les délais d obtention de l information afin de gagner en réactivité, de prendre le plus rapidement possible des mesures correctives appropriées. Ainsi, le service doit disposer d outils de décision, de tableaux de bords fiables. En effet, ces derniers doivent être le strict reflet de la réalité car ils servent de base à la réflexion et aux orientations stratégiques. Or, l activité évoluant rapidement, il n est pas rare que ces tableaux de bords ne soient plus à jour. L objectif de ce stage s articule donc autour de ce point. Il s agissait de mettre à jour les différents états en retenant une présentation uniforme afin de faciliter les comparaisons temporelles. Par-ailleurs, dans le domaine du contrôle de gestion commercial, j ai mené une réflexion sur une possible décomposition des écarts dans le cadre de ventes multiproduits. 18

19 I. LA MISE A JOUR DES TABLEAUX DE BORD Dans le cadre du stage, il m a été demandé, dans un premier temps, de mettre à jour des tableaux de bord conçus à partir du progiciel de gestion Anaël qui est une application multi-sociétés, établissements, périodes, exercices, devises. En effet, Unicopa gère à partir d Anaël la comptabilité générale et analytique et construit divers tableaux de bord issus de ces données. A partir de ce logiciel, il est possible d éditer des tableaux de synthèse d activité («PTB») qui servent ensuite de base à la réalisation de tableaux de bords synthétiques dans le but de suivre l activité de la société A. Le logiciel Anael et les PTB. La copie d écran ci-dessus représente la page d accueil du logiciel qui à la particularité de laisser beaucoup de liberté à l utilisateur. En effet, celui-ci a la possibilité de paramétrer les états en fonction de ses besoins. Il peut ainsi afficher des valeurs réalisées, budgétées, des calculs ou des données saisies. Ces données sont issues de la comptabilité analytique et correspondent à l intersection d une section et d une nature. Ainsi, bien qu ils soient présentés en deux dimensions (ligne/colonne), ces tableaux ont plusieurs autres dimensions qui apparaissent en entête et effectuent un filtre sur les données affichées. 19

20 Alors, pour une période donnée, il est possible de faire apparaître l ensemble des produits et charges afférentes à une rubrique, voire à une section particulière qui donne la dimension «géographique» du PTB. Globalement, une rubrique se définit comme le regroupement de sections (et correspond alors à une activité particulière, une étape du processus industriel) ou comme le regroupement de natures de même type (ex : la rubrique énergie comprend l eau, l électricité, le gaz ). Elle matérialise donc un centre de responsabilité, une usine, un processus de coût ou famille de produits. La copie d écran ci-après illustre les nombreuses rubriques existantes au niveau d Unicopa. Soulignons que, l utilisateur peut créer avant l impression des PTB des groupes d édition qui reprendront l ensemble ou une partie des rubriques. Après la définition des rubriques, il faut créer chacune des lignes en veillant à ne pas oublier de natures et à classer correctement celles-ci afin de faciliter l analyse par grandes «familles» de charges. Enfin, il faut procéder à la création des colonnes en indiquant si ces dernières contiennent des valeurs budgétées, réalisées, des quantités saisies ou des calculs... Les cellules (intersection de lignes et de colonnes) dont les résultats ne sont pas des issues des bases de données AS400 sont créées, puis renseignées par une saisie directe ou une formule de calcul. Lors de la création de ces formules de calcul, j ai dû particulièrement veiller à l ordre des calculs, à leur niveau. En effet, il est important de respecter un ordre «chronologique». Ainsi, le système affecte un ordre de priorité lors de la réalisation de calculs. Par exemple, si l utilisateur a affecté un niveau 9 au calcul d un sous-ensemble et un niveau 8 au total général, ce dernier exclura le sous-ensemble précédemment mentionné. Le 20

Poids des rayons les uns par rapport aux autres. Numéro 1 / 14 novembre 2012

Poids des rayons les uns par rapport aux autres. Numéro 1 / 14 novembre 2012 Numéro 1 / 14 novembre 2012 Rayons alimentaires de la grande distribution : première approche des coûts et des marges Contributeurs : Julie Blanchot, Philippe Boyer Les travaux de l observatoire de la

Plus en détail

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1) 0rientations générales L enseignement de «management et sciences de gestion» intègre des approches

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit PCI -TD _ Centres Resp et Profit_Correction CAS.doc 1 / 28 CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit INTRODUCTION SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 1 NOTIONS

Plus en détail

Comptabilité de gestion

Comptabilité de gestion LES INDISPENSABLES VUIBERT Comptabilité de gestion Emmanuelle Plot-Vicard Olivier Vidal L essentiel 20 fiches de cours 150 QCM commentés + de 30 exercices corrigés Sommaire Mode d'emploi.........................................................

