Justice de paix de Fontaine-l'Evêque 9 septembre 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Justice de paix de Fontaine-l'Evêque 9 septembre 2011"

Transcription

1 Justice de paix de Fontaine-l'Evêque 9 septembre 2011 Aliments - Parents vis-à-vis des enfants Frais ordinaires et extraordinaires Divorce par consentement mutuel Révision Droit transitoire Méthode Renard. Suivant l article 17, alinéa 3, de la loi du 19 mars 2010 «visant à promouvoir une objectivation du calcul des contributions des père et mère au profit de leurs enfants», lorsque des circonstances nouvelles et indépendantes de la volonté des parties modifient sensiblement leur situation ou celle des enfants, une demande de modification d une contribution alimentaire fixée préalablement à son entrée en vigueur doit être considérée comme une demande nouvelle. A priori, cette disposition ne vise que la révision des contributions alimentaires «fixées» judiciairement avant l entrée en vigueur de la loi nouvelle. Celle-ci s applique toutefois également à toute demande de révision d une contribution alimentaire fixée avant son entrée en vigueur, y compris celle qui figure dans des conventions préalables à divorce par consentement mutuel, lorsque la clause de révision ne prévoit pas de modalités précises de mise en œuvre. Il en va de même, à défaut de clause de révision, en cas d application des dispositions supplétives de l article 1288 in fine du code judiciaire. (E. / M.) Les faits de la cause et les antécédents de procédure Les parties se sont mariées le 15 mai De cette union, elles retiennent deux enfants : Alison née le 9 novembre 1987, Kevin né le 12 mars Les parties se sont, tout d'abord, séparées de corps et de biens par consentement mutuel par jugement du 29 décembre 1993 du tribunal de première instance de Charleroi (transcrit le 24 janvier 1994). Les conventions préalables à cette séparation ont été passées le 13 novembre 1992 par devant le notaire Lambin de résidence à Fontaine-l'Evêque. Ces conventions avait fixé le montant de la part contributive du père dans les frais d'entretien des deux enfants à la somme de francs par mois et par enfant (montant indexé) 1. Il avait été prévu que cette contribution alimentaire serait due «jusqu'à la majorité des enfants ou jusqu'à ce que ces derniers aient des ressources personnelles suffisantes» (sic). Il avait également été prévu qu'outre cette contribution alimentaire, les frais extraordinaires seraient supportés par moitiés entre les parents et que le père les rembourserait sur simple présentation des factures y relatives. Les conventions énuméraient la nomenclature de ces «frais extraordinaires». Le 3 février 2003, les parties ont comparu par devant le notaire Lambin de résidence à Fontaine-l'Evêque pour signer des conventions préalables au divorce par consentement mutuel. 1. La «garde» des enfants avait été attribuée à la mère et les conventions organisaient les modalités du droit «de visite» du père.

2 Les modalités d'hébergement des enfants ont été mises sur pied et la contribution alimentaire du père a été portée à 250,00 euros par mois et par enfant soit un total de 500,00 euros (à indexer). La formulation de la clause de révision est sensiblement différente de celle qui figurait dans les conventions précédentes (voy. supra). En effet, il y est dit que les contributions du père sont dues : «même au-delà de la majorité de chaque enfant, jusqu'à ce que chacun d'eux ait des ressources personnelles suffisantes et aussi longtemps que leur formation scolaire ne sera pas achevée» 2. Et également que : «Le montant de chacune des deux parts contributives pourra être revu à chaque changement de cycle d'étude (passage de primaire à humanité, passage d'humanité à université ou autres études supérieures) ou en cas de maladie prolongée de l'un ou l'autre des enfants. Il est convenu entre les comparants que le montant des parts contributives sera revu de commun accord entre eux dans les cas exposés ci-avant; à défaut d'accord, les comparants conviennent que le litige sera soumis au magistrat cantonal compétent». Comme précédemment, le sort des «frais extraordinaires» fait l'objet d'une clause selon laquelle ils sont toujours partagés par moitiés et sont remboursés sur simple présentation des factures. La nomenclature est quelque peu différente de celle stipulée en Les conventions ont également prévu une formule de «délégation» au profit du créancier d'aliments. Il semble que la procédure en divorce par consentement mutuel n'ait jamais été engagée ou qu'en tout cas elle n'ait pas été poursuivie jusqu'à son terme puisque les parties sont divorcées en vertu d'un jugement du 15 septembre 2009 du tribunal de première instance de Nivelles prononcé sur la base de l'article 229, paragraphe 3, du code civil (jugement signifié le 15 janvier 2010). Aucune mesure provisoire n'a été prononcée dans le cadre de cette procédure. Pour l'année scolaire 2010/2011, Kevin était en cinquième secondaire. En ce qui concerne Alison, la mère livre les informations suivantes : elle a raté son année à l'«ipsma» et s'est inscrite comme demandeur d'emploi ; son stage d'attente devrait se terminer début juillet 2011, date à laquelle elle devrait percevoir des allocations de chômage au taux cohabitant ; du 28 février au 20 mai 2011, elle a été employée comme intérimaire auprès de la société ANTRA et a perçu une rémunération de 300,00 euros par semaine. La demande principale La demande tend à : Entendre fixer (sic) les parts contributives pour Kevin à 400 euros par mois à dater du mois de janvier 2009 et pour Alison à 400 euros par mois à dater du mois de janvier (s.e. 2009), étant entendu que pour les périodes où elle a perçu une indemnité de chômage au taux cohabitant, la part contributive est réduite à 200 euros par mois. Condamner monsieur M. à la moitié des frais extraordinaires tels que définis dans la convention préalable à divorce (sic) de février C'est le tribunal qui souligne.

