Consolider ses financements, en trouver de nouveaux? Optimiser la relation Entreprises / Banques! SOMMAIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Consolider ses financements, en trouver de nouveaux? Optimiser la relation Entreprises / Banques! SOMMAIRE"

Transcription

1 Optimiser la relation Entreprises / Banques! SOMMAIRE 2 QUESTIONS A SE POSER SUR VOS RELATIONS BANCAIRES. 2 CAS PRATIQUES : NEGOMOB et COSMETO. 6 POINTS d OPTIMISATION DE LA RELATION ENTREPRISE / BANQUE. 1 CONCLUSION... A suivre d actions! 1 Consolider ses financements, en trouver de nouveaux. Q1 : Teneur de nos relations Entreprise / banques? Mes banques ne pråtent-elles qu aux riches? Nos contacts sont-ils frçquents, rçguliers avec un chargç d affaires pro-actif? Le fonctionnement de notre compte-courant est-il irrçprochable? La banque nous appelle-t-elle É la moindre irrçgularitç (respectons-nous nos ÇchÇances de crçdit)? Donnons-nous les bons documents? Respectons-nous le ratio flux de Chiffre d Affaires / concours bancaires? Connaissons-nous tous les frais et tarifs? Oserions-nous nçgocier? Vivons-nous un vrai partenariat? Que faire pour que mon banquier m aime? 2 1

2 Consolider ses financements, en trouver de nouveaux. Q2 : Pouvons-nous tout dire É notre banquier? Etymologie de CREDIT = CREDERE (latin) = CONFIANCE Toute banque dçtient des informations extçrieures, ainsi que le fonctionnement du compte dans ses livres. Que dire de mes projets, des bonnes ou mauvaises nouvelles? Communication prçalable, prçparation, anticipation, livraison des bons documents. Recherche de conseils autres moyens/organismes de financement MLT? Un client dçfaillant, un fournisseur impatient, un stockage intçressant : Pourrons-nous adapter vite nos financements CT? Le mensonge ou l omission ne sont pas de bonnes bases pour Établir une confiance fiable et durable. 3 Optimisation de la relation Entreprise / Banque Cas pratique NEGOMOB (SARL 250 K ) ActivitÇ : nçgoce mobilier fabriquç en IndonÇsie et CorÇe du sud. CA : 7,7 M / R. net : 0 - Fournisseurs : 2 fabricants indonçsiens, 1 fabricant sud-corçen - crçdit documentaire import + ráglement en USD. - Clients : moyenne distribution spçcialisçe (75%) / magasins indçpendants de dçtail (25%) - France, Belgique, Espagne. - Relations bancaires : 2 banques (A & B) depuis l origine; rçpartition É 50/50 des flux et concours bancaires (crçdoc / avance-devises, facilitç de caisse ). Demande NEGOMOB Le dirigeant souhaite restaurer une rentabilitç pour dçvelopper ses projets É 5 ans : - doublement du chiffre d affaires - expansion par acquisition externe probable É prçvoir dans ce dçlai. NOTA : La structure financiáre demeure solide (33 % de FP / total passif) et le fonds de roulement (3.100 de FP + DLMT / 900 d immobilisations nettes) est confortable; trçsorerie souple. Frais financiers = 190 k (2,5 % / CA) Il faut cependant effectuer une gestion optimisçe concernant les stocks et l encours client. Solutions apportçes - NÉgociation avec A et B : forfait de découvert mensuel, intçressant en cas de progression d activitç attendue (commission de mouvements optimisçe, etc.). (Gain attendu : frais financiers Ñ montant Égal réduits de 10 K en valeur absolue.) - NÉgociation avec A et B : forfaits / crédits documentaires. Encours moyen (hors bilan) de 1,2 M (Économie annuelle sur encours Égal de 22 K ) - Politique de couverture Ñ terme systématique des achats de devise USD par contrat de 4 mois 50 É 65% si prçvisions USD baissier /. 60 É 75% si prçvisions USD stable /. 70 É 85% si prçvisions USD haussier /. Gain attendu : amélioration de marge de 2% Ñ 2,5% (52 K Ñ 65 K sur marge brute 2009 de K ) Sans changements avec les 2 banques, par simple nçgociation et en appliquant une politique systçmatisçe de couverture É terme (nçgoce avec 100% d achats en USD) nous trouvons de 84 É 97 K d Çconomies et d optimisation de gestion sur un exercice, toutes choses Çgales par ailleurs. 4 2

3 Optimisation de la relation Entreprise / Banque Cas pratique COSMETO (S.A. familiale 2,2 M ) ActivitÇ : emboàtage poudre cosmçtique + fabrication contenant cosmçtique. CA : 65,2 M / R. net : 0,9 M - Fournisseurs : matiáres plastiques, fabricants de pots. - Clients : fabricants cosmçtiques; sous-traitants maisons de couture; parfumeurs; chaànes distribution. - Relations bancaires : Six banques (A, B, C, D, E, F) relations inçgales au fil de la vie de l entreprise; rçpartition flux et concours bancaires É revoir (facilitç de caisse, investissements par CMT ou crçdit bail). Demande COSMETO - Investissement prçvu dans 18 mois pour agrandir et augmenter production de l usine de fabrication de contenants (marges amçliorçes lorsque contenants et remplissage sont rçalisçs par l entreprise) ; l objectif É atteindre serait de produire 40% des contenants (25% É ce jour) qui sont remplis dans l autre usine. - PrÉparation du pool pour l investissement projetç (coât global de 2,4 M, emprunt MT de 1,6 M, apport via lease back de 0,8 M ) NOTA : L exercice 2009 n atteint pas les objectifs de rçsultat. Il faut hausser les marges en produisant plus de contenants qu aujourd hui, intçgrant davantage le processus-client fabrication contenant / remplissage. Frais financiers ÇlevÇs (2,3% / CA) et il faut optimiser en mobilisant le poste clients plutät que recourir au dçcouvert. Un plan É cinq ans est prçvu, s appuyant sur un projet d investissement d envergure, tel qu il avait dçjé ÇtÇ rçalisç lors de la dçcennie prçcçdente. Solutions apportçes - Chantier de mise Ñ plat des relations bancaires * Sortie de C (CMT remboursç) * RÇpartition des flux annoncçe sur ABDEF. - Conditions bancaires * NÇgociation pour passage com Mvmnt 0,185 %o. * ArrÅtÇs comptes uniformisçs : Eonia + 1,25 %. * Objectif annoncç : forfait annuel arråtç compte. Economie prévue (com Mvmnt) : 50/55 K - Affacturage (mise en place) * NÇgo avec 3 Factor banques + 1 indépendant * Cession 30 M / factures > 20 K Economie prévue / utilisation découvert : 75/80 K - Investissement (2,4 M ) ÉchÉancÉ Ñ 18 mois * lease back 0,8 M /12 ans : 3 Crt bailleurs Immo *CMT 1,6 M /7 ans : 50% requis auprás 5 banques (choix 2x0,8 ou 3x0,55) * Documents : production business plan; annonce situation trimestrielles ratifiçes. L investissement projetç a induit un vaste chantier d'aplanissementdu pool bancaire (durçe chantier 5 mois); ces nouvelles bases ont permis de prçparer les 5 exercices É venir. RÇduction immçdiate de 125 É 135 K frais financiers et bancaires, soit 9% de rçduction sur frais actuels. 5 1/6 Un relationnel simple et frçquent pour construire la relation sur le long terme... Informez-le sans demande : donnez-lui des nouvelles de l entreprise Evoquez des projets rçalistes PrÇsentez des requåtes en lui demandant son avis Demandez É connaàtre son N+1 (directeur d agence, rçgional) Connaissez les dçlçgations de pouvoirs de crçdit RÇdigez des Çcrits (pas seulement pour des rçclamations ) 6 3

