AVERTISSEMENT. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AVERTISSEMENT. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale."

Transcription

1 AVERTISSEMENT Ce document est le fruit d'un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l'ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété intellectuelle de l'auteur. Ceci implique une obligation de citation et de référencement lors de l utilisation de ce document. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale. illicite Contact : LIENS Code de la Propriété Intellectuelle. articles L Code de la Propriété Intellectuelle. articles L L

2 UNIVERSITE DE LORRAINE 2013 FACULTE DE PHARMACIE THESE% Présentée et soutenue publiquement le 05 juillet 2013 sur un sujet dédié à : Le%café%:%les%effets%bénéfiques% et%néfastes%sur%la%santé.% pour obtenir le Diplôme d'etat de Docteur en Pharmacie par Pol Nicolas Guy HALER né le 29 février 1988 à Luxembourg Membres du Jury Président : Juges : Mme D. LAURAIN-MATTAR, Professeur Mme B. MOREAU, Maître de Conférences Mme T. GOEDERT, Docteur en Pharmacie M F. BOOB, Docteur en Pharmacie

3 UNIVERSITÉ DE LORRAINE FACULTÉ DE PHARMACIE Année universitaire DOYEN Francine PAULUS Vice- Doyen Francine KEDZIEREWICZ Directeur des Etudes Virginie PICHON Président du Conseil de la Pédagogie Bertrand RIHN Président de la Commission de la Recherche Christophe GANTZER Président de la Commission Prospective Facultaire Jean- Yves JOUZEAU Responsable de la Cellule de Formations Continue et Individuelle Béatrice FAIVRE Responsable ERASMUS : Responsable de la filière Officine : Responsables de la filière Industrie : Responsable du Collège d Enseignement Pharmaceutique Hospitalier : Responsable Pharma Plus E.N.S.I.C. : Responsable Pharma Plus E.N.S.A.I.A. : Francine KEDZIEREWICZ Francine PAULUS Isabelle LARTAUD, Jean- Bernard REGNOUF de VAINS Jean- Michel SIMON Jean- Bernard REGNOUF de VAINS Raphaël DUVAL/Bertrand RIHN DOYENS HONORAIRES Chantal FINANCE Claude VIGNERON PROFESSEURS EMERITES Jeffrey ATKINSON Max HENRY Gérard SIEST Claude VIGNERON PROFESSEURS HONORAIRES Roger BONALY Pierre DIXNEUF Marie- Madeleine GALTEAU Thérèse GIRARD Maurice HOFFMANN Michel JACQUE Lucien LALLOZ Pierre LECTARD Vincent LOPPINET Marcel MIRJOLET Maurice PIERFITTE Janine SCHWARTZBROD Louis SCHWARTZBROD MAITRES DE CONFERENCES HONORAIRES Monique ALBERT Gérald CATAU Jean- Claude CHEVIN Jocelyne COLLOMB Bernard DANGIEN Marie- Claude FUZELLIER Françoise HINZELIN Marie- Hélène LIVERTOUX Bernard MIGNOT Jean- Louis MONAL Dominique NOTTER Marie- France POCHON Anne ROVEL Maria WELLMAN- ROUSSEAU ASSISTANTS HONORAIRES Marie- Catherine BERTHE Annie PAVIS

4 Faculté de Pharmacie Présentation ENSEIGNANTS Section CNU * Discipline d'enseignement PROFESSEURS DES UNIVERSITES - PRATICIENS HOSPITALIERS Danièle BENSOUSSAN- LEJZEROWICZ 82 Thérapie cellulaire Chantal FINANCE 82 Virologie, Immunologie Jean- Yves JOUZEAU 80 Bioanalyse du médicament Jean- Louis MERLIN 82 Biologie cellulaire Alain NICOLAS 80 Chimie analytique et Bromatologie Jean- Michel SIMON 81 Economie de la santé, Législation pharmaceutique PROFESSEURS DES UNIVERSITES Jean- Claude BLOCK 87 Santé publique Christine CAPDEVILLE- ATKINSON 86 Pharmacologie Raphaël DUVAL 87 Microbiologie clinique Béatrice FAIVRE 87 Biologie cellulaire, Hématologie Pascale FRIANT- MICHEL 85 Mathématiques, Physique Christophe GANTZER 87 Microbiologie Pierre LABRUDE 86 Physiologie, Orthopédie, Maintien à domicile Isabelle LARTAUD 86 Pharmacologie Dominique LAURAIN- MATTAR 86 Pharmacognosie Brigitte LEININGER- MULLER 87 Biochimie Pierre LEROY 85 Chimie physique Philippe MAINCENT 85 Pharmacie galénique Alain MARSURA 32 Chimie organique Patrick MENU 86 Physiologie Jean- Bernard REGNOUF de VAINS 86 Chimie thérapeutique Bertrand RIHN 87 Biochimie, Biologie moléculaire MAITRES DE CONFÉRENCES - PRATICIENS HOSPITALIERS Béatrice DEMORE 81 Pharmacie clinique Julien PERRIN 82 Hématologie biologique Marie SOCHA 81 Pharmacie clinique, thérapeutique et biotechnique Nathalie THILLY 81 Santé publique MAITRES DE CONFÉRENCES Sandrine BANAS 87 Parasitologie Mariette BEAUD 87 Biologie cellulaire Emmanuelle BENOIT 86 Communication et Santé Isabelle BERTRAND 87 Microbiologie Michel BOISBRUN 86 Chimie thérapeutique François BONNEAUX 86 Chimie thérapeutique Ariane BOUDIER 85 Chimie Physique Cédric BOURA 86 Physiologie Igor CLAROT 85 Chimie analytique Joël COULON 87 Biochimie Sébastien DADE 85 Bio- informatique Dominique DECOLIN 85 Chimie analytique Roudayna DIAB 85 Pharmacie galénique Natacha DREUMONT 87 Biologie générale, Biochimie clinique Joël DUCOURNEAU 85 Biophysique, Acoustique

5 Faculté de Pharmacie Présentation ENSEIGNANTS (suite) Section CNU * Discipline d'enseignement Florence DUMARCAY 86 Chimie thérapeutique François DUPUIS 86 Pharmacologie Adil FAIZ 85 Biophysique, Acoustique Luc FERRARI 86 Toxicologie Caroline GAUCHER- DI STASIO 85/86 Chimie physique, Pharmacologie Stéphane GIBAUD 86 Pharmacie clinique Thierry HUMBERT 86 Chimie organique Frédéric JORAND 87 Environnement et Santé Olivier JOUBERT 86 Toxicologie Francine KEDZIEREWICZ 85 Pharmacie galénique Alexandrine LAMBERT 85 Informatique, Biostatistiques Faten MERHI- SOUSSI 87 Hématologie Christophe MERLIN 87 Microbiologie Blandine MOREAU 86 Pharmacognosie Maxime MOURER 86 Chimie organique Coumba NDIAYE 86 Epidémiologie et Santé publique Francine PAULUS 85 Informatique Christine PERDICAKIS 86 Chimie organique Caroline PERRIN- SARRADO 86 Pharmacologie Virginie PICHON 85 Biophysique Anne SAPIN- MINET 85 Pharmacie galénique Marie- Paule SAUDER 87 Mycologie, Botanique Gabriel TROCKLE 86 Pharmacologie Mihayl VARBANOV 87 Immuno- Virologie Marie- Noëlle VAULTIER 87 Mycologie, Botanique Emilie VELOT 86 Physiologie- Physiopathologie humaines Mohamed ZAIOU 87 Biochimie et Biologie moléculaire Colette ZINUTTI 85 Pharmacie galénique PROFESSEUR ASSOCIE Anne MAHEUT- BOSSER 86 Sémiologie PROFESSEUR AGREGE Christophe COCHAUD 11 Anglais *Disciplines du Conseil National des Universités : 80 : Personnels enseignants et hospitaliers de pharmacie en sciences physico- chimiques et ingénierie appliquée à la santé 81 : Personnels enseignants et hospitaliers de pharmacie en sciences du médicament et des autres produits de santé 82 : Personnels enseignants et hospitaliers de pharmacie en sciences biologiques, fondamentales et cliniques 85 ; Personnels enseignants- chercheurs de pharmacie en sciences physico- chimiques et ingénierie appliquée à la santé 86 : Personnels enseignants- chercheurs de pharmacie en sciences du médicament et des autres produits de santé 87 : Personnels enseignants- chercheurs de pharmacie en sciences biologiques, fondamentales et cliniques 32 : Personnel enseignant- chercheur de sciences en chimie organique, minérale, industrielle 11 : Professeur agrégé de lettres et sciences humaines en langues et littératures anglaises et anglo- saxonnes

6 SERMENT DES APOTHICAIRES Je jure, en présence des maîtres de la Faculté, des conseillers de l ordre des pharmaciens et de mes condisciples : D honorer ceux qui m ont instruit dans les préceptes de mon art et de leur témoigner ma reconnaissance en restant fidèle à leur enseignement. D exercer, dans l intérêt de la santé publique, ma profession avec conscience et de respecter non seulement la législation en vigueur, mais aussi les règles de l honneur, de la probité et du désintéressement. De ne jamais oublier ma responsabilité et mes devoirs envers le malade et sa dignité humaine ; en aucun cas, je ne consentirai à utiliser mes connaissances et mon état pour corrompre les mœurs et favoriser des actes criminels. Que les hommes m accordent leur estime si je suis fidèle à mes promesses. Que je sois couvert d opprobre et méprisé de mes confrères si j y manque.

