aux psychomotriciens En savoir plus sur... SOMMAIRE Le Développement Professionnel Continu

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "aux psychomotriciens En savoir plus sur... SOMMAIRE Le Développement Professionnel Continu"

Transcription

1 La Lettre aux psychomotriciens Juin 2013 L équipe du S.N.U.P. vous souhaite un très bel été SOMMAIRE w Dossier DPC w News w InfoSnup w JA Saint Etienne / octobre 2013 w Bulletin d adhésion 2013 w Collections revues TPM En savoir plus sur... Spécial* Formation Professionnelle La Lettre aux psychomotriciens est un supplément au numéro 172 de la Revue. Equipe rédactionnelle : Raphaëlle BAUGUE, Florence BASTARD, Jean DREUIHLE & Yannick THOMAS Réalisation : LYDIE L équipe du S.N.U.P. tient à vous remercier du soutien que vous apportez au syndicat et aux bénévoles qui l ont géré depuis sa création en Aujourd hui vous êtes de plus en plus nombreux à nous faire confiance, c est notre force. Notre force c est aussi de vous donner les moyens de participer à la vie du syndicat, de nouvelles orientations vont être proposées prochainement dans ce sens. C est en conjuguant nos compétences que nous pourrons faire évoluer la profession. Les échanges entre le S.N.U.P. et les psychomotriciens (et plus particulièrement les adhérents) sont importants à nos yeux. Nous avons toujours essayé d y attacher un grand intérêt. Chaque année manifestations et rencontres offrent la possibilité de se réunir et d échanger avec les membres du S.N.U.P. Merci de votre soutien > Edito DOSSIER Le Développement Professionnel Continu Le DPC : un nouveau concept L évaluation des pratiques professionnelles (EPP) et la formation continue (FC) sont désormais intégrées dans un dispositif unique : le Développement Professionnel Continu (DPC), obligatoire pour tous les paramédicaux depuis le 1 er janvier La finalité est de développer des programmes intégrés, adaptés aux pratiques des professionnels devant comporter des activités/ actions de formation continue, d EPP et de suivi. Vous trouverez dans cette lettre des articles et ressources nécessaires à la bonne compréhension de ce nouveau dispositif de formation continue. Ce dossier spécial étant important, les autres informations vous seront adressées en septembre. n Yannick THOMAS PS : Un document traitant des différents dossiers sera adressé à tous nos adhérents en octobre * Vous trouverez ce dossier sur le site du S.N.U.P. : ainsi qu un lexique des abréviations utilisées

2 DossierInfos DOSSIER Le Développement Professionnel Continu (DPC) Plusieurs décrets publiés au Journal Officiel du 2 janvier 2012 concernent la mise en œuvre des dispositions prévues par la loi HPST sur le développement professionnel continu des personnels de santé : DPC. Toutes les professions de santé sont concernées, dont les professions paramédicales, avec le décret n du 30 décembre 2011 relatif au développement professionnel (DPC) continu des professionnels de santé paramédicaux. Parmi elles, on trouve les psychomotriciens, inclus dans la catégorie des paramédicaux. Par cette réforme, les professionnels de santé bénéficieront d une offre de formation variée et mieux adaptée à leur exercice, à leurs préférences et à leurs besoins. En complément de cette réglementation nationale, libre à vous de continuer à suivre des actions de formation continue selon les modalités de votre choix et financées par vous-même ou votre fonds d assurance-formation (Faf-PM, Fif-PL) si vous exercez en libéral ; par votre organisme paritaire collecteur agréé (Opca-PL, ANFH, Unifaf, Uniformation ) ou par votre employeur dans les autres cas. 2 Qu est ce que le DPC? Le DPC : Réunir dans un concept commun les notions de formation professionnelle continue et d évaluation des pratiques. Le Développement Professionnel Continu trouve son origine dans l Article 59 de la Loi HPST de Juillet Il s agit de s inscrire dans un processus continu d analyse et d amélioration des pratiques destiné à améliorer la qualité et la sécurité des soins en tenant compte des priorités de santé publique (Nationales et Régionales) et dans le souci de la maîtrise médicalisée des dépenses de santé. Ce dispositif associe la formation continue et l évaluation des pratiques professionnelles. Sont concernés tous les membres des professions médicales (médecins, chirurgiens- dentistes, sages-femmes, pharmaciens), et paramédicales (dont les psychomotriciens), qu ils soient en exercice libéral ou salarié. La loi HPST (Loi n du 21 juillet 2009 portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires) instaure l obligation de développement professionnel continu (DPC) pour l ensemble des professionnels de santé. Selon l article 59 de cette loi, le DPC a pour objectifs «l évaluation des pratiques professionnelles, le perfectionnement des connaissances, l amélioration de la qualité et de la sécurité des soins ainsi que la prise en compte des priorités de santé publique et de la maîtrise médicalisée des dépenses de santé». Le DPC comporte l analyse, par les professionnels, de leurs pratiques ainsi que l acquisition ou l approfondissement des connaissances ou de compétences. Il constitue une obligation individuelle qui s inscrit dans une démarche permanente d amélioration de la qualité des soins. Les méthodes utilisables ont été validées par la Haute Autorité de Santé (HAS) en Décembre 2012, et les différents textes d application qui le rendent opérationnel sont quasiment tous publiés.

3 Principe du DPC Le professionnel de santé satisfait à son obligation de DPC en participant, au cours de chaque année civile à un programme de DPC collectif annuel ou pluriannuel. Ce programme de DPC doit : Être conforme à une orientation nationale ou régionale. Comporter une des méthodes et des modalités validées par la HAS après avis de la CSI. Être mis en œuvre par un organisme de DPC (O-DPC) qui est enregistré auprès de l OGDPC et évalué favorablement par la commission scientifique compétente. La perspective est de développer des programmes intégrés, adaptés aux pratiques des professionnels devant comporter des activités/ actions de formation continue, d EPP et de suivi ; Le suivi étant le plus souvent co substantiel des actions d analyse des pratiques ou d acquisition des connaissances. Le schéma ci-dessous illustre les principes fondamentaux du DPC Acquisition/ approfondissement des connaissances/compétences Développement Professionnel Continu Suivi des actions d amélioration de la qualité et de la sécurité des soins Analyse des pratiques HAS / DAQSS / SEVAM 2012 Le DPC permet ainsi d adopter une posture réflexive permettant d établir une liaison entre savoirs et actions, et donc d intégrer les savoirs dans la pratique professionnelle. La «pratique réflexive» amène le professionnel à réfléchir sur sa pratique de manière critique et constructive tout en créant des liens avec les connaissances (scientifiques ou autres) pour analyser l action pendant qu elle se déroule ou après qu elle se soit déroulée. 3 Qu est-ce qu un «Programme» de DPC? Un programme de DPC associe deux activités : 1. Analyse des pratiques professionnelles, lors d une activité explicite qui comporte : Un temps dédié (présentiel ou non). Un référentiel d analyse reposant sur des références actualisées (scientifiques, réglementaires, organisationnelles, éthiques, consensus d experts...). Une analyse critique et constructive des pratiques réalisées, par rapport à la pratique attendue. Des objectifs et des actions d amélioration. Un suivi de ces actions et une restitution des résultats aux professionnels. 2. Acquisition / perfectionnement des connaissances / compétences, lors d une activité explicite qui comporte : Un temps dédié (présentiel ou non). Des objectifs pédagogiques. Des supports pédagogiques reposant sur des références actualisées (scientifiques, réglementaires, éthiques, organisationnelles, consensus d experts,...). Une évaluation, notamment de l acquisition des connaissances, et une restitution des résultats aux professionnels. Les liens utiles Ces deux activités, sont articulées entre elles, sans ordre prédéfini et sont planifiées. Elles prévoient un temps d échange entre les participants au programme et concernant leurs pratiques (difficultés rencontrées, modalités de prise en charge, résultats obtenus,...). L indépendance de toute influence, notamment à l égard des entreprises fabriquant ou distribuant des produits de santé, est garantie par la Loi. La confidentialité des données personnelles des professionnels de santé, celles relatives à leurs pratiques, et celles des patients est également garantie.

