ANCIEN FONDS DE LA BIBLIOTHEQUE DES ARTS ET METIERS DE FRIBOURG : INVENTAIRE ET PERSPECTIVES D AVENIR

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANCIEN FONDS DE LA BIBLIOTHEQUE DES ARTS ET METIERS DE FRIBOURG : INVENTAIRE ET PERSPECTIVES D AVENIR"

Transcription

1 Véronique FEHR ANCIEN FONDS DE LA BIBLIOTHEQUE DES ARTS ET METIERS DE FRIBOURG : INVENTAIRE ET PERSPECTIVES D AVENIR Travail présenté à l Ecole d information documentaire en vue de l obtention du diplôme Genève

2 FEHR, Véronique. Ancien fonds de la Bibliothèque des arts et métiers de Fribourg : inventaire et perspectives d avenir / Véronique Fehr. Genève : E. I. D., p. : ill. ; 30 cm Ill. de couv. : reprod. d une carte de Karin Widmer, 1997 Résumé : Poursuite de l inventaire de l ancien fonds de la Bibliothèque des arts et métiers à partir des fichiers manuels existants, devant permettre une prise de conscience de l existence de ce fonds et, à moyen terme, sa mise à disposition du public par des instruments de recherche fiables. Ont découlé de ce travail de diplôme des réflexions liées au désherbage, à l organisation d une exposition et à la remise en commun de l ancien fonds de la Bibliothèque des arts et métiers avec celui de la Bibliothèque de l Ecole d ingénieurs et d architectes de Fribourg, fonds qui avaient été séparés en Ce travail a été dirigé par Madame Laurence Crausaz-Longchamp. Les propos émis dans ce travail n engagent que la responsabilité de leur auteur. 2

3 Remerciements : Je tiens à exprimer ici mes plus vifs remerciements à Laurence Crausaz- Longchamp qui m a encouragée, soutenue et beaucoup aidée lors de mon travail. Je tiens également à remercier Sarah Corpataux, Gaston Thévoz et Marie- Luce Ducry pour leurs encouragements et leur collaboration si active! 3

4 TABLES DES MATIERES Introduction générale p. 6 Partie I : Aperçu historique p. 7 A. Musée industriel cantonal de Fribourg p. 8 B. Ancien fonds, sa gestion et son emplacement p. 9 C. Présentation de la Bibliothèque des arts et métiers p. 10 Partie II : Inventaire p. 11 A. Introduction p. 12 B. Problématique p. 12 Etat du fonds et des fichiers p. 13 C. Le travail d inventaire p. 14 a. Fichiers p. 14 b. Démarche p. 15 c. Méthode de base sur le fonds et les fichiers p. 15 d. Les «30 000» et la «Réserve» p. 17 e. Catalogage p. 17 f. Indexation p. 18 g. Copie des fiches p. 18 h. Intercalation p. 19 i. Petits travaux effectués p. 20 D. Désherbage p. 21 a. Introduction p. 21 b. Critères de sélection p. 21 E. Suite à donner p. 24 Catalogage, indexation p. 24 Désherbage p. 24 Intercalation p. 24 Recherches bibliographiques p. 24 4

5 Partie III : Perspectives d avenir p. 25 A. Projet de remise en commun des fonds de la Bibliothèque des arts et métiers et de la Bibliothèque de l Ecole d ingénieurs et architectes p. 26 Introduction p Projet de réunion physique des fonds p Projet de bibliothèque virtuelle p. 27 B. Projet d exposition p. 28 a. Le lieu p. 29 b. Le public p. 29 c. Les documents p. 30 d. Le temps de préparation p. 31 e. Dates de l exposition p. 32 Partie IV : Conclusion p. 34 ANNEXE 1 : Règlement de prêt de la Bibliothèque des arts et métiers p. 35 ANNEXE 2 : Politique d acquisition de la Bibliothèque des arts et métiers p. 36 ANNEXE 3 : Liste des professions p. 38 ANNEXE 4 : Liste des branches enseignées au Centre professionnel p. 41 BIBLIOGRAPHIE p. 45 5

6 INTRODUCTION GENERALE Le mandat réalisé à la Bibliothèque des arts et métiers de Fribourg concerne l ancien fonds conservé dans ses sous-sols. Ce mandat s articule autour de deux pôles : l inventaire de l ancien fonds et une réflexion au sujet de l avenir de ce fonds. La réalisation de l inventaire de l ancien fonds de la BAM à partir des fichiers manuels existants devait permettre une prise de conscience de l existence de ce fonds et, à moyen terme, sa mise à disposition du public par des instruments de recherche fiables. Corollaire de l inventaire, l axe de réflexion permet de formuler deux hypothèses quant à l avenir de l ancien fonds. Il s agit, d une part, de la remise en commun des anciens fonds de la BAM et de la Bibliothèque de l Ecole d ingénieurs et d architectes, fonds qui avaient été séparés en 1965 et d autre part, d un projet d exposition avec les ouvrages de l ancien fonds de la BAM. De ces deux parties, complémentaires, la première allait se révéler plus longue que la seconde. En effet, le temps consacré au travail pratique évalué sur papier, sur la base d un plan a été mésestimé. D un mois et demi de prévu, l inventaire a passé à deux mois et demi ce qui a diminué le délai imparti à l autre partie du travail et a eu pour conséquence de ne pas pourvoir à l approfondissement de la réflexion sur les sujets précités Ce retard au niveau du planning est dû notamment aux difficultés rencontrées : problèmes de compréhension d ouvrages techniques rédigés en allemand, indexation plus importante qu estimée initialement, recherches infructueuses dans les fichiers manuels causées par des erreurs de classement. Toutefois, ces quelques difficultés n ont en rien ôté la curiosité et le plaisir intellectuel de la découverte de publications sur des métiers disparus ou ayant passablement évolués sur le plan technique et technologique. Cet aspect de détention de la mémoire, de gardien du passé ou gardien du savoir, n a pas été développé dans ces page mais aurait pu constituer un chapitre. 6

7 PARTIE I APERÇU HISTORIQUE 7

8 A. LE MUSÉE INDUSTRIEL CANTONAL DE FRIBOURG Le Musée industriel cantonal de Fribourg d abord Musée des Arts et Métiers de Fribourg, puis Office et Musée des Arts et Métiers de Fribourg et enfin Musée industriel cantonal de Fribourg a été créé par un arrêté du Conseil d Etat du 27 décembre A son origine, on trouve la Société fribourgeoise des Arts et Métiers, fondée dans le but de développer les cours professionnels existants, d en créer de nouveaux et de constituer un Musée industriel pourvu d une bibliothèque. En 1937, le Musée des Arts et Métiers change de nom dans le but de mieux faire ressortir sa fonction réelle et, à partir de cette date, il se nomme Office et Musée cantonal des arts et métiers. Après avoir changé plusieurs fois de lieux, le Musée industriel cantonal qui se situait à Pérolles, là où se dressait le Technicum cantonal (devenu par la suite Ecole d ingénieurs de Fribourg puis l actuelle Ecole d ingénieurs et d architectes), était composé (jusqu en 1965) : de collections d objets anciens fribourgeois, de travaux «modernes» en métal, d objets usuels de pays étrangers, d objets produits traditionnellement par une main d œuvre féminine (pailles de la Singine, de Gruyère, du Tessin, d Argovie, de Forêt Noire Allemagne de la Toscane, du Canada, tissus, dentelles, etc.) et des réalisations dans les arts plastiques. de matériaux et documents, essentiellement des graphiques, des photographies, des dessins, de la documentation sous forme d extraits de périodiques et de publications spéciales. d une bibliothèque comptant, en 1930, quelques 40'000 volumes et en 1950, environ 50'000, consacrés à la technique, aux beaux-arts, aux arts et métiers, aux sciences sociales et à la formation professionnelle et une collection de 1400 affiches. Un premier catalogue de la bibliothèque fut publié en 1895, le second en 1906, un autre en d une salle de lecture proposant, en 1930, 145 titres de périodiques. En 1965, après la construction du bâtiment du Centre professionnel cantonal, il a été décidé d y transférer la bibliothèque qui devient ainsi la Bibliothèque des arts et métiers. Le fonds a été séparé en deux. Sur l ensemble des 50'000 volumes environ, 15'000 ouvrages en relation avec la formation 8