7 «LA FACULTE N ENTEND DONNER AUCUNE APPROBATION, NI IMPROBATION AUX OPINIONS EMISES DANS LES THESES, CES OPINIONS DOIVENT ETRE CONSIDEREES COMME PROPRES A LEUR AUTEUR».

8 Remerciements A la présidente du jury, Madame le Professeur Dominique LAURAIN- MATTAR, Professeur en pharmacognosie qui m a fait l honneur de présider ma thèse, qu elle soit assurée de ma profonde reconnaissance pour l intérêt porté à mon travail. A Madame Blandine MOREAU, directrice de ma thèse et Maître de Conférences en pharmacognosie pour le temps consacré, les précieux conseils et l encadrement impeccable tout au long de la rédaction, qu elle trouve ici mon éternelle gratitude pour m avoir aidé à mener ce travail à bon port. A Madame Tessy GOEDERT, Docteur d Etat en Pharmacie, juge et maître de stage, pour avoir gracieusement accepté de siéger dans mon jury de thèse. J en profite également pour la remercier de la confiance qu elle m a portée dès mon premier stage en officine ainsi que de toute son aide et ses conseils pour me former dans la pratique officinale. Qu elle trouve ici mes sincères remerciements. A Monsieur François BOOB, Docteur d Etat en Pharmacie, juge, pour avoir accepté d évaluer ce travail par intérêt pour le sujet et par curiosité professionnelle, qu il soit assuré de ma gratitude.

9 A Monsieur Jean- Edouard MOREAU, maître de stage à Malzéville, pour son partage généreux de ses connaissances. A toute l équipe de la Pharmacie Moreau à Malzéville ainsi qu à celle de la Pharmacie Goedert à Luxembourg- Ville pour ces stages inoubliables et formateurs. Sans oublier la Pharmacie Gogniaux et Rossi à Aumetz et le personnel du CHU de Nancy que j ai eu le plaisir de connaître lors de mon stage de la 5 e année hospitalo- universitaire. A mes parents, pour leur amour, leur soutien, leur patience et leur encouragement qu ils m ont porté depuis ma naissance. Merci également pour leur aide et leurs précieux conseils tout au long de mes études ainsi que de ce travail. Qu ils soient assurés de mon affection éternelle pour avoir fait de moi l homme que je suis aujourd hui. A mon frère Jean, pour les moments de joie partagés ainsi que pour ses conseils en matière de chimie lors de la rédaction de ma thèse, pour le temps qu il m a consacré en m aidant à établir les formules chimiques. Merci. A mes compagnons de route qui ont partagé avec moi les bancs de la faculté et qui ont fait de ce séjour nancéien un vrai plaisir. Pour les bons moments passés ensemble, merci infiniment Fix, Rom, Xav et Nico, sans oublier Edwige, Inès et Clémence. En espérant que de nombreux épisodes vont se rajouter à ces merveilleux souvenirs après notre départ de la faculté. A Jeff, ami de longue date, pour tous les moments partagés ensemble, entre le rire et les discussions philosophiques. A toute ma famille avec ma plus grande affection. A tous ceux que j ai oubliés et que j ai croisés sur ce long chemin qui s appelle la vie.

10 Table des matières 1 Introduction L histoire du café [1][2][3][4][5][6][7] Les légendes En réalité La botanique [8][9][10][11][12][13][14][15][16][17] La classification APG III* [5][18] Le caféier La géographie La durée de vie L arbuste [19] Les différences entre C. arabica et C. canephora Coffea arabica (Linné) Coffea canephora (Pierre) De la production à la consommation du café Les principaux pays producteurs de café [7][17][20][21] Les principaux pays consommateurs de café [20][23] La culture de caféiers sur les plantations [5][8][10][15][17][24][25][26] Les prémisses pour une bonne caféiculture La pépinière La plantation La récolte Les ennemis du caféier L obtention du café vert [5][8][10][15][16][17][32][33] La voie sèche La voie humide Les étapes communes à la voie sèche et humide La torréfaction [5][10][15][17] La décaféination [15][36] Par solvants organiques Par CO 2 supercritique Par l eau La fabrication de café soluble [10][15][17][37] La préparation du café [5][15][17][38] La mouture L eau Les différentes méthodes de préparation Les constituants du café [41][42] La caféine [43][44][45][36][46][47][48] La structure La pharmacocinétique La dose journalière [49] Les effets [50][51] La trigonelline [52][53][54] La structure Le métabolisme La dose journalière Les effets Les acides chlorogéniques [52][55] La structure Le métabolisme

11 5.3.3 Les effets Le cafestol et le kahweol [56] La structure Le métabolisme Les effets Les fibres [57][58] Les autres constituants Les glucides Les protéines, peptides et acides aminés libres Les minéraux Les lipides [52] Les composants volatils Les autres acides [52] Les constituants de la boisson Conclusion La maladie d'alzheimer Considérations sur la maladie [41][59][60][61][62][63] Les symptômes La physiopathologie Les traitements Le café [41][64][65][66][67] Des études épidémiologiques [68][69][70] Des études au niveau cellulaire et sur des animaux [41] Conclusion La maladie de Parkinson Considérations sur la maladie [41][89][90][91][92][93] Les symptômes La physiopathologie Le traitement [95] Le café [41][96][97] La méta- analyse ibérique [96] La caféine Conclusion Le diabète de type Considérations sur la maladie [41][106][107][108][109][110] Définition du DT La physiopathologie Les traitements Le café La méta- analyse de Huxley et al. [111] Le type de préparation du café et le mode de vie Les signes précurseurs du DT Les mécanismes possibles [41] Conclusion Les maladies cardiovasculaires Considérations sur les maladies [41][149][150][151] Le café L influence sur certains facteurs favorisant les maladies CV L insuffisance cardiaque (IC) L AVC Conclusion

12 10 Le foie Considérations générales [179][180][181] Le café L effet sur les transaminases et les GGT L effet sur la cirrhose L effet sur la fibrose sur des modèles animaliers Les mécanismes possibles L effet anti- et pro- inflammatoire de la caféine Conclusion Le cancer Considérations générales [204][205][206] Le cancer du sein Le cancer colorectal Le cancer de la prostate Le cancer de la vessie Le cancer de l estomac Le cancer de l ovaire Le cancer du pancréas Le cancer du foie Les cancers de la tête et du cou Le cancer de l endomètre Le cancer du rein Les cancers du cerveau Conclusion D autres effets positifs La goutte Le suicide Les performances cognitives Les performances physiques La grossesse La fécondation La fécondation in vitro (FIV) La fausse couche Les effets sur le fœtus La santé maternelle L allaitement Les effets plus tardifs Conclusion Des effets négatifs L ostéoporose La diurèse L acidité gastrique Le caféisme L anxiété Les troubles du sommeil Le sevrage caféinique Les psychoses Quelques molécules potentiellement néfastes L ochratoxine A (OTA) [41][340] Les amines biogènes [41] L acrylamide [41]

13 Les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) Le furane Les pesticides Conclusion Les applications actuelles de la caféine et du café en médecine L apnée du nouveau- né prématuré La douleur La migraine La fatigue Kaffeekohle [366] L homéopathie La dermocosmétologie Les interactions [364][370][371][372] Conclusion Glossaire Bibliographie