3 Autoriser la concluante à percevoir à l'exclusion du défendeur, dans les conditions et les limites que le jugement fixera, les revenus de celui-ci ou tout autre somme à lui due par un tiers pour l'exécution de sa condamnation au paiement des aliments repris dans le jugement à intervenir. Entendre partager (sic) les dépens. L'exécution provisoire est demandée. La demande reconventionnelle Par conclusions «complémentaires» visées à l'audience du 23 juin 2011, le défendeur au principal sollicite qu'il soit dit pour droit qu'aucune contribution alimentaire pour Alison n'est plus due à partir du 1 er mars La décision du tribunal La cause a été introduite par voie de comparution volontaire à l'audience du 7 avril La loi du 19 mars 2010 «visant à promouvoir une objectivation du calcul des contributions alimentaires des père et mère au profit de leurs enfants» est entrée en vigueur (en grande partie) le 1 er août La demande tend à la révision de contributions alimentaires «convenues» en Une difficulté particulière apparaît dans le cas d'espèce en raison de ce que la procédure de divorce par consentement mutuel n'a pas été engagée 4. Aucune des parties n'invoque l'(éventuelle) caducité des conventions signées en Au contraire, elles y attachent une force obligatoire et y font constamment référence. Ces conventions ont été librement consenties et elles ne contiennent rien qui soit contraire à l'intérêt des enfants. Ces conventions notariées peuvent être considérées comme des «conventions d'honneur» qui lient les parties et elles ont d'ailleurs été exécutées. Implicitement, cette attitude revient à considérer comme caduques les conventions antérieures de L'article 17, alinéa 3, de la loi du 19 mars 2010 stipule que : «Par dérogation à l'alinéa précédent, lorsque des circonstances nouvelles et indépendantes de la volonté des parties modifient sensiblement leur situation ou celle des enfants, une demande de modification d'une contribution alimentaire fixée préalablement à l'entrée en vigueur de la présente loi telle que visée à l'article 18, alinéa premier, est considérée comme une nouvelle demande» 6. On sait que le législateur a exclu les «conventions» du champ d'application de la loi qui ne concerne que «toute décision judiciaire» Voy., notamment, NATHALIE DANDOY, in R.T.D.F., 3/2010, p. 775 et suivantes. 4. Il semble, en effet, que les parties en soient restées au stade de la signature des conventions préalables. 5. Ces conventions sont antérieures à la réforme de 2007 et à l'entrée en vigueur de l'article 1294bis du code judiciaire à supposer qu'il ait pu s'appliquer au cas d'espèce puisqu'aucune procédure ne semble avoir été entamée. [Si la procédure est abandonnée, les conventions prévues à l'(article 1288) lient les parties à titre provisoire, jusqu'à ce qu'il soit fait application des articles 1257 ou Si les conventions ne revêtent pas la forme d'un titre exécutoire, la cause est, à la demande de la partie la plus diligente, fixée à l'audience des référés conformément à l'article Si l'une des parties en fait la demande, le président prononce une ordonnance provisoire conforme aux conventions]. 6. C'est le tribunal qui souligne. 7. N. DANDOY, note 5 ci-dessus, p. 778.

4 A priori, l'article 17, alinéa 3, ne vise donc que la révision des contributions alimentaires «fixées» judiciairement avant l'entrée en vigueur de la loi. En règle, lorsqu'il s'agit de procéder à la révision d'une contribution alimentaire prévue dans des conventions préalables à divorce par consentement mutuel, il y a lieu de se référer aux dispositions des conventions à ce sujet. L'article 1288 in fine du code judiciaire supplée au défaut de clause de révision en ces termes : «[...] Lorsque des circonstances nouvelles et indépendantes de la volonté des parties modifient sensiblement leur situation ou celle des enfants, les dispositions visées aux 2 et 3 de l'alinéa précédent peuvent être révisées après le divorce, par le juge compétent» 8. Mais, à supposer que les conditions soient remplies pour une adaptation de la contribution alimentaire, soit en vertu des conventions elles-mêmes, soit en vertu des dispositions supplétives de la loi, encore faudra t-il fixer la «mesure» de la révision, le cas échéant dans le respect de la foi due aux actes qui s'attache aux conventions de divorce. La plupart du temps, les conventions de divorce consacrent le principe de la révision mais ne donnent aucune indication sur ses modalités d'application. C'est le cas en l'espèce! Quant à la loi,... elle est muette sur ce plan. Il est vrai que la Cour de cassation a décidé que, lorsque les conditions pour une révision sont remplies, le juge n'est pas tenu de fixer la contribution en proportion des facultés des parties mais peut tenir compte de l'ensemble des circonstances de la cause. Pareille formulation nous paraît contraire à toute tentative d'objectiver le calcul des contributions alimentaires (voy. Cass., 9 décembre 2004, Pas., 2004, n 12, 1957 et R.T.D.F., 2005, n 2, p. 446). En effet, si, au moment de procéder à la révision, on dispose des données nécessaires en termes de ressources des parties, il est tout à fait possible, à partir du montant des contributions alimentaires stipulées dans les conventions de divorce, de reconstituer la part de leur budget global que celles-ci, à l'époque des conventions, ont entendu consacrer à l'entretien de leurs enfants (leurs motivations importent peu) et de la comparer à ce qu'aurait été le coût des enfants calculé, à la même date, selon une méthode objective. Un système de «pondération» permet alors de calculer les nouvelles contributions alimentaires en respectant à la fois la commune intention des parties et la nécessité d'objectiver le calcul 9. En l'occurrence, les données de 2003 ne sont pas disponibles. Le tribunal estime que la loi nouvelle s'applique à toute de demande de révision d'une contribution alimentaire fixée avant son entrée en vigueur, y compris celle qui figure dans des conventions préalables à divorce par consentement mutuel ( ou, comme en l'espèce, dans des «conventions d'honneur» auxquelles les parties ont librement donné une valeur contraignante) lorsque la clause de révision ne prévoit 8. L'article 1288, 4, du code judiciaire, tel que modifié par la loi du 20 mai 1997 est d'application nonobstant le fait que les conventions datent, en l'espèce, de 1993 et ce, à défaut de mesures transitoires dans ladite loi (voy. notamment note de CHRISTINE THOMASSET et ALAIN-CHARLES VAN GYSEL, in Div. act., 1999, p. 154 et 155). 9. Pour plus de détails, voy. J.P. Fontaine-l'Evêque, 18 mai 2010, R.T.D.F., 2/2011 p. 447.

5 pas de modalités précises de sa mise en œuvre ; il en va de même, à défaut de clause de révision, en cas d'application des dispositions supplétives de l'article 1288 in fine du code judiciaire 10. Considérer le contraire reviendrait à revenir aux errements antérieurs de la jurisprudence et à créer, en cas de révision, une discrimination injustifiée entre les enfants selon qu'ils bénéficient d'une contribution alimentaire due en vertu d'une décision judiciaire ou en vertu de conventions 11. Calcul du coût des enfants et des contributions alimentaires sur la base des informations communiquées par les parties Remarques préliminaires 1. La rétroactivité La demanderesse a été informée des difficultés financières auxquelles le défendeur a été confronté à la suite de la perte de sa source de revenus à la fin de l'année 2010 (voy. infra). Le décompte des échéances qui n'auraient pas été payées n'est pas produit mais le père prétend avoir repris les versements pour Kevin (250,00 euros) à partir du mois de mai Quoi qu'il en soit, les termes de l'accord entre parties de 2003 n'[ont] jamais été remis en cause et la mère ne prouve pas avoir jamais réclamé la moindre majoration de la contribution alimentaire avant l'introduction de la présente procédure. Il n'y a donc aucune raison de faire remonter les effets du présent jugement à la date du 1 er janvier L'obligation alimentaire à l'égard d'alison Pour la période concernée, la mère n'établit pas que subsisterait une quelconque obligation alimentaire fondée sur les conventions du 3 février 2003 ou, subsidiairement, sur les dispositions de l'article 203, paragraphe premier, alinéa 2, du code civil puisque la formation scolaire était achevée. 3. L'obligation alimentaire à l'égard de Kevin 1. La nature et le montant des facultés de chacun des père et mère pris en compte par le juge en vertu de l'article 203, paragraphe 2, du code civil «Par facultés, on entend notamment tous les revenus professionnels, mobiliers et immobiliers des père et mère, ainsi que tous les avantages et autres moyens qui assurent leur niveau de vie et celui des enfants». Pas davantage que l'ancienne législation, le nouveau texte ne fait allusion aux charges. Pas plus qu'auparavant, il n'y a lieu de diminuer les revenus nets des parents des charges de la vie courante ; en effet, amputer le montant des ressources du loyer du logement, de la note de téléphone, d'un prêt personnel et de la litanie habituelle des charges ordinaires d'un ménage reviendrait à effacer une partie desdits revenus et, par là même, un élément essentiel du coût de chaque enfant, et qu'il s'agit précisément de déterminer. 10. Sur le plan pratique, en ce qui concerne le tribunal de céans, l'application de la nouvelle loi ne fait aucune difficulté puisqu'il appliquait déjà une méthode «objective» à savoir la méthode Renard jurisprudence constante. 11. Ceci aurait sans doute mérité une question préjudicielle à la Cour constitutionnelle mais le tribunal a préféré trancher la question afin de ne pas retarder le sort réservé à ce dossier.

