Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, Nathalie PERPINIAL,

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL,"

Transcription

1 Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, Nathalie PERPINIAL,

2 SOMMAIRE Pourquoi la FEHAP intervientelle dans le débat public? Comment les propositions de la FEHAP ont-elles été élaborées? Pour une solidarité active au service nos concitoyens et de leur santé. 11 objectifs pour 39 propositions Les propositions de la FEHAP commentées Les propositions de la FEHAP (version intégrale)

3 POURQUOI LA FEHAP INTERVIENT-ELLE DANS LE DÉBAT PUBLIC? Dans le débat public sur la santé, la FEHAP a une voix unique et originale à faire entendre, celle du secteur Privé non Lucratif. Sa connaissance transversale de la santé, du fait de la présence de ses établissements et services à la fois auprès des malades, des enfants, des personnes âgées, handicapées ou en difficulté sociale, son poids économique, son histoire, ses valeurs, ainsi que les réalisations innovantes de ses adhérents, lui donnent une vision globale des secteurs sanitaire, social et médico-social et la mettent en position d apporter des propositions utiles pour la collectivité. Le secteur privé non lucratif, c est en effet 56 % des établissements sociaux et services médico-sociaux en France La FEHAP c est : établissements et services sanitaires, sociaux et médico-sociaux dont 1100 au service des personnes handicapées et à celui des personnes âgées professionnels salariés - 2,6 millions d usagers par an. En Centre la FEHAP c est : établissements et services adhérents répartis sur l ensemble des territoires de la région et œuvrant dans les champs sanitaire, social et médico-social lits et places - Environ 4700 salariés. C est une place singulière dans le système de santé et de solidarité : - Pas d actionnaires à rémunérer mais des comptes nécessairement en équilibre - Une exigence permanente de qualité des soins et de la prise en charge des personnes. - Une participation à l enseignement et à la recherche - Des valeurs qui animent ses acteurs : humanisme, responsabilité individuelle, engagement associatif. 3

4 C est aussi : - Des établissements hospitaliers, des structures pour personnes âgées et handicapées, secteurs dans lesquels la vocation de la FEHAP est largement reconnue, avec une longue histoire, à Paris, à Marseille, Lille. - En région Centre, la FEHAP regroupe aussi bien des associations nationales (APF, FCes, MGEN, L ADAPT ) que des structures locales (l hôpital Saint Jean à Briare, l EHPAD Résidence du Château à Abondant, le Foyer de vie les Amis de Pierre à Orléans, ) mais aussi les établissements mutualistes de Sphéria Val de France Actions (HAD, SSIAD), etc, autant d exemples illustrant la diversité et la transversalité des structures adhérentes à la FEHAP. La FEHAP est donc un acteur incontournable. A ce titre, elle a décidé de faire entendre sa voix et d être partie-prenante dans les débats sur l accueil, la prise en charge et l accompagnement des malades, des personnes âgées ou handicapées, des enfants ou des personnes en difficulté sociale. Pour la première fois, elle a décidé d adresser une série de propositions aux candidats aux élections de 2012 pour les interpeller sur l avenir de notre système de santé et de protection sociale, des propositions que la Fédération veut faire connaitre, parce qu elles sont éprouvées et efficaces. 4

5 COMMENT LES PROPOSITIONS DE LA FEHAP ONT-ELLES ÉTÉ ÉLABORÉES? Les propositions de la FEHAP sont issues : - De l expérience et de la connaissance de terrain de ses acteurs. - D un examen attentif de la nouvelle loi «Hôpital, patients, santé et territoires». Dans cette loi de 2009, des pans entiers de notre organisation sanitaire ont été modifiés. Des éléments positifs en sont issus (comme la prise en compte de la dimension des territoires) mais ce texte est aussi porteur d imprécisions, notamment autour de la notion d appartenance au service public hospitalier. Certaines dispositions intéressantes ont par ailleurs été abandonnées au fil du processus législatif, telles que les mesures d incitation en matière d installation des professionnels de santé. - D une participation active à la réalisation de travaux économiques et statistiques approfondis, notamment ceux élaborés avec le Professeur Emmanuel Vigneron : Solidarités et territoires, l engagement des établissements et services privés non lucratifs (2010), qui propose une approche territoriale de l offre sanitaire, sociale et médicosociale avec une mise en perspective des besoins à venir et les réponses nécessaires et urgentes qui doivent être mises en œuvre par le secteur non lucratif - D échanges et de rencontres avec grand nombre de personnalités et d experts (économistes, professeurs de médecine, hauts fonctionnaires ) au travers de diners de travail qui ont été particulièrement enrichissants. 5

6 6

7 7

8 LES PROPOSITIONS DE LA FEHAP COMMENTÉES Les propositions de la FEHAP ont été conçues dans un souci de proximité vis à vis du terrain. L idée est de partir de l expérience des professionnels, des usagers et de leurs interrogations «pratico-pratiques» (début du document) pour aller vers des recommandations plus globales sur la régulation du système de santé et de protection sociale (fin du document). Nous partons d un constat : nous avons, comme le dit l Organisation mondiale de la Santé, le meilleur système de santé du monde, mais beaucoup ont de plus en plus du mal à y accéder, notamment à cause de : - Difficultés d accès territorial : il y a encore des déserts médicaux en milieu rural, mais aussi et de plus en plus en milieu urbain. - Difficultés d accès économique : de plus en plus de personnes renoncent aux soins pour des raisons financières. C est d ailleurs sur ce constat largement partagé, que la loi «Hôpital, patients, santé et territoires» et la mise en place des Agences régionales de Santé se sont appuyées. Afin de remédier à ces situations difficiles pour nos concitoyens, la FEHAP porte un ensemble de 38 propositions, structurées autour des 11 objectifs suivants : 1 - RÉSORBER LES POINTS NOIRS EN ÉTABLISSANT DES DÉLAIS D ATTENTE OPPOSABLES À L HÔPITAL, AINSI QUE POUR L ACCÈS AUX PRISES EN CHARGE SOCIALES ET MÉDICO-SOCIALES Les délais d attente explosent : 103 jours pour voir un ophtalmologue, 51 jours pour voir un gynécologue, 38 jours pour un dermatologue, selon le dernier sondage de l IFOP (septembre 2011). Pour nous, l objectif N 1, c est de favoriser l accès à la santé et à la solidarité dans des délais raisonnables. En ce sens, il faut installer une dynamique autour de trois idées : - Créer un Observatoire des délais d attente auprès du Parlement - Mettre en place des indicateurs région par région, qui seront actualisés régulièrement. 8

9 - Instaurer des délais opposables : en pratique, cela signifie que si un patient demande un rendez-vous dans un hôpital et que le délai d attente dépasse le délai opposable, l hôpital est tenu de lui indiquer une autre établissement, sur le même territoire, dans un délai inférieur. Ce système concernerait également les maisons de retraites, les maisons départementales pour personnes handicapées et les solutions de garde d enfants. 2 - FAIRE DISPARAÎTRE LES DESERTS SANITAIRES ET MEDICO-SOCIAUX A L HORIZON 2017 C est un phénomène qui est maintenant bien connu : l accès aux soins est devenu très difficile dans certaines régions. Certains, comme Emmanuel Vigneron vont jusqu à parler d une «fracture territoriale». Les territoires touchés sont essentiellement les territoires ruraux et le déficit concerne principalement les médecins. Les établissements de la FEHAP connaissent bien ce problème. Et quand les médecins manquent, ce sont toutes autres professions de santé qui sont absentes. D où les mesures que nous préconisons : - Mettre en œuvre une véritable régulation de l exercice libéral de la médecine, comme pour les infirmières libérales qui ne sont pas conventionnées dans les zones sur-denses ; - Faire face à la pénurie de certains métiers (aides-soignants, kinésithérapeutes, infirmières ) avec un plan prévisionnel des besoins en formation, inscrit dans des plans territoriaux de santé. - Développer des «plateaux techniques de proximité» sur tout le territoire. Il s agit de proposer dans un même lieu une pratique de consultation médicale et un plateau technique médical qui serviront aussi de base pour le développement des réseaux. 3 - LEVER L OBSTACLE DU COÛT DE LA PRISE EN CHARGE POUR L ACCÈS À LA SANTÉ De nombreuses études montrent que le renoncement aux soins augmente au fil des années. C est une situation qu il faut dénoncer avec force. La FEHAP estime qu il faut agir dans quatre directions : - Remettre à plat la question des dépassements d honoraires en concertation avec l Assurance maladie et les mutuelles. - Instaurer un socle commun de prise en charge sanitaire et médico-sociale. L idée est de proposer un taux cible-minimum de remboursement pouvant aller jusqu à 80%. 9

10 - Établir un «reste à charge» opposable pour les personnes âgées dans les EHPAD et moduler les niveaux de reste à charge en fonction des ressources de la personne, voire de sa famille. - Renforcer la responsabilité partagée vis-à-vis du système de solidarité nationale, en luttant contre le «nomadisme médical», avec la mise en place de véritables parcours de soins et un rôle plus important donné aux mutuelles dans leur mise en place. 4 - CRÉER DE VÉRITABLES PARCOURS DE SOINS ET D ACCOMPAGNEMENT La mise en place de plateformes de services permettra d assurer la continuité des soins entre le domicile et les établissements de santé. Créées en concertation avec les Agences régionales de Santé et les collectivités locales, ces plateformes de services se situeront à l articulation entre les filières sanitaires et le monde médico-social et social. Elles pourront notamment : - Permettre le soutien à domicile, avec une ouverture sur l ambulatoire - Regrouper des services de soins infirmiers, des professionnels tels que des psychomotriciens ou des ergothérapeutes 5 - PRENDRE EN COMPTE TOUTES LES DIMENSIONS ET LES DÉTERMINANTS DE LA SANTÉ Notre système de santé est très développé dans ses aspects curatifs, moins dans ses aspects préventifs. À titre d exemple, il est possible d agir dans plusieurs directions : - Instaurer une consultation régulière de prévention, qui prendrait la forme d une consultation spécifique chez le médecin traitant ou dans le cadre de la médecine du travail ou scolaire, - Développer la mission de la Haute Autorité de Santé dans les domaines de l information médicale et la promotion des bonnes pratiques - Agir sur les déterminants de santé tels que le logement : des projets peuvent être encouragés pour favoriser, par exemple, des formes d habitat groupés intégrant des services sanitaires et médico-sociaux, ou encore des logements- foyers. 10

11 6 - MIEUX RÉPONDRE AUX BESOINS DE SANTÉ PAR L INNOVATION Une nouvelle demande de santé est apparue sur tout le territoire pour des nouvelles pathologies et pour des catégories ciblées de la population telles que les jeunes. Pour y répondre, nous préconisons des contrats d innovation entre les Agence régionales de Santé et les établissements afin de donner un cadre efficace aux innovations prévues par la loi «Hôpital, patients, santé et territoires». Par ailleurs, il nous paraît impératif de clarifier la notion de participation au service public hospitalier. La loi a brouillé la notion de service public hospitalier auquel peuvent désormais participer des établissements de tous statuts, avec parfois des conséquences néfastes. Des clarifications sont indispensables : Les établissements privés d intérêt collectif pourraient ainsi fixer des objectifs en matière de dépassements d honoraires, d attention aux demandes du patient, de qualité de service et de délivrance d enseignements. Les établissements privés non lucratifs sont prêts à s engager dans cette voie et à proposer des modalités de fonctionnement concrètes. 7 RÉDUIRE LES INÉGALITES D ACCÈS AUX NOUVELLES TECHNOLOGIES La «fracture numérique» qui affecte le mode de vie de nombreux Français en bloquant ou en ralentissant leur accès à de nombreux services (démarches administratives, informations, achats en ligne) affecte également leur accès aux soins dépendant des nouvelles technologies. Il en résulte un niveau de prise en charge différencié des personnes en fonction de l état d équipement et de liaison numérique de leur territoire d habitation. Afin de pallier cette profonde inégalité, la FEHAP propose : - D Intégrer la nécessité d équité numérique sur tout le territoire via un plan national, négocié entre l Etat et les fournisseurs d accès, destiné à lutter contre l'insuffisance des infrastructures et les coûts élevés de l'accès dans certaines zones géographiques. - D inscrire l innovation dans le budget des établissements de santé (passer du 1% actuel à au moins 2,5%) - De coordonner les investissements technologiques de manière cohérente à tous les niveaux, en décloisonnant les modalités de financement. 11

12 8 - PROMOUVOIR UNE NOUVELLE VISION DE L AUTONOMIE Les adhérents de la FEHAP ont une connaissance et une expérience spécifiques des besoins des personnes en perte d autonomie : personnes handicapées ou personnes âgées. Beaucoup d améliorations peuvent être apportées notamment dans les domaines suivants : - Certaines situations sont mal couvertes par la Prestation de compensation du handicap ou par l Allocation personnalisée d autonomie. Nous préconisons la mise en place de plans personnels d accompagnement pour les personnes en perte d autonomie, élaborés dans le respect de la situation des personnes, à actualiser annuellement. - Des projets-pilotes, tels que ceux préconisés par le Haut Conseil pour l avenir de l Assurance Maladie, doivent être encouragés pour permettre un décloisonnement des politiques en faveur des personnes âgées ou handicapées. La FEHAP est prête à mobiliser ses adhérents sur ces sujets. - La FEHAP souhaite également que soient mieux pris en compte la place et le rôle des «aidants» (4 millions de personnes) en leur donnant un véritable statut. 9- RELEVER LE DÉFI DE LA PERTE D AUTONOMIE La révolution démographique recouvre de très larges enjeux. C est pourquoi la FEHAP suggère de s engager sur deux pistes structurantes : - Elaborer un plan pluriannuel avec des objectifs progressifs afin de faire face aux évolutions démographiques liées à la perte d autonomie. - Prendre en charge la perte d autonomie par la solidarité nationale. Face à l inexorable augmentation des dépenses dans ce domaine, la prise en charge dans un cadre solidaire apparaît comme la solution la plus juste et la plus efficace MIEUX RÉGULER LE SECTEUR DE LA SANTÉ L Etat ne peut jouer à la fois un rôle de régulateur, d opérateur et d employeur dans le monde de la santé. La création d une Agence nationale de Santé et l augmentation de la fiscalisation du système devraient entraîner une simplification du pilotage et donner une plus grande lisibilité à l organisation : - L Etat doit se concentrer sur son rôle de régulateur. La création d une Agence nationale de Santé doit permettre de mettre fin à la multiplicité des pilotages (Direction de l Offre des soins, Direction générale de la cohésion sociale, Caisse nationale d Assurance maladie etc.) qui nuit à la lisibilité du système et à son efficacité. Cette agence serait de plus l aboutissement 12

13 logique de la réforme qui a conduit à la création des Agences régionales de Santé. - Le financement de la santé a évolué vers une logique d universalisation des prestations et de fiscalisation. La Contribution sociale généralisée représente aujourd hui près de 30% du financement et il serait logique d accroître sa participation au financement global MIEUX RECONNAÎTRE ET VALORISER LE PRIVÉ NON LUCRATIF En France, le secteur Privé non Lucratif fait encore aujourd hui figure de «modèle invisible», comme l a qualifié l Institut Montaigne en 2005, alors que ce système est majoritaire dans d autres pays européens. Alors qu il représente 86 % des structures aux Pays-Bas, le secteur privé non lucratif reste minoritaire en France. Son existence est par ailleurs quasiment tue : il n est pas systématiquement identifié dans les catégories statistiques et n est pas automatiquement pris en compte dans les contraintes législatives ou réglementaires issues des réformes successives. Il faut briser le silence qui entoure ce secteur incontournable aux atouts incontestables. Le silence qui l entoure nuit à l efficacité de notre système global de santé et de protection sociale. Pour cela, la FEHAP propose de : - Clarifier le droit des Groupements de coopération sanitaire (GCS) afin de permettre des rapprochements entre établissements de santé. - Donner une représentativité sociale à l économie sociale (2, 5 millions de salariés) dans les négociations paritaires et les instances de concertation. - Garantir le développement du secteur privé non lucratif par l égalité de traitement fiscal. Soit, la suppression du différentiel de charges sociales qui pèse sur l ensemble des établissements de la FEHAP. Pour conclure, la FEHAP est persuadée que le secteur Privé non Lucratif sanitaire, social et médico-social est l un des meilleurs moyens de prendre soin de l autre. C est pour cela qu aujourd hui nous souhaitons sensibiliser la plus large audience possible et nous faire connaître et reconnaître dans notre rôle auprès des décideurs. La FEHAP souhaite porter sa voix originale dans le paysage des services sociaux, médico-sociaux et sanitaires afin de promouvoir de nouvelles idées et innover afin d offrir aux citoyens et usagers la meilleure offre de soins possible. 13

14 LES PROPOSITIONS DE LA FEHAP (VERSION INTEGRALE) Retrouvez les propositions de la FEHAP dans leur intégralité en cliquant sur le lien suivant : Propositions

La résolution générale

La résolution générale La résolution générale Placer la solidarité au cœur de nos ambitions! S ajoutant aux difficultés structurelles, la crise financière internationale, qui frappe également notre pays, renforce la fréquence

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé AMÉLIORER LA SANTÉ DE LA POPULATION ET ACCROÎTRE L EFFIcacité DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ Agence Régionale de Santé Une réforme indispensable, les ars pourquoi? Nos dépenses de santé ne cessent d augmenter,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 2014

DOSSIER DE PRESSE 2014 DOSSIER DE PRESSE 2014 LA MUTUALITÉ AU CŒUR DU SYSTÈME DE SANTÉ CONTACTS : Constance BAUDRY - 06 85 29 82 22 - constance.baudry@mutualite.fr Christelle CROS - 06 75 80 58 39 - christelle.cros@mutualite.fr

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

LES DÉMARCHES DE COOPÉRATION DANS LES SECTEURS SANITAIRE, MÉDICO-SOCIAL ET SOCIAL

LES DÉMARCHES DE COOPÉRATION DANS LES SECTEURS SANITAIRE, MÉDICO-SOCIAL ET SOCIAL LES DÉMARCHES DE COOPÉRATION DANS LES SECTEURS SANITAIRE, MÉDICO-SOCIAL ET SOCIAL POSITIONNEMENT DE L URIOPSS BRETAGNE Juin 2013 LES POSITIONNEMENTS DE L URIOPSS BRETAGNE Le Projet Régional de Santé de

Plus en détail

Titre de la Table citoyenne Offre de soins, accès aux soins

Titre de la Table citoyenne Offre de soins, accès aux soins Titre de la Table citoyenne Offre de soins, accès aux soins Organisée par : Délégation des Hautes-Alpes de la Mutualité Française Paca, ADRETS, UDESS05, la CRESS (Chambre Régionale de l Économie Sociale

Plus en détail

Mise en place d une commission régionale du vieillissement

Mise en place d une commission régionale du vieillissement Le sociographe, 9, 2002 / 91 Pierre Chabas, Françoise Vidal-Borrossi Mise en place d une commission régionale du vieillissement L exemple du Languedoc-Roussillon A l initiative du Directeur régional des

Plus en détail

LES FRANÇAIS EGAUX DEVANT L ACCES AUX SOINS?

LES FRANÇAIS EGAUX DEVANT L ACCES AUX SOINS? LES FRANÇAIS EGAUX DEVANT L ACCES AUX SOINS? Par Julien Rollet, actuaire Gras Savoye Juin2013 Avec 216 145 médecins généralistes actifs en 2011 (+92 % en 30 ans), la France n'a jamais compté autant de

Plus en détail

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Principales caractéristiques du système de santé en Belgique Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Sécurité sociale Introduction: De quoi vais je parler? Exposé: Seulement sur la sécurité sociale au sens strict!

Plus en détail

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire La Mutualité Française Rhône dans le Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire Des valeurs qui font la différence Edito La Mutualité Française Responsabilité CHACUN

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

ACCORD-CADRE. Fédération Nationale de la Mutualité Française. Caisse Autonome Nationale de la Sécurité Sociale dans les Mines

ACCORD-CADRE. Fédération Nationale de la Mutualité Française. Caisse Autonome Nationale de la Sécurité Sociale dans les Mines ACCORD-CADRE Fédération Nationale de la Mutualité Française Caisse Autonome Nationale de la Sécurité Sociale dans les Mines CAISSE AUTONOME NATIONALE DE LA SÉCURITÉ SOCIALE DANS LES MINES 77 avenue de

Plus en détail

LES ENJEUX DE LA REPRÉSENTATION DES EMPLOYEURS DE L ECONOMIE SOCIALE EN REGION REPRESENTATION MISSIONS EMPLOYEURS QUALITE DE L EMPLOI INSTANCES

LES ENJEUX DE LA REPRÉSENTATION DES EMPLOYEURS DE L ECONOMIE SOCIALE EN REGION REPRESENTATION MISSIONS EMPLOYEURS QUALITE DE L EMPLOI INSTANCES LES ENJEUX DE LA REPRÉSENTATION DES EMPLOYEURS DE L ECONOMIE SOCIALE EN REGION MISSIONS EMPLOYEURS REGION STRUCTURATION QUALITE DE L EMPLOI TERRITOIRES DELEGATION INSTANCES SYNDICATS ENJEUX REPRESENTATION

Plus en détail

Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes

Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes Nathalie CHATILLON FNMF Direction des Affaires Publiques Département International Sommaire

Plus en détail

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA)

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Historique : d abord il y eut la conférence régionale de santé Conférences Régionales de Santé (CRS) installées par les ordonnances du 24 avril 1996

Plus en détail

30e Congrès international du CIRIEC Buenos Aires 29-31 octobre 2014. Accès aux soins et solidarité Thierry BEAUDET Atelier F 31 octobre 2014

30e Congrès international du CIRIEC Buenos Aires 29-31 octobre 2014. Accès aux soins et solidarité Thierry BEAUDET Atelier F 31 octobre 2014 30e Congrès international du CIRIEC Buenos Aires 29-31 octobre 2014 Accès aux soins et solidarité Thierry BEAUDET Atelier F 31 octobre 2014 Propositions liminaires But de la solidarité : rendre le monde

Plus en détail

Les retraités face aux difficultés d accès aux soins

Les retraités face aux difficultés d accès aux soins Les retraités face aux difficultés d accès aux soins Avoir accès aux soins est un droit fondamental. Ce droit doit être effectif pour tous, partout et à tout moment. Notre système de protection sociale

Plus en détail

Santé des personnes âgées

Santé des personnes âgées Santé des personnes âgées La population française vieillit et l importance numérique des personnes âgées de plus de 60 ans et de plus de 75 ans progressera dans les années à venir, avec l entrée dans le

Plus en détail

Titre de la Table citoyenne

Titre de la Table citoyenne Titre de la Table citoyenne La dépendance Organisée par : Mutualité Française délégation départementale des Bouches-du-Rhône, URIOPSS PACA, PSP-Pôle Services à la Personne-PACA, CRESS PACA Date & Lieu

Plus en détail

Objectif 7 : Assurer des prises en charge globales et personnalisées

Objectif 7 : Assurer des prises en charge globales et personnalisées Objectif 7 : Assurer des prises en charge globales et personnalisées Parallèlement aux progrès thérapeutiques, la prise en charge personnalisée en cancérologie se doit d évoluer vers un accompagnement

Plus en détail

débat carité : Constats»

débat carité : Constats» MUTUALITE FRANCAISE CÔTE-D OR YONNE Dr Nathalie Arnould Conférence débat «Santé Précarit carité : Constats» Samedi 18 octobre 2008 La Mutualité Française aise? Elle fédère la quasi-totalité des mutuelles

Plus en détail

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC JE SUIS UN AGENT PUBLIC MA PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? AGENTS PUBLICS, NOTRE PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? DEVRA-T-ON SE RÉSIGNER À TOUJOURS MOINS DE SOINS? Dépassements d honoraires, franchises,

Plus en détail

Le Pacte territoire santé en région Haute-Normandie

Le Pacte territoire santé en région Haute-Normandie Le Pacte territoire santé en région Haute-Normandie Synthèse des réunions des conférences de territoire (Rouen-Elbeuf : 04 mars 2013, Dieppe : 05 mars 2013, Le Havre : 06 mars 2013, Evreux-Vernon : 08

Plus en détail

Pacte de responsabilité

Pacte de responsabilité Le 5 mars 2014 Pacte de responsabilité Relevé de conclusions des réunions paritaires du 28 février et du 5 mars 2014 La situation économique et sociale de notre pays est marquée par une forte ambivalence.

Plus en détail

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent Profondément humain Un peu d histoire pour éclairer le présent Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes de solidarité, de

Plus en détail

PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE

PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE DOSSIER DE PRESSE 12 DÉCEMBRE 2012 Contact Presse : Agathe LOBET Courriel : agathe.lobet@ars.sante.fr

Plus en détail

CONVENTION CADRE DÉPARTEMENTALE POUR LE SOUTIEN À L ANIMATION DE LA VIE SOCIALE

CONVENTION CADRE DÉPARTEMENTALE POUR LE SOUTIEN À L ANIMATION DE LA VIE SOCIALE CONVENTION CADRE DÉPARTEMENTALE POUR LE SOUTIEN À L ANIMATION DE LA VIE SOCIALE Entre : Le Département de Loire-Atlantique, domicilié à l hôtel du département, 3 quai Ceineray- 44041 Nantes cedex 01, représenté

Plus en détail

Cahier des charges Objet :

Cahier des charges Objet : Cahier des charges Objet : Expérimentation de nouveaux modes d organisation des soins destinés à optimiser les parcours de soins des personnes âgées en risque de perte d autonomie en prévenant leur hospitalisation

Plus en détail

Le Syndicat des Médecins de Famille PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA PERMANENCE DE SOINS DES MEDECINS GENERALISTES

Le Syndicat des Médecins de Famille PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA PERMANENCE DE SOINS DES MEDECINS GENERALISTES 1 MCo/LJ/8033/04/UNOF Paris, le 12 janvier 2004 PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA PERMANENCE DE SOINS DES MEDECINS GENERALISTES 1. Exposé des motifs : La Permanence des soins est une mission d'intérêt général,

Plus en détail

Monsieur le Premier Ministre, Monsieur le Commissaire général à l investissement,

Monsieur le Premier Ministre, Monsieur le Commissaire général à l investissement, Monsieur le Premier Ministre, Monsieur le Commissaire général à l investissement, Considérant la cohérence de leur projet avec les enjeux économiques et sociaux de la Région les représentants de l Etat,

Plus en détail

Prix AGIRC et ARRCO Faciliter l accès aux soins des personnes handicapées vieillissantes pour favoriser l autonomie

Prix AGIRC et ARRCO Faciliter l accès aux soins des personnes handicapées vieillissantes pour favoriser l autonomie APPEL À PROJETS Prix AGIRC et ARRCO Faciliter l accès aux soins des personnes handicapées vieillissantes pour favoriser l autonomie en partenariat avec le Comité national Coordination Action Handicap (CCAH)

Plus en détail

L assurance soins de santé en Belgique : une introduction. Thomas Rousseau 12 juin 2014

L assurance soins de santé en Belgique : une introduction. Thomas Rousseau 12 juin 2014 L assurance soins de santé en Belgique : une introduction Thomas Rousseau 12 juin 2014 Introduction L assurance maladie obligatoire L assurance soins de santé L assurance indemnités (maladie, accident,

Plus en détail

Titre de la Table citoyenne

Titre de la Table citoyenne Titre de la Table citoyenne L accès aux soins et les dépassements d honoraires Organisée par : Mutualité Française Provence-Alpes-Côte d Azur, délégation départementale des Alpes-Maritimes et la CRESS

Plus en détail

du 11 décembre 2014 Feuille de route du ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

du 11 décembre 2014 Feuille de route du ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes du 11 décembre 2014 Feuille de route du ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes À la suite de la Conférence nationale du handicap, le ministère des affaires sociales, de la

Plus en détail

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale!

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Plan «Urgences» 1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Fiche 1.1 La permanence des médecins généralistes Mesure 1 Assurer la permanence de soins Mesure

Plus en détail

La Mutualité Française Limousin et l offre de soins de premier recours

La Mutualité Française Limousin et l offre de soins de premier recours La Mutualité Française Limousin et l offre de soins de premier recours Mot du président Le vieillissement de la population associé à une évolution défavorable de la démographie médicale ont conduit l État

Plus en détail

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent.

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. Dans la France de 2012, de plus en plus de Français doivent renoncer à des soins ou

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer)

QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer) QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer) Le cahier des charges national a pour objet de définir les dispositifs MAIA (maison

Plus en détail

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Paris, le 11 décembre 2014 CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP Relevé des conclusions A l occasion de la Conférence nationale du handicap du 11 décembre 2014,

Plus en détail

Avis du CNCRES Projet de loi N 1536

Avis du CNCRES Projet de loi N 1536 Avis du CNCRES Projet de loi N 1536 ------------------------------------------------------------------------------------- Relatif à l économie sociale et solidaire Conseil National des Chambres Régionales

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Dossier Médical Personnel (DMP)

DOSSIER DE PRESSE. Dossier Médical Personnel (DMP) DOSSIER DE PRESSE Dossier Médical Personnel (DMP) 2 Sommaire Le Dossier Médical Personnel en Auvergne..5 Le DMP au service de la coordination des soins.6 Le DMP socle de la continuité des soins 7 Le DMP

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

L essentiel Parcours de personnes âgées :

L essentiel Parcours de personnes âgées : ANTICIPER ET COMPRENDRE L essentiel Parcours de personnes âgées : l animation territoriale MARS 2013 Une réflexion sur l animation territoriale de l offre Les enjeux liés à la démographie et au vieillissement

Plus en détail

L accueil des personnes âgées en établissement. janvier 2012

L accueil des personnes âgées en établissement. janvier 2012 L accueil des personnes âgées en établissement janvier 2012 1 1. Démographie D : quelques données clés Un nombre croissant de personnes âgées : Haut-Rhin 2008 2011 2016 2021 Nombre 85 ans et + 13 253 16

Plus en détail

Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités. Discours Sous réserve du prononcé

Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités. Discours Sous réserve du prononcé Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités Discours Sous réserve du prononcé IXe journée de l Hospitalisation à domicile Fédération nationale des établissements d hospitalisation à domicile

Plus en détail

Conférence Débat AFTA. Conférence

Conférence Débat AFTA. Conférence Conférence Conférence Débat AFTA PRÉVOYANCE SANTÉ DES SALARIES DES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF Vos interlocuteurs : Alexandra REPIQUET Jean-Philippe FERRANDIS : 01 49 64 45 15 : 01 49 64 12 88 : 01 49

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

Maisons Régionales de la Santé CADRE D INTERVENTION

Maisons Régionales de la Santé CADRE D INTERVENTION Maisons Régionales de la Santé CADRE D INTERVENTION 1 LES MAISONS REGIONALES DE LA SANTE MRS (programme 2) Enjeux et objectifs Le dispositif des «Maisons Régionales de la Santé» voté en 2010 incarne de

Plus en détail

Synthèse 2008-2013. Département de l Indre. Schéma Gérontologique. Bien vieillir dans l Indre

Synthèse 2008-2013. Département de l Indre. Schéma Gérontologique. Bien vieillir dans l Indre Synthèse Département de l Indre Schéma Gérontologique 2008-2013 Bien vieillir dans l Indre 2 chéma Gérontologique Édito Véritable outil de pilotage départemental de politique publique, le schéma gérontologique

Plus en détail

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des RH Page 1 Introduction

Plus en détail

Défendre et représenter les intérêts des entreprises de Services à la Personne

Défendre et représenter les intérêts des entreprises de Services à la Personne Défendre et représenter les intérêts des entreprises de Services à la Personne Rejoignez la 1 ère fédération de proximité d entreprises de Services à la Personne Dans les pas de Richard Binier qui a su

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SOLIDARITÉS

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SOLIDARITÉS MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES direction générale de la cohésion sociale Service des politiques sociales et médico-sociales Sous-direction de l inclusion sociale,

Plus en détail

QUESTIONS-REPONSES SUR L EXPERIMENTATION «PARCOURS DE SOINS DES PERSONNES AGEES EN RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE»

QUESTIONS-REPONSES SUR L EXPERIMENTATION «PARCOURS DE SOINS DES PERSONNES AGEES EN RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE» QUESTIONS-REPONSES SUR L EXPERIMENTATION «PARCOURS DE SOINS DES PERSONNES AGEES EN RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE» Qui prévoit cette nouvelle expérimentation? Cette expérimentation figure à l article 70 de

Plus en détail

Le projet de rénovation des EHPAD «les Camélias» et «les Glycines» de Dax remis en question

Le projet de rénovation des EHPAD «les Camélias» et «les Glycines» de Dax remis en question Fiche n 1 Le projet de rénovation des EHPAD «les Camélias» et «les Glycines» de Dax remis en question Origine du projet Le CCAS de Dax est gestionnaire de deux établissements qui étaient à l origine des

Plus en détail

Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives. Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM

Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives. Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM 1 Partie Système d Assurance Maladie Avant la réforme «Performances & Insuffisances» La

Plus en détail

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Projet de permanence des soins gériatriques en EHPAD dans le sud de l Essonne MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Le Sud de l Essonne accueille environ 3000 résidents en Etablissement d Hébergement

Plus en détail

ANNEXE. Objet : Le Programme Bretagne Equilibre : Les ateliers du maintien de l équilibre

ANNEXE. Objet : Le Programme Bretagne Equilibre : Les ateliers du maintien de l équilibre ANNEXE Objet : Le Programme Bretagne Equilibre : Les ateliers du maintien de l équilibre Public cible : Personnes âgées de 65 ans et plus, primo-bénéficiaires détectées à risque modéré de chutes. Objectifs

Plus en détail

Ministère de l'emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la santé et des solidarités

Ministère de l'emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la santé et des solidarités 1 Direction générale de l action sociale Sous direction de l animation territoriale et locale Bureau action et synthèse territoriale Personne chargée du dossier : Martine Dhalluin Direction de la recherche,

Plus en détail

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1 LE FINANCEMENT Il ne faut pas se le cacher, le financement est une difficulté et de nombreuses maisons médicales dans les 10 dernières années, qui fonctionnaient de manière satisfaisante, sont «décédées»

Plus en détail

du SNJMG pour 2015 Plateforme Syndicale I. NATURE DU SYNDICAT

du SNJMG pour 2015 Plateforme Syndicale I. NATURE DU SYNDICAT Plateforme Syndicale du SNJMG pour 2015 Le Bureau souhaitant bénéficier d un mandat clair afin de promouvoir tout au long de l année les valeurs, les idées et les prises de position du syndicat, il a demandé

Plus en détail

Le groupe MGEN et Harmonie Mutuelle soutiennent le développement de la Mutualité Française Bourguignonne SSAM

Le groupe MGEN et Harmonie Mutuelle soutiennent le développement de la Mutualité Française Bourguignonne SSAM Dijon, le 6 mars 2014 Le groupe MGEN et Harmonie Mutuelle soutiennent le développement de la Mutualité Française Bourguignonne SSAM Le 6 mars 2014 à Dijon, Thierry Beaudet, président du groupe MGEN, et

Plus en détail

«Mon médecin demain quelle organisation de la santé de proximité?»,

«Mon médecin demain quelle organisation de la santé de proximité?», Salutations Ce débat que nous avons choisi de nommer l «Mon médecin demain quelle organisation de la santé de proximité?», est la marque la volonté de la CRSA -en coopération étroite avec l agence régionale

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Le modèle social français Note de positionnement des employeurs de l Economie Sociale et Solidaire

Le modèle social français Note de positionnement des employeurs de l Economie Sociale et Solidaire Le modèle social français Note de positionnement des employeurs de l Economie Sociale et Solidaire La France a un modèle social qui coûte extrêmement cher. Ce modèle de l Etat providence à la française

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

GRANDE CONFERENCE DE SANTE

GRANDE CONFERENCE DE SANTE Le 17 septembre 2015 GRANDE CONFERENCE DE SANTE GROUPE DE TRAVAIL FORMATION CONTRIBUTION DE LA FSPF SUR LA FORMATION DES PHARMACIENS ET DES PREPARATEURS EN PHARMACIE Philippe GAERTNER Président Philippe

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Note pour l adaptation de la société au vieillissement

Note pour l adaptation de la société au vieillissement Note pour l adaptation de la société au vieillissement Présentation de l'unapl : L Union nationale des professions libérales (UNAPL) est une organisation patronale représentative créée en 1977. Elle fédère

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

Présentation MFAM 2013

Présentation MFAM 2013 Présentation MFAM 2013 1 Présentation générale 2 Qui sommes nous? une entreprise de droit privé un organisme mutualiste à but non lucratif implanté en Maine et Loire et en Mayenne siège à Angers / délégation

Plus en détail

SIGNATURE DE LA CONVENTION VILLE DE PERPIGNAN, MUTUALITE FRANÇAISE LANGUEDOC-ROUSSILLON, CLINIQUE MUTUALISTE CATALANE AGENCE REGIONALE DE SANTE

SIGNATURE DE LA CONVENTION VILLE DE PERPIGNAN, MUTUALITE FRANÇAISE LANGUEDOC-ROUSSILLON, CLINIQUE MUTUALISTE CATALANE AGENCE REGIONALE DE SANTE SIGNATURE DE LA CONVENTION VILLE DE PERPIGNAN, MUTUALITE FRANÇAISE LANGUEDOC-ROUSSILLON, CLINIQUE MUTUALISTE CATALANE AGENCE REGIONALE DE SANTE DOSSIER DE PRESSE Signature de la convention entre la Ville

Plus en détail

Les Groupements de coopération

Les Groupements de coopération Les Groupements de coopération Intégrer les salariés dans la mise en œuvre des restructurations Une nécessité pour la CFDT Santé Sociaux MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Audition du 7 septembre

Plus en détail

CONVENTION DE PREFIGURATION DU CONTRAT LOCAL DE SANTE ENTRE. LA COMMUNE DE NIMES, LE CONSEIL GENERAL DU GARD et L AGENCE REGIONALE DE SANTE

CONVENTION DE PREFIGURATION DU CONTRAT LOCAL DE SANTE ENTRE. LA COMMUNE DE NIMES, LE CONSEIL GENERAL DU GARD et L AGENCE REGIONALE DE SANTE CONVENTION DE PREFIGURATION DU CONTRAT LOCAL DE SANTE ENTRE LA COMMUNE DE NIMES, LE CONSEIL GENERAL DU GARD et L AGENCE REGIONALE DE SANTE ENTRE La Commune de NIMES, Place de l Hôtel de Ville, 30033 NIMES

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

La nouvelle répartition des compétences en matière de santé et l accord des 4 partis. Spécificités wallonne ou bruxelloise

La nouvelle répartition des compétences en matière de santé et l accord des 4 partis. Spécificités wallonne ou bruxelloise La nouvelle répartition des compétences en matière de santé et l accord des 4 partis Spécificités wallonne ou bruxelloise 1. Contenu de l Accord Institutionnel 3 grands volets : 1.1. Renouveau politique

Plus en détail

Les enjeux du projet de loi sur le 5 ème risque et ses conséquences sur la prise en charge des personnes âgées dépendantes

Les enjeux du projet de loi sur le 5 ème risque et ses conséquences sur la prise en charge des personnes âgées dépendantes Les enjeux du projet de loi sur le 5 ème risque et ses conséquences sur la prise en charge des personnes âgées dépendantes Assemblée Générale UDAMAD 6 juin 2011 SMS - 6 juin 2011 1 Questionnements autour

Plus en détail

Sommaire. État des lieux P. 4. Carte des EHPAD P. 6. Priorités stratégiques P. 7. En Bref P. 10. Perte d'autonomie, que faire? P.

Sommaire. État des lieux P. 4. Carte des EHPAD P. 6. Priorités stratégiques P. 7. En Bref P. 10. Perte d'autonomie, que faire? P. 1 Sommaire État des lieux P. 4 Carte des EHPAD P. 6 Priorités stratégiques P. 7 En Bref P. 10 Perte d'autonomie, que faire? P. 11 3 État des lieux 1. État des lieux démographique, social et sanitaire

Plus en détail

ORIENTATIONS POLITIQUES STRATEGIE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES : MIEUX ANTICIPER ET GERER LE CHANGEMENT 8 octobre 2013

ORIENTATIONS POLITIQUES STRATEGIE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES : MIEUX ANTICIPER ET GERER LE CHANGEMENT 8 octobre 2013 Introduction : ORIENTATIONS POLITIQUES STRATEGIE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES : MIEUX ANTICIPER ET GERER LE CHANGEMENT 8 octobre 2013 1. Dans sa réponse au Livre vert de la Commission européenne

Plus en détail

Tout au long des décennies suivantes, la FNI a poursuivi ses objectifs pour : Faire reconnaître et valoriser pleinement les compétences infirmières en inscrivant de nouveaux actes à la Nomenclature Générale

Plus en détail

Intervention colloque MFP 7 décembre 2011

Intervention colloque MFP 7 décembre 2011 Intervention colloque MFP 7 décembre 2011 Mesdames, Messieurs, chers amis, Je vous remercie au nom de la MFP de votre présence à ce colloque sur la protection sociale des fonctionnaires. Merci à la MGEN

Plus en détail

Appel à projets CAP Retraite Bretagne. «Agir contre l isolement des seniors»

Appel à projets CAP Retraite Bretagne. «Agir contre l isolement des seniors» Appel à projets CAP Retraite Bretagne «Agir contre l isolement des seniors» La mutualité sociale agricole (MSA), le régime social des indépendants (RSI), la caisse d assurance retraite et de santé au travail

Plus en détail

Chambre Régionale de l Economie Sociale et Solidaire. L Economie. Sociale et Solidaire. Annemasse. 20 janvier 2010

Chambre Régionale de l Economie Sociale et Solidaire. L Economie. Sociale et Solidaire. Annemasse. 20 janvier 2010 Chambre Régionale de l Economie Sociale et Solidaire L Economie Sociale et Solidaire Annemasse 20 janvier 2010 1 Sommaire L économie sociale et solidaire : une autre culture d entreprendre Les entreprises

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère de la ville, de la jeunesse et des sports

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère de la ville, de la jeunesse et des sports Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère de la ville, de la jeunesse et des sports Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales Personne chargée

Plus en détail

Mutualité Française Picardie

Mutualité Française Picardie Mutualité Française Picardie 3, boulevard Léon Blum 02100 Saint-Quentin Tél : 03 23 62 33 11 Fax : 03 23 67 14 36 contact@mutualite-picardie.fr Retrouvez l ensemble des différents services et activités

Plus en détail

kit adhérent UNMS Union Nationale des Médecins Salariés Un syndicat Santé Social Cher adhérent, bienvenue dans votre syndicat

kit adhérent UNMS Union Nationale des Médecins Salariés Un syndicat Santé Social Cher adhérent, bienvenue dans votre syndicat UNMS kit adhérent Union Nationale des Médecins Salariés Un syndicat Santé Social Cher adhérent, bienvenue dans votre syndicat SOMMAIRE Pour accéder directement au contenu désiré, cliquez sur le titre ou

Plus en détail

CONVENTION CONSTITUTIVE DU RESEAU ONCOLOGIQUE DE SUD-ALSACE - ROSA

CONVENTION CONSTITUTIVE DU RESEAU ONCOLOGIQUE DE SUD-ALSACE - ROSA CONVENTION CONSTITUTIVE DU RESEAU ONCOLOGIQUE DE SUD-ALSACE - ROSA PRÉAMBULE L objet de la présente convention constitutive est de décrire l organisation, le fonctionnement et la démarche d évaluation

Plus en détail

Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité

Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité Dans le champ de l action sociale, médico-sociale et de la santé, le secteur associatif représente environ

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines 1/ Les constats les plus marquants sont : - l absentéisme de courte durée qui continue d évoluer fortement et qui met sous

Plus en détail

Constats et certificats de décès à domicile ou sur site privé ou public : aspects éthiques et déontologiques

Constats et certificats de décès à domicile ou sur site privé ou public : aspects éthiques et déontologiques Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins d octobre 2013 Section éthique et déontologie Constats et certificats de décès à domicile ou sur site privé ou public : aspects

Plus en détail

La réforme : une opportunité pour la fonction formation

La réforme : une opportunité pour la fonction formation Nombreux sont les articles concernant la réforme de la formation professionnelle. Grâce à ses experts qui récoltent l information législative et réglementaire à sa source, Demos fait un tour d horizon

Plus en détail

Le secteur privé à but non lucratif (PNL) Sous-titre

Le secteur privé à but non lucratif (PNL) Sous-titre Le secteur privé à but non lucratif (PNL) Sous-titre Date : 10/11/11 1 Sommaire Les acteurs du système de protection sociale p. 3 La Haute Normandie p. 4 Les valeurs p. 5 Les spécificités p. 7 2 En France,

Plus en détail

Directeur du Département des Ressources Humaines. - Profil de poste -

Directeur du Département des Ressources Humaines. - Profil de poste - Directeur du Département des Ressources Humaines - Profil de poste - Cotation du poste : 2,7 1. Informations institutionnelles relatives au CHRU de Lille Etablissement : CHRU de Lille 2 avenue Oscar Lambret

Plus en détail

Renforcer l action du médecin du travail

Renforcer l action du médecin du travail 1 Réforme de la médecine du travail : l avis du Conseil Économique et social mars 2008, par serge cannasse Le Conseil économique et social a rendu son avis sur la médecine du travail. Son diagnostic est

Plus en détail

Assurance maladie : état des lieux

Assurance maladie : état des lieux Assurance maladie : état des lieux La réforme de l Assurance maladie, annoncée pour l automne 2003, sera plus épineuse encore que celle des retraites car elle touche à la vie quotidienne de tous les Français,

Plus en détail

ASSOCIATION DE SERVICES D AIDE A DOMICILE. Tél : 05.56.01.91.91 Fax : 05.57.87.59.08 Mail : accueil@asad-bordeaux.fr.

ASSOCIATION DE SERVICES D AIDE A DOMICILE. Tél : 05.56.01.91.91 Fax : 05.57.87.59.08 Mail : accueil@asad-bordeaux.fr. ASSOCIATION DE SERVICES D AIDE A DOMICILE ASAD de BORDEAUX 74 Cours Saint-Louis BP 60053 33028 Bordeaux Cedex Horaires d ouverture Du Lundi au Vendredi de 8h30 à 18h Site internet : www.asad-bordeaux.fr

Plus en détail

Appel à projets 2015 relatif aux maisons et pôles de santé

Appel à projets 2015 relatif aux maisons et pôles de santé PRÉFET DE LA RÉGION POITOU-CHARENTES Appel à projets 2015 relatif aux maisons et pôles de santé Le présent document précise les modalités de réponse à l appel à projets 2015 sur les maisons et pôles de

Plus en détail