I.7 Immunologie. 1. Comment se manifeste le SIDA? 1.1 Le virus VIH. Introduction.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I.7 Immunologie. 1. Comment se manifeste le SIDA? 1.1 Le virus VIH. Introduction."

Transcription

1 I.7 Immunologie. Introduction. Le système immunitaire regroupe l ensemble des cellules d un individu pouvant s opposer à la pénétration et à l infection par des agents pathogènes. Les cellules du système immunitaire sont les leucocytes (= globules blancs). Ils comprennent notamment les lymphocytes B (LB) sécréteurs d anticorps, les lymphocytes T (LT) détruisant les cellules infectées ou mutées, les phagocytes (ex : monocytes dans le sang et macrophages dans les tissus) effectuant la phagocytose. Ces cellules sont produites dans la moelle osseuse rouge (organe lymphoïde primaire, comme le thymus). Ces cellules se regroupent dans les organes lymphoïdes secondaires (ganglions lymphatiques, rate ) ou dans le sang. Les organes lymphoïdes. - Organes lymphoïdes centraux = primaires. Ce sont les lieux de production et de différenciation des lymphocytes. A noter que les LT deviennent matures dans le thymus. - Organes lymphoïdes périphériques = secondaires. À partir de l exemple du SIDA, on va voir comment le système immunitaire intervient lors d une infection puis, dans un deuxième temps, sur quelle propriété du système immunitaire reposent les vaccins. 1. Comment se manifeste le SIDA? Le SIDA, ou syndrome (= ensemble des manifestations de la maladie) d immunodéficience acquise, est une maladie d origine virale, conduisant à la destruction progressive du système immunitaire. Cette maladie est planétaire : on parle de pandémie. 1.1 Le virus VIH. Un virus est une particule de petite taille, constituée d un acide nucléique (ADN ou ARN) et d une enveloppe protéique parfois doublée d une enveloppe lipidique. Le virus doit se servir des enzymes et des organites de la cellule infectée pour se multiplier : c est un parasite intracellulaire obligatoire. Le SIDA est dû au virus VIH (virus de l immunodéficience humaine) dont il existe deux souches : VIH-1 et VIH-2. Le virus VIH. Ce virus de 100 à 120 nanomètres de diamètre possède : - Une enveloppe lipidique contenant des protéines, notamment gp120 et gp41, qui constituent des antigènes. - Deux capsides, constituées de p17 et p24 (une seule représentée sur l image) renfermant 2 ARN et des molécules d enzymes (transcriptase inverse). Comme c est un virus à ARN, on parle de rétrovirus. 1

2 Un antigène est une molécule étrangère à un organisme pouvant déclencher une réaction immunitaire. Ce virus est transmis par voie sexuelle, par voie sanguine ou au cours de la grossesse de la mère à l enfant (particulièrement à l accouchement ou par allaitement). Les cellules cibles du VIH sont principalement les cellules immunitaires : les lymphocytes T4 (voir 2.3), les monocytes et les macrophages (voir 2.1). Un macrophage est cellule immunitaire provenant de la transformation d un monocyte (cellule immunitaire circulant dans le sang) dans les tissus. Les deux ont pour fonction la phagocytose. Les LT4, les monocytes et les macrophages sont les cibles du virus car ils possèdent des protéines membranaires (CD4) auxquelles le virus s amarre par l intermédiaire d une protéine de son enveloppe (gp120). Cette fixation lui permet de pénétrer dans la cellule hôte. Une fois dans la cellule, le virus doit se multiplier. Une enzyme virale, la transcriptase inverse, rétro-transcrit l ARN viral en ADN dans les cellules infectées. Cet ADN est intégré au génome de la cellule et s exprime, permettant la reproduction du virus sous forme de particules virales infectieuses et leur dissémination dans l organisme. Voir le cycle du virus. Particules de virus du SIDA (VIH) bourgeonnant à la surface d'un lymphocyte T4 infecté. Vue au microscope électronique, après coloration. immuno5.htm Une fois dans l organisme, le virus atteint les organes lymphoïdes (ganglions lymphatiques), où sont localisées les cellules immunitaires. Dans ces organes lymphoïdes, les lymphocytes T4 et les macrophages présents sont infectés et jouent ainsi le rôle de réservoir à virus. 2

3 LE CYCLE DU VIH GP120 CD4 Ancrage du virus à la cellule cible (reconnaissance gp120 CD4) Fusion des membranes et pénétration de la capside contenant les ARN viraux. Libération des ARN viraux Transcriptase inverse Rétrotranscription des ARN viraux en ADN, puis intégration dans le génome cellulaire. GP120 Production d ARNm viraux par transcription grâce à la machinerie cellulaire. Transcriptase inverse Traduction en protéines virales Assemblage des virus Bourgeonnement de nouveaux virus Cellules cibles : LT4, macrophages, monocytes. Il faut entre 1 ou 2 jours à 1 ou 2 semaines (suivant l état de la cellule cible) pour que le virus accomplisse son cycle. Hatier TS 2002, modifié 04/05 3

4 On distingue plusieurs étapes à partir de la contamination. 1.2 Étape 1 : la primo-infection. Pendant cette période de quelques semaines, les symptômes se limitent le plus souvent à ceux d une maladie virale bénigne (grippe légère). Les virus se multiplient rapidement causant une forte baisse du nombre de LT4. Les anticorps anti-vih apparaissent et neutralisent les virus présents dans la circulation. De même, les LTc anti-vih apparaissent et détruisent les cellules infectées (monocytes, macrophages et LT4). La conséquence est la remontée du nombre de LT4. Un lymphocyte T cytotoxique provient de la différenciation des lymphocytes T8, et est responsable de la destruction des cellules infectées, mutées ou greffées. La présence d anticorps anti-vih deux semaines à quelques mois après la contamination montre que le sujet est «séropositif» pour le VIH. Ces anticorps sont spécifiques contre certaines protéines du VIH (gp120, gp41 ). Ce sont ces anticorps qui sont décelés par le test ELISA (Enzyme Linked Immuno Sorbent Assay) et le Western-blot (pour confirmer un test ELISA positif) (bien entendu, il faut environ au moins 20 jours postcontamination pour les détecter d où des ELISA qui peuvent être négatifs). Résultat de TP du test ELISA. jpg Exemple de test Western Blot Étape 2 : la phase asymptomatique. Comme son nom l indique, c est la phase sans symptôme : le sujet se porte bien pendant plusieurs années, en moyenne 10 (durée très variable d un individu à l autre). Mais on constate toutefois : - un affaiblissement progressif du nombre de LT4. - une faible charge virale. - une forte présence d anticorps anti-vih et de LTc anti-vih, preuve que le virus est toujours présent. En fait, les défenses immunitaires luttent activement, mais les virus continuent à se multiplier dans les LT4, macrophages et monocytes (réservoirs). En conséquence, les lymphocytes T4 infectés sont détruits par les LTc, et malgré leur renouvellement, leur nombre diminue. 1.4 Étape 3 : la phase symptomatique (stade SIDA déclaré). En absence de traitement, la charge virale augmente fortement et le nombre des LT4 baisse. Lorsqu il est suffisamment bas (< à 200 par mm3 de sang), diverses maladies opportunistes apparaissent. Ce sont des maladies dont le développement est habituellement contrôlé par le système immunitaire. Ces maladies surviennent du fait de l affaiblissement des défenses de l organisme. Les LT4 ont donc un rôle majeur dans les processus immunitaires. 4

