2006/02. L horizon du marketing entrepreneurial : exploration versus exploitation. Gilles Marion Professeur UPR Marchés et Innovation EM LYON

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2006/02. L horizon du marketing entrepreneurial : exploration versus exploitation. Gilles Marion Professeur UPR Marchés et Innovation EM LYON"

Transcription

1 N U M E R O 2006/02 L horizon du marketing entrepreneurial : exploration versus exploitation Gilles Marion Professeur UPR Marchés et Innovation EM LYON Juin 2006

2 L horizon du marketing entrepreneurial : exploration versus exploitation Abstract The dominant logic of traditional marketing is a restrictive approach to explain what is the marketing practice. Moreover it is an impediment for entrepreneurial marketing. Underlying the malleability of interpretations of such taken-for-granted concepts as customer-orientation or market-orientation, we are showing differences between the logic of exploitation versus the logic of exploration. We suggest some directions in order to define what is entrepreneurial marketing. Keywords Marketing, entrepreneurship, customer orientation, market orientation, exploitation, exploration Résumé La logique dominante du marketing traditionnel est une perspective réductrice pour rendre compte de la pratique de ceux qui font marcher les marchés. Plus encore, il fait obstacle au marketing entrepreneurial. En soulignant la diversité des interprétations de ces évidences qu on dénomme l orientation client ou l orientation marché, on montre ce qui sépare une logique d apprentissage fondée sur l exploitation et une logique d apprentissage fondée sur l exploration. On propose quelques pistes pour définir l horizon d un marketing entrepreneurial. Mots-clés Marketing, entrepreneuriat, orientation client, orientation marché, exploitation, exploration.

3 «le problème généralement pris en considération est celui d établir comment le capitalisme gère les structures existantes, alors que le problème qui importe est celui de découvrir comment il crée, puis détruit ces structures» (Schumpeter ) Il aura fallu l accélération du processus de «destruction créatrice» (Schumpeter ) au tournant du dernier siècle, pour mettre au jour les limites du marketing traditionnel enseigné dans des manuels dont la matrice date des années Comme le suggère la citation placée en exergue de cette page, cette logique privilégie l administration des situations existantes aux dépens d une perspective beaucoup plus vitale pour les entreprises, l économie et la société toute entière. S oppose ici ce que March (1991) désigne par exploitation versus exploration. S il ne s agissait que d articuler quelques éléments supplémentaires à la logique dominante, la difficulté ne serait pas très grande. Mais le problème est plus vaste. Il s agit d abord de désapprendre les évidences de sens commun (taken-for-granted) qui peuplent ce que certains considèrent comme une théorie mais qui n est qu une pratique codifiée enveloppée dans une idéologie dont la puissance tient précisément à ces évidences (Marion 2006). La première d entre-elles est l affirmation que le client est roi et le consommateur souverain. Une idée qui va peut-être de soi au niveau macro-économique pour les tenants du tout marché, mais qui conduit à de multiples contradictions au niveau de chaque organisation. Le marketing management traditionnel n est pas seulement un cadre réducteur. Il constitue un obstacle à la mise en œuvre d un marketing entrepreneurial dont l horizon est beaucoup plus large que celui traditionnellement proposé aux praticiens et aux étudiants. Nous allons souligner l ambivalence de ce qu on appelle l orientation client. Ensuite, en rappelant les critiques qui lui sont adressées depuis de longues années, nous montrerons ses limites vis-à-vis de la création d activités nouvelles. Nous proposerons alors un modèle parcimonieux pour rendre compte de la diversité des interprétations concernant les relations entre une organisation et le marché. Finalement nous rappellerons ce qui distingue l exploitation et l exploration pour définir l horizon du marketing entrepreneurial. Prémisses Avant de développer ces idées nous allons mettre en évidence leurs prémisses. D abord vis-à-vis de l économie de marché, ensuite vis-à-vis de l historiographie du marketing. L économie de marché Comme l indique sa racine, le marketing est un ensemble d idées et de pratiques propres à l économie de marché. Il importe donc de préciser ce que l on peut attendre d une telle institution sociale et, 3

4 surtout, de ses manifestations concrètes : marché villageois, supermarché, marché au cadran, marché de l emploi, marché financier ou marché aux puces. Selon nous le marché, en tant qu institution, fournit une solution, jusqu ici irremplaçable, pour résoudre un problème central de la coordination sociale : la décentralisation des décisions. Pour autant, impossible de nier ses excès et s en remettre au miracle de sa main invisible. Ce serait ignorer la main visible de ceux qui font marcher les marchés, quels que soient leur rôle et leurs motivations. Contrairement au point de vue des tenants du tout marché ce dernier n a pas que des vertus. En revanche, contrairement au point de vue des tenants d un improbable despote éclairé, le marché n a pas que des défauts. Pour échapper à la force de conviction de ces deux rhétoriques, il est d abord nécessaire de comprendre la nature du marché. En première analyse, celle-ci est un mélange de relations concurrentielles et coopératives entre des acteurs autonomes mais interdépendants : le consommateur, l entreprise, l Etat. Comprendre les interactions entre ces acteurs permet de repérer les conditions d apparition et de disparition des marchés et leurs conséquences sur notre vie quotidienne. Ces prémisses pourront paraître banales. Elles le sont moins si on rappelle que la plupart des gourous du marketing ne cherche pas à expliquer comment fonctionnent les marchés et la pratique du marketing, mais à prescrire comment (dans l idéal et/ou au travers des best practices) tout cela devrait fonctionner. C est pourquoi les énoncés descriptifs et normatifs s entremêlent sans cesse dans leur discours. Celui qui veut saisir la nature du marketing se heurte donc à la posture normative de ceux qui s efforcent de codifier cette discipline : consultants, enseignants, associations professionnelles et, notamment, l AMA (American Marketing Association. L historiographie du marketing Trop préoccupée par la récupération systématique des notions à la mode (expérientiel, buzz, one to one ) ou des courants dissidents (interaction, réseau), le marketing est une discipline à la mémoire courte. Lorsqu on interroge l origine de ses concepts, il n est pas rare d entendre que le marketing est aussi ancien que l échange et que donc l homme de Néandertal devait probablement le pratiquer! On dispose, heureusement, de travaux historiographiques sérieux qui montrent que la discipline apparaît lors du passage du XIXe au XXe siècle (Tedlow 1990, Cross 2000, Cohen 2003, Hollander et al. 2005). Toutefois, elle n a pas été d emblée considéré dans une perspective managériale. En tant que discipline de la gestion des entreprises, plutôt qu activité économique générale, le marketing management n a émergé de manière formalisée que dans les années 1950 (Cochoy 1999, Wilkie et Moore 2003). Sa codification s est progressivement précisée grâce au comité des définitions de l AMA, à l apparition de manuels privilégiant une perspective managériale (Howard 1957, McCarthy 1960, Kotler, 1967) et à la publication de nombreux articles consacrés au marketing concept. Pour rendre compte de l enchevêtrement entre une perspective descriptive et une perspective normative, Cochoy (1999) propose de considérer le marketing management comme une science 4

5 performative 1 qui, simultanément, décrit et construit son objet, conceptualise et réalise (enact) l économie de marché. Il fournit une chronique détaillée de l évolution du marketing depuis sa naissance. Le marketing est la discipline qui codifie l économie de marché et qui, d un même mouvement, décrit et construit son objet. La formalisation et la propagation de ses principes et outils ont conduit à la construction des professions du marketing et renforcé la nécessité de la présence des marketers dans l économie 2. La mise en œuvre du même cadre d action et des mêmes techniques renforce l efficacité du pilotage des marchés et contribue à la généralisation de l économie de marché. Á mi-chemin entre l économie (qui se propose comme une science) et la gestion (qui se présente comme une pratique), le marketing est une pratique outillée par la science. Ce n est pas une science, comme la physique ou l astronomie, parce que beaucoup d aspects des processus marketing ne peuvent être soumis à l ordre de la science dure. Le marketing est ainsi constitué de trois niveaux : 1) une pratique : les actions réalisées par les praticiens du marketing (segmenter le marché, cibler des clients potentiels, positionner une offre ) ; 2) un ensemble de savoirs : les principes et techniques d action codifiés à l usage du marketer (segmentation, marketing-mix, cycle de vie des produits ) ; 3) une idéologie : les croyances durables et les représentations collectives partagées par les marketers (Marion 2004). Bien entendu, la pratique du marketing (niveau 1) a commencé largement avant sa codification (niveau 2) et la diffusion de la discipline résulte de l interaction entre ces deux niveaux. L ambivalence de l orientation client L idée que le client est, et doit demeurer, le centre des préoccupations de toute l entreprise et de toute entreprise, est exprimée par diverses formules qui résonnent comme des slogans : le client est roi, le client a toujours raison, le patron c est le client. De nouvelles étiquettes, proposées en anglais et parfois adaptées en français, apparaissent sans cesse : customer orientation, getting close to the customer, customer intimacy, being customer-led, customer centricity, mais ce qui sépare ces notions est souvent flou. L interface avec les clients est certes crucial pour la survie et la prospérité de toute organisation, cependant l interprétation de cette notion est très variable. L orientation client est la traduction paresseuse de customer orientation. Si on tente d être plus précis plusieurs possibilités apparaissent : orientation par le client, orientation centrée sur le client, orientation vers le client. Chacune d elles introduisant des nuances importantes quant à la place respective du client et du fournisseur. 1 Cette notion a été introduite en linguistique par Austin : les énoncés performatifs sont ces actes de langage qui simultanément disent et font ce qu ils disent : «je vous déclare mari et femme», «je déclare la séance ouverte». 2 Wilkie et Moore (2003) fournissent quelques indices de l impact d un tel processus aux États Unis. Entre 1950 et 1980, les adhérents de l AMA passent de à , tandis que sont décernés : 2 millions de diplôme business bachelor, un demi million de MBA, et doctorats en business. 5