4 2/6 La bonne communication financiáre au bon moment BILAN et rapports CAC (gçnçral & spçcial) : obligatoire, ne pas le remettre tardivement; l expliquer s il n est pas É la hauteur de vos espçrances (voir note d information ). SITUATIONS INTERMEDIAIRES : semestrielle pour CA < 15 M, trimestrielle au delé. Acte naturel de la donner É ses banques. PROJETS INVESTISSEMENTS & BUSINESS-PLAN : rçalisç pour gestion courante, document É produire en appui d une demande spçcifique (CT rapide, prçvision MT) ROLLING FORECAST : document de travail plutät interne É l entreprise (correction du business plan); ne montrer É la banque que derniáre mouture pour emporter une dçcision CMT. NOTE d INFORMATION : document non-financier qui vient en appui explicatif des documents prçcçdents; traduction concráte des tableaux de chiffres et/ou description projet de tout ordre; synthçtique (2 pages max.), 1 sujet É la fois. 7 3/6 La connaissance des services et filiales de la banque Point d entrçe : votre centre d affaires via votre chargç d affaires LIGNES METIER (spåcialistes conseils en services) - FLUX, COMMERCE EXTERIEUR, TRADE, CHANGE (soutien au chargç d affaires). - SERVICE ENGAGEMENTS (crçdit) Concours dçpassant les pouvoirs locaux FILIALES - AFFACTURAGE Mobilisation CT du poste clients (Escompte, Dailly) - CRåDIT BAIL MOBILIER et IMMOBILIER (Financements matçriels / immeubles) - ASSET MANAGEMENT (gestion d actifs collective opcvm - ou sous mandat) - BANQUE PRIVåE (Gestion sous mandat des > patrimoines) - PRIVATE EQUITY (capital risque et dçveloppement) - åpargne ENTREPRISE; PEE; IDR; art. 83 / 89 ; Loi Madelin,... - ASSURANCES, TELEPHONIE, etc. 8 4

5 4/6 Mise É plat des frais, coâts et tarifs bancaires Tenez impçrativement É jour les conditions des diffçrentes banques (point annuel minimum). Constituez le tableau des 15 principales conditions (taux CT/MT; commissions diverses) vçrification de leur application rçelle. Obtenez des Çcrits de chaque banque. Anticipez et annoncez les nçgociations et rçalisez des appels d offre assortis de demandes prçcises (pas au mieux ). Tentez toujours l'alignement gçnçral; en cas de diffçrç d une des banques, prçvenez de la nouvelle demande sous dçlai rapprochç (3 É 6 mois maximum). 9 5/6 La juste rçpartition des flux et opçrations bancaires Faàtes travailler vos banques de faéon Çquitable. - SimultanÇment (flux / placements / crçdits importants É rçpartir) - Successivement (placements / crçdits rçduits) - Leur nombre est-il bon (1 de plus, 1 de moins, 1 É remplacer...)? Respectez le ratio FLUX / CONCOURS (CT & MT) : - Centrale des risques de la Banque de France. - SurpondÇrer de 50% la part MT dans le cumul des crçdits / banque (exemple : 100 CT = 100 / (50 CT + 50 MT) = 125 / 100 MT = 150) - Annonce de la part annuelle de flux É venir (prçvisions CA TTC, calcul ratio ci dessus) 10 5

6 6/6 Les points clçs d une demande de financement. PrÇparation (aide conseil, experts comptable, spçcialiste). Documents financiers adçquats (bilan, budget, business plan, note explicative). Auto-conviction de la viabilitç du projet. Proposer petit crçdit (1 banque) É au moins 2 banques / gros crçdit (> 2 banques) É chaque banque avec part supçrieure (OSEO en co-financement). Mobiliser les fonds propres et sâretçs nçcessaires (OSEO en garantie). Ecoute et acceptation des questions et remarques critiques, constructives pour le projet. Prise au sçrieux des points de conflits et critiques; rçponse par Çcrit si conviction opposçe. Visite prçparçe de votre entreprise par l interlocuteur bancaire. 11 Optimiser la relation Entreprises / Banques! CONCLUSION Dans les bonnes ou moins bonnes périodes, engager une démarche durable et responsable : DÅmarche relationnelle et comportementale afin d obtenir les meilleures performances de ses interlocuteurs bancaires. Comprendre ses contraintes (entreprise) et celles de la banque; fixer råguliçrement les possibilitås et les limites de någociations optimales pour les deux partenaires. AmÅliorer l efficacitå de la någociation, construire un partenariat avec son banquier. Communication financiçre et informative råguliçre / tableaux des conditions É jour / respect des flux. Ainsi vous obtiendrez grâce à ce travail de fonds permanent : Ñcoute plus attentive et råponses plus pråcises. RapiditÅ et facilitation d exåcution. NÅgociation, råduction des frais, taux et conditions amåliorås Anticipez, réactivez, pro-activez! Montrez que vous Ütes un client averti!

