Etat des lieux du dispositif Point Accueil Ecoute Jeunes (PAEJ) en Languedoc-Roussillon

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etat des lieux du dispositif Point Accueil Ecoute Jeunes (PAEJ) en Languedoc-Roussillon"

Transcription

1 PREFET DE LA REGION LANGUEDOC ROUSSILLON DIRECTION REGIONALE DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA COHESION SOCIALE Etat des lieux du dispositif Point Accueil Ecoute Jeunes (PAEJ) en Languedoc-Roussillon Juin 2011 Toute correspondance sera adressée impersonnellement au Directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale 3 avenue Charles FLAHAULT Montpellier Cedex 5 - Tél : Fax : Nous contacter par courriel : - Site Internet : Ouverture au public : du lundi au vendredi : 8h30 12h ; 13h30 17h 1

2 Introduction Cette étude a été réalisée entre novembre 2010 et juin 2011au sein de la Direction Régionale Jeunesse, Sports et Cohésion sociale du Languedoc-Roussillon par Séverine Gauthier dans le cadre de son stage de master 2 «Intermédiation et développement social» de l Université Paul Valéry à Montpellier, avec le soutien de Sylvia Legait-Maille, responsable de la cellule «Observation - Veille - Etudes» et de Marie-Claude Aldebert, responsable du pôle «Cohésion sociale territoriale» à la DRJSCS. Elle a bénéficié de l aide précieuse de Bernadette Adelain de la DDCS de l Hérault, d Eve Marty de la DDCS des Pyrénées Orientales, ainsi que de Marie Perrin-Lacour, conseillère technique en travail social à la DRJSCS. Qu elles en soient remerciées. Cette étude n aurait enfin pas pu être réalisée sans l accueil, la disponibilité et l aide précieuse des acteurs Points Ecoute et notamment de Danielle Constant, Secrétaire et Déléguée Régionale Languedoc Roussillon de l Association Nationale des PAEJ (ANPAEJ), et directrice du PAEJ «Episode». 2

3 Sommaire 1 - Objectifs de l étude Contexte de l étude Les attendus de l étude Méthodologie Comité de pilotage de l étude Les sources d information et recueil de données L enquête Les entretiens 5 3- Etat des lieux des Points Ecoute L histoire du dispositif PAEJ porté par l Etat dans la région Implantation géographique des Points écoute Hétérogénéité du dispositif Fonctionnement et activité des PAEJ Horaires d ouverture Locaux d accueil Modalités d accueil et d intervention L accueil : inconditionnel, confidentiel et gratuit L écoute Les activités collectives Activité globale des Points Ecoute en Personnel intervenant en Point Ecoute Activité des personnels Majoritairement des écoutants psychologues : une particularité territoriale Des temps partiels exercés par du personnel féminin Description des jeunes accueillis Age des jeunes Statut des jeunes Problématiques majeures des jeunes Partenariats et réseaux Un partenariat souvent informel centré sur la question du mal être Des partenariats pour capter les jeunes Un partenariat pour orienter si nécessaire Un large partenariat pour une mutualisation des actions collectives Des partenariats non officialisés Des réseaux institutionnels/formalisés pour développer des outils et faire évoluer les connaissances sur la question jeunesse Un positionnement à articuler avec celui des Maisons des Adolescents : une spécificité à clarifier Analyse globale des financements de Synthèse des constats Recommandations 31 3

4 Annexes : Annexe 1 : L histoire du dispositif PAEJ 34 Annexe 2 : Composition du Comité de pilotage de l étude 36 Annexe 3 : Grille de recueil d information 37 Annexe 4 : Grille d entretien avec le personnel des Points écoute 43 4

5 1 - Objectifs de l étude 1.1 Contexte de l étude Les Points Accueil et Ecoute Jeunes (PAEJ) ont été créés en 2002 par la circulaire DGS- DGAS n 2002/145 du 12 mars Selon les termes de la circulaire, «ils constituent des formes d intervention légères qui peuvent jouer utilement un rôle de proximité défini autour d une fonction préventive d accueil, d écoute, de soutien, de sensibilisation, d orientation et de médiation au contact des jeunes exposés à des situations de risque et de leur entourage adulte. Leur intervention est définie par un cahier des charges et des protocoles de travail.» La circulaire mentionne qu ils «doivent bénéficier dans le cadre de la compétence conjointe de l Etat et des conseils généraux et avec l appui des autres collectivités locales, de financements stables pérennes et partagés.» La circulaire DGAS/LCE/2005/12 du 6 janvier 2005 vient conforter le dispositif par la mise en œuvre d un plan triennal de création de 300 PAEJ au plan national (voir en annexe 1). Ils bénéficient de financements Etat sur le BOP 177, à hauteur de sur la région en L étude a été commandée par le Pôle «Cohésion sociale territoriale» de la DRJSCS, dirigé par Mme Aldebert, en charge du pilotage régional du dispositif PAEJ. Cette commande s inscrit dans un contexte de baisse des financements 2011 alloués à ce dispositif au plan national dans le cadre du BOP 177. Un tel état des lieux n avait jamais été réalisé au plan régional dans la région. Il est donc l occasion pour les différents financeurs de bénéficier d une photographie analytique de ce dispositif aujourd hui et de leur permettre de rationaliser ce dispositif pour un service optimisé au service des jeunes et des parents. Par ailleurs, le Languedoc-Roussillon se caractérise par un investissement important du Conseil Régional pour soutenir financièrement des points écoute généralement adossés aux Missions locales. Ainsi aux 15 PAEJ financés sur le BOP 177 (avec un cofinancement éventuel du Conseil Régional) s ajoutent 10 Points écoute supplémentaires dont l objectif est très proche des termes de la circulaire de Ils contribuent à mailler le territoire régional et à offrir des lieux d écoute là où le financement issu du BOP177 est moins important (dans le Gard et dans l Aude notamment). 1.2 Les attendus de l étude Elle a pour objectif de réaliser un état des lieux des structures PAEJ existantes dans la région, d analyser le service rendu au regard de la circulaire du 12 mars 2002 en caractérisant leur activité et le personnel y travaillant. L étude permet de rendre compte des partenariats tissés localement pour jouer un rôle de réorientation vers les structures adaptées (sociales, médico-sociales et sanitaires) et de faire ressortir les difficultés éventuelles. Elle aboutit à un certain nombre de recommandations dont les décideurs pourront se saisir pour orienter leur soutien au dispositif. 3

6 Au regard du contexte régional, la DRJSCS a pris le parti d inclure dans son étude l observation de l ensemble des points écoute jeunes financés ou pas par l Etat afin d avoir une vision voulue la plus exhaustive possible du service rendu aux jeunes. Cependant tout au long de l étude, un zoom sur les PAEJ financés par l Etat sera présenté systématiquement afin que la DRJSCS et les DDCS et DDCSPP puissent s en saisir dans le pilotage de leurs dispositifs. 2 - Méthodologie 2.1 Comité de pilotage de l étude Un comité de pilotage de l étude a été constitué. Présidé par Mme Aldebert, responsable du Pôle «cohésion sociale territoriale» de la DRJSCS, il est composé de représentants des DDCS et DDCSPP de la région, de la conseillère technique en travail social de la DRJSCS,, des représentants des principaux financeurs (Conseil Régional, Conseil Général de l Hérault, CAF des Pyrénées Orientales et Agence Régionale de Santé), du rectorat et de l inspection académique de l Hérault, d un psychologue clinicien et enfin de la Secrétaire et Déléguée Régionale Languedoc Roussillon de l Association Nationale des PAEJ (ANPAEJ), et directrice du PAEJ «Episode» (annexe 2). Le comité de pilotage s est réuni trois fois (décembre 2010, mars 2011 et juin 2011) et a permis de nourrir à chaque étape de l étude (lancement, résultats à mi-parcours et bilan final) les réflexions sur les outils de collecte de données, le fonctionnement du dispositif et de valider les préconisations formulées. 2.2 Les sources d information et recueil de données Trois sources d information ont été mobilisées pour mener à bien cette étude : - Les rapports d activités 2009 des structures porteuses d un Point Ecoute (y compris ceux non financées par l Etat grâce à la collaboration du Conseil Régional) - Une enquête auprès des Points écoute au moyen d une grille de recueil de données standardisées plutôt quantitatives - Des entretiens auprès de quelques Points Ecoute et de certains de leurs partenaires, afin de compléter par des informations plus qualitatives, les résultats issus de l enquête L enquête Les rapports d activité n étant pas standardisés, il a été difficile d en extraire des informations comparables d un PAEJ à l autre. Ainsi, il a été décidé un recueil standardisé de données essentiellement quantitatives, auprès de chaque PAEJ. Un questionnaire a été transmis le 24 janvier 2011 à l ensemble des 25 structures repérées. Il a été administré sous forme d un formulaire internet. Ce questionnaire s articule autour des questionnements suivants (annexe 3) : Identification du PAEJ et de ses antennes 4