4 > News suite DOSSIER Le Développement Professionnel Continu (DPC) 4 l LES 6 ENJEUX DU DPC 1. Le perfectionnement des connaissances 2. L analyse des pratiques professionnelles 3. L amélioration de la qualité et de la sécurité des soins 4. Le décloisonnement entre professionnels de santé 5. La prise en compte des priorités de santé publique 6. La maîtrise médicalisée des dépenses de santé l LES DATES CLÉS DU DPC u 21 juillet 2009 La loi «Hôpital, patients, santé et territoires» instaure l obligation de DPC qui est inscrite dans le Code de la santé publique. u Janvier 2011 Lancement des premiers programmes de DPC proposés aux médecins libéraux dans le cadre conventionnel. u 30 déc & 9 janvier 2012 Onze décrets précisent les modalités du DPC, l organisation et le fonctionnement du dispositif pour tous les professionnels de santé. u 19 avril 2012 Création, par convention, de l Organisme gestionnaire du DPC (OGDPC) qui fonctionne depuis le 1 er juillet u 2 e semestre 2012 Installation progressive des instances composant l OGDPC (conseil de gestion, conseil de surveillance, comité paritaire et ses 9 sections), des commissions scientifiques indépendantes, etc. u 31 décembre 2012 Fin de la période transitoire permettant de remplir son obligation de DPC par le suivi d actions de formation professionnelle. u Janvier-Février 2013 Publication des méthodes DPC validées par la Haute Autorité de santé et des orientations nationales de santé publique, travail des instances de l OGDPC et des commissions scientifiques. Qui gère le DPC? C est l Organisme Gestionnaire du DPC (OGDPC) qui supervise tout le dispositif sous le contrôle d un Conseil de Surveillance. L OGDPC enregistre les Organismes de DPC (ODPC) pour 5 ans à partir de Juin 2013 (régime dérogatoire avant cette date). Les organismes seront par la suite évalués par les Commissions Scientifiques Indépendantes (CSI) et du Haut Conseil des Professions Paramédicales (CSHCPP). La liste des ODPC et des programmes est accessible depuis le site de l OGDPC. Validation de l obligation de formation Le professionnel de santé satisfait à son obligation de DPC dès lors qu il participe, au cours de chaque année civile, à un programme de DPC collectif annuel ou pluriannuel. Ce programme de DPC doit : Être conforme à une orientation nationale ou à une orientation régionale de DPC. Comporter une des méthodes et des modalités validées par la HAS après avis de la Commission Scientifique Indépendante (CSI) ou de la Commission Scientifique du Haut Conseil des Professions Paramédicales (CSHCPP) pour les paramédicaux ; ces méthodes et modalités précisent les conditions qui permettent d apprécier la participation effective, en tant que participant ou en tant que formateur, à un programme de DPC. Être mis en œuvre par un organisme de DPC enregistré et évalué positivement par la CSI correspondante de la profession ou la CSHCPP. L ODPC délivre aux stagiaires les attestations utiles à la validation de leur obligation de DPC ainsi qu à l OGDPC (pour paiement et indemnisation). L OGDPC les adresse par la suite aux autorités de contrôle de l obligation de DPC. Les modalités de financement du DPC Ils sont sont variables, en effet : Pour les professionnels libéraux et ceux exerçant dans les centres de santé : Le financement est géré par l Organisme gestionnaire du DPC (OGDPC). Il provient de l Assurance-maladie, de l État (pour les médecins, d une partie de la taxe prélevée sur l industrie des produits de santé). Pour les professionnels hospitaliers et les autres salariés : Les financements proviennent de l employeur et sont gérés par lui-même ou par un organisme paritaire collecteur agréé (Opca). (L industrie pharmaceutique apporte également sa contribution au DPC des médecins hospitaliers). Méthodes et outils de DPC La HAS a élaboré et a fixé, après avis des commissions scientifiques compétentes, la liste des méthodes et des modalités de DPC, avec le concours d un organisme composé de conseils nationaux professionnels de spécialité pour les médecins. Pour pouvoir élaborer cette liste, une réflexion a été engagée avec les professionnels de santé dans le cadre de groupes de travail associant représentants professionnels, société savante, instance ordinale, les représentants des universités, collège national de bonne pratique. Dans un objectif d amélioration de la sécurité des soins et du patient, la HAS élabore avec les professionnels, des méthodes et des modalités de DPC qui contribuent à structurer les programmes de DPC. De nombreux outils, guides, documents de référence, et études ayant pour objectif d améliorer la qualité et la sécurité des soins contribuent au DPC. Le DPC à travers les dispositifs existants de démarches qualité et sécurité des soins.

5 En cas de non suivi de ce DPC, le professionnel de santé est susceptible de : > News Devoir s expliquer devant le directeur de l ARS : «pour apprécier si la méconnaissance par l auxiliaire médical de son obligation de développement professionnel continu est de nature à entraîner une insuffisance professionnelle rendant dangereux l exercice de sa profession». Puis éventuellement devant une commission de trois professionnels (l un choisi par l intéressé, le deuxième choisi par le directeur de l ARS et le troisième, un professionnel enseignant, choisi par les deux premiers). Cette commission sera chargée d établir un rapport motivé : «Le directeur général apprécie, au vu des conclusions de ce rapport, s il y a lieu de saisir, conformément à l article L , le représentant de l Etat territorialement compétent de la situation de l intéressé afin de mettre en œuvre les mesures de police administrative qui relèvent de sa compétence». Commentaires Imposer une formation continue annuelle à tous les professionnels de santé est une bonne initiative afin de maintenir un niveau de qualification actualisé et homogène. Reste à voir comment, en pratique, ces obligations seront mises en place dans un contexte de pénurie de personnels et de réduction des dépenses globales de santé. Quelle indépendance dès lors que l on est contraint à appliquer les programmes décidés par l Etat et le ARS. Il est également important d être attentif aux conséquences qu auront la mise en place du DPC sur la Formation Continue «classique» choisie par les professionnels de santé. N est-ce pas aussi un moyen de limiter la formation continue des professionnels en leur imposant des formations pas toujours adaptées à leurs pratiques cliniques? EN BREF et pour RAPPEL Le développement professionnel continu (DPC) est obligatoire pour tout professionnel de santé, depuis la loi HPST du 21 juillet 2009 ; il est opérationnel à partir de juin Tout professionnel de santé sera tenu de participer tous les ans à un programme de DPC collectif*, annuel ou pluriannuel, proposé par un organisme de DPC (ODPC) enregistré à l organisme gestionnaire du DPC (OGDPC) et évalué favorablement. Ces programmes doivent être conformes à des orientations nationales et/ou régionales et doivent comporter une des méthodes ou modalités validées par la HAS. Le professionnel doit préalablement s inscrire, s il est libéral ou salarié en centre de santé, à l OGDPC sur le site «https://www.mondpc.fr». Le professionnel est informé des programmes mis à sa disposition soit directement par un ODPC de référence, soit en consultant le site de l OGDPC qui présente la liste des différents ODPC, soit encore par la CME ou le CTE de l établissement où il travaille ou l Union régionale des professionnels de santé (URPS) dont il relève pour les professionnels libéraux. Chaque ODPC, quant à lui, met en ligne les différents programmes qu il propose. Le professionnel pourra s inscrire, en ligne sur le site de l OGDPC et/ou directement auprès de l ODPC, à un programme qui correspond à ses besoins afin d analyser ses pratiques et d améliorer ses connaissances, ses compétences et in fine sa pratique professionnelle, en cohérence avec son projet/parcours professionnel. A l issue de la réalisation du programme, l ODPC informera, selon le professionnel concerné, l employeur, ou l ARS, de sa participation au programme. A SAVOIR Le S.N.U.P. a déposé une demande pour rentrer dans le dispositif du DPC Pour être informé des conditions de prise en charge financière d un programme de DPC, le professionnel peut interroger l ODPC concerné, l établissement de santé dont il relève et/ou consulter le site de l OGDPC pour les professionnels libéraux. n SOURCE : legifrance.gouv.fr / has-sante.fr / ogdpc.fr / sante.gouv.fr / Direction Générale de l Offre des Soins. l Comment faire son DPC? Les professionnels de santé ont trois possibilités : Participer à un programme de DPC proposé par des organismes de DPC (ODPC) de leur choix enregistrés auprès de l organisme gestionnaire et évalués positivement par la commission scientifique compétente. Obtenir un Diplôme Universitaire (DU) ou Diplôme Inter-Univercitaire (DIU) évalué favorablement par la commission scientifique compétente Participer en qualité de formateur à un programme de DPC. l À qui s adresser? Pour vous accompagner dans le DPC, vous pouvez vous adresser aux partenaires suivants : Les organismes enregistrés de DPC ont pour missions de proposer des programmes de DPC aux professionnels de santé. Pour connaître la liste des organismes enregistrés de DPC, vous pouvez contacter l OGC puis l OGDPC. Les professionnels ont le choix de leur organisme enregistré. Selon votre profession et en fonction de votre mode d exercice, différentes instances pourront vous orienter : Vous travaillez en établissement de santé : Chaque année, l établissement propose de participer à un programme de DPC collectif annuel ou pluriannuel. Ce programme est proposé soit par un organisme de DPC enregistré par l OGDPC de votre choix soit directement par votre établissement de santé (si il est lui même enregistré comme organisme de DPC). Pour les professions médicales et pharmaceutiques, la commission ou conférence médicale d établissement sera votre interlocuteur. Vous travaillez en milieu libéral : Vous avez le choix de l organisme de DPC enregistré par l OGDPC. Vous pouvez également contacter l URPS union régionale des professions de santé de votre région ou votre instance ordinale chargée de la promotion des programmes de DPC. Vous êtes salarié non hospitalier (hors établissements de santé) : contactez votre employeur ou l organisme enregistré par l OG-DPC de votre choix. Les structures régionales d appui et d évaluation peuvent également vous renseigner sur les démarches à entreprendre et vous accompagner dans les programmes d amélioration de la qualité et de la sécurité des soins ou encore de gestion des risques. Les acteurs en charge de l organisation du dispositif. 5

