LES migrations. Innovation LMDE Vive la Prév Box! Big Brother vs Human Rights Surveillance rapprochée. La vida loca Alain Mingam raconte.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES migrations. Innovation LMDE Vive la Prév Box! Big Brother vs Human Rights Surveillance rapprochée. La vida loca Alain Mingam raconte."

Transcription

1 numéro 21 - mars e LES migrations Galina Barskaya - Fotolia.fr - TOC Médias lmde S engager Innovation LMDE Vive la Prév Box! Christian Poveda Culture La vida loca Alain Mingam raconte DÉBATTRE Big Brother vs Human Rights Surveillance rapprochée Spook

2

3 sommaire édito Par Gabriel Szeftel, Président de La Mutuelle Des Étudiants Ivry-sur-Seine, le 26 février CÉLÈBRE ANONYME Nicolas Roumagne Senior à 100 %! AILLEURS Avoir 20 ans en Guadeloupe Chômage record S ENGAGER Innovation LMDE Vive la Prév Box! LA LMDE ET VOUS Bilan et perspectives LMDE : 10 ans d action DOSSIER Les enjeux du XXI e siècle Migrations internationales CULTURE Christian Poveda par Alain Mingam La vida loca DÉBATTRE Big Brother vs Human Rights Surveillance rapprochée À VOTRE SERVICE Réussir ensemble Avec Les immigrés volent le travail des français», «Immigration = augmentation de la délinquance» Autant d expressions nauséabondes qui ont resurgi et trouvé une forme de légitimité à l occasion du «débat» sur l identité nationale. Engagés sur le terrain de la transformation sociale, nous avons fait le choix de consacrer le dossier de ce numéro de Génération Solidaire aux migrations internationales. Il était indispensable de rappeler un élément historique et démographique que certains semblent oublier : les vagues successives d immigration ont largement contribué à construire l économie française. Or, nous vivons ensemble et l immigration doit être pensée de façon positive et réaliste, comme un échange moteur de nos sociétés. Il était tout aussi indispensable de pointer certaines réalités quotidiennes : avec une législation qui se durcit chaque jour, on assiste à une véritable chasse à l immigré. Vous trouverez également dans ce numéro la présentation du nouvel outil de prévention de la LMDE en direction des lycéens : la «Prév Box». Alors que certaines conduites potentiellement à risques (sexualité, consommation d alcool ) se sont déplacées du Supérieur vers le Secondaire, il est devenu primordial que les lycéens bénéficient d actions et de discours de prévention. Bonne lecture. Génération Solidaire : publication trimestrielle éditée par la LMDE, mutuelle n , soumise aux dispositions du Livre II du Code de la Mutualité, et adhérente de la FNMF. Siège social de la LMDE : 37, rue Marceau Ivry-sur-Seine Tirage : exemplaires Prix au numéro : 1! Abonnement annuel : 4! Directeur de la publication : Gabriel Szeftel Directeur adjoint de la publication : Frédéric Bonnot Rédactrice en chef : Virginie de Galzain Conseiller de la rédaction : Arnauld Champremier-Trigano Comité de rédaction : Frédéric Bonnot, Agathe Buron, Fanny Dana, Céline Dobransky, Lucas Jourdain, Philippe Lévy, Céline Martinez, Frédéric Sauvage, Nicolas Souveton, Gabriel Szeftel, Alexandre Tortel. Rédacteurs : Mathilde Degorce, Jonathan Halimi, Marie Raymond Directeur artistique : Antoine Errasti Secrétaire de rédaction : Anna Pierre Réalisation : TOC MEDIAS SARL au capital de U Commission paritaire 1010MO7550 ISSN n dépôt légal à parution Génération Solidaire adhérent de l ANPCM et du SPS Imprimerie Illico m 32, rue Roger Touton Bordeaux Routage Orsud Valley Vos remarques et suggestions : GÉNÉRATION SOLIDAIRE :: Printemps 2010 :: #21 :: 3

4 celebre anonyme Nicolas Roumagne SENIOR à 100 %! Nicolas Roumagne, 26 ans, vient d obtenir le Prix de l étudiant entrepreneur en économie sociale dans la catégorie «Entreprise créée». Son projet : une équipe pluridisciplinaire et itinérante proposant des solutions non médicamenteuses pour les personnes âgées en perte d autonomie. Photographies : Dimitri Roumagne Originaire de Poitiers, avenant, déterminé, consciencieux, Nicolas Roumagne a fait toutes ses études dans sa ville natale. Après avoir passé une licence à la faculté des sciences du sport, Il poursuit son cursus avec un master Ingénierie de la rééducation et du handicap. En stage au CHU de Poitiers en 2007, Nicolas retrouve son ami de longue date, Guy Le Charpentier. Ensemble, iis constatent l importance des besoins dans les établissements gériatriques et recensent un grand nombre de thérapies nonmédicamenteuses. Ils décident alors de les rassembler toutes en créant une équipe pluridisciplinaire itinérante et spécialisée. Du projet étudiant à l entreprise Ce projet étudiant les conduit d abord à créer une association ayant pour but de réaliser une étude clinique sur l intérêt de la pratique d une activité physique chez les patients atteints de démence sénile, notamment de type Alzheimer. Ce, afin d offrir aux patients une amélioration de leurs conditions de vie. Encouragés par les résultats qui confirment de réels besoins non médicamenteux dans le domaine gériatrique, Nicolas et Guy décident de créer leur entreprise. C est à cette époque qu ils entendent parler du Prix de l étudiant entrepreneur en Nicolas et Guy constatent l importance des besoins dans les établissements gériatriques économie sociale (PEEES), un prix créé par la LMDE pour encourager et soutenir les étudiants et jeunes diplômés souhaitant créer leur entreprise ou l ayant déjà créée. Ils remportent le premier prix de la catégorie «Entreprise créée», et une dotation de euros qui leur permet de commencer à diffuser et à développer leur projet. «Resanté-vous» est né. Des ambitions citoyennes Aujourd hui, l entreprise est sur les rails. Nicolas Roumagne confie sa fierté d avoir déjà embauché deux personnes. L équipe, âgée de 24 à 26 ans, est jeune et motivée et dispense ses thérapies (activités physiques, art thérapie ) dans toute la Vienne. Nicolas Roumagne ne souhaite pas s en tenir là. Il ajoute avoir de nombreux projets pour 2010, dont la création d un agenda par des patients atteints d Alzheimer. Il prévoit également d étudier plusieurs types de programmes d activités physiques pour les personnes âgées vivant en institution, afin de leur trouver le programme le moins cher et le plus efficace. Enfin, le jeune homme espère continuer à compléter son équipe, avec notamment, un ergothérapeute, un psychomotricien, un psychologue et un orthophoniste. Aujourd hui, son ambition est de pouvoir dispenser toutes les thérapies parallèles existantes et de les adapter aux besoins des personnes âgées afin d améliorer leur quotidien. Marie Raymond 4 :: #21 :: Printemps 2010 :: génération solidaire

5 ailleurs Dans les DOM TOM, le manque de moyens est au cœur des enjeux de l Éducation Avoir 20 ans en Guadeloupe chômage record Un an après les quarante-quatre jours de grève générale qui ont secoué la Guadeloupe, peu de choses ont changé pour les habitants, notamment pour les jeunes. L île est toujours frappée par le taux de chômage le plus élevé d Europe chez les moins de 25 ans. Dans les rues de Pointe-à-Pitre, la tension sociale se ressent encore, et pour beaucoup de Guadeloupéens, «ça peut recommencer, car ce sont toujours les mêmes patrons». Mais ce qui a évolué, «c est la manière de se rassembler [1]», affirme Matthieu, étudiant en maths à Pointe-à-Pitre. L année dernière, ils ont été des dizaines de milliers à manifester derrière le LKP («Liyannaj Kont Pwofitasyon [2]») contre la vie chère, certains produits de première nécessité pouvant connaître une inflation de 100 % par rapport à la métropole. Comme beaucoup d étudiants, Matthieu veut vivre en Guadeloupe ; mais il comprend ceux qui s expatrient. Pour les moins de 30 ans, le taux de chômage est en effet passé de 54,6 % en 2008 (contre 19 % chez les 15/24 ans en métropole) à 60,2 % en 2009*. Et 25 % des ans* partent en France métropolitaine pour poursuivre leurs études ou trouver un emploi. Une situation commune aux départements d Outre-Mer. «Les mêmes formations existent ici, dit Matthieu, mais on préfère embaucher ceux qui ont étudié en métropole». Conséquence : certaines filières ferment, faute d inscrits. La formation des jeunes, c est l assurance de la construction de demain Un désir d avenir Difficile donc de se projeter, surtout dans le seul département français où il n y a plus d AFPA [3] depuis Selon Élie Domota, le porte parole du LKP, «son personnel a été licencié ; des milliers de jeunes sont depuis livrés à eux-mêmes. Or, la formation des jeunes, c est l assurance de la construction de demain». Dans un contexte où le quotidien reste coûteux, même pour les boursiers (56 %*), Matthieu, comme beaucoup d autres, vit encore chez ses parents (46 %*). «Je ne suis pas directement touché par la crise, précise-t-il. Mais dans un avenir pas très prometteur, mon désir de devenir prof de maths est mis à l épreuve». Malgré les états-généraux de l Outre-Mer, la situation de l Île en matière d éducation, d emploi ou d économie n a pas évolué favorablement. Et les Guadeloupéens continuent le combat pour l égalité et leur droit en un avenir meilleur. Jonathan Halimi *Sources INSEE [1] En janvier 2009, le LKP a réuni 47 organisations, parfois plus personnes, soit l équivalent de plus de 6 millions en métropole. [2] En créole : «Ensemble contre les profiteurs» [3] Association nationale pour la formation professionnelle des adultes Thomas Giraud en bref! APPEL À CRÉATION FESTIVAL ÉTUDIANT En novembre 2010, se tiendra la 3 e édition du festival international du documentaire étudiant. Organisé par l association Les Impatientes, il est ouvert à tous sur tous sujets pour des films, œuvres sonores, diaporamas réalisés pendant la période de formation du réalisateur (école, université, lycée, atelier...). Envois : du 1 er mars au 31 mai. Toutes les infos sur Développement durable Une semaine décisive Pour la 8 e année, le rendez-vous est pris pour la semaine du Développement durable. Entreprises, associations, établissements scolaires présenteront au grand public leurs initiatives. L objectif? Informer sur la nécessité d avoir des gestes simples pour respecter l environnement, l habitat, nos voisins, notre cadre de vie. Et c est aussi valable pendant les vacances! Du 1 er au 7 avril Musique en fête! Printemps de Bourges Attendu comme le saint Graal musical, le Printemps de Bourges 2010 fête ses 34 ans. Au programme, 5 jours de musique non stop et la crème musicale du moment, d Iggy Pop à Pony Pony Run Run, en passant par Archive L occasion aussi de découvrir de nouveaux talents et de se balader dans la ville : la fête continue une partie de la nuit dans une vingtaine de bars du centre ville. Du 13 au 18 avril. Tarifs : à partir de 14. ENGAGEMENT salon des solidarités Du 4 au 6 juin prochain, se tiendra le 3 e salon des Solidarités. Il rassemble les acteurs de la solidarité internationale, du développement, de la coopération et de l insertion. Animations, ateliers, expos, conférences proposent des solutions concrètes d engagement. Parc des Expositions de la Porte de Versailles (Paris). Mathilde Degorce génération solidaire :: Printemps 2010 :: #21 :: 5