7 Optimiser la relation Entreprises / Banques! MERCI DE VOTRE ATTENTION Questions? 13, Optimisation de la relation Entreprise / Banque METHODE : démarche durable, amélioration des rapports quotidiens entre l'entreprise et ses banques; habitudes nouvelles, communication renforcée, production d'éléments factuels de part et d'autre. - Assurer un relationnel informatif simple et fréquent. / - Produire au bon moment la communication financière. - Utiliser les bons services et filiales des banques. / - Répartir justement les opérations et flux financiers. - Mettre à plat les divers "cahiers de conditions". / - Valider les points clés d'une demande de financement. BENEFICES : crédibilité et une confiance communes accrues entre l Entreprise et ses banques. - Facilité et rapidité des réponses aux requêtes. - Réduction des coûts. - Optimisation des lignes de crédit par arbitrage ou nouveaux financements. - Pérennisation de la relation bancaire. Christophe Cor Directeur de mission

Les MatiÄres PremiÄres comme classe d actifs financiers

Les MatiÄres PremiÄres comme classe d actifs financiers Les MatiÄres PremiÄres comme classe d actifs financiers Santiago Tavolaro, Consultant senior Les Commodities sont depuis des däcennies une classe d actifs propre, Ç cheval entre le monde financier et l

Plus en détail

La traduction financiäre Å la croisçe des chemins Michel Rochard, article pour la revue Traduire, né204 (fçvrier 2005)

La traduction financiäre Å la croisçe des chemins Michel Rochard, article pour la revue Traduire, né204 (fçvrier 2005) La traduction financiäre Å la croisçe des chemins Michel Rochard, article pour la revue Traduire, né204 (fçvrier 2005) La traduction financiäre est un domaine mal connu, un petit monde Å part! Est-il homogäne

Plus en détail

Les Entrepreneuriales. Financer un projet de création d entreprise et bâtir une cohérence financière du projet

Les Entrepreneuriales. Financer un projet de création d entreprise et bâtir une cohérence financière du projet Les Entrepreneuriales Financer un projet de création d entreprise et bâtir une cohérence financière du projet SOMMAIRE Introduction L image du banquier, le rôle de la banque? Les différents moyens de financement

Plus en détail

Comment financer la relance des entreprises?

Comment financer la relance des entreprises? Atelier N 7 Comment financer la relance des entreprises? 9 Juillet 2015 M. Lionel TESSON, Expert Comptable M. Ludovic CONTIN, NATIXIS FACTOR M. Hervé BACHELOT LALLIER, Banque Populaire Atlantique Sommaire

Plus en détail

«Comment se faire payer par ses clients?»

«Comment se faire payer par ses clients?» «Comment se faire payer par ses clients?» Renforcer la trésorerie de son entreprise en limitant les frais financiers. Eviter les impayés grâce à des méthodes simples. 1 Vendredi 10 Octobre 2014 Comment

Plus en détail

LES CLEFS DU FINANCEMENT. Comment bien préparer sa demande de financement?

LES CLEFS DU FINANCEMENT. Comment bien préparer sa demande de financement? LES CLEFS DU FINANCEMENT Comment bien préparer sa demande de financement? LES CLEFS DU FINANCEMENT Dolène MINATCHY Déléguée Commerciale Professionnels BRED BANQUE POPULAIRE Marcelino BUREL Président de

Plus en détail

3. Renforcer la trésorerie

3. Renforcer la trésorerie 3. Renforcer la trésorerie La trésorerie est fortement impactée en permanence par le poids des stocks, les délais de paiement des clients ou aux fournisseurs et d autres paramètres récurrents (cotisations

Plus en détail

Professions libérales Artisans Commerç ants Petites entreprises Auto-entrepreneurs FINANCER VOTRE ACTIVITÉ

Professions libérales Artisans Commerç ants Petites entreprises Auto-entrepreneurs FINANCER VOTRE ACTIVITÉ Professions libérales Artisans Commerç ants Petites entreprises Auto-entrepreneurs FINANCER VOTRE ACTIVITÉ VOUS AVEZ DES BESOINS PROS NOUS AVONS DES SOLUTIONS PROS Pour vos projets et vos investissements,

Plus en détail

MARCHE DE PRESTATION DE SERVICES D ASSURANCES DOMMAGES OUVRAGE MARCHE A LOTS SEPARES ACTE D ENGAGEMENT

MARCHE DE PRESTATION DE SERVICES D ASSURANCES DOMMAGES OUVRAGE MARCHE A LOTS SEPARES ACTE D ENGAGEMENT MARCHE DE PRESTATION DE SERVICES D ASSURANCES DOMMAGES OUVRAGE MARCHE A LOTS SEPARES ACTE D ENGAGEMENT Pouvoir Adjudicateur : EPSoMS Intercommunal Georges Couthon & Nicolas Roussel 5-7 rue Pierre Rollin

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE

OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE Janvier 2012 Créateur de performance économique 1 Sommaire CONTEXTE page 3 OPPORTUNITES page 4 METHODOLOGIE page 6 COMPETENCES page 7 TEMOIGNAGES page 8 A PROPOS

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

FICHE 42 - LES INVESTISSEMENTS DIRECTS, LES PRÊTS, PLACEMENTS ET OPÉRATIONS D AFFACTURAGE

FICHE 42 - LES INVESTISSEMENTS DIRECTS, LES PRÊTS, PLACEMENTS ET OPÉRATIONS D AFFACTURAGE BALANCE DES PAIEMENTS - RECUEIL DES MODALITES DECLARATIVES QUATRIEME PARTIE : COMPLEMENTS D INFORMATION RELATIFS AUX CRP FICHE 42 - LES INVESTISSEMENTS DIRECTS, LES PRÊTS, PLACEMENTS ET OPÉRATIONS 1. OBJET

Plus en détail

Gérer la trésorerie et la relation bancaire

Gérer la trésorerie et la relation bancaire Gérer la trésorerie et la relation bancaire Gérer la trésorerie et la relation bancaire finance/gestion comptabilité > Assurer la liquidité > Améliorer le résultat financier > Gérer les risques 6 e édition

Plus en détail

LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents. Mardi 29 novembre 2011

LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents. Mardi 29 novembre 2011 LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents Mardi 29 novembre 2011 SOMMAIRE Introduction : pourquoi la gestion de la trésorerie est-elle indispensable?