5 PRIMO PHASE ASYMPTOMATIQUE SIDA INFECTION * fièvre * pas de signes cliniques * maladies opportunistes * réponse * réponse immunitaire qui limite * mauvais * déficience immunitaire le développement du virus fonctionnement immunitaire initiale du système totale immunitaire Les différentes phases du SIDA. Didier TS 2002, modifié 04/05 2. Comment le système immunitaire intervient-il lors d une infection? Les mécanismes immunitaires se répartissent en deux ensembles : - L immunité innée, assurée par les phagocytes. Très rapide. Image : «médecin généraliste». - L immunité acquise correspond à l intervention des LB et LT suite au premier contact avec l antigène (plus lent). Image : «médecin spécialiste» 2.1 Les anticorps sont les agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire. Un anticorps est une protéine produite par les plasmocytes, en réponse à la présence d un antigène et capable de le reconnaître spécifiquement. La molécule d anticorps sous le logiciel RasTop. les/images/bilan.jpg - Ce sont les antigènes eux-mêmes qui déclenchent leur prolifération (ils existent déjà même si l AG n a jamais été rencontré). 5

6 - Les anticorps agissent dans le milieu extracellulaire (ou milieu intérieur : plasma, lymphe, lait ) : ils ne détruisent pas les cellules infectées mais neutralisent les AG. Un plasmocyte est issu de la différenciation d un lymphocyte B suite à la pénétration d un antigène. Il sécrète des anticorps. Il doit produire de grandes quantités de protéines (anticorps) : il possède des organites spécialisés dans sa fonction de production de protéines extracellulaires (REG et appareil de Golgi). Un lymphocyte B se forme dans la moelle osseuse rouge à partir de cellules souches puis migre dans les organes lymphoïdes secondaires. Il se lie aux antigènes extracellulaires grâce à ses anticorps membranaires. Qu est-ce qu un anticorps? Un anticorps. Belin TS Les anticorps sont des immunoglobulines ou protéines circulantes du milieu intérieur. - Ils sont formés de 4 chaînes (2 lourdes H et 2 légères L) constituées d une partie constante et d une partie variable. Ces chaînes sont identiques deux à deux et reliées par quatre ponts disulfures (trois représentés sur la figure) - La partie constante leur permet de se fixer sur des récepteurs présents à la surface de certaines cellules (comme les cellules qui effectuent la phagocytose). - La spécificité des anticorps est due à leur partie variable (une centaine d AA). À l intérieur, on trouve des séquences hypervariables localisées au niveau de la liaison AC-antigène (qui s effectue par des liaisons faibles). Chaque molécule d AC possède 2 sites de liaison avec l AG. Comment sont sélectionnés les anticorps spécifiques de l antigène? Mécanisme de la sélection clonale (LB). Didier TS Dans les organes lymphoïdes secondaires, de nombreux clones de LB différents existent (10 8 ). Ils se distinguent entre eux par leurs récepteurs membranaires qui sont les anticorps. Chaque clone (qqs milliers d exemplaires) possède des AC membranaires qui reconnaissent des AG différents, même si l antigène n a jamais été rencontré (répertoire qui préexiste à l apparition d un AG donné)! Lorsqu un antigène est reconnu par l AC membranaire d un LB (= sélection clonale), ce dernier se multiplie par mitoses et forme un clone de LB ayant la même spécificité antigénique. Les LB obtenus se différencient majoritairement en plasmocytes sécréteurs d AC libres. Ils se différencient également en LB mémoire (voir 3.1). La multiplication et la différenciation des LB dépend également de la présence de LT4 (voir 2.3). Les plasmocytes vont libérer de grandes quantités d AC dans le milieu extracellulaire : ils ne fabriquent qu un seul type d AC (jusqu à 5000/s). Ces anticorps vont se fixer aux antigènes par complémentarité, créant des complexes immuns (si l AG est une molécule soluble, elle précipite, si c est une cellule, elle est recouverte). Complexe immun. Association antigène-anticorps permettant la neutralisation de l antigène. Dans le cas du SIDA, les anticorps dirigés contre les protéines virales peuvent bloquer la pénétration des virus dans les cellules. 6

7 Phagocytose d un complexe immun. Belin TS 2002 Ces complexes immuns ne persistent pas dans le milieu extracellulaire : ils sont éliminés par phagocytose. Phagocytose. Capture et ingestion de particules virales, cellules ou molécules par une cellule phagocytaire. La phagocytose correspond à un mécanisme inné de l immunité. L élément étranger est digéré par les enzymes cellulaires. Les anticorps se lient aux cellules phagocytaires par leur partie constante, et accélèrent la phagocytose (elle est rendue plus efficace). Lors de la phagocytose, les complexes immuns sont absorbés par la cellule et détruits par des enzymes dans le phagocyte. Les anticorps ne peuvent toutefois pas agir sur les cellules déjà infectées : c est le rôle des lymphocytes Tc. 2.2 Les lymphocytes T cytotoxiques sont les agents du maintien de l intégrité des populations cellulaires. Les LTc sont aussi des effecteurs de l immunité acquise. Ils dérivent des LT8. À la différence des LB, les récepteurs des LTc et des LT8 ne sont pas des anticorps, mais des récepteurs T (1 seul site de liaison à l AG). Ils se lient aux antigènes présents à la surface des cellules (et non pas aux AG libres). En effet, les cellules infectées se différencient des cellules saines par le fait qu elles expriment à leur surface des fragments peptidiques issus des protéines de l agent pathogène. Le récepteur T. Juste pour information : ce récepteur possède deux chaînes, α et β, qui présentent une partie constante et une partie variable, se liant à l AG. Un lymphocyte T8 se forme dans la moelle osseuse rouge (il possède des marqueurs CD8) puis migre vers le thymus pour devenir mature. Il se rend par la suite dans les organes lymphoïdes secondaires. Il se différencie en LTc après sélection par un AG. Comme pour les LB, la production des LTc spécifiques de l AG à partir de lymphocytes T précytotoxiques (ou LT8) repose sur les étapes de : - sélection clonale (les récepteurs T des LT8 reconnaissent des fragments d AG à la surface des cellules ; il existe là aussi un répertoire de récepteurs T) ; - multiplication (obtention d un clone de LT8 de même spécificité antigénique) ; - différenciation (les LT8 se différencient en LTc capables de réaliser une lyse cellulaire). De même que pour les LB, l intervention des LT4 est impérative (voir 2.3). 7

8 Sélection des clones de LT8 «compétents» et différenciation en LTc. Bordas TS 2002 Rôle des LTc. Les LTc, par leurs récepteurs T spécifiques de l antigène, reconnaissent les cellules infectées ou cancéreuses ce qui déclenche un mécanisme d élimination de ces cellules. Le LTc s accole à la cellule infectée et sécrète des protéines, les perforines, qui créent des canaux dans la membrane cellulaire. La cellule est lysée. Lyse d une cellule cible par un LTc. Bordas TS 2002 Dans le cas du SIDA, la destruction des lymphocytes T4 par les LTc limite la progression de l infection virale mais l incorporation du génome viral dans les cellules infectées maintien la contamination. 2.3 Les lymphocytes T4 sont les pivots des réactions immunitaires acquises. Un LT4 se forme dans la moelle osseuse rouge (il possède des marqueurs CD4) puis migre vers le thymus pour devenir mature. Il se rend par la suite dans les organes lymphoïdes secondaires. Il y sécrète des interleukines responsables de la multiplication et de la différenciation des LT8 et des LB sélectionnés par un AG. Lorsqu un antigène a pénétré dans l organisme, des lymphocytes T4 spécifiques de cet antigène le reconnaissent grâce à leur récepteur T (reconnaissance de l AG à la surface des cellules infectées). Ces LT4 se différencient en lymphocytes T4 sécréteurs de messagers chimiques, les interleukines (protéines). Sélection des clones de LT4 «compétents» et différenciation en LT4 sécréteurs d IL. Bordas TS 2002 Dans les ganglions lymphoïdes, ces interleukines ont deux rôles : - elles stimulent la multiplication et la différenciation des LB sélectionnés par l AG. - elles stimulent la multiplication et la différenciation en LTc des LT8 sélectionnés par l AG. Dans le cas du SIDA, lorsque le nombre de LT4 est < à 200 par mm 3, il n y a plus de production d anticorps et de LTc contre des agents pathogènes variés, ce qui permet l apparition des maladies opportunistes lors du stade SIDA déclaré. Ainsi, les conséquences de l effondrement des défenses immunitaires prouvent qu en permanence les mécanismes immunitaires sont à l œuvre et montrent le rôle essentiel des lymphocytes T4 dans la majorité de ces réactions : on les qualifie de pivots des réactions immunitaires. PS : pivot = élément principal de quelque chose. 8

