Training Creating value through your supply chain. Day 2 17 STIB-MIVB

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Training Creating value through your supply chain. Day 2 17 October @ STIB-MIVB"

Transcription

1 Training Creating value through your supply chain Day 2 17 STIB-MIVB

2 Welcome back to the training Creating value through your supply chain!

3 Tour de table What do you remember from last week?

4 Agenda 9.20 Environmental management of the value chain Testimonials: Cradle to Cradle Platform & Spadel Break Round table : logistics and transports: Logistics in Wallonia Lunch Social management of the value chain : BSCI Testimonials: Vredeseilanden & STIB-MIVB External communication of its value chain policy Break Testimonial : Delhaize End

5 1. Environmental management of the value chain

6 Our trainer Jacques Moyson Professeur et conseiller Administrateur ABCAL (Ass.Belge des Cadres d Achat et de Logistique) Professeur à l Ecole Supérieure des Achats Membre du jury de Logistics in Wallonia pour les projets innovants Directeur du DES Logistique ICHEC Entreprise Directeur du DES en Supply Chain Management (IMPACT COOREMANS Bruxelles) Coordinateur pédagogique du DES en Logistiques de distribution et d approvisionnements internationaux (HECH /HEPL) ABCAL

7 1. Environmental management of the value chain A. What is the environmental management of the value chain? B. Why the environmental management of the value chain? C. How to diagnose sustainable production and energy consumption in the value chain?

8 A. What is the environmental management of the value chain? Vérifier les conséquences de la chaîne de valeur et de ses développements sur l'usage durable des ressources naturelles et autres. Vérifier si certains points de la chaîne doivent être considérés comme des «points chauds» en termes de production durable, c'est-à-dire symptomatiques d'une utilisation non durable ou de la sur-utilisation des ressources. Identifier les pistes d améliorations de ces utilisations des ressources

9 Le cycle environnemental dans la chaîne de valeur

10 B. Why the environmental management of the value chain? Tout développement d une chaîne de valeur se traduira à terme par une augmentation de sa consommation de matières, d énergie et d eau Quels en seront les éventuels effets négatifs? Quelles sont les possibilités existantes pour développer la chaîne de valeur vers une production et une consommation d énergie plus durables? Quelles sont les questions d orientation dont l analyste peut tenir compte dans son étude initiale des possibilités?

11 Où se concentrent les opportunités d amélioration environnementales de la chaîne de valeur?

12 Analyse des opportunités d amélioration environnementales de la chaîne de valeur Où les nouvelles technologies et (les) nouveaux mécanismes permettant une utilisation durable des ressources peuvent-ils être utilisés dans la chaîne de valeur? Comment promouvoir leur application? Parmi les technologies de production durable et de réduction de la consommation d énergie qui sont disponibles, lesquelles sont les plus faciles à appliquer? Est-il possible de développer dans la chaîne de valeur des nouveaux produits respectueux de l environnement en termes de production et de consommation? Existe-il des possibilités d accroître l utilisation de technologies plus durables? Dans quels cas est-il intéressant de former les personnes à l utilisation correcte de la technologie ou à la préservation des ressources? Comment promouvoir l utilisation de technologies durables adaptées? Existe-il des possibilités de campagnes de sensibilisation des consommateurs à l utilisation de produits respectant les normes de production durable et de consommation d énergie?,

13 Analyse des opportunités d amélioration environnementales de la chaîne de valeur L objectif de cette analyse est de déterminer si les acteurs de la chaîne de valeur se conforment aux normes de production écologiquement viable, s ils tirent profit des possibilités de réduction de l utilisation généreuse des ressources, et appliquent des technologies de production plus propres et économes en énergie. Exemple : la production de tomates au Maroc Il y plusieurs années, le secteur de la tomate au Maroc a dû réduire la contamination agrochimique (résultant de la lutte contre les nuisibles et de l utilisation d'agents conservateurs pendant le stockage) afin de se conformer aux nouveaux règlements applicables aux importations de l Union européenne. À travers des investissements dans l application de la lutte contre les nuisibles et les technologies de stockage, le pays s'est non seulement conformé aux exigences de sécurité alimentaire pour les importations de l'europe, mais il a également réduit les coûts de production et de stockage, améliorant ainsi la position du secteur par rapport à ses concurrents des autres pays de la Méditerranée

14 Typologie des différentes démarches environnementales D.après [MILLET et al. 01])

15 Les différentes approches pour prendre en compte l environnement (D après [BRAS 97])

16 C. How to diagnose sustainable production and energy consumption in the value chain?

17

18 Creating value through the supply chain - 9 & 17 october 2014 Jacques MOYSON

19 Exemple d impacts par phase de vie d une machine à café standard Indicateurs Phase de Production Phase de Transports Utilisation Fin de vie Total Consommation énergie NR (MJ eq) 3,38E+01 9,26E+00 4,55E+02-1,19E+01 4,86E+02 Consommation ressources (kg Sb eq) 1,36E-02 3,78E-03 2,53E-02-5,15E-03 3,75E-02 Effet de serre GWP 100 mod (kg CO2 eq) 1,23E+00 5,56E-01 3,78E+00-1,74E-01 5,40E+00 Acidification (kg SO2 eq) 7,00E-03 1,85E-03 2,38E-02-2,87E-03 2,98E-02 Eutrophisation (air eau sol) (kg PO4--- eq) 5,16E-04 2,66E-04 1,56E-03-1,65E-04 2,18E-03 Pollution photochimique (kg C2H4) 3,44E-04 1,75E-04 9,28E-04-1,44E-04 1,30E-03 Ecotoxicité aquatique (kg 1,4-DB eq) 5,19E-01 2,95E-02 2,71E-01-9,10E-02 7,28E-01 Toxicité humaine (kg 1,4-DB eq) 4,50E+00 2,01E-01 3,30E+00-1,41E+00 6,59E+00

20 Exemple du cycle de vie d une machine à café Rec. papier Cycle de vie «plastique» PS Emballage Papier Fin de vie Carton Expansion Machine Filtres Rec. verre Production Câble Pièces Verre Gaz Rec. acier Injection Al PP Incinération Camion 40t Camion 28t Cu PVC Acier PET Papier Electricité

21 L analyse du cycle de vie comme outil de diagnostic de la production durable et de la consommation d énergie dans les chaînes de valeur L analyse du cycle de vie (ACV ou LCA) est un outil d aide à la décision qui permet aux entreprises de mieux comprendre les différents effets et impacts d un produit ou d un service sur la communauté, l environnement et l économie tout au long du cycle de vie, de l extraction des matières premières au traitement des déchets, en passant par la consommation énergétique et la logistique, Cette approche fait appel au concept de Supply Chain Verte

22 La Supply Chain verte comme outil de diagnostic de la production durable et de la consommation d énergie dans les chaînes de valeur La Supply Chain verte est une démarche visant à minimiser l empreinte écologique d un produit, tout au long de son cycle de vie Périmètre de la Supply Chain verte Globalement, les cinq démarches (écoconception, éco-manufacturing, éco-sourcing, écologistique et logistique inverse) de la Supply Chain verte sont motivées par trois grands types de facteurs : facteur réglementaire : les entreprises veulent être en conformité avec les législations en vigueur et anticiper les exigences à venir ; facteur de réduction des coûts, qui se traduit à travers la diminution du montant des achats et des consommations, l optimisation des processus, l amélioration de l efficience de l organisation. facteur d image et de «rayonnement» sur un marché,

23 Périmètre de la Supply Chain verte La SC verte intègre les cinq démarches: écoconception, éco-manufacturing, écosourcing, écologistique et logistique inverse Observatoire de la Supply Chain Supply Chain verte : enjeux et maturité des entreprises

24 Eco-Supply Chain levels of maturity Motivation Time approach in existence Dedicated function Areas concerned Partners involved Measure-ment/ Follow-up % sample Level 1 None or regulations > 2 years No None entirely None None 65% Level 2 Regulations and cost reduction > 2 years and < 5 years Yes, but not very developed and only in large companies At least one (often transport) None None Level 3 Means of innovating and creating a competitive advantage > 5 years and < 10 years Yes, but minimal At least 2 (transport and production, in general) One partner (generally suppliers) Implementatio n in progress Level 4 Embraced as the company s raison d être > 10 years Yes, very developed: transversal function All (from conception to recycling, including logistics and production) Involvement of partners along the entire chain Already in place. Integrated in reward systems. Creating value through the supply chain - 9 & 17 october 2014 Jacques MOYSON 24

25 Lessons learned from the study include positioning of eco-supply Chain activities on an eco-profitability matrix What should be retained: Do you have plans to implement one of the approaches in an eco-supply Chain? Environmental issues: Current topic that is essentially influenced by regulatory constraints and brand image within a market Implementation: Logistics appears to be the main focus in the eco- Supply Chain Eco-Supply Chain: Significant differences between countries Principal concerns among companies: The lack of information and visibility of investments Objectives: Eco-Supply Chain activities are positioned on an Ecoprofitability matrix For example: eco-manufacturing tends to cost reduction whereas eco-design tends to product market value perception ACHATS Different aspirations based on the different phases of activities Creating value through the supply chain - 9 & 17 october 2014 Jacques MOYSON Manufacturing Reverse logistics Product design Market Value Logistics Sourcing + - Other 3% 10% 15% 14% 23% 35% 0% 10% 20% 30% 40% - Eco Design Eco Sourcing Standard offer of a company Reverse Logistics Eco Logistics Optimization of operational cost Eco Manufacturing + LOGISTIC 25

26 Logistics is the primary focus of activity in the eco-supply Chain Findings: Eco-logistics (81%) and eco-manufacturing (65%), very much related to Lean operations, is more aimed at reducing costs than at having an impact on a market Eco-sourcing (66%), initiated by regulatory constraints, appears to be more a means of influencing image than a way of reducing costs Compliance with regulations 45% 40% 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% eco-design eco-sourcing eco-manufacturing eco-logistics reverse logistics 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Eco-Supply Chain: what 81% activities are most advanced? 66% 65% 59% 59% Logistics Sourcing Manufacturing Design Reverse Logistics Eco-design (59%) also appears to be a way of influencing a market so as to distinguish oneself from the competition Reverse logistics (59%) are influenced as much by the desire to impact brand image as by the prospect of streamlining operating costs Brand image and influence on market Cost reduction Creating value through the supply chain - 9 & 17 october 2014 Jacques MOYSON 26

27 Périmètre de la Supply Chain verte Observatoire de la Supply Chain

28 L Observatoire de la Supply Chain révèle que la logistique est le maillon de la chaîne sur lequel les entreprises sont les plus actives 81% des entreprises interrogées ont mis en œuvre des actions dans le domaine du transport/logistique. La première action environnementale (41%) se traduit par une refonte des schémas logistiques conduisant à une réduction des transports. Ce constat s explique d une part par la médiatisation et la réglementation qui accompagnent les mesures de réduction des gaz à effet de serre en matière de transport, d autre part, par la relative facilité et rapidité de mise en œuvre de ces mesures (formation des chauffeurs, évolution des véhicules, optimisation des flux et du remplissage des camions, etc). Elles permettent dans bien des cas une réduction rapide des coûts parallèlement à un impact environnemental largement positif. Pour les mêmes raisons, les maillons les plus mobilisés ensuite sont le sourcing et la production.