Plus en détail

Les financements bancaires de l exploitation et des investissements

Les financements bancaires de l exploitation et des investissements Les financements bancaires de l exploitation et des investissements M. Daniel CHANE YOCK NAM Directeur adjoint Agence de Saint Denis Banque de la Réunion M. Olivier SAURIER Responsable de service BPI M.

Plus en détail

Les moyens de financement mobilisables par les entreprises de la Plasturgie

Les moyens de financement mobilisables par les entreprises de la Plasturgie Les moyens de financement mobilisables par les entreprises de la Plasturgie Les entreprises industrielles s appuient régulièrement sur des moyens de financement autres que les fonds propres, afin de développer

Plus en détail

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes?

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Yves MARTIN-CHAVE Conseil financier ymc@innovatech.fr 06 27 28 53 34 innovatech-conseil.com Innovatech Conseil Les documents

Plus en détail

Gestion de trésorerie

Gestion de trésorerie Gestion de trésorerie Prévisions financières modes de financement et de placement à court terme Nathalie gardes Maitre de conférence en gestion Objectifs Connaître les principales composantes de la gestion

Plus en détail

93 Äme ASSEMBLEE GENERALE DES ANCIENS ELEVES DE L EPIL

93 Äme ASSEMBLEE GENERALE DES ANCIENS ELEVES DE L EPIL 14 Octobre 2012 93 Äme ASSEMBLEE GENERALE DES ANCIENS ELEVES DE L EPIL ORDRE DU JOUR 09 H 30 Accueil (BenoÉt SCHUERS) 09 h 45 CÇlÇbration (L abbç Robert COISNE ) 10 h 45 DÇpÑt de gerbe (BenoÉt SCHUERS)

Plus en détail

NOS OUTILS POUR DÉVELOPPER VOTRE ACTIVITÉ.

NOS OUTILS POUR DÉVELOPPER VOTRE ACTIVITÉ. PROFESSIONNELS DU BÂTIMENT NOS OUTILS POUR DÉVELOPPER VOTRE ACTIVITÉ. www.bnpparibas.net/entrepros Banque impliquée dans le financement de l économie et de la création d entreprises, BNP Paribas a acquis

Plus en détail

Banque des Entreprises au Luxembourg Des experts au cœur de vos projets

Banque des Entreprises au Luxembourg Des experts au cœur de vos projets Banque des Entreprises au Luxembourg Des experts au cœur de vos projets Communication Marketing Juin 2011 bgl.lu Sommaire BGL BNP Paribas au service des entreprises 5 Un interlocuteur dédié 6 Un interlocuteur

Plus en détail

Club Etablissements Financiers & Assurances

Club Etablissements Financiers & Assurances Club Etablissements Financiers & Assurances Enquête sur le thème «PME banque : vers une recomposition de l équilibre relationnel liée aux évolutions réglementaires Bâle III» Présentation des résultats,

Plus en détail

MARCHE DE PRESTATION DE SERVICES D ASSURANCES TOUS RISQUES CHANTIERS ACTE D ENGAGEMENT

MARCHE DE PRESTATION DE SERVICES D ASSURANCES TOUS RISQUES CHANTIERS ACTE D ENGAGEMENT MARCHE DE PRESTATION DE SERVICES D ASSURANCES TOUS RISQUES CHANTIERS ACTE D ENGAGEMENT Pouvoir Adjudicateur : EPSoMS Intercommunal Georges Couthon & Nicolas Roussel 5-7 rue Pierre Rollin 80090 Amiens Prestataire

Plus en détail

TRESORERIE, POSTE CLIENTS & RELATION BANCAIRE EN PME Réunion du GEET, 7 octobre 2013 à Mondésir

TRESORERIE, POSTE CLIENTS & RELATION BANCAIRE EN PME Réunion du GEET, 7 octobre 2013 à Mondésir TRESORERIE, POSTE CLIENTS & RELATION BANCAIRE EN PME Réunion du GEET, 7 octobre 2013 à Mondésir UNE PARTIE A 4 JOUEURS Un entrepreneur, sa personnalité, sa formation, son expérience, ses ambitions, ses

Plus en détail

SOMMAIRE RÉSULTATS SEMESTRIELS 2011 PRÉAMBULE 2 PERFORMANCE COMMERCIALE 6 RÉSULTATS CONSOLIDÉS 9 STRUCTURE FINANCIÈRE 13 SQLI EN BOURSE 18

SOMMAIRE RÉSULTATS SEMESTRIELS 2011 PRÉAMBULE 2 PERFORMANCE COMMERCIALE 6 RÉSULTATS CONSOLIDÉS 9 STRUCTURE FINANCIÈRE 13 SQLI EN BOURSE 18 SOMMAIRE RÉSULTATS SEMESTRIELS 2011 PRÉAMBULE 2 PERFORMANCE COMMERCIALE 6 RÉSULTATS CONSOLIDÉS 9 STRUCTURE FINANCIÈRE 13 SQLI EN BOURSE 18 STRATÉGIE & PERSPECTIVES 21 CONCLUSION 28 1 RAPPEL DU POSITIONNEMENT

Plus en détail

En vigueur le 1 er juillet 2012. Frais d utilisation des services financiers pour les entreprises

En vigueur le 1 er juillet 2012. Frais d utilisation des services financiers pour les entreprises En vigueur le 1 er juillet 2012 Frais d utilisation des services financiers pour les entreprises TABLE DES MATIÈRES Tarification à la pièce 2 Opérations courantes (comptes et forfaits) Services complémentaires