9 Sélection des clones compétents Antigène AC membranaire spécifique de l AG Fragment antigénique (cellule infectée) LB LT4 LT8 Récepteur T spécifique de l AG IL IL Multiplication (mitoses) IL LT4 IL Différenciation Plasmocyte Vésicules contenant la perforine Anticorps circulants Cellule infectée LTc Complexe immun Phagocytose du complexe immun Libération de la perforine par exocytose Pore Intégrité du milieu extracellulaire Intégrité des populations cellulaires Belin TS Modifié 05/05 9

10 3. Sur quelle propriété du SI reposent les vaccins? 3.1 La mémoire immunitaire. UA Le premier contact avec l AG entraîne une réaction lente et quantitativement peu importante. Cette lenteur s explique par le temps de production des différents lymphocytes spécifiques de l antigène. C est la réponse primaire. Dans le cas d un second contact avec le même antigène, la réaction immunitaire est : - beaucoup plus rapide - quantitativement plus importante : le nombre de lymphocytes et d AC est plus élevé - les lymphocytes et les AC ont une meilleure affinité pour l AG. C est la réponse secondaire. La mémoire immunitaire. Bordas TS 2002 Cette différence s explique par la formation, après un premier contact avec un antigène, de lymphocytes B et T4 mémoire spécifiques d un AG. Leur nombre et leur durée de vie sont plus importants que pour les LB et LT4 vierges (ou naïfs). On parle ainsi de mémoire immunitaire. Un lymphocyte mémoire (LT4 et LB) est un lymphocyte à longue durée de vie (plusieurs années). Il est spécifique d un AG donné. Il est produit à la suite d une réaction primaire. 3.2 Les espoirs pour un vaccin anti-vih. Des vaccins ont été mis au point contre différents agents pathogènes (bactéries et virus). Ils reproduisent une situation naturelle, celle de l immunité acquise contre les pathogènes après une première infection guérie. Pour ce faire, on déclenche une réponse immunitaire primaire chez l individu sain : il y a production de LTc, de LT4, de plasmocytes mais aussi de LB et de LT4 mémoire contre des AG du pathogène. Cela protége d une seconde infection : en effet, en cas de nouvelle rencontre avec le même agent pathogène, il y aura une réponse immunitaire secondaire. On utilise pour cela des agents pathogènes non virulents (tués ou atténués), des anatoxines (toxines non toxiques), des protéines antigéniques (l agent injecté doit être immunogène et inoffensif) Dans le cas du virus du SIDA, il s agit de trouver un vaccin contre un virus qui n est pas vaincu par les défenses immunitaires naturelles. Le virus du SIDA mutant constamment, une des difficultés de la mise au point du vaccin est d identifier une protéine invariable et accessible à la surface du virus. Or, chez un individu, il y a souvent plusieurs dizaines de variants. La boucle V3 (voir TP) est très accessible aux anticorps mais hypervariable. Donc un vaccin basé sur la reconnaissance de cette boucle serait peu efficace. Certains déterminants antigéniques sont invariables mais peu accessibles aux AC car protégés par la boucle V3 (voir TP). Production d anticorps contre les protéines virales. Hatier TS

11 3.3 Le phénotype immunitaire : interaction entre le génotype et l environnement. Le phénotype immunitaire est l ensemble des spécificités des lymphocytes B et T à un moment donné de la vie d un individu (ou «répertoire» des anticorps et des récepteurs des LT). Il résulte d une interaction complexe entre le génotype et l environnement. En gros, il représente les potentialités du SI à se défendre contre un grand nombre d agents pathogènes qu il n a jamais rencontrés, pour la plupart. Alors que le génome humain ne contient que quelques dizaines de milliers de gènes, on peut produire des millions d AC différents (de même pour les récepteurs T). Cette diversité est permise par la recombinaison aléatoire de segments de gènes. Par ce mécanisme, l organisme peu produire une quasi-infinité d AC membranaires et de récepteurs T, et ainsi reconnaître une quasi-infinité d AG. Figure 8. La production de différents anticorps. Belin TS 2002 Toutefois, l organisme produit aussi des lymphocytes qualifiés «d autoréactifs» : ils sont potentiellement dangereux car ils reconnaissent les cellules ou les molécules de l organisme. Ils sont donc éliminés par le système immunitaire. Les lymphocytes non éliminés sont ceux qui seront éventuellement sélectionnés par des antigènes (cellules infectées ou mutées, pathogènes présents dans la circulation). Ils sont renouvelés en permanence. Certains se différencieront en lymphocyte mémoire suite à la rencontre avec un AG (= agent de l environnement) : ils seront en nombre plus important. La rencontre avec les AG fait évoluer en permanence le phénotype immunitaire qui s adapte à l environnement. La vaccination n est finalement qu un processus artificiel qui fait évoluer ce phénotype immunitaire. Conclusion. Le système immunitaire repose sur des mécanismes innés (exemple, la phagocytose) ou «généralistes» et sur des mécanismes acquis ou «spécialisés» (les différents lymphocytes). Les acteurs de l immunité innée et de l immunité acquise coopèrent afin de maintenir l intégrité de l organisme. Ces acteurs sont cependant mis en échec par le virus VIH qui désorganise la réponse immunitaire en provoquant la destruction des LT4 pivots des réactions immunitaires. Pour pallier la mise en échec du SI par le VIH, des vaccins sont en cours de recherche : comme tout vaccin, ils visent à utiliser la mémoire immunitaire. Mais il est difficile de trouver une cible vaccinale étant donné la variabilité des protéines de l enveloppe du VIH. L ensemble des clones de LB et LT (= phénotype immunitaire) permet de maintenir l intégrité et donc la stabilité de l organisme. 11

CHAPITRE 2 : QUELQUES ASPECTS DES RÉPONSES IMMUNITAIRES ACQUISES

CHAPITRE 2 : QUELQUES ASPECTS DES RÉPONSES IMMUNITAIRES ACQUISES Comment agissent les anticorps et les LTC? Comment parviennent-ils à protéger l organisme lors de la phase asymptomatique? CHAPITRE 2 : QUELQUES ASPECTS DES RÉPONSES IMMUNITAIRES ACQUISES Tout élément

Plus en détail

Chapitre 14 : Les processus immunitaires mis en jeu

Chapitre 14 : Les processus immunitaires mis en jeu Chapitre 14 : Les processus immunitaires mis en jeu Introduction : Pendant la phase asymptomatique du SIDA des mécanismes de défense immunitaire se mettent en place pour lutter contre le virus : - synthèse

Plus en détail

Immunologie. Les mécanismes de l immunité

Immunologie. Les mécanismes de l immunité Immunologie Les mécanismes de l immunité Immunité = capacité à résister, à limiter le développement, à se débarrasser d une maladie après avoir été infecté par un agent étranger (bactéries, champignons,

Plus en détail

Une maladie qui touche le système immunitaire : le SIDA (syndrome d immunodéficience acquise)

Une maladie qui touche le système immunitaire : le SIDA (syndrome d immunodéficience acquise) Immunologie = partie de la médecine et de la biologie qui étudie l immunité. Immunité = capacité à résister, à limiter le développement, à se débarrasser d une maladie après avoir été infecté par un agent

Plus en détail

Les processus immunitaires mis en jeu. Comment la stabilité de l'organisme est-elle maintenue lors d'une infection virale?

