1) La désignation dans les conditions de droit commun. a) Evolution de la question jusqu à la loi du 12 mai 2009

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1) La désignation dans les conditions de droit commun. a) Evolution de la question jusqu à la loi du 12 mai 2009"

Transcription

1 DROIT CIVIL 66/2013 LES RÈGLES DE LA COMMISE DU NOTAIRE DANS LE PARTAGE JUDICIAIRE - SUITE ET FIN - Nous reprenons dans les développements qui suivent l étude commencée lors du précédent numéro des Cahiers du Cridon consacrée aux règles de la commise d un notaire dans les opérations de partage judiciaire. I. LE MOMENT DE LA DÉSIGNATION DU NOTAIRE 1) La désignation dans les conditions de droit commun Le notaire est désigné par le jugement déclarant ouvertes les opérations de compte liquidation et partage. La procédure de partage judiciaire ne pouvant prendre naissance qu à dater du moment où le juge l ordonne, il ne peut y avoir de mandat judiciaire antérieurement à cette date. On observera toutefois qu un notaire peut être commis ultérieurement en remplacement d un confrère précédemment désigné (cf. infra V. Le remplacement du notaire commis). 2) La désignation dans le cadre du divorce a) Evolution de la question jusqu à la loi du 12 mai La question de la désignation d un notaire est en revanche beaucoup plus délicate dans l hypothèse de la procédure de liquidation des intérêts patrimoniaux des ex époux après prononcé du divorce. La jurisprudence a de tous temps considéré qu il convenait de s en rapporter aux règles régissant les procédures de partage. Mais avant les modifications opérées à la procédure de partage judiciaire, il n existait pas de césure entre le moment du prononcé du divorce et l ouverture des opérations de partage M. Cl. BRENNER 1 a fait observer que traditionnellement, la jurisprudence déniait en principe au juge du divorce (ou de la séparation de corps) toute compétence quant à la liquidation et au partage des biens des époux 2. Lorsque le 1 Rép. Civ. Dalloz V Partage (3 partage judiciaire) n 46 à 50 2 Cass. civ. 2 ème 26 novembre 1975 : bull. civ. II, n 313 ; Dalloz IR Cass. civ. 2 ème 15 décembre 1975 : Dalloz IR. 81 Cass. civ. 2 ème 11 février 1976 : Defrénois , note G. MORIN ; RTD. Civ , obs. R. SAVATIER Cass. civ. 2 ème 13 février 1980 : bull. civ. II, n 33 : Dalloz IR. 437, obs. A. BENABENT ; RTD. Civ , obs. R. NERSON - 1 -

2 divorce était prononcé en appel, cela obligeait la cour d appel à renvoyer devant le tribunal du domicile des époux saisi de la demande principale 3, interdiction lui étant faite de retenir l exécution de sa décision, notamment en donnant, pour procéder à la liquidation, une commission au président de la chambre départementale des notaires ou au président du tribunal de grande instance 4. Mais, même en première instance, cela portait à conséquence. Sans doute du point de vue de la compétence territoriale, la solution était sans portée, car le tribunal compétent pour connaître du partage d une communauté et la même solution a été donnée plus généralement pour la liquidation du régime matrimonial, est le tribunal du lieu de sa dissolution ; or, en cas de divorce, le lieu de dissolution du régime matrimonial et le lieu du prononcé du divorce se confondent. Mais, du point de vue de la compétence matérielle, cela imposait, à défaut d un accord des époux sur la liquidation, d ouvrir une nouvelle instance à fin de partage après que le divorce avait été prononcé Toujours selon M. BRENNER, la loi n du 23 décembre 1985 avait beaucoup simplifié les solutions. Elle avait en effet introduit dans le Code civil un article 264-1, ultérieurement modifié par la loi n du 8 janvier 1993 pour tenir compte de l institution du juge aux affaires familiales, qui prévoyait qu en prononçant le divorce, ce juge «ordonne la liquidation et le partage des intérêts patrimoniaux des époux et il statue, s il y a lieu, sur les demandes de maintien dans l indivision ou d attribution préférentielle». À compter de là, le juge qui prononce le divorce a donc eu le soin d ordonner la liquidation et le partage de la communauté et, plus largement, du régime matrimonial des époux 5, ainsi que de statuer sur les demandes d attribution préférentielle, et il n a plus été nécessaire, ni même envisageable, d ouvrir une autre instance à cette fin 6. La loi n du 26 mai 2004, à l origine de la dernière réforme d ensemble du divorce, a consacré cette compétence exclusive du juge du divorce pour connaître de la liquidation et du partage des intérêts patrimoniaux des époux en même temps qu elle s est employée à faciliter et à concentrer les opérations. Dans sa nouvelle rédaction, l article 228 du Code civil disposait à l issue de cette Cass. civ. 2 ème 13 novembre 1981 : Dalloz IR. 36, obs. J.-C. GROSLIERE Cass. civ. 2 ème 8 février 1984 : Dalloz IR Cass. Civ. 8 avril 1936 : Sirey Cass. civ. 2 ème 12 juin 1976 : bull. civ. II, n 193 ; Dalloz IR. 254 : JCP éd. G IV. 6640, obs. G. A. 4 Cass. civ. 1 ère 14 mai 1954 : Dalloz Cass. civ. 2 ème 12 juin 1976, précit. 5 cf. Cass. civ. 2 ème 7 novembre 1988 : bull. civ. II, n 211 ; voir cependant Cass. civ. 1 ère 11 juillet 2006, n : bull. civ. I, n Cass. civ. 2 ème 22 janvier 1992, n : bull. civ. II, n 26 ; JCP éd. G II , note J. HERAIL Cass. civ. 1 ère 28 novembre 2000, n : bull. civ. I, n 306 ; Dalloz IR. 177 Cass. civ. 1 ère 22 mars 2005, n : bull. civ. I, n 144 p

3 réforme que «le tribunal de grande instance statuant en matière civile est seul compétent pour se prononcer sur le divorce et ses conséquences». Plus précisément, il était énoncé que, sauf le renvoi à la formation collégiale, qui est de droit à la demande d une partie, cette compétence appartient au juge aux affaires familiales qui est délégué par le tribunal pour connaître du divorce quelle qu en soit la cause (art. 228, alinéas 2 et 3 du Code civil). Cette dernière loi avait en outre introduit l article dans le Code civil, lequel prévoyait que si les opérations de liquidation et de partage n étaient pas achevées dans le délai d'un an après que le jugement de divorce est passé en force de chose jugée, le notaire transmettait au tribunal un procès-verbal de difficultés reprenant les déclarations respectives des parties. Au vu de celui-ci, le tribunal pouvait accorder un délai supplémentaire d'une durée maximale de six mois. Si, à l'expiration de ce délai, les opérations n étaient toujours pas achevées, le notaire en informait le tribunal. Il établissait, si les changements intervenus le rendaient nécessaire, un nouveau procès-verbal. Le tribunal statuait sur les contestations subsistant entre les parties et les renvoyait devant le notaire afin d'établir l'état liquidatif Ensuite de la réforme opérée par la loi du 23 juin 2006, le décret d application n du 23 décembre 2006 avait introduit l article du Code de procédure civile selon lequel les dispositions de la section 6 du chapitre II du titre III du livre III (c est-à-dire les article 1358 à 1378 du Code procédure civile régissant la procédure de partage judiciaire) étaient applicables au partage des intérêts patrimoniaux des époux, sous réserve des dispositions des articles 267 et du Code civil. Toutes les règles applicables en matière de partage judiciaire trouvaient donc à s appliquer, mais il fallait faire réserve notamment de l article du Code civil relatif au procès-verbal de difficulté applicable dans les procédures de liquidation après divorce. Confusion des confusions, la nouvelle procédure de partage judiciaire renvoyait à une assignation obligatoire, mais au stade du prononcé du divorce, le juge pouvait être saisi par un simple procès-verbal de difficulté (article précité) établi par le notaire désigné dans le jugement de divorce qui ordonnait l ouverture des opérations de compte liquidation et partage Face aux critiques générées par cet enchevêtrement, la loi n du 12 mai 2009 (article 14-II) de simplification et de clarification du droit et d allègement des procédures a refondu l article qui est depuis rédigé comme - 3 -