Plus en détail

Tarifs et Conditions extrait des prix et services (ttc) au 01/01/2013

Tarifs et Conditions extrait des prix et services (ttc) au 01/01/2013 Tarifs et Conditions extrait des prix et services (ttc) au 01/01/2013 Sommaire Extrait standard des tarifs...3 Ouverture, fonctionnement et suivi de votre compte...4 Relevés de votre compte...4 Services

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 13 mars 2012 RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE Bonne résistance du PNB et du RBE en 2011, solidité financière confirmée, poursuite de la dynamique de développement

Plus en détail

Le rôle de Bpifrancedans le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi. Le 24 Septembre 2013 CMA Melun

Le rôle de Bpifrancedans le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi. Le 24 Septembre 2013 CMA Melun Le rôle de Bpifrancedans le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Le 24 Septembre 2013 CMA Melun PRÉSENTATION DE LA Créée par la loi du 31 décembre 2012, le groupe Bpifrance est

Plus en détail

---------------------------------------------------- Rapport Financier Semestriel 30/06/2013 --------------------------------------

---------------------------------------------------- Rapport Financier Semestriel 30/06/2013 -------------------------------------- RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL 1 er janvier 30 juin 2013 ---------------------------------------------------- Rapport Financier Semestriel 30/ -------------------------------------- Société anonyme au capital

Plus en détail

En vigueur le 1 er juillet 2015 FRAIS D UTILISATION DES SERVICES FINANCIERS POUR LES ENTREPRISES

En vigueur le 1 er juillet 2015 FRAIS D UTILISATION DES SERVICES FINANCIERS POUR LES ENTREPRISES En vigueur le 1 er juillet 2015 FRAIS D UTILISATION DES SERVICES FINANCIERS POUR LES ENTREPRISES TABLE DES MATIÈRES Tarification à la pièce 1 Opérations courantes (comptes et forfaits) Services complémentaires

Plus en détail

Corée. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Corée. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

Formation «Comptabilité bancaire : cycle long»

Formation «Comptabilité bancaire : cycle long» Formation «Comptabilité bancaire : cycle long» REFERENCE : 202 1. Objectif général Situer l'activité bancaire dans son environnement économique et réglementaire. Souligner les aspects techniques et économiques

Plus en détail

L assurance crédit et le financement des exportations. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

L assurance crédit et le financement des exportations. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier L assurance crédit et le financement des exportations 2 Section 1. Les modalités de paiement des exportations : le crédit documentaire Section 2. Les crédits à court terme et le financement des exportations

Plus en détail

Gestion présenté par Catherine Quelven Assurance présenté par Pierre Giffo International présenté par Emmanuelle Carriot

Gestion présenté par Catherine Quelven Assurance présenté par Pierre Giffo International présenté par Emmanuelle Carriot Gestion présenté par Catherine Quelven Assurance présenté par Pierre Giffo International présenté par Emmanuelle Carriot Catherine Quelven Société COGIRHA Conseil en optimisation de Gestion Co-pilote d

Plus en détail

RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005

RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005 Hal, le 11 décembre 2006 RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005 Par rapport aux chiffres publiés précédemment (le 19

Plus en détail

Résultats Semestriels 2008. Paris, le 1er octobre 2008

Résultats Semestriels 2008. Paris, le 1er octobre 2008 Résultats Semestriels 2008 Paris, le 1er octobre 2008 ALTEN ALTEN reste fortement positionné sur l Ingénierie et le Conseil en Technologie (ICT), ALTEN réalise des projets de conception et d études pour

Plus en détail

DOSSIER D'ETUDE AFFACTURAGE IDENTIFICATION DE L ENTREPRISE CARACTERISTIQUES DE L ACTIVITE

DOSSIER D'ETUDE AFFACTURAGE IDENTIFICATION DE L ENTREPRISE CARACTERISTIQUES DE L ACTIVITE DOSSIER D'ETUDE AFFACTURAGE IDENTIFICATION DE L ENTREPRISE Raison Sociale :..... N SIREN :.. NAF :..... Date de création :... Siège Social :...... Noms des filiales et participations :... Nombre de sociétés

Plus en détail

Responsabilité civile et décennale Construction maison individuelle

Responsabilité civile et décennale Construction maison individuelle Responsabilité civile et décennale Construction maison individuelle Référence de votre cabinet Code ORIAS N : Cachet de votre cabinet : Raison sociale Sigle Adresse Code postal Ville Téléphone Fax Mobile

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE 2 Section 1. Problématique de la gestion du risque de change Section 2. La réduction de l exposition de l entreprise au risque de change Section 3. La gestion du risque de

Plus en détail

Centre National d Animation et de Ressources Financement

Centre National d Animation et de Ressources Financement Centre National d Animation et de Ressources Financement Répertoire des solutions de financement LES FINANCEMENTS COURT TERME Fiche 1 : La facilité de caisse... page 1 Fiche 2 : Les différentes formes

Plus en détail

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation A. Le cycle d exploitation L activité de l unité commerciale

Plus en détail

Dérivés Financiers Contrats à terme

Dérivés Financiers Contrats à terme Dérivés Financiers Contrats à terme Mécanique des marchés à terme 1) Supposons que vous prenez une position courte sur un contrat à terme, pour vendre de l argent en juillet à 10,20 par once, sur le New

Plus en détail

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises)

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises) JANVIER 2015 ENTREPRENEURS N 16 FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises) Ce

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 4 CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT PLANS DE TRESORERIE FINANCEMENTS ET PLACEMENTS A COURT TERME

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 4 CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT PLANS DE TRESORERIE FINANCEMENTS ET PLACEMENTS A COURT TERME COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 4 CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT PLANS DE TRESORERIE FINANCEMENTS ET PLACEMENTS A COURT TERME SEANCE 4 CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT PLANS DE TRESORERIE FINANCEMENTS

Plus en détail

LE SALE & LEASE-BACK IMMOBILIER ET LA RESTRUCTURATION D ENTREPRISE

LE SALE & LEASE-BACK IMMOBILIER ET LA RESTRUCTURATION D ENTREPRISE LE SALE & LEASE-BACK IMMOBILIER ET LA RESTRUCTURATION D ENTREPRISE LEVIER DE CASH OPTIMAL, AU BESOIN FACILITANT LA NEGOCIATION D AUTRES SOLUTIONS FINANCIERES 01 3, quai des Chartrons - 33000 Bordeaux -

Plus en détail

Crédits. Trésorerie, Financement, Création et Rachat d entreprise... Des solutions de crédit pointues et adaptées à vos besoins!