29 L étude montre également que les deux démarches éco conception et logistique inverse - sont intimement liées. Le recyclage des produits en fin de vie, objet essentiel de la logistique à rebours, dépend étroitement de la conception initiale du produit.

30 L écoconception comme outil de diagnostic de la production durable et de la consommation d énergie dans les chaînes de valeur L écoconception s appuie sur l analyse du cycle de vie (ACV) du produit en sorte que celui-ci ait une empreinte écologique la plus réduite possible, non seulement pendant les phases de fabrication d utilisation par le client final, et de recyclage ; mais également pendant toutes les phases logistiques (emballage, transport, entreposage) qui relient les acteurs de l amont vers l aval (depuis les matières premières jusqu à la distribution au consommateur final) de récupération des emballages (conteneurs, palettes, cartons, et autres) entre ces différents acteurs de la chaîne logistique de l amont vers l aval de la logistique de soutien (consommables nécessaires à l utilisation du produit) ou de service après-vente et de retours sous garantie au client (distribution inverse) enfin, de récupération et du recyclage du produit en fin de vie en vue d une réaffectation en tout ou en partie de ses constituants dans la chaîne amont de production.

31 Des questions comme outil de diagnostic de la production durable et de la consommation d énergie dans les chaînes de valeur Types de matériaux la chaîne de valeur consommés? Sont-ils toxiques, polluants ou nocifs d'une manière ou d'une autre pour la population et l'environnement? Types de ressources énergétiques consommés par les différents segments de la chaîne de valeur? L'énergie est-elle utilisée de manière rationnelle? Est-il possible d'utiliser moins d'énergie? Consommation d eau par les différents segments? D où l eau est-elle tirée? L eau est-elle rejetée polluée ou non polluée? Existe-t-il des installations de traitement de l'eau sur place pour diminuer la pollution? Des mesures sont-elles en place pour économiser l'eau? Matières premières consommées dont le mode de production menace la biodiversité? La pollution affecte-t-elle la biosphère et la biodiversité? Types d'émissions, telles que le bruit, les odeurs et la pollution de l'air, dus aux activités de la chaîne de valeur? Des mesures permettent-elles de les maintenir à un faible niveau? Les différents processus de la chaîne de valeur produisent-ils beaucoup de produits intermédiaires ou de déchets? Ces déchets sont-ils traités ou réutiliser, par exemple pour produire de l'énergie ou de l'engrais?

32 Exercise: product life cycle diagnosis Prenez le template product life cycle diagnosis Complétez ce tableau à l aide des critères suivants: faible, moyenne, forte ou «ne sait pas» afin d évaluer le bilan écologique de votre produit Aidez-vous des questions de diagnostique

33 En guise de conclusion Les attentes croissantes des consommateurs d une part, la structuration d un cadre législatif et réglementaire (national, européen et mondial) d autre part dans un environnement de raréfaction des ressources énergétiques et minières et enfin le positionnement proactif d offres par les entreprises montrent que le développement durable est une tendance de fond qui impacte puissamment l environnement économique Verra-t-on apparaître bientôt, comme l envisagerait le Royaume-Uni un texte de loi visant à attribuer un volume de quotas CO2 à chaque adulte. Chaque individu recevrait une même quantité de droits par an qui serait créditée sur une carte à puce, débitée à chaque consommation d énergie primaire : plein d essence, remplissage d une cuve de fioul, règlement d une facture d électricité... Une fois le solde épuisé, il faudrait payer le rechargement de la carte de crédit CO2, ou bien acheter des unités supplémentaires sur le marché. Et, à l opposé, ceux qui seraient «créditeurs en CO2» pourraient vendre librement leurs crédits d'émissions sur le marché.

34 Testimonial Environmental management of the value chain Gil Stevens Project manager Cradle to Cradle Platform

35 Circular Procurement Gil Stevens October

36

37

38 commodity prices are rising

39

40 Biological materials Technological materials

41

42 Circular Economy

43 Circular Economy - examples

44 Circular Economy - examples

45 Circular procurement A part of sustainable procurement strategy Stimulating reuse, remanufacturing and recycling by making agreements at the moment of procurement

46 Why? 1) Buy products and services that better meet the needs of your organization 2) Save costs on waste and waste management 3) Reduce costs by maintaining total cost of ownership (TCO) 4) Unburden your organization through maintenance and repair services 5) Enhance the reputation of the organization through a strong sustainable procurement strategy

47 How?

48

49 Testimonial Environmental management of the value chain Olivia Vandenberghe Group Buyer Spadel

50 TOWARDS SUSTAINALBE SOURCING OLV 17/10/14

51 SPADEL GROUP 5 Slide 51/16

52 OUR CSR AMBITION IN BRIEF Slide 52/16

53 NATURE S BEST CLOSE TO YOU Premières mesures de protection pour l eau de SPA L ancien site BRU Chevron est totalement rendu à la nature Spa partenaire du projet Européen Life Ardenns Liégeoise visant à restaurer l environnement naturel de la Haute- Ardenne Un plan d urgence pour la protection des sources est mis en place, pompiers, protection civile, gardes forestiers Partenariat public /privé axé sur la gestion des eaux et forêts La zone aquifère protégée à Spa couvre ha Slide 53/16

54 NATURAL PRODUCTS % des produits labellisés naturels % des produits labellisés naturels Slide 54/16

55 Total Carbon Footprint of SPADEL CF of Spa Monopole CF of Bru CF of Brecon CF of Wattwiller CF of others CF of references CF of references CF of references CF of references CF Mobility CF energy headquarters CF of references = volume of the reference * CF of the reference per liter Slide 55/16

56 Slide 56/16

57 Slide 57/16

58 OUR CARBON FOOTPRINT méthodologie ACV définie par norme ISO :2006 = Prendre en compte les émissions de GES générées depuis l extraction de la matière première nécessaire à la production du produit fini jusqu à sa gestion en fin de vie, y inclus transports Slide 58/16

59 OUR CARBON FOOTPRINT IN FIGURES Slide 59/16

60 CARBON FOOTPRINT IMPROVEMENT Launch of action plan build on 4 pillars: A reduction of energy consumption of the production and administrative plant. Transport optimisation A sustainable approach of packaging and wastes A sustainable procurement policy Slide 60/16

61 REDUCE ENERGY AND WATER CONSUMPTIONS SM installe une unité de cogénération produisant 1/3 des besoins et - 13% CO2 SM installe une nouvelle ligne de production pour les bouteilles en verre : baisse de 43% de la consommation de gaz et électricité + réduction consommation eau rinçage de 30% Bureaux SPADEL Bruxelles obtiennent le label Entreprise Ecodynamique ** Slide 61/16

62 TRANSPORT OPTIMISATION REDUCTION OF 166 T CO2 Slide 62/16

63 CARBON FOOTPRINT IMPROVEMENT Launch of action plan build on 4 pillars: A reduction of energy consumption of the production and administrative plant. Transport optimisation OK A sustainable approach of packaging and wastes A sustainable procurement policy OK Slide 63/16

64 IS SUSTAINABLE PROCUREMENT A PRIORITY IN CSR OBJECTIVES? Following ORSE report : 95% of the companies surveyed deal with the subject of Sustainable Procurement in their external communication. Slide 64/16

65 SPADEL SUSTAINABLE PROCUREMENT POLICY QUALITY AND ENVIRONMENTAL POLICY OF SPADEL GROUP / PURCHASING CHARTER SPADEL SUSTAINABLE PROCUREMENT POLICY (SSPP) Introduction Principle#1 / ethical commitment in conducting business Principle#2 / environmental commitment - energy - water - waste - CO2 Principle #3 / social commitment - Child labor - Forced labor - Freedom of Associations - Discrimination - Wages and working hours - Health and safety Need of a formal Agreement of the strategic suppliers Sent document With request to send Back signed. YTD status : 25/47 accepted without comments. Sent with all contracts and orders as contractual document in 2012 Slide 65/26

66 WHAT CSR BRINGS AS NEW IN PROCUREMENT APPROACH? commit suppliers to the SPADEL company vision encourage suppliers to have a CSR and therfore to work according to develop and review assessment of the 5th critera ( sustainability ) meet consumers and/or NGO or Governemental org. requirements (e.g. FairFood NL) meet external audits requirements meet key customer s requirement Keep enough bargaining tools in hands of buyers / give more bargaining tools don t alter the ratio quality/price continue to reduce TCO and evoluate to TVO add sustainablities requirements in tenderspecifications Slide 66/26

67 KNOWING THE SUPPLIERS? TROUGH ASSESSMENT SPADEL ASSESSMENT PROCESS 2012 Global Internal multidisciplinai r assessment teams 5 criteria + reliable rating A to D 5th criteria sustainability evaluated trough ECOVADIS 62 supplie rs assesse d Shared results with supplier s Action plans Slide 67/16

68 EXAMPLE OF SUSTAINABLE APPROACH : SUSTAINABLE PACKAGING AND BUYING PET Slide 68/16

69 159 L PET WHAT S THAT?

