RAPPORT D ACTIVITÉ 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT D ACTIVITÉ 2013"

Transcription

1 RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 Partenaire de votre croissance

2 PROFIL Evoluer Accompagner CGA, PARTENAIRE DE VOTRE CROISSANCE 1 RAPPORT D ACTIVITÉ CGA 2013 SOMMAIRE CHIFFRES CLÉS 04 MOT DU DIRECTEUR GÉNÉRAL 06 GOUVERNANCE 08 Conseil d Administration Comité Exécutif Anticiper BILAN ENVIRONNEMENTAL 18 BILAN SOCIAL 20 RAPPORT FINANCIER 22 CGA COMPAGNIE GÉNÉRALE D AFFACTURAGE - EST UNE FILIALE À 100% DU GROUPE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE DEPUIS 1974, D ABORD SOUS LA MARQUE SOGEFACTORING PUIS SOUS LA DÉNOMINATION CGA À PARTIR DE LA SOCIÉTÉ ÉVOLUE À LA CINQUIÈME PLACE DU MARCHÉ FRANÇAIS DE L AFFACTURAGE (PRÉSENCE ÉGALEMENT SUR L ÎLE DE LA RÉUNION). À L INTERNATIONAL, CGA ÉTABLIT SON RAYONNEMENT VIA SES PARTENAIRES FACTORS DU RÉSEAU SOCIÉTÉ GÉNÉRALE ET VIA LE RÉSEAU DE FACTORS FCI (FACTOR CHAIN INTERNATIONAL). SPÉCIALISTE DE LA SPHÈRE DES MÉTIERS DU CRÉDIT INTERENTREPRISES (FINANCEMENT DU POSTE CLIENTS ET DU POSTE FOURNISSEURS, GESTION ET GARANTIE) MAIS AUSSI FACTOR UNIVERSEL, CGA A DÉVELOPPÉ UNE LARGE GAMME DE PRODUITS POUR RÉPONDRE AUX BESOINS DES TPE, DES PME, JUSQU AUX CORPORATES, EN PASSANT PAR LES ASSOCIATIONS ET LES AGRICULTEURS.

3 EUROPE NOS IMPLANTATIONS DANS LE MONDE AFRIQUE RAPPORT FINANCIER CGA FRANCE, BELGIQUE, SUISSE, LUXEMBOURG CGA NORVÈGE SG Finans RUSSIE Rosbank Factoring RÉPUBLIQUE TCHÈQUE KB Factoring ITALIE Société Générale Factoring ALLEMAGNE CGA Zeigstelle Deutschland MAROC SGMB SOGEFACTORING BURKINA-FASO Société Générale de Banques au Burkina - SGBB CÔTE D IVOIRE SGBCI Société Générale de Banques en Côte d Ivoire GHANA SG-SSB CAMEROUN Société Générale de Banques au Cameroun - SGBC ILE DE LA RÉUNION CGA CROATIE SGSB / Société Générale Splitska Banka SERBIE Société Générale Banka Srbija SGS ROUMANIE BRD Factoring Department BULGARIE SGEB - Société Générale Factoring

4 CHIFFRES CLÉS 5 e FACTOR SUR LE MARCHÉ FRANÇAIS 5 RAPPORT D ACTIVITÉ CGA ,1 MILLIARDS D EUROS DE CRÉANCES ACHETÉES Compétitivité 11,9% DE PARTS DE MARCHÉ 311 COLLABORATEURS (EFFECTIF GLOBAL AU 31/12/2013) 2 14,5% Créances achetées (en milliards d euros) 17,5 21,1 24,1 Progression 10,0 2 Part de marché (en %) 11,2 11,9 2 12,7% Produit Net Bancaire (en millions d euros) 66,2 73,0 82,3 2 44,6% Résultat Net 11,2 12,4 17, CGA réalise une bonne année 2013 avec une progression des volumes affacturés de 14,53% à 24,12 milliards d euros, quand le marché progresse de 7,5%. Cette progression résulte notamment des succès enregistrés sur la clientèle corporate. Conséquence logique d une progression du volume de créances achetées plus importante que la concurrence, CGA voit sa part de marché atteindre 11,9%. CGA consolide son rang dans le top 5 des factors du marché français. Avec un PNB en hausse de près de 13% à 82,33 millions d euros, CGA accélère son rythme de croissance et confirme la dynamique enregistrée ces trois dernières années. Cette progression permet à CGA de revenir aux niveaux atteints avant la crise de La progression de notre PNB, associé à la maîtrise rigoureuse de nos frais de fonctionnement et à la baisse significative de notre coût du risque permet la progression notable de notre résultat net.

5 MOT DU DIRECTEUR GÉNÉRAL Engagement L INTERVIEW DE PHILIPPE LEPOUTRE, DIRECTEUR GÉNÉRAL Satisfaction DEVENIR LE FACTOR DE RÉFÉRENCE SUR NOTRE MARCHÉ QUEL BILAN TIREZ-VOUS DE L ANNÉE 2013 POUR CGA? Les résultats financiers de CGA pour 2013 sont tout à fait satisfaisants. Alors que les volumes d activité du marché sont en progression de 7,5%, je me réjouis de la croissance remarquable de CGA, supérieure à 14%. Notre part de marché progresse de 0,7%. En parallèle, la maîtrise de nos frais de fonctionnement et la baisse significative de notre coût du risque permet la progression notable de notre résultat net (+40%). Nous avons également observé en 2013 de beaux succès commerciaux sur la clientèle grands comptes avec la signature de nouveaux contrats. Année après année, nous constatons que les grands groupes plébiscitent de plus en plus nos solutions. En revanche, 2013 a été marquée par l essoufflement, à l image de toute la profession, de notre croissance sur le marché cœur de gamme de la PME traditionnelle. Cette dernière tendance peut être corrélée à la conjoncture économique morose. Nous avons toutefois identifié des pistes pour aller contre cette tendance. L année 2013 a par ailleurs été marquée par le renforcement de notre gamme de produits. Nous avons notamment lancé une offre de pré-financement du Crédit d Impôt Compétitivité Emploi (CICE) en collaboration avec les équipes de la Société Générale et lancé notre nouvelle plateforme de Supply Chain Finance qui suscite un vif intérêt de la part des grands donneurs d ordres. Enfin, nous avons également, cette année encore, beaucoup investi dans le renforcement de notre système informatique d une part pour absorber et assurer la croissance de nos activités, d autre part pour simplifier et sécuriser nos outils. À QUOI ATTRIBUEZ-VOUS CES SUCCÈS? En devenant le premier factor de la place à être certifié ISO 9001, CGA s est positionnée très tôt comme un acteur engagé dans la satisfaction de ses clients. L étude de satisfaction menée en 2013 est venue confirmer la reconnaissance par nos Adhérents de notre engagement en matière de qualité de service. Par ailleurs, les efforts entrepris ces dernières années pour mieux répondre aux besoins des clients de nos réseaux d apport commencent à porter leurs fruits. À titre d exemple, l offre CGA Express, lancée en fin d année 2012 pour financer les besoins de financement des TPE, est entrée dans sa phase de pleine croissance. Au delà des quelques grands groupes qui font les volumes, cela permet d accroitre notre pénétration dans le tissus des petites entreprises qui deviendront peut être les grands groupes de demain. En parallèle, nous avons également mieux su maîtriser nos risques par rapport à Cela s explique par le fait que nous avons continué à obtenir de bons résultats sur les PME et les grands comptes, tout en inversant la tendance sur notre clientèle des professionnels et des TPE (-38% de baisse du coût du risque) grâce notamment au renforcement des collaborations interservices (gestion et risques). COMMENT S EST COMPORTÉ LE MARCHÉ FRANÇAIS DE L AFFACTURAGE EN 2013? Le marché a progressé sur un rythme à peu près similaire à celui de l an dernier. Les résultats enregistrés par le marché restent enviables si l on tient compte de la conjoncture morose dans laquelle sont plongés une majorité de nos clients. Par ailleurs, la croissance des volumes affacturés est le signe de l appropriation croissante de nos offres par la totalité des entreprises et en particulier par les grandes entreprises et par les TPE. LE MARCHÉ SEMBLE TIRÉ PAR L INTERNATIONAL ET LES GRANDS COMPTES. COMMENT CGA SE PRÉPARE-T-ELLE À CES ÉVOLUTIONS? Nous avons modernisé très sensiblement et intégralement refondu notre offre export que ce soit en termes de qualité de services et de garanties. Nous avons lancé un premier pilote de cette nouvelle formule au début de l année Nous comptons la généraliser d ici la fin de l année. Nous avons également commencé à préparer notre implantation en Allemagne en nous intégrant dans le grand plan de développement du groupe Société Générale dans ce pays. L excellente tenue de l économie allemande et une maturité moindre du marché de l affacturage par rapport à la France laisse présager de fortes réserves de croissance pour CGA. CGA FÊTERA EN 2014 SA QUARANTIÈME ANNÉE AU SEIN DU GROUPE SG. EN QUOI LE MÉTIER DE FACTOR A-T-IL ÉVOLUÉ DEPUIS TOUTES CES ANNÉES? L image de marque de la profession a beaucoup évolué ces dernières années. À titre d exemple, les grands groupes s intéressent de plus en plus à nos offres. Le métier est également de plus en plus visible dans la presse. Le ton des articles a changé en devenant beaucoup plus positif. Du côté des autorités publiques de différents pays, notre image s améliore également : nous sommes davantage perçus comme une des voies majeures du financement des entreprises, et nous pouvons nous en réjouir. 7 RAPPORT D ACTIVITÉ CGA 2013 Confiance