7 Modalités d accueil ou d intervention du PAEJ en 2009 Personnel intervenant pour le PAEJ Activité du PAEJ en 2009 (y compris de chaque antenne) Caractéristiques des jeunes accueillis (sexe, âge, statut, mode contact, problématique majeure repérée) Orientation des jeunes accueillis en 2009 Environnement institutionnel et partenariat local Budget du PAEJ en 2008, 2009 et 2010 L enquête ayant été lancée en janvier 2011 et afin de ne pas bousculer la préparation des rapports d activité 2010, il a été décidé d interroger ces structures sur leur activité Un seul point écoute adossé à une Mission Locale, non financé par l Etat, a refusé de répondre à l enquête en mettant en avant le non financement de l Etat. Les limites de l enquête Les données collectées via l enquête, volontairement restreintes à l essentiel, ne rendent pas compte de l organisation du PAEJ. Même si les entretiens ont pu compléter l information quantitative, il a été dans certains cas nécessaire de rappeler le PAEJ pour comprendre certains chiffres. La quantification du personnel en équivalent temps plein a été compliquée à évaluer. De même, dégager la problématique majeure pour chaque jeune a été un exercice impossible pour certains tant il est difficile d en choisir une seule quand le jeune présente de multiples problématiques intriquées. Le recueil de données est statique. Il ne permet pas d observer l évolution récente de la structure, son développement éventuel. En raison de la mobilité des personnels, il a été, pour certains PAEJ, impossible de répondre pour l année 2009 ; ils ont répondu avec les données 2010 dont ils disposaient alors, l enquête s étant étalée jusqu avril Certains thèmes n ont pas été abordés : statut, formations et supervision des personnels écoutants par exemple. L enquête n interroge pas les PAEJ sur l existence d un diagnostic préalable à la mise en place du PAEJ. Il est pourtant essentiel. La conformité du PAEJ à la circulaire de 2002 ne prouve en rien l efficacité du dispositif déployé localement Les entretiens Ils ont été réalisés auprès de 9 Points Ecoute choisis à partir des critères suivants : Le département Lieu d implantation (milieu rural, milieu urbain, milieu péri urbain, milieu montagnard, quartier dit sensible) 5

8 Le type de structure porteuse (Mission Locale, centre de soins, structure spécialisée dans l écoute de soutien à la parole ) Dans ces structures, un entretien a eu lieu avec la (le) directrice (teur) et dans la majorité des cas avec une personne écoutante directement en lien avec le public reçu. Les Points Ecoute rencontrés sont les suivants : Dans l Aude : Dans le Gard : - la Mission Locale de Narbonne (financée BOP177) - l association SAJE d Alès (financée BOP177) - la Mission Locale Petite Camargue (non financée BOP177) Dans l Hérault : - l association EPE de Montpellier (financée BOP177) - la Ligue de l enseignement de Roujan (financée BOP177) - Le PEPA de Montpellier (financé BOP177) - la Mission Locale de Montpellier (non financée BOP177) Dans les Pyrénées Orientales : - l association Chemin Faisant de Saillagouse (financée BOP177) - L association Parenthèse de Perpignan (financée BOP177) La grille d entretien a été construite autour de six grands thèmes : (voir annexe 4) Statut de l interlocuteur au sein de structure, Conditions de mise en place du Point Ecoute, Modalités de premier contact au Point Ecoute, Prestations et bénéfices apportés, Insertion du Point Ecoute sur le territoire, Position dans le cadre institutionnel. Ont également été rencontrées, pour certaines à plusieurs reprises, outre les responsables PAEJ des DDCS de l Hérault et des Pyrénées Orientales, les personnes suivantes : - La conseillère technique en travail social de la DRJSCS - La conseillère technique en travail social du recteur - Le fondateur du PEPA de Montpellier (1 er PAEJ de la région) - La secrétaire et Déléguée Régionale Languedoc Roussillon de l Association Nationale des PAEJ (ANPAEJ), et directrice du PAEJ «Episode». 6

9 - L association CASADO - Le médecin inspecteur en charge de ce dispositif au Pôle prévention de l ARS - Le coordonateur de la Maison des Adolescents de Nîmes - La future directrice de la Maison des Adolescents de Montpellier - Une psychologue du CMP Ado (entretien téléphonique) - APS 34, Association de Prévention Spécialisée de l Hérault 3- Etat des lieux des Points Ecoute 3.1 L histoire du dispositif PAEJ porté par l Etat dans la région Parmi les structures étudiées aujourd hui, huit dispositifs d accueil et d écoute des jeunes et parents avaient été déployés avant 2002 dans la région Languedoc Roussillon : un dans le Gard, quatre dans l Hérault et trois dans le département des Pyrénées Orientales. La circulaire de 2002 est venue consolider six de ces huit dispositifs qui ont alors pris l appellation PAEJ et a permis la mise en place d un nouveau PAEJ dans les Pyrénées Orientales et un dans l Hérault. C est donc la circulaire de 2005 qui va majoritairement étendre ce dispositif à un grand nombre de jeunes en finançant comme PAEJ deux des points écoute existant avant 2002 et en finançant sept nouvelles associations. Conformément à la circulaire qui entend comme prioritaires «les départements non pourvus en PAEJ», le territoire de l Aude va se voir doté de deux PAEJ. Trois nouveaux dispositifs vont être implantés dans l Hérault, un dans un «quartier d habitat social» et deux en zone «semi rurale», deux nouveaux dans le département des Pyrénées Orientales, un en milieu «péri urbain» et un en milieu «semi rural». Au final, tous les Points Ecoute créés dans la région ont un statut associatif. Il semble que lorsque les acteurs de terrain ont pris l initiative de solliciter les pouvoirs publics pour répondre à un besoin repéré localement (ce qui est le cas pour 7 d entre eux), la création du PAEJ n a pas été précédée d un véritable diagnostic de territoire (conforme à celui énoncé dans la circulaire). Dans ces cas-là, l association porteuse dit avoir pris le parti d apporter une réponse complémentaire à ce qui existait déjà sur le territoire, par exemple en termes de tranches d âge des jeunes visés. Cependant ces dispositifs nés de l initiative de l association sont conformes au cahier des charges de la circulaire 2002 qui énonce le fait que «la mise en place d un PAEJ peut émaner de l initiative de professionnels intervenant dans le champ de la prévention, du soin, de l insertion». Dans le cas d une sollicitation des pouvoirs publics auprès d une association, un diagnostic territorial a précédé la mise en œuvre de ces dispositifs. Mais, l actualisation de ces diagnostics n a jamais été évoquée. 7

