In the pocket Suggestions de cours pour gérer son argent en consommateur responsable

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "In the pocket Suggestions de cours pour gérer son argent en consommateur responsable"

Transcription

1 In the pocket Suggestions de cours pour gérer son argent en consommateur responsable en collaboration avec

2

3 In the pocket Suggestions de cours pour gérer son argent en consommateur responsable en collaboration avec

4 COLOPHON In the pocket Suggestions de cours pour gérer son argent en consommateur responsable Deze publicatie bestaat ook in het Nederlands onder de titel: In the pocket. Lessuggesties over verantwoord geld beheren en consumeren Dieses Dokument kann auch in Deutsch unter dem Titel In the pocket. Unterrichtsvorschläge für den verantwortungsbewussten Umgang mit Geld bezogen werden. Une édition de la, rue Brederode 21 à 1000 Bruxelles AUTEURS L Observatoire du Crédit et de l Endettement : Matthieu Bruyndonckx, Didier Noël et Romain Duvivier Le Centre d Appui aux Services de Médiation de Dettes de la Région Bruxelles-Capitale : Benoit Scutnaire Het Vlaams Centrum Schuldbemiddeling : Isolde Vandevelde COORDINATION POUR LA FONDATION ROI BAUDOUIN CONCEPTION GRAPHIQUE MISE EN PAGE PRINT ON DEMAND Françoise Pissart, Directrice Anne Van Meerbeeck, Responsable de projet Ann Vasseur, Assistante de direction PuPiL Tilt Factory Manufast-ABP asbl, une entreprise de travail adapté Cette publication peut être téléchargée gratuitement sur notre site Une version imprimée de cette publication électronique peut être commandée (gratuitement) sur notre site par à l'adresse ou auprès de notre centre de contact, tél , fax DÉPÔT LÉGAL: D/2893/2010/07 ISBN-13: EAN: N DE COMMANDE: 1975 Décembre 2010 Avec le soutien de la Loterie Nationale 4

5 SOMMAIRE I INTRODUCTION... 9 A Qu est-ce que l éducation financière?...9 B Description du dossier In the pocket C Le surendettement en Belgique en quelques chiffres D Les partenaires du projet II MISE EN GARDE A Besoin ou envie? B Déterminisme social ou responsabilité individuelle? C Décoder les publicités pour le crédit III LIENS GENERAUX A En-dehors du secteur du surendettement B Les acteurs du secteur du surendettement en Belgique IV MES FINANCES AU JOUR LE JOUR A Budget B Crédits C Epargne V MES CHOIX AU JOUR LE JOUR A La consommation des jeunes (internet, GSM, jeu en ligne ) et l endettement B Consommer responsable ou lorsque je peux faire des choix de consommation durable VI GLOSSAIRE Annexes In the pocket 5

6

7 SUGGESTIONS DE COURS Suggestion de cours n 1 : Besoin ou envie? Suggestion de cours n 2 : Déterminisme social ou responsabilité individuelle? Suggestion de cours n 3 : Décoder les publicités pour le crédit Suggestion de cours n 4 : L argent et l argot Suggestion de cours n 5 : 10 bonnes raisons de faire mon budget Suggestion de cours n 6 : Découvrir la grille budgétaire Suggestion de cours n 7 : Les moments de la vie financière Suggestion de cours n 8 : Trucs et astuces budgétaires Suggestion de cours n 9 : La dignité humaine, jusqu où peut-on aller? Suggestion de cours n 10 : La classe fait son budget Suggestion de cours n 11 : Tout, tout de suite, partout, pour moi Suggestion de cours n 12 : La Centrale des Crédits aux Particuliers Suggestion de cours n 13 : Le crédit dans notre boîte aux lettres Suggestion de cours n 14 : Découvrir les différents types de crédits Suggestion de cours n 15 : La notion d épargne Suggestion de cours n 16 : La cigale ou la fourmi? Suggestion de cours n 17 : Quels sont les moyens disponibles pour aider les personnes surendettées? Suggestion de cours n 18 : Mon GSM et moi Suggestion de cours n 19 : Les jeunes en proie à des problèmes financiers ont la parole Suggestion de cours n 20 : Le quiz consommer intelligemment Suggestion de cours n 21 : Mots croisés In the pocket 7

8

9 I. INTRODUCTION A. Qu est-ce que l éducation financière? Mise en contexte Ce dossier pédagogique contient des suggestions pour l éducation financière. Sous le terme éducation financière sont regroupées l ensemble des actions à vocation pédagogique liées à l argent et à la consommation, tous publics confondus. C est dire si le spectre est large et les ramifications innombrables. Du budget au crédit, de la psychologie aux mathématiques, de la publicité à la consommation responsable il s agit d un processus d éducation permanente qui s adresse à tous. L objectif poursuivi est de permettre à chacun de mieux appréhender les questions d argent qui se posent tout au long de la vie. Très à la mode depuis quelques années, cette thématique est en perpétuelle évolution. Force est de constater que l éducation financière s est invitée dans le débat plus par nécessité que par volonté. En effet, la société d aujourd hui fait face à certains enjeux tels que le vieillissement de la population ou la remise en cause du modèle de sécurité sociale qui bousculent les habitudes des individus notamment à propos du temps de travail, de la pension, de l épargne, de l assurance santé La consommation des ménages, pilier de notre système économique et indicateur de sa bonne santé, connaît également des mutations importantes notamment dans l usage du crédit ou encore la profusion des messages publicitaires. C est sur base de ces constats récents que certaines instances internationales ont fait de l éducation financière une de leurs priorités. De nombreuses études ont été effectuées, principalement dans le but d évaluer les connaissances de la population et de mettre en place des programmes diversifiés et adaptés à tous types de publics sur base des initiatives existantes. Souvent décrite en termes de lacunes, l éducation financière constitue aujourd hui un enjeu majeur pour la plupart des pays dits développés qui lui accordent un intérêt grandissant, particulièrement en ce qui concerne l apprentissage des jeunes à l école. L objectif de l éducation financière n est pas d éliminer tous les problèmes financiers qui bien souvent dépassent la simple responsabilité individuelle. Il ne s agit clairement pas de juger les choix de consommation, ni de dicter un comportement qui serait approprié et donc fortement recommandé. Au contraire, l éducation financière tente d apporter suffisamment de connaissances, mais aussi d esprit critique, pour que chacun puisse parcourir son chemin financier en évitant au maximum les embûches, et ce quels que soit ses valeurs, son profil, son identité. In the pocket 9

