AVERTISSEMENT. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AVERTISSEMENT. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale."

Transcription

1 AVERTISSEMENT Ce document est le fruit d'un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l'ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété intellectuelle de l'auteur. Ceci implique une obligation de citation et de référencement lors de l utilisation de ce document. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale. illicite Contact : LIENS Code de la Propriété Intellectuelle. articles L Code de la Propriété Intellectuelle. articles L L

2 UNIVERSITE DE LORRAINE 2013 FACULTE DE PHARMACIE THESE% Présentée et soutenue publiquement le 05 juillet 2013 sur un sujet dédié à : Le%café%:%les%effets%bénéfiques% et%néfastes%sur%la%santé.% pour obtenir le Diplôme d'etat de Docteur en Pharmacie par Pol Nicolas Guy HALER né le 29 février 1988 à Luxembourg Membres du Jury Président : Juges : Mme D. LAURAIN-MATTAR, Professeur Mme B. MOREAU, Maître de Conférences Mme T. GOEDERT, Docteur en Pharmacie M F. BOOB, Docteur en Pharmacie

3 UNIVERSITÉ DE LORRAINE FACULTÉ DE PHARMACIE Année universitaire DOYEN Francine PAULUS Vice- Doyen Francine KEDZIEREWICZ Directeur des Etudes Virginie PICHON Président du Conseil de la Pédagogie Bertrand RIHN Président de la Commission de la Recherche Christophe GANTZER Président de la Commission Prospective Facultaire Jean- Yves JOUZEAU Responsable de la Cellule de Formations Continue et Individuelle Béatrice FAIVRE Responsable ERASMUS : Responsable de la filière Officine : Responsables de la filière Industrie : Responsable du Collège d Enseignement Pharmaceutique Hospitalier : Responsable Pharma Plus E.N.S.I.C. : Responsable Pharma Plus E.N.S.A.I.A. : Francine KEDZIEREWICZ Francine PAULUS Isabelle LARTAUD, Jean- Bernard REGNOUF de VAINS Jean- Michel SIMON Jean- Bernard REGNOUF de VAINS Raphaël DUVAL/Bertrand RIHN DOYENS HONORAIRES Chantal FINANCE Claude VIGNERON PROFESSEURS EMERITES Jeffrey ATKINSON Max HENRY Gérard SIEST Claude VIGNERON PROFESSEURS HONORAIRES Roger BONALY Pierre DIXNEUF Marie- Madeleine GALTEAU Thérèse GIRARD Maurice HOFFMANN Michel JACQUE Lucien LALLOZ Pierre LECTARD Vincent LOPPINET Marcel MIRJOLET Maurice PIERFITTE Janine SCHWARTZBROD Louis SCHWARTZBROD MAITRES DE CONFERENCES HONORAIRES Monique ALBERT Gérald CATAU Jean- Claude CHEVIN Jocelyne COLLOMB Bernard DANGIEN Marie- Claude FUZELLIER Françoise HINZELIN Marie- Hélène LIVERTOUX Bernard MIGNOT Jean- Louis MONAL Dominique NOTTER Marie- France POCHON Anne ROVEL Maria WELLMAN- ROUSSEAU ASSISTANTS HONORAIRES Marie- Catherine BERTHE Annie PAVIS

4 Faculté de Pharmacie Présentation ENSEIGNANTS Section CNU * Discipline d'enseignement PROFESSEURS DES UNIVERSITES - PRATICIENS HOSPITALIERS Danièle BENSOUSSAN- LEJZEROWICZ 82 Thérapie cellulaire Chantal FINANCE 82 Virologie, Immunologie Jean- Yves JOUZEAU 80 Bioanalyse du médicament Jean- Louis MERLIN 82 Biologie cellulaire Alain NICOLAS 80 Chimie analytique et Bromatologie Jean- Michel SIMON 81 Economie de la santé, Législation pharmaceutique PROFESSEURS DES UNIVERSITES Jean- Claude BLOCK 87 Santé publique Christine CAPDEVILLE- ATKINSON 86 Pharmacologie Raphaël DUVAL 87 Microbiologie clinique Béatrice FAIVRE 87 Biologie cellulaire, Hématologie Pascale FRIANT- MICHEL 85 Mathématiques, Physique Christophe GANTZER 87 Microbiologie Pierre LABRUDE 86 Physiologie, Orthopédie, Maintien à domicile Isabelle LARTAUD 86 Pharmacologie Dominique LAURAIN- MATTAR 86 Pharmacognosie Brigitte LEININGER- MULLER 87 Biochimie Pierre LEROY 85 Chimie physique Philippe MAINCENT 85 Pharmacie galénique Alain MARSURA 32 Chimie organique Patrick MENU 86 Physiologie Jean- Bernard REGNOUF de VAINS 86 Chimie thérapeutique Bertrand RIHN 87 Biochimie, Biologie moléculaire MAITRES DE CONFÉRENCES - PRATICIENS HOSPITALIERS Béatrice DEMORE 81 Pharmacie clinique Julien PERRIN 82 Hématologie biologique Marie SOCHA 81 Pharmacie clinique, thérapeutique et biotechnique Nathalie THILLY 81 Santé publique MAITRES DE CONFÉRENCES Sandrine BANAS 87 Parasitologie Mariette BEAUD 87 Biologie cellulaire Emmanuelle BENOIT 86 Communication et Santé Isabelle BERTRAND 87 Microbiologie Michel BOISBRUN 86 Chimie thérapeutique François BONNEAUX 86 Chimie thérapeutique Ariane BOUDIER 85 Chimie Physique Cédric BOURA 86 Physiologie Igor CLAROT 85 Chimie analytique Joël COULON 87 Biochimie Sébastien DADE 85 Bio- informatique Dominique DECOLIN 85 Chimie analytique Roudayna DIAB 85 Pharmacie galénique Natacha DREUMONT 87 Biologie générale, Biochimie clinique Joël DUCOURNEAU 85 Biophysique, Acoustique

5 Faculté de Pharmacie Présentation ENSEIGNANTS (suite) Section CNU * Discipline d'enseignement Florence DUMARCAY 86 Chimie thérapeutique François DUPUIS 86 Pharmacologie Adil FAIZ 85 Biophysique, Acoustique Luc FERRARI 86 Toxicologie Caroline GAUCHER- DI STASIO 85/86 Chimie physique, Pharmacologie Stéphane GIBAUD 86 Pharmacie clinique Thierry HUMBERT 86 Chimie organique Frédéric JORAND 87 Environnement et Santé Olivier JOUBERT 86 Toxicologie Francine KEDZIEREWICZ 85 Pharmacie galénique Alexandrine LAMBERT 85 Informatique, Biostatistiques Faten MERHI- SOUSSI 87 Hématologie Christophe MERLIN 87 Microbiologie Blandine MOREAU 86 Pharmacognosie Maxime MOURER 86 Chimie organique Coumba NDIAYE 86 Epidémiologie et Santé publique Francine PAULUS 85 Informatique Christine PERDICAKIS 86 Chimie organique Caroline PERRIN- SARRADO 86 Pharmacologie Virginie PICHON 85 Biophysique Anne SAPIN- MINET 85 Pharmacie galénique Marie- Paule SAUDER 87 Mycologie, Botanique Gabriel TROCKLE 86 Pharmacologie Mihayl VARBANOV 87 Immuno- Virologie Marie- Noëlle VAULTIER 87 Mycologie, Botanique Emilie VELOT 86 Physiologie- Physiopathologie humaines Mohamed ZAIOU 87 Biochimie et Biologie moléculaire Colette ZINUTTI 85 Pharmacie galénique PROFESSEUR ASSOCIE Anne MAHEUT- BOSSER 86 Sémiologie PROFESSEUR AGREGE Christophe COCHAUD 11 Anglais *Disciplines du Conseil National des Universités : 80 : Personnels enseignants et hospitaliers de pharmacie en sciences physico- chimiques et ingénierie appliquée à la santé 81 : Personnels enseignants et hospitaliers de pharmacie en sciences du médicament et des autres produits de santé 82 : Personnels enseignants et hospitaliers de pharmacie en sciences biologiques, fondamentales et cliniques 85 ; Personnels enseignants- chercheurs de pharmacie en sciences physico- chimiques et ingénierie appliquée à la santé 86 : Personnels enseignants- chercheurs de pharmacie en sciences du médicament et des autres produits de santé 87 : Personnels enseignants- chercheurs de pharmacie en sciences biologiques, fondamentales et cliniques 32 : Personnel enseignant- chercheur de sciences en chimie organique, minérale, industrielle 11 : Professeur agrégé de lettres et sciences humaines en langues et littératures anglaises et anglo- saxonnes