Crédits. Trésorerie, Financement, Création et Rachat d entreprise... Des solutions de crédit pointues et adaptées à vos besoins! Pour en savoir plus sur les solutions CRÉDITS du Crédit Mutuel, appelez votre conseiller au : Connaissez-vous Bail-Immo-Nord? Filiale spécialisée dans le Crédit Bail Immobilier, Bail Immo Nord vous apporte

Plus en détail

Des outils uniques et novateurs pour le développement de votre entreprise d économie sociale

Des outils uniques et novateurs pour le développement de votre entreprise d économie sociale Des outils uniques et novateurs pour le développement de votre entreprise d économie sociale Les produits financiers de la Fiducie du Chantier de l économie sociale 1. Capital patient opération 2. Capital

Plus en détail

AMENAGEMENT DE CELLULES COMMERCIALES SUR L ILOT DE LA POSTE APPEL A PROJET DOSSIER DE CANDIDATURE DOSSIER A DEPOSER AU PLUS TARD :

AMENAGEMENT DE CELLULES COMMERCIALES SUR L ILOT DE LA POSTE APPEL A PROJET DOSSIER DE CANDIDATURE DOSSIER A DEPOSER AU PLUS TARD : Commune de la PLAINE SUR MER AMENAGEMENT DE CELLULES COMMERCIALES SUR L ILOT DE LA POSTE APPEL A PROJET DOSSIER DE CANDIDATURE DOSSIER A DEPOSER AU PLUS TARD : Vendredi 14 septembre avant 12h00 par voie

Plus en détail

Une solution de gestion financière de la crise

Une solution de gestion financière de la crise 64EME CONGRES DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES /// NANTES 2009 FICHE PRATIQUE : FACTOR Une solution de gestion financière de la crise Les fiches pratiques de l'ordre des experts-comptables vous donnent

Plus en détail

La räponse du traducteur par Michel Rochard de la Banque de France

La räponse du traducteur par Michel Rochard de la Banque de France ACTES DU COLLOQUE La räponse du traducteur par Michel Rochard de la Banque de France Denise Baccara: Ä Michel Rochard est traducteur-räviseur Å la Banque de France et enseignant Å l'esit. Nous lui avons

Plus en détail

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne Paris, le 3 avril 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013 Résultats du groupe Caisse des Dépôts Résultat net part du Groupe... 2,137 Md Résultat récurrent... 1,35 Md Résultat

Plus en détail

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises)

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises) SEPTEMBRE 2014 ENTREPRENEURS N 16 FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises)

Plus en détail

ADMINISTRATION ET ORGANISATION CrÄation de l association : ProcÄs-verbal de l assemblçe gçnçrale constitutive C 0 Lettre de convocation C 0 Liste des dirigeants nommçs É titre provisoire C 0 Statuts de

Plus en détail

Pour bien démarrer et pour durer!

Pour bien démarrer et pour durer! oseo.fr OSEO Document non contractuel Conception-Réalisation : W & CIE Réf. : 6522-04 Septembre 2009 Ce document est imprimé sur du papier fabriqué à 100 % à base de fibres provenant de forêts gérées de

Plus en détail

Mise en œuvre des IFRS dans la banque

Mise en œuvre des IFRS dans la banque Mise en œuvre des IFRS dans la banque Responsables financiers et comptables des institutions financières Experts Comptables Commissaires aux Comptes Comprendre les fondements des normes IFRS Savoir traiter

Plus en détail

Résultats annuels 2013 en forte croissance

Résultats annuels 2013 en forte croissance Communiqué de presse - Clichy, 25 mars 2014, 18h Résultats annuels 2013 en forte croissance Chiffre d affaires en hausse de 5,3% à 420,7 M Résultat opérationnel en hausse de 31,7% à 43,4 M Résultat net

Plus en détail

- 05 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 2

- 05 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 2 - 05 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 2 Objectif(s) : o Pré-requis : Relation de la variation de la Trésorerie d'exploitation avec l'excédent Brut d'exploitation (E.B.E.) et la variation

Plus en détail

Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010

Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010 Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010 Sommaire Le sens de l Histoire Le Groupe UFG-LFP La déclinaison de la stratégie

Plus en détail

Rapport intermédiaire. Comptes du Groupe au 30 juin 2015

Rapport intermédiaire. Comptes du Groupe au 30 juin 2015 Rapport intermédiaire Comptes du Groupe au 30 juin 2015 2 Message des présidents En présentant de très bons résultats semestriels dans un environnement global incertain, la BCV démontre une nouvelle fois

Plus en détail

Epargne. Bien comprendre l épargne-retraite en entreprise. L offre globale. Assurances et Services pour le développement des entreprises.

Epargne. Bien comprendre l épargne-retraite en entreprise. L offre globale. Assurances et Services pour le développement des entreprises. entreprises Epargne Bien comprendre l épargne-retraite en entreprise L offre globale Groupama Assurances et Services pour le développement des entreprises. epargne Comment maintenir le niveau des retraites?

Plus en détail

Prévisionnel de Développement de Janvier 2011 à Décembre 2013

Prévisionnel de Développement de Janvier 2011 à Décembre 2013 Dossier prévisionnel Prévisionnel de Développement de Janvier 2011 à Décembre 2013 Société TEST 24 cours de la brocante BP 45 44100 NANTES Tel : 0240256767 Fax : 0240789029 Email : infos@test-sa.fr Monsieur

Plus en détail

L ETUDE FINANCIERE. A quoi servent ces outils?

