N composante 6 N action 6.2 Carte de Contrôle Qualite Agroalimentaire du Miel

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "N composante 6 N action 6.2 Carte de Contrôle Qualite Agroalimentaire du Miel"

Transcription

1 N composante 6 N action 6.2 Carte de Contrôle Qualite Agroalimentaire du Miel SOUS-PROJET H Partner Agenzia Laore

2

3 Sommario 1. Préambule Champ d application Définitions Zone de référence Parc Naturel Régional de Porto Conte Parc National de l Asinara Parc National La Maddalena Principes Principes de base Principes Généraux Agroalimentaire (le Cluster du Miel) L engagement à une amélioration continue Score principes facultatifs Annexe... 18

4 1 1. PREAMBULE Les Parcs, dans l esprit de la Loi n. 394 du , promeuvent les opérateurs économiques du territoire, sensible à la protection de l environnement. Dans le secteur de production locale agroalimentaire et artisanale, les Parcs visent à promouvoir les productions qui s appliquent à préserver le territoire et valoriser le patrimoine naturaliste local. Les réquisitions de qualité environnementale, sociale et économique viennent engagées/respectées grâce à l adoption de la part du demandeur/concessionnaire des mesures propres à améliorer la durabilité environnementale, économique et sociale (ou performance environnementale), en respect à l environnement global et local et à la spécificité territoriale du Parc. Les requêtes de qualité environnementale, sociale et économique se distingue par typologie d activité et par zone thématique. 2. CHAMP D APPLICATION L octroi des droits d utilisation de la Marque de Qualité Environnementale du Réseau des Parcs de la Sardaigne et de la Corse peut être sollicité par tous les opérateurs économiques et/ou organisations situés à l intérieur du territoire précisé dans l article 4. La Marque de Qualité Environnementale du Réseau des Parcs de la Sardaigne et de la Corse peut être accordée aux opérateurs économiques et/ou organisations qui fournissent les produits suivants: Huile d'olive extra vierge Miel Vin Fruits et légumes Liqueurs

5 2 3. DÉFINITIONS Ai fini della presente Carta della Qualità si applicano le seguenti definizioni: Aux fins de la présente Carte de contrôle de Qualité s appliquent les définitions suivantes: Produits primaires: les produits de production primaire, y compris les produits de la terre, de l élevage, la et la pêche. Etablissement: chaque unité d une entreprise du secteur alimentaire; Conditionnement/mise en bouteille: la mise en place d un produit alimentaire dans un emballage ou récipient en contact direct avec le produit alimentaire en question, ainsi que le dit emballage ou récipient; Emballage: la mise en place d un ou plusieurs produits alimentaires confectionnés dans un second récipient, ainsi que le dit second récipient; Traitement: Toute action qui provoque une modification substantielle du produit initial, y compris traitement thermique, fumage, salaison, maturation, séchage, marinade, extraction, extrusion ou une combinaison de telles procédures; Produits non transformés: produits alimentaires non soumises à traitement, qui comprennent produits qui ont été divisés, séparés, tranchés, découpés, désossés, hachés, dépouillés, broyés, coupés, nettoyés, taillés, décortiqués, moulus, réfrigérés, congelés, surgelés ou décongelés; Produits transformés: produits alimentaires obtenus par la transformation de produits non transformés. Ces produits peuvent contenir des ingrédients nécessaires à leur élaboration ou pour leur apporter des caractéristiques spécifiques. Apiculteur: la personne physique ou juridique qui exerce toutes les opérations d élevage et d introduction sur le marché du miel, conformément aux dispositions prévue dans le présent articulé, par la suite indiqué également comme Éleveur ou Opérateur ou Producteur.

6 3 Lot: chaque partie singulière de miel identifiable avec le même numéro de lot de production. Registre du chargement et du déchargement : le document, également informatique, dans lequel le producteur doit reporter la composition complète du lot de miel mis en vente avec la marque du parc, selon l origine botanique, la composition de l emballage. Mièlerie: le local, également équipé d un espace destiné à la vente au détail, signalé à l Autorité du Parc, dans lequel viennent effectuées les activités d extraction et de conditionnement du miel. 4. ZONE DE REFERENCE La Marque de Qualité Environnementale du Réseau des Parcs de la Sardaigne et de la Corse peut être accordée aux opérateurs économiques dont les produits, indiqués dans l article 2 du document présent, respectent les caractéristiques suivantes: 1. Les produits primaires, qui aident à la réalisation du produit sujet à la certification, doivent être produits/cultivés/butinés à l intérieur du territoire de référence décrit dans les paragraphes 4.1, 4.2, 4.3 du document présent. 2. Les établissements de traitement, transformation et conditionnement du produit sujet à la certification, doivent être positionnés à l intérieur des territoires communaux des Parcs adhérents au Réseau des Parcs de la Sardaigne et de la Corse. En alternative, pour des cas particuliers, le Parc de référence, après accord avec les autres parcs du réseau, et seulement pour l activité de traitement, peut déroger à de telles limites spécifiant, cas par cas, le territoire de référence.

7 Parc Naturel Régional de Porto Conte La délimitation de la zone de référence en ce qui concerne le Parc Naturel Régional de Porto Conte comprend la Zone Parc et la Zone adjacente au Parc, dont la démarcation est en phase d être définie et qui viendra certifiée dans le document relatif au Projet du Parc en phase d actuation. Pour le moment la Zone Adjacente comprend les territoires agricoles, au nord de la ville d Alghero, à l intérieur de ses limites administratives. Cidessous la représentation graphique de la Zone provisoire contiguë au Parc Régional de Porto Conte. Représentation graphique de la Zone Contiguë au Parc de Porto Conte.

8 Parc National de l Asinara La délimitation de la zone de référence concernant le Parc National de l Asinara est la Zone Parc qui comprend toute la partie émergée de l Île de l Asinara entière et des îlots mineurs qui se trouvent à une distance de 1 km à partir de la ligne de côte en excluant l Île Piana comme défini dans le décret institutionnel du Parc D.P.R. du 3 octobre 2002 et la zone Marine Protégée Île de l Asinara comme institué par le décret du Ministre de l Environnement et de la Préservation du Territoire du 13 août 2002, délimitée dans son périmètre extérieur par la ligne de conjonction des points suivants, comprenant aussi les territoires relatifs côtiers appartenant au domaine public maritime: Point Latitude Longitude A) 40 59'.10 N '.19 E B) 40 58'.95 N '.13 E C) 41 02'.47 N '.13 E D) 41 06'.27 N '.44 E E) 41 08'.37 N '.13 E F) 41 06'.23 N '.97 E G) 41 03'.48 N '.97 E H) 40 58'.18 N '.92 E

9 Parc National La Maddalena La délimitation de la zone de référence concernant le Parc National La Maddalena est le territoire de la commune de La Maddalena, ainsi que les zones maritimes environnantes sur une distance de 1 km à partir de la côte comme défini dans la loi institutionnelle du Parc art. 1 Loi du 4 janvier 1994, n.10 et D.P.R. du 17 mai 1996.