6 Syndicat National d Union des Psychomotriciens InfoSnup , Bd Paul Vaillant Couturier IVRY sur SEINE Tél. : Fax : ou > A SAVOIR l Un conseil d administration composé de psychomotriciens bénévoles : Yannick THOMAS (Président, Directeur de publication, Groupe de travail de réingénierie) Jean DREUIHLE (Trésorier) Florence BASTARD (Secrétaire générale) Cécile DECORCIERE (Secrétaire générale adjointe) Jacob DAHAN (Journées Annuelles) Philippe MACHUEL (Exercice salariale, Associations) Peggy ROSENTHAL (Comunication, Comité International) Maud SAVARY (Communication, Journées Annuelles) Delphine schmidt (Groupe de travail de réingénierie) Yannick TOMASELLA (Infos sur les décrets, arrêtés, lois) Dans la prochaine Lettre : Nous vous présenterons les différents comités de travail Venez consulter notre site internet Le s.n.u.p. une référence pour les psychomotriciens Le Syndicat National d Union des Psychomotriciens (S.N.U.P.), fondé en 1964 a pour but de défendre et de promouvoir la profession de psychomotricien. Le S.N.U.P. est le reflet de votre dynamique professionnelle. Il est l UN DES ACTEURS ESSENTIELS DANS LA REPRESENTATION DE LA PROFESSION, depuis sa création. Respectueuses de la diversité des pratiques des psychomotriciens, les équipes du Conseil d Administration et des différentes commissions impulsent et véhiculent un travail de réflexion sur les statuts, le travail clinique et la recherche des psychomotriciens en France. Avec les apports de tous : psychomotriciens (libéraux et salariés), cadres de santé, associations, formateurs, conférenciers aux Journées Annuelles, responsables de la rédaction de la revue «THÉRAPIE PSYCHOMOTRICE -et Recherches-», le S.N.U.P. est en mesure d élaborer des dossiers étayés, concernant la profession, que ce soit à l adresse des Pouvoirs Publics, de différentes instances ministérielles ou des autres professionnels de la Santé. A ce jour le S.N.U.P. mène un certain nombre d actions primordiales pour l avenir des professionnels en psychomotricité. Le travail clinique des professionnels de terrain permet d envisager un accroissement des domaines d activités, ce qui nous permet d envisager l avenir de notre profession avec confiance (les référentiels d activités et de compétences vont dans ce sens). Depuis le début de l année 2013, le S.N.U.P. déploie énergie et actions dans différents domaines, et poursuit son travail : a sur le terrain en développant les réunions régionales (à Nantes avec l association ADPLA en mai, à Cannes avec l association COrPS en mai, d autres sont prévues sur Paris, Nice, Toulon dès la rentrée de septembre), a faire participer les associations au débat sur l avenir de la profession, a développer le site internet. L avenir de notre profession : La formation initiale Avec les autres représentants syndicaux et professionnels le S.N.U.P (par son comité syndical) est particulièrement impliqué dans le travail de réingénierie des professions paramédicales. A ce jour, le travail autour des référentiels d activités, de compétences est abouti, celui concernant la formation initiale est en cours d élaboration. Nous multiplions nos efforts pour que ce dossier arrive à son terme en toute cohérence. Au regard de la qualité de notre clinique et de la reconnaissance par les autorités de tutelle de notre profession, l un des enjeux, que le S.N.U.P. défend depuis le début de ce travail, c est l obtention du grade MASTER (soit 5 ans d études à savoir 300 ECTS). A SAVOIR Assemblée Générale du S.N.U.P. 12 octobre 2013 à St Etienne Cette position a été acceptée et reprise par le groupe de travail à l unanimité début 2013, qui officiellement a adressé un courrier (signé par l ensemble des représentants du groupe de travail) au HCPP lors d une réunion de son conseil en février dernier. Nous vous tiendrons informé de l évolution de ce dossier.

7 Le Comité Syndical La mission du Comité syndical est de travailler sur les questions et dossiers relatifs à l actualité et l avancée de la profession dans tous les domaines où elle est exercée. Elle consiste également à concevoir des propositions visant à la valorisation et la défense de la spécificité professionnelle. Pour ce faire, le Comité syndical a travaille sur la collecte, la compréhension et l analyse des textes et rapports officiels, a mène une réflexion et élabore des dossiers de propositions ou de communication, a co-représente le S.N.U.P. auprès d instances ministérielles et au sein d autres dispositifs de travail ou d échanges avec des organisations professionnelles (psychomotriciens, professions de santé...). Actuellement ce travail s effectue dans un contexte sociétal où les structures institutionnelles bougent beaucoup et de manière souvent peu «lisible», d extension des domaines d intervention (petite enfance, personnes âgées et services généraux hospitaliers), de réingénierie de la formation initiale dans le cadre du dispositif de réforme LMD sans oublier l essor de l activité libérale et les conditions d exercice salarial. Les dossiers en cours Continuité de collaboration au Groupe de Travail (organisations professionnelles) et Groupe de Production (organisations professionnelles + services du ministère) pour le volet «Formation initiale» dans le cadre de la réingénierie du diplôme pour une reconnaissance au grade universitaire M2 en réforme LMD. Etude sur les conditions d accès à la VAE (Validation des Acquis d Expérience) et des conditions qualitatives d encadrement pour la formation en alternance. Ces deux dispositifs ministériels de formation sont incontournables mais interrogent néanmoins quant à leurs conséquences sur la profession et les finalités politiques. Suivi constant de la représentation unique des psychomotriciens au HCPP (Haut Conseil Supérieur des Professions Paramédicales). Les dossiers à approfondir et à venir De nouvelles professions dites «de re-médiation» cherchent à prendre leur essor et à faire illusion sur la prise en charge de troubles «psycho-corporel», du graphisme, etc La réflexion doit donc se poursuivre et être approfondie pour donner les réponses des Psychomotriciens à ce genre de situation. La formation en alternance : Réflexion sur les conditions d accès, d évaluation, de validation avec notamment l encadrement tutoriel. Un cadre reste à rappeler et à préciser concernant les conditions de tutorat selon qu il s agit : a de la formation en alternance (rémunérée) a ou celui des stages expérimentaux dans le cadre de la formation initiale (non rémunérée). Coopération et nouveaux métiers en santé. La participation aux groupes de travail qui réfléchissent à l élaboration des dispositifs de soins. Définir des règles professionnelles (spécifiques aux psychomotriciens? globales pour l ensemble des auxiliaires médicaux?). Les questions européennes liées au rattachement des formations au système européen LMD et à la validation des ECTS à travers l Europe ; croiser les pratiques thérapeutiques et préventives en psychomotricité Réactualisation du LIVRE BLANC et de la plaquette professionnelle. Créer et pérenniser les liens avec les autres organisations : de psychomotriciens, d autres professions de santé. Le comité syndical a besoin de votre réflexion sur ces sujets : n hésitez pas à nous écrire vos observations ou réactions face à des situations que vous rencontrez Vous pouvez, également, contribuer à ce travail du Comité Syndical en participant aux réunions organisées au siège du S.N.U.P. (3 ou 4 samedis par an + travail par échanges mails). Un point sur l activité salariale Le S.N.U.P. développe une réflexion pour garantir aux psychomotriciens un statut spécifique du fait du caractère pluriel de ses interventions (prévention, dépistage, éducatif et thérapeutique...). Pour cela, nous insistons en particulier sur la répartition du temps de travail en prenant en compte les aspects (temps) thérapeutiques (de prise en charge), (de) la formation professionnelle, (de) la participation aux réunions d équipe, de synthèse et institutionnelle, le temps d élaboration et de préparation. Mais aussi de permettre le développement de leurs interventions dans des cadres autres que les centres de soins ou hospitalier. Désormais, il faut aussi se placer sur le plan de la revendication salariale, mais pour cela nous avons besoin de vous (commentaires, soutien à l écriture ) afin d élaborer les dossiers quant à : a l amélioration du statut public Hospitalier (cadre A), a les réflexions sur les modifications des conventions collectives, a la revalorisation des grilles salariales des conventions collectives. Un point sur l activité libérale L exercice des psychomotriciens en cabinet libéral connaît un essor sans précédent depuis quelques années. Plus de 1000 professionnels ont choisi ce mode d exercice et la demande des patients est croissante malgré l absence de remboursement de la CPAM. Des aides de mutuelles de santé ou l Allocation d Aide à l Autonomie permettent à certains patients de pallier l absence de remboursement par la Sécurité Sociale. Cependant, tous les patients ne peuvent avoir ce recours afin de bénéficier du soin de proximité en psychomotricité. Le S.N.U.P., (par son comité syndical), et parallèlement au travail de réingénierie poursuit ses démarches : a vers un conventionnement de la psychomotricité par la CANMST, a vers les mutuelles ; des approches sont en cours, a mise à jour du Dossier Libéral ( ). n A SAVOIR Une réunion des psychomotriciens libéraux sera programmée pour la fin de l année

8 8 S yndicat N ational d U nion des P sychomotriciens 42 èmes Journées Annuelles de Thérapie Psychomotrice Selon les indications thérapeutiques de J. De Ajurriaguerra, les premières approches psychomotrices étaient groupales : «Notre propos est toujours d amener l enfant à supporter le groupage, donc à réduire au maximum ses difficultés car tout n est pas fait tant qu on n a pas amené l enfant à se contrôler en groupe ( )» Aujourd hui, le groupe est de nouveau sensiblement présent dans nos pratiques. S agirait-il d un retour aux origines? Que s est-il passé entre temps dans la clinique psychomotrice : qu a-t-on acquis, perdu, retrouvé? Au fil de cette trajectoire, une question s impose à nous : Qu est-ce qu un groupe en psychomotricité aujourd hui? Il convient de repérer les différents modèles qui ont nourri et nourrissent encore nos groupes et d identifier les concepts théoriques sous-jacents. Comment s articulent nos pratiques avec ces éléments fondateurs? Car si la capacité à animer des groupes peut apparaître comme une évidence pour nous, psychomotriciens, ou pour nos partenaires de travail, force est de constater que cette évidence se heurte souvent à la réalité de la clinique (sidération, excitation, violence, enjeux institutionnels ). Comment par ailleurs penser les aménagements (médiation, dispositif, co-thérapie ) que nous mettons en place? En quoi soutiennent-ils spécifiquement l organisation psychomotrice du sujet? Que pouvons-nous repérer ainsi de la particularité des groupes en psychomotricité? Comment inviter et soutenir le corps en relation, corps psychomoteur, dans ses mouvements toniques, posturaux et émotionnels? Quelle place pour l incontournable expérimentation motrice? Comment soutenir les objectifs énoncés de socialisation et d intégration pulsionnelle? En quoi l invitation à l agir ensemble pourrait-elle favoriser la structuration psychomotrice? Autant de fils déroulés pour initier ensemble une théorisation spécifique du groupe en psychomotricité AP 42 Association des Psychomotriciens de la Loire Chez Fabienne Leplat 5, square Amouroux Saint Etienne S.N.U.P. 24, bd Paul Vaillant Couturier Ivry sur Seine Tél : Fax :