4 suit : «Les opérations de liquidation et de partage des intérêts patrimoniaux des époux se déroulent suivant les règles fixées par le code de procédure civile». La saisine du juge au moyen d un procès-verbal de difficulté a donc disparu. En outre la loi a opéré une césure entre le juge du divorce et le juge du partage. La loi de 2009 a modifié l'article L du Code de l'organisation judiciaire, qui définit les pouvoirs du juge aux affaires familiales, transférant à ce dernier tout le contentieux de la liquidation et prévoyant expressément que ces dispositions seront applicables aux demandes en justice formées à compter du 1 er janvier 2010 (article 14, IV de la loi du 12 mai 2009). b) Situation au lendemain de la loi du 12 mai Aujourd hui, en principe, le juge aux affaires familiales qui prononce le divorce se borne à ordonner, en application de l article 267 du Code civil, la liquidation des biens dépendant du régime matrimonial des époux et renvoie la partie la plus diligente à saisir le notaire de son choix pour y procéder conformément aux dispositions régissant le partage des successions 7. Par exception, le juge du divorce peut toutefois être aussi juge de la liquidation. En effet, par application des alinéas 2, 3 et 4 de l article 267 précité, le juge aux affaires familiales peut statuer dès le stade du divorce sur certaines demandes afférentes à la liquidation et au partage du régime matrimonial, à savoir : - maintien en indivision - attribution préférentielle d un bien indivis - avance d un époux sur sa part de communauté ou de bien indivis - statuer sur les désaccords persistants entre les époux à la condition expresse qu un notaire ait été désigné, au stade de la tentative de conciliation dans le cadre des mesures provisoires 8 et que le projet de liquidation du régime matrimonial que ce dernier aura établi contienne des éléments d information suffisants. L article du Code civil, issu de la réforme du 12 mai 2009 ayant attribué compétence au juge aux affaires familiales pour connaître notamment de la liquidation et du partage des intérêts patrimoniaux des époux après leur divorce lorsque cette liquidation n aura pu être opérée conventionnellement dans le cadre 7 Article du Code de procédure civile 8 Article du Code civil - 4 -

5 de la séparation 9, dispose désormais que «les opérations de liquidation et de partage des intérêts patrimoniaux des époux se déroulent suivant les règles fixées par le code de procédure civile» et l article du Code de procédure civile rend applicable au partage des intérêts patrimoniaux des époux (sous réserve des dispositions de l article 267 du Code civil concernant la possibilité pour le juge aux affaires familiales de statuer dès le prononcé du divorce), l ensemble des dispositions du décret du 23 décembre 2006 relatif à la procédure en matière successorale Depuis l entrée en vigueur de la loi n du 12 mai 2009 fixée au 1 er janvier 2010, on s accorde donc à penser qu'il y a deux instances, l'une en divorce, l'autre en partage judiciaire ; l instance en partage ne peut donc plus être initiée que sur assignation en partage. Le notaire qui serait désigné par le juge du divorce n aurait donc aucune compétence pour poursuivre les opérations de partage telles qu envisagées par les articles 1359 à 1376 du Code de procédure civile puisque le partage ne pourrait intervenir qu au vu de cette assignation en partage, ce que n est pas une assignation en divorce. Le juge, dans le cadre de l article 267 du Code civil ne pourrait donc statuer que sur les cas de demandes de maintien dans l indivision ou d attribution préférentielle ou accorder une avance à l un des époux sur sa part de communauté. Il pourrait statuer sur les désaccords persistants entre les époux si un projet de liquidation du régime matrimonial a été établi par un notaire désigné sur le fondement du 10 de l'article 255 et contient des informations suffisantes. Mais hors ces dispositions, il ne pourrait y avoir qu une phase amiable de partage nécessaire à peine d irrecevabilité de l assignation en partage (article 1360 du Code de procédure civile). c) Controverse doctrinale et jurisprudentielle Il reste que malgré un cadre procédural redéfini, la question est encore discutée. Les solutions ci-dessus semblaient rencontrer l aval de la Cour de cassation puisqu au bulletin mensuel de la Cour de cassation, sous la plume de M. Eloi BUAT-MENARD, il fut mis en avant qu en prononçant le divorce et en ordonnant la liquidation et le partage des intérêts patrimoniaux des époux, le juge aux affaires familiales vidait sa saisine et ne saurait, en conséquence, statuer sans assignation nouvelle sur les contestations subsistant entre les parties, et qu il fallait déduire du nouvel article du Code de procédure civile que la procédure de 9 Article L du Code de l organisation judiciaire - 5 -

6 partage judiciaire des intérêts patrimoniaux des époux devait suivre le «droit commun» du partage, qui est la procédure suivie en matière successorale 10. La Chancellerie 11, elle-même, a considéré que le notaire ne pourrait être commis par le tribunal qu après assignation en partage judiciaire et que le juge du divorce ne pourrait en prononçant le divorce le désigner à ce stade. La procédure de partage judiciaire n est engagée que par assignation en partage conformément à l article 1360 précitée, assignation qui doit relater à peine d irrecevabilité les diligences entreprises en vue de parvenir à un partage amiable 12. La jurisprudence des juges du second degré, et notamment les cours d appel de Besançon et de Rouen a répondu en ce sens 13. Dans un premier arrêt non publié mais fort remarqué, critiqué par les uns et approuvé par les autres, la Cour de cassation, au visa des articles 267 et du Code civil, a cependant considéré qu une cour d appel, en refusant de désigner un notaire, ce qui rendait impossible la mise en œuvre des opérations de liquidation et de partage des intérêts patrimoniaux des époux, avait méconnu l'étendue de ses pouvoirs en violation des textes susvisés 14. Beaucoup s accordait à penser qu il ne s agissait que d un incident de parcours et que dans les autres affaires portées devant la haute juridiction, le tir serait rectifié. Mais cela n a pas été le cas, bien au contraire. Deux autres décisions, celles-là marquées du sceaux de la publication au bulletin des arrêts et au bulletin d information et l une au rapport annuel, viennent de statuer dans le même sens. Dans la première décision, rendue au seul visa de l article 267, alinéa 1 er du Code civil, la Cour de cassation estime que les juges du fond ne peuvent pas refuser le partage de la communauté alors que la liquidation et le partage des intérêts 10 Méthodologie de la liquidation et du partage d un régime matrimonial de communauté légale ou de séparation de biens après divorce. Etablie par M. Eloi BUAT-MENARD, et sous la direction de M. Dominique BIGNON. Bull. inf. C. Cass. n 721, 1 er mai 2010 p On rappellera toutefois que les juges ne sont nullement liés par les circulaires du Garde des Sceaux. 12 Circulaire du Ministère de la justice et des libertés CIV/10/10 : /C1/4-9/MGC, n 2.1 p Besançon, 1 ère ch. civ. sect. B, 21 avril 2011 RG N 05/02503 : JCP éd. N 2012 n 1, 6 Janvier 2012, 1008, comm. Ch. LESBATS - Rouen, Ch. de la famille, 29 septembre 2011, R.G : 11/00212 : JCP éd. N n 1, 6 Janvier 2012, 1008, comm. Ch. LESBATS. 14 Cass. civ. 1 ère 12 avril 2012, n : étude J. COMBRET et N. BAILLON-WIRTZ, Liquidation et partage après divorce. Appel pour une nécessaire clarification. JCP éd. N ; étude Cl. BRENNER, Le juge qui prononce le divorce a pouvoir de désigner un notaire liquidateur Dalloz ; Droit de la famille juin 2012, comm. 96 V. LARRIBAU- TERNEYRE ; Gaz. Pal. juin 2012 p. 7, note J. CASEY ; Actu. Jur. Famille 2012 p. 403 obs. S. DAVID cf. également la position de J. MASSIP, Les nouvelles attributions du juge aux affaires familiales en matière de régimes matrimoniaux et d'indivision. JCP éd. N. 2011, n 7 18 février 2011,