6 La " contribut ion alimentaire» du débiteur d'aliments, dont question à l'article 203bis, paragraphe premier, du code civil 12 est déterminée «à concurrence de sa part dans les facultés cumulées» autrement dit, en proportion de ces facultés comprises comme étant l'ensemble de leurs ressources, et non à " proportion de ce qui reste après déduction de charges et dépenses de toute nature», autrement dit des seules économies. Les enfants participent au niveau de vie de leurs parents, dans son ensemble. C'est donc à tort que la mère ne prend en considération que ce qu'elle qualifie de "disponible " Il ne pourrait en être autrement que si l'un des parents devait faire face à des charges tout à fait exceptionnelles (telles des dépenses particulièrement importantes de santé qui grèveraient lourdement son budget ou des dettes communes ou indivises dont elle assumerait seule la charge) 13. Tel n'est pas le cas en l'espèce. Il n'est pas non plus soutenu qu'une partie des ressources serait consacrée à l'épargne Facultés de la mère Sur la base de l'avertissement-extrait de rôle exercice 2010/revenus 2009 Traitements et salaires ,31 euros Remboursement + 589,00 euros Sous-total Cotisations non retenues Précompte professionnel Cotisation spéciale de sécurité sociale Solde net Moyenne mensuelle ,31 euros 164,04 euros 2.904,68 euros 16,80 euros ,79 euros 1.297,98 euros Pour l'année 2010, la demanderesse produit diverses fiches fiscales ainsi que trois fiches de paie. En revanche, elle ne verse pas aux débats le compte individuel et ne procède à aucun calcul. Elle retient un revenu mensuel net moyen de 1.500,00 euros. Les allocations familiales se sont élevées à 407,00 euros pour les deux enfants jusqu'en février 2011 inclus pour être ensuite réduite à 111,00 euros pour le seul Kevin. Facultés du père Il expose que jusqu'en décembre 2010, date à laquelle il a été licencié, il était administrateur et seul employé d'une société de services ayant son siège au Canada où il demeurait 15. Son revenu mensuel net moyen s'élevait, dit-il, à 2.005,00 euros. 12. «Chacun des père et mère contribue aux frais résultant de l'obligation définie à l'article 203, paragraphe premier, à concurrence de sa part dans les facultés cumulées». 13. Voy. l'article 1321, paragraphe premier, 8, du code judiciaire : «les circonstances particulières de la cause prises en considération». 14. Sans préjudice d'un remboursement d'impôts de 1.619,73 euros. 15. Depuis 2001.

7 Depuis le mois d'avril 2011, il exerce ses activités professionnelles en Espagne en qualité de «consultant» pour le compte d'une société N. Il déclare un revenu net mensuel de 2.250,00 euros, réduit cependant à 1.885,66 euros à partir de juin Les frais ordinaires constituant le budget de l'enfant ainsi que la manière dont ces frais sont évalués En faisant application de la méthode «Renard», on obtient les chiffres suivants : Coefficient théorique (par extrapolation pour [un] enfant âgé de dix-neuf ans) : 0,277 Coût brut : (1.500, , ,00) x 0,277 = 758,00 euros 1,277 Coût net : - 111,00 euros 647,00 euros La mère propose un calcul du coût de l'enfant qu'elle fixe à 923 euros ce qui correspond à plus de vingt-sept pour cent de ressources cumulées des parents au lieu de 0,277/1,277 = vingt-deux pour cent. Ce surcoût, contesté par le père, n'est pas autrement justifié. 3. La nature des frais extraordinaires qui pourront être pris en considération, la proportion de ces frais à assumer par chacun des père et mère ainsi que les modalités de l'engagement de ces frais La demanderesse s'en réfère aux conventions de février Le défendeur ne conteste pas le caractère exécutoire de l'acte notarié nonobstant l'abandon de la procédure de divorce par consentement mutuel. Dans ces conditions, il n'y a pas lieu d'accorder un nouveau titre à la demanderesse. 4. Les modalités d'hébergement de l'enfant et la contribution en nature de chacun des père et mère à l'entretien de l'enfant suite à cet hébergement Néant pour l'instant. 5. Le montant des allocations familiales et avantages sociaux et fiscaux de tous types que chacun des père et mère reçoit pour l'enfant Allocations familiales : 111,00 euros. 6. Le cas échéant, les revenus de chacun des père et mère résultant de la jouissance des biens de l'enfant Néant. 7. La part de chacun des père et mère dans la prise en charge des frais résultant de l'article 203, paragraphe premier, du code civil et la contribution alimentaire éventuellement ainsi fixée et les modalités de son adaptation en vertu de l'article 203quater du code civil 16. Le contrat est régi par le droit espagnol à propos duquel aucune indication n'a été donnée au tribunal qui ignore quel est le statut exact du défendeur qui serait «employé» mais «facturerait» ses prestations à la société. 17. Dans ses conclusions de synthèse, elle ne réclame aucun arriéré.

8 Part du père : 647,00 euros x 56 pour cent = 362,32 euros. Contribution alimentaire : 362,00 euros à défaut de valorisation d'un hébergement secondaire. Part de la mère : 647,00 x 44 pour cent = 284,68 euros. à indexer une fois l'an et pour la première fois le 1 er avril 2012 selon la formule prévue au dispositif du présent jugement. 8. Les circonstances particulières de la cause prises en considération Néant. La délégation de sommes Il conviendrait que les parties s'expliquent sur l'application des nouvelles dispositions légales en la matière. D'autre part, les conventions de 2003 avaient prévu une «cession de rémunération» qui n'a pas été évoquée par les parties. Par ces motifs, Disons les demandes recevables et fondées dans les limites ci-après. Condamnons le défendeur au principal à payer à la demanderesse au principal la somme de trois cent soixante-deux euros trente-deux cents (362,32 euros) par mois à titre de contribution dans les frais d'hébergement, d'entretien, de santé, de surveillance, d'éducation, de formation et d'épanouissement de l'enfant Kevin, à partir du 1 er avril Disons que ce montant sera indexé une fois l'an et pour la première fois le 1 er avril 2012 selon la formule suivante : 362,32 euros x indice des prix du mois de mars qui précède l'adaptation indice des prix de mars 2011 Les allocations familiales étant attribuées à la mère ainsi que tous autres avantages sociaux. Disons pour droit qu'à partir du 1 er mars 2011, le défendeur au principal n'est plus redevable d'aucune contribution alimentaire dans les frais d'entretien de l'enfant Alison. En ce qui concerne les frais extraordinaires, donnons acte aux parties qu'elles reconnaissent un caractère exécutoire aux conventions préalables au divorce par consentement mutuel passées le 3 février 2003 par devant le notaire Lambin de résidence à Fontaine-l'Evêque, tant en ce qui concerne la nomenclature des frais que leur mode de partage (par moitiés et non pas à proportion de leurs facultés). En ce qui concerne la délégation de sommes, ordonnons d'office la réouverture des débats pour permettre aux parties de s'expliquer sur l'application des nouvelles dispositions légales en la matière ainsi que sur la clause des conventions qu'elles ont signées. Siég. : M. D. Rubens. Greffier : Mme M. Metillon. Plaid. : M es M.-Fr. Lefèbvre et S. Coonen.