14 Table des figures Figure 1 : Le caféier [15] Figure 2 : La fleur du caféier [13] Figure 3 : Le fruit du caféier, la drupe [13] Figure 4 : Les régions de production de C. arabica et C. robusta [22] Figure 5 : Grains de café germés [27] Figure 6 : Récolte de cerises par la méthode du «Picking» [5] Figure 7 : Feuille de caféier infecté par H. vastatrix [28] Figure 8 : Anthracnose des drupes du caféier [10] Figure 9 : Hypothenemus hampei adulte [31] Figure 10 : Séchage sur bâches de cerises de café en Ethiopie [34] Figure 11 : Le dépulpeur [5] Figure 12 : La cuve de fermentation [5] Figure 13 : Résumé des transformations des cerises du caféier pour arriver au café vert marchand (d après [16]) Figure 14 : Les degrés de torréfaction [35] Figure 15 : L «ibrik» [17] Figure 16 : La machine à espresso [39] Figure 17 : Cafetière italienne «Bialetti» [39] Figure 18 : Cafetière à filtre «Melitta» [39] Figure 19 : La cafetière type «Cona» [17] Figure 20 : La cafetière à piston [40] Figure 21 : La caféine Figure 22 : La trigonelline et l acide nicotinique Figure 23 : Les acides chlorogéniques Figure 24 : L acide 5- caféylquinique Figure 25 : Le cafestol Figure 26 : Le kahweol Figure 27 : La voie nigro- striée [94] Figure 28 : Test d2 (une ligne résolue) Figure 29 : Le pyrocatéchol, l hydroquinone et le pyrogallol

15 Table des tableaux Tableau 1 : Les principaux pays producteurs de café Tableau 2 : Les principaux pays importateurs de café Tableau 3 : La consommation de café per capita en kg par an Tableau 4 : La mouture à choisir en fonction de la méthode de préparation Tableau 5 : La composition du café vert et du café torréfié en matière sèche (MS) Tableau 6 : Teneur en caféine Tableau 7 : Les autres acides retrouvés dans le café Tableau 8 : Les cancers les plus fréquents dans le monde (2008) [206]

16 Abréviations 11β- HSD1 : 11β- hydroxystéroïde déshydrogénase de type 1 3MS : Modified Mini- Mental State 5- CQA : Acide 5- caféylquinique 5- HT : sérotonine ou 5- hydroxytryptamine ABC : ATP Binding Casette Aβ : Peptide β- amyloïde AC : Acide caféique ACGs : Acides chlorogéniques ACh : Acétylcholine ACTH : Adrénocorticotrophine AINS : Anti- inflammatoire non- stéroïdien AJR : Apports journaliers recommandés ALAT : Alanine aminotransférase AMPc : Adénosine monophosphate cyclique APP : Amyloid protein precurseur, précurseur de la protéine amyloïde ARE : Antioxydant response element ASAT : Aspartate aminotransférase ATP : Adénosine- 5'- triphosphate AVC : Accident vasculaire cérébral BHE : Barrière hémato- encéphalique BRCA : Breast Cancer C5HTs : CBP : Cancer buccal et pharyngé CHC : Carcinome hépatocellulaire CI50 : Concentration inhibitrice médiane CK : Cellule de Küpffer COX : Cyclooxygénase CPT : 8- cyclopentyltheophylline CSH : Cellule stellaire hépatique CTGF : Connective tissue growth factor, facteur de croissance du tissu conjonctif CV : Cardiovasculaire CYP : Cytochrome P450 DG : Diabète gestationnel DL50 : Dose létale 50 DMO : Densité minérale osseuse DNF : Dégénérescence neurofibrillaire DPP4 : Dipeptidyl peptidase- 4 DSM : Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders DT2 : Diabète de type 2 ERK1/2 : Extracellular signal- regulated kinases 1 et 2 ERO : Espèces réactives de l oxygène FIV : Fécondation in vitro GABA : acide gamma- amino- butyrique GGT : Gamma- glutamyltransférases GLP- 1 : Glucagon- like peptide- 1, l incrétine GMPc : Guanosine monophosphate cyclique GST : Glutathion- S- transférase 14

17 HbA1c : Hémoglobine glyquée ou A1c HC : Hépatocyte HDL : Lipoprotéines de haute densité HIF- 1 : Hypoxia- inducible factor- 1, facteur induit par l hypoxie 1 HTA : Hypertension artérielle IC : Insuffisance cardiaque ICOMT : Inhibiteurs de la catéchol- O- méthyl transférase IDE : Insulin degrading enzyme, enzyme dégradant l insuline IDM : Infarctus du myocarde IL : Interleukine IMAO- B : Inhibiteurs de la monoamine- oxydase B IMC : Indice de masse corporelle JNK1/2 : c- Jun N- terminal kinases 1 et 2 LDL : Lipoprotéines de basse densité LT : Lymphocyte T MA : Maladie d Alzheimer mm de Hg : millimètres de mercure MMSE : Mini- Mental State Examination MP : Maladie de Parkinson MPTP : 1- méthyl- 4- phényl- 1,2,3,6- tétrahydropyridine MS : Matière sèche ND : Non détecté NF- κb : Nuclear factor- kappa B NMDA : N- méthyl- D- aspartate NMP : N- méthylpyridinium Nrf2 : Nuclear factor (erythroid- derived 2)- like 2 OR : Odds ratio, le rapport des chances ORAC : Oxygen Radical Absorbance Capacity, la capacité d'absorption des radicaux oxygénés PA : pression artérielle PCR : Protéine C réactive RR : Relative risk, le risque relatif RT- PCR : Transcription inverse suivie d une réaction en chaîne par polymérase RE : Récepteur à l œstrogène RGO : Reflux gastro- œsophagien SNC : Système nerveux central SR- B1 : Scavenger receptor B1 SSTR2 : Récepteur à somatostatine de type 2 TGF : Transforming growth factor, facteur de croissance de transformation TIC : Transport inverse du cholestérol TNF α : Tumor necrosis factor, facteur de nécrose tumorale TOTG : Test oral de tolérance au glucose UI : Unités internationales VEGF : Vascular endothelial growth factor, facteur de croissance de l endothélium vasculaire VO2 : Consommation d oxygène ZM : 4- (2- [7- amino- 2- (2- furyl)(1,2,4)triazolo(2,3- a)(1,3,5)triazin- 5- yl- amino]éthyl)phénol 15

18 1 Introduction Le café est une boisson très populaire, connu dans les pays occidentaux seulement depuis environ 400 ans et se consomme aujourd hui sous des formes très variées. Que ce soit le café filtre classique, l espresso, le café au lait ou des variétés plus exotiques, le café est souvent synonyme d un instant de répit de la vie rapide et stressante de nos jours, comme en témoigne la célèbre pause- café, faisant partie intégrante de la journée au bureau. Mais est- ce que le café reste juste une simple boisson stimulante, une drogue légale pour bien démarrer la journée ou y a- t- il quelque chose de plus? Des bienfaits pour la santé? Des effets néfastes? Jadis considéré comme l «invention amère du diable», le café fait depuis quelques années l objet d études scientifiques qui s intéressent aux apports de ce breuvage à la santé. Cette thèse s intéresse tout d abord à l histoire du café, avec le long voyage qu il a effectué depuis son pays d origine, l Ethiopie, jusqu à conquérir toute la Terre et même la Lune. Seront ensuite traités les aspects botaniques avec des détails sur les deux espèces de caféiers utilisés pour préparer du café. On suivra toutes les étapes nécessaires pour arriver de la plantation à la tasse de café prête à boire, en s intéressant également aux procédés de décaféination ainsi qu à la fabrication du café soluble. Après la présentation des constituants bioactifs du café, l intérêt sera porté à l effet du café sur un certain nombre de pathologies dont la maladie d'alzheimer, la maladie de Parkinson, le diabète de type 2, les maladies cardiovasculaires, les cancers et la goutte ainsi qu à son effet sur le foie, le suicide et les performances cognitives et physiques. Un chapitre est également consacré à la grossesse ainsi qu aux effets potentiellement néfastes sur l ostéoporose, la diurèse et l acidité gastrique. Seront également traités la dépendance au café et les psychoses ainsi que les composants toxiques qui peuvent se retrouver dans le café. En dernier lieu, un chapitre exposera les applications de la caféine et du café en médecine et les interactions avec des médicaments. 16