6 SERMENT DES APOTHICAIRES Je jure, en présence des maîtres de la Faculté, des conseillers de l ordre des pharmaciens et de mes condisciples : D honorer ceux qui m ont instruit dans les préceptes de mon art et de leur témoigner ma reconnaissance en restant fidèle à leur enseignement. D exercer, dans l intérêt de la santé publique, ma profession avec conscience et de respecter non seulement la législation en vigueur, mais aussi les règles de l honneur, de la probité et du désintéressement. De ne jamais oublier ma responsabilité et mes devoirs envers le malade et sa dignité humaine ; en aucun cas, je ne consentirai à utiliser mes connaissances et mon état pour corrompre les mœurs et favoriser des actes criminels. Que les hommes m accordent leur estime si je suis fidèle à mes promesses. Que je sois couvert d opprobre et méprisé de mes confrères si j y manque.

7 «LA FACULTE N ENTEND DONNER AUCUNE APPROBATION, NI IMPROBATION AUX OPINIONS EMISES DANS LES THESES, CES OPINIONS DOIVENT ETRE CONSIDEREES COMME PROPRES A LEUR AUTEUR».

8 Remerciements A la présidente du jury, Madame le Professeur Dominique LAURAIN- MATTAR, Professeur en pharmacognosie qui m a fait l honneur de présider ma thèse, qu elle soit assurée de ma profonde reconnaissance pour l intérêt porté à mon travail. A Madame Blandine MOREAU, directrice de ma thèse et Maître de Conférences en pharmacognosie pour le temps consacré, les précieux conseils et l encadrement impeccable tout au long de la rédaction, qu elle trouve ici mon éternelle gratitude pour m avoir aidé à mener ce travail à bon port. A Madame Tessy GOEDERT, Docteur d Etat en Pharmacie, juge et maître de stage, pour avoir gracieusement accepté de siéger dans mon jury de thèse. J en profite également pour la remercier de la confiance qu elle m a portée dès mon premier stage en officine ainsi que de toute son aide et ses conseils pour me former dans la pratique officinale. Qu elle trouve ici mes sincères remerciements. A Monsieur François BOOB, Docteur d Etat en Pharmacie, juge, pour avoir accepté d évaluer ce travail par intérêt pour le sujet et par curiosité professionnelle, qu il soit assuré de ma gratitude.

9 A Monsieur Jean- Edouard MOREAU, maître de stage à Malzéville, pour son partage généreux de ses connaissances. A toute l équipe de la Pharmacie Moreau à Malzéville ainsi qu à celle de la Pharmacie Goedert à Luxembourg- Ville pour ces stages inoubliables et formateurs. Sans oublier la Pharmacie Gogniaux et Rossi à Aumetz et le personnel du CHU de Nancy que j ai eu le plaisir de connaître lors de mon stage de la 5 e année hospitalo- universitaire. A mes parents, pour leur amour, leur soutien, leur patience et leur encouragement qu ils m ont porté depuis ma naissance. Merci également pour leur aide et leurs précieux conseils tout au long de mes études ainsi que de ce travail. Qu ils soient assurés de mon affection éternelle pour avoir fait de moi l homme que je suis aujourd hui. A mon frère Jean, pour les moments de joie partagés ainsi que pour ses conseils en matière de chimie lors de la rédaction de ma thèse, pour le temps qu il m a consacré en m aidant à établir les formules chimiques. Merci. A mes compagnons de route qui ont partagé avec moi les bancs de la faculté et qui ont fait de ce séjour nancéien un vrai plaisir. Pour les bons moments passés ensemble, merci infiniment Fix, Rom, Xav et Nico, sans oublier Edwige, Inès et Clémence. En espérant que de nombreux épisodes vont se rajouter à ces merveilleux souvenirs après notre départ de la faculté. A Jeff, ami de longue date, pour tous les moments partagés ensemble, entre le rire et les discussions philosophiques. A toute ma famille avec ma plus grande affection. A tous ceux que j ai oubliés et que j ai croisés sur ce long chemin qui s appelle la vie.

10 Table des matières 1 Introduction L histoire du café [1][2][3][4][5][6][7] Les légendes En réalité La botanique [8][9][10][11][12][13][14][15][16][17] La classification APG III* [5][18] Le caféier La géographie La durée de vie L arbuste [19] Les différences entre C. arabica et C. canephora Coffea arabica (Linné) Coffea canephora (Pierre) De la production à la consommation du café Les principaux pays producteurs de café [7][17][20][21] Les principaux pays consommateurs de café [20][23] La culture de caféiers sur les plantations [5][8][10][15][17][24][25][26] Les prémisses pour une bonne caféiculture La pépinière La plantation La récolte Les ennemis du caféier L obtention du café vert [5][8][10][15][16][17][32][33] La voie sèche La voie humide Les étapes communes à la voie sèche et humide La torréfaction [5][10][15][17] La décaféination [15][36] Par solvants organiques Par CO 2 supercritique Par l eau La fabrication de café soluble [10][15][17][37] La préparation du café [5][15][17][38] La mouture L eau Les différentes méthodes de préparation Les constituants du café [41][42] La caféine [43][44][45][36][46][47][48] La structure La pharmacocinétique La dose journalière [49] Les effets [50][51] La trigonelline [52][53][54] La structure Le métabolisme La dose journalière Les effets Les acides chlorogéniques [52][55] La structure Le métabolisme

11 5.3.3 Les effets Le cafestol et le kahweol [56] La structure Le métabolisme Les effets Les fibres [57][58] Les autres constituants Les glucides Les protéines, peptides et acides aminés libres Les minéraux Les lipides [52] Les composants volatils Les autres acides [52] Les constituants de la boisson Conclusion La maladie d'alzheimer Considérations sur la maladie [41][59][60][61][62][63] Les symptômes La physiopathologie Les traitements Le café [41][64][65][66][67] Des études épidémiologiques [68][69][70] Des études au niveau cellulaire et sur des animaux [41] Conclusion La maladie de Parkinson Considérations sur la maladie [41][89][90][91][92][93] Les symptômes La physiopathologie Le traitement [95] Le café [41][96][97] La méta- analyse ibérique [96] La caféine Conclusion Le diabète de type Considérations sur la maladie [41][106][107][108][109][110] Définition du DT La physiopathologie Les traitements Le café La méta- analyse de Huxley et al. [111] Le type de préparation du café et le mode de vie Les signes précurseurs du DT Les mécanismes possibles [41] Conclusion Les maladies cardiovasculaires Considérations sur les maladies [41][149][150][151] Le café L influence sur certains facteurs favorisant les maladies CV L insuffisance cardiaque (IC) L AVC Conclusion