7 patrimoniaux des époux doivent être ordonnés par le juge qui prononce le divorce 15. Dans la seconde décision, elle beaucoup plus marquante, et rendue au visa des articles 267, alinéa 1 er du Code civil et 1361, alinéa 2 du Code de procédure civile, la Cour de cassation a estimé qu une cour d appel qui déniait au juge du divorce toute possibilité de désigner un notaire pour procéder à la liquidation et au partage des intérêts patrimoniaux, méconnaissait l étendue de ses pouvoirs en violation de ces deux textes 16. Deux conclusions s imposent. En premier lieu, le juge du divorce a l obligation d ordonner la liquidation et le partage des intérêts patrimoniaux des époux. En second lieu, le juge du divorce a le pouvoir de désigner un notaire. Comment articuler ces deux décisions et la réforme de 2009 dont la doctrine s accorde à penser qu elle a opérée une séparation définitive entre le juge du divorce et le juge du partage. d) Tentative d analyse La solution selon laquelle le juge du divorce a l obligation d ordonner la liquidation et le partage des intérêts patrimoniaux des époux pourrait s expliquer de la manière suivante. En effet, l article 267, alinéa 1 er du Code civil n a pas été modifié par la loi de 2009 ; si le juge du divorce constate qu il n y a pas eu de règlement conventionnel, il doit ordonner la liquidation des intérêts patrimoniaux des époux. Les juges du fond ont été sanctionnés pour avoir méconnu l article 267 en déniant toute possibilité au JAF de le faire. En ce qui concerne la désignation d un notaire, il convient d observer que la Cour de cassation a rendu sa décision au visa de deux textes ; d une part l article 267, alinéa 1 er du Code civil, d autre part, l article 1361, alinéa 2 du Code de procédure civile. C est volontairement que ce dernier texte a été visé, car nulle part dans les moyens du pourvoi les parties ne l avaient soulevé. Comme dans l arrêt précédent, il est rappelé que le juge du divorce a l obligation d ordonner la liquidation et le partage des intérêts patrimoniaux des époux ; mais il est également confirmé qu à ce stade, le notaire peut être désigné. La désignation d un notaire est donc possible mais non obligatoire. Quels sont les pouvoirs de ce notaire alors investi d un 15 Cass. 1 ère civ. 7 novembre 2012, n , Benitah c/ Tourrou FS P+B+I 16 Cass. 1 ère civ. 7 novembre 2012, n , Aït Baala C/ Mauran FS P+B+R+I - 7 -

8 mandat judiciaire. Selon l article 1361, alinéa 2, lorsque le partage est ordonné, le tribunal peut désigner un notaire chargé de dresser l acte constatant le partage. Le notaire désigné ne peut alors que dresser l acte constatant le partage. Rappelons que dans la procédure de partage judiciaire, il existe deux voies, l une dite circuit court pour les situations simples que vise l article 1361, alinéa 2, dans laquelle un notaire peut être désigné (mais cela est alors purement facultatif pour les juges) et où le rôle de ce notaire est réduit à sa plus simple expression, l autre dite circuit long pour les situations complexes que vise l article 1364 du Code de procédure civile où une phase d instruction obligatoire est alors renvoyée devant notaire. Volontairement la Cour de cassation ne vise que le circuit court ; le notaire n a alors qu une compétence liée. Le partage est pratiquement opéré au stade du divorce, mais il n a pas aboutit conventionnellement. L hypothèse la plus probable est celle dans laquelle le projet de liquidation du régime matrimonial établi par le notaire désigné sur le fondement du 10 de l'article 255 contient des informations suffisantes et où le juge, à la demande de l'un ou l'autre des époux, statue sur les désaccords persistant entre eux. Pour que le projet puisse devenir le partage, il faut nécessairement que le partage soit ordonné, mais alors la phase judiciaire complète, dite circuit long est complètement shuntée. Le juge du divorce conserve dans cette hypothèse une compétence liquidative résiduelle. Le notaire désigné ne peut que reprendre les éléments liquidatifs tels que validés par le juge qui prononce le divorce, sans aucun pouvoir pour redresser ce qui a été arrêté. Aucune homologation n est nécessaire puisque le notaire commis est simplement chargé de mettre le partage en forme. Ce qui est exclu, c est qu un notaire puisse être désigné dans le cadre de l article 1364 du Code de procédure civile qui institue le circuit long de la procédure de partage judiciaire et qui implique nécessairement une assignation en partage. Si le juge devait ordonner l ouverture de la liquidation et le partage des intérêts patrimoniaux des époux au prononcé du divorce et que les opérations s avèrent complexes, il ne pourrait alors qu inviter les époux à saisir le juge du partage (le JAF) par voie d assignation conformément à l article 1360 du Code de procédure civile. Le plus difficile sera de déterminer quelles situations déterminent l application du circuit court. La mise en œuvre de l article du Code civil est la cause première. Mais est-ce la seule? Cela n est pas certain, d autant que dans l affaire - 8 -

9 Aït Baala C/ Mauran, aucune mesure fondée sur l article n avait été envisagée. Que représente un circuit court devant le juge du divorce? En toute logique, puisque le notaire ne peut que constater un partage, cela signifie que celui-ci a déjà été pratiquement consommé devant le juge du divorce. Il est alors extrêmement difficile de cerner avec précision ce que peut recouvrer un partage judiciaire opéré devant le juge du divorce dans un circuit court. M. J. CASEY 17 s est du reste fait l écho des nombreuses interrogations que suscitent ces décisions à ce sujet. 3) Le sort des commises effectuées avant le 1 er janvier Demeure également la difficulté relative aux notaires déjà commis par un jugement de divorce antérieur au 1 er janvier 2007, qui constitue la date d entrée en vigueur des nouvelles dispositions relatives au partage judiciaire. Certains ont considéré dans cette hypothèse précise qu il «convenait ici d'articuler les dispositions anciennes et obsolètes du Code de procédure civile déjà prévues pour les successions avec le dispositif incitatif d'encadrement de l'ancien article du Code civil précédemment évoqué. La combinaison de ces textes devait en principe permettre au juge, dix-huit mois après que le divorce fut définitif, de pouvoir trancher les difficultés et renvoyer l'affaire devant le notaire. Pour autant, il arrive que le notaire ne soit pas parvenu à obtenir des renseignements ou se soit heurté à des parties qui ne répondaient à aucune convocation. Pour ces situations bloquées qui ne seraient toujours pas réglées à ce jour, il est indispensable, au regard des incertitudes soulevées, d'indiquer aux parties la nécessité de donner un cadre procédural clair à leurs désaccords en assignant en partage judiciaire le plus rapidement possible» 18. Cette dernière conclusion ne peut être retenue. Si l'article 47-II de la loi du 23 juin 2006, relatif aux dispositions transitoires, déclare applicables dès son entrée en vigueur les dispositions des articles 2, 3, 4, 7 et 8 de la présente loi, aux indivisions existantes et aux successions ouvertes non encore partagées à cette date, il est cependant prévu au deuxième alinéa de l'article 47-II, que par dérogation à l'alinéa précédent, l'action 19 est poursuivie et jugée conformément à 17 J. CASEY, Articulation du divorce et de la procédure de liquidation-partage : la Cour de cassation se fait législateur. Gaz. Pal. 24 novembre 2012, n 329 p J. COMBRET, N. BAILLON-WIRTZ et O. GAZEAU, Liquidation partage après divorce Petit guide pratique sur le rôle du notaire. JCP éd. N n 18 et Pour les opérations de partage judiciaire, y compris celles renvoyées devant notaire, il faut comprendre «l action en partage» - 9 -