70 PET? GLASS? ALUMINIUM? La bouteille PET laisse une empreinte environnementale moindre que la bouteille verre et la canette en aluminium. Analyse prises en compte : Matière première Fabrication de l emballage Collecte et recyclage en fin de vie Paramètres évalués : Énergie consommée (1 BTU = 1,06 K joule) Production de déchets Émissions de GES ( CO2) PET ALU VERRE 11 mio BTU 16 mio BTU 26 mio BTU référence x2 x15 référence + 59 % + 77%

71 PET PACKAGING EVOLUTION IN SPA % pet recyclé 50% pet recyclé 51g 42,6g 37,5g 34g 31g 28,5g

72 PROCUREMENT SUPPORT DEPARTMENT 293t less PET /year 3500t of recycled PET to buy find volume secure quality and process secure feedstock EU norms EU producers with lower CF? Next step BIO PET? where to find it in EU? Price trend? Secure volume?

73 Our CSR ambition in brief

74 PEOPLE AND SOCIETY Great Place to Work TM 2015 Du point de vue employé : Du point de vue manager : Il a confiance en ses dirigeants Il apprécie ses collègues Il est fier de son travail Il atteint ses objectifs opérationnels avec employés qui donnent le meilleur d eux-mêmes et travaillent en équipe Dans un environnement basé sur La confiance Slide 74/16

75 PEOPLE AND SOCIETY SPADEL devient partenaire européen du projet Life Ardennes Liégeoises Spadel NL signe la charte la cantine scolaire saine Spadel adhère Belgian Pledge SPADEL devient partenaire fondateur de l organisation GoodPlanet Belgium Slide 75/16

76 STAKEHOLDERS VISION Are confident into the Spadel sustainable approach Ask SPADEL to take care to too much ambition and too optimistic vision Consider the sustainable objectives well defined Request more visiblity on the actions regarding sustainable development vs. Consumer and stakeholders. Give to SPADEL the leadership in terms of natural drinks and healthy livin Spadel assessment Slide 76/16

77 Exercise 1. Environmental management of the value chain Dominique Kaiser Procurement Director Krones

78 Exercise 1. Environmental management of the value chain Take the template Environmental management of the value chain - Life Cycle Assessment Check List Start answering the list

79 Let s have a break!

80 Logistics and transports Audrey Paligot Project Coordinator Palifor Logistics Emilie Parthoens Project Manager Logistics in Wallonia

81 Let s have lunch!

82 Insects Spread

83 Insects are in line with DLL strategy Innovation We are the first supermaket of Europe to propose products made of insects in his basic assortment Nutritionally interesting: Protein between 13 & 77% Fat content mostly unsaturated fatty acides Minerals rich in iron & Zink Vitamines - B1, B2, B12 Fibre -Chitine Good for the environment: Less greenhouse gas & amonia emission 1/100 of CO2 emission /No CH4 emission 1/10 of NH4 emission Less water and land demanding Interesting feed conversion 1,7 kg feed with 80% being edible 12x more efficient than beef Low risk of transmitting zoonotic infections 83

84 Thank you & Eat me 84

85 2. Social management of the value chain

86 Social management of the value chain Sabine Van Depoele Project Manager Stakeholder Relations Business Social Compliance Initiative

87 Exercise 2. Social management of the value chain

88 Testimonial Social management of the value chain Chris Claes Strategic Adviser Vreideseilanden

89 Building on partnerships within supply chains Chris Claes October, 17 th 2014

90 table of contents 01 Terminology 04 Investing in Relationships Between Collective Farmer Enterprises and Buyers The Impact We Pursue, Systems and Complexity Investing in Collective Farmer Enterprises 05 Practice of Vredeseilanden/VECO Working Towards Inclusive Supply Chains

91 1. Terminology

92 What we talk about when we talk about market chains Institutional environment Value added at each level cocoa fermented cocoa chocolate paste pralines café experience farmer co-operative trader processor retailer Business development services sugar sugar ice cream supermarket The movement of materials https://www.youtube.com/watch?v=mu9twlcjnkk

93 Pro-Poor Value Chains (VC4D) Value chains that have a positive impact on the livelihood of poor people through: Creating good rural jobs (often the most poor are laborers) Supporting small scale enterprises Investment in communities / taxes payed to governments etc. Buying from smallholders Inclusive Supply Chains Supply chains that include smallholder farmers (and their organisations) as suppliers of agricultural products

94 Why focus on smallholders? Smallholders produce between 50 to 70 % of the world s food now We will be 9 billion by 2050, 70 % will live in cities 75 % of poverty & 70 % of food insecure = people whose livelihood depend on agriculture One way or another we alos will have to invest in smallholder farming Agriculture has great potential to help with rural poverty Agriculture is proven path out of poverty Links to markets are a critical part of creating agricultural opportunities

95

96 Source: CDI, 2012 Inclusive business development

97 2. The Impact We Pursue, Systems and Complexity

98 The impact we pursue

99 Livelihood strategy Trading relationships Product value proposition upgrading strategy System Thinking: Actions have to take into account the whole system Poverty reduction only posible when global sustainability addressed: economic, social, environmental (long term) Multi-actor engagement, differing perspectives Added complexity prototyping, short feedback loops

100 Intervention areas for upgrading or developing market chains Investing in smallholder farmers (capacity, farm infrastructure, materials, ) Investing in collective farmer enterprises (co-operatives etc.) Investing in service provision (e.g. finance) Investing in SME s buying from smallholders Investing in relationships between buyers collective farmer enterprises Investing in enabling environment (legislation, government incentives..)

101 3. Investing in Collective Farmer Enterprises

102 Farmer Organizations Development Paths chain activity integrator chain co-owner chain segment chain partner

103 Investing in cooperatives /collective enterprises Collective Selling Being a trustworthy business partner for other chain actors and for own members Comply with demand (quality, food safety, good agricultural practices, sustainability, label requirements, continuous supply, scale ) Processing Services to members, internal control systems to guarantee compliance with demand, Run the business professionally (management) Perform to be an added value for the smallholder members (negotiation capacities, power, but also economic efficiency) Add value

104 4. Investing in Relationships Between Collective Farmer Enterprises and Buyers

105 Possible investment alternatives to landgrabbing Business Models that engage smallholder farmers Centralized model: a company provides support to smallholder production, purchases the crop, and then processes it, closely controlling its quality (cotton, sugar cane, tea, banana, palmheart ). Nucleus estate model: the company also manages a plantation in order to supplement smallholder production and provide minimum throughput for the processing plant (oil palm, rubber, mango, ). Multipartite model: involves a partnership between private companies and farmers ( and often government bodies). Intermediary model: subcontracting by companies to intermediaries who have their own (informal) arrangements with farmers (groundnuts ). Informal model: SMEs who make simple contracts with farmers on a seasonal basis, often repeated annually.

106 5. Practice of Vredeseilanden/VECO Working Towards Inclusive Supply Chains

107 Cases on Cocoa: Armajaro/Mars Indonesia Fresh Vegetables: Walmart & La Colonia, Nicaragua, Honduras Tea: Unilever & local SME, Vietnam Dessert banana: Colruyt, Agrofair, Senegal Organic rice: Biofresh, Indonesia Passion fruit & avocado: Tanzania, Special Fruit. Organic plantain chips: Ecuador, Ethiquable.

108

109 CANNED ASPARAGUS Farmer Organization AGRO INDUSTRY IMPORTER SUPERMARKET

110 Principles Inclusive Business Models Chain-wide collaboration with shared goals Alignment of goals/vision, regular information flow processes, identified champions in lead firms New market linkages Ability to aggregate and reach high value markets, steady and durable market, complementary markets for seconds and other products, ability to function without subsidy Equitable and transparent chain governance transparancy (price structure, grades, standards, incentives), traceability to farm level, risk sharing, governance mechanisms, shared equity, contracts Equitable access to services Input supplier models, high-quality planting materials, technical support, provision of credit Inclusive innovation (vertical co-innovation, process and product) Mechanisms for getting farmer input, continuous renewal of product, diversification Measurement of outcomes Feedback mechanisms along the chain, regular assessment process, decisions based on assessment, assess environmental results

111

112

113 Thank You Chris Claes Blijde Inkomststraat Leuven Belgium

114 Testimonial Social management of the value chain Isabelle Lechat Business development Transport system STIB-MIVB

115 Les clause sociales dans les marchés publics de la STIB Isabelle Lechat - STIB Vendredi 17 octobre 2014

116 La STIB et le label «Entreprise Ecodynamique» Amélioration continue de la performance! étoiles étoiles étoiles étoile 1er site de la STIB labellisé en er site de la STIB labellisé avec 3 étoiles en 2012

117 1. Système de Management Environnemental SME Domaines et gestion

118 La STIB vers l ISO STIB 2017 Belgrade : Certification internationale Label Bruxellois

119 Les relais locaux

120 La politique d achat au sein de la STIB Application de la «politique corporate des achats» STIB encourageant l intégration de clauses environnementales et sociales. Une personne de la CE responsable de ce domaine.

