T.E.D. Approche Immunologique. Association A2N Bobigny 23 octobre Dr Eric MENAT (Toulouse ) Dr Eric MENAT 1

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "T.E.D. Approche Immunologique. Association A2N Bobigny 23 octobre Dr Eric MENAT (Toulouse ) Dr Eric MENAT 1"

Transcription

1 T.E.D. Association A2N Bobigny 23 octobre 2004 Approche Immunologique (Toulouse ) 1

2 Causes envisageables des TED Psychiatrique (attitude des parents!!?) Neurologique (exceptionnelle = souffrance fœtale) «Intoxication» (perméabilité intestinale, peptides urinaires, métaux lourds ) Carences micro-nutritionellles Immunitaire 2

3 Pourquoi chercher du côté de l immunologie? Efficacité clinique du régime «sans gluten et sans caséine» Similitude avec les travaux du Dr Jean Seignalet Relations avec le HLA Relation avec les vaccins 3

4 Comment mettre en évidence ce facteur immunitaire? Les bilans Immunitaires - Profil Protidique - Typage Lymphocytaire => Non Contributifs Recherche d anticorps circulants (Dr Geffard) => En cours 4

5 Le TYPAGE HLA Prédisposition Génétique aux pathologies dysimmunitaires Sensibilité à certains facteurs environnementaux : - Virus et bactéries - Alimentation - Vaccins 5

6 Résultats statistiques actuels Étude sur 40 patients consultant pour T.E.D. chez qui un Typage HLA a été réalisé 6

7 Etude sur 40 cas DQ2 Fréquence dans la population : 11 à 30% Fréquence sur l ensemble de mes dossier TED 52 % Risque intolérance au GLUTEN x 60 Fréquence dans mes dossiers de MAI : 58% Fréquence dans mes dossiers «divers» : 24 % 7

8 Etude sur 40 cas (2) DR7 Fréquence dans la population : 7 à 19 % Fréquence sur l ensemble de mes dossiers : 45 % risque intolérance au gluten (x 3.1) risque de certaines maladies auto-immunes (x5) Sensibilité particulière au streptocoque Fréquence dans mes dossiers de MAI : 43 % Fréquence dans mes dossiers «divers» : 10 % 8

9 Etude sur 40 cas (3) CW7 Fréquence dans la population : 12 à 30% Fréquence sur l ensemble de mes dossier : 45 % Seul risque connu : Narcolepsie Fréquence dans mes dossiers de MAI : 41 % Fréquence dans mes dossiers «divers» : 32 % 9

10 Etude sur 40 cas (4) B 44 Fréquence dans la population : 5 à 15 % Fréquence sur l ensemble de mes dossiers TED 45 % Aucun risque connu Fréquence dans mes dossiers de MAI : 33 % Fréquence dans mes dossiers «divers» : 28 % 10

11 Application des résultats Apport diagnostic non négligeable On peut répartir les enfants «autistes» en 3 groupes 1 : le diagnostic clinique d autisme ne fait aucun doute 2 : le diagnostic d autisme est peu probable. On peut suspecter une pathologie psychiatrique vraie ou bien organique cérébrale 3 : Le diagnostic est douteux 11

12 1er Groupe Quand la clinique nous amène à un diagnostic quasi certain d autisme, on retrouve DR7 et/ou DQ2 = risque très élevé d intolérance au gluten Une fréquence élevée d allèles favorisant les M.A.I. Une grande sensibilité au régime «sans gluten et sans caséine» 12

13 2ème Groupe Quand la clinique est peu évocatrice d un autisme, on retrouve souvent : Un typage HLA peu contributif Pas de prédisposition marquée aux pathologies auto-immunes Relative inefficacité du «régime» 13

14 3ème Groupe Quand la clinique est douteuse on retrouve : Un typage HLA très variable Une prédisposition fréquemment élevée vis à vis de M.A.I. Mais beaucoup moins fréquemment des DR7 et DQ2 Une sensibilité irrégulière au «régime» 14

15 Conclusions sur le HLA La connaissance du typage HLA pourrait, à l avenir, apporter d autres informations Un élément diagnostic en fonction de la présence ou non de certains allèles Orienter le traitement et les conseils diététiques en fonction des prédispositions génétiques déterminées à partir du HLA 15

16 Les recherches à poursuivre Quel serait le rôle exact du système immunitaire dans la genèse de la maladie Recherche d auto-anticorps spécifiques Mise en évidence d un facteur déclenchant en fonction des prédispositions génétiques A quel niveau intervient l alimentation 16

17 Facteurs en relation avec le système immunitaire Alimentation Virus : - EBV CMV - Herpes Vaccins Importance de l apparition des TED après un temps de latence (6 à 18 mois) = âge des vaccins et de la diversification! Ou simple coïncidence 17

18 Perspectives Poursuivre les recherches sur HLA et TED Personnaliser les thérapeutiques en fonction des prédispositions génétiques Accéder un jour à une prévention PRIMAIRE des TED 18

19 Et les vaccins? Aucun rôle prouvé de façon formelle Innocuité non prouvée également Toutes les études sont critiquables sur le plan méthodologique Le principe de précaution doit-il prévaloir? Peut-on individualiser des sujets à risque? Des vaccins sont-ils plus à risque? Quelle conduite à tenir en pratique? 19

20 Mon approche face à un T.E.D. RSGSC Systématique en première intention Plus ou moins strict en fonction de la réponse clinique et du bilan immunitaire Nutrithérapie Systématique et énergique Immuno-homéo En fonction du bilan immunitaire, du HLA, des viroses et de la copro 20

21 Ne jamais oublier la prise en charge «comportementale» Rien ne peut se faire si elle n est pas mise en place. Principal obstacle : le manque de structure et de professionnels formés 21

22 Place au débat 22

DIAGNOSTIC IMMUNOLOGIQUE DE LA MALADIE COELIAQUE

DIAGNOSTIC IMMUNOLOGIQUE DE LA MALADIE COELIAQUE La maladie coeliaque (MC) est une entéropathie auto-immune due à une intolérance au gluten chez des sujets génétiquement prédisposés. C est une maladie multigénique associée en particulier aux molécules