10 7 5. PRINCIPES Les opérateurs économiques intéressés à l octroi de la Marque de Qualité Environnementale du Réseau des Parcs de la Sardaigne et de la Corse devront respecter les principes suivants, subdivisés en deux typologies: Principes de base: ce sont toutes des conditions obligatoires que tous ceux qui demandent l octroi /le renouvellement du droit d utilisation de la marque, doivent posséder au moment de la présentation de demande. Principes d amélioration: ce sont des principes supplémentaires que tous ceux qui requièrent l octroi /le renouvellement du droit d utilisation de la marque, doivent essayer d atteindre et d appliquer à travers un programme d amélioration à présenter au Parc de référence. Les principes nécessaires à l octroi de la marque devront être respectés par les organisations de la filière qui contribuent à la réalisation du produit objet de certification. En particulier par les organisations des produits primaires et de la transformation ou/et traitement 5.1. Principes de base Ci-dessous sont indiqués les principes de base que les opérateurs/organisations doivent respecter pour l octroi de la Marque de Qualité Environnementale du Réseau des Parcs de la Sardaigne et de la Corse. Les principes de base viennent subdivisés en sous-catégories en référence à l activité exercée par l organisation requérante. A l intérieur des principes de base figurent aussi les principes généraux qui devront être respectés par toutes les catégories d opérateurs/organisations qui demandent l octroi de la marque. La possession de la part du sujet requérant de la certification volontaire conforme au modèle UNI EN ISO14001, EMAS, comporte l octroi de la Marque de Qualité

11 8 Environnementale du Réseau des Parcs de la Sardaigne et de la Corse, réglementé selon le document présent, avec une intégration du système commercial certifié des critères prévus dans le cahier des charges présent et non envisagés par les normes volontaires ISO14001 et EMAS. A la demande d octroi de la Marque de Qualité Environnementale, le requérant devra joindre un tableau de correspondance dans laquelle seront mis en évidence les principes (généraux, de base et visant l amélioration) en vertu de la présente Charte des Services et du Règlement d Utilisation de la Marque, respectés par le propre système de gestion environnementale, avec en pièce jointe le certificat en cours de validité. Le Parc de référence a néanmoins la faculté de requérir un contrôle de l organisation requérante avant l octroi de la Marque de Qualité Environnementale pour vérifier la véracité de la déclaration présentée Principes Généraux Les principes généraux doivent être respectés par tous les opérateurs/organisations de la filière qui contribuent à la réalisation/production du produit sujet à certification. En particulier par les organisations des produits primaires et de la transformation ou/et traitement. Ces organisations doivent respecter la législation en vigueur de leur secteur d appartenance, et plus particulièrement la législation environnementale: Autorisation d exercice; Emissions atmosphériques (Décret législatif 152/2006 partie V); Eaux usées (autorisation de rejet - l'évacuation adéquate des eaux usées (ex. Décret législatif 152/06 et ses modification ultérieures); Déchets (gestion adéquate et élimination des déchets); Alimentation en eau; Sécurité alimentaire (principes HACCP); Sécurité sur les lieux de travail et incendie;

12 9 Règlement du Parc de référence. 1. Les entreprises certifiées doivent organiser annuellement au moins une visite guidée, si telle est la demande du Parc de référence, à l intérieur des ateliers de traitement, ou laisser leurs propres espace à disposition pour d éventuelles initiatives du Parc dans le respect de la législation. Pour les entreprises en phase de certification une déclaration d intention est suffisante 2. La haute direction doit approuver la politique environnementale de l entreprise. Le programme environnemental doit prévoir une amélioration continue sur la base des critères facultatifs indiqués dans l annexe 1 du document présent. La politique environnementale doit être communiquée au personnel, et rendue publique sur un site internet, ou sur papier imprimé, ou matériel informatif/promotionnel de l entreprise ou autre forme indiquée par l entreprise. 3. L entreprise doit s engager à contrôler la consommation des ressources qui ont le plus d impact sur l environnement en fonction de ses activités/services propres (ex. consommation énergétique, consommation d eau, matières dangereuses etc..). 4. L entreprise doit informer le personnel sur les mesures à prendre en matière d économie d énergie, d eau, de réduction des déchets et de gestion des substances chimiques. 5. L entreprise doit créer un petit espace d exposition où mettre à la disposition des clients du matériel informatif inhérent au Parc et des services/produits fournis par les autres opérateurs adhérents à la marque présente. Ce critère devra être suivi uniquement par les entreprises qui effectuent la vente directe. Il est permit à l entreprise de ne pas exposer le matériel promotionnel/produit des entreprises en directe concurrence. 6. Si l entreprise dispose d un point de vente directe au public, le personnel qui y travaille doit être capable de fournir des informations sur la zone géographique correspondante à la marque, sur les techniques de production du propre produit, et sur la marque concernée. L activité de commercialisation doit en tout cas être

13 10 organisée de telle manière que le visiteur/client puisse distinguer facilement les produits adhérents à la marque (étiquette des produits convenue au préalable avec l Organisme). 7. L entreprise doit participer annuellement au moins à une rencontre de formation/informative/promotionnelle organisée par l Organisme Parc de référence, mettant à disposition les propres produits. 8. Les huiles combustibles avec teneur en soufre supérieure à 0,1 % et le charbon ne peuvent être utilisés comme fonte d énergie. 6. AGROALIMENTAIRE (LE CLUSTER DU MIEL) Les règles générales dictées par le présent cahier des charges qui s appliquent sont valables pour chaque producteur, dûment interprété et avec cohérence, en fonction de l activité effective. Le présent cahier des charges s applique à la production du miel. Les principes suivants doivent être respectés par les organisations de la filière qui contribuent à la réalisation du produit soumis à certification. En particulier, par les organisations qui s occupent des produits primaires et de la transformation et/ou traitement. 1. Le miel doit dériver exclusivement de nectar et/ou miellat butinés par les abeilles à l intérieur des zones décrites, pour chaque Parc, dans l art. 4, alinéa 1 du présent document relatif à la production des produits primaires. 2. Les processus d élaboration successifs à la phase de butinement doivent être effectués dans le territoire indiqué dans l art. 4 alinéa Maintenir les ruches en bon état et renouveler régulièrement les rayons des nids au moins les 50% à l année. 4. Utiliser pour l enfumoir des combustibles d origine naturelle comme des aiguilles de pin ou de conifère, férule, feuilles de romarin ou d autres espèces végétales etc. Il est

14 11 interdit d utiliser du carton et du tissu, tout comme des substances chimiques répulsives de diverse nature. 5. Effectuer les récoltes pendant toute l année, selon le cycle des floraisons. Les rayons prélevés doivent être parfaitement operculés ou contenir un miel complètement mûr. Les rayons ne doivent contenir aucune trace de couvain. 6. Privilégier les traitements pour le contrôle de la varroase à base d acide oxalique ou autres acides organiques, en supposant que leur utilisation soit admise par l Autorité Sanitaire National en évitant l utilisation de molécules non permises dans l apiculture biologique. 7. Les locaux d extraction et d élaboration doivent avoir les qualités requises par la loi et être maintenus en excellent état de propreté. 8. L extraction du miel des rayons doit avoir lieu par centrifugation à froid et le miel doit ensuite être filtré et décanter. 9. La filtration doit être telle qu aucun corps figuré (pollen, champignons et algues) ne soit éloigné, mais seules les impuretés. 10. Les espèces sauvages aussi bien que les espèces cultivées peuvent être butinées. 11. La gamme des variétés qu il est possible de produire vient provisoirement indiquée en miel d Asphodèle, Chardon, Eucalyptus, Inule, Ronce, Mille fleurs de printemps, Mille fleurs d automne. 12. La gamme des variétés et ses caractéristiques organoleptiques, phyisico-chimiques et palynologiques doivent définies par l Autorité du Parc dans une délibération ultérieure. 13. Par une ultérieure délibération de l Autorité du Parc pourront être individuées d autres variétés de miel qu il est possible de produire dans les zones parc sujettes au butinement, 14. Chaque producteur est responsable du miel objet de certification, qui devra respecter les caractéristiques suivantes: Posséder un spectre pollinique conforme à celui spécifique du lieu de production.

