a. Sur l irrecevabilité de la demande au cours des six premiers mois de mariage

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "a. Sur l irrecevabilité de la demande au cours des six premiers mois de mariage"

Transcription

1 III- LE DIVORCE 1.ANALYSE I. Les cas de divorce A. Le divorce sur demande conjointe A.1. Dénomination Il paraît opportun de placer les dispositions relatives à ce divorce (les articles 230 à 232 C. civ.) sous l intitulé : «Du divorce sur requête conjointe», ce, dans la perspective d une clarification de la distinction des deux cas de divorce par consentement mutuel (v. infra, le divorce demandé par un époux et accepté par l autre). A.2. Procédure a. Sur l irrecevabilité de la demande au cours des six premiers mois de mariage Le groupe de travail a jugé indispensable de maintenir cette disposition. L entrave à la liberté des époux est faible et sa contrepartie symbolique essentielle. Par cet élément du droit du divorce, c est le caractère sérieux de l engagement en mariage qui est affirmé. b. Sur la représentation des époux La faculté laissée aux époux de se faire représenter par un seul avocat, choisi d un commun accord (C. civ., art. 230, al. 2) est discutée, même si elle ne semble pas poser de difficulté dans la pratique. Il serait sans doute préférable que chacun des conjoints se fasse représenter par son propre avocat. La mise en œuvre d une telle règle, son impact financier notamment, susciterait cependant des difficultés pratiques, encore que l on puisse suggérer de transposer au divorce sur requête conjointe les principes retenus dans la pratique notariale lorsque deux notaires interviennent à un même acte. L enjeu financier a cependant convaincu le groupe de travail de proposer de conserver à la représentation par deux avocats son caractère facultatif. c. Sur la double comparution des époux En 1975, le législateur, soucieux d assurer la réalité et le sérieux du consentement des époux, a imposé une double comparution des époux devant le juge. Les deux étapes obligées de la procédure permettent, en outre, au juge de 31

2 vérifier le respect par les époux des termes de la convention temporaire et d en tenir compte dans son appréciation des termes de la convention définitive. Le rapport 1 de la commission présidée par Madame le Professeur DEKEUWER-DEFOSSEZ a montré que, dans un grand nombre de cas, l utilité de la seconde comparution apparaissait douteuse en pratique. Utilité douteuse pour les époux eux-mêmes ; utilité douteuse pour le juge, qui ne fait souvent qu entériner la convention lors de cette seconde audience. Enfin, la double comparution engendre des frais et du retard dans la procédure. En conséquence, la seconde audience doit être limitée aux cas dans lesquels elle est nécessaire, c est-à-dire lorsque le règlement des intérêts pécuniaires n apparaît pas définitivement achevé et / ou lorsque les mesures relatives aux enfants ne paraissent pas arrêtées de manière satisfaisante au juge, sans pour autant que la comparution personnelle des époux ne soit nécessaire. En revanche, lorsque les époux ont une volonté «ferme et éclairée» 2 et que les effets du divorce ont été envisagés de «manière globale» 3, la seconde audience n est pas utile. d. Les omissions dans la convention définitive Il a semblé nécessaire de distinguer l hypothèse où l omission d un bien ou d une dette était le fruit de l intention frauduleuse de l un des époux des autres hypothèses. Pour ces dernières en effet, les solutions dégagées en jurisprudence semblent satisfaisantes. L opposition entre la Première et la Deuxième Chambre civile de la Cour de cassation paraît en voie de résorption et les thèses de la première, qui préviennent tout blocage préjudiciable, semblent s imposer. Lorsque l intention frauduleuse de l un des époux est établie, les dispositions de l article 1477 du Code civil propres au recel des effets de la communauté ont vocation à s appliquer. Il convient en revanche d étendre le champ d application de ce texte au passif, en faisant assumer définitivement le poids de la dette commune par celui qui en aurait sciemment dissimulé l existence. B. Le divorce sur double aveu 11 Rénover le droit de la famille, Propositions pour un droit adapté aux réalités et aux aspirations de notre temps, sous la direction de Françoise DEKEUWER-DEFOSSEZ, Rapport au Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Collection des rapports officiels, La documentation française, Paris, 1999, p Rénover le droit de la famille..., op. cit., p Ibid. 32

3 B.1. Dénomination Il est proposé de désigner ce cas de divorce par l expression «divorce sur double requête» Celle actuellement retenue par le Code civil («Divorce demandé par un époux et accepté par l autre») trahit son essence. Quant à l expression «divorce sur double aveu», suggérée par l article 1135 du Nouveau Code de procédure civile, elle implique un raisonnement en terme de culpabilité. Il conviendrait d ailleurs de supprimer la référence à l aveu dans l article 1135 NCPC. L expression proposée, parallèlement à celle retenue pour le divorce sur demande conjointe, permettrait d établir simplement la distinction des deux cas de divorce. Dans l un, les deux époux s associent à la demande, dans l autre, un époux demande le divorce, son conjoint le fait ensuite. B.2. La référence aux torts des époux Aux termes de l article 234 du Code civil, «si l autre époux reconnaît les faits devant le juge, celui-ci prononce le divorce sans avoir à statuer sur la répartition des torts. Le divorce ainsi prononcé produit les effets d un divorce aux torts partagés.» Cet article fait, à deux reprises, référence aux torts des époux. L aveu des époux n est pourtant pas l aveu de torts mais bien le constat de la faillite du mariage. Il importe dès lors de supprimer toute référence aux torts des époux dans l article 234 du Code civil. Qu en revanche il soit indiqué que le divorce produit les effets d un divorce aux torts partagés n est pas gênant. C est ici une analogie légale. B.3. La procédure du divorce Les articles 1129 et suivants du NCPC détaillent la procédure du divorce sur double requête. Le constat judiciaire d une double volonté de divorcer est opéré à partir de l examen des mémoires établi par chacun des conjoints. Il convient de maintenir le caractère écrit des déclarations des époux. On ne peut en effet soulager la procédure de ce préalable, par exemple en admettant la possibilité d un simple acquiescement devant le juge, en raison de la gravité de la décision prise. 33