Plus en détail

Maladie cœliaque: démarche diagnostique

Maladie cœliaque: démarche diagnostique Maladie cœliaque: démarche diagnostique Dr G LEFEVRE, Service de Médecine Interne Hôpital Claude Huriez, CHRU LILLE Institut d Immunologie, EA 2686, Centre de Biologie Pathologie, CHRU LILLE Maladie cœliaque

Plus en détail

Reconnaissance de l'antigène par un anticorps

Reconnaissance de l'antigène par un anticorps Reconnaissance de l'antigène par un anticorps Antigène natif Immunoglobuline Reconnaissance de l'antigène par le lymphocyte T Antigène T cell receptor (TCR) Lymphocytes T Molécules de reconnaissance (TCR)

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement (TED)

Autisme et autres troubles envahissants du développement (TED) Autisme et autres troubles envahissants du développement (TED) - État des connaissances hors mécanismes physiopathologiques, psychopathologiques et recherche fondamentale - Janvier 2010 1 Objectifs (1/2)

Plus en détail

Cas Clinique n 1. DU Cas Concret. Cas 1- Description. Cas 1 - Description. Cas 1- Description. Cas 1 - Questions.

Cas Clinique n 1. DU Cas Concret. Cas 1- Description. Cas 1 - Description. Cas 1- Description. Cas 1 - Questions. DU Cas Concret Cas Clinique n 1 Dr Anne Mercadier EFS Ile de France 1 2 Cas 1 - Description Patient sexe féminin né en 1949 Antécédents : 3 grossesses, sans antécédent transfusionnel connu. Hospitalisée

Plus en détail

Immunologie plaquettaire et prise en charge de la grossesse et de l accouchement Nouvelles perspectives

Immunologie plaquettaire et prise en charge de la grossesse et de l accouchement Nouvelles perspectives Immunologie plaquettaire et prise en charge de la grossesse et de l accouchement Nouvelles perspectives Dr Pierre MONCHARMONT Laboratoire d immunologie plaquettaire Etablissement Français du Sang Rhône

Plus en détail

TROUBLES FONCTIONNELS INTESTINAUX QUELS EXAMENS POUR QUELS PATIENTS? Réunion d enseignementd Inter-Région Sud-Ouest 28 octobre 2005

TROUBLES FONCTIONNELS INTESTINAUX QUELS EXAMENS POUR QUELS PATIENTS? Réunion d enseignementd Inter-Région Sud-Ouest 28 octobre 2005 TROUBLES FONCTIONNELS INTESTINAUX QUELS EXAMENS POUR QUELS PATIENTS? Réunion d enseignementd Inter-Région Sud-Ouest 28 octobre 2005 Définitions (1) Troubles fonctionnels intestinaux (TFI) = colopathie

Plus en détail

Intérêt d une prise en charge conjointe somatique et psychiatrique chez l adolescent : pluridisciplinarité ou interdisciplinarité?

Intérêt d une prise en charge conjointe somatique et psychiatrique chez l adolescent : pluridisciplinarité ou interdisciplinarité? Intérêt d une prise en charge conjointe somatique et psychiatrique chez l adolescent : pluridisciplinarité ou interdisciplinarité? Dr Clara MOTTEAU Médecin généraliste Clinique de Saumery Contexte d exercice

Plus en détail

Quelles questions pose l autisme, et comment y répondre?

Quelles questions pose l autisme, et comment y répondre? Quelles questions pose l autisme, et comment y répondre? Franck Ramus Laboratoire de Sciences Cognitives et Psycholinguistique, EHESS/CNRS/DEC-ENS, Paris Quelles questions pose l autisme? 1. Qu est-ce

Plus en détail

Journées de formation sur la maladie de Lyme, les co-infections, et les SPPT (Symptômes Polymorphes Persistants après morsure de Tique)

Journées de formation sur la maladie de Lyme, les co-infections, et les SPPT (Symptômes Polymorphes Persistants après morsure de Tique) Journées de formation sur la maladie de Lyme, les co-infections, et les SPPT (Symptômes Polymorphes Persistants après morsure de Tique) par le dr Philippe RAYMOND Membre du groupe de travail du Haut Conseil

Plus en détail

ZIKA et GROSSESSE. Prise en charge des femmes enceintes en période d épidémie. Dr Bruno SCHAUB

ZIKA et GROSSESSE. Prise en charge des femmes enceintes en période d épidémie. Dr Bruno SCHAUB ZIKA et GROSSESSE Prise en charge des femmes enceintes en période d épidémie Dr Bruno SCHAUB Le ZIKA est mal connu proportion importante de formes asymptomatiques : 74 à 81 % morbidité moins marquée que

Plus en détail

Comment est évaluée la sécurité des vaccins au cours des essais cliniques

Comment est évaluée la sécurité des vaccins au cours des essais cliniques Comment est évaluée la sécurité des vaccins au cours des essais cliniques Odile Launay Colloque Sécurité des vaccins Paris, 4 octobre 2016 Liens d intérêt Participation à des groupes de travail: sanofi

Plus en détail

La maladie cœliaque. Valérie Marchand Pédiatre Gastroentérologue CHU Sainte Justine Professeur agrégée de pédiatrie Université de Montréal

La maladie cœliaque. Valérie Marchand Pédiatre Gastroentérologue CHU Sainte Justine Professeur agrégée de pédiatrie Université de Montréal La maladie cœliaque Valérie Marchand Pédiatre Gastroentérologue CHU Sainte Justine Professeur agrégée de pédiatrie Université de Montréal Objectifs Savoir suspecter la maladie cœliaque et en reconnaitre

Plus en détail

Autisme L état des recherches et hypothèses explicatives

Autisme L état des recherches et hypothèses explicatives Autisme L état des recherches et hypothèses explicatives Docteur Sylvain LEVALLOIS Centre de Ressources Autisme Auvergne et CH Ste Marie 19 décembre 2012 Introduction Personne ne peut actuellement prétendre

Plus en détail

AUTO IMMUNITE. ANTICORPS ANTI-TISSULAIRES H. BAUFINE-DUCROCQ, Paris. ANTICORS ANTI-PHOSPHOLIPIDES H. BAUFINE-DUCROCQ, Paris