10 la loi ancienne lorsque l'instance a été introduite avant le 1 er janvier Cette loi s'applique également en appel et en cassation. Ainsi, les opérations de partage doivent être en l'espèce exécutées conformément aux dispositions de la loi ancienne. Il y a bien donc lieu de faire application des articles 966 à 985 aujourd'hui abrogés de l'ancien Code de procédure civile et des articles 816 à 842 anciens également abrogés du Code civil. Certes on pourra objecter que lorsqu il y a assignation en divorce, il n y a pas assignation en partage puisque l indivision n existe pas encore ; cependant dans la mesure où l article 966 de l ancien Code de procédure civile, aujourd hui abrogé déclarait que «lorsque le partage doit être fait en justice, la partie la plus diligente se pourvoira», rien n empêchait le juge de déclarer ouverte les opérations de partage, ainsi que nous l avons déjà vu. Il n existait à l époque, aucun texte similaire à l article 1360 du Code de procédure civile faisant de l assignation en partage la pierre angulaire de la procédure en partage, sans laquelle il ne peut y avoir aujourd hui de procédure en partage. De ce fait, pour déterminer la loi du partage judiciaire après prononcé du divorce, on s attache plutôt en général à retenir la date du jugement de divorce puisque concomitamment il fait immédiatement naître une indivision entre les ex époux, du moins pour ceux qui sont soumis à un régime de communauté. Il faut donc selon nous en déduire qu un notaire commis par jugement de divorce intervenu avant le 1 er janvier 2007 le reste valablement, les opérations devant être alors poursuivies selon la loi ancienne, c est-à-dire les articles 966 à 985 aujourd'hui abrogés de l'ancien Code de procédure civile et des articles 816 à 842 anciens également abrogés du Code civil, dispositions devant s accommoder de l ancien article issu de la loi n du 26 mai II. LE REMPLACEMENT DU NOTAIRE COMMIS Si un empêchement survient lorsque le notaire a commencé ses opérations, il peut être remplacé par le juge commis 20. Il faut qu'il s'agisse bien entendu d'un empêchement réel et sérieux : mort, maladie, destitution, justifiant la mesure de remplacement 21. Il y a en effet impossibilité totale pour les successeurs des notaires d'instrumenter, seul le juge du fond étant compétent pour remplacer le notaire commis 22 ; le successeur n'est pas investi de plein droit de la mission de son prédécesseur. 20 Article 1371, alinéa 2 du Code de procédure civile 21 Req. 30 avril 1855 : J. Not. 1855, art p Cass. civ. 1 ère 7décembre 1964 : bull. civ. I n 545 Cass. civ. 1 ère 8 mars 1967 : JCP II note J. A

11 L'existence de liens d'amitié entre le notaire et l'un des coindivisaires ne constitue pas un empêchement 23. En principe, les parties ne peuvent se plaindre du notaire commis et provoquer son remplacement que si, comme nous l'avons déjà vu, elles ont contre lui un grief sérieux. Il a été jugé par la cour d'appel de Colmar qu'un notaire agissant en tant que délégué du tribunal pour le partage judiciaire suite à la dissolution d'une communauté de biens ne saurait être dessaisi du seul fait qu'un différent l'oppose à l'avocat de l'une des parties dans une autre affaire 24 III. LA RÉCUSATION DU NOTAIRE COMMIS Un notaire commis peut être récusé. La disposition d'une décision désignant un notaire liquidateur n'est pas revêtue de l'autorité de la chose jugée ; la Cour de cassation, au visa des articles 234 et 341 du Code de procédure civile, a considéré qu un notaire, technicien commis pour procéder aux opérations de compte, liquidation et partage d'une succession, pouvait être récusé pour les causes prévues par l'article 341 du Code de procédure civile 25. Il convient cependant d'observer que la simple demande de désignation d'un autre notaire ne constitue pas une demande de récusation 26. Il faut qu'elle s'appuie sur les dispositions de l'article 341 précitées. IV. LA FIN DE LA COMMISE Le mandat judiciaire donné au notaire cesse lorsque les opérations de partage sont terminées. C est en général le tirage au sort qui clôt le partage fait en justice, lequel est ordonné par le juge après homologation de l état liquidatif dressé par les soins du notaire commis 27 ; mais s il n y a pas lieu à tirage au sort, le partage est consommé par la seule homologation du tribunal de grande instance 28, et c est à ce moment que cesse le mandat judiciaire. Si le notaire n a été chargé que de dresser un acte constatant le partage comme le prévoit l article 1365, alinéa 2 du Code de procédure civile, le mandat cesse dès l établissement de cet acte. Dans l hypothèse d opérations complexes, il se peut que le juge n homologue pas l état liquidatif et impose des rectifications. Si les rectifications à faire sont peu 23 Cass. civ. 2 ème 28 octobre 1999, n : Procédures février , p. 12 et 13 obs. S. THOURET 24 Colmar 3 ème ch. civ. 9 février 1996 : Jurisdata n Cass. civ. 1 ère 3 juillet 1996, n : bull. civ. I n 285 p. 199 ; Dalloz 1996, IR p Cass. civ. 2 ème 20 novembre 1969 : bull. civ. II n 315 p Article 1375 du Code de procédure civile 28 Tel sera le cas en présence d attribution préférentielle ou de biens fongibles comme un prix de vente

12 importantes, le tribunal les fait lui-même d'ordinaire dans son jugement. Mais si les rectifications demandent un trop long travail, ou si le tribunal n'a pas les éléments nécessaires pour y procéder, il renvoie les parties devant le notaire. Le notaire à qui le travail a été renvoyé rédige un état rectificatif atif, en se conformant aux prescriptions du jugement qui a ordonné des modifications. Il le communique aux parties et il dresse un procès-verbal le constatant. Soit l homologation est prescrite et le mandat cessera dans les conditions ci-dessus évoquées, soit le juge n a pas imposé d homologation et le notaire sera déchargé de ses fonctions par l établissement de l état rectificatif. La commise peut aussi cesser plus simplement par la démission, la retraite, la maladie, le décès, la destitution du notaire, faits dont nous avons vu qu ils justifient une mesure de remplacement. Ainsi un notaire démissionnaire qui se réinstallerait dans le ressort du tribunal qui l'a désigné serait déchu de sa qualité de mandataire judiciaire ; dans la mesure où le notaire quitte sa fonction avant de se réinstaller, il perd sa qualité d'officier public et nécessairement tous les attributs de sa charge avant d'être à nouveau nommé notaire. Bruno LAGARDE

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys Commentaire Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015 SELARL GPF Claeys (Conversion d office de la procédure de sauvegarde en une procédure de redressement judiciaire) Le Conseil constitutionnel a été

Plus en détail

TEXTE ADOPTE n 708 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2001-2002 10 octobre 2001 PROPOSITION DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

Personnes et familles. Vie à deux. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. Vie à deux. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles LE DIVORCE Vie à deux LA PRESTATION COMPENSATOIRE www.notaires.paris-idf.fr Vie à deux LE DIVORCE - LA PRESTATION COMPENSATOIRE Au fil du temps, le divorce a été simplifié et pacifié.