10 8

11 9

12 3.2 Implantation géographique des Points écoute Ensemble points écoute PAEJ financés sur BOP177 nb jeunes accueillis nb de jeunes accueillis pour 1000 jeunes de 12 à 25 ans* nb PAEJ nb de lieux d'écoute dont en milieu rural nb jeunes accueillis nb de jeunes accueillis pour 1000 jeunes de 12 à 25 ans nb PAEJ nb de lieux d'écoute dont en milieu rural Aude 281 5, % 207 4, % Gard 685 6, % 103 0, % Hérault , % , % Pyrénées Orientales , % , % Languedoc- Roussillon , % , % * hors Mission Locale PO qui n'a pas répondu à l'enquête ll existe 25 structures «Point Ecoute» dans la région dont 15 financés entre autre par l Etat, sur le BOP177. On recense 90 lieux d écoute dont 50 relatifs à des PAEJ financés par l Etat. 8,6 jeunes pour 1000 jeunes de 12 à 25 ans ont été accueillis en entretien en 2009 dont 6,3 dans un PAEJ financé sur le BOP177. Les PAEJ financés par l Etat sont concentrés dans les départements de l Hérault et des Pyrénées Orientales. Malgré les espaces écoute jeunes implantés dans les Missions Locales par le Conseil Régional, l Aude reste mal doté ; en revanche le Gard a bénéficié largement de ces structures, passant de 4 lieux d écoute à 14. Il est à noter que 3 antennes ont été installées dans le Gard par le PAEJ de la Mission Locale Garrigues et Cévennes de l Hérault cofinancé par l Etat. Dans les Pyrénées Orientales, le taux de jeunes accueillis s élève à 14,4 jeunes pour 1000, montrant l implication de ce département et plus particulièrement de la DDASS/DDCS et de ses partenaires (CAF, Conseil Régional et dans une moindre mesure le Conseil Général) pour répondre aux circulaires ministérielles successives. La Lozère ne dispose d aucun PAEJ sur son territoire. Cette situation semble résulter du nombre très faible de jeunes sur ce département, environ en Globalement les lieux d écoute sont assez bien répartis sur le territoire (voir cartographies ciaprès). Même si les lieux d écoute sont concentrés dans les grosses villes de la région, là où sont présents et scolarisés la majorité des jeunes, les communes rurales bénéficient aussi de ces dispositifs. 54% des lieux d écoute financés par l Etat se situent en milieu rural ; en y ajoutant les lieux d écoute non financés par l Etat, le taux fléchit légèrement (47%). La circulaire de 2005 invitant à la création d antennes en milieu rural a été à cet égard bien respectée par les deux départements majoritairement pourvus. Dans les Pyrénées Orientales, la grande majorité est installée en milieu rural ou de montagne (67% pour les PAEJ «Etat», 59% pour l ensemble). Enfin, si le nombre de Points Ecoute est important dans les grandes villes comme Montpellier ou Perpignan, il semble que leur implantation soit en faveur des différents quartiers dits sensibles ou isolés, ce qui là encore est un point fort vis-à-vis de la circulaire. 10

13 3.3 Hétérogénéité du dispositif L hétérogénéité des Points Ecoute de la région apparaît dès la lecture des rapports d activité. La diversité des associations porteuses, leur expérience préalable en écoute, l histoire de la création du PAEJ, le projet porté par l association sont autant d éléments qui orientent l activité du point écoute, le public reçu et le mode d accueil. Ainsi parmi les 24 Points écoute identifiés et enquêtés (la Mission Locale des Pyrénées Orientales n a pas participé à l étude) : 11 sont portés par une Mission Locale (financés ou pas par l Etat) 2 sont adossés à une association réalisant aussi de l accompagnement en addictologie - CSAPA (le PEPA à Montpellier et Episode à Béziers) 3 sont adossés à une association ayant historiquement une activité autre que l écoute des jeunes ou l aide à la parentalité : ligue de l enseignement (éducation populaire), association Autrement (soutien psychopédagogique), association Chemin faisant (accompagnement psychologique) 7 ont pour fonction unique l écoute des ados et/ou des parents ainsi qu une fonction de médiation familiale. La plupart (hors EPE) ont été créés à la suite d une des circulaires ministérielles précitées. Le SAJE dans le Gard est adossé à une structure d accueil de jour pour majeurs (voir encadré ci-dessous) 1. Dès lors, les résultats qui seront présentés dans la suite de l étude seront déclinés selon cette grille de lecture. Seront également isolés les résultats concernant les seuls PAEJ financés au moins partiellement sur le BOP177. Nota : Les PAEJ portés par l EPE font l objet de 3 structures distinctes (Lunel, fermée depuis mais encore active en 2009, la Paillade et Cœur d Hérault), ce qui porte à 26 le nombre de structures observées dans l étude qui suit et à 17 celles relevant du BOP 177. Le SAJE, Service d Accueil de Jour des Exclus, est porteur d un PAEJ particulier. Tout en étant en totale adéquation avec le cadre posé par la circulaire, cette association se distingue du reste de la région notamment par le profil de son public, par les prestations proposées et le profil de ses professionnels. Jouant dès le départ sur la complémentarité avec une association du même territoire, le SAJE se concentre sur un public plus âgé, les jeunes majeurs. La mission première que se donne cette structure n est pas seulement une insertion professionnelle mais une insertion au sens large. Il s agit pour cette équipe de professionnels de réinsérer les jeunes, de les raccrocher au système. Offrant une large entrée sur la rue, le SAJE apparait comme le premier lieu d ancrage ou tout au moins d accueil généraliste pour une population de jeunes majeurs précarisée, marginalisée, parfois errante, se révélant pour certains sans plus aucun appétit pour la vie. «A vouloir être trop généraliste, on a fini par oublier l errance». Profitant de sa position géographique stratégique, le SAJE a choisi de se spécialiser sur le sujet. La moitié des entretiens se fait donc d une manière informelle, dans le salon, où les jeunes trouvent un premier endroit pour se poser. Il s agit alors d un accueil plus souple encore à la portée des plus réfractaires, l objectif étant de fidéliser cette population. Afin d apparaitre le plus souple et le plus généraliste possible, ce PAEJ a fait le choix de jouer sur une pluridisciplinarité en externe, jouant sur une complémentarité avec les structures locales, et de constituer son équipe interne autour d un éducateur spécialisé. 1 Entendre ici structure d accueil social et non sanitaire. 11

14 4 - Fonctionnement et activité des PAEJ 4.1 Horaires d ouverture 25 PAEJ sur 26 ont répondu à cette question et 69 lieux d écoute affichent une permanence avec horaires. La plage horaire moyenne hebdomadaire est de 29,5h et de 32,5 h pour les seuls PAEJ BOP 177. Néanmoins, cette moyenne cache des disparités allant de 8 h d ouverture par semaine (PAEJ EPE Lunel) à 37 h par semaine 2 (PAEJ Montagne de l association Chemin faisant). Nombre de lieux d'écoute observés Amplitude horaire hebdomadaire Moins de 4h De 4h à 7h30 De 8h à 15h30 De 16h à 34h 35h et plus PAEJ BOP % 25% 19% 13% 10% autres PAEJ 21 29% 29% 14% 24% 5% Ensemble 69 32% 26% 17% 16% 9% Rares sont les Points Ecoute ouverts 35h et plus par semaine. La plus grande majorité de ces lieux d écoute (52 sur 69) est ouvert moins de 16h par semaine. 32% des lieux d écoute sont ouverts moins de 4h par semaine alors même que la circulaire de 2005 pose une antenne de proximité comme étant «une unité d accueil de jeunes et de leurs parents, disposant d une plage d ouverture d au moins quatre heures hebdomadaire». Certains Points écoute sont ouverts jusque 17h, d autres jusque 20h selon les sites. Il n y a pas d obligations légales en termes d horaires dans la circulaire de 2002 même si y est mentionné le fait que «les horaires d ouverture et les modes d organisation du travail seront étudiés pour tenir prioritairement compte de l attente des jeunes». Certains sites devront donc a priori réadapter leurs horaires. 4.2 Locaux d accueil Selon l histoire de la création du Point Ecoute, les locaux d accueil ont été aménagés à partir de ce qui préexistait. Ainsi certains bénéficient de locaux assez grands, visibles de l extérieur alors que d autres sont installés en appartement. Le premier contact public pour ces dernières structures est alors une sonnette. D autres encore, situés dans une structure portant d autres dispositifs, bénéficient d une entrée où une personne à l accueil pourra orienter les jeunes. Enfin, les PAEJ itinérants quant à eux, s adaptent en fonction des locaux mis à disposition, par exemple par les communes. Certains PAEJ Etat ont néanmoins pu profiter de financements (notamment du Conseil Régional) pour disposer «d un local indépendant» 3 dans le but d «éviter toute connotation 2 Il s agit là des lieux d écoute sans les antennes. 3 Circulaire DGAS n DGAS/LCE 1A/2005/12 du 6 janvier