9 professionnelle et les apprentis sont allés à la Bibliothèque des Arts et Métiers ; 35'000 sont restés à la Bibliothèque du Technicum cantonal (ancienne Ecole d Ingénieurs et d architectes). B. L ANCIEN FONDS, SA GESTION ET SON EMPLACEMENT L ancien fonds de la Bibliothèque des arts et métiers provient donc de la bibliothèque de l Office et Musée industriel cantonal de Fribourg. Les dates de publication couvrent la fin du 19 ème siècle jusqu en 1970 environ. Avant d être déplacés dans les sous-sols du Centre professionnel cantonal, ces ouvrages ont constitué la collection de base de la Bibliothèque des arts et métiers. Cet ancien fonds dépend entièrement de la bibliothèque et des bibliothécaires. Le catalogage manuel n étant pas à jour, il ne pouvait être utilisé pour des recherches fiables. Par manque de moyens, le re-catalogage du fonds n a pas été fait. Toutefois, confrontées à un besoin, du fait que des doubles de fiches se trouvent intégrées dans le catalogue de la BCU 1 et que certains lecteurs manifestaient de l intérêt pour le contenu du fonds, les bibliothécaires en ont entrepris une révision sommaire. Elles ont commencé par un travail de vérification du catalogue manuel et du fonds réel. En lieu et place d un véritable re-catalogage, celui-ci étant irréalisable à cause de l ampleur de la tâche, elles ont effectué un «inventaire». En raison de l augmentation du fonds actuel, les bibliothécaires ont dû déplacer l ancien fonds au sous-sol du bâtiment. Les premiers locaux dans lesquels il a été entreposé étaient humides, mal aérés, mal éclairés et présentaient des risques d inondation. De plus, les étagères métalliques qui supportaient le poids des ouvrages ont cédé plus d une fois. Monsieur Andrea Giovannini, qui avait restauré des ouvrages anciens appartenant à la bibliothèque, a procédé à l évaluation d un second local, situé en face du premier. Cette évaluation signale les améliorations nécessaires à une conservation acceptable. Une fois celles-ci réalisées, travaux d isolation, peinture, fixation d étagères métalliques, les documents ont été transférés dans ce nouveau local. 1 Bibliothèque Cantonale et Universitaire 9

10 C. PRESENTATION DE LA BIBLIOTHÈQUE DES ARTS ET MÉTIERS Située au premier étage du bâtiment principal du Centre Professionnel cantonal de Fribourg, la Bibliothèque des arts et métiers occupe une surface d environ 175 m 2, divisée en salle de lecture, bibliothèque en libre accès, et espace de travail pour les bibliothécaires. En 1988, suite au travail de diplôme de Madame Béatrice Mettraux, la bibliothèque a été entièrement informatisée et offre actuellement deux postes pour la consultation. La bibliothèque est placée sous la responsabilité de l Office cantonal de la formation professionnelle, lui-même rattaché à la Direction de l économie, des transports et de l énergie du canton de Fribourg. L Office cantonal de la formation professionnelle 2 a sous sa responsabilité l Ecole Professionnelle Artisanale et Industrielle (EPAI), l Ecole Professionnelle Commerciale (EPC), toutes deux situées à Fribourg, l Ecole Professionnelle Artisanale et Commerciale de Bulle (EPAC), ainsi que l Ecole des Métiers de Fribourg (EMF). La Bibliothèque des Arts et Métiers est destinée en premier lieu aux apprenti(e)s fréquentant les cours professionnels à Fribourg. Elle est aussi à la disposition des apprenti(e)s et des personnes effectuant des cours de perfectionnement ou préparant une maîtrise fédérale. Elle est également ouverte à toute personne qui désire consulter des ouvrages dans les domaines couverts par la bibliothèque. C est avant tout une bibliothèque publique et scolaire, spécialisée dans les arts en général (beaux-arts et arts appliqués), les métiers et la formation professionnelle. 2 OCFP 10

11 PARTIE II INVENTAIRE 11

12 A. INTRODUCTION Une première précision de vocabulaire avant d entrer dans la problématique même du travail : le terme d «ancien fonds» ne signifie pas «fonds de livres anciens» au sens de livres parus jusqu en 1850 environ. Il désigne simplement le fonds provenant de l Office et Musée industriel cantonal de Fribourg, soit celui qui précède le fonds actuel. Il couvre la fin du 19 ème siècle, le début du 20 ème siècle jusqu aux années septante environ. Toutefois, quelques ouvrages sont malgré tout plus anciens. De tous les ouvrages de l ancien fonds, au moins deux d entre eux méritent d être mentionnés pour leur grande valeur : un hymnaire du début du 16 ème siècle, restauré par Monsieur Andrea Giovannini un manuscrit de Ferdinand Hodler (une causerie sur l art), sa correspondance avec le directeur du Musée industriel, ainsi qu un cahier d esquisses didactiques composées pour le cours de dessin qu il donnait lui-même au Musée industriel de 1896 à 1899 Je citerai encore : une bible, la «Biblia sacra bibliorum opus sacro sanctum vulgati», publiée en Elle comporte de belles gravures sur bois un livre d architecture de Vitruve, intitulé «De Architecture Liber decem cum commentariis Danielis Barbari, electi patriarchal Aquileiensis : multi aedificiorum, horologiorum et machinarium descriptionibus et figuris, unà cum indicibus copiosis, auctis et illustratis», publié en 1567 un herbier réalisé par François Remy, le «Traité de botanique Ou l histoire des plantes usuelles dans lequel on les trouve rangées Par classes avec leurs différents usages suivant Monsieur Chaumel ; fait a (sic) Paris par moy François Remy Etudiant en Chirurgie en l année Mil Sept cent quarante cinq ; 1745» B. PROBLÉMATIQUE La réalisation de l inventaire de l ancien fonds à partir du fichier manuel, inventaire qui avait déjà été commencé par les bibliothécaires, doit permettre 12