On voit mal, en effet, comment on pourrait déterminer la contribution à la dette si on en ignore le montant! 1

On voit mal, en effet, comment on pourrait déterminer la contribution à la dette si on en ignore le montant! 1 Une méthode rigoureuse pour échapper à l arbitraire. Sommaire Remarques préliminaires... 1 Révision d une contribution alimentaire après divorce par consentement mutuel.... 3 Les frais extraordinaires

Plus en détail

La résidence alternée et les impôts

La résidence alternée et les impôts La résidence alternée et les impôts La résidence alternée est un nouveau concept introduit dans le code civil (article 373-2-9) par la loi n 2002-305 du 4 mars 2002 art. 5V du Journal Officiel du 5 mars

Plus en détail

Numéro du rôle : 4489. Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T

Numéro du rôle : 4489. Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T Numéro du rôle : 4489 Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 10, alinéa 2, de la loi du 12 avril 1965 concernant la protection de la rémunération

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 7 DECEMBRE 2006 C.05.0513.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.05.0513.F S. M., demandeur en cassation, représenté par Maître Cécile Draps, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est établi

Plus en détail

FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». Pour l année 2015 : 2,5% Avis publié au Moniteur belge du 30/01/2015.

FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». Pour l année 2015 : 2,5% Avis publié au Moniteur belge du 30/01/2015. FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». HAUTEUR BASE LÉGALE MODE DE CALCUL TAUX D INTÉRÊT LÉGAL Pour l année 2015 : 2,5% Avis publié au Moniteur belge du 30/01/2015. -Loi du 05/05/1865 relative au prêt à l intérêt. (M.B.

Plus en détail

Rôle n 2004-6775-A - Exercices d imposition 2001 et 2002. Intérêts sur un compte courant créditeur et requalification en dividendes

Rôle n 2004-6775-A - Exercices d imposition 2001 et 2002. Intérêts sur un compte courant créditeur et requalification en dividendes Tribunal de première instance de Bruxelles Jugement du 8 juin 2005 Rôle n 2004-6775-A - Exercices d imposition 2001 et 2002 Intérêts sur un compte courant créditeur et requalification en dividendes Arrêt

Plus en détail

Les mesures urgentes et provisoires durant la procédure en divorce

Les mesures urgentes et provisoires durant la procédure en divorce 1 Les mesures urgentes et provisoires durant la procédure en divorce I. Introduction II. Procédure a)conditions d application b)compétence c)mode d introduction de la demande : - la citation à double détente

Plus en détail

J.P. Châtelet, 7 octobre 2004

J.P. Châtelet, 7 octobre 2004 650 OBLIGATION D ENTRETIEN J.P. Châtelet, 7 octobre 2004 Siège : Avocats : M me F. Denoncin M es B. Thomas et J. Hordies loco R. Palerma H. c./ L. OBLIGATIONS ALIMENTAIRES OBLIGATION D ENTRETIEN CONVENTION

Plus en détail

FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». Pour l année 2014 : 2,75% Avis publié au Moniteur belge du.

FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». Pour l année 2014 : 2,75% Avis publié au Moniteur belge du. FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». TAUX D INTÉRÊT LÉGAL TAUX D INTÉRÊT LÉGAL DANS LES TRANSACTIONS COMMERCIALES HAUTEUR BASE LÉGALE MODE DE CALCUL Pour l année 2014 : 2,75% Avis publié au Moniteur belge du. -Loi

Plus en détail

Article 4. - Garantie concernant la régularité des documents et actes sociaux

Article 4. - Garantie concernant la régularité des documents et actes sociaux CONVENTION DE VENTE D'ACTIONS ENTRE LES SOUSSIGNES 1.* Ci-après dénommé*s invariablement : «le cédant ou le vendeur». 2.* Ci-après dénommé*s invariablement : «le cessionnaire ou l'acquéreur». IL EST CONVENU

Plus en détail

Convention concernant l'égalité de traitement des nationaux et des non-nationaux en matière de sécurité sociale

Convention concernant l'égalité de traitement des nationaux et des non-nationaux en matière de sécurité sociale C118 Convention sur l'égalité de traitement (sécurité sociale), 1962 Convention concernant l'égalité de traitement des nationaux et des non-nationaux en matière de sécurité sociale Date d'entrée en vigueur:

Plus en détail

Cour de cassation. Chambre civile 1. Audience publique du 26 juin 2013. N de pourvoi: 12-13.757 ECLI:FR:CCASS:2013:C100714. Publié au bulletin

Cour de cassation. Chambre civile 1. Audience publique du 26 juin 2013. N de pourvoi: 12-13.757 ECLI:FR:CCASS:2013:C100714. Publié au bulletin Cour de cassation Chambre civile 1 Audience publique du 26 juin 2013 N de pourvoi: 12-13.757 ECLI:FR:CCASS:2013:C100714 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Hémery

Plus en détail

PENSION APRÈS DIVORCE ET DROIT TRANSITOIRE, JURISPRUDENCE RÉCENTE DE LA COUR D APPEL DE MONS.

PENSION APRÈS DIVORCE ET DROIT TRANSITOIRE, JURISPRUDENCE RÉCENTE DE LA COUR D APPEL DE MONS. Dans un arrêt du 26.03.2008 (R.G. 2007/719, inédit, déposé à la bibliothèque), la 17 ème chambre de la Cour d Appel de Mons s est prononcée sur une question délicate d application des dispositions législatives

Plus en détail

18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1. (Conclue le premier juin 1970)

18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1. (Conclue le premier juin 1970) 18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1 (Conclue le premier juin 1970) Les Etats signataires de la présente Convention, Désirant faciliter la reconnaissance des

Plus en détail

2 ) de prononcer la décharge de l imposition contestée ;

2 ) de prononcer la décharge de l imposition contestée ; sh COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE LYON N 10LY01157 ------------------ M. J M. Duchon-Doris Président Mme Chevalier-Aubert Rapporteur RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS La Cour administrative

Plus en détail

La société civile immobilière Saint-Etienne et M. et Mme Aime demandent à la

La société civile immobilière Saint-Etienne et M. et Mme Aime demandent à la ld COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE LYON N 12LY00100 ------------------ Société civile immobilière Saint-Etienne et M. et Mme Aime M. Bourrachot Président M. Segado Rapporteur RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM

Plus en détail

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007,

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007, Exempt- appel en matière de droit du travail Audience publique du dix juillet deux mille huit. Numéro 32992 du rôle. Composition: Romain LUDOVICY, premier conseiller; Roger LINDEN, conseiller; Jean-Paul

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 17 DECEMBRE 2007 S.07.0017.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.07.0017.F A. S., demandeur en cassation, admis au bénéfice de l assistance judiciaire par décision du bureau d assistance judiciaire

Plus en détail

SOCIETES CIVILES IMMOBILIERES (S.C.I.)