12 10 Le foie Considérations générales [179][180][181] Le café L effet sur les transaminases et les GGT L effet sur la cirrhose L effet sur la fibrose sur des modèles animaliers Les mécanismes possibles L effet anti- et pro- inflammatoire de la caféine Conclusion Le cancer Considérations générales [204][205][206] Le cancer du sein Le cancer colorectal Le cancer de la prostate Le cancer de la vessie Le cancer de l estomac Le cancer de l ovaire Le cancer du pancréas Le cancer du foie Les cancers de la tête et du cou Le cancer de l endomètre Le cancer du rein Les cancers du cerveau Conclusion D autres effets positifs La goutte Le suicide Les performances cognitives Les performances physiques La grossesse La fécondation La fécondation in vitro (FIV) La fausse couche Les effets sur le fœtus La santé maternelle L allaitement Les effets plus tardifs Conclusion Des effets négatifs L ostéoporose La diurèse L acidité gastrique Le caféisme L anxiété Les troubles du sommeil Le sevrage caféinique Les psychoses Quelques molécules potentiellement néfastes L ochratoxine A (OTA) [41][340] Les amines biogènes [41] L acrylamide [41]

13 Les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) Le furane Les pesticides Conclusion Les applications actuelles de la caféine et du café en médecine L apnée du nouveau- né prématuré La douleur La migraine La fatigue Kaffeekohle [366] L homéopathie La dermocosmétologie Les interactions [364][370][371][372] Conclusion Glossaire Bibliographie

14 Table des figures Figure 1 : Le caféier [15] Figure 2 : La fleur du caféier [13] Figure 3 : Le fruit du caféier, la drupe [13] Figure 4 : Les régions de production de C. arabica et C. robusta [22] Figure 5 : Grains de café germés [27] Figure 6 : Récolte de cerises par la méthode du «Picking» [5] Figure 7 : Feuille de caféier infecté par H. vastatrix [28] Figure 8 : Anthracnose des drupes du caféier [10] Figure 9 : Hypothenemus hampei adulte [31] Figure 10 : Séchage sur bâches de cerises de café en Ethiopie [34] Figure 11 : Le dépulpeur [5] Figure 12 : La cuve de fermentation [5] Figure 13 : Résumé des transformations des cerises du caféier pour arriver au café vert marchand (d après [16]) Figure 14 : Les degrés de torréfaction [35] Figure 15 : L «ibrik» [17] Figure 16 : La machine à espresso [39] Figure 17 : Cafetière italienne «Bialetti» [39] Figure 18 : Cafetière à filtre «Melitta» [39] Figure 19 : La cafetière type «Cona» [17] Figure 20 : La cafetière à piston [40] Figure 21 : La caféine Figure 22 : La trigonelline et l acide nicotinique Figure 23 : Les acides chlorogéniques Figure 24 : L acide 5- caféylquinique Figure 25 : Le cafestol Figure 26 : Le kahweol Figure 27 : La voie nigro- striée [94] Figure 28 : Test d2 (une ligne résolue) Figure 29 : Le pyrocatéchol, l hydroquinone et le pyrogallol

15 Table des tableaux Tableau 1 : Les principaux pays producteurs de café Tableau 2 : Les principaux pays importateurs de café Tableau 3 : La consommation de café per capita en kg par an Tableau 4 : La mouture à choisir en fonction de la méthode de préparation Tableau 5 : La composition du café vert et du café torréfié en matière sèche (MS) Tableau 6 : Teneur en caféine Tableau 7 : Les autres acides retrouvés dans le café Tableau 8 : Les cancers les plus fréquents dans le monde (2008) [206]

16 Abréviations 11β- HSD1 : 11β- hydroxystéroïde déshydrogénase de type 1 3MS : Modified Mini- Mental State 5- CQA : Acide 5- caféylquinique 5- HT : sérotonine ou 5- hydroxytryptamine ABC : ATP Binding Casette Aβ : Peptide β- amyloïde AC : Acide caféique ACGs : Acides chlorogéniques ACh : Acétylcholine ACTH : Adrénocorticotrophine AINS : Anti- inflammatoire non- stéroïdien AJR : Apports journaliers recommandés ALAT : Alanine aminotransférase AMPc : Adénosine monophosphate cyclique APP : Amyloid protein precurseur, précurseur de la protéine amyloïde ARE : Antioxydant response element ASAT : Aspartate aminotransférase ATP : Adénosine- 5'- triphosphate AVC : Accident vasculaire cérébral BHE : Barrière hémato- encéphalique BRCA : Breast Cancer C5HTs : CBP : Cancer buccal et pharyngé CHC : Carcinome hépatocellulaire CI50 : Concentration inhibitrice médiane CK : Cellule de Küpffer COX : Cyclooxygénase CPT : 8- cyclopentyltheophylline CSH : Cellule stellaire hépatique CTGF : Connective tissue growth factor, facteur de croissance du tissu conjonctif CV : Cardiovasculaire CYP : Cytochrome P450 DG : Diabète gestationnel DL50 : Dose létale 50 DMO : Densité minérale osseuse DNF : Dégénérescence neurofibrillaire DPP4 : Dipeptidyl peptidase- 4 DSM : Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders DT2 : Diabète de type 2 ERK1/2 : Extracellular signal- regulated kinases 1 et 2 ERO : Espèces réactives de l oxygène FIV : Fécondation in vitro GABA : acide gamma- amino- butyrique GGT : Gamma- glutamyltransférases GLP- 1 : Glucagon- like peptide- 1, l incrétine GMPc : Guanosine monophosphate cyclique GST : Glutathion- S- transférase 14

17 HbA1c : Hémoglobine glyquée ou A1c HC : Hépatocyte HDL : Lipoprotéines de haute densité HIF- 1 : Hypoxia- inducible factor- 1, facteur induit par l hypoxie 1 HTA : Hypertension artérielle IC : Insuffisance cardiaque ICOMT : Inhibiteurs de la catéchol- O- méthyl transférase IDE : Insulin degrading enzyme, enzyme dégradant l insuline IDM : Infarctus du myocarde IL : Interleukine IMAO- B : Inhibiteurs de la monoamine- oxydase B IMC : Indice de masse corporelle JNK1/2 : c- Jun N- terminal kinases 1 et 2 LDL : Lipoprotéines de basse densité LT : Lymphocyte T MA : Maladie d Alzheimer mm de Hg : millimètres de mercure MMSE : Mini- Mental State Examination MP : Maladie de Parkinson MPTP : 1- méthyl- 4- phényl- 1,2,3,6- tétrahydropyridine MS : Matière sèche ND : Non détecté NF- κb : Nuclear factor- kappa B NMDA : N- méthyl- D- aspartate NMP : N- méthylpyridinium Nrf2 : Nuclear factor (erythroid- derived 2)- like 2 OR : Odds ratio, le rapport des chances ORAC : Oxygen Radical Absorbance Capacity, la capacité d'absorption des radicaux oxygénés PA : pression artérielle PCR : Protéine C réactive RR : Relative risk, le risque relatif RT- PCR : Transcription inverse suivie d une réaction en chaîne par polymérase RE : Récepteur à l œstrogène RGO : Reflux gastro- œsophagien SNC : Système nerveux central SR- B1 : Scavenger receptor B1 SSTR2 : Récepteur à somatostatine de type 2 TGF : Transforming growth factor, facteur de croissance de transformation TIC : Transport inverse du cholestérol TNF α : Tumor necrosis factor, facteur de nécrose tumorale TOTG : Test oral de tolérance au glucose UI : Unités internationales VEGF : Vascular endothelial growth factor, facteur de croissance de l endothélium vasculaire VO2 : Consommation d oxygène ZM : 4- (2- [7- amino- 2- (2- furyl)(1,2,4)triazolo(2,3- a)(1,3,5)triazin- 5- yl- amino]éthyl)phénol 15