6 Chris Schmidt - istockphoto.com La santé des lycéens S informer, c est prévenir Si elles sont souvent synonymes d insouciance, les années lycée peuvent parfois être une période sensible. Début de la sexualité, conduites addictives, nouveau rapport aux autres La prévention commence avec l information. Le point sur la santé des lycéens. Les lycéens vont bien, ils le disent eux-mêmes. Les ans interrogés par Ipsos en 2006 avaient des projets, pensaient à l avenir sans pour autant nier le climat d incertitude. Les ados bien dans leur peau? Une majorité d entre eux déclare que tout va bien : 95 % affirment avoir beaucoup d amis ; 80 % parlent facilement avec leurs parents et 79 % disent se sentir bien à l école. Cependant, ils sont également assez pessimistes. Ainsi, seuls 33 % croient que tout le monde a les mêmes chances de réussite ; 31 % considèrent que la justice défend chacun équitablement ; enfin, 5 % des ans se disent très inquiets et ne font aucun projet d avenir. Un sentiment de mal-être minoritaire, mais à prendre d autant plus au sérieux qu il peut aboutir à l isolement et à des tentatives de suicide, l une des premières causes de mortalité chez les ans, après les accidents de la route. Une question majeure et urgente de santé publique. Une sexualité à risques En 2005, 38,8 % des garçons et 34,6 % des filles avaient déjà eu des rapports sexuels à l âge de 16 ans*. Côté contraception, les ans privilégient le préservatif. Son usage lors du premier rapport sexuel augmente. Cependant, près de 33 % des filles de cette tranche d âge ont eu recours à la contraception d urgence en Elles demeurent très concernées par les interruptions volontaires de grossesse (IVG) : sur une moyenne nationale de IVG en 2007, ont été pratiquées sur des filles de 16 à 25 ans. En matière de protection contre les infections sexuellement transmissibles (IST), le port du préservatif n est pas encore systématique (voir article Prév Box p.7). Qui plus est, le dépistage des IST est insuffisant en cas de prise de risques. Avoir sur soi un préservatif et le mettre à chaque relation sexuelle doit devenir un réflexe pour éviter toute contamination, parfois à vie (VIH-Sida, notamment). Mettre un préservatif à chaque relation sexuelle doit devenir un réflexe Prévenir : tabac et alcool L enquête sur la santé et les consommations lors de l Appel de préparation à la défense de 2008, réalisée auprès de jeunes de 17 ans, montre une diminution des usages réguliers d alcool et de tabac. Toutefois, ils se développent pendant les études supérieures. D autre part, la diffusion de la drogue (cocaïne, crack, heroïne...) augmente et sa consommation prend le pas sur l alcool chez les lycéens. Des addictions qui ne sont pas sans répercussion sur la santé mentale et physique. Plus on est informé tôt sur les risques de certains comportements, mieux on les prévient. La santé au quotidien mais aussi la réussite de ses études présentes et à venir sont en jeu. Chaque acteur de la vie étudiante est concerné. Marie Raymond Sources : Ipsos Insight Santé Conférence Biennale sur la santé des jeunes * Le premier rapport a lieu vers 17 ans et demi. 6 :: #21 :: Printemps 2010 :: génération solidaire

7 Innovation LMDE Vive la Prév Box! À l adolescence, la volonté de s émanciper côtoie une dépendance encore forte aux parents. Afin de permettre aux lycéens de prendre leur santé en main, la LMDE a créé pour eux la garantie santé Prév Box. Sexualité, consommation de tabac ou d alcool, mal-être..., les questions de santé ne sont pas toujours abordables en famille. Thomas Roller, lycéen et secrétaire national aux questions sociales à l Union nationale lycéenne (UNL), le confirme : «Quand on est lycéen, on dépend forcément de ses parents pour ce qui est de la mutuelle. Et certaines discussions personnelles ne sont pas faciles à avoir avec eux.» Pourtant, c est dès le lycée que doit se faire la prévention. La Prév Box est une solution innovante pour les lycéens Ainsi, pour 19 euros par an, la garantie Santé Prév Box prend en partie en charge le remboursement de moyens contraceptifs et de substituts d arrêt de tabac, celui du suivi nutritionnel ou psychologique, des tests de grossesse, de la contraception d urgence En souscrivant à la Prév Box, le lycéen reçoit un kit de prévention : un plumier en métal ludique et graphique avec préservatif et lubrifiant, éthylotest, bouchons d oreilles, mode d emploi pour se faire rembourser, numéros utiles La LMDE s adresse aux lycéens Les chiffres des enquêtes menées jusque-là auprès des étudiants par la LMDE sont significatifs. Concernant leurs comportements sexuels, les étudiants sont 85 % à déclarer utiliser un préservatif lors d un rapport avec un nouveau partenaire, mais 15 % ne le font pas systématiquement. D autre part, près de la moitié de ceux qui ont eu des rapports sexuels ont déjà effectué un test VIH. Afin de maintenir et d améliorer les comportements positifs - et tout en poursuivant ses campagnes et ses engagements, notamment aux côtés du Planning familial pour le droit à l avortement - la LMDE a choisi de s adresser directement aux lycéens. Un outil pour plus d autonomie Pour permettre aux jeunes d être acteurs de leur santé dès le lycée, la LMDE a créé une garantie santé inédite. Accessible au plus grand nombre grâce à un faible coût, facile d utilisation, la Prév Box est une solution innovante. Thomas Roller se dit très satisfait de la démarche de la Mutuelle : «C est la première fois qu on s intéresse aux lycéens et à leurs problématiques», confie-t-il. En complément de la mutuelle des parents, la Prév Box c est maintenant, et tout au long des études. Elle soutient les lycéens dans ce premier pas vers l autonomie. Marie Raymond Créée en 1994, l Union nationale lycéenne est un syndicat lycéen. Avec adhérents, l UNL est implantée dans près de 80 départements. Présents au Conseil supérieur de l éducation (CSE), les élus occupent la totalité des sièges lycéens. Réussite Bac : PARLEZ-EN aux lycéens! Révisions, angoisse, fatigue la LMDE vous accompagne pendant la période tendue du bac de Première et de Terminale. Le concept est simple : commencez par vous inscrire sur Réussite Bac, un site gratuit et sans engagement. Ensuite, la Mutuelle et ses deux partenaires reconnus, l un pour la pédagogie (Rue des écoles) et l autre pour l orientation (Onisep), s occupent de tout. Antoine Errasti Grâce à ce service, profitez d une aide pour vos révisions et de conseils pour aborder le bac en toute sérénité et rester en bonne santé. De plus, le site vous accompagne dans le choix de vos études supérieures et vous informe dans toutes les démarches administratives inhérentes. génération solidaire :: Printemps 2010 :: #21 :: 7

8 La lmde et vous DR BILAN ET PERSPECTIVES LMDE : 10 ANS D ACTION Après trois ans de mandat à la présidence de la LMDE, Damien Berthilier a mis un terme à ses fonctions lors du conseil d administration du 15 décembre dernier. à cette occasion, Gabriel Szeftel a été élu, à l unanimité des administrateurs, nouveau président de la LMDE. lmde Ce changement de présidence, qui intervient alors que nous nous apprêtons à célébrer les dix ans de la LMDE, est l occasion de mesurer le chemin parcouru depuis le 12 avril 2000, date de son assemblée générale constitutive. Toujours plus d engagements La LMDE est redevenue la première mutuelle étudiante avec affiliés et près de adhérents. Ce résultat est la conséquence d orientations politiques ambitieuses afin de conquérir de nouveaux droits en matière de santé et de répondre aux nouveaux besoins des étudiants. Cette ambition est le moteur de projets innovants. Ainsi, face à la mobilité internationale des étudiants, la LMDE propose aujourd hui une couverture internationale complète répondant aussi bien aux besoins des étudiants qui partent étudier à l étranger qu à ceux qui viennent étudier en France. Des forfaits Prévention adaptés ont été créés pour répondre aux comportements à risques des étudiants, mais aussi des lycéens, comme récemment avec la Prév Box. Défendre la protection sociale et faire de l accès aux soins pour tous une réalité De plus, la LMDE a développé une expertise sanitaire et sociale de la population étudiante reconnue de tous, notamment à travers l observatoire Expertise et Prévention pour la Santé des étudiants (EPSE), ainsi que des actions efficaces de prévention et d éducation à la santé. La LMDE est devenue un interlocuteur incontournable en matière de santé des étudiants. Ce développement est aujourd hui à pérenniser, mais il est également nécessaire de lui offrir de nouvelles perspectives. L accès aux soins pour tous Notre statut de première mutuelle étudiante nous confère plus que jamais une responsabilité face à la dégradation de l état sanitaire des étudiants. La bataille pour défendre la protection sociale obligatoire est à poursuivre pour faire de l accès aux soins pour tous les étudiants une réalité. Ces convictions sont portées avec détermination par la LMDE, notamment au sein de la mutualité française (FNMF) où nous sommes désormais représentés. Ainsi, pour faire face à un renoncement aux soins toujours plus grand de la part des étudiants, la LMDE revendique la mise en place d une aide à l acquisition d une complémentaire santé adaptée aux étudiants à travers le chèque santé. Dans le cadre des élections régionales, nous demandons sa mise en place dans toutes les régions qui ne l ont pas encore mis en œuvre. Retrouvez l interview de Gabriel Szeftel sur Enfin, notre responsabilité est de défendre le régime étudiant de Sécurité sociale. Sa légitimité n est plus à démontrer. Depuis plus de soixante ans, le régime étudiant de Sécurité sociale a prouvé qu il était le plus à même de déployer une politique de santé publique efficace en direction de la population étudiante et de promouvoir l autonomie des jeunes en matière de santé. 8 :: #21 :: Printemps 2010 :: génération solidaire