15 12 Posséder une teneur en eau inférieure ou égale au 17%. Posséder une teneur en hydroxyméthylfurfural inférieure ou égal aux 10 mg/kg. Etre conforme au standard de référence quant à l aspect gustatif, olfactif et visuel. Ne pas présenter de défauts tel des arômes anomaux, principes de fermentation alcoolique, odeurs de fumée et odeurs étrangères. L examen visuel macroscopique ne doit pas vérifier la présence d éventuels corps étrangers, de phénomènes anomaux de cristallisation ou de séparation des phases solideliquide. De légères marbrures de cristallisation sont tolérées. En cas de contestation les examens éventuels des caractéristiques ci-dessus nommées devront être réalisés sur chaque année de production, dans un laboratoire d analyse reconnu. 15. Pour avoir le droit d utilisation de la marque, l apiculteur est tenu à respecter toutes les directives émises par l Autorité du Parc et se soumettre aux contrôles de production. Il doit en outre respecter toutes les normes en vigueur en matière de production alimentaire et d étiquetage des aliments. 16. L étiquetage peut comprendre une dénomination relative à son origine botanique. Dans un tel cas il doit y avoir correspondance entre les caractéristiques organoleptiques de la production et celles typiques de la variété déclarée sur l étiquette. En outre, la date de production déclarée selon les procédures explicitées ensuite doit coïncider avec celle de l époque de floraison relative au miel produit. 17. La marque peut être insérée sur l étiquette ou sur le sceau de garantie. Si elle figure sur l étiquette elle doit être bien visible et située dans le champ visuel où vient indiquée la typologie du miel. Si elle figure sur le sceau de garantie elle doit être située sur la superficie du couvercle de fermeture. L utilisation de n importe quel type d indication ou signe qui puisse faire croire à l acquéreur que le miel commercialisé est produit selon les directives publiées par l Autorité du Parc ou

16 13 qu il s agisse de miel produit à l intérieur de la zone du parc, sera poursuivi par l Autorité du Parc selon la norme en vigueur sur le territoire italien. 18. Il n est pas permis confectionner et mettre en vente du miel produit, même si partiellement, dans des zones extérieures au périmètre du parc. 19. Il n est pas permis de nourrir les abeilles en dehors de la période autorisée (de décembre à février); la nutrition des abeilles en dehors de cette période peut être autorisée par l Autorité du Parc, mais elle doit être explicitement requise et motivée de la part de l apiculteur. 20. La pasteurisation du miel et n importe quel type de traitement thermique (supérieur à 40 C) qui puisse abattre l activité diastasique du miel ne sont pas permis; la liquéfaction du miel est permise une seule fois. 21. Au cours de l année de production, le requérant doit communiquer : Le numéro de ruches en production et les hausses extraites pour chaque floraison Le premier jour d extraction du miel. La quantité de miel obtenu et conditionné; subdivisée en lots de production pour chaque floraison et par typologie de conditionnement; pour chacune d entre elles la quantité et le nombre de confections soumises à la vente doit être indiqué. Ajourner quotidiennement le registre de charge et de décharge du miel. Toutes les communications faites par le producteur ont valeur d auto-certification. 22. Le registre de charge et décharge est un outil dans lequel le producteur est tenu d insérer toutes les entrées et sorties du miel identifié par la marque. Le registre doit pouvoir identifier la provenance et la destination du miel selon la quantité et la qualité botanique. Quelques échantillons de miel peuvent être prélevés par l Autorité de contrôle conventionnée avec le Parc à n importe quel stade de la

17 14 production. Le registre doit être à la disposition du Parc, comme de toute autre autorité publique, y compris le Service de la répression des fraudes. Les données du registre doivent inclure chaque lot singulier de production. Pour chacun d entre eux doivent être insérés: Le numéro d identification de lot La date de récolte et le volume de miel extrait L'origine botanique La subdivision selon la typologie de pot utilisé Les quantités vendues doivent reporter: La typologie de la confection vendue La date de vente Au cas où l acquéreur soit un tierce vendeur, ses données doivent être reportées dans le registre. Le registre de charge et décharge peut être un document sur papier ou informatique. La quantité produite pour chaque lot, indiquant soit la typologie du miel que la quantité de chaque type de conditionnement vient auto-certifiée de la part de chaque éleveur. Les données relatives au mouvement doivent être insérées quotidiennement dans le registre des charge et décharge. C est pourquoi l entreprise doit adopter un système de traçabilité des productions qui permette de vérifier le respect des principes prévus par le présent cahier. 23. L entreprise doit participer au moins à 1 manifestation à l année organisée par le Parc. En cas de première certification tel critère pourra être acquitté dans les 12 mois qui suivent à la vérification de certification. 24. Les 80% des ampoules installées dans les locaux de production et dans les bureaux de l entreprise doivent avoir une haute efficacité énergétique (la classe d efficacité la plus élevée qui existe sur le marché). Un tel critère n est pas applicable si les caractéristiques physiques des douilles ne permettent pas la substitution avec des ampoules à basse consommation énergétique.

18 Les déchets doivent être séparés en catégorie homogène comme prévue par les normes nationale et locales. Dans le cas où la norme le permet l entreprise doit adhérer à la collecte séparée des déchets promue par l administration locale. En alternative, l entreprise doit éliminer les déchets par l intermédiaire entreprise autorisée. d une

19 16 7. L ENGAGEMENT A UNE AMELIORATION CONTINUE L engagement à une amélioration continue est un prémisse fondamentale pour l octroi de la Marque du Parc. Tel engagement s exprime d un côté comme affirmation de principe dans la mission de l entreprise et de l autre comme engagement pour améliorer les caractéristiques de l entreprise, dans une optique de qualité environnementale. L acquisition d une Politique Environnementale de la part de l entreprise est l évidence objective d un tel engagement. En outre, les objectifs environnementaux de l entreprise devront être déclinés à travers des engagements annuels au long des trois années concernées. 8. SCORE PRINCIPES FACULTATIFS Les principes d amélioration ou facultatifs ont comme objectif d orienter le concessionnaire de la marque dans les choix à mettre en œuvre à l intérieur de sa propre organisation quant à la réduction des impacts sur l'environnement, dérivant de sa propre activité. Pour l obtention de conformité à la Carte de contrôle Qualité du Système pour l Octroi de la Marque de Qualité Environnementale du Réseau des Parcs de la Sardaigne et de la Corse, l organisation est tenue à respecter les critères de base et un nombre de principes facultatifs qui lui permettent d acquérir un score> à 12. Dans le cas où l organisation ne possède pas les critères facultatifs au moment de la vérification de la certification elle devra choisir des critères facultatifs à acquérir pendant ces trois ans. Un tel engagement devra être formalisé par la Politique Environnementale de l organisation. Dans un tel cas sera attribuée à l entreprise une conformité temporaire. Alors que l entreprise qui a réalisé des actions qui lui permettent d atteindre le score minimum prévu par les principes facultatifs, déjà en phase d octroi de la Marque de Qualité Environnementale se verra assignée la conformité complète.

20 17 L organisation, tous les trois ans, devra choisir de nouveaux critères facultatifs qui lui permettent de maintenir le score requis (12 points). Si les objectifs d amélioration nécessaires pour l obtention du score requis (12 point dans les 3 années) ne sont pas atteints, il y aura une suspension de la Marque de Qualité Environnementale du Réseau des Parcs de la Sardaigne et de la Corse pour une période de trois mois, au cours desquels l entreprise devra obtenir le score requis de critères d amélioration. Un nouveau manquement à la réalisation des objectifs d amélioration pendant la période de suspension comportera le retrait immédiat de la Marque de Qualité Environnementale du Réseau des Parcs de la Sardaigne et de la Corse. Dans le cas où l organisation ne remplit pas l un des principes de base pendant la phase de certification, celui-ci pourra être remplacé, temporairement, par un principe facultatif déjà réalisé par l entreprise équivalent à 4 points. Dans même temps l entreprise s engage à obtenir la conformité de tous les principes base dans les 12 mois suivant la certification, en défaut de quoi la Marque sera révoquée et à en faire immédiatement la communication au Parc. Reçue la communication de l entreprise attestant avoir atteint la pleine conformité de tous les principes de base, le Parc pourra redemander la documentation relative ou pourvoir à leur confirmation au moyen d une vérification sur les lieux. Les entreprises auxquelles on a retiré la Marque de Qualité Environnementale du Réseau des Parcs de la Sardaigne et de la Corse, pourrons requérir l octroi de la Marque de Qualité Environnementale du Réseau des Parcs de la Sardaigne et de la Corse seulement 12 mois après la date de retrait. En outre, elles devront prouver qu elles se sont acquittées des engagements précédents relatifs au score des critères d amélioration.

