ANCIEN FONDS DE LA BIBLIOTHEQUE DES ARTS ET METIERS DE FRIBOURG : INVENTAIRE ET PERSPECTIVES D AVENIR

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANCIEN FONDS DE LA BIBLIOTHEQUE DES ARTS ET METIERS DE FRIBOURG : INVENTAIRE ET PERSPECTIVES D AVENIR"

Transcription

1 Véronique FEHR ANCIEN FONDS DE LA BIBLIOTHEQUE DES ARTS ET METIERS DE FRIBOURG : INVENTAIRE ET PERSPECTIVES D AVENIR Travail présenté à l Ecole d information documentaire en vue de l obtention du diplôme Genève

2 FEHR, Véronique. Ancien fonds de la Bibliothèque des arts et métiers de Fribourg : inventaire et perspectives d avenir / Véronique Fehr. Genève : E. I. D., p. : ill. ; 30 cm Ill. de couv. : reprod. d une carte de Karin Widmer, 1997 Résumé : Poursuite de l inventaire de l ancien fonds de la Bibliothèque des arts et métiers à partir des fichiers manuels existants, devant permettre une prise de conscience de l existence de ce fonds et, à moyen terme, sa mise à disposition du public par des instruments de recherche fiables. Ont découlé de ce travail de diplôme des réflexions liées au désherbage, à l organisation d une exposition et à la remise en commun de l ancien fonds de la Bibliothèque des arts et métiers avec celui de la Bibliothèque de l Ecole d ingénieurs et d architectes de Fribourg, fonds qui avaient été séparés en Ce travail a été dirigé par Madame Laurence Crausaz-Longchamp. Les propos émis dans ce travail n engagent que la responsabilité de leur auteur. 2

3 Remerciements : Je tiens à exprimer ici mes plus vifs remerciements à Laurence Crausaz- Longchamp qui m a encouragée, soutenue et beaucoup aidée lors de mon travail. Je tiens également à remercier Sarah Corpataux, Gaston Thévoz et Marie- Luce Ducry pour leurs encouragements et leur collaboration si active! 3

4 TABLES DES MATIERES Introduction générale p. 6 Partie I : Aperçu historique p. 7 A. Musée industriel cantonal de Fribourg p. 8 B. Ancien fonds, sa gestion et son emplacement p. 9 C. Présentation de la Bibliothèque des arts et métiers p. 10 Partie II : Inventaire p. 11 A. Introduction p. 12 B. Problématique p. 12 Etat du fonds et des fichiers p. 13 C. Le travail d inventaire p. 14 a. Fichiers p. 14 b. Démarche p. 15 c. Méthode de base sur le fonds et les fichiers p. 15 d. Les «30 000» et la «Réserve» p. 17 e. Catalogage p. 17 f. Indexation p. 18 g. Copie des fiches p. 18 h. Intercalation p. 19 i. Petits travaux effectués p. 20 D. Désherbage p. 21 a. Introduction p. 21 b. Critères de sélection p. 21 E. Suite à donner p. 24 Catalogage, indexation p. 24 Désherbage p. 24 Intercalation p. 24 Recherches bibliographiques p. 24 4

5 Partie III : Perspectives d avenir p. 25 A. Projet de remise en commun des fonds de la Bibliothèque des arts et métiers et de la Bibliothèque de l Ecole d ingénieurs et architectes p. 26 Introduction p Projet de réunion physique des fonds p Projet de bibliothèque virtuelle p. 27 B. Projet d exposition p. 28 a. Le lieu p. 29 b. Le public p. 29 c. Les documents p. 30 d. Le temps de préparation p. 31 e. Dates de l exposition p. 32 Partie IV : Conclusion p. 34 ANNEXE 1 : Règlement de prêt de la Bibliothèque des arts et métiers p. 35 ANNEXE 2 : Politique d acquisition de la Bibliothèque des arts et métiers p. 36 ANNEXE 3 : Liste des professions p. 38 ANNEXE 4 : Liste des branches enseignées au Centre professionnel p. 41 BIBLIOGRAPHIE p. 45 5

6 INTRODUCTION GENERALE Le mandat réalisé à la Bibliothèque des arts et métiers de Fribourg concerne l ancien fonds conservé dans ses sous-sols. Ce mandat s articule autour de deux pôles : l inventaire de l ancien fonds et une réflexion au sujet de l avenir de ce fonds. La réalisation de l inventaire de l ancien fonds de la BAM à partir des fichiers manuels existants devait permettre une prise de conscience de l existence de ce fonds et, à moyen terme, sa mise à disposition du public par des instruments de recherche fiables. Corollaire de l inventaire, l axe de réflexion permet de formuler deux hypothèses quant à l avenir de l ancien fonds. Il s agit, d une part, de la remise en commun des anciens fonds de la BAM et de la Bibliothèque de l Ecole d ingénieurs et d architectes, fonds qui avaient été séparés en 1965 et d autre part, d un projet d exposition avec les ouvrages de l ancien fonds de la BAM. De ces deux parties, complémentaires, la première allait se révéler plus longue que la seconde. En effet, le temps consacré au travail pratique évalué sur papier, sur la base d un plan a été mésestimé. D un mois et demi de prévu, l inventaire a passé à deux mois et demi ce qui a diminué le délai imparti à l autre partie du travail et a eu pour conséquence de ne pas pourvoir à l approfondissement de la réflexion sur les sujets précités Ce retard au niveau du planning est dû notamment aux difficultés rencontrées : problèmes de compréhension d ouvrages techniques rédigés en allemand, indexation plus importante qu estimée initialement, recherches infructueuses dans les fichiers manuels causées par des erreurs de classement. Toutefois, ces quelques difficultés n ont en rien ôté la curiosité et le plaisir intellectuel de la découverte de publications sur des métiers disparus ou ayant passablement évolués sur le plan technique et technologique. Cet aspect de détention de la mémoire, de gardien du passé ou gardien du savoir, n a pas été développé dans ces page mais aurait pu constituer un chapitre. 6

7 PARTIE I APERÇU HISTORIQUE 7

8 A. LE MUSÉE INDUSTRIEL CANTONAL DE FRIBOURG Le Musée industriel cantonal de Fribourg d abord Musée des Arts et Métiers de Fribourg, puis Office et Musée des Arts et Métiers de Fribourg et enfin Musée industriel cantonal de Fribourg a été créé par un arrêté du Conseil d Etat du 27 décembre A son origine, on trouve la Société fribourgeoise des Arts et Métiers, fondée dans le but de développer les cours professionnels existants, d en créer de nouveaux et de constituer un Musée industriel pourvu d une bibliothèque. En 1937, le Musée des Arts et Métiers change de nom dans le but de mieux faire ressortir sa fonction réelle et, à partir de cette date, il se nomme Office et Musée cantonal des arts et métiers. Après avoir changé plusieurs fois de lieux, le Musée industriel cantonal qui se situait à Pérolles, là où se dressait le Technicum cantonal (devenu par la suite Ecole d ingénieurs de Fribourg puis l actuelle Ecole d ingénieurs et d architectes), était composé (jusqu en 1965) : de collections d objets anciens fribourgeois, de travaux «modernes» en métal, d objets usuels de pays étrangers, d objets produits traditionnellement par une main d œuvre féminine (pailles de la Singine, de Gruyère, du Tessin, d Argovie, de Forêt Noire Allemagne de la Toscane, du Canada, tissus, dentelles, etc.) et des réalisations dans les arts plastiques. de matériaux et documents, essentiellement des graphiques, des photographies, des dessins, de la documentation sous forme d extraits de périodiques et de publications spéciales. d une bibliothèque comptant, en 1930, quelques 40'000 volumes et en 1950, environ 50'000, consacrés à la technique, aux beaux-arts, aux arts et métiers, aux sciences sociales et à la formation professionnelle et une collection de 1400 affiches. Un premier catalogue de la bibliothèque fut publié en 1895, le second en 1906, un autre en d une salle de lecture proposant, en 1930, 145 titres de périodiques. En 1965, après la construction du bâtiment du Centre professionnel cantonal, il a été décidé d y transférer la bibliothèque qui devient ainsi la Bibliothèque des arts et métiers. Le fonds a été séparé en deux. Sur l ensemble des 50'000 volumes environ, 15'000 ouvrages en relation avec la formation 8