9 Dossier MIGRATIONS INTERNATIONALES Migrations : nom féminin : lat. migratio. Déplacement de populations d un endroit à un autre. Aujourd hui, elles concernent 3 % de la population mondiale ; une mobilité motivée par le «mieux vivre». Contraintes pour les uns, de plein gré pour les autres, elles génèrent paradoxalement de nombreuses idées reçues vectrices d exclusion, des débats initiateurs de scission et de stigmatisation, des politiques dites de régulation, à la frontière de la protection et de la violation des droits de l Homme. En France, comme dans le reste du monde, le durcissement de la législation et la crise du droit d asile créent une précarisation et un nombre important de sans-papiers, alors que le rôle des migrants dans certains secteurs d activité et la croissance démographique est démontré. À la croisée d enjeux politiques, économiques, sociétaux, le point sur une question d avenir. génération solidaire :: Printemps 2010 :: #21 :: 9

10 Dossier Hachero - fotolia.fr winni - fotolia.fr Aelita - fotolia.fr Chris Schmidt - istockphoto.com adisa - fotolia.fr LES ENJEUX DU XXI e SIèCLE UNE LIBRE CIRCULATION? Mondialisées, voulues ou forcées, les migrations sont au cœur de toutes les réflexions. Entre idées reçues et réalités politiques, sociales et économiques, quid de la libre circulation des hommes au XXI e siècle? Analyse d un enjeu d avenir. L es migrations concernent aujourd hui 3 % de la population mondiale. Qu elles soient voulues, pour trouver un travail, faire des études ou rejoindre un parent, ou forcées pour des raisons d instabilité politique, alimentaires, sanitaires ou climatiques, les migrations se sont généralisées. En 2009, l ONU recensait 200 millions de migrants dans le monde. FLUX MIGRATOIRES Qui sont les migrants? Ce sont des hommes et des femmes, ces dernières représentant 49,6 % des migrants. On distingue les déplacés de force, ou par souhait. Dans la première catégorie, les réfugiés et les demandeurs La notion de migration fait naître beaucoup d idées reçues d asile, des migrants de type sanitaire, alimentaire, des réfugiés climatiques. Dans la deuxième, l immigration la plus importante à l échelle du monde est une migration de travail, qu elle soit régulière ou irrégulière. Dans les pays européens, c est l immigration familiale qui est la plus développée, sans oublier l immigration étudiante. Enfin existent des migrations d affaires, de tourisme, d installation, de retraite. Où vont-ils? On recense trois grands pôles de destination, l Europe étant devenue l une des plus importantes du monde en vingt ans. Pour Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche au déplacés de force Selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), il y avait fin 2008, quelque 42 millions de personnes déplacées de force dans le monde. Ce chiffre comprend 15,2 millions de réfugiés, demandeurs d asile (cas en suspens) et 26 millions de personnes déplacées à l intérieur de leur pays. Fin 2008, près de 25 millions de personnes 10,5 millions de réfugiés et 14,4 millions de personnes déplacées recevaient une protection ou une assistance du HCR. 10 :: #21 :: Printemps 2010 :: génération solidaire

11 Dossier Regroupement familial Consacré par l article 8 de la Convention européenne des droits de l Homme, le regroupement familial se traduit par le droit de s installer, et le cas échéant, de travailler en France, dont bénéficient certains membres de la famille d un étranger résidant régulièrement en France. Ce droit ne peut être exercé qu en respectant une procédure longue et complexe et en remplissant certaines conditions. Retrouvez les interviews de Catherine Wihtol de Wenden et de Jérôme Martinez sur CNRS, plusieurs raisons l expliquent : «D abord, l augmentation de la délivrance de passeports (faits en Russie, Chine, Afrique pour l Europe, ndlr). Puis, la possibilité de voyager moins cher, et l information, disponible dans certains pays, qui créent un désir d Europe dans la construction des imaginaires migratoires». Elle évoque aussi le regroupement familial, l explosion de l asile, et le manque d espoir dans beaucoup de régions du monde. Autres régions phares : le sud des états-unis, proche de la frontière mexicaine, où se retrouvent 13 millions de sans-papiers. Les pays du Golfe, qui attirent également beaucoup de migrants du pourtour de la Méditerranée, notamment les populations arabo-musulmanes. Et le Japon et l Australie. RÉALITÉS ET NÉCESSITÉS La notion de migration fait naître beaucoup d idées reçues, que ce soit géographiques, économiques, sociétales, ou politiques. Les migrations sont souvent perçues comme des déplacements du Sud vers le Nord. Catherine Wihtol de Wenden fait voler en éclats ce stéréotype : «La migration Sud/Nord ne représente même pas le tiers de la migration à l échelle mondiale. En effet, sur les 200 millions de migrants internationaux, on compte 60 millions de migrations Sud/Nord, 61 millions de migrations Sud/Sud, 30 millions de migrations Nord/Nord, 14 millions de migrations Nord/Sud, 14 millions de migrations Est/Ouest». Emploi et démographie En termes d emploi, les migrations engendrent une inquiétude : celle de la concurrence. En réalité, les migrants sont nécessaires, et Catherine Wihtol de Wenden l explique : «Malgré la crise, des secteurs entiers sont en proie à des pénuries de main-d œuvre (nettoyage urbain, travaux domestiques, bâtiment ) auxquelles les migrants répondent.». L ouvrage Pour un autre regard sur les migrations rappelle que «l emploi immigré attire l emploi tout court ( ) En pourvoyant nombre d emplois, la migration relance les contrats dans plusieurs secteurs, suscitant la richesse et créant de nouveaux emplois». DR 3 questions à Saïd Mohdeb, étudiant à Paris 8, est responsable de l Union nationale des étudiants algériens de France. Il est membre actif de RUSF depuis sa création en Quel est le rôle de RUSF? RUSF regroupe des associations et des syndicats qui se mobilisent pour améliorer les conditions d accueil et l égalité de traitement des étudiants étrangers. Deux soucis majeurs se posent pour ces derniers : s ils n ont pas de papiers, l université refuse parfois de les inscrire. S ils sont inscrits à l université mais perdent leurs papiers, la préfecture peut s en mêler. Notre but est donc de les conseiller et de les aider à faire respecter leurs droits et à obtenir les papiers nécessaires entre autres. Nous agissons aussi auprès des universités concernant l inscription des étudiants sans-papiers. Quelle est la situation des étudiants migrants en France aujourd hui? Les étudiants étrangers qui viennent dans le cadre de conventions intergouvernementales ou interuniversitaires ont des bourses et des logements universitaires, tout comme ceux qui bénéficient du statut vie privée-vie familiale. Mais 80% viennent sans cadre étatique ni convention universitaire, et sont exclus du système d aide. Ils n ont alors accès ni aux bourses ni aux logements dédiés. Qui plus est, ils ont des contraintes administratives : l obtention d un titre de séjour peut par exemple prendre six mois. Quel est l avenir des étudiants avec le durcissement de la législation envers les migrants? Les étudiants étrangers peuvent devenir des candidats potentiels à l expulsion. Ils doivent réussir leurs examens pour conserver leurs papiers. Et si la préfecture décide que certains ne progressent pas assez dans leurs études ou qu ils n ont aucune raison de les suivre, ils peuvent perdre leurs acquis. Tout étudiant étranger peut devenir sans-papiers du jour au lendemain, y compris celui qui a été en situation régulière pendant deux ou trois ans. génération solidaire :: Printemps 2010 :: #21 :: 11