6 GOUVERNANCE CONSEIL D ADMINISTRATION AU 31/12/2013 M. Pascal AUGÉ Administrateur et Président du Conseil d Administration M. Michel DOUZOU Administrateur M. Laurent GOUTARD Représentant Permanent de la Société Générale FSH M. Philippe LEPOUTRE Administrateur M. Christian BEHAGHEL Administrateur M. Alexandre BEZIAUD Administrateur M. Didier BOORÉE Représentant Permanent de la Société Générale M. Jean-Philippe GUILLAUME Administrateur Mme Dioni - Catherine LEBOT Administrateur CONSTRUISONS AUTOUR DE CGA, UNE SOLIDE LIGNE MÉTIER MONDIALE D AFFACTURAGE, FONDÉE SUR LES PRINCIPES DE QUALITÉ DE SERVICE, DE PROACTIVITÉ COMMERCIALE ET DE MAÎTRISE DES RISQUES. Interview de Pascal Augé, président du conseil d administration de CGA et directeur de Global Transaction and Payment Services (GTPS) - Société Générale. Quel bilan tirez-vous de votre première année en tant que président de CGA? Je suis tout d abord très fier de diriger, en tant que Président, une filiale dynamique et en croissance, inspirée par un très grand esprit d équipe et de conquête. Trois mots me viennent à l esprit pour résumer cette première année aux côtés de CGA : Clients : CGA a su encore une fois être à l écoute des enseignes qu elle sert et bien accompagner leurs besoins de produits et de services. Ceci a été fort bien illustré par le développement de CGA Express, par la création de produits spécifiques pour le Crédit du Nord (CGA Agri) et par les solutions personnalisées apportées à nos grands clients. Vis-à-vis des clients finaux, CGA a ainsi démontré sa capacité à répondre à des demandes parfois complexes, avec le souci constant de la qualité du service rendu. Innovation : CGA sait se remettre en question et inventer des solutions pour mieux servir nos clients, y compris en explorant de multiples pistes de coopération avec les autres lignes métiers de Société Générale (avec les équipes de financement du commerce international ou de la titrisation par exemple). International : au cours de cette année, CGA aura confirmé sa capacité à piloter notre présence directe à l étranger (Italie), à lancer de nouveaux projets (Allemagne), à animer le réseau de factors du Groupe Société Générale et, plus globalement, à accompagner nos grands clients au-delà des frontières françaises. Quelle est la place de CGA au sein du groupe Société Générale et plus particulièrement au sein de la ligne métier affacturage du groupe? Par son expertise en matière de financement du besoin en fonds de roulement de nos clients (tant sous l angle «poste clients» que côté «fournisseurs» avec l offre de «Supply Chain Finance»), CGA contribue tout d abord pleinement au financement des entreprises, grandes et petites, en France et à l international, qui demeure la mission première du Groupe Société Générale, au service de l économie réelle. La capacité de CGA à répondre aux besoins de nos clients en la matière, dans des conditions de réactivité commerciale, d efficacité opérationnelle, de risques et de qualité excellentes, constitue la base de son expertise, dont elle peut être fière. C est ce savoir-faire qui nous permet, actuellement, de regagner des parts de marché tout en améliorant notre rentabilité. Et c est aussi ce qui fonde la légitimité de CGA à animer le réseau de factors du Groupe, à l organiser de plus en plus comme une ligne métier mondiale. CGA appartient au département GTPS (Global Transaction and Payment Services) du groupe Société Générale que vous dirigez. Quelles sont les synergies possibles entre l affacturage, le commerce international, le cash management? Elles sont multiples, et c est ce que CGA a su démontrer. Depuis son rattachement à GTPS lors de la création de la Division en janvier 2012, CGA a joué à mes yeux un rôle de catalyseur très important, en explorant toutes les pistes possibles. Les illustrations en sont multiples, que ce soit avec le trade finance pour développer des offres internationales ou promouvoir la nouvelle offre de supply chain finance, avec nos équipes de cash management à l étranger pour l exécution de nos montages complexes ou avec le correspondent banking pour réfléchir à des partenariats avec des banques asiatiques pour bien déployer notre offre de «supply chain». Et ce rattachement a permis à CGA de travailler plus en profondeur sur les grands clients, cibles prioritaire de notre offre de «global transaction banking». Quelle ambition avez-vous pour CGA ces deux prochaines années? La dynamique de croissance, de conquête de clients et de déploiement international est bien lancée, et les succès récents suscitent logiquement une attente forte sur tous ces plans. Il nous faut donc continuer dans cette direction, en faisant de CGA la référence du marché et construisant autour de CGA une solide ligne métier mondiale d affacturage, fondée sur les principes de qualité de service, de proactivité commerciale et de maîtrise des risques qui sont les siens. Dans un environnement de plus en plus exigeant, l énergie et l esprit d entreprise de CGA me rendent parfaitement confiant quant à l atteinte de cet objectif. Les valeurs d esprit d équipe, d innovation et de sens aigu du client de CGA sont au cœur du modèle de GTPS. Et je suis convaincu qu elles nous permettront de faire face ensemble aux challenges qui nous attendent! 07 9 RAPPORT D ACTIVITÉ ANNUEL CGA 2013

7 COMITÉ EXÉCUTIF COMMISSAIRES AUX COMPTES Deloitte & Associés représenté par Jean-Marc MICKELER Ernst & Young Audit représenté par Luc VALVERDE FAITS MARQUANTS 2013 CGA CICE LANCEMENT DE L OFFRE FINANCEMENT DU CICE DANS LE RÉSEAU SOCIÉTÉ GÉNÉRALE RAPPORT D ACTIVITÉ ANNUEL CGA 2013 Dans le cadre de sa politique d amélioration de la compétitivité des entreprises françaises et de la baisse de leurs charges, l État a mis en place un dispositif permettant de bénéficier d un crédit d impôt, le CICE Crédit d Impôt Compétitivité Emploi portant sur l ensemble des rémunérations n excédant pas 2,5 fois le SMIC au cours d une année civile. Le taux du crédit d impôt est fixé à 4% de la masse salariale brute pour 2013 et sera porté à hauteur de 6% en Ce montant est remboursé après la déclaration d impôt pour les TPE et les PME, après 3 ans pour les autres entreprises (ETI, Corporates). Dans le cadre de leur volonté d apporter des solutions innovantes dans le financement des entreprises, CGA et Société Générale ont mis en place dès la promulgation de la loi un produit baptisé «Financement du CICE». Ce produit permet aux entreprises et aux associations concernées par le CICE de recevoir par anticipation et quand elles le souhaitent le montant du crédit d impôt. Crédit d impôt : 6% de la masse salariale brute en 2014 CGA EXPRESS SUCCÈS D UNE OFFRE ADAPTÉE AUX BESOINS DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES M. Stéphane- Alexandre BADOY Directeur Administration Finances, Programme et Qualité M. Arnaud BEZARD- FALGAS Directeur Commercial et Marketing Mme Katy LECLAIRE Directrice Risques et Affaires Juridiques M. Aymeric VILLEBRUN Directeur Général Délégué M. Philippe LEPOUTRE Directeur Général M. Robert BARONE Directeur Général Adjoint Mme Marie-France BARAS Directrice Systèmes d Information M. Cyril DONT Directeur Relation Clients M. Philippe POUGEARD Directeur Opérations Spéciales et Structurées Lancée en septembre 2012, l offre CGA Express (CGA Express Entreprises et CGA Express Pro) a fêté sa première année de commercialisation en 2013 et a permis à plus de 850 clients de financer leurs besoins de trésorerie jusqu à EUR (y compris sur des situations de travaux). L offre permet également de disposer d un service de gestion des créances (gestion des règlements et de la relance clients). Cette solution cible les entreprises qui souhaitent ne céder que quelques factures sur un nombre limité de débiteurs. Contrairement à une offre d affacturage traditionnel qui couvre des besoins de trésorerie récurrents, la gamme CGA Express répond à des besoins plus ponctuels. Cette offre permet également aux entreprises de découvrir les services de CGA et d évoluer à terme vers des solutions d affacturage plus complètes. CGA a permis à plus de 850 clients de financer leurs besoins de trésorerie jusqu à EUR

8 FAITS MARQUANTS 2013 ILS EN PARLENT... CGA EXPRESS ÉRIC AYACHE, DIRECTEUR ADMINISTRATIF ET FINANCIER DE LA SOCIÉTÉ BTS CRÉATION FAITS MARQUANTS 2013 QUALITÉ CGA RENOUVELLE SES ENGAGEMENTS EN MATIÈRE DE SERVICE CLIENTS L année 2013 a été marquée par le renouvellement par l AFNOR de la certification ISO Cette norme, certification qualité la plus reconnue au monde (160 pays, entreprises certifiées), définit les bases des systèmes de gestion de la qualité et représente, pour CGA et ses collaborateurs, une véritable reconnaissance des efforts entrepris au service de nos clients. 13 RAPPORT D ACTIVITÉ CGA 2013 Pouvez-vous nous décrire en quelques mots intéressés par l externalisation de certaines tâches Vous évoluez aujourd hui sur une offre l activité de votre entreprise? administratives offertes par l affacturage. Nous d affacturage récurrente (CGA Cycléa) : avons pris notre temps avant de faire notre choix. qu est qui a motivé ce changement? BTS Création est un grossiste en fournitures Nous avions au départ quelques appréhensions pour le prêt à porter depuis plus de 30 ans. Nous sur les clichés que pouvait véhiculer l affacturage L offre CGA Express nous permet d effectuer 6 travaillons avec des centrales d achats mais vis-à-vis de nos clients. Après avoir regardé les remises de factures par an. Ce n est plus suffisant également avec des structures de tailles plus propositions des concurrents, nous avons choisi pour nous aujourd hui car nos besoins ont évolué. petites. Notre chiffre d affaires annuel est resté l offre CGA Express qui nous semblait la plus Nous avions besoin d une offre récurrente. L offre stable malgré la crise il est de l ordre de 2 millions adaptée. Nous avons également souhaité, au CGA Cycléa, vers laquelle nous évoluons, permet d euros. Dans ce contexte économique morose, travers de ce contrat d affacturage, renforcer notre également de financer nos factures à l export. nos clients apprécient particulièrement notre collaboration de plus de 20 ans avec la Société proximité, notre capacité d écoute ainsi que notre Générale. attachement à satisfaire au mieux leurs besoins. Comment se passe la relation au quotidien Quelles sont les raisons qui vous ont avec CGA? Recommanderiez-vous CGA à amenées à choisir l offre CGA Express? Notre objectif initial était de passer le cap de la crise en couvrant nos besoins de trésorerie. Par d autres sociétés? Notre relation au quotidien avec CGA est excellente. Nous avons un interlocuteur dédié qui est EN PARALLÈLE, l enquête annuelle de satisfaction clients 2013, réalisée par un cabinet indépendant a mis en exergue les points suivants : ailleurs, avec la dématérialisation croissante des paiements clients, nous n avions plus autant d effets de commerce à escompter. Enfin, pour gagner du temps au quotidien et mieux nous concentrer sur notre métier, nous étions également disponible pour répondre à nos questions. Sa réactivité est excellente. Après plusieurs mois d utilisation de CGA Express, nous vous recommanderions. 87% de clients satisfaits ou très satisfaits par nos prestations 90% des clients ont l intention de nous renouveler leur confiance 86% des clients recommanderaient CGA à une relation au cours des 12 prochains mois