9 professionnelle et les apprentis sont allés à la Bibliothèque des Arts et Métiers ; 35'000 sont restés à la Bibliothèque du Technicum cantonal (ancienne Ecole d Ingénieurs et d architectes). B. L ANCIEN FONDS, SA GESTION ET SON EMPLACEMENT L ancien fonds de la Bibliothèque des arts et métiers provient donc de la bibliothèque de l Office et Musée industriel cantonal de Fribourg. Les dates de publication couvrent la fin du 19 ème siècle jusqu en 1970 environ. Avant d être déplacés dans les sous-sols du Centre professionnel cantonal, ces ouvrages ont constitué la collection de base de la Bibliothèque des arts et métiers. Cet ancien fonds dépend entièrement de la bibliothèque et des bibliothécaires. Le catalogage manuel n étant pas à jour, il ne pouvait être utilisé pour des recherches fiables. Par manque de moyens, le re-catalogage du fonds n a pas été fait. Toutefois, confrontées à un besoin, du fait que des doubles de fiches se trouvent intégrées dans le catalogue de la BCU 1 et que certains lecteurs manifestaient de l intérêt pour le contenu du fonds, les bibliothécaires en ont entrepris une révision sommaire. Elles ont commencé par un travail de vérification du catalogue manuel et du fonds réel. En lieu et place d un véritable re-catalogage, celui-ci étant irréalisable à cause de l ampleur de la tâche, elles ont effectué un «inventaire». En raison de l augmentation du fonds actuel, les bibliothécaires ont dû déplacer l ancien fonds au sous-sol du bâtiment. Les premiers locaux dans lesquels il a été entreposé étaient humides, mal aérés, mal éclairés et présentaient des risques d inondation. De plus, les étagères métalliques qui supportaient le poids des ouvrages ont cédé plus d une fois. Monsieur Andrea Giovannini, qui avait restauré des ouvrages anciens appartenant à la bibliothèque, a procédé à l évaluation d un second local, situé en face du premier. Cette évaluation signale les améliorations nécessaires à une conservation acceptable. Une fois celles-ci réalisées, travaux d isolation, peinture, fixation d étagères métalliques, les documents ont été transférés dans ce nouveau local. 1 Bibliothèque Cantonale et Universitaire 9

10 C. PRESENTATION DE LA BIBLIOTHÈQUE DES ARTS ET MÉTIERS Située au premier étage du bâtiment principal du Centre Professionnel cantonal de Fribourg, la Bibliothèque des arts et métiers occupe une surface d environ 175 m 2, divisée en salle de lecture, bibliothèque en libre accès, et espace de travail pour les bibliothécaires. En 1988, suite au travail de diplôme de Madame Béatrice Mettraux, la bibliothèque a été entièrement informatisée et offre actuellement deux postes pour la consultation. La bibliothèque est placée sous la responsabilité de l Office cantonal de la formation professionnelle, lui-même rattaché à la Direction de l économie, des transports et de l énergie du canton de Fribourg. L Office cantonal de la formation professionnelle 2 a sous sa responsabilité l Ecole Professionnelle Artisanale et Industrielle (EPAI), l Ecole Professionnelle Commerciale (EPC), toutes deux situées à Fribourg, l Ecole Professionnelle Artisanale et Commerciale de Bulle (EPAC), ainsi que l Ecole des Métiers de Fribourg (EMF). La Bibliothèque des Arts et Métiers est destinée en premier lieu aux apprenti(e)s fréquentant les cours professionnels à Fribourg. Elle est aussi à la disposition des apprenti(e)s et des personnes effectuant des cours de perfectionnement ou préparant une maîtrise fédérale. Elle est également ouverte à toute personne qui désire consulter des ouvrages dans les domaines couverts par la bibliothèque. C est avant tout une bibliothèque publique et scolaire, spécialisée dans les arts en général (beaux-arts et arts appliqués), les métiers et la formation professionnelle. 2 OCFP 10

11 PARTIE II INVENTAIRE 11

12 A. INTRODUCTION Une première précision de vocabulaire avant d entrer dans la problématique même du travail : le terme d «ancien fonds» ne signifie pas «fonds de livres anciens» au sens de livres parus jusqu en 1850 environ. Il désigne simplement le fonds provenant de l Office et Musée industriel cantonal de Fribourg, soit celui qui précède le fonds actuel. Il couvre la fin du 19 ème siècle, le début du 20 ème siècle jusqu aux années septante environ. Toutefois, quelques ouvrages sont malgré tout plus anciens. De tous les ouvrages de l ancien fonds, au moins deux d entre eux méritent d être mentionnés pour leur grande valeur : un hymnaire du début du 16 ème siècle, restauré par Monsieur Andrea Giovannini un manuscrit de Ferdinand Hodler (une causerie sur l art), sa correspondance avec le directeur du Musée industriel, ainsi qu un cahier d esquisses didactiques composées pour le cours de dessin qu il donnait lui-même au Musée industriel de 1896 à 1899 Je citerai encore : une bible, la «Biblia sacra bibliorum opus sacro sanctum vulgati», publiée en Elle comporte de belles gravures sur bois un livre d architecture de Vitruve, intitulé «De Architecture Liber decem cum commentariis Danielis Barbari, electi patriarchal Aquileiensis : multi aedificiorum, horologiorum et machinarium descriptionibus et figuris, unà cum indicibus copiosis, auctis et illustratis», publié en 1567 un herbier réalisé par François Remy, le «Traité de botanique Ou l histoire des plantes usuelles dans lequel on les trouve rangées Par classes avec leurs différents usages suivant Monsieur Chaumel ; fait a (sic) Paris par moy François Remy Etudiant en Chirurgie en l année Mil Sept cent quarante cinq ; 1745» B. PROBLÉMATIQUE La réalisation de l inventaire de l ancien fonds à partir du fichier manuel, inventaire qui avait déjà été commencé par les bibliothécaires, doit permettre 12

13 de percevoir ce que contient réellement ce fonds et, à moyen terme, de le mettre à la disposition du public en lui proposant des instruments de recherche fiables, quoique pas idéaux (certaines fiches pourraient être refaites, d autres complétées ). Etat du fonds et des fichiers Les ouvrages qui composent le fonds sont classés par numerus currens. Dans la partie traitée au cours de ce travail, les numerus currens s étendaient de 15'000 à 30'000 avec toutefois des lacunes dans la numérotation allant de quelques unités à quelques centaines voire quelques milliers de différence. Par exemple, entre les 16'000 et les 20'000, ou encore les 23'000 et les 30'000, il y a des «trous» de respectivement quatre mille et sept mille numéros, «écarts» qui s expliquent partiellement par la division du fonds de la Bibliothèque de l Office et Musée industriel cantonal. La partie traitée englobe quelques 4000 ouvrages répartis sur 74,25 mètres linéaires. L ancien fonds dans son ensemble, abrité dans les sous-sols du Centre professionnel cantonal, s élève à environ 9000 publications réparties sur 170 mètres linéaires. En raison de la séparation du fonds initial en deux parties distinctes, il arrive que des livres ne trouvent pas leurs pendants parmi les fiches et inversement, que les fiches ne correspondent pas aux livres. Après une rapide visite à la bibliothèque de l Ecole d ingénieurs et d architectes de Fribourg, nous avons pu constater, Madame Laurence Crausaz- Longchamp et moi-même, que la répartition des ouvrages entre les deux bibliothèques était surprenante, car il y a des ouvrages d art qui sont à la Bibliothèque de l Ecole d ingénieurs et d architectes qui devraient être à la Bibliothèque des arts et métiers et des ouvrages concernant l Ecole d ingénieurs et d architectes qui sont à la Bibliothèque des arts et métiers. L inventaire de la Bibliothèque des arts et métiers doit permettre de vérifier la répartition et, si nécessaire, de créer les fiches manquantes, de contrôler le catalogage. Le catalogue manuel (anciens fichiers) comprend des erreurs de catalogage, telles que des vedettes fausses. Il comprend également des erreurs d intercalation dans les différents fichiers. 13

