Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE. Éditions d Organisation, 1998, 2002, 2005 ISBN :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE. Éditions d Organisation, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3"

Transcription

1 Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE, 1998, 2002, 2005 ISBN :

2 SOMMAIRE DÉTAILLÉ INTRODUCTION : L évolution de l environnement a transformé les métiers de la finance 1. L ÉVOLUTION DE L ENVIRONNEMENT Le décloisonnement des places financières La multiplication des risques L intensification de la concurrence L ADAPTATION DE LA FINANCE À SON ENVIRONNEMENT La réforme des marchés et des institutions Le renouvellement des méthodes et la multiplication des outils Évolution de la situation financière des entreprises françaises L ÉLARGISSEMENT DE LA FONCTION ET LA DIVERSIFICATION DES MÉTIERS...11 Première PARTIE ÉVALUER LES PERFORMANCES DE L ENTREPRISE : L ANALYSE FINANCIÈRE CHAPITRE 1 CONCEPTS FONDAMENTAUX, OBJECTIFS ET APPROCHES DE L ANALYSE FINANCIÈRE LES CONCEPTS FONDAMENTAUX DE L ANALYSE FINANCIÈRE Pour qu une entreprise existe, il lui faut des moyens Pour qu une entreprise «tourne», il lui faut encore des moyens Pour qu une entreprise vive, il lui faut une activité (et des résultats) à la hauteur de ces moyens DIVERSITÉ DES UTILISATEURS ET VARIÉTÉ DES OBJECTIFS But de l analyse financière : diagnostiquer pour décider LA COLLECTE DES INFORMATIONS Sources internes Sources externes AU-DELÀ DES DISPARITÉS, DES OBJECTIFS CONVERGENTS

3 Toute la finance CHAPITRE 2 RAPPEL D ÉLÉMENTS COMPTABLES POUR L ANALYSE FINANCIÈRE DES MÉCANISMES DE BASE AUX ÉTATS FINANCIERS Définition des mécanismes de base Principes fondamentaux de la comptabilité États financiers : bilan et compte de résultat Directives européennes ÉTUDE DES POSTES Création de l entreprise Vie courante de l entreprise Opérations de fin d année Opérations particulières PRÉSENTATION DE L ANNEXE PRÉSENTATION DU SYSTÈME DÉVELOPPÉ LIASSE FISCALE ET SCHÉMAS DE SYNTHÈSE...60 APPLICATION : Cas VESPORT DECF UV Bilans comptables condensés VESPORT CHAPITRE 3 ANALYSE FINANCIÈRE APPRÉCIER LA STRUCTURE FINANCIÈRE L approche fonctionnelle L approche «liquidité» (ou «financière» ou «patrimoniale») Les ratios comme outils d analyse complémentaire de la structure financière APPLICATION : Cas VESPORT DECF UV MESURER L ACTIVITÉ ET LES RÉSULTATS Activité et résultats Indicateurs d activité Indicateurs de résultats Retraitements de certains postes Tableau synthétique de présentation des SIG et ratios de gestion APPLICATION : Cas VESPORT DECF UV ÉVALUER LA RENTABILITÉ La rentabilité d exploitation ou taux de marge d exploitation La rentabilité économique La rentabilité financière Liaison entre les différentes rentabilités APPLICATION : Cas VESPORT DECF UV ANALYSER LA DYNAMIQUE DES FLUX Le tableau de financement Les tableaux de flux

4 Sommaire détaillé 5. MÉTHODOLOGIE DU DIAGNOSTIC FINANCIER La «méthode» du diagnostic financier Approche globale et prise en compte de l environnement Proposition d une démarche générale Les fonctions scores Les systèmes experts ILLUSTRATION : LA MÉTHODE DE LA BANQUE DE FRANCE Échantillon et principes d analyse Analyse de l activité et des résultats Analyse fonctionnelle du bilan : l équilibre du financement L indépendance financière L effet de levier financier de la centrale de bilan APPLICATION : Cas VESPORT DECF UV 4 Synthèses et recommandations CHAPITRE 4 AUDIT DÉFINITION ET OBJECTIFS DE L AUDIT FINANCIER Les objectifs L audit financier L audit interne et l audit externe L audit d acquisition LE COMMISSARIAT AUX COMPTES La réglementation de la profession Le mandat de commissariat aux comptes Les normes professionnelles Les vérifications spécifiques Intervention du commissaire aux comptes relative au rappor sur le contrôle interne des présidents de SA Les rapports Le passage aux normes comptables IFRS LES MÉTHODES DE TRAVAIL DE L AUDITEUR L étendue des travaux d audit Le seuil de signification Les outils de l auditeur ORGANISATION TYPE D UNE MISSION D AUDIT Déroulement type d une mission d audit L audit des groupes L audit des petites entreprises CONCLUSION

5 Toute la finance CHAPITRE 5 CONSOLIDATION ET ANALYSE D ÉTATS CONSOLIDÉS LE CADRE LÉGAL Textes Limites pratiques apportées au cadre légal LE PÉRIMÈTRE DE CONSOLIDATION Définition des pourcentages de contrôle et d intérêt Mise en œuvre pratique des pourcentages de contrôle et d intérêt Importance du périmètre LES MÉTHODES DE CONSOLIDATION Intégration globale Mise en équivalence Intégration proportionnelle HOMOGÉNÉISATION ET RETRAITEMENT DES COMPTES Le référentiel de consolidation Les retraitements d homogénéisation CONSOLIDATION D UN GROUPE Ajustements de consolidation n affectant pas le résultat consolidé Ajustements de consolidation affectant le résultat consolidé Conversion des comptes des sociétés étrangères ANALYSE FINANCIÈRE D UN BILAN CONSOLIDÉ Choix stratégiques influençant l établissement des comptes consolidés Impact des choix comptables sur l analyse des comptes consolidés Deuxième PARTIE DÉFINIR POUR DÉCIDER : POLITIQUE ET STRATÉGIE CHAPITRE 6 POLITIQUE FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE LA POLITIQUE FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE La politique financière et la direction financière Les variables de la politique financière La politique financière et l analyse stratégique La hiérarchisation des priorités ÉLÉMENTS DE THÉORIE POUR UNE POLITIQUE FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE Évaluation du coût du capital Choix d une structure financière pour l entreprise L arbitrage Risque Rentabilité Les autres approches