19 2 L histoire du café [1][2][3][4][5][6][7] 2.1 Les légendes L utilisation du café comme boisson remonte à si loin qu il y existe de nombreuses légendes autour de la découverte du café. Deux de ces légendes sont les plus répandues : - La première légende nous vient des hauts plateaux de l Ethiopie, de la province de Kaffa, qui aurait donné son nom au café par après. En l an 850 avant J.- C., un jeune berger du nom de Khaldi avait remarqué que ses animaux étaient très excités et ne trouvaient pas sommeil après avoir mangé les petits fruits rouges des arbustes autour d eux. Khaldi aurait rapporté cette curieuse histoire à un prieur d un couvent avoisinant. Le prieur eut l idée de faire une boisson tonifiante à base de ces fruits rouges. Le café était né. - Une deuxième légende a comme protagoniste Mahomet auquel, un jour où il était malade, l Ange Gabriel offrit une boisson noire. Après avoir bu cette boisson, le Prophète retrouvait toute sa force et sa santé. Il appela cette boisson qah wa, mot qui signifie encore aujourd hui café dans la langue arabe. 2.2 En réalité - Les historiens sont plutôt d avis que le café a été découvert en Ethiopie où le caféier pousse à l état sauvage sur les hauts plateaux. Vers le X e siècle après J.- C. la plante serait parvenue au Yémen où on la cultive depuis le XV e siècle. Le café a connu son succès probablement grâce à la prohibition de l alcool dans les pays arabes par le Coran. Les premiers cafés (établissements) ont ouvert leurs portes et étaient des lieux de rencontre et d échange. - Au XVI e siècle le café est déjà connu en Egypte, en Syrie, en Turquie et en Perse. - Les Européens découvrent cette boisson tonifiante grâce aux Ottomans et aux commerçants vénitiens. Vers 1600 le café fait donc son entrée en Europe, au même moment que le thé, mais après le chocolat (en 1528). - Cette «invention amère de Satan» est condamnée par certains religieux italiens. Avant de trancher dans cette affaire, le Pape Clément VIII goûte ce breuvage, il en est ravi et donna son approbation. - Déjà en 1616 les Néerlandais ramènent une plante à café en Europe. A partir de cette année les forces coloniales en Europe cultivent le caféier dans leurs colonies. - Dans les grandes villes d Europe de nombreux cafés apparaissent et deviennent comme en Orient des lieux de rencontre. Le premier café français est ouvert en 1640 à Marseille, principal port pour l importation de café. A Paris, il faut attendre 1672 pour voir le premier café ouvrir ses portes. - En 1714 le maire d Amsterdam offre un caféier au roi Louis XIV de France. Ce pied est planté dans le Jardin des Plantes de Paris. En 1723, Gabriel- Mathieu d'erchigny de Clieu, jeune capitaine d infanterie de marine obtient une pousse de ce caféier et l importe en Martinique. A partir de la Martinique, le café est implanté, par des graines, sur d autres îles des Antilles et gagne également l Amérique Centrale et l Amérique du Sud. - Avant que le café ne soit cultivé en Amérique, il est ramené au milieu du XVII e siècle à New Amsterdam (appelé aujourd hui New York). Mais le thé reste la boisson favorite dans le nouveau monde. Il faut attendre 1773 pour que le café dépasse le thé en terme de popularité en Amérique du Nord. Ce gain de popularité est dû à la Boston Tea Party et le boycott du thé pour cause de taxes 17

20 exorbitantes perçues par le gouvernement britannique sur l importation de thé dans leurs colonies Outre- Atlantique. - En 1727, Francisco de Mello Palheta, Sergent- Major brésilien, séduit la femme du Gouverneur de la Guyane et obtient ainsi des graines de café, un siècle plus tard le Brésil devient le premier producteur de café au monde. - Par le biais de missionnaires et autres voyageurs, le caféier est implanté tout autour du globe et le café devient à la fin du XVIII e la plante agricole la plus profitable à l exportation. - En 1969, les astronautes boivent même du café en tube sur la lune. - Depuis ses débuts en Orient, le café est devenu une des boissons les plus consommées au monde. 18

21 3 La botanique [8][9][10][11][12][13][14][15][16][17] 3.1 La classification APG III* [5][18] Règne : Plantae Division : Angiospermae Classe : Dicotyledonae Sous- classe: Euasterids I Ordre : Gentianales Famille : Rubiaceae Sous- famille : Ixoroideae Genre : Coffea L. On connaît aujourd hui environ 80 espèces différentes dans le genre Coffea. Seules deux espèces sont vraiment intéressantes pour la production de café. Il s agit de Coffea arabica (Linné) qui donne du café arabica et de Coffea canephora (Pierre) qui donne du café robusta. 3.2 Le caféier Le caféier est un arbuste composé généralement de plusieurs troncs, qui a l aspect d un buisson La géographie Dans certaines régions, on peut trouver le caféier à l état sauvage. Il s agit notamment de l Ethiopie où l on trouve C. arabica sur les hauts plateaux. C. robusta fait partie de la flore naturelle dans des régions subéquatoriales comme l Afrique de l Ouest et le bassin du fleuve Congo. D autres espèces poussent également dans des zones humides d Afrique ainsi qu à Madagascar. Préférant plutôt l ombre, le caféier est un arbuste classique du sous- bois. Il ne supporte pas des températures en dessous de 15 C, de même les variations de température trop brutales peuvent nuire à la floraison. Classiquement le caféier est trouvé entre 28 de latitude Nord et 30 de latitude Sud, cette région est appelée «Bean Belt» La durée de vie La durée de vie d un caféier est d environ 60 ans. Néanmoins après 30 ans la production de l arbuste va diminuer peu à peu L arbuste [19] Composé donc de plusieurs troncs qui s élèvent verticalement, le caféier a des branches (ramifications primaires) horizontales d où partent les ramifications secondaires et tertiaires. Cette plante ligneuse peut atteindre les 15 mètres de hauteur en forêt. C. arabica peut faire cinq à six mètres en hauteur et C. canephora même jusqu à mètres. Mais la plupart des caféiers que l on trouve sur les plantations sont plutôt de petite taille, ceci facilite la culture ainsi que la récolte des drupes. Généralement on procède à des tailles de sorte à n avoir que des caféiers d une hauteur de deux à trois mètres. * : se référer à l explication du glossaire page

Atelier du café. La classe apprend des choses intéressantes sur le café, sa production, le caféier etc. Objectif:

Atelier du café. La classe apprend des choses intéressantes sur le café, sa production, le caféier etc. Objectif: Instructions pour l'enseignant Objectif: La classe apprend des choses intéressantes sur le café, sa production, le caféier etc. Tâche: Les images doivent être attribuées aux textes correspondants. Matériel:

Plus en détail

REPUBLIQUE DE GUINEE LE CAFE DU MONT ZIAMA

REPUBLIQUE DE GUINEE LE CAFE DU MONT ZIAMA REPUBLIQUE DE GUINEE LE CAFE DU MONT ZIAMA Présenté par : Mme SANOUSSI Marie Antoinette HABA, point focal Indications géographiques Atelier sur les indications géographiques Kampala, Ouganda 10 et 11 novembre

Plus en détail

PROTOCOLE DE RECHERCHE

PROTOCOLE DE RECHERCHE PROTOCOLE DE RECHERCHE ESSAIS D ADAPTATION DE LA PLANTE NEPETA CATARIA AU BURUNDI La Nepeta cataria est une plante originaire de l Europe et l Asie, qui s est également bien établie en Amérique du Nord.

Plus en détail

Les végétaux ont des besoins

Les végétaux ont des besoins 7 Les végétaux Les végétaux ont des besoins LES DIFFÉRENTES PARTIES D UNE PLANTE À FLEURS. la fleur le fruit la feuille la tige Voici un exemple de plante à fleurs avec le nom des différentes parties.

Plus en détail

Droles de champignons!

Droles de champignons! Les Rendez-vous de l Automne Du 19 au 27 octobre 2013 Droles de champignons! Ce livret appartient à :... Un champignon, c est quoi? Le champignon est un être vivant :, il n appartient ni aux végétaux,

Plus en détail

Helvetas Association Suisse pour la Coopération Internationale

Helvetas Association Suisse pour la Coopération Internationale Helvetas Association Suisse pour la Coopération Internationale ---------------------------------------------------------------------------------------------------- Programme de Promotion de Coton Biologique

Plus en détail

Prévenir... le risque cardiovasculaire

Prévenir... le risque cardiovasculaire Prévenir... le risque cardiovasculaire 10 Les facteurs de risque favorisant les maladies cardiovasculaires Les facteurs que l on ne choisit pas... L âge : le vieillissement contribue à augmenter le risque

Plus en détail

NOIX DU BRÉSIL DECORTIQUÉES

NOIX DU BRÉSIL DECORTIQUÉES Recommandation pour une période d essai allant jusqu à la fin de 2013 NORME CEE-ONU DDPconcernant la commercialisation et le contrôle de la qualité commerciale des NOIX DU BRÉSIL DECORTIQUÉES 2012 ÉDITION

Plus en détail

LE CAFÉ QUESTIONS DE PRÉ-LECTURE

LE CAFÉ QUESTIONS DE PRÉ-LECTURE Le café 1 LE CAFÉ QUESTIONS DE PRÉ-LECTURE 1. Buvez-vous du café? Si oui, combien de tasses de café buvez-vous par jour? 2. D après vous, quelle est l origine du café? 3. Quand pensez-vous que les gens

Plus en détail

DE LA CERISE AU CAFÉ VERT

DE LA CERISE AU CAFÉ VERT DE LA CERISE AU CAFÉ VERT 1 - COUPE D UNE CERISE DE CAFÉ 2 - SCHÉMA GÉNÉRAL 3 - MÉTHODE SÈCHE 4 - MÉTHODE HUMIDE 5 - TRAITEMENT FINAL 6 - DÉFAUTS 7 - PARTICULARITÉS 1 1. COUPE D UNE CERISE DE CAFÉ Parche

Plus en détail

Vision cultures. Substitutions de maturités d hybrides basées sur la recherche à long terme. par Mark Jeschke et Steve Paszkiewicz.