121 PARTENAIRES SAW-B Fédération coupole de l économie sociale Le 5S s'invite à la STIB 121

122 PROCESSUS ACHAT DURABLE Le 5S s'invite à la STIB 122

123 CONTEXTE Les clauses sociales visent à travers la réalisation d un marché à demander à l entreprise de participer à une dynamique d insertion socioprofessionnelle. Partenariat STIB, SAW-B, ACTIRIS, Bruxelles- Formation Le 5S s'invite à la STIB 123

124 Cadre légal en matière d achat public La loi MP du 15 juin 2006 Réservation de l accès à l économie sociale Clause sociale en condition d exécution Critères sociaux d attribution Le 5S s'invite à la STIB 124

125 Cadre légal en matière d achat public Circulaire du 5 février 2009 relative à l insertion de critères écologiques et de développement durable dans les marchés publics de fournitures et de services Circulaire du 04 octobre 2012 Ordonnance du 08 mai 2014 Le 5S s'invite à la STIB 125

126 PARTENAIRES ACTIRIS Analyser, conseiller et rédiger les clauses sociales Sélectionner les candidats correspondant au profil, en lien avec organismes de formation Suivre, évaluer, contrôler l exécution de la clause en collaboration avec le pouvoir adjudicateur Le 5S s'invite à la STIB 126

127 PARTENAIRES ACTIRIS Sélectionner les candidats correspondant au profil, en lien avec organismes de formation Suivre, évaluer et contrôler l exécution de la clause en collaboration avec le pouvoir adjudicateur Le 5S s'invite à la STIB 127

128 FORMATION DES ACHETEURS ET JURISTES Le 02 octobre 2014

129 FORMATION : 3 OBJECTIFS 1. Une clause sociale, c est quoi? 2. Comment introduire une clause sociale dans un marché? 3. Rôles, responsabilités, outils à disposition, personnes ressources? Le 5S s'invite à la STIB 129

130 ARBRE DECISIONNEL

131 MARCHE DE SERVICES Vous souhaitez donner une plusvalue sociale à votre marché : quel public souhaitezvous toucher? Favoriser l'intégration de travailleurs handicapés Favoriser la formation et l'insertion de demandeurs d'emploi difficiles à placer Favoriser la formation de stagiaires/apprena nts/apprentis/élève s dans les entreprises Vous n'avez pas de préférence sur le public visé? Il y a minimum 3 ETA Vous pouvez réserver l'exécution dans le cadre d'un programme d'emploi protégé Il y a minimum 3 AFT, ETA,Ilde, EI et votre marché/lot n'excède pas euros HTVA Vous pouvez intégrer un critère d'attribution portant sur l'effort de formation et d'insertion clause sociale de formation en condition d'exécution critère d'attribution portant sur l'effort de formation et d'insertion clause flexible en condition d'exécution Vous pouvez réserver le marché (sans limite de montant) Vous pouvez réserver le marché/lots à une ESI (économie sociale d'insertion) Le 5S s'invite à la STIB 131

132 MARCHE DE TRAVAUX Le 5S s'invite à la STIB 132

133 REPORTING

134 REPORTING CLAUSE SOCIALE QUESTION 1. Mode de passation du marché? REPONSE Services Travaux Fournitures 2. Objet du marché? 3. Durée du marché? 4. Montant estimé du marché? 5. La durée d exécution du marché est de minimum 20 jours ouvrables? 6. Les prestations présentent un minimum de pénibilité ou dangerosité? 7. Peu de qualification requise pour la prestation? Oui Oui Oui an(s) /an Non Non Non 8. Une clause sociale peut-être envisagée pour ce marché? 9. Si pas pourquoi? 10. Quelle est la nature de la clause? Oui appropriée et intégrée Oui mais pas intégrée Non pas approprié Réservation de marché à l'économie sociale Clauses de formation/insertion Critère d'attribution des performances d'insertion Clause de sous traitance à l'économie sociale Le 5S s'invite à la STIB 134

135 MATRICE RESPONSABILITE

136 1. PREPARATION Soumet le marché au responsable clause sociale Acheteur (A) Acheteur (P) Décide d intégrer clause sociale Acheteur (A) Client (S) Isabelle (S) Décide de réserver le marché Acheteur (A) Client (C) Isabelle (S) Rédige la clause Acheteur (A) Acheteur (P) Isabelle (P) Valide la clause sociale Acheteur (A) Acheteur (P) Client (S) Isabelle (S) P Performer A Accountable C Consulté binding advice S Suggest non binding advice I Informé Le 5S s'invite à la STIB 136

137 2. PUBLICITE / CONSULTATION Publie l Avis de marché Acheteur (A) Acheteur (P) Analyse dossiers de candidatures Acheteur (A) Client (P) Envoi le CdC Acheteur (A) Acheteur (P) Le 5S s'invite à la STIB 137

138 3. ANALYSE Analyse offre / clause sociale Acheteur (A) Acheteur (P) Isabelle (S) Le 5S s'invite à la STIB 138

139 4. EXECUTION Execution de la clause sociale Adjucicataire (A) Adjucicataire (P) Actiris (S) Le 5S s'invite à la STIB 139

140 5. SUIVI Contrôle mise en route clause sociale Client (P) Acheteur (I) Isabelle (I) Envoie le PV de manquement Acheteur (A/P) Client (P) Isabelle (I) Applique pénalité si absence réaction Acheteur (A/P) Client(I) Le 5S s'invite à la STIB 140

141 5. SUIVI (suite) Contrôle terrain exécution Client (P) Acheteur (I) Isabelle (I) Contrôle admin exécution Acheteur (A/P) Client (P) Isabelle (I) Clôture exécution clause sociale Acheteur (A) Adjudicataire (P) Isabelle (I) Le 5S s'invite à la STIB 141

142 5. SUIVI (fin) Envoie attestation exécution clause sociale à l'adjudicataire Acheteur (A/P) Le 5S s'invite à la STIB 142

143 Exemple de marché de travaux Construction du nouveau dépôt tramway au Sud-Ouest de Bruxelles - Marconi

144 REPORTING CLAUSE SOCIALE QUESTION 1. Mode de passation du marché? 2. Objet du marché? 3. Durée du marché? 4. Montant estimé du marché? REPONSE Services Travaux Fournitures Construction du nouveau dépôt tramway marconi 86 Millions an(s) 5. La durée d exécution du marché est de minimum 20 jours ouvrables? 6. Les prestations présentent un minimum de pénibilité ou dangerosité? 7. Peu de qualification requise pour la prestation? Oui Oui Oui Non Non Non 8. Une clause sociale peut-être envisagée pour ce marché? Oui appropriée et intégrée Oui mais pas intégrée Non pas approprié 9. Si pas pourquoi? 10. Quelle est la nature de la clause? Réservation de marché à l'économie sociale Clauses de formation/insertion Critère d'attribution des performances d'insertion Clause de sous traitance à l'économie sociale Le 5S s'invite à la STIB 144

145 MARCHE TRAVAUX Le 5S s'invite à la STIB 145

146 Exemple de marché de travaux Avec l aide de la SAW-B et d ACTIRIS un nombre d heure de formation a été défini poste par poste. Isolation bâtiment Parachèvement Chauffage Gros œuvre Aménagement routier Espace vert. Le 5S s'invite à la STIB 146

147 Exemple de marché de travaux La circulaire de 2012 recommande de demander entre 2 à 8 % du volume de main d oeuvre pour de la formation. Le 5S s'invite à la STIB 147

148 Exemple de marché de travaux SAW-B et d ACTIRIS ont fourni une recommandation poste par poste pour obtenir un taux optimisé par rapport aux formations disponibles chez Bruxelles formation Le 5S s'invite à la STIB 148

149 Exemple de marché de travaux Bruxelles-formation Planning de formations Le 5S s'invite à la STIB 149

150 Exemple de marché de travaux % d insertion à préférer pour assurer un bon équilibre entre le nombre de stagiaires disponibles et l impact organisationnel et salarial sur l entreprise. Le 5S s'invite à la STIB 150

151 Exemple de marché de travaux Le 5S s'invite à la STIB 151

152 Merci de votre attention! Le 5S s'invite à la STIB 152

153 Let s have a break!

154 3. External communication of its value chain policy

155 Testimonial External communication of its value chain policy Marie Delvaulx Sustainability Manager Delhaize

156 Delhaize Materiality Matrix & Communication Marie Delvaulx Sustainability Manager

157 ABOUT DELHAIZE We are an international group, with presence in 7 countries on 3 continents United States: - Stores: Revenues: million Belgium, Luxembourg: - Stores: Revenues: million Delhaize Group: - Stores: Revenues: EUR 21.1 billion - Employees: Southeastern Europe & Asia: - Stores: of which: - Greece: Romania: Serbia: Indonesia: 117

158 VISION & VALUES 158

159 DELHAIZE GROUP 2020 VISION FOR SUSTAINABILITY 159

160 SUMMARIZING MATERIALITY 1. Understanding Assess your business environment Seek stakeholder feedback and expert advice 2. Evaluating The importance in business terms The risks and the opportunities 3. Identifying Map the high priority issues Manage these with internal experts (strategy and implementation) 4. Assessing and evolving Continuous

161 DELHAIZE GROUP MATERIAL ISSUES

162 THE PROCESS OF DEFINING MATERIAL ISSUES Material issues defined at Delhaize Group level Yearly review with main DG level and Opco level NGO s Media Suppliers Politicical world... Interviews by external partner + stakeholders meeting Communicated into our CSR report on a yearly basis GOAL: Understand stakeholders priorities and vision and translate them to our sustainability strategy and projects

163 OUR MATERIAL ISSUES_TRANSLATED INTO CONCRETE PROJECTS

164 OUR MATERIAL ISSUES_ FISH CASE

165 MARKETING TRANSLATION Case Sustainable Fish_ In Store communication 165

166 MARKETING TRANSLATION Case Sustainable Fish_ Out of store communication Seasonal Calendar DLL magazine Packaging

167 MARKETING TRANSLATION Case Sustainable Fish_ Delist Internal communication In store communication Affiliates

168 OUR MATERIAL ISSUES_ PALM OIL CASE

169 OUR MATERIAL ISSUES_ PALM OIL CASE Our DG commitment

170 Thank you! Questions?

171 Exercise 3. External communication of its value chain policy 2/17/2014 By 2020, Delhaize Group commits to 100% sourcing traceable, deforestation-free palm oil. In small groups, define an external communication plan for Delhaize