18 1 Introduction Le café est une boisson très populaire, connu dans les pays occidentaux seulement depuis environ 400 ans et se consomme aujourd hui sous des formes très variées. Que ce soit le café filtre classique, l espresso, le café au lait ou des variétés plus exotiques, le café est souvent synonyme d un instant de répit de la vie rapide et stressante de nos jours, comme en témoigne la célèbre pause- café, faisant partie intégrante de la journée au bureau. Mais est- ce que le café reste juste une simple boisson stimulante, une drogue légale pour bien démarrer la journée ou y a- t- il quelque chose de plus? Des bienfaits pour la santé? Des effets néfastes? Jadis considéré comme l «invention amère du diable», le café fait depuis quelques années l objet d études scientifiques qui s intéressent aux apports de ce breuvage à la santé. Cette thèse s intéresse tout d abord à l histoire du café, avec le long voyage qu il a effectué depuis son pays d origine, l Ethiopie, jusqu à conquérir toute la Terre et même la Lune. Seront ensuite traités les aspects botaniques avec des détails sur les deux espèces de caféiers utilisés pour préparer du café. On suivra toutes les étapes nécessaires pour arriver de la plantation à la tasse de café prête à boire, en s intéressant également aux procédés de décaféination ainsi qu à la fabrication du café soluble. Après la présentation des constituants bioactifs du café, l intérêt sera porté à l effet du café sur un certain nombre de pathologies dont la maladie d'alzheimer, la maladie de Parkinson, le diabète de type 2, les maladies cardiovasculaires, les cancers et la goutte ainsi qu à son effet sur le foie, le suicide et les performances cognitives et physiques. Un chapitre est également consacré à la grossesse ainsi qu aux effets potentiellement néfastes sur l ostéoporose, la diurèse et l acidité gastrique. Seront également traités la dépendance au café et les psychoses ainsi que les composants toxiques qui peuvent se retrouver dans le café. En dernier lieu, un chapitre exposera les applications de la caféine et du café en médecine et les interactions avec des médicaments. 16

19 2 L histoire du café [1][2][3][4][5][6][7] 2.1 Les légendes L utilisation du café comme boisson remonte à si loin qu il y existe de nombreuses légendes autour de la découverte du café. Deux de ces légendes sont les plus répandues : - La première légende nous vient des hauts plateaux de l Ethiopie, de la province de Kaffa, qui aurait donné son nom au café par après. En l an 850 avant J.- C., un jeune berger du nom de Khaldi avait remarqué que ses animaux étaient très excités et ne trouvaient pas sommeil après avoir mangé les petits fruits rouges des arbustes autour d eux. Khaldi aurait rapporté cette curieuse histoire à un prieur d un couvent avoisinant. Le prieur eut l idée de faire une boisson tonifiante à base de ces fruits rouges. Le café était né. - Une deuxième légende a comme protagoniste Mahomet auquel, un jour où il était malade, l Ange Gabriel offrit une boisson noire. Après avoir bu cette boisson, le Prophète retrouvait toute sa force et sa santé. Il appela cette boisson qah wa, mot qui signifie encore aujourd hui café dans la langue arabe. 2.2 En réalité - Les historiens sont plutôt d avis que le café a été découvert en Ethiopie où le caféier pousse à l état sauvage sur les hauts plateaux. Vers le X e siècle après J.- C. la plante serait parvenue au Yémen où on la cultive depuis le XV e siècle. Le café a connu son succès probablement grâce à la prohibition de l alcool dans les pays arabes par le Coran. Les premiers cafés (établissements) ont ouvert leurs portes et étaient des lieux de rencontre et d échange. - Au XVI e siècle le café est déjà connu en Egypte, en Syrie, en Turquie et en Perse. - Les Européens découvrent cette boisson tonifiante grâce aux Ottomans et aux commerçants vénitiens. Vers 1600 le café fait donc son entrée en Europe, au même moment que le thé, mais après le chocolat (en 1528). - Cette «invention amère de Satan» est condamnée par certains religieux italiens. Avant de trancher dans cette affaire, le Pape Clément VIII goûte ce breuvage, il en est ravi et donna son approbation. - Déjà en 1616 les Néerlandais ramènent une plante à café en Europe. A partir de cette année les forces coloniales en Europe cultivent le caféier dans leurs colonies. - Dans les grandes villes d Europe de nombreux cafés apparaissent et deviennent comme en Orient des lieux de rencontre. Le premier café français est ouvert en 1640 à Marseille, principal port pour l importation de café. A Paris, il faut attendre 1672 pour voir le premier café ouvrir ses portes. - En 1714 le maire d Amsterdam offre un caféier au roi Louis XIV de France. Ce pied est planté dans le Jardin des Plantes de Paris. En 1723, Gabriel- Mathieu d'erchigny de Clieu, jeune capitaine d infanterie de marine obtient une pousse de ce caféier et l importe en Martinique. A partir de la Martinique, le café est implanté, par des graines, sur d autres îles des Antilles et gagne également l Amérique Centrale et l Amérique du Sud. - Avant que le café ne soit cultivé en Amérique, il est ramené au milieu du XVII e siècle à New Amsterdam (appelé aujourd hui New York). Mais le thé reste la boisson favorite dans le nouveau monde. Il faut attendre 1773 pour que le café dépasse le thé en terme de popularité en Amérique du Nord. Ce gain de popularité est dû à la Boston Tea Party et le boycott du thé pour cause de taxes 17

20 exorbitantes perçues par le gouvernement britannique sur l importation de thé dans leurs colonies Outre- Atlantique. - En 1727, Francisco de Mello Palheta, Sergent- Major brésilien, séduit la femme du Gouverneur de la Guyane et obtient ainsi des graines de café, un siècle plus tard le Brésil devient le premier producteur de café au monde. - Par le biais de missionnaires et autres voyageurs, le caféier est implanté tout autour du globe et le café devient à la fin du XVIII e la plante agricole la plus profitable à l exportation. - En 1969, les astronautes boivent même du café en tube sur la lune. - Depuis ses débuts en Orient, le café est devenu une des boissons les plus consommées au monde. 18

21 3 La botanique [8][9][10][11][12][13][14][15][16][17] 3.1 La classification APG III* [5][18] Règne : Plantae Division : Angiospermae Classe : Dicotyledonae Sous- classe: Euasterids I Ordre : Gentianales Famille : Rubiaceae Sous- famille : Ixoroideae Genre : Coffea L. On connaît aujourd hui environ 80 espèces différentes dans le genre Coffea. Seules deux espèces sont vraiment intéressantes pour la production de café. Il s agit de Coffea arabica (Linné) qui donne du café arabica et de Coffea canephora (Pierre) qui donne du café robusta. 3.2 Le caféier Le caféier est un arbuste composé généralement de plusieurs troncs, qui a l aspect d un buisson La géographie Dans certaines régions, on peut trouver le caféier à l état sauvage. Il s agit notamment de l Ethiopie où l on trouve C. arabica sur les hauts plateaux. C. robusta fait partie de la flore naturelle dans des régions subéquatoriales comme l Afrique de l Ouest et le bassin du fleuve Congo. D autres espèces poussent également dans des zones humides d Afrique ainsi qu à Madagascar. Préférant plutôt l ombre, le caféier est un arbuste classique du sous- bois. Il ne supporte pas des températures en dessous de 15 C, de même les variations de température trop brutales peuvent nuire à la floraison. Classiquement le caféier est trouvé entre 28 de latitude Nord et 30 de latitude Sud, cette région est appelée «Bean Belt» La durée de vie La durée de vie d un caféier est d environ 60 ans. Néanmoins après 30 ans la production de l arbuste va diminuer peu à peu L arbuste [19] Composé donc de plusieurs troncs qui s élèvent verticalement, le caféier a des branches (ramifications primaires) horizontales d où partent les ramifications secondaires et tertiaires. Cette plante ligneuse peut atteindre les 15 mètres de hauteur en forêt. C. arabica peut faire cinq à six mètres en hauteur et C. canephora même jusqu à mètres. Mais la plupart des caféiers que l on trouve sur les plantations sont plutôt de petite taille, ceci facilite la culture ainsi que la récolte des drupes. Généralement on procède à des tailles de sorte à n avoir que des caféiers d une hauteur de deux à trois mètres. * : se référer à l explication du glossaire page