10 I. Introduction C est pourquoi, de plus en plus d initiatives voient le jour tant du côté des pouvoirs publics que des institutions financières elles-mêmes pour améliorer et multiplier l offre d éducation financière Dans ces matières techniquement, socialement et éthiquement difficiles, le soutien aux professionnels de l enseignement apparaît comme primordial. Ils sont un maillon essentiel du réseau des formateurs qui se dessine peu à peu dans notre pays. Définition 4 Toute activité scolaire dont l objectif est de fournir aux élèves des éléments de tous types leur permettant de faire face à la société de consommation en qualité de consommateurs conscients, critiques, responsables et socialement engagés. Cette activité doit baser son action sur la possibilité offerte aux élèves de filtrer les informations qu ils reçoivent, de prendre des décisions de consommateurs responsables, de comprendre et de déceler les phénomènes dérivés de la consommation, de la publicité, du marketing, etc. Un processus permanent dont l objectif est de fournir au consommateur (d une manière progressive et séquentielle en fonction de son niveau de développement) un ensemble d éléments cognitifs, de procédures et de techniques de travail qui lui permettront de développer ses attitudes conscientes, critiques et socialement engagées et ce, en transmettant à la personne la satisfaction d agir d une manière responsable face à la consommation. Un engagement éducatif ayant pour objet de contribuer au développement global de l élève en lui transmettant des concepts, des procédures et des attitudes facilitant l élaboration d une société de consommation plus équitable, plus engagée socialement et plus responsable. Cet engagement sera capable d améliorer la qualité de vie de tous ses citoyens et ce, sans endommager l environnement ambiant. En particulier, l éducation financière a été définie comme étant le processus par lequel des consommateurs/investisseurs améliorent leur connaissance des produits, concepts et risques financiers et acquièrent, au moyen d une information, d une instruction ou d un avis objectif, les compétences ou la confiance nécessaires pour devenir plus sensible aux risques et opportunités en matière financière, faire des choix raisonnés, savoir où trouver une assistance et prendre d autres initiatives efficaces pour améliorer leur bien être financier 5. 1 Commission bancaire, financière et des assurances, Rapport sur la promotion des connaissances financières en Belgique, 2008 (www.cbfa.be/fr/consultations/lop/pdf/ _promotion.pdf). 2 Livre blanc de la Commission européenne Politique des services financiers , COM(2005) 629 final / Livre vert de la Commission européenne relatif aux services financiers de détail, COM(2007) 0226 final, et la résolution du Parlement européen sur la politique des services financiers (2008) / Communication de la Commission européenne Education financière, adoptée le 18 décembre OCDE (2005), Recommandation sur les principes et les bonnes pratiques relatifs à la sensibilisation et à l éducation financières. Recommandation du Conseil, 4 Basé sur RESEAU E-Cons, Manuel de base Education du consommateur en classe, publié par le CRIOC (2007): org/files/fr/2956fr.pdf 5 Voir la recommandation de l OCDE, note 3. In the pocket 10

11 I. Introduction B. Description du dossier In the pocket Ce dossier a pour but d alimenter la réflexion personnelle du professeur sur des questions souvent délicates liées à l argent, la consommation, ou encore le crédit. De la sorte, les informations et les suggestions d animation qui s y trouveront devraient lui permettre de préparer efficacement diverses leçons sur ces sujets. Il ne constitue pas un programme clé-sur-porte, mais demande de la part de l enseignant un effort de transposition didactique, selon le cours dans lequel il s inscrit et le public. Il s agit de permettre aux professeurs d apporter une information correcte en partant des préjugés pour ensuite les faire évoluer, d amener les jeunes à débattre sur leurs valeurs personnelles et à prendre conscience que l argent n est pas la seule et unique valeur, d aborder la différence entre les besoins et les envies et de promouvoir de véritables changements de comportement, notamment en matière de gestion budgétaire et de connaissance de son propre profil de consommateur. Objectifs Déceler et donner la priorité à la valeur être plutôt que avoir dans sa prise de décision relative à la consommation. Développer une prise de conscience sociale relative à la responsabilité individuelle et collective de nos actions en notre qualité de consommateurs et à l impact de ces actions sur l environnement et les personnes. Pouvoir lire et analyser d un œil critique les stratégies de vente Savoir gérer un budget Connaître et décrypter les mécanismes de la société de consommation Depuis peu, l éducation financière apparaît dans les socles de compétences en Communauté française. Plus d informations : Aussi ce dossier se veut-il être une aide pour le professeur afin qu il puisse développer des cours répondant aux compétences suivantes en Communauté française : Agir en consommateurs individuellement responsables. Lire, analyser et comprendre les messages publicitaires, les distinguer d autres types d informations. Assurer l équilibre entre leurs besoins, leurs désirs et leurs revenus. Maîtriser l acte d achat : analyser un contrat, lire une étiquette, comparer les prix, calculer des remises exprimées en pourcentage, vérifier un ticket de caisse. Pouvoir calculer des proportions, des pourcentages, un taux. Gérer leur budget en utilisant judicieusement l épargne et le crédit (ex : comprendre les mécanismes d emprunt, d épargne, de souscription d assurances, de prêt hypothécaire). Estimer dans le budget la part du coût du transport, de l alimentation, de l habillement, des loisirs, du logement. Comprendre le mécanisme des loteries et des jeux. En Communauté flamande l éducation financière est abordée dans l enseignement secondaire dans quelques cours. Le sujet sera cependant étudié de façon explicite via les nouveaux objectifs finaux ( vakoverschrijdende eindtermen VOET, introduit le premier septembre 2010). Plus d informations (en néerlandais) : In the pocket 11

12 I. Introduction En Communauté germanophone, les compétences en matière financière sont en partie fixées dans les plans cadres ( Rahmenplänen ) qui, à l heure actuelle, ne sont élaborés que pour l enseignement primaire et pour la première partie de l enseignement secondaire. Pendant les deux premières années de l école secondaire, il existe dans certaines écoles une éducation à l économie et à la mathématique, comprenant aussi les compétences financières. Plus d informations (en allemand) : 2221//4415_read-31778/ Cadre méthodologique 6 Ce dossier s adresse aux professeurs qui enseignent aux élèves de l enseignement secondaire général, technique, professionnel et artistique âgés de 14 à 18 ans. Cette matière peut-être abordée dans différents cours : sciences économiques (le fonctionnement du crédit, de l épargne) bien sûr, mais aussi sciences sociales (la protection du consommateur), français (par exemple, le décryptage des publicités), cours de religion ou de morale (réflexion sur les valeurs), mathématiques (calcul d un TAEG), étude du milieu (consommation responsable et développement durable) voire même les cours de langues (le dossier est également disponible en néerlandais et en allemand). L éducation financière est une matière qui touche beaucoup de domaines : économie, citoyenneté, consommation durable, alimentation, publicité, marketing, gestion d un budget, etc. L éducation financière peut former les élèves à développer leur sens critique et à adopter une attitude responsable face à la société de consommation. Du point de vue méthodologique, l éducation financière peut-être enseignée selon différents modèles : L éducation financière peut-être abordée comme une activité unique (sous forme d atelier par exemple) dans le cadre d une autre matière. L éducation financière est considérée comme une thématique transversale commune à différents cours et intégrant d autres éléments comme la citoyenneté par exemple. Cette méthodologie globale nous semble la plus appropriée ; elle est complémentaire d une pédagogie par projet. Ainsi par exemple, on pourra commencer par définir les différents thèmes de la consommation en partant du quotidien des élèves, leur faire prendre conscience de la valeur des objets du quotidien mais aussi de la valeur personnelle que l on attribue à ces objets. Ensuite, on pourra approfondir les matières relatives à la consommation : par le biais de leurs expériences, en comprenant et établissant les causes et conséquences de notre société de consommation actuelle, en développant un esprit critique et une attitude responsable face au marketing, en leur faisant prendre conscience de leurs droits de consommateurs, de leurs valeurs Enfin, on pourra approfondir les thématiques relatives à la consommation jusqu à la compréhension du fonctionnement de notre société de consommation afin de valoriser de manière critique l impact de notre consommation individuelle sur notre environnement et de pouvoir devenir acteur de sa consommation c est-à-dire consommer de façon responsable. 6 Voir également: RESEAU E-Cons, Manuel de base Education du consommateur en classe. In the pocket 12