Plus en détail

L analyse de l écart global sur charges indirectes

L analyse de l écart global sur charges indirectes L analyse de l écart global sur charges indirectes OBJECTIF Calculer et analyser les écarts entre réalisations et prévisions au niveau du coût d un centre d analyse. COMPÉTENCES À partir d éléments donnés,

Plus en détail

Elaboration et Suivi des Budgets

Elaboration et Suivi des Budgets Elaboration et Suivi des Budgets 1 1- La Notion Du contrôle de Gestion 2- La Place du Contrôle de Gestion dans le système organisationnel 3- La Notion des Centres de responsabilité 4- La procédure budgétaire

Plus en détail

SUJET INÉDIT 1. Dossier 1. Charges et choix d une unité d œuvre 4 points 45 minutes CHAPITRES 1 et 4

SUJET INÉDIT 1. Dossier 1. Charges et choix d une unité d œuvre 4 points 45 minutes CHAPITRES 1 et 4 SUJET INÉDIT 1 La société Coupe & Shampoing Coupe & Shampoing est un salon de coiffure indépendant. Afin de faire face à la concurrence de salons de coiffure franchisés, son dirigeant, Kamel, aimerait

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le tableau de bord, outil de pilotage de l association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône-Alpes) Difficile d imaginer la conduite d un bateau sans boussole

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1 Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion Introduction 2 Contrôle de gestion : fonction aujourd hui bien institutionnalisée dans les entreprises Objectif : permettre une gestion rigoureuse et une

Plus en détail

Programme détaillé. LES TABLEAUX DE BORD Formation en présentiel (21 h) accompagnée d un parcours e-learning Comptabilité Gestion (5 h)

Programme détaillé. LES TABLEAUX DE BORD Formation en présentiel (21 h) accompagnée d un parcours e-learning Comptabilité Gestion (5 h) Programme détaillé LES TABLEAUX DE BORD Formation en présentiel (21 h) accompagnée d un parcours e-learning Comptabilité Gestion (5 h) Public : Toute personne assurant ou participant à la gestion d une

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

GÉDIA AUDIT & SURVEILLANCE DES COÛTS D ENTRÉE DES ARTICLES FABRIQUÉS

GÉDIA AUDIT & SURVEILLANCE DES COÛTS D ENTRÉE DES ARTICLES FABRIQUÉS GÉDIA AUDIT & SURVEILLANCE DES COÛTS D ENTRÉE DES ARTICLES FABRIQUÉS 1. Pourquoi il est indispensable de surveiller les coûts d entrées des articles fabriqués 1.1. La règle de base de valorisation du stock

Plus en détail

BILANS DES LAITS ET PRODUITS LAITIERS

BILANS DES LAITS ET PRODUITS LAITIERS MÉTHODOLOGIE BILANS DES LAITS ET PRODUITS LAITIERS BILAN LAIT Le lait fait l objet de trois bilans : lait entier, matières grasses du lait et lait écrémé. L intérêt principal du bilan annuel du lait entier

Plus en détail

BUSINESS PLAN FINANCIER A L EXPORT. Mardi 28 juin 2011 FORMATEUR : Isabelle MARIN

BUSINESS PLAN FINANCIER A L EXPORT. Mardi 28 juin 2011 FORMATEUR : Isabelle MARIN BUSINESS PLAN FINANCIER A L EXPORT Mardi 28 juin 2011 FORMATEUR : Isabelle MARIN Pour le Chef d entreprise, l enjeu du Business Plan Financier (B.P.F.) est de structurer sa démarche et de convaincre ses

Plus en détail

RAPPORT 2006 DU PRESIDENT SUR LE CONTRÔLE INTERNE

RAPPORT 2006 DU PRESIDENT SUR LE CONTRÔLE INTERNE RAPPORT 2006 DU PRESIDENT SUR LE CONTRÔLE INTERNE Bernard Jeanjean, en sa qualité de Président du Conseil d Administration, a confié au Comité d Audit la réalisation des travaux préparatoires et des diligences

Plus en détail

Tableaux de bord : comment mesurer la performance de votre entreprise?