9 4 2 èmes J o u r n é e s A n n u e l l e s d e T h é r a p i e P s y c h o m o t r i c e Bulletin d inscription Participant Mme r Mlle r M. r Nom :... Prénom :... Nom de naissance :... Bulletin d inscription 42 èmes J.A. A renvoyer au : S.N.U.P. J.A , bd Paul Vaillant Couturier IVRY-sur-SEINE Déclaration d existence : N renseignements J. A Tél Fax TARIFS : 360 e Réductions : Particuliers non pris en charge : 270 Adhérents au S.N.U.P. et AP42 : 234 Etudiants (nombre limité à 150) : 100 Demandeur d emploi et retraité : 180 Adresse personnelle : Pays :... Code postal :... Ville :... Tél. : Profession :... Etablissement Raison sociale :... Adresse :... Code postal :... Ville :... Pays :... Tél. :... Fax :... Représenté par : Cocher le tarif correspondant à votre situation : Tarif institution : 360 r Inscription à titre individuel : Tarif sans prise en charge ETS : 270 r Etudiant : 100 r Demandeur d emploi : 180 r Retraité : 180 r Tarif adhérent S.N.U.P. & AP42 : 234 r (joindre un justificatif) r Je joins un chèque de :... à l ordre du S.N.U.P. r Paiement par mandat ou virement au S.N.U.P. RIB : Si annulation, la somme de 80 restera allouée au S.N.U.P. r Je m inscris aux 3 repas du midi et verse la somme de 45,30 Par chèque séparé à l ordre du S.N.U.P. r Par mandat ou virement r r Je souhaite recevoir un «fichet congrès» pour bénéficier d une réduction congrès auprès de la SNCF. Date Signature 9 (Dans le cas d une prise en charge, signature et tampon de l employeur)

10 Bulletin d Adhésion S.N.U.P NOM : Nom de naissance : Prénom : Adresse : CODE POSTAL : ville : Tél dom : Tél portable : Tél pro : Adresse Professionnelle : Code Postal : VILLE : 10 Je déclare adhérer au S.N.U.P. pour l année 2013 et joins la copie de mon D.E. ( pour une 1 ère adhésion) Mon adhésion intègre une garantie d Assurance Protection Juridique souscrite par le S.N.U.P. auprès de la C.F.D.P. (Compagnie Française de Protection Juridique) pour l ensemble de ses adhérents. La protection juridique permet aux psychomotriciens SALARIES & LIBERAUX d être assistés par des juristes ou avocats en cas de litiges professionnels ou mises en cause dans l exercice de leurs fonctions (Conseils, solutions amiables ou par assistance auprès des tribunaux). La cotisation au S.N.U.P. est déductible des impôts et est à inscrire dans le chapitre : «Charges ouvrant droit à réduction d impôts - Cotisations syndicales». Cochez le tarif correspondant à votre situation : r Normal = 98 euros r Chômeur ou retraité = 45 euros Cochez le mode de règlement choisi : r Cotisation de soutien ou Association = 150 euros r Membre associé ou étudiant = 40 euros (non psychomotricien, étudiant, membre d une Association adhérente au S.N.U.P., sigle : ) r Montant total par chèque bancaire joint de euros à l ordre du S.N.U.P. r Prélèvement bancaire unique de euros à réception r Ou fractionné en 4 prélèvements bancaires bimestriels : les 25/03 ; 25/05 ; 25/07 ; 25/09 ou 25/11/2013. Pour toute adhésion de juillet à septembre 2013, les prélèvements seront mensuels, le 25 de chaque mois. Un montant de 0,50 euros s ajoute à chaque prélèvement pour les frais bancaires. r 4 prélèvements bancaires de 25 euros (cotisation normale) r 4 prélèvements bancaires de 38 euros (cotisation de soutien) Date : r 2 prélèvements bancaires de 23 euros (cotisation chômeur - retraité) Signature : Pour les prélèvements, veuillez remplir le formulaire ci-dessous AUTORISATION de PRELEVEMENT - Année 2013 À retourner au S.N.U.P. - Joindre obligatoirement votre RIB ou RIP S.N.U.P. - 24, bd Paul Vaillant Couturier IVRY / SEINE J autorise l établissement teneur de mon compte à effectuer sur ce dernier, si la situation le permet, tous les paiements ordonnés par le créancier désigné ci-dessous. En cas de litige, je pourrai en faire suspendre l exécution par simple demande à l établissement teneur de mon compte. Je règlerai le différend avec le créancier. Titulaire du compte à débiter Nom :... Prénom :... Adresse : Code Postal :...Ville :... Références du compte bancaire à débiter : Etablissement Guichet N de compte Clé RIB Désignation du Créancier SYN S.N.U.P. - Numéro National d émetteur : , bd Paul Vaillant Couturier IVRY SUR SEINE Date : Signature obligatoire du titulaire du compte :

11 Arguments Revues : Varia Ce numéro propose de rassembler un certain nombre d articles issus d horizons et de recherches diverses, tous concernant le champ de la psychomotricité mais sous des formes variées, qui concernent de la psychomotricité associant la mise en avant de la pratique clinique à de nécessaires réflexions théoriques. 174 : JA Bruxelles 2012 «Silence et parole du corps» Vague après vague, respiration après respiration, dans un mouvement de flux et de reflux, silence et parole se partagent l espace-temps de la rencontre psychomotrice. Entre inspiration et expiration, la parole du corps et la pensée émergent du dialogue tonico-émotionnel. «Le silence, dit D. Le Breton, n est jamais le vide, mais le souffle entre les mots, le court repli qui autorise la circulation du sens, l échange des regards, des émotions». Il ajoute : «Parler, c est d abord se taire ensemble pour pouvoir s écouter, comprendre les propos de l autre, nourrir sa propre réponse. Le silence n est jamais pleinement perçu comme tel, il enracine la parole, la nourrit comme d un terreau.» Où se situe le psychomotricien dans cette qualité d écoute pour que l autre trouve sa place et puisse exister? Quel regard lui adresser pour l amener à s ouvrir, à s installer dans l instant de la rencontre où tout se lie et se délie, se tisse et se dénoue? : Enjeux de la relation en psychomotricité Enjeux de la relation en psychomotricité : envisagée ici de façon large, la question de la relation en psychomotricité met en avant les enjeux inhérents à la rencontre entre thérapeute et patient, dimension clinique fondamentale qui constitue le socle même de toute démarche de soin et d aide. En effet il ne faut pas oublier que le caractère parfois très technique des interventions en psychomotricité (qu il s agisse d approches plus rééducatives ou bien se situant dans le champ des médiations) utilise comme moteur cette possible alliance, dont les destins peuvent s avérer variables, changeants et en tout cas très complexes. Au-delà de la confusion engendrée par la profusion de termes issus de courants forts différents (transfert, soutien, relation d aide, étayage, empathie, identification ), comment arriver à mettre en perspective les différents points de vue et théorisations sur un tel sujet, en s appuyant sur notre expérience clinique au quotidien : c est ce sur quoi ce numéro de la revue souhaite ici s atteler 176 : Handicaps La notion de handicap qui renvoie à une défaillance plus ou moins importante de certaines fonctions du corps recouvre derrière son apparente simplicité une grande variété de manifestations cliniques, d approches thérapeutiques et pour tout dire de points de vue. L inflation actuelle constatée du terme de handicap et son extension à des troubles tels que par exemple les «dys» ne va pas sans poser problème pour les psychomotriciens. Nous souhaitons dans ce numéro interroger tout à la fois l impact de ces nouvelles représentations du handicap sur le soin en psychomotricité ainsi que la façon dont ils sont envisagés et pris en charge en psychomotricité.