12 Dossier L un des autres enjeux concerne le rajeunissement de la population. Selon Catherine Wihtol de Wenden, «à partir de 2030, il y aura un déclin de la population en Europe et aux États-Unis. La migration sera le seul facteur de croissance». Et en comblant les déficits démographiques, les migrations enrichissent les pays d accueil. Selon le rapport 2006 de la Banque mondiale, «l augmentation de 3 % de main-d œuvre des pays industrialisés due à l immigration a dégagé un revenu supplémentaire de 160 milliards de dollars». Quid des sans-papiers? Instabilité, conflits armés, faim, épidémies, les migrations sont vitales pour les personnes concernées. Pourtant, on le constate en Europe, la législation vis-à-vis des migrants se durcit, créant nombre de sans-papiers sur les territoires d accueil. Pour Catherine Wihtol de Wenden : «Cela n a pas de rationalité économique : si l on donnait la possibilité aux sans-papiers de travailler légalement, cela leur permettrait d être consommateurs, de circuler entre leur pays et le pays d accueil, d envoyer plus d argent dans le pays d origine». En France, l immigration a pourtant longtemps été un soutien recherché. En France, l immigration a longtemps été un soutien recherché FRANCE, TERRE D ASILE? Pour Patrick Weil, directeur de recherche au CNRS qui a travaillé sur l histoire de l immigration en France, «on assiste, de la fin du XIX e siècle jusqu à la fin des années 1930, à un déficit démographique ( ) Pour pallier la pénurie de maind œuvre, on fait venir de plus en plus de travailleurs étrangers» (5). Pourtant aujourd hui, certains travailleurs de longue date en France se trouvent encore dans des situations précaires. Qui plus est, l immigration étant fortement contrôlée et régulée, les demandeurs d asile et les prétendants à un titre de séjour font face à une législation de plus en plus dure à leur égard. Les titres de séjour en question En France comme dans le reste de l Europe, la moitié des titres de séjour concerne les regroupements familiaux. L autre moitié, le travail et les études. Selon Jérôme Martinez, délégué régional Île-de-France de la Cimade et responsable du Pôle national Droits des migrants et des réfugiés : «Environ personnes par an obtiennent un titre de séjour, plus les migrants des pays où il ne faut pas de visa». L immigration irrégulière, en revanche, est compliquée à évaluer. «Elle concerne entre Cimade Créée en 1939, la Cimade est une association qui oriente et défend les personnes d origine étrangère, les demandeurs d asile et les réfugiés. Elle a longtemps eu le monopole de l assistance juridique aux étrangers en rétention. Depuis le 10 avril 2009, elle partage cette tâche avec cinq associations : l Ordre de Malte, Forum Réfugiés, le Collectif Respect, France Terre d Asile et l Assfam. Convention de 1951 Ratifiée, entre autres, par la France et relative au statut des réfugiés, la convention de Genève de 1951 est l instrument juridique fondamental qui donne la définition d un réfugié et stipule ses droits ainsi que les obligations légales des États*. *Source : UNHCR FLUX MIGRATOIRES DANS LE MONDE Catherine Wihtol de Wenden, Atlas mondial des migrations Autrement, :: #21 :: Printemps 2010 :: génération solidaire

13 Dossier iofoto - Fotolia.com poco_bw - Fotolia.com clue Fotolia.com et personnes», ajoute-t-il. La majorité des migrants en France sont européens ou habitants de pays francophones : Maghreb, Afrique sub-saharienne, Afrique de l Ouest. La législation La principale difficulté à l entrée en France est d obtenir un statut. «Or, les droits au travail, au logement social, aux prestations familiales sont conditionnés au fait d avoir ou non des papiers», explique Jérôme Martinez. En matière d immigration familiale et de travail, «l accent est mis sur les contrôles de conjoints de Français ou de parents d enfant français. ( ) L immigration de travail est voulue la plus flexible possible, donc on met en place des statuts d immigration temporaire qui sont très peu protecteurs». Le titre de séjour, lié au contrat de travail, devient un potentiel moyen de chantage : soit vous acceptez les conditions, soit je vous licencie et vous perdez vos papiers. Principale conséquence du durcissement de la législation : la précarisation du titre de séjour dont la durée a été réduite. La durée du titre de séjour, garanti à une personne mariée à un Français ou parent d un enfant français, est passée de dix à un an. «Comment avoir un logement ou un emploi stable quand le titre de séjour est valable si peu de temps?», alerte Jérôme Martinez. La crise du droit d asile Institué par la convention de Genève de 1951, le droit d asile est aujourd hui en crise. Pour Catherine Wihtol de Wenden, plusieurs raisons l expliquent : «Si l on a été débouté dans un pays européen, on ne peut pas demander l asile à un autre, et on ne peut pas être candidat en même temps dans deux pays». En outre, la détermination du statut de réfugié est de plus en plus restrictive. Aujourd hui en France, moins de 30 % des demandeurs obtiennent le statut. Jérôme Martinez précise : «La France est obligée d examiner la demande, mais les procédures se sont accélérées et ne donnent pas toujours lieu à un examen équitable.» En 2050, la planète comptera 9 milliards d habitants. Instabilité étatique, crises alimentaire, sanitaire, environnementale, mais aussi emploi, démographie, les migrations demeureront un enjeu capital. Afin d équilibrer les flux migratoires et d assurer une vie meilleure aux migrants, l urgence est de stabiliser les pays d origine au niveau social, politique, économique... vers une meilleure autosuffisance. Il est aussi essentiel de développer une gestion cohérente positive des migrations de façon à rendre fructueuses les interactions sociales, économiques, culturelles, politiques vers un monde global harmonisé. Marie Raymond sources et références Pour un autre regard sur les migrations. Collectif. Éd. La Découverte. UNHCR : Tendances mondiales en Atlas mondial des migrations, de Catherine Wihtol de Wenden. Éd. Autrement Liberté, égalité, discriminations, de Patrick Weil. Éd. Gallimard/ Folio Histoire. 6,60. La France et ses étrangers (ibidest). 10,20. Immigrés sous contrôle, de Daniel Lochak et Carine Fouteau. Éd. Le cavalier bleu. 21. cinéma À l affiche : Harragas, de Merzak Allouache. En DVD - Welcome, de Philippe Lioret. - Eden à l Ouest, de Costa Gavras. - No comment, de Nathalie Loubeyre et Joël Labat. à suivre Festival Fenêtre sur le monde : du 24 avril au 1 er mai. Fictions, documentaires, débats... sur le thème des migrations. Programme bientôt en ligne sur génération solidaire :: Printemps 2010 :: #21 :: 13

14 culture Christian Poveda Christian Poveda par Alain Mingam ZOOM SUR : LA VIDA LOCA Le 2 septembre 2009, Christian Poveda était assassiné au Salvador. Son dernier documentaire, La vida loca, est un témoignage sans concession sur les gangs salvadoriens Maras. À la veille de la sortie du film en DVD, rencontre avec Alain Mingam, grand reporter et ambassadeur du film. Génération Solidaire : Qui était Christian Poveda? Alain Mingam : C était d abord un photographe. Et un ami très proche. Il a commencé son premier documentaire au Salvador avec Revolución o Muerte (genèse d une guérilla), en 1981, et a eu sans cesse cette forme d aller-retour entre le photojournalisme et la réalisation. Retrouvez l interview d Alain Mingam sur Bernard Schickman En 2001, il a pris conscience de ce qu était la réalité du Salvador, avec cette violence odieuse, ces morts au quotidien. C était un homme révolté, qui partageait un sens, une philosophie de la vie très proche de Camus, très proche d un engagement politique. Il avait une conscience aiguë de la société. Mais il a toujours fait en sorte que cette prise de considération politique ne puisse nuire à la qualité professionnelle de son travail. Ses idées naissaient de ses combats. D où vient ce lien avec le Salvador? Le Salvador a d abord été le pays de sa reconnaissance professionnelle. Il avait un attachement affectif à ce pays où il a couvert l actualité de façon continue jusque dans les années Il y a tissé des liens qui sont restés très vivaces et qu il a renoués lorsqu il y est retourné en 2001, pour faire un portrait des membres des gangs pour Paris Match. Assister à la banalisation de la mort dans les rues de San Salvador était insupportable! Donc il y est allé à fond. On peut évidemment se demander si l image qu il a laissée là-bas en , quand il cherchait dans les rues les victimes des escadrons de la Mort, ne s est pas retournée contre lui. S il n a pas dérangé avec La vida loca. Quel est le sujet du film? C est un documentaire sur le quotidien de la Mara 18. Un phénomène ultra violent qui existe depuis plus de seize ans au Salvador. Les membres sont imprégnés de la culture des gangs chicanos, ils entretiennent cette vida loca (vie folle), la culture très dure de la rue. Christian a voulu dépasser une image caricaturale double : celle du tatouage, qui n a rien ici de la signification ethnologique de Lévi-Strauss, mais qui devient la marque d une violence que l on pratique chez les gangs : tuer pour vivre et vivre pour tuer. Celle de la violence spectacle. Et au-delà de cet état de fait, il s est attaché à aller chercher ce qu il y a d humain en eux : la solitude, la haine mais aussi le besoin d essayer de reconstituer une ébauche de structure familiale perdue ; avec des enfants, des femmes qui souffrent face à cette menace permanente de mort, en raison de la guerre qui existe entre la 13 et la :: #21 :: Printemps 2010 :: génération solidaire