13 de percevoir ce que contient réellement ce fonds et, à moyen terme, de le mettre à la disposition du public en lui proposant des instruments de recherche fiables, quoique pas idéaux (certaines fiches pourraient être refaites, d autres complétées ). Etat du fonds et des fichiers Les ouvrages qui composent le fonds sont classés par numerus currens. Dans la partie traitée au cours de ce travail, les numerus currens s étendaient de 15'000 à 30'000 avec toutefois des lacunes dans la numérotation allant de quelques unités à quelques centaines voire quelques milliers de différence. Par exemple, entre les 16'000 et les 20'000, ou encore les 23'000 et les 30'000, il y a des «trous» de respectivement quatre mille et sept mille numéros, «écarts» qui s expliquent partiellement par la division du fonds de la Bibliothèque de l Office et Musée industriel cantonal. La partie traitée englobe quelques 4000 ouvrages répartis sur 74,25 mètres linéaires. L ancien fonds dans son ensemble, abrité dans les sous-sols du Centre professionnel cantonal, s élève à environ 9000 publications réparties sur 170 mètres linéaires. En raison de la séparation du fonds initial en deux parties distinctes, il arrive que des livres ne trouvent pas leurs pendants parmi les fiches et inversement, que les fiches ne correspondent pas aux livres. Après une rapide visite à la bibliothèque de l Ecole d ingénieurs et d architectes de Fribourg, nous avons pu constater, Madame Laurence Crausaz- Longchamp et moi-même, que la répartition des ouvrages entre les deux bibliothèques était surprenante, car il y a des ouvrages d art qui sont à la Bibliothèque de l Ecole d ingénieurs et d architectes qui devraient être à la Bibliothèque des arts et métiers et des ouvrages concernant l Ecole d ingénieurs et d architectes qui sont à la Bibliothèque des arts et métiers. L inventaire de la Bibliothèque des arts et métiers doit permettre de vérifier la répartition et, si nécessaire, de créer les fiches manquantes, de contrôler le catalogage. Le catalogue manuel (anciens fichiers) comprend des erreurs de catalogage, telles que des vedettes fausses. Il comprend également des erreurs d intercalation dans les différents fichiers. 13

14 La Bibliothèque des arts et métiers a, à l égard de cet ancien fonds, une mission de conservation. Cependant, au vu du travail effectué, il a été question de désherbage. En effet, ayant de toute façon les ouvrages en main, nous avons pensé, Madame Laurence Crausaz-Longchamp et moi-même, utile d effectuer un désherbage succinct afin d éliminer un certain nombre de documents dont la conservation paraissait injustifiée. C. LE TRAVAIL D INVENTAIRE a. Fichier Comme précisé, j ai repris un fonds déjà en partie traité. Les critères de contrôle du catalogage (cf. partie C.f.) avaient auparavant été établis par Madame Suzanne Gehring, alors bibliothécaire à la Bibliothèque des arts et métiers. J ai commencé mon travail en disposant : 1. De fichiers existants Fichier «ancien fonds» Fichier «auteurs et anonymes» 2. De fichiers en cours de constitution Fichier «inventaire» Fichier «matière» Le travail d inventaire s est fait essentiellement sur la base du fichier «ancien fonds» complété par les fichiers «auteurs, anonymes» et «inventaire». Des trois, le fichier «ancien fonds» était normalement le plus complet. Cependant, dans ce fichier j ai trouvé : un classement aux auteurs et aux titres une esquisse de classement par mots-matières qui se retrouvaient mêlés au classement auteurs et anonymes un classement par termes significatifs du titre ; cette méthode implique que la fiche de l ouvrage n est pas classée sous le premier mot du titre mais sous le mot retenu et jugé plus évocateur comme par exemple : Rapport de l association suisse des maîtres confiseurs, la fiche était rangée sous 14

15 «confiseurs» et non sous «rapport» ou encore classé sous «Jardins» et non sous «Petits», comme dans l exemple ci-dessous : Ces trois types de classement entremêlés ont compliqué la recherche des fiches. Par ailleurs, je me suis aperçue qu il était incomplet et que je devais donc m appuyer sur les fichiers «auteurs et anonymes» et «inventaire». (Le fichier «inventaire» comportait des fiches que je n ai jamais retrouvées dans les autres fichiers. Peut-être les fiches originales ont-elles été supprimées.) b. Démarche 1. Trouver les fiches des livres en rayon et mettre de côté les ouvrages n ayant pas de fiches 2. Mettre les fiches sans livres de côté 3. Corriger les erreurs de catalogage 4. Indexer les documents 5. Faire faire les copies des fiches nécessaires à l intercalation dans les différents fichiers 6. Procéder également à certaines éliminations décidée en cours de travail 7. Compléter les fichiers avec les fiches originales et les fiches copiées c. Méthode de base de travail sur le fonds et les fichiers Mon travail a consisté dans un premier temps à prendre les ouvrages en rayon à partir de 15'000, les numéros précédents ayant déjà été vérifiés et à chercher pour chacun d eux la fiche correspondante. J ai pris conscience du fait que de cette manière je ne verrais pas les fiches sans livres, ni les livres 15

16 sans fiche. Alors, j ai retiré des fichiers «ancien fonds» et «auteurs et anonymes», en prenant les lettres alphabétiques les unes après les autres, l ensemble des fiches dont le numerus currens commençait par 15'000. J ai constitué des piles réparties en 15'300, 15'400, 15'500 etc. Au moment de ce tri, j avais déjà inventorié et indexé les 15'000, les 15'100 et une majorité des 15'200. Il en a été fait de même avec le numerus currens 16'000 et suivants. Pour accélérer mon travail, j ai décidé d ôter tous les livres d un rayon, de les empiler par petits tas sur des tables basses et de chercher leur fiche, dans les fichiers d abord, puis par la suite dans les piles de fiches correspondant à la centaine que je traitais. J ai appliqué cette méthode au reste de l inventaire. En ce qui concerne la correction du catalogage et l indexation, je me suis installée dans la salle de lecture, lieu agréable et lumineux, où je pouvais étaler les documents, les dictionnaires et mes papiers. Au sous-sol, j ai mis de côté les livres demeurés sans fiches, non sans avoir envisagé les possibilités de classements les plus diverses et les plus saugrenues. En pratiquant avec méthode le tri de l ensemble des fichiers, j ai pu récupérer des fiches concernant ces livres. Il est arrivé que le terme de classement ait été l éditeur : Voici un classement à l éditeur De même, j ai mis de côté les fiches sans livres. Pour certains ouvrages, il existait plusieurs fiches, parce qu il y avait plusieurs auteurs, ou alors parce qu il y avait eu une esquisse de classement aux mots-matières et que l une des fiches avait été rangée sous le terme d indexation. J ai eu des cas où des fiches portaient le même numerus currens. Cela provenait du fait que soit les ouvrages étaient en allemand et en français, soit ils appartenaient à une série, soit ils étaient en deux ou trois volumes, soit ils 16

17 semblaient avoir un vague lien entre eux. Dans tous les cas cités, j ai dû «complexifier» le classement. Pour les publications allemandes et française, j ai ajouté la lettre «D» pour «Deutsch» et «F» pour «Français». Pour les séries, j ai souvent numéroté les documents. En ce qui concerne les titres en plusieurs volumes, ou bien je les ai numérotés ou bien, je leur ai attribué des lettres «a», «b» et «c». d. Les «30 000» et la «Réserve» Comme expliqué plus haut, j ai eu à traiter la partie du fonds qui s étend du numerus currens 15'000 au numerus currens 23'000. Il reste le numerus currens 30'000 que je n ai pas eu à inventorier parce que les livres concernés avaient déjà été re-catalogués sur la base informatisée BIBLIO de la Bibliothèque des arts et métiers avec la cote GF (grand format) et un indice CDU. Ce sont des ouvrages dont le format dépasse 40 cm et dont les sujets sont principalement les peintres, la peinture et l architecture. (Ils sont rangés sur des étagères à casiers hauts et étroits qui les tiennent suffisamment serrés pour qu ils ne se déforment pas.) De même que je n ai pas eu à m occuper d une catégorie de livres, appelés Réserve. Ces ouvrages, uniquement en consultation, sont également répertoriés sur la base de données BIBLIO. e. Catalogage A la création des fichiers de la Bibliothèque du Musée industriel cantonal, les règles de catalogage ISBD (M) n existaient pas encore. Cela signifie que la ponctuation n est pas normalisée et que les zones définies par les règles de catalogage ne sont pas respectées. Lors du contrôle du catalogage, je me suis simplement attachée aux éléments importants qui doivent figurer sur la fiche, comme le (les) nom(s) de (des) l auteur(s) ou le titre correctement orthographiés, l éditeur, la date d édition, le nombre de pages et la collection. Si la vedette était erronée, si les lacunes rendaient la fiche illisible ou si un ouvrage présentait un titre parallèle mentionné sur deux fiches, l une pour le français et l autre pour l allemand, je créais une nouvelle fiche destinée à remplacer l ancienne. 17