AUTO IMMUNITE. ANTICORPS ANTI-TISSULAIRES H. BAUFINE-DUCROCQ, Paris. ANTICORS ANTI-PHOSPHOLIPIDES H. BAUFINE-DUCROCQ, Paris AUTO IMMUNITE ANTICORPS ANTI-TISSULAIRES ANTICORS ANTI-PHOSPHOLIPIDES COMPLEXES IMMUNS CIRCULANTS FACTEUR RHUMATOÏDE ANTICORPS ANTI-TISSULAIRES Les procédures communes aux prélèvements et particulières

Plus en détail

Comment aider notre patient à organiser ses repas en fonction des intolérances alimentaires

Comment aider notre patient à organiser ses repas en fonction des intolérances alimentaires Comment aider notre patient à organiser ses repas en fonction des intolérances alimentaires Dr Eric MENAT dr.menat@gmail.com 1 Dr Eric MENAT -11 2014 L'ignorance ne vient pas seulement de la difficulté

Plus en détail

L intolérance au gluten (Maladie Coeliaque) Une des maladies digestives les plus fréquentes

L intolérance au gluten (Maladie Coeliaque) Une des maladies digestives les plus fréquentes L intolérance au gluten (Maladie Coeliaque) Une des maladies digestives les plus fréquentes Plan (Maladie coeliaque) 1 Définition 2 Le gluten 3 Prévalence et étiologie 4 Formes cliniques 5 Diagnostic 6

Plus en détail

Dr C. Lanier SMPR Juillet Qui a recherché une maladie cœliaque cette année?

Dr C. Lanier SMPR Juillet Qui a recherché une maladie cœliaque cette année? Dr C. Lanier SMPR Juillet 2012 Douleurs abdominales par intermittence depuis 6 mois, alternance diarrhéesconstipation, attaques de panique et probable état dépressif. Que faîtes-vous? Qui a recherché une

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement

Autisme et autres troubles envahissants du développement Autisme et autres troubles envahissants du développement De qui, de quoi parle-ton? Qui sont les personnes atteintes de T.E.D? Dépistage et diagnostic Quels accompagnements? Éléments issus des publications

Plus en détail

ANALYSES OBSOLETES. Fer sérique Urée sanguine Vitesse de sédimentation Sérologie Coqueluche Maladie Coeliaque

ANALYSES OBSOLETES. Fer sérique Urée sanguine Vitesse de sédimentation Sérologie Coqueluche Maladie Coeliaque ANALYSES OBSOLETES Fer sérique Urée sanguine Vitesse de sédimentation Sérologie Coqueluche Maladie Coeliaque FER SERIQUE FER SERIQUE Facile à comprendre mais sans intérêt Alternative en cas de surcharge

Plus en détail

Médecine. Nutrithérapie. NUTRITHERAPIE «Nourrir sa vie pour un équilibre essentiel» Formation. Objectifs. Moyens et outils pédagogiques

Médecine. Nutrithérapie. NUTRITHERAPIE «Nourrir sa vie pour un équilibre essentiel» Formation. Objectifs. Moyens et outils pédagogiques Formation NUTRITHERAPIE «Nourrir sa vie pour un équilibre essentiel» La nutrithérapie est la discipline médicale utilisant des techniques de correction, d adaptation du comportement alimentaire et l administration

Plus en détail

AUTISMES ET TROUBLES ENVAHISSANT DU DEVELOPPEMENT

AUTISMES ET TROUBLES ENVAHISSANT DU DEVELOPPEMENT AUTISMES ET TROUBLES ENVAHISSANT DU DEVELOPPEMENT Service de Psychiatrie de l enfant et de l adolescent Pr. D. COHEN CHU PITIE-SALPETRIERE IFSI Septembre 2011 Marie Raffin code: S51PPSYCHOPATH10MR INTRODUCTION

Plus en détail

HEMOSIDEROSE PULMONAIRE IDIOPATHIQUE A PROPOS D UN D

HEMOSIDEROSE PULMONAIRE IDIOPATHIQUE A PROPOS D UN D HEMOSIDEROSE PULMONAIRE IDIOPATHIQUE A PROPOS D UN D CAS B. Zainoun, B.Radouane, M.Jidal, S.Chaouir,, T. Amil,, A. Hanine, M.Benameur, Service d imagerie médicale HMIMed V RABAT INTRODUCTION L hémosidérose

Plus en détail

Epilepsies & Vaccins. Journée des Associations JFE Toulouse. Protège notre organisme:

Epilepsies & Vaccins. Journée des Associations JFE Toulouse. Protège notre organisme: Le système immunitaire Epilepsies & Vaccins Journée des Associations JFE Toulouse 10 novembre 2016 Protège notre organisme: Contre tous les intrus Tout ce qui menace son intégrité Elimine tous les intrus

Plus en détail

Maladies auto immunes, vaccinations, adjuvants... mythe ou réalité? Sécurité immunologique des vaccinations : de nombreuses allégations

Maladies auto immunes, vaccinations, adjuvants... mythe ou réalité? Sécurité immunologique des vaccinations : de nombreuses allégations GROUPE HOSPITALIER Armand Trousseau La Roche Guyon Les polémiques sont aussi vieilles que la ation Maladies auto immunes, ations, adjuvants... mythe ou réalité? Emmanuel Grimprel Université Pierre & Marie

Plus en détail

INTOXICATION AUX METAUX LOURDS

INTOXICATION AUX METAUX LOURDS INTOXICATION AUX METAUX LOURDS Autisme, hyperactivité, échec scolaire, troubles obsessionnels de comportement, dépression : la liste des effets de l intoxication aux métaux lourds est impressionnante.