14 La Bibliothèque des arts et métiers a, à l égard de cet ancien fonds, une mission de conservation. Cependant, au vu du travail effectué, il a été question de désherbage. En effet, ayant de toute façon les ouvrages en main, nous avons pensé, Madame Laurence Crausaz-Longchamp et moi-même, utile d effectuer un désherbage succinct afin d éliminer un certain nombre de documents dont la conservation paraissait injustifiée. C. LE TRAVAIL D INVENTAIRE a. Fichier Comme précisé, j ai repris un fonds déjà en partie traité. Les critères de contrôle du catalogage (cf. partie C.f.) avaient auparavant été établis par Madame Suzanne Gehring, alors bibliothécaire à la Bibliothèque des arts et métiers. J ai commencé mon travail en disposant : 1. De fichiers existants Fichier «ancien fonds» Fichier «auteurs et anonymes» 2. De fichiers en cours de constitution Fichier «inventaire» Fichier «matière» Le travail d inventaire s est fait essentiellement sur la base du fichier «ancien fonds» complété par les fichiers «auteurs, anonymes» et «inventaire». Des trois, le fichier «ancien fonds» était normalement le plus complet. Cependant, dans ce fichier j ai trouvé : un classement aux auteurs et aux titres une esquisse de classement par mots-matières qui se retrouvaient mêlés au classement auteurs et anonymes un classement par termes significatifs du titre ; cette méthode implique que la fiche de l ouvrage n est pas classée sous le premier mot du titre mais sous le mot retenu et jugé plus évocateur comme par exemple : Rapport de l association suisse des maîtres confiseurs, la fiche était rangée sous 14

15 «confiseurs» et non sous «rapport» ou encore classé sous «Jardins» et non sous «Petits», comme dans l exemple ci-dessous : Ces trois types de classement entremêlés ont compliqué la recherche des fiches. Par ailleurs, je me suis aperçue qu il était incomplet et que je devais donc m appuyer sur les fichiers «auteurs et anonymes» et «inventaire». (Le fichier «inventaire» comportait des fiches que je n ai jamais retrouvées dans les autres fichiers. Peut-être les fiches originales ont-elles été supprimées.) b. Démarche 1. Trouver les fiches des livres en rayon et mettre de côté les ouvrages n ayant pas de fiches 2. Mettre les fiches sans livres de côté 3. Corriger les erreurs de catalogage 4. Indexer les documents 5. Faire faire les copies des fiches nécessaires à l intercalation dans les différents fichiers 6. Procéder également à certaines éliminations décidée en cours de travail 7. Compléter les fichiers avec les fiches originales et les fiches copiées c. Méthode de base de travail sur le fonds et les fichiers Mon travail a consisté dans un premier temps à prendre les ouvrages en rayon à partir de 15'000, les numéros précédents ayant déjà été vérifiés et à chercher pour chacun d eux la fiche correspondante. J ai pris conscience du fait que de cette manière je ne verrais pas les fiches sans livres, ni les livres 15

16 sans fiche. Alors, j ai retiré des fichiers «ancien fonds» et «auteurs et anonymes», en prenant les lettres alphabétiques les unes après les autres, l ensemble des fiches dont le numerus currens commençait par 15'000. J ai constitué des piles réparties en 15'300, 15'400, 15'500 etc. Au moment de ce tri, j avais déjà inventorié et indexé les 15'000, les 15'100 et une majorité des 15'200. Il en a été fait de même avec le numerus currens 16'000 et suivants. Pour accélérer mon travail, j ai décidé d ôter tous les livres d un rayon, de les empiler par petits tas sur des tables basses et de chercher leur fiche, dans les fichiers d abord, puis par la suite dans les piles de fiches correspondant à la centaine que je traitais. J ai appliqué cette méthode au reste de l inventaire. En ce qui concerne la correction du catalogage et l indexation, je me suis installée dans la salle de lecture, lieu agréable et lumineux, où je pouvais étaler les documents, les dictionnaires et mes papiers. Au sous-sol, j ai mis de côté les livres demeurés sans fiches, non sans avoir envisagé les possibilités de classements les plus diverses et les plus saugrenues. En pratiquant avec méthode le tri de l ensemble des fichiers, j ai pu récupérer des fiches concernant ces livres. Il est arrivé que le terme de classement ait été l éditeur : Voici un classement à l éditeur De même, j ai mis de côté les fiches sans livres. Pour certains ouvrages, il existait plusieurs fiches, parce qu il y avait plusieurs auteurs, ou alors parce qu il y avait eu une esquisse de classement aux mots-matières et que l une des fiches avait été rangée sous le terme d indexation. J ai eu des cas où des fiches portaient le même numerus currens. Cela provenait du fait que soit les ouvrages étaient en allemand et en français, soit ils appartenaient à une série, soit ils étaient en deux ou trois volumes, soit ils 16

17 semblaient avoir un vague lien entre eux. Dans tous les cas cités, j ai dû «complexifier» le classement. Pour les publications allemandes et française, j ai ajouté la lettre «D» pour «Deutsch» et «F» pour «Français». Pour les séries, j ai souvent numéroté les documents. En ce qui concerne les titres en plusieurs volumes, ou bien je les ai numérotés ou bien, je leur ai attribué des lettres «a», «b» et «c». d. Les «30 000» et la «Réserve» Comme expliqué plus haut, j ai eu à traiter la partie du fonds qui s étend du numerus currens 15'000 au numerus currens 23'000. Il reste le numerus currens 30'000 que je n ai pas eu à inventorier parce que les livres concernés avaient déjà été re-catalogués sur la base informatisée BIBLIO de la Bibliothèque des arts et métiers avec la cote GF (grand format) et un indice CDU. Ce sont des ouvrages dont le format dépasse 40 cm et dont les sujets sont principalement les peintres, la peinture et l architecture. (Ils sont rangés sur des étagères à casiers hauts et étroits qui les tiennent suffisamment serrés pour qu ils ne se déforment pas.) De même que je n ai pas eu à m occuper d une catégorie de livres, appelés Réserve. Ces ouvrages, uniquement en consultation, sont également répertoriés sur la base de données BIBLIO. e. Catalogage A la création des fichiers de la Bibliothèque du Musée industriel cantonal, les règles de catalogage ISBD (M) n existaient pas encore. Cela signifie que la ponctuation n est pas normalisée et que les zones définies par les règles de catalogage ne sont pas respectées. Lors du contrôle du catalogage, je me suis simplement attachée aux éléments importants qui doivent figurer sur la fiche, comme le (les) nom(s) de (des) l auteur(s) ou le titre correctement orthographiés, l éditeur, la date d édition, le nombre de pages et la collection. Si la vedette était erronée, si les lacunes rendaient la fiche illisible ou si un ouvrage présentait un titre parallèle mentionné sur deux fiches, l une pour le français et l autre pour l allemand, je créais une nouvelle fiche destinée à remplacer l ancienne. 17

18 f. Indexation Le «Choix des vedettes matières» de Mesdames Martine Blanc-Montmayeur et Françoise Danset est en vigueur à la Bibliothèque des arts et métiers. J y ai donc eu recours. Cette liste de termes contrôlés m a cependant posé problème lorsqu il m a fallu traiter des ouvrages techniques. J ai dû parfois noter des termes qui ne sont pas dans la liste mais qui sont nécessaires à l indexation. Des termes d indexation ont été ajoutés dans la liste par les bibliothécaires, termes que j ai utilisés lors de mon travail. J ai rencontré quelques difficultés lors de l indexation de documents en allemand, soit à cause du vocabulaire technique, soit à cause des mots composés. J ai consulté des dictionnaires allemand-français et des dictionnaires techniques allemand-français et lors de grosses difficultés, je me suis adressée à Mesdames Marie-Luce Ducry et Sarah Corpataux qui m ont beaucoup aidée. Heureusement, peu de livres ont présenté de telles difficultés. Cela nous semblant suffisant, nous avons choisi, Madame Laurence Crausaz- Longchamp et moi-même, de ne mettre que deux ou trois mots-matières par ouvrage. (Il est évident que pour certains sujets, le nombre de mots-matières sera moindre alors que pour d autres, il sera plus important. Ainsi pour la comptabilité, un seul mot-matière a été attribué, alors que pour les sujets qui concernent directement le Centre professionnel, plusieurs mots-clés ont été retenus.) g. Copie des fiches Une fois le contrôle du catalogage et l indexation effectués, sur la fiche «mère» provenant souvent du fichier «ancien fonds» ou du fichier «auteurs et anonymes» et en dernier recours du fichier «inventaire» j ai indiqué, au bas le nombre de copies nécessaires de façon à compléter les fichiers lors de l intercalation. Les fiches «mères» étaient transmises à Monsieur Gaston Thévoz, aidebibliothécaire, pour l établissement des photocopies et leur découpage à un format standard. En retour, je recevais les fiches originales et les copies. Sur les copies, j indiquais sur l une l entrée à l auteur ou au titre, quand il y avait plusieurs auteurs, je soulignais les auteurs une fiche après l autre (1 ère fiche : 1 er auteur, 2 ème fiche : 2 ème auteur, etc.). Sur la suivante, je soulignais le premier motmatière, sur l autre le second, sur l autre encore, le troisième, etc. et finalement sur la dernière l entrée au numerus currens pour l inventaire. 18