SOCIETES CIVILES IMMOBILIERES (S.C.I.) SOCIETES CIVILES IMMOBILIERES (S.C.I.) 02/03/2015 La société civile immobilière est une forme de société civile dont les opérations sont relatives aux immeubles. Cependant, il ne peut s'agir de toutes

Plus en détail

J.P. Liège (3 e canton), 28 avril 2008

J.P. Liège (3 e canton), 28 avril 2008 JURISPRUDENCE 1193 J.P. Liège (3 e canton), 28 avril 2008 Siège : Avocats : M. L. Désir M es D. Pire et M. Wéra B. c/ C. DIVORCE POUR CAUSE DÉTERMINÉE EFFETS EFFETS ENTRE ÉPOUX PENSION APRÈS DIVORCE Droit

Plus en détail

Pas d inscription possible (R.532-6)

Pas d inscription possible (R.532-6) 1 er cas : Le créancier dispose d un titre exécutoire (L.511-2) Cas : Décision d une juridiction de l ordre judiciaire ou administratif ayant force exécutoire acte notarié revêtu de la formule exécutoire

Plus en détail

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/norve... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/norve... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER 1 sur 5 09/06/2010 12:25 LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER Convention de New York NORVEGE La Norvège est partie : - à la Convention de la Haye du 25 octobre 1980, sur les aspects civils des enlèvements

Plus en détail

Numéro du rôle : 5736. Arrêt n 137/2014 du 25 septembre 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5736. Arrêt n 137/2014 du 25 septembre 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5736 Arrêt n 137/2014 du 25 septembre 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 43 de la loi du 11 juin 1874 sur les assurances (avant son abrogation par

Plus en détail

Numéro du rôle : 4490. Arrêt n 115/2009 du 16 juillet 2009 A R R E T

Numéro du rôle : 4490. Arrêt n 115/2009 du 16 juillet 2009 A R R E T Numéro du rôle : 4490 Arrêt n 115/2009 du 16 juillet 2009 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 42, 3, de la loi du 27 avril 2007 réformant le divorce, posée par le Tribunal

Plus en détail

sommaire DOCTRINE CHRONIQUE DE JURISPRUDENCE LÉGISLATION

sommaire DOCTRINE CHRONIQUE DE JURISPRUDENCE LÉGISLATION sommaire DOCTRINE La loi du 19 mars 2010 visant à promouvoir une objectivation du calcul des contributions alimentaires des père et mère au profit de leurs enfants Nathalie Dandoy 775 CHRONIQUE DE JURISPRUDENCE

Plus en détail

L an deux mil quatorze Et le dix-huit mars

L an deux mil quatorze Et le dix-huit mars KF/KV REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE COUR D APPEL D ABIDJAN TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN ORDONNANCE DE REFERE du 18 mars 2014 RG N 402/14 --------------- La Société Immobilière de Gestion et de Management

Plus en détail

J.P. Uccle, 13 février 2004

J.P. Uccle, 13 février 2004 JURISPRUDENCE 623 J.P. Uccle, 13 février 2004 Siège : Avocats : M. Géry de Walque, juge de paix de complément M es C. Malgaud et N. Kalamian D. c./ L. OBLIGATIONS ALIMENTAIRES OBLIGATION D ENTRETIEN DÉTERMINATION

Plus en détail

AUDIENCE PUBLIQUE ORDINAIRE DU 27 DECEMBRE 2013

AUDIENCE PUBLIQUE ORDINAIRE DU 27 DECEMBRE 2013 REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE COUR D APPEL D ABIDJAN TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN RG N 1164/2013 JUGEMENT CONTRADICTOIRE du 27/12/2013 ------------------ Affaire : MAMADOU DAHO (SCPA LE PARACLET) C/ LA

Plus en détail

Modifications apportées au Règlement départemental d aide sociale aux personnes âgées et aux personnes handicapées. Décembre 2015

Modifications apportées au Règlement départemental d aide sociale aux personnes âgées et aux personnes handicapées. Décembre 2015 Modifications apportées au Règlement départemental d aide sociale aux personnes âgées et aux personnes handicapées. Décembre 2015 PREAMBULE LES PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L AIDE SOCIALE Le Règlement départemental

Plus en détail

N 36 SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1984-1985. relatif à l'intervention des organismes débiteurs des prestations

N 36 SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1984-1985. relatif à l'intervention des organismes débiteurs des prestations PROJET DE LOI adopté le 12 décembre 1984 N 36 SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1984-1985 PROJET DE LOI relatif à l'intervention des organismes débiteurs des prestations familiales pour le recouvrement

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 25 JANVIER 2010 C.09.0203.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.09.0203.F 1. C. V., comte d. R., 2. GENERALI BELGIUM, société anonyme dont le siège social est établi à Bruxelles, avenue Louise, 149,

Plus en détail

BARÈME DE L'IMPÔT ANNUEL SUR LES SALAIRES

BARÈME DE L'IMPÔT ANNUEL SUR LES SALAIRES BARÈMES DE L IMPÔT 33 IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES BARÈME DE L'IMPÔT ANNUEL SUR LES SALAIRES salaires applicable aux décomptes annuels relatifs aux années d'imposition postérieures à 2012

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 21 MAI 2010 C.09.0340.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.09.0340.F C. A., demandeur en cassation, représenté par Maître Pierre Van Ommeslaghe, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

FAQ n 10 : Curateurs et TVA

FAQ n 10 : Curateurs et TVA FAQ n 10 : Curateurs et TVA Cette FAQ n 10 vise à regrouper les règles spécifiques en matière de TVA qui concernent les curateurs de faillites telles qu elles ont été précisées dans la circulaire du 20

Plus en détail

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s)

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 9 juillet 2014 N de pourvoi: 13-17470 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen

Plus en détail

En particulier, le montant des frais de personnel est nettement plus important : 2 788 F/habitant en 1998, contre 1 396 F pour la moyenne nationale.

En particulier, le montant des frais de personnel est nettement plus important : 2 788 F/habitant en 1998, contre 1 396 F pour la moyenne nationale. COMMUNE D'EYMOUTIERS EXAMEN DE LA GESTION OBSERVATIONS DEFINITIVES 1 - Situation financière : Le montant du budget de fonctionnement (environ 17 millions de francs) est atypique par rapport aux communes

Plus en détail

>> Indemnité de licenciement des Mensuels

>> Indemnité de licenciement des Mensuels N d info 1454-10 Informations ASJ 04-03 Pôle Relations Sociales et Juridiques Mise à jour juin 2011 >> Indemnité de licenciement des Mensuels L avenant du 21 juin 2010 à l accord national sur la mensualisation

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 4 DECEMBRE 2009 C.09.0007.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.09.0007.F G. C., demanderesse en cassation, représentée par Maître Jacqueline Oosterbosch, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet

Plus en détail

Numéro 1. Initialement conçue comme mesure temporaire, la préretraite a été définitivement ancrée dans la législation du travail.