Plus en détail

EROSIONS ET ULCERATIONS MUQUEUSES CONDUITE A TENIR DIAGNOSTIC ETIOLOGIQUE DIAGNOSTIC ETIOLOGIQUE. Pr Dereure MIB - ÉROSIONS ET ULCÉRATIONS MUQUEUSES

EROSIONS ET ULCERATIONS MUQUEUSES CONDUITE A TENIR DIAGNOSTIC ETIOLOGIQUE DIAGNOSTIC ETIOLOGIQUE. Pr Dereure MIB - ÉROSIONS ET ULCÉRATIONS MUQUEUSES MIB - ÉROSIONS ET ULCÉRATIONS MUQUEUSES EROSIONS ET ULCERATIONS MUQUEUSES CONDUITE A TENIR Question essentielle mais difficile! Erosion : perte de substance purement épithéliale Ulcération : perte de substance

Plus en détail

La recherche d anticorps anti-glycoprotéines plaquettaires

La recherche d anticorps anti-glycoprotéines plaquettaires La recherche d anticorps anti-glycoprotéines plaquettaires Dr C. Picard Laboratoire d Immunogénétique EFS A-M 17/09/10 Glycoprotéines plaquettaires et polymorphisme HPA GP Ia-IIa GP IIb-IIIa GP Ib-IX-V

Plus en détail

EDITORIAL. Scientific Support SOMMAIRE

EDITORIAL. Scientific Support SOMMAIRE Scientific Support GSS - N 2 : Octobre 2016 EDITORIAL Les maladies auto-immunes sont caractérisées par la production d auto-anticorps (AAC) de haute affinité ayant une valeur diagnostique seuil au dessus

Plus en détail

Les troubles envahissants du développement

Les troubles envahissants du développement L'autisme et les troubles envahissants du développement (TED) Les troubles envahissants du développement DSM IV, regroupent: (TED), selon le manuel de critères diagnostiques L'autisme; Le désordre désintégratif

Plus en détail

Maladie cœliaque: Observance au régime sans gluten (RSG) et les facteurs qui l influencent

Maladie cœliaque: Observance au régime sans gluten (RSG) et les facteurs qui l influencent XXVIIème Journées d HepatoGastroEnterologie Maladie cœliaque: Observance au régime sans gluten (RSG) et les facteurs qui l influencent 17, 18 et 19 décembre 2015, Hôtel Méridien d Oran (1) AF Boutaleb,H

Plus en détail

Objectifs pédagogiques de nutrition santé 04

Objectifs pédagogiques de nutrition santé 04 Objectifs pédagogiques de nutrition santé 04 Modèles, modes alimentaires et régimes La diète méditerranéenne et crétoise 1. Définir et connaître la différence entre un modèle alimentaire et un régime alimentaire

Plus en détail

Principes generaux de l antibiotherapie. Prof RANDRIA Mamy

Principes generaux de l antibiotherapie. Prof RANDRIA Mamy Principes generaux de l antibiotherapie Prof RANDRIA Mamy Introduction Antibiotiques: substances d origine biologique ou synthétique capables d inhiber la croissance des bactéries Médicaments d usage courant

Plus en détail

NeuroMyélite Optique de Devic et Sclérose en Plaques :

NeuroMyélite Optique de Devic et Sclérose en Plaques : Brochure destinée aux personnes atteintes de sclérose en plaques et à leur entourage Fondation pour la recherche sur la sclérose en plaques NeuroMyélite Optique de Devic et Sclérose en Plaques : Deux maladies

Plus en détail

Bilan neuropsychologique: aspects pratiques pour les patients en oncologie. Xavier DELBEUCK Centre Mémoire de Ressources et de Recherche de Lille

Bilan neuropsychologique: aspects pratiques pour les patients en oncologie. Xavier DELBEUCK Centre Mémoire de Ressources et de Recherche de Lille Bilan neuropsychologique: aspects pratiques pour les patients en oncologie Xavier DELBEUCK Centre Mémoire de Ressources et de Recherche de Lille Principe de l évaluation en neuropsychologie clinique! Objectif

Plus en détail

Quel est le meilleur moyen disponible pour tester la perméabilité

Quel est le meilleur moyen disponible pour tester la perméabilité Quel est le meilleur moyen disponible pour tester la perméabilité intestinale? Le nouveau test de dépistage de la perméabilité intestinale, en utilisant la protéine biomarqueur Zonuline, est désormais

Plus en détail

VIEILLISSEMENT IMMUNITAIRE ET RISQUE INFECTIEUX. J.L. DUPOND Médecine Interne CHU Besançon

VIEILLISSEMENT IMMUNITAIRE ET RISQUE INFECTIEUX. J.L. DUPOND Médecine Interne CHU Besançon VIEILLISSEMENT IMMUNITAIRE ET RISQUE INFECTIEUX J.L. DUPOND Médecine Interne CHU Besançon CREPUSCULE DES VIEUX vieillissement cérébral vieillissement artériel VIEILLISSEMENT IMMUNITAIRE VIEILLISSEMENT

Plus en détail

S. aureus et Eczéma L œuf ou la poule Treat or not to treat

S. aureus et Eczéma L œuf ou la poule Treat or not to treat S. aureus et Eczéma L œuf ou la poule Treat or not to treat ej 20 ée ourn de path ologie in fe ct ieu se p é d i a t r i q u e ula amb toir e Robert Cohen Yves Gillet 1 Nadia, 8 ans connue pour avoir eu

Plus en détail

Vaccinations. et sclérose en plaques. Fondation pour la recherche sur la sclérose en plaques

Vaccinations. et sclérose en plaques. Fondation pour la recherche sur la sclérose en plaques Brochure destinée aux personnes atteintes de sclérose en plaques et à leur entourage Fondation pour la recherche sur la sclérose en plaques Vaccinations et sclérose en plaques Pr. Thibault Moreau Service

Plus en détail

Diagnostic et suivi des infections virales DUACAI 16/03/2017

Diagnostic et suivi des infections virales DUACAI 16/03/2017 Diagnostic et suivi des infections virales DUACAI 16/03/2017 1 Diagnostic & suivi des infections virales - Définitions Identifier la nature et la cause d une infection Est-ce une infection virale? Quel

Plus en détail

Génétique des maladies multifactorielles : Application à la polyarthrite rhumatoïde

Génétique des maladies multifactorielles : Application à la polyarthrite rhumatoïde Option génétique Cours n 8 Prof : Mr Cornelis Génétique des maladies multifactorielles : Application à la polyarthrite rhumatoïde Introduction : Les maladies multifactorielles sont les plus fréquentes

Plus en détail

AUTISME DE L ENFANT EOM N.I

AUTISME DE L ENFANT EOM N.I EOM N.I AUTISME DE L ENFANT I. introduction : - trouble global du développement mental qui altère de façon sévère tous les registres du fonctionnement de l individu (intellectuel, socio-relationnel, affectif

Plus en détail

Troubles somatiques et troubles du comportement. Paris 30 novembre 2010

Troubles somatiques et troubles du comportement. Paris 30 novembre 2010 Troubles somatiques et troubles du comportement Paris 30 novembre 2010 Troubles graves du comportement à l adolescence : Étude d une population d adolescents autistes hospitalisés à la Pitié-Salpêtrière.