9 FAITS MARQUANTS 2013 ILS EN PARLENT... Supply Chain Finance FINANCEMENT DU CRÉDIT FOURNISSEURS LE POINT SUR LA NOUVELLE OFFRE DE SCF AVEC ROBERT BARONE, DIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT Comment réagissent nos interlocuteurs lorsqu ils découvrent le nouvel outil? Ceux-ci sont séduits par la présentation générale, la simplicité d utilisation et la richesse des reporting associés. Par son caractère multidimensionnel, nos interlocuteurs comprennent rapidement que cette plateforme constitue un outil extrêmement puissant et flexible pour l accompagnement du Grand Donneur d Ordres dans son programme SCF et ce quel que soit la taille ou le périmètre géographique couvert. LA SUPPLY CHAIN FINANCE (SCF), QU EST-CE QUE C EST? Le terme «Supply Chain Finance» (SCF) regroupe plusieurs types de programmes dont la finalité commune est de favoriser le financement des besoins en fonds de roulement 15 RAPPORT D ACTIVITÉ CGA 2013 Quelles sont les grandes tendances des fournisseurs de Grands Donneurs d Ordres. Plus simplement, il s agit de solutions CGA se dote d une plateforme moderne de Supply Chain Finance pour répondre aux besoins de ses clients corporate Pourquoi CGA se devrait-elle de disposer d une nouvelle plateforme de SCF à son taires. Il était également fondamental que l outil puisse être proposé aux clients de l ensemble des un reporting de l utilisation du programme par leurs fournisseurs, du marché de la gestion et du financement du poste Fournisseurs? De plus en plus de Donneurs d Ordres sont amenés à réfléchir aux moyens de renforcer les partenariats avec leurs fournisseurs stratégiques. D autre part, engagés dans des démarches de responsabilité sociétale, ces mêmes Donneurs d Ordres ont compris l intérêt de faire bénéficier à leurs fournisseurs particulièrement les plus petits réservées aux grandes entreprises qui permettent de proposer à leurs fournisseurs d être payés comptant par CGA ou par un autre partenaire financier. La relation tripartite Donneur d Ordres, Fournisseur, Financier se fait par le biais d une plateforme internet de paiement. Principaux avantages pour le Donneur d Ordres : Possibilité de négocier avec leurs fournisseurs de l amélioration de certaines conditions commerciales en contrepartie des avantages procurés en termes de financement. Améliorer la gestion de la liquidité en optimisant les délais de paiement. catalogue Produits? Parce que les Donneurs d Ordres sont de plus en plus à la recherche de solutions innovantes entités d affacturage du Groupe Société Générale via internet, sans nécessité de déploiement technique spécifique. Enfin, sur un marché extrême- des économies de coûts et des gains de productivité directs, la possibilité d ouvrir la plateforme à des parte- de conditions de financement plus favorables. Couplés à leurs propres besoins d optimisation de la liquidité, les Donneurs d Ordres ont su faire évo- Principal bénéfice pour le Fournisseur : Accéder à des sources de financement plus stables et prévisibles. et globales pour financer leurs fournisseurs, CGA ment concurrentiel, CGA se devait de proposer naires financiers tiers, constituant pour les four- luer leur chaine logistique d approvisionnement qui a décidé de renforcer son offre de SCF. Face à des solutions technologiques et fonctionnelles nisseurs une possibilité de financement supplé- est désormais reconnue pour ses apports dans l augmentation des volumes de factures cédées différenciatrices et évolutives. Le time-to-market mentaire. l optimisation du Besoin en Fonds de Roulement dans le cadre des programmes de SCF que CGA devenait un impératif. Pour les fournisseurs, elle propose : (BFR). Cette prise de conscience s est très nota- gère, et sera amenée à gérer, il était indispensable la possibilité de préfinancer leurs factures, difficile blement accélérée ces derniers temps, comme en pour CGA d automatiser et de sécuriser la ges- Quels sont les atouts de cette nouvelle à obtenir par ailleurs, par une simple demande témoigne la multiplication des services proposés tion de l ensemble des flux financiers impliqués dans ces dispositifs en proposant à sa clientèle une plateforme robuste et riche fonctionnellement. Par ailleurs, la globalisation des relations clientsfournisseurs nécessitait la mise en place d outils technologiques capables de gérer les opérations dans un contexte multidimensionnel (programmes, plateforme? La plateforme mise en œuvre apporte une réponse pertinente à tous les intervenants dans un programme SCF. Pour les Donneurs d Ordres, elle propose : une option de centralisation permettant un paiement plus souple des factures et une sécurité en ligne, leur procurant les liquidités nécessaires au maintien de leur activité, un traitement comptable hors bilan particulièrement intéressant pour les plus grandes entreprises un reporting souple et détaillé permettant des gains de productivité et d administration des par les partenaires financiers ou par certaines entreprises spécialisées, en réponse aux appels d offres de plus en plus nombreux émis par les entreprises de premier rang. Dans ce contexte, même si le périmètre des services proposés varie encore, une tendance de fond commence à se cristalliser : proposer des services à valeur ajoutée Cette plateforme constitue un outil extrêmement puissant et flexible pour l accompagnement du Grand Donneur d Ordres pays, langues, devises et partenaires financiers) optimale tout au long de leur chaîne d approvi- comptes clients. en complément des financements et mieux inté- afin de permettre l apport de liquidités supplémen- sionnement, grer les attentes des fournisseurs stratégiques.