Vision cultures. Substitutions de maturités d hybrides basées sur la recherche à long terme. par Mark Jeschke et Steve Paszkiewicz. Vision cultures Substitutions de maturités d hybrides basées sur la recherche à long terme par k Jeschke et Steve Paszkiewicz Sommaire Lorsque la pluie retarde sensiblement les travaux aux champs et les

Plus en détail

Comment planter un arbre *

Comment planter un arbre * Comment planter un arbre * 1. Avant la plantation Gardez la motte de racines humide. Gardez l arbre dans un endroit ombragé jusqu à la plantation. 2. Préparez le site pour la plantation Enlevez le gazon,

Plus en détail

Culture de l ananas : Multiplication et conditionnement des rejets

Culture de l ananas : Multiplication et conditionnement des rejets Culture de l ananas : Multiplication et conditionnement des rejets L approvisionnement en rejets d ananas n est pas toujours facile pour ceux qui veulent pratiquer la culture de l ananas dans de grandes

Plus en détail

PROJET DONATA TECHNIQUE DE MULTIPLICATION RAPIDE DES BOUTURES DE MANIOC : LES MINI-BOUTURES

PROJET DONATA TECHNIQUE DE MULTIPLICATION RAPIDE DES BOUTURES DE MANIOC : LES MINI-BOUTURES PROJET DONATA TECHNIQUE DE MULTIPLICATION RAPIDE DES BOUTURES DE MANIOC : LES MINI-BOUTURES 1 RESUME L adoption des variétés améliorées de manioc peut être facilitée si elles sont aisément disponibles

Plus en détail

L alcool, moi et les autres

L alcool, moi et les autres L alcool, moi et les autres Springer Paris Berlin Heidelberg New York Hong Kong Londres Milan Tokyo Jérôme Hoessler L alcool, moi et les autres Jérôme Hoessler 6, rue Claude-Chahu 75116 Paris ISBN : 978-2-287-98829-5

Plus en détail

Cette plante a des feuilles qui ressemblent un peu à celles des orties.

Cette plante a des feuilles qui ressemblent un peu à celles des orties. Nom commun: Impatiente de Balfour. Nom latin : Impatiens balfourii Hook. Famille : Balsaminaceae. Catégorie : Annuelle. Port : érigé, arrondi. Feuillage : caduc, vert moyen. Tiges épaisses, succulentes,

Plus en détail

Catalogue Cafés 2015 pour CE et Achats groupés

Catalogue Cafés 2015 pour CE et Achats groupés Catalogue Cafés 2015 pour CE et Achats groupés Comment commander? Il vous suffit d aller sur notre site www.hop-cafe.com et de passer votre commande en ligne avec une livraison gratuite, le paiement se

Plus en détail

EDUCATION-SANTE-AGRICULTURE-INFORMATIQUE. Licence pour Documents Libres, Version 1.1 Copyright ( ) 2000 Guilde des Doctorants.

EDUCATION-SANTE-AGRICULTURE-INFORMATIQUE. Licence pour Documents Libres, Version 1.1 Copyright ( ) 2000 Guilde des Doctorants. EDUCATION-SANTE-AGRICULTURE-INFORMATIQUE Licence pour Documents Libres, Version 1.1 Copyright ( ) 2000 Guilde des Doctorants. Paris DOCUMENTS PEDAGOGIQUES LIBRES c/n : (rapport entre le carbone et l azote)

Plus en détail

LES ACARIENS LE BOMBYX

LES ACARIENS LE BOMBYX LES ACARIENS De nombreuses espèces d acariens attaquent les arbres et arbustes d ornement. Larves, nymphes et adultes vident les cellules notamment dans les jeunes organes. Les symptômes observés dépendent

Plus en détail

École des Plantes de Paris

École des Plantes de Paris École des Plantes de Paris Plantes Médicinales et Botanique Établissement privé d enseignement supérieur inscrit au Rectorat de Paris Présentation Pour connaître et reconnaître les plantes sauvages, savoir

Plus en détail

ED 1957/05. 1 juillet 2005 Original : anglais. Évolution et perspectives de l industrie du café vietnamienne

ED 1957/05. 1 juillet 2005 Original : anglais. Évolution et perspectives de l industrie du café vietnamienne ED 1957/05 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 1 juillet 2005 Original : anglais F Évolution et perspectives

Plus en détail

Document de travail. La serre de VeRT-SeRRe ANNEXES

Document de travail. La serre de VeRT-SeRRe ANNEXES Documentdetravail La serre de VeRT-SeRRe ANNEXES 2010-2011 Ste Thérèse,le8octobre2010 Objet: Appeld offres Nousfaisonsappelàvosservicesafinquevousétablissiezunelistederecommandations dontnousdevronstenircomptelorsdelacréationdenosnouvellesserres.

Plus en détail

Le concours de roses

Le concours de roses P a g e 3 Le concours de roses De renommée mondiale, le Concours international de roses de Bagatelle récompense chaque année les plus belles variétés. Champ d essai pour les obtenteurs de rosiers, il permet

Plus en détail

NORME CEE-ONU FFV-52 concernant la commercialisation et le contrôle de la qualité commerciale des

NORME CEE-ONU FFV-52 concernant la commercialisation et le contrôle de la qualité commerciale des COMMISSION ÉCONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L EUROPE NORME CEE-ONU FFV-52 concernant la commercialisation et le contrôle de la qualité commerciale des POMMES DE TERRE DE PRIMEUR ET POMMES DE TERRE DE

Plus en détail

Comment planter la pivoine? Pour couronner de succès la végétation des Pivoines, une attention toute particulière doit être portée à la plantation.

Comment planter la pivoine? Pour couronner de succès la végétation des Pivoines, une attention toute particulière doit être portée à la plantation. QUAND PLANTER? Comment planter la pivoine? Pour couronner de succès la végétation des Pivoines, une attention toute particulière doit être portée à la plantation. La plantation des Pivoines en racines

Plus en détail

Forum d échanges sur la résistance des ennemis des cultures

Forum d échanges sur la résistance des ennemis des cultures Forum d échanges sur la résistance des ennemis des cultures Danielle Bernier Agronome-malherbologiste Direction de la phytoprotection 30 octobre 2012 Comment identifier un problème de résistance? Sommes-nous

Plus en détail

Qualité des lentilles de l Ouest canadien 2009

Qualité des lentilles de l Ouest canadien 2009 ISSN 17128315 Qualité des lentilles de l Ouest canadien 2009 Ning Wang Gestionnaire de programme, Recherches sur les légumineuses Personneressource : Ning Wang Gestionnaire de programme Laboratoire de

Plus en détail

Thème 1 : Histoire du café Débutant Confirmé Expert Thème Objectifs Thème Objectifs Thème Objectifs

Thème 1 : Histoire du café Débutant Confirmé Expert Thème Objectifs Thème Objectifs Thème Objectifs Les légendes liées au TABLEAU PAR NIVEAU ET PAR THÈME A partir du livre «le» par Pierre Massia, Jean-Pierre Blanc et Hugo Rombouts LA CONNAISSANCE PRODUIT Thème 1 : Histoire du Le développement Les débits

Plus en détail

Pour une meilleure utilisation de l eau de pluie

Pour une meilleure utilisation de l eau de pluie Pour une meilleure utilisation de l eau de pluie Patrick Haubrechts haubrechtsp@bluewin.ch L écologie n est ni une doctrine, ni une idéologie, c est une pratique. Page 1 de 15. recupeau.doc Modifié 16.11.2006

Plus en détail

Arrêté du 14 chaabane 1370 (21 mai 1951) réglementant le commerce du café, de la chicorée et du thé

Arrêté du 14 chaabane 1370 (21 mai 1951) réglementant le commerce du café, de la chicorée et du thé Arrêté du 14 chaabane 1370 (21 mai 1951) réglementant le commerce du café, de la chicorée et du thé (B.O. n 2016 du 15 juin 1951, page 945) Vu le Dahir du 14 octobre 1914 (23 kaada 1332) sur la répression

Plus en détail

Deuxième Rencontre de Pneumologie du Sud Est Gabès le 05 juin 2010 Dr Aloulou Samir

Deuxième Rencontre de Pneumologie du Sud Est Gabès le 05 juin 2010 Dr Aloulou Samir Deuxième Rencontre de Pneumologie du Sud Est Gabès le 05 juin 2010 Dr Aloulou Samir Introduction Les habitudes alimentaires et le mode de vie sont fortement impliquées dans l augmentation d incidence de

Plus en détail

Le thé de compost pour des cultures vigoureuses et en santé.