Les processus immunitaires mis en jeu. Comment la stabilité de l'organisme est-elle maintenue lors d'une infection virale? Les processus immunitaires mis en jeu Comment la stabilité de l'organisme est-elle maintenue lors d'une infection virale? I/ Les anticorps: agents de maintien de l'intégrité du milieu extracellulaire?

Plus en détail

CH4 : SIDA ET DEFENSES IMMUNITAIRES

CH4 : SIDA ET DEFENSES IMMUNITAIRES CH4 : SIDA ET DEFENSES IMMUNITAIRES INTRODUCTION L organisme lutte contre des microbes grâce à son système immunitaire, qui met en jeu des mécanismes généraux comme la phagocytose et des mécanismes spécifiques,

Plus en détail

Chapitre 2 : L'immunité adaptative

Chapitre 2 : L'immunité adaptative Chapitre 2 : L'immunité adaptative Table des matières Introduction 3 I - I- Les anticorps 4 1. La production des anticorps... 4 2. La structure d'un anticorps.... 4 3. Le rôle des anticorps... 5 4. L'origine

Plus en détail

Chapitre 2 : L immunité adaptative, prolongement de l immunité innée

Chapitre 2 : L immunité adaptative, prolongement de l immunité innée 1 Chapitre 2 : L immunité adaptative, prolongement de l immunité innée Introduction : L immunité innée ne permet pas toujours l élimination des éléments étrangers qui peuvent alors infecter l organisme.

Plus en détail

Les étapes de la réaction inflammatoire

Les étapes de la réaction inflammatoire Réaction inflammatoire 2. Détection par les cellules sentinelles PRR Motif moléculaire Agent (bactérie) Phagocytose des agents Macrophage Leucocyte (cellule dendritique) 3. Libération de messages chimiques

Plus en détail

Thème 3: Corps humain et santé. Thème 3A: Maintien de l intégrité de l organisme: quelques aspects de la réaction immunitaire.

Thème 3: Corps humain et santé. Thème 3A: Maintien de l intégrité de l organisme: quelques aspects de la réaction immunitaire. Thème 3: Corps humain et santé Thème 3A: Maintien de l intégrité de l organisme: quelques aspects de la réaction immunitaire. Chez les vertébrés, le système immunitaire comprend 2 grands ensembles de défense

Plus en détail

Chapitre 2 : L'IMMUNITÉ ADAPTATIVE

Chapitre 2 : L'IMMUNITÉ ADAPTATIVE Thème 3A : Corps humain et santé Chapitre 2 : L'IMMUNITÉ ADAPTATIVE Rappel mise en situation : Le système immunitaire = ensemble de cellules spécialisées dans la détection et l élimination de tout élément

Plus en détail

CHAP 11 : L'IMUNITE ADAPTATIVE

CHAP 11 : L'IMUNITE ADAPTATIVE CHAP 11 : L'IMUNITE ADAPTATIVE I/ La réponse adaptative humorale La contamination de l organisme par un agent infectieux (ou une molécule étrangère) entraîne l apparition d anticorps dans le sérum : on

Plus en détail

Les Mécanismes de l Immunité

Les Mécanismes de l Immunité 1 CHAPITRE B Les Mécanismes de l Immunité 2 L infection de l organisme par un agent infectieux comme le VIH montre la mise en jeu du système immunitaire qui se manifeste d abord par une réaction immunitaire

Plus en détail

IMMUNITE Leçon 3 : Le rôle des lymphocytes T

IMMUNITE Leçon 3 : Le rôle des lymphocytes T IMMUNITE Leçon 3 : Le rôle des lymphocytes T 1- Les agents du maintien de l intégrité des populations cellulaires. 1.1.Reconnaissance des cellules infectées. 1.1.1.Particularité des cellules infectées.

Plus en détail

Chap 13 Ts spécifique thème 3 L IMMUNITE ADAPTATIVE PROLONGEMENT DE L IMMUNITE INNEE

Chap 13 Ts spécifique thème 3 L IMMUNITE ADAPTATIVE PROLONGEMENT DE L IMMUNITE INNEE Chap 13 Ts spécifique thème 3 L IMMUNITE ADAPTATIVE PROLONGEMENT DE L IMMUNITE INNEE Restitution des acquis communiquer Les mécanismes de l immunité innée sont parfois insuffisants pour permettre l élimination

Plus en détail

Corrigé exercices de Biologie

Corrigé exercices de Biologie Corrigé exercices de Biologie I. RESTITUTIONS DES CONNAISSANCES 1. Schémas à titrer et à légender. Schéma 1 : Surface d un lymphocyte T4 On observe des particules du virus VIH bourgeonnant à la surface

Plus en détail

Document 3 : La protéine gp120 une molécule clé pour la pénétration du virus dans la cellule hôte

Document 3 : La protéine gp120 une molécule clé pour la pénétration du virus dans la cellule hôte 2. Les espoirs pour un vaccin anti-vih. Pages 416/417. Dans le cas du virus du SIDA, il s'agit de trouver un vaccin contre un virus alors que naturellement ce virus n'est pas vaincu par les défenses immunitaires

Plus en détail

Chapitre 11 : l immunité adaptative.

Chapitre 11 : l immunité adaptative. Chapitre 11 : l immunité adaptative. L immunité innée, même si elle représente un système de défense efficace, parfois ne suffit pas à enrayer l infection. Dans ce cas, l organisme va initier une autre

Plus en détail

SIDA et défenses immunitaires

SIDA et défenses immunitaires SIDA et défenses immunitaires Chapitre 1 : le SIDA I- Une enquête médicale de plusieurs années a) Les débuts de l épidémie L épidémie de SIDA débute en 1981 : aux Etats Unis des hommes jeunes, toxicomanes

Plus en détail

LE SIDA, une maladie causée par un rétrovirus : le VIH

LE SIDA, une maladie causée par un rétrovirus : le VIH LE SIDA, une maladie causée par un rétrovirus : le VIH On sait aujourd hui que le VIH est transmis par voie sexuelle, sanguine et de la mère à l enfant au cours de la grossesse : il se propage donc par

Plus en détail

TP7- ROLE DES LYMPHOCYTES DANS LA REACTION IMMUNITAIRE ADAPTATIVE : Réponse humorale et réponse cellulaire

TP7- ROLE DES LYMPHOCYTES DANS LA REACTION IMMUNITAIRE ADAPTATIVE : Réponse humorale et réponse cellulaire TP7- ROLE DES LYMPHOCYTES DANS LA REACTION IMMUNITAIRE ADAPTATIVE : Réponse humorale et réponse cellulaire Constats : On sait que les effecteurs de la réaction immunitaire acquise sont : - les d'anticorps

Plus en détail

Défense de l organisme

Défense de l organisme Module 1 Défense de l organisme Soit par Soit par Système de défense non spécifique Système de défense spécifique Première ligne -Barrières naturelles Deuxième ligne -Défenses cellulaires et chimiques