4 C. Le divorce pour rupture de la vie commune C.1. Durée de la séparation de fait ou de l altération des facultés mentales La durée de six ans, aujourd hui retenue aux articles 237 et 238 du Code civil est sans doute trop longue. Cependant, elle ne doit pas être réduite à l excès, excès qui conduirait à s interroger sur la nécessité même du maintien des autres cas de divorce. Le groupe de travail propose un délai de quatre ans, tout en étant conscient du caractère arbitraire de ce choix. C.2. Maintien du devoir de secours après divorce. Le groupe de travail est favorable au maintien unilatéral du devoir de secours après divorce obtenu pour rupture de la vie commune. La rupture du lien est imputable au demandeur. Il est logique qu il continue d assumer le devoir de secours, le défendeur n étant en rien responsable ni de son état de santé, ni de l abandon du domicile conjugal par l autre. Il n est pas possible de tirer argument du divorce aux torts exclusifs dans lequel le devoir de secours disparaît : dans le divorce pour rupture de la vie commune, en effet, c est le demandeur lui-même qui souhaite la rupture du lien alors qu il n a rien à reprocher à l autre. Quant à la disparition du devoir de secours en cas de divorce aux torts partagés, elle s explique aussi : dans le divorce sur double requête, ce sont les deux époux qui demandent le divorce, il est donc logique que le devoir de secours disparaisse à leur égard ; dans le divorce pour faute, le partage des torts établit que chacun des époux a commis une faute cause de la dissolution du mariage. Il n est donc pas aberrant qu ils ne puissent plus se prévaloir des effets du mariage. D. Le divorce pour faute D.1. Maintien du divorce pour faute Le divorce pour faute doit être maintenu. Certes, d un point de vue théorique, la sanction d une faute en mariage peut être assurée par le droit pénal ou le droit de la responsabilité civile. Toutefois, la nature spéciale des devoirs de mariage impose une sanction propre au droit familial. Le parallèle avec le PACS conforte cette position. La faute commise par l un des partenaires au préjudice de l autre n entraîne, on le sait, que la responsabilité 34

5 civile du fautif. Etendre cette solution aux gens mariés conduirait à gommer la spécificité du mariage par rapport au PACS, ce qui n est pas souhaitable. D.2. Autonomie du cas de divorce de l article 243 C. civ Aux termes de l article 243 du Code civil, «il le divorce peut être demandé par un époux lorsque l autre a été condamné à l une des peines prévues par l article du Code pénal.» La jurisprudence a consacré l autonomie de ce cas, décidant que la constatation de la condamnation définitive suffisait à justifier le prononcé du divorce sans que le juge ait à rechercher si les deux conditions de l article 242 du Code civil étaient ou non remplies. L autonomie reconnue à ce cas de divorce paraît aujourd hui très difficilement justifiable. Il est dès lors proposé de supprimer ce cas spécifique de divorce pour faute et de se satisfaire, en toute hypothèse, de la définition générale de la faute donnée à l article 242 du Code civil. D.3. Incidences de la faute sur les conséquences du divorce Il ne paraît pas souhaitable de détacher, plus que cela est déjà fait, les conséquences du divorce de l attribution des torts. Ainsi, il convient de préserver l incidence de la faute sur l octroi de la prestation compensatoire, continuer donc, à refuser toute prestation à l époux seul coupable. Plusieurs éléments concourent au maintien d une telle solution. - Admettre qu une prestation compensatoire puisse être attribuée à l époux exclusivement fautif reviendrait à autoriser celui auquel est imputable la cause de la dissolution du mariage à continuer à se prévaloir de l un des effets du mariage, la solidarité patrimoniale des époux. Cette solution, qu on l envisage dans une logique de responsabilité ou dans une logique de justice, est choquante. - Il convient ensuite de ne pas prêter une trop grande considération à l argument selon lequel le maintien d une incidence de la faute sur les effets du divorce contribuerait à alimenter un débat, celui sur les torts, qui dramatiserait le divorce et qu en évitant un tel débat, on rendrait la dissolution du mariage humainement moins douloureuse. Cet argument est, en effet, discutable. - En premier lieu, est-il souhaitable d éliminer un débat dont un auteur a dit à juste titre qu il pouvait avoir «une vertu psychothérapeutique» 4 (il est psychologiquement important pour un conjoint victime de se faire entendre par la justice)? 4 L expression est empruntée au doyen Jean CARBONNIER. 35

6 - En deuxième lieu, est-il possible de supprimer le caractère dramatique du divorce, qui signe par hypothèse l échec d un couple? - En dernier lieu, comment ne pas voir que cette indifférence de la faute dans le droit spécial du divorce serait contrebalancée par l apparition d un autre contentieux, fondé sur une responsabilité civile de droit commun, contentieux relevant du tribunal de grande instance et qui pourrait survenir à tout moment, ce qui heurte de pleine fouet la politique de concentration des effets du divorce? D.4. Neutralisation des fautes L article 245 du Code civil, en son alinéa 1 er, dispose que «les fautes de l époux qui a pris l initiative du divorce peuvent enlever aux faits qu il reproche à son conjoint le caractère de gravité qui en aurait fait une cause de divorce». Le dispositif autorise la neutralisation des fautes réciproques. Cette neutralisation est discutable. Quand elle opère, en effet, le mariage est maintenu alors qu ont été judiciairement constatées des fautes, causes de divorce au sens de l article 242 du Code civil. Elle évoque le mécanisme d exception d inexécution, mécanisme du droit commun des obligations, dont on peut douter de la place dans le droit du mariage. Enfin, l argument de la faveur au mariage, au soutien de cette neutralisation, n est guère pertinent, puisqu il véhicule le concept de mariagesanction, concept étranger à nos traditions juridiques et déjà dénoncé dans le cadre de l article du Code civil (v. supra). C est pourquoi il est proposé d abandonner le dispositif de neutralisation des fautes réciproques. E. Le système de passerelle entre les différents cas de divorce L article 246 du Code civil offre aujourd hui aux époux, engagés dans un divorce totalement ou partiellement contentieux et «tant qu aucune décision sur le fond n aura été rendue», de demander au juge aux affaires familiales de constater leur accord et d homologuer le projet de convention réglant les conséquences du divorce. Ce système de passerelle, témoin de la faveur du législateur pour le divorce sur requête conjointe, doit être favorisé, notamment en autorisant le passage de la procédure contentieuse à la procédure gracieuse même en appel 36

