Sécurité sociale professionnelle :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sécurité sociale professionnelle :"

Transcription

1 Sécurité sociale professionnelle : De quoi parle-t-on? Comment y parvenir? groupe : La sécurité sociale professionnelle Animatrice : Pascale Gérard date : Juillet 2011

2 Sommaire Introduction I- Un objectif ambitieux II- L état des lieux On est très loin de l objectif de la qualification et de la mobilité protégées pour tous Des efforts visant un meilleur taux d accès à la formation et la sécurisation des parcours professionnels III- Huit chantiers et quatre groupes d acteurs pour la «sécurité sociale professionnelle» IV- Huit chantiers opérationnels complémentaires Chantier n 1 : une «nouvelle chance» pour les jeunes sortis de l école sans qualification Chantier n 2 : une nouvelle étape de la réforme de la formation professionnelle Chantier n 3 : un compte individuel formation à deux étages, outil de l accès à la qualification Chantier n 4 : un accompagnement renforcé offert aux licenciés économiques, aux précaires et aux demandeurs les plus loin de l emploi Chantier n 5 : un service public régional de l orientation Chantier n 6 : une réduction significative de la précarité Chantier n 7 : la négociation des restructurations Chantier n 8 : une assurance-chômage étendue et l articulation avec les minima sociaux Conclusion Sécurité sociale professionnelle : De quoi parle-t-on? Comment y parvenir? / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet

3 Introduction Pour des raisons qui tiennent non seulement à la crise financière et la récession de 2008/2009 mais aussi aux cadeaux fiscaux, le bilan économique et social des dix dernières années de gouvernement de droite est lourd : persistance du chômage de masse, aggravation des déficits publics, perte de compétitivité au sein de la zone euro, sentiment de déclassement individuel et collectif... Une politique de redressement est nécessaire, combinant effort et solidarité, promouvant la recherche et les investissements matériels et immatériels porteurs d avenir, la cohésion sociale, la justice fiscale, et le redéploiement des charges qui pèsent seulement sur le travail. L objectif de la «Sécurité Sociale Professionnelle» s inscrit dans ce cadre pour investir dans les qualifications et la sécurisation des transitions professionnelles. L objet de cette note est d expliciter cet objectif ambitieux, l état des lieux en la matière, les chantiers à ouvrir pendant les cinq prochaines années, et l interaction souhaitable des différents acteurs publics et sociaux pour y parvenir. Sécurité sociale professionnelle : De quoi parle-t-on? Comment y parvenir? / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet

4 I- Un objectif ambitieux La question de la protection des transitions professionnelles a été posée dès les restructurations des années 1960 liées à la mise en place du marché commun. L accord national interprofessionnel du 10 février 1969 suggère que les entreprises fassent des prévisions pour éviter les licenciements par la formation et la mobilité interne. L Accord National Interprofessionnel (ANI) du 9 juillet 1970 met le salarié au cœur de la formation professionnelle, pose le principe du congé de formation, et prévoit la consultation du comité d entreprise sur le plan de formation. Le chômage de masse depuis les chocs pétroliers des années 70, la mondialisation et l accélération des changements technologiques et organisationnels dans les années 1990 renforcent l enjeu et en modifient les termes. Il est souhaitable de passer de la seule défense des emplois au maintien et au développement des compétences, de l employabilité, et de la mobilité interne et externe des personnes tout au long de la vie professionnelle. Un courant de recherche en sciences sociales s appuyant, notamment, sur les bonnes pratiques en vigueur en Europe du Nord, développe de nouveaux concepts depuis les années 1990 : «droits transférables attachés à la personne» et non au statut, selon Alain Supiot, «mobilité protégée», selon Bernard Gazier et Peter Auer, «contrat d activité» sur un bassin d emploi du rapport Boissonnat. Sont concernés les salariés acteurs de leurs parcours professionnels, les entreprises responsables vis-à-vis de leurs salariés et lieux d implantation, les collectivités publiques et les partenaires sociaux pour mettre en synergie leurs leviers d action dans les territoires. Cette perspective est sous des termes différents, celle de nombreux acteurs sociaux et politiques : «sécurité sociale professionnelle» pour la CGT, «sécurisation des parcours professionnels» pour la CFDT, «sécurisation professionnelle» selon l accord national interprofessionnel de juin 2011 de l ensemble des partenaires sociaux, «continuité professionnelle» selon les Régions de gauche. La «flexsécurité», prônée par l Union européenne, fait davantage question, du moins quand elle est comprise comme un report de responsabilité de l entreprise en matière d emploi sur les salariés et sur la collectivité. Le terme de «sécurité sociale professionnelle» a été retenu par le Parti socialiste. Il a l avantage de souligner l importance de l enjeu par référence à la création de la sécurité sociale en 1945, complétée par l assurance-chômage en 1958, mais ne doit pas faire perdre de vue l objectif de la sécurisation des parcours professionnels. Plus que le terme choisi, l important est de se mettre au clair sur l objectif recherché à moyen terme, sur l état des lieux car on ne part pas de rien, et sur les chantiers à ouvrir car les cinq ans qui viennent n y suffiront pas, mais doivent permettre une inflexion profonde des objectifs et des moyens de la politique du travail, de l emploi et de la formation professionnelle. L objectif visé en matière de «sécurité sociale professionnelle» est d assurer «un droit à la qualification et à la mobilité protégée». De façon plus complète, «un droit pour chacun, à l orientation, à la qualification, à la requalification si besoin, et à la mobilité protégée en termes de revenus et d accompagnement», un droit effectif et pas seulement de principe, dès la sortie du système éducatif et tout au long de la vie professionnelle. Il associe étroitement les différentes dimensions de la formation professionnelle et de la mobilité : formation pour l adaptation au poste de travail ou à un emploi défini, la reconversion professionnelle, la promotion sociale ; mobilité interne et externe, Sécurité sociale professionnelle : De quoi parle-t-on? Comment y parvenir? / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet

5 professionnelle et géographique. On connaît dans l entreprise la formation à la demande de l entreprise et celle à la demande du salarié, la mobilité choisie et la mobilité subie, il y a place pour le coinvestissement formation et la mobilité construite interne et externe. De la même façon dans les bassins d emploi, il y a place pour des compromis mutuellement gagnants sur la formation, l emploi et la mobilité, à construire entre les entreprises, les personnes et les institutions du territoire. Sécurité sociale professionnelle : De quoi parle-t-on? Comment y parvenir? / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet

6 II- L état des lieux L énoncé de l objectif d un droit pour chacun à la qualification et à la mobilité protégée montre qu on est très loin de cette ambition aujourd hui en France. Il est cependant fondamental pour avancer de prendre en compte le fait qu on ne part pas de rien, 40 ans après l ANI et la loi sur la formation professionnelle continue On est très loin des objectifs de qualification et de mobilité protégées pour tous : - Chaque année 18 % de jeunes quittent le système éducatif sans diplôme, ce qui ne veut pas dire sans savoirs. Ils sont les plus touchés par le chômage et la précarité. Sur l ensemble de l année 2010, 38 % de l ensemble des jeunes de 16 à 25 ans sont en emploi et 10 % sont au chômage, soit un taux de chômage de 21 % des jeunes actifs ; mais parmi ceux de niveau VI et V bis, 27,5 % sont en emploi et 20 % au chômage, soit un taux de chômage de 42 % 1. à l ère de la société de la connaissance, la situation des jeunes non qualifiés est un gâchis collectif et un handicap individuel. - Les salariés précaires dans l industrie, surtout en intérim, et les services, surtout en CDD, ont été les premiers touchés par la récession de 2008/2009. Ces emplois peuvent être des tremplins vers l emploi durable : toutes choses égales par ailleurs, la probabilité d un salarié en CDD d accéder à un CDI d un trimestre sur l autre est trois fois plus forte que celle d un chômeur, et celle d un intérimaire deux fois plus forte. Mais, de nombreux salariés, notamment des jeunes sans qualification, restent longtemps dans une «trappe à précarité et pauvreté». Ainsi, trois ans après la sortie du système éducatif, la moitié des jeunes sans diplôme est en emploi en 2010, mais pour deux tiers en emploi précaire. Si l on prend l ensemble des jeunes, trois ans après la sortie du système éducatif, les trois quarts sont en emploi, dont 60 % sur un emploi stable 2. Hors emplois aidés, et variations liées à la conjoncture économique, le taux d emploi en CDD et en intérim continue de progresser dans les années 2000, mais de façon ralentie par rapport aux années Le chômage de longue durée a augmenté de plus de 50 % depuis la récession de 2008/2009 et continue de progresser de façon ralentie deux ans après la reprise de l activité : 0,1 % en avril 2011 sur un mois et 11 % sur un an 3 pour les demandeurs d emploi de plus d un an, dont la part dans l ensemble des demandeurs d emploi atteint près de 38 %. - Moins de la moitié des demandeurs d emploi seulement bénéficie de l Assurance chômage 4, dont les règles ont néanmoins été améliorées par la convention UNEDIC de 2009 : un mois d indemnisation pour un mois de travail, à partir de 4 mois de travail sur les 28 derniers mois, et pour une durée maximale de 24 mois 5. Les autres demandeurs d emploi bénéficient de l allocation de solidarité spécifique en fin de droit, ou du RSA, ou n ont rien, en particulier les jeunes chômeurs de moins de 25 ans, hors allocation de formation des Régions, qui ne bénéficient du RSA que s ils ont des charges de famille ou travaillé deux ans à temps plein les trois dernières années. - Un tiers des 4 millions de demandeurs d emploi travaillent en activité réduite 6, en emploi 1 Tableau de bord emploi des jeunes de la DARES 2 Enquête Génération CEREQ 3 1,66 million de demandeurs d emploi inscrits depuis plus d un an, France Métropolitaine et DOM, DARES Pôle emploi 4 49 % des demandeurs d emploi et dispensés de recherche d emploi sont indemnisés au titre du chômage en mars 2011, DARES Pôle emploi 5 36 mois pour les 50 ans et plus dans les deux cas 6 34 % en avril 2011, DARES Pôle emploi Sécurité sociale professionnelle : De quoi parle-t-on? Comment y parvenir? / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet

7 précaire ou temps partiel contraint. Tous ne pourront bénéficier d un CDI à temps plein chez un seul employeur. La diversification des formes d emploi est dans ce contexte une opportunité, groupements d employeurs, associations de services à la personne, portage salarial, mais peut être un risque quand elle est insuffisamment régulée, comme pour l autoentrepreneur en activité principale, ayant peu de droits sociaux. D où l importance de la négociation collective en ces domaines. - Les licenciements économiques dans le cadre des plans sociaux (au moins 10 salariés en moins de 30 jours dans une entreprise de 50 salariés et plus), ne représentent qu une faible partie des motifs d inscription au chômage : 3 %, y compris les licenciements économiques dans les petites entreprises ou en petit nombre, et environ 5 % avec les adhésions en Contrats de Transition Professionnelle (CTP) et Conventions de Reclassement Personnalisé (CRP), loin derrière les fins de CDD 7. Les plans sociaux frappent néanmoins à juste titre l opinion pour leurs effets directs du fait du risque de chômage de longue durée pour les licenciés économiques les moins qualifiés et les moins mobiles, et de leurs effets induits sur les territoires. - Longtemps différée, la fusion de l ANPE et des Assedic dans Pôle emploi s est faite dans le contexte de la forte montée du chômage de 2009, et avec des illusions technocratiques sur la possibilité d un métier unique d indemnisation et de placement sur lesquelles il a fallu revenir. Pour les demandeurs d emploi de droit commun, hors accompagnement renforcé des publics prioritaires, le taux d encadrement des bénéficiaires est très loin de l objectif initial (1 pour 60), et l appui cantonné trop souvent à l indemnisation et au suivi administratif. - Les politiques d insertion des départements sont très variables quant à l articulation entre accompagnement vers l emploi et accompagnement social des bénéficiaires du RSA (santé, mobilité, logement, transport..), et au choix du référent unique. - Le taux d accès à la formation a plus que doublé depuis les années 1970, mais les inégalités d accès à la formation restent fortes, au détriment des salariés les moins diplômés, des ouvriers, des précaires, des salariés âgés et de ceux des PME. L effort de formation des entreprises est stable, autour de 2,8 % de la masse salariale, un peu moins du double de l obligation légale. Mais 37 % des salariés déclarent néanmoins ne pas avoir reçu une formation au cours des douze derniers mois, 26 % des salariés et des chômeurs sondés jamais 8. - La gouvernance des politiques d emploi et de formation est complexe, aux trois niveaux national, régional et territorial, ce qui pose un problème de définition d objectifs communs et de mise en synergie des outils. L état a la responsabilité de la formation initiale et de la politique de l emploi, les entreprises et organismes paritaires de la formation des salariés, et les Régions des jeunes et des demandeurs d emploi, les Départements l aide sociale, et les élus locaux les maisons de l emploi. Alors que la coopération a prévalu pendant la récession de 2008/2009, les tensions sur le financement sont nombreuses depuis entre l état et les Régions d une part, l état et les partenaires sociaux d autre part. La gouvernance de Pôle emploi par l état seul de facto, alors que le financement est assuré aux deux tiers par l assurance chômage, fait problème Des efforts visant un meilleur taux d accès à la formation et la sécurisation des parcours professionnels L état des lieux est, sur de nombreux points, partagé entre les organisations professionnelles, les confédérations syndicales, l état et les Régions. En témoignent les efforts dans le sens d un meilleur taux d accès à la formation et de la sécurisation des parcours professionnels, à l initiative des différents partenaires. On citera notamment : - Les différents outils mis en place au fil du temps, bilan de compétences, validation des acquis de l expérience, plan de formation, congé individuel de formation, droit individuel à la formation, contrats d alternance et périodes de 7 Les ruptures conventionnelles créées en juin 2008 conduisent, toutes choses égales par ailleurs, à la baisse des licenciements individuels et des démissions 8 IPSOS, les Echos 14 juin 2011 Sécurité sociale professionnelle : De quoi parle-t-on? Comment y parvenir? / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet

8 professionnalisation, le problème tenant à présent plus du «millefeuille» que du manque d outil ; - Le congé individuel de formation créé en 1971 (0,2 % de la masse salariale mutualisée) permet environ formations longues (900 H en moyenne) à l initiative du salarié facilitant des reconversions et des promotions ; - Le droit individuel à la formation, à la disposition du salarié en accord avec l employeur (20 H par an, cumulables pendant 6 ans), créé par l ANI de 2003 contribue à réduire l inégalité d accès à la formation. Son développement reste modeste, s agissant d un nouveau droit créé sans financement, et qui s éteint faute d utilisation au bout de 6 ans ; - La «transférabilité» du DIF et de la prévoyance complémentaire prévue par l ANI de janvier 2008 ; - La création de la CRP en 2005 puis du CTP en 2006, offre aux licenciés économiques volontaires une indemnisation et un accompagnement renforcés, leur rapprochement pendant la récession, et leur fusion récemment décidée en un contrat de sécurisation professionnelle qui comme le CTP comportera la possibilité de périodes de formation mais aussi de travail ; - La récession de 2008/2009 a vu la mise en place en région de «comités des financeurs» rassemblant les régions, Pôle emploi et les Organismes Paritaires Collecteurs Agréés (OPCA), notamment Agefos- PME et OPCALIA pour apporter une réponse rapide aux entreprises, ainsi qu un partenariat des OPCA avec les plateformes CTP/CRP sur la formation des bénéficiaires ; - Le développement d expérimentations d accompagnement renforcé pour des salariés en fin de CDD et de missions d intérim (sur 6 bassins d emploi à ce jour) ; - Le prêt de main d œuvre entre établissements ou entre entreprises s est développé ponctuellement pendant la récession. La mobilité externe a fait l objet d un accord intéressant dans la métallurgie prévoyant la signature d une convention tripartite entre les deux entreprises et le salarié, et un droit de retour pour une période couvrant notamment la période d essai ; - Le développement d expérimentations sur les jeunes «décrocheurs» du système éducatif à l initiative de Martin Hirsch ; - La création du fonds paritaire pour la sécurisation des parcours professionnels (FPSPP) par l ANI de 2009 pour accroître la mutualisation des fonds sur une base interprofessionnelle en direction des publics prioritaires sur la base d appels d offres construits conjointement ; - L unification en 2009 des filières d indemnisation, prolongée en 2011, sur la base d un mois d indemnisation pour un mois d assurance chômage, et l ouverture pour l avenir de réflexions plus vastes entre les partenaires sociaux sur des cotisations déclinant avec l ancienneté du contrat pour réduire la précarité et des droits rechargeables à l indemnisation pour encourager le retour rapide à l emploi. Sécurité sociale professionnelle : De quoi parle-t-on? Comment y parvenir? / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet

9 III- Huit chantiers et quatre groupes d acteurs pour la «sécurité sociale professionnelle» Aller vers l objectif d une sécurité sociale professionnelle supposera au lendemain des élections présidentielles et législatives de mettre en place de façon coordonnée huit chantiers : 1) une nouvelle chance pour les jeunes d accès à la qualification 2) une nouvelle étape de la réforme de la formation professionnelle, renforçant l accès à la qualification et à la mobilité protégée 3) un compte individuel formation à deux étages, comme levier 4) l accompagnement renforcé des licenciés économiques, des précaires, et des chômeurs de longue durée 5) un service public régional de l orientation 6) une réduction significative de la précarité 7) la négociation collective des restructurations dans les entreprises et les groupes pour réduire les transitions subies 8) une assurance-chômage étendue Au cœur de ces huit chantiers, trois champs sur lesquels les partenaires sociaux sont fortement impliqués : l assurance-chômage depuis sa création en 1959, la formation professionnelle continue depuis l ANI fondateur de 1970, le droit du travail sur lequel les partenaires sociaux se sont enfin vus reconnaître en 2007 une option de la négociation préalable en amont de tout projet de loi sur le travail, l emploi et la formation. La négociation de l agenda social entre l état, les partenaires sociaux et les collectivités territoriales, en juillet 2012 au lendemain des élections présidentielles et législatives, permettra de définir les grandes priorités du quinquennat, dont la «sécurité sociale professionnelle». Le cas échéant, une réunion spécifique à l automne 2012 pourrait préciser l objectif, le calendrier, les différents chantiers de la «sécurité sociale professionnelle», et leur méthode de négociation. Un monitoring quadripartite attentif de l ensemble du processus, qui se conclurait par une loi transposant les résultats obtenus sur les différents chantiers, sera nécessaire, compte tenu des responsabilités croisées entre les acteurs publics et sociaux, et pour éviter que les différents sujets soient traités de façon trop cloisonnée et insuffisamment ambitieuse. La réserve des organisations d employeurs sur des cotisations chômage déclinant avec l ancienneté dans le contrat pour réduire la précarité, ou sur un compte formation pour favoriser l accès à la qualification, seront sans doute moins fortes si les accords de gestion des restructurations priment sur le contrat de travail individuel. Aller vers la sécurité sociale professionnelle ne peut relever de la seule initiative de l état. Cela supposera qu il s entende avec les partenaires sociaux et les régions sur l état des lieux, l objectif recherché, et les différents chantiers à cinq ans, puis de faire une large place, selon les chantiers, à la négociation paritaire, tripartite avec l état, et quadripartite avec les collectivités territoriales. Sécurité sociale professionnelle : De quoi parle-t-on? Comment y parvenir? / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet

10 IV- Huit chantiers opérationnels complémentaires On passera en revue huit chantiers opérationnels pour la sécurité sociale professionnelle, chantiers complémentaires, mais qui avanceront à un rythme propre et selon des modalités de négociation différentes entre les acteurs publics et sociaux. Chantier n 1 : une «nouvelle chance» pour les jeunes sortis de l école sans qualification La question de l emploi des jeunes sera une priorité de la campagne électorale et des premiers mois du quinquennat et de la législature. À côté de emplois d avenir dans les collectivités publiques et les associations, l état coordonnera la mise en place d une «nouvelle chance» de qualification pour jeunes. «Nouvelle chance» doit impliquer conjointement Ministère du Travail et de l éducation nationale, et les trois dispositifs de qualification en alternance, sous statut scolaire en lycée professionnel, en formation initiale en apprentissage, et en formation continue en contrat de professionnalisation, alors que la droite ne met aujourd hui l accent que sur l apprentissage. Elle prendra en compte et complètera le résultat des négociations en cours des partenaires sociaux sur l accompagnement des jeunes vers l emploi. Un «Grenelle de l emploi des jeunes» devrait réunir à la rentrée 2012 le gouvernement, les organisations d employeurs et chambres consulaires, les confédérations syndicales et fédérations d enseignants, les associations d élus, et les organisations de jeunes, concernés par les trois dispositifs d alternance 9. Le retour dans le système éducatif ne peut concerner qu une partie minoritaire des «décrocheurs». En termes d orientation et de suivi des jeunes, l opérateur de la «nouvelle chance» serait les missions locales. Alors que l ANI de janvier 2009 l y invitait, l état n a jusqu ici pas lancé la concertation sur les modalités de cette formation initiale différée. Son coût en termes de revenu et d accompagnement sera à partager entre l état, les Régions et les partenaires sociaux, pour ce qui est de l état sur la base de l abrogation dès juillet 2012 des 4 Md par an de subventions aux heures supplémentaires qui financeront aussi contrats d avenir. Chantier n 2 : une nouvelle étape de la réforme de la formation professionnelle La perspective de la «sécurité sociale professionnelle» suppose une nouvelle étape de la réforme de la formation professionnelle après celles de 2003/2004 et Conformément à l option ouverte par la loi du 31 janvier 2007, et à l implication des interlocuteurs sociaux depuis 1970, la négociation interprofessionnelle devrait précéder la loi. Un calendrier pourrait être proposé par l état aux partenaires sociaux et aux Régions. Une première phase porterait sur l évaluation quadripartite à l automne 2012 des dispositifs de formation existants, généralement créés par les partenaires sociaux pour les salariés, les acteurs publics pour les demandeurs d emploi, au regard de l accès à la qualification et de l accès à l emploi. Les outils existent et demandent à être améliorés et surtout mieux articulés. Le Droit Individuel à la Formation (DIF - 20 H par an cumulable 6 ans) est 9 sur les effectifs, les financements, et la gouvernance des trois dispositifs de la formation professionnelle des jeunes, voir la note de veille n 169 du CAS, mars 2010 Sécurité sociale professionnelle : De quoi parle-t-on? Comment y parvenir? / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet

11 au choix du salarié après accord de l employeur. Le Congé Individuel de Formation (CIF 900 heures en moyenne) suppose une sélection par un jury paritaire de projets de reconversion ou de développement du salarié (1/2 étant accepté). Les périodes de professionnalisation (150 heures en moyenne) s inscrivent dans une évolution professionnelle en alternance. La VAE permet la reconnaissance des acquis de l expérience, dans un processus souvent trop long et pas assez en situation de travail. Quelles évolutions sont possibles pour que ces dispositifs concourent, de façon plus coordonnée, à la montée en qualification et à la mobilité d un nombre plus important de salariés et de demandeurs d emploi? Une négociation interprofessionnelle pourrait intervenir au second semestre 2013 et une loi au premier semestre Plusieurs pistes seraient proposées aux partenaires sociaux dans ce cadre : - Les orientations de formation seraient négociées avec les syndicats tous les trois ans en lien avec la Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC), l emploi des jeunes et l emploi des seniors, plutôt que de faire l objet d une simple consultation annuelle du CE ou de négociations séparées. Cela permettrait de caler le plan de formation sur les évolutions prévisibles des métiers, les besoins en matière de mobilité interne et de recrutement. Cela éloignerait la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, «à froid», centrée sur les métiers, de la gestion des restructurations, à mener «à tiède» 10 plutôt «qu à chaud». Le plan de formation s inscrirait à la fois dans l anticipation des besoins de l entreprise et dans la prévention pour les salariés fragilisés par les mutations pour lesquels l entreprise a l obligation légale de «veiller au maintien de leur employabilité». Une enveloppe pourrait être réservée à cet effet dans le plan de formation. - L obligation minimale de formation ou de versement à un fonds paritaire de la formation professionnelle pourrait reposer après étude et négociation des partenaires sociaux non plus sur la base des dépenses de formation en pourcentage de la masse salariale, mais du pourcentage de salariés non formés dans les deux ans. - Le droit individuel à la formation pourrait ne plus s éteindre au bout de 6 ans et, passé une période de 2 ou 3 ans, être à la disposition exclusive du salarié pour travailler son projet professionnel. - Les moyens mutualisés du CIF (finançant formations d une moyenne de 900 heures par an) pourraient être augmentés de 0,2 à 0,3 %. - Les combinaisons de la période de professionnalisation et de la VAE pour les salariés, et des actions de formation et de la VAE pour les demandeurs d emploi, seraient développées pour faciliter l accès à une qualification reconnue. - Plutôt que d ajouter un dispositif à un ensemble déjà complexe l enjeu est, après évaluation, diagnostic concerté, et examen des scénarios, de mieux orienter le «millefeuille» existant vers l appui à la qualification et aux transitions professionnelles. - L une des pistes de restructuration proposée est le second étage du «compte individuel formation» envisagé par le projet du PS. Chantier n 3 : un compte individuel formation à deux étages, outil de l accès à la qualification Le Projet socialiste pour le Changement d avril 2011 propose comme outil de la «sécurité sociale professionnelle» que chaque actif dispose en appui de son projet professionnel d un compte formation individuel à deux étages. Le premier étage prolongerait et élargirait le chantier «nouvelle chance» pour les jeunes non qualifiés ; il devrait faire l objet d un processus de négociation quadripartite. Le second étage sera proposé aux partenaires sociaux en vue d une nouvelle étape de la réforme de la formation professionnelle. 10 sur la nécessité de distinguer GPEC et PSE voir Henri Rouilleault (2007), Anticiper et concerter les mutations, Documentation Française Sécurité sociale professionnelle : De quoi parle-t-on? Comment y parvenir? / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet

12 L ensemble pourrait être mis en place par une loi au premier semestre Le premier étage serait un droit à la formation initiale différée de six mois à deux ans, en fonction de la distance à la qualification et sur la base d un projet validé. Ce sera la pérennisation du chantier n 1 «nouvelle chance» et son élargissement progressif des jeunes à l ensemble des actifs non qualifiés. Une vision partagée et une gestion coordonnée entre les différents acteurs sont nécessaires. L objectif à moyen terme est de «sécuriser la transition du système éducatif à l emploi», conformément à la recommandation de l OCDE, l objectif à court terme de donner une seconde chance aux jeunes et à l ensemble des actifs non diplômés. Cela implique qu à la fois les entreprises, les branches professionnelles, et l éducation nationale «bougent» pour réduire les sorties sans qualifications et développer l alternance éducative qui ne doit pas être réservée aux deux bouts, aux jeunes en situation d échec et à ceux des grandes écoles et IUT. Il ne faut plus de stages hors cursus scolaire. Mais il faut des stages dans tous les parcours de formation qualifiante, avec pour les jeunes une indemnisation et des cotisations chômage et retraite à partir de deux mois, et pour tous un travail en commun entre formateurs et tuteurs. L effort pour la formation initiale différée des jeunes sans diplôme doit être cohérent avec ce qui est envisagé en matière d allocation de formation des étudiants 11. Le plus juste serait que cette dernière soit universelle 12 et financée par une partie des financements dégagés par la suppression du quotient familial 13. Un effort supplémentaire pour les actifs non qualifiés doit s appuyer sur l existant par les partenaires sociaux pour les salariés (par exemple en passant la cotisation au CIF de 0,2 à 0,3 %) et par les Régions et Pôle emploi pour les demandeurs d emploi. Le second étage du compte individuel formation serait alimenté tout au long de la carrière, à partir de la nouvelle étape proposée de la réforme de la formation professionnelle. Mieux vaut réarticuler l existant qu inventer ex-nihilo. Le compte individuel formation pourrait être alimenté par le DIF (20 heures par an minimum, cumulables, qui ne s éteindraient plus au bout de six ans). Le DIF non utilisé pendant deux ans pourrait être, à partir de la troisième année, à la disposition exclusive du salarié. Son montant horaire limité servirait notamment à l élaboration du projet personnel. Les actions de formation correspondant au projet pourraient être abondées par d autres dispositifs : une partie du plan de formation négocié, une combinaison de la VAE et de la période de professionnalisation, un CIF sur un projet de reconversion, l entreprise en cas de restructuration... Le compte individuel formation serait géré par le réseau des Fongecif, après un regroupement entre eux analogue à celui en cours pour les OPCA après la réforme de Chantier n 4 : Un accompagnement renforcé 14 offert aux licenciés économiques, aux précaires et aux demandeurs les plus loin de l emploi Tous les demandeurs d emploi ne sont pas dans la même situation en termes de métier, de projet, de réseau, d âge, de distance à l emploi... La question d un accompagnement renforcé sur la base du volontariat se pose notamment pour les licenciés économiques 15, les précaires et les chômeurs de longue durée. 11 La note sur «l autonomie des jeunes au service de l égalité» de la Fondation Progressiste Terra Nova de novembre 2010 propose un mécanisme de «capital individuel formation» qui regrouperait l allocation formation des étudiants et la formation initiale différée des jeunes non qualifiés. D un montant égal au taux maximal de bourse pendant trois ans, ce capital serait susceptible d être concentré sur une période plus courte pour les jeunes salariés non qualifiés après définition du projet professionnel et validation des acquis de l expérience professionnelle. 12 L alternative étant une allocation sur critères sociaux avec abondement des fonds consacrés aux bourses 13 La suppression du quotient familial serait aussi redéployée sur la petite enfance, les crèches, le premier cycle de l école primaire (maternelle et apprentissage de la lecture) 14 De façon significative, Pôle emploi parle «d accompagnement» dans ces cas et de «suivi» pour le droit commun des demandeurs d emploi 15 à la fois en raison de la sensibilité politique locale et parfois nationale des plans sociaux, et du fait du risque de chômage de longue durée des salariés peu qualifiés, peu mobiles géographiquement, et perdant leurs conditions de rémunération et avantages sociaux Sécurité sociale professionnelle : De quoi parle-t-on? Comment y parvenir? / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet

13 Pour les licenciés économiques, après les conventions de conversion entre 1986 et 2000, existait pour les entreprises de moins de 1000 salariés 16 la CRP depuis 2005 et le CTP depuis 2006 dans des bassins particulièrement touchés mis en œuvre sous la responsabilité de l AFPA pour les 7 premiers bassins puis de Pôle emploi pour les autres. Les deux dispositifs ont été rapprochés pendant la récession, notamment en matière d indemnisation (12 mois à 80 % du brut), et de recours à la formation. Le principe de la fusion CTP CRP a été acquis dans l ANI de juin 2011, dans un nouveau «contrat de sécurisation professionnelle» qui, comme le CTP, offrira la possibilité de périodes de travail permettant de valider le projet. Les clés de financement et les modalités du dispositif sont en cours de négociation avec l état. Des progrès restent à effectuer pour l accompagnement précoce avant le licenciement 17, pour le travail sur la transition en plateforme de reclassement, avec un lieu à la disposition des bénéficiaires, un encadrement pluridisciplinaire Des expérimentations aussi, pour tester, comme dans les sociétés de transfert en Europe du Nord, la formule d un vrai contrat de travail plutôt que d un simple contrat d adhésion au dispositif, pour contractualiser entre les plateformes CSP et des entreprises en plans sociaux sur l accompagnement du reclassement. S agissant des grandes entreprises, le congé de reclassement pourrait être porté à 12 mois et l obligation étendue des entreprises aux groupes de plus de salariés. S agissant de l accompagnement renforcé vers un emploi durable de salariés précaires volontaires en fin de CDD ou de mission d intérim, des expérimentations ont lieu depuis la récession dans six bassins d emploi s appuyant sur des plateformes CTP. L accord sur le contrat de sécurisation professionnelle prévoit l extension progressive de cette démarche. La généralisation au niveau national du recours possible à un accompagnement renforcé supposera un accord sur le financement entre les partenaires sociaux qui gèrent l UNEDIC et les OPCA, l état, et les régions. La question d une indemnisation majorée par rapport au droit commun se pose aussi pour favoriser le recours à des formations qualifiantes. Il serait souhaitable de pousser dans un premier temps à l automne 2012 à ce que l expérimentation concerne un ou plusieurs bassins d emploi dans chaque région, puis d acter la généralisation en lien avec la négociation de la prochaine convention pluriannuelle UNEDIC fin S agissant de l accompagnement renforcé des publics les plus éloignés de l emploi, notamment des bénéficiaires du RSA, les départements en ont la charge, une majorité d entre eux contractualisant avec Pôle emploi et ses sous-traitants. Des conceptions différentes prévalent sur le poids relatif de l accompagnement vers l emploi et de l accompagnement social (transport, hébergement, santé...) et en conséquence le choix du référent unique. L enjeu est celui de la coopération et de la complémentarité entre les différents acteurs du service de l emploi et de l action sociale dans l accompagnement individualisé des personnes. L échange de pratiques entre eux, et avec l économie sociale et solidaire, doit être développé. Chantier n 5 : Un service public régional de l orientation La question de l orientation est posée au niveau national et dans les négociations des contrats de plan régionaux de formation. Mais il faudra aller plus loin que la désignation récente d un délégué interministériel et la labellisation d organismes. Les professionnels de l orientation sont spécialisés par public : jeunes scolarisés, jeunes demandeurs d emploi, salariés, demandeurs d emploi... Un service public de l orientation sous l autorité des Régions devrait faire travailler en réseau les professionnels de l orientation de l éducation nationale, des missions locales, de Pôle emploi, 16 pour les entreprises de plus de 1000 salariés la loi de modernisation sociale a créé le congé de reclassement, CDD de 4 à 9 mois, le licenciement n intervenant qu à ce terme si le reclassement n est pas intervenu 17 et non quatre mois après comme pour le droit commun des demandeurs d emploi et certaines CRP 18 voir le rapport de Philippe Dole de l IGAS, et celui d Henri Rouilleault «L emploi en sortir de récession... renforcer l accompagnement des transitions professionnelles» sur le site du Ministère du travail, de l emploi et de la santé Sécurité sociale professionnelle : De quoi parle-t-on? Comment y parvenir? / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet

14 des maisons de l emploi, et des organismes paritaires (FONGECIF). L objectif est de faire du «sur mesure, de masse». L échange de pratiques et la mise en commun d outils seraient développés pour articuler projet professionnel et projet de formation, professionnaliser les réseaux autour d un référentiel commun. Le principe d un «service public régional de l orientation» devrait être posé par la loi sur la base d expérimentations. Chantier n 6 : Une réduction significative de la précarité Les CDD et l intérim servent de tremplin vers l emploi, mais beaucoup trop d actifs alternent chômage et emplois précaires sans parvenir à en sortir. Hors emplois aidés, la part des emplois précaires a continué de croître à un rythme ralenti dans les années 2000 dans le secteur privé et public. Développer la possibilité d accompagnement renforcé des précaires vers l emploi durable n est qu un volet de l action nécessaire. Cette action doit être complétée par des mesures visant à limiter la part des emplois précaires. Une première piste porte sur les cotisations chômage. Plusieurs organisations syndicales prônent une surcotisation employeur sur les emplois précaires, la probabilité de transition vers le chômage étant plus forte. Des experts prônent une modulation des cotisations employeurs et salariés en fonction de l ancienneté du contrat, y compris en CDI. Il serait souhaitable de combiner les deux idées en ajoutant à la cotisation employeur de base (4 %) un complément déclinant avec l ancienneté du contrat et s annulant au terme de 12 ou 18 mois. On dégagerait ainsi un financement complémentaire pour l UNEDIC de l ordre de 6 % qui pourrait servir à la mise en place de droits rechargeables au chômage, un demandeur d emploi reprenant une activité stable ou précaire avant la fin de sa période d indemnisation gardant tout ou partie de ces droits. Des droits rechargeables inciteraient à la reprise rapide d un emploi même à durée déterminée et réduiraient l incertitude liée à la période d essai en CDI. La seconde piste porte sur l évaluation et la négociation des différents mécanismes facilitant le travail multi-employeurs et la création d entreprise. Chantier n 7 : La négociation des restructurations Sécuriser les transitions professionnelles pose aussi la question du droit du licenciement économique collectif. Trois obligations limitent, dans tous les pays européens, le pouvoir unilatéral de l employeur de licencier : l intervention des représentants du personnel, celle de l administration du travail et celle du juge. Depuis la suppression de l autorisation administrative de licenciement, en 1986, le principal contrepoids en France est le pouvoir du juge. Lors des restructurations, les alternatives économiques sont moins discutées, même s il y a quelques succès assurant la pérennité des sites et d une partie des emplois. La discussion du montant de l indemnisation extraconventionnelle tend aussi à prévaloir sur celle du reclassement de tous. La législation incite les entreprises à respecter le «grand rituel» de l information et de la consultation du comité d entreprise, mais pas à négocier avec les organisations syndicales. La négociation du plan social devrait devenir obligatoire. Afin d inciter à l accord, les indemnités de licenciement seraient chargées de cotisations sociales en l absence d un accord d entreprise. Les entreprises et les groupes bénéficiaires souhaitant procéder à la restructuration de certaines de leurs activités ou filiales doivent être exemplaires, en prenant le temps nécessaire à la recherche des alternatives collectives, au reclassement des salariés, et à la revitalisation des territoires. Cette perspective est plus réaliste que «l interdiction des licenciements boursiers». Une entreprise cotée en bourse et bénéficiaire, ou dont la société-mère l est, peut avoir besoin de restructurer certaines de ses organisations sans attendre que ses comptes «passent dans le rouge», mais doit, a fortiori dans ce cas, gérer l emploi de façon responsable. Sécurité sociale professionnelle : De quoi parle-t-on? Comment y parvenir? / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet

15 L obligation de négocier sur les restructurations, en amont si possible, et à défaut «à chaud» entre la première réunion d information et la réunion de consultation sur le plan social, pourrait être posée par la loi, si les partenaires sociaux ne souhaitent pas négocier préalablement sur le sujet, ou ne parviennent pas à s entendre comme lors de la dernière négociation interprofessionnelle sur l emploi en Alors que les employeurs responsables négocient en cas de plan social hors de toute obligation réglementaire, les organisations d employeurs seront réticentes à l introduction d une nouvelle négociation obligatoire. C est pourtant une nécessité. Les directives européennes ont à cet égard une vision plus progressiste de la notion de consultation : non seulement recueillir l avis des représentants du personnel, mais engager un dialogue en vue de rechercher un accord en temps utile et avec un effet utile. En contrepartie, il serait en revanche souhaitable de garantir aux employeurs que les accords d entreprise majoritaires, fait de concessions mutuelles, intervenant en réponse à des restructurations, des fusions, ou de fortes baisses d activité, priment alors sur le contrat de travail individuel. Une telle primauté de l accord collectif a un précédent, dont on peut utilement s inspirer : la loi Aubry II de 2000 pour encourager les accords de compromis sur l aménagement et la réduction du temps de travail. Chantier n 8 : Une assurance-chômage étendue et l articulation avec les minima sociaux La nouvelle convention d assurance-chômage porte de juin 2011 à décembre Son contenu est proche de la précédente convention en assurant une couverture à partir de 4 mois de cotisation au lieu de 6 mois. Un groupe de travail paritaire de l UNEDIC doit réfléchir à des modifications plus profondes d ici la négociation de la prochaine convention à l automne 2013 : droits rechargeables en cas de retour rapide à l emploi pendant la période d indemnisation, cotisations employeurs décroissant avec l ancienneté pour pénaliser les contrats précaires... Cette réflexion est fondamentale quand on sait que l assurance-chômage ne concerne que la moitié des demandeurs d emploi depuis la réforme de 1984 séparant assurance et solidarité. La réflexion prospective sur l indemnisation du chômage nécessaire doit aussi associer l état qui finance l allocation de solidarité des fins de droit, et les départements qui financent le RSA. L objectif serait à la fois d élargir les financements de l assurancechômage et le public bénéficiaire, de favoriser le retour rapide à l emploi, et d améliorer les revenus des plus pauvres. Les modalités de concertation devront être retenues à l été 2012, en vue de simuler les différents scénarios, de négocier l extension de l assurance-chômage d ici l automne On peut notamment envisager de fusionner l allocation de retour à l emploi de l Unedic et l allocation de solidarité spécifique de l état dans une allocation unique, avec une partie fondée sur le salaire antérieur jusqu à une limite de temps et une base forfaitaire. Pour accroître le financement de l assurance-chômage et simplifier la gestion, les trois fonctions publiques devraient cotiser à l UNEDIC pour leurs contractuels plutôt que de gérer elles-mêmes ceux d entre eux passés au chômage. Elles devraient aussi verser des cotisations employeurs comme pendant du 1 % de solidarité versé par leurs agents, ce qui apporterait un complètement d environ 4 % de ressources à l assurance-chômage. Des cotisations chômage sur les indemnités de stages de 2 mois et plus effectués en cours de scolarité renforceraient les financements de l AC et surtout favoriserait l accès à l assurance-chômage des jeunes. Les partenaires sociaux gestionnaires de l UNEDIC évoqueront également le cas des intermittents du spectacle, le surcoût des annexes 8 et 10 par rapport au régime de droit commun ou à celui Sécurité sociale professionnelle : De quoi parle-t-on? Comment y parvenir? / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet

16 des intérimaires étant une subvention implicite à la culture de près de 4 % des ressources de l assurance-chômage, légitime dans son principe mais qui repose sur les seuls salariés du privé. En ce qui concerne les minima sociaux, hors indemnisation du chômage, on pourrait aussi fusionner le RSA, la prime pour l emploi et les aides au logement, dont le bénéfice est lié selon les cas au revenu de l année en cours, de l année précédente ou de deux ans avant. Enfin, la question de l indexation du RSA (sur les prix à la consommation), moins favorable que celle du SMIC (sur les prix à la consommation et la moitié des gains de pouvoir d achat du taux de salaire horaire), est posée. L écart actuel accroissant mécaniquement le taux de pauvreté (pourcentage de personnes en dessous de 60 % du revenu médian), à l opposé du discours indigne de la droite sur l assistanat, on devrait indexer le RSA sur le revenu médian. Il faut veiller davantage à réduire les ruptures dans le parcours de retour à l emploi et de formation en matière de revenus, couverture maladie, prévoyance complémentaire santé et retraites. Sécurité sociale professionnelle : De quoi parle-t-on? Comment y parvenir? / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet

17 Conclusion L ambition du projet de «sécurité sociale professionnelle» et la pluralité des acteurs impliqués conduiront, en cas de victoire de la gauche, à clarifier préalablement l objectif et la méthode entre l état, les employeurs, les organisations syndicales et les Régions, et à décomposer la question en plusieurs chantiers articulés. Cette clarification devrait intervenir lors de la réunion de l agenda social annuel et pluriannuel, complétée le cas échéant par une réunion ad hoc. Huit chantiers ont été évoqués qui selon leur nature et le choix des parties feront d abord l objet d une négociation paritaire, ou d une concertation quadripartite à l initiative de l état. La formule d accords tripartites ou quadripartites négociés et signés, commune en Europe mais inédite en France, pourrait également être utilisée pour renforcer les engagements réciproques. Sur la base de ces négociations et concertations, une loi sur le droit à la qualification, la mobilité protégée et la sécurité sociale professionnelle, rassemblerait ces différents chantiers à l automne 2013 ou au premier semestre En tout état de cause qu il s agisse de la formation professionnelle, de l assurance-chômage et du droit du travail, et en l occurrence des trois à la fois, les pouvoirs publics devront tenir le plus grand compte du rôle éminent des interlocuteurs sociaux, et du rôle croissant des acteurs publics décentralisés. La gouvernance des politiques d emploi et de formation est quadripartite, et aucun acteur n est seul légitime pour la piloter. L Allemagne sait dégager des priorités et des compromis opérationnels négociés dans le cadre d un double fédéralisme avec les collectivités territoriales et les partenaires sociaux. La France peut y parvenir. Le «droit pour tous à la qualification et à la mobilité protégée» impliquera un effort financier principalement de l état et des Régions. Il impliquera aussi des concessions importantes des employeurs pour instaurer le compte individuel formation, réduire les emplois précaires, négocier obligatoirement sur les restructurations... Les employeurs devraient en contrepartie obtenir le fait que les accords majoritaires globaux de concessions mutuelles négociés en cas de difficultés structurelles ou conjoncturelles s apprécient globalement et s imposent sur le contrat de travail individuel et limitent les procédures au seul cas où l accord contreviendrait aux principes constitutionnels ou aux obligations européennes et internationales de la France. Dans le contexte du recul de la compétitivité, une seconde contrepartie favorable à l activité et l emploi serait nécessaire sur les cinq prochaines années, et à articuler avec la réforme fiscale fusionnant l impôt sur le revenu et la CSG. Une remise à plat du financement des différentes caisses de la protection sociale permettrait de distinguer ce qui est principalement assurantiel (chômage, retraites, accidents de travail et maladies professionnelles) et ce qui est principalement universel (maladie, famille, dépendance), le financement étant dans le premier cas assis sur le travail, dans le second sur l impôt, et serait la base d une gouvernance adaptée selon les caisses aux responsabilités de chacun. La droite s apprête à relancer l idée d un contrat unique fusionnant CDI et CDD, illusoire car il laisserait subsister l intérim, et dangereux parce qu au mépris de la convention de l Organisation Internationale du Travail et de la directive européenne concernées, elle supprimerait l obligation de motiver le licenciement. La gauche dispose, à l inverse, d un vrai projet susceptible de répondre aux attentes des français et d être réalisé par un compromis de l état, des organisations professionnelles, des confédérations syndicales, et des Régions. Sécurité sociale professionnelle : De quoi parle-t-on? Comment y parvenir? / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet

18 10, rue de Solférino Paris cedex 07 Tél. :

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

SÉCURISATION DE L EMPLOI

SÉCURISATION DE L EMPLOI Accompagner les dirigeants de l ess dans la gestion des ressources humaines DOSSIER JURIDIQUE SÉCURISATION DE L EMPLOI Réalisé par : La Loi sur la sécurisation de l emploi La loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Présentée par Gérard Cherpion, Bernard Perrut, Jean -Charles Taugourdeau

Plus en détail

Négociation assurance-chômage

Négociation assurance-chômage Négociation assurance-chômage Proposition de document-cadre pour l accord national interprofessionnel relatif à l indemnisation du chômage 1 Eléments synthétiques de diagnostic Créé et géré par les partenaires

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015 PREFET DE LA REGION MIDI-PYRENEES DOCUMENT D ORIENTATION Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des formations professionnelles 2011-2015 Direction régionale des entreprises,

Plus en détail

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE La CFTC demande l organisation d un marathon social. Il s agira d élaborer une liste lors de cette réunion du 18

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE Préambule Considérant la situation économique et, notamment, l impact de celle ci sur le marché de l emploi et le

Plus en détail

LA PÉRIODE DE PROFESSIONNALISATION

LA PÉRIODE DE PROFESSIONNALISATION Formation professionnelle LA PÉRIODE DE PROFESSIONNALISATION La période de professionnalisation permet aux publics peu bénéficiaires de formation, notamment les seniors ou les femmes, d accéder à une qualification.

Plus en détail

Mobilisation en faveur de l emploi des seniors

Mobilisation en faveur de l emploi des seniors Mobilisation en faveur de l emploi des seniors Mesures retenues par le Gouvernement à l issue de la concertation avec les partenaires sociaux dans le cadre du rendez-vous 2008 sur les retraites Dès la

Plus en détail

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE Bobigny Mardi 1 er mars 2011 1 SOMMAIRE INTRODUCTION. p. 3 1. L EMPLOI DES JEUNES.. p. 4 Développer l alternance Financer l augmentation

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3257 Convention collective nationale IDCC : 1601. BOURSE (3 e édition. Juin 2004) ACCORD DU 8 JUILLET 2005

Plus en détail

L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE

L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE La Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l'emploi a été publiée au Journal officiel

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE MISSION FORMATION «POLE ALTERNANCE»

Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE MISSION FORMATION «POLE ALTERNANCE» GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier MISSION FORMATION CONTINUE ET APPRENTISSAGE «POLE ALTERNANCE» LE CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

L intergénérationnel, un enjeu pour tous

L intergénérationnel, un enjeu pour tous www.limousin.gouv.fr 1 2 L intergénérationnel, un enjeu pour tous 3 SOMMAIRE COMMUNIQUE DE SYNTHESE page 4 CONTEXTE page 6 Le contrat de génération en Limousin L appui-conseil au contrat de génération

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle

Réforme de la formation professionnelle MEDEF Social mars 2015 Réforme de la formation professionnelle Compétitivité Mobilité Employabilité Edito En 2030, près de 30 % de nos métiers auront évolué. Pour relever ce défi, la formation des femmes

Plus en détail

NEGOCIATIONS EN COURS...2 EVOLUTIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES...2 A RETENIR...3 CONTACTS...4 SITE CFTC...5

NEGOCIATIONS EN COURS...2 EVOLUTIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES...2 A RETENIR...3 CONTACTS...4 SITE CFTC...5 Tous les mois, l actualité en bref de la Confédération sur l emploi et le chômage SOMMAIRE NEGOCIATIONS EN COURS...2 Signature Convention tripartite triennale 2012/2014: abstention de la CFTC... 2 Auditions

Plus en détail

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014 Evolution des formes d emploi et politiques publiques Emmanuelle Wargon Déléguée Générale à l Emploi et à la Formation Professionnelle Conseil d Orientation pour l Emploi Jeudi 23 janvier 2014 Plan de

Plus en détail

LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015

LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015 LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015 Chapitre Ier : Créer de nouveaux droits pour les salariés Section 1 : De nouveaux droits individuels

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

Loi sur la sécurisation de l emploi

Loi sur la sécurisation de l emploi Dossier de presse JUIN 2013 Loi sur la sécurisation de l emploi contact presse : cab-tef-presse@cab.travail.gouv.fr Tél. 01 49 55 31 02 1 Sommaire Les origines du texte page 3 De la grande conférence à

Plus en détail

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française.