Le thé de compost pour des cultures vigoureuses et en santé. Le thé de compost pour des cultures vigoureuses et en santé. Andrée Deschênes, agronome. Le jardin des Pèlerins, St-André de Kamouraska. Introduction. Très populaire dans certains endroits, le thé de compost

Plus en détail

NORME CODEX POUR LE RIZ

NORME CODEX POUR LE RIZ 1 Codex Standard 198-1995 NORME CODEX POUR LE RIZ CODEX STAN 198-1995 1. CHAMP D APPLICATION La présente norme s applique au riz décortiqué, au riz usiné et au riz destinés à la consommation humaine directe,

Plus en détail

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2. La chimie de la vie Au menu aujourd hui Les éléments chimiques et l eau http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.jpg Au menu aujourd hui Les éléments chimiques

Plus en détail

LA OUATE DE CELLULOSE

LA OUATE DE CELLULOSE LA OUATE DE CELLULOSE Fabrication : C est sur une ligne de fabrication entièrement automatisée que le papier journal est broyé puis mélangé au sel de bore et à l acide borique afin d obtenir la qualité

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE 38 SOMMAIRE Le soja Les chiffres clés Quelques précisions Les qualités nutritionnelles Les produits à base de soja Focus sur les isoflavones Le soja dans les

Plus en détail

Image 1 : Récolte de l arachide à maturité et dans de bonnes conditions

Image 1 : Récolte de l arachide à maturité et dans de bonnes conditions Q: Que voyez-vous sur l image? La plante d arachide se déracine facilement et la gousse est bien sèche à l intérieur. L arachide est mure. Q: Quels sont les critères de maturité de l arachide? L arachide

Plus en détail

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS Le compostage est un processus de dégradation biologique maîtrisé de matières organiques en présence d air. Il aboutit à la production d un produit stable : le compost, utilisable

Plus en détail

Mieux connaître la renouée du Japon

Mieux connaître la renouée du Japon Mieux connaître la renouée du Japon Sous le terme «renouée du Japon» se cache en fait deux espèces à l aspect et aux caractéristiques écologiques très similaires : la Renouée du Japon (Fallopia japonica)

Plus en détail

SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain

SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain A) Les composants d une boisson énergisante populaire : Composition (par canette) : taurine (1000 mg), caféine (80 mg) sucre

Plus en détail

ED 2074/09. 30 septembre 2009 Original : anglais. Code d'usages. Prévention et réduction de la contamination du café par l'ochratoxine A

ED 2074/09. 30 septembre 2009 Original : anglais. Code d'usages. Prévention et réduction de la contamination du café par l'ochratoxine A ED 2074/09 30 septembre 2009 Original : anglais F Code d'usages Prévention et réduction de la contamination du café par l'ochratoxine A Le Directeur exécutif présente ses compliments aux Membres et a l'honneur

Plus en détail

DIPLOME d UNIVERSITE «Analyse Sensorielle des Saveurs et des Senteurs»

DIPLOME d UNIVERSITE «Analyse Sensorielle des Saveurs et des Senteurs» DIPLOME d UNIVERSITE «Analyse Sensorielle des Saveurs et des Senteurs» DENTES Université de Provence 3, Place Victor Hugo Case 75 13331 MARSEILLE Cedex 3 Tél : 04 91 10 63 28 Fax : 04 91 10 62 85 Mail

Plus en détail

Document d orientation sur le Standard pour le café Fairtrade. Amélioration de la productivité et/ou de la qualité Publication Janvier 2012

Document d orientation sur le Standard pour le café Fairtrade. Amélioration de la productivité et/ou de la qualité Publication Janvier 2012 Document d orientation sur le Standard pour le café Fairtrade Amélioration de la productivité et/ou de la qualité Publication Sommaire : Introduction... 1 Contexte... 2 Définition... 2 Les types d investissements...

Plus en détail

Sciences de la vie et de la Terre

Sciences de la vie et de la Terre Nom : Prénom : Classes : Sciences de la vie et de la Terre Livret de fiches méthodes Collège Louis Pasteur - Brunoy Ce livret m est distribué en début de sixième. Il contient les principales fiches méthodes

Plus en détail

Maladies foliaires du bleuet sauvage

Maladies foliaires du bleuet sauvage Maladies foliaires du bleuet sauvage Feuillet de renseignements sur le bleuet sauvage C.3.3.0 Les bleuets sauvages peuvent être infectés par cinq maladies foliaires d importance causant la décoloration

Plus en détail

NORME CEE-ONU DDP-21 concernant la commercialisation et le contrôle de la qualité commerciale des AMANDES BLANCHIES EDITION 2009

NORME CEE-ONU DDP-21 concernant la commercialisation et le contrôle de la qualité commerciale des AMANDES BLANCHIES EDITION 2009 NORME CEE-ONU DDP-21 concernant la commercialisation et le contrôle de la qualité commerciale des AMANDES BLANCHIES EDITION 2009 NATIONS UNIES New York et Genève, 2009 Page 2 NOTE Groupe de travail des

Plus en détail

FACTEURS INFLUENÇANT LA QUALITÉ DU CAFÉ-BOISSON 1 - CAFÉ 2 - TORRÉFACTION 3 - CONSERVATION 4 - EAU 5 - MOUTURE 6 - DOSAGE 7 - TYPE DE PRÉPARATION

FACTEURS INFLUENÇANT LA QUALITÉ DU CAFÉ-BOISSON 1 - CAFÉ 2 - TORRÉFACTION 3 - CONSERVATION 4 - EAU 5 - MOUTURE 6 - DOSAGE 7 - TYPE DE PRÉPARATION FACTEURS INFLUENÇANT LA QUALITÉ DU CAFÉ-BOISSON 1 - CAFÉ 2 - TORRÉFACTION 3 - CONSERVATION 4 - EAU 5 - MOUTURE 6 - DOSAGE 7 - TYPE DE PRÉPARATION 1 1. CAFÉ La qualité du café vert dépend : De l espèce

Plus en détail

Énergie et nutrition. Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez

Énergie et nutrition. Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez Énergie et nutrition Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez L alimentation dans le monde Bcp de maladies liées à notre type d alimentation Malnutrition Excès ou carence de nutriments

Plus en détail

SOMMAIRE. Conseils pour le prélèvement et l envoi d échantillons

SOMMAIRE. Conseils pour le prélèvement et l envoi d échantillons Laboratoire de la Santé des Végétaux Unité de mycologie Procédure Code: PQM2-PR-004 Ind. Rév. C du 7 octobre 2014 Page (s): 5 Conseils pour le prélèvement et l envoi d échantillons SOMMAIRE 1) OBJET 2)

Plus en détail

Mot de Dr. Ray Strand, spécialiste en Médecine nutritionnelle

Mot de Dr. Ray Strand, spécialiste en Médecine nutritionnelle Mot de Dr. Ray Strand, spécialiste en Médecine nutritionnelle La plupart des gens ne comprennent pas vraiment le concept de médecine nutritionnelle et moins de personnes encore celui de la nutrition cellulaire.