Numéro 1. Initialement conçue comme mesure temporaire, la préretraite a été définitivement ancrée dans la législation du travail. le gouvernement du grand-duché de luxembourg Inspection générale de la Sécurité sociale Aperçus Septembre 212 Numéro 1 Roland Moes LA PRÉRETRAITE 1 DISPOSITIONS LÉGALES Initialement conçue comme mesure

Plus en détail

L an deux mil quinze Et le vingt-trois juin

L an deux mil quinze Et le vingt-trois juin YD/KF/AE REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE ------------- COUR D APPEL D ABIDJAN -------------------- TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN -------------------- RG N 2078/2015 ----------------- ORDONNANCE DU JUGE DE

Plus en détail

Table des matières. 1 Le divorce : quoi de neuf depuis 2008? Didier PIRE maître de conférences à l U.Lg., avocat

Table des matières. 1 Le divorce : quoi de neuf depuis 2008? Didier PIRE maître de conférences à l U.Lg., avocat Table des matières 1 Le divorce : quoi de neuf depuis 2008? Didier PIRE maître de conférences à l U.Lg., avocat Introduction................................................................ 8 La cause unique

Plus en détail

Règlement des prêts (Adopté par le Conseil d administration par la Résolution 1562, le 14 novembre 2013)

Règlement des prêts (Adopté par le Conseil d administration par la Résolution 1562, le 14 novembre 2013) Règlement des prêts (Adopté par le Conseil d administration par la Résolution 1562, le 14 novembre 2013) Edition mise à jour en novembre 2014 CHAPITRE 1 er Objet du Règlement des prêts ARTICLE 1.1 Objet

Plus en détail

Convention sur les effets du divorce 1

Convention sur les effets du divorce 1 Convention sur les effets du divorce 1 entre (prénom, nom, date de naissance, rue, NPA, lieu) représenté(e) par (prénom, nom, rue, NPA, lieu) et (prénom, nom, date de naissance, rue, NPA, lieu) représenté(e)

Plus en détail

J.P. Binche, 27 juin 2006

J.P. Binche, 27 juin 2006 R.T.D.F.4-2006.book Page 1255 Monday, January 29, 2007 11:22 AM JURISPRUDENCE 1255 J.P. Binche, 27 juin 2006 Siège : Avocats : M me A. Bouton, juge de paix M es V. Lechien et H. de Looz-Corswarem loco

Plus en détail

SENAT PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT EN DEUXIÈME LECTURE. fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis.

SENAT PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT EN DEUXIÈME LECTURE. fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis. PROJET DE LOI adopte, 22 Juin 1965. N 101 SENAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1964-1965 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT EN DEUXIÈME LECTURE fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis. Le

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Loi du 16 juillet 2008 modifiant le code des impôts sur le revenu et organisant une fiscalité forfaitaire des droits d auteur et des droits voisins

Plus en détail

Comparaison entre dispositifs réglementant le CET Avant et après parution du décret n 2009-1065

Comparaison entre dispositifs réglementant le CET Avant et après parution du décret n 2009-1065 Comparaison entre dispositifs réglementant le CET Avant et après parution du décret n 2009-1065 Décret n 2002-634 du 29 avril 2002, modifié, version du 6 novembre 2008 Art. 1 Il est institué dans la fonction

Plus en détail

Conditions générales de vente Anne Cauvel

Conditions générales de vente Anne Cauvel Conditions générales de vente Anne Cauvel Définitions Est appelé Anne Cauvel, nous, l auteur Anne Cauvel de Beauvillé, sise 74, rue Lévis, 75017 Paris, France. Est appelé Client la personne physique ou

Plus en détail

Numéro du rôle : 5045. Arrêt n 118/2011 du 30 juin 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 5045. Arrêt n 118/2011 du 30 juin 2011 A R R E T Numéro du rôle : 5045 Arrêt n 118/2011 du 30 juin 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 231 et 306 du Code civil, tels qu ils étaient applicables avant leur abrogation

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt-deux mars deux mille douze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt-deux mars deux mille douze. N 17 / 12. du 22.3.2012. Numéro 2954 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt-deux mars deux mille douze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

Ordonnance concernant le fonds pour la désaffectation d'installations nucléaires

Ordonnance concernant le fonds pour la désaffectation d'installations nucléaires Ordonnance concernant le fonds pour la désaffectation d'installations nucléaires du 5 décembre 1983 INIS-mf 9664 Le Conseil fédéral suisse, vu l'article 11, 3 e alinéa, de l'arrêté fédéral du 6 octobre

Plus en détail

Plan de prévoyance 94

Plan de prévoyance 94 valable dès le 1er janvier 2015 Plan de prévoyance 94 Assurance d interruption Objectif L assurance d interruption a pour objectif d assurer la couverture de risques pour les personnes de moins de 50 ans,

Plus en détail

Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 18 décembre 2013 N de pourvoi: 12-18537 ECLI:FR:CCASS:2013:C101492 Publié au bulletin Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction de président),

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS PREMIÈRE SECTION AFFAIRE BOCA c. BELGIQUE (Requête n o 50615/99) ARRÊT STRASBOURG 15 novembre

Plus en détail

TEXTE ADOPTE n 708 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2001-2002 10 octobre 2001 PROPOSITION DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

PRESENTATION DE LA TABLE DE REFERENCE

PRESENTATION DE LA TABLE DE REFERENCE DIRECTION DES AFFAIRES CIVILES ET DU SCEAU PRESENTATION DE LA TABLE DE REFERENCE I. Principes d'élaboration de la table de référence La règle de calcul retenue repose sur une appréciation du «coût de l'enfant»

Plus en détail

L an deux mil quatorze ; Et le dix-sept décembre ; Assisté de Maître BAH Stéphanie, Greffier ; -Constater la nullité de l acte de caution ;

L an deux mil quatorze ; Et le dix-sept décembre ; Assisté de Maître BAH Stéphanie, Greffier ; -Constater la nullité de l acte de caution ; REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE --------------------- COUR D APPEL D ABIDJAN -------------------- TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN -------------------- RG N 3378/2014 ---------------- ORDONNANCE DU JUGE D EXECUTION

Plus en détail

Décision déférée du 20 Janvier 2012 - Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale de HAUTE GARONNE (21000912)

Décision déférée du 20 Janvier 2012 - Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale de HAUTE GARONNE (21000912) 12/09/2013 ARRÊT N N RG : 12/00725 BB/KP Décision déférée du 20 Janvier 2012 - Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale de HAUTE GARONNE (21000912) F LUCIANI Nadine D C/ CAISSE REGIONALE ASSURANCE MALADIE

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 2 avril 2014 N de pourvoi: 13-11025 ECLI:FR:CCASS:2014:C100359 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP

Plus en détail

Grands principes du droit du divorce

Grands principes du droit du divorce Grands principes du droit du divorce En Belgique, il existe deux procédures de divorce: - la procédure DCM ( Divorce par Consentement Mutuel) - la procédure DDI ( Divorce pour Désunion Irrémédiable) 1.