13 I. Introduction C. Le surendettement en Belgique en chiffres 7 Entre Dieu et Lucifer, entre ce qui élève et ce qui rabaisse, entre ce qu il faut pour vivre dignement et ce qu il faut de dignité pour vivre, entre ce qui fonde l estime de soi et l estime des autres, l argent est là, au cœur de ces contradictions. (Vincent de Gaulejac, Argent, estime de soi et dignité, Questions d argent, Ed. De Brouwer, Paris, 1999.) Les difficultés de quantifier mais aussi de définir le surendettement sont les premiers problèmes qui se posent à toute personne s intéressant à ce sujet. Avant d examiner les causes possibles du surendettement, il importe de définir le surendettement et de mettre en évidence différents indicateurs rendant compte de la fréquence plus ou moins importante de ce phénomène. Qu est-ce que le surendettement et l endettement problématique? Bien qu il ait longtemps été difficile d établir une définition consensuelle du phénomène, le surendettement est généralement défini comme une incapacité durable à rembourser ses dettes à partir de ses revenus. Le phénomène de surendettement ne doit pas être confondu avec un simple défaut de paiement dû à une simple négligence, ni avec une situation d endettement problématique qui se caractérise par une incapacité financière, a priori temporaire, à rembourser une ou plusieurs dettes arrivées à échéance. Lorsqu une personne est en situation de surendettement, elle est forcément dans une situation d endettement problématique. L inverse n est cependant pas toujours vrai. Une situation d endettement problématique ne donnera lieu à un état de surendettement que si l incapacité à rembourser les dettes échues a un caractère réellement durable. Le phénomène de surendettement a donc un caractère structurel que l endettement problématique n a pas forcément. Peut-on quantifier le surendettement? La définition du surendettement rappelée ci-dessus apparaît rapidement peu opérationnelle dès qu il s agit de recenser le nombre de ménages surendettés. Pourtant, notre société a coutume de quantifier les phénomènes sociaux jugés inquiétants et de consigner les mesures obtenues dans des tableaux de bord. Ces derniers servent, ex ante, à définir les mesures de politique économique et sociale qui s avèrent nécessaires. Ex post, ces tableaux de bord seront utilisés pour évaluer l efficacité des mesures socio-économiques passées. Dès lors, le caractère difficilement quantifiable du surendettement peut amener à négliger ou à exagérer ce phénomène. Il est donc impératif d évaluer l importance du surendettement en ayant recours à des indicateurs économiques et sociaux qui nous permettront d évaluer le risque global de surendettement qui ne doit pas être confondu avec le risque individuel de surendettement. Comment définir ces notions de risque lié au surendettement et, surtout, quels indicateurs pourrait-on utiliser pour tenter de mesurer ces risques? 7 Pour des chiffres plus actualisés sur l état du surendettement en Belgique, veuillez vous référer aux sites de la Banque Nationale de Belgique (www.bnb.be) ou des partenaires du projet : (indicateurs de l endettement ou du surendettement); (onderzoek en registratie); (la mediation de dettes). In the pocket 13

14 I. Introduction Pour un individu déterminé, le risque individuel de surendettement est la probabilité qu il connaisse, à un moment donné, une situation de surendettement. Bien entendu, son importance variera d un individu à l autre. Différentes caractéristiques propres à une personne donnée (son âge, sa situation socioprofessionnelle, etc.) vont avoir pour effet d augmenter ou de diminuer la probabilité qu elle connaisse un jour le surendettement. Par exemple, un homme marié ayant un emploi stable présenterait un risque de surendettement plus faible qu une femme vivant de manière isolée avec ses enfants et n ayant pas d emploi rémunéré. Dans une certaine mesure, à partir des caractéristiques propres d un individu, il devrait être possible d évaluer le risque que celui-ci connaisse un jour une situation de surendettement. L idée d une mesure du risque individuel de surendettement n est pas aussi théorique qu elle n y paraît. Les établissements de crédit se livrent à ce type de calcul lorsqu ils font appel au crédit scoring suite à une demande de prêt. Le credit scoring consiste à comparer les caractéristiques d un candidat emprunteur (son âge, sa profession, son salaire, sa situation familiale, etc.) avec celles d un échantillon représentatif afin de calculer la probabilité que l emprunteur ne rembourse pas son prêt. Pour les établissements de crédit, le credit scoring n est rien de plus qu un outil les aidant à prendre la décision d octroyer ou non le prêt demandé : il permet d évaluer un risque de défaillance qui, a priori, est inconnu et incalculable. Si les caractéristiques de Monsieur X se rapprochent de celles des bons emprunteurs figurant dans l échantillon représentatif de l institution prêteuse, la technique de credit scoring attribuera alors une bonne note à Monsieur X. Cette bonne note sera synonyme d un risque de défaillance relativement faible. Mais, contrairement aux établissements de crédit, c est le risque global de surendettement qui intéresse les pouvoirs publics, les observateurs et la société civile. En effet, le risque global de surendettement correspond à la probabilité, à un moment donné, qu un individu pris au hasard dans la société soit en situation de surendettement. Ce risque global de surendettement ne peut pas être chiffré avec précision. Mais, par contre, des indicateurs de ce risque peuvent être identifiés. Certes, aussi judicieux soit-il, aucun indicateur n offrira un dénombrement exact du nombre de ménages surendettés. Mais les évolutions que peuvent connaître plusieurs indicateurs et non un indicateur unique permettront d évaluer une tendance du phénomène du surendettement à croître, à régresser ou à stagner. Ces indicateurs permettront également d étudier les causes du surendettement ainsi que son lien avec la pauvreté. Trois indicateurs du risque global de surendettement Différents indicateurs du risque global de surendettement peuvent être fournis à partir des données de la Centrale des Crédits aux Particuliers (CCP) gérée par la Banque Nationale de Belgique (BNB). A titre de rappel, la Centrale enregistre les crédits à la consommation et les crédits hypothécaires (voyez le glossaire pour la définition de ces deux termes) contractés par les particuliers (volet positif), les défaillances de paiement pour ces mêmes crédits (volet négatif) ainsi que des informations concernant les procédures de règlement collectif de dettes. Les prêteurs ont l obligation de consulter la Centrale afin de s assurer de la solvabilité des candidats emprunteurs. Le cas échéant, un préteur ne peut pas octroyer un prêt à une personne qui, au vu des éléments qu il connaît, est susceptible de connaître des difficultés de remboursement suite à l octroi du crédit. Les informations enregistrées dans la Centrale peuvent donc permettre de calculer des indicateurs du risque global de surendettement. Mais ils ne sont pas toujours opportuns. Trois de ces indicateurs seront finalement retenus. In the pocket 14

15 I. Introduction Le pourcentage des emprunteurs défaillants, son évolution et sa répartition géographique Il s agit du pourcentage que représentent, dans le total des emprunteurs repris dans le volet positif de la CCP, les emprunteurs enregistrés pour au moins un défaut de paiement. Cet indicateur, que nous appellerons par la suite le pourcentage des emprunteurs défaillants, se calcule de la manière suivante : Pourcentage des emprunteurs défaillants = (Nombre de personnes enregistrées pour au moins un crédit défaillant (fichier négatif)) / (Nombre total des emprunteurs repris dans le volet positif de la CCP) Les données de la CCP permettent de déterminer les évolutions de cet indicateur dans le temps et de comparer sa grandeur dans les différentes régions et provinces du pays. Graphique 1 : Evolution du pourcentage d emprunteurs (pour la Belgique) 8,40% 8,20% 8,00% 7,80% 7,60% 7,40% 7,20% 7,00% Source : Graphique et calculs établis par l Observatoire du Crédit et de l Endettement sur base des données de la CCP (BNB). Ainsi, en se référant au graphique 1 repris ci-dessus, en 2003, 8,3% du total des emprunteurs étaient enregistrés pour un défaut de paiement affectant au moins un crédit. En 2009, ce pourcentage n était plus que de 7,28%. Cette évolution appréciable doit être lue comme reflétant une diminution du risque global de surendettement. Il serait donc totalement erroné de conclure qu en 2009, 7,28% des emprunteurs étaient en situation de surendettement. Certaines personnes rencontrent un défaut de paiement suite à une négligence personnelle, un litige avec le prêteur ou en raison de difficultés financières passagères. En outre, en 2009, 63% des emprunteurs défaillants n étaient en défaut de paiement que pour un seul crédit. Il est donc envisageable d être enregistré comme emprunteur défaillant sans être dans une réelle situation d endettement problématique (parce que la défaillance enregistrée trouverait sa source dans un litige avec le prêteur) et, par conséquent, encore moins dans une situation de surendettement. Le pourcentage des emprunteurs défaillants doit, tout au plus, être considéré comme un indicateur du risque global de surendettement et non comme une mesure précise du phénomène. Le fait qu une In the pocket 15

16 I. Introduction personne soit enregistrée pour une ou plusieurs défaillances signifie que cette personne peut rencontrer une situation d endettement plus ou moins problématique. Le risque que cette personne connaisse le surendettement devrait augmenter avec le nombre et l ampleur des défauts de paiement. Entre 2008 et 2009, nous remarquons une légère augmentation dans le pourcentage des emprunteurs défaillants. Même si elle demeure timide, cette évolution contraste suffisamment avec les 5 années de diminution consécutives pour qu une légère augmentation du risque global de surendettement soit suspectée. Tableau 1 - Disparités spatiales concernant le pourcentage des emprunteurs défaillants Province d Anvers 5,38% Province du Brabant wallon 5,65% Province du Brabant flamand 4,38% Province du Hainaut 10,89% Province du Limbourg 5,17% Province de Liège 9,46% Province de Flandre orientale 5,55% Province du Luxembourg 7,87% Province de Flandre occidentale 5,34% Province de Namur 8,82% Région flamande 5,21% Région wallonne 9,40% Bruxelles-Capitale 10,22% Total Belgique 7,28% Source : Graphique et calculs établis par l Observatoire du Crédit et de l Endettement sur base des données de la CCP (BNB). Le tableau 1 repris ci-dessus montre qu en 2009, 9,4 % des emprunteurs wallons sont concernés par au moins un défaut de paiement. Ce taux est de 10,22% pour la Région de Bruxelles-Capitale et 5,21% pour la Région flamande. Bien que non reprises ici, les données existantes au niveau des arrondissements administratifs nous indiquent que les disparités régionales s accentuent à mesure que l on étudie le phénomène à une échelle spatiale plus fine. A titre indicatif, c est l arrondissement administratif de Charleroi qui détient le record : 12,89% des emprunteurs sont défaillants. A l opposé, seuls 4,15% des emprunteurs de l arrondissement de Louvain sont défaillants. Le risque global de surendettement se polarise donc dans les parties du pays les plus vulnérables sur le plan socioéconomique. Les Belges sont loin d être égaux face à ce risque. L évolution de l arriéré moyen par emprunteur défaillant Alors que le premier indicateur du risque global de surendettement se centrait sur la fréquence des défauts de paiement, le second indicateur concerne l ampleur des situations de défaut de paiement à travers l évolution que connaît l arriéré moyen par emprunteur défaillant. S agissant d apprécier le risque global de surendettement, cet indicateur peut avoir une portée plus significative que le pourcentage d emprunteurs défaillants. En effet, une augmentation de l arriéré moyen montre que les défauts de paiement relèvent de situations qui, dans l ensemble, deviennent plus difficiles à gérer : des défauts de paiement «ponctuels» auraient dans ce cas tendance à se transformer en difficultés financières à caractère plus «structurel». Or, comme rappelé ci-dessus, le surendettement est officiellement et couramment définit comme une incapacité durable à assumer ses dettes. In the pocket 16

17 I. Introduction Graphique 2 : Evolution de l arriéré moyen par emprunteur défaillant (en euros constants de 2004) Source : Graphique et calculs établis par l Observatoire du Crédit et de l Endettement sur base des données fournies par la BNB (CCP) et l ICN (IPC) Entre 2008 et 2009, le montant nominal moyen de l arriéré par emprunteur défaillant a progressé de manière significative. En effet, pour les personnes en défaut de paiement, cet arriéré moyen est de euros en 2009 contre euros pour l année 2008, soit une augmentation de 12%. L inflation, pratiquement nulle en 2009, n est pas susceptible d expliquer cette évolution. Le graphique 2 repris ci-dessus montre que, à la fin de l année 2009, l arriéré moyen (exprimé en euros constants de 2004) aura retrouvé un niveau proche de celui qu il avait en Le pourcentage de ménages bénéficiant de la procédure de règlement collectif de dettes et son évolution Le pourcentage de ménages ayant sollicité et ayant été admis chaque année à la procédure de règlement collectif de dettes ainsi que son évolution constitue le troisième indicateur permettant d apprécier le risque global de surendettement. Il s agit de ménages qui, par définition, sont surendettés. In the pocket 17

18 I. Introduction Graphique 3 : Evolution du nombre de nouvelles procédures de règlement collectif de dettes Source : Graphique OCE sur base des données de la CCP (BNB). Les données du graphique 3 repris ci-dessus indiquent qu entre 2008 et 2009, le nombre de ménages ayant introduit une procédure de règlement collectif de dettes a progressé de à , soit une augmentation de 23,3%. Le pourcentage de la population consultant les services de médiation de dettes pour laquelle ces services interviennent en qualité de médiateur judiciaire La médiation de dettes concernant au moins une dette résultant d un crédit à la consommation (ce qui est fréquent) ne peut être pratiquée que par certains auxiliaires de justice, officiers ministériels et les services autorisés par les Régions, Communautés et Commissions communautaires compétentes pour ce faire (suivant la localisation des services). La médiation de dettes peut être opérée dans le cadre d une procédure de règlement collectif de dettes (médiation judiciaire) ou non (médiation non judiciaire). Les services de médiation de dettes, comme les autres catégories de médiateur de dettes, peuvent être consulté dans le cadre d une médiation non judiciaire et peuvent être désigné comme médiateur dans le cadre d une procédure de règlement collectif de dettes. Les données provenant des administrations régionales et communautaires et des services euxmêmes peuvent fournir un indicateur du risque global de surendettement, à savoir le pourcentage des ménages consultant ces services ou pour lesquels ceux-ci ont été désignés comme médiateur de dettes dans le cadre d une procédure de règlement collectif de dettes (médiateurs judiciaires). In the pocket 18

19 I. Introduction Il ne s agit ici aussi que d un indicateur et d un indicateur relatif au risque global de surendettement. En effet, tous les ménages qui vivent une situation de surendettement ne font pas appel à ces services. Et les ménages qui les consultent ne se trouvent pas nécessairement dans une situation de surendettement. On peut seulement affirmer avec certitude que les ménages que les services ont aidé à introduire une demande de règlement collectif de dettes - laquelle a ensuite été déclarée admissible - ainsi que les ménages pour lesquels les services ont été désignés comme médiateur de dettes dans le cadre de cette procédure sont surendettés. Suivant cet indicateur, pour la Région Wallonne, 1,25% au moins des ménages seraient concernés par le risque global de surendettement. Les facteurs pouvant expliquer l évolution du risque global de surendettement Le surendettement peut trouver son origine dans des causes de deux types : macro-économiques et micro-économiques. En effet, au niveau macro-économique, des facteurs d ordre conjoncturel peuvent justifier que le surendettement soit plus important à certaines périodes et/ou dans certaines régions. Cependant, des personnes qui vivent dans des conditions socio-économiques proches ne connaissent pas toujours les mêmes destins. Car, sur le plan micro-économique, des caractéristiques propres aux ménages peuvent expliquer une plus grande exposition au risque de surendettement. Les facteurs macro-économiques L évolution du revenu disponible réel par habitant, lequel permet d apprécier le pouvoir d achat de la population, influence la situation financière de celle-ci : une diminution de ce revenu pourrait entraîner un accroissement des difficultés financières pour les ménages les plus vulnérables. Par ailleurs, on peut constater un certain parallélisme entre l évolution des indicateurs du risque global de surendettement et le résultat que produisent les évolutions du produit intérieur brut et du taux d inflation. In the pocket 19

20 I. Introduction Graphique 4 : Evolution des principaux indicateurs macroéconomiques : inflation et PIB nominal (en %, axe de gauche); revenu disponible réel par habitant (en euros constants de 2004; axe de droite) Taux de croissance en % Inflation PIB nominal Revenu disponible réel par habitant Source : Graphique établi par l Observatoire du Crédit et de l Endettement sur base de données ICN reprises par BELGOSTAT (PIB et taux d inflation) et calculs établis par l OCE sur base des données ICN (revenu disponible réel par habitant). Les évolutions des indicateurs du risque global de surendettement incitent à penser qu entre 2008 et 2009, ce risque global a connu une légère hausse (voir ci-dessus). Or, le graphique 4 repris ci-dessus montre qu au cours de l année 2008, l inflation a été particulièrement forte, que le produit intérieur brut n a que très légèrement augmenté. Dans de telles conditions, il semble certain qu en 2009, le revenu disponible a diminué. Le risque global de surendettement dépend également du taux de chômage affectant la population. Ce facteur explique d ailleurs les différences constatées entre les régions et les provinces (voir ci-dessus) : celles que le chômage touche plus particulièrement sont naturellement celles qui sont les plus sensibles au risque global de surendettement. Les facteurs micro-économiques Différents facteurs d ordre micro-économiques peuvent expliquer que le risque global de surendettement affectera davantage certaines catégories de ménage plutôt que d autres pourtant placés dans un même contexte macro-économique. Nous pouvons mettre en évidence quatre grands types de facteurs microéconomiques : l insolvabilité structurelle - soit l insuffisance des revenus du ménage pour lui permettre de satisfaire ses besoins vitaux -, «l accident de vie» - tel que la maladie, la perte d un emploi, le décès d un membre du ménage ou des problèmes familiaux - provoquant, de manière imprévue et imprévisible, une diminution des revenus et/ou un accroissement des charges, les difficultés à pouvoir gérer convenablement son budget et l excès des dépenses et des dettes par rapport aux ressources. Ces facteurs interviennent dans la plupart des cas de manière conjointe : les difficultés de gestions engendreront un risque global de surendettement d autant plus élevé qu elles s accompagnent, par exemple, de revenus faibles et d un mode de vie en décalage par rapport à ces revenus. In the pocket 20

Le rapport 2009 de la Centrale des Crédits aux Particuliers annonce-t-il une poussée du surendettement?

Le rapport 2009 de la Centrale des Crédits aux Particuliers annonce-t-il une poussée du surendettement? Février 2010 Le rapport 2009 de la Centrale des Crédits aux Particuliers annonce-t-il une poussée du surendettement? Analyse réalisée pour l Observatoire du Crédit et de l Endettement par Duvivier R. (économiste)

Plus en détail

Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école

Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école La FSMA (l Autorité des services et marchés financiers) est un organisme public autonome. Parmi les missions qui lui ont été confiées

Plus en détail

Service de lutte contre la pauvreté, la précarité et l'exclusion sociale

Service de lutte contre la pauvreté, la précarité et l'exclusion sociale Service de lutte contre la pauvreté, la précarité et l'exclusion sociale Des faits et des chiffres Combien de personnes sont-elles surendettées en Belgique? En 2007, 338.933 personnes étaient qualifiées

Plus en détail

A quoi sert une banque? corrigé 1 Le micro trottoir : «A quoi sert une banque?»

A quoi sert une banque? corrigé 1 Le micro trottoir : «A quoi sert une banque?» 1 Le micro trottoir : «A quoi sert une banque?» Lien avec la finance pour tous : à quoi sert une banque? (http:///-la-banque-a-quoi-ca-sert-.html) sur le site Synthèse commune sous forme de schéma ROLE

Plus en détail

Analyse 2013/26 10 décembre 2013

Analyse 2013/26 10 décembre 2013 Analyse 2013/26 10 décembre 2013 Allocation pour l aide aux personnes âgées : mesure sacrifiée au profit de la sixième réforme de l État, ou mesure à réinventer? À découvrir dans cette analyse Garder une

Plus en détail

Sortir du surendettement

Sortir du surendettement Analyses 2013 13 PRÉCARITÉ 1 Sortir du surendettement Le surendettement n est plus seulement l affaire de consommateurs trop dépensiers. Pour aider les personnes à se sortir de situations apparemment sans

Plus en détail

Le surendettement. une menace latente

Le surendettement. une menace latente Le surendettement une menace latente Toutes nos publications sont disponibles : - En téléchargement, depuis l adresse internet de notre ASBL : www.cpcp.be/etudes-et-prospectives - En version papier, vous

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2014-2015 23 MARS 2015 PROPOSITION DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2014-2015 23 MARS 2015 PROPOSITION DE DÉCRET 25 (SE 2014) N 2 25 (SE 2014) N 2 PARLEMENT WALLON SESSION 2014-2015 23 MARS 2015 PROPOSITION DE DÉCRET visant à créer un «Explorateur de droits», outil d aide à l information sur tous les droits des citoyens

Plus en détail

Aline van den Broeck. Octobre 2005

Aline van den Broeck. Octobre 2005 Question de Question de Octobre 2005 Aline van den Broeck Quelques lignes d'intro De toute évidence, notre modèle de croissance et de consommation accroît le risque de précarisation des personnes les plus

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Centrale des crédits aux particuliers

Centrale des crédits aux particuliers Centrale des crédits aux particuliers Analyse des données statistiques 2013 La Centrale des crédits aux particuliers est un outil qui vise à lutter contre le surendettement grâce à l'enregistrement de

Plus en détail

Mesure du surendettement en Europe

Mesure du surendettement en Europe Mesure du surendettement en Europe Conférence du 24 juin 2008 Didier Davydoff, Directeur de l OEE 0EE - Observatoire de l'épargne européenne 1 Introduction: l augmentation des encours de crédit aux ménages

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans COMMUNIQUÉ DE PRESSE 14,7% de la population belge sous le seuil de pauvreté 1 La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans Forte hausse des demandes de microcrédits

Plus en détail

Centrale des crédits aux particuliers

Centrale des crédits aux particuliers Centrale des crédits aux particuliers Analyse des données statistiques 2012 La Centrale des crédits aux particuliers est un outil qui vise à lutter contre le surendettement grâce à l'enregistrement de

Plus en détail

Le CPAS (Centre Public d Action Sociale), qu est-ce que c est?

Le CPAS (Centre Public d Action Sociale), qu est-ce que c est? Le CPAS (Centre Public d Action Sociale), qu est-ce que c est? Version n : 1 Dernière actualisation : 13-10-2006 1) A quoi sert cette fiche? 2) Qu est-ce qu un CPAS (Centre Public d Action Sociale)? 3)

Plus en détail

Statistiques. Centrale des crédits aux particuliers - 2010

Statistiques. Centrale des crédits aux particuliers - 2010 Statistiques Centrale des crédits aux particuliers - 2010 Banque nationale de Belgique, Bruxelles Tous droits réservés. La reproduction de cette publication, en tout ou en partie, à des fins éducatives

Plus en détail

par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles

par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles CPCP asbl - novembre 2008 CPCP - Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation asbl Rue des Deux Eglises, 45-1000

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Arnaud Marchand et Olivier Jérusalmy Réseau Financité L attirance des Belges pour le compte d épargne est loin d être fortuite. Deux facteurs principaux

Plus en détail

Bourse ZA. Agenda 27/02/2015. Document confidentiel destiné uniquement aux professionnels partenaires du Crédit Foncier 1. > Le Crédit Foncier en bref

Bourse ZA. Agenda 27/02/2015. Document confidentiel destiné uniquement aux professionnels partenaires du Crédit Foncier 1. > Le Crédit Foncier en bref Bourse ZA février 2015 1 partenaires du Crédit Foncier Agenda > Le Crédit Foncier en bref > Règles générales d acceptation > Nos formules spécifiques > Nos points forts > Contacts 2 2 partenaires du Crédit

Plus en détail

1 ANALYSE STATISTIQUE

1 ANALYSE STATISTIQUE 1 ANALYSE STATISTIQUE Les chiffres ci-dessous exposent une partie de l activité de Respect Seniors au cours de l année 2014. Ils ne représentent donc pas un état des lieux des maltraitances commises en

Plus en détail

AVIS A. 768 RELATIF A L ACCORD DE COOPERATION ENTRE LA REGION WALLONNE ET LA COMMUNAUTE GERMANOPHONE

AVIS A. 768 RELATIF A L ACCORD DE COOPERATION ENTRE LA REGION WALLONNE ET LA COMMUNAUTE GERMANOPHONE AVIS A. 768 RELATIF A L ACCORD DE COOPERATION ENTRE LA REGION WALLONNE ET LA COMMUNAUTE GERMANOPHONE Adopté par le Bureau le 31 mai 2005 2005/A. 768 I. EXPOSÉ DU DOSSIER La Région wallonne et la Communauté

Plus en détail

Conseil supérieur du logement

Conseil supérieur du logement Conseil supérieur du logement Avis n 010 du 16 janvier 2008 du Conseil supérieur du logement sur le concept du crédit logement inversé. Préambule Le crédit logement inversé («reverse mortgage») est une

Plus en détail

Le déclenchement de la crise économique en 2008, au-delà de ses effets sur l emploi,

Le déclenchement de la crise économique en 2008, au-delà de ses effets sur l emploi, n 3 mai 2012 Le mot de l Observatoire Cette nouvelle livraison de la Lettre de l ONPES aborde un sujet souvent commenté : celui du logement des ménages pauvres et modestes. Cependant, l auteur de cette

Plus en détail

Les sirènes du crédit facile

Les sirènes du crédit facile Les sirènes du crédit facile En cette période de crise du pouvoir d achat, il est fort tentant de recourir au crédit pour joindre les deux bouts avec, à la clé, le risque de souscrire un crédit inadapté?

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PROGRAMME ET DES MODULES DE FORMATION

PRÉSENTATION DU PROGRAMME ET DES MODULES DE FORMATION PRÉSENTATION DU PROGRAMME ET DES MODULES DE FORMATION ORIGINES ET FONDEMENTS DU PROGRAMME La mission du Mouvement Desjardins, en tant qu institution financière coopérative, l amène à s investir dans l

Plus en détail

Chapitre 2. Économiser

Chapitre 2. Économiser Chapitre 2 Économiser 2. L essentiel 1. Constituez votre épargne progressivement et sans efforts. 2. Comprenez les mécanismes du taux d intérêt. 3. Augmentez au cours du temps le niveau de votre épargne.

Plus en détail

Prospectus Crédit à la consommation

Prospectus Crédit à la consommation Prospectus Crédit à la consommation Prêt à tempérament Credit Europe Crédit fixe (Direct) Credit Europe Crédit Confort (Indirect) Avec Credit Europe Bank, c est aussi simple que ça! Prospectus Crédits

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

1. Introduction. Aux causes générales : - les crises sanitaires ; - les dérégulations climatiques ; - et les mises aux normes sanitaires ;

1. Introduction. Aux causes générales : - les crises sanitaires ; - les dérégulations climatiques ; - et les mises aux normes sanitaires ; Proposition de loi relative aux procédures collectives visant à traiter les difficultés, à assurer le maintien des exploitations et de l emploi dans le secteur agricole. 1. Introduction Au cours des dernières

Plus en détail

Collection Au Quotidien

Collection Au Quotidien Collection Au Quotidien En février de cette année, le gouverneur de la province de Liège constatait un accroissement conséquent du nombre de catastrophes naturelles reconnues comme calamités publiques

Plus en détail

3. Un crédit à la consommation responsable

3. Un crédit à la consommation responsable 3. Un crédit à la consommation responsable Comité consultatif du secteur financier Rapport 2009-2010 49 Au cours de l exercice 2009-2010, le CCSF a suivi de près l évolution du texte de loi sur la réforme

Plus en détail

Banque nationale de Belgique, Bruxelles

Banque nationale de Belgique, Bruxelles Banque nationale de Belgique, Bruxelles Tous droits réservés. La reproduction de cette publication, en tout ou en partie, à des fins éducatives et non commerciales est autorisée avec mention de la source.

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Comment l entreprise produit-elle?

Comment l entreprise produit-elle? Comment l entreprise produit-elle? Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

BELGIQUE APERCU HISTORIQUE STRUCTURE DE L ETAT FEDERAL

BELGIQUE APERCU HISTORIQUE STRUCTURE DE L ETAT FEDERAL BELGIQUE APERCU HISTORIQUE STRUCTURE DE L ETAT FEDERAL 1 APERCU HISTORIQUE 1830 : révolution belge indépendance du pays 1831 : La constitution organise l Etat sous forme d une monarchie constitutionnelle

Plus en détail

Le développement du micro crédit personnel (MCP) : une contribution à l insertion sociale

Le développement du micro crédit personnel (MCP) : une contribution à l insertion sociale Le développement du micro crédit personnel (MCP) : une contribution à l insertion sociale Résumé de l étude France Bénévolat pour la Caisse des dépôts (FCS) Auteur : Jean Beaujouan Décembre 2007 1 Présentation

Plus en détail

Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques?

Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques? Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques? Quel est le cadre législatif? Quelles réticences? Est-ce un frein à la mobilité?

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSSS/15/044 DÉLIBÉRATION N 15/020 DU 7 AVRIL 2015 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL CODÉES AU

Plus en détail

Conseil supérieur du logement

Conseil supérieur du logement Conseil supérieur du logement Avis n 23 du Conseil supérieur du logement du 12 janvier 2011 sur la proposition de décret visant à compléter le dispositif en matière d assurance contre la perte de revenus,

Plus en détail

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE Michel MOUILLART Directeur Scientifique de l Observatoire de l Endettement des Ménages

Plus en détail

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS :

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : ÉLÉVATION DES PLAFONDS À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2002

Plus en détail

Petit guide pratique du taux d endettement

Petit guide pratique du taux d endettement Petit guide pratique du taux d endettement Sommaire 1. Le taux d endettement, c est quoi? 2. Comment calculer votre taux d endettement? 3. Pourquoi évaluer votre taux d endettement? 4. L intérêt du calcul

Plus en détail

La saga de l assurance dépendance

La saga de l assurance dépendance La saga de l assurance dépendance Voilà plus de dix ans que l on parle d instaurer une assurance qui permettrait de couvrir les risques de la dépendance physique liée au grand âge. La Flandre a déjà mis

Plus en détail

Octroi de crédit : la minimisation des risques de défaillance n'a pas le dernier mot

Octroi de crédit : la minimisation des risques de défaillance n'a pas le dernier mot Octroi de crédit : la minimisation des risques de défaillance n'a pas le dernier mot Aucun prêteur, c'est entendu, n'octroie de crédit à une personne qu'il ne considérerait pas comme potentiellement solvable.