6 Les origines : le marketing concept Le marketing concept (parfois traduit par optique marketing) est la philosophie normative qui soustend l école de pensée du marketing management (parfois traduit par gestion commerciale). Dans les années 1950, ce concept est présenté par plusieurs de ses gourous comme une idée relativement nouvelle dans l étude des relations d échange (Cf. tableau 1). Un nouveau marketing voit le jour. Il se propose de donner sens à toute l organisation, de réorganiser ses processus du point de vue du client et de soumettre la plupart des fonctions de l entreprise à ce point de vue (Drucker 1954, Keith 1960). Il fustige la perspective étroite de la vente (dont l émergence est retracée par Friedman 2004) et propose une démarche systématique fondée sur l identification des besoins du client (Drucker 1954, Levitt 1960). Il définit le rôle central du marketing (McKitterick 1957) et annonce une révolution incontournable (Keith 1960). Tableau 1 : Le marketing concept selon les gourous des années 1950 «Le marketing [ ] considère toute l entreprise [ ] du point de vue du client [ ] au travers de ses études et recherches, (il) établira pour l ingénieur, le concepteur et le fabricant ce que le client attend d un produit, combien il est prêt à payer, et où et quand il le désirera. Le marketing aura l autorité sur la programmation des produits, les planning de production et la gestion des stocks, aussi bien que sur les ventes, la distribution et les services associés» (Drucker ). «(La) tâche principale de la fonction marketing [ ] n est pas tant d être apte à faire en sorte que le client fasse ce qui convient aux intérêts de l entreprise que d être apte à concevoir et à faire faire par l entreprise ce qui convient aux intérêts du client» (McKitterick ) «La vente met l accent sur les besoins du vendeur, le marketing sur les besoins de l acheteur. [ ] Etant donnés les besoins du clients, une industrie procède à rebours, d abord en se préoccupant des satisfactions concrètes attendues par le client. Puis, en remontant d un cran en créant les choses au moyen desquelles ces satisfactions seront en partie réalisées» (Levitt ) «Les entreprises tournent autour du client et non l inverse. [ ] le marketing deviendra la force principale pour motiver toute l entreprise. [ ] Lorsque cette étape du développement sera atteinte, la révolution marketing sera totale» (Keith ) Si l idée n est pas nouvelle, elle suscite cependant un intérêt accru de la part des entreprises car ces gourous, et avec eux les auteurs de manuels, laissent entendre qu ils fournissent, ou vont bientôt fournir, une méthodologie générale, rigoureuse et déductive (des besoins vers les offres) permettant d accroître significativement la probabilité de faire coïncider une offre avec la demande des clients. Le marketer est alors décrit comme un expert spécialisé dans la connaissance du client et, donc, son porte-parole pertinent. Drucker, dans un livre plus tardif ( ), résume cette ambition : «connaître et comprendre si bien le client que le produit ou le service se vendra [ ] tout seul» 3. Une affirmation qui fera (et fait encore) rêver bien des étudiants et des créateurs d entreprise. Le marketer est 3 Toutes les traductions proposes dans ces pages sont de notre fait. 6

7 présenté, non seulement comme celui qui accorde une attention soutenue au client, mais surtout comme celui qui est équipé, et sera de plus en plus équipé, d outils permettant de mettre au jour des besoins toujours changeants afin de les satisfaire. C est pourquoi, le marketing doit/devrait influencer fortement de multiples processus dans l entreprise, voire y exercer un pouvoir direct. Grâce au marketing concept l intérêt du client et celui du fournisseur devraient, enfin, pouvoir coïncider. L ambition de ces gourous est aussi d assigner un rôle au marketing qui soit en adéquation avec l économie de marché. En pleine guerre froide il leur importe de montrer la cohérence entre l économie d entreprise, le marché concurrentiel et la souveraineté du consommateur. Ils font ainsi écho, de manière plus ou moins implicite, à Adam Smith lorsque celui-ci affirme que : «La consommation est l unique fin et l unique but de toute production ; et on ne devrait s occuper de l intérêt du producteur que dans la mesure où il peut être nécessaire pour favoriser celui du consommateur. Cette maxime est si évidente par elle-même, qu il y aurait absurdité à vouloir la démontrer» (1776-livre 4 VIII). Mais, ils ont aussi lu d autres passages de cet ouvrage. Notamment celui où Smith souligne que : «Ce n est pas de la bienveillance du boucher, du brasseur ou du boulanger que nous attendons notre dîner, mais de leur souci de leur intérêt propre. Nous ne nous adressons pas à leur humanité, mais à leur égoïsme, et ce n est jamais de nos besoins que nous leur parlons, c est toujours de leur avantage.» (livre 1, II). Ils vont donc s efforcer de résoudre cette contradiction au niveau de chaque entreprise. La contradiction fondamentale : l intérêt du client ou celui de l entreprise? Selon Kotler (1967-6) cette nouvelle conception du marketing : «part des clients actuels et potentiels de l entreprise ; recherche le profit au-travers de la satisfaction du client ; et cela grâce à un programme de marketing intégré impliquant toute l organisation». Cette conception, qui apparaît progressivement comme Le marketing, repose sur l orientation de toute l entreprise par/vers le client, laquelle se manifeste au moyen d actions cohérentes avec la philosophie de l optique marketing. Cette optique, éminemment compatible avec l économie de marché, résulte de la reconnaissance par l entreprise de la souveraineté du consommateur : «Dans une économie où le consommateur est roi la planification de la rentabilité se fonde logiquement sur une orientation client» (Kolter ), «Les entreprises produisent ce que le consommateur désire et, ainsi, maximisent sa satisfaction en même temps qu elles font des bénéfices» (Kotler ). La souveraineté du consommateur fut parfois interprétée quelque peu sommairement par certaines entreprises : «Le management aujourd hui sait que le client est roi [ ] il sait que le roi exige que ses besoins soient satisfaits de la manière et au moment où il le souhaite» (Gustafson ). Une interprétation qui néglige le fait que dans une économie où le consommateur est souverain, et donc choisit les fins, le producteur demeure celui qui choisit les moyens par lesquels il entend le satisfaire. Il lui est même possible de ne pas servir tel ou tel consommateur (c est le principe même de la segmentation et du ciblage). Conscient de cette observation, Kotler a progressivement modifié ses énoncés en particulier en ce qui concerne la maximisation de la satisfaction du client : «Le but du marketing concept est de permettre à une organisation d atteindre ses objectifs [ ] Une entreprise 7

8 gagne de l argent en satisfaisant les besoins des clients mieux que la concurrence» (Kotler ). Ce qui signifie qu une entreprise n a pas à être excellente si ses concurrents sont médiocres. Kotler s exprime désormais de manière encore plus précise : «Le but du marketing n est pas de maximiser la satisfaction du client, mais de satisfaire les besoins du client de façon rentable» (Kotler et al ). Résumons. Le marketing concept prétend que les intérêts de l entreprise et du client convergent dès lors que celle-ci applique totalement ses principes. Un tel programme a été amplement véhiculée par de multiples manuels tous fondés sur une même matrice héritée des années L une des conséquences de ce processus c est que cette logique est devenue dominante alors qu elle n est qu une version normative de la discipline. La question est donc de savoir si cette codification du marketing peut prétendre à l universalité. Le marketing concept, pourtant si fondamental, demeure vague sur le compromis, la conciliation ou l harmonie, entre la recherche de la satisfaction du client et la poursuite des objectifs de l organisation. Par définition, marketers et vendeurs sont les artisans de ce compromis, de cette conciliation, voire de cette harmonie. D un côté le marketing est le porte parole du client dans l entreprise, de l autre il est le porte parole de l entreprise auprès du client, à lui de trouver le bon équilibre. Mais cela ne va pas de soi. D où la remarque acerbe de Sheth et Sisodia ( ) : «le marketing affirme être le représentant du client dans l entreprise mais, la plupart du temps, il demeure le représentant de l entreprise auprès du client, utilisant toutes les astuces pour faire en sorte que le comportement du client soit conforme aux intérêts bien compris de l entreprise.» Les conséquences ambigües de l orientation client Non seulement l orientation client conduit à une contradiction fondamentale mais, de plus, ses conséquences sont ambigües. Sans aucun doute elle favorise une compréhension fine du client et une étroite adaptation de l offre de l entreprise à ses besoins, ce qui permet de le servir et de le satisfaire de mieux en mieux. Mais il y a un revers à un tel processus. Très proche de ses clients actuels l entreprise peut en devenir trop proche, voire captive. L inattention aux non-clients contribue à une vision étroite du marché qui fait obstacle à la recherche d opportunités et à l engagement dans de nouvelles activités. En d autres termes, le développement de liens étroits avec les clients est, en même temps, bénéfique et préjudiciable. La réponse traditionnelle à cette critique est qu il suffit de chercher à satisfaire les besoins des clients actuels et potentiels. Nous verrons que cela ne va pas de soi. De nombreux manuels de marketing présentent l orientation client comme une évidence de sens commun et laissent entendre qu elle se diffuse et se diffusera de plus en plus. Cependant, lorsqu il s agit de la définir précisément, d indiquer quelles opérations permettent sa mise en œuvre, de fournir les outils permettant de la mesurer et, surtout, de démontrer son impact sur la performance d une organisation, les difficultés apparaissent. Nous allons montrer que l écoute attentive des clients peut constituer un obstacle à l exploration d activités nouvelles (nouveaux produits, nouveaux marchés et nouvelles manières de mettre en marché) et au développement d un marketing entrepreneurial. 8