Atelier du café. La classe apprend des choses intéressantes sur le café, sa production, le caféier etc. Objectif:

Atelier du café. La classe apprend des choses intéressantes sur le café, sa production, le caféier etc. Objectif: Instructions pour l'enseignant Objectif: La classe apprend des choses intéressantes sur le café, sa production, le caféier etc. Tâche: Les images doivent être attribuées aux textes correspondants. Matériel:

Plus en détail

FACTEURS INFLUENÇANT LA QUALITÉ DU CAFÉ-BOISSON 1 - CAFÉ 2 - TORRÉFACTION 3 - CONSERVATION 4 - EAU 5 - MOUTURE 6 - DOSAGE 7 - TYPE DE PRÉPARATION

FACTEURS INFLUENÇANT LA QUALITÉ DU CAFÉ-BOISSON 1 - CAFÉ 2 - TORRÉFACTION 3 - CONSERVATION 4 - EAU 5 - MOUTURE 6 - DOSAGE 7 - TYPE DE PRÉPARATION FACTEURS INFLUENÇANT LA QUALITÉ DU CAFÉ-BOISSON 1 - CAFÉ 2 - TORRÉFACTION 3 - CONSERVATION 4 - EAU 5 - MOUTURE 6 - DOSAGE 7 - TYPE DE PRÉPARATION 1 1. CAFÉ La qualité du café vert dépend : De l espèce

Plus en détail

AVERTISSEMENT. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale.

AVERTISSEMENT. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale. AVERTISSEMENT Ce document est le fruit d'un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l'ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété intellectuelle

Plus en détail

VENDRE DU CAFÉ POURQUOI? COMMENT?

VENDRE DU CAFÉ POURQUOI? COMMENT? VENDRE DU CAFÉ POURQUOI? COMMENT? 1 - POURQUOI VENDRE DU CAFÉ? 2 - LES ATTENTES DU CONSOMMATEUR 3 - ENVIRONNEMENT DE LA VENTE DU CAFÉ 4 - CARACTÉRISTIQUES D UN CAFÉ DE QUALITÉ 5 - SUPPORTS DE VENTE 6 -

Plus en détail

Image 1 : Récolte de l arachide à maturité et dans de bonnes conditions

Image 1 : Récolte de l arachide à maturité et dans de bonnes conditions Q: Que voyez-vous sur l image? La plante d arachide se déracine facilement et la gousse est bien sèche à l intérieur. L arachide est mure. Q: Quels sont les critères de maturité de l arachide? L arachide

Plus en détail

AVERTISSEMENT. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale.

AVERTISSEMENT. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale. AVERTISSEMENT Ce document est le fruit d'un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l'ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété intellectuelle

Plus en détail

Guide pratique du compostage

Guide pratique du compostage Guide pratique du compostage sommaire Le compostage un processus naturel et économique 3 Les modes de compostage 4 Réaliser son compost 6 Bien réussir son compost 8 3 Le compostage un processus naturel

Plus en détail

Catalogue Cafés 2015

Catalogue Cafés 2015 Catalogue Cafés 2015 Comment commander? Il vous suffit d aller sur notre site www.hop-cafe.com et de passer votre commande en ligne avec un paiement sécurisé par carte bancaire. Vous pouvez aussi passer

Plus en détail

Informations techniques sur la culture de l ananas

Informations techniques sur la culture de l ananas Informations techniques sur la culture de l ananas Conditions de culture favorables (choix de la parcelle) : Sol drainant et plutôt acide. Terrain exposé au soleil. Accès à l eau pour l irrigation durant

Plus en détail

Contact SCD Nancy 1 : theses.sante@scd.uhp-nancy.fr

Contact SCD Nancy 1 : theses.sante@scd.uhp-nancy.fr AVERTISSEMENT Ce document est le fruit d'un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l'ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété intellectuelle

Plus en détail

AVERTISSEMENT. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale.

AVERTISSEMENT. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale. AVERTISSEMENT Ce document est le fruit d'un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l'ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété intellectuelle

Plus en détail

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site...

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site... 1 Contenu LES FRAISIERS 2 Types de fraisiers 2 Culture 3 Choix du site 3 Comment planter les jeunes plants? 3 Maladies 4 Oïdium 4 Botrytis 5 Multiplication des fraisiers 6 Entretien 8 (à suivre ) 8 2 LES

Plus en détail

AVERTISSEMENT. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale.

AVERTISSEMENT. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale. AVERTISSEMENT Ce document est le fruit d'un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l'ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété intellectuelle

Plus en détail

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS Le compostage est un processus de dégradation biologique maîtrisé de matières organiques en présence d air. Il aboutit à la production d un produit stable : le compost, utilisable

Plus en détail

la carie du blé Point sur le champignon Que peut on faire? Que fait-on en Midi Pyrénées?

la carie du blé Point sur le champignon Que peut on faire? Que fait-on en Midi Pyrénées? la carie du blé Point sur le champignon Que peut on faire? Que fait-on en Midi Pyrénées? La carie commune du blé Biologie du parasite et cycle de la maladie Étude bibliographique Et Observations D. CARON

Plus en détail

café. Mais que savez-vous

café. Mais que savez-vous «Vous dégustez un bon café. Mais que savez-vous au fond de cette délicieuse boisson, appréciée dans le monde entier?» Sommaire. L histoire du café 3 Le café est venu d Arabie en Europe 4 Les deux grandes

Plus en détail

Le séchage en grange du foin à l énergie solaire PAR MICHEL CARRIER AGR. CLUB LAIT BIO VALACTA

Le séchage en grange du foin à l énergie solaire PAR MICHEL CARRIER AGR. CLUB LAIT BIO VALACTA Le séchage en grange du foin à l énergie solaire PAR MICHEL CARRIER AGR. CLUB LAIT BIO VALACTA Séchage du foin en grange Séchage en grange Technique originaire des zones de montagnes Suisse Autriche Jura

Plus en détail

Comment se protéger des frelons asiatiques?

Comment se protéger des frelons asiatiques? PREFET de l AUDE Comment se protéger des frelons asiatiques? Vous trouverez ci-dessous des conseils pour vous protéger du frelon asiatique, que vous soyez particulier, maire ou apiculteur ainsi que des

Plus en détail

Vigne. Porte-greffe : Richter 110

Vigne. Porte-greffe : Richter 110 Porte-greffe : Richter 110 1 Variétés Code GEVES Numéro de page Chasselas Doré de Fontainebleau Absente 2 Chasselas Panse Absente 3 Marseille Danlas A 4 Dattier de Beyrouth Absente 5 Gros vert Absente

Plus en détail

AVERTISSEMENT. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale.