Plus en détail

L évaluation neuropsychologique de l adulte Informations

L évaluation neuropsychologique de l adulte Informations L évaluation Informations neuropsychologique de l adulte Neuropsychologues à la rédaction : Fery P, Degiorgio C, Watelet A Nous remercions les laboratoires qui nous ont permis de concrétiser ce projet.

Plus en détail

Projet GLUTEN. Centre wallon de Recherches agronomiques Départements Sciences du vivant et Valorisation des productions

Projet GLUTEN. Centre wallon de Recherches agronomiques Départements Sciences du vivant et Valorisation des productions Projet GLUTEN Recherche de ressources génétiques d épeautre et de blé ayant une moindre incidence sur l intolérance au gluten et développement d outils de sélection; étude de l impact de la sélection et

Plus en détail

Reconnaître et traiter à temps les maladies liées à la transplantation. Dr JP Venetz Centre de Transplantation CHUV Lausanne Berne, le 24 mars 2007

Reconnaître et traiter à temps les maladies liées à la transplantation. Dr JP Venetz Centre de Transplantation CHUV Lausanne Berne, le 24 mars 2007 Reconnaître et traiter à temps les maladies liées à la transplantation Dr JP Venetz Centre de Transplantation CHUV Lausanne Berne, le 24 mars 2007 Buts de la prise en charge après transplantation Prévention

Plus en détail

COMMUNICATION LORS DU CONGRES DE NOTRE ASSOCIATION TOULOUSE OCTOBRE 2007

COMMUNICATION LORS DU CONGRES DE NOTRE ASSOCIATION TOULOUSE OCTOBRE 2007 COMMUNICATION LORS DU CONGRES DE NOTRE ASSOCIATION TOULOUSE OCTOBRE 2007 ASSOCIATION RESEAU REEDUCATION PERINEALE Et Groupe de Recherche en Kinésithérapie Périnéale Réseau de professionnels spécialisés

Plus en détail

Déterminants des Intentions de Vaccination

Déterminants des Intentions de Vaccination Déterminants des Intentions de Vaccination Vaccination contre [la maladie] Docteur, Ce questionnaire est destiné à mieux comprendre les facteurs qui influencent votre attitude visà-vis de la contre [la

Plus en détail

Considérations générales sur la maladie coeliaque (Extraits de la conférence du Dr P. Gruselle lors de l AG 04)

Considérations générales sur la maladie coeliaque (Extraits de la conférence du Dr P. Gruselle lors de l AG 04) Considérations générales sur la maladie coeliaque (Extraits de la conférence du Dr P. Gruselle lors de l AG 04) G. Jadoul Le Dr P.Gruselle est gastro-entérologue à l hôpital A. Vésale de Montigny-le-Tilleul

Plus en détail

Maladie de Hodgkin et auto-immunité chez l enfant: à propos de onze observations

Maladie de Hodgkin et auto-immunité chez l enfant: à propos de onze observations Maladie de Hodgkin et auto-immunité chez l enfant: à propos de onze observations Clémence Jarrassé Mémoire DES pédiatrie 23 Octobre 2008 JARASSE Clémence 1 Introduction Association syndrome lymphoprolifératif

Plus en détail

Vieillissement immunitaire

Vieillissement immunitaire Vieillissement immunitaire et risque infectieux Dr Michèle Becker-Schneider 24 Mai 2012 CHU Besançon 1 Vieillissement immunitaire Fréquence et gravité accrue des infections Réponse faible aux vaccinations

Plus en détail

CERTIFICAT STRATEGIE DES EXAMENS DE LABORATOIRE GENERALITES: Les EXAMENS BIOCHIMIQUES. Pr Jean ROUSSEAUX VERSION 1 NOVEMBRE 2003

CERTIFICAT STRATEGIE DES EXAMENS DE LABORATOIRE GENERALITES: Les EXAMENS BIOCHIMIQUES. Pr Jean ROUSSEAUX VERSION 1 NOVEMBRE 2003 CERTIFICAT STRATEGIE DES EXAMENS DE LABORATOIRE GENERALITES: Les EXAMENS BIOCHIMIQUES Pr Jean ROUSSEAUX VERSION 1 NOVEMBRE 2003 OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Comment demander un examen biologique: les indications.

Plus en détail

Epidémie de syndromes de Guillain-Barré durant l épidémie de Zika en Polynésie française Nov 2013 Fév 2014

Epidémie de syndromes de Guillain-Barré durant l épidémie de Zika en Polynésie française Nov 2013 Fév 2014 Epidémie de syndromes de Guillain-Barré durant l épidémie de Zika en Polynésie française Nov 2013 Fév 2014 Sandrine Mons*, Frédéric Ghawché*, Erwan Oehler*, Stéphane Lastère*, Philippe Larre*, Henri-Pierre

Plus en détail

Module 1 : Apprentissage de l'exercice médical

Module 1 : Apprentissage de l'exercice médical Module 1 : Apprentissage de l'exercice médical Item 001. La relation médecin-malade... Q-1 Quelles sont les 4 étapes de l'organisation de l'éducation thérapeutique? Item 002. La méthodologie de la recherche

Plus en détail

L UTILISATION DES ATTELLES A MAT LATERAL DANS LA PREVENTION DES DEFORMATIONS DU PIED DANS LE PLAN FRONTAL CHEZ L ENFANT: A PROPOS DE 103 CAS

L UTILISATION DES ATTELLES A MAT LATERAL DANS LA PREVENTION DES DEFORMATIONS DU PIED DANS LE PLAN FRONTAL CHEZ L ENFANT: A PROPOS DE 103 CAS L UTILISATION DES ATTELLES A MAT LATERAL DANS LA PREVENTION DES DEFORMATIONS DU PIED DANS LE PLAN FRONTAL CHEZ L ENFANT: A PROPOS DE 103 CAS DELVERT Céline DES de pédiatrie 08/10/2010 Directeurs du mémoire:

Plus en détail

AUTISME ET PATHOLOGIES SOMATIQUES

AUTISME ET PATHOLOGIES SOMATIQUES AUTISME ET PATHOLOGIES SOMATIQUES Dr Cabrol Dr Baudry & Dr Palix - Clinique des Campilles Thuir le 2 avril 2010 Autisme et pathologies somatiques étude faite sur 71 personnes adultes, âgés de plus de 16