L ETUDE FINANCIERE. A quoi servent ces outils? Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir stage financé par le fonds social européen en et la DGCIS L ETUDE FINANCIERE L étude financière est une analyse qui permet de faire apparaître l ensemble

Plus en détail

Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière

Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière Chiffres clés 2012 Croissance des ventes du Groupe : +0,9% à 76,8

Plus en détail

Aperçu des prix SOMMAIRE. Valables à partir du 1 er janvier 2015. Sous réserve de modifications

Aperçu des prix SOMMAIRE. Valables à partir du 1 er janvier 2015. Sous réserve de modifications Aperçu des prix Valables à partir du 1 er janvier 01 Sous réserve de modifications Les dispositions contractuelles régissant les relations d affaires avec la Banque Cantonale Bernoise SA sont en vigueur.

Plus en détail

Résultats 2009 : Succès de l offre de banque en ligne - Ouvertures de comptes : +20% - Nombre d ordres : +10%

Résultats 2009 : Succès de l offre de banque en ligne - Ouvertures de comptes : +20% - Nombre d ordres : +10% Points clés Résultats 2009 : Succès de l offre de banque en ligne - Ouvertures de comptes : +20% - Nombre d ordres : +10% Des résultats solides Produit net bancaire : 200 MEur (+1% à périmètre et change

Plus en détail

APPEL D'OFFRE «Caution Agro-alimentaires»

APPEL D'OFFRE «Caution Agro-alimentaires» APPEL D'OFFRE «Caution Agro-alimentaires» Société Dénomination Sociale : Forme Juridique : Adresse du siège social : Capital social: euros Répartition du capital (principaux associés et % de participation)

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Rapport Annuel 2010. Présentation du Groupe CMNE. 6 Profil, Chiffres clés et Faits marquants. 8 Organigramme financier. 9 Organisation du Groupe

Rapport Annuel 2010. Présentation du Groupe CMNE. 6 Profil, Chiffres clés et Faits marquants. 8 Organigramme financier. 9 Organisation du Groupe Rapport Annuel 2010 2 Sommaire Rapport Annuel 2010 Présentation du Groupe CMNE 5 Éditorial 6 Profil, Chiffres clés et Faits marquants 7 Implantation 8 Organigramme financier 9 Organisation du Groupe Rapport

Plus en détail

Questionnaire «Cautions Fournisseur»

Questionnaire «Cautions Fournisseur» Questionnaire «Cautions Fournisseur» Société Dénomination Sociale : Forme Juridique : Adresse du siège social : Capital social: euros Répartition du capital (principaux associés et % de participation)

Plus en détail

HSBC Private Bank en France. Gestion de portefeuille

HSBC Private Bank en France. Gestion de portefeuille HSBC Private Bank en France Gestion de portefeuille Sommaire 4 Gestion de portefeuille : notre philosophie 4 Une approche personnalisée 6 Stratégie d investissement 8 Les différents modes de gestion de

Plus en détail

Á propos du Wealth Management. Et sur la riche expérience de KBC.

Á propos du Wealth Management. Et sur la riche expérience de KBC. Á propos du Wealth Management. Et sur la riche expérience de KBC. À chaque patrimoine familial sa propre histoire. Avec beaucoup de persévérance et de sagacité, vous vous êtes constitué un patrimoine

Plus en détail

La Banque Postale propose aux collectivités locales une nouvelle offre de crédit court terme

La Banque Postale propose aux collectivités locales une nouvelle offre de crédit court terme COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 20 juin 2012 La Banque Postale propose aux collectivités locales une nouvelle offre de crédit court terme Acteur engagé avec La Poste dans le développement des territoires,

Plus en détail

LES ÉTAPES PRINCIPALES DU PROCESSUS D ACHAT D UNE FRANCHISE

LES ÉTAPES PRINCIPALES DU PROCESSUS D ACHAT D UNE FRANCHISE LES ÉTAPES PRINCIPALES DU PROCESSUS D ACHAT D UNE FRANCHISE Un achat de franchise permet de concilier l investissement et la prise de risque minimale. L achat d une franchise nécessite tout d abord la

Plus en détail

Cardif Multiplus Perspective

Cardif Multiplus Perspective Cardif Multiplus Perspective CONTRAT D ASSURANCE VIE DIVERSIFIÉ Mon futur à composer Cardif Multiplus Perspective Mon assurance vie diversifiée aujourd hui pour mes projets de demain Cardif propose Cardif

Plus en détail

Les Demandes de Crédit :

Les Demandes de Crédit : Les Demandes de Crédit : Le rôle d une banque commerciale et les différents types de crédits Christian Turbé, Membre de la Direction, BCGE Office de la Promotion Économique du Canton de Genève Petit- Déjeuner

Plus en détail

Communiqué de presse 5 mars 2015

Communiqué de presse 5 mars 2015 RESULTATS ANNUELS 2014 : DYNAMIQUE DE CROISSANCE CONFIRMEE Accélération de la croissance organique des ventes Nouvelle progression du résultat opérationnel courant de +10,6% Hausse du résultat net des

Plus en détail

Les travaux en copropriété au regard de la loi et de la jurisprudence

Les travaux en copropriété au regard de la loi et de la jurisprudence Les travaux en copropriété au regard de la loi et de la jurisprudence Conférence du 30 janvier 2008 Michel V. VASSILIADES PremiÄre Partie : Les travaux privatifs råalisås par des copropriåtaires A Travaux

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

INTRODUCTION À LA COMPTABILITÉ. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif

INTRODUCTION À LA COMPTABILITÉ. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif INTRODUCTION À LA COMPTABILITÉ DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1 - OPÉRATIONS ÉCONOMIQUES COURANTES A. OPÉRATIONS DIVERSES A l aide de l annexe 1, comptabiliser au journal de la SARL PROGOLF

Plus en détail

Projet de création / reprise d entreprises

Projet de création / reprise d entreprises Projet de création / reprise d entreprises Repère méthodologique pour élaborer votre plan d affaires Cet outil est destiné à vous aider dans l élaboration de votre plan d affaires. Il est scindé en 2 parties

Plus en détail

Calculs Financiers. Notes personnelles. Les intérêts simples. Notions de base. Notions de base. Applications. Notions de base