15 ALAIN MINGAM Grand reporter, photojournaliste, prix Worldpress pour son reportage sur l exécution d un traître en Afghanistan (1981), Alain Mingam a aussi occupé les fonctions de rédacteur en chef et directeur de la photo (Gamma,Sygma, Le Figaro magazine ). Il est aujourd hui consultant médias et photo (expositions, prix, éditions ) et membre du bureau exécutif de Reporters sans frontières. Ami très proche de Christian Poveda, il est son relais sur le film La vida loca. LA VIOLENCE AU SALVADOR Plus de homicides depuis homicides pour habitants : le taux d homicides le plus élevé d Amérique Latine chez les ans. Les 2 gangs comptent membres officiellement - le double officieusement - et en tout sur l Amérique latine. à voir La vida loca, de Christian Poveda (Bac vidéo). 19,90 Le site du film : Les portfolios : > photographes > Poveda Christian Comment le tournage a-t-il été réalisé? Ca s est passé en deux temps. Christian a d abord fait le portrait de 130 membres des deux gangs ennemis : la Salvatrucha et la 18. Ce qui lui a permis de commencer à identifier les personnages qu il allait ensuite pouvoir suivre à l intérieur de son film. La Salvatrucha a refusé de participer, mais a suggéré la 13. Et Christian a commencé son tournage : pendant un an et demi, il est allé tous les jours tourner à La Campanera, une zone de non droit qui appartient aux gangs, séparée par une avenue qui les met géographiquement en opposition. Il a vécu parmi eux, a gagné leur confiance. Quelles réponses didactiques, éthiques et artistiques La vida loca apporte-t-il? Christian est parti de cette analyse sur la pesanteur de l hérédité sociale. Tous ces jeunes qui deviennent les gangs vont chercher une famille de substitution. Un soutien. Ils sont issus des milieux les plus défavorisés, avec une scolarisation parfois courte, l alcoolisme, la prostitution La scène du rite d initiation des jeunes au gang est quelque chose de terrible. Autant d éléments qui expliquent en quelque sorte l existence des gangs qui se multiplient en Amérique latine, près de aujourd hui. Christian est allé jusqu au bout de son engagement Ensuite, on doit faire attention au fait que l image de la violence induit une violence de l image à laquelle on a fini par s habituer. On est en temps réel par rapport à des contextes de guerre, de mort, qui ne donne pas la possibilité de réagir. La démarche de Christian était de prendre le contrepied de cette spectacularisation, en allant vers ce qu il y a d humain. Il y avait une parfaite maîtrise de faire en sorte que la nature de son propos dans la dénonciation de cette violence, s accompagne d une écriture photographique exceptionnelle pour allier le fond et la forme. Que dites-vous à ceux qui se destinent à ce métier? Il s agit de répondre à trois questions. Qu est-ce que vous voulez dire? Et quelle lecture faites-vous de votre monde? Comment vous voulez le dire : avec la caméra, la plume, l appareil photo selon votre sensibilité? Enfin, pour qui vous voulez le dire? Pour toucher une caste qui consomme de l information comme quelque chose d admis, mais sans respecter la déontologie qui va de pair? Ou parce qu on a une haute idée de ce métier? Il faut avoir des convictions, rester humble, et garder grande ouverte la fenêtre sur le monde. S enquérir du bien-fondé d une démarche journalistique, de la nature et de la qualité de ce qu elle rapporte, pour que, dans le cadre d une démocratie, on ait le respect de la dignité de chacun. Christian Poveda (à droite) pendant le tournage, avec El Bambam, Little One et Cesarito Christian Poveda Vous appelez chacun à relayer ce film. Christian a voulu dire : «Regardons les gens sans passer par la caricature. Essayons de réaliser pourquoi on arrive à de telles impasses, à de telles situations de violence». Il est allé jusqu au bout de son engagement. Et sa mort est quelque chose d insupportable. C est pourquoi je demande à chacun d être l avocat du film. Et d arriver peut-être, comme m a dit un couple à Poitiers, à comprendre dans quel monde nous vivons. À rester vigilant. Propos recueillis par Virginie de Galzain génération solidaire :: Printemps 2010 :: #21 :: 15

16 debattre Big Brother VS Human rights SURVEILLANCE RAPPROCHÉE Pass NAVIGO, téléphone portable, video et géo surveillance, nous pouvons être tracés près d une dizaine de fois par jour. De la protection des citoyens à la violation des droits de l Homme, le débat est posé avec Jean-Pierre Dubois et Thierry Rousselin. DR Jean-Pierre Dubois est président de la Ligue des droits de l homme (1) depuis 2005 et professeur de droit constitutionnel à l Université Paris XI. Génération Solidaire : De quand date «l obsession» sécuritaire? Jean-Pierre Dubois : La justice d exception, les procédures dérogatoires au droit commun en termes de liberté publique, et l obsession du terrorisme datent des vagues d attentats de 1986 et À partir de là, la question du terrorisme a influencé le droit français, et les réactions politiques et policières. On remonte même plus loin, puisque le plan Vigipirate date de 1977, et ce n est même pas une loi. Nous ne sommes pas dans un régime autoritaire et cela fait pourtant trentetrois ans que nous vivons avec une procédure qui n a aucune base légale. Quelle a été l incidence du 11 septembre 2001 sur la sécurité? Le 11 septembre a accéléré les choses puisqu on avait en France le projet de loi LSQ : loi sur la sécurité quotidienne. Une loi qui ciblait les jeunes, notamment ceux traînant dans les halls d immeuble. Après le 11 septembre, dix amendements anti-terroristes ont été ajoutés à cette loi. Dans le même texte, il y avait donc l incrimination d un gamin insolent dans un hall d immeuble et ceux qui font sauter le World Trade Center. Le point commun, soyons clairs, c est qu ils avaient des noms d Arabes. Sommes-nous sans arrêt surveillés? Je suis allé au cabinet de Michèle Alliot-Marie en novembre 2008 porter nos inquiétudes sur les fichiers. Son conseiller Sécurité a sorti son téléphone portable, son passe NAVIGO, sa carte bleue et m a expliqué qu avec ces trois objets, il n avait aucun besoin d un fichier pour savoir ce que les gens avaient fait depuis 15 jours. Et le gouvernement ne s en cache pas du tout. Le but est que les gens aient peur. Je regarde le Journal officiel tous les jours et depuis trois mois, une trentaine de fichiers ont été créés. Qu est-ce que le fichage Edvige impliquait de nouveau? En France, les premiers fichiers datent de Louis XV et l idée des fichiers et des empreintes digitales n est pas nouvelle. Mais Edvige était une gigantesque interconnexion de tous les renseignements et ça, c était nouveau. Il contenait de plus trois fichiers en un seul : les personnalités, les présumés dangereux, les gens qui se présentaient à un poste dans l administration. Ce n était pas un fichier de délinquants mais un fichier de gens qui n avaient rien fait et dont un policier pensait qu ils pourraient commettre une infraction un jour, ce qui est totalement contraire à toute présomption d innocence. Qui plus est, les renseignements sur les risques de délinquance étaient mélangés à ceux sur la vie privée. Tout cela a créé une émotion très large et lorsque nous avons constitué «Non à Edvige», nous avons eu signatures. Malheureusement, «Edvige 2» (décret du 16 octobre 2009) est entaché d une grande partie des vices de sa sœur aînée de 2008, et va même plus loin, avec le fichage des «origines géographiques». Nous le contestons à nouveau grâce à une pétition en ligne et un recours en annulation au Conseil d État. La question du terrorisme a influencé le droit français, et les réactions politiques et policières Quelles sont les préconisations de la LDH pour éviter les dérives sécuritaires? Nous pensons qu il faut une loi, pas pour interdire les technologies, mais pour adapter les garanties à l ampleur des moyens qu elles offrent. Nous souhaitons que la CNIL ait plus d indépendance, qu elle récupère des pouvoirs qu elle n a plus (interdire la création d un fichier par exemple) et obtienne des moyens qu elle n a jamais eus. Nous souhaitons que n importe quel citoyen puisse saisir un juge et obtenir en quelques jours la communication des fichiers de police le concernant et le droit de rectification des données inexactes. Une sorte d habeas corpus numérique. Aujourd hui, il n est besoin que d un arrêté ministériel pour créer un fichier et cela peut se faire de la manière la plus discrète possible, sans débat. Avant tout, nous souhaitons que les outils de surveillance puissent être maîtrisés et contrôlés. Propos recueillis par Marie Raymond 16 :: #21 :: Printemps 2010 :: génération solidaire

17 debattre DR Thierry Rousselin (2) est consultant et enseignant en Géointelligence. Génération Solidaire : Comment les mesures et outils de surveillance sont-ils si facilement intégrés à notre vie courante? Thierry Rousselin : Il y a une notion très pernicieuse qui est celle du service rendu. Toutes les nouvelles technologies de surveillance arrivent toujours avec un cas concret absolument inattaquable. Quand on met en place les fichiers des empreintes génétiques en 1990, c est juste après l affaire Paulin. On se rend compte à l époque que si un fichier avait pu matcher les empreintes génétiques des grands délinquants sexuels, Paulin, qui avait été attrapé, n aurait pas été relâché. De ce fait, il y a une quasi-unanimité lorsque le fichier est présenté au Parlement. Seulement quinze ans plus tard, le même fichier recense des lycéens qui manifestent, des ados qui font des tags ou des faucheurs d OGM. Les mesures de surveillance sont-elles transparentes? Ont-elles des limites, un cadre? Souvent, on met en place des systèmes qui ont des capacités, mais on ne dit pas (car parfois, on ne sait pas réellement) pourquoi on va vraiment les utiliser. On met en avant le côté préventif, alors que la plupart du temps, les outils servent à l investigation a posteriori. On nous explique par exemple que la vidéo surveillance à Londres est formidablement efficace car elle a permis de retrouver vite les auteurs des attentats. Je pense que si la vidéo surveillance était formidablement efficace, elle aurait empêché les attentats. De plus, le problème de tous ces moyens de surveillance, c est que par défaut, tout le monde est suspect, et ce n est pas un glissement modeste en terme éthique. Enfin, si l on admet qu il faut mettre tout le monde sous surveillance, jusqu où va-t-on? Au niveau de l atteinte faite aux enfants et aux femmes, 95% des violences n ont pas lieu sur la voie publique mais dans la chambre à coucher. Doit-on mettre des caméras dans les chambres à coucher? En quoi le citoyen est-il responsable de sa propre sécurité, de sa propre surveillance? Nous sommes très ambivalents sur ce sujet. Les gens sont à la fois suspicieux de certains excès de surveillance - on a vu la mobilisation avec Edvige - et en même temps ces mêmes gens prennent la carte Fnac sans se poser la moindre question. On a un sens critique un peu à sens unique. Bien sûr il faut surveiller l État, mais chacun de nous devrait aussi se poser des questions sur notre relation aux outils que On devrait se poser des questions sur notre relation aux outils que nous avons dans la poche nous avons dans la poche et qui ne sont pas tous nécessaires. Quel est l enjeu de l utilisation de certains outils du quotidien à long terme? Il faut penser à nos enfants. Aujourd hui, si une fille met une photo d elle nue sur Internet, on ne peut pas recouper la photo, son numéro de Sécurité sociale et sa demande d embauche. Mais qui dit que ce ne sera pas possible dans dix ans? Les adolescents représentent la population la mieux armée et en même temps la plus à risques. Ils ont tous les codes pour comprendre le fonctionnement des nouvelles technologies. En revanche, les bêtises que l on fait et qui font partie de l apprentissage, n ont plus les mêmes répercussions. Il y a un vrai message à faire passer aux jeunes. C est la notion essentielle de droit à l oubli qui est remise en cause. Un homme qui a commis un meurtre et qui fait quinze ans de prison a payé sa dette à la société. Après quelques années, le meurtre sera effacé de son casier judiciaire. Car la loi considère que 25 ou 30 ans après, la personne a changé. Mais la fille qui laisse passer des images pornographiques va le subir toute sa vie. Il n y a pas d oubli dans les fichiers numériques. Il faut que les jeunes en aient conscience et s autoresponsabilisent. Propos recueillis par Marie Raymond livres (1) Une société de surveillance? et Une démocratie asphyxiée, par la Ligue des droits de l Homme. Éd. La Découverte. 10. (2) Sous surveillance! Démêler le mythe de la réalité, de Françoise de Blomac et Thierry Rousselin. Éd. Carnets de l info. 16. À consulter Le site de la Ligue des droits de l Homme : Le site de la Commission nationale de l informatique et des libertés (CNIL) génération solidaire :: Printemps 2010 :: #21 :: 17