10 FAITS MARQUANTS 2013 ILS EN PARLENT... DÉCRYPTAGE D UNE OPÉRATION RÉUSSIE MISE EN PLACE D UNE SOLUTION D AFFACTURAGE EN GESTION DÉLÉGUÉE CONFIDENTIELLE AVEC MW BRANDS INTERVIEW D ERIC TRINH, RESPONSABLE TRÉSORERIE GROUPE MW BRANDS En quelques mots, pouvez-vous nous décrire ce qu est MW Brands? Le groupe MW Brands est le leader européen des produits de la mer avec plus de 600 millions d euros de chiffre d affaires. Il est plus connu du grand public avec ses marques de conserves de poissons, Petit Navire en France, John West au Royaume-Uni et Mareblu en Italie. Comment êtes-vous entrés en relation avec CGA? Quels étaient vos besoins initiaux? Le thon se pêche surtout en hiver, mais la haute saison commerciale commence avec l arrivée du beau temps, à savoir au printemps et se continue en été. Ainsi, le groupe doit composer avec des variations d encours clients très importantes pendant l année. Nous sommes en outre confrontés depuis trois ans à de fortes variations des prix de notre matière première, le thon. Après avoir fait face grâce à des découverts bancaires à des problématiques de liquidité l an dernier, nous avons cherché une solution plus pérenne et très souple, qui valorise la qualité de nos relations avec nos clients de la grande distribution. L affacturage confidentiel nous a semblé l option la plus avantageuse pour la France et le Royaume-Uni qui représentent 80% de nos encaissements. Qu est-ce qui a fait pencher votre décision en faveur de CGA? Nous avons fait un appel d offres sur des solutions de titrisation et d affacturage auprès de cinq établissements financiers, principalement des filiales de banques avec qui nous étions déjà en relation. La Société Générale est notre principale banque de flux et nous avons accepté de rencontrer sa filiale CGA en dernier. Après un long processus de discussion et de réflexion, ce sont les équipes de CGA qui nous ont proposé la solution la plus adaptée par rapport à notre activité et aux problématiques très spécifiques de rabais et de ristournes que nous rencontrons. Ils ont été à l écoute et ont réussi à ajuster leur offre à nos besoins en nous proposant une solution «sur-mesure» avec des conditions financières compétitives. Comment s est passée la mise en place de la solution? Les différentes discussions que nous avons eues en amont avec le commercial CGA ont permis d éclaircir très rapidement les points en suspens grâce à son discours précis et pédagogique et de faciliter la mise en place de la solution en définissant un cahier des charges complet. Le développement informatique nécessaire au démarrage du programme d affacturage a été réalisée par nos équipes informatiques en interne, bien aidées par les équipes supports de CGA. La transition entre le commercial qui nous a suivis et accompagnés depuis le début de nos discussions avec CGA et le chargé de clientèle qui a repris la relation une fois la solution mise en place s est déroulée en douceur. Nous avons particulièrement apprécié le fait que CGA accepte de mobiliser ses équipes qui se sont déplacées pour rencontrer les différentes équipes concernées au sein de notre groupe, aussi bien en Bretagne (équipe comptable Petit Navire) qu à Liverpool (équipe finance John West). Au démarrage, nous avons cependant eu quelques petits bémols liés à la mise en place du contrat mais les choses ont été résolues depuis. Comment qualifieriez-vous les relations au quotidien avec CGA? Les interlocuteurs que nous avons au quotidien (principalement notre chargé de clientèle et notre gestionnaire) ont toujours été à notre écoute, surtout au démarrage du programme d affacturage, afin de répondre de manière très réactive et précise à nos différentes questions. Quelques mois après, quel bilan tirez-vous de cette opération? Aujourd hui, après 6 mois, nous sommes très satisfaits de notre relation avec CGA et de la mise en place de cette opération. En effet, elle nous a permis en début d année, pendant notre période de forte production mais commercialement basse, de nous apporter la liquidité nécessaire afin de faire face à tous nos engagements sans avoir à faire appel à d autres sources de financements supplémentaires. La solution nous parait toujours très souple, adaptée à nos besoins et sans surprise par rapport aux différentes discussions que nous avons pu avoir avant sa mise en place, ce qui est très appréciable. TÉMOIGNAGE PHILIPPE PATRIARCA, CHARGÉ D AFFAIRES GRANDS COMPTES Que ce soit en France avec la marque Petit Navire ou au Royaume-Uni avec John West, MW Brands dispose de marques fortes, connues de tous. Ces marques constituent de vraies références pour CGA et Société Générale. Comment s est passée l entrée en relation avec MW Brands? Le premier challenge était d être consulté. En effet, lors du lancement de l appel d offre, MW Brands n avait pas souhaité solliciter CGA dans la mesure où la Société Générale était son banquier exclusif, l idée étant de diversifier ses partenaires financiers. Nous avons néanmoins réussi à décrocher un entretien téléphonique qui nous a permis de leur présenter notre expertise sur ce type de montage et de les sensibiliser aux «différences opératoires» qui peuvent exister sur le marché, au-delà des seules conditions tarifaires. À l issue de cet échange, la Direction Financière de MW Brands a accepté de nous recevoir et nous avons ainsi pu la persuader de nous convier à l appel d offres. Selon vous, qu est ce qui a fait pencher la balance en faveur de CGA? Après avoir pris en compte, les attentes du client et les spécificités de son activité, notamment la forte saisonnalité, les particularités de la commercialisation à la grande distribution, la contre-cyclicité entre la saison de pêche/production et la période de ventes maximales, nous avons construit la solution adaptée. En outre, parce qu il est important que le service vendu corresponde au service rendu, nous avons impliqué en amont dans la démarche les équipes Opérations, et dans la phase finale le Juridique. Cette approche en équipe, efficace et conviviale, a été remarquée par le client et s est avérée différenciante. Au fil des négociations qui ont duré 6 mois, nous avons crédibilisé notre démarche et notre offre en faisant preuve de transparence et de pédagogie et nous avons instauré une relation de confiance et un très bon relationnel avec le client. L ensemble de ces éléments ont permis d emporter l adhésion du client. Aujourd hui, plus de 7 mois après le démarrage du programme, MW Brands est très satisfait de son choix et du fonctionnement totalement en phase avec ce qui avait été annoncé. 17 RAPPORT D ACTIVITÉ CGA 2013

11 BILAN ENVIRONNEMENTAL CHIFFRES CLÉS LE PAPIER -3,2% DE CONSOMMATION DE PAPIER PAR COLLABORATEUR EN 2013 (SOIT 65 KG PAR COLLABORATEUR) La sensibilisation des collaborateurs a permis cette réduction de la consommation individuelle. Notre consommation totale de papier continue toutefois à augmenter en raison de l augmentation du volume d activité et du nombre de collaborateurs. LES DÉCHETS 8,3T DE PAPIER RECYCLÉ En baisse de 25% par rapport à 2012, cette année a surtout été marquée par une action forte de désarchivage. En parallèle, des actions correctives ont été mises en place en vue de relancer la collecte des papiers usagés. CGA a par exemple engagé la revue de son système de tri en collaboration avec une entreprise spécialisée et relancera courant 2014 des actions de sensibilisation auprès du personnel. L ÉNERGIE BAISSE DE LA CONSOMMATION ÉLECTRIQUE DE -9,1% Des modifications sur les équipements électriques entrepris par les services généraux le renouvellement du parc informatique moins énergivore ainsi que la sensibilisation des collaborateurs sur l allumage des éclairages ont permis cette réduction conséquente. LE TRANSPORT -15,5% DE CONSOMMATION DE CO 2 /KM DE LA FLOTTE AUTOMOBILE DE CGA L achat d un véhicule électrique pour les déplacements professionnels des collaborateurs en île de France, la poursuite du renouvellement du parc automobile par l achat de modèles plus vertueux ainsi que la réduction du nombre de kilomètres parcourus (-8%) (Rationalisation des déplacements et développement des technologies de conférence à distance) ont permis cette baisse importante. 19 L EAU BAISSE IMPORTANTE DE LA CONSOMMATION D EAU : -19,4% Cette forte baisse est principalement le fait de l installation d équipements de rationalisation de la consommation d eau et de la suppression de la climatisation à eau perdue. RAPPORT D ACTIVITÉ CGA 2013 EN PARALLÈLE, CGA A RÉDUIT SES DÉPLACEMENT EN TRAIN (-7,5%) ET EN AVION (-27%)

12 BILAN SOCIAL CHIFFRES CLÉS AU 31/12/2013 EFFECTIF TOTAL SALARIÉS EN 2013 PERSONNES ONT ÉTÉ RECRUTÉES (306 en 2012, 298 en 2011) en Contrat à Durée Indéterminé ÂGE MOYEN 40 ans ANCIENNETÉ MOYENNE 10 ans CGA RECRUTE ET INTÈGRE DE NOUVEAUX COLLABORATEURS 82% DES RECRUTEMENTS dans les filières métier commerciale. Risques et Relations clients 24 ÉTUDIANTS RECRUTÉS en contrat d alternance en 2013 CGA poursuit depuis plusieurs années une politique volontariste de développement de l alternance et accompagne les jeunes diplômés dans la construction de leur parcours professionnel, en les sensibilisant, dès les premiers contacts aux enjeux et responsabilités de l entreprise. CGA poursuit une dynamique de développement des collaborateurs FORMATION 3,4% DE LA MASSE SALARIALE consacrée à la formation continue 197 SALARIÉS ayant bénéficié d une formation en HEURES DE FORMATION dispensées aux salariés en 2013 VENTILATION DES PRINCIPALES FORMATIONS EXTERNES 40% développement de compétences cœur de métier affacturage 17% développement de compétences managériales ÉVOLUTION PROFESSIONNELLE 24 SALARIÉS ont changé de fonction durant l année 2013 CGA PROMEUT LA DIVERSITÉ Accord égalité femmes/hommes : signé pour les années 2013 à 2015, l Accord prévoit des actions qui visent à réduire les éventuelles inégalités entre les hommes et les femmes. 55,4% DE FEMMES dans l effectif de CGA 39,2% TAUX DE FÉMINISATION des cadres Accord en faveur de l emploi et de l insertion professionnelle des personnes en situation de handicap : la mission handicap a mis en œuvre en 2013 un certain nombre d actions : semaine du handicap, forum recrutement, Pass pour l emploi, partenariat avec des entreprises pour employer des personnes en situation de handicap. 10 SALARIÉS en situation de handicap dans les effectifs La charte entreprise-territoire : conclue entre CGA et la Plaine Commune, cette charte a été renouvelée pour les années 2013 à Celle-ci formalise des actions concrètes pour favoriser le développement économique du territoire tout en promouvant l égalité des chances et l absence de discriminations à l embauche. Signature de l accord relatif au contrat de génération pour les années 2013 à Il prévoit, notamment, la tenue de points carrière et un accès facilité à la formation professionnelle. En outre, des mesures d aménagement de fin de carrière sont proposées, afin de permettre une transition vers la retraite. CGA accompagne avec cet accord ses collaborateurs seniors, mais assure aussi le renouvellement des générations en s engageant dans des actions d intégration, de formation et de transmission des savoirs et compétences vers les jeunes générations. DIALOGUE SOCIAL En 2013, le dialogue social a été marqué par le renouvellement des élus du Comité d Entreprise, du Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail, ainsi que des Délégués du Personnel. 50% DES ÉLUS ont été renouvelés Deux syndicats sont représentatifs : la CFDT (50,71%) et la CFTC (49,29%). CFTC 49,3% CFDT 50,7% 21 RAPPORT D ACTIVITÉ CGA 2013

13 RAPPORT FINANCIER 23 RAPPORT FINANCIER CGA 2013 Les chiffres de l année

14 BILAN EN EUROS ACTIF CAISSE BANQUE DE FRANCE CCP 0 0 CRÉANCES SUR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT À vue À terme Créances rattachées PASSIF DETTES ENVERS LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT À vue À terme Dettes rattachées RAPPORT FINANCIER CGA 2013 OPÉRATIONS AVEC LA CLIENTÈLE Créances prises en affacturage Comptes d'adhérents débiteurs Créances douteuses brutes Dépréciations Créances rattachées Forfaiting Dailly Valeurs non imputées 0 16 OPÉRATIONS AVEC LA CLIENTÈLE Comptes créditeurs de la clientèle Retenues de garantie Autres sommes dues Dettes rattachées PARTICIPATIONS ET AUTRES TITRES DÉTENUS À LONG TERME VALEURS IMMOBILISÉES Immobilisations incorporelles Amortissements Immobilisations incorporelles + Amortissements Immobilisations corporelles Amortissements Immobilisations corporelles + Amortissements Immobilisations en cours AUTRES ACTIFS COMPTES DE RÉGULARISATION TOTAL DETTES REPRÉSENTÉES PAR UN TITRE Billets de trésorerie Billets à ordre (financement des adhérents) AUTRES PASSIFS COMPTES DE RÉGULARISATION PROVISIONS POUR RISQUES ET CHARGES CAPITAUX PROPRES Capital Réserves Report à nouveau Résultat TOTAL