15 classifiante ou institutionnelle» 4. Cette dernière recommandation a été vivement formulée par les DDCS de l Hérault et de l Aude notamment auprès des PAEJ adossés à des structures parfois trop connotées «santé mentale ou insertion professionnelle» 5. Le matériel disponible est donc aussi assez diversifié allant d une pièce équipée d une table et de quelques chaises à la reproduction d un véritable petit salon. Notons que 18 Points Ecoute sur 26 possèdent au moins une antenne (mais aussi des permanences) où le lieu d écoute n est pas véritablement choisi (locaux de la mairie, CCAS ). Enfin, outre les antennes, certains Points Ecoute offre aussi la possibilité, par choix ou manque de moyen alternatif, de temps d écoute au sein de structures scolaires. 4.3 Modalités d accueil et d intervention Il convient d abord de rappeler que l activité d un PAEJ ne se réduit pas à de l écoute individuelle mais inclut aussi des activités collectives de prévention en direction des jeunes, des parents et des professionnels ainsi que des temps collectifs de mise en parole. En cela, un PAEJ ne peut être assimilé à une simple consultation de psychologue L accueil : inconditionnel, confidentiel et gratuit Les PAEJ rencontrés sont des espaces d accueil ouverts, apaisants, qui se veulent libre d accès, où tout tourne autour de l écoute, de la prévention. Pour tous les PAEJ Etat rencontrés, l accueil est inconditionnel et sans formalité administrative. En revanche, les Points Ecoute adossés à une Mission Locale, non financés par l Etat, accueillent les jeunes reçus en premier lieu à la Mission Locale. Ils s adressent donc plutôt à des jeunes de 16 à 25 ans. Malgré ces principes affichés, l accueil n est pas toujours immédiat : 30% des structures n assurent pas de permanence d accueil. Le premier accueil téléphonique est dans tous les cas fondamental. Sur les 26 structures ayant répondu à l enquête, 17 déclarent avoir un temps de secrétaire, en charge de ce premier accueil. Les 9 Points Ecoute n ayant pas déclaré de poste de secrétaire sont des Points Ecoute portés par des Missions Locales et bénéficient donc d un premier accueil assuré au sein celle-ci. La confidentialité est aussi un des principes phares observés et ce, même si celui-ci a du mal à être appliqué notamment pour des problèmes de transports ou de «petit territoire où tout le monde se connait» en territoire rural. Néanmoins, cela ne semble pas poser de problème majeur aux jeunes. La gratuité est un élément important : «Quand bien même il y aurait la possibilité [d aller voir un psychologue en libéral], la population est extrêmement précarisée il y aurait une offre, ils ne pourraient pas y aller. En ça il y a une véritable pertinence à ce dispositif». 4 Cahier des charges de la circulaire DGS/DGAS n 2002/145 du 12 mars Circulaire DGAS n DGAS/LCE 1A/2005/12 du 6 janvier

16 Part des structures proposant les activités suivantes : Total Missions Locales PAEJ/ CSAPA nombre de structures* Lecture : 38% des 26 structures organisent des groupes de paroles de jeunes *rappel : l EPE fait l objet de 3 structures différentes (Lunel, Cœur d Hérault et Paillade). PAEJ seul accueil de jour autres portages urbain rural PAEJ BOP177 Sur RDV 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% Permanences 69% 73% 100% 56% 100% 67% 67% 75% 71% Au moins un type de groupes de parole Type d'associations gestionnaires Type espace 65% 64% 100% 67% 100% 33% 72% 50% 71% dont Groupes parole jeunes 38% 55% 50% 22% 0% 33% 39% 38% 35% dont Groupes parole parents 19% 0% 50% 44% 0% 0% 22% 13% 29% dont Groupes parole professionnels 27% 27% 50% 22% 100% 0% 33% 13% 29% Interventions dehors 77% 55% 100% 89% 100% 100% 72% 88% 94% L écoute «Ce n est ni un service hospitalier pour soigner de la pathologie ce n est pas un cabinet de psy pour faire de la thérapie, c est un lieu d écoute. C est un lieu où on peut venir sans trop d attente, déposer une difficulté, être écouté. C est un lieu qui permet aux jeunes de trouver des ressources pour continuer». Offrant une écoute formelle et parfois informelle (dans le salon faisant office d accueil pour certains), les Points Ecoute sont entendus par ceux qui reçoivent le public comme des espaces d expression, de parole, de proximité dans le but de «se débarrasser d une veste trop lourde mais qui ne fait pas encore trop mal». Les PAEJ font office de lieu «où l on peut se poser, parler de ce qui ne va pas, un peu à l écart» mais aussi surtout office de lieu de prévention, de lieu d alerte. Ils peuvent permettre de détecter des troubles psychiques qui pourraient se figer dans des symptômes qui deviendraient handicapant. Le PAEJ peut aussi préparer une personne à des soins plus longs Les activités collectives Alors que 65% des Points Ecoute déclarent avoir mis en place des groupes de parole (à destination des jeunes et/ou parents et/ou interventions auprès de professionnels), certains reconnaissent avoir du mal à «faire prendre ce type d action», ne pas le juger utile ou tout simplement ne pas avoir le temps de le mettre en place. 71% des PAEJ Etat organisent des groupes de parole. Sur les 5 PAEJ Etat ne déclarant pas cette activité, 4 se trouvent dans les Pyrénées Orientales. Les activités collectives incluent aussi des interventions à l extérieur que mettent en place ou sur lesquelles interviennent les Points Ecoute. 77 % des Points Ecoute déclarent intervenir à l extérieur. C est le cas pour 94 % des PAEJ Etat. Seul le PAEJ Horizon n affiche aucune intervention à l extérieur de ses locaux. Lorsque l on regarde de plus près ces interventions, 61 % 6 des Points Ecoute attestent faire des interventions dans des établissements scolaires et centres de formation. Si l on zoome sur les collèges et lycées, 53 % des Points Ecoute déclarent répondre aux demandes des proviseurs, infirmières, CPE ou assistantes sociales scolaires (pour des interventions portant sur les drogues, alcool, sexualité ) Points Ecoute sur les 26 ayant répondu à l enquête 14