Plus en détail

Réponse Siniat : Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? A B C D E F G. Pour réduire les déperditions de chaleur

Réponse Siniat : Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? A B C D E F G. Pour réduire les déperditions de chaleur Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? Pour réduire les déperditions de chaleur Améliorer l efficacité énergétique Faire des économies d énergie Réduire les flux d air non maîtrisés Améliorer

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

Qualité des lentilles de l Ouest canadien 2012

Qualité des lentilles de l Ouest canadien 2012 ISSN 920-9037 Qualité des lentilles de l Ouest canadien 202 Ning Wang Gestionnaire de programme, Recherches sur les légumineuses Personne-ressource : Ning Wang Gestionnaire de programme, Laboratoire de

Plus en détail

Le COMPOSTAGE INDIVIDUEL

Le COMPOSTAGE INDIVIDUEL Le COMPOSTAGE INDIVIDUEL Les enjeux du compostage Définition Quels résidus de cuisine et de jardin? Aspects techniques et pratiques du compostage Les différents types de compostage Quelques précautions

Plus en détail

Atelier du cacao/chocolat

Atelier du cacao/chocolat Instructions pour l'enseignant Objectif: Le groupe apprend l'histoire du cacao/chocolat de la plantation au chocolat fini. Tâche: Le groupe lit le texte et remplit ensuite le questionnaire. Le groupe qui

Plus en détail

Chapitre 3 : LES ETRES VIVANTS SONT DES PRODUCTEURS DE MATIERE

Chapitre 3 : LES ETRES VIVANTS SONT DES PRODUCTEURS DE MATIERE Chapitre 3 : LES ETRES VIVANTS SONT DES PRODUCTEURS DE MATIERE Rappels : Un être vivant est un organisme qui : - Prélève de la matière (eau, air, nourriture), - Se reproduit, - Possède une durée de vie

Plus en détail

Catalogue Cafés 2015

Catalogue Cafés 2015 Catalogue Cafés 2015 Comment commander? Il vous suffit d aller sur notre site www.hop-cafe.com et de passer votre commande en ligne avec un paiement sécurisé par carte bancaire. Vous pouvez aussi passer

Plus en détail

Thérapie anti-âge. Revitalisation cellulaire

Thérapie anti-âge. Revitalisation cellulaire Thérapie anti-âge Revitalisation cellulaire La qualité du fonctionnement de notre organisme diminue avec l âge, en particulier les systèmes physiologiques importants tels que : Le système immunitaire,

Plus en détail

PRESENTATION DE L INTEGRALITE DE L OFFRE D UE LIBRES (UL classées par ORIENTATION, puis par disciplines)

PRESENTATION DE L INTEGRALITE DE L OFFRE D UE LIBRES (UL classées par ORIENTATION, puis par disciplines) OFFRE UL 2015 / 2016 16 JUIN 2015 PRESENTATION DE L INTEGRALITE DE L OFFRE D UE LIBRES (UL classées par ORIENTATION, puis par disciplines) Le tableau ci-dessous rassemble l intégralité de l offre d UL

Plus en détail

La prière L Amour de Dieu Ephesiens 3:14-21 4 février 2007 1. Prier: L Amour de Dieu Éphésiens 3:14-21

La prière L Amour de Dieu Ephesiens 3:14-21 4 février 2007 1. Prier: L Amour de Dieu Éphésiens 3:14-21 La prière L Amour de Dieu Ephesiens 3:14-21 4 février 2007 1 Prier: L Amour de Dieu Éphésiens 3:14-21 Introduction Introduction : les requêtes spirituelles de Paul 1. Fortifier l homme intérieur, 2. Christ

Plus en détail

L FE. Votre meilleure. assurance vie. MorEPA PLATINUM

L FE. Votre meilleure. assurance vie. MorEPA PLATINUM Votre meilleure L FE assurance vie MorEPA PLATINUM Probablement la meilleure assurance que vous puissiez prendre pour le maintien d une circulation saine, d une humeur positive et d une meilleure endurance.

Plus en détail

Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries)

Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries) Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries) Introduction : Bien qu'elle porte le même nom, la carie (Tilletia Caries) n'a rien à voir avec la carie dentaire qui est connu par le grand publique. La

Plus en détail

Réunion Publique Opération Compostage Individuel

Réunion Publique Opération Compostage Individuel Réunion Publique Opération Compostage Individuel Introduction : 1) mettre nos déchets dans le composteur et non à la poubelle? 2) transformer nos déchets en compost? 3) utiliser le compost? 4) Le paillage,

Plus en détail

Code de Conduite Module Café

Code de Conduite Module Café Code de Conduite odule Café Version 1.1 www.utzcertified.org Les copies et traductions du présent document sont disponibles au format électronique sur le site Internet UTZ Certified: www.utzcertified.org

Plus en détail

Fdpmf!eft!Qmbouft! Établissement privé d enseignement supérieur inscrit au Rectorat de Paris (n 08-23) Présentation

Fdpmf!eft!Qmbouft! Établissement privé d enseignement supérieur inscrit au Rectorat de Paris (n 08-23) Présentation Fdpmf!eft!Qmbouft! Établissement privé d enseignement supérieur inscrit au Rectorat de Paris (n 08-23)!!Qmbouft!Néejdjobmft!fu!Cpubojrvf! Présentation Pour connaître et reconnaître les plantes sauvages,

Plus en détail

Les renouées asiatiques : Renouée du Japon Renouée de l Himalaya (renoué à nombreux épis) Renouée Sakhaline (renouée géante)

Les renouées asiatiques : Renouée du Japon Renouée de l Himalaya (renoué à nombreux épis) Renouée Sakhaline (renouée géante) Origine : Sud est de l Asie Les renouées asiatiques : Renouée du Japon Renouée de l Himalaya (renoué à nombreux épis) Renouée Sakhaline (renouée géante) Noms scientifiques Renouée du Japon Renouée du japon

Plus en détail

LA BANANE : effaçons l injustice et préparons Marseille Cassis!

LA BANANE : effaçons l injustice et préparons Marseille Cassis! LA BANANE : effaçons l injustice et préparons Marseille Cassis! 1.Banane : idées reçues négatives mais fausses! 2. Banane : idées reçues positives et vraies! 3. La banane face aux autres fruits, ça apporte

Plus en détail

Les Sacs Biodégradables

Les Sacs Biodégradables Les Sacs Biodégradables Introduction: De nos jours, l utilisation des sacs plastiques est très fréquente, notamment dans le commerce ou encore pour l usage personnel (sacs poubelles ) mais cela n est pas

Plus en détail

Nouveau STEAK DE SOJA 60g

Nouveau STEAK DE SOJA 60g Nouveau STEAK DE SOJA 60g 1 La clé d une bonne alimentation réside dans la diversité alimentaire et les produits au soja s inscrivent parfaitement dans cet équilibre. Fort de son savoir-faire acquis depuis

Plus en détail

COFFEE EXPERIENCE WORLDWIDE SEDUCTION

COFFEE EXPERIENCE WORLDWIDE SEDUCTION COFFEE EXPERIENCE WORLDWIDE SEDUCTION Depuis 1975 ICAF nait de la passion et de l expertise acquise par ses fondateurs dans la production des mélanges des meilleurs cafés et dispose aujourd hui d une solide

Plus en détail

Antihistaminiques de deuxième génération: Etude rétrospective des cas de surdosage du Centre antipoison d'angers

Antihistaminiques de deuxième génération: Etude rétrospective des cas de surdosage du Centre antipoison d'angers Thèse pour le Diplôme d État de Docteur en Pharmacie Antihistaminiques de deuxième génération: Etude rétrospective des cas de surdosage du Centre antipoison d'angers Membre du jury : Président : Mme LANDREAU

Plus en détail

CODE D USAGES POUR LA PRÉVENTION ET LA RÉDUCTION DE L OCHRATOXINE A DANS LE VIN

CODE D USAGES POUR LA PRÉVENTION ET LA RÉDUCTION DE L OCHRATOXINE A DANS LE VIN CODE D USAGES POUR LA PRÉVENTION ET LA RÉDUCTION DE L OCHRATOXINE A DANS LE VIN CAC/RCP 63-2007 1. PRÉAMBULE Les mycotoxines, en particulier l'ochratoxine A (OTA), sont des métabolites secondaires produits

Plus en détail

Dossier Enseignant «A Table» Cap Sciences 2004.

Dossier Enseignant «A Table» Cap Sciences 2004. Une bonne nutrition est un incontestable facteur de bonne santé. Dans la médecine traditionnelle chinoise, certains aliments bien utilisés servent de remèdes pour prévenir et traiter des maladies. Si la

Plus en détail

Fiche conseil pour la matière active : Diméthoate (insecticide) Famille : organophosphorés Version du 20 septembre 2013

Fiche conseil pour la matière active : Diméthoate (insecticide) Famille : organophosphorés Version du 20 septembre 2013 Réseau National des Chambres d Agriculture du Niger Fiche conseil pour la matière active : Diméthoate (insecticide) Famille : organophosphorés Version du 20 septembre 2013 Rédaction équipe technique RECA

Plus en détail

Prévenir... les effets du viellissement

Prévenir... les effets du viellissement Prévenir... les effets du viellissement 3 Les quatre clés du bien vieillir 1 Bien s alimenter Les besoins évoluent avec l âge En prenant de l âge, on a tendance à manger avec moins d appétit. Il est vrai

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

Compléments alimentaires :

Compléments alimentaires : Compléments alimentaires : Leur place dans l alimentation d aujourd hui par Dr Didier Souveton Médecin nutritionnist & médecin du sport Directeur médical Metabolic Balance Directeur général Metabolic PROFIL

Plus en détail

RAPPORT DE MISSION au TOGO. Village de Dzogbégan sur le plateau de Danyil MISSION AGRO-ALIMENTAIRE

RAPPORT DE MISSION au TOGO. Village de Dzogbégan sur le plateau de Danyil MISSION AGRO-ALIMENTAIRE RAPPORT DE MISSION au TOGO Village de Dzogbégan sur le plateau de Danyil MISSION AGRO-ALIMENTAIRE Du 1 er au 31 Juillet 2o12 I) INTRODUCTION Etudiante en Ecole d Ingénieur en Biologie industrielle, il

Plus en détail

Contact SCD Nancy 1 : theses.sante@scd.uhp-nancy.fr

Contact SCD Nancy 1 : theses.sante@scd.uhp-nancy.fr AVERTISSEMENT Ce document est le fruit d'un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l'ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété intellectuelle

Plus en détail

Composter, c est naturel!