Plus en détail

Formation certifiante au métier de coach scolaire

Formation certifiante au métier de coach scolaire Formation certifiante au métier de coach scolaire 1 Préambule CoachingMaestro est un portail de formations dédié à toute personne intéressée dans l accompagnement des jeunes. Préambule Ses missions sont

Plus en détail

Questionnaire situation des droits de l homme des personnes âgées

Questionnaire situation des droits de l homme des personnes âgées Questionnaire situation des droits de l homme des personnes âgées Question 1 : Veuillez fournir des informations sur la situation actuelle des droits des personnes âgées, incluant en particulier les problématiques

Plus en détail

Endettement des jeunes adultes

Endettement des jeunes adultes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Août 2012 Endettement des jeunes adultes Analyses complémentaires

Plus en détail

Les ménages et le crédit

Les ménages et le crédit Les ménages et le crédit Marseille 16 novembre 2011 1 Tous droits réservés 2011 Objectif et plan PLAN DE LA PRÉSENTATION Etat des lieux : Endettement et surendettement Bien souscrire son crédit immobilier

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993 Dans un contexte marqué par un repli général des taux d intérêt (d une fin d année à l autre, les taux directeurs ont baissé de près de 300 points

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Bonnes Pratiques ont été approuvées

Plus en détail

PROFIL D ENSEIGNEMENT. Bachelier en Publicité

PROFIL D ENSEIGNEMENT. Bachelier en Publicité PROFIL D ENSEIGNEMENT Bachelier en Publicité Une formation aux couleurs de la HELHa L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant en lui permettant, d une part,

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change 2015-R-04 du 2 mars 2015 1. Contexte de la recommandation 2012-R-01 publiée le 6 avril 2012 Des établissements

Plus en détail

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle 18 Juin 2014 1. Introduction La frilosité de l épargnant belge suite

Plus en détail

Circulaire n 5051 du 04/11/2014

Circulaire n 5051 du 04/11/2014 Circulaire n 5051 du 04/11/2014 Collaboration entre les Centres psycho-médico-sociaux, le Service de médiation scolaire et le Service des équipes mobiles missions et rôles Réseaux et niveaux concernés

Plus en détail

La Relation Président-Directeur

La Relation Président-Directeur Journée des Présidents Mercredi 8 Novembre 2000 Assemblée Nationale La Relation Président-Directeur Quelle répartition des compétences au sein des associations? Jean-François PEPIN Consultant en Management

Plus en détail

CONSEIL DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE. Bulletin des interpellations et des questions orales

CONSEIL DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE. Bulletin des interpellations et des questions orales CONSEIL DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE Bulletin des interpellations et des questions orales Commission du logement et de la rénovation urbaine REUNION DU MARDI 23 AVRIL 2002 Conseil de la Région de

Plus en détail

NVIS 2c. CNIS Groupe de travail «Niveaux de vie et inégalités sociales» Note de travail n 2 (Avril 2006)

NVIS 2c. CNIS Groupe de travail «Niveaux de vie et inégalités sociales» Note de travail n 2 (Avril 2006) NVIS 2c CNIS Groupe de travail «Niveaux de vie et inégalités sociales» Note de travail n 2 (Avril 2006) Ce texte est provisoire et fragmentaire. Il vise à alimenter une discussion sur les éléments qui

Plus en détail

Evaluation du système des titres-services pour les emplois et services de proximité 2013

Evaluation du système des titres-services pour les emplois et services de proximité 2013 Evaluation du système des titres-services pour les emplois et services de proximité 2013 Rapport final 28 november 2014 A la demande du : Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale,

Plus en détail

Centre Européen des Consommateurs GIE. Luxembourg CREDIT «FACILE»?

Centre Européen des Consommateurs GIE. Luxembourg CREDIT «FACILE»? Centre Européen des Consommateurs Luxembourg CREDIT «FACILE»? GIE 2009 CREDIT «FACILE»? Cette brochure vise à informer le consommateur, au moyen de conseils et informations pratiques, sur les droits et

Plus en détail

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Au Luxembourg, deux associations (la Ligue médico-sociale et Inter-Actions ) fournissent des informations et conseils financiers aux ménages en matière

Plus en détail

La capacité d achat immobilier en Île-de-France :

La capacité d achat immobilier en Île-de-France : La capacité d achat immobilier en Île-de-France : Évaluation dynamique et disparités géographiques Kevin Beaubrun-Diant Juillet 2010 2 La capacité d achat immobilier en Île-de-France Introduction La compréhension

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme de l Espagne pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme de l Espagne pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 259 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme de l Espagne pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Bruxelles-Capitale Commission communautaire française Cohésion sociale

Bruxelles-Capitale Commission communautaire française Cohésion sociale Bruxelles-Capitale Commission communautaire française Cohésion sociale A p p e l à p r o j e t s 2 0 1 5 B U R E A U D ' A C C U E I L P O U R P R I M O - A R R I VA N T S E N R E G I O N D E B R U X E

Plus en détail

FORMATIONS RESEAU FINANCITE

FORMATIONS RESEAU FINANCITE FORMATIONS RESEAU FINANCITE 1 - Marchés publics et Investissement Socialement Responsable (ISR) Vous voulez garantir la gestion éthique et socialement responsable de l argent public dont vous êtes responsable

Plus en détail

ReThink:Tax. Mobiliser l épargne pour l investissement productif. ReThink:Tax

ReThink:Tax. Mobiliser l épargne pour l investissement productif. ReThink:Tax Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Bruxelles, 18 juin 2014 2 Une cellule de réflexion composée d experts

Plus en détail

en Médiation civile commerciale Formation complète en 19, 20, 23 septembre 3, 10, 17, 22 octobre 7, 12, 21, 28 novembre 5, 12, 19 décembre

en Médiation civile commerciale Formation complète en 19, 20, 23 septembre 3, 10, 17, 22 octobre 7, 12, 21, 28 novembre 5, 12, 19 décembre 2013 Rue Dodonée 113 1180 bruxelles, Belgique +32 2 344 53 70 WWW.PMR-Europe.COM FORMATION complète en Médiation civile et commerciale agréée par la commission fédérale de médiation durée : 14 jours horaire

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

continuez à vivre pleinement vos vies même pendant votre pension

continuez à vivre pleinement vos vies même pendant votre pension many lives fiche technique commerciale pension plan fisc assurance épargne et placement - avec avantages fiscaux continuez à vivre pleinement vos vies même pendant votre pension C est une certitude : nous

Plus en détail

Le bagic c est pour qui?

Le bagic c est pour qui? Le bagic c est pour qui? Vous pilotez une Maison de Jeunes, un Centre d Information des Jeunes ou un Centre de Rencontres et d Hébergement? Vous coordonnez des projets à destination des jeunes? Vous désirez

Plus en détail

Intitulé du projet : Mise en œuvre du Micro Crédit Personnel au sein des Associations HABITAT JEUNES PACA

Intitulé du projet : Mise en œuvre du Micro Crédit Personnel au sein des Associations HABITAT JEUNES PACA Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EXPERIMENTATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE

Plus en détail

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit?