15 COMPTE DE RÉSULTAT HORS BILAN 27 RAPPORT FINANCIER CGA 2013 EN EUROS EN EUROS Commissions d'anticipation Produits sur les opérations interbancaires Charges sur opérations interbancaires Commissions de service Commissions (produits) Commissions (charges) Autres produits d'exploitation bancaire Autres charges d'exploitation bancaire PRODUIT NET BANCAIRE Charges générales d exploitation Dotations aux amortissements et aux provisions pour dépréciation sur immobilisations incorporelles et corporelles RÉSULTAT BRUT D EXPLOITATION /- Coût du risque RÉSULTAT D EXPLOITATION /- Gains ou pertes sur actifs immobilisés 0 0 RÉSULTAT COURANT AVANT IMPÔT /- Résultat exceptionnel Impôt sur les bénéfices ENGAGEMENTS DONNÉS Engagements de garantie ENGAGEMENTS REÇUS Engagements de financement Engagements de garantie RÉSULTAT NET

16 REMARQUES COMPLÉMENTAIRES POUR LA LECTURE DU BILAN ET DU COMPTE DE RÉSULTAT COMPTES ANNUELS DE L EXERCICE CLOS LE 31 DÉCEMBRE RAPPORT FINANCIER CGA 2013 I-PRINCIPES, RÈGLES ET MÉTHODES COMPTABLES Les comptes sociaux de CGA ont été établis conformément aux dispositions du Plan Comptable des Etablissements de Crédit, du Règlement du Comité de la Réglementation Bancaire et Financière applicable aux établissements de crédit à compter de janvier 2001, ainsi qu aux principes comptables généralement admis en France dans la profession bancaire. Il n y a eu aucun changement de méthode comptable au cours de l exercice. A. IMMOBILISATIONS ET AMORTISSEMENTS 1. IMMOBILISATIONS INCORPORELLES GÉNÉRÉES EN INTERNE Depuis l exercice 2004, les études informatiques générées en interne se rapportant à un projet nettement individualisé sont immobilisées, chaque fois que le coût global du projet concerné dépasse 100 Ke. Conformément au règlement du 23 novembre 2004, seules les phases de développement informatique (études détaillées, réalisation et recettage) sont immobilisées. La phase de recherche, les études d opportunité et de faisabilité, ainsi que les phases de formation et de maintenance, n étant pas immobilisables, sont directement passées en charges. B. RISQUE DE CRÉDIT 1. DÉPRÉCIATIONS SUR CRÉANCES DOUTEUSES 1.1. DÉFINITION DES CRÉANCES DOUTEUSES Créances douteuses débiteurs Conformément à l article 3 du Règlement n du Comité de la Réglementation Comptable, sont classées en «créances douteuses débiteurs», les créances sur débiteurs restées impayées plus de 3 mois après leur échéance théorique et les créances sur débiteurs faisant l objet d une procédure contentieuse. Seules les créances débiteurs sur adhérents sains sont susceptibles d être classées en créances douteuses débiteurs. Créances douteuses adhérents Le compte «créances douteuses adhérents compromises» enregistre les sommes dues par les adhérents en procédure contentieuse. La part de ces créances couverte par des garanties est reclassée en «créances douteuses simples», ainsi que prévu dans l avis n 2003-G du Comité d urgence du Conseil National de la Comptabilité. contagion, c est-à-dire de retenir pour un débiteur tous les encours portés sur son numéro de SIREN et pour un adhérent contentieux, tous les encours des débiteurs pour cet adhérent DÉPRÉCIATIONS SUR CRÉANCES DOUTEUSES DÉBITEURS Toutes les créances douteuses débiteurs n ont pas vocation à être dépréciées et les dépréciations peuvent être passées, soit au titre du risque adhérent, soit au titre du risque débiteur, conformément au tableau ci-dessous : Risque adhérent Risque débiteur Créances dépréciées Litigieuses compromises (1) Douteuses compromises (1) Créances non dépréciées Litigieuses simples Douteuses simples (1) Conformément au Règlement n du 12 décembre 2002 du Comité d urgence du CNC, les créances douteuses débiteurs compromises incluent, outre les créances en procédure contentieuse, toutes les créances figurant dans l encours douteux depuis plus d un an (soit 455 jours après l échéance théorique). Les créances litigieuses simples et douteuses simples ne sont pas représentatives d un risque avéré et de ce fait ne sont pas dépréciées DÉPRÉCIATIONS SUR CRÉANCES DOUTEUSES ADHÉRENTS Les dossiers adhérents sont transmis au service contentieux et enregistrés C. COMMISSIONS La commission de service qui rémunère l ensemble des services du factor s applique ad valorem sur le montant des factures cédées. Un report de commission est calculé chaque fin de mois, pour tenir compte du fait que la commission d affacturage rémunère le service rendu à l adhérent jusqu à extinction de la créance dans nos livres. Ce report de commission est comptabilisé en «Produits constatés d avance». La commission d anticipation ou de financement rémunère les financements accordés par CGA à ses adhérents. La base de calcul de cette commission tient compte de la retenue de garantie. Une partie des recettes de financement est rétrocédée à certains adhérents en fin de mois sur la base du montant de cette retenue de garantie. La commission d anticipation post comptée est comptabilisée en fin de mois. La commission d anticipation précomptée est comptabilisée à la mise à disposition des fonds. Un produit constaté d avance est enregistré en fin de mois pour tenir compte de la durée de portage qui excède la clôture de l exercice. 2. AUTRES IMMOBILISATIONS - AMORTISSEMENTS Hormis les immobilisations générées en interne, les immobilisations incorporelles sont essentiellement constituées de logiciels informatiques. Elles sont Le compte de créances douteuses simples inclut également les soldes des comptes courants d adhérents restés débiteurs pendant 90 jours consécutifs. Règle de la contagion en douteux compromis, lors de la constatation du risque de non-paiement. Pour les créances enregistrées au service contentieux depuis le 1 er janvier 2002, le taux de dépréciation est fixé en fonction du risque de perte finale. amorties linéairement sur 4 ans. Comme prévu à l article 8 du Règlement n du Comité de la Les immobilisations corporelles sont amorties linéairement sur 3, 5 ou 10 ans. Réglementation Comptable, le principe général est d appliquer la règle de la

17 31 RAPPORT FINANCIER CGA 2013 II-NOTES SUR LE BILAN A. ACTIF 1. CRÉANCES SUR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT Prêt à terme Ce compte correspond au replacement des fonds propres de CGA et au replacement d une partie de la retenue de garantie clientèle. 2. OPÉRATIONS AVEC LA CLIENTÈLE Créances impayées Conformément à l instruction de la Commission Bancaire, sont classées en créances impayées les créances non douteuses dont le dépassement de l échéance contractuelle est inférieur à 3 mois. Dépréciations 3. AUTRES ACTIFS Ce poste est composé de : EN K 31/12/ /12/2013 Dépôts et cautionnements Créances sur l état (TVA...) Autres TOTAL Le compte «Dépôts et cautionnements» correspond essentiellement aux : Fonds de Garantie des Dépôts Dépôt de garantie pour l immeuble LE STADIUM Le compte Autres comprend notamment le CICE (Crédit d impôt Compétitivité Emploi) de CGA mis en place en B. PASSIF 1. OPÉRATIONS AVEC LA CLIENTÈLE 3. AUTRES PASSIFS Le poste «autres passifs» inclut les items suivant : Report de com. Produits perçus d avance Taxes diverses Charges de personnel Fournisseurs Commissions d apport réseau 4. COMPTES DE RÉGULARISATION Les comptes de régularisation incluent les items suivant : Impôts sur les sociétés Fournisseurs Charges de personnel Créditeurs divers TVA Collectée Organismes sociaux 5. CAPITAUX PROPRES Le capital est réparti en actions ordinaires donnant chacune un droit de vote. La valeur de l action est de 24 euros. III - NOTES SUR LE COMPTE DE RÉSULTAT A. COMMISSIONS (CHARGES) Sont principalement comptabilisées dans ce poste, les commissions de contre garantie d établissements de crédit, les primes d assurance couvrant le risque de crédit et le risque de dilution. IV - NOTES SUR LE HORS BILAN Depuis février 2013 CGA mobilise certaines créances auprès du groupe Société Générale dans le cadre de l accord de place TRICP (Traitement Informatisé des Créances Privées). Au 31/12/13 le montant de cette mobilisation était de 502 M. Les déprécisions incluent une provision collective dite «Provision Base Portefeuille» venant en dépréciation des créances et calculée à partir d un modèle de provisionnement propre à la société (portefeuille d adhérents dits en alerte risques, non suivis en contentieux). Ce poste est composé des comptes courants des adhérents et des retenues de garantie. 2. DETTES REPRÉSENTÉES PAR DES TITRES Capitaux propres avant affectation des résultats EN K 31/12/ /12/2013 Capital V - AUTRES INFORMATIONS 1. CONSOLIDATION CGA est consolidée par intégration globale par la SOCIETE GENERALE. Les billets à ordre émis dans le cadre du financement des adhérents sont affectés à ce poste (durée inférieure à 3 mois). Réserve légale Réserves facultatives INTEGRATION FISCALE Report à Nouveau 4 4 Résultat de l'exercice CGA est intégrée fiscalement au groupe Société Générale, avec lequel une convention a été signée le 1 er janvier TOTAL