18 f. Indexation Le «Choix des vedettes matières» de Mesdames Martine Blanc-Montmayeur et Françoise Danset est en vigueur à la Bibliothèque des arts et métiers. J y ai donc eu recours. Cette liste de termes contrôlés m a cependant posé problème lorsqu il m a fallu traiter des ouvrages techniques. J ai dû parfois noter des termes qui ne sont pas dans la liste mais qui sont nécessaires à l indexation. Des termes d indexation ont été ajoutés dans la liste par les bibliothécaires, termes que j ai utilisés lors de mon travail. J ai rencontré quelques difficultés lors de l indexation de documents en allemand, soit à cause du vocabulaire technique, soit à cause des mots composés. J ai consulté des dictionnaires allemand-français et des dictionnaires techniques allemand-français et lors de grosses difficultés, je me suis adressée à Mesdames Marie-Luce Ducry et Sarah Corpataux qui m ont beaucoup aidée. Heureusement, peu de livres ont présenté de telles difficultés. Cela nous semblant suffisant, nous avons choisi, Madame Laurence Crausaz- Longchamp et moi-même, de ne mettre que deux ou trois mots-matières par ouvrage. (Il est évident que pour certains sujets, le nombre de mots-matières sera moindre alors que pour d autres, il sera plus important. Ainsi pour la comptabilité, un seul mot-matière a été attribué, alors que pour les sujets qui concernent directement le Centre professionnel, plusieurs mots-clés ont été retenus.) g. Copie des fiches Une fois le contrôle du catalogage et l indexation effectués, sur la fiche «mère» provenant souvent du fichier «ancien fonds» ou du fichier «auteurs et anonymes» et en dernier recours du fichier «inventaire» j ai indiqué, au bas le nombre de copies nécessaires de façon à compléter les fichiers lors de l intercalation. Les fiches «mères» étaient transmises à Monsieur Gaston Thévoz, aidebibliothécaire, pour l établissement des photocopies et leur découpage à un format standard. En retour, je recevais les fiches originales et les copies. Sur les copies, j indiquais sur l une l entrée à l auteur ou au titre, quand il y avait plusieurs auteurs, je soulignais les auteurs une fiche après l autre (1 ère fiche : 1 er auteur, 2 ème fiche : 2 ème auteur, etc.). Sur la suivante, je soulignais le premier motmatière, sur l autre le second, sur l autre encore, le troisième, etc. et finalement sur la dernière l entrée au numerus currens pour l inventaire. 18

19 Lorsque qu il y avait de nouvelles fiches, que j avais tapées, j ai demandé une copie supplémentaire pour la Bibliothèque cantonale et universitaire de Fribourg (remplacer l ancienne par la nouvelle) puisque la BCU possède des fiches du fichier de la Bibliothèque des arts et métier, et que pour bien faire, il faudrait qu elle les mette également à jour. h. Intercalation Le problème de l intercalation est apparu dès les premiers classements de fiches dans les différents fichiers, notamment au niveau des noms des auteurs et des titres allemands avec les lettres ä, ö et ü, souvent mélangées au reste de la section alphabétique et non mises à part. En outre, le nom d un auteur pouvait être écrit de deux manières : en effet, soit il s appelait Müller, soit Mueller, soit Käfer, soit Kaefer. ou encore comme les fiches suivantes en donnent l exemple : J ai dû reprendre les classements alphabétiques des fichiers «anciens fonds» et «auteurs et anonymes» pour un même classement cohérent. J ai placé en fin de section les lettres à tréma. Ainsi, les ä, les ö et les ü se retrouvent après les a, les o et les u. 19

20 i. Petits travaux effectués Ce fonds étant destiné à la conservation, j ai appliqué quelques règles de base en vue de prolonger la durée du vie de certains documents. 1. Enlevé en feuilletant Formulaires de prêt Papiers volants en tout genre (prise de notes, marque-page) Scotch qui se décolle et dont la colle a migré dans le papier Etiquettes qui se décollent 2. Donné à réparer Ouvrages dont le dos se décolle ou était complètement décollé Ouvrages auxquels il manquait les étiquettes. Elles étaient refaites et recollées à la colle acrylique 20

21 D. DESHERBAGE a. Introduction La Bibliothèque des arts et métiers étant une bibliothèque de lecture publique qui sert les écoles professionnelles du canton de Fribourg, elle doit offrir dans ses collections, les ouvrages nécessaires aux apprenti(e)s et aux enseignants de ces écoles ainsi que les ouvrages professionnels apportant des compléments d information aux manuels scolaires, concernant les métiers enseignés au sein des écoles professionnelles. Elle acquiert tous les documents professionnels susceptibles d intéresser le public évoqué plus haut, ainsi que des ouvrages d art (cf. annexe 2) et les met à sa disposition selon les conditions figurant dans le règlement de prêt à domicile (cf. annexe 1). En dehors de ces tâches bibliothéconomiques, elle propose des instruments de recherche : ouvrages de références (encyclopédies générales et spécialisées en français et en allemand et les dictionnaires de langues), catalogue informatisé de la bibliothèque, accès à internet par l entremise de postes de consultation. De plus, elle archive tout ce qui a trait aux arts et métiers, aux branches enseignées dans les écoles professionnelles et à la formation professionnelle en général. Les périodiques sont gardés en fonction d un plan d archivage par année et par type de périodique. b. Critères de sélection Au fur et à mesure de la progression de l inventaire, je me suis aperçue que de nombreuses publications avaient été conservées à plus d un seul exemplaire, et que d autres ne correspondaient pas aux matières enseignées à l Ecole professionnelle. J en ai discuté avec Madame Laurence Crausaz- Longchamp et nous avons réfléchi à propos des critères à retenir ou à réfuter. Au cours de cette réflexion, nous nous sommes demandé s il fallait ou non appliquer les mêmes critères de sélection à l ancien fonds et au fonds actuel. Des réponses distinctes en fonction de l usage de ces fonds paraissent plus judicieuses. En effet, l ancien fonds est un fonds «fermé» qui ne recevra pas d autres documents, en revanche le fonds actuel est un fonds «ouvert» qui continuera de s accroître. C est pourquoi ont été mises en place deux politiques d élimination parallèle. 21