17 Cependant, 76 % des PAEJ Etat interviennent dans les collèges et lycées. Ainsi 4 PAEJ Etat ne le font pas, comme le PAEJ Chemin Faisant qui estime ce type d intervention peu utile et mal adapté. Les Points Ecoute interviennent tous (sauf le PAEJ Horizon, comme déjà mentionné) dans les centres sociaux, les associations de quartier mais aussi lors de colloques, débats, ateliers ou autres manifestations ponctuelles à destination des jeunes et/ou sur la thématique de la jeunesse, dont ils sont soit les initiateurs soit les partenaires. Enfin, de nombreuses actions sont mises en œuvre par un PAEJ sur la base de financements complémentaires (notamment Fondation de France, la mutualité française, la MILDT, convention avec l ARS, l hôpital de Thuir, le FIPD, les communautés d agglo ) : thérapies familiales de l association Parenthèse, formations à l écoute des professionnels de collèges Pour ces actions, une contribution financière peut être demandée aux bénéficiaires. Ces actions collectives sont nécessaires non seulement pour faire connaitre le dispositif PAEJ mais aussi pour capter une population de jeunes pour qui une écoute individuelle ne s avère pas, au moins dans un premier temps, adaptée. Néanmoins, tous n ont pas les moyens de travailler d une manière approfondie sur ces actions. 4.4 Activité globale des Points Ecoute en 2009 Total Missions Locales Type d'associations gestionnaires PAEJ/ CSAPA PAEJ seul accueil de jour autres portages urbain rural PAEJ BOP177 nb total jeunes accueillis nb total parents accueillis Ratio jeunes/parents** 2,6 13,3 1,8 2,1 51,5 1,1 3,0 1,9 2,0 nb moyen entretiens par jeune 3,6 2,6 5,0 2,7 16,8 4,2 3,8 3,2 4,1 délai pour 1er entretien (en jours) 10,6 5,5 15,0 19,5 * 6,0 9,2 13,5 13,4 nombre de structures concernées *les entretiens informels ont été comptabilisés par le SAJE d'où le nombre élevé d'entretiens par jeune. ** lecture: 2,6 jeunes ont été reçus pour 1 parent Type espace Globalement, jeunes et parents ont bénéficié d au moins un entretien en Ces chiffres concernent les entretiens formalisés et ne prennent pas en compte l écoute informelle dont peuvent bénéficier les jeunes dans les lieux d accueil ou encore les actions collectives de prévention qui ont pu les toucher. Le nombre moyen d entretiens par jeune s élève à 3,6 globalement et 4,1 pour les seuls PAEJ financés par l Etat. Ce ratio est plus élevé en milieu urbain (3,8). Il est également plus élevé dans les 2 structures adossées à une structure de soins (5,0). Le délai pour un 1 er entretien traduit la tension sur l activité des Points écoute. Il est d un peu plus de 10 jours en moyenne. Le délai est plus long dans les PAEJ Etat (13,4 jours), et en milieu rural (13,5 jours). Les PAEJ portés par une association spécialisée dans l écoute des jeunes et des parents sont plus sous tension avec un délai de 1 er rendez-vous de 15 jours. Dans les Missions Locales, ce délai est de 5,5 jours. Enfin, 4 PAEJ déclarent pouvoir recevoir un jeune dans la journée. Les disparités en la matière sont donc grandes. Les points écoute offrent un soutien à la relation parent/adolescent par un accueil des parents qui est plus ou moins exercé selon le type de PAEJ. Tous les professionnels des 15

18 PAEJ financés par l Etat mettent en avant l importance de travailler à la fois avec les jeunes et les parents ; le moment de l adolescence générant des problématiques familiales. En moyenne, les PAEJ reçoivent 2,6 fois plus de jeunes que de parents ; ce ratio tombe à 2 dans les PAEJ financés par l Etat. La raison en est que les Points Ecoute portés par les Missions Locales, majoritairement non financés par l Etat, reçoivent des jeunes plus âgés et donc sans leurs parents. Les 3 PAEJ «autre portage» (association la Ligue de l enseignement, association Autrement, association Chemin Faisant) reçoivent eux en moyenne à peu près autant de parents que de jeunes. nb jeunes accueillis nb parents accueillis Missions Locales PAEJ/ CSAPA PAEJ seul accueil de jour autres portages urbain rural PAEJ BOP177 Total 5- Personnel intervenant en Point Ecoute Cette partie étudie les salariés intervenant dans les Points Ecoute. Cependant il est à noter que quelques bénévoles consacrent un temps non négligeable à des tâches de gestion administrative principalement et éventuellement d écoute si le bénévole est qualifié pour cela. La participation de bénévoles à l activité d un PAEJ est pour quelques associations rencontrées un coup de pouce précieux. 5.1 Activité des personnels 43 ETP travaillent dans les Points Ecoute de la région dont 24 ETP de psychologue. En moyenne un PAEJ fonctionne avec 1,7 ETP en 2009, ce qui est en deçà de ce que suggérait la circulaire de 2005 (un effectif minimum de 2 ETP). Les 2 associations qui portent également un CSAPA (Episode et le PEPA) disposent d un effectif plus conséquent en moyenne. On constate aussi un effectif moindre en zone rurale. L indicateur ramenant le nombre total d entretiens annuels de 2009 au nombre de personnels en ETP (tout type de personnels) permet de mesurer la tension sur le personnel donc sur les moyens. La moyenne est de 376 entretiens annuels par ETP ; cet indicateur ne prend en compte que l activité d écoute individuelle et non les actions collectives pour lesquelles les écoutants peuvent consacrer une part importante de leur temps. 16

19 Cet indicateur de tension sur le personnel est très disparate selon le type de portage : de 182 entretiens par ETP dans les Missions Locales à 726 dans les associations intervenant également dans le champ du soin (en addictologie), qui, on l a vu, réalisent davantage d entretiens par jeune. Pour gommer cet effet du nombre d entretiens par jeune plus ou moins important selon le type de PAEJ, on étudie l indicateur ramenant le nombre de jeunes accueillis en entretien au personnel en ETP. Cet indicateur est alors plutôt un indicateur d efficience (avec toutes les précautions déjà mentionnées sur les autres activités du PAEJ). En moyenne 86 jeunes sont accueillis annuellement par ETP. Dans les PAEJ portés par une association dédiée à cette seule activité, cet indicateur est plus élevé (105 jeunes par ETP). Cet indicateur est également plus élevé en milieu rural (98 contre 82 en milieu urbain). Total Missions Locales Type d'associations gestionnaires PAEJ/ CSAPA PAEJ seul accueil de jour Type espace autres portages urbain rural PAEJ BOP177 effectif moyen en ETP 1,7 1,7 3,7 1,2 2,1 1,3 1,9 1,2 1,7 nb entretiens / nb agents en ETP nb jeunes accueillis / nb agents en ETP *les entretiens informels ont été comptabilisés par le SAJE d'où le nombre élevé d'entretiens par ETP Effectif du personnel des PAEJ financés sur BOP177 (en ETP) 5 4,5 4 3,5 3 2,5 2 1,5 1 0,5 0 Aude Gard Hérault Pyrénées Orientales 11-MLI bassin carcassonnais 11-MLI Narbonne Littoral 30-le SAJE 34-EPE - Lunel 34-EPE - PAEJ coeur d'hérault 34-EPE - PAEJ Paillade 34-Episode 34-Ligue de l'enseignement l'hérault 34-ML Garrigue et Cévennes 34-Horizon 34-PEPA 66- Parenthèse 66-Ado vivre 66-Chemin Faisant (Montagne) 66-De Maux en Mots 66-L'invit 66-Oser Dire 17

20 5.2 Majoritairement des écoutants psychologues : une particularité territoriale Répartition des ETP (équivalents temps plein) psychologues éducateurs spécialisés assistants sociaux secrétaires autres 25 des 26 Points Ecoute déclarent au moins un poste de psychologue. Ceci est une forte particularité de la région : les écoutants sont en grande majorité des psychologues cliniciens, ce qu ils revendiquent ouvertement arguant du fait que l écoute doit être réalisée par des psychologues de formation. Cependant certains reconnaissent aussi la connotation parfois négative du statut du psychologue à l égard des jeunes. Le SAJE, adossé à un accueil de jour pour majeurs, n a pas de psychologue salarié et l écoute y est réalisée par un éducateur spécialisé. La circulaire de 2002 mentionne que des «professionnels de l animation, de l éducation, de santé mentale [ ] ou du secteur social peuvent faire partie de l équipe PAEJ», tout en évoquant le fait que la «composition de l équipe doit tenir compte des objectifs de travail du PAEJ et des caractéristiques du public visé». Par ailleurs, la circulaire pose aussi le fait qu un PAEJ a «obligatoirement un caractère pluridisciplinaire de façon à pouvoir prendre en compte la globalité des préoccupations et attentes des jeunes». Or seulement 16 des 26 PAEJ disposent d une équipe pluridisciplinaire constituée, en plus des psychologues, d éducateurs spécialisés, d animateurs et d assistantes sociales qui s occupent plutôt des actions collectives. Il est à noter que la plupart des Points Ecoute qui ne déclarent pas d équipe pluridisciplinaire sont adossés à une association dans laquelle le personnel du Point Ecoute trouvera un appui auprès d autres professionnels de l association (complémentarité en interne). 5.3 Des temps partiels exercés par du personnel féminin Les postes d écoutants sont rarement à temps plein. Le contrat peut ne pas excéder quelques heures hebdomadaires. Malgré une certaine précarité de poste, le fait qu un écoutant travaille dans une ou plusieurs autres structures peut être bénéfique à l extension des réseaux et connaissances du Point Ecoute. La grande majorité des personnes rencontrées au sein de ces différents Points Ecoute, que ce soit à la direction ou en tant qu écoutant, sont des femmes. Elles sont souvent jeunes. Un certain turn-over a été observé ces dernières années pour cause de maternité ou de changement d emploi (non renouvellement de contrat ou changement pour contrat plus stable). 18