21 18 9. ANNEXE PRINCIPES D AMELIORATION (FACULTATIFS) N Principe Score 1. Les ruches doivent être en bois ou dans un autre matériel d origine naturelle. Le revêtement des ruches doit être seulement extérieur et réalisé avec des peintures et colorants naturels «respirants». Les cadres doivent être en bois ou en plastique Au moment du retrait des hausses les abeilles sont éloignées avec une méthode de type chasse-abeilles ou souffleur. Les substances répulsives et/ou fumée ne sont pas utilisées Certification EN ISO de l entreprise 3 4. Certification EMAS de l entreprise 4 5. Au moins le 30% des produits utilisés doivent être Ecolabel, PEFC ou FSC Au moins le 50% des produits utilisés doivent être Ecolabel, PEFC ou FSC Au moins le 100% des produits utilisés doivent être Ecolabel, PEFC ou FSC Le 50% de l appareillage électrique et électronique doit posséder l étiquetage énergique Energy Plus (directive européenne 2003/66/CE). 3

22 19 9. Le 100% de l appareillage électrique et électronique doit posséder l étiquetage énergétique Energy Plus (directive européenne 2003/66/CE) L emploi de personne appartenant à des catégories sociales défavorisées (personnes provenant de communautés de réinsertion) La structure doit correspondre aux meilleurs critères en matière d efficacité énergétique et de rendement énergétique des édifices. Classification énergétique de la structure en classe B La structure doit correspondre aux meilleurs critères en matière d efficacité énergétique et de rendement énergétique des édifices. Classification énergétique de la structure de classe A Utilisation de papier recyclé pour les actions de communication et promotion Installation d équipement pour la collecte et la réutilisation des eaux de pluie Utilisation de chaudière à rendement élevé (rendement minimum du 92%) Le 100% des réservoirs de chasse d eau doivent être à débit réglable afin d employer la quantité d eau nécessaire Emploi de systèmes pour la réduction des emballages Utilisation de matériel avec faible incidence sur l environnement dans la logique de l écoconstruction 4

23 Participation minimum à 2 manifestations par an parrainées ou organisées par le Parc (foire locale ou à l étranger, workshop autour des produits, autre événement promotionnel de la Marque et du territoire du Parc) Au moins le 30 % de l énergie électrique utilisée pour quel qu en soit l emploi doit provenir d une source d énergie renouvelable Les produits utilisés pour l hygiène de la personne et les détergents de nettoyage doivent être d origine biologique ou naturelle (également dans cette optique du Parc de produire des savons d origine naturelle) Activation de bonnes pratiques pour la récupération et/ou recyclage ménager des déchets. Par exemple le compostage ménager Installation d équipement pour l épuration par les plantes Utilisation pour la propre activité de moyens de transport électriques hybrides ou alimentés au gaz naturel Utilisation pour la propre activité de moyens de transport classés euro Utilisation dans la propre activité de moyens de transport de la classe euro Utilisation de panneaux insonorisants pour limiter le bruit produit par des machines, des générateurs Mise en œuvre d actions pour contenir les émissions sonores 3

24 Elaboration et adoption d un budget social certifié Adoption d un code de déontologie certifié Présence d un point de vente dans l entreprise et de concessions de vente dédié à la production artisanale ou agroalimentaire certifié par la Marque de Qualité Environnementale Organiser des activités de démonstration dans l entreprise concernant les modes de production et la dégustation des produits apicoles pour les touristes et les écoles Participation avec des produits avec la Marque du Parc à des expositions ou des concours dans l année en cours Certificat d Agriculture Biologique des Productions 5

GUIDE PRATIQUE APICULTURE

GUIDE PRATIQUE APICULTURE ID-SC-195- GUIDE PRATIQUE APICULTURE 16.06.2011 GUIDE PRATIQUE APICULTURE RÉFÉRENCES RÈGLEMENTAIRES : Règles communes sur la production animale : Art.14 du RCE 834/2007 Conversion = art. 38 RCE 889/2008

Plus en détail

CODE d AUTODISCIPLINE ET DE DEONTOLOGIE EN MATIERE DE COMMUNICATION ET DE COMMERCIALISATION DES BOISSONS ALCOOLISEES

CODE d AUTODISCIPLINE ET DE DEONTOLOGIE EN MATIERE DE COMMUNICATION ET DE COMMERCIALISATION DES BOISSONS ALCOOLISEES CODE d AUTODISCIPLINE ET DE DEONTOLOGIE EN MATIERE DE COMMUNICATION ET DE COMMERCIALISATION DES BOISSONS ALCOOLISEES Dans le souci du respect et de la recherche d une commune et loyale application des

Plus en détail

Modifiée par : La commission permanente de l assemblée territoriale de la Polynésie française,

Modifiée par : La commission permanente de l assemblée territoriale de la Polynésie française, 1 DELIBERATION n 77-116 du 14 octobre 1977 portant réglementation de l inspection des denrées alimentaires d origine animale (rendue exécutoire par arrêté n 5533 AA du 21 novembre 1977) (JOPF du 15 décembre

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS PREFET DES PYRENEES-ATLANTIQUES Direction Départementale de la Protection des Populations des Pyrénées-Altantiques SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS Quelques règles à respecter, secteur de la remise directe

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE 2.8.2013 Journal officiel de l Union européenne C 223/1 (Communications) COMMUNICATIONS PROVENANT DES INSTITUTIONS, ORGANES ET ORGANISMES DE L'UNION EUROPÉENNE COMMISSION EUROPÉENNE Lignes directrices

Plus en détail

Système de management H.A.C.C.P.

Système de management H.A.C.C.P. NM 08.0.002 Norme Marocaine 2003 Système de management H.A.C.C.P. Exigences Norme Marocaine homologuée par arrêté du Ministre de l'industrie, du Commerce et des Télécommunications N 386-03 du 21 Février

Plus en détail

INSTRUCTIONS CONCERNANT LA REMISE DE DENRÉES ALIMENTAIRES LORS DE MARCHÉS OU DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES

INSTRUCTIONS CONCERNANT LA REMISE DE DENRÉES ALIMENTAIRES LORS DE MARCHÉS OU DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES Service de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires SAAV Amt für Lebensmittelsicherheit und Veterinärwesen LSVW Chemin du Musée 15, 1700 Fribourg T +41 26 305 80 10, F +41 26 305 80 19 www.fr.ch/lsvw

Plus en détail

LA COMMISSION PERMANENTE DE L ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE,

LA COMMISSION PERMANENTE DE L ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE, ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE --------- DELIBERATION N 77-116 AT DU 14 OCTOBRE 1977 ------------------------------------------------------ portant réglementation de l inspection des

Plus en détail

A savoir. > Les déchets de l ensemble de la restauration française représentent 10 % de la production de déchets ménagers, soit 2,5 millions de tonnes

A savoir. > Les déchets de l ensemble de la restauration française représentent 10 % de la production de déchets ménagers, soit 2,5 millions de tonnes Déchets > 1 tonne de verre recyclé = 660 kg de sable + 100 kg de fioul économisé > 1 tonne de plastique recyclé = entre 600 et 800 kg de pétrole brut économisé > 670 canettes valorisées = 1 vélo > 19 000

Plus en détail

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles H. Bonnes pratiques environnementales 1. Déchets La gestion des déchets est régie par : des grands principes définissant, par exemple, les responsabilités du producteur ou détenteur de déchets ou la prise

Plus en détail

PMS Plan de maitrise sanitaire. HACCP CONSEILLER Agrément sanitaire CE. VETHYQUA Enregistrements Contrôles de température