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? Retour au sommaire Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? BIM n 32-01 octobre 2002 Frédéric DE SOUSA-SANTOS Le BIM de cette semaine se propose de vous présenter un ouvrage de Mark Schreiner

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

Les allocataires de l ONEM admis sur la base de prestations de travail pour les CPAS en application de l article 60 7 de la loi organique des CPAS

Les allocataires de l ONEM admis sur la base de prestations de travail pour les CPAS en application de l article 60 7 de la loi organique des CPAS Les allocataires de l ONEM admis sur la base de prestations de travail pour les CPAS en application de l article 60 7 de la loi organique des CPAS TABLE DE MATIERES Introduction La mise au travail par

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

DEBATS DU DEUXIEME PANEL

DEBATS DU DEUXIEME PANEL DEBATS DU DEUXIEME PANEL Modérateur : Abashi Shamamba L Économiste L APSF réclame un milliard de dirhams à l ex-doti qui ne veut pas les lui payer, pourquoi? D abord, ce n est pas la DRPP qui doit de l

Plus en détail

La campagne Generation Squeeze

La campagne Generation Squeeze La campagne La campagne est menée par un vaste réseau de partenaires déterminés à faire en sorte que les jeunes générations aient la possibilité de faire face à divers enjeux, comme les salaires plus bas,

Plus en détail

Avis du Comité consultatif sur le rapport de la Commission nationale sur la participation au marché du travail des travailleuses et travailleurs

Avis du Comité consultatif sur le rapport de la Commission nationale sur la participation au marché du travail des travailleuses et travailleurs Avis du Comité consultatif sur le rapport de la Commission nationale sur la participation au marché du travail des travailleuses et travailleurs expérimentés de 55 ans et plus Novembre 2011 Introduction

Plus en détail

Les marchés européens

Les marchés européens .creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Les marchés européens du crédit immobilier résidentiel en 2014 MAI 2015 rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit

Plus en détail

Fiche 8 - La nouvelle comptabilité communale

Fiche 8 - La nouvelle comptabilité communale Fiche 8 - La nouvelle comptabilité communale 1. Généralités Trois documents d importance fondent l essentiel des règles applicables en matière de confection du budget, de gestion financière quotidienne

Plus en détail

Moyens d'action sous la proposition de Règlement relatif à un droit commun européen de la vente point de vue des entreprises françaises

Moyens d'action sous la proposition de Règlement relatif à un droit commun européen de la vente point de vue des entreprises françaises DIRECTION GENERALE DES POLITIQUES INTERNES DEPARTEMENT THEMATIQUE C: DROITS DES CITOYENS ET AFFAIRES CONSTITUTIONNELLES AFFAIRES JURIDIQUES Moyens d'action sous la proposition de Règlement relatif à un

Plus en détail

1 L organisation. du système bancaire. I Principes. II Éléments et analyse. A. Les différentes catégories d établissements

1 L organisation. du système bancaire. I Principes. II Éléments et analyse. A. Les différentes catégories d établissements 1 L organisation du système bancaire I Principes L article L 311.1 du Code monétaire et financier précise les missions d un établissement de crédit : «Les établissements de crédit sont des personnes morales

Plus en détail

Travail comparatif des chartes de l'animation socioculturelle

Travail comparatif des chartes de l'animation socioculturelle Travail comparatif des chartes de l'animation socioculturelle Module E10 Avril 2015 Anouche Haroutunian Sara Karlen Natacha Petrocchi Laura Hernandez Seco Tableau synoptique La CESASC, Animation socioculturelle

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

Résultats pour la Communauté Française Analyse Vaccination (chez les adultes) Enquête Santé, Belgique, 1997

Résultats pour la Communauté Française Analyse Vaccination (chez les adultes) Enquête Santé, Belgique, 1997 6.4.1. Introduction L importance des programmes de vaccination a été largement démontrée. Les questions n ont été posée qu aux personnes âgées de 15 ans et plus parce que la couverture vaccinale chez les

Plus en détail

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Centre de cas 7 99 2011 001 Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Document produit par la professeure Anne MESNY, marginalement révisé par la professeure Alix MANDRON 1 En

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement JANVIER 2013 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Maîtriser son endettement Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour toute

Plus en détail

Evaluation du régime des titres-services pour les services et emplois de proximité 2012

Evaluation du régime des titres-services pour les services et emplois de proximité 2012 Evaluation du régime des titres-services pour les services et emplois de proximité 2012 Rapport final 31 décembre 2013 A la demande du: Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale, Direction

Plus en détail

L emploi intérimaire, entre risque de précarité et opportunité d insertion

L emploi intérimaire, entre risque de précarité et opportunité d insertion Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail-Université (FTU) N 2012 11, novembre 2012 www.ftu.be/ep L emploi intérimaire, entre risque de précarité et opportunité d insertion Une analyse des

Plus en détail

Mobilité des demandeurs d emploi en région du Centre. Projet : «Promotion de la mobilité en région du Centre»

Mobilité des demandeurs d emploi en région du Centre. Projet : «Promotion de la mobilité en région du Centre» Mobilité des demandeurs d emploi en région du Centre Projet : «Promotion de la mobilité en région du Centre» 1 Constats - diagnostic Etude du CSEF sur la mobilité des demandeurs d emploi (2011) et données

Plus en détail

Centrale des crédits aux particuliers

Centrale des crédits aux particuliers Bruxelles, 23 octobre 2013 Camille DÜMM Rôle et intérêt de la CCP La CCP est-elle le remède miracle? NON La CCP peut-elle empêcher les défauts de paiement? NON La CCP peut-elle faire disparaître le surendettement?

Plus en détail

L épicerie sociale: U n pr p oj o et d d aide d alime m nt n aire

L épicerie sociale: U n pr p oj o et d d aide d alime m nt n aire L épicerie sociale: Un projet d aide alimentaire Le Contexte > Partout en Belgique, un nombre croissant de familles doivent passagèrement ou plus durablement faire face à des soucis matériels ou financiers

Plus en détail

La mission et les résultats en chiffres pour 2006-2007 1

La mission et les résultats en chiffres pour 2006-2007 1 La mission et les résultats en chiffres 1 La mission du Protecteur du citoyen Le Protecteur du citoyen a pour mandat, en vertu de la Loi sur le Protecteur du citoyen et, depuis le 1 er avril 2006, en vertu

Plus en détail

La nouvelle version du compte satellite des ISBL

La nouvelle version du compte satellite des ISBL Version intégrale La nouvelle version du compte satellite des ISBL Cette note présente les développements récents apportés au compte satellite des institutions sans but lucratif (ISBL). Le lecteur est

Plus en détail

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs Séminaire CGTM Mercredi 19 mars 2008 Danielle LAPORT Sociologue Ingénieur Social Equipe de Recherche REV Université Paris XII Val-de-Marne Il me revient

Plus en détail

Mesdames, Messieurs, Mesdames, Messieurs,

Mesdames, Messieurs, Mesdames, Messieurs, Les objectifs de l arrêté ministériel visant à élargir le champ d application du système de l économie d insertion sociale et la volonté politique fédérale en matière d économie sociale Permettez-moi tout

Plus en détail

Crédit à la consommation, un bon outil pour la rentrée?

Crédit à la consommation, un bon outil pour la rentrée? Crédit à la consommation, un bon outil pour la rentrée? Contexte Empruntis intervient sur le crédit depuis 15 ans 370 000 ménages nous sollicitent chaque année pour leur besoin en crédit à la consommation

Plus en détail