12 Collections Revues THERAPIE PSYCHOMOTRICE -et Recherches- COLLECTION 43 N 161 : Techniques et médiations (25 euros) N 162 : J.A. Angers Le tonus : toile de fond des émotions (25 euros) N 163 : Le groupe en psychomotricité (25 euros) N 164 : Travailler avec les familles (25 euros) COLLECTION 44 N 165 : Dyspraxies? Hyperactivité? Perspectives critiques autour de notions polémiques (26 euros) N 166 : Hors des sentiers battus (26 euros) N 167 : J.A. Toulon Le corps abîmé (26 euros) N 168 : Variations cliniques : récits de cas singuliers (26 euros) COLLECTION 45 N 169 : J.A. Strasbourg Traces (27 euros) N 170 : Les thérapeutiques psychomotrices à l épreuve de l adolescence (27 euros) N 171 : Le psychomotricien hors la séance (27 euros) N 172 : Déclinaisons autour de la verticalité : son développement et ses destins (27 euros) COLLECTION 46 N 173 : Varia (27 euros) N 174 : J.A. Bruxelles Silence et parole du corps (27 euros) N 175 : Enjeux de la relation en psychomotricité (27 euros) N 176 : Handicaps (27 euros) Entourez le tarif vous concernant : Vous êtes Collection 43 Collection 44 Collection 45 Collection 46 Particuliers (France) Particuliers (CEE & Etranger) Particuliers Adhérents au S.N.U.P Institution & Organisme (France) Institution & Organisme (CEE & Etranger) Chômeur, Etudiant, Retraité (France) * Chômeur, Etudiant, Retraité (CEE & Etranger)* * Prière de joindre à votre commande un justificatif de votre situation d étudiant, chômeur ou retraité Je commande les collections suivantes : Montant : euros Je commande les numéros suivants : Montant : euros Je commande la collection 46 : Montant : euros Montant total : euros o Chèque à l ordre du S.N.U.P. Signature : o Date Adresse de livraison : NOM : Nom de naissance : Prénom : Adresse : CODE POSTAL : VILLE : Tél. dom : Tél. portable : Pro : Adresse de facturation (si différente) : NOM : Nom de naissance : Prénom : Adresse : CODE POSTAL : VILLE : A envoyer à : S.N.U.P. (Collections Revues) 24, Bd Paul Vaillant Couturier IVRY-SUR-SEINE - En cas de commande de plusieurs collections, merci de nous contacter pour une réduction éventuelle -

LOI HPST DPC : OBLIGATIONS LÉGALES CDOM ORGANISME ENREGISTRE

LOI HPST DPC : OBLIGATIONS LÉGALES CDOM ORGANISME ENREGISTRE LOI HPST DPC : OBLIGATIONS LÉGALES CDOM ORGANISME ENREGISTRE LOI HPST Article 59 de la loi n 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l Hôpital et relative aux Patients, à la Santé et aux Territoires

Plus en détail

Développement Professionnel Continu (DPC)

Développement Professionnel Continu (DPC) Développement Professionnel Continu (DPC) Journée régionale de l ALIBODE Samedi 23 novembre 2013 Monique MONTAGNON Ancienne coordinatrice des soins de CHU Collaboratrice à la HAS Formatrice SOMMAIRE I

Plus en détail

Le Développement Professionnel Continu

Le Développement Professionnel Continu G U I D E P R A T I Q U E Le Développement Professionnel Continu Date arial 18 points Responsable : Viviane BAYAD 03.83.19.22.34 Assistant : Alexandre Laversin 03.83.19.22.09 Le Développement Professionnel

Plus en détail

Le Développement Professionnel Continu

Le Développement Professionnel Continu Le Développement Professionnel Continu des médecins, pharmaciens et odontologistes au CHRU de Montpellier De quoi s agit-il? Le Développement Professionnel Continu (DPC) réunit dans un concept commun la

Plus en détail

DPC Développement Professionnel Continu des professionnels de santé publique

DPC Développement Professionnel Continu des professionnels de santé publique DPC Développement Professionnel Continu des professionnels de santé publique P François Pôle Santé Publique, CHU de Grenoble Origines 1996 : Obligation de FMC Conseils nationaux de FMC Financement des

Plus en détail

Le Comité d Hygiène, Sécurité et Conditions de Travail : 1 er niveau

Le Comité d Hygiène, Sécurité et Conditions de Travail : 1 er niveau Marseille, le 05 juillet 2013 - Aux Syndicats Bonjour, L AFETE lance un stage sur le thème : Le Comité d Hygiène, Sécurité et Conditions de Travail : 1 er niveau en direction des membres nouvellement élus

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

PRESENTATION MODULE GESFORM DPC

PRESENTATION MODULE GESFORM DPC PRESENTATION MODULE GESFORM DPC DPC CADRE GENERAL DPC - REGLEMENTATION La règlementation s impose à l établissement qu il soit ou non cotisant à l ANFH Les principes suivants sont fixés : Le professionnel

Plus en détail

Déclaration des liens d intérêts Action de formation pour Janssen (2012)

Déclaration des liens d intérêts Action de formation pour Janssen (2012) Déclaration des liens d intérêts Action de formation pour Janssen (2012) Titre : «Stratégie régionale de santé» «Le point de vue du cadre supérieur de pôle» Développement Professionnel Continu Application

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3271 Convention collective nationale IDCC : 1631. HÔTELLERIE DE PLEIN AIR (5 e édition. Novembre 2004) ACCORD

Plus en détail

Développement Professionnel Continu

Développement Professionnel Continu Développement Professionnel Continu 1 Formation professionnelle continue Loi du 4 mars 2002 (Kouchner) Obligation de formation professionnelle continue pour les pharmaciens Conseil national de la formation

Plus en détail

Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France

Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France Note de synthèse relative à la formation pharmaceutique continue en Présenta Plus de 150 000 personnes travaillent dans les 23 006 pharmacies d'officine

Plus en détail

Inscription CAP Petite Enfance

Inscription CAP Petite Enfance Inscription CAP Petite Enfance La préparation au CAP dans notre établissement ne concerne que les personnes titulaires d un CAP ou d un niveau supérieur, dispensées d examen d enseignement général. Le

Plus en détail

Dossier d Inscription CERTIFICAT DE SPECIALITE

Dossier d Inscription CERTIFICAT DE SPECIALITE Dossier d Inscription CERTIFICAT DE SPECIALITE «ENVIRONNEMENT NUMERIQUE ET RESEAUX» - SESSION 2015 Date limite de dépôt des dossiers : 10 juin 2015 Merci de compléter ce dossier d inscription et de le

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DIVERS MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Avis de publication des annexes prévues à l arrêté du 23 novembre 2006 pris en application de l article 8 de l arrêté du 4 mars

Plus en détail

Convention de formation professionnelle Continue

Convention de formation professionnelle Continue Convention de formation professionnelle Continue DFT FORMATION» 1033 rue UNIVERSITE 62400 BETHUNE TEL 0321652203 MOBILE 0680309764 Courriel francis.tison@wanadoo.fr Déclaration d activités formation en

Plus en détail

FORMATION DES ACTEURS ASSOCIATIFS 2015

FORMATION DES ACTEURS ASSOCIATIFS 2015 FORMATION DES ACTEURS ASSOCIATIFS Mieux connaître le monde associatif Développer votre association Diversifier vos pratiques Valoriser votre engagement 1 Point d appui et espace ressources, la Chambre

Plus en détail

ORDRE NATIONAL DES INFIRMIERS Inscription au tableau

ORDRE NATIONAL DES INFIRMIERS Inscription au tableau Cadre réservé à l ordre N d inscription à l ordre : Dossier complet oui non Date de l'inscription au tableau : / / Collège : Public Privé Libéral ORDRE NATIONAL DES INFIRMIERS Inscription au tableau N

Plus en détail

L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL

L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL L Ecole d Auxiliaires de Puériculture de la Fondation LENVAL à Nice assure la formation des auxiliaires de puériculture depuis 2010. A cette

Plus en détail

Institut National des Unités Mobiles de Premiers Secours DOSSIER RESERVE AUX PERSONNES DESIRANT CREER LEUR ASSOCIATION U.M.P.S

Institut National des Unités Mobiles de Premiers Secours DOSSIER RESERVE AUX PERSONNES DESIRANT CREER LEUR ASSOCIATION U.M.P.S Appel à projet pour la création de l IN-UMPS Institut National des Unités Mobiles de Premiers Secours DOSSIER RESERVE AUX PERSONNES DESIRANT CREER LEUR ASSOCIATION U.M.P.S pour la création de L U.M.P.S

Plus en détail

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE LA FORMATION DES EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS A L I.F.R.A.S.S. La formation des Educateurs de Jeunes Enfants est réalisée conformément à l arrêté du

Plus en détail

Ministère de l éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative

Ministère de l éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative Ministère de l éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative Secrétariat général Direction générale des ressources humaines Sous-direction du recrutement CONCOURS INTERNE COMMUN POUR LE

Plus en détail

PROTOCOLE D ALLEGEMENTS FORMATION D EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS

PROTOCOLE D ALLEGEMENTS FORMATION D EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS PROTOCOLE D ALLEGEMENTS FORMATION D EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS Le présent protocole est établi en référence au Décret n 2005-1375 du 3 novembre 2005, à l'arrêté du 16 novembre 2005 relatif au diplôme

Plus en détail

Charte des Maîtres de Stage des Universités (MSU), en médecine générale

Charte des Maîtres de Stage des Universités (MSU), en médecine générale 1 Charte des Maîtres de Stage des Universités (MSU), en médecine générale Préambule L objectif du stage de deuxième cycle en médecine générale est d appréhender les grands principes et les spécificités

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT REFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE FORMATION REUSSIR LA MISE EN ŒUVRE DE LA BDES

ACCOMPAGNEMENT REFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE FORMATION REUSSIR LA MISE EN ŒUVRE DE LA BDES ACCOMPAGNEMENT REFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE FORMATION REUSSIR LA MISE EN ŒUVRE DE LA BDES La Base de Données Economiques et Sociales (loi du 14 juin 2013) L article 8 de la loi de sécurisation

Plus en détail

Une formation au programme d aide à la communication et au langage Makaton est prévue. Les 1-2-3 Mars et 5-6-7 Avril 2016

Une formation au programme d aide à la communication et au langage Makaton est prévue. Les 1-2-3 Mars et 5-6-7 Avril 2016 Une formation au programme d aide à la communication et au langage Makaton est prévue à STRASBOURG Les 1-2-3 Mars et 5-6-7 Avril 2016 La demande pour des formations à Strasbourg étant importante, nous

Plus en détail

La formation économique générale CE Formation agréée

La formation économique générale CE Formation agréée Formation 5 jours Méditerranée : 74 rue Paradis 13006 Marseille La formation économique générale CE Formation agréée La formation Le comité d entreprise constitue le lieu privilégié de l expression collective