Plus en détail

DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE

DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE Les copropriétaires se demandent souvent que faire dans le cas où leur bien immobilier est affecté de malfaçons et que la garantie

Plus en détail

(*) pour les dispositions de la charte qui leur sont applicables. Charte liquidation intérêts patrimoniaux des époux CA Lyon Page 1

(*) pour les dispositions de la charte qui leur sont applicables. Charte liquidation intérêts patrimoniaux des époux CA Lyon Page 1 Charte relative à la liquidation des intérêts patrimoniaux des époux dans les procédures de divorce (ainsi que* des indivisions entre concubins et entre partenaires liés par un pacte civil de solidarité)

Plus en détail

MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE.

MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE. MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE. Si la loi du 3 janvier 1968, encore aujourd hui pierre angulaire de la protection juridique des majeurs, est restée très discrète sur la notion de protection

Plus en détail

SIMPLIFIE ET PACIFIE LA PROCÉDURE. À TOUTES LES ÉTAPES DE LA PROCÉDURE ET SUR TOUTES LES QUESTIONS LIÉES À LA LIQUIDATION DU RÉGIME

SIMPLIFIE ET PACIFIE LA PROCÉDURE. À TOUTES LES ÉTAPES DE LA PROCÉDURE ET SUR TOUTES LES QUESTIONS LIÉES À LA LIQUIDATION DU RÉGIME Le Divorce LA LOI DU 26 MAI 2004 RÉFORMANT LE DIVORCE EST ENTRÉE EN VIGUEUR LE 1 ER JANVIER 2005. CETTE LOI SIMPLIFIE ET PACIFIE LA PROCÉDURE. ELLE RENFORCE LE RÔLE DU NOTAIRE. CE DERNIER PEUT INTERVENIR

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du jeudi 9 juin 2011 N de pourvoi: 09-69923 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault, président M. Jessel, conseiller rapporteur Mme Petit

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 12 février 2015 de présentation des dispositions du décret n 2014-1633 du 26 décembre 2014 modifiant le décret n 2010-434 du 29 avril 2010 relatif à la communication par la voie électronique

Plus en détail

salariés âgés ou présentant des caractéristiques sociales ou de qualification rendant leur réinsertion professionnelle particulièrement difficile 2.

salariés âgés ou présentant des caractéristiques sociales ou de qualification rendant leur réinsertion professionnelle particulièrement difficile 2. Commentaire Décision n 2012-232 QPC du 13 avril 2012 M. Raymond S. (Ancienneté dans l entreprise et conséquences de la nullité du plan de sauvegarde de l emploi) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil

Plus en détail

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF»

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF» Compétence juridictionnelle à l égard des contrats d assurance souscrits par les personnes publiques : retour vers une interprétation raisonnable de la loi «MURCEF» Par Florence Caille La première chambre

Plus en détail

Jurisprudence Actualités DROIT DU TRAVAIL

Jurisprudence Actualités DROIT DU TRAVAIL Jurisprudence Actualités DROIT DU TRAVAIL Ø FORFAIT- JOURS : La vérification de la charge de travail du salarié est soumise à l entière responsabilité de l employeur. Doit être annulée une convention individuelle

Plus en détail

Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2

Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2 Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2 I / Le plaignant est un organe de l Ordre : les parties n ont pas à être convoquées à une réunion de conciliation ; CE, 21

Plus en détail

EXTRAIT DE LA LOI. LOI n 2004-439 du 26 mai 2004 relative au divorce 1 NOR: JUSX0300062L. TITRE Ier DISPOSITIONS MODIFIANT LE CODE CIVIL.

EXTRAIT DE LA LOI. LOI n 2004-439 du 26 mai 2004 relative au divorce 1 NOR: JUSX0300062L. TITRE Ier DISPOSITIONS MODIFIANT LE CODE CIVIL. Publiée au Journal officiel n 122 du 27 mai 2004 page 9319 EXTRAIT DE LA LOI LOI n 2004-439 du 26 mai 2004 relative au divorce NOR: JUSX0300062L L article 229 du code civil est ainsi rédigé : TITRE Ier

Plus en détail

Conclusions de Monsieur le premier avocat général Léonard BERNARD DE LA GATINAIS -------------------

Conclusions de Monsieur le premier avocat général Léonard BERNARD DE LA GATINAIS ------------------- 1 DEMANDE D AVIS N/ P1370007 (Art. L. 441-1 du code de l'organisation judiciaire) (Art. 1031-1 à 1031-7 du code de procédure civile) (Art. 706-64 et suiv. du code de procédure pénale) TRIBUNAL DE GRANDE

Plus en détail

Ministère de la Justice Paris, le 23 novembre 2004 LE GARDE DES SCEAUX, MINISTRE DE LA JUSTICE

Ministère de la Justice Paris, le 23 novembre 2004 LE GARDE DES SCEAUX, MINISTRE DE LA JUSTICE REPUBLIQUE FRANCAISE Ministère de la Justice Paris, le 23 novembre 2004 Direction des affaires civiles et du Sceau Bureau du droit des personnes et de la famille Direction des services judiciaires Bureau

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décret n o 2004-1158 du 29 octobre 2004 portant réforme de la procédure en matière familiale NOR : JUSC0420832D Le Premier ministre,

Plus en détail

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com Fiche à jour au 12 novembre 2010 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE Matière : Droit de la

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

Conclusions du commissaire du gouvernement

Conclusions du commissaire du gouvernement Tribunal des Conflits n 3803 1 Conflit négatif M. B. c/ Ministre du budget, des comptes publics et de la réforme de l Etat Séance du 4 juillet 2011 Rapporteur : M. Christian Vigouroux Commissaire du gouvernement

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-179 QPC du 29 septembre 2011 Mme Marie-Claude A. (Conseil de discipline des avocats)

Commentaire. Décision n 2011-179 QPC du 29 septembre 2011 Mme Marie-Claude A. (Conseil de discipline des avocats) Commentaire Décision n 2011-179 QPC du 29 septembre 2011 Mme Marie-Claude A. (Conseil de discipline des avocats) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 juillet 2011 par la première chambre civile

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

N 107 S É N AT PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. tendant à simplifier la procédure applicable. en matière de contraventions.

N 107 S É N AT PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. tendant à simplifier la procédure applicable. en matière de contraventions. PROJET DE LOI adopté le 27 mai 1971. N 107 S É N AT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1970-1971 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT tendant à simplifier la procédure applicable en matière de contraventions. Le

Plus en détail

Les compétences du Conseil d Administration d une société anonyme et les recours fiscaux : la prudence s impose!