172 Why communicate on your sustainable value chain commitments? Better reputation License to operate Inform and engage stakeholders Employees motivation and retention Competitive advantage Access new consumers, partners and talents Increase value chain transparency and build trust

173 How to communicate on your sustainable value chain commitments? 1. Identify your stakeholders 2. Map your stakeholders: power - interest 3. Use adapted communication tools

174 1. Identify your stakeholders MARKETPLACE Investors & analysts Lenders, insurers (future) customers & Consumers Suppliers, business partners Competitors ENVIRONMENT Activists People without a voice COMMUNITIES Communities, neighbors Media & Social Networks Government & regulators Opinion Leaders Sector & industry experts WORKSPLACE (future) employees Trade Unions

175 All stakeholders 1. Through the value chain 2. Through the total lifecycle 3. In your sphere of influence

176 Example: Unilever value chain impact Unilever highest CO2 footprint is during product use Raw Materials Manufacture Transport Consumer Use Disposal 26% 3% 2% 68% 1%

177 Example: Thalys sphere of influence

178 2. Map your key stakeholders Stakeholder s E.g.: Employ ees Does this group influence your (a) Eco perf Soc perf Env. perf Eco perf Is this group interested in your (b) Soc perf Env. perf Will be (a) or (b) in the future? Total Yes, strongly = 1 Yes, moderately = 0,5 No = 0

179 INFLUENCE/ POWER over your cy Do a stakeholders matrix KEEP SATISFIED FOCUS EFFORTS RESPOND TO REQUEST KEEP INFORMED INTEREST in your cy

180 3. Use adapted communication tools What do your stakeholders wants to know? What are the most appropriate tools? Intranet news letter new year message of the CEO face-to-face meetings Website Media Company visits, open days Jobs fairs, jobs descriptions External projects Product & processes labels

181 Also think about Blogs Online feedback Box for ideas (Online) platform Apps

182 The content ready meal Your target audiences: they all lack time Companies should offer the fast food equivalent of information If you want your information to be picked up or disseminated by third parties, you have to make their lives as easy as possible

183 Example: Clients Sodexo Group 183

The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon

The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon strategies Arab Hoballah, UNEP SUSTAINABLE AND COMPETITIVE HOTELS THROUGH ENERGY INNOVATION - NEZEH 2015 L'INNOVATION ÉNERGÉTIQUE AU SERVICE

Plus en détail

Sous-traitance et fournisseurs, comment anticiper et gérer les crises du type Bangladesh? 5 Juin 2014

Sous-traitance et fournisseurs, comment anticiper et gérer les crises du type Bangladesh? 5 Juin 2014 Sous-traitance et fournisseurs, comment anticiper et gérer les crises du type Bangladesh? 5 Juin 2014 BSR s Consumer Products Practice Our Consumer Products Practice focuses on building supply chains for

Plus en détail

ICH Q8, Q9 and Q10. Krishnan R. Tirunellai, Ph. D. Bureau of Pharmaceutical Sciences Therapeutic Products Directorate Health Canada December 4, 2008

ICH Q8, Q9 and Q10. Krishnan R. Tirunellai, Ph. D. Bureau of Pharmaceutical Sciences Therapeutic Products Directorate Health Canada December 4, 2008 ICH Q8, Q9 and Q10 An Opportunity to Build Quality into Product Krishnan R. Tirunellai, Ph. D. Bureau of Pharmaceutical Sciences Therapeutic Products Directorate Health Canada December 4, 2008 Sequence

Plus en détail

Experiences TCM QUALITY MARK. Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000

Experiences TCM QUALITY MARK. Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000 TCM QUALITY MARK Jean-Marc Bachelet Tocema Europe workshop 4 Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000 + lead auditors for certification bodies Experiences Private and state companies,

Plus en détail

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference 13-14 novembre 2008-13th -14th Novembre 2008 Centre des Congrès, Lyon Le rôle des accords d entreprise transnationaux

Plus en détail

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes Le Centre d Innovation des Technologies sans Contact-EuraRFID (CITC EuraRFID) est un acteur clé en matière de l Internet des Objets et de l Intelligence Ambiante. C est un centre de ressources, d expérimentations

Plus en détail

GUEST AMENITY PORTFOLIO

GUEST AMENITY PORTFOLIO GUEST AMENITY PORTFOLIO Eco-green Creation Production Distribution 28 29 COSMETIC REGULATIONS & USERS SAFETY We guarantee the safety and conformity of all our cosmetic products, including their traceability.

Plus en détail

3 rd ORGANIC PROCESSING CONFERENCE

3 rd ORGANIC PROCESSING CONFERENCE 3 rd ORGANIC PROCESSING CONFERENCE FUTURE CHALLENGES: Sustainability, Quality, Integrity & New Regulation Yvonne Henkel AöL Rapporteur for Sustainability 17 18 November, Paris New environmental management

Plus en détail

Managing Electricity Sourcing in Europe's Energy Intensive Industry - A Methodology to Develop an Electricity Sourcing Strategy

Managing Electricity Sourcing in Europe's Energy Intensive Industry - A Methodology to Develop an Electricity Sourcing Strategy Managing Electricity Sourcing in Europe's Energy Intensive Industry - A Methodology to Develop an Electricity Sourcing Strategy THÈSE N O 5124 (2011) PRÉSENTÉE le 22 septembre 2011 À LA FACULTÉ MANAGEMENT

Plus en détail

PRIORITIES OF SUSTAINABLE SOIL MANAGEMENT IN BENIN. Prof. IGUE A. M.

PRIORITIES OF SUSTAINABLE SOIL MANAGEMENT IN BENIN. Prof. IGUE A. M. PRIORITIES OF SUSTAINABLE SOIL MANAGEMENT IN BENIN Prof. IGUE A. M. ETAT DES SOLS AU BENIN Dégradation physique des sols Erosion en nappe et en rigole avec enlèvement des particules de terre Erosion en

Plus en détail

Lean approach on production lines Oct 9, 2014

Lean approach on production lines Oct 9, 2014 Oct 9, 2014 Dassault Mérignac 1 Emmanuel Théret Since sept. 2013 : Falcon 5X FAL production engineer 2011-2013 : chief project of 1st lean integration in Merignac plant 2010 : Falcon 7X FAL production

Plus en détail

Récapitulatif du budget et du plan de financement (en milliers de dollars des États-Unis) Catégorie de dépenses FIDA Cofinancement 1 Gestion des projets 270 000 110 000 Consultants recrutés pour de courtes

Plus en détail

Présentation de la Boîte à Outiles du IOMC pour la Prise de Décisions sur la Gestion de produits Chimiques

Présentation de la Boîte à Outiles du IOMC pour la Prise de Décisions sur la Gestion de produits Chimiques Le projet est Présentation de la Boîte à Outiles du IOMC pour la Prise de Décisions sur la Gestion de produits Chimiques Mars 2015 Programme inter-organisations pour la gestion rationnelle des produits

Plus en détail

The Outsiders No Longer: Embracing Non-Traditional Candidates to Grow Your Development Team

The Outsiders No Longer: Embracing Non-Traditional Candidates to Grow Your Development Team The Outsiders No Longer: Embracing Non-Traditional Candidates to Grow Your Development Team First Last Position, Firm Carmen Charette Vice President, External Relations, University of Victoria Colm Renehan

Plus en détail

Design and creativity in French national and regional policies

Design and creativity in French national and regional policies Design and creativity in French national and regional policies p.01 15-06-09 French Innovation policy Distinction between technological innovation and non-technological innovation (including design) French

Plus en détail

APPROACHES TO SOCIAL LIFE CYCLE ASSESSMENT

APPROACHES TO SOCIAL LIFE CYCLE ASSESSMENT APPROACHES TO SOCIAL LIFE CYCLE ASSESSMENT Impossible d'afficher l'image. Votre ordinateur manque peut-être de Keynote lecture, 3 rd International Seminar on Social LCA 6 th May 2013 Professor Roland Clift

Plus en détail

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique?

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Mardi 3 juin 2014 Younes TAZI Directeur Général Agence Marocaine de Développement de la Logistique younes.tazi@amdl.gov.ma

Plus en détail

GLOBAL COMPACT EXAMPLE

GLOBAL COMPACT EXAMPLE GLOBAL COMPACT EXAMPLE Global Compact Good Practice GROUPE SEB 2004-2005 1/4 FIRM: GROUPE SEB TITLE: GROUPE SEB Purchasing Policy contributing to sustainable development GC PRINCIPLES taken into account:

Plus en détail

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Le capital Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs social capital An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Présentation des participants participants presentation Fondation Dufresne et Gauthier

Plus en détail

Developpement & Formation. Serge Dubois, BP Algeria Communications Manager

Developpement & Formation. Serge Dubois, BP Algeria Communications Manager Developpement & Formation Serge Dubois, BP Algeria Communications Manager Building capability «BP Strategy, Safety People Performance» Tony Hayward, CEO BP Octobre 2007 Human resources are the most invaluable

Plus en détail

GREDOR Gestion des Réseaux Electriques de Distribution Ouverts aux Renouvelables. Presentation and snapshot of achieved work

GREDOR Gestion des Réseaux Electriques de Distribution Ouverts aux Renouvelables. Presentation and snapshot of achieved work GREDOR Gestion des Réseaux Electriques de Distribution Ouverts aux Renouvelables Presentation and snapshot of achieved work FLEXIPAC meeting Bertrand Cornélusse, University of Liège December 2014 1 P L

Plus en détail

SENEGAL DIAGNOSTICS DE LA GOUVERNANCE TRANSPORTS ET TRAVAUX PUBLICS

SENEGAL DIAGNOSTICS DE LA GOUVERNANCE TRANSPORTS ET TRAVAUX PUBLICS SENEGAL DIAGNOSTICS DE LA GOUVERNANCE TRANSPORTS ET TRAVAUX PUBLICS FOCUS GROUPE: Sociétés Privées qui Utilisent Services de Transport Terrestre et/ou PAD Groupe A Routes et Port Les questions de Sections

Plus en détail

Autres termes clés (Other key terms)

Autres termes clés (Other key terms) Autres termes clés (Other key terms) Norme Contrôle qualité des cabinets réalisant des missions d audit ou d examen d états financiers et d autres missions d assurance et de services connexes ( Quality

Plus en détail

Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche. Pathways for effective governance of the English Channel

Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche. Pathways for effective governance of the English Channel Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche Pathways for effective governance of the English Channel Prochaines étapes vers une gouvernance efficace de la Manche Next steps for effective

Plus en détail

Réussir en Afrique. Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique.