Tableaux de bord : comment mesurer la performance de votre entreprise? Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 5 et 6 octobre 2006 - Parc Expo Rennes Aéroport - Bruz Tableaux de bord : comment mesurer la performance de votre entreprise? Animé par : Cédric

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT LES NOUVEAUX BLEUS BUDGÉTAIRES ET LES PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES Les documents

Plus en détail

A. Le contrôle continu

A. Le contrôle continu L audit d achat est une action volontaire décidée par l entreprise avec pour objet d apprécier la qualité de l organisation de sa fonction achats et le niveau de performance de ses acheteurs. L audit achat

Plus en détail

INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE

INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE Comptabilité 155 INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE Etre capable d assurer le suivi quotidien des opérations courantes dans une entreprise afin de faciliter les échanges avec son expert comptable. Assistante

Plus en détail

Exemple - Bilan de l entreprise MICRON au 31 décembre 2008 (en millions d euros)

Exemple - Bilan de l entreprise MICRON au 31 décembre 2008 (en millions d euros) L analyse financière Le bilan comptable d une entreprise est un document de synthèse, établi au moins une fois par an, à la fin de l exercice comptable. Il donne un aperçu du patrimoine de l entreprise

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

Le rôle d un tableau de bord

Le rôle d un tableau de bord CHAPITRE 1 Le rôle d un tableau de bord Introduction «Trop d informations tue l information.» Proverbe japonais Sur le plan théorique, un tableau de bord est un outil de reporting regroupant différents

Plus en détail

GESTION DES VENTES - ECARTS SUR VENTES

GESTION DES VENTES - ECARTS SUR VENTES GESTION DES VENTES - ECARTS SUR VENTES Objectif(s) : o Analyse des écarts sur chiffre d'affaires : Pré requis : o Modalités : o o écart sur prix de vente, écart sur quantité. évaluation du chiffre d'affaires.

Plus en détail

Le Contrôle de Gestion, c est une assurance sur la conduite des affaires Et puis, pour le dirigeant. Novembre 2009 DOSSIER : Gestion d entreprise 38

Le Contrôle de Gestion, c est une assurance sur la conduite des affaires Et puis, pour le dirigeant. Novembre 2009 DOSSIER : Gestion d entreprise 38 DOSSIER : Gestion d entreprise 38 Contrôle de Gestion dans les PME : points essentiels et objectifs. Mais pourquoi le Contrôle de Gestion n est-il pas plus présent dans les PME? Oublie-t-on que c est un

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE6 FINANCE D ENTREPRISE - session 214 Proposition de CORRIGÉ 214 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER - 1 points 1.

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 Le pilotage de la performance... 17 I. Du contrôle au pilotage de la performance... 17 A. Le contrôle de gestion traditionnel... 17 B. Le pilotage de la performance... 19

Plus en détail

La saisie des rubriques sera effectuée dans l application FARANDOLE avec les autres éléments du PAP. Autorisations d engagement

La saisie des rubriques sera effectuée dans l application FARANDOLE avec les autres éléments du PAP. Autorisations d engagement ANNEXE 2 EXPLICITATION DES RUBRIQUES La saisie des rubriques sera effectuée dans l application FARANDOLE avec les autres éléments du PAP. 1. Récapitulation des crédits destinés aux opérateurs de l État

Plus en détail

La distinction. entre charges opérationnelles et charges de structure

La distinction. entre charges opérationnelles et charges de structure La distinction 7 entre charges opérationnelles et charges de structure OBJECTIF Maîtriser les concepts de base en matière de variabilité des charges Identifier les situations où la décomposition entre

Plus en détail

GESTION BUDGETAIRE. BTS MUC, Gestion commerciale. Lycée Charles de Gaulle Vannes 56 000 INTRODUCTION :

GESTION BUDGETAIRE. BTS MUC, Gestion commerciale. Lycée Charles de Gaulle Vannes 56 000 INTRODUCTION : BTS MUC, Gestion commerciale. GESTION BUDGETAIRE INTRODUCTION : Les outils statistiques permettent de chiffrer l activité d une entreprise (méthode Mayer, lissages, régression linéaire), la gestion budgétaire

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 2. La production dans l entreprise Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 2.1 : Comment l entreprise produit-elle?