PMS Plan de maitrise sanitaire. HACCP CONSEILLER Agrément sanitaire CE. VETHYQUA Enregistrements Contrôles de température Plan de maitrise sanitaire Mercredi 17 octobre 2012 Traiteurs Organisateurs de Réception L agrément CE, simple formalité ou génial outil de développement? Jean-Philippe CLAUDE, Dr Vétérinaire Audit Hygiène

Plus en détail

Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires)

Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires) Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires) Titre I Dispositions générales Article premier : Objet du présent règlement Le présent règlement est un document d application

Plus en détail

réglementation bio Partie générale bio, reconnaissable et contrôlé

réglementation bio Partie générale bio, reconnaissable et contrôlé réglementation bio Partie générale bio, reconnaissable et contrôlé Partie générale : bio, reconnaissable et contrôlé. L objectif de la partie générale de la brochure est de clarifier ce qu est exactement

Plus en détail

Titre du projet : Contribution à la réhabilitation et à la sauvegarde de

Titre du projet : Contribution à la réhabilitation et à la sauvegarde de Termes de référence pour l évaluation et la capitalisation du projet PMF-FEM Titre du projet : Contribution à la réhabilitation et à la sauvegarde de l'abeille jaune par l'introduction de ruches peuplées

Plus en détail

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER ÉDUCATION Côtes d Armor Collèges publics DIRECTION ÉDUCATION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER Charte de la restauration collective Préambule Dans le cadre de l article 82 de la loi du 13 août 2004, le Département

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques

GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques ID-SC-172 GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE 12.12.12 GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques REFERENCES REGLEMENTAIRES : Règlement Européen N 834/2007

Plus en détail

appliquée aux emballages alimentaires

appliquée aux emballages alimentaires La méthode HACCP La méthode HACCP appliquée aux emballages alimentaires 1- La réglementation des matériaux au contact des aliments Quels contaminants issus des emballages dans les aliments? Des contaminants

Plus en détail

Concept d inspection et de certification

Concept d inspection et de certification Concept d inspection et de certification Fruits, légumes et pommes de terre Table des matières 1 Introduction et documents normatifs... 3 2 Champ d application et définitions... 3 2.1 Producteur:... 3

Plus en détail

CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT SUR LA CHAINE ALIMENTAIRE ET LA SANTÉ ANIMALE

CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT SUR LA CHAINE ALIMENTAIRE ET LA SANTÉ ANIMALE 14 décembre 2007 ORIENTATIONS RELATIVES À LA MISE EN ŒUVRE DU RÈGLEMENT N 1924/2006 CONCERNANT LES ALLÉGATIONS NUTRITIONNELLES ET DE SANTÉ PORTANT SUR LES DENRÉES ALIMENTAIRES CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT

Plus en détail

DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES APPLICABLES À LA VENTE DE DENRÉES ALIMENTAIRES DANS LE CADRE DES GRANDES MANIFESTATIONS

DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES APPLICABLES À LA VENTE DE DENRÉES ALIMENTAIRES DANS LE CADRE DES GRANDES MANIFESTATIONS PRÉFET DE L EURE DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES APPLICABLES À LA VENTE DE DENRÉES ALIMENTAIRES DANS LE CADRE DES GRANDES MANIFESTATIONS Direction Départementale de la Protection des Populations de l Eure

Plus en détail

Marquage CE Mode d emploi SOMMAIRE : I. Les produits concernés

Marquage CE Mode d emploi SOMMAIRE : I. Les produits concernés Marquage CE Mode d emploi Août 2014 SOMMAIRE : I. Les produits concernés II. Les acteurs concernés a. Le fabricant b. Le mandataire c. L importateur d. Le distributeur III. La mise en conformité des produits

Plus en détail

NOTE D INFORMATION : PERIMETRE DECLARATIF ECO-EMBALLAGES

NOTE D INFORMATION : PERIMETRE DECLARATIF ECO-EMBALLAGES NOTE D INFORMATION : PERIMETRE DECLARATIF ECO-EMBALLAGES Vous trouverez dans cette note, les informations suivantes : 1. DEFINITION D UN EMBALLAGE MENAGER 2. QUELLES SONT LES ENTREPRISES CONCERNEES? 3.

Plus en détail

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30)

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30) Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Partie II RESUME NON TECHNIQUE ETUDE D IMPACT FEVRIER 2014 RAPPORT CON/13/084/CD/V2 SOMMAIRE I PRESENTATION DU PROJET ET DE SON ENVIRONNEMENT...

Plus en détail

Annexe A : Tableau des exigences

Annexe A : Tableau des exigences E1 E1.1 E1.2 E1.3 E1.4 E1.5 E1.6 Exigences générales production Les végétaux destinés à la consommation humaine doivent être cultivés au Québec. Les végétaux destinés à la consommation humaine doivent

Plus en détail

Applicable à partir de l année d assurance 2014 Assurance récolte Apiculture Section 13,2 - Admissibilité

Applicable à partir de l année d assurance 2014 Assurance récolte Apiculture Section 13,2 - Admissibilité Section 13,2 - Admissibilité Page 1 Les normes générales à toutes les protections d assurance concernant l application des normes d admissibilité se retrouvent à la procédure générale. Cependant, les normes

Plus en détail

Le logo «Fait maison»

Le logo «Fait maison» Le logo «Fait maison» Voici le logo «Fait maison» qui sera utilisé dans les restaurants, chez les traiteurs, sur les marchés, à partir du 15 juillet 2014. Il indique les plats «faits maison», c est-à-dire

Plus en détail

ESII. Une entreprise éco-citoyenne

ESII. Une entreprise éco-citoyenne ESII Une entreprise éco-citoyenne ESII s inscrit dans une politique de développement durable garantissant la mise en œuvre de pratiques sans danger pour l environnement ainsi que le respect des normes

Plus en détail

Modifications apportées au cahier des charges «VBF sur plats cuisinés»

Modifications apportées au cahier des charges «VBF sur plats cuisinés» Modifications apportées au cahier des charges «VBF sur plats cuisinés» Version du 05/11/2002 Nouvelle version 12/02/2014 Principes généraux L agrément délivré par INTERBEV a pour objectif d autoriser l

Plus en détail

Réglementation sur les marchés

Réglementation sur les marchés Réglementation sur les marchés 1. Responsabilités et assurances sur les marchés des producteurs de pays 1. Responsabilité et assurances sur les marchés 1.1 S agissant des producteurs sous licenciés : Ils

Plus en détail

Convention de Minamata sur le mercure

Convention de Minamata sur le mercure Convention de Minamata sur le mercure Les Parties à la présente Convention, Reconnaissant que le mercure est une substance chimique préoccupante à l échelle mondiale vu sa propagation atmosphérique à longue

Plus en détail

Information sur «LEED 2009» - Canada & U.S.