7 II.- La procédure du divorce A. Suspension de la solidarité ménagère Le principe de l obligation solidaire des époux, posé à l article 220 du Code civil, demeure, aujourd hui, pendant l instance en divorce. Conformément à l article 262 du Code civil, les tiers peuvent s en prévaloir jusqu au jour où les formalités de mention du jugement de divorce en marge prescrites par les règles de l état civil auront été accomplies. Cette solution peut être jugée rigoureuse pour les époux. Il n a pourtant pas paru souhaitable de la remettre en cause en posant le principe d une suspension de plein droit de la solidarité ménagère pendant la procédure de divorce. Tout d abord, une telle suspension paralyserait l application d une règles composant le régime primaire impératif alors que les époux sont encore mariés. De plus, elle serait susceptible de constituer un procédé de fraude aux droits des tiers, notamment des créanciers. On ne peut en effet exclure un risque de connivence entre époux et de divorce simulé. B. Preuves Les dispositions relatives aux preuves, comprises dans le chapitre II du titre VI consacré à la procédure du divorce, sont aujourd hui sujettes à critiques. On sait qu aux termes de l article du code civil, «un époux ne peut verser aux débats les lettres échangées entre son conjoint et un tiers qu il aurait obtenues par violence ou fraude». Entre le droit au respect de la vie privée dont chacun est titulaire et le droit à la preuve du conjoint, la Cour de cassation a choisi, s opposant à ce que les juges du fond écartent des débats des correspondances d un époux adressées à des tiers, voire son journal intime au seul motif que leur production porterait atteinte à la vie privée de leur auteur. Seul le procédé blâmable d obtention de ces documents s opposerait à ce que ces éléments soient versés aux débats. La Cour de cassation livre ainsi une interprétation extensive de l article 259-1, acceptant d inclure le journal intime dans ses prévisions alors qu une lecture étroite de cette disposition exorbitante pouvait être plus justifiée. La solution posée se heurte à la résistance de nombreuses juridictions du fond. Enfin, on ne négligera pas le risque d une condamnation de la France par la Cour européenne des droits de l homme. Il est dès lors proposé de durcir les conditions de recevabilité de ces modes de preuve, en les soumettant au régime actuel des constats dressés à la demande d un époux. Techniquement, cette réforme passerait par la réunion en une seule 37

8 disposition des articles et du Code civil. Cette disposition a sa place dans l article 259 et en constituerait l alinéa 2. 38

9 C. Tronc commun procédural L institution d un «tronc commun procédural» préconisé par Madame le Professeur DEKEUWER-DEFOSSEZ 5 applicable aux trois formes de divorce demandées par un époux, permettrait d éviter d obliger les époux à énoncer la cause de divorce dans leur requête initiale et donc de retarder au plus la cristallisation du litige. Ainsi il pourrait être procédé aussitôt à l audience de conciliation. III.Les conséquences du divorce A. Les conséquences extra-patrimoniales du divorce L analyse de la jurisprudence contemporaine montre que les hypothèses d abus par l époux qui conserve, après divorce, le droit d user du nom patronymique de son conjoint ne sont pas marginales. On discute, aujourd hui, des prérogatives qui peuvent être reconnues au juge afin de lutter contre de tels abus. C est pourquoi il serait opportun de prévoir expressément, dans l article 264 du Code civil, la possibilité pour le juge de prescrire toute mesure propre à prévenir ou faire cesser l usage abusif par l un des époux du nom de l autre. B. Les conséquences patrimoniales du divorce B.1. La prestation compensatoire Aux termes de l article 270 du Code civil, «Sauf lorsqu il est prononcé en raison de la rupture de la vie commune, le divorce met fin au devoir de secours prévu par l article 212 du Code civil ; mais l un des époux peut être tenu de verser à l autre une prestation destinée à compenser, autant qu il est possible, la disparité que la rupture du mariage crée dans les conditions de vie respectives». C est tant la fin du devoir de secours que la fixation de la prestation compensatoire qui appellent l analyse a. La fin du devoir de secours. Il semble naturel de poser en principe que le devoir de secours, élément du statut matrimonial, disparaît avec le mariage, sous la réserve, qui doit être 5 Op. cit., p

10 maintenue (v. supra), de son maintien au seul profit de l époux qui subi le divorce pour rupture de la vie commune. La suppression du devoir de secours peut néanmoins sembler trop radicale, le divorce ne pouvant effacer le passé de manière absolue. Il est dès lors souhaitable que le droit sanctionne juridiquement ce qui n est aujourd hui qu obligation naturelle et reconnaisse la possibilité pour un époux divorcé de réclamer à son ancien conjoint des aliments s il venait à se trouver dans le besoin. Cette reconnaissance d un droit aux aliments s accompagnerait d une faculté reconnue au juge de décharger le débiteur, en tout ou partie, de son obligation, s il s avérait que le créancier a gravement manqué à ses obligations familiales. b. Fixation de la prestation compensatoire La prestation compensatoire a un fondement indemnitaire. Son caractère alimentaire a néanmoins été mis à jour dès le lendemain de l adoption de la loi du 11 juillet 1975, et accentué par la jurisprudence depuis. Il convient néanmoins de réaffirmer que la prestation compensatoire présente principalement une nature indemnitaire en ce qu elle est destinée à compenser la perte de la contribution aux charges du mariage. Ceci ne peut que rejaillir sur le régime de la prestation (v. infra). L affirmation du caractère essentiellement indemnitaire de la prestation emporte redéfinition de la prestation, celle-ci étant présentée comme destinée à compenser, autant qu il est possible, le déséquilibre que la perte de la contribution aux charges du mariage crée dans les conditions de vie respectives des époux. L exigence d un état liquidatif préalable à la fixation par le juge de la prestation figurera au texte de l article 272 du Code civil. L état requis pourra être dressé à l initiative des parties, voire à la demande du juge (v. infra). c. La forme de la prestation compensatoire Le principe doit demeurer celui du versement de la prestation sous la forme d un capital. Est ainsi réaffirmée, à propos de la prestation, la force du principe de concentration des effets du divorce. Le versement d une rente ne peut intervenir qu à titre exceptionnel, lorsque la consistance des biens de l époux débiteur ne permet pas un versement en capital. Mais alors, la rente ne doit être qu une traduction échelonnée dans le temps du capital. Le juge doit ainsi, en toute hypothèse, fixer la prestation en capital et lorsque le versement de celui-ci est impossible, convertir le capital en rente. Ceci condamne le procédé de la rente viagère, la rente, traduction du capital ne pouvant être qu affectée d un terme certain. 40