Plus en détail

Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre

Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre 6 7 Gestion quotidienne performante Pilotage et analyse Automatisation des processus Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre Centre névralgique de l entreprise, le système comptable

Plus en détail

GESTION DE PROJETS Coûts délais. 05/09/2007 V2.0 Gestion de Projets T. Fricheteau 1

GESTION DE PROJETS Coûts délais. 05/09/2007 V2.0 Gestion de Projets T. Fricheteau 1 GESTION DE PROJETS Coûts délais 05/09/2007 V2.0 Gestion de Projets T. Fricheteau 1 GESTION DE PROJETS Plan du cours: - Définitions, - Maîtrise des coûts et délais, - Gestion de l équipe projet, - Comité

Plus en détail

Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale

Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale Présenté par : Demb Cheickysoul 1 INTRODUCTION Parfaitement adapté à l organisation de l entreprise par sa puissance de paramétrage, Sage 100 Gestion Commerciale

Plus en détail

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise.

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. LES DISPOSITIFS DE GESTION DES RISQUES ET DE CONTRÔLE INTERNE L objet de ce rapport est de rendre compte aux

Plus en détail

Analyse financière. + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT

Analyse financière. + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT LES INDISPENSABLES VUIBERT Analyse financière 2 e ÉDITION Emmanuelle Plot-Vicard Madeleine Deck-Michon L essentiel + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés Sommaire Mode

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DE GESTION

LE TABLEAU DE BORD DE GESTION Institut supérieur du Génie Appliqué LE TABLEAU DE BORD DE GESTION Encadré par: Mme LKHOUYAALI Bouchra PLAN Partie I : Approche théorique des Tableaux de Bord Chapitre 1 : INTRODUCTION AUX TABLEAUX DE

Plus en détail

Jacques NAU. Né en 1946 Nationalité française Marié, 2 enfants PARCOURS DE FORMATION. Ingénieur Civil des Mines de PARIS DOMAINES D EXPERTISE

Jacques NAU. Né en 1946 Nationalité française Marié, 2 enfants PARCOURS DE FORMATION. Ingénieur Civil des Mines de PARIS DOMAINES D EXPERTISE Jacques NAU Né en 1946 Nationalité française Marié, 2 enfants PARCOURS DE FORMATION Ingénieur Civil des Mines de PARIS DOMAINES D EXPERTISE Exerce le métier de conseil depuis 1993, dans le domaine administratif

Plus en détail

Grille d évaluation des forces et faiblesses de la PME

Grille d évaluation des forces et faiblesses de la PME Grille d évaluation des forces et faiblesses de la PME Attention! Seules les côtes + et ++ désignent des domaines satisfaisants de la gestion et les véritables points forts de l entreprise. La côte +/-

Plus en détail

M2S. Formation Gestion de projet. formation

M2S. Formation Gestion de projet. formation Formation Gestion de projet M2S formation Conduire et gérer un projet Construire et rédiger un chahier des charges de projet Conduite de projet informatiques Découpage et planification de projet Les méthodes

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE Préambule Le Business Plan (ou plan d affaire) est un document qui décrit le projet d activité, fixe des objectifs, définit les besoins en équipements,

Plus en détail

L ESSENTIEL DE LA COMPTABILITÉ ANALYTIQUE

L ESSENTIEL DE LA COMPTABILITÉ ANALYTIQUE DIDIER LECLÈRE L ESSENTIEL DE LA COMPTABILITÉ ANALYTIQUE Cinquième édition LES ESSENTIELS DE LA FINANCE, 1997, 2001, 2002, 2004, 2011 ISBN : 978-2-212-54964-5 Sommaire Introduction Les objectifs de la

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

1 2 3 Aide à l animateur : Lebudgetestl actepar lequelsontprévues etautorisées les recettes et les dépenses de l organisme. L article 175 du décret GBCP prévoit que le dossier de présentation du budget