Plus en détail

Chapitre II : Mécanismes de l'immunité

Chapitre II : Mécanismes de l'immunité Chapitre II : Mécanismes de l'immunité Introduction Lors d une infection, l organisme réagit de différentes manières pour éliminer l agent pathogène : Une réaction immunitaire innée non spécifique qui

Plus en détail

CORRECTIONS EXERCICES IMMUNITE

CORRECTIONS EXERCICES IMMUNITE CORRECTIONS EXERCICES IMMUNITE I. RESTITUTIONS DES CONNAISSANCES 1. Schémas à titrer et à légender Schéma 1 : Surface d un lymphocyte T4 On observe des particules du virus VIH bourgeonnant à la surface

Plus en détail

IMMUNITE. Leçon 1 : le SIDA

IMMUNITE. Leçon 1 : le SIDA IMMUNITE Leçon 1 : le SIDA Le système immunitaire est capable de distinguer les molécules et les cellules étrangères d'un organisme, ou qui le sont devenues, et de les éliminer. Comment peut-on expliquer

Plus en détail

Stage de révision 2014

Stage de révision 2014 Lycée E. Delacroix Tale S Stage de révision 2014 Séance 4: Thème 3 - Corps humain et santé Thème 3-A Le maintien de l'intégrité de l'organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire Thème 3-A-1

Plus en détail

Le SIDA : une affection. du système immunitaire

Le SIDA : une affection. du système immunitaire Le SIDA : une affection du système immunitaire Particularités structurales du VIH Le VIH a une enveloppe virale formée de protéines gp 120 et gp 41. D autres protéines forment les capsides : p17 et p24.

Plus en détail

Rappel immunologie Immunité anti-infectieuse. D. Lakomy Laboratoire d Immunologie CHU Dijon

Rappel immunologie Immunité anti-infectieuse. D. Lakomy Laboratoire d Immunologie CHU Dijon Rappel immunologie Immunité anti-infectieuse D. Lakomy Laboratoire d Immunologie CHU Dijon 09.10.2015 Le Le système immunitaire est est composé de de plusieurs éléments Cellules immunitaires -cell.phagocytaires

Plus en détail

Thème 3 : Corps humain et santé. Partie A - Le maintien de l'intégrité de l'organisme: quelques aspects de la réaction immunitaire

Thème 3 : Corps humain et santé. Partie A - Le maintien de l'intégrité de l'organisme: quelques aspects de la réaction immunitaire Thème 3 : Corps humain et santé Partie A - Le maintien de l'intégrité de l'organisme: quelques aspects de la réaction immunitaire Chapitre 13 - L'immunité adaptative, prolongement de l'immunité innée Les

Plus en détail

Évaluations formatives. Module 1 Défense spécifique 1 Comparer le système de défense spécifique et le non spécifique?

Évaluations formatives. Module 1 Défense spécifique 1 Comparer le système de défense spécifique et le non spécifique? Évaluations formatives Module 1 Défense spécifique 1 Comparer le système de défense spécifique et le non spécifique? Le système de défense non spécifique est constitué d un ensemble d éléments qui protègent

Plus en détail

Doc 1 P248 : Nous avons vu que les deux chaînes des anticorps étaient constituées d une région constante et d une

Doc 1 P248 : Nous avons vu que les deux chaînes des anticorps étaient constituées d une région constante et d une Thème 3B-Immunologie Chapitre 3 LE PHENOTYPE MOLECULAIRE AU COURS DE LA VIE A la naissance, un individu possède des lymphocytes B et des lymphocytes T qui lui sont propres. C est son phénotype immunitaire.

Plus en détail

TH3A_ch2. prolongement de l immunité innée. Cellule cancéreuse attaquée par des lymphocytes

TH3A_ch2. prolongement de l immunité innée. Cellule cancéreuse attaquée par des lymphocytes TH3A_ch2 L immunité adaptative, un prolongement de l immunité innée Cellule cancéreuse attaquée par des lymphocytes intro L'immunité innée permet une réponse rapide et non différenciée contre les microbes

Plus en détail

Partie 3A : IMMUNOLOGIE LA REACTION INFLAMMATOIRE

Partie 3A : IMMUNOLOGIE LA REACTION INFLAMMATOIRE Partie 3A : IMMUNOLOGIE LA REACTION INFLAMMATOIRE Rappels du collège Dans notre environnement, de nombreux microorganismes sont en permanence au contact de l organisme. L entrée dans l organisme Certains

Plus en détail

Chapitre 5 : lutter contre l infection

Chapitre 5 : lutter contre l infection Chapitre 5 : lutter contre l infection Comment notre corps peut-il lutter contre l infection? I/ Les micro-organismes sont généralement rapidement digérés par des phagocytes. Voir activités du livre p.

Plus en détail

Le virus. Le virus de l immunodéficience humaine (VIH) a été découvert en Il appartient à la famille des rétrovirus.

Le virus. Le virus de l immunodéficience humaine (VIH) a été découvert en Il appartient à la famille des rétrovirus. Le virus Le virus de l immunodéficience humaine (VIH) a été découvert en 1983. Il appartient à la famille des rétrovirus. On distingue le VIH de type 1 dont la répartition est mondiale et le VIH2 plus

Plus en détail

Immunité et SIDA. 1.3 A. Anticorps B. Plasmocytes. auxiliaires D. Lymphocytes T cytotoxiques

Immunité et SIDA. 1.3 A. Anticorps B. Plasmocytes. auxiliaires D. Lymphocytes T cytotoxiques Immunité et SIDA 1. Éliminer l'intrus 1.1 A. Plasmocyte. B. Macrophage. C. Granulocyte neutrophile. D. Erythrocyte. E. Lymphocyte. 1.2 A. Lymphocyte T auxiliaire B. Lymphocyte B C. Lymphocyte T cytotoxique

Plus en détail

Chapitre 3: La réponse immunitaire adaptative ou acquise. Activité 1 : Les caractéristiques de l immunité adaptative (ou acquise)

Chapitre 3: La réponse immunitaire adaptative ou acquise. Activité 1 : Les caractéristiques de l immunité adaptative (ou acquise) Chapitre 3: La réponse immunitaire adaptative ou acquise Connaissances La réponse immunitaire peut se poursuivre par une réaction acquise ou adaptative, spécifique de l'antigène présenté par une cellule

Plus en détail

On constate qu au bout de 3 semaines après l introduction du virus dans l organisme, celui-ci prolifère intensément.

On constate qu au bout de 3 semaines après l introduction du virus dans l organisme, celui-ci prolifère intensément. Exercice 5 : Exploitation du Document 1 : Le Document 1 représente un diagramme en bâtons montrant l évolution au cours du temps des qualités du virus de l immunodéficience humaine (VIH) et d anticorps

Plus en détail

IMMUNITE ET SYSTEME IMMUNITAIRE :

IMMUNITE ET SYSTEME IMMUNITAIRE : IMMUNITE ET SYSTEME IMMUNITAIRE : INTRODUCTION : Quelles sont les différentes sortes de micro-organismes présents dans notre environnement? (Activité 1) Observation microscopique de différents microbes

Plus en détail

I. mécanisme de la production d'ac, réponse à médiation humorale

I. mécanisme de la production d'ac, réponse à médiation humorale 6 LA REPONSE SPECIFIQUE À MEDIATION HUMORALE Objectifs : présenter l'activation et la multiplication des lymphocytes B, leur différenciation en plasmocytes à partir de documents, comparer les caractéristiques

Plus en détail

CHAPITRE 11 : L'IMMUNITÉ ADAPTATIVE

CHAPITRE 11 : L'IMMUNITÉ ADAPTATIVE CHAPITRE 11 : L'IMMUNITÉ ADAPTATIVE Introduction L immunité innée, même si elle représente un système de défense efficace, parfois ne suffit pas à enrayer l infection. Dans ce cas, l organisme va initier

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

QCM. Niveau : Troisième. Thème : Risque infectieux et protection de l'organisme

QCM. Niveau : Troisième. Thème : Risque infectieux et protection de l'organisme QCM Niveau : Troisième Thème : Risque infectieux et protection de l'organisme Pour chaque question, il vous est donné quatre propositions A, B, C et D. Une, deux ou trois propositions peuvent être exactes.