11 En corollaire, le caractère forfaitaire de la prestation doit être rappelé avec vigueur, et les facultés de révisions demeurer exceptionnelles. B.2. Liquidation et partage des intérêts patrimoniaux des époux On connaît les difficultés liées à la chronologie des événements, dans le divorce, chronologie qui impose de prononcer à l aveugle sur la prestation compensatoire avant de connaître précisément la consistance des droits des parties, qui oblige aussi à recourir à des expédients comme la fixation de prestations provisionnelles. Les remèdes sont de deux sortes : il convient tout d abord, en amont, d assurer l information du juge afin de lui permettre de prendre une décision éclairée ; il faut, en aval, reconnaître la compétence du juge du divorce pour régler la liquidation et le partage des intérêts patrimoniaux des époux. Afin d être correctement informé, le juge aux affaires familiales doit pouvoir charger un notaire ou un professionnel qualifié d établir un projet de règlement des prestations et pensions après divorce comme de donner mission au notaire de dresser un projet de liquidation du régime matrimonial. Cette faculté lui est déjà reconnue par l article 1116 du NCPC. Il serait opportun d insérer cette disposition, aujourd hui encore méconnue et peu usitée par les juges aux affaires familiales, dans le Code civil, à l article L article du Code civil doit encore reconnaître au juge aux affaires familiales compétence pour régler, conformément à l état liquidatif qui lui a été soumis, la liquidation et le partage des intérêts patrimoniaux des époux, outre la possibilité qui lui est déjà reconnue de prononcer sur les demandes de maintien dans l indivision ou d attribution préférentielle. B.3. Le sort des donations et avantages matrimoniaux Le dispositif légal, développé aux articles 267 à 269 a, de longue date, été critiqué. Il serait possible d en envisager l abandon, et prévoir la perte automatique des donations et avantages matrimoniaux, sauf décision judiciaire ou manifestation de volontés contraires. Cette solution n a cependant pas été retenue. Elle serait en effet contraire à la symbolique du mariage, puisqu elle consisterait, en toute hypothèse, en un effacement du passé. Le maintien des solutions actuelles, au prix de modifications simplement formelles est dès lors, pour l essentiel, proposé. Le sort des donations et avantages doit cependant être repensé en cas de divorce aux torts partagés. En ce cas en effet, il convient de poser que chacun des époux perd les donations et avantages consentis par l autre. 41

12 Enfin, afin de rompre avec une solution jurisprudentielle unanimement critiquée, il convient de poser expressément que, lorsque les donations sont maintenues, elles le sont irrévocablement. 42

SIMPLIFIE ET PACIFIE LA PROCÉDURE. À TOUTES LES ÉTAPES DE LA PROCÉDURE ET SUR TOUTES LES QUESTIONS LIÉES À LA LIQUIDATION DU RÉGIME

SIMPLIFIE ET PACIFIE LA PROCÉDURE. À TOUTES LES ÉTAPES DE LA PROCÉDURE ET SUR TOUTES LES QUESTIONS LIÉES À LA LIQUIDATION DU RÉGIME Le Divorce LA LOI DU 26 MAI 2004 RÉFORMANT LE DIVORCE EST ENTRÉE EN VIGUEUR LE 1 ER JANVIER 2005. CETTE LOI SIMPLIFIE ET PACIFIE LA PROCÉDURE. ELLE RENFORCE LE RÔLE DU NOTAIRE. CE DERNIER PEUT INTERVENIR

Plus en détail

Catherine Olivier Divorcer sans casse

Catherine Olivier Divorcer sans casse Catherine Olivier Divorcer sans casse Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3511-2 Chapitre 2 Le divorce accepté Cette procédure concerne actuellement environ 15 % des divorces. Le divorce accepté, autrefois

Plus en détail

TEXTE ADOPTE n 708 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2001-2002 10 octobre 2001 PROPOSITION DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

Le divorce. Procédures

Le divorce. Procédures Vos droits Institutions Acteurs F i c h e P r a t i q u e Le divorce Procédures Le divorce Les procédures de divorce sont aujourd hui pacifiées et simplifiées. Toutefois, les conséquences restent les mêmes

Plus en détail

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV sous la direction de M. Philippe DELMAS SAINT-HILAIRE Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux

Plus en détail

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ;

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ; Décision n 2015-488 QPC du 7 octobre 2015 (M. Jean-Pierre E.) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 8 juillet 2015 par la Cour de cassation (première chambre civile, arrêt n 969 du même jour), dans

Plus en détail

DIVORCE l intérêt du consentement amiable

DIVORCE l intérêt du consentement amiable Conférence-débat du jeudi 2 octobre 2014 DIVORCE l intérêt du consentement amiable Depuis le 1 er janvier 2005 (date d entrée en vigueur de la loi sur le divorce du 26 mai 2004), les époux ont le choix

Plus en détail

Personnes et familles. Vie à deux. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. Vie à deux. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles LE DIVORCE Vie à deux LA PRESTATION COMPENSATOIRE www.notaires.paris-idf.fr Vie à deux LE DIVORCE - LA PRESTATION COMPENSATOIRE Au fil du temps, le divorce a été simplifié et pacifié.

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 7 G-4-01 N 101 du 5 JUIN 2001 7 E. / 16 INSTRUCTION DU 23 MAI 2001 MUTATIONS A TITRE GRATUIT DONATIONS DROITS D ENREGISTREMENT DIVORCE PRESTATIONS

Plus en détail

MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE.

MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE. MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE. Si la loi du 3 janvier 1968, encore aujourd hui pierre angulaire de la protection juridique des majeurs, est restée très discrète sur la notion de protection

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, dix-neuf avril deux mille douze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, dix-neuf avril deux mille douze. N 22 / 12. du 19.4.2012. Numéro 3005 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, dix-neuf avril deux mille douze. Composition: Léa MOUSEL, conseillère

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décret n o 2004-1158 du 29 octobre 2004 portant réforme de la procédure en matière familiale NOR : JUSC0420832D Le Premier ministre,

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 13 décembre 2012 N de pourvoi: 11-19098 Publié au bulletin Cassation M. Charruault (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier

Plus en détail

SE DESUNIR. COUPLES, PATRIMOINE: les défis de la vie à 2. 106 e CONGRES DES NOTAIRES DE FRANCE TROISIEME COMMISSION

SE DESUNIR. COUPLES, PATRIMOINE: les défis de la vie à 2. 106 e CONGRES DES NOTAIRES DE FRANCE TROISIEME COMMISSION 106 e CONGRES DES NOTAIRES DE FRANCE COUPLES, PATRIMOINE: les défis de la vie à 2 TROISIEME COMMISSION SE DESUNIR Président : Olivier GAZEAU Rapporteurs : Hugues LEMAIRE et Franck VANCLEEMPUT Auditorium

Plus en détail

2. Compétence d attribution et compétence territoriale des tribunaux en Allemagne

2. Compétence d attribution et compétence territoriale des tribunaux en Allemagne situation en juillet 2012 Note d'information des missions diplomatiques et consulaires allemandes en France sur les procédures de divorce en France et en Allemagne I. Compétence judiciaire 1. Compétence

Plus en détail

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission 2 février 2010 Commission des lois Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission NB : Les amendements enregistrés

Plus en détail

JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER

JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER QUE DOIS-JE FAIRE? Que dois-je faire? Que dois-je savoir avant de prendre ma décision? Quelles sont les démarches légales et de régularisation?