Les compétences du Conseil d Administration d une société anonyme et les recours fiscaux : la prudence s impose! Les compétences du Conseil d Administration d une société anonyme et les recours fiscaux : la prudence s impose! 1. Introduction Le présent article se limite aux sociétés anonymes et ne prend pas en compte

Plus en détail

Droit des affaires R È G L E M E N T A T I O N. Création du fichier national des interdits de gérer Décret du 19 février 2015

Droit des affaires R È G L E M E N T A T I O N. Création du fichier national des interdits de gérer Décret du 19 février 2015 Lettre d information 18 Droit des affaires R È G L E M E N T A T I O N Création du fichier national des interdits de gérer Décret du 19 février 2015 Réforme des procédures collectives Projet de loi du18

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Circulaire SG/SADJPV du 1er mars 2010 relative à la présentation du principe de continuité de l aide juridictionnelle en cas d examen de la question prioritaire de constitutionnalité par le Conseil d Etat,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 12 mars 2014 de présentation des dispositions de la loi n 2013-672 du 26 juillet 2013 de séparation et de régulation des activités bancaires relatives au traitement des situations de surendettement

Plus en détail

DIVORCE l intérêt du consentement amiable

DIVORCE l intérêt du consentement amiable Conférence-débat du jeudi 2 octobre 2014 DIVORCE l intérêt du consentement amiable Depuis le 1 er janvier 2005 (date d entrée en vigueur de la loi sur le divorce du 26 mai 2004), les époux ont le choix

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 20 mars 2015 de présentation du décret n 2015-282 du 11 mars 2015 relatif à la simplification de la procédure civile, à la communication électronique et à la résolution amiable des différends

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires

La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires Article juridique publié le 13/02/2015, vu 3211 fois, Auteur : Maître Joan DRAY La Cour de cassation, par une décision du 5 novembre

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 11 mai 2012 N de pourvoi: 11-17497 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président Me Le Prado, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

SCP Laugier et Caston, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Laugier et Caston, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 18 janvier 2012 N de pourvoi: 10-27325 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Laugier et Caston, SCP Potier

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Rapport au Président de la République relatif à l ordonnance n o 2015-1288 du 15 octobre 2015 portant simplification et modernisation

Plus en détail

l expertise judiciaire 1 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 2. Evolution de la législation relative à l expertise judiciaire et cadre du traité

l expertise judiciaire 1 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 2. Evolution de la législation relative à l expertise judiciaire et cadre du traité l expertise judiciaire 1 TABLE DES MATIÈRES Inhoud.............................................................. 13 Table alphabétique.................................................... 25 Zaakregister..........................................................

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Adjudication Expropriation forcée Immeuble Procédure collective Procédures civiles d exécution Saisie immobilière Circulaire de la DACS n o 03-09 C3 du 20 mars 2009 relative à la présentation des dispositions

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 02/06/2010 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 26 mai 2010 N de pourvoi: 09-10852 Publié au bulletin Cassation sans renvoi Mme Favre (président), président SCP Bouzidi et Bouhanna,

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 1278, alinéa 2, du Code judiciaire, posée par la Cour d appel de Liège.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 1278, alinéa 2, du Code judiciaire, posée par la Cour d appel de Liège. Numéro du rôle : 4469 Arrêt n 61/2009 du 25 mars 2009 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 1278, alinéa 2, du Code judiciaire, posée par la Cour d appel de Liège. La Cour

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 10 D-3-07 N 102 du 6 SEPTEMBRE 2007 DROIT DE LA PUBLICITE FONCIERE ACTES PORTANT CHANGEMENT DE REGIME MATRIMONIAL. NOR : BUD L 07 00079 J Bureau

Plus en détail

Direction des Opérations Direction de la réglementation. La phase contentieuse

Direction des Opérations Direction de la réglementation. La phase contentieuse La phase contentieuse Sommaire 1. Recouvrement contentieux : la contrainte 2. Mise à jour des délégations 3. Présentation de la nouvelle application Contentieux dans AUDE 2 Procédure exclusive Conditions

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 14 OCTOBRE 2011 C.11.0035.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.11.0035.F T. R. N, demanderesse en cassation, représentée par Maître John Kirkpatrick, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 19 décembre 2012 N de pourvoi: 11-21703 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Le Griel, SCP Nicolaý, de

Plus en détail

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE Les règles de gestion posées par la loi du 10 juillet 1965 fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis sont à compléter

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2012-66 du 20 janvier 2012 relatif à la résolution amiable des différends NOR : JUSC1130962D Publics concernés

Plus en détail

Conclusions de Madame l'avocat général référendaire Pauline CABY

Conclusions de Madame l'avocat général référendaire Pauline CABY DEMANDE D AVIS N/ E 14-70.003 (Art. L. 441-1 du code de l'organisation judiciaire) (Art. 1031-1 à 1031-7 du code de procédure civile) (Art. 706-64 et suiv. du code de procédure pénale) TRIBUNAL DE GRANDE

Plus en détail

La loi no 2008-789 du 20 août

La loi no 2008-789 du 20 août Le représentant de la section syndicale : mode d emploi Les DRH doivent se familiariser avec un nouvel acteur de la représentation du personnel et du paysage syndical : le représentant de la section syndicale.

Plus en détail

~ A 2008/2/11. Arrest van 17 december 2009 in de zaak A 2008/2 STEDENBOUWKUNDIG INSPECTEUR VLAAMS GEWEST

~ A 2008/2/11. Arrest van 17 december 2009 in de zaak A 2008/2 STEDENBOUWKUNDIG INSPECTEUR VLAAMS GEWEST COUR DE JUSTICE BENELUX GERECHTSHOF ~ A 2008/2/11 Arrest van 17 december 2009 in de zaak A 2008/2 Inzake STEDENBOUWKUNDIG INSPECTEUR VLAAMS GEWEST tegen 1. Lambert WINTHAGEN 2. Maria SMINK Procestaal :

Plus en détail

Code civil local art. 21 à 79

Code civil local art. 21 à 79 Code civil local art. 21 à 79 Toute association qui fixe son siège, ou qui transfère son siège en Alsace-Moselle doit rédiger des statuts conformes aux présents articles du Code civil local. 1. Dispositions

Plus en détail

Karine POTHIN-CORNU AVOCAT A LA COUR

Karine POTHIN-CORNU AVOCAT A LA COUR Karine POTHIN-CORNU AVOCAT A LA COUR 10, rue des 3 frères Bernadac 64000 PAU TEL : 05.59.98.51.30 FAX : 05.59.83.81.26 LA SEPARATION DE CORPS La séparation de corps ne doit pas être confondue avec le divorce

Plus en détail

Catherine Olivier Divorcer sans casse

Catherine Olivier Divorcer sans casse Catherine Olivier Divorcer sans casse Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3511-2 Chapitre 2 Le divorce accepté Cette procédure concerne actuellement environ 15 % des divorces. Le divorce accepté, autrefois

Plus en détail

Commentaire aux Cahiers. Décision n 2010-101 QPC du 11 février 2011. Mme Monique P. et autre

Commentaire aux Cahiers. Décision n 2010-101 QPC du 11 février 2011. Mme Monique P. et autre Commentaire aux Cahiers Décision n 2010-101 QPC du 11 février 2011 Mme Monique P. et autre Le Conseil constitutionnel a été saisi le 16 décembre 2010 par la Cour de cassation (deuxième chambre civile,

Plus en détail

Maladie (arrêt) Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail?

Maladie (arrêt) Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail? Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail? L arrêt maladie est un arrêt de travail prescrit par un médecin en raison de la maladie ou de l accident du salarié,

Plus en détail

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 10/04/2014 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 26 mars 2014 N de pourvoi: 12-21136 ECLI:FR:CCASS:2014:SO00660 Publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Lacabarats (président),

Plus en détail

Les personnes PARTIE 1

Les personnes PARTIE 1 PARTIE 1 Les personnes La personne est un sujet de droit ; elle est titulaire de droits subjectifs. Elle est apte à être titulaire de droits et d obligations, c est-à-dire d un patrimoine. On distingue

Plus en détail

Association Catalogue Ouvert du Cinéma Statuts

Association Catalogue Ouvert du Cinéma Statuts Association Catalogue Ouvert du Cinéma Statuts Le 1 janvier 2013, il est fondé entre les adhérents par les présents statuts une association, régie par la Loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août

Plus en détail

TITRE IER DISPOSITIONS GENERALES

TITRE IER DISPOSITIONS GENERALES ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE ----- NOR : SAA0402629DL DELIBERATION N 2005-13 APF DU 13 JANVIER 2005 portant modification de la délibération n 2001-200 APF du 4 décembre 2001 portant code de procédure

Plus en détail

Rapporteur : Rachel Le Cotty RAPPORT

Rapporteur : Rachel Le Cotty RAPPORT Demande d avis n/ Séance du 10 février 2014 Juridiction : tribunal de grande instance de La Rochelle Monsieur Bernard X... C/ Madame Chantal Y... Rapporteur : Rachel Le Cotty RAPPORT Par ordonnance du

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Inhoud... 17 Table alphabétique... 33 Zaakregister... 41 Table des décisions citées... 49 INTRODUCTION

TABLE DES MATIÈRES. Inhoud... 17 Table alphabétique... 33 Zaakregister... 41 Table des décisions citées... 49 INTRODUCTION divorce pour désunion irrémédiable 1 TABLE DES MATIÈRES Inhoud... 17 Table alphabétique... 33 Zaakregister... 41 Table des décisions citées... 49 INTRODUCTION 1. La loi du 27 avril 2007 réformant le divorce...