Plus en détail

FICHE D INSCRIPTION COURS PUBLICS 2014/2015

FICHE D INSCRIPTION COURS PUBLICS 2014/2015 Photo à coller ici cours enfants et ados uniquement FICHE D INSCRIPTION COURS PUBLICS 2014/2015 INSCRIPTION REINSCRIPTION Nom/Prénom : Pour les enfants, nom du responsable de famille (si différent) : Date

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE «CONSEILLER EN PRODUITS DERMO-COSMETIQUES»

LICENCE PROFESSIONNELLE «CONSEILLER EN PRODUITS DERMO-COSMETIQUES» LDER/15/ Nom Prénom Université Paul Sabatier Faculté de Sciences Pharmaceutiques Service scolarité Licence professionnelle : 05.62.25.98.03 31062 TOULOUSE CEDEX 09 : 05.62.25.98.16 : http//www.pharmacie.ups-tlse.fr

Plus en détail

2 ème année de master

2 ème année de master Dossier de candidature 2015-2016 pour une inscription en 2 ème année de master Domaine Droit, Économie, Gestion NOM :.. Prénom :. Photo D Identité Formation initiale Alternance (contrat de professionnalisation)

Plus en détail

CHSCT : Formation générale agréée Etablissement de plus de 300 salariés

CHSCT : Formation générale agréée Etablissement de plus de 300 salariés Formation 5 jours Méditerranée : 74 rue Paradis 13006 Marseille CHSCT : Formation générale agréée Etablissement de plus de 300 salariés La formation Pour agir sur le travail et la santé en vue d une amélioration

Plus en détail

Les nouveaux enjeux économiques et sociaux des politiques de couverture santé 4È ME CYCLE INSTITUT DES HAUTES ÉTUDES DE PROTECTION SOCIALE

Les nouveaux enjeux économiques et sociaux des politiques de couverture santé 4È ME CYCLE INSTITUT DES HAUTES ÉTUDES DE PROTECTION SOCIALE Les nouveaux enjeux économiques et sociaux des politiques de couverture santé 4È ME CYCLE SEPTEMBRE 2012 - JUIN 2013 «Les nouveaux enjeux économiques et sociaux des politiques de couverture santé» SEPTEMBRE

Plus en détail

RHÔNE-ALPES 2015-2016

RHÔNE-ALPES 2015-2016 1. Information sur le stagiaire! M.! Mme! Entendant(e)! Malentendant(e)! Sourd(e) Nom :... Prénom :... Date de naissance :... Situation professionnelle/etude :... Adresse :...... Photo d identité obligatoire

Plus en détail

BULLETIN D INSCRIPTION 2015/2016 Ière Année d ostéopathie IFSO PARIS FONDATION EFOM Boris DOLTO

BULLETIN D INSCRIPTION 2015/2016 Ière Année d ostéopathie IFSO PARIS FONDATION EFOM Boris DOLTO BULLETIN D INSCRIPTION 2015/2016 Ière Année d ostéopathie IFSO PARIS FONDATION EFOM Boris DOLTO A RETOURNER A : FONDATION EFOM BORIS DOLTO IFSO PARIS - Institut de Formation Supérieure en Ostéopathie -

Plus en détail

CHSCT : Formation de renouvellement agréée Etablissement de plus de 300 salariés

CHSCT : Formation de renouvellement agréée Etablissement de plus de 300 salariés Formation 5 jours Méditerranée : 74 rue Paradis 13006 Marseille CHSCT : Formation de renouvellement agréée Etablissement de plus de 300 salariés La formation Cette formation a pour objet de permettre aux

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE A L AFFECTATION D UN INTERNE DE MEDECINE GENERALE EFFECTUANT LE STAGE AUTONOME EN SOINS PRIMAIRES AMBULATOIRE SUPERVISE (SASPAS)

CONVENTION RELATIVE A L AFFECTATION D UN INTERNE DE MEDECINE GENERALE EFFECTUANT LE STAGE AUTONOME EN SOINS PRIMAIRES AMBULATOIRE SUPERVISE (SASPAS) CONVENTION RELATIVE A L AFFECTATION D UN INTERNE DE MEDECINE GENERALE EFFECTUANT LE STAGE AUTONOME EN SOINS PRIMAIRES AMBULATOIRE SUPERVISE (SASPAS) ENTRE : Monsieur HERIAUD, Directeur Général du CENTRE

Plus en détail

l Autorisation de prélèvement ci-dessous.

l Autorisation de prélèvement ci-dessous. Versements Individuels Facultatifs Contrats Retraite Article 83 en euros Contrat souscrit : Gan Retraite Vision Entreprise Gan Retraite Entreprise (PERE) Dimension Retraite Actif RCRPS RCRS Identification

Plus en détail

Le DPC, nouveau format pour la Formation continue des soignants. Hervé Nardias Institut Paoli Calmettes

Le DPC, nouveau format pour la Formation continue des soignants. Hervé Nardias Institut Paoli Calmettes Le DPC, nouveau format pour la Formation continue des soignants Hervé Nardias Institut Paoli Calmettes Définition «Le DPC comporte l analyse par tous les professionnels de santé (PS) de leurs pratiques

Plus en détail

L apprentissage dans l enseignement supérieur. une ressource pour votre avenir

L apprentissage dans l enseignement supérieur. une ressource pour votre avenir L apprentissage dans l enseignement supérieur une ressource pour votre avenir qu est-ce que L apprentissage? quels avantages? L apprentissage est un dispositif de formation en alternance qui associe l

Plus en détail

infirmier kinésithérapeute AMPLI-INDEMNITÉS JOURNALIÈRES TNS avocat La protection de votre revenu, à la carte

infirmier kinésithérapeute AMPLI-INDEMNITÉS JOURNALIÈRES TNS avocat La protection de votre revenu, à la carte 2015 INDEMNITÉS JOURNALIÈRES Professions Libérales Artisans & Commerçants La mutuelle des professions libérales et indépendantes AMPLI-INDEMNITÉS JOURNALIÈRES TNS médecin La protection de votre revenu,

Plus en détail

Fiche de présentation

Fiche de présentation Fiche de présentation NordNet 111, rue de Croix BP 60985 59510 HEM France Pour toutes questions, veuillez nous contacter au : (appel gratuit depuis un poste fixe, sous réserve des tarifs pratiqués par

Plus en détail

Cahier des charges de formation à la Prévention des Risques psycho-sociaux (RPS) à l INRA

Cahier des charges de formation à la Prévention des Risques psycho-sociaux (RPS) à l INRA Cahier des charges de formation à la Prévention des Risques psycho-sociaux (RPS) à l INRA INRA Versailles-Grignon Service de la Formation Permanente Contacts : Françoise BOUDET-BÖNE Responsable formation

Plus en détail

Montant maximum : 2 000 - sans intérêts Les frais de dossier représentent 1,5 % du capital prêté et seront déduits du capital versé

Montant maximum : 2 000 - sans intérêts Les frais de dossier représentent 1,5 % du capital prêté et seront déduits du capital versé DEMANDE DE «PRÊT SOCIAL» Montant maximum : 2 000 - sans intérêts Les frais de dossier représentent 1,5 % du capital prêté et seront déduits du capital versé Bénéficiaires : agents de droit public rémunérés

Plus en détail

Inscription Prépa Concours

Inscription Prépa Concours Inscription Prépa Concours Le dossier d inscription comporte 3 pages. Vous devez les compléter, et joindre les pièces demandées. Le justificatif de responsabilité civile est nécessaire pour effectuer le

Plus en détail

VOUS ÊTES «NATUROPATHE»? Ceci vous concerne directement, car l OMNES travaille pour vous!

VOUS ÊTES «NATUROPATHE»? Ceci vous concerne directement, car l OMNES travaille pour vous! VOUS ÊTES «NATUROPATHE»? Ceci vous concerne directement, car l travaille pour vous! En qualité d association professionnelle, l regroupe les NATUROPATHES en exercice dans les diverses branches des médecines

Plus en détail

NEO / COMPO / ALTO EVOLUTION. Trois accueils à votre disposition :

NEO / COMPO / ALTO EVOLUTION. Trois accueils à votre disposition : BA des particuliers v5 17/10/06 11:21 Page 1 VOTRE ADHÉSION NEO / COMPO / ALTO EVOLUTION Trois accueils à votre disposition : Caluire : 38 rue François Peissel 69300 Caluire (parking visiteurs) Lyon :

Plus en détail

LE DEVELOPPEMENT PROFESSIONNEL CONTINU DES PARAMEDICAUX

LE DEVELOPPEMENT PROFESSIONNEL CONTINU DES PARAMEDICAUX 1 LE DEVELOPPEMENT PROFESSIONNEL CONTINU DES PARAMEDICAUX 2 3 SOMMAIRE Introduction.. 5 Fiche 1 : Définition et objectif du développement professionnel continu 7 Définition Objectifs recherchés Fiche 2

Plus en détail

Association d Accueil aux Médecins et Personnels de Santé Réfugiés en France (APSR)

Association d Accueil aux Médecins et Personnels de Santé Réfugiés en France (APSR) Association d Accueil aux Médecins et Personnels de Santé Réfugiés en France (APSR) POUVOIR EXERCER LA PHARMACIE EN FRANCE POUR LES PHARMACIENS À DIPLOME NON COMMUNAUTAIRE ET POUR LES PHARMACIENS À DIPLOME

Plus en détail

demande de versement volontaire sur votre contrat Article 83 avec versements volontaires

demande de versement volontaire sur votre contrat Article 83 avec versements volontaires identité du salarié assuré Entreprise (raison sociale) : THE WALT DISNEY COMPANY France Numéro de convention : 2466 N de matricule : N d affiliation : Mme* Mlle* M.* Nom* : Nom de jeune fille* : Prénom*

Plus en détail

LE CURSUS CERTIFIANT «Dirigeant d Entreprise Adaptée»

LE CURSUS CERTIFIANT «Dirigeant d Entreprise Adaptée» Un double objectif LE CURSUS CERTIFIANT «Dirigeant d Entreprise Adaptée» Développer vos capacités à manager une entreprise et à maîtriser les conditions de son développement en intégrant les pratiques

Plus en détail

Les Ateliers d Arcachon - Formation 2015-2016 Hôtel Les Bains d Arguin 9 rue du Parc - 33120 ARCACHON

Les Ateliers d Arcachon - Formation 2015-2016 Hôtel Les Bains d Arguin 9 rue du Parc - 33120 ARCACHON Les Ateliers d Arcachon - Formation 2015-2016 Hôtel Les Bains d Arguin 9 rue du Parc - 33120 ARCACHON Mr Mme Nom : Prénom : Spécialité : Libéral Hôpital Général CHU Autre : Organisme : Adresse : CP : Ville

Plus en détail

Livret de formation. Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Ministère chargé des affaires sociales. Etablissement de formation.