Plus en détail

EXTRAIT DE LA LOI. LOI n 2004-439 du 26 mai 2004 relative au divorce 1 NOR: JUSX0300062L. TITRE Ier DISPOSITIONS MODIFIANT LE CODE CIVIL.

EXTRAIT DE LA LOI. LOI n 2004-439 du 26 mai 2004 relative au divorce 1 NOR: JUSX0300062L. TITRE Ier DISPOSITIONS MODIFIANT LE CODE CIVIL. Publiée au Journal officiel n 122 du 27 mai 2004 page 9319 EXTRAIT DE LA LOI LOI n 2004-439 du 26 mai 2004 relative au divorce NOR: JUSX0300062L L article 229 du code civil est ainsi rédigé : TITRE Ier

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

Sommaire PREMIÈRE PARTIE LES PERSONNES... 9 DEUXIÈME PARTIE LA FAMILLE... 83

Sommaire PREMIÈRE PARTIE LES PERSONNES... 9 DEUXIÈME PARTIE LA FAMILLE... 83 Sommaire PREMIÈRE PARTIE LES PERSONNES......................... 9 INTRODUCTION AU DROIT DES PERSONNES................................. 11 CHAPITRE 1 LES PERSONNES PHYSIQUES.................................

Plus en détail

Les mesures urgentes et provisoires durant la procédure en divorce

Les mesures urgentes et provisoires durant la procédure en divorce 1 Les mesures urgentes et provisoires durant la procédure en divorce I. Introduction II. Procédure a)conditions d application b)compétence c)mode d introduction de la demande : - la citation à double détente

Plus en détail

Georgette Josserand, lassée du comportement de son mari, qui refuse désormais de lui adresser la parole, décide de demander le divorce.

Georgette Josserand, lassée du comportement de son mari, qui refuse désormais de lui adresser la parole, décide de demander le divorce. Cas pratique sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 17/20 Enoncé du cas pratique : Lors d une passionnante conférence sur L influence de la pensée pré-socratique sur

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008

Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008 Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008 Réglementation du service public Prestation de sécurité sociale Orientation sexuelle La haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité a été saisie

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

Numéros du rôle : 3824 et 3936. Arrêt n 161/2006 du 8 novembre 2006 A R R E T

Numéros du rôle : 3824 et 3936. Arrêt n 161/2006 du 8 novembre 2006 A R R E T Numéros du rôle : 3824 et 3936 Arrêt n 161/2006 du 8 novembre 2006 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives à l article 306 du Code civil, posées par la Cour d appel de Liège et la Cour

Plus en détail

------------------ Unité - Progrès - Justice CHAMBRE CIVILE ------------------ AUDIENCE PUBLIQUE

------------------ Unité - Progrès - Justice CHAMBRE CIVILE ------------------ AUDIENCE PUBLIQUE COUR DE CASSATION BURKINA FASO ------------------ Unité - Progrès - Justice CHAMBRE CIVILE ------------------ Dossier n 104/08 ---------- Arrêt n 24 du 07 juillet 2011 AUDIENCE PUBLIQUE du 07 juillet 2011

Plus en détail

UNIVERSITE DE LA SARRE CENTRE JURIDIQUE FRANCO-ALLEMAND DROIT DE LA FAMILLE

UNIVERSITE DE LA SARRE CENTRE JURIDIQUE FRANCO-ALLEMAND DROIT DE LA FAMILLE UNIVERSITE DE LA SARRE CENTRE JURIDIQUE FRANCO-ALLEMAND Cours de Mme Monique CHATEAU-BRIQUET ANNEE UNIVERSITAIRE 2013/2014 DROIT DE LA FAMILLE INTRODUCTION 1 Notion de famille 2 Notion de parenté 3 Notion

Plus en détail

LA FILIATION 3. PROPOSITIONS D AJOUT, DE MODIFICATION OU DE SUPPRES- SION D ARTICLES

LA FILIATION 3. PROPOSITIONS D AJOUT, DE MODIFICATION OU DE SUPPRES- SION D ARTICLES VI LA FILIATION 3. PROPOSITIONS D AJOUT, DE MODIFICATION OU DE SUPPRES- SION D ARTICLES Chapitre premier Dispositions communes à la filiation légitime et à la filiation naturelle Section première Des présomptions

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys Commentaire Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015 SELARL GPF Claeys (Conversion d office de la procédure de sauvegarde en une procédure de redressement judiciaire) Le Conseil constitutionnel a été

Plus en détail

Code civil suisse. (Autorité parentale) Modification du 21 juin 2013. Délai référendaire: 10 octobre 2013

Code civil suisse. (Autorité parentale) Modification du 21 juin 2013. Délai référendaire: 10 octobre 2013 Délai référendaire: 10 octobre 2013 Code civil suisse (Autorité parentale) Modification du 21 juin 2013 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 16 novembre

Plus en détail

AVANT-PROJET DE LOI. Portant diverses dispositions relatives au droit de la famille. Chapitre 1er Dispositions relatives à l autorité parentale

AVANT-PROJET DE LOI. Portant diverses dispositions relatives au droit de la famille. Chapitre 1er Dispositions relatives à l autorité parentale RÉPUBLIQUE FRANÇAISE NOR : [ ] AVANT-PROJET DE LOI Portant diverses dispositions relatives au droit de la famille Chapitre 1er Dispositions relatives à l autorité parentale L article 372-2 du code civil

Plus en détail

La filiation. Vous êtes confrontés à des questions relatives à votre filiation ou à celle de votre enfant

La filiation. Vous êtes confrontés à des questions relatives à votre filiation ou à celle de votre enfant La filiation Vous êtes confrontés à des questions relatives à votre filiation ou à celle de votre enfant CONTENU La filiation en droit belge...3 La filiation par l effet de la loi...4 La filiation maternelle...4