Plus en détail

Morphologie et structure du HBV

Morphologie et structure du HBV Morphologie et structure du HBV Histoire naturelle Infection primaire 95 % 5 % Guérison Persistance Hépatite chronique Porteur inactif Cirrhose Hépatocarcinome Evolution des marqueurs dans l hépatite B

Plus en détail

Le Bilan pré-transplantation Rénale. Lionel Couzi Unité de Transplantation Rénale Département de Néphrologie C.H.U de Bordeaux

Le Bilan pré-transplantation Rénale. Lionel Couzi Unité de Transplantation Rénale Département de Néphrologie C.H.U de Bordeaux Le Bilan pré-transplantation Rénale Lionel Couzi Unité de Transplantation Rénale Département de Néphrologie C.H.U de Bordeaux Consultation initiale Au cours d une consultation Information orale et écrite

Plus en détail

Élaboration d'un score d'aide au diagnostic de la méningo-encéphalite herpétique

Élaboration d'un score d'aide au diagnostic de la méningo-encéphalite herpétique Élaboration d'un score d'aide au diagnostic de la méningo-encéphalite herpétique Diane KEIL 1, Amandine RALLO 1, Stéphane GENNAI 1, Raphaelle GERMI 2,4, Patrice MORAND 2, 4, Olivier Epaulard 3,4 1 - Service

Plus en détail

CEC Alzheimer et Maladies Apparentées - Programme de l enseignement théorique

CEC Alzheimer et Maladies Apparentées - Programme de l enseignement théorique S1 06 et 07/01 CEC Alzheimer et Maladies Apparentées - Programme de l enseignement théorique 2016- Séminaire Titre du Séminaire Date Titre du cours Heures matin 06/01 Déclin cognitif de l adulte matin

Plus en détail

Parole, langage, pensée et Communication

Parole, langage, pensée et Communication Parole, langage, pensée et Communication Parole : Phonologie, syntaxe Langage : Oral, autre (gestuel, visuel), sémantique, pragmatique Pensée : Continuité, cohérence, socialisée. Communication : Gestuelle,

Plus en détail

Démarche diagnostique pour l adulte : quelques réflexions autour de la pratique du CEAA. Dr Dominique FIARD Responsable CEAA - CH NIORT

Démarche diagnostique pour l adulte : quelques réflexions autour de la pratique du CEAA. Dr Dominique FIARD Responsable CEAA - CH NIORT Démarche diagnostique pour l adulte : quelques réflexions autour de la pratique du CEAA Dr Dominique FIARD Responsable CEAA - CH NIORT Journée régionale - Limoges NOUVELLE AQUITAINE 12/12/2016 2011 : HAS

Plus en détail

Rubéole congénitale en 2009 Le point de vue du virologue

Rubéole congénitale en 2009 Le point de vue du virologue Rubéole congénitale en 2009 Le point de vue du virologue 25 mars 2010 3 ème journée Jean-Gérard GUILLET de vaccinologie clinique Dr Marlène GUILLET Laboratoire de Microbiologie Immunologie biologique Hôpital

Plus en détail

Infection. transformante. Infection aiguë lytique. Infection persistante. Infection. Cellule infectée par le virus. latente.

Infection. transformante. Infection aiguë lytique. Infection persistante. Infection. Cellule infectée par le virus. latente. DIVERSITE DES INFECTIONS VIRALES Dr Rafik HARRATH Laboratoire de Virologie, Faculté de Pharmacie de Monastir Les infections virales Infection transformante Infection aiguë lytique Infection latente Cellule

Plus en détail

Difficultés d apprentissage chez l enfant Problèmes pédagogiques Débats +++, méthodes d apprentissage de la lecture Problèmes sociaux et éducatifs Car

Difficultés d apprentissage chez l enfant Problèmes pédagogiques Débats +++, méthodes d apprentissage de la lecture Problèmes sociaux et éducatifs Car Les Dysfficultés d apprentissage Dr C.Allaire Et l équipe du centre de référence de Rennes Le 24 Mars 2007 Difficultés d apprentissage chez l enfant Problèmes pédagogiques Débats +++, méthodes d apprentissage

Plus en détail

1.1. Définition du diabète. Des informations partagées pour gérer le diabète. Conseils pour la prise en charge des patients diabétiques.

1.1. Définition du diabète. Des informations partagées pour gérer le diabète. Conseils pour la prise en charge des patients diabétiques. Définition du diabète Conseils pour la prise en charge des patients diabétiques 1.1 FICHE soignants Définition «Le diabète sucré est une affection chronique due soit à une insuffisance génétique ou acquise

Plus en détail

Autisme et TED AUTISME. Quelle est la cause de l autisme? Qu est ce que l autisme?

Autisme et TED AUTISME. Quelle est la cause de l autisme? Qu est ce que l autisme? Dépistage et recherche des signes d alerte Diagnostic et évaluation Théories cognitives AUTISME D abord décrit par Kanner (1943) & Asperger (1944) qui travaillaient indépendamment, l un à Baltimore et

Plus en détail

Sclérose en plaques, alimentation et environnement. Guillaume Mathey CHRU Nancy

Sclérose en plaques, alimentation et environnement. Guillaume Mathey CHRU Nancy Sclérose en plaques, alimentation et environnement Guillaume Mathey CHRU Nancy Femmes Hommes Kotzmani et al, Neurology 2012 Incidence annuelle (/100 000) Femmes Hommes Kotzmani et al, Neurology 2012 Incidence

Plus en détail

Son rôle dans les troubles des apprentissages et / ou du développement. Diaporama réalisé par Sophie Saltarelli, membre de l ERR 21 de PLURADYS

Son rôle dans les troubles des apprentissages et / ou du développement. Diaporama réalisé par Sophie Saltarelli, membre de l ERR 21 de PLURADYS Son rôle dans les troubles des apprentissages et / ou du développement Les domaines de compétence Prévention Diagnostic Rééducation De la communication, verbale et non verbale Des retards ou troubles de

Plus en détail

UE - GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE. Laëticia CAMPIN - Ludovic LETICH. VG, la référence pour le nouveau concours! Editions Vernazobres-Grego