Livret de formation. Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Ministère chargé des affaires sociales. Etablissement de formation. Ministère chargé des affaires sociales Etablissement de formation Nom du candidat Prénoms du candidat Livret de formation Diplôme d Etat d éducateur spécialisé LE PRESENT LIVRET COMPREND 1 Présentation

Plus en détail

XXIIIème congrès de l AFICV Nice Acropolis 23-24 juin 2013 Eléments juridiques : check-list, DPC, ordre infirmier. Didier CHARLES

XXIIIème congrès de l AFICV Nice Acropolis 23-24 juin 2013 Eléments juridiques : check-list, DPC, ordre infirmier. Didier CHARLES XXIIIème congrès de l AFICV Nice Acropolis 23-24 juin 2013 Eléments juridiques : check-list, DPC, ordre infirmier Didier CHARLES Votre intervenant Didier CHARLES Juriste de la aux sinistres Hauts Enjeux

Plus en détail

Transparence et relations avec vos prestataires : Maîtriser les conditions d application

Transparence et relations avec vos prestataires : Maîtriser les conditions d application Transparence et relations avec vos prestataires : Maîtriser les conditions d application (ex : Agences de Communication, Sociétés de RP, Editeurs de presse, Cabinets d études de marché etc ) MARDI 29 SEPTEMBRE

Plus en détail

PROGRAMME DE LA FORMATION CONTINUE DE 5 JOURS

PROGRAMME DE LA FORMATION CONTINUE DE 5 JOURS ORGANISME DE FORMATION CONTINUE- N D ACTIVITE 98970217597 Sarl au capital de 7622,45 Euro Siret 418 244 562 000 17 APE 8559 A 303 Bis Chaussée Royale 97460 Saint-Paul La Réunion Tél/Fax : 02 62 45 24 64

Plus en détail

Certificat de Qualification Professionnelle Chargé(e) d accueil et de relation clients/adhérents. Dossier de recevabilité VAE

Certificat de Qualification Professionnelle Chargé(e) d accueil et de relation clients/adhérents. Dossier de recevabilité VAE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE DE LA MUTUALITE Certificat de Qualification Professionnelle Chargé(e) d accueil et de relation clients/adhérents Dossier de

Plus en détail

Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé

Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé DEMANDE DE PRÊT «AMELIORATION DU CADRE DE VIE» Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé Bénéficiaires

Plus en détail

Le Syndicat National de la Banque et du crédit. en partenariat avec le. l expérience (VAE) Pour qui? Quand? Quelles démarches?

Le Syndicat National de la Banque et du crédit. en partenariat avec le. l expérience (VAE) Pour qui? Quand? Quelles démarches? Le Syndicat National de la Banque et du crédit en partenariat avec le des acquis Vdealidation l expérience (VAE) Pour qui? Quand? Quelles démarches? Sommaire Sommaire Qu est-ce que la VAE? Qu est-ce que

Plus en détail

La Formation des Personnels à l UM3

La Formation des Personnels à l UM3 La Formation des Personnels à l UM3 Le Plan de formation Le Plan de formation reprend les priorités retenues par l université pour une année. Il tient compte des besoins spécifiques de l établissement,

Plus en détail

Vous trouverez en annexe une fiche technique présentant les modalités du paramétrage de votre compte si vous ne l avez pas effectué.

Vous trouverez en annexe une fiche technique présentant les modalités du paramétrage de votre compte si vous ne l avez pas effectué. Hérouville-Saint-Clair, le 22 octobre 2013 Objet : Plan de formation 2014 Collectivités et EPCI de moins de 50 agents du calvados Mesdames, Messieurs les Maires, Mesdames, Messieurs les Présidents, Comme

Plus en détail

Certificat de Qualification Professionnelle Conseiller(ère) mutualiste. Dossier de recevabilité VAE

Certificat de Qualification Professionnelle Conseiller(ère) mutualiste. Dossier de recevabilité VAE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE DE LA MUTUALITE Certificat de Qualification Professionnelle Conseiller(ère) mutualiste Dossier de recevabilité VAE Candidat

Plus en détail

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS**

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** PRESENTATION DE LA FORMATION DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** * CAFERUIS : Certificat d aptitude aux fonctions d encadrement et de responsable d unité d intervention sociale **

Plus en détail

region guide sante bis:mise en page 1 05/03/13 09:24 Page1 Guide pratique à l attention des professionnels de santé URPS DE BIOLOGIE MÉDICALE PACA

region guide sante bis:mise en page 1 05/03/13 09:24 Page1 Guide pratique à l attention des professionnels de santé URPS DE BIOLOGIE MÉDICALE PACA region guide sante bis:mise en page 1 05/03/13 09:24 Page1 Guide pratique à l attention des professionnels de santé URPS DE BIOLOGIE MÉDICALE PACA region guide sante bis:mise en page 1 05/03/13 09:24 Page2

Plus en détail

ACCORD-CADRE 2008-2011

ACCORD-CADRE 2008-2011 ACCORD-CADRE 2008-2011 ENTRE : L INSTITUT NATIONAL DE PREVENTION ET D EDUCATION POUR LA SANTE (INPES), Etablissement public administratif, situé 42, boulevard de la Libération 93203 Saint-Denis cedex,

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. La validation des acquis de l expérience (VAE)

FICHE TECHNIQUE. La validation des acquis de l expérience (VAE) FICHE TECHNIQUE La validation des acquis de l expérience (VAE) Synthèse Reconnue par le Code du travail, la validation des acquis de l expérience (VAE) permet de faire reconnaître son expérience notamment

Plus en détail

VOUS ÊTES «NATUROPATHE»? VOUS AVEZ FAIT UN CURSUS SEMAINE?

VOUS ÊTES «NATUROPATHE»? VOUS AVEZ FAIT UN CURSUS SEMAINE? VOUS ÊTES «NATUROPATHE»? VOUS AVEZ FAIT UN CURSUS SEMAINE? Ceci vous concerne directement, car l O.M.N.E.S. travaille pour vous! En qualité d association professionnelle, l regroupe les Naturopathes, en

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

Votre installation en libéral

Votre installation en libéral Votre installation en libéral Au moment de votre installation et dans votre exercice au quotidien, l Assurance Maladie souhaite vous accompagner à chaque étape clé de votre vie professionnelle et renforcer

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL 2015 (Décret N 2014 1526 du 18/12/14)

COMPTE-RENDU DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL 2015 (Décret N 2014 1526 du 18/12/14) COMPTE-RENDU DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL 2015 (Décret N 2014 1526 du 18/12/14) INFORMATIONS SUR L AGENT EVALUE Direction Service Lieu d affectation AGENT CONCERNE NOM Prénom Libellé du poste Cf. détail

Plus en détail

Identité, posture et «marque personnelle» : créer les conditions de votre Leadership!

Identité, posture et «marque personnelle» : créer les conditions de votre Leadership! Présentation et objectifs Le Leadership, par définition personnel et unique, n est pas pour autant «tombé du ciel». Si certains individus semblent disposer d atouts indéniables, il est toujours le résultat

Plus en détail

1) OBJET DE L ASSOCIATION

1) OBJET DE L ASSOCIATION RÈGLEMENT INTÉRIEUR 1) OBJET DE L ASSOCIATION Définir la démarche qualité en échographie fœtale et les référentiels. Se doter des outils nécessaires à l évaluation des pratiques professionnelles. Participer

Plus en détail

page 2 c Adhésion Santé Dispositions concernant les adhésions nouvelles et les modifications de contrats

page 2 c Adhésion Santé Dispositions concernant les adhésions nouvelles et les modifications de contrats page 2 c Dispositions concernant les adhésions nouvelles et les modifications de contrats Le nom de l adhérent/assuré doit impérativement figurer à la rubrique prévue. Pour les adhésions nouvelles, faire

Plus en détail

2 ème année de master

2 ème année de master 1/7 Année universitaire 2014-2015 DOSSIER DE CANDIDATURE Pour une inscription en 2 ème année de master domaine Droit, Économie, Gestion mention Droit Avis de la commission DOSSIER DE CANDIDATURE (cadre

Plus en détail

REGLEMENT FINANCIER ET CONTRAT DE PRELEVEMENT MENSUEL AUTOMATIQUE. relatif au paiement de la facture d eau et d assainissement. Entre..