Plus en détail

PRINCIPES DE DROIT EUROPÉEN DE LA FAMILLE CONCERNANT LES RELATIONS PATRIMONIALES DES ÉPOUX

PRINCIPES DE DROIT EUROPÉEN DE LA FAMILLE CONCERNANT LES RELATIONS PATRIMONIALES DES ÉPOUX PRINCIPES DE DROIT EUROPÉEN DE LA FAMILLE CONCERNANT LES RELATIONS PATRIMONIALES DES ÉPOUX PREAMBULE Reconnaissant que, malgré les diversités existant entre les systèmes nationaux de droit de la famille,

Plus en détail

OBSERVATIONS SUR LA DERNIERE REFORME DE LA PROCEDURE CIVILE

OBSERVATIONS SUR LA DERNIERE REFORME DE LA PROCEDURE CIVILE 1 OBSERVATIONS SUR LA DERNIERE REFORME DE LA PROCEDURE CIVILE Le Décret n 2010-1165 du 1er octobre 2010 relatif à la conciliation et à la procédure orale en matière civile, commerciale et sociale est entré

Plus en détail

Numéro du rôle : 5736. Arrêt n 137/2014 du 25 septembre 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5736. Arrêt n 137/2014 du 25 septembre 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5736 Arrêt n 137/2014 du 25 septembre 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 43 de la loi du 11 juin 1874 sur les assurances (avant son abrogation par

Plus en détail

L analyse de l adoption plénière doit précéder celle de l adoption simple, le maintien de l une comme de l autre étant acquis.

L analyse de l adoption plénière doit précéder celle de l adoption simple, le maintien de l une comme de l autre étant acquis. VII. L ADOPTION 1. ANALYSE L'institution de l'adoption doit être résolument replacée dans la perspective de l'intérêt de l'enfant. Il ne s'agit pas de permettre à des adultes d'assouvir un désir d'enfant,

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE LA LOI

LES OBJECTIFS DE LA LOI Jean-Pierre STOULS Avocat AIPPI - 17 juin 2009 LES OBJECTIFS DE LA LOI Constat d une indemnisation de la victime souvent trop faible : système antérieur fondé sur le principe de la responsabilité civile

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013. Mme Henriette B.

Commentaire. Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013. Mme Henriette B. Commentaire Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013 Mme Henriette B. (Répartition de la pension de réversion entre ayants cause de lits différents) Le Conseil d État a renvoyé au Conseil constitutionnel

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos. Yves-Henri Leleu. Le nouveau divorce pour cause de désunion irrémédiable. Jean-Louis Renchon. Introduction...

Table des matières. Avant-propos. Yves-Henri Leleu. Le nouveau divorce pour cause de désunion irrémédiable. Jean-Louis Renchon. Introduction... Table des matières Avant-propos Yves-Henri Leleu Le nouveau divorce pour cause de désunion irrémédiable Jean-Louis Renchon Introduction............................................ 11 1. Les objectifs de

Plus en détail

REFORME DES SUCCESSIONS

REFORME DES SUCCESSIONS REFORME DES SUCCESSIONS Le projet de loi sur les successions a été adopté le 22 février 2006 par l assemblée nationale. Il sera évoqué par le Sénat dans le courant de la semaine prochaine. De manière assez

Plus en détail

TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN GUIDE DES PROCEDURES DEVANT LE TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN. 1.1. Modes de saisine communs à tous les tribunaux

TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN GUIDE DES PROCEDURES DEVANT LE TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN. 1.1. Modes de saisine communs à tous les tribunaux TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN GUIDE DES PROCEDURES DEVANT LE TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN I. MODES DE SAISINE 1.1. Modes de saisine communs à tous les tribunaux 1.1.1. Assignation (articles 33 et S

Plus en détail

Le droit patrimonial des couples

Le droit patrimonial des couples Chroniques notariales vol. 54 Table des matières Le droit patrimonial des couples Chapitre I. Le régime matrimonial primaire.................... 206 Section 1. Devoir de secours entre époux (art. 213)...............

Plus en détail

LA PRATIQUE JUDICIAIRE

LA PRATIQUE JUDICIAIRE SC001078/competence CENTRE D E FORM ATION PROFESSIONNELLE des Barreaux d e Liège, Verviers, Eupen, Marche -en-famenne, Neufchâtea u et Arlon LA PRATIQUE JUDICIAIRE Schéma des questions à aborder dans le

Plus en détail

Hygin Didace Amboulou LE DIVORCE ET LA SÉPARATION DE CORPS EN DROIT CONGOLAIS. armattan

Hygin Didace Amboulou LE DIVORCE ET LA SÉPARATION DE CORPS EN DROIT CONGOLAIS. armattan Hygin Didace Amboulou LE DIVORCE ET LA SÉPARATION DE CORPS EN DROIT CONGOLAIS armattan Table des matières Avant-propos ]] Titre I : Le divorce.. 13 Chapitre préliminaire : La notion de divorce......15

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

Table des matières. 1 Le divorce pour désunion irrémédiable : un an d application... 7. Didier PIRE, chargé de cours adjoint à l U.Lg.

Table des matières. 1 Le divorce pour désunion irrémédiable : un an d application... 7. Didier PIRE, chargé de cours adjoint à l U.Lg. Table des matières 1 Le divorce pour désunion irrémédiable : un an d application.......................... 7 Didier PIRE, chargé de cours adjoint à l U.Lg., avocat Introduction.................................................................

Plus en détail

MASSIP JACQUES. Conseiller doyen honoraire ä la Cour de cassation LENOUVEAU DROIT DIVORCE DEFRENOIS

MASSIP JACQUES. Conseiller doyen honoraire ä la Cour de cassation LENOUVEAU DROIT DIVORCE DEFRENOIS DEFRENOIS JACQUES MASSIP Conseiller doyen honoraire ä la Cour de cassation LENOUVEAU DROIT DU DIVORCE Plan detaille de la circulaire PREMIERE PARTIE: LA REFORME DU DIVORCE I. Cas de divorce 310 1. Divorce

Plus en détail

Famille et couple: questions pratiques en droit international privé. Renouveau et démocratie Conseil européen 27 septembre 2012

Famille et couple: questions pratiques en droit international privé. Renouveau et démocratie Conseil européen 27 septembre 2012 1 Famille et couple: questions pratiques en droit international privé Renouveau et démocratie Conseil européen 27 septembre 2012 2 Plan de l exposé Mise en situation pratique 1. Mésentente conjugale: des