Plus en détail

BIOLOGIE BIOLOGIE SUJET. I. QUESTIONS À CHOIX MULTIPLE OU À COMPLÉTER (13 points sur 20)

BIOLOGIE BIOLOGIE SUJET. I. QUESTIONS À CHOIX MULTIPLE OU À COMPLÉTER (13 points sur 20) durée Durée : 2 heures. heures. SUJET I. QUESTIONS À CHOIX MULTIPLE OU À COMPLÉTER (13 points sur 20) Veuillez reporter sur votre copie d'examen le numéro de la question et répondez de façon précise en

Plus en détail

Programme Séance Notion construite

Programme Séance Notion construite 1 2 Programme Séance Notion construite L organisme est constamment confronté à la possibilité de pénétration de microorganismes (bactéries et virus) issus de son environnement. Comment les microorganismes

Plus en détail

Chapitre 3A3. Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre 3A3. Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre 3A3 Le phénotype immunitaire au cours de la vie Quelques données sur la rougeole La rougeole est une maladie très contagieuse causée par un virus. Au cours des 150 dernières années, elle a touché

Plus en détail

Chap. II Les processus immunitaires mis en jeu lors de l infection 2012

Chap. II Les processus immunitaires mis en jeu lors de l infection 2012 Introduction : à la suite de la contamination, l individu fabrique des anticorps anti-vih capables de se fixer sur des antigènes issus du VIH (gp120 par exemple). Cette synthèse d anticorps est la signature

Plus en détail

PROTECTION DE L'ORGANISME. Notre organisme détecte et essaye de détruire les micro-organismes qui tentent de l'envahir

PROTECTION DE L'ORGANISME. Notre organisme détecte et essaye de détruire les micro-organismes qui tentent de l'envahir Video : infection Quel micro-organisme attaque Holly? Quelles sont les premières défenses du corps qu il affronte? Classer par ordre chronologique les différentes cellules qui agissent contre l invasion

Plus en détail

CHAPITRE 5.5 : LA RÉPONSE IMMUNITAIRE SPÉCIFIQUE. 1. Phase d induction ou de sélection

CHAPITRE 5.5 : LA RÉPONSE IMMUNITAIRE SPÉCIFIQUE. 1. Phase d induction ou de sélection CHAPITRE 5.5 : LA RÉPONSE IMMUNITAIRE SPÉCIFIQUE La réponse immunitaire est induite dans les organes lymphoïdes (ganglions lymphatiques, rate, ), riches en lymphocytes et favorisant la avec les antigènes

Plus en détail

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE (*) Introduction Définition : SYSTEME IMMUNITAIRE (SI) : C est un ensemble d organes, de cellules et de tissus dont la fonction est la défense du corps humain, c est à dire le

Plus en détail

Contrôle n 2 novembre 2012 Terminale S 10

Contrôle n 2 novembre 2012 Terminale S 10 Cochez la ou les proposition(s) exacte(s) pour chaque question 1 à 28. Réponse bonne cochée = 1 point Réponse fausse cochée = 0,5point Pas de réponse = 0 point Seule la dernière page sera rendue. Conseil:

Plus en détail

Partie C: protection de l organisme. Cours téléchargeable en ligne à l adresse:

Partie C: protection de l organisme. Cours téléchargeable en ligne à l adresse: Partie C: protection de l organisme Cours téléchargeable en ligne à l adresse: http://marina.miori.free.fr Introduction Dans notre environnement, vit une multitude de microbes (ou microorganismes) invisibles

Plus en détail

BIOLOGIE Sujet d examen - SE5 Durée : 2 heures

BIOLOGIE Sujet d examen - SE5 Durée : 2 heures Date : 18 Novembre 2015 Prépa Scientifique, paramédical -MAESTRIS BIOLOGIE Sujet d examen - SE5 Durée : 2 heures Partie 1 : Définitions - 4 points Donner la définition des termes suivants. Incidence, prévalence,

Plus en détail

Immunité Vaccinale. Pr Frédéric Batteux plateforme d immuno-monitoring vaccinal Hôpital Cochin

Immunité Vaccinale. Pr Frédéric Batteux plateforme d immuno-monitoring vaccinal Hôpital Cochin Immunité Vaccinale Pr Frédéric Batteux plateforme d immuno-monitoring vaccinal Hôpital Cochin Bases empiriques de la vaccination Observation empirique Une infection guérie protège de la maladie Vacciner

Plus en détail

PROGRAMME DE REVISIONS - TERM S /2016

PROGRAMME DE REVISIONS - TERM S /2016 PROGRAMME DE REVISIONS - TERM S /2016 PARTIES DU PROGRAMME - ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE ENTRAINEMENT THEME 3 CORPS HUMAIN ET SANTE THEME 3A MAINTIEN DE L INTEGRITE DE L ORGANISME : QUELQUES ASPECTS DE LA

Plus en détail

Chapitre 2 : Les réactions immunitaires du corps

Chapitre 2 : Les réactions immunitaires du corps Chapitre 2 : Les réactions immunitaires du corps I Les différentes défenses du corps humain : III2 Activité 1 Les réactions rapides et lentes du système immunitaire Comment notre corps réagit au contact

Plus en détail

Partie 3 : Risque Infectieux et protection de l'organisme

Partie 3 : Risque Infectieux et protection de l'organisme Partie 3 : Risque Infectieux et protection de l'organisme Chapitre 1 : Se protéger des microbes I Des microbes dans notre environnement L'organisme est constamment confronté à des micro-organismes variés

Plus en détail

Le système de défense de l organisme

Le système de défense de l organisme Le système de défense de l organisme Chapitre 12 Marieb (2008) Le corps humain et les risques du travail. 101-ZFA-JQ Esteban Gonzalez Le système excréteur comprend de glandes Quelle est l unité de fonctionnement

Plus en détail

Le SIDA : une affection du système immunitaire.

Le SIDA : une affection du système immunitaire. CHAPITRE A Le SIDA : une affection du système immunitaire. 1 Le SIDA, ou Syndrome d ImmunoDéficience Acquise, est une maladie due à un virus, le virus de l immunodéficience humaine ou VIH (HIV : Human

Plus en détail

4. Les réactions immunitaires

4. Les réactions immunitaires 4. Les réactions immunitaires L environnement de l Homme est peuplé de microbes (virus, bactéries, ). Des modes de transmission de ces microbes ont été étudiés et des méthodes (asepsie, antisepsie, utilisation

Plus en détail

Chapitre 10 : La réaction inflammatoire, un exemple de réponse innée.