Réussir en Afrique. Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique. Réussir en Afrique Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique. 1 2 Le Cabinet CBI, dirigé par Ousmane H. Guedi vous accompagne dans votre conquête du marché africain,

Plus en détail

Bienvenue au Séminaire sur les Chaussées urbaines

Bienvenue au Séminaire sur les Chaussées urbaines Welcome to the Seminar on Urban Pavements Bienvenue au Séminaire sur les Chaussées urbaines Association mondiale de la route World Road Association Seminar on Urban Pavements Séminaire sur les Chaussées

Plus en détail

The evolution and consequences of the EU Emissions Trading System (EU ETS)

The evolution and consequences of the EU Emissions Trading System (EU ETS) The evolution and consequences of the EU Emissions Trading System (EU ETS) Jon Birger Skjærseth Montreal 27.10.08 reproduction doivent être acheminées à Copibec (reproduction papier) Introduction What

Plus en détail

Information Security Management Lifecycle of the supplier s relation

Information Security Management Lifecycle of the supplier s relation 1 Information Security Management Lifecycle of the supplier s relation VS Gery Mollers Conseiller en Sécurité du Système d Information 2 SUPPLIER GOVERNANCE Why? Undiable Partner for Infor. System Maintenance

Plus en détail

Export crops and food deficits. Cultures d exportation et déficits alimentaires

Export crops and food deficits. Cultures d exportation et déficits alimentaires Export crops and food deficits Cultures d exportation et déficits alimentaires Niek Koning Wageningen Univers ity Lessons to be learned from the EU Leçons à tirer de l UE The EU has always pursued food

Plus en détail

Sharing Green Economy Best Practices Towards Rio+20 High-level conference, 11-12 Oct 2011, Warsaw, Poland

Sharing Green Economy Best Practices Towards Rio+20 High-level conference, 11-12 Oct 2011, Warsaw, Poland Jobs-Environment Pact Sustainable Construction Sharing Green Economy Best Practices Towards Rio+20 High-level conference, 11-12 Oct 2011, Warsaw, Poland, Belgium 1 Belgium 3 Regions Flanders Region Walloon

Plus en détail

AWICO instrument pour le bilan de compétences élargie

AWICO instrument pour le bilan de compétences élargie AWICO instrument pour le bilan de compétences élargie No. 2009 LLP-LdV-TOI-2009-164.603 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2009 Type de Projet: Statut: Accroche marketing: Résumé: Description:

Plus en détail

Nos Métiers. Historique. Notre Vision. Notre Mission

Nos Métiers. Historique. Notre Vision. Notre Mission Historique 1958 : Création de la SMMO : Minoterie de blé tendre à Oujda. Première minoterie cotée en bourse entre 1972 et 1980. 1989 : Création de la société COPATES ; première unité industrielle de production

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

IS/07/TOI/164004. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=6140

IS/07/TOI/164004. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=6140 La vente au détail - RetAiL est un cours fondé sur la technologie de l information, un IS/07/TOI/164004 1 Information sur le projet La vente au détail - RetAiL est un cours fondé sur la technologie de

Plus en détail

1. City of Geneva in context : key facts. 2. Why did the City of Geneva sign the Aalborg Commitments?

1. City of Geneva in context : key facts. 2. Why did the City of Geneva sign the Aalborg Commitments? THE AALBORG COMMITMENTS IN GENEVA: AN ASSESSMENT AT HALF-TIME 1. City of Geneva in context : key facts 2. Why did the City of Geneva sign the Aalborg Commitments? 3. The Aalborg Commitments: are they useful

Plus en détail

Tier 1 / Tier 2 relations: Are the roles changing?

Tier 1 / Tier 2 relations: Are the roles changing? Tier 1 / Tier 2 relations: Are the roles changing? Alexandre Loire A.L.F.A Project Manager July, 5th 2007 1. Changes to roles in customer/supplier relations a - Distribution Channels Activities End customer

Plus en détail

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC)

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) Reporting to the General Manager, Engineering and Maintenance, you will provide strategic direction on the support and maintenance of

Plus en détail

Agro-environmental Monitoring: a Tool for Evaluation and Support of Decision-making in Swiss Agricultural Policy

Agro-environmental Monitoring: a Tool for Evaluation and Support of Decision-making in Swiss Agricultural Policy Département fédéral de l économie DFE Office fédéral de l agriculture OFAG Agro-environmental Monitoring: a Tool for Evaluation and Support of Decision-making in Swiss Agricultural Policy, Federal Office

Plus en détail

Girls and Boys, Women and Men - Filles et garçons, femmes et hommes - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility

Girls and Boys, Women and Men - Filles et garçons, femmes et hommes - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility Girls and Boys, Women and Men - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility Filles et garçons, femmes et hommes - respecter les différences, promouvoir l égalité et partager les

Plus en détail

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095 Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2008 Type de Projet: Statut: Accroche marketing: Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 Projets de transfert

Plus en détail

GLOSSAIRE PSYCHOLOGICAL AND BEHAVIORAL BARRIER

GLOSSAIRE PSYCHOLOGICAL AND BEHAVIORAL BARRIER GLOSSAIRE THEME CREST WP1 BARRIERE PSYCHOLOGIQUE ET COMPORTEMENTALE BATIMENT INTELLIGENT CAPTEURS CHANGEMENT CLIMATIQUE CHEMINEMENT EDUCATIF COMPORTEMENT CONSEIL ECHANGES PROFESSIONNELS ECO UTILISATION

Plus en détail

Programme scientifique MUST

Programme scientifique MUST Programme scientifique MUST Management of Urban Smart Territories 03/06/2014 Claude Rochet - Florence Pinot 1 Qu est-ce qui fait qu une ville est «smart»? Ce n est pas une addition de «smarties»: smart

Plus en détail

147788-LLP IT-ECVET N.E.T.WORK

147788-LLP IT-ECVET N.E.T.WORK ECVET system for No borders in tourism hospitality European Training and Work N.E.T.WORK 147788--1-IT-ECVET Units of learning outcomes What methods have you used? Le projet a pris en compte, à l avance

Plus en détail

MOVILISE-Le cours en anglais pour les hommes de sport sportsman par l usage des methodes nouvelles

MOVILISE-Le cours en anglais pour les hommes de sport sportsman par l usage des methodes nouvelles MOVILISE-Le cours en anglais pour les hommes de sport sportsman par l usage des methodes nouvelles 2009-1-TR1-LEO05-08709 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2009 Type de Projet: Statut:

Plus en détail

Section B: Receiving and Reviewing the Technician Inspection Report & Claims Decision Process

Section B: Receiving and Reviewing the Technician Inspection Report & Claims Decision Process Phoenix A.M.D. International Inc. - Claim Procedures, Timelines & Expectations Timelines & Expectations 1. All telephone messages and e-mail correspondence is to be handled and responded back to you within

Plus en détail

Marketing Régional et Mondial Copyright 2015 Miami Association of Realtors

Marketing Régional et Mondial Copyright 2015 Miami Association of Realtors MLS - Local and Global Marketing Marketing Régional et Mondial Copyright 2015 Miami Association of Realtors Teresa King Kinney CEO Miami Association of Realtors Miami Association of Realtors 40,000 Members

Plus en détail

eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME

eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME Agenda What do we have today? What are our plans? What needs to be solved! What do we have today?

Plus en détail

INTERREG VA France (Channel) England Programme. INTERREG VA Programme France (Manche) Angleterre. South West Facilitator Julie BECEL

INTERREG VA France (Channel) England Programme. INTERREG VA Programme France (Manche) Angleterre. South West Facilitator Julie BECEL INTERREG VA France (Channel) England Programme INTERREG VA Programme France (Manche) Angleterre South West Facilitator Julie BECEL Contents Sommaire 1. Schedule Calendrier 2. Eligible area Territoire éligible

Plus en détail

Empowering small farmers and their organizations through economic intelligence

Empowering small farmers and their organizations through economic intelligence Empowering small farmers and their organizations through economic intelligence Soutenir les petits agriculteurs et leurs organisations grâce à l intelligence économique XOF / kg RONGEAD has been supporting

Plus en détail

GEIDE MSS /IGSS. The electronic document management system shared by the Luxembourg

GEIDE MSS /IGSS. The electronic document management system shared by the Luxembourg GEIDE MSS /IGSS The electronic document management system shared by the Luxembourg Social Security Ministry and IGSS Introduction: The administrative context IGSS missions Legal and international affairs

Plus en détail

companies FEDERAL BILINGUAL VET DIPLOMA IN COMMERCE May 30th, 2013 Département de la solidarité et de l'emploi

companies FEDERAL BILINGUAL VET DIPLOMA IN COMMERCE May 30th, 2013 Département de la solidarité et de l'emploi FEDERAL BILINGUAL VET DIPLOMA IN COMMERCE A new offer adapted to English speaking companies May 30th, 2013 19.06.2013 - Page 1 SWISS PILOT PROJECT DEVELOPED IN GENEVE Project from the Swiss Confederation

Plus en détail

Nouvelles tendances en agriculture et en sécurité alimentaire

Nouvelles tendances en agriculture et en sécurité alimentaire OCP Policy Center Seminar series Nouvelles tendances en agriculture et en sécurité alimentaire Omar Aloui 12 September 2014 Principales questions Sécurité alimentaire et agriculture Réponses passées Scénarios

Plus en détail

GREDOR Gestion des Réseaux Electriques de Distribution Ouverts aux Renouvelables

GREDOR Gestion des Réseaux Electriques de Distribution Ouverts aux Renouvelables GREDOR Gestion des Réseaux Electriques de Distribution Ouverts aux Renouvelables Can operational planning decrease distribution costs? - La gestion prévisionnelle pour diminuer les coûts de distribution?

