B Guery Maladies Infectieuses CHRU Lille. Tranche de la population en croissance rapide (7.3 millions aux USA en 2020)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "B Guery Maladies Infectieuses CHRU Lille. Tranche de la population en croissance rapide (7.3 millions aux USA en 2020)"

Transcription

1 La bonne pratique de l antibiothérapie chez la personne a ge e B Guery Maladies Infectieuses CHRU Lille Généralités Tranche de la population en croissance rapide (7.3 millions aux USA en 2020) >65 ans: 4,5% institutionnalisés >85 ans: 18,2% institutionnalisés Infections plus fréquentes et plus sévères s chez le sujet âgé Nombre d hospitalisation d et mortalité très élevé au delà de 85 ans

2 Généralités L infection des voies urinaires est la plus fréquente Principalement liée e aux sondes 40% des sondes ne sont pas justifiées La malnutrition 69% des admissions en gériatrieg

3 Infection du sujet âgé Présentation atypique Perte appétit, confusion, incontinence, chute Absence de fièvre dans 20% des cas Corrélation inverse entre l âge l et la température Problème de la fiabilité de l interrogatoire l (démence) Microbiologie Différente de l adulte l jeune Lié à l âge Lié aux comorbidités Difficulté à obtenir un examen fiable Collaboration IU et incontinence PL et altération anatomiques

4 Evolution Plus mauvais pronostic Diagnostic plus tardif Mise en route plus tardive du traitement Démarche diagnostique et thérapeutique moins agressive (dans le cadre d une d démence, d pathologie évoluée ) Co-morbidit morbidités Faible tolérance de la voie IV Infection du sujet âgé FUO Infection (tuberculose) 30% Pathologies inflammatoires (Horton) 30% Néoplasmes 20%.

5 Infections urinaires 30 % des infections du sujet âgé Prévalence des IUx20 Facteurs favorisants Mécanique (reduction de capacité de la vessie, baisse de la contractilité, baisse du flux urinaire, résidu post mictionnel), Modifications urothéliale (augmentation de l adhérence bactérienne rienne), Hypertrophie prostatique chez l homme Modifications hormonales (Baisse des oestrogènes post-ménopausique). nopausique).9 Infections urinaires 12-30% des patients institutionnalisés s ont au moins 1 épisode d IU d par an Présentation clinique atypique (absence de signes locaux) Pathogènes usuels + C. albicans

6 Infections respiratoires Prévalence des PACx3 Facteurs favorisants Diminution de la clairance muco-ciliaire ciliaire Baisse de l él élasticité pulmonaire, de la compliance pulmoanire Baisse de la force musculaire Diminution du reflexe de toux Résulte de micro-aspirations Infections respiratoires 50% des pneumonies surviennent >65 ans Pathogènes: S. pneumoniae Présentation atypique Confusion, asthénie, chute,

7 Tuberculose Diminution de l immunitl immunité à médiation cellulaire Réactivation d une d infection latente USA: 50% des TB sont >65 ans Pas de positivation de l IDR l dans 25% des cas, intérêt de répéter r l IDR l à 1 semaine Baisse de la sensibilité à la tuberculine à partir de 50 ans Symptomatologie atypique Peau et tissus mous Diminution des capacités s de réparationr Perte de collagène Altération des jonctions épithéliales Temps de cicatrisation augmente de 20 à 30 jours (baisse de l activitl activité mitotique, réduction r de la synthèse se du collagène, baisse de la vascularisation) Favorise la pérennisation p de portes d entrd entrée potentielles

8 Infections gastro-intestinale Facteurs favorisants Diminution de l acidité gastrique (atrophie, inhibiteurs de la pompe à proton, chirurgie, ) Diminution de la motilité intestinale, Modifications de la flore intestinale résidente et du mucus Augmentation de l utilisation des antibiotiques dans cette population. Infections gastro-intestinale Infections à Clostridium difficile Colonisation fréquente Emergence sous pression antibiotique Infection à Helicobacter pilori Prévalence augmente avec l âgel Long terme: gastrite chronique, ulcère duodénal, adenok gastrique, lymphome gastrique Tt: inhib proton, amox/clarythro

9 Antibiothérapie L administration peu poser problème Voie IV difficile, mal tolérée Préférence rence pour le per os Problème du nombre de cp Effets secondaires plus fréquents et plus sévères Gastro-intestinal Diarrhées (2-25%) 25%)

10 Dosage antibiotique Dosage non affecté par l âge l si prise en compte Poids Fonction rénaler

11 Spectre antibiotique Spectre plus large Diversité plus importante des pathogènes impliqués Colonisations plus fréquentes Durée e de l antibiothl antibiothérapie Morbi-mortalit mortalité plus importante Malnutrition Co-morbidit morbidité Modifications anatomiques Durée. suffisante éviter les Tt courts

12 Deux grandes familles d antibiotiques Concentrationdépendants aminosides fluoroquinolones métronidazole Temps-dépendantspendants bêtalactamines glycopeptides clindamycine macrolides

13 C max ASC Cmax/CMI AUIC=ASC 24h/CMI CMI 24 h concentrations temps de contact à C > CMI T= t 1 + t 2 + t 3 (%24h) > CMI CMI temps t 1 >CMI t 2 >CMI t 3 >CMI 24 h

14

Règles de Bon Usage des Antibiotiques : les 10 points clés

Règles de Bon Usage des Antibiotiques : les 10 points clés Règles de Bon Usage des Antibiotiques : les 10 points clés Pr Christian Chidiac La Croix Rousse 1 Le Dilemne Comportement individuel Comportement collectif 2 La Prescription Raisonnée Faut-il prescrire

Plus en détail

Bon usage des antibiotiques en EHPAD

Bon usage des antibiotiques en EHPAD Bon usage des antibiotiques en EHPAD Docteur Monique DUVIQUET Gériatre Hôpital Vaugirard Gabriel Pallez AP-HP 1ere Journée sur le Risque infectieux en EHPAD dans la région Île de France CCLIN Paris Nord