Plus en détail

Numéro du rôle : 4525. Arrêt n 83/2009 du 14 mai 2009 A R R E T

Numéro du rôle : 4525. Arrêt n 83/2009 du 14 mai 2009 A R R E T Numéro du rôle : 4525 Arrêt n 83/2009 du 14 mai 2009 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 7, 13, alinéa 2, de l arrêté-loi du 28 décembre 1944 concernant la sécurité sociale

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 10DA00628 Inédit au recueil Lebon 2e chambre - formation à 3 M. Mortelecq, président M. Patrick Minne, rapporteur M. Marjanovic, rapporteur public SELARL ALAIN SARRAZIN,

Plus en détail

Catherine Olivier Divorcer sans casse

Catherine Olivier Divorcer sans casse Catherine Olivier Divorcer sans casse Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3511-2 Chapitre 2 Le divorce accepté Cette procédure concerne actuellement environ 15 % des divorces. Le divorce accepté, autrefois

Plus en détail

Fournisseur X République Française

Fournisseur X République Française Page 1 Cour d'appel Douai Chambre 1, section 1 6 Juin 2011 N 10/03790 Monsieur M. Fournisseur X République Française Au nom du Peuple Français COUR D'APPEL DE DOUAI CHAMBRE 1 SECTION 1 ARRÊT DU 06/06/2011

Plus en détail

Cession de créance - Débiteur cédé en liquidation judiciaire - Maintien des cautions

Cession de créance - Débiteur cédé en liquidation judiciaire - Maintien des cautions Cession de créance - Débiteur cédé en liquidation judiciaire - Maintien des cautions L'an, Le, Par-devant M e, notaire à, A reçu le présent acte authentique de cession de créance à la requête des personnes

Plus en détail

CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3247 Convention collective nationale IDCC : 1513. ACTIVITÉS DE PRODUCTION DES

Plus en détail

AVANT-PROJET DE LOI. Portant diverses dispositions relatives au droit de la famille. Chapitre 1er Dispositions relatives à l autorité parentale

AVANT-PROJET DE LOI. Portant diverses dispositions relatives au droit de la famille. Chapitre 1er Dispositions relatives à l autorité parentale RÉPUBLIQUE FRANÇAISE NOR : [ ] AVANT-PROJET DE LOI Portant diverses dispositions relatives au droit de la famille Chapitre 1er Dispositions relatives à l autorité parentale L article 372-2 du code civil

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Nancy N 11NC00159 Inédit au recueil Lebon 2ème chambre - formation à 3 M. COMMENVILLE, président Mme Catherine FISCHER-HIRTZ, rapporteur M. FERAL, rapporteur public SAGET,

Plus en détail

MODALITÉS DE TRANSFERT

MODALITÉS DE TRANSFERT 14 novembre 2003. ARRÊTÉ ROYAL portant exécution de la loi du 28 avril 2003 relative aux pensions complémentaires et au régime fiscal de celles-ci et de certains avantages complémentaires en matière de

Plus en détail

Table des matières. 1 Le divorce pour désunion irrémédiable : un an d application... 7. Didier PIRE, chargé de cours adjoint à l U.Lg.

Table des matières. 1 Le divorce pour désunion irrémédiable : un an d application... 7. Didier PIRE, chargé de cours adjoint à l U.Lg. Table des matières 1 Le divorce pour désunion irrémédiable : un an d application.......................... 7 Didier PIRE, chargé de cours adjoint à l U.Lg., avocat Introduction.................................................................

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 7 FEVRIER 2005 S.04.0124.N/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.04.0124.N FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL, Me Bruno Maes, avocat à la Cour de cassation, contre 1. L. M.-H., 2. S. D., 3. S. F., 4. S.

Plus en détail

Contrat de VRP exclusif

Contrat de VRP exclusif Contrat de VRP exclusif Entre les soussignés La Société, Adresse : N o URSSAF : URSSAF Code NAF : Représentée par Monsieur agissant en qualité de d'une part, et Monsieur Né le, à Nationalité : N o d'immatriculation

Plus en détail

Modification du Code civil (entretien de l'enfant), du Code de procédure civile (art. 296a) et de la Loi fédérale en matière d'assistance (art.

Modification du Code civil (entretien de l'enfant), du Code de procédure civile (art. 296a) et de la Loi fédérale en matière d'assistance (art. Nouvelle réglementation du droit d'entretien Réflexions professionnelles de la CSIAS sur le projet du DFJP mis en consultation Modification du Code civil (entretien de l'enfant), du Code de procédure civile

Plus en détail

LA PRATIQUE JUDICIAIRE

LA PRATIQUE JUDICIAIRE SC001078/competence CENTRE D E FORM ATION PROFESSIONNELLE des Barreaux d e Liège, Verviers, Eupen, Marche -en-famenne, Neufchâtea u et Arlon LA PRATIQUE JUDICIAIRE Schéma des questions à aborder dans le

Plus en détail

Justice de paix de Fontaine-l Evêque 5 avril 2007

Justice de paix de Fontaine-l Evêque 5 avril 2007 1620 2007/38 JURISPRUDENCE DE LIEGE, MONS ET BRUXELLES Justice de paix de Fontaine-l Evêque 5 avril 2007 Aliments - Parents vis-à-vis des enfants Contribution du père prévue par les conventions préalables

Plus en détail

LE PLAN DE FORMATION

LE PLAN DE FORMATION LE I ELABORATION DU L établissement du plan de formation relève du pouvoir de direction de l employeur. C est à ce dernier de décider quels sont les salariés qui partiront en formation au cours de l année

Plus en détail

2,5 x SMIC horaire x [(12 x 151,67) + nombre d'heures complémentaires ou supplémentaires)] rémunération totale.

2,5 x SMIC horaire x [(12 x 151,67) + nombre d'heures complémentaires ou supplémentaires)] rémunération totale. QUESTION- DU 6 DECEMBRE 2013 2. Calcul du CICE Quelles sont les règles d arrondi? Le montant du CICE, du plafond d'éligibilité et de l'assiette est arrondi à l'euro le plus proche. La fraction d'euro égale

Plus en détail

A quel type d'intervenant convient-il de s'adresser selon les difficultés rencontrées?

A quel type d'intervenant convient-il de s'adresser selon les difficultés rencontrées? Direction générale de l'enseignement postobligatoire La fin du contrat d apprentissage A-t-on le droit de mettre fin à un contrat d apprentissage? Dans le présent document, le terme «apprenti» s entend

Plus en détail

REGLEMENT DE GESTION mode de placement "Fonds rendement garanti+"

REGLEMENT DE GESTION mode de placement Fonds rendement garanti+ REGLEMENT DE GESTION mode de placement "Fonds rendement garanti+" CONTENU 1. INTRODUCTION... 3 2. TAUX D INTERET... 3 3. PARTICIPATION BENEFICIAIRE... 3 3.1. Participation bénéficiaire annuelle... 4 3.2.

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l'article 203bis du Code civil, posée par le juge de paix du canton de Huy II - Hannut.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l'article 203bis du Code civil, posée par le juge de paix du canton de Huy II - Hannut. Numéro du rôle : 2686 Arrêt n 122/2004 du 7 juillet 2004 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l'article 203bis du Code civil, posée par le juge de paix du canton de Huy II - Hannut.