Information sur «LEED 2009» - Canada & U.S. Information sur «LEED 2009» - Canada & U.S. En 2009, le USGBC a lancé à nouveau sa série de systèmes d évaluation et a harmonisé les deux systèmes LEED NC (pour «New Construction») et LEED CS (pour «Core

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

CERTIFICATION CERTIPHYTO

CERTIFICATION CERTIPHYTO CONDITIONS GENERALES DE CERTIFICATION MONOSITE Indice 2 Page 1/12 «Distribution de produits phytopharmaceutiques, Application en prestation de service de produits phytopharmaceutiques, Conseil à l utilisation

Plus en détail

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 PRATIQUES OENOLOGIQUES SPECIFIQUES AUX VINS AROMATISES, AUX BOISSONS A BASE DE PRODUIT VITIVINICOLE ET AUX BOISSONS A BASE DE VIN L Assemblée Générale CONSIDERANT la résolution

Plus en détail

MISSION DE L OAV AU SENEGAL (07 au 15 septembre 2004) ----------

MISSION DE L OAV AU SENEGAL (07 au 15 septembre 2004) ---------- Ministère de l Economie Maritime ------------- Direction des Industries de Transformation de la Pêche MISSION DE L OAV AU SENEGAL (07 au 15 septembre 2004) ---------- ACTIONS ENTREPRISES OU A ENTREPRENDRE

Plus en détail

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Applicable au 1 er janvier 2006 Objectif : Etablit les règles générales en matière d hygiène, est directement applicable

Plus en détail

Conditions Générales pour l achat de biens et services

Conditions Générales pour l achat de biens et services Conditions Générales pour l achat de biens et services 1 Champ d application 1.1 Les conditions générales règlent la conclusion, le contenu et l exécution des accords d achat de biens et services. 1.2

Plus en détail

Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire

Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire Les marchés publics écologiques (MPE) constituent un instrument non contraignant. Le présent document récapitule les critères MPE de l UE mis au point

Plus en détail

La restauration commerciale représente en Aquitaine, en termes d emplois, environ

La restauration commerciale représente en Aquitaine, en termes d emplois, environ Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi DIRECCTE Aquitaine PRÉFET DE LA RÉGION AQUITAINE Direction régionale de l alimentation, de l agriculture

Plus en détail

Notice explicative du formulaire CERFA n 12571*01 relatif au bordereau de suivi des déchets dangereux

Notice explicative du formulaire CERFA n 12571*01 relatif au bordereau de suivi des déchets dangereux Notice explicative du formulaire CERFA n 12571*01 Décret n 2005-635 du 30 mai 2005 Arrêté du 29 juillet 2005 Notice explicative du formulaire CERFA n 12571*01 relatif au bordereau de suivi des déchets

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Organisateur. Contact. Carolina Cardoso cardoso@bee- life.eu Chargée de communication + 32 (0)10 47 34 16 + 32 496 87 46 85

DOSSIER DE PRESSE. Organisateur. Contact. Carolina Cardoso cardoso@bee- life.eu Chargée de communication + 32 (0)10 47 34 16 + 32 496 87 46 85 DOSSIER DE PRESSE Organisateur CARI asbl Place Croix du Sud, 4 1348 Louvain la Neuve +32 (0)10 47 34 16 www.cari.be Contact Carolina Cardoso cardoso@bee- life.eu Chargée de communication + 32 (0)10 47

Plus en détail

RESOLUTION OIV-VITI 469-2012 GUIDE D APPLICATION DU SYSTÈME HACCP (HAZARD ANALYSIS AND CRITICAL CONTROL POINTS) A LA VITICULTURE DE L OIV

RESOLUTION OIV-VITI 469-2012 GUIDE D APPLICATION DU SYSTÈME HACCP (HAZARD ANALYSIS AND CRITICAL CONTROL POINTS) A LA VITICULTURE DE L OIV RESOLUTION OIV-VITI 469-2012 GUIDE D APPLICATION DU SYSTÈME HACCP (HAZARD ANALYSIS AND CRITICAL CONTROL POINTS) A LA VITICULTURE DE L OIV L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE, Suivant la proposition de la Commission I

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

RECUEIL DES REFERENCES DES TEXTES REGLEMENTAIRES LIES A L ACTIVITE DU CONTROLE

RECUEIL DES REFERENCES DES TEXTES REGLEMENTAIRES LIES A L ACTIVITE DU CONTROLE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DU COMMERCE DIRECTION GENERALE DU CONTROLE ECONOMIQUE ET DE LA REPRESSION DES FRAUDES DIRECTION DU CONTROLE DE LA QUALITE ET DE LA REPRESSION

Plus en détail

TERMES ET CONDITIONS DE COMMANDES ET INSTRUCTIONS D EXPÉDITION

TERMES ET CONDITIONS DE COMMANDES ET INSTRUCTIONS D EXPÉDITION TERMES ET CONDITIONS DE COMMANDES ET INSTRUCTIONS D EXPÉDITION TERMES ET CONDITIONS DE COMMANDE LES PARTIES AUX PRÉSENTES CONVIENNENT DE CE QUI SUIT : 1. OBJET Sous réserve des termes et conditions prévus

Plus en détail

GUIDE DE L'ENTREPRISE : ENVIRONNEMENT / HYGIENE / SECURITE. Poissonnerie

GUIDE DE L'ENTREPRISE : ENVIRONNEMENT / HYGIENE / SECURITE. Poissonnerie Vous voulez démarrer une activité de poissonnerie. Cette fiche rassemble l essentiel de la réglementation en matière d'environnement d hygiène et de sécurité et quelques conseils importants pour être en

Plus en détail

RESOLUTION ECO 3/2004 NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES

RESOLUTION ECO 3/2004 NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES L ASSEMBLEE GENERALE, sur proposition de la Commission III «Economie», à partir des travaux

Plus en détail

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX Date: SITE: Heure: par: MENTION GLOBAL DE L'AUDIT: NOMBRE D'ECARTS CONSTATES: ECARTS CONSTATES: 1. RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION / DÉFINITION & CONTRÔLE DES RÈGLES D HYGIÈNE 1.1 Déclaration de l'établissement

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE D AUTORISATION CLASSE 2

FORMULAIRE DE DEMANDE D AUTORISATION CLASSE 2 INFORMATIONS GENERALES Page 1 / 14 1. INFORMATIONS GENERALES N du dossier : Art. 7.7.b «La nature et l emplacement de l établissement, l objet de l exploitation, les installations et procédés à mettre

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

Relatif au traitement comptable des obligations imposées par le règlement européen n 1907/2006 REACH

Relatif au traitement comptable des obligations imposées par le règlement européen n 1907/2006 REACH CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION DE L AVIS N 2009-13 DU 1 er OCTOBRE 2009 Relatif au traitement comptable des obligations imposées par le règlement européen n 1907/2006 REACH Sommaire

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

Établissements de transformation des viandes sans abattoir

Établissements de transformation des viandes sans abattoir Nom de l établissement (et n o, le cas échéant) Adresse de l établissement Municipalité Comté Avez-vous un n o d ident. des installations? Non Oui Si oui, inscrire le n o Téléphone Télécopieur Bureau de

Plus en détail

Qualité. Sécurité Alimentaire

Qualité. Sécurité Alimentaire Le service Qualité Présentation du Service Démarche Qualité Qualité Réalisation des dossiers d agrément sanitaire pour les cuisines centrales >60 affermés API Réalisation des dossiers d accréditation en

Plus en détail

anj u PRODUITen dossier de candidature

anj u PRODUITen dossier de candidature dossier de candidature Le dossier de candidature dûment rempli et signé, incluant les pièces demandées, doit être adressé à : GIP Produit en Anjou Département de Maine-et-Loire CS 94104 49941 Angers cedex

Plus en détail

Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ

Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ Programme Lait canadien de qualité des Producteurs laitiers du Canada Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ Utiliser avec le Registre et le Calendrier de DGI pour des dossiers

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES DEPARTEMENT DE LA SAVOIE ----- Arrondissement de Chambéry ----- Commune de SAINT-ALBAN-LEYSSE MAIRIE DE SAINT-ALBAN-LEYSSE 120, avenue de la Mairie 73230 SAINT-ALBAN-LEYSSE Téléphone : 04 79 33 13 57 Télécopie

Plus en détail

Pourquoi un guide de bonnes pratiques? L ESSENTIEL DU PROGRAMME EUROPÉEN MIEL BELGIQUE-BELGIË P.P. 7 1245 1348 LOUVAIN-LA-N

Pourquoi un guide de bonnes pratiques? L ESSENTIEL DU PROGRAMME EUROPÉEN MIEL BELGIQUE-BELGIË P.P. 7 1245 1348 LOUVAIN-LA-N BELGIQUE-BELGIË 1348 LOUVAIN-LA-N P.P. 7 1245 L ESSENTIEL DU PROGRAMME EUROPÉEN MIEL Ed. resp. : E. Bruneau / CARI / Place Croix du Sud 4 / 1348 Louvain-la-Neuve Pourquoi un guide de bonnes pratiques?