Plus en détail

ZODIAC AEROSPACE Page 1 sur 7

ZODIAC AEROSPACE Page 1 sur 7 Plaisir, le 18 décembre Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise DISPOSITIFS DE GESTION DES RISQUES ET DE CONTRÔLE INTERNE Cette partie du rapport s appuie sur le cadre de référence

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

RAPPORT 2005 DU PRESIDENT SUR LE CONTRÔLE INTERNE

RAPPORT 2005 DU PRESIDENT SUR LE CONTRÔLE INTERNE RAPPORT 2005 DU PRESIDENT SUR LE CONTRÔLE INTERNE Bernard Jeanjean, en sa qualité de Président du Conseil d Administration, a confié au Comité d Audit la réalisation des travaux préparatoires et des diligences

Plus en détail

LA MÉTHODOLOGIE. 1 re phase : créer un groupe de consultation et de travail. 2 e phase : définir besoins et contraintes

LA MÉTHODOLOGIE. 1 re phase : créer un groupe de consultation et de travail. 2 e phase : définir besoins et contraintes LA MÉTHODOLOGIE Choisir une solution informatique pour le traitement de la paye implique de respecter une méthodologie de travail afin de pouvoir comparer efficacement les différents produits existants

Plus en détail

LA SOLUTION DE GESTION D AFFAIRES CONÇUE POUR MICROSOFT DYNAMICS NAV

LA SOLUTION DE GESTION D AFFAIRES CONÇUE POUR MICROSOFT DYNAMICS NAV LA SOLUTION DE GESTION D AFFAIRES CONÇUE POUR MICROSOFT DYNAMICS NAV CONSTRUCTION FABRICATION D'ÉQUIPEMENTS MAINTENANCE INDUSTRIELLE BUREAUX D'ÉTUDES SERVICES INFORMATIQUES NETTOYAGE «NaviOne n est pas

Plus en détail

Le logiciel de gestion intégré conçu pour les PME du Bâtiment. www.absyscyborg.com

Le logiciel de gestion intégré conçu pour les PME du Bâtiment. www.absyscyborg.com Le logiciel de gestion intégré conçu pour les PME du Bâtiment Beaucoup plus qu un logiciel de suivi de chantier, NaviBat est un véritable outil de pilotage. Navibat n est pas qu un simple logiciel de suivi

Plus en détail

LE BUDGET DES VENTES.

LE BUDGET DES VENTES. R Cordier LE BUDGET DES VENTES. Conception du budget des ventes. ETUDE DU MARCHE Étude de la concurrence Définition d'une stratégie commerciale CONTRAINTES Capacités de production Possibilités d'évolution

Plus en détail

MASTER I : Responsable en Gestion Métiers du Management Commercial Titre RNCP II

MASTER I : Responsable en Gestion Métiers du Management Commercial Titre RNCP II MASTER I : Responsable en Gestion Métiers du Management Commercial Titre RNCP II Sommaire 1.Les Tourelles en quelques mots... 2 2. Le CNAM en quelques mots... 3 3. Objectifs de la formation... 4 4. Poursuites

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

LE LOGICIEL DE GESTION D AFFAIRES CONÇU POUR MICROSOFT DYNAMICS NAV. www.navione.fr

LE LOGICIEL DE GESTION D AFFAIRES CONÇU POUR MICROSOFT DYNAMICS NAV. www.navione.fr LE LOGICIEL DE GESTION D AFFAIRES CONÇU POUR MICROSOFT DYNAMICS NAV www.navione.fr Un ERP est un logiciel de gestion unique, partagé par tous les collaborateurs, qui couvre tous les domaines de l entreprise,

Plus en détail

DCG session 2010 UE11 Contrôle de gestion Corrigé indicatif

DCG session 2010 UE11 Contrôle de gestion Corrigé indicatif DCG session 2010 UE11 Contrôle de gestion Corrigé indicatif DOSSIER 1 : CALCUL DES COUTS 1. Présenter le tableau de répartition des charges. Calculer le coût de production des particules obtenues. Tableau

Plus en détail

Connaître les règles comptables fondamentales Quelles opérations comptabiliser? Quand, pour quel montant et comment les comptabiliser?