9 Le marketing traditionnel et la création d activités nouvelles La démarche proposée par un manuel de marketing typique est d emblée présentée comme universelle mais, une fois franchi le chapitre introductif où la diversité des pratiques du marketing et les paradoxes de la discipline sont soulignés, les pages suivantes se cantonnent dans des perspectives beaucoup plus étroites. Seul le «marketing codifié» (Kotler et Dubois, ) est développé. Une telle facette du marketing est en effet plus facile à illustrer par un auteur et plus facile à absorber par les lecteurs. Le marketing entrepreneurial n est évoqué que comme la phase initiale et temporaire de la vie d une entreprise où un individu croyant à son «génie» a une «vision» et frappe «à toutes les portes» pour lui donner une réalité (Kotler et Dubois, ). Inutile de souligner que ce manuel, comme beaucoup d autres, reste muet sur l inspiration du génie, l émergence de sa vision, et l adresse des portes auxquelles il devrait frapper. Le marché est toujours déjà constitué Le marketing traditionnel repose sur l existence d un marché déjà constitué et de besoins identifiables chez des clients que l on peut et sait segmenter et cibler. Á partir de ce qu il considère comme un point de départ, il fournit les outils permettant d élaborer un ensemble de produits et de programmes destinés à servir et satisfaire ces clients. Le problème c est que cette démarche n est adaptée qu à un type limité de situation. S adapter aux besoins des clients ne suffit pas. Du coup, la plupart des manuels soulignent l existence d au moins deux types de pratiques : - le marketing réactif qui consiste à identifier un besoin et à le satisfaire au travers d une offre, c'està-dire à appliquer le programme du marketing management traditionnel ou celui du Management par la Qualité Totale (Griffin et Hauser 1993), - le marketing créatif qui consiste à imaginer des propositions, des innovations, des solutions, auxquelles le client n a pas songé et, ce faisant, à répondre à des besoins que certains qualifient de latents, c est-à-dire que le client ne peut pas articuler. Cette distinction met au jour deux acceptions de la notion de besoin. Dans le premier cas, le terme besoin signifie la description, dans le langage du client, d un bénéfice, d un avantage, d une performance, d une amélioration, attendus. Dans le second cas, besoin signifie une entité sousjacente qui se manifestera lors de l apparition d une proposition résultant de l inspiration et de la créativité de ceux qui se tiennent du côté de l offre. Pour prendre une analogie dans le champ artistique, il se peut qu il existe un besoin d écouter de la musique mais l analyse d un tel besoin ne suffit pas à créer une symphonie de Mozart, le Boléro de Ravel ou un morceau de Lennon et McCartney. Un manuel typique est organisé pour enseigner comment analyser, planifier, mettre en œuvre et contrôler le marketing réactif. Sans doute ces tâches ne sont pas inutiles, mais elles ne concernent qu une partie restreinte des enjeux relatifs à la création d activités nouvelles. 9

10 Des critiques récurrentes depuis les années 1970 Depuis au moins 40 ans, on entend les mêmes critiques (cf. Tableau 2) : l adhésion religieuse au principe du marketing concept a des effets désastreux et sur le développement d innovations autres qu incrémentales (Bennett et Cooper 1979, Hayes et Abernathy 1980, Hamel et Prahalad 1991) et sur le leadership de l entreprise qui affronte un changement technologique (Christensen et Bower 1996). Après bien d autres, Brown (2001) souligne que l orientation centrée sur le client repose une hypothèse qui reste à vérifier : les clients savent ce qu ils veulent et ne veulent pas. Les auteurs de manuels n ignorent pas ces critiques mais se contentent, au mieux, d indiquer leur existence sans en tirer de conséquences. Ils mettent en exergue le fleuron des multinationales du moment en laissant entendre que les succès de ces leaders (Sony, Nike, Intel, 3M ou Google par exemple) sont imputables aux 700 pages qui suivent. Mais, lorsqu il s agit d aborder des questions clés comme la mise au jour d idées de nouveaux produits ou de nouveaux services, les manuels mettent l accent sur les méthodes fondées sur la démarche la plus banale : d abord identifier les besoins, ensuite développer une offre. Tableau 2 : Quelques critiques typiques du point de vue de la création d activités nouvelles «Inventeurs, scientifiques, ingénieurs et chercheurs, à la poursuite normale du savoir scientifique ont récemment apporté au monde le laser, la reprographie, la photographie instantanée et le transistor. En revanche les adorateurs du marketing concept ont apporté à l humanité des produits tels que la nouvelle frite, le déodorant féminin et les croquettes pour animaux» (Bennett & Cooper ) «S en remettre à une stratégie conduite par le marché sans s apercevoir de ses limites c est, très probablement, opter pour la satisfaction du client et le moindre risque à court terme aux dépens de produits supérieurs dans le futur» (Hayes & Abernathy ) «il y a trois sortes d entreprises : celles qui simplement demandent aux clients ce qu ils veulent et finissent invariablement comme des suiveurs; celles qui réussissent temporairement à pousser les clients dans une direction où ils ne souhaitent pas aller, et celles qui conduisent les clients où ils veulent aller avant qu ils le sachent eux-mêmes» (Hamel & Prahalad ) «la raison principale qui fait que ces firmes ont perdu leur position de leader dans leur industrie lorsqu elles ont affronté un certain type de changement technologique a peu à voir avec la technologie elle-même [ ] elle ont échoué parce qu elles écoutaient trop soigneusement leurs clients» (Christensen et Bower ) «Tout le monde dans les entreprises aujourd hui semble considérer [que la customer centricity] est une vérité divine et que les entreprises sont sur terre dans un seul but : se plier aux exigences des clients. [ ] La vérité c est que les clients ne savent pas ce qu ils veulent. Ils ne l ont jamais su. Ils ne le sauront jamais. Les pauvres, ils ne savent même pas ce qu ils ne veulent pas [ ] La dévotion stupide envers les clients signifient des produits me-too, des campagnes de publicité qui se ressemblent toutes et la stagnation du marché.» (Brown ) Pourtant, de nombreux travaux montrent que cette démarche fournit des idées inférieures à la démarche fondée sur la mise au jour d une solution avant l identification d un besoin ou qui émerge en même temps que l identification d un besoin (Goldenberg et al ). Pour autant, nous n affirmons pas qu une entreprise peut/doit se désintéresser des clients. Sans aucun doute, il faut 10

11 s intéresser à eux, certes, mais lesquels, comment et quand? Lesquels : clients existants, anciens clients ou futurs clients, clients fidèles ou clients occasionnels, clients actuels ou potentiels, clients représentatifs du segment cible ou pionniers, clients directs ou finaux? Comment : en demandant leur avis dans une étude, en faisant des expérimentations, en examinant les tendances, en les éduquant, en les surprenant, en co-développant avec eux? Quand : lorsqu on cherche des idées, lorsqu on a une solution à tester, lorsqu on veut anticiper les besoins? En l absence de théorie, une diversité d interprétations Si, dans l euphorie des années 1950, on avance que le client est roi, dans les années 1990, le souverain est présenté comme un obstacle à la recherche d opportunités nouvelles et il est recommandé aux dirigeants de surtout : «Échapper à la tyrannie du marché servi» (Hamel et Prahalad ). Entre la représentation naïve d un client-roi et celle d un marché tyrannique, on trouve de multiples interprétations qui résultent de la malléabilité des notions d orientation client et d orientation marché. A la recherche de la bonne définition Lorsqu il s agit de fournir la bonne définition, notamment afin d effectuer des mesures ou de dégager des conséquences managériales précises, les difficultés apparaissent. Certes, afin d écarter un éventuel impérialisme du service marketing, tous les auteurs écartent l appellation orientation marketing. Mais ensuite que retenir des propositions rassemblées dans le tableau 3? Orientation marché ou orientation client? Dans les années 1990, l approfondissement de la notion d orientation marché met en question les trois thèmes principaux les trois piliers qui s articulent dans le marketing concept : orientation client, marketing coordonné, rentabilité. Kholi et Jaworski (1990-3) considèrent que la rentabilité n est pas une composante de l orientation marché mais une conséquence. Dès lors, ils écartent le troisième pilier. Hunt et Morgan ( ) n incluent pas la coordination entre fonctions parce qu un facteur de mise en œuvre ne peut faire partie d une définition conceptuelle, bien que la mise en œuvre contribue à la réussite. Ils recommandent alors d écarter le deuxième pilier. Le pilier restant, de loin le plus important pour notre propos, est aussi vigoureusement discuté afin de mettre au jour ce qui distingue l orientation client et l orientation marché. Deshpandé et al. ( ) «considèrent l orientation client et l orientation marché comme synonymes [ ] nous affirmons que l orientation concurrence peut-être presque antithétique d une orientation client lorsque l accent est exclusivement porté sur les forces d un concurrent plutôt que sur les besoins non-satisfaits du client». En revanche, Kholi et Jaworski (1990) comme Narver et Slater (1990), affirment que l orientation marché implique une double orientation : vers les clients et vers les concurrents. Le marché est composé de consommateurs, de distributeurs, de concurrents, de 11