Chapitre 10 : La réaction inflammatoire, un exemple de réponse innée. Chapitre 10 : La réaction inflammatoire, un exemple de réponse innée. Lorsqu un agent infectieux (bactérie, virus, champignon microscopique ) pénètre dans l organisme et commence à s y multiplier, on observe

Plus en détail

Thème 3 Risque infectieux et protection de l organisme. Chapitre 2 La réponse immunitaire. I) Quelles sont les premières réactions de l organisme

Thème 3 Risque infectieux et protection de l organisme. Chapitre 2 La réponse immunitaire. I) Quelles sont les premières réactions de l organisme Thème 3 Risque infectieux et protection de l organisme Chapitre 2 La réponse immunitaire Bactéries, virus et autres microorganismes de l environnement pénètrent à tout moment dans notre corps, le plus

Plus en détail

DS Immunologie. CORRECTION

DS Immunologie. CORRECTION DS Immunologie. CORRECTION PARTIE 1 : Exercices 2.1 Exercice 1 : Lors d'une vaccination contre la diphtérie, le sujet reçoit de l'anatoxine diphtérique, toxine diphtérique ayant perdu son pouvoir pathogène

Plus en détail

Syndrome d'immunodéficience Acquise

Syndrome d'immunodéficience Acquise Syndrome d'immunodéficience Acquise Sommaire Qu'est ce que le SIDA? Qu'elles sont les particularités structurelles d'un tel virus? Comment le VIH infecte t-il l'organisme? Comment ces cellules se multiplient-elles?

Plus en détail

Corrigé du bac 2015 : SVT spécialité Série S Polynésie

Corrigé du bac 2015 : SVT spécialité Série S Polynésie Corrigé du bac 2015 : SVT spécialité Série S Polynésie BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2015 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE SÉRIE S Durée de l épreuve : 3h30 Coefficient : 8 ENSEIGNEMENT DE SPÉCIALITÉ L

Plus en détail

[CAHIER MODULE IMMUNOLOGIE] FACULTE DE MEDECINE D ALGER.DEPARTEMENT DE MEDECINE.CYCLE GRADUE. COMITE PEDAGOGIQUE IMMUNOLOGIE

[CAHIER MODULE IMMUNOLOGIE] FACULTE DE MEDECINE D ALGER.DEPARTEMENT DE MEDECINE.CYCLE GRADUE. COMITE PEDAGOGIQUE IMMUNOLOGIE 3éme ANNEE FACULTE DE MEDECINE D ALGER.DEPARTEMENT DE MEDECINE.CYCLE GRADUE. COMITE PEDAGOGIQUE IMMUNOLOGIE [CAHIER MODULE IMMUNOLOGIE] Dans ce cahier vous trouverez les informations relatives au module

Plus en détail

The me 3-A - Le maintien de l'intégrité de l'organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire

The me 3-A - Le maintien de l'intégrité de l'organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire The me 3-A - Le maintien de l'intégrité de l'organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire Le système immunitaire est constitué d'organes, de cellules et de molécules qui contribuent au maintien

Plus en détail

CHAPITRE 5 : LE COMBAT DU CORPS CONTRE L'INFECTION

CHAPITRE 5 : LE COMBAT DU CORPS CONTRE L'INFECTION 2 ème Partie : PROTECTION DE L'ORGANISME Voir en 6 ème Voir en 5 ème Rôle des micro-organismes dans l'alimentation. Circulation sanguine dans l'organisme. CHAPITRE 5 : LE COMBAT DU CORPS CONTRE L'INFECTION

Plus en détail

AVL Liban 2011 VIH. Retrovirus. Pourquoi étudier les virus? Qu est-ce qu un Virus? Terminologie. Egypte Ancienne et Virus AVL 2011 VIH

AVL Liban 2011 VIH. Retrovirus. Pourquoi étudier les virus? Qu est-ce qu un Virus? Terminologie. Egypte Ancienne et Virus AVL 2011 VIH AVL Liban 2011 Sami Khuri Department of Computer Science San José State University San José, California, USA sami.khuri@csjsu.edu www.cs.sjsu.edu/faculty/khuri Retrovirus Parasites intracellulaires Gènes:

Plus en détail

Organisation et fonctionnement général du système immunitaire

Organisation et fonctionnement général du système immunitaire Organisation et fonctionnement général Vocabulaire à retenir sylvain.dubucquoi@chru lille.fr 1 Des compléments d informations? visitez http://www.assim.refer.org/raisil/raisil/l02.html 2 Plan Système immunitaire

Plus en détail

Toxicité des antirétroviraux

Toxicité des antirétroviraux Le VIH est un virus appartenant à la Famille des Rétrovirus (Virus à ARN), il rétrotranscrit l ARN en ADN grâce à la Transcriptase Inverse. Virus sphérique (80 à 100 nm), à Symétrie combinée (appelée encore

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE SIDA UNE MALADIE QUI TOUCHE LE SYSTEME IMMUNITAIRE

CHAPITRE 1 : LE SIDA UNE MALADIE QUI TOUCHE LE SYSTEME IMMUNITAIRE INTRODUCTION Les défenses immunitaires sont capables d identifier et d éliminer les cellules et molécules étrangères à l organisme ou celles qui le sont devenues comme les cellules cancéreuses. Les macrophages

Plus en détail

Chapitre 8 : la gestion du risque infectieux par l organisme

Chapitre 8 : la gestion du risque infectieux par l organisme Chapitre 8 : la gestion du risque infectieux par l organisme Thème corps et santé J MASSON Collège Henry Berger Il y a risque infectieux ou risque d infection dès lors qu un micro-organisme pathogène ou

Plus en détail

LE SYSTEME IMMUNITAIRE

LE SYSTEME IMMUNITAIRE LE SYSTEME IMMUNITAIRE I/ Définition Mécanismes physiologique ; défendre l'organisme contre : certains agents pathogènes les substances étrangères ou anormales (micro organismes = bactérie, parasite, virus,...)

Plus en détail

STRUCTURE ET RÔLES DES ANTICORPS

STRUCTURE ET RÔLES DES ANTICORPS STRUCTURE ET RÔLES DES ANTICORPS 1. Définition d'un anticorps / immunoglobuline. Anticorps (Ac): protéine synthétisée par les lymphocytes B (LB) et les plasmocytes, capable de reconnaître et de se lier

Plus en détail

Exemple des 4 groupes de microbes

Exemple des 4 groupes de microbes Chapitre 2 Risque infectieux et protection de l organisme : l immunité humaine Système immunitaire = ensemble des cellules et des organes qui assurent la protection de l organisme contre les microbes.

Plus en détail

LA REPLICATION VIRALE

LA REPLICATION VIRALE LA REPLICATION VIRALE I Généralités! Virus = parasite intracellulaire obligatoire!virus détourne le métabolisme et la machinerie de la cellule pour se multiplier 1 Virus «n» Virions Infection = rencontre

Plus en détail

Les principes du fonctionnement du système immunitaire

Les principes du fonctionnement du système immunitaire Les principes du fonctionnement du système immunitaire Pierre Aucouturier pierre.aucouturier@inserm.fr S102CYCLEVIE.16PA Vendredi 22 mars 2013, 15h-17h Les fonctions du système immunitaire Protéger des

Plus en détail

BTS Blanc n 3-Juin 2017 TSOD1/2 BIOLOGIE-PHYSIOLOGIE CORRIGÉ

BTS Blanc n 3-Juin 2017 TSOD1/2 BIOLOGIE-PHYSIOLOGIE CORRIGÉ BTS Blanc n 3-Juin 2017 TSOD1/2 BIOLOGIE-PHYSIOLOGIE CORRIGÉ Partie 1 : immunologie Exercice 1 : schéma de la phagocytose (3 points) Etapes : Mots-clés : 1) Adhésion (ou reconnaissance) cellule phagocytaire,

Plus en détail

Corrigé du bac 2016 : SVT spécialité Série S Asie

Corrigé du bac 2016 : SVT spécialité Série S Asie Corrigé du bac 2016 : SVT spécialité Série S Asie BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2016 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE SÉRIE S Durée de l épreuve : 3h30 Coefficient : 8 ENSEIGNEMENT DE SPÉCIALITÉ L usage

Plus en détail

L Infection à VIH (1)

L Infection à VIH (1) L Infection à VIH (1) Epidémiologie-Virologie-Histoire Naturelle. Docteur Patrick Miailhes Service d Infectiologie du Pr. Peyramond, Hôpital Croix-Rousse, Lyon VIH/Sida 2011 1 Epidemiologie mondiale :

Plus en détail

L e s y s t è m e i m m u n i t a i r e. Les organes du système. immunitaire

L e s y s t è m e i m m u n i t a i r e. Les organes du système. immunitaire 1 2 3) Les deux types d'immunité 3.1) L'immunité non spécifique 3.1.1 Les barrières naturelles La peau et les muqueuses constituent une barrière efficace contre les micro-organismes. Elle est renforcée

Plus en détail

Thème 3A le maintien de l intégrité de l organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire.