MAISONS DES ADOLESCENTS : PROGRAMME 2005-2009 1

MAISONS DES ADOLESCENTS : PROGRAMME 2005-2009 1 MAISONS DES ADOLESCENTS : PROGRAMME 2005-2009 1 Région Franche-Comté Département Doubs La maison des adolescents: Date d ouverture : 13 Mars 2006 Nom : Maison de l Adolescent de Besançon Nom du responsable

Plus en détail

Cahier des charges de l appel à projets «soutien à la fonction parentale» 2014

Cahier des charges de l appel à projets «soutien à la fonction parentale» 2014 DE L AUDE RESEAU D ÉCOUTE, D APPUI ET D ACCOMPAGNEMENT DES PARENTS Cahier des charges de l appel à projets «soutien à la fonction parentale» 2014 Depuis la mise en œuvre dans l Aude, en 2001, du réseau

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille

Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille 1 Synthèse Réunion de travail sur le prochain schéma départemental Enfance Famille des Bouches du Rhône Lundi 17 décembre 2013 Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille Présents

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

Appel à projets. Portage et animation des «Forums Citoyens» Contrat de Ville de Narbonne

Appel à projets. Portage et animation des «Forums Citoyens» Contrat de Ville de Narbonne Appel à projets Portage et animation des «Forums Citoyens» Contrat de Ville de Narbonne Date limite : mercredi 25 février 2015 à 12h 1. Contexte La loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine

Plus en détail

L Association pour l Apprentissage Adapté en Languedoc Roussillon

L Association pour l Apprentissage Adapté en Languedoc Roussillon L Association pour l Apprentissage Adapté en Languedoc Roussillon A pour but de promouvoir l insertion professionnelle et sociale des personnes handicapées en favorisant leur accès à la formation et la

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

La formation des demandeurs d emploi en Limousin

La formation des demandeurs d emploi en Limousin La formation des demandeurs d emploi en Limousin EXPERIENCE La Région Limousin avait depuis 2005 engagé un partenariat avec les ASSEDIC pour coordonner l offre de formation aux demandeurs d emploi et leur

Plus en détail

POUR PLUS D INFORMATIONS www.pole-education-sante-lr.fr

POUR PLUS D INFORMATIONS www.pole-education-sante-lr.fr POUR PLUS D INFORMATIONS CONTACT Siège : ARS LR Parc Club du Millénaire 1025 rue Henri Becquerel 34067 MONTPELLIER CEDEX 2 Tel : 07 82 01 26 58 Courriel : coordination@pole-education-sante-lr.fr ACCUEIL

Plus en détail

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON - VU la loi n 2005-102 du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Département 64. «Clair matin» PRESENTATION DE L ACTION

Département 64. «Clair matin» PRESENTATION DE L ACTION Département 64 «Clair matin» Intitulé, ancienneté et lieu d implantation PRESENTATION DE L ACTION La maison d enfants à caractère social «Clair matin» a été créé en 1964 et s est implantée à Borce, dans

Plus en détail

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse PLAN AUTISME 2013-2017 Synthèse Plan d actions régional Océan Indien En adoptant le 3ème Plan Autisme en mai 2013, la ministre des affaires sociales et de la santé répondait à une attente forte des personnes

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse M e r c r e d i 1 e r O c t o b r e 2 0 1 4 Dossier de presse Signature du Contrat Enfance Jeunesse Départemental par Solange BERLIER, Vice- Présidente du Conseil général, chargée de la petite enfance,

Plus en détail

Action SociAle orientations 2015 / 2017

Action SociAle orientations 2015 / 2017 Action Sociale Orientations 2015 / 2017 Action sociale personnes agées Les orientations de la Carsat Centre 2015 / 2017 L action sociale de la Carsat est développée au profit des retraités du régime général

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016

CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016 1 CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016 La procédure de l appel à projet change à compter de 2015. Nous vous invitons à prendre connaissance de la nouvelle procédure

Plus en détail

La Prévention médico-sociale en Finistère

La Prévention médico-sociale en Finistère ODPE du Finistère La Prévention médico-sociale en Finistère La protection maternelle et infantile (PMI) mène une mission de prévention et de promotion de la L ESSENTIEL santé des futurs parents et des

Plus en détail

La finalité de cet appel à projet est de favoriser la fluidité des parcours en augmentant la capacité d accompagnement de ce type de mesures.

La finalité de cet appel à projet est de favoriser la fluidité des parcours en augmentant la capacité d accompagnement de ce type de mesures. Cahier des charges de l appel à projet lancé par le Conseil général pour la création de 0 places de PEAD (placement éducatif à domicile) dans le département du Finistère I - identification des besoins

Plus en détail

CHARTE DES PROMENEURS DU NET DU CHER 21 mai 2014

CHARTE DES PROMENEURS DU NET DU CHER 21 mai 2014 Association pour les Clubs et Equipes de Prévention CHARTE DES PROMENEURS DU NET DU CHER 21 mai 2014 Préambule A l initiative de la Caisse d Allocations Familiales (Caf) du Cher, un appel à projet a été

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

PROJET EDUCATIF TERRITORIAL COMMUNE DE CHAULGNES Année scolaire 2014/2015

PROJET EDUCATIF TERRITORIAL COMMUNE DE CHAULGNES Année scolaire 2014/2015 PROJET EDUCATIF TERRITORIAL COMMUNE DE CHAULGNES Année scolaire 2014/2015 Introduction Depuis plusieurs années, CHAULGNES s est fortement engagée en faveur de la jeunesse considérée comme un champ d action

Plus en détail

Sensibilisation aux campagnes nationales (cancer du sein, VIH, diabète, maladies cardio vasculaires, nutrition santé..)

Sensibilisation aux campagnes nationales (cancer du sein, VIH, diabète, maladies cardio vasculaires, nutrition santé..) 1 Enjeu : Dans le contexte socio-économique et sanitaire du Département des Ardennes, les Centres Sociaux structures de proximité peuvent jouer un véritable rôle dans l amélioration de la santé des habitants,

Plus en détail

MIJEC 44. Création d une plate-forme insertion «mobile» rentrée 2009

MIJEC 44. Création d une plate-forme insertion «mobile» rentrée 2009 MIJEC 44 Création d une plate-forme insertion «mobile» rentrée 2009 Groupe de pilotage MIJEC 44 novembre 2008 Préambule : Depuis mars 2007, le groupe de pilotage MIJEC 44 a engagé une réflexion sur l opportunité

Plus en détail

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Guide pratique MDPH Partie 1 Fiche n IV-2 CNSA - DGEFP Version 1 sept/2008 L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Plan : 1. Les principes de l orientation professionnelle... 1 2. Vers quels lieux peut se faire

Plus en détail

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 Document créé le 22/02/2011 Direction de l Education RHONE ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 En proposant aux collectivités territoriales de négocier et de signer les Contrats

Plus en détail

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé L article L 6323-1 du CSP impose aux centres de santé de se doter d un projet de santé incluant des dispositions tendant à favoriser

Plus en détail

BASSE-NORMANDIE RELATIF A LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET A L ACCES AUX COMPETENCES DE BASE PREFECTURE DE REGION BASSE-NORMANDIE

BASSE-NORMANDIE RELATIF A LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET A L ACCES AUX COMPETENCES DE BASE PREFECTURE DE REGION BASSE-NORMANDIE PROTOCOLE D ACCORD ETAT- REGION BASSE-NORMANDIE RELATIF A LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET A L ACCES AUX COMPETENCES DE BASE PREFECTURE DE REGION BASSE-NORMANDIE LE 20 MARS 2007 PROTOCOLE D ACCORD ETAT-