Connaître les règles comptables fondamentales Quelles opérations comptabiliser? Quand, pour quel montant et comment les comptabiliser? LES FONDAMENTAUX DE LA COMPTABILITE GENERALE Comprendre et acquérir les bases de la comptabilité DURée : 3j + 1J en option sur logiciel* Toute personne en charge de la gestion en * En option : mise en

Plus en détail

Gestion Comptable Sage 100

Gestion Comptable Sage 100 Gestion Comptable La réponse à tous les besoins comptables et financiers de l entreprise avec la richesse d une offre unique sur le marché. 1 SOMMAIRE 1.1. Le pôle comptable et Financier...3 1.2. Une couverture

Plus en détail

Fiche 9 La mise en place d une comptabilité de gestion.

Fiche 9 La mise en place d une comptabilité de gestion. Analyse des coûts Fiche 9 La mise en place d une comptabilité de gestion. Remarque liminaire : Le contenu de cette fiche ne saurait préjuger de ce qui sera défini dans le cadre des travaux en cours relatifs

Plus en détail

Dossier de Validation des Acquis de l expérience

Dossier de Validation des Acquis de l expérience Dossier de Validation des Acquis de l expérience Etape : 2 Guide de réalisation du dossier de présentation de V.A.E. Demande concernant le Diplôme de l Ipag Diplôme de Formation Supérieure au Management

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! L assistance en matière de gestion

Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! L assistance en matière de gestion Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! L assistance en matière de gestion Quelques constats pour commencer! La gestion est devenue incontournable Tout comme le pilote d un avion, le chef d entreprise

Plus en détail

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées La tenue de la comptabilité d engagement ou comptabilité administrative est de la responsabilité de l exécutif de la collectivité. Le CGCT prévoit

Plus en détail

L essentiel de la finance

L essentiel de la finance Pierre Cabane L essentiel de la finance à l usage des managers Préface de Gilles Weil Vice-président de L Oréal Éditions d Organisation, 2004 ISBN: 2-7081-3019-6 Introduction L objectif de cet ouvrage

Plus en détail

LA MESURE DE LA PERFORMANCE

LA MESURE DE LA PERFORMANCE LA MESURE DE LA PERFORMANCE Pour tout projet commercial, le manageur doit prévoir, dès la conception, un suivi des actions commerciales mises en œuvre. Un des rôles du manageur est en effet de contrôler,

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

L'EXPERIENCE CAILLEAU PNEUS - PROFIL + Une démarche compétence qui s intègre dans la stratégie de l entreprise

L'EXPERIENCE CAILLEAU PNEUS - PROFIL + Une démarche compétence qui s intègre dans la stratégie de l entreprise L'EXPERIENCE CAILLEAU PNEUS - PROFIL + Une démarche compétence qui s intègre dans la stratégie de l entreprise ))))))) CAILLEAU PNEUS PROFIL + ))))))) Secteur : Equipements automobiles Activité : Pièces

Plus en détail

Programme détaillé. Prérequis : Aucun prérequis n est nécessaire

Programme détaillé. Prérequis : Aucun prérequis n est nécessaire Programme détaillé L ESSENTIEL DE LA COMPTABILITE POUR NON COMPTABLES Formation en présentiel (21 h) accompagnée d un parcours e-learning Comptabilité Gestion (5 h) Public : Toute personne assurant ou

Plus en détail

Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre

Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre 6 7 Gestion quotidienne performante Pilotage et analyse Automatisation des processus Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre Centre névralgique de l entreprise, le système comptable

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Comment l entreprise produit-elle?

Comment l entreprise produit-elle? Comment l entreprise produit-elle? Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

LES CONTRATS EN AVICULTURE. Comité Volailles FranceAgriMer, 31 janvier 2013 1

LES CONTRATS EN AVICULTURE. Comité Volailles FranceAgriMer, 31 janvier 2013 1 LES CONTRATS EN AVICULTURE Comité Volailles FranceAgriMer, 31 janvier 2013 1 CONTEXTE, OBJECTIFS ET MÉTHODE Comité Volailles FranceAgriMer, 31 janvier 2013 2 CONTEXTE Déficit de compétitivité français

Plus en détail

Généralités sur les fonctions d impression du menu Etat... 1337 Envoi d un document par e-mail... 1339 Devise d édition ou d exportation...