AVERTISSEMENT. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale. AVERTISSEMENT Ce document est le fruit d'un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l'ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété intellectuelle

Plus en détail

Article 1. Titre I CAFES A.CAFES VERTS. Article 2

Article 1. Titre I CAFES A.CAFES VERTS. Article 2 Arrêté n 81-367/CG du 4 août 1981 portant règlement pour l application de la loi du 1 er août 1905 modifiée sur la répression des fraudes dans la vente des marchandises et des falsifications des denrées

Plus en détail

ED 1988/06. 13 avril 2006 Original : anglais. Directives pour la prévention du développement de moisissures dans le café

ED 1988/06. 13 avril 2006 Original : anglais. Directives pour la prévention du développement de moisissures dans le café ED 1988/06 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 13 avril 2006 Original : anglais F Directives pour

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

L APPAREIL CIRCULATOIRE

L APPAREIL CIRCULATOIRE L APPAREIL CIRCULATOIRE L appareil circulatoire se compose de 3 grandes parties : - Le cœur - Les vaisseaux - Le sang I / Le Cœur : a) Description : Le cœur est un muscle, myocarde, gros comme un poing

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Evaluation de cépages résistants ou tolérants aux principales maladies cryptogamiques de la vigne

Evaluation de cépages résistants ou tolérants aux principales maladies cryptogamiques de la vigne VITICULTURE 27 Evaluation de cépages résistants ou tolérants aux principales maladies cryptogamiques de la vigne Marc Chovelon Grab Mathieu Combier Chambre d Agriculture du Var Gilles Masson Centre du

Plus en détail

Optimiser la dose de semis du maïs

Optimiser la dose de semis du maïs Optimiser la dose de semis du maïs La moyenne des taux de semis de maïs utilisés par les producteurs aux États-Unis et au Canada a augmenté de 23 000 grains/acre en 1985 à plus de 30 000 grains/acre aujourd

Plus en détail

AVERTISSEMENT. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale.

AVERTISSEMENT. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale. AVERTISSEMENT Ce document est le fruit d'un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l'ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété intellectuelle

Plus en détail

Fiche technique n 1 : le logement construction des boxes.

Fiche technique n 1 : le logement construction des boxes. Bâtiments d élevage : Pourquoi? Aspects climatiques : Fiche technique n 1 : le logement construction des boxes. - le porc est sensible aux brusques changements du climat, - surexposition au soleil : déshydratation

Plus en détail

Document de travail. La serre de VeRT-SeRRe ANNEXES

Document de travail. La serre de VeRT-SeRRe ANNEXES Documentdetravail La serre de VeRT-SeRRe ANNEXES 2010-2011 Ste Thérèse,le8octobre2010 Objet: Appeld offres Nousfaisonsappelàvosservicesafinquevousétablissiezunelistederecommandations dontnousdevronstenircomptelorsdelacréationdenosnouvellesserres.

Plus en détail

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline (Valeur énergétique : 38 kcal/10 g) Composition nutritionnelle Composition pour 10 g Rôle Protéines (végétales) 55 à 70 % Construction

Plus en détail

Qualités nutritives des salades. DOSSIER SPéCIAL BIO F R C magazine FéVRIER 2010 N O 25. Quand la météo s en mêle

Qualités nutritives des salades. DOSSIER SPéCIAL BIO F R C magazine FéVRIER 2010 N O 25. Quand la météo s en mêle DOSSIER SPéCIAL BIO F R C magazine FéVRIER 2010 N O 25 Laitues d hiver Moins de pe Les laitues pommées bio se révèlent exemptes de pesticides. Plus «Bonne nouvelle: toutes les salades sont conformes et

Plus en détail

Réunion Publique Opération Compostage Individuel

Réunion Publique Opération Compostage Individuel Réunion Publique Opération Compostage Individuel Introduction : 1) mettre nos déchets dans le composteur et non à la poubelle? 2) transformer nos déchets en compost? 3) utiliser le compost? 4) Le paillage,

Plus en détail

COMMENT CONSTRUIRE UN CRIB A MAÏS?

COMMENT CONSTRUIRE UN CRIB A MAÏS? COMMENT CONSTRUIRE UN CRIB A MAÏS? Par Philippe et Marie-Noëlle LENOIR Un couple du Volontaires du Progrès qui travaille à GALIM Département des Bamboutos, Province de l Ouest, nous adresse cette fiche

Plus en détail

BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE

BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE І) INTRODUCTION II) BASES PHYSIOLOGIQUES III) PRINCIPES GENERAUX DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE IV) ENTRAINEMENT DANS LES DIFFERENTES FILIERES V) LA PLANIFICATION

Plus en détail

L entretien du gazon simplement

L entretien du gazon simplement GAZON L entretien du gazon simplement Pour un gazon bien vert et dense, une fumure adaptée et une tonte régulière sont les mesures d entretien les plus importantes. Un gazon bien nourri sera dense et résistant.

Plus en détail

Contact SCD Nancy 1 : theses.sante@scd.uhp-nancy.fr

Contact SCD Nancy 1 : theses.sante@scd.uhp-nancy.fr AVERTISSEMENT Ce document est le fruit d'un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l'ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété intellectuelle

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

AVERTISSEMENT. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale.

AVERTISSEMENT. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale. AVERTISSEMENT Ce document est le fruit d'un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l'ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété intellectuelle

Plus en détail

Le compost. Un petit écosystème au jardin

Le compost. Un petit écosystème au jardin Le compost Un petit écosystème au jardin En utilisant du compost au jardin, nous rendons les matières organiques produites par le jardin ou par notre alimentation, à l écosystème naturel. Ainsi l écosystème

Plus en détail

Nos savoir-faire & solutions business

Nos savoir-faire & solutions business Passionnés de gastronomie et de voyages, ses fondateurs se sont inspirés de leur expertise dans l univers agro-alimentaire pour créer DESTINATION en 1999, une entreprise à taille humaine et éco-responsable,

Plus en détail

Arrêté du 14 chaabane 1370 (21 mai 1951) réglementant le commerce du café, de la chicorée et du thé

Arrêté du 14 chaabane 1370 (21 mai 1951) réglementant le commerce du café, de la chicorée et du thé Arrêté du 14 chaabane 1370 (21 mai 1951) réglementant le commerce du café, de la chicorée et du thé (B.O. n 2016 du 15 juin 1951, page 945) Vu le Dahir du 14 octobre 1914 (23 kaada 1332) sur la répression

Plus en détail

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel LE GRAND LIVRE Du diabète Vivre avec le diabète à tout âge Traiter et surveiller la maladie Prévenir les complications, 2012 ISBN : 978-2-212-55509-7

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

FORMALITÉS RELATIVES À LA SOUTENANCE DE THÈSE POUR LE DIPLÔME D'ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE

FORMALITÉS RELATIVES À LA SOUTENANCE DE THÈSE POUR LE DIPLÔME D'ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE 3ème cycle de médecine générale 02.40.41.11.29 nadine.charron@univnantes.fr laurence.retiere@univnantes.fr FORMALITÉS RELATIVES À LA SOUTENANCE DE THÈSE POUR LE DIPLÔME D'ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE Vous

Plus en détail

Isolation grâce à l air immobile

Isolation grâce à l air immobile Principes / La structure idéale 44 La structure idéale Schutz im Winter Rücktrocknung im Sommer L efficacité de toutes les isolations thermiques repose sur les inclusions d air dans le matériau isolant

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries)

Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries) Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries) Introduction : Bien qu'elle porte le même nom, la carie (Tilletia Caries) n'a rien à voir avec la carie dentaire qui est connu par le grand publique. La

Plus en détail

WP Board No. 934/03. 7 mai 2003 Original : anglais. Comité exécutif 21 23 mai 2003 Londres, Angleterre

WP Board No. 934/03. 7 mai 2003 Original : anglais. Comité exécutif 21 23 mai 2003 Londres, Angleterre WP Board No. 934/03 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 7 mai 2003 Original : anglais Comité exécutif

Plus en détail

Le VIH et votre cœur

Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Que dois-je savoir au sujet de mon cœur? Les maladies cardiovasculaires représentent une des cause les plus courante de décès, elles incluent: les maladies coronariennes,

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 LE TERRITOIRE 40 communes adhérentes 223 000 habitants Compétence collecte et traitement des déchets 2 LA PRÉVENTION DES DECHETS TRIER C EST BIEN, PRODUIRE

Plus en détail

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Amélioration de la productivité et de la qualité Publication juin 2013 Sommaire : Introduction...