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux Personnes et familles Vie familiale / vie à deux les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux www.notaires.paris-idf.fr Vie familiale, vie à deux LES CONTRATS DE MARIAGE ET LES RÉGIMES MATRIMONIAUX

Plus en détail

1. La rupture unilatérale 13 2. La rupture de commun accord 14

1. La rupture unilatérale 13 2. La rupture de commun accord 14 Table des matières Titre 1 La séparation des époux 7 Bibliographie sommaire 9 Introduction 11 Chapitre 1 13 Les principes régissant la séparation des époux 13 Section 1. La rupture de la vie commune 13

Plus en détail

Les différents cas de divorce et les procédures applicables. Le divorce par consentement mutuel :

Les différents cas de divorce et les procédures applicables. Le divorce par consentement mutuel : Les différents cas de divorce et les procédures applicables Les différents cas de divorce et les procédures applicables L'article 229 du Code Civil énumére quatre cas de divorce : - Le consentement mutuel

Plus en détail

Avant-projet de loi. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale

Avant-projet de loi. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Avant-projet de loi Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale Déposé par Madame Kathleen

Plus en détail

Divorce L ESSENTIEL DE VOS DROITS ÉDITION

Divorce L ESSENTIEL DE VOS DROITS ÉDITION Divorce L ESSENTIEL DE VOS DROITS ÉDITION 2012 Consentement mutuel Conciliation Contrat de mariage Divorce pour faute Pension alimentaire Autorité parentale Droit de visite Régime matrimonial Prestation

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE LE STATUT DU BEAU-PARENT n LC 196 Avril 2009 - 3 - LE STATUT DU BEAU-PARENT Sommaire Pages NOTE DE SYNTHÈSE... 5 DISPOSITIONS NATIONALES Allemagne...

Plus en détail

Numéro du rôle : 3444. Arrêt n 170/2005 du 23 novembre 2005 A R R E T

Numéro du rôle : 3444. Arrêt n 170/2005 du 23 novembre 2005 A R R E T Numéro du rôle : 3444 Arrêt n 170/2005 du 23 novembre 2005 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 299, 300 et 1429 du Code civil, posée par le Tribunal de première instance

Plus en détail

statuant par voie de circulation en la procédure civile liée entre :

statuant par voie de circulation en la procédure civile liée entre : APH 08 332, publ. mai 09 Jugement de la 2 ème Chambre civile de la Cour suprême du canton de Berne composée de M. le Juge d appel Rieder, Président, M. le Juge d appel Herrmann et Mme la Juge d appel Lüthy-Colomb

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 14 OCTOBRE 2011 C.11.0035.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.11.0035.F T. R. N, demanderesse en cassation, représentée par Maître John Kirkpatrick, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet

Plus en détail

TENDANCES JURISPRUDENTIELLES ET LÉGISLATIVES EN MATIÈRE DE PENSION ALIMENTAIRE ENTRE CONJOINTS

TENDANCES JURISPRUDENTIELLES ET LÉGISLATIVES EN MATIÈRE DE PENSION ALIMENTAIRE ENTRE CONJOINTS TENDANCES JURISPRUDENTIELLES ET LÉGISLATIVES EN MATIÈRE DE PENSION ALIMENTAIRE ENTRE CONJOINTS Par : M e Johanne Clouet, LL.M., doctorante et chargée de cours Université de Montréal Ma présentation aujourd

Plus en détail

Grands principes du droit du divorce

Grands principes du droit du divorce Grands principes du droit du divorce En Belgique, il existe deux procédures de divorce: - la procédure DCM ( Divorce par Consentement Mutuel) - la procédure DDI ( Divorce pour Désunion Irrémédiable) 1.

Plus en détail

Numéro du rôle : 4489. Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T

Numéro du rôle : 4489. Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T Numéro du rôle : 4489 Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 10, alinéa 2, de la loi du 12 avril 1965 concernant la protection de la rémunération

Plus en détail

CONSIGNES GENERALES : 2. C est très important : j apporte mon soutien à une action de salut public!

CONSIGNES GENERALES : 2. C est très important : j apporte mon soutien à une action de salut public! CONSIGNES GENERALES : 1. c est gratuit (par lettre simple : coût d un timbre postal), sans avocat, et cela ne me causera aucun risque; 2. C est très important : j apporte mon soutien à une action de salut

Plus en détail

Numéro du rôle : 4916. Arrêt n 13/2011 du 27 janvier 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 4916. Arrêt n 13/2011 du 27 janvier 2011 A R R E T Numéro du rôle : 4916 Arrêt n 13/2011 du 27 janvier 2011 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives à l'article 42, 2, alinéa 1er, de la loi du 27 avril 2007 réformant le divorce, posées

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW Adoptée le 18 mai 2006 par le Conseil d administration ATTENDU que les archives sont la propriété du Conseil de la Nation Atikamekw

Plus en détail

Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites

Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites Date Xavier DEWAIDE Avocat Vanden Eynde Legal Avenue de la Toison

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de la Justice

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de la Justice République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de la Justice Par : Monsieur Le Président de la Cour de Skikda HAMDANE Abdelkader 5 e Colloque International sur la Coopérative des juridictions

Plus en détail

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation?

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? La période des pourparlers : de la responsabilité délictuelle aux aménagements contractuels Introduction

Plus en détail

La situation du fonctionnaire ou agent en poste en Belgique au regard du droit belge

La situation du fonctionnaire ou agent en poste en Belgique au regard du droit belge Conférences U4U La situation du fonctionnaire ou agent en poste en Belgique au regard du droit belge Aspects pratiques de droit familial international Me Nathalie de Montigny Avocat au Barreau de Bruxelles

Plus en détail

PENSION APRÈS DIVORCE ET DROIT TRANSITOIRE, JURISPRUDENCE RÉCENTE DE LA COUR D APPEL DE MONS.

PENSION APRÈS DIVORCE ET DROIT TRANSITOIRE, JURISPRUDENCE RÉCENTE DE LA COUR D APPEL DE MONS. Dans un arrêt du 26.03.2008 (R.G. 2007/719, inédit, déposé à la bibliothèque), la 17 ème chambre de la Cour d Appel de Mons s est prononcée sur une question délicate d application des dispositions législatives

Plus en détail

Le droit des personnes et des familles

Le droit des personnes et des familles Chroniques notariales vol. 47 Table des matières Le droit des personnes et des familles Chapitre 1. L état civil....................................... 18 1. Recherche dans les registres de l état civil.