18 RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS Exercice clos le 31 décembre RAPPORT FINANCIER CGA 2013 Aux Actionnaires, En exécution de la mission qui nous a été confiée par vos assemblées générales, nous vous présentons notre rapport relatif à l exercice clos le 31 décembre 2013, sur : le contrôle des comptes annuels de la société COMPAGNIE GÉNÉRALE D AFFACTURAGE, tels qu ils sont joints au présent rapport, la justification de nos appréciations, les vérifications et informations spécifiques prévues par la loi. Les comptes annuels ont été arrêtés par le conseil d administration. Il nous appartient, sur la base de notre audit, d exprimer une opinion sur ces comptes. I. OPINION SUR LES COMPTES ANNUELS Nous avons effectué notre audit selon les normes d exercice professionnel applicables en France ; ces normes requièrent la mise en œuvre de diligences permettant d obtenir l assurance raisonnable que les comptes annuels ne comportent pas d anomalies significatives. Un audit consiste à vérifier, par sondages ou au moyen d autres méthodes de sélection, les éléments justifiant des montants et informations figurant dans les comptes annuels. Il consiste également à apprécier les principes comptables suivis, les estimations significatives retenues et la présentation d ensemble des comptes. Nous estimons que les éléments que nous avons collectés sont suffisants et appropriés pour fonder notre opinion. Nous certifions que les comptes annuels sont, au regard des règles et principes comptables français, réguliers et sincères et donnent une image fidèle du résultat des opérations de l exercice écoulé ainsi que de la situation financière et du patrimoine de la société à la fin de cet exercice. II. JUSTIFICATION DES APPRÉCIATIONS En application des dispositions de l article L du Code de commerce relatives à la justification de nos appréciations, nous vous informons que les appréciations auxquelles nous avons procédé ont porté sur le caractère approprié des principes comptables appliqués et le cas échéant sur le caractère raisonnable des estimations significatives retenues et sur la présentation d ensemble des comptes. Les appréciations ainsi portées s inscrivent dans le cadre de notre démarche d audit des comptes annuels, pris dans leur ensemble, et ont donc contribué à la formation de notre opinion exprimée dans la première partie de ce rapport. III. VÉRIFICATIONS ET INFORMATIONS SPÉCIFIQUES Nous avons également procédé, conformément aux normes d exercice professionnel applicables en France, aux vérifications spécifiques prévues par la loi. Nous n avons pas d observation à formuler sur la sincérité et la concordance avec les comptes annuels des informations données dans le rapport de gestion du conseil d administration et dans les documents adressés aux actionnaires sur la situation financière et les comptes annuels. Paris-La Défense et Neuilly-sur-Seine, le 7 mai 2014 Les commissaires aux comptes ERNST & YOUNG Audit Luc VALVERDE DELOITTE & ASSOCIÉS Jean-Marc MICKELER Retrouvez notre actualité ainsi que toutes les informations utiles sur nos produits et services sur Service Communication/Marketing Alexandre Allogio Conception / Réalisation : / Crédits photographiques : Jean-Marie Cras, Emmanuel Fradin, Julien Millet, Fotolia

19 Compagnie Générale d Affacturage 3, rue Francis de Pressensé La Plaine Saint-Denis Cedex Tél. +33 (0) Fax +33 (0) R.C.S. Bobigny SA au capital de

profil sommaire CGA,partenaire de votre croissance Mot du directeur général 04 Conseil d Administration Comité Exécutif

profil sommaire CGA,partenaire de votre croissance Mot du directeur général 04 Conseil d Administration Comité Exécutif Rapport D ACTIVITé 2012 Partenaire de votre croissance sommaire chiffres clés 02 Mot du directeur général 04 gouvernance 06 Conseil d Administration Comité Exécutif rapport financier 08 Anticiper profil

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES COMPAGNIE GENERALE D'AFFACTURAGE (C.G.A.)

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES COMPAGNIE GENERALE D'AFFACTURAGE (C.G.A.) PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) COMPAGNIE GENERALE D'AFFACTURAGE (C.G.A.) Société anonyme au capital de 14 400 000. Siège social : 3, rue Francis de Pressensé

Plus en détail

Le financement et la gestion de vos créances clients en France et à l international

Le financement et la gestion de vos créances clients en France et à l international ENTREPRISES cycle d exploitation commerce international CyclÉa CGA Performance CGA Export Le financement et la gestion de vos créances clients en France et à l international Les engagements de CGA En cédant

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES BNP PARIBAS WEALTH MANAGEMENT

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES BNP PARIBAS WEALTH MANAGEMENT PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) BNP PARIBAS WEALTH MANAGEMENT Société anonyme au capital de 103 312 500. Siège social : 33, rue du Quatre Septembre, 75002

Plus en détail

SOCIETE DE TAYNINH RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL. A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013

SOCIETE DE TAYNINH RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL. A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013 SOCIETE DE TAYNINH 2013 RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013 B. Etats financiers au 30 juin 2013 C. Rapport des commissaires aux comptes

Plus en détail

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 Pages Bilan 2 Etat des engagements hors bilan 3 Etat de résultat 4 Etat des flux de trésorerie 5 Notes aux états financiers 6 Bilan Arrêté au 30 JUIN 2015 (Unité

Plus en détail

RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS

RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS Société Générale Exercice clos le 31 décembre 2014 Aux Actionnaires, En exécution de la mission qui nous a été confiée par votre assemblée générale,

Plus en détail

Avec vous, vers de nouveaux horizons

Avec vous, vers de nouveaux horizons Avec vous, vers de nouveaux horizons Solutions Poste Clients factor.bnpparibas.com Etre à vos côtés L histoire de BNP Paribas Factor est celle d un acteur qui a su s imposer comme un référent sur le marché

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES GDF SUEZ TRADING

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES GDF SUEZ TRADING PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COTES ANNUELS) GDF SUEZ TRADING Société par actions simplifiée au capital de 351 200 000. Siège social : 1, place Samuel de Champlain, 92400

Plus en détail

AUDIT FRANCE ASSOCIATION DEPARTEMENTALE DES FRANCAS DE L HERAULT. Association loi 1901 Siège social : 27 rue Lafeuillade 34070 MONTPELLIER

AUDIT FRANCE ASSOCIATION DEPARTEMENTALE DES FRANCAS DE L HERAULT. Association loi 1901 Siège social : 27 rue Lafeuillade 34070 MONTPELLIER AUDIT FRANCE ASSOCIATION DEPARTEMENTALE DES FRANCAS DE L HERAULT Association loi 1901 Siège social : 27 rue Lafeuillade 34070 MONTPELLIER EXERCICE CLOS LE 31 DECEMBRE 2010 RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES

Plus en détail

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA )

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) Le Groupe Ecobank présente de très bons résultats en 2014 : - Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) - Résultat avant impôt : +134% à 519,5 millions $EU ( 258 milliards

Plus en détail

TRAVEL TECHNOLOGY INTERACTIVE Société Anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance Au Capital de 4.524.878,73 Euros

TRAVEL TECHNOLOGY INTERACTIVE Société Anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance Au Capital de 4.524.878,73 Euros 75008 PARIS SUR LES COMPTES CONSOLIDES EXERCICE CLOS LE 31 DECEMBRE 2014 75008 PARIS SUR LES COMPTES CONSOLIDES EXERCICE CLOS LE 31 DECEMBRE 2014 Aux actionnaires, En exécution de la mission qui nous a

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES CREATIS

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES CREATIS PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) CREATIS Société anonyme au capital de 52 900 000. Siège social : Parc de la Haute Borne, 61, avenue Halley, 59650 Villeneuve-d

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 ca-des-savoie.fr Arrêtés par le Conseil d administration du Crédit Agricole des Savoie en date du 23 janvier 2015 soumis à l approbation de l Assemblée Générale Ordinaire

Plus en détail

Résultats Semestriels 2008. Paris, le 1er octobre 2008

Résultats Semestriels 2008. Paris, le 1er octobre 2008 Résultats Semestriels 2008 Paris, le 1er octobre 2008 ALTEN ALTEN reste fortement positionné sur l Ingénierie et le Conseil en Technologie (ICT), ALTEN réalise des projets de conception et d études pour

Plus en détail

Comptes Consolidés 30/06/2014

Comptes Consolidés 30/06/2014 Comptes Consolidés 30/06/2014 Table des matières BILAN... 2 COMPTE DE RESULTAT... 3 NOTE ANNEXE AUX COMPTES CONSOLIDES... 4 Note 1 - Faits marquants de la période et évènements post clôture... 4 Note 2

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 %

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 % RESULTATS ANNUELS 2014-2015 Chiffre d affaires 2014-2015 consolidé : 222,9 millions d euros Perte opérationnelle courante 2014-2015 : 125,9 millions d euros Poursuite du recentrage stratégique sur le cœur

Plus en détail

Résultats annuels 2013 en forte croissance

Résultats annuels 2013 en forte croissance Communiqué de presse - Clichy, 25 mars 2014, 18h Résultats annuels 2013 en forte croissance Chiffre d affaires en hausse de 5,3% à 420,7 M Résultat opérationnel en hausse de 31,7% à 43,4 M Résultat net

Plus en détail

États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.)

États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.) États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.) 31 mars 2015 Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des revenus et dépenses et de l actif net... 3 État de

Plus en détail

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009 Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009 Louvain-la-Neuve, le 18 mars 2010, 18h00 Information réglementée 1. CROISSANCE ET INVESTISSEMENTS Nous clôturons 2009 de manière contrastée. Tout d abord, les

Plus en détail

RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES ETATS FINANCIERS ARRETES AU 31 DECEMBRE 2012

RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES ETATS FINANCIERS ARRETES AU 31 DECEMBRE 2012 RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES ETATS FINANCIERS ARRETES AU 31 DECEMBRE 2012 Association «AL BAWSALA» JUILLET 2013 Av. Hédi Karray - Imm.Luxor 2 ème Etage - Centre Urbain Nord -1082 Tunis SARL

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 Histoire, définition et rôle de la comptabilité... 17 I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 A. Les origines antiques de la comptabilité...