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française. 1.8 2 2.2 2.4 2.6 Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française Marc Ferracci 1. Introduction : constats et objectifs Depuis

Plus en détail

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL PREAMBULE Le présent accord-cadre s inscrit dans la continuité des nombreux dispositifs légaux et conventionnels touchant directement

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines Avec une masse salariale s élevant à 4,3 milliards d euros en 2003, le secteur de l assurance est une «industrie de main-d œuvre» qui offre un produit en grande partie immatériel : la couverture d un risque.

Plus en détail

NOUVELLE CONVENTION D ASSURANCE CHÔMAGE

NOUVELLE CONVENTION D ASSURANCE CHÔMAGE IMPACT de la NOUVELLE CONVENTION D ASSURANCE CHÔMAGE MAI 2014 Page 1 sur 26 1. Impact global Issues de l accord signé en mars 2014 et valables pour 2 ans, les nouvelles règles d Assurance chômage ont été

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

L ACTIVITE PARTIELLE

L ACTIVITE PARTIELLE L ACTIVITE PARTIELLE L'activité partielle permet d'éviter aux salariés de perdre leur emploi lorsque l'activité de leur entreprise se réduit. Dans un contexte de crise économique, le recours au chômage

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

L ANI du 7 janvier 2009 : Quels changements pour l entreprise? Club RH 4 juin 2009

L ANI du 7 janvier 2009 : Quels changements pour l entreprise? Club RH 4 juin 2009 L ANI du 7 janvier 2009 : Quels changements pour l entreprise? Club RH 4 juin 2009 Présentation de l ANI du 7 janvier 09 Sylvie GRANSAGNE, juriste en droit social UIMM Belfort- Montbéliard La réforme de

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2008 SUR LA MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2008 SUR LA MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2008 SUR LA MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL I - FACILITER L ENTRÉE DANS L ENTREPRISE ET AMÉLIORER LE PARCOURS EN EMPLOI Article 1 : Les contrats de travail

Plus en détail

NEWSLETTER DU SOCIAL

NEWSLETTER DU SOCIAL NEWSLETTER DU SOCIAL Les chiffres clés La Garantie Minimale de Points 2014 : Les cotisations minimales annuelles de retraite complémentaire AGIRC sont fixées à 796,08. Ces cotisations correspondent à un

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 7 JUIN 2011 SUR L ACCES DES JEUNES AUX FORMATIONS EN ALTERNANCE ET AUX STAGES EN ENTREPRISE

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 7 JUIN 2011 SUR L ACCES DES JEUNES AUX FORMATIONS EN ALTERNANCE ET AUX STAGES EN ENTREPRISE ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 7 JUIN 2011 SUR L ACCES DES JEUNES AUX FORMATIONS EN ALTERNANCE ET AUX STAGES EN ENTREPRISE Considérant que l alternance est un moyen particulièrement adapté, à tous

Plus en détail

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE Le projet de loi sur la sécurisation de l emploi, transposant l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 1, comporte

Plus en détail

La réforme : une opportunité pour la fonction formation

La réforme : une opportunité pour la fonction formation Nombreux sont les articles concernant la réforme de la formation professionnelle. Grâce à ses experts qui récoltent l information législative et réglementaire à sa source, Demos fait un tour d horizon

Plus en détail

Les évolutions du financement de la sécurité sociale

Les évolutions du financement de la sécurité sociale Les évolutions du financement de la sécurité sociale A la différence de l assurance chômage et des retraites complémentaires, l évolution du financement de la sécurité sociale est marquée par une forte

Plus en détail

. Réforme de la formation

. Réforme de la formation professionnelle continue Impacts pour les entreprises Thierry Teboul Directeur général Afdas Jean-Pierre Willems Willems Consultants 8 points-clés p La logique de la réforme : moins de fiscal, plus de

Plus en détail

Présentation UNIFAF / Réforme de la Formation Professionnelle Continue / Les dispositifs UNIFAF

Présentation UNIFAF / Réforme de la Formation Professionnelle Continue / Les dispositifs UNIFAF Réunion d information UDAF du Gard 23 mars 2015 Présentation UNIFAF / Réforme de la Formation Professionnelle Continue / Les dispositifs UNIFAF Créée : MAJ : 24/06/2014 19/03/15 Sommaire 1 : UNIFAF 2 :

Plus en détail

La Région débloque plus de 1,3 million d euros spécifiquement dédiés à des actions anti-crise pour la formation des salariés et des entreprises

La Région débloque plus de 1,3 million d euros spécifiquement dédiés à des actions anti-crise pour la formation des salariés et des entreprises mardi 22 septembre 2009 La Région débloque plus de 1,3 million d euros spécifiquement dédiés à des actions anti-crise pour la formation des salariés et des entreprises Baptiste MAUREL 04 67 22 80 35 ///

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

Réformes socio-économiques

Réformes socio-économiques Réformes socio-économiques Le 27 novembre 2011, suite à la dégradation de la note belge par l agence Standard & Poor s, les six partis ont conclu, dans l urgence, un accord sur le budget et sur la réforme

Plus en détail

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE SOYEZ PRO ACTIF! Anticipez et transformez cette contrainte en opportunité SALON DES ENTREPRENEURS 2015 5 février 2015 LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE DANS

Plus en détail

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI PLAN REGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI Lors de son assemblée

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juillet 2008 La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Les partenaires sociaux ont signé un accord national interprofessionnel

Plus en détail

DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE)

DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) Fiche pratique A qui s adresse le contrat d accompagnement dans l emploi? Quels employeurs? Quel type de

Plus en détail

Juin. Modernisation du Marché du Travail

Juin. Modernisation du Marché du Travail Juin Modernisation du Marché du Travail 2008 les fiches argumentaires du medef Les dispositions de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008, dont la mise en œuvre requiert un support législatif,

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

Convention d assurance chômage

Convention d assurance chômage Aux Union Départementales Aux Fédérations Nationales Paris, le 28 mars 2014 Secteur Formation Professionnelle Emploi/Assurance chômage Réf. : JCM/SL/DD Circ. : n 058-2014 Convention d assurance chômage

Plus en détail

Convention Collective Nationale de la Mutualité

Convention Collective Nationale de la Mutualité Page 1 sur 14 Convention Collective Nationale de la Mutualité ACCORD DE BRANCHE SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE PREAMBULE Les organismes mutualistes et leurs salariés sont confrontés à la nécessité de

Plus en détail

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE ADDITIF EXPLICATIF 1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE Organisation de deux «secteurs» clairement identifiés dans leurs objectifs et missions. Sous la responsabilité d un pilotage unique, ces deux «secteurs»

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES

Plus en détail

Loi n 2011-893 du 28 Juillet pour le développement de l alternance et la sécurisation des parcours professionnels

Loi n 2011-893 du 28 Juillet pour le développement de l alternance et la sécurisation des parcours professionnels Loi n 2011-893 du 28 Juillet pour le développement de l alternance et la sécurisation des parcours professionnels La loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 comporte différentes mesures visant notamment à développer

Plus en détail

Cet accord est la première illustration de l application de la loi du 31 janvier 2007 de modernisation du dialogue social.

Cet accord est la première illustration de l application de la loi du 31 janvier 2007 de modernisation du dialogue social. Ministère du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville Direction générale du travail Sous-direction des relations individuelles du travail Bureau des relations individuelles

Plus en détail

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale PREMIER MINISTRE PLAN PLURIANNUEL contre la pauvreté et pour l inclusion sociale 3 mars 2015 SYNTHÈSE Adopté à la suite d un comité interministériel de lutte contre l exclusion en 2013, le plan pluriannuel

Plus en détail

Document interactif Ctrl+Clic pour accéder au dispositif désiré. Les fiches outils du Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse

Document interactif Ctrl+Clic pour accéder au dispositif désiré. Les fiches outils du Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES Les diisposiittiiffs llégaux au serrviice de lla fforrmattiion prroffessiionnelllle conttiinue De nos jours, les entreprises et leurs collaborateurs doivent entrer

Plus en détail

Contrat de professionnalisation. Livret d informations

Contrat de professionnalisation. Livret d informations Contrat de professionnalisation Livret d informations 1 Présentation MediaSchool Group affiche des ambitions de leader! MediaSchool Group est un groupe d enseignement supérieur spécialisé dans les domaines

Plus en détail

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 Liste des abréviations... 7 Introduction générale... 13 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 1 Les normes universelles de l OIT... 14 2 Les normes régionales européennes...