18 a votre service bon à savoir Réussir, ensemble avec La LMDE propose aux étudiants une solution novatrice pour avoir accès à des notes de cours et des travaux personnalisés grâce un à nouveau site Le 1 er réseau social étudiant avec un service d accompagnement gratuit : un système de mutualisation des cours. Ce site interactif gère les notes de cours, les travaux personnels mis en ligne par les étudiants eux-mêmes. Chacun a ainsi l opportunité d avoir accès aux cours qu il aurait pu manquer. Une rubrique d entraide, une FAQ permettent aux étudiants de faire connaître leurs problèmes, de proposer des solutions. Une organisation efficiente selon les cursus, les spécialisations Dès leur inscription, les étudiants sont orientés vers plusieurs groupes définis selon l académie, la filière, l établissement fréquenté et le niveau d études. Le lien entre les camarades de promotion ainsi que la recherche de documents sont grandement facilités. En résulte un échange rapide, efficace, solidaire. Une ouverture vers d autres groupes (autres établissements, autres filières ) est également proposée pour permettre une diffusion plus large des connaissances. Des informations accessibles rapidement grâce au moteur de recherche. En un clic, accédez aux infos que vous cherchez! Réussitefac un système complet et évolutif Reussitefac.com, ce sont aussi des modules conseils sur la prévention et la santé, l orientation, l insertion professionnelle Un projet ambitieux, universel et inédit réalisé par la LMDE qui souhaite pouvoir le développer avec le concours des étudiants pour apporter la solution la plus adaptée à leurs besoins. Pour vos commentaires et suggestions DR DR Fonds d Aide aux Associations étudiantes ( FAAE ) La LMDE a créé le FAAE pour soutenir les associations étudiantes. Le Fonds s oriente autour de la promotion de la citoyenneté en milieu étudiant, d actions culturelles ou de prévention santé, et les projets doivent s inscrire dans les valeurs de la LMDE (démocratie, partage, solidarité et autonomie). Pour connaître les dates des commissions : > Services et avantages > Aides aux associations Applications mobiles : alcool, où en êtes-vous, que savez-vous? Évaluer son risque d accident lié à l alcool : rien de plus facile, en téléchargeant l une des applications alcootest de la LMDE sur son mobile! Toujours présent dans la poche, ce test d alcoolémie virtuel permet de connaître en temps réel son aptitude à prendre le volant ou pas! Rendez-vous sur pour télécharger l une des applications mobiles Reussite-bac.com Pour les lycéens et leurs parents! En partenariat avec l ONISEP et Rue des Ecoles, la LMDE accompagne les DR lycéens de Première et de Terminale dans la préparation du bac. En 2010, Réussite Bac innove avec la création d un module destiné aux parents, pour les informer sur le déroulement de cette année cruciale et leur permettre de les accompagner au mieux. En s inscrivant sur Réussite Bac, ils recevront une newsletter trimestrielle pour aborder sereinement les épreuves. Rendez-vous sur Jobs d été Les offres LMDE Trouver un job d été, ça s anticipe. Disponible en juillet, septembre et/ou octobre 2010? La LMDE recrute ses futures équipes de conseillers mutualistes. Pour postuler et avoir plus de détails, rendez-vous sur rubrique la LMDE recrute lmde 18 :: #21 :: Printemps 2010 :: génération solidaire

19

20

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH www.lmde.com La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. SIREN 431 791 672. Siège

Plus en détail

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE!

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE! La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle n 431 791 672, soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. Ce document n a pas de valeur contractuelle - Studio LMDE - 12117-03/2012 LA SANTÉ

Plus en détail

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE DOSSIER DE PRESSE 24 OCTOBRE 2014 UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE «Le régime étudiant comme pilier d une politique de santé des jeunes» CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr

Plus en détail

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR Dossier de presse, jeudi 20 décembre 2012 Contact presse : Préfecture de région : 01 82 52 40 25 communication@paris-idf.gouv.fr AP-HP : 01 40 27 37 22 - service.presse@sap.aphp.fr

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque

L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque Geneviève ve Paicheler Centre National de la Recherche Scientifique Que sait-on sur la sexualité des jeunes? Les données des enquêtes Accompagner

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

Dossier de presse 2013

Dossier de presse 2013 Dossier de presse 2013 Immeuble Le Méliès, 261 rue de Paris 93100 Montreuil Tél. 0142853952 Fax 0149950601 www.vacancesetfamilles.fr fede@vacancesetfamilles.asso.frfr 1 SOMMAIRE Présentation Vacances et

Plus en détail

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU MOI INFIRMIER Je veux être conseillé dans l exercice de mon métier Notre métier est en constante évolution. En cela, il est passionnant

Plus en détail

Centre de Formation Juridique

Centre de Formation Juridique Centre de Formation Juridique Etablissement d enseignement supérieur privé 98 % de réussite* STAGE DE PRÉ-RENTRÉE NANTES Réservé aux étudiants de 1 ère année de Nantes Découvrez notre offre de Formation

Plus en détail

Pour retrouver la LMDE TV : www.lmde.tv

Pour retrouver la LMDE TV : www.lmde.tv 29 Juin 2011 La LMDE TV Un nouvel outil au service des étudiants! www.lmde.tv Dossier de presse Contact Annaïg PIEDERRIERE, apiederriere@lmde.com, 01 56 20 84 08 Introduction La Mutuelle des Etudiants

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Mutualia devient un Groupe

Mutualia devient un Groupe Mutualia devient un Groupe Dossier de presse 2013 Contact Presse Maider GAICOTCHEA Tél. 01 41 63 77 82 gaicotchea.maider@mutualia.fr Dossier de presse Naissance Dossier de du presse Groupe sponsoring Mutualia

Plus en détail

89,7 % STAGE DE PRÉ-RENTRÉE MONTPELLIER Réservé aux étudiants de 1 ère année de Montpellier

89,7 % STAGE DE PRÉ-RENTRÉE MONTPELLIER Réservé aux étudiants de 1 ère année de Montpellier Centre de Formation Juridique Etablissement d enseignement supérieur privé 89,7 % de réussite STAGE DE PRÉ-RENTRÉE MONTPELLIER Réservé aux étudiants de 1 ère année de Montpellier Leader des cours de soutien

Plus en détail

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire www.zupdeco.org Communiqué de presse Avril 2015 Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire Difficultés d apprentissage, décrochage, accompagnement scolaire et perception de réussite

Plus en détail

DISPOSITIF «ASCENSEUR POUR LA REUSSITE» DOSSIER DE PRESSE. Lundi 6 juin 2011

DISPOSITIF «ASCENSEUR POUR LA REUSSITE» DOSSIER DE PRESSE. Lundi 6 juin 2011 DISPOSITIF «ASCENSEUR POUR LA REUSSITE» DOSSIER DE PRESSE Lundi 6 juin 2011 SOMMAIRE Communiqué de presse Le dispositif «Ascenseur pour la réussite» en détails Contexte : les grandes écoles et l ouverture

Plus en détail

Rapport de fin de séjour

Rapport de fin de séjour Rapport de fin de séjour Université Pierre Mendès France - Università degli studi Bicocca Vie pratique Logement Type de logement Pour ce séjour j ai fait le choix de trouver un appartement en collocation

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Réalisation - Edition AXE PARTNER SANTE 134 Avenue de Villiers 75 017 Paris

Réalisation - Edition AXE PARTNER SANTE 134 Avenue de Villiers 75 017 Paris Réalisation - Edition AXE PARTNER SANTE 134 Avenue de Villiers 75 017 Paris Paris le 15 avril 2008 AGIR MAGAZINE fêtera son deuxième anniversaire en juillet 2008. Il est né de la volonté d améliorer la

Plus en détail

Les Jeunes, Acteurs du Développement

Les Jeunes, Acteurs du Développement Nations Unies Commission économique pour l Afrique Bureau pour l Afrique du Nord Les Jeunes, Acteurs du Développement Le dialogue et la compréhension mutuelle Note conceptuelle UNFPA Tunis (Tunisie), 8-10

Plus en détail

region guide sante bis:mise en page 1 05/03/13 09:24 Page1 Guide pratique à l attention des professionnels de santé URPS DE BIOLOGIE MÉDICALE PACA

region guide sante bis:mise en page 1 05/03/13 09:24 Page1 Guide pratique à l attention des professionnels de santé URPS DE BIOLOGIE MÉDICALE PACA region guide sante bis:mise en page 1 05/03/13 09:24 Page1 Guide pratique à l attention des professionnels de santé URPS DE BIOLOGIE MÉDICALE PACA region guide sante bis:mise en page 1 05/03/13 09:24 Page2

Plus en détail

Axe prioritaire I: Capacité d insertion professionnelle :

Axe prioritaire I: Capacité d insertion professionnelle : ANNEXE 1 au dossier de présentation pour la presse au sujet du lancement du 2 e tour du PIC EQUAL Présentation des axes prioritaires avec une esquisse des mesures cofinancées pour l exercice 2004-2006:

Plus en détail

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement INTRODUCTION : Le constat Le principe d une école destinée à former tous les magistrats