6 Sommaire détaillé CHAPITRE 7 ÉVALUER ET SÉLECTIONNER LES INVESTISSEMENTS DÉFINITIONS, TYPOLOGIES ET CARACTÉRISTIQUES DES INVESTISSEMENTS Définitions Typologie des investissements Caractéristiques de la décision d investissement Processus de décision La nouvelle approche : «l investissement système» L ÉTUDE ÉCONOMIQUE : DÉTERMINATION ET ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DU PROJET Évaluation du montant global de l investissement Détermination de la durée de vie utile de l investissement Estimation des flux nets de trésorerie L importance de la fiscalité Le problème de l inflation ÉVALUATION DE LA RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE Rentabilité, rendement, productivité et profitabilité Les différentes méthodes d évaluation Prise en compte des limites des différentes méthodes Investir à l international Synthèse sur les différentes méthodes et mise en œuvre pratique L ÉVALUATION DU RISQUE L incertitude génère le risque Les méthodes empiriques L analyse de réversibilité L analyse de sensibilité L analyse probabiliste Les arbres de décision : indépendance et conditionnalité des événements Évaluation de la flexibilité par la théorie des options Synthèse APPLICATION sur le BFR normatif : Cas COOKIE (extrait DECF) CHAPITRE 8 CHOISIR ET PLANIFIER LES FINANCEMENTS CHOIX DE FINANCEMENTS Conséquences pratiques du fonctionnement des systèmes bancaires et financiers Principaux types de financements et panorama d ensemble Méthode d arbitrage entre financements LE PLAN DE FINANCEMENT Présentation Construction du plan de financement APPLICATION sur les choix d investissements et de financements : Cas ELECTRA (DECF)

7 Toute la finance Troisième PARTIE PRÉVOIR POUR POUVOIR : DÉCISIONS OPÉRATIONNELLES CHAPITRE 9 GESTION PRÉVISIONNELLE ET BUDGÉTAIRE LA DÉMARCHE PRÉVISIONNELLE Pourquoi la gestion prévisionnelle? Comment procède-t-on? Les outils de la gestion prévisionnelle LA PROCÉDURE BUDGÉTAIRE : MÉTHODES ET ÉTAPES Les six étapes de la budgétisation La pré-budgétisation Les budgets commerciaux Le budget de production Le budget de la fonction approvisionnement Le budget des investissements Le budget des services généraux LE BUDGET DE TRÉSORERIE ET LES DOCUMENTS DE SYNTHÈSE PRÉVISIONNELS Le budget de trésorerie Les documents de synthèse prévisionnels CHAPITRE 10 RELATIONS ENTREPRISE-BANQUE ET GESTION DE TRÉSORERIE RELATIONS ENTREPRISE-BANQUE ET FINANCEMENT L élaboration d un dossier de crédit Schéma de décision de l octroi de crédit L étude du dossier de crédit par la banque FINANCEMENTS ET PLACEMENTS À COURT TERME Principaux modes de financement à court terme Principaux modes de gestion des excédents de trésorerie GESTION DE TRÉSORERIE EN DATE DE VALEUR Les conditions de banque : données générales et négociation L optimisation de la gestion de trésorerie par la gestion en valeur CHOIX DES INSTRUMENTS ET TECHNIQUES DE PAIEMENT À L INTERNATIONAL Risque et négociation Les instruments de paiement à l international Les techniques de paiement à l international APPLICATION : Extrait DECF UV 4 SARL MAÏA ILLUSTRATION : Informatisation de la gestion de trésorerie

8 Sommaire détaillé CHAPITRE 11 GESTION DU RISQUE CLIENT ET CRÉDIT MANAGEMENT LE RÔLE INDISPENSABLE DU CREDIT MANAGER L ASPECT PRÉVENTIF : APPROCHE DU RISQUE Analyse financière et méthode des scores Les agences de renseignements Collecte et exploitation des renseignements obtenus en interne L ASPECT CURATIF Les garanties L assurance-crédit L affacturage La procédure d injonction de payer APPLICATION : Exercices et extrait DECF Cas SA ALIZÉ CHAPITRE 12 GESTION DU RISQUE DE TAUX ET MARCHÉS FINANCIERS MARCHÉS FINANCIERS ET ENTREPRISE Présentation des marchés financiers avant les réformes des années Les marchés financiers depuis les réformes des années LES MARCHÉS FINANCIERS ET LA GESTION DU RISQUE DE TAUX Les techniques classiques Les instruments de transformation Les instruments de couverture : les contrats à terme Les instruments optionnels et conditionnels Conclusion sur la gestion du risque de taux COMMENT ANTICIPER LES MARCHÉS : INTELLIGENTSIA, INTELLIGENCE ET CHARTS Les différentes sources d informations pour anticiper l avenir Les différents mécanismes d anticipation des marchés Les principaux indicateurs économiques qui influencent les marchés APPLICATION : Extrait Cas KEVIN DECF UV CHAPITRE 13 GESTION DU RISQUE DE CHANGE ET TRÉSORERIE INTERNATIONALE MARCHÉ DES CHANGES ET PRÉVISIONS DES COURS Environnement et trésorerie internationale Éléments de base du marché des changes Prévisions des cours de change GESTION DE TRÉSORERIE INTERNATIONALE ET RISQUE DE CHANGE Organisation d un service de trésorerie internationale L exposition au risque de change Les techniques de couverture du risque de change L évaluation comptable des opérations de couverture APPLICATION : Extrait DECF UV SA MET