12 multiples agents d influence (consultants, associations professionnelles ) et d institutions assurant la réglementation. Il s ensuit que les changements de comportement de toutes ces parties prenantes doivent être pris en compte et analysés par le marketer. L analyse concurrentielle élargie proposée par Porter (1985) n a d autres buts que d inviter les marketers à considérer, au-delà des concurrents immédiats, la concurrence potentielle des innovations et celle des fournisseurs et clients effectuant des opérations d intégration vers l aval ou vers l amont. Tableau 3 : Définitions de l orientation client au cours des années 1990 et 2000 «la focalisation sur le client implique d obtenir des informations sur les besoins et préférences des clients [ ] être orienté client implique d agir en se fondant sur la marketing intelligence, et non seulement sur les opinions verbalisées [ ] elle inclut la considération : (1) des facteurs exogènes au marché (i.e., concurrence, règlementation) qui affectent les besoins et les préférences des clients et ; (2) des besoins actuels et futurs des clients» (Kholi et Jaworski ) «l orientation client est la compréhension suffisante de la cible des acheteurs de manière à être capable de créer continuellement une valeur supérieure pour eux [ ] qui sont les clients potentiels aujourd hui et que pourront-ils être dans le futur, que veulent-ils maintenant et que pourront-ils vouloir dans le futur, que perçoivent-ils maintenant et que percevront-ils dans le futur comme produits ou services pertinents pour satisfaire leurs demandes» (Narver et Slater ) «nous considérons l orientation client et l orientation marché comme des synonymes [ ] nous définissons l orientation client comme l ensemble des croyances qui donne une priorité à l intérêt du client sans exclure ceux de toutes les autres parties prenantes telles que les propriétaires, les managers et les employés, de manière à développer une entreprise profitable à long terme» (Deshpandé et al ) «[Nous] considérons les termes market oriented, market driven et customer focused comme des synonymes» (Narver et Slater ) «L orientation marché c est plus que être conduit par le client (being customer-led)» (Narver et Slater ) «Il ya deux approches complémentaires de l orientation marché une approche conduite par le marché (market-driven) et une approche visant à conduire les marchés (driving markets). Ces deux approches représentent une orientation marché» (Jaworski et al ) Etre proche du client, l intimité avec le client Le trait distinctif des entreprises dites excellentes est, selon Peters et Waterman ( ), leur proximité avec le client (getting close to the customer). Cependant Shapiro ( ) est en désaccord : «après des années de recherches je suis convaincu que l expression orienté marché désigne un ensemble de processus concernant toute l entreprise. C est beaucoup plus que le simple cliché être proche du client». Selon Shapiro ce cliché est discutable dans la mesure où la plupart des entreprises vendent à une diversité de clients dont les besoins et désirs sont variés et parfois contradictoires. La décision stratégique la plus importante consiste à choisir les clients importants : les comptes clés et les segments cibles. Shapiro définit l orientation marché comme le degré selon lequel 12

13 le marketing concept est mis en œuvre et affirme que là se trouve la question principale : la manière dont les managers peuvent motiver les gens pour faire ce qu il faut faire et prendre quotidiennement les bonnes décisions. Plus encore «après des années de recherches» il n a «trouvé aucune différence entre orientation marché et orientation client» (Shapiro, ). Avec probablement moins d années de recherches Macdonald (1995) en a trouvé dans le contexte inter-organisationnel (Business to Business). En B to B les relations constituent un réseau, complexe et dynamique, d interdépendances. Bien entendu être proche du client signifie d abord être au service de ses besoins. Cependant les clients ne savent pas toujours précisément ce qu ils veulent. Dès lors le fournisseur doit se familiariser avec une partie de ses activités afin d interpréter sa demande. Cette connaissance plus intime du client lui permettra d adapter son offre et ses processus, de réduire les risques et d affiner ses prévisions. L intimité avec le client (Treacy and Wiersema 1993) permet une compréhension fine de chaque client. La demande du client peut même être influencée par l offre et la manière dont elle est fournie. Non seulement l intimité avec le client permet au fournisseur d anticiper les changements de sa demande mais, de plus, celui-ci peut devenir suffisamment proche du client pour influencer l évolution de sa demande. Il passe ainsi d un comportement réactif à une attitude proactive. Plus l interaction avec le client s approfondit, plus la relation pourra donner lieu à une coopération. Le développement conjoint d une offre en est l exemple le plus évident. Finalement, selon Macdonald ( ), une forte implication dans l activité du client pourra permettre de verrouiller la relation (lock in). Les avantages potentiels de la proximité avec le client apparaissent ainsi comme évidents. C est une notion suffisamment succincte et convaincante pour être incorporée dans le mission statement professé par de nombreuses directions générales. Elle peut fournir un guide pour les managers responsables de sa mise en œuvre et peut favoriser l achat de la stratégie marketing par l interne (Noble and Mokwa ). Un tel processus peut toutefois avoir une autre conséquence : l entreprise peut devenir trop proche, voire captive de son client. L intimité avec le client peut permettre de verrouiller la relation, mais elle peut aussi conduire à une implication accrue du client dans l activité du fournisseur. Le processus même qui favorise la position du fournisseur peut, réciproquement, permettre au client de mieux connaître son fournisseur. Il peut alors exercer une influence sur la relation tout autant que le client. Les fabricants très proches des grandes enseignes de distribution, ou les agences de publicité très proches des grands annonceurs, n ont pas seulement à tolérer que leurs clients rassemblent de l information sur leurs propres activités, ils doivent aussi accepter un certain contrôle de leur part qui peut remonter jusqu aux fournisseurs du fournisseur. Certes la proximité avec le client n est pas un principe à rejeter, mais sa mise en œuvre ne va de soi. Elle peut en effet conduire un fournisseur à être contraint par son client (customer-compelled). Une entreprise qui souhaite prendre ce principe au sérieux doit considérer avec soin le degré avec lequel elle peut, doit et veut interagir avec chaque client. 13

14 Etre contraint par un client : le rôle des représentations mentales Day (1999-5) lance un avertissement aux entreprises devenues «contraintes par leur client et s efforçant de réagir à toutes leurs demandes, sans aucun discernement». Christensen and Bower (1996) ont montré que les entreprises trop soucieuses de servir leurs clients existants sont enlisées dans le développement incrémental de nouveaux produits. Parce qu elles consacrent l essentiel de leurs ressources au service de leurs clients les plus importants et les plus puissants, elles ne voient pas arriver les ruptures technologiques : «Il peut être utile de rappeler que les premières estimations de vente d ordinateurs prévoyaient en 1945 un nombre total de dix unités dans le monde». Les clients savent peut être ce que sont leurs besoins, mais ils les définissent en termes de produits, de prix, et de processus existants : «Il est risqué de s en tenir aux besoins immédiats des clients familiers dès lors qu apparaît un changement radical dans la technologie ou les comportements du marché» (Day ). Ce risque n apparaît pas seulement dans une relation asymétrique avec un client puissant. C est l idée même qu on se fait du client qui en est la source. Les entreprises qui hésitent à s engager activement dans de nouveaux business models et, plus encore, dans la recherche de technologies de rupture sont souvent prisonnières des représentations mentales qui les guident. Elles accordent une attention disproportionnée aux clients familiers parce que toute stratégie est, dans une certaine mesure, dépendante du sentier (path dependency) parcouru dans le passé. Que l on soit responsable d une boutique de prêt-à-porter ou directeur marketing dans une multinationale, on voit ce qu on s attend à voir et le changement n est envisagé qu à partir de ce qui est connu. La compréhension du client est une représentation mentale forgée par les managers pour donner du sens à leur environnement. Les organisations et les marketers construisent la représentation collective de leur environnement par déduction à partir des effets de leurs actions : «les organisations perçoivent des signaux de leur environnement qui sont le résultat de leurs propres actions. Ces signaux sont alors interprétés et c est cette interprétation qui sert de base aux actions suivantes» (Danneels ). Non seulement les marketers agissent en fonction de la représentation mentale qu ils se donnent de leurs clients mais, de plus, leurs actions ont un effet en retour sur la représentation qui les sous-tend, et ainsi de suite. Ce processus d auto-renforcement conjuguent la compréhension des clients avec les actions vis-à-vis de ceux-ci. Les critères traditionnels de segmentation utilisés pour décrire et définir le marché, les bases de données qui concernent les clients habituellement servis, et les études de satisfaction réalisées auprès des clients réguliers contribuent à ce processus d auto-renforcement. Dès lors, les marketers ne voient le monde qu au travers des yeux de leurs clients du moment. On passe ainsi du client roi au marché tyrannique. Etre régi par le client et être orienté marché Trop préoccupées par la satisfaction de la demande immédiate de leurs clients existants, certaines entreprises ne consacrent aucune ressource à des changement plus fondamentaux (nouveau produit et/ou nouveau marché). Slater and Narver (1998) ont parfaitement entendu cette observation critique. Pour se prémunir contre le risque d être régi par le client (customer-led), ils soulignent que l orientation 14