Plus en détail

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations Initiative d excellence de l université de Bordeaux Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014 Recommandations 2/1 RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE Une feuille de route pour le conseil de gestion

Plus en détail

Particulars. RSPO Annual Communications of Progress 2014. About Your Organisation. Membership. Organisation Name. SMB (St Michel Biscuits)

Particulars. RSPO Annual Communications of Progress 2014. About Your Organisation. Membership. Organisation Name. SMB (St Michel Biscuits) Particulars About Your Organisation Organisation Name SMB (St Michel Biscuits) Corporate Website Address http://www.stmichel.fr Primary Activity or Product Manufacturer Related Company(ies) Membership

Plus en détail

MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT --------- FONCTIONNEMENT et GESTION des ECOSYSTEMES MARINS

MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT --------- FONCTIONNEMENT et GESTION des ECOSYSTEMES MARINS MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT --------- FONCTIONNEMENT et GESTION des ECOSYSTEMES MARINS PEGASEAS Theme: MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT: final outputs and Questions of the reports:

Plus en détail

* * * * * * * * * * * * * * * * * ***

* * * * * * * * * * * * * * * * * *** RÉPONSE DE GAZ MÉTRO À UNE DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS Origine : Demande de renseignements n o 1 en date du 19 août 2010 Demandeur : Association pétrolière et gazière du Québec Référence : (i) Gaz Métro-1,Document

Plus en détail

dualine An INRA-CIRAD prospective study on Food System and Sustainability Aims and First Issues L.G. Soler INRA-Paris

dualine An INRA-CIRAD prospective study on Food System and Sustainability Aims and First Issues L.G. Soler INRA-Paris dualine An INRA-CIRAD prospective study on Food System and Sustainability Aims and First Issues L.G. Soler INRA-Paris 1 General Context The issue of sustainable food systems raises several challenges:

Plus en détail

Renewable Energy For a Better World. Transforming Haïti s energy challenges into wealth and job creating opportunities ENERSA

Renewable Energy For a Better World. Transforming Haïti s energy challenges into wealth and job creating opportunities ENERSA Renewable Energy For a Better World Transforming Haïti s energy challenges into wealth and job creating opportunities COMPANY PROFILE Haiti's only designer and MANUFACTURER of solar panels and solar appliances

Plus en détail

Technical Capability in SANRAL. Les compétences et capacités techniques du SANRAL. Solutions. Les solutions

Technical Capability in SANRAL. Les compétences et capacités techniques du SANRAL. Solutions. Les solutions Technical Capability in SANRAL Les compétences et capacités techniques du SANRAL Solutions Les solutions 2 3 2007 SANRAL 2007 SANRAL Continuous change Integrated, systemic solutions Global focus Multiple

Plus en détail

La Convention des Maires Un engagement pour une politique européenne énergie et climat

La Convention des Maires Un engagement pour une politique européenne énergie et climat La Convention des Maires Un engagement pour une politique européenne énergie et climat Namur, 21 Octobre 2015 Elodie Bossio, FEDARENE Bureau de la Convention des Maires La Convention des Maires en chiffres

Plus en détail

EN UNE PAGE PLAN STRATÉGIQUE

EN UNE PAGE PLAN STRATÉGIQUE EN UNE PAGE PLAN STRATÉGIQUE PLAN STRATÉGIQUE EN UNE PAGE Nom de l entreprise Votre nom Date VALEUR PRINCIPALES/CROYANCES (Devrait/Devrait pas) RAISON (Pourquoi) OBJECTIFS (- AN) (Où) BUT ( AN) (Quoi)

Plus en détail

chose this school : Oui - yes Non- no Commentaires - Comments

chose this school : Oui - yes Non- no Commentaires - Comments 1) Le nom de votre établissement et la ville School Name and City: 2) Vos enfants sont scolarisés...- Your children are in. oui - yes non - no au primaire (maternelle, élémentaire) PreK or 1-5 Grade au

Plus en détail

Sustainability Monitoring and Reporting: Tracking Your Community s Sustainability Performance

Sustainability Monitoring and Reporting: Tracking Your Community s Sustainability Performance Sustainability Monitoring and Reporting: Tracking Your Community s Sustainability Performance Thursday, February 11 th, 2011 FCM Sustainable Communities Conference, Victoria, BC The Agenda 1. Welcome and

Plus en détail

Débat Citoyen Planétaire Climat et Energie. Provence-Alpes-Côte d Azur (France)

Débat Citoyen Planétaire Climat et Energie. Provence-Alpes-Côte d Azur (France) Débat Citoyen Planétaire Climat et Energie Provence-Alpes-Côte d Azur (France) Provence-Alpes-Côte d Azur Une Région à fortes disparités / A lot of disparities Population: 5 000 000 80% sur le littoral

Plus en détail

Rational Team Concert

Rational Team Concert Une gestion de projet agile avec Rational Team Concert Samira Bataouche Consultante, IBM Rational France 1 SCRUM en Bref Events Artifacts Development Team Source: Scrum Handbook 06 Décembre 2012 Agilité?

Plus en détail

COLLOQUE AVIATION ET ENVIRONNEMENT, PAU 6 ET 7 FÉVRIER 2013

COLLOQUE AVIATION ET ENVIRONNEMENT, PAU 6 ET 7 FÉVRIER 2013 COLLOQUE AVIATION ET ENVIRONNEMENT, PAU 6 ET 7 FÉVRIER 2013 Le marché des équipements, des éléments d avion, des moteurs recyclés Introduction à la table ronde : Christophe Gauthierot,Directeur Général

Plus en détail

Capacity Development for Local Authorities

Capacity Development for Local Authorities Implemented by Capacity Development for Local Authorities Virtual cooperation for capacity development in solid waste management in Morocco and Tunisia Seite 1 Implemented by Background and objectives

Plus en détail

SC 27/WG 5 Normes Privacy

SC 27/WG 5 Normes Privacy SC 27/WG 5 Normes Privacy Club 27001 Toulousain 12/12/2014 Lionel VODZISLAWSKY Chief Information Officer l.vodzislawsky@celtipharm.com PRE-CTPM 141212-Club27001 Toulouse normes WG5_LV L organisation de

Plus en détail

Gestion de la configuration et contrôle du code source

Gestion de la configuration et contrôle du code source MGL7460 Automne 2015 Gestion de la configuration et contrôle du code source Guy Tremblay Professeur Département d informatique UQAM http://www.labunix.uqam.ca/~tremblay 10 septembre 2015 Parmi les premières

Plus en détail

PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES COMMUNICATION SUR LE PROGRÈS - 2012

PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES COMMUNICATION SUR LE PROGRÈS - 2012 PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES COMMUNICATION SUR LE PROGRÈS - 2012 Ce document «Communication sur le Progrès» détaille la manière dont le Mailclub a implanté en son sein les principes du Pacte Mondial

Plus en détail

Appel à Présentations de PMEs. «Workshop on GNSS applications» Toulouse Space Show 2014. En présence de la GSA (European GNSS Agency)

Appel à Présentations de PMEs. «Workshop on GNSS applications» Toulouse Space Show 2014. En présence de la GSA (European GNSS Agency) Appel à Présentations de PMEs «Workshop on GNSS applications» Toulouse Space Show 2014 En présence de la GSA (European GNSS Agency) 1. TOULOUSE SPACE SHOW Le Toulouse Space Show 2014 se tiendra du 30 Juin

Plus en détail

ADQ IR Implementation

ADQ IR Implementation ADQ IR Implementation DSNA experience Direction Générale de l Aviation Civile CONTENTS DSNA considerations ADQ objectives The context : a coordinated approach DSNA approach to ADQ implementation The pillars

Plus en détail

AGROCUA "Vers la certification par unités d'apprentissage dans les formations européennes du secteur agronomique, s'y préparer : un défi.

AGROCUA Vers la certification par unités d'apprentissage dans les formations européennes du secteur agronomique, s'y préparer : un défi. Leonardo da Vinci PARTNERSHIPS 2012-2014 Project AGROCUA "Vers la certification par unités d'apprentissage dans les formations européennes du secteur agronomique, s'y préparer : un défi." «Towards Certification

Plus en détail

Contrôle Interne et Gouvernance IT avec Lotus Business Control and Reporting. Olivier Elluin

Contrôle Interne et Gouvernance IT avec Lotus Business Control and Reporting. Olivier Elluin Contrôle Interne et Gouvernance IT avec Lotus Business Control and Reporting Olivier Elluin Agenda Contrôle Interne et Gouvernance IT Lotus Business Control and Reporting Besoins Fonctions Générales Présentation

Plus en détail

The managing Information system (S.I.D.) of the Civil Servants Health Insurance. Mutualité Fonction Publique - Direction des Systèmes d Information

The managing Information system (S.I.D.) of the Civil Servants Health Insurance. Mutualité Fonction Publique - Direction des Systèmes d Information The managing Information system (S.I.D.) of the Civil Servants Health Insurance Mutualité Fonction Publique - Direction des Systèmes d Information Joseph GARACOITS - Isabelle RICHARD France Intervention

Plus en détail

Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY

Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY Johannesburg (Afrique du Sud) 4 au 7 mars 2007 Johannesburg (South Africa)

Plus en détail

Un Groupe organisé autour d un concept «Full Service» A GROUP ORGANISED IN A FULL SERVICE CONCEPT

Un Groupe organisé autour d un concept «Full Service» A GROUP ORGANISED IN A FULL SERVICE CONCEPT Le groupe PARIS AXE COSMÉTIQUE PARISAXE COSMETIC GROUP Créé en 1999, PARIS AXE COSMÉTIQUE est aujourd hui un Groupe leader, acteur majeur du secteur de la Beauté. Il est composé de deux activités principales

Plus en détail

RENCONTRE DES EXPERTS DES COMITÉS TECHNIQUES DE L AIPCR

RENCONTRE DES EXPERTS DES COMITÉS TECHNIQUES DE L AIPCR RENCONTRE DES EXPERTS DES COMITÉS TECHNIQUES DE L AIPCR C4 3 CHAUSSÉES ROUTIÈRES JP. CHRISTORY LROP Paris 20 mars 2008 LES AXES DE TRAVAIL ET PRODUITS DU C 4-3 «Chaussées routières» Les séminaires chaussées

Plus en détail

We Generate. You Lead.