22 Voici, à titre d exemple, pour le fonds actuel quelques critères en vigueur : Une nouvelle édition remplace une ancienne Un guide de géographie est dépassé, il est éliminé L ensemble des ouvrages techniques et professionnels est conservé L ensemble des ouvrages d art est conservé etc. Lorsque les ouvrages du fonds actuel devront être descendus dans le local de l ancien fonds, il y aura une lacune d environ dix à quinze ans entre les deux. Cette solution de continuité peut s expliquer par le fait que pendant plusieurs années le fonds ancien n a pas reçu de nouvelles acquisitions. En ce qui concerne l ancien fonds, l élimination s effectue plus sur le plan intellectuel que sur le plan physique. En effet, les ouvrages ne seront pas forcément éliminés mais seront plutôt transmis à des institutions intéressées. Voici les critères pour l ancien fonds : Ont été éliminés d office, tous les doubles, triples et quadruples exemplaires d une même édition. Lorsqu il y a plusieurs éditions du même ouvrage et qu il y a parmi elles la première et la dernière, ne garder que les deux extrêmes. Lorsqu il y a plusieurs éditions du même ouvrage mais que la première n existe pas et que toutes les éditions successives ne sont pas présentes, ne garder que la dernière ou tout garder en fonction du sujet, par exemple des ouvrages techniques dont les différentes éditions seraient le reflet de l évolution de la technologie. A été retiré du fonds en vue d un tri, tout ce qui ne concerne pas de près ou de loin les domaines couverts par l enseignement à l Ecole professionnelle, comme tout ce qui touche à la danse, à l alcoolisme, aux écoles de recrues et à l art militaire. Ont été mis de côté en vue d une donation les ouvrages pouvant intéresser à titre historique d autres institutions telles que l Ecole normale (future Haute Ecole Pédagogique) et l Office d orientation scolaire et professionnel. Ce sont entre autres : la revue d études pédagogiques ou les règlements d apprentissage qui seraient à donner à l OCFP. Ils avaient été conservés dans le fonds parce que la bibliothèque des arts et métiers dépend de l OCFP, mais ils ne doivent pas y rester. 22

Stages en documentation pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle

Stages en documentation pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle Stages en documentation pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle De nombreux documentalistes se sont déjà interrogés sur la manière d organiser un stage en documentation

Plus en détail

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Un livre illustré Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Résumé de la tâche Domaines généraux de formation Compétences transversales Domaines d apprentissage et compétences

Plus en détail

Qu est-ce qu un catalogue?

Qu est-ce qu un catalogue? Qu est-ce qu un catalogue? Nathalie Piérache Novembre 2008 1 Qu est-ce qu un catalogue? Plan du cours Les catalogues Définition Bref historique des catalogues de bibliothèque Le rôle du catalogue Le catalogue

Plus en détail

Fiche de lecture de PFE Guillaume HEMMERTER

Fiche de lecture de PFE Guillaume HEMMERTER 1. INTRODUCTION Les maîtres d ouvrage ou propriétaires de patrimoine immobilier qui s engagent dans la construction ou la rénovation d installations climatiques veulent avoir la certitude d obtenir le

Plus en détail

REGLEMENT GENERAL DES STAGES DE 2 e MASTER ET DES TRAVAUX DE FIN D ETUDES

REGLEMENT GENERAL DES STAGES DE 2 e MASTER ET DES TRAVAUX DE FIN D ETUDES COMMUNAUTE FRANÇAISE DE BELGIQUE Haute Ecole Paul-Henri SPAAK INSTITUT SUPERIEUR INDUSTRIEL DE BRUXELLES Enseignement supérieur de type long et de niveau universitaire CONSEIL DE CATEGORIE ISIB-CC-DR-04,

Plus en détail

Stages en archives pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle

Stages en archives pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle Stages en archives pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle De nombreux archivistes se sont déjà interrogés sur la manière d organiser un stage en archives pour des

Plus en détail

Guide méthodologique 4

Guide méthodologique 4 N/Réf : X2 217 012 Collection Guides méthodologiques Comment réaliser un travail de recherche Guide méthodologique 4 Louis Gaudreau Conseiller en documentation Centre des médias Septembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

UN PROJET MULTIMÉDIA avec les classes 702A et 712B et le logiciel MISTRALMOVIE, au Cycle d Orientation des Grandes-Communes

UN PROJET MULTIMÉDIA avec les classes 702A et 712B et le logiciel MISTRALMOVIE, au Cycle d Orientation des Grandes-Communes UN PROJET MULTIMÉDIA avec les classes 702A et 712B et le logiciel MISTRALMOVIE, au Cycle d Orientation des Grandes-Communes Buts Mise en place d une période de révision d allemand en fin de 7e année sous

Plus en détail

Bibliothèque de la Haute Ecole de Théâtre de Suisse Romande:

Bibliothèque de la Haute Ecole de Théâtre de Suisse Romande: Information documentaire Bibliothèque de la Haute Ecole de Théâtre de Suisse Romande: Rapport de stage professionnel réalisé du 16 août au 8 octobre 2010 + annexe Conseillère pédagogique : Référent HETSR:

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

Guide de rédaction pour le travail de recherche. Dans le cadre du cours SCP-4010-2. Travail remis par Votre prénom et votre nom

Guide de rédaction pour le travail de recherche. Dans le cadre du cours SCP-4010-2. Travail remis par Votre prénom et votre nom Guide de rédaction pour le travail de recherche Dans le cadre du cours SCP-4010-2 Travail remis par Votre prénom et votre nom À Simon Martin (votre enseignant) Centre de formation des Maskoutains 6 juin

Plus en détail

La recherche à la bibliothèque

La recherche à la bibliothèque Guide rapide n o 1 La recherche à la bibliothèque Les six étapes d une recherche efficace Par Guylaine Simard, bibl. prof. Responsable de la bibliothèque Août 2013 1. Déterminer précisément son sujet de

Plus en détail

CHARTE DES DONS. Bibliothèque universitaire des langues et civilisations. Pôle Collections. Version : 26 janvier 2012

CHARTE DES DONS. Bibliothèque universitaire des langues et civilisations. Pôle Collections. Version : 26 janvier 2012 CHARTE DES DONS Bibliothèque universitaire des langues et civilisations Pôle Collections Version : 26 janvier 2012 65 rue des Grands Moulins F-75013 Paris www.bulac.fr T +33 (0)1 81 69 18 00 F +33 (0)1

Plus en détail

Missions de la documentation... 2. Public concerné... 2. Horaires et conditions d accès... 2. Services aux usagers... 3. Obligations des usagers...

Missions de la documentation... 2. Public concerné... 2. Horaires et conditions d accès... 2. Services aux usagers... 3. Obligations des usagers... CENTRE NATIONAL DE RESSOURCES POUR LES HANDICAPS RARES À COMPOSANTE ÉPILEPSIE SÉVÈRE - FAHRES RÈGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DE LA DOCUMENTATION Tout usager des services documentaires du Centre National de

Plus en détail

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE Table des matières 1. Introduction... 1 2. Développement... 2 2.1. Droit successoral, réserve des héritiers... 2 2.2.

Plus en détail

Les documents primaires / Les documents secondaires

Les documents primaires / Les documents secondaires Les documents primaires / Les documents secondaires L information est la «matière première». Il existe plusieurs catégories pour décrire les canaux d information (les documents) : - Les documents primaires

Plus en détail

MANUEL DE GESTION GESTION DU CENTRE DE DOCUMENTATION

MANUEL DE GESTION GESTION DU CENTRE DE DOCUMENTATION SCECR-DIR-07-01 MANUEL DE GESTION TITRE : GESTION DU CENTRE DE DOCUMENTATION TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE ET PROCÉDURE Expéditeur : Conseillère-cadre à l évaluation, aux communications et à la recherche

Plus en détail

Enquête de lectorat Bulletin INFO SANTÉ ENVIRONNEMENT INTÉRIEUR, 2007 RESULTATS

Enquête de lectorat Bulletin INFO SANTÉ ENVIRONNEMENT INTÉRIEUR, 2007 RESULTATS Enquête de lectorat Bulletin INFO SANTÉ ENVIRONNEMENT INTÉRIEUR, 2007 RESULTATS INTRODUCTION, OBJECTIFS L enquête de lectorat du bulletin Info Santé Environnement Intérieur a été demandée en 2005 par la

Plus en détail

ARCHITECTURE ET DECORATION RAPPORT DE STAGE - CLASSE DE 3E DU 14 AU 18 DECEMBRE 2009 THOMAS MASSONNEAU

ARCHITECTURE ET DECORATION RAPPORT DE STAGE - CLASSE DE 3E DU 14 AU 18 DECEMBRE 2009 THOMAS MASSONNEAU DU 14 AU 18 DECEMBRE 2009 THOMAS MASSONNEAU RAPPORT DE STAGE - CLASSE DE 3E ARCHITECTURE ET DECORATION Collège Sainte-Marie des Ursulines 34, avenue de la Colonne 31500 TOULOUSE Tél. 05 34 25 28 61 Fax.