Calculs Financiers. Notes personnelles. Les intérêts simples. Notions de base. Notions de base. Applications. Notions de base Les intérêts simples Principe Taux d intérêt Durée Formule de calcul Placements sur livrets Escomptes Sur factures De traites Agios Sur encaissements bancaires 1 Principe : Un capital produit des intérêts

Plus en détail

Présentation DEMETRIS Salon du Crédit et de l Assurance ZA. 23/02/2015 - Kinepolis Imagibraine - Braine l Alleud

Présentation DEMETRIS Salon du Crédit et de l Assurance ZA. 23/02/2015 - Kinepolis Imagibraine - Braine l Alleud Présentation DEMETRIS Salon du Crédit et de l Assurance ZA 23/02/2015 - Kinepolis Imagibraine - Braine l Alleud Demetris Qui est Demetris? Demetris sa fait partie d un groupe solide, BNP Paribas Group

Plus en détail

CIPE - Présentation Business Classe. CIPE 40 bd. Edgar Quinet 75014 Paris 01 40 64 59 18 www.cipe.fr 1

CIPE - Présentation Business Classe. CIPE 40 bd. Edgar Quinet 75014 Paris 01 40 64 59 18 www.cipe.fr 1 CIPE - Présentation Business Classe CIPE 40 bd. Edgar Quinet 75014 Paris 01 40 64 59 18 www.cipe.fr 1 PRÉSENTATION Objectif du Jeu Initier les participants au fonctionnement de l entreprise. CIPE - Présentation

Plus en détail

L ENQUETE CGPME SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DES PME

L ENQUETE CGPME SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DES PME L ENQUETE CGPME SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DES PME Conditions de l enquête Du fait des difficultés économiques actuelles, la restriction de l accès au crédit pour les PME devient une préoccupation majeure.

Plus en détail

Table des matières. Remerciements 15

Table des matières. Remerciements 15 Pratiques et techniques bancaires 5 Table des matières Remerciements 15 1 Introduction 16 11 À l origine du métier de banquier 17 12 Intermédiation financière 18 121 Ménages 19 122 Entreprises 19 123 États

Plus en détail

Financez le projet de vos rêves grâce à votre compte-titres DB Investment Loan

Financez le projet de vos rêves grâce à votre compte-titres DB Investment Loan Deutsche Bank Financez le projet de vos rêves grâce à votre compte-titres Loan Loan : une solution de crédit flexible pour les clients DB Personal & Private Banking. Pourquoi Deutsche Bank propose-t-elle

Plus en détail

Bilan au 31/12/N Capitaux propres et passifs Immobilisations (6) Stocks (7)

Bilan au 31/12/N Capitaux propres et passifs Immobilisations (6) Stocks (7) Chapitre 2. Le bilan 1. Présentation générale du bilan 1.1. Définition C'est une représentation à une date donnée (à la clôture de l'exercice en général) du patrimoine de l'entreprise c'est-à-dire de tout

Plus en détail

Déterminer et financer le cycle d exploitation. Animé par : Stéphane Carton Cabinet In Extenso, Rennes

Déterminer et financer le cycle d exploitation. Animé par : Stéphane Carton Cabinet In Extenso, Rennes Déterminer et financer le cycle d exploitation Animé par : Stéphane Carton Cabinet In Extenso, Rennes Définition du : C est l'ensemble des opérations réalisées, de l'achat (matières premières, fournitures,

Plus en détail

SITUATION MENSUELLE MODELE 10 REVISE (M10R) (en milliers de DA)

SITUATION MENSUELLE MODELE 10 REVISE (M10R) (en milliers de DA) SITUATION MENSUELLE MODELE 10 REVISE (M10R) (en milliers de DA) DINARS DEVISES TOTAL Actif : Valeurs en caisse RESIDENT Non- RESIDENT Non- A01 Billets et monnaies A011 valeurs en caisse A012 Banque d Algérie

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

Entreprises. Extrait des Conditions Générales de Banque. Tarifs nets en vigueur au 1 er mai 2014 BANQUE ET ASSURANCES

Entreprises. Extrait des Conditions Générales de Banque. Tarifs nets en vigueur au 1 er mai 2014 BANQUE ET ASSURANCES Entreprises Extrait des Conditions Générales de Banque Tarifs nets en vigueur au 1 er mai 2014 BANQUE ET ASSURANCES Le FONCTIONNEMENT DU COMPTE FRAIS DE TENUE DE COMPTE - Commission de tenue de compte

Plus en détail

Banque P opula l ir i e r R iv i es d e P ari r s Jocelyn Allaire

Banque P opula l ir i e r R iv i es d e P ari r s Jocelyn Allaire Banque Populaire Rives de Paris Jocelyn Allaire Financer le développement de l entreprise ISEG 24 juillet 2013 Bien préparer sa demande de prêt Présentation du projet : Convaincre d abord sur le projet

Plus en détail

Grâce à son dynamisme et à sa solidité, La Banque Postale conforte son développement et sa profitabilité

Grâce à son dynamisme et à sa solidité, La Banque Postale conforte son développement et sa profitabilité COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 9 septembre 2010 Grâce à son dynamisme et à sa solidité, La Banque Postale conforte son développement et sa profitabilité Au 30 juin 2010 : PNB consolidé : 2 640 millions

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

ÉPARGNE & PLACEMENTS FINANCIERS

ÉPARGNE & PLACEMENTS FINANCIERS ÉPARGNE & PLACEMENTS FINANCIERS OFFRES & TARIFS T.T.C. AU 01/02/2015 TITRES - BOURSE - GESTION SOUS MANDAT NOTRE OFFRE Avec son offre basée sur la Qualité de Service, la Banque Populaire Côte d Azur vous

Plus en détail

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 24 mars 2008 RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE En 2008, La Banque Postale a confirmé sa place unique et singulière sur le marché de la banque de détail

Plus en détail

Filière Transport-Logistique en Languedoc-Roussillon. Période sous revue 2005-2009

Filière Transport-Logistique en Languedoc-Roussillon. Période sous revue 2005-2009 Filière Transport-Logistique en Languedoc-Roussillon Période sous revue 25-29 18 Mars 211 PANORAMA DE LA FILIERE La filière «Transport-Logistique» définie par le Conseil Régional = Entreprises relevant

Plus en détail