Composter, c est naturel! Composter, c est naturel! Le compostage consiste à décomposer la matière organique par l action de l air, des bactéries et organismes vivants du sol pour la transformer en humus. Réduire la quantité de

Plus en détail

DS de Spécialité n o 4 Extraction & identification de la caféine

DS de Spécialité n o 4 Extraction & identification de la caféine DS de Spécialité n o 4 Extraction & identification de la caféine Selon la légende, le café fut remarqué pour la première fois quelques 850 ans avant notre è r e : u n b e r g e r d u Y é m e n n o t a

Plus en détail

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires?

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Louis Robert, agronome, M. Sc. Conseiller régional en grandes cultures Même s ils ne sont pas nouveaux sur le marché, les engrais de démarrage liquides

Plus en détail

NORME CEE-ONU FFV-42 concernant la commercialisation et le contrôle de la qualité commerciale des AVOCATS

NORME CEE-ONU FFV-42 concernant la commercialisation et le contrôle de la qualité commerciale des AVOCATS COMMISSION ÉCONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L EUROPE NORME CEE-ONU FFV-42 concernant la commercialisation et le contrôle de la qualité commerciale des AVOCATS ÉDITION 2009 NATIONS UNIES New York et Genève,

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Mme X. Pour. Introduction...1 Résumé de vos résultats... 2 GESTION DU POIDS SANTÉ MÉTABOLIQUE. Gras saturés...

TABLE DES MATIÈRES. Mme X. Pour. Introduction...1 Résumé de vos résultats... 2 GESTION DU POIDS SANTÉ MÉTABOLIQUE. Gras saturés... 2.0 TABLE DES MATIÈRES Pour Mme X Introduction.....1 Résumé de vos résultats......... 2 SANTÉ MÉTABOLIQUE Vitamine C..................4 Folate.......5 Charge glycémique......... 6 SANTÉ CARDIOVASCULAIRE

Plus en détail

Chap9 TS LES RELATIONS ENTRE ORGANISATION ET MODE DE VIE RESULTAT DE L EVOLUTION : EXEMPLE DE LA VIE FIXEE CHEZ LES PLANTES

Chap9 TS LES RELATIONS ENTRE ORGANISATION ET MODE DE VIE RESULTAT DE L EVOLUTION : EXEMPLE DE LA VIE FIXEE CHEZ LES PLANTES Chap9 TS LES RELATIONS ENTRE ORGANISATION ET MODE DE VIE RESULTAT DE L EVOLUTION : EXEMPLE DE LA VIE FIXEE CHEZ LES PLANTES Restitution des acquis L organisation des plantes est liée aux exigences de leur

Plus en détail

Le plâtre-chaux est la meilleure surface pour les murs en terre parce que :

Le plâtre-chaux est la meilleure surface pour les murs en terre parce que : VOYEZ COMMENT FAIRE LE PLATRE-CHAUX PATTI STOUTER, BUILD SIMPLE INC. FEVRIER 2013 POURQUOI LA CHAUX? Le plâtre-chaux est une surface claire, propre, résistante à la pluie et les moisissures, et durable.

Plus en détail

RECHERCHE ET CONTROLE

RECHERCHE ET CONTROLE RECHERCHE ET CONTROLE Intervenant : Sylvie Guyomard Sanofi Aventis Mme Guyomard nous a présenté ses activités ainsi que sa formation. 1- Fonction principale actuelle Mme Guyomard est responsable du laboratoire

Plus en détail

ÉPREUVE EXTERNE COMMUNE ÉVEIL - INITIATION SCIENTIFIQUE. Livret 4 Mardi 17 juin FRANÇAIS SAVOIR ÉCOUTER SAVOIR ÉCRIRE FRANÇAIS MATHÉMATIQUES

ÉPREUVE EXTERNE COMMUNE ÉVEIL - INITIATION SCIENTIFIQUE. Livret 4 Mardi 17 juin FRANÇAIS SAVOIR ÉCOUTER SAVOIR ÉCRIRE FRANÇAIS MATHÉMATIQUES ÉPREUVE EXTERNE COMMUNE CEB2014 ÉVEIL - INITIATION SCIENTIFIQUE Livret 4 Mardi 17 juin FRANÇAIS FRANÇAIS SAVOIR ÉCOUTER SAVOIR SAVOIR ÉCRIRE ÉCOUTER SAVOIR ÉCRIRE FRANÇAIS MATHÉMATIQUES SAVOIR ÉCOUTER

Plus en détail

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire Table des matières Liste des tableaux... XIII I Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire 1 Les glucides... 3 Les différents types de glucides... 3 Classification biochimique (3). Classification

Plus en détail

Stage d accompagnement de la mise en place du B2i (mars 2003) 1

Stage d accompagnement de la mise en place du B2i (mars 2003) 1 Stage d accompagnement de la mise en place du B2i (mars 2003) 1 PRESENTATION DU FRUIT Le fruit à pain est de la grosseur d un melon vert et on le récolte deux fois par an. Sa peau est mince et sa chair

Plus en détail

Gérer définitivement les problèmes de mousse

Gérer définitivement les problèmes de mousse Gérer définitivement les problèmes de mousse Tuer la mousse n est pas un problème mais pour l éliminer définitivement, il faudra identifier la ou les origines de sa présence et y remédier Quelles sont

Plus en détail

Quelles adaptations techniques envisagées pour la production et la première transformation des plantes médicinales?

Quelles adaptations techniques envisagées pour la production et la première transformation des plantes médicinales? mai 2011 Quelles adaptations techniques envisagées pour la production et la première transformation des plantes médicinales? Projet ADAPROD Avis N AO-1046-1994 Une étude réalisée par l iteipmai LES ÉTUDES

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

Créateur de la Cosmétique Végétale ANTI-FATIGUE. Marque déposée par Yves Rocher

Créateur de la Cosmétique Végétale ANTI-FATIGUE. Marque déposée par Yves Rocher Créateur de la Cosmétique Végétale Dossier scientifique ANTI-FATIGUE Le facteur perçu par les femmes N 1: la FATIGUE. La Recherche en Cosmétique Végétale Yves Rocher a mis en lumière l importance d une

Plus en détail

Tout savoir sur l insuline

Tout savoir sur l insuline Tout savoir sur l insuline QU EST-CE QUE L INSULINE ET COMMENT DOIT-ON L UTILISER? (Langue Française) L ABC dell insulina Lilly Pourquoi dois-je fabriquer de l insuline? Dans la plupart des cas, le diabète

Plus en détail

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Le compost au printemps Le compost en été Le compost à l automne Le compost en hiver Le compost au printemps La saison idéale pour démarrer son compost...

Plus en détail

Le rendement de beurre issu des noix immatures est faible et contient une teneur en acide gras libre au-delà de la norme.

Le rendement de beurre issu des noix immatures est faible et contient une teneur en acide gras libre au-delà de la norme. Pour 100g de fruit frais, après dépulpage on obtient 50 g de noix fraîche qui après séchage donne 30g de noix sèche, et après décorticage on obtient 20g d amande sèche qui contient environ 50% de matière

Plus en détail

Faire une baguette qui a du goût

Faire une baguette qui a du goût Faire une baguette qui a du goût Pourquoi faire son pain? La principale raison est pour le goût du pain. En effet, les boulangeries sont souvent le terminal des grands meuniers. Bien que les dernières

Plus en détail

ORIENTATION SYLVICOLE / Guide n 007

ORIENTATION SYLVICOLE / Guide n 007 ORIENTATION SYLVICOLE / Guide n 007 Peuplements mélangés, modalités, perspectives La diversité des exigences des essences pour la lumière, l eau et les éléments minéraux, nécessite toutefois de prendre

Plus en détail

Quizz s é c u r i t é

Quizz s é c u r i t é Quizz s é c u r i t é r o u t i è r e Selon vous, le nombre de personnes tuées sur les routes dans le monde chaque année représente environ : A. La population de l Estonie B. C. Les populations des villes

Plus en détail