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 13 décembre 2012 N de pourvoi: 11-19098 Publié au bulletin Cassation M. Charruault (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier

Plus en détail

CHAMP D APPLICATION DES DISPOSITIONS DU CODE DE LA CONSOMMATION

CHAMP D APPLICATION DES DISPOSITIONS DU CODE DE LA CONSOMMATION INC document JURISPRUDENCE LE CRÉDIT À LA CONSOMMATION Malgré l existence des dispositions protectrices du code de la consommation, le contentieux reste abondant en matière de crédit à la consommation.

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 22 mai 2013 Cassation partielle sans renvoi M.

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 22 mai 2013 Cassation partielle sans renvoi M. COMM. CF COUR DE CASSATION Audience publique du 22 mai 2013 Cassation partielle sans renvoi M. ESPEL, président Pourvoi n o J 12-15.305 Arrêt n o F-P+B R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

Cour de cassation. Chambre civile 1. Audience publique du 26 juin 2013. N de pourvoi: 12-13.757 ECLI:FR:CCASS:2013:C100714. Publié au bulletin

Cour de cassation. Chambre civile 1. Audience publique du 26 juin 2013. N de pourvoi: 12-13.757 ECLI:FR:CCASS:2013:C100714. Publié au bulletin Cour de cassation Chambre civile 1 Audience publique du 26 juin 2013 N de pourvoi: 12-13.757 ECLI:FR:CCASS:2013:C100714 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Hémery

Plus en détail

Licenciement économique

Licenciement économique Ces textes ont été élaborés par la Filpac. La loi n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (Journal officiel du 16 juin 2013, NOR : ETSX1303961L) Licenciement économique Refonte

Plus en détail

La révision du loyer d'un bail commercial : le TGI de Paris rassure les bailleurs

La révision du loyer d'un bail commercial : le TGI de Paris rassure les bailleurs A s s o c i a t i o n d e s R e s p o n s a b l e s d e S e r v i c e s G é n é r a u x F a c i l i t i e s M a n a g e r s A s s o c i a t i o n Novembre 2011 La révision du loyer d'un bail commercial

Plus en détail

Section 2. Les règles de filiation par le sang

Section 2. Les règles de filiation par le sang Section 2. Les règles de filiation par le sang Il convient de distinguer les règles de droit positif et les règles issues de l ordonnance du 4 juillet 2005, applicables à compter du 1 er juillet 2006.

Plus en détail

DES CLARIFICATIONS EN MATIERE DE

DES CLARIFICATIONS EN MATIERE DE DES CLARIFICATIONS EN MATIERE DE DECISIONS D ATTRIBUTION DES SUBVENTIONS Avant la réforme de la M14 (étendue en M52 et M61) entrée en vigueur au 1 er janvier 2006, il existait une incertitude juridique

Plus en détail

Droit judiciaire notarial Procédures particulières

Droit judiciaire notarial Procédures particulières Table des matières Droit judiciaire notarial Procédures particulières Chapitre I. Les scellés...................................... 244 Section 1. L apposition des scellés. L intérêt sérieux...............

Plus en détail

Néanmoins, il existe deux exceptions au principe de l application de la loi au 1 er novembre 2010.

Néanmoins, il existe deux exceptions au principe de l application de la loi au 1 er novembre 2010. DROIT CIVIL 64/2012 LA VENTE D IMMEUBLE PAR UN PROPRIÉTAIRE SURENDETTÉ Jusqu à présent, même admis au bénéfice du surendettement, le débiteur conservait la possibilité de consentir valablement un acte

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président.

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président. CIV. 1 JL COUR DE CASSATION Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président Pourvoi n o J 13-14.642 Arrêt n o F-D R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

Commentaire. Société Distrivit et autres. (Droit de consommation sur les tabacs outre-mer)

Commentaire. Société Distrivit et autres. (Droit de consommation sur les tabacs outre-mer) Commentaire Décision n o 2012-290/291 QPC du 25 janvier 2013 Société Distrivit et autres (Droit de consommation sur les tabacs outre-mer) La chambre commerciale de la Cour de cassation a renvoyé au Conseil

Plus en détail

Obs. : La Cour de cassation remet le feu aux poudres en matière d appréciation de la faute intentionnelle

Obs. : La Cour de cassation remet le feu aux poudres en matière d appréciation de la faute intentionnelle Cass. civ. 2 e, 30 avril 2014, n 13-16.901 Contrat d assurance Droit commun Faute intentionnelle Exclusion conventionnelle de garantie Validité de la clause Obs. : La Cour de cassation remet le feu aux

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-391 du 20 avril 2010 modifiant le décret n o 67-223 du 17 mars 1967 pris pour l application de la loi

Plus en détail

Numéro du rôle : 4916. Arrêt n 13/2011 du 27 janvier 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 4916. Arrêt n 13/2011 du 27 janvier 2011 A R R E T Numéro du rôle : 4916 Arrêt n 13/2011 du 27 janvier 2011 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives à l'article 42, 2, alinéa 1er, de la loi du 27 avril 2007 réformant le divorce, posées

Plus en détail

Dix ans de contentieux familiaux

Dix ans de contentieux familiaux Population, famille 1 Dix ans de contentieux familiaux Sonia Lumbroso, Odile Timbart* En 2003, les affaires familiales ont généré 402 000 procédures devant les tribunaux, soit une progression de 13 % en

Plus en détail

REMUNERATION AIDE JURIDICTIONNELLE

REMUNERATION AIDE JURIDICTIONNELLE REMUNERATION AIDE JURIDICTIONNELLE Le montant de la rétribution «Aide Juridictionnelle» est déterminé par le nombre d unités de valeur «UV» affectées à la procédure et prévues par l article 90 du décret

Plus en détail

MASSIP JACQUES. Conseiller doyen honoraire ä la Cour de cassation LENOUVEAU DROIT DIVORCE DEFRENOIS

MASSIP JACQUES. Conseiller doyen honoraire ä la Cour de cassation LENOUVEAU DROIT DIVORCE DEFRENOIS DEFRENOIS JACQUES MASSIP Conseiller doyen honoraire ä la Cour de cassation LENOUVEAU DROIT DU DIVORCE Plan detaille de la circulaire PREMIERE PARTIE: LA REFORME DU DIVORCE I. Cas de divorce 310 1. Divorce

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-212 QPC du 19 janvier 2012. Madame Khadija A., épouse M. (Procédure collective : réunion à l actif des biens du conjoint)

Commentaire. Décision n 2011-212 QPC du 19 janvier 2012. Madame Khadija A., épouse M. (Procédure collective : réunion à l actif des biens du conjoint) Commentaire Décision n 2011-212 QPC du 19 janvier 2012 Madame Khadija A., épouse M. (Procédure collective : réunion à l actif des biens du conjoint) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 2 novembre