Plus en détail

«Boire un verre de vin par jour augmente la longévité.»

«Boire un verre de vin par jour augmente la longévité.» «Boire un verre de vin par jour augmente la longévité.» Boire peu pour boire longtemps. Marcel Aymé Le vin est dans notre pays synonyme de plaisir (gastronomique) ou de déchéance (alcoolique). Le débat

Plus en détail

Chapitre 6 : coloniser de nouveaux milieux

Chapitre 6 : coloniser de nouveaux milieux Chapitre 6 : coloniser de nouveaux milieux Comment font les végétaux pour s installer dans un nouveau milieu alors qu ils ne peuvent pas se déplacer? I/ L installation des végétaux dans un nouveau milieu

Plus en détail

AVERTISSEMENT. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale.

AVERTISSEMENT. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale. AVERTISSEMENT Ce document est le fruit d'un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l'ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété intellectuelle

Plus en détail

COMMENTAIRE ARGUMENTE : Du café sans caféine!

COMMENTAIRE ARGUMENTE : Du café sans caféine! Seconde Thème : La santé MENTAIRE ARGUMENTE : Du café sans caféine! DESCRIPTIF DE SUJET DESTINE AU PROFESSEUR Objectif Initier les élèves de seconde à l argumentation scientifique telle qu elle peut être

Plus en détail

Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011

Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011 Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011 André Nadeau, architecte paysagiste, membre agréé de l Association des architectes

Plus en détail

Bien choisir sa variété de maïs ensilage

Bien choisir sa variété de maïs ensilage Bien choisir sa variété de maïs ensilage Le maïs ensilage n est pas une culture difficile à cultiver. Pour choisir sa variété, l agriculteur dispose aujourd hui d une multitude de critères : attention

Plus en détail

SALLE DE BAIN, DOUCHE, PLAN DE TRAVAIL CUISINE, PISCINE... Collage et jointoiement. L Epoxy facile

SALLE DE BAIN, DOUCHE, PLAN DE TRAVAIL CUISINE, PISCINE... Collage et jointoiement. L Epoxy facile SALLE DE BAIN, DOUCHE, PLAN DE TRAVAIL CUISINE, PISCINE... Collage et jointoiement L Epoxy facile DOMAINES D EMPLOI Recommandé pour salle de bain, douche, plan de travail cuisine, piscine, bassins thermaux,

Plus en détail

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques Résultats de l étude ntred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Le diabète est une maladie chronique de plus en plus fréquente, qui touche en France plus de 2 millions

Plus en détail

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires?

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Louis Robert, agronome, M. Sc. Conseiller régional en grandes cultures Même s ils ne sont pas nouveaux sur le marché, les engrais de démarrage liquides

Plus en détail

Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique

Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique Exemple d activité : recenser, extraire et exploiter des informations afin de comprendre les caractéristiques et les limites de la modification

Plus en détail

Gérer définitivement les problèmes de mousse

Gérer définitivement les problèmes de mousse Gérer définitivement les problèmes de mousse Tuer la mousse n est pas un problème mais pour l éliminer définitivement, il faudra identifier la ou les origines de sa présence et y remédier Quelles sont

Plus en détail

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi...

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi... Faire son compost chez soi... Le compostage individuel Pourquoi? Moins de déchets dans nos poubelles : Détourner les déchets verts et de la collecte et du traitement Limiter les nuisances liées à la gestion

Plus en détail

Le chantier compte 4 étapes :

Le chantier compte 4 étapes : 02 Bien mettre en place le 03 béton désactivé La technique du béton désactivé consiste à mettre en valeur les granulats en éliminant la couche superficielle du mortier en surface. Un chantier de béton

Plus en détail

Sciences, Technologies, Santé. Sciences de la vie et de la santé SCIENCES DE LA VIE ET DE LA SANTÉ. Entre 120 et 150 h

Sciences, Technologies, Santé. Sciences de la vie et de la santé SCIENCES DE LA VIE ET DE LA SANTÉ. Entre 120 et 150 h Niveau : MASTER année Domaine : Mention : Parcours : Sciences, Technologies, Santé Sciences de la vie et de la santé SCIENCES DE LA VIE ET DE LA SANTÉ M1 60 ES Volume horaire étudiant : Entre 130 et190

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Alimentation, quoi de neuf chez les seniors? Bien s alimenter pour bien vieillir» Conférence du Docteur Carol SZEKELY, Chef de Pôle AGE HUPNVS Hôpital Charles Richet à Villiers-le-Bel

Plus en détail

PLANTE : semi-dressée, de type feuillu (feuillage dense cachant entièrement ou presque entièrement les tiges); maturation tardive.

PLANTE : semi-dressée, de type feuillu (feuillage dense cachant entièrement ou presque entièrement les tiges); maturation tardive. (Solanum tuberosum) Dénomination proposée: AAC Alta Cloud Numéro de la demande: 12-7520 Date de la demande: 2012/02/22 Requérant: Colorado State University Research Foundation, Fort Collins, Colorado (États-Unis)

Plus en détail

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e 1O e 2O e 3O e La fleur du soleil : 4O e 5O e 6O e Originaire du Pérou et introduite en Europe à la fin du 17e siècle, le tournesol est une plante qui porte merveilleusement son nom puisqu elle se tourne

Plus en détail

Gene Predictis parce que je suis unique

Gene Predictis parce que je suis unique Gene Predictis parce que je suis unique Route de Chantemerle 64 - CP 160 - CH-1763 Granges-Paccot Téléphone: +41 26 466 15 45 Fax: +41 26 466 15 46 info@genepredictis.com www.genepredictis.com Gene Predictis

Plus en détail

On estime que 15 à 25 % de la population

On estime que 15 à 25 % de la population 4 DOSSIER Développement d un indicateur du changement climatique sur la biodiversité : exemple des pollens MICHEL THIBAUDON, SAMUEL MONNIER Réseau National de Surveillance Aérobiologique On estime que

Plus en détail

Traitement de l eau par flux dynamique

Traitement de l eau par flux dynamique GmbH Traitement de l eau par flux dynamique afin de réduire les impuretés microbiologiques afin d empêcher l apparition de nouveaux germes dans les eaux de consommation et de process et Nouveau avec certificat

Plus en détail

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies Cholestérol 89 Cholestérol L hypercholestérolémie est un facteur de risque d athérosclérose comme l ont établi de grandes enquêtes épidémiologiques. Dans le sang, le cholestérol est transporté par des

Plus en détail

Le complément alimentaire Nouvelle Génération

Le complément alimentaire Nouvelle Génération Les THES BIO INSOLITE Mystère d Armel Le complément alimentaire Nouvelle Génération Le secret? Un complément alimentaire sur une feuille de thé L infusion est un m ode de rem ise en form e ancestral. C

Plus en détail

Résumé du suivi phytosanitaire du canola au Centre-du-Québec de 2009 à 2011

Résumé du suivi phytosanitaire du canola au Centre-du-Québec de 2009 à 2011 Résumé du suivi phytosanitaire du canola au Centre-du-Québec de 2009 à 2011 Brigitte Duval, agronome (MAPAQ Nicolet) et Geneviève Labrie, Ph.D. (CÉROM) en collaboration avec Joëlle Cantin, stagiaire, Mathieu

Plus en détail

«Boire est un besoin, mais c est aussi un plaisir, un acte social lors d évènements ou de bons moments»

«Boire est un besoin, mais c est aussi un plaisir, un acte social lors d évènements ou de bons moments» 1 «Boire est un besoin, mais c est aussi un plaisir, un acte social lors d évènements ou de bons moments» Magali Marchand, Chef de service Diététique RHMS Diététicienne agréée ABD 12.01.2012 - Maison du

Plus en détail

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Le compost au printemps Le compost en été Le compost à l automne Le compost en hiver Le compost au printemps La saison idéale pour démarrer son compost...