Plus en détail

Agence régionale de santé de Lorraine : Projet de PRAPS Axe d intervention 1 : Actions en direction des personnes en situation de précarité

Agence régionale de santé de Lorraine : Projet de PRAPS Axe d intervention 1 : Actions en direction des personnes en situation de précarité Agence régionale de santé de Lorraine : Projet de PRAPS Axe d intervention 1 : Actions en direction des personnes en situation de précarité Fiche action 3 Accompagnement des personnes en situation de précarité

Plus en détail

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Description de l étude Depuis 10 ans, la CCI de Troyes et de l Aube s est résolument engagée dans une démarche de progrès, concrétisée par une

Plus en détail

APPEL A PROJET. «Grandir avec son enfant» QUINZAINE DE LA PARENTALITE. du 04 mars 2016 au 21 mars 2016

APPEL A PROJET. «Grandir avec son enfant» QUINZAINE DE LA PARENTALITE. du 04 mars 2016 au 21 mars 2016 CAF TOURAINE ACTION SOCIALE Service Développement territorial TSA 47444-37929 TOURS Cedex 9 APPEL A PROJET QUINZAINE DE LA PARENTALITE 2016 du 04 mars 2016 au 21 mars 2016 «Grandir avec son enfant» http://caftouraine.eklablog.com

Plus en détail

LA LUTTE CONTRE LES DISCRIMINATIONS DANS LES CONTRATS DE VILLE DU LANGUEDOC-ROUSSILLON

LA LUTTE CONTRE LES DISCRIMINATIONS DANS LES CONTRATS DE VILLE DU LANGUEDOC-ROUSSILLON PREFET DE LA REGION LANGUEDOC ROUSSILLON Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale Pôle Cohésion sociale Territoriale Montpellier, le 19 juin 2015 Dossier suivi par Rodolphe

Plus en détail

3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce

3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce 3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce «Le 3 ème plan autisme vise à répondre à la faiblesse criante de la prise en charge de l autisme en France tout en laissant le choix aux familles

Plus en détail

Présentation de la MDA d EURE ET LOIR

Présentation de la MDA d EURE ET LOIR Présentation de la MDA d EURE ET LOIR 1 MDA d EURE et LOIR Date de création : Décembre 2007 Date d ouverture au public : 21 juin 2010 2 MDA d EURE et LOIR Structure juridique porteur : Centre Hospitalier

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

Salon Préventica Lille 2013

Salon Préventica Lille 2013 Centre de gestion de la Fonction Publique Territoriale du Nord www.cdg59.fr Risques psychosociaux : méthodologie d intervention pluridisciplinaire du pôle prévention du CDG 59 Salon Préventica Lille 2013

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Conseils de quartiers Règlement intérieur

Conseils de quartiers Règlement intérieur Conseils de quartiers Règlement intérieur caen.fr I Les principes fondateurs Règlement intérieur des conseils ARTICLE 1 Création des conseils de quartiers citoyens Les conseils de quartiers citoyens sont

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE. Le guide

CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE. Le guide CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE Le guide INFOS PRATIQUES w Mon conseil citoyen Secteur :... w Mon co-animateur élu est :... Ses coordonnées :... w Mon co-animateur habitant est :... Ses coordonnées

Plus en détail

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES La réalisation d un PCS doit être l occasion de travailler avec différents partenaires et de créer un réseau. L objectif est de faire en sorte de bien définir qui

Plus en détail

Rencontre partenaires 2015. La contractualisation Caf / Collectivités territoriales. Le Renouvellement des Cej 2015-2018

Rencontre partenaires 2015. La contractualisation Caf / Collectivités territoriales. Le Renouvellement des Cej 2015-2018 La contractualisation Caf / Collectivités territoriales Le Renouvellement des Cej 2015-2018 Sommaire 1. La contractualisation avec la Caf : > les principes Rappel : Cej Une nouveauté : la Ctg La gouvernance

Plus en détail

Politique de communication de l A.R.F.P.

Politique de communication de l A.R.F.P. 27 septembre 2001 AL/GC Politique de communication de l A.R.F.P. 1. Ses raisons d être La communication est un des moyens qui contribue à la réalisation de notre projet associatif. Celui-ci affirme dans

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

FONDS NATIONAL DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION DE L ENFANCE Cahier des charges de l appel à projet

FONDS NATIONAL DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION DE L ENFANCE Cahier des charges de l appel à projet MINISTERE DES SOLIDARITES ET DE LA COHESION SOCIALE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA COHÉSION SOCIALE FONDS NATIONAL DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION DE L ENFANCE Cahier des charges de l appel à projet Date de

Plus en détail

Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8

Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8 Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8 ACTION DE LUTTE CONTRE LA DÉSCOLARISATION ET L EXCLUSION Objectifs de l action Accompagner les dispositifs de prévention de la déscolarisation. Mettre en place

Plus en détail

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Appel à candidature Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Contexte La mobilité géographique est l un des sujets centraux lorsque l on aborde la question

Plus en détail

Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement

Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement Dossier de presse Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement 7 janvier 2015 Communiqué de presse Campagne de communication «Pas de relations sexuelles sans consentement» «Pas

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

PRÉSENTATION DU CENTRE RESSOURCE DÉVELOPPÉ EN ILE-DE-FRANCE

PRÉSENTATION DU CENTRE RESSOURCE DÉVELOPPÉ EN ILE-DE-FRANCE PRÉSENTATION DU CENTRE RESSOURCE DÉVELOPPÉ EN ILE-DE-FRANCE Marie Vandeville Directrice Séminaire régional Point d étape sur le CREHPSY Alsace Le projet Constats : Personnes démunies et déstabilisées Offre

Plus en détail

La fonction communication en collectivité locale

La fonction communication en collectivité locale Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 2 ème partie La fonction communication en collectivité locale Organisation, missions, moyens et outils Introduction. Les quelques 4000 communes

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

Offre de formation. CIDFF de Nantes 5, rue Maurice Duval 01/01/2015

Offre de formation. CIDFF de Nantes 5, rue Maurice Duval 01/01/2015 2015 Offre de formation Egalité femmes/hommes U Unn lleevviieerr ddee ddéévveellooppppeem meenntt iinnddiivviidduueell eett ccoolllleeccttiiff CIDFF de Nantes 5, rue Maurice Duval 01/01/2015 Le CIDFF de

Plus en détail

Anthropie Expert CHSCT. Exper&se CHSCT. Anthropie Tous droits réservés

Anthropie Expert CHSCT. Exper&se CHSCT. Anthropie Tous droits réservés Anthropie Expert CHSCT Exper&se CHSCT Notre expertise au service du CHSCT! Anthropie, cabinet de conseil en ergonomie, est agréé par le Ministère du Travail en tant qu expert CHSCT. Notre expertise nous

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES

LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Docteur Christian PETEL, Directeur FORMATIONS FRACTALE SUR SITE ANNÉES 2009-2010 LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES La bientraitance met au centre du travail la préoccupation

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère Sommaire 1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère 1. Contexte et enjeux du PPE 1.1 Une loi et des orientations départementales 1.2 Les enjeux du PPE 2. La démarche

Plus en détail

CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS

CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS DEPARTEMENT DES YVELINES DIRECTION GENERALE DES SERVICES DU DEPARTMENT DIRECTION DE L ENFANCE, DE L ADOLESCENCE DE LA FAMILLE ET DE LA SANTE CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS Entre, d une part, Le département

Plus en détail

Le Pacte territoire santé en région Haute-Normandie

Le Pacte territoire santé en région Haute-Normandie Le Pacte territoire santé en région Haute-Normandie Synthèse des réunions des conférences de territoire (Rouen-Elbeuf : 04 mars 2013, Dieppe : 05 mars 2013, Le Havre : 06 mars 2013, Evreux-Vernon : 08