Plus en détail

CIRCULAIRE N 2983 DU 18/01/2010

CIRCULAIRE N 2983 DU 18/01/2010 CIRCULAIRE N 2983 DU 18/01/2010 Objet : Utilisation des fluides frigorigènes dans les installations de réfrigération A l'attention de(s) : Pour information : Monsieur l'administrateur général de l'administration

Plus en détail

Code. d autodiscipline & de déontologie. des boissons alcoolisées. en matière de communication et de commercialisation

Code. d autodiscipline & de déontologie. des boissons alcoolisées. en matière de communication et de commercialisation Code d autodiscipline & de déontologie en matière de communication et de commercialisation des boissons alcoolisées Actualisation : avril 2015 Actualisation avril 2015 Dans le souci du respect et de la

Plus en détail

PACTE MONDIAL L engagement du Groupe CIS

PACTE MONDIAL L engagement du Groupe CIS PACTE MONDIAL L engagement du Groupe CIS Depuis 1992, CIS a développé une gamme complète de services pour ses clients du secteur pétrolier et parapétrolier (Total, Shell, Bouygues, Technip, KBR, Hyundaï,

Plus en détail

DIRECTIVE 1999/2/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

DIRECTIVE 1999/2/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL L 66/16 DIRECTIVE 1999/2/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 22 février 1999 relative au rapprochement des législations des États membres sur les denrées et ingrédients alimentaires traités par ionisation

Plus en détail

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Amélioration de la productivité et de la qualité Publication juin 2013 Sommaire : Introduction...

Plus en détail

LA PUBLICITE EN FAVEUR DES MEDICAMENTS VETERINAIRES EN FRANCE

LA PUBLICITE EN FAVEUR DES MEDICAMENTS VETERINAIRES EN FRANCE LA PUBLICITE EN FAVEUR DES MEDICAMENTS VETERINAIRES EN FRANCE Ombeline DEGREZE-PECHADE 2012 1 INTRODUCTION 1. L objet de la présente note est de présenter les conditions et la procédure permettant la diffusion

Plus en détail

GROUPE CASINO. L INTEGRATION DU DEVELOPPEMENT DURABLE DANS LE CHOIX DES PRODUITS. Claudine QUENTEL et Philippe IMBERT.02.07.

GROUPE CASINO. L INTEGRATION DU DEVELOPPEMENT DURABLE DANS LE CHOIX DES PRODUITS. Claudine QUENTEL et Philippe IMBERT.02.07. GROUPE CASINO. L INTEGRATION DU DEVELOPPEMENT DURABLE DANS LE CHOIX DES PRODUITS Claudine QUENTEL et Philippe IMBERT.02.07.2007/Uniagro Sommaire ORGANISATION DU GROUPE CASINO LES PRODUITS «TERRE ET SAVEUR»

Plus en détail

LOI N 98-750 DU 23 DECEMBRE 1998 RELATIVE AU DOMAINE FONCIER RURAL Modifiée par la loi n 2004-412 du 14 août 2004

LOI N 98-750 DU 23 DECEMBRE 1998 RELATIVE AU DOMAINE FONCIER RURAL Modifiée par la loi n 2004-412 du 14 août 2004 LOI N 98-750 DU 23 DECEMBRE 1998 RELATIVE AU DOMAINE FONCIER RURAL Modifiée par la loi n 2004-412 du 14 août 2004 CHAPITRE PREMIER - DEFINITION ET COMPOSITION DU DOMAINE FONCIER RURAL Section première

Plus en détail

Comores Décret relatif aux marques

Comores Décret relatif aux marques Comores Décret relatif aux marques Décret n 65-621 du 27 juillet 1965 [NB - Décret n 65-621 du 27 juillet 1965 portant application de la loi du 31 décembre 1964 sur les marques de fabrique, de commerce

Plus en détail

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Définitions (1) Les définitions qui suivent s appliquent à la présente règle. Champ d application «demande de réparation» Sont comprises parmi les demandes de réparation

Plus en détail

SCHEMA VOLONTAIRE 2BSvs DESCRIPTION DU SCHEMA

SCHEMA VOLONTAIRE 2BSvs DESCRIPTION DU SCHEMA SCHEMA VOLONTAIRE 2BSvs DESCRIPTION DU SCHEMA Note sur le statut de ce document Ce document de référence est une partie intégrante du schéma volontaire 2BSvs développé par le Consortium avec l appui technique

Plus en détail

Informations générales. Délivrance de certificats phytosanitaires à l exportation

Informations générales. Délivrance de certificats phytosanitaires à l exportation 1. Objectif Informations générales Délivrance de certificats phytosanitaires à l exportation Ce document donne des informations générales sur la délivrance des certificats phytosanitaires (CP) et sur les

Plus en détail

Expo 60+ 09/10/2009. sodexo.com

Expo 60+ 09/10/2009. sodexo.com Expo 60+ 09/10/2009 Smiley AFSCA en restauration collective - De la législation à la mise en application sodexo.com Sommaire 1. Définition & législation 2. Mise en application page 2 Développement d un

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ Arrêté du 21 décembre 2007 définissant les modalités de formation et de délivrance du certificat

Plus en détail

LE Guide. de l administration

LE Guide. de l administration LE Guide d eco-exemplarite de l administration les déchets organiques les déchets alimentaires le troc & le réemploi les ine J installe des robinets poussoirs, infrarouges ou «brise-jets». J équipe les

Plus en détail

LE GRAND VIZIR, A ARRETE :

LE GRAND VIZIR, A ARRETE : Arrêté viziriel du 3 février 1953 (18 joumada I 1372) pris pour l application du dahir du 20 mars 1951 (12 joumada Il 1370) portant réglementation de l exploitation et de la vente des eaux minérales naturelles

Plus en détail

IMMOBILIER. le parcours de vente. du vendeur. www.notaires.paris-idf.fr

IMMOBILIER. le parcours de vente. du vendeur. www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER le parcours de vente les obligations du vendeur d un bien immobilier De manière générale, le vendeur d un bien immobilier a une obligation d information. À cet effet, la loi lui impose de remettre

Plus en détail

Activité B.2.3. Activité B.2.3

Activité B.2.3. Activité B.2.3 Activité B.2.3 Activité B.2.3 Rédaction de guides sur l'environnement des affaires dans les deux pays et sur les modalités et les réglementations à l'exportation. GUIDE SUR LES MODALITES ET LES REGLEME

Plus en détail

Arrêté du 14 chaabane 1370 (21 mai 1951) réglementant le commerce du café, de la chicorée et du thé

Arrêté du 14 chaabane 1370 (21 mai 1951) réglementant le commerce du café, de la chicorée et du thé Arrêté du 14 chaabane 1370 (21 mai 1951) réglementant le commerce du café, de la chicorée et du thé (B.O. n 2016 du 15 juin 1951, page 945) Vu le Dahir du 14 octobre 1914 (23 kaada 1332) sur la répression

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR 3 ème étage - bâtiment A Du Guesclin

REGLEMENT INTERIEUR 3 ème étage - bâtiment A Du Guesclin REGLEMENT INTERIEUR 3 ème étage - bâtiment A Du Guesclin PREAMBULE En application des objectifs de soutien aux arts visuels et aux musiques actuelles, un espace mutualisé de travail est ouvert par la Ville

Plus en détail

Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets

Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets Présentation d Ecoval Maroc 2 Sommaire Présentation d Ecoval Maroc Perception du Marché de déchets Objectifs de la plateforme Ecoval

Plus en détail

CINQUIEME ANNEE. SEMESTRE 9.