Thème 3A le maintien de l intégrité de l organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire. Thème 3A le maintien de l intégrité de l organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire. Notre environnement est peuplé de microorganismes dont certains sont des pathogènes pour l Homme. Pourtant

Plus en détail

Professeur : M. ALMODOVAR Sciences de la Vie et de la Terre Année scolaire 2010/2011

Professeur : M. ALMODOVAR Sciences de la Vie et de la Terre Année scolaire 2010/2011 Professeur : M. ALMODOVAR Sciences de la Vie et de la Terre Année scolaire 2010/2011 Date Progression Prise de contact : - Présentation du Professeur, de la Discipline, et du Programme. - Document : «L

Plus en détail

Immunité et Vieillissement Laurence Guglielmi

Immunité et Vieillissement Laurence Guglielmi Immunité et Vieillissement Laurence Guglielmi Institut de Génétique Humaine CNRS UPR1142, Montpellier «Lentivirus et Transfert de Gènes» Directeur d'équipe : Pr. Pierre Corbeau IMMUNOSENESCENCE Détérioration

Plus en détail

TP4-LES ETAPES DE LA REACTION INFLAMMATOIRE AIGUË

TP4-LES ETAPES DE LA REACTION INFLAMMATOIRE AIGUË TP4-LES ETAPES DE LA REACTION INFLAMMATOIRE AIGUË Mise en situation et recherche à mener Vous vous blessez avec une épine que vous enlevez. Une plaie se forme au niveau de la peau. Cette lésion est à l

Plus en détail

Chapitre V : La défense de l organisme face aux microbes. I Comment l organisme se défend-il face aux microbes?

Chapitre V : La défense de l organisme face aux microbes. I Comment l organisme se défend-il face aux microbes? Chapitre V : La défense de l organisme face aux microbes I Comment l organisme se défend-il face aux microbes? A Quelles cellules interviennent dans la défense de l organisme? Activité 1 : notre démarche,

Plus en détail

Thème 3 : Corps humain et santé. Thème 3A : Maintien de l intégrité de l organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire.

Thème 3 : Corps humain et santé. Thème 3A : Maintien de l intégrité de l organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire. Thème 3 : Corps humain et santé Thème 3A : Maintien de l intégrité de l organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire. bactéries cellules infectées par un virus cellules cancéreuses champignons

Plus en détail

Classeur numérique de SVT Niveau 6 ème. Ou cliquez sur Alt A puis f puis x

Classeur numérique de SVT Niveau 6 ème. Ou cliquez sur Alt A puis f puis x Classeur numérique de SVT Niveau 6 ème AFFICHER le classeur en PAGE DOUBLE «Affichage de page» «Deux pages» Ou cliquez sur Alt A puis f puis x Ou en bas: Puis en haut: Ou faire défiler les pages M BOITEAU

Plus en détail

Chapitre J : la réponse innée = réaction inflammatoire aiguë. > Des centaines de bactéries sur cette aiguille

Chapitre J : la réponse innée = réaction inflammatoire aiguë. > Des centaines de bactéries sur cette aiguille Chapitre J : la réponse innée = réaction inflammatoire aiguë Face au monde microbien dans lequel nous vivons, notre organisme a su développer des barrières naturelles permettant de limiter l entrée des

Plus en détail

LES IMMUNOGLOBULINES

LES IMMUNOGLOBULINES LES IMMUNOGLOBULINES Défenses spécifiques Reconnaissance de l Ag Forme native Dégradé en peptides TCR (lymphocyte T) Immunité IMMUNOGLOBULINES (Ig) Lymph. B Plasmocytes Ig membranaires Défenses non spécifiques

Plus en détail

Déterminants antigéniques sur les immunoglobulines.

Déterminants antigéniques sur les immunoglobulines. Déterminants antigéniques sur les immunoglobulines. Une immunoglobuline est une protéine, elle peut donc être elle-même reconnue comme un antigène par des anticorps. Quand on utilise en immunothérapie,

Plus en détail

Exercice 1 : IMMUNITE Leçon 3 : Le rôle des lymphocytes T

Exercice 1 : IMMUNITE Leçon 3 : Le rôle des lymphocytes T Exercice 1 : IMMUNITE Leçon 3 : Le rôle des lymphocytes T 1 Exercice 2 : Parmi les cellules immunitaires, les lymphocytes T4 ont un rôle essentiel dans le déroulement des réactions immunitaires. À partir

Plus en détail

LE MONDE MICROBIEN ET LA SANTE

LE MONDE MICROBIEN ET LA SANTE LE MONDE MICROBIEN ET LA SANTE Microorganisme (ancienne orthographe : micro-organisme) : être vivant trop petit pour être visible à l œil nu. C est aussi ce qu on peut appeler «microbe» dans le langage

Plus en détail

Introduction à l immunologie

Introduction à l immunologie Université Abderrahmane Mira Bejaïa Faculté de médecine Introduction à l immunologie Dr Chouikh Année universitaire 2015/2016 Plan du cours : I. Définition de l immunologie. II. Le système immunitaire.

Plus en détail

Sérum d un individu 1 mis en contact avec des microbilles de latex portant des antigènes de tréponème. Sérum d un individu 2 mis en contact

Sérum d un individu 1 mis en contact avec des microbilles de latex portant des antigènes de tréponème. Sérum d un individu 2 mis en contact Exercice 1. La syphilis est une maladie sexuellement transmissible due à une bactérie pathogène, le Tréponème pâle. Un test immunologique fondé sur la recherche d'anticorps permet de détecter si un individu

Plus en détail

Activités élèves. Activité 1: Lecture d un tableau Quantité de micro-organismes présents dans différents milieux

Activités élèves. Activité 1: Lecture d un tableau Quantité de micro-organismes présents dans différents milieux Notion du programme et compétence travaillées Partie 1: Risque infectieux et protection de l organisme (12h30) Chapitre 1: L Homme et les microorganismes 1/ Les Micro-organismes de notre environnement

Plus en détail

Le Système Immunitaire (SI) Innée Dr Ahmed HODROGE

Le Système Immunitaire (SI) Innée Dr Ahmed HODROGE Le Système Immunitaire (SI) Innée Dr Ahmed HODROGE ahmed.hodroge@u-picardie.fr Pôle Santé - UFR de Médecine Laboratoire d Immunologie EA4666 - LNPC 18 FEVRIER 2014 Les différentes immunités Cellules (Mφ,

Plus en détail

Chapitre 5 : les défenses de l organisme

Chapitre 5 : les défenses de l organisme Chapitre 5 : les défenses de l organisme Comment notre organisme se défend-il contre les contaminations ou les infections par les micro-organismes? I/ Plusieurs acteurs luttent contre les microbes. Voir

Plus en détail