Dr Ernest Olfert, University of Saskatchewan (co-président) Dr Jag Bhasin, Conseil national de recherches (co-président)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dr Ernest Olfert, University of Saskatchewan (co-président) Dr Jag Bhasin, Conseil national de recherches (co-président)"

Transcription

1

2 Les Lignes directrices du CCPA: chisir un pint limite apprprié pur les expériences faisant appel à l'utilisatin des animaux en recherche, en enseignement et dans les tests nt été élabrées par le Sus-cmité ad hc sur les pints limites du Cmité desl ignes directrices du CCPA: Dr Ernest Olfert, University f Saskatchewan (c-président) Dr Jag Bhasin, Cnseil natinal de recherches (c-président) Dr Richard Latt, McGill University Dr Eileen Macallum, Warner-Lambert Canada Inc. Dr Kathie McCutchen, University f Manitba Dr Dn Rainnie, University f Prince Edward Island Dr Michael Schunk, Pasteur Mérieux Cnnaught Le CCPA tient également à remercier les nmbreuses persnnes, rganisatins et assciatins qui nt généreusement cntribué à la révisin des ébauches antérieures des présentes lignes directrices. 1998

3 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION PRINCIPE DIRECTEUR GÉNÉRAL PROCÉDURES RECOMMANDÉES POUR le CHOIX D UN POINT LIMITE APPROPRIÉ a. Observer les animaux de manière apprpriée b. Évaluatin quantitative des bservatins physilgiques afin de chisir et de raffiner les pints limites c. L'identificatin d indicateurs cmprtementaux significatifs de suffrance et/u de détresse UTILISATION D ÉTUDES PRÉLIMINAIRES OU PILOTES AFIN DE DÉTERMINER LES POINTS LIMITES APPROPRIÉS DÉTERMINATION DE LA FRÉQUENCE NÉCESSAIRE POUR LES OBSERVATIONS DES ANIMAUX DÉFINIR LES RESPONSABILITÉS RELATIVES À L'OBSERVATION DES ANIMAUX FORMATION DU PERSONNEL POUR L'OBSERVATION CLINIQUE DES ANIMAUX LE RÔLE DU COMITÉ INSTITUTIONNEL DE PROTECTION DES ANIMAUX DANS L ÉTABLISSEMENT DE POINTS LIMITES PRINCIPES DIRECTEURS RELATIFS AU CHOIX DE POINTS LIMITES APPROPRIÉS DANS CERTAINS SECTEURS SPÉCIFIQUES DE LA RECHERCHE BIOMÉDICALE ET DES TESTS a. Prductin d'anticrps mnclnaux chez les rngeurs b. Recherche sur le cancer c. Études en txiclgie et tests de txicité i. Tests de txicité aiguë ii. Études de txicité chrnique et études du vieillissement d. Recherche sur la duleur e. Études des maladies infectieuses, essais cliniques de vaccins, etc. f. Mdèles animaux spécifiques ptentiellement assciés à des niveaux significatifs de suffrance et/u de détresse RÉSUMÉ RÉFÉRENCES ANNEXE A - SIGNES SPÉCIFIQUES DE SOUFFRANCE ET/OU DE DÉTRESSE SELON LES ESPÈCES ANNEXE B - SIGNES DE SOUFFRANCE ET/OU DE DÉTRESSE LORS D ÉTUDES DE TOXICOLOGIE AVEC DES POISSONS ANNEXE C - EXEMPLES DE LISTES DE VÉRIFICATION RELATIVES AUX OBSERVATIONS UTILISÉES POUR DÉTERMINER LES POINTS LIMITES

4 Lignes directrices: chisir un pint limite apprprié pur les expériences faisant appel à l'institutin des animaux en recherche, en enseignement et dans les tests du CCPA Le Cnseil canadien de prtectin des animaux (CCPA) est respnsable de la surveillance du sin et de l'utilisatin des animaux en recherche, en enseignement et dans les tests. En plus du Manuel sur le sin et l'utilisatin des animaux d'expérimentatin, Vl. 1, 2 e éd., 1993 et Vl. 2, 1984, qui énnce les principes généraux de sin et d'utilisatin des animaux, le CCPA publie également des lignes directrices sur des sujets d'intérêt actuel et futur. Les Lignes directrices du CCPA: chisir un pint limite apprprié pur les expériences faisant appel à l'utilisatin des animaux en recherche, en enseignement et dans les tests snt les trisièmes de cette série et nt été élabrées par le sus-cmité ad hc du CCPA sur les pints limites. L'bjet du présent dcument est de présenter des lignes directrices relatives au chix d'un pint limite qui réduise la suffrance et/u la détresse de l'animal tut en répndant aux exigences expérimentales par des critères d'évaluatin bjective lrsque les animaux snt utilisés en recherche, en enseignement et dans les tests. Ces lignes directrices snt destinées à aider les membres des Cmités de prtectin des animaux (CPA) et les chercheurs à s'acquitter de leurs respnsabilités éthiques en minimisant la suffrance et/u la détresse dans les prtcles expérimentaux. Le raffinement de l'utilisatin des animaux en recherche bimédicale, en enseignement et dans les tests est un prcessus graduel qui ne sera jamais terminé. Ceci est particulièrement vrai dans le cas de la recherche de pints limites plus humanitaires en expérimentatin animale. C'est dnc nn pas cmme texte définitif sur les pints limites humanitaires que ces lignes directrices devraient être utilisées, mais bien plutôt cmme guide dans le cadre du prcessus évlutif de raffinement de l'expérimentatin animale. 1. INTRODUCTION La déclaratin de principes du CCPA intitulée Principes régissant la recherche sur les animaux spécifie que: «Il faut éviter de sumettre les animaux à des suffrances u à des angisses inutiles. La technique d'expérimentatin dit leur assurer tute la prtectin pssible, qu'il s'agisse de recherche, d'enseignement u de techniques d'expérimentatin;...» (Principes régissant la recherche sur les animaux, CCPA, 1989) Les Principes régissant la recherche sur les animaux demandent également aux chercheurs de suivre le principe des «Tris R» de Russell et Burch (1959): Remplacement (des animaux par du matériel nn dué de sensatin u par d'autres animaux mins évlués); Réductin (du nmbre d'animaux utilisés); et Raffinement (de la technique, «pur réduire à un minimum abslu le niveau de détresse impsée aux animaux devant être utilisés»).

5 Cette déclaratin de principe définit clairement les respnsabilités du chercheur au niveau éthique, mais il n'en demeure pas mins certaines questins imprtantes auxquelles des répnses divent être apprtées. De quelle manière chisir un pint limite qui satisfasse ces principes? Cmment «raffiner» des expériences en établissant des pints limites plus précces et plus humanitaires dans le cas d'expériences invasives, particulièrement pur celles qui, par le passé, nt utilisé la mrt cmme pint limite? Où faut-il établir la limite? Dans le cadre des présentes lignes directrices, l'expressin «pint limite» est définie cmme étant le mment auquel la suffrance et/u la détresse d'un animal d'expérimentatin est arrêtée, minimisée u diminuée en prenant des mesures cmme celles d'euthanasier de façn humanitaire l'animal, de mettre fin à une prcédure qui le fait suffrir, u en le traitant de manière à sulager sa suffrance et/u sa détresse. Il existe divers types d'études pur lesquelles la mrt de l'animal aura auparavant été le «pint limite» dans le cadre du plan expérimental, mais pur lesquelles cela est actuellement remis en questin. Ces dmaines cmprennent la txiclgie régulatire, la txiclgie diagnstique, les études de txicité aiguë en recherche, les études sur les maladies infectieuses, les épreuves de virulence micrbienne, les essais d'efficacité des vaccins, la recherche sur le cancer, et l'évaluatin de traitements du cancer. Pur certaines recherches, la suffrance et/u la détresse snt les effets nn suhaités de la maladie u de l'état étudié (ex.: certains mdèles de maladies humaines telles l'arthrite u le cancer). Dans le cas de certaines utilisatins expérimentales des animaux, la suffrance et/u la détresse peuvent également être un effet secndaire déculant de l'utilisatin de l'animal (ex.: la prductin d'anticrps mnclnaux, l'utilisatin de l'adjuvant de Freund dans la prductin d'anticrps). Dans ces derniers cas, les pints limites snt relativement faciles à définir (ex.: limiter le vlume et le nmbre de fis que le liquide ascitique est prélevé d'une suris), et des lignes directrices ayant trait à certaines de ces prcédures existent déjà (CCPA, 1991). 2. PRINCIPE DIRECTEUR GÉNÉRAL Dans les expériences impliquant des animaux, tute suffrance, détresse u incnfrt réel u ptentiel devrait être minimisé u allégé en chisissant le pint limite le plus précce cmpatible avec les bjectifs scientifiques de la recherche. Le chix de ce pint limite par le chercheur devrait être effectué en cnsultatin avec le vétérinaire des animaux de labratire et le cmité de prtectin des animaux. 3. PROCÉDURES RECOMMANDÉES POUR LE CHOIX D'UN POINT LIMITE APPROPRIÉ L'animal à l'état mribnd peut avir dépassé le seuil de duleur (et être en réalité dans le cma). Un animal mribnd est un animal à l'article de la mrt, qui peut être dans le cma u ne pas répndre aux stimuli, mntrer des signes de dyspnée u d'autres prblèmes respiratires sérieux, faire de l'hypthermie, être dans un état de prstratin, etc. Cependant, des bservatins détaillées de l'animal avant qu'il ne devienne mribnd peuvent cntribuer à établir un pint limite plus précce et en cnséquence réduire les cûts impsés à l'animal en termes de suffrance et/u de détresse.

6 Plusieurs aspects snt à cnsidérer dans la définitin d'un pint limite apprprié pur une expérience dnnée. Ils dépendent tus de la déterminatin bjective de tute déviatin de l'état «nrmal» de l'animal, suivi de la crrélatin de ces variatins avec les degrés d'incnfrt, de suffrance et/u de détresse. Certaines de ces cnsidératins snt: bserver les animaux de manière apprpriée (cmprtement, physilgie, etc.); assigner des valeurs bjectives aux bservatins liées au cmprtement et à la physilgie de l'animal; déterminer quelles bservatins snt les indicateurs les plus significatifs de suffrance et/u de détresse dans les circnstances spécifiques de la recherche; déterminer quelles bservatins snt les facteurs prédictifs les plus significatifs d'une détériratin plus avancée de l'état de l'animal, et identifier alrs le pint le plus précce auquel ces signes se déclarent; répndre aux bjectifs scientifiques quant à la déterminatin d'un pint limite bjectivement mesuré et significatif; définir clairement l'infrmatin/les dnnées recherchées à travers les expériences. a. Observer les animaux de manière apprpriée Mrtn et Griffiths (1985) nt dégagé les grandes lignes de l'élabratin d'un ensemble d'bservatins pur l'évaluatin de la suffrance, de la détresse et de l'incnfrt des animaux de labratire, en se basant sur l'évaluatin de cinq aspects de l'état d'un animal: variatin du pids de l'animal (et variatins cnnexes au niveau de l'ingestin de nurriture et d'eau); apparence physique externe; signes cliniques mesurables (ex.: changements du rythme cardiaque, du rythme respiratire et de la nature de ceux-ci); changement dans les cmprtements nn prvqués; et, répnses cmprtementales aux stimuli externes. Dans chacune de ces catégries, un système d'évaluatin avec indices de 0 (nrmal u léger) à 3 (changements imprtants par rapprt à la nrmale) fut prpsé. L'indice cumulatif btenu en ajutant les valeurs de chacune des catégries indique chez l'animal une déviatin crissante par rapprt à la nrmale qui peut être interprétée cmme étant une indicatin de suffrance et/u de détresse crissante. Une valeur ttale peut alrs être identifiée, pint auquel la suffrance et/u la détresse de l'animal sera éliminée u sulagée. Les bservatins énumérées par Mrtn et Griffiths (1985) ne snt que quelques-unes des bservatins puvant être nécessaires à la déterminatin d'un pint limite dans des mdèles de recherche spécifiques. En plus des mesures cmprtementales et physilgiques, un certain nmbre d'indicateurs hrmnaux nt été utilisés afin de mesurer le stress/la détresse des animaux (catéchlamines, crticstérïdes, prlactine, facteur de nécrse tumrale, interleukines) (NRC, 1992). L'pinin est lin d'être unanime quant à savir lequel des divers changements hrmnaux dnne réellement une mesure de la détresse u de la suffrance. Néanmins, si une prise de sang fait partie du prtcle de recherche, le chercheur devrait envisager d'effectuer l'analyse du sang prélevé en ce qui a trait à certains indicateurs de stress. Cette infrmatin cnstituerait un ajut