Plus en détail

En mode diaporama, cliquez sur le sujet à traiter

En mode diaporama, cliquez sur le sujet à traiter Animé par Le «Le groupe projet tient à remercier plus particulièrement le Docteur Didier Armaingaud, Directeur médical et qualité du Groupe Médica, ainsi que Madame Valérie Margueritte, Directrice de l'ehpad

Plus en détail

Antibiothérapie alternée : indications et pratique

Antibiothérapie alternée : indications et pratique Antibiothérapie alternée : indications et pratique Ralph Epaud Centre de Référence des Maladies Respiratoires Rares Trousseau Antibiothérapie alternée Une problématique récente? Facteur déclenchant Inflammation

Plus en détail

Signes cliniques des infections urinaires

Signes cliniques des infections urinaires Signes cliniques des infections urinaires Renaud DEFEBVRE Aucun conflit d intérêt Signes cliniques classiques Dans les livres et chez les patients jeunes. : Signes de cystite : dysurie, brulures mictionnelles,

Plus en détail

Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée»

Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée» Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée» Ce document s appui sur les recommandations de la société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF) : «Diagnostic et antibiothérapie

Plus en détail

Principes generaux de l antibiotherapie. Prof RANDRIA Mamy

Principes generaux de l antibiotherapie. Prof RANDRIA Mamy Principes generaux de l antibiotherapie Prof RANDRIA Mamy Introduction Antibiotiques: substances d origine biologique ou synthétique capables d inhiber la croissance des bactéries Médicaments d usage courant

Plus en détail

Journée. de pathologie. infectieuse. pédiatrique. ambulatoire. Vignette 1 Clostridium Une Prise en Charge difficile. Josette Raymond Marc Bellaïche

Journée. de pathologie. infectieuse. pédiatrique. ambulatoire. Vignette 1 Clostridium Une Prise en Charge difficile. Josette Raymond Marc Bellaïche 18e Journée de pathologie infectieuse pédiatrique ambulatoire Vignette 1 Clostridium Une Prise en Charge difficile Josette Raymond Marc Bellaïche 1 Joseph 15 mois a depuis 3 jours une diarrhée glairosanglante,

Plus en détail

Risque d infection associée aux soins et prévention chez le patient gériatrique

Risque d infection associée aux soins et prévention chez le patient gériatrique Risque d infection associée aux soins et prévention chez le patient gériatrique Dr M-C LAURAIN Praticien Hospitalier 17 juin 2016 I -Données démographiques Il y a de plus en plus de personnes âgées Année

Plus en détail

A) LA DENUTRITION 1 DEFINITION 2 PHYSIOPATHOLOGIE 3 MECANISME B) STRATEGIE DE DEPISTAGE DIAGNOSTIC D) PREVALENCE ET CONSEQUENCES

A) LA DENUTRITION 1 DEFINITION 2 PHYSIOPATHOLOGIE 3 MECANISME B) STRATEGIE DE DEPISTAGE DIAGNOSTIC D) PREVALENCE ET CONSEQUENCES A) LA DENUTRITION 1 DEFINITION 2 PHYSIOPATHOLOGIE 3 MECANISME B) STRATEGIE DE DEPISTAGE DIAGNOSTIC D) PREVALENCE ET CONSEQUENCES 1 1 - DEFINITION La dénutrition est un état de déficit en énergie, en protéines

Plus en détail

Recommandations 2015 de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte

Recommandations 2015 de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte Recommandations 2015 de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte Diapositives réalisées par le groupe de travail et revues

Plus en détail

Tableaux avec les antibiothérapies proposées dans le pied diabétique infecté. Recommandations 2007 sur la prise en charge du pied diabétique infecté

Tableaux avec les antibiothérapies proposées dans le pied diabétique infecté. Recommandations 2007 sur la prise en charge du pied diabétique infecté Tableaux avec les antibiothérapies proposées dans le pied diabétique infecté Recommandations 2007 sur la prise en charge du pied diabétique infecté Facteurs généraux et choix de l ATB Facteurs associés

Plus en détail

CAS CLINIQUE N 4 Infection urinaire du sujet âgé

CAS CLINIQUE N 4 Infection urinaire du sujet âgé CAS CLINIQUE N 4 Infection urinaire du sujet âgé 30 juin 2015 DES UE Pharmacie Clinique Cécile LEBAUDY Présentation du patient (1) Mr B, 88 ans, 1m70, 85 kg Vit seul à domicile Autonome Pas de troubles

Plus en détail

Principes généraux de l antibiothérapie en gériatrie

Principes généraux de l antibiothérapie en gériatrie Principes généraux de l antibiothérapie en gériatrie J.Leroy Service des Maladies Infectieuses T.Hénon Pharmacie centrale CHU Besançon Capacité de 25/03/04 Règle générale en gériatrie Infections en RG

Plus en détail

Les exacerbations de BPCO

Les exacerbations de BPCO Les exacerbations de BPCO Université de Batna Dr Djenfi Pr Djebbar 2015 INTRODUCTION Une des principales complications de la BPCO qui survient dans tous stades de gravité. C est une cause majeure de morbi-mortalité

Plus en détail

Infection digestive à Clostridium difficile

Infection digestive à Clostridium difficile Infection digestive à Clostridium difficile Clostridium difficile bacille anaérobie gram+, non invasif spores, inactive métaboliquement (résistance / récidive) pathogénicité liée à la production de deux

Plus en détail

Infections chez le sujet âgé. 28/10/2016 Hélène GUILLOT- CCA Service de Pathologies infectieuse et tropicales GHPS

Infections chez le sujet âgé. 28/10/2016 Hélène GUILLOT- CCA Service de Pathologies infectieuse et tropicales GHPS Infections chez le sujet âgé 28/10/2016 Hélène GUILLOT- CCA Service de Pathologies infectieuse et tropicales GHPS Plan 1. Généralités 2. Le patient âgé 3. Séméiologie des principales pathologies infectieuses