REGLEMENT FINANCIER ET CONTRAT DE PRELEVEMENT MENSUEL AUTOMATIQUE. relatif au paiement de la facture d eau et d assainissement. Entre.. DEPARTEMENT D EURE ET LOIR ARRONDISSEMENT DE NOGENT LE ROTROU CANTON DE LA LOUPE REGLEMENT FINANCIER ET CONTRAT DE PRELEVEMENT MENSUEL AUTOMATIQUE relatif au paiement de la facture d eau et d assainissement

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE DE L INRA...

PRESENTATION GENERALE DE L INRA... Marché à procédure adaptée (MAPA) pour l assistance à maîtrise d ouvrage afin d accompagner l Inra dans la phase de lancement de l instrumentation de ses processus sur le périmètre fonctionnel de la gestion

Plus en détail

Haute école pédagogique du canton de Vaud Filière Pédagogie spécialisée. Votre formation en enseignement spécialisé

Haute école pédagogique du canton de Vaud Filière Pédagogie spécialisée. Votre formation en enseignement spécialisé Haute école pédagogique du canton de Vaud Filière Pédagogie spécialisée Votre formation en enseignement spécialisé La HEP Vaud vous prépare au Master of Arts et Diplôme dans le domaine de la pédagogie

Plus en détail

formation 2012 Un Organisme de Formation à votre service Spécialisé «Logement des Jeunes»

formation 2012 Un Organisme de Formation à votre service Spécialisé «Logement des Jeunes» Un Organisme de Formation à votre service Spécialisé «Logement des Jeunes» FORMA-CLLAJ formation 2012 / /Directeurs // Responsables // Élus // Cadres administratifs // Agents de collectivités territoriales

Plus en détail

Programme de formation «CAP RSEA»

Programme de formation «CAP RSEA» Programme de formation «CAP RSEA» Amélioration et mesure de la performance économique, sociale, sociétale et environnementale des Entreprises Adaptées Contexte La RSE se définit comme la responsabilité

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE D ANIMATEUR B.P.J.E.P.S 2013-2014

FORMATION PROFESSIONNELLE D ANIMATEUR B.P.J.E.P.S 2013-2014 Union Régionale des Francas de Lorraine Champagne Ardenne 6/8 allée de Mondorf Les Bains Bâtiment Les Mésanges 54500 VANDOEUVRE LES NANCY Association Départementale des Francas des Vosges 7 quartier de

Plus en détail

Petit déjeuner GRANDS COMPTES. Février/Mars 2015

Petit déjeuner GRANDS COMPTES. Février/Mars 2015 Petit déjeuner GRANDS COMPTES Février/Mars 2015 Créée : MAJ : 13/02/2015 Créé le 13/02/2015 LS /PACAC Sommaire 1- Le Contexte/ La Réforme, 2- Les fonds mutualisés 2015, 3- En mode Projet : propositions,

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

Nous vous rappelons dans le présent courrier, nos propositions de formation prévues au deuxième semestre 2013.

Nous vous rappelons dans le présent courrier, nos propositions de formation prévues au deuxième semestre 2013. A l attention de Mme et M. le Responsable - Services adoption des Conseils généraux - Directions départementales de la cohésion sociale - Directions régionales de la cohésion sociale - Unions départementales

Plus en détail

LISTE DES PIECES A RETOURNER :

LISTE DES PIECES A RETOURNER : nnée Universitaire 2015/ 2016 Notice d information pour DOSSIER DE VLIDTION D CQUIS Licence niveaux 2, 3 et Master 1 ère année Etudiants ou ancien étudiants de Paris Ouest Nanterre La Défense PROCEDURE

Plus en détail

CONTRAT DE PREVOYANCE MAINTIEN DE SALAIRE GUIDE DEMANDES DE PRESTATIONS

CONTRAT DE PREVOYANCE MAINTIEN DE SALAIRE GUIDE DEMANDES DE PRESTATIONS CONTRAT DE PREVOYANCE MAINTIEN DE SALAIRE GUIDE DEMANDES DE PRESTATIONS 1. L ouverture de droits : le départ de demi traitement... 1 2. Le complément de dossier : la prolongation de l arrêt... 4 3. La

Plus en détail

Catalogue des formations 2015

Catalogue des formations 2015 Catalogue des formations 2015 Education pour la santé Promotion de la santé Sommaire Quelques informations pratiques sur nos formations...4 Promouvoir la santé des publics : quelques fondamentaux...6 Promouvoir

Plus en détail

Quelle est l empreinte biodiversité de votre entreprise?

Quelle est l empreinte biodiversité de votre entreprise? Quelle est l empreinte biodiversité de votre entreprise? Une journée pour piloter vous-même votre stratégie biodiversité Descriptif de formation Amplify Nature L indicateur empreinte biodiversité 1 er

Plus en détail

CONVENTION DE FORMATION CONTINUE Année 2010-2011 N FCEP :.

CONVENTION DE FORMATION CONTINUE Année 2010-2011 N FCEP :. Université Charles de Gaulle - Lille 3 Etablissement Public à Caractère Scientifique Culturel et Professionnel Service universitaire de Formation Continue et Education Permanente Numéro de déclaration

Plus en détail

Merci de remplir votre bulletin lisiblement en lettres capitales. Les champs marqués d'une * sont facultatifs.

Merci de remplir votre bulletin lisiblement en lettres capitales. Les champs marqués d'une * sont facultatifs. Appt., boîte à lettres, étage, couloir, escalier Entrée, TOUR, IMMEUBLE, bâtiment, résidence Code postal, LOCALITé ADHésion N +extension (bis, ter), NOM de la voie mon EST le MOBILE particulier 4X4 MOTO

Plus en détail

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC»

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» Par Pierre-Claver NZOHABONAYO SECRETAIRE GENERAL ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES «OPC» 1. OBJECTIFS Dès sa création, l OPC vise une régulation articulée

Plus en détail

C O N V E N T I O N. ET La Croix Rouge, 98 rue DIDOT, Paris 14, représentée par le Président de la Croix-Rouge française, Jean-François MATTEI.

C O N V E N T I O N. ET La Croix Rouge, 98 rue DIDOT, Paris 14, représentée par le Président de la Croix-Rouge française, Jean-François MATTEI. C O N V E N T I O N RELATIVE A L AFFECTATION D UN INTERNE DE MEDECINE GENERALE DANS LES MISSIONS HUMANITAIRES DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE ENTRE : LE CENTRE HOSPITALIER ET UNIVERSITAIRE De, représenté par

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO Ce règlement vient préciser les statuts de l Association tels qu ils ont été votés par l Assemblée Générale Extraordinaire en date du 9 janvier 2014 1. Modalités

Plus en détail

Sommaire. La VAE, mode d emploi... 3. Récapitulatif des emplois (ou activités bénévoles exercées)... 4. Votre parcours de formation...

Sommaire. La VAE, mode d emploi... 3. Récapitulatif des emplois (ou activités bénévoles exercées)... 4. Votre parcours de formation... COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE DE LA MUTUALITE Certificat de Qualification Professionnelle Chargé(e) d accueil et de relation client/adhérent Dossier VAE

Plus en détail

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

Les étapes du dispositif VAE 2014

Les étapes du dispositif VAE 2014 PHOTO A AGRAFER ICI Attention : Ce document ne peut tenir lieu en aucun cas de dossier d inscription à OSTEOBIO ni de dossier de Validation des Acquis de l Expérience. Il comprend deux livrets : administratif

Plus en détail

PROCEDURE DE REALISATION DE LA VAE «Manager du déploiement opérationnel du Développement Durable»

PROCEDURE DE REALISATION DE LA VAE «Manager du déploiement opérationnel du Développement Durable» PROCEDURE DE REALISATION DE LA VAE «Manager du déploiement opérationnel du Développement Durable» Objet : Ce document a pour objectif de fournir au candidat les informations nécessaires pour réaliser une

Plus en détail

MODE D EMPLOI DE L EXTRANET ORGANISMES DE DPC (ODPC) DEMANDE D ENREGISTREMENT ET DOSSIER D EVALUATION

MODE D EMPLOI DE L EXTRANET ORGANISMES DE DPC (ODPC) DEMANDE D ENREGISTREMENT ET DOSSIER D EVALUATION MODE D EMPLOI DE L EXTRANET ORGANISMES DE DPC (ODPC) -- DEMANDE D ENREGISTREMENT ET DOSSIER D EVALUATION 1 Ce document est réalisé à partir des éléments présents dans l arrêté relatif à la composition

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

2 ème année de master

2 ème année de master 1/7 Année universitaire 2014-2015 DOSSIER DE CANDIDATURE pour une inscription en 2 ème année de master domaine Droit, Économie, Gestion mention Droit des assurances Avis de la commission DOSSIER DE CANDIDATURE

Plus en détail

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE INTRODUCTION Les CPE d aujourd hui s interrogent légitimement sur le rôle, sur leur positionnement dans l établissement et sur les relations dans lesquelles

Plus en détail

DEMANDE D ADHÉSION ANGEVA ANGEVA FRAIS DE SANTÉ 2007. Plus. SENIORS Plus DA ANGEVA + S DA ANGEVA S + Réf :

DEMANDE D ADHÉSION ANGEVA ANGEVA FRAIS DE SANTÉ 2007. Plus. SENIORS Plus DA ANGEVA + S DA ANGEVA S + Réf : DEMANDE D ADHÉSION Plus SENIORS Plus FRAIS DE SANTÉ 2007 Réf : DA + S DA S + DEMANDE D ADHÉSION 2007 Cachet et code du Courtier Plus SENIORS Plus ESC LIN* Si rien n est coché, l option retenue par défaut

Plus en détail