9 Toute la finance Quatrième PARTIE MAÎTRISER LES COÛTS ET RESPONSABILISER LES ACTEURS CHAPITRE 14 DU CONTRÔLE DE GESTION À LA MAÎTRISE DES PERFORMANCES DE L ENTREPRISE ORIGINES ET DÉFINITION DE LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION Le contrôle : vérification ou maîtrise? Origines de la fonction «contrôle de gestion» Définir le contrôle de gestion LES MISSIONS DU CONTRÔLE DE GESTION Le contrôle de gestion au service de la stratégie de l entreprise Le contrôle de gestion au service de la structure de l entreprise Le contrôle de gestion au service de la gestion financière de l entreprise LES OUTILS DU CONTRÔLE DE GESTION La planification et l élaboration budgétaire Les comptabilités analytiques et le contrôle budgétaire Le système de tableau de bord CONCLUSION : LES DÉFIS NOUVEAUX DU CONTRÔLE DE GESTION Les ambiguïtés du contrôle de gestion Les limites du contrôle de gestion Les défis nouveaux du contrôle de gestion CHAPITRE 15 COMPTABILITÉ ANALYTIQUE UN SYSTÈME D INFORMATION INTERNE ET ADAPTÉ Système de traitement de l information interne Un système à adapter selon les entreprises DIFFICULTÉS ET MÉTHODES Première difficulté majeure : la répartition des charges communes Deuxième difficulté majeure : l influence des charges de structure Méthode du coût variable (ou «direct costing») Coûts préétablis PERTINENCE LIMITÉE DES MÉTHODES CLASSIQUES ET COMPTABILITÉ PAR ACTIVITÉ Critique des méthodes classiques Comptabilité par activités ou méthode ABC (Activity Based Costing) CHAPITRE 16 LE CONTRÔLE BUDGÉTAIRE L UTILITÉ FONDAMENTALE DU CONTRÔLE BUDGÉTAIRE Pourquoi le contrôle budgétaire? Définition du contrôle budgétaire

10 Sommaire détaillé 1.3. Les fonctions du contrôle budgétaire Les différentes étapes du contrôle budgétaire Périodicité du contrôle budgétaire PRINCIPES D ANALYSE DES ÉCARTS Choix des écarts significatifs Mise en œuvre du calcul des écarts La recherche des causes des écarts : qui est responsable? ACTIONS CORRECTIVES ET CONDITIONS D EFFICACITÉ Les actions correctives Les conditions d efficacité du contrôle budgétaire Cinquième PARTIE INGÉNIERIE FINANCIÈRE CHAPITRE 17 L ÉVALUATION D ENTREPRISE INVESTIGATIONS ET DIAGNOSTICS ÉVALUATION À PARTIR DU PATRIMOINE ÉVALUATION PAR LES CASH FLOWS ACTUALISÉS (DISCOUNTED CASH FLOWS, OU DCF) Choix du taux d actualisation Choix du flux à actualiser Choix de la durée L ÉVALUATION PAR LES MULTIPLES ÉVALUATION À PARTIR DE MÉTHODES MIXTES La méthode des praticiens (indirecte) L évaluation directe du Goodwill APPLICATION CHIFFRÉE CHAPITRE 18 TECHNIQUES D APPEL DE FONDS LES AUGMENTATIONS DE CAPITAL Contexte Les différentes formes d augmentation de capital La prime d émission Les problèmes posés par l augmentation de capital Introduction en Bourse EMPRUNTS OBLIGATAIRES Principales caractéristiques Taux actuariel

11 Toute la finance 2.3. Remboursement par annuité constante d un emprunt obligataire Valeur du titre obligataire NOUVEAUX FONDS PROPRES Le développement des nouveaux fonds propres Produits dérivés de l obligation Produits dérivés de l action Titres Participatifs (TP) et Titres Subordonnés (TS) Certificats d investissement (CI) Innovations et combinaisons CAPITAL RISQUE Évolution du capital risque Relations investisseur-société Conclusions CHAPITRE 19 RAPPROCHEMENT, REPRISE ET RESTRUCTURATION RAPPROCHEMENT D ENTREPRISES Fusion Apport partiel d actifs Scission ou division de société REPRISE D ENTREPRISES Cession de bloc de contrôl Les offres publiques Holding de reprise et RES RESTRUCTURATION D ENTREPRISES EN DIFFICULTÉ Aspects préventifs : procédures d alerte et règlement amiable Aspects curatifs : procédure de redressement et réduction de capital Sixième PARTIE INTÉGRER LES OUTILS INDISPENSABLES CHAPITRE 20 ÉLÉMENTS SUR L ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE ET INSTITUTIONNEL LE SYSTÈME BANCAIRE FRANÇAIS ET LA POLITIQUE MONÉTAIRE Bref historique La loi bancaire de La Banque de France, la BCE et la politique monétaire L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE Objectifs et intérêts de l UEM Les trois phases du passage à l UEM

12 Sommaire détaillé 2.3. Le Système Européen de Banques Centrales (SEBC) et la politique monétaire La politique économique Le basculement : critères et calendrier L impact sur les marchés financiers L impact sur les entreprises CHAPITRE 21 MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES LES TAUX D INTÉRÊT Intérêt simple Intérêts composés ANNUITÉS Définitions Valeur acquise et valeur actuelle Annuités constantes Annuités constantes perpétuelles EMPRUNTS INDIVIS Généralités Amortissements des prêts à long et moyen termes Taux effectif et taux actuariel CHAPITRE 22 ÉLÉMENTS DE FISCALITÉ NATIONALE ET INTERNATIONALE DE L ENTREPRISE La première partie : fiscalité nationale L IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS Champ d application Résultat comptable et résultat fiscal Prise en compte des produits et charges dans le résultat fiscal Détermination de la base imposable Calcul et paiement de l impôt sur les sociétés AUTRES IMPÔTS DIRECTS DUS PAR LES SOCIÉTÉS PASSIBLES DE L IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS Taxe sur les salaires Taxe d apprentissage Participation des employeurs à la formation professionnelle continue Investissement obligatoire dans la construction Taxe sur les voitures de société Impôts locaux TAXES SUR LE CHIFFRE D AFFAIRES Description générale de la TVA Champ d application de la TVA

13 Toute la finance 3.3. Application territoriale de la TVA Fait générateur et exigibilité de la TVA Base d imposition de la TVA Taux de TVA Le régime des déductions Régimes de déclaration et paiement de la TVA due Exemple de calcul d une déclaration de TVA Deuxième partie : fiscalité internationale L INCIDENCE DU DROIT CONVENTIONNEL Objet des conventions fiscales Portée des conventions fiscales Limites des conventions fiscales LA TERRITORIALITÉ DE L IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS Le principe de territorialité La territorialité de l impôt sur les sociétés LES DÉROGATIONS AU PRINCIPE DE TERRITORIALITÉ Dérogations motivées par le souci d améliorer la situation fiscale des entreprises Dérogations motivées par le souci de lutter contre la fraude fiscale internationale PANORAMA DES PRINCIPALES RETENUES À LA SOURCE LEXIQUE INTERNATIONAL DE LA FINANCE Fiches PRATIQUES BILAN ET COMPTE DE RÉSULTAT EN FRANÇAIS ET ANGLAIS QUELQUES SITES INTERNET SUR LA FINANCE ET L ÉCONOMIE MÉTHODE DE DIAGNOSTIC FINANCIER RAPIDE AVEC CAS LE BUSINESS PLAN : ASPECTS FINANCIERS DE LA CRÉATION D ENTREPRISE TABLES FINANCIÈRES INDEX...927

TABLE DES MATIÈRES. II. La théorie de la valeur... 20 A. Les notions de base de mathématiques financières... 20 B. Les annuités constantes...

TABLE DES MATIÈRES. II. La théorie de la valeur... 20 A. Les notions de base de mathématiques financières... 20 B. Les annuités constantes... TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 La valeur et le temps... 15 I. De la difficulté d estimer la valeur d un bien... 15 A. La valeur est une rente... 16 B. La valeur est un retour sur investissement... 18 II.

Plus en détail

UE 4 Comptabilité et audit 2 Identification du candidat (prénom, nom) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

UE 4 Comptabilité et audit 2 Identification du candidat (prénom, nom) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Diplôme Supérieur de Comptabilité et de Gestion DSCG D é c r e t N 2 0 0 6-1 7 0 6 d u 2 2 d é c e m b r e 2 0 0 6 - A r r ê t é d u 8 m a r s 2 0 1 0 Validation des Acquis de l Expérience VAE R é f é

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Introduction CHAPITRE CHAPITRE

TABLE DES MATIÈRES. Introduction CHAPITRE CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES Introduction 1 Le diagnostic financier des sociétés et des groupes... 1 I. L analyse du risque de faillite... 2 A. L analyse fonctionnelle... 2 B. L analyse dynamique du risque de faillite

Plus en détail

UE 4 Comptabilité et Audit. Le programme

UE 4 Comptabilité et Audit. Le programme UE 4 Comptabilité et Audit Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Information comptable

Plus en détail

Finance pour non financiers

Finance pour non financiers Finance pour non financiers Managers non financiers Responsables opérationnels ayant à dialoguer avec les comptables et les financiers Savoir communiquer avec les financiers dans l entreprise : comptabilité,

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE

INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE Comptabilité 155 INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE Etre capable d assurer le suivi quotidien des opérations courantes dans une entreprise afin de faciliter les échanges avec son expert comptable. Assistante

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion I. PRESENTATION GENERALE 1. Les objectifs du programme Le système

Plus en détail

METHODES D EVALUATION

METHODES D EVALUATION METHODES D EVALUATION C.R.A. PANSARD & ASSOCIES Présentation du 27 septembre 2004 G. Lévy 1 METHODES D EVALUATION SOMMAIRE 1 Définition et approche de la «valeur» 2 - Les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

Esarc - Pôle formations à distance

Esarc - Pôle formations à distance Esarc - MASTER EUROPEEN EN MANAGEMENT ET STRATEGIE FINANCIERE - BAC+5 - MSFI Le Master Européen est un diplôme Bac+5, délivré par la FEDE (Fédération Européenne des Écoles). La FEDE est une association

Plus en détail

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 mars 2013 Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic Conformément à ce qui avait été annoncé lors de la publication des comptes annuels, Icade publie

Plus en détail

Les missions de l expert-comptable

Les missions de l expert-comptable Les modalités d exercice de la profession 85 Les missions de l expert-comptable Missions comptables Missions d assurance sur les comptes complets historiques Audit d états financiers contractuel Examen

Plus en détail

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic Le diagnostic financier Fiche 1 1 Introduction Le diagnostic financier permet d évaluer le potentiel de l entité. Il peut se faire en différentes occasions (achat d entreprise, placements, demande d emprunt,

Plus en détail

Le partenaire des directions financières

Le partenaire des directions financières Le partenaire des directions financières IFRS due diligences transaction services direction financière fast close reporting controlling évaluation externalisation CSP business plan consolidation Notre

Plus en détail

Sommaire détaillé. Partie 1-Lemandat du trésorier CE... 25

Sommaire détaillé. Partie 1-Lemandat du trésorier CE... 25 Organisation de votre guide pratique du trésorier CE... 3 Guide de première connexion... 5 Accéder à votre publication sur : mode d emploi... 7 Rechercher un modèle sur www.editions-tissot.fr... 8 Sommaire

Plus en détail

III.2 Rapport du Président du Conseil

III.2 Rapport du Président du Conseil III.2 Rapport du Président du Conseil de Surveillance sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques Rapport du directoire rapports du conseil de surveillance 2012 1 Obligations légales

Plus en détail

Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des

Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des FINANCE DE MARCHE 1 Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des actions Les marchés dérivés Les autres

Plus en détail

INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE

INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE Avril 2013 EVALUATION D ENTREPRISE 1 Introduction en bourse Une introduction en bourse est avant tout une opération financière. Les avantages financiers de

Plus en détail

GESTION DU PATRIMOINE

GESTION DU PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE Christian PRISCO-CHREIKI GESTION DU PATRIMOINE, 2007 ISBN : 978-2-212-53808-3 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 PREMIÈRE PARTIE LES GRANDS PRINCIPES DE LA GESTION DE PATRIMOINE CHAPITRE

Plus en détail

SOMMAIRE OPÉRATIONS COURANTES OPÉRATIONS D INVENTAIRE

SOMMAIRE OPÉRATIONS COURANTES OPÉRATIONS D INVENTAIRE SOMMAIRE OPÉRATIONS COURANTES OPÉRATIONS D INVENTAIRE 1 Factures de doit p. 9 Processus 1 2 Réductions sur factures de doit p. 11 Processus 1 3 Frais accessoires sur factures p. 13 Processus 1 4 Comptabilisation

Plus en détail

Plateforme Formations www.bridgeconsulting.fr. SEMINAIRES programmés -en 2014-2013-2014 Bridge Consulting SARL. Tous Droits Réservés.

Plateforme Formations www.bridgeconsulting.fr. SEMINAIRES programmés -en 2014-2013-2014 Bridge Consulting SARL. Tous Droits Réservés. programmés -en 2014-1 SOMMAIRE Plateforme Formations programmés en 2014 (liste non exhaustive) CALCUL FINANCIER SOUS EXCEL : Outils et techniques....p.4 GESTION DE TRESORERIE ET REPORTING : Outils et méthodes

Plus en détail

FISCALITÉ ET BUSINESS PLAN : DE LA DÉDUCTIBILITÉ DES CHARGES FINANCIÈRES

FISCALITÉ ET BUSINESS PLAN : DE LA DÉDUCTIBILITÉ DES CHARGES FINANCIÈRES FISCALITÉ ET BUSINESS PLAN : DE LA DÉDUCTIBILITÉ DES CHARGES FINANCIÈRES Pierre Astolfi et Olivier Ramond SFEV Matinale du 17 avril 2013 INTRODUCTION (1/2) Depuis 2006, 4 enjeux en matière de construction

Plus en détail

FORMATIONS FINANCIÈRES RÉALISÉES

FORMATIONS FINANCIÈRES RÉALISÉES FORMATIONS FINANCIÈRES RÉALISÉES l'ensemble de ces sujets de formations ont été construits sur mesure à la demande de nos clients SOMMAIRE LES MARCHÉS 3 LES MARCHÉS FINANCIERS NIVEAU 1 4 LES MARCHÉS FINANCIERS

Plus en détail

Gestion budgétaire et financière

Gestion budgétaire et financière Élaboration et suivi de la programmation budgétaire Exécution budgétaire et comptable Aide au pilotage et contrôle financier externe Expertise financière et juridique Ministère de la Culture et de la Communication

Plus en détail

Elaboration et Suivi des Budgets

Elaboration et Suivi des Budgets Elaboration et Suivi des Budgets 1 1- La Notion Du contrôle de Gestion 2- La Place du Contrôle de Gestion dans le système organisationnel 3- La Notion des Centres de responsabilité 4- La procédure budgétaire

Plus en détail

Valoriser dans une optique de développement: réussir une levée de fonds

Valoriser dans une optique de développement: réussir une levée de fonds ENTREPRISE ET PATRIMOINE RDV TransmiCCIon 23 mai 2013 Valoriser dans une optique de développement: réussir une levée de fonds Conseil en fusions-acquisitions et ingénierie financière Intégrité indépendance

Plus en détail

COMPTABILITÉ ET FINANCE D ENTREPRISE

COMPTABILITÉ ET FINANCE D ENTREPRISE 1/8 COMPTABILITÉ ET FINANCE D ENTREPRISE Classe terminale de la série Sciences et technologies de la gestion Spécialité «Comptabilité et finance d entreprise» I. INDICATIONS GÉNÉRALES Les horaires indicatifs

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES AU 30 JUIN 2014 1 SOMMAIRE ÉTATS DE SYNTHESE 1. Etat résumé de la situation financière consolidée 2. Etats résumés du résultat net et des gains et pertes

Plus en détail

sous réserve de validation des modifications DROIT ECONOMIE GESTION SCIENCES DU MANAGEMENT FINANCE

sous réserve de validation des modifications DROIT ECONOMIE GESTION SCIENCES DU MANAGEMENT FINANCE sous réserve de validation des modifications Niveau : MASTER année Domaine : Mention : DROIT ECONOMIE GESTION SCIENCES DU MANAGEMENT M2 Spécialité : FINANCE 120 ES Volume horaire étudiant : 335 h 35 h

Plus en détail

Cegedim : Un chiffre d affaires 2013 en léger recul en organique*

Cegedim : Un chiffre d affaires 2013 en léger recul en organique* SA au capital de 13 336 506,43 euros R. C. S. Nanterre B 350 422 622 www.cegedim.com COMMUNIQUE DE PRESSE Page 1 Information Financière Trimestrielle au 31 décembre 2013 IFRS - Information Réglementée

Plus en détail

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin Les clés de l évaluation Hervé Bardin Evaluation d entreprise : principes généraux Evaluation d entreprise : principes généraux Que veut-on évaluer? Contexte de l évaluation Typologie des méthodes d évaluation

Plus en détail

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance Réglementation prudentielle en assurance Principes de comptabilité : comment lire les comptes des entreprises d assurance? Franck Le Vallois Commissaire-contrôleur des assurances Plan - I - Les principes

Plus en détail

L examen des recettes lors du contrôle budgétaire d une collectivité territoriale en France. Séminaire Eurorai Alicante 23 avril 2010 1

L examen des recettes lors du contrôle budgétaire d une collectivité territoriale en France. Séminaire Eurorai Alicante 23 avril 2010 1 L examen des recettes lors du contrôle budgétaire d une collectivité territoriale en France 1 Plan de l exposé 1ère partie : Présentation Le contrôle budgétaire, Méthodologie du contrôle et ses suites,

Plus en détail

Résultats du 1 er semestre 2011 Reprise de cotation

Résultats du 1 er semestre 2011 Reprise de cotation COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats du 1 er semestre 2011 Reprise de cotation La Seyne-sur-Mer, le 25 novembre 2011 : Groupe VIAL (FR0010340406 VIA), premier groupe français indépendant de menuiserie industrielle

Plus en détail

DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015

DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015 DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015 Abdellatif ZAGHNOUN Directeur Général des Impôts OEC, 22 janvier 2015 Contexte d élaboration de la LF 2015 Recommandations des Assises Nationales sur la

Plus en détail

L'analyse de la structure financière

L'analyse de la structure financière 2 L'analyse de la structure financière Les différentes conceptions La structure financière d une entreprise dépend principalement des contraintes technico-économiques liées à la nature des activités développées

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

8030.305 Master Européen de Management et Stratégies Financières

8030.305 Master Européen de Management et Stratégies Financières 8030.305 Master Européen de Management et Stratégies Financières 8030.3051 Référentiel de formation A - Emplois visés : Ce Master Européen s adresse prioritairement à des étudiants ayant validé un diplôme

Plus en détail

Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage. Organisation de la formation

Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage. Organisation de la formation Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage Organisation de la formation Ce document a pour objet de présenter le contenu des cours des deux années du Master Audit Contrôle Finance d entreprise

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 Histoire, définition et rôle de la comptabilité... 17 I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 A. Les origines antiques de la comptabilité...

Plus en détail

Chapitre I. Introduction L histoire et la normalisation de la comptabilité... 15

Chapitre I. Introduction L histoire et la normalisation de la comptabilité... 15 Sommaire Avertissement au lecteur....................................................... 11 Introduction générale........................................................... 13 Chapitre I. Introduction

Plus en détail

LES FONDAMENTAUX DE L AUDIT DES COMPTES CONSOLIDES

LES FONDAMENTAUX DE L AUDIT DES COMPTES CONSOLIDES LES FONDAMENTAUX DE L AUDIT DES COMPTES CONSOLIDES 1 SOMMAIRE 1. Les sources d information 2. Les conditions d acceptation de mission 3. La planification de l audit de la consolidation 4. Les travaux d

Plus en détail

Mise en œuvre des IFRS dans la banque

Mise en œuvre des IFRS dans la banque Mise en œuvre des IFRS dans la banque Responsables financiers et comptables des institutions financières Experts Comptables Commissaires aux Comptes Comprendre les fondements des normes IFRS Savoir traiter

Plus en détail

Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises

Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises 1 Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises Sommaire Préambule Comment bien évaluer une entreprise? Le diagnostic Le business plan L approche

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Avant-propos... Remerciements... CHAPITRE 1 LA COMPTABILITÉ DE MANAGEMENT... 1

TABLE DES MATIÈRES. Avant-propos... Remerciements... CHAPITRE 1 LA COMPTABILITÉ DE MANAGEMENT... 1 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos........................................................... Remerciements......................................................... V VII CHAPITRE 1 LA COMPTABILITÉ DE MANAGEMENT................

Plus en détail

Nouvelles règles de sous-capitalisation : Révision nécessaire et optimisation des financements intra-groupe

Nouvelles règles de sous-capitalisation : Révision nécessaire et optimisation des financements intra-groupe Nouvelles règles de sous-capitalisation : Révision nécessaire et optimisation des financements intra-groupe Conférence du 21 octobre 2008 Intervenants: Dominique GAVEAU Avocat fiscaliste, diplômé Expert-Comptable,

Plus en détail

Cegedim : Le retour à une croissance solide se confirme

Cegedim : Le retour à une croissance solide se confirme SA au capital de 13 336 506,43 euros R. C. S. Nanterre B 350 422 622 www.cegedim.com COMMUNIQUE DE PRESSE Page 1 Information Financière Trimestrielle au 31 décembre 2014 IFRS - Information Réglementée

Plus en détail

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 Relatif aux modalités de première application du règlement du CRC n 99-02 par les sociétés dont les instruments

Plus en détail

Quels outils pour prévoir?

Quels outils pour prévoir? modeledition SA Quels outils pour prévoir? Les modèles de prévisions sont des outils irremplaçables pour la prise de décision. Pour cela les entreprises ont le choix entre Excel et les outils classiques

Plus en détail

LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014. Sommaire. Compte de résultat consolidé 2.

LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014. Sommaire. Compte de résultat consolidé 2. LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014 Sommaire Compte de résultat consolidé 2 Bilan consolidé 3 Tableau des flux de trésorerie consolidés 5 Notes annexes 6 Compte

Plus en détail

A. Le contrôle continu

A. Le contrôle continu L audit d achat est une action volontaire décidée par l entreprise avec pour objet d apprécier la qualité de l organisation de sa fonction achats et le niveau de performance de ses acheteurs. L audit achat

Plus en détail

Informations financières concernant le patrimoine, la situation financière et les résultats de l émetteur

Informations financières concernant le patrimoine, la situation financière et les résultats de l émetteur COMPTES CONSOLIDÉS 2013 Informations financières concernant le patrimoine, la situation financière et les résultats de l émetteur 1 Informations financières historiques 3 Comptes de résultat consolidés

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos. Chapitre 2 L actualisation... 21. Chapitre 1 L intérêt... 1. Chapitre 3 Les annuités... 33 III. Entraînement...

Table des matières. Avant-propos. Chapitre 2 L actualisation... 21. Chapitre 1 L intérêt... 1. Chapitre 3 Les annuités... 33 III. Entraînement... III Table des matières Avant-propos Remerciements................................. Les auteurs..................................... Chapitre 1 L intérêt............................. 1 1. Mise en situation...........................

Plus en détail

Mise en ligne des comptes annuels 2014

Mise en ligne des comptes annuels 2014 Saint-Denis, le 6 mars 2015 Mise en ligne des comptes annuels Le Groupe annonce la mise en ligne de ces comptes consolidés pour l année et rappelle à cette occasion les éléments financiers principaux de

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Communiqué de presse Chiffre d affaires pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Paris, le 19 mars 2015 Le Conseil d administration du Groupe Sopra Steria, réuni le 17 mars

Plus en détail

Formation «Comptabilité bancaire : cycle long»

Formation «Comptabilité bancaire : cycle long» Formation «Comptabilité bancaire : cycle long» REFERENCE : 202 1. Objectif général Situer l'activité bancaire dans son environnement économique et réglementaire. Souligner les aspects techniques et économiques

Plus en détail

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance Normes IAS 32 / Instruments financiers : Présentation Normes IAS 39 / Instruments financiers : Comptabilisation et Evaluation Normes IFRS 7 / Instruments financiers : Informations à fournir Introduction