Plus en détail

La mutuelle Santé. proche de vous

La mutuelle Santé. proche de vous La mutuelle Santé proche de vous 2 Une vraie mutuelle, sans actionnaire, qui ne fait pas de profit, aux garanties ajustées bienvenue, vous êtes dans la solidarité version NOTRE MISSION : L ACCèS AUX SOINS

Plus en détail

dans le Lot Equilibrer son alimentation et son budget! l Information Jeunesse d o s s i e r p.9 à 12 n 28 2 éme semestre 2014

dans le Lot Equilibrer son alimentation et son budget! l Information Jeunesse d o s s i e r p.9 à 12 n 28 2 éme semestre 2014 46 n 28 2 éme semestre 2014 Journal de l Information jeunesse en Midi-Pyrénées Equilibrer son alimentation et son budget! d o s s i e r p.9 à 12 l Information Jeunesse dans le Lot www.crij.org r dossier

Plus en détail

LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005

LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005 LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005 L OSEIPE a pour objectif de mieux informer les jeunes avant qu ils ne s engagent dans une

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional

Rapport pour la commission permanente du conseil régional Rapport pour la commission permanente du conseil régional OCTOBRE 2011 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france SCHEMA DES FORMATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE,

Plus en détail

Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop

Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop Témoignage de Joëlle Gerber, coordinatrice au Conseil municipal des enfants de Schiltigheim. La commission «Respect de l autre» 2007-2010 du Conseil

Plus en détail

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Paris, mardi 12 juillet 2011 SEMINAIRE «THE GREATER PARIS PROJECT : FINANCIAL AND REAL ESTATE INVESTMENT OPPOTUNITIES» LONDRES, ROYAUME

Plus en détail

UN GYNECOLOGUE A LA RENCONTRE DES ADOLESCENTS

UN GYNECOLOGUE A LA RENCONTRE DES ADOLESCENTS 2015 UN GYNECOLOGUE A LA RENCONTRE DES ADOLESCENTS FRANCE Membre Fondateur du FSF FSF 91 boulevard de Sébastopol 75002 Paris CONSTATS Ces dernières années de nouvelles méthodes contraceptives sont apparues.

Plus en détail

Avenir des métiers Métiers d avenir

Avenir des métiers Métiers d avenir Résultats de l enquête croisée «Entreprises / Jeunes» de l Association Jeunesse et Entreprises Avenir des métiers Métiers d avenir Enquête réalisée avec OpinionWay, de juin à septembre 2014 auprès de 304

Plus en détail

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE OBSERVATOIRE ENQUÊTE ANALYSE ENTREPRISE CADRE EMPLOYéS PME ACTIVITé FORMATION EMPLOI CHEF D ENTREPRISE QUESTION SATISFACTION INTERROGATION SUJET DéVELOPPEMENT SENIOR VIE D ENTREPRISE évolution ACTIon FEMMES

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 2015

DOSSIER DE PRESSE 2015 DOSSIER DE PRESSE 2015 SOMMAIRE LA SEMAINE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE, SI : RÉPONSE AUX ENJEUX MONDIAUX LA SSI, UN COUP DE PROJECTEUR POUR PARLER DE SI DES VALEURS COMMUNES

Plus en détail

DOMAINE : DROIT, SCIENCE POLITIQUE

DOMAINE : DROIT, SCIENCE POLITIQUE I. GENERALITES DOMAINE : DROIT, SCIENCE POLITIQUE Master Mention : Droit et Gestion des Finances publiques M1 DROIT et GESTION DES COLLECTIVITES TERRITORIALES 1 ère Année (M1) (VET 0144) La première année

Plus en détail

Des rencontres avec Des séances réservées. et les professionnels. Un accueil personnalisé. Enseignants, élèves, étudiants et nouveaux publics

Des rencontres avec Des séances réservées. et les professionnels. Un accueil personnalisé. Enseignants, élèves, étudiants et nouveaux publics Enseignants, élèves, étudiants et nouveaux publics Un accueil personnalisé. Des rencontres avec Des séances les cinéastes réservées. et les professionnels. Du 7 au 15 avril 2015 au Cinéma Luminor-Hôtel

Plus en détail

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise)

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Nos engagements et nos actions pour les générations futures Les questions liées au Développement Durable et à la RSE sont

Plus en détail

SEANCE PLENIERE DU 18 JUIN 2014

SEANCE PLENIERE DU 18 JUIN 2014 SEANCE PLENIERE DU 18 JUIN 2014 COMMISSION CULTURE Présenté par Anaïs GUILLEMET et Paul NANNARONE Dès notre 1 ère commission, nous avons été sollicités pour participer à l action «1914-1944, D une guerre

Plus en détail

SAISON DOSSIER DE PRESSE

SAISON DOSSIER DE PRESSE 2015 SAISON DOSSIER DE PRESSE ÉDIT OBJECTIF INDÉPENDANCE : LA SÉRIE TÉLÉ QUI INNOVE! «Cette campagne d information est une grande première en France car très peu de programmes télé donnent la parole aux

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

PROJET D ACTIVITÉ 2015

PROJET D ACTIVITÉ 2015 PROJET D ACTIVITÉ 2015 LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DU SECTEUR LES ENJEUX INSTITUTIONNELS 1. Les partenaires engagés 2. Les partenaires à consolider et développer 3. Les élections départementales et régionales

Plus en détail

Restitution de la Journée concertation citoyenne

Restitution de la Journée concertation citoyenne Restitution de la Journée concertation citoyenne 2 juillet 2013, Pont du Gard Journée de concertation citoyenne Depuis 3 ans et l adoption par le Département du Gard de la charte de la concertation citoyenne,

Plus en détail

Dossier de candidature Session «Jeunes» Ile-de-France

Dossier de candidature Session «Jeunes» Ile-de-France Dossier de candidature Session «Jeunes» Ile-de-France Du lundi 23 mars au vendredi 27 mars 2015 École des officiers de la gendarmerie nationale Melun (Seine-et-Marne) L INHESJ L Institut national des hautes

Plus en détail

efficace utile libre autonome1 solidaire Pour agir utile, et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! www.unsa.

efficace utile libre autonome1 solidaire Pour agir utile, et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! www.unsa. réformiste efficace www.unsa.org libre Pour agir utile, utile et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! solidaire autonome1 Depuis 1993, l UNSA a connu un fort développement

Plus en détail

Le Conseil Régional de Lorraine

Le Conseil Régional de Lorraine Le Conseil Régional AUX PETITS SOINS Lycéens Apprentis Étudiants Toutes les aides prescrites pour la Rentrée 2013! édito Le Conseil Régional aux petits soins... Une Lorraine qui soigne sa jeunesse Lycéens,

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

NOTRE HÔPITAL S ENGAGE. Au-delà du soin, vous comprendre. Au-delà du soin, vous comprendre

NOTRE HÔPITAL S ENGAGE. Au-delà du soin, vous comprendre. Au-delà du soin, vous comprendre NOTRE HÔPITAL Au-delà du soin, vous comprendre S ENGAGE 4, rue Kléber 3, rue Barbès 92300 Levallois-Perret Tél. : 01 47 59 59 59 www.ihfb.org Au-delà du soin, vous comprendre UNE NOUVELLE IMAGE DE NOUVELLES

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

partagez avec nous l ambition sociale et internationale de sciences po grenoble

partagez avec nous l ambition sociale et internationale de sciences po grenoble partagez avec nous l ambition sociale et internationale de sciences po grenoble Parce que votre école est différente, parce qu elle l a toujours été et qu elle souhaite le rester, Sciences Po Grenoble

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

DOSSIER DE PARTENARIAT

DOSSIER DE PARTENARIAT DOSSIER DE PARTENARIAT 6ème Édition 20 & 21 octobre 2011 Bordeaux Palais de la Bourse Relations avec les partenaires Nathalie Coiquaud / Frédérique Roux Tel : 05 57 19 19 57 - mail : infos@empreintes.com

Plus en détail

L EUROPE EN FORMATIONS

L EUROPE EN FORMATIONS L EUROPE EN FORMATIONS > CONSTRUCTION > INSTITUTIONS > CITOYENNETÉ > POLITIQUES > BUDGET 1 Maison de l Europe de Rennes et de Haute-Bretagne La Maison de l Europe - de Rennes et de Haute Bretagne, association

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent.

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. Dans la France de 2012, de plus en plus de Français doivent renoncer à des soins ou

Plus en détail

L Observatoire des coûts d envoi d argent à l étranger depuis la France CHARTE SOCIETE CIVILE

L Observatoire des coûts d envoi d argent à l étranger depuis la France CHARTE SOCIETE CIVILE L Observatoire des coûts d envoi d argent à l étranger depuis la France CHARTE SOCIETE CIVILE 1. Objet de la Charte L objet de la présente charte (ci-après la «Charte») est de définir les modalités de

Plus en détail

Dossier de. Année universitaire

Dossier de. Année universitaire Dossier de candidature ISTC MASTER 2èMe année Année universitaire 2015-2016 L ISTC c est Une école reconnue par l Etat Une licence classée 3 ème par le cabinet SMBG* Un master classé 12 ème par le cabinet

Plus en détail

Épreuve commune 3è d Histoire-Géographie / Éducation civique Durée : 2h

Épreuve commune 3è d Histoire-Géographie / Éducation civique Durée : 2h 15/05/09 Collège du Bastberg 8h-10h Épreuve commune 3è d Histoire-Géographie / Éducation civique Durée : 2h Barème : I. Sujet de Géographie 18 points II. Sujet d Éducation civique 12 points III. Repères

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Les 21 et 22 novembre 2014

Les 21 et 22 novembre 2014 Présentation du 1 er Salon virtuel des mobilités Contexte du projet Le Collectif Ville Campagne et Evid@nce (Marque Innov 3d) ont choisi d unir leurs compétences et ressources pour réaliser et animer le

Plus en détail

UNE MUTUELLE Profondément humaine

UNE MUTUELLE Profondément humaine Shutterstock / Goodluz UNE MUTUELLE Profondément humaine Avril 2015 1 Notre histoire Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes

Plus en détail

ATTENTION, TRAVAUX!, THÉÂTRE ET PRÉVENTION

ATTENTION, TRAVAUX!, THÉÂTRE ET PRÉVENTION ATTENTION, TRAVAUX!, THÉÂTRE ET PRÉVENTION 4 avril 2006 ATTENTION, TRAVAUX! LE THÉÂTRE, LIEU D ÉCHANGE Attention, travaux! est une pièce de théâtre, écrite, mise en scène et jouée pour les 20 000 collaborateurs

Plus en détail

INTERIM MISSION 3D. L INRS propose un jeu vidéo pour faire progresser la prévention des risques professionnels dans le travail temporaire

INTERIM MISSION 3D. L INRS propose un jeu vidéo pour faire progresser la prévention des risques professionnels dans le travail temporaire Dossier de presse 5 février 2007 INTERIM MISSION 3D L INRS propose un jeu vidéo pour faire progresser la prévention des risques professionnels dans le travail temporaire 1- Un jeu en trois dimensions pour

Plus en détail

Première édition du Prix Chorum «MUSIQUE ET HANDICAP»

Première édition du Prix Chorum «MUSIQUE ET HANDICAP» Appel à prix - Dépôt des candidatures jusqu au 25 février 2011 «Développer et favoriser des initiatives en vue de faciliter l ouverture des pratiques musicales aux personnes en situation de handicap» «Toute

Plus en détail

Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie?

Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie? Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie? En cas d autorité parentale exclusive, c est la liberté ; le parent la détenant pouvant

Plus en détail

FILIÈRE DE FORMATION INTÉGRÉE BI-NATIONALE «PROGRAMME FRANCO-ANTILLAIS»

FILIÈRE DE FORMATION INTÉGRÉE BI-NATIONALE «PROGRAMME FRANCO-ANTILLAIS» FILIÈRE DE FORMATION INTÉGRÉE BI-NATIONALE «PROGRAMME FRANCO-ANTILLAIS» MASTER POLITICAL STUDIES AND INTERNATIONAL COOPERATION ETUDES POLITIQUES ET COOPERATION INTERNATIONALE entre : L Université des West

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Maîtrise des risques industriels et environnementaux de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation

Plus en détail

Traite des êtres humains, que faire?

Traite des êtres humains, que faire? Traite des êtres humains, que faire? Conseils pour le personnel hospitalier InTRODUCTION Il arrive que le personnel hospitalier soit confronté à des situations liées à la traite des êtres humains. Ce sont

Plus en détail

Licence Administration publique

Licence Administration publique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Administration publique Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

HUMAN AIX. Institut d Etudes Humanitaires Internationales

HUMAN AIX. Institut d Etudes Humanitaires Internationales HUMAN AIX Institut d Etudes Humanitaires Internationales MASTER 2 Action et Droit Humanitaires - Parcours Juriste Internationaliste de Terrain pour le Développement Institutionnel et la Consolidation de

Plus en détail

Sous la coordination de : Chargée de recherche : Angèle César

Sous la coordination de : Chargée de recherche : Angèle César Évaluation de l instauration de l hébergement égalitaire dans le cadre d un divorce ou d une séparation Sous la coordination de : Marie-Thérèse Casman Chargée de recherche : Angèle César Introduction Contexte

Plus en détail

Observatoire des entreprises. Regards croisés de dirigeants et de salariés Sur le thème : le pacte social de l entreprise à l épreuve de la crise

Observatoire des entreprises. Regards croisés de dirigeants et de salariés Sur le thème : le pacte social de l entreprise à l épreuve de la crise Observatoire des entreprises Regards croisés de dirigeants et de salariés Sur le thème : le pacte social de l entreprise à l épreuve de la crise 2009 1 i Observatoire des entreprises Santé de l entreprise

Plus en détail

Ta mutuelle t aide à trouver ton 1 er emploi. Bonne nouvelle! Pour toi, un coach en recrutement!* mutuelle mclr

Ta mutuelle t aide à trouver ton 1 er emploi. Bonne nouvelle! Pour toi, un coach en recrutement!* mutuelle mclr mutuelle mclr Bonne nouvelle! Ta mutuelle t aide à trouver ton 1 er emploi Pour toi, un coach en recrutement!* (*) sous réserve du respect des conditions d accès à l offre Édito 40 ans d expérience à l

Plus en détail

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent Profondément humain Un peu d histoire pour éclairer le présent Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes de solidarité, de

Plus en détail

I/ Présentation de notre association et de notre programme

I/ Présentation de notre association et de notre programme GUIDE ENSEIGNANTS INTERVENTION EN CLASSE D UN ENTREPRENEUR 1. Présentation de notre association et de notre programme 2. Le contenu de l intervention de l entrepreneur 3. La préparation de l intervention

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs»

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» Conseil National de la Consommation 12 mai 2015 Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» N NOR : EINC1511480V Trouver un produit, comparer

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

N 801 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 801 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 801 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 13 mars 2013. PROPOSITION DE LOI tendant à pallier le problème du

Plus en détail

Station Pizza- 1. Presentation de votre ApplicatiON

Station Pizza- 1. Presentation de votre ApplicatiON AMBITIVE Station Pizza- 1 Presentation de votre ApplicatiON 2 - Qui sommes-nous - 3 Sommaire Qui sommes-nous? Objectifs Intérêts du client Quelques fonctions phares Accueil & Vue Principale Menus & Carte

Plus en détail

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar En région Rhône-Alpes, les établissements préparant au BTS GPN rythment leur formation par des périodes de stages. Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche

Plus en détail

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme La France candidate au Conseil des droits de l Homme UN Photo/Jean-Marc Ferré Les droits de l Homme font partie des valeurs fondatrices de la République française et de sa politique étrangère. C est dans

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

CHAPITRE 10 ACTION SOCIALE

CHAPITRE 10 ACTION SOCIALE CHAPITRE ACTION SOCIALE L USM est depuis de nombreuses années investie dans les instances de l action sociale pour préserver et développer les dispositifs dont les magistrats peuvent bénéficier, qu ils

Plus en détail

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération faisant suite à un refus d embauche en raison de la grossesse de la réclamante Grossesse - Emploi Emploi privé Rappel à la loi La haute autorité

Plus en détail

Nos 6 engagements de services. Entreprises

Nos 6 engagements de services. Entreprises RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Nos 6 engagements de services Entreprises Déclaration des salaires 2011 Deux moyens existent : la déclaration en ligne (aucune inscription préalable). le dépôt d une DADS-U sur

Plus en détail

mobiliser les acteurs et assurer le risque

mobiliser les acteurs et assurer le risque Prix OCIRP Acteurs Economiques & Handicap mobiliser les acteurs et assurer le risque pour faire avancer la cause du handicap Le Prix OCIRP Acteurs Économiques & Handicap Un prix référence un jury reconnu

Plus en détail

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne 2011 Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne Rédaction Marc-Olivier Robert Lambert Collaboration Francis Picotte Mise en page Nathalie Cloutier Révision linguistique

Plus en détail

e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien»

e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien» Contacts Ipsos : Patrick KLEIN Tél : 01 41 98 97 20 e-mail : patrick.klein@ipsos.com Sonia BENCHIKER Tél : 01 41 98 95 08 e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien» sonia.benchiker@ipsos.com Rapport

Plus en détail

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 19 septembre 2012 DECISION DU DEFENSEUR DES DROITS N MDE-2012-128 Vu l article 71 1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

05 novembre 2015 IREV - Lille

05 novembre 2015 IREV - Lille 05 novembre 2015 IREV - Lille 1. OBJECTIFS GENERAUX Objectifs généraux Objectifs généraux Présenter le club d entreprises FACE MEL, ses actions et spécificités Présenter notre méthodologie de développement

Plus en détail

BROCHURE EXPLICATIVE DE LA SECTION ALLEMANDE

BROCHURE EXPLICATIVE DE LA SECTION ALLEMANDE est s- O u BROCHURE EXPLICATIVE DE LA SECTION ALLEMANDE Sèvres s est ues -Ou -O aris vres vres 1 parvis Charles de Gaulle 92310 Sèvres France email : sis@sis-sevres.net Tel. : +33 [0]1 72 77 70 40 Les

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE LE BARREAU DU QUÉBEC LE CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE LE BARREAU DU QUÉBEC LE CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE LE BARREAU DU QUÉBEC ET LE CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES

Plus en détail

REGLEMENT DE CONTROLE DES CONNAISSANCES 2014-2015 DOMAINE DROIT SCIENCES POLITIQUES ET SOCIALES LICENCE MENTION AES MESURES TRANSITOIRES

REGLEMENT DE CONTROLE DES CONNAISSANCES 2014-2015 DOMAINE DROIT SCIENCES POLITIQUES ET SOCIALES LICENCE MENTION AES MESURES TRANSITOIRES I. GENERALITES REGLEMENT DE CONTROLE DES CONNAISSANCES 2014-2015 DOMAINE DROIT SCIENCES POLITIQUES ET SOCIALES LICENCE MENTION AES MESURES TRANSITOIRES VET : 1222 1234 1235 1. La licence est constituée

Plus en détail

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME transmission oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6521-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME transmission oser pour gagner! Vous voulez reprendre une entreprise? Les opportunités

Plus en détail

La solidarité en action

La solidarité en action nos adresses Depuis 1942 nous sommes à votre service. Rendez-vous dans l un de nos Pôles Santé Agence de Berck sur Mer 15, rue de l Impératrice 62600 Berck sur Mer Tél. : 03 21 84 12 74 Ouvert du mardi

Plus en détail

Guide de l élève. Cause # 5 : R. c. Cole. Programme citoyenneté et chartes

Guide de l élève. Cause # 5 : R. c. Cole. Programme citoyenneté et chartes Guide de l élève Cause # 5 : R. c. Cole Programme citoyenneté et chartes L EXERCICE DE PLAIDOIRIE LA PROTECTION CONSTITUTIONNELLE CONTRE LES FOUILLES ET LES SAISIES ABUSIVES R. c. Cole Cour suprême du

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail