mensuelle La lettre desaffaires Nouveau statut : auto-entrepreneur DOSSIER DU MOIS Fédération Nationale des Opticiens de France

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "mensuelle La lettre desaffaires Nouveau statut : auto-entrepreneur DOSSIER DU MOIS Fédération Nationale des Opticiens de France"

Transcription

1 Fédération Nationale des Opticiens de France 4, rue de l Évêché Dax - France Tél. : Fax : n octobre 2008 La lettre mensuelle desaffaires DOSSIER DU MOIS Nouveau statut : auto-entrepreneur Social Déroulement des élections prud homales Fiscal Trajet domicile - lieu de travail Juridique Cession d actions : formalisme

2 2 Édito Cela fait des mois que je dis aux pouvoirs publics et aux assureurs que la notion de pouvoir d achat est subjective, que les Français ont consommé, sans modération, pris par une «fièvre acheteuse», passant de l indispensable au superflu, rendant du même coup obsolète les notions de qualité et de service rendu. En juin dernier, au Ministère de la santé, quand on me disait que les lunettes étaient trop chères, j avais répondu que ce n était pas aux opticiens de payer les factures de téléphone portable et d abonnement internet des ménages français. En 2007, les dépenses budgétaires contraintes des ménages (tous types d assurance et d abonnement) représentaient 28,4 % du budget contre 13 % en 1960 et un peu plus de 31 % en 2008, en tenant compte des augmentations desdits contrats. L endettement lié aux crédits passe selon l INSEE de 53,3 % en 2000 à 71,8 % en 2007 du revenu disponible (les dépenses contraintes font partie du revenu disponible!) ; pour 2008 ce taux devrait, malgré l augmentation des crédits, passer la barre des 73 % contre 80 % en moyenne pour leurs voisins européens. Avec de tels chiffres, la relance de la consommation passe par une baisse des dépenses contraintes, nos amis assureurs devront baisser leurs primes ou globaliser ces dernières en proposant des contrats fourre-tout. Vous comprenez dans ce cas l importance des négociations sur les transferts de charges entre le régime obligatoire et le régime complémentaire. Si le gouvernement augmente les cotisations, au-delà de la faible influence sur les critères de Maastricht, il ne reste plus d argent soit pour le groupe Bouygues, soit pour Guillaume Sarkozy (président de Médéric) ; de toutes les façons, en 2010, il faudra poursuivre les augmentations et expliquer alors aux professions médicales qu elles doivent tirer un trait sur leur 1.8 milliards d euros de dépassement d honoraires : socialement acceptable, politiquement incorrect. Le gouvernement une fois de plus cède sous la pression des lobbies. Que va-t-il se passer maintenant? Qui va baisser ses prix? Qui va expliquer aux Français, comme l a fait le Ministre italien de l économie Tommaso Padoa-Schioppa, que le temps du superflu est fini? Ainsi, le gouvernement laisse le soin aux assureurs et aux mutuelles de s expliquer avec les professions de santé et de tenter de leur imposer ce qu elles ont toujours refusé, à Le mois d octobre, mois du SILMO pour notre profession, est aussi le mois du PLFSS 1. La rentrée continue, les clients ne se bousculent pas, on parle toujours de pouvoir d achat et pour la première fois, les économistes se prononcent sans fard admettant même leurs erreurs. savoir une indexation des prestations et des honoraires, voire une opposabilité des tarifs de remboursement. Notre profession subit de plein fouet la récession. Le nombre de dispositifs remboursés par la CNAM reste stable d une année sur l autre, alors que le nombre de consultations en ophtalmologie augmente de 11 %, faisant dire au SNOF que les décrets du 14 avril 2007 ne servent à rien. Les statisticiens du SNOF ont beau tourner les chiffres dans tous les sens, la seule chose qu ils arrivent à démontrer, c est qu ils n ont toujours pas compris l intérêt de la réforme, l importance de nous avoir à leurs côtés, et le rôle qui sera le leur à l avenir. Demain, l examen de vue pour un ophtalmologiste sera inutile. Dans cette perspective l opticien a largement sa place, il doit accepter la refonte complète de sa filière de formation et la modification en profondeur de ses règles d exercice. Il est bon de modifier la formation initiale et de mettre en place un nouveau diplôme d état en optique lunetterie mais cela ne pourra pas se faire sans un développement et une prise de conscience de la nécessité d accepter la formation continue. 96 % des fonds du FORCO sont utilisés pour des formations de «recrutement» ; pour une majorité, le FORCO est donc devenu une agence d intérim : 1800 diplômés cette année, dont plus du tiers formé par la formation continue. Un dernier mot sur le PLFSS. Vous avez tous entendu parler de ce fameux article 47 qui impose l UNOCAM dans les conventions liant la CNAM et les opticiens. Il fallait s y attendre, l optique et le dentaire sont les vaches à lait de l assurance complémentaire. Les premiers résultats de notre enquête le prouvent. En France, plus de 50 millions de personnes sont assurées pour l optique, alors que seulement 30 % de la population a des besoins en santé visuelle et qu il n est remboursé annuellement que 10 millions d équipements. Ces chiffres, notre profession les refuse, préférant le confort douillet du tiers payant et la jungle des conventions, Jean de la Fontaine doit bien rigoler avec son chien et son loup... Bon SILMO à tous. 1. Projet de loi de financement de la Sécurité sociale Alain GERBEL Président

3 La Binocle 3 LES CHIFFRES DU MOIS Évolution du chiffre d affaires des opticiens Taux d évolution du chiffre d affaires (1) Tendance annuelle d évolution du chiffre d affaires (2) (1) Évolution du chiffre d affaires par rapport au même mois de l année précédente (2) Tendance annuelle des douze derniers mois par rapport aux douze derniers mois de l année précédente Brèves N ous vous rappelons que nous avons lancé un appel à contribution pour mener une enquête nationale sur les pratiques des organismes complémentaires à laquelle vous pouvez encore participer. «Vous nous avez fait confiance, mais aujourd hui nous sommes devant une situation grave ; l alternative est claire : baisser les bras ou au contraire se reprendre, se rassembler et défendre notre profession attaquée de toutes parts. Vous me connaissez, je penche pour cette deuxième solution. A une différence, je ne partirais pas seul dans le prochain combat. Je vous demande d être solidaires ; nous devons mener ensemble un grand projet, nous devons mettre en place une grande enquête nationale sur les pratiques des organismes complémentaires. Vous trouverez ci-dessous un appel à contribution exceptionnelle de 150 euros. Je vous demande d investir 150 euros dans la défense de vos intérêts. Nous devons réagir, être une réelle force de propositions et faire comprendre aux pouvoirs publics que notre profession travaille pour la santé visuelle de tous les Français». APPEL À CONTRIBUTION POUR L ENQUÊTE NATIONALE SUR LES PRATIQUES DES ORGANISMES COMPLÉMENTAIRES Je soussigné... fais un don de 150 euros par point de vente à la FNOF pour une grande enquête nationale sur les pratiques des organismes complémentaires. Je joins donc un chèque de : 150 euros par point de vente pour la participation à l enquête... euros en qualité de membre bienfaiteur Le..., à..., Signature :

4 4 SOMMAIRE LA LETTRE MENSUELLE DES AFFAIRES N OCTOBRE 2008 SOCIAL Social & vous DIF et employés de maison 7 Les particuliers employeurs devront appliquer le DIF à leurs employés. Déroulement des élections prud homales Les élections prud homales auront lieu le 3 décembre prochain. L Administration fait le point sur les obligations des employeurs concernant leur déroulement. Contrat d apprentissage annulé 10 Un contrat d apprentissage annulé n est pas requalifié en contrat de travail. 8 page FISCAL Fiscal & vous Trajet domicile - lieu de travail Un salarié qui utilise son véhicule personnel pour se rendre à son travail quotidiennement peut déduire les frais réels. 16 page Intéressement des chefs d entreprise 18 L intéressement versé aux chefs d entreprise non soumis à l IS est déductible des bénéfices s il est affecté à un plan d épargne salariale. Prélèvement fiscal et social 19 La loi de modernisation de l économie a créé un régime de micro-taxation des TPE basé sur un prélèvement forfaitaire libératoire. Tél La Lettre Mensuelle des Affaires - BP Nanterre Cedex - N de commission paritaire : 0509 T Dépôt légal à parution - Directeur de Publication: B. Meier - ISSN Maquette: PLANET 7 - Impression: GRAPHO 12 - BP Villefranche de Rouergue. Revue mensuelle vendue par abonnement : Prix pour 13 numéros par an : 26.

5 5 JURIDIQUE Juridique & vous Prêts de consommation d actions 21 Quelles sont les formalités nécessaires à leur opposabilité aux tiers? Cession d actions : formalisme Pour être valide, la notification d une demande d agrément de cession d actions doit respecter à la lettre les dispositions des articles L et R du Code de commerce. 22 page Démarchage par télécopie 24 Le démarchage d un particulier par fax nécessite le respect de formalités préalables au regard de la Cnil. DOSSIER DU MOIS Nouveau statut : auto-entrepreneur La loi de modernisation de l économie a simplifié les formalités juridiques, fiscales et sociales pour les TPE. page 12 CONCAVE - CONVEXE 26 Remboursement et reste a charge médians Mise en place du Haut conseil des professions paramédicales B U L L E T I N A D H É S I O N F N O F P R I N C I PA U X I N D I C E S 29

6 Association pour la formation, la promotion et la valorisation de la profession d opticien RÉFRACTION, BASSE VISION ET PRÉPARATION VAE CALENDRIER DE FORMATION et 9 septembre LYON La réfraction 15 et 16 septembre ARRAS 22 et 23 septembre RENNES 15, 16 et 17 septembre NANTES 22, 23 et 24 septembre CLERMONT FERRAND 6, 7 et 8 octobre PARIS La basse vision 20, 21 et 22 octobre TOULOUSE 17, 18 et 19 novembre LYON 1 er, 2 et 3 décembre DAX 8, 9 et 10 décembre BORDEAUX Préparation VAE 29, 30 septembre et 1 er octobre BIARRITZ Vous trouverez tous les détails ainsi que les bulletins d'inscription sur le site de la FNOF ou sur simple demande au ou sur Optima 5, rue de l Évêché Dax Tél/Fax :

7 SOCIAL& vous LA LETTRE MENSUELLE DES AFFAIRES N OCTOBRE DIF et employés de maison La Fédération des particuliers employeurs (FEPEM) et les syndicats de salariés ont signé un accord pour développer la formation professionnelle des employés de maison, et notamment le Droit Individuel à la Formation (DIF). ESSENTIEL L accord signé en février a fait l objet d un arrêté d extension. Il est donc d application obligatoire par tous les particuliers employeurs depuis le 1 er août. L augmentation de la contribution ne prendra toutefois effet qu au 1 er janvier prochain. UNE CONTRIBUTION SUPPLÉMENTAIRE POUR LES PARTICULIERS EMPLOYEURS Pour amplifier le financement de cette mesure, la participation des employeurs, actuellement fixée à 0,15 % du salaire et collectée par l AGEFOS-PME, sera augmentée de 0,10 % à compter du 1 er janvier Les partenaires sociaux ont, dans un accord du 4 février 2008, organisé la mise en œuvre du DIF pour les employés de maison. Un DIF d une durée de 20 heures par an et cumulables sur six ans est reconnu, au bout d un an d ancienneté, à tout employé de maison, bénéficiaire d un contrat de travail à durée indéterminée à temps plein. Le travail à temps partiel étant toutefois largement répandu dans Durée de travail hebdomadaire moins de 7 heures de 7 heures à moins de 15 heures de 15 heures à moins de 21 heures de 21 heures à moins de 27 heures de 27 heures à moins de 33 heures Droits acquis par an 3 heures 7 h 10 h 13 h 16 h 33 heures et plus 20 h cette branche d activité, le DIF y a été adapté. Un salarié employé par plusieurs particuliers employeurs acquiert un DIF au titre de chacun des contrats de travail, selon le barème ci-dessous, dans la limite de 120 heures. En cas de garde partagée, le DIF est acquis par emploi de garde partagée, et non par contrat de travail, à raison de 20 heures par an pour un temps complet et au prorata temporis pour un temps partiel. Le DIF est utilisé dans les conditions du Code du travail. L employeur devra, une fois par an, informer son salarié du nombre d heures acquises au titre du DIF. Le salarié qui souhaitera l utiliser en fera sa demande écrite à son employeur qui aura un mois pour répondre. Accord du 4 février 2008 relatif à la formation des salariés du particulier employeur. Arrêté du 7 juillet 2008; JO du 16 juillet 2008.

8 8 SOCIAL LA LETTRE MENSUELLE DES AFFAIRES N OCTOBRE 2008 Déroulement des élections prud homales Les élections prud homales auront lieu le 3 décembre prochain. Une circulaire ministérielle précise les modalités pratiques du déroulement de ce vote. DOCUMENTS À PRÉSENTER POUR VOTER Les électeurs devront présenter leur carte électorale et un titre d identité. Toutefois, et conformément à la jurisprudence du Conseil d Etat, la production de la carte électorale ne sera pas obligatoire, les mentions de la liste électorale feront foi. Les conseillers prud homaux sont élus au scrutin de liste à la représentation proportionnelle, par section et par collège. Les candidats doivent être de nationalité française, âgés de 21 ans, frappés d aucune incapacité d exercer les fonctions de conseillers prud homaux et bien sûr non déchus de leurs droits civiques. Toutes ces conditions s apprécieront à la date du scrutin, soit au 3 décembre Les conseillers prud hommes ne peuvent ni être membres d un tribunal de commerce, ni être conseillers du salarié. Les déclarations de candidature sont effectuées sur des imprimés conformes à des modèles fixés par arrêté. Elles doivent être déposées à la préfecture entre le 30 septembre et le 14 octobre 2008 à 16 h. Le préfet publiera les listes de candidatures le 15 octobre 2008 en les affichant à la préfecture, à la mairie de la ESSENTIEL Les employeurs auront obligation de laisser un temps suffisant à leurs salariés pour qu ils aillent voter le 3 décembre prochain. Cette absence devra être rémunérée. La circulaire rappelle également que les candidats aux élections et les conseillers qui seront élus bénéficient d une protection contre le licenciement. commune où chaque conseil de prud hommes a son siège et au greffe du conseil concerné. Après cette date, les listes ne pourront plus être modifiées. 15/10/2008 : publication des listes Les salariés candidats aux élections prud homales bénéficient d une protection contre le licenciement identique à celle des conseillers prud homaux. Il ne peuvent donc être licenciés sans autorisation de l inspecteur du travail. Cette protection court au

9 9 plus tôt trois mois avant le début de la période de dépôt des listes de candidats en préfecture (elle a donc commencé dès le 30 juin 2008) et elle s étend pendant six mois après la publication des candidatures (soit jusqu au 15 avril 2009). Le scrutin aura lieu le 3 décembre prochain. Il se déroulera de 8 h à 18 h, soit à la mairie, soit dans un local proche du lieu de travail (le lieu est déterminé par arrêté préfectoral). Les préfets pourront toutefois déroger à ces horaires pour répondre à des situations particulières. 04/12/2008 : proclamation des résultats L employeur a l obligation de laisser les salariés participer au scrutin durant leur temps de travail. Il doit donc les autoriser à s absenter de l entreprise le temps nécessaire pour se rendre au bureau de vote, sans aucune diminution de salaire. La violation de cette obligation est une infraction délictuelle. La circulaire rappelle que constituent le délit d atteinte à la libre désignation des candidats à l élection prud homale non seulement la privation, mais encore la limitation excessive du délai accordé. Ainsi en va-t-il du fait pour un employeur d accorder à ses salariés une autorisation d absence de quinze minutes pour se rendre au bureau de vote situé à deux kilomètres de l entreprise (trib. correc. Nanterre du 10 janvier 1994). L employeur fixe les modalités pratiques de participation de ses salariés au scrutin. Il peut décider soit que tous s absenteront en même temps, soit qu ils seront répartis tout au long de la journée du scrutin en groupes distincts. Il s inspirera, pour se déterminer, des recommandations émanant du maire. Les assesseurs salariés peuvent bénéficier d une autorisation d absence pour pouvoir remplir leurs fonctions. Ce temps est assimilé à une durée de travail effectif. Les délégués syndicaux appelés à exercer les fonctions d assesseurs peuvent utiliser dans ce cadre le crédit d heures dont ils disposent au titre de leur mandat. Les résultats seront proclamés et affichés à la mairie du siège de chaque conseil le 4 décembre Les conseillers prud hommes élus seront installés dans le courant du mois de janvier 2009 lors de la première assemblée du conseil. Cette installation vaudra entrée en fonction des nouveaux élus et expiration du mandat des conseillers sortants. La date d entrée en fonction marquera le point de départ de la protection des nouveaux conseillers prud hommes. Afin de clarifier la date d entrée en fonction des nouveaux élus, l employeur d un salarié concerné sera informé par un courrier du greffier en chef qui précisera la date d entrée en fonction dudit conseiller. Circulaire DGT 2008/08 du 10 juin INDEMNISATION DES CONSEILLERS PRUD HOMMES Les employeurs doivent laisser aux salariés élus conseillers prud hommes le temps de participer aux diverses activités liées à cette fonction. Ils doivent assurer le maintien de leur rémunération et sont remboursés par l Etat. Lorsque l activité prud homale a lieu hors temps de travail, l intéressé est directement indemnisé par l Etat sur la base d un taux horaire de 7,10 (décret du 16 juin 2008).

10 10 SOCIAL LA LETTRE MENSUELLE DES AFFAIRES N OCTOBRE 2008 Contrat d apprentissage annulé Lorsque le contrat d apprentissage est annulé, il ne doit pas être requalifié en contrat de travail, mais le jeune doit recevoir un rappel de salaire calculé sur la base du SMIC ou du salaire minimum conventionnel. LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR L employeur qui engage un apprenti est tenu de lui assurer une formation complète, d une part en lui procurant la formation pratique au sein de son entreprise (via la désignation d un maître d apprentissage), d autre part en l inscrivant dans un CFA qui lui dispensera la formation théorique correspondant au contrat. Le contrat d apprentissage est un contrat très spécifique. Il ne s agit pas d un contrat de travail à durée déterminée comportant une formation en alternance comme le sont certains contrats, tel que le contrat d orientation. La Cour de cassation a, par conséquent, décidé que lorsque le contrat d apprentissage est annulé par un juge, il ne peut recevoir exécution et ne doit pas être requalifié. Certains juges du fond avaient estimé qu un contrat d apprentissage qui ne remplissait pas les conditions requises devait être requalifié en contrat de travail à durée indéterminée, comme c est le cas pour les contrats de travail à durée déterminée. La Cour de cassation a infirmé cette position : un contrat d apprentissage reste un contrat spécifique qui est notamment ouvert à des jeunes n ayant pas forcément l âge requis pour pouvoir travailler. Transformer cette ESSENTIEL Le jeune dont le contrat d apprentissage est annulé n est pas gardé dans l entreprise, mais il peut prétendre à un rappel de salaire pour le travail effectué et à des dommages et intérêts en cas de faute de l employeur. relation de travail en contrat de travail pourrait avoir des conséquences absurdes. Rappelons par exemple que, contrairement à un contrat de travail classique, un contrat d apprentissage ne peut, à l issue des deux premiers mois d activité, être résilié que sur accord exprès des deux parties ou par résiliation judiciaire. Les juges reconnaissent toutefois au jeune dont le contrat est annulé le droit de recevoir un rappel de salaire calculé, non sur la base de la rémunération prévue pour les apprentis, mais sur la base du Smic ou du salaire minimum conventionnel. Il peut également prétendre à des dommages et intérêts sur la base du droit commun de la responsabilité civile si l annulation du contrat est imputable à une faute de l employeur, comme par exemple le fait de ne pas avoir procédé à l enregistrement dudit contrat. Cass. soc. du 28 mai 2008, n ; AGS de Paris c/ Dubourg.

11

12 12 DOSSIER DU MOIS LA LETTRE MENSUELLE DES AFFAIRES N OCTOBRE 2008 Nouveau statut : autoentrepreneur La loi de modernisation de l économie a apporté des améliorations au statut juridique, fiscal et social des entreprises. Elle a instauré un régime pour la très petite entreprise que l on appelle désormais «l auto-entrepreneur». MEMO NOUVEAUX SEUILS DE CHIFFRE D AFFAIRES DES MICRO-ENTREPRISES (au lieu de ) pour une activité de vente des marchandises, de restauration et d hébergement ; (au lieu de ) pour les autres prestations de services. Seuils applicables à compter du 1 er janvier Près d un Français sur trois souhaite créer sa propre activité. Les enquêtes menées pointent toutes les mêmes obstacles à la concrétisation des projets : la complexité des démarches administratives, le poids des charges et la prise de risque. Prélèvement forfaitaire Par ailleurs, nombre des personnes interrogées envisagent de démarrer seules et souhaiteraient pouvoir tester leur idée, sans formalisme ni risque financier. C est ce que permet ce nouveau statut de l auto-entrepreneur ESSENTIEL L apport le plus important de la loi sur la modernisation de l économie est de donner un cadre de travail et un statut simplifié au petit entrepreneur. voté dans la loi de modernisation de l économie (LME) du 4 août 2008 (1), notamment grâce à des mesures qui facilitent la création de sa propre activité et le passage à l acte d entreprendre. L APPORT DE LA LOI LME Le statut de la très petite entreprise, ou de l auto-entrepreneur, comporte des dispositions à la fois en matière fiscale, sociale et juridique dont nous exposons ciaprès brièvement les principales. Augmentation des seuils des régimes micro Le régime des micro-entreprises dit «régime micro» est réservé aux entreprises individuelles, soumises à l impôt sur le revenu qui ne sont pas passibles de la TVA. Ce régime ne s applique pas : - aux sociétés, - aux associations, - aux marchands de biens, - aux lotisseurs, aux agents immobiliers, et certains constructeurs,

13 13 - aux entreprises qui ont une activité principale de location de matériels, - aux officiers publics et ministériels (huissiers, notaires ). Pour y être soumis, l entrepreneur doit remplir différentes conditions et en particulier, il ne doit pas avoir un chiffre d affaires qui excède les seuils actuellement fixés à ou Ces seuils seront augmentés à compter du 1 er janvier 2009 pour passer à et (voir encadré page 12). En cas de dépassement occasionnel de ces seuils de et , l entreprise reste placée sous le régime de la microentreprise, l année en cours du dépassement et l année suivante. Mais si l entreprise vient à dépasser un deuxième seuil fixé respectivement à ou ( ou jusqu au 31 décembre 2008), elle perd immédiatement le bénéfice du régime de la micro-entreprise à compter du 1 er jour du mois de dépassement. Elle devient alors passible des impôts traditionnels dans le cadre du régime de la déclaration contrôlée. Exemple: au cours de l année 2009, une entreprise de services artisanaux réalise des prestations pour un montant global de euros. Elle restera placée sous le régime de la micro-entreprise pour la fin de l année 2009 et pour l année 2010 si son CA au cours de ces deux années ne dépasse pas euros. En 2011, l artisan sera imposé selon le régime fiscal : - de la micro-entreprise si son CA dégagé en 2010 n excède pas euros, - du réel d imposition si son CA dégagé en 2010 a excédé euros. Si cet artisan dépasse à un moment quelconque un CA de , il perd immédiatement le régime de la micro-entreprise et devient passible des impôts traditionnels dans le cadre du régime réel de la déclaration contrôlée. (art. 2) Nous rappelons que lorsque les conditions du régime micro sont réunies, l entreprise bénéficie d obligations comptables et déclaratives simplifiées. Son bénéfice imposable est directement calculé à partir de ses recettes après un abattement de : - 71 % pour une activité de vente de marchandises, la restauration et l hébergement ; - 50 % pour une activité commerciale de services ; - 34 % pour une activité libérale. Régime du prélèvement libératoire A compter du 1 er janvier 2009, les petits entrepreneurs qui le souhaitent, pourront s acquitter d un versement libératoire fiscal et social unique, calculé sur le chiffre d affaires de l entreprise. Le versement pourra se faire trimestriellement ou mensuellement, au choix du contribuable. Ce mécanisme de prélèvement se substituera aux versements provisionnels et aux régularisa- MEMO PRINCIPALES MESURES DE LA LME - Nouveau régime du «micro-social» (art. 1 I) - Instauration d un versement libératoire d impôt sur le revenu (art. 1 II) - Relèvement des seuils du régime de la micro-entreprise voir encadré (art. 2 et 3) - Relèvement des seuils de la franchise de TVA pour les artistes-auteurs et avocats (art. 2 et 3) - Réévaluation des seuils du régime simplifié d imposition (art. 3) - Élargissement de la procédure de rescrit social pour les employeurs (art. 5) - Instauration du rescrit social pour les cotisations sociales des dirigeants (art. 5) - Élargissement du rescrit fiscal à toute matière fiscale et uniformisation du délai de réponse de l Administration (art. 5) - Instauration d un rescrit social dans le cadre des aides à l embauche (art. 7) - Immatriculation au RCS ou au RM remplacée par une déclaration au CFE (art. 8) - Renforcement de la présomption de non-salariat (art. 11)

14 14 DOSSIER DU MOIS LA LETTRE MENSUELLE DES AFFAIRES N OCTOBRE 2008 MEMO (SUITE) PRINCIPALES MESURES DE LA LME - Financement des actions de formation professionnelle et des frais de stage pour les créateurs et repreneurs d entreprises artisanales (art. 12) - Faculté d exercer une activité à son domicile situé dans un HLM (art. 13 VIII) - Simplification des conditions d exercice d une activité à son domicile sans changement d usage de locaux (art. 13 I) - Possibilité d exercer une activité à son domicile situé en rez-de-chaussée (art. 13 VII) - Rétablissement de la possibilité de donner une adresse de la domiciliation collective pour les entreprises individuelles (art. 8) - Amélioration de la protection du patrimoine personnel de l entrepreneur individuel (art. 14) - Extension de la procédure de surendettement aux cautions d une entreprise (art. 14 II) - Extension du statut de conjoint collaborateur aux personnes pacsées (art. 16 I) - Modification de la cotisation de formation professionnelle des conjoints (art. 17) tions des cotisations sociales ou d impôt sur le revenu avec un décalage d un an. Il sera calculé en fonction du chiffre d affaires réalisé en temps réel par l exploitant. Le taux de prélèvement se situera entre 13 % et 23 % en fonction de l activité exercée 2. Pour plus de précisions, voir la page 19. (art. 1) A compter du 1 er janvier 2009 Dispense d immatriculation de l activité Les personnes bénéficiant du régime social de la micro-entreprise qui souhaitent exercer, à titre principal ou accessoire, une activité commerciale ou artisanale, seront dispensées d immatriculation au Registre du commerce et des sociétés (RCS) ou au Répertoire des métiers (RM). Seule une déclaration au Centre de formalités des entreprises (CFE) est exigée. Les futurs artisans seront également dispensés du stage de préparation à l installation. (art. 8) Présomption de non-salariat Les personnes qui exercent une activité principale ou accessoire pour laquelle elles sont dispensées d immatriculation au RCS ou au RM (voir ci-avant), bénéficient d une présomption de nonsalariat. Cette présomption est très utile dans le cas ou l entrepreneur n a qu un client unique car elle lui permet de ne pas être accusé d employeur «au noir» systématiquement par l Administration sociale. Mais attention, cette présomption peut être combattue par cette administration. (art. 11) Obligations comptables Dans le régime de la micro-entreprise, l exploitant n est pas obligé de tenir une comptabilité commerciale complète avec un bilan et un compte de résultat. Il est seulement tenu de remplir un journal qui détaille ses recettes (montant et origine), et si c est un commerçant, un journal de ses achats. En revanche, il doit absolument conserver l ensemble des factures adressées à ses clients et ses pièces justificatives des achats. Ces documents doivent être présentés à toute réquisition de l Administration. (art. 9) Protection du patrimoine privé Les créanciers d une entreprise individuelle peuvent en cas de difficultés, saisir le patrimoine de l exploitant. Cette possibilité a été limitée à partir de 2004 en ce qui concerne la résidence principale de l exploitant en faisant une déclaration d insaisissabilité devant un notaire. Cette faculté peut, depuis le 6 août 2008, être utilisée pour protéger tous les biens fonciers appartenant à l exploitant et non

15 15 affectés à l exploitation ; que ces biens soient bâtis ou non bâtis. La renonciation à cette protection pourra être limitée à certains biens seulement, et à certains créanciers professionnels de l exploitant. La commission de surendettement des particuliers pourra être saisie par une personne qui s est portée caution d une dette engagée par une entreprise individuelle ou une société; y compris si cette personne n en est pas la dirigeante. (art. 14) Conjoint collaborateur Depuis le 6 août 2008, le statut du conjoint collaborateur qui permet notamment de pouvoir bénéficier de la couverture sociale et d ouvrir des droits à la retraite, est étendu aux personnes liées par un PACS. (art. 16) RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE Dispense de TVA Le micro-entrepreneur bénéficie d une franchise de TVA. Il ne facture pas de TVA, et ne fait aucune déclaration de TVA non plus. En contrepartie, il ne récupère pas la TVA qu il paie sur ses propres achats ou ses investissements. La taxe professionnelle Le micro-entrepreneur n est pas en principe dispensé du paiement de la taxe professionnelle. Il peut, selon les communes où il implante son activité, bénéficier d une exonération temporaire de taxe professionnelle de deux ans ou plus dans le cadre des mesures prises par les collectivités locales en matière d aménagement du territoire ; mais cette exonération ne dépasse pas cinq ans. Il doit dans tous les cas remplir, avant le 31 décembre de l année de début d activité, une déclaration provisoire de taxe professionnelle dans laquelle il se fait connaître aux services fiscaux concernés. Il ne souscrit pas en principe de déclaration de taxe professionnelle en cours d activité. Le montant de la taxe est chaque année déterminé par l Administration fiscale de manière forfaitaire en fonction notamment des éléments mentionnés sur la déclaration générale d impôt sur le revenu. Taxe sur les salaires Les employeurs qui bénéficient du régime «micro» sont exonérés de la taxe sur les salaires pour les rémunérations qu ils versent à leurs salariés. Ils restent redevable des charges sociales éventuellement exigibles dans le cadre du droit commun, c est-à-dire s ils ne profitent pas d aides particulières à l emploi comme c est le cas à l occasion de la conclusion de nombreux contrats aidés. 1. Loi n ; JO du 5 août Taux fixé par décret non encore publié à la date de la rédaction.

16 16 FISCAL & vous LA LETTRE MENSUELLE DES AFFAIRES N OCTOBRE 2008 Trajet domicile - lieu de travail Les frais exposés pour le trajet entre le domicile et le lieu de travail sont déductibles. Mais les conditions de cette déduction sont différentes selon que ce trajet excède ou non 40 km. ESSENTIEL Lorsque le salarié ou son conjoint est propriétaire du véhicule utilisé, il peut utiliser le barème kilométrique annuellement publié par l Administration. CONCUBINAGE S il vit en situation de concubinage stable et continu, le salarié peut déduire ses frais de trajet entre le domicile et le lieu de travail, dans les mêmes conditions que les couples mariés. Lorsqu un salarié estime que le montant de ses frais professionnels est supérieur, pour une année donnée, au montant de la déduction forfaitaire de 10 % dont il peut bénéficier, il est autorisé à justifier du montant de ses frais réels. Ce choix du régime des frais réels peut être effectué lors de la souscription de la déclaration d ensemble des revenus. Il peut aussi être exercé par voie de réclamation par la suite en écrivant au contrôleur qui gère son dossier, ou dans le cadre d un contrôle fiscal. Lorsqu elle est exercée, l option pour le régime des frais réels est exclusive de la déduction forfaitaire de 10 %. De plus, l option pour les frais réels est globale au titre de l année d imposition : elle s applique à l ensemble des revenus, y compris le cas échéant des droits d auteurs, imposés dans la même catégorie que celle des salaires. Un salarié qui opte pour les frais réels peut déduire le montant réel des frais de transport entre le domicile et le lieu de travail si cette distance n excède pas 40 km (ou 80 km aller-retour). Il suffit qu il soit en mesure de justifier à la demande du fisc, de la réalité de chacun des trajets qui ont été parcourus au cours de l année. Le nombre de kilomètres déclaré peut être justifié par exemple à partir du nombre de jours travaillés, d une attestation de l employeur qui indique que le salarié utilise sa voiture pour se rendre le matin à son travail, et de la constatation du kilométrage au compteur du véhicule noté par le garagiste au moment des révisions. Lorsque la distance qui sépare le domicile du lieu de travail est supérieure à 40 km, la déduction

17 17 est admise dans les mêmes conditions que pour les 40 premiers kilomètres. Pour bénéficier de la déduction au-delà de ces 40 premiers kilomètres, le salarié doit démontrer que cet éloignement est dicté par des circonstances particulières sans rapport avec la convenance personnelle. Ces circonstances peuvent être liées par exemple : à la localisation du nouveau poste occupé par le salarié : - en raison de difficultés à trouver un nouvel emploi à proximité de son domicile habituel, ou à la suite d un licenciement, - pour un nouvel emploi précaire. à la mobilité de l emploi exercé. à un emploi résultant d une mutation géographique. à la situation personnelle du salarié qui n est pas en mesure de déménager son ancien domicile pour se rapprocher de son nouveau lieu de travail. Cette circonstance peut résulter par exemple : - de l exercice d une activité professionnelle du conjoint (marié, pacsé) à proximité de l ancien domicile, empêchant le couple de déménager, - de l état de santé d un membre de la famille qui oblige à conserver le premier domicile, - de la scolarisation des enfants à l ancienne adresse. à l exercice de fonctions électives au sein d une collectivité locale au lieu de la résidence principale. exceptionnellement, au prix d un logement à proximité du lieu de travail qui serait hors de proportion avec les revenus du salarié. Le contribuable ne peut déduire qu un seul aller-retour par jour, sauf s il peut faire état de contraintes particulières qui justifient un double aller-retour, telles que des problèmes personnels de santé l obligeant à rentrer déjeuner chez lui ou des horaires de travail atypiques. Le montant des frais déductibles liés à l utilisation du véhicule comprend la dépréciation effectivement subie par le véhicule au cours de l année d imposition, les frais d entretien, de carburant, de réparations, d assurances, de garage, etc. Lorsque le salarié, ou son conjoint, est propriétaire du véhicule utilisé, il peut utiliser le barème kilométrique annuellement publié par l Administration. S il se sert d un véhicule financé à crédit, il peut utiliser le barème kilométrique dès lors qu il est propriétaire du véhicule qu il utilise effectivement pour ses déplacements professionnels. Il peut déduire en plus les intérêts annuels afférents au crédit, au prorata de l utilisation professionnelle du véhicule. Lorsque le salarié utilise un véhicule pris en location, il peut déduire le prix de la location au prorata de l utilisation professionnelle, ainsi que les frais de carburant correspondants selon le barème forfaitaire; les autres dépenses (frais de réparations ou de garage, par exemple) sont retenues pour leur montant réel à concurrence de l utilisation professionnelle du véhicule.

18 18 FISCAL LA LETTRE MENSUELLE DES AFFAIRES N OCTOBRE 2008 Intéressement des chefs d entreprise Il est possible depuis le 1 er janvier 2007 de déduire fiscalement dans les comptes de l entreprise, les sommes attribuées à un chef d entreprise dans le cadre de l intéressement affecté à un plan d épargne salariale. ESSENTIEL Pour 2008, le montant déductible de l intéressement versé aux chefs d entreprise est limité à , soit à la moitié du plafond de la sécurité sociale qui s élève à PLAN D ÉPARGNE ENTREPRISE Les sommes attribuées dans le cadre de l intéressement doivent être versées dans un plan d épargne dans un délai maximum de quinze jours à compter de la date à laquelle elles ont été perçues. Si ce délai est dépassé, l entreprise ne peut bénéficier d aucune déduction au titre des sommes attribuées. L article L du Code du travail (1) avait accordé la possibilité aux chefs d entreprise, ou, aux présidents directeurs généraux, gérants ou membres du directoire de personnes morales, de bénéficier des avantages d un accord d intéressement. Cette mesure concernait les entreprises qui employaient au plus 100 salariés. Elle pouvait s appliquer au conjoint du chef d entreprise s il avait le statut de conjoint collaborateur ou de conjoint associé. Toutefois, les sommes versées n étaient pas déductibles pour la détermination du bénéfice imposable (art. L du Code du travail). L article L du Code du travail (2) a complété cette mesure en prévoyant que les sommes versées au titre de l intéressement à ces responsables d entreprises sont désormais déductibles du bénéfice imposable de l entreprise. Les sommes attribuées dans le cadre de l intéressement et affectées à un plan d épargne sont déductibles du bénéfice imposable dans la limite d un plafond égal à la moitié du plafond annuel moyen retenu pour le calcul des cotisations de Sécurité sociale. Pour les entreprises dont l exercice ne coïncide pas avec l année civile, le plafond de Sécurité sociale à retenir est celui de l année au cours de laquelle l exercice comptable, au titre duquel l intéressement est attribué, est clos. Instr. adm. du 5 août 2008; BOI n 4 N Issu de l art. 36 de la loi n du 26 juillet 2005 sur la confiance et la modernisation de l économie. 2. Issu de l art. 6, 2 e alinéa de la loi du 30 décembre 2006 pour le développement de la participation et de l actionnariat salarié et portant diverses dispositions d ordre économique et social (loi dite «DPAS»).

19 FISCAL LA LETTRE MENSUELLE DES AFFAIRES N OCTOBRE Prélèvement fiscal et social La LME a créé un régime de micro-taxation pour les TPE qui souhaitent échapper aux formalités administratives. Cette simplification consiste en un prélèvement forfaitaire libératoire fiscal et social basé sur le CA de l entreprise. TAUX DU PRÉLÈVEMENT Le montant global mensuel ou trimestriel du prélèvement se décompose en deux parties : - un pourcentage affecté aux cotisations sociales personnelles : selon l activité exercée, entre 12 % et 21,3 % du CA réalisé au cours du mois ou du trimestre ; - un pourcentage affecté à l impôt sur le revenu : selon l activité exercée, entre 1 % et 2,20 % du CA réalisé au cours du mois ou du trimestre. La loi de modernisation de l économie a mis en place un mécanisme de prélèvement libératoire fiscal et social pour les auto-entrepreneurs. L auto-entrepreneur qui le souhaite, pourra à compter du 1 er janvier 2009, choisir de payer un forfait mensuel ou trimestriel dont le montant global variera entre 13 % et 24 % de son chiffre d affaires, en fonction de la nature de l activité exercée 1 (voir encart ci-contre). Ce forfait vaudra paiement définitif de l impôt sur le revenu et des cotisations sociales de l exploitant. Le prélèvement est calculé et versé périodiquement sur le chiffre d affaires mensuel ou trimestriel de l entreprise. L option prévue est adressée au bureau du régime social des indépendants (RSI) au plus tard le 31 décembre de l année précédant celle au titre de laquelle elle est exercée et, en cas de création ESSENTIEL Grâce au système de prélèvement libératoire, les créateurs d entreprises peuvent : - connaître à l avance le montant des charges sociales et fiscales liées à leur activité et s en acquitter en temps réel; - calculer plus facilement leur prix de revient; - ne rien payer et ne rien déclarer pour une période où ils n ont pas d activité; - cesser leur activité, sans avoir à supporter un arriéré fiscal et social. d activité, au plus tard le dernier jour du troisième mois qui suit celui de la création; cette option s appliquera tant que les conditions sont remplies par l entreprise et tant qu elle n a pas été expressément dénoncée. Peuvent opter pour le prélèvement, les entrepreneurs individuels : - soumis au régime fiscal de la micro-entreprise, - et dont le revenu fiscal au titre de l avant dernière année est inférieur à un certain seuil qui est déterminé en fonction de leur situation familiale. Loi de modernisation de l économie du 4 août 2008, art Un décret qui n a pas été publié au moment où nous écrivons ces lignes confirmera les taux du prélèvement.

20

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée La loi n 2010-658 du 15 juin 2010 relative à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL) : l essentiel à retenir pour procéder au dépôt de la déclaration d affectation du patrimoine auprès

Plus en détail

L autoentrepreneur P005. www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent

L autoentrepreneur P005. www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie JURIDIQUE / AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE / FISCAL Date : 24/04/2009 N Juridique : 21.09 N Affaires sociales : 22.09 N Fiscal : 15.09

Plus en détail

Généralisation des mutuelles santé

Généralisation des mutuelles santé Date de mise à jour : juin 2013 Généralisation des mutuelles santé La loi instaure une couverture complémentaire santé minimale obligatoire pour tous les salariés du secteur privé d ici au 1 janvier 2016.

Plus en détail

Le Statut Auto-Entrepreneur

Le Statut Auto-Entrepreneur Le Statut Auto-Entrepreneur Le Statut Auto-Entrepreneur en 10 points http://www.declaration-auto-entrepreneur.com L auto-entrepreneur est caractérisé par différents points clés. Lorsque l ont décide de

Plus en détail

Dispositif auto-entrepreneur : comment ça marche?

Dispositif auto-entrepreneur : comment ça marche? Dispositif auto-entrepreneur : comment ça marche? Salon Micro entreprise Octobre 2015 Le régime auto-entrepreneur Au sommaire Le dispositif, conditions, principes L adhésion Les cotisations, déclaration

Plus en détail

Le Guide de l Auto-Entrepreneur

Le Guide de l Auto-Entrepreneur Le Guide de l Auto-Entrepreneur Le statut d auto-entrepreneur en bref Créé en 2009, le statut d auto-entrepreneur permet la création d une entreprise simplifiée (régime social et fiscal, formalités, exonération

Plus en détail

AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 CHAPITRE I ER

AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 CHAPITRE I ER MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel CAISSE D ÉPARGNE AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 À L ACCORD DU 24 NOVEMBRE 2005 RELATIF AUX FRAIS DE SOINS DE

Plus en détail

ACCORD RELATIF A LA MUTATION GEOGRAPHIQUE A L INITIATIVE DE L EMPLOYEUR

ACCORD RELATIF A LA MUTATION GEOGRAPHIQUE A L INITIATIVE DE L EMPLOYEUR ACCORD RELATIF A LA MUTATION GEOGRAPHIQUE A L INITIATIVE DE L EMPLOYEUR PREAMBULE La loi n 2010-854 du 23 juillet 2010 relative aux réseaux consulaires, au commerce, à l artisanat et aux services a prévu

Plus en détail

Choisir le régime de l autoentrepreneur

Choisir le régime de l autoentrepreneur MAI 2015 ENTREPRENEURS N 5 ENTREPRENDRE LES MINI-GUIDES BANCAIRES lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Choisir le régime de l autoentrepreneur Ce mini-guide vous est offert

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

LES NOUVELLES MESURES RELATIVES À

LES NOUVELLES MESURES RELATIVES À LES NOUVELLES MESURES RELATIVES À L AUTO-ENTREPRENEUR, L EIRL ET LES ARTISANS Salon des entrepreneurs de PARIS 5 février 2015 MESURES RELATIVES À L AUTO- ENTREPRENEUR Pour rappel L auto-entrepreneur est

Plus en détail

L Entrepreneur Individuel (E.I.R.L)

L Entrepreneur Individuel (E.I.R.L) L Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée (E.I.R.L) L EIRL Définition L EIRL : Pourquoi? Comment? Mise en garde Formalités Coûts des formalités Régime fiscal Définition Régime social Avantages

Plus en détail

Avenant n 2 à l Accord Collectif National relatif aux frais de soins de santé du 24 novembre 2005 du 25.10.2011

Avenant n 2 à l Accord Collectif National relatif aux frais de soins de santé du 24 novembre 2005 du 25.10.2011 Avenant n 2 à l Accord Collectif National relatif aux frais de soins de santé du 24 novembre 2005 du 25.10.2011 Chapitre 1 : Champ d application et objet de l accord Le présent accord s applique à l ensemble

Plus en détail

Statuts du conjoint(e) du chef d entreprise artisanale Fiche relative au statut de conjoint collaborateur

Statuts du conjoint(e) du chef d entreprise artisanale Fiche relative au statut de conjoint collaborateur Statuts du conjoint(e) du chef d entreprise artisanale Fiche relative au statut de conjoint collaborateur (Loi 2005-882 du 2 Août 2005 et décret 2006-966 du 1 er août 2006) Entrée en vigueur le 4 AOUT

Plus en détail

L AUTO - ENTREPRENEUR

L AUTO - ENTREPRENEUR L AUTO - ENTREPRENEUR Présenté par le CGAHDF Y. GRANIER et M. VILLERS 15 Avril 2009 Y.GRANIER - M. VILLERS 1 Qui peut le devenir? Tous les Français à titre principal ou accessoire Les salariés, les chômeurs,

Plus en détail

Sur la base de La loi de Modernisation de l Economie (LME) n 2008-776 du 4 août 2008 publiée au journal officiel du 5 août 2008.

Sur la base de La loi de Modernisation de l Economie (LME) n 2008-776 du 4 août 2008 publiée au journal officiel du 5 août 2008. J28 Sur la base de La loi de Modernisation de l Economie (LME) n 2008-776 du 4 août 2008 publiée au journal officiel du 5 août 2008. Le statut de l auto entrepreneur : L article 8 de la Loi institue le

Plus en détail

AVENANT N (XX) A L ACCORD DE PARTICIPATION

AVENANT N (XX) A L ACCORD DE PARTICIPATION AVENANT N (XX) A L ACCORD DE PARTICIPATION Ce document est fourni à titre indicatif et doit être soumis à votre conseiller juridique habituel qui le complètera de toutes les spécificités propres à votre

Plus en détail

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE COMPLEMENTAIRE SUR UN SALAIRE A TEMPS PLEIN Ludivine LEROUX, juriste au sein des équipes du pôle Veille d ADP, nous propose une lecture synthétique des

Plus en détail

1. Censure constitutionnelle de la contribution exceptionnelle sur les hauts revenus CEHR

1. Censure constitutionnelle de la contribution exceptionnelle sur les hauts revenus CEHR Information Rappel : Cette newsletter a pour objectif d attirer votre attention sur des points d actualité, des nouvelles dispositions légales et des lacunes éventuelles dans votre exploitation sur lesquelles

Plus en détail

Rachat partiel, Rachats partiels programmés et Rachat total

Rachat partiel, Rachats partiels programmés et Rachat total Code Courtier/CGPI :... Rachat partiel, Rachats partiels programmés et Rachat total Nom du contrat/adhésion... N... Veillez à ce que les renseignements donnés soient clairs et complets. Complétez les informations

Plus en détail

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité.

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité. Modèle de contrat de travail à durée indéterminée 2 e modèle normal Entre : l association..... représentée par M. (le président)... d une part, et : M. demeurant.. d autre part, IL A ETE CONVENU CE QUI

Plus en détail

LES ACTES DE MEDECINE ET DE CHIRURGIE ESTHETIQUE SOUMIS A LA TVA

LES ACTES DE MEDECINE ET DE CHIRURGIE ESTHETIQUE SOUMIS A LA TVA 1 LES ACTES DE MEDECINE ET DE CHIRURGIE ESTHETIQUE SOUMIS A LA TVA Depuis le 1 er octobre 2012, les actes de médecine et de chirurgie esthétique non remboursés par la sécurité sociale sont soumis à la

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs de biens, sociétés immobilières,

Plus en détail

Bien choisir son statut : la personnalisation est essentielle. Animé par : Aurélien DEMAURE

Bien choisir son statut : la personnalisation est essentielle. Animé par : Aurélien DEMAURE Bien choisir son statut : la personnalisation est essentielle Animé par : Aurélien DEMAURE Le cadre juridique L entreprise en nom propre L EIRL La société Les critères à retenir Le régime fiscal de l entrepreneur

Plus en détail

LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE?

LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE? LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE? CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR En pratique, le régime de la micro-entreprise est un régime fiscal simplifié pouvant s appliquer à tous les exploitants individuels,

Plus en détail

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de DELEGATION DE CREANCE D UN CONTRAT D ASSURANCE VIE RACHETABLE Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Ci-après dénommé «le Délégant», Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de Ci-après

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

AUTO-ENTREPRENEUR ET PORTAGE SALARIAL L AUTO-ENTREPRENEUR

AUTO-ENTREPRENEUR ET PORTAGE SALARIAL L AUTO-ENTREPRENEUR AUTO-ENTREPRENEUR ET PORTAGE SALARIAL L AUTO-ENTREPRENEUR 1 LE REGIME C est un nouveau régime plus simplifié pour exercer une activité indépendante Ce n est pas un nouveau statut juridique car un auto-entrepreneur

Plus en détail

Réunion d information : «L auto-entrepreneur : C est quoi? Comment ça marche? C est pour qui?» Version du 28 janvier 2011 Mise à jour du 9 juin 2011

Réunion d information : «L auto-entrepreneur : C est quoi? Comment ça marche? C est pour qui?» Version du 28 janvier 2011 Mise à jour du 9 juin 2011 Réunion d information : «L auto-entrepreneur : C est quoi? Comment ça marche? C est pour qui?» Version du 28 janvier 2011 Mise à jour du 9 juin 2011 1 Intervenante: Marion BRIOUDES Centre de Formalités

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

Impôts 2015. Frais professionnels des salariés

Impôts 2015. Frais professionnels des salariés Impôts 2015 Frais professionnels des salariés Salariés Vos dépenses professionnelles sont prises en compte pour le calcul de votre impôt sur le revenu. Une déduction forfaitaire de 10 % est automatiquement

Plus en détail

Réunion d'information 1

Réunion d'information 1 Réunion d'information 1 Introduction Auto-entrepreneur = Immatriculation simplifiée et gratuite + Dispense de collecte de TVA + Régime micro-social simplifié + Sur option : régime micro-fiscal simplifié

Plus en détail

L auto-entrepreneur. Les éléments clés 13/11/14 2

L auto-entrepreneur. Les éléments clés 13/11/14 2 13/11/14 1 L auto-entrepreneur Les éléments clés 13/11/14 2 Hervé ROBERT CMAR BN INTERVENANTS Maître BARUFFOLO Avocat 13/11/14 3 Sommaire Les conditions d accès au régime Les formalités de déclaration

Plus en détail

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015 MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Récapitulatif des formalités à respecter Rédiger le document formalisant la Décision Unilatérale. Pour vous aider

Plus en détail

DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE»

DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE» DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE» Document remis à chaque salarié, pour la mise en place de garanties collectives couvrant les frais médicaux. Préambule

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3271 Convention collective nationale IDCC : 1631. HÔTELLERIE DE PLEIN AIR (5 e édition. Novembre 2004) ACCORD

Plus en détail

Le RSA pour les non-salariés non-agricoles (travailleurs indépendants) Conditions de droit

Le RSA pour les non-salariés non-agricoles (travailleurs indépendants) Conditions de droit Le RSA pour les non-salariés non-agricoles (travailleurs indépendants) Conditions de droit Le RSA vise à améliorer les revenus d activité en les complétant jusqu à atteindre un niveau de revenu garanti

Plus en détail

Chapitre 1 : Le choix d une STRUCTURE JURIDIQUE

Chapitre 1 : Le choix d une STRUCTURE JURIDIQUE Thème 2 : Les structures et les organisations DROIT Chapitre 1 : Le choix d une STRUCTURE JURIDIQUE Compétences : - Identifier les motivations du ou des créateur (s) - Justifier le choix d une structure

Plus en détail

Et les organisations syndicales représentatives signataires ci-dessous, PREAMBULE

Et les organisations syndicales représentatives signataires ci-dessous, PREAMBULE Accord AXA Assurances du 8 juillet 2002 relatif à la Prévoyance et aux Frais de Santé des salariés de l Etablissement AXA Assurances de l Île de la Réunion Entre les sociétés AXA Assurances IARD SA et

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Ordonnance n o 2015-380 du 2 avril 2015 relative au portage salarial

Plus en détail

DOMICILIATION DES ENTREPRISES ET EXERCICE DE L'ACTIVITE CHEZ SOI

DOMICILIATION DES ENTREPRISES ET EXERCICE DE L'ACTIVITE CHEZ SOI DOMICILIATION DES ENTREPRISES ET EXERCICE DE L'ACTIVITE CHEZ SOI 30/01/2014 La domiciliation de l entreprise, correspond à l adresse administrative de l entreprise, qui doit être déclarée au CFE (Centre

Plus en détail

L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil

L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013 L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée 2 Nouveautés À qui s adresse se statut d EIRL? Quelle procédure accomplir?

Plus en détail

- Loi de finances pour 2016. - Loi de finances rectificative pour 2015

- Loi de finances pour 2016. - Loi de finances rectificative pour 2015 Nouvelles mesures Plus d informations sur www.apce.com Loi de finances pour 2016 Loi n 20151785 du 29 décembre 2015, Journal officiel du 30 décembre 2015 Loi de finances rectificative pour 2015 Loi n 20151786

Plus en détail

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la DROIT ECONOMIQUE LE DROIT DE L AGENT COMMERCIAL AU VERSEMENT D UNE INDEMNITE DE RUPTURE : REVUE DE LA JURISPRUDENCE RECENTE Stéphanie YAVORDIOS Février 2011 En préambule, le versement d une indemnité de

Plus en détail

Artisans, commerçants et professions libérales. L auto-entrepreneur. Édition 2010

Artisans, commerçants et professions libérales. L auto-entrepreneur. Édition 2010 Artisans, commerçants et professions libérales Édition 2010 2 Qui peut devenir auto-entrepreneur? Ce statut permet à toute personne de créer, avec des formalités de déclaration simplifiée, une entreprise

Plus en détail

L auto-entrepreneur. Artisans, commerçants et professions libérales. Édition 2010

L auto-entrepreneur. Artisans, commerçants et professions libérales. Édition 2010 Vous êtes artisan ou commerçant, le RSI est votre interlocuteur social unique pour toute votre protection sociale personnelle obligatoire. Vous exercez une profession libérale, le RSI gère votre assurance

Plus en détail

2.2. Les impôts et taxes PARTIE 2

2.2. Les impôts et taxes PARTIE 2 2.2 Les impôts et taxes PARTIE 2 L avis de l expert-comptable La plupart des taxes sont dues à partir d un certain seuil d effectif (avec une période de franchise totale de 3 ans puis partielle : formation

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Artisans, industriels, commerçants Le statut de votre conjoint Édition février 2015 Sommaire 03 Un statut obligatoire 04 Quel statut et quels droits pour votre conjoint? 06 Quelles cotisations? 08 Calcul

Plus en détail

Pégase 3 Déblocage de la participation et de l intéressement. Dernière révision le 18/01/2006. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.

Pégase 3 Déblocage de la participation et de l intéressement. Dernière révision le 18/01/2006. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas. Pégase 3 Déblocage de la participation et de l intéressement Dernière révision le 18/01/2006 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Prime exceptionnelle sur l intéressement 2004...3 Deux

Plus en détail

Frais professionnels : barèmes fiscaux des indemnités kilométriques 2015

Frais professionnels : barèmes fiscaux des indemnités kilométriques 2015 les infos DAS - n 046 17 mars 2015 Frais professionnels : barèmes fiscaux des indemnités kilométriques 2015 L arrêté du 26 février 2015 (JO du 28 février 2015) fixe les barèmes fiscaux des indemnités kilométriques

Plus en détail

Le régime MICRO-ENTREPRENEUR

Le régime MICRO-ENTREPRENEUR Le régime MICRO-ENTREPRENEUR Françoise HARRIAGUE Pôle Guichet Unique Janvier 2015 Devient le MICRO-ENTREPRENEUR La loi relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises Du 18 juin 2014

Plus en détail

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR Source : site Internet de l agence pour la création d entreprise (APCE) : http://www.apce.com/ SOMMAIRE : 1.

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3175 Convention collective nationale IDCC : 1909. ORGANISMES DE TOURISME

Plus en détail

Le CFE et les formalités de création d entreprise. Séverine MARSAUD CCIT de Montpellier

Le CFE et les formalités de création d entreprise. Séverine MARSAUD CCIT de Montpellier Le CFE et les formalités de création d entreprise Séverine MARSAUD CCIT de Montpellier Introduction La formalisation de la création d entreprise ou de la société constitue l étape ultime mais indispensable

Plus en détail

La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts

La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR A l origine, la Société par Actions Simplifiée (SAS) a été créée (par la loi n 94-1 du 13 novembre

Plus en détail

LOI N 2010-658 DU 15 JUIN 2010 RELATIVE A

LOI N 2010-658 DU 15 JUIN 2010 RELATIVE A 5 juillet 2010 Service Juridique LOI N 2010-658 DU 15 JUIN 2010 RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (E.I.R.L.) (J.O. du 16 juin) Présentée comme une réforme fondamentale pour

Plus en détail

LES DELEGUES SYNDICAUX

LES DELEGUES SYNDICAUX LES DELEGUES SYNDICAUX Chaque syndicat représentatif dans une entreprise ou un établissement de 50 salariés ou plus peut désigner un délégué syndical (DS). Nommé pour une durée indéterminée, le délégué

Plus en détail

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse Les Nouvelles Prérogatives des IRP Synthèse Renforcement de l information et de la consultation des RP sur les orientations stratégiques de l entreprise. Délais de consultation des RP encadrés, en contrepartie.

Plus en détail

Statut des conjoint(es) de chef d entreprise artisanale Fiche relative à l auto-entrepreneur

Statut des conjoint(es) de chef d entreprise artisanale Fiche relative à l auto-entrepreneur Statut des conjoint(es) de chef d entreprise artisanale Fiche relative à l auto-entrepreneur Attention, l auto-entrepreneur n est pas une forme juridique d exercice d une activité mais simplement un mode

Plus en détail

LA MICRO-ENTREPRISE. Les éléments clés. 19 novembre 2015 ------------------------------ Centre de Congrès > CAEN

LA MICRO-ENTREPRISE. Les éléments clés. 19 novembre 2015 ------------------------------ Centre de Congrès > CAEN LA MICRO-ENTREPRISE Les éléments clés INTERVENANT Stéphane HERVE CMAR BN SOMMAIRE Les conditions d accès au régime Les formalités de déclaration Les principes du régime de la micro-entreprise Les principes

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2011/26/06 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

Le statut de l auto-entrepreneur

Le statut de l auto-entrepreneur Artisans, commerçants et professions libérales Le statut de l auto-entrepreneur Édition 2009 2 Le statut de l auto-entrepreneur Qui peut devenir auto-entrepreneur? Ce statut permet à toute personne de

Plus en détail

Dossier 2 :La création d entreprise

Dossier 2 :La création d entreprise Dossier :La création d entreprise Corrigé Activité 1 : Les étapes de la création d entreprise 1. D après le document 1, par quelles étapes Philippe est-il passé pour créer son entreprise? Philippe est

Plus en détail

ACCORD COLLECTIF D ENTREPRISE RELATIF AU SYSTEME DE GARANTIES COLLECTIVES DE FRAIS DE SANTE

ACCORD COLLECTIF D ENTREPRISE RELATIF AU SYSTEME DE GARANTIES COLLECTIVES DE FRAIS DE SANTE ACCORD COLLECTIF D ENTREPRISE RELATIF AU SYSTEME DE GARANTIES COLLECTIVES DE FRAIS DE SANTE 1 er Janvier 2007 1 ENTRE : Entre la Société GrandOptical France dont le siège social est situé 18, parc Ariane

Plus en détail

Les différents régimes fiscaux : micro entreprise, réel normal, réel simplifié (mini réel)

Les différents régimes fiscaux : micro entreprise, réel normal, réel simplifié (mini réel) Les différents régimes fiscaux : micro entreprise, réel normal, réel simplifié (mini réel) Public concerné : Tout public Descriptif : Il existe trois régimes d'imposition : la micro entreprise, le réel

Plus en détail

ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET)

ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) ENTRE LES SOUSSIGNES : L'Office International de l'eau, Association loi 1901, dont le siège social est situé 21 rue de Madrid 75008 PARIS, immatriculée

Plus en détail

FISCAL. Loi sur le commerce, l artisanat et les TPE : les principes du statut auto-entrepreneur sauvegardés. Note d information du mois de juin 2014

FISCAL. Loi sur le commerce, l artisanat et les TPE : les principes du statut auto-entrepreneur sauvegardés. Note d information du mois de juin 2014 Note d information du mois de juin 2014 FISCAL Loi sur le commerce, l artisanat et les TPE : les principes du statut auto-entrepreneur sauvegardés La loi sur le commerce, l artisanat et les TPE a été adoptée

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Suppression d avantage Particuliers : quelques projets Un seuil relevé BTP intempéries

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Suppression d avantage Particuliers : quelques projets Un seuil relevé BTP intempéries EXTRAITS DU N 45 NOVEMBRE 2010 Gestion & Actualité La note d information du CGL SOMMAIRE Page 2 Page 3 Page 4 Suppression d avantage Particuliers : quelques projets Un seuil relevé BTP intempéries Des

Plus en détail

Régime de garanties collectives obligatoires. Remboursement des frais de santé au personnel salarié.

Régime de garanties collectives obligatoires. Remboursement des frais de santé au personnel salarié. Direction des Ressources Humaines Direction de l'economie RH et des Ressources Destinataires Tous services Contact GASPAR Emilia Tél : Fax : E-mail : Date de validité A partir du 1 er ' janvier 2009 Régime

Plus en détail

II.3. Apprentissage Action : Aides individuelles aux apprentis

II.3. Apprentissage Action : Aides individuelles aux apprentis II.3. Apprentissage Action : Aides individuelles aux apprentis OBJECTIFS Aider les apprentis et les jeunes assimilés aux apprentis suivant une formation dans les Centres de Formation d Apprentis (CFA)

Plus en détail

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR portant sur 365.600 actions 1000mercis en vue de la réduction de son capital social Prix de l offre : 25 par action 1000mercis Durée de l offre : du 16 avril

Plus en détail

en10 points L entrepreneur individuel à responsabilité limitée

en10 points L entrepreneur individuel à responsabilité limitée L entrepreneur individuel à responsabilité limitée en10 points Frédéric LEFEBVRE, Secrétaire d État chargé du Commerce, de l Artisanat, des Petites et Moyennes Entreprises, du Tourisme, des Services, des

Plus en détail

N 2009 / 026 22/04/2009

N 2009 / 026 22/04/2009 N 2009 / 026 22/04/2009 Origine : Direction des Retraites, du Recouvrement, des Clients et de l Animation du Réseau (DIRRCA) : Direction du Recouvrement Contact : N. SELLIER Nicole.sellier@le-rsi.fr E.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Décret n o 2010-1776 du 31 décembre 2010 relatif à l assurance volontaire vieillesse et invalidité et au rachat

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

Vous conseiller pour les démarches clés

Vous conseiller pour les démarches clés Vous conseiller pour les démarches clés Les principales formalités DANS LES 48 H DANS LA SEMAINE DANS LE MOIS DANS LES 6 MOIS Faire la déclaration de décès au service de l Etat Civil de la mairie pour

Plus en détail

Le délégué syndical. Document SPIF-CFTC (extrait de travail.gouv.fr) fiche n 1 Page 1

Le délégué syndical. Document SPIF-CFTC (extrait de travail.gouv.fr) fiche n 1 Page 1 Le délégué syndical Chaque syndicat représentatif dans une entreprise ou un établissement d au moins 50 salariés peut désigner un délégué syndical (DS). Nommé pour une durée indéterminée, le délégué syndical

Plus en détail

L indispensable à la croissance de votre entreprise LE VRP MULTICARTE! Petit aujourd hui forcément grand demain CCVRP

L indispensable à la croissance de votre entreprise LE VRP MULTICARTE! Petit aujourd hui forcément grand demain CCVRP CCVRP 7 et 9 rue Frédérick-Lemaître 75971 PARIS CEDEX 20 Téléphone : 01 40 33 77 77 Télécopie : 01 47 97 75 44 Site : www.ccvrp.com Mail : accueil@ccvrp.com Petit aujourd hui forcément grand demain Organisme

Plus en détail

MARS 2015 - DIJON - Jean-Pierre MASSON. L auto-entrepreneur

MARS 2015 - DIJON - Jean-Pierre MASSON. L auto-entrepreneur L auto-entrepreneur Qu'est-ce qu'un auto-entrepreneur? C'est une personne physique qui souhaite créer une entreprise individuelle pour exercer une activité commerciale, artisanale ou libérale, à titre

Plus en détail

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié N 50729#02 L invention de salarié REPèREs Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié titre chapitre L invention de salarié Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de

Plus en détail

Actualité Juridique Épargne Salariale

Actualité Juridique Épargne Salariale Actualité Juridique Épargne Salariale PRIME DE PARTAGE DES PROFITS - ACCORDS D INTÉRESSEMENT D UN AN La loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la Sécurité sociale pour 2011 a

Plus en détail

Les congés payés. Synthèse

Les congés payés. Synthèse Les congés payés Synthèse Tout salarié a droit chaque année à un congé payé à la charge de l employeur. Chaque mois de travail ouvre droit à un congé de 2,5 jours ouvrables. C est l employeur qui organise,

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Article 1 : Objet Les présentes conditions générales de vente ont pour objet de définir les conditions de mise à disposition par Free au profit d un annonceur

Plus en détail

Représentation du personnel

Représentation du personnel Représentation du personnel Lorsqu ils sont salariés ou mis à la disposition d une entreprise, les pluriactifs et les saisonniers font partie du personnel, dont la représentation est assurée par trois

Plus en détail

Accord collectif national sur la mobilité inter-entreprises du 25.06.04

Accord collectif national sur la mobilité inter-entreprises du 25.06.04 Accord collectif national sur la mobilité inter-entreprises du 25.06.04 Préambule La mobilité inter-entreprises répond aux objectifs suivants : - Développer l identité collective en constituant un facteur

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL 1. POURQUOI? Ce nouveau statut vient répondre à la principale préoccupation des entrepreneurs en nom propre

Plus en détail

DOCUMENT 1 MODELE D ACCORD COLLECTIF D ENTREPRISE (REGIME DE RETRAITE A COTISATIONS DEFINIES)

DOCUMENT 1 MODELE D ACCORD COLLECTIF D ENTREPRISE (REGIME DE RETRAITE A COTISATIONS DEFINIES) DOCUMENT 1 MODELE D ACCORD COLLECTIF D ENTREPRISE (REGIME DE RETRAITE A COTISATIONS DEFINIES) ENTRE LES SOUSSIGNES : La Société/L Entreprise.., dont le siège social est situé., immatriculée au RCS de sous

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs

Plus en détail

N XXX ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE. Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le XXXX 2013.

N XXX ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE. Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le XXXX 2013. N XXX ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le XXXX 2013. PROPOSITION DE LOI visant à réintroduire la défiscalisation

Plus en détail

Info «travailleur indépendant»

Info «travailleur indépendant» Info «travailleur indépendant» Quels sont les avantages et les inconvénients pour une structure (client) de faire appel à un travailleur indépendant? L équipe permanente est forcément limitée en nombre

Plus en détail

KIT DE L AUTO-ENTREPRENEUR

KIT DE L AUTO-ENTREPRENEUR KIT DE L AUTO-ENTREPRENEUR ATTENTION! LE PROJET DE LOI DE MODERNISATION DE L¹ÉCONOMIE ÉTANT EN COURS DE DISCUSSION DEVANT L¹ASSEMBLÉE NATIONALE ET LE SÉNAT, LA COMPOSITION DU KIT DE L¹AUTO-ENTREPRENEUR

Plus en détail

CONTRAT DE MANDATAIRE

CONTRAT DE MANDATAIRE CONTRAT DE MANDATAIRE Entre : la Société AXEVA, dûment mandatée Villa Camus 30 Avenue Camus 44000 NANTES Tél : 02.28.07.41.46 Fax : 02.28.07.25.88 E-Mail : contact@axeva.fr R.C.S. NANTES 451 230 965 Code

Plus en détail

COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DU RÉOLAIS (Département de la Gironde) Requête de l agent comptable de l Agence de services et de paiements (ASP)

COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DU RÉOLAIS (Département de la Gironde) Requête de l agent comptable de l Agence de services et de paiements (ASP) COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DU RÉOLAIS (Département de la Gironde) Requête de l agent comptable de l Agence de services et de paiements (ASP) Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales

Plus en détail