Plus en détail

Les quatrièmes et l histoire des arts

Les quatrièmes et l histoire des arts Les quatrièmes et l histoire des arts Objectifs documentaires Mettre en œuvre l ensemble des savoirs en recherche et maîtrise de l information pour réaliser un dossier documentaire. Objectifs disciplinaires

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Ecole maternelle les Ramières, PS/MS Classe de Mme Nicolas

Ecole maternelle les Ramières, PS/MS Classe de Mme Nicolas Défi sciences, ville de SORGUES Ecole maternelle les Ramières, PS/MS Classe de Mme Nicolas «Fabriquer un vase pouvant contenir des fleurs et de l eau» Démarche de l enseignante, point de départ pour annoncer

Plus en détail

Master 2 T2M. Instructions pour la rédaction des notes d entreprise

Master 2 T2M. Instructions pour la rédaction des notes d entreprise Master 2 T2M Instructions pour la rédaction des notes d entreprise I Dispositions générales Selon le pays où vous êtes en stage, un enseignant de la langue concernée sera chargé de suivre votre stage et

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Découverte de la bibliothèque

Découverte de la bibliothèque Bibliothèque cantonale et universitaire Fribourg (Suisse) Fils rouges 1 Découverte de la bibliothèque Contenu 1. Informations générales 2. Introduction : La bibliothèque un centre d'accès à l'information

Plus en détail

Utilisation du logiciel OpMat Ce logiciel effectue des opérations élémentaires sur les lignes d une matrice avec des entrées rationnelles

Utilisation du logiciel OpMat Ce logiciel effectue des opérations élémentaires sur les lignes d une matrice avec des entrées rationnelles Utilisation du logiciel OpMat Ce logiciel effectue des opérations élémentaires sur les lignes d une matrice avec des entrées rationnelles Michel Bouchard, enseignant retraité, Département de mathématiques,

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

SYNTHESE DE L ENQUETE DE SATISFACTION sur la qualité de l accueil et sur les services des bibliothèques Doc INSA et les Humanités

SYNTHESE DE L ENQUETE DE SATISFACTION sur la qualité de l accueil et sur les services des bibliothèques Doc INSA et les Humanités SYNTHESE DE L ENQUETE DE SATISFACTION sur la qualité de l accueil et sur les services des bibliothèques Doc INSA et les Humanités Synthèse des résultats de l enquête menée par le Groupe accueil des bibliothèques

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Compte-rendu fait par : I.MOUSQUET Présents : C.CHARRIER, architecte E.BAZZO, DGS A.DJEBARI, enseignante maternelle

Plus en détail

Plus De Cartouches 2013/2014

Plus De Cartouches 2013/2014 Plus De Cartouches 2013/2014 Page 1 SOMMAIRE INTRODUCTION ET PRESENTATION...3 MISSIONS...4 LE CONTEXTE DES MISSIONS...4 LES OBJECTIFS...4 LES CONTRAINTES...5 REALISATIONS...6 CHOIX EFFECTUÉS...6 RÉSULTATS...10

Plus en détail

Manuel d utilisation DU CATALOGUE EN LIGNE DU CENTRE DE DOCUMENTATION

Manuel d utilisation DU CATALOGUE EN LIGNE DU CENTRE DE DOCUMENTATION Manuel d utilisation DU CATALOGUE EN LIGNE DU CENTRE DE DOCUMENTATION http://olgaspitzer75.centredoc.fr/opac/ Service Social de l Enfance de Paris Service Social de l Enfance de Paris Le Centre de documentation

Plus en détail

Page 1/11. Préambule. Table des matières

Page 1/11. Préambule. Table des matières Page 1/11 Table des matières Préambule... 1 1- Le principe de «NuaFil»... 2 2 - Accueil de votre gestion de profil... 2 2-1 - La recherche de profils... 3 2-2- La liste de vos profils... 3 3 - Le référencement

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant :

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant : Grille d évaluation du stage d immersion en entreprise de 3 ème bachelier 2014-2015 Etudiant : Entreprise :. Date : Superviseur :. Maitre de stage : Signature :. 1. Evaluation continue [60 pts] Entourez

Plus en détail

Mode d emploi du site Showbook

Mode d emploi du site Showbook Mode d emploi du site Showbook Showbook.fr Version 0.4.7 Bêta 1 Table des matières Présentation... 4 Inscription sur Showbook... 4 Première utilisation... 5 Statuts des membres... 5 Le menu principal...

Plus en détail

FAQ Licence postsecondaire AUCC, ACCC, PSAP Collèges

FAQ Licence postsecondaire AUCC, ACCC, PSAP Collèges FAQ Licence postsecondaire AUCC, ACCC, PSAP Collèges 1. Qu est ce que le répertoire d Access Copyright? Le répertoire d Access Copyright se compose d œuvres publiées qui ont un équivalent sous forme papier

Plus en détail

Qu est-ce qu une boîte mail

Qu est-ce qu une boîte mail Qu est-ce qu une boîte mail Sur Internet, la messagerie électronique (ou e-mail en anglais) demeure l application la plus utilisée. La messagerie permet à un utilisateur d envoyer des messages à d autres

Plus en détail

Master 1 T2M. Instructions pour la rédaction des notes de stage

Master 1 T2M. Instructions pour la rédaction des notes de stage Master 1 T2M Instructions pour la rédaction des notes de stage I Dispositions générales Selon le pays où vous êtes en stage, un enseignant de la langue concernée sera chargé de suivre votre stage et la

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

Bienvenue à la médiathèque

Bienvenue à la médiathèque Bienvenue à la médiathèque Horaires Lundi-vendredi: 09h00-12h45 14h00-17h00 (si modifications d horaires et fermetures voir site internet) La médiathèque de la Haute Ecole d Ingénierie (HEI) de la HES-SO

Plus en détail

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc.

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 11 mars 2005 Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 2004) Introduction Tous les produits de construction

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES MOYENS INFORMATIQUES Introduction

CAHIER DES CHARGES DES MOYENS INFORMATIQUES Introduction CAHIER DES CHARGES DES MOYENS INFORMATIQUES Introduction Ce document vise à définir de manière succincte l ensemble des besoins de l Amicale TSI Rascol en termes de moyens informatiques pour assurer sa

Plus en détail

2015 2016 Cours de catalogage : module 2

2015 2016 Cours de catalogage : module 2 Médiiadiix IInsttiittutt ffrançaiis COURS DE CATALOGAGE Modulle n 2 L introduction du cours de catalogage et le premier module peuvent sembler à certains d entre vous assez rébarbatifs peut-être même particulièrement

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Rôle des membres du comité de rédaction dans le processus de révision d un article : 1. Rôle de la Rédactrice en chef 2. Rôle des Rédacteurs adjoints 3. Rôle

Plus en détail

TROUVER DES DOCUMENTS DANS LA BASE DE DONNÉES SUR L ENVIRONNEMENT MINIER

TROUVER DES DOCUMENTS DANS LA BASE DE DONNÉES SUR L ENVIRONNEMENT MINIER Base de données sur l environnement minier TROUVER DES DOCUMENTS DANS LA BASE DE DONNÉES SUR L ENVIRONNEMENT MINIER Localisation dans la Bibliothèque J. N.-Desmarais Les documents cités dans la Base de