UE - GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE. Laëticia CAMPIN - Ludovic LETICH. VG, la référence pour le nouveau concours! Editions Vernazobres-Grego VG, la référence pour le nouveau concours! UE - Derniers tours unités d enseignement médical Collection dirigée par L. LE GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE Laëticia CAMPIN - Ludovic LETICH Editions Vernazobres-Grego

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 12 juin 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 12 juin 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 12 juin 2002 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans par arrêté du 28 janvier 1999 (JO du 5 février

Plus en détail

FACULTES DE MEDECINE DE TOULOUSE EXAMEN DE LCA UE 12 DFASM1 15 Décembre Partie 1 10 QCM à choix multiples

FACULTES DE MEDECINE DE TOULOUSE EXAMEN DE LCA UE 12 DFASM1 15 Décembre Partie 1 10 QCM à choix multiples FACULTES DE MEDECINE DE TOULOUSE EXAMEN DE LCA UE 12 DFASM1 15 Décembre 2014 Partie 1 10 QCM à choix multiples QCM1 : Parmi les propositions suivantes concernant cet article, indiquez la (ou les) réponse(s)

Plus en détail

Examen de 24 mois : état des lieux et perspectives

Examen de 24 mois : état des lieux et perspectives 9 Examen de 24 mois : état des lieux et perspectives Carnet de santé Lors de l examen du 24 e mois, des repères sur le développement de l enfant sont indiqués aux parents : «À 24 mois, votre enfant utilise

Plus en détail

Prise en charge de la fièvre chez l enfant. MEDEC 17 mars 2005

Prise en charge de la fièvre chez l enfant. MEDEC 17 mars 2005 Prise en charge de la fièvre chez l enfant MEDEC 17 mars 2005 Définitions Au niveau cérébral point d équilibre thermique déplacé vers le haut fièvre hyperthermie (exogène ou endogène) Température centrale

Plus en détail

«Troubles du comportement, conduites alimentaires, suicidaires» Dr E.Ponavoy Service de psychiatrie CHU Dijon

«Troubles du comportement, conduites alimentaires, suicidaires» Dr E.Ponavoy Service de psychiatrie CHU Dijon «Troubles du comportement, conduites alimentaires, suicidaires» Dr E.Ponavoy Service de psychiatrie CHU Dijon Conduites suicidaires Troubles du comportement alimentaire Troubles du comportement au cours

Plus en détail

La maladie coeliaque. Emmauel Hermann Université Lille 2 off 4ème, 03/2008

La maladie coeliaque. Emmauel Hermann Université Lille 2 off 4ème, 03/2008 La maladie coeliaque Emmauel Hermann Université Lille 2 off 4ème, 03/2008 Critères définissant la maladie coeliaque Entéropathie résultante d une intolérance au gluten chez un sujet génétiquement prédisposé

Plus en détail

Les méningo-encéphalites virales du sujet âgé. Besançon, le 25 mars 2004

Les méningo-encéphalites virales du sujet âgé. Besançon, le 25 mars 2004 Les méningo-encéphalites virales du sujet âgé Besançon, le 25 mars 2004 Paradoxe Difficulté diagnostique «Facilité de traitement» Rappels Tissu nerveux «fonction neurologique» «support» Neurones Tissu

Plus en détail

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr Michèle Becker-Schneider CHU Besançon 25 Février 2010

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr Michèle Becker-Schneider CHU Besançon 25 Février 2010 Vieillissement immunitaire et risque infectieux Dr Michèle Becker-Schneider CHU Besançon 25 Février 2010 1 Vieillissement immunitaire Fréquence et gravité accrue des infections Réponse faible aux vaccinations

Plus en détail

Fiche n 2 UE9 : Manifestations de l interaction homme- agent infectieux. Syndrôme infectieux. B- Physiopathologie

Fiche n 2 UE9 : Manifestations de l interaction homme- agent infectieux. Syndrôme infectieux. B- Physiopathologie Fiche n 2 UE9 : Manifestations de l interaction homme- agent infectieux I- Maladie infectieuse- Définition A- Définitions Maladie : Altération de la santé. Syndrôme infectieux Santé : Etat de bien-être

Plus en détail

GENERALITES SUR LES INTERVENTIONS DE PREVENTION PRIMAIRE. Département d Information Médicale, Bio statistiques et Épidémiologie CHU Montpellier

GENERALITES SUR LES INTERVENTIONS DE PREVENTION PRIMAIRE. Département d Information Médicale, Bio statistiques et Épidémiologie CHU Montpellier GENERALITES SUR LES INTERVENTIONS DE PREVENTION PRIMAIRE F. Séguret Département d Information Médicale, Bio statistiques et Épidémiologie CHU Montpellier DFGSM 3 UE Méthodologie appliquée à la LCA 2012-2013

Plus en détail

Recueil d information médicalisé et standardisé généralisé en psychiatrie

Recueil d information médicalisé et standardisé généralisé en psychiatrie Recueil d information médicalisé et standardisé généralisé en psychiatrie - Enseignements du recueil complémentaire d actes de juin 2004 - Définition d un recueil simplifié Véronique Bourrachot, Agence

Plus en détail

ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE. MODULE I : DF1 (35 h)

ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE. MODULE I : DF1 (35 h) INFOR SANTE ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE CENTRE MODULE I : DF1 (35 h) Concourir à l élaboration et à la mise en œuvre du projet individualisé dans le respect de la personne - Repérer les besoins

Plus en détail

Ch Dherbomez Cadre de Santé, service des Maladies Infectieuses CH de Tourcoing

Ch Dherbomez Cadre de Santé, service des Maladies Infectieuses CH de Tourcoing Ch Dherbomez Cadre de Santé, service des Maladies Infectieuses CH de Tourcoing Soit en hôpital de jour : Suite annonce séropositivité sur lextérieur En suivi de linfection En suivi de trithérapie À la

Plus en détail

Présentation du groupe RATIO

Présentation du groupe RATIO Présentation du groupe RATIO Le risque de survenue d infections opportunistes, d infections bactériennes graves et de lymphome reste une préoccupation majeure chez les patients traités par anti-tnfα. Un

Plus en détail

Céphalées chroniques Quotidiennes par abus médicamenteux

Céphalées chroniques Quotidiennes par abus médicamenteux Céphalées chroniques Quotidiennes par abus médicamenteux Un problème de santé publique méconnu Dr. Christian Lucas Dr Francine Hirszowski Framig III. - 2010/2015 Lanteri-Minet Valade Géraud Chauttard Radat

Plus en détail

Chapitre 3A3. Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre 3A3. Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre 3A3 Le phénotype immunitaire au cours de la vie Quelques données sur la rougeole La rougeole est une maladie très contagieuse causée par un virus. Au cours des 150 dernières années, elle a touché

Plus en détail

QUE FAUT-IL SAVOIR SUR LA MALADIE COELIAQUE. Florence Donnars, 20 mars 2010

QUE FAUT-IL SAVOIR SUR LA MALADIE COELIAQUE. Florence Donnars, 20 mars 2010 QUE FAUT-IL SAVOIR SUR LA MALADIE COELIAQUE Florence Donnars, 20 mars 2010 DEFINITION Intolérance alimentaire secondaire à l absorption de gluten Manifestations auto-immunes Chez des sujets génétiquement

Plus en détail

CIF Classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé. Vers un langage commun

CIF Classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé. Vers un langage commun CIF Classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé Vers un langage commun Petite présentation Ergothérapeute depuis 1999. Licence et maitrise en gestion en 2006 et surtout

Plus en détail

Epilepsie ou douleur atypiques chez un enfant TED?

Epilepsie ou douleur atypiques chez un enfant TED? Epilepsie ou douleur atypiques chez un enfant TED? Virginie Lopez Maire, infirmière Dr Moïse Assouline, psychiatre UMI Centre pour SCATED L élan retrouvé Journée Inter- CRA 6 avril 2011, Lyon Une demande

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LATRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 21 mars 2001 TEGELINE 50mg/ml poudre et solvant pour solution pour perfusion Laboratoire

Plus en détail

Anesthésie et allergie : bilan du GERAP

Anesthésie et allergie : bilan du GERAP 1 Anesthésie et allergie : bilan du GERAP Paul Michel Mertes, JM Malinovsky et les membres du GERAP Service d Anesthésie-Réanimation Chirurgicale Hôpital Central, CHU de Nancy, U Inserm 684 pm.mertes@chu-nancy.fr

Plus en détail

DEFINITION. - Atteinte qualitative importante et précoce du developpement des interactions sociales et de la communication verbale et de l'adaptation;

DEFINITION. - Atteinte qualitative importante et précoce du developpement des interactions sociales et de la communication verbale et de l'adaptation; AUTISME Dr Monique.Baltazar Conseiller technique IA du Lot Monique.Baltazar@ac-toulouse.fr Dr Sylvie Coumes Médecin Education nationale Sylvie.Coumes@ac-toulouse.fr DEFINITION - Atteinte qualitative importante

Plus en détail

M. SEGONDY CHU Montpellier

M. SEGONDY CHU Montpellier Virusdelagrippe CHU Montpellier Virus de la grippe: 3D Structure des virus grippaux Virus de la grippe Génome segmenté (8 segments) 1 PB2 2 PB1 Réplicase, transcriptase 3 PA 4 HA Hémagglutinine 5 NP Nucléoprotéine

Plus en détail

J ai un syndrome de Guillain-Barré, qu estce

J ai un syndrome de Guillain-Barré, qu estce J ai une polyradiculonévrite ou syndrome de Guillain- Barré Le syndrome de Guillain-Barré peut entraîner une paralysie transitoire plus ou moins grave. Dans la majorité des cas, les patients récupèrent

Plus en détail

Leucémies aiguës. Leucémies aiguës. Signes cliniques possibles 03/10/2013

Leucémies aiguës. Leucémies aiguës. Signes cliniques possibles 03/10/2013 Leucémies aiguës Leucémies aiguës = expansion clonale dans la moelle osseuse de précurseurs des cellules sanguines : les Blastes Leucémies aiguës Lymphoblastiques : enfants ++ Leucémies aiguës Myéloblastiques

Plus en détail

En mode diaporama, cliquez sur le sujet à traiter

En mode diaporama, cliquez sur le sujet à traiter Animé par Le «Le groupe projet tient à remercier plus particulièrement le Docteur Didier Armaingaud, Directeur médical et qualité du Groupe Médica, ainsi que Madame Valérie Margueritte, Directrice de l'ehpad

Plus en détail

Etat des connaissance actualisée: Pistes étiologiques dans l autisme. Dr F Medjkane Pédopsychiatre Chef de service CHRU Lille CRA Lille

Etat des connaissance actualisée: Pistes étiologiques dans l autisme. Dr F Medjkane Pédopsychiatre Chef de service CHRU Lille CRA Lille Etat des connaissance actualisée: Pistes étiologiques dans l autisme Dr F Medjkane Pédopsychiatre Chef de service CHRU Lille CRA Lille Facteurs innés et acquis en psychiatrie * Victor, l «enfant sauvage

Plus en détail

Dépistage. Organisé ou individuel. Dr Mariam ARVIS.

Dépistage. Organisé ou individuel. Dr Mariam ARVIS. Dépistage Organisé ou individuel Dr Mariam ARVIS www.ccmsa.msanet Dépistage Le dépistage est une démarche qui vise à détecter, au plus tôt, en l absence de symptôme, des signes d'une maladie avant qu'elle

Plus en détail

Leucémies aiguës. = expansion clonale dans la moelle osseuse de précurseurs des cellules sanguines : les Blastes

Leucémies aiguës. = expansion clonale dans la moelle osseuse de précurseurs des cellules sanguines : les Blastes Leucémies aiguës Leucémies aiguës = expansion clonale dans la moelle osseuse de précurseurs des cellules sanguines : les Blastes Leucémies aiguës Lymphoblastiques : enfants ++ Leucémies aiguës Myéloblastiques

Plus en détail

THROMBOPHILIE ET GROSSESSE : PRÉVENTION DES RISQUES THROMBOTIQUES MATERNELS ET PLACENTAIRES

THROMBOPHILIE ET GROSSESSE : PRÉVENTION DES RISQUES THROMBOTIQUES MATERNELS ET PLACENTAIRES THROMBOPHILIE ET GROSSESSE : PRÉVENTION DES RISQUES THROMBOTIQUES MATERNELS ET PLACENTAIRES P. Edelman Club de Périfoetologie - 38, rue Beaujon 75008 Paris Extrait des Recommandations : Textes long et

Plus en détail