19 Lorsque qu il y avait de nouvelles fiches, que j avais tapées, j ai demandé une copie supplémentaire pour la Bibliothèque cantonale et universitaire de Fribourg (remplacer l ancienne par la nouvelle) puisque la BCU possède des fiches du fichier de la Bibliothèque des arts et métier, et que pour bien faire, il faudrait qu elle les mette également à jour. h. Intercalation Le problème de l intercalation est apparu dès les premiers classements de fiches dans les différents fichiers, notamment au niveau des noms des auteurs et des titres allemands avec les lettres ä, ö et ü, souvent mélangées au reste de la section alphabétique et non mises à part. En outre, le nom d un auteur pouvait être écrit de deux manières : en effet, soit il s appelait Müller, soit Mueller, soit Käfer, soit Kaefer. ou encore comme les fiches suivantes en donnent l exemple : J ai dû reprendre les classements alphabétiques des fichiers «anciens fonds» et «auteurs et anonymes» pour un même classement cohérent. J ai placé en fin de section les lettres à tréma. Ainsi, les ä, les ö et les ü se retrouvent après les a, les o et les u. 19

20 i. Petits travaux effectués Ce fonds étant destiné à la conservation, j ai appliqué quelques règles de base en vue de prolonger la durée du vie de certains documents. 1. Enlevé en feuilletant Formulaires de prêt Papiers volants en tout genre (prise de notes, marque-page) Scotch qui se décolle et dont la colle a migré dans le papier Etiquettes qui se décollent 2. Donné à réparer Ouvrages dont le dos se décolle ou était complètement décollé Ouvrages auxquels il manquait les étiquettes. Elles étaient refaites et recollées à la colle acrylique 20

21 D. DESHERBAGE a. Introduction La Bibliothèque des arts et métiers étant une bibliothèque de lecture publique qui sert les écoles professionnelles du canton de Fribourg, elle doit offrir dans ses collections, les ouvrages nécessaires aux apprenti(e)s et aux enseignants de ces écoles ainsi que les ouvrages professionnels apportant des compléments d information aux manuels scolaires, concernant les métiers enseignés au sein des écoles professionnelles. Elle acquiert tous les documents professionnels susceptibles d intéresser le public évoqué plus haut, ainsi que des ouvrages d art (cf. annexe 2) et les met à sa disposition selon les conditions figurant dans le règlement de prêt à domicile (cf. annexe 1). En dehors de ces tâches bibliothéconomiques, elle propose des instruments de recherche : ouvrages de références (encyclopédies générales et spécialisées en français et en allemand et les dictionnaires de langues), catalogue informatisé de la bibliothèque, accès à internet par l entremise de postes de consultation. De plus, elle archive tout ce qui a trait aux arts et métiers, aux branches enseignées dans les écoles professionnelles et à la formation professionnelle en général. Les périodiques sont gardés en fonction d un plan d archivage par année et par type de périodique. b. Critères de sélection Au fur et à mesure de la progression de l inventaire, je me suis aperçue que de nombreuses publications avaient été conservées à plus d un seul exemplaire, et que d autres ne correspondaient pas aux matières enseignées à l Ecole professionnelle. J en ai discuté avec Madame Laurence Crausaz- Longchamp et nous avons réfléchi à propos des critères à retenir ou à réfuter. Au cours de cette réflexion, nous nous sommes demandé s il fallait ou non appliquer les mêmes critères de sélection à l ancien fonds et au fonds actuel. Des réponses distinctes en fonction de l usage de ces fonds paraissent plus judicieuses. En effet, l ancien fonds est un fonds «fermé» qui ne recevra pas d autres documents, en revanche le fonds actuel est un fonds «ouvert» qui continuera de s accroître. C est pourquoi ont été mises en place deux politiques d élimination parallèle. 21

22 Voici, à titre d exemple, pour le fonds actuel quelques critères en vigueur : Une nouvelle édition remplace une ancienne Un guide de géographie est dépassé, il est éliminé L ensemble des ouvrages techniques et professionnels est conservé L ensemble des ouvrages d art est conservé etc. Lorsque les ouvrages du fonds actuel devront être descendus dans le local de l ancien fonds, il y aura une lacune d environ dix à quinze ans entre les deux. Cette solution de continuité peut s expliquer par le fait que pendant plusieurs années le fonds ancien n a pas reçu de nouvelles acquisitions. En ce qui concerne l ancien fonds, l élimination s effectue plus sur le plan intellectuel que sur le plan physique. En effet, les ouvrages ne seront pas forcément éliminés mais seront plutôt transmis à des institutions intéressées. Voici les critères pour l ancien fonds : Ont été éliminés d office, tous les doubles, triples et quadruples exemplaires d une même édition. Lorsqu il y a plusieurs éditions du même ouvrage et qu il y a parmi elles la première et la dernière, ne garder que les deux extrêmes. Lorsqu il y a plusieurs éditions du même ouvrage mais que la première n existe pas et que toutes les éditions successives ne sont pas présentes, ne garder que la dernière ou tout garder en fonction du sujet, par exemple des ouvrages techniques dont les différentes éditions seraient le reflet de l évolution de la technologie. A été retiré du fonds en vue d un tri, tout ce qui ne concerne pas de près ou de loin les domaines couverts par l enseignement à l Ecole professionnelle, comme tout ce qui touche à la danse, à l alcoolisme, aux écoles de recrues et à l art militaire. Ont été mis de côté en vue d une donation les ouvrages pouvant intéresser à titre historique d autres institutions telles que l Ecole normale (future Haute Ecole Pédagogique) et l Office d orientation scolaire et professionnel. Ce sont entre autres : la revue d études pédagogiques ou les règlements d apprentissage qui seraient à donner à l OCFP. Ils avaient été conservés dans le fonds parce que la bibliothèque des arts et métiers dépend de l OCFP, mais ils ne doivent pas y rester. 22

Découverte de la bibliothèque

Découverte de la bibliothèque Bibliothèque cantonale et universitaire Fribourg (Suisse) Fils rouges 1 Découverte de la bibliothèque Contenu 1. Informations générales 2. Introduction : La bibliothèque un centre d'accès à l'information

Plus en détail

Guide du mémoire de fin d études

Guide du mémoire de fin d études Guide du mémoire de fin d études à destination des enseignants et des étudiants Septembre 2011 AVERTISSEMENT Ce document rassemble les dispositions réglementaires d une part, le cadre des dispositions

Plus en détail

Tout au long de l année

Tout au long de l année Objectifs Familiariser les élèves avec le relevé d informations sur un journal de bord. Apprendre aux élèves à utiliser des instruments d observation scientifiques. Réaliser des dessins d observations

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE ÉCOLE DE CULTURE GÉNÉRALE MONTHEY. pour le travail de maturité spécialisée, Édition 2014-2015

GUIDE METHODOLOGIQUE ÉCOLE DE CULTURE GÉNÉRALE MONTHEY. pour le travail de maturité spécialisée, Édition 2014-2015 Département de la formation et de la sécurité Service de l enseignement ECCG Monthey Departement für Bildung und Sicherheit Dienststelle für Unterrichtswesen HFMS Monthey GUIDE METHODOLOGIQUE pour le travail

Plus en détail

PROCEDURE D ARCHIVAGE DES TRAVAUX DE MATURITÉ (TM) 1 Collège Sainte-Croix

PROCEDURE D ARCHIVAGE DES TRAVAUX DE MATURITÉ (TM) 1 Collège Sainte-Croix PROCEDURE D ARCHIVAGE DES TRAVAUX DE MATURITÉ (TM) 1 Collège Sainte-Croix ACQUISITION 2 1. Les TM doivent être remis par l élève au secrétariat sous forme imprimée. Doivent être rendus au minimum : a.