Plus en détail

Formations. www.cenfop.com. Stratégie, management Finance, gestion, comptabilité, fiscalité Juridique, ressources humaines, social, paie

Formations. www.cenfop.com. Stratégie, management Finance, gestion, comptabilité, fiscalité Juridique, ressources humaines, social, paie 2009 2010 Formations www.cenfop.com Stratégie, management Finance, gestion, comptabilité, fiscalité Juridique, ressources humaines, social, paie Antilles - Guyane Est Ile-de-France Centre Normandie Ouest

Plus en détail

Filière «Économie et Entreprise» 2015/2016

Filière «Économie et Entreprise» 2015/2016 Filière «Économie et Entreprise» 2015/2016 1. Présentation de la filière Économie et Entreprise La filière «Economie et entreprises» de quatrième année de SciencesPo Strasbourg donne aux étudiants, dans

Plus en détail

Programme des sessions 2014

Programme des sessions 2014 Programme des sessions 2014 1 - Gestion d'entreprise La gestion comptable dans une TPE Réf : 314-01 Durée 14 hrs Sessions Maîtriser les bases de la saisie comptable dans une TPE. 3/10 février 7/14 mars

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 %

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 % RESULTATS ANNUELS 2014-2015 Chiffre d affaires 2014-2015 consolidé : 222,9 millions d euros Perte opérationnelle courante 2014-2015 : 125,9 millions d euros Poursuite du recentrage stratégique sur le cœur

Plus en détail

PROJET DE RESOLUTIONS DE L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE

PROJET DE RESOLUTIONS DE L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE PROJET DE RESOLUTIONS DE L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE Première résolution assemblées générales ordinaires, après avoir entendu la lecture du rapport de gestion du conseil d administration, du rapport

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS PERIODE DU 1 ER AVRIL AU 31 DECEMBRE 2004-1 - COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉ Période du 1 er avril au 31 décembre 2004 2003 2003 Exercice clos le Notes Pro forma 31 mars 2004

Plus en détail

FINANCES VOS CONTACTS : Sylviane BOUGEROLLE Assistante de formation sylviane.bougerolle@cnfpt.fr

FINANCES VOS CONTACTS : Sylviane BOUGEROLLE Assistante de formation sylviane.bougerolle@cnfpt.fr FINANCES VOS CONTACTS : Nadège WADOUX Conseillère Formation Domaines Affaires juridiques, Finances et Europe nadege.wadoux@cnfpt.fr Sylviane BOUGEROLLE Assistante de formation sylviane.bougerolle@cnfpt.fr

Plus en détail

i) Types de questions Voici les lignes directrices pour chaque type de question ainsi que la pondération approximative pour chaque type :

i) Types de questions Voici les lignes directrices pour chaque type de question ainsi que la pondération approximative pour chaque type : Raison d être Plan des examens Audit interne et contrôles internes [MU1] 2011-2012 Les examens Audit interne et contrôles internes [MU1] ont été élaborés à l aide d un plan d examen. Le plan d examen,

Plus en détail

LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES

LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES Séminaire - Atelier La mesure des performances des compagnies d assurances 1 ère communication Généralités sur les processus d évaluation des activités

Plus en détail

FINANCE, COMPTABILITE Inter entreprises petits groupes (6 stagiaires maximum par session)

FINANCE, COMPTABILITE Inter entreprises petits groupes (6 stagiaires maximum par session) Octobre à juillet FINANCE, COMPTABILITE Intitulé Objectifs principaux (programme détaillé sur demande) Dates - Les principales fonctions statistiques, financières, de recherche Excel appliqué à la gestion

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

Communiqué de presse. Paris, le 15 février 2012

Communiqué de presse. Paris, le 15 février 2012 Communiqué de presse RESULTATS ANNUELS 2011 Solides résultats 2011 et accroissement du patrimoine Paris, le 15 février 2012 Résultats 2011 o Progression de +14% du cash-flow courant par action à 2,14 o

Plus en détail

Présentation. Intervenant EURISTIC. Jean-Louis BAUDRAND Directeur associé

Présentation. Intervenant EURISTIC. Jean-Louis BAUDRAND Directeur associé Atelier ORAS Pilotage des rémunérations variables Groupe RH&M Le volet informatisation Jean-Louis BAUDRAND Directeur associé EURISTIC 4 février 2010 Présentation Intervenant EURISTIC Jean-Louis BAUDRAND

Plus en détail

Chapitre 3 L interprétation des documents financiers et la planification financière

Chapitre 3 L interprétation des documents financiers et la planification financière Chapitre 3 L interprétation des documents financiers et la planification financière Réponses aux Questions et problèmes 1. Actif Passif Actif immobilisé Capitaux propres Machines 46 000 Capital social

Plus en détail

PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS LE 31 MARS, 2009 PETRO-CANADA - 2 - RÉSULTATS CONSOLIDÉS (non vérifié) Pour les périodes terminées le 31 mars (en millions de dollars canadiens, sauf les montants

Plus en détail

THEORIE ET CAS PRATIQUES

THEORIE ET CAS PRATIQUES THEORIE ET CAS PRATIQUES A DEFINIR 8/28/2012 Option AUDIT 1 INTRODUCTION L informatique : omniprésente et indispensable Développement des S.I. accroissement des risques Le SI = Système Nerveux de l entreprise

Plus en détail

La Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes. Le Ministre des finances et des comptes publics

La Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes. Le Ministre des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction Générale de l Offre de Soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins Bureau de l efficience

Plus en détail

VEOLIA ENVIRONNEMENT - Etats financiers consolidés au 31 décembre 2013 Etats financiers consolidés Au 31 décembre 2013

VEOLIA ENVIRONNEMENT - Etats financiers consolidés au 31 décembre 2013 Etats financiers consolidés Au 31 décembre 2013 Etats financiers consolidés 31 décembre 2013 Sommaire ETATS FINANCIERS CONSOLIDES... 1 COMPTES CONSOLIDES... 4 1.1 État de la situation financière consolidée... 4 1.2 Compte de résultat consolidé... 6

Plus en détail

Formation Atmansoft :