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

PROGRAMME DE REUSSITE EDUCATIVE DE MARSEILLE APPEL A PROJET 2015

PROGRAMME DE REUSSITE EDUCATIVE DE MARSEILLE APPEL A PROJET 2015 PROGRAMME DE REUSSITE EDUCATIVE DE MARSEILLE APPEL A PROJET 2015 I. CONTEXTE En application de la loi de cohésion sociale du 18 janvier 2005 et par délibération n 2005/013 du Conseil d Administration du

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

Guide méthodologique #TousPrêts

Guide méthodologique #TousPrêts Guide méthodologique pour l animation autour de l Euro 2016 de football et l ensemble des grands événements sportifs internationaux organisés en France #TousPrêts 2 1. Pourquoi l État intervient-il sur

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Rapporteur : Louis VILLARET RAPPORT 1.2 ADMINISTRATION GENERALE EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES : RESEAU REVMED PARTICIPATION AU RESEAU REVMED, RESEAU MEDITERRANEEN DE COLLECTIVITES POUR L EVALUATION

Plus en détail

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Préambule Méthodologie Structures observées Les recherches ont porté sur toutes les entreprises entrant dans la composition de l indice CAC 40 au 1 er juillet

Plus en détail

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016 PLAN D ACTIONS - / Annexe I Chacune des 16 priorités retenues par Cap devant! dans son projet associatif est assortie d une série d objectifs opérationnels. Chaque objectif opérationnel vise un résultat

Plus en détail

Les Contrats éducatifs

Les Contrats éducatifs Les Contrats éducatifs locaux en 2010 31 CEL (39 en 2009) 110 500 de participation de l Etat 103 porteurs pour 270 actions 31 collectivités et 72 associations A - La subvention d Etat Dispositif 2010 -

Plus en détail

Édito. Ce guide est conçu pour vous informer de toutes ces initiatives, vous orienter et vous aider en matière de handicap et de santé.

Édito. Ce guide est conçu pour vous informer de toutes ces initiatives, vous orienter et vous aider en matière de handicap et de santé. é t n a S n o i La Miss p a c i d n a H & s n a é l r O d e i r de la mai Édito Depuis 2002, la mairie d Orléans s est dotée d un service «Mission Santé et Handicap» avec l objectif de prendre en compte

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE ACTIVITES SPORTIVES. Développement social et médiation par le sport

LICENCE PROFESSIONNELLE ACTIVITES SPORTIVES. Développement social et médiation par le sport UNIVERSITE ORLEANS 2012 2013 LICENCE PROFESSIONNELLE ACTIVITES SPORTIVES Développement social et médiation par le sport Lieu de la formation : 2 allée du Château BP 6237 45062 ORLEANS CEDEX 2 Tél : 02

Plus en détail

Recrutement des chefs de travaux Session 2013. Académie de Lille. Rapport de jury présenté par Myriam MASERAK - DAFPIC

Recrutement des chefs de travaux Session 2013. Académie de Lille. Rapport de jury présenté par Myriam MASERAK - DAFPIC Recrutement des chefs de travaux Session 2013 Académie de Lille Rapport de jury présenté par Myriam MASERAK - DAFPIC AVANT PROPOS La session 2013 de recrutement des chefs de travaux s est déroulée conformément

Plus en détail

Septembre 2005. Quantification de la diversité et de la polyvalence des comptables des structures associatives

Septembre 2005. Quantification de la diversité et de la polyvalence des comptables des structures associatives Septembre 2005 Quantification de la diversité et de la polyvalence des comptables des structures associatives Cette étude permet de quantifier ce qui avait été mis en évidence par l étude qualitative

Plus en détail

La Maison de l Adolescent du Val-de-Marne Dossier de présentation

La Maison de l Adolescent du Val-de-Marne Dossier de présentation La Maison de l Adolescent du Val-de-Marne Dossier de présentation Clotilde Le Gall Conseillère socio-éducative Coordonnatrice sociale Clotilde.LeGall@cg94.fr Dr Patrick Alecian Médecin Psychiatre Coordonnateur

Plus en détail

CHARTE DES CONSEILS CITOYENS

CHARTE DES CONSEILS CITOYENS CHARTE DES CONSEILS CITOYENS La loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine prévoit la création de Conseils Citoyens sur les territoires de la géographie prioritaire dans le cadre des nouveaux

Plus en détail

Dispositif d'accompagnement

Dispositif d'accompagnement PRÉFET DE LA RÉGION POITOU-CHARENTES Direction régionale des s, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l Emploi de Poitou-Charentes Pôle 3E Service développement économique-innovationentreprises

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

Les journées de rencontre CNPTP CCN 66. Paris, le 22 janvier 2015

Les journées de rencontre CNPTP CCN 66. Paris, le 22 janvier 2015 Les journées de rencontre CNPTP CCN 66 Paris, le 22 janvier 2015 La CNPTP en bref La Commission Nationale Paritaire Technique de Prévoyance (CNPTP) pilote le régime mutualisé de prévoyance des personnels

Plus en détail

PEL CEL de PERPIGNAN Enjeux, méthode, démarche

PEL CEL de PERPIGNAN Enjeux, méthode, démarche DIRECTION DE L ACTION EDUCATIVE ET DE L ENFANCE MCPS/VM 2000/191.11 PEL CEL de PERPIGNAN Enjeux, méthode, démarche Préambule MCPS/VM 2000/259.12 La circulaire du 30 novembre 2000 (Bulletin Officiel de

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Réf. document : AT.PEG.22 LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Définition d un «Projet éducatif global» Les objectifs du Projet éducatif global d un établissement de formation du BTP représentent

Plus en détail

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL LA SYNTHESE L Observatoire de la branche des acteurs du lien social et familial - centres

Plus en détail

Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré «mi-temps» Sommaire : 1. Affectation

Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré «mi-temps» Sommaire : 1. Affectation Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré «mi-temps» 2015 2016 Sommaire : 1. Affectation 2. Principes généraux de la formation L alternance intégrative Formation disciplinaire

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES-

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- Union des Associations du CSP-Espoir Vingt ans d expérience auprès des familles gitanes, du voyage, semi-sédentaires ou

Plus en détail

Dép. 75 «Le PHARE» PRESENTATION DE L ACTION

Dép. 75 «Le PHARE» PRESENTATION DE L ACTION Dép. 75 «Le PHARE» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation L association Jean Cotxet a créé le foyer éducatif Jenner dans le 13e arrondissement en 1969. Les locaux appartenaient

Plus en détail

Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement

Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement Sous l égide de la Fondation Notre Dame APPEL A PROJET 2015 Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement A la suite d un premier appel à projet lancé par la Fondation en 2014 et compte tenu du

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Conduire un projet d organisation Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe 75015 Paris Adresse de correspondance : La

Plus en détail

Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire»

Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire» Certificat National de Compétence Mandataires Judiciaires à la Protection des Majeurs Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire» Cette formation complémentaire est visée par la loi n 2007-308 du 5 mars

Plus en détail

A. HERICORD, M.-F. WILMOTTE

A. HERICORD, M.-F. WILMOTTE Chapitre 116 La Permanence d Accès aux Soins de Santé A. HERICORD, M.-F. WILMOTTE 1. La loi d orientation du 29 juillet 1998 La loi d orientation du 29 juillet 1998 relative à la lutte contre les exclusions

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion de travaux et encadrement de chantier de l Université de Perpignan Via Domitia - UPVD Vague E 2015-2019

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI / VOIE EXTERNE

OFFRE D EMPLOI / VOIE EXTERNE M A I S O N S D E Q U A R T I E R Nos réf. : EC/SD/GRH-2016 La Roche-sur-Yon, le 19 janvier 2016 DE QUARTIER B ourg- s o u s - L a R o c h e OFFRE D EMPLOI / VOIE EXTERNE La Coordination des Maisons de

Plus en détail

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1 Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008 Synthèse de l atelier 1 Comment, dans le cadre du CDIAE, mobiliser les acteurs du territoire pour réaliser un diagnostic, définir les orientations et élaborer

Plus en détail