Plus en détail

RÈGLE 60 DÉPENS. (1) Si une partie a droit, en vertu des présentes règles ou d une ordonnance, à des dépens payables :

RÈGLE 60 DÉPENS. (1) Si une partie a droit, en vertu des présentes règles ou d une ordonnance, à des dépens payables : Mode général de liquidation des dépens RÈGLE 60 DÉPENS (1) Si une partie a droit, en vertu des présentes règles ou d une ordonnance, à des dépens payables : Dépens raisonnables a) par une autre partie;

Plus en détail

AUDIENCE PUBLIQUE DU 31 août 2015. L an deux mil quinze, Et le trente et un août ;

AUDIENCE PUBLIQUE DU 31 août 2015. L an deux mil quinze, Et le trente et un août ; REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE ----------------- COUR D APPEL D ABIDJAN ---------------- TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN --------------- RG N 3097/2015 ------------- ORDONNANCE DU JUGE DE L EXECUTION du 31/08/2015

Plus en détail

TRIBUNAL DE PREMIÈRE INSTANCE DE BRUXELLES

TRIBUNAL DE PREMIÈRE INSTANCE DE BRUXELLES R.G. n 2009/11673/A Divorce Au fond Contradictoire TRIBUNAL DE PREMIÈRE INSTANCE DE BRUXELLES EN CAUSE DE: Monsieur X, domicilié à Bruxelles, rue de..., demandeur originaire, défendeur sur reconvention,

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M.

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010 Époux M. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 juillet 2010 par le Conseil d État d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) portant sur les

Plus en détail

Ordonnance sur la rémunération et le remboursement des frais en matière de gestion de mesures de protection de l'enfant et de l'adulte

Ordonnance sur la rémunération et le remboursement des frais en matière de gestion de mesures de protection de l'enfant et de l'adulte 1.1 Ordonnance sur la et le remboursement des frais en matière de gestion de mesures de protection de l'enfant et de l'adulte du septembre 014 Le Gouvernement de la République et Canton du Jura, vu l'article

Plus en détail

Référence : ADH001 Date dernière mise à jour : 01/01/2013 CONTRAT D ADHESION. Contrat D adhésion. Portage Premium PAGE. 1 sur 6

Référence : ADH001 Date dernière mise à jour : 01/01/2013 CONTRAT D ADHESION. Contrat D adhésion. Portage Premium PAGE. 1 sur 6 Contrat D adhésion 1 sur 6 ENTRE LES SOUSSIGNES : 1. La société SARL, dont le siège est situé 35 Av. Pierre et Marie Curie 78360 MONTESSON représentée par Aurelien NKAM, ci-après dénommé ET 2 Mme, Mlle,

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel [TRADUCTION] Citation : Commission de l assurance-emploi du Canada c. R. B., 2014 TSSDA 226 Appel No : 2012-1851 ENTRE : Commission de l assurance-emploi du Canada Appelante et R. B. Intimé DÉCISION DU

Plus en détail

AIDE SOCIALE AUX PERSONNES AGEES ET PERSONNES HANDICAPEES

AIDE SOCIALE AUX PERSONNES AGEES ET PERSONNES HANDICAPEES C11 Hébergement par un accueillant familial à titre onéreux : Financement de l accueil Nature de la prestation : Références : Prestations légales pour le financement du coût de l'accueil familial : Décret

Plus en détail

Loi-programme (I) du 27 décembre 2006, art. 113 jusqu à 133

Loi-programme (I) du 27 décembre 2006, art. 113 jusqu à 133 Parue dans le Moniteur Belge du 28 décembre 2006 Loi-programme (I) du 27 décembre 2006, art. 113 jusqu à 133 CHAPITRE VI. Fonds d indemnisation des victimes de l amiante Section 1re. Mission et fonctionnement

Plus en détail

CONTRAT TYPE ENTENTE RELATIVE AU REGROUPEMENT D'EMPLOYEURS AUX FINS DE L'ASSUJETTISSEMENT À DES TAUX PERSONNALISÉS ET AU CALCUL DE CES TAUX

CONTRAT TYPE ENTENTE RELATIVE AU REGROUPEMENT D'EMPLOYEURS AUX FINS DE L'ASSUJETTISSEMENT À DES TAUX PERSONNALISÉS ET AU CALCUL DE CES TAUX CONTRAT TYPE ENTENTE RELATIVE AU REGROUPEMENT D'EMPLOYEURS AUX FINS DE L'ASSUJETTISSEMENT À DES TAUX PERSONNALISÉS ET AU CALCUL DE CES TAUX ENTRE : LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL,

Plus en détail

1. Document d information et Règlement général des Opérations

1. Document d information et Règlement général des Opérations Document d information relatif aux modalités de fonctionnement du compte d épargne réglementé épargneplus ACTION TEMPORAIRE du 1 er juin 2012 au 15 juillet 2012 inclus 1. Document d information et Règlement

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 2277 du Code civil, posée par la Cour d appel de Mons.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 2277 du Code civil, posée par la Cour d appel de Mons. Numéro du rôle : 5607 Arrêt n 40/2014 du 6 mars 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 2277 du Code civil, posée par la Cour d appel de Mons. La Cour constitutionnelle,

Plus en détail

Tribunal de Ière Instance de Bruxelles

Tribunal de Ière Instance de Bruxelles Tribunal de Ière Instance de Bruxelles Jugement du 17 novembre 2004 - Rôle n 2001/15288/A Exercice d'imposition 1992 Arrêt Avocats: Maître Benoît Philippart de Foy - pour la requérante I. Objet et recevabilité

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

SIMPLIFIE ET PACIFIE LA PROCÉDURE. À TOUTES LES ÉTAPES DE LA PROCÉDURE ET SUR TOUTES LES QUESTIONS LIÉES À LA LIQUIDATION DU RÉGIME

SIMPLIFIE ET PACIFIE LA PROCÉDURE. À TOUTES LES ÉTAPES DE LA PROCÉDURE ET SUR TOUTES LES QUESTIONS LIÉES À LA LIQUIDATION DU RÉGIME Le Divorce LA LOI DU 26 MAI 2004 RÉFORMANT LE DIVORCE EST ENTRÉE EN VIGUEUR LE 1 ER JANVIER 2005. CETTE LOI SIMPLIFIE ET PACIFIE LA PROCÉDURE. ELLE RENFORCE LE RÔLE DU NOTAIRE. CE DERNIER PEUT INTERVENIR

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 7 G-4-01 N 101 du 5 JUIN 2001 7 E. / 16 INSTRUCTION DU 23 MAI 2001 MUTATIONS A TITRE GRATUIT DONATIONS DROITS D ENREGISTREMENT DIVORCE PRESTATIONS

Plus en détail

INTIMEE: A.f~ELANIE : SAL Dont le siège social est: Madame Domiciliée. N S-..:a G- Président: Conseiller, présidant la chambre désigné à ces

INTIMEE: A.f~ELANIE : SAL Dont le siège social est: Madame Domiciliée. N S-..:a G- Président: Conseiller, présidant la chambre désigné à ces N S-..:a G- A.f~ELANIE : SAL Dont le siège social est: INTIMEE: Madame Domiciliée R Président: Monsieur LI1TNER, Conseiller, présidant la chambre désigné à ces fonctions par ordonnance de Monsieur le Premier

Plus en détail