Plus en détail

Tous les mois, l actualité en bref de Pôle emploi

Tous les mois, l actualité en bref de Pôle emploi Tous les mois, l actualité en bref de Pôle emploi SOMMAIRE INFORMATIONS RESEAU CFTC... 2 Rencontre nationale des mandatés chômage à la Confédération... 2 Suite des réunions de suivi des formations prioritaires

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2009 à 9h30 «Les régimes de la Fonction publique et les autres régimes spéciaux : le point sur les réformes récentes» Document N 10 Document

Plus en détail

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Union européenne Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Une nouvelle politique de cohésion en réponse aux défis

Plus en détail

UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE

UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE La grande conférence sociale a permis d établir une feuille de route ambitieuse, qui engage ensemble l Etat, les

Plus en détail

EXPERTS COMPTABLES CCN 3020 IDCC 787 Pour toutes les actions débutant le 01/06/2015

EXPERTS COMPTABLES CCN 3020 IDCC 787 Pour toutes les actions débutant le 01/06/2015 2015 CCN 3020 IDCC 787 Pour toutes les actions débutant le 01/06/2015 1 2 3 4 5 Compte Personnel de Formation ATTENTION : CES CRITÈRES SONT SUSCEPTIBLES D'ETRE MODIFIÉS EN COURS D'ANNÉE Les demandes de

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE PREAMBULE L égalité professionnelle doit être un axe fort de la politique des ressources humaines au sein

Plus en détail

Projet d accord national interprofessionnel sur la sécurisation de l emploi

Projet d accord national interprofessionnel sur la sécurisation de l emploi Projet d accord national interprofessionnel sur la sécurisation de l emploi Préambule Les salariés comme les chefs d entreprises de France sont, comme leurs homologues européens, confrontés à des bouleversements

Plus en détail

La Formation Professionnelle au service de l emploi partagé. Mardi 26 novembre 2013

La Formation Professionnelle au service de l emploi partagé. Mardi 26 novembre 2013 La Formation Professionnelle au service de l emploi partagé Mardi 26 novembre 2013 1 SOMMAIRE 1- Présentation UNIFORMATION p.3 2- Le système de la Formation Professionnelle Continue (FPC) p.8 3- Les obligations

Plus en détail

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013 informations sociales octobre novembre décembre 2013 Dans le cadre du mandat qu elle reçoit du FNCIP-HT, la Fédération Nationale de l Habillement informe chaque trimestre les entreprises à jour de paiement

Plus en détail

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014 Questions sociales Note d information n 14-15 du 6 août 2014 ALLOCATIONS CHOMAGE Effet au 01/07/2014 Références Arrêté du 25 juin 2014 portant agrément de la convention du 14 mai 2014 relative à l indemnisation

Plus en détail

Modalités de prise en charge

Modalités de prise en charge ATTENTION : Certaines des modalités de prise en charge de l année 2015 pourront faire l objet de modifications en cours d année. 2015 Modalités de prise en charge Fonds paritaire interprofessionnel de

Plus en détail

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL LES OBLIGATIONS VIS-À-VIS DU CE OU DES DP LES S SUR LES ORIENTATIONS Pour les délégués du personnel Toutes les ETT ayant atteint un effectif d au moins 11 salariés pendant 12 mois, consécutifs ou non,

Plus en détail

Article 1 Généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé

Article 1 Généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 POUR UN NOUVEAU MODELE ECONOMIQUE ET SOCIAL AU SERVICE DE LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES ET DE LA SECURISATION DE L EMPLOI ET DES PARCOURS PROFESSIONNELS

Plus en détail

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération L emploi d avenir 1 Le 03 mars 2013, la loi sur le contrat de génération est entrée en vigueur. Des entreprises de la Région Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise

Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise Des services qui changent la formation Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise fiches pratiques Sommaire 1/ Formation professionnelle et apprentissage 2/ Égalité professionnelle

Plus en détail

Sommaire détaillé 9 AR

Sommaire détaillé 9 AR Sommaire détaillé 1 CONTRÔLE DU TRAVAIL... 1.001 A - Ouverture d un établissement industriel et commercial... 1.101 1 - Déclaration nominative préalable à l embauche... 1.102 2 - Registre du commerce -

Plus en détail

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 CIRCULAIRE N 2015-10 DU 11 JUIN 2015 Direction des Affaires Juridiques INSX011-ACE Titre Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 Objet Suppression de l attestation spécifique

Plus en détail

Le contrat de professionnalisation

Le contrat de professionnalisation Le contrat de professionnalisation Objectif Le contrat de professionnalisation est un contrat de travail conclu entre un employeur et un salarié. Son objectif est l insertion ou le retour à l emploi des

Plus en détail

GUIDE DE L EMPLOYEUR

GUIDE DE L EMPLOYEUR Unité Territoriale de Paris GUIDE DE L EMPLOYEUR Actualisé le 07 août 2013 CONTRAT UNIQUE D INSERTION(CUI) : 1. CONTRAT D ACCOMPAGNEMENT DANS L EMPLOI (CAE) 2. CONTRAT INITIATIVE EMPLOI (CIE) 3. EMPLOIS

Plus en détail

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 30 juin 2009 SOMMAIRE 1. Bénéficiaires de la portabilité 2. Renonciation à la portabilité

Plus en détail

Bernard Gomel. Le risque de la flexibilité Une tendance de fond du marché de l emploi?

Bernard Gomel. Le risque de la flexibilité Une tendance de fond du marché de l emploi? Bernard Gomel Le risque de la flexibilité Une tendance de fond du marché de l emploi? Pour Bernard Gomel, le marché de l emploi en général est confronté à un risque d individualisation de la relation d

Plus en détail

ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE DU PERSONNEL DES ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES ET/OU DE RÉASSURANCES

ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE DU PERSONNEL DES ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES ET/OU DE RÉASSURANCES ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE DU PERSONNEL DES ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES ET/OU DE RÉASSURANCES Depuis la Convention Collective de la branche professionnelle du 18 janvier 2002, les

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail

Propositions des Professionnels de l intérim pour développer l emploi.

Propositions des Professionnels de l intérim pour développer l emploi. Livre Blanc Propositions des Professionnels de l intérim pour développer l emploi. Sommaire Contributions économiques et sociales de l intérim p. 5 Propositions pour favoriser le maintien dans l emploi

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité de portage salarial. Les personnes portées sont titulaires d un contrat de travail conclu

Plus en détail

AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011

AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3161 Convention collective nationale IDCC : 2120. BANQUE AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011 À L ACCORD DU 10 JUIN 2011 RELATIF

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES IDCC : 438. ÉCHELONS INTERMÉDIAIRES DES SERVICES EXTÉRIEURS DE PRODUCTION DES SOCIÉTÉS D

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION REGIME DE PREVOYANCE OBLIGATOIRE PERSONNEL CONCERNE Bénéficie des garanties, l ensemble du personnel ne relevant

Plus en détail

Préparer une licence professionnelle en Contrat de Professionnalisation à l IUT de RENNES

Préparer une licence professionnelle en Contrat de Professionnalisation à l IUT de RENNES IUT RENNES SERVICE FORMATION CONTINUE ET ALTERNANCE (Certifié AFAQ ISO 9001 : 2008) Préparer une licence professionnelle en Contrat de Professionnalisation à l IUT de RENNES - Bénéficiaires : Personnes

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME ENTREPRISES DE 300 SALARIÉS ET PLUS, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA RÉFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE. LES ENJEUX MAJEURS POUR LES ENTREPRISES

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

Contrat de Professionnalisation ou Stage? Tout savoir pour bien choisir

Contrat de Professionnalisation ou Stage? Tout savoir pour bien choisir Contrat de Professionnalisation ou Stage??? Tout savoir pour bien choisir L objectif de ce livret est de répondre à vos questions en matière de contrat de professionnalisation et de stage. En effet, cette

Plus en détail

LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 LES THÉMATIQUES UE 35 RENNES - 10 MARS 2015 - LA PROTECTION SOCIALE

LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 LES THÉMATIQUES UE 35 RENNES - 10 MARS 2015 - LA PROTECTION SOCIALE LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 Evolution des dépenses de santé IMPORTANCE DU RESTE A CHARGE DES MENAGES ET DES ORGANISMES COMPLEMENTAIRES - Déficit persistant du régime général - Augmentation

Plus en détail

PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI

PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI MÉTROPOLE JANVIER 2015 PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI POLE-EMPLOI.FR FORMER AVANT L EMBAUCHE ACTION DE FORMATION PRÉALABLE AU RECRUTEMENT (AFPR) Demandeurs d emploi inscrits auprès de Pôle emploi,

Plus en détail