Plus en détail

Les motifs du licenciement

Les motifs du licenciement Chapitre 1 Les motifs du licenciement Exigence d une cause réelle et sérieuse Légalité du motif Contrôle des motifs par les tribunaux Une exception : la période d essai L a décision de l employeur de rompre

Plus en détail

Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 18 décembre 2013 N de pourvoi: 12-18537 ECLI:FR:CCASS:2013:C101492 Publié au bulletin Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction de président),

Plus en détail

Dix ans de contentieux familiaux

Dix ans de contentieux familiaux Population, famille 1 Dix ans de contentieux familiaux Sonia Lumbroso, Odile Timbart* En 2003, les affaires familiales ont généré 402 000 procédures devant les tribunaux, soit une progression de 13 % en

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Ministère de la Justice Paris, le 23 novembre 2004 LE GARDE DES SCEAUX, MINISTRE DE LA JUSTICE

Ministère de la Justice Paris, le 23 novembre 2004 LE GARDE DES SCEAUX, MINISTRE DE LA JUSTICE REPUBLIQUE FRANCAISE Ministère de la Justice Paris, le 23 novembre 2004 Direction des affaires civiles et du Sceau Bureau du droit des personnes et de la famille Direction des services judiciaires Bureau

Plus en détail

03.460. Initiative parlementaire

03.460. Initiative parlementaire 03.460 Initiative parlementaire Procédures de la délégation des Commissions de gestion et enquêtes disciplinaires ou administratives de la Confédération menées parallèlement et sur un même objet Rapport

Plus en détail

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE EUROPEAN COMMITTEE OF SOCIAL RIGHTS COMITÉ EUROPÉEN DES DROITS SOCIAUX 9 octobre 2012 Pièce n 2 Union syndicale des magistrats administratifs (USMA) c. France Réclamation n 84/2012 MEMOIRE DU GOUVERNEMENT

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-488 QPC du 7 octobre 2015. M. Jean-Pierre E.

Commentaire. Décision n 2015-488 QPC du 7 octobre 2015. M. Jean-Pierre E. Commentaire Décision n 2015-488 QPC du 7 octobre 2015 M. Jean-Pierre E. (Indemnité exceptionnelle accordée à l époux aux torts duquel le divorce a été prononcé) Le Conseil constitutionnel a été saisi le

Plus en détail

Convention sur la reconnaissance des divorces et des séparations de corps

Convention sur la reconnaissance des divorces et des séparations de corps Texte original Convention sur la reconnaissance des divorces et des séparations de corps 0.211.212.3 Conclue à La Haye le 1 er juin 1970 Approuvée par l Assemblée fédérale le 4 mars 1976 1 Instrument de

Plus en détail

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/italie... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/italie... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER 1 sur 5 09/06/2010 12:24 LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER Convention de New York ITALIE L'Italie est partie : - à la Convention de la Haye du 25 octobre 1980, sur les aspects civils des enlèvements

Plus en détail

Droit judiciaire notarial Procédures particulières

Droit judiciaire notarial Procédures particulières Table des matières Droit judiciaire notarial Procédures particulières Chapitre I. Les scellés...................................... 244 Section 1. L apposition des scellés. L intérêt sérieux...............

Plus en détail

1. Rappel sur le principe de la capacité. . Tout majeur dispose en principe de ses droits

1. Rappel sur le principe de la capacité. . Tout majeur dispose en principe de ses droits Nathalie DEGELDER Mandataire Judiciaire à la Protection des Majeurs et coordinatrice du Service Régional d Information et de Soutien aux Tuteurs Familiaux vous présente le Thème Protéger un membre de sa

Plus en détail

Cour de cassation. Chambre civile 1. Audience publique du 26 juin 2013. N de pourvoi: 12-13.757 ECLI:FR:CCASS:2013:C100714. Publié au bulletin

Cour de cassation. Chambre civile 1. Audience publique du 26 juin 2013. N de pourvoi: 12-13.757 ECLI:FR:CCASS:2013:C100714. Publié au bulletin Cour de cassation Chambre civile 1 Audience publique du 26 juin 2013 N de pourvoi: 12-13.757 ECLI:FR:CCASS:2013:C100714 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Hémery

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 16 décembre 2010 N de pourvoi: 09-69829 Non publié au bulletin Rejet M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Me Le

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012. M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage)

Commentaire. Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012. M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage) Commentaire Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012 M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 13 avril 2012 par la première chambre civile

Plus en détail

Calcul des pensions alimentaires entre époux et après divorce Analyse bisannuelle de décisions de jurisprudence (2012) 907 Nathalie Dandoy

Calcul des pensions alimentaires entre époux et après divorce Analyse bisannuelle de décisions de jurisprudence (2012) 907 Nathalie Dandoy sommaire Chronique de jurisprudence Calcul des pensions alimentaires entre époux et après divorce Analyse bisannuelle de décisions de jurisprudence (2012) 907 Nathalie Dandoy LÉGISLATION 1. Législation

Plus en détail

Entretien d un enfant majeur Obligation d entretien des père et mère Financement d une formation pour la fille majeure

Entretien d un enfant majeur Obligation d entretien des père et mère Financement d une formation pour la fille majeure Entretien d un enfant majeur Obligation d entretien des père et mère Financement d une formation pour la fille majeure I. Situation de départ Mme X, née en juillet 1996, se présente à une consultation

Plus en détail

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Introduction Rapport explicatif 1. La Conférence de haut niveau sur l avenir

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com Fiche à jour au 12 novembre 2010 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE Matière : Droit de la

Plus en détail

Initiative parlementaire Nom et droit de cité des époux. Egalité

Initiative parlementaire Nom et droit de cité des époux. Egalité ad 03.428 Initiative parlementaire Nom et droit de cité des époux. Egalité Rapport de la Commission des affaires juridiques du Conseil national du 22 août 2008 Avis du Conseil fédéral du 12 décembre 2008

Plus en détail

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007,

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007, Exempt- appel en matière de droit du travail Audience publique du dix juillet deux mille huit. Numéro 32992 du rôle. Composition: Romain LUDOVICY, premier conseiller; Roger LINDEN, conseiller; Jean-Paul

Plus en détail

Numéro du rôle : 5633. Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5633. Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5633 Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 4 de l arrêté royal du 18 novembre 1996 «instaurant une assurance sociale en

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description ANNEXE N 5 Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif À l instar du dispositif de médiation de la FFSA, celui du GEMA, dans sa forme actuelle, découle

Plus en détail