Plus en détail

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés»

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» Alerte «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» La loi du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps

Plus en détail

Comptes Consolidés 31/12/2013

Comptes Consolidés 31/12/2013 Comptes Consolidés 31/12/2013 Table des matières BILAN... 2 COMPTE DE RESULTAT... 3 NOTE ANNEXE AUX COMPTES CONSOLIDES... 4 Note 1 - Faits marquants de la période et évènements post clôture... 4 Note 2

Plus en détail

La Banque Nationale du Rwanda, ci-après dénommée la «Banque Centrale», arrête:

La Banque Nationale du Rwanda, ci-après dénommée la «Banque Centrale», arrête: INSTRUCTION N 01/2005 DE LA BANQUE NATIONALE DU RWANDA RELATIVE A LA DIVULGATION PUBLIQUE DE L INFORMATION FINANCIERE APPLICABLE AUX BANQUES ET AUTRES ETABLISSEMENTS FINANCIERS. ===============================

Plus en détail

Comptes de tiers (Classe 4)

Comptes de tiers (Classe 4) Comptes de tiers (Classe 4) Les comptes de tiers, notamment le compte 40 «Fournisseurs et comptes rattachés» et le compte 41 «Clients et comptes rattachés», peuvent être subdivisés pour identifier : les

Plus en détail

États financiers de La Fondation canadienne du rein. 31 décembre 2013

États financiers de La Fondation canadienne du rein. 31 décembre 2013 États financiers de La Fondation canadienne du rein Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des résultats... 3 État de l évolution des soldes de fonds... 4 État de la situation financière... 5 État

Plus en détail

Brisons les tabous du factoring! Une autre façon de penser le FACTORING : nouvelles tendances pour dynamiser vos besoins en financement

Brisons les tabous du factoring! Une autre façon de penser le FACTORING : nouvelles tendances pour dynamiser vos besoins en financement Brisons les tabous du factoring! Une autre façon de penser le FACTORING : nouvelles tendances pour dynamiser vos besoins en financement Pascal Ferron : vice-président BAKER TILLY France Henri du Clary

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 409 ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 Les tableaux suivants présentent les éléments nécessaires à la confection des documents de synthèse figurant au compte de gestion. Ils permettent d associer

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Communiqué de presse Chiffre d affaires pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Paris, le 19 mars 2015 Le Conseil d administration du Groupe Sopra Steria, réuni le 17 mars

Plus en détail

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé Loi1901.com présente : Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé (Prenant en compte les nouvelles dispositions du règlement N 99-01 du 16 février 1999 relatif aux modalités d établissement des comptes

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE INNATE PHARMA ANNONCE SES RESULTATS POUR 2006 : FORTE CROISSANCE DE L ACTIVITE DE RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT (+75%), ET NOTAMMENT DE LA CLINIQUE Marseille, le 20 mars 2007 Innate Pharma SA (la «Société»),

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

GROUPE BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE BIAT

GROUPE BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE BIAT GROUPE BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE BIAT ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 31/12/2012 Groupe BIAT Etats financiers consolidés arrêtés au 31 décembre 2012 Page ~ 2~ BILAN CONSOLIDE ARRETE AU 31 DECEMBRE

Plus en détail

3. Renforcer la trésorerie

3. Renforcer la trésorerie 3. Renforcer la trésorerie La trésorerie est fortement impactée en permanence par le poids des stocks, les délais de paiement des clients ou aux fournisseurs et d autres paramètres récurrents (cotisations

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES V2.0 Page 1 sur 117 DESTINATAIRES Nom Direction M. Litvan FCE 6 ème Sous-direction M. Soulié FCE 7 ème Sous-direction

Plus en détail

A. Bilan. B. Compte de résultat. Comptes sociaux au 31 décembre 2013. ACTIF (en milliers d euros) Notes Brut

A. Bilan. B. Compte de résultat. Comptes sociaux au 31 décembre 2013. ACTIF (en milliers d euros) Notes Brut Comptes sociaux au 31 décembre 2013 A. Bilan ACTIF (en milliers d euros) Notes Brut 2013 Amort. et dépréc. Immobilisations incorporelles 3-4 21 280 1 926 19 354 19 071 Immobilisations corporelles 3-4 7

Plus en détail

Gestion comptable et financière

Gestion comptable et financière 4 5 Gestion comptable et financière Gérez efficacement votre activité comptable et financière Solution modulaire, vous propose une gestion de la comptabilité, des moyens de paiement, de la trésorerie,

Plus en détail

COMMENTAIRES SUR COMPTES ANNUELS 2010

COMMENTAIRES SUR COMPTES ANNUELS 2010 COMMENTAIRES SUR COMPTES ANNUELS Commentaires Note 1: CAISSE RUBRIQUES 2009 Caisse XOF 1,428,933,201 2,054,162,600 625,229,399 44% Caisse EUR 123,667,574 164,363,145 40,695,571 33% Caisse USD 118,203 446,683

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES LA BANQUE POSTALE FINANCEMENT

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES LA BANQUE POSTALE FINANCEMENT PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) LA BANQUE POSTALE FINANCEMENT Société Anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de 2 200 000. Siège social

Plus en détail

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Paris, le 31 juillet 2015 Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Un chiffre d affaires en hausse de +0,9% à 9,3 milliards d euros Développement ciblé en France Croissance à l international

Plus en détail

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont résultats et autres renseignements caractéristiques de la société au cours des cinq derniers exercices) La société mère : Comptes

Plus en détail

Le décret comptable. Quelques repères... ...pour mieux comprendre. Guide d information pour les copropriétaires

Le décret comptable. Quelques repères... ...pour mieux comprendre. Guide d information pour les copropriétaires direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction Guide d information pour les copropriétaires Le décret comptable Quelques repères......pour mieux comprendre Juin 2007 Plan du guide

Plus en détail

Sommaire. Editorial 5. Comptes annuels 2012 7. Filiales 14. Rapport de révision 15

Sommaire. Editorial 5. Comptes annuels 2012 7. Filiales 14. Rapport de révision 15 Rapport annuel 2012 Sommaire Editorial 5 Comptes annuels 2012 7 Filiales 14 Rapport de révision 15 Editorial Avec 102,98 millions CHF de produits consolidés, le groupe Abraxas enregistre comme prévu

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES AU 30 JUIN 2014 1 SOMMAIRE ÉTATS DE SYNTHESE 1. Etat résumé de la situation financière consolidée 2. Etats résumés du résultat net et des gains et pertes

Plus en détail

CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere

CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere AVIS DES SOCIETES Etats Financiers CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere La CITIBANK N.A TUNIS publie ci-dessous, ses états financiers arrêtés au 31 décembre

Plus en détail

aux Comptes et Attestation

aux Comptes et Attestation Rapports des Commissaires aux Comptes et Attestation page.1. Rapport des Commissaires aux Comptes sur les comptes annuels* 186.2. Rapport des Commissaires aux Comptes sur les comptes consolidés* 188.3.

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------- Le Conseil des Ministres PLAN COMPTABLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES T - UEMOA - I - PRESENTATION DU PLAN COMPTABLE I.1 - Les classes

Plus en détail

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 GROUPE NSE INDUSTRIES Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 BILAN (en milliers d euros) ACTIF Note 30/06/14 30/06/13 Ecarts d'acquisition 1 3 872 3 972 Immobilisations

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 13 mars 2012 RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE Bonne résistance du PNB et du RBE en 2011, solidité financière confirmée, poursuite de la dynamique de développement

Plus en détail

ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78)

ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78) 1 ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78) Le Président du gouvernement de la Polynésie française, Sur le rapport

Plus en détail

«Comment se faire payer par ses clients?»

«Comment se faire payer par ses clients?» «Comment se faire payer par ses clients?» Renforcer la trésorerie de son entreprise en limitant les frais financiers. Eviter les impayés grâce à des méthodes simples. 1 Vendredi 10 Octobre 2014 Comment

Plus en détail

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 Relatif aux modalités de première application du règlement du CRC n 99-02 par les sociétés dont les instruments

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES. Exercice clos le 31 décembre 2014

RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES. Exercice clos le 31 décembre 2014 RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES Exercice clos le 31 décembre 2014 Avril2015 RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR ETATS

Plus en détail

- En fonction de sa nature chaque opération sera enregistrée dans un compte. - Les documents de synthèse : le livre journal

- En fonction de sa nature chaque opération sera enregistrée dans un compte. - Les documents de synthèse : le livre journal RAPPELS : La comptabilité permet : - d enregistrer les entrées et sorties d argent - d informer les adhérents du club et ses partenaires (institutionnels et autres) - de contrôler et de prouver - de prévoir.

Plus en détail

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités)

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités) États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. (non audités) États consolidés résumés du résultat Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre (en milliers de dollars canadiens, sauf

Plus en détail

Assemblée générale mixte

Assemblée générale mixte Assemblée générale mixte Philippe BOUAZIZ, Président Stéphane CONRARD, DGD Finance 24 Juin 2015 SOMMAIRE PRESENTATION PRODWARE FAITS MARQUANTS 2014 RESULTATS ANNUELS 2014 EVENEMENTS POST CLOTURE PERSPECTIVES

Plus en détail

Ce que les élus vont trouver dans la BDES

Ce que les élus vont trouver dans la BDES Ce que les élus vont trouver dans la BDES La BDES doit être le support de la consultation sur la stratégie de l entreprise. Elle doit réunir d ici fin 2016 toutes les informations soumises jusque-là de

Plus en détail

RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005

RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005 Hal, le 11 décembre 2006 RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005 Par rapport aux chiffres publiés précédemment (le 19

Plus en détail

---------------------------------------------------- Rapport Financier Semestriel 30/06/2013 --------------------------------------

---------------------------------------------------- Rapport Financier Semestriel 30/06/2013 -------------------------------------- RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL 1 er janvier 30 juin 2013 ---------------------------------------------------- Rapport Financier Semestriel 30/ -------------------------------------- Société anonyme au capital

Plus en détail

Comment financer la relance des entreprises?