We Generate. You Lead. www.contact-2-lead.com We Generate. You Lead. PROMOTE CONTACT 2 LEAD 1, Place de la Libération, 73000 Chambéry, France. 17/F i3 Building Asiatown, IT Park, Apas, Cebu City 6000, Philippines. HOW WE CAN

Plus en détail

State as a shareholder, corporate governance of SOEs

State as a shareholder, corporate governance of SOEs France : Etat-actionnaire, gouvernance des entreprises publiques State as a shareholder, corporate governance of SOEs Alain TURC, contrôleur général économique et financier Ministère de l économie, des

Plus en détail

1 ère mondiale. Carol PTAK "Roughly Right is better than precisely wrong"

1 ère mondiale. Carol PTAK Roughly Right is better than precisely wrong 1 ère mondiale Carol PTAK "Roughly Right is better than precisely wrong" All material and content copyright 2015 Institute. All rights reserved. 1 http://demanddriveninstitute.com/ Carol PTAK est actuellement

Plus en détail

Circular Economy Potential for Luxembourg and the Greater Region?

Circular Economy Potential for Luxembourg and the Greater Region? Circular Economy Potential for Luxembourg and the Greater Region? Dr. Paul Schosseler Director CRTE / CRP Henri Tudor Vice-president LuxembourgEcoInnovation Cluster 2 3 4 Circular Economy (C.E.) A circular

Plus en détail

34, rue Duranton 75015 Paris Tél. : +33 (0)1 44 26 25 44 Fax : +33 (0)173 72 99 09 contact@objectim.fr www.objectim.fr

34, rue Duranton 75015 Paris Tél. : +33 (0)1 44 26 25 44 Fax : +33 (0)173 72 99 09 contact@objectim.fr www.objectim.fr 34, rue Duranton 75015 Paris Tél. : +33 (0)1 44 26 25 44 Fax : +33 (0)173 72 99 09 contact@objectim.fr www.objectim.fr des projets maîtrisés / the well-managed projects ANALYSER ORGANISER AGIR CONTROLER

Plus en détail

ERA-Net Call Smart Cities. CREM, Martigny, 4 décembre 2014 Andreas Eckmanns, Responsable de la recherche, Office Fédéral de l énergie OFEN

ERA-Net Call Smart Cities. CREM, Martigny, 4 décembre 2014 Andreas Eckmanns, Responsable de la recherche, Office Fédéral de l énergie OFEN ERA-Net Call Smart Cities CREM, Martigny, 4 décembre 2014 Andreas Eckmanns, Responsable de la recherche, Office Fédéral de l énergie OFEN Une Smart City, c est quoi? «Une Smart City offre à ses habitants

Plus en détail

EESC - GROUP I. European Economic and Social Committee Employers' Group CESE - GROUPE I. Comité économique et social européen Groupe des Employeurs

EESC - GROUP I. European Economic and Social Committee Employers' Group CESE - GROUPE I. Comité économique et social européen Groupe des Employeurs EESC - GROUP I European Economic and Social Committee Employers' Group CESE - GROUPE I Comité économique et social européen Groupe des Employeurs New work - 1-2014 Nouveaux travaux - 1-2014 1 - INT/729

Plus en détail

L expérience de donner forme aux idées. Experience in shaping ideas. Custom

L expérience de donner forme aux idées. Experience in shaping ideas. Custom L expérience de donner forme aux idées. Experience in shaping ideas. Custom Nous laissons place à vos idées - we let your ideas grow Modeler la matière pour donner vie à de nouvelles formes De 1955 à ce

Plus en détail

Assoumta Djimrangaye Coordonnatrice de soutien au développement des affaires Business development support coordinator

Assoumta Djimrangaye Coordonnatrice de soutien au développement des affaires Business development support coordinator 2008-01-28 From: [] Sent: Monday, January 21, 2008 6:58 AM To: Web Administrator BCUC:EX Cc: 'Jean Paquin' Subject: RE: Request for Late Intervenorship - BCHydro Standing Offer C22-1 Dear Bonnie, Please

Plus en détail

EUDAT and CINES data preservation services. Workshop PREDON Stéphane Coutin 05 nov 2014

EUDAT and CINES data preservation services. Workshop PREDON Stéphane Coutin 05 nov 2014 EUDAT and CINES data preservation services Workshop PREDON Stéphane Coutin 05 nov 2014 Le CINES Basé à Montpellier (Hérault, France) EPA créé en 1999, succédant au CNUSC (Centre National Universitaire

Plus en détail

Plan Vert de l industrie touristique montréalaise 21 février 2014

Plan Vert de l industrie touristique montréalaise 21 février 2014 Plan Vert de l industrie touristique montréalaise 21 février 2014 Historique de la démarche 2009 2011 Comité vert de l industrie touristique Plan Vert 2010-2013 Comité vert interne à Tourisme Montréal

Plus en détail

Editing and managing Systems engineering processes at Snecma

Editing and managing Systems engineering processes at Snecma Editing and managing Systems engineering processes at Snecma Atego workshop 2014-04-03 Ce document et les informations qu il contient sont la propriété de Ils ne doivent pas être copiés ni communiqués

Plus en détail

SwitchMed Connect 2015 Communication Kit Newsletter, Twitter, Facebook and Linkedin templates. English - Français

SwitchMed Connect 2015 Communication Kit Newsletter, Twitter, Facebook and Linkedin templates. English - Français SwitchMed Connect 2015 Communication Kit Newsletter, Twitter, Facebook and Linkedin templates 1 English - Français English - (French below) A. Newsletter templates Title: SwitchMed Connect: Join the first

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Etude comparative des pratiques de l intelligence économique entre le Maroc, l Afrique du Sud et le Brésil Par: Mourad Oubrich 3 Plan de la présentation Contexte Cadre conceptuel de l IE Etude empirique

Plus en détail

October 6, 2003. Jos Engelen VLVnT Workshop, NIKHEF

October 6, 2003. Jos Engelen VLVnT Workshop, NIKHEF October 6, 2003 Jos Engelen VLVnT Workshop, NIKHEF Astroparticle Physics European Coordination between European Funding Agencies: France, Germany, Italy, United Kingdom, The Netherlands, Spain, Greece,

Plus en détail

6. Les désastres environnementaux sont plus fréquents. 7. On ne recycle pas ses déchets ménagers. 8. Il faut prendre une douche au lieu d un bain.

6. Les désastres environnementaux sont plus fréquents. 7. On ne recycle pas ses déchets ménagers. 8. Il faut prendre une douche au lieu d un bain. 1. Notre planète est menacée! 2. Il faut faire quelque chose! 3. On devrait faire quelque chose. 4. Il y a trop de circulation en ville. 5. L air est pollué. 6. Les désastres environnementaux sont plus

Plus en détail

2012, EUROPEEN YEAR FOR ACTIVE AGEING 2012, ANNEE EUROPEENNE DU VIEILLISSEMENT ACTIF

2012, EUROPEEN YEAR FOR ACTIVE AGEING 2012, ANNEE EUROPEENNE DU VIEILLISSEMENT ACTIF 2012, EUROPEEN YEAR FOR ACTIVE AGEING 2012, ANNEE EUROPEENNE DU VIEILLISSEMENT ACTIF Kick off transnational project meeting June 6 & 7th 2011 6 et 7 Juin 2011 CERGY/ VAL D OISE Monday june 6th morning

Plus en détail

JOURNÉE I-TÉSÉ 2010 EFFICACITÉ DES SYSTÈMES ÉNERGÉTIQUES

JOURNÉE I-TÉSÉ 2010 EFFICACITÉ DES SYSTÈMES ÉNERGÉTIQUES JOURNÉE I-TÉSÉ 2010 EFFICACITÉ DES SYSTÈMES ÉNERGÉTIQUES Les stratégies des entreprises face au changement climatique : le cas du CO2 A Managerial Perspective on the Porter Hypothesis: The Case of CO 2

Plus en détail

Memorandum of Understanding

Memorandum of Understanding Memorandum of Understanding File code of the Memorandum of Understanding (optional) texte 1. Objectives of the Memorandum of Understanding The Memorandum of Understanding 1 (MoU) forms the framework for

Plus en détail

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011.

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. Sent: 11 May 2011 10:53 Subject: Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. I look forward to receiving two signed copies of this letter. Sent: 10

Plus en détail

TITRE DE LA THESE. Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie. Par. Riadh Béchir. Unité de recherche ; Laboratoire ;

TITRE DE LA THESE. Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie. Par. Riadh Béchir. Unité de recherche ; Laboratoire ; TITRE DE LA THESE Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie Par Riadh Béchir Unité de recherche ; Laboratoire ; Entreprise - Economie - Environnement Economie et sociétés rurales

Plus en détail