Plus en détail

JORF n 0019 du 22 janvier 2012. Texte n 9. DECRET Décret n 2012-66 du 20 janvier 2012 relatif à la r ésolution amiable des différends

JORF n 0019 du 22 janvier 2012. Texte n 9. DECRET Décret n 2012-66 du 20 janvier 2012 relatif à la r ésolution amiable des différends JORF n 0019 du 22 janvier 2012 Texte n 9 DECRET Décret n 2012-66 du 20 janvier 2012 relatif à la r ésolution amiable des différends NOR: JUSC1130962D Publics concernés : professionnels (médiateurs et conciliateurs

Plus en détail

La procédure de fixation de l honoraire

La procédure de fixation de l honoraire Session de formation Dijon 22, 23 et 24 novembre 2012 La procédure de fixation de l honoraire Rapport de M. le Bâtonnier Bruno ZILLIG Bâtonnier du Barreau de Nancy INTRODUCTION L avocat français bénéficie,

Plus en détail

- 29 - TABLEAU COMPARATIF

- 29 - TABLEAU COMPARATIF - 29 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi portant modernisation du marché du travail Article 1 er I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : 1 Le premier alinéa est ainsi rédigé : «Le

Plus en détail

LA CHAMBRE TERRITORIALE DES COMPTES DE POLYNESIE FRANCAISE, LE CODE DES JURIDICTIONS FINANCIERES ET LA QPC. Bernard Poujade

LA CHAMBRE TERRITORIALE DES COMPTES DE POLYNESIE FRANCAISE, LE CODE DES JURIDICTIONS FINANCIERES ET LA QPC. Bernard Poujade 11 LA CHAMBRE TERRITORIALE DES COMPTES DE POLYNESIE FRANCAISE, LE CODE DES JURIDICTIONS FINANCIERES ET LA QPC Bernard Poujade La loi organique du 10 décembre 2009 (entrée en vigueur le 1er mars 2010) détermine

Plus en détail

L ADMINISTRATION DES BIENS D AUTRUI EN DROIT FRANÇAIS La fiducie-gestion

L ADMINISTRATION DES BIENS D AUTRUI EN DROIT FRANÇAIS La fiducie-gestion Conférence TOKYO 14 novembre 2011 L ADMINISTRATION DES BIENS D AUTRUI EN DROIT FRANÇAIS La fiducie-gestion Introduction La fiducie a été introduite en droit français par la loi n 2007-211 du 19 février

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-151 QPC du 13 juillet 2011 M. Jean-Jacques C. (Attribution d un bien à titre de prestation compensatoire)

Commentaire. Décision n 2011-151 QPC du 13 juillet 2011 M. Jean-Jacques C. (Attribution d un bien à titre de prestation compensatoire) Commentaire Décision n 2011-151 QPC du 13 juillet 2011 M. Jean-Jacques C. (Attribution d un bien à titre de prestation compensatoire) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 17 mai 2011 par la première

Plus en détail

CC, Décision n 2012-284 QPC du 23 novembre 2012

CC, Décision n 2012-284 QPC du 23 novembre 2012 Version pré-print pour citer cet article : «Les droits de celui qui décide de se défendre seul et le principe d égalité» (Cons. Const. 23 nov. 2012), Rev. Pén. Dr. Pén. 2012, p. 917, Les droits de celui

Plus en détail

ASSOCIATION AXIVA STATUTS

ASSOCIATION AXIVA STATUTS ASSOCIATION AXIVA Association déclarée, régie par la loi du 1 er juillet 1901 103-105, rue des Trois Fontanot 92000 Nanterre STATUTS mis à jour au 7 juin 2012 Copie certifiée conforme Le président 1 ARTICLE

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS 1 ex 'y': '-, 1., ':'f" P'~>::p..1~. 84 Grand'Rue TRIB UN -67504 AL D' HAGUENAU ln STAN C~ ~J~~~~~~~ CEDEX Tél: 03.88.06.03.84 -Télécopieur: 03.88.06.03.81 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2012-241 QPC du 4 mai 2012. EURL David Ramirez. (Mandat et discipline des juges consulaires)

Commentaire. Décision n 2012-241 QPC du 4 mai 2012. EURL David Ramirez. (Mandat et discipline des juges consulaires) Commentaire Décision n 2012-241 QPC du 4 mai 2012 EURL David Ramirez (Mandat et discipline des juges consulaires) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 6 mars 2012 (chambre commerciale,

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2012-239 QPC du 4 mai 2012. Mme Ileana A.

Commentaire. Décision n 2012-239 QPC du 4 mai 2012. Mme Ileana A. Commentaire Décision n 2012-239 QPC du 4 mai 2012 Mme Ileana A. (Transmission des amendes, majorations et intérêts dus par un contribuable défunt ou une société dissoute) Le Conseil constitutionnel a été

Plus en détail

La prise illégale d intérêts

La prise illégale d intérêts La prise illégale d intérêts Valeurs sociales protégées : Il s agit simplement de préserver, d une part, la probité dans la gestion des affaires publiques en respectant le vieil adage " nul ne peut servir

Plus en détail

N 390291 EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS. AVIS SUR UN PROJET DE LOI portant application des mesures relatives à la justice du XXI ème siècle

N 390291 EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS. AVIS SUR UN PROJET DE LOI portant application des mesures relatives à la justice du XXI ème siècle NOR : JUSX1515639L 1 CONSEIL D ÉTAT Assemblée générale Section de l intérieur Séance du jeudi 30 juillet 2015 N 390291 EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS AVIS SUR UN PROJET DE LOI portant application

Plus en détail

SERVICE DE DOCUMENTATION, DES ETUDES ET DU RAPPORT DE LA COUR DE CASSATION. Juin 2015

SERVICE DE DOCUMENTATION, DES ETUDES ET DU RAPPORT DE LA COUR DE CASSATION. Juin 2015 SERVICE DE DOCUMENTATION, DES ETUDES ET DU RAPPORT DE LA COUR DE CASSATION Première Chambre civile Juin 2015 Fiche sur la jurisprudence de la première chambre civile en matière d assistance éducative réalisé

Plus en détail

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009.

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Rendue le mardi, 10 février 2009 par Nous, Marie MACKEL, juge de paix, siégeant comme Présidente du tribunal du travail de et à LUXEMBOURG, assistée

Plus en détail

«Quelques Réflexions sur...»

«Quelques Réflexions sur...» Numéro 4 Février 2006 «Quelques Réflexions sur...» La Lettre de la Société et N. Sarkozy Distribution automobile - Bilan d une année de jurisprudence Le cru jurisprudentiel 2005 fut riche en enseignements

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE SYNDIC

ASSEMBLEE GENERALE SYNDIC ASSEMBLEE GENERALE SYNDIC Participation à l'assemblée L'assemblée est une réunion privée à laquelle ne peuvent assister que les copropriétaires ou leurs mandataires. Les personnes étrangères au syndicat,

Plus en détail

Gan Vie Privée Annexe protection juridique

Gan Vie Privée Annexe protection juridique Gan Vie Privée Annexe protection juridique Protection juridique Conséquences des accidents de la vie Cette annexe, conforme aux lois n 2007-210 du 19 février 2007 et n 89 1014 du 31.12.1989 ainsi qu au

Plus en détail

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV sous la direction de M. Philippe DELMAS SAINT-HILAIRE Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux

Plus en détail

Aide juridicionnelle et honoraires d'avocat : combien paye l'etat?

Aide juridicionnelle et honoraires d'avocat : combien paye l'etat? Aide juridicionnelle et honoraires d'avocat : combien paye l'etat? Article juridique publié le 30/05/2009, vu 54113 fois, Auteur : coolover Le système de l'aide juridictionnelle a pour objet de prendre

Plus en détail