Plus en détail

ARCHIVES DIPLOMATIQUES BIBLIOTHÈQUE. CATALOGUE STENDHAL Comment faire une recherche

ARCHIVES DIPLOMATIQUES BIBLIOTHÈQUE. CATALOGUE STENDHAL Comment faire une recherche CATALOGUE STENDHAL Comment faire une recherche Le catalogue Stendhal, catalogue informatisé des bibliothèques du ministère des Affaires étrangères, est constitué d'environ 500 000 références (livres anciens

Plus en détail

LA TENUE DES ARCHIVES

LA TENUE DES ARCHIVES ARCHIVES DEPARTEMENTALES DU BAS-RHIN Mise à jour : Avril 2013 GUIDE PRATIQUE POUR LA TENUE DES ARCHIVES RAPPEL DES NOTIONS ET PRINCIPES Tous les documents produits par un service constituent, quelle que

Plus en détail

PROCEDURE D ARCHIVAGE DES TRAVAUX DE MATURITÉ/ TRAVAUX DE MATURITE COMMERCIALE (TM/MPC) 1

PROCEDURE D ARCHIVAGE DES TRAVAUX DE MATURITÉ/ TRAVAUX DE MATURITE COMMERCIALE (TM/MPC) 1 Collège de Gambach CGAM Kollegium Gambach KGAM Avenue Weck-Reynold 9, 1700 Fribourg T +41 26 305 79 11, F +41 26 305 79 10 www.cgafr.ch PROCEDURE D ARCHIVAGE DES TRAVAUX DE MATURITÉ/ TRAVAUX DE MATURITE

Plus en détail

Orientations de développement des collections de la Bibliothèque

Orientations de développement des collections de la Bibliothèque Orientations de développement des collections de la Bibliothèque 1. Mission Tel que spécifié dans la Politique de la Bibliothèque (POL-DÉ-03) «La Bibliothèque du Collège de Rosemont a pour mission de permettre

Plus en détail

Stages en archives pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle

Stages en archives pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle Stages en archives pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle De nombreux archivistes se sont déjà interrogés sur la manière d organiser un stage en archives pour des

Plus en détail

La bibliothèque. Département des restaurateurs

La bibliothèque. Département des restaurateurs La bibliothèque Département des restaurateurs La bibliothèque, créée en 1978, est un espace de consultation et de recherche qui assure, en France et en Europe, le rôle de bibliothèque de référence dans

Plus en détail

Les documents primaires / Les documents secondaires

Les documents primaires / Les documents secondaires Les documents primaires / Les documents secondaires L information est la «matière première». Il existe plusieurs catégories pour décrire les canaux d information (les documents) : - Les documents primaires

Plus en détail

4.1. Faire une page de titre 4.2. Rédiger l introduction

4.1. Faire une page de titre 4.2. Rédiger l introduction Nous présentons ici le détail de la présentation générale d un instrument de recherche papier, y compris tous les éléments complémentaires comme la bibliographie et les sources complémentaires (suite du

Plus en détail

Direction des bibliothèques. Sondage Ithaka S+R. Questionnaire français Université de Montréal

Direction des bibliothèques. Sondage Ithaka S+R. Questionnaire français Université de Montréal Direction des bibliothèques Sondage Ithaka S+R Questionnaire français Université de Montréal Décembre 2014 Modules retenus Découverte Activités de recherche numérique Compétences informationnelles des

Plus en détail

PLAN DE CLASSIFICATION UNIFORME DES DOCUMENTS DU MSSS

PLAN DE CLASSIFICATION UNIFORME DES DOCUMENTS DU MSSS PLAN DE CLASSIFICATION UNIFORME DES DOCUMENTS DU MSSS Février 2011 Édition produite par : Le Service de l accès à l information et des ressources documentaires du ministère de la Santé et des Services

Plus en détail

B ibliothèque. Guide du. lecteur

B ibliothèque. Guide du. lecteur B ibliothèque Guide du lecteur 1 2 Guide du lecteur La bibliothèque de la Haute école de santé Fribourg (HEdS-FR) est une bibliothèque bilingue français-allemand spécialisée dans le domaine des sciences

Plus en détail

LES PROCEDURES DE LA POLITIQUE D ARCHIVAGE

LES PROCEDURES DE LA POLITIQUE D ARCHIVAGE LES PROCEDURES DE LA POLITIQUE D ARCHIVAGE La mise en place d une politique d archivage offre des solutions pour assurer une gestion pérenne des archives. Ce guide de procédure doit : - servir de base

Plus en détail

Numérique. Mon Université. www.univ-paris-diderot.fr

Numérique. Mon Université. www.univ-paris-diderot.fr 9 Mon Université Numérique L université Paris Diderot met à votre disposition un Environnement Numérique de Travail appelé «Portail ENT». Il vous donne accès, via un point d'entrée unique et sécurisé,

Plus en détail

Les Formalités concernant les. Etablissements Recevant du Public. Cahier Technique n 7

Les Formalités concernant les. Etablissements Recevant du Public. Cahier Technique n 7 Les Formalités concernant les Etablissements Recevant du Public Cahier Technique n 7 Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du Public (E.R.P.) par exemple un restaurant, une salle de spectacles,

Plus en détail

TROUVER DES DOCUMENTS DANS LA BASE DE DONNÉES SUR L ENVIRONNEMENT MINIER

TROUVER DES DOCUMENTS DANS LA BASE DE DONNÉES SUR L ENVIRONNEMENT MINIER Base de données sur l environnement minier TROUVER DES DOCUMENTS DANS LA BASE DE DONNÉES SUR L ENVIRONNEMENT MINIER Localisation dans la Bibliothèque J. N.-Desmarais Les documents cités dans la Base de

Plus en détail

Projet: Stratégie de la mensuration officielle

Projet: Stratégie de la mensuration officielle Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports DDPS Projet: Stratégie de la mensuration officielle pour les années 2016 à 2019 Projet de texte du 27.02.2015 Editeur

Plus en détail

Guide du RDAQ. Comment saisir des descriptions de fonds et collections dans le Réseau de diffusion des archives du Québec (RDAQ)

Guide du RDAQ. Comment saisir des descriptions de fonds et collections dans le Réseau de diffusion des archives du Québec (RDAQ) Guide du RDAQ Comment saisir des descriptions de fonds et collections dans le Réseau de diffusion des archives du Québec (RDAQ) Table des matières Qu est-ce que le Réseau de diffusion des archives du Québec?

Plus en détail

La littératie numérique est-elle vraiment une littératie? Pour quelle raison se soucie-t-on de la définition de la littératie numérique?

La littératie numérique est-elle vraiment une littératie? Pour quelle raison se soucie-t-on de la définition de la littératie numérique? Tiré de Adult Literacy Education, un article de blogue écrit par David J. Rosen, D.Ed. http://davidjrosen.wordpress.com/2013/01 TEACH Magazine, disponible en version imprimée et numérique, est la plus

Plus en détail

Recommandation pour la gestion des archives

Recommandation pour la gestion des archives Haute école pédagogique Qualité Avenue de Cour 33 CH 1014 Lausanne www.hepl.ch Recommandation pour la gestion des archives Cette recommandation accompagne la mise en œuvre de la décision du comité de direction

Plus en détail

UN PATRIMOINE EN LIGNE

UN PATRIMOINE EN LIGNE UN PATRIMOINE EN LIGNE Digitaliser les collections historiques et contemporaines de la presse suisse pour en garantir la pérennité et les rendre accessibles Un projet coopératif de PresseSuisse, de la

Plus en détail

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 1 LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE Le mémoire ne doit pas consister à reprendre tels quels des documents internes de l entreprise ou

Plus en détail

Requêtes SQL & Paniers. Anne-Marie Cubat

Requêtes SQL & Paniers. Anne-Marie Cubat Requêtes SQL & Paniers Anne-Marie Cubat Pour les bibliothécaires mais aussi pour les lecteurs PMB : une base de données relationnelle et performante Les tables et leurs relations sont conçues pour assurer

Plus en détail

FICHE D'INVENTAIRE (Fiche pratique n 1) Les normes internationales du CIDOC/ ICOM

FICHE D'INVENTAIRE (Fiche pratique n 1) Les normes internationales du CIDOC/ ICOM FICHE D'INVENTAIRE (Fiche pratique n 1) Les normes internationales du CIDOC/ ICOM Le Comité international pour la documentation (CIDOC) a travaillé plusieurs années au sein de l'icom pour arrêter les données

Plus en détail

BOURSE DES PLACES D'APPRENTISSAGE

BOURSE DES PLACES D'APPRENTISSAGE Office d'orientation et de formation professionnelle Genève BOURSE DES PLACES D'APPRENTISSAGE 2003 Situation 4 Semaine 22 30 mai 2003 Office d'orientation et de formation professionnelle Genève Bourse

Plus en détail

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français Plan d'études Gymnase français de Bienne 9 Le (TM) au Gymnase français 2. Objectifs 3. Dispositif 3. Cadre du 3.. Choix du domaine et du sujet du 3..2 Organisation du 3..3 Déroulement du 3..4 Forme du

Plus en détail

OUTIL D AUTO-ÉVALUATIOn POUR LES RÉSERVES DE MUSÉE

OUTIL D AUTO-ÉVALUATIOn POUR LES RÉSERVES DE MUSÉE OUTIL D AUTO-ÉVALUATIOn POUR LES RÉSERVES DE MUSÉE À quoi sert cet outil? Les musées obtiennent une image instantanée de la situation actuelle de leur réserve et bénéficient d un diagnostic préliminaire.