Plus en détail

Deuxième production mondiale derrière le pétrole, le café est un produit de consommation

Deuxième production mondiale derrière le pétrole, le café est un produit de consommation Deuxième production mondiale derrière le pétrole, le café est un produit de consommation de masse depuis 50 ans. Actuellement, il représente 20% de la consommation en boissons, pour une consommation annuelle

Plus en détail

Pour une meilleure santé

Pour une meilleure santé Pour une meilleure santé LA CONSOMMATION QUOTIDIENNE DE VIANDE APPORTE DES GRAISSES SATURÉES. => AUGMENTATION TAUX DE CHOLESTÉROL ET MALADIES CARDIO-VASCULAIRES. => RISQUE DE SURPOIDS ET D'OBÉSITÉ. LES

Plus en détail

DIPLOME D'ETAT DE DOCTEUR EN PHARMACIE

DIPLOME D'ETAT DE DOCTEUR EN PHARMACIE DIPLOME D'ETAT DE DOCTEUR EN PHARMACIE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : DE docteur en pharmacie Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Présentation Le diplôme de Docteur en Pharmacie

Plus en détail

EXEMPLE DE QUESTION À DÉVELOPPEMENT PARTIE II : COMPRÉHENSION DE L ÉCRIT TEXTE D INFORMATION

EXEMPLE DE QUESTION À DÉVELOPPEMENT PARTIE II : COMPRÉHENSION DE L ÉCRIT TEXTE D INFORMATION FRANÇAIS LANGUE SECONDE IMMERSION 12 EXEMPLE DE QUESTION À DÉVELOPPEMENT PARTIE II : COMPRÉHENSION DE L ÉCRIT TEXTE D INFORMATION Comment le café est-il devenu une boisson très populaire? Petite histoire

Plus en détail

Sport et alpha ANNEXES

Sport et alpha ANNEXES Sport et alpha ANNEXES Edition 2013 TABLE DES MATIERES Table des matières 1 Alimentation 2 Boire, Boire, Boire... 2 Et à l approche des «20 km de Bruxelles»? 3 Et pendant l épreuve? 3 Stretching 4 Avant

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/12/INF/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2013 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Douzième session Genève, 18 21 novembre 2013 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Définition et causes Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Vous arrive-t-il de ressentir une douleur à l estomac

Plus en détail

LA TRADITION ET L'EXPÉRIENCE ITALIENNES.

LA TRADITION ET L'EXPÉRIENCE ITALIENNES. LA TRADITION ET L'EXPÉRIENCE ITALIENNES. Un coup d œil suffit pour reconnaître un bon café: la crème doit être de couleur noisette, être dense afin de laisser descendre lentement le sucre, et conserver

Plus en détail

INVESTIR DANS LA NOURRITURE

INVESTIR DANS LA NOURRITURE INVESTIR DANS LA NOURRITURE Eataliastyle est une Societé indépendante dont l objectif est de faire connaitre l esprit Italien à travers les produits typiques italiens connus et reconnus dans le monde entier:

Plus en détail

HUMI-BLOCK - TOUPRET

HUMI-BLOCK - TOUPRET FICHE DE DONNEES DE SECURITE Révision antérieure : (Selon l annexe II du Règlement REACH de l UE 1907/2006) Mise à jour : 19 janvier 2010 Version : 1 HUMI-BLOCK - TOUPRET 1-IDENTIFICATION DU PRODUIT ET

Plus en détail

G. II. 1 La mondialisation en fonctionnement (10h)

G. II. 1 La mondialisation en fonctionnement (10h) Thème GII : Les dynamiques de la mondialisation (20 h) G. II. 1 La mondialisation en fonctionnement (10h) Ce thème est divisé en 3 sous-parties : - un produit mondialisé (étude de cas). GII.1.1 - Processus,

Plus en détail

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 %

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 % 24 L eau est le principal constituant du corps humain. La quantité moyenne d eau contenue dans un organisme adulte est de 65 %, ce qui correspond à environ 45 litres d eau pour une personne de 70 kilogrammes.

Plus en détail

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY «Cette action contribue au PNNS». «IL FAIT BIO À CHÂTEAU THIERRY A Chateau Thierry, la Municipalité souhaite développer les produits BIO et issus de filières de proximité dans les menus de la restauration

Plus en détail

direct serve EN DE NI ES PT CZ SK www.moulinex.com

direct serve EN DE NI ES PT CZ SK www.moulinex.com FR direct serve EN DE NI ES PT CZ SK www.moulinex.com 4 3 2 1 71mm 5 6 7 1 2 3 4 5 6 OK Click NO 7 8 9 150ml 10 Nous vous remercions d avoir choisi un appareil de la gamme Moulinex. CONSIGNES DE SECURITE

Plus en détail

LA NOUVELLE TENDANCE DU CAFÉ SPÉCIALISÉ

LA NOUVELLE TENDANCE DU CAFÉ SPÉCIALISÉ PASSION BELGE POUR LA GASTRONOMIE MONDIALE LA NOUVELLE TENDANCE DU CAFÉ SPÉCIALISÉ LE CAFÉ DU SABLON ET ROMBOUTS ÉLÈVENT LE CAFÉ À UN NIVEAU GASTRONOMIQUE Plus de dix ans après l ouverture du Coffee Company

Plus en détail

Prix Pierre Potier L innovation en chimie au bénéfice de l environnement

Prix Pierre Potier L innovation en chimie au bénéfice de l environnement Prix Pierre Potier L innovation en chimie au bénéfice de l environnement A l initiative de François Loos Ministre délégué à l Industrie Page 1 Prix Pierre Potier L innovation en chimie au bénéfice de l

Plus en détail

lire les Étiquettes et trouver les sucres cachés

lire les Étiquettes et trouver les sucres cachés lire les Étiquettes et trouver les sucres cachés Objectif : Sensibiliser les élèves à ce qui se trouve dans leur nourriture et les aider à se méfi er des sucres cachés. Matériel Feuille à imprimer : Chaîne

Plus en détail

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 PRATIQUES OENOLOGIQUES SPECIFIQUES AUX VINS AROMATISES, AUX BOISSONS A BASE DE PRODUIT VITIVINICOLE ET AUX BOISSONS A BASE DE VIN L Assemblée Générale CONSIDERANT la résolution

Plus en détail

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants Date d impression : 23/08/02 Valable à partir du : 08.08.01 Page: 1/7 1. Identification de la substance ou préparation et de la Société Données relatives au produit : Nom commercial : KNAUF ZADUR Mortier

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S Durée de l'épreuve : 3h30 Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L'usage de la calculatrice n'est pas autorisé Dès que le sujet

Plus en détail