Comment financer la relance des entreprises? Atelier N 7 Comment financer la relance des entreprises? 9 Juillet 2015 M. Lionel TESSON, Expert Comptable M. Ludovic CONTIN, NATIXIS FACTOR M. Hervé BACHELOT LALLIER, Banque Populaire Atlantique Sommaire

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES MONTE PASCHI BANQUE

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES MONTE PASCHI BANQUE PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) MONTE PASCHI BANQUE Société Anonyme au capital de 69 632 276,28 EUROS Siège social : 11 boulevard de la Madeleine - 75001

Plus en détail

Imagine Canada États financiers

Imagine Canada États financiers États financiers 31 décembre 2014 Table des matières Page Rapport de l auditeur indépendant 1-2 État des produits et des charges 3 État de l évolution des actifs nets 4 État de la situation financière

Plus en détail

Plan comptable des associations et fondations

Plan comptable des associations et fondations Plan comptable des associations et fondations Classe 1 - Comptes de capitaux Classe 2 Comptes d immobilisations Classe 3 Comptes de stocks Classe 4 Comptes de tiers Classe 5 Comptes financiers Classe 6

Plus en détail

Le tableau de financement

Le tableau de financement 1 ORGANISATION COMPTABLE Le tableau de financement Par Abderraouf YAICH Très souvent, le chef d entreprise s étonne des évolutions disconcordantes de ses résultats qui enregistrent une augmentation de

Plus en détail

états financiers consolidés et comptes sociaux au 31 décembre 2012 8.2.2. Rapport des commissaires aux comptes sur les comptes consolidés

états financiers consolidés et comptes sociaux au 31 décembre 2012 8.2.2. Rapport des commissaires aux comptes sur les comptes consolidés états financiers consolidés et comptes sociaux au 31 décembre 2012 8.2.2. Rapport des commissaires aux comptes sur les comptes consolidés En exécution de la mission qui nous a été confiée par votre assemblée

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

OPÉRATIONS DE CESSION

OPÉRATIONS DE CESSION OPÉRATIONS DE CESSION Anticipation des difficultés de mise en œuvre de la norme IFRS 5 «Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées» Paris le 23/09/2014 Sandra Dujardin Antoine

Plus en détail

4.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100. 4.2 Bilan au 31 décembre 2008 101

4.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100. 4.2 Bilan au 31 décembre 2008 101 États Financiers consolidés.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100.2 Bilan au 31 décembre 2008 101.3 Tableaux de passage des capitaux propres du 1 er janvier 2007 au 31 décembre 2008 102. Tableau

Plus en détail

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 mars 2013 Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic Conformément à ce qui avait été annoncé lors de la publication des comptes annuels, Icade publie

Plus en détail

Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse

Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse Synthèse // Réflexion // Une entreprise/un homme // Références Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse Particulièrement utiles pour évaluer la capacité

Plus en détail

Factor de sérénité, booster de croissance NATIXIS FACTOR BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Factor de sérénité, booster de croissance NATIXIS FACTOR BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS NATIXIS FACTOR 2014 Factor de sérénité, booster de croissance NATIXIS FACTOR TRENTE ANS BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS Notre métier : financer, gérer

Plus en détail

FIBROSE KYSTIQUE CANADA

FIBROSE KYSTIQUE CANADA États financiers de FIBROSE KYSTIQUE CANADA KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Téléphone (416) 228-7000 Yonge Corporate Centre Télécopieur (416) 228-7123 4100, rue Yonge, Bureau 200 Internet www.kpmg.ca Toronto

Plus en détail

COMPTABILITÉ APPROFONDIE. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1 - IMMOBILISATIONS DÉCOMPOSÉES ET SUBVENTION D INVESTISSEMENT

COMPTABILITÉ APPROFONDIE. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1 - IMMOBILISATIONS DÉCOMPOSÉES ET SUBVENTION D INVESTISSEMENT COMPTABILITÉ APPROFONDIE DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1 - IMMOBILISATIONS DÉCOMPOSÉES ET SUBVENTION D INVESTISSEMENT 1. Expliquer les raisons pour lesquelles la société YPREMIUM ne peut

Plus en détail

TRESORERIE, POSTE CLIENTS & RELATION BANCAIRE EN PME Réunion du GEET, 7 octobre 2013 à Mondésir

TRESORERIE, POSTE CLIENTS & RELATION BANCAIRE EN PME Réunion du GEET, 7 octobre 2013 à Mondésir TRESORERIE, POSTE CLIENTS & RELATION BANCAIRE EN PME Réunion du GEET, 7 octobre 2013 à Mondésir UNE PARTIE A 4 JOUEURS Un entrepreneur, sa personnalité, sa formation, son expérience, ses ambitions, ses

Plus en détail

Instruments financiers Bien se préparer

Instruments financiers Bien se préparer Le 5 juin 2006 À l intérieur Instruments financiers Bien se préparer En janvier 2005, le Conseil des normes comptables de l ICCA a approuvé les nouveaux chapitres suivants du Manuel, relativement aux instruments

Plus en détail

Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile

Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile PARIS, France le 14 mai 2009 CGGVeritas (ISIN: 0000120164 NYSE: CGV) annonce ce jour les résultats consolidés,

Plus en détail

PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES

PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES 1. Le constat : la trésorerie est l une des premières préoccupations des

Plus en détail

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT UFR SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES COURS DE GESTION ANNEE SCOLAIRE 2013-2014 INTERVENANT : Isabelle Kei Boguinard THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT SENS ET PORTEE DE L ETUDE

Plus en détail

Sage 100. pour le BTP. Faites de votre gestion un levier de croissance

Sage 100. pour le BTP. Faites de votre gestion un levier de croissance Sage 100 pour le BTP Faites de votre gestion un levier de croissance Sage 100 pour le BTP Faites de votre gestion un levier de croissance Gagner des parts de marché, optimiser ses investissements, sécuriser

Plus en détail

Résultats financiers du 1 er trimestre 2015 Numericable-SFR retrouve le chemin de la croissance avec un EBITDA en hausse de 21%

Résultats financiers du 1 er trimestre 2015 Numericable-SFR retrouve le chemin de la croissance avec un EBITDA en hausse de 21% Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 mai 2015 Résultats financiers du 1 er trimestre 2015 Numericable-SFR retrouve le chemin de la croissance avec un EBITDA en hausse de 21% Leader sur le marché de

Plus en détail

Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière

Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière Chiffres clés 2012 Croissance des ventes du Groupe : +0,9% à 76,8

Plus en détail

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes?

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Yves MARTIN-CHAVE Conseil financier ymc@innovatech.fr 06 27 28 53 34 innovatech-conseil.com Innovatech Conseil Les documents

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion I. PRESENTATION GENERALE 1. Les objectifs du programme Le système

Plus en détail

États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS

États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS Au 31 mars 2014 Deloitte S.E.N.C.R.L./s.r.l. 2000 Manulife Place 10180 101 Street Edmonton (Alberta) T5J 4E4 Canada Tél. : 780-421-3611

Plus en détail

3 - Impact sur la présentation des états patrimoniaux de l organisme d assurance gestionnaire

3 - Impact sur la présentation des états patrimoniaux de l organisme d assurance gestionnaire CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation Recommandation R-01 du 23 juin 2004 Dispositions comptables relatives aux PERP (Plans d épargne retraite populaire) Sommaire 1 - Spécificités comptables

Plus en détail

Gestion Comptable Sage 100

Gestion Comptable Sage 100 Gestion Comptable La réponse à tous les besoins comptables et financiers de l entreprise avec la richesse d une offre unique sur le marché. 1 SOMMAIRE 1.1. Le pôle comptable et Financier...3 1.2. Une couverture

Plus en détail

C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications

C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications Paris, le 14 février 2014 8h Information réglementée C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications Indicateurs clés : Loyers IFRS à 43,3 M (+12,1%)

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008. Avril 2009

RÉSULTATS ANNUELS 2008. Avril 2009 RÉSULTATS ANNUELS 2008 Avril 2009 2. Un marché immense et porteur La formation continue en Europe Une priorité collective La formation sur le lieu et pendant le temps de travail constitue une dimension

Plus en détail

Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance

Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance Royaume du Maroc Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance Dans le cadre de la mise en place d'un dispositif permettant le

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT. Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris

LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT. Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT Intervenants Janin AUDAS, vice-président de l Ordre des experts-comptables

Plus en détail

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group Communiqué de Presse Contacts Relations Investisseurs : Kathleen Clark Bracco +33 (0)1 40 67 29 61 kbraccoclark@sopragroup.com Relations Presse : Virginie Legoupil +33 (0)1 40 67 29 41 vlegoupil@sopragroup.com

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER. Assemblée générale FNCIVAM 07/04/2015

RAPPORT FINANCIER. Assemblée générale FNCIVAM 07/04/2015 RAPPORT FINANCIER 2014 FNCIVAM 7 bis rue Riquet 75019 Paris 01 44 88 98 58 Association fédérative des groupes CIVAM Reconnue d intérêt général, Agréée Entreprise solidaire Assemblée générale FNCIVAM 07/04/2015

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC.

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. Premier trimestre terminé le 30 novembre 2005 Les états financiers consolidés joints ont été préparés par la direction de Alphinat Inc. et n ont pas été examinés

Plus en détail