15 marché doit non seulement inclure les clients existants mais surtout les clients potentiels : «les entreprises orientées vers le marché s engagent dans la compréhension des besoins exprimés et latents de leurs clients [ ] être régi par le client conduit à être réactif à court terme et à se concentrer sur les désirs exprimés des clients et sur la mesure de leur satisfaction» (Slater and Narver ). Plus grande la proportion des activités de l entreprise orientées vers la compréhension des besoins latents, plus grande son orientation marché. Ils affirment aussi que «la théorie de l orientation marché et plusieurs résultats des travaux de recherche indiquent fortement qu une orientation marché bien développée est associée à une performance supérieure» (Slater and Narver ). Ces affirmations doivent susciter trois réserves : 1) La notion de besoin latent implique que les marketers comprennent mieux le besoin des clients que les clients eux-mêmes. Le marketer serait équipé d outils permettant de comprendre ces besoins, de les détecter, de les révéler et de les définir, afin de les satisfaire. Pour autant, de quoi est faite de cette compréhension? Ni plus ni moins de la représentation mentale que le marketer utilise pour donner du sens à son marché voire, dans le meilleur des cas, de ce qu il pressent de ses évolutions. Mais le marketing codifié propose peu de choses pour comprendre les relations de l ensemble fini des besoins (décrit par la pyramide de Maslow) avec l ensemble potentiellement infini des désirs et préférences qui s expriment au travers du marché. Les entreprises qui pratiquent un marketing entrepreneurial créent des produits et des marchés au lieu de partir d un marché déjà constitué. Le discours sur les besoins, et particulièrement la notion de besoin latent, sert principalement à produire de la légitimation pour le marketer. Considérer un choix particulier comme l expression d un besoin, plutôt que l expression d une préférence, fournit une justification sociale à ce choix et permet d invoquer une légitimation morale (Marion ), 2) la théorie de l orientation marché à laquelle se réfèrent Slater et Narver ne semble pas si robuste, puisqu ils terminent leur commentaire en considérant que beaucoup de choses demeurent inconnues concernant cette orientation en notant que : «la signification de l orientation marché et ce en quoi elle bénéficie à l entreprise continuent d évoluer» (Slater et Narver ). L orientation marché ou l orientation client ne sont pas des théories mais des mots d ordre, 3) quant aux recherches conduites dans ce domaine (Despandhé et al 1993, Kholi et al 1993, Narver et Slater 1990, par exemple) les mesures qu elles utilisent se concentrent sur la proximité avec les clients existants et n examinent pas, ou peu, l exploration de clients potentiels. De plus, les mesures de la performance sont, en général, fondées sur une évaluation subjective par les managers. Au total, bien que ces chercheurs n ignorent pas et ne nient pas l importance de l innovation, les mesures qu ils ont effectués concernent principalement la qualité des relations avec la clientèle actuelle. Il s ensuit que les nombreuses études effectuées concernent le court terme et sont donc incapables de répondre à la question de l impact à long terme des innovations radicales. Au total, le contraste est saisissant entre la subtilité des définitions proposées par les experts de la mesure de l orientation des firmes et la version vulgarisée de l orientation client qui circule dans les entreprises ou dans le discours des enseignants et consultants toujours sommés de se faire comprendre le plus vite possible par le plus grand nombre. On voit qu il est difficile d échapper à la 15

16 rhétorique de l un des plus fameux gourous du marketing qui énonce : «qu une affirmation pittoresque et faiblement documentée marche mieux que des explications tortueusement raisonnées» (Levitt, ). Etre conduit par le marché, conduire les marchés Confrontés à une interprétation étroite de l orientation marché en tant qu adaptation de l offre aux préférences des client existants, Jaworski et al. (2000) cherchent à d affiner cette notion. Ils suggèrent deux approches de l orientation marché : une approche conduite par le marché (marketdriven) et une approche visant à conduire les marchés (driving markets) (figure 1). Ils soulignent, toutefois, que l interprétation traditionnelle de l orientation marché accorde une place prioritaire aux stratégies conduites par le marché. Pourtant, si tous les acteurs du marché suivent une telle stratégie, si chaque entreprise s adapte aux mouvements stratégiques des concurrents et demeure alignée sur les exigences du client, il est peu probable qu un avantage concurrentiel durable puisse voir le jour. C est pourquoi ils mettent en évidence ce qui distingue être conduit par le marché c'est-à-dire apprendre et réagir à un marché considéré comme donné et conduire les marché qui consiste à influencer la structure du marché et/ou le comportement des acteurs de manière à améliorer la position concurrentielle de l entreprise (Jaworski et al ). Figure 1 : La diversité des formes de l orientation marché. (adapté de Jaworski, Kholi & Sahay 2000) Structure du marché Façonnée Donnée Être conduit par le marché Conduire les march és Donné Façonné Comportement du marché On ne dispose pas, encore, d une échelle permettant de mesurer la capacité de l entreprise à conduire les marchés. Berthon et al. ( ) considèrent que deux modes opératoires peuvent émerger de la combinaison d une orientation marché et d une orientation innovation : façonner (shaping) et interagir (interacting). Façonner signifie que l innovation est capable de définir un besoin et, ainsi, de déterminer la demande au moyen d un nouveau produit (le Walkman, le Viagra) ou d un nouveau service (le Gore-Tex, le travail temporaire). Interagir signifie qu il est possible d organiser un dialogue à propos de la création de valeur ou du partage de la valeur (jeux vidéo, enchères en ligne). Quelles que soient les nuances : «Le point important à souligner c est qu il n est pas possible de réduire l orientation innovation à l orientation marché et vice versa» (Berthon et al ). 16

17 Si on considère attentivement la conception de l entreprise avancée par Drucker toute entière définie du point de vue du client on constate que celle-ci va plus loin que la simple orientation client. Il souligne, en effet, que si c est le client qui détermine ce qu est une entreprise, il demeure que les marchés ne sont pas créés par Dieu, la nature ou les forces économiques mais par les entreprises. C est l action de l entreprise qui est à l origine de la création du client (Drucker ). Berthon et al. ( ) insiste sur ce point : «certains aspects d une entreprise viennent avant le client et permettent sa création, ils concernent la création de produits et services innovants. À beaucoup d égards, les besoins les désirs et même la valeur co-résultent de la création d un produit». Latour ( ) exprime depuis plusieurs années l idée que le développement d une innovation radicale ne procède pas d un mouvement qui va de l écoute d un client vers la construction de l offre. Développer une telle innovation consiste à créer, en même temps, celle-ci et le marché. Difficile donc de commencer par observer ce qui sera le résultat de la démarche. Avant l invention de George Eastman peu de gens avaient le goût et la possibilité de prendre des photos. Kodak inventa, en même temps, le groupe social de photographe amateur et l objet qui allait convaincre tout le monde de l intérêt de prendre des photographies. Les exemples d innovations de rupture qui ont changé radicalement les marchés et la société sont légions : l impact des chemins de fer au XIXe siècle, de l automobile au XXe siècle, l influence des micro-processeur sur de multiples biens durables, etc. Les produits créent leur propre demande en transformant le comportement des clients et des utilisateurs. Bien entendu, l orientation innovation ne consiste pas à ignorer complètement les clients. Ainsi, Gatignon and Xuereb (1997) avancent qu elle doit être combinée avec l orientation client dans les marchés ou l incertitude sur la demande est forte. Mais une entreprise orientée par la technologie considère que les clients existants n en savent pas assez sur une nouvelle technologie pour articuler sur elle un quelconque besoin a priori. La capacité de l entreprise à innover est au cœur de la conduite des marchés et elle dépend de deux facteurs : la propension à prendre des risques et l aptitude à gérer ces risques au moyen d un apprentissage interactif : «L orientation marché sans un esprit entrepreneurial restreint fortement les efforts de l entreprise et au mieux conduit à un apprentissage d adaptation» (Slater and Narver ). Un modèle parcimonieux pour interpréter ces notions Dans les controverses que nous venons d examiner les interprétations se calent l une par rapport à l autre pour trouver leur signification. Certains considèrent que l orientation client et l orientation marché sont des synonymes et que l orientation concurrent peut être antithétique à une orientation client. D autres affirment que le seul accent mis sur les clients introduit un biais perceptuel et que l orientation marché englobe et dépasse l orientation client. Le principe être proche du client est nuancé : bien qu il permette à l entreprise de mieux servir ses clients, il peut avoir des effets préjudiciable et conduire l entreprise à être régie par ses client. Pour écarter un tel danger, certains affirment qu une orientation marché ne consiste pas seulement à répondre aux besoins exprimés des clients mais aussi à comprendre leurs besoin latents. Dès lors, certains suggèrent deux approches de l orientation marché : une approche conduite par le marché et une approche visant à conduire les 17