Plus en détail

ARCHIVES DIPLOMATIQUES BIBLIOTHÈQUE. CATALOGUE STENDHAL Comment faire une recherche

ARCHIVES DIPLOMATIQUES BIBLIOTHÈQUE. CATALOGUE STENDHAL Comment faire une recherche CATALOGUE STENDHAL Comment faire une recherche Le catalogue Stendhal, catalogue informatisé des bibliothèques du ministère des Affaires étrangères, est constitué d'environ 500 000 références (livres anciens

Plus en détail

Rapport de fin de séjour

Rapport de fin de séjour Rapport de fin de séjour Université Pierre Mendès France - Università degli studi Bicocca Vie pratique Logement Type de logement Pour ce séjour j ai fait le choix de trouver un appartement en collocation

Plus en détail

CIRCULAIRE N 3050 DU 05/03/2010

CIRCULAIRE N 3050 DU 05/03/2010 CIRCULAIRE N 3050 DU 05/03/2010 Objet : Recrutement d un chargé de mission chargé de la formation interne au sein de l Administration générale des Personnels de l Enseignement Réseaux : tous réseaux Niveaux

Plus en détail

Guide d utilisation de la base de données

Guide d utilisation de la base de données Guide d utilisation de la base de données Introduction Ce guide a pour objet de présenter le contenu de la base de données relatives aux traductions de textes économiques disponibles sur le site Web EE-T

Plus en détail

VIALAR Yoann. Année scolaire 2012-2013. Rapport d activités

VIALAR Yoann. Année scolaire 2012-2013. Rapport d activités VIALAR Yoann Année scolaire 2012-2013 Rapport d activités 1 Sommaire 1. Présentation de l entreprise a. Description b. Les activités 2. Les activités dans l entreprise a. Présentation de l activité c.

Plus en détail

14 Le langage Java : concepts et pratique

14 Le langage Java : concepts et pratique Avant-propos Le langage Java, né en janvier 1995 chez Sun, est un langage à objets qui permet d écrire de façon simple et claire des programmes portables sur la majorité des plateformes. Lié à l essor

Plus en détail

Livret du Stagiaire en Informatique

Livret du Stagiaire en Informatique Université François-Rabelais de Tours Campus de Blois UFR Sciences et Techniques Département Informatique Livret du Stagiaire en Informatique Licence 3ème année Master 2ème année Année 2006-2007 Responsable

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 LEVALUATION DU SITE WEB E-LECLERC A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 A. Evaluation «subjective» du site web 1. Choix du site web J ai choisi de réaliser l évaluation «subjective» sur le site web : www.e-leclerc.com,

Plus en détail

Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux

Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux Planification, performance et qualité Guide d élaboration des cadres de gestion des banques de données et de matériel biologique constituées à des fins de recherche Unité de l Éthique Octobre 2012 Rédaction

Plus en détail

Archives du Conseil de l'europe

Archives du Conseil de l'europe Archives du Conseil de l'europe 21 janvier 2004 Rapport d activités 2003 1 Rôle des archives Un rapport sur "Le rôle des archives centrales" 1 a été élaboré, à la demande de la direction, pour faciliter

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Application Stage Gestion des Conventions de Stages et des Offres de stages SOMMAIRE

Application Stage Gestion des Conventions de Stages et des Offres de stages SOMMAIRE Application Stage Gestion des Conventions de Stages et des Offres de stages SOMMAIRE SOMMAIRE... 1 GESTION de l ESPACE PSTAGE... 2 1. Accueil... 2 2. Gestion des conventions de stage... 2 2.1. Visualiser

Plus en détail

Rénovation de bâtiments : Efficacité énergétique et confort grâce à MINERGIE

Rénovation de bâtiments : Efficacité énergétique et confort grâce à MINERGIE Un communiqué de presse de Fribourg, le 26 août 2010 "Open Days Rénover selon MINERGIE " Rénovation de bâtiments : Efficacité énergétique et confort grâce à MINERGIE Bon nombre de propriétaires se contentent

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 Rapport statistique des accidents du travail de 2006 1 Introduction La déclaration d accident du travail constitue le socle de la collecte des données relatives

Plus en détail

La bibliothèque. Département des restaurateurs

La bibliothèque. Département des restaurateurs La bibliothèque Département des restaurateurs La bibliothèque, créée en 1978, est un espace de consultation et de recherche qui assure, en France et en Europe, le rôle de bibliothèque de référence dans

Plus en détail

Requêtes SQL & Paniers. Anne-Marie Cubat

Requêtes SQL & Paniers. Anne-Marie Cubat Requêtes SQL & Paniers Anne-Marie Cubat Pour les bibliothécaires mais aussi pour les lecteurs PMB : une base de données relationnelle et performante Les tables et leurs relations sont conçues pour assurer

Plus en détail

Procédurier. Module de réservation des ressources

Procédurier. Module de réservation des ressources Procédurier Module de réservation des ressources VERSION : 1.1 DATE : MARS 2015 HISTORIQUE Version Collaborateurs Description de la modification Date 0.0 François Bureau Document préliminaire Mars 2015

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

CARNET DE BORD De :. Classe de BTSA.

CARNET DE BORD De :. Classe de BTSA. 1 LEGTA Georges Desclaude BP 10549 17119 SAINTES MODULE M 22 CARNET DE BORD De :. Classe de BTSA. Dossier de suivi de la démarche de recherche documentaire (Outil d aide méthodologique) Autre membre du

Plus en détail

Une introduction à l utilisation du CATALOGUE. de l UCL

Une introduction à l utilisation du CATALOGUE. de l UCL Une introduction à l utilisation du CATALOGUE de l UCL Bibliothèque des sciences économiques, sociales, politiques et de communication [BSPO] sept. 2010 AU MENU DE CETTE PRESENTATION 1 Description & accès

Plus en détail

Être Responsable De Club

Être Responsable De Club Être Responsable De Club Prénom NOM Promo Date Objet Sylvain BOUCHERAND 2010 16/08/09 Création du document Charles- Adrien LOUIS 2010 29/08/09 Mise à jour parti Comptabilité Page 1 sur 8 Table des matières

Plus en détail

Retour table des matières

Retour table des matières TABLE DES MATIÈRES Ouvrir un compte 1 Créer votre nom utilisateur et votre mot de passe 1 Ouvrir une session 3 Faire une commande / Légende de prix 3 1. Avec l option «Mes favoris» 4 2. Avec l option «Items

Plus en détail

PROJET DE STAGE I et II

PROJET DE STAGE I et II PROJET DE STAGE I et II Le projet de stage demandé dans le cadre du stage de formation pratique I comprend 10 pages et celui du stage de formation pratique II comprend 12 pages. Ce nombre de page inclut

Plus en détail

Concours de recrutement de professeurs de français - Genève - 2006. Note d information

Concours de recrutement de professeurs de français - Genève - 2006. Note d information OFFICE DES NATIONS UNIES A GENEVE UNITED NATIONS OFFICE AT GENEVA Concours de recrutement de professeurs de français - Genève - 2006 Note d information 1. Un concours de recrutement de professeurs de français

Plus en détail

INFORMATISER UNE BIBLIOTHÈQUE

INFORMATISER UNE BIBLIOTHÈQUE INFORMATISER UNE BIBLIOTHÈQUE Pourquoi informatiser sa bibliothèque? L informatisation permet : - de proposer un service plus performant aux usagers (suivi des prêts, recherche documentaire plus efficace,