Plus en détail

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE Proposition d aide à la mise en œuvre pédagogique Domaine : SE CULTIVER ET SE DIVERTIR Programme National de pilotage Séminaire «Mise en œuvre pédagogique

Plus en détail

GUIDE DE RECHERCHE DOCUMENTAIRE. Bibliothèque du Centre collégial de Mont-Laurier

GUIDE DE RECHERCHE DOCUMENTAIRE. Bibliothèque du Centre collégial de Mont-Laurier GUIDE DE RECHERCHE DOCUMENTAIRE Bibliothèque du Centre collégial de Mont-Laurier 1 Table des matières : Définir son besoin d information et déterminer le sujet... 3 Les ouvrages de référence ou usuels...

Plus en détail

Grand Angle Les coulisses de l émission Géopolitis

Grand Angle Les coulisses de l émission Géopolitis Grand Angle Les coulisses de l émission Géopolitis Thème Éducation aux médias, journalisme Public Étudiants en journalisme, diplomatie, histoire, sciences politiques ou en relations internationales, écoles

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

CHARTE DES DONS. Bibliothèque universitaire des langues et civilisations. Pôle Collections. Version : 26 janvier 2012

CHARTE DES DONS. Bibliothèque universitaire des langues et civilisations. Pôle Collections. Version : 26 janvier 2012 CHARTE DES DONS Bibliothèque universitaire des langues et civilisations Pôle Collections Version : 26 janvier 2012 65 rue des Grands Moulins F-75013 Paris www.bulac.fr T +33 (0)1 81 69 18 00 F +33 (0)1

Plus en détail

LISTE DES ENTREPRISES ARTISANALES A REPRENDRE EN CREUSE.

LISTE DES ENTREPRISES ARTISANALES A REPRENDRE EN CREUSE. LISTE DES ENTREPRISES ARTISANALES A REPRENDRE EN CREUSE. (Avec accord de diffusion sur le site de la CMA23) Pour plus de renseignements et connaître l ensemble des opportunités de reprise, votre contact

Plus en détail

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation G1 Recrutements des assistants de recherche et de formation...2 G1.1 Assistant gestion de données patrimoniales...2 G1.2 Assistant technique en génie climatique...2 G1.3 Assistant technique en électricité...2

Plus en détail

CONTRAT DE PRÊT PRET5 ENTRE LES SOUSSIGNÉS :

CONTRAT DE PRÊT PRET5 ENTRE LES SOUSSIGNÉS : PRET5 CONTRAT DE PRÊT ENTRE LES SOUSSIGNÉS : La Cinémathèque française, association à but non-lucratif régie par la loi du 1 er juillet 1901, dont le siège social est situé au 51, rue de Bercy 75012 PARIS,

Plus en détail

Invitation à soumissionner n PTD/10/056. Annexe I Cahier des charges

Invitation à soumissionner n PTD/10/056. Annexe I Cahier des charges Invitation à soumissionner n PTD/10/056 Annexe I Cahier des charges Sommaire : I II III IV Introduction générale Descriptif des bâtiments à libérer (P&G et CAM) Descriptif du bâtiment à occuper (Nouveau

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif»

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Chaque parcours pourra compléter ce cadrage général par un cadrage spécifique au parcours prenant

Plus en détail

Ordonnance sur la Haute école spécialisée bernoise (OHESB) (Modification)

Ordonnance sur la Haute école spécialisée bernoise (OHESB) (Modification) 1 436.811 8 juin 006 Ordonnance sur la Haute école spécialisée bernoise (OHESB) (Modification) Le Conseil-exécutif du canton de Berne, sur proposition de la Direction de l instruction publique, arrête:

Plus en détail

Code du Patrimoine. Loi du 15 juillet 2008. Décembre 2009. Archives courantes

Code du Patrimoine. Loi du 15 juillet 2008. Décembre 2009. Archives courantes FICHE ARCHIVES N 2 LE CLASSEMENT DES ARCHIVES COURANTES Archives courantes Conseils en matière de classement (principalement pour les communes) 1. Choisir le bon conditionnement 2. Quelques conseils de

Plus en détail

ARCHITECTURE ET DECORATION RAPPORT DE STAGE - CLASSE DE 3E DU 14 AU 18 DECEMBRE 2009 THOMAS MASSONNEAU

ARCHITECTURE ET DECORATION RAPPORT DE STAGE - CLASSE DE 3E DU 14 AU 18 DECEMBRE 2009 THOMAS MASSONNEAU DU 14 AU 18 DECEMBRE 2009 THOMAS MASSONNEAU RAPPORT DE STAGE - CLASSE DE 3E ARCHITECTURE ET DECORATION Collège Sainte-Marie des Ursulines 34, avenue de la Colonne 31500 TOULOUSE Tél. 05 34 25 28 61 Fax.

Plus en détail

Le cycle de traitement de la situation 1/2

Le cycle de traitement de la situation 1/2 Le cycle de traitement de la situation 1/2 Le cycle de traitement de la situation est un processus mené en continu consistant à obtenir des informations brutes, à les évaluer, à les transformer en renseignements

Plus en détail

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE Table des matières 1. Introduction... 1 2. Développement... 2 2.1. Droit successoral, réserve des héritiers... 2 2.2.

Plus en détail

Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration»

Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration» Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration» Le champ d activité des employés 1 de commerce de la branche «Services et administration» va du contact avec la clientèle au back office. La

Plus en détail

Conditions de prêt pour l exposition d objets archéologiques

Conditions de prêt pour l exposition d objets archéologiques >> Agathe MULOT Gaëlle HAROUARD Régisseurs des collections 03 90 58 55 76 agathe.mulot@pair-archeologie.fr gaelle.harouard@pair-archeologie.fr Conditions de prêt pour l exposition d objets archéologiques

Plus en détail

Pistes pour la recherche d informations

Pistes pour la recherche d informations Pistes pour la recherche d informations Portail de liens de la bibliothèque : www.netvibes.com/bcga Documentation de l atelier sur le site de l école : http://www.cgafr.ch/fr/formation/travaux-de-maturite

Plus en détail

LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES?

LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES? LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES? INTRODUCTION Depuis quelques années, un certain nombre d évolutions à la fois sociétales et professionnelles nous poussent,

Plus en détail

Politique sur la propriété intellectuelle en matière de recherche

Politique sur la propriété intellectuelle en matière de recherche TITRE : Politique sur la propriété intellectuelle en matière de recherche Adoption par le conseil d administration : Résolution : CARL-150421-13 Date : 21 avril 2015 Révisions : Résolution : Date : TABLE

Plus en détail

Formation professionnelle initiale Bourse des places

Formation professionnelle initiale Bourse des places 2 0 0 6 Formation professionnelle initiale Bourse des places Situation Semaine 12 Etat au 15 mars 2006 (1 er janvier - 15 mars 2006) OFPC Offi ce pour l orientation, la formation professionnelle et continue

Plus en détail

La création d un livre pour enfants Projet pour le site Web Page par page : La création d un livre pour enfants de la Bibliothèque nationale du Canada

La création d un livre pour enfants Projet pour le site Web Page par page : La création d un livre pour enfants de la Bibliothèque nationale du Canada La création d un livre pour enfants Projet pour le site Web Page par page : La création d un livre pour enfants de la Bibliothèque nationale du Canada Les enfants sont exposés aux livres illustrés tôt

Plus en détail

1. ARTS, VILLES, POLITIQUES ET SOCIÉTÉS _arts et villes au XX e siècle. _les artistes et l'architecture

1. ARTS, VILLES, POLITIQUES ET SOCIÉTÉS _arts et villes au XX e siècle. _les artistes et l'architecture histoire des arts au lycée option de détermination option facultative sitographie _1 SITOGRAPHIE 1. DES SITES EN LIEN AVEC LE PROGRAMME DE TERMINALE [OPTION DE DÉTERMINATION] 1. ARTS, VILLES, POLITIQUES

Plus en détail

Le programme éducatif «Graffitis cacher l histoire?» s adresse aux élèves du deuxième et troisième cycle du primaire (3 e, 4 e, 5 e et 6 e années).