18 marchés. Au lieu d être au centre d un monde stable nous nous déplaçons sans cesse entre différentes interprétations. Faisons, pour un instant, l hypothèse que le marketing n est pas une discipline normative mais une discipline descriptive éventuellement normative (hypothèse héroïque!). Pour clarifier la question des interprétations nous allons proposer un modèle parcimonieux (Cf. la figure 2) de manière à indiquer comment ces différents concepts sont interdéfinis. Nous proposons d abord que la signification de l expression être conduit par le client (customer-driven) et les variantes de cette position (getting close to the customer, customer-compelled and customer-led) est en relation de contrariété avec l expression conduire le client (customer driving, shaping customer behavior, educating customer). Ces positions ( être conduit par le client et conduire le client ) sont les deux termes aboutissants d une relation que nous appellerons l axe de l orientation client un axe sémantique où chacune des deux positions présuppose l autre. L orientation client est, à la fois, un point de vue pour comprendre l évolution du client et un continuum d actions possibles pour interagir avec lui de manière limitée ou étendue. L orientation client peut conduire à un degré variable d intimité avec le client : être régi par le client (customer-compelled) aussi bien que façonner le comportement du client (shape customer behavior). Ces relations étant constituées par un mélanges d éléments transactionnels et relationnels. Figure 2 : Un modèle pour interdéfinir les interprétations Orientation client Être proche du client Être contraint par le client Être régi par le client Conformer le comportement du client Eduquer le client Exploitation Être conduit par le client Être conduit par le marché Conduire le client Exploration Orientation clients et Orientation concurrents Conduire le marché Conformer la structure du marché Orientation technologie Orientation innovation Orientation marché Ajoutons à cette première opposition, une seconde paire de concepts : être conduit par le marché et son contraire conduire le marché (market driven versus market-driving). Ces deux positions sont les termes aboutissants d une relation que nous appellerons l axe de l orientation marché. L orientation marché est à la fois un point de vue pour comprendre aussi bien l évolution du marché que celle de la 18

19 structure de l industrie et un continuum d actions possibles pour interagir avec différents réseaux d acteurs. Elle peut encourager des relations concurrentielles et/ou coopératives afin d exploiter les ressources des multiples réseaux : fournisseurs, distributeurs, tribus de consommateurs, associations professionnelles, etc. Ces quatre positions articulent un système de significations. Etre conduit par le client et être conduit par le marché sont en relation de complémentarité sur le versant de l exploitation ( être conduit par le marché englobe et dépasse être conduit par le client ). La conduite du marché et la conduite du client sont en relation de complémentarité sur le versant de l exploration ( conduire le client n est que l un des moyens pour conduire le marché ). Bien que ce système de signification soit descriptif et non normatif, nous utilisons la perspective du manager afin de disposer d un lexique cohérent. Souveraineté ou interaction? Que reste-il des notions de souveraineté du consommateur ou de client-roi? La conduite du client ou du marché semble reposer sur la souveraineté de l entreprise, tandis que les positions être conduit par le client ou être conduit par le marché semblent reposer sur la souveraineté du consommateur. Cette interprétation est trompeuse. Chacune des positions du système laisse des marges de manœuvre au client. Le client roi est une notion superflue et trompeuse. La conduite du client n implique pas que l entreprise puisse agir de manière totalement autonome. Elle ne peut prétendre légitimement conduire le client sans une compréhension approfondie de la manière dont celui-ci peut contester les relations qui lui sont proposées ou, au contraire, y participer. Le client potentiel (individu ou organisation) a toujours la possibilité soit d aller sur le marché, soit de faire défection en se débrouillant et en bricolant. Nous prétendons que les marketers ne comprennent pas mieux les besoins des clients que les clients eux-mêmes. Leur éventuelle compréhension fine des clients résulte de l aptitude à interagir avec des clients informés et actifs. Un marketer conséquent devrait considérer que les clients et les consommateurs peuvent choisir les entreprises et les marques avec lesquelles ils souhaitent avoir des relations et des interactions (limitées ou étendues) pour créer de la valeur pour eux ou co-créer de la valeur avec eux. Considérer la consommation comme une autre forme de production, c est-à-dire comme un processus social, relationnel et actif, suggère la reconnaissance et la mise en œuvre de processus d interactions entre l entreprise et ses clients. Ces processus peuvent donner lieu à des interactions d intensité variable repérables sur le continuum proposé dans le tableau 4 qui oppose une interaction limitée à une interaction étendue. Une interaction limitée est caractéristique de la pratique du marketing traditionnel. Elle consiste a simuler un dialogue avec un segment de marché au-travers d un ou plusieurs échantillon(s) représentatif(s). Elle laisse au marketer une grande marge de manœuvre pour interpréter les besoins du client, construire sa propre représentation mentale de qui est le client et de ce qu il veut. L entreprise crée une proposition de valeur de manière relativement autonome. Elle connaît les bonnes questions et cherche les réponses auprès de répondants. En revanche, une interaction étendue présuppose un dialogue avec des acteurs compétents et actifs en chair et en os. C est une situation fréquente dans les relations inter-organisationnelles (Business to Business) où le 19

20 client en sait parfois plus long que le fournisseur. Mais elle est aussi repérable en Business to Consumer dès lors qu on accepte de reconnaître la compétence du consommateur, d une association représentante des usagers ou d une néo-tribu de passionnés. Il s agit alors d organiser la participation active de cet interlocuteur à la création d une offre. Le marketer considère qu il n en sait pas plus long que les acteurs sociaux et que son rôle consiste précisément à découvrir avec le client comment construire, extraire et partager la valeur Tableau 4 : un continuum pour décrire les interactions possibles Interaction limitée Les clients sont consultés au travers d échantillons «représentatifs» Le marketer détecte, pressent, interprète les besoins du client En fait, il construit sa propre représentation mentale de qui est le client et de ce qu il veut L entreprise crée la valeur de manière relativement autonome Interaction étendue Le client en chair et en os, une association, une «néo- tribu», est invité a co-créer une offre Le marketer organise la cocréation d une offre dans un dialogue avec un client actif, éduqué et compétent Le marketer ne sait pas, mieux que le client, ce qui doit être proposé. Il le découvre en expérimentant La valeur est co-construite et coextraite. Le pouvoir est partagé Pour autant, il ne faut pas considérer la co-création comme le meilleur des mondes. La responsabilité ne réside (plus) chez une seule des partie (l entreprise), elle aussi est partagée. Si le client individuel n a pas une compétence suffisante, il doit accepter les choix faits par plus compétent que lui. Mais ce choix n est pas le produit de la seule perspective du fournisseur : le pouvoir est partagé le plus tôt possible lors du processus conjoint de développement d une innovation (Prahalad and Ramaswamy 2004). Administrer le marché ou être un agent de changement Une entreprise ne peut prétendre légitimement conduire un marché sans un véritable point de vue (une vision clairement exprimée) sur la manière dont elle entend façonner le marché à son avantage et/ou interagir au sein de réseaux. Une entreprise qui conduit un marché ne se contente pas de réagir habilement aux événements, ni de surfer sur les tendances. Elle cherche plutôt à changer les règles du jeu et à concevoir de nouvelles manières de jouer le jeu concurrentiel et/ou celui de la coopération. Le tableau 5 propose un exemple de la manière dont Danone a changé les règles du jeu sur le marché du yaourt en Afrique du Sud en accédant à une population jusque là oubliée. Une innovation relève autant de la proposition de valeur faite au client que de la singularité du système utilisé pour créer, produire et fournir cette valeur. Pour les équipes de Danone il n a pas été question de segmenter un marché déjà constitué. Il n a pas suffit de modifier la formule d un produit ou son emballage et de manipuler quelques éléments du marketing mix. Il a fallu inventer une nouvelle chaîne de valeur en négociant avec de multiples parties prenantes : spécialistes de 20

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

Jour 1. Origines et évolution du marketing

Jour 1. Origines et évolution du marketing Jour 1 Origines et évolution du marketing Origines et évolution du marketing Jour 1 Cette journée est consacrée à la présentation de la discipline au travers de trois sous-thèmes : l histoire du marketing,

Plus en détail

LES NOUVEAUX PARADIGMES DU MARKETING

LES NOUVEAUX PARADIGMES DU MARKETING Table des matières Master Recherche Management, Logistique et Stratégie Jean-Louis Moulins I. LA DEMARCHE MARKETING : CONTENU ET EVOLUTION 1. Le Protomarketing 2. Le Marketing Vente ou Marketing Commercial

Plus en détail

Principles Impératif Juillet 2009. Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé

Principles Impératif Juillet 2009. Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé Principles Impératif Juillet 2009 Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé Principles Impératif Juillet 2009 Fonction émettrice Département des Ressources humaines Auteur/département émetteur

Plus en détail

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Ce que vous allez apprendre Définir le marketing et comprendre son rôle Comprendre les différentes évolutions du marketing Comprendre les nouveaux enjeux

Plus en détail

La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises.