Généralités sur les fonctions d impression du menu Etat... 1337 Envoi d un document par e-mail... 1339 Devise d édition ou d exportation... Généralités sur les fonctions d impression du menu Etat... 1337 Envoi d un document par e-mail... 1339 Devise d édition ou d exportation... 1340 Etats personnalisés... 1342 Impression d un état personnalisé...

Plus en détail

Guide Tuteur Commerce et Distribution

Guide Tuteur Commerce et Distribution Guide Tuteur Commerce et Distribution QU EST-CE QUE LE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES? Il s agit d une formation en 2 ans proposée aux titulaires d un baccalauréat technologique ou général. Elle

Plus en détail

Présentation de l épreuve

Présentation de l épreuve MÉTHODO Présentation de l épreuve 1. Programme de l arrêté du 22 décembre 2006 DURÉE DE L ENSEIGNEMENT ÉPREUVE N 11 CONTRÔLE DE GESTION (à titre indicatif) : 210 heures 18 crédits européens 1. Positionnement

Plus en détail

1. Justifier le chiffre d affaires net rétrocédé par les commerciaux du siège.

1. Justifier le chiffre d affaires net rétrocédé par les commerciaux du siège. DCG UE11 COTROLE DE GESTIO - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que ses auteurs. Les réponses sont parfois plus détaillées que ce qui est attendu

Plus en détail

Formation Atmansoft :

Formation Atmansoft : La particularité de la détermination d un prix de revient complet par étiquette et par millésime, c'est-à-dire d un vrai tarif commercial, peut se résumer en un mot : Complexe! Complexe par le fait qu

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 1 REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIALE TITRE CERTIFIE

Plus en détail

Travail à faire. 2. Construire le compte de surplus réel (formation et répartition) pour N. Que peut-on en déduire?

Travail à faire. 2. Construire le compte de surplus réel (formation et répartition) pour N. Que peut-on en déduire? Cas NACRAY S.A. La société anonyme NACRAY a été créée, il y a plus de vingt ans, par un entrepreneur qui venait de déposer un brevet pour un nouveau type de mobilier de rangement, destiné aussi bien aux

Plus en détail

!"#$%#"&'()'%#)(&*+',#'-.-*/01',2&34"$0)*&"3'1-*51((1'#3' 1361#'7"#$'(2"$8)3&-)*&"3'9!

!#$%#&'()'%#)(&*+',#'-.-*/01',2&34$0)*&3'1-*51((1'#3' 1361#'7#$'(2$8)3&-)*&3'9! !"#$%#"&'()'%#)(&*+',#'-.-*/01',2&34"$0)*&"3'1-*51((1'#3' 1361#'7"#$'(2"$8)3&-)*&"3'9! Présentation de la ressource Propriétés Intitulé court Formation concernée Matière Thème Question de gestion Intitulé

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Offre Education Sage. Gilles Soaleh - Responsable Education. Thierry Ruggieri - Consultant Formateur. Académie de Montpellier 08 décembre 2011

Offre Education Sage. Gilles Soaleh - Responsable Education. Thierry Ruggieri - Consultant Formateur. Académie de Montpellier 08 décembre 2011 Offre Education Sage Gilles Soaleh - Responsable Education Thierry Ruggieri - Consultant Formateur Académie de Montpellier 08 décembre 2011 Sommaire Sage La nouvelle offre Education : Sage 100 Entreprise

Plus en détail

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI Textes de référence : articles 313-18 à 313-22 du règlement général de l AMF

Plus en détail

Plan de développement de la filière caprine et ovin-lait wallonne (2004) Résumé

Plan de développement de la filière caprine et ovin-lait wallonne (2004) Résumé FEDERATION INTERPROFESSIONNELLE CAPRINE ET OVINE WALLONNE. chaussée de Namur, 47 5030 Gembloux Tél. : 081/627 447 Fax :081/60 04 46 E-mail : fiow@swing.be TABLE DES MATIERES 1. Contexte général... 2 2.