Le programme éducatif «Graffitis cacher l histoire?» s adresse aux élèves du deuxième et troisième cycle du primaire (3 e, 4 e, 5 e et 6 e années). Graffitis Cacher l histoire? Créé par Mélissa Duquette, chargée de projet à l animation au Musée de société des Deux-Rives, en lien avec le Programme du ministère de l Éducation du Québec. PRÉSENTATION

Plus en détail

Bordeaux, le 22 mars 2010. Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992. Monsieur le Président,

Bordeaux, le 22 mars 2010. Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992. Monsieur le Président, Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992 Bordeaux, le 22 mars 2010 Monsieur le Président, Par lettre du 9 septembre 2008, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes

Plus en détail

COMPÉTENCE INFORMATIONNELLE

COMPÉTENCE INFORMATIONNELLE COMPÉTENCE INFORMATIONNELLE Référentiel de compétence informationnelle pour le Sec. II au canton de Fribourg Sabine Isely et Andrea Wegmüller Structure de la présentation 1. Historique 2. Présentation

Plus en détail

Les travaux internationaux et leurs conséquences sur les règles françaises

Les travaux internationaux et leurs conséquences sur les règles françaises Françoise Leresche, Bibliothèque nationale de France, Agence bibliographique nationale L évolution des catalogues Les travaux internationaux et leurs conséquences sur les règles françaises Plan La modélisation

Plus en détail

Nom de l application

Nom de l application Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Direction Générale des Etudes Technologiques Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Gafsa Département Technologies de l Informatique

Plus en détail

REPONSES ATTENDUES AU PLUS TARD LE 13 OCTOBRE 2014. Filière technique. Ingénierie, gestion technique et architecture. Infrastructures et réseaux

REPONSES ATTENDUES AU PLUS TARD LE 13 OCTOBRE 2014. Filière technique. Ingénierie, gestion technique et architecture. Infrastructures et réseaux LISTE DES CONCOURS DE L INTERREGION GRAND OUEST 2015 2016 OUVERTS AU RECENSEMENT SUR INTERNET REPONSES ATTENDUES AU PLUS TARD LE 13 OCTOBRE 2014 Ingénieur Territorial (Catégorie A) Début des épreuves le

Plus en détail

École de culture générale et École de commerce

École de culture générale et École de commerce Direction de l instruction publique de la culture et du sport Service de l enseignement secondaire du deuxième degré Département de la formation, de la jeunesse et de la culture Direction de l enseignement

Plus en détail

Cahier des Clauses Administratives Particulières C.C.A.P. Marché de travaux RENOVATION DE LA BIBLIOTHEQUE DE CASTELNAU-DE-MEDOC

Cahier des Clauses Administratives Particulières C.C.A.P. Marché de travaux RENOVATION DE LA BIBLIOTHEQUE DE CASTELNAU-DE-MEDOC Cahier des Clauses Administratives Particulières C.C.A.P. PROCEDURE ADAPTEE (Articles 28 et 40 II du Code des Marchés Publics) Marché de travaux RENOVATION DE LA BIBLIOTHEQUE DE CASTELNAU-DE-MEDOC Pouvoir

Plus en détail

L histoire en photos : Analyse photographique Plan de leçon

L histoire en photos : Analyse photographique Plan de leçon L histoire en photos : Analyse photographique Description : Les élèves apprennent à analyser des photos de la Première Guerre mondiale. Ils choisissent une photo dans la collection officielle de photos

Plus en détail

Circonscription de. Valence d Agen

Circonscription de. Valence d Agen Circonscription de Valence d Agen Pourquoi ce guide? Depuis des décennies, le sujet des devoirs à la maison est discuté dans et hors de l école. Nous avons souhaité faire le point sur ce sujet afin de

Plus en détail

Qu est-ce qu un raccordement?

Qu est-ce qu un raccordement? mars 2012 La prestation de raccordement : vue d ensemble pages 4/5 Votre demande de raccordement page 6 La proposition de raccordement d ERDF page 7 modalités de paiement prix du branchement Les travaux

Plus en détail

Analyse comparative d un corpus de sites web : Les musées historiques 2) LE CORPUS

Analyse comparative d un corpus de sites web : Les musées historiques 2) LE CORPUS Alexandre GRIVEAU Mathieu GROLEAU IUP 2 Analyse comparative d un corpus de sites web : Les musées historiques 2) LE CORPUS 2.1) brève présentation- description des trois sites 2.1.1) musée de la révolution

Plus en détail

Formulaire de candidature Bachelor Soins Infirmiers Sion

Formulaire de candidature Bachelor Soins Infirmiers Sion Formulaire de candidature Bachelor Soins Infirmiers Sion Inscription pour la rentrée de septembre 20.. Photo Je m inscris pour la formation ordinaire, à plein temps, en 3 ans Je suis intéressé-e par une

Plus en détail

Rapport de fin de séjour Explo RA Sup. Ecole polytechnique de Montréal CANADA

Rapport de fin de séjour Explo RA Sup. Ecole polytechnique de Montréal CANADA ASTIER Marine Université Jean Monnet Saint -Etienne Rapport de fin de séjour Explo RA Sup Ecole polytechnique de Montréal CANADA 2010-2011 L opportunité m a été offerte de pouvoir effectuer mon stage de

Plus en détail

Lightroom 2. pour les photographes. Traduction et adaptation Volker Gilbert avec la collaboration de Stéphane Brunet.

Lightroom 2. pour les photographes. Traduction et adaptation Volker Gilbert avec la collaboration de Stéphane Brunet. Lightroom 2 pour les photographes Martin Evening Traduction et adaptation Volker Gilbert avec la collaboration de Stéphane Brunet Groupe Eyrolles, 2009, pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12368-5

Plus en détail

RECENSEMENT DES BESOINS PREVISIONNELS EN EXAMENS PROFESSIONNELS ANNEES 2016-2017

RECENSEMENT DES BESOINS PREVISIONNELS EN EXAMENS PROFESSIONNELS ANNEES 2016-2017 CENTRE DEPARTEMENTAL DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA CORSE DU SUD 18 cours Napoléon -BP 60321 20178 AJACCIO Cedex 1 : 04.95.51.07.26 : 04.95.21.60.75 RECENSEMENT DES BESOINS PREVISIONNELS

Plus en détail

J 1 50.25. du 18 mai 2011 (Entrée en vigueur : 1 er août 2011)

J 1 50.25. du 18 mai 2011 (Entrée en vigueur : 1 er août 2011) Arrêté étendant le champ d application des conventions collectives de travail pour les métiers de la métallurgie du bâtiment soit : CCT pour le métier d installateur en chauffage, ventilation et climatisation,

Plus en détail

MÉMOIRES DU XXe SIÈCLE EN RÉGION RHÔNE-ALPES APPEL À PROJETS 2015

MÉMOIRES DU XXe SIÈCLE EN RÉGION RHÔNE-ALPES APPEL À PROJETS 2015 MÉMOIRES DU XXe SIÈCLE EN RÉGION RHÔNE-ALPES APPEL À PROJETS 2015 ATTENTION : UNE SEULE SESSION EN 2015 La Région Rhône-Alpes et l État, DRAC Rhône-Alpes, ont souhaité mettre conjointement en place le

Plus en détail

ELEMENTS DE CONTENU DETAILLE

ELEMENTS DE CONTENU DETAILLE ELEMENTS DE CONTENU DETAILLE VIDEOSURVEILLANCE Introduction 2.1 Vidéosurveillance : pourquoi? 2.2 Architecture d une installation de vidéosurveillance 2.2.1 Vidéosurveillance en circuit fermé et circuit

Plus en détail

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE École nationale supérieure d architecture Montpellier PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Technicien de maintenance Autres appellations du métier Technicien polyvalent, agent d entretien polyvalent, agent de maintenance Le technicien de maintenance maintient les installations techniques en

Plus en détail

BUT DE L EXAMEN... 3 ORGANE RESPONSABLE... 4 CONDITIONS D ADMISSION... 5 DEROGATION... 5 TAXE D EXAMEN... 5 PARTIE / DUREE DE L EXAMEN...