La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises. Relation client PME PMI attention danger! Résumé La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises. Nous essaierons de montrer, dans cet article, que la relation client

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

LES INDICATEURS CLÉ DE PERFORMANCE : DÉFINIR ET AGIR

LES INDICATEURS CLÉ DE PERFORMANCE : DÉFINIR ET AGIR Online Intelligence Solutions LES INDICATEURS CLÉ DE PERFORMANCE : DÉFINIR ET AGIR Comment intégrer les KPI à sa stratégie d entreprise? Par Jacques Warren WHITE PAPER WHITE PAPER A PROPOS DE JACQUES WARREN

Plus en détail

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes Préface Toute personne est un jour confrontée à devoir prendre une décision, qu il s agisse de l étudiant qui réfléchit à son orientation académique, du chercheur qui doit privilégier une option scientifique

Plus en détail

1 De la logique de l entreprise au projet managérial

1 De la logique de l entreprise au projet managérial De la logique de l entreprise au projet managérial Caisse à outils du manager en quête de performances managériales!. Rappel de ce qu est la logique de l entreprise Une entreprise se définit comme la somme

Plus en détail

SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION

SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION LIVRE BLANC SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION Découvrez comment le Social CRM peut travailler pour vous LIVRE BLANC SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION 2 À PROPOS Au cours des dernières années, vous

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Cet article présente les principaux résultats de l enquête OPSIS de Marsouin

Plus en détail

Animer une association

Animer une association FICHE PRATIQUE N 7 www.animafac.net gestion de projet Animer une association Une association vit mieux si elle est composée de plusieurs membres partageant un projet collectif. Si la loi 1901 est une loi

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION Fiche de lecture : MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION I. PRESENTATION GENERALE «Management situationnel Vers l autonomie et la responsabilisation» (nouvelle édition enrichie),

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE

LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE Carine PETIT Sophie GALILE 12/01/2005 0 LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE L organisation, système humain ouvert, fonctionne dans des environnements souvent instables,

Plus en détail

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente Chapitre 3 Lancement et développement de la jeune entreprise Une fois, l étude de marché réalisée, le créateur doit maintenant l explorer, c'est-à-dire en tirer les éléments qui serviront à la rédaction

Plus en détail

Une nouvelle enquête montre un lien entre l utilisation du Cloud Computing et une agilité accrue de l entreprise ainsi qu un avantage concurentiel.

Une nouvelle enquête montre un lien entre l utilisation du Cloud Computing et une agilité accrue de l entreprise ainsi qu un avantage concurentiel. un rapport des services d analyse de harvard business review L agilité de l entreprise dans le Cloud Une nouvelle enquête montre un lien entre l utilisation du Cloud Computing et une agilité accrue de

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

Etat de l'art de la GPA

Etat de l'art de la GPA Etat de l'art de la GPA Descriptif article La Gestion Partagée des Approvisionnements est une pratique courante. Comment le faire efficacement et avec quelles solutions? Le Mardi 13 Février 2007 de 14h00

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

La touche personnelle. Rapport Pitney Bowes sur le degré de personnalisation actuel des communications B2B vers les clients et prospects

La touche personnelle. Rapport Pitney Bowes sur le degré de personnalisation actuel des communications B2B vers les clients et prospects La touche personnelle Rapport Pitney Bowes sur le degré de personnalisation actuel des communications B2B vers les clients et prospects Éléments clé Le degré de personnalisation, même à un niveau élémentaire,

Plus en détail

Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL»

Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL» Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL» La représentation de l activité des entreprises, dans les normes comptables

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION

CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION Société des Coaches Gestaltistes Coordinateur projet: Marius Moutet INTRODUCTION Un coaching d individus ou d équipe inspiré de la posture humaniste

Plus en détail

TOTAL CUSTOMER MANAGEMENT appliqué à la gestion de la relation client. INTERET DE L OUVRAGE CONCEPTS ET IDEES CLES

TOTAL CUSTOMER MANAGEMENT appliqué à la gestion de la relation client. INTERET DE L OUVRAGE CONCEPTS ET IDEES CLES TOTAL CUSTOMER MANAGEMENT appliqué à la gestion de la relation. Auteur : Paul OHANA De formation pluridisciplinaire, diplômé de l International Marketing Institute à la Harvard Business School, ingénieur

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant :

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant : Chap 3 : La connaissance du client I. Les fondements de la connaissance du client A. D une société de consommation à une société de consommateurs Depuis les années 1980, les mutations sociales ont eu d

Plus en détail

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME)

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) Latifa ECHIHABI (Directeur Général, ANPME, 10, rue Ghandi, BP : 211, Rabat,

Plus en détail

«Identifier et définir le besoin en recrutement»

«Identifier et définir le besoin en recrutement» «Identifier et définir le besoin en recrutement» LES ETAPES DU RECRUTEMENT Le recrutement est une démarche structurée qui comporte plusieurs étapes aux quelles il faut attacher de l importance. La majorité

Plus en détail

Aujourd hui, un nombre croissant d entreprises ont choisi

Aujourd hui, un nombre croissant d entreprises ont choisi UN ETAT DES LIEUX : Analyse de la clientèle Une approche proactive de la fidélisation et de la rétention Sponsorisé par Un rapport de recherche exclusif Les chercheurs d UBM TechWeb ont réalisé une enquête

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale

Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale LIVRE BLANC Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale Mai 2010 Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale CA Service

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services 33 3 3 3 ITIL V3, accélérateur de la stratégie de Dans le référentiel ITIL V2, les ouvrages Business Perspective, Plan to Implement, et ceux traitant des processus eux-mêmes, ont, à divers degrés, abordé

Plus en détail

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC Selon les critères de la GSVC établis par la Haas School of Business de Berkeley, à la différence d un business plan classique, un business plan social

Plus en détail

Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension

Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension Université ParisDauphine Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension L Observatoire des Métiers de la Publicité a confié à Luc Boyer et Aline Scouarnec, dans le cadre d une étude prospective,

Plus en détail

Catalogue de formations. Leadership & développement durable

Catalogue de formations. Leadership & développement durable Catalogue de formations Leadership & développement durable Table des matières La formatrice 3 L Art de prendre de bonnes décisions 4 Mieux communiquer pour mieux collaborer 5 Développer sa capacité d influence

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1 Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion Introduction 2 Contrôle de gestion : fonction aujourd hui bien institutionnalisée dans les entreprises Objectif : permettre une gestion rigoureuse et une

Plus en détail

Comment organiser efficacement son concours photo

Comment organiser efficacement son concours photo Livre blanc Comment organiser efficacement son concours photo Juillet 2014 www.kontestapp.com Introduction Que vous soyez un Community Manager soucieux de l activité de votre page fan Facebook ou bien

Plus en détail

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR)

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) Profession de foi Changer la façon de s habiller, sortir des sentiers battus, et proposer une autre vision du monde. Notre mission Le groupe FAST

Plus en détail

Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur

Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur La force de l engagement MD ÉTUDE TECHNIQUE Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur Les entreprises de commerce

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ ET DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS 1. Introduction Placer la «bonne personne au bon endroit» représente

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT Que vous soyez parent, enseignant, formateur, pédagogue, coach, manager Que votre activité professionnelle ou simplement la quête de vous-même vous

Plus en détail

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe.

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe. Cours 12 Le pouvoir au sein d une organisation Les liens entre pouvoir, autorité et obéissance Le leadership et les traits personnels Les théories du leadership situationnel Pouvoir Capacité d un individu

Plus en détail

Nos propositions de coaching

Nos propositions de coaching 1 Nos propositions de coaching 1) Nous accompagnons nos clients sur des demandes opérationnelles très concrètes : Faire face à des difficultés personnelles et /ou professionnelles. Pour soi même, pour

Plus en détail

Les sociétés européennes en transition vers des datacenters agiles

Les sociétés européennes en transition vers des datacenters agiles Les sociétés européennes en transition vers des datacenters agiles À travers toute l Europe, des entreprises toujours plus nombreuses cherchent à transformer leurs datacenters. Une nouvelle recherche menée

Plus en détail

«Pour une mobilisation durable : Visez l engagement»

«Pour une mobilisation durable : Visez l engagement» «Pour une mobilisation durable : Visez l engagement» Louis Fortin, MBA Président Actualisation IDH Le 23 avril 2014 Contenu de la présentation 1 L engagement en chiffre 4 Un leader mobilisateur 2 Les piliers

Plus en détail

LIVRE BLANC AMÉLIOREZ VOS PERFORMANCES MARKETING ET COMMERCIALES GRÂCE À UNE GESTION DE LEADS OPTIMISÉE

LIVRE BLANC AMÉLIOREZ VOS PERFORMANCES MARKETING ET COMMERCIALES GRÂCE À UNE GESTION DE LEADS OPTIMISÉE AMÉLIOREZ VOS PERFORMANCES MARKETING ET COMMERCIALES GRÂCE À UNE GESTION DE LEADS OPTIMISÉE 2 A PROPOS Pourquoi la gestion des leads (lead management) est-elle devenue si importante de nos jours pour les

Plus en détail

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L arbre des valeurs 2006 le fondement philosophique de l éthique /// les valeurs clés de notre éthique /// les principes issus des valeurs clés PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L ARBRE des valeurs Au cœur

Plus en détail

Conseil & Audit Les leviers de la croissance

Conseil & Audit Les leviers de la croissance Conseil & Audit Les leviers de la croissance Les cabinets de conseil et d audit vivent une évolution de fond qui remet en cause certains fondamentaux de leur culture : Concurrence accrue, moindre différenciation,

Plus en détail

Une stratégie d enseignement de la pensée critique

Une stratégie d enseignement de la pensée critique Une stratégie d enseignement de la pensée critique Jacques Boisvert Professeur de psychologie Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu La pensée critique fait partie des capacités à développer dans la formation

Plus en détail

Lignes directrices relatives au café de connaissances

Lignes directrices relatives au café de connaissances Lignes directrices relatives au café de connaissances 1) Qu est-ce qu un café de connaissances? Un café de connaissances est un processus de conversation. C est une méthodologie innovante mais simple pour

Plus en détail

16 Fondements du pilotage

16 Fondements du pilotage $YDQWSURSRV Le pilotage des systèmes de production est un sujet qui revêt une importance grandissante, au fur et à mesure que l automatisation de ceux-ci d une part, la multiplication des contraintes de

Plus en détail

Rid the World of Project Failure

Rid the World of Project Failure La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : Une Visibilité Parfaite, Un Net Avantage Concurrentiel Rid the World of Project Failure Collaboration. Compliance. Control. Qu est-ce que la gestion

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002

GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002 GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002 CONSULTING KPMG Consulting SA La «gestion de la relation client» (ou, en anglais, Customer Relationship Management,

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN La Supply Chain vers un seul objectif... la productivité Guy ELIEN juin 2007 Sommaire Le contexte... 3 le concept de «chaîne de valeur»... 3 Le concept de la Supply Chain... 5 Conclusion... 7 2 La Supply

Plus en détail

Gestion du capital humain : savoir exploiter les big data

Gestion du capital humain : savoir exploiter les big data Gestion du capital humain : savoir exploiter les big data Enquête ADP 2015 auprès des responsables de la gestion du capital humain d entreprises internationales TABLE DES MATIÈRES Synthèse... 3 Introduction

Plus en détail

UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES. Comment les thèmes ont-ils été choisis? Comment choisir parmi les 28 fiches?

UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES. Comment les thèmes ont-ils été choisis? Comment choisir parmi les 28 fiches? Introduction UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES Comment les thèmes ont-ils été choisis? Sur base du diagnostic qualité des 5 CEFA du Hainaut Occidental, des marges de progrès

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France Stages de recherche dans les formations d'ingénieur Víctor Gómez Frías École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France victor.gomez-frias@enpc.fr Résumé Les méthodes de l ingénierie ont été généralement

Plus en détail

Lean Management : une stratégie de long terme. Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable?

Lean Management : une stratégie de long terme. Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable? Lean Management : une stratégie de long terme Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable? Au cours de ces deux dernières années, les grandes entreprises du monde

Plus en détail

Comportement client et promesse des marques sur les réseaux sociaux

Comportement client et promesse des marques sur les réseaux sociaux Comportement client et promesse des marques sur les réseaux sociaux secteurs d activité multiculturels. Le Customer Experience Lab -«CX Lab»- de Teleperformance ouvert en 2013 à Lisbonne, mène des recherches

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Gestion de la virtualisation et de l automatisation CA : Construisez votre pratique de la virtualisation et accélérez les initiatives de vos clients

Gestion de la virtualisation et de l automatisation CA : Construisez votre pratique de la virtualisation et accélérez les initiatives de vos clients Gestion de la virtualisation et de l automatisation CA : Construisez votre pratique de la virtualisation et accélérez les initiatives de vos clients Progrès de la virtualisation La virtualisation des serveurs

Plus en détail

LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL. Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel

LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL. Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel Sommaire PRESENTATION GENERALE DU MARKETING: Qu est-ce que le Marketing? Introduction et définition

Plus en détail

Transformation IT de l entreprise LA MOBILITÉ NÉCESSITE UN CHANGEMENT DES SI EN PROFONDEUR

Transformation IT de l entreprise LA MOBILITÉ NÉCESSITE UN CHANGEMENT DES SI EN PROFONDEUR Transformation IT de l entreprise LA MOBILITÉ NÉCESSITE UN CHANGEMENT DES SI EN PROFONDEUR L es technologies mobiles impactent en profondeur le fonctionnement des organisations. Elles sont également à

Plus en détail

Chapitre I : Introduction

Chapitre I : Introduction Chapitre I : Introduction 1.1) Problématique A partir des années soixante, l environnement des entreprises a connu une mutation capitale, sans précédant historique dans le climat des affaires. Ces changements

Plus en détail

REGARDS SUR LES PME N 21. La défaillance des entreprises

REGARDS SUR LES PME N 21. La défaillance des entreprises Étude sur données françaises entre 2000 et 2010 Sommaire Préface Sommaire 6 L ÉTUDE Introduction 11 I. LA FAILLITE DES ENTREPRISES, UN ENJEU JURIDIQUE 15 1. Du Code de commerce à la liquidation judiciaire,

Plus en détail

WHY CONSULTING. Performance Commerciale en B2B

WHY CONSULTING. Performance Commerciale en B2B É t u d e WHY CONSULTING Performance Commerciale en B2B La performance commerciale d une entreprise est un sujet complexe qui emprunte des chemins différents selon les organisations et les marchés, car

Plus en détail

SOMMAIRE. L équipe pédagogique p. 2 Nous contacter p. 3. Cycle - Management

SOMMAIRE. L équipe pédagogique p. 2 Nous contacter p. 3. Cycle - Management SOMMAIRE L équipe pédagogique p. 2 Nous contacter p. 3 Cycle - Management CMM1 : Apprendre/renforcer son savoir être managérial p. 5 CMM2 : Améliorer sa relation à l autre pour mieux communiquer avec la

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting Mathis BAKARY 11/01/2013 Sommaire I. Présentation... 3 1. Activités... 3 2. Objectifs... 4 3. Localisation en Europe... 4 4. Localisation en France... 5 II. Stratégie...

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement?

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement? L EXTERNALISATION Au sein des entreprises, l'heure est à la rationalisation des coûts. Pour parvenir à cet objectif, les stratégies sont nombreuses. Parmi elles, l externalisation est aujourd'hui considérée

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation.

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation. COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation Manuel Gestion du Cycle de Projet Programmation Evaluation Identification Mise en œuvre Instruction Financement Mars

Plus en détail

Société pour la gestion du personnel S E P

Société pour la gestion du personnel S E P Société pour la gestion du personnel S E P Section neuchâteloise Procès-verbal No 287 Présents : 27 Séance 12 septembre 2000, Grand Hôtel Les Endroits, La Chaux-de-Fonds Thème : L ÉVOLUTION DES PRATIQUES

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

«Le Leadership en Suisse»

«Le Leadership en Suisse» «Le Leadership en Suisse» Table des matières «Le Leadership en Suisse» Une étude sur les valeurs, les devoirs et l efficacité de la direction 03 04 05 06 07 08 09 11 12 13 14 «Le Leadership en Suisse»

Plus en détail

Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante. Delivering Transformation. Together.

Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante. Delivering Transformation. Together. Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante Delivering Transformation. Together. Sopra Steria Consulting est l activité Conseil du Groupe Sopra Steria. Présent

Plus en détail

Motiver les équipes commerciales

Motiver les équipes commerciales Motiver les équipes commerciales Nouvelle recherche sur les facteurs de motivation des commerciaux les plus performants. par Colleen O Sullivan & Greg McDonald Developing the 21st century workforce TM

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième composante du «prime cost» (coût principal), les charges de personnel.

Plus en détail

Introduction. Le recrutement est un processus incontournable dans la vie de toute entreprise.

Introduction. Le recrutement est un processus incontournable dans la vie de toute entreprise. Introduction Le recrutement est un processus incontournable dans la vie de toute entreprise. Recruter présente un enjeu stratégique et sociétal pour l entreprise en termes de 2 : 1. Productivité : le choix

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Guide de l évaluateur pour les bourses de recherche des IRSC

Guide de l évaluateur pour les bourses de recherche des IRSC Guide de l évaluateur pour les bourses de recherche des IRSC Juin 2015 Table des matières INTRODUCTION... 3 ÉVALUATION PAR LES PAIRS AUX IRSC... 3 RÉSUMÉ DU PROCESSUS D ÉVALUATION PAR LES PAIRS... 3 PHASE

Plus en détail

La prise en compte de l incertitude liée à la crise dans le pilotage d entreprise : les leçons de la start up

La prise en compte de l incertitude liée à la crise dans le pilotage d entreprise : les leçons de la start up La prise en compte de l incertitude liée à la crise dans le pilotage d entreprise : les leçons de la start up Dominique VIAN Enseignant Chercheur SKEMA Business School Une nouvelle ère pour une nouvelle

Plus en détail

Plénière 1 / Le retour sur investissement, nouveau paradigme de la communication? Mythes et réalités

Plénière 1 / Le retour sur investissement, nouveau paradigme de la communication? Mythes et réalités Plénière 1 / Le retour sur investissement, nouveau paradigme de la communication? Mythes et réalités Ce document est la synthèse de la conférence, réalisée et diffusée en direct par : Le retour sur investissement,

Plus en détail

TECHNIQUES STATISTIQUES ET COMMERCE INTERNATIONAL

TECHNIQUES STATISTIQUES ET COMMERCE INTERNATIONAL TECHNIQUES STATISTIQUES ET COMMERCE INTERNATIONAL par W. Edwards Deming Bureau du Budget et Université de New-York Courrier de la Normalisation N 109 Janvier-Février 1953 Le Dr Deming, célèbre mathématicien

Plus en détail

Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE

Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE I. La démarche mercatique globale A. Définition Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE La mercatique est l ensemble des techniques et actions ayant pour objet de prévoir, constater, stimuler, susciter ou renouveler

Plus en détail

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10)

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) Le document ICH Q10 sur le

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché XXIII ème Assemblée régionale Europe Erevan, Arménie 3 au 7 mai 2010 Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché Section Belgique/Communauté

Plus en détail