CINQUIEME ANNEE. SEMESTRE 9. CINQUIEME ANNEE. SEMESTRE 9. Dénomination du Module HIGIENE, TECHNOLOGIE ET SECURITE ALIMENTAIRE Unité temporelle SEMESTRE 9 Cr. ECTS 22 Caractère OBLIGATOIRE Matières M1 TECHNOLOGIE, HYGIENE ET CONTRÔLE

Plus en détail

DIAGNOSTICS : LES PRINCIPAUX TEXTES APPLICABLES

DIAGNOSTICS : LES PRINCIPAUX TEXTES APPLICABLES Fiche pratique DIAGNOSTICS : LES PRINCIPAUX TEXTES APPLICABLES DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE - ordonnance n 2005-655 du 8 juin 2005 : mise en place du dossier de diagnostic technique - décret n 2006-1114

Plus en détail

PRÉPARATION ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE POUR LE RESTAURANT SCOLAIRE

PRÉPARATION ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE POUR LE RESTAURANT SCOLAIRE COMMUNE DE BRETTEVILLE SUR ODON PROCÉDURE ADAPTÉE PRÉPARATION ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE POUR LE RESTAURANT SCOLAIRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES C.C.T.P X:\CANTINE\CONSULTATION

Plus en détail

Loi concernant l inspection environnementale des véhicules automobiles

Loi concernant l inspection environnementale des véhicules automobiles DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 48 Loi concernant l inspection environnementale des véhicules automobiles Présentation Présenté par M. Pierre Arcand Ministre du Développement

Plus en détail

évaluation des risques professionnels

évaluation des risques professionnels évaluation des professionnels Inventaire des Etablissement : Faculté de Médecine Unité de travail : Laboratoire de Biochimie Médicale Année : 2013 Locaux Bureaux Salle de Microscopie Culture cellulaire

Plus en détail

Série des Traités du Conseil de l'europe - n 202. Convention européenne en matière d'adoption des enfants (révisée)

Série des Traités du Conseil de l'europe - n 202. Convention européenne en matière d'adoption des enfants (révisée) Série des Traités du Conseil de l'europe - n 202 Convention européenne en matière d'adoption des enfants (révisée) Strasbourg, 27.XI.2008 STCE 202 Adoption des enfants (révisée), 27.XI.2008 2 Préambule

Plus en détail

«Agir rend heureux» POUR DES ACHATS RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT, DES FEMMES ET DES HOMMES, GOODPLANET VOUS INFORME ET CASINO VOUS DONNE LE CHOIX!

«Agir rend heureux» POUR DES ACHATS RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT, DES FEMMES ET DES HOMMES, GOODPLANET VOUS INFORME ET CASINO VOUS DONNE LE CHOIX! «Agir rend heureux» Yann Arthus-Bertrand FONDATEUR DE LA FONDATION GOODPLANET POUR DES ACHATS RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT, DES FEMMES ET DES HOMMES, GOODPLANET VOUS INFORME ET CASINO VOUS DONNE LE CHOIX!

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CENTRE D HEBERGEMENT DU TRIANON DE LA MUTUELLE DES FONCTIONNAIRES (MDF)

REGLEMENT INTERIEUR DU CENTRE D HEBERGEMENT DU TRIANON DE LA MUTUELLE DES FONCTIONNAIRES (MDF) REGLEMENT INTERIEUR DU CENTRE D HEBERGEMENT DU TRIANON DE LA MUTUELLE DES FONCTIONNAIRES (MDF) I PREAMBULE : Article 1 Objet et champ d application 1.1 La MDF organise, sur le site du Centre d Hébergement

Plus en détail

Soyez. Pour un logement

Soyez. Pour un logement Soyez Pour un logement Sommaire LE CHAUFFAGE 2 LA VENTILATION 2 LES EQUIPEMENTS MENAGES 3 L ECLAIRAGE ET L ELECTRICITE 4 L EAU 4 TRIE DES DECHETS 5 LA CONSOMMATION DURABLE 6 LE TRANSPORT 7 Ce guide va

Plus en détail

Camping-car Park est un concept novateur de gestion d aires d étapes de camping-cars en France et à l Etranger, ouvertes 24 H/24, toute l année.

Camping-car Park est un concept novateur de gestion d aires d étapes de camping-cars en France et à l Etranger, ouvertes 24 H/24, toute l année. CONDITIONS GENERALES DE VENTES CAMPING-CAR PARK Camping-car Park est un concept novateur de gestion d aires d étapes de camping-cars en France et à l Etranger, ouvertes 24 H/24, toute l année. PRÉAMBULE

Plus en détail

FEDERATION DE RUSSIE Certification GOST R INTRODUCTION OBJECTIFS PRINCIPAUX DE LA CERTIFICATION GOST R CERTIFCAT DE CONFORMITE GOST R

FEDERATION DE RUSSIE Certification GOST R INTRODUCTION OBJECTIFS PRINCIPAUX DE LA CERTIFICATION GOST R CERTIFCAT DE CONFORMITE GOST R INTRODUCTION La certification GOST R a été instaurée par le gouvernement russe en 1993 avec l objectif principal d assurer la sécurité et de protéger la santé et l environnement de la population russe.

Plus en détail

MODE OPERATOIRE NORMALISE : Date d application :

MODE OPERATOIRE NORMALISE : Date d application : 1 / 14 Prénom / Nom Date, signature Rédacteur : Tony Jamault Vérificateur : Anthony Loussouarn Approbation : Isabelle Calard Table des matières 1 OBJECTIF DU MODE OPERATOIRE ET DOMAINE D APPLICATION...

Plus en détail

Secteur Viticole et Distillerie

Secteur Viticole et Distillerie Information generale Notre entreprise se consacre à la conception et construction d équipements de procédé de production et de tout type de dépôts d acier inoxydable, pouvant être de procédé de production

Plus en détail

PROTECTION DE PRODUITS EN IG

PROTECTION DE PRODUITS EN IG PROTECTION DE PRODUITS EN IG Ousman ABDOU Ingénieur Agrométéorologue Expert de l Agriculture en IG Point focal IG/OAPI Direction Générale de l Agriculture Tel: (00227) 90 34 09 28 Email: ous_ab@yahoo.fr

Plus en détail

Mai Thanh LE - Pôle Hygiène

Mai Thanh LE - Pôle Hygiène Sodexo Le Better Tomorrow Plan Nos actions de progrès en bio nettoyage Mai Thanh LE - Pôle Hygiène Présentation de l entreprise Sodexo Depuis la création de l entreprise en 1966, Sodexo est le partenaire

Plus en détail

Pour les produits à destination du marché français et/ou européen, il existe deux écolabels officiels :

Pour les produits à destination du marché français et/ou européen, il existe deux écolabels officiels : Les écolabels Des produits plus respectueux de l environnement Les écolabels sont des signes officiels de reconnaissance des avantages environnementaux des produits qui les portent. Les produits doivent

Plus en détail

Guide pratique sur les débits de boissons

Guide pratique sur les débits de boissons Guide pratique sur les débits de boissons page 1 Les différentes catégories de boissons (article L.3321-1 du code de la santé publique) Le code de la santé publique classifie les boissons en 5 groupes

Plus en détail

PREFET DES BOUCHES-DU-RHONE

PREFET DES BOUCHES-DU-RHONE PREFET DES BOUCHES-DU-RHONE DIRECTION DEPARTEMENTALE INTERMINISTERIELLE DE LA PROTECTION DES POPULATIONS Siège : 22, Rue Borde - 13285 MARSEILLE CEDEX 08 Publipostage MARSEILLE, 03.04.2013 Téléphone :

Plus en détail

CONTENU TYPE DE L EVALUATION FINALE

CONTENU TYPE DE L EVALUATION FINALE CONTENU TYPE DE L EVALUATION FINALE 1. OBJECTIF L évaluation finale a pour objectif d évaluer : les mesures de gestion du risque ; les travaux d assainissement ; ou les travaux d assainissement limité,

Plus en détail