BUT DE L EXAMEN... 3 ORGANE RESPONSABLE... 4 CONDITIONS D ADMISSION... 5 DEROGATION... 5 TAXE D EXAMEN... 5 PARTIE / DUREE DE L EXAMEN... BROCHURE août 2014 CONTENU BUT DE L EXAMEN... 3 ORGANE RESPONSABLE... 4 CONDITIONS D ADMISSION... 5 DEROGATION... 5 TAXE D EXAMEN... 5 PARTIE / DUREE DE L EXAMEN... 6 APERÇU DE LA MATIERE D EXAMEN... 7

Plus en détail

Guide des autorisations d urbanisme

Guide des autorisations d urbanisme Guide des autorisations d urbanisme de Service Urbanisme Villenoy 2014 TABLE DES MATIERES QUEL DOSSIER DEPOSER POUR MON PROJET?... 2 QUELQUES NOTIONS POUR BIEN DEMARRER.... 2 MON PROJET EST-IL SOUMIS A

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA)

Conditions générales d assurance (CGA) Assurance obligatoire des soins selon la Loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal) Conditions générales d assurance (CGA) Edition de janvier 2009 (version 2013) Organisme d assurance: Wincare Assurances

Plus en détail

Bienvenue à l historien virtuel 2.0

Bienvenue à l historien virtuel 2.0 Bienvenue à l historien virtuel 2.0 Par où commencer.2 Comment s inscrire...4 Comment créer des classes..7 Comment éditer une leçon.. 10 Comment partager une leçon...21 Comment se débrancher.. 22 Comment

Plus en détail

Vous déménagez? VOS ARCHIVES DÉMÉNAGENT AUSSI! Comment organiser un déménagement d archives

Vous déménagez? VOS ARCHIVES DÉMÉNAGENT AUSSI! Comment organiser un déménagement d archives Brochures de recommandations et de conseil 2 Vous déménagez? VOS ARCHIVES DÉMÉNAGENT AUSSI! Comment organiser un déménagement d archives Archives générales du Royaume et Archives de l État dans les Provinces

Plus en détail

LA MUNICIPALITE DE FROIDEVILLE AU CONSEIL COMMUNAL

LA MUNICIPALITE DE FROIDEVILLE AU CONSEIL COMMUNAL Préavis de la Municipalité concernant une demande de crédit extrabudgétaire pour financer les travaux de construction et d aménagement d une déchèterie sur le territoire communal. No 105/2010 LA MUNICIPALITE

Plus en détail

Rapport annuel 2013 des Commissions de gestion et de la Délégation des Commissions de gestion des Chambres fédérales

Rapport annuel 2013 des Commissions de gestion et de la Délégation des Commissions de gestion des Chambres fédérales 14.004 Rapport annuel 2013 des Commissions de gestion et de la Délégation des Commissions de gestion des Chambres fédérales du 31 janvier 2014 Messieurs les Présidents, Mesdames et Messieurs, Conformément

Plus en détail

Conseil d administration 322 e session, Genève, 30 octobre-13 novembre 2014 GB.322/PFA/3

Conseil d administration 322 e session, Genève, 30 octobre-13 novembre 2014 GB.322/PFA/3 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 322 e session, Genève, 30 octobre-13 novembre 2014 GB.322/PFA/3 Section du programme, du budget et de l administration Segment du programme, du

Plus en détail

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire 1. Ce que disent les plans d études vaudois Dans la partie consacrée aux finalités de l école vaudoise, le Plan d Etudes Vaudois (PEV) note à propos

Plus en détail

CONVENTION DE MISE A DISPOSITION SALLES COMMUNALES EMILE ROUSSEAU

CONVENTION DE MISE A DISPOSITION SALLES COMMUNALES EMILE ROUSSEAU CONVENTION DE MISE A DISPOSITION SALLES COMMUNALES EMILE ROUSSEAU ENTRE : Monsieur le Maire, agissant es-qualité en vertu des délibérations du 25 septembre 2014 et du 24 octobre 2013, Désigné ci-après

Plus en détail

Primaire. analyse a priori. Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1

Primaire. analyse a priori. Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1 Primaire l ESCALIER Une activité sur les multiples et diviseurs en fin de primaire Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1 Dans le but d observer les stratégies usitées dans la résolution d un problème

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DE CONCOURS ET DE VACANCE D EMPLOIS MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE Avis relatif au calendrier prévisionnel complémentaire des recrutements pour 2006 (fonction publique de

Plus en détail

Synthèse «Le Plus Grand Produit»

Synthèse «Le Plus Grand Produit» Introduction et Objectifs Synthèse «Le Plus Grand Produit» Le document suivant est extrait d un ensemble de ressources plus vastes construites par un groupe de recherche INRP-IREM-IUFM-LEPS. La problématique

Plus en détail

7. Recherche des essais

7. Recherche des essais 7. Recherche des essais Le chapitre précédent a insisté sur la nécessité de réaliser une recherche des essais aussi exhaustive que possible. Seule la conjonction de tous les moyens disponibles peut laisser

Plus en détail

Directives relatives au travail de maturité

Directives relatives au travail de maturité Directives relatives au travail de maturité Afin de permettre une meilleure lecture, seule la forme masculine est utilisée ci-après. 1. Dispositions légales Les textes suivants constituent la base légale

Plus en détail

RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE

RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE Loi sur l accès et la protection en matière de renseignements personnels sur la santé Affaire de notification d une atteinte à la protection de la vie privée : Date : Dossier concernant les erreurs ayant

Plus en détail

DEMANDE D UN CRÉDIT D ENGAGEMENT DE CHF 60'000 POUR L ACHAT DE CASIERS POUR LE SITE

DEMANDE D UN CRÉDIT D ENGAGEMENT DE CHF 60'000 POUR L ACHAT DE CASIERS POUR LE SITE Commune de Val-de-Ruz Conseil communal DEMANDE D UN CRÉDIT D ENGAGEMENT DE 60'000 POUR L ACHAT DE CASIERS POUR LE SITE DE LA FONTENELLE Rapport du Conseil communal au Conseil général Version : 1.0 - TH

Plus en détail

Code déontologique à l attention des professionnels de l information - Projet

Code déontologique à l attention des professionnels de l information - Projet VVBAD Beroepscode voor informatieprofessionnals - Ontwerp http://www.vvbad.be/views/beroepscode proposition de traduction - K. Bergé - 07.06.2010 -----------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Nettoyeur en bâtiment/nettoyeuse en bâtiment. Règlement d apprentissage et d examen de fin d apprentissage

Nettoyeur en bâtiment/nettoyeuse en bâtiment. Règlement d apprentissage et d examen de fin d apprentissage 80101 Nettoyeur en bâtiment/nettoyeuse en bâtiment Gebäudereiniger/Gebäudereinigerin Pulitore di edifici/pulitrice di edifici A. Règlement d apprentissage et d examen de fin d apprentissage B. Programme

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil PL 9585-A. Rapport. Date de dépôt: 14 octobre 2005 Messagerie

Secrétariat du Grand Conseil PL 9585-A. Rapport. Date de dépôt: 14 octobre 2005 Messagerie Secrétariat du Grand Conseil PL 9585-A Date de dépôt: 14 octobre 2005 Messagerie Rapport de la Commission de finances chargée d'étudier le projet de loi du Conseil d'etat ouvrant un crédit d'investissement

Plus en détail

Céline Nicolas Cantagrel CPC EPS Grande Section /CP Gérer et faciliter la continuité des apprentissages

Céline Nicolas Cantagrel CPC EPS Grande Section /CP Gérer et faciliter la continuité des apprentissages Céline Nicolas Cantagrel C EPS Grande Section / Gérer et faciliter la continuité des apprentissages GS Quelques pistes par rapport à l équipe pédagogique : renforcer les liens, clarifier les paramètres

Plus en détail

Information à l intention du personnel de l Etat de Fribourg

Information à l intention du personnel de l Etat de Fribourg Direction des finances Finanzdirektion Service du personnel et d'organisation Amt für Personal und Organisation CANTON DE FRIBOURG / KANTON FREIBURG Information à l intention du personnel de l Etat de

Plus en détail

Une bibliothèque spécialisée

Une bibliothèque spécialisée Guide du lecteur Une bibliothèque spécialisée La Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC) rassemble des collections documentaires sur les langues et civilisations des aires culturelles

Plus en détail

LISTE DES BAC PRO ET NIVEAU V EN COHÉRENCE

LISTE DES BAC PRO ET NIVEAU V EN COHÉRENCE Service Académique de l Inspection de l Apprentissage BAC PRO PRÉPARÉ BAC PRO Aéronautique - Option Mécanicien, Systèmes-Cellule BAC PRO Aéronautique - Option Mécanicien, Systèmes avionique BAC PRO Agroéquipement

Plus en détail