Plus en détail

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l opposé vers celle, coulissante, de la penderie, dans

Plus en détail

PROCEDURE D ARCHIVAGE DES TRAVAUX DE MATURITÉ GYMNASIALE (TM) 1

PROCEDURE D ARCHIVAGE DES TRAVAUX DE MATURITÉ GYMNASIALE (TM) 1 PROCEDURE D ARCHIVAGE DES TRAVAUX DE MATURITÉ GYMNASIALE (TM) 1 En rouge, les points à remplir OBLIGATOIREMENT par l élève ACQUISITION 2 1. Les TM doivent être remis par l élève AU SECRÉTARIAT sous forme

Plus en détail

Contenu : Pose d escalier préfabriqué monobloc en béton Rédaction : Hediger Damien / Etudiant ETC 3 ème année Date : 1 er octobre 2008

Contenu : Pose d escalier préfabriqué monobloc en béton Rédaction : Hediger Damien / Etudiant ETC 3 ème année Date : 1 er octobre 2008 Page 1 / 5 Rapport technique / domaine du bâtiment Contenu : Pose d escalier préfabriqué monobloc en béton Rédaction : Hediger Damien / Etudiant ETC 3 ème année Date : 1 er octobre 2008 Introduction Dans

Plus en détail

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES ANNÉE 2010-2011 TABLE DES MATIÈRES Page I. PRÉAMBULE 3 II. ANALYSE DE LA SITUATION 3 III. LES OBJECTIFS QUANTITATIFS 5 IV. LES MESURES ENVISAGÉES

Plus en détail

Documentation et photothèque Base de donnée de photographies de jardins historiques

Documentation et photothèque Base de donnée de photographies de jardins historiques Documentation et photothèque Base de donnée de photographies de jardins historiques - 1 - Introduction Le but de ce dossier est de présenter la structure d une base de données permettant à une agence photographique

Plus en détail

Module "Installer et configurer un PC"

Module Installer et configurer un PC Rapport d'activités Module "Installer et configurer un PC" (i-ch/ict 304) Auteur : Rafael Ruiz Classe : 1IIN Mandataire(s) : PLu Date : 14 novembre 2013 rapport d'activité.odt 1 / 11 PLu : 14/11/2013 Table

Plus en détail

A. Procéder à la description des conditions de conservation (annexe 1).

A. Procéder à la description des conditions de conservation (annexe 1). Introduction Les prochaines élections municipales, en mars 2008, vont s accompagner d une procédure réglementaire, le récolement des archives de la commune. Cette opération revêt un caractère obligatoire,

Plus en détail

NOTICE D UTILISATION DU SITE WEB

NOTICE D UTILISATION DU SITE WEB NOTICE D UTILISATION DU SITE WEB Contact : Librairie LDE Tél.: 03 88 39 17 07 - service@lde.fr Notice du site Web Pour faciliter la gestion et le suivi de vos commandes en ligne, voici un mode d emploi

Plus en détail

DISTRILOG 2 QUICK START

DISTRILOG 2 QUICK START DISTRILOG 2 QUICK START Version 1.0.x Beta Accès au service Tout d abord vous devez être titulaire du droit «Distrilog» d Accred pour pouvoir accéder au site. Ensuite, il suffit d employer votre butineur

Plus en détail

Crésus-facturation multilingue. Dès version 3.4

Crésus-facturation multilingue. Dès version 3.4 Crésus-facturation multilingue Dès version 3.4 2 Crésus-facturation multi-lingue 1 Introduction Comment faire des factures multilingues? Qu'est ce qu'une facturation multilingue? Pour le logiciel Crésus-facturation,

Plus en détail

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses Fiche méthodologique pour l étude des PLU Dans le cadre de l évolution de l action de l État en Isère, une démarche a été entreprise en vue d élaborer des positions partagées en matière d urbanisme. Elle

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

«Menuiserie Charpente»

«Menuiserie Charpente» «Menuiserie Charpente» Présentation sommaire Identification : Entreprise de charpente, menuiserie, escalier et spécialisée dans la restauration du bâti ancien. Egalement ouverts à la création contemporaine.

Plus en détail

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information LOI DE SECURISATION DE L'EMPLOI AVRIL 2014 LA CONSULTATION DU COMITE D ENTREPRISE SUR LES ORIENTATIONS STRATEGIQUES ET LA BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES (BDES) Loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

Les Activités Les Futures Forêts

Les Activités Les Futures Forêts Les Activités Les Futures Forêts MODULE A POURQUOI LES FORÊTS ET LES ARBRES SONT IMPORTANTS Ce module aidera vos jeunes à apprendre pourquoi les arbres et les forêts sont importants pour eux. Il contient

Plus en détail

Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats

Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats Textes de référence : articles L. 621-7 du code monétaire et financier et 221-4

Plus en détail

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp D après une initiative de Champ AGJIR Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp www.remplachamp.fr Contacts : Sylvain DURIEZ, Président de Champ AGJIR, president@champagjir.fr Jacques

Plus en détail

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique I. Présentation générale du contexte : Afin de faciliter aux aménageurs, aux décideurs et au grand public l accès

Plus en détail

Stages en bibliothèque pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle

Stages en bibliothèque pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle Stages en bibliothèque pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle De nombreux bibliothécaires se sont déjà interrogés sur la manière d organiser un stage en bibliothèque

Plus en détail

SOFT AVOCAT Guide d utilisation

SOFT AVOCAT Guide d utilisation SOFT AVOCAT Guide d utilisation 1 SOFT AVOCAT est un logiciel de gestion automatisée des dossiers des cabinets d avocats qui facilite le suivi de leurs traitements à travers ses différentes composantes.

Plus en détail

EN BLANC AVANT IMPRESSION»»»

EN BLANC AVANT IMPRESSION»»» Ce modèle doit se trouver sous le répertoire C:\Users\toto\AppData\Roaming\Microsoft\Templates EN BLANC AVANT IMPRESSION»»» Version : 1.0.54 Date du livrable : Mars 2015. Pour rafraîchir le numéro de version,

Plus en détail

Explications sur l évolution de la maquette. Version : 1.0 Nombre de pages : 9. Projet cplm-admin

Explications sur l évolution de la maquette. Version : 1.0 Nombre de pages : 9. Projet cplm-admin Explications sur l évolution de la maquette Version : 1.0 Nombre de pages : 9 Rédacteur : David Elias 22/07/2008 STATUT DU DOCUMENT Statut Date Intervenant(s) / Fonction Provisoire 20/07/2008 David Elias

Plus en détail

Ecrire un récit fantastique avec les TICE

Ecrire un récit fantastique avec les TICE Ecrire un récit fantastique avec les TICE Aymeric Simon, professeur au collège Gérard Philipe, Villeparisis Niveau : 4e Durée : 7-8 heures Objectifs : Etre capable d écrire un récit complet d au moins

Plus en détail

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE MASTER 2 PROFESSIONNEL «ETUDES INTERNATIONALES», SPECIALITE : «ETUDES LATINO-AMERICAINES» Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE Le mémoire de Master 2 Professionnel n'est pas un

Plus en détail

La Fréquentation du CDI

La Fréquentation du CDI La Fréquentation du CDI Nous n avons pas renouvelé le questionnaire d analyse de la fréquentation que nous avions réalisé l année dernière car cela représente un très lourd travail de dépouillement (rappelons

Plus en détail

Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263 FONTENAY-AUX-ROSES

Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263 FONTENAY-AUX-ROSES RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS CODEP-OLS-2014-033015 Orléans, le 16 juillet 2014 Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263

Plus en détail