7 intéressant, et purrait permettre d'établir une crrélatin utile avec tut changement cmprtemental bservé. Il est imprtant de cnnaître le cmprtement caractéristique de l'espèce bservée. Les animaux tels les primates nn humains, les rngeurs, les lapins et certaines espèces d'animaux de ferme peuvent ne présenter que très peu de changements cmprtementaux malgré une suffrance intense. Les variatins d'une lignée à l'autre divent être également prises en cnsidératin. Il est dnc impératif que le chercheur/bservateur sit bien infrmé de ces caractéristiques avant de définir des pints limites. En termes cncrets, l'animal devrait d'abrd être attentivement bservé sans être dérangé. Sn apparence et sa psture devraient être bservées et une évaluatin faite à savir si sn cmprtement est nrmal u nn. La réactin de l'animal à un stimulus externe peut également être vérifiée (ex.: bruit, variatin de l'intensité lumineuse) avant de s'apprcher directement de la cage pur manipuler l'animal. Tut dépendant de l'espèce, l'animal devrait être manipulé pur l'examen clinique. Durant celui-ci, les signes cliniques snt ntés et des mesures prises (dnt celle du pids de l'animal). Tute lésin u anrmalité est également évaluée à ce mment-là (ex.: taille de la tumeur). Pendant l'examen clinique, des «cmprtements prvqués» peuvent également être évalués. L'utilisatin de «listes de vérificatin» bservatinnelles pur évaluer de manière uantitative l'état de l'animal utilisé dans une étude furnit une base bjective sur laquelle peuvent être prises des décisins quant aux pints limites. Les avantages des listes de vérificatin résident en ceci que les bservatins spécifiques ne snt pas ubliées u prises cmme allant de sit. L'autre avantage réel est que de telles listes de vérificatin aident à amélirer les capacités d'bservatin, particulièrement en ce qui a trait aux petits animaux de labratire pur lesquels certaines bservatins cliniques cnventinnelles faites sur de plus grands animaux ne snt pas facilement déterminées (ex.: température, rythme cardiaque, rythme respiratire). Tutefis, les listes de vérificatin ne cuvrent pas tutes les anrmalités u bservatins et ne cnstituent dnc qu'un myen facile d'enregistrer certains résultats. Elles ne peuvent pas remplacer un examen apprfndi de l'animal. Mrtn et Griffiths (1985), et Sanfrd et al. (1986) nt mis l'accent sur la nécessité de faire des évaluatins plus bjectives de la suffrance et/u de la détresse qui peuvent se prduire chez l'animal utilisé en recherche bimédicale. Depuis 1985, des effrts n'nt cessé d'être faits pur raffiner l'évaluatin quantitative des signes cliniques (Mrtn, 1990; Mrtn et Twnsend, 1995; Wrkman, et al., 1998). Des listes de vérificatins bservatinnelles plus détaillées nt été prpsées pur certaines prcédures scientifiques spécifiques, en particulier pur l'administratin d'endtxine chez la suris (Twnsend et Mrtn, 1994), la prductin d'anticrps mnclnaux chez la suris (Mrtn, 1997), et la recherche sur le cancer (Wrkman, et al., 1998). En plus des signes généraux de suffrance et/u de détresse, existent les symptômes et signes spécifiques liés à l'état étudié. Pur la plupart des mdèles animaux de maladies, l'infrmatin sur le(s) rgane(s) affecté(s), les symptômes spécifiques, la prgressin des symptômes, l'évlutin de la maladie et les lésins prévues, existe dans la littérature médicale cmparative et vétérinaire générale (ex.: Armed Frces Institute f Pathlgy [AFIP] Fascicles). Ces symptômes et signes spécifiques divent également être utilisés dans l'évaluatin glbale de l'état de l'animal.

8 Les résultats d'études piltes u d'infrmatins précédemment publiées, ainsi que l'infrmatin sur la pharmaclgie u la chimie des prduits testés devraient être utilisés afin de prédire tut effet négatif puvant affecter les animaux. Ceci implique nécessairement qu'une recherche bibligraphique cmplète ait été faite. b. Évaluatin quantitative des bservatins physilgiques afin de chisir et de raffiner les pints limites De l'infrmatin sur les signes généraux de suffrance et de détresse pur les diverses espèces cmmunément utilisées en recherche bimédicale est à la dispsitin de tus (CCPA, 1993; Sanfrd, et al., 1986; Wallace, et al., 1990). Parmi ces signes, une perte de pids significative peut être l'un des signes de détériratin de l'état de l'animal les plus imprtants (reflétant un changement dans l'ingestin de nurriture et d'eau). Une perte de pids dans ces circnstances dit tujurs être évaluée par rapprt à l'animal témin apprprié. Des tableaux d'évaluatin quantitative de la cnditin physique, dispnibles pur le bétail dmestique, les chiens et les chats, peuvent être utiles dans l'évaluatin de la perte de pids chrnique chez les animaux d'expérimentatin lrs d'études spécifiques. L'hypthermie peut également être un indicateur imprtant de détériratin de l'état de l'animal, dans le cas de maladies u d'états txiques spécifiques. Wng, et al. (1997) nt mntré que chez des suris infectées avec le virus de la grippe, une température crprelle de mins de 32 C était prédictive de mrtalité. Sthill, et al. (1992) nt mntré que chez des suris avec une infectin bactérienne, une hypthermie de 34 C était prédictive de mrtalité. Par cnséquent, dans des cas expérimentaux particuliers, le pint auquel la température crprelle de l'animal d'expérimentatin chute à une température spécifiée, purrait être établi cmme pint limite auquel l'euthanasie de l'animal est recmmandée. Le rapprt d'un cmité de la British Labratry Animal Science Assciatin (Wallace, et al., 1990) inclut une évaluatin de la sévérité de prcédures curamment effectuées sur les animaux lrs d'études bimédicales. D'autres publicatins snt également dispnibles pur faciliter l'identificatin des signes et symptômes de la suffrance et/u de la détresse des animaux d'expérimentatin (Barclay, et al, 1988; Baumans, et al., 1994; British Veterinary Assciatin, 1985; Butler, et al., 1985; De Castr Csta, et al., 1981; Flecknell, 1994; Keefe, et al., 1991; Wlfenshn et Llyd, 1994; Sma, 1987). c. L'identificatin d'indicateurs cmprtementaux significatifs de suffrance et/u de détresse Pur tut mdèle animal, nmbreuses snt les bservatins et mesures qui peuvent être faites. Déterminer lesquelles cnstituent les indicateurs les plus imprtants u les plus significatifs quant à l'état de l'animal, u ce qui est plus imprtant pur le scientifique, quels snt les indicateurs les plus imprtants d'une détériratin irréversible de l'état de l'animal, n'est pas une tâche facile. Les études de Butler, et al. (1985) et de De Castr Csta, et al. (1981), qui se penchent sur le mdèle de l'arthrite induit par adjuvant chez le rat, dnnent un aperçu des difficultés rencntrées pur truver/chisir les bnnes bservatins. Bien que des changements furent ntés dans la fréquence de l'ccurrence de plusieurs types de cmprtements

9 (les rats se cabraient, curaient, mangeaient, buvaient et grimpaient mins mais se repsaient, s'immbilisaient et se grattaient plus), la cnclusin fut que l'augmentatin du grattage fut le changement cmprtemental le plus significatif lié au dévelppement de l'arthrite, indiquant une duleur chrnique. De telles évaluatins cmprtementales (Butler, et al., 1985; De Castr Csta, et al., 1981) snt en sit des prjets de recherche, nécessitant de nmbreuses heures de travail technique ainsi que de l'équipement cûteux de surveillance et d'analyse. Il peut sembler peu réaliste d'exiger un niveau semblable d'évaluatin préliminaire chaque fis qu'un prgramme de recherche utilisant des animaux d'expérimentatin pur lesquels le niveau ptentiel de suffrance et/u de détresse est élevé (par exemple, des suris utilisées dans un prjet de recherche sur le cancer du fie) est lancé. Néanmins, faire une étude pilte pur établir les critères bservatinnels devant être utilisés pur établir des pints limites peut s'avérer un exercice très utile, en particulier au début d'un prjet de recherche. 4. UTILISATION D'ÉTUDES PRÉLIMINAIRES OU PILOTES AFIN DE DÉTERMINER LES POINTS LIMITES APPROPRIÉS L'utilisatin d'études préliminaires u piltes peut s'avérer très utile pur la déterminatin des pints limites (Olfert, 1995; Brwder; 1995, Everitt et Griffin, 1995) particulièrement lrsque les effets du traitement sur les animaux snt incnnus. Une étude pilte utilisant un nmbre restreint d'animaux peut aider à déterminer la mrbidité, la durée des effets, et la fréquence des bservatins nécessaires à l'établissement d'un pint limite plus précce. Une étude pilte peut également dnner une indicatin de la variance des répnses entre les grupes de traitement, laquelle peut être alrs utilisée pur estimer plus précisément la taille apprpriée des grupes de l'étude principale. De plus, mener une expérience pilte ffre à tus l'ccasin de se familiariser avec les signes et symptômes attendus. 5. DÉTERMINATION DE LA FRÉQUENCE NÉCESSAIRE POUR LES OBSERVATIONS DES ANIMAUX Principe directeur: En tenant cmpte de ce qui est cnnu, pendant les pérides critiques de l'expérience ainsi qu'au début des réactins négatives, un minimum de deux à tris bservatins devraient être faites qutidiennement. La fréquence des bservatins devrait augmenter en fnctin de l'augmentatin ptentielle de la suffrance et/u de la détresse. Le Manuel sur le sin et l'utilisatin des animaux d'expérimentatin du CCPA spécifie que les animaux d'expérimentatin nrmaux et en santé devraient être bservés au mins une fis par jur (CCPA, 1993). Cependant, dès que l'animal se truve dans une péride ptentiellement critique d'affaiblissement, des bservatins divent être faites plus fréquemment. La fréquence à laquelle les animaux affectés devraient être bservés dit être déterminée pur chaque étude. La fréquence nécessaire des bservatins et l'intervalle entre celles-ci vnt dépendre de la durée cnnue u prévue de l'état. Par exemple, dans certains cas d'infectins et/u de txicité, des bservatins bien plus fréquentes (tutes les heures) peuvent être nécessaires pur identifier le pint auquel le «pint limite» chisi a été atteint et il dit être mis fin à la suffrance et/u à la détresse de l'animal (Mrtn et Twnsend, 1995; Twnsend et Mrtn, 1994). Prgrammer l'étude afin que

10 la péride critique pur les animaux ait lieu durant les heures nrmales de travail (lrsque la pièce des animaux est éclairée) peut aider à garantir que les bservatins apprpriées sient faites. L'hraire apprprié de surveillance devrait être établi par le chercheur en cnsultatin avec le vétérinaire et appruvé par le CPA lrs de sa révisin du prtcle. 6. DÉFINIR LES RESPONSABILITÉS RELATIVES À L'OBSERVATION DES ANIMAUX Principe directeur: En ce qui cncerne l'établissement et la déterminatin des pints limites, la(les) respnsabilité(s) de chacun devrai(en)t être clairement définie(s) et un suivi rdnné du rapprt des bservatins bien établi. Le puvir décisinnel final quant à l'euthanasie dit revenir au vétérinaire appuyé par le cmité de prtectin des animaux. Il est essentiel qu'une persnne ayant l'expérience et la frmatin apprpriées ainsi que le puvir d'euthanasier u de demander l'euthanasie des animaux sit cnstamment dispnible pendant l'étude. Tute bservatin faite d'un cmprtement inhabituel u de signes de suffrance et/u de détresse devrait être rapprtée immédiatement à cette persnne. Ceci est également imprtant afin de réagir dans le cas ù les animaux présentent des réactins négatives inattendues dans le cadre d'une étude invasive. Le puvir d'euthanasier des animaux qui nt atteint le pint limite u qui subissent de graves effets négatifs nn-prévus devrait être clairement défini avant que l'étude ne cmmence. Le puvir ultime d'euthanasier dit demeurer entre les mains du vétérinaire de l'institutin (ACMAL, 1990). 7. FORMATION DU PERSONNEL POUR L'OBSERVATION CLINIQUE DES ANIMAUX Principe directeur: Tute persnne respnsable des bservatins à faire sur les animaux, à partir desquelles un pint limite sera déterminé, devrait avir les cmpétences nécessaires pur évaluer la physilgie, le cmprtement et l'état physique nrmaux des animaux bservés ainsi que les changements spécifiques anticipés déviant de la nrmale. Il revient au chercheur principal u au directeur d'étude (et en dernier lieu au CPA) de s'assurer que tutes les persnnes impliquées nt la frmatin nécessaire crrespndant à leurs respnsabilités dans l'bservatin des animaux. Des preuves à l'appui de la frmatin devraient en utre être furnies. 8. LE RÔLE DU COMITÉ INSTITUTIONNEL DE PROTECTION DES ANIMAUX DANS L'ÉTABLISSEMENT DE POINTS LIMITES Le rôle du CPA est vital dans l'établissement de la structure nécessaire pur garantir que les pints limites les plus précces, cmpatibles avec la prductin de dnnées fiables snt identifiés, évalués et utilisés. Ceci relève de la respnsabilité cnjinte du CPA, du chercheur et du persnnel vétérinaire. Afin d'assurer l'établissement d'un pint limite apprprié, les CPA devraient s'infrmer des pints suivants: quelles snt les justificatins scientifiques de l'utilisatin du pint limite prpsé?

11 quelle est la durée prévue d'utilisatin des animaux, du traitement initial aux premiers signes de suffrance/détresse jusqu'à la mrt de l'animal, d'après l'infrmatin dispnible sur le mdèle spécifique à l'étude? quand est-il prévu que les effets se manifesternt le plus gravement sur l'animal? si le curs de la maladie et les signes prévus des effets négatifs snt incnnus, une étude pilte purrait-elle, sus l'bservatin attentive du chercheur et/u du persnnel vétérinaire des animaux de labratire, répndre à ces questins? une liste de vérificatin des bservatins à partir de laquelle le pint limite sera établi a-t-elle été dressée? qui surveillera les animaux (identifier tus les respnsables) et tiendra les registres? un suivi rdnné de rapprt des bservatins a-t-il été établi? quelles sernt les fréquences d'bservatin des animaux: a) durant le curs de l'étude; et b) pendant les pérides critiques pur les animaux? les chercheurs, le persnnel technique et de sin animalier nt-ils la frmatin et l'expertise nécessaires pur surveiller adéquatement les animaux? quelles dispsitins nt été prises pur s'ccuper des animaux qui mntrent des symptômes et signes graves nn prévus? pur des études en txiclgie, les dnnées txiclgiques existantes nt-elles été cnsidérées? 9. PRINCIPES DIRECTEURS RELATIFS AU CHOIX DE POINTS LIMITES APPROPRIÉS DANS CERTAINS SECTEURS SPÉCIFIQUES DE LA RECHERCHE BIOMÉDICALE ET DES TESTS Cette sectin dnne des lignes directrices plus détaillées quant au chix d'un pint limite apprprié dans certains dmaines spécifiques de la recherche bimédicale et des tests. Des lignes directrices sur les pints limites pur les animaux utilisés dans la prductin d'anticrps mnclnaux, la recherche sur le cancer, la txiclgie, l'étude des maladies infectieuses et la recherche sur la duleur snt présentées. Ce ne snt cependant pas les seuls dmaines dans lesquels des lignes directrices spécifiques peuvent être élabrées en utilisant l'expertise du vétérinaire pur animaux de labratire de l'institutin et la surveillance du CPA. a. Prductin d'anticrps mnclnaux chez les rngeurs Principe directeur: Tant que les rngeurs sernt utilisés dans la prductin d'anticrps mnclnaux, les pints limites suivants devrnt être établis: l'augmentatin du pids due à l'accumulatin de liquide ascitique dans l'abdmen et/u à la crissance d'une tumeur ne devrait pas prduire de suffrance et/u de détresse chez l'animal; seln l'état du rngeur, un maximum de deux pnctins de liquide ascitique snt permises, et la deuxième pnctin devrait être une prcédure terminale. Les pnctins de liquide ascitique devraient être faites sus anesthésie générale. Il est largement recnnu que la prductin d'anticrps mnclnaux (AcM) chez les rngeurs sulève plusieurs questins préccupantes cncernant le ptentiel de suffrance et/u de détresse grave chez les animaux. En regard du dévelppement rapide et largement dispnible de la méthdlgie de prductin in vitr des AcM, l'utilisatin des animaux à cet effet est de plus en plus difficile à justifier. Par cnséquent, plusieurs pays nt pris psitin sur le fait que les méthdes alternatives

12 in vitr devraient être utilisées pur la prductin d'acm et que la méthde du liquide ascitique de la suris ne peut être justifiée (auprès d'un CPA) que dans des circnstances particulières (ex.: lrsque la méthde in vitr n'a pas permis de prduire les anticrps vulus). Récemment, certains pays nt pris la décisin de bannir la méthde du liquide ascitique de la suris (Shalev, 1998). Le CCPA encurage l'utilisatin des méthdes de prductin d'acm in vitr dans tus les cas ù elle peut être utilisée. À diverses étapes de la prductin des anticrps, de l'injectin intrapéritnéale de l'agent d'amrçage à l'accumulatin de liquide ascitique tumral, et jusqu'au prélèvement du liquide ascitique, l'animal peut épruver de la suffrance et/u de la détresse. Par cnséquent, lrsque des anticrps mnclnaux snt prduits in viv, des limites et des pints limites précisément définis pur l'applicatin des diverses manipulatins, ainsi qu'une surveillance rigureuse de l'état des animaux, snt nécessaires afin de minimiser le ptentiel de détresse. Après l'injectin des hybridmes, des bservatins qutidiennes faites par du persnnel bien frmé devraient faire partie des sins de rutine durant la première semaine et avant que l'accumulatin de liquide ascitique ne sit évidente (indiquée par le gnflement de l'abdmen). Tute bservatin d'un cmprtement u de symptômes inhabituels pendant cette péride devrait être traitée sans délai. Les signes caractéristiques de détresse cmprennent: une diminutin de l'activité; le ds vûté, des pils éburiffés, une détresse respiratire, une perte de pids (qui peut être masquée par l'accumulatin de liquide dans l'abdmen). Dès que l'accumulatin de liquide ascitique résulte en un gnflement abdminal évident, l'état de l'animal dit être évalué au mins deux fis tutes les 24 heures à intervalles réguliers. La prductin d'acm chez les rngeurs est un excellent exemple de la façn dnt le remplacement des rngeurs par des méthdes in vitr, et le raffinement des prcédures par l'établissement de pints limites peuvent réduire la détresse épruvée par les animaux. Pur un cmpte rendu et une bibligraphie sur la prductin d'anticrps et les méthdes alternatives, se référer à Smith, et al., Les raffinements et les pints limites dans la prductin d'acm chez les rngeurs snt revus par Gillette, 1987; Marx, et al., 1997; McGuill et Rwan, 1989; Mueller, et al., 1986; et Wrkman, et al., b. Recherche sur le cancer Principe directeur: Pur tute recherche sur le cancer faisant appel à des mdèles animaux, des pints limites devraient être établis afin de minimiser le ptentiel de suffrance et/u de détresse chez les animaux. Vici quelques-uns des pints limites recmmandés: la masse de la tumeur ne devrait augmenter ni au pint d'interférer significativement avec les fnctins nrmales du crps ni au pint d'induire, du fait de sn emplacement, une suffrance et/u une détresse (tumeurs slides); une perte de pids dépassant 20 % du pids du crps d'un animal nrmal semblable (en tenant cmpte de la masse tumrale); ulcératin/infectin à l'emplacement de la tumeur; envahissement des tissus visins par une tumeur lcalisée; trauma aut-induit persistant.

13 La charge tumrale ne devrait pas excéder 5 % du pids nrmal de l'animal lrs de passages de rutine de tumeurs u 10 % pur les animaux sujets d'expériences thérapeutiques (pur une tumeur sus-cutanée du flanc, 10 % crrespndent typiquement à un diamètre de 17 mm pur une suris de 25 g, u de 35 mm pur un rat de 250 g). Des curbes d'étalnnage devraient être établies dans le cadre de la caractérisatin de tut nuveau système tumral (Wrkman, et al., 1998). L'une des préccupatins scientifiques ayant été exprimée au sujet de l'établissement arbitraire d'un pint limite lrs de recherches en ncthérapie est que l'euthanasie précce de l'animal peut affecter les dnnées de survie u de lngévité, lesquelles cnstituent des indicateurs imprtants d'un traitement «fructueux». Par exemple, un traitement «fructueux» du cancer chez le rat permettant à ce dernier de vivre un mis de plus, peut être vilé par une euthanasie précce basée sur les bservatins cliniques. Wrkman, et al. (1998) recmmande que l'infrmatin requise sur la répnse à la thérapie sit btenue par une mesure du temps nécessaire à la recrissance de la tumeur, un test clngénique après l'excisin de la tumeur u un autre pint limite apprprié. Dans de tels cas, il est imprtant de déterminer les signes de maladie et de détresse indiquant une détériratin irréversible de l'animal. Redgate, et al. (1991) dans leur étude d'un mdèle de tumeur au cerveau chez le rat (glisarcme 9L chez des rats Fischer 344), nt cnclu qu'une crrélatin frte existait entre une perte de pids durant plus de six jurs et une prgressin irréversible vers la mrt. Dans ce mdèle, un pint limite qui répnde aux préccupatins scientifiques puvait être ainsi établi à la fin d'une péride de six jurs cnsécutifs de perte de pids, ce qui dans ce cas crrespndait à dix jurs avant la mrt de l'animal. Le dcument du United Kingdm Crdinating Cmmittee n Cancer Research (UKCCCR) (Wrkman, et al., 1998) cntient un examen détaillé des nmbreux facteurs de bien-être devant être cnsidérés lrsque la recherche sur le cancer est entreprise, et dnne de précieux renseignements à l'intentin des chercheurs et membres des CPA. Des critères supplémentaires relatifs au chix d'un pint limite dans la recherche sur le cancer et en txiclgie nt été prpsés par Mntgmery (1987, 1990), Redgate, et al. (1991), et Tmasvic, et al. (1988). c. Études en txiclgie et tests de txicité i. Tests de txicité aiguë Principe directeur: Avant qu'un prtcle incluant des tests de réglementatin liés à la sécurité/ efficacité/txicité pur lesquels la mrt est le pint limite ne sit accepté, le chercheur dit btenir pur le cmité institutinnel de prtectin des animaux, de la dcumentatin claire auprès de l'agence de réglementatin pertinente indiquant que le test prpsé frme une partie nécessaire de la sumissin effectuée pur btenir un permis/un avis de cnfrmité de l'agence. Le chercheur dit également pruver au CPA qu'un test alternatif in vitr ne peut être accepté par l'agence de réglementatin, et que les tests prpsés n'nt pas été effectués auparavant.

14 Dans la plupart des études txiclgiques, le chercheur s'intéresse à l'(aux) interactin(s) primaire(s) u secndaire(s) du cmpsé avec les cellules et tissus du crps, et nn aux effets tertiaires (tels que la déshydratatin, l'anrexie, etc.) qui peuvent prvquer la mrt de l'animal. Par cnséquent, d'un pint de vue scientifique, il est imprtant de recueillir autant de dnnées que pssible lrsque les essais cliniques en snt aux stades préliminaires. Tute dnnée recueillie sur un animal mribnd u tute mrt nn-bservée d'un animal représente une perte d'infrmatin quant au cmpsé étudié (Tth, 1997). Principe directeur pur des nrmes acceptables de tests: Les tests de txicité divent être effectués cnfrmément aux lignes directrices de l'ocde (Organisatin de cpératin et de dévelppement écnmiques), de la Internatinal Cnference n Harmnizatin f Technical Requirements fr Registratin f Pharmaceuticals fr Human Use (ICH) (Cnférence internatinale sur l'harmnisatin des critères techniques relatifs à l'enregistrement des médicaments pur l'utilisatin humaine), de Santé Canada (SC), u de la Fd and Drug Administratin (FDA) des É.U., en utilisant le mins d'animaux pssible et en ffrant le maximum de cnsidératin afin de sulager leur suffrance et/u leur détresse. Au début d'une étude txiclgique, peu d'infrmatins s'avèrent généralement dispnibles sur les cmpsés à tester. Néanmins, il peut se truver des dnnées sur la classe de cmpsés, u sur des cmpsés de structure chimique semblable qui peuvent être utilisées à titre de guide dans la préparatin du plan expérimental. Ces études nt pur but d'établir les dses et les effets d'une administratin unique u répétée, la txicité et/u les répnses pharmaclgiques exagérées. L'utilisatin d'études piltes pur la déterminatin de pints limites (Olfert, 1995; Brwder, 1995; Everitt et Griffin, 1995) est d'une grande valeur lrsqu'il s'agit d'étudier des cmpsés dnt les effets snt incnnus. En utilisant un petit nmbre d'animaux et en cmmençant avec les plus faibles dses, la mrbidité, la durée des effets et la fréquence des bservatins nécessaires afin d'établir des pints limites plus précces purraient être déterminées. Si les dnnées clligées lrs d'études piltes établissant des pints limites plus précces dans le cadre d'études spécifiques de txicité étaient furnies aux agences de réglementatin, elles purraient aider ces dernières à valider et à appruver des pints limites plus précces. Tel que nté précédemment, faire une expérience pilte dnne également la pssibilité à chacun de gagner en expérience quant aux signes et symptômes particuliers attendus. Les études de déterminatin des dses minimales et maximales snt largement utilisées dans les prgrammes pharmaceutiques de recherche en txiclgie. Les dses snt chisies d'après les dnnées pharmaclgiques, les caractéristiques pharmac-cinétiques et les dnnées cnnues relatives à la classe de médicaments à l'étude. Ces études dnnent également une indicatin des rganes cibles ptentiels, et des effets négatifs imprévus puvant être examinés lrs d'études ultérieures tandis qu'elles réduisent de façn significative le nmbre d'animaux nécessaires. L'initiative de l'industrie pharmaceutique, sus la frme d'une cnférence internatinale (Internatinal Cnference n Harmnizatin f Technical

15 Requirements fr Registratin f Pharmaceuticals fr Human Use (ICH) (Cnférence internatinale sur l'harmnisatin des critères techniques relatifs à l'enregistrement des médicaments pur l'utilisatin humaine)) pur se pencher sur ce sujet a été rganisée dans le but de faire des recmmandatins sur les manières d'atteindre une meilleure harmnisatin dans l'interprétatin et l'applicatin des lignes directrices techniques et des exigences quant à l'enregistrement des prduits de façn à réduire u à prévenir la nécessité de dupliquer les tests faits pendant la recherche et le dévelppement de nuveaux médicaments. Après le premier cngrès de l'ich (1991), et dans les lignes directrices qui en nt déculé relativement aux tests de txicité à dse unique u dses répétées, il fut recmmandé d'un cmmun accrd que l'utilisatin de DL 50 (dse léthale 50) sit abandnnée pur les prduits pharmaceutiques. Bien qu'une évaluatin de la txicité aiguë sit nécessaire, une dse DL 50 calculée ne l'est pas (Federal Register, 61(166), Single Dse Acute Txicity Testing fr Pharmaceuticals; Revised Guidance). Parallèlement, l'ocde décnseille l'utilisatin du test DL 50 classique et recmmande l'utilisatin d'alternatives qui réduisent l'utilisatin du nmbre d'animaux et utilisent cmme pint limite la mrbidité plutôt que la mrtalité (OCDE, 1987). Les recmmandatins du Interagency Research Animal Cmmittee (IRAC, 1993) des É.U. sur la DL 50 spécifient que: 1. Le test DL 50 classique ne devrait être effectué que lrsqu'il est spécifiquement justifié pur des exigences scientifiques et qu'il est appruvé par le Cmité institutinnel de prtectin des animaux (institutinal animal care and use cmmittee (IACUC)). 2. Les prcédures de tests de txicité basées sur les principes de réductin et de raffinement (tel que le "Limit test") devrait être utilisées jusqu'à ce que des méthdes alternatives sient validées.» Le chix des tests de txicité devrait tenter de répndre aux critères de l'ensemble des diverses agences de réglementatin natinales afin de minimiser la nécessité de répéter les études pur un pays spécifique. Dans chacun des cas, le client dit vérifier avec la(les) agence(s) de réglementatin afin de déterminer le(s) test(s) nécessaire(s). Recalculer les dnnées txiclgiques publiées précédemment devrait également être envisagé, afin de vérifier la précisin des valeurs DE 50 (Dse efficace 50) et DL 50 (Irvine, et al., 1992). Études de txicité aiguë chez les pissns. Les tests de txicité aiguë avec des pissns nt été principalement effectués dans un cadre de prtectin de l'envirnnement des effluents industriels et d'évaluatin des risques indits par de nuveaux pesticides en agriculture et en fresterie. La questin principale tuche à la sécurité tandis que la pathlgie assciée à la txicité n'éveille que peu d'intérêt. Si aucune infrmatin n'est dispnible quant à la txicité ptentielle du matériel à tester sur le pissn, une étude de déterminatin des dses minimales et maximales devrait être faite avec un nmbre minimal de pissns. À l'apparitin de signes cliniques suraigus d'irritatin u de txicité, le pissn devrait être

16 immédiatement retiré et transféré dans de l'eau prpre. Si aucune réductin substantielle des signes cliniques n'apparaît dans les cinq minutes qui suivent le transfert en eau prpre, le pissn devrait être euthanasié. Ce n'est que lrsqu'une cncentratin des échantillns à tester ne prvquant pas de signes cliniques suraigus a été identifiée, qu'un nmbre plus imprtant de pissns purra être expsé à cette dse et à des cncentratins plus faibles qui sernt utilisées pur déterminer la txicité aiguë. Le nmbre minimal de dilutins avec un nmbre minimal de répétitins et un nmbre minimal d'animaux utilisés par dilutin, cmpatibles avec l'intervalle de cnfiance et le degré de précisin exigés, devraient être utilisés. Dans le cas d'un cntrôle d'effluents qui dépasseraient de lin les limites de sécurité demandées, les tests devraient s'inscrire dans une apprche ffrant des résultats acceptables u nn-acceptables plutôt que de quantifier la dilutin qui dnne un pint limite spécifié (ex.: CL 50 - Cncentratin léthale 50%). Pendant la péride initiale d'expsitin, les pissns devraient être bservés de façn cntinue durant les 45 à 60 premières minutes. Les bservatins subséquentes devraient être faites seln une prgressin gémétrique (ex.: 1,5 h; 3 h; 6 h et 12 h) puis au minimum deux fis par jur tant que dure l'étude. La fréquence des bservatins devrait augmenter avec l'apparitin de signes cliniques quels qu'ils sient. Dès l'apparitin de signes cliniques graves incmpatibles avec la survie du pissn (ex.: buche bée, vilentes cllisins avec le côté du bassin u de l'aquarium, hyperactivité), celui-ci devrait être enlevé et transféré en eau prpre. Si les signes cliniques persistent sans interruptin pendant plus de cinq minutes u snt suivis par la disparitin de l'attitude nrmale u de la psitin nrmale dans la clnne d'eau en eau prpre, le pissn devrait être euthanasié. Surveillance du Cmité de prtectin des animaux dans le cas d'études de txicité aiguë pur lesquelles la mrt est le pint limite. En plus des pints déjà sulevés, certains principes supplémentaires devant aider les CPA institutinnels à remplir leurs bligatins lrsque la mrt cmme pint limite fait partie d'un prtcle, nt été énumérés par Hamm (1995). Tel que déjà mentinné, une justificatin écrite du fait que la mrt sit nécessairement le pint limite dit être furnie au CPA avant que l'étude ne cmmence. Devraient figurer dans la dcumentatin: l'assurance que des pints limites plus précces aient été envisagés plus tôt ainsi que les raisns pur lesquelles il ne peut y avir d'analgésie. L'infrmatin sur la fréquence des cntrôles par du persnnel frmé, l'identificatin des signes de détresse u de maladie et le traitement des animaux présentant des anrmalités devraient être furnis au CPA et faire partie des cnditins préalables à l'expérience. Les registres cmplets dcumentant tus les actes et tutes les bservatins effectués devraient être classés et gardés à la dispsitin du CPA et du vétérinaire lcal (Hamm, 1995). ii. Études de txicité chrnique et études du vieillissement Principe directeur: Avant qu'un prtcle impliquant la nécessité de maintenir des animaux à un âge près u au-delà de l'âge de survie médian spécifique de l'espèce u de la suche (ex.: études de txicité chrnique u tests de

17 carcingénicité, u études du vieillissement) ne sit appruvé par le cmité de prtectin des animaux de l'institutin, le chercheur, en cllabratin avec le persnnel vétérinaire, dit établir quels snt les critères de pint limite pur l'euthanasie des animaux, les persnnes respnsables de la surveillance de l'état des animaux et le puvir des persnnes qui prendrnt la décisin d'euthanasier l'animal. En ce qui a trait aux pints limites, l'un des dmaines les plus cntrversés est celui des études de vieillissement u de txicité chrnique, particulièrement les études de carcingénicité exigées dans le cas de demandes liées à des nuveaux médicaments (Présentatin de drgues nuvelles (PDN)). Dans ces études, les animaux peuvent recevir le cmpsé à l'essai pendant des pérides puvant aller jusqu'à deux ans par les vies d'administratin qui sernt utilisées chez les humains. La plupart du temps, celles-ci snt rales (par gavage u mélange au régime alimentaire) mais d'autres vies peuvent être utilisées. Le cnflit surgit lrsque les chercheurs s'inquiètent du taux de survie. Pur que l'étude sit jugée négative, la Fd and Drug Administratin (FDA) et la Envirnmental Prtectin Agency (EPA) demandent que le taux de survie sit au mins de 50 %. En cllabratin avec le persnnel vétérinaire, le chercheur peut établir un critère d'euthanasie des animaux. Celui-ci devrait être défini avant que ne cmmence l'étude et appliqué au cas par cas. Les chercheurs devraient se familiariser avec les recmmandatins actuelles de l'ich cncernant les exigences liées aux tests spécifiques avant de rédiger leurs prtcles de recherche/tests. Le lgement et le sin des animaux qui vieillissent demandent une attentin spéciale quant à leur cnfrt et à leur bien-être. Les rats de plus de 18 mis, par exemple, tendent à être grs et à dévelpper des prblèmes liés au pids tels des lésins aux cussinets des pattes, de l'bésité et des tumeurs. L'utilisatin de cages à fnds slide ainsi que d'une litière apprpriée amélirera le niveau de cnfrt des animaux. Les vieux animaux peuvent également avir besin d'une attentin particulière quant à la manière dnt la nurriture et l'eau leur snt présentées. d. Recherche sur la duleur Du fait qu'il est inhérent aux études sur la duleur menées chez les êtres humains et les animaux qu'une certaine duleur sit prvquée, de telles expériences engendrent des préccupatins éthiques particulières. Cette difficulté fut recnnue très tôt lrsque l'étude de la duleur fut distinguée en tant que discipline. Destinés à servir de guide, les principes suivants furent extraits des références citées dans la discussin qui s'ensuit sur ce chapitre. Principes directeurs: les animaux ne devraient être expsés qu'à la duleur minimale nécessaire aux bjectifs de l'expérience; la durée de l'expérience devrait être aussi curte que pssible et le nmbre d'animaux impliqués gardé au minimum; des stimuli au seuil de la duleur devraient être utilisés de préférence aux stimuli à des niveaux au-dessus du seuil; si des mdèles de duleur aiguë u des tests de duleur aiguë snt utilisés pur lesquels la réactin de l'animal ne met pas fin à sa duleur mais que

18 celle-ci peut se prlnger au-delà du temps nécessaire pur l'btentin de résultats, il devrait être mis fin à la duleur aussi rapidement que pssible; l'utilisatin de tut test autre que des tests avec cmprtement d'évitement est frtement décuragée; aux mdèles animaux suffrant de duleurs chrniques, une analgésie adéquate devrait être dnnée en tut instant. Sur ce pint, ne devrait faire exceptin que les cas justifiés par le chercheur auprès du cmité institutinnel de prtectin des animaux, sur la preuve que les analgésiques interfèrernt avec les bjectifs de la recherche. Les lignes directrices de l'internatinal Assciatin fr the Study f Pain (IASP), Ethical Guidelines fr Investigatins f Experimental Pain in Cnscius Animals (déslé, lien plus dispnible) (Zimmermann, 1983), cmprtent sept pints liés à la justificatin de l'expérience ainsi qu'à la sévérité ptentielle et à la durée de la duleur induite chez l'animal d'expérimentatin. Ces sept pints snt les suivants: 1. «Il est essentiel que les expériences prjetées sur la duleur chez des animaux cnscients sient auparavant révisées par des scientifiques et des nn-scientifiques. Les bénéfices ptentiels de telles expériences en ce qui cncerne ntre cmpréhensin des mécanismes de la duleur et de la thérapie de la duleur divent être démntrés. Le chercheur devrait avir cnscience de la nécessité éthique de cntinuer à justifier ses recherches. 2. Autant que faire se peut, le chercheur devrait essayer le stimulus de la duleur sur lui-même; ce principe s'applique pur la plupart des stimuli nninvasifs induisant une duleur. 3. Afin de puvir évaluer les niveaux de duleur, le chercheur devrait faire une évaluatin attentive des déviatins du cmprtement de l'animal par rapprt à la nrmale. Pur cela, les paramètres physilgiques et cmprtementaux devraient être mesurés. Le résultat de cette évaluatin devrait être cnsigné dans le cmpte rendu. 4. Lrs d'études de duleur chrnique u aiguë chez les animaux, des mesures devraient être prises afin de garantir de manière raisnnable que l'animal est expsé à la duleur minimale nécessaire à la réalisatin du but de l'expérience. 5. Un animal suffrant présumément de manière chrnique devrait être traité afin d'être sulagé de sa duleur u devrait puvir s'aut-administrer des prcédures u agents analgésiques, en autant que cela n'interfère pas avec les buts de la recherche. 6. Les études de la duleur chez un animal paralysé par un agent de blquage neurmusculaire ne devraient pas être accmplies sans que ne sit faite une anesthésie générale u une prcédure chirurgicale adéquate qui élimine la sensibilité. 7. La durée de l'expérience dit être aussi curte que pssible et le nmbre d'animaux impliqués gardé à sn minimum.» Dans le cas des mdèles animaux de duleur aiguë, un plan détaillé de l'expérience et une réalisatin précise de celle-ci permettrnt d'btenir des résultats avec les plus petits nmbres d'animaux nécessaires. Un pint limite apprprié dit être défini. Le type de test de duleur prpsé aura une incidence sur

19 le chix du pint limite. Ainsi que précisé par les lignes directrices de l'iasp, il incmbe au chercheur d'être parfaitement au fait du cmprtement des espèces animales utilisées et de dcumenter les changements physilgiques et cmprtementaux bservés chez les animaux sujets aux stimuli prvquant une duleur. Cela est également imprtant afin de puvir recnnaître des niveaux de duleur élevés s'ils se présentent. Certains des tests relatifs à la duleur aiguë nt suvent été effectués sur des êtres humains et ces expériences devraient servir de repère aux chercheurs en ce qui cncerne la nature de la duleur prduite. De nmbreux tests de duleur utilisent un seuil de duleur qui peut être repéré par le déclenchement d'un cmprtement d'évitement u de retrait de l'animal. Si l'intensité du stimulus est au-dessus du seuil nécessaire à l'btentin d'une répnse, l'applicatin du stimulus dit être faite avec une attentin particulière. Autant que faire se peut, les stimuli utilisés devraient être au niveau du seuil de duleur plutôt qu'à des niveaux supérieurs à celui-ci. Franklin et Abbtt (1989) sulignent que, dans bien des cas, les stimuli avec des niveaux supérieurs au seuil de duleur ne snt pas nécessaires. Lrs de certains de ces tests, les animaux peuvent mettre fin eux-mêmes aux stimuli inducteurs de duleur. Par exemple, dans le test de latence de rétractin de la queue et dans celui de la plaque chauffante, la première répnse de l'animal dénte le pint limite et l'animal est alrs sustrait au stimulus. Dans d'autres tests (ex.: les tests induisant un dmmage aigu aux tissus dnt le test cnvulsif et le test de réactin au frml) le stimulus de duleur dure vraisemblablement plus lngtemps que la durée du test et les animaux ne peuvent s'y sustraire. Il serait préférable d'utiliser des tests d'évitement plutôt que des tests avec lesquels la duleur cntinue après l'btentin des résultats. Si les mdèles de duleur aiguë u des tests de duleur aiguë snt utilisés dans lesquels la duleur ne prend pas fin avec la réactin de l'animal, il dit être mis fin à la duleur aussi rapidement que pssible. Cela peut vulir signifier que les animaux divent être euthanasiés de manière humanitaire dès la fin du test (ex.: test cnvulsif) u que des analgésiques divent leur être administrés. Les mdèles animaux de duleur chrnique sulèvent des questins particulières étant dnné que le cût en résultant, pur les animaux auxquels une duleur chrnique est induite (arthrite induite par adjuvant chez le rat, par exemple), peut être très élevé. Il est bien cnnu que de tels états pathlgiques chez les êtres humains snt suvent accmpagnés de duleur grave et incessante ainsi que de détresse. À mins qu'une attentin particulière ne sit prtée aux mdèles animaux utilisés dans une telle étude, la duleur et/u la détresse purraient facilement cntinuer au-delà de ce qui est nécessaire aux bjectifs de la recherche. Franklin et Abbtt (1989) suggèrent que la duleur déculant de l'arthrite induite par adjuvant chez le rat apprche une intensité telle que, en se basant sur l'échelle prpsée par Mrtn et Griffiths (1985), un sulagement (par analgésiques) devrait être apprté. Le chercheur principal, le vétérinaire de l'institutin et le CPA devraient s'assurer que tutes les ptins nt été cnsidérées afin de limiter u de diminuer l'incnfrt et la duleur de ces animaux. Tus les animaux suffrant de manière chrnique devraient être suivis avec une attentin particulière nn seulement pur sulager leur suffrance mais également en ce qui a trait à leur gestin et leur hébergement. En plus des sins habituels

20 dnnés aux animaux de labratire, beaucup peut être fait pur amélirer le cnfrt de ces mdèles animaux particuliers (ex.: manipulatin délicate, accès facilité à l'eau et à la nurriture, lgement dans des cages à fnd slide avec une cuche épaisse de litière melleuse). L'expertise du vétérinaire d'animaux de labratire et des techniciens en santé animale devrait être utilisée lrs des discussins de ces éléments par le CPA. e. Études des maladies infectieuses, essais cliniques de vaccins, etc. Principe directeur: En ce qui a trait à tute recherche sur les maladies infectieuses, y cmpris les tests de virulence utilisant des mdèles animaux, des pints limites devraient être établis afin de minimiser le ptentiel de suffrance et/u de détresse chez les animaux. Certaines études faites sur les maladies infectieuses (ex.: tests faits afin d'établir la virulence d'un rganisme infectieux) snt encre effectuées avec la mrt cmme pint limite prpsé (aussi cnnues sus le nm de Test de prtectin des rngeurs). L'utilisatin de tests DP 50 (dse prtectrice 50 %) chez les suris peut s'avérer nécessaire lrsque des études anti-infectieuses snt faites. Sthill, et al. (1992) nt truvé que chez les suris infectées par des bactéries, une hypthermie de 34 C s'avérait prédictive de mrtalité. Siems et Allen (1989) nt recmmandé que le pint limite dans un mdèle de maladie (infectin chrnique systémique par Candida albicans) sit défini (parmi d'autres mesures) cmme étant le pint auquel les animaux perdent plus de 20 % de leur pids u lrsque leur température crprelle baisse de plus de 4 C, ces deux symptômes puvant être facilement surveillés. La grandeur de ces déviatins par rapprt à la nrmale dnnerait une valeur maximale sur l'échelle de Mrtn et Griffiths (1985), indiquant des effets négatifs graves sur l'animal. Le Rdent Prtectin Test Wrking Party de G.-B. a cnsidéré que les signes suivants faisaient partie des signes généraux dnt témignent les rngeurs atteints d'infectins systémiques: pil éburiffé (u hérissé), perte de pids, éculement des yeux, léthargie, ds curbé, ataxie, tremblement, hypthermie, cyanse (Acred, et al., 1994). Des systèmes utiles d'évaluatin clinique pur certains tests de prtectin des rngeurs (TPR) bactériens, dnt les TPR pur Candida albicans et pur Herpes simplex furent recmmandés par le Rdent Prtectin Test Wrking Party (Acred, et al., 1994). L'utilisatin de listes de vérificatin des bservatins avec des pérides d'bservatin suffisamment fréquentes (vir sectin 5 - Déterminatin de la fréquence nécessaire aux bservatins animales) aidera le chercheur à détecter le pint auquel les signes d'une détériratin prgressive de l'état de l'animal amèneraient celui-ci à murir si aucune interventin n'est faite (Acred, et al., 1994). f. Mdèles animaux spécifiques ptentiellement assciés à des niveaux significatifs de suffrance et/u de détresse Principe directeur: Tute suffrance et/u détresse u déficience fnctinnelle affectant négativement le bien-être de l'animal, qui n'est pas «nécessaire» pur

Document d information

Document d information Dcument d infrmatin Dépôt du rapprt du Bureau du vérificateur général sur la vérificatin de gestin de l Administratin de la Chambre Au sujet de la vérificatin Prtée La vérificatin avait pur but d examiner

Plus en détail

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes:

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes: Descriptin de la prpsitin du Canada cncernant l élabratin d une Li type sur les règles de cmpétence et de cnflits de lis en matière de cntrats de cnsmmatin dans le cadre de la CIDIP-VII Dans le cadre de

Plus en détail

L UTILISATION DE STANDARDS DE DONNEES DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE BELGE INTRODUCTION

L UTILISATION DE STANDARDS DE DONNEES DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE BELGE INTRODUCTION Cntenu 1. Origine... 2 2. Apprche... 2 3. Dmaine... 2 4. Pints de départ... 3 4.1. Cnventin sectrielle... 3 4.2. De Service Level Agreement vers Cnventin... 3 4.3. Seln le mdèle «cnsensus»... 3 4.4. Basées

Plus en détail

Notes explicatives Accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Article 1

Notes explicatives Accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Article 1 1 Ntes explicatives Accrd Canada États-Unis pur un meilleur échange de renseignements fiscaux Article 1 Li de mise en œuvre de l Accrd Canada États-Unis pur un meilleur échange de renseignements fiscaux

Plus en détail

Programme de surveillance : Développement professionnel Document explicatif

Programme de surveillance : Développement professionnel Document explicatif Prgramme de surveillance : Dévelppement prfessinnel Dcument explicatif DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL Questinnaire d aut-inspectin«(qai) Plan d atteinte des standards (PAS) Plan de prise en charge du patient

Plus en détail

Renouvellement d une police d assurance

Renouvellement d une police d assurance AGENTS, COURTIERS Renuvellement d une plice d assurance La prcédure de renuvellement vise à aider les représentants à respecter leurs bligatins lrs du renuvellement d une plice d assurance. Ces bligatins

Plus en détail

MSc avec projet supervisé en marketing. Lignes directrices à l intention des étudiants et professeurs

MSc avec projet supervisé en marketing. Lignes directrices à l intention des étudiants et professeurs MSc avec prjet supervisé en marketing Lignes directrices à l intentin des étudiants et prfesseurs Le prjet supervisé Avec mémire u avec prjet supervisé, la M. Sc. en gestin mène, au chix de chacun, à des

Plus en détail

PHASE 1 : choix et définition du sujet du TM.

PHASE 1 : choix et définition du sujet du TM. PHASE 1 : chix et définitin du sujet du TM. Le chix du sujet est une partie imprtante du TM. Ce chix se fait durant la 1 ère phase. La prblématique du thème cncerne le rapprt entre la chimie et la vie

Plus en détail

Chapitre 6 Les groupes au cœur de LinkedIn

Chapitre 6 Les groupes au cœur de LinkedIn Chapitre 6 Les grupes au cœur de LinkedIn Purqui les grupes snt-ils assimilés au cœur de LinkedIn? Parce que ce snt les grupes qui génèrent le plus d interactins. C est au sein des grupes que vus puvez

Plus en détail

COMPTE-RENDU de la réunion des ACMO de l UPMC. Réunion du 15 septembre 2009

COMPTE-RENDU de la réunion des ACMO de l UPMC. Réunion du 15 septembre 2009 COMPTE-RENDU de la réunin des ACMO de l UPMC Réunin du 15 septembre 2009 Le 30/09/2009 Présents : Les ACMO : 79 ACMO Campus Jussieu et Sites parisiens Les représentants du Service Hygiène et Sécurité (SHS)

Plus en détail

PROCESSUS DE CERTIFICATION DES MONITEURS JE NAGE INFORMATIONS POUR LES MAITRE ÉVALUATEURS

PROCESSUS DE CERTIFICATION DES MONITEURS JE NAGE INFORMATIONS POUR LES MAITRE ÉVALUATEURS PROCESSUS DE CERTIFICATION DES MONITEURS JE NAGE INFORMATIONS POUR LES MAITRE ÉVALUATEURS NOTE: Les mniteurs qui suivent la frmatin de mise à niveau et de mise à niveau à distance ne snt pas tenus de remplir

Plus en détail

Choisir un coach-mentor

Choisir un coach-mentor Ce texte est une traductin d un dcument prduit par Assciatin f Cach Training Organizatins (ACTO)( www.actnline.cm), et endssé par Internatinal Cach Federatin (ICF). Dans ce texte le masculin inclut le

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Cnseil de la santé publique AVIS relatif à la vaccinatin par le vaccin pneumcccique cnjugué 11 décembre 2009 Vaccin pneumcccique cnjugué Un nuveau vaccin pneumcccique cnjugué (Prevenar 13 ), cmpsé

Plus en détail

POLITIQUE ET PROCÉDURE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN

POLITIQUE ET PROCÉDURE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN POLITIQUE ET PROCÉDURE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN Appruvé par le Cmité de directin du Cégep de Saint-Jérôme en nvembre 2014 TABLE DES MATIERES 1. ÉNONCÉ... 3 2. OBJECTIFS...

Plus en détail

COMMENT METTRE EN ŒUVRE UNE POLITIQUE ANTI-TABAC DANS DES IMMEUBLES À LOGEMENTS MULTIPLES

COMMENT METTRE EN ŒUVRE UNE POLITIQUE ANTI-TABAC DANS DES IMMEUBLES À LOGEMENTS MULTIPLES Mars 2011 COMMENT METTRE EN ŒUVRE UNE POLITIQUE ANTI-TABAC DANS DES IMMEUBLES À LOGEMENTS MULTIPLES Prtcle relatif aux cndminiums et aux cpératives de lgement en Ontari Les étapes suivantes ne snt que

Plus en détail

Strasbourg, le 09/07/2012

Strasbourg, le 09/07/2012 Directin de la Prtectin et de la Prmtin de la Santé Pôle émetteur : Santé et Risques Envirnnementaux Enjeux sanitaires de la qualité de l air : Nte de synthèse relative à l Impact sanitaire de la pllutin

Plus en détail

ÉTAPES CLÉS DE LA RÉPONSE AUX VIOLATIONS DU RESPECT DE LA

ÉTAPES CLÉS DE LA RÉPONSE AUX VIOLATIONS DU RESPECT DE LA AVIS DE PRATIQUE DE L OMBUDSMAN DU MANITOBA Les avis de pratique snt préparés par l Ombudsman du Manitba afin d aider les persnnes qui utilisent la législatin. Leur bjet en est un de cnseil seulement et

Plus en détail

COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS. Rapport Final. préparé par le

COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS. Rapport Final. préparé par le COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS Rapprt Final préparé par le Cmité Technique de Revue des Titres et Cnventins Miniers de la République de Guinée cncernant la cnstructin et l'explitatin

Plus en détail

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 FICHE TECHNIQUE DECEMBRE 2010. LE CONTEXTE Les utils de cmmunicatin et de gestin dévelppés par les rganisatins de greeters de par le mnde snt assez cmparables : Chaque rganisatin

Plus en détail

EQUIPE SUR LE BUDGET ET LES FINANCES 1 COALITION POUR LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE (CICC)

EQUIPE SUR LE BUDGET ET LES FINANCES 1 COALITION POUR LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE (CICC) EQUIPE SUR LE BUDGET ET LES FINANCES 1 COALITION POUR LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE (CICC) SOUMISSION A LA DOUZIEME SESSION DU COMITE DU BUDGET ET DES FINANCES, 20 AU 24 AVRIL 2009 15 AVRIL 2008 I. Bienvenue

Plus en détail

Cycle d informations et d échanges

Cycle d informations et d échanges La gestin financière des établissements d enseignement supérieur et de recherche Fiche n 8 : Les cmptables publics : l agent cmptable principal, les agents cmptables secndaires et les régisseurs Ainsi

Plus en détail

Nouveautés apportées à l assessment-tool

Nouveautés apportées à l assessment-tool Nuveautés apprtées à l assessment-tl La dcumentatin et les utils d aide de Friendly Wrk Space snt régulièrement révisés, actualisés et dévelppés. Ainsi, la directive a une nuvelle fis été mise à jur en

Plus en détail

Approche générale de l OCRCVM pour l évaluation des risques de crédit liés aux contreparties

Approche générale de l OCRCVM pour l évaluation des risques de crédit liés aux contreparties Avis sur les règles Appel à cmmentaires Règles des curtiers membres Persnne-ressurce : Richard J. Crner Vice-président à la plitique de réglementatin des membres 416 943-6908 rcrner@iirc.ca Destinataires

Plus en détail

de l interprétation de conférences

de l interprétation de conférences L de l interprétatin de cnférences Cmment garantir le succès de la cmmunicatin multilingue d une réunin internatinale Avant de cmmencer Interprétatin vs traductin Qu attend-n d un service d interprétatin?

Plus en détail

Garde côtière auxiliaire canadienne Directive - Crédit d'impôt pour les volontaires en recherche et sauvetage

Garde côtière auxiliaire canadienne Directive - Crédit d'impôt pour les volontaires en recherche et sauvetage . Garde côtière auxiliaire canadienne Directive - Crédit d'impôt pur les vlntaires en recherche et sauvetage Objectif De furnir aux assciatins réginales de la GCAC des directives pur déterminer, enregistrer

Plus en détail

Aucune distinction entre un logiciel développé et en maintenance par GEOBOX SA et un logiciel uniquement revendu par GEOBOX SA.

Aucune distinction entre un logiciel développé et en maintenance par GEOBOX SA et un logiciel uniquement revendu par GEOBOX SA. Winterthur, le 1.1.2010 Cnditins générales GEOBOX SA Technpark Winterthur Jägerstrasse 2 8406 Winterthur 1 Objet du cntrat GEOBOX SA furnit des prestatins à ses clients dans le but d assurer, autant pur

Plus en détail

1. Bases légales. 2. Introduction. 3. Recommandations. Service de la santé publique. Rue Cité - Devant 11 1014 Lausanne

1. Bases légales. 2. Introduction. 3. Recommandations. Service de la santé publique. Rue Cité - Devant 11 1014 Lausanne Service de la santé publique Rue Cité - Devant 11 1014 Lausanne Directives sur la mise en place de dispsitifs sanitaires de manifestatins adptées par la Cmmissin pur les mesures sanitaires d'urgence (CMSU)

Plus en détail

CODE DE CONDUITE ET D'ÉTHIQUE POLITIQUE EN MATIÈRE DE CADEAUX ET DE DIVERTISSEMENT

CODE DE CONDUITE ET D'ÉTHIQUE POLITIQUE EN MATIÈRE DE CADEAUX ET DE DIVERTISSEMENT CODE DE CONDUITE ET D'ÉTHIQUE POLITIQUE EN MATIÈRE DE CADEAUX ET DE DIVERTISSEMENT POLITIQUE EN MATIÈRE DE CADEAUX ET DE DIVERTISSEMENT Faire u accepter des cadeaux d'entreprise et des prpsitins de divertissement

Plus en détail

ÉTABLISSEMENT DU COÛT DE LA VIE

ÉTABLISSEMENT DU COÛT DE LA VIE ÉTABLISSEMENT DU COÛT DE LA VIE Dans une planificatin financière intégrée, l établissement du cût de la vie cnstitue une étape essentielle qui servira à : assurer la chérence entre le cût de la vie et

Plus en détail

NORMES DE FINANCEMENT DU SENTIER TRANSCANADIEN 2011-2013

NORMES DE FINANCEMENT DU SENTIER TRANSCANADIEN 2011-2013 NORMES DE FINANCEMENT DU SENTIER TRANSCANADIEN 2011-2013 VUE D ENSEMBLE Le Sentier est un rganisme enregistré de bienfaisance à but nn lucratif vué à la réalisatin de la cnstructin et de la prmtin du sentier

Plus en détail

LE CONSEILLER EN PREVENTION DANS L ENSEIGNEMENT PRIMAIRE.

LE CONSEILLER EN PREVENTION DANS L ENSEIGNEMENT PRIMAIRE. LE CONSEILLER EN PREVENTION DANS L ENSEIGNEMENT PRIMAIRE. NOTE. Paulus jean-luis Cnseiller en Préventin Niveau 2. paulus.jean-luis@htmail.fr 1 La li du 4 aût 1996 sur le Bien-être a mdifié la terminlgie

Plus en détail

Introduction/contexte

Introduction/contexte Aide financière accrdée par les rganismes de services aux persnnes ayant une déficience intellectuelle aux prgrammes de Services de sutien à l intégratin et à l analyse des cnstatatins du sndage sur la

Plus en détail

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES - 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Présentatin du tableau de brd, Principes de la remntée des cmptes. Outils de gestin prévisinnelle, d'analyse financière

Plus en détail

T R A I T E M E N T D E S S O M M E S A C C U M U L É E S À L A S U I T E D E S D É P Ô T S N O N R É C L A M É S

T R A I T E M E N T D E S S O M M E S A C C U M U L É E S À L A S U I T E D E S D É P Ô T S N O N R É C L A M É S T R A I T E M E N T D E S S O M M E S A C C U M U L É E S À L A S U I T E D E S D É P Ô T S N O N R É C L A M É S Page de 0 C O N T E X T E Sciété en cmmandite Gaz Métr («Gaz Métr») demande à certains

Plus en détail

Les documents de référence (2012-05-D-14-fr-7 et 2012-05-D-15-fr-8) peuvent être consultés sur le site des écoles européennes.

Les documents de référence (2012-05-D-14-fr-7 et 2012-05-D-15-fr-8) peuvent être consultés sur le site des écoles européennes. X) Types d aide aux apprentissages. Crdinateurs du sutien («Supc») : Mme Maria BRENNAN et Mme Irene THOMAS pur l écle primaire Mme Charltte HENRIKSEN pur l écle secndaire. Les dcuments de référence (2012-05-D-14-fr-7

Plus en détail

Scénario 2 : La promesse

Scénario 2 : La promesse Scénari 2 : La prmesse D enise est infirmière auxiliaire autrisée depuis 10 ans, Elle exerce dans une clinique externe d un grand hôpital général. Aujurd hui, elle est chargée de prendre sin d Amanda,

Plus en détail

CONDITIONS CLÉS À REMPLIR : règlement définitif sur les contrôles préventifs de l alimentation humaine Aperçu

CONDITIONS CLÉS À REMPLIR : règlement définitif sur les contrôles préventifs de l alimentation humaine Aperçu La FDA ffre cette traductin à titre de service pur l audience internatinale. Nus espérns que cette traductin vus sera utile. En dépit des effrts furnis par l Administratin pur que la traductin sit la plus

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2014. Modèles de tumeurs spontanées chez l animal pour la recherche translationnelle en cancérologie

APPEL A PROJETS 2014. Modèles de tumeurs spontanées chez l animal pour la recherche translationnelle en cancérologie APPEL A PROJETS 2014 Mdèles de tumeurs spntanées chez l animal pur la recherche translatinnelle en cancérlgie L'ITMO Cancer de l alliance natinale pur les sciences de la vie et de la santé (AVIESAN) en

Plus en détail

Dr Craig Bihun, Institut des sciences biologiques, Conseil national de recherches (ad hoc)

Dr Craig Bihun, Institut des sciences biologiques, Conseil national de recherches (ad hoc) Les Lignes directrices du CCPA: frmatin des utilisateurs d'animaux dans les institutins et le Plan de curs recmmandé pur un prgramme institutinnel de frmatin destiné aux utilisateurs d'animaux furent élabrés

Plus en détail

Plan d accessibilité pluriannuel (2014-2021)

Plan d accessibilité pluriannuel (2014-2021) Intrductin Ce plan pluriannuel expse les grandes lignes de la stratégie des Services à l enfance Grandir ensemble pur prévenir et éliminer les bstacles à l accessibilité afin de répndre aux exigences actuelles

Plus en détail

Guide des MOOC à l UL

Guide des MOOC à l UL Guide des MOOC à l UL Infrmatins pur les enseignants Page SOMMAIRE Qu est-ce qu un MOOC? Quelle différence entre un MOOC et un curs en ligne? Sur quelle platefrme héberger sn MOOC? J ai un prjet de MOOC

Plus en détail

1 OBJET DE LA CONSULTATION

1 OBJET DE LA CONSULTATION CONSULTATION DANS LE CADRE DE L ASSISTANCE SYSTEME ENVIRONNEMENTS INFORMATIQUES Z/OS, UNIX, WINDOWS AU CTIG (INRA DE JOUY EN JOSAS) 1 OBJET DE LA CONSULTATION Le CTIG suhaite btenir une assistance système

Plus en détail

Réhabilitation des institutions financières rurales : les enseignements tirés du Bénin et l expérience Africaine

Réhabilitation des institutions financières rurales : les enseignements tirés du Bénin et l expérience Africaine Public Disclsure Authrized N. 131 janvier 2000 Public Disclsure Authrized Public Disclsure Authrized Réhabilitatin des institutins financières rurales : les enseignements tirés du Bénin et l expérience

Plus en détail

Compte rendu groupes de travail sur émergence des questions évaluatives (Atelier qualification collective 1)

Compte rendu groupes de travail sur émergence des questions évaluatives (Atelier qualification collective 1) Cmpte rendu grupes de travail sur émergence des questins évaluatives (Atelier qualificatin cllective 1) Objectifs : Identificatin des questins évaluatives (tris au maximum) et les myens qui divent être

Plus en détail

FORMATION INNOVATION MANAGEMENT

FORMATION INNOVATION MANAGEMENT FORMATION INNOVATION MANAGEMENT Atelier de 3 jurs «Réinventer sn activité» à destinatin de chefs d entreprises Dates : 24/11, 08/12 et 09/12 Lieu : Chambre de Cmmerce du Luxemburg Frais d'inscriptin :

Plus en détail

Banque Scotia Charte Comité de direction et d'évaluation des risques

Banque Scotia Charte Comité de direction et d'évaluation des risques Banque Sctia Charte Cmité de directin et d'évaluatin des risques Attributins, bligatins et respnsabilités du Cmité de directin et d'évaluatin des risques du cnseil d'administratin («le cmité»). A. Mandat

Plus en détail

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien Cohorte 2012-2013

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien Cohorte 2012-2013 PLAN DE FORMATION Frmatin : Le rôle du superviseur au qutidien Chrte 2012-2013 1. Prblématiques ayant engendré le besin de frmatin Dans le passé, n recherchait des superviseurs cmpétents au plan technique.

Plus en détail

ISO22301 Lead Implementer et Plan de Continuité d Activité

ISO22301 Lead Implementer et Plan de Continuité d Activité ISO22301 Lead Implementer et Plan de Cntinuité d Activité Du 17 au 21 Nvembre 2014 Hôtel NOVOTEL Mhamed V - Tunis Page 1/6 Intrductin La frmatin certifiante ISO22301 Lead Implementer et Plan de Cntinuité

Plus en détail

Dispositions en matière de protection des données et d'utilisation de l'application mobile «Mon EGK»

Dispositions en matière de protection des données et d'utilisation de l'application mobile «Mon EGK» Dispsitins en matière de prtectin des dnnées et d'utilisatin de l'applicatin mbile «Mn EGK» (App EGK) Versin 1.1 du 31.07.2013 Nus vus remercins de l'intérêt manifesté pur l'applicatin mbile «Mn EGK» et

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de TELUS

Plan pluriannuel d accessibilité de TELUS Plan pluriannuel d accessibilité de Li sur l accessibilité pur les persnnes handicapées de l Ontari (LAPHO) 2014-2021 Plan pluriannuel d accessibilité de LAPHO Table des matières Applicatin 1 Intrductin

Plus en détail

BIEN CHOISIR SON CA. En appliquant les règles que vous propose l Ordre des comptables agréés du Québec, vous gagnerez sur trois plans :

BIEN CHOISIR SON CA. En appliquant les règles que vous propose l Ordre des comptables agréés du Québec, vous gagnerez sur trois plans : BIEN CHOISIR SON CA PROCÉDURE PROPOSÉE AUX DEMANDEURS DE SERVICES POUR LES APPELS D OFFRES DE SERVICES AUPRÈS DE COMPTABLES AGRÉÉS Il est de plus en plus curant dans le mnde des affaires de prcéder à des

Plus en détail

Attention : Tous prêteurs L information pour toutes les personnes enregistrées en vertu de la Loi sur la communication du coût du crédit

Attention : Tous prêteurs L information pour toutes les personnes enregistrées en vertu de la Loi sur la communication du coût du crédit Attentin : Tus prêteurs L infrmatin pur tutes les persnnes enregistrées en vertu de la Li sur la cmmunicatin du cût du crédit Cmmissin des services financiers et des services aux cnsmmateurs Divisin des

Plus en détail

AVIS N 148 DU 9 OCTOBRE 2015 DU BUREAU DU CONSEIL DE L'EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES, RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE DES TRAVAILLEUSES

AVIS N 148 DU 9 OCTOBRE 2015 DU BUREAU DU CONSEIL DE L'EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES, RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE DES TRAVAILLEUSES 1 AVIS N 148 DU 9 OCTOBRE 2015 DU BUREAU DU CONSEIL DE L'EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES, RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE DES TRAVAILLEUSES VICTIMES DE FAUSSES COUCHES 1. JUSTIFICATION Tant

Plus en détail

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 1 ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 2 CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL SOMMAIRE PREAMBULE OBJET DES GROUPES DE TRAVAIL CREATION ET DISSOLUTION

Plus en détail

Coaching Professionnel. Franck Struyf

Coaching Professionnel. Franck Struyf Caching Prfessinnel Franck Struyf L'expérience, ce n'est pas ce qui arrive à quelqu'un, c'est ce que quelqu'un fait avec ce qui lui arrive. (Aldus Huxley) Expériences Persnnelles Je m appelle Franck Struyf

Plus en détail

1 M-02 Le matériel de transport

1 M-02 Le matériel de transport 1 Objectif Ce qu il faut retenir Cette fiche décrit les cntraintes qui prtent sur le matériel rulant pur les transprts, qu il s agisse des véhicules prpres aux établissements u des véhicules utilisés par

Plus en détail

PLAN DE TRAVAIL DU RÉSEAU DES FEMMES PARLEMENTAIRES DES AMÉRIQUES 2010 2012

PLAN DE TRAVAIL DU RÉSEAU DES FEMMES PARLEMENTAIRES DES AMÉRIQUES 2010 2012 PLAN DE TRAVAIL DU RÉSEAU DES FEMMES PARLEMENTAIRES DES AMÉRIQUES 2010 2012 Suivant les bjectifs du Réseau des femmes parlementaires des Amériques, les prirités d actin de la présidente du Réseau et les

Plus en détail

Mise en place d un espace numérique de travail Quickplace

Mise en place d un espace numérique de travail Quickplace Mise en place d un espace numérique de travail Quickplace Une fis l espace créé par le CRDP, il y a un certain nmbre de travaux à prévir avant de puvir l utiliser avec les étudiants. D une manière générale,

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL SCIENCES ET TECHNIQUES SANITAIRES ET SOCIALES EPREUVE PRATIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL SCIENCES ET TECHNIQUES SANITAIRES ET SOCIALES EPREUVE PRATIQUE Sessin 2011 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL SCIENCES ET TECHNIQUES SANITAIRES ET SOCIALES EPREUVE PRATIQUE Durée : 3 heures Cefficient 7 L'usage de la calculatrice

Plus en détail

Résumé Les particularités des machines à sous et leur incidence sur le comportement des joueurs compulsifs

Résumé Les particularités des machines à sous et leur incidence sur le comportement des joueurs compulsifs Résumé Les particularités des machines à sus et leur incidence sur le cmprtement des jueurs cmpulsifs K. Finlay 1 H. H. C. Marmurek V. Kanetkar J. Lnderville Sujet de la recherche Quelques recherches laissent

Plus en détail

L efficacité est-elle soluble dans la formation?

L efficacité est-elle soluble dans la formation? L efficacité est-elle sluble dans la frmatin? Diagnstic, enjeux et perspectives du cncept d efficacité en frmatin 10 e Université d Hiver de la Frmatin prfessinnelle Arles, 23 janvier 2008 Françis-Marie

Plus en détail

Cahiers des Clauses Particulières relative à l achat d une étude portant sur l analyse de la négociation d entreprise sur l égalité professionnelle.

Cahiers des Clauses Particulières relative à l achat d une étude portant sur l analyse de la négociation d entreprise sur l égalité professionnelle. Cahiers des Clauses Particulières relative à l achat d une étude prtant sur l analyse de la négciatin d entreprise sur l égalité prfessinnelle. Directin Réginale des entreprises, de la cncurrence, de la

Plus en détail

REFLEXIONS sur l accompagnement de «FIN DE VIE» du sujet âgé

REFLEXIONS sur l accompagnement de «FIN DE VIE» du sujet âgé REFLEXIONS sur l accmpagnement de «FIN DE VIE» du sujet âgé OBJECTIFS 1) Amélirer la prise en cmpte de la fin de vie dans les EHPAD, répndant en cela à l bligatin légale qui leur est faite depuis le décret

Plus en détail

S investir dans une franchise : le guide de la Banque Scotia pour le choix d une franchise

S investir dans une franchise : le guide de la Banque Scotia pour le choix d une franchise Le franchisage et la Banque Sctia S investir dans une franchise : le guide de la Banque Sctia pur le chix d une franchise Cnsciente de l imprtante cntributin des entreprises franchisées à la vie écnmique,

Plus en détail

Résumé chapitre 4 Assurance vie universelle

Résumé chapitre 4 Assurance vie universelle Assurance vie Résumé chapitre 4 Assurance vie universelle Attentin : Des cmpléments d infrmatin nt été ajutés en vert dans le résumé. Ceux-ci n apparaissent pas dans le manuel d étude. L assurance vie

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL CQP ANIMATEUR PÉRISCOLAIRE

RÉFÉRENTIEL CQP ANIMATEUR PÉRISCOLAIRE RÉFÉRENTIEL CQP ANIMATEUR PÉRISCOLAIRE CQP Animateur Périsclaire Versin au 11/07/2013 Rappel : Extrait annexe IV: Cnventin cllective Mdalités de créatin d'un CQP, cntenu du cahier des charges : le titre

Plus en détail

Qualité de service. Business Together with Microsoft Online Services

Qualité de service. Business Together with Microsoft Online Services Cnventin de Services Applicatins Managées Qualité de service Business Tgether with Micrsft Online Services La présente annexe spécifie les engagements de qualité de service applicables au service «Business

Plus en détail

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS Date de créatin : 1 er nvembre 2007 Date de dernière mise à jur : 19 nvembre 2012 Services Impliqués : Départements gestin, Directin générale, DCCI Objet

Plus en détail

Service de mobilité interbancaire - Règlement

Service de mobilité interbancaire - Règlement versin 1.0-28/10/2009 Service de mbilité interbancaire - Règlement Ce règlement cnstitue le cadre général dans lequel les banques participantes ffrent en Belgique au cnsmmateur un service de mbilité interbancaire

Plus en détail

Directive et procédure : Gestion du centre de documentation

Directive et procédure : Gestion du centre de documentation DSPR-DIR-02-01 Manuel de gestin Directive et prcédure : Expéditeur : Persnnel visé : Respnsable de sa mise en applicatin : Directin des services prfessinnels et de réadaptatin Persnnel du CR La Myriade

Plus en détail

URGENT : AVERTISSEMENT DE SECURITE Erreur du code-barres à l étiquette n 23 WIZARD 2

URGENT : AVERTISSEMENT DE SECURITE Erreur du code-barres à l étiquette n 23 WIZARD 2 PerkinElmer Singapre Pte Ltd 28 Ayer Rajah Crescent #04-01/08 Singapre 139959 C. Reg. N. 199707113D Phne 65 6868 1688 Fax 65 6779 6567 www.perkinelmer.cm 13 Mai 2015 URGENT : AVERTISSEMENT DE SECURITE

Plus en détail

Audits énergétiques Entreprises Règlementation et perspectives Méthodologie Février15

Audits énergétiques Entreprises Règlementation et perspectives Méthodologie Février15 Audits énergétiques Entreprises Règlementatin et perspectives Méthdlgie Février15 Présentatin générale Qui smmes-nus? Bureau d études techniques Energies renuvelables et Maitrise de l Energie Actinnariat

Plus en détail

"TSPM" «TENSTEP PROJECT MANAGER» ( * ) ACADEMIE TENSTEP USA GEORGIA FORMATEUR : Pr. Rodolfo CASABONNE D.G TENSTEP FRANCE

TSPM «TENSTEP PROJECT MANAGER» ( * ) ACADEMIE TENSTEP USA GEORGIA FORMATEUR : Pr. Rodolfo CASABONNE D.G TENSTEP FRANCE & ORGANISENT DU 29 NOVEMBRE AU 3 DECEMBRE 2010 UNE FORMATION EN GESTION DE PROJET ET UNE CERTIFICATION INTERNATIONALE : "TSPM" «TENSTEP PROJECT MANAGER» ( * ) ACADEMIE TENSTEP USA GEORGIA FORMATEUR : Pr.

Plus en détail

ÉTUDIANTS EN SITUATION DE

ÉTUDIANTS EN SITUATION DE ANNEXE 10 ÉTUDIANTS EN SITUATION DE HANDICAP EN STAGE Exemple de frmatin adressée aux enseignants du cllégial. Présentatin par le centre cllégial de sutien à l intégratin de l Est du Québec ccsi@cegep-ste-fy.qc.ca

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques Fiche de prjet pur les institutins publiques Infrmatins pratiques Nm de l institutin publique ayant intrduit le prjet: SPF Technlgie de l'infrmatin et de la Cmmunicatin (Fedict). Nm du prjet : egv Mnitr

Plus en détail

Cabinet Consultant Jean-Claude VICTOR

Cabinet Consultant Jean-Claude VICTOR Internatinal Cabinet Cnsultant Jean-Claude VICTOR Outils d apprpriatin pur la mise en œuvre d un système de management intégré à l aide des référentiels ( Nrmes ISO9001 :2000 et ISO14001 :2004, du référentiel

Plus en détail

Titre de la procédure : Suspension temporaire et discipline

Titre de la procédure : Suspension temporaire et discipline Titre de la prcédure : Suspensin tempraire et discipline Numér de la plitique : 13020.1 Date d apprbatin : 15 nvembre 2013 Apprbateur : cnseil des guverneurs Plitique cnnexe : Suspensin tempraire et discipline

Plus en détail

Dispositions communes sur les politiques de rémunération au sein des sociétés de gestion

Dispositions communes sur les politiques de rémunération au sein des sociétés de gestion Dispsitins cmmunes sur les plitiques de rémunératin au sein des sciétés de gestin Préambule : Sucieuses du devir fiduciaire des sciétés de gestin (agir au mieux des intérêts de leurs clients), les assciatins

Plus en détail

REGLEMENT D INTERVENTION FONDS SOCIAL D AIDE AUX APPRENTI-E-S

REGLEMENT D INTERVENTION FONDS SOCIAL D AIDE AUX APPRENTI-E-S REGLEMENT D INTERVENTION FONDS SOCIAL D AIDE AUX APPRENTI-E-S Le dispsitif du Fnds Scial d Aide aux Apprenti-e-s, entre dans le cadre d une véritable stratégie pur la sécurisatin du parcurs des Apprenti-e-s.

Plus en détail

B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES

B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES A) CHAMP D'ACTIVITÉ Le titulaire du BTS Management des unités cmmerciales a pur perspective de prendre la respnsabilité de tut u partie d'une unité cmmerciale

Plus en détail

BUSINESS RISK MANAGEMENT

BUSINESS RISK MANAGEMENT BUSINESS RISK MANAGEMENT Démarche générale Méthde FEDICT Quick-Win Date Auteur Versin 24/8/26 A. Huet - A. Staquet V1. Table des matières 1 OBJECTIF DU DOCUMENT...2 2 DÉFINITIONS...2 3 PRINCIPE... 3 4

Plus en détail

Renseignements concernant la contrefaçon des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la société

Renseignements concernant la contrefaçon des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la société Renseignements cncernant la cntrefaçn des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la sciété Table des matières 1. Le rôle de la Banque du Canada dans la prspérité écnmique du Canada...

Plus en détail

En collaboration avec la direction territoriale du MFA

En collaboration avec la direction territoriale du MFA Prpsitins pur faciliter l utilisatin de l Entente de services de garde à cntributin réduite. En cllabratin avec la directin territriale du MFA Nus recherchns des slutins visant à : Simplifier le prcessus;

Plus en détail

Canada stratégie d investissement 1

Canada stratégie d investissement 1 Canada stratégie d investissement 1 A. Stratégie d investissement glbale Aperçu général Le guvernement du Canada placera un accent renuvelé sur l écnmie, surtut en ce qui cncerne l investissement dans

Plus en détail

POLITIQUE ACA-FESC EN MATIÈRE DE FORMATION CONTINUE. et de LICENCE TABLE DES MATIÈRES

POLITIQUE ACA-FESC EN MATIÈRE DE FORMATION CONTINUE. et de LICENCE TABLE DES MATIÈRES POLITIQUE ACA-FESC EN MATIÈRE DE FORMATION CONTINUE et de LICENCE Révisin le 22 juin 2012 TABLE DES MATIÈRES But... 2 Définitin... 2 Aperçu... 2 Particularités... 3 Crédits de licence... 4 Délai d exécutin

Plus en détail

Marchés publics 4.2. Sommaire 1. Législation sur les marchés publics... 2. Législation européenne et nationale sur les marchés publics...

Marchés publics 4.2. Sommaire 1. Législation sur les marchés publics... 2. Législation européenne et nationale sur les marchés publics... 4.2 Marchés publics Smmaire 1. Législatin sur les marchés publics... 2 Législatin eurpéenne et natinale sur les marchés publics... 2 Règles du prgramme relatives aux marchés publics... 6 2. Erreurs les

Plus en détail

POLITIQUE DE GOLF CANADA CONCERNANT LE TRI DU PERSONNEL ET DES BÉNÉVOLES

POLITIQUE DE GOLF CANADA CONCERNANT LE TRI DU PERSONNEL ET DES BÉNÉVOLES POLITIQUE DE GOLF CANADA CONCERNANT LE TRI DU PERSONNEL ET DES BÉNÉVOLES La présente plitique vise à s assurer que l Assciatin Ryale de Glf du Canada, active sus l appellatin de Glf Canada («Glf Canada»)

Plus en détail

STAGES ETUDIANTS A L INTERNATIONAL

STAGES ETUDIANTS A L INTERNATIONAL STAGES ETUDIANTS A L INTERNATIONAL en lien avec la prcédure natinale «rganisatin des stages étudiants à l internatinal» (Cdificatin : PROC FO MO 01 V2) Objectifs du stage Ce stage est réalisé en 2 ème

Plus en détail

Règlement de la Bourse SNPHPU-MSD 2015 organisée en 2015 Par le SNPHPU et MSD France

Règlement de la Bourse SNPHPU-MSD 2015 organisée en 2015 Par le SNPHPU et MSD France Règlement de la Burse SNPHPU-MSD 2015 rganisée en 2015 Par le SNPHPU et MSD France 1. Cntexte Le SNPHPU et MSD France (MSD) décernent en 2015 une burse destinée à sutenir des prjets en France dans le dmaine

Plus en détail

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education 1 MINISTERE DE L EDUCATION Institut Natinal des Sciences de l Educatin Prjet de cpératin relatif au dévelppement des stratégies visant à réduire le taux d échecs et d abandns dans l enseignement de base

Plus en détail

PROCEDURE POUR UN BESOIN DE SANTE PARTICULIER «PBSP»

PROCEDURE POUR UN BESOIN DE SANTE PARTICULIER «PBSP» Département de la frmatin et de la sécurité Service de l'enseignement Departement für Bildung und Sicherheit Dienststelle für Unterrichtswesen PROCEDURE POUR UN BESOIN DE SANTE PARTICULIER «PBSP» 2 Table

Plus en détail

Guide d aide à la rédaction d un essai

Guide d aide à la rédaction d un essai Guide d aide à la rédactin d un essai Un essai peut avir plusieurs bjectifs, mais la structure de base reste la même quel qu en sit le sujet. Vus puvez l écrire afin de discuter d un pint de vue particulier

Plus en détail

MODELE DE DIRECTIVES SUR LE CLASSEMENT ET L ARCHIVAGE DES DOCUMENTS COMMUNAUX. Micheline Guerry-Berchier, secrétaire générale ACF

MODELE DE DIRECTIVES SUR LE CLASSEMENT ET L ARCHIVAGE DES DOCUMENTS COMMUNAUX. Micheline Guerry-Berchier, secrétaire générale ACF MODELE DE DIRECTIVES SUR LE CLASSEMENT ET L ARCHIVAGE DES DOCUMENTS COMMUNAUX Micheline Guerry-Berchier, secrétaire générale ACF 1 1. Principe a. Qu entend-n par directives cmmunales? b. Intérêt de la

Plus en détail

PRINCIPES ÉTHIQUES SOUS-JACENTS À L UTILISATION D ŒUVRES D ART POUR DES ACTIVITÉS DE LEVÉE DE FONDS

PRINCIPES ÉTHIQUES SOUS-JACENTS À L UTILISATION D ŒUVRES D ART POUR DES ACTIVITÉS DE LEVÉE DE FONDS Les dns d œuvres d art à fins caritatives Les artistes snt suvent sllicités pur faire dn d une u de plusieurs de leurs œuvres. Ces demandes peuvent prvenir d rganismes caritatifs, muséaux u autres. Un

Plus en détail

Association Savoirs solidaires en Santé Page 1 sur 8

Association Savoirs solidaires en Santé Page 1 sur 8 Charte éditriale & éthique de Savirs solidaires en Santé à l usage des persnnes cntribuant à la platefrme interactive et cllabrative de l assciatin Assciatin Savirs solidaires en Santé Page 1 sur 8 Persnnes

Plus en détail

Charte de l Audit Interne

Charte de l Audit Interne Charte appruvée par le Cnseil d Administratin de l Université de Strasburg (initiale : 08/06/2010 ; révisin : 25/09/12) Charte de l Audit Interne Charte de l Audit Interne Charte de l audit interne rganisant

Plus en détail

Créer un outil pour les non-professionnels de la statistique : Récit d une expérience

Créer un outil pour les non-professionnels de la statistique : Récit d une expérience Créer un util pur les nn-prfessinnels de la statistique : Récit d une expérience Stéphane HERAULT cntact@adscience.fr I. INTRODUCTION Dcteur en Bilgie-Santé, les quelques années pendant lesquelles j ai

Plus en détail

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste Prgramme Eau, Climat et Dévelppement pur l'afrique Termes de référence pur le recrutement d un Expert Sci/agr-écnmiste Dans le cadre de l élabratin de l étude sur l intégratin des impacts du changement

Plus en détail

Fiche conseil LA FRANCHISE. Ce qu il faut savoir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil LA FRANCHISE. Ce qu il faut savoir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : LA FRANCHISE Ce qu il faut savir? Fiche cnseil Ns fiches cnseils nt pur bjectif de vus aider à mieux appréhender les ntins : Certifié ISO 9001 Cmptables Fiscales Juridiques, Sciales, de Gestin Réf. : DEV/O/FC/065/11-11/VBU

Plus en détail

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel Terrain de jeu Analgie au sprt prfessinnel USO : US Oynnax Rugby : management dans le sprt Le 9 décembre 2009, Olivier Nier, entraîneur de l USO, Pr D2 de rugby, réalisait dans le cadre d une cnférence

Plus en détail