Formation Atmansoft : La particularité de la mise en place d une gestion de trésorerie, c'est-à-dire afin de devancer ses engagements, de connaître ses besoins et de respecter ses lignes d autorisations de découvert est devenu

Plus en détail

Activité et Résultats annuels 2014

Activité et Résultats annuels 2014 Activité et Résultats annuels 2014 Simon Azoulay Chairman and Chief Executive Officer Bruno Benoliel Deputy Chief Executive Officer Paris, le 25 février 2015 AVERTISSEMENT «Cette présentation peut contenir

Plus en détail

CPOM 2013-2018. Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France

CPOM 2013-2018. Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France CPOM 2013-2018 Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France FICHE D AIDE AU DIAGNOSTIC ET A LA NEGOCIATION Annexe 2 Moyens Volet 3

Plus en détail

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014)

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014) REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO (avril 2014) PREAMBULE REGLEMENT FINANCIER DE L AGIRC L Association générale des institutions de retraite des cadres (Agirc) a pour objet la mise en œuvre

Plus en détail

SOMMAIRE RÉSULTATS SEMESTRIELS 2011 PRÉAMBULE 2 PERFORMANCE COMMERCIALE 6 RÉSULTATS CONSOLIDÉS 9 STRUCTURE FINANCIÈRE 13 SQLI EN BOURSE 18

SOMMAIRE RÉSULTATS SEMESTRIELS 2011 PRÉAMBULE 2 PERFORMANCE COMMERCIALE 6 RÉSULTATS CONSOLIDÉS 9 STRUCTURE FINANCIÈRE 13 SQLI EN BOURSE 18 SOMMAIRE RÉSULTATS SEMESTRIELS 2011 PRÉAMBULE 2 PERFORMANCE COMMERCIALE 6 RÉSULTATS CONSOLIDÉS 9 STRUCTURE FINANCIÈRE 13 SQLI EN BOURSE 18 STRATÉGIE & PERSPECTIVES 21 CONCLUSION 28 1 RAPPEL DU POSITIONNEMENT

Plus en détail

www.expert-invest.fr

www.expert-invest.fr www.expert-invest.fr Ce document est une synthèse non exhaustive du contenu du bilan patrimonial professionnel que nous proposons. Il ne saurait se substituer à une véritable analyse de notre part ni remplacer

Plus en détail

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration joint au rapport de gestion rendant compte des conditions de préparation et d organisation des travaux du Conseil ainsi que des procédures de

Plus en détail

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL (SPF) www.bdo.lu 2 Les Sociétés de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS 3 1. INTRODUCTION 4 2. ACTIVITES D UNE SPF 2.1 Activités

Plus en détail

Sage 100. pour le BTP. Faites de votre gestion un levier de croissance

Sage 100. pour le BTP. Faites de votre gestion un levier de croissance Sage 100 pour le BTP Faites de votre gestion un levier de croissance Sage 100 pour le BTP Faites de votre gestion un levier de croissance Gagner des parts de marché, optimiser ses investissements, sécuriser

Plus en détail

Cegedim : Une année 2014 stratégique

Cegedim : Une année 2014 stratégique SA au capital de 13 336 506,43 euros R. C. S. Nanterre B 350 422 622 www.cegedim.com COMMUNIQUE DE PRESSE Page 1 Information Financière annuelle au 31 décembre 2014 IFRS - Information Réglementée Auditée

Plus en détail

BTS Comptabilité et Gestion SOMMAIRE

BTS Comptabilité et Gestion SOMMAIRE BTS Comptabilité et Gestion SOMMAIRE ANNEXE I : RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME... PAGE 2 I a. Référentiel des activités professionnelles...page 3 I b. Référentiel de certification... page 21 I c. Lexique....

Plus en détail

4 Choix d investissement

4 Choix d investissement cterrier 1/8 26/01/2011 Cours Mathématiques financières Auteur : C. Terrier ; mailto:webmaster@cterrier.com ; http://www.cterrier.com Utilisation : Reproduction libre pour des formateurs dans un cadre

Plus en détail

relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation»

relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation» COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2004-11 du 23 novembre 2004 relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation» Le Comité de la réglementation comptable,

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS2014

COMPTES CONSOLIDÉS2014 COMPTES CONSOLIDÉS 2014 Informations financières concernant le patrimoine, la situation financière et les résultats de l émetteur 1 Informations financières historiques 3 Comptes de résultat consolidés

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

table des matières PARtie i introduction Notations courantes... XXIII Les auteurs... XXV Avant-propos... XXVII Remerciements...

table des matières PARtie i introduction Notations courantes... XXIII Les auteurs... XXV Avant-propos... XXVII Remerciements... table des matières Notations courantes............................................................... XXIII Les auteurs......................................................................... XXV Avant-propos.......................................................................

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

Réunion entrepreneurs Conseil départemental des Vosges. La société holding Mardi 14 avril 2015

Réunion entrepreneurs Conseil départemental des Vosges. La société holding Mardi 14 avril 2015 Réunion entrepreneurs Conseil départemental des Vosges La société holding Mardi 14 avril 2015 1 Sommaire 1/ Qu est ce qu une holding Définition / Principes et caractéristiques Illustration 2/ Les bonnes

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1 Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion Introduction 2 Contrôle de gestion : fonction aujourd hui bien institutionnalisée dans les entreprises Objectif : permettre une gestion rigoureuse et une

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le tableau de bord, outil de pilotage de l association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône-Alpes) Difficile d imaginer la conduite d un bateau sans boussole

Plus en détail

L AUDIT INTERNE DES COMPAGNIES D ASSURANCES. TRANSVERS CONSULTING L'audit des compagnies d'assurances 2005 1

L AUDIT INTERNE DES COMPAGNIES D ASSURANCES. TRANSVERS CONSULTING L'audit des compagnies d'assurances 2005 1 L AUDIT INTERNE DES COMPAGNIES D ASSURANCES 2005 1 Séminaire - Atelier L audit interne dans l assurance 1 ère communication : Généralités sur l audit interne 2 ème communication : L audit interne des compagnies

Plus en détail