Plus en détail

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les clients éligibles. 15 mai 2002 *** INTRODUCTION. par M. Thierry TUOT, Directeur Général

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les clients éligibles. 15 mai 2002 *** INTRODUCTION. par M. Thierry TUOT, Directeur Général Paris, le 5 juin 2002 COMPTE RENDU Atelier-débat avec les clients éligibles 15 mai 2002 *** INTRODUCTION par M. Thierry TUOT, Directeur Général Ce deuxième atelier était destiné à permettre aux clients

Plus en détail

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation)

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Fit for Business (PME)? Pour plus de détails sur les cycles de formation PME et sur les businesstools, aller sous www.banquecoop.ch/business

Plus en détail

LE BUDGET DES VENTES

LE BUDGET DES VENTES LE BUDGET DES VENTES Objectif(s) : o Pré requis : o Modalités : o o o Elaboration du budget des ventes. Connaissances du processus "ventes". Principes, Synthèse, Application. TABLE DES MATIERES Chapitre

Plus en détail

I. L intérêt d une comptabilité de gestion pour la PME. A. La comptabilité financière et la comptabilité de gestion

I. L intérêt d une comptabilité de gestion pour la PME. A. La comptabilité financière et la comptabilité de gestion Chap. 6 : Analyser les coûts des centres de responsabilité I. L intérêt d une comptabilité de gestion pour la PME A. La comptabilité financière et la comptabilité de gestion 1. La comptabilité financière

Plus en détail

NOM DU PROJET. Contrat de projet commenté

NOM DU PROJET. Contrat de projet commenté Commentaire général préalable: Le «contrat de projet» présenté ci-après fait suite à la lettre de mission envoyée par le Directeur Général au Maître d Ouvrage d un projet. Il a 3 objectifs majeurs : -

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

EXERCICE 1 : Le plan de financement (cours du 05/06/2004)

EXERCICE 1 : Le plan de financement (cours du 05/06/2004) EXERCICE 1 : Le plan de financement (cours du 05/06/2004) L examen du vendredi 18 juin requiert une connaissance du principe de fonctionnement d un plan de financement. Pour rappel, l exercice de résolution

Plus en détail

Sage 100. pour le BTP. Faites de votre gestion un levier de croissance

Sage 100. pour le BTP. Faites de votre gestion un levier de croissance Sage 100 pour le BTP Faites de votre gestion un levier de croissance Sage 100 pour le BTP Faites de votre gestion un levier de croissance Gagner des parts de marché, optimiser ses investissements, sécuriser

Plus en détail

Fonctionnement du jeu de simulation. Le principe du jeu EXIGE- INFOFI est la simulation de gestion d un portefeuille boursier.

Fonctionnement du jeu de simulation. Le principe du jeu EXIGE- INFOFI est la simulation de gestion d un portefeuille boursier. Fonctionnement du jeu de simulation Le principe du jeu EXIGEINFOFI est la simulation de gestion d un portefeuille boursier. Ce portefeuille est composé des titres des entreprises virtuelles que des étudiants

Plus en détail

ANNEXE MÉTHODOLOGIQUE

ANNEXE MÉTHODOLOGIQUE ANNEXE MÉTHODOLOGIQUE 26 LES SOURCES L enquête annuelle d entreprise (EAE) L enquête annuelle d entreprise (EAE) est élaborée dans le cadre du règlement européen n 58 / 97 du Conseil du 20 décembre 1996

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 1 : Présentation de votre projet 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

Programme détaillé MASTER DE MANAGEMENT ET DE STRATEGIE D ENTREPRISE. Objectifs de la formation. Les métiers. Niveau et durée de la formation

Programme détaillé MASTER DE MANAGEMENT ET DE STRATEGIE D ENTREPRISE. Objectifs de la formation. Les métiers. Niveau et durée de la formation Objectifs de la formation Les métiers Ce Master valide votre qualification professionnelle et votre aptitude à tenir les emplois de cadres et futurs cadres supérieurs dans les professions industrielles

Plus en détail

Réalisation d un «Schéma Directeur Informatique»

Réalisation d un «Schéma Directeur Informatique» Réalisation d un «Schéma Directeur Informatique» Qu est ce qu un Schéma Directeur Informatique (SDI)? Un Schéma Directeur Informatique est un document conçu pour préparer l évolution et l adaptation de

Plus en détail