Plus en détail

Infections urinaires et transplantation rénale MF Mamzer Bruneel Service de transplantation rénale, Hôpital Necker

Infections urinaires et transplantation rénale MF Mamzer Bruneel Service de transplantation rénale, Hôpital Necker Infections urinaires et transplantation rénale MF Mamzer Bruneel Service de transplantation rénale, Hôpital Necker Introduction Amélioration des résultats de la transplantation Extension des indications,

Plus en détail

Correspondance des numéros d items traités dans cet ouvrage. ITEM n 290 / INTITULE Le médecin préleveur de cellules et/ou de tissus pour des examens

Correspondance des numéros d items traités dans cet ouvrage. ITEM n 290 / INTITULE Le médecin préleveur de cellules et/ou de tissus pour des examens Correspondance des numéros d items traités dans cet ouvrage ITEM n 290 / INTITULE Le médecin préleveur de cellules et/ou de tissus pour des examens d Anatomie et Cytologie Pathologiques : connaitre les

Plus en détail

sujets âgés Altération des mécanismes de défense du fait

sujets âgés Altération des mécanismes de défense du fait Infections nosocomiales en gériatrie Les infections chez les sujets âgés Altération des mécanismes de défense du fait Processus de vieillissement Altération de la fonction immunitaire Achlorhydrie gastrique

Plus en détail

Les recommandations infections respiratoires basses et gastro-entérites aigues en EHPAD du Haut Conseil de Santé Publique

Les recommandations infections respiratoires basses et gastro-entérites aigues en EHPAD du Haut Conseil de Santé Publique 5ème journée régionale de formation et d information Prévention du risque infectieux en EHPAD Les recommandations infections respiratoires basses et gastro-entérites aigues en EHPAD du Haut Conseil de

Plus en détail

Guide d utilisation de la procalcitonine

Guide d utilisation de la procalcitonine Guide d utilisation de la procalcitonine bit.ly/procalcitonine Jeannot Dumaresq, microbiologiste-infectiologue CISSS de Chaudière-Appalaches 21 mars 2016 Généralités sur la procalcitonine (PCT) Prohormone

Plus en détail

Dr. Souha Hannachi Service de médecine interne HMPIT

Dr. Souha Hannachi Service de médecine interne HMPIT Rappel sur la clinique de l infection urinaire et des prostatites et place de la biologie dans le diagnostic de ces infections Dr. Souha Hannachi Service de médecine interne HMPIT Epidémiologie Infections

Plus en détail

DUCIV Introduction. Pr Christian Chidiac Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Croix Rousse

DUCIV Introduction. Pr Christian Chidiac Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Croix Rousse DUCIV 2016 Introduction Pr Christian Chidiac Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Croix Rousse Pré-test* * Grade 5/5 (très difficile) Pre-test 1 Gertrude 68 ans, consulte pour dyspnée. L examen

Plus en détail

Le bon usage des antibiotiques

Le bon usage des antibiotiques Le bon usage des antibiotiques Docteur Philippe Arsac Médecine interne CHR, Orléans @fmc36 Villedieu-sur-Indre 19/04/2012 Le bon usage des antibiotiques Les antibiotiques ne sont pas des médicaments comme

Plus en détail

Recommandation sur la prise en charge des IU chez les personnes âgées en institution. Olivier Baud Arlin Auvergne-Rhône-Alpes

Recommandation sur la prise en charge des IU chez les personnes âgées en institution. Olivier Baud Arlin Auvergne-Rhône-Alpes Recommandation sur la prise en charge des IU chez les personnes âgées en institution Olivier Baud Arlin Auvergne-Rhône-Alpes QCM 1 : L interprétation du résultat d un ECBU doit prendre en compte : 1. La

Plus en détail

Epreuve de DCP Principal 1 du 20/06/2016

Epreuve de DCP Principal 1 du 20/06/2016 Epreuve de DCP Principal 1 du 20/06/2016 DP3 Un patient de 24 ans est amené par sa compagne aux urgences à 6h du matin pour des douleurs abdominales violentes. On note une amydalectomie dans l enfance.

Plus en détail

Hygiène et prévention dans les structures de longs séjours Ch ROBIN. Envisageons :

Hygiène et prévention dans les structures de longs séjours Ch ROBIN. Envisageons : Hygiène et prévention dans les structures de longs séjours Ch ROBIN Envisageons : Spécificités de l hygiène dans les activités de rééducation réadaptation Hygiène et prévention des infections en Structure

Plus en détail

Diarrhée post antibiotiques

Diarrhée post antibiotiques Diarrhée post antibiotiques Dr M. Brière 2014 Diarrhée post antibiotiques Diarrhée survenant l Au décours l Et jusqu à 8 semaines après la fin du traitement ATB 2 diagnostics à évoquer l Dysbiose aigue

Plus en détail

À24 et 48h. Faut il modifier l antibiothérapie et comment?

À24 et 48h. Faut il modifier l antibiothérapie et comment? À24 et 48h Faut il modifier l antibiothérapie et comment? 24H Antibiothérapie initiale empirique Conforme non conforme 48h Suivre les recos Documentation microbiologique? Terrain sévérité Certaine Probable

Plus en détail

Infections Urinaires Associées aux Soins [IUAS]

Infections Urinaires Associées aux Soins [IUAS] 16e Journée Caennaise de prévention des Infections Associées aux Soins (IAS) 11 octobre 2016 Infections Urinaires Associées aux Soins [IUAS] Epidémiologie IUAS : Feuille de route CONNUE Physiopathologie

Plus en détail

LA PCT : Un marqueur passionnant? Dr BONNEIL Réanimation adulte CH Pau

LA PCT : Un marqueur passionnant? Dr BONNEIL Réanimation adulte CH Pau LA PCT : Un marqueur passionnant? Dr BONNEIL Réanimation adulte CH Pau PLAN PCT AUX URGENCES MARQUEUR DIAGNOSTIQUE? MARQUEUR PRONOSTIQUE? PCT ET ANTIBIOTHERAPIE PCT et COUTS PCT et CHIRURGIE DESCRIPTION

Plus en détail

Infections urinaires quelques aspects thérapeutiques. P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015

Infections urinaires quelques aspects thérapeutiques. P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015 Infections urinaires quelques aspects thérapeutiques P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015 E Coli «ville» Bruyère F 2013, infections urinaires fébriles «ville» E Coli «ville» Bruyère F 2013, infections

Plus en détail

Prévention des infections urinaires en EHPAD. Montauban 26/05/2016

Prévention des infections urinaires en EHPAD. Montauban 26/05/2016 Prévention des infections urinaires en EHPAD Montauban 26/05/2016 Introduction Prévention Signes cliniques Quant faire une BU? Un ECBU? Qui traiter? Comment traiter? Infections en EHPAD Infections= 20-50%

Plus en détail

ANTIBIOTIQUES ET GERIATRIE. CE Geffroy CH BLOIS

ANTIBIOTIQUES ET GERIATRIE. CE Geffroy CH BLOIS ANTIBIOTIQUES ET GERIATRIE CE Geffroy CH BLOIS Spécificités gériatriques de l hôte Fragilité Immunodépression Fragilisation des barrières cutanéo-muqueuses Effet direct du vieillissement sur le système

Plus en détail

Epidémiologie. Terrain du patient = élément majeur de pronostic et de prise en charge

Epidémiologie. Terrain du patient = élément majeur de pronostic et de prise en charge PNEUMOPATHIES 1 Epidémiologie Les pneumopathies communautaires sont des infections potentiellement grave (5 ème ou 6 ème cause de décès dans les pays industrialisés) 1 ère cause de décès d origine infectieuse

Plus en détail

Pourquoi manque-t-on facilement de fer, élément essentiel à la vie?

Pourquoi manque-t-on facilement de fer, élément essentiel à la vie? Pourquoi manque-t-on facilement de fer, élément essentiel à la vie? Quelles sont les causes et les conséquences de la carence en fer? TAPEZ ICI POUR VOIR LE PRODUIT Généralités sur la pathologie Le fer

Plus en détail

Infections ostéo-articulaires Toujours complexes?

Infections ostéo-articulaires Toujours complexes? Infections ostéo-articulaires Toujours complexes? Louis BERNARD Service de Maladies Infectieuses, CHU Tours Omédit Blois 22 septembre 2015 1/12 1 Avant de devenir complexe. c était simple 2 Infections

Plus en détail

Facteurs d échec au cours des pyélonéphrites aiguës communautaires de l adulte

Facteurs d échec au cours des pyélonéphrites aiguës communautaires de l adulte Facteurs d échec au cours des pyélonéphrites aiguës communautaires de l adulte A. Toumi, C. Loussaïef, F. Ben Romdhane, N. Bouzouaïa, M. Chakroun Service des Maladies Infectieuses, EPS F. Bourguiba, Monastir,

Plus en détail

Messages clés dans les infections urinaires SPILF Pr Séverine Ansart Service des Maladies Infectieuses CHRU de Brest

Messages clés dans les infections urinaires SPILF Pr Séverine Ansart Service des Maladies Infectieuses CHRU de Brest Messages clés dans les infections urinaires SPILF 2014 Pr Séverine Ansart Service des Maladies Infectieuses CHRU de Brest LES PROBLEMES D AUJOURD HUI LES BLSE! BEH, INVS LES PROBLEMES D AUJOURD HUI: BEH,

Plus en détail

ROLE DU LABORATOIRE DANS LE SUIVI DU TRAITEMENT ANTIBIOTIQUE. Dr.HENNICHE HCA

ROLE DU LABORATOIRE DANS LE SUIVI DU TRAITEMENT ANTIBIOTIQUE. Dr.HENNICHE HCA ROLE DU LABORATOIRE DANS LE SUIVI DU TRAITEMENT ANTIBIOTIQUE Dr.HENNICHE HCA INTRODUCTION Les principaux critères de choix d un antibiotique sont: -le premier critère est son activité propre par rapport

Plus en détail

Pharmacocinétique. / Pharmacodynamie des antibiotiques

Pharmacocinétique. / Pharmacodynamie des antibiotiques Pharmacocinétique / Pharmacodynamie des antibiotiques Pharmacocinétique / Pharmacodynamie Concentration dans les tissus Effets pharmacologiques et toxiques Dosage Concentration sérique en fonction du temps

Plus en détail

La tuberculose du sujet âgé

La tuberculose du sujet âgé La tuberculose du sujet âgé Epidémiologie Incidence 2007 : 6,3/100000 habitants % + 70 ans : 16 % Collectivités + 70 ans : 26,1 % Femmes + 70 ans : 26 % Tuberculose latente : 23 % Mortalité + 70 ans X

Plus en détail

Le bon usage des anti-infectieux - Obésité et antibiothérapie : quelles adaptations posologiques? -

Le bon usage des anti-infectieux - Obésité et antibiothérapie : quelles adaptations posologiques? - Le bon usage des anti-infectieux - Obésité et antibiothérapie : quelles adaptations posologiques? - Dr F. BASTIDES (Médecin PH - Pilote de la CRAI CHRU Tours) 1 INFECTION BACTÉRIENNE Critères de succès

Plus en détail

HORAIRES, LIEU. Lieu Cours Besançon = Faculté de médecine, les Hauts de Chazal Lieu Cours Dijon =

HORAIRES, LIEU. Lieu Cours Besançon = Faculté de médecine, les Hauts de Chazal Lieu Cours Dijon = HORAIRES, LIEU Lieu Cours Besançon = Faculté de médecine, les Hauts de Chazal Lieu Cours Dijon = Première journée (vendredi 22 septembre 2017 Besançon) Thème = principes généraux microbiologie 1h30 Rappels

Plus en détail

Interpréter les biomarqueurs du sepsis en SAU D R P O M M I E R P H I L I P P E P Ô L E U R G E N C E S S A M U S M U R C H U D E G R E N O B L E

Interpréter les biomarqueurs du sepsis en SAU D R P O M M I E R P H I L I P P E P Ô L E U R G E N C E S S A M U S M U R C H U D E G R E N O B L E Interpréter les biomarqueurs du sepsis en SAU D R P O M M I E R P H I L I P P E P Ô L E U R G E N C E S S A M U S M U R C H U D E G R E N O B L E Problématique Etat septique sévère (SS et CS) : 30 à 60

Plus en détail

Les pathologies infectieuses les plus courantes en Médecine d Urgence. COPACAMU 2016 Dr Contenti Julie

Les pathologies infectieuses les plus courantes en Médecine d Urgence. COPACAMU 2016 Dr Contenti Julie Les pathologies infectieuses les plus courantes en Médecine d Urgence COPACAMU 2016 Dr Contenti Julie Pneumonie 2 Pneumonie Aiguë Communautaire Def: si survient en milieu extrahospitalier ou dans les 48

Plus en détail

Traitement médical des infections sur prothèses vasculaires. O. Leroy Service de Réanimation et Maladies Infectieuses CH Tourcoing.

Traitement médical des infections sur prothèses vasculaires. O. Leroy Service de Réanimation et Maladies Infectieuses CH Tourcoing. Traitement médical des infections sur prothèses vasculaires O. Leroy Service de Réanimation et Maladies Infectieuses CH Tourcoing. 59200 Introduction Aux USA, chaque année, sont implantés 700 «cœurs artificiels»

Plus en détail

Légionellose grave: Macrolide ou Fluoroquinolone? J Dellamonica Médecine Intensive - Réanimation

Légionellose grave: Macrolide ou Fluoroquinolone? J Dellamonica Médecine Intensive - Réanimation Légionellose grave: Macrolide ou Fluoroquinolone? J Dellamonica Médecine Intensive - Réanimation Liens d intérêts GE prêt d un ventilateur pour des études cliniques Medtronic Fisher Paykel MSD Getinge

Plus en détail

06/10/2014 QUE FAIRE DEVANT DES URINES DÉMARCHE EST-CE UNE INFECTION URINAIRE? TROUBLES?

06/10/2014 QUE FAIRE DEVANT DES URINES DÉMARCHE EST-CE UNE INFECTION URINAIRE? TROUBLES? QUE FAIRE DEVANT DES URINES TROUBLES? JL Schmit octobre 2014 DÉMARCHE Est-ce une infection urinaire? Si oui dois-je traiter? Si oui comment? EST-CE UNE INFECTION URINAIRE? Autre cause d urines troubles:

Plus en détail

Pneumonie associée à la ventilation mécanique (PAVM)

Pneumonie associée à la ventilation mécanique (PAVM) Pneumonie associée à la ventilation mécanique (PAVM) Introduction La plus fréquente des IN en réanimation 50 % des IN en réanimation 8 à 28 % des patients de réanimation intubés La plus grave des IN Mortalité

Plus en détail

Maux d estomac? Et si vous étiez infecté par la bactérie Helicobacter pylori?

Maux d estomac? Et si vous étiez infecté par la bactérie Helicobacter pylori? Maux d estomac? Et si vous étiez infecté par la bactérie Helicobacter pylori? Comment savoir si vous êtes atteint d une infection à Helicobacter pylori? TAPEZ ICI POUR VOIR LE PRODUIT Généralités sur la

Plus en détail

INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES. Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD

INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES. Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD Les infections respiratoires basses: Bronchite aiguë : - virale - dans un contexte épidémique - diagnostic

Plus en détail

Tolérance et efficacité de la lévofloxacine forte dose au long cours dans les infections ostéo-articulaires

Tolérance et efficacité de la lévofloxacine forte dose au long cours dans les infections ostéo-articulaires Tolérance et efficacité de la lévofloxacine forte dose au long cours dans les infections ostéo-articulaires Eric Senneville,, Julien Poissy, Hugues Melliez,, Michel Valette, Yazdan Yazdanpanah,, Yves Mouton

Plus en détail

BONNAL Thomas HERAL Virginie ULCÈRE GASTRO-DUODENAL

BONNAL Thomas HERAL Virginie ULCÈRE GASTRO-DUODENAL BONNAL Thomas HERAL Virginie ULCÈRE GASTRO-DUODENAL LE SYSTÈME RÉEL Le microbiote intestinal 100 000 milliards de bactéries dans la flore commensale La plupart sont anaérobies strictes Dans le duodénum

Plus en détail

Généralités. Nombreuses espèces commensales, certaines seulement sont pathogènes pour l Homme

Généralités. Nombreuses espèces commensales, certaines seulement sont pathogènes pour l Homme Mycoplasma Bactéries ubiquitaires, fragiles Classe des Mollicutes Généralités Dépourvues de paroi => Ne prennent pas la coloration de Gram => Résistance naturelle aux ß-lactamines Grande affinité pour

Plus en détail

Infections urinaires associées aux soins

Infections urinaires associées aux soins Infections urinaires associées aux soins XIVe journée régionale de prévention des infections associées aux soins 21 avril 2016 Docteur Elise Fiaux NormAntibio Service des Maladies Infectieuses, CHU Rouen

Plus en détail

Antibiothérapie des Infections Respiratoires Basses. S. NAFTI Clinique des Maladies Respiratoires «Ibn Zohr» CHU Mustapha

Antibiothérapie des Infections Respiratoires Basses. S. NAFTI Clinique des Maladies Respiratoires «Ibn Zohr» CHU Mustapha Antibiothérapie des Infections Respiratoires Basses S. NAFTI Clinique des Maladies Respiratoires «Ibn Zohr» CHU Mustapha 1 En Algérie Infections respiratoires basses Epidémiologie Enfants : (1 à 14 ans)

Plus en détail

Infections respiratoires : mécanismes et facteurs de risque d infection

Infections respiratoires : mécanismes et facteurs de risque d infection Infections respiratoires : mécanismes et facteurs de risque d infection Pr B de WAZIERES Service de Médecine Interne et Gériatrie Centre Hospitalier Universitaire NIMES ORIG OBSERVATOIRE DU RISQUE INFECTIEUX

Plus en détail

Principes de l antibiothérapie curative post-opératoire de première intention. Olivier LEROY Maladies Infectieuses

Principes de l antibiothérapie curative post-opératoire de première intention. Olivier LEROY Maladies Infectieuses Principes de l antibiothérapie curative post-opératoire de première intention Olivier LEROY Maladies Infectieuses Conflits d intérêt Laboratoires Novartis: Orateur Laboratoires Sanofi-Aventis: Orateur,

Plus en détail

Evaluation au CHU de Limoges à travers un audit clinique A Vergnenègre, V Gazaille SIME, Service de Pneumologie

Evaluation au CHU de Limoges à travers un audit clinique A Vergnenègre, V Gazaille SIME, Service de Pneumologie Recommandations de la Société de Pneumologie de Langue Française pour la prise en charge des pneumopathies aiguës communautaires : Evaluation au CHU de Limoges à travers un audit clinique A Vergnenègre,

Plus en détail

ANTIBIOTIQUES sensibilité et résistance. Jean-Philippe Rasigade Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux Septembre 2016

ANTIBIOTIQUES sensibilité et résistance. Jean-Philippe Rasigade Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux Septembre 2016 ANTIBIOTIQUES sensibilité et résistance Jean-Philippe Rasigade Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux Septembre 2016 En 1897, à Lyon, France Ernest Duchesne 1928 : Alexander Fleming L ère des antibiotiques

Plus en détail

L APPROCHE EN ONCO-GERIATRIE GERIATRIE.

L APPROCHE EN ONCO-GERIATRIE GERIATRIE. L APPROCHE EN ONCO-GERIATRIE GERIATRIE. Dr Gilles ALBRAND - Chef de Service Unité d Evaluation Gériatrique Approfondie Hôpital Antoine Charial CHR-U U de Lyon 40 Avenue de la Table de Pierre 69340 Francheville.

Plus en détail

DIVERTICULOSE COLIQUE Diagnostic et complications

DIVERTICULOSE COLIQUE Diagnostic et complications DIVERTICULOSE COLIQUE Diagnostic et complications 1 INTRODUCTION Diverticule Hernie acquise de la muqueuse et de la sous-muqueuse à travers la musculeuse, développée au niveau des zones de pénétration

Plus en détail

Mots clés : Prostatite aiguë prostatite bactérienne, infection, Escherichia Coli, urothélium

Mots clés : Prostatite aiguë prostatite bactérienne, infection, Escherichia Coli, urothélium Prostatite aiguë Dr Andrei BOTNARU, Urologue, Clinique de Montbeliard Adresse du site : www.docvadis.fr/www.urologie-belfort-montbeliard Mots clés : Prostatite aiguë prostatite bactérienne, infection,

Plus en détail

DU de Chirurgie Endocrinienne et Métabolique. TUMEURS ENDOCRINES intestinales bien différenciées : («tumeurs carcinoïdes») Quand y penser?

DU de Chirurgie Endocrinienne et Métabolique. TUMEURS ENDOCRINES intestinales bien différenciées : («tumeurs carcinoïdes») Quand y penser? DU de Chirurgie Endocrinienne et Métabolique TUMEURS ENDOCRINES intestinales bien différenciées : («tumeurs carcinoïdes») Quand y penser? Sophie Dominguez s-dominguez@o-lambret.fr Lille, 09/06/09 TUMEURS

Plus en détail

PNEUMOPATHIE AIGUE COMMUNAUTAIRE de l adulte. F. Gormand Groupement Hospitalier Sud HCL

PNEUMOPATHIE AIGUE COMMUNAUTAIRE de l adulte. F. Gormand Groupement Hospitalier Sud HCL PNEUMOPATHIE AIGUE COMMUNAUTAIRE de l adulte F. Gormand Groupement Hospitalier Sud HCL conflits d intérêt Pas de conflit d intérêt sur le sujet Définition Infection du parenchyme pulmonaire (alvéole et

Plus en détail

De l antibiotique l au per os

De l antibiotique l au per os De l antibiotique l IV au per os Intérêt du passage de la voie IV à la voie orale Réduction du risque d infections nosocomiales (matériels, phlébites ) Gain de temps infirmier Amélioration du confort et

Plus en détail

Directives et outils PCIME Directives et outils de prise en charge du VIH/TAR

Directives et outils PCIME Directives et outils de prise en charge du VIH/TAR Directives et outils PCIME Directives et outils de prise en charge du VIH/TAR Atelier sur l expansion des 3 Is contre le VIH/TB, Lomé, Togo 25-27 janvier 2012 Dr Olga AGBODJAN-PRINCE OMS CAH/IST/WA Contenu

Plus en détail

Pro-adrénomédulline, nouveau marqueur de gravité de la pneumopathieaigue. Dr Marion DOUPLAT Pôle RUSH Timone/Sainte Marguerite

Pro-adrénomédulline, nouveau marqueur de gravité de la pneumopathieaigue. Dr Marion DOUPLAT Pôle RUSH Timone/Sainte Marguerite Pro-adrénomédulline, nouveau marqueur de gravité de la pneumopathieaigue communautaireaux urgences? Dr Marion DOUPLAT Pôle RUSH Timone/Sainte Marguerite Introduction La pneumopathie aigue communautaire

Plus en détail

Le diagnostic des infections à Helicobacter pylori (V. JACOMO - Avril 14)

Le diagnostic des infections à Helicobacter pylori (V. JACOMO - Avril 14) Le diagnostic des infections à Helicobacter pylori (V. JACOMO - Avril 14) Helicobacter pylori est un bacille à Gram négatif hélicoïdal, très mobile, caractérisé par Warren et Marshall en 1983, dont les

Plus en détail

Pneumonies aigues communautaires (PAC) Cours IFSI Dr Agathe Sénéchal CCA Maladies infectieuses et tropicales Hôpital de la Croix Rousse

Pneumonies aigues communautaires (PAC) Cours IFSI Dr Agathe Sénéchal CCA Maladies infectieuses et tropicales Hôpital de la Croix Rousse Pneumonies aigues communautaires (PAC) Cours IFSI Dr Agathe Sénéchal CCA Maladies infectieuses et tropicales Hôpital de la Croix Rousse Pneumonie = pneumopathie = atteinte du parenchyme pulmonaire( bronchite)

Plus en détail

TOUT sur HELICOBACTER PYLORI

TOUT sur HELICOBACTER PYLORI TOUT sur HELICOBACTER PYLORI Les Jeudis de l Europe Le 10 avril 2008 Docteur Hubert REBAUDET INTRODUCTION Sujet d actualité avec le lancement de la campagne nationale d information HP : vit dans l estomac,

Plus en détail

CAS CLINIQUE. Dr Wissem HACHFI. Sce de Médecine Interne et Maladies Infectieuses CHU Farhat Hached Sousse

CAS CLINIQUE. Dr Wissem HACHFI. Sce de Médecine Interne et Maladies Infectieuses CHU Farhat Hached Sousse CAS CLINIQUE Dr Wissem HACHFI Sce de Médecine Interne et Maladies Infectieuses CHU Farhat Hached Sousse Cas clinique - Patient de 70 ans, - Antécédents:. Diabète de type II sous ISL. Prothèse mécanique

Plus en détail

Intérêt des dosages antibiotiques. A. Carricajo, G. Aubert CHU Saint-Etienne

Intérêt des dosages antibiotiques. A. Carricajo, G. Aubert CHU Saint-Etienne Intérêt des dosages antibiotiques A. Carricajo, G. Aubert CHU Saint-Etienne Journées de formation continue Infections ostéoarticulaires Lyon 26 novembre 2008 Pourquoi doser? (1) Grande variabilité inter

Plus en détail

Atelier : prostate, pathologie urologique, vieillissement et troubles de la coagulation. Dr Thierry Lambert

Atelier : prostate, pathologie urologique, vieillissement et troubles de la coagulation. Dr Thierry Lambert Atelier : prostate, pathologie urologique, vieillissement et troubles de la coagulation Dr Thierry Lambert La prostate Problème : La prévalence de l hypertrophie bénigne de la prostate est de : 42 % entre

Plus en détail

Prévention et traitement de l infection post-opératoire chez le patient cirrhotique

Prévention et traitement de l infection post-opératoire chez le patient cirrhotique Prévention et traitement de l infection post-opératoire chez le patient cirrhotique Christine Silvain mai 2014 Pas de conflit d intérêt en lien avec cette présentation Introduction (1) La mortalité post-opératoire

Plus en détail

«Préserver l intérêt collectif sans nuire à l intérêt individuel»

«Préserver l intérêt collectif sans nuire à l intérêt individuel» Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 18 Novembre 2010 -Cclin Paris Nord- «Préserver l intérêt collectif sans nuire à l intérêt individuel» Le meilleur usage possible des ATB c est de ne

Plus en détail

Prévalence des infections nosocomiales, France, 2006 (résultats définitifs)

Prévalence des infections nosocomiales, France, 2006 (résultats définitifs) Prévalence des infections nosocomiales, France, 2006 (résultats définitifs) Institut de veille sanitaire (InVS), pour le Réseau d alerte, d investigation et de surveillance des infections nosocomiales

Plus en détail

Prise en charge des PAC

Prise en charge des PAC Prise en charge des PAC J Gaillat CH région d Annecy Plan Généralités : épidémiologie et bases pour le choix d un traitement au cours des PAC Situations cliniques Les problèmes à résoudre conclusions Épidémiologie

Plus en détail

Méthodes d évaluation de l activité des antibiotiques in vitro

Méthodes d évaluation de l activité des antibiotiques in vitro Méthodes d évaluation de l activité des antibiotiques in vitro 17 Mars-2009 M. Archambaud Laboratoire Bactériologie-Hygiène CHU Rangueil Toulouse Définition d'un antibiotique "Toute substance chimique,

Plus en détail

Les infections associées aux soins: Quelle est l ampleur du problème?

Les infections associées aux soins: Quelle est l ampleur du problème? Les infections associées aux soins: Quelle est l ampleur du problème? Geneviève Christiaens Médecin coordinateur de l équipe d hygiène hospitalière Présidente du Comité d Hygiène Hospitalière Direction

Plus en détail

PLACE DES FLUOROQUINOLONES CHEZ L ADULTE. Pr Th. MAY 20 mars 2007

PLACE DES FLUOROQUINOLONES CHEZ L ADULTE. Pr Th. MAY 20 mars 2007 PLACE DES FLUOROQUINOLONES CHEZ L ADULTE Pr Th. MAY 20 mars 2007 Diarrhées TIAC à Salmonella non typhique Cipro p.o 500 mg x 2 5 j Fièvre typhoïde Cipro p.o 500 mg x 2 7 j Diarrhée bactérienne (Yersinia,

Plus en détail

Bon usage des antibiotiques en EHPAD

Bon usage des antibiotiques en EHPAD Journée régionale ARLIN Bretagne - Jeudi 28 mars 2013 Bon usage des antibiotiques en EHPAD Dr Aurélie Marquet Pharmacien Centre MedQual Centre d information et de ressources pour le bon usage des produits

Plus en détail

La présentation. Un cas de pneumonie communautaire. La suite. Quand prescrire une radiographie

La présentation. Un cas de pneumonie communautaire. La suite. Quand prescrire une radiographie La présentation Un cas de pneumonie communautaire Item 86 1 Vous êtes MG en «semi-rural». Une femme de 47 ans consulte parce que depuis 48 heures elle a une douleur basithoracique droite qui gêne franchement

Plus en détail

Chapitre 2 : Item 61 Troubles nutritionnels chez le sujet âgé

Chapitre 2 : Item 61 Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Chapitre 2 : Item 61 Troubles nutritionnels chez le sujet âgé I. Causes de la dénutrition du sujet âgé II. Diagnostic clinique de la dénutrition chez le sujet âgé III. Attitude thérapeutique OBJECTIFS

Plus en détail

LA BPCO QUAND PRESCRIRE DES ANTIBIOTIQUES?

LA BPCO QUAND PRESCRIRE DES ANTIBIOTIQUES? LA BPCO QUAND PRESCRIRE DES ANTIBIOTIQUES? La BPCO Diminution non réversible des débits expi. Destruction du parenchyme et alvéole : Déséquilibre Protéase/Anti-Protéase Apoptose des Cell. Épithéliales

Plus en détail

BPCO. EPU du 15/09/2004

BPCO. EPU du 15/09/2004 La BPCO EPU du 15/09/2004 Définition La broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) se définit comme une maladie chronique qui est lentement progressive caractérisée par une diminution non complètement

Plus en détail

Service de Gastroentérologie du Pr BEAUGERIE Hôpital saint Antoine Dr SOKOL Harry 08/06/16

Service de Gastroentérologie du Pr BEAUGERIE Hôpital saint Antoine Dr SOKOL Harry 08/06/16 Rôle de l IDE dans la transplantation de IDE REMY Elodie Service de Gastroentérologie du Pr BEAUGERIE Hôpital saint Antoine Dr SOKOL Harry 08/06/16 1 Présentation Hôpital Saint Antoine : CHU de l est parisien,

Plus en détail

DIVERTICULITE SIGMOÏDIENNE

DIVERTICULITE SIGMOÏDIENNE DIVERTICULITE SIGMOÏDIENNE Dr Anware Maftouh Chirurgie viscérale Hôpital St Camille Mars 2016 Introduction La diverticulose colique est une anomalie fréquente dans les pays occidentaux, son incidence augmente

Plus en détail

Du Bon Usage Des FLUOROQUINOLONES

Du Bon Usage Des FLUOROQUINOLONES Du Bon Usage Des FLUOROQUINOLONES Service des maladies infectieuses et Tropicales Professeur Bruno MARCHOU CHU Toulouse Remerciements aux Dr Alexa Debard et Marion Grare 18/11/2015 BM, Bon usage FQ 1 Des

Plus en détail

Prélèvements bactériologiques

Prélèvements bactériologiques Prélèvements bactériologiques Diagnostique direct : on recherche la bactérie responsable de l infection. Le prélèvement peut se faire soit au niveau du foyer infectieux soit à distance. Importance de :

Plus en détail

Bon usage des antibiotiques dans les Ehpad Enquête pilote en Bretagne Novembre 2014

Bon usage des antibiotiques dans les Ehpad Enquête pilote en Bretagne Novembre 2014 Bon usage des antibiotiques dans les Ehpad Enquête pilote en Bretagne Novembre 2014 Objectifs Objectifs généraux : Sensibiliser les professionnels des Ehpad au bon usage des antibiotiques Dégager des priorités

Plus en détail

Les infections respiratoires basses

Les infections respiratoires basses Les infections respiratoires basses Francine de Salvador Bronchites Pneumonies Les différents niveaux Trachéïte Inflammation de la trachée Bronchite Inflammation des bronches Bronchiolite Inflammation

Plus en détail

Infections urinaires

Infections urinaires Infections urinaires Journée régionale d échanges des référents en antibiothérapie des établissements de santé David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes Actualisation 2014 des recommandations

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application: Réf.: CMUB-45 Pagination : 1de 7 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 45 Rédacteurs Dr Bénédicte VALLET Date 20/10/2008 Validation Srce Commission

Plus en détail

Recommandations 2015 de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte

Recommandations 2015 de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte Recommandations 2015 de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte D après les diapositives réalisées par le groupe de travail

Plus en détail

GENERALITES SUR LES INFECTIONS NOSOCOMIALES

GENERALITES SUR LES INFECTIONS NOSOCOMIALES GENERALITES SUR LES INFECTIONS NOSOCOMIALES 1 1. Rappel Définitions de l infection 2 Infection (1) Maladie d origine infectieuse Signes cliniques douleur au niveau du site d infection rougeur chaleur présence

Plus en détail

Epidémiologie à cas par an en France. Mortalité : Implication économique ans 15 cas / ans et plus 34 cas / 1000

Epidémiologie à cas par an en France. Mortalité : Implication économique ans 15 cas / ans et plus 34 cas / 1000 Epidémiologie 1 400 000 à 600 000 cas par an en France L incidence augmente avec l âge 60-74 ans 15 cas / 1000 75 ans et plus 34 cas / 1000 Mortalité : > 65 ans : 10% des Pneumopathies aigues communautaires

Plus en détail

Infections à BGN. 2/ Autres BGN : pseudomonas (bacille pyocyannique), acinetobacter.

Infections à BGN. 2/ Autres BGN : pseudomonas (bacille pyocyannique), acinetobacter. Introduction Infections à BGN Infections très fréquentes. Communautaires / associées aux soins. La porte d entrée: urinaire / digestive Gravité sepsis sévère